<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00161
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 12, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00161

Full Text


163 POt1AU-PRINCf (fwi)


to ANNtU, No


SAMEDi,


12 OCTOBRE


ASONNIKENTS:

PAR MOiS Une Gourde DAVALNOE

DfrARTKMENT' & NRtANG3R
Froig do posts em m*s.


QUOTIDIEN

I'


Diucrzux:
316&me3at eLCa goi3e

RErAC:TION-ADM1NISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMIRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent du Cer. et do S de chaque
mois et sont payables d'avance
Le mananritC tnsr6e oa ono ms oet ptm rmm.


Pour tout ce qui concern I'Administration


Pour les Pauvres

Nous publions avec plaisir cette
second lettre do notre ami MAtel-
lus Benoit concernant l'oeuvre hu-
manitaire aI laquelle il so devoue
Ii courageusement.
Tous ccux qui ont le sentiment
ie la preservation et qu'afflige le
Spectacle malheureux des pourri-
haresen march applaudiront au
Imccs de cteit enttrteplise.
La second liste don't il est
question a etc publiee dans notre
lumdro d'avant-hier.
Port-au-Prince, le 7 Octobrj 1907.
Monsieu' I Directeur dii Journal
a Le Matlin
Eu Ville..
Mon cher Dircteur,
Sous cc pli la suite de i.i premiere
iste de souscriplion an favour des pau-
fres de Saint-Vincent de Paul, avec
ai6re Ale hl)ie vouloir en donner pu-
licit6 tdan4 les colonnes do votrejojr-
m*.
14 chiltre iqui y ligure e4t loin d'ietre
kaal, n'est-ce pas ? Aussi est-ce pour-
oi je me permets d'affirmer que no-
Wrvre rdussira.
I'irai de I'avant, quoiqu.. I'on dise,
pique l'on fasse.- Comme je vous l'ai
S dit, mon cher Directeur, ce n'est
Ps Sans ,le grands oflorts quo nous at-
hitdrons le but que nous nous pro-
poSns.
1 1nus faulra parfois et. meme tr6s
k M0 t nous boucher le oreilles pour
hp.s entendre et nos tefdtire le teo
p-Ment, pour tie pa rpondre.
est vrai de dire que jusqu'lci on
dbite 'que des stapidiths, on no
am p pret que dus intentions qui, si
S6taient vraies, militeraient encore
wtr advantage, cele surtout de me
4.*Y n evidence poor le prochaines
'to1 d16gislativs.
f*in Cceux-la qui parlest sinsi, on
SI demander : &teCS-Tas a6chants


du Journal, s'adresser A' Monsieur


A WeI'n 1 is doutor, il .Ssont V'un ce
l'autm'o.
Ils solt mn~eu;iants, prcO qu'IllIs essiont
I'emnp3cicl I., i'.iu.sittdoi I'uwuvre ; us
sont auss.i nraff's, pirce lu'iis disent une
chose que IIous savoims I 'ti'ke pas Ia
Cozulidi 0k 'oillue, eexigeeP'ur voir
Iroit iux sulr Ilges 'Ac nos Chters CoJici-
toycuns
Donc j'ai r11ismi tlie vou.;ditc, e,111011 cher
Dirceteiir, quo Ilou Iovoti ; bouceler
nos orecillos e~t reflirol ;I'!1Iosbe
nfolio tcyflprlrameut. Q'ii.k vivteuit on
I'aixl Ces niallieiretiv., ilgli i co tltt *
nots n; is ia joie Ie loes re-eoir ct
ivz tyt%: I vljlLa
ralll.
Dans loute socit ,iI fCaut cju'oni trouve
anges ct miaoiis. Si d' iui c3)t on e%-
s:iiC de nofl01 Itico'irager, t'U i'iautro C!5-
t6 -it ious encoura'e.
Dans cetto tlermitcre lisle, ii v a beau-
coup de personnes qui iW'ont pas atleit-
(11!4 1UOII o viemlue leur 'emnaI o ; sil
m'ont adlroe,6e Itur- tobole de leur pro-
pre nioun*emnt,,nt. It y a enoore uiotre
syialjli(jIoI)ri'ecteut de Ia Douatmie
(Iui in Iapromnis 'le s'adressev aax i em-
ploytis do e ou bureau c die recevoir
d'e x ce c1"a'ak peilvelt donner.
Monsiemr \VOIIWenoI i, clef di bureau
de la Ilecttte et'de Ia Dipensc mn'a fait
Ia munlme promesse. E-ptIrot1 quo notice
hlmer Adlinitiid rileur ties Fiiance i nous
aidera aussi i dtlausia kiie.
N'est-ce pas consolani tout cela?
Tenons fciutne, tie nous dticoura-
geons pas; pour moi le triomphe n'est
quo trop certain.
L'annd e budgitaire taut en conir,
I'argent no manqrluera pas pour L'iihter-
noment de soixante-dix mdingreux, au
mOins.-


Arthv w TlTnFtR5 av D.. D... nnRnnn Vna


dlars nos ,cues avec un bdb dle quatre
a cinq moi,, I'llospice de Saint-Vincent
lie Paul n'est pa- ift pour oux.
DWI re.:te, la dllinition mrnm du mot
le dit.
L'llospice ost une maison dle clh iit6
oh I'on nourrit des pauvres, des vicil-
lards, des inlirm-s, hors d'dtat de ga-
Iaer leur vie. En tendant m6me la
main a ses sortes de gens, on comment
une fate inpardonnable, car o:1 tol6re
le vice.
Aussi et-ce pourquoi, ceux-la qui
lonnent dans ces conditions sont si
OrfB"toPisirtatef\lr.a" "- "-
Pour ne plus les voir, il s'agit pure-
ment et implement de ne rien leur
,lonllier.
Taundisquo nous servons la population
en la d14birrassait des premiers, je crois
que lo g.ndral Mianigat prend ses dis-
po-ilions pour doibarrasser la socidtd
,l's ,lerniers..
Patit a petit, j.. crois qu'on arrivera
a avoir rai.o i do cos gmns.
Veuillez agreer, mon cher Directeur,
toujoiurs avec mes felicitations, mes
cordiales satutations.
M,. N. BENOIT,
Auocat.
--- ----_ -

Surveillane lRecessaire


Une antique formule, aussi br6ve que
comple-t', don't 1'antiquit6 m*me devait re-
tenir notre attention, indique admirable-
ment le but vcrs lequel tendent les pres-
criptions de IH'ygiene : MENS SANA 1W
f" ...... C .. .lW,- ,,,t- t deni; t e;24 Adne


Pour rester corrects avec, nois-me- 4unRPOr s Ls6a I ULS. 1
mes, il convient de rappeler souvent et un corps sain.
treb souvent au public, que le but prin- L'education qui se propose le develop-
cipal que nous nous proposons, c'est de pement de facults iniellectuelles et des
d6barraswr la population des malin- forces physique se confond done en panic
gbrr, qui, I l'avis de tous, pr6senteit avec I. science hygidtnque. De IA tout sys-
gin retable danger. II ut loe inter- t.ime d'education qui fortifie au ddpens de
nor car la monnaie meme qui sort de la sante physique les facult:s intellectuel-
leurs main dtant contaminiue, n'est les est difectueux.
as rMosin dangereuse que la mouche Les mdthodes de culture intensive --qui
qua sort e leurs places. Nous nous d'ailleurs n'ont pas produit jusqu'ici des
ocuaporons aussi ds veritables infir- fruits qui plaident en lear favear -ne sont
meo. Mais, quant ces vagabonds qui pas en harmonies avec l'hygitne et ne peu-
font, comme on dit, ms r doo at- vent pas tre consid6des comme systame
r, rne jeannes fmmes qui cirlent' d'ddocation. Ell. doivent *tre proscris


au nom de I'hygitne. II est par consequent
desirable, urgent d'imposer chez nous un
systime d'dducation tel que le physique
ne souffre pas du travail exaghrd de I'n-
tellect. Car ce n'est qu'en conditionnant
les depenses physiques et les d6penses cd-
rdbrales qu'on obtiendra des unites sociales
addquates, don't les puissances d'etre n'au-
ront pas etd uses par une education irra-
tionnelle.
Le pessimism, cn aucun temps, n'est
louable ; il porte en lui des germes de
mort. Je sais qu'il est partois de justes rai-
sons de d6senchantement qui dictent la re-
res jetntt uans ude cotnplete prosntauuu
Ces heures de crise se prodwusent dans
la vie des individus auss; bien que dans la
vie des peuples. L' sagesse des siecle com-
mande de les laisser passer, car elles passent
toujours.
Le patriotism consiste d'ailleurs a ne pas
donner aces au sentiment de profound dd-
couragement qui s'empare parfois de toute
une nation a certaines 6poques louches de
son existence. 11 command de tirer des
circonstances qui ont produit la situation
deplorde tout l'enseigacment qu'elles corn
portent afin d'6viter A l'avenir de tomber
dans les memes erreurs prejudiciables a
tout un people, a toute une nation.
Lespeuples n'aquierent d'exp6rience utile
qu'a certaines conditions. IL y en a qui au-
raient viggt& ind6finiment peut-6tre, s'ils
n'avaient pas eu d'obstacles s6rieux A sur-
monter.
Est-ce pourquoi aucune 6poque n'est
sans enseignement dans la vie d'une nation.
Et jamais, malgrd les heures les plus noi-
res, on est autorise A ne pas essayer de rta-
liser par soi on indirectement par d'autres
une aeuvre que l'on croit vraiment tile A
la collectivit: : quelle que soit ls nature
de cette entreprise. Est-ce ass clairement
dit ? et pt-on peaser ai aal qo d je
viendrai demander que nos doles soient
I'objet d'une surveillance spki ale a point
de vue des mdteodes d'ewsgemeant qui
sont suivies. II import que les jeanes
hatiens qui sont actuellement coll6giens
ne soient c3ntrantr s aucune dpense c6rd-
bralc ou physique intensive, trop intensive.
Abrutir les oranisations en voice de crois-
sance, c'est diminuer ou hteindre, en elles,
routes sones d'6ergie.
On avonera que ce n'es pas le mailer
moyen de proper le s j es halties sam
lattes coambn 6psim es de Is vie daas


1907.


A. --- 19 A


Cm=


"J"' als" b" 16L A JrdaJ "%OyrJQ 1 4)y AYuc Aoux ou nonne-re







M1 M1M E --I


un milieu dejA si 6puisant par lui-meme.
Loin de IA ; on semble, an contraire viser A
les rendre des homines incapables de tout
effort, fatalemcntcondamnds .1 n'avoir que
des vell6ites. En cela est un peril national,
incommensurable. Qu'ony prcnne garde !
Dr GASTON DALENCOUR
_-- --




Dans lc premier POrt-au-P iiice d'avant-
hier ieudi, tntihu'dc' IEudlc u A' 'Taip,:ramnit
IJaitien, se trouve, conccrnant notre excel-
lent confrere Marceau L',corps, des Varitt's,
un passage qui a ctd, bien :A tort, diversc-
nient conVnlenlt.
Appriciant la faion don't M. Lecorps a
envisIg C les questionss s)cia!Ce soulcv&cs
ar le Matin, note rTcd.tu.r, a .pc, qlc
es graves oroblmn- qui s'.iagtIl: actutl-
lement n'ont pis tc traits pa.i noUII
confrere assez A ond .t s,:on '.cur impor-
tance. En disant qu'avcc quclquc peu d'in-
conscience, la rmuiarquable r,.vuc capiise
avait aborde lIs question. da iour, c ct.nt
sculcment ccttc pcn1.,c quc, dc bo:i ,C foi.
nouis txprimions.
Si ccpcndin: dJ quivoque In.Ul''nurcu-
ses se sont A dc onsin tofrncs p.;ur travcisti
nos idtcs, cst-il ndc:.ss.irc c r:ioivL Icr
A notre conifrcre ioute noni ;me pour
so i beau talent ct toute ;n,:r c~ratittudc
pour I'hoiniiage public qu.- spo:'anzem.nt
il rendit au 3Cltin ?
Ce sont des sentiments qi- ni us c.p-S
chcraient, certes, de froissar, tIn ajcun. t.a-
on la susccptibi!itd de M. Lcc.rps t: cllc
de ss distingues collabor.tteurs.
12 Octobre
Aujourd'hui est le 41 j .ianivcra.irc de
la dJcouvtrte du Nouveau Monh par
Christophe Colomnb.
chantd a la Cathddrale pour commrn6morer
ce grand 6v6nement.
Tous les bureau publics sont ferne's.
Les sinistr6s de Patit-GoAve3
La Secrdtairerie d'Etat des Financs ari-
nonce par un avis paru au Moitlear:
Le Conseil des Scrdtiaires d'Etat, d.ins
sa stance du 3 Octobrc, courant, a dccidJ
de rdpartir la premiere annuity des DoU-zc
mille cinq cents gourdes qui figurent en fa-
veur des sinistres haitiens de 1902 au Bud-
get de la Dette publique, Exercice I906-
19o7.Loidu rS Scptembre r9o6,inserc dans
le Journal official du 3 Octobre d. la ,n -
me ann6e.
11 a fixd, dans sa stance du 8 Octobre
3ue la valeur A lditraire pour les sinistres
a Petit-Golve seait de 7.000 gourdes ct
que Ic solde de l'annuitc, soit 5. oo gour-
es, serait applhqu6 aux autres sinistrds de
1902.
En consequence une commission corn-
pQse de MM. I'Administrateur principal
des finances, du Doyen ct du Commissaire
do Gouvernement press le Tribunal civii de
Petit-Golve est charge d'examiner les r6cla
mutionset de rpartir la valeur des 7.ooo g.
fixees pour Petit-Goave.
Les ayants droit pcuvent, 1 artir de cette
date, presenter leurs dean es A la dite
Commission.
D6c6s
Est mort hier soir a 7 heurcs le g6enral
BADo u, arni, Sdnatcur de la Ripublique.
Ses fun6Tlilles auront lieu aujourd'hui &
3 beures.
Le convoi partira de la maison mortuai-
e, sue, Plae da .Chmp-de-Mars, pour
.e reodre A lEglise Cat drale.
Aia families du regrett6 d6fnrt, nous
mj mo a* sainctes compliments de


SD part
Une erreur de pagination a lait mcttre
hier sous la listed des passagers arrives par
le Prin.s Iilleml ceux p.rtis pour St-Marc
ct 'Petit Govi'e A bord du Qui'ec.
Priere au lecteur de rcctiher.
Revue du Marchd
Notre march a dt6 plu:ar froid durant I
dernivre huitaine.
IXs l'ouvertbte, les veodcurs ne vou-
iaient pa. lAcher A 410 ojo tandis que les
acheteurs -- tres nombreux tcnaient
fertne A. 407 o'o. Cctte situation ind6cise
inenaarit de durer touted la sernaine lorsque,
sous. l'iitluence dc forte; dulnandes de
,Yourrde venues de Provinc, ( pour les
achats de denrdes ) Ies vcndeur- dcidW-
rent de chi.ngr de tactique ; c qi pro-
voqua une detente qui ramona Ie CL.':L.-,-
.i 4070/o. Les petits commer.ian's cii prcti-
icrcnt pour fire quciques conversions.
Tra. it. <' I rac,'.- Les demand, de


IR. C. 1.
Les mcnabrts du R. C. H. soiit convo-
ques en asseinrbk gtir1ale Jituanche 13
et A dix heures tr% ptr.cises u nutili au
local du ccrcle, 18 %Nrue IR.publacaine.
Les tnzembr.-s sort pri's detic p is nian-
qur :. cettc convocation qui scra d'une
grande importance, Cet d'er A I l'lieure
txlcte.
L, stoa 11, Poiyxic'. LA FOREST.
Avis Communal
En cunfca: nii:c des dk-p-) ,.;tio(ns dics articles
2o0ct .2 1 dt: 1.1 !0i du I tI 21OZ-bre 1876 sur
r .1 r.lte i:lposi:ion' directs, Ics con-
,U Ij m1) ,; !dleur
p.Vente Contrc dcs rc.us provisoires sont
:11V I !Ces fire pre%,-iter A U Heitcl C031n-
..1
Ii.!%::i.c d P1aCuteVS dinfitl'e

l~.....-:'..il;%,ii OzciTbrc 19()7.


':u dl-'d Province ayanta1b .orb5-. en gran- Edio(- du COa p
d xuie, tes cnc iSe &Or, n0 1 ic vendreji ,
,i cltciqcs t raircs su r Paris-direci et H ii -I I;,rS ai. "gu-,lai ijrCL'ti') II ut tuestiro A.
.1fl rgP.iris A 2 r0 o t:! A i 3p11 .:tm ci, i! '. 1U iilituire de 'cet te i lie
itV,_ :'1kcu r% 1) D pun s 1ii i-r 1; ''i .St US iII i'?1nv d. t lC *i U'o'it i~~I .i~i~
trille A2 T 2 Cai'p .!. J. M Matligal. elli pro.w'%e deu n r
I II.ltix Iq) -A s le L te u etall it it h a ue tt u 1 1 1 ii .l
ic At C -i pnfle sini fvrtr:.dcniiandc:s. tiveti !;t ~~.It ;'la i a s::' Ct 1:u0011-
Le Couri tde-, Tir's 1:4 G,:. ,:crtic~ot.,zt lie See'vatioii dc Stoll Ex. le Prc4itleiltNORDl.
V. II' Us 1eiitiirslie --nMontI)Ij agutie 'persmi lie 4114110ial iest invariabIle -
~.tic v. U hteitcus ie 'zi a~f~i Iti :t-lt u~&~ t A Lsantutie Mine ut'Nord
f ~~ ale ii it, 1~~s :1 i.ufi 'C i0. v 4ic pmus- dim lPu-6si-
C~zti;. -- Us dernicx,:ip'.tiiei ont p.a;.ulV- deiii. ()I:ut IllVmIStIte a 4"1 sa1.1 (ILI)11*1gUi-
1 CS ir~vn de ia C~te. Lei dernia~rc es.ui-(i44leus et ia celle de tmuttes les &iutoratc14s
flOtvlVilcs i.Iurcopc :coteit 1'arricle 2A locales.
("cst tie uirite fmtic o .t in'. j e ( tit le i Plrc~i-
I:! s~fl(lent icuit ul lil~eiur.eMEuicu I-gt ic geu l N'1 M-
Lu Ci:'zo sc iri- izintiera A Frs. ji i,. mats nig:it, et (fill It- zu0ritc i)IcI1ell.(:It. i tstCO i Ull
L11 Lua~t~ s t~ll jour11S tott in auLV3u te. CC~t~I~~C 0,t uluaiteln p -1.1 iiieuit illtg:re Vt
IMSIOre ;(ltlviONC I il c oit (Ivutet'ali mi otibre
POrt ?.L1-1'riflce, 12 Octobrt_-i 90 dehi 1.1 iue I'lmlluoiaa-''.ui klut luuiniinctl tiux
N ominiation louictioniu((U iI% 0(o : jupu'. ki l Si I~ 1:1". p jlts
(ICeMine ( Q,' & N-1- S CN d(ltP.AIISi.I*C). Pendat l10
Le Gal RoJ!r:gukcC1hainpunnncau vicnit d Xi nsilatrC ~ iii H~ve reclititde ce iwiie eiCc-
noitiiflc Coiirtwandint de La nouvelle comn- J4).6pl vAI'A' Iir inkistr~ut io ll4.s hfmiialwv.; c n
Ce ~igi:Holandib ti rcret y'c :rn.auu:!e::* \Me I 2)guiadenu
it I I a~t 'IIii% 0-1



.i~~~~~~~~ 4 ~tns ao1S 2e.Nu;<~1- i Iw i 1, 1) 1,.;. lit tie
niea, nusPdu;;c, a.]ait -, rc iniclc- i~ti ilIc. ;~i~u va tit ~urac-
btitizuli%1.i.a 5' 1 t i'.'rjI: it (IC 54)11 :ttI itrat.'t
t~irPa' 'ie. ol cv Puuh c E!v l M tie iU dInu i'I I itL"hat.iili i sour it. etanou
Gile Fikd Ja-riam Al ph Deb is,Mrit IPierre I1a .liam1atde.'.-asirton nutieuuu
no,t. JuliawS age, oui5 St iin ii. G brlxASTN.
Guleril riur, Luic CeNinasAice frise, 5A Octob, 1907. aiee : r
Mine ve~aris~e.M.(I-.audMadeeJu-
lien Ck-:nicnm JalniniFautick l~.MionT D 1 ,i B, IrA~

nel Guillouage, PaulLris r, Natian.aci a-1 -- sr~iN


porte, M. Joseph Lorquer, Michilia Hy~aciim-
the, GC'n~al Goldman. I AI ]V Dnmniapo T A mpn


RENMSEIGNEMEN TS
MP-T IO ROLOGIQUES

Sbsaezv a tc i re

SCEIRAIRE COLLEGE St-IARTI IAL

VENDRED1 II OCToDRE


Baromntre A midi
Tep (rat minimum
Temperature ~maximum


758 7
21,0,
29,6


Moene diurne de la temperature 24,9
Le ciel est rest couvert toute la journey
Une plus mod6rde depuis 4 h. 2o m. de
5 millimetres.
La baisse do barometre.s'st maintenue.
encore cette nuit.
e centre de h depression est sur Cuba.
J. SCHBRRa


RUA i UMjIGIa J1IJI
DE
LA CAPITAL
-
e maindat du Commandant actuel de
votre Compagnic prenant fin, vous aurez
en Decembre prochai!m fair choix d'un
nouveau Directeur de l'cuvre humanitaire
que vous poursuivez. Mais, cette fois-ci -
quel aveugle ne le verrait point les 6lec-
tions revCtent un caractere special et leur
importance est capital pour I avenir.
uu vote que vous allez donner depend
absolument cet avenir.
II ne s'agtt pis, en effect. d'un simple
chan emiut de personnalitC indifferent a la
nmrch g6nirale de la Compaguie. Non,
le premier dimanchede D6cembre prochain
doit marquer une date dans vos aiales;
cello de I inuration d'un autre ordre d


choses en votre administration
d'une ere nouvelle.
Car, ( et nous ne critiquons pas
son, nous constatous sculemeint.
simple coup d'ceil jetC en arrierekr
montrcr le contrast violent qui t*
6clatc entire ce qu'dtait la Corn
pompiers d'hier et celle d'aujourdi
tuellement, l'enthousiasme 6gd I
fibre esscnticlle qui fit air II--
qui conditionne son exi ,
me s'est'eteint ; cqu and, ar le
Port-au-Prince, ddfile, indi rate,
la Compagnie des pompiers, o&
done cette admiration-pour vousUm
td-qui f.is.ait s'ouvrir toutes les p
votre passage, qua commandait aton
s'intCrcsser A vos exercises menmasls, a
moindre fait de votre Compagnie.
Tout cela n'est plus, parce que, admi
trade de ficon inintelligente et malJh
la Coml agnie a baissd de cent cooudes.
n'a plus d'autorit6 morale e e 'et ~'e
cette Force, vcri laquelle aux joun do as
ge sinistre, se tournait spontantment la pa
pulation haletante lui demandant de com
jirer I'cpouvante des a perils inconnos. a
E.t que ii rque done cette naissance d'a-
tres companies de conjuration do feu. d*
ioan vo r- ,dclin et votre mort lente ? 1A
1moien1it est solennel.
A I'cxemple du Gtnral Nord Ales~
don't t,'ute It belle administration a'e
qu'un long procT s contre les errementsd
pass, il vous f.ut rompre avec les syst
tiles uses.
Anciens pmrpiers et membres honoraos,
nous croons devoir vous dire la parole q
convict.
Parni les candidates qui sollicitent vom
vote, il en lst un qui se recommande A v
p.r son intelligence avisee, sa probit6 is
contcstablc et son admirable d6voueme
A votre CEuvre.
II a appartcnu huit anndes a vore Cosm
p4agne. Launme pompier vous l'avez va,
Port-au-Prince enter I'a vu a Ielvre ks
iours d'incendie, s'exposant, pour tem
d'dpargner mnme une cahute.
C-'isciller caissler, jamnis un reprnc
'ie Iti fut adrcssd, et vous savez A Is si
de quelle discussion vive, enplein comel
i a offer sa d mission, le front hbat, I
conscience libre, condamnant par son (3
toutes les turpitudes revees.
VoilA I'homme tel qu'il est, estimideb
socidtd de Port-au Prince. Voos I'avm
connu :
Luders Molse.
C'est la volont6 qui commander, 'ia
qui stimule, I'enthousiasme qui
Votez pour lui et vous aurez assor
vre A fire.
UN GROUP D'AXCIENS POMPIERS ET
HONORAIRES.


S.otel eBelle

D9JEUNER DU 12 OCTOB .
MIDI A 2 MUM
Prix: G. 2.50
Salade de bceuf tomatde
Avocat
Saucisses de Bellevaue Pan
Langue de veau braisde au ha
C6telettes de mouton au
Haricots rouges en unI
Riz blanc A Iscrle
Creme la vailk
Fruits

1/2avla


I









ieli s Erangeres

ItCBgES REUES CEB ATIN
+ La ieire jaune
; rAtAuNGTON. Ld G Vouverncomint
Oone informat.or officille quoe
tre jaue a complbtement dispa-
ACenfuego ( Cuba ).
Contre les ant-militariates
alus. Conformnment A sa rdso-
jei de mettro tin l'agitation anti-
lgariste en ,FranceI, l Gouverne-
t a fait optero des perquisitions
Ia les bureaux d? la conf6ddration
jrale du travail. 11 a 6galement
saisir un ccttain nomnbre do ma-
itkes el exeiiplaires du journal la
IVoli du Pteuplju .
questionn des d g3Ats. Normina-
mons dans i'arrne. Lo dirigea
ble Ville do Paris offert
l'admninistration de la guerre -
Au Maroc -- Trombas d'eau
vaKs. Catd lilili-(Cap ; 4'.
l'PAI. I'%"ltec 01.
Le consei des ministles cut lieu
ujourd'hu~iA liambouillet. Tous los
llistres et souC-.sitc6tair'ls d'lE:tt v
uuist -ae tt-a M. D)jardit-lh..-ti
m io, retetlU pair d sa ulce du colnsill
itaral de 1'Aube.
Le conseil exat;iinura la question
ie dgatsl causs& daiu t le llrault el
hGard par les inondation-. l'ous les
se;gncineents Yn'tant p(ar pu:rvenu-z,
i n'a pas 6td6 ossibl. d'appr6cier
fimpoitaiic des credits A demander
si Chambres pilur secourir los sinis-
te4. Oa sait scu.letllcnt qu't y a 7i
wummunos mainltidt...s uLar.S Il' H-Lrault
116 dans le (ard. Stir les d6gats cau-
dshier et ava:t-liter, on n'a que des
*Meigagmcnunt incoinplets.
Los ministers des Atraires Etran-
ItO et de la Guerre out communii-
qu des dpl .ciies parvenuues relative
ment aux allaires du Maroc.
Monsieui I'icquart lit signer les Io-
Minations suivantes : le g.'-ntal Ar-
dcinard, commandant des troupes co-
Wiales, cst maiutenu pour une nou-
dlle pdriole de 3 anis.
Leg6ndn il DurauJ, coimmandant loI
premier corps, e,.t nommd comman-
lat du 0, corps, en remplacemoent
fg n6iral 'Tieniuau, nommdn mem-
Ie du conseil special de la guerre.
B gin ral Davignon commandant
1 TiDgtihmne division de St-Servan,
inomm.e comItnandant du premier
erps d'artnme.
14 miniatrc de la guerre a donnut
"ure d'une Icttre de Mlr Ildiiry
tsclI ,'de la Meurthe, par laquello
Irere I'administration de la g-ierre
30 dirigeable Ville de Paris P pour
b atilisd & la defense du terriloire.
14 conseil fixa la date de la convo-
!wn de la Chambre au 22 Octobre
Sconnseit des ministries aura lieu
Jdi M17 a& ainbouillet.
A4 _Maroc depuis hier I'animation
aux avauts-postle de Casablanca.
groupes de cavaliers ont 6t6 a-
Set tirerent des coups de fusils
Svedettes. Le bruit court quc
Igoudi IIatld s'approthe de C;a-
S*SW-6ritables trombesd'eau se soot
g e ssur le centre et le midi de la
L;. La Loire, le Rh6oe et leurs
as., oat debord6 iooadaut et ra-
tlesa planes, caamt do no001-
Saccidenta de per~ones. Les
,. soot innapr4ciables.


Le President Roosevelt pronounce
un nouveau discours
MEMPuls. -- Lo Presidont Iousc-
volt a fait aujourd'hui le cinquiii,, et
dernier disour s de la sdrie se rattta-
chant A soin vov\;oo dans la vall6s du
Mississipi. La j|l:is grand :parti.~ de
ce discourse dtait ormisacrde au grand
project de canalisation dd Miissis-ipi,
*lont le but serait de mouttrlesgr iln s
lacs en communication avec le (Glfe
du M. xique.
*aMZ6f5MBB i--i-i^


LINE HOLLANDAISE

Le S/S a PRINS WILLEM I
vonant de Saint-Marc Samedi, 12
courant, pour continue le m6me
jour a midi pr6cis directement
pour Ntw-Yoi k.
Port-au-Prince, le 1t Octobre 1907.
GERLACH & Co AC;KNTS.


HamBurg American Line

I.e stleamnlr ( HISPANIA. ve-
miilt ,l.,ltisn trg, Grimisby, IlH vre, St-
"Tlih'm -, 4S.icli./. Sa'.in,;ia, 1Puerto-Pla-
l:1, lMoiit:, (:iri ty, (ip-Hllailiein, Port-
die-Pl'ix t Goaivs cs attendil ici
Luinli ct Ipirta tle m me jour dans la
soirde pouri .Jdrimic et Kinoston.

1' st-,.an~er a PRESID.ENTr T
venant dl S!-TIi,:.-:-:. Sn Juv:n do Por-
to-lic;. San lPtlro ole \m" ': is, Santo
[)Dotnitg), A: ,ua, Ja. -:ii:. Cayos ct
Kiiist), s-;r.a i,:i Al.ir li I .) nrant A
II parlira li mnC';ie jouir ,itd.- lasoirde
pour Jrdminie, Cives. Jacmcl, Azua.
Sarto-Dom)ningo, S:il Pldro I0. Macoris,
San Jumn det Porto Rico e! St Thomas.
*


I :vtc-:,r .l< CALABRIA o par-
tira l.u:ii soir k 0 6 uuros pour Gontai-
vos, [Iurt- tl-li'.ix, C ip-Ilaitien, Pderto
Plata, S'-Tihomas et i'Europe.
P.?-a u-Prince 12 Octobre k1907
G. KEITEL & Co
AGENTS.


DE Me


Bealuharnis J" Frangois
NOTAIRE AUX GONAIVES
74, RUE RfPUBLICAINE, 74.

Chapeaux
Chapeaux l
Chapeaux t!
PAILLE DE PORTO-RICO
-ACCOUREZ CHEZ


JOSE SAN MILL N
Le coiffeur artiste, qui viont avec le
concourse d'un chapelier remarquable,
M. JAIMs TESTAR, d'installer une
FABRiQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon d Coiffere doe Louvre
Pour tons les gotts at poor touted
ks boarse.


PREPARATION


DES PEAUX


DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.


CAPACITI 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHAUSS'URES COME SUIT:


Chevroau glacd.: ouLonnd de Lac6 ipoti HommlC es et Dames


Verni et couleurs: -
Po ENFANTS: .


.PlOMPT IT U DE


EXACTITUDE


Vitiello ft etaes


LAr conrjlwiner i-
A ki conn;-i0713:ww!It v si i Iimk)hr,4C
clientri~ tant i IA (a iuitaik, ( f q (I us
lit province, qu'eivie vic'.t de- ro2cvoir
un assortimnent comfpr t dn peeu.x dces
meillcure-,faibrique, de France Ot
d'Am~riqne. Aver: ss nouvello- fo r-
mes franmqaises Ct arn'ricaiw'- pour
homes, ello assure A es clients des
Chaussu's ihicomrparabbl-. tant pour
I'dleanice quio potur Ia soliditt'
EMIe promet, outre la qualit0 des
chaussures: u Prix cofnvenafl A lit
port*o de toutes lei bourses.
Venez voir et vous serez sa-
tisfaits.
La ,naisoi a en Lae,11 v 1a .s.qco fimeii
co;mplet de ciraqe. .de boanne marqfltepouwr
les chaus.sures de oiLtes nuances.
LA PHARMACI:
Emmanuel Alexanidre
88, Rug DES MIlRACLES, 88,
So recomunando pour V'uxdcution
pr(ln;4etQ nixacte deq r ordonnaner.-. aA
11 .rpt. qjc'O Id heure dii ju jur et de
la fti-ait.
Droqueris-s. SpdcialitAs phar-
Elriacu ti qU3s .'Xt:'~nwtflieiit C~fhrktte.C
PtRIx CONSCIiNCIICUX.

Cortionrieric Nouvelle


GI


B. PETOIA ET


SEPE


143, GRAND'RUE 143
GRAND ASSOfTIMENT DE CHAUSSURIES
DE TOUS GENRES EN DIEPT, POUR LA
VENTED EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
commander, tant ict qu'l
l'interieur.
Confection des chaussures avec lcs
meilleurs soins. ToujourA forms
616gantcs tant A home qu'A femme.
Les derni6res or6ations de
Paris I
PAtes, Liquides, Cirages poor chaus-
sures de toutes nuances.
Conventio de ownts convenables.


8 (huitg des)


SReec, mmandee 10 (Dix gdes.)
C IBecommadmic 12 (douze gdes)


6 (six gdes])


Maison F. BRUNES.
l,5 GRAND'HUE 195
Dirig6e par
1I. tIOi)ELIN
An-irr ,tn,'enmbr,' throptique des vaitres taileurs de Paris
Vient ,le iecevuoil a i grandI choix d'd-
toiles :iago;iale, casimii alpaca, chevio-
!c, ch'f, io.: poa: !, At!, 'to, Kecommaln-
tde .:-: t'uliicr : t :i st clientele une
beiti cAGIklttioni de cupss dee csimir,
dt' gilt-s Ite ai:tais'ie et de piqu6 de
tuto b,, e::,V .
Sp-cialite do Costumes de no-
co';. -- Co'i:p'.i Fr.iat;ai.'e. Anglais, et
Amiicainic ide la dcir nii'I perloction.
La raaisoi confectionne aussi des Cos-
tuxnes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
r6s. etc etc, de tous grades.

LA
Meilleure Farine
du Monde
Celle qiu donne le meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui donne lo pain le plus blanc et
le pnus Itger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Mint.
VI n. t(ASTER A. Reprh~oenant

F'ra x nclh aemnent

A L'tLktGCE
D. FERRARI,
Fabricant de ohaussures,
Porte A la connaissance du public,
parIiculibrement de ses nombreux cli-
ents do la Cte at de la Capitale, quo
I'tablissement a un stock icalcula-
Die de chaussures pour bommee,
temmes et enfunts, en toos gene,
et quo. malgr i'offro de sq powa t
sur 1'a ehmt en gros (5 ff ) fat un ra-
baus exceptionnel sur let prix.
L'6tabii~ement se charge de fire
preudre des measures & domicie.
oIfours : Soi, -.a piesM
42, Rue des Fronts-Forts, 48.
PORT-Ao-PaC..- (HAII)


TANNERIE CONTINENTAL
DE

Port-au- Prince


I ~ --- -





II


w










Dr EDMOND HERAUX

IRevcnu de son voyage aux Etats-
Unis d'Amdrique, le Docleur Edmond
Iliraux se tient A la disposition do sos
clients et du public, 34, hue des Ca-
sernes.
Pourvu d'appareils lectriques per-
fcctionnes apportds des Etats-Unis et
produisant I'electricitA statique, les
Rayons X, les courants de haute fre6
quence, les courants de haute tension,
les courants sinusoidaux, les courants
faradiques et les courants continues, le
Dr Edmond Hdraux entreprendra, d'a-
pres les principles et la technique de
d'Arsonval, d'Oudin, de Tesla, de Du-
bois Reymond, de Morton, de Mon
nell, Goelet et de Massey, le traitement
des maladies suivantes:
CANCER, LUPUS, NEURASTH1NIE, NA-
VRALGIE, HYSTERIE, IYPOCONDRIE,
PARALYSIS, ATAXIE LOCOMOTRICE, RiHU-
MATISME, GOUTTE, SCIATIQUE, ARTHRI-
TE DEFORMANTE, (HORRE, PARALYSIS
AGITANTE, ASTHME, EPILEPSIE, ECZE.MA,
ERYSIPALE, DYSPEPSIE, DILATATION DE
L'ESTOMAC, DIARRIIE CHRONIQUE, IC-
TERE, TROUBLES FONCTIONNELS DU
C(EUR,ART RIO-SCLROSE, I.MPUISSANCE
GENITALE, PilTHISIE, GOITRE EXOPIITAL-
MIQUE, DIABETE, (lILOROSE, OBI--ITE,
MAL DE RIGIIT,ELEPIIANTIASIS. HIM OR-
ROIDES, AM.LNORRIInE, )YPMENORREE,
HEMORRIIAGIE UTERINE, MHTRITE, SAL-
PINGITE, FIBROMES, ainsi que des dtats
morbides tels que: andmnie, cachexie
et stdrilite de I'homme et de la femme.

Industrie
MANUFACTURIIRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchettes, chemises
et calecons
Ecole d3s arts et mrliers



Eltle e Cli. Dlube
Avocat
A PETIT-GOAVE

RHUM-SYLVAIN
Produit de 1' Uine St. Michel (Arcahaie)
Vieillisseinent natural jusqu'a 12
et 15 ans.
PRIX TIRES MODIR*8
Vejte en gros et en detail.
Maison M. Sylvain
43, Rue des Fronts-Forts.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,- de chaussures en
tous genres pour
HOMMuB, FaMMIS, ENFAIrTS
Lea commandos des commercants
de I'interieur poarront 6tre ex6cut6es
dans une semaine a pen pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
Por'-AU-PraIcC ( arrm )


IIA delWtteis el Co.
32, Rue du Magasin de l'Etat
-Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orfevrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
furuerie pour les goits les plus diffici-
les. Les pariums exquis et rares d'une
d6licatesse pdcntrante qu'elle offre & ses
clients south de vdritables petites mer-
veilles.
Les dernibres marques qui charment
le Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sourire, Floramye, Trdfolia, IdWal
Cyclamen, Vwitz, etc.
La maison a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots do tous genres, parfumeries.
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spdcialitts: bagues fran.aises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et francaises sur com-
mande. Service d'argenterie complete
i our marriages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamanitz, pierres prdcieu
ses et vieille bijouterie A de,- prix avan-I
tageux. Deriier Iri : Lunettes jaunes.
Contre premise de Deux dollars en
tinmbies-poste (d'lldti, la Maison Mat-
teis elvoie franc de port sous pli ieconi-
mande dans toute les villes de la Repu-
bliquc: Lunettes ou Lorjnons en nickel,
inoxydables, selon les prescriptions deo
Docteurs ou instructio,:s des a,:hetears.,

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES 9GALITf ET FEROI.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Pouare puissantecontre .lem nrigeaison
prurigo, sueur des pieds- L.a loite P. 1
Sirop antiashmatique, remiint-efficace
centre les acc0s d'a.thtrie et les toul
rdquentes le flacon ; I': 1. )5
Consultations gratatfes ; .
Mardi et Jeudi de 8 a 9 hen r.s iu rnatij
par le Docteur. N. THOMAS.

V1IN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & C)

VIN DE MARSEIf E
Marque Artaud Frdres
KrOLA
DK
irxxgstoCxx
MACNISH'S IRONBREW
A Vendre
Chez CATINAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
02, Rue des Fronts-Forts

ALEXIS BENOIT
Distillateur-Liquoriste
63, RUE ROUX, 63.
CI-DBVANT, RUE BONNB-FOI.

On Demande
A acheter des timbres us6s d'Halti, bien
assortis, par cent otpar mille. Condi-
tions tree avantageuses.
S'adreser a bureau du journal.


SINGER SEWING MACHINE
COMPANY


cm-6r4e'ait


Cette fabrique de Macliine A coudre est la plus grande du matod. I
Machine Singer est renomm6e coinme la moill uro et la plus pla
de toutis.
E:le est aussi la plus slide, la plus durable et la plus rapid.
Demander la Machine Singer, et l'on aura la meilleure, parcel qm'l
est toujours cell qui coftte le moins cher.
N. B. Les vdritables machines A coudro de cette fabrique se trouvetl
stock considerable chez
NICOLAS CORDASCO

157, GRAND'RUE ou RUE RIPUBLICAINE.


I a ini.iiso
Pui-ire aux
t'fvitei- tout


se charge d'expddier sur demand les catalogues relatifs atW
regard.
clients de la maison, de bien faire attention A l'adresse hl
malentendu dans la livraison des commands.


DENTIFRICES


Cliel)roes des


RR. PP. B6n6dictins


DK I'ABIAYE DIE So,'LAC (GIRONDE)
SPECIALIZES ET PRODUCTS HYGIENIQUES
I, 1..\ LIAISONN A. SLEGUiN DE BORDEAUX
SE J L CO NCE3SIONNAIRE PO UR LA VENTE EN OGRO

L' Incomparable Elixir Dentifrice
de- Im. I. 'Ill. l6n lictins par son usage journalier as
ri l;i i 1 de, la (Gorge, de la lBouche et de plus, par ad
le dl sI ,hliith qu'il conserve aux dents jusqu'a I'Age
i!i- ;:. ce', il tacilite le travail de la digestion en pa
ill'It.itflt Il ii;-tic'atio)n complete des aliments.
Le lJa, o i -o vend : Gourdes 2.00


des BB. PP.


r.sc autresa


j- v La go&ie CA


SllstWndicin is le prcieux auxiliahie de 'Elixir,
p B ldBli n oito ist vends Gout des 1.25


SL Patite Dentitrice des RR.
1= 21r e t empll. FCel .l"', .
'tI I'llp. I1e0iedictinso, n -m[:IV
I CE. B,'I-concurreflilln uIt 'ecI'E
C xir Ii., :1.,io petit modi!e se vend Go)mirdeS ".
= **" La Btite Grand Modile se vend Gourdes S.-
Produits Hygi6niques de la Maison SEGUM si0:


Poudre de Riz adh6rente extra-fine & LA MADONE ; ia B1olte
MIodele: Gourdes 3.00; Modele moyen,: G. 2.00.
Eau de i, prdcieuse pour stimuler le cuir-chevela
Eau de Q nine, enlever les pellicules.- Le flacon : G. 2.00.
Glycerine anglaise centre les gerures et la duretd de IsP,
le flacon : G. 1.00.
Eau de Cologne lenitive extra- le flacon mopet :
le flacon : 1/2 litre s
Pour les commands en gros: s'adresser A 1'Agence
et d6p6t pour la R6publique d'Halti
.A la IMCtryopole
MAISON JULES LAVILLE
93, Rue du Magasin de rEtat, 93
[ PORT-AU-PRINCE (HAITI).


r


1--. FDEMk M.


,,
L--
i:
I
r!
c-
1


La; I'mildrle Dentlrifrice