<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00203
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 3, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00203

Full Text


1" ANNEE, No 205


MARDI, 3 DECEMBRE 1907.


IIIl


J


j


6- U


QUOTIDIEN


ABONNEEKNTS :

PAR MOIS Une Gourde DAVANC]E

DIPARTBMEWvrQ & ETRA24 QA;
irtai do poste arnut.


DZBcrtEUr:

Cfl6ezaxt NMeagiacxe,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUN ROUX, 45.


LE NUMGiO 10 CEN7T IM S.

IUes aboneernsnt partcnt du r n. e- U:1 Sde clqoe
mois et &out payzbles d'avrr.ze
Loe sn maJucrits lnsarba ou nomL rusout pax rs is.


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue RPou ou Eonne-Foi.


La Femm e Hallienne

LES MILIEUX ET LES FEMMES

Je ne vous ai pas p:trlke encore de la
femme esquimaude'!- Elle cuimule, ilans
son milieu social, les fonction-i de fabri-
bricant et de transporteur, c'est-al-dire
qu'elle a, comme la femme dlans les fa-
milies pastorales et comme celle de la
famille arabe, le lot des plus lourdes be-
sognes.
Nous avons ddja vu qu'il en est uni-
formement ainsi dans toutes l.s socie-
t6s A constitution patriarcale: les hom-
mes trouvent le moyen de se charger
de la parties la plus attrayante (I tra-
vail en abandonnant a leurs compagnes,
Jui sont presque toujours leurs doiness
taques, la parties accablante et ennuveuse.
Dats les societis pastorales des step-
pes, par example, I'homme monte A
cheval pour fair la garden du troupeau
et rallier les betes tgar es, et lors lue is
troupeau est en paix et que les betes
n'ont pas besoin d'dtre rallies, il se
content de rester assis ou tid liner;
tout le reste de la tachle income A la
femme : c'est elle qui doit traire les ju-
ments, preparer A manger, confection-
nor les vetements et les tentes,etc Dans
la famille arabe, nous avons dj.i vu
que le sort de la femme se confond
avec celui des domestiques et des es-
claves.
;'est pourquoi I'Esqui'naude se uoit,
alle aussi, si mal partagde: a dtfaut de
Narchands pour procurer 6 cette peu-
pdde les objets ndcessaires, c'edt la
"mne qui Ils fabrique, depuis les vd-
lements de peaux jusqu'aux aiguilles en
fo n4cessaires pour les confectionner
e'st pourquoi elle est tenue d'etre fa-
bricant. A ddfaut d'animaux pour ef-
teer les transports le seul animal do-
mestique des Esquimaux est le chien,
cest encore la femme qui fait l'oftice
e Iransporteur. L'homme se content
eclusivement de chasser et de pchler,
t encore ne fait-il que I'essentiel de
I beaognes et I'animal une fois at-
tal-, c'est A la femme qu'il appar-
I de le ramener et de s'en empa-
a4 de sorte que non-eaement eile a
a1 tnut sp6ciaux et qui sont lIe plus


lourds, mais encore elle assisted l'hom-
me dans ses occupations i lui.
C'est celle utility universelle de la
feriine esquimaude qui a engendrd chez
les esqnimaux la polygamie que nous
avons vue dgalement fleurir dans une
autre soci6et celle du Soudan et du
Nil oh la multiplicity des femmes est
necessaire A la bonne et prompted exp&-
dition des travaux.

Le lecteur peut atre tentl de se' de-
mander pourquoi, dans ce coup d'oeil
jete sur la situation de la femme dans
des milieux qui different sensiblement
par leur constitution, j'ai fait seulement
detiler devant ses yeux les femines et
les inilieux caractdris6s par leur etat
manifestement arri6er, etat qui est tel
depuis les origins de e:essocitsel et qui
ne paralt pas devoir se modifier dans le
sens du progrts et de la civilization.
Ces societds sout, en etfet, enfer-
mrdes dansleur cadre d'une f.,on detini-
tive et c'est ce qui fait que la science
social les ddsigne sous le nom singu-
lidrement propre de A types sans his-
toire a. Cette categories comprend les
types tartare-mongol, lapon-esquimau,
peai-rouge, indien et negre.
J'ai do, il est vrai, jeter en passant
un coup d'oeil sur le type ar..be qui ou-
vre la serie des societds compliquies,
mais j'y ai et. bien forc6 par celte con-
sideration que les mceurs sociales du
Touareg touchant de trop pros a ce qui
interesse cette parties du continent afri-
cain qui est la grande pourvoyeuse des
marchls d'esciave-, pour que nous ine
fussions pas tents en parlant de la
marchanJise, de dire un mot de I'ache-
teur.
En notant plus haut que la science
socialerange le type n6greau nombre de
ceux qui ne peuvent pas se mouvoir
dans le cadre social dans lequel le ha-
sard des migrations les a fait entrer, je
price le lecteur hailien, qui touche de si
d' 41 nI ^^ dr er i a'il 'a it


re de travail et c'est celui-ci qui donne
A la socidte sa forme et qui assigne A la
femme sa situation.
D&s lors, ii m'a Etd particulierement
facile d'as!eoii ma dmonstrationsur des
socidtt6s oI le lieu ne perinet pas de
diversified le travail.
C'est d'ailleurs celte iinpoi I nte con-
sideration qui a faith p:trlager, p:ir la
science social, let soci6ths en so iedls
simple et en socidtds compliqudes selon
qu'elles se trouvent sur sols primi ifs et
intransformables ou sur sols transforms
par le travail. Edmond Demolins, s'ins-
pirant des observations primordiales ide
Le Play, le dt6init comme suit :
a Socidt/s simples,-- orga:isation so-
ciale dans laquelle les families fonldent
pripcipalemeiit leur subsisltnce sur
I'exploilation des productions spoirta-
ndes du sol ou des eaux.
Societis compliqud.s, cells dans
lesquelles les pro luc:lions spontanees ne
suffisant plus ai I'existence des families,
celles-ci sont oblig8es, pour olblenir
une production plus abonlante, ide
transf.ormer le sol.
Les observations sociale, tout en
6tant 'galemoint vraies pour les leux
genres de societts, sotl manifiestement
plus apparentes quandelloss'appliqucnt
aux societds simples, tout comme.-
pour rendre ma proposition sensible
par une comparison, le fonction-
nement et les diffTreetes parlies d'unet
machine s'observent mieux dans un
mecanisme simple quedansun mdcanis-
me compliqud.
Les societed simples sont ainsi, pour
la science social, < ce que sont les
corps simple en chimie, les terrains,
primitifs en gologie, les zoophites et
les mollusques en histoire naturelle.
On y ssisit plus facilement, et pour
ainsi dire dans I'ceuf, le point de d6-
partdes complications qu i se dveloppAnt
plans d'autres types sociaux. On suit la
march naturelle : on va du simple au
compos6. a f


press a t LypeJU et cVunsIaI. q?-11 3 i I
,de ce type en tant que soumis a ses in- *
iluences locales natives. Avant de consider ma d6monstra-
Tout cet expose tend d'ailleurs A dd- tion comm. complete, je vais proluire
montrer que la femme eat absolument un deuxieane example celui de Il.
sous !a dependance de son milieu so- femme Touareg en est le premier -
cial, et aussi que la constitution de ce du regime du matriarcat. c'est-a-dire
milieu est elle-mUme sous la d6pendan- de pr dominance de la femme dans la
ce des circonstances de lieu. Ce sont, en famille, et 0e puise ce nouveau trait
ffet, ce circonstances quicr6entle gen- dans un milieu bion 6loign de I'Arable:


dans l'organisation soci:le :I'nne cafe-
gorie d'indiens 'In contti-net amari-
c itn.
Lors que le4s thi n,'imi -ai ll4 e- stelpple
asiatiques etrenl t franclii le *I: 'roit eI
liehring poiurtrav(crser dans I'Anriqluie
et que 1e; ld a ton circulipolaiie a-
iericaine ils eelent vonlu pIndtlrer
plus au fond l d Nouveau-Mondle pour
occuper les sols vacants, ils oiit en le
choix entire trois routes dilTrentes qui
sont.; au s.d, celloe des Sa\aines ; ait
suii-ouest, cele de Mon t,'~aes-lt ,-
clieuses ; et au; suil-est celle iles I:ics.
J'ai deji e u, dins tle Matin, l'oc'-.sioni
d'observer I 'org ,ni.:tion si;alo Ie :eiux
ties migrants luii o0:t sniivi les denx
premieres de cPs roultst; coIlx qni out
suivi la troisi6t ne, .lui e.t ((-lie miles Lacs,
ont cred precislnment celle orga:tnisationt
social qui donnfe naissance ;in re girme
du matriarcat. d'aplrs le mIne uIc;,-
nisme qui a proIl;iit ce r'giiue d: (ins la
fimille arabe. Dains colle-e'i, le mn;ri
etant toujours au 'lelors en train de
fire l commerce ou de liver l1 guer-
re pour la monopolisation dle la voice
coimmerciale, la lemme est obligee de
garler la mason oil elle se livre aux
ti.,v.tUx d(e metage, A Ia culture et A
I'art pastoral.
Pour ne pas rester dants l'isolement,
elle est ainsi po'rtte waturellement A:
s'attacher A 3a propre famille, et c'est
cet attachment ui cree, ,i'une favon
toute naturelle, le icgime matriarcal,
dans lequel la descendance s'6tablit ex-
:lusivement par les femmes.
Or, cdiez les Infliens dlont nous par-
otls, la minme organisation familial
existe : le mari est continuellement al-
sent, absorbed par la ehasse ou la guer-
e ; etla femme, entrainde par les ha-
bitudes sedentaites, est ol)lig,;e ide s'at-
ucher A sa famille. Cette mreme orga-
uisation cr6e le meme r6sultat : le r6-
gime tnatriarcal.
Ces constances des fails et ces reper-
-ussions sont singulieiement faites pour
ortitiet une science et pour accredtiter
'exactitude tigoureuse e ses Ionnries.
En ce qui concern I'objet de cell
etude, voici, au meme litre, des consi-
lerations liii edifieroitt pleinernent suir
a dlpenidatce dIte Ia situation lfimi-
aiine vis-A-vis de I'organisation social
r'dultant elle-mnane du lieu et du tra-
vail.
La polygamie, la monogamie ou la po-


----YL-- --- --- -e --- -. ---- ~--TI-C~----- ---' -`-^-?~


- --


-- ---- C -L -----


PORIT-AU-PRINCE (WTI)n









yallaJ IDIIIIII 1

RENSEIGN EMENTS
MPTEZOROLOGIQUES

4C:b s exv- at oir e
Du
SIEINAIRE COLLEGE St-NARTIAL

DIMN~NCHE ler DWCEMBRE


Baromit:e a rr.idi
*n 'minimum
Temp Urature nimum
emaimma


762 3
2I1o2
31097


Moyennc diurne de la temperature, 261,3
Temps clairtoute la journey, couvert la
nuit.
Petite pluic A 9 h. o m, 2.
Eclais au N.W pendant la nuit.
Le barometre est en hausse.
Mouvements sismiques asstz ncinbreux
depuis deux jours, mais de tres fiible inten
site.
Ecart angulaire du pendule : ",5 au
maximum.
Citons pour Sa journey du diimanche Ixh.
du martin, 5 i., 8 h. tt 9 h. du soir et ih.
ce martin 2 DIcembre.
R. BALTENWECK
L;gne Hollandaise
Le stcanmer 'Piins 'Der 'X.-jdrlandt'n est
entr, hicir venantde Saint-Marc avecles pas-
sagers .uivants :
FdnmoiId lLilly, Arnand Gabriel, La-
broussc, MN lie Marie Beauvois, Joseph Chl-
rubin, Chdry Etienne, Mine Vve G'tard
Germain, Edouard Viau, Antoine Nonez.
V. Icart, aphcl Choudra Mmie L. Servi-
nant, Mme Mirabeau Ethdart, Mnfe Lo-
rent, Mme Lucina.
I1 est reparti avec les passagers suivants
pour :
Cayes : Le general Marcius Delsoin et son
planton, Benjamin Blaise, Mme Sa'ia Jean,
1. Silvera, Le gnuiral Petion Pereira, Elie
Shama, Mme Point de Jour Joseph. Melle
Ultimne Labrollard, M. M. Appolon, D.
Lherisson, L. Fleurantin, Mine Carida et
enfant, Melle Cldonora Yacinthe, Mine La-
mercie Morange, Beshara Gantous, Mme
Antoine Matard et bdbd.
Curacao.- Emile Nelson.
Jdrmnie.-Mme Laville et Melle Laville,
Mme Ulranie Balmir et enfant.
'Petit-Godve.-Omer Cave, Edouard Ben-
jamin.
D6c6s
Les fun&railles de MCarie Elisableth Ili-
lairsine Hilaire 'Bataille, Vve .Alcide Tous-
saint, auront lieu aujourd'hui 3 heures de
I'sprs-midi. Le convoi partira de la mai-
son mortuaire, No 114 Rue Roux pour se
rendre a la CathCdrale.
.*
Nous apprenons aussi la mort de Mada-
me Veuve Tlilassin 'Barreau, nie Choucboute
Robtrt, dCcedee ce mating 9 1/2 heures, A
l'c de 97 ans, munie des Sacrements de
Eglise.
'Enterrement aura lieu aujourd'hui a 3
heures premises de l'aprs-midi.
Le Convoi partira de la maison mortuai-
re, sise Rue Bonnc-Foi, No 38 pour se ren-
dre A l'Eglise M6tropolitaine.
Nos sinceres condoleances aux families
Cprouvees
T616gramme Funebre
Nous apprenons la mort de Madame J.
BI N. DmrOCHES, nee LATORTUE, d6cid6e
l as Cap-Hatien.
Spr6etons nos sympathiques con.


doldances A notre distingue compatriote Mr
N. Desroches, ancien ministry d'Haiti A
Madrid, et aux autres membres delay fa-
mille.
L'61ectroth6rapie
Elle entire aujourd'hui pratiquement en
usage, comme l'explique M. Renault. On
commence A s'en servir dans beaucoup de
cas d'accidents du travail. C'est ainsi que
l'on y a recours 'pour combattre l'atrophie
musculaire resultant des contusions, dislo-
cations, fractures, etc. Les deux procids
les plus ordinairement employes sont la
galvanisation et la faradisation. Dans le
premier, on applique des courants directs
de 12 A 1 milliamperes pendant une quin-
zaine de minutes. Dans le second, on trai-
te le malade par les courants alternants. M.
Renault a obtenu par ce moyen une gud-
rison de fistule.
On fait au'ssi intervenir l'electricitd dans
la recherche des simulateurs, la reaction
rtant absolument independante de la volon-
td de celui qui la subit. Cette mdthode
rend dJs miinten.int des services frequents
dans les conseils de revision et dans les ca-
sernes.
D616gation de pompiers
A la suite de l'lection du nouvaeu com-
mandant des Pompiers qui a pris fin aux
cris de: Vivh hI'Pre'sident 'N2prd ,Alexis, le
President de l'Assemblke, Mr Athur Isidore,
a fo nem une dtldgation pour porter un
message au Pr6sident lui annonCant les r6-
sultats.
Cettc dlIegation a &t6 reque par le Prd-
sident de ht RKpublique qui lui a manifes-
td combien il dtait content d'apprendre que
les elections avaient eu lieu dans le came
le plus parfait.
En some cordial reception o6i le cham-
pag nea could A tiots.
Administration postal
LI'tres recommianddes en souffrance
SERVICE INTERIEUR
Mile Elaiza Ernest, Mine Miltida Nicolas,
Capitaine Matzien, Edouard Depestre, Clor
mnCus Clauseke,Celdon Louis, Edgard Box,
Veltus Nelson. Auguste Clovis, Edgene
Ls June, MileCamella Richard, Mine Flo-
rinas Pierre, Mme Canda Henry,Mme Adele
HIyppolite.


--- -- -- -- --
Pofmpiers Libres


Rapport cld Commandant Mond6-
sir.- Les Candidats.- Election de M.
Louis Eth6art.- Correction du Pr6si-
dent de l'Assembl6e.- Le nouveau
Commandant.

L'Assemblke gendrale de la Compagnie
des pompiers libres s'est reunie hier, sous
la presidence de Monsieur Xavier Mondtsir,
dans le came le plus complete, en dCpit de
la propaganda effrayante de pompiers me-
neurs,- la plupart dlchus 4es profes-
sionnels de la turbulence. Toutes les forma-
li'!s d'usage etant accomplies, le rap-
port du Commandant, lu, discute, adopted,
la pr6sidence est remise A Monsieur Arthur
ISIDORE qui ordonne de passer au vote.
Sept candidates sont en presence, tous hom-
mes de valeur.
Ce sont Messieurs Louis Etheart, Luders
Moise, Duquerrouette, L. D. Malette, JosuC
Blain, Bosq et Lemonde Ocban Ulysse.
Un grand came regne dans la salle.
Un murmure trouble bientit le pro-
fond silence qui pesait sur l'assemble,
silence interrompu par instants, par la voix
grave des scrutatcurs.
C'et an 6ve~l dans I'auditoire et parmi


les pompiers ; la majority strict
voix est deja obtenue par le candid
Ethdart.
Cest une joie itouffle, enfin, ui
festation vive.
Monsieur Louis Ethbart a etc eli
mandant, au premier tour de scrut
une majority de 71 voix sur 107
Les autres suffrages ont 6tc rdpartis
suit : Moise : Ir voix Duquerou
voix L. D. Malette : 6 voix -
Blain: 4 voix 2 illisibles et quatre
Monsieur Louis Etheart I'a emp,
bonne lutte sur ses competiteurs.
Les dloges du nouveau Comman
sont plus. A faire ; nous ne ferons
rappeler au public, auquel it a touj(
paru, tantat en face du sinistre con
[utteur acharnd. tantot, ailleurs, cor
defenseur z61e de la cause de la I
gnie.
Si la Compagnie des pompiers 1
connu des jours meilleurs, si nous
tons plus au spectacle ecaurant des
piers tristement cAlebres par leurs cl
en loques, si nous avons aujourd'
materiel restaur,, nous le devons ;
commandant Xavier Mond6sir en c
ration avec ses conseillers don't Mr 1
ctait le premier secretaire, tous deu:
par la bienveillance de S. E. le Pr
Nord Alexis.
Hier encore, le jeune commandant
plus d'un succes, grace A sa constant
perseverance. II a pu, par ses d6m:
arriver A obtenir une augmentation
subvention accordde A la Compagnie
prcsentons I'homme tel qu'il est.
Celui qui rdunit toutes les garanti
sirables de probity, de morality, ne d
tira point la bonne opinion qu'on a
jours eue de lui et restera A la haute
la consideration de la population.
Le choix qu'a fait de lui la Coml
des pompiers libresest des plus senses
telligents.
Nous n'avons aussi qu'A decerner
nos compliments A Monsieur A. I
pour la correction et l'impartialit6 q
montrets aux elections. Du reste, no
vions tout augurer de bon, de la ten
1'assemblee presidee par un home A
si bien trempee, si profondiment
des sentiments de ses devoirs.


HAITI

Deux conspirations.- La
mence du president, g6n6e
Nord Alexis
Port-au-Prince, II novembre
A la suite de l'dchec d'une conjur;
qui ne se proposait rien moins que I'a
sinat du chef de l'Etat et de ses princi
lieutenants ainsi que l'incendie et le
lage de Port-au-Prince, seize conjures
rent condamn6s A mort par le conseil
cial militaire. Les avocats de Ja difensi
rent les premiers A constater que jal
conscil ne fat plus impartial et plus
able aux accuses. N6anmoins, le prisid
cdant A ses habitudes de cl6mence, fit
seoir A l'excution. II 6tait meme di
A grAcier les condamn6s, malgr6 les m
ces de mort qu'il recevait tous les jo
lorsque le I5 octobre un nouvel matter
perpctr6 aux portes m&mes du palais pi
dentiel, forcait le ganral Nord A dot
suite au jugement du 2o septembre. C
des principaux coupables furent alors I
cutes comme example. Onze eurent la
sauve et soot conserves comme Otages.
On voit, d'apr~s cc qui precded, qw
general Nord est loin d'trec le prdui
reacteur f&rocc, qua noas monutrent C
nes d6ptches tenrdacleus ; quant I







lyandrie ,prtlomiio dl:ans li s so,'iet's
selon que le travail de I'hon' 0 o:1 c lui de )a fem:ae est plus productir. A,;-
si, ciez les Algon-luitns, qui :ipar-
tiennent A zette meme race dlcs Iniliens,
le travail le l'homrne, qui cornsistail
rincipalcment dans lIn chasse,. iltai tt s
iructuoux, en raison du caractrc "'
boyeux de leur terniloire : n11. linl!ne
pouvAit ainsi t'ntretertin pliic'll. f nll -
mes : les Algoniquinis l)prtiiuaient
polygamic.
La chassechez lee liurons est beau-
coup moins fructueu-e et le chisseur ne
peulgubre entretenir qu'une femme:
'est pourquoi ils ne connaissent (qu'
la monogamie.
Enfin les Iroquois, -- apparlenant
toujours A la meme race tirent de ht
chitsse des resources anlsolumont insi-
gniliantes qui feur permettent a pIeite
'entretenir une femme. Mais, en revan-
che, le travail des femmes, qui est la
culture dIn mais, est inliiirnmeil plus
prospere et le maia. coni-lituo la base
de I'alimentition g6n;raloe : aissi bien,
lea Iroquois praliquent-ils la polya;ndrie
sur une large chlelle.
.es partisan, d done grand inttilt Ai f.tire cinnaiss ince
avec la science social et ses lois ri-
goureuses.


~ ~ ~ c --__


RENISEIGNEMEN :r
MIWTEOROLOGIQUTeS
-
Obaerxvatoi're
otu
StIlNAPIE COLLEGE St-x '-T L

LUNDI 2 DiCEMBRE


Barometre A midi
Te p6raturo aximu


-62 8
21", 6
3I o0


Moyenne diurne de la temperature 250,6
Temps clair toute la jourmne.
Le baromitre continue sa hausse.
Pendant la nuit movements micosismi-
ques assez nombreux mais faibles.
R. BALTENWECK
Bulletin Religieux
Nous avons recu le fascicule du mois de
Novembre de cette important publication.
Ce numiro content des nouvelles eccldsias-
tiques, la loi pour travaux accessoircs de
la nouvelle Cath6drale, des notes diver-
ses, one relation de la fete de St.-Charles
a Carrefour et la suite do nouveau ca'en-
drier de la province eccl siastique on Haiti.
D6cs
Mb Mathilde Gaubert et M. Edouard Nel-
son oat eu la douleur de perdre leur mere
MAIE LOUISE AMULIA, don't its funerai.les
aront lieu cet aprs-midi A la Cath6drale.
NOW leu prdestoI m nossinceres con.


La fimille Pierre-Andr6 vient d'etre
Apro.de par la mon de ALEXIS PIEtR-Aw-
nut, juge as Tribmal de Cassation, d6c&dd
bier A 9 here do soir, en son domicile
N 4 4 R u e P av~ e .
Les fudralles auront lieu cet spres-mi-
i A a Cathdrale.
-Aacua invitation '" alt a M
f~i Is ra ls Mat dde c t rrle
-as Is -m teaa at lies.


NIominations ecclesiastiques
Iar ddcison de Mons.::':cur 1'Archeveque
ie date du 9 novembrl, ont Ot 1 nonm111s :
--Curd des Grands-Bois, l'abb Lopin,
prcedc;nment cure de Saltrou.
CurW de Salhtou, M. l'abhb Inoir,
I uLicedcmment vicaire nu Mircbalais.
. -Auxilire :i Log.ihc, M. I'abb Le
foux, prdcedcidnmcnt auxiliairc A ia Ca-
thcdra!(.
V'icaire A li Cathedrale, NI. 1'ablb Ba-
liurel. j;uc prtre.
-Vicaire A Grand-GoAve, M. l'abbW
Garaud, jeune pr&re.
-Vicaire a la Croix-des-Bouquei, M.
l'abbe Bizeul, june pretre.
-Vicaire A la Croix-des-Bouqutts, M.
I'abbe Foulon, prcddemment aum6nier de
1'Ecoledes Arts & Mdticrs (Port-au-Prince)
En.date du 19 Novembre :
-Curt de Bcll.ad&re M. I'abb5 S-jourie6,
pr&ccdemment aum6nier de 1'Institution
St. Louis de Gonzague.
--Aum6nier de l'Institutio' Sa'nt-Louis
de Gonzague, M l'abbe Krbrr, prdce-
dcnmment vicaire A Saintc-Anne.
Suicide
Nous avons appris hier av-c une doulou-
rcuse surprise la triste nouvelle de la nmort
tra.ique du G": Louis GLORGESLE.N., secre-
taire et'adjoint di GC' Brrrouet, commin-
dant de l'arron issement de Jac:ucl.
Apics un court sejouri Ala Capita'e,
Georges Leon s'cn r.iournait A son post,
quand du c6t6 du portail Leogane, it se lo-
g.e une balle a la tc'e. La mort fut instan-
Le d&funt laisse le souvenir d'un char-
mant camarade, jovial'et bon.
Noi sinc&res condolkances A sa famiile.
Remerciements \
Mine. Vv u Louis Georges I-on, les r:-
miles Ldon. Edmond Regnicr, Maximilien
et tons Ic':; u:r.s parents remercient cls au-
toritcs de la Capitalc et particulirement
S. E. le Prdsident NorJ, p.ur le contours
qui Icur a dt6 donned i'occa,ion d* la
mort et des fundraillcs du Gandral Louis
GEORGES LEON et les price de croire I leur
reconnaissance dmue.
Tribunal Criminel
Lundi 2 'Dec,,mbre 1907
Nous somnmes aux dcrniers jours de la
sessioncriminelle et les jur6s, las, expedient
vite l'affaire du nomm6 Dcrhlian Dorlbus,
prcvenu de vol avec fusses clefs au ireju-
dice des ipoux Lindor Dieudonn6.
Le substtiut Thibault occupe le siege du
Parquet et la defense est pr6sentCe par Ms
Miller, Casimir et I'6tudiant Millet.
Le Jury que preside M Georges Pouilh
rend un verdict affirmatif avec circonstan-
ces. attcnuantes.
Dordlian DorlCus eat condamn6 A un an
d'enprisonnement. B6enficiant de la loi
Lespinasse, ii a etd lib.rh, ayant subi deux
ans de detention preventive.

Memoire annual
du President Roosevelt


Overture de la 60a
du .Congr6s


season


NEW-YORK 2. -- C'est aujourd'hui que
s'ouvre A Washington la session du 6o6me
congress ec c'est demain aue le president.
Roosevelt enverra aux C ambres son m6-
moire annual.
. On dit que ce me..age encore pluis

Lmoa ide. % m u. C
d sorntg 'qI cInsaoe dIot com.o
dsmi a Nf/fmin aa oofd'lml com-


me speaker Mr Jo,,ph J. Cannon, de 'IIl-
linois ; quant A 1 :i nnorit6 dcnmocratique
elle vo:era poor M. John S. Williaius du
Mississipi.

Violent explosion

MOxNOPIM\:LA, ( P.:-s!yvanie ). icr-
De 5o A 60 minnctirs sont ensevelis dafis
la Mas:niini, mine de Lunited Coal Com-
pany : Frv.- c City A la suite d'une vio-
Ite exp ion de Bnsraui4jni uipte
ce soir A huit heures.
Les details manquent; des medecins et
des intrrmiers sont parties de cette ville sur
Ics lieux.
Les localitds voisines ont egalement en-
voyd des secours.

Etudiants Amn6ricains

Ils ne vont plus en All3magne
BERLIN T. Les statictiques publides cette
semaine indiquent que le nombre des etu-
diant Am&ricains qui fi6quentent l'univer-
si:t de Berlin n'cs: plus aujourd'hui que
de 95, soit 68 hominms Lt 27 jeunes filles.
Ce nombre s'levait A 200 il y a 3 ans et A
0oo il y en .a o. L dserrent maintenant Ics universites alle-
mandes pour cec'.s de I'Angleterre et de la
France. Dans ces derniers, le nombre des
Americains est aujourd'hui plus elevi que
jamais.

Le Problem Marocaiu

Les Frangais sont attaqu6s
AALGER jer.- Les Beni Snassen qui au
nombre de plusieurs milliers ont attaque
les avant-postcs franCais sur le territoire
alg C.Kn ont td d6finitivement repoussts
chez eux. 6.ooo homes de troupes fran-
raiscs sc conc.ntrent sur la fron:iere. Le
but de Icur chef est de chlsser les maro-
cains dans 1:urs montagnes, puis a;:rc les
avo:r co:;pe de Icur base d'approvisionnc-
entt, lc, rabt'rc Jdans ia p!a:ne pour leur
livrer une bataille decisive. *
LALLA MARNIA 30.- Un autre engage-
ment a cu lieu pros de iA frontier. Les ma-
recains cn: t,: rpoussi aprcs un vio'cnt
combat. On nianqu d de details sur cctte
affaire. Dans le combat .d'Adjerond Kiss, les
Beni Sansscn out laiss6 200 morts et 5oo
blesses sur lc terra:,.

Port-au-Prince, le 2 Dcdembre 1907
an 101Pe de 1'Independance.
Le Conseil Communal
DB CETTE VILLB
Annonce, aa Pabfic quo la criee de
la ferme do la Boucherie, pour l'an*
nee 1908, aura lieu A l'H6tel Commu-
nal, le merreqi que Ionc computer,
onze DMeembe etaurot, & deux eu,
ret' precises de' raprbs-midi, confbr-
mement A la loi du 6 septembre 1870
et aux conditions qu'elle 6 biL dans
son article 6.
L'adjudication .ne sera definitive
qu'aprsa le vote du Cohaeil admettant
la caution presentee par l'adjudica-
taire. .
En cas de rejet de la caution et de la
non presentation d'une nouvelle cau-
tion de la part de l'adjucataire provi-
soire, ii sera p'ci:ed6 dans la hutaine
a tne nuvelle 6. criee de la susdite
frme. "..
Fal a 1';'jel dpqmsaaal les Iiur,
m ois et i MQ.
o 4 CINCasuNT
STrnao VINCENT.


hotele l sB lle,.

-i. ljLUNER DU 3 I)I.CEMBRE
MIDI A 2 HEURWS
Bcurre et radis
Rognons suites au vin rouge
Lard franq;ais aux pommes
Naravin de mouton
Haricots verts sautds
Pctits pois cn sauce
Haricots rouges
Riz blanc A la crdole
CrImnc :1 la gace
Caf6
Frui:s
1/2 Vin
---*------- ---HBS

Derniei re here

PARIS 2. -- Rente : 25..05.
La Chambre commence ce martin la dir
cusss.on de la reduction des periodes mili-
t iires des 28 et 13 ours. Elle contiac cat
apres-midi et aprs les declarations du mi-
nistre de la guerre, elle discute les propo.
sitions de divers Udputo. Elle adopts par
464 troix centre 53, la premiere parade de
la proposition de M. Gervais ainsi contue:
Les homes de la reserve de l'arm&e ac-
tive sont assujett;s pendant leur temps de
service A la dite reserve I prendre part
deux manoeuvres. La premiere dur6e de 21
onrs et la second durce de 15 jours."s
iEle repoussa la suppression de la p6rioJe
des territoriaux. Le Prdsident de la R6pu-
blique quittt ce martin Paris power Ram-
bouillet o il offrit une chasse en l'hon-
neur des membres du Conseil d'Etat.
Au Maroe, les troupes frantiises oat oc-
cup, la redoute Martimprey. Trois trains
sont partis de Tunis, Sonljara; et Tebessa
transportant des troupes A la fronticre ma-
rocaine. De nombreux contingents enne-
mis circu:cnt prc; de Portry mnais ne re-
nouvellet pas d'atiaque.
Le g6ncral Bail oud, nomme com-
mandant du dix-ncuvicme corps quiua
M.arseille pour Alger.



A0oure z a 1'Espem

Cordonnerie
Clarek & MereIer
O vous aurez un travail geranti et
solgdn, donfection de tous genres tee
des mnat6ertux 4e premier cboix.
.L'tablieemeift se charge amseidi
fire prendre des measures i domiCu.
150, GRAND'RUE, 150.
PORT-AU-PaIP CL


AVIS

M F. Capoix lellon, avobat *
reau de Port-as-Prince, de
domicili6 en cette ville*
d'aviser respectueusement les ile
des Gonalves, Port-de-Pa.t SaIbt-
chel, Hinche, La Mai
Neove, Anse Rooge, 5ed .
Maissade que s'ttant redt0i
resa des Gonalv b6t U 11
vertude do n t -r
de on bitounIer,' lb .M Ji
clat-r leeoitom Mto axM
nIt eo ass


__
~





4-b WE m-Vs w A .g'ft r ______N


Sroois pour jouir des beneflces
Sprfsent avis, faute de quoi, le
suigne decline toutes roaponsabi-
VSuvis---vis de toutes personnel qui
gvrent se d6clarer ayants-droits et
ats vis-a-vis du soussigne, ea
au present avis.
--- - -- -- --; -- -----
Dr L. Malebranche
Dipl6m6 de l'Institut de Mddecine
Colonial de Paris ex-Monitour du
TrviceOplitalmologique dela Facult6,
rHIf6tel-Dieu, et ancicai assistant de
aClinique du Docteur Galezonski,
lmbre de la SociAt6 de Mdecine
Sad'Hygitne tropicales.
EDECINE-CHIRURGIE
MALADIES DES YEUX
CONSULTATIONS PRIVES : DE 2 4 lirs.
CLINIQUE DE "10 HEURES A MIDI
83, Rue du Peuple, 83.
-- ----.. --- ..
-otel-B^testaurant .
ST-JOSEPH
(ANGLEDES RUES 11OUX ET DL' MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bien organis6.-- Fepas
A la carte.- Cuisine ercellente.
PopRnixrAIRE : JOSEPH DESRIVIlIE


Francisco Desuse
Fabricant de chaussures
A l'avantage d'annoncer an public
i sa nombreuso client!lo tantdt d la
(hpitale qlue de la Province, qu'il vient
lrecevoir i'occasion de la fin d'an-
a6e, une v;ri seut arrives ; savoir :
TsAU GLACE, CRI.M, IOLII.. (i.\AMPA-
as, BLEU, ilUIIt i FAlS-. Vpwrn
*BOUTEILLE A, JAUNE, VIOLETTE, .IAU-
FONCG, MAUVE, JAUNE D'OLIVE,
Wais, JAUNE a DU VIN ,, ROUGE, etc.
Lamaison a un assortiinent complete
poor dames et enfants.
Vrne tvoir el vous sere: zonltnls.
La
Redaction du "Matin"
Oftr d fes lecteurs les deux volumes
A quoi tient la sup6riorit6
des Anglo-Saxons.--
A-t-on int6r6t a s'emparer
du Pouvoir?
DE.
EDMOND DEMOLINS
A prix4e Qwtre Gourdes chauec
YUT3A A L'IMPRIMRIS DU Matin.


So teur C. GaUveau
MWDECIN,
CIHIURGIEN, ACCOUCHEUR
.ectroth6rapeo te
de Usiwvrsit de Harvard,
ujonrd'lPi por Jdr6mie et se-
S~t 4 Po nu- Prr le S/S
i 2ttrenda e 5 ou 6 D6ccmbre.
1 1M 2, 9 N9 NovemS 19o7-


LA PHARMACIE
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
Se recommanrde pour l'ex6cution
prompted et exacte des ordonnances5
n imported qu'el.l heure du jour :t de
la nuit.
Drogueries, Sp6cialit6s phar-
aaceutiquesextr6emment fraiches.
PaR CONSCINCIEUX.

Cordonnerie Nouvelle

G. B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE 143
GRAND ASSORTMENT DE CHAUSSURES
DE TOUS GENRES EN DEPOT, POUR LA
VIENTE EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
commander, tant ici qu'A
l'intdrieur.
Confcction des cliaussir-s avec les
mrneilhes soins.- Toujours formrcs
uligait,'- tant. A homn'ie qu'A femme.
Les derniires creations de
Paris !
PAtes, Liquid-s, C;rages poii chaus-
surlcs de toute: nuances.
Couventions de vente convenables.
Frs axchcyen t
Ti ra ra cla xv ex3 t

A L'EL9GANCE
A). FERRARI,
Fabricant -e chaassures,
Porte a la connaissance dv public,
i.articuii'.r oaent de ses nombreux cli-
ents de ia Cote et de* la Capitale, que
'itabiis s(mccnt a un st.ck incalcula-
l.i- do caisysuc:-s pour hornmes,
tnt.iim e .t tenfit:t, on tous genres,
et q.jti. ,la:iglt i l'ollI'e d 1i, q pour ceut
siur 'aachat en gros ( 5 0/0 ) fait an ra-
bais exccptio:inml sur las prix.
L'Btabh'isement se charge de fire
preudre des measures & domicile.
ToUjours : Sain, xoactitu de', ponwCU t
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
g~a--I f **- *^f--*^M-


Maison F. BRUNES.
196 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L HODELIN
Ancien msembre de la Societ Philan-
hropique des maitres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd-
toffes diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulierement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beaut6.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
ces. Couped Frangaise, Anglais. et
Amdricaine de la denirure protection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumeie a ilitaires, babits brodea
dolman,,. tuniquI, habits car-
r6s. eto to, d t os irads.


N'ACHETEZ PAS


S <4ns


Visiter


Les derieres noueautles reces par la laison

98 L I-E GDU RtIERVOER 98N

98, RUE DU RfiSERVOIR 98.


A


E
.


.-Ma

-0b,


Now
ma


La Maison ue vend que des articles de premiere qua-
iitH et des prix moderes.
Ony trcuvera: Chapoeax garnis cloche pour daines
et llcIteS ; (itpotes ) recioiie et BL guins pour enfants;
Voilettes ; Mitairt-s ct Gant-; 'T.d'llias et Taletaliae ; Sou-
liets pour bcbs ; E:ol'es pour Dames & Garconnets; Den-
telles, Bas, CThausfttes & 11, ubans, etc.

Articles pour Mariage et premiere
Communion.

Bel assortiment de Parfnmerie

JOUTTS!!! Poupt'es fines : lo,. les prix ; C:linins-de
fer circulaires ; Bn'art 1hli Ii'( m<'*c'niqli- ; Tamlbours,
Trompltotes, Vi oln;, Pi:i r ..its pourarbre de Noil, etc.


~CRIME JMOJ14sr_ DOOUGI
POUDEQ WLU peeu d'isr staaedt dI e
J. SD=9 Ego Ipwahugg ventinj~lo PAM m II ineltbet Icb Wtattil=6


G
A


B
a


I


N


a tt)~ic.ihi tui]' ~~i'~flc~i auqu(1d~ ci
_______________________ (1'.)tIII m rA C -oUm ;o eSe et un ve-
,(JiIf it:cornparable en lui com-
--oiuf lqU1I .iu d6licieux par-
furn. Elle conserve I'ol ia et la fratchs-o~r da lo1int, car elle edt souveraine
contre le ihme, les piqitc! d'insectes et Omts *ruiptions de la peau.


_1~~_ sans bismuth, invisible, adh(-
rente, impalpable, prsparde
LA isplllliicil iliCia emient pour les person-
nes qui veulent avoir un teint
are6prochable; son parfam ddlicat, son velout6 ont contribu6 a fair d'ellet
la Favorite dt s Poudres de Toilette.
A base do Cr6me Simon,
,. llllIllf l l j l prpar Oo(Jlon ls princia
L les PI frictwrupaleux de r'by ni
Iodi-e 6a un certain degrd
toutes les qualilts bienf.ii-4antes et pr64trvatric-s .Ie la Creme Simon ; il
est particulibrement reconinand4 pour la Toilette des enfants et pourles,
dames don't la poau est delicate.
Agence G6nerale et Dep6t pour Haiti
la. Metropole

MAISON JULES LAVILLE
98, Rue du Magc~in de lEStat, 93


F rodult6 f 1il~s~ or 4 01,101to











PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)
CAPACITY 500 I1EAUX PAlH JOUR
PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:
Chevreau glace: Boutonne et Lac;t pourr ,omrnes et Dames
a ( ( a Recommaaddee
Verni et couleurs: < liecommandlee


POUR ENFANTS:. .


. . .


TiDere Zpirill BeCll
Fabricant de chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-dc,-Bossales.
SPPCIALITI :


PAWNTOUFLESMUELE U


Imp.).


C.


. .


COULEURS.


10 ( Dix gdes)
10 ( Dix gdes.)
12 (douze gdes)
6 six (gdes)


Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES IGALITk ET PEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
i 'otre puiisanteconitredemangeaison
,r urigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sir.,p oi.!iashma!ique, remede cficac.e
co,'re les accts d'asthme et les toux
i'.-ijentes -- le flacon ;P : 1. 50.
Consultations gratuites :
M.N ,i et. J.cdi de 8 A 9 heures du inatin
.. I l.,.'.:ter. N. THoum s.


MAGLOI RE


JourtlWae7Cq bidPochIl ?(1esq ,billets -de


maltaige, ( (lrhr de


fiat nailles,


program imel affiches, el

autres travaax de 'ille.


Iou's


Billets d'enterrettment et cares

de visit ai la minute.

PRIXI E CONSCIENCE



HsrA1T BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINE.(HAITI)
Mine IHermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POU!I FAMILLE
DINERS-LU NCHS.
Installation moderne et ,onfortable. Vuc sur la mer. -Tempdrature
douce et rdguliare. -Les Tramways desservent I'H6tel-Bellevue routes les 7 Minutes
PROPRItTe SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES-JARDINS
Salle de reception. -Piano.-Gramophone.
Sonneries flectriques


Table d'H6te


tous le jours, de midi d 9 heure,
de 7 8 hiure du soir


G.2.50


T MNERiE COTINENIALE
DE
Port-au-Prince


Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques,
et convexes.


concaves


Assortiment d'axes complets.
Chez A. DE MATTEIS.

Chapeaux !
ChapeauxI!
Chapeaux!!!
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSf SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concourse d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE !DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tons les gotts et pour toutes
lea boursos.


A 1 .d e Ittei ot C
3-2, Rue du Magasin de l'Etat
Maison fondee en 1888.
Bijouterie, Orfdvrerie. Gravure
Viert de r.ocevoir d(s ai tiles de par-
fumerie pour les golts les plus diftici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
delicatesse p6tdtrante qu'elle offre A ses
clients south de veritables petites mer-
veilles.
Les dernitres marques qui charment
le Tout Paris sont chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, Trefolia, Iddal
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, movtres or et argent, pendu-
les garirnties.
Spicialites: bague, frarnaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et frAncaises sur com-
mande. Service d'argenterie complete
pour manages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont .uaantis.
Achat de diariantis, pierres prdcieu-
ses et vi:'ille biiouterie a des prix avan-
tageux. Derrier i i : Lunettes jaunes.
Contre remise dt Deux dollars en
timbies-poste ld'Hiiti, la Maison Mat-
tis eoivoie fratic de p;ort sous pli recom-
m; blique: Lusso ies cu Iorgeons en nic kel




mer fran<;ais.
Stock assorti et meiveilleux.
ACCOUREZ
Chez M:: Leonide Solages.
22, I ue des Fronts-Forts, '2


OCULISTES!..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUM S,
JAUNES, du I)r Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PIRISCOPIQUES CONCAVES, PE-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
BLANCS.


- ---- --- -----


__ C~~_~ ~


A vendre
Recueil de Cantiques de Noel
Suivi de Nouvaine pour honorer la
Naissance de Jesus, et des pratiques
de devotion pour la Quarantaine
(2t Decembre au 2 Fdvrier )
Prix : P. 1.57 franco.
A LA IIIRAIRIE A LA ( MUSES
J. J. M. MANIGAT.- Cap-Haiien.
**-- --
Fabrique de chapeaux

La Fabrique de chapeaux installed
l'Ecole des Arts et Metiers, ancienne.
meant Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui.
teau a l'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son dep6t un bon
stock de chapeaux de paille supdrieurs
ponvant satisfaire les gouts les plus
difliciles ; malgrd ces avantages elle
met ses chapeaux en vente a un prix
modique d6fiant toute concurrence.
La fabrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne A Port-au-Prince et ce avec le
concours d'ouvrieres venues expres-
sement de I'Etranger.
La fabrique repare aussi toute sorte
de chapeaux. Bon march exception-
nel.

PHOTOGRAPHIC

J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120
Travaux soign6s de toutes sortes
et de toutes dimensions
Reproductions et agrandissements
( Prix modcrds )
Cartes Mignonnettes :
SEULEMENT 'All DOUZAINE P.5.
NOUVEAUTEIS : Papier Platine ( nou-
veau genre )
PIIOTO-SOIE perfec-
tectioninue ( diverses-
tei tes.) Derniercri.
N. B.-- La Photo soie peut s, rvir &
de charminates applications de la pho-
tographi :
Sachets, Evenlails, Pelotes- Dessu
te boitcs,- Ouvrages de dames, etc.
VENEZ VOIR I

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et detail,- de chaussures se
tons genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS
Les commands des commercants
de I'int6rieur poorront 6tre ex6eutMd
dans une semaine a peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINC ( HAITI )

LA REVWE
( ANCIENNE REVUE DES REVUES )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS :
PAR AN, PAR SIM3raTr
Halti ,.. 28 francs, 16 francs
LeOS abonnements sont requs sa
lea bureau dau Matin na sol sst
pour la Rdpublique d'HaIti.