<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00204
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 4, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00204

Full Text
in ANNZE, No


2MERCREDI, 4 DECEMBRE 1907.


QUOTIDIAN


ABONNIKINTS : Dzacrual LE NUMIRO 10 CENTIMES

PAR MOI8 Une Gourde D'AVANC40 c.l. nexxt naI loizre,
A U Les abonnements patent du ler. et da I de chaqe

DIrPAwxrmmrT & r nuOMl; RDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance.
rs p45, Uv aowUl, 45. La mainuscrlts ioroe ou no e M so m pas res.
Pour tout ce qu concernlAdministrationdJourr Ar_ ur ISID E Re Rx
Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, 'adres~er A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Rouz on Bonne-Foi.
ll I I I il I l I I In i Il l il ill I i l II Ie I


La FemmC Hilaitenne


COMBIEN SE MARIENT ?


Les soci6tls qui evoldent sur des sols
que le travail peut transformer tiennent
las complications de leur organisation
aux di ffrentes modalilds du travail
lui-mtme. On doit concevoir sans peiue
ue cette organisation social ne peut
re simple 1A ou une population nom-
breuse, se trouvant en face de ressour-
cea multiples et varies, se livre A des
travaux les plus divers et aux preoccu-
pations les plus disparate et les plus
contraires mnme. C'est pourquoi I'orga-
nisalion de ces socidt6s est dite com-
pliquee.
Elle I'est, en elfet, au plus haut point
et, pour nous en convaincre, nous n'avons
qu'a jeter les yeux sur nous-mdmes.
Le travail existed en Haiti sons de
nombreuses former, on pouriait dire
Ious toutes formes. Je dis le travail, el
non les travailleurs, et c'est justement
i harmoniser les godts, I'dducation et
aussi I'int6r6t de chacun a tant de fonc-
tions videos que tend notre champagne
ociale. Tout cela tient incontestable-
sent la transformabilitd de notre sol ;
on pout y batir, on peut y planter, on
peut y creuser. Cette circonstance qu'u-
ne seule culture ni qu'une seule indus-
trie ne nous est impose ouvre des pers-
pectives nombreuses A notre aclivite :
le plus souvent, c'est i'activitd qui fait
d6faut.
Lorsqu'une vertu ou une quality6 man-
que t una soci6t6, elle doit se pr6oc-
cuper de I'acqudrir, si UOrtout, au sur-
plus, catte quality ou oette vertu be
trouve absolummet ndeMsaireaa progr6s
social. Cotte operation est I'muvre de
rtdatcLtie qui est ains appoel6e re-
Mer dame le seaI des ndeeet sltdt so-
eiales les emrpramen ts 1' 6tat inn6.
Qu'on se le dise.
,Cependant le mAme temperament
'est pas uniform4ment impose par la
Mtuare aux deu sexes :il y des travaul
SsiO pluts, ~pecialement maaculins,
a pAip fhp IatmIt fdmnlinA,, et
tr s'an qui, oomme ertasnsgpla-


riels des grammairiens, appartiennent
aux deux genres : ils sont neutres.
Toute bone education feminine doit
tendr e preparer le sujet a pouvoir
border les tra'vaux de son sexe et aussi
ceux que leur caract6re de neutrality
peut autoriser son sexe A revendiquer.
On'peut ttre tout autant commisde ma-
gasin que cou:uriere ; on est tout au-
tant institutrice que I'homme; en gen6-
ral, et ainsi que le demandait le diane
prdlat que j'ai mis en avant au d6but
de cette etude, il fant ouvrir i I'activi-
t6 feminine toutes les carri6res, sauf la
politique.
Je sais bien que le fdminisme n'y
trouverait pas tout son compete, mais il
est de 1'essence meme des chose hu-
maines que I'on ne soit jamais compl6-
tement satisfait.
*


au point de vue special qui nous occu-
pe, il nous est permis de constater que
ia proportion entire les femmes refuses
pir l'btat matrimonial et cellesqni rtus-
sisseit a se marier, resterait encore
6norme, mtme le cas absolumenit ir-
rdalisable,- ou aucun home, sans en
excepter les pr~tre-, ne resteraient c.1i-
balaires ot ot ilsauraient incontinent ac-
ceple d'6tre embrigad6s dans Li sacra-
mentelle institution.
L'institution de la dot u'y peut vrai-
ment rien, puisqu'elle n'a pas aidd la
society francaiso A enrayer pour son
compete cet dtat de choses : autaitt vaii-
drait Alever une digue fragile et insuffi-
sante an courant qiu arrive et qii pas-
se avec I'impdtuosit des forces natu-
relies.
II V'en faudrait pas davantage pour
fire ressortir I'eireur fondamentale de
I'Mducation qui d'urne favon exclusive


Gnedralement, I'on tend A 6duquer la ou meme pai predominance, se propose
emme darni lesens exclusif de ses fonc. d'ilever nos jeunes lilies en vue de leurs
lions menageres, en raison de son icle futures devoirs de matetnitk. Gette aber-
6ventuel de chef int6rieur de la famille; ration. eat du genre de celle que djejA
on perd ainsi trop souvent de vue nous commettons, I'dgard de l no jeu-
vous allez voir que j'ai l'air d'exag6- nes gens, en les saturant de hautes etu-
rer que la majority, et I'immense des qui, en definitive, ne prolitent qu'a
majority, la gdndralite des femmes ne une trA intime minoritA, tout en ayant
se maiient pas. Elles courent toutes l'extreme inconvenient de ne pas obt~ir
avec frdnesie aprqes le maria de leurs rd- aux ndcessit6s sociales et d'etle m6mne
ves, A def.aut de celui-la, elles accep- nuisibles au progress de la soci6ttd.
tent le maria quelconque qui se presen- Nous gallons voir en quoi se trove
te; elles voient avec effroi l'asnn6e se tre inconsciemement n visible a ce
succ6der i l'annwe et elles font positi- mmeme progr6s social I'education feminii-
vement tout ce qu'il y a A fair pour nene qui tend, d'une fa;on pr6dominantte,
pas rester vieilles files. Malgr6 toutes A fare de la femme un Atre seulement
ces bonnes dispositions, rien n'y fait, ou surtout propre au marriage.
et c'est invariablement i une infime mi-
norite u'il appartient, comme par pri-
tilge d election, de gouter l'tat ma-
trimonial.
Et cot dtat de chose n'est pas haltien :
il est universe, et il est aggrav_ par ceital St-Ale
fait important que lapopulation fmini- Hopital St-Aexis
neest de beaucoup la plus considerable, De I'avis de tous ceux qui ont connu
sous quelque latitude qu'on veuille le l'h6pital militaire, il y a une vingtaine
vdrifler. Un group de femmes d'Albe, d'ann&es, ce t tablissement offre aujour-
rapporte la lgende ou l'histoire, fut d'hei un aspect vraiment reconfortant. Ce
employed a peupler Rome A l''poque pri- n'est plus le cauchemar des soldats malades
mitive ou elle ne c .muptait que des hom- qu'on acheminait parfois A coups de ba-
mes come population : or, pa.r la sui- ton. C'est apr&s un minqtieux examen
te et quell quo soit la quanti d de Ro- ou'on leur d6livre maintenant leurs canes
mains d6uombre par Lbistoire, cell d'eatre. En effect, la plupart, dans le but,
dem Romaines fut de beauoop plus con -'soic de se. oustraire s service, soit de goO-
idr man f I ter quelqes douco hears de qaiCude, se
II ot Crtan qu Ir nature et plus 6dw t c w fot maldes afiA 'r hos
prodlOir en folia. q4'!0 bommurn.1,t, pAlis.


C'est tine bonne note pour le personnel
adnainistratif de cet etablissement et le Per-
sonnel de I'Ecole de MWdecine qui out
compris, au moment surtout on le vend-
rable soldat qui prdside A nos destinees de-
mande chacun d'apporter sa petite pierre
A I'ceuvre de reorganisation qu'il elabore
depuis son avenement au pouvoir, la ne-
cessitt plus qu'urgente, de pousser dJfini-
tivement I'h6pital militaire dcans la voie du
Progres. Le 'grand peu realise ne constitute
certes pas l'idal, mais lorsque le Gouver-
nement, en pirsence de tant de bonnes
dispositions, aura, selon les'disponibilitbsdu
tr6sor, construit soit en mur, soit en fer,
les deux principaux batiments qui forment
l'hopital St-Alexis, en cc moment IA, ces
inftuigables lutteurs, fiers d'avoir donn6 le
premier coup de pioche. verront avec un
plaisir immense, la rdalisation du reve ca-
resst depuis laps de temps.
En attendant, rendons justice A I'hono-
rable Dr I. E. Jeantv qui, depuis dix ans
bientot, s'enchalne, pour ainsi dire, avec
une constance qui tient du prodige, A met-
tre cet etablissement hospitalier sur un pied
digne de attention publique. Aussi est-ce
pour encourager et lui et tous ses collabora-
teurs que tous les parrains et marraines
choisis a l'occasion du bapteme du coquet
edifice qui vient d'y etre ~lvc, ont repondu
A l'appel du Comitte d'organisation de la
fete.
Rappelons que la cer6monie aura lieu le
Dimanche 8 DMcembre 1907, A 8 heures
prd:ises du martin, A 'h6pital St-Alexis.
RENSE IGNE IENTS
M1ETO ROLOGIQUES

Ob ex*rvatoire
DU
SIMI AIRED COLLEGE St-MARTIAL


Baromilre miwd
rmprt minimum
re D ~r t maxmu


763-3
20,1
31.2


Moyenne diurne de la temperature 25,.
femps clair le mating, l1gerement nua-
geux I'apres-midi.
Direction des nuages infCrieurs S. E.,
des nuages supirieurs W.S.W.
Baromktre en hauss rapid, r millime-
tre en deux jours.
L.egre agitation sismique pennant la
noit. R. BALTNWMCK


S .- I


---- --- a-- m


206


FORT-AUu-PRINCB (n&Mn)







Tribunal Civil
,Audience du Cardi 3 Dicembi


re 1907.


Le Tribunal hier sous la presideqce du
luge Doyen A. St-Rome a prononc6 les
jugements suivants :
v1 Entre Mme Ve Moldus Germain ct
le sieur Ninus Bance ;
2 Entre LUon Liautaud et Paul Derc-
noncourt.
Nouvelle composition sous la prssidence
duJuge Doyen D. Maignan qui prononce
les jugements suivaints :
I" Entre Josenil Joseph et Vald'rine Hcc-
tol 2 entire les consorts Crispin ct Mr Ar-
mand MWrion, 3 entire le sieur J. L. de
Piccioto et la dame Vve Pacrs.
Puis le siege est level en signe de dcuil
A cause de la mort de Mr A. Andre, Juge
au Tribunal de Cassation.
Tribunal crirninel
:~Cardi 3 1 'icotbre 1907
La session criminelle a 6td close hicr au
soir, par I'acquittement du nomimd Michel
Benjamin, pr6venu de viol sur la mineu-
re CUlimene.
Me Rodolphe Barreau itait au banc de la
defense et le siege du Parquet occupy par
le substitute Thibault.
Les juries out pris congi apr:s un magis-
tral discours du Doyen Nau.
Contre l'6criture penchee
Un grani nombre de parents et de mem-
bres dtc 'L'::iversite mencnt actuellement
une camp.igne centre l'&criture pench6e ou
anglaise qui, exigeant une position dit corps
incline centendre la deviation de la taille et
la myopic. L 'cnfant A qui l'on commence A
enseignl-r l'eKriture a la vue bonne et le
corps droit, mais peu a: peu, l'omoplate et
la colonne vertebrale se dtfor-nent. C'est
pourquoi nous vovons tant dc jcunes gens
qui ont le dos round et qui portent des lor-
gnons.
Arrivage
Ce martin est entrt le sis Sotia avec
les passagers saivants venant de :
Kingstn : J. Ludereze, E. L. Benjamin,
Wifes et 2 enfants.
Jirimie : Dr L. Hudicourt, Charles Vor-
be, DWput6 Dcgraff, Dr Gaveau, F. Ro-
court, G. Bernard, J. C. Mansour, Soeurs
des Anges et Ste Jeanne.
Fermeture de la malle
Les dep&ches pour Petit-Golve, MiragoAne
St Marc, Gonaives, Port-de-Paix, St-Tho-
mas et l'Europe par le sis a SCOTIA se-
ront ferm6s cc soir a 4 heures pr6cises.
Port-au-Prince, le 4 D6cembre 1907
-- -- --


L'afltaire
DES


GContre -BOn

Un nouveau Rapport du Commis-
saire Th. Lalontant.- Situation de la
Banque.- Sa responsaoilit6.

LA journal offficiel vient de ptblier un
Rapport de M. Lafontant, commissaire sp&
cial du Gouverneneent pros la Banque. Ce
Rapport denonce un nouveau fait. d'une
grande importance demontrant l'incurie
et la mauvaise foi de cet etablissement de
credit.
Nous reproduisons cette pi&ce inxtenso.


Port-au-Prince, le 26 Novembre 1907
CORRESPONDANCE SUPjRIEURE.
No. 78.
LE COMMISSAIRE SPECIAL DU, GOUVERNEMlIT
PRiS LA BANQUET NATIWALE f DAiTl
JAu Secr~taire dEtat ds Finanes et dO
Commerce.
Monsieur le Secretaire d'Etat,
Je croyais pouvoir aujourd'hoi: avec un
dernier 6tat. clore la longne serie des con-
tre-Bons dejA pays ou annul6s que la Ban-
quc par incurie, laissait toujours au d6bit
de la R.publique. Mais, voila qu'arrivi au
contre-Bon N". 2779, emis en faveur du
Departement de la Guerre, pout solde de
la ration du mois de Ddcembre 1903, je me
suis trouv6 en prdscnce d'un fait d'une ccr-
taine gravity sur lequel je crois ban d'atti-
rer votre attention spIcialc ; je lui consacre
done entierement le present rapport.
Le 3 Decemnbre I903, Monsieur C. Bi-
jou, Secr6:aire d'Elta dis IFinances, envoya
A la Banque Nationale la dpeche No. 407
cl-apres :
Port-au-Prince, le 3 Dceimbre 1903, an
roo' de l'inddpendauce.
LE SECIfRTAIRE D'ETAT
Au DiPARTiEMFT DI S FINANCES ET DC
COMMERCE
..u Directcur te la 'Banque Nationale d'lHaiti
Monsieur le Directeur,
Je vous rCemets sous ce covert les man-
dats suivants : ( Guerre et Marine. )
Suit la listed des MCandats s'levant /ala som-
Mtc dc, 'P. i6.oj0.yj. "'" 113 136.

Veuillez delivrer au Paycur de la Guerre
et de la Marine dcs cheques sur les succur-
sales de la Banque 6tablics dans les villes
ci-apres designCes pour la ration ordinatre
et extraordinaire des troupes, des arsenaux,


des ports et des h6pitaux dans lsI
segments financiers suivants pour
ne du 6 au 13 Dtcembre 1903 :


Cap-Haitien P.
Caves .. .. .
Jacmel .....
Saint-Marc . .
MiragoAne . .
Petit-Gove. .
Aquin .. .....


Dififirence.


2.216,89
303
636
502,90
132,64
127,07
95,75


arrondis-
la semai-


0


P. 4.o14,25
. 12.042,66


Vous voudrez bien delivrer un contre-
Bon en faveur du D6partement de Guerre
et de la Marine pour la difference, soit
Douze mille quarante-deux gourdes, soi-
xante-six centimes.
Meilleurs compliments.
CAJUSTE BIJOU.
A ce moment 1'affaire de la Consolida-
tion dtierree a la Justice etait A l'instruction
le pays etait en pleine crise morale et les
ennenis du Gouvernement escomptaient
dejA sa chute future. La Banque Nationale
d'llaiti faisant notre service de Trdsorrie,
sans ,gard aux difficulties de l'heure, ob6is-
sant a des mobiles secrets, retusa d'execu-
ter l'ordre ci-dessus du D6partement des
Finances sous prc6tete qu'elle n'avait point
de fonds pour r'Etat.
C'est alors que Monsieur Bijou fit appel
au concours de la maison C. Lyon Hall &
Co. en rappport d'affaire avec le Gouverne-
ment et lui demand de payer la valeur re-
fusee par la Banque. Contre un requ de
G. 4.014,25, MM. G. Lyon Hall & Co.
verserent au payeur de la Guerre la ration
de la semaine du 6 au 13 Decembre 19o3.
En r6gularisation de cette valeur de G.
4.oz4,25 payee sur recu, le D6partement
des Finances expidia i la Banque par d6-
ptche N. 929 du 7 D6cembre 19o0 (la


dpc&be porte par erreur la date du 7 No-
vembre ) les mandates Nos. tT3 A 136 rnis
pour ration du mois de Dcembre 1903 des
troupes des arrondissements du Cap-Hai-
tien, Cayes, Jacmel, St-Marc, Miragoane,
Petit-Goave et Aqu4p, soit 16.o56,91.
Cette rtgularisation 4bna lieu atl'emission
pour solde d'un contre-Bon No. 2779 de
G. 12.042, 66.
Mais l'attitude hostile de la Banque 6tait
toujours la m4eme et pour payer la ration
de la semaine du 13 ou 20 Decembre, soit
G. 5.173,50 le D6partement dut encore
recourir aux bons offices d'une autre mai-
son de la place : Mrs. Czaykowsky & Co.
En rctour~;de cette advance et d'autres va-
leurs oversees pour motifs divers. le Secr&
taire d'Etat des Finances par sa depeche au
No. 985 du 18 Ddcembre 1903, invita la
Banque ALdmettre enfaveur de C. Czaykows-
ky & Co. des bons compensables centre re-
mise des effects acquittis par ces Messieurs.
Enfin le Departement des Finances au
inoyen des fonds en dipot dans ses coffres,
acquittal le solde de la ration pour le mois
de D&cembre 1903.
II resort done de ce qui precede que la
ration du mois de D&cembre 1903 pour les
villes indiqubes ci-dessus fut payee comme
suit :
Sur kls mandates Nos. 113 A 136 montant
S . . .... ..... G. 16.056.91
M.M. C. Lyon Hall& Co ont pay6 4.014,25

et la Banque emit pour solde un contre-
Bon No. 2779 de .. ....G. 12.042,66
MM. C. Czaykowsky & Co ont payd sur
recu suivant o dre du Secretaire
d'rtat....... .. G. 5.173,50
et le Departement avcc
ses propresfonds G. 6.869,16
G. 12.042.66
Vint le momentde regulariscr A la Banque
la situation du contre-Bon No. 2779, lequel
nous venons de le voir, etait zntiretnent
sold par le Gouvernement. Par suite
d'une erreur du Bureau du Controle de la
Banque au Departement des Finances, qui
avait sans doute oubliddans quelles conditions
speciales s'etait operd 'acquittement du
contre-Bon No. 2779, M. Constant Gentil,
Secretaire d'Etat des Finances. ecrivit A la
Banque la lettre suivante :
Port-au-Prince, le 13 Fevrier 1905, an
io2eme de 1'Ind6pendance
SECTION DU CONTR6LE
DE LA BANQUET
No. 83.
LE SECRETAIRE D'ETAT AU DiPA;LTEMENT
DES FINANCES ET DU COMMERCE.
.Au 'Directeur dela Banque N.,a!onale dHaiti
Monsieur le Directeur,
En regularisation d'autant ayd sur resu
du payeur au Dipartement de la Guerre,
je vous remets sous ce couvert le
contre-Bon au No. 2779, montant de la
ration ordinaire des troupes des arrondisse-
ments financiers du Cap-Haitien, Jacmel,
Saint-Marc, Miragoane, Petit-GoAve, et
Aquin pour les semaines du 13 a 20o, 20
au 27, u 27 au 31 Dcembre 19o3 s'elevant
A la some de Douze mille quarante deux
gourdes, soixante six centimes G. 12.042,66.
SVeuillez passer 6critures en conformity et
remettre au payeur les reCus qu'ils vous
avait souscrits.
Meilleurs compliments.
L. C. GENTIL.
Cette depeche soumise d'abord au Com-
missariat qui lavisa sans remarquer l'erreur
qail vous signal aujourd'hai parvint A la
Banque.
Que fit cet Etablissement ? Ayant cons-
tact que routes les pieces n6cessaires a la
r6gularisation ne se trouvaient pas entire
ses mains, qu'elle ne ddtenait que le wol


requ de G. 5.173,50 payy par C.Cayrows.
ky & Co pour la ration de la seumine du
13 au 20 Ddcembre 1903, elle aurait do
aviser par lettre le Secrtaire d'Etat des Fi-
nances qu'il lui ntait impossible d'excuter
ses instructions et d6duire les motifs de
son empchement.
Telle ne tut pas la conduite suivie par
la Banque. Elle aima mieux garder un si.
lence incomprehensible et pendant prs de
trois ans, jusqu'A ce jour, reste en posses-
sion du contre-Bon sans l'annuler, bien en-
tendu. C'est ainsi que le contre-Bon No.
2779 figure encore dans les lives de la
Banque et est port dans le dernier 6tat de
la Dette flottante fournie par celle-ci an
Commissariat, pour la some de G. 12.
042,66 alors que cet Etablissement a ete
officiellement avis6 que I'effet etait nul par
suite de pavement.
Quelle aurait te la responsabilit6 de la
Banque si un employee malhonnrte avait
soustrait le contre-Bon de ses archives et
avec la complicity d'un payeur infidele, l'a-
vais rmnis en circulation ?
Une fois de plus, Monsieur le Secretaire
d'Etat, la Banque se trouve dans une pos-
ture qui n'est pas pour amnliorer sa situa-
tion dans I'opinion publique et qui atteste
la desinvolture et la mauvaise foi avec les-
quelles elle traitait les int&erts du Pays.
Enfin je n'ai plus qu'A vous dire que le
montant du contre-Bon No 2779 en ques-
tion, ajout6 au chiffre de ceux accuses par
mes precedents rapports, portent jusqu ici
la valeur a deduire de la Dette flottantede
P. or 121.944,41 et G. 545.084.48.
,Agrez, Monsieur le Secretaire d'Etat,
I'assurance de mes meilcurs sentiments.
TH'ioa.is LAFONTANT

Catastrophe Maritime

HALIFAX 2 -- Le paquebot Mount
Temple r appartcnant au Canadian Pacific
Railway s'est jett. A la c6te A Ironboun-
dlodge A 1'embouchure de la Have. On le
consider comine totalement perdu; le san-
vetage de ses six cents passagers et de son
equipage est opere au moyen des embarca-
tions du board.

Un ballon fugitif

PARIS 2.- Au minister de la guerre on
est d'avis que le ballon aperqu hier aprhs
midi sur les c6tes d'lrlandes est bien lI
SPatrie '. On le consider come dfiai-
vement perdu ; les abronautes croieat
qu'il tombera probablement dans le canal
du Nord.
Le ministry de la guerre fait proc6de
A une enquete pour 6tablir les causes de
I'accident ; i est parfaitement dtabli que
personnel n'a etC enlevC par le a Patrie .
On attribue l'ascension rapid du billon
fugi'if A son manque de lest, celui-ci avait
6te pr&cipitc en dehors de la nacelle par It
movement de roulis que It vent imptr
mait a I'aorostat pendant que Ies soldats l
maintenaient. ,
Enlev6s par les bonds que faisait le
a Patrie quelques-uns de ces troup
ne IAcherent prise qu'en constatant quil
allaient etre irr.sistiblement Cnlev6s"


laibunrg AeriiencLHE

Le steamer SoOTI partita C
soir pour Petit Gootve, lMirgoaoe S
Marc, Gonalves, Port-de-paix, l
Haltien, Puerto-Plata, StLThoma

1 p'E rt-a Prince D6cembre
G. &KITBL *, AQr


I






Derniere here iAcure a l'snran


ROME. Le Giornale d'Italia dit qu'en
prison de la crise financi&re americaine,
00.0oo0 italiens qui avaient intention d'e -
migrer anx Etats-Unis resteront en Italie; i
ot nombre ii faut en ajouter 200oo.00o rd-
egmment revenues d'Ambrique.
LONDRES 2. Le capita;ne du Daily
Mal a Rio de Janeiro envoie de.. detail s
ar la capture d'une bande de flibus;Lers
don't le but 6tait de renverser le gouverne-
ment dcl'Etit de Minasgeraes. Leur chef, un
mmenm Sebastian Magali avait sous ses or-
bAs des ariglais, des canaliens et des ame-
ricains ; ii avait reussi A se procurer des
subsides que l'on dit s'clever 00ooooo dol-
lhrs i Londres et A New-York.
VLADIVOSTOCK 2.--le conseil de guerre
charge du procis des marines et des soldats
qui ont pris part aux r6ccntes mutineries
a rendu son verdict aujourd'hui.Vingt et uu
des mui'ns ont6td condamn6s A mort. tren-
tequatre aux travaux forces et cenl qua-
ante divers terms de prison. Seule'nent
cinp d';atre eux out etd acquittas.

Priere d'aviser l'administra-
tion de la moindre irr6gularit6
dans le service du aMATIN
afin qu'il y soit de suite r-eme-


.gotel 137e'ra

DL JEUNE( DU 4 I)1C':CEMB1R
MIDI A 2 HL'4tw-s
Beurce de Copenhag- e
Boudin sauce piquante
Cotelette de pore Bllevue
Filet Mignon salad
lIIicots verts sautes au beurre
H.iricots rouges en sauce
Petits pois au beurre
Riz blanc au lard
CEufs au lait
Caf6
Fruits
1/2 Vin
---
LA
Meilleure Farine
du Monde
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc et
leplus leger,
est la Pillsbury's Best de la
Pillsbur y Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Reprimtanl.

Francisco Desuse
Fabricant de chaussures
/
A I'avantage d'annoncer au public
et sa nombreuse clientele tant de la
apitale que de la Province, qu'il vient
de recevoir Il'occasion de la fin d'an-
D6e, une variety de peaux nouvelle-
ment arrivees ; savoir :
VIAU GLACIt, CRikME, DORe, CHAMPA-
GqE, I.EU, BEURRE FRAIS, VERT
SBOUTEILLE JAUNE. VIOLETTB, JAP
I PONCI, MAUVE, JAUNE D'OLIVB,
*IB, JAUNE S DU VIN ,, RoUGB, eta.
Lamaison a an assortment complete
PWr dames et enfants.
S vit o r et vow sre con as.


Cordonnerie
Clarck & Mercier
SOh vous aurez un travail garanti et
soignd, confection de tous genres a\ec
des nateriaux de premier cloix.
L'dtablissement se charge aussi de
faire prendre des measures A domicile.
150, GRAND'RUE, 150.
PORT-AU-PaIN C.

Cordonnerie Nouvelle
G. B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE 143
GRAND ASSORTMENT DE CHAUSSURES
DE TOUS GENRES EN DEPOT, POUR LA
VENTE EN GROS ET DETAIL.


Execution prompted
commander, tant ici
l'interieur.


des
qu'A


Confection des chaussures avec les
meilleurs soins. Toujours formes
di6gantes tant A hooine qu'A femme.
Las dernieres creations de
Paris I
Pates, LiquiJes, Cirages pour chaus-
sures do toutes nuances.
Con, nmttion de veate convenables.


L i-C ra Oilx ox-i e rn t

A L'ELEGANOCE
D. FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la con naissance du public.
particulierement de ses nombreux cli-
ents de la C6te et de la Capitale, que
I'tablissement a un stock incalcula-
ple de caussures pour hoinmme
femines et enfants, en tous genres.
et que, malgr6 l'offre de cinq pour cetu
sur l'achat en gros (50/0) fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'Btablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponmtuaite
42, Rue des Fronts-Forts, 42
PORT-AU-PRINC( (HAITI)

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirigee par

L. HODELIN
Anden ewsbre de la Socei Philan-
thropique des matres tailleurs de Paris
Vient de reoevoir un grand choix d'd-
toffee diagonal, carimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recom a an-
do particulirement a sa clientAle one
bele collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
touted beauty.
SpQialit6 de Costuazes de no-
cos.- Coupes Frangaise Anglaise et
Amdricaine de la dernie portecon.
La maison conaecnne ami ds Con-
tunm malitaireS habLte brodAs
dolmanr tuniquien, bits carm--
r* Oto eto, de tos gado..


Specialites pour Deuil:
Crepe,- Chales de cripe,-- Voile,
Etamine de soie, D'agonale, -


Drap Amazone, -


Serge, -


Armur e.


SCachemire, Frou-frou,-
Satin de Chine. Toile
National, Nansouck.-
Grenadine de soie,-
Couronnes Mortuaires, etc.,-


Proluits lygieniques pour la Tolletl


LA


fum. Elle conserve
centre le liAle, les


Siad ot c: it l' p idC el ic a u spiI 'l e llo
done une souplesse ett un ve-
louto incomparable en lin con-
nuniquant son d&licieux par-
I'dclat et la tfralteollu du tcinrt, car elle est souveraine
piqucres d'ii-sctes et les eruptions de la peau.


sans bismuth, invisible, adh6-
LA T' I rente, impalpable, prepar('e
I Uspcialement pour les person-
I-'mUMiines qui veulent avoir un teint
airdprcchable ; son parfum ddlicat, son velout6 ont contribud A faire d'elle,
la Favorite des Poud i'es de Toilette.
A base de Creme Simon,
LE plrpar selon les principes
ls plus scrupuleux de I'hygiene
possede A un certain degrd
toutes les qualities bienfaisinites et preservatrices de la Creme Simon ; il
est particuliBrenment recommended pour la Toilette des enfants et pourles,
dames don't la peau eat delicate.
Agence G6nerale et D6p6t pour Haiti
.A. la 1St >opoleo
MASONN JULES LAVILLE
93, Rue duv Magasin de I'Etat, 93


LA PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUE DRS MIRACLES, 88,
So recommande pour I'execution
prompted et exact des ordonnances a
n'importe qu'elle here du jour et-de
la nuit.
Xarogeies, Spciait-" phar-
lque7 extrmemenot frafhe.
Pare CONscaIMCIcsuX.


JHC6tel-tesmtaxxranrLt
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA.
SIN DE L'ETAT.)
Service bien organis6.- Repas
A la carte.- Cuisine ea ellente.
PROPaItTAIRE : JOSePH DISRIVIRE


CRIM IMC E4,OUGIR
POUGRE VEtOlUTER
SAVON otdm ____
I.11.W a, lMf9sIbeg 8lbgt-Xata. PA= 4dUeu 1e6 r mIt"taOSA
w w w R w w


- ~ j -- _3 -_1.-~_--~_


"" -I-
[ERE'


--
C

rw
--


4"W
,V










PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHAUSSURES COMME SUIT:


Chevreau glace; Boutonne et Lace pour Hommes et Dames
S* < a RecommandWe
Verni et couleurs: 1 Recommandde


POUR ENFANTS:


Tiere Zepiriln Bell


Fabricant
genres. Pour
fants.


. 0 0 6 0 0 .


de chaussures en tous
Hommes, Femmes et en-


Place de la Croix-des-Bossales.
SPICIALITk :
PANTOUFLESMULES


Imp.


C.


COULEURS.


10 ( Dix gdes)
10 (Dix gdes.)
12 (douze gdes)
6 six (gdes)


Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES m OALrrU ET FEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poaare puissantecontre d6mangeaisou
prurigo, sueur des pieds- La boite P. I
Sirop antiashmatique, remndeefficane
coutre les acces d'asthme et les toux
rcquentes le flacon ;P : 1. 50.
Consultations graluites :
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures du matin
par le Docteur. N. THioMAs.


MAGLOIRE


45, RUE Roux, 45
STLF.PHONE.

Journaux, brochures, billets de
marriage, cartes de fiancailles,
programmes, affiches, et tous
autres travaux de ville.
Billets d'enterrement et cares
de visit d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE
..

H RnS Tv BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINE.(IAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
stallaotion moden-r t onfortahi. r ue -sur la mer. -Tempdraiw
dmws e0 r4t LTrmwsa deMe, nt I'Hflet-BkdmI eetW7 l Mt7 Min
PROPRIMT SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PRO MENAADES--JARDIN8
SaW doe oePepo. -Pi.Eo.-Ot.Gropoi..
Sonneries lootriques


Table d'HotE


ifte ejwso, do uu8 i a 2 h"e,
de a 8h um dingON&


00150


TANNERIE CONTINENTAL
Port-Price
Port-au-Prince


OCULISTES!..


VERRES BLANCS, Bnuus, FUMik,
JAUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PARISCOPIQUES CONCAVES, PI-
RISCOPIQUES CONVEXIS.
Assortment completdes foyers
VERRES JAUNES, FnuMS, BLEUS,
BLANCS.


Plan et coquille
Sans foyers
Verres blanco cylindriquu,
et convexes.


concave


Assortiut d axes complete.
Chz A. DE MJATTEIS.

Chapeaux !

Chapeaux l
PAILLI DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ
JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qul vient aveo le
concourse d'an chapelier remarquable,
M. JAMS TESTAR, d'installer une
FABRIQOU !DI CHAPRAUX
PLACE GEFFRARD
SaBn de Cif eFe a Lom w
Plsetor I.et ewt po p too"@
Ile a*bowsm


I


---


I II -- _


I A. de latlis et Co.
38, Rue du Magasin de IEtat
Maison fond6e en 1888.
Bijouterie; Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumorie pour les goats les plus diffici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
d6licatesse p6n6trante qu'elle offre a see
client south de v6ritables petites mer-
veilles.
Les derni.res marques qai charment
Ie Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sourire f1ramye, rDfol., IdM
CyceIamem, Vkit, etc.
La mason a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spicialitis: bagues francaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et francaises sur com-
mande, Service d'argenterie comp!et
pour marriages.
Tous les articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres prdcieu-
ses et vieille bijouterie a des pnx avan-
tageux. Dernier cri : Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbies-poste d'Haiti, la Maison Mat-
t6is envoie franc de port sous pli recom-
mandd dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions des
Dnecturs ou instructions des acheteurs.

Panamas !..
Elegants, solides, recus par le stea-
mer francais.
Stock assorti et merveilleux.
ACCOUREZ
Chez Me Leonide Solages.
22. Rue des Fronts-Forts, 22.
i Mom


--- ---. -


A vendre
Recueil d Cantiques d Noel
Suivi de Neuvaine pour homorer I
Naissance de J6sus, et des patiques
de devotion pour la Quarantaine
(24 D4cembre an 2 F4vrler )
Prix: P. 1.57 franco.
A LA LIBRARIES A LA MUSes ,
J. J. M. MANIGAT.- Cap-Hatien.

Fabrique de chapeaux
La Fabrique de chapeaux, instat
'Ecole des Arts et UMtiers; aceanie
meant Maison Centrale, sons la rai"ao
social de Vve P. Benoit et J. C. Gal.
teau a I'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son d4p6t un boo
stock de chapeaux de paille suprieurs
pouvant satisfaire les goilts les plus
difficiles ; malgr6 ces avantages elle
met ses chapeaux en vente & un prix
modique detiant toute concurrence.
La fabrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne B Port-au-Prince et ce avec le
concours d'ouvrifres venues expres-
sement de 1'Etranger.
La fabrique repare aussi toute sort
de chapeaux. Bon march exception-
nel.

PHOTOGRAPHIC

J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120
Travaux soignes de toutes sorts
et de toutes dimensions
Reproductions et agrandissements
( Prix moderds )
Cartes Mignonnottes :
SEULEMENT PAR DOUZAINE P.5.
NOUVEAUTIS : Papier Platino ( nou-
veau genre )
PHOTO-SOIE perfec-
tectionnee ( diverses-
teintes.) Dernier i.
N. B.-- L4 Photo soie peut s.rvir &
de charmantes applications de la pho-
tographie:
Sachets, Evenlail, Pelotes- Diusa
de boites,- Ouvrages de dames, ek.
VENEZ VOIR I

Francisco DESUSE
Fabricant de chaUSsurr
La Manufacture a toujour en
p6t un grand stock,- pour la ve
en gross et d4tall,- de chasuurM *
tons eaores pour
HoMMES, FU MIX, ExPANTr
Les commands des ooanfag
do l'int6rieur pourront 6tre oU
dans une semainae pea pr6.
2S, rue des Fronts-Forts, 8
PoAT-AP-paUcC ( uKAn)

LA BEVXT
( ANCIaNNX RVUe Das Rav, )
Bi-Meunal
o ABONNEMBNTS :
PAR A.l, PAR
Haiti. ,.. 28 fr aa, i frM
AS abonnements sent agos -m
lea baream duo Mai tl asM a
pour la R64pubUqe u tsal. ,