<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00202
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 2, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00202

Full Text



n A6NXZE, NO 204


PORT-AU-PRINCE (AItn)


LUNDI, 2 DECEMBRE 1907.


S -QU OTIDIEN

ABOHNKNKHTS : Duacnroi 1
AONIl TS: Duc LE NUMERO 10 CENTIMUS.
PAR MOIs Une Gourde D'AVANCs Cl6meet VMaglot-e,
Les abonnements parent du Ier. et do I$ de chaque
DARTMruxNTre & frano ; U DACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
mo e poste n am. 45, rU 45. L A manuscrito lina6ra ou non ms moot pam rnmie.
Pour tout o qui concern l'Adminintration du Journal, s'adreaser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Ru, Roux ou Bonne-Foi.


La FCmmC Haitienni

UNE DE SES ANCETRES

Ce petit coup d'ieil jet6 sur la situa-
tion ie la femme a travers les diverses
socie6:s nous reoad 6vidente cette pro-
position que partout la socidtd accom-
mode la femme aux fins qu'elle se pro-
poe ;sa situation s'am6liore ou aag-
,Wve s"lon la fooction qui lui ci t d-
Voue par l'organisation social don't elle
.fait partie.
Elle est tantdt une pure femelle ani-
ine soulement par I'iustinct a 'tgard
de ses enfants, comme dans les societes
,Wages oiu la loi morale est totalement
absente ; tantot I'esclave des siens qui
ont le droit absolu de li troquer con-
tre n'importe quoi, come dans les
sociites n~gres que nous avons dlej
vues ; lantot un bien de famille soumis
i I'oppression du group qui oppose
Ion int6r6t A toutes les convenances
ifdividtelles, come dans les socibtes
qui vivent exclusivement de I'art pasto-
ta ; tantdt enfin, elle est considered
comme Pl'gale de I'homme, sa function
de compagne de I'bomme s'en trouve,
H est vrai, altdr6e, mais sa personnalit6
"t entour6e de plus de consid6ralion ;
Le- eat ainai daos les socidtde arabes
P.e nous venons de voir en dernier
II n'est done vrai que dans une cer-
mine measure de dire que ce sont les
gtemmes qui font lea mreurs, ou plut6t
!C qui est ri, c'et que, par r'duca-
qu'elle puet avoir pour mission
rdepadre autour d'elle, ell prepare
tindivklds daos Io sons des besoins,
ou faux, de sa soci6t ; le sens so-
mles, ia lui et impo6 au grd d'in6e-
IbiSltI lois qui a rivent elles-me-
on d'ane veritable force des choses.
itIae n ot-e ooapd'mil,
pecaclj n rera que confrmer ce
Mn ,o"sas. ew f i
S5 sol che les Finnois no connalt
d'appropriation absolute : chez les
at les Javaais, le sol appertiest
d roit a irt 'esst--diro au village
Moiat fsot, centre les families,
f te. pM,0i0 l eo Bolg


res at lea Chinois, la propri6t6 indivi
duelle est incounue, le sol appartier
aux families. It va de aoi que chacun
de ces soci6e6s a ses caracteres distinct
tifset que les femmes finnaises, russes
javanaises, bulgares et chinoises se dis
tinguent elles memes entre elles par 1
predominance des caractbres de leur
soci6tes.
L'influence sur la personnalitd fdmi
nine du mode de transmission etdu mode
de rendement des propridtda, est in
contestable, et la marque caract6risti
que des soci6tes leur vent plus parti
culi6rement des constitutions foncieres
Au fur et A measure que la propiidtl
s'individualise, c'est-A-dire sort de l:i
communaut-- group, village ou fa-
mille- pour passer dans le domain
individual, la personnalitd de la femme
se ddgage et dvoluevers linddpendance.
C'est ainsi que dans diverse soci6ete
que je viens d'enumdrer on dernier
lieu, le sexe f6minin se trouve dans un
dtat marqud dinferiorit ; mais sa par-
ticipation aux travaux agricoles lui don-
no une situation Fuperieure A cell de
la femme des socitEs exclusivemeat
pastorales qui n'apporte pas sa contri-
bution personnelle de travail technique.
Partout ou lea tendances communau-
taires s'affirment, la loi g6ndrale eat
que la communautd aoit exaltee et
grandisse .u detriment des indivi.lus
qui, volontiers, font abndgation de leur
elevation personnelle au profit de I'6-
levation de group. Or, I'individu est
autant la femme que Phomme et celle-li
autant que celui-ci a inrtrt A ce que
les socilts se particularisent.
Chez lea Ciravaniers arabes, que
nous venons de voir, le soul sentiment
qu'elle a une function articulibre
remplir et qu'une parttie la besogne
income else seule et attend d'elle
seule sa prosp6ritd, suffit pour fair de
la femme, nous 1'avoos vua, I'gale de
P'homme. Tandis quo celui-ci voyage et
lutte avec sa tribu pour la mouopoli-
sation de la route commercial, elle-
mn6me garden le foyer, 616ve les enfants:
et comme le man absent, c'est encore
elle qui se charge de la gestion des
bieot elle s'ooccpe umeme des affai-
res publiques qaele drige, et c'est
auss elle qui pred soin dies slaves
st de hour travail,
E ura d Je pafre id d esdlaves, il
mae p eore re ome soot de. aits


i- de 'histoire ancienne que ma plume doute, I'dducation qu'ils redoivwnt est
it retrace ; c'est de I'bistoire absolument cell de la communaute partriarcale,
ie moderne, iterminable m nme, et qui absolument slatique et -.nnihilant chez
:- nous intresse le plus particuliarement I'individu toute initiative- mais cette si-
s, possible. Ces esclaves sent, en eflet, tuation constitute incontestablement un
- nos ancdtres; nous avons conaqis la li- progris au regard du manque complete
a bertd pour nous, mais eux vlgktent d'ddicationqni caractlrise la famillepri-
s toujours dans les chair.es. Nous avons mitive de I'esclave.
u fire remonter, nou aux colonssurplus, au fr et measure ue
- blanks la responsabilit6, sinon de, I'es- les esclaves ngrex deviennent meubre i
a clavage, au ruoins deb horreurs dout la de la famille du Touarev, celui-ci, qebi a
- colonisation franc ise I'a accompagnd e la famille duTouaresr clai-ci, qfi a
- colonisation franituise l'a accompagy t un esoin constant d'esclaves pour ex#-
- et augment et nous le leur avons faith cter les lords travaux agricoles et le
SMasit e p ble beogpe infadrieures, s'adresse a la trailed
4 Mais .ou ot leosu .I-o a ub"'10 pour econstituer le cadre desorganisd
6 l'esclavage actual qui se pratique e pa 'absorpti frailiale qe je viens
Afrique ? Les Arabes* .Soyons justes, .r lire; st 'et pouruoiale ue marhvien
es nres enclaves qu'ils accent; et 'est pourquo le march
Sles negres esciaves qu'ils achlbeut E31 doe Znzibar reste totjouirs ouvert A lat
Sattachent a la culture sont mieux tr.aites t'ae uient est consa ent
que chez eux-m~mes. traite etque I'Orient est constamment
Nous avo vu comment la polygamie demand de cette rdvoltante sorte de
Nous avoIus vu comment ia polyganmie marclaaldises.
Sa, dalis certaines sociOtds negres, mo- C'est eson." a
dilld la situation de la femme en la fai- C'est donat, la constitution social
sant associer a la culture du dourah t: les olTrants, eux-mames qu'il faut at-
le n6gre se faith, dans cctte occupation, tendre la cessation de cet ctat de cho-
asaister par ses nombreuses femmes ses, et les ollrants daos cette circons-
groupies auteur de lui come pour une lance. se trouveint 6tre les victims el-
coivee. C'est exactement ce iole que le es-mdmes de ce commerce de chair hu-
Touareg font jouer aux enclaves negred mraine. Co sont lea africaias eux-mdmes
qu'ils vont acheter dans leurs pays d'o- qui so vendent et ce n'est pas ici le.
rigine, ot ces esclaves, en ouire execu- lieu do voir com'nent reformer str ce
tent lous lea travaux de umenage qui gd- point leur8 mwurs sociales d6testables.
ueralement incomb.nt aux femme-. Tout ce que nous venons de dire sur
Ces esclaves commencent done par ce sujet a pour effet de montrer la si-
8tre pour eux objets de commerce, puis tuation de la femme dans une soci6td
agriculteurs et doresti.lues, et ils 'inis- inf6rieure et comment, dans le traflo
sent par devenir de verilables membres human qui se fait entire I'Asie et I'Afri-
de la famille. que, elle 6volue au gr6 absolu des ml
En elfft, ces esciaves negres, don't le lieux et de leur constitution social.
patriarch arabe faith se servileurs, par- II n'aluit l'ailleurs pas inutile de fai '
agent on cela la situation meme des observer so as cejour a la femme hai-
membres de la famille, car tous lea pa- tienne, objet de celte dtude, lea ritas-
rents du patriarch sont sea domesti- tions uccessives subies par une de seo
ques,- 6pouses, flles ou tils, soeurs plus directed anc~tres.
ou frdres, nieces on neveux.
11 y a mieux: le negre aclete par le administera
Touareg se confound si bien avec let L administration du < Matin
membres de la femille qu'il finit par rappolle aux abonn6s de a Co-
epouser quelque fille de la mason, et le pitale qu'ils no doivent rien vr-
patriarche lui-meme finit par epouserlejser abonnements ou autree
n~gresses qu'il a achetees: tell est 'o- 1 er_ ,InyP
rigine des mn s arabes au teint de bron- quo sur REQUS aMPRIMtS .tO
ze qu'uu griau nombre de voyageurs signs do M. l'Administrateur
prenient, au SAndgal et au Iilotchis- Pri6re d'aviser l'administra-
tan, pour des n6gres v#ritables. P a o r r lt
11 y a oeli qua lea enfants issues de tidn de la moindre irrgulart
ce commerce d s Arabes avoc les ngres dans le service du ei ATIF .
soot absolmua t sor le meme pied que tiln qu'll y soit de suipt re s
ie otaat hme- de Ia mauls. nAs 4a6. ..


111 .













RENSEIGNEMENTS
M~TOROLOGIQUES

>bseravtatoire
DU
SIlINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

DIMANCHIE 1'r DICEMBRE


Baromet:c A mridi
Temnp6rature) min


762 3
210,2
3. 7


Moyenne diurne de la temperature, 260,3
Temps clair toute la journde, covert la
nuit.
Petite pluie A 9 h. o m, 2.
Eclairs au N.W pendant la nuit.
Le barometre est en hausse.
Mouvements sismiques assez nombreux
depuis deux jours, mais de tres fmible inten-
site.
Ecart angulaire du pendule : i",S au
maximum.
Citons pour la journ6e du dimanche Iih.
du martin, h., 8 h. et 9 h. du soir et ih.
cc martin 2 Dcembrc.
R. BALTENWECK
L;gne Hollandaise
Le steamer 'Prins 'Der 'VTderlanden est
entree hier venantde Saint-Marc avecles pas-
sagers suivants :
Fdmond B illy, Armand Gabriel, La-
broasse, Melle Marie Beauvois, Joseph Che-
rubin, Chery Etienne, Mme Vve GCtard
Germain, Edouard Viau, Antoine Nonez.
V. Icar, Baphel Choudra Mme L. Servi-
mant, Mme Mirabeau Etheart, Mnfe Lo-
rent, Mme Lucina.
Il eat reparti avec les passagers suivants
pour :
Cayes: Le general Marcius Delsoin et son
planton, Benjamin Blaise, Mme SaYia Jean.
H. Silver, Le g6nEral P tion Piretra, Elie
Shama, Mme Point de Jour Joseph. Melle
Ultimene Labrollard, M. M. Appolon, D.
Lherisson, L. Fleurantin, Mme Carida et
enfant, Melle Cleonora Yacinthe, Mme La-
mercie Morange, Beshara Gantous, Mme
Antoine Matard et beb6.
Curacao.- Emile Nelson.
J]rumie.-Mme Laville et Melle Laville,
Mme Ulranic Balmir et enfant.
T'Pit-Garae.-Omer Cave, Edouard Ben-
jamin.
D6"s
Les funrailles de ACari Elisabeth Hi-
lursim Hilaire Bataille, Vve Alcide Tous-
auint, auront lieu aujourd'hui A 3 heures de
I'pres-midi. -Le convoi partira de la mai-
son mortuaire, No 114 Rue Roux pour se
rendre A la Cathedrale.
0 *
Noos apprenons aussi la mort de Mada-
me Veuve Thassis 'Barmr, sk Cbwebouts
rt, decddee ce martin 9 1/2 heuaes, i
1 d 97 ans, munie des Sacrements de
1 leHe.
'P.a'nirrement auna lieu auiourd'hai a 3
heumes prcises de I apres-midi.
Covoi partira de la maison mortuai-
re, sise Rue Bonne-Foi, No 38 pour se ren-
ie & 'Pglise Msropolitaine.
osNasincres codoleances aux families

T1ugramme PFtn6br
i ti16oosa mon de Madame J.
W.*B b, a qe I horru m, dAdd-
060 symAsTalges ee


doleances A notre distangue compatriot Mr
N. Desroches, ancient ministry d'Hlati A
Madrid, et aux aotres membres delay fa-
mille.
L'6lectrothdrapie
Elle entire aujourd'hut patiqaement en
usage, comme I'explique Renault. On
commence A s'en servir dans beaucoup de
cas d'accidents du travail. Cest ainsi que
l'on y a recours pour combattre ratropbie
musculaire resultant des contusions, dilo-
cations, fractures, etc. Les deux procddes
les plus ordinairement employes sont la
galvanisation et la faradisation. Dans le
premier, on applique des courants directs
de ii a ni milliamperes pe.n t tne quin-
zaine de minutes. Dans le second, on trai-
te le malade par les courants alternants. M.
Renault a obtenu par ce moyen une guo-
rison de fistule.
On fait aussi intervenir l'lectricite dans
la recherche des simulateurs, la reaction
dtant absolument independante de la voleo-
te de celui qui la subit. Cette mrthode
rend des maintenant des services friquents
dans les conseils de revision et dans les ca-
sernes.
D616gation de pompiers
A la suite de I'election da nouvaeu com-
mandant des Pompiers qui a pris fin aux
cris de: Viv le 'Prdsident Nord Alexis, le
President de l'Assemblee, Mr Athur Isidore,
a formE une delegation pour porter on
message au President lui annonant les rd-
sultats.
Cette delegation a ete rescue par le Pr6-
sident de lI Kepublique qui lui a manifes-
te combien il euit content d'apprendre que
les sectionss avaient eu lieu dans le came
le plus parfait.
En some cordiale reception o6 le cham-
pag nea couldE l ints.
Administration postal
Lettres recoimandkr en soffrance
SERVICE INTARIEUR
Mile Elaiza Ernest, Mme Miltida Nicolas,
Capitaine Matzien, Edouard Depesre, Clor
mius Clauseke, Celdon Louis, Edgard Box,
Veltus Nelson, Auguste Clovis, Eug6ne
Ls June, Mile Camella Richard, Mme Flo-
rinas Pierre, Mme CandaHenry,Mme Adele
Hyppolite.


Pompiers Libres


Rapport du Commandant Mond6-
air.- Les Candidats.- Election de M.
Louis Eth6art.- Correction du Pr6si-
dent de l'Assembl6e.- Le nouveau
Commandant.

L'Asscmblic gnderale de la Compagnie
des pompicrs libres s'est reunie hier, sous
la prdsidence dc Monsieur Xavier Mond6sir,
dans le came le plus complete, en dCpit de
la propaganda effrayante de pompiers me-
neurs,- la plupart dechus Aes profes-
~eiinels de la turbulence.Toutes les forma-
lids d'usage 6tant accomplies, le rap-
port du Commandant, lu, discut6, adoptS,
a prCsidence est remise A Monsieur Arthur
ISIDORE qui ordonne de passer au vote.
Sept candidates sont en presence, tous hom-
met de valeur.
Ce sont Messieurs Louis Etheart, Luders
Molse, Duquerrouette, L. D. Malette, Josu
Blain, Bosq et Lemonde Oc6an Ulysse.
Un grand came regne dans la salle.
Un murmure trouble bient6t le pro-
food silence qui pesait sur assemble.,
silece interrompu par instants, par la voir
S~re des scrutateunr.
C'est an veil dans I'saditoin at parti


le po piers ; la majority strict des S4
voix est dji obtenue par le candidate Louis
Ethdart.
Cest une joie Ctouffke, enfin, une mani-
festation vive.
Monsieur Louis Etbhart a tE tlu Com-
mandant, au premier tour de scrutiny avec
une majority de 71 voix sur 107 votants.
Les autres suffrages ont e6t repartis comme
suit : Moise : i voix -Doquerouette : 9
voix L. D. Malette : 6 voix Josud
Blain: 4voix-- 2 illisibles et quatre blancs.
Monsieur Louis Eth6artn a emporte de
bonne lutte sur ses comp6titeurs.
Les dloges du nouveau Commandant ne
sopt plus. A faire ; nous ne feroos que le
rappeler au public, auquel ii a toujours ap-
paru, tant6t en face du sinistre comme un
lutteur acharne. tant6t, ailleurs, come un
d6fenseur zel6 de la cause de la Compa-
gnie.
Si la Compagnie des pompiers libres a
connu des jours meilleurs, si nous n'assis-
tons plus au spectacle ecaeurant des porm-
piers tristement cdlebres par leurs chemises
en loques, si nous avons aujourd'hui un
materiel restauri, nous le devons A I'ex-
commandant Xavier Mondesir en collabo-
ration avec ses conseillers don't Mr Ethbart
6tait le premier secrktaire, tous deux aides
par la bienveillance de S. E. le Prdsident
Nord Alexis.
Hier encore, le jeune commandant a eu
plus d'un success, grace I sa constance et sa
persevrance. II a pu, par ses demarches,
arriver A obtenir une augmentation de la
subvention accordde A la Compagnie. Nous
prdsentons l'homme tel qu'il est.
Celui qui rlunit toutes les garanties db-
sirables de probity, de morality, ne demen-
tira point la bonne opinion qu'on a tou-
jours cue de lui et restera a a hauteur de
la consideration de la population.
Le choix qu'a fait de lui la Compagnie
des pompiers libresest des plus senses et in-
telligents.
Nous n'avons aussi qu'A decerner tous
nos compliments A Monsieur A. Isidore
iour la correction et l'impartialite qu'il a
montrces aux elections. Du reste, nous de-
vions tout augurer de bon, de la tenure de
l'assemblec presidee par un homme A 1'Ame
si bien trempbe, si profondement imbu
des sentiments de ses devoirs..


HAITI

Deux conspirations.- La c16-
mence du president, g6n6ral
Nord Alexis
Port-au-Prince, t novembre
A la suite de l'6chec d'une conjuration
qui ne se proposait rien moins que 1'assas-
sinat du chef de l'Etat et de ses principaux
lieutenants ainsi que l'incendie et le pil-
lage de Port-au-Prince, seize conjures fu-
rent condamnis A mort par le conseil sp6
cial militaire. Les avocats deja defense fu-
rent les premiers A constater que jamais
conscil ne fut plus impartial et plus favo-
rable aux accuses. Ndanmoins, le president,
cedant A ses habitudes de cl6mence, fit sur-
seoir A l'ex6cution. II 6tait meme decide
A gricier les condamn6s, ma'gr6 les mena*
ces de mort qu'il recevait tons les jours,
lorsque le z5 octobre un novel attentat,
perp6tre aux portes m6mes do palais prisi-
dentie), forcait le general Nord A donner
suite au jugement du 20 septembre. Cinq
des principaux coupables furent alors exd-
cutes comme example. Onze eurent la vie
save et sont conserves comme Otages.
On voit, d'aprs cc qui prEcde, que le
general Nord est loin d'Rtre le prdent
idactear froce, qlo noas momreum cam
nes dpkches endaceIoa I quats A M.


Marcelin, ministry de l'intrieur t ,
d'avoir assist A l'"caution la clgcsu
la bouche, il n'a jamais fume de d
( L'Echo de Paris, t2 'omaebre 907 )


Le Probl Ime Maroeala

Un grand engagement..
A la Chambre

LALLA MARNIA 29.- On rappone qu'ux
grand engagement a eu lieu a'jour
i Adjeroudkiss entire les troupes
et la tribu des Beni Snassn. On est
sans nouvelles sur I'issue du combat.
Un engagementaeu lieu aujourd'hui AAd.
jeroudkiss entire les troupes francaises et le
Beni Snassen. An ddbut ces derniers an
nombre de 2.5oo firent reculer les avant
postes franoais, mais its furent bient6t dis.
pers6s per le feu de 'artillerie.
On rapporte que deux tribus alg&riennes
se sont jointes aux Beni Snassen.
PARIS 29- Le gouvernement a ett in*
terpellk hier A la Chambre des DWput6s sur
les ivenements du Maroc; il a reu un vo
te de confiance.


Allemagne

Augmentation de l~ Dette

BERLN.- La discussion du budget a iti
continoec aujourd'hui au Reichstag. Le
baron de Rheinhaben, ministry des finan-
ces a fair remarquer que 1'Allemagne d.
passait toutes les autres nations par la ra-
piditW avec laquelle elle augmente sa deue.
Cette dette qui n'Ltait que de S I.ooo.*a
de dollars en i881 s'elevait i 483.250o.oo
en 19or et elle est aujourd'hui de 8oo0.
ooo.ooo de dollars.
.

Incendie a Monte-Carlo

D6gAts important

LONDRES- Une depeche de Monte-Car-
lo, announce qu'une grande panic du vieu
palais des Grinaldi A Monaco a etd d6truite
hier apr6s-midi par on incendie.
Toutes les pompes des localitbs envir-
ronnantes, ainsi que cells des casinos oat
inonde le brasier lusqu'a 5 heures do soir.
Les ddgAts sont tries important. On ignore
la cause de cet incendie.


Les armements Alle-
mands

Question d'un socialite
BErLIN 29, -. Pendant ia disassaio da-
bud et de o908 qui a lieu aujourd hti a
Reic stag, M. Bebel chef do part social
te a dit que d'ici trois ans le gouvernems
proposerait an nouveau programnme "Va
et il a demanded centre quelie puissanAe
armements actuels talent dirigs.


Le crime d'un diplomat

LA HAVANE 29 M. Dahi a M a.As6 f
sous l'accusation de s'tre iadAmoet WF"
pri une some de i.ooo dollars app*
mant iA la cs de la Ildatio. n11 vs
esvoyd n Alltuagme poor y ast j0#


_ I I a I- -. -,









Caf6s de Porto-Rico

WASmHTo 2 2..- Une d6dpche de
pr^.bld ramknrcaine A Paris adresse an
Jpanreumbnt d'Etat dit que le gouverne-
m~ orant f a retard d'un autre mois
ramlic ution du tarif maximum sur les ca-
ibt ePeorto Rico.

Derrnire here
ULauA MAmIA.- Le marabout Botmbich
f oIVLCs u gpes *aiote et ms 6misd-
'effor ent "de soulever lea trnbus de as
Eotiare algenene parmi lesquelles ils
iundent le bruit de l'puisement de la
Fance don't tous les soldats, disent-ils,
mot a Casablanca.
Pendant one nouvelle attique hier soir
pes d'Adjeroud Kis 4.000 arabes ont atta-
q davec furie un dttachement de 400
ancis, mais les canons bien posts de
rsrtillerie franaise ont mitrailli les assail-
aots don't les rangs out nt6 fauchis par le
fet des shrapnels. Les arabes se sont enfin
utirds. Ils laisserent de nombreux morts
orts sur le terrain. Los fransais oat eu
deux tuis et six blesses.

Officer de l'Etat civil de la
Banlieue
Le soussign4 donne avis & la popula-
tion de la Banlieue de la ville de Port-
ao-Prince que, nomm6 rcemment Of-
icier de I'Etat-civil de cotte section,
I a install son h6tel rue du Monta-
lais No 19, en face du Lyce P6tion.
Port-au-Prince, le 26 Novembre 1907
FIGARO BERTRAND
4,- T La
Redaction du "Matia"
Offre d ses lecteurs lea deux volumes
A quoi tient la sup6riorit6
des Anglo-Saxons.-
A-t-on int6r6t A s'emparer
du Pouvoir?
DE
EDMOND DEMOLINS
Au prix dos Qeutre Goardes chaque
EN VINTB A L'IMPRIMERIE DU Malin.

Avis communal
'ILe coutribuables sur lesquels des
iaies ot 6t6 illdgalement ophrdes par
is crdanciers de la Commune, sont
r uvesos qu'ils n'oot tenircompte
e dites saies faites contrairement
i dispositons de Particle 53 de la
i du S Aoat 1900 qui declare forml-
At qu oe reverwss do to Cosmmww
m einwmaseable.


Cordonnerie Nouvelle

G. B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE 143
GRAND ASSORTIMBNT DR CHAUSSURES
DB TOUS GENRE8 ET D*P6TO POUR LA
VINTS IN GROSS ET DTrAIL.
ExtUttion prompt dos
commandos, tant lot qu'&
lintM ieur.
Confection des chauseres avse les
millers sons. Toujours forms
616gantes tant A home qu'A femme.
Los derni6res or6ations do
Paris I
PAtes, Liquides, Cirages pour chaus-
sures de toutes nuances.
Conventions de ntv coe nwenbles.

PEmar acklemexaet

A L'tL _GANCE
D. FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance do public,
particulibrement de ses nombreux cli-
ents de Ia COte et de la Capitale, que
I'6tablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour homes,
temmes et infants, en tons genres,
st quo, malgre l'offre de i q pour cau
sur l'achat en gros (50/)) fait n ra
bais exceptionnel sir les prix.
L'btablissement so charge de faire
preadre des measures A domicile.
Twouow : Sos, exactitde., pomctuaui
42, Rue des Fronts-Forts, 42
PORT-AU-PRINCe (HAITI)



Balue national od aili

Conform6enent aux instructions do
D6partementdes Finances et do Com-
merce la Banque Nationale d'Hanli a
l'bonneur d'informer les intdreAs6s
qu'ils peuvent, A partir do ce jour, se
presenter A ses guichets, pour tou
cher une quatorzieme repartition sur
les emprunts suivants :
Emprunts da governeewnt d'Haili
1 o0o ( un poor cent ) intr6t do 1t
Septembre au 31 Octobre 1907.
imprwase do gouuemneu et duI a:t
3 o/o 1/So/o (dem pourcent)ipotMtd
1t Septembre au 31 Octobre 1W7 con-
tre reCus et sur prdesottalt dos bors.
~pqcrfi iaqcNovea bre m b


Ile DocW c. Gaveza
u .iDEC N,
CHIRURGIiN, ACCOUCHEUR

Blettrotbrapeoto
Madie- if rUonmwsdv lamewd,
S sad e ) ee da 6 eP lISw.

ftn-s.Ptlna, ls )aog e skeo.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Anden membre de la Societd Philan-
kropique des mattres lailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'6-
toffe diagonal, casimir alpaca, chevio-
.t, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de psrtcalierement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toue beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
Coe.- Couped Frangaise, Anglaisa el
Amricainede ela derriere perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brodCs
dolmans, tuniques, habits car-
frs. etc etc, de tous grades.

Dr L. Malebranche
Dipl6m6 de I'Institut de M6decine
Coloniale de Paris. ex-Moniteur du
Service Oplitalmologique dela FacultY,
A IH6tel-Dieu, et ancien assistant de
la Clinique du Docteur Galezonski,
Membre de la SociAte de Mddccine
et d'Hygiene tropicales.
MtDECINE-CHIRURGIE
MALADIES DES YEUX
CONSULTATIONS PRIVIkKS: DE 2 2 4 lirs.
CLINIQUE DE 10 HEURES A MIDI
83, Rue du Peuple, 83.


LA PHARMAOID
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
So recommande poor l'eoxotion
prompts ot exact des ordonnanmeo
n'importe qu'elle heurs da jour et do
la nuit.
Droguerios, Sp6oialt"e phar-
maceutiquesextr6mement fraibcs.
Paix CowscimScMsu.

H-~ 6tel-Feeta.xwaz2Kt
ST-JOSEPH
(ANGLE DES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bien organis6.- Repas
A la carte.- Cuisine excellent.
PRopnIITAIRE : JOSEPH DESRIVI]RE

Francisco Desuse
Fabricant de chaussures
A I'avantage d'annoncer an public
et & sa nombreuse clientele tant de la
Capital quo de la Province, qu'il vient
de recevoir A I'occasion de la fin d'an-
n6e, une vari6td de peaux nouvelle-
ment arrives ; savoir :
VEAU GLACE, CRKME, DORi, CHAMPA-
GNE, BLEU, BEURRE FRAIS, VERT
* BOUTEILLE 1, JAUNE, VIOLETTB, JAU-
NE FONCI, MAUVE, JAUNE D'OLIVB,
GRIS, JAUNE DU VIN w, ROUGE, etc.


Lamaison
pour dames


a un assortment complete
et enfants.


Ventz voir dt vous erez costanls.


Produits Hylieniques pour la Tolette


0





uI1


LA


=



s4


POUVRE ~Ho~a
8~61somy rw ICC _
I-. V=# W I rmZWW B$Mw fto FA M a 1dowl"etb


I4


fum. Elle conserve I'eclat
centre le hale, les piqdres


adoucit I'4piderme auquel elle
donne une souplesse et un ve-
loute incomparable en lui com-
muniquant son ddlicieux par-
et la fralcheur du teint, car elle est souveraine
d'insectes et les eruptions do la peou.


sans bismuth, invisible, adbh-
IrestI1 a, Im lpable, prdpsr
..pIllllll li lI l pidallement poor les per
a eLs qui veuleot avoir oa teot
,ardprocbable; son parfum d6licat, son velouat oat contribute A fire d'elloe
ia favoritee dea Poudre; de Toilette.


Lz


bLV!IISIM Y


toote les qualit4s bienfaisanter
est particulirement recommended
dames don't 1 a peu est delicate.


A base de COr6me Simon,
r6par sloo le A prino l
Sleplus merapuloux deobyiene
Sposede a on certain deg
et prEservatrices de la Creme Simon ; i
pour la Toilette des infants et poorg,
Is st ouree


Agonco G6nOra.o ot d6p6t pour Haiti

39AISON ZUZLE LY LLU a
BUD Am do Mapda dorAU4 Mf,


-- I I c








TANNERIE CONTINENTAL
Port--Prince
Port-au-Prince


)N DES PEAUX DE VINGT-QUATRE
CAPACITPI 500 IPAUX PAR JOUR
PRIX DES CIIAUSSURES COME SL


Chevreau glace Boutonn6 et Lace pour Hommes et D
g a 9 Recomm
Verni et couleurs: g 4 4 Recomm


0 0 0 0 0 0 0 0 0 0


Tibere Zephrin Bell
Fabricant de chaussures en tons
genres. Pour Homies, Femmes et on-
fants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPICIALITI :
PANTOUFLESMULES


Imp. C.


(24)COULEURS.

JIT:
ames 10 ( Dix gdes )
\andee 10 (Dix gdes.)
tandde 12 (douze gdes)
S 6 six (gdes)


Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES GALJT ET FEROU.
Specialit6s F. Bruno :
Pouare puissantecontre dmangeaison
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmalique, rembde efficane
centre les access d'asthme et les toux
rdquentes le flacon ; P : 1.50.
Consultations gratuites :
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures du martin
par le Docteur. N. TuGoAs.


MAGLOIRE


\Qm- 45, RUE Roux, 45
TI1LIEPHONE.

Journaux, brochures, billets de
marriage, cares de fianCailles,

programmes, affiches, et tous

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cartes
de visit d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE



H ,CmT BELLE UE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINE.(HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Intallation moderne t confortable. ue --sur la mer. Tempdrature
douce et rlgulire. Ls Tramways deservent I'H6tel-Bellevue toutes l 7 Minut&e
PROPRIETY SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES-JARDINS
SalUs de rloption.--Piano.-Gramophone.
Sonneri Electriques


Table d'H6te


o** li jour., d* midd 4 9 Sher,
de 7 A8 h.r du sr


Ge.2.v5


PREPARATIC


Plan et coquille
Sans foyers
Verres blanco cylindriques,
et convexes.


concaves


Assortment d'axes complete
Chez A. DE MATTERS.
-
Chapeaux !
Chapeaux I
Chapeaux I l
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ
JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concour d'un chapelier remarquable,
M. JAIMz TESTAR, d'installer une
FABRIQUE 'DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon d Coiffure di Louvre
Pour tous les oats et pour tahte
Ia boureW.


SA. e lalls etl Go.
83, Rue du Malasin de I'Etat
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour les goits les plus diffici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
d6licatesse p6n6trante qu'elle offre ses
clients south de veritables petites mer-
veilles.
Les dernibres marques qui charment
le Tout Paris sont chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, Trfola, Iddea
Cyclames, Vittz, etc.
La maison a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spdcialitds: bagues frangaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et frangaises sur com-
mando, Service d'argenterie complete
pour manages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres pr6cieu-
ses et vieille bijouterie a des prix avan-
tageux. Dernier cri: Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
tdis envoie franc de port sous pli recom-
mande dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes on Lorgnons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions des
Dncteurf on instructions des acheteurs.

Panamas !..
Elegants, solides, recus par le stea-
mer francais.
Stock assorti et merveilleux.
ACCOUREZ
Chez M'e Leonide Solages.
22. Rue des Fronts-Forts, 22.


OCULISTES!..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUMES,
JAUNES, du Dr Fieuzal et du J)r Motais.,
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PERISCOPIQUES CONCAVES, Pi-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completes foyers
VERRES JAUNES, FUMAS, BLEUS,
BLANCS.


POUR ENFANTS: .


A vendre
Recueil de Cantiqaes de Noel
Suivi de Neuvaine pour honorer la
Naissance de Jesus, et des pratiques
de devotion pour la Quarantaine.
(24 Ddcembre au 2 Fdvrier )
Prix : P. 1.57 franco.
A LA LIBRAIRIE A LA ( MUSES a
J. J. M. MANIGAT.- Cap-Haltien.

Fabrique de chapeaux

La Fabrique de chapeaux install &
1'Ecole des Arts et Metiers, anciene..
ment Maison Centrale, sons la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gal-
teau a I'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son dep6t un bon
stock de chapeaux de paille superieurs
pouvant satisfaire les goits les plus
difticiles ; malgre ces avantages elle
met ses chapeaux en vente A un prix
modique d6efant toute concurrence.
La fabrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne A Port-au-Prince et ce avec le
concours d'ouvrieres venues expres-
s6ment de l'Etranger.
La fabrique rdpare aussi toute sorte
de chapeaux. Bon march exception-
nel.

PHOTOGRAPHIC

J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120
Travaux soignds de toutes sortes
et de toutes dimensions
Reproductions et agrandissements
( Prix moderes )
Cartes Mignonnettes :
SEULE31ENT PAR DOUZAINE P.5.
NOUVEAUTES : Papier Platine ( nou-
veau genre )
PHOTO-SOIE perfec-
tectionn6e (diverses-
tein tes.) Dernier cri.
N. B.- Lz Photo soie peut s. rvir B
de chairiaintes applications de la pho-
tographie:
Sachets, Eventails, Pelotes- D.ssus
de boites,- Ouvrages de dames, etc.
VENEZ VOIR I

Francisco DESUSE
Fabricant do chaussures
La Manufacture a toujours en 4
p6t un grand stock,- pour l&a etd
en gros et detail,- de chaussurOs
tous genres pour
Homuas, FrMMU, EmrAxrr
Los commands des commfors
de l'interiear pourront 6tre oextO I
dane one semaine a pea preL.
23, rue des Fronts-Forts, 28
PORT-AVu-Pawc ( wAIrr )

LA REVUE
( ANxcImNN RavUE Dns RaVUNs
Bi-Meuaul
ABONNEMENTS :
PAR An, PAR Sutst
Ratti ,.. 28 francs, to ht
as abonnements sont mfWreu
ls bureaux dua Matei ent -i
poor la RpabUque dBeaSt.


----- ----
--- ----