<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00154
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 4, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00154

Full Text


PORT-AU-PRINCB (HATI)


in ANN~E, NN


-- -


J.


QUOTIDIEN


~ - - -
ABONNEMENTS :

miR vois Une Gourde D'AVANCE

Di& RTI>ANhCA(& R
wralm de norf, or. w.I!


Da=cmui:

C316mmezit Me1gTacoiz'e,

RIkDACTION-ADMINISTR&TION
AC. 1RUEROUX.. ACe


LE NUM1PARO


I ( CENTIMES,


Les abonnemcnts partc'at du icr. et du iS
r'is et wnt payables d'avance


Loets :.i


V -tl-9 Wi.---- Wi. ...


Pour tout c qui concerned 1-- minisration du J nal, s'ad r Mr A r
Pour tout ce qui concerto l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur IS


de cbaque


ilhiscritx Wi:,.Ar.%i on izon aw *ui t pares mais.

ID O RE, 45, iuc RUKC ou BoDUC-Foi.


- III- -.- ll- ----.---


DIRIGEA N TS SOCIAUX
:Et famxxill es patrconales


lUia .lone1 mit utuli' a ,: pIl pl'. l ,1:;
dtripiants ocit.ux, et tcela pour ) l
bo e raisni qu'il lui a m ctanqu1l t1S
cases dites dirigo.at-is. Pour em-
;p.uyr uii ternIo qui rend divers son)
elqui nl'en est pas ilolins ellliillem--
mteLd just, et il a mlanlqut ce peu-
ple (.s patrons.
I'urquoi ?
1 east bien admis quie jnos i,';res o:ut
kris les changes dte 'esclavag el
,ous ont conquis I; lib.lte) politiqutl'.
Vivre Libre (u montlir, tell tait la for-
aiult d'ordre public qlui a cro la com
molion Mlectri(lque et produit les h1-I
roisines de -1804.
(O, voila qu'aujourd'limi nous vi-
r,'is libres et nous mourous tout a
la foia.
C'est que la rebellion de 1801' qui
rested hbroique come acted politiq 1uo,
demoure un acte social auqucl on n'a
pas donn4 ses corollaires naturels ett
ldispensables :c'estausi I'exipulsion
tn masso does p!anteurs de Saint-Do-
aBingue, puis la destruction des ha-
iitaions.
D'ailleurs, la violence des rtvolu-
ions a t6 a peu pr&-< la memne dans
uaG les anciens -Etats A esclaves de ;
iltilles Ct du continent amtiri.i:ain
tchz nous, aussi bien qu'au V6ne-
tla, au Mexique ou dans n'rimporic
luelle region du Nouveau-Monde, les
aSses noires se sont levies sous
tflluence de la propaganda active
d mulatres.
Ce furent les Anglais de la Jaimal-
qui, seuls, surent se preserver
rveinent de la devastation et de la
de leurs habitations, parcel u'ils
t assez avis6s d'affranchir loar
Ves loraque lea negres marrons,
tes dans lea montagone Bleues,
.rent mis A commettre des d4pra-
sur lears 6tablissoments.
:lI malheur est que, aprAs la des-
n de I'ancien rtgi: e par la Rd-
g6n6rale, les colons planters
hrtent pas remplacds et, dbs lors,
."'ovelle oci6td de Salt-Domin.
i xt .Ocialement d6aplte6. Ellaene
1,%Pt pluan qua de re dinner de


anciennes famiillis i!, planteurs iha.-
sees do notre .-ol i) ir la RSvoltition et
se seraient mtises e:n ardc 'oultre to)ll
les abus politiques dti la c!u'oiisation
francaise.
Les ateliers et les usines soraie:it
inodeles et pour ass-; :er loi I perp(,'tui-
t5 et leur prosplritW, on dt:miancl'rnit
!a modification, en co qui COIeCnt'lie
les habitations importantes, de notre
rdgimo do succession bass stir un faux
esprit d'tgalit4. Les habitations riva-
liseraient ainsi en developpnment t
en richesse et chacune d'ellesajouterait
A la prosperity ggenrale de la rgion.
Les ouvriers attaches A clraque ha-
bitation devraient chacun avoir un en-
semble de responsabilites priv6es n,;t-
tement dtablies etse montrer soucieux
doe l'entretien de leurs families, sous
Io contr6le accepted de la faniille pa-
tronale. lls devaient savoir lire et t'-
crire et, dans le centre rural, colee
tomberait Igitimement sous la sur-
veillance morale des patrons qui, tga-
lement et sons la suggestion de leurs
int6rets les plus 6vidents, s'inttres-
saient A l' glise, A I'hospice et d'une
facon gandrale, a tout ce qui a trait au
profit cornmun.
Dlans cette atmosphere, tous les
grands sentiments qui bouilient en
chacun ser.tirnt dralnrs vers ce cen-
tre important des preoccupations que
constituerait la fanille et une solida-
rit6, qui scrait la vraie, s'Mtablirait
naturellement entire gens da mrnne
pays don't le but est Jlue c!acunul so
suffise a soi-mnme..
Certes, la notion de I'Etat s'eloig.e
rait davantage, mais ou vraimont se-
rail lo mal, puisque les families pa-
tronales, dignes de la consideration
des pouvoirs public?, seraient les in-
termediaires naturels et interessds en-
tre 1'Etat et les individus.
Volt-on surtout, dans ce pays qui
se croit apte & pratiquer lo sulffI g
universal, quelled saine et utile di et-
tion plierait les esprits A une sage di.--
cipline et combien les mouvaments
eloctoraux deviendraient d'6fllcaces
consultations Voit-on ce que l'dla-
boration et l'application des lois ga-
gneraient B& tre envisages de pres,
non plus d'une facon abatraite, inais
dans le but pr6eis de r6pondre aux
convenoance formelles du pays et de
cea qai I'habitent 9


dir )C IitkI X l(ti IloUs
Obt "Ik-AIRFIrt"jI' LI 11MIS IlIlAdulellt Oil-
COCO, r. ior: riepoiJ(I1 &l. zn'SI-1llaveI', Pas
tit 11 Eat Ii: ls sotit UnI f actteuIr ii-
'(ii -l)0ll-;:d bl! de1 It jruspeli t6 s)iaite
et, ii est t'ail cde d -C'oll aperetevOir.
1I.0-111j1,pliw -,t :t )1endre et la tfu c-
dl,,' !-,, d les plan-
!.*:;r ad t pil. qu. iw-s lo-, dillkretite-s
t.'ii ti-"5dIlpays, tav;tillo en forces
lwrdle." .'t 'w~f~whll auicole
(u'i~s Iit4'1iVIrt social eil
!I t In t I II I L' 1) 1, S0f11t11 e O
I-.StII~'i'I'par des ac-
I&s, plU- o ( le (0C10CiVil par des
prelscl'iptlit)Im).-; Ie, I oranisa-
tion I t ittI r12 41:- 1t ii). je tS de la

ri<)r%%.i lap l
t'~~ ii i le





Renseignemnents utiles
ou /r-o,0MIIp',
Labe tie les1os Ilo11doit. -tls igmaeiat
s0oi ls opruiQijier de ces dIux riwfs est
t ill des wawitis des forits (if! Java et de
SuniAta oii le trotve galeriacat dans
los :l ~es Pu nius tropi e les de I'AMie,
,do I'Amtiietij lt- t de I'Afa ique.
S )io I rotic .ut flu, aii os le bas, do
na ih ie -enwt.1le'miiit lout soi l etourage.
Les brimwlICs, dlispo-st-es par tkages tris
ep-a. _6s et eta cotivertes lie feuilles pen-
dant Lkt saisotjdsiae, %servent souvont
Olrapuisia sic ijomlbreux atitres vegetauz,
Orchidcs,-;, Fotigt,6rs, etc., qui font rca-
sembler lie vieux sujets de ces arbres a
dle v~ritables j;jrdins.
Aux flours a sez griulas, jaunitres,
.succdent des fruits coriaces an forms
de capsulos, rentermnant de nombreoaus
grnines envelopp6es dans dos filaments
borillArnts et (ili come de la ioie.
11 y a une cinquantaine d'anndes,
lorsq di, I't1ablisseinent de la premiere
lignie W0tgaphlique Java. on tit cisoix
4les kapoa.k coanme poteaux tel6graphi-
q uC. liii t 1tu la demand'Ide ces arbres
W'acerut i tel point qu'il fallout en plan-
ter, c a qtti uira 11'attenlion str les gral-
,aes et laairne qu'ills produisent mo
grai;-11e ;abondance. C tte graine-reonr-
me de o 204 2 5/ d'buite utflis6e ma
lollande darns Ia fabrication do savons


chefs politiqlues et nous on soijnmes
au dix-huitieme.
En envisageant los choses sons cot
angle, on peut dire que le mal do pays
vient de ce qu'il a constamment tendu
les bras vers la politique et d'avoir
cru, ot de croire encore, conformin-
ment A une fatale mentality latinc,
que son slut dolt venir de la r6volu-
tion politique, violent ou pacifique.
C Cette maison, c'est un capital: il la
brile. Cot home. c'est une intelli-
gelce: il le supprime. dcrit Edmond
Paul d'un do nos chef.- d'Etat. Get or-
ganisateur social A rebours, vous avez
dd deviner. Et ce sont IA les mo-
yens ldont la mise en oeuvre devait en-
trainer un certain genre de progres
social.
Tant ii ,st vrai que la preoccupa-
tion politique est absorbante et exclu-
sive. Or, nouis osons le dire, lo r6le
social de I'EIat est bien pen de chose
aupres do c.lui de solides families pa-
tronales.
Rien no vaut tant que l'cxemple et
c'est, dans chaque region, ce genre
d'exhortation pratique qu'emploierait
la famille patronale pour incolquer a
chacun le gout du travail, de I'activi-
te personnelle, du progr6s individual,
le sens des responsabilit6e reelles, et
j'entends par IA cells qui d6coulent
des devoirs de famille.
Chacun so sent bien iA faise d'affl-
cher ses droits et ses devoirs come
citoyen et membre de la communau-
te, et c'est le vague de ces obligations
qui Ie grise. Dbs qu'elle tendent & se
prciser et qu'elfes demandent A se
resoudre en actes former*, la r6alite
lear enlvde un pou do leor grader
dapparat et nous nnavons pas esprit
prepar6 A accomplir les choses toutes
simple. C'est ainsi qeu tel est pret A
fire des sacrifices & la patrie, ai
manque a se. plus 614mentaires e-
voirs de famille.
Les families patronales s'occupe-
raient, au onttrai, d'arranger leur
vie at leurs prsouopaUo a sise
soucier de rie iasriaer Aa I parie;
sil m mrallt aial Gi lMt1ed C u


-- --


156


VENDR EDII


O0CTOB RE


1 907. -


~ -- -~










La laine, quoique lite, plus dlastique
et plus r6sistanto que la libre de cotton,
ne pent copendant etro Lisseo ni lilee,
les lilnameintl, 6tatt trop cassants ettrop
courts, mais elle est tres recherchee corn-
me ouatt. vegetale po irgarnir lesoreillers
et coussin- a l;i place d duvet, des ma-
telas, et pour rembourrer des siiges,
prdferds dans les tropiques A cause de
leur grand.- doicour et ljtgaert6.
Un arbro rapporle au bout de trois
ins; qn:an1 il est ;a'iivd a son entlier
(devlot ri p ent, il foirnit 1.000 i 1.500
fruits piar an. A I. Nolvello-Gui',de on
en plane e n grand nombre le long ldes
routes, (;, u caili;r'e i taunt facil el Iit
creative. O.i proc le par semis.
Irtn 189.) I'exportalion de Java de cette
laiine a d41(;'psse mille tones. L'Inde,
4 ylanla, a Jtuaiueo ct I'Australie en.
produisent gal.n:ment.
RF N-SEIG -.3 EM EN TS
NETPCO LO G.L Q U E.
< 3bser"va.to ir e
DU
SEtL;; i.. CO LL&EG St-MIARTIAL

JEuni 3 OcrOBRE


It 1,.)uneto..; .nidi
'To notc.-ture .anum n

Moy':eine diurnc de !a temperature
Lc ciel a dt clair jusqu': 3 h. et
venu .trcs-nu.igeux depais 5 Ii.
Eclairs au N E depuis 6 h.


761 4
21,1
32.4
27,0
est de-


Lc baromtire n'cst pas montd davantage.
J. SCH[Ei ER
Ordre des Avocats
Par ?che du Secretaire d'Etat de la
Justice en date dUa 27 S:p:einmbrc, Messieurs
les avocats du B.irreau de Port-au-Prince
son: invite; A a'sister a la Messe uhi Saint-
Esprit qui sera c6lebr6e a la CathdJrale, A
l'occasion de la rdouvertire des tribunaux,
le 7 octobre courant, a 8 heures dun mtin.
Port-au-Prince, le 3 Octobre 1907.
FRANCO1S M.ATHON
Une Nouvelle Statistique
Les savants s'amuscnt comme ils peuvent,
M. Lino Ferriani a imagine ce curieux
divertissement :
Desirant connaitre les raisons secretes qui
pouvaient pousser une jeune fille a se ma-
ner, il a interrog6 quatre-vingt-quinze conm-
patriotes. ( 'ourquoi pas cent, cela eCt 6te
plus commode pour le ddnombrement ? )
Or, ces jeunes personnel, ages de quinze A
dix-sept ans, ont repondu dans les propor-
tions suivantcs :
5 pour sortir seules ;
to pour s'amuser ;
5 pour voyager ;
7 pour avoir un domicile p2rticulier ;
61 sans motit explicable..., parce que...;
3 out decline ;
4 pour fonder une famille.
t aucune n'a parle d'amour. Cela scan-
dalise M. Ferriani, et il a tort, car il de-
vrait savoir que lei femmes, et mmee les
jeunes filles, ne parent d'amour que lors-
qa'clles sont assures d'6tre aiaides.
T616grammne funmbre
Nous apprenons la mort de FtNELO
Fanm, d6cd6 & Kingston ( Jamafque ) le
ierOctobre, a l'agede 8 ans.
Nos condolences A la famille.
A l1 Croix-des-Bouquets
A 'occasion de la fte dd Rosaire, di.
manche 6 octobre, Mr Annaciaus Jo don-
sert, dinas coor de Nr Biice Chicanan,
rue Calvaire, use pandae mnede lindraire
*e tbtrale.I


SL'entre g6nerale est de so centimes.
La levee du rideau se fera A 2 heures
pr6cises.
Une causerie sera faite par Mr Kleber
Cantave, licenci en 'Droit.
Ligne Hollandaise
Ce martin est entr le sIs a Prins Wil-
lem II a avec lks passagers suiv.ints ve:!ant
de New-York :
Freres Paul de la Croix et Archange, M'
Moses Btesh, Mathilde Btesh, Georges,
Hamari. Edouard Mews, Paul Robelin,
Edgard Furbush, Leon Piciotto.
Conseils de bonns femme
Les bienfaits du citron
Une plaisanterie bien connue des enne-
:n:is de la therapeutique est de dire : aPre-
nez vite ce remade pendant qu';' ftit du
mien *, c'est-A-dire tant que la r6clame lui
donne la vogue. Mais il est aussi des re-
inJeds tres simples que 'on est 6tonnd de
voir s!' maintcnir a travers les ages en pre-
nant, A certaines 6poques, un air de a nou-
veautt de decouverte tout a tait amu-
sant.
En cette caitgorie, nous placerons le ci-
trot employee deja dans l'antiqui-: sous la
forne ou lie nou; apparait actuellement,
contre !cs rhumatismes, en cure rationnelle
.aliant en augmentint de dose jusqu'a 20
par quantity semblable, de deux jours en
deu: jours, pour redescendre ensuite au
premier nomnbre. D'abord deux fois de sui-
te j, puis 0o, 15, 20, en redescendant
alors toute la game 15, o1 et $, en le
.ucrant au besoin avec un peu de sacchari-
nte qui Ic rendra moins acide sans inconve-
ni;et, ce product drant plus doux que le su-
cre ordiniire et s'employant par consequent
cn moindre quanti6.
C.te cure au citron, trca connue des
.rihritiqucs. s i'F.:it c'n e'i.ti;. t I'absorp-
oiin du i in idicamenteux. en ov:tant
d'cn p..::"!.rj ( :: : "'h '!;'c '::i ;..' LJe
l:s r p. i.., .ii. d- ii p.i, n )i ..rj l. .e gas
triquc, c quoiqu'il soi: dun .; ;uilleurs
digcstits, pris ,.n grog froid ou chau'd dans
les cas de cratnpes d'estonmac.
Du rcste le citron n'est-il pis une pana-
cee universelie ? La lemonade, prepiree
comme breuvage. rafraichit et tonifie a la
fois. L'action du fruit d'or est tres marquee
sur !es vers des petits entnts, et dans les
atfections d Ila peau. Lei minilo:; e;a font
une grande consommation contr cle scor-
but; comme spe6ifique et comnme preserva-
tif de cette maladie redoutable. D une ma-
nicre gnrrale, le jus de citron cst preconi-
si en gargarisme pour letter centre les
maux de gorge.
Pour la toilette dei ongles, le citro: est
prdcieux encore et on 1'emploie avantageu-
sement contre les engelures. D'autre part
un morceau de citron, maintenu sur un
cor, le ramollit dans I'espace d'une nuit si
parfaitement qu'on peut le soigner avec
une extreme facility. Le meme traitement
est favorable pour la disparition des ver-
rues que l'on att6nue aussi par des lavages
frequents au jus de citron. Celui-ci de plus,
d6truit les microbes quels qu'ils soient ; de
1 cette recommendation d'additionner de
quelques gouttes de ce jus toute eau sus-
pecte et de lui enlver ainsi ses principles
nuisibles.
.* M.


ouvelles Etrageres

DEPICHES HEfUOES CE MATIN
Les 6v6nenent du Maroo
Au Maroc on signale qe le calAmo
partat continue rdguer & Fep et see
oevIroos.


L'ambassade francaise attondue pro-
chainement A Casablanca veoille par-
tout un interit considerable. M. Re-
gnault sera accompagn6 du general
Lyautey et I'amiral Philibert ainsi que
de nonbreux offliiers.
PARIs.- Les puissances signataires
de la Convention d'Alg6siras, A l'excep-
tion de l'Espagne, ont accepted le3 me-
sures dictbes par la France, en vue
d'emp6cher introduction de la con-
trebande de guerre au Maroc. Malgr4
les reserves espagnol-s, les measures
en question seronit mises en pratique.
Das sa pro laiaoi entr-vuo "a Ra-
bat av3c l!; Sulta Aabh-es-Aziz, Mr
llegna''lt, l inistrc de France, qui a
Wt6 invite C rencre visible Sa Majes-
te qui est inaintenant en routo pour
la viili sainte, formulera les demrn-
des si\ vantes ; 1, riglement do toutes
los auciennts cdclamationsdela Frain-
ce aiit rieures et post'rieures au meur-
tie du Docteu' Mucliamp ; 2a arran-
gament definitif pour la police de la
z6ne frontiebr algerienne ; 3" regle-
ment o e l'affaire dd Casablanca conm-
prenant une contribution de guerre et
le paiement d'une ancienne indemni-
te aux citoyeis franrais quiont souflert
du nouvenimnt anti-6tranger; 40 exd-
cution imml'diate des rtfornes prI-
vues par la Convention d'Algesiras en
commeonant par l'installation dans
les ports de la police franco-espa-
gniole.
CASABLANCA. Des rel)re6entants
de la tribu des M4dionnas sont venus
se pla ndre an gn6dral Drude d'avoir
dtd attaqu6s par des Marocains a
cause de leur soamission aux condi-
tions de la France ; le gniiral Drude
rdpondit que si les MAdionnas avaient
4t~ assez forts pour attaquer los trou-
pes internationales, ils pouvaientt so
dfe:idre eux-nmines centre leurs pro-
pres ennemis.
La langue japoaaise en atussie
SAINT-PITEnSBOUnR. L'Etat-ma-
jor general a dcret5 l'introduction
de l'etude do la langue japonaise "A
I'Academie militaire.
Nouvelles diverse
Mr Cl6manceau confera ce martin
avec M. Pichon de retour do I'Hdrault
ou it accompagnait le President do la
Rdpubliquo. La President du Couseil
recut ensuite M. Kokovlzof, ministry
des finances de Russie.
MALAGA. -- On travaille aujourd'hui
A nettoyer la villo et A enlever la bonu
ui, dans certaires rues, d6passc
eux pieds et demi de l'6paissur. -
Les progr6s sont lents.
MExIco. Le Pr4sident Diaz, en-
tour6 de tous les inembres du cabi-
net mexicain, a recu ce martin a onze
heures, le secretaire Root dans la sa!-
le des ambassadeurs du palais na-
tional.
ODSSA. Un train, contenant 200
voyageurs, a 6te arrest et d6valis6
par une bande de voleurs. Plusieurs
femmes et enfants ont 6t4 bless4s.
Catastrophes
Lesinondationsde L'Hrault out pris
an caract6re trrib4 de d4ets.
Plusieurs villages seat seos lee eauz;
les Toles do chemin de fer soot em-
port6es en plusieurs endroits. Lea
autorit6s soot sur les lieux.
Marseille. Toulon, Nlmes et lears
environs furent devastes par de vio-
lents orages, la nuit derriere. Los
rivieres ont deborde, causant aa rivee
appr6heosion parwi les populations.
L P 1id~nt FaLUrre s n vooyae
Le president Falltres pa se ta des


- ----- -i- - m o


inondations dans lo midi a
I'itinrraire do son voyage q
mence aojourd'hui. Apr&s avoir
A Marmande, chef-lieu d'arro
ment la journey de dimanchT%
rendra directement MoMt
chef-lieu do d4partement de rl
Le president sera accompagn4 a
Pichon, ministry des affair,
geres, et de M. Millies Lacrol,!
nistre des colonies.
' Le President do la RBpubliqr
parti avec Mr Barthou de Mont
hier soir A 9 h. 30, at est arrie4
martin A huit ltoures A Mezin par
temps'sp!endide. Apres unei
aux autoritds i\ cours de laqa
des discourse ftirent prononc8espr
maire et M. Fatliires, le Pr
monta dans tin landau avec
Barlhou, Lanoe; et Mallard qui ser
se h6tes A Loupillo:a of ils arrivrM
vers 9 heures.
PARIS. La pluie continue A to.
ber dans certaines parties inonda
du Sud de la France ; mais dansra.
semble, la situation s'est beaucoq
amdliorde. Le PrsIident Falliresqr
a visit la r'diorn iinonde, a didi
do visiter lo D'-parteinent de laG.
ronne avant d,! rentror A Paris.
liAvK. C:Aft Haiti Cap: 4.
PARIS. Rente : 9'.25.


^^otel TBEeliev

DIEJEUNER DU 4 OCTOBRE
MIDI A 2 HEL'RES
Pix : G. 2.50
Pi'g s-l'cct
Morue fricass;ie aux poiumes
Rognons :t la Mlaitre d'HIotel
Filet Mignon salad
lHaricots vcrts sautis an vin rouge
Riz blanc au lard
Pain perdu
Fruits
Caf6
1/2 Vin


Electrotherapie

Docteur C. GAVEAU,
Dipldm de 1' Uaiversid de IHrvl
( Etats-Unis d'A mriqu.)
CABINET:
Coin ds Rues F4rou et da Celtr,
vis-d-vis de FHtel ConmmuanJ

De 7 hrs. d iI hrs. da nais.
De hrs. d 6 hrs. de rapris-dl-

TRArTaMENT DES MALADIES Pj
proced6s nouveaux, efficaceBS,
en vogue en Europe et en
i*- Les affections spIcCALUS
teune .
a9- Ds affections cHnOmQI
a6ra e on locales.
3.e8S MALADES doivent savo_
jourd'hbul it peuvent 6tre ooGUt
opraUton chirurgicale, par 1
thbraple solentiflquemeot doit
danast plpart des maux do
f 'o rhau t6. Et le mde i
est appeal, dans I'int6ret deo
des, -l kI encourager et &
pgesr as one operation c
arb~r et dont leo *s1,,-
soerat le pins grav1.











UGNE HOLLANDAISE
Le SS 4 PRINS WILLEM II
ptirsaujourd'hui dans la soir6e
oo r S-Marc.
Smerade retour Dimanche, Ocou-
Iet, poor continue le m6me our
oWr t.GoAve, Cayes, Jacmel, Cura-

port-au-Prince, le 4 Octobre 1907.
GERLACH & CO AGENTS.


p." Transatlantile


LeSteamer QUEBEC est atten-
du Mardi 8 courant.
L'itin6raire pour la c6te sera fix6
i son arrive.
L'AGENT.
F. M. ALTIERI
[


OCULISTESL..


VERRES BLANCS, BLEUS, FUMES,
mUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
WES, PiRISCOPIQUES CONCAVES, PE-
IBCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completdes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
EANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cymlndriques, concaves
d cosvexes.
Assorliment d'axes counpi Is.
Che: A. DE M ATTE IS.

Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA ET
143, GRAND'RUE


SEPE
143


GRAND ASSORTIMENT DE CHAUSSURES
DI TOUS GENRES EN DgP6T, POUR LA
VENTB EN GROS ET DETAIL.


Execution prompted
comrmandes, tant ici
l'int6rieur.


des
qu'A


Confection des chaussures avec les
ailleurs soins. Toujours formes
NPntes tant & home qu' rfeinme.
LOs derni6res creations de
Paris I
Liquides, Cirages pour chaus-
sures de touted nuances.
.Cmnve ioum de vente convenable.


LA
Farine
do Monde


Le' qui donne le meillear pain.
Sproddiat le plus de pain.
bo les pain le plus blanco
ta lamn ..m. Us As,
ji-It-Ptl&22wv natA


et
la.


ftelobNum nour 111 Coo-
b.I CASTEA. Ryr*-&oid


Avis 1
Le voilier ALM A.
Capitaine Charles .I '
Pierre, partira de-
main samedi, A 7 heu-
res du soir, pour tous
les ports du Sud jus-
qu'A jare mie, pregnant frlt et pas-
sagers.I
Pour tous renseignements s'a-
dresser Ai Mr Felix Montas, amna-
teur, 59, Boulevard des Veuvesou
au capitaine du dit voilier.
A--L


LA NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

L'HAITIENNE
Une bonne machi-
ne d coudre fi un
prix bon marched.
La machine i tun
lcng bras. une large
nravette qui 'erifile
elle-mymrt une aiguil-
le couctc qui se met d'cell-mrnme en pla
ce, une cannette qui se garnit automa-
tiquement au moyen d'uue roue folle
sans qu'on ait besoin de faire marcher
la machine. Elle est bien construite,
bien finie et gentiment d4corde. Cette
machine est faite en deux geure-. Sur
une base en bois ou en fer P. 8 r


Surr one
base en
bois et
avecune
joliec ou
verlllre
Itegre


en bois courb6 .......... P. 10 or
Je serais heureux de vous voir essayer
cette machine, soit que vous m'envoyiez
vos ordres ici directement soit que vous
me les adressiez par l'entremise corresponlants de oi a Port-au-Prince.
Avec chaque machine j'envoie sans
augmentation de prix, les accessoires et
pieces suivanles:


i soutacheur 1 brodeur
1 plisseur I ouateur
4 ourleurs (gr:an- 4 pied-de-hichd
deuws assorti.) 1 burette d'huile
I guide avec vis remplie
6 canettes I tournevis
1/2 douzaine d'ai- 1 livre d'instruction
gullies
Cette machine est faite spdcialement
pour tailleuis et couturi6res.
Nicolas COIDASCO,
SEUL AGENT
157, Rue Ripublicaine ou grand'Rue,
Port- au-Prince.
Vous tronverez r galemcnt toutes lea
Machines & coudre de Singer Manufac-
tore Co.
Pour des commander spdclales de-
mandeo renseignements.
A Vendre.
Chez Mile Ldonide Solages.- 22,Rue
des Fronts-forts, 2"2.
Chapeaul de Panama pour homes
i tous prize.


Bouquetsp Flours,
A vende ez MUs *L. JEAN-PMLIPPE
P3U-Da3C0ro


- I,


TANNERIE CONTINENTAL
DE

P ort-hsu-Prince


PREPARATION DES P-AUX DE VINGT-QUATRE (24)
CA:PAC:IT1 r00 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHA USS URES COME SUIT:
Chevreau glace : l:oiionn6 ct LacI5 potir Houlines c Dames
Ver a o n'ominandel
Verni et couleurs: ( 9 fecommniuld


POUR INFANTS: .


. .


)COULEURS.


8 (huit ides)
c 10 (Di:r !Ides.)
e 12 (tloure ydes)
6 (si.. ydes)


COMPANIES PL C. S

Avis


public Lavis& (ju'di On do la ft'te p)alIonaio
Bouquects, lo di.ai:iclic, 6 O.:tobrc, I:e. dt.pairts des trains
h, .eur4- s suivantu IIk


Departs de la Gare du Nord


A.M.5 30
6 30
7.30
8.30
10.30
P. M. 2.30
.3 30
4.30
5 30
6.30


train
((



a
<(


su -)1(',men I a ireI
mil e in tai re
supplcimen~taire
rt~gleron'taire
s ii ppl 6 ro t. lit it 1X3
r(471ementaire
su 1.)pl 6mnu ttai re
fai c ull f ali i f


de la C:roix-des-
auront lieu atUX


D6p. de i% CL cix-dcs-Bouqaiets


A. M. (: 30
7.35
8.30
1. M. 12.15
3.30

7.30
13311,


tai
c'


(C


I'a l1 11vn [ 1m(a i re

ir(%gleincn ei iaiI
sy t~ I[) eineutai re


C.fc o ito i f


L. dernier c tain de 6.3')0 d" Po()T-A:r-PiINCe of 7.'' .' l, I ',I x I,~E1s IoLU-
QUETS, es; entererint facu.tatif .t n couiraq quc s'il faith beau
temps.
L.es traiiis supplementaiires ne prennent des iass~gers r.n ) poir la Cnoix-
DES-BOUQUETS Ct l'on ne ddlivrera pour ces trails quc dcks billts Aller-
Retour.
II y aura Samedi 5 Oclobre, en outre du train de :.30, in train suppl6-
meritaire direct pour la CInIX-DES-BOUQUETs, quittant la Garo du Nord A 4
heures.
Prix IP CLASSE P. 0.90 f
1 Aller-Retour.
II 0.50 LA DIRECTION.
-, --=Z.


Chapeaux I
Chapeaux I!
Chapeaux I I
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Lo coifToi:r artiste, qiui vient avec le
concours d'n chapelier remarquable,
M. JAIMR TESTAR, d'installer one
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coifflrc du Louvre
Pour tous les gotts et pour toutes
les bourses.
---- -
L'administration du s Matin a
announce aux abonn6s de la Ca-
pitale qu'ils no doivent rien ver-
ser, abonnements ou atres,
quo our REQUSIMPRIMES et
signs de M. l'Administrateur.
Pri6r d'aviser 1'administra-
tion de la moindre irr6gularit6
dans le service diu MATIIN
attn qu'il y soit de suote rem6
die


LA PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES,'88,
Se recommande pour l'ox6cution
prompted et exact des ordonnances A
n'importe qu'elle heure du jour et de
la nuit.
Drogueries, Specialit6s phar-
maceutiques oxtrmement fratches.
PanR CONSCINWCeUX.
-
VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co
VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res
KOLA
ixxrGtonx
MACNISH'S J IRONBREW'
A Vendre
Chez CATIAT FOUCHARD
85, 8, Rue du Centre
t, Rue des Froots-Forts


- ---- -- __


I









Siaison F. BRTNES.


1 'i5 GIIAND'IiLT j 19


5tU i ........... i ge .
inis d'Ailat1isiL'i.., I. l-tiir Edmond Dirig6e par
cliientts t dl ljitip It'i :.- C:a- a. j j y .
henel'ls. liA.'Etn m E.',re dp l Socie, 'hlan-
Poi, tli i .i'. r, :tit **i-"jt'r | I.rtpiqi' .l.s ,;tres iriil ,.r de Paris
fe lliot i--lll I rS 1 !' til "!. : 1ILils-.- l S t'l *
;ro dtui antili, i'"l. i. it -tIll i ,, Its lii si d.1 r, ir' kov ir n-. -a l ot loix .!'6-
Ilaiyvo s X, !.a-s ,,in i.i -( do leit lt :. frf tloles li:n onailt, ca;simr atIlp;n;a, chevio-
(qut'ifI( 1., I '-! i' :'nIII i" l'tfe 'i'- sion. I.', clievi:te p!nur ,>tuii. ti-'. Rellomman-
les cotiirant; : ii.-!,i;u!\, l -s ourants lle p.lt lii i :-r .-it .' -. clientle ti ne
faradiqmui I h'- '<-'i': .-; co:ntirmus, Il l ile olf ctin i l s ar
lir dliin .t il i .. i,ti- .ir d' ,, It ,, i.0 ,- ,I.' i p,,ue de
[pr.s les (ii-.-li .- t telliiilue de nu:! il" ite.
d'A son.i l. 'i;, '* T'es!:;i du Du- Spaeialite da C3ost.urnes de no-
bois i.',inai. .1.\ Miolln. i 1 Mon ces. Coupes Fran';;:i ;. A.-.laiq, et
nell, toUi.-t .1 1., la,-s.-y, le I iiteinenl m;ricnine dei la dert;i.'-. :; '..,tion.
des un alt tlit,' i.'';'ii-l ": i l.,l ti-..on confvca-iork,.e .ti.-.-i sle.s C .s-


(:ANC:K L.--' N1 i I -TI:lNI1E,. Ni:-
VIALtii:.', lYv :. u L II I'.Or.NDRIE,
1*AustAlV slI:. \ ".\ iiK ( .t. 'l T;;ItE-, Ilitu-
P rA: liR:A.I t l 'I I 1 E:. 'I', Ai.v. !\, .. ,SIl:
rT .t urlra .i ib i-t. II't 'ii. u,:.1A S1

L'E..STti. .\ .. \ il. NI;i'I.l: ,11 ll< *N I' i-:1, It:+
l TI' l-tK i't.'. l l.l-.- 1'*l I ,, l li oN i'l. ,l l1 .
( I.: L' i ,.\ 1 .; I'l :!; i ( -i .+ / l.i ll i r' l S .1 :
-1W
;I- :NI'.JII .; 'll I 1 I. I. ( K i i 'EXO lliTii .L-
tly l E )I IillI. i. a j -, o* I '- I U'.
fl fil ,. l-; l i l i ..& 'l i!\. 1'1.\.-. 'r a l;I; ..r -l't






.Xl \ iT 11 . I

Ju:a. Des 'oohes


I'Lt 4 "I 1.11L ,'r. '


ft, + 7, :' +f :, I. ; i.'..


I ,.


EtuM e de i CilU. D1 e
\voc9.t
A P .TT-GOAVE


RHU nA-SYLVAIN
Product di i 1 !;'son, St. 4 i1' ( rc Vieilli-". .-- .i -.; :.i ,us.,ij':\l 12
t.t 15 :is
P R I Px"T Rtf-i Mo.)

Maislo 3. Sylvaiu
43?, Ru, ,-s i ..: -.-lorts.

Francisci DESUSE
Fabricant de chaussures
a-
La Manufacture a toujours en dd-
pbt un grand s-t, k. pour la vente
en gross et d6taii,-- de chau:siures en
tous gonres pour
HOuMM.s, FEBMIES, ENFANTS
Lea counmmnides de.s comnmercan*s
do l'intArieur pourrolnt tre ex6cut6ea
dans uue semaine a peun pr.s.
IX-J, rue des Fronts-Forts, 23
PowrT~a-AotMNc ( uanT )


'urnes m it.ires. habits brod6s
._.'ri-ns, ttinfiqJu-s, habits car-
:- S. et.c, .- ?iu.. r:ii-s.
S.. .- ...- ---- --. -
ira oi:. rxn enx t
tiL'E LE'iN CE


<. *


' y'


F.'abricann t ie ctna. ssures,



pour.:c 'la le:.
; 'i :ii ) A. I.i" ..
S'. .. e
*i ji -a S: '
...'. -'. u -tr s

. : I i,-'t : :; *l'A j. j.- 'a ujt.r ce:-I
i I 4 "" I t m l' "
.* ,is-. ";',.. ," de ('airt
P a : > ','. -.. I *

%idllll li,,, '. .-",.t.r-; it !i i. .': ,li, .\ '; l' il


Ilak, rn rie


67-119 Rt .s .. L :,;n: .
Sp c .l..'- FP. -.] -. :.
Pouri.re pOj :. ;. 't . ; .
pr riin su. l:s 'i i.i: P. 4
Sirop aniasmn atiq ,li .I I -C; I icaI:e
centre les acc6s d'asthtn., c eles' toux
rq u:.!'ite t l-, tIjiLs:, ; : : 1. 5;.

M,arii et Jeudi te 8 A ., ha ,;tinir
par le Docteur. N. THao s.


Tihere Zipirin Bell
F.bricaut de chaussures en tons
enres. Pour Hommes, Femmes et en.
ants.
Place de la Croix-do~-Bossales.
SPCCIALIT9:
PANTOUFLES M ULES

LA, REVUE
( ANCImNNE REVE DmS Re uma )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR Sr.AILSTI
Haiti ,.. 28 francs, 16 francs.
Les abonnements sont regus dans
lea bareaus du r Matin a sel agent
poor a RipubUqae d'HattU.


s"i*bI


SIDNEY PART


.
0

m
Is


S. adoucit I'"pidernio auquel ills
La I done uno souplesse et un wV
SW r a louta incomparable en l1i cow
?:-. '. 3'- .. l. inuniquant son dtlicieux pWi
fum. Elle conserve I'6clat et la fralhli;ir du teint, car iloe est souve
control le hlale, les piqares d'insectes et les eruptions de la peau.

iLA ^ ii. i rsi .-.o --,. sans bisninth, invisible,
L A . : ,, ;. '. ". rente, impalpable, p
Sspcialement pout les
.tfiMu-tr:^iitamt,...... -i.Sft'i nes qui veulent avoir un
irnprochable ; son parfum d6li,'lt. son veloutr ont conlribud A faire Ir
la Favorite des Poudres do Toiolett..


LE LVIEII

toutes les qualities bienfaisantes
est particulibrement recommand4
dames don't la peau est delicate.


[ I & base de Crerr e Sic
prdpari seloi les !"ip
rles pls scrupuleux do I'h
possbde A un certain I
et pr3servatrices de la Cre~ne Sili
pour la Toilette des enfants et pot


Agence Gtn6rale et D6p6t pour Haiti
A La l e6tropole
MASON JULES LAVILLE
93, a.ll hva Mal do rPtas, 9 -
PORT-AU-PRINCE (HAITI).


ALEXIS BENOIT OnDemande.
Distillateur-Liquoriste A acheter d timbres tes
asa orti, par ean tn per
63, RUE ROUX, 60. tions tre svaaagmuMsl -
CtI-auvam Ruo Bomn-PFoz. rS'adres r bar tsm e


D' EDMOND HT'R AUX
~~
j
'
i l d
V. al t* t" is : 1 % ld( *


I
I


E
i


i
1
i
J

r


~ 3so


73, RUE DES- CtSARS, 73.


Entreprise G6nerale de Pompes fuanbres
Location de Voitures pour Mariages et Bapt6mes, ete, eta.f

Monsieur S. Paret a l'honneur d'avisr le public qn'il earde come Darl
passed la Direction de son Entreprise Gtn6rale de Pompes fInebrji
qui est de son initiative propre.
II promet comme tonjours, promptitude et rectitude A toils ceux qui ms.
dront bien s'adresser a lui pour Entreprise G4ndrate de Pompes funabt&
locations de Corbillards A tons prix, locations de Chaises, voitures poW
marriages et pour baptemes, etc.
fMonsieur S. Paret pour avoir un malAriel plus neuf ot plus riche remi
tout pur r t -imnplement les chaises etle Oorbillard qr;'il exploitait
compete demni avec MNme Vva Lon Gibri-1, dans son Entreprise, bien ea
tendu apris riglement de compete.
Mr S. Part continue tonjours com:n. ii eot dit pins haut h s'oecuper d'E1.
reprise Gendrale de Pompes fundbres, de location de Chaises, Corbillards, voigk.
rrs pour mar; iges et baptdmes verres, verrct d4 champagne, converts complete, f.
nauxC, etc, etc.
Port-au-Prinice. 4 Setptembre 1007.


Pro- il- s -lygi Ig- -s pour -- a Toi

ProiHits lgi 1i pe lor l1 Toilette