<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00157
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 8, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00157

Full Text

PORT-AU-PRINCE (HAITI)


b


J


I


QUOTIDIEN


ABORNIMENTS

Une Gourde Di)'.AVAqNCE;

LRTEKNT & b MtTRANGR:
irri sdo pouto on ous.


DIRECTURX :
Clem oent M Jagloire,

RiDACTION-AD M 1NISTRATION
45, RUE 50Ux, 45.


- ~ --.-----'---- --. e-' ~-


LE NUMIRO 10 CENTE.

Les abonnements parent do ecr. et da sS de chaqa
mois et sont payables d'avance
Lee manusorits l aimr ou *ona De oat pam nls


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.
.. ... "-..._ l~~* W I :- == _-- ,, __ n =, m in i m, n n unl n


Q:iand, lIdan ca jo Ii til O.ivrt '-
meat consacr& Ai la propagation det
ine3 id-e- sociales, la lecteur voit
iouvet revenir sous ses veux les mo!-
'famille U, c devoirs de famrille Y,
Obligations d'ordre prive *, il doit
Wtre assez souvent sollicitt die crier au
jsuitisme et de croire que, dans le
bat d'en imposer, nous-abusons t
dessein des formules de doctrine mo-
rrile.
II se tromperait fort, en le croyant
aiasi, car trop souvent nous nous im-
posons nous m6mes la (Ache de d&-
poMiller les formulas do lour prestige,
poor qiie nous eussions pu devenir,
Inotre tour, viclimes des malenten-
das de cette sorte.
D'ailleurs, detoutes les propositions
qe nous avons 6noncees jusqu'ici,
ducune n'est susceptible de fair echec
Sd'atres, ot I'une des caracteristi-
qut de la doctrine social A laquelle
Ioos nou sommes rang4sest pr6ci-
sment la logiquo r6ciproque des con-
46quences. A la veritd, il n'en saurait
.tireautrement d'une doole qui a dta-
i dans les faits ses fondoments les
pls intimes et qui a la g6ndreus.)
SeScience de tout contr6ler par lo-s
ts, sans que I'a priori puisse jamais
voir & ses yeux autre chose que la
a'eur d'un0 fragile hypothese, jus-
l '.u moment de sa consecration dd-
fitive par les fails.
Aprs avoir dit touted I'importanco
Bpe trouve attachee & la valeur de
MUit social que constitue L'individu,
At saurait trop s'6tonner de celle
s "os reconnaisse8 a & Is famille
et Ile premier groupement cons-
.Or lea liens natorels et 'inter-
infranchissable centre l'indi-
1U et la soci6el.
Ce groupemept, meme quand iln'est
Srganisd par les constitutions ci-
t., est plus ou moins rudimentai-
aOt par lei coutumes on los
!o pr itives, et il n'y a pas de
y, si embryonaaire qu'elle soit,
J_ mille n puisse ae retrouver
I PrincIpes eusntels qul se
,int pasr la suite area e pro-
^ t IdS 0t de Ia oilUMUtloa.


Noul; a,\o!s douc raison de croirc
qlu'un dima-mlnnt social si constant et si
stable, qui tvoune an gr6 des s ci6te6s
s'atnMliorant a cc elles ou ave' -(lie.-
relrogradant, marlue avec precision et
certitude le d gr; .I1 prog-4s social,
coinme lo cli no.ntre iimrqute le
temps sanfs )povoir sd troi)ner.
Nous disons plus : co n'cet pas la
famille qui \voleio se!on la convenan-
cc de la soci4tM ; c'est cello ci, au con-
traire, qui regle ses movements sur
l';volution familiale. Les rapports en-
tre les doux terms restent nanmnoins
les mirm s Pt nous sommes ample-
men!t autori-,'s A interroger I'dtat des
famillce haiti nnes sur notre vdritable
degret do civilisation.
*
.


miners actes civil, 1'ont r-:lamde des
iciloyens hailiens ; combien ?
Nous Cntnlidons ici le mot a famil-
Ies dans son s sens le plus large et
-,ans aucune distinction social, et nous
promenons no're iilet rotation dans
tous les milieux, doint notre bourgeoi-
-ie n'est que l'nfimo minority. Nous
la promonons dans toutes les parties
d1 nios ville3, dans cells qui sont le
inieux frequentees, dans celles qui le
sont le plus, au-delA do nos portails,
dans les banlieues, dans les campa-
gnes. Car la socie6t haitienne est faite
do tout cela, et c'est tout cela qui
ifconstitue, par couches et par dta-
ge*S, avec ses hauls et ses bas.
A cette interrogation, un spectacle
rdpond : c'est colui des plaeages qui
f)isonnent dans tout ce quo nous ve-
n!oris do dire, c'est-A-diro des unions
librc e;t il faut entendre par IA non
pii settlement les unions librement
consenties car les marriages le sont
bieon-, mais les unions perpdtuelle-


Taut pi ,si li vdritd qui sortira do ment dissolubles sans le concours so-
cette co;0siilatioil est accablante. Ce cial et l'ennuyeuse mise on oeuvro
n'est pas en so faisant illusion et en des moyens legaux.
so bouc~hant les yeux qu'on a chance Cette rdponse est alors d'une im-
de in- iclier troit et de l'avant ; o;i ruins p-r vO social, car nous avons
risque plt6't de s'tgarer, de se bous- t t at quct ilnterm6diaire entire l'iidi-
culor A tout et de se fair mal. Je vi.lu et la sociCte quest lafamille, est
crains fort qic ce soil ce qui nous est in ianchiosable, qu'il arrete nos pas
arriv- ; voV)ns un peu. A a faCo: d'uni puissant obstacle et
En acceptant la famille tello qu'elle nois emprele de marcher.
est institute par notre constitution ci- II n'y a pa- de soci6lt sans famille
vile, ello est dominde de son plus haut et il y a pas de famille sans les res-
par l'autoritd pternelle, ou pour par- pinsabilthse lIgale.-.
ler le language du texte, par la e puis- .
sance paternelle., Subsidiairement,
l'autorit6 maternelle surgit, entoure (:on:mne touted chose en ce monde
de touted les precautions tut6laires entral:ie ses consequences, la famille
ncessit6es, aux yeux du Ilgislateur, libre, qui est le type le plus courant
ar I'inf riorit juridique de la femme. du groulciment q-le nous tudions,
Le pSre et La mere, voil. les facteurs ieitraino combine consequences fatales
premiers de la famille legale et aussi la polygamie pour I'hoinme et la po-
pise a fnaturee nll'ayantI luandrie poilr la f.mmin. On no veut
fait ue rendre r.relle et vritabole 'obli- tre libre. n'et-co pasq, qie pour poa-
fation quedimpo pour homnm et la !voir miaux ot p!us c,)urir.
gaion qu. -,po o-. run but Or, la polvg imieet la polyan-lrie soot
femme le fail de 'unir dans un but i' certain des socLyie et
de procration. t apanage certain d tat sauage
la loi a voulu surtout quo la socie- avanc.de et encore I'dtat sauvage ;
tLa pui o fai re fond su colto obli- et si vous trouvez, comme moi, qu'el-
tg puiso .faireossible. les flnari3.eatdans notre so6iete, vous
Or. combien do families haitiennes me dispenserez de formuler ma con-
offrent ci la Loi oete sEcuril6 des ob!i- clusion.
ions u'eatllelo rclane 4 t et tel- ~ J'a essays do d4montrer derabre-
tions qut imple rbUs equo lfo ndatears ment que la soci6td baltienoe n'est
do notre mIndpOadoo e d6s lears pro- en progrbs intellectual; vollA qw


ddcoule anjourd'hui de cette sdrie de
couisiddrations qu'elle n'est pas non
plus en progrs moral. Q'est-ce A dire ?
Sinon que I'oeuvre social intdrease
tout le monde et que chacun doit
s'y appliquer de toutes ses forces,
non pas en faisant des revolutions, ni
on s'acharnant apris la besogne poli-
tique, mais en se rdformant d'abord
et en nous ahsorbant chacun dans
son amelioration individuelle, an
point de vue intellectual et an point de
vue moral : le tout alors convergera
de soi-m6me vers l'oeuvre de perfec-
tion nement social.
Au point de vue special qui nous
occupe aujourd'hui, les principaux
ouvriers de notre advancement sent
les pasteurs religieux. Ce sont eux sur-
tout, eux presque exclusivement, qui
ont acc6s dans les preoccupations
morales de nos populations rurales -
les plus fortesen nombre et en impor-
tance,- et la societe haltienne a une
grande parties de son salut attache A
leur activity et A leur conscience.





Renseignements utiles
Cacaoyer
Le Cacaoyer est on arbre de taille mo-
yenne, varnant entire 4 et to m tres de hau-
teur, avc de grades ieuilles coriac. it
de nombreuses ptites fleurs naissant le plus
souventA l'aisselle des feuilles tombdes. Un
petit nombre sealement de as feurs se
transforment en fruits; les auteas s d.tri*
sent et tombent. Le fruit, d'une des vari-
tIs les plus estimIes est appeld Ca.k ;
it reoerme de nombreases grimes ou
feves.
Li patrie d Caaoyer esst 'AmnI riue
tropical ; ii exists i lesat spoaot d
les for&ts de la vallsd de I'Amuoo .et de
ses afflucnts, ainsi qu'A 1'11 de la Trinitd.
Au Mexique, on le cltivait aaat I'riamd
des Espjugiols ; ses grains etaient dedj a
estimts qu'on s'en servait mime de moo*
nai, et I usage de boire do chocolate t-
.mot est d'orgitne mexicaie y dait g6-
neral. -*
Aqiotrd'h ule Cacaoer es I'obje d'lr
ponataes cultures daas tsoea paicd chw


PAR MOIS


DAPA


LES FMIILLES HAITIENNES


---- -~-- -- I -- n ~--- -1-


r=--== -. -


--~II


--,


jo LN43Ps, N 3


159


MdARDIV


8 OCTOBRE


1907.








de de l'Amerique, dans les Indes nberlan-
daises, A Ceylan et d.ins l'Afrique tropical.
L'industrie de la chocolaterie introduite
du Mexique en Espagne, de& la en Italic
puts en France, n'a pas tardc A pren .re
chez nous une importance de plus en pliis
considerable et actuelleinent la Frince est
le plus fort importateur de Cacao.
La culture du C:acaoycr n'est possible
que dans certain conditions. C'est un ar-
bre dlicat, exigeant sons le trit1e rapport
de la claleur, de I'ombre et de humidityh ;
il demand aussi d'ctre abrit6 centre la
violence des vents, si redou:ables sous les
tropiques, c.ir il 1:ur rdsiste nmal, sa racine
pivotante ne le retenant que faiblement au
sol.
Le Cacaover rapport $-6 ans apres se-
mis, mais ce West qu'A la diximtne ou dou-
zine annee que la r&colte donne son plein
rendement. fleurit et fructifie tote l'an-
nee ; on peut rdcolter de mime, mais en
general on ne le faith que deux fois par an
A des Spoques ddpendant des regions.
Dans certain pays, apres avoir coupt les
cabosses, onles laisse fcrinenier en tas avant
de les ouvrir ; dans d'autres. la fermen-
tion ne se fait qu'apres ; ailleurs meme,
on ne la pratique pas du tout en se con-
tentant de laver et seclier les grains, ce
ui, parait i-il, nuit beaucoup la quality
u produit.
Un Cacaoyer en plein rap ort porte en
moyenne une quarantine de cabosses pe-
sant fraiches environ .4oo grammes chacune;
le rendement moyen varie entire 1, 2 et
3 112 kilos de grains scches par arbre.
Le Cacaoycr a de nonbreux amnis en-
nemiis au point de vue de I'liomn qui
guettent ses fruits, ses fenClles et lmrneie
l'dcorce: singes, antilope, rats, perroiqicts,
criqucts, fourmis, chenil'es co,,op:crcs et
pucerons, non moins qu.. des cli i:npino~Ins
et autres vdg.taux parasites don't on ne se
d'ftnd pas toujours avec succs;.
M. Thalks L-ly
C'est avec le plus grad pliirir que
nous appr nons 11 lnoi,,n ition de M. lNa-
lts Luly aux ddlicatcsfonctions d'avocat du
Contenticux.
M Luly a ,et subtitut do conniissaire
du Gouvn.rnucmnnt prs le Tribunal civil
et pre le Tribunal de Clssation. II est
certain qu'au nouveau poste oiu vient de
l'appeler la confiance du President, il
donnera la plus complete satisfaction a
ceux qui se trouveront en contact ave lui.
Nos felicitations.
RENSEIGNEMENL TS
METEOROLOGIQUES

ObaserTratoire
DU
StlINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


LUNDI 7 OCTOBRE
Barom6tre A midi
T pratuminimum
Tmprature maximum


762,1
21,7
34,2


Moyenne diurne de la temperature 26,4
Le ciel est rest assez clair jusque vers
a h. et s'est covert vers 4 h.
Un orage est pret A I'Est vers 4 h. 20 m
et passe par le Nord.
La pluie est faible et intermittent, mar-
quant au pluviom6tre 6,2 milllmstres.
Un premier orange a passe par le Sud A
la.
Le barom6tre a continue A baisser 16g6re-
met dans la nuit.
-1 SC0HRaR


Nominations
Par commissions dc S.1F. le IPrsident de
lI Republique, on: ltd nommn s :
M. Leon Hyson, proteseur de 2e ordre
au Lycde Naional ;
-M. Iloratius Laventulre, professeur de
2e ordre au Lvcde en rcinplacement de M.
Samuel Polynic,, dcdcde ;
M. Daniel Apollon, proftsseur de Ier
ordre au Lyvce en renplaceimnt de M. C1e-
ment IBllciairdc, d.ccdo ;
-M. Perpigniind Molicre, professeur a
I'Ecole Profcs..ion iil: en reml)laceim:ntt de
M. Jean Guill t, admis A la retraite.
Noscompliments auxnouveauxprof seurs.
Administration postal
Si RVIci: IN'TEeILUR
L'Uttrs rc'onmnmandiLes cn sou/ffralce
Alfred Dclerme, Hiranm flibrt, I'1. Du-
poux, Jos. Adamis, Starck Brouard, tluiii
Mathon, Louis Il V. Delermn, Cass6us
Bernard, Mme Ed. Beaubrun.
Avis aux patentables
La caisse co:n:nunale est ouverte aux p.i-
tentables pour le reglement des patents de
I'exercice admin,,is:r.atf 1907-1908.
C'cst 1( moment de metire ceux qui ont
a acquitter cette imposition en garden con-
tre lesfeuillts commuinaics, quelles qu'ellcs
soient ct quelue incontcstablcs qu'elles
paraissent, qui toujours Icur sont offertes
par lesintiress-'s pour etreadmises en conm-
pensation.
Nous crovons s.ioir que ce gcnre de re-
glemenrt a c'1 I un-" de; cuiscs des difficul-
tes pctcuini.iru q'1 i se snt assez solvent
csevces n:re !.n I. i .:!.l: n Co :inu:aI!e
.t cL.. I p, : 11' ; rt n.)',In :, ; 'io s H o p
n .ig er, .il d ,n :.12. r :ous its in:crc:,
l(-s n'lC;o "-i' l tOut p .it .bi rct!em int, .:1 con-
,il:rt. :~ ; -i ven C 'i'.': l ;,i"r la va!ii-
dCit d J cis 't l :ia> ,ui ',e r : ,: ,' t; rte>, .v.tin
Jle cot)atiti" .c' aurj tii c .I'ltii', de tciui' l s.


I e n" I'IAC, ai---I.d,, e.,IAEm i..
IA C .1 M t h c :n it, e I'Au l AML-

MII ll. 11 1 : I I l'1i dil e C!

Finai ccs.
Nos T-'C )I e dLr aux
niouveaux Cpoux


otel B 3elleu.la

DEJEUNER DU S OCTOBRE
MIDI A 2 HEURES
Prix: G. 2.50
Beurre glace
Radis
Avocat
Ortolans A la Piemontaise
Cervelle au beurre noir
Gigot de prdsale Bretonne
Carottes sauce blanche
Haricots rouges en sauce
Riz blanc A la creole
Crepes A la confiture
Fruits
Caft
1/2 Vin

L'administration du a Matin s
announce aux abonn6s de la Ca-
pitale qu'ils ne doivent rien ver-
ser, abonnements ou autres,
que sur REQUSIMPRIMf.S et
signs de M. 1'Administrateur.
Pri6re d'aviser 1'administra-
Lion de la moindre irr6gularitd
dans le service du a MATIN
ain qu'il y soit de suite rzme-
i416


Ouvertulr
des Triibuaux

Comnime lnois l; 'r.-ions annonlcei ier, la
ctr6monnie de la reptise des trav.ux a cu
!ieu, en notre P.alaii de Justice, avec beau-
coup de solmnit..'. Le z.Caiiit cnregistre
avec plaisilr le rema.rqua.b! diszcors qu'a
pro:on,:c,, n cette Lirconstance, le Sccritai
re 'E.at de la lustice. Me T. Lile.au. Ce
discourse c.aract,,rise, mcrveillictsecinu t l'lru-
vrj na:ionile deLvole a no'rNc M tgis ratur
d.ans n .:r.- milicu .ocial.
Messieurs,
11 m'est particu!liLrcm cnt, ardL,ible de me
retrouver parnmi vot-,, cctte a dii nce so-
lenn.!v'o i- r 'nt-''. -our voiu dji:, n p:u
de ino:<, t i;: :c bi.n, que e. Gon.vernementc,
p.,:ine !Th vo'i ; et cc qu'il attend encore dc
vos .a':; .s \:: us pour le triomphe de
I'ceuvr, n.a::.inale laquelle ii se voue dte-
puis deJi !(R,:i:emps.
I.'a'nn:e ;und i.iire qui s't st ecoil e, a e:
- rtile. A\ I"i ):;it. ur de lt M.agistrature, en
dc labLoriL'x r',tivux. Le Gouvernn:ent .a
itd hlieurLi.t\ eI constater que no're Justict
tsr restle 1eCr::ne, active, conciitenclcieuse et
indpTni n,:: Dal)ns 'cxercice d vos tonc-
tious si Jdlic.i .:Cs et si belles, vous vous -
tes cvertULs A vous inspire de la ~ Vdri.
et A fire que 'c os d cii..) 's eln ftIss.nrtt tou-


M. T. LALEAU,
Secretaire d'Etat de la Justice
jours la manifestation vivante. Vous avez
ainsi confirmed la confiance qu'avaient dd-
ia les justiciables dans l'Administr.,tion de
la Justice. De si louab!es efforts n'ont pas
6te indifftrents A l'Exdcutif. Soucieux de
mettre en rapport, le plus possible, l'impor-
tance des services que vous rendez avec le
rang que vous occupez dans I'Etat, le Gou-
vernement a, comme vous le savez, pris
recemment l'initiative de la measure qui
augmente les traitements de certain mem-
bres de la Magistrature avec la pensde at-
ret6e de s'acquitter plus tard de cette dette
16gitime envers tout le Corps Judiciaire.
Des circonstances ayant r&vele les lacu-
nes et les defectuosit6s de plusieurs de
nos textes de los, il devenait opportun d'en
proposer les modifications. GrAce a la col-
laboration effective des Chambres, bien
des points de notre legislation ont 6t l'ob-
jet d'une reforme serieuse.
Beaucoup de nos dispositions legales de-
venant inipplicables, l y aurait lieu de
faire une revision g&enrale de notre 1gis-
lation et de coordonner, en quelque sorte,
toutes nos lois pour les rendre plus com-
patibles avec notre 6tat social. Le Commis-


saire du Gouverncment pros le Tribandl
Cas'atio inII' xprimait c-tte ide, t
place, l'annle dcrnire. La 1ialisaion
parcils travaux ndcessite forcement b.
coup de temps. Le Gouvernenment
cependant les entreprendre. II aura
suis certiin,le contours Lclaird de l ;
gistrature pour achever u1ne Ceuvre dese
b!able caracttre qui, quoique lentea
en retour profonddiient rflechie.
Messieurs, dans l'exercice de sa juJi
re, il cst utile, pour le Magistrat de e oi
se soustriire A I. pensde de l'6poqae oi
vit. Les ftis .so,:i.Iu souni;: a son ea.
min, ne doivent pas lui ctre indiffiremn I1
t.st necess:ure qu'il s'cn inspire.
quoi done appcl;1appliquer reW
*st faith I'obli.tiron de se penetrer de a
.ee qui dolt In diriger l'application.
Les travaux niiportants que vous are*.'
coi;li;i repondent que vous avezcompritcI
devoir. Je n'cn veux pour preuve qWh
preoccupation constant que vous a ox*
dans exercisee de votre titche quotidieno,
de remonter A la sourcemeime e noslo ,
de scruter les textes pour en pleineme
degager I'esprit, et votre noble souci de
produire une Jurisprudence s'accordant ae
les besoins de notre soci&td don't lestew*
dances actuclles sont visiblement orient6a
vers un id'al nieilleur.
Continuez, Messieurs, a toujoursmesurer
i'etendue de vos obligations pour les ren
plirconvenl b':.emnt ; et quand, demain,il
sura dond L de ditermincr la part meritoite
qui rcvicnt Aia Magistriture dans l'ceuvr
de pro rc c,, ':il que potrsuit le Gouver-
nement du Presidcnt Nord Alexis, soyez
asur"- qiuc V.,)LI- igurrc1z cn bon rang.
I ',,tc. ois p. ur queI votre labursoit cooa
roniid pari dc r.'sulta:s licureux et quil
procure au piys tout le bicn qu'il ena-
iciiid. ,qtc I l. 1 1.i onL' xi.V-e toujours enter
la M ''i'tr Mi';re i iau(, vbl e et le parquet.
l.c secret du success. ,\ssicurs, vous lesa*
vc-, I'lcst pa.i d.iis 1'nlictteienltdes forces,
l'dparp.i l'cTcnt: dCs florts. mnais biendans
IIun union t:lr'i.e d, :outts les volonts,
d.ims t:nc clntCene fratcrncl'e qui doit sor-
tout pr. do, im r dans la grande famille j-
d ci.ire.
Je me f lici'e cut egird le moinJre doute, connaissan
I't'prit de pa:riotisimi qui vous anime et
volon;t que vous avez de remp!ir Yvot
obligation commune : le respect le p
scrnpuleux des lois I
Messieurs les avocats, c'est toujours Ie
un infini plaisir que je m'adresse a vo0.
Je ne peux oublier que je suis des v6bti
Si, depuisquelque temps, je vis un peof
gnd de vous, je necesse cepenlant dem I
t&resser A vos travaux.
Vous tenez dans notre sociu'ed Lne plm
tr&s honorable : vous participez A Ia i
sion de faire respecter les lois. N'ayant I
fait dUfaut a cette tAche, vous avez 10"
part dans la realisation de l'oeuvre mna61
le que je vicns de rappeler A nos i
C'est ainsi done que, dans votre spBl5
vous donnez une franche cooperationto
torite executive et rendez de reels
au Gouvernement de la RCpubliqae.


Iff ii .. HQO 0 tP" nfIrA
lNoivelles Eulaxger

DiPiC HES RE(US CEI rATl

Un Orand Banquet J
MEXICO. Le secr6taire d'a
mericain Root a assist, bier, .
ban uet donn6 en son hooman .I
muanicipalite et & un grand bel
les gallons d a locley-Club **


*


~~ ;Iin i







L@ psident Falli6res, Mouve-
at ow Sla marine.- Au Maroo.--
lau WOUve~e convention postal
S universelle
Hva. -- Caf6, Haiti-Cap : 43.
CipOche, laiti-Cap : bAches, 4.80;
,e iM, 4.30.
PrIS. Le President de la R6pu-
i qe est arrived R ambouillet de re-
oi de son voyage dans le Midi. Lo
ratel Picqaiart et lo mini tre des
navaux publics priront congS de Mr
ili Us et rentracernt ensuite & Pa-
k.cotre-amiral Krantz, le plus an-
SQtre-amiral de l'escadro de
Blitnts a la disposition du prd-
a-ritime de Toulon. Les con-
imiraux Chocheprat et Lepord
prent le commandment des deuxiZi-
* et troisime divisions de I'esca-
Ae e la bdditeiran~i3, e:i roinplace -
veot des contre-amiraux Manceron
d Kiesel.
An Maroc, tout est absolument cal-
is. Un tl64grammo du gn6dral Dru-
b d4ment les bruits r6pandus au su-
Mddelaprdtendua mauvaise quality
is munitions employees par lo corps
e dnbaaquement de Casablanca.
Le journal ofliciel public le d, cret
oocernant l'exdcution de la con)ven-
lion postal universelle du 26 Mai
906, applicable a parlir du ler Oc-
obre. Ci-apres, les principaux chan-
ents du r gimne actual pour les
es xp dies do France et des
ionims pottr I'0lrang ,r. Le tarif (Iii
ait de 25 ctiiinii.s I;par 13 grammes
fractioun-, sera d. "23 5centines
pour los 15 premiers gram'nin- et en-
mile de 15 centimes par 1. granmmes
a fractions. Le- cartes postalies sur
quelles liuretrotiit seuleumionet Ia si-
.ti'tr de l'eXIiedliteur, la d.at et el l
do l'envoi, seronlt afTliu cli.ts ti e
qconlimes au lieu de dix certimes.
l'6poque d, lia No1l et di Jour de
I1. II sera permis d'y ajouter ciIni
de souliaits ou toute aulre for-
lede politesse; les timbres potir-
t 6tre appo )ts' al Irecto o:1 a;i \ver-
; il est perni- d'ajo-iter d.-s 1ddl i-
sur les livres, journaux, mo:-
i de musique et photogrrphies.
14 nouveau ddcret rdsout la ques-
des t Lmbres-postes internationaux
Wcrant le coupon-r6ponse qui sera
a dans tous les bureaux de pos-
: ii coitera 30 centimes el sera
g6 centre le timbre-poste de 25
0M-. II est efln cr66 de petits co-
Tx de un kilogramme pour les
d'outre-mer, moyennant la taxes
m d'un franc.
Prat au ISultan
Pns. Le ministry de France A
er quittera cette ville samedi
se rendre A Rabat.
r Gaillard, consul de France & Fez,
qu'il est d'une n6cessitd abso-
0e la France fasse un pr6t au
Abdel-Azlz qui, avant le er
Sara& beoln de clnq millions
pour fire face anu besoius
w Preesants.
Garde ruraux et Bandits
v.AmL Une escarmoache a
SMaJOUrd'hui a Las Indies, pres
r ir, entire un escadron de gar-
mSX, sous les ordres du lieute-
uarti.1, et des bandits, com-
par un nomm6 Cachero. Les
res oat ta6 n des bandits
h bu captors un autre. Its
hj1g^l-lunt.enmpsar de plu-
qal

Cie. P' Tranatlantilqu

LeSteamer QUEBEC est'atten-
du mercredi 9 courant et partira
le me'ome jour A 6 heures pour St-
Marc, Gonaives et Petit-GoAve.
II sera de retour Dimanche 13
au inatin et partira le meme jour
a 2 lieures pour Port de Paix, le
Cap-Iaitien et escales.

L'annexe est attend jeudi 10
courant et partira le mome jour
i 5 heures pour J&remie, Santiago
de Cuba et scales.
L'AGENT.
F. M. ALTIERI
LA MAISON

NICOLAS CORDASCO
157, GIAND'RUE, 157
Annlonct- A Pes clients qii'elle ne faith
usage (1 io ic s Peaux import6es
clatration est faito pour gurer la nom-
)breuse clieIntle *lc I.a liaison contre tou-
te coiilief.iion. Du rcste, on n'a qu'A ob-
seCrvoi 1 lt'llle l,('u pour constlaer si tels
so'lliier.s ,il on non le i-cacithe particu-
licr Id' I tidice et d s (lidit1 queCdistin-
4te*Iit les ci: usUf'es (:ORDASCO des au-
tioe. ni:irqlues.
l.a M.iioi.n lie t.ou:e (CONCURRENCE

Corionneric Nouvelle

G. B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE 143
; R,\ N ) .So .ITI ME. NT DE CHAUSSURES
DE Tr: CGENRIES EN DIPOT, POUR LA
VK:NTE N ( ;OS ET DETAIL.


Ex4cu ion prompted
commander, tant ici
l'interieur.


des
qu'4


Contrfclion des chaussures avec les
meilleurs soins. Toujours formes
6lgantes tant A hoimme qu'a femme.
Les derni6res creations de
Paris !
Pates, Liquides, Cirages pour chaus-
sures de toutes nuances.
Conventions de vente convenables.

F)s *ranrchi em erot

A L'tLGANCE
D. FERRARI,
Fabricant de ohaussurw,
Porte a la connaissance da public,
particulibrement de so nombroux c-
ents de Ia C6te et de la Capitale, quo
I'1tablissement a on stock incalcla-
ble de chaussures pour hommes,
temmes et enfants, en tons genres,
et que, malgr l'offre d csnt p* O r o
sur l'achat en gros (50/0) fait un ra
basis exceptionnel sur les prix.
L'btablissement so charge d fair
preudre des measures a domicile.
Toursio : Sai, .xcftigk pmeutso
4, Rue dos Fronts-Forts, 4f
POaT-AU-PalMcs (HAIm)


Les gasmins de la MItopo1l

Maison JUILES LAVILLE
93, rue du Magasin de rEtat
Viennent de Recevoir les Articles suivants :


Asperges de Leognian
Petits Pois fins au natural
en boltes et 1/2 boites
Haricots flageolets
Boudins noirs
Cervelas
Saucisses Truff6es
Pat6s de foie gras truffTs
Prunes d'Ente
Biscuits fins Olivet


Saucissons
Beurre de
tel Freres en Boltes
pour families a prix
Moutarde


de livre.
Sel


s de Lyon


SardinesAmieux fr6res
1'etits Maquereaux t l'huile
Saucisses d'Oxford
Saucisses de Cambridge
Pates de veau et jambon
Plum Puddinganglais, botte de 1 1.
Jambon Ferris
Bacon, Lard fum6 sans os
Riz extra blanc Siam
Riz du Japon


bualitd Extra Supdrieure.


Table de Normandie, exquis. La Marque
si renommdedeBre-
de 4 livres, de 1 livre et 1/2 livre. Les Boltes de 4 livres
avantageux.
de Coleman en poudre preparde spdcialement
pour la Table. Boite de 1/'2 et do 1/4


Cerebos ( le roi des sels de Table)


Caramels A la creme d6licieux Pastilles de menthe angaises
la. t de 1.-. l lP ivre 2.00
la boite de 1/21. i'. .0 Salade de I'Exposition Bordelaise
Drag6es au chocolate la livre 2.00 Drlicieux bonbon, la livre 2.00
Tous ces Articles sont de premiere quality
^________ ^-^ '"


Chapeaux I
Chapeaux!!
Chapeaux !
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tow les gotts et pour toutes
les bourses.

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. IODELIN
Anonm m br doe 4 SodstL PhIm-
thropique desw matrw tailew do Paris
Vient de recovoir un grand choix d'd-
toflee diagonal, casmir alpaca, choio-
te chevioto pour douil, etc. Recomman-
d particuli6rement a a cliontAle une
below collection de coupe de casimir,
do gilets do fantaisie t de piqu6 de
touto beauty.
Sp6ci* it de Oostum de no-
o .- CoApeo Franuiatoe Anglaisa et
Aari.-c doe a drni ection.
La maion confectonno des mo-
tumes m itairs, habits brodds
dolmansi, m habits oar-
rs. o to do 6fr Qs5.


LA PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
Se recommande pour I'ex6cution
prompted et exacte des ordonnances a
n'importe qu'elle heure du jour et de
la nuit.
Drogueries, Specialit6s phar-
maceutiquesextrmcement fratches.
PRIX CONSCIENCIIUX.
Ill~~- J i ..


OCULISTESI..


VERRES BLANCS, BLEUS, PUM9S,
JAUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PERISCOPIQUES CONCAVES, Pit-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et ooquille
Sans foyers
Vers blanea cylindriques, concaves
89 convexes.
Asorugmenwt daxe. compiets.
Chez A. DE MATTERS.
LA
Meilleure Farine
du Monde
Celle qul done le meilleur pain.
Qui prodlit le plus de pain.
Qoi done le pain le plus blanc et
le plus I4ger,
eI t la Pilsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Miamapolis Mian.
Emra. GASTERA. Rp-,_ ..


- -






D' EDMOND HERAUX
Revenue de son voyage aux Etats-
Unis d'Amnrique, le Docteur Edmond
Hdraux so tient a la disposition de ses
clients et du public, 31, Rue des Ca-
sernes.
Pourvu d'apparpils lectriqucs per-
fectionn&s apportts des Etats-Unis et
produisant I' lpoctriit- statiqu:e. les
Rayons X, les courants de halte frdl
quence, les courants de haute tension,
lea courants sinusoidaux, los courants
faradiques et les courants continues, le
Dr Edmond II raux entreprendra, d'a-
prbs les principles et la technique de
d'Arsonval, d'Oudin, do Testa, de Du-
bois Reymond, de Morton, de Mon.
nell, Goelet et de Massey, le traitement
des maladies suivantes:
CANCER, LUPUS, NEURASTHAINIE, Nt-
VRALGIE, HYSTI.RIE, HYPOCONDRIE,
PARALYSIE, ATAXIE LOCOMOTRICE, RHU-
MATISME, GOUTTE, SCIATIQUE, ARTHRI-
TE DIFORMIANTE, ClOIlK0 E, PARALYSIS
AGITANTE, ASTHIME, EPILEPSIE, ECZEMA,
ERYSIPNKLE, DYSPEPSIE, DILATATION DE
L'ESTOMAC, DIARRnnIE CHRONIQUE, TC-
T*RE, TROUBLES FONCTIONNELS DU
CCEUR,AnTR.RIo SCLf:ROSE, IMPUISSANCE
GINITALE, IIHTHISIE, GOITRE EXOPIITAL-
MIQUE, DIABETE, CIILOROSE. O(BIE-ITI,
MAL DEBIIGIrIT. ELEPHIIANTIASIS H11 MOI-
ROIDES, AMtNORnRIIEE, I)YPMENORREE,
HEMORRIIAGIE UTERINE, MEITRITrE, SAL-
PINGITE, FIBROMES, ainsi que des tats
morbides teis que: andmie, cachexie
et stdrilite de l'homm.- et de la femme.

Industrie
MAN UFACTUKRIRE NATIONAL LE
Julien Desroohes
INDUSTRIAL
Faxw-cols, cravates, manchetts, chemises
et calegons
Ecole d's arts et metiers


EPde de oIT C4. DbAe
Avocat
A PETIT-GOAVE


RHUM-SYLVAIN
Produi. de I'Usine St. Michel (Arcahize)
Vieillissenent natural jusqu'A 12
et 15 ans.
PRIX TRtS OD*RaS
Veate en gros et en detail.
Maison M. Sylvain
43, Re des Fronts-Forts.

Francisco DESUSE
Fabricant do ohaussures
La Manufacture a toujourm en -
pOt un grand stock,- pour la venta
an gros e, d6tail,- de chaussures a
ltow genres pour
HOMMRS, FauMMU, ENLrANT
Les commandos des commeroants
4 rilnt6rieur pourront etre eaxcute-
dmu une maeein pen pra .
W, rae des Fronto-Forts, 3
Po~m~Tr-rAl-ao ( (An )


fl A. do. Malia 81 Co.
3!2? Rue du Magasin de P'Etat
1iaion fond6e en i&S.
Bijoutoi-ie, Orfevrerie. Gravure
Vient le reecevoir des aiticles de par-
Cumerlie pour les goals Icz; plus (iffhci-
ies. ,cs i ,i f:rins exquis et rarces W'une
'licateS:4.L jm'i;9tratite 1' elie offre sees
elienti soit de v*~ritables petites raor-
veilles.
Lai; lernitresumarques qui charmezat
'e Towa tPiair sout choz Matteis Z
Sop; Sourire, Floramye, Trfodia, Idbl
Gyclarnex, Vivitz, etc.
La maisort a toujours un grand as-
;orti ment de bijouteric, arl- toirie,
bibelots de. totis genres, parfumerifis.
htilettes, uxlfl!rCe or et argea:, panolz-
Spychi~irclitt$~ : Iie j fI ai~~a~'isei en b ii-
intY A p~artir '1" P. '200, a!iiance Or
P? K e't ifI.I et' fr;Anii RU T'jy c orn-
'Miiade. Servi-o d'aigoitLerie cow plet


Tes tr vi. tiefes vtt-nv ,r.I- ..r Id niva-


br~li:iie Al i~; \I~ : Jlucr,.~'io n T~ri'ke
(.:. I) dp. Detir dol~lari enr
.,)ut,,- le s villes dc la RO~lI\pu-
~,1:!U4: lli:~trira Lor -!ion.: (in uickelo
'4e
D 0 -.t "


Phi:armacie F. Bruno
67-119 RuFs eGALTr ET PEROU.
Sp0Zialit s F. Bruno :
Po ure pttisidontc oi rocima t et;iso n
prurigo, sueut des pieds -- La boile P. 1
Sirop antiashmaliqLue, remindeot-'ica.ce
centre les accs d'asthmne et les toul
rdquenles --- le flacon ; : 1. 50.
Con.sulltaioas gratu:ifs :
Mardi at Joudi (! 8 A () hi, res .lo matin
par le Dotu4i. N. THOMAs.

VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co
VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res
K OLA
DR
ixingston
MACNISH'S a IRONBREW.
A Vendre
Chez CATarA FOUCHARD
85, 80, Rue du Centre
02, Rue des Fronts-Forts

ALEXIS BENOIT
Distilateur-Liquoriste
63, RUE ROUX, 63.
Cl-DRVANT, RUK BoIW-Foi.
e- I = '= l


On Demande
A achtw dadtime usd'HItIP bias
aspnts, pr a.wempr wsoa. doaiiC
Mess taMU arwMms.
V~JraaN huvlss is ~Jem


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEUUS.
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR


PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:
Chevreau glace: Boutonn6 et Lace pour Hommes et Dames


Verni et couleurs:


POUR ENFANTS:


a.(~ugiuI


a Recommandie 10 (Diz x )
c Recommandee 12 (doMuze


6 (six gd)


Imp. C. MAGLOIRE

45, RUE Roux, 45
TEULPHONE.

Journatux, brochures, billets de
marriage, cartes de fiancaille,
programmes, affiches, et tow
autres travaux de vile.
Billets d'enterrement et cart
de visite d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE



H.TA BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINE.(HAITI)
mine Hermance ALFRED
Tl16phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation noderne t confortble. Vue -sur la mer. -Tepdrat
does. et riguWre.- Les Tramways desservent I'HJtel-Bellevus tou les 7
PROPRI~TI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Sasl de rceptieon.-Piano.-Gramophone.
Sonaneres Electriques
Table d'H6te tom I j, Wmire ur, G .2.5
d& 748 it roe du sar


LA REVUE
(A ctzmqNa Rwvu DNS RZvu=s)

ADONNEMENTS:
PAR v"N PAR S3UUSTR3
XaltiM.U 28 rsc, 16 ftfca
LAI aboonmests soot r"at s dams
he buresux du Ma mn 9 semi agat
pw la mo CdRAbMq aN.


Tiere zepirinId
Fabricant de chausares 0
genres. Pour Homme, rems,

Place de la Croix-de.Bos~ l
SPtCImJt:
PAJNTOVFPLS 1MV


TANNERIE CONTINENTAL
DE

Port-au-Prince


__ __ I ~_


,..~