<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00164
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 16, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00164

Full Text


p AI(ZgE, No


1866


PORT-AU-PRINCE (HmTI)


J


M.LROREDI,


16 OCTOBRE 19070


ABONNEKENTS:

M mOIS Une Gourde D'AVANCE

DIPARTtKMBN"t & ITRAnNGR :
vrals do post en su.


QUOTIDIEN
___________________________ - --.- -I -


DIlzxCTEUR :
Clexiaenrt J'[Cagloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMeRO 10 CENTIMES.

Les abotinements parent doa er. et do I5


de chaque


mois et sont payables d'avancc
Lee manuscrits Inrasrr ou non no Dont pW ormls.


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.
.Im11


L'ATTENTAT DU

Nouvelle Provocation d
Execution de cinq

U horribleattentat a eu lieu lier
inqai a second d'un violent 6moi
la population des environs du
p de Mars.
lU peu avant six Ileures, qqurtier sommeillait encore, ine
l de detonation 6clata : c'etait une
Ibe qui, placee sous les rails des
haways, tout prts du point en mu:
Iia de la grille dlu Palais, partait
Contact des rouesdu premier train.
Dipois quelques jours, certaines ru-
IW sourdes,des mnenaces courai,'n
Is le manteau qui avertirent la po!i
Id'an brigandageC qii se proparait
IdoQt le signal serait ainsi dorni', at.
Ibentou I'on s'y attendrail le moin-.
Seflet, quii pourrait s'lattendrj.
untreprise at crimiiellel? ui po'r-
tpprehender tn pareil in:ive-
lpres la muod6eation ot la sag 's
qe venait de montrer le goaveri,,-
II I'occasion de la derniere col-
sdernire conjuration Vous savez
quelles gens pour la plupirt
has i loi. quell cohue de lebal.S
I'avait tramAe I Vous vous rap-
quels buts horribles elle so pro
: l'aasasinat du Chef de l'Etat
fss principaux lieutenants, I'ir-
de la ville, le pillage et tous les
lch6s sur les quartiers coin-
et lea riches residences !
Sent, 6nergiquement. I'au-
et measures. Les conspira-
arr6t6s.
SSappeW le retentlssant juge-
SSeptembre dernier. Au
de noitbre d'dtrangers
alent aslast4, de beaucoup
d'an certain ge qui virent
devant eux de tels procks
t do tells juridictions, au
.de quatre avocatade la de-
oembres d'un Conseil
maire nD firent preuve de
do plus d'impartialitd,
FpeOt des lois et do prin-


CH MP-DE-MARS I*X~~(.D~~lla
I.e Reve et la Vie

les eimiieiius dtc I'ord1reti. (I III OiIii. souvent souri de piti6 voir des gens
A~Ssi-ta icdlt :r ('(.' it O it ion q~Ui dans notre milieu se donnent pour des
Eli~a,. 1101 Ic a'ioije- mli! :xs el' !; (~~iI~l(\inlellecttiels avancc~s,q ui pissent pour tels,
cr~ di d. a liii l (I'? lul~ r~letlc sl atlt'i IicitI talidis qu'incomp lets dans leur culture, dL-
fie CltOV&OfIS -(if, tolltO.- Cr~dit ifflls 4lL1 nu~s d'iJ~es g6nerales et impcrm~ables au
clj)* Ile I:( dt*lci;h. MI ii ,1it tiC'un le l)tItit de I'attcettat du grand courant des principes modernes, ils
tdo' (dfont profession de dtnigrer les idLtes de satut
CIJQ6.4 i 211 .: I['t que nous nous i6verruons A repandre, dont
claixttioiis si a',-o 11)nit, II- I A-; ill CIIXP rdi fl t A q ( nIt StA nousvoudrions voir rVcsprit haitien se nn-
4pl P jici: c ll%. ~lt?11 (Jl-recilellis ; A 1 'exanwcil, 1 0 n a consita- "
(L1a 11116-3 A1~Siht~ d.1 i. )Lit fltt6L (u'vlc ote e ait m le s n a- C'est le mallieur des temps.
Le Gmii& aIla lls son e I')ta ti;A1tit ; ve o-( teI u Iit j s r ale es Oex- I est tvident quc nous tie vouloits voir
Ile O nseil, datis Sefl iiaj ntr NI--oi,-'on it dt~i eon-dii ) 15 iedO alius et.uu nment ['Haiticn se Utpreidre de I'et-
Ii cpu' c; i 's i ie(1 auU m r fc tort en vue d'un perfectionnenient moral,
tjul ii VI a\it tlj~i-~rice pI I~'t c. i o on d'un exhaussement de sa conscience et de
Lo 1,1uJ1iuiii.s, av..iit I c vtoil:t pers;onr,*. 1I~ (kilS (It' J12 lout ci da' S aspirations. Cc quc nous lui conscil-
deja.I;1 (';,lljIdtttC (i;flSi i ;It vr iiil: ,u t. b lttli Efl O Irt .I i sticea con d fetd lens, c'est plutot de donticr le pourchas aux
son{'cs creux, c'est d'61ever sa c&rebralit6 aid
N .uru iu r, I.? (;b I.). t Iv Ii II -I! v,-- iieI (4'tte titnl.it;tnot' dii )riK6 1Pevc r r
lt 'O:*' iCII'> i -e n tot i :otinr-n0.* sujninzniu per a/Ia, A conditioII de u butter :
uV -d, o-des rdalisitions pratiques.
,II1~.~LL :L II iExt.!,- r;t'o, P' I lAit uw1et I Et veuillez noter que rialisation prati-
:0u*t '4; I' 1 r o o ;:,n r ores'iquc lie Vise pas A signilier seuleinent des
wit I -!i h- In oat-cetieil dei s -ee -teS e sans beaut6, ['unique
i :avz, I eiwort-do f. m'nter appropriation desnoyens de se procurer
t t (A du"I1I. : I- -I s. 1ro- d confort grAce aux profits tire-s de la ven-
dt V0ot!F' -; 'p-t I'swI i te l li nl' Iitipt pr te des porcs.
I' 'lig, (t tZU1 e.i I Cuiuo s P T
centre h'mlr, c O: tI). Et :"Ceux quc nous croyons condarnrnables,
to 4 o ''tgliit CeUx que tIOUS conibittons, ce sont Jes ret-
e ltII io Ii.?Ii It'1 c &I n~rs1 O veurs hypocrites qui se croisent les bras,
1) 0 1 t 0 1 (111 CL ktI1S, -III0 'd"set l) s posent en hisrrions hautains et ridi-
oliptit .iL t 1,01') Ililt .I 'ols 1115 I i I1.(6,S ues, loin du champ d'action, pour y
oliqiiit qu'i est datis la for,''e) dut ii-i;i:i.l- ,I'6erio morul al'er avec eznphise de petit sermon
(;ouvernin.cuflit 5 rt'primer nifi 'iii tote vol)tItils'wm" js' Ii vret' Ai tn travail au- stir la niontagne.
qullelle teuIt;ativO s*-diti ui.rt les rIcla- Tl'odore Roosevelt'que dans des temps
Mais los cnnnlii W'vaient vua; dbs matins dipJrnviatiepiws. trZ~s proches ['on consacrera le promoteur
sarai6 Ct ['atientat d'licr est ve['l I) I't'l k at iit soit, ditew'n, It' dun majestueux Evangile, l'6vangile du
prouver (pie d-- nouvoatu mouveitllt rcsei rv ti.' l'" 0 fl-- t (;ivilisation. plus intenssf taffort bumain s, Thodore
tenlaicuit .;' ccrll unuur l'dl'eroyablJC s6-,0 Mai a niO' von ;, .,sswz longuoinent RIoosevElt a 6crit dans Id's l Amdricain
ria dedl1ordres-; c1onue IxU p a LrI4ti (:i-d-,- lit ici. flntin. cV j) viO'i5 i)ensont do que I'lhomme qui. agissint, agic mla, est
geos pCIJsII ( dI tidies et ede ocritib'S 1 VI a vI'dl. clisaliov )LOl ntui rJ- mulefo moins blAmable quecelui quin a-
dans le but de renverser I'ordre de e!milfloti pt)t n'iavoir pa.-; 4 dire comI- git point et blWme en des phrases lyriqucs
chose actual. bLen nous nous rofti-on- ; I'intflancc et avec une logique convaincante cc qui ent
Ls Gouvernement rdsoltit alor s do -c-- Iristt-A ex~oi ties q ii v'1int IIIi t.
d'ox~ciiter Il Juga3rflt du 20 S2jptOm1- in.-porter Ovz noti, I-t-; irtiqfues frauj- Du reste Platomi, quand dans sa Rpubli-
bre afla do pravenir s#vWremrwnt le duleuses, l'irnfinnrdit*f d ns la famille que idle ii proscrivait a ['engeance do.
retour de c 1 ,on3trulaLK ,(dn'l i dri Ia piI)iiT1.....a n, unte ct sterile *des poates, ii n'entun-
Ut jettent ['alarie dans a popiution Iiatonn et la I) DIyInite. dait pas du tout lui, le philosophy A I'Ame
qui jettent. l'alarine dans [ .1 _1111111111111
et qul perinettent aux brigands rilne- ardcne, ainoureux des bclls former et des
mis du travail, de compromelttre It lo a L'ad ministration du a Matin a id es Cecv.es, limiter IL vie sous un niveag
beur des lionflttes gens, 6trangers et announce aux abonnes de La Ca- avilissant -,i comprimer les lMans de L'Amse
nationaud pitale qu'ils ne doivent rion ver- humainee ven Il asrisfaction des besoins imn
Et hier matiri cinq des condaruiids ser, abonnements ou autres, m6diats. Platon dezundaic seulement quo
furent oAcut6 avec touts? les forma-! qao sur REQUS IMPRIMtS et p'Pur it plus grande prosphi6 de Ii Pattli
litds ordinaires. Ce sont les nownts signs do M. I'dministratour. cIuquc citoyen bndlt tou las romorios


CI


dm -~








son etre pour se fixer un iddal tris lointain 1
qui soit un infini de bonheur appropriable
et pour, chaque fois cet ideal atteint ou ap-
proche, s'en fixer un nouveau A poursuivre.
Quelle poesie contint jamais plus de
kautd hunaine que cet:e s duisante thhda-
rie de i'efrort quotidien accomplir en
vue du perfectionnement individual.
Ames liches impulsant mollement des
organisms maladies et inactifs, appliquez-
vous A demeler I'cheveau de reves n6ly-
leux d'un Ossiam ; fondez-vous dins le
flot vaporeux de parfums qui s'dmanent des
selam d'un Haficz ou des cirdas sauvages
stylisdes par PetcAfi Sandoi.
Si vous, l'a.inez imieux, acguiardez-vous
sur un soplia mocllcax, arinez-vous de la
bouteille d'opium et pour la direction su-
pra-subjec'ive :de vos oreilles aristocrats,
ouvrez le robinet porique oi Ianamartine,
le Cygne fait pleurer sa musiquette mono-
tone con!i:ne d.is une vaique tintante.
Et apris cel.i, rendez-vous aux Etats-Unis
d'Amtrique. Allez visitor I'Ins:itut Carnc-
gie A Pittsburg, cet drablis!ement, ardent
poeme en action, ou grhice A un liomnme
ui s'e'eve tout s ets tres haut, i'o1n met
es centaines d'hommnes n inesure de se
former, de poursuivre et i!'atteindre !es
buts les plus clevds capab!es d? solliciter
un ,tre huiii.in, but don't I.i liuteur domi-
ne encore le lyrisme le plus vertigineux.
Ibsen disait : Le icve, Messieurs, le
rtve. c'est la vie !
Oui, le reve doit'comnprendre toute la vie
a condition qiu le rIve soit iu! mobile
qu'on prpa.re en vue d'y conformer ses
p'rsonnellecs actions et directions.


Mais le rcve, le rcve A plus l'intii ,qui
descend des nuages et deniande aux .hoses
do se soumettre la rigueur dc son i, prio-
risim, de s'y soumettre pour eviter 1. Icvc;e
des armes et le lanceinent des bombs, ce
ser de notre RCpublique.
Son a.lut est i ce prix.





RENSEIGNEMEE TS
M ET OROLOGI Q UTjE

C b servattoire
DU
S1MINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

MARDI 15 OcrOBRE
Barom6tre A midi 76r,1
minimum 22,5
Temperature maximum 28,4
Moyenne diurne de la temperature 24,5
Le ciel est rested covert toute lajournde.
Pluie a I h. 45 m. marquant au pluvio-
metre 6,4 millimtres.
Orage au S W vers 4 h.
Couronne et Ihlo autour de la Lune.
Le barometre continue A hausser un peu
trop rapidement, au milieu d'une atmos-
phere tries humide.
J. SCHERER
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
.Audience du '3ardi, r5 Octobre 1907.
Presidencede Mr le Vice-Pr6sident Ernest
Bonhomme.
Le Tribunal prend siege A dix heures ct
demie du martin et prononce lesaffaires sui-
vantes :
I Silivine Marcelin ct consorts con-
tre Cadet Choisir.
Le Juge Jdrmie donne lecture de son
afpport.


Le Ministere Public, Luc Dominique,
conclut au reject du pourvoi.
2 O Charles Roland, centre un juge-
ment du Tribunal civil de J6r6m'e.
Le Rapporteur, le juge Jrdmie lit son rap-
port.
Le Ministere Public Eug. Dcat:rui con-
clut A la cassation sans rcnvoi du jugement
attaque.
3 0 L'Etat haitien centre Ed. Lyon
&CO. .
'Lecture du rapport faitparle jule Jcremie
le Minist're public Luc omninique conclut
A la dchlance centre l'Etat.
4-o -- Dsilus Marcelin etJh. Dessali-
nes, centre les tpoux Joseph J&6rme.
Le Ministtre Public, Eug. D6catrel con
clut au reject du pourvoi aprcs avoir entendu
lecture du rapport fait par le judge Jdrdmie.
Le siege est levc vu l'hcure av;c.::. e.
Tribunal criminal
,4uldienct Ju i Octolre IO')7.
L'accusation est soutenuc par le hlit du
Parquet, M- 1. Michel Pierre.
Au bane de la ddfens: -e trouve :
Monferrid Pierre.
Le Tribunal compose cotmme suit
Lcon Nau, Doyen ; Va.iia et Chauvct,
avatt :1 juger 1L nonand lean /o, diej.
condamne A la pine capital par cl Tri-
bunal criminal d'Aquin.
Sur un pourvoi formed par l'accusL, le
Tribunal de Ca.ssation statuant sur une ir-
rgularite de Li. sentence de condemnation
avait cisse la dc-ision attaqude et ren-
voyv l'atfaire par devant les assisesdu resort
de Port-au-Prince.
Jean Zo a done 6td soumisAdc nouveaux
debars.
Malgr, toute la vehd:nence de i'accusa-
tion, l. df,-nse presenLec par un jeuuic sta-
giare. .\I Monferriu Pierre, i'a ciiiport6.
Les debts n'ont pats t' longs ; .i
,,Ls, i ,,r-. 1, in tr,'.,: n.ir M r M n'le'v
Garcscher, a retndu nn \ve-rdct reiarf
Jean Zo a done cte acquitted et 11,n eni
libcrte.


Naissances


Mll,
IflOihiL


DA.
LUs
Ia jole
d'unc
Nos
eporx


heureusement volatile, car il disparait par la
cuisson ou la dessication. Prepare ainsi,
cette f6cule est un aliment sain, de diges-
tion facile, qui dans les regions tropicales
remplace souv,.nt la pomnmc de terre.
Le Manic sc i.n'tiplie facilement par
boutiulge ; i support aussi bicn une pl-
riodc dc s'c'chciessc piulong&c que de pluie
et conserve ses tubercules en terre pendant
longtcinps. Ce sent de pricieux avantages
pour I'indig4mncommc pour I'Europeen
hab;tant on \V~'Jagant suus'les tropiques.
Pour retil.: 'a f:ule, on r.pt les tuber-
cules .iptI les avoir aives ct pclds ou ra-
cles. Li pulpe obtenuc est en suite cuite
iusqu'a dessicitioln complncte on 'appelle
Cassa,'+', Tapioca, quar.d la fcualc .a 6t dela-
%\- dans I'cau, malax:e c'c pour n'en
garder que Ics parties les plus fines.
Lc Tpi..i ca .,t u prodnit dc luxe bien
',)on!lu c:n u-rope on il srt r: aiirc des po-
t... s C.<'n:nt -,oi s;n:l.iire lc S.i, um ais
ck.lui-ci prov:cilt d'un palmier r'pandu en
M.alaiisic ct tl.n lPolynsie.
En 1S99, la France a itnpor:e 5 t.oo
kilos de T.apioca done un quar: a livrd
1 A lconl'n nit ion.
L 3 Praesident
lHicr cst cnt!r le steamer Pr;.';siJt,'t avec
lcs pais:-.ticr 11 suivants vcn.int de
Sti ').iniiio : Dominizic Gon/z ie;.
Cav\s 'ictor \Vallon, Pcre Auguste.
Kingst'n : PaulLipointec, Pierrc Jackson.
I.e Pr.',dint est ;coarti dans la soirec
avcc les paSsagcrs sui, aitzs pour:
Jacmil: A. Poin nyriac, Gorgcs Sciournd.
S Cayes : Tllonas R. Picco,, CharlesJ 1:rave,
iiendriluc M'--e, loscph Malachy.
San',, D.i,i ..M ii. Elin St-Loais et
enfant.
SJrcnii : lean l)uift-,, M, riW L-s' Noiet,
Lorme6ii Alcindo'. R. V. Jeimne, A T
L at. t.. Mnu- Ace inerre, C l)Dipoux,
cItii ceIv '-crdi, La-\c IVc :u, Phu-
lippt Brid-,liiun, Cuvier lRou'., N.ipo-
ICon SauVti.i
Le Virginia


INls".LK i:R lh>. Io-t: LAu. '1.11"; ALL ILe l if z c I c C lt rC tC Ct '1.1t n111 ;'c Ic ls
bicr iflitiii UflC jolL: : M .\liL GIL- passigr, sUI.IS 'cn.mnt d-
MALAo lntC iF~mli IiC (IIO ,ou '1'. Rigaud A.
epoax Lor..us M\LVAL (rlt C.:lI IAr~ o Ki ii Srlrii. ID. Laportc, Stine
de voir Icur jcuife fonille luc ALIIc nter,
unugnonne tulle JEANNE. r
Ll A:1 aA RDurmL. Gtt-
mneilleurs complinien s aux leureux fr.r i, A-\!iic ;m g. Leon Tblbaud, Jean
ct illille \ Lvux aux bSbcs. Moti, IF. Aldlv. D. Guillaume, It. V.
Brochures CabuJli., Aristile Chanponneau, Anin!ia
S '8flae X t S r vr 5n- T-- If-it pli&


Nous avons recu du Cap-ilaitien, deux
nouvelles brochures de M. Hemi Etienne,
intitulCes Mon Triomphe Moral.
En remerciant 1'auteur de son gracieux
envoi, nous lui presentons nos felicitations
pour sa perseverance A poursuivre le triom-
phe de sa cause.
Fermeture de la malle
Les d6peches pour Inague, New-York et
I'Europe ( via N-Y ) par le sis a Allegha-
ny x et celles pour Petit-GoAve, Jerdmie,
Montego-Bay ( Jamaica ) par le sis a Virgi-
nia seront fermees ce soir A 4 heures
precises.
Port-au-Prince, 16 Octobre 1907.
Renseigne ment utiles
Le Manioc
Plante vivant 2 ou 3 ans, a racine pro-
duisant de gros tubercules, pouvant attein-
dre i mqtre de longucur sur 25 centitntres
de diamktre, souvent en nombre consid6ra-
ble et se developpant sans interruption pen-
dant plusieurs mois.
Originaire de I'Amerique tropical, le
Manioc est cultive aujourd'hui dans pres-
que routes les regions chaudes du globe,
pour la ficule trts abondante continue dans
aes tuberculs, associe A an poison violent


Slli...^- ll k ilt .v &li.1C L.. ul.lii., nI-Il
Mormemy Constant, HWrard Ddbrosse, Mme
K J. Pliilipp.-, (: tidciit Sajous, LUo Sajous,
A. G.tfrard, K. Chine:.

Pri6re d'aviser 1'administra-
tion de la moindre irregularite
dans le service du MATINs
afin qu'il y soit de sure rme6-
di6


hotele l Bellev,

DFJEUNER DU 16 OCTOBRE
MIDI A 2 HEURES
Prix : G. 2.50
Beurre de Copenhague
Radis
Omelette aux fines herbes
Brochettes d'ortolans
Filet Mignon aux pommes
Flageolets au lard
Riz blanc au gias
Souffle ; la R6gence
Fruits
Cafi
1/2 Vin


DIPtCHES REUES C11


L' "tat de sante de Frangoia l
VIrNN8. L'Em)pereurF
seph dtait un peu mieux
mais son 6tat s'est do n
ve vcrs le mniliou do la |
m6decins craignent une
pneumonic s6nile. Ia tem
S. M. ost au-dessus do la ao
tons les mnembres do son en
sort constern4s.
LA-IlAVE. Les nouvelles
niant la sant6 de I'Empereur Fram@
Josu,-pli soult ul grave sujet de pri
ctipation pour les reprasentauts
SpuissanceS CUropdene uns rIunisl
'princip;ilelmei t pour cellos qui bh
i parties de la triple alliance.
SVIENNE. L'etat dp santA de I'h
i pereur Fran:ois-Joseph reste incha
gO.
Les Evdnements du Maroo
TIANGER. I)OS leltres dates
Sl.wi..iagan ). lolro disont que l'iob.
etnc do Moulai-Ilalid no fait quecro
tre danls le Sud du Maroc. Ces L te
a;iionctont quie dais la nuit du 80.
toil' lo gouvcrneulr a faith sortir del
dolalne 3:l)J fiasils qu'll a tait chai
sur des cliameaux et envoyer a
camp (du prtdiedant au tr6ne. la
caisses demunitions n'ont pas 6 tor
chlidos car .ellos-ci abondent A MLu
rakesh. On s'attend a ce que d'antrm
armes soient enlev6es de la dooann
On a appris quo des mnilliers d'ara-
bes sont parties de Marakesh i 10
iiation de Movi.tdor ; ils ont avec
tin nouveau gouverneur qui repr*
sentera Moul:,i-Halid. Des lettres
.le:;s de liablat disent que le sallt
Abd-ol-Aziz a 616 oblige d'avoir rn
coturs la bourse do certain coa-
limnl;rlts de celte ville pour fair fal
Sa ses besoins personnel. Deuxautr
Snavires do guerre espagnols sont a-
Srivds ici.
Le roi Alphonse
LoNDaE.S. Un correspondant4
journaux A Madrid en relatioMni*
mes avec do grands porsoonagw
la Cour dit que la faiblesme de
litulion du roi Alphoose does
graves inquidtudes as ses an6de~e.
Le roi Leopold vend leu bi)Ol
de sa femme
,oNDRES. D'apres le cor
dant de 1' Observer a Bruxsela
people belge est indigna do ce equ
roi Ldopold a ddcidd d'aitorimw
vente aux enchbres publiques
bijoux de sa d6funto 6pouso .a K
Marie-Henriette.
Nouvelles diverse
PARIs. Rente 94.10.
IIAVRE. Prins Willem r" I
art.ve ici. IAe Cheruskia 93
riv6 dimanche de Curacao Im
zudla.
PARts. La situation a 8
iLchangee.
Par suite de nouveau' o(
inondations contirtuent daos
Deux maisons furent d6truwte
lie-les-Bains et 7 person
no des.
Zn signal de graves dedgM
B6ziers, Lamalou-les Baina
bonne.
iM. Caillaux inaogura ILf
Bernard I'Titel.de-Viill et T
M. Doutnegue preLda


__


i


I









bhace, pr~s Lyol, ~ al'inaucturatiorl Ie
rbt)i ai e, du gtro'tp scOlaufe.
M [luau et ChCiti iia'wur~icnt af
Aymanches les fno 11vcel-A it -a i -3 (14e
rbospi ce.
ST-P9TFKRsnnr B oli. ic r-
des6Iec"ions t"iII ;' Si ter I
daus los e'xrii!or~'~ii Noiitre~!it ;lvc~cr
dws lc',-
r des candittats tliiiiici ti(lii~,
WASHzINGTON. L CL oI
0s Etats-Ullis a rep tis sos hiavil
ujourd'Ilui.


DE IL

A L'ANGE GARDEN


KS


HIEILIL
T UAl I[IL


LsI E't


4 1 I if, A I-F, I .r ,, N IN',



COUfl()I NNE-S 1 --


TANNER'


DE

Pol-~l- Prince


PREPAR41ION


D!1S PLAUX DE Vli .T-QUATRE (24)COULEURS


VENTE DE BIEN DE MINEUR


PRIUXI)II-SCAS111 .S~ITE'S ().-MSUIT.


En vvrJu d, I., grosse Tim jugerncnt du
tribunal civil dt Port-.iu-Prince en .itc du
quatre octobrc lji IWUI ; .nr. SCj)t. CtI1IL''S
trie, !'0t1)O. LI do it -f 1:u1.1du
Conseild r cd-- lo1 C v I) i A
nalyssc C01r10!1.1, (1G,:,", : c iL !,
deux juin :2iil zicuf celn'-s q C
11 sera ptci'dc Ic 1 .u I flnt-cj2 il! c uC-
tobre Courint A Irois Icflr2s Ic Ihurc--nd:,2
di en I''tude cL p.Ir 1, :i ni Lrc% dc M NC-
ber Vilmcn:uv, notailrc, dcmciUl Allt PoINtr-
au-Prinlcc, ruc dti uCdL!it --N -)),I
A hLi \ cte AL IluP U 'tS t tat i'Ic :iL r2-
chelkStU; ,''une Ii\i~l
Prince, N-1~tl~, S\,~
Pnn~cc (i:aa1l1'C.2 iC,:U > 2 c.:C ISt.3
mesur.int 2 L it d 1 -iC1i Ic
trentc-sik Ac 1101',1dL 2
par DLS 11 uiILI:~: "Ll ,AU "U,!
nulVssC (.oi iO..il (JC eI jc .'ti: i-1: 'A
Grand'RuLc.t :t .' LO'lout pa
A la rLqu~c de cMa-la'nc 1i. i. i
ry, p r Ip'kiie. t"Iil' 'Ckc .atvc1-3ud
near JOjcp, 'IAnaulyss Coio (c''
son fl I Ii. dCL'ui :It.e 1 c1 C I`rI
au-Princ?. avan', : P'oul:
Oreste, sCtLossI- k. tllc 111t!Cc- I IcC .dl, ; 2. !
le Gtnc~ra Scrv ius [rai1:oi-,
doriciliL c .'L '11 'u la. 1, .1
subrog-tutcur iu MiflCUI '
prix de cjuAl.c ctlt Ciitlcl* l i '(ILL
trees 3.hav,, :vi~Ccr x. .(14
Pour ~u lpc c~c ~u lt~
le Cahii c iall cs t ct -C, ,JP,
Ilies che M1 \I' K. V'im
fait A P'ort-au1-Pt l *1Z. IC 12 Octec C I -Wb
(SwnI "1 ) M, ~ui.OREITKV


Electrothe raljie

Docteur C. GAVEAU,
Diplndm( de 1' Universitd de Ha) canr
( Elats-Unis d'AmJrijue. )
CABINET:
Coin des Rues F/rou et Ju Ceadrc,
vis-d-,vi de l'll tel CoinuiuNtl.

De 7 hrs. d I hrs. du matia.
De 2 hrs. d hrs. de l'apri-midi.
TRAITEMENT DES MALADIES par los
Moddss nouveaux, efficaces, les plus
* vogue en Europe et en Amdrique.
10- Les affections SPECIALES de la
QJue.
SDes affections CHRONIQUES gd-
ou locales.
LeS MALADES doivent savoirqu'au-
li ils peuvent etre GUtnis sans
on chirurgicale, par 1'Electro-
ie scientifiquement applique
la Plupart des maux don't souf-
I rhamanite. Et le mddecin meine
Sappele, dans l'interet de ses mala-
4 les encourager et a les voir
"ans une operation chirurgicale
,Mnte et don't les suites sont
'I"St les plus graves.


DE M


Bealarnais J" FPanpois
NOTAIRE AUX GONAIVES

{; I: l'_U 7-.(;A -7 :,z i.
C ni i itt i 4l)1 ,


CClaeiiinx 1


PA;LLE DE PORTO-RICO


JOSE SA\ 1ILLIN


-. *1i '
XI1 x~!;itT\


't! v~i* ~t ;\.(U1 e
*i: / tpib


FARQUL. UiL CIAH ,PEAUX


S I''3. '1 :-t


OCI IISTES!.
^ ***


VEBRET7L FUNI.:-.

V IE.RBIESIII k-,N CA VfE, PIC')N-


A-1soso tiitnl coixipletdes foyers
VERBEz A -N Es F'\1I" -. 1RL KU.A
IR LANS ..
Plan et coquille
*.ors/o''c


ct c01UC'.1Cs.
-Issorlimzeat do,.rc's i'Oo~JdCfS.
(ht,7 A. DE MATTEIS.

LA MAISON

NICOLAS COIIIJASCO
S157, IRAND'RUE, 157
Annone ei e iclien q (i'elle c' "Ofait
usage que hlje Peaux irnportees
de I'et ranger ot de 1 -rchoix. Ceite it-
dat-ation cst faile iiour g iver It imin-
bteo-'e ci ieu.tlod le Lil t:ii.littcoetilte mu-)l
le eontief-tii D. fu leIe. on II %,(I'A, ob-
servCi- quelqlue 14e11 poul* cnstat i' Si te
soulieri' ont on 11011 Ie-cac let Pai'Iicu-
Her (1'Vgat6i6cC et tie -, lidite quedis-Lin-
guellt lc's ctiaUssUres Conn Asco oles au-
tIre, marqUem.
La SMaison ~Ie ttutoe CONCURRENCE,


Chevrccrci u1 cqc : Ito utawn.et ac6'


,; iir u c."des


V eC

V~~rni t. coule Lrs.


I' 'UTi l'>F'A\T-


PROMPTITUDE EXACTITU 32

J ihiello frilpres






fl1ionfl l t j-PSct:.11111' ;'IV j):.A

111111oues f~d de F IWO i1
nltt,Jfloll110.- w th lt '.
cllo zsw. 1 .kili
I-H pi qir e? po(ut 1la II (jottlO t d -
(ii iIS icS l iii III ix I U
ch'Iti--stl es til pli cc liip!!-d)-t'v .'I !.i I
poet o 1.edo Ii oL.tet-'s I boa rH54os.
Vcnez voir .. vous serez _i-
tisfaits.
0i


LA PHARMACIF
Etnuuiaiuel Alexandre
M. 8 W'E DES MIRACLES, 88,
i -cconinina~de pou1- 1cx6,-,ut iuli
'I"'t-~i 'ip ~t P 4t 4' (do-, ()tdt nnanct Za
ij ltlii n J! ct'it- lit -ut-c du joui 1 1, dt 1

'Drcg -,ier.e-. Spdcialites phar-
i ~eu 1~ n e s t niineient t [;Aic-he-s.
PnRx CONSCINCIEIJX.

IC -4orloittelie Notivelle


G. B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE 143
RANDND ASSOT\IIENT DE CHlAU,'.SSCitES
DE TOU L' (;ENRES E' DnEPCT, POLUR LA
VENTE EN GROS ET DETAIL.


Execution prompted
commander, tant ici
L'interieur.


des
qu'A


Confection t(es ch: tiss-ires avec les
icilletirs soiis. -- Toujours forms
lwhgantes tant A hoinine qiu'A femme.
Les derni6res creations de
Paris '
PAtes, Liquides, Cirages pour chaus-
sures de toutes nuances.
Conrenztions de vente convenabler.


la~isoII F. IIUJNES.










41. tI L u I


Sp~'C1BI4tO d, CGoFt;irncm.c; dt: no-
ices. r" V1* lot 'i >* Aii ~ e
Aia .. L ic j~*ek-; o n.
tu j-iie, s T-,-- ,,,A .r t-, ha b 1-; 1)rod 6s
dok(Dia ns. L; n q.,ha b its clar -


LA


du Monde
vl-iie quti doin 1 e 1o r ,iilii i ,n I iI
(ui pi odii:t i., ,plu;-( d p,.(iit
)ii do 10' p)it s l(;;t,
.est la Pillsbury's Lest de la
Pillsbuly ashburn Floul Mils Co,-
Minneapolis Minn.
=F t >. c \ -TEC A I? r I .2-2nI

F'r-a rn cle-ixx e rxt

A L'fLEGANCE
1>. FERiIBA I.
Fabricant de chaussures,
Iorte A la connaissance du public,
paiticulierement de ses nombreux cli-
en)t. do la tCte et deo a Capitale, que
l'('t.abissement a uu stock incalcula-
ble do chaussures pour homes,
tern c., et enf traits, en tous genres,
et que, rimakgrl I oil re d e cinq pour ceut
sur l',tcLat en gros ( 5 0/0 ) fait un ra-
bais (x., ,ptionnel sur les prix.
L'itablissemerit se charge de faire
preudre dts measures & domicile.
Toujours : Soin, exactitude, pontualite
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-Au-PRINCZ (HaITI)


CONTINENTAL


-e ~-L-


I


I).*./- "des.

IIl,;o 1-2 1 (lou -c ples)


(.i: Ildcsi)


I ---------------------~ --'-'--~------ -~-`----~ -I -'----


I~~~:ur t~ute~


~d~i~gqh~4


7











D' EDMOND HERAUX

Revenu de son voyage aux Etats-
Unis d'Amerique, le Docteur Edmond
Hdraux se tient A la disposition de ses
clients et du public, 3~, iue des Ca-
sernes.
Pourvu d'appareils blectriques per-
fectionnes apportcs des Etats-Unis et
produisant I'electricite statique, les
Rayons X, les courants de haute fre.
quence, les courants de haute tension,
les courants sinusoidaux, les courants
faradiques et les courants continues, le
Dr Edmond Hbraux entreprendra, d'a-
prbs les principles et la technique de
d'Arsonval, d'Oudin, de Tesla, de Du-
bois Reymond, de Morton, de Mon
nell, Goelet et de Massey, le traitement
des maladies suivantes:
CANCaR, LUPUS, NEURASTII1ENIE, NE-
VRALGIE, HYSTIRIE, HYPOCONDRIE,
PARALYSIS, ATAXIE LOCOMOTRICE, RHU-
NATISME, GOUTTE, SCIATIQUE, ARTuIRI-
TE DIEFORMANTE, CHORE1E, PARALYSIE
AGITANT, ASTHME, EPILPPSIE, ECZIMA,
ERYSIPkLE, DYSPEPSIE, DILATATION DE
L'ESTOMAC, DIARRIIEE CIIRONIQUE, IC
TkRE, TROUBLES FONCTIONNELS DU
C(EUR,ARTIRIO-SCLIROSE, IMPUISSANCE
GANITALE, PIITHISIE, GOITRE EXOPIITAL-
MIQUE, DIABITE, (:CLOROSE, OIE-ITI.
MAL DEBRIGIIT,ELIEPHIANTIASI., HEiMOR
ROIDES, AMINORI0liHEE, I)YPMENOIIIEKE,
HI9MORRIIAGIE UTERINE, MNTIRITE, SAL-
PINGITE, FIBROMES, ainsi que des etats
morbides tels que: andmie, cachexie
et stirilite de I'homme et de la femme.

Industrie
MANUFACTURIERE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTIIEL
Faux-cols, cravates, manichcttcs, chemises
et caleron.s
Ecole d3.s arts et mftiers



E d.e Ge CM"1 DCIb
Avocat
A PETIT-GOAVE

.* iUM-SYLVAIN
Prduit de I' Uin. St. Michel (Arcahaie)
Vieillisseimenlt natural juslqu' 12
et 15 ans.
PRIX TRtS MODORES
Veate en gros et en detail.
Maison M. Sylvan
43, Rau des Frots-Forts.

Francisco DESUSE
Pabrio t de cahussures
La Maaufacture a toujours on d6-
p6t an grand stock,- pour la vente
1n Fore et d6tail,- de chaussures on
tous geores pour
HOM1m8, FEMMKS, ENFarrs
Les commands dos commercants
de riat6riear pourront etre ex4cuteea
dara une emaine & pen pr*s.
rue des Fronts-Forts, 33
Poat-AU4MraMxo ( AITI )


SA. e Mats et Co.


Rue du Magasin d, -' Eta
.. .. .. 1-12 -- I .J '-


SINGER SEWING MACHINE
COMPANY


~AL:OiIIU C e:i X-j1NJ-JL. AL.M.E-A-0- '46-' ~ w-mm-A-v -;L IV JL
Bijouterie, Orfevreiio. Gi-avuvre
Vient -le revevoir A tit c1"s de :ir- *'Z jh w o -i[aifiIt3 coudre est la plus grande du mers4U
gti~if 'Singer est ifenolftr a coulco1mO I moi lure ct la plus pu4,
les. .Les l arf 1 in' c .f4 elt 'rar v uese i' **n
F.Isie cfUl 4A;L m Issi Iflus solidie, la plus durable et [a plus rapid.
clienita~s soIe"pwA~r'a'IrI's ..-ite s A O!. Ieiifz!Idet'rlit Machine Singer, et l'on aura la meilleure, paresq~
clients sout (le vdritable" 3 pr:ite~ 'uler- IthjU'cel(iicueleoscer
veilles. v-st colle q;~ 'C~t ui co~ita le mloinss clier
Les 'ierniulr'es rm irqu';.li charmenttN. I I,. L evai!itabies mlaChifos A coudre do cette fabrique so trouvwtm~
LRY del~ni~r s Stock- coil s chaesual We C_, ,
le Tout Paris sont ehez Mlattevi stOCK czisdt~ahl c.iz
S~n Sourire, I-loramnye, Tri/olia,9 Idtal 1 NICOLAS CORDASCO
Cyclamen, Vitvitz, otb.
La maison a tcup-u~r~ t I:&lri
La mtirneut ad t eubj ,-,tikLiu IS157, GRANUI RUE ou RUE RtPUBLICAINE.
sortimeut do-~L~ i


bibelots ciie touR ete;
lunettui, mozn r- or t -r-
los garantie.s.
Pant 1 pai 1r V. P. (W.:
18 A' ie's ett i' irc.a
pour mznjiriag(,s.
'Lous I-Os a 1 4 _'.:- i I
To u l~s;: ri i. 'It ',5

(ou~e r''nL 1. I rL'1I ; *i O -. C r
-;(-s et1 le fz L L" u 'IVA I,
taRe t x )ej j


mandd dan.- A tojt' V.. Rie ; -1 l.a fC re-
blique: Lurieuie.- u i iPi-k
ioy o6 ~'7O' I [1 U! rA i~ .. iS


1-11a l-111acie FO Bruno3. i



pruu igo,.-U-J j'- I ,
contre ac *Q .I I 4' I
r~queratcs --- le T-~'a k- .1 P 7N


par le Doctoiir. N. Tfin s.




\' IN I)E~ M91[a! fSEI '4E. 2


~MA~~~ 33 r. ILUN


A VIndrX
Chez C.ATINAT F~OUCTIIARI)
8C 89, I 11e dU CeNItrE
62, Rue des Fronts-Forts


-----
ALEXIS BENOIT
Distillateur-Liquoriste
63, RUE ROUX, 63.
CI-DEVANT, RUE BONNE-FoI.

On Demand
A acheter dos timbres us6s d'Haiti, bien
assortis, par cent oupar mille. Coondi-
tions tr6s avantageuses.
S'adreer an bureau du journal.


i ', :chi R large d'exp6dier sur demand les catalogues relatifs arM
l t i i.: <, ij re' tard.
!': :. *,~ .:x ,elits de Ia liaison, do l)ien faire attention a I'adreuse aSf
(1 i'-.L,.; i :.:r tiil~,,ten du dans la livraison des commander.

I I--~-- r ----- I I '


.1


DENTIFRICES


C(iIOe's


(Ies RR. PP. Benedictins


IuK L.'AIAYE IE SO)ULAC (GIRONDE)
SPECIALIZES ET PRODUCTS HYGIENIQUES.
b: I.A .MAISON A. SEGUIN DE BORDEAUX
SE'L' L CONC1ESSIONNAIRE POUR LA VENTE EN GRO0

L'iuiompiarable Elixir Dentifrice
d(-s it t. t 'i'. I:tr 'lictins par son usage journalier ass*
It' !:t :-I:I. la' I m- a ( EI ', lo li lIouche et de plus, par msiW
ti' ,. i .!i.! (, 't 'il con-. erve aux dents jusqu l'A 1Age I
pin ; ii lt ilie 1 travail de la digestion en per
!i, L.,ii! ,i m ii.>.. Le tl, oii : e vend : Gourdes 2.00

L; Po)il'(c I)entlifrice des RR. PP.

Slnc/ia .iii 1 et Ile pr cieux auxiliaiie de l'Elizir, l
0IIId i I 11 .. .. r1. ,.^ ^0a 4 9 h


SioM)I. tI Vell : U .JUUIUCD .J


I.n PIaite Denitifrice tides BRI
I'p'. I htiidliCtinSest cmploy6e FPU'o re
c* onciirremnl I Iaivecr.I'
E slixinr l: I 1. 1: p,?tit module se vend Gordes L.U
L' I'iI,;, ... a ri. Modele se vend Gourdes LM
Le; att Ies; Produits Hygi6niques de la Maison SEOUIN saot,
iP'ouiire de zliz adherent extra-tine ILA MADONE 0 ; la Bolte Gr3
SModle: G(ounrdes :.00; Modele moyen,: G. 2.00.
E, d Q.. l)prtcieuse pour stimuler le cuir-chevelo
Eau (10 Qilllllle enlever les pellicules.- Le facon : G. 2.00.
Glyc-(rine anglaise cornre los grci'ures et la duretd de la p
Sle flacon : G. 1.00. .
Eau de Cologne 16nitive extra-fine; le flacon petit Mo4b
le flacon moy Itr
i flnacon .: 1 litre
Pour les commandos en gros: s'adresser & l'Ageno e 04G
et dep6t pour la RApublique d'Halti
.A la mtrtropole
MAISON JULES LAVILLE
93, Rue du Magasui de EClt, 93
PORT-AU-PRINCE (HATI).


T-T 6b7F!XU 3;


cl-dr-- -xvw-u


r;


-"1