<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00135
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 11, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00135

Full Text


AMERCREDI, 11 SEPTEMBER? 190?.


J


QUOTIDIEN


ABONNEKENTS:


PAR MOIS Une Gourde


D'AVANCE


D1PARTEMENTS & PTRANGK1R
wralu do post eo nuu.


Dawmt a l
C::IL46x~exxt MvLGTIlcdrra


REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


Pour tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser &


LES QALITES FRANCASES


Je viens de lire dans la Croix, jour-
alcatholique francais, un article tris-
dogieux et tres documented sur M. De-
moins et son oeuvre, et cette nouvelle
t favorable n6crologie me met tres A
fise pout d6fendre le Matincontre les
wcasations de francophobie qu'on lui
hoce parfois en course conversation.
B serait, en effect, par trop bizarre
a nons passions pousser a la haine
tmatique contra-la France et les
mraais en nous faisant ici L'inter-
Prte des ides sociales de l'6cole
aree par Le Play et don't M. Demo-
is avait pu prendre la direction in-
omtestee ;-- alors que I'opinion fran-
Ceise elle-m6me, repr&sentee par la
patie la plus respectable de la press
de Paris, ne tarit pas d'dloges a l'gaacd
i la science et du patriotism de I'd-
Winent dducateur.
C'est vraiment se montrer plus roya-
i que le roi et i, faut, de plus. que
6o soit afflige d'un certain travers
rit et d'une forte dose d'obscu-
tisme pour vouloir quand meme
her, par une predilection irre-
i, a des systhmes et a des mt-
ps qui, bien qu'ils portent la mar-
de fabrication francaise, out cer-
ment la responsabilit6 du recul
v6 par la society franchise.
a civilisation franchise, l'art fran-
I'esprit francais, la profondeur
et esprit sur le terrain des 6tudes
voili en definitive ce qui nous
t t ce sont bien 1& les caractO-
nes de ce people. Je suis tout le
r saluer en lui ces qualit6s et
turomperait fort sur mes vdrita-
intentions en s'imaginant que
so les contester. Mais il peut
ttre permis de discuter le carac-
tonique d'un regime fait exclusi-
a't de ces choses; et quand, au
re, nous voyons clairement,
o e cela avec des Francais
tques, que ce regime est debi-
Wnvrvant, neurasthdnisant, je ne
u D que l'hommage rendu A ces
puisse empecher de mettre
.contre leurs abus.
ult lw quoi Dnou mettons en
'Vft 1 I4 Id8rOt4 du people d


France, la manie de sacrifier les con-
siderations les plus sdrieuses au plai-
sir de faire de l'esprit, le sentiment
parfois bien faux de sa superiority.
les pr!jugds de sa socidt6. Si le peu-
pie tiaitien peut avoir assez de juge-
ment pour discerner, dans la facon
d'etre du people francais, ce qui est
ulilement assimilable et ce qui est di-
gne d'ttre rejet6, il pett se passer
d'tducateur et j'invita bien sincere-
ment mes confreres en mal de syste-
mes d'education A briser notre plume.
Nous nebriseronspourlant pas notre
plume, parce que notre sympathie in-
nee pour les chores francaises nous
aveugie au point de nous cmpecher
de disccrnt r, et il faut bien, pour la
robustesse et le salt de notre pays,
que nous sachions discerner. C'est
pourquoi nous avons la pretention de
croir, et. de dire qu'il dtait 6minem-
mens t utile do craer, dans le milieu
har'iin, un cnurant d'idees contraire
A ce qui y est trop unanimemnent ac-
ceptc.
Je i'6,lYtin '-rai personnel en disant
que l tkit. i: ,'etait pas aise : ii est
toujiSris plus facile de flatter les ides
deja Itl:I L.s .vt accradites que d'aller
cot tre. Au surplus, notre malechance
a voulu quL, au ratn de noscontradic-
teurs se trouvassent de vcritables di-
recteurs de l'opinion, au dire depuis
longtemps respected et admire et qui,
puissamment et, il faut bien le dire,
inconsciemmcnt, fortiflait cet etat d'A-
me aux efiets d6primants.
Une resistance insaisissable s'est
souvent dessin.e, voici une de ses for-
mes fuyantes. Prenions-nous argu-
ment de ce qui se passe ailleurs qd en
France: nous 6tions accuses de pui-
ser A des source.* non francaises et
par consequent suspected. Quand au-
contraire, nous nous appuyions sur
d'incontestables autorites francaises,
on ouvrait charitablement nos yeux
sur la tendance des Francais & se de-
nigrer eux-memes.
Tout de m6me, I'entreprise ne nous
part pas trop hardie; nous l'avons
tentee et nous ne croyo0s pas nons
tromp~er p r la valour t leseas des


Monsieur


LE NUMfRO 10 CETIMl5.


Les abonnements partent du icr. et du z do cbsque
mois et sont payables d'avance
Lee manuscrits insr6u o no. men Iaos out eMS


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Fol.


tumoignages pr&cieux qui sont venus
nous encourage et nous savoir mimo
grd d'avoir entrepris ce que nous
croyons 6tre une tAche de patriotis-
me.
II est bon d'etre instruit sur des
chooses autres que celles venues de
France : or, nous sommes ignorants
des choses les plus 6lementaires con-
cernant cette formidable nation ame-
ricaine don't le voisinage nous impose
tant de devoirs et qui retient la s6rieu-
se attention de l'Europe. Nous nous
sommes contents d'entendre dire et
croire qu'el!e nourrit centre nous d'in-
surmontables prdjuges et nous ne
voulons pas considerer assez que ce
qu'on en dit est inconciliable avec la
haute ven6ration don't M, L6ger, notre
repr6sentant, est entoure. Nous ne
voulons pas concevoir que ce qu'on
en dit est surtout inconciliable avec
le profound et vrai sentiment d6mocra-
tique qui caracterise cette nation.
Et ainsi de beaucoup d'autres cho-
ses. Si infimes que nous soyons a nos
propres yeux, nous sommes cepen-
dant une fraction de I'humanit6 et
rien de ce qui l'interesse ne doit nous
ktre Stranger. L'humanite continue
au-dei des frontieres de France et la
carte ru monde enter doit solliciter
inotre attieniioii.
Nous d.vons assez etre modestes pour
reconnaltre qu'il nous faut une bous-
sole ; mais il faut veiller avec soin A
n'en pas choisir une qui nous con-
duise ailleurs que vers la prosp6rite.
VoilA des choses de notre program-
me mnisesencore unefoisbien au point
et nous souhaitons A I'avenir ne plus
rencontrer que de bons entendeurs.
A ceux-lA, selon I'usage, salt !

L'administration du Matin *
announce aux abonn6s de la Ca-
pitale qu'ils no doivent rien ver-
ser, abonnements ou autres,
que sur REQTUSIMPRMIM8 ot
signs de M. 1'Administrateur.

Pri6re d'aviser 'administra-
tion de la moindre irr6gularitt
dans le service du aMATINs
inn qu'il y soil de suite rem6-
di6.


RENSEIGNEME1 TS
MtTZOROLoGIQUES

DU
SEINNAIRE COLLEGE. St-NALRTIAL

MARDI 10 SKSEMBre


Carom6tre A midi
Tenap6ratur minimum
Srelmaximum


763,o
21,8
34,1


Moyenne diurne de la temperature 27,4
Le ciel a etC nuageux depuis midi.
Gouttes de pluie A 7 h.
Eclairs et tonnerre.
Le barometre est en baisse
J. SCHERER
Prochaines Elections
Secritairerie dEtat de rIntdfimr
Le Departement de l'Intbrieur, en vue
des elections qui doivent avoir lieu en Jan-
vier de l'anne prochaine, rappelle aux
Conseils communaux de la RIpublique,
les dispositions de I'article 151 de la Cons-
tituion ; les articles 9, io, t a1, 13
et 14 de la loi electorale, ayant trait aux
assemblies primaires.
En consequence, ces institutions devroot
dans le premier jour du mois d'Ocobre
prochain, ouvrir leurs regisures dinscrip-
tions, contormment aux articles ci-dmsus
mentionnds, aux fins de former les assem-
bles primaires A l'epoqO fje per la
Constitution, pour 'exutrion des tra-
vaux suivants :
SAvom :
1 Les elections des D Mtds do People;
o2 Formation des co e lectoran
d'arrondissement pour la nomination des
candidates au Snat devant re er le
tiers des membres de ce Granda Co
;) Renouvellement des Coseil comm.o-
naou qui ont accompli lears exercic
triennaux et remplacemet des Commis-.
sions locales per des Conseil rdgsulirs.
Port-au-Prince. 1 4 Sepemabre 1907.
L.tSwtaeair o f e- Fh d lmir,
Patnn PLo-ANDaR.


___ ___I __ I r


~---. __ __ _____ I


-- ---


- --


I I


in AMNZE9 No 136


PORT-AU-PRINCE (HAIM)




- -


Les Vari6tes
M. M. Lecorps, directeur de cette ex-
cellente revue littdraire fait paraitre samedi
Sl'Imprimerie C. Magloire, 45 Rue Roux,
Nn nouveau numero qui, par le choix des
matiires tres interessantes, ne le cedera en
rien aux priccdents.
Nous le recommandons A nos lecteurs,
en attendant que nous en publions le som-
maire.
La Banque Nationale d'Halti
et 1'Emprunt 1896
Tel est le titre d'une brochure qui no us
a 6tC envoyee concernant les accusations
formuldes contrela banqueA proposdes ope-
rations de l'Emprunt 1896.
Nous nous proposons de revenir bient6t
sur les appreciations continues dans cette
brochure d'actualitd.
Les Mouchoirs en Papier
A Paris
Une inspectrice des ecolcs maternelles,
Mme Jeane Girard, va Ctre la cause de revo-
lutions dans le monde des petits enfants, a
Paris.
Elle a remarque que certain marmots,
oublieux de la civility honncte et puerile,
reniflaient consciencieusement A la creche.
ou se mouchaient d'un revers de manche,
ou laissaient impudemment pendre, au
bout de leur petit nez, ce qui eft trouv-1
meilleur asile dans un mouchoir.
Mais le hic est que la plupart de ces en-
fants n'ont pas ce linge de proprete indis-
pensable. Elle a done propose le mouchoi r
en paper.
Deux directrices d'ecole en ont fait un
essai loyal, puis ont trouve la defense
excessive : cinq centimes la douzaine,
c est une forte some !
Mile Bras, l'inspectrice gendrale, concilie
tout. Elle pr&conise 1'emploi du paper hy-
giinique. Crac on arrache du rouleau son
petit carr6 de paper, on mouche, on jette.
et tout le monde est content, meme l'hy-
gicne.
Service Hydraulique
Les habitants de la Rue de 1'Enterre-
ment, section comprise entire les Rues des
Casernes et d,: Champ-de-Mars, informent
la Commission chargee de la direction du
Service hydraulique que depuis cinq jours
ils sont prives d'eau pour laquelle ils ver-
sent regulihrement leurs redevances et la
priest de bien vouloir passer des ordres a
ses agents, afin que tout ce qui est nicessaire
soit tait pour qu'ils aient, comme les au-
tres abonn6s la jouissance ce cet 616ment
si indispensable A la vie domestique.
Port-au-Prince, le I Septembre 1907.
S' -" ...

totel BelloeV

DEJEUNER DU it SEPTEMBRE
MIDI A 2 HEURES
Prix : G. 2.50
Beurre glace
Radis
Morue fricassee aux pommes
Navarins de mouton a la franqcise
Chateaubrillant au cresson
Haricots rouges en sauce
Riz blanc & la creole
Crime a la glace


/a via


NouvYelle Etraiigeres

DEP CHES qE Ui L Cr. ,fATIi

Nouvelles diverse
Sir Bfertie, Armb,.:ssieur d'Angle-
terre a Pauns rendit visite ce main A
M. Cl4menceau qui confera ensuite
avec M. Louis, dircteur d s AtTaires
politiqu(s au Ministele dcs Alfaires
6trangeres.
Le P[rci'dlent de la lhtplublique de
Libria de iclour (d'Argl'terre, art ive-
ra ce soir a Paris.
Le baron Demarcay, stuaii'turu de la
Vienne, est d ced6.-- 1, s t,!>', s
de M. Sully-Prud'homme ont Oet c -
br6es ce martin.
PARIS.-- lIAvre, Cea, P lierto-Cabe'l-
!o 47 .- Campechlo Haiti-Cap, raci-
nes 4,60.-- Le , ici.
Les Ministres etL un soui-sec,'-t aire
d'Etat prt sents I'ais SIi s, mont r 'ut is le
martin en conseii de Cabiint. La s'dni:ce
.A dt entieremeint couiiLn-ac at x a~ l'.i-
res duMaroc o' la si tuation e.t t( d n ;:i
assex calme ; les tribus- des eiiv\ro:s
de Casablanca avaicit detni,. ul i
iar istice elt'i 2 hentres qui ful ;>.s:'_- '-
dt ; lc's d(161 gu0s "w s'('ta U .ts pr3-
sentt-s ;au bout de ce dlIai, Iks o(l'r :-
lions militaires vont recommence'r.
13 aerostiers venant de Versaiiles sont
arrives A Casablanca amerant un
ballon.
M. C(:lWron inaugura hier A Cha!on-
sur-.Soacte le monument elev6 aux d.-
ft.ri:curs dIu territoire d:. 1814 et de
1870.
Les officers strangers invil-Z aux
mt'nuvres des 12e et 18o -,-ps
d'arrni4-e snt arrives hiera Angoultnme
ot ils tlu ret recus par I1 Gtneral
Millett, dir_-cteur des manwuvrwes.
La France ct l'Espagne au Maroc
PARIS.- Le correspondent de
< L'Echo de Paris tA Madrid dit que
le bruit court d:ns les cercl'es mili-
taires de cette vijlek quoe a Fratico a
propose I'Espagne d'enrvoyer une ar-
mee franco-espaguole do oU.O00j hlon-
mes au Maroc pour y occuper les ports
et aller jusqu'A Fez si le besoiti s'en
faisait sentir. Co correspondent di!
que le premier ministry Mauira et le
G(3 Marlitegui, chef do I'Etat-Major
g6n6ral, sont opposes a ce.projct,
mais quo par conti.re, io G' Pclno de
Rivera, Ministre de la Guerre, en est
un chaud partisan. Le correspondent
de t L'Eclair a A Madrid dit que l'in-
fluence anglaiso a grandement con-
tribu6 au changement d'attitude do
I'Espagne a l'dgard du Maroc. L'An-
gleterre a effectivement persuade A
cette puissance qu'elle devait coopd-
rer Al'action francaise conformement
aux droits et aux obligations qui lui
out 4t6 reconnus pas I'acte d'Alg6-
siras.
Une nouvelle dementie
PARIS 9.- Une note officielle ddela-
re inexacte la nouvelle publide hier et
disant que la France a propose A l'Es-
pagne d'envoyer une arntlJe de 50.000
hommes au Maroc. M. Clkner;ceau a
dit aujourd'hui : i! i,'est nullement
question pourle moment que la France
et i'Espagne debarquent des troupes
dans tous les ports marocains pour y
organizer la police. La seule chose
qui nous preoccupe est de rctablir
I ordre a Casablanca. Quand ceci sera
(ait, nous examinerons de quelle fa-


con nous devons orgnniscr la police
p, vue par l'acte d'AIgsiras.
Une mission chinoirc
PI:KIN.- Uno mission comnpos e
des cotmnissai-',s iimperiaux Tashou-
WVang-Ta-Hlai et Ting-Shi-Imei a ete
nommine atujourd'hui pour visitor le
Japon, la Gratnde lretagne et I'Alle-
magne et ttudier les lois constitu-
tioniu-Ie" s do cos pays.
Une proposition du premier
ministry russe
Sr Pi:'TE'.-iOLunG. -- Une proposition
du pi C1': w nt Slypiy ie tnt:l(aHiiit A rem-
placer les collll.mmunt'es par des zcmsivos
locaux aux q :.-..s pourai mrt die clus,
aux m1mno droi!s, hls citoyens de
tous ri,.-, t, leques aiuraiez;t d'oit
l','x,.: r l t iOlicc, a 1 reiclte pi ar

:-' ", ." Draude est souffrant
C(AS.:N!..,X \.- Le (s6n6r.tl l)iude
Soulthc d'uutw iillammation d'iitestins.

,,ii :,m -; 'l rnistice ti'aboutit pus
,i LI: :: r o 1 tizltat.
i',. f nations anti-japonaises


.. ve I i q i,': I



lijtis. Sept tJo ic cos h( l iie ('.. ol, t -
sis et jets cA la mer.
Un drmcnrti
SAN-Si AS IAN. ,e (iCt) Id< Al-
I',lde Salazar, .\1i[isre ,..s Attirel -
raii'g['res o 0;" l kos' ol f 'IorlnA d a i i. louvel-e. pul i' e-s ar certaits
joiur'llia x e:;pag s disa t 1 0 q 110 roi
.t. Se pIecIIIIr iuiistre', s .nit cn 6t sac-
coI'd atu -ujet de la politic, matocai-
1,d dlnca 'i
Lia do I'spa,.1ie.
L'armistice n'a donned aucun r!sultat
1CASA iLANCA, Sainoli. lIari stice
accord r-par le ~ tid na don n6
lieu a aucun riul1tat jusq'uX prdsont.
Los envoyaes du caid azi, chef d.o a
trib. des alpaouias, t'ont pas "iiCe.
f'ait lrit apparition. ie G-: Drude pro-
jette uno vigoureusc ofre1nsive cdans ie
cas ou lcs arabas prolongoraient leur
resistance.
La popularity de M. C6mrnenceau
PARIS.- M. CWimenceau a pmoliot6
du temps splendid qui rdgmiit lhiir,
pour se Iivrer au plaisir de la chl:ai..
Ce plaisir, joint I'assurai, tj.''ii
jouit de la conflance de I'iintncmnse
majority des francais, a co0rtribu:6 A
lIti fire i6priser encore plus 1( s at-
taques auxquelles M. Jaurs ci scs
amis se livrCn conSre sapoiiti(1,,e na--
rocaine. Au faith, la populatite de M.
Cl6menceauaugmenteen meme temps
que ia violence des critiques de M.M.
Jaumis et Hlerv6.
Les automobiles aux grandes ma-
nceuvres
ANGOULEME.- Les ofliciers 4tran-
gers invites A assister aux grandes
inamnoeuvres de 'ai mze fancaise sont
arrives ici aujourd'hui. Ces manoeu-
vres pr6senteront un intdret special
par le fail que, pour ia premiere foisa
leos automobiles y seront employs
pour los transports.
Une protestation du consul dAngle-
terre
ANVER'. -- M. Ierstiett, Consul gS-
neral d'Angleterre, a faith parvenir aux
autorites une note dans laquelle il
Sroteste 6nergiquement centre l'inauf-
isance des mesures de protection ri.
I sea & l'6gard des navires. P


AMERICAN CONSULATE.
In accord with a Iaw pasao
by the last American .oaSirq
it is required that all arneri
citizens register at the Ai2
rican Consulates every y
Notice is hereby given that an
American citizens in this Cn.
sular District shall appear a
this Consulate for registration
between the hours of 10 andl1
A. M. on each office day, untf
the 15th. of September 1907.
John B. TERRE8
American Consl.
Port-au-Prince, September 19o7

TISCOURS pronone par le Dr P.
ci' h;rellier sur la trombe d't Dr Loui
Audain.
Mesd.mes,
Messieurs,
C'cst cn accomplissant un double devoir
que je viens A cette here adresser le o-
preme salut l' home eminent que nou
._nscvelissons ici. Dsigne par Monsiew
!c doct:iir T.l.tntv, dirccteur de 1'Ecole Na-
tioa;.it' dec Mdeccine et de Pharmacie, poor
Il'.cc,:-oip!i--.ccniit de cette tache dooloe-
rcis c t ptos kr par .i propre impression de
mInl cc(ur, jc retracer.i en peu de mots It
vie fl"oide et luminLuse du docteur Louis
Auldain.
Le rezrcette ddfunt appartenait 1 cease
lignce d'homines qui font du devoir an -
cerdoce ct qui en toute circonstance eaui-
sizeut les bonncs oeuvres a accomplir
Kentrl en Haiti, apres de brillantesto-
des faitesA la Faculth de Medecine de Pars,
ilacommence avec amour, avec unecomptl
tence ddsintircss6e A tirer parti des haue
leIons de ses maitres dans 1'art de gorr.
TouL tait distingud chez lui, sa scice,
ses rnanires, sa franchise, sa persona
nfin.
Un tel home devait fixer l'attention d
Gouvcrnement d'alors. Le President Gcl.
frard avait mis 1a main A toutes les rifr-
mes. A une reform surtout, celle de 1'Int
truction Publiquc. LA, Messieurs, il n'yL
pas de place pour la faveur, le meite si
s'impose. II sortirait de sa mission, il $a
coiginerait bien Atrangement,lereformata
mal avis6 qui portrait son choix an hind
ct par caprice .
Dire quc Louis Audain a te appeiC t0
Tmonient A l'Ecole de Medecine comm
professeur, c'est dire hautement qu
sa superiority intelectuelle a &t6 reconnU
et proclambe. Dans la chair IL I'e-i"'g
ment supiricur. sa science s .r fortlk
davantaie. ct lorsque le d.:cur ai,
quitta la Direction de l'Ecole J-- M W id
pour enter dans la tombe, le jecii po
seur fut appelI a le remplaccr. i'arui
hommes fortunes qui out suivi son l
gnement et qui 'ont vu monster, gO
son mdrite et a son vas:e savoi
vois des survivants, Boyer, Mon
Malette, Constant Vieux, Dpsravitne
Arthur Regnier. Je ne ferai pas ai 'I
ici parce que tout a cette here e~t
cre A la mort.
Vous savez, Messieurs, quels
rendent a la famille haitiennc. Votft
viteur ajoutera qu'il a eu, lui aui
neur d'couter les lemons do maitr.
Ce n'est pas seulement dans Is
officielle que le docteur Louis ^
soulev6 des applaudissements cnt
c'est encore dans l'exercice de s.r
hors des murs de 1'Ecole. II faisitd
rations delicates, des cores
II etait surtout aimn pace q 'l
avec dtvoucment. Dlvouo at IV
que le mddecin doit apponc
tout danm lI pratique de o rt.


--







r ciconstances font la clientele do me-
dean Mais le ddvouement seul faith sa
e ricchesse.
Quc pouvons- nous mcttre au dessus du
tvvoir accompli ?
Booup se figurent que le m6decin est
Shomnme apart et que le sacerdoce md-
dicl le dispense d'accomplir les grandes
oies auxquelles est appel le citoyen.
Louis Audain a voulu d6montrer la tausse-
Sde cette opinion. II est entr6 dans le fo-
rmde la politique avec toute la fougue
des conviction, tout l'clat de son esprit.
0 en est sorti avcc probity, apres avoir
.ccup les hautes functions de depute,
Sfateur de la Republique et membre du
Gouvernement provisoire, il a prouv6
qu'on avait raison.d'al!er a lui danslestemrs
dNiiciles.
C'est aijourd'hui seulement que cet
homme actif vie-nt gofiter le repos.
D ne scra pas oubli6 !
I laisse aprs lui des fils qui sont, A
jsretitre, reconnus grands par leur science.
Son oeuvre scra done continue dans la
smrvivance de son norn.
Dormez done, cher mnalre. dormez tran-
quille et satisfait dans la paix do toombeau
ct recevez cettc couronne de la part du
doctor Jeanty et du personnel de l'Ecole
iMedecine c~n'me g-ge de notre grande
et ternclle reconn tissance.


Iinurg American Line

Le steamer w GEORGIA ,venant
dPetit-Goave sera ici jeudi matin le
ftcourant.
IIpartira vendredi soir pour Gonaives
Fort-de-Paix, Cap Haitien, Puerto Plata,
St Thomas et I'Europe.
*
Le S/S PRESIDENTT v vonant
h St Thomas, San Juan de Portoltico,
San Pedro de Macoris,Santo Domingo,
Azua, Jacmel, Cayes, Kiniston sera
RiDimanch e I 15 courant it midi.
Ilpartira Lundi soir po)r J.e4cr'mie,
Ciyes, Jacmel, Azua, Santo Domingo,
Sn Pedro de Macoris, San Juan de
lorto Rico et St Thomas.
*
LeS/S, CONSTANT A venant
4 Hambourg, Grimsby, lHAvre, St-
Thomas, Sanchez, Saimna, Puerto-
Phta, Monte-Crisly, Cap- lailien, Go-
aies et St-Marc est attend ici Ven-
Odi aprbs-midi 13 ducourant.
11 partira probablement o1 m0nine
r Pour J6r6mie et Kingso .
Port.au-Prince, le11 Septembro 19U7.
G. KEITEL & C
AGENT S.


Se.B Trasatllntipe
-
4 steamer MONTREAL se-
de retour ici, l i au soir ou le 13
tin, et partira le 13 d midi, pour
-e-Paix,Cap-laitien, Porto-Platin,
St-Jean de Porto-nico, St-
et le H~vre.
S.billets de passages serozit dd-
e ds 8le 12 au matin.
OI toPrince, le 9 Septemtre 1907.
L'AGONT
F. M. ALTIERI


D EDMOND HERAUX VIN DE BORDEAUX
lRevenu de son voyage aux 1;4ts- Marque Lapo;yade & Co
Unis d'Amdrique, le Docteur Edmond ) TdT
lldraux so ties:t ;:' la disposition de ses VIN DE MAl.RSi ILLE
clients et du p,3l4ic, 34, Rue des Ca- Artaud
series. Marque Artaud Freres
Pourvu d'appareils lectriques per-
fCctionnes apportes des Etats-Unis et OLA
produisunt l'dlectrici6 statique, les .
Rayons X, les courants de haute frt6. I.xgstor-
queice, les courants de haute tension,
les courants sinusoidaux, les courants MACNIS IS IRONBREW
faradiques et les courants continues, le A Vendre
Dr Edmond Hdraux entreprendra, d'a-
pros les principles et la technique de Chez CATINAT FOUCHARD
d'Arsonval, d'Oudin, de Tesla. de Da- 85, 8 Rue du Centro
bois Ieymond, de Morton, de Mon- ue du en
nell, Goelet et de Massey, le traitement 61, Rue das Fronts-Forts
des maladies suivantes:
CANCER, LuPus, NEURASTHIENIE, N9-- Dr RAMPY
VRALGIE, HYSTIERIE, HYIOCONDRIE,
PARALYSIS, ATAXIELOCOMOTRICE, RIHU- PHARMACIE ST. MICHEL
MATISME, GOr'TTE, SCIATIQUE, ARTIIRt-
TE DIFORM1ANTE, CHOREE, PARALYSIE Avenue John-Brown (Lalne).
A(;ITANTE, ATL. 1I ,EME, EIcLEPSIE, EC A, CONSULTATIONS TOUS LES JOURS
F:IksmIPiLE, I)Y.1IPEPSIE, DILATATION DE DE 2 A 4 IIEURES.
L'ESTOIMAC, I)IARnmi:E CIIRONIQUE, IC-
TrkIE, 'ltoUBLES FONCTIONNELS DU --- .. --
C(I:l'i,AlIUTIrtO SCI.IIO(.SE, IMPUISSANCE ~ i
(;E ITAL\ r'llT ISII,, (; OiTitEE\OPI'IITAL-
MIJLu, l)r.ii:TEr, (:II.OROSE. OIESITI, E I C u
MAL IE l;,It(;liT, EL.jPIIArNTIASiS, HiMoRt-
IIOIDES, AMENOIIIIIIEE, DIYP.ENORRIEE, Avocat
HE.MiORIIIA(;1E UTERINE, MWITRITE, SAL-
PINGITE, I'IUIIO.ES, ainsi que des dtats A PETIT-GOAVE
morbides tels que: andmie, cachexie ,,0 --
et stWiilit de l'homme et de la femme. LA PHARMACIE
LA Emmanuel Alexandre
MeilleureFarine 88, RUE DES MIRACLES, 8,
du IaMonde Se recommande pour 1'execution
Celle qui donne le meilleur pain. prompted et exact des ordonnances A
Qui produit le plus do pain. imorequelle here du jour et
Qui donne le pain le plus blanco et
lc plus lbtger, Drogueries, Specialites phar-
C'est la Pillsbury's Best de la maceutiquesextremement fralches.


Pillsbury VWashburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Repr~ewuant


RHUM-SYLVAIN
Produit de Usine St. Michel (Arcahaie)
Vicillissement natural jusqu'A 12
et 15 ans.
P.IX TRfIS MODERAS
Vt.ite een gros et en detail.
MaisonA M. Sylvain
43, liRe des Fronts-Forts.

LA REVUE
( ANCIENNE REVUE DES REVUES )
Bi-MAfewl


ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SNm RST
Haiti ., 28 francs, 16 france
Les abolnements sont regus dan
les bureau du a Matin seul agent
pour la Rdpublique d'laiti.


Kola-Sirops-Liqlul(
ALEXlS BENO1T
Rwe Tra wrMer


PRIX CONSCIENCIEUX.


A L'ELtGANCE
1). FERRARU,
Fabricant dre chaussures,
Porte A la connaissance du public,
pj cticuliiremeut de ses nombreux cli-
*t;ts de Ia C6te et de la Capitale, que
I's# tablissement a un stock incalcula-
Ji, do chaussures pour homes,
temmes et enfants, en tous genres,
et que, malgr6 l'offre de cinq pour ceut
sur l'achat en gros (5 0/0) fat un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'.tablissement se charge de faire
preudre des measures A domicile.
Toufours : Soin, exactitude, ponctualite
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)


Entrerise Genllerale
DE
F1 omip es fXb-xel: rea



I,o public e.-t pr(venu (lu'Xi partir
de celto date, M. Sydney Paret .rne
fait plus parties de 1'Entreprisedes
Poinpes fun6bres de Mme Vve L.
Gabriel.
S'adresser A M"N Vve LE.ONGABRIEL,
2, Avenue Magloire Ambroise ou A M.
MARCELE CLESCA, Impiimerie Amblard.
La nouvelle direction promet aux
famillets, comme par le passe, soin,
promptitude et correction dans le
service.
Port-au-Prince, 3 Septembre 1907.

Bouquets, Fleurs,
A vendiechezMme L. JEAN-PHIL1PPE
PEU-DE-CHOSE


AGENCY GfINEIALE ET DEPOT
POUR LA
Republicque d'-Haiiti

DES PRODUCTS HYGIENIQUES SI CONNUS
ET D'UNE RENOMMIEE UNIVERSELLE.


IPiIII Ii Rdl U[


Lavill


A LA METROPOLE


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT, 93.


2 A 'honneur d'aviser les personnel qui ne connaissent pas enco-
. re suffisamment ces products qu'elles peuvent faire acheter pendant
Sce mois pour le prix unique de DEUX GOUtRDES, soit un pot
It de Cr6me Simon grand module, ou une Bolte de Poudre Simon
sans rivale ou un de ces Savons Simon au parfum delicat, se-
Ion leur convenance et r6clamer Gratuitenent un echantillon de
chacun des deux autres products de la Maison Simon afin de pou-
voir appricier les avantages incomparable qu'ils ont pour la
Toilette.
Les acheteurs en gros b6n6ficieront des memes avantages et
recevront en outre avec chaque quart de douzaines une superb
Valse lente pour Piano ou un merveilleux Two-tep.


II I -~-- -


[CREME.IM.ON


[SAVON SIMON]





Le Restaurateur de la sant6
Remede ellicace contre toutes les mala-
dies provenant de l'impuretd du sang.
La boite de 201 pilules : P. 5. 00
L'enveloppe de 30 pilules : t. 00
J'envoie gratis etfranco, sur demand
I'enveloppe-6chantillon et prospectus.
H. BONHEUR ( Agent)
HOTTL-BELLEVUB.

Industrie
MANUFACTURIRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchettes, chemises
et calecons
Ecole ds arts et matiers

On trouvera l'ouvrage de Monsieur
D. Vaval intitule tCoup d'ceuil sur '-
tat 6conomique et financier de la Rdpu-
bli ue d'Hai'tietc, chez Monsieur F.
BAlizaire, angle des rues Geffrard et Fd-
rou.
Prix G. 1.


SA. de oMtteis et Go.
A. U U.
32, Rue du Magasin de l'Etat
Maison fond6e en 1888.
Bijouterie, Orefvrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour les goits les plus diftici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
dblicatesse p6entrante qu'elle offre A ses
clients south de vdritables petites mer-
veilles.
Les dernieres marques qui charmeni
le Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sourire, Floramye, Trdfolia, Idkal
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spdcialitds: bagues frangaises en bril-
lants a partir de P. 00, alliances Or
18 K anglaises et francaises sur com-
mande, Service d'argenterie complex
I our manages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres prdcieu-
ses et vieille bijouterie d des pnx avan-
tigeux. Dernier cri: Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
t6ls envote franc de port sous pli recom-
mandd dans toute les villes de la Rdpu.
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions des
Docteurs on instructions deu acheteurs.

Pharmacie F. Bruno
67-119 Rum e ALtrk Tr FEROU.
Sp6cialit6 F. Bruno :
Poudre puissauntcontred6imangeaison
prurigo, sueur des pieds- La bolte P. 1
Sirop antioasmka e, remide efficacy
contre le ace6s dasthme et lea tou
rdquentes.- le flacon ; P : 1. 50.
Consultations gratits :
Mardi et Jedi de 8 a 9 h s du martin
par e Doctmr. .. T*qmAs.


Tiere Xeprin Bell
Fabricant de chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fan ts.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPICIALITE :
PANTOUFLES MULES


ESANOFELE
D'une efflcacit6 incontestable con-
tre la flbvre.
5.000 flacons deja dpuiscs
Stock renouveld par le dernier hol-
landais.
PHARMACIE NoTRm-DmUa.

On trouvera:
Le novel ouvrage du G". F. D.
LtGMrrm: rHomme, le Momde st
Scenes, A la Pharmacie Roberts, hez
Velten et Lagojannis.
Prix: 46 mrd4w.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par
L. HODELIN
Ancien membre de la Socielt Philan-
thropique des maitres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'6-
tofles diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulierement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Sp6cialite de Costumes de no-
ces.- Coupes Francaise, Anglaisa et
Amdricaine de la derniere perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, de tous grades.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et ddtail,- de chaussures en
tous genres pour
HOMMES, FEMMES, ENFANTS
Les commandos des commercants
de I'intdrieur pourront 6tre ex6cut6es
dans une semaine A peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )

IV. Cordasco
157, Grand'Rue, 157
A l'honneur d'aviser le
public qu'il vient dere-
cevoir un assortment
complete de cirages pour
chaussures jaunes, noi-
res, vernies, etc.
Vente en gros et en de-
tail.


Table d'H6te


Imp. C.


Sonneries ilectriques
tons les jours, de midi d 2 heures,
de 7 d 8 heures du soir


G.2.50


MAGLOIRE


45, RUE Roox, 45
TILIPHONE.


Journaux, brochures, billets

marriage, cartes de fiancaill

programmes, affiches, et

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cartl

de visite d la minute.

PRIX Dr CONSCIENCE


_ ____i


--


SIDNEY PART

73, RUE DES CESARS, 73.

Entreprise Generale de Pompes funebres
Location de Voitures pour Mariages et Baptemes, etc, etc.

Monsieur S. Paret a l'honneur d'aviser le public qu'il garde come par le
passe la Direction de son Entreprise Gnerale de Porpes fun6brur
qui est de son initiative propre.
II promet comme toujours, promptitude et rectitude A tous ceux qui voo
dront bien s'adresser A lui pour Entreprise Gne6rale de Pompes funebrn
locations de Corbillards A tous prix, locations de Chaises, voitures pa=
marriages et pour baptemes, etc.
Monsieur S. Paret pour avoir un materiel plus neuf et plus riche remt
tout pur et simplement les chaises et le Corbillard qu'il exploitaitde
compete A demi avec Mme Vve Lbon Gabriel, dans son Entreprise, bien ea.
tendu aprvs riglement de compete.
Mr S. Paret continue toujours comme il est dit plus haut A s'occuper d'Es.
reprise Gendrale de Pompes fundbres, de location de Chaises, Corbillards, voits-
res pour marriages et bapidmes verres, verres d champagne, couverts complete, fs.
naux, etc, etc.
Port-au-Prince, 4 Septembre 1907.



ET
H rrA3N BELLEVUE
RKSTA URANT .
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE.(HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et conforlable. Vae -sur la mer. Tempdrature
douce et reguliere. Les Tramways dessereentl 'HJtel-Bellevue toutes les 7 Minmit
PROPRIETY SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Salle de rdception.--Piano.-Gramophone.