<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00131
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 6, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00131

Full Text


VENDREDI, 6 SEPTEMBRE 1907.


j


J


C


QUOTIDIEN


ABONNMMINTS :

PAR MOIS Une Gourde D'AVANCE

DiPARTUnmrrm & TirANo :
Frals do post ea Mu.


"DIumcTmUx:
C3lvimezit M NIaG3Lirere,

RgDACTION-ADM1NISTRATION


45, RUE ROUX, 45.


LE NUMRO 10


- -i q


9.
CENTIAUM*


Les abonnmemenu parent do icr. Ce do z$ de c
mois ct son payablcs d'avance
Lg mnusritsI Ins6a6 o os mme ost pm remad


hbaqua


Pour tout ce qui concerns l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Pol.


LE SECRET DES PROSPERITES


Oa reproche volontiers au system
Plique anglais de ne permettre l'ac-
m des honneurs et des hautes fonc-
ae qu'aux riches. On ne consider
assez que, en Angleterre, s'il est
Svrai que les hautes situations ne
met accessible qu'aux riches, I'ac-
os de la fortune elle-meme reste
Iand overt A tout le monde.
Faire sa fortune est, dans ce pays,
fpreuve a laquelle se mesurent les
qtitades et la valeur de chacun. Le.
s*thme repose sur ce principle inatta-
nble qa'un homme qui, part d'une
Wltation trbs-humble, a pu se cons-
liter de la richesse et agrandir sa
situation social, doit inspire conflan-
eet etre charge de la haute gestion
es intdr6ts publics.
II n'est pas probable, en effet, qu'il
hise pericliter entire ses mains
l affairs gen6rales parce que son
tsultat personnel t6moigne de lintel-
de 'entente des affairs, de
Ampritd'initiative, de l'activite, et que
0! qualities sont cells qui sont pr6-
ateOnt requires pour la conduite ir-
hable des afaires de l'Etat.


I


juguer l'esprit des foules dans les pays
du suffrage universe, 1'exemple de
ces pays nous les revle : c'est I'dlo-
quence verbeuse, ce sont les grandes
declarations de principles, c'est la
science politique apprise dans des
6coles sp6ciales, c'est la culture intel-
lectuelle consacr4e par les parche-
mins, c'est avant tout et par-dessus
tout, l'art de donner du relief A tous
ces attributes afin de les rendre mani-
festes et dvidents aux foules.
C'est I'dvidence des faits et ce sont
les lemons de l'histoire qui se sont
charges d'4tablir que l'Etat doit-etre la
rdelle et vraie incarnation de la socie6t
et que c'est folie, celle-ci dtant faible
et debile, de vouloir exclusivement
travailler A la grandeur et A l'dclat de
celui-lA.
Chez les Anglais, ce patriotism
n'est pas trbs-pris4 et pourtant leur
gouvernement, n'est-ce pas, compete
gen6ralement parmi les forts, et memo
parmi les plus forts. II eat de fait que
ce gouvernement est, lui, riellement et
raiment feet et qu'il estate fiddle re-
flet de la situation social du pays.


baunoup de d6mocraties moder- C'est que, au patriotism d'Etati
e sont laisse emparer et aveu- I'Auglais oppose le patriotism fondd,
'Par la manie alitaire qui'veut *ur I'indpendance et la solidi de la vie
' poavoir tombs aux mains du privde. De sorte que, au lieu de tra-
Wier vena qui se r6clame de for- vaiillr A acquerir des qualit6s moins
oxi poll.que et d'une certain relles que susceptible d'en imposer,
sceadaoce Intellectuelle, et cs il se proccupe d'acqeurir d'abord les
ocrae seont 'ellUe ou le patrio- qualit6s qui peuvent assurer l'inde-
S ptdomniant est le PatribUsme pendance et la stability de son foyer
. et son graduel agrandissement.
I bat elondre ar ctte expres- Et c'est surtout par la lutte qu'il y
*i a sttIment par teqael on exal- arrive, car A chaque pas, la concur-
nsn pays, rEtat et etsea fonc- rence lui fait obstacle, et I'une des
SPmce qu il paralt incarner la forces de cette lutte, c'est I'accrois-
isWrde hI nation et qu'on vent sementde sa valor personnelle, soit
cIroire quuan Etat fort et omni- qu'il s'agissed'exceller dans la bran-
1t "t I l premier term de I'a- che d'activite no it lvolue, soit qu'il
islment Seoial. En d'autres ter- s'agisse de conqudrir par 1'dtude, et
l 1 patriotisma d'Etat at tle pa- d'une faon concrete, les connaissan-
r d 5 pa rd E rgime comm- ees qui peuvent attirer sur lui I'atten-
t IUI paraltt ot just que, dans tion et lui mdriter de passer a une
oMg 0 o o ton attend tout de situation plus 61eveo.
z beCityoS W6vrtuent & n i- Loraque, A oun point qnuelconque de
Piastoys s6vt pretie dt etto v oluon,i ambitionne de se
ermeier des affairs doe 'Etat, c'est d'-
eat mettieeM qu'il faut board ma porsonne qui doit solliciLer
I t een soupour seq b- 'tonlo. Dautres quality de mise


en scene peuvent alors intervenir,
mais A titre d'orntemrntation : un dd-
cor nte ddpare j-Arnai. un oljet utile.
Aussi bien. la Chambre des Com-
munes d'Angleterre no Ic cede en ricn
ni a aucune autre, sans excepter la
Chambre franciise des ddputds, au
point de vue de l'elo(quence, de hl ma-
gnificence des d6bats, et ello surpasse
peut-etre toutes les autres au point
de vue de la competence persounelle
et relative aux questions traitdes et
discutdes. (C'cst I'assemblee politique
ou I'on trouve la plus grand propor-
tion d'hommes utiles, jo veux dire
d'agriculteurs et d'industriels, et je prie
d'entendre par IA d'agriculteurs vi-
vant sur leur.s terrs et de leur profes-
sion et d'indistriols exerlant en fait
et personnellement leurs industries.
Voyez-vous cette nation conflant la
gestion de ses affaires A un ancien fail-
li ou A un industrial quelconque ayant
succombd? Non, n'est-ce pas' l oi
non plus. Et alors je dis, avec les cons-
ciencieux sociologues don't les obser-
vations corroborent mon dire, que
c'est 1A le secret de la supdrioritd so-
ciale incontestable de cette nation.

On pale souvent de remeltre en
honnour tous les nltiers. car, dit I'a-
dage, ii n'en est pas de sot. D'accord ;
inais alors il faut commencer par aller
centre d'ineptes prdjuges sociaux.
On se trompe fort si l'on croit que,
dans les paya anglo-saxons, les rme-
tiers manuels sont exercos avec le
plaisir et la joie de s'y perp6tuer et je
n'oublierai jamais la question de ce
lecteur qui m-, demandait derniere-
ment si je consenlirais a donner un
jour ma fille en marriage un cordon-
nier. Autant vaudrait demander A M.
Cleveland, devenu president de la r6-
publique am6ricaine apres avoir 6et
gargon d'dpicerie ou A lord Glasgow,
devenu gouverneur de la NouveJle-Z-
lande apres avoir dt6 mousse, s'ils con-
sentiratent A donner lear fille en ma-
riage A un CarCon d'6plcerie on no
mousse. 11 faut 8'entendre.
Les m6tiers lnf6rieurs ne soot pas
en d6shonneur dans lIs milieux an-
glo-saxons, parce qu'il y a bien pea de
millionnaires, et m6me do milUirdai.
res anglo-saxons qui n'aient debuth
par I'eercioe de ces m6tiers et il ne


leur sidrait pas, des lors, de m6priser
ceux qui battent a leur tour les che-
minis par of ils ont su monter a la foi-
tune et aux situations l6ev4es. Au con-
traire, le spectacle de la lutte corps i
corps avec les cifficultds de I'existen-
ce plait A l'ceil du millionaire anglo-
saxon qui, lui-imme, inais sous une
former plus dlevde, offreo ncore ce
spectacle.
L'exercice des m6tiers infdrieurs
est done derriere lui; c'est une tape
glorieuwement franchise, et qu'il fran-
chira encore une fois s'il vient A se
ruiner et & etre obliged de recommen-
cer. Et alors A quoi lui aurait servi
d'avoir rdussi A s'dlever si volontaire-
ment il astreignait sa fille A r4trogra-
der vers une situation social infdrieu-
re? Ce que I'on peut hardiment affir-
mer, c'est que ce millionaire ne rou-
gira pas de confer sa fille A an hom-
me que I'exercice des m4tiers inf4-
rieurs aura conduit A la richesse et a
I'delvation, si, bien entendu, cet hom-
me a su accrottre sa valeur person.
nelle au fur et A measure de son 16d-
vation et si, dans sa haute situation,
il ne donne pas l'impression d'un
parvenu.
On a souvent entendu parler de la
difnculte de rencontrpr mix-Etats-Unis
do bons domestiques, et tout le mon-
de sait qua la plupart des families
am6ricaines elles-m6mes menent la
vie d'h6tel, en quelque sorte; et cotte
vie d'h6tel coAte encore assez cher.
Eh I bien, il taut expliquer le ph6no-
mene par la tendance du oitoyn
amdricain A fuir les situations ifr-
rieures pour monter toajours et da-
vantage. Si bien que I'on a pa fire ia
remarque que, en fait de dome*llge
on ne trouve geUre o z
que des Irlandas, doe Polonals oa deb
Allemands. '
Voila comment iA faut conciller )a
haine des prejug4s sociaux centre les
metiers manuels avec I'aspiration ver
les occupations supdrioures: la men.
talit6 des Anglo-Saxons a depuls lonI-
temps fait cette conciliation; etI Je
command ces que'ques coonsdik-
tions A I'attention de ceux qui, san
s'en reodre compte,veulent beon poer.
tant reconnaltre que les Anglals 0tle
Amdricains sont les gens les plus rl-
chie do monde enter.


_


_ __ --


in ANqNqZE No 132


PORT-AU-PRINCE (HAITI))


'~, '






LA

Conl6rence de la Paix

Discour de Son Exc. M. Jacques IV.
.ge.r, Ddldgud d'Haiti d propose de la
doctrine de Drago.

Monsieur le Pr'sident


La d6ldgation d'llaiti ne croit pas
hors de propose lI'exposer les raisons
qui Iont ddcidhe so rallier a la propo-
sition des Elats-Unis d'Aindriqne con-
cernant le recouvremcitt des dettes pu-
bliqqefs yant leur origine dans des con-
crate,
La'Rlpubliq(ue d'lalti a toujours eu
a coeur de tenir ses engagements. Sa
delegation se sent don'. a l'.iise pour
rendre i l'idhe hautement philanthro-
pique des Etats-Unis le just hommage
qui lui eat dl.
La conscience des peoples tend de
plus en plus A condamner les proctdds
sommaires trop solvent employs con-
tre des nations que les circonstances
taottent hors d'6tat de se d6fendre. Et
lea Etats-Unis peuvent-6tre A bon droit
tiers de cihrcher a faire,fixer dans un
instrument diplomatique i'accord tacite
resultant de la rdpro. action que cause
I'arbitraire employ de la force centre
les faibles.
Personne ne pense A porter la moin-
dre atteinte au vieux principle d'6ter-
nelle justice, a savoir que nul ne doit
s'enrichiraux d6pens d'autrui;tout ddbi-
biteur sera don tenude so liberer. Mais
il lui sera permits de plaider sa cause.
L'on ne restraint nullement le droit
du crdancier quand, par example, on
I'oblige A obtenir des tribunaux ordi-
naires une decision qui lui permnete de
recourir aux voies d'Axecution. La pro-
position des Etats-Unis d('Amerique
tend a r6aliser dans le domain interna-
tional la pratique observee dans tous les
pays ou I'on n'autorise personnel A se
faire justice soi-mdme. Car l'interet di-
rect que I'on a dans un litige, conduit
souvent a se faire illusion sur la portde
et la ldgitimit6 des moyens que l'on
eat tentd d'employer pour arriver a ses
fins. Les nations come lea individus
ne sont pas a I'abri des suggestions de
I'lntirat personnel ou de I amour-pro-
pre mal comprise. Que de fois n'ont-elles
pa 6t6 amendes a prendre des mesuros
horse de proportion avec l'objet du liti-
go I Et les rgglements obtenus on pareil
cam ont provoqud des ressentiments,
nemd des germes profonds de malenten-
das doublement pr6judiciables aux inte-
rtse,respectifs des nationaux et a la cau-
so de l civilisation en g6nr'al.
SAussi blen, le principe posd par la
lidgation des Itlats-Uisa d'Am6rique
respond Ala penise humanilaire de I'au-
guste souveran qui a pris l'initiative de
smts inviter lous la deuxieme confU-
riqapde 1a PaiL. Et, an attendant que le
PSt ies progress de I'opinion per-
i l.., supprimer complement
I emploi de la force, la proposition amd-
ricaine demeure le premier pas fait
vers eet iddal 6eeve. L'on aurait tort de
la considered come intresvsaet une
seule parties du monde; a notre hum-
ble avis, elle est quant i prdsant, I'une
des sauvegardes de tous les Etats que
I'adversit aurait terrass6s.
La DdIdgation d'Haiti I'accepte done
a se demandant toutefois s'il n'y au-
i pas advantage a supprimer le dernier
afg r de phrase ci-apr6s: a et Ia ga-
iuU done4 u s'i y a lieu, pendant
o140 4Ldans plment.. A l UI


d


JEUDI 5 SEPiEMBRE
8aromitre a midi
minimum
Temperature minimum
maximum


76x,9
22 4
34,8


Movenne diurne de la temperature 26,7
Ciel assez clairile martin, nuageux et cou-
vert dans I'apres midi.
Pluie fine a 6 h 25 m marquant au plu-
viomitre 3,3 millimetres.
Eclairs et tonnerre.
Le barometre a baiss6.
J. SCHERER
Marriage


Nous avons recu le faire-part du marriage
de Mile ALICE PHOCION NA'J avec Mr Mi-
RABEAU LALEAU.
La b6endicton nuptiale leur sera donnde
le jeudi 26 Sep:embre courant, i l'Eglise
Ste Anne.
Flicitations aux futurs epoux.
Arrivage
Ce martin est centre le s/sTdins Willem II
venant de New-York avec les passagers sui-
vants : Mr et Mme Labrousse, Mr et Me
Btesh et enfant, Mme Marie Knaebel,
Geoges Knaebel, Mr et Mme A. Ricco, E.
Dreyfus, Vincent Crcidy, Ema Veloppen-
burg, N. Zrike, Frare Nade, Charles Ste-
phens, Mme L. Francois, Abbo.
It est reparti ce martin avec les passagers
suivants pour :
Saint-tCarc : Elyse, Desbas, Durand et
infant, G. Groseau, Mossanto, A. Elias,
Elias Habib, Franck Narcisse, Maurice Che-
riez.
'Petit-Godve : M. Maurice Gousse, Ar-
mand Monosiet, Mr et Mme D Bombace.
Une Nouvelle Doctoresse
Mile Sophie Toufesco vicnt d'6tre reque
doctcur, dans des conditions exception-
nellement brillantes, A la Faculte de mide-
cine de Paris. Elle a present une these sur
Sle crisallia formal Ot pataologique t a


d'atlribucr ainsi d'avance des pouvoirs
aussi 4tendus, aux jug s iitlernationaiax,
nous estimonsqu'il vaudiait mieux lais-
ser aux parties en cause le soin de prd-
ciser les garanties & accorder. Autre-
rnent l'on risquerait de conterer aux
Arbitres l'exercice d'un droit qui en
pertains pays est exclusivement reserve
au Corps 6lgislatif. Et les sentences arbi-
:rales qui octroyeraient des garanties
ue la constitution de la parties con-
amneo ou le sentiment national ne
permettraient pa de donner, provoque-
raient plultt lea conflicts m6mes qu'il
ept dans la g6n6reuse pens6e des Etats-
Unis de Iprevenir.
Pour ces raisons, nous proposons la
suppression du dernier membre de
phrase de la proposition nmericaine.
Sous le bdn6fice de cet amendment
nous nous rallions pleinement a celte
proposition qui, quoi qu'on en dise, ne
constitute aucun danger pour les Etats
rualheureux et de bonne foi, et partant
vraiment soucicux de remplir leurs
obligations
JACQUES N. L GER.





RENSEIGNEMEN TS
MtETEOROLOGIQUES
SOb asevra.toire
DU
SCMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


N4Crolog-ie

Une des personnalitds haitiennes les
plus considrables vient de dispar lt-
tre: M. Louis AUDAIN, Docteur en Md-
decine de la Faculld de Paris. Licecijd
en Droit, Anien Directeur de I'Ecole de
Mddecine de Port-au-Prince, Anciet DJ-
puUt, Ancien Membre de Gouvernematns
Provisoires, Ancien Prdident dt Sdiaat
de la Rdpublique, d6cdd6 hier a 3 lihu-
res de i'apr6s-midi, dans sa 80* ann6e.
Les tunerailles auront lieu cet apr"s-
midi. Le convoi partira de la mason
mortuairo, sise Avenue des Da.les, No
26, pour se rendre 1'Eglise Mctro-
politaime.
-La famille du Dr Louis Audain,
dans I impossibility mrnatdrie!le ou elle
se trouve d'inviter personnellement
les amis du dcfunt i ses obsnques,
Mutant donn6 Ie'tendue de ses relations,
prie sos amis de conside6er ce present
faire-part comme une invitation.
Le Matin* present ses sympathi-
ques condol6ances A toute l;i famille
de l'Iminent defunt qui laisse lo sou-
venir d'un home politiqae profound,
d'un parlementaire aux vues ilevdes
et d'un m6decin habile, de la vieille
cole des praticiens d6voues.


trouv6 des choscs si nouvelles et si curieu-
ses a dire sur cette question aride, que le
jury, composes de MM. les profcsseurs de
Lapersonne, Hartmann et Lannois, a regret-
t6 galamment de n'avoir pas A sa disposi-
tion une mention suprieure a Tres Bien a.
Saluons encore cette victoire du bon tfmi-
niste, c r on assure que Mile Sophie Tou-
tesco est une travailleuse acharn&e.
Eclairage Electrique
Les concessionnaires de l'6clairage elec-
que des villes de Port-au-Prince et du Cap
Haitien, MM. Emm. Gabriel et le Gal. H.
Manigat nous ont fait le plaisir de nous
inviter a a po e de la prcmir.e p*erre du
service d'Eclairagc electrique de la Capitale.
Cette c6rdmonie aura lieu demain 7 Sep-
tembre, a 4 heures precises de l'arcs-midi,
sur I'eitrilacement dit a Parc d'hcrbe; v
design' d cet effer, en face dc l'dtablisee-
nint Gaillard.'-,
Haiti Litt6rir.e et Sociale
Ce numero tr6s int&e6sant de Ia Revue
parait remain martin.
En voici le sommaire :
Eph6merides : Littterature ctbole.
Adolphe Lara ; Podsies: Pastel, Carl Wolff;
Disenchantement, Jehan de '2Na)rac ; San-
glots. .Antoine Geffiard ; Mon vieux cchier,
E ; A la conference de la Have ; Puissan-
ce d'Ame ( Nouvelle ), Lajoret Noire; Lr
Syllabus a paru ; Qu'est le Syillab; J de
TB ; Une lettre du Comte Nigra. ( D)co-
ration de Frederic Febvre ) ; LlhriLson,
le chansonnier, S. 'R; La flotte Ambri-
caine dans le Pacifique ; Varidt~s, Lynx ;
Boutons et Epingles. 'R. Chouroun' ; O;-
wald ; La chasse aux sangliers ; Briquier
Intiriedr, ,Antoie' Laforestl: EExtrieur. A.
L. : Petites Notes; Jacques Nicolas Lager
A la Haye ; Doctus cum Libro.
Avis important
Une mule sous poil rouge ztin "aimp. e
A la'cuisse des lettres suivan!es : Z L A qnu
signifient Zulimar Amilcar ; de Port au-
Prince, oh le courier voy.ig-it pour Las-
cahobas, se trouve 6vadue d&puis ddi.' quiln-
ze jours, elle .n'est pa; encore retrouvie.
Prierc aux autorit6s de m'accordcr con
course pour la fire tenir.
Lascahobas, le 4 Septembre 1907.
L'agent postal du lie : ULoSTrIINE PERALTE.


__ ___ __


- I- --a mwm


hotel l BelEeve

DEJEUNER DU 6 SEP I EMBRI
MIDI A 2 HEUR~S
Prix : G. 2.50
Beurrelde Copcnhague
Saucisson de Lyon
Morue A la creole
Gigot de prdsal-- Bretonae
Filet mignon salad
Haricots rougcs en sauce
Riz blanc la crole
Cr,2me mousseline
Fruits
Caf6
1/2 Vin



Noivelles Elrangsn

DEPICHES RnEUES CE MATIN

Les Svrtnements du Maroo
CASAIILANCA 4.- 8 soldats frang
out 616 tues et 17 blessds dans ra
ggnerment qui a eu lieu lundi 2 p.
te-ibre, aux environ du camp. PWi
les morts se trouvent le commtaaM
Provost, du ler regiment de la L6gio
Atrangere et le lieutenant indigMo
Ben-Izzas, du 2e regiment des trail-
leurs algerieus. Le nombre des.rm-
bes qui ont pris part a ce combat i
le plus important quo lesfrancais ail
encore eu devant eux. Malgr Ie k
terrible do l'artillerie et des mitraills
ses, ces fanatiques sont :constammi
revenues a I'attaque. On dit que leo
pertes ont 61 enormes.
PARIS 4.- Los nouvelles du s6riem
engagement qui s'est livr6 lundaA.
environs de Casablanca oat doo o
riusement surprise tous les franoL
Ce combat a demontrd que la site.
tion devient do plus en plus grave u
Maroc et que, quoique les troulS l
fra.:aises y soient toujours victorim
ses, la resistance acharn6e des arb
don't le nonbre no fait quos'accrtO
n6cessite l'envoi de nouveau rOe
pour pouvoir meltre fin A ces coli
sans cesse renouvelds.
CASABLANCA 3.- 6 soldats frWC
y comptis le capitaine Massna du.
d'infauterie out dte bless as daus
gagement de dimanche qui a
acharne des doux c6t6s. Le.; ar.
firent preuve d'une extreme t6iF
mnais ils furent finalemenit rep
sous les charges meurtiires et
tdes des francais.
PARIS 4.- Une reconnaisaceM
de rentrer & Casablanca aprbft
combat acharn6 avec lee Ms60ll
des tribus autour de la ville. I
saillants on nombre coni
rent des pertea dno'rmes. Do C0N
cais on signaled 8 morts dont as
mandant etun lieutenant et 17
le combat dura de 7 heuree et
du martin A 2 heures de I'
Les marocains chargbrent ea
les psaumes do Coran.
Le croiseur Jules Ferry'* "
gn4 pour partir au Mar0e o "
placera le a Conde6 '.
Le tra, sport Mytho.* p*ll.
cessammeotayant Aaen ,, Id"s
tion d'a6rotiers, an baloe
an chargemnet comapl d4
Campya et d4. WWWuN






anaohste tit des menaces au
- o-Vtotor-Emm anuel

ILdAn 3.- Le bruit court qu'un
cblrso bien connu a subitement
tra de Milan aprbs avoir announce
eilntAtion de tuer le roi Victor-Em-
ipel. La police fast des recherches
ives et on a double le nombre des
plesdans I'ontourage du roi qui as-
ade ax grades man oeuvres A Novo-
W Ex6otion
StP.rRSBOURG 3.- Les trois person-
M condamnees a mort ii y a5 jours
ar avoir organism un complot con-
js vie du Tzar oat 1et pendues au-
jsndhoi.
Le roi Oeorges do GOrce ct
C6lmenoeau Inauguration
d'ur h6pital & Cavaillon
IA roi Georges de Grace rendit vi-
te ce martin A M. Clemenceau.
MM. Doumergue, Ministre du Com-
mrc est charge de I'intdrim du Mi-
iere des Colonies pendant I'absen-
cede M. Millies Lacroix.MM.Loubet et
Thomson inaugurerent A Cavaillon le
aMvel h6pital.
Un d616gu6 rappel6
IA-HAYv 4.- Senor Jos6 Gil-Four-
el, Ministre du Vdnezuela A Berlin
Schef de la mission ve6nzuelienne A
hlaye, a recu un message d de son
eornement l'enjoingnant de quitter
conference et de se rendre a Ber-
Le Bandit
TANGER 4.- Raisouli a pris refuge
la tribu des Ben-Istians et a
aux chefs de cette tribu qu'il
t pas I'intention de marcher sur
ou T6h6ran.


LIGNE HOLLANDAISE
Le S/Se PRINTS WILLEM Ill a
attend do Petit-GoAve et de Saint-
Marc, dimanche matin,8 conrant,
partira le m6me jour pour J M mie,
Cayes, Jacmel, Curaeao, etc.
Port-au-Prince, le OSeptembre 1907.
GERLACH & 0 AGouNT.


Pie Tr antlaatiinp


Le steamer a MONTREAL est
attend dans notre port samedi 7 cou-
rant.
L'itineraire pour la c6te sera fixd
A son arrive.
L'AGENT
F. M. ALTIERI
y -
N. Cordasco
157, Grand'Rue, 157
A l'honneur d'aviser le
public qu'il vient de re-
cevoir un assortment
complete de cirages pour
chaussures jaunes, noi-
res, vernies, etc.
Vente en gros et en de-
tail.


F Prodits lieniqes pour la Toilete


_,W adoucit I'dpiderme auquel elle
L ldonne une souplesse et un ve
i E1 1 Sa loutW incomparable en lui com-
.. ;, -.l' 'rn* muniquant son ddlicieux par-
Ile conserve l'6clat et la fratlceur du teint, car elle est souveraine
e le hle, les piqures d'insectes et les eruptions de la peau.
1 .-. sans bismuth, invisible, adhe-
rente, impalpable, prdparee
t i ii i .spdcialement pour les person-
nes qui veulent avoir un teint
able ; son parfum ddlicat, son velout6 ont contribu6 A fair d'elle
rite des Poudres de Toilette.


Sle s qualit6s bienfaisantes
Pru~ticulerement recommand6
^- don't la peau est delicate.


WA base de Crrme Simon,
pr6pard selon les principles
ies plus scrupuleux de l'hygiene
possede A un certain degrd
et pr6servatrices de la Creme Simon ; il
pour la Toilette des enfants et pour les


Agence G6n6rale et D6p6t pour Haiti
.A la 1Ve'tropole
MASON JULES LAVILLE
98, Ruwe du Yagaase de MtaN


SIDNEY PARENT

73, RUE DES CiSARS, 73.

Entreprise G6ndrale de Pompes ftunbres
Location de Voltures pour Mariages et Bapt6mes, etc, etc.

Monsieur S. Paret a 'honneur d'avisor i public qu'il garde come le
passe la Direction de son Entreprise G .n6rale de Pompes fu
qui est de son initiative propre.
II promet come toujours, promptitude et rectitude A tous ceux qui vou-
dront bien s'adresser A lui pour Entreprise G4enrale de Pompes funabres,
locations de Corbillards B tous prix, locations de Chaises, voltures poor
marriages et pour baptemes, etc.
Monsieur S. Paret pour avoir un materiel plus neuf et plus riche remet
tout pur et simplement les chaises et le Corbillard qi'il exploitait de
compete A demi avec Mme Vve L4on GAbriel, dans son Eatreprise, bien en-
tendu apres rgglement de compete.
Mr S. Paret continue toujours comm.) il est dit plus haut A s'occuper d'En-
reprise Gendrale de Pompes fundbres, de location de Chaises, Corbillards, voilu-
res pour marriages et baptdmes verres, verres d champagne, couverts complete, fa-
naux, etc, etc.
Port-au-Prince, 4 Septembre 1907.
-~------ -----
Entprise Gnerale Nouvelle Boucherie
A Turgeau
DE En face de M' Emile Rouzier.
-ozxxxapes frxxxe3bre.. Les habitants de Turgeau, Bois-Ver-
na et l'eu-de-t(hose apprendront avec
Xplaisir qu'unc niouvelle Boucherie eat
installed sur la propridtd de Mme Vve
SMomplaisir PIierce, eni fco de la route
qui conduit au Bois-Verna, et B proxi-
Le public est prvenu qu'a partir mite de celle de Pen-de-Chose.
de cette date_ M_ Svdnev Paret ne


fait plus parties de 1'Entreprise des
Pompes funebres de bime Vve L.
Gabriel.
S'adresser A M"* Vve i.tONGABRIEL,
2, Avenue Magloire Ambroise ou A M.
MARCEL CLESCA, Imprimerie Amblard.
La nouvelle direction promet aux
families, comme par le pass, soin,
promptitude et correction dans le
service.
Port-au-Prince, 3 Septembre 1907.


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand stock,- pour la vented
en gros et d4tail,- de chaussures en
tous genres pour
HGommx FxxMES, ENFATrs
Les commands des commercants
de l'interieur pourront 6tre ex6cuties
dans une semaine a peu prbs.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PoRT-AU-PaIuMC ( HArT )


Edde de 1 CGh. DuDe
Avocat
A PETIT-GOAVE
LA PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUB DES MIRACLES, 80,
Se recommande pour I'ex6cution
prompted et exacte des ordonnances a
n'importe qu'elle here do jour et de
la nuit.
Drogueries, Sp6oialits phar-
maceutiquesextr6eoment fratches.
Patz ConsmCUacsux.


Maison F. BRUNES.
105 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancient member e de a SSocied Ph s-
thropique des naitrm tatille ur de Paris
Vient de recevoir un grand chois d'd-
tofles diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviotepour deuil, etc, Recomman-
de particulierement A sa clientele one
belie collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beaut&.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
coes.- Coupes Francais, Anglais st
Amdricaine de la dernire perection.
La maison confectionne ansi des Oo-
tumes militaires, habits brods
dolmans, tuniques, habits car-
r6s. etc eto, de tous grades.


Danglie Jatioee d'ul

Conformbment aux instructions do
Secretaire d'Etat des Finances et du
Commerce, la Banque Nationale d'Hal-
ti a I'honneur d'informer les intdres-
sds qu'ils peuvent, A partir de ce jour,
toucher A ses guichets, sur les em-
prunts suivants :
EMPRUNTS 0 o/o : 13* Rpertitie :
un pour cent ( 1 o/o ) int6rets do ler
Juillet au 31 Aott 1907.
EMPsuNTs 3 o/o: 130 Rdpartion : de-
mi pour cent (1/2 o/o ) iotblrtsdu ler
Juillet au 31 Aolt 1907.
Contre recu et sur presentation dee
bons.
Port-au-Prince, le Septembre 2 0.


; I I


- .- "-,,--j I


I


I


GEM
"No

Mo






Le Restaurateur de la sant6
Remede eflicace centre toutes les mala-
dies provenant de I'impuretd du sang.
La boite de 201 pilules : P. 5. 00
L'enveloppe de 30pilules : 1. 00
J'envoie gratis etfranco, sur demand
I'enveloppe-6chantillon et prospectus.
H. BONIIEUR ( Agent)
HOTRL-BELLEVUE.

Industrie
MANUFACTURItRE NATIONAL
Julien Desroohes
INDUSTRIAL
Fwco-ols, cravates, manchettes,chemise
St calfonms
Ecole du arts et mdtiers

On trouvera l'ouvrage de Monsieur
D. Vaval intitul6 cCoup d'oeuil sur I'-
tat 4conomique et financier de la Repu-
blUae d'Haftietc, chez Monsieur F.
B6lizaire, angle des rues Geffrard et Fd-
rou.
Prix G. 1.
.- -_-


I A. dle allisl et Co.
S2, Rue du Magasin de l'Elat
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravu'e
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour lea goats les plus diffici-
lea. Les parfums exquis et rare d'une
dblicatesse p6n6trante qu'elle offre A ses
clients sout de vdritables petites mer
veilles.
Les dernieres marques qui charmeni
le Tout Paris sont chez Mattais:
Son Sourire, Floramye, TrLfolia, Idd a
Cyclanmen, Vwiiz, etc.
La mason a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, montrea or et argent, pendu-
les garanties.
Spicialits: bagues francaises on bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
i8 K anglaises et francaises vur com-
mando. Service d'argenterie complete
pour marriages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sout garantis.
Achat do diamants, pierres prdcieu-
as et ville bijouterie a des prnx avan-
teuax. Dernier cri: Lunettes jaunes.
Centre remise de Deux dollars en
tUmbre-poste d'Halti, la Maison Mat-
Idae *Sve (frene de port sous pli recom-
u f dans touted les villas de la Rde-u
I Lsettes on Lorgoonsa n nicely
aoxydables, selon los prescriptions des
Dos.r eon instructions des achetoura.

Pharmacie F. Brpno
17-419 R s waur. n r mROU.
Sptfialit6s F. Bruno :
Pmsdr pwibasstecontre d6mangeaison
prerigo, sueur des ieds- La bolte P. i
irhp uotia 1,a i. remide efficace
er i... mo- d'athme et las toux
4eatgs le taon ; P : 1. 50.

M d A & 9 booures du as
M^W TsU"0


Tire Z phi e
Fabricant de chaussures on tona
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPICIALITI :
PANTOUFLES MULES

VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co
VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res

K OLA
kin gston
MACNISH'S a IRONBREW
A Vendre
Chez CATINAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
62, Rue das Fronts-Forts


F'ra nclxhement

A L'tLEGANCE
1). FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulierement de ses nombreux cli-
ents de la C6te et de la Capitale, que
I'6tablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour hommnes.
temmes et enfants, en tous genres.
et que, ialgr6 l'offre de cinq pour ceul
sur I'achat en gros (50/0) fault un ra-
bats exceptionnel sur les prix.
L'etablissement se charge de fire
preudre des measures A domicile.
To jours : Soin, exactitude, ponctualit
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINC'. (HAITI)

Dr RAMPY
PHARMACIE ST. NICHEL
Avenue John-Brown (Lalue).
CONSULTATIONS TOUS LES JOURS
De 2 A 4 UHEURES.

On Demande
3A acheter des timbres us6sd'Halti, bien
assortis, par cent ou par mill. Condi-
tions tr6s avantageuses.
S'adresser au bureau du journal.

ESANOF]LE
D'une efflcacit6 incontestable con-
tre la flbvre.
5.000 flacons djd .puis I
Stock renouvel6 par le dernier hol-
landais.
PHARMACIE NoTRb-DUz.

On trouvera:
Le novel ouvrage du G'. F. D.
LImTarn: ilHomMi l MtMoN et 6l
Siemoe, I la Pbaracie Roberts, obe
Vemsa et 0 jannia.
dx: 4 ourd1.


LA REVUE
( ACIXNNE RzVUB DE8 Rwszv )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS :
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Haiti. ,.. 28 francs, 16 francs.
Lea abonnements sont recus dans
les bureau du a Matin a soul agent
pour la R6publique d'Halti.

Bouquets, Fleurs,
A vendrechezMmeL. JEAN-PHIL1PPE
PEU-DE-CHOSE


A Vendre.
Chez Mile Lonide Solages.-. .22
des Fronts-forts, 22.
Chapeaux de Panama pIur hoea
a tous prix.

RHUM-SYLVAIN
Produit de Ur Ute St. Micel (Am J
Vieillissement natural jusqu'a t
et 15 ans.
PmRI TRts MOD*ais
Verite en gros et en d6tal.
Maison M. Sylvaki
43, RM des fron-Forg.


GRANDE TOMBOLA D'fTE


TIRAGE: Dimanche, 15


September 1907


A 5 HEURES DE L'APRES-MIDI, A L'HOTEL DE PETION-VILLm.

Liquidation d'articles varies et de haute nouveaut6 :
En 45 lots r6partis sur 300 billets

Les 42 premiers lots consistent:


De I 0 : on 6 Sttreo -Lynx, sdtreoscopes d'une valeur chacun de 2dol.
lars, avcc cares postales illustr6es.
De 10 a 33 : en 24 Eventails-Z 'phyr. Ventilateurs autom6caniques il
slices d'une valeur chacun de 3 dollars.
De 34 a 42 : en 9 Electro-Allumnoirs.- Allumoirs dlectriques d'appt.
ment s'allumant electriquement par la pression d'un bouton, d'une vall
chacun de 4 dollars.
Le 43* lot est une hlmpe-suspension de luxe, a deux foyers, & gAahl
et manchon incandescent, d'uie valeurde 14 dollars.
Le 44' lot est un gramophone A double usage ( disques et cylindrit
routes dimensions existantes) avec 0 cylindres et 6 disques ; d une nda
total de 40 dollars.
Le 45* lot est un gramophone A disques, haul module, avec 12 disql
d'une valeur total de 70 dollars.
La repartition des lots so fera en conmmnenant par les lots tinrieur, i
jusqu'au 42* lot inclusivement ; il y aura un lot par 6 bulletins. .
Les 3 derniers lots superieurs serout repartis a raison d'un lot par M
bulletins sur les 48 bulletins restants.
Aprbs le tirage, ii y aura des projections cindmatographiques.
Prix du Billet: CINQ GOURDES,
En vente a l'Imprimerie C. Magloire, A I'H6tel Bellevue et au Grand-UI
de POtion-Ville.
^ -'-


Imp. C


MAGLOIRE


45, RUE Roux, 45
TELEPHONE. 1s

Journaux, brochures, billets


marriage, cartes de


fianvaii


programmes, affiches, et 4

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et car

de visit d la minute.

Pmix DE CONscIeNC


~'~C' -I