<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00133
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 9, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00133

Full Text


LUNDI, 9 SEPTEMBRE 1907.


J


'3


0 "


Q OTIDIEN
9 m _


ABONHEMENTS :

PAR MOIs Une Gourde D'AVANCE

D*PARTimmKTr & tTRANGR :
rrals de poste on sus.


Dnmucmu
C~l em~erlt rCagl oiz'e,

RADACTION-ADM1NISTRATION
45, RUB ROUx, 45.


LE NUMIRO 10 CENTIMES.


Les abonnements parent d o er. et do I$ de chaqe
mois et sont payables d'avance
LM manuscrltsa Inr6s ou non soat Ml rp mins.


Pour tout ce mui concern l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue Rouz on Bonne-Foi.


SIMPLE PROPOSE

Undes travers les plus r6pandus da:as
toire society et sur lequol je veux au-
jrd'hui attirer I'attention, pursuit
ravages, parce qu'il est toldrd, cho-
, gtde, le mot dtant dr6le si la chose
a 1'est pas.
Je veux pr6ciser le t calbindage s
en honneur depuis quelque temps
adopt par bien des gens qai en
rent leurs petites infamies. Les
!esqui flagellentcommo dessouf-
qui feraient reculer par ce qu'ils
onorent ont cede la place A cette
sion charmante et legbre don't
vague suffit pour rassurer les in-
dus chez lesquels encore s'attar-
t quelques scrupules.
Certain tres oat plus peur des
quo des faits et tel se sentirait
itement a I'aise apres les pires
licatesses si le Code n'avait tres
recent accord des dpithbtes
les & ceux qu'il fait prendre au

Chest done pour satisfaire A un des
uos de I'me haltienne que le tcal-
ge a 6t cr66. Le mot a fait for-
coM.me c'6tait & pr6voir, puisqu'il
lt laise tons ces temperaments
lait I'aspect das expressions
e servent lea socidtes pour les


V I'instant qu'on se croit ktre a l'a-
de tout ca qu'inventa l'humanitl
designer les immoraliths et les
S irr6parables, on se laisse
aux graves indelicatesses qui en
At ajamais une existence.
de loyaute, plus de vaillance,
rles sentiments d'honneur ot de
t, langons-nous dans des aven-
louches etdescombinaisons sus-
Stout cela n'est rien: c'est du
dige.
u coln da bord-de-mer deux cour-
Casentaffaires. Its ontmarch6 de
Ijoournee et leurspieds sontblancs
fPOnssibre des rues. Mais enfin,
*~ff'osn'ot pas ete inutiles; une
course A fair et le courage
i r.". Et l e deux braves gens se
I l'aance du sacucs do
--- WU um d6marbes.


Mais voici passer un personnage qui
ralentit seo pas. Ilcoute,il a comprise;
court, prometd'autrcs avantages, trom-
pe et touche, trioinphant, la rdnumera-
tion qui n'ttait pas a lui.
Et comma un ami s'indigne il re-
pond, d'un ton d4gag6: Cas, c'est du
calbindage, mon cher. Allons prendre
le grog.a
Un hasard permit A un home d'af-
faires vdreux de savoir quo tel jour,
A tell here, Untel doit so trouver A
an rendez-vous, tres-important. II ar-
range si bien les choses qu'il sait ce
qui s'est passed, ce qui a Wtd dit et de-
cide. II tire alors par un chantage ha-
bile les plus merveilleux avantages de
son inflame indiscretion et, se rengor-
geant, il sourit, satisfait: C'est du cal-
bindage !
4
Calbinder, c'est mentir tout proios
et hours de propos: l'art supreme est
de ne pas dlire la verit6; c'est pleurer
de vraies larmes a l'enterrement d'un
parent de quelque grand personage,
c'est rire aux moindres propos d'un
homme considerable, lancAt-il les
absurditis les plus plates et les plus
grotesques.
Calbiitder, c'est cpanquer aux ren-
dez-vous, c'est tromper en souriant.
c'est prendra des engagements qu'on
no tiendra pas. C'est s'indigner avec
ceux qui s'Indignent, les plaindre dou-
cement ct les consoler quand on sait
pouvoir attendre quelque chose d'eux.
C'est envoyer des cadeaux et des
fleurs aux anniversaires de ceux quo
caresse latfortune, leur trouver toutes
sorts de graces et d'616gances, leur
reconnaltre toutes les qualit6s c'est
emmener sa femme toute parfum6e
et comme par hasard aux endroits oi
l'on sait pouvoir rencontrer celui-lA
don't on rclamera lee services.
Calbinder, c'est raconter les bones
fortunes des favors. do sort don't on
so fera 'humble valet ; c'est s'at-
tendrir B l'echo de leurs douleurs ou
de leurs joies, quite A leur turner
le dos quand ou sauraque leur situa-
tion a change ; c'est courtiser, s'hu-
miler, passer par toute la game des
sentimentalit6s fansses et mettre des
po&tichas I son caoer.
Le calbiedage et 1'hyprocrisie cAli-
nDst sbawlt ibo' Isw lAobt maple


et enveloppante, c'est la grimace per-
petuelle des rnes viles qui no peu-
vent pas s'dlever, c'est l'amour des
situations dories qu'on no pourra ja-
mais attcindre; c'est la flatterie, l'adu-
lation et c'est aussi !a haine.
Le calbindage insinue, troupe et se
derobe. It hait lhaut ce qui s'61eve,
tout ce qui lui est superieur. C'est
le grand malheur de notre epoque.
Mais le hasard qui se re~vle parfois
un justicier farouche montre en un
geste brutal A la Societ6 et aux Gou-
vernemenisla veritable facedu mons-
tre calbindeur. Et alors...
C'est la revanche des forts, des lo-
yaux et des vaillants.

CONFERENCE DE LA PAIX

Discours de M. JacquesN A. Ldger, d6-
legud d'Hatli, sur 1'.tablissement d'une
Cour Permanente d'arbitrage.
-
SUITE.
(Voir le No de Sanaedi )
La creation d'une Cour Permanente
d'arbitr.ige veille an autre ordre d'i-
dees que nous ne croyons pas inutile
de menlAonnor ici. Les tribunatux ordi-
naires interpretont, appliquent des lois
ou des coutumes acceptees come lois.
Partout l'on a essay do codiifer lea re-
gles gen6ralement admises et de donner
a chacun un guide aussi sur que possi-
ble. lntre les nations, dans le course
des siccles, il s'cAt dLabli des pratiques
plus ou moin.s scrzpuleusement obser-
vdes ; el 'on a eu aitisi un Droit inter-
national public ayant sa principal
source dans l.s couturnos et les tra its.
Mais l'on s'est deman46, A tort sans
doute, si ce Droit international public
existait; et I'on a prdtendu qu'il lui
manquait, outre une sanction, le 16gis-
lateur charge de formuler les r6gles et
et le juge ayant mission de les appli-
quer.
En 6tablissant la Cour Permanente,
la deuxieme conference de la Paix aura
crtd le juge et comble une des lacunes
Iui permettaient a de bons esprits de
outer de l'existence d'un vrai Droit
international public. Mais no srait-il
pas possible dallet uan pen plus loina *t
de trouv r I ldgiate r ? Les tats qui


vont s'entendre pour fournir un tribunal
aumonde enter ne peuvent-il. pa, tom-
ber d'accord pour lonner force de loi
a ceux des usages don't I'emploi parait
le plus frequent dans les relations in-
nationales ?
D'autre part, la facility des communi-
cations rend le contact entire peoples
plus intime qu'autrefois ; 'isolement
est maintenant l'exception et les nations
se p6netrent pour ainsi dire mutuelle-
ment. Les causes de contlits entire les
lois privates respective deviennent, en
consequence, plus nombreuses: d'oi la
necessity de chercher, dans une sprie
d'accords sp6ciaux, A gan6raliser un
certain nombre de r6gles.
Dans ces conditions pourquoi ne ten-
terait-on pas la codiication du Droit
international public et cell du Droit
international privd ? Est-il impossible
de degager de l'ensemble des usages
accepts par les nations ou consacr6s
par les traits un certain nombre de
rigles destinies A guider les rapports
des peuples entire eux ? Cette modifica-
tion semble I'une des consequences nd-
cessaires de l'etablissement d'une Cour
Permanent d'arbitrage accessible A
tous les Etats ind6pendants. II n'y au-
rait sans doute aucunt inconvenient A
charger les membres de ce hast tribu-
nal de la preparer ou d'en contrOler la
preparation. Le travail serait ensulte
soumis A I'examen de la trolsieme Con-
f6rence de la Paix. Et dans un avenir
plis ou moins dloignd,la lol nternatio-
nale vote par les reprdeentants de too
le s le puissances du monde sera deve-
nue une rdalitd.

REN SEII NEMENI TS
MeTEOROLOG QUZE
Obaer vato1ze
DU
SIMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
DixaCHm 8 SaPBrmua
Barombtre A midi 761,7
Tep6rainimUn 2s,3
mtu 33*7
Mo enne diume de sl tsmpI e 27,8
L. iel a e6t tr to -nua dna 'aw I
midi ; les trato-camuls vign-m da uod.
LIs bCromr- et ma IM-an.
is -


-- I


---- __


in AlqNtEv No 134


PORT-AU-PRINCE (IIAIT1)











A P6tionville
La fete, come c'etait & privoir, a dte
des plus brillantes, attirant dans la char-
mante ville un nombre considerable de
villegiaturistes a la recherche de saines dis-
tractions.
A I'6glise, la cr6monie a commence A
huit heures. II taut noter le brilliant dis-
cours du Pare Levasseur qui a et, dcout6
avec la plus grande attention.
Au moment du baptcme de l'horloge
et de la -tribune, nous avons remarqut6
pendant le defile, les parrains et marraines
suivants:
S. Archer Mme H. Jn Joseph
D. Lilavois a Vve Annoual
Th. Lafontant a P. Sannon
H. Jn Joseph Celcis
Eug. St Macary a Guillaume
Ch. Sambour a N. Sambour
P. Sannon Melle Renee Appollon
V. Lcconte Mme C. Rigaud
Evan Williams A. Brutus
Alfred Cook Mile Laure Barthe
S. Vincent t Maria Robiou
Kieffer Mme Eug. St Macary
Leon Duplessy Melle Edmee Hyppolite
C. Vieuxr Clara Hyppolite
Amilcar Duval Minme J. Liziire
Paul Gourlat Melle Georgette Coles
St Julien Sanon Mme Gordon
Dr Bouchereau Melle Barbancourt
Leonce Qualo a Nina Dijean
Solon Menos Julie Elie
Louis Peloux a Burke
Edmond Mangones Fern. Auguste
Huneck Mme Gerlach
G. Revest a T. Nicolas
Dr Michel a Dehoux
Dans l'apres-midi, il y cut sur la Place.
un grand concert offer pnr le corps de mu.
sique du Gal Celcis.
En some, excellent journcc de fete
don't le souvenir restera comme un des
meilleurs de la saison d'dt6.
Administration postal
SERVICE INTARIEUR
Lttres recommandles en souffrance.
Deputr Emmanuel Zephirin, Alexis
Crispin, Clement Briol, Ernest Jeanty, Ch.
Oriol, Louis Manger, Robespierre Goer-
rier, Clermeus Pierre Peltant, Alexandre
Mon rmier, Mme Noemi Mathieu, Mme
Vve Mentor Dorlcan.
Fermeture de la malle
Les deptches pour Jerimie, Sgo de Cu-
ba, Cayes, Jacmel et Sto Domingo par
lan&eze franmais aSALVADOR* et celles
pour Petit-GoAve par le sis a GEORGIA 3
sefont ferns cc soirA 4 heures pricises.
Port-au-Prince le 9 Septembre 1907
Un signed certain de la mort
La crainte d'etre enterr6 vivant est assez
rdpandue et la recherche des signes cer-
tains de la mort est toujours a 'ordre du
jour. Ceux qui ont Et6 proposes jusqu'ici
meritent un mediocre credit. Celui qu'in-
dique aujourd'hui le docteur Oct es: base
sur les effects different que determine une
brtlure superficielle, selon qu'elle atteint
un sujet vivant on un cadavre. Voici com-
ment on obtient ce signe :
L'avant-bras Etant mis A nu, Etendu
horizontalement, Ia (ace antcrieure tournbe
vers le sol, on fait lecher legerement la sur-
face de la peau par laflamme d'une bougie.
Si la morn est relle, on voit, apres quel-
qu seconds, se produire une elevure qui
te avec n certain bruit, mais qui ue
e.selt ms des gIt. Si, au contraire, la mort
a Is qonaparso, qelqa aui que
is i lm1e Os on ofent, oh M .t o vi


sicule ,enplie & liquid, soil une plaque de
peau mottfide, mais jainais une bulle ga-
zeuse. M. Ott a recours a cc procdd de-
puis plusieurs annees et il le considbre
commme donnant une certitude absolue.
Pour M. Thomasset
Ce fut une belle manifestation, samedi
soir, en l'honneur de M. Charles Thomas-
set a qui la compagnie P. C. S. offrait A
1'H6tel Morch un magnifique diner d'adieu.
On sait, en effect, que pour raisons de
sante, M. Thomasset a laiss6 les importan-
tes et rudes functions qu'il remplissait avec
tant d'mtelligencc et de dcvoucinent a la
P. C. S. Et aprcs le diner, au moment du
champagne, M. Tippenhauer, en des pa-
roles imues et sinceres parla des laborieux
ct patients efforts d6pens6s gndr.,usement
pendant tant d'ann&es par M. Thomaseet
qui a ete le premier ouvrier de l'oeuvre des
chcmins de fer en Haiti. II dit tout le con-
cours apporte Acctte ceuvre de progresparcet
jp6tre infatigable que des circonstances for-
cent A abandonntr la Compagnie a laquelle
it donna sans computer ses forces et ses ,ner
gies.
Aprcs les remerciements de M. Thomas-
set, les chefs de service eurent chacun un
mnot de gratitude A l'adress- de leur ancien
directeur qui doit reellement ctre fier d'a-
voir, par sa correction, sa droiture et ses
aptitudes, merit6 tous ces homages. Di&e-
rents toasts furent ports ensuite par les in-
vites.
Pendant tout le diner, l'orchestre de
Sartiste Bonnefil a fait entendre ses mor-
ceaux les plus brillants.
Le Mfatin prisente a M. Thomasset ses
voeux de partait r6tablissement afin u'il
puisse reprendre, avec des forces nouvelles,
la pursuit de 'ceuvre admirable a laquelle
ii a ttach son nom.
Inspecteurs G6n6raux
Notre confrree Haiti Littiraire public
information suivante :
SLes Inspecteurs g6n6raux des Douanes
vieunent d'ttre relevds de leurs functions.
Mais de nouvelles et pratiques dispositions
seront prises, afin qu'un haut contr6le per-
manent puisse ezre exerce sur toutes les
operations financires et douanieres, rux
fins d'assurer le versement integral des re-
cettes de 1'Etat au TrEor.
aCette measure, est bienplus ratiouncile
et nons en f6licitons le ministry des fi-
nances. P
Arrivage
Cc martin est entrC le steamer a Salts-
dor avec les passagers suivants venant
de :
Cayes: Antoine Timothe, Antoine Pierre
Paul, Mme Iphrasie Leblanc.
Jirdmie: Mr et Mme Lavaud, Kohler, Ncy
Charles, Christian, M. Blaise, Mansou, Au-
guste Lucas, Andr6 Rey, Louis Levaillant,
Laurent, Pierre et 2 enfants Lecaeur, Ver-
dier et enfant.
Basse-Terre : Ren6 Saba.
Ligne Hollandaise
Hierest entrelesteamer'Prins Willem III
venant de Saint-Marc avec les passages
suivants : Alfred Legendre, Mme Etenise
Ogd, Bertomier Danache, Mme Willliama
Toussaint, Uchena Hyacinthe.
II est reparti dans la soiree avec les pas-
sagers suivants pour ;
Cayes.- L. Jeannot, DIputC Lubin, Mme.
Vve. A. St. Cloud, DpautC R. Monbdleur,
Eugene RCneaud, Mile. E. Pierre, Mile,
G. Pierre, Ph. Chamblaini, Mme. Camila
Exantus, M. Gaspar, Mme. L.Joseph, Marc
Darrivaage Mile. Virginia Sarrasin, D. Au-
relien, B oit fils, G. Delatour, Mme. St.
Cloud e serwantes, 9 Smun et an en
nat, IDPeai COUti Lon.


dtrimie.-Henri Dubrenille, Ch. Moravia
Thalhs Samson, Albert Levy.
Jacmel. Deux soeurs et un enfint
Trinidad.- Mme. Ldsinska Jer6me.
Eclairage Electrique
Ainsi que nous l'avions annonce, les
concessionnaires Emm. Gabriel & Mar.igat
ont procdde avec eclat ; la pose de la pre-
miere pierre du batiment devant server de
siege principal au service d'dclairage 6lec-
trique de cette ville.
La cer6monie commenc.i par la b nedic-
tion que donna le PKre Saint6, puis M. La-
raque, secretaire d'Etat des Travaux Publics
apres avoir p.:rle des progre; ra'i.;cs par
le gouvernement, posa la premiere pierre
de la nouvelle construction.
Apres des discours de M. les concession-
naires et q*lelqus Cloquentcs paroles de
no:re confrre. A. Lafarest, on passa au
champagie. Et I'on but a la complete rdus-
site de l'utile concession
Tons nos souhaits de success a I'oeuvre
d'dclairage lectrique
Mort de Sully Prudomme
L'minent critique et poete Sully Pru-
dhomme. de i'Acad6mie Fran;aise est
mort subitcment samedi dernier dans sa
villa de Chatenay.
Hymen et Tabac
En Hollande, le tabac qui l'edt cru -
joue un role matrimonial.
Le jeune hoaine cpris d'une june fille
sonne a la porte de sa demeure et dernan-
de du feu pour allumer son cigars. Les pa.
rents intelligents comprennent tout de suite
de quoi il s'agit. Ils ouvrent l'ceil. Ie jeu-
ne home, des le lendernain, revient et re-
demande du feu. Si on lui ferme la porte
aa nez, c'est qu'il n'y a pas pour lui
l'ombre d'un espoir. Si,au contraire, sa de-
mande discrete est agree, on le prie po.
liment de franchir le seuil, e: ois le pri-
sente a la jeune horoique. Voill un pays,
du moins, oh l'on ne prono:rnc pas de
vaines paroles I
Avis important
Une mule sons poil rouge zain dtamp&e
a la cuisse des lettres suivantes : Z L A qu:
signifient Zulimar Amilcar ; de Port an-
Prince, ou Je courricr voyageait pour Las.
cahobas, se trouve 6vad6e depuis dej; qis--
e jours, elle n'est as encore retrouvde.
Prire au autorit de m'accorder con.
coan poor la fire tenir.
Lacahoba, le 4Sptbr
L'agent postal d lieu : Ltosmn~ PRALTE.




DFJEUNER DU 9 SEPTEMIBRE
MIDI A 2 HEURES
Prix : G. 2.50
Mel9n de France glac6
Fricassee de more aux pommes
Civet de chcvreuil
Daube piquee- Nivernaise
Haricots blancs au gras
Riz blanc i la crdole
Tarte de Vienne
Fruits
Cafe
1/2 Vin
L- -----
Pri6re d'aviser l'administra-
tion de la moindre irregularite
dans le service du M ATIN*
auin qu'il y soit do suite r 41g.


Nnovelles EPtang

DEPICHES RE(UES CE ri!AT
Nouveaux renforts
St-SEBAsTIEN 5.- Le croise
tramadura v va embarquer 700
mes A destination do Casab!aoci
Le Bandit Raisuuli
TANGE 5.-- On croit savoir
Legation anglaise traite en ce mamw
avec le bandit Raisouli pour la -"
en liberty du Caid Mac-Lean. On a
ctonuDit p;s exatcmnent les condition
,In bandit, mais on croit que m6aor
elles sont exager6es, le gouverneag
lea acceptera.
SANTIAGO-DU-CIIILI 3.- On apprem
lqu, 50 personnel ot te ensevdie
par un avalanche' d neige qui uag
produite B Juncal.
TatHMCB 5.- Des gendarmes rie.
nent de captnrer tino caravane ayM
un chargement de fusils module 1814
et de munitions & destination du Ma.
roc.
Les ev6engnents du Maroc
CASABL.AXCA 5.-- l, croiseur Gla-
re ayaitt a board trois conpaeWl
de Legio:a 6trangere est parti aulowr
d'hui d ici poir un, destination u.
connue. Des d4pe-hos de MazaWm
annoncent que !e Chcik Mazi, accoe
pagne do 12 notables de la tribal di
Chtamia, se rend A Casablanca pw
traiter avec le general Drude.
PARIS 6. Lea obseqaes des o.
ciers tu6s le 3 & Casablanca eoru
lieu au milieu d'une grande affluoe
de trouped. Le g6ndral Drude y
tait aiusi que 9 officers esp
ayanrt leur tete leur commandant.
Aujourd'hui, comniencent des
noeuvres des 3o et 4e divisions de
valerie.'
La presse associee apprend de
ce autoriseo que la France et I
gue o:t I'intention d'occuper les
du Maroc et d'y 61ablir la police
leura propres forces ; le Ministre
la guerre EI-Gabbas ayant in
qu'il lui 4tait impossible de g
la via des officers instructeurs dl
police, laquelle d'apres la coaf
d'Algsiras dott stre composer l
maores.
Les AUlemands or Afrique
BcLut 0.-- La situation dans lai
loole aUrl aodu du sud-onest de .
frique s'est am6lioree & un tel poi
que .e rapatriement des tr-f;*t .
lien sons pen. Morenga, chef -s,.j
g6s, que l'on prtendait avir Pi'
la frontirre n'a pas phis ro, v::.
est en ce moment en territ'a'i '
et on croit qu'il se sououa'a d
p*u.



uanue o nationei i

Conform4ment aux instructions
Secrdtaire d'Etat des Finances g
Commerce, la Banque Natlonale
ti a I'honneur d'informer les in
s6s qu'ils peuvent, & partir dece
toucher a ses guiclets, 5sr l
prunts suivants : .
EMPRUNTS 6 o/o : 13' "P V
un pour cent ( 1 o/o ) Inth6rts dea
Juillet au 31 Aoat 1907. ..
EMPRUNTS 3 o/o: 13" y gR._s
mi pour cent (1/ 0o) ItdM
Juillet an 31 Aout 107. ..
Control requ et *ar prims
boIne.


~








G.U Transanlldn l ub

Le steamer IMONTREAL v se-
r de retour ici, le It au soir ou le 13
s .atin, et partira le 13 d midi, pour
port-de-Paix, Cap-Haitien, Porto-Plata,
Sanchpz, St-Jean de Porto-Rico, St-
Thomas et le HAvre.
Les billets de passages seroat dd-
livrss des le 42 au martin.
*
*
Le steamer c SALVADOR est
arrive ce matin et part ce soir d 5 heu-
res pour Jjremie, Santiago do Cuba,
les Cayes, Jacmel, Sto-Domingo, Ma-
yaguez, Ponce, St-Thomas, Basse-Ter-
re, Pointe-A-Pitre et Fort-de-France.
Port-au-Prince, le 9 Soptembre 1907.
L'AGENT
F. M. ALTIERI

LA NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

L'HAITIENNE
Une bouire machine a coudre A un
prix bon march.
La machine a un long bras, une large
navette qui s'enfile elle-m6me une ai-
gille court qui se met ld'lle-mme en
place, inie cannette qui so garnit auto-
matiqueurent an moyen d'uue roue folle
uns qu'ou ait besoin de faire marcher
la machine. Elle est bien construite,
bien finie et sentiment ddcorde. Cette
machine est faite en deux geurea. Sur
ane base en bois on en fer P. 8 or
Sur une base en bois et avec
use jolie couverture l16gre en
bois courb P. 10 or
Je serais heureux de vous voir essayer
cotte machine, soit que vous in'envoyiez
vos ordres ici directement soit que vous
me les adressiez par l'entremise de vos
correspoidlants de of a Port-au-Prince.
Avec claque machine j'envoie sans
augmnentation de prix, les accessoires et
pieces suivwntes:
i soutucheur 1 brodeur
1 plisseur 1 ouateur
Sourleurs (gran- 1 uied-de-biche
eurs assorties) 1i buretto d'huile
i guide avec vis remplie
Scanettes I tournevis
1/2 doazaine d'ai- 1 livre d'instruction
piilles
SCette machine est faito specialement
Lear tailleuts et couturi6res.
Nicolas CORDASCO,
SIEUL AGENT
57, Rue Rpublicaine ou grand'Rus,
Port-au-Prince.
VOUa troeverel egalemont toutes lea
ines i coudre de Singer Manufac-
Co.
fPbr des comnaaudes spdcialea de-
dez renseigncments.

Nouvelle Boucherie
A Turgeau
E6, face de M" Emile Rouzier.
Istbitants de Turgeau, Bois-Ver-
.etPeu-de-Chose apprendront avec
tr qu'une nouvelle Boucherie est
me rsr la propriety de Mine Vve
lalsir Pierre, en face de la route
@oUdlt an Bois-Verna. et i proi-
4 e celle do Peu-de-ChoN.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien mcmb c d'e la Societf Phalan.
thropique &des matres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'6-
toffes diagonal, casimir alpaca, chevio-
te chcviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulierement a sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de pique de
toute beauty.
Sp6oialit6 de Oostumes de no-
ces.- Coupe s Franaise, Anglaisa et
Amdricaine de Ia der.iere perfection.
La maison confectionne aus.i des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, de tous grades.
LAi PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 8a,
Se recommande pour I'ex5cution
prompt et exact&o des ordonnances A
n'iinport qu'ello here du jour et de
la nuit.
Drogueries, Specialites phar-
maceutiquesextrfmement fratches.
PRIX CONSCIENCIEUX.

i. Cordasco
157, Grand'Rue, 157
A l'honneur d'aviser le
public qu'il vient dere-
cevoir un assortment
complete de cirages pour
chaussires jaunes, noi-
res, venlieS, etc.
Vente en gros et en de-





DE
3Eoxxpeaes fX oabNbrea



Le public est prvenu qu'A partir
de cette date, i. Sydney Paret ane
fait plus parties de 'Entreprise des
Pompes fun6bres de Mme Vve L.
Gabriel.
S'adresser A Mm Vve L*ONGABRItL,
2, Avenue Maglgoire Ambroise on & M.
MARCEL CLESCA, Imprimerie Amblard.



Port-au-Prince, 3 Septembre 1907.
lllude di rt unl. eu x


Es de pe fe CDlibe
Avocat
A PITIT-GOAVI


LA
I eilleure Farine
(d Monde
Celle qui donn e le meillour pain.
Qui product le ptus de paiit.
Qui dotnne 1, pain :i plu- hlanc et
le plus leger,
C'est la Pillsburv's Best dd. la
I'llsbury Wii. baru' i"louz Mus Co,--
Minneapolis Minn.
Frn. C.STERA. ReprTsenanL.


Location


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
fa Manufacture a toujours en d~-
po6 un grand stock,- pour la vote
en gros et d6tail,- de chausaures on
tous genres pour
HOxMus, FMMuxs, ENA!ITS
Lea commands des commergants
de i'intrieur pourront tre exdcut6e
dans une oemaine i peu pris.
33, rue des Fronts-Forts, 23
Powr-AUo-PRac ( HArrI )


Entreprise G6n6rale de Pompes fun6bres
de Voitures pour Mariages et Baptdmes, etc,


etc.


Monsieur S. Paret a I'honneur d'aviser le public qu'il garde comme par le
passe la Direction de son Entreprise Ginerale de Pompes fundbres
qui est de son initiative propre.
II promet comme tonjours, promptitude et rectitude A tons coux qui vou-
dront bien s'adresser A lui pour Entreprise Gdndrale de Pompes fiunibres,
locations de Corbillards A tous prix, locations de Chaises, voitures pour
marriages et pour baptemes, etc.
Monsieur S. Paret pour avoir un maliriel plus neut et plus rice remet
tout pur et simplomont les chaises et le Corbillard qu'il exploitait de
compete A demi avc, Mnie Vv,. 1,on Ghbri.,l, daus son Entreprise, bien en-
tendu apres reglcment de compete.
Mr S. Paret continue toujours commit il est dit plus hiut A s'oecuper d'Ea-
reprise Generale de Pompes funibres, de location de Chaises, Corbillards, voitu-
res pour marriages et bxptidmes verres, verres d champagne, couverts complete, fa-
naux, etc, etc.
Port-au-Prince, 4 Septembre 1907.



Proalits Hy gieniqoes our la Toiletle


O
-


,.


It I VTorply
tnwr~t.r',~ J~~ui~~s IR L'


adouciU Lpi'ti.r i auqiuel elle
L donno une souplesse et un vo-
LA jj! j l 4 1 kI loutl incomp arible en lui com-
muniquant son dslicieux par-
fum. Elle conserve l'eclat et la fralchouir du teirt, car clle est souveraine
centre le haie, les piqtrcs d'insectes et les eruptions de la peau.
sans bismuth, invisible, adhC-
I rente, impalpable, pr4par6e
A sp6cialcment pour les person-
nes qui veulent avoir un teint
irr4prochablc; sort parfum deticat, son veloute ont contribu6 a fire d'ele
la Favorite dcs Poudres de Toilette.
A base d, Cr6me Simon,
p.LE ~ par seloj les[princiip
LLE .js|us scrupuleux de I'hygieon
possede A un ctrtain degr.
toutes les ;nialitis bienfaisanttes et prservatrices de la Creine Simon ; il
est particulierement recommande pour la Toilette des enfants et pour lea
dames don't la peau est delicate.
Agence Gdnerale et D6p6t pour Haiti
A la M -xItropole
MAISON JULES LAVILLE
OS, RA. du Magein de rFSlu


SIDNEY PART

73, RUE DES CESARS, 73.


___~






Le Restaurateur de la sant6
Remede eflicace contre toutes los mala-
dies provenant de I'impuretd du sang.
La boite de 201 ilules : P.5.00
L'enveloppe de 30 pilules : 1. 00
J'envoie gratis etfranco, sur demand
I'enveloppe.-chantillon et prospectus.
H. BONHEUR ( Agent)
HIOTEL-BELLEVUE.

Industrie
MANUFACTURI~RE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchettes, chmises
et caleons
Ecole dss arts et matters
'
On trouvera l'ouvrage de Monsieui
D. Vaval intitulk (Coup d'oeuil sur l'6-
tat Aconomique et financier de la Rdpu-
blique d'Haitietc, chez Monsieur F.
BMlizaire, angle des rues Geffrard et Fe-
rou.
Prix G. 1.
,-,

SA. de lMatliset Co.
32, Rue du Magasin de l'Etal
Maison fondee en 18e'8.
Bijouterie, Orfevrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de';par-
intnerie pour les godts les plus diffici-
les. Les parftims exquis et rares d't'ne
dlblicatesse p~uetrante qu'elle offre a s,-:
clients south de v4ditables petites ner-61
veilles.
Les l'erni6res marques q'ui cdharume
;e Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sourire, Floramye, Trdfolia, Iddal
Cyclamen, Viuitz, etc.
La maison a toujours un graindI a;.
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumerie..
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Sp4ciaUtds: bagues franaaises en bril-
lants & partir de P. 200, alliances 0,
I8 K awglaises et franQaises sur com-
mande, Service d'argenterie complex
(our manages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres prdcieu-
ses et vieille bijouterie a des prix avan-
tageux. Dernier cri : Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
teds envoie franc de port sous pli recom-
mand6 dans touted les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou LorgnonRs n nickel
inoxydables, selon les prescriptions dea
Doctears on instructions des achetears.

Pharmacie F. Bruno
07-119 Ruam ouAntt ir vROu.
SpE6ialit6s F. Bruno :
Poudre puissantucontred6man eaison
prurigo, se.ur des pieds- La bolte P. 1
Sirop an.ashmat.e. remide efflcace
ontrs le* acots dsthme et lea toux
riquentes -le flacon ; P : 1. 50.
CM grats-- a-tes :
Ma1 emdi de 8 A 9 hres d matln
m m. 3. U


Tiere Zephrin Bell
Fabricant de chaus.snres en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
tants.
Place de la Croix-der'-Bossales.
SPPCIAL.ITEI:
PANTOUFLES MULES

VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade &.Co
VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res

KOLA
DE
irigston
MACNISH'S ( IRONBREW *
A Vendre
Chez CATINAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
62, Rue das Fronts-Forts
'X#ra rI c exrrz e. r. t

A fL E.U ._N. fe

Fabricant de chaussures,
Porte. la counaissance du public,
particnlirement de ses nombreux cii-
ents de la C6te et do la Capitale, quI
I'etablissement a un sock incalcu.la
ble de chaussures pour homes,
lenmes etl ent~ts, en tous .:rnres
et quo, malgre 'offre le Minq p.u eit
sur j'achat en gros (5 0/0) fait un ra-
bais exceptionnel sor les prix.
l,'tablissement se charge de fair
preudre des measures & domicile.
Toujourj : Soln, exaditude, ponctua!ite
42, Rue des Front-sForts, 42.
POKT-AU-PRINca (HAITI)

Dr RAMPY
PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Lalue).
CONSULTATIONS TOUS LES JOURS
DE 2 A 4 HEURES.

On Demande
)A acheter des timbres us6s d'Haiti, biern
assortis, par cent on par mille. Condi-
tions tr6s avautageuses.
S'adresser au bureau du journal.

ESANOFELE
D'une efficacite incontestable con-
tre la fievre.
5.000 flacons d4jd 4 puis. I
Stock renouvele par Ie dernier hol-
landais.
PHARMACIE NOTRm-D AB.

On trouvera:
Le novel ouvrage du G F. D.
LIntirMg: rHoins, t Mord.e et In
SeimaM, & la Phrmcie Roberts, ohe
Velton et Laojannis.
PuL : 4 Gourdes.


LA REVUE
( ANCIENNE REVUE DES REVUES )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Haiti ,.. 28 francs, 16 francs.
Les abonnements sont recus dans
les bureaux du a Matin a seul agent
pour la R6publique d'Haiti.

Bouquets, Fleutrs,
A vendrechezMme L. JEAN-PHIIFPPE
PEU-DE-CHOSE


A Vendre.
Chez Mile LMonide Solages.-
des Fronts-forts, 2.
Chapeaux de Panama I our ]
I tons prix.


ho


RHUM-SYLVAI I
Produit de Usine St. Michel (Ar"
Vieillissement natural jusqu' A
et 15 ans.
PRIx TR*S ODtfts
Veate en gros et on detaiL
Maison M. Sylvain
43, RIw des d oFVomFort.


GRANDE TOMBOLA D'ITE
TIRAGE: Dinanche, 15 Septerbre 1907
A 5 HEURES DE L'APREIS-MIDI, A L'IIOTEL DE PrTION-VILLr.

Liquidation d'articles varies et de haute nouveaute :
En 45 lots rdpartis sur 300 billets

Les 42 premiers lots consistent:
Dc I 0 : cn G Siti&'o Lynx, ster6oscopes d'une valear chacun de 2 dol-
lars, avec cartes postales il!uistrees.
De 13 A 33 : en 21 Eventails-Z lphyr. Ventilateurs automdcaniques i& b6
lices d'une valeur chacun de 3 dollars.
De 34 & 42 : en 9 Eiectro-All'unoirs.- Allumoirs Bloctriques d'appatw
ment s'aliiumnt lclectriquem),it par la pression d'un bouton, d'une vale.
chacun do 4 dollars.
Le 43* lot -st uno lamp,'-su.speasion d luxe, A deux foyers, A gazolin
et mnanchon incandescent, d'une valeurde 14 dollars.
Le 44* lot est uu gramophone a double usage ( disques etcylindres i
routes dimensions exis'antes) avec 6 cylindres et 6 ditques; d'une valiI
total de 40 dollars.
Le 45* lot est un gramo;.hone a disques, haul module, avec 12 disqOi,
d'une valeur total de 70 dollars.
La repartition 1.s lot, si fira en commencant par les lots inferieurs, 4
jusqu'au 42' lot inclusiv.mrent ; il y aura un lot par 6 bulletins.
Les 3 derniers lots suptrieurs seront r6parti3 & raison d'un lot par 0 1
bulletins sur les 4S bulletins restants.
Apres le tirage, il y aura des p -,jections cinomatographiqaes.
Prix du Billet: CINQ GOURDES,
En vento & l'Imprimerie C. Magloire, A& 'H6tel Bellevuae et au Grand-H 4
de P tion-Ville.
- -- i


Imp.


C.


M GLOIRE


45, RUE Roux, 45
TELEPHONE.

Journaux, brochures, billets dl

marriage, cartes de fiancaill

programmes, affiches, et t

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et earth

de visit d la minute.

Pax DZ CONscuMNC


III .- -~ -


m