<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00200
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 29, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00200

Full Text



VENDREDI, 29 NOVEMBRE 1907.


J


'


U)


QUOTIDIEN


ABOMnEKENTS


PnR MOIS Une Gourde


D'AVANCE


Di'AAT3MXN'!r & rrATRI4GNG;
yrais de ppsts en uu.


DiREcriui :
Cnemr~erar t N;eagloixe

RItDACTION-ADM1NISTRA'IION
45, RUE ROUX, 45.


L NUM_ .-.
SLE NUMf.RO 10 CENTIMES.


Les abonnetrenzs p-rtent du ler. ct ja ii
zauis ct Sant payables d'ava--c


de cbaque


Lee nrianu.crits insores ou DOX D DoSO pas remir.


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser a Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux oc Bonne-Foi.


La Femme Haitienne

BIEN DE FAMILLE
ET


CHEF DE


FAMILLE


Dans certaines regiots, la ferine
entire plus avant dans le groulpenent
humaiz, et ce sont pt-ecisment les
regioiis i' I'esprit de groupe doinine.
C'est li tormue comlrnuiautai're diais
son type lic plus absolu of nlion de
particulitr n'existe ; tout se tdit par le
group, dans l'intertt du groiiup., tout
est possedt par le group. 11 e.i est
ainsi dat s le Thibet, dans la Mongo-
lie, dat.s une parties de la Siblrie et
aussi sur certain points du conti-
neat africain.
,La nature mrn.n des occupations
fait que la femme a s i place marquee
dans le grope et la principal de ces
occupations- la seule en certain
de ses endroits est I'art pastoral. Ce
travail est impose par les conditions
BlAmes du lieu que l'on touvera mi-
nltieusement exposees et expliquIes
ans l'ouvrage Comnmet la route crie
Stype social, de M. Demolins.
La, la femme a une personnalitte
In peu plus marquee en ce q ti'elle
Pitage les travaux d I'homme et
qu'elle compete dans la vie commune
a&ussi en ce qu'ell- est digniliee par
Smariage ; son maria lui assure ainsi
Ote position et observe vis-A-vis d'el-
I les engagements inherents au ma-
uais, en m6me temps, elle est corn-
4e dcras6e sous le poids de cette
Contitution social repr6sentee par
groupe ; car tout, et elle aussi, se
truve subordonn6e A 'int6ret du grou-
P. Elle a bien le m triage, mais ce
"st pas I& une affaire qui la regards,
C*t esscntiellementl'alfaire de la fa-
tile; elle ne se marie pas, on la ma-
6.- Edle devient ainsi le bien du grou-
P4 c'qt-&-dire de la famille, au me-
i titre que le betail. C'est aussi A
3-xoe qu'6choient lea occupations
L--ireo alinsl que lea beoogae lea
fI lourdes.


Enfin le marriage lui-meme don't on
I'honoro dans cette socdit6 est on
mmen temps un present qui la fait
deprdcier, car la pansde qu'elle doit,
A un moment donned, se marieret, par
consequent, sortir du group, lui fait
dans ce group accorder moins de
consideration qu'a I'homme. D'ail-
leurs, quand, par suite do ndgociations
entreprises entire les deux groups in-
t6ressds, la femme sort de sa famille
pour entrer, par le marriage, daas une
famille nouvelle, celle-ci est tenue
d'iodemniser, par une certain quan-
tit6 de betail, la famille depo.-sidd;5
et c'est une manibre de restituer les
frais d'dducation : c'est done, en rea-
lite, un troc de la femme centre du
betail.
Dans cette forme sociale,la person-
ne augment ou diminu. de valeur
au gre des intdrtls de la communau-
te et elle est aulant un bien de famil-
le qu'un membre de la famille.
0 .**
L'auteur du livre que jo viens de
citer vous dira mieux que je ne sau-
rais le rdsamer pourquoi l'art pasto-
ral se trouve etre la seule occupation
A laquelle puissent so livrer les Mon-
gols et autres qii occupentles r&gioins
des steppes. Nous venons de voir
comment l'existence du group faini-
lial, sa puissance, son agrandissement
setrouvent absorbertoutes les preoc-
cupations des habitants de ces pla-
teaux asiatiques, en vertu de la pro-
pridte collective de tout ce qui se rap-
porte A I'art pastoral, b6tail, instru-
ments, etc.
II est arrive cependant que, si dten-
dues que I'on veuille supposed les
steppes dans ces regions, elles sont
arrives A un certain moment A ne
plus suflire a des populations qui
sans cesse se sont accrues et 6ten-
dues aussi elles-mntes ; si bien qu'un
grand nombre de ses fimilles se soiit
mises A sortir des steppes ct, uie fois
dehors, 'art pastoral est venu a ne
plus pouvoir seul les nourrir.
Elles ont adjoint A cette occupation
le commerce et nous allons voir quel-
le organisation social est resultee
de ce simple fait; puis, quelle est la
nouvelle constitution de la famille
dasn cotte socl4t6, et enfin a nouvel-


le situation faite la femme dans cette
family.
Ce commerce consis!e A parcourir
toutes ces regions d'une extldmitt At
I'autre et A fire I'clhange rcciproque
des productionsentre le nord etlesud;
les voies de communication sont fa-
ciles, mais l'id;al de tout commerce
etant la monopolisation, un group
cherche A monopoliser les routes au
detriment de l'autre; de 1A l'organisa-
tion de veritables forces militaires et
co sont les tribes qui apparaissent;
elles se font une concurrence aclhar-
n6e et elles se font au.si la glerre
pour la possession exclusive des rou-
tes et, dans ces conditions, ce sont
les tribus les plus fortes qui dvincent
les autres.
Tandis que les hominmes font cela,
les femmes continuant de pratiquer
l'art pastoral 't aus-i la culture, et el-
les arrivent ainsi t concentrer dans
leurs mains presque toute la function
familiale; de plus, elles parlagent
avec les homes le devoir d'entrete-
nir les enfants.
Ce group social, qui est celui des
Tonareg, et done reprcse nt d'une
part, par le lPouvoir des hommies expri-
ind par la tribal, exclusivement a-
donn6 S lia lguerre coinmerciale; et
,i'autro p tr, p;ar le Pouvoir des
fnmmnes extprime par la famille,- ex-
clusivement adonnic I'art pastoral et
a la culture. Noni ru'ncontions done
ici pour la premi'ro toi-k ne (gailite
social effective entire I'liomme et la;
femme, et peut-etre qu, ,-.Atte situa-
tion pour l:a femme est ui example
unique dans l'histoire.
Au contraire de c que nous venons
de voir dans la constitution social -
pr6~ccate, le malriLag. devient une
affaire personnelle et non plus uno
question de famille et les convenan-
ces individuellos peuvent ainsi libre-
ment se ma:;ifestslr. L' galit' n'est
pas seulmnent reelle, elle est meme
outrepasseo du c6td de la femme, car
c'est elle qui done son nom aux en-
fants. D'une facou absolue, elle re-
pr6sente ainsi, essentiellement la fa-
mille. Et note que c'est sa propre
famille et cell de sea ancktrts qu'elle
repr6sente, car, dans cette organisa-
tion social, la femme, en se mariant,
ne quitter pas ea famille; c'est pour-
qao le marriage esseB d'6tre une ataire


de famille, n'ayant plus pour effet de
fire entrer dans celle-ci autcune per-
soinne nouvelle.
Maliheureusement, la femme ne pout
jouir de celte a(gafite qu'au d(Itriment
tntme doe institutionn du marriage,
car I'uniti du ininage se trouve ainsi
c',nplhtement andantie par cette cir-
constance que chacun des 6poux s
trouve appartenir A une famille dif-
ftrente.
Cette constitution social a cepen-
dant une sup6rioritd au regard 4e cel-
les que nous avons rencontree chez
les sauvages, chez les negres du Sou-
dan et du Nil et chez les Mongols; elle
s'en distingue notamment par I'dduca-
tion quo la femme du Touareg, chef
de la famille, est apte A donner A sea
infants. L'histoire nous apprend d'ail-
leurs que, sous le nom de Caravaniers
arabes, ces Touaregs ont pu facile-
ment dominer le Nil et le Soudan, et
c'est & la science social qu'il atait
reserv6 d'expliquer cette supdriorite
par l'organisation social des uns et
des autres et par le defaut absolu
d'dnIcation chez ceux qui ont succom-
Ibt' Car, tlndis que les uns se livraient
aux pires pratiques, dddaignaient
I'organisation loe la famille et I'6du'ca-
cation des enfants, les autres s'entral-
naient A la pratique du commando-
mnent, foudaient sur le travail leur
organisation familiale et elevaient tant
bien que mal leurs enfants. C'est lou-
jours la femme la premiere qui pro-
rite ou pASit des modifications subies
par la society.
Sans doute, ces dominations & la
mode guerriere ne sont gure possi-
bles de nos jours en raison de 'aba-
tardissement des populations arabes
elles-memes; it est cependant bien
vi ai que leur organisation social ds-
tient la superiorint que nous venons
de dire, puislue de nos jours, I'es-
clavage et la traite n'ont pas de plus
solides soutiens que I'Arabie.

L'administration du a Matin a
rappelle aux abonnes de la Ca-
pitate qu'ils ne doivent rien ver-
ser, abonnements ou autrea
quo sur REQUSIMPRIMI S et
signs de M. 1'Administrateu


- ~-~-- ---- -- -- --- 7----"`--- --r- ----


in ANNIM9 No


202


PORT-AU-PRINCE (Wrii)












RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
_-
l baservatoire
DU
StHINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


JEUDI 28 NOVEMBRE
Baromltre 1 tiJdi
T A mrainimum
Temperature maximum
Maximum


762 o
I9,4
31 3


Moyenne diurne de la temperature 24,2
Le barornmtre reste stationnaire.
Quelques mouvements microsismiques
dans li soiree specialement xI h. du soir.
R. BALTENWECK
Arrive et Depart
Hier est entree le steamer .Altai avec les
passagers suivants venant d'Inague :
F. Mazille, M. Azon.


4
Le steamer 'Ptins 'Der 'TNderlanden
entrd hier, venant de New-York avec Ics
sagers suiv\ its :
Mr ct Mine H. E. Roberts, Consul
Norvcg., II. W. Webster, Mr ct Mine
khlout.


est
pas-

de
MNi-


II cst reparti dans la soiree pour St-Marc
avec les passages suivants :
Aug Riboul. Mme A. Cha:telain, Labrousse
Clovis Miot, Melle Julia, J. E. K6nol, Melle
M. Knnol, Marc Boutin, J. Cantave, Mne
Jastram et sa fille. Melle Th. Cesar,
Mme S. Michel, Melle Marie Dufleur, G.
Severe, Mine Horace Calixte, Vaudrcui l,
Mine G. Angus, Mclle Ida Angus Mile Mo-
ra Angus, William Angus, D. Lorquet, J.
Lorquct, Mme L. Fleuran.
Le cinematographer
en medicine
GUndralement l'ttudiant en medecine, en
dehors de la clinique et de l'amphithcltre,
en est reduit aux descriptions verbales des
maladies, don't le professeur ou le livre leur
explique les phlnomenes et la march. II ne
peut les suivre sur le vif dans leur d6velop-
pement ct, par consequent, ses etudes offrent
une lacune. On a essay d'y remedier par
des tableaux et des photographies ; mais
ce sont 11 des graphiqua que l'on pent ap-
peler immobiles et qui ne donnent pas la
vue du malade vivant. Le professeur Wal-
terChase, de la Societe mEdico-chirurgicale
d'Edimbourg, a imagine d'avoir recours au
cinematographe. A vrai dire, l'idee ne lui
appartient point, elle avait6tE dejA suggeree,
maisil fallait la realser, ce quiEtait le prin-
cipal, et il l'a fait. Ses pellicules cinemato-
graphiques comprennent I'ensemble des
movements anormaux qui, dans le dia-
gnostic des maladies, sont reconnus com-
me des signes evidents de celles-ci. Rien
n'y est oublie, et I'on y voit par example
se succeder tous les phnomenes de l'epi-
lepsie. Pour donner une idee de l'impor-
tance du travail du Dr Chase, ii suffira de
dire que les attitudes de I'epilepsie ont exi-
g6 5oo metres de pellicules qui presentent
22.$00 poses minutieusement exactes de
I'epileptique. La ,methode cinematographi-
quo sera peut-Ctre couteuse, mais les gran-
des tacults de m6decine pourront s'en assu-
rer la possession, et les specialistes en fe-
rot sans dote l'acquisition pour ce qui
oncerne lears travaux particuiers. En tout
ca, c'Mt un progras, et ce tihe nous le
rsipelo id.


Bolte aux Lettres
Monsieur le Directeur,
Lautre soir, en rentrant chez moi, j'eus
I'odorat tontment impression par des
emanations caracteristiquesprovenant d'une
pourriture qui gisait non loin de mon do-
micile.
J'allai enqu:ter sur-le-champ et je de-
couvris, en effect, A peu de distance de ma
maison un Ane mort don't le venture entr'
ouvert baillait A la lune. II ne m'etait cer-
tes pas possible d'aller me coucher en pa-
reille compagnie.
Jugez cependant de mon embarras : il
dtaithuit heures passes : le conseil com-
munal dormait certainement, etr IalgrE
mon exactitude vis-A-vis du fisc commu-
nal ( je paie tCgalitrement imp6t locate
et ma patente de boutiquier ), j'ai recule
devant la pensCe d'aller reveiller aucun
agent communal.
Et alors l'idee m'est venue d'essayer de
fire face A la situation: cc ne fut vraiment
pas long. Je queris sans grand'peine quatre
bonshommes du voisinage et ils eurent vi-
te fait de realiser l'oeuvre d'assainissement
pour laquelle je les avais convoques.
Cela m'a coute 6o centimes, m'a pr-
serve de toute une nuit d'incommodites et
m1'a value l'hommagede tous les voisins qui,
durant des heures, sont rests, eux, a de-
viser sur les negligences de notre edilite.
Est-ce11 avoir fait oeuvre depar!iculariste?
Si oui, ma foi, je continuerai de temps en
temps; mats comme je ne suis pas insen-
sible aux hommages, je vous saurai gr4 de
rendre mes processes publiques..... A ti-
I re d'encouragement.
UN LECTEUR DU A MATIN

Notre lecteur ne s'est pas trompe : il a
bien fait I1 oeuvre de particulariste. On
n'a qu'A l'imiter un peu partout, et I'his-
toire du chienn mrt, qui a tant navrc Vin-
cent sur le peu de sens social des Haitiens,
deviendra de plus en plus rare.
Renseignements utiles
Camphrier
Arbre de 18 a 30 metres de hauteur, A
feuilles persistantes, losses et brillantes, A
tieurs petites apparaissant de fevrier en
avril et fruits & une graine, forms en oc-
tobre.
Indigtne en Chine, en Cochinchine, au
Japon, aux ilcs Formose et Hainan, le
Camphrier a 6et rdpandu dans les cultures
en Europe depuis 1727, aux Indes dcpuis
80o5, en Aitnrique, etc., mais surtout au
point de vue ornemental.
Le bois de cet arbre fournit par distilla-
tion le produit cristallisE d'une odeur forte
et tris particulicre, le Camphre, que tout
le monde cqnnait ; il est obtcnu A peu pros
uniquement dans ses pays d'origine.
Les emplois du camphre furent long-
temps reduits A la mndecine, a la fabrica-
tion de certaines liqueurs comme celle de
Raspail, ainsi que pour prottger nos vete-
ments et lainages centre les insects. Au
Japon, il entire dans la composition des la-
ques et chez nous dans celle du savon. Une
industries moderne, celle du Celluloid, en
emploie des quantities de plus en plus con-
sid rables pour les nombreux objets qu'on
en fabrique.
La production de Formose, tres. impor-
tante autrefois, a baisse depuis que les Ja-
ponais, ii y a quelques annees, ont con-
quis cette loe ; actuellement c'est le Japon
qui en fournit la plus grange quantity.
En 1899 les importations franeaises se
sont elev~es A 658.ooo kilos brut, don't
4o4.ooo du Japon, sur lesquels 62a ooo
sont entries dans la consommation. L'Al-
lemagne en imported pine autant et le
tire principalemen de r Chine.


Noul
velle d


survent
res, apt
defunte
Nous
les freri
present
vives e
Les
tin et 1
tuaire,
q uartii
rendre

I sud
vitati at
dei Na
zione fi
disposiz
consola


D6e6s
s avons apiris la douloureuse nou-
e la mort de.
ROSE FLORIDA MODEST,
VeuveA.J. B HUD COURT,
ue subitement ce matin, A neuf heu-
res une trs legere indisposition. La
Setait agce de 67 ans.
Spresentons A nos excellent amis
es Hudicourt, don't l'un se trouve
ement absent du pays, nos plus
t nos plus sinceres condoleances.
funerailles auront lieu domain ma-
e convoi partira de la maison mot-
sise Avenue dMagloire Ambroise,
r de l'Exposinon, No 56, pour se
a l'Eglise Saint-Anne.
Avviso
diti di S. M. ii Re d'llalia sono in-
d inscnversi di nuovo nel registro
zionali che e aperto a loro disposi-
ino aL,6 Maggio 1908 second le
:ioni dell' articolo 24 della legge
re.


Port-au-Prince 26 Novembre 1907.
II Console
ALFREDO de MATTEIS

Au Maroc

Les FranQais sont attaqu6s

LALLA MARNIA (Province d'Oran) 27.-
Uni detachement de troupes francaises en-
vovy hier en reconnaissance aux environs
d'Oudja a et attaqud par 20.000 maro-
cains. II a du battre en retraite apres avoir
eu huit hommes bless6s.
PARIS 27.- Une deplche de Nemours
(Algerie) dit que cinq autres tribus se sont
jointes aux bc-ni Snassen et qne Ii situation
devient critique. Cette dep&che ajoute que
si des renforts ne sont pas immCdiatcment
envoys, le corps d'occupation d'Oudja
court le risque d'etre ananti. Le gouver-
ncur general de l'Algtrie a tl6igraphi6 au-
jourd'hui que 2.000 cavaliers marocains
out envahi le territoire Algcrien. Ils ne se
sont retires qn'aprts avoir ddtruit les jar-
dins et incendid des meules de foin Le
gouverneur a requ du maire de Nemours.
une demand de renforts de troupes. La
ville est menace par des hordes de ma-
rocains.

Le Secretaire Taft
--
IPETROPAVLOSK ( Russie ) 27.-- Le train
A bord duquel se trouvent le Secr6taire
Taft et les personnel qui l'accompagnent
est arrive aujourd'hui ici.

Audacieux bandits

SAMARKAND (Turkestan Russe ) 27.-
Une troupe de 4o homme; en uniform,
commander par 2 officers a pris posses-
sion aujourd'hui de la gare de cctte ville.
Apres avoir baillonn# et ligot le fonction-
naire, les bandits ont fait sauter le coffre-
fort et se sont empares d'une some de
to.ooo dollars qu'il contenait.

Nouvelles diverse

TULA 27.- Des bandits ont penetrd au-
jourd'hui dans le month de pi6t6 du gou-
vernement oi ils se sont empares de bi-
joux 6valuds A 75.000 dollars.
LoNDtS 27.- On announce la mort de
M. Cyril Flower, premier baron Batterse.


e dfant doit tre ag de 64 am. m
d6 secritaire au trsor dam a le d r,-
binet Gladstone.
-~----r~r ~ -



DEJEUNER DU 29 NOVEMBER
MIDI A 2 umBUR
Pat6 de foie gras truff
Dinde froide sauce mayonnaise
Morue fricassee aux pommes
Filet Mignon aux petits pois
T omate farcie
Haricots routes e sauce
Haricots verts sauts au beurre
Riz blanc A la creole
Beignets de figures
Fruits
WCa6
1/2 vin

Derniere heure


PARIS. Rente 94.90
Hier, la Chambre, apr6s une vive dis,
cushion, renvoya la suite de l'examen du
project de loi sur la dJvolution des biens
cc liastiques A une seance ultrieure. Elle
avait commence cc matin la discusiom do
budget de la marine. Elle discuta cet apra
iidi l'intcrpellation au sujet des nouveaux
incidents du Maroc.
Les marocains au nombre de plusicon
nmilliers traversercnt la fronticre alg6rienne
ct se portcrent a Bas-el-assa ou its atta-
querent le6 pose francais qui malgr6 dd
tfese energique fut forc6 de se repair et
demander des renforts qui aussit6t arrived
pcrmirent de reprendre l'offensive et *-
pousser les marocains de l'autre c6M
dc la frontiere.
Nous avons eu dix tues don't un lieutew
rant, 6 blesses don't un capitaine.
Sont nommes membres du ComitC con
sultatif de la defense des colonies, Gd
Latfon de Ladebat en replacement da
Gal Maunoury, intendant militaire des
troupes coloniales et Pinder en replace&
ment de l'intendant militaire, Linard.



Ba ine Naliolnaled' i'Hiul

:onifornm D)ep:iirtl.mentdes Finances et du Com-
merce la Banque Nationale d'Haiti a
I'hoineur d'informer les iut6ress6d
qu'ils peuvent, A partir de ce jour, se
presenter a ses guichets, pour tou-
cher une quatorzieme repartition sur
les emprunts suivants :
Emprunts da gouvernement d'Haii
1 o!o ( un pour cent ) intArt du 1"
Septembre au 31 Octobre 1907.
Enmprunts tda gouvernea nt dlfa ti
3 o/o 1/2o/o (demi pourcenl)intAr6tda
1" Septembre au 31 Octobre1907 con*
tre recus et sur presentation des bom.
Port-au-Prince, le 28 Novemnbre 107


LINE HOLLANDAISE

Le steamer a PRINS DER N]E
DERLANDEN a attend de St-
Marc sera ici probable meant same.
di, 30 courant pour continuflt
meme jour, pour Petit Goave, Jw
r6mie, Cayes, Jacmel, CuraCt'
Pot-au Prince,29 Novotem t
GERLA"C & &C, A@U Ao6








Le Docteur C. Gaveau
M]IDECIN,
CHIRURGIEN, ACCOUCHEUR
ET
Electrothdrapeute
'Diplomd de I' Universitie t- Harvard,
Est parti aujourd'hui pour Jermniic et se-
ra de retour A Port-au-Prince par le S/S
Hollandais attend c ou 6 D6cembre.
Port au-Prince, le 29 Novembre 1907.
----I~--- --- ---
Officier de 1'Etat civil de la
Banlieue
Le soussignd done avis A la popula-
tion de la Hanlieue de la ville de Port-
ao-Prince que, nomn6 rcemment (f-
ficierde I'Etat-civil de cette section,
il a installs son h6te l rule du Monta-
isi No 19, en face du Lycee P6tion.
Port-au-Prince, le 26 Novembre 1907
FIGARO BERTRAND


Dr L. Malebranclhe
Diplornf de I'lnsititt de M1decine
'oloniale de Paris ex-Moni,,ui du
erviceOphltalmnologiqlue dt la IFlacultld,
I'rtel-Dieu, ct ancien assistant de
Clinique (lu I)cteur Galezonsi,
lembre de la Societd de MWdecine
I d'Hyginec tropicales.
MIDECINE-CHIRURGIE'
MALADIES DES YEUX
CONSULTATIONS PRI\V'ES: DE 2 i 4 lu'S.
CLINIQUE DE 10 IIEURES A MIDI
83, Rue du Peuple, 83.
La
Rbdaction du Matin"
Offre d ses lecleursq les deux volumes
A quoi tienL ]a superiority
des Anglo-Saxons.-
A-t-on inter6t a s'emparer
du Pouvoir?
DE
EDMOND DEMOLINS
Au pri.c Is Qizatre Glourdes chaque
VE VINTE A L'IMPRIMERI 1DU Matin.

Industrie
MANUFACTURI]RE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIES
r*M-cols, cravate manchettes,cherises
et calepons
Scole ds arts at ndtiers
--~ -
Avis communal
LBf contribuables sur lesquols des
hiies oot 6t illIgalement opdrees par
t crranciers de la Commune, sont
*enus qu'ils n'ont a tenir compete
tditea daisies faites contrairement

sDt que les revenues de la Commune
^ isiables.
EU consequence, tout contribuable
Sara verse le montant de ses rede-
B entre les 'mains des pr6ten-
Wluaissants s'expose de payer deux
tau-Prince, le 16 Novembre 1907
L ReBuW" CoammDual,
Lrs DUVIGNAUD


LA PHARMACIE

Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
Se recommande pour l'exdcution
prompted et exact des ordonnances &
n'importe qu'elle here du jour ct de
la nuit.
Drogueries, Sp6cialit6s phar-
maceutiquesextr6mement fratches.
PaRx CONSCIENCIZUX.

Fabrique de chapeaux

La Fabrique de chapeaux installee A
I'Ecole des Arts et Mdtiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a I'honneur d'iiformer le public
qu'il trouvera en son ddp6t un bon
stock de chapeaux de paille .suprieurs
pouvant satisfaire les goiltis It's plus
difliciles ; nmalgrd ces avantages elle
met ses chalpeaux en vente a un prix
modique d6tiant toute concurrence.
La fabriipie informe en outre le pu-
blic qu'ello est la seule qui en confec-
tionne I',ort-ati-Prince (t ce avec le
concour-s (1'ouvrieres venues expres-
s('ment de I'Etranger.
La fabrique rEpare aussi toute sorte
de chapeaux. lon marcli exception-
nel.

Cordonnerie Nouvelle

G. B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE 143
GRAND ASSORTMENT DE CHAUSSURES
DE TOUS GENRES EN DIEP)T, POUR LA
VENTE EN GROS ET DETAIL.


Execution prompted
commander, tant ici
l'interieur.


des
qu'd


Confection des chaussures avec les
meilleurs soins. Toujours formes
dlegantes tant A hornMne qu'A femme.
Les derni6res creations de
Paris !
PAtes, Liquides, Cirages pour chaus-
sures de toutes nuances.
Conventions de vente convenables.

SH6tel-1~~estauratrat
ST-JOSEPH
(ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bien organise.- Repas
a la carte.- Cuisine excellent.
PROPRIEaAIRE : JOSEPH DESRIVIIRE

VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co
VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res
KOLA
tngston
MACNISH'S a IRONBREW *
A Vendre
Chez CATNAT FOUCHARD
85, 89 Rue du Centre
6, Rou dee Frontl-Forts


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODEL1NI
Ancien membre de la Societd Philan-
hropique des maltres tailleArs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd-
toftea diagonal, ca-iitiir alp;ica, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, tecomman-
de particuli6rement A sa clientele une
belle collection de coupes de casiroir,
de gilets de fantaisie et do piqu6 de
toute beauty.
Specialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupei Franpaise, Arglais3 et
Amdricaine de la derniire perfection.
La mason confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits broi s
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, do tous grades.
,-- --= -
Fra nc heb er t
I1-X fe Xi k ka vi F t

A L'ELEi Al C
1). FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissan', da public,
particuliirement de St-(s rnImbrci x cli-
eats de la Cote et de la (:apita!l:, que
I'ktablissenient a un sock incalcula-
ble de chaussures pour fhonlies',
temmes et enfants, en iol.; ,: cl's,
et que, nia. a' It',l c .ffre ,,,..d' ,,!pour .cevia
sur I'achat en gros (5 0/0 ) fait un ra-
bais exceptionnel sur ies plix.
L'Btablissement se charge de fire
reudre des measures a domicile.
Toufours : Soin, exactitude, ponctualits
42, Rue des Fronts-Forts, 42
PORT-AU-PRINCs (HAITI)


PHOTOGOAPHIE

J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120

Travaux soignes de toutes sortes
et de toutes dimensions
Reproductions et agrandissements
( Prix moderds )
Cartes Mignonnettes :
SEULE.ENT PAR DOUZAINE P.5.
NOUVEAUTES : Papier Platine ( nou-
veau genre )
PIOTO-SOIE perfec-
tectionn6e (diverses-
teintes.) Dernier or.
N. B.- La Photo soie peut s.rvir A
de charmantes applications de la pho-
tographie:
Sachets,- Eventail, --- Prlotes- Dessus
de boites,- Ouvragcs de daimes, etc.
VENEZ VOIR I


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussurea

La Manufacture a toitjours en dd-
p6t un grand stock,- pour la vente
oi gros et deta!l,-- de chaussures on
tous gaeres pour
HOMES, FEMMxS, ENFAITS
Les commanndes des commercants
de l'int6rieur pourront Atre exdcut6es
dans une semaine A peu pres.
23, rue des Fronta-Forts, 23
PORT-At-PRINC ( HAIrt )


Prodfuits Ryiifiqi"es pour la Toilette


0
4u
IeLd


4w



L
I- -


adoucit I'lp)iderinn aulu(el elle
L done une soulilesse et on ve-
LA 8 i' 4 a Ioutd incomparable en iii com-
.. ra .muniquant son d licienx par-
fum. Elle conserve l'61lat et la fialcheur du teint, car elle est souveraine
contre le Ihle, les piqures d'insectes et les eruptions de ia peau.
sans bismuth, invisible, adhd-
LA I 1 rente, impalpable, p(parte
LA 1' r i specialement pour les person-
S -~.. .L nes qui vIelent avoir un teint
.i rprochable; son parfum d6licat, son velout6 ont contribud A fire d'elle,
la Favorite dcs Poudres de Toilette.
base de Cr6me Simon,
TL e L prfpaiA selon les principles
les plw-; scrupuleux do l'hygiene
Spossede A un certain degrts
toutes les qu alt4s bienfaisante; *tt prdservatrices de la Crne Simon ; il
est particuliBrement recommand6t pour la Toilette des enfants et pourles,
dames don't la peau est delicate.
Agence G6nerale et D6p6t pour Haiti
.A. la M6trop

MASON
983, Rue du


JULES LAVI LLE
Magasin de I'Etat, S9


- -- I







TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-au-Prince


PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHA USSURES COME SUIT:
Chevreau glac6: Boutonne et Lac6 pour Hommes et Dames
Sa c c Rsecommandie
Verni et couleurs: Recommandie


Fabricant de chaussures


0 0. 0 *


en tous


genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPPCIALIT~ :
PANTOUFLESMULES


C.


COULEURS.


10 ( Dix gdes)
10 (Dix gdes.)
12 ( douz gdes)
6 asi (gdes)


Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES OPALT ET FEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Pouare puissantecontred6ma neaiso n
prurigo, sueur des pieds- La bo te P. 1
Sirop antiashmatique, rembde efficace
centre les acc6s d'asthme et les toux
rdquentes le flacon ; P: 1. 50.
Consultations gratuites :
Mardi et Jeudi de 8 a 9 heures du matin
par le Docteur. N. THOMAs.


MAGLOIRE


45, RUE ROUX, 45
S TILfPHONE.

Journaux, brochures, billets de
marriage, cares de fianCailles,
programmes, affiches, et tous
autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cartes
de visit d la minute.
PRIX DE CONSCIENCE


H NT BELLE VUE

Place d Chaamps-de-Mars
PORT-AU-PRINE.(HALITI)
Mine Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNOHS.
lstulltuion medone onforftei. rue -w" law mer. -Tempidr t
dome- et rgulr. La Tepwssoay dMePpeFml t' H#g BWkDas teoUse 7 MiWmu
PROPRIeT SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Sake de rption.-Pla o.--Gr.eaophoe.
Sonneri eotriques


bs inJ/*Ira do am aaak,,
do 71 d S aoi wda so


6.250


f A.d ed altis et co.
32, Rue du Magasin de rEtat
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour les godts les plus diffici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
delicatesse pin6trante qu'elle offre A sea
clients south de v6ritables petites mer-
veilles.
Les dernibres marques qtii charment
Ie Tout Paris sont chez Matteis :
sen S orkWei Florsamye, 2Tr4o Idd1e4
Cyclamen, Vwitz, etc.
La mason a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spicialitds: bagues frangaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et frangaises sur com-
mande, Service d'argenterie complete
pour manages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres pr6cieu-
ses et vieille bijouterie a des prix avan-
tageux. Dernier cri : Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'laiti, la Maison Mat-
teis envoie franc de port sous pli recom-
mand4 dans toute les villes de la Repu-
blique: Lunette3 ou Lorgnons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions des
Docteurs ou instructions des acheteurs

ALEXIS BENOIT
Distillateur-Liquoriste
63, RUE ROUX, 63.
CI-DEVANT, RUg BONNE-FOI.


IOCULISTES!..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUMi.S,
JAUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PiRISCOPIQUES CONCAVES, P 1


RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completes
VERRES JAUNKS, FUMiS,
BLANCS.


Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques, concaves
et convexes.
Assortment d'axes complete.
Chez A. DE MATTERS.

Chapeaux I :
Chapeaux !
Chapeaux r!
PAILLi DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concourse d'un chapelier remarquable,
M. JAtIM TBSTAR, d'installer une
FABRIQUE DI CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SBla .e .Coffrse du Louw
Pour ous goers ot pour toutI
Wto b1m


foyers
BLEUS,


POUREkNFANTS:...


Ism Is.m433
We b3#sb w due
POW i Ift I I --


Ttbere ZepBlin Bell


Imp.


Table d'H6t


I I-- I


Panamas I..
El6gants, slides, recus pep e st
mer franiais.
Stock assorti et merveilleux.
ACCOUREZ
Chez Mle Leonide Solages.
22. Rue des Fronts-Forts, 22.

A vendre
Recueil de Cantiques de Noel
Suivi de Nouvaine pour honoreri:
Naissance de Jsus, et des pratiq&d.
de devotion pour la Quarantaine.
(24 D6cembre au 2 Fdvrier )
Prix: P. 1.57 frano6.
A LA LIBRAIRIE A LA ( MUESK s
J. J. M. MANIGAT.- Cap-Halti
LA
Meilleure Farine
du Monde
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc at
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Frn. CASTERA. R.prsisenia

La Maison

L, CUORDASCO
157; RUE RlPUBLICAINE, 157.
La Maison Nicolas Cordasco a sa
conquerir en peu de temps la preo
miere place dans la ville de Portau-s
Prince ainsi que dans la province.
iLe veritable succ6s don't jouitla moa
son Nicolas Cordasco est du au choix
incomparable de ses modules sur
forines francaises eta [unricaines d'ut
616gance irr6prochab!e et r6pondant
a tous les caprices du bon gout.
Tous scs modules existent en ma-
gasin en routes pointures et largeurs,
lui ermettent de chausser tos loI
pieds, nicflne les plus difficiles, et la
modicite de ses prix est accessible i
toutes les bourses.
Toutes les personneane trourant
pas A se chausser dans mon magesl5
sont satisfaites dans les 24 heurae prt
un article fait sur measures.
N. B. Je puis chausser, sans preO-
dre moi-meme les measures, les per
sonnes qui ne peuvent venir A la ma1-
son :
II suffit de m'envoyer une chauu
sure allant bien, on sinon me gg
ler les d6fauts.
Les chaussures n'allant pas
sont remplac4A par d'eatre
fies d'apres lea ob Orvations
La fadolt6 du rttour t
dans lea 26 hbereo pr la vt
Si lee chaussures ont t 6
no soot pas a i'tat compel de
elles seront rioaersem t
La mason defle totes p
ces, et euvole franco on pro

( ACIUxNN REveU DS M