<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00125
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 30, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00125

Full Text
its JNNICEI, NC 126


j


QUOTIDIEN
-- "I"" m i2


ABONNEMENTS :


PAR MOIS Une Gourde


D'AVANCE


DAPARTrEMNTS & TRANGR :
rrais de post en sus.


DIRECTEUR:
Clemzlent IVXagloire,

RItDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMiRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent du icr. et du i$ de chaque
mois et sont payables d'avance
Les manuacrits inatrbeou noa ne soot pan remit.


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


Cest ce main qu'a eu lieu, A la Cathd-
ale, un service funibre en mdmoire de
Mac Belmour Lepine, et sur l'initiativc
isanciennes d lves de l'Institution Mont-
Carmel. A l'issue de la cdrtinonie, 1'as-
imince s'est rendue processionnellement
uCinetiere ext'Iriur, accomnplissa-t ainsi
Utouchant et pieux pclerinnage au tombeau
bla regrett6e deftnte.
Nous aurions voulu, A l'occasion de cet-
t manifestation, et a cette place oui lis
idesd'enseignement et d'education sou:1
taites souvent et avec une predilection:
wmarquable, dire un mot de la v'e de
dalame Belmour Lepine, de faqon a mar-
jn le souvenir de cette existence faite de
ialoureuses expEriences et de ddvoue-
Iat.
Tout le monde sait deja aue ce ddvoue-
amt s'est exerc6 sans aucun profit ct que
It a dd accorder ane rente de Cent gour-
ki cette fernme qui, apros s'atre depen-
i durant 60 ans en faveur de la jeunesse
ittine de son pays, connut les angois-
ie la misere et de la pauvretd. Cette
Mmletait viagere, mais une supreme dd-
60i du sort voulut qu'elle n'en pAt jouir
Ie trois annCes et alors que la vie com-
I 'at la quitter.
Madame L~ ine est, comme tant d'autres
e victim de notre etat social et nous
In's taus, par ces examples douloureu-
eat edifiants, les vices d une formation
C depuis assez longtemps denoncde.
ite en d'autres milieux, I'ceuvre de
fetame edt 6t6 imperissable et fEcon-
rltstition Mont-Carmel, 6lev&e sur
tlables foundations, eit zet prospere
a urdol de gloire la digne et simple
de l'nstitutrice.
Lt-ce pas une demonstration nouvelle
Q'e *tritC que, en faisant tous abn6ga-
&e nos devoirs et en nous en d6char-
L r le compete de la communaute,
olames exposes, quand il arrive que
aL nUatt d elle-meme se Jlrobe, a
em assisted bicn des injustices 7
I ..
Sodi Delaunay naquit.
eU 1817. Bmmenie i Aqum


des l'Age de deux ans, c'est 1a, dans la
f-mille du general Etienne Solages. qu'elle
passa les premieres anndes de sa jeunesse;
le gdn&ral lui servit de p re et une tante
lui tint lieu de mere. Ces details sont con-
firmes par une notice autobiographique oiu
clle dit, avec ceitc sinmpiciit d laiigage
qui la caractdrisait :
t C'est A Aquin que je fis mes faibles
6tudes sous la direction de M.J. Bance.
En IS4. j ,d-i; quitter les classes A cause
des troubles pulitiques, et c'cst cctte mnime
ann&de quc, -pros avoir eu le malheur de
perdre mon oncle, je fus forcee de retoir-
ner A Port-au-Prince ou se trouvaient quel-
ques uns de nos parents.
M. Bance quitta Aquin apres les dvdne-
men:s qmi marquerent cette annde iS.t
et vint s'd:ablir a Miragoane oui il fn.da une
nouvelle institution de garCons. Ce fut A
cette occ.isi.n qu'il nous temoigna un ve-
ritable initcer nt proposant A ma tante,
apres la mort de son frere qui constituait
sou sreu! s;:tictn, de venir s'dcablir A M i-
raao:'ie ou j'aurais A partager avec lui la
direction d'tne institution de demoiselles
don't il projetait la creation.
a Malgre mon june Age, ( la future
institutrice n'avait alors que dix-sept ans,)
ma tante accept pour moi la proposition
de M. Bance et nous nous rendimes A Mi-
ragoane.,*
a Qaelques mois s'dtaient A peine dcoules
que M. Bance, nomm6 directeur du Lycie
des Cayes. fut oblige de partir, laissant
I'tablissement en voie de prosperity II
me donna le conseil d'en continue seule
la direction et I'administration ; ce que je
fis, encourage par la confiance des fa-
milies de Miragoane. Nous restames six
annmes dans cctte ville...-
*

Dans la vie de la femme, le marriage est
toujours une solution, en ce qu'il impri-
me disormais une direction d6termi nie i
sa fonction social. Faire des entnts et
ls clever, tell est is pn l4gitime qui re-


vient A la femme d.ins I'o.uvre de l'amC-
nagemnent des forces '-ociales.
Marine a Port-au-Prince (n 1860 et A
l'ige de 33 ais, Madame Bclmour L6pine
ne connut pas les joics de la maternitK ;
son ro6e 'tait done dccidnmcnt d'levcr ksI
enfants et c'est vers cette (xuvre qu'clle
se tourna decid6ment apres la mort de
son mari, survenue six ans aprs leur
marriage.
Cette union lui crea de nouvelles char-
ges en lui laissant cinq enfants adoptifs.
don't deux gargons et trois tiles apparte
nant A la famille de son mari.
Rue du Feuple, clle ouvrir, sous la prc-
sidence de Geffrard, une modeste cole
qui, s'agrandissant progressivement, fut
transfdrdc iue des F.onts Forts, puis rue
Pavde, ou eile disparut dans l'incendic
qui porte dans l'histoire Ie noni de cette
rue ainsi que l: souvenir des lugubres 6C
vdnements de l'annee 1879. L'dtablisse-
ient se rcfugia de nouveau dans la rue du
People, Maison de Madame I.don l)Doie,
puis il fut transfersdansla rue Rdpullicaine
ou. le meme d&sastre I'attendait.
C'est apres ce second incS.dic que I'lns-
titution Mont-Cirmel fut initailie rue des
Mirac'es oi se trouve actuelleinent le Pen-
sionnat n.ttio:nal de demoiselles .
Ce local fut le tha tre d'une scene re-
confortante au course de laqueile 'une me-
daille d'or fut remise, le 27 Diccmbre
1893, a la distingude institutrice par ses
anciennes cltves, devant des reprc.sentauts
les plus autorlnss de Ilnstruction Publique
et en presence de Monseigneur Ton:i, Arche-
veque dePort-au-Prince et Ldgat du Pape.
Aprcs trente sept ans d'un lab-ur sacer-
dotal, c'est la le plus marquant souvenir
d encouragement qui soit rest attache au
nom de la fondatricede l'Intitution Mont Car-
mel et il a dmani de ses anciennes elves
que toujours elle a considCr6es comme ses
enfants. La manifestation de ce martin a
ete inspirCe par le meme sentiment de pieu-
se et fiiale reconnaissance, et, A ce titre,
elle mrite d'etre particulirement note.
Mais un tcmoignage plus ficondant rest
A 6:lore : il consistera, il faut I'espdrcr,
dans la continuation de l'oeuvre d'dducation
et d'instruction fondle par Madame Bel-
mour Lepine, mais dans des conditions
nouvelles qui, en se fortifiant des vivifian-
tes iddes qui constituent notre programme,
asssureront au nouvel 6tablissement Mont-
Carmel une vie durable et A la figure dis-
paru on imparisble souvenir.


L'EUVRE
DE



M. Edmon emolin, ot o an-
M. E'lnioirl Dernolii-,, doit oni an-
!io;W.t it siiic lei d riiier la rnort souidai-
loe, taint un-L: les physiononies les
11 m ig:nii lo's .# tin ,e's sprigs les
lus \igoure, ,'le t Fl',:Oole I.--" 'l:VP y t dI*, son continua-
teur Henri de Tlurville, ii a (tIed pen-
il.tnt treiite an s le cliliitipioi cet le pro-
i'igatleiii jl,:!r e.- mu itres. 'I'nt l,: mnonile a lu, ii
y a i q lilies ;Iniii'e., s )i volume : A
quoi lient la supdrioritd dies Anglo)-Sa-
-.'ots ? <\ui eut uti s1icc'.is retentissant.
M tis I'-'ivrI e q 1:'il I;:iss* apr6s lui est
cosiltlrable : t vari 'e. Tout june, M.
1 nlmoi 1 Dmnolii.s s 'etait aldonni aux
ltudles historiques ct il public, des 1874
iun volume aujouril'liui imtrouvable sur
Le XCouveneat communal au moyen dge
Quel unie flisloire de France en 4 volumrneS,
conique sur uit plan des plus ltiureux,
'lu'il res iunaitainsi : *(Goiuper les faits
pirr" le pioceile le I'ecole philosophiqiie
et les exposer par le proceed de I'ecole
narrative. v Deja, dans cet ouvrage se
manifestaient les qualities tie clarte lirn
pide, tl'ordon.iancement m6lhodique et
tle relief qui furent la caracteristique
du talent de Demolins.
A partir de 1830, la science social
lIeviiit l'objet xclusif de ses preoccu-
patio.ns, do ses efforts etde sea travaux..
A celte d;,oque, Frederic Le Play con.
fia au jeune ecrivain dont-il apprdciait
liautement la valeur la foundation et la
direction de la Revue la Rdforme social.
En mdmre temps, Henri de Tourville
jetait les bases d'un enseignement m6-
thodique de la science social et bien*
t6t Edmond Demolins inaugural, dans
les sales de la Sociltd de Gdographie,
sos course de science social o~a se press.
sait uie elite intellectuelle, altirde par
la nouveautd du sujet trait et revenue
tant par la ficondit de la m6thode ea-
posde que par la personnalit6 du jeone
maltre.
Le ddveloppement de cet enweieo..
mont soou.l puiaentetinliali d'Ula-


I


Madame V" Belfmour LOpife

X Jze To ucha te MLaiifestatio r.


---- -- -- --
__


f,


VENDREDI, 30 AOUT 1907.


PORT-AU-PRINCE (HA~iTj)







ri de Tourville ramenait les disciples
de Le Play ta l'iide prenmire dte ses tra-
vaux. La determination precise d'unc
methode scientilique observations des
socidtes iumaines iprenait le pas sur les
applications immnedliates des conclu-
sions d6jia formulees. L.a science social
devenait la preoccupation dominiuante
des jeunes homnmesgoupes plusetroite-
rment depuis la mort de le Play autour
d'llenri de Tourville et d'Edmrond De-
molins
Cette evolution se precisa en 1886 par
la creation tie a cRevue la Science social
Slaquelle I)enolii.s se consacra deeuis
lors sans reserve. Les innombra les
6tudes qlu'il y publa avec une iifatiga-
bie ardeur devinrent le g, rme des ou-
vrages qu'il dlonna danrs la suite et don't
(qelques-uns lui acluiront une reputa-
tion universelle. Le premier et le plus
celIbre de cette second serie fut le
volume farneux : A quoi tient la h upd-
rioritj des Annglo Sa.x'on ? (qui atteign it
prompterent vingt-six editions, qui fut
I'objet de controversies passionnees,
mats qui aflirma aux veux de tousle
talent d1e premier ordre de son auteur.
A la suite de ,-e volume, ii public suc-
cessivenme ut : Les Fran<,ais J'aujour-
dhui, Les Grandes Routes dces Peutples.
Comment la Route cree le Type social,
A-l-on inldrdt d s'emparer dal Pouvoir t
Ues tires, A eux seuli, montlreIt la va-
ri6tt d'applications auxquelles Demo-
lins faisait servir la science social.
Mais, dans I'6numdration de ses ou-
vrage illln esl un qui mi6rite d'etre miis a
part, parcequ'Il fut mnoins tin livre
qu'un programme el que I'dcrivaini con-
vaincu entreprit lientot lui-minme la
r6alisation du programme qui s'y trou-
vait trace.
Le livre s'appelait L'Education nou-
velle. II disait la nccessitd de transfor-
mer los metltoles routi li'res de notre
education fi'anmaise, de prepaier les jeu-
nes g6ndrations en vue du dilevoir de
remain et non selonlesimabituiles l'hier,
de les former aux luites de la vie mo-
derne, de a bien les armer pour la vie.,
La r6alisation du programme fut la
creation de I'Ecole tes Roches. Avec
une hardies-.e q ii elfTayait ses meilleurs
amis, soutenu par la collaboration ef-
fective de la femme superieure qu'il
avait associde ii st vie, Edmond De-
molins constitua, de toutes pieces, sur
un plan entierement nouveau, sans au-
tre appui que celui ide quelques lee-
tours s-luits par la puissante origina-
litd de son livre, une cole qui recruta
des la premi-re annie de sa foundation,
une centaine de jeunes enfants. Pen-
dant quatre annees, Mr et Mme Demo-
lins traverserent une period v6ritable-
ment hdroique, surmonttant les difficult.
tes materielles d'une installation A cr6er
en pleine champagne, choisissant un ai
un les maltros de l'Ecole auxquels il
fallait enseigner le m6tier nouveau
qu'ils ignoraient. II ne s'agissait pas.
en eflet, de faire appel a des ihomines
d'expdrience d6ja deform6s par le pli
pro esionnel ; il fallait d6couvrir des
ommes et des femmes de haute valeur
intellectuelle et morale, d'un ddvoue-
ment absolu a la cause de l'dcole noun
velle, possedant les qualities dducatrices
requiscs mais lea pos edao t en germe seu-
lement. II fallait d4couvrir les personna-
litse capable de s'associer a I intention
da fond teur et de la faire passer dans
la pratique.
Aujourd'hui, apr6s sept ans d'exis-
tence, I'Ecole des Roches, en pleine
prosp6ril6 ne d6sarme pas les criti-
bas, 'a1ai s'impose I'attention de
tlee ndcate Sea iaAalaoe arr


les m4thodes pddagogilues sc trialit de
mille mani6nres ft, ci elidsp;iraissant, Ed-
moadl Deinolins laisse le souvenir d'un
rdformatcur de I'6ducation franriaise,
en mmine temps que d'un maitre kcri-
vain.
( Journal des DIbals )


93


RENSEIGNEMENTS
MtT O ROLOGIQUES

CObservrattoire
DU
SMIiAIRE COLLEGE St-MARTI.L


JErDI 29 Aour
B tronetre Y midi
uinium
Tormp6rature maximum

Moyenne diurne de la temperature


762,6
20,S
33,8
26,6


Le ciel a td 'couvcrt deputy 2 h 7 h
du soir, et tr&s-nuageux pour le rest du
jour.
Pluie d'orage vers 2 h, marquant au plu-
viounLtre 9 8 millimrtres.--
Le Laromectrc est montd.
J. SCHERER
Service du Contentieux
Nous avons consacr6 un recent entrefi-
let a ce service, qu'une decision adminis-
trative a transfdrde de la Banque au service
gd.nnral de la Recette et de la Depense.
Noussoinmies heureux de noter que jus-
qu'ici ii se distingue par 1a regularit6 et la
clartd dans la tenue des comptes. I1 faut
espd.rer que cet heureux 6tat de cl:o.-cs
conuinuera et il n'en saurait Stre autrement
d'un service confii A l'esprit d'ordre et de
probity de M. J. C. Pressoir.
Beauconp de lecteurs se sont empresses,
apr:s notre entrefilet, de nous tdmoigner
Icur satisfaction d'avoir mis le Bureau de la
Recette et de la D6pense en garde centre
le chaos qui a toujours ete, la Banque,
la caracteristique de ce service.
Ddces
Nous apprenons la mort de 'Cadame Vve
ACyrthil Rodolphe, ne MARIE ROSE LUCIA
DESR. CHES, decade hier A une heure.
Les fundrailles auront lieu cet aprcs-midi
A 3 iheures precises.
Le convoi partira de la maison mortuai-
re, sise Rue du Centre, N 242, pour se
rendre A 1'Eglise Sainte-Anne.
Nos meilleures condoldances aux parents
de la defunte.
Depart
Hier soir est parti le steamer a Graecia
avec les passages suivants-pour :
Saint-,CArc. M. et Mie Marcelin,
Mme Morisset et enfant, Melle Morisset,
B. Danache, Mme J. Laraque, Melle Tous-
sarat, L. Brouard, H. Vallorge, Mme Th.
Lestage, D. Kattan.
ACragodne.- Margron.
Cays.- M. et Mme Labastille, Sena-
teurs M. Morisset et P. Paulin, Mme PWtion
Pierre Andr6, Fray, Chenet, Abraham, An-
toine T61emaque, Douyon, A. Ferrer et
bWb6, E. Benedict, deux soeurs.
Vw-Yorck.- S. Roque.
Marriage
Hier martin, a dtC cCCbr6 a Ste-Anne le
marriage de M. Emile Fortun6, officer d'or-
donnance du Ministre de la Guerre, avec
Melle Iricia G. Ltonard.
Les 6poux ont 6 conduits i l'autel par
le gandral Crque C6letina et s dasIe


DEPECHIES Rc.tLES CE


m. .4r ri


Le Sultan est-il assassin ?
LONDRE 28.- Lecorrespondant do la
' Tribune P a Tanger tde1graplie sons
toute reserve (:ue le bruit court que
le Sultan Adubul-Azziz a td as i-
n6 dans son Palais a Fez.
Une declaration do M. Clrmenceau
PARIs 28.- En annon:ant I'attittide
du gouvernemnent sur la situ'iio-i m.i-
rocaine, M. Clemenceau, President du
Conseil, a ddclart aujourd'hui que le
g6n6ral Drude aurait routes les trou-
pes necessaires a la mission don't il
est charge.
A Casablanca
CASABLANCA 28.- 1I est propable
qu'une colonne de troupes sera trbs
prochainement dirig6e sur Tuddet
don't les arabes se servent come
point de de concentration. De l'artille-
rie de montagne et de nombreux mu-
lets sont d6barquds en ce moment.
La police de la ville a et6 renforcee
de nombreux detectives algdriens.
Une gr6ve terminee
ANVERS 28. La greve des ouvriers
des docks s'est terminde aujourd'hui;
les grdvistes ont decide de reprendre
le travail & I'ancien tarifde cinqfrancs
par jour.


Emma Dorc6, n.e Boco. Les quRteurs et
qu,'teuses talentt MM. Joseph Rosernond,
Delinois tils, Melles Lamercie Rose et Ma-
ria Leonard. Reception des plus cordiales
chez les 6poux A. F. G. Boco.
Remarqud Messiculs Robert David, A.
Dyer, Memnon aind. Jules et Chrlsost6me
Rosemond, S. Guillaume, D. Myrtil, etc.
Nos compliments aux nouveaux poux.
Ui AIm.
Messe de Requiem
Mr et M:ne Dalb'mir Jn-Joseph et leurs
enfants, Mr ct Mmn.: Alphonse Jn-Josph fe-
ront chanter A la Cathedrale, le lundi, 2
septembre prcchlai., 6 hcur:s I/2 du
martin, un Service solcnnel de Bout de 1'an
pour le repos de l'Aine de leur rcgrett6
Louis Ji. \- -Jos!:iEi.
Aucu L vii: \;.nion spcciaie n.,yafnt ete
tl.:C. le .1:ni, ,)Int pries de considLc rcr Ic
pic,,e : .i: ; ii n- cn t:iant lieu.
Naissance
Mada:nme I ,:.. DIL\,L a accouchI hier
soir d'unie .c ;i:ie tinic.
L, mire ct I'citlf.It SL portent bicn.
Tons n osc),:nplimen:saux epoux Duguc
et mciliclurs V(L2!X au bdb6.
L1ivre perdu
II a .C prIlo sur la route de l'Uion-
Ville Ic l'onc i de la Gdogr.ihic Univcr-
selle de M.initI-Brun.
Prierc de Ic rapportcr aux bureau du
journal, con:re rdclompnse.
La derni6re Etape
On trouvera I.i brochure de FlIix Viard
Hommnnace Oswal, 'Dur:ind, Clicz Madaine
VveEmmanuel Monm-Rosier.
Rue du Centre, No o17
Prix : P. 1.25
Fermeture de la malle
Les'd4pches pour New-Yoi k et l'Europe
par le sis a( Prins Freddrick Hendrick )
seront fermdes deniain samedi, 31 du cou-
rant A 4 heures precise; du soir'



Touvelles Eltrani ere


- omom .0


---


Peste bubonique
SAN-FIANCISCO 29.-- Depl.is
Juin, on a deconvert 18 (Ca. d,-P
buboniquedont7 ont t6 lwoI tels.
autorites ftderales ont el:voydunas
decin de marine ici et font passcrs
serieuse inspection a board uesar.i
res caboteurs par les othlcicrs de ql
rantaine.
Un criminal graci6
ToKiO 29.- Koyama, japoailrd
attaqua et blessa Li-lungg.-Ch
Shimonos kki, en 1895,pendant lIs.
gociations sino-japonaises, qu
condamn hI la prison perp6t lh4
Mt6 gr'Aci6 hier.
L'Escadre Am6ricaine dan s e
Pacifique.
'TOKI 28.- Tont en ne voyantri
de suspect dans la prochaine croiaiA
de l'escadre americaine daus le PL
fi p ,, le Mainichi s dit que le senti.
inert do faiblesso que prouvent hi
Etats Unis sur leurs c6tes da Padl.
:i ,, st d' i a la crainte do certain
'-veintualites; en d'autres mots, I'Aan
riqlue s'imagine qu'une autre pis.
sa;ie est son ennemie. Quoique en
inanretivI'rs n'inspirent aucune ianqd
tnI le ;a .J;:po, celii ci dolt enso&n
ieo pl s I- l rtsultals.
Les Pr-sidents Roosvelt et Diam.
\VAIIIIN(;TON 23.- M. Adee, faiug
ftnictioi de Secr6taire d'Etat, a d
aujourd'hui etre autoris6 & anaonr
que Ie P'resident Roosvelt et le Pri-
dent Diaz du Mexique sont en ooe
p(let accord on ce qui concern I'a*
rir de I'Aniirique Centrale et poblr
rgelnemnt d,-s diffdrends existant-
tre les cinql R6publiques qui re po
tagent ce territoire.
Le= maures attaquent
PAIs 29.- Hier, les Mauresa '
quciroent l camp des allies a CO
bIlanca, mlais furent repousses ; We
est came dans les autres ports.
Un t61lgrnmme important
LONDIiuES29.- Un tle6grammO I
IangerA I < l'lExchange Telegrph
;anilonce que Mazagran s'est sou"ni
Moulai-Halig et quo Saffi et MogPk
s'appretent a suivra cet exemple.D-
troupes imuortantes envoyees cow
les tribus d-s Kmnas desertent *
grand nolnbre, le gouvernemedlt
pouvant pas les payer, le rest 6
troupes a 4te rappele a Fez.
L'idde de livrer Raisouli est
donnde.

Notre confrdre l'ABEILLE do
consacre les lines suiuantes d wnf
grettd agentDr PERPIGNAND UL,
TANT.
Aous les reproduisons cointm sM 3
vel homage au cher disparu.

UN GRAND MALBUIB

II est de ces immense douleurs, de:
grands walheurs tellement inattndus d
surprenants, qu'ils jettent les soc0ihts d
la plus complete consternation.-Alois
tre faible humanity n'a d'autre I P
pour exprimer sa douleur et ses p]aif,
que des larmes et d longs gmisseac
Telle est la mort de norre regre:tt ~
Ie Dr Perpignand Lafontant, qui vieCO
disparaltre jeudi dernier dans sa .
important avec lui les regrets una fl'li
la population qu'il a tant aim. qui
mait aussi beaucoup et qui ie luh s
prouvE par les cris dechirants arrahS
tous lns c surs, sr le parcours idu
de Ia maison morrlire ou cmPCtC '
Puidt gMilbl omnre, coWV






b tmes, d'un commerce agr6able, hom-
xt et vigoureux, plein de sant6 hier
&me, notre ami Ie Dr Perpignand Lafon-
t eurt I II emporte avec lui bien
, affections, si brusquement brisees,
Wkas -
Des regrets amers, regrets 6ternels seuls
racomwpagnent, car nous sommes impuis-
ots ponr changer les d6crets de la Provi
dAme. -
Une affluence nombreuse a accompague
k rgrett ami a sa derniere demeure.--
LGaoeral Berrouet, Commandant de 1'Ar-
wdissement. Mr Al. Craan, Magistrat
Communal, Mr Madsen, Consul de la Re-
blique Dominicaine, et d'autres rangers,
An toritis administrative et judiciaires,
keaucoop de notabilit6s, tout le monde
vait tenu a rendre un dernier hommage
o defunt qui s'etait attire la sympathie
d'un si grand nombre d'amis.
Ie pavilion du jury medical, la croix de
Geosve, restait en berne au siege du Jury,
pendant toute la iournbe.
Au cimetiere, d'abord Me Em. Morel,
rocat du Barreau de cette ville, en ddpo-
nt sur la tosse une couronne au nom des
tis du defunt, prononat une touchante
llocution qui exprima, entermes 6mus, les
regrets de lepopulation. Nous regrettons de
w pouvoir la reproduire, ayint 6td ense-
eliedans la fosse avec le defunt.
Ensuite, Mr Ed. Rousseau, parlant au
tom du jury medical, rendit hommage au
Xgrettd docteur, en lui adressant un der-
radieu et en d6posant aussi une couron-
a sur la fosse.
Le fr&re Thiers Lapierre, orateur de la
Loge a La Parfaite Sincerit6, v remit de
mime une couronne funeraire sur le cer-
CMil, en tdmoignage des regrets de la Loge
dmt le defunt fut tour a tour orateur, v6-
lrable et aussi Secretaire.
te Dr Perpignand Lafontant occupa plu-
liars functions a Jacmel : Medecin en chef
krHopital millitaire de cette ville, ii pu-
Miuit en 1895 a Paris oi il etait alley para-
dever ses 6tudes medicales, l'intbressant et
rile ouvrage scientifique : De l'H)fyine en
ltiti, si bien appr6cie du public. Ancicn
proessenr au Lycee, Membre du Jury
,dical, ancient membre de la Commis-
an Communale en 1898, don't it remplit
Ifonctionsavec tantde dignit6,et ancient
lputd au Corps Lgislatif,puisluge au Tri-
hial de Commerce ; routes ces functions, le
r Perpignand Lafontant s'en acquitta avec
ik et devouement.
Nous joignons notre voix au cri general
rw lui dresser un poignant adieu.


..otel Bellefvr

DEJEUNER DU 30 ABOUT
MIDI A 2 HEURES
Prix : G. 2.50
Melon de France glace
Radis Avocat
Buisson d'crevisses
Morue sauce remoulade
Fricasse de poulet aux pommes
Filet mignon a I'Anglaise
Carottes sauce blanche
Haricots rouges en sauce
Riz blanc a la creole
Creme a la vanille
Fruits
Caf6
i/2 Vin

On Demand
~*cer an jeu de harnais en bon
a'- a bureaus do MA as.


LINE HOLLANDAISE

CONTRE-AVIS
Le S/S. PRI14S FREDE'-IK
IHENDRIK os ,t attend d i sud
et de Saint-Mare samedi apres-mi-
di 31 courant, pour continued (,ans
la soiree directement pour Nc --
York.
Port-au-Prince, le 30 Aofit 1907.
GERLACH & Co, AGENTS.
~- -- -- -
Voulez-vous des sou!iers dlgants,
solides, fabriquds avoc totits les :'-
gles:de l'art ?
Allez chez
Alphonse di Guglielmo
1G7, GRAND'Tu'E, 1i7.
Le cordonnier du high life,
Le Roi de la Chaus~ure, (duit les
travaux apprecidi soi t ,si:lp~.iei. i
des merveilles.

Francisco DIES USE
Fabric;ant d- clhauSsu.es
La Manufacture a ton),ii)rs en dd-
p6t un grand sto.k, pJ.otc la v,.nte
en gros et detail,--- de :ha ssaurcs en
tous genres pour
HOMES, FE.mMES, ENFANrS
Les commands des comm r1i;ints
de l'int6riear pourront trie cxt-.:uttes
ldns une seraie Ah peu Vr s.
23, rue des Fronts-Fojrs, '23


PORT-AU-PlUNGI iE ( hATT1I)

3Firha rx c-1x em C. tC

A L'ELEI,, iCE
I E A R


Fabricant de chaussures,
Porte a la connaissance do public,
particuliebrn.ent de ses rombrt.ux cli-
ents de la o(:6t et de la C:apit dl,, (:ne
I'6tablissenmert a un stock incalcuia-
ble de chai-urcs pour homtrmri,
temmes et nfrtnts, en tous :L;',tr; s,
et q!ie, ri:!;:~! I l'offTe de cinq -our c .l
sur l'acha;t n gros ( 5 0'0 ) feat un ia-
bats exccp, i:.:p nel sur l s prix.
L'etalbiss.-~:nemnt se change d(1, faire
preudre de. rnesures ;t dorii ile.
Toujours : -Sia, exactitude, poactualite
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (IIAITI)


Langue Anglaise

Monsieur J. J. DESCE.
Le professeur d'Anglais si bien con-
nu et si justement apprici6 du public,
avise ses el6evs, ses amis et tous 4:eux
qui voudront b6nclicicr de ses excellen-
tes lemons, qu'il se trouve au No 97,
Rue de la Rdvolution, dite de I'Enter-
rement, ou l'on peut se renseigner sur
tout ce qui concern sa profession: le-
gons d'anglais, de francais et d'espa-
gnol.
Par un procedd des plus pratiques,
le professeur met ses ~i ves, en peu de
temps, sur un trs bon pied. Ses prix,
tries raisonnabler, sent la portee de
touts lWe bourses.


GRANDE TOMBOLA D'ETE

TIRAG : Dinanche, 15 Septembre 1907
A .) HIll.:i'EI:U ; D1' L .\I'IlKS-MIDI, I'HOTEL DE PI:TION-VILLE.

I.iqluidati,) d'at ticles varies et de haute nouveautd :
I:n 45 lots r6partis sur 300 billets

Les 42 premiers lots consistent:


I)e 1 0 : en 6 Stdrdo-Lynx, sterdoscopes d'une valeur chacun de 2 dol-
lars, avec caries postales illustrates.
Dc 13a : 33 : eni 2 Eventails-ZAphyr. Ventilateurs autorn4caniques a hd-
lices d'nne valeur clhacun de 3 dollars.
I)e 31 A S2 : en n) Electro-Allumoir.- Allumoirs lectriques d'apparto-
nmont s'allrumrnt 5lectriquement par la pression d'un bouton, d'une valeur
cliactu de 4 dollars.
L.e 43- lot est rie lamnp,'-suispension de luxe, A deux foyers, A gazoline
t in;mar:'ho!i inllandescent, d'utie valeurde 14 dollars.
Leo 44 lot est un gramophone d double usage ( disques et cylindres do
tolit os dinioni-ionls existantes ) avec 6 cylinlreis et ( disques ; d'une valeur
tota!e de 40 dollars.
Le 45' lot cst n granmohlione a dilsques, lault mnolie, avec 12 disques,
tl':ne valtenr total d(o 70 dollars.
L:ti r(l) taithion des -lots so foit'ia ni coinnu eniiant pt)ar lo; lots inf6rieurs, et
jli-i'auIti 42' lot incl'l.;ivceint ;ili y aura un lot par 6 bulletins.
.I:S : cld nit s lotis s 'io rs soitront t'rpartii a raisoi d'un lot par 16
bulletins s;,t lt.s t' biulletin.- restant;.
Apn')s le titrage, il v aura dles projections citnimatogralphiques.
Prix du Billet: CINQ GOURDES,


En vente A I'lmpritnerie


LA PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 80,


Se recommande pour l'ex6cution
prompted et exact des ordonnances A
n'importe qu'elle heure du jour et de
la rnuit.
Drogueries. Sp6cialit6s phar-
maceutiquesextremement fratches.
Prrx CONSCIENCIEUX.

Nouvelle Bouclterie
A Turgeau
Ea face de MM E;nile Rouzier.
Les habitats de Turgeau, Bois-Ver-
ina et I'a p-d.-d :io.-e al)prendront avec
plai~ir qi'une nouvelle Boucherie est
install sur la piopri(le de Mme Vve
Momplaisir Pierre, en face de la route
qui conduit au Bois-Verna, et A proxi-
niite de cell de Peu-de-Chose.


((A I Ange Gardlienl
98, RUE DU RESERVOIR, 98.

Belle variety d'articles francais frat-
chement recus:
TRESSES PAILLE.- CHAPEAUX GAR-
sS.-- CANOTIERS.- PAIRE D'AILES.
- PLUMES D'AUTRUCHE.- PANACHE.
- BAS ET CHAUSSETTES.- DENTELLES
DE TOUTES GRANDEUR.
ORGANDI SIMILI SOIE
A bon march.
SPECIALITY DEUIL & DEII-DEUIL
BOUCLES D'OREITLLES.- SAUTOIRS.-
CRIPE ANGLAIS ET FRANKAIS. ETAMI-
NE.- SERGE.- DIAooNALE.- SIMLu.
,-COUROnMXMU MORTUAIU, etc.


C. Magloire, A I'llitel Bellevue et au Grand-il tel
de Petion-Ville.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre de la Socield Philan-
thropique des mattres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand clioix d'd-
toffes diagonal, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulierement a sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupes Francaise, Anglais3 et
Americaine de la derniure perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
r6s. etc etc, de tous grades.
^ -I .


VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co

VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res


DI
K OLA
ingston
MACNISH'S aIRONBREW
A Vendre
Cbez CATINAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
02, Rue dos Fronts-Forts

Bouquets, Fleurs,
A vendae chez MmeVve A. MATIN
SBoas.-VmA


__~






Avis Important

La Commission institute par la loi
sur I'Expropriation pour cause d'utili-
te publique A 1'honneur d'informer les
intdressds qu'elle s'est constitute et
Iue ses seances se tiennent au Bureau
e I'Administration principal des Fi-
nances, tousles jours, de dix heures A
nidi.
En conformity des dispositions de
I'art. 8 de la sus-dite loi, les propri6-
taires de terrains don't l'expropriation
est poursuivie sont invites A se pre-
senter, devant la Commission, pour
soumettre leurs observations dans la
quinzaine, A partir de cette date.
Port-au-Prince, 5 Aodt 1907.
Le President de la Commission,
C. SAMBOUR.


Les Membres


SJACQUES DUROCHER.
SFRANCOIS MATIION,
J. EUG. MAXIMILIEN.


L


Demand d'expropriation
Listes des propriitaires don't l'expropriation
est demanded par la Compagnie 'P. C. S.
et qui sont invitler i presenter leurs observa-
tions ii la Commission selon I'avis ci-dessus.
Savoir :
1o.- Jean-Marie Charles, Carrefour-
Pont, km. 7. 5 de la voie.
20. Gendral Joseph Moise, Carrefour-
Pont, km. 8. o de la voie.
30o.- Arthur Bowler, Port-au-Prince,
km. 9. o de la voie.
40.- Thdlisme Jean-Francois, Mariani,
km. 9. o de la voie.
o5.- Hdritiers Cineas Lacroix..
( Marguerite Lavache, Port-au-Prince,)
km. 9. o de la voie.
60.- Euphrosie Cadet ( chez Christian
Mews ) Mariani, km. 9.0 de la voie.
70.- Alluption Casimir, Port-au Prince
km 9.0 de la voie.
80.- Villesaint Pierre, La Saline. sec-
tion Riviere froide, km. 9.0 de la voie.
9.- Louis Armand, La Saline, section
Rivi6re Froide km. xn.o de la voice.
o10.- GCndral Petit Plaisir, La Saline,
section Riviere Froide, km. 14. o de
la voie.
IIo. Derival Pierre-Louis, section
Morne & Bateau, km. 17.0 de la voie.
Sign : TIPPENHAUER.
Figure aussi la propridte des dames Da-
rius Magloire, Salicius Caius, Dalneus
Jean-Baptiste. heritieres de M. Senolte,
ayant pour reprisentant M. G. Boco.
Sign6 : TIPPENIIAUER.


r
n
I
s
l


A NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

L'HAITIENNE


Une bonne machine d coudre A un
urix hbn marrchA


Imp. C.


MAGLOIRE


Tiber Zephirin Bell
Fabricant de chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-dee-Bossales.
SPICIAIITI :
PANTOUFLES MULES


La machine a un long bras, une large
iavete qui s'eifile elle-meme une ai- B illets
tuille court qui se met d'clle-mdme en
)lace, une cannette qui se garnit auto-
matiquement au moyen d'uue roue folle de visit
sans qu'on ait besoin de faire marcher
a machine. Elle est bien construite,
bien fine et gentiment ddcorde. Cette
machine est faite en deux geures. Sur
une base en bois ou en fer P. 8 or


Sur une base en bois et avec
une jolie couvet ture 16gbre en
bois coibn P. 10 or


Je seriis houreux do vous voir essayer
cette mnachiine, soit que vous m'envoyiez
vos ordres ici lirectement soit que vous
me les adlrcesiez par l'entremise de vos
corresponlants de out A Port-au-Prince.
Avec chaqrie machine j'envoie sans
aiig:nticz tation de prix, les accessoires et
piOcOes stliv rntes:


I


1


LA
Meilleure Farine

du Monde


Celle qui done le meilleur pain.
Qu produit le plus de pain.
Qui done le pain e plus blanc
le plus Idger,
C'est la Pillbury's Best de
Pillabry Washburn Flour Mils Co,
Minneapolia inn.
Ern. CASTERA. ReprsenanRt.


et

la


A Vendre.
Chbs Mie Uonide Solage..- 22, Rue
6"e Fronsfbrts 22
Qm z 4i a poh .


I soutualchur 1 brodeur
I plisseur 1 ouateur
I oudleur- (gran- 1 pied-de-bichi
deurs assorties) 1 burette dl'!iile
I guide avec vis remplie
6 canettes 1 tournevis
1/2 dlouzaine d'ai- 1 livre d'instruction
gullies
Cette machine est faite spdcialement
pour tailleurs et couturieres.
Nicolas CORDASCO,
SEUL AGENT
157, Rue Rdpublicaine ou grand'Rue,
Port-au-Prince.
Vous trouverez dgalemont toutes les
Machines a coudre de Singer Manufac-
ture Co.
Pour des commands spdciales de-
mandez renseignements.
6*


Pharmacie F. Bruno
07-119 RuEs AGALrrk Er PEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poudre puissantecontred6mangeaison
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatiuue rembde efica.e
centre lea acc6s d asthme et lea toux
r6quentes le flacon ; P: 1. 50.


Conultation gratuites :
Mardi et Jeudi de 8 & 9 heures du
par 1e Doctesr. N. THoMAs.


matin


On trouvera:


Le nouvel ouvrage du
L*Gmrmic: MRomme, le IA
Sci.,scA, l aPharmacie R(
Velten et Lagojannis.
Pria: o 6Gourdes.


aGal. F. D.!
Wound. et Ues
oberts, chezi


d'enterrement et cartels

a la minute.

PRIX DE CONSCIENCE


Fnxis

A LA PHARMACIE S JOURN.
PLACE VALLIIERE
.... -'--_'_ =_

RHUM-SYLVAIN
Produit de l'Usine St. Michel (A rcahaie)
Vieillissement natural jusq'u'h 12
et 15 ans.
PHIX TRtS MODIEES
Ve.te en gros et en it',tail.
Maison M. Sylvain
43, Rue des Fronts-Forts.


On Demand
,A acheterdes tirnbres us6s d'Haiti, bi:u
assortis, par cent ou par mille. Conndi-
lions tr6s avantageuses.
S'adresser an bureau du journal.
I I T 2-- --_
Le Restaurateur de la sante
Remade eflicace centre totes les m.i';a-
dies provenant de 1'impuretd (In .isang.
La boite de 201 pilules : P. 5 00
L'enveloppe de 3 pilules : i. t0
J'envoie grais et franco, sur daanmde
l'enveloppe-6chantillon et pros,.-ctus.
H. BONHEUR ( Agent )
IIOTEL-BELLEVUIE.


Industrie
MANUFACTURIlRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL


Faux-cols, eravates, manchettes,chemises
et calecons


4\A REVUE
( .\AN :I.NNE RIIEVUE DES REVUM)
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SUxUm
Haiti ,.. 28 francs, 16 frml
I.s ab, ib -tements sont reao di
les burc',.x du a Matin a seal qu
[p)--r !a lt]publique d'Haiti.



A. de lailtjis et Co.

.;9, /. d( (.' iMaasin de l'Etat
M.,i:-on frulee en 1888.
I jo't ilie, Orfdvrerie. Gravure
V it t ,' ', voi ,l.s az: ti les ,le par-
fiu n u'rie on i t' e- g. t' les plus dtiffici
I s. I ';s ;.a fI',:rns. exquis et rar es d'une
'tlicie',-e ipe .'tlra;inte qu'elle oeire ses
<-:ie:fts so'ut I(, v r'ilt tiles petite mer-
.-'il!-s .
Les dIo in,-res marques qui charment
;e Tout Paris SI ,t clhez Matteis:
Son Sourire, Floramye, TrMfolia, IdW
C:rylaicn, Vivitz, etc.
La mA.ion a toujours un grandas
oitinmen t de bijouterie, argentere,
bibelots de tuus genres, parfumeriA
uniettes, montres or et argent, pendi
les garanties.
SpCiali : hbagues fr ancries en bril-
I:.nts A partir de P. "00. alliances Or
I8 K anjglaises et fr:an:ises sur com"
rarlde. Service d'argente ie comply
our marriages.
Tous les articles vejdus par lai na
ion sont garantis.
Achat de diamants, pierres prkeci
ses et vieille bijout'rie A des prix a"
tageux. Dernier cri : Lunettes jau`-
i !77rd el


un trouvera Iouvrage de Monsieur Contre premise de Deux dollars"
D. Vaval intitul6 Coup d'awil surl'i- timnbres-poste d'll;iti, la Manion
tat 6conomique e financier de la Rdpu- Id ts envoie franc de port sous pl rec'O
bimqu d'Haftipetc, chez Monsieur F. mandd dans toute 1.s villes de 1.R RC
B61izaire, angle des rues Geffrard et Fd- blique: Lunettes ou Lorgnons en nic
rou. Pinoxydables, selon les prescriptions
Prix .1*. I Docteurs on instructions des acht"


Ecole dw arts et me'tier I
f


[

[


am- Ono"


r_


-- -


__


45, RUE Roux, 45
TEILlPHONE.

Journaux, brochures, biilets de

marriage, cartes de fian
programmes, affiches, et tous

autres travaux de ville.


a


I


I


I


I