<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00145
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 24, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00145

Full Text
147 PORT-AU-PRINCE (uirri)


I" AMNM, No


j


MAFRDI, 24 SEPTEMB1RE


'3


QUOTIDIEN
1 y 1
i e II


ABUnyIRL ruE


PAR MOIS Une Gourde


D'AVANCE


DEPARTMENTS & STRANGER :
Frals de post en sus.


DIRECTEUR :
Clexment IVaagloire,

RfiDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMRO 0 CENTIMES.


Les abonnements parent do Ier. et do 1S de chbal
mois et sont payables d'avance
Lea manuscript in6r6e ou non Do soat pPe reltat


Pour tout ce qui concern i'Adrninistration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.
Y- ____ I m:" I I II i I [I I I -I. --


'ai eu sous mes ordres, pendant
,ieiqIe temps, un imncanicien d'autio-
pbile qui avait olt engag6 aupara-
riCt au service du iniistre cubaini
dis TLavaux Publics.
Type d'ouvrier franeais, travailleu r
afftard en tmem temps, il 6t:iit ve-
nl aPort-au-Prince avec le dessein vi-
bble de gagner un peu d'argent et
peut-ktre ni me de fair fortune.
L faiAt pt qimn, :iVPo -n Ion r ,n .i
tence et l'assidult6 au travail qIui le
aract6risait, il serait aIrrivt 6 i une si-
liation passable. Son tour de main1
reaarquable et ses qualitWs r'ellc-
d'ajusteur I'avaient fait vite remar-
qper par la direction technique (1e la
P.C. S. qui lui avait fait prtndrcii ra!tI
hiasses ateliers.
Une chose pourtant in'avait tou-
joars frapp6 chez lui, une chose in-
dpendante certes de ses quality' &
d'ouvrier, tres intimemernt liie A soni
advancement et a son ambition : jte
Yeut parler de son inferiorit, notoire
o point de vue de ses qualities ge~i6-
nies.
Apres quelqies mois passes a Port-
aB-Prince, il et t reparti pour la 1 1-
sne, alleguant qu'd Port-an-Prin.c:',
'tout ce qu'on gagne, on le d6pein-
3yjour manger. v
Uette observation d'une jutesse ir-
'ratable, jointe A la remarque quo je
iaos de faire ci-dessus sur la valelur
fonnelle de mon mdcanicien, out
ilours, quoique a un point de vue
Irent, sollicite mon attention.
rions d'abord de ses qualities g6-
O 0n connait bien nos id6es sur ce
POit. Nous sommes loin de deman-
* que chacun s'drige en Pic de la
irandole, mais nous ne saurons dd-
0ordre do cette idde qu'il y a pour
divideu, pour chacun de nous, une
ertaine perfectibility social a rdali-
ert que cette realisation est la pr6-
lea condition de notre advancement
P8r0onnel.
i0 an ouvrier entendu, un spd-
eiOremarquable dans son art; sa
ilt a pas de secrets pour lui
S't, aur ce terrain, rarement ex-


Ipose- r ontrer de maitre. Atitant
I'on s'i:ncline devant la constafttion de
ses qualitths spteiales, aurant l'ensem-
ble tlqi se d&tgage de sa person ne, le
caractere boir i de son esprit, sa tour-
nire ganche, donnent l'impression
(que cet liomme n'est destiny A aucu-
nli autro profession que la sienne, et
dans sa profession, A aucune autre
situation.
II 1 -
I'atelier et il ost cofndamnnt par son
peo de lquajlittss genorales, ; ne pas
',uvo\ir s'clever plus liaut. En admet-
t;it tu: m tinlute qu'un concourse
do .irc.,.-.latices exceptionnelles luii
s;,.it favo-,ral tl et lui fasse choir une
-ituli:t!i..; i (,lu> laute, cet ouviier doln-
:eir., *i ':, pas douter, l'impression
d'iI aive .ll .
II est, on leo voit bien, loin do reali-
sc-r Iia i-i-ioln s:.ciale, ou pour parler
nti la... or c i,)tvenu, son salut social.
Qui'il lias- l;'t son m6tier de mncani-
c:i tii -'., ae dans touto attre braln-
chij d'.r:iin v il se heurtera toujours
IIn l ii- l:u! a. une certain malformna-
tio-i rtdll iicitre qui constituera pour
lui t i ob-,ta:10 constant et infranchis-
sable.
S'il est a ;.- z heureux pour rdaliser
lU -liqucs economies, il pourra, A la
rIgueur, grace A un judicieux emploi
de sa reserve, augmenter tn pou les
recettes de son budget et, par voie de
consequence, amnbliorer les conditions
do son existence,- sa:s pouvoir ce-
pendant prdtendre jamais a la situa-
tion d'administrateur, par example,
d'une compagnie oa d'une socie4t
dans laquello it serait actionnaire.
Pourquoi ?
Parce que cet home, par un tra-
vers d'6ducation assez general, s'est
figure que les lives sont faits pour
les savants, et aussi les conferences,
les coursd'adltes, et qu'il a constam-
ment nSglig6 de s'instruire et d'acque-
rir ce que j'appellerai les qualities in-
tellectuelles necessaires pour ovoluer.
Quelle quo doive etre la situation Cle-
vee quo le hasard et seulement le
hazard lui reserve, II no sera jamais


- son niveat1 et ii restit ,t toujours
11Illo e d'&s -situations iiif rieures.
Voil 011 poritoquli miiOn Inlicanficin -
liui est ui I'ram:-i;is e.t Aretourn A
la llavaxne ofr il a recommenc6 A con-
duire des automobilel s.
(uie voulez-vous'?ii y a aussi une
justice social.
*
a Tout ce que l'on gagne, c'est pour
nmangerD, a-t-il tres justement et tres
experimrntalement d~clard.
(:'est lI une observation centre la-
quele je ne souscrirai pas en faux.
quelque pfeu notre attention, et ce
sera pour demain.



Industre flu Kapol

Kapok Ce n'est pas un mot d'argot.
Ie kapok est un textile des pays chauds
don't il a 6t dJjA beaucoup question, il y
a environ cinq ans, mais qu'on laisse un
p.u t:op de c6:c en France. 11 nc nous
iarait p.:s ,ns utility de revenir sur ses
proprictes vrainent remarquables. La pre-
miire qui ait etd d6couverte, c'est son ex-
triee pouvoir de flottabilit,. Le hasard
s'en est mcle, comme le plus souvent.
Au course d'un accident de mer, on s'a-
perut que le kapok soulevait les naufrages
beaucoup plus que le liege ; aussi, A Java,
son pays d'origine, on fit aussit6t des ap-
plications mul iples de cette matiere tex-
tile. Le Kapok est une substance v6egtale
fournie par plusieurs arbres, les ouatiers
d'Indo-Chine, les ouatiers du Cambodge,
et surtout par cinq essences d: la famille
des Malvac~es, I'E iodendron anfractuosum
ou fromager, le Bombex malabaricum, etc.
L'Eriodendron est surtout employ,, ses
fibres sont les meilleures. Ce sont elles, en
realit, que l'on designesous le nom japonais
de kapok.
L'arbre pousse vite et bien, surtout dans
les terres fraiches ; il se propage princi-
palement par semis : 1 croit d'un mtare a
la premiere anne ; il atteint quatre A cinq
metres la second anne et il commence alors
A porter quelques fruits, En reality on ne
doit computer sur la production qu'au bou t
de quatre ans. Comme le cotonnier, le
kapok est susceptible de doaner un double


product : d'abord, la ouate spciale extrai-
te d.s goussses, pr~cisement cc que I'on
nomme kapok sur le march hollan-
Jis, puis l'huile extraite des graines par
pression. Le kapok A premiere vue, a l'as-
pect du cotton ; mais ses fils sont jaune-
clair, un peu soyeux, d'un A deux centi-
mentres de longueur, et ne se roulent ja-
mais sur eux-memes, Le kapok ne se pr&-
te pas i la filature, ni au tissage ; mais,
en raison de son elasticity et de sa ldegreti
ii fournit un excellent rembourrage pour
les matelas, les oreillers, et on l'utilise
aussi pour des objets de couchage A board
des navires, constituant des radeaux insub-
L'dgrenage de la graine pour en isoler 13
ouate se fait avec des noulins en ter mus
A bras. Chaque moulin est desservi pat
quatre femmes qui l'alimeentntet porte la
fibre A la press.
La culture du kapok a pris un grand d&-
veloppement dans les Indes neerlandaises,
surtout A Java. Des 1900, la Hollande,
qui est le grand march du kapok,
recevait 1,138,ooo kilos de fibres repr6-
sentant une valeur d'environ deux millions
de francs. La fibre la mieux prepare so
vend A Amsterdam i franc 70 le kilo. Le
Cambodge en produit, aujourd'hui, envi-
ron 80,000 kilos, absorbs par la con-
sommation locale. II y aurait lieu pour Is
France d'etendie la culture dans lesposses-
sions d'Indo-Chinc, A Madagascar, etc.
Le kapok porte facilement dans l'eau de
trente a trente-cinq fois son poids. II ess
donc, notamment, plus 16ger que le liog
et le bois de Marea lui-meme, tries peu
dense. D'ou ses applications pour les ap-
pareils de sauvetagc. 11 replace la laid
avec advantage, car il est plus moellruz el
cote beaucoup moins cher. On l'emploic
deji dans les hospices pour la literie, dans
les cliques oflicielles et priv6es, etc.
Cette matire aussi ne s althre pas. On a
mis du kapok dans du fumier; au boat de
trois semaines, on ne constatait aucuna
trace d'alteration. Un matelas, bourrn de
neuf kilos de kapok, a 6t6 plong6 dans
l'eau pendant huit jours et mainten im-
merge. Le huitieme jour, on I'a retire
et le matelas presentait une siccitr absolae.
Cette quality hydrofuge le rend pr6cieux A
board des navires et aussi dans totes leI
regions humides. Un matelas toujours se
a on emploi gneral..
Les rongeurs sont impissants centre eI
kapok. On a enefrmt, dans une balle de eo
product, one demise douzain de rats. I*


t907.


IL NE PEUT PAS MONSTER


-- ------ --~IIII~IC


L 9




Industrie
MANUFACTUlRIIRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTInL,
Faux-cols, cravates, mannchettes, chemises
et calerons
Ecole d s art.s et m tier.x
.. ---5 --- :. .


Etudii e 1 Ch. D b
Avocat
A PETIT-GOAVE

RHUM-SYLVAIN


D' EDMOND HERAUX

levenu de son voyage aux Etats-
Unis d'Amirique, leI octeur Edmond
llkraux se tient a la disposition do ses
clients et du public, 31, RIue des Ca-
sernes.
PIourvu d'appareils 'lectriqlues per-
fcctioiznts apportes des Etats-Uis et
produisanit I'lectricilc statique, les
layons X, les courants de haute fr6e
quence, les courarts de haute tension,
les courants siinusoidaux, les courants
faradiques et les courants continues, le
l)D Edmond IIdraux entreprendra, d'a-
pros les principes et la technique de
d'Aisonval, d'Oudin, de Tesla, de Du-
bois Iteymond, de Morton, de Mon-
nIIll GoelIt et dea \Ii lc.\ I t o r itment


SIDNEY PARENT

73, RUE DE3 CfSARS, 73.

Entreprise G6n6rale de Pompos faunbres
Location de Voitures pour Mariages et Bapt6mes, etc, etc.

Monsieur S. Paret a l'honneur d'avis-r le public qu'il garde comme parW1
passe la Direction de son Entreprise G-ndrale de Pornpes funz6br
qui est de son initiative propre.
II promet comme toujours, promptitude et rectitude A tous coux qui VOr
dront bien s'adresser A lui pour Entreprise G6n6rate de Pompes funbre
locations de Corbillards A tons prix, locations de Chaises, voitures
marriages et pour baptemes, etc.


Id oi dCde-i i,.ne S M co, A A, des..maladis. i Monsieur S. Paret pour avoir un rnateriel plus neuf et plus riche real
Produi delissmet natuchel jusqu'A 12 :ANCER, ILuPUS. NEUAsTIINIE, N- tout pur et implement les chaises et le Corbillard qu'il exploitaitd
Vioillissement natural jusqu' a 12 CANCER, s, NEUIE, compete A dmi avoc Mme Vve Lson Gabriel, dans son Entreprise, bien .
VIIALGIE, HYSTIhIlE, IIYPOCONDRIE,
et 15 ans. AIALYSIE, ATAXIE LOCOMOTRICE, tendu apres rtglement de compete.
PRIX TRS MoDtRisMATISME, Gi LTTE, SCIATIQUE, AnRTIRI- Mr S. Paret continue toujours come il est dit plus haut A s'occuperd't .
Ve.Ato en ro, t en ed6taii. rE. DEFOIMANTE, ( IIoniFE, IPARALYSIE reprise Gendrale de Pompes funzbres. de location de Chaises, Corbillards, wi-
MatisOI M. Svlvaill AGIT\NTE, ASTII. E, EPILEPSIE, ECZi~M.IA, res pour marriages et baptdmnes verrcs, verres d champagne, converts complat, f
SIRYSIPE:LE, I)YSPEI'SIE, DILATATION DE naux, etc, etc.
43, Hre des F -ort I'ES C, lIA E (RONIE, Ic- Port-au-Prince, 4 Septembre 1907.
"_TElIE, IllUHLES FUN CTIONNELS' Dl:
A. Vc ndre. CtIATEIO CIIO, I.II'IS.NC '_ _
S--, GE;NITALE, IP ilH ISIE, 0oiTrIE EXUPl'llTAL-
Chez Mile Leorti.le Sol \te..-- 2,Rue ,I: l)\iiAJ :Ti, I(III.U OSE, Oli-IT::,
des Fronts-forts, '2. A.. I i IiJEX TEI tI -IIANTIASIS. l.O O T E .
Chapeaux le 1P:Jrn;A li;or hornmnes (o')Es, A.M:NO(R iiI:E, I)VI'MENORnI1 I: ET
A tOUS prix. HlI.MIII-' ltIAGIE UTEIIlNE, MIETIU'IE, SAL- IIESTAU..A WN
-- -- PINGITrE, IF'IInO.11ES, ainsi que des etats
noi bides t els que: aJic, cachliexic Place du C(hamps-de-Mars
Pharmacie F. Britno a' st'I i'ite td I'homne et de la femme. POR I'- AU-PRINCE.(HAITI)
67-119 RUES EGALITL 1 T FEROU. J- H-r n--
Sp6cialit6s F.Bruno A attt : erm
Powdre puissante,.o~ii reieru. inealo t Anso.n. rTler16phonf, 220
prurigo, sueur ,les piels !,:L boite P. 1
Sirop antiashmatique, retrIt'-deetlica:.e :?O, Rcc du MagaRin d l'Etat APPARlEMENTS POUR FAMILLE
centre les accts d'asthme et les toux M \Ilaoln fntitce t- 18t.8.
rtquentes le falcon ; P: 1. 50. Bijo, vure DINERS- -LUNCHS.
Consultations graluites : i oler', Ci vt G ur Installation moderne et comfortable. Vue --.sur la mer. Temperatur
Mardi et Jeudi deS 9 hteuTcs du rnatin Vinit rlc re:evoir ldes ;.,tiles (I par- douce et requlijre. LesTrainw',/ts de se:.ser'ent l'IIJtel-Bellelue toutesles 7 iuss7
par le Docteur. N. Toux~s. fumerie iour les go'is i- p!us dilici- PROPRIPTl Si)ACIEUS'E S'OUVRANT SUR DEUX RUES


Tibere Zephirin Bell
Fabricant de chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPfICIALITI :
PANTOUFLES MULES


Entirerise general
DE
Porampes fnxxxebr3eg


Le public est pr6venu qu'A partir
de cette date, M. Sydney Paret 'ne
fall plus parties de 1'Entreprise des
Poxnpes fun6bres do Mme Vve L.
Gabriel.
S'adresser A Mm. Vve LEON GABRIEL,
2, Avenue Magloire Ambroise ou a M.
MARCEL CLESCA, Imprimerie Amblard.
La nouvelle direction promet aux
famillea, comme par le passe, soin,
promptitude et correction dans le
service.
Port-an-Prince, 3 Septembre 1907


les. -Los p);tl lurs exqiLs etr, res 'une
delicate se=e pdCIietr: ,te qu'c(-le otrec A ses
clients se.jt de '.eri;.ibls eotite, mear-
veillihs.
Le,; it i ni ,--es rn:mrqu,- qui;i :;harment
,e To'ui Pi;ris 'on' chezz .ititis
Son Sourire, Floramye, Trefolia, Ideal
Cyclamen. Vivitz, etc.


La mason a toujours .n giand as-
sortimnet de bijouterie, :ui renterie,
bibelots de tiu.s :,oles, parluuiorios,
luh iette-,. r(),ooti-., m or tt auirt4 t, p,ndu-
let gai ai its.
SpdcialitJs: bagues francaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises e. francaises sur cowa-
mande. Service ,i'argenterie complete
pour marriages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamant., pierres prdcieu-
ses et vieille bijouterie a des prix avan-
tageux. Dernier cri: Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
tdis envoie franc de port sous pli recom-
mande dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions des
Doctours on instructions des a.heteura.

On Demande
A acheterdestimbres us6s d'Halti, bien
assortis par cent on par mille. Condi-
tions trash avantageuses.
S'adresser au bureau du journal.


PROMENADES JARDINS
Salle de rJception.-- Piano.-Gramophone.


Sonneries Electriques
Table d'H^ te tous les ji;urs, de midi d 2 heures,
de 7 d S heures du soir


Imp. C.


G.2.50


MAGLOIRE


45, RUE Roux, 45
TLIPHIONE.


Journaux, brochures, billets

marriage, cartes de fianCail

programmes, affiches, et t

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cartI

de visit d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE


- -~ --


0


i