<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00155
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 5, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00155

Full Text




-MUTI[ATFD


ANN=E, No


157


PORT-AU-PRINCE (HATI)


J


SAM V r r a a 190-


FA i


QUOTIDIEN


ABONNEMENTS :

MOIS Une Gourde D'AVANCE

DIPARTKMIwr.q & RRAgNoR :
vrals do polte en mum.


Duauc-mu:
Cl1z1ezit 1Mag1 Qjre

RADACTION-ADMINISTRATION
45, rlu ROUXP, 45


LE NURO 10 CENTIMES.


Les abonnements parents du icr. et du iS de i
moist ct sont payables d'avance
LA*manuacrjga Insoro ou mom nn mo m, pom reml.


II


chaque


Pour tout e qui concern l'Adinistration du Journal, dresMosieur Arthur ISIDOE, 45, Rue Roux o Bon-o.


LA BONNE HYGIENE
GARDIENNE INATTENDUE DE L'INDEPENDANCE NATIONAL Il I
Comment le G- Nord Alexis toujours prevoyant y pourvoit
Asile des Alienes et Asile des Ldpreux
Conditions requises pour ces 6tablissemente


lest en Amerique une gentille fi-
de recompenser les enfants sagas,
Noel. Et les eerfants, gens prati-
au premier chef, l'estiment beau-
mieux quo les plus ten Ires hap-
hrisrmar depos6s ce jour-la sur
ront sous former de baisera.
veme, us MUIcIULEUIL 1-i. a 1d
un joli bas de laine blanc on
ou violet et. its attendent.
lendemain leurs doigts roses des-
int au fond du bas et en sortteni
un joli cadeau, poupde, joujou,
dise depos6 par la tendresse
pere, d'une mire, d'un vieux
d' papa qui toussote et crachote
dune vieille grand'maman qui
bot e.
@
comme je passais l'autre jour,
t le Palais do la Chambre main-
tclos et desert, je me suis sur-
a voir on nos mandataires de
Parents dispensateurs do ca-
all6chants et en nous-memes
enfants pas tres sages, mais pou-
tcependant mdriter le cadeau du
de laine, Christmas.
Or la Christmas est venue pour
et chacun a 616 d4pouiller son
Ma foi, ils soot presque tous
garnis et L'un d'eux me fait par-
6reuGent sauter de joie : c'est ce-
e la M6decine, cette enfant tris
et trop longtemps m6prisde o6,
trovP, entire autres presents, la
tio L* d'un Asile d'ali6n6s et 2
e L6proserie.
'Ot donc toojours au temps qu'il
sr le i soin d'accomplir les
Sgandes on petites, car il y a
.s quoe les vaillants cham-
d e la Lotera Mddica e & font,
d s r dS toujoora 6ale, le pro-
l ibunae et de la Prophylaxie
S erOaLlor pitoyable b quioi
f l tat *t1 taut do mai. Si
' o oiet relevr to Iombre de noS


tuberculeux, de nos I i ~ti\-, le r om-
abre do no. fois lq.ui, d iis I o tranquil-
le irresponsabiliteR( d IIIlii Iscience,
causent les plus grands d Immniges
matdriels ou inoraux, j'imnginO vrai-
melit qu lIa btatistique en serait ,nons-
trueuse; .on.__en fr6mirait des pieds A
lit6 de l'tdonnement, la boucihe bante
et los vyux cbahis, a se demander
d'oh vient lo inal, sans penser A cette
exdcrable srie de ci ocs-en-j;anbe
qu'on done tous les jours a 1'Hiygi Ie
et A la laPophylaxie.
Au surplus et c'est un point sur
lequel jo veux insistcr la creation
des deux asiles n'olfre point seulem.nt
un interot local restreint ; cllo tou-
che-en vdrit, quis'y fdt attend ?-
& la PRESERVATION MgiME DE NOTRE
AUTONOMIE. Sait-on, en effet, qu'a c6td
de la laberculose chonique, et de
a lamnauuaisw foi dans lepa iement des del-
tes contractuell-s *, l'Ambrique compto
encore commie une troisieme raison
pour elle d faire la police p I'mi les
petits Etats do ce continent, I'ialta-
brild de leur territoire, quand celle insa-
lubritd proven t de la ngligea nce et
n'est pas combattue ? A ce propose 6cou-
tez ce que dit M. Jacques N. LUger A
la page 277 de son recent livre sur
w Haiti et ses Dtracteurs j : ,v Certains
a journaux am6ricains so sont donn4
c come la mission d'indisposer l'opi-
Snion publique aux Etats-Unis centre
a Haiti qu'ils no cessent de repr6sen-
ter come un foyer d'infection. A
es en entendre sl Gouverem.'nt fJ.lral
Sdevrait prendre possession de 'ile afin
4 ire* oblier les habitants d miecux ob-
Sserver l r gles de rHygii4e.
Eh bien ces crocs-en-jambe don't
je parlais tout a I'heure, je n'en tente-
rai pasl'6num6ration ici, la place m'6-
rant trop mesur6e, mais il me sufftra
de fire remarquer,pour donner une
idee e centre boudere & I'Hygibno
qu'il nest pa jusq'uh nos hospices


qui ne lui ddsobdissent. Pas un en ef- ii faudrait so procurer un emplace-
fet qui soit sur un terrain dlevd a, m mnt sis au flancid'un c6teau, -qu'on
ce qui fait le ddsastre, c'est que, ba sr le procure A tout prix. La situation
tis e la lge no aisos, surtout iporte car, pour I'amnage-
ils se laisont A nous offrir le o martin, ment do I'asile, la distribution cellu-
quanr nous somnmes A notre fe- laire et l'installation hydrothdrapiqiue,
tntre, le spectacle en mmeo tompi le tout, mtme dans des centres tr6!s
souffrances humaines en robes de les dix mille frans, soit deux mille
nuit. dollars. Mais le terrain dlevd est ici
Oh nos hospices! Quand je pense essential.
coeur mnme de la ville, je m deman- le glacier d'Aletsch, de Frendenreich
de si ce sent des hospices- dos boi- n a pu trouver qu'un microbe par in-
tes a microbes-- ou bien de vastes tro cuba d'air et au. Montauvert, prl!s
h6tels populeux de pensionnaires A de la mer de glace, a 2000 mitres d'al-
bell sPAIs lel mkri6!jrInMA
UbenJgs! q ,enons igg gytB lgr.jes i 4s.bhactJribEs v'ei t.ijnt mnimn
des lignes de I'Hygiene hospitaliore. de Toulouse dcrit quo ( I'air, A une
Le Temps n'a point Lbra ld les iddes a certain distance dos cotes est d'une
de I'dminent chirurgien et les recher- puret6 A peu pros absolue, ce qui
ches modernes, si chicanieres d'habi- a conlirme le role dpurateur que l'on
tude, n'ont fait qu'y a apporter une < attribuait depuis longtemps A l'at-
dclatante confirmation. mosphere marine *. Sur la plage
Tout le monde sail aujourd'hui que done les microbes ne doivent, pas etre
les maisons de sante, h6pitaux et hos- en bataillons trop series et l'on pour-
pices doivent 6tre bAtis autant que rait bien fair IA ou un peu plus avant
possible dans les faubourgs ou en de- dans les terres- A la champagne bien
horse dcs vi i 3 sur un terrain levd. entendu- election de domicile pour
eii tous casur an terrain o' F'air est les malades, sauf contre indication
constainnint renouveld, mais qui soit spdciale. C'est ainsi que les sanatoria
A I'abri de. ve;nts dominants, oi la pour l6preux do Kingston, de Maya-
ve~gtatio: ost luturiante et loa arbres guez, de Colon et du Fort-de-France
d'agrtments nombreux. d'avant la catastrophe, se trouvent
La situation de ces etab!issements n'a-'-on assure, on dans des lots ou
est done d'uu haut interet hygidnique sur le rivag3 de la mar, A distance
et c. ci, autant pour !e bien des mala- des villes.
des que poear celui de leur entourage. Somme toute, uoe habitation qui
Ia position doit etre bien choisie, dit rdunirait routes les autres conditions
l'Hygiene et c'est de la logique la prescrites par I'llygiene, avec ch qu'el-
plus claire. On sait, en eflet, que la ri- le serait au bord de la mer n'offrirait
cheese microbienne de l'air varie dans pas les graves inconv6nients do nos
des proportions sencibles suivant les hospices.
lieux et les conditions m6t6orologi- A cepropos, je me suis laiss6 dire
quos. II est d6lmentaire de dire que qu'un de nos m6decins on renom
I'air des campagnes eat de beaucoup qui l'on se propose de confer I'ins-
plus salubra que celui dos villes et tallation desdeux etablissements avait
s'il so trouvait encore des individus A envisag6 I'habitation aMon Repose
Io nier-- ht6roclites maniaques des comm la mailleure situation pour la
discussions absurds-- la seule exp6- L6proserie. Ce choix out det excellent
rience des ballons d'6preuve de Pas- si I'on voat se rapporter a ce quo nous
tour, ouverts & Arbois, dans le Jura, avons plua haul dit des parfaites con.
suffirait B les convaincre : editions de salubrit6 que pr6sentent
Pasteur n'a vu que la moitid de ses les stations marines. Cspendant si
balloons s'alterer. I'on desire de la meilleure facon tne
La richeuse microbienne de l'atmos- maladrerie, il faut envisager comm
hbre s'altbre galement avec l'altitu- la preaution principal, la prca
e. Peor I'hotpi tliation des allen6s, tion exig6e, la precaution pr6judicielle


__ __ __ _


II


C


I


SAMnDT-


E; ~/TC~~~hh~~


r% Aft r.


C
I


Z==3c--


II


--- ---~~1~Y














si je puis dire: l'isolement el l'solem:nl
,no pas autant dans, I ijatd,dt des amils
ue das 'iNatrdt de la population amn-
biantL d prdserver de la conaai naiiotn.
Autrefois A I'poqao .des Croisads,
I'Age d'or de I'dlWphatiasis tlaberclrlt-
se ales malades 6taient isol6s dans des
villages qu'ils occupaient excliisive-
ment, et don't on tro-ve encore des
examples en Orienta. Aujourd'hui la
science n'exigd pas 1 i'il en soit ainsi
maij I'isolement n'on dolt pas moins
tre rigguroux. Cost poa.rquoi Mon
Repos a, oarce qu'il est baign6 par la
mer, ferait la 16prosori, idldale s'il n'-
tait pas si populcusement avoisin6.
En outre, Carrefour on doit so le
rappeler- est dans lI prolongem'nltde
la zone paludique de Ilizoton ct ii ne
sorait pas non plus tres pratique d'ex-
pos *r lei Iepreux don't 'orginisitn ost
deja afTdibli et ola 6t t do. ri,-eplivitd
morbi le, au coup dW g '1i ,, des alfec-
tions inalari nces. Un a:itre point du
littoral ferait mieux I'alTairc.
*


Et c'est maintenant 1'theuro dos ob-
servances ligoureii.es. I no suff't pa'<
que la Chambre ;it vot6 I'6tablisse-
ment d'une 16proserie pour nto parlTr
que d'ellc, encore faut-il no pas pic-
tiner sur les plincipes Ivygi niii 's doivent prdidcr A cet ('tablissemnent.
Ces principles oit trop longlemps
dormi empoussierds dans nos ltes
Epoussetons nos cerveaux et rapt)n-
lons-nous que 'orsqu'on parole de
16proserie, on ne parole m mn p,;
d'hospice banal, oft I'n so prclasse
en pregnant ses branches lipp6es dans
I'atten- t d('une ginrison prochaine ;
mais il ost question do dat ngir A con-
jurer, de flau adloigner. All! co Ilau,i,
s'il connai;sait le ntpolisme! mais il
est imnlar.able ,.atl q'V0,W,?.-,9fi(9-"
pie d'Alceste. Et ne croyez pas qu'il
prenne de reliche. Sa poursuite est
aussi constant qu'acharnbc. II sem-
ble inventor des ongins po'ur vous
abatire. Le voilA qui so rue s.ir vous
par le dard des anophllesc et il i'est
pas jusqu'aux puces et aux puinaris.
nausdabondes qui ne lui pretent main
forte pour assaillir I'organisme.
Or. j'aime le r6p6ter, ribolem-at seul
ot l'isolemenl sr,'e, absolu peut tlous
prot6ger. C'est ici surtout q,'e I'adaga
amieux vant prdvenir que giiariir
brille de tout I'6clat de la v4ritd scien-
tifique. Considdrons done l'isolement
come la principal condition hygie-
nique dans le cas qii nous occupy et
n'ayons pas l'air d'un enfatit A qui
l'on donne un joujou et qui ne salt
pas s'en servir.
Autant vaudrait laisser san bas de
line vide et flasque a la cheminee,
quite A le voir, au maIia de la Christ
mas, I'humeur massacrante, les yeux
rouges et gonfles d'un gros chagrin
qui so r6pand A lots sur ses joues
ruiselantes.




-
Laigne Hollandaise
Hier est pari lc sJs Prins Wilkm Ilpour
Saint-Mare avec es asa ers suivants
MmeG. Groeau, hal uBarthelmy, Mme
Cb. De Lande et on enfant Melles B. et B.
N Lalde, N. Jean Gllie I..


RENSEIGNEMENL~TS
M ICT O RO LOGIQU ES
C)bsersttci<>e
DU
SIlXIAIRE COLLEGE St-XikRTIAL


VENDREDI 4 OcroBRE
Barometre 1 midi
mini tn mu
Temperature miimum


762,5
21.7
33,4


Moyenne diurnt de la temperature 27,6
Le ciel a 2dc clair le mitin et nuageux
dans l'apr-mtidi.
Orage au N W A 9 h. du soir.
Le barome'tre a monte 16gcrement.
J. SCHERER


D6c6s
Les 6poux Alfred Joseph ont eu li doi.-
leur de ptrdre, ce :.imtin, A u ic hi-ure,
leur enfant BERTHE.
Le convoi partira de la maison mortua're
sise rue des C3u.Trs, 87, pour se rendr- A
la Cath6drale.
Nos condoldances A la fimille Alfred
Joseph.
Mercuriale
Li prime sur l'or a varied cette semaine
entre 405 ct 410 olo. Ge matin, nous
somin:es A 405 o/o. Ii y eu quelques affaires
sur les Titres qui sont co6:s come suit:
Titrec Consolidis 6 o/o 38'39
a Gouv' Fror 6 o/o a
a Roses et Bleus 17/17 1/2
Les Traites A 90 j. sur Paris 112 A
2 o'o, selon signatures.
Les Trait es A 90 j. sur llambourg-Pa-
ris du ptir A 1'2 olo.
ChUque a vue sur New-York plir ct
1 2 () 0.
Chjlui A vue sur Paris 3 r/2 A 4 o0o
Les l:Nvrti-o:is d: cafe cominen:ent a
ctre imp rtante., les soutes ont eth r;~,'e's
: 23/24 t: Ic; p,.v in: ,.s d: II Co.c A
-" ALA *- ia
Voici Ic so:nmaire d ,iffiti Lit!,rairi
,t Sociale ) qui piraitra l'\n ,n in.
Ephnmdri ics ; Le PIardj: duL Taureau,
Frdi'ric F',':'r,' ; Les guerrcs civ.les A Haiti
Jacques N. L.','r ; Li Princesse loli:'ine,
(pocsie) de Ch.irls .Mforavi.; I.a dins: S R;
Mes Inoes, Snttiitor ; Cario)i:e 6 vmo-
logique, Ly,:x ; Bib'ioaraphie ( i.e livre de
M. LUgcr ) par Franois Xavier ; In:'rieur
( Une bizarre logique ) ,AnItine Laforest ;
Extericur A. L ; PctitesNotes Un jour
naliste oubli ( Anson Valcour ) S R.;
Doctus cum libro.
Renseigansments utiles
XCuscadier
Arbre touffu, variant entire 6 et 20 me-
tres de hauteur, sur 20o 40 centimetres de
diametres et atteignant 5o a 70 ann6es d'A-
ge. II porte des fleurs miles et 'femellcs
separees.
La culture du Muscadier se pratique de
longue date dans les iles de Banda, group
d'une dizaine d'ilots situds vers o5 latitu-
de Sud et 1280 longitude Est, et y tient
encore de nos ours la premiere place. Dans
cette colonies hollandaise, le gouvernement
sut garder le monopole de cette produc-
tion de 1621 a 1796, mais bien avant eux
et les Portugais qui d6couvrirent ces lies
en 1521, I'Europe recevait des Muscades
de ces regions lointaines. %
Depuis une centaine d'aan6es, cette cul-
ture s'est itcndue aux autres possessions
hollandaise et ailleurs, mais plus faible-
ment. Aussi la production de cet article,
moins insignifiante come on pourrait le
croire que d'autres plus connus, a-t-elle
quintuple.
Oa utilise deux parties du fruit et poor
tes mmes employs : :1 noya bran intro e


MUTILATE


TRIBUNE DU "MATIN'
Service A 'Ext6rieur organis,
par la Cavalerie du Centenair
Li cva.lcrie du Centenaire s'affir.ne de
pus quclqu-es uj.rs par le service A l'extd
ricur,-- .I- ch ti d'action pour le man-ge
dans la court d la. prison des feinmes
permttant p.s l'absolue execution de so
r6cl. Le comnmndint Laraque organis
une st.ri- d'cxciiurion; qui pr.eencent u
rcmarquablc i:ntirct. Ces excursions sor
d'une nature telle qu'elles otfrcnt un me
yen pratique de combler les lacunes d'un
education militaire consistent surtout A ec
seigner aux soldats des theories s'ulemet
n6cessaires pour la reprdientation et le se
vice journalier. L'heurcuse initiative d
Connmaindint Laraque vient modifier
plan d'education consacrd par une long
routine.
Nous avons parlk, il y a quelquLs tem
dans un journal qui se pub'ie a Port-a
pour notre et'al-major, voir'nos soldats, (
connaissinces top >graph quest. Ces excu
sions v remb.ient d'une f'Con inmmdiat
Elles procurcnt au soldit It connailsan
des lieux que, A cause d'une instractic
militaire incomplete, parfois nulle, il ig i
.';:ait ab;olument s'il n'y avait les ltorne
prlsidentielles.
Nous ne pouvons que louer le Comma:
dant instructeur de la Ca;alerie du Centi
naire qui par un entrainement m,.hodiqu
prpire les cavaliers 1 une banne appl:ci
tion des theories du service en camp.agn
en mnme temps qu'illes habitue a la fat;ru
des courses lointaines.
Les deux premieres tapes ch isies pi
lui, les Poste militaire de Carrcfour et Ma
riani ne furent que desrnles pr., n:na. :i
marches preparatoire,A d'autres plus loIngii
Et ii est heureux de voir co:nl:ent il s'
associer I'uti!e et I'agrdable. Cir les cava
liers s'intCressent fort a ce service A I'extC
rieur : ils appliquent quelques premiere
notions de service en champagne et s'entrai
nent bien A l'endurance en vue des march
forces projectCes, je pois en t6moigner pa
ce qu: j'observai A leur excursion au Mor-
ne Taillefer. Ce Morne se trouve A trois
ou quatre heures de Jacmel. Les cavalier
l'atteignaient en moins de trois heares. Mer
veilleux resultat 1
Ayant quittC, mardi martin, un peu avant
six heures, la cour de la prison des femmes
its arrivaient. en suivant la route de Thor,
A Monfleury-Rivire froide o6 ils faisaient
leur premiere h lre. Le Commandant ins-
tructetr fait metire pied-A-terre. Les cava-
liers s'.gaillent par le chemin ; quelques
uns se dirigent versl'Usine Monleury, uoe
des plus belles installations pour la prepa-
ration du cafi qu'Hatti po Ded. Des gro.
pa so forment.


lllL11~6e


rcnferinr dns un.- bie chariue, s'ouvrant
eu deux valves ~ la cnturit ct la men-
brane charnue, rouge, tres div isc, e ntoJ-
rant ce noy.u et qu'on appelle Macis. II
faut entire too et I.ooo noix muscades
pour faire un kilo ;on voit qu'elles soni
de grosseur trcs variable. Les plus grosses
sent les plus estimns. Avant d'6tre cxpor
tees, on les roule dans de la chaux vive ta
misee, ce qui leur donne un aspect blane
et doit les protCgcr centre les larves d'in-
scctes, mais, en reality, n'est d'aucune
utility. Les Hollandais croyaient de la sor,
en emnpcher la germination, pour eCL
plus sUrs d'en garder Ic m onopole. Cet
te prtique iiutile s'est nmatntcnue. s
es cmplois de la noix et du malcs sou
surtout culinaires ; ca mindcine, on le
utilise come toniques et excitants aroma
tiqu s.


t Les civalicrs apil, s'ctre app
Saux bou'iqiiLcs i itallhes dev at f3
* goatcnt un frugal repas. Q(1.
I accroupis prdparcnt un dejeunir s"
Sfait de hareng siur qu'i's gi
t moyen du paper don't ils 'ont
S Un quart d'heure de repos eti "'cc
- avec Ic ddsit de courses sans fin J
Sales senticrs, les vallhes et les umola
c s*'mervcillcnt au tournant du che
- conduit au citmetirc de la Rivitr
e des picrrcs de taillc ianquees au
e et tant d.- 1'..pcet enchlnteur des
Squ'ils peunscnt qu'il fcr:it boa y
- L'enthousiasune Ics gagne, causl )2|
vremcnt des chevau\hies, l'excitatio
t vant It prtniere h :e.l, It griserie der-
s nibles ardeurs fouettdcs parli fraicheg
tinale. Its ddsircnt connaitre du pays
nant b.)n train, il; s',iivnt les
S6eroi s, pisscnt dc l onibrcux course I
Nous traverso;is ii:. riviere, le
Suant I'olyice in dii. : Voycz l h
des nmrnes. Je lui rponds :a Tu as
Sen h.ut, il faut l'avoir au.si A h irivie.
Le cheval risquait souvent de s'
B s'il n'dtait mnintenu vigoureusement.
trajet predsntait un acccs ,difficile
Smemre. Nous arrivons a la Croix-Iibaa
' nous faisons lhlte. Les cavaliers s'&h
Sent le l on du morne juiqu'Al ri
c I's chanc;tet avec entraiin, cliansonnent
1t ot iciers.
c Et le lieutenant Jolbois il p
n \ I'excursion qui est de I'infinterie
t donne A ccur joie.
S A cette hilte le Commandant-ins
Ic donne aux cavaliers quelquesenseigne
'- sommaires, des notions de service en
nt pagne. Et l'on rcmonte a cheval. Les
r- liers repartent. toujours enthou
lu cceur: exultants. Le trajet devient de
cc en plus difficile et le Commandant
ue de r6peier le proverb- : derriere
gingnin morne. Enfin nous att
ps Taillefer Nous pourrions bien gan
u- tion-ville oar ies mornes ct en s
u, t, u ciao. .. n eRatr assez pour a*
de Nous revinmes a Port-au-Prince. Au
r' nous fuimes requs A la Rivicre froide,
Sdint une court halte, par Mme
ec et son fils et A Thor par Mr le
)n Louis Brutus. Reception qu'ils firent
o- un vrai plaisir et pour laquelle nous
Cs adres;ons nos mcilleurs reinerciment.
Cctte excursion cut pour effect de
minontrcr que les chevaux des curios
e- i'Etat posedent de r&elles qualitisct qs
le avaient 6tc choisis par une main
L- mentie. Car, a part les habitudes aq
e pour les evolutions au marge dsa
Prison des fenmmes, ils ontient b
de courage et beaucoup de fond.l
-r Nous ne saurions que lotior I
Initiative qu'a cue le Command-nt i
t. u? de Lt Cavalerie du Cent.naire d'
iiiser ces excursions A rint&ricnr. Cet
lieux et remplacent, en attenduint,
sment, la c-rte d'Xiat-major proijc*S
s je le r4epee, notreinstruction




s
"parfois null..
s Lours S.

s ote1 Bellev .

SDJEUNER DU I OCTOBRB
MIDI A 2 HEURLBS
t Prix : G. 2.50
Corncd-bcef
(Eufs durs t I'oscille
I.angue de veau braiscce aux )c -.
Cotelettes de mouton aux posse,
Aubergines farcies
Haricots rouges en 5a50
Riz blanc a la cronl
Choux a la crnme
Fruits
Caf
/2 vin












Iouvelles E tanlgres


DUPECHES REVUES CE


MA TI N


Las regions inondd-s
pARIS. La situation dars la r6
gion inoonde du sud do la France
West u1 peu amrliord aujourd'htui
Ljj our-iux Fo-It rernplis do details
Sur [es immense degAts caused dans
le departemeflt de d'o 16rault qui a le
1)l(s souffet et qui solht eslimes A
w.000.000 de francs. I y a eu des ac-
tes de sauvetages heroiques.
Los obsequas du Commandant
Provost
Los ob-ALq'it" dii cnimmrandant P'ro-
voSt, tu6 a C .;;a-Iubc,111, LUtIc0t lieu
tiler Ai No~vets 'ux frais do I aille; le
9t,' ral IPicqluait I Motil.r 1prxsch.W' j lar
Ie com-nandaint Leqjuino ct I capilai-
:i Pelletan. Tiutes les :-.aioi it(e do
la Ville et iru f0oulee considtfflei-)lp y
a,;isai-1nt. D-' -;di-ScOurS furelnt' PIo-
ILI1Ci5ancir io pav" r losccrt-
taire-g 6twsral do la lp-fccture, le g6
tiitraI (dC brig vie et 10. in iir-c d.' iNc-
VC rs.
Le Pr..53idcat Fullil'es an vOy-ic-J
IIAVRE. -- (:f6 Pio-Catxllo:17.
a Nlonti'6-Anl )) et a Dryado )) soii ;it--
r I vs auj o urd'l Iu i. N1. FoI I i -,rt s c():I i-
tiiiuant son voyag-., daiis 1c Midi, a
(qUitt6 L1oupilloii c o nat in pour Nirac,
oil ii pronotiica une allocution, ct d'A-
gen A Villeneuve. sur-Lot ofl Cut lieu
une reception. It hMait accoipat'agne
par Messieurs Btarthoi, g~iit~i-aIPic-
quarit, Dujardin-13c autnetz, Cliautnir%,
leygues, anciens ininistres, l)auzon,
Chaumi di ls, ddput6&;
Aprts Ic l anqulot oflfet, au 1Pr&si-
denut de la 11tpublique, Mlr GCorges
Leygues porta un toast a I. FaiiZics,
(jau repondit par un igr'aw di.i-COIu .
Le Pitsideiit vjslta Uliospic.. t(
inaugural un iuouveaui collCg. do iou-
nes filic.s, ais priit lo t ilil 1 0 11
1ambouillet oft ii scra demnain inati'i.
Le gOUVc-II1tiI do Mazagan a ia t ar-
r6zl6 hiier ct dii igO sur Mlarakcch avcw
une escorti do viegt homnmes aiipar-
tenant A Nloulai Ikitid.
Les v6nenents du Maroc
Ce manin pcpdant la sortico pour
I'elerc ice des troupes CA Ci-ablainca,
W3n Centaino do marocains prit-rit la
fuite au dMla do I'ancien camp.
Taddeit t t. ;uitres villes calniies.
CASABI: AkNt ,. Onanmorncede sour-
ce autorlisi( (iue t Mulai-lIafid a I'in-
ttrtion o de o iviir sorn arnits een deux
divijsi 1 pilemi.'O marcheu'a sur
Rabit,1 N. ( Captui'er le Sultan Abd
0lAziz et s troupcs, allors quo la
S'C0nde sou-, l a cornmamdenMent de
11OUL'i-di.Rwhid, commandant en chef
ds arin&.-i (o Ilafid, marchora sur
Fez et Y pmroclamer Hafid sultan.
On 1 aUiioie (he le Gouverneur do
Mazag al '6k ` arreLdet conduit & Ma-
*Oc, parids agents de Mulai.Hafid,
Vi aurCiAm11 riommi au post do gou -
iefleu1 Betn Dakha, prutdgd anglais.
Anrarchisteska Cubea
HAVANE. ~La police secLte a dd&
tOu'ert hiet Soil, urie CaiSS9 m 1jrqU6e;
*quitcailleri -P q(ii coutenait 128 ki-
1a0dOdynainit- (:etle cCisi I llait
tran.~po:t~e Cm Jaruco Cm 15 mui~lca
;~ Ialcst do Ia Ilavinle. On croit
~r ct explosif btait de'3tine aux u&-
II~~cerecliereli, boil expedilour.


LA MAT SON

NICOLAS CORIDASCO
157, GRAND'RUE, 157
Annonce i A ss -lients qu'elle no fail
usage que dt:- Peaux import6es
dle I'dtranger et <,. l, choix. C(e'te c1-
claration est failed pour garer l niioin-
lreuse clientele ie la maison contie tou-
Lt corntref.loin. Du reste, on n'a qu'i ob-
scrv i quel( ne pen pour constater si lels
iouli.rs ont ou non Ic enclht parlicu-
lier (Id'el(gance ct do s liditd quedistin-
guent les chaussures ConD.Asco des au-
tres marques.
La Maison ,ltie toute CONCUIIiENCE
Avis
VIS -
Le voilier ALMA,
f apitaine Charles Jn
Pierre, parlira au-
V -jouird'hii, a 7 heures
s -... ill isoir, pour tous
les ports du Slid jus-
(qii;' j6rctmie, prenantlt frt et pas-
salgers.
Pour tlons renseignements s'a-
dresser A Mr Filix Mont;ls, arma-
totr1, 5'), Ioulcvarld des Veuvesou
au capitiainl dudit voilier.


LA

Meilleure Farine
d(ti .onde
C( llc qi.i doii le m cilc r pain.
Qui produit I,:. p i, s de i.n.
Q!ii !o:) e paiii e plis blanc ot
It plus 1Vger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minn;eap'-!a ~Minu.
Ern. :CNTER.\. RJvprAr'tia:n

Cordoin erie Nouvelle


G. B. PETOIA ET
143, GRAND'RUE


SEPE
143


GRAND ASSO \TI.MENT DK CHIAUSSUR.ES
DE TOUUS GENRES EN DEPOT, POUR LA
VENTE EN GROS ET DkTAIL.


Exqcu ion prompted
commander, tant ici
i interieur.


des
qu'A


Confectlion des chaussures avec les
mneilleurs soins. -- Toujours former
61lg.antes tant homnine qu'a femme.
Les derni6res creations de
Paris I
PAtes, Liquides, Cirages pour chaus-
surcs do toutes nuances.
Conventions de venfe convenables.



ie. ie Transatlantife

LeSteamer QUEBEC est atten-
du Mardi 8 courant.
L'itin6raire pour la c6te sera fix6
a son arrive.
L'AORNT.
F. M. ALTIERI


TANNERIE CONTINENTAL
DE

Port-au-Prince


PREPARATION


DES PEAUX


DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.


CAPACITk 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHAUSSJRE'S COME SUIT:
Chevreau glad : Boutonnd et Lace pour Hommes et Dames
Ic Recommandde
Verni et couleurs: a Recommandde


POUR ENFANTS:


. . 0 0 0 . .


8 (huit gdc
10 (Dix gdes
12 (douze gde
6 (six gdeg


COMPAGNIE P. C. S

Avis


Lo public, est avis6 qu'a i'occasion de la fete patronalo
Bouquets, le dimanche, 6 Octobre, les departs des trains
heures suivantes :


Departs de la Gare du Nord


A.M 5 30
6 30
7.30
8.30
10.30
P. M. 2.30
330
4.30
530
6.30


a
a

a
ar


supplnItent aire
rcghsrnemieairo
supIlfdmenlaire
roglemcntaire
s!uppIdmentairc
r~gle mental re
suppldmentaire
a
facultatif


de la Croix-des-
auront lieu aux


Dep. de la Croix-des-Bouquets


A. M. 630
7.33
830
9.30
P'. M. 12.15
3.30
4.35
5.30
7.30
7.30


train
a
a
(
a
ct


supppldmenlaire
rcgle men laire
supplhsmentaire
#I
r~glementaire
suppldmentaire
r~gleinen tire
suppldmentaire
cLt
facultatif


Le dernier train de 6.30 de PORT-AU-PnINCE et 7.30 de la CROIX-DES-BOU-
QUETS, est entierement facultatif et ne courra que s'il fait beau
temps.
Les trains supplementaires ne prennent dos passages que pour la CROIX-
DES-BOUQUETS et l'on no ddlivrera pour ces trains que des billets Aller-
Retour.
II y aura Sameli 5 Octobre, en outre du train de 3*.30, un train supple-
menetaire direct pour la CRoIX-DEs-BOUQUETs, quittant la Gare du Nord a 4
heures.
Prix Ili CLASSE P. 0 90


IIP


Aller-Retour.
0.50 t


Chaheaux pe
Clapeaux !!
ChapeauxIll
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le ctilTfeur artiste, qii vient avec le
concourse d'un cliapelier remarquable,
M. JAIME TESTAIl, d'installer one
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les godtl et poor tkrta
les boursee.


LA DIRECTION.


LA PHARMaCIE
Emmanuel Alexandre
88, RUE DLS MIRACLES, 88,
Se recommande pour l'ex4cution
prompted et exact des ordonnances A
n'importe qu'elle here du jour et de
la nuit.
Drogu*ries, Sp6cialit. phar-
maceutiques extr6mement' fratches.
PRIX CONSCIENCIEUX.


OCULISTESI..
VERRES BLANCS, BLEUS, FPUMS,
JAUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES nrICONCAVRES. nDION-


VEXKS, PERISCOPIQUES CONCAVES, Pi-
LIGNE HOLLANDAISE RISOPIQUES CONVEXEs.
AssoI timent completdes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
Le SS PRINS WILLEM II BLANC .
est allttlnd de St-Marc Dimanche, Plan et coquille
6 courant, pour continue le mB- Sans foyers
me jour pour t-Goave, Cayes, Jac- Verres blancs cylindriques, concaves
mel, Curacao, etc. et convenes.
Port-au-Prince, le 5 Octobre 1907. Assortiment d'axes comprts.
GERLACH & 0G AGPnTs. Chez A. DE MATTERS.








Dr EDMOND HERAUX
Revenu de son voyage aux Etats-
Unis d'Am6rique, Ie Docteur Edmond
Hdraux se tient a la disposition de ses
clients et du public, 34, Rue des Ca-
sernes.
Pourvu d'appareils electriques per-
fectionnds apportds des Etats-Unis et
oroduisant 1'dlectricite statique, les
Rayons X, les courants de haute frde
quence, les courants de haute tension,
les courants sinusoidaux, les courants
faradiques et les courants continues, le
Dr Edmond Heraux entreprendra, d'a-
pr6s les principles et la technique de
d'Arsonval, d'Oudin, de Tesla, de Dn-
bois Reymond, de Morton, de Mon
nell, Goelet et de Massey, le traitement
des maladies suivantes:
CANCER, LUPUS, NEURASTHiNIE, Ni-
VRALGIE, HYSTERIA, HYPOCONDRIE,
PARALYSIS, ATAXIE LOCOMOTRICE, RHU-
MATISME, GOUTTE, SCIATIQUE, ARTHRI-
TE DIFORMANTE, CIIORRE, PARALYSIS
AGITANTE, ASTHME, EPILEPSIE, ECZEMA,
ERYSIPkLE, DYSPEPSIE, DILATATION DE
L'ESTOMAC, DIARRlNiE CHRONIQUE, IC-
TJRE, TROUBLES FONCTIONNELS DU
C(EUR,ARTIRIO-SCLIROSE, IMPUISSANCE
GfNITALE, PIITHISIE, GOITRE EXOPHTAL-
MIQUE, DIABETE, CIILOROSE, OBt9SITI,
MAL DEBRIGHT,ELUPHANTIASIS, HEMOR-
ROIDES, AMDNORRHtE, DYPMENORREE,
HIEMORRIIAGIE UTERINE, METRITE, SAL-
PINGITE, FIBROMES, ainsi que des elats
morbides tels que: andmie, cachexie
et strilite de I'homme et de la femme.

Industrie
MbANUFACTURIERE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchettes, chemises
et calecons
Ecole dss arts et mitiers


Emde de I1 Ck. l@be
Avocat
A PETIT-GOAVE

RHUM-SYLVAIN
Produit de r Us~ St. Michl (ArcaLah)
Vieillissement naLurel jusqu'A 12
et 15 ans.
PRIX TREs MODiRIS
Ve.te en gros et en detail.
Maison M. Sylvain
43, Ru des Fronts-Forts.

Francisco DESUSE


Pabricant


de obausures


La Manufacture a touours en d6.
p6t un grand stock,- pour Ia vente
en gros et d6tail,- do chaussuoreo
tous genres pour
HOMMIs, Fumans, EaIPAmr
Les commandos des commermant
do l'int6rieur pourront itre ex6cutft
dans une semaine A pea prin.
23, rue des Fronts-Forts, B3
PORT-AUS-PIRao ( nt )


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancin membre de la Societ Philan-
thropique des matlres tailleurs do Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd-
toffes diagonal, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particuli6rement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
8p6oialit6 do Costumes de no-
ces.- Couped Frangaise, Anglais. et
Amdricaine de la derniere perfection.
La mason confectionite aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
r6s. eto eto, de tons grades.

rEirarn.chexxx emr.t

A L1'LEGANCE
D. FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulierement de ses nombreux cli-
ents de la Cte et de la Capitale, qu
I'6tablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour homes,
temmes et enfants, en tous genres,
et que, malgr6 I'otfre de cinq pour ceui
sur I'achat en gros (5 0/0) fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L';tablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Tou/ours : Soin, exactitude, ponetualift
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCK (IAITI)

Pharmaeie F. Bruno
67-119 RUES ]GALITA ET FEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poudre puissanlecontre.16man gaison
prurigo, sueur des pieds- La bolte P. 1
Strop antiashmatique remAedelica.e
centre les acc6s d'asthme et les toux
r6quentes le flacon ; P: 1. 50.
Consmauaions gramuit :
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures du matin
par Ie Docteur. N. THoMw.


T1ereoe pIirf* Be
Fabricant de chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
Place de la Crolz-des-Bossales.
SPICIALIT-:
PANTOUPFLES MULES

LA REVUE
( AwMCmlxN REVUE DIs RurvUs )
Bi-M !wl
ABONNEMENTS :
PAR ,AN PAR SMEgTREt
Halti., .. 28 francs, 16 ifranc.


Los abounnements ont re=us
Im burosum du sMatfin a bael
pom Na Rtdpebaluee d~3a3i.


dams
Ag""I


SIDNEY PARENT

73, RUE DES CtSARS, 73.

Entreprise G6n6rale de Pompes fun6bres
Location de Voitures pour Mariages et Bapt6mes, etc, etc.

Monsieur S. Paret a l'honneur d'aviser le public qu'il garde come par le
passe la Direction de son Entreprise G6n6rale de Pompes funibres
qui est de son initiative propre.
II promet comme toujours, promptitude et rectitude A tous ceux qui you-
dront bien s'adresser A lui pour Entreprise Gdndrale de Pompes funebres,
locations de Corbillards A tons prix, locations de Chaises, votures pour
marriages et pour baptemes, etc.
Monsieur S. Paret pour avoir un materiel plus neuf et plus riche remnet
tout pur et simplement les chaises et le Corbillard qi'il exploitait de
compete A demi avec Mme Vva Ldon Gabriel, dans son Entreprise, bien e-n
tendu apris rbglement de compete.
Mr S. Paret continue toujours comme il est dit plus haut A s'occuper d'En-
reprise Generale de Pompes funwbres, de location de Chaises, Corbillards, voitu-
res pour mariiges et baptdmes verres, verres d champagne, converts complete, f(-
naux, etc, etc.
Port-au-Prince, 4 Septembre 1907.




Produils Hygieniques pour la Toilette


to
vu
NW
ov


LA


nICEE


fum. Elle conserve l'6clat
centre le hale, les piqtres


adoucit I'dpiderme auquel elle
donne une souplesse et un ve-
loutl incomparable on lui com-
muniquant son dtlicieux par-
et la fralcheur du teint, car elle est souverains
d'insectes et les eruptions de la peau.


sans bismuth, invisible, adhEt
LA I iliII rente, impalpable, prepare
Sspcialement pour les person.
k ~Ines qui vculent avoir un It iut
irr6prochable ; son pafum dlicat, son velout6 ont contribu A fi aire d'elle,
la Favorite des Poudres do Toilette.


LEi


IlL 1111 ~LI I0


toutes les qualities bienfaisantes
est particulibrement recommande
dames don't la peau est delicate.


a base de Cr6rre Simonf,
pr6part selon les Iinciipes
les plusscrupuleux lde l'lygifn
posstde A un certain degri
et priservatrices de la Crninc Simon ;
pour la Toilette des enfants et pour lN


Agence G6n6rale et D6p6t pour Haiti
.&A la 1mVItropole
MAISON JULES LAVILLE
9O, Rue du Magasin de r 'at, 93
PORT-AU-PRINCE (HAITI).

ALEXIS BENOIT OnDemande
Distillateur-Liquoriste A acheterdestimbres us6s d'Halti
3, RUE ROUX 0_ aeortis, par emnt o, par uilr s.
3, RUE ROUX, 3. tions tru avantaruse.
Cs-DvAsr, RUo Box FrPoi. adrw r as reau du journl.


__