<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00184
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 11, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00184

Full Text

LUNDI, 11 NOVEMBRE 1907.


J


I


QUOTIDIEN


ABONKESINTS:

Pjj ImOIs Une Gourde DAVALNCE

D*PA1RTgM3NT & tTRANGER"


Vraiu de posts ao num.


DincmyUw t


C3x16Mxe Xt Nvlagloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMIRO 10 CENTIMES.

Les abonnenments parent du let. ce du iS do chaqu
iscis et sont payables d'avance
Les manuscript ine~r~ ou nos be mu pe remia .


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.
.....---- -- .I


ETUDE
SUR LE


Terp~ramdnt RallieR


xv'
Nous sofimes itctis lotnotemps -- h
tettilatice e (Icome. tciielue )eu -
p peuser que ll'o uIscignenluent gmti&ds-al ;I


njugement, mais toujours Ai n point de
vue exclusif et absolument special.
Qui oser.it prdtenidre, p.ar example,
,iuedes inig6nieurs ortis des cole frLai-
(;aises et d!ou,5s, par consdqueint, 1i'une
vdrilatbl e (' iuditioi scientiliitu ptli'-
sent avoir, let par leurs edtul.l, 1a1 jU-t
grllnelt geiIeal plus stir qie 'eux lont
Ics 6tudles et I'esprit ont pu avoir pris
une autr.' direction ? Peut-il tLre minmo
per mis de penser qie sur Ie tlerain ex-
clusivement technique, ils aient cetle
supcdiritri sur leurs confrLres anglai.,
par exemple, don't les 6tudes out 6ti de
inoitid moins thloriques et inoins sp'i-


oflrmr A la Ia j'uese m,:itinne avail cii d culatives 'I
tle dM'ctue'ux qu'iI frsisait ttop tie julaee I La grawic preoccupation ties ti Inca-
aux prcoceuprttiots litteraires aU detzri- lcurs io t errie est dlonec tocl eiutt'e t
tieiut de l (a artic jseieniitfiqjie jit'oPt *2- ise tdsume isiblemenet concr~tiser 'eon-
meet ilitl'. Et atom s ie pmrC'res pIag*1"- i SctgICUOI, IIous vcrrous
gique sclhil it (tIev1oir cotsisteralii fil co0rn ne
le codlesiMuI, A'estrit-dire s di reiniu-i eI Je vetux dire dcs mairitenaut, ltlm'
hart des tCtu.Ies 1;Lt?&aires e aig mues11- 1 viter touto nivO pUe, qua ja lonice
tant cello des Ou.tes scientiliques. aux termnes science et lifttdralure les
(est ailisi Ii (t 1 e I'L' IIt(d: h- jtutes ma- mes acceptions que Etntowil .Paul
thdm~iniques tIdes szcieincos xa;Lcs est ~juand ii tdlfimit le premier do ceg Ler-
veume, depuis qucue- z c inJu-,a Occit- nies el l dis iit q]u'il est a i'atti de Penscio ,
per plus de pIa.-e 'liis I1 p'lupart tie et le secotiol ilu'iI est 1 I'art de parler
hO S Aoles d'Wezseigirczneild Scondatire. ou d'dcria'o sa penseP ; on encur e que
l'o0 cnly-ait t.tre. ht t fai NO ans Ia v,-'-- Ia sciemice, c'est Ic fontd ; Ia litteIratu-
litd Peli."gogioju.' pairce quoe, el luiet, ii re, c'esLia fomine. *
es1 indenLable quto sur le terrain scieii- IIsf lors, lit distinctiont jusqul'ici al -
lilique plu( quc sur celui le Ia lilttm '- muise entirI'elcasaigmuemmit scientiiq no
lure, les do:mnecs qiii so ist A Ia b -,:-.- I 'ense i em en l ittdraire (eviet t
des eConlaiss~eiz soft iminuabl)ement I ranlliec eL i no reite plus tit111l teas (1o
Yr~ijes.
l'duci ps.l'I ~ces discu.ssioas qu un a tond 9 d ac-
113iS I'deuc~il quc 'on se id I ii OmiI' eCL uric forme pour I'ex pri-
deviter eam vellu se repr~senter eti voilAuel et 1o traustnettre par Ii parole ou
qa le s systems g 05u1raux d'enseigie- '6criture.
ftelt, ILtnio avee I ar6poviddraice des Mais cc fro l sLt vaste el inlsozidable
etudes scietiliflolues sur I lailt6ratut, let je comprendls tlificilemelt q(II. dei,
"FOuvri' exp pois. ux m memos criti- parents scrujpuleux et qui aftfctioninent
"", tio;nI I., I)flnicpalI est encore dc leurs sufaluts puissent, dans L'idat IcLuCl
Wser plue au luxe de I'esprit qu'& k'uli- ties discu.-sions p6Iagogiques, sc lais-
kidPrttiIU3. ser en impoier il' des mnaltre., faissen t-
Uvrii6 est que, litteraires ou scica- its oflicie.', qui fInt la promessa facile,
litiqoes, lt' s tu el4 portent tie c-2u11e0 naemparaut d'un jeune cerveau de
Itlil tOut cc qI'ellei donantmaL en exci' six ans, 'lry iitiroduire b-auict" tlId
'la 1114culatioui et A la transceaa'iance. seeief, A ;.*onlilioti dy Vider LIout co
14 siell exactes aidiont, )rdtend oil, !quo wOti ci-aent leIS livres, do.compri-
'cqRir l a stIretd du jugement; mats aner LOil les autres organes qui no sWlOt
iI ~ sauraitell eat z lcr quo plus oil pas he le Vertu ot do neglig3la I frmiria-
"9e1te Ia dose de sciences exactes, iation dii c rucl.'re, 'eL-&-dil' Ip partie
lIk SUs Ia dose do jgernent mar so proproileuL dduealive.
Irss, auginentde. Tout i nonde saiL Ce'pt de cotLt fausse i.16--qau cs'est
"r lue trainn des choses da Poes- I luysu'ici iuspir46 'neseigaerlen t do Il.i
Nleis est susceptible do cr6er uu. ocoles, A partir d'un aertaisi moment,
'ldonne & l'eesprit une toumoureblsawandu. Jusque vers l'adminiidsra-
7 qul petft ortlifer Ia &sat6e dix tis d4 (ro trard eaviron, le ma)it


lectuel ne s'6tait pis encore attaqI6
bien s rieuseinent A notre organisa-
tion scolaire ; A virai dire, cotta oi glani-
s.tion elle-mrnine nI'existait iiero eni-
core et I'on sait les gdnAereox efforts
fTlts p ir Dubois pour organiser uos eCO
les sur unie base et d'.iprcs iune concep-
tion qui dtonnent qnldque peu si I'on
veut so reporter A 1'6tat des iddes uni-
verselles d'alors, sur I'enseignement et
ses m6thodr-.
Edmon 1 l'tiil ouv il dit citi ses con-
temporai-ts ,l 1863: u On cornoit diflici-
leme:,t, apir's avoir vu le Iaut ct le
bas dle notre society, que la question de
I'enseignement nie soit pas pour tous. et
avant tout, une question de fagne-pain.
eNos families sont p)nires; elles
n'ont <[ x-en d'dp:mgues ; It plus sou-
Vent ll s)it ,lan~s 1:1 ldnt. nont cornm-
I l. t.
a A.vitigi, \iigtl-dleux ants, rcgle a6nd-
rale, les excttLiti)ons qu.in, elles exis-
tent, coutlirinll'it la regle.- le j.eule
I 1omime f;it lii-t mtt'.,i n les l ti 4d.-, o,)
entrelien.
a Hlier encore, noe s ipthe, A dix- ept
ans1, payaielt loi ilr.n s s.liecs leurs
professes d. gram.nuire.
Et E l.noi 1 P.ul ,lc a l ii l tit ls,?pb-
i3 e tit1l, de( P,.iris oh il hsit, I'onseigne-
ment ldc noe i t.ols contre los tentati-
ves dce hault' itilellectudilit.' que le Fraln-
cais lleinry iaudleif i!nportatit dtniis ino-
te p).tys queli, sous contrelbanII e ie civi-
lisation L's ae,:ueillit, leur fit hotlioieur,
et s'atli'a intoniscinminent s)on sort ac-
tuel que tons ildplore:it avec peut-etre
I une eg tie sinic.Li ili, intis noil une gale
clairvoyance.

PETIT P'ROPOS

Depuis les temps les plus rcculcs dans le
lointain des Ages oil 1'histoire ait pu re-
inonter ct noter les premiers &vdnemcnts de
la vie humainc, ellc nous montre 1 honm-
inc prioccupd du problcmede sadestin&c, sc
demandant avec anxidtk quelled est son ori-
gine et le but de son existence. Bien des
milliers d'annces se sont ddjA 6coulees, les
penseurs et les sages de toutes les nations
nous ont livre le fruit de leur graves me-
ditations, qui constituent le veritable tr6sor
de I'humanitC, mais ont-ils r.solu la ques-
tion redoutable qui s'impose a tous les
hommes ?Ou plutt, si leurs recherches ont


vers- tant de lumiieres prdcieuses sur des
,points important ct nombreux, ont-ils a-
outiit quelque chose sur cet objet special A
cc que tout honmme peut trouver en descen-
d.nt dans sa proprc conscience ct en s'in-
tcrrogeant lui-imeme.
On pcut rdpondre hardiment: non. II
sultit que l'homme prenne la peinede s'cxa-
in ncr ct de rdtldchir sur son ctre moral
pour connaitre de sa destinde tout cc que
I'autcur de la nature lui permet d'en sa-
voir
L'homme, certes, tient le premier rang
p.armi tous les tries anirmi, qui pcuplent
notre petit Globe terrestre, qui roule per-
du dans l'espace. Mais A quoi doit-il cette
supdrioritd ? Si pour Ic compare aux autres
animaux on tie considdrait que les facultIs
physiques, que Ic point de vuc purement
materiel, conibien I'cmportcraicnt sur lui
cin torce, en vigucur ct adresse naturelle,
ct une fouled de qualitds auxquelles I'hom-
mc a dc supplier par des prodiges d'intel-
ligencc.
)n reconnait l a'ce qui constitute une
premiere grandeur ce l'homme sur tous les
etre.- et les objets qui l'entourent.
C'est que si l'lomme, comme l'a dit le
grand Pascal, n'est qu'un roseau, le plus
taible de la nature; c'est un roseau pen-
sant, qui a conscience de sa pensbe et de
la superiority qu'elle lui assure. C'est son
intelligence en effl't qui scule, lui aper-
mis de letter centre des ennemis plus forts
ou mieux douds par la nature dans le
riegnc animal, qui l'auraient facilement kcra-
s". C'est lie qui non sculement a pu trou-
ver contre eux des moyens de defense mais
peu A peu a r6ussi A les dompter et mame
A les fire servir A ses desseins.
Marchant de conquete en eonquete
I'homme ne s'est pas born A s'ctablir Ie
maitre de tous les animaux, il a engage re-
solument la lutte contre toutesles forces bru-
tes qui Font si longtemps accable, et grace
aux admirables et incessants progress de la
science; IA aussi il s'est rendu dominateur
et a oglig Ies forces les plus mystdrieuses
de la nature A lui obeir docilcment pour ac-
complir des ceuvres merveilleuses.
VoilA donc un premier point qui assure
la grandeur de l'homme et qui peut rendre
raison de sa destined: c'est cette intelligen-
ce qui ;e rapprozhe en quelque sore de cet
esprit souvcrain que dans tous les temps
et tous les lieux immense majority des
peoples se sont accords A reconnaltre dans
la nature.
Mais n'y a-t-il pas encore une aute mas.


_ ---


"-~----L
--eL-~_~-. -- --


--
'' --- --- ~-


1 __ __ _


-----~-'111 -- ------~


to &Nlqlc, No 186


PORT-AU-PRINCE (man))






que plus grande et p'.us rdiCle qui fait de
I'liomme un ctre a part et qui Ic met au
dessas des .utrcs? Oui certes : c'cst que lui
scul cst doud d'une conscience morale, lui
scul a la notion du bien ct d minu, l'id'e
claire du devoir, en un mot, lui seul pos-
sdde l.i raio ,, le vrai single et le vrai sceau
de ..i gr.mdeur morale.
Rociu GRELLIER.


----


i t N SE GrNEMENTS
MTITEOROLOGIQUES

O ser -vatoire
DoI
sAtr 1 .4 d I COLLEG~. S S- it 4 RTIAL

DIMANSCIIuE lNo eVLBKi:


BR.totni.re A midi

Te, npratureminimum
emaximnum


761,8
21,0
31,1


Moyeine diurne de la temperature 25,o
Le cici a dt un peu nuageux vers le mi-
lieu du jour seulmnent.
Eclairs au NNW A 7 h.
Agitation microsismique depuis 3 h. de
I'aprcs-midi samedi jus4u'A i i h. du martin
dinm.nche.
Lc baromntre a varied tres-peu.
J. SCHERER
Le Messager Evang61ique
Nous avons recu avec plaisir le dernier
N" du I3C'ssager dvangdlilque qui s'edite A
l'Imprimerie de l'Abeille et content d'in-
teressantes nmtieres.
Parlant de I'oeuvre sociale, notre confrere
s'exprime ainsi -
u Nous avons lu avec plaisir un article re-
maiquable que le Mathi a publiC sur les
faini les haltiennes. L'auteur de cet article,
aprcs avoir ddmontrd que la SocidtE hai'-
ticnne n'est pas en prog rs intellectual et
qu'elle n'cst pas non plus en progres mo-
ral, conclut en ces ternmes:
a Qu'tst-ce a dire ? Sinon que l'oeuvre
social intcresse tout le monde et que cha-
cun doit s'y appliqucr de toutes ses forces,
non pas en faisant des revolutions, ni en
s'acharnant apres les besognes politiques,
mais en se r tornmant d'abord et en nous ab-
sarbant cnacun dans son amelioration in-
dividuelle, au point de vue intellectual et
aa point de vue moral : le tout alors con-
vergera de soi-imcme vers l'aeuvre de per-
fectionnement social.
Au point de vue special qui nous occu-
p. aujourd'hui, les principaux ouvriers de
notre advancement sont les pasteurs reli-
gieux. Cc sont eux, eux presque exclusive-
ment, qui ont accas dans les preoccupa-
tions morales de nos populations rurales,-
les plus fortes en nombre ?t en impor-
tance,- et la socit6 haiiienne a une gran-
de parti de son salur attache A leur acti-
vite et a leur conscience.
It est reconfortant de mediter des con-
clusions si legalement prises comme cells
que vient d'adopter le 3Catin. Elles sont si
rares qu'il y a un certain merite A les signa-
ler A nos lecteurs. Que Dieu veuille que
ces conclusions finissent par prevaloir dans
notre milieu pour le bien de notre patrie.*
Le Salvador
Est entree avec les passages suivants ve-
nant de :
St Thomas : Anne Colben, AndrE.
Mqay ^ g : H. Sema, Rom. Cuebas,
wMdic..


Sto 'DT ingo : Melle Nlic, Maria Mu-
garoff, Anna Picrre.
Cayes : Lnonare Alphonse, Laraque,
Dubreuil et enfant, Rennean, J. Claude,
Leblanc, Silorge.
Jdtr/Pie : Depute Dbgraff, J&r6me Pres-
soir, CalisthenesJoseph, Bontemps et enfant
Normil Orphie, Aurelien Gilin, Agla6 Jo-
seph, Brezhulr, Liauerre, Renaud, Caye-
mltte, Rouzier, Ccile, Lestage, Ncsouile-
re, Marie Joseph, J. B:esh.
-11 est reparti dans la soiree avec les pas-
sager suivants pour :
Cayes: Mme C. Moise, Sour Philo-
mane, Mine Berlingerie" et enfant.
JIrCmie : N. Louis Charles, Alanie Bel-
garde, N. Dimanche, Mme Aubry, Eug.
Dupoux.
Santiago de Cuba ; Juan M. Mazarra, Jos6
Alvarez, Mine Fernand Savain, Edouard
Montes, Eug. St Martin, Mme Adelaide Ju-
les, Mme Dufrane Frtdal, Nella, Williams,
Marguerite Mouette, Edvard Wilson, Paul
Lapointe, Pierre Jackson.
Jacin'l : Mine Arnold.
Le Prins Der Nederlanden
Est entr6 hier mitin ayant a son bord
les passages suivants venant d :
Curacao: Mme Elhne Thessous, Isaac
Desir et 3 enfants.
Jacnel: Louis B.ntoux.
Ca'yes: Luis Mathey, Denostheae Dou-
yon, Min- Sine1on Fernani, Mine Blon-
court et fils, Louis Valery, Franck FethiFre,
Nelson, Ade:e D1sir.
Jir.mite: V. Dimanche.
St-M ac: Mr et Mine Cztvki .ki. V\'.
Andrd Ciuneau, Vicente Philippis. Mr et
Mine de Mezza et famille, Fagarj J, Phil-
lippc, Mile E Piquion, Aline Labrc;usse,
Jh. g0- Chirubin, Marie Dulleur, Je 6.ne
Add, lochalin Bastien, Sag.ne Salomun,
Mr et Mine D. G. Kttau et entrants, L.
Pinard, Phi!ominne Cesar.
II a laiss6d midi pour Ntw-York
sans passagers.
Le Montreal
Est retourn6 hier de Petit GAve avec
les passagers suivants :
Mr et Mine Pasquet, Mile Mathieu, N.
Maignan, Lea R-c, Mr et Mme Cheriez,
Francisque Salgado, Elouard Benjamin,
Devieux.
Le Bolivia
Est entree hier avec Mrs P. O zerhilem
et Boyd, pris A St Thomas et E. Riguier,
pris aux Gonaives.
II parira ce soir. Lire plui loin I'avis
de l'agence.
Pavilions aux MAts
Sur la demand du Consul d'Italie, les
legations et consulats ont arbor leurs cou-
leurs A l'o:casion du 38c anniversaire de la
naissance du roi Victor-Emmanuel III.
Commissions Communales
Par arreits de S. E. le President de la
Republique, les Conseils communaux des
Chardonnieres, C6tes-de-Fer et Bainet sont
ruspendus.
Des commissions sont forms pour ge-
rer les int6rkts de ces communes jusqu'aux
prochaines elections:
Remerciments
Au nom de tous les parents de ma feue
mere Madame Vve Edouard Amblard, decedde
Vendredi dernier, 8 de ce mois, je remer-
cie bien sincerement les nombreuses per-
sonnes accourues de toutes parts pour nous
aider a rendre A la Defunite les demrniers de-
voirs.
Nous garderons un profound et Etermel
souvenir dc la sympathie qutls nous oat tE-
moigne en ceie douloureus circonuano
H. AIarwuL


Secr6tairerie d'Etat
des Finances
Par steamer e Alleghany part de New-
York le ;o Octobre expird, des envois de
monnaie en pieces de cinquante centimes
ont etC faits, conform6ment aux instruc-
tions du Chef du Departement des Finan-
ccs, a I'Admninistrateur des finances :
Du Cap-laitien .......... P. 3,00ooo
De Port-de-Paix ............ 4,000
Des Cayes. ............ 8,ooo
De Jacinel .......... I 8,ooo
Le meme steamer a debar-
qud i Port-au-Prince le 7
courant .... : P. 84,ooo -

Ensemble. . P 36.oo
Port-au-Prince, le 8 Novembre 1907
Administration Postale
SERVICE INTERIEUR
Ltres recommandles en souffrance
Louis Te6Imaque, Eugene Louis jeune,
Frdderic Jean Bap:iste, L6isma, dit L'6tang
( tailleur ) Georges Bastien, Samuel Ga-
brau, Deputd Morama Bernard. Mme Ca-
rida Henry, Mure Toussaint, Miss Emilia
Vanterpool. (deux ) Lydia Peixotto.
Lettres recom;nandets retournlces aux e.xpd-
diteurs
EXPEDITEL'S : DESTINATAIRES
Adolphe Jean Mile Camilla Richard
L. An'oine Mine Miltidt Nicolas
Port-au-?Piiice, i Novenibre 1907.
Rafle
Mr L. Hodelin pr6vient Messieurs les
intCressks que la Rafledu cheval rouan, au-
ra lieu mercredi 13 courant a 5 heures de
l'aprls-midi, au cafe Dercix.
Feuille adhiree
Le Dirvc:eur de I'Ecole rurale de Mo-
mance ( commune de Leogtae ) ayant
perdu sa feuille d'appointements du mois
de Juillet 1907, s'dlevant A Vingt-cinq gour-
des et vis6e ipar le payeur de l arrondisse-
inent, l declare nulle, duplicate devant
etre obtenu.
Sterne llNSRY
Re s ignements-Utiles
'iJianit'r
Alb.e d'ceii\io 12 nmtrers dc ha uteur,
a tig droite c ): n -celle d'un eup'ier,1i-
digCuie eCh ii-- J'o ils'est rcpand i en In-
do Chine.
DUns la region inontagneuse de l'A--
nam oi ii porie le non de Qa'-Hoi. on
pratique sa culture en semant 4es graines
dans un terrain bien fumd ; au bout de 2-3
ans, on traasplante le jeune arbre qui jus-
qu'A dix an; ne pousse que len:ement et
ne produit que peu, mais don't la croissance
et e rendement augnentent alors rapide-
ment. On peut I exploiter pendant une
quarantine d'annces.
Les fruits, divisi en 8 branches renfer-
ment 8 grains appelees Anis dioil, d'aprn s
la forme de ces fruits. On les cueille A la
main avant qu'ils ne soient complitement
mOrs. Un arbre en plein rapport ( A 20o-2
ans ) peut en fournir environ 4.ooo. Places
sur des claies au-dessus d'un feu lent et
agit6s continuellemet, ils sont sees au
bout de vingt-quatre heures et peuvent
Ctre transports.
Ces fruits, A forte odeur d'anis, sont em-
ployes en m decide, mais ils sont princi-
palement disills.; l'essence obtenue sen
A aromatiser certaics liqueurs. Cete es-
sence, A odeur beaucoup plus forte que cel-
le d'a:ais. entire dans La composition de
l'Anisette, de I'Absinthe, de la Chartrec-
se, etc. On s'en ser aussi dans la fabri-
cation des parums et dmssavors.
Les Chinour mr s ervnt des flo d Bma
diaoier, ainsi quo d'aures da rawe, pour
Mrfuma lar irl vl *


Le Tonkin expore annuellemen cali.
ron 80oooo kilo; de cc prolui- dtu Mw,
place. 11 repr sen:e une val u d',cnvi*
millions de francs. La France en a inr.
ti 24.000 kilos en 1899 ; I'Allmag i
tire cette essence de la Chine, en conson
me environ 27.ooo kilos par an.

Terrible ouragan

MARSEILLE 8. Un ouragal sCst abaiu
sur la vitle ce sUi ca.s im des ddgits aor-
mes aux docks.
LAu/Lm A gd4a 4 Iandt 1.dL
la pluie torrential c qui a s"e
et la ville a &tc p!ongte dans les tiotres.
Un certain nombre de personncs on:; 6t
tuics par des maisons qui se sou 6crooes,
m is par suite de I'obscuritc il a etd jus
qu II impossible de ddtcrmincr le nombre
es victims.
Tout le Sud de la Franc- continue i
soutrrr des inondationc qui en bien dcs
tndroits sont pires que cells de Septembre
dernier. Les mines de carbon de Graissa
onr &t4 complktemennt inondccs et le travail
a Itc susperdu.
S- -------
Derniere here

BEiLIN 9. On apre;id qu'une dylus
grandeesnuctures alleanJei Ic
a Seegi halirkeschuckart electric company,
a d&cidd de fabriquer des balloons dirigabe;
et de les vendre au public. Citte niismo
a dejl entrepri la construction d'un billon
dirigeab'e qui dcpasseaa en puissance a
cens:ioanelle t en vitesse tout ce qui a 6
fait jusqu'a ce jour.
ST.PATERSBOURG 9.- Les ruuluati dis
437 distritcs se dcompo;ent ainii: 19f
monarchistes, 128 octobristes ou modds,
41 d6mo:rates constitutionnels et 28 rai-
caux.
LoNDREi 9. On a c6elbre aujourdhui
dans tout l'empire britannique avec la poa
pe ordinaire I anniversaire du roi EJo0rd,
le 9 Novembse 1849. Sa M2ajese aid
bre I'Nvenement a Sandrighaun o se trodu
vent les rois et les rines d'IEpagne et de
Norvege. A cette occasion on lui a oftert
le diunent Culliman, le p!us gro d moon-
de estimbi A 750.000 dollars donoa pr
l'aisemblhe legislative du Tranvaal com-
me gage d: loyalismne et de rcconnawi; "
cc.
PARIS 9.- L'adroplane de M. FatiUr
a presque effeciud le touch complete do
Champ-de-Manacuvre d'Issy 1.s Moni"ux
en une minute trois quarts. II a souvtc
kilometre et a atterri A 150 ItiCres de o
point de dpart. ..
M. Farman tentera la semaine proui.
ne de gagner le prix Archdeacon en ldl
vant une circonf rence complIte.

La

Redaction du "Maiao
Offre d letters les detux vo
A quoi tient la supdriorit
des Anglo-Saxons.-
A-t-on int6r6t A s'eimparer
du Pouvoir?
DE M. EDMOND DEMOLINS
Au pix dv QOa*re GourdAe ckM1
EN V rNTE A L'IMPRIJBRI' DU

Prire d'aviser 1adj
tion de la moindre icr-
dans wviao du* I
ral qu'll y @aot d m5wl-
AlAA


I on=








uig American Line

Le steamer a BOLIVIA partira
c soir pour Pletit-GoAve Curacao et
can Juan de Porto-lticco.
porit-au Prince, 1 Novembre 1907
G. KEITEL & Co
AoGNTS.
so-- -
MjIspn L-BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODEL I
Ancien membre de la Societ Philan.
&~"rqp e de maittres tailleurs do Paris
Vienlt de rcc,-voir un grand choix d'6-
tJfe~ li.igoi ile, casimir alpaca, chevio.
Ie, cho iote p,'-ur deuil, etc. Hecomman-
lde a'*tu!i:-",~?n t A sa clientele une
ke!Ie cllcti;m ,de coupes de casimir,
de gil. t. 1. 'f t i-i. .t de piqu6 de
Si'UtI i,: .a tusles de no-
ces.-- C I t'. I ,ai'3e, Anglaisa et
Amhi.'ain lIe 'a l.r,m:it-e perfection.
|jLm !' l 1 t;;ln :-1lt-si lIes COs-
tu:nt: .;it,..i: uy. hab:ts brod6s
dolm .ni -i. ii'q.us, habits car-
r6s. e'c etc, ,,*. tous trades.


Cordloinnerie NoiIvelle

G. B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE 143
GRAND ASSORTMENT DE CHIAUSSURES
DE TOUS (GENiES EN' DIP6T, IIOUlI LA
VKNTK EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
commander, tant ici qu'A
1'in trieur.


Cwaifeclion .1.'s elli iI.;s Iros
fteillleUt ~its st Totaj9 i'S
&1g.uates laid ~i iiomuii'-3 A'C


avec lea
for ines
ftenme.


Les derrnires cr#a'ions do
Paris I
P8es, Liquides, Cirages pour chaus-
sures de toutes nuances.
Comventions de vente convenables.

Pra iclxexx er et

A L'ILG ANCE
D. FBRRARI,
Pabricant de ohaussurs,
iHs Ila connaissance do publiC
SOlOtreiment de ss nombroux c1-
do la C6te et do la Capital, qa
---mment a un stock incalculas
d chausures pour homes,
*t enfants, on tous genres,
algr6 Ioffree de power eat
en gros ( 50/0) ft1 on ra-
onnel sar les pri.
ment as charge de fair
t4 meaures A domicile.
&e Iir, .Naewdpo ---tu-t...
S des hFots-r ts, 1f
AU-Paskm (EAlI)


Cie. G6 Tras3ala tinlie

Le steamer MONTREAL A
partira le mercredi 13 A~ 1t heu-
res tr6s pr. cises du matin pour
Petit-Goave, Port-de-Paix, Cap-
Haitien, escales et l'Europe.
Les billets de passage sont d~li-
vres d6s aujourd'hui et MM. les
passagers sont pri6s d'etre A bord
A dix heures au plus tard.
L'AGEN'.
F. M. ALTIERI

Avis communal

Les contribuables sont
informs queles feuilles
arrieroes, Ann6e 1907,
sonl seules admnises en
compensalion la ns les
I'egllelceits it fair avIce
la Co imiilllc ce, lanhs la
proportion du tiers.
-- I l ,
Avis
Le soussigin',, an.~- tn co ip, ur a
I'l.O6nce D Ferrari, annoice ia ss
noinl'reux clients qu'il viet' t d'tlabir
.,an atelier A la Grand'tRae No 150.
SAMUEL CIAltK

La Maison


N. CR DASCO
137, RUE RiPUBLICAINE, 157.
La Maison Nicolas Cordas :o a su
conqudrir en peu de temp3 la pre-
miere place dans la ville d) Port au-
Prince ainsi que dans la province.
Le veritable success don't jouitla mai
son Nicolas Cordasco (st di a a choix
imcomparable do ses modules sur
former fi ariaises et amnricaines d'une
eieganoe irreprochab!e et r6pondant
A tous les caprices du bon goit.
Tous ses modules existant en ma-
gasin en toutes pointures et largeurs,
la permettent de chausser tous les
pieds, m6me les plus difficiles, et la
modicit6 de ces prix est accessible A
tootes les bourses.
Toutes les personnel no trouvant
pas a se chausser dans mon magasin
sont satisfaites dans les 24 heures par
un article fait sur measures.
N. B. Je puis chausser, sans pren-
dre moi-meme les measures, Jes per-
soones qui peuvent venir a la mal-
son :
II suffit de m'envoyer une chaus-
sure allant bien, ou sinon me signa-
ler les d6fauts.
Lea chaussures n'allant pas bien
soot remplacees par d'autros, recti-
fl esd'apras les observations fournies.
La faculty du reoour est permalse
dans les 24 hours aprbs la livraison.
Si lea chaussures ont dtl portdes oa,
ne soot pas IA'i6at complete de neau
lelles eroot rigoareasement refases.
L malsona d6e totes conoarro-
0 t, enrvoe franco eo province.


PREPARATION


DE

'or t-h i PIrince

DCS PrE\UX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.


(:\PA(:i I:e .A*O0 JI.\u'a PAB JOUR
PRIX DES CHU.I SSUIRS COME SUIT:
Chevreau glacd: Boutonnt el Lacd pour Hommc. et Dames 10 ( Dix gdes


Verni et couleurs:
POUR ENFANTS: .


0


PON
41


Recommandle 10 (Diix gdes.
( ?ecommandle 12 (douze gdes


1 0 0.. .


6 six (gdes


Prodaits Hlyiniques pour la Toilette



CR MEIn
=Wtie.Noi llffMIIWit j- oocin.

,,E- Nu I11 0 I
S.801, ,69Ur.sbonrg 8t-Xlrtia. pABUS 4ettS 6 leU jmItat1A0


OMd

V,
raw

-,


ra~rr~loi. 1 !a r-
fum. Elle conserve 1'6Ial et la fi-alc.mIIr dui Leiptt. -ar e'l V- c. IIVeraiiie
contre le IIAle, les picatcd'iiisedes (a les 6%rup!iO!:S de Ia j. ati.
sans bi.nuhli, it;% izl) adlfl-
11iA p otlja t c, II I t*ojdI(
LA iciiiuii ieul(2iit [I-Icii unt j'or l
a I6j;i Ot* j;lilt' dc ;-0ol I;IItIII (I ;It. soQn vcIOI Out eoi ri i i bu6 C C i : d'cille,
la Favoritit..(`i -:1'oudi, -st- ,ic Is 'lette.


It oUts Iles fis l t
dames dont [I aeaU Cp t delicate.


de Cr-6ircr 2irnon

tin le fainn *tIcci-'
rt 1 w5;mvilm'i :es do Ia CCic- Sinoai ; it
m ih 'rToiljtte d's onenants ct pourlc,


Agence G6nerale et D6p6t pour


Haiti


-A. la M6LtrxLopole
MAISON JULES LAVILLE


93, Rue du Magasin de 'Etat, 93
PORT-AU-PRINCE (HAITI).


LA PHARMACIES

Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
Se recommande pour l'ex6cution
prompted et exacte des ordonnances A
o'importe qu'ello heure du jour et de
aI nuit.
Drogueries, Sp6ialit6s phar-
Iaouttque extr&emment frache&s
Pars Coxscnamctx.


DE UIL

A L'ANGE GARDEN
CRHAtp, ETAMINo,
DIAGON4LB, SaR-
GE, TAFPPTALINB,
SIMILI, CACHRMIRs,
CALONS DB CRkPR,
CHAPRAUX, BONNz.
S TBRI. BOUCLMS D'O
RImuLLs, SAUTOlRS, CoUaoRms OR-
TUAIRFS, ATC.
98, R ae div Rmr, 98.


TANNEI:TE CONTINENTAL


_____ _____ _~I_


-I-


6 'Rftmw6 4 4 4 Mbw 4 NW 4 'Mm


i


A wa lmw -No A'Rl &IR w 'ow Nw- a ww- a 'n- 4 & a a


I


l









Etle dlo je Ch. D
Avocat
A PETIT-GOAVE
] l


PROMPTITUDE


EXACTITUDE


Vitiello freres
145, RUE RI1PUBLICAINE, 145.
La cordonnerie Vitiello fit es port
a la connai&,ance de "sTTrnibreuse
clientele tant A la Capitale que dans
la province, qu'elle vient de recevoir
un assortment complete de peaux des
meilleures fabriques de France et
d'Am6rique. Avec ses nouvelles for-
mes franchises et amdricaines pour
hommes, elle assure A ses c ients des
Chaussures incomparables, taut pour
l'6legance que pour la solidity.
Elle promet, outre la quality des
chaussures: un prix convenable A la
portee de toutes les bourses.
Venez voir et vous serez sa-
tisfaits.
La maison a en vente un assortment
complete de cirages de bonne marquepour
les chausssures de routes nuances.


Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES fGALnT ET PEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Pouare puissantecontred6mangeaison
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, remde efficac.e
centre los accs d'asthme et les toux
rqutuenls le flacon ;P : 1.50.
Consultations gratuites :
Maldi et Jeudi de 8 & 9 heures du matin
par le Docteur. N. THoMAS.
Iff ---- "
VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co
VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res
KV OLA
KDB
ix gstoln
MACNISH'S c IRONBREW's
A Vendre
Chez CATINAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
62, Rue d;s Fronts-Forts


Imp. C. MAGLOIRE

45, RUE Roux, 45
TELEPHONE. !

Journaux, brochures, billets de
marriage, cartes de fiancailles,
programmes, affiches, el tous
autres travaux de ville.
Billets d'enterrement el cares
de visit d la minute.
PRIX DE CONSCIENCE


ET
H STAURANTVU
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINE.(HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T6e1phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne t comfortable. ue --sur la mer. Tempdrature
douce et rgulire. Ls Tramways desservent I'H6tel-Bellevue routes les 7 Minute
PROPRIlTE SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Sal de rdception.-Piano.--Gramophoe.
Sonneries lectriques


Table d'H6te


Lw"s be Joan, do 4.mAi 49 h0 W'e,
do 7 A 8 howr du eeir


G*2e50


i A. d Malleis et Co.
32, Rue du Magasin de l'Etal
Maison fond6e eni 1& 8.
Bijouterie, Orfevrerio. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumei ic pour les gots les plus diflici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
dilicatesse p6n6trante u'ellc offre a ses
client sout de veritables petites mer-
veilles.
Les derni es marlues qui charpent
1e Tout Paris soT cnlz Matteis :'
Son Sourire, Floramye, Trefolia, Id.
Cyclamen, Vivilz, etc.
La maison a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunette-, montres or et argent, pendu-
les garanries.
Spdcialitds: bagues frangaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et frangaises sur com-
mande. Service d'argenterie complete
pour marriages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garaittis.
Achatl !e dlI: ri:jnt-, ,-iertes prd,-ieu
ses et vieIdl hijouterie a des prix avan-
tageux. Doi-liior cri : Lunettes jnanes.
(:ontc e ritimise de Deux dollars en
tintibresi .-lt, d'laiti, la Maison Mat-
tis t nvote franc de port sous ili recoin-
marin t16 4ln:;s toite Its villets de l1t Ilpu-
blique: Liiu:ttes ou l.ornoris or :. i-ke
inoxy-.ibl:s, selon les precscritiio.i.n'a de*
Doct t r. o;i instrui. iion d.-i .iti-t.,urs

ALEXIS BENOIT
Disti'lateur-Liquorlste
6:, ItUE ROUX. (;:3.
(:I-IEVANT, RUE I oNNV-Fl'H.


OCI' IISTES!..
VERL E. n,\Nc, S, BL EUs, FUM.MS,
JAt..\-sS, tJi 11 1 i l .zail et du I)r Motais.
VER-RKS nICONCAVES, BICON-
VEXES, PEiISCI. 'i(: QESCONCAVES, PE-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completdes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriq'tes, conecatves
et convexes.
Assortiment d'axes complete.
Chez A. DE MATTERS.

Chapeaux !
Chapeaux !
Chapeaux !
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure de Louvre
Pour tons le goAts et pour toeute
le bourses


Liquidation!
MAISON DE CORDONNERIE
4(i, Rue des Fronts-FoAr, 46
Mr Lorenzo Renna
Devant partir ponr i'Elrager por.
A la coinn issalct dir I: public qu' Apar.
tir de celte date, ,soit (en venle cS
lui: un stock de souliers et dese u%
chandises de Cordonnerie a un pri
d6flant toute concurrence.
Chevreau glace .... .. .. P
vernis.. .. .,
pour enfant P. 0
Faites serrer!!l

Industrie
MANUFACTURIIRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, mancheites,chemu
et calefons
Ecole d3s arts et meliers

Fr:tn< isco DESUSE
F ,br r rt de, chaussures
l. :, ,* t .j i t s en d#
pot un g.ii -i. -- Po u la venIo
en gios oL o.i 'al,-- de chauissures~
tous gonro- pour
IHOMMES, FEMMES, F'NPANTS
I.-s coinijm;dcs d('s commeroait
de I'iittrii-1ur .,ouitoit Ntre exdcote
dans iuje secainue ;\ p)(u 1p!u .
23., r:..,- : s Fronri -Fots, 23
P< :..i A!-PrIINCE ( HAITI )


LA


Meilleurc Farine
(lu Mondi
(:elli qui donuel Ic meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui dotnne le pain le plus blancd
le plus ldger,
C'est la Pillsbury's Best de l
Pillsbury W. lbuiun Flout Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. reprdsetod


DE Me

Beauharnis J1 Fini
NOTAIRE AUX GOIAIVIS
74, RUE RIPUBLICAINE, 76


Tiere zephirin 3M
Fabricant de chaussures *n
genres. Pour Hommes, FemInDIe
fants.
Place de la Croix-der-BOSial
SPtCIALE T i:
PANLTOU L3iM 5IU'.