<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00137
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 13, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00137

Full Text
VENDREDI, 13 SEPTEMBRE


' AI42N2E, N*


j


J


'4


QUOTIDIEN


Une Gourde D'AVANCE


D9PARTEKMENT2 & & TRANGKH:
VFaim de posted se ue.


Pour tout ce qui concern 1'Adrinistration


UTILITY &

.VouiA avet' s'ans ldoute lu hier note
entrefllet Pauvres /t Mendiants et vous
avez vu dans toute sa simplicity I'wou-
vre d'assistance et de n6cessie socia-
les que nous projetons de realiser.
Ce n'est pas pour faire du bruit
autour du project quo je lui con-
sacre aujourd'hui la vedette du Matin,
mais uniquement parce qu'il consti-
tee,- n'anticipons pas-, parce qu'il
constituera, quand il aura dte realise,
la demonstration d'une id6e que nous
avons constamment mise en relief:
l'eftcacit6 de l'action individuelledans
l'oeuvre de progres social.
L'historique de la chose peut tonir
en tres peu de mots.
Une serie d'articles du Matin sur la
fagon d'organiser l'assistance, sur
notre capacie A venir en aide, sur le
danger moral et sanitaire que fait cou-
rir & la population Port-au-Princienne
la libre circulation des mendiants,
pauvres et malingreux surtout, sur la
Nteuse situation enfln de 'Hospice
communal de Saint-Vincent de Paul,
oat trouv6 un 6cho dans l'ame sen-
iMede M. Mitellus Benott et celui-ci
Ut venu se mottre a note disposition
Sur ce qu'il y a fair a
Qui done a reprochte aux articles
dejournaux d',tre impuissants et inu-
tiles ? La germination et la f6conda-
lion des ides que sement ces gran-
def voix publiques, sont lenses par-
0isa se manifester, mais leurs effects
"at sIrs. La pr6dication d'ailleurs
hitpartie de IFaction et c'est surtout
da journal qu'il eat vrai et just de
ire que bien parler est bien agir.
Or voici le petit project que nous
vons rumin6 et qui se trouve en as-
nz bonne voie de realisation.
Nous devons commencer par sup-
ler les families de refuser catdgo i-
q"emeat I'aum6ne aux malingreux
Mivres qui prominent hideusement
sIft places par les rues. C'est un
W".le-coeur irresistible qui nous leur
fei plus souvent tenure la main,
SSet aussi le d6sir de les voir s'en
"ratU plus ite.
sl exclusion du seuil de nos
'S eet le premier moyen de leur


DIRECTEUR :
C1rlmernt MCagloirc,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


du Journal,


iSSISTACGE

rendre facile la route de l'hospice, car
hospitaliser ces gens n'est pas chose
aisee, nous allons tout de suite voir
pourquoi.
Les recettes qui assurent actuelle-
ment le fonctionnement de l'Hospice
Communal sont : une r ubvention
mensuelle budgAtaire de 300 gourdes
A partir de l'exercice administratif
1907-1908, c'est-A-dire A partir d'oc-
tobre prochain ; et le produit de l'im-
p6t qui frappe les voitures publiques
et privdes. Cette derniere recette, d'a-


LE NUMERO 10 CENTIMES,

Les abornements parent du rer. et duo r de chaque
Imois et sont payables d'avance
Les manuscript Ins6r6s ou non oe soat pa& remi.


s'adresser A Monsieur Arthur ISI-DORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


privation permanent de viande et des public qu'ils cr6ent par leur seule
fournitures pharmaceutiques absolu- presence. Les autresviendraient apres.
ment nulles.
La subvention mensuellede l'Etatet .,
I'abandon total fait par le Conseil Com- Quelo est la part de 'illusion dans
m inalde l'im6ot sur les voitures, don- Quelestla part de lluson dans
nent la measure du concourse de ces ce plan sisimple et si unanimement
ldprofitable? Quelle est cell de la rdali-
communaut s. Les faitsnousindiquent pIossible ,
implement quo le montant de ces possible
concourse pdcuniaires, ainsi que l'irr- C'est ce que les lecteurs port-au-
gularits de leur perception, sent in- princiens se chargeront de d6montrer
suffisants pour le bon fonctionnement et ils diront aussi eux-mtmes A quel
sdeitr l n ot point peut tre vrai ou faux le repro-
d 'asil. che qui leur a ete fait tout r6cemment
VoilA pourquoi ine peut pas mar- de manquer de a sens social..
cher etvoici comment il pourrait peut-
'tre marcher. --


pros des informations venues de l'Ho- Je ne crois pas disprob)ortionnd aux
tel Communal meme, peut s'6lever recettes normales d'une famille hai-
annuellement A 5.000 gourdes environ tienne de s'astreindra A une aum6no
Elle est loin d'6tre exactement et r6- volontaire et hebdomadaire et aus-
gulierement paye ; mais elle peut re- si minimum de 25 centimes, quand,
pnrsenter une recette mensuellet de au bout d'un acte de bienfaisance et
400 gourdes qui, ajoutees aux 300 d'utilitl social, se trouve le plaisir
gourdes de subvention, assurent A d'etre debarasse du spectacleafligeant
I'Otablissement une recette total de de plaies profonddment envenimees.
700 gourdes. En fixant A une moyenne de cin-
Si de ce chiffre nous d4duisons les quante le nombre des maisons don't
frais de perception et de recouvre- se compose le commun des quartiers
ment et les frais mensuels de I'6ta- port-au-princiens et en multipliant ce
blissement et en dvaluant le tout an .omlre par 25, nous obtenons un to-
tiers environ de la recette, c'est moins tal hebdomn;diaire de P 12.50, et men-
que 500 gourdes qui restent pour l'en- suel de P. 50 par quarter. Si seule-
tretien des intern s, ment nous pouviois computer sur une
Or, ii fant bien affected an moins vingtaine de quarters, ce serait une
20 gourdes pour entretenir chacun de obole collective de 1.000 gourdes par;
ces mis6roux, de sort que toute la mois que l'ho.spice pourrait recueillir
capacitO de la Soci6et des Z6Batrices et qui serait consacr6e exclusivement
de Saint-Vincent de Paul se r6duit Ai I'alhentation de 50 pauvres, malin-
I'internement d'une vingtaine de pau- greux. Nous pouvons meme clever ce
nombre & 75, le quarter commercial
JSoignez aela l difficult d re- du bord-de-mer promettant de rdali-
Joignez a cela les diicultdes du re- ser une souscription sp6ciale de. 500
couvrement, I'irr6gularit6 des paie- gourdes environ.
ments, les expedients de toutes sortesgordenviron.
axquels ces Dames sont obliges d'a- Quant a I'assistance pharmaceuti-
voir recourse pour fire face A la n- que, aux appointments du personnel
cessitk quotidienne de donner a man- et aux frais g6n onraux mensuels de
ger A ces pensionnaires et vous vous '6tablissement, ils pourraient 6tre as-
rendrez compile qu leur regime ac- sur6s par le ;ecours du budget et ce-
tuei, qui est de quatre gourdes par moist lui de l'imp6t des voitures. Une di-
t parue, tte est ecore un tbmoignage reaction ferme en assurerait la percep-
e bonnie volonte; vous vous convain- tion r6gulibre sans qu'un retard mo-
crez ogalement quo des creatures hu- mentand pit etre directement prtejudi-
maines, si inflmes qu'elles puissent cable aux interns.
atre,ne sent pas trop reprochables de Noou semblons ici donner notre
fir une hospitaUsation qal lear pro- dwfeWace aiu malingreux Cette pr6-
met uneo aimentstion insaffiU~, sla an t d1gitime par le danger


A un Illustre Japonais

Aous livrons d la meditation de nos
lecteurs cette importante lettre adressle
d M. K. MINOURA, vice president du Par-
lement Japonais et rddacteur du journal
japonais IIocim SHmMBu, par M. ER-
NEST JUDET, journalist frangais des plus
distingu s.
SUITE
( Voir le No d'hier )
De ceIte source indpuisable d'hdroisme
coulent I'dmulation incroyable, la dis-
cipline fondamentale, le zMe fanatique
tie I'armee japonaise sur terre et sur
mer; elle oppose un contrast absolu
au degoat des foules eirop6ennes pour
1'ellort, le d6vouement, I'etfusion du
ang : celles-ci reoussent come on
fl4au, une erreur, un piege, un signed
d'esclavage et de routine du passed, b
devoir militaire qui vous enflamme et
vous dlectrise.
Vous savez ce que les program de doc-
trines si funestes nous rdserventet vous
escomptez froidement vos avantages.
Mais vous joignez a des app6tits effrd-
nes la prudence magistrate qui nen-
tend rien compro mettre par precipita-
lion. Vos victoires de Mandchourie oa
vous ont ni enivrds ni gris6s : vous at.
tender tranquillement votre houre pour
u'offrayer tr6p t6t ni vos futures victi-
mns ni vos banquiers. Vous .chelonnes
le.; tapes en seriant vos prise.
Vous n'ignorez pas quoe 'argent, don't
vous 6tes 1mdiocrement garnis, viit oa
pet de patience et quelques souarire


ABONNEMENTS:


PAR MOIS


__


------- ,~ -~----------------~------- --- -- -


_ --_~- - -'~-._~__


-- '- ''~'


_ L- .-;-= -- ---- ------------ -:----~~-~-~_ ~_~_


133


PORT-A'CU-PRINCE (HAITI)


1907.












la vieille Eurol -e:le besoira 'Ic meii'ge!
des crdanoicis cupides .'o., ;t ac j:A C,)1-
seillo Ia iiiotkration vis-&-vi5 ics duM-
ses : le dcrn:er traitti, que vous si,'1e-
rez bionlot avec ntous. esL U 'iu- 'ct) rid
co',cessioii aux fataliljs prati~jue.s cs
temnps moIe'viies : Ic l iei'ch: etWan-
tant plus bi iliant pout' le Japoza uiu'il
C-Ciarige d os conuccs'zons qut ric Ii:i cci-
tonit riel coilntre' une alliance qui ki I ou-
vre le pIl.1. lie~lle lr~tso r A
'LzcdcaaIC,, le bas d,! laein yaii.e.
Enr sI&:eulaA thu rdiancaat su'r i'togi ;rne
et (10--i i ~ liwiilicjCI ,S9 S 1' Ilus ;i-

asE3, ntIOit-el )1IthC~et Initre bulL:e
9a, vous enitrerez 1611aitivement Iwis
les eonseils ct le,; petitCs coteries (i'Eu-
loPe-. Av,, la suuiphc8u e et I'istsict, qcii
ne Vous guyrcirotL. jauhais en tac.: ilu
blawscpvotis vouw empa. erez pacifitluemneut
de privik-ges uoraux et m.t1tliels (u'ilI
sera prJ)..:bkz~IA wjt rl; lard 1)'Uti. Wills

p1sera daus Ij 1 b.-tiaut, quL1inial vO:.s j I-
gei eZ I'it *:sj't, 4 )icii j(A
Ina;'jc iC ciur oi i de aaxo.- jtt., 1
Co"Ciiljat on et le mc nf1cso jui S
votre groile. et ;I vjn-;
saits scruau!W. I
Vo Us t I I I c Z -"k'.i .); s C ., 0*. x C.
ouIA a 1.pi~s ti c1 ~ortalhdkiv7i: 41 -I~
orga iii al: )'1 I '.'\ ~ 'I
. 0 1 (:-;! it.j u*' Ii.l s 'di '61,A A..C 'I ,
examine levoltte derni&*a' buoig!, bui
sal11j, OulliP v~'s ilO.iea
toutes Ls 4Iislpoi ibilit ls et les jr -.
tie I'i-mpot, douaInw! it ltesure tiec 1%'-c
qui 'li[lWreaiieyvos rassurantLs d I hi-
tious et Ics projels qui se dussiiwititl '41tui
VOS arsenatax commie dans I'idla.411'uliou
de vos corpsi d'arrxa3.
Ne vuus fatuhIi z pas si iii-is
pairni uoti-isIte -oltpast up:.Iiw~I
wont pn-t t&gaion, tont au1 pu-s urin minI-
rit." sar zii,-atwt lat otsan,; crt'Jil: v',s plus
excelleraie a;rlis sont e10 a.4t:1K .
iistr a~it i 4iii -.t! paiylll v ,il: !
de milliois. (a: uih pa ia1lLt
la Igigm qL qil- 3prcftereat, celle quti va s-'r-
vir a It jla c !i tin e (Coiitlce lle Ia Ia-
ye. ilu ne demrindent ul'avancc qu d
Vous jiger pacifistes A perpi'u;tC, co.Li
tents de pea, eureux tie vivre tra:nquil-
lement dars vos lies et d'y cultiver les
artft dngr6ment.
Vous aurez -an% peine, et sans trop do
frais, avec utie Lonne piesse, des diplo-
mates eanpies&.4 c Avous pro.Iiguie leurs
affectueuses sympathies. Et tq16atod vous
serez rassas: d s d cetto touchaInta eaixmi
die, de tendrewse un pen niaise, vous
Chingeret do mtrse ; vous 6crirez d'au-
tree dames in6diLs. En d&pit dttxa d'0-
Anatre recent, l ous continuerez A veil-
ler peu tie soupoas dallps Ls cS : IVPIC
vouw chirmez vous trouvcrtz iwiridliti-
inea t ves- contours biowavei lIinkrp(Imr
garanlir la alouceur de Vos goilits et Ia
resignation tie vos Iomnes d'Etat. PIc-
nez dotine aveci belle hurncur' d-cs prvi-
sions qui voui ,flAltezt en uo-u.4 d ,nia-
quant. Elles n'oveilleront pas do m6-
fiance. Utie exebeption confirme la i igie.
Or, Ia regie est 41'acceptcc vo- sentiments
sans contr6le et votra dimitii commne ut
bienfait. Elirichissez-vous done i nos
frais. Le reste ne vous dchappea'a pas.
Vous avez L'essentiel : nous vous four-
n~irons Ic ~superflu.
ERNcEST JUDET.

Prie~re d'aviser 1' admninist ra-
tion'd. la inoindre irregularit6
Lazis is service du aI M AT3INs
s~a qu'i. y soit do suit ra~zx~6


IJ DI L
mil^ uH jS


MA.%-TtT PO F 0 LO OGTi quws
CIt 'L S e rv Tto ir e

:~ .. ~ 7)t..r:S-;A~A


JE'DI 12 SEPrIEIBRE


irna .t Is
r~* npr~It~srijmu


VS.ye;:ie diurne
L~e clI aa
lourncc.


76o,9
22.4
33,4
33,6


de la temperature 27.7
presque couver tbute la


Direction des nuages tres varide.
Lc barometre a conminue A baisser lente-
lLment.
Cyclones '
Un c.'Xblogramme du\VWeather Bureau *de
Washington, arrive A -t h du soir A la
d1te du 12, noui avcrtit qu'une perturba-
ilon cvclonique de force modrde s'est decla-
re- au sud de Porto-Rico merchant vcrs
lOllCut.
Les observations de cc matin indiquent
'ue la: p.rtirbation atmosph6rique est au
:;;- d li'a:i dans la mer des Antilles. Nos
co:rrespondants de Jacmel et Cayes en ont
.5:_ inform hicr 12 par trilgraphe terrestre.
I. SCHERER
A rrivages
Son: .n:rv-s cc matin les S:eamers Cons-
I:.'ti, de la H A.L .All'ghany. de At-
1::; Servic, et lContmal, de laC. G. T., avec
,L; p.as'..,ers suivants :
CONST'ANTIA :
:Cont,'-Cristy : Raphael Rodriguez.
C'ip-l(aiticn : Mme Chimene Isidore, R.
Toussaint, M. Rdjuste, R. Hyppolite, E.
Monsanto.
ALLEGHANY:
-,!wt-Yrk: Mr A. Voigt.
Cap-Haitien : Adalbert Lecorps, J. Tons-
saint, Charles Martin, J. M. Sasson, R.
Poujol, L. Poujol. A. Dominique.
'Port-de-Paix : E. Lora, Clora Daquin,
J. Cadet, D6pute Gilles.
MoNTrkAL :
Gonaier : Mr Begmen et sa fiile, Abra-
ham Mourra, M. J. Cassis, Alezan4re Mi-
chel, Clause, Mie Caius, DenneryD6)oie,
Kowas, Georges Jean Philippe, Bontoax.
Pctit-Gadw : Mr Merenti6, Morangel K
v6que.
A Bizoton les Bains
Au direde ccuxquiont assist aux r6peti-
tions pour le concert que donne l'Art'ste
Bonnefil a Bizoton les Bains le 22 dans
l'apres-midi, cette fate vraimeut va 6tre
uelque chose de grandiose. L'on ne doit
onc pas pcrdre la bonne occasion de pas-
ser quclques agreables moments dans ce
superbe e6tblissement qui sera ce jour ri-
chement decor.
Les cartes sont d'une gourde pour grande
personnel et cinquante centimes pour en-
tants.
On en trouve j l'etablissement m6me
et au bureau du a Nouvelliste a -- Les per
sonnes qui preadront le traia de 3 heures
arriveront A temps pour la fete.
Confection de chapeaux
Monsieur J. C. Guiteau et Mme Vve
Benoit informant le public que la fabrique
de chapeaux qui se trouve dans la Rue des
Front-orts, No tos, a &6t tranu~teo i 1'B-


# .


. :


-


~-tm~? m kfYImm


rr\C~r~lrT+7sr~.~r~I~-S~c~rrm~m~eRJ


--------
~9~L~lBlllll~e~"_~~?~_'~~ ~-~-.


- ----


5 anSA 1


m


1Col ds-:Arts et Mktiers, maison d'habitation
iu : DiLcteur sous leur direction. -- Les
1Cies tui ont travaill dans I'atelier de la-
Ruie d .Fronts-Forts t qui peuvent four-
hir dieux chapeaux par inc, s'adresse-
roett la Direction les conditions
d'emploi.
Port-au-Prince, 13 ibre I9gi7.
Service Hydrauliquo
V. E'ie A. Mansout noua informed quc
uaasaison situCe au No 6, RUe da Port, est
.pri'6e ~ -bo mcnt d'ca idepuis dimanohe
dcrnicr.
Pcn:. 'It:', m:ii v~it ch.t :ui q :. 30 minutes par jn'r. ais
c'tai: c;e::rtc tre.p. pu.luc m*..iuitenant
ea cst aboluit-nt pri>d.
Priere an Service llydrauliq'ie de r.&nZ-
dier A n:~i & aoriablc et de chjs,..
L9 I- -,p": les s'en vnut
L,, ce.:.:"-..,,;its parisiens vicnnent de
prcndrc ic :.:ve decision. IIs ont decide
que lc, vaiinet ae .suipcr ftatoircs tormules de
politc.c ..icl, i'ait leur temips et qu'. une
epo-quj' ol tori t ic n onde tait prcssc, cet
usage &iairt :.ut'. surann que ridicule.
Don:, ils s:rp:iment, d'un commune ac-
cord, le,'* 9",l* atiore-*, les civilitis em-
prs > : i3:raion.: distingu.es ",
s-t is i; L .i AtUi r.. .
Et c. "i'c.: Ai i' J).i si'i b te.
Une *3lAe Allemande
II p .:, qu, All"ta.-..auc comme:n en
Fr.n:c it .:'Jvi... quIc lks jcuncs >t jolics
Grctchen mni .,uent, pa,'"ois, .d''p.u;-urs.
Sa Majcst Guillaumc II v remldit Ie plus
spirituellcmcnmt du nonde :Voici comment:
Quand iii'., ville cst doLtc dc trop vic!l:s
filles, ct quc Li statistiquc marque un arrct
trop vif dan Iles mariags;, Ein Zwei I --
Sa Majest..' y cnvoic un regiment de hus-
sards. Lvs resuhats sont, parait-il, cxcl-
lents ; tout de suite, les bals, soir es font
floors, les jcunes filles se maricnt, ct tout
le monde est content, mCnme l'cmprLreur.
C'est ainsi qu'i Crefeld, Sa Macjstd vient
d'envoyer un regiment qui fut baptism tout
de suite ainsi : TantbMsuren.



NOIvIeiIeS EPtranlere


DEPCHZS AI' UES CE WMATri

Nouvelles diverse
PARIS 11. Les irstructionns 0-
voyees a C:;sabhanc? a p;,r le Rgiv i;--
ment au gn t ral DrIudio sont- d liver
un combat d6cipif aussit6t qu'il juge-
ra le moment 6pportun.
Sir F. L. Bertio, Ambissadul,:ir d'An-
pleterre A Ptri!, ,I. tnemhb.!c r-ann-
diens W. F. Fielding & L. P. Bro13,,.,
amnsi q1:e M. Falliivre., Pr6sident de la
l, pulbiqe-. Pran .nisn, signeront cette
semaine tl trait do comm-r..'* fran-
co-canadien.
ST. PETEnRSinIJ, G 11.- Le Direc-
teur do la prison politique a Kanztin a
e6t assassin hier par un inconnu.
CASABLANCA 11. -- De8 tronpos arri-
vdes ici rapportent quo les tribus
commencent a se refaire des pcrtes
qu'elles ont. Aprouv6es dans le combat
du 3 Septeinbre.
PARIS.- Havre : CACOS IIaiti
116/134; Carujrano 137/112 ; Martini-
que 148/ir0) ; Guadeloupo 150/16-2.
M. C!emeunctau recut ce matin M.
Pichon et M. Milli's-Lacroix rentrb
ce martin Pa ris.
L'amiral Philibert tel.graphio : Tous
les rapport dee btiments sigaalent
situation oalme. Pso d'inCident & Ca-


sabi inca ni aux cnvirons.H- M. i':
reit c-Et A prls le Pr-r i to
[a RApub'iquo ti LUbbrin rhi ii 1%al
tint de Ia question do la
des fronlibres do la R~pti11ii-;11R gt
notro Colonio de la Mte d1vojrk
M. Caze. Amateur de Ila Ilte"Ol
ronne est d. ,&A ; U. nut-i m quit
Pario c': osir pr.mr a!lor as.vister ign
ob;-'()quv:-.
CASABLANCA -- Ler.t r-Aw ob:;titjr
tril)nA de jh Idi:LW do j rilue lemaw
veti'r, i v.;A Ltc c il'iasuc~, 4g
ou'g)iati~)ii$ df' P.-ij( Coflift~iaC4d#. 'p
ia 1lib;z 1 dioill;:'aO.4 c0 gral Dr e
t01jO0;T'-~ S;)Uf'lri~hi~.
1IONG-KONG. --- EIlViron 100 de priw
ciupales wi-tkons do ceommmrce inai.
~Cs Iot Ath dctsCi 4~tvf l)'ir un inceodft
U.. iinceacdie
IRKatfglATK. Gr'Vvn~ilof, 'chef d~ k
pol:'c' srew~r#tR. a 6.td ac;smssin6 ce ma.
iUn. GrIohi:o Mal.eavitch, Pex-chef deois
po'iT A Ili rystok, of toat lmi l ar6vol.
aurati-jumvo en Jai n1906,W taid mor-
ellement blewm c matin par an Wv.
rcist ; ce d'rnijcr a 604 arretd.
Lcc choI6da
rap.. I~;il),if:; offiielssus
Ia wror,. du ela ra en Russue
!smtI. '),,t ::& : t iouveadtx cas s
*of Igcuvi. .1 ~ 'otivernetnen
c! 'Vtvl~o. ., v. Un ;o'i nal rtVdicalIrus-
~.':i la~'- ;uW la sirnain e rni~a'
ii v :dv..it11: r do;;t 89 omit 616 mor-
t. isi A_ 0 d- provinces sasies.
Masscre deJuU13'.
L1FALL\ ( !inmar'ie ) La nouvel-
i1o t'st i'p' I'n'i 1 noivea5
r~aa~er j.,vi;jzfAc a n~t lian A Kiichi*
nrft. O ,1 tstinv' quo fhl'4 iPe d&sor
dro;. (pi out *'va tieu hir, 80 iqraMIi
ont it.:rd1 Ii la Le quaurtier jWift
Sr)7 d~s bandl organls~es qd
envuhiiiuftit ltn maisons et !ee bagif
ques -. t nmwent brutalement on blo
Flreat tow; cemx qi essaarepnt iS
(i(IaiI' liur propri~t&'. Les joits prb
d( I~;urii,. ,'eiafiiient do Kischiod.
tn grand nomnbre d'entre-eul qd
6t'aient all(5s vers les rives do Prmtb
esp h rant tronver proteuvon eo BnS
madilj. ftiront chassxs par lea adi
frontibreso.
Erzc u tion
MIF.rco. Floreacio Morales et
riard Mora q:ii ont 6,1 condamfklg
mort le 6 Juin pour avoir aSSII
Mexico I'ancien president do Go
nla'a ariil~a, ont o ex
danq Ia prison 1,o Rolem.
ST PETeRSnOURG,- A 1A
Vrernia*( dit (It1'OleI app' ',nld''
Slinistre de Ia Marint iva dcoirb
dio ue netttre, en chantler 411lterF6
rass&~.




D),"*iUNER D);2 13 SEP' EI!BRE:
Mr1110I A 2 .!F'(RE-S


Corned-beef
Pouk- t fricassC a A'Inditansle
Foic do ve~au A Ia M~aitre d'~H6tcl :
Gigot de pr~saIr aux p )mma ~
)Iaricots rou4e~ en saucC
Riz blanc AlIs cr~o!C
G~tca~u de palate
Fruits
cair -






Le Restaurateur de la sante
RemAde eflicace centre toutes les mala-
dies provenant de l'impuretd du sang.
La boite de 201 pilules : P. 5. 00
L'enveloppe de 30 pilules : 1. 00
J'envoie gratis et franco, sur demand
l'enveloppe-6chantillon et prospectus.
H. BONHEUR ( Agent)
HOTIL-BELLEVUN.

Industrie
MANUFACTURIERE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTREL
Faux-cols, cravates, manchettes,chemises
et caleons'
Ecole da arts et metiers

On trouvera l'ouvrage de Monsieur
D. Vaval intitule Coup d'oeuil sur I'd-
tat dconomique et financier de la Repu-
blique d'Haitietc, chez Monsieur F.
Belizaire, angle des rues Geffrard et Fd-
rou.
Prix G. 1.
... I-- .


A. do Mitllois t Co.

92, Rue du Magasin de l'Etat
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour les goats les plus diffici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
delicatesse p6n6trante qu'elle offre A se.
clients sout de vdritables petites mer-
veilles.
Lees deriiires marques qui charment
se Tout Paris sortt chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, Trdfolia, Idal
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maiiot a touJours un grand as-
sortiment tie bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spdcialitds: bagues frangaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et francaises sur com-
mande, Service d'argenterie complete
iPour marriages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres prdcieu-
ses et vieille hijouterie a des prix avan-
tageux. Dernier cri: Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
tdes envoie franc de port sons pli recom-
mandd dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou Lorgoons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions des
Docteurs on instructions des acheteurs.

Pharmacie F. Bruno
67-119 Runs oALurr i r rnou.
Sp6ctalitAs F. Bruno :
Poudre puissantecontred6mangeaison
prurigo, sueur des pieds- La bolte P. 1
Srop atiashmap, remAde efficarA
centre l"s ace dOthme et los toux
r4quentes Ie flacon ; P: 1. 50.
Co.asUo,,.s gratu.s :
Myrdi et Jedi de 8 a 9 beare du matin
w to Dosemr. M. Thmas.


Tilere Zepftin Bell
Fabricant de chaussures en tons
enres. Pour Hommes, Femmes et en*
ants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPiCIALITI :
PANTOUFLES MULES


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par
L. HODELIN
Ancien membre de la Societl Philan-
thropique des mattres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd-
toffes diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulierement a sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Specialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupes Frangaise, Anglaisa et
Amdricaine de la derni6re perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans. tuniques, habits car-
res. etc etc, de tous grades.
--


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
pbt un grand stock,- pour la vente
en gros et detail,- de chaussures en
tons genres pour
HOMES, FEMMES, ENFATrs
Les commands des comrneriants
de l'int6rieur pourront etre exdcut6es
dans une semaine a peu press.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


N. Cordasco
157, Grand'Rue, 157
A l'honneur d'aviser le
public qu'il vient dere-
cevoir un assortment
complete de cirages' pour
chaussures jaunes,noi-
res, vernies, etc.
Vente en gros et end6-
tail.

ESANOFELE
D'une etfBacit6 incontestable con-
tre la fvre.
5.000 facons ddjd jpwuids
Stock renouvel6 par le dernier hol-
landais.
PRUArAcIN NOTRb-DI.L

On trouvera:
Ie novel ouvrage du GC. F. D.
Ltorrnm: rH:omme, i Mornde at s
S~ime., la Pharmacie Rober, che
IVelten s LtoIana.
Przt: 4 ourrd6


SIDNEY PARENT

73, RUE DES CfSARS, 73.

Entreprise G6ndrale de Pompes fun6bres
Location de Voitures pour Mariages et Bapt6mes, etc, eto.

Monsieur S. Paret a l'honneur d'aviser le public qu'il garde comme pwri
pass la Direction de son Entreprise Gtnerale de Pompes funt6br
qui est de son initiative propre.
II promet comme toujours, promptitude et rectitude A tous ceux qu iow
dront bien s'adresser A lui pour Entreprise G6n6rale de Pompes fniobbn
locations de Corbillards A tous prix, locations de Chaises, voitures pow
marriages et pour baptemes, etc.
Monsieur S. Paret pour avoir un materiel plus neuf et plus riche ret
tout pur et simplement les chaises et le Corbillard qu'il exploitait d
compete A demi avec Mme Vve Leon Gabriol, dans son Entreprise, bies *
tendu apres reglement de compete.
Mr S. Paret continue toujours comme ii est dit plus haut A s'occuper d'ta.
reprise Gendrale de Pompes funebres, de location de Chaises, Corbillards, tIuo
res pour marriages et baptdmes verres, verres d champagne, couverts compksl, ft
naux, etc, etc.
Port-au-Prince, 4 Septembre 1907.
I I I I II I II


H RESTARATr BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE.(HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS--LUNCHS.
Installation moderne et confortable. Vue -.sur la mer. Tempiraturs
douce et r6gulire. -LesTramways des.ervtent I'HJMel-Bellevue routes les 7 MiMsi


PROPRITti SPACIEUSE, S'OUVItANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Salle de riception.--Piano.-Gramophone.


Sonneries Electriques
Table dl'I6te tous les jours, de midi d 2 heures,
U de 7 d8 heures du Aoir


G.2.50


Imp. C. MAGLOIRE

45, RUE Roux, 45
TILRPHONE.

Journaux, brochures, billets


marriage, cartes de


fian ai


programmes, affiches, et

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et e

de visit 4 la minute.
PRa DE CONSCIENCE


_ __ __