<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00134
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 10, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00134

Full Text

iN ANNEE, No 135


MARDI, 10 SEPTEMBiRE


j


I


j___ __ 1 I __ T~_ ___a


ABOIKE INTS:

PAR mOIS Une Gourde DPAVANCE

D*PART3mwNTs & ATRNkxOR
raiu do paste eo m..


QUOTIDIEN


Damcrzux:
C316ammext M ELa 3Lp:Lrrp

RI&DACTION-ADMINISTRATIONR
45, RU rOux, 45.


LE NUMIR 10 CTIM


Les abonnements patent du Ier. at d4 IS de
mois et sont payables d'avance
Le m maunacrit fnsT6r on son as moat prm .


Pour tout oe qui conoerne 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.


JACMEL BOUGE


C'es dinanche prochain qu'auront lieu
d Jacmel les courses annoncies par les
-tmaux.
house recevons, d ce propose I'humoris-
Ifue article suivant of/ notre correspon-
dmt- un vrai jacmdlien parole avec
m psu de malice du grand dvefnement
qwrtique e sa ville natale.
La vie haitienne est monotone, c'est
slrtoutdans la province que I'on s'en-
aie, faute de distractions. A Port-au-
Prince, l'on a deux fois I'an des cour-
ss de chevaux, et cela defraye pen-
dant quelques semaines les journaux
t la conversation. Le r6cit des
touesses de Gaille Pelnton et de La-
ble, font venir l'eau A la bouche des
Ins de la C6te. Its ne peuvent pas se
SPlac er poor venir au Champ-de-Mars
b la capital, et les possesseurs de
meraiers se d6solent a la pens6e que
Stance d'emporter le grand prix
Alexis n'est pas pour eux. Plus
rt-ae-Prince s'amuse, plus Ia pro-
s'ennuie.
.Atrfois lea Conseils communaux
Sent des concerts et des jeux aux
ualations, maintenant les caisses
communales sonnent creux, et les
P s de la c6te en sont reduits A ja-
10ouser I'heureuse Capitale. Et dire
les Port-au-Princiens se;plaignent ;
orant leur bonheur I
Mais Jacmel cn vent plus cover
jaloutle, Jacmel s'eet dit: nous
as sasl notre champ do courses,
pourquao ps ? Et de m6me qu'O-
lpe conviait .ese jeux toute la Grb-
acarol conviera toote la Rdpubli-
et tons lea Haltiens pourront ve--
Udisputer un prix do mille gourdes
chevaux de Jacmel. Ce n'est pas
pour lea chevaux de Jacmnel de
Stsyrerw entire eux, ils n'ont rien
ndre, et l'honneur Jacmelien ne
SPUM saaf, et I'orgueil Jacm6lien
'lrnt ps satisfait, ai Port.au-Prin-
Irsy9 Da concourir; ceat pour-
a de Sport Hlppque de
ai s avoir invite tous les
Rla Rpublique par voie


de journaux, vient de lancer A Co-
les une invitation qti est un ddfl. La
SocjiL de Sport Hippique a afferme
un tliin de plusieurs carreaux de
terre, sur lequel elle a etabli une gran-
do piste de mille metres de tour. La
piste du Champ-de-Mars n'a quo ieuf
cent metres Enfonc6 Port-au-Prince!
-VIA deja un commencement de vic-
toire.
Coles a relev6 le gant, il part. ii est
parti, menant en laisse ce Lafolie tant
de fois vainqueur, tant de fois applau-
di par le public Port-au-Princien.
Lafolie va-t-il A un nouveau triom-
phe ? Va-t-il 6tre c avili par Dragon
qui frtmit de se mesurer avec lui ?
Un tel6gramme nous l'apprendra bien
t6t : car c'est un 6v6nement trop im-
portant pour qu'on nous I'anuonce par
courier.
Les courses auront lieu dimanche
prochain ; sur les stalle- et les gra-
dins, tout autour de la vaste piste, ce
sera toute la population de Jacmel.
hommes, femmes enfant3, vioillards,
mattress et domestiques.
Car I'lhoneur des Jacmeliens est en
jeu 1 Et si Lafolie est battu, si Dragon
1'emporto, des clameurs de triomphe,
des cris de joie do tout un people en
ddlire, s'eliveront vers Ie ciel! Quel-
le exaltation, quel frdmissement d'or-
gueil, quel bruit dans Tarascon.
Ce strait pour Jacmel une grande et
impdrissable journ6e ; dans vingt ans
on en parlerait encore,
En attendant la grande nouvelle, la
RHpublique va 6tre haletante : le pays
s'aretera de respirer jusqu'a ce que
Ie T6ldgraphe vieae nooa apprenre
si Jacmel at vainqueour on vincu.
0 Jacmel, refuge supreme des sen-
timents d'honoeur, de chevalerie, de
patriotism, reservoir d'dnergie, d'en-
thousiasme et de noble folie, Jacmel
A 1'Ame ensoleill6e, terre sacrde, terre

de lyrisme, 6 Jacmel, Provence d'Hal-
ti.

Pri6re d'aviser 1'administra-
tion de la -noindre irrgt laritU
dans Ie service du e MATIN
ain qu'U y soit de suite rem6-
di6.


CAUSERIE
DU

DOCTEUR

Toujours, que de MBdecins I

On ne saurait trop souhaiter et admirer,
la propagation de la science medical. II
faudrait ctre d'un 6goisme d'imbecile pour
vouloir du contraire. O'ailkurs la science
est bien faite pour tous.- J'aime bien
mon art et je vous assure fort que je vou-
drais le voir, come une maniere d'im-
mense pieuvrc, pousser de gigantesques
tentacules allant loin, tres loin a la
condition toutefois que ce ne soient pas
des prolongements.... postiches.
J'ai toujours eu une joyeuse palpitation
quand je me trouve en face d'un rihdecin,
docteur en Medecine, car je reconnais bien
en lui mon digne et vrai compagnon, le
biblionivore insatiable ayant vecu les memes
minutes que moi, minutes d'anxi&t6 etd'at-
tente hystdrique i I'approche des Cpreuves,
de joie et de triomphe apr6s les reussites.
Et quoiqu'on en puisse dire, je vous jure
qu- le sourire que j'esquisse en relevant
un fra' emoulu de l'Ecole est le reflect des
sentiments qui s'agitent alors en moi -
sourire sinccrement amical et parfume de
franchise : Bonjour, cher confrere; com-
pliments 1 Somme toute, pourquoi ne
'aimerais-je pas, ce cher ami ? nous a-
vons tons deux pass par la m6me game
de sensations, depuis la crainte et I'cspd-
rance qui en sont les notes les plus graves
[usqu' la oie qui en est la plus aigue.
Mais, me direz-vous, vous 6tes par trop
bon enfant; dans une epoque on I'int&6rt
git a fond de toute pensee et motive tou-
te action, votre extreme philantrhope
nous laisse avec un legermouvementdete
et de vres sceptiques. Si vous vous
predez seulement un pea plus d'exclusi-
visme, nous serious rests immobiles et
noos Paurions peut-6tre accept sinon corn-
me vrai, do moins come vraisemblable;
car nos peachons fort A croire que Ie
bon Hobbes a aison malgre toue 'hor-
rear de as philosophic .rwa. bwmio Im er..s
Alors stop j'ai une grosse restriction.
Je e voos ai tant parl de la coniddration
Iquo je professes pour les medecins. -
n bles que poor vou s siallt e- n si
ad 6a r -- la ptele, I a6t1' eo die


I'avalanche helas! grossissante de pseudo
medecins qui nous tombe et nous route
dessus. Ouf! j'6touffe, que de mddecinas
Bon Dieu I Si vous &tes mand6 auprat
d'un malade, vous n'etes pas le premier
appelC et mime pendant votre minister,
votre pr6dcesseur, ce pseudo-confrtre se
maintient. Regardez dans la coulisse et
vous le verrez qui mene, de front avec vo-
tre therapeutique raisonnie sa thhrapeuti-
que fantaisiste et generalement bizarre. Si
vous arrivez a le surprendre et que vous
lui demandiez son diagnostic, n'aye crain-
te, il va vous en servir un. quelconque.
On pensera pent-4tre : qu'importe s'il fit
erreur. Mais c'est A la thdrapeutique sur-
tout qu'est suspendue directement la
vie des maladies. Et la thrapetique est la
science des indications et lart de les rem-
plir ... Alors que de diboires I que de
risques pour le mddecin dans cette pro*
miscuite ou 1'on pent peine faire la prt
des responsabilit6s. Que de mCdecins, o
Dieu I
J'en ai vu de toutes esp6ces. I en est
d'audacieux avec, dans leurs manires, des
allures de camaraderie outraeante. lit
ont la gentillesse de vous accluaUirAlapor-
te, passant par consequent avantles parents;
ils ne vous Ichent d'une semelle, vOus
conduisent c6te a c6te jusqu'au lit do ma-
lade oh, en cliniciens experts, ils vous
font un ample compte-rendu (enumrations
des sympt6mes les plus saillnts) ao boat
duquel ils se m6tamorphosent en tbhrape
tes savants et d6goiseurs. Ils vous pour.
suivent, acharnhs, implacables; on sent
qu'ils d6sirent on de ces t6te-A-t6te char-
mants, presque fraternels o6 I'on nous voit
si souvent associ6s dans e plus sublime de
tons les buts : la sante des homes I
Certain soir, je fos mandd en touts h* -
te aupres d'un enfant de 9 is pour des
convulsions d'origie -
pardon .. vermineuse. J'eus d'abor
grand'peine a enter dans scene chamber
populeuse oh j'imaginee que petere on
revait I'asphybie do petit nild. Ce soir
je pris un a bain de multitude. Mom
diagnostic fait, les avis so multipli et :
*Docteur, ne croyez-vos ?...*D cfwr,
j'anuais donna...? f Je n'coa ua psr J* ne
voulais pas ecouter quand on me am
le laudanum. Jeus beau discutr poor ("
truezx, on tint boan J*smnn-. oJ
bien raison : L t a -i --ILlm9
d'tre ; lle paue oa de s iUk I. A
dils mseae mppmmlea a~ qim


a

cb 0u


_ _1


I- n


-- -- ---


1- -


_I WW


PORT-AU-PRINCE (HAITI)


1907.





'-'A..


la betise parleuse Oh ces invinci-
bles ent6tements d'idiot Bref, come j'ai
toujours 6tC pafique, a Bon,a dis-je enfin
avec mon grain d entillesse et d'indul-
gence pour les h&riti:rs du Royaume des
ieux, ces princes de l'diocratie. Mais cette
fois c'etait rivoltant : du laudanum a un
enfant I et jepensais, colre: Quede mide-
cins, Bon Dieu et, que d'empoisonne-
iments et que de mortality causes par l'igno-
rance outrecuidante I
Docteur C. PEARSON.





RENSEIGNEMEN TS
MAtTEOROLOGIQUES
CObservatcoiire
DU
StIINAIRE COLLEGE St-IARTIAL

LUNDI 9 SEP EMBRE


Baromatre a midi
_T t (minimum
Temperature ,maximum
Moyenne diurne de la temperature
Le ciel a etC tros-nuageux dans
midi..
Orage au sud A 4 h.
SGouttes de pluie.
Orange au NW a 9 h.
Le barometre est stationnaire.
J. SCHERER


763,o
23,2
35,5
28,4
l'aprss-


L'Annexe frangais
Hier est parti l'Annexe francais Salvador
avec les passagers suivants pour:
Jrhnie: Joseph Felix, T6lemaque Edma,
Mine G. Lassalle, Sceurs Jean du Sacr&-
Cceur, Louise, Marie Louise Noe!, Chri-
sost6me Noel, Mme Aubry, Mme D. La-
guerre, Mme Bourdeau, Mr Montes et sa
flle, Mme Normil Jean Jacques, Mine L.
Blanchard, Isaac Mansour, Raphael, D6pu-
t Degraff, Me Laporte, Minme Anasthasie,
Sgur, Mme K6hler et b&be, Mile Thdrcse
aithe, lean M. Baboune, Mme Mitton et
deux enfants, Mme Thelor fils. Mme Ant.
TimothYe, Mme G. Abertini, Cavacac Du-
poon.
.Cy : Mmie Vve Charles Chauvct, No-
zia Joseph, Vve E. Gressine, Louise Du-
mawtier, Raimon Colombie,Buenaventuras,
Miguel Angel Ramirez, Jose Cortina, Nar-
cio, Antonio Gonzals, Mme Alida Bon-
nefil.
.Saugo de Cuba : Domingo Peralta et
efant, Nlie Pollux, ri Maurice Dela-
2M, Jeanne Neral, Jose Mafran, Marina
Coureao, Fernand Martin, Mine Flix La-
fond, Celaine Bellegarde, Mingan St Paul,
Mme Alexandre, Mr Naught, Albert Schu-
macher.
D6ces
Nous avons recu le fire part de la mort
de Maga LouISE LoRMtNIE PeTION, Vve
AATnUR LAPARGUE don't les funerailles au-
wont lieu cet aprsu-midi.
Sineres comnoleances aux parents de la
ddfunte.
Loes Am6rioains A Cuba
LAsAmdricains quitteront-ils bienr6t l'ile
de Cuba ?
Les journma arrives derni6rement de la
Hvane viennent nous renseigner A ce su-
jet. Voici en fiet ce qu'on peut y lire :
a Le LOyn del Castillo, ayant
M la i M aft pour lui demander
dm n A m~s la stations da gouverne.
- M i clrr aso mjinde l'oscopudono


de Cuba, a rcqu de celui-ci, par l'intermI-
diaire de M. Magoon, un telegramme disant
que les intentions du gouvernement de M.
oosevelt n'ont pas vari6 et que, des oue
le recensement de la population de Cuba,
qui se fait actuellement, sera termine, il
sera proced6 aux elections generals pour
la nomination du president et des Cham-
bres. Ccs elections effectuees, le gouverne-
ment provisoire remettra imm&diatement
ses pouvoirs au nouveau president et les
troupes anm6ricaines evacueront '1ile. a
L'.Am.rique Latinc.
Demesvar Delorme
Nous avons appris avec plaisir la forma-
tion en cctte villi d'un comitd d'ecrivains
charged de glorifier la m6moire de Demesvar
Delorme, par une manifestation religieuse
et littrairefixee au mois de Novcmbre pro-
chain.
Nous accordons notre entire approba-
tion A cet acte de reconnaissa.ce et d ad-
miration posthumes, en faveur de cclui
qui illustra de sa prose 6elgante et mer-
veilleuse le tr6sor de notre jeune literature
et contribua le plus la laire connaltre.-
En effect, a Francesca, a a les Th6oriciens
au pouvoir, a a La Hollande a sont des
ceuvres qui attestent hautement le genie
de notre race dans le domaine de l'esprit.
Delorme, A plus d'un titre. a droit aux
suffrages et aux eloges de la posteritC.-
La Nation toute entire lui dot un culte.
N'est-il pas le doyen des letres hatiennes ?
DWji, des measures sont prises en vue de la
rbussite de la solennit6.
Son Excellence le President Nord Alexis
a kt d6signe comme Haut Protecteur de
la manifestation.
M. Paul Lochard, ami du celebre dcri-
vain, aura l'honneur de presider la partic
litteraire, et Ie savant suteur de l'Effon
Mr Jer6mie, prononcera une conference sur
'Delorme ct et son auvre.- Quatre de nos
bienveillantes cites seront reprsentees par
des ecrivains d'elite.
Une lite de cent mnmbes dbonneur choi-
sis parmi les admirateurs du Maitre. les
membres du Gouvernement. nos personna-
lit6s intellectuelles, a 6tC dressed par le
comit6 d'initative.- Le programme A ex&-
cuter, nous apprend-on, est desplusriches.
Pour no pas risquer d'6tre
enterr6 vivant.
Un mndecin de Marseille, M. S. Icard, a
propose, voici quelque temps, an moyen
nouveau de diagnosticde a mon : cest
Injection dune substance clorance, inof-
fensive. Si le sujet n'est pas reellement
mort, le cceur bat encore, bien qu'imper-
ceptiblement, et alors la substance Coloran-
te est promen6e dans le corps et colore les
tissues. S'il est mort, la coloration de la pean
rest ce qu'elle Etait. Cette m thode est
tr6s rationnelle, mais elle exige la presence
d'un midecin.
M. Icarda cherche un signe vulgaire, fa-
cile, ne necessitant aucnne competence sp6-
ciale de la part de ceux qui en font usage.
Et il vient d'imaginer un procede vdritable-
ment tries simple, base sur ce fait qu'avant
de se signaler par la production de la tache
abdominaleverte, laputretacton commence
par ks poumons, et se manifesto par un
degagement de gaz acide sulfhydrique par
les marines. Or, ce gaz a la propriety de
noircir uine solution mncolore d'acetate de
plomb. Deslors, voici la methode propose
par M. Icard. Sur un morcean de paper A
ecrire, grand comme un ztimbre-poste, on
trace, avec une solution neutre d'acetate de
plomb, en guise d'encre, un signe quelcon-
que. Ce dernier est invisible. Mais si l'on
met le papierdans unedes narines de la per-
sonne reputee more, et si l'on constate au
bout de quelques heures an plus que le
dessin es devenu noir et visible, c'cst que
Ia mort est certine.Si le paper reste blanc,
la mo mon es incertine.


II serait inutile de chercher la preuve de
la mort par cc nouveau moyen si simple
avant vingt-quatre heures 6coulkes. Mais,
de la vingt-quatrieme A la quarante-huitie-
me here, ii apparait sans faute et donne
toute tranquillity aux survivants. On est
assure de ne pas enterrer un vivant.


Boite aux Lettres


Compagnie des Pompiers libres
Au Direc!eur do journal le Matin
En ville
Monsieur le Directeur,
Nons crovons devoir. pu r I'elifl.a-
lion dla pnhli-, repondre a l'entrefilet
public dans le numdro du 6 du courant
de votre journal, ou vous paraissez
ajouter cr6ance tune information loin
d'6tre bienveillante de quelques pr6ten-
dus membres de la Compagnie.
L'on semble nous contester le droit
de prendre, en vertu de nos status, des
mesurcs administration, parceque
notre mandate prend fin en D6cembre.
Cost IA une prdtention erron6e a laquel-
le nous n'accordons pas d'importance.
Voici en realil6, de quoi il s'agit : De-
puis tant6t six mois, nous constatons
un relAchement complete chez curtains
pompiers.
Cest ainsi que dans les quatre der-
nieres reunions du corps, mralgrn nos
avertissements rditirs, nous n'avions pu
avoir que 45. 57, 52 et 63 presence
surun effectif de cent trente pompiers,
ce quo d'ailleurs le public avait dh0 cons-
tater.-En prdsencede cet ent de chose
intolerable, nous avions 6td forced, dans
dans notre derni6re dance d'appliquer
centre ceux qui f;isaienl de notre pa-
tience un a'el abus, l'une des pdna-
it6s Adict6es a P'article : 40 des status
rdgiss-int la compagnie, don't la teneur
suit :
Art. 40.- La destitution et le renvoi
a sont prononcds de l'avis du conseil
a d'administration, contre tout pompier
a quelque soit son rang, qui se sera
a mis dans 'un des cas suivants :
10 S'absenter sans motif de 3 r6u-
nions dans une meme andne, etc, etc.
Et parmi les cinq qui ont dt6 frapp4s
aucun d'eux ne peut prouver n'.ivoir
pas eu quatro, cinq et meme six ab-p.ic-
ces non motivdes.- Cette measure prise
en vue de la sauvegarde de la discipli-
no du corps, avait dtd reclamde dlepuii
quele temps drjia par les pompiers
qui sont toujours a 14 tAche et qui lini-
raient pas suivre la m6me voie, si, en-
fin nous ne nous decidions A scvir con.
tre les plus r6calcitrants, ceu.-lh qui,
dans le but de se soustraire au service
militaire, cropaiont pouvoir computer
sur notre protection.
Nous continuerons loujours et us-
qu'au term de notre mandat A fire
une just application de nos status
centre tous ceux qui y contreviendront.
Nous croyons devoir vous envoyer un
exemplaire de nos status, afin de vous
mettre en measure de constater que nous
avons les pouvoirs necessaires pour
sdvir, le cas dchetat, centre un rnem-
bre de notre corporation, sans etre ni
arbitraires ni deloyaux.
Veuillez agrder Monsieur le Directeur,
nos salutations les plus empressdes et
les plus cordiales.
La CGowsu. D'ADMZTMsTaATIOx


Nonvells Etrangpi ir

DEPtCHES R SCi alg
Les 6v6nerments duN o
CASABLANCA.- Quoique lea
aient subi d'assez tones pertM
le combat de lundi, ( une tribQ2
Madahras a en .50 homes tuods
2.500 engaged ), Ils lie sembt
decouragds. car il- proijttet 3
nouvelle attaque centre les Frau~
PARIS.- Les journanx ont ado,
un ton uu peu grave dais leuora ce
mentaires ,ur la question mameai
I.es rapport plus d4tail!6V re is a
le combat de o lindi indiquent
cette affaire a ot60 bkiucoup plus _,
portante qu'on dtait dispose e
PARIS.- Un chaugoimet trbs ia.
portaat vient de se produiro dans I'M
pect politique de la question maro.
eaie. (lo clhang meant pcut fortemmn
iofluer sur I'avenir du Maroc et w
les relations des puisaances europes
nes. La France et l'Espagae oat 1't
tention d'occuper les ports marocains
avcc leurs propres forces et d'y exs
cer la police .
ToULON.- Li croiseur-cuiraaf
u Juloi Ferry a est part d'ici pour is
Maroc.
Le trait franco-oar.adien
PARIS.- Dans ses comrmentaire
sur le nouveau trait de comnmert
franco-canadiei c La Journal sil
aujourd'huilq i.'ll espre que cet aco I
servira A d6velopper les relations coU
merciales entro ces pays, qui sontd6
ja unis par lc. liens du sa g et dl
l'amitid, et a fire ressortir la n6oe
sitA d'6tablir une ligae de navigation
entree lc Saint-laurent et la Seine.
Fin de gre4v
A.ivEis.-- Avc I'aido de quate
mille ouvriers 6trangors aux syadic
le travail .a ;di rcpria aujourd'hui sW
tous les navirts.- II u'y a pas -
d'antres ddsordres.
:Zouveorent sooialiste
ANxvaR.- Cent porlefaix ifmp
t6s do ilollande ot decade o
d'hui une augmentation d'un.
par jour Sur le refuse des pau
iis out quit6 le travail:et se oat
lus dana uhe r6unlo socialie
itsl out 6t4 acclames
Le Japon d6oord U1 proeiMr *
miniatro 1ure r
Sr PSwUasodne- L'l!.t1 j
Nicolas a autoris6 lo premier rmi1
tre Stolypine A porter les inrsigns;
I'ordre japonais du Soleil do l'.l
wnie, qui lui a etM bonfert -t Ic
pereur du Japon.
Le Japon conmanade des CAn
EssEN.- Los foadltries KruOpp
requ du Japon uno command
3J c.inoaa do .30 ce ntimItres,
6tre utilises sur les navires de
Un oontre-torpiller '
LONDRES.-- Lo contrre toill
haute mer a Cosaque afait ses
sais aujourd'hi et a atteint une
de 33 noauds I/2. Co contre-torpiu
min par des machines A turbine, a
dep!acement do 8.0 tonnes.
Une victoire du Sultan
TANGER.- Un giand combat
les troupes imprialos et tea
Bezrbres s'est hvrt ,limanche d
sous les murs de Fez ; les
Sultan ont 6t6 victorieux. L[AS
oat 6td tres 61ev6es dans l-1
camps.







Une d61gation maure
CABLANNCA.- Le g6enral Drude a
In hi r one d616gation maure. La
.sioni, repr6sentant plusieurs tri-
demand lasuspension des hosti-
IjusqQu' la conclusion de la paix.
i .no6ral Drude a done aux tribus
le'A domain pour se rendre.
on croit que le seul objet de 1'ein-
san, on envoyant une mission pour
stcier un t aite de paix, est de ga-
mw da temps pour concentrer leurs
Is avec de nouvelles recrues at
dules sons pen.
Nouvelles diverse
PAals.- L'amiral Philibert telegra-
i"ede Casablanca que la ville est
A Mazagran, les pourparlors conti-
aent. Les europcens ne sont pas in-
quit6s. A Larache, Safi et Mogador,
meun incident.
Le g6enral Picquart s'est rendu au-
jord'hui au Mailly, pour assister aux
saneuvres. La 7e division de cavale-
ride 1904 sera nfb6ree le 28 Sep-
tmbre.
L'amiral Melchoir, inspecteur du
service de la defense sous-marine, a
ms6 inspection do la flotille de la
ha ;il prit part a plusieurs plon-
*e A bord du submersible Oursin.*
Negotiations franco-espagnoles
PARIS.- Les negociations franco-
ipagnoles relatives a l'occupation des
prts marocains avancent d'une faqon
utisfaisante. Afn d'en active la con-
sion, I'ambassadeur d'Espagne A
hris estparti pour St Lavien, oft il
memuniquera au premier ministry
bara les propositions du Gouverne-
mat Francais.
Un paquebot g6ant
LIVERPOOL.- Le nouveau paquebot
gint de la Compagnie Cunard le *Lu-
1ania est part aujourd'hui pour
Wr son premier voyage a New-York,
AS moment ou il quittait son bassin,
Snavire a dte salu( par les acclania-
ions de milliers de spectateurs.
Les gr6vistes
AJ vR.- Un batelier a ttd tud
d'hui par une sentinelle. Cet
eat a cause une grande motion
i les grevistes. II n'y a ccpen-
p~f eu d'autres ddsordres.
L0 craint que d'autres ouvriers
Saux syndicate, no se joi-
i x grdvistes. Ce fait ne pour-
le compliquer la situation.
ln nouveau oulrass6 russe
Ef-PErRSBOURG.- Le cuirasso
re Empereur a a te lance
'hui midi aux chantiers ma-
Sde la Baltique.
ISl mmcolires du Gal weyler
A.- Le g9n6ral Weyler annon-
qu'il vient de lnir d'6crire ses me-
commae gouv rneur general de



STr nisallantipel

steamer. MONTREAL, se-
fretour ici, ; i. au soir ou .le 3
i'n,, et partira le i3 a midi, pour
rePaix,Cap-Hailien, Porto-Plata,
SSt-)ean de Porto-Rico, St-
,t le IAvre.
fillets de passages seroant de-
46? le it a martin.
Prince, le 9 Septembre 1907.
L'Aomsar
F. M. ALTI ERI


Hamburg American
Line

Le steamer GEORGIA > venant
de Petit-Goave scra ici jeudi matin le
12 courant.
II part ra vendredi soir pour Gon aives
Port-de-Paix, Cap Haitien, Puerto i'lata,
St Thomas et I'Europe.
*,
Le S/S PRESIDENTT a venant
de St Thomas, San Juande PortoRico,
San Pedro de Macoris,Santo Domingo,
Azua, Jacmel, Cayes, Kingston sera
ici Dimanche le 15 courant a midi.
II partira Lundi soir pour Jdrdmie,
Cayes, Jaumel, Azua, Santo Domingo,
San Pedro de Macoris, San Juan de
Porto Rico et St Thomas.
Port-au-Prince, le 10 Septembre 1907
G. KEITEL & Co
AGENTS.
I -MW


Dr EDMOND HERAUX


Revenu de son voyage aux Etats-
Unis d'Am6rique, le Docteur Edmond
Hdraux se tient C la disposition de ses
clients et du public, 34, Rue des Ca-
sernes.
Pourvu d'appareils Mlectriques per-
fectionnds apportes des Etats-Unis et
produisant l'dlectricit6 statique, les
Rayons X, les courants de haute fr6:
quence, les courants de haute tension,
les courants sinusoidaux, les courants
faradiques et les courants continues, le
Dr Edmond H6raux entreprendra, d'a-
pres les principles et la technique de
d'Arsonval, d'Oudin, de Tesla, de Du-
bois Reymond, de Morton, de Mon-
nell, Goelet et de Massey, le traitoment
des maladies suivantes:
CANCER, LUPUs, NEURASTHiNIE, NA-
VRALGIE, HYSTI~RIE, HYPOCONDRIE,
PARALYSIE, ATAXIE LOCOMOTRICE, RHU-
MATISME, GOUTTE, SCIATIQUE, ARTHRI-
TE DEFORI.IANTE, CHORE, PARALYSIE
AGITANTE, ASTHME, EPILEPSIE, ECZEMA,
ERYSIPELE, I)YSPEPSIE, DILATATION DE
L'ESTUMAC, DIARRHEE CHRONIQUE, IC-
TERE, TROUBLES FONCTIONNELS DU
C(EUR,ARTEItIO SCLIROSE, IMPUISSANCE
GENITALE, 1'HTHISIE, GOITRE EXOPHTAL-
MIQUE, DIABETE, CHOROSE, OB~sITk,
MAL DE Bit EIGHT, ELEPHANTIASIS. Hi.MOR-
ROIDES, AMINORRHiE, DYPMENORRIkE,
HiMORRHAGIE UTERINE, METRITE, SAL-
PINGIrr, FIBROMES, ainsi que des 4tats
morbides tels que: aninie, cachexie
et strilitd de l'homme et de la femme.


Etrepris enerale
DE
3Foxxzpes fi.xxabre



Le public est prdvenu qu'A partir
de cette date, M. Sydney Paret one
faith plus parties de r'Entreprisedes
Pompes fun6bres de Mme Vve L.
Gabriel.
S'adresser A Mm Vve LtoNGABRIEL,
2, Avenue Magloire Ambroise ou A M.
MARCEL CLEscA, mprimerie Amblard.
La nouvelle direction promet aux
fatilles, come par le passe, soin,
promptitude et correction dane le
service
Port-as-Princa, 8 Septembre 1907.


LA
Ieilleure Farine
(lu Monde
Celle qui donne lo rneilleur pain.
Qul produit le plus de pain.
Qui donne le paini le plus blanc et
Is plus ldger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Reprdswtant.


l de de I Cb. Be
Avocat
A PETIT-GOAVE


LA PHARMA Ca

Emmanuel Alexandre
88, RUZ DUS MIRACLES, 88,
Se recommande poor l'ex6cution
prompted et exact des ordonnances A
i'importe qu'elle here do jour et de
ia nuit.
Drogueries, 8p6oialits phlr-
maceutiquesextremement filches.
Pamx ConmscumcIux.



Kola- Sirops-Lin eurs
ALEXIS BENO1T
Rue Traewrsmre


SIDNEY PARENT

73, RUE DES CESARS, 73.


Entreprise G6n6rale de Pompes fuanbres
Location de Voitures pour Mariages et Bapt6mes, eto,


etc.


Monsieur S. Paret a l'honneur d'aviser le public qu'il garde comme par le
passe la Direction de son Entreprise G6n6rale de Pompes funebres
qui est de son initiative propre.
II promet comme toujours, promptitude et rectitude A tous ceux qui vou-
dront bierr s'adresser a lui pour Entreprise G6ndrale de Pompes funbbres,
locations de Corbillards A tons prix, locations de Chaises, voitures pour
marriages et pour bapt6mes, etc.
Monsieur S. Paret pour avoir un materiel plus neuf et plus rich remet
tout pur et simplement les chaises et le Corbillard qu'il exploitait de
compete A demi avec Mme Vve Leon Gabriel, dans son Entreprise, bien on-
tendu aprbs reglement de compete.
Mr S. Paret continue toujours comme il est dit plus haut s'occuper drEn-
reprise Genraale de Pompes funbres, de location de Chaises, Corbillards, voitu-
res pour marriages et bapidmes verres, verres d champagne, converts complete, fa-
naux, etc, etc.
Port-au-Prince, 4 Septembre 1907.
II lI I II II


AGENCE GENEIRALE ET
POUR LA


DRPOT


repuablicu-Lxe cLd'-eaiti
DES PRODUCTS HYGI I IQUES SI CONNUS
ET D'UNE RENOMMNeE UNIVERSELLE.


CA
Ono


mie
EIv


"M


to-


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT, 93.


La Mason execute toutes les Commandes de roa poor la province
aux meilleures conditions do tariff de la maison SIMON.
EUe traitera de grA & grd pour tpote los Commandos important q~l aM
ezp6 es dre tment d C Parisa a port de d6 Cbrqm
tous frals at Commiana.


*~0sl -- II


I






e Restaurateur de la sant6
Rem6de eflicace centre totes les mala-
dies provenant de I'impuretd du sang.
La bolted de 201 ilules : P. 5. 00
L'enveloppe de 30 pilules : I. 00
Jenvoie gratis et franco, sur demand
I'enveloppe-6chantillon et prospectus.
H. BONHEUR ( Agent )
HOTEL-BELLEVUI.

Industrie
MANUFACTURIIRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchettes, chemises
et calefons
Ecole dus arts et mtiers

On trouvera 1'ouvrage de Monsieui
D. Vaval intitule tCoup d'ceuil sur l's-
tat 6conomique et financier de la Rapu
blique d'Haitihetc, chez Monsieur F.
B6izaire, angle des rues Geffrard et Fe-
rou.
Prix G. 1.
I ~I ill '


SA. de adllil Co.
32, Rue du Magasin de l'Etat
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour les gouts les plus diffici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
d6licatesse pe6ntrante qu'elle offte a s e
clients south de veritables petites mer-
veilles.
Les dernieres marques qui chirmuv',,
le Tout Paris sout chez Matteis :
Son Sourire, Floramye, Trifolia, Ido.l
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries.
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spdcialitis: bagues franraises en bril-
lants & partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et franchises sur ,com-
mande, Service d'argenterie complete
pour marriages.
Tous les articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achatde diamants, pierres pr6cieu-
ses et vieille bijouterie A des prix avan-
tageux. Dernier cri: Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Mais6n .Mat-
tdis envoie franc de port sous pli recom-
mand6 dans toute les villes de la Redu-
blique: Lunettes on Lorgnoon en nickel
inoxydables, selon les prescriptions de
Doctears on instructions des acheteurs.

Pharmacie F. Bruno
67-119 Ruos nArrk it FZRou.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poudre pusantecontred6mangeaison
prurigo, sueur des pieds- La bolte P. 1
Srop mtiwasaMaque, rembde efficane
centre I1- acc6s dasthme et lea toux
r6qpentes Ie flacon ;P : 1. 50.
C"m teAsme, grt-l" s :
u ge t lt&d de 8 A, hbere du matin
W WW.WMK".


Tibre Zeplirpin Bell
Fabricant de chaussures en tons
genres. Pour IHommes, Femmes et en-
lants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPECIALIT-:
PANTO UFLES MULES

VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co
VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res

KOLA
DE
irxgstorn
M ACNISa'S a IRONBREW s
A Vendre
Chez CATINAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
62, Rue das Fronts-Forts


XFVr -.anchem exx ex nt

A LtLEGANCE
IP. FE RRALI ,
Fabricant de chaussures,
Porte l]a connaissance du public,
particuli~rement de ses nombreux cli-
ents de la C:6te et de la Capitale, que
I't.-b!issement a un sto:k incalcula-
ble de chaussures pour homes.
temmes .t enfants, en tous genres.
et que, maigr6 l'offre decinq pour cOui
sur 1'achat en gros (5 0/0) fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'etablis;emeut se charge de faire
preudre des meoures & domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualiU
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HArr)
-- --
Dr RAMPY
PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Lalue).
CONSULTATIONS TOUS LES JOURS
DE 2 A 4 HEURES. c

On Demande
JA acheter des timbres uses d'Haiti, bien
assortis, par cent ou par mille. Condi-
tions tr6s avantageasses.
S'adresser au bureau du journal.
". -
ESANOFELE
D'une efficacit6 incontestable con-
tre la fievre.
5.000 flacons djcd ipuises I
Stock renouvel6 par le dernier hol-
landais.
PHARMACIES NOTRm-DuIt.

On trouvera:
Le nouvel ouvrage du G'. F. D.
LtoITrrm: rHomse, se Moonde t lte
Sc"cw, & la Pharmacie Roberts, chez
Velten et Lagojannia.
Pri : 4 Goaura4.


LA REVUE
( ANCIENNE REVUE DES REVUES )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Haiti. ,.. 28 francs, 16 francs.
Les abonnements sont requs dans
les bureaux du Matin a seul agent
pour la R6publique d'Haiti.

Bouquets, Fleurs,
A vendrechezMmeL. JEAN-PHIL1PPE
PEU-DE-CHOSE


A Vendre.
Chez Mile Leonide Solages.-- 2,
des Fronts-forts, 22.
Chapeaux de Panama p( ui hom
A tous prix.

RHU M-SYLVAIR
Produil de Usine St. Michel (Aremk
Vieillissement natural jusqu'i i
et 15 ans.
PRIX TiR8 MODiRba
Veate en gros et en detail.
Maison M. Sylva,,
48, Ru des Frons-Forb.


GRANDE TOMBOLA D'IET
TIRAGE: Dimanche, 15 Septembre 1907
A 5 HEURES DE L'APRSe-MIDI, A L'HOTEL Di PrTION-VILL .

Liquidation d'articles varies et de haute nouveaut6 :
En 45 lots r6partis sur 300 billets

Les 42 premiers lots consistent:
De 1 A 9: en 0 Stdrdo-Lynx, st6r6o.copcs d'une valeur chacun de 2dol.
lars, avec cartes postales illustr5es.
De 10 A 33 : en 24 Eventails-ZTphyr. Ventilateurs automdcaniques l
lices d'une valeur chacun de 3 dollars.
De 34 a 42 : en 9 Electro-Allumoirs.- Allumoirs l6ectriques d'appat
ment s'allumant blectriquement par la pression d'un bouton, d'une vT
chacun de 4 dollars.
Le 43* lot est une lampe-suspension do luxe, i deux foyers, i gazol
et manchon incandescent, d'une valeurde 14 dollars.
Le 44* lot est un gramophone a double usage (disques et cylindrcH
routes dimensions exislantes) avoc 6 cylindres et 6 disques; d 'u va
total de 40 dollars.
Le 45" lot est un gramophoioe disquos, haut module, avec 12disqdi
d'une valeur total de 70 dollars.
La r6partition des lots se fera en commencant par les lots inf6rleurs,
jusqu'au 42* lot inclusivement ; il y aura un lot par 6 bulletins.
Les 3 derniers lots supdrieurs seront r6partis & raison d'un lot par
bulletins sur les 48 bulletins restants.
Apres le tirage, il y aura des projections cinematographiques.
Prix du Billet: CINQ GOURDES,
En vento a 'Imprimerie C. Magloire, A li'tl6tel levue et au Grand&
de I6tion-Ville.
** *-** *- ~- s ^ ^ fK


Imp. C.


45, RUE


MAGLOIRE


RIoux, 45


TELfPHONE. -

Journaux, brochures, billets

marriage, cartes de fiancail


programmes,


affiches, et


autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et car

de visit d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE


I- r- WNW