<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00193
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 21, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00193

Full Text


PORT-AU-PRINCB (.uln)


JEUDI, 21a NOVEBRi 1907.


a


J


-----.. ___, a


ABOHEEIMNTS.

PAR xoS Une Gourde DYAVANCE

DtrAAT3mUIT1 k bm"ANG3R;


rate do post@on so&.


QUOTIDIEN


Dmuwrzx:
Cl~uemr ezht Nagloix'.,

RfDACTION.ADMNISTRATION
45, RUBROux, 45.


LE NUMRO 10 CNTIMU


Les abonnements parents du zer. et du z do chaque
mois st sont: payabl d'avamsm
Lee manuscrita aIiae on o nmeg met pon rmt


Pour tout ce qui ooncerne l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Boae-Foi.
,1 r..-,


ETUDE
SUR LE


Temperament Haitien
XXII

Je sais qlie M. Gabriel d'Azamhn-
aeondamnlte I'Afrique A 6tre domine
Ir les races superieures a et cetle
Mr4amnnatior. se rtalise tous les jours
rW des fits nouveaux ; maii il I'ex-
pI.ae cihirement par li formation
mociale intfrieure de ses habitants. ) Le
tmpirament que I'on invoque comme
ui obstacle rddhibitoire i la transfor-
aihondle nos meurs seraitdonc le tem-
pirament africain,- que I'on en prenne
mascience.
De son colt, M. Michel M1rys 6crit :
iLI devoir d'un gro ipe arrierW n'est
.Pt-6tre pas d'adopter brusquement la
S des Anglo Saxons d'avant-garde. Le
ftanderions-nous aux nbgres d'Afri-
S ? Si ce group parvient a se main-
Mir en voluant vers la forme supd-
ire d'existence, il mnrite routes nos
ages et it sera prospAre.
JO conviens parfaitement, avec Dantcs
1-egarde, que a Haiti no peut 6chap-
an doterminisme qui r6gle la vie
S ocietls ; rmais je conviens da-
omp, avec lui, qu'elle a la faculty
'la pouvoir se soustraire entiere-
i lfa loi commune, de modifier
O peu ses destlnees,en inerantldans
Sides 6v6nements qui condilion-
aetuellement I'existence national
f_~t nouveau qui, agissant A leur
.siame causes, viendroat chan-
Ia rdsullats. S'il m'est permits
mur cette lpease, j'ajouterai
que la tranaformation ainsi
n'est pas seulement d'ordre
mais qu'elle est inpdriierse-
4 s otoeut rgsWw commander
editions actuelles do I'exittence
tat quels doivent tre ces
eOSx, demanderai-je ave '6-
St comment as produiront-


WO Prodwifotl r A on1Y0
Am" -ave o
e d VI* -him


dolt lee
:.q'ii I
.54...


Elie Dubois, dit Dantes Bellegarde,
vous trouverez dans ses merits -avec
moins de dogmatisme sociologique na-
turellement tout ce qu'on dit A cette
heure du travail et de l'enseignement
sccondaire professionnel et agricole.
Lisez Edmond Paul, vous trouverez en-
core plus et mieux que dans Elie Du-
bois. Nous sommes incontestablement
eclairs sur ce qu'il y a ~ faire,
sans pour cela avancer d'une semellA ;
c'est pourquoi je me suis gardd d'ajou-
ter un programme de plus a tous ceux
qui donstruisent sur le paper des plans
pour natre Jdi.cation et notre cnSoigne-
ment.
Malgr 1'1tat peu avanc6 de la science
social, on peut tirer de ses revelations
quelque chose d'utile au people haitien
pour se remuer et faire quelques pas ;
je ne crois pas que I'on puisse trouver
mieux que dele porter A prendre exem-
ple sur les sociRtes A initiative privge
d6velopee et de lui suggirer de partir
de ce principle que l'individu doit se
4tbrouiller tout seul dans la vie et ne
compiler sur le Pouvoir que pour main-
trnir la paix publique et representer le
pays aupres des autres nations.
II y a certes a attendre beaucoup de
I'education de notre jennesse, mais
c'est pour I'avenir. Dans le present, il
y a, des maintenant, quelque 'chose a
Fairee. C'est pourquoi j'ai dit Ai l grande
masse de ceux qui, flottant inutiles au
sein de note socit6t, courent ainsi ris-
que ,i'~ devenir dangereux, d'aller ap-
prendre la vie dans les endroits de
I'Amdrique du Nord que la colonisa-
lion est en train actuellement de trans-
former. Si un respect outr6 des prjua-
g6s sociaux empeche, sur le sol natio-
nal, de se livrer A n'importe quel genre
de travaux ; si, au surplus, les idees
acquises sur les obligations du Pouvoir
vis-a-vis de la personnel de chacun sont
faites pour fortifer 'esprit d'inaction ;
que I'on aille sur une terre d6nuee de
ces mdmes pr6jugs sociaux et de cette
m6me conception des obligations do
I'Elat, op6rer, chacun, son evolution
parliculariste. Le contact avec Ie type
du colon amiicain modifiera, A coup
sir, dans le seas de oewlt dvolution, le
type haltien, toot come it a modified
le autres types sociaos ianrieura. Cos
recrues do partlUctmaime, morees
"ar Isto oitaaUol, r. i t, pour redi-
to IL motJuo do Mi 4Debte ,os,


ai propos de ses compatriots hongrois,
c garder leur equilibre ) et elles seront
aptes- plus lue tous les programmes -
A produire les ( fails nouveaux ) appe-
lis a modifier nos destinies.
Ces de.tinees seront rnmme, par ainsi,
sauvkes d'un d6sastre certain ; cat, se-
lon l'heureuse expression de MA. Michel
Merys, je dis de celle nergie reclamde
des generations actuelles, qu'elle est
( l''nergie de defense, necessaire pour
maintenir la conservation. Et si 1'on
tient, malgre tout, A jouer du patriotis-
,me, je dirai encore que c'est cel qu'il
aihe, car que! devoir patriotique
est plus grand que celui de conserver
le sol national ?/
11 y a aussi a travailler ce sol et A co-
loniser. Or, depuis longtemps nous at-
tendonsinutilement des immigrants; ils
ne veulent pas venir parce que, a l'a-
vance nous leur contestonsle droit, tout
en cohservant leur nationality, de de-
venir proprideaires d'aucune parties de
notre territoire ; parce qu'ils ont peur
de toutes les aventualits inhdrentes 6
la vie national que neus menons de(iuis
un si6cle ; parce qua, surtout, ils com-
prennent qu'il y a queltue chose A re-
douter dans les habitudes d'un people
qui dedaigne les sources les plus clairos
de la fortune pour courir apr6 sdes aven-
tures v!olentes dans l'unique but de
faire plus rapidement de I'argent el au
risque de sacrilier des vies, de detruire
les maisons et les proprietds. Et puis,
il faut le dire, autant les immigrants et
les colons se precipitent avec avidite
dans un pays librement ouvert, ou I'au-
torit6 du pouvoir est nulle ou ne se fait
nullement sentir, autant its sont timi-
des et hesitants quand les conditions
d'exploitation no leur semblent pas as-
surdes ou leur paraissent devoir etre
troublees.
Le mieux est done de fair nous-me6-
mes, A l'dgard de nos terres, ce qu'il y
a A fair. Nous on some' absolument
incapable a l'heure actuelle, parce que
nous voyons les choses d'une cerlaine
facon ; nous acquerrons cette capacity,
par le fait mrme que nous nous serons
iransformdset que nous aurons change,
par I'acquisition de nouvelles habitudes,
note faion de voir lea chose.
I'ai dit plus haut qu ce n'est pas Far-
me uxa pleds qu'il taut attendre rAme-
Ia on parc. qil no vidr ra .am 6
Sde faU : ii vedr am ee rw- traIl-


liotinelle de I'Anglo-Saxon : la charrme.
Et alors ces conqu6rants durr ,autre
gmnre nous passeront par-dessus corps
si d6ja ils ne trouvent nos terres dh ri-
chles et notre sol partout en pfeine ac-
tivitd. C'est ainsi que les campagnes ar-
rivent, de par la nature, a receler plus
die patriotism que les villes, etque le
paysan se trouve predestin6e une mis-
sion plus grande quel'habitant des villes.
El n'allez pas croire quo nous soyons
maltres de proroger inddfinimept le d6-
lai de nos douleureuses experiences :
il faut peut-Atre mesurer ce Adlai A la
Iq.jntitd d 4ci.ritoire tue coinst3iteet
les Rdserves indiennes que le President
des Etats-Unis entame chaque annee
pour occuper I'aclivitd et I'dnergie des
colons amdricains et des immigrants
qui sejoiguent A eux. Ceux qui n abor.
dent les questions que par leur surface
ddplorent le cesarisme grandissant des
presidents amnricains, sans se rendre
compete que cet esprit politique nalt sous
I'influence de cette prodigieuse pouss6e
social A continuelle exacerbation.N'est-
il done plus vrai que a gouverner, c'est
prevoir a ?
Et rdvoir, dans l'espbco, c'est voir
au deor des Rdserves indiennes et c'est
se rappeler, pour parlor le language du
president Roosevelt, que le people am6-
ricain eat, avant tout, an people de
pionniers et de colons.
Or les troupes de ligne A oppose
nous-menes A cette armde envahiasmato
de pionniers et des colons,- ce soit
aussi et seulement d'autres pionniefl
et d'autres colons ; je propose que ce
boit dea Haltiens; a-t-on mieouz
Et si I'on tombe d'accord our la qua.
litd des d6iments ainsi qu smur olleo d
moyens propoeu, tot ast pe at
pour cela ; ce qu'il I a encore dire,
e voici : e'est quoe chaqae jor qi pie
se n e t an de perdu pour I'avmrr do
sauvetage A opdrer, et quoe s, Ie slM e -
assn, nou avons pa Wnos crder use
Ptrie, il nous income, ce sl6cel 14t
pendant quIl eat encore A eeo. dsa,
de la conserver et de la forUtlar.
II y a doa drite A acqudrir'pwp laores
le champ qui dolt anouas fa vivm ; *y
en a Agalemoat A savoir Ie drNdsree
lea arms ; il jen a IiIb ilmt
A let.ortiUer at ea fal Ii 4t S
prosp6riw tso era- r .,
r emnt a emeat ,
-re ~. *


I I~llr~ -- r- I '~ ''


--ANNOw4-Im -No t9t











RENSEIGNEMENTS
MtTZOROLOGIQUES

Obse vattotire
DU
SIIINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

MERCREDI 20 NOVEMBRE


Baromtre A midi
Temp6*aturermanimum
maximum


76 1 ly
23,3
31,7


Moyenne diurne de la temperature 27,0
Le ciel est rest assez clair jusqu'A 5 h., et
s'est covert depuis.
Eclairs au SVW 9 h.
La tcmp&rature de la nuit au-dessus de la
normal.
Le baromd:re i'a pas baiss6 davantage.
I. SCHERER
Le "Soir"
Nous saluons avec plaisir le choix qui a
6t6 tait de M. Windsor Bellegarde, ancien
tl&ve de I'ecole Normale Sup*rieure, an-
cien professeur de Philosophic au Lycee
National c: Dcputd au Corps L6gislatif,
come Dlirctcur du journal le Soir.
II est certain que sous la direction intel-
ligente de M. Bellegarde, I'oeuvre marche-
ra de succcs en success, ainsi que I'a d6sird
a ses derniers moments, le fondateur de ce
journal.
'Toutes nos felicitations A notre confrtre
qui ,reprend avec &clat dans la press sa
place un instant abandonn6e
Secretairerie d'Etat
des Finances
Le steamer a Prins Mauritz qui a
quitt6 New-York le 8 Novembre courant,
a d6barqu6 a Port-au-Prince, pour le ser-
vice public, II6.ooo gourdes et A Aquin,
4.00o en pieces de 5o centimes, soit en-
semble 20.ooo gourdes.
Port-au-Prince, 16 Novembre 1907.
Conseil Communal
Par un arret6 de S. E. le President
d'Haiti en date du 18 Novembre, le Con-
seil Communal de J6r6mie est suspend.
Une Commission compose des citoyeus
Pressoir Jtr6me, Dutel Beaubceut et P6tion
Boncy est nommie pour g6rer, jusqu'aux
prochaines elections, les int6rets de cette
Commune.
Renseignements utiles
Le Tabae
L'histoire du Tabac est trop connue pour
avoir besoin d'etre reprise ici. Inconnu
dans l'ancien monde avant la ddcouverte
de l'AmArique d'oo cette plante a 6t4 im-
portde, sa culture est ripandue aujourd'hui
sur tout le globe, surtout entire 0oe au
Nord et 4o0 a Sad de I'Equateur. a Eu-
re, lle et cultivefpe prmspatoutuf
i do Mat due a165 et caco-
M en visueer Aujoord'hl. Jo ue dans cas
demlais annoes, cOe d&fenm exista t as-
sI a c, quoique les coditios do
di-est a $ d sol ent favorables a As cul-
lnm que le Tabec p~ise saccomoder de
at de terns asmse difBren, m il
a des ~mies de boe. qoalido que
promd; amlu wop -c o eop
M bi s mmas o, Im fmn.
It- i%, ik qd deigsd4


re la quantit plut6t que la quality ; aussi
nos tabcs indignes qui manquent d'arome,
ont-il besoin d'etre m6lang6s A d'autres
sortes tran eres, notamment avec du Ken-
tucky et u Maryland qui, A eux seals,
forment pres des trois quarts de Tabacs
strangers imports chez nous.
Dans notre Caporalordinaire ily a actuel-
lement environ 3/5, dans le Caporal sup-
rieur 2/3 seulement de tabac indigne, le
reste est, en proportions variables, du Ken-
tucky, du Maryland et un pen de tabac
du Levant. Ces proportions ont solvent
&tC changes.
Presque tous les Etats trouvent une im-
portante source de revenues dans ce produit,
soit qu'il I'exploite cn monopole come
la France, I'Italie, I'Autriche-Hongrie, le
Portugal,la Roumanie, laSerbie, la Turquie,
soit qu'il le frappe d'imp6ts de fabrication
ou de culture, ou aussi de droits d'entr6e
souvent 6normes.
Declaration important
D'aprcs les instructions du Directeur de
la Douane, le soussigni, employee supd-
rieur a la Douane, remplissant les fonc-
tions de Payeur, announce aux employesdu
dit bureau, que dorenavant leurs appointe-
ments leur seront PERSONNELLEMENT
verses afin d'6viter les nombreuses r6clama-
tions qui se produisent Achaque paierset.
Port-au-Prince, le 18 Novembre 1907.
STEPHEN AVIN.
Soc'6t6 franQaise de Secours
Mutuels et de Bienfaisance
Les membres Honoraires, Actifs et'Adhe-
rents de la Soci&et et toutes les personnel
s'int6ressant A l'ceuvre sont pri6s d'assister
A la messe qui sera cel6br6e dimanche 24
Novembre. A 7 heures du matin, A la cha-
pell de l'Asile, en l'honneur de Sainte
Elisabeth, patronne de 1'Etablissement.
Le vice Prisident,
J. M. JAN
Remerciements
Madame Veuve Louis Chevalier, Melle
Laure Chevalier, M. et Mme Justin Boisette,
M. et Madame Ducis Viard, leurs enfants
et autres parents, bien sensibles af.x mar-
ques de haute sym athie et de vive estime
qu'ils ont rescues A I'occasion de la maladies
et des fun6railles de leur regret: Florent
Chevalier, prient les amis du d6funt, les
leurs et tous ceux qui les ont assists en ces
douloureuses circonstances, de recevoiravec
l'expression de leur profonde gratitude,
leurs remerciements les meilleurs. IIs leur
promettent d'en garder le plus prcieux sou-
venir.
Port-au-Prince, Ic 2o Novembre t o7.
Tribunal Criminel
.Cercredi 2o Novembrs 1907.
Le nomms Dorvilus Jocelyn, dit Petit
Dor comparait devant le Jury que preside
Mr N. St Rome. II est pr6venu de meur-
tre sur la personnel de J" Philippe J'-PauL,
Le chef do Parquet innocent Michel
Pierre ~Imic l'accuaatioa. 4u bau de la
4dea se itriOve un jeane avbcat, jM Oe
SC Qoad.
Le aury ayant reconna la culpability de
I'accus6, avec des circonstances antjnantes,
Dorvilus Jocelyn a et: condamn6 a trois
am de reclasion.
Ajootous qoe le pr6venu avait et d6iA
jule par e tribunal criminal de Petit-Go&-
e et mcndami & i moat.
La Coor de .Castion I'avait reavoy6
*** second falsexa arises, le premier| -
da s a as pams de sn do u a
s 1~~l~ **F M-~ does>~u dO te***


Tribunal de Cassation
II n'y a pas eu d'audience d'hier. Le
Tribunal n'a pas travaillC, A cause do deuil
qui a frapp un de ses membres, le juge
DCjean.
M. Charles Moravia
It nous revient que notre ami et tres ap-
prCciC collaborateur Charles Moravia, D6 -
6gue des Finances dans la circonscription
des Cayes et d'Aquin, faith de la bonne be-
sogne dans ce resort administration.
Grace A sa vigilance et A son coup d'ceil
le fisc est entrC dans un considerable chif-
fre de revenues don't on l'essayait de le frus-
trer.
Noussouhaitons A notre ami dans la nou-
velle sphere ouverte a son activity et a
son sCrieux, autant de success qu'il a cou-
tume d'en recueillir ailleurs.
Arrivage
Ce martin est entr6 le sl Grnecia avec les
passagers suivants venant de :
New-York : Mr N. O. Hance, Mile Han-
ce, Mr Greger A. Pinson, E. Reimbold,
A. Pape, M. Poulle.
Cap-Haitien : T. Hvppolite, T. Gabriel,
Durand, M. Giordani, Guillaud, Chrem,
Mile Chrem, T. Laroche, Mme D. Jo-
seph, M. Civile, Mme Caiennette, Mr E.
Luc, Mme R. Azor. Nicolas, Mile W. Bal-
mir, P. Ulysse, O. Pisol, Journelle, H.
Casimir, H. Monfiston.
Port-de-Paix : Penaud, Bouton, D.
Casseus, M. V. Catiline, Mme Joseph,
Mme Hyppolite, Toussaint Pierre, Mme
B. Lange, J. Durand.
II laissera ce soir pour St-Marc, Mi-
ragoAne, Cayes, Jacmel et Santa-Mata.
M6moire
Nous avons recu une petite brochure in-
titulle Mdmoire sur le rapport de SCM.
Louis Roy, Lion Nau et Alexandre Lilavois
public au DConiteur, du 6 Novembre dernier.
M. Gard6re. concessionnaire du chemin
de fer des Gonaives, combat dans cette
brochure les conclusions du Rapport de la
Commission qui avait 6td nominee par le
gouvernement pour verifier certaines de-
mandes de la National 'Railroad Company.


L'Entente Franco-A n-
glo-Allemande

PARIs 19. Dans les milieux autoris6s
ici,.on a-tache peu d'importance aux bruits
d'apres lesquels le roi Edouard et I'Empe-
reur Guillaume pendant leur rencontre au
chAteau de Windsor, auraient discut6 les ba-
ses d'une entente Anglo-franco-allemande.
Toutefois on consider comme probable
gue leur entrevue am6liorera les relations
des trois pays.
BaUXEaiS- 19. M. Vanderverde, chef
do pardi socialist A la Chambre des repr-
sentants a critiqu[ l'attitude du Gouverne-
ment beige a la conference de la Hayc en
ce qui touche la question de l'abitrage obli-
ga ite. < ..

Le VYefve gronde
-" -
Rom 19. De Igeres secousses de
tremblement de terre out tti remsenies
d'une fa oa intermitteene aujourd'hui dans
la Calabre. A l'observatoire de Rome les
instrumets coregistraot les secosses sis-
mniqes out 6,i des plus agits. Desobseva-
tsoies de Naples et de Caames out aneouc6
.qu stles sots pobhabills I'activil rvol-
Seamiq a imtmmsss a mmm -
It ,Y .


Nouvelles diverse
-
REGGIO DE CALAuRIA 19. Des
plus ou moins considErables out tdE
par le tremblement de terre d'hier d
Iaprovince de Reggio de Calabria. Plus
maisons se sont effondries, mais form.
reusement it ny a pas eu de persnoa
tues ; nombre de gens contain uent cai
en plein air malgr6 une pluie tor
PAIS 19. M. Farman a essay a plk
sieurs reprises au course de la journey de i
gner Ic prix Archdeacon pour I'a&opd
pouvant parcourir un circuit d'un kil3
metre. II a rdussi & la lomb6e de la nuit,
couvrir une distance de Ia oo mrnres, mit
larouede son adroplane ayant, A deux
touched le sol, il devra fire de nouv
tentatives pour gagner le prix.
GUAYAQUIL 19. La police de cet
ville vient de proc6der A I'arrestation d
plusieurs personnel accusees de comply
centre la sfret6 de l'ttat.
Le gouvernement a d6crite qu'en co
m6moration du centenaire de l'indcpea
dance de cette RCpub'ique, une expositi
national sera inaugurde Quito le 1
AoCt 90o9.

..ote1 Belleyre

DEJEUNER DU 21 NOVEMBRE
MIDI A 2 HEURES
Beurre glac6
GAufs durs A I'o.cille
(C6'elette de mouton au cresson
Filet Mignon salad
Haricots rouges en sauce
Riz b'anc au gras
Crepe CUlestinc
Fruits
Oaft
1/2 Vin

Derniere heure.

HOUSTON (Texas ) 20.- La pluie a'
pas cess6 de tomber dans le sud du Te
depuis samedi dernier. Les rivieres de
dent.
ST. PiTERSBOURG.- Une depeche
Bokhara, ( Asie central ) announce qie
agents de la tr6sorerie furent blesses
tellement aujourd'hoi dans cette ville
des bandits qui s'enfuirent apres les aa
d6valises de 300oo.00ooo frcs.
MADRID 20.- Le e Liberal iiml
aujourd'hui que le Gouverne.mntJapo
par l'interm6diaire de son ministry Al
arid a offer au Gouvernement de co
re lea nouveau navires de guerre
gools a un prix beacor p moins 6lee6
celui denumda par les ateliers cur
TAmu.-- Le bruit court ici que l9
neral Bapdam, chef des troupes du
Abel-Azix a renacotre ct battu les foes
sultan du Sod Moui Hafid qui taient
mand6es par Mulai Rachid.
PARms 2o.- Ren: -9 ... 4: 9
HAvr aso.- C~S.eto.C-d'-O
Hieri l Combr, asn 5 em fd
cusion du budget es colonies M.
interpJ, mi.oim a issouc s~p
les de la Guinde firacngise. pr
se de M. Millies Lacroix, Ia ChIabl
an ordre d jour de cafiiace aI
do Gouveremonem f 486 vOis
Au course cm e ~ce, s. S,
chard proposal ameademeis
relevememt de is u-bemia
la atropolte oa budt lcald i
loope et la rddetioad at
mk 1 sisted


I r ~I I I I I I







ja Chambre continue aujourdui la dis-
gJon so l'amendement de a loi de d6-
ultion des biens ecclesiastiques.
ie President de la R6publique offrit ce
noe chasse dans la fort de Marly
Srhonneur des membres du bureau de la
-owbre. L'amiral Russe Eberhardt offrit a
tnd do Cesarevitch one f(te en Plhonneur
b iamiral Gaureguiberry et des officers
I rescadre du Nord.


'APOLOGMTIQUE CHRMTIENNE

QUELQUES POINTS
DE LA DOCTRINE CATHOLIQUE
NOVA ET VETERAN
( SUITE )
Devoirs des ECxg6tes
Qioique le testament de J. C. soit rap-
porti par quatre vangelistes, ii est incon-
testable qu'll n'existe en rCalitd qu'un seul
evangile, ce que Mathieu oublie, est men-
rijnn. pir Lu:, et ce que l'un raconte
mccintenmnt est plus implement develop-
pdains I'autr,. D: mmni dais St-Marc et
ims St Jean.
Celui qui voudr-ic conruenter Ic texte
d'an ev.angliste, sans considrerr 1'Evangile
ains son ensemble, courait le risque de
commenter A fdux. St Mathieu et St Marc
parent tous deux du ii riage. El les conm-
mentant separdment sur ce point, I'on in-
dinerait A trouver dins I un la permission
dedivorcar, dans les cas d'alultre; mniis,
ea runissant les deux textes, I'indissolubi-
hiE du mariig apprict clairemwnt et I'on
oit q e ce qui apparemment m litit en fa-
raurt d divorce nest en reality que la men-
ioa d'un ancient droit usuel h~breux qui
prnnttait aux conjoin*s de se s.parer de
corps dans le cas ou la communutut n'dtait
Phs possible.
Ce que nous disons de 1'Evangile peut
en s'appliquer aux epitres apostoliques.
En effect. St Paul dansson 0pitre aux Ro-
insm s'etait occupy uniquement A reliever
k don de la foi; St Iacques dut le coin-
plter en faisant ressortir que la foi qui
test pas agissinte est une foi more.
Le Sacerdoce
L'Evangile nous apprend que les Apo-
1a, revenues de la mission que le Maitre
Imr avait confine, lui direct: Seigneur,
kow avons rencontre des gens qui pto-
"tisuient et chassiient des demons en
tre nom et nous les avons emplches,
*e qu'ils ne noui ont pas suivi. Jesus-
1rit de leur rEponire: Vous avaz mal
car qui nest pas centre moi est avec
Stolerance prJconisde par .-C. dans
Ilsstge qui est complete ai'!eurs n'est
I. cose que" la moderation que les
doivent user covers lears sembla-
P prce e que cen'est ni avec des coup;
aono, ni avec des divagaions philoso-
qu'on peat ggner des ccurs a1 J.-
Sbiweu parlar'rjaaiion et le boa
C'est pourquoi St Paul conseille
aes de ne pas abandonner leurs
ons JpWe te qa'il sont palens, car
scaitit si voas n'amivere pas
Iertnir' par vos examples de ver-
setais de 'EBglise, principalement
soat troubles par sa discipline et
c de as doctrine vuta~rse par i
Sise transm-t Ad'ae .n .I t
tOuwvr d.s ce textm la I l
s do s'eounier pedircasufs I
,,iM qe'oa amsoi t a ppe-
S IJ. p gnrid pi


ici 'Ies textes bib!iques qui parent d'un
facon claire, nette et precise de l'itablisse-
meat do sacerdoce chrtien ar J.-C. je d .
rai simplement A ses incrdules : Lisez a-
vec attention les passages bibliques qui par
lent du ugement et ils y verront com-
meat seront traits un jour, ceux-lA qui,
(rejetant l'Eglise table ) s'Erigent, sans
mandates, en commentateurs libres de la
parole de Dieu.
VoilA ce que leur dira le souverain Juge
Je dirai A ceux-l, allez A la gEhennce 6ter-
nelle, au feun ui ne s'6teint pas; plusieurs
me diront; Seigneur n'ai-je pas prophCtisd
en ton nom n'ai-je pas chass6 les demons
en ton nom ?--Je leur repondrai : Reti-
rez-vous de moi. vous qui faites m6tiers
d'iniquites, car je ne vous avais jamais en-
voves.
Sonc pour avoir le droit de precher et
d'administrer les sacrements au nom de J.-
C., ii faut avoir t6 ordonnd.
La tolerance doit-elle tre
pauss6e a l'extrrme?
Beaucoup de gens qui se pr6tendent ca-
tholiques laissent par une tolerance coupa-
ble diffamer la Sainte Eglise, lear mare,
sans oser protester centre les turpitudes
des infames libertins qui essayent de la
railler.
Mais qu'ils sachent, ces catholiques, que
la tolerance est commandee en tant qu'elle
ne nuit A personnel.
Si dans la parabole du Sermon, J.-C.
conseille de ne pas s'empresser d'arracher
les mauvaises herbes et de les laisser croi-
tre ave: le froment, c'est qu'il ne veut
pas que le chretien s'empresse de rejeter A
prior les incrddules sans essayer de les ga-
gner A l'Evangile.
Mais aussi il ordonne qu'on les arrache -
ces mauvaises herbs au moment de la
moisson, pour qu'elles n'etouffent pas le
froment.
A ce propos, je me souviens de la lettre,
tres 6nergique et bien vraie au fond,
qu'un c6lbre prelat adressa dans le temps
A un de ses fils en I.-C., j'extrais pour
mes frcres catholiques le passage suivant:
SL'audace des apotres de l'erreur et do
a vice et toute produite et alimentee par
a la lchet6 des bons. A qui pourraient-ils
a s'adresser et A qui feraient-ils mal, si
a tous les bons, ou seulement un group
c serieux de bons leur tenaient tete et de-
fendaient avec vigueur et science (il
a faut les deux ) la verit6 et la vertu ?
t C'est done vous dire, combien je ge-
mis de voir les jeunes catholiques ( des
a deux sexes) instruits delareligion, nepas
Ss'instruire davantage et ne se donner au-
cune peine pour communiquerle don qu'ils
a ont requ. Le people a besoin de d fen-
a seurs de sa foi, ces catholiques ont
a toot ce qu'il faut pour satisfaire ce be-
a soin, ils sont des ap6tres nes et ils res-
t tent muets. On outrage leur Mare, la Ste
g Eglise, et lear sang ne boaillonne pas-
a C'est la defection devant rlennemi.- Pri-
a ons l'esprit crdateur de refaire eI cs urs
a sans Camr. D
AwNNUIA MONTASSE.
(sA Sulm).


LINE HOLLANDAISE


Le S/s *PRIN8 WILLEK IV
enant da Sad et de Saint-Maro eot at-
odw *Me maUa 9@8 0iCw pour
ontimuer Is mime Jour diwreti
our New-York.
Poat-ea Prioeli NoveabretWI
Lmam a Ce* ame&S I


Les Nlagass de la EIropole

Maison JILES LAVILLE

93, rue du Magasin de rEtat, 93.
Viennent de recevoir par les steamers a Montreal a et
SVirginia* les Articles suivants:


Pat6s de foie gras truffts.
Boudins noirs
Saucisses truffles
Cervelas
Fromages route rouge, dit tc'te de
More


Saucisses d'Oxford
Saucisses de Cabridge...
Maquereaux A l'huile
Sardines Amieux
Lait NestlI
Lard Fume (Bacon) sans os


Fromages de Roquefort et de GruyBre Suisse
De premiere quality; on vend par quart et par livre


Fruits cristallises


P. 3 la livi
Jambons


desosses


Nougat de Provence
P. 2 la douzaine
Jambons Ferris


Saucisson de Lyon quality extra Mortadelle de Bologne
Biscuits fins Olibet Gaufrettes Olibet

Bonbons fins assortis

Beurre de table de Normandie
La Marque renommbe de Bretel frtres, en boites de 4, 1 et 1/2 livres.


Francisco DESUSE
Fabricant de ohaussures
Ia Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,- de chaussures en
tons genres pour
HOMmIs, FIMMaS, ENANrTS
Lea commandos des commercants
de I'int4riear pourront 6tre ex6cut6es
dans one semaine A pen pr6s.
3, rue des Fronts-Forts, S3
PORT-AU-Pr'tcu ( Arrv )

Ezjran Ioemxa enxxt

i L'tLIGAICE
D. FERRARI,
Fabricant de chauurres,
Porte & la connaissance du public,
particulibroment de ses nombreux cli-
ents de la C6te et de la Capitals, que
r6tabliseement a an stock incalcula-
ble de chasmmres pour hommoe,
femmnes e enlants, eo tons genre,
let. quo, makare lron de *me ur "'1
er lachat en gro (5n ( ) fat n ra-i
ber e ooowa l sr es prize.
oncde a I lm charge de fair
des meosuree & domicile.
40 Rae des Frots-Fort, 4.
Pour6a PsvnrO (cHArwO


Avis
Le seoie iga, anioon cooper &
-r- e-ito qo'll Mie-t d'tabUr
sa alew AlGra Od*R N* iOWM.
aeaM CLARK


Avis communal
Les contribuables sur lesquels des
saisies ont 6te illfgalement op6rdes par
des creanciers de ia Commune, sont
prevenus qu'ils n'ont A tenir compete
des dites saisies faites contrairement
aux dispositions de l'article 53 de la
loi da 3 AotI 1900 qui declare formel-
lement que les revenues de la Commune
sont insaisissables.
En consequence, tout contribuable
qui aura verse le montant de ses rede-
vances entire les 'mains des preten-
dus saisissants s'expose de payer deux
fois
Port-au-Prince, le 46 Novembre 1907
Le Receveur Communal,
LYs DUVIGNAUD
PHOTOGRAPHIC

J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120
Travaux soignds do toutes sorts
et de toutes dimeasDoes,. 1
I(irh( I s~moi ).,
Cartes Mignonnette :
SEULREMNT PAR DOUZAIMz P.S.
NOUVEAUTES: Papier Pladte ( noo-
vean genre )
PHOTr-So-n peroe.
tectione di vereo.d
t/ elate.) Dortser .
N. B.- Ls Pkoto ser peut srrlr & ,
de charmantes applications de la pb .

d, de'det, .
[ "a llwft ikk i+:.++'


_ I I_ I







TANNERIE CO
Port- D
Port-au-


PREPARATIC


)N DES PEAUX DE V
CAPACITY 500 PEA
PRIX DES CHA USSUI


Chevreau glac6: Boutonnd et Lac6 pc
Verni et couleurs:
Verni et couleurs: *


IOUR ENFANTS: .


* *


Tiere Zepiriin Bell

Fabricant de chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
rants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPiTCIALITit:
PANTOUFLESMUXLES


NTINENTALE A. Glil tis t Co.
Prince Se, Rue du Magasin de rVEta
Maison fond6e en 1888.
Bijouterie, OrfBvrerie. Gravure
S PT-ROUATRE Vient de recevoir des articles de par-
X PAR JOUR fumerie pour les golts res plus diffici-
RES COMME SUIT: lea. Les parfums exquis et rares d'une
r Ho es et Dames 10 ( Dix g d6licatesse pn6etrante qu'elle offre a se
)r Hommes el Dames 10 ( Digde clients sout de v6ritables petites mer-
( Recommandie 10 (Dix gdes. veilles.
a Recommandie 12 (douze gd Les dernibres marques qui charment
6 iF (gde) ie Tout Paris sont che Matteis:
Son Sourire, Floramye, Tr~folit Ideal
Cyclamen, Vivitz, etc.
SF* La maison a toujours un grand as-
Pharmacle F. Bruno sortiment de bijouterie, argeaterie,
67-119 RUES GALIT ET OU, 't obibelots de tous genres, parfumeries,
S lunettes, montres or et argent, pendu-
Sp6cialit6s F.Bruno: lea garanties.
Pouare puissantecontred6mangeaison Spdcialitds: bagues frangaises en bril-
rurigo, sueur des pieds- La bolte P. 1 lants A partir de P. 200, alliances Or
Sirop antiashmatique rembdeefficare t8 K anglaises et frangaises sur com-
ontre les accAs d'asthme et lea toun made, Service d'argentere complete
dquentes le flacon ; P: 1. 50. pour marriages.
Consultations gratuites : Tous les articles vendus par la mai-
C ,.. ,,. 0x1- :son sont garantis.
lardi et Jeudi de 8 A 9 heures du matin- Achat de diamants, pierres prdcieu-
ar le Docteur. N. THaouS. ses et vieille bijouterie a des prix avan-
tageux. Dernier cri : Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
M AGLO R E timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
t6is envo\e franc de port sous pli recom-
mand6 dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
UE ROc 45 inoxydables, selon les prescriptions des
Docteurs ou instructions des acheteurs.
LPHONE.- --O -
LPHONE LALEXIS BENOIT

hures, billets de Distillateur-Liquoriste
d 63, RUE ROUX, 63.
de fianvailles, I-DEVANT, Ruu BONNm-FoI.
ff; du 16 bd m N&
1h enl srr


SOCULISTES!..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUMES,
ca tes JUNES, du Dr Fieuzal et du Dr otais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PIRISCOPIQUES CONCAVES, Pt-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortment completes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques, concaves
et convexes.
Assortment d'axes complt s.
Chez A. DE MATTEIS.

Chapeaux!
Chapeaux I!
Chapeaux I!
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

t"ro.wo JUOSE SAN MILLAN
R 7ES Le coiffeur artiste, qui vient avec le
RUES coocoura d'un chapelier remarquable,
,. JAImz TESTAR, d'installer one
FABRIQUE D -CHAPEAOX
PLACE GIFFRARD
S-Salon de .ciftCirf, .du owre
f 6.3 POiWS La. 0gt et pOWr tau


P

Cc

r4


Imp. C.


45, Ri
i


Journaux, broci
marriage, cartes
programmes, a,
autres travaux c


fe ville.
le ville.


Billets d'enterrement ei
de visite d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE



H URANT BELLEV
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINE.(HAITI)
Mme Hermance ALFRED
Tl16phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCOS.
lmseiltien mod. e et onfortlaU. Fue -sur la mwr. -.
ev et ridgirr. --Leo Tramways deAervent l'Htel-BeIleue I
PROPRIMTE SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX
PROMENADES-JARDIN8
Solk d rd io ps'Wt .-Pa-eno.- Gaop
Sonnmeries etriqum-


'Table r Md.


"m in *woo do a"shw"
do, 74 18im duas


,,~,


( dnmwn R w 'mw I
(ANCIanNNRNvU3 D=- I
ADONNEBMINTS
PAR AN, PAR
Hait i. ,.Se hfrsac,
kr, .Imost im
I" buys@= olsN1i
qmqIw, pb~.


"- I.


- -M


rw
mwmr


-


=%a a AA D


Liquidation!
MAISON DE CORDONNERIE
46, Rue des Fronts-Forts, 46.
Mr Lorenzo Renna
Devant partir pour I'Etranger, porl
A la connaissance du public qu'a pI
tir de cette date, sont en vented el
lui: un stock de souliers et des mi
chandises de Cordonnerie a un pr
defiant toute concurrence.
Chevreau lac ...... *. P0.0
a verns....... P. 1t
Sour enfant p. a
Faites serrer !!

Meilleure Farine
du Mondl
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc i
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best do I
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,.
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Reprdsenuadt

La Maison

N. CORDASCO
157, RUE RIEPUBLICAINE, 157.
La Maison Nicolas Cordasco a a
conquerir en peu le temps la pre
miere place dans la ville de Port-as
Prince ainsi que dans la province.
Le veritable succs don't jouitla in
son Nicolas Cordasco est du au choll
incomparable de ses modules -
formes francaises et a mneicaines d'uo
61egance irrdprochal!e et ripondau
A tous les caprices du bon godt.
Tous ses modbles existant en aU
gasin en toules pointures et largeua
lui permettent de chausser tous i
pieds, mdme les plus difliciles, et L
modicitd de ses piix est accessible
toutes les bourses.
Toutes les personnel ne trouvu
pas & se chausser dans mon magmp
sont satisfaites dans les 24 heures pa
un article fait sur measures.
N. B. Je puis chausser, sans prt
dre moi-meme les measures, les pi
sonnes qui ne peuvent venir A la mD
son :
II sufflt de m'envoyer une chain
sure allant bien, ou sinon me siVo
ler les d6fauts.
Les chaussures n'allant pas
sont remplacdes par d'autres,
fi6es d'aprbs lea observationsfoo
La faculty du retour est P
dans lea 24 heures apris la li
Si les chaussures ont 6t6 port6e
ne)ont pas a I'4tat complete de
eltes seront rgoureusement
La mason d nfe tortes
cW. et envoie franco en provi