<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00128
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 3, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00128

Full Text

MARDI, 3 SEPTEMBRE 1907.


J


QUOTIDIEN


ABOINNEMENTS

PAR 3OIS Une Gourde D'AVANCE

D6PARTnKMNTS & TRANGIR :


mi. do posted esn sus.


DIRECTEURt:

CleDAmeNt lA vlagloSTOi

R~DAGTiO~N-ADMINLS'TRAT1ON


45, RUE ROUX, 45.


LE NUMIRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent do ter. et duo i de chaque
mois et sont payables d'avance
Lea manuscrits ins6rbe on non oa soot u retal.


Pour tout e qui concern Ad nstraton du Journal, dresser A Monsieur
Pour tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser ~ Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.


Nons avons essay de bien 6tablir
riutrejour que la population haitien-
Me, Ane considerer que la proportion
de personnel qui savent lire, est en-
re profond6ment entendbr6e dans
rinorance. Un do mes lecteurs a
bin voulu me fire part de son appro-
bhtiooa i 1'gard do l'article en ques-
ten n renforeant ma manidre de voir
de observation suivante. En tenant
compete de la density de la pop'ila-
ion d'Halti, ii y a, au point de vue in-
btlctael, recul plut6t que progress,
Ia progression numbrique des gens
qui savent lire n'ayant pas suivi cell
de la population.
Jecrois, pour ma part, l'observa-
tion trbs-juste et il y aurait inttret A
Toir produire, par ceux qui ne la par-
tigeraient pas, les faits impliquant
contradiction.
Es attendant, it serait bon de con-
*idrr sous une nouvelle face la ques-
to .intellectuolle et d'txaminer un
Ii matiere couranto qui alimente
prit de ceux qui lisent.
li bien, le lecteur haitien n'est
ent pas expose des indi-
,au point de vue de I'aliiniti-
instructive, et je demenre v6:i-
tstupefait d'avoir In sous la
d'un june publicist que nous
I l'universalite ., en preten-
tre la fois a financier, econo-
diplomate, litterateur, histo-
*le qui me parattrait plutbt de-
un bien qu'un mal.
ldversaires de l'universalisa-
connaissances poussent,
sans s'en douter, au m6pris
speciales, et je ne vois
pquel profit common pout re-
d'an system d'apres lequel
d'histoire, pour prendre on
Sne devrait etre gotd6e que
EC qui so destinent 6 la scien-
ique, un article dconomique
ucet qui visent A devenir co-
t les debats de la confe-
Iiternationale de la Have ou en-
E discussious autour de la doc-
m4 oaroe on de cell de Drago,
Ia rofesionnels do la
tw~njoual'e.


Les 6ducateurs serieux savent, au
contraire, quel pli deprossif la specia-
lisatlon syst6matiquo laisse dans le
cerveau et quel particulier tour d'es-
prit en result. Bien savoir une cho-
se n'excuse pas d'8tre ignorant sur le
rest.
C'est l'dvidence de cos v6ritds qui
a cr66 le remarquable mouvement de
vulgarisation et de popularisation des
conuaiosances scientifiques : nous ~a-
vons bien que I'Astronomie populaire
de Flammarioa n'a pas 6di6 crit pour le
PMre Schdrer ni pour la FrirrConstan-
tin, mais bi'n pour ceux qui enten.-
dent acqe1t'1ir des notions pr6cises
d'astronomi,, sans pr6tendro pour
cela devenir astronomers.
Pourquoi done. apris cela, notro
esprit devrait-il s'accoutumer a n'ap-
profondir qu'un ordre de connai- -
sances exclusif ? Ce n'est pas nous
que l'on trouvera jamais proposes a
la defense d'un pared system, alors
qne, A ce loint de vue et en. thbsoi
g6nedalo no'is sommes plul6t parti-
sans de l'dcaclue que de la profondear.
J'ai biena: lit t thbse I9g rale etjet
nle consi.';.c pas lo cas particuaicr oiu
des pr'ocwcupations professionnelles
peuvent intcrvenir dans la question.
*5
Ceci dit, il faut reconnaltre quo le
lecteur haition n'est gutre prrte vers
les lectures tiles ct qu'il est avant
tout et surtout u" lecteur de faits di-
vers. II est poortant aussi utile d'aug-
mentor sos connaissances que de se
renseigner.
Suivant on tous points lo systlme
que nous combattons, ce lecteur lais-
so aux historians le soin de lire les
articles qui pr6sentont un iontret his-
torique, aux diplomats celui d s in-
t6resser aux questionsinternation ales,
aux financiers et aux 6conomistcs ce-
lui de comprendre lee mcrits do cet
ordre. Et come il y a mons d'histo-
riens, moins de diplomats, moins de
financiers et d'60onomistes, et meme
moans de tout cela r6uni, quo de ens
qui noe ont rien de cela et qut se
oontentont d'avoir une occupation


quelconque pour leur assurer le pain
(quotidien, il arrive que la lecture de
I un quelconque do ces ordres d'arli-
cles est deserthe par la grande masse
des lecteurs.
Le malheur pourtant n'est pas enco-
re en ce quo ces lectures soient dd-
laisses, il est surtout dans ce plino-
mene deprimant que le lecteur haitien
se desinteresse de tout ce qui pout
contribuer a son el6vation intellec-
tuelle et morale.
*
Nous sommes arrives a un point de
ceLto question ot nous pouvons done
dire hardiment que notre socie6t no
progress ni no so s',lve parce que
dans son sein, il exist trop d'igno-
rants, c'est-&-dire de gens no sachant
pas lire ni dcrire ;
Le nombre restreint de ceux qui
lisent no lisent pas pour s'instruire et
se laissent ainsi en imposer par les
fats et les exploitants professionnels.
L'unique rembde a un pareil 6tat de
choses est lo suivant: le d6veloppe-
ment du temperament particulariste
qui, en obligeant I'individu a ne comp-
ter quo str soi, aura pour effet de I'as-
treindre a travailler a I'accroissement
de sa va'!eir individuelle, de facon a
demander a sa superiority personnelle
lo secret de distance ceux que la ri-
valiti et la concurrence d3 plus en
plus Apres jettent sur son passage et
et au travers de sa route.
a Nul n'estcens6 ignore la loi s, s'*-
crie A son tour assez emphatiquernent
la Cons'itution.s Or, les lois sont com-
plexes et les lgistes eux-memes pren-
nent un plaisir int6ress4e augmenter
leur inextricabilitd. C'est la seule fa-
Con, dtant donn4 le caractbre p6remp-
toire do la prescription constitution-
nelle, d'expliquer comment, dans one
soci6tW sataree d'avocats, tant de
gens se trouvent ( ignorer la loi.*
II fut un t3mps ou, en France, les
questions financieres 4taient monopo-
lisdes par ceux qui 4taient qualifies
pour traitor los affaires d'Etat Plus
rtcemment, it en atait ainsi des ques-
tions internationales et les affaires
les plus importantes so contractaient
sans aucun souci de la ratification pu-
bli uen
Ge qui fait qu'il en est aujoard'hui


autrement n'est pas tant le progres in-
tellectuel que le sentiment v6rifl6 quo
ces sorteR d'affaires regardent tout le
rnonde. Ceux qui ne veulent pas que
ces affaires les regardent, ou qui ne
veulent pas regarder ces affaires,- ce
qui revient au m me -, vont incons-
ciement mgrossir le chiffre des igno-
rants et, par consequent, fortilient le
pouvoir des exploitants: I'accroisse-
ment entire ces deux terms est so-
lidaire.
La vulgarisation et I'observance des
regles de I'hygienerestreignent I'action
et le pouvoir des mddecinsetdes phar-
maciens qui, some toute et on g6-
ndral, vivent de notre impr6voyance.
II nous est tout aussi facile d 'viter
I'avocat en r6glant nos affaires avec
probity et ponctualite.





Les Industries
Les industries d'Haiti sont principale-
nmcnt agricoles. Le cafe, qui y est cultiv6
ctant de quality excellent, mais le droit
d exportation est considerable et empeche
sa culture sur une grande echelle. La col-
ture du cacao et du coton angmente cons-
tamment et on imported des Etats-Unis des
machines pour egrener et presser lecoton.
La production du sucre a augment pea A
peu et on produit une quality moyenne de
cassonnade pour la consommation natio-
nale qui se vend environ 8 cents. Ia livre.
II est quelquefois difficile de fire face a la
demand de ce produit et il n' a pas enco-
re de raffinerie pour les qualites sup6rienres
de sucre blanc. Il y a quatre tablissements
pour fabriquer le sucre et totes les machi.
nes don't on se ser soot d'origine nord'
ambricaine. On a commence A cultiver la
pite ( agave americain ) on chanvre et on
y aassez bien ru6ssi. La culture do tabac
augment 6galement. On exploit avec
profit one fabrique de cigares et ciare
et on fabrique du savonet des Lwis
ainsi que des allumettes. On distile le
rhum et autres spiritoeox, mais on a'ec
expone pas.
Leressoarces do ays sot conuidd
bles, maisiusqu'ici ells sot resnds ina-
plottis. on trove en masndes susum.
us poor l'Ioi m- I'r, I'laim, to


POUR CEUX QUI LISENT


_ -- -- T= ---


-I


--


I -- -


I


iI a ANEnE, No 129


PORT-AU-PRINCE (RAI~i)


c






S


cuivre, le fer, I'antimoine, l'6tain, le sou-
fre, le carbon, le kaolin, le nickel, Ie gyp-
se, a pierre a chaux et le porphyre, et on
a fait quelques effortsjpour exploiter les gise-
sements cuprifcres tandis que des conces-
sions ont it6 accordces pour l'exploitation
des gisements de carbon, de fer et de
manganese.
11 y a d'immenses forts qui ne sont pas
exloit6es, mais avec Ic prolongement des
chemifts de fer, ces districts seront ouverts
a l'cxploitation.
(DMonthly 'Bulletin)
REN SEIGNEMENI TS
MET O ROLOGIQUES
O bser vatoire
S IN E COLLDUGE St- TRIAL
StMINAI. E COLLEGE St-M ARTIAL


LU'NDI 2 SEP]IEMBRE
RBro.nmtre I midi
r tu minimum
Terprature~maximum
Moyenne diurne de la temperature


761,3
21 2
34,0
26,2


Le ciel a ett covert dans l'aprns-midi,
les strato-cumulus viennent de N W.
Pluie A 6 h to m donnant 13.8 milli-
metres.-


Le barometre est stationnaire.
Position de la Comtte
Asension droite 8 h 40 m
D&clinaison 13o 25'
Elle se lMve A 4 h 25 m et ces
visible A I'ceil nu 5 h 20 m.
J. SCHERER


sse d'41tre


Fermeture de la malle
Les doepches pour Inague, New-York et
l'Europe par le sis a GRAECIA a seront fer-
mres remain 4 du courant A 4 heures pre-
cises du soir.
Port-au-Prince 3 Septembre 190o7
Consulat de Danemark
Le consulate deDanemark i Port-au-
Prince rappelle A tous les inttressds
que les Danois, domicili6s le 7 avril
1903, et apres, hours de Danemak de-
puis 10 ans, s'exposeront a perdre
leur indig6:iat danois A moins de fai-
re, conform6ment aux rgles de l'ar-
ticle 7 de la loi du 19 mars 1898, une
declaration de vouloir se reserver
l'indigenat.
Port-au-Prince, le 2 Septembre 1907.
EDM. MIOT,
Consul de Danemark.
Le Paup6risme en Francs
et en Angleterre
Un de nos plus savants statisticiens, M.
A. de Foville, a fait une etude co:nparee
du pau erisme en France ct en Ang'eterre,
et les r sultats de cette 6tude ne sont gu&re
favorables a notre pays.
En g90o, ii existait chez nous 16 o.to
bureau de bienfaisance, ayant secouru i
million 384.ooo indigents, ce qui donne
an taux du paup6risme offtciel ressortissant
S4,1 o/o. Encore faut-il noter que la moi-
til de nos communes sont d~pourvaes de
bureau de bienfaisances. La fortune per-
sonnelle des bureau existants est de 446
millions, presque n demi-milliard.
Ea Agleterre, le taux du paupdrisme,
qui teitA 4,60o/o en x86x, est tombi
rg vreivement i 2,19 en I9go. Il s'est
g armnt relcv depuis; mais, en 9o05,
i.n'dait encore que e 2,44 o/o.
A Londres, le taux ne dpasse pas 2,76.
On voit combien est exag6r6e 'opinion
oomarte, qui cite volontiers cete ville
comment clU o eI paep6risme 6rvit a Il'tat
Spl Saiga.


M. Edmond Rostand
M Ed'nond Rostand, I'autcur de a Cy-
rano de Bergerac a, souffre d'une affection
cedrbra!e qui l'empcchera probablement de
jamaistrmniner aChanteclair*, la piece A la-
quelle il travaille depuis cinq ans, II l'a ecrite
plusieurs fois, inais il l'a toujours dechi-
rce en s'ca d6clarant m6content.
Cc flit se produisit une fois pendant
une visit de M. Coquclin a Cambo, ou
sc trouve la superb. r6sid-lce du poete. M.
Rosutad avait In sa pi ce le erand coma-
dicn enthousiasm4 l'avait declard parfaite.
II itait dbji convenu entire eux deux que
M. Coquclin l'einporerait le lendemain
I Paris, rmais quand ce dernier se prisenta
ve lendemain matin, M. Rostand lui dit
-ivec le plus grand came que certe piece
atait indigne de lui et qu'il l'avail dIrruine
et il en montra les fragments au c6llb':c
interprete de Cyrano.
Cette mcme scene vient de se reproduire
il y a quelcs jours. Les amis du podte
en sont confondus.
II semble que M. Rostand souffrc d'une
monomanie don't les sympto.ncs commen-
cerent A se manifester pcu apres i'achcve-
inent de < Cyrano de Bergerac. *


n uvelles Etrangers
'S e 'dfbllU Jjl~ybl


DEP&ciCES ~'i ES C;


MARTIN


Tanger degarnie de troupes. Les
Mizionaaires americains.
TANGER 33). Lse tronpes appel6es
tIar t. l s:ult; ont quitt( Ting-r co ma-
tin ; ccle vitle e.t mainitinant totalc-
rnout dt'ir;uio do troupes. Tous les
resident, europeens do Fez, a l'cx e>e
tion d.,s minisionnaires am4ricains,
oont 'trriv5s aujourd'hui ici, viA Lara-
cie ; il.s o:w! et reCus par le Corps
Itiplomatique rduni an grand complete.
Mfalgr6 Ics averlissements du Ministre
les Etats-Unis, M. R. Guminere, les
muissionnaires amrricains ont refuse
do quitter Fez. Oa craint que cette
resolution leur soit funeste.
La France lera payer au Maroc les
frais de ses operations
PARIS 30. La nouvelle disant que
ia France entend faire payer an Ma-
roc les frais de son action n;vale et
miliaire paralt exacte ; ces dtpenses
augmentent dans les mmeos propor-
tions que l'activit6 du gouvernemen t
et on croit savoir que l'Allemagne,
l'Angleterre et les autres puissances
europdnni s apnrouvent euitierement
Faltitude de la France.
Visite officielle
Le Prcsitdeiit Fall.iv es et M. l'ihon,
Ministry des Affaires etrangeres, fe-
ront une visit dans les Etats Scandi-
naves au printemps prochain.
Alphonso XIII arsiste aux r6gates
BILEAO 30.-- Le roi Alphonse est ve-
nu ici aujourd'hui pour assister aux
rigates. Les yachts americains qui
viennent de participer aux rtgates de
Kiel prendront part & la course pour
la coupe du roi.
Chemina1 de fer a travers lesPyrenndes
St-StBASTIEN 30.- Le roi Alphonse
a sign un decret autorisant la cons-
truction d une ligoe de chemin de for
A travers lea Pyrenn6es.
Le V6suve gzonde
NAPLu 0.- Das grondemants son-
terrains so font enten re dan la direc-
tion di Vdesve. L'inqui6tude rtgne


parmi les habitats des villages envi-
ronnants.
Terrorist et detective. Execution
LoDz 31.- Iier au soir un terrorik-
te tua un dctlct ivo ot un soldat. Un
agent de ville tira sur le terrorist,
mais le manqua biessant quatrc piS-
tons.
VARSOVIE 31.- 5 terrorists ont t16
executes cette semaiiei dans la cita-
delle.
La situation au Maroo de-
vieat alarmante
PARIs 31. -- Une d pcho de Tangor
au a Matin annonco ,\et IIl situation
au Maroc dovient de plus en plus alar-
mante. On rencontre nombre d'assaFs-
sins la'i, li vi'le ,o t les alentourix. Un
colrri' r d(i Ft,. dit que l.s- reAF.1!
,. a .,q'A mris en tl6'Ioouto l .s
troupes o.;. 1- commnandement du
Caid Aid-10-:!-Kider. 4
Le MyLtho part pour 1e Maroo
ToULro ';l.-- l.e transport ,MNlyltho
ayant i bord des ballons et du mate-
riel pour le .rvice des ambula ces
est parti aujo-::rd'hui pour le Maroc.
Disporition d'un Microphone
(:HERIOURG 31.- La ddcouv .ite fai-
to dais cetll, villa q(1e le microphone
sDpcial dev:ait averiir de l'approche
d'une flotte ennemie a disparu do son
amarre. a produit une sensation pro-
fonde. Tout indique que cet appareil
a 6t6 vole par un navire stranger.

AMERICAN CONSULATE.

In accord with a law passed
by the last American Congress,
it is required that all american
citizens register at the Ame-
rican Consulates every year.
Notice is hereby given that all
American citizens in this Con-
sular District shall appear at
this Consulate for registration
between the hours of 10 and II
A. M. on each office day, until
the 15th. of September 1907.
John B. TERRES
American Consul.
Port-au-Prince, September i, 907


(.Aotel Belle ,
-- .*

DtJEUNER DU 3 SEP'iEMBRE
Micl IA 2 HEUKES
Prix : G. 2.50
Salade de bwouf tomato
Court bouillon de poisson
Lard fran;ais au chou
Filet mignon aux pommes
Haricots rouges au lard
Riz blanc au gras
Gateau de riz
Fruits
Cafe
1/2 Vin

La derniere Etape
On trouvera h brochure de Filix Viard
Hommage t Oswuld Durand, Chez Madame
vv Emmanuel Mont-Rosier.
Rue du Centre, No 107
Pris : P. .7$


CAUSERIE
DU

DOCTEIUR


LE DEMON

Lorsqu'on adoub'! leslongsbancs dercit
sitristmnentc Lt&6 -1ur lesquels gitl cI
cadavre brun du -Toussaint LouovniC
si l'on se dirige vers le sud-est, on
bit n:6t l bleu fond-blanc dcla pasw
si blku qu cn dirait vraiment unpeudek-
ciel liqufi6 ct, tncadrant la pane, i
monstrleuses crLtes de rochers menemg
qui seniblent les 6normes boonar
rntts. s d'un nc pl.nsmne giant. QOue
nm.les ct voici l fo;t Laboue. Encoe
chemin ct I'on va s'cn-loutissant dans
vertre immense d'un C qui me hit reo
ger 5 la grande courbure de l'estomac. (S
,st A la baie de Manccnille.
En dc;A de Esiero balo, sur le
pr.sque dtscrt don't I'aspect invite A pw
ber aux jours loitintains des premiers
cst un ajoupa qui abrite un home Il
barbe poivre et scl. Si I'on regarded de
cetic case, 5 cu 6 4 remingtons >apr
dans un coin font comprendre que ceta
me et le chef d'un poste milit~.
Plus loin on voit se dresser une pi
blanche cn forme de pyramid d'4Ep1
mais haute de i metre I/2 seulement., p
tant sur I'une de ses faces, l'inscdpui
R. H. 9o. .
En face cl g..uche on voit une autrepl
blanche parcille a la premiere : c'est h .
ne Dominicaine. Entre ces deux boc
une riviere s'cpuise lentement ot
les requins familiques, braquant l'hI
leur ennemi de tous les temps, n'rou
peur de venirse frapper le nez jusquam
rive. A qaelques pas et a droite s ar
vestiges dun vicux fort, put-6tre irl
cu par l'ennemi, mais arcele pt r
Temps cet eternel vainqueur e, e
Ion voit une pitce de canon et des boA
rouill6s, t6moignages d'effroyables tins
Plus avant dans les terres, soUw
grands arbres aux jambes nues, i h di
chevelue incline tristement ct
mant d6me, voici de vast terriers
de sombres rochers et don't les ttro
blant dru le sol, donnent I'aspect d'i
ses itamines. L'ombre y est froide t,
mide. Ce soot des terriers de crab a,
rebondssant, aux yeux en batonou
bonche barbue,- pareil
Au noir serpent glismant, furtif, s lber
Renftant le ciel pMle et la rive ddserte.
Un course d'eau lent coule entire
Il.S crises come une immense
la circulation s'alentit. C'est ra riviW
sacre av c ses hideux caimans au
nel6, s'exhibant A mi-corps i leI
r.oire et qui dit la 16gende un
front wollir en leur trou avant de wt.
gcr. Puis de ci, de 11, jusqu'a2u
d <- Maribaroux, a ce sont des
au fond vaseux oh plongent des
crochues, limoneuseset o I 'oes
nonchalamment, alourdie.
On se sentirait bien seal en WS
rcsscmble au royaume de I'Omnbi
Silence si on tairt contraint d'
concert discordant de d'or chet
que ou les moustiques red
tous les tons, en re, en mi
aux malheureux mortels qui as
pas voices cependant les
les de leur grand'maman,
l'on rdcalcitre innocent -
bruyant Redde Cesari... aet l
justice. Alors c'et une naC d q
s'abat turbulmnt et soom.C


_ ____ ___Now._






_a d'insectes aspira,'it votre sang pour
ei 'bheure en arrondir et colorer leur
.uen. Apres ca, ils s'en iront repus
t- de petits ballots roses, vous lais-
s Ih6te chagrin de la vermine de La-
Svos vous croyez quite. Attendez
o an peu.- Voici venir la rescousse
iht ide asie des bambaras et des congos
ces; ce sont d'Cnormes fans pomn-
Saspirantcs animees qui vont pneu-
istr leur appareil et pompcr. pomper
Mtes vos humeurs, Quand ils s'd6cvero!nt
w is grands arbres mornes, ils vous lais-
gent avec, sur I'endos de votre main,
&poites tumeurs sanguines, de large
~tfows et sans doute, din; le sang, le
bcheox heimatozoaire pourquoi ps ?....
**
*
O I voyageuri que la tenp'e assaille,
jlais co:rul L Uiysse, le fitrl trident
s fait un mauvais sort, si le radcau pas-
lque devient votre vaisseau vient 4chouer
Scette plage ou vous vcrrez ces antres
6ibreuses, et la riviere Mass!cre qui,
iaement devant vous finit sa carrier,
a k fort delabr-, et le sombre ajupa qui
pdekls a remingtons a, ne plantez pas 1\
e etenie, car, au fond de ces antres le
MIon de Liveran veille. Comme Neptu-
il brandit une arme A trols branches
h 'une vous fera frissonner jusqu'aux
lkdeuxieme vous embras era et la troi-
Svous fera ruisseler de sueurs.
ih lance du paludisme don't le coup
la fievre et anbantit 1'organisme.
Docteur C. PEARSON.


reprise Sellerale
DE
Po0pes fuxxxbrse


wm


I public est pr6venu qu'A partir
Mette date, M. Sydney Paret n'a
I direction de 1'Entreprise des
pes funebres.
Iiresser AMmeVve LIONGABRIEL,
Avenue Magloire Ambroise on A M.
CLESCA, Imprimerie Amblard.
aOuvelle direction promet aux
come par le passe, soin,
de et correction dans le

so-Prince, 3 Septemnbre 1907.


I 'Ange Ga~dien,
PrlE DU RgSERVOIR, 98.

tit d'artictes franeais fral-
e !Scus:
S PAILLIC.- CHAPEAUX GAR-
zoyuwIMS-. PAIR D'AILEs.
fS D'AUTRUCIIB. -.PANACHES.
JW CHAUSawras DNTauxus
NO GRNDEUR..
rDi SIMILI SOIE
IA bon rnamh6.
TA DEU.IL & DEE -DEUIL
D'ORCLjM..- SAUTOML.B--
1U PRAcAI~. ETANI-
~~ D&@MAL mShIa.
u~omU r.mm,410 r


AGENCE GEN ERILE ET DEPOT
PQU':' LA "

4pLubli cxxe cI'dI-Heiti
DES PYODUITS HYGIE.r IQUES SI CO N NU S
ET D'UNE RENOMGIIl;I.: UNIVERSELLE.


-3

0


I ~ s? *'
p. ir'
-' -- .


%0




.7


93, 1 IU I:2 DTU MAGASIN DE i 'ETAT, 93.
La Maison excuse touts les Commnicdes (,** !'o; pour la province
aux meilleures condition du tarif de la mai-on SIMO)N.
Elle trailer de grd6 gr6 pour touts l.-s Co:nmanileo.s ir important qui scront
expediees directement de Paris au Lport do ddbarquement franco de
tous frais et Commissions.
------ -- -.' _-.:.--_ _:- ._ =. -=.


Cie. G Transalantlique

Le steamer MONTREAL est
attend dans notre port samedi 7 cou-
rant.
L'itindraire pour la c6te sera fixd
A son arrivee.
L'AGENT
F. M. ALTIERI

-ya x-r c cIxI e -..

A LLteCAIrCE

Fabricant ^e chaussures,


Porte A la connaissance da public
particulircmcant de ses nombrcux cl'i
eats de la t.ote et de la Capitale, quc
I'6tablisseincnt a un stock incalcula-
ble de chaussures poor hommit n
lormem m e enfnts, en tous genres,
at quoae, malgr6 l'offre de cimq pour ceul
sur l'achat en gros (5 0/1 ) fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'&tablissement se charge d. faire
pedre des measures A domicile.
: Soi exactiude, ponctuaLit
4$, Rue des Fronts-Forts, 42.
POrI-AU-PaPRNC (HIArr)


Nouvelle Boucherie
A Turgeau
As face de MA Emile Rouier.
Les habitants de T.irgau. Bois-Ver-
na et Peu-de-Chose apprendront avec
1laisir qu'une nouvelle Boucherie est
nstallae sur la proprietO de Mme Vve
Momplaisir Pierre. en face de la route
qui conduit an Bois-Verna, et & proxl-
mitW de cello de Peudo-Chose.


I


Maison F. BRUNES.
1;3 GIRANT)RUE 195


Dirigdo par

L. IIODELIN
Ancien membre de la SoeieM Ptilan-
thropique dea mnares tailteurs de Paris
Vic-tt de iet~oir un grand choix d'd-
tollt-s diagonale, ,-asirnirapac:, chevio-
te, .hc-cviote pour et.uil, etc, Recomman-
Ie pattictuliremnat A -3 4 clientele une
iele collection de coupes de casimnir,
de g[!cts do fantaisie et de piqu, de
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
ces.-- Coupes Francaise, Anglaisa el
Americaine de la dernirre perfection.
La maisqp confcctionne aussi des Cos-
tumres inilitaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, de tous grades.


Dr RAMPY
PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Latue).
CONSULTATIONS TOUS L a JOURS
Dz 2 A 4 UZURLs.

On Demande
A acheter an jen de harnas en boon
btat.
S'adresser aux bureau do Mhlim.
L \' PHARMACIES
Emnmauuel Alexandre
88, Rui Des MIRACLES, 8o,
So rccomnnande pour I'ex4cution
pronpiP et pxacle des ordonnances i
inimpocte qu'ell? heure du jour et de
la nuit.
Drogueries Sp6cialites phar-
maceutiquesextrOmement frlcbhes.
PRaI CoscraXcrnux.


VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co

VIN DE MARSEILLE


Marque Artaud


Fr6res


7 OLA,
It DE
\ lngaton
MACNISH'S a InONBREW s
A Vendre
Chez CATINAT FOUCHARD
85', 89, Rue du Centre
62, Rue d..s Fronts-Forts

ESANOFELE
D'tu flicaicit' incontestable con-
tre la fi vre.
5.000 flacons d'jd dpuisx !
Stock rpno!ivel6 par le dernier hol-
landais.
PHARMACIl NOTRE-DaME.

On Demand
jA acheter des timbres usks d'Halti, bien
assortis, ,pir cent on par mille. Condi-
tions tris avant:igeuses.
S'h;,resser at bureau du journal.

Voulez-vous de.-; souliors 6legants,
solides, fabriqu<'s avec toutes les re-
gles'de !'arl '
Allez chez
Alphonse di Guglielmo
167, GRAND'RUE, 167.
Le cordonnier du high life,
Le Roi de la Chaussure, don't les
travaux apprbcids sont simplement
des merveilles.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand stock,- pour la vented
on gros "L d*tail,---- de chaussures en
tous genres pour
iHOMMES, FErMMS, ENPANrs
Les commands des commercauts
de I'int6rieur pourront 6tre ex6cuthe
dans one semaine A pen pr6s.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PoRT-Au-PREaNC ( uAmr )


Langue Anglaise
Monsieur J. J. DESCE.
Le professeur d'Anglais si bien con-
nu et si justement apprdci6 du public,
avise ses 16eves, sea amis et tons emtu
qui voudront bhndficicr de ses excellen-
tes lemons, qu'il se trouve aa No 97,
Rue de la Rdvolution, dite de rvnter.
recent, o6 I'on peat se renaeigner sur
tout ce qui concern sa profeseon : L.
cons d'anglais, de franclis et d'espa-
gnol.
Par un procedd des plans pratiqies,
le professeur met ss lb'-, em pea de
temps, sur on tr6s bon pid. Se prix,
tr6s raisonnables, soot i la port de
touted lts bourss.






Le Restaurateur de la sant6
Hemede ellicace coutre toutes les mala-
dies provenant de 1'impuretd du sang.
La boite de 201 pilules : P. 5. 00
Lenveloppe de 30pilules : 1. 00
J'envoie gratis etfranco, sur demand
l'cnveloppe-6chantillon et prospectus.
H. BONIlEUR ( Agent)
IlOTIL-BELLEVUB .


Industrie
MANUFACTURIPRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cots, cravates, manchettes, chemises
et caleons
Ecole ds arts et mdtiers

On trouvera l'ouvrage de Monsieur
D. Vaval intitul6 Coup d'ouil sur I'd-
tat dconomique et financier de la Rdpu
blique d'Haitietc, chez Monsieur F.
Blizaire, angle des rues Geffrard et F&-
rou.
Prix G. 1


A. de all__ i s t Co.
h. .Mtter, el


32, Rue du Magasin
Maihon fondue en


de rEtat
1888.


Bijouterie, Orfevrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour les gofits les plus diftici-
les. Les parfums exquis et rare d'une
delicatesse p6n6trante qu'elle offre A see
clients south de v6ritables petites roer
veilles.
Los Ile'niires m.arrque i qui charmot l
le Tout Paris sout c!ez MAttois :
Son Sourire, Floramye, Tr~dfo, d1M&
Cyclamen, Vivitz, etc.
La mason a toujours un grand as
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries
lunettes, montres or et argent, pendu-
les.garanties.
Sp eialits: bagues ft ancaises en br il-
lants a partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et franpaises sur com-
mande, Service d'argenterie complete
1*our marriages.
Tousles articles vendus par la mal-
son sent gailantis.
Achat de diamants, pierres pr ieu-
ses et vicille bijouterie des prix avan-
tageux. Dernier cri : Lunettes jaunes.
Contre premise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
tdts envoie franc de port sous pli recom-
mandd dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou Lorgoons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions des
Docteurs ou instructions des achetaars.


LA
Meilleure Fai


rine
du Monde


C ell qui done l IsI an dikM
pfoduit I*pus do pain.
pui ds ier Is pain tL plus blanc
is Plus leftso,
Cost I la Ful p' etd
ow %--- ED- Vkma~lor NH@ Cog-
mir1urywr1~s4
Ulmampo-aC Mine.-1-c


la
i-o


TierC Zeplir Bell
Fabricant de chaussures en tous
genres. Pour Homines, Femmes et en-
(ants.
Place de la Croix-der-Bossales.
SPICIALITt:
PANTOUFLES MULES
I U


LA NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

L'IIAITIENNE


Une bonne machine A cou,!re A
urix bon march.


un


LA REVUE
( ANCIvNNs REVUZ DE8S REVUES )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Haiti. ,.. 28 francs, 16 francs.


Les abonnements sont recus
les bureaux du a Matin a seul
pour la R6publique d'Halti.


dana
agent



Bouquets, Fleurs,
A vendre chez MmeVve A.MARTIN
BoIs-VIMan


A Vendre.
Chez Mile Lo nide Sohlg...-
des Fronts-forts, 2.
Chapeaux de Panama p u,
i tous prix.

RHUM-SYLV
Produit de rUsne St. Mi k (
Vieillissement natural jusqfll
et 15 ans.
Prmx Tnta mono t .
Ve.te en gros et dl.
Maison M. Sylv
48, RwU des wo td-JBbv.


GRANDE TOMBOLA D'1ITI

TIRAGE: Dimanche, 15 Septembre 1907
A 5 HEURES DE L'APRI-S-MIDI, A L'IOTEL DE PITION-VILLB.

liquidation d'articles varies et de haute nouveaut4 :
En 45 lots repartis sur 300 billets

Les 42 premiers lots consistent:
De 6i 9 : en 6 Slesro-Lyix, stereoscopes d'une valeur chacun de 2d
lars, avec cartes postales illuslrdes.
De 10 A 33 : en 24 Eveutails-Z.phyvr. Ventilaiturs autom4caniques 1I
lices d'une valeur chacun de 3 dollars.
De 34 A 42 : ment s'allunant lectriquemetot par la pression d'un bouton, d'Uae
chacun de 4 dollars.
Le 43* lot est une lampe-suspension de luxe, A deux foyers, i
et manchon incandescent, d'uuo valeurde 14 dollars.
Le 44c lot est un gramophone A double usago ( disques et ci
toutes dimensions existantes ) avec 6 cylindres et 6 disques; d
totale de 40 dollars.
Le 45' lot est un gramopliono A diisquo, liaut module, avec i|
d'une valeur totale de 70 dollars.
La repartition des lots so fora Cn comnincntant par les lots infd
jusqu'au 42e lot inclusivement ; il y aura un lot par 6 bulletin S.
Les 3 derniers lots supdriours seront repartis a raison d'un lot pIt
bulletins sur les 43 bulletins reslants.
Apris le tirago, ii y aura des projections cindmatographiques.
Prixdu Billet: CINQ GOURDES,
En vente a l'Imprimerie C. Magloire, A l'Itel Bellevue et au0a
do P6tion-Ville.
--- -,-- -


La machine a un long bras, une large
navette qui s'enfile elle-meme une ai-
guille court qui se met d'clle-mdme en
place, une cannette qui se garnit auto-
matiquement au moyen d'uue roue folle
sans qu'on ail bosoin de fair marcher
la machine. Elle est bien construite,
bien finie et gentiment dicoree. Cette
machine est faite en deux geures. Sur
uue base en bois ou en fer P. 8 or
Sur une base en bois et avec
une jolie couvet ture legere en
bois couirb- P. 10 or
Je serais lieureux de vous voir essayer
cette machine, soil que vous m'envoyiez
vos ordres ici directement soit que vous
me les adiressiez par l'entremise de vos
corresponel.atis de ou a Plort-au-Prince.
Avec chaqlue machine j':nvoie sans
auvgmentation de prix, les accessoires el
pieces suivantes:
I boutacheur 1 brodeur
1 plisseur 1 oualeur
4 ourlh'urs (gran- 1 pied-de-bichti
4der... **4i)- 4-- burette dl'ltmile
I guide avec vis remplie
6 canettes i tournevis
1/2 dIouzaiine d'ai- I livre d'instruction
gullies
Cette machine eat faite specialement
pour tailleurs et coutuiitres.
Nicolas CORDASCO,
SEUL AGENT
157, Rue Rdpublicaine ou grand'Rue,
Port-au-Prince.
Vous trouverez 6galement toutes les
Machines a coudre de Singe r Manufac-
lure Co.
Pour des commatiles spdciales de-
mrandez rensergnemertts.
-2---. 7 + .
Pharmaeie F. Bruno
67-119 REs ~.GAIur ET PEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poudre puissantecontred6mangeaison
prurigo, sueur des ieds-- La boete P. 1
Sirop antialhsmastq, rem6de efficane
centre le accb d'sth eat lee toux
rdquentes le flacon ; P : 50.
CoivUadeo,. grntUU :
Mardi t Jladi do 8 & 9 hures du mati
par le Doctow. PL Troum.

On trouvera:
I noavl owrage do G'. F. D.
Learrsn : rHfomm, U MMd.e et l
Semu, & la Phatn amet Robner, obes
Vett stI i- a -r -.
arit: s O401 0 Wal


MAGLOIRE


45, RUE Roux, 45
TELEPHONE. I

Journaux, brochures, bill

marriage, cartels de fianca

programmes, affiches, et


autres travaux de ille.

Billets tdenterrement et

de visite d la minute.

PRI D3 ComMWcU


'14


Imp. C.