<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00150
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 30, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00150

Full Text




M UTILATED


152 PORT-AU-PRINCE (nulTi)


LUNDI,


J


30 SEPTEMBRE


6


QUOTIDIEN


ABORNEMENTS :

PAR MOIS Une Gourde D'A

S DJPARTimxrq & CiTRANGNR :
Frals do posted on sus.


VAN CGE


DIRECTEUR:



19DACTION-ADM INIST RATION
45, RUE ROUX, 45-


-.- -.----- 4


LE NUMfRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent du zer. et duo 1 de cheque
mois et sont payables d'avance
Les manuscript insar6s ou non no sunt DI Arems.


Pour tout ce qui concern 'Ad ministration du Journal, s'adresser A MonniAm-


A r thur- ,n-l R P.- Ac RUK aU DUU e%


L'ARISTOCRA TIE BIEN ENTENDUE

Un mot s'est glisse derniirement tend de la possibility pour les hum-
toos ma plume et a, paralt-il, fort in- bles de s'dlever A la fortune et aux
trigu quelques-uns de mes lecteurs ; honneurs ofliciels par la seile acti-
c'est le mot a aristocratic a et il a d'au- vite intellectuelle.
tntplus intrigue queje i'avuis fait sui- Cest bien IA, n'est-ce pas, de I'or-
re des meots bien entendue a. thodoxie social ; est-ce cepejlndant
Que peut done 6tre cotte c arislocra- bIen la qoe git la vei i1- t
biebien entendue ? .
La RMvolution franchise est venue et
soufflo, ou, pour 6tre plus exact a e vr, dis-
e asouma sur s tours ies m1eramui,- .l iv, I,...'V u. .oiulln s
nations. Le Tiers-Etat des Etats-G6nC ( quivoque qu'a pa crel'r le ltrme
nax de 89 a illustr6 une des plus gi- < aristocratic a et je veux dire que je
palesques poussees democratiques n'ai pai entendu parlor de I'aristocra-
eta completementrenverse, au moins lie intel ietuflle.
th6oriquement, I'6chafaudage social 1l'n 1' declaiant, je te siuLrais etoln-
des temps antdrieurs. inor pet sonne, car on connait ddja
Depuis, la d6mocratie est devenue neos idWes et cells de ce journal sur"
un dogme qui a, rendons-lui cette jus- la vraie signilication social des mani-
tice, tres peu rencontr6 d'bh6rtiques. festations intcllectuelles. Si I'on veut
Pourtant pen A peu, la question so- tenir conipte des consequences qui
ciale, absolumentind6pendante,qu'on d(uivnlt s dbgager dt tout ce que
veaille bien le retenir, de la question nous avons dit sur les caractlees
Politique, s'est reform6e sur un autre rkels de lasuporiorite social, on n'au-
errain et un des bienfaits de lia ra t) d peine A se convaini're que
Mknocratie a lo igtemps consists, con- l'at istoc:lie que j'ai en vue est cell
*Oencore en France, en ce que 'ac- (lui est taiblie sur la possession de la
s des honn urs et de l'e61vation terre : c'et I'aristocratie terrioirlo.
It ouvert aux repr6sentants de i'inl- (>-to aristocratic existait a St Do-
lMectualit6 pure, et la formula un;- mni-ugu! avaitt qu'elle fat devenue ter-
Mpnement acceptee est: a chacun re libre : il est grand dominate que
a ses capacitds. la colonisation franchise ait alors etW
None nouo sommes months, a ce souillte par la pratique de l'esclavage
t deo ve, ls dies h6ritiers de et que la Rfvolution franaaise, en sup-
tradition poltique franaise et le primant celui-t'i, ait it6 impuissante
ritonint de d emocrae rend ici le a conserver sur ses ruins une aris-
ne son qu'en Fdrance ; et come tocratie terrienne restauree. Peut- tre
Me son qu'en France; et comme o iile Weilt alors
il sous entend et reserve les droits que la prosp rit d ilnt aeutl
Ia puissance intellectuelle. pas connu si prompt ddclin et peut-
A We aussi que I'ind6pendance social
Ausai bien, quand le parti progres- tre aussi qulind.pendan politique
e, dit lib ral, s'est constitu6, ii a et pr d6 l'ind6padane poitiq
rd, comme 6tant un de ses pa" une logique ot prealab'e dnpos-
iPse les plus fondamentanx, les session territorial.
ts de la suprematie intellectuelle. L1 vrai et impdrissable sentiment
r, eir au plus capable, telle est, patriotiq1o vient, en efft, de la terre.
raveu autorse d'Edmond Paul, la C'est bien l le veritable patrimfine le~
be irr6ductible inscrite sur la guepar no, pires et le territoire que le
*,lre du part. titre de propri6t6 vient consacrer en-
Scomparant la hierarchisation so- Ire les mains de chacun de nous mar-
Ictaetulle & cell d'avant la Rdvo- que bien la measure de son attach
0franoaise, il apparalt hours de ment au sol national.sont
quoe raristocratie rd66e par le Les grands propri6taires, qui sent
S ordreo deo cho em t Intellec- ose plus important detenteurs do ce
S I t qe A m d6muoor lsatlon I'en- sol sont, dan Ila mame measure, de re-


mairqabi"s facteurs de i',voslution du
pays ; et iuan; l j'ecrivais l'autre jour:
a aristocra:ie bien entendue, o je fai-
sais allusion it ceux d'entre ces fac-
teurs qui peuvent etre A la hauteur de
leur vraie mission social.
Est-il necessaire Jd redire quelle est
cette mission ?
Les revolutions ont abattu en Fran-
ce, a tort ou a raison, la puissance
politique des aristocrates, et ceux-ci
out ett assez pen soucieux de leur r6-
le pour at)diquercette mission social
don't je viens de parler. lis ont trop
i ,aQU1*tl)/a/p ttei AtiaW .p--t'ap
pelt le souvenir d'un grand domaine
et que, avant toute chose, elle rendait
manifest et visible pour tous la pr&-
tention di seigneur A une parcelle
du sol de !a nation.
Avec le;ir puissance politique, ils
out abdique la geslion des interets de
leurs localities et c'est Ih une des cau-
ses les plus sensible de la decadence
social fratitaise.
*
Nous avons en Haiti quelques grand
plaiL!t'l our : iis i~ suffisent pas. Qa'ils
augiieiiteuit leui nornbre et, en mrene
temlps, leur influence social qui leur
pectiIlttra de prendre la toee de leur
i'gio~n.
Qu'ils n' s'y installment pas unique-
mont pour exploiter les habitants et
faire fortune, mais aussi pour deve-
nir, a tous les points de vue, les per-
sonnalites les plus importantes et lea
plus indispensables Qu'ils y habitent
avec leurs families et offrent person-
nellement I'imnitation I'exemple de
leur comfortable et de leur ind6pen-
dance privde. Que rien ne se decide
dans la region sans eux et, notables
v6rilables, qu'ils inspirent jusqu'aux
actes officials eux-memes.
Le pays pour eux sera leur region
et aucune importance no sera, A lours
yeux, plus grande que celle de leurs
affaires locales.
C'est la pratique la plus claire de la
decentralisation et le meilleur moyen
de d6charg.r le pouvoir central.
Lea progress sociaux auront ainsi
chance de s'6tablir progressivement
au gr6 de l'aptitude et de I'activitd de
chaque centre, et dans lea grande
conjonctures, Ia nation sWrait natu-


rellernent 1rouvc':r Ua -hotissole et ses
reprnsentants Ites plus naturels et les
plus ldgitirnes,- sans se laisser gri-
ser par I'effervescence des grands
mots qui sout, sous le couvert d'un
patriolisme mal entendu, la fatale ca-
ract6ristique de I'aristocratie intel-
lectuelle.


PEUT-ON GUERIR
LA TUBERCULOSE ?

( Voirles NAStld )"P et 28Seplembre )
Attention '. 3. (Calnette ,ntos ,lole
d'importants cos.i/.'ls pratiques.
a Vous etes biemi, mon cher mnaitre,
I'uin les promotetiirs ile la thiorie nou-
velle : vous Ipentsez 4ize la tubr'tilose
a se nrleioge N C.
-Certes nous dit M. Calmette. A
mon avis, les bacilles que nous 4 respi-
rons ne Icjd,;s:sent pas le laiynx : un
spasme inlstinctif nous fait ramener et
rejeter constarimneirt les poussie l,. iui
s'accumulcnt i l'enttr6ee e nos bronclihes.
Au contraire, nonl stulement nos repas,
mais noutre li p,-r'lt:lul m1Iuvemenl, de sa-
livation et L1. ,~i l tfitiio ln li bol salivai-
rie t'ot p.asser tjl.t;s tnotre usophage lea
baciles enlre.s d lris la bouche. Et ceux-
ci desceixdenit le long dlu tube digeslif,
d'oi ils gagnerontt, par le chemin que
vous savez, les capillaires de nos pou-
mons.
-Et vous en concluez ?
-J'ien cotnclus que, plus que jamais,
il faut surveiller nos aliments, 6viter lea
mets crus, fire bouillir le lait. Plus que
jamais, il faut apprendre au people A
se laver les mains avant les repas, A so
rincer frdquemment la bouche. Plus
que jamais, il faut letter centre la dis-
s6eiination des bacilles qui, malgr. le
chleinin detourne'qu'ils prennent, fini-
sent toujours par envahir notre poumon.
4 Et pour cela, le combat doit conti-
nuer centre les poussieres ( a vous au-
tomobiles ) centre les balayages B see,
centre les mouches, centre les tables
malpropree, centre le.4 laiteries douteu-
see, centre lea taudis, enfin et partout
centre le funeste crach it ..
-Mais, objectons*nous, vos eMp6rif-


to ANNZE, N*


1907.


s~------------_
-~---


- ----- ----- ---


-- IL -~L-~L--5 ~-~-- ~-- ----- ----rr~----r,-l


__~ __


___


- -~--~--=E~t~. --


XILA L1116alJL ca LL.F~xZ, 1 4) Aue ~oux OU nonPUC'roI.








IMUTIL


ces sont faites sur des animaux. Les
conclusions que volis ell tivez sotit-elles
e1galererit valables pout I'li)tiniO 0
!Vunitoii trit-s rt~sul u, I-Jot-Iueir CalD-
relte repond A inotre question :
-Tout porter A lc vioire ; encil cttt, les
tU6orie, tirie,-; des *'Itilcs sur 1's l,1tes
expliqiient Aimervel it w1 tire1[;! 'iti-
vasion tuborcliens-'' clotz II lulni.%
4 Sacliez,d'FaillI. tirs (Ili(! 1e'.s;tvai n s
croieiaIII! p htis v'i, p', dI' I(( unit,- tde la
du bici lo q ui rozi'l I' herc uuleti x Fli torfl
me et certain J :II l;II\m, J)"1 Pill julO l
bi-uf. J'"..imne *I : 3 vp'oll. nrt Ic horn-
bre dIe Lrit'rcn O:-
p-1r' Ic Liit fit"o- V:AI ( )I', vo1S SAtVCZ
(Ill'll 11n -l'l1, ;I.1-1 ".. oll ,.~ '
80.00)1 eti I*.1 ts dIc'-1 .1 3 :Ins. "c t 'Ii ,iIC

putet' au hit ti~l),oCltc!IeX Co(lli~e

a 'tz'e liini till, 'i- ;-(-'.; dits, c L d'at-
tres en)core', nlios :,Icmoii it :ppi Y1 I
a I'Ioliflru esI 0 nlstl: detl eU-

bolu a 4., i oif.ta


Co(Xmmenlt'h t Iv(-/-vmts 'I0' .'11fIt0 d.

ct. Iit, rc ,or it, kn111 li~iS 111

Ser 'n (III tWi' fi

l'ifsiI"'hol ct i; h''hlI ic jti~ tolo -.it

ft'bti oii's fituirts : II Iont I:j2i .j i t
v(c c l' a.CC110,niatu''i loin 1'ii'1 .i c1
rniim'e atteiie. La So01utii, 0 t01,111
MCI! doit 11olle cc~m,:41steU I e;cllez (51(1
tous Uric c vaccination p .v'n;iv\ C':.-
tie I e Mal.

witi
:to*t'i tie ,l: t'i n-i 's o 'iii c -h (' iii()
(II'( IS p
(~~~~~~~; tc j' illsi'jieI' lii~'t'o l.tIlU
otit.1 11; S Itill, ii'-. -0 I Il ~liSO''t.110 fe-
bai~c~i z lr ux Oriv~a.. ) ~, de
Cetl? atoiiEton,1Ous d al')-I Iide bow ux

141 belle ci 5so,,,iVtii' tu!( InD
calmflette coivl
Ellreleecfs. m
sil acelle i l iic i~! ;ulc~ liD
przii- doe l.-c.hllIt't~re d 1:'l e1i!
s~ri a~i I rsi
Ses pi'Ccieti xrnsci Is (C:'oStt c1 oN( lUC.O
( !'Iifilln deat4


Secr6tairari.3 d'Etat des Finan-
ces et du Commerce.
En cas de perte d'obligations de la Dette
Interieure, des tires provisoires ne pour-
ront d6sornmis atre delivres, aprc Ils for-
malitus exigdes par la loi, quc sur le vu
d'un certificate du Commissaire du Gouver-
nement prts la Banque Nationale d'Haiti
attestant que les dies obligations sont va-
lables.
Cette measure est prise pour pr&venir bien
des fraudes et empkcher A l'avenir le retour
du fait auquel lamaison F. Herrmann &Co
s'est livr6e en annonant, par un avis pa-
bliW dans le Journal official des 12 au 26
Join t 6 au 24 Juillt 1907. avoir perdu,


pour en obtenir duplicara, dix titres roses,
N",s 28976 A 28985, d~clards frauduleux,
annuls ct livrds aux flannies, ainsi que
l'atteste le proc~s-verbal de brCitement dres-
si pir la commission de liquidation do
Procts de la Consolidation, procts-verbil
ins&6 dans le Moniteur N" 82 du 13 Oc-
tobre 1go6.
Por:-au-Prince, le 26 Septernbre 1907.
L' Officiel
I.e Moniteur de samedi public dans sa
parties oftf.cienle le sominaire suivar:
Avis minist~rits ; Loi autorisant la r6&
yOularnsion de Ccriifs vailcurs et ouvraiit
ULS cr13dits supp m.niresauX JitT~renrs D6
Exfcrcice I 906-
1907 in Condi(.unhiss.v'rc k-..P,.ciai du~
C;OUV,VIieLCiLft pres Iat Banque Natio1ale
J'1~li j;tj Secr~l re l zdcs F-inances ;
r nc- s da.s 2S Juii .et 2 j'nlet
1907 ; Chai'or2,. Scalice du 7 Sep acmL~i
1906. ( Suh-c et AivL. ) Avi di JIS-
t1.it c0v1lVfluWil de Ilbor,-au-Piin%:L.
Un faux suicide
lli:- V..iS L L .cdIi S,-. nii nlT10-
;nC Albrl t n a tflt~9 e s2 su Cidr, en .e

a lc 1 cir t. lic ii P e dc laiii-
11.01111i IL:--) !'ironsde Li I: :C du Pan-
h CO~I`-corJ e C ~1Lt l- fhux su!I-,
d s'abivt i:str 1c so] ivec un 'ra-md cri,
ze au.tira 42 V'i~ et p.Issanls qui lui

StrVLn .ievrn desav~clits
I: P. 1:1 -1i oUdI.C'ArL!t:,en le dscsp~rc3 en
nr.,n Lai O i.l .!te placc soui ia surveillance
Bulletin Officiel
No-i' dc rccev. ir No leJuidet

Fi' ,tri ; ui contient Ia loi relatiVe 2 ii
ii! chc'iolid d ,i: &cf di Cap-H116-
tCtfl d iN a.- iu-r t'L
Abeldies .1* I 11 .i 1VI' vage du jLv.rc.

tLI~::.fl L< l 2- c)1c'.:vi.- ':~
w.o~ vi J 1 1' a .1 -,r !Jj I i"R i Et


C4L 'A L ECt~ ~-t
.13s~I T ; r OUSS,?1*111 D-v.' r I:Victor
Boycr ; La;o; l~. I -cques
.\ orlac ruC) I III *o: 1'), 1 Et hi-

CC I .; U r s C f!1iJ a C.:ri12j)a l


C1'!' "R 0LO0GIQJES

DU
. AM14AIR~ r LLEij.._ A R T I A L(A


DIMANC HE 30SEP EMBRE
Barometre A midi
,. \minimum
Teuamprat.ure minimum
\m


76 ,o
23 I
35,I


I Moyenne diurne de la temperature 28,0
Le ciel a 6td assez c'air le matin, nua-
geux et mc.ne couvert dans l'aprcs-midi.
Orage au Sud A 6 h.
Couronne lunaire.
Lebarometre baisse tres lentement.
J. SCHERER
N6crologie
Nous avons re;u le fire-part de la mort
de SADRAC HYPPOLITE, ancen 'Directeur de
la 'Douane de Port-au-'Prince, ancient Triso-
rier de la RLpublique, d6c6dd hier matin.
Ses funirailles auront lieu cet apres-mi-
di A l'Eglise Baptiste.
Nos condolences aux parents du regretti
d6funt qui laisse le souvenir d'une nature
droite ei honnate.
-Ancune invitation spciale n'ayant et


faite, la famille prie les amis de
bien considerer cet avis come en
lieu.


Le r Prins Willem V ,
Cc steamer est entr6 hier avec les
sagers suivants veuant de :


vouloir
tenant


pas-


Cayes: Joseph, Henri et Christian La-
noue, Florestan Duret,Alfred Ledan, Emm.
France, Ida Gilles, B. Duf.nal et fille, L.
Jeannot. Camille Longuefosse, Franck Pres-
soir, Jose Malfran, C. Mars, Victoria The-
venin, Vve Charles Chauvet, Aricia Noel,
C. Glodeus, Carm6lia ExantuL, M ne Du-
jour Joscph, Chariot M.: Edouard.
Saint-nCarc : H. Labrousse, Em. Co'is-
non, Antoint Fdrut, Emma Minard, A.
Lubin, Assad Elias, Chcilc Lacoste, Gesner
Philippe Auguste, Philomn.ne Gressean, L.
lean-.nl5riL.
S-I.c t', ci;'cr.c",icnt poor Newc-York avc 2
pas,; r (;.:;nmandint Benito Sylvain et
Raphac :.!ri:e.
Ad ininistration Postale
SERVICIL INTLRIEL'R
L, t;'s ronmnmaind :,s cn soufIrance
Nacius i vr.atne, Charles Stephen, G'1
Altxanlre lBioit, Mme Louis Geu vin,
Mine M.D:ia ).. ain, Mile Lonic Moraile,
Mturin'1a liLre.
SEI:KvicE EXTiKIEUR
Carmen La.i.ira de Feranisio, Mine \ve
\Vilv Dl)c\v't, Commandant A. Ccles-
tin, Ral BJn'rice.
Port-au Prince, le 3o Scptcmbrc 1907.


Noiuvelles Etranigeres


DEPECHEiS REQUES CE IMAT1N
Les 6v&nements du Mlaroc
SA -_ -- -`- -I
i .Ls.L .lANCx.- Les clit-'f- (if* lirois
t tribus quli so sout reminds, ont eu
hier une sonigui co~ tif';rei i avhe( les
autorit6s ft'ra); -iis-es pour trouver le
Srmoyen di'; nener les trois tribus des
S(liaonias qui n'otit tas encore accep-
t6 les conditions de paix, a deposer
les armes.
PARIn IL'amiral Phlilibert t614gra-
phie que de nouvello trilbus l)ont des
d6inarches pour obtenir l'amain.
Les otages des tribus dd6j soumises
sont arrives au consul de Franct a
Casablanca. Aprbs l'(tbli-sement lo
leur idenlit6, ils furent interns a iha-
relinagzen, liaison du pacha.
Le Sultan Abdel Aziz invi!a M. IL'-
gnault A venir le voir A Ral,:ia. L,: ,mi-
nistre de France a Tanger prondra dles
instructions de son Gouver r;n,,- nt,
avant de so rendre i cett' intvitltion.
Ballon dirigeable allemnand
BERLIN.-On assure que 1'ascension
du comte de Fernand Zeppelin avec
son dirigeable a tat6 tr c rdussi. L'ae-
rostat qui a fait le tour du lac de
Constance, est res.4 4 heures et 17
minutes dans l'air. II se dirigeait avec
la plus grande facilitA. Sa vitesse 6tait
de 33 mile; A lI'heurt et il distanQait
tras facileinent les bateaux pleins de
spectateurs qui suivaient I'ascension
sur le luc.
Violente tompate
ST.-JEAN ( Terre-Neuve) Une tem-
pete violent a ravag6 les c6teC de
Terre-Neuve le 19 courant ; 76 em-
barcations ont etd perdues.
L'cscadre am6rioaine dans le
Pacifique
WASHINGTON. On a pris connais.
sance aujourd'hui des propositions
faites par des fournisseur de char-


i;Zi ----
__ --__---_ -
--- --C ----
---


IBUXELLES. On announce que le
marriage de la prince-se de Montigooso
avec M. Toselli vient d'etre cdldbri.
Uni paquebot coule & pic
( :NIs. -- Le nouveau paquebot
tra.iisatl:i tique a Princesse Yolandes
a cou'()l a pi. au moment de son lu-
cet iment. II n' a pas eu de victims.
Lcez sutes d'un assassinate
I.ODZ. 7 ouvrier, et une jeune on-
vriere ldoI; ateliers Marcus Silberstein
accuses d'avoir assassin leur patron
o()tl t1 f:,sills sans qu'aucun juge-
mncnt n'ait picrd6 leur execution. Le
riouveau ouverneur militaire a dkci-
de que pour punir tout le personnel
des usines Silbertein, coupable de
nie pas avoir empnch6 l'assassinat, il
dtportera un tiers des 800 ouvriers.
-1-- ..*.^, it nob coront d6cddes pUi
le 'ol! .
'rTote la famille de M. Silbersteins
.' s'enfuir A cause des menaces de
mort (qe lui adressaient les terroris-
tes.
Nouvelles diverse
M. Briand ira A Saint-Chamond le
2. pour assisted an Congres socialist
\. S-ylva, ex-ddpute de St-Julien( Han-
te- voie ) ancient Consul gn4eral i
ibisbonne et le Marquis de Ferron-
nays, d6putd royaliste d'Ancenis, soot
dlcddds.
PARIs. 0; announce officiellement
que le Commandant Dreyfus se retire
de l'arrme pour cause de santO.
ST-P'ETERSBOURG. L" ~iver'll-
ment russe a d6cid6 de reccvoir' avty
beaucoup d'honnenr le Secret!air Taft
a son passage en Russie.
NEW-YORK. M. Root, .t',e, air
des Affaires Etrangeres des l.:ral.-luis
est part pour le Mexique; on lui pr'4
pare de grande fetes.


-L.oto1 Belle 1te

DtJEUNER DU 30 SEPTEMBRE
MID A 2 HIUsM
Prix : G. 2.50
Beurre glac6
Hadis
Avocat
Morue A la B6chamel
Langue de veau Parmentier
Filet Mignon aux pomwes
Haricots rouges au lard
Riz blanco aue gas
Crdme A la vaht
Fruits
Oat6
t/2 Via


i


bon pour I'aprovisionnement de io
cadre amnricaine qui doit se ren
dans le Pacifique en Decombre M
chain.
Ce carbon devra e6re livro sr i
fdrents points des Antilles et de r.
mnrique du Sud.
LODZ. Le nouveau gouvernear
fait fusiller aujourd'hui 2 soldala i
avpient attaqu6d t void difftrentes S
sonnes dans les rues. *
Les ventures d'une princess
VIENNE.- La princess Montigno,
spouse divorcee du roi de Saxe, dj
accoucher procliairement et ss r.
mari.r avec un chef d'orchestre nom.
mnd Toselli. On assure qu'un arra.
cement a. ltt pris centre la courd
Saxe et la I)rincessc qii devra remet.
tie A' DresdA la petite fille qn'elle ae
avec le roi; en eclianwe Louise de
Mlontignoso recevra une forte pension
qui pourrait trets bien etre supprime,
i i lie donnait suite A ses project de
mari;g ..













Ilectrotherapie

Docteur C. GAVEAU,
Dipldmd de Universitd de Harvard
(Etats-Unis d'Amdrique. )
CABINET :
Coin des Rues Ferou et du Cenlre,
vis-d-vis de l'Httel Communal.
De 7 hrs. d iI hrs. du martin.
De 2 hrs. d 6 hrs. de l'apris-midi.

TRAITEMENT DES MALADIES par le.-
proc64ds nouveanx, efficaces, les plus
en vogue en Europe et en Am6rique.
to- Les afftciions SP::CIALES dc la
femme.
2o- Des affections CHRONIQUEs gd-
norales ou locales.
30Les MALADES doivent savoir qu'au-
jourd'hui its peuvent ttr Ce c.usuI sans
operation chirurgicale, par I'Eletctro-
thdrapie scientifiqueInent apl'liqu*e
dans la plupart des maux dont souf-
fre 1'humanite. Et le inmdecin mnme
est appel, dans l'intrt't do s~ mala-
des, A les encotira~, e e t :! 1i voir
guprir sans uno opltiatioii clhirul gical
,dlabrante et don't Ics suites sort
iBovent les plus graves.


ALEXIS BENOIT
Distillateur-Liquoriste
63, HUE ROUX, 63.
CI-DEVANT, RUE BONNE-O(I.

~ EDMOND HERAU)

Revena de son voyage aux Etats-
is d'Amnrique, le Doceur Edmond
raux se tient "A la disposition de se.s
ents et du public, 3,, u1e des Ca-
es.
Pourvu d'appareils llectri(ue; per-
OnnfP apportVs des Et.itts-Unis ct
uisant 1'61ectricit6 statique, les
yn s X, courants de hlaute fr(
ce, les courants do haute tenusion,
courants sinusoildaux, les courants
diques et les courants continues, le
Edmond Horanx entreprendra, d'a-
les principes et la technique (de
nval, d'Oudin, de Tesla. de Du-
Reymond, de Morton, do Mon-
,Goelet et de Massey, le traitemernt
maladies suivantes:
CANCER, LuPus, NEURA-THtINIE, Ni,-
IE, HYSTERIE, HYPOCONDRIE,
LYSIE, ATAXIE LOCOMOTHICE, IRHU-
ME, GOUTTE, SCIATIQUE, ARTIRI i
DPoRMANTE,. CIOIItEE, *'AIALYSIE
TE, ASTHME, EPILEPSIE, ECZE A,
!EE, DYSPEPSIE, DILrATAION DE
OiAC, DIARRHEE CHRONIQUE, IC-
TROUBLES FONCTIONNELS DU
ARTiRIO SCLIROSE, IMPUISSANCE
LE, PBTHISIE, GOITRE EXOPHTAL-
DIABkTE, CHLOROSE, OBstIT9,
SBnisGHr,ELtPHANTIASIS, H MOR-
AMNORRHiE, DYPMENOPRtE,
RHAGIE UTERINE, METRITE. SAL-
SFIBROMEs, ainsi quo des teats
s tls que: animie, cachexie
re 1 lIhomme et de la femme.


Uouuets, Fleurs,
*chbg Mae L. JEAN-PHILIPPE
PUD3CU-oSo


LA PHARMACIr
Emmanuel Alexandre
88, RUE DF.S MIRACLES, 88,
So recomn:,. '!o pour I'ex',:ution
prompte et ex:-* ,: des ordonnai)ces A
W''imlno'ter 1u'ellc heure du jour et de
la nuit.
Dr'ogueries, Sp6cialites phar-
mna3ceutiq uesext r&emelnrt fraiches.
PRIX CONSCIENCIEUX.

Chapeaux
Chapeatux!!
Chapeaux !
PAILLE DE PORTO-RICO
AC(:COUlEZ (:I.:Z


JOSE: SAN MILLAN
Le coilf u11nr artiste, :!l i i .'nt av c le
co oIienur F' ul (Ili i 1! 1.l1.r tii rI'!rnaia'(luable,
M. JAI.DE TESTA!, d'installor unri
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFR AltD
Salont d(e Coiffurie du Louetre
l'oni tous ies rgoit;s et pour toutes
les b ourses.



F. Ca oix Beltl.
AVOCAT
DU B.ARElAU DE PORT-AU-PRINCE
I he T7ures ot dc m e a
ho) 7 Jhtues Ce dtcmie 10.


LA
Meillenre. Farine
du lon(Ie
(GIbo q~ii donne ie ineillcur pain.
Qiili prodcuit ke plucs de p-atin.
Q? !i oillno rla pain le plus blanc et
:'v 1;-i ; P:.Isbury's Best. dela
f'jfsvir; ~ ~ bui F Mil hs o

i. i. ; y n
r !,,, P fiepre-vivoul


IA REVUE
( ANC'ENNK REVUE DES REVUES )
Bi-MIen.suci
ABONNIMENTS:
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Haiti 428 francs, 16 francs
Les abonnemnints sont rc!.us dans
les bureaux du a Matin v seul agent
nr, ina rtAn, bliue d'llaiti.


Up JOL -

On Demande
A acheter(le- tin-ibres dqwis rt'fli~dti, bien
asortis, par cent o par mille. Condi-
tions trbs avantaigeuses.
S'adresser aui I bureu dii journ.Al.
___C- C-- ---- CSt)
priere d'aviser 1'administra-
tion do la noindre irr6gularit6
danas Is service du aI ATIN
Ittin ql'il y soit do sute rssx6-
410u.


OCULISTESI..


VERRES BLANCS, Bf.i:.-, P.CFMIS,
JAUNES, du Dr Fieuza! et dt I)r Mitatis.
VERRES B[IC .CA\ .:S ItCON-
VEXES, P'RI:SCOPIQUC lK CON:C VES, P1:-
RISCOPIQUES CONVEX ps..
N\ sso, timent conopletd:s foyers
VERRE3 JAUNE-! FLEI.;, UJLEUS.
BL \NCs.
Plan et coquille
Sans foyers
'erres blancs cylintdriques, conw'aves
et coneLL'xes.
Assorti,net d'a.ces corpi .ts.
Chzc A. DE MATTERS.


. -- | I t
VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co
VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res
DOLA
ix-xcstor.
MACNISH'S a IRONBREW
A Vendre
Chez CATINAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
62, Rue das Fronts-Forts


Boulangerie du Progrts
83, RUE RIPUBLICAINE, 83.
OU GRAND'RUE.
A I'honneurd'informerle public que
i-:lace A une nouvelle installation ab-
o'ument moderne et A des procddds
,' tune perfection incomparable,elle est
minme de fournir les products les
p)!us rares et les plus ddlicats :
iI(SCUITS FEUILLETIS- d 0,04 cts.
BISCUITS IETIT-BEURRE-d 0,63 ciS.
Pour les commander en gros, con-
dilions avantagcuses.
S'adresser au propri4taire soussign6
qui est A la disposition de chacun pour
tous les renseignements necessaires.
EDOUARD VARGEL.


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en de-
pit un grand stock, pour la vente
en ,ros et ditail,- de chaussures en
to)ll genres pour
HOMMES, FEMMES, ENFANTS
Les commands des commercants
de I'interieur pourront tre ex4cutees
dans uno semaine A peu pris.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


SDENTIFRICES

S1Celebres des RR. PP. Benedictins

DE L'ABHAYE DE SOULAC (GIRONDE)
SPECIALITES ET PRODUCTS HYGICNIQUES
DE LA MAISON A. SEGUIN DE BORDEAUX

Cet incomparable Elixir I)entifrice
est le plus pr6cieux specilique pour les soins de la Bou-
*l c dihe. Pai' son usa~g. la conservation des Dents est assu-
,r'e il pr6vieia t et gudrit la care, tonifie et raffermit les
4 l genciveis, purifioe 'haleine et assainit les muqueuses de la
"Bouclie A laquelle il laisse une ddlicieuse et durable fral-
cheur. t.

La Po;Idre Dentifrice des RR. PP.
ni1 ... "* est 'ompo.s"(e des merne ma:iires soi-
B II (l ilSunS c usemtent porphiyrisdes et jouit
des initmes propritts qu I'Elixir donit Ole colnstiuu un
prccieux AUXILIAIRE e polisant I',mail des dents sans
l'user.

La PAte Dentifrice des RR.
est 0 '1 lmnodliflcalioui so-
SR PP. R nedictinsllI ,e solid dde la POU-
IDRE et prt.par .C. avec les mmrnes substances
Adresser les commtandes A 1'Agence G6n6rale et ddp6t pour
la Republique d'Haiti
.A^ la ME6trzyopole
MAISON JULES LAVILLE
93, Rue du Magasin de rEtLa, 93
PORT-AU-PRINCE (HAITI).


~-~--=------


--


I


ATE 0)







MUTILATED


Industrie
MANUFACTURIlRE NATION .LE
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Fau.-cols. cravates, manche tes, chemises
et calefons
KEole dis arrts et 'intierx


Etlilde e ie CU. D b
Avocat
A PETIT-GOAVE
r -- -- ~--~ --- -- --- ;;;~=~zr;
RHUM-SYLVAIN
Produit de I'Usine St. Michel (Arcahaie)
Vicillissement natlurel jus(iu'A 12
et 15 ans.
PRIX TRptS MOI)!tIES
Ve.)te eni rts ct en d tail.
Mason M. Svlvain
43, Rue des Fronts-Forts.


_- J _.- .. .....1----- -1
A Vendre.
S:;l.iz M le Li,,ooniij'e So.I., -..- .- 2, iu
,les 'Frolnts.-frt-., 22.
d unpetx ,!,, !',narimn p,,.> ti,.-in ns
A tou., prix.

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES IGALITiR ET FEROIU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
iJr'irlgo, sueur ides pies -- i..i li I. 1
Sirop antiashmatique, remriic eetficae
centre los accs d'asthme et les toux
itrdquentes -- le flacon ; P : 1. >i.
Consultatioil ns gratluitrf
Mardi et Jeudi de 8 A 9 hrcimi s 1t mail:
par le Docteur. N. THOM.As.


Tibere Zephirin Bell
Fabricant de chaussures en tou.
genres. Pour Hommes, Femmes et ti-
fants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPICIALITP:
PANTOUFLES MULES
I II -- .


Maison F. BRUNES. "
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par
L. HODELIN
Ancien membre de la Societe Philan-
thropique des maitres tailleurs de. laris
Vienit de iecevoir un grainia choui 'e-
tolles diagonale, casimir alpaca, chzvio-
te, cheviote pour ti:*uil, etc. RIco~I;'n.mn-
Ie pai tu,:uliri, ni'c nIt a sa clic;ttle-' u:i.:
be'le collection tie coupes ltd casimir,
,Ie gilets de fantaisie et tie piqu, tte
touted beautL.
Sp6cialit6 de Costunmes de no-
ces.-- Coupe. Franyaise. Atlglais et
Amdricaine de la (derniore n'rtectiooi.
La maison confectionne aussi usl. C- s-
tumes militaires, habits broes
dolmans, tuniques, habits ca f
v6s. etc etc, l. tous grades.


tir-ax g c her er er. e 3n t

A. L ELE iNE

Fabricatft ie chaulurt:,
Poi'iji.. A l(o.m-aiss~a[ce du pubuiv,
t!ct-; (eit I, t a o.te et de la (:ailital(v.
6tabl .t..-Ii1Ffl t a un stock incalcul o-
t)Ie :Ie haussures pour horn e,'.
t(.intI~te ,,t enfatnts, e. tou-
ot (jt3 C, [1 ilZa-6 I'othe de ciq; pour reas
-ur I ,..hat en xio; (3 j50 0)faiL im,
Liz-. excurs CclsrLspi.;
'I'oujous Sosa, ei.vat lidade2L'' Pl.


.oJ


* A. e Miatteis t C.


.--.I~t't ~ .-ctz~c (:
Rat, (111 Mu'.'ast'i ff".
Bijouterie, Orfevret r,.*. G !C
Vit'llt I.t it' ek vuoi ti, t -tio t 14 ;1i .-
fuinti ic pour W~goit~1 ~fIs2c l'jL
!es. L .es prilimt cxquis ct Paz .i'
deliCuteSs- e pe iI: t Fj ir,~t t~ 'I'l ii .t
ve ilts. c


SIDNEY PARENT

73, RUE DES CiSARS, 73.

Entreprise G6nerale de Pompes fntbres
Location de Voitures pour Mariages et Bapt6mes, etc. etc.

Mon..iekur S. P'arat a l'hi),neur d'avis:r t-l public qu'il garde comme pwrk
pas-6 la; Direction de son Entreprise G-nerale de Pompes fun6bU
qui est de son initiative propre.
II promet conmm tonjonrs, promptitude et rectitude A tons ceux qui we.
dront bien s'adresser A lui pour Entreprise Gdnerale de Pompes funbbra,
locations de Corbillards A tons prix, locations de Chaises, voitures pom
marriages et pour baptemes, etc.
M,)t,-.ioi S. Paret pour avoir n n mtat4criel plug neuf ot plus riche rme
,:: p;! .'o -~i!npl,-ment les chaises et le Corbillard qu'il exploitatltd
c,,omp:.- ;' 1 *ii av. c Mme Vv.i LOon Gabrioe, dans son Entreprise, bien w
tendu -:\,-: t Lglement de compete.
VMr S P.iut continue toujounrs comme il est lit plus haut A s'occuper is.
,, )/ s,, Ge,.r'.le dJe Ponp.'s fan-tbres, dte location de Chaises, Corbillards, wMri0
,.''-' D)nu('r n.1r.,!,';' et baptcenes i','rre. verre. 4 champagne, couverts complete, f
,' H.r t ,''. ,''t .
Port-an-Prince, A S-.,tenmbre 1907.
"" '"now


U7T7 BELLjEVUE

Placc du cJ'an,1s-Ic-Aiurs
FOR r-AU-FPRINCE.iHA [TI)
Mint, Hrtflvi lce ALFR~iZEI)
27~bephone, 220
AbP 1A I1'EMEN'r., PUL3I R A~iL
DINERtS L1,"U N,, yIj:.
I1"SZ 41i1io t a MO)( ,?ieiei, ', 1. *~ i7f'.rtable. VJ --s u ..~ r b yi n, i-r. T p r t r
)'i'iJ~jC. lc'-117', eL?,SrLeiq% (CSVf f!, 'H: l-ft'e4l 'ulttes les 7 Mim
I'll( jli1114 1 SSi'AIEU.SE, S'OIJVRANT SUIlt1)EUX RUE.S
PROMENADES JARDINbSo
Salletie rfCplwt. Pia Ro. -dearnOphii'e.
Sonneries Electriques
tI',1 (111 dtle t les jours, de midi d t? heu res, G.250
'f~af~tsr I ts (Ax '7 A TQ **,. G,2.5


u / a No -te-re-s Ua -o-


I Etil21 f ".1


-. ----- ------*- --_ _____ -i --- Is ani.'-.. "- uI'' Ii ,, | IBI jJ. *4 J .1J
ine Tout Paris solit cezit Matt.s: '
Son Sourire, Floramye, Trqfoia, Lhtai
rprs I Cyclamen, Vivitz, etc. %, RRUER
La mason a toujours un grati a-
DE sortiment de bijouteric, are- i TEL, PH
FP oTC Xpes futLXnte res bibelots de tous genres, parfu me;';:
lunettes, moutres or et argent, pen.,li- ,
Itr -- -. les garanties. J ty aH
Sp cialitE d: buagues franaisese hi bril- Jouau, bl
lants a partir de P. 200, at!iance. (.r
18 K an raises et francaises sur cotn- triaye, car
Le public est prvenu qu' partir made, Service d'argenterie complete
Le public ost pr6venu qu'A pal-ti pour manages.
de cette date, Mh. Sydney Paret *nel ous l articles vendus pa mai
fait plus parties de 1'Entreprisedes son snt garanti.endu pa
Pomape fun6bres de Mme Vve L. sn snt dardiants, perres pr cieu- autres a
Sadresser A M We LNABRIEL ses et vieille bijouterie A des pnx avan- s t
2, Avenue Magloire Anmbroise ou A M1 tageux. Dernier cri : Luntttes jaunes.
2,MAvue LRSA, rimerieAMbr. Contre rermise de Deux dollars en ,illots 1or
MARCEL CLESCA, Imprimerie Amrblard. timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-:
La nouvell, e direction promet aux tds nvoe franc de port sos pli recom- .
famille., comme par le passe, soin, mandd dans touted ls es vi de lia RPu- sae l)la t R l dt,
promptitude et correction dans L bliqe: Luetts ou sorn v dona Vn nickel o
o -Prle, ep, blon Ie prescriptions des !
Port-au-Prince., 3 Septembre IW. Doo s ott lastructions do@ achrt.ur. PRIX


xGLOIRE

oux, 45
[ONE.

'ochures, billets

tes de fia'nvaill

affiches, et to

Ix de ville.

errement et carl

minute.
DE CONSCIENCE


~
~~_C___
___i_ _I_


U/l~