<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00114
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 17, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00114

Full Text

gU1NE, 115i


J


SAMEDI, 17 ABOUT 1907.


QUOTIDIEN
L


ABONNEMENTS:

iR MOIS Une Gourde D'AVANCE

DEPARTMENTS & ITRANGR :
rrais de poste en sus.


Pour tout ce qui concern l'Administration


DIRECTEUR :
C01xiexat iVagloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROL'X, 45.


du Journal, s'adresser A Monsieur


DEUX CIVILISITIONS EIPLIQUIEES


Emile Nau dit des premiers In-
Ims de notre sol : et douces des naturels d'llaili,
industries et leur organisation lo-
e, si grossieres encore, etaient
ant cellos d'un people destined
er une civilisation au moins
remarquable que cell des Mexi-
ou des ldruviens. La ddcouver-
'Amemiique semble 6re venue
en air'Rter 1'essor. )
aurons I'occasion, dans le
de cette 6tude, de voir la nature
route qui a did suivie par les in-
de notre ile, emigrant du nord
Ssouveau continent. Cettl course
Rnocessaire pour deteriiner la vc-
ble valeur de I'opinion rmise 'par
itorien des Caciques d'Haiti.
i seracertes toujours conjectural
iOncluroe (ue l'avenir social de nos
Iensetit tdi tel ou tel autre s'ils
client pas ltd extermiins par les
l0cols; mais l'dl6ment que nous
M8osintervenir dans la discussion,
lest le sol, nons permettra de
Uclurer le plus lpr!s possible de
u'ici, en effect, la proposition
sa degage de notre s6ried'Otu les,
Pir que I'organisation social est
la d6pendance du sol, n'a pas 6td
* en ddfaut et s'est trouvde, au
.re, confirmed par tous les
es que nous avons reproduits
devient, des lors, possible d'au-
in quelque retrospectivement,
r qui eit caractdrise les peu-
dites indigenes, d'Haiti, en
at la route suivie dans leurs
Set en cherchant, dans d'au
iieux sociaux, dans quel sens
fercee cette influence du sol.
la constance de cette repercus-
ilui a fait reconnaltre la va-
oune veritable loi et qui a porter
..olins A dire : K Je vais plus
.: a I'histoire de I'humanite re-
.CMai"it, sans que la surface du
Writ dt6 transformee, cette histoi-
P06'teraitdans ses grandes lines.
91ait bien des differences secon-
k.Pars exemple dans certaines
wIi0tonl de la vie public ue, dans


les r(volutions p iolitiqlues, aiux(qilt es
nous accoidons beaucoup tlrop d'im-
))portan~ie, mais les mnmies routes re-
pioduiraient les mrnes types sociaux
et leur imposeraientles m~umes carac-
teres essentials.)
On comprend ainsi que les utules
sociales puissent exercer une vdrita-
ble fascination sur 'esprit de ceux (qii
selon I heureuse expression de M.
lenri du Tour'ville, tddsirent se tronm-
per le moins possible. )
Mais voyons d'abord les causes qui
ont ctrd cette civilisation des Mexi-
cains et des Pdruviens qui a frappl
l'csprit d'Emile Nau ainsi que celui
de tous les historiens de cette civilisa-
tion.
*

Nous avons vu hier un premier
group d' migrants descendant du
nord du Nouveau-Continent et s'enga-
geant di ectement dans la route du
Sud. (CI i nous a conduits dans une
region de savanes qui offre c carac-
tre particulier--(iue nous ayo',ussufli-
saminent exxliiqued- de ne servir A
I'alimentation que des bisons, pour la
raison toute simple que les bisons
seuls avaient pu pouiser jus(iue li par
les champs de glaces don't nous avons
ddjA patrle.
Nous avons vu aussi comment les
Peaux Rouges, ne disposant pas du
cheval, n'ont pas pu exercer l'art pas-
toral, car cette pratique est impossi-
ble sans la presence du cheval pour
rallier les troupeaux et pour partir A
la recherche des betes 6gardes.
Les Peaux-Rouges n'ont done d'au-
tre resource que de chasser les buf-
fies lorsqu'ils descendent dans ces
immense prairies pour y chercher de
la nourriture. Ces animaux ont le flair
d6licat et I'alerte se communique fa-
cilement dans leura troupeaux et, aver-
tis de la presence de I'homme, ils
s'enfuient avoc rapidity dans la direc-
tion des montagfnes avoisinantes et
ces montagnes sont les Montagnes-


Rocheuses.
Les Montagnes-Rocheuses,
toute montagne, abritent des


comm s
vat lees


LE NUMIRO 10 CENTIMES,

Les abonnements parent do rer. et do 1$ de chaque
mois et sont payables d'avance
Lea manuacrits ins6re6 ou non ne soot pas remis.


Arthur ISIDORE. A,. Rue Roux ou Bonne-Foi.


ColtenI 'I. s de pi-raties.Les conldi-
tions clim:t('iiques retiennlnt dans
ces lieux, et pendant touted I'annde,
les aninaux de classes : on pout done
y cliasser tout le tem ps.
L.os pLntesi de :cos montagnes sont
Iravers(te-s par des rivibres noinlbreu-
s(s qui lerl'mcttent de pratiqluer fort
avanitageusement la Ip'.clie. Enin d'imi-
muiises forces de pins et de spins
avoisitiantes facilitent de fructueuses
chasses au gibier.
La diversity de ces moves d'exis-
tence est, on en conviendra, un puis-
sant dltment de fdlicit6 pour les habi-
tants do ccs lieux et on doil aperce-
voir dejA leur hleureux effet sur l'orga-
nisation social de la population des
Montagnes -ioclieuses. D'abord le sau-
vage ind(ividualisme desIndiens Peaux-
JIougs d(12s savaneis 'y existed pas.
La cl, 'mence de la nature nie force
pas les individus do cette region a
brisvr ni ni ne Ai roelAicher I lien fa-
milial etainsi I'org anisation de la fa-
mille rest chez eux forte. Leur orga-
niisation publique '.st Cgalement forte,
t)ar'e (111'l faul -tr( forts pour d ffen-
dre la possession de cette region for-
tuneio. A\ussi libon, plus de ces chefs
e1phmin'res que nous avons vus A la
tIle de- cluits. do PI'e:ux-itouges et qui
no duraient lupe la durde d'une parties
de chasse.
Un v ritable rgimre politiqlue et so-
cial so trouve A ia base de l'organisa-
tion des habitants des Montagnes-Io-
cheuses, que I'bistorien ddnomme
T4tes-Ilates et Sioux ; et voila com-
ment la science social arrive A expli-
quer la supdrioritd habituelle des ha-
bitants des montagnes sur ceux des
planes.
Mais les Tetes-Plates et les Sioux ne
sont pas les Mexicains et les Pdru-
viens don't Emile Nau a dvoqud chez
nous le souvenir, et nous avons pro-
mis d'expliquer par la science social
I'dlat de civilization de ces deux peu-
ples.

Les Mexicains et los Pdruviens ne
sont pas les Tetes-Plates et les Sioux,
mais ilt ont suivi une route commune
et L'influence du sol s'est exercde de
la meme maniere sur ceux-ci que sur
ceux-lA.


On aboutit aux Mon tagnes-noceliu-
ses en s'ongageant, au sortir du nord
dlu nouveau Continent, dans la direc-
tion du sud ouesl. Le voyageur peut
ainisi longer toute la savane of so tien-
iient les Peaux-IRouges en conservant
tout le temps, par rapport A eux, une
sittlation domiinante.
Si le voyageur veut continue la
nine route, il aboutit au plateau du
Mexique, et s'il veut aller au-dela de
I'Amdrique du Nord, il debouche tout
droit sur le plateau du Pdrou. dans
I'Amnrique dii Sud. LA les Montagnes
Itociteuses s'arritent, ou pluiltot elles
contii:ueint sous un autro norn, sous
celti de Cordillbre des Andes.
Ce que nous avons surtout A retenir
c'est que depuis lo d~troit de Behring
oft prorenntdirecteinent naissance les
Montagnes Rocheuses jusqu'au pla-
teau du Pdrou ou la Cordillbro des An-
des prend naissance, la nature du sol
reste la intme et son influence unifor-
me sur les groups humans qui font
leur migration dans ce sens.
ILorganisation fainilialo n'a eu A su-
bir de ce cot6 aucune atteinte et com-
ne elle est la base tie touted organisa-
tion publique, celle-ci a pu solidement
seconstituer, conmm nous venous de le
voir chez les Sioux et les Tetes-Plates,
jus'qu'A constituer sur le sol du Meii.
que et du Pdrou la remarquable civi-
lisation qui a caractdrisd, dans I'his-
toire de I'ancienne Am4rique. les
grands Empires des Incas et de Montd-
zuma.
RENSEIGNEMEN TS
METEOROLOGIQUES

O~bmez atoiKe
DU
StEINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


VENDREDI t6 AOU-r
Baromatre midi
Temp6rature minimum


762,4
22,6
35,4


Moyenne diurne de la temperature 28,8
Le ciel a dtun peu nuageux dans I'apres-
midi.
Les alto-stratus artent dn nord. Orage
au N E A 6 heures du soir. Le baromrre a
continue A baisser.
J. SCHBRBR


,, ----


... -,


r 71


c


PORT-AU-PRINCE (HAITI)










STl !1alt
S 0,r1at
St. n:. tu i r; a /I ;t yo7.
Le Grand Corps, apr-i avour depouill sa
correspotidancc ct a.-cCiionn" uil prochs
verbal cntamle l dci.uc i ion du project de
loi recatl ali c'j'. tioi L. Jaccoux, rcpr&-
sentant la Comp.ignic franraise des CAbles
Tele6graphiques.
Cette loi iq reduit a 2 .0ooo dollars la
ubvention accorded aux Cables Tfeldraphi-
os qui prevoit 1temlCe a- pa.enent ae
'arridre du, a etc vot6 sans modification.
Le S-ilt a vot6 l.i Loi qui sa:ctionne la
transac:io:i du 26 ft'vrcer 1902 entire 1'Etat
et M t:Cil,,.liie i ),uzhil rd.
La Coinmissiol charged d'dtudier les
deux prole:s de loi tcait compose des
Sdnateur, .. Mi 'iire, (L mU !:iinc. Dennis,
P. Paulin, S. RK~nmy. l)jssck,N. Cayemitte,
Dr D. Lariche, Dauiphia, E. Cinidas et
D. Lereb )ur .
Au uom1atue dc passer aux discussions
d'une propoi:iA'.n de Ioi siniat'.Ciur BaussanI
codcLernant l.i ti!li -i'.i(.i d., \vIn le
senateur 'Tho'l or I l_ :: d nd 1 I lever la
seance al i de pCe.n.:rc .1 la c.ommiissioni
du BuJget de co):'in'icr ); trav.auX.
La pa2 :Cni:lcLe et vo ) ect la Ince le-
vee.
Petite Boite aux L3ttras
Port-au-1'rincc, le I Aout 9go7.
Monl0ieur le Dirc ctur,
Veaiiilz, je vous )pr1, avoir 1 igeance
d'attirer l'attentio:n ,c la CJninmion hy-
drauliquc sur l'tt t de la canalisation qui
conduit la source de Plaisance A Port-au-
Prince. Sur tout le p.ucoars, i s regards
sont conipl:c.cnnt deitiioes, de dboule-
ments par-ci, par-IA, mnctient cc.; caux en
contact avec totes sortce d dtliritus, sans
computer les baignadecs .qi ,'}y ipremient.
Depuis pre de d.ux inois, on constate de
no.nbrcix cas d,: ti vrc typiloide, d, diarrhde
dues A I'iipurctt dc cci caux d'i!lnienta-
tion.
Recevcz, Moaisieur le Direcicur, i'expres-
sion de iles incilliurs sentiments.
U.x ABONNx.
Arrivage
Cc martin act entrd le sji Prins IllemlII
de la ligne liollandaisc avec les passagers
suivants :
Jacmel : I. Biio.
Cayes : L.pci.tier Jeannot, Charles Du-
bd, Mme Au.brt St Cloud et servante, M'
Donald Alexandre, Joseph de Vaga, Edouard
Hall, Mmne John Peli.ier, Thomn is Bouzi,
Camilia Exintus, Ulyse, Addle Desus,
Mme Alabid et cnfiin Noranil Jn Jac-
ues, Cecile Depas, Cecile Louis-Jean,
o jeune, Carmdleau Legrand. Vve Gres-
sine, Mile Sergine Th4zan, Gdrome.
St XCarc Charles Sterling, A. SagRt, M.
Dupiton, Victor Em. Stoard, E. Audain,
Ed. Dauyon, Durand, Thbodule Louis,
Elitwise Louis.
D6parts
Hier est parti le s/s aPraesident o, de la
H. A. L. avec les passages suivants pour:
Jdrdmnie: Claire Blanchet, Mile Lavaud,
M. Lavaud, Antoine Sansaricq, P. Nicolas,
H. Blanchet. V. Donar, M. Joseph, Vve
L. Gaveau, F. Marineau, A M irtineau,
IAonce Regnier, Marguerite Kernisan, G.
Gaveau, Mr et Mme Sansaricq fis, Elia
ErphJlia.
Caya: J. Moise, Frere Ignacio.
Sto 'Domingo: Louis Roumain, M Gon-
tales.
St.u an de 'Porto-'JRico: J. V. Menis.
--Par *Bolivia 9:


Kingstn: Arthur Bonnefil, Samuel
Mcscm, Thomas R. Picot, Cadet Michel,
Marie Gilles, Mr et Mme Joseph Waldrum,
A. Waldrun, Olof Learsen, Eugene Car-
rie, Pablo Diaz ct enfants.
ldrdmie: Orfila Chassagne.
Par Icermesierg* :
Gonw'ivs: J. Montas, MIle S2dras, B. Ro-
mage, Vvc Labatte, M le Mesilie, C. Ker
nisan, Mile Euphrosie.
Cap-Haitien: IFrnaund Madion.
Port-d.:-Paix: MIr et M ne DeIcadies.
Distribution de Prix
C'cst apr s-dein.in. lundi 19 Aoat cou-
rant, que le Iloi des hEablissemeints sco-
laires ),selon l'expression de Mgr Pouplard,
distribute aux il1vcs qui se sont le plus
distinguds pendant I'annde scolaire les su-
perbes volumes donn6s par le Gouverne-
neinent.
Li fte qui aura' lieu sous la Prdsidence
dc N1. Lalcau, secretaire d'Etat de l'Instruc-
tion Publiquiie s-r.a des plus brillantes, or-
ganisfl, par 'actd, directeur M. Tessier,
domt 1, d voueiLc:li au Lycde est au des-
sus de tout el",u.
Le discourse d'u age sera prononcd par
M. F. Duviella.
Deces
Ilier, A hleuisde l'apres-midi est mort
M. PASCHIE 1.,is'!, avicat, ancien Commis-
,atirt ,Iu G in','rn',n i.'P pres le Tribunal civil
de Port au Prince. -- Scs fundrailles auront
lieu cet aprs-midi. Le convoi partira de
.t inaison mortuaire, rue Roux, no 63,
pour se rendre :1 'lEglise M6tropolitaine.
Nous prlseiions nos sincrres condolean-
ces A ia tamille du dtfunt.
Cinrna tographe
Le succes de li derni,; representation
a ktd si considerable que la plupart des vil-
1lgiaturistes, craignznt de ne pas trouper de
places A la fttcde demnain, se sont fait ins-
crire d'avance.
Le grand FH;el de Pdtion-ville si agr6a-
bleiicint .amenidna .l ra done en liesse A 1 oc-
ca ion de cette rcprd~ientation cinemarogra-
phiquc ou seront olt.rtes des vues de toute
beaut cet absolument nouvelles.
Fun6railles
Hier out eu lieu en i rande solennite les
fundrailles militaires du G*' ALBERT Louis
GOJSSE, chef des force. cantonntes au Palais
Cra tional.
C'est le G'1 Eugene Magloire, comman-
dant de l'arrondi.einent de la Grande Ri-
vi&re du NorJ qii a command ces impo-
santes fundrai:lcs. L- Musique du Palais a
fait entendre ses air. lei plus 6mouvants a
l'Eglise Ste Amn-n eC sur tout le parcours.
Au cimetiere le deput6 Lapierre et Mr
Thales Luly out ftit 'dloge du regrett6 de-
funt.
Voici les p.ro'es prononc6es par Mr
Luly.
Mesdames, Messieurs.
Les droits de I'amiti6 sont toujours vi-
vants, l'ami peut parler sur la tombe du
soldat. C'est du plus profound de mon ceur
que j'adresse I'adieu supreme i celui qui
ut le G&neral Albert Louis Goosse.
II y a des hommes qu'on apprend i con-
naitre en peu de temps, grace a leur loyau-
te. Albert Louis Gousse est arrive a Port-
au-Prince A la suite de la champagne de
1902 oi il avait combattu sous les ordres
du vaillant Soldat qui dirige aujourd'hui,
avec un tact merveiilcur, les destinies de
notre Republique,
Le Prtesdent Nord Alexis savait quel tr6-
sor de bravoure et de devouement rec&-
lait en son Ame celui que nous pleurons.
11 6tait aimable et doux. Quel c:ntraste
apparent avec l'audace et I'energie. que lui
connaissaient ses compaguons d'arma es


Eh bien, ce contrast 6tait ndcessaire ;
car il permettait aux timides et aux hnm-
bles de l'aborder. S'agissait-il d'accorder
quelque secours A une famille en d6tresse,
cet ami des pauvres se montrait empress,
s'agissait-il de faire tomber une injuste accu-
sation portee centre un honnEtecitoyen, ce
serviteur loyal allait doit au Chef de l'Etat
qui avait en lui une confiance de tout rd-
pos. C'etait un sage conseiller. Pendant
cinq annees, de l'avenement du President
Nord Alexis A ce jour, il a port avec di-
gn6td et avec eclat le titre de chefde la gar-
nison du Nord cantonnee dans la cour du
Palais National.
Leta suthc pour la gloire d'un soldat.
II est mort invest de la confiance de son
illustre Chef.
Et c'est pour sa veuve et sa nombreuse
famille une consolation d'entendre cette
vyrite sur sa tombe : II n'aimait point la
fortune qui fait des grands aux yeux des
:iommes, mais des petits aux yeux de
Dieu.
Recevez, mon cher Gousse, le sincere
homage de mes larmes. Dormez du som-
meil du just.
Election Sdnatoriale
C'est probablement lundi prochain que
la Chambre des Deputes procddera au rem-
placement des senateursBrossard ( Ouest )
et Tiphaine, (Nord-Ouest ) d6cid6s.
Convocation
Messieurs les Avocats sont invites a assis-
ter cette aprcs-midi A 4 heures aux fund-
railles de M' PASCHER LESPIS, avocat, an-
cien Commissaire du Gouvernement, dcd-
d& hier.
Port-au-Prince, le 17 ao2t 1907.
Le Conseil de Discipline de lOrdre.
Chambre des Deput6s
Slance du 16 Aodt 9o07.
Hier la Chambre apres avoir d6pouille
sa correspondence et sanctionn6 le proces-
verbal de laderniere seance, vote le contract
pour l'itablissement sur l'Esplanade du
Champ-de-Mars d'un champ de courses et
d'unjardinagrement6 de statues, bans, etc.
Par ce contract pass entire 1'Etat et M.
Victor Gentil, le gouvernement accord
a celui-ci le droit d'organiser le Pari-mu-
tuel et d'etablir en consequence pour
compete de 1'Etat ,un champ de courses con-
sistant :
to En une tribune en fer ou maConne-
rie de quinze cents places pour le public
du pesage reservant au milieu une loge
presidentielle.- Cette loge indCpendante
des c6tes lateraux sera desservie par un es-
calier monumental et pourra servir A S. E.
le President d'Haiti et sa maison militaire
non seulement pour la saison des courses,
mais encore 1 occasion des revues mili-
taires qui seront passes sur la dite place ;
2o En une piste en gazon pour les
courses, le terrain comprise dans cette piste
devant etre utilisd pour les revues militai-
res et aplani en consequence.
II est affect au remboursement de ce
travail deux entims or par chlue livre
de tabac et par cheque grose d'a umettes.
Cette affectation sera perue ind6pendam-
ment des droits actuels consacr6s au service
public, des le vote de la loi de sanction,
pour compete de l'organisateur qui auran ne
commission de 10o/0 sur le prix total de
l'installation.
,. Pour le Pari-mutuel, l'organisateur aura
en outre une commission de a o/o.
La Chambre, apres le vote de ce contract
sur lequel no'us comptons revenir dans
notre numdro de lundi, passe a la Loi de
sanction qui estzgalement admire sans mo-
dification.
En attendant nos appreciations str le
contract, nous ns .aurioas res ildifirents


A cette nouvelle idWe qui, bien
fournira d'excellentes distractions
blic de la Capitale.
Le project de loi sur la Natio
nous parlions dans notre numero
egalement voted par la Chambre.
Les conclusions du Rapper. deb i
mission du Budget relatif au projm-
ouvrant des credits supplementn
difi6rents d&partements ministerielh
suite discut:es.
Au vote de la loi, le Ministre ea
poser une addition tendant a loi
de se servir de l'exercice '9o71-zd
couvrir les credits supplementair -
Cette proposition vivement co
MM. les Ddputes C. Lion et
conte est rejet6e.
Le d6putd N. Leconte propoi -
comme voices et moyens r million t
gourdes en nickel.
L'urgence demanded pour ce pnroj
accordee.
Puis M. Marcelin f.it le depot dr&
projects de loi tenant le premier i
menter certain droits de 1'Enregis
et le 2e A prohiber les boissons freli
A augmenter de 1oo/1oo les droits A I
portation sur les spiritueux.
A notcr aussi le vote d'une Loi akd
A l'organisation d'un corps de Police
nistrative A la Grande Riviere du Nod
celle relative aux divcrnes demanal
biens du domain national pour lesqdI
le department de 1'Intdrieur sollicidl
torisation d'y donner suite.


SXgote1 eelie

DtJEUNER DU 17 AOUT
MIDI A 2 HEURES
Prix : 0. 2.50
Melon de France glacd
Radis-Avocat
Buisson d'Ecrevisse
Boudins noirs sur parmentiaer
Cotelettes de porch aux petits polb1
Filet mignon aux pomme -
Hirico:s blanco au larJ
Riz blanc A la crdole
Creme A la vanille
GAteau de Vienne
Fruits
Caf6
1/2 Vin


ouvelles Etra


DEPICHES REVUES CS I

Les troupes f:anco-espag1 M
SAN-StBASTIKE. Le roi
le consul francais de cette v
dtait tr"s satisfait pour le ON
la vaillance d6ployds i CasaSa
le troupes franco-espaga
GIRnALTAR.-- Un vaper.
pagnie Transatlantique
prti aojoutd'hui de Ceaut
blanca avep 500 hommea
des mitrailleases et des mia
Le vapeur Vierge d'AM$
tira sou peu pour Tanger
compagnfe d'infanterie.
La gr6ve dts t616grapM
NEW-YORK.-- Les eMnpit
Western-Union de cette vi,
mis en grbve aujourd'hoi.
here le bruit courait que I
lait se r6aliser, mais 11 dl
cune indication en vae. 3D-
de sifft s fit entendre d


_ __ ~_ ~






ureils pourannoncer que l'heu-
itroiner dtait arrive, et aussi-
les employs abandonnbrent la
Sgo sortirent et se reunirent a
way criant: a Vive la grevex,
ja police les dispersa La greve
ae vers l'ouest et le sud.
employes de la Western-Union
a Postal se sont en beaucoup
its reunis au movement, en-
rea Denver, Dosmoines, Augus-
llorgia.
YORK.- Les employes de la
so sont mis en gave A 2 h. 30
i3-midi.
ve s' tend rapidement; les
is charges des liHnes de la
assocife so osnt mis en greve
mnuit A 8 I. :io.
i diverse villes, seuls, les chefs
rests dans leurs bureaux.
-YoRK.-- La gr've des telegra-
s continue a augmenter.
fcompadgnies de commerce de-
ent que les n. gocialions soient
s afin qute le employs retour-
au travail.
'autre part, ls leaders de la gr.-
manifestent que, suivant toutes les
tions. Ia situation se prdsente
hfvorable pour eux.
Presse associde a loue les fils qui
muniquent de New-York avec
t et a ouvort le service aujourd'
aux lieures habituelles
fou crache au visage du minis-
tre de la guerre.
CHEFOIT,- Le ministry de la
le g6ntrral Picquart a dte insul-
urd'liui par un quvrier qui lui
au visage. On croit que c'est
.La police cut beaucoup de
i le tirer des mains de la foule
lait le lyncher.
Les gr6vistes.
AST.- Les bagarres ont recom-
celte nuit.- La police char-
grdvistes et fit repoussde. La
dut etre appelee et nn combat
e. II y cut 2 grevistes morts et
up do bless e du cote des trou-
Beaucoup de soldats et officers
*~l blesses par des pierres et des
'billes.
Le prisonnier du Bandit.
TAIGER. On a ici des nouvelles
le bandit Raisouli a fait premise du
PMaclean la tribu de Elymes,
a *immddiatemet mis en liberty.
inER.- Le bruit de la mise en
Wde Maclean se confirm ici.
ltuation t Casablanca. Frangais
et Allemands.
IN.- ,e correspondant du rTa-
i A Casahbanca a tdldgraphi d
nal que les vies et proprietes
ngers dans cette ville ont cou.
courent encore de grands

ur milliers de Bddouins oat j
Casablanca saccageant et tuant I
trols Jours.
MM .-ur l'ordre de son Gou- i
I ,le charge d'sfaires all.- 1
remercid le charge d'affaires I
des secours prdets par des
franCaises au vice-consul d'AI-
et aux residents allemands &
d ilaration de Mr Pichon.
I.e ministry des aflaires
MrPichon a fait, suivant Le
Slee declarations suivantes:
Ynempnt francais o'eoverra
troupes au Maroc. Nous
Ilatention de fire de coo*
.a


Un gouverneur arrete.
TANGKR.- On dit que le Gotver.
neur de Casablanca a det arrt t et
conduit A bord d'un vapeur de gr- rtre
francais ancrd dans le port, lace
qu'il etait soupColnn de ne pas aider
&1galement les troupes francaises.
Catastrophes au Japon.
VICTORIA ( Colombie Britannique).
Des inonlations ont ravaged la parties
central du Japon.- D'apres les nou-
velles apporltes par le vapeur Athle-
nian*, plusieurs centaines de person-
nes se sont noydes.- Lea pertes ma-
terielles sont considdrables.
Un tremblement de terre a ddtruit
plusieures riaisons dans I'lle Kosishi-
ma et a caused la mort d'une vingtaine
de personnel.
A Togkiwa, plusieurs personnel
sont mortes aussi A cause des trem-
blements de terre.
Les frangai= et les les espagnols pil-
lent la ville.
LONDRES.- D'aprbs les nouvelles
reQues aujourd'hui de Casablanca, a-
pres la ddroute des Maures, les trou-
pes francaises et espagno!es pill!rent
la ville.
Les pertes causes itar le bombarde-
ment s'dlvent A 2 500.000 dollars.
La misere est grande, A cause du
manque de vivres.
Marcelin Albert et le Midi.
PARis.- Marcelin Albert, le leader
des viticulteurs du Midi de la France,
a renonce A son poste de membre du
comitd d'Argelliers qualifiant de sau-
vage l'acte rdalisd par la population
d'Argelliers dimanche dernier.
M. Albert qui avait ete mis en liber-
te jeudi dernier, fut siffle a son arrive
A Montpellier et A Agrelliers.


LINE HOLLANDAISE

Le steamer oPRINS WILLEM I II lais-
sera cet apres-midi & une heure
directement pour New-York.
Port-au-Prince, le 17 Aotit 1907.
GERLACH & C, AGENTS.

Priere d'aviser 1'adrinistra-
tion de la moindre irregularit6
dans le service du aMATIN,
afin qu'il y soit de suite rem6-
die.
L'administration du a Matin a
announce aux abonnes de la Ca-
pitate qu'ils ne doivent rien ver-
ser, abonnements ou autres,
que sur REQUSIMPRIMaS et
signs de M. 1'Administrateur.

Le cafe de ROSE PINPIN, derriere
le bureau hydraulique est dirigd au-
jourd'hui par sa soeur, Madame Tou-
roUTE PINPIN.
Madame TIN1rrg JwAN-NOtL an nonce
A sa bonne clienirle, quo son restau-
rant est transfer dans le meme dta-
blissement. Le service commencera le
15 Aodt.
Toujours bonne table et rdgularit6
dans le service.
Port-au-Prince, 12 AoLt 1907.
TOUTOUTE PINPIN,
TINBTwr JEAN-NOEL.

CHANGEMENT D'ADRESSE
Docteur Lissade
89, Rue du Centre, 80.


A vendre
UN SUPERB ANE.
S'adresser Grand'llue, No 193.


Langue A nglise

Monsieur J. J. DESCE.
Le piofesseur d'Anglais si hien con-
IAu et si justement apprdcie du public,
avise ses dieves, ses amis et tous ,eux
qui voudriont l6ndficicr de ses excellen-
es legon,., qu',l se trouve au No 97,
Rue de la Rdvolufion, dire de I'Enter-
rement, oil l'on peut se renseigner sur
tout ce qui concerne sa profession: le-
cons d'anglais, de fran;ais et d'espa-
gnol.
Par un procUlid le professeur met ses le6ves, en peu de
temps, sur un tif's bon pied. Ses prix,
trbs raisonnables, sont A la portde de
toutes les bourses.


CompaJnie P. C. S.
AVIS

La Direction informed les porteurs
des cartes de circulation qu'A partir du
15 Aoit prochain elle doit changer
touted les cartes de c rculation 4mises
et price les ddtenteurs de ces dernie-
res de bien vouloir, des la publica-
tion du present avis lui fair parve-
nir cells en leur possession afin
qu'elle puisse les renouveler.
Port-au-Prince, le 27 Juillet 1907.
LA DIRECTION
-1- /II


Je, soussign6 donne avis au public
et au commerce qu'A partir d'aujour-
d'hui, je ne sign plus Iouis Joseph
Eug;ne Clavier. mais avec le meme
paraphe, Louis Joseph Eugene, mon
vrai nom, comme I'atteste mon acte
do naissance.
Port-au-Prince, le 12 AoOt 1907.
Louis JOSEPh EUGIENE.


Le soussigne declare au public et
au commerce que les centre bonds de
I'exercice 1903-1901, aux numdros 47,
46,45et .52 dmis en faveurdel'ArchevO-
chede Port-au-Piince, sont adhirds et
considdrds nuls, duplicate devant en
ktre ddlivr&.
Port-au-Prince, le 13 Aout 1907
J. M. JAN,
Secrdlaire Gdtdral de 'Archevdchd.


Tilere Zeph ir Bell
Fabricant de chaussures en tons
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-dee-Bossales.
SPPICIALITt,:
PANTOUFLES MULES


Lail co0densi lesle
FRAIS
A LA PHARMACIE SUJOURRBI
PLAcs V.rALU.


LA
Meilleure Farine
du Monde
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanco el
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Repr4sentant.


VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co

VIN DE MARSEILLE


Marque Artaud


Frnnes


K OLA
I)E
ingston
MACNISH'S a IRONBREW '
A Vendre
Chez CATINAT FOUCIIARD
85, 8t, Rue du Centre
62, Rue das Fronts-Forts

Voulez-vous des souliers dlegants,
solides, fabriques avec toutes les re-
gles de l'art ?
Allez chez
Alphonse di Guglielmo
167, GRAND'RUE, 467.
Le cordonnier du high life,
Le Roi de la Chiussure, don't lea
travaux apprdcids sont simplement
des merveilles.

Avis Important


La Commission institute par la loi
sur I'Expropriation pour cause d'utili-
te publique A l'honneur d'informer les
interesses qu'elle s'est constitute et
ue ses seances se tiennent au flureau
e l'Administration principal des Fi-
nances, tousles jours, de dix heures A
midi.
En conformity des dispositions de
l'art. 8 de la sus-dite loi, les propri&-
taires de terrains don't L'expropriation
est poursuivie sont invitts A so prd-
senter, devant la Commission, pour
soumettre leurs observations dans la
quinzeile, A partir de; gette date.
Portau-Prince, 5 Ao6t 1907.
Le President de la Commission,
C. SAMBOUR.
JACQUEs DUROCHER.
Les Membres j FRANCOIS MATHON,
J. EUG. MAXIMILIEN.

On trouvera:
Le nouvel ouvrage du G". F. D.
LtGITIME : I'llomme, le Miate at e
Sciences, B la Pharmacie Robehzi; chess
Velten et Lagojannis.
Prix: 4 Gourde.


1 -~5~------~----~-- _






D1) RAMPY
PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Lal,(c.).
(()CONSL'ITATIONS TlI'S L S .- I, Tl'itS
I)i: 2 A 4 1l:t:t s.
45-
Poudre dentifrice

SL'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dents et
les conserver intactes ?
Usez seulement de la Poudre
dentifrice L'Ideal s
La Poudre dentifrice 1'f, tal QUI
A OBTENU LA PLUS IA UT: RC()OM
PENSE A L'EXPOSITION A(()IlUCO
ET INDUSTIII':LLI.: U 1r MAI 19 )7,
- A P'ort-au-Prince est rccllemnent
la meilleure de toutes r(,. s (onrnues
jusqu'aujou rd'hui.
Ddpourvue t'acLide, il est san.
aucun dtangor i ur ,po I'~ des dentis.
Antisept iq lue d la bouclie et toni
que des gei ci ves., 'lie )1 vie Ilt li ca-
rine, done atnx (,,ntsi une blaitchiir
6clatante et laiss, 5;' I'taleinWe 111e cx-
quise sensation do 1frai(tiour eot n
agreable paifurii.
Servez-vous ulliileqtnmnt de la Pcu-
dre dentifrice (I 1'Ideal, et vouis
aurez de belles dents.
Vous en trolviAez la PniAIIMACI
TIHIARD,an;/le de.f rue d1 (Cntre etl F/
rou, vis-a-vis del'Hotel de la Commune
Prix : G. 1.50 la boite


Co ui in u lie
de Port-an-Prinee
AVI
Fn ltiiso51 (10; t Lit VdLlX (10 i'ofeo1tion
(lui S'CxCO ittet actile IVrlen t I tie de
la I(v()lttiv o f)01 ( oI t' d lo''lirtervic nt, 4`
partir de la Itlie IPav"v, le Iblic est
provern ui 'ie, )0our1 all 01' lat ci metit're,
les convoys jpasseroit jils(u'1i noiUvel
ordrie, par la lIte l1ouX ( IlonI)Ie-
Foi ) et la Rue du Centre.


Oi ltrouvorit lv 'c c tot1Ioieurl
1(1 1 ei"ilt9m)JIv/1'ci fete (/" l't R')U-I
b~iqie difadi ~etko, cliz Motisieu r F.
B~.3:i tiue gle des ues Getti-;mr et Fj.-I
P'rix Gr. I.


i~ clicemeE!
LA LTELEL ANir.E

Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particuliu'-ement de ses nombreux cli-
euts de Ia Cote et de lia Capitale, que I
I't'i bliss ~mi t a tin stock irialcula-
Mlue de oc laii`suvi:; uolIU ull) [115.
temmiiu' et .if.(1ts elltoll.--; i'O1'11S,
(A (jL1-e, m algr6 1011 e de cinq pour eeut
St1ir litelat (11 1 7( ) 0"0)fait u a ra-,
Lais ee'X CputIlmiOI Su,1*-s jriX.
s>et charges de fire
)I'tldolr (Ic.,; meiiesilesAs A doniicile.
Touijuurs : Soiat, exaciiide, ))onlctualite
'1.), 1111e des F:-mnfs -Forls), If2
1'"IRn-AUL'IINCE dIAITI)
Le Kestllaurateur de la sant6,
l~iiti &'d ~ o1rite ft 'L tes I- ii1t
vliO- j*HI\ it lot l i' l pireuIii'1 iii i
I "'tiv-11T p 41e l lt'ik- 1
Vv'tvu~vj~4~I:111IIu!Iet jv'ospectus.
II.H I3ON {(BELLV)
HOmE:.!~ IWLLEvUE.


Pharmaaie F. Bruno
6i7-119 RUES GALIT ET FEIROU
Sp~cialitOs F. Bruno:

S[Weut (ICS lpieds- 1,,t liojie 1. 1
.sirop (! iat a.04111al(Z1UC, em' Idc efficaEe
con ti lo,. ~ acce- a ; i ne t les touix
r~quen(e, e ltaIon 11j:.!.50


Mardi et Jeudi de 8 1 09 hires ,du
par le Docteur. N. TIOMNAS.


mating


H E" BELLEVUE

Place du Cham.ps-.c-Mars
PO R r-AU-PRINCE.(HAITI)

Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILIES


DINERS-LUTNGH8.
Installation moderne et comfortable. Fue -sur la mer. Tenmpdrature
douce et regulire. Les Tramways desservent l'Hilel-Bellevue routes les 7 Minutes
PROPRIfTI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Salle de reception. -Piano.-Gramophone.
Sonneries f.lectriques


Table d'H6te


tous lesjours, de midi d 2 heures,
de 7 4 8 heures du soir


G.2.50


Imp. C.


MAGLOIRE


de visit a la m inurte.
pnlyv nri 1 nxri


IK i l I IV


Maison F. I 1R NES.
19.) G I.AN 'I)HI I '.
Dirige par

L. 110)I)ELIN
A 'i, ,',k, n.:' brc d(, !a: .S e.,'. ,",: l ahlh -
thrqf ,if'c ,lt s maitr' ,, /.'.'1',' r- de )oarl/s
Vieilt (e I eccevoJi ll m i riil. clioix d'd--
tolleIs lilgontale, c:t-i nit :ialica, hlievio-
te, cheviote pour li'uil, 1 t,:, l, ecomman-
(de 1pa, tculibrement a ;i lir-nt6le une
belle collection de coulpets de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 oute beauty.
Prix mod6r6s defiant toute
concurrence.
Sp6cialite de Costumc. de no-
ces.- Co pIC Fr,,';' isr. A: .'l;jii < i
A m t iicoine de la !' :,',!u : 'rl, !io',.
.ia ll tisI I con1ft't I ;,' I '. t's C o~.-
turnes rniltaire:;. ab't brod:eis
dolmans, tunicq habits car
res. etc etc, de :. r',. .
I- I j Ii_ -

RHUM-SYLVA!N
Produil de 'V U.inc St. Mich. (A Arcztitaie)
Vieillissement natural jusqu A 1I2
et 15 ans.
PRIX TRIS MOD:RKI:S
Ve-te en gros e en d('-toil.
Maison M. Sylvain
43, Rue des Fronts-Forts.

Industrie
MANUFACTURIIRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchettes, chemises
et calegons
Ecole cs arts et mdtiers


Kola-Sirops-Lipueurs
ALEXIS BENO1T
Rue Traversibre


5~ NJ rJY &I 1~ kU 1 i 1 .i


LA REVUE
( AC.\rxNk: HE:rr: ),ES REVUES)
Bi-Mcnsucl
.\ABONNENTI-:Nrs :
PAR ,AN PAR SEMES
Haiti 28 francs, 16 fru.
Les abonnements sont recus
les bureaux du ( Matin p seal
pour la Rt'publique d'Haiti.


A. dc Jatteisel


32, Rue du Magasin de l' E
Maison fondee en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Grae
Viei tl ,I( reccvoir iles articles da j
,,li rie ic ,u r ll s gots les plus i
it1s. It.s all'illn s< exqv uis et rare i
l hlictt< "0 ,t ,(t ,',, t 1 u'elle offre
1lieit., sout de v~ritTlb es petite i
v-ils. d
Ies dlernitres m.Aiques qui cbhU
,e Tout Paris sont chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, Trdfoli
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours n g
sortiment de bijouterie,
bibelots de tous genres, p
lunettes, montres or et argent,
les garanties.
Spdcialites: bagues frangaisJO l
lants A partir de P. 200,
18 K anglaises et frangaim
made, Service d'argenterl -
I our marriages.
Tous les articles vendus PM
son sont garantis.
Achat de diamants, ierrel
ses et vieille bijouterie a des
tageux. Dernier cri : Lunlette
Contre remise de Deux
tinibres-poste d'Haiti, la Mai
tdis envoie franc de port sous p
mande dans toute les villes de
blique: Lunettes ou Lorgnons
inoxydables, selon les prw
Docteurs on instructions d l


-----------_ ~_- K_____ __


--- ~ ___ ___. ~._ ____; _~ __


lrV


RS, RU.E i1O(x, 45
'I' L1'. HONE.

Joturnaux, brochures, billets

oiariage, catrtes de fiancaill

programmes, affiches, et t

iutres travatux de ville.

Billets d'enlter'eCltent et carte


F