<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00119
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 23, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00119

Full Text

PORT-AU-PRINCE (IuarI)


VENDREDI, 23 ABOUT 1907.


J


I


QUOTIDIEN


ABONNEMENTS :

Mois Une Gourde D'AVANCE

DIPARTEMENTS & STRANGER :
rrais de post en sus.


Dizucmux:

C3]Lgxxxelt A*XaLG3LcArro

R"DACTION-ADM1NISTAtATION
45, RUE ROUX, 45


LE NUM]RO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent du xer. et du Is de chaque
mois et sont payables d'avance
Les manuscrits inslr6s unono no e sont pas remis.


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


VTl R OL O GI(E i L jourd'hui, L'dducation novella, A quoi
S .4LA i ent la supcrioritd des Anglo-Saxons,
A-t-on inirdet d s'enparer du Pouvoir ?
Les grades routes des Peuples.
M. EDMOND DEMOLINS. La mort le surprend travaillant A
vtrilier et A preciser les repercussions
sociales qui so dtgagent du rapproche-
Lecourrier de cette semaine nous a ment et de la concordance des phd-
apport6 la bien triste nouvelle de la nomenes observes, car, 6crit-il il
mortde AM. EDMOND DEMOLINs, Direc- n'y a use Science social que si los
teur de la Science Sociale qui esl, cor- ph6nomenes sociaux se rdpercutent
me on le sait, le bulletin de la Soci6td les uns sur les autres, independam-
interationale de Science Sociale,- et ment de la volont6 humaine et par le
foodateur de l'Ecole des Roches qui est fait de la nature des choses. -
le premier 6tahlissement francais ofl Les rapports entire la science et 'a
sontappliquees les m6thodes nouvel- morale ont dgalement pr6occup6 son
les education preconisses par la So- esprit et voici a ce sujet les dernieres
ciat6. lignes qu'il a dcrites : a Je ne croispas
MI. EDMOND DEMOLINS a dtd en Fran- que nous arrivions a 6lucider la ques-
ce At A l'Etranger le promoter des tion par. 1o proc6dd philosophique.
ideessociales les plus solides et les Nous ne rtussirons A fire la lumiere
plus incontestees, en raison de l'ap- et i mettre les esprits d'accord, qu'en
pui considerable des fails observes, et cherchant A determiner, dans les faits
l'Pcole constitute par lui et ses colla- et au moven de l'analyso mntllodique,
borateurs a r6ellement renduplus con- le ritpercussions qui existent r6elle-
sistant et a perfectionn6 le procedd inent entire la Science Sociale et la
d'observation institueparLe Play,dans morale. Ce ti avail doit tre faith. J'es-
I'6tude des phlnomwnes sociaux. sayerai de montrer prochainement les
LEcole des Roches, qui s'ouvrait en r6sultats aux(luels je suis arrive. ,
octobre 1899 avec la Maison du Vallon C'est une autre voix d6sormais qui,
et 50 eves, comprend aujourd'hui, apres avoir interrogd les archives et
outre cette mason, quatre autres qui donn6 corps aux id6es dbauchees du
sOnt La Guichardiere, I'Iton, le Coteau Maitre, viedraa nous rievler les a re-
et le* Sablons. Le success de cette Eco- sultats pruomis et auxquels la mort
le v tellement croissant que M. De- a primaturd6nent impose silence.
0loliaMb pu dcrire dans le fascicule
do Wis dernier qui lui est exclusi- M. ELmond Demolins a 6td un pro-
Veent consacr6: aCette annde a vu fond patriot et les g6ndrations futu-
c'aceetuer et s'affermir le succfs de res, pour lesquelles il travaillait si ar-
1'Ecolo. Nos cinq maisons sont pleines demment, viendront confirmer que la
Ot no0u pensions qu'au lieu d'en aug- route du salut social, pour la France
mentpr le nombre, 1 est preferable de est bien celle qu'il a si puissamment
?6lectionner de plus en plus nos i16- jalonn6e, et non les chemins 6quivo-
cs. DtPUis lorigine de I'Ecole, nous ques et tortueux qu'indiquent aux
iatiqqons cette selection, mais, cette foules cr6dules les aventuriers politi-
,'ne, nous I'avons appliqu6e d'une ques.
fCon toute sp4ciale. I est entendu Le Matin salue avec motion I'hom-
uelei nouveaux 6ilves no aeront ad- me considerable qui vientde disparaltre
S qa'apres une pdriode d'essai de et don't la pens6e a constamment ins-
i mois et qu'ensuite ils ne reste- pird nos dcrits et nos id6es.
1tque si leur conduit est tout 6i La consecration de sa parole est ve-
satisfaisante. La port d'entrde se- nue d'ailleurs fortifier chez nous la
Btro*e et la porter de sortie large- pensee que la vraie et patriotique reu-
ent ouverte. vre- et cell qui doit aboutir au re-
r. Imolins joignait ainsi 1 action A 1vement national est bien la IAche
far, el it 6tait un travailleur aus- social que nous avens assuma6 et A
tlIfaqible qu'6m6rite. Ss rinci- laquelle It a lui-meme consacr6 touted
NBX II t es sont :LeFranats d'aou-- une vie d'efforts sinebres et laborieux.


Et contre I'ineptie des urns, et con-
tre la mauvaise foi des autrIS,, noust
autrons toujours los cncotirag, ankte
paroles du Maitre (quli nous (crivait le
28 Juin dernier .
4 Je vous price d'agrerW tonte;s mesl
fVlicitations. Vous avez pat)faituieniit
compris I' uv\re de Science elt do pro-
gres social que nous poursuivons. D
19 i- MM


Conference de laPaix

Nous avons public dernicrement la pro-
position de S. Exc M. IIorace Porter, dc-
Itgu6 des Etats Unis d'Amcrique, relative
A la limitation de l'emploi de la force ar-
mine pour le recouvrement des dettes
contractuelles.
Cette proposition a ttd aminie p-r les
nations suivantes :
Allemagne, Etats-Unis d'Anmril1ue, R(-
publique Argentine, Autriche-liongrie, Bo-
liive, Etats-Unis du Bresil, Chili, Chine,
Colombie, Cuba, D)inemark, Rdpub'ique
Dominicaine, Equateur. Espagne, France,
Grande-Bretagne, Guatdmala, Hlaiti, *Italic,
Japon, Etats-Unis Mexicains, Montdnegro,
Nicaragua, Norvege, Panama, Paraguay,
Pays-Bas, Perou, Portugal, Russie, Salva-
dor, Serbie, Siam, Uruguay.
Nous extrayons du proccs-verbal de la
seance 'Uu 27 juillet les passages suivants:
M. PIERRE IIUDICOUT d6vel)ppe les
considerations suivantes :
La Dl6dgation d'Haiti, en ddclarant
se rallier sous la reserve qu'on con-
nail, A la proposition des Etats-Unis
d'Ambrique, concernant le recouvre-
ment des dettes publiques ayant leur
origine dans les contracts, n'a pas en-
tendu admettre qu'en pareille matiere
I'emploi de la force puisse #tre Idgiti-
me. Car la Itpublique d'laitihqui, elle
aussi, a eu, dans le course de r:on exis-
tence national a subir des actes de
violence, ne les a jamais consid6r6s
avec la resignation des faits accomplish:
ce n'a jamais ete qu'en protestant et
en appelant a I'histoire et a l'huinatii-
t6 qu Elle s'est plide aux exigences
qui lui farent imposes. Mais elle a
voulu, en tenant compete de 1'6tat ac-


ttiIl 1e.-;s 'll)s. o, contiilmlor A uIn pro-
gr(''s dawns lo droit international.
Al p (do ces di'h.t-, In'Attend' z psi- de moi
unl di.s' c itr- ; iais en pr';ser e de la
contilladict ionU ppuento d(esarguments
-;pectivemifn- opposes, j'estifme que
tdi'l<|iips |>',.-isotins so it absolumont
nlecessa i t'
Pour liei1i alpprll' ior oe caractere
lphilantlhropi (ine du la proposition des
Etats-L'nis ld'A. Itril ue, ii fant so re-
porter a I':tnnie 1940)2, m'i' a Mt formu-
t'-e pail la l;rl lblit tli Argentine la
doctrine cnn te depui-. sons o nom
iDo.trine de Dl)rc ao Q. lt i Iait, A ce
Iomoe t-li et ( iuelle est, rh 'lieure ac-
toolle, li p)ralit t e international, en
traltierO (de recou vrrement de dettes
publiques lpar los 'uissances :?
'n vertu du droitt e Souverainet6
Itlui tait iqul e cliia'ue P issance, dans le
re tInmeont do ses raplports internatio-
ionux, n 3 prend conseil que de ses in-
t61iats, le puissatit i 't;at r'clatinau t or-
ganise une eXlpedition. L'escadre ve-
uite A. de.sti atieon, aprt's un ultimatum
.A corto 4clKnan, ( quelnie fois trois
liEures )saisit on couleles piuvires trou-
vis dans le porLt. oiiiht rdeo lo.; dili.'is
publics, tu qu(ieliques personnel in-
nocentt,-s o, innoll'ensives, tUtlblit on
blocus et no cesso cos actes d'lhostili-
tO que jus'qua ce qu'elle ait obtenu
satisfaction. Dans d'autres occasions,
quand l'argent a et6 rendIu t board, on
exige une lettre d'excuses avec des
salves de canon pour saluer le Pavil-
Ion qui vient de provoquer tant de
justes rancunes. VoilA en racourci, le
tableau des humiliations auxquelles
done lieu la pratique courante de
1'emploi arbitraire de la force pour s
recouvrement des dettes publiques.
Eh bien! C'est pour 4viter d6sor-
mais ces actes d'execution sommaire
que la proposition des Etats-Unis d'A-
mdrique a 6tA formul6e : c'est pour
eviter que I'amour-propre des grande
chancelleries que le ressortissant 4tran.
ger salt toujours exploiter, ne s'enga-
ge sans exameni pr4alable et contra-
dictoire des faits dans ces operations
qui n'ont que trop souvent, trouble la
conscience de I'humanit6.
Quelle est 1'economie de la proposi-
tion amnricaine? Elle tend A fire sou-
mettre A des juges impartiaux, la Cour


~ _~___


go


7 -T .0


If*JEE No 120







d'arbitrage de la IIaye, a dit S. Exc.
M. le (Gndral P'owren, les faits de la
cause, dans Iles conditions prdvues
au chapitre III do la Convention pour
le reglempnt pacilique des conulits in-
ternationaux. Devant cette (oir, les
parties auront la faculty do fair va-
loir leurs pr6tentions respective, y
compris dernandes reconventionnel-
les; et, si une condemnation dolt s'en-
suivre, la Cour d6teriminera le mode
et la dur6e du painment Ne sont-ce
point la les conditions suivant les-
quelles so r6glent ordinairement les
conflicts avaut pour objet des droits
priv6s ? Esfce que routes les garan-
ties que les particuliers trouvent de-
vant les Iribunatix ordinaires ne se
retrouvont pas devant cetto Cour d'ar-
bitrage, consid6rablement agrandies,
justement en rapport avec les grands
intdrets en presence '?
IIest indlniabloe l I'ain liioration
des conditions d(1 I; vie a a sivi 1une
march progressive dlpuis le XIX sie-
cle. L'honnmme tornd .-ss cosse vers
un ideal de I'aix eo de I'Perection in-
connudes temps anci('en;. Iles codes de
loi,comme les praiti(jities judicial res sont
traverses par il grain I soull'fle d'hiuma-
nitd, devanrt leq piIl s.' ) iss4ent les bar-
rieres internatio nlo.-;. ,e lien do soli-
darite entire los hoiuines onn est deve-
nu plus I)issa tt t le tenI)p n'est
pas loin petrt-tre, ofi' Ios nouvelles
conditions de la vie dles peoples front
mentir le viel adage : iOto IIOMINI
LUPUS.
Est-ce qu'il y a A redouter lque les
m6mes homines qui, au sein do leurs
pastries respective, contrih)aent si ef-
ficacement a p)erfectionner los institu-
tions publiques et ti lhinaniser les
rapports sociaux, oubliont leurs prin-
cipes et leu'rs idlcs, une fois qu'ils se
trouveront sir' lins sig-es do magis-
trats internationaL:x ? I soembln bien
au contraire, qu-e cos principes et cos
iddes s'Olargiront,c.ir biOil PI lus vastes
sera dtsormtais lour champ d'applica-
tion. Justes et 6tqutables- loisqu'ils
sont appelds ai c)oicilier los int6rets
d'un creancier, (lii N NE PECT I~rRE
CONTRAINT A itECEVOmII IEN PARTIES LE
PAIEMENT D'UNE DErTTE M i.ME DIVISIBLE n
avec ceux d'ull DIiDITEUR' MLIIEU-
REUX rr DE IBONNE F'OI ) en butte aux
coups do l'adv.'rsit(i, cesseraient-ils
de 1I tre lorsiqu'au lieu de deux par-
ticuliers, il s'.gira do deux Etats?
Pour ma part, j., no puis lo croire.
II est certain lq(e les circonstances
de force majeur lqui eottraient un Etat
dans 'inrpossibilite toujours mo-
mentanee, d'aillours,- de payer une
dette, seraient du resort de la Cour
d'Arbitrage. Car les circonstances de
force majeure, c'est-a-dire, des fails
iad6pendants de la volonte de I'hom-
me, peuvent, en paralysant le bon
Tooloir, emp6cher trks souvent 1'ex6.
nationn des obligations.
D'autre part,- et je le dis a la gloi-
re de I'bhanant6- je ne vols pas la
ande Puissance creanciere en vertu
de sentence arbitrale, qui s'oublierait
A conslderer a de mauvaise foi I'Etat
d6biteur dans I'impossibilite de fire
face a ses engagements, a la suite
d'une inondation, d'une eruption vol-
canique, d'une r6colte manquee, etc.
L[e temoignages de l'histoire contem-
poraine sont trop 6clatants pour I'ad-
mettre ; la piti6 pu'lique internatio-
nale s'est trop affirmbe sous lea mani
kMtations les plus diverse & I'occa-
aoo dee catastrophes de 1'Amiral Sto-
mWM de la Martinique, de Courribres,


de San. Francisco, deSantiago duChili
et de la Jamaique.
Mais ce qui parait preoccupcrquel-
ques-uns de nos colligues, c'est qu'il
serait question, dans la proposition
americaine, de l'emploi dventuel de
measures do coarcition ; I'on a pr6ton-
dii que ce serit reconnttlre-lo droit
d'une Puissance A employer la force.
Je ne qrois pas cette crainte fond(o..
Le droit absolu do chaque Puissance
souveraine est do r6gler ses rapports
internationaux de li Tacon qu'elle ju-
g la plus convenable A ses interests.
Et ce droit absola ne peut etro Limit6
quo par le droit absolu d'une Puissan-
ce souveraine rivale. D'oh la necessit6
d'etre assez fort pour opposer la force
A la force. Dans ces termo. i! ;t im-
posstble d'invoquer un rappo.t d',
droit ayant la souplesse necossaire
d'un lion juridique.
Dans la proposition .ds Eltts- Un t
d'Amdrique, il est question, d'th Dl)orr
CONVENTIONNEL At cri-'r poir la p'ro-
to :lion exclusive dos Eta; f iidle. Ii
n'y a rien de dlsonora~t ou d'ihuini-
liant A sa rallier ai cettc propositionn
qui demandle aux Puissan-,'s iuiiies
A cette Conference dte sinoer utno co!n-
vention par laquelle elles s'int,'ri-
raient mnonentandmenet de fire poser
sur un Etat dans le inalli.kur 1, i)ids
derasant de leurs arnmeernt e l1. la
consequence d'un tel accord strait
que ceux qui ne eventt pas opto.si' ll
force A la force auront du moins la fa-
cultd d'opposerle droit t !a force.
Je suis do coux qui poeisent qu'il y
a des concessions don't on doit so g:ar-
der, en preftrant les pires calamities ;
mais qu'il est de3 sacrifines q<'il faut
savoir s'iniposer, lorsqi'i!s ont pour
objet de conduire vers un but noble
et gendreux.
Obtenir quo l'on s'explique deVant
une .liridiction ddsintl'ress_.be ; (que
l'on essaye s'entendre avaiilt do rocou-
rir A la guertre, cc n'est pas fairei une1
concession A ce que I'oi nomme im-
proprement oI droit de la force : cc
n'est pas non plus s'imposer un sacri-
lice quelconque : c'est accomplir un
acted loiiable, car c'est conjurer la dis-
corde, c'est diminuer les chances Iha-
sardeuses do la force brutal et avou-
gle, cost marquer un progris reel et
certain vers I'idsal conrnun, la pacifi-
cation universelle.
En adoptantla proposition des Etats-
Unis d'Amerique, les Etats faibles ne
reconnaissent pas plus la Idgitimitl de
1'emploi 6ventuel de la force qu'ils ne
renoncent au droit do d6fendre leur
honneur, leur souverainetd et leur ni-
dependance.

PERPIGNAND LAFONTANT

Nous avons reeu avec une douloureu-
se surprise un tdldgramme nous anmon.
cant la mort, 4 Jacmel, de noire agent, le
s mlpathique Dr. Perpignand LAFON-
TANT, 9 suasbUtement hier matis.
Le Matin se rappelle avec attendrisse-
ment les encourageantes communications
que lui faisait d notre ddbut c -uii
qui viet die sparattre et-qui, avant -hie,
encore eous dcrivait : t Je ddpense tout
ce que fai de bonne volontd pour rd-
pandrele journal dont les saihes iddes
dritent d'dtre connues. .
Profonddment affects par cette perle
cruelle, nous prdsentons nos sympathi-
ques condolences au.v parents du cher
defunt don't nous garderons un pieux
souvenir.


lNovelles Btranigres


DEPfCHES REVUES CE MATIN

A Casa blanca
CASABLANCA 21.- 3 nouvelles colon-
nes d'insurg6s out rejoint aujourd'lhui
les fanatiques qui assignment Casablan-
ca ; ces renforts vont rendre plus dif-
ficile la situation det s troupes f:':i r cni-
es.q Celles-ci sont extdnu6es de fatigue;
las soldats sont convainr'ns q,' o lour
attitude defensive est insuffl ante.
Incident dans une mosque
TANG.F 21.- Un ini) silnsa-
tiorni.l s'.e-t pr'.)dnit Iiier a Fc z lpin-
i i; I pli roi d'3 Midi h Ila grand
[Mos-i ,e1s *I I .mdDm id. Iend:int q;ie
ls fid~~es >.-C!:;, lIt plongl s da::- s Iur-
dcvolio.ns, ott soldat, s'est tout at coup
6(,-:'ii : I P i:- A- 1 :lli! faii' (, nn! ro
MaI ('r .M,1 l --Mlamed, soit vi>:to-
rieux Moi tlned est le firbre dui Sul-
tan. C01o1:i1e !;i proclamation d'in Io 11011-
vcn aui Suii tl 1d ins une mo.-((ln'e, d(
\vivanr t dl i .S )'lverai, est d'li;l)itude
1^ signo d'Sii revolution, (11 ,,tten-
dant oc cr i 1''.; id les trappl'-,s do ter-
reur so sont cufuis dans la rue.
Ouvriers imarocains en greve
TI. t:i rN, O'an 21. Mille o!zvri rs
marocais :nisI )'lo d ins ,ino !niie
de fer des environs do ceCto vil'o so
so)t mis on grz've a njoulld'hti; ils out
par'courti los rues do l:i vil!', on mo-
ina:ant les residents ctiropI'oeis.
Jeunes femmes disparues
BEaILIN 21.- L c nom)l'eL d-; dis-
paritions myst6rieuscs do joune.- frin-
rnes rs&idant dans cette vilio preond
de.s propoilions alarmantes ; sans
compiler calles qui ont d6ji ot- rap)-
plortiees ces jo:rs d 'rniir-, cin( do
cos disparitiin oI o it :1, si.lit j 's aui-
jourd'hni A la police.
Les souverains d'Espagne
Bo1D1)EA.\X 21. -- L.e roi 0t lt l rtiino
d'Espagne sonl;arriv's ii aujouI d'l i.
IFs voyageint sois lo niOtll d(i Coi)C
et Comte.sse Covad*'tigi.
T616graphe sans fil
BEIiLIN 21.- La RIussio et I:, J;I))n
so proposeot d''tablir un syst'i.ij le
communication par la te'graphli
sans fil avec -a Sibcrie.


__ I


La mission abyssine en Italie \ASIiN
ROME. 21.- La mission abyssink e',- aminricain
voy6e par I'Emrpereur AMeitlick oCt radio o a 1
arrivee ici aujourd'hui ; li; ,pat lira outt (q ittl
domain pour Racconiizio oIt ello scra sans incid
rescue par le roi Victor I'mmantnu l.
Espions japonai-
St-PETKsniu ouMlU 21.- Trulis japo-
nais appartenant A uei troupe d'acro- I1
bates ambulant out 6tl ai'rrits pour
ddlit d'espionnage A Roctoff-sur-Done;
les autorites ont trouvts sur eux des BENSE
plans de fortifications et autre.s docu-
ments militaires.
Le President Rooavelt
PARIS 21 :- La plupart des jour- 0]
naux parisiens commentent avec inte-
rkt le discours que le President Roo-
sevelt a prononc4 hier A Princetomw SaMINAI
(,Mass.) Apres avoir faith un expose des
puissantes Compagaies centre les-
quelleslutte le President des EE, UU.,
Io a Journal de; D;bals ) dit qu,il Baromere
craint quo les m6thodes employees
par celui-ci, ne soient dangereuses ; Temper
il dit que le r6le do l'Archange tuant
le Dragon de la Finance, prAsente des Moyentne di
dangers qu'un home moins attache Le ciel a
a son but percevrait aisement. Le du soleil et


GTON 2)2.- Les crois
s WeVst-VirginiaP, *,
Pennsylvania et *Maryll
Yokohama pour loDo
lent.





IGNEMEI TS
ETEO LOLOGIQu

bservatoi')
DU
RE COLLEGE St-Ml1


JEUDI 22 ABOUT
A midi
S (minimum
atureTmaximum


,,24.P
3 u9


iune de la temp62tim 29'
L t presque c Coov0,
clair pour tout# i


End
flrt'sidvnt a drja contlibu Popro
largo,' paIlt.t i Ia dpression dn
Stotik-Exciaa d.3 de Newyy!,
actiielleminent.
Le Camp frangais attaqu. Id. f
bon et 1Q Prince de Bulow. L!s f
toulonnaises en feu. Le Praside I

pAtis 22 -Ilente 94,2:. i
PIlibei'~t t6l~graphiio de Casibla
quo e Vsi ivocains "l'OfiiIrelit ds'j,
hiiuinoi Ipour diiiger dans la inati*1
'i'iP unea! t hqlie sur le camnip fr*
ca'lIs. La bruilmc s o' Wk t levdo, arti4!g
no do terr & do iner feur fit subir
Sii 'lo-s p rtes. A deux heurmst
Ics trouj'!s du gdl Di'6de OC-u
les crtes A plus do cinq kIloM
du camp &- canonnaiont les waro

1, ShiaIroctk vest attend au
d'hi[iI A Oratn :iyant A bord l'a
Pili:i. do (Casablanica.
M. (:1l. G I)on Atnbassadeur, d&F
A Boliti (16tta11ars ct ap, is
:41, rt 1- ii.a, li k:1.z 10 prince de 'Bulow
Noler.,ivy ; Li coifsft.ra avec M. Pic
avant son dt1part.
Par suiile Lu inistral, les lamma
*.j':(it.e-; dans fes forces toulos.
J S) viIV&S Ct o 0 craint
pou 11' I [1)1 ei nioutagne et le vilue
Ui i,_- niriisoaien construction
on compto Ii-1 orts.
Lo l'Ifrtddelitdo la II6puplique (k
womj[)agii6 de sa famide,
l avi lii ce matin pour Geneve.
Cours martiales
I1I;.%, 2:2.- laiis lo courant dejuil
let, Ites cours inartiales des provinow
do Ia Ililtiqpiie ont condamn4 26 puw
sonrwcs a inort et 31 Ai i[a dportatzoa
Un tribmial p37manelt
LA-IIA YE22.- Le texte de oa
si~ion ainnricaiue pour I'dtMS
pwrmanerjt d'uij tribunal dart
est acheOv ; cc texte rddigd d'
atc I'Alleinaurno et I'Angleterre
dhsic't' Io '28 aofit.
Le choldra
MERLIN 22.- Un message de Sha
liii ijlijliCOj ( (jc opiusieurS cas dec
jt*., eorit dtvcilaniis parmi n aP
lation iti.4p!e et (IlR, plusierseu
I)(.2;C; soUnl o110s ; I'dpid fmia
t'ait Pnlement son ap~parition
pihtsieu 's aut res I),'ts chinois etP
Croiseurs amdricaif ._







Ittd'Est chaud et sec ; brise de mer tar-
in. Le barotntre est monte d'un milli-
Ce. J. SCHERER
Cbambre des D6putes
Sawe du jeudi 22 Alodt 1907.
Messieurs nos Inviolables ont travaillh
ate lajournae. A la stance du martin, I'As-
mbIe a sanctionn6 un proces-verbal et
plouilli sa correspondence. Entre autres
#ccs de la correspondence, ii faut noter
eois messages du S6nat annonCant A la
Ckmbte que le Grand Gorps a vote les
idgets de la Marine, de la Guerre et de
Ibt rior en y apportant quelques modi-
0ations. Mises successivement en discus
ido et aux voix, elles ont 6t6 adoptees.
Ensuite au budget de la Marine une somr
t de P. 5.oo a tr votee A titre d'indem-
nics au personnel de ce Departement.
Au budget des Travaux publics une va-
l tdeP. 22.300 a 6tC inscrite pour la re-
ration du pont Sond6 et celle de P. 17.
a- po l'acquisition d'un chemin devant
~ir le Bois-Verna A Turgeau et la cons-
trction d'un point mcntallique.
Au budget de l'Interieur, la subvention
P. 2.0oo en faveur du Conseil Communal
iPort-au-Prince a 6tc portde ; P. 4.000.
L'Assemblte a ensuite voted d'urgence le
proet de loi ouvrant au D6partement des
Tavaux Publics un credit de P. 98.ooodol-
is pour les travaux accessoires de la Ca-
th rale.
Lecontrat passe entire le Dpartement de
rAgriculture et Mr Lovinsky Isidor pour
hcreationde Soci6tes Agricofes a tc edgale-
oant adopt.
Pais la Chambre a suspend la stance
par ttendre les communications du Senat
La sance est reprise A 6' 1/2. Elle s'ou-
w par la lecture de I' Adresse au Peu-
I3 donn6e par le D6put6 Camille LAon.
PIImportant document sera public dans
I1.s prochain No du journal official.
a Chambre a ensuite vote quelques
miifications port6es par le Senat a la loi
ar la Police des Chemins de fer.
Ont ste ensuite votes les modifications
lnees aux Budgets:
io De la Dette Publique.
2 Des Voies et Moyens.
1* Du Service de la Tresorerie.
Assemblee Nationale
A 8 heures moins un quart, les PNres
oscrits se sont r6unis aux inviolables
4 la Chambre Basse, pour ouvrir l'assem-
ki National.
M. le Senateur Dupiton, president de
.ANemblie, accord la paroleausecr6taire-
~,daccteur pour soumettre A l'Assembl6e
r.daction du proccs-verbal de la derniere
Puis le Ministre des Finances obtint la
,pl our remercier 1'Assembl6e, au
in du Gouvernement, tous les mem-
ffde sa 25 me Legislatu.e. Quelques
-rrlse surpassent en remerciments et
l.ess patriotiques et la session de la
ature est solennellement fermee.
D6ces I
.iousavons requ le faire-part di la mort
-9 ANGLE MARGUERITE EWALD d6c6-
kkier soir, a 9 heures et demie, A l'age
42040S l .
St1 tOanrailles auront lieu auiourd'hui,
3 heurte precises de I'apras-midi. .
'. Convoi partira de la mason mortuai-
Sasre Rpublicaine, No i99. ( Phar- s
Slbertini Ewald, ) pour se rendre a a
Iiae .Mtropolitaine.
"5osui rcres condoldances A la famille C
8rsettne ddfunte. t
IAgne Hollandaise
Ie( t entrC le sis 'Prins Willem IV p
Paspers sutvants :
-W. : Dr J. B. TroS, Dr Ed- i


mond Hreaux, Fernand Hilbert, Clment
Lespinasse, J. Duek, Agnes Halder et
enfants.
II est reparti dans la soiree avec les passa-
gers suivants pour ;
Saint-Marc: Marc Boutin, J. Hasbourne,
Mere Sainte Alvire, Mme Alerte Saget,
Melle Marietta Sager. Chs Sterlin, Scours
Benjamin et Oldrade, Pierre de B-tanique,
Saeur Rose Ste-Dominique, Mme El'ne
Caucanne et Mile Fullia, Mme Antoinette
Lubin, L. Alfred.
Cayes : John PNlissier, Cinmada, Mme-
A. DWsir, Mile Rose ct bbb6.
Curafao : Antoine Fouchard.
Sooi6et frangaise de Secours
Mutuels et de Bienfaisance
Les Membres de la Soci&et sont pries
d'assister aux funirailles de Mile MARGUE-
,ITE EWALD qui auront lieu cet apres midi
A 3 heures en l'4glise Cathcdrale.
Le 'Prisident, F. CHWRIEZ.
Administration postal
Lettres recommandles en soujfrance
SERVICE EXTtRIEUK
F. Madiou, Mme Lise Bistien, Comd'
A. Celestin, Philippe Fusier.
Lettres retourneer aux expditeurs
'Destinataires :Ixpditeurs :
L. Alexandre Guantanamo F. Alex.
L. Alexandre Cahnanera
Boite aux Lettres
Port-au-Prince 22 AoCt 1907
Monsieur CLMENT MAGLOIRE
Directeur du a Matin
Monsieur le Directeur,
A prolfos d'un article paru dans le num6-
ro du 21 du courant du ( Matin P, certain
individus toujours en quite de cables ont
cru voir un allusion dirigee centre moi.
Depuis l'apparition de mon organe, j'ai
toujours limit, mon plan d'action au pro-
gramme que je me suis trace.
On ne m'a jamais vu prendre position
dans aucune question ktrangere A ma redac-
tion, pas plus A la Campagne social que le
* Matin mcnc si courageusement qu'A
celle concernint le 'D des Couturisres sou-
levee par certain confrere.
Je crois done que c'est bien A tort que
ces personnages ont voulu voir dans votre
article la moindre allusion A mon adresse.
Je vous pricrais cependant de bien vou-
dissiper ce doute qui semble persister, mal-
gre les explication que vous m'aviez four-
nies verbalement dans 1'esprit de plus d'un
Bien cordialement
CHRISTIAN REGULUS
'Directeur du ( Trait-Union ,
Notre confrere peut se rassurer.
Pour dissiper ces doutes qui, d'ailleurs
I'ont aucun tondement, puisque le *Trait-
i'Union n'a janmais eu a nous prendre A
parties A cause de notre champagne social,
nous d6clarons que c'est absolument A tort
u'on a vu dans notre article d'avant-hier
les allusions dirig6es centre Mr Christian t
R&gulus qui ne peut etre en cause.
A Turgeau t
C'est apr6s-demain dimanche 2a corant a
iue sera c6lbre la fate patronale de la cha-
pelle St Louis, de Turgeau.
La solennite sera presid& par S. G. Mgr
e Coadjuteur. Le panegyrique de St Louis
era prononce par le Rev. PFre Le Berre,
umonier de l'Orphelinat.
La messe commencera A 8 heures et sera
:elbrde par Mgr Pouplard, core de la Ca-
hdrale. Elle sera suivie de la Benediction
lu Tris-Saint Sacrement.
Le P&re Ch. Gay, aum6nier de la cha-
elle de Turgeau, prepare avec ddvoue-
nent cc gzle, cetrc ftte annuelle qui aura lh
iluas granl eclat.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. IIOE11LIN
Ancieft membre de !.: Soci: ,'' Philan-
thropique des matitres l -ille,' -- / lParis
Vientl le rrcovoir oi .1; rian .iaoix X&'d-
torles diagon.i!l, casirli ;allp:c I, chelvio-
to, cheviote pour deuil, etc, Rocomman-
de particulierementt a sa clientele une
belle collection de coupes do casimir,
de gilets de fautaisle et de piqu6 de
oute beauty.
Prix mod6res defiant toute
concurrence.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
ces.- Conpes FranCaise. Anianis et
Amdricaine de la derni6re pelection.
La taiLon confioctionne aussi ldc Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, de tous grades..
- -------- I- --J _~ ~

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en d&-
p6t urn grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS
Les commander dos commnerCants
de 1'interiour pourront ktre ex4cutdes
dans une semaino a peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
POnT-AU-PRINCg ( HAITi )
*


A vend(re
UN SUPERBE ANE.
S'adresser Grand'IRue, N 1!5.


Langue Anglaise

Monsidur J. J. DESCE.
Le professeur td'Anllais si lien coIn-
nu et si justement appre'ie diu public,
avise ses clIves, ses amis et tous ,:eux
qui voudrout bnficicicr de ses excellen-
tes letous, qu'il se trouve au No 97,
Rue de la Refvolution, lite de l'Enter-
rement, ot I'on pout se renseigno.r sn"r
tout ce qui concern sa profession: le-
;ons dianglais, de franCais et d'espa-
gnol.
Par un procedl des plus lratlques,
le professeur met ses elcves, en peu de
temps, sur un tr6s bon pied. Ses prix,
res raisonnables, sont A la portde de
outes lea bourses.


USINES MON-REPOS

SUCRE TURBINE
le plus pur, le plus propre, le plus
gicho en matibre saccharine
ddtfiarit toute concurrence.
Tafia Sup6rieur : 20 degr6s
DEPOT GENERAL:
8, Rue Roux, SS
(aeniune Rue BonneFof).


LA

Meilleure Farine
du Monde
Colle qui donne le meillcur pain.
Q ii produit le plus do pain.
(jii donno lo pain le plus blanc et
I.' plus 14ger, '.
C', st la Pillsbury's Best de la
Pili.bury WasIburn Flog r Mils Co,-
Minneapolis MiUn.
Ern. CASTERA. ReprdtenMni.


VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co


VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res
k7 ---

IKOLA
IDE
ixngstox
MACNISH'S & IRONBREW\V
A Vendre
Cliz CAIINAT FOUCHARD
5, 8i), Rue du Centre
62, Rue das Fionts-Forts
1 I -- .-- _
Voulez-vols des souliers 6 lgants,
solides, fabritius avec toutes les rb-
gles de l'art?
Allez chez
Alphonse di Guglielmo
167, GRAND'RUE, 167.
Le cordonnier du high life,
Lo Roi de la Chaussure, don't les
travaux appricids sont simplement
des merveilles.


E3x-rani clh.exmerat


lt. FaAIn,


Fabricant de chaussures,
Porte la coiaissance du public,
particulieremcnt de ses nombreux cli-
ents do la C6te et de la Capitale, que
I'Vtablisfement a un stock incalcula-
Dle de chaussures pour hommes,
temmes et enfants, en tous genres,
et que, malgre l'offre de inq pour eeA
our I'aohb ea ge ro 0/0) fait un r
basis exce atondel'sbt- priz.r
L'&tabU hement so charge d fair
preudre des measures & domicile.
orwi/oUr : Som, e. *cliiudi, pOsDuaQU
42, Rue des Fronts-Forts, 4. "
PORT-AU-PRINCA (llAr)

On trouvera:
Le novel ouvrage du G*. F. D.
LUGITIME : Il/omme, lC Mo&e M
Sciences, a la Pharmacie Roberts, chb
Velten et Lagojinjqn. .,I ( r
Prix: 4 Gourdes.


__





U


Dr RAMPY


PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Lalue).
CONSULTATIONS TOUS LES JOURS
DE 2 A 4 IEURES.


I,
bl
B3


Poudre dentifrice

< L'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dents et
les conserver intactes ? F
Uses seulement de la Poudre
"dentifrice L'Ideal ,
La Poudre dentifrice r Ilddal a QUI F
A OBTENU LA PLUS HAUTE REiCOM-
PENSE A L'EXPOSITION AGRICOLE
ET INDUSTRIELLE DU ler MAI 1907,
A Port-au-Prince est reellement
sa meilleure de toutes cells connues
jusqu'aujourd'hui.
D6pourvue d'acide, elle est sans
aucun danger pour I'dmail des dents.
Antiseptique de la bouche et toni
que des gencives, elle previent la ca-
rie, donne aux dents une blancheur
6clatante et laisse l'haleine une ex-
quise sensation de fralcheur et un
agr6able parfum.
Servez-vous uniquement dela Pcu-
dre dentifrice a 1'Ideal, et vous
aurez de belles dents.
Vous en trouverez A la PHARMACIE
THBARD, angle des rues du Centre et Fd-
rou, vis-a-vis def Hotel de la Commune.
Prix: G. 1.50 la boite

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES GALITe ET PEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poudre puissantecontred6mangeaison
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, rem6de efficaee
centre les acc6s d'asthme et les toux
rdquentes le flacon ; P : 1. 50.
Consultations gratuites :


Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures du
par le Docteur. N. THoMAs.


martin


On trouvera l'ouvrage dle Monsieur
. Vaval inititul uCCoup ld'tuil sur l'6-
at dconomnique et financier de la Rdpu-
lique d'Haitiietc, chez Monsieur F.
1elizaire, angle des rues Gelfrard et Fd-
O .
Prix G. 1.

LA NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

L'IIAITIENNE
Une bonne machine a coudre aun
prix bon march.
La machine a un long bras, une large
navette qui s'enfile elle-meme une ai-
guille court qui se met d'clle-m-me en
place, une cannette qui se garnit auto-
matiquument au moyen d'uue roue folle
sans q-i'on ait besoin de fair marcher
la machine. Elle est bien c9nstruite,
bien finie et sentiment decorde. Cette
machine est faite en deux geures. Sur
une base en bois ou en for P. 8 or
Sur une base en bois et avec
une jolie couverture leg6re en
bois courbe P. 40 or


Je serais heurcux do vous voir essayer
cette machine, soit que vous i'envoyiez
vos ordres ici directement soit que vous
me les adressiez par Fl'catremise doe os
correspondants de on a Port-au-Prince.
Avec chaque machine j'envoie sans
augmentation de prix, les accessoires et
pieces suivantes:
I soutacheur 1 brodeur
A A


1 plisseur 1
4 ourleurs (gran- I
deurs assorties) 1
1 guide avec vis
6 canettes 1
1/2 douzaine d'ai- 1
guilles
Cette machine est


ouateur
pied-de-biche
burette d'huile
remplie
tournevis
livre d'instruction
faite spdeialement


pour tailleurs et couturieres.
Nicolas CORDASCO,
SEUL AGENT
157, Rue Ripublicaine ou grand'Rue,
Port-au-Prince.
Vous trouverez dgalement toutes les
Machines a coudre de Singer Manufac-
ture C.
Pour des commands spdciales de-
mandez renseignement's.


H RSTA BELLEVUE

Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE.(HAITI)

Mme Hermance ALFRED
T6l6phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILIES
DINERS-LUNORKS.
Installation moderne t comfortable. ue --sur la mer. Tempdrature
doce st rigulre. Les Tramways deservent l'Hdtel-Belleue routes les 7 Minutes
PROPRITEI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Salle de reception. -Piano.-Gramophone.
Sonneries -lectriques
Table d'H6te tousa midi d2res 0G.2.5?
do 7 4 8 heiwwdu wir


Imp. C.


MAGLOIRE


45, RUE Roux, 45
TELEPHONE.

Journaux, brochures, billets di


marriage, cartes de


fiancailles


programmes, affiches, et totu

autres travaux de ville.


Billets d'enterrement et carter

,e visit d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE


Avis Important

Li Co' iai-.sion institul 'O par la loi
sur Il'l:xpliop iation pour cause d'itili-
t6 publiiquc i lI'honnetur d'iinfo in r les
intricss(ss qu'clle s'est constili e et
que Ses seances se tiennent au Iureau
de l'Administration principle des Fi-
nances, tousles jours, de dix lieures a
midi.
En conformity des dispositions de
I'art. 8 de la sus-dito loi, les proprid-
taires de terrains don't I'expropriation
est poursuivie sont invites a so prd-
senter, deviant la Commission, pour
soumettre leurs observations dans la
quinzaine, A partir de cette date.
I'ort-au-Prince, 5 Aoilt 1907.
Le President de la Commlssion,
C. SAMBOUl .


Les Membres


JACQUES )1l4:11CIIFI-.-I
F IIANCOIS MAT IlON,
SJ. EUG. MAXIM ILIEN.


Le Restaurateur de la sante
Remede ellicace centre toutes les mn,:l-
dies provenant de l'impureld di s:.ig.
La boit e e 201 pilules : PI. 5 t)
L'enveloppe de 30 pilules : 1. 00
J'envoie gratis etfranco, sui demand
l'enveloppe-echantillon et prospectus.
H. BONHEUR ( Agent )
HOTEL-BELI.EVUE.


There Zep irin Bell
Fabricant de chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
[ants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPICIALITI :
PANTOUFLES MULES

A Vendre.
Chez Mile Ldonide Solages.- 22, Rue
les Fronts-forts, 22.
Chapeaux de Panama pour homes
I tous prix.


LA REVUE
( ANCIENNE REVUE DES RIVUES)
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS :
PAR ,AN PAR SKMES1I
Haiti ... 28 francs, 16 franc.
Les abonnements sont reos dr
les bureaux du a Matin a sml agd
pour la Rdpublique d'Halti.
- .- ------ .. 1| **


A. de allteisetl Co:

39, Rue du Magasin de fltat
Maison fondue en 188.
Bijouterie, Orfevrerie. Gra
Vient de recevoir des articles de
fumerie pour les goots les pluh d
les. Les parfums exquis et rams d'
,llicalesse p6ntetrante qu'elledfre i
clients south de v britables petis
veilles.
Les dernibres marques qul daar
le Tout Papis sont chez Matte:
Son Sourire, Floramye, 2W4 IM
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un,rand
sortiment de bijouterie, argentm
bibelots de tous genres, parfuse
lunettes, montres or et argent,
les garanties.
Specialitk: bagues frangcl ss m
plants a partir de P. 200, liaaar
18 K anglaises st frAnSrId r *
made. Sevie d'arglstde
Iour manage.
Tousles articles vendus par *4
son sont garantis.
Achat de diamants, PiOrfS
ses et vieille bijouterie ds P"M
tageux. Dernier cri: Lu 'lttes
Contre remise de Den dol
timbres-poste d'Hailti, 1s MaSO
tdis envoie franc de port .M1. P ,
mandd dans touted lee ville de la
blique: Lunettes ou LorgDps
inoxydables, selon log pr-w-'
Doctursn oua intrgctlf T a i


-o


I"