<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00167
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 19, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00167

Full Text




L
AjICtE9 No 169


PORT-AU-PRINCE (main)


J


SA MEDIA,


19 OCTOBAE 19070


QUOTIDIEN
'--~ ~~~~~ ~~ --- .-.-------- ---- =-- '' = '.' ._'--..,


ABOINEMENTS :


F. I
ARImofs IJII Gourde, D-A-VANI II


vroA df- poiato- onto -m a:

Pour tout ce3 qui concerned I'A ir in .1te


.LhRECTI vi:=

4 4T -. C i r--. C,

RIt I A)A IKN' -A 1f 1N.IS i A1Tit IN


LE NUMERO 10 CENTIMES

Les abonnreme nts parents doa er. et do i5 de chaqae
ma .s et sont payables d'avance
L.es manucrits isArAs ou non IO *ent p rmle.


x`i iansieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


la Nouvelle Convention Franco-lHail nne


Ions avon-;hi hadins he a
Ir' 0. tj t ti' i l, p! 11-; i In14)1.1 ant-; J*:bUr.-
RX du IAvretin aitiold '(I1 C i iil-
h cii not to i. ve-i r d emOisid&'id-
0 quull est satifaisant pE)uL ilO,1
f~rouver sotis uue. plutns frafic i -ze.
Dotdoit so r~app Wler F'itienso a otif v
Soulagementl qiuii fit poins, par
k pressed c d'autre part 'es rccri-
Orgines frantiis quand fut Uiaoui-
k traiLM do juillet 190w, et quole h
INeroement lifition in inifesta do;
ao3A te no pai renotvivler un
*rat ol 11ii soul, lo pIlus faibli, iaif
rocb6.
C9 1e tiV1wn nt IA. nIous i1ou1 troa-
MR dans tine siltiution ass'-z eanblir-
M~ite. L-,s IVtats-Unis jli fr nus
rort 'i hnt i:AI)ortatioll ui plus fortj
1edeorevenus; douaniers q(Ieo tmits
Ora d'Europae runi.4, tanIis (pie
i rodoits vont fort tieu chez eux,
*00 traient tr#s soucleux do con-
Or leur influence coiniherciale stir
!trarh?5s Ilaltiens. L'Allemag-i
Sr6poquo, s'inquithait & voir
SinlSOUutljis-in de HIorreroi et
Elfomit irrctductible, ina'grd d'ini-
st pertes d'lho.nmes et. des d.-
I qui aisbcdiaient les budgets
ml, I'Alleinagne ddsireuse de
en Amdrique des ddbouchmds
repo3, en outre do ses po-3-
I du Sud-Est africain, produisit
re Gsuveraom3nt d'arden-
pour obtlnir A son tour
privido I.Elie fit va-
Port 4. H a-rmbourg re-
Siso d'RaId do gross char-
40 caf q et uo 'eOt par le
Me ville ibre quo Naples et
Wde regoivena en transit la
Nine.
Part, la France invosuait la
Slaiflg we heritage moral et
01 que nous tenons d'elid,
tqu6 onoa hlui avons (alt do
oft littUraturo, e t, etc, lou-
Rqoi t fionluogdo tr1 loin
sted toat & Wt anolenn 3
Shale on d6 coatnwee
Sr~inb .a "" h19 coal


vola eln i Cm.111,.1.g e commel'rcia1 aIVt'
la Frim.',. 1,o. c1Il do l., ur pr nier
ii l.' :g,' aiv;it l)i'in ';e ;t.u,)iib i i l'6-i)-
pais nutages, liei des ( ijoiiits av.ieniit
eni lparfois a se phl;i dre doi mauvais
traitemlents, i.is un- i4')1 vell, lofis
l't..L('dtliton lalinie ii1t it' .'ad-io t die
rv 'e! fatul s. lattue, lhu ilie, Iil tiblh,-, ap-
.i t' i 0 .'a t Iudc ,iYourti it.'-, hlct i-
qie danrs s:t fervour,serve t'redinis.ante
,h, sa passion, o)ublia les s6vices en-
durt's )por so r.jetor dans los br'as
de son seignrior et m titre.
(:' poe tl.Int !e iinoitv au coritrat. vis:a
a iiiAilbl'rr aulant iui e pos.-ible leos
advantage, i ;tatllriuer A chiacune des
parnie -lita i'eimp elia point ce'lin--
dantlt que c,11line 11 1i tout ati'L'irng'-
inent Iiuliinain, i'une d'eiles se tiouva
en pi )-lio.I do i cl iato'lr I'autre enl
po.i-ion a d'oie P.
Lo :}) j:ivier derniiri, la nouvelle
convention fut conclue A Port-au-Prin-
c'? en're M.. II. I'tiulus Sannon, notro
Se._r6taire d'ltat ties Relations Extte-
ricures, Lt M G. d? Bezature, Minilitre
de li ance.
li atten't itt I'ch i inge des ratilica-
lions, uttie clause alditionnelle pr6-
voyait la mie, en vigueur iinmmdiate
du trait. Haiti, L'amoureuse, tou-
jours un peu sosotte et trop loyal
dans ses tendresses s'executa immn6-
diatement; landis que Monseigneur
Jacques Bonhomme (ui se joue du
cour des femmes, piroaetta l.gain-
ment sur sei hauls talons, sifflota d'un
air degagE el d~libedrment luda les
engagements qu'il avait assumes. Jus-
quo' ce jour, la France refuse d'ad-
mettre les products haltiens prevus
au tableau joint A la Convention A bd-
n6fecier dli regime de faveur avait convenu.
Malgr6 les persdvdrants efforts de
J. J. Chancy, notre ami et distingu6
Consul, at Havre, nous n'avons pas
obtenu la satisfaction 'qui nous est
due.
C'est A ce propose qu'a paru dans le
SHduore-Ectir i, I'article' que noas
publions plus loin. Son auteur eat eri-
demmnet an de ceo raro Frangais


"i'll.'icis 't patiriotle qui se dontinnlt En prison de I'impossibilit6 de proc6-
Lit p i?'ji (1. so, reiisignor eIn routes dcr avant le 31 Janvier 1907 a l' change
chss :ive.' loi e foi et intelli- des ratitications de la Convention de com-
g irne, s'attel':,lt l'uv\'rede la rdno- mercer signee A la date de ce jour, le Gou-
vtliri (rani:auise. vernement haitien prend I'engagement de
I'Pour nousl borln-ir A un point d(t vue Incttre provisoircment en vigueur les dis-
'1 I) o is est poersoitel, collsitld'ons positions de la dite Convention a parttr de
'lue 10 temps est veniu uio la Grande la date sus-indiqude. De son c6te, le Gou-
l1dpub!ique Europ&tinne, changeant do vcrnemcnt de Ia R publique Fran;aise,
ptoo6ldes a notre 0 regard, conli's conformdment aux stipulations de la loi du
de ses nationaux comtne les Jules 20 fevrier 190o, appliquera a titre provi-
Laville, les(h driez ct quelques autres soire, aux denrdes et products d'Hairi Ics
encore ( il nouts plait de signaler sou- taxes inscrites A son tarif minimum pour
vent cos hionorables exceptions) le ces denr6es et products. o
soiii d'aissulrea a i iiaiijtien ot le dove- Confornmement cet article, et sans atten-
Ioppoment de son influence dans notre dre sa ratification par les Chambres
petit pays, certes suffisamment intd- hai'iennes, la Republique d'Haiti applhqua
ressant. Dij au Canada, s perdo.t les immcdiatement la nouvelle convention,
traditions trancaises et I'on aura beau don't profit&rent nos exportations.
dire et beau fire : L.os r ligues a i o En France, un dcret pr6sidentiel en da-
i'on s'agite, les a alliances oft I'otu te du ir fevrier, parutau Journal officials
coifllre'incic resteront vaines ; L'ideo du lendemain, faisait mention de la signa-
td'une absorption ain ricaine p!aric sur ture de la convention et en presctivait
les oindoii'rs coins de ce continent et 'application provisoirc. Li loi de ratifica-
un courantirr&sistiblede circonstances tion adoptee par les Chambres fran;aises,
pui.santes veut quo dans un temps a th promulguee a la date dv 27 juillet et
plus ou niAiis proche cette absorp- elle a paru au a Journal official le 31 du
tion que no is prdvoyons devienne meme mois.
ur.e indefectible reality. Or, penda ,t les six mois qui se sont
.---. .-_- ---- ----- could entire la notification de la conven-
LA tion et Ia promulgation de la loi de ratifi-
cation. et meme, paralt-il, depuis cette pro-
FRANCE ET HAlTI mulga ion, I'administration des Douanes
Sfraniises s'cst absolument refusee A fire
S. btnticier des advantages du nouveau tarif
Li R.tpubl.iuc d'Haiti d6cidait, ii y a les products haitiens admis au regime de
dcux ans environ, de modifier 1-s relations faveur do tableau A annex A Ia conven-
comrnercia'es cx'stant avec la France, et re- tion du o30 janvier.
glkts jusqu'alors pir un traitC remontant ,
au I Jui let 1900. *
En compcnsl:ion de diverse restric- Le text de I'article additionnel de cette
tions aux avantages ellcs conc6d6s par convention ne pouvant laisser prise A ao-
le traitu pr&6it, [a France obtenait sur an cun doute, M Chancy, Ie distingua con-
certain nombrede products untraitementde sul gen6ral d'Hafti au HAvre, fit tres sr-
faveurconsistantcn une dtaxe de 3 /2 0/0. pris d'apprendre, it y a quelques moi, par
En change, en dehors de ses cafes, ob- la nuison de la place importatrice de nom-
jet d'un tragic consid.rab'e avec la France, breux products haitiens tenue, des les
le Havre etant de beaucoup le principal premiers jours de fdvrier, an courant des
march, la R6publique d'lliiti bn.ficiait conditions de Ia clause additionnelle-
du tarif minimum sur un certain nombre que l'aduministration des Donanes se refa-
de merchandises nouvelles, panri lesquelles sait A appliuer la detaxe prt we, soos le
le mid, les cires et L:s rhums et tafias. pretextc qu clle n'avalt pai dinstractions.
Une convention en ce sens fut conclude, M. Chanc avisa aussit6t de la situation
Ie 3o janvier dernier, A Port-au-Prince, en- la igation 'Halti A Paris et son t Cowr-
tre M. H. Paul6us Sinnon, secretaire d'Etat nement. Des reclamations firent faites so
des Relations extCricures et des Cultes, et ministre des Afaires etran. Cli-c
M. G de Bezaure, notre ministry plenipo- se reieta sr Ic ministshr des Fum qui
tentaire, en Haiti. Cette convention co declares s volokr ar, ea dit de
porait Imaticle additional suivant: 't la ca tion, qoe I tr A die I'$


L r?-


- ---------- --'------


r ---- ----- -- --- __
---------


L _g













cien traits, bornant les avantages aux caf
exclusivement. Depuis, des correspondent
ces nombreuses ont 6t6 clhangdes san
r6wultat.
Cependant, la nouvelle de la non-appli
cation en France, de 1i convention, connu
en Haiti. on, depuis le debut de i'annje
en avaicnt bniftici6 les products fiancais
y produisit le plus diplorable effet. Le
relations conmerciales de la Republiqu
d'l.liti a-.ec la l:Frnce sont consid6rables
surtout en ce qui concern l'importatio
des cafes, et M. Chancy fut avis6 du pro
fond mcontentement des producteurs, er
presence de cette inexplicable fi'i de non
recevoir.
A son retour en France, de Port-au-Trin
cc, M. de Bezaure, ministry plknipotentiai
re, signataire de la convention du 30 jan
vicr, mis au courant de la situation par M
Ch incy, avait naturcllement contirme la te
neur de c:-tte co'; '-no' et La r&iprocit
prevue de son aji,.ic. i)n 11.1: I iate.

Non seulenient Ic clih 'L-s .,i: restce
ainsi en I'tiar, mi.ii cllt- vi. '1- :: Cencorede
S' compliqur par l'applic ip,. ', la douani
du ILi\vre, d'un droit de timbre de 2 fr. 40
par chaque double de certii. Lt d'origine
pour les march.itdisei A destin.iion d'Hai'-
ti. Or, dcpais plus de sept ans que les
relations commercials franco-haitiennes
sont regies par des conventions, ces memes
certificates n'ont cessd d'etre affranchis de
tout droit de timbre.
Cette decision, qui minontente les nd-
gociants franc is en atfaires avec Haiti, au-
ra pour resultat d'augmenter ia-bas, le prix
de nos articles, et d'en restreindre, en con-
sequence, la consommation, d6jl mise enc
peril par une forte concurrence.
Si l'on ne volt pas bien ce que la France
peut avoir A gagner par de scmblables
measures, on prtvoit malh -ureusement
quels r6sultats tAcheux elles peuvent ane-
ner dans la nation haitienne oiu les sym-
pathies pour la France sont exceptionnel-
lement vives. Notre langue y est d'un em-
ploi exclusif; nos nmaurs, nos modes et
nos habitudes y sont profondnment im-
plantis. Les missions francaises militaires
et enseignantes qui vinrtnt en ce pays, il
y a une quinzaine d'annees, lors du passa-
ge au pouvoir du president Salomon, y
ont lassd les traces les plus profondes.
Les nombreux 6tablissements d'enseigne-
ment diriges par des Francais et des Fran-
caises devoues, don't plusieurs sont origi-
naires du HAvre, ont contribud, en parti-
culier, a con-erver & Haiti une purete ex-
ceptionnelle dans le parler de notre langue.
Et 1'emploi du franCiis n'est pas rangerr
an maintien de ce courant de sympathies
que l'on ne retrouve aussi vif sur aucun au-
tre point de I'Amerique, fut ce meme dans
nos colonies.
Ainsi done, en plus des in trCats com-
merciaux, tout milite en faveur de l'app'i-
cation integrale d'une convention avanta-
gene aux deux pays, et au respect.absolu
des engagements dchang6s. Peut-on esperer
en noter bient6t la realization ?


-- D


Tribunal oriminel
.Audiemce di Vendredi 8 Octobre
Ainsi que nous 1'annoncions dans notre
cbronique dhier, Ia court prdsidde parole Juge
A. Chami e a et isa.sie d'une sensation-
L'atcca Henry Sturmd, Age de ao ans.
ampf k devsn t e Jla e in-
W a fweir Mamee ke vdr d' Tuales
io ft *


s continues dans une lettre d6posee A la Pos
a- te par Aug. Ahrendts.
as M* Auguste Montas, Substitut du Corn
missaire du Gouvernement, occupe le sieg
i- du Ministere Public.
je Au banc de la defense se trouve M* Chd
e, rimond C6sar.
S, Le Jury est composed d'hommes remarqua
's blues parmi lesquels on peut citer : Eustachi
le St Lot, President ; M" Etienne Mathou
, Leo Alexis, Charles Millery, Ernest Antoine
n L'affaire a occupy toute la joum e e
- n'a pris fin que vers les huit heures du soir.
S Nous en donnons le resume succint.
S Henry Saturne, employs an bureau de
la Poste, re.oit au course de l'annde r90o
Sune lettre d'un employed de la Maison Aug.
Ahrendts pour la mettre dans la boite aux
- lettrespour le Courrier d'Europe. S.ins dou-
te, come cela arrive assez souvent, la
"' mall dtait djAl fermne a la Poste, et ne
pouvant plus presenter la lettre auxguichets,
I'employe prie Saturne de la ddposer pour
lui, en sa quality d'employe de la Pos-
s te. Saturn6 prend la lettre et se reinet
e tranquillement A son service. Soit par sur-
e croit de travail, soit par un volontaire ou-
bli, la lettre rest dans sa poche.- Ce n'est
e que le lendemain dimanche qu'il la retrou-
ve mais tres chiffonnie. Le courier d'Eu-
s rope 6eant dejA parti,done forcdment ii gar-
s de la lttre.
S Dans la macne mason que lui vivait un
sien cousin, nonmm Mansuri jeune. Parti
pour le Bureau lundi martin, il laisse la
lettre aux soins de son cousin.- Saturnd
pretend qu'A son retour, il trouva l'enve-
loppe ouverte, et en fit le reproche a son
parent. Mais en attendant le prochain
courier d'Europe pour expedier la fameus-
leitre, une grande combinaison a lieu. L'ac-
cush declare que son cousin cut le temps
,'I-dresser une command aux Magasins du
PMintemps en mettant les Traites d'Ahrendts
sous le pli de sa lettre. Le jour du courier,
le cousin, d'apres son dire, lui rcn,:t la
lettre bicn cachetre; en lui recommandant
de nepasl'oublier cette fois. Lui, pensant
que c'dtait les Traites d'Ahrendts que le
pr6tendu cousin avait miss sous une autre
envelope pour les expedier, et cela pour
la bonne raison que la Poste n'acccepte pas
de lettres abimdes.
L' bonlhomme ouait gros jeu, car dcou-
tcz le tour : une belle command aux Ma-
gasins du Printemps et le sold restant sur
les traites expddiees devait lui ktre retourn6
Sar un cheque sur la maison K-itel.
Mais il comptait sans la vigilance de
l'honorable directeur de la Poste, Mr D.
Lilavois.
L'affaire est decouverte. Saturne avoue
son crime et le voila qui gravity la selctte
crimine'le, ayant manqud un si beau coup.
Les dibats particuliers ont tc& trds ie*res-
sants lors de l'audition du timoin D.Liltvois.
LesJ urs ont, par de nombreuses ques-
tions faites A I'accuse et an tdmoin, cherchk
A dcouvrir exacte viritC.
Tant6t l'accus6 avoue, tant6t il faith l'igno-
rant et nie toot.Commepourse disculper 'ac-
cush cite i tout instant le nom de ce Man-
suri Jeune, ce cousin 6ctif qu'on n'a pas
pu retrouver. Le jury, pour son dedication,
mandmand au Doyen duser de son pouvoir
discretionnaire poor faire amener A I 'udien.
ce le nomm6 Mansuri Jeune, delj cit e t
qui n'a point compare.
Le Tribunal, stcatant sur la demanded du
Jury, suspend I'audience et dressed un ordre
d'amener centre Mausuri jeune. Helasi pei-
nes perdues I On cherche en vain ce royal
cousin et I'huissier revient dire an Tribu-
nal que nalle part on n's retrouvd ce (a-
meux et rare andividu. L'audience est re
prise et I'on continue l'audition des autres
t"moins.
Bfia voii le dk t s g6 .amo Le MI.
aluere Pubtlc al pMe .. D-as a brilllaa


- plaidoyer, le Substitut Auguste Montas dd
velope les chefsd'accusation. Pour un dJ
. but, le jeune commissaire mirite tous no
e compliments.
En riplique, M" ChrrimondCesarpr&sentt
. la defense de I'accus. et s'appuie longue
mentsur des considerations juridiques relati
ves a la tentative de crime reprochde A sor
e client.
S I critique sv&rement I'ordonnance de la
' Chambre du Conseil. ainsi que l'acte d'ac-
Scusation.-II soutient que la tentative re-
levee Ala charged son client n'est point pu-
nissable, parce qu il lui manque legalement
prliant, les actes exterieurs et e comnnence-
Sment d'execution exiis par le Code Penal el
Sdevian't une tentative de pure intention.
I1 ddveloppe longuement si thdorie et
conclut au renvoi de l'accuse horsdeproces.
Le Jury A liuit heures preys, entree dins sa
chlanbrc de dliberation pour en sortir
quelqIcs ins'ants aprts avec un Verdict af-
tirnatif du filt, mais avec des circonstan
ces attenuantes en faveur de I'accuse.
En consequence Henri Saturn6 a 6td con-
damnn, grace aux circonstances att6nuantes,
A un an d'emprisonnement seulement.
Ayant djA subi 17 mois de prison prd-
ventive, l'accus. bbn6ficiant de la Loi L's-
pinasse, a cet mis en liberty.
Balletin Officiel
Nous avons reCu le dernier fascicule du
Bulletin official du Dpartetnent de 1'Ins-
truction lPublique.
Le numtro, tres voluminctux content
d'utiles renseignements.
RENSEIGNEMENTS
Mf IT fO R LOG IQ r U S

C Observato ire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-NRTIAL

VENDREDI 18 OCTOBRE
Baromtr re i midi 760,5
Ire mninmu m so 7
raecpdraturelini1n m .1 20 7

Moyenne diurne de la tempr.ature 25.6
Le ciel a td presque couvert de nuages
suprieurs toute la journde avec retour de
halos solaire et 1 Itintre.
Le barometre est rest le mt me A peu
pr .
I. SCHERER
Revue du March6
Le petit rectl de trnir points que nous
sg ral;ons dans notre derni&re Revue
a 6t6 de court durde. La liquidation des
affaires sur le I5 Octobre a do-nn plus de
fermeti au change. Les gourds expedides
pis les derniers courier; suffinent pour le
moment pour les ach-ts de denrdes.
Les vendeurs demandaient 410 o/0 et il y
avait acheteurs A 4o9 o/o, mais subitement
hier apres-midi,-- sans raison apparent -
une petite hausse s'est faite.
Traites sur France. Les encaises d'or
ayant 6tC vite renouveles, on cotaic dls
samedi a 1/2 0 o. Mais cette semaine, noos
avons enregistrd des ventes de premieres si-
gnatures i a 1/4 0/ pour le Paris direct et
a o/o poor le Hambourg Paris
Les Cbhque sur ~etiw- York se tiennent
toojours a 1/a2 0/ de prime ( timbre et con-
age charge acheteous ).
Cafd. Les livraions de la Cote sont
plus levdcs. Les dernires expeditions poor
Etranger laissaient beaucoup a dsirer. Les
dernitres nouvelles recoes content particle
A i4 Francs, pour les meilleores marques.
Le Cacao sl mainmient A 1 Francs poor
les rates u comptant et 1a2 Francs pour
le term..
Porn-rSPrince, 1 Oceobks I po.


- -- -- -- ----


Renseignements Ufes
SUR
L' lectroth6rapie

La technique nioderne enlvc A rElatrd.
citc: tout danger common renmde ; en outre,
llie c.t applique au novyen d'appareils fa-
briques toat .spdcialement pour traiter le
maladies, lesquels appareils ne pcuvent ca
aucunc circonstance produire, alors meme
que le mcdccin le voudrait, un court,
clectrique sutftint pour tuer un rat. Le;.
bis:ouri et la potion ne jouissent pas d
tant d'innocuitd.
L'Electricite cst le tonique par excellence;
elle est aussi un sedatif, un analgisique, o
un antiseptique incomparable. Par la tec b
unique modern, ses vertus sont avantagerw-
sement utilis&cs dans la m/decine et la c*d
rurgie. Elle 6quilibrc le systime nervuml
stimule la vitality du protoplasm ;
la circulation dans la congestion, l'hypcir
mie, I'engorgement, l'inflammation
bat eficacement 1'616mcnt doulur ;
la Nutrition ( appdtit, digestion, absorption
assimilation et Climination) ; provoqua t
rdsorption de certain ndrplasires, tumeoi,
kystcs, hypertrophie, adherences, tissue cil
triciel, stenosc ou rktrecissement, effusiao
dp6ts ; d6truit les morbidites, infectid
locales purulentes, tuberculeuses, cas
reuses.
Dans I'6iat actoel de la science et de r
de trailer les maladies et envisapeant i
segment la question de les gurnr, le
cin et le chirurgien qui out A coar e
de leurs malades ne peuvent pas sa,
courir d'amers reproches leur r foer
advantages incontestables de rElftrOlvi
Employee conjointement, au bIs
avec les, remedes pharmceutiques t
medications accessoires, I'Electricint -J
X'autant plus un pr6cieux adj uvant
traitement des maladies don't la vmm
rait autrement difficile. Et dans e
Operation cbirwrfieal quai rat f
indispensable, I'BleccrMthb rpie
ap..r 'opratioo emt sco m -
cosadrsable r Ye a4 m- r>.
En rdssm6 eumi a le'O
vent savoir qu'aajo.d'bai, fis
g wris et sas aci n dangr, par
pi scientifiquement appliqade dia
part des maux aatrement repotdt i
don't souffre I'hommi. tLe Luir
chirurgien sont appelds dn s
leurs mhalades k i c os aoo
'r sans one operation cI gM*
brante et don't les sites so t
plus graves surtot das e u cham
Maladies- sp6oals dea
et ds asfoUor gi1
'homnrm. -
Le DoemCw C. GAWa OP-


Eoho des Caye
Par le Steamer a Salvador a,
soir, est arrive ici Monsieur Chaudl
via, delegu6 des Iepartements des
ces ct do Commerce aux Cayes
Lundi matin, le DdIlgue preCait c
sion de son poste, et I'Admanistrce
Finances, Mr Marcelin Jocelyn le i
tait aux personnel reunis de l'Ad5
tion des Finances et de la Donan,.
Au discours de Mr I'Adminisnutra"
le De16gu6 repondit par quelqaes -P
de remerciements qui ont etd ieapoul
Puis, on s'en fut vider le pettt
traditionnel. "j
La population des Caves oul
bicnvcnue au distingu4 compatrioue
le Gouvernenent a invest de -
confiance.










Sd Hirvard ( E. U. A. ) midecin
acowcbeur et Eleclrothbrapeute, pro-
cote occasion pour avoir 1'hon-
dir au public et aux families dc
prince et des environs, ses services
a cilleures garanties de la science :
de Cabinet et a domicile.
CABINiET:
l dee Rues F/rou et du Centre,
r4uis de rlldtel Communal.
I7 rs. d Ii hrs. du martin.
trs. a 6 hrs. de I'apr&s-midi.


foel S ellevo e

eJEUNER DU 19 OCTOBRE
MiTl A 2 HIURES
Prix : G. 2.50


Bcurrc glc.
RaKdis
MNtaqucL-rc..I AU'llhUilk
Boudin grillI aiu crcsson
CUtekttcs dc sorc Sauce piquante
Saladcd c bettcr. raes
IHaricots rttcic.- cti s.iucc
Riz blanc au lard
Cr;pc A ilacontiture
Fruits
caft
112 Vill


TOUCs EtrafigOres


ICHES hf.k1LES CE


NAT IN4


Au Maroo
.- I. Ls nIouvelle rdt C es au-
i du Maroc sont d'unri nature
Suranto. Elles disc-it que
lHafid prolito de ce que lo sul-
.Abdcl-Aziz est en n6gocialion
IMrt Regault, Il tninistre do Fran
rengagrn" les Arab3s a prendre
it la guti lro saints centre les
lSMa. O ( dlit que, contraire-
Imx nouvelles annon.ant que
['in6e s'est disperse, ii a con-
O.000 hommesau sud du Casa-
Nouvelles divzrses
Rented : 91.05.
e conseil de cabinet ce ma-
bouillot, s3us la presidency
1, saur M. Barlhou, indispo-
Lnre des AfITires Etrangeres
les inform itions pr6cedcn-
situation giAi4ral.3 au Maroc.
rde des finances exposa
liges de la situation fl-
fit connaltre son complete
la commission do bud-
a, en outre, qu'il recher-
~e Ate, & affran-
J-a ctioonoare de I'o-
punater les cautionne-
ant de gros intdr6ts.
Sa entendu M. Jonnart,
d diflRrentes questions
IrAlg6rie.
tempscontinue en Fran-
,"Gns augmentent dans
Midi.
Chabeort, d6pu'6 du Rh6-
Srocien d6put des Py-
V isitil a distriots
SerpMirpoate aon
N. MaMunr, moot par-


tis ici aujotrd'hui d'ici pour alter fai-
re une tournde dans les district, i.~ioi
dds.
Les envoys de Moulax-Hafid
BERLIN. -- Lo, envoyds de Moitai-
Hafid ont fait *I nander aujourd'liii
une audience a i Secr6taire des Aifai-
res Etrangires. li Idur a idt rdpo'i'd
qu'on no Ipuvait les recevoir. I!s -,
pr6pareort i partir pour Rome.
Contre les anti-m'litaristes
PARIS. Conformdment a sa i," o-
lution de combattre la propaganido
anti-militariste, le Goiverneannt a
fait arreter aujourd'hui six e-A si.-
gnataires du manifesto rcml'ne Il
public a 'adresse d(,s conscrit4 et
dans Lquel I'uarmino ait six violmni-
ment attaqu(e.
Cloture de la conference
LA iHAVE iL'a0alo (iAd d,. 11 con-
frirenc,' do la paix a 6t6 al,)ptl, au-
jourd'hui.
La scssiond de c!6ttur ani'\a lieu cct
apsr-midi.


LIGNE


IiOLLANDAISE


Le S,'. a PRTN.; WILT.EM V i
attend de Saint-Marc et de Gonai-
ves Dimanche matin,20 courant
et continnera lc m6me jour a
Midi, pour Petit Goive, Cayes,
Aquin, Jacmel, Curacao. etc.
Port-au-Prince. le 18 Octobre 1907.
GERLACH & Co AGENTS.
*" ~ ---- A--
Attention

La demoiselle ELmtitr Duiols, soussign6e,
agissant cn sa quality de niece et d'hrititre
de feu a Vve Saint Ldger Pierre Jean Louis
announce et fait savoir au public et au com-
merce en gdn&ral et notamment A Mes-
sieurs les avocats, notaires, et arpenteurs
publics qu'il cx :se entire elle et les sieurs
et dames Whitty depuis le 7 mai 1go6, de-
vant le Tribunal civil de 'ort-au- Prince,
un procc; relatif A la nullit6 des deux Tes-
taments fits par la Vve Saint Lpger Pierre
Jean Louis, conccrnant deux propridtes lais-
sc&s par cell-ci, A savoir:
1. Un imnimuble sis A Por:-au-Prince,
Rue RMpablicaine, en face du march Val-
liere, mesurant douze pieds deux pouces
de facade sur quatre-vingt deux pieds de
profondeur born savoir : au nord par les
dames Magdeleine et Th6rtse, au Sud par
Orn Marcelin et Mine Vve Lafontant, A
l'Ouest pir l.i Rue Republicaine.
Sur cet inumeuble est construite une
halle en maconnerie couverte en t6les,
portant 1; No 129 ; dins la cour il existe
one chambre construite en bois et couverte
en t6les ; et 2s un autre immeuble sis en
cette ville, Grand'Rue, attenant k I'ancen-
nepropri64 Capr6 Stacco;
Sur cet immeub!e est construite une
maison base enbois ;
En consequence il est faith defense for-
melle aux notaires publics et A tous ceux
qu'd appariendra de psser toute vente ou
aliinaton quelconque relative a ces deux
proprietes qui sont actuellement en litge.
Port-au-Prince, 17 Octobre 1907.
PEuuu DUBOIS.
I I-- --
C-HANGEMENT D'ADRESSE
Me Camille S-Remy
AVOCAT
70 RUS DU C2TRS, 79.
AncdUnM4 HalU de Lapiwee.


JJU3 iMaluYU )1110 I

Maison JITLi
9*.' rue du M
Viennent di recovoir par
aVald ivia les Artic
i(.oux fleurs
Petits Pois
Mortadelle de Bologne
Saucisson de Bologne
PAt6s d'Oxford, veau et lanIgue.
Pickles anglais extra, avec et salns
moutarde.
Biscuits Olibet
(Boitesde 2 livres)
I .- A- ----f11_- -% .- --.--. --.


r-roinflje ue atiiieineli
Biere re supirIt-ure, ltgli'rc.


Jamnbons


Ferris,


LIt IU JIuuujJuiu


ES LAVILLE
a!/',sin de 'Etat
Sle steamers Quebec et
cles suivants:


I laricots flageolets
Porter Tennents
Prunes francaises
Figues
Petites terrines f
lloquefort
Pickles Indiens
Lait Nestl6
Fronmage de


romage


genres


Musnter


| (pite grasse)
Saucisson de Lyon
Jambons roles, sans o.


Toastc l Corn flkes ri coInstilianits agr6ables pour personnel
A C lf:il :u, noit d lliscuits (lgkrement salds.
Avoine pour enfants. ( OQukr oat- )


Pommes de terre


Oig nons


TANNERIE CONTINENTAL
DE

Port-au-Prince


PREPARATION1


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE 24) COULEURS.
CAPACITl 500 PEAUX PAR JOUR


PRIX DES CHAiUSSURK'S COME SUIT:
Chevreau glac6: Boutonn6 et Lac< piour Ilomineset Dames


Verni et couleurs: a


POiUt INFANTS:


PROMPTITUDE


S *


EXACTITUDE


Vitiello fr6res
145, RUE RIPUBLICAINE, 445.
La cordonnerit Vitiello fteaes porte
a la connaissance de sa nombreuse
clientele tant a la Capitale que dana
la province, qu'elle vient de recevoir
un assortment comp'et de peaux des
meilleures fabriques de France et
d'Amdrique. Avec sea nouvelles for
mes francaises et am6ricaines pour
homes, elle assure A ses clients des
Chaussres incomparables, tant pour
I'1elgance que pour la solidity.
Elle promet, outre la qualile des
chaussures: un prix convenable & la
portde de tootes les bourses.
Venez voiret vous serez sa-
tistaits.
La maisom a on osen n wu rrtint
campWI do c "g de boeow mareOur
WIs Wnd o sotw *mamma


8 (huitgdes)


( Recommande 10 (Dix gdes.)
Recommandie 12 (doue gdes)


* *


. .


6 (six gdes)


Maison F. BRUNES.
115 GRAND'RUE 195
Dirigee par

Le. IIODELIN
Ancien member e ode Sed PkOmi
thropique des mattre trailers de Pris
Vient do recevoir un grand cbols d'd-
tolles diagonal, casimir alpaca, ch*vio
te, cheviote pour deuil, etc, Recomnma-
de paartlculibrement A sa clic ol u
belle collection de coupe de eadmir,
lde gilets de fantaisie et de pique de
toute beantk.
SSp6cialit6 de Cotumes de no-
ace.-. Cope Franie, Angai .
Amdericaine de Ia dwnire pretioa.
La maison confectaoa*e Cod-
tunmes militairees, kebt tobr s
dolmans. tuniquee, baM ts e.
rds et to o, de Utons pd.


I.Pq h2ur inqh dp In 0tpnnnlP


M - w m -LP. i-


----~-


------'---


_ ,---- -


Fronutr~le de Roquefortt










LA NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

L'IIAITIENNE
Une Lonne machi-
it, hol :U3f:)f tli e
plix 1 ,1 :11 nm ib.
Iat machine i uie


le court qui se miet c'ctll-mrnt'e ci Ipla
ce, une cannette qui -e :garnit ;tutoma-
tiquemcnt au mcyeii dl'uue roue folle
sans qui'on ait besoin de fair marched
lai machine. Elle est hien construite,
bien fine et gentimeint dtlcorde. Cette
machine est laite en dl'u!ix geures. Sur
tine base ien 1)i' ou en fI, I. 8 r


I oik t


i ;' (


n I)ois c.-'i be . ..


. 1. 1) 0o


Jo seta .1, icri('ix ~iX 1'lo i, c~a 1F tirvs.itycr
VOS 0Oldi1-s it] ilit c'c:'ii'(il SOltj ilI(' 'LDII:
Ine les a lle'ssicz 1i1.1I e I fll14lni1c! 4I' Ivo-

atijmentatiorn tIe prix, les acces'soire cI
pieces siiivantes:


1 .:out:icheur
4 plisseur
4 ourleurs (gran-
dours assorties )
1 guide avec vis
6 canettes
4/2. douzaine d'ai-
guilles


brolemi
oulatleiir
pie i-dle-bich t
br.l*tt, ,l'hiile
remplie
tournevis
livre d,'instructioi,


Cette machine est faite s)t:'(ialement
pour taillemrs et cotituricres.
Nicolas COR D ASCO,
SEUL AGENT
157, Rue IPrpublicai ne ou grand'Rue,
Port-au-Prince.
Vous trouverez gal.ement toutes les
Machines d coudre to Singer Manufac-
ure Co.
Pour des commandes spdciales de-
mandez renseigiinments.


LXA MASON

NICOLAS COI11)ASCOl
1571, CGRAND'IUE, 157
An c;l scs clieri!s fllevie fNil c
usage (pi' es Pe,:ux importees
Ie I'. 1 riviige ei 'Ic -Fr choix ( Co4le

!e ~fel fh(~fl I~i It'tcli, net n'ol jit olA 1-

4(oliiI's 1 o I oil11 30113leencht~tIet jhlIicu- I
Ier icE'elt'aiicC c i e s liti it qtie distita-
,..ueut I es cuittussires CORDASCO IcSs aul
tres marques.
La Mlaison 1lelic toute CONCURIIENCE
A let

ir cIJLISTESL.

I A*H 1: \.IFSi 111 ii .I

P Ii-'s Z: E.-; Ct' N Cx V Ek- II I'-


Ass i'tim nt cc mpc .des foye. s
ViE iaES .%u\F.,sF1"LMI*. ; 11.!.u
iiLAN'CS
Plan at coqclill--
S ins ffqCPlrs
I'crro., blan cs cyiidri 's', Is
Assorti' Ct'Y. D hdnpl
Chez A. DE M&kTTELS.


Chapea ii!!
Chapeaux III


PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOURE.Z (:HFZ

JOSE SAN )MILIAN
Le c:oif',-tur arliste, ,l' i vi ,it .\'V c le
concourIi; d'i < tli p it lic" rIi' ;au(r ,ab!e,
M. JABlFI. TES-TAI, d'inmtlr *,,,o
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les goots et pour toutes
les botirses.


Imp. C. MAGLOIRE

45, RUE Roux, 45
TELgPHONE.

Journauc, brochures, billets de

marriage, cartes de fiancailles,

programmes, affiches, et tous

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cartels

de vitste d la minute.

PRIX D CONSCINCEu


Dr EDMOND HERAUX

Itevenu do son voyage aux Etats-
Unis d'Amrriqu, leDoteteur Edniond'
Iie-ratix se tiei)l ~ a (Iisj)oshion ale Osc
clients et dti piablic, 3S, lRue des -(a-


111-4) i I Iii I ;Il ctl ricit0% std iqiao, leo
RI'avois X, los couraints de 1IILJIO fhtat
(1111_111( It' s corain.-Is de, h:uio tension,
la'S coti Iants sinusOidaux, les courants
farad iqucs tt Ies courants continus, le
Di Edmino:d ldraix entroprendra, d'a-
pros 1es princapes et la techniqno do
d'Arsonval, d'Oudin, de Tesla. de Du-
boi s Bernond, do~ Morton. de Mon
nell, (;oelet et de Mlassey, le traitement

VI~. 1AIA; IYI 1 K, 1 CON'titIK





11m,. o -ir I!:~IE 1.( 1 cwm 4 aI i I cI.., It I I
IPi T \ 'Ip \ :. F1 I. LF1'C0M41 F, FCK, Ihul


I. i:-rtIA.x IIAUIIMEF: C1III0NIQ-)iEX IC



rE~ ~.e r1.I.-~r )N CI O N IA 1) Uic
GPNt i-AL PlI'll i GO (,atI1T: EXONIITAI.
MAL1)E KIII; UlI ELPlIANTIASl -, IEIII-
W.AMo10111IAGIE LTEiIII.NE, WMUTITF., SAI.-
PINGITE. FIORmE. %sainsi qiw edes ('at s
mo0)bide ,-te~~cl.., quo: nEifiie, Ccl' le'xie
el sth Hijte tde I hopi t it -el iela fe Pit a ie.


11141 ustrie
N \A NXty 1:T'('I; :I( F. AXT I NtSLEI
Julien Desroches


*t C I~Ct))is
Ecole dtsar:', el ,,&f tjrr


Eillle de i Cli. Dullbe
Avocat
A P TIT-GOAVE

RHUM-SYLVAIN
Produil de I'Usims St. Michel (Arcahitie)
Vieilissement nalturl jusqu'A 12
et 15 anp.
PRIX TRt" MUDiRAS
Ve.ate en gros ot en d.tail.
Maison M. Sylvain
43, Rue des Fdosts-Fort.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,- de choausarea eo
tons genres pour
HOMMus, FzxMMS, EIfPArrs
LeO commands des commergants
de rint6rieur pourrout 4treO excut6
dam une o emaino e peu pre..
23, rue deo Fronte-Forts,
PoUT-Aulr.ma ( am )


--


Pbarmacie F. Br
67-119 RuaE i0AlArt Er ao.*
8p6ciat.s F. Bruno:
Po:. re puissantecon tre d64lmai
pi u igo, sucur des pieds- La
Sirop antiashmalitqua remade
contre les acc6~ d astme et lesi
rdquentes le flacon ; P : 1. 50.
Consultations gratuit e : ;
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures do
par le Docteur. N. THOMAS.

VIN DE BORDEAU
Marque Lapouyade & C

VIN DE MABSEILI
Marque Artaud Fri!M
K OLA
ixxagtonz
MACNISH'S a IRONOf
A Vendre .
Ch CAsTAT



ALEXIS BE
DitsUlateur-
W, RUE Rno l
CI-DrVUaTr, RU lBOl9MIJ

OnDe i

m.... y..
rMer r rr


32, Rue du Atagasin d e 1r
Malsoga foubd&e ero ff.i8
BiJouterie, Orfdvreri!i c.rgi
Vient t ie r~ecevoir ties artille@ do
fuiiieric ; #our Iei goeom leg plus
les. ALes prfainai mexquis et raz
Ulicatesse 116ttrrnte Wu'elle
clievias sonat de ovritable e g
veilles.
Les derni6res muarques qui a
te Tout Paris sont che Mstteixj1
SonSawrirs Jfnrwnp,
Ccyccawon, tz' etc.
La Maison a toujours un
iortimernt de bijoutetrie, arigj
iibt loIo de totas gur'ies, IPMfls
111011I.itre ofO t arge~nt, P@ies

SPI'iqh : Ih: 6rlr 4ti' P. 1W a i alk. 4u L
.4;r~i 1 1,09 alllrl a nqDl
IS A 1e!1 e ift;.n'a"e Qi~r e
0 .11, tileI i.elsJ .
Tiu ii i'icis'S a iedw- par Is a
4" 1 -'1'- 1 O.1 11 i
A01: di e !*1 'i..in~arit s, pea esPrO~ck
-- %it di.Iai jmI.' ola.rie A des [)FIXs
loerl ~ie i ii:Lunettes j
Contic e rnsemiSO do Deux doil
(Ias ('ra\o;e franc de porl solus pli
M.1111 W 4ans l oute les villes (Ie la
clique: LunIt tes ou Lorgnons en
a ial ded ..selornles prescription
0,II-ftH~on oiinsr uctio des adscc


1(


I


I