<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00115
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 19, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00115

Full Text


LUNDI, 19 ABOUT 1907.


-S


J


J


QUOTIDIEN


ABONINEINTS:


i MOIs Une Gourde


D'AVANCE


DPIIRTKMKNTS & ITRANGUR
vraiu do posts an mss.


DIRcuTEuR:
C1emnermt A~lauirre,

RPDACTION-ADM1NISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMiRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent du xer. et do I5 de chaque
mois et sont payables d'avance
Les manuscrits inserbs ou non ne sont pas remis.
*


r tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


ATTACHMENT AU SOL


Notre p:lys passe aux .yeux de plu-
iurs, au t \eux du plus grand nom-
r, pour tre essentiellement agri-
,et certain doivent encore avoir
mnmoire toute fralche des longues
iques changes A ce sujet entire
Edmnond Paul et Montfleury.
fait est qu'un pays, de quelques
rs que la nature L'ait comble, ne
rait i-,ter exclusivemrent agricole
a.ant pour la transformation
mati. res premieres qu'il produit
pour occuper dans les villes les
et lts cerveaux inactifs, il lui
lporte d'introniser et de d6velopper
ssoln sein le movement indus-
isl sous toutes les formes possibles.
L'agriculture dans ce dualisme, oc-
lpera tonjours. dans notre pays la
hce prponddrante en vertu mime
Sl'ordre de choses cr6e par la na-
re et, ina foi, ce n'est pas grand
nmmage.
Les races les plus fortes sont cells
i sont les plus fortement attaches
L'agriculture francaise a p6riclite
rtir. du moment ot les.'grands sei-
rs de la noblesse ont commence
t6serter les centres ruraux pour
lles et les favears de la cour.
'Espage en d6pit de L'6clat passa-
des r as de Philippe II et de
es-Qelt, n'a Jamals manifesto
titalite serieuse, et, quoiqu'oni
dire au spectacle de son tempd-
t altier, il n'y a plus pour cette
d'avenir sdrieux dans le mon-
A..erve faite toutefois des com-
s d'ordre purement politique
.0 point de vue de la permnanen-
effets, occupent dans mon es-
oa rang secondaire.
l'attachement du sol ne cr6e
tulement la force des nations ; il
altre et dvveloppe, en outre, en
ia grand nombre de qualit6s et
," s6rieuses, au premier rang
le8 je place le sdrieux lui-me-.
Ste6rieux sous toutes ses for-
ro l n'entende pas par attache-
sol celui que, sous le covert
L itlions patriotiques, l'on af-


firme veri)lusement dans les discourse
et proclamations ; cet atlachemuent-l i
n'est que le ligurd et il est fait pout
la rlittorique politique.
Je veux parler de l'attachement dans
le sens propre, rdel, materiel, positif ;
de celui qui fait saisir le sol pour le
travailler, le cultiver, le fructiticr,
pour l'ensemencer et faire que de lase-
monco naisse uric ort do philtre ca-
piteux qui monte au cerveau de tou-
tes les totes, le fortilie et implant
ainsi dans la nation entire un patrio-
tisme terrien, source vivace et in6pui-
sable du veritable sentiment national.
Cet attachment, qu'on 1'observe
bien, est plus grand dans les pays
d6veloppement pat ticulariste que dans
les autres : je veux parler de la Nor-
vbge, ce petit pays du Nord, ce joyau
de la s6rie scandinave et le berceau
mmne du temperament particulariste.
Je veux encore parler de I'Allemagne
saxonne, comprenant le Hanovre et
la Westphalie et je mets, en passant,
en garden contre la tendance de cer-
tains esprits de ranger les Allemands
du reste de l'empire, du c6t6 des An-
glo-Saxons,- faisant ainsi trop bon
march des traditions hisloriques qui
r6velent les origins germaniques du
pays allemand. Je veux enfin parler de
1'Angleterre et des Etats-Unis.
Ces deux derniers pays- et surtout
I'Angleterre sont plus specialement
ceux des grands proprietaires ter-
reas, ceux des domaines lea plus an-
cioanement indivisibles.
SAasi bien, la grande majority des
revendlotMions socialists qui se pro-
dulsent dans ces pays s'attaquent A la
propriety terrienne et I'on peit dire
3a la former da socialisme d4nonc6e
dans les pays anglo-saxons est plul6t
agraire.

Jeviens de dire qoe I'attachement au
ol d6veloppe le temperament serieux;
il est bon d'appuyer cette proposi-
tion- selon. d'alleurs ma constant
babitude- sor qelqees eeatples
Ipob~ t s, etJe oa praseamt la
probg e S ,Jde m l d meque
"Ie graie Bn-IIWIad m


de srleux quo Iuisse olfliri un' nation
et qui se traduit par son amour pour
les frivolites et les fanfrelucles..
Cette mnanifestation no sauralit nous
ttre indill'rente, puisque nlous Ii Ipar-
tageons part notre petite faiiblesse potur
Ios galmons.
ll~n-m i de Tourville a tait la roinar-
(pie que plus on descend vers le Midi
,t plus on s'avance vers I'Or'ient, oil
voit se dvcolopper le gotit do la deco-
ration extcrieure sous toutes les for-
mies portatives : 6'paulettes, rubans,
croix, banderolles, 6charpes.
Avaun de sortic de la France, cons-
tatons que I'()rdre qui est arrive
6clipser tous les autres, celuide mili-
taire et civil de la IAgion d'I lonneur, est
aujotird'lihi r'pjandu jusqu'A l'aavilisse-
inent. (:et aviliss'-ment s'explique par
le fait (1ue cet ordro sert t a rcompen-
ser toutes les categories de mnrite et
(lu'il se decerne aussi hien aux 6tran-
gers qu'aux nationaux.
L'Espagne, en dehors de la Toi-on
d'or, co:2pte 22 ordres militaires, ma-
ritimes et civils. En outre, il y a une
mndailles commemorative de chaque
bataille; enfin chaque magistrat es-
pagnol porte une plaque de la jus-
tice ; claque juge et chaque procu-
reur, une croix, chaque academicien.
une mtdaille en or 6maill.; cheque
professeur d'institut ou d'universite,
une croix.
Voulez-vous connaltre le revers de
toutes ces medailles ?- C'est quo les
villes espagnoles sont encombr6ee et
la desertion des campagnes a une rd-
putation proverbial.
II faut arriver en Orient poor trou-
ver de quoi se consoler de la profu-
sion d'ordres et de decorations qul
caroct6rise la nation eqpageole; pt le
.eveis des m6dailles et des plamas
orientales, c'est encore leur 6tat so-
cial.
Mes lecteurs me seront obliges de
leur faire grace du spectacle qu'offrent
a ce point de vue les populations sau-
vages de l'Afrique, de I'Amrique et
de l'Ocanie : & de6aut de medailles,
elles oat les tatouages et nous savons
si elles en abusent.
Aux Etats-Uois d'Am6rique, les ci-
toyens s'occupent plus de lours porte-
fenttles que de learns boutonanires.
L'Allemagoe saxonne at la Scandina-
vie fondMst lean Ad1.nctom. er la


11%'II-..Iizi I e-t ri1 k l tS l l(J1O' IA (1110 -;111 hIV-


,Ime11r 'ett (le es traIItII I' s. e('114. a11 itle


sont C4)IIItlliills A I \iigletterre, iA
S e Ct I I -II I I nd.I I IIt elI I lit )11 1 4l iII


laLirl' l ne (7i'ttI 'ri t 2 waC oij(l-.-
(ees tstrangers et la -Iau.Itiiitd re- Jh101t
.'tre d, er n tl A I'6 t ra n ge r It'i
uuerbres do faitnlles princitI~e
II v a atissi l( )rdre dii I ain iqui -st
le pilus liomirim ux enli Anllgetel'rr Ct et 1K
toil(! des Indes. Vovoins conititt
se distib it i't-. le Wal
SOUS la miaini (ue (1es d iii ule 2s jJir I'Ia
IFrance, Ious allows tout de- marine tles
utiliser.
14'Oidre dii Bam ri'avait en Vrance
jus(u'en 1887. qjue trois represenltatits,
graud-croi lionoraires: le ,prince Napo-
leon, le rnartcbal Canrob.ert et Io rn-
rdclial de Mac-Mahion. L'Etoil t do-
Indes ne coimiptait que M. deI. 'sops,
comme grand coan mandetir f I
honoraire.
II serait impossible. n'est-ce pa- de
faire un pareil relev6I stalistiquot pour
l'ordro franeais do la Lctgioi d'ltou-
neur.
a'

Je m'abstieos do -conclure ; car Jos
faits rapportds soot asez coocluanis,
par eosimnmes -pom r d4Wiwlea Hai-
liens sa -r to. viritable end seesc~
a'exprlm, cdane une nation, ramour:
3'hwdbe'des bontopnoaibres fleuria..

Pri6rO d'avis r administra-,
tion do la moindre ir" luhrt!
don Is service diiut a TIN*.
Mfin qu!i1 ysoit d. suits-rm&.


L'Vaidministratio dum r Xstii.
annuono. x abonns do. to C1
pua9e qu'ls 9 no dooiyt tion vet
sets, o .Ant
sw s ur PUBOUG T wiplfl f 3-Oc
I., w. imu


-- -- : -- ----- --~ -


L


_


PORT-AU-PRMNCE (HaiTI)


~I~ENo 116i












RENSEIGNEMEN1 TS
MET EOROLOGIQUES

Observatoire
DU
SteINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


DIMANCuIIE ABOUT
Barom6tre i midi

Temperature minimum
maximum


763,0
22,4
34,0


Moyenne diurne de la temperature 28,5
Le ciel a e& clair le martin, un peu nua-
geux le soir. Gouttes de pluie A 5 heures
40. Eclairs et tonnerre. Le barometre est
A peu pros stationnaire.
J. SCHERER
Service Hydraulique
A la suite de information que nous
avons recue d'un abonnd et publide dans
notre dernier nunmero concernant le ser-
vice hydraulique, nous avons eu des com-
munnications du directcur de la commis-
sion.
M. Laiontant nous a dic.lare que si, sur
tout le par.ours de la route oi; se trouve
la canalis.ation de la source de Plaisance A
Port-au-Plrin,:c. les regards sont coniplc'e-
inmnct ddtCriores ci-l provienit des travaux
considi.rablcs qu'on iv entreprend.
11 est bien -videltt q ue pour ret.iire cette
canalisation qui date e vingt sept ann&s,
il taut se rendre compete de l'etat des an-
cicns travaux.
C'est ainsi que la commission hydrau-
lique, A dessein, a verifi6 et brisd, de dis-
tance en distance, certaines parties; de l'an-
tique et ddfectueuse canalisation.
Li commission hydraulique doit pour-
suivre activenient. par des procedds nou-
veaux et pratiques, la reconstruction de
cette entreprise d'une si grande utility.
,%lais on ne petit tout t ure en un jour, et il
faut bien, n'en d.eplaise, nous dit M. Lifon-
tant A l'abonnd du 3Ca:in, que certaines
parties de la canali.ation soient ouvertes
pour permettre la nouvelle construction.
Nous avons de)A vu A l'tx:uvre la com-
mission hydraulique et nous sommes en
droit de croire que les processes de NM.
Lafontant seront scrupuleusement tenues.
Depart
Samedi est parti pour New-York lestea-
mer hollandaise a Prins Willem III D avec
les passagers suivants : MM. Vansittart,
M. Betesh, Thon Creth Marsh, F. Henri
Berlin, Leon D. Piccoto.
Champ de courses
Comme nous l'avon; annonce samedi, la
Chambre des d6put6s a vote le contract
Victor G.ntil.
Divers points de vue intereesants sont A
considered dans cette utile entreprise qui a
etC favorablement accueillie par tous ceux
que ne laissent pas indifferends les ques-
tuns de progrs pursuivies avec tant de
M.aotise par e gouveroement do gd-
nral WNord.
Des que le Sdnat, ce qui ne tardera
pas--aura vote .ce contract, nous en ex-
poserons tons les avantages.
Haiti Litt6raire et Sociale
Voici le sommaire do numero qui pa-
rait domain :
Alezandre Dumas, Fernand Fabre ; Poe6-
sies : Nos pes, Oswld Durand ; Le Ma-
riagoin, GuilIsd ; Le Chine et le
Rlassa, Femme, FpIreh )Dpsis ; L'hom-
me ql ahit a le savor, F. Bat
arw a d, Erd V5 r v; Propos d'ac.
S7 64..:. : de tble; Cotn


points : C6 chatte,Lafort Noire ; Soive-
nir de i868, Lynx ; Catachrcses,'Dom rniB;
Le general L..., Intericur, ,Antoine Laft-
rest ; Ext6rieur. .A.L. ; Petites notes, Bi-
bliographie : Le Monde, I'Homme et les
Sciences, Francois Xavier ; Autour de
l'Exposn gnc, ral de la Situation, Lafontant;
Doctus curn Ibro, Lc cbhrc-iur.
Remerciements
Madame Albert Louis Gousse et ses en-
fants, les tamilles Amonine Achille, Joseph
Sdvere, Aristide Seraphin. Dumarsais Louis
Gousse, .lmmnanuel Adrien, Thimothee,
Pierre-Louis, Prophete, Cr6pin Toussaint,
Achille et Lambert remercient bien sincere-
ment routes les personnel et particulire-
ment S. E. le Pr6sident NORD ALEXIS et son
EPO'-SE qui leur ont donn6 des preuves de
sympathie a l'occasion de la mort de leur
regrett6
A-InBRT Louis GOUSSE
Chef ts forces militaires cantonncs au
Palais national
Ils leur en gtrderont une 6ternelle re-
connaissance.
*
Mr et M .L Cldment Lacroix, Mr et M"1,
Hermann Parfait. Mmes Lucie Nodeus, Ci-
ndas St-Preux, Achille Parfait, Alexandri-
ne Lebon, Amblie Noddus, et tous les au-
tres parents temercicnt bien sinccrement
les amis et connaissances et principalement,
M. Marcelin, qui leur ont prt6 leur con-
cours A l'occas'on de la mort de leur re-
-rettde mere, belle-mre, tante, survenue A
Petit-Go:tve. Us les prient de croireA leur A
plus grande reconnaissance.
Port-au-Paince 19 aoit 1906
Administration postal
Lettrcs recommandllcs en sozijfrance
Julis Usudor, Xavier Severe, Gemm6
Blaise, Alcius Leger, Vve Dabant Aloin,
Alexandre Jackson, Lucina Sanon, Fabio.
( chez Mine Martin ). Rose Horace, Ccile
Eliacin, Chercilia Barthlenim, Utilia Gen-
til, Catherine Verna, C. Durand.
Ddc6s
Mr le Deput6 C. Mathieu Jeune a eu la
douleur de perdre sa mrne MARIE ELIZA-
BETH CL .ILIA PAUL L.DOUCEUR, don't les fu-
n&railles ont eu lieu hier.
Nos sinceres condol6ances A notre ami le
ddpute Mathieu ainsi qu'aux autres parents
de la d6funte.
Association mixte
L'associaticn mixte de l'CEuvre chritien-
ne fait chanter en l'Eglise Ste Anne, Jeudi
prochain, 22 courant, A 6 heures precises
du matin, une messe solennelle, en l'hon-
neur de St Vincent de Paul, son glorieux
Patron.
A l'issue de la c&6rmonie religieuse, ii
y aura une parties r6crative dans le local
des seances de I'association.


plot1 BelleLzte

D1JEUNER DU 9 ABOUT
MmI A a sUss
Prix : G. 2.50
Fromage de tete de pore truff6
Beurre de Copenhague
Rognons sautes au vin blanc
Cuissot de pore a la Bretonne
Filet mignon aux pommes
Haricots blancs au lard
Timbale de riz
Salade de betteraves
Beignets de figures
Fruits

I/2 Vin


Expose en eral le la Sitnation

Ddpartement des tRelations Ext6rieures


L'exposd des ndgociations qui ont abou-
ti a la conclusion d'une nouvelle conven-
tion avec la R6publique Franaise nlous
conduit naturellement a mentionner la ten-
tative faite par notre diplomatic en vue de
determiner une amelioration de nos rap-
ports commerciaux avec l'Empire d Allema-
gne. II vous souvient sans doute que, a la
suite de la mise en vigueur de I'Instrument
du 31 Juillet 1900, le traitement de ft-
veur reserv6 dans le pays aux marchandi-
ses d'otigine franqaise suscita centre nous un
meccntentement qui se traduisit, dc la part
de l'Allemagne, par la publication des dd-
crets impdriaux du mois d'Avril 1901, dd-
crets destinds quasiment A intcrdir A nos
products l'accts des marches allemands.
Quelque sensible qu'airt tc le Gouver-
nement de la Rdpublique A l'applicatioa
de measures qui ne
pouvaient que res-
Streindre le champ ou-
vert A notre activity
commercia!e, et qucl-
que sincere que pCt
etre son d&sir de re-
chercher le novcn
d'en faire cesser les fu-
nestes effects, il dut.
aux conditions formnu-
1*es par l'Allemagne,
renoncer au moins
momentanement- a
l'espoir de renouer les
anciens rapports coin-
merciaux, sous peine
d'aggraver dans de re-
doutables proportions
1 crise tinanciere que
traverse notre pays.
Les changess de vues
qui, A ditL'rentes epo-
ques, ont eu lieu auM. H. PAUII
su)et de cette impor-
tante question, parais- Secrelaire ,l'El
sent avoir rev6ld que A' cl
l'un des points sur
lesquels la Ldgation Impdriale semblait
le plus particulierement insisted con:er-
nait les concessions faites, sur le droit de
tonnage, A la navigation frang.ise; aussi.
dans les negociations touchant le iouvel
arrangement haitiano-franiais, nous sonm-
mes-nous attaches avec fLrmetd A rescrver
notre entire liberty d'action relative i.c:it
A un privilege qui intbresse plusieurs a:t
tres Nations.
L'une des principles causes des rigucurs
douanires de 1'Allemagne ayant 6et ainsi
eliminde, come la mention in a ett faite
plus baut, le Departement des Relations
xtirieures crut le moment opportun pour
pressentir la Ldgation Impriale sur la
convenancc de mettre fin A Idtat de cho-
ses qui entravait depuis si longtemps le
developpement des rapports commerciaux
etre ledeux pays. Quelque peu encou-
rageante qu'ait & la r6ponse du Reprdsen-
tant de 1 Allemagne en Haiti, il n est pas
indifferent que le Corps Lggislatif sache
que notre initiative ne recut pas I'accueil
sur lequel il tait permits de computer. Aux
ouvertures faites par le Departement des
Relations Exterieures dans un esprit de
conciliation qui ne vous 6chappera pas, la
Ligation Imperiale r6pondic c don't
nous n'avons pu que prendre acre en
subordonnant la reprise de nos relations
commercials aux r'glements des contes-
tations d'un ordre panriculier qui attendaient
nne solution. Les chooses en resstrent li et
anow avons dis lors compris que noos an'-


vions qu'A attendre les communications
la Ldgation d'Allemagne A ce ojet.
*

Nos relations avec la R6publique
nicaine procedent d'un sentiment d'a
si sincere et profound que bien de tain
auraient pu etre susceptible de les a
ne les ont, cependant, pas entawes.
C'est ainsi que, le to Aout drnier,d1
gardens dominicains, conduits par leq
chef, un nommr Sotero, ont envaai, to,,
coup, la section rurale haitienne de Lam
situee A quelques kilometres de Res:aa
cion: ils y ont saccagc6 et bril6e Jux aX
sons appartenant A un de nos compatrno:
apres avoir assassin ce malheurcr s
defense et abandoned son cadavre dans
bois.
Quelques ;ourspl
tard, au come
ment du mois de
tembre suivan:, un
tre agent de a foa
publique dominii
tuait A Commenda
S ; un hiaitien contrek
Sequel il allguait,-
j ustement Paiileurs,
un fait de vol.
Notre M::istre
Santo-Domingo, do
l'cnergie et le zckp
triotique saurm
&tre pris en d6fact,
manqua j en
plant au Gouverne
Dominicain cesm
abominable, co
par des agents
de I'autonti da-
caine, de r&Lamer
ts SA NON, les auteurs de ces
faits soient punis
At (le. Relations me il convcnt,et
ricures une just ind
vienne compenera
quelque measure, le dommage inappret
cause aux familiees cs victims re
le prejudice materiel produ. pr la de
tiondes deux maisons.
Mais ce qui mit a une epresoe,
plus dure, les rapports des dens R6pG
ques qui se partagent lasouveriait de1
c. fut, sans contest, le regrelble
dent de Monte-Christy. Vers I in de
tembre 19o6, des soldats dominicains
suivant un haitien dans la ville en q
tion oi se trouvaient runies de nom
ses troupes, p6entrerent dans moe
lat A Monte-Christy. Sur 'atltinde
que, tant de notre Ministre A Sa
mingo que de notre Consul A It
ty, des excuses nous ayant ett4 tes j
soldats dominicains coupables t
nis, nous avons cra poul i-.*0
come termiod le rtglement coa
fire.
Le Gouvernement n'a p"1 ..
importante question de l
des frontieres. Et s'il n'a pis et
jusqu'ici, par suite de la situation
que intrieure de nos ,vosins, de
dre les pourparlers i cc sajet, etio. d
un accord en vue de la cowainuation
bitrage, but auquel terdest in
nos efforts, I'ensemble de notre
juridique, bas sor des engageminct
nels sanctionnds par le puvoai
tents des deux P.y_, eat Wste ila"
d.artement sille as n '-a
qa il n'y sot pacrloamcte


I







, 1',cio dsirce de part et d'autre
namr de nouvelles n6gociations, de
tionmer one question ouverte depuis
bre d'fnns et qui intdresse a un si
t de. I'avenir des deux nationalities
sep pftgent la sonverainete politique
I'Ile.
Vous devez avoir encore present A la
oire le souvenir du crime commis A
MkIata, le 6 Aoit expire, et don't deux
Mniersamiricains, Messieurs Milboun et
arstoa, furent les victims. Deux ci-
. s dominicains, signals par la police
lear pys come 6tant les auteurs de
Stce regrettable, qui auraient traverse la
utire pour chercher, en Haiti, I'impu-
Sdes deux meutres don't ils se seraient
dus coupables, furent, grace A la vigi-
ceet I 1 activity des Lieutenantsde notre
oavernement, et sur les d6marches du
oavernement Dominicain, arrtes et de-
ds dns les prisons de Port-au-Prince.
:Cabinet de Santo-Domingo ne tarda
i presenter, par la vote diplomatique,
iGouvernement Haitien. une deniande
pli.re d'extradition centre les deux pri-
aniei. Et notre Gouvernement, bien
I'il nexiste plus de trait d'extradition
are nmus et nos voisins de 1'Est, mais
ispir:at de I'interet qu'ont tous les peu-
It, i;ce que les crimes et dlitts de nature
prter atteinte A1 la morale publique et A
pre .a danger l'existence mname de la
iee civile ne resent pas impunis, A ju-
pouu)air accorder 'Iextradition deman-
Se: faisant, toutefois, remarquer au
vernement Dominicain que c'etait A
de rciprocitd.
A t
relations avec le royaume-Unt de
e-Bretagne et d'Itlande, ne !aissent
dtre des plus cordiales; et l'attitude
otre Gouvernement lors de la catas-
de Kingston suffirait A le prouver
Mnot.
d fut parvenue, en Haiti, la nou-
de l'eflroyable malheur qui s'dtait
u, soudain, sur la Capitale de la Ja-
e, Son Excellence le President de la
ubiqe s'empressa d'adresser, A Sa
Set Roi d'Angleterre, un telegtam-
de sincres condolences. Et vous avez
lire dans le HCloniteur la rdponse de
V. IMouard VII.
tre temps, notre Departement des
'on Ext6rieures faisait connaitre au
1l2* Gnral de Sa Majeste Britanni-
SPbron-au-au-Prince, que le Gouverne-
tdelaRdpublique, sensible aux souf-
mI eares par les habitantsde la cite
i.t allait envoyer, par le a Nord
*, Sux sinistrds, des secours en ar-
e" provisions et en midicaments.
oIrable Monsieur Vansittart ne tar-
F nansmettre A ce d6partement les
ciimnts les meilleurs du Foreign
ant l'accueil enthousiaste don't fu-
'0bjt, de la part de la population si
Oilt prouvCe, ceux de nos conci-
q* l otre Goavernement avait char-
a lcart mission de remettre i Son
cnI Gouverneur de la Jamaique
d Senquestion, je vous laisse a en
IVft vos souvenirs.
cri papasasser cette occasion
C. oire connaiusancee que l'6han-
nli rald 0os de la Convention inter-
Ce ,Avril 19o6, entire le Gouver-
(b h Rdpublique d'Haiti et le
ieat de S. M. Britannique, Con-
iSd rVw avez sanctionn6e au mois
.d I'anne dernire, a en lieu a Port-
le 6 Octobre EcouI6.


Cf de as d s. le Gonverne-
p aPgkm aJ Il'obje doimo-n


breux tdmoignages d'estime de la part de
differentes Nations. 11 n'y est, certes, pas
rest indifferent. L'une des plus importan-
tes manifestations internationales auxquel-
les il a dtd convid est celle qui doit avoir
lieu au mois de Juin prochain A la Htaye.
Le Gouvernement ne se fera pas faute de
participer A cette solcnnitc. Et vous pouvez
etre persuades que, A la Haye, aussi bien
qu'A I'Exposition de Jamestown et aux au-
tres Congres on il a t&6 invite, il s'attache-
ra toujours A fournir toute la part de con-
tribution utile don't il sera caFable.


Le Departement a inscrit, au Badget qu.i
vous sera prochainement soumis, une va-
leur devant servir A impression d'un Livre
Bleu. La ncessite d'une telle publication,
vous le savez, Messieurs lesSdnateurs, Mrs.
les Deputis, s'impose depuis nombre d'an-
ndes. Le Departement ne ndgligera rien
pour r raliser ce desideratum, car il tient A
;ceeur A mettre sous les veux des Repre-
Ssentants autorises de la Nation, la march
des diverse negotiations qui ont eu lieu
entire notre Gouvernement et la plupart des
Ldgations 6tablies en cette residence, rela-
tivoment A certaines questions litigieuses et
i A vous permettre par ainsi d'apprcier les
solutions qui y ont dtd apportees.
Nous ne terminerons pas sans vous don-
ner,des maintenant, un court apercu d'une
Convention qui sera soumise, incessanm-
ment, A vos sages deliberations et qui a
Sdtd signed, A Rome, le 26 Mai 1906, par
les Pi1lnipotentiaires, reunis en* Congres,
des Pays tiisant parties de l'Union Postale
SUniverselle.
Cette Convention a etc signed, au nom
Sde la Rdpublique d'Haiti, par l'honorable
iM. Rutff,, ancien Conseiller Federal Suis-
se, Directeur du Bureau International de
l'Union Postale Universelle.
Nous n'avons pas manque, dans cette
circonstance, d'adresser A M. Ruffy qui a-
vait bien voulu accepter la mission de nous
representer au Congrcs de Rome, en mome
temps que nos remerciments les plus vifs,
1'expression sincere de notre plus profonde
reconnaissance.
Nous avons crfi pouvoir A l'instar des
autres Pays de 1'Union, mettre, ddja,. en
vigueur la nouvelle Convention qui a re-
vise la Convention postal universelle con-
clue A Washington, le 15 Juin 189-.
II. PAUL-ES SANNON,



Nouvelles Etrangres

DEPWCHES REVUES CE MATIN

Un assassin qui avoue
MARSEILLE.- Aujourd'liui M. Vere-
selenger Gould, auteur de l'asssassi-
nat de Emma Levin don't le cadavre
a 6td trouve dans une malle le 0 du
courant, a fait des aveux A la police,
II a declare qu'il a tuo Emma Levin
pour des questions d'argent. Mime
Gould a conflrme les decl arations de
son Opoux.
Marocains et Francais
TANGER.-- Cinq mille Marocains
bien arms et months ont attaqud les
troupes francaises campees dans les
environs de Casablanca. Le combat
fut sanglant. Ils furent repousses a la
fin par Tes troupes francaises, laissant
un grand nombre de morts et de bles-
ses.
Le croiseur a Gloire V prit part a la
bataille en criblant 'ennemi de mi-
trailles.


Forces navales au Maroc
.MADRII. Les torpilleurs a Proser-
pina a et a )Osado et le croiseur dEx
tremnaduras ont re:u I'ordre de se ren
dio au Maroc.
Les deux croiseurs japonais qui se
trouvaient A San-Sebastian sont parties
lhier.
La grave
ItosTON.--:e main. les tltsgraphis-
tes de cette ville se .-ont d6clards en
grive.
CuICAGO.- Les employes de la
Western Union Telegraph se sont d&-
clards en grive, en attendant l'arrivde
du president Small.
On croit qu'il sera ici remain soir.
La situation a Fez
PARIS.- I,' Eclair l public des
tll6cgrammes de Tanger assurant que
la situation.; Fez est tres critique.
La population menace de se lever
centre le GCoivernement.
Dans uine note otlicielle publlie ce
matin, on dement la nouvelle annon-
cant que le Gonvernement avait rfui-
s0 d'envover les troupes de renfoit
au g6ndral Drude.
La note assure qu'aucun renfort n';1
td6 demand.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d&-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et detail,- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMEs, ENFANTS
Les commander des commercants
de l'intdrieur pourront etre exdcutdes
dans une semaine a peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


A vendre
UN SUPERBE ANE.
S'adresser Grand'Hue, N' 19,.


Langue Anglaise

Monsieur J. J. DESCE.
Le professeur d'Anglais si bien con-
nu et si justement apprecie du public,
avise ses elves, ses amis et tous ,:eux
qui voudront beneficicr de ses excellen-
tes lemons, qu'il se trouve au No 97,
Rue de la Bdvolution, dite de l'Enter-
rement, oi l'on peut se renseigner sur
tout ce qui concerne sa profession: le-
cons d'anglais, de francais et d'espa-
gnol.
Par un procdd6 des plus pratiques,
le professeur met ses eleves, en peu de
temps, sur un trbs bon pied. See prix,
trbs raisonnables, sont t la portde de
routes lea bourses.
- .


Tilere Zepliril Bell
Fabricant de chaussures en tons
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-dee-Bossales.
SPICIALITI:
PPANTOUFLE8 MULES


LA

Meilleure Farine
du Monde
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc et
I1 plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Reprisentant.


VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co


YIN DE MARSEILLE


Marque Artaud


Fr6res


OLA
HE
iingston.
MACNISH'S a llu )NIlI\ EW
A Vendre
Chlio (:. IINA.T '()UC(I:1A )D
., s'8, I~,ue du Centre
62, Rue I das F'ronts-l'orts

Voulez-voiu deos souliers lt'gants,
solids, fabrii(qu-; avec toutes les rt-
gles de I'art ?
Allez chez
Alphonse di Guglielmo
167, G(;IANI)'IIUE, 167.
Le cordonnier du high life,
Le Roi de la Cll.ussure, don't les
travaux appr6cids sont simplement
des merveilles.

Avis Important

La Commission institute par la loi
sur 1'Expropriation pour cause d'iitili-
td publique a I'honneur d'informer les
intdressds qu'elle s'est constitute et
que ses s6ances se tiennent an IBureau
de 1'Administration principal des Fi-
nances, tousles jours, de dix heures A
midi.
En conformity des dispositions de
1'art. 8 de la sus-dite loi, les proprid-
taires de terrains don't 1'expropriation
est poursuivie sont invites A se pre-
senter, devant la Commission, pour
soumettre leurs observations dans la
quinzaive, A partir de cette date.
Port-au-Prince, 5 AoOt 1907.
Le President de la Commission,
C. SAMBOUR.


Les Membres


JACQUES DUROCHIMR.
FRANgOiS MATHON,
J. Euo. MAximuzzq.


On trouvera:
Le nouvel ouvrage du G". F. D.
LtGITIME: I'Homme, Ie Monde et les
Sciences, a la Pharmacie Roberts, cbez
Velten et Lagojannis.
Pri: 4 ourdes.







Di' RAMPY
PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Laluc).
CONSULTATIONS TOUS LES JOULtS
I)E 2A4 HEURES.

Poudre dentifrice

E L'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dents et
les conserver intactes ?
Usez seulement de la Poudre
dentifrice L'Ideal
La Poudre dentifrice r l'lddal QUI
A OBTENU LA PLUS HAUTE RECOIM
IENSE A L'EXPOSITION AGRICOLE
ET INDUSTRIELLE DU er MAI 1907,
- a Port-au-Prince est rdellement
la meilleuie de routes cel'as connues
jusqu'aujourd'hui.
D1pourvue d'acide, e!le est sans
aucun danger pour I'dmail des dents.
Antiseptiie de la bouche et toni
que des gericives, elle prdvient la ca-
Tie, donne aux dents une blancheur
6c.ataWje et iaisse A I'lialeine une ex-
quise sensation de fratcheur et un
agir6able parfunm.
Seer-ve/-v;is uniquement dela Pcu-
dre dentifrice 1'Ideal, et vous
aurez de belles dents.


Vous eni trouverez
TH DA H D, an Ile dLes rues
rou, tvis-a-vis de 'Hotel


A la PHARMACIES
du Centre et Fe-
de la Commune.


Prix : G. 1.60 la boite


ColImllune
dle Port-au-Prince
AVIS
I.l) iaison des travaux de r6fection
qui 's txccutetjt actuellement lRue de
la Io',volutionr ou de I'Enterrement, iL
partir de la Ilue Pavee, le public est
pr6venu que, pour aller au cimetibre,
les convois passeront jusqu'a nouvel
ordre, par la Rue Roux (Bonne-
Foi ) et la Rue du Centre.


On trouvera l'ouvrage de Monsieur
D. Vaval intitule ICoup d'teuil sur '-
tat dconomique et financier de la Rdpu-
blique d'Haiti etc, chez Monsieur F.
Belizaire, angle des rues Gelfrard et Fd-
rou.
Prix G. 1.

F'rta = clx ex er.t

A LELLEGANCE
D. FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulierement de ses nombreux cli-
ents de la C6te et de la Capitale, que
l'dtablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour. hommnes,
temmes et enfants, en tous genres,


Sonneries wletriques
Tabld7 d'H41e A 87 du


G.2.50


Imp. C.


MAGLOIRE


J


]


45, RUE Roux, 45
TILItPHONE.


Jour)naux, brochures, billets dE

marriage, cartes de fiancaiUesa

programmes, affiches, et toa

autres travaux de ville.

Billets d'entterrement et carte


et que, malgr6 l'offre de cinq pour ceut
sur l'achat en gros (5 0,0) fait un ra- de v *
basis exceptionnel sur les prix. W visHG
L'etablissement se charge de faire
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualite
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI) Mason F.
Le Restaurateur de la sant6 195 GRAN
liemede ellicace coutre toutes les mala- Dirig6
dies provenant de l'impuretd du sang.
La boite de 201 pilules : P. 5.(K) 1 L 1101
L'enveloppe de 30 pilu!es : 1. X0*
J'envoie gratis etfranco, sur lemande Ancie, meel'' ,
I'enveloppe-6chantillon et prospectus. thropiquc des mailre,
II. BONHIIEUR ( Agent ) Vient de recCvoirl


HOTE BELLEVUE.

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES 1GALITi ET FEROU.
Specialit6s F. Bruno :
Poudre pui.s;sanlecontre(1tmai ngeaisori
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, riemntleelfficaee
centre les aces d'asthme et les toux
rdquentes le flacon ;P : 1. 50.
Consultations gratuites :
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures du martin
par le Docteur. N. THOMAS.


a la minute.

PRIX DE CONSCIENCE


BliUNES.
F)'RUE 4,95
e par

)El-.jl
?~ ici Sutclc Ph'lznc2E
.s Iail'itrs Cd PUris
il grIP "lQix(Iti-


tones diagonale, c.asimir alp tca, chevio-
te, cheviote pour leuil etc Recomman-
de particulirement i sa clientele une
belle collection dle coupes, deI casimir,
de gilets de fantaisie eot de piique de
oute beauty.
Prix moderes defiant toute
concurrence.
Sp6cialitd de Costumes de no-
ces.- (Coupe- Fran,.aise, Anglais el
Amdricaine de la ditl iiit'rie p.ortetion.
La maisoi confectio n;.e anssi dles Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, de tous gi aides.

RHUM-SYLVAIN
Produit de 1'Usine St. Michel (Arcahaie)
Vieillissement natural jusqu'A 12
et 15 ans.
PRIX TRB S MODERES
Veate en gros et en detail.
Maison M. Sylvain
43, Rue des Fronts-Forts.

Industrie
MANUFACTURIfRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux.cols, cravates, manchettes,chemises
et Falcons'
Ecole ds arts et mtiiers


Kola-Sirops-LiqpieUrs
ALEXIS BENO1T
RuB Treaersere


LA REVUE
( ANCIENNE REVUE DES REVC-,
Bi-Mensuel
ABONNEMINTS :
PAR ,AN PAR Sm'E-I
Haiti .. 28 francs, 161:~:.a
Les abonnements sont ree da
les bureaux du a Matin a s ag
pour la Republique d'Halti.



A. de Ialieis l .
39, Rue du Magasin deFl:'
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orfevrerie. Grm-
Vient de recevoir des articles 1r
fumerie pour les goits les plus i:
les. Les parftms exquis et rarely a
d6licatesse pbitrante qu'ellk ofe ai
clients sout de vdritables petits
veilles.
I.e. ,l ,ni.'. e- in I I ues qui C
', > It i -. t : M atteis
Son Sonrire, J1.rilmye, TrIfol, I
Cclamen, Vi'i.rit etc.
La maison ta tonjours un d
!-ortiment de bijouterie, af.
b)ilbelots de tons genres, pa
!iiiettes, rnontrez or et argent
les garanties.
Spicialitts: bagues fianCaises
jlantsa t artir (le P. 00, alfl
IS K angliaises et fran;aises
made. Service d'argenteri*
I our marriages.
Tousles articles vendus par l
oni sont -a; antis.
Achlat de dliamants, pierres
.ses et vieille lijioulrie a des p
taeux. I)ernier ,ri: Lunettes
Conthe premise de Deu.r
liml) i Is-posle d'llaiti, la IMaio
Ieis eiivoie franc de port souS pl
malld d ans toute les villes de la
blique : Lunettes oil Lor"iptn i
inoxydables, selon les prescriphi
Docteurs ou instructions d


H RETT BELLEVUE

Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE.(HAITI)

Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILIES
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Vu --sur la mer. Tempdrature
doce et rdgulire. Les Tramways desservent I'Hdtel-Bellevue toutes les 7 Minutes
PROPRITIf SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Sale de reception. -Piano.-Gramophone.


_ I I~


I _-


I


-*