<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00174
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 28, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00174

Full Text

1' "NZ4PE, No


176 PORT-AU-PRINCE (HaTI)


LUNDI,


28 OCTOBRE 1907.


QUOTIDIEN


ABONNEKENTS :

?rd tois Une Gourdo D'AVANCE

DfrAfRTZ=Tr3I' & tFROANGRR:
ra is do posts en sue.


Cle6ment Iiagloire,

REDACTION-ADMINISTR ATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMfRO 10 CENTIMES

Les abonnements parent do eir. et dua 5 de chsque
mois et sont payables d'avance
Lea manuscript ins6r6a on non o sont pas reml.


Pour tout ce qui concern l'Ad ministration du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


ETUDE
SUR LE


teoperameut Haitien

X
Os connait gdneralemnent les Etats-U-
bet les Amdric.iins par Laboulaye el
krTocqievillo, c'est-a-dire au point de
mpolitique et d( la f:,.on d 'tre tie la
iCGt6 americaine consilrde ladans son
Imble. II faut lire La Vie Amiri-
iv, de M. Paul de Rousiers, si vous
"ulez saisir sur le vif le mouvernet
frindivid-l dan cette masse, I'6volii-
be personnelie de l'Aindricain et Ih
seen oeuvre dle l'dnergie inilividuelle
I cet homine extraordinaire. Aussi
i-, tout ce que i'ai :i dire sur ce sujet
rempruntd Ai cet onvrg.igo ,.lein d'ob-
tions reinarquables ;tu ilu haut

Odonne facilein.lnt ilans celte idcde
tax Etats-Unis, lo pr.;jj'I social,
SRoins sou u ne de ces formes, est
intense ; il ya cependant d bien
rondre compete.
'Cequi intdreise le plus les IHai-
,dansleurs relations avec les Etats-
,6crit M. A. Firmin, c'est la ques-
de race on de prdjugd de couleur...
B evelt s'est constamment mon-
'Suquent avec le programme rd-
I don't I'un des principles le
i6s esst la redemption du negre
n de I'esclavage & la liberty et
dvo.rit social & une ascension
St intellectuelle vers l'dgalitb,
.m aon, et le travaUl.
Francis E. Leupp, cit6 par le
Suteur, dit ceci du President
Set des noirs americains: a Le
caract6re personnel et de la ver-
SWque le President vent 6tablir
Siualtion du noir est mieux
6dans Booker T. Washington
arcun home die couleur
public. Tout noir qui aspire
doit fire preuve de cello
.wIvant le d.w rd qu'it s'en up-
.'- decarte, l sera jug; ca-
i bIpable. s Et M. Firmin


.1 ii'~ ~n si I'ex i etwo lie se rait,
t ?i ot Ioin, e i enri in't t


ac :~tItwi r -n; u.a teu-i' als e ''i- re-,e m?
I;it i llemen I mixiu ronctlio lls

dti gitl -mil 6 lucateur tic1CI' d Tti-kf-gee
Ia 1)eg;nllive i'est.pas douteuse. Toute-
foi9, M. Roosevelt n'a jarnais a'topt6
uic tete fortiiulle, piouir exprimer ses
sentiments-. En. s'wiressaunt : iix cheks (du
parn inrtpu hIicki in, dati s I0 Sul des
Etats-Uil is, itiit si inplerener :
a W.;0unlaii s ie Srtuf doit krtre troUVer'-
Ili latais ss relations f3dt,'rales par les
Iltmilleurs Iim iiis que je IPu obtenir',
stm iaucune consitdralion de race ont de
pat ti. )
Notre c ompdriote continue a Le
p'rt'jti,,e de couteur ie nfait point de dis-
tilieoti ciieInre le nitge capable #-1t1
lb. ,ro i ii A Aldi- ICe M i reLjc


I)D cet irnhrioglio 'Ie faits ct.l-: ,paroles ,'ldinocrates on par le part contraire.
et le I'a ):iteI con'raenlon tic l on iiii pla- Ei fai, il y a i ne polit tiue armeiicaine
ie si' ei IX, tl'Ichre I ) i a i i r l v- c're':e par le. cironsla,,w S .ic m neC t/L.s
Iit. L'iniquile sicilo t.nit dc. fois ,le- le.queflles. .se J deeloppent le.s EElati~-rU is.
iioi'ieo par les cong';i Ires Ils d IImie.-i Eant do,,,e4s l, orli/i tes du people
*It, cot.ule'r (II pays alnetri'iC.in jure -in- atdrio uin, le pa\s on' ii exerce son ac-
gulicbrinent avec les coniliotios qiiii out tivite, les pariLcularilds ihistoriques qui
accomtpagne la naissance et le ddvelop- o)it pIdsid6 a; sa constitut ion, il y aura
pement d'tti people a qui approche le toujours e lui tun iastliuct national plus
plu de l'iddal, en fait dle pgrgres poll- fort que It programme d'aucun part v.
tique, ayant la possession detective de Laissons un moment la constitution
la libelrtd unie a la jouissance non politique du people am6ricainl; chaque
moins elective le l'cgalit6. C'est cette n Ition d'ailleurs se I'arrange de la fagon
caracttristique polilique qui paralt ras- qui parait I plus conformeo ses in-
suranto a M. Firmin quanal il s'ecrie : tr'ts et ;i ses conditions d'existence,
, Qu'on se reassure Le vitigliemne sie- et, toute condition politiqule j cartee,
cle ne s'dcoulera pas tout enter, sans voyons m tintenant comment est consti-
que la Aegro-Queslioie soit rd-olue dans tuee la socited arndricaine elle-meme.
le sons de !a justice et die It vdritd, par ce qui nous intdresse plus particulicre-
un d d a in)!vements de suite gten- ment.
rosite lonit lI p t'rie de Lincoln a donni
tant d'extmpl, .s. Auparavant repro(duisons cette poi-
A --A" .- ,Ir ---I. I


S*


center ; la participation es prdrogati- La solution ,le lI Negro Question doit-
ves poli'iqiies ct so.:iales, ce inest pas elle venir du ouvernement americain
I'ignorant on le mal elev6, c'est le noir, ou des d- pur sang au dernier leg're du sang Le problem politique soulevd War le
mtln, pouvu qu'on puisse decouvrir remarqualle auteur tin livre M. oose-
1unls ce blanC apparent un indice quel- 'elt, president des Etals-Unis et la RJ-
conque de tmdtissage. Voici pourtant publique des Elats-Un,;s est envisag6 par
le language qu'il met dans la bouche du ui a la lumiere des nmemes premisses
Pr-sidenit Roosevelt : d6ej exposes dans I'Egalitd des races
Soiniment quelqu'u aurait-il pu- huaies: c'est tjours la th6se de la
oit commentt e jlit quu je ne nomaurai- perfectibiliti d'une race dlemontree par
eavoir l'oiet aux ejmplois des ho nmes aptitude de ceux qui en font parties a
merais point aux emplois des hommes acqudrir les hautes quialites intellec-
de couleur honorable et integres, lors- tuelles
qu'iI n'y aurait d'autres objections u
nqile eux au rai u. couleur ? J'avoue Mais le problme est-il politique ou
centre je suis eiremt incapable de le bien social? M. Firmin cotfond visi-
oquee suis e. teremp d maa visite li blemi nt les deux points de vue quand
charleston, le printemps dernier, j'ai il deplore que c l'aImission des Afro-
fait, et depuis cs temps, j'ai ontinud nAm6ricains aux prerogatives de citoyens
fire etombre de pareilles noninatio.s t d I'galitd socials soit si ardemment
dans divers Elats ou il y a une popula- contestee da. n tout le StI tes Ettts-
tioa doe couleur considerable .... Ces Uis ).
nominations d'homme de couleur i'ont Ot a doit s'apercevoir combien le point
nomnstituo da mucun Elatlus qu'une e vue social change les donnees du
c tince proportion da nombre total de problem et cc point de vue s'impose,
nomina'.ions...i Aussi loin iue sur cette question, a un point tel que
jo le peux ItgitimementI j ri ivtiI Ia itie i n'a p[)s pu s'emp)clher
toujours de fire attention aux ldsirls ,e convenir, ( tlu'en dtuti.int les faits,
et aux sodeti reant du. people d i che(e on ne tardera pas a.s'apercevoir de I'er-
oetali6 ;nais je ie puis consentir 1 reur que I'on comment g6ndralement, en
loalie o sition, en fermat Ia portt Erope, et presque partout, en atten-
prendre position, en feirm lo porpt- dant d'une alministrationgouvernemen-
itde esprance, h omme qu.o'qu, imn- tle des Elats-Unis plus ou moins d'ac-
porteo n hmrite, qsu coeimples fon-' ion, plus oa moins de concessions,
dements de a race et do la couleur. suivaat qu'elle est reprpsent6e par les


- -- --


- --


III


I


gnee de pensees de M1. Rloosevelt, rap-
porties par M. Firmin et don't les Afro-
Arnericains doivent, autant que les
blancs, fire leur profit pour r6aliser
I'tcuvre d'cldvation personnelle impose
A chacun, dans le. conditions de la vie
americaine, pour conquerir dans la so-
cidteune place correspondante la Idache
accomplie.
a Nous sommes une nation de pion-
niers; les colons debarquds sur nosriva-
ges ttaient des pionniers.... Ils furentdes
hommes d'espurance et d'altente, d 'en-
treprise et i'energie, car les homes
d'un contenteinent dmoussd ou d'un dd-
sespoir stupid n'eurent point de part
dans ce grand movement de pnetra-
tion et d'excursion dans le Nouveau-
Monde. Notre pays a 6td peupld par
des pionniers et, par cons6quent, il a
en lui plus d'tnergie, plus d entreprise,
plus de puissance expansive qu'aucun
autre dans le monde entier.
a Les homes qui, avec la hAche dans
la forget, le pic dans les montagnes et
la charrue sur les prairies pouss6rent
au complete etablissement de no;re do-
minatiun, sur les deserts amdricains,
ont donn6 une forme dtlinie a notre
nation. Is ont montre les qualitls d'au-
dace, d'en lurance, de largeuur de vue,
d'ardent ilcsir de la victoire et de refuse
obstin6 dl'a.:cepter la defaite, lesquel-
les tendent a former l't asentielle viri-
litb du caract6re americain. Au-dessus
de toot, its ont reconnu, dans une for*
me pratique, la lot fondamentaleda su3-







ces dans la vie ambricaine, la loi du
travail dignilib, la loi de fIeflot haute-
ment r6solu....
A la longue, la frugality, l'indus-
trie, I'energie et la capacity de I'indivi-
du doivent toujours rester les princi-
paux facteurs du succs. .
e S'ils soul sages, tous les peres el
meres, dans ce pays, incileront leursen
fans a ne poi t reculer devailt les diffi-
culles mais A les affronter et A les
vaincre; non a~ s'vertluer p)ur une vie
d'ignoble aisance, imais A s'efforcor de
fire leur devoir, d'abord envers eux-
memes et leurs famille., et Ipis envers
toute la Irpublique. El il tant que ce de-
voirprenne inevitablement Id c chet du
travail, dans une forme ou dans une
autre a.

lIla


RENSEIGNEMEN rs
M ITEO RO LO IQUES

Cbser-vatoi re
DU
SEMINAI E COLLEGE St-MARTIAL


DiM~ANCIIE 27 OCrOBRE.
Baromhzre A niidi
TemnPdrature jminimumni
inaximum


761,4
20 3
31#3


Moyenne diurne de la temperature 26,0
Le ciel a6te nuigeux surtout dans l'apres-
midi.
Orag an4 SW h, et au NE A 6 h. du
soir.
Le barometre est en baisse.
J. SCHERER
Ligne Hollandaise
Hier est parti le sis Prins Maurits avec
les passages suivants pour :
St-Marc : Mme Ddvot et enfant, Du-
rand, Mme Michelia Hyacinthe, Lubin,
Thercse, Miles Alice, Marguerite, et Servise
Chrispin, Mile Lydia, Saint Maixent Cons-
tant, Mme Josephine Constant et enfant.
New- York : Mr Albert Levy, Ignichette
Francesco.
D6part
Ce martin est parti le sis Hirpania avec
les passagers suivants pour :
Gonaies : L. Getfrard, Narcisse Romain
et 3 enfants, Antoine Geffrard, J. Romus
Montas, Lumna Leroy.
'Petit-Gode Amblie et Anna Chariot,
DIpute Chariot.
St-Thomas: Paul Sully.
Erratum
Parmi les passages venus du Cap-Haltien
Jendi dernier, & bord du Gracia, if faut lire
Gal Emm.nuel Digand, au lieu G"' Emm a-

L'Officiel
Le Moniteur de samedi content dans sa
patie officielle le sommaire suivant :
Circulaire du Secretaire d'Etat des Finan-
ces aux DeIlguds des finances et du comn-
merce dans lesarrondissements financiers de
la Rpublique Circulaires du dit Secretai-
so d'Etat aux Consls gneraux d'Halti an
Havre, Hambourg, New-York et Consuls
d'Halti A Liverpool, Marseille, Manchester
t Bordeaux; Circulaire do m6me aux Con-
ls g6eeraux d'Halti Haimbourg, vre
et Consul d'Hatti A Amsterdam ; Circulai-
re du Secrtaire d'Etat de l'Instruction pu-
blique aux Inspecteurs des dcoles de la R-
pubique ; Seance d Senat do t8 Juillet
s9o7. (Suite ) ; Bta des biens domaniua


expertis6s don't la vente a std autoriscd par
le Corps Legislatif; Avis de la Commission
charge d'examiner les pertes des sinistres
Je 1902 de Petit-GoAve.



Renseignements utliles

Lesaffections physiques et mcetales sont
le plus souvent la consequence de l'hUr&-
dit ou des conditions dtfivorables du de-
veloppement de l'individu. Et quand des
conditions non-correctives s'associcnt la
tare htreditaire, le developpement de I'in-
dividu est pauvre ; il en resulte pour lui
un dUsastre de toute la vie, tout au moins
une ftiblesse physique, une imprcs-ionna-
bilit6 organique, en font une proic fac le
des germes. D'ou l'adage a .Cus sana in
corpore sano .*
L'iifluence des conditions tavorables du
developpement sert A corriger ls morbidi-
tbs inherentes A l'individu ou A parfairc son
caractere propre.. Cette influence est par-
ticulierement nicessaire au d6veloppement
de la jeune fille. Contrastant av.:c Ia mi'-
me epoque chez le garqon, la ZICaturitf
chez elle s'annonce par des phenomcanes
hysiques et mentaux comportant une re-
ation directed avec toutes les fibres de la
fetmme, ses mtnotions, son jugement. En
la dotant de ses fonctions speciales, la na-
ture a rendu les conditions de son ddve-
loppement plus difficile que chez Ic gar-
,on. II est impost A la jeune fille une cause
predisposante naturelle plus grand.:, u.le suJ-
ceptibilit6 exquise A la nmcrbidithd par la
vulnerability de ses fonctions specialss.
La jeuue fille dejA est ce que feminun elle
sera, portant avec elle selon les conditions
pins ou moins correctives de soa divelop-
nement, un sainm mnituriti ou ides dtats
abidess avant pour consequence nnc pro-
geniture inepte, debile, in.x:adv.o- a." ,ric, a
ou la stdrilitd, avec tous les ennuis c'onsti-
tutifs de ces Ctats morbides.
Sous influence des lois naturelhes qui
regissent l'evolution, li perfectibi'it, tend
a se caracteriser dans l'individu par s'lction
naturelle surla base de I'a'tractioi mituelle.
Les exigences poses par la Civili,a'ion, et
les demands de la socii~te, ccpenianlt,
sont faites pour enfreindre cette siui. ten-
dance et il sort le plus souvvnt du nuriag
contract dans ces 6tats morbides pour sa-
tisfaire ces exigences et ces demands so-
ciales, une prog6niture atavique et statio-
naire. L'influence des lois naturelles se ca-
ractdrise de la facon la plus bienfaisante et
convaincante dans les mceurs anglo-sa-
xones. ,(
C'est d'autant une question qui tient de
pr6s A toutes les grades questions sociales
et don't la solution sera l' euvre du temps
dans le travail de la perfectibilit6 des g6n6-
rations futures. Le point relatif A cette
question se rattachant a l'intrcit individual
prSsentement, constitute la parties m6dicale
dknommie a Hygiene a don't l'ob;ervation
scruopleuse des regles est le moyen le plus
sOr de conserver la sante.
En attendant que nous arrivions a pouvoir
parer A la makade, utilisons sans fLiblesse
nos moyens de la gadrir. C'est ici le but
que je me suis propose dans cet expos
pour arriver certain morbidia tris courante.
Parmi les differents maux auxquels la
jeune femme est tent. specialement pr6dispo-
sde, le plus prompt a se manifester et le
plus important pour son bien acre present
et future -, et don't depend pour one gran.
de par le developpement national,- c'est
I'evolutton imparfaite des functions mens-
truelles pendant lesquelles l'tvidence de la
maturitest accompsn e de l'elmente don-
l sar. > Us UI der d'lacommodiat at
de amruelae s mt probalmu nat nl


eu tint que compatible avec Ia smnt4 gln6-
rate. Mais IL& a Jomule 'a* t 1'hvsusr ie ri
cit P'enscmble d'une cat~gcriv d. troub.es
ndvrophatiques, sont en r&46it des a 6tats
morbi~des. 9
It y a dans ces &tats morbides, d, Li Nci-
vropaibie soit hUr~ditaire, soit acquis.- sous
l'influence de mauvaise condition du dLtv,-
tlopperent, soit cnrnbinte et provoqut-e
Far des conditions particuliitres fr'quenes :
le re~fridissement, la conslipation. Isurmse-
nage, dont les r.sultims seront t~r on tard
des etats plus graves : les bhe'prrb.hgies, Ia
'd Ys&,w:ntTrrl.Ik, IA C01geTstion, I infla mm it ion de
l'iterus et dts annexes d&-erininiufl les
lIW~rites, catarrhe, sallpingite, ovatrie, cellu-
lite, etc. Et ii doit are dit aussi, avec re-
gret qu'une ()praItin chirurgac`ilc' uneu-
depik' e i Vue de trai-tr ces t.S t norb:des,
develo;pL oil propage, mal~eics,%itr..:s.s cnt
une 11a enl~lI. cte ou dt~jj dtabiie.
Ce:t- t dIms le tr.aiteinent de
CLcS 6ta:s iu-.rbiJ-.s, iin -ctieux oa non, que
I'ElctrotlIArapie pir une actiOn cOrrecti-ve spV-
riatle a CUCiIL Ics plus beauw lhuriers de la
Science nimlic.te molertnC.
El 3:ctrothdrapie
DOCTE-UR C. GAVEAU
.'v-decin, ehinrrgic'n, twcok'lJ)icer
C, Eh'ctrot/.'hrapeuiu,
'DiIptil'h~m'de1' (ni:'crsitc"~e If arz'ar
Sfals Lnis d'...4i:Aeriquet'
Mahadios spWih-l es i 1.: jlmnue
A//ca iions cbromiulue guara Yh'S COlt 'Ca hes
Cure sanis okmration t-birurgicsah'
Cabinet : rtcin des Rues FrOu ct (I Centre
the 2 beures ii z beires, mali,
de 2 beures i 6 beur's, ilprsc midi




DgJEUE:; R iDU 28 OCTOBRP.
MIIDIA 2 HMiUrajS
ix *G. 2.50
Salads de bti. ut tonlmtce
Gros bouillon :1 1.h cIcOlc
Gigot de: moutonf IP.aiircut icr
C)tcfdctte de imoutonll th Souibi
II ~c~ ;rougcicn AsIUCC
RiZ l'Unc au lard
13vignI zs de figuc
Fruits
Ca!6
i/2 Vin


Nouvdlles Elangeres


OtPtCHES REO1ES CO


MATIIN


Nouvelles diverse
PARIs. Rente: 91.43.
Hier la Chambre, aprbs undi course,
de Mr Grousseau, ranvoya la suite de
la discussion sur la devolution des
biens eccleslastiques & une date ulte-
rieure Aujourd'hui, apr 3 avoir va-
lid6e l'dection de Mr Mons A Tulle et
vot6 A l'unanimit6 de 559 votants le
credit de six millions en favour des
inond6s du Midi, slle commence les
interpellations sur la defense natio-
nale. Mr Gauthier de Clagny a la pa-
role.
MercrAdi, Io Senat vota laproposition
sur la legitimation des enfants adul-
terins et s'ajourna a midi.
Le pr6ident de la R6publique et
Mine Fal;ires offrirent an diner
en 'rhonoeur du minitre des Affaire
Etran res d4 I Roale, It Jeedi


un d6jetneoren I'onnenr de MrTrod
ministry des AITaires EtrangBros
la Suede et sa fomme.
Lesinandations paraisseint se Cal
mor ei France, La situation au n
est sa;is changeniont.
Mr Biarthou q titto Pari; po.ir pre
dre un cong.d de convalescence L'a.
senco durera jusqu'au lendemainmd
futes d.j la Toussaint.
On announce officiellement & la
lay:- l'arriv5e di) I'Etnpereur d'Al.
inagno pour lo 20 Novembre i Ama,
terdan.
PAnIS. La cruise fiianciere
'Et.ts-Unis n'a jusqu'A present e
cune repercussion ici.
On announce q No Mr Francois Cop.
ptI' qui e t malady dopuis qualqwe
t mps, est mnainteonnt au plui ma.
NKw YORK. La situation linaa.
cibre s'est 16grtemant amlior6o.
WASHINGTON. Lo Ca!bilnet s'e
rctcii atjo-ird'liui. La situation floaa-
cibei et plusieurs autres questions
out 6t{ dliscutdes.
VIENNE. Lo ci)hlera a f.it soi ap-
parition A Kief.
VIENNE. Los mMdecins de I'Em-
peortir out d4cid' de ne plus fire
!;rIitrie do bulletin de sai1i, le sound
vy-oin 'tantt en bonna voice de gu6ri-

DdgAts iraportants occasionn6s
par 1. tremblement. de terre
IRol.. Iles details recas aujoor-
dl'liii siurm lc ttrmb'.oini nts do terra
(lii s, st)1 proliits hier en Calabre,
indiquent q le lea dgiAts mat6riels
sont beaucoup plus important qu'oa
ne l'avait tout d'abord suppose, mai
que par contre la nombre des victi.
inos n' lst ipa trbs 6dieov. Curtains es-
timent a 20 1[- nombra des tuts, taq
dis quo d'autres parent de plus d'uao
contain". Jusqt'A present, tout indi*
que qu'o les premiers ont raison, Ce-
pendant on tie saura que!que chose
(ij dtiflnitif q i quini les maison
croiilutes auront .t& ddblaybes.
D6mentellements d3 fortifications
CASTRIES ( Ste-L'ici 3). Cinqlantl
oLvrie'ir d'artilletrci- ot 3 ofli -irs soat
arrives ici aijourd'hui de la JamniqGt
pour proedJer a:t demn3atellemat
des fortifications. To!is los canoea
vont itre envoys a la Jamaique poor
ctre employs aux fortifications dl
cetto ville.
Un village attaque
ATHkNEBS On appren 1 qui. 1 vil
lage grec de Rakoven, situ1t .; dd
Monastir, a 6td attaqud Ie 21 Otobw
par une band de Bulgares qtui o
briWd una contain de maisonI et 0
ou bless pousieurs habit;aits. I lP
part des habitants so sont entri.
Les Ev6snements du i Mar
TANOER.- D'apr~s ane depCbhe
cuo par la t6l6graphie sans Blu,
gador a 6t6 occup6 cet a
par 200 soldats fraangals. Ce A
meant va coopdrer aux motV
des troupes marocaine, comt
par le cal Ghazi Pacha. On ceoit
voir que la gouverneur de; 1
est de connivence avec Moulal-I.
Ghazi Pacha a rea l'ordrJ de ra
ter.
PAHIS. Dans unu aon veriatiuo
a eue & Marrakech avec uai WU*
Moulal Hafl4 a dit ave insC tn
n'avait pai proclaun6 la gaJ8.t
contre lea 6tra gers, mai *
contre son ftite Ab lel-Asis qd
dil, rmine le pays ot Ie IIvre pm.
azs 6trangers.


- 0 ME







VENTE IMI OBILItRE

Enverto de la loi iu 14 Aout 1877 sur
Svete des biens iimmeubles de l'Etat Hai-
dI, et sor 'autorisation du Corps Legis-
g okcenue le 16 Septembre 1907 par
SP"ovoir Ex4cutif;
Et I re quite de Monsieur Charles San-
ITr, Administrateur principal des finances
SPort-ao-Prince, oi il demeure agissant
r et t a nom de 1'Etat Hairien,
User proccdte le mardi, vingt-neufOc-
dake courant A trois heures de l'apres-mii-
i en r'tude et par le ministtre de M*
Siad Villard, notaire a Port-au-Prince,
be du Centre NO 124.
Ala vnte au plus offrant et dernier en-
cdrissear de:
to. Un emplacement, sis en cette. ville
27, Rue Ferou, ci-devant Rue des Miracles,
wmpoA de deux portions diitinctes. La
mnmiire portion donnantsur la Rue F&rou,
,sure vingt-quatre pieds, six pouces de fa-
;le, viagt-six pieds quatre pouces au c6:t
Wpos lai Rue, sur une profondeur en
ige irriguliere de quarante pieds neuf
paces au c6te Nord.
Li second portion mceure vingt-ciaq
pids, deux pouces de l'Est A l'Ouest, sur
aete-neuf pieds du Nord au Sud.
Le tout born au Nord, par un passage
amman de trois pieds, dix pouces de lar-
p; au Sud, par la Rue Fdrou ; A l'Est, par
Passage commun et les ayants droit de
ikute dame FranCoise Bernieret A I'Oaest
ptLucette Ch.rles avec droTt de passage
alesayaits droit d:e la feue dine Fran-
ise B.rnier.
Sur la mise A pric de la some de Trois
adIgowrdes,billts .................... 3.ooo
2. Une propride, sise en cette ville,
he RLpublicaine, No. 379, nesurant
fuze pids de facide, surcinquante pieds
Sprooodeur. Elle est borne au Nord,
es hritiers de Rose Janvier; au Sud
t I'Etpar Pyrrhus Laferntreet A l'Ouest
la Rue Ripublicaine.
Cete propri&n consist en une maison
IUge ayantdeux pieces au rez-de-chauss6e
"trois pieces A l'ctage, avec dependanc,:s
hasa court.
%r la mise A prix de la some de 'Deux
MIddars, or amnricain... ........P. 200
Por plus a:np1ls rcnsciig. nients, s'a-
asr usoussignt, dcpjsitaire du cahier
s chagess.
*-to-Prince, 28 Octobrc 1907.
SUIRAD VILLARD, notaire.
r -- -1
VENTE IMMOBILIERE
-
vertn de la loi du 14 Aodt 1877 sur
!tate des biens immeubles de I'Etat
et sur l'autorisation du Corps Le-
obtenue le 16 Septembre 1906, a

noemment, d'apres la d cision du
des Secrtaires d'Etat continue s
i dpeche du Secrstaire d'Etat de ,
I en date du to Septembre der-
10s, correspondence sp6ciale ; h
rI requ6te de Monsieur Charles A
Administrateur principal des fi- c
SPort-au-Prince, od il demeure, I
Poor et au nom de l'Etat Halien ;
procCdd le mardi, vingt-neuf Oc- h
Ir'lt, A trois heures de l'apres-mi- d
SrlUdC et par le ministire de M*
Vilarnotaire & Port-au-Prince, t
di centre.
aux encheres publiques et au
Inuation de : d
M rOtP06C, siseC Ption-Ville, & d
i..x Chavannet cet Mteilus,
Place Boyer.
or laquell s troupe tov ne
u cav bassin et d6pen*


dances n4cesitant des reparations, est comr
posee des deux emplacements porant le
numdros vingt-sept et vingt-huit bs ( N"
27 bis .t 28 bis ) et measure cent ving
sept pieds sur la Rue M&cellus et cent pied
sur la Rue Chava.n es Elle est borne. a.
Nord, par le nunmir.) vingt-six bis ( N" ,24
bis, ] appirtenan: ;A Frderic Carvallh.) ; a
Sud, par la Rue Chavannes ; A I'Est pa
l emp'acemint numdro quatre bis ( N
bis, ) et I'Ouest, par la Rue MWtellus.
Sur la minse A prix de la some de troi:
mille gourdes billets. cy. G. 3.000
20 Un emplacement, sis en cette ville,
Rue Rigaud, quarter du Bois-Verni, nme
surant quarantre pieds de facade, sur unI
profondeur de cent cinquante six pied;, du
c6ti Nord, et cent cinquante huit pieds, at
c6te Sud. II est born au Nord, par Emile
Elie ; au Sud, par Madame Perrier Beaulr,
A 1'Est, par la Rue R'giu. et A l'Oaest,
par J.cques Durocher.
Sur la mise A prix de la sonimm: de cinq-
cents dollars, or ain ,ric i. . . .
cy .. ... .P. 500 or ambricain.
30 Une propridlI, sise en cette ville,
Rue de la Revolution, mesurant environ
vingt-neuf pieds de fjc;ide, sur cent cin-
quante pieds de profondeur. Elle est bor-
nde an Nord, pir un appartemcnt contigii
et appartenant au judge Chanipigne ; A 'Est,
par la Veuve Fourreau ; A I'Ouest, par la
Rue de la Rdvolution, et au Sad, par un
passage conmun.
Sur cette propricdt se trouve une maison
de trois pieces don't la principal est 4clai-
rde par deux portes sur la tacade de la
Rue. Un couloir conduit Ala troisieme pie-
ce d'obi s'dlve un escal:cr qui aboutit A upi
vaste grenicr habitable.
Dans la court, il ya une servitude de
passage en faveur de l'appirtement occupy
par l ge ju Champagne.
Cet immeuble necessite des reparations.
Sur la mise A prix de la some de quatre
cent dollars, or americain. . .
cy ... . .400, or ambricain.
4 Une propridtd, sise en cette ville, A
l'angle des Rues Rdpublicaine et Macajoux.
ci-devant Rue du Bel-Air, niesurant vint-
quatre pieds sur la Rue Republicaine,
soixante-trois pieds, sur la Rue Macajoux,
cinquante-sept pieds six pouces au c6:e Est,
le c6tdL Sud Inmsure en ligne brisees, tren-
te-trois pieds, six pouces du Nord au Sud,
et allant vers I'Est, dix-sept pieds,ssix pou-
ces.
Elle est bornea au Nord, par la Rue Mi-
cajoux ; au Sud, par qui de droit ; A 1'Est,
par la propriety& ci-apres d6signee, l 'Ouest,
par la Rue Rdpublicaine.
Cette propric.e consiste en une halle en
magonnerie avec portes en fer. sur la mise
A prix de la some de neuf mille dollars
or amdricain.cy.. . P. 9000, or am.
o5 Une propridet, sise en cette ville Rue
Macajoux, ci-devant Rue du Bel-Air, me-
urant vingt-trois pieds, six pouces d- faci-
de, sur quatre-vingt un pieds, dix pouces de
rrofondeur. Elle est bomre au Nord, par
a Rue Macajoax, au Sud, par qui de droit;
I'Est, par Pierre Baude et les ayants-
ause de Chapoteau et A I'Ouest, par la
propri6te ci-dessus designee.
Sur cette propri4te se trouvent deux
Ialles en ma-onnerie, l'une sur la facade
le la Rue et l'autre A l'intcrieur.
Sur la mise A prix de la some de trois
nille dollars, or americain cy 3ooo0or am.
Pour plus amtples renseignements, s'a
Iresser au soussign6, ddpositaire du cahier
les charges.
Port-a u-Prince, 28 Ootobre 1907.
SuI AD. ILLARD
ntairs.r


AVIS
Port-au-Paince, l o25 Octobre 1907
Le Magistrat Commnunal
d-1 cettn- vill,
Considtrail il u'il :lieti *l.1 retiellre
oen vigniner I':mureta ,ci', 1nim' l du 3 Oc-
lobre 180, alin do in re ni frein aux.
"xig(*lnct s dte.s 'oclh i.r s ;
lta:i, 'll e tau int. I, -oAds I *. disposi-
ii>)ls slivantes du s.';- lit a. ri td.
Article ler. A pa.tir td cette dale
les differentes courses A fire, taut A
I'inidriter qu'a ix environs de la ville,
sont i Aglees come suit :
1" Course en ville, par personnel P. 0.20
2-, Course de la ville A Martissant 0 5)
3" Course de la ville A lizoton 1.00
4" Course de la ville i Carrefour 2.00
5, Course de la ville A Mariani 3.00
6- Course de la ville A IBourdon 1.00
7- Course de la ville a Turgeau 0.30
8-- Course de la ville A Drouillard 0.30
9" Course de la ville A la Croix-des-Miss. 1.00
10" Course ti la ville A l'heure 1.00
Les enf.anls au-dessous de huit arns
paieront deini-,,l.ce et les nourissotns
seront requs glatis.
Article 2.- Les conducleurs-de voi-
ture seiont lenus de communique aux
passagers un bulletin imprime poittant
le numero de l; voiture, les noms du
proplietaire et le picsent tarif, lequel
leur sera d,'livrd gratuitement par la
Commune ainsi que la plaque rtum6rotbe
qu'ils doivent recevoir avec leur patente.
Article 3.-- Les lanterns des voitu-
res publiques porteront un numero
d'ordre qut seta posde galement aux
frais de la Commune.
Article 4.- II est dlfendu aux con-
ducteurs de voiture de maltraiter leurs
animaux sons peine de voir appliquer
centre eux, les prescriptions de la loi
penale A ce cas.
Article 5.-- Les contestations entire
les passagers et les conducteurs de voi-
tures qui parviendront immhdiatement
aux agents de la police administrative
on a c.n:x 'I" la Commune seront tddfd-
rdes natx jili's de paix.
Aricle 0.-- I*.,' conducteurs de voi-
lures (Gui tno -sojt ni occupCd ni engages
sont tenus <1: r.ecevoir tous ceux qui
ont besoin de lear service.
Les conitcevnants aux priscntes dis-
positions seront punis conformdment
aux lois.
Le present avis sera public et ex6-
,:uie a Ik ,ifligence dles iagnts de la po-
lice administrative et U'nmlnune.
Fail AI'll6tel Communal, les jour,
mois ct aln que dessus.
STrxIO VINCENT.
II, -- .. _


VENTE DE BIEnS DE IINEUR

En vertu de la grosse d'un jugement do
Tribunal Civil de Port-au-Prince, en date
du quatre Octobre il dneufcent sept, en-
rcgistree, homologa1if de li delibration du
Conseil de famille du mineur Joseph An-
nulvsse Coriolan Georges, en date do vingt
deux juin mil neuf cent sept.
II sera procede le mercredi trcnte Octo-
bre courant A dix heures du martin, en 1'6-
tude et par le minist&re de M* Klber
Vilmenay, notaire, demeurant A Port-au-
Prince, Rue du Centre, No 94.
A la vente au plus offrant et dernier en-
cherisseur, d'une mason sise A Port-au-
Prince, Grand'Rue, No 298, compose de
deux pieces, avec ses dpc dances, ensem-
ble I'immeuble sur lequ el le est constrote,
mesurant quatorze pieds de facade sur trente
six de profondeur, borne au Nord par
Dscbhamp Lambert, au Sud par Annulysse


Coriolah Georges, & 1'Est par la Grand'-
Rue, et A l'Ouest par divers.
A la requdte de Madame Tertulia Henry,
proprietaire, tutrice dative du dit mineur
Joseph Annulysse Coriolan Georges, son
tils, domicilide et demeurant A Port-au-
Plrince, ayant pour avocat Me Michel Oreste,
soussignc, en presence de Monsieur le Ge-
n 'tal Servius Francois, propritaire, domi-
cili:t et demeurant A Port-au-Prince, su-
brog tuteur du mincur.
Sur la mise A prix de quatre cent cinquan-
te gourdes, cy,....... .. .. P. 450
outre les charges de l'enchre.
Por plus samples renseignement, voir le
cahier des charges et les pieces d6poses
chcz Me K. Vilmenay,
MICIHEL ORESTE,
A.,ocat.
.--- .-- ..-- ----
A vendre

l.ait de vaclie ptur a'atiti.
S'adresser au N 1 t, Gratiu'Rue.
Chez Mr L. HODELIN.
I m .
LA PHARMACIES
Emmanuel Alexaindre
88, RUE DES MIRACLES, 84,
Se recoinniando pour I'excuttion
prompted et exact des ordonnances &
n'importe qu'elle here du jour et de
la null.
Drogueries, Sp6cialit6s phar-
maceutiquesextrArnienent fraiches.
PRIX CONSCIENCIKUX.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'HUE 195
Dirig6e par

L. IIOI)ELN
Ancien membre de la Socield Philan-
thropique des maltres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix (''d-
tofles diagonal, casimir alpaca, chesio-
te, cheviote pour ,ieuil, etc, Recornman-
de particuli rerment a sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beant6.
Sp6oialit6 de Costumes do no-
ces.- Couped Francaise, Anglai.s et
Amdricaine de la dervniire perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
r6s. etc etc, de tous grades.


'ra rn cla er1 en t

A L'EtLGANCE
I. FEI IIA RI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulierement de ses nombreux cli-
ents de la C6te et de la Capitale, quo
I'6tablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour homes,
temmes et enfants, on tous genres,
et que, inalgrd foffre de cinq pour ceut
sur I'acrhat on gros (50/0) fait un ra-
bais excetptionnel sur les pix.
L'6tablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Tbijors : Soin, ectimude, poncauaU
42. Rue des Fronts-Forts, 42
PoRT-Au-PRIncs (lHATI)


___ __ __I_____L_ __






Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t an grand stock,- pour la vente
en gros at d6tail,- de chaussures on
tons genres pour
HOMMus, FIMMus, ENFANTS
Les commandos des commermants
do l'intdrieur pourrout Otre exeut6es
dans une semaine & peu prbs.
3, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCe ( AITI )

Chapeaax !
Chapeaux I
Chapeanx I1
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ
JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui viient avec le
concours d'un chapelier romarquable,
M. JAIMs TESTAR, d'installer une


FABRIQUE


DE CHAPEAUX


PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure da Louvre
Pour tous les goits et pour toutes
les bourses.
-- III


OCULISTESI..


VERRES BLANCS, BLEUS, FUMES,
JAUNIS, du Dr Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PARISCOPIQUES CONCAVES, PA-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completes foyers
VERRES JAUNES, FUMaS, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verrs bans cylindriques, concaves
et emwnwX.
Auortimnt d'axes complete.
Chez A. DE MATTERS.


LA
Meileure Farine
du Monde
Celle qui done le meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qi done le pain le plus blanc et
le plus leger,
C'st la Pllabury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Reprdnnast.


DEIl M

Bcanharnais J1 ran is
NOTAIRI AUX GONAIVES
74, RUE REPUBLICAINE. 74.


Imp. C. MAGLOIRE

45, RUE IO(rX, 45
TtlPtPONE.

Journaux, brochures, billets de
marriage, cartels de fiancailles,
programmes, affiches, et tous
autres travaux de ille.
Billets cdenterremnent et cares
de visit 4 la minute.

PRIx DE CONSCIENCE


H F1' BELLEVUE
m imSTA URA NT BELj-iJE
Place du Charips-:e-Mt-ars
PORT-AU-PBINE (I-IA:TI)
Mine Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTE1ENTS POUR FAMILLE
DINEBS- LUNCH.
Inaltallation moderne et ,onfort.ble. .'ue -- -;ir la mer. -- T'nmprolfuire
(doue'e t/ rntliWre ---tes Tramnw*as de 'cazlt -'Hdlelellevue toutes le 7 Minutes
I IlOI'I:T' T ;.ACEU'iE S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PF O MEEADES -JARDINS
Salle de rdeeption..--Piano.-Gramophone.
Sonneries ilectriques


Table d'Hlote


tout lUa jours, de mi'li et '2 Itsres,
de 7 d 8 h4'Or!'A (d, 5.& !


G.2.50


SINGER SEWING MACHINE
COMPANY
C:. --X. IE:-']E;E, Grer rant
Cotte fabrique de Machine a c(oudre est la pliis graii ad d(i inmndo. La
Machine Singer est renommet comnliet l.t Intil .rL, et la pl-s parfaite
de toutes.
Elle est aussi la plus solid, lit plus durable et la plus rapid.
Demander la Machine Singer, ct l'on aura la meilleuro, parcel qu'elle
est toujours celle qui coitIe eo moins cher.
N. B. Les vdritables machines A coudre de cette fabriquc s- trouvent en
stock considerable chez
NICOIAS CORDASCO
157, GRAND'RUE ou RUE RIPUBLICAINE.
I a maison se charge d'expddier sur demand les catalogues rolatifs avec
leurs prix en regard. *
Priere aux clients de la maison, de bien fair attention A l'adresso afin
d'6viter tout malentendu dans la livraison des commandos.
-


ALEXIS BENOIT
Distillateur-Liquoriste
63, RUE ROUX, 03.
CE-DavANT, Rui BOIoxxFoI.


Etdle de I Ch. BD
Avocat
A PETIT-GOAVI


Pharmaeie F. Broae
07-419 Rus v iaurt r r POOu.
Spclalit6 F. Bruno:
Pouere p isaatecoI tre' demangeMlu
prurigo, sueur des pieds- La bote P,'
Sirop ansatshmatgue remAdeeflicfW
centre les accs dasthme et le te
r6quentes le flacon; P : 1. 50.
Cormmulations gratuite :
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures dua na
par le Docteur. N. THoMAs.


pTiDereZepiiriiId
Fabricant de chaussures ea
genres. Pour Hommes, Fe mrmesa
fants.
Place de la Croix-deE-Bossales.
-SPtIALIT E:
PAN~TO UrtLESMI UL-

VIN DE BORDEAo
Marque Lapouyade A&
VIN DE MARSgl
Marque Artaud Frd
K OLA
DR
iAxgaton
MACONISH'S IKONBB43
A Vendre
Chez CATIAT FOUHABJ
8s, 8. Re de g
U, Rta tonordos


own


I A. de latteis 6i C
Sf, Rue du Magasin d rmt
Maison fondue on 1.b8.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravmw
Vient de recevoir tdes articles de
fumerit pour Ie. golts les plus d
les. Les parfums exquis et rate". ,
d6licatesse peiiytrante uu'elle ofte &.
clients south de vdritables petite. .
veilles.
Les dernieres marques qui cehll
,0 Tout Paris sont chez Mitteia : U
Son Seur fO Feoran*, 2Tr'aoS
Cyclamen, Vviti, etc. -
La maison a toujours un grs.ud
sortimeut de, bijouterie,
bibelots de tous genres, paidUU
lunettes, montres or et argent, peal
les garanties.
Spdeialit.: bagueh frangaises ema tf
plants a partir de P. 200, alliaese O(
f8 K anglaises et fratnaises sur cog.
umande, Service d'argenterie compl
^oir nx~,iages.
Tous 'E s articles vendus p r la a.
so:i < nt o.tantis.
Achat de di;:mants, pierres prides
s.- :t vit ille bijouterio d des pnx a aa.
a.igvux. L):rr.icr ri : Lunettes jws.
(Contie itiisa de Deux dollar nm
timbie.-poste d'Haiti, la Maison Mal
tfis euvo:e franc de port sous pli reco
inanif.'d 'ildis (oute les villes de la RlpM
blique: Lunettes on Lorgnons en aiu
inoixydablhcs, zalcn los prescriptionsda
D:tctiur ci ;nistructionH des achetens
... -