<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00111
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 13, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00111

Full Text

PORT-AU-PRINCE (iuWlT)


j


SjANN4E, No 112


QUOTIDIEN
3mlc.3- -I


ADune urde D'n

Une Gourde D'AVAICE


* DEPARTMENTS & STRANGER
rrais do poste en sun.


DIREC&EUR:
C:3LBerxxeexxt1 Ic-xG3LcAire,

RPDACTION-ADM1NISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMIRO 10 CENTIMES.

Les abonnements.partent du ler. et do IS de
mois et sont payables d'avance
Les manuscrits ins6r6a ou non noe ont peA romi


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


PRECISON S

Si notre champagne a trouvw I'espri
nlienen parfait tat de rceptivite ai
not de vue de l'importance indiscu-
a et de la necessity immediate
questions que nous avons soule-
il n'est pas vrai de dire qu'elle
I bien comprise par tous les
pes.
a s'explique. Le temperament
a o'a aucune tendance a aller au
des choses. Les grands prc-
es le laissentindiffdrent s'ils sont
hs avec une clarte qui, parce-
scientifique, leur paralt obscure.
moindre tension est un travail qui
cabrer les volontds tnervdes. Tel1
,.roit tres malin s'il a juge et con-
Amn6 d'un mot les mthodes les plus
Monnelles. Ne lui demanded pas da-
W ctage s'il est arrive a mettre de son
iqoelque rieurs a court vue.
Q0 1faut-il, en eflet, pour discredi-
he meilleures intentions ? Cela
de bien d'efforts et on a l'air
comprise parfaitement de quoi
CMe; une des formes de I'Mducationi
ielle et de l'instruction a vieux
S. es gens-la sacrifieront tout A
otq qui leur paralt spiritual ou
implement drl6e.
i arguments les plus slides pre-
pr tant de mattres que la
d'admesaires n'a pu trouver
hte, 0o opposera l'absurde, la
Ibfage des rats accoutu-
& la vie-facile de communau-
IPraMites du budget de I'Etat
oderaient enfler advantage
oln-.
MU3Ure DemoUna avant d'avoir
es grandks questions so-
qui devafent li" donner une
I important dans les univer-
too jours s'4tudient les nou-
l4todes d'instruction, y con-
*eize annees de sa vie. Et
SEcole des Roches ne cesse de
observations recueillies
-oWOfessionnels de la science
l meilleure et la plus prati-


Up in6puiiable
talent d'wa


d'4tudes
disciple


t
1
El



t


J" X--AY 4)-) IYCc ixoux ou vonnc-roi,
dp


convaincu y trouvera dis aliments!s vors ces ci'rilres dtre liibt~ales, no
Ssa cu11 iisit intsatisfaite! .avons cornstat6 sans piine ilue l'ed;i
Cependant un lecteur du MAlatia, i <;,titiii cnI u;age actuel;r1i0n1it (i n le
n aura pas pris la peine de compret- families et les colleges 6tait dt'cct;ueu
dre, se demandera ce qu'il adviendtra sa. Or c'est la mrtme education dcnon
de no re journal quand nous a ironw -, en France par des voix autorisde.
ctpuise nos donnecs sur notre t.m';np- 0ei c'est du mrtne mIn: il'( ii so plaint
gne social, ne pensant pas (li'ult Si nous cssayions un l,,u dcs print
existence hurnaine suffirait A ,oitmin 4'toipcs anglo saxons.
faire connaltre A une socitd ,,, d' ee Laissoas de c6t6 les pottes, le
par un malaise general et desorientc~t I pvsiqucs litterailes aux lons le-
par une paresse s6culaire, (u'Une vLet aux veux eftars, c a
existence entire ne suffirait pas ai re- pleurant Ictt r it.x uissance, les artist
pandre ces idees souveraines. ts inutiltus e1t maladiroit tous ce
On ira plus loin. On nous l&l eera ilitlivilus aux professions vagues, in
des absurdities qui jamais ne pour- capable d'efToft, so lamearant sanm
raient rencontrer en nous de propa- cesse sur leur tewvre incomprie ei
gateurs. Et I'on imnprimera tras-srieu- sautiissant les genitiaionis qu'il
soment que nous prEchons la croiso- ,i,. dnt -c Uleurs gimaces et de leu
de centre les plus nobles professioni s laideurs !
libCrales etcontre les plus g tni:LUx )Idaigrnons les l)arasic.s qt.i vou-
sentiments humans. Idano les parasites q vo..


Pr~cison s.


oj,,:ju[J[ quc 1' 1iarget
wst;fiicts et sont pjroets ~ mm


If1I II-


Nous soutenons que le fonction! n. a (kl,' i1'e violent mar .ifc.~tntnr l ;on-
risme est devenu un mal qu'ii f ;ut Ir ? o "VPrnm..nt qui no lI.ir ;u.a
combattre parce qu'il andantit cli(z ps assure bon super, bon gite ct le
I'individu le sens de Io'dergie, di tin- '"te.
vail, de la volontO. II abrutit, CaIr !
fonctionarisme n'attend rien de I'cf-
fort personnel, s'en remettant abso- I airiL eCauxf'tLs..DaiM e gae ,l
lument a I'Etat pour le security, ini Lou' a- t l u sorganiase partout en
et les sicns. avur ori -l)ogtuis, a it faut marcher
On object qu'il faut quand ,meIm 'tu conrir celti qui s'arrte est per-
des fonctionnaires. C'est parfait. 1 fau- du.
dra toujours des citoyens pour cori- I.es nations aspirent a plus de bien-
duire les affairs publiques. MAis tout tre et d'aisance. Le sentirnentalisme
le monde ne doit pas penser A vivre e.stinfCond, le fonctionnarisme enlave
aux depens de 1'Etat. A c6t6 de la a 1'individu la dignity en meme temps
classes des cronds de cuir, it doit que I'indtpendance. Repandons den
sa creer une cole nouvelle de parli- iddes nouvelles.
cularistes, pouvant vivre sans le se- Faisons de nos ills des ouvriecs
course des Grands Pouvoirs de I'Etat. conscients et laborieux qui. de leurs
Le mot du Prdsident Cleveland est 'rudcs mains sanctifliee par le Travail,
exact: rCe sont les citoyens qui doi- rendront la cite meilleuie et la fa-
vent nourrir et soutenir I'Etat, et non mille plus prospre.
I'Etat nourrir et soutenir les citoyens. ,
Et notez que ce mot 6taft lanc A un Prire d'aviser 'admiista-
moment otI les Etats-Unis n'ftaient pas tioP re av rodr l 'ar'd ^
gagnes par la fire du fonctionnari- on don lae smovi d re irregu AT
me, mais ou seulement des industries ansi service
non encore tout A fait organs es de- afia qu'i y soit de suite r m6-
mandaient des tarifs protecteurs. diA.
Dans un autre ordre d'idees, nous L'administration du a Matin a
soutenons que certaines professions announce aux abonn6s de la Ca-
nobles sent encombrAes et que deci- pitale qu'ils ne doivent rien ver-
d6ment nous avons trop d'avocats et ser, abonnements ou autres,
de medecins. Remontsnt aux causes que sur REQUS IMPRIMCS et
qui font pr6elptter nos jetaes gens si'ges do MK, IA itratestur.


SConltreince dela Paix

s Paiement des Dettes contrac-
tuelles.
Nous extrayns du compte-rendu de la sdan-
ce du r6 juillet dernier tenue sous la prisidenm
s de 37C. Lion Bourgeois les important passages
. sti,'ants :
S ( Voir les Nos des to ett r2Aos 1907.)
s On voit que l'opinion publique moderne
- est resolument oppose au recouvrement
s des dettes contractuelles par la force. L'A-
t merican Journal of international Law, dans
s son premier fascicule trimestriel de cette
i anne, dit : a La tendance parmi les publi-
cistes incline certainement A admettre Ie
principle de non-intervention come etant
Sla rcgle correct, normal et constant dy
droit international et de la pratique. *
Au nombre des jurisconsultes moderns
les plus vcrzis dans les questions de droit
international qui nient le droit d'interven-
tions ou admettent le principle de non-in-
tcrvcntion avec ou sans reserves on, pent
ci:er les suivants : DE MARTENS, BONFILA,
HEFFTER, ~OOLSEY, WILSON ET TLCKER,
WALKER, FLOECKER, LIszr, DESPAGNET, Ri-
VIER, NYS, MERIGNAC et autres.
II n'est pas n&eessaire de rapipelcr la conU
sidration et l'etude approfonive de cc su.
jet par la R6publique argentine et la di.-
cussion complete de cette question et de
diverse autres s'y rattachant, contenua
dans les ouvrages de l'ancien Secr6eajg
d'Etat de ce Pays, actuellement un de nos
colleges hautement estimd de cette Con-
f6aence,
Le rues dO L puasorited sebtea re,
3de M vt nmmereaion e t Is A-'c
u droit international mais que 'interven-
tion est permase on lgalememt oa morale-
ment dans quelques cas extremes et ecGcg
tionnels.
Les expeditions entreprises en vue 4
recouvrer des dettes ont rarement &tC hen-
reuses. C'est assumer une grave rpo
biliti t note 6poque, que de relguer d
le domain de la force les reclamations d'ar
gent contesties, au lieu de les plaer
sous le regime de la loi, et de substitute
ainsi la science de la destruction au3 arts
f&conds de la Paix.
Le principle de non-intervention p Is
forcee erit an bieafit 0ai mdbleo .por


MARDI, 13 ABOUT 1907.


J


AR MO
+ AR MOIS


chaque


---


11


I I


_ ~


r


F


Arthu~r ISDO R-A- ut rRli liTtnipT:n






toutes lesparties interessees. D'abord pour
la nation don't les nationaux sont devenus
creanciers d'un Gouvernement stranger par-
ce que ce serait un avertissement pour une
classes de personnel trop disposees A specu-
ler sur les besoins d'un Gouvernement fai-
ble et embarrass et qui competent sur le
leur pour du succs de leurs operations ;
cela serviraitad6courager leurs transactions.
11 permettrait au Gouverntment de conti-
nuer & entretenir des relations normnales
avec l'Etat stranger, lui pargnerait d'en-
courir sa mauvaise volont6 et peut-ctre de
pcrdre son commerce. Cette attitude 1af-
franchirait aussi du risque de complications
avec les Puissances neutres.
econdement la reconnaissance de cc
principle ,erait un rtel soulagement pour
les neutres, car les blocus, en arretant tout
tragic, sont une serieuse menace pour
leur commerce stranger.
Troisiniement les Etatsddbiteurs y trou-
veraient un advantage, car il les previendrait
quc d&sormais les prtcurs d'argent ne
pou rront mettre en line de compete pour
aser leurs operations que la bonne foi du
Gouvernement, le credit national, la justi-
ce des tribunaux locaux ct l'dconomie ap-
portce dans I'administration des afaires
publiques Cell dclivrcr.atces Etats des inm-
portunitcs des aventuricrs spiculateurs qui
les tentent par l'otre de gros emprunts
souvent preludes d'cxtravagance national
et A la fi n menacnt de saisir ce qui leur
appartient et de vioicr leur souverainetd.
La certitude que routes les reclamations
pcuniaires litigieuses seraient soumises A
I'apprdciation d'un tribunal impartial se-
raient propres a fairecomprcndre aux grands
financiers, aux grands entrepreneurs que
ces r6clamations seraient promptement rd-
glees, sans trouble grave p ur l'adminis-
tration des affaires publiques du pays, et
sans 6tre personnellement obliges d'assu-
mer la rAche d'obtenir de leur propreGou-
vernement qu'il se charge de fire rentrer
leurs crances par la force des armes. En
pareil cas des financiers et des ctablisse-
ments de credit A I'rtranger otfrant toutes
garanties, seraient plus disposes A n6gocier
les emprants et feraient des conditions fa-
ciles et raisonnab!es.
La Cour permanent d'Arbitragea La Haye
auraic naturellement 1a preference pour le
rTglement de pareilles questions
Un des cotes signiticatifs de cette Conf6-
rence c'est que, pour la premiere fois dans
'1histoire, les nations creancieres et debi-
trices du monde so tienncnt amicalement
reunies en conseil ; 'occasion semble done,
on ne peut plus propice pour qu'un serieux
effort soit fait en vue de se mettre d'accord
sur quelquesregles concernant le traitement
des dettes contractuelles, rLgles qui, ayant
reCu 'approbation de cetteassemblee, pour-
raient aboutir, eutre les nations ici repre-
sentees a un trait4 gCndral sur la matiere
pour les vrais intirets de la paix du monde.





Le Petit-Haltien
Le dernier num6ro de cette important
revue lattcraire vient de paraitre avec des
articles des plus intCressants.
Signalons une chronique du directeur
NAthan Hector,--des pages emues de Probus
Blot consacrees A Justin Godfroy don't le
talent d'une origmnalite si profonde est ana-
lyse avec delicatesse et attendrisscmcnt.-
es vers d'Ernest Douyon, M. Raude, Ed
guard Fanfant et une etude magistrale de
Thales Manigat sur la citadelle Henry.
Noa sinceres compliments A I'ezxcllente
reaction do YTtt Hai&dm.


RENSEIGNEMEN TS
MaTEO ROLOGIQUES
COlbservatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


LINDI 12 ABOUT
Barotnetre i midi
a minimum
Tempraturemaximum


363,O
22,9
3o,8


Moyenne diurne de la temperature 27,0
Le ciel a d6e tr:s-nuageux le martin et
covert le soir. Les faux cirrus viennent de
I'Est, les strato-cumulus du sud. Le baro-
metre est remont6 vers midi. Un peu de
pluie dans 1'apres-midi. Eclairs et tonnerre.
J. SCHERER.
Emprunt d'Haiti 1896
Ler journaux franais publient 'informa-
tion suivante :
Apres le paiement du coupon au 30 juin,
il restait une provision de. Fr. 565.ooo
La Banque Nationale d'Haiti
a encaiss6 depuis. .. .. 55.ooo

Soil ensemble... .. Fr.62o.ooo
Arrivage
Ce matin est revenue le sis Quibec de la
C. G. T. avcc les passages suivants :
Petit-Giove : F6lix Chdriez, Mile Ch&-
riez, Vesperini, Allegrini, L'abbc Lebreton.
Gonaives : Soeur Germaine, Francisco,
Gerlach, Mile Cab che, M. Lacroix, Lator-
tue, Roy, R. Cabche, Trasybule, Vve La-
batte, Euin. Jn Baptiste, Gal Pierre C6les-
tin, Rose Hyppolite, Fernand Smith, Mme
E. Fernand, Mle Eva Latortue, 8 soeurs
de St Joseph de Cliny, M.I- Clara Chdry.
St-Marc : Alfred Dupiton, Oliette Ville-
jouint.
Distribution de Prix
C'est detain martin qu'aura lieu la dis-
tribution des Prix au Pensionnat national
de demoiselles.
De superbes volumes recus dernierement
par le gouvernement seront offers aux 6ls-
ves. Lafete sera tries brillante, organisee par
1'infatigable directrice Mine V. Sampeur,
aid&e de ses devouds professeurs.
Chambre des Deputds
Les deputies ont chl6m6 hier.
Bien qu'il y ect majority, on s est s6par
sans avoir abord6 aucun point de l'ordre
du jour.


LE GENTLEMAN

Nous chercherons aujourd'hui A bien
comprendre et A bien d6terminer le sens
essential de ce mot a a gentleman a si em-
ploy6 en Angleterre et dans les pays de
lange et de race anglaises.
Nous nous demanderons les raisons pour
lesquelles on se pose, des qu'on voit un
inconnu en pays anglais, cette question
tres importance pour la socictd : Est-il un
gentleman 1?, a msi que pour une dame on
vous demandera, est-ce une lady ? v
II y a eu un mot en France don't le sens
tout en approchant l6g6rement de celai de
gentleman en differ pourtant d'une faeon
presque absolute, nous voulons parler de
g gentilbonme >. g Gentilhomme > est res-
t6 ou plut6t a conserve chez le latin l'ac-
ception utopiste que lui avaient donn6e
ces nobles de France qui consid6aient le
n6goce come indigne d'un vrai gentil-
homme. Ce qui a 6:6 cause, entire paren-
theses, que I'un des.plus celebres auceurs
anglais, parlant des restes actuels de Ia no-
blesse franaise it pau dir avec ctnaine v-
risE: s cene alstocratle submerg6e qal o


a maintient avec peine A la surface de la
soci6et francaise don't elle nest que 1'6-
a came quoiqu'elle affiche la pr6tention
C d'en etre la creme. )
Le mot, pour etre cruel et un peu trop
absolu, comme le veut le caractere anglais
n'est pas moins vrai au fond cependant.
Nous constatons heureusement tout le
contraire en Angleterre. Ce people posi-
tif par excellence n'a point voulu que ceux
qui etaient dignes de le commander autre-
fois ne le fussent plus aujourd'hui. Et l'e-
ducation des classes nobles anglaises a
transform ses moeurs et ses habitudes. Elle
a appris A ses enfants a se faire aux exi-
gences du temps et du people anglais: Et
a noblesse anglaise, c'est-a-dire les squi-
res, les barons, les anciens chefs feodaux
ne sont pas devenus comme sous Louis
XVI de simple privildgies, a des parasites
d'ornements A la fin nuisibles, inutiles,
odieux au people, incapables desormais
d'etre dans 1 Etat un resort efficace. a
Pendant ce temps, les gentilhommes an-
glais ouvraient leurs rangs aux talents, ils
sont rests en communication avec le peu-
pie, ils ont admis parmi eux l'elite de la
roture et de la bourgeoisie, et cela leur
a permis de rester A la tcte de l'Etat et
de la commune.
Enfin, ils ont su s'accommoder a leur
sikcle et A leur r6le ; ce nouveau role n'a
pas etc si facile A prendre ; il leur a fallu
butter centre eux, contre un orgueil sdcu-
laire fait de superiorit6 et de puissance. Ils
ont dui s'instruire pour pouvoir lutter avec
les leaders du people, et cette force de vo-
lontc, cet esprit d'assimilation qui ne se
rencontre A ce degree que chez eux leur a
ermis de rester ce qu'ils ont toujours dte:
es cctoyens les plus eclaires, les plus uti-
les, les plus riches et les plus independants
de la patrie anglaise.

Cela etant dit, la difference entire les
deux terms : gentilbhornu et gentleman etant
bien etablie, il va nous etre moins diffi-
cile de concreter le sens de a gentleman ,.
En France nous n'avons pas le mot,
c ecrivait Taine en 1862, parce que nous
c n'avons pas la chose, et ces trois svlla-
bes, dans leur sens d'Outre-Manche, rcsu-
ment I'histoire de la society anglaise.,
D'abord, les traits distinctifs d'un gen-
tleman sont les memes qui distinguent les
membres de la classes superieure en Angle-
terre.
Pour la foule un gentleman, c'est ceIui
Qui a une fortune ind6pendante, un tr.in
e mason, une certain tenue extericure,
des chevaux pour sa fes es fants.
( car lesfilles et les fenimes monrtcii beau-
coup plus A cheval en Angleterre qu'en
France et ailleurs ) de l'instruction, 1'u-
sage du monde, et principalement du
CCEUR. Avoir du cceur, voilA la plus impr-
tante de qualitCs que doit possdder un
gentleman.
Un gentleman doit pouvoir donner la
plus grande parties de son argent et de son
temps aux pauvres et aux malheureux et
pour le bien commun. Ils seront magistrates
munici;aux, justices of the peace, president
de comrtns et d'associations utiles. Voici
un example tire des Collected papers de M.
Grote :s Unpropritaire est rice de 30 mil-
lions de francs; il ach6teune action de to mil-
lions dans une entreprise qui a pour but
d'amener l'eau potable A Londres, ct il n'y
a que quarante actions. Pour se delasser
du parlement et des affaires il, a bati une
eglise que nous visions, tres jolie, d'un
gothique tries soigne, avec des vitraux
points, des boiseries, une chaire sculptee,
bref un petit bijou, encadree dans des lau-
niers toujours verts ; il I'a dote ct fait une
rente au chapelain. Tout A c6tC, ii vient
d'ECablir one Ecole granite entire autres
cho.s, on y enseigne le chat, 11 y a misJ


un piano, on y donne de petits
il s amuse lui-meme a faire chapter
fants. Comme il croit A la bonne
de la musique, il envoie souvent
tre, A droite et A gauche, dans le
pour propager l'instruction. a
Ce nest it qu'un petit example d
des qualitCs de caeur des gentlemen
II y en a d'autres plus magnifiques
dans leur bienfaisance.

*
Nous voyons bien que nous ne
pas ici en pays latin ou les douesa
torment la plus grande parties des
ments donnes A la pautretC
Vous pouvez etre sur qu'un
ou non qui a 60.ooo A 80.ooo liy
rente en d6pensera 20.000 en
dons, souscriptions et entretiens de
ments publics ou priv6s.
Je vous demand un peu, chez agj
lpe exceptC chez leurs fils 6mancipa s
ibre Amerique, rencontre-t-on rc
charity chez les riches. N'y a-t-il p
France et dans les autres pays de tmac
ne des families puissantes qui i
souvent l'existence des pauvres ?
IIs sont. ces gentlemen, remp.
gards et d'attentions pour leurs mit
nts, surtout quand ces amis sont dso
mesde mnrite.
On connait I'histoire du grand
mnisie anglais, M. Cobden, qui s'6ut
ne, ses anus ouvrirent une sosc
publique qui lui apporta 70.000 lih s
II se ruina pourtant une secondefoiset
qut de ses amis 40.oco livres st.,
d'une second liste de souscriptio.
On cite beaucoup de dues et pau
enoeont 5o.ooo livres st. a c camt
leur part pour les depenses lt
Pour I'anglais un vrai gentlema uc
core celui qui est digne de com
tegre, capable de s'exposer pou
der !es iiit-r&ts de Ia communautv,
de conscience en qui les instincts
ont Ltd confirmnes par la r6flexion a
ptrience, qui agit bien par nature
principle.
11 a l'empire de soi, sancg-froii
lu et permanent, 1'esprance dans
sitd, il est persivirant.
Nous autres haitiens, ii nou
beaucoup pour etre des gentlewsa a
peu pres. Nous n'avons pas la
cc, nos classes superieures manqauet
vent de coeur. Elles ne s'expo
clles nese sacrifient point pour cctu
guiden t qu'il faut fire 6voloeC..,.
Les gentlemen habitent pluttI
pagne que la ville. Les ont remplac6 en Angleterre les
anciens seigneurs f6odaux.
Dans un prochain article, no s
du comfortable de ces gentleman.

^.Zotel EBellevn

DEJEUNER DU 13 AOUT
MIDIA a2 HEMU
Prix : G. 2.50
Melon d'Espagne glw
Radis
Fricassde de Morne Ai li
Rognons grilles MalS W
Filet Mignon amn po0.
Macaroni A l'ItalieaS
Haricots roOges 0a
Riz blanc a l ba
Gaiau de ri

/2 Vin


_ _~








CsElrangeres

3SAROUES CE SATIN

rtabli.- Le bombards-
o .Casablanoa dure
ms dE ux ourS.-- La
ST1 dR Mazgram n d6-
tU tt par leo na-
Tires frangais.
Las tel4grammes de Tan-
aujourd'hui, annoncent que
eat plus critique dans les
la c6te' que dans cellos de
Les dernibre nouvelles
nca disent que l'ordre a
I.
iverneur militaire a demand
on de se r6fugier A borl
aod navires de gierre moulles
Ilport. Cette permission lui a
nfos6e. Los nouvelles disent que
pbardement de Casablanca du-
is deux jours, Les Kabyles
do la portde des canons
vires de guerre.
WosKs.- Une ddpeche special
r announce que la plus grande
I de Mazagran a 6et detruite par
Mabrdement des navires de guer-
Lcais.
n isomarocaine est d6sar-
Lea croiseurs continent
h Dombarder les cavaliers
arabes.
is.- Une d6peche de Casablan-
sooce que la garnison marocai-
Seette ville a .dt6 ddsarmde.-
aes et les munitions sont de-
Sa Consulat francais.
ito s marocaines ont confli
on de la ville aux troupes
oles.
ars Duchay, et Gali-
continuent A bombarder les
bir arabes qui apparaissent dans
iwrons de Casablanca.
Woisur espagnol au Maroc.
iaM. Le croiseur espagnol
d4 la Plata v, qui doit remplacer
Imuancia partira domain pour
|dnmande du gouvernement
SranQais.
Le Gouvernement Fran-
Srmold les demands sui-
les autoritds marocaines de
soient mises A la dispo-
commandant des troupes
ves vies de residents francais
dera d'autres villes de L'Em-
garanties
le Gonvernemeot Marocain
le plus bref d61ai possible,
pour l'asassinat do doc-


rat.

re et ea2 Ndidat du par-I
pour 1 poate de gou-
r tat, o'est suleid6 aujour-

WU a pris oette dicisiono
I.S aort de son. pire et

blemeis pPs tour pro-
SPu anarchistoe oot
od'one born-
1-ta poa


La police a pris des measures en
consequence.
Le V6n6suela paie & la Belgique
un million de dollars.
CARACAS.- L. Gouvernement Vnd--
zuelien a notified au Gouvernement
Belge, qu'en vertu de la sentence du
tribunal d'arbitrage, il paiera les re-
clamations de ce dernier.
Ces reclamations se montent A un
million de dollars.
Des trbus afrioaines attaquent et
rasent uue ville.
TANGER.- Les tribus de Aitlyusa
et Atjemal ont attaque la villo do Ca-
bo-Juby en face des iles Canaries.
Los assailants ont ras5 complmte-
ment la ville.- Un grand nombre
d'hommes de la garnison ont pdri ou
furent faits prisonniers.- Le Gouver-
neur de la ville s'est rdfugi6 dans I'i-
le Fuerte Wentura (Canaries).
Une gr6ve.
CHICAGO.- Les employs de la
Western Union do Overland, division
de Chicago, se sent mis en greve.
Ils donnent comme motif de leur dd-
cision le fait que la compagnie a em-
ployd d'autres t6ldgraphistes pourrem-
placer ceux qui avaient dtd dd6j ren-
voyds lors de la give de Los-An-
geles.

Le soussignd declare au public et
au commerce que les centre bons de
l'exercice 1903-1904, aux numdros 47,
4G.45et 52 dmis en faveurde l'Archeve-
chede Port-au-PNince, sont adhires et
considdrds nuls, duplicate devant en
6tre ddlivrd.
Port-au-Prince, le 13 Aout 1907
J. M. JAN,
Secredaire Gdndral de l'Archevichd.


Hamburg American
Line


Le steamer a BOLIVIA. venant
de Hambourg, Grimsby, HIvre, St
Thomas, Sanchez, Samana, Puerto-Pla-
ta, Cap-Haitien, Port-de-Paix et Gonai-
ves sera iciMercredi matin, le 14 courant.
IIpartiraprobablement dans la soirde
pour J6rdmie et Kingston.
II sera de retonr de Kingston, (via
Jdrdmie et Petit-GoAve ) le 26 courant.
*

Le S/S a HERMERSBERG i ve-
nant de Cuba. J6r6mie et Petit-GoAve,
est attend ici mercredi, 14 courant.
II partira probablemknt le meme jour
or St-Marc, Gonalves, Port-de-Paix,
Haltien, Puerto-Plata, St-Thomas
et 'Europe.
3
de St-Pdu/Som dSanuan de Porto--
deSt-Thomas, San-Juan de Porto-Ri-
o, Sarn-Pedro de Macoris, Santo-Do-
mingo, AzaJ, Jacmel, lea Cayes et
Kflgston sera ici jevdi 5 cowraut.
II partira le meme jour pour Jdre-
mie, Cays, Jacmel, Azao, Santo-Do-
minao, San Pedro de Macoris, San-
ioade dPorto-Rico et St-Thomas.
Port.aa-Prince, 8 Aott 1907.
G. KEITEL &t 0O
Aoemrra


Le cafe de RosE PINPIN. derriLre
le bureau hydraulique est dlirige au-
jouird'hui par sa sccur, Madame Tou-
TOUTE PINPIN.
MadameTINETTE JEAN-NoEL)Fannonce
A sa bonne clientele, que son restau-
rant est transfdrd dans le inmme dta-
blissement. Le service commencera le
15 Aott.
Toujours bonne table et r.gularite
dans le service.
Port-au-Prince, 12 AotL 1907.
TOUTOUTE PINPIN,
TIwrrra JEAN-NOEL.

Je, soussignd donne avis au public
et au commerce qu'A partir d'aujour-
d'hui, je ne signe plus Louis Joseph
Eugene Clavier, mais avec le m6me
paraphe, Louis Joseph Eugene, mon
vrai nom, comme l'atteste mon acte
de naissance.
Port-au-Prince, le 12 Aoit 1907.
Louis JOSEPI EUGlCNE.
I I,


Service


Atlas


Le vapeur ALLEGIIANV i ayantquittl
New-York le 7 courant pour le Cap
Port-de-Paix et notre port, est atten-
du icijeudi 45 courant.II partira proba-
blement dans la soirde pour St-Marc,
Cayes, Jacmel et Santa-Marta.
La malle pourles*Etats-Unis et I'Eu-
rope, par le vapeur *VALDIVIA sera
fermde A la Postejeudi 15 courant,
A 6 heures du soir.
Port-au-Prince, 9 AoAtl907.
F. HERRMANN &C*, agents.


Ldl coildeise les le

FRAIS
A LA PHARMACIE SIJOURNE
PLACE VALLIERE

Langue Anglaise


Monsieur J. J. DESCE.
Le professeur d'Anglais si hie, con-
nu et si justement apprdcid du public,
avise ses eleves, ses amis et tous ceux
qui voudront bendficicr, de ses excellen-
tes lemons, qu'il se trouve au No 97,
Rue de la REvolution, dite de I'Enter-
rement, o Il'on peut se renseigner sur
tout ce qui concern sa profession : le-
Cons d'anglais, de francais et d'espa-
gnol.
Par un procedd des plus pratiques,
le professeur met ses delves, en peu de
temps, sur un trs bon pied. Sei prix,
trbs raisonnables, sont A la portde de
touted elo bournes.

Francisco DESUSE
Fabricant do ohaussure
La Manufacture a toujours eno d-
p6t un grand stock,- pour la vote
en gros et detail,- de chaussures on
tous genres pour
HOMMKs, FKMUs, ExrMrrs
Les commands des commerCants
de l'interieur pourront tre ex6cut6es
dans une semaine A peu prbs.
23, rue doe Front-Forts,
Po*T-A-mWUMO ( uAIM )


LA
Meilleure Farine
du Monde
:elle qui done le meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc 4
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de I~
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Reprdsmeat.


VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co

VIN DE MARSEILLE


Marque Artaud


Freres


--
K OLA
DE
in xgston
MACNISH'S a IRONBREW V
A Vendre
Chez CATINAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
62, Rue des Fronts-Forts

Voulez-vous des souliers elegants,
solides, fabriquds avec toutes les rb-
gles de l'art ?
Allez chez
Alphonse di Guglielmo
167, GRAND'RUE, 167.
Le cordonnier du high life,
Le Roi de la Chaussure, don't les
travaux apprecids sont simplement
des merveiles.

Avis Important


La Commission institute par la loi
sur I'Expropriation pour cause d'utili-
td publique a I'honneur d'informer les
intdresses qu'elle s'est constitute et
que ses seances se tiennent au Bureau
de l'Administration principal des Fi-
nances, tousles jours, de dix heures A
midi.
En conformity des dispositions de
I'art. 8 de la sus-dite loi, les proprie-
taires de terrains don't l'expropriation
est poursuivie soot invites a se pr6-
senter, devant la Commission, pour
soomettre leurs observations dans la
quinzaioe, A partir de oett date.
Porm-au-Prinoe, 5-Aot 1907.
Le Prhident d la Comamieon,
C. SAMBOUR.


Les Membres


FJACQo Duaoum.
I FmAx J. Euo. MAxtwUUm.


On trouvera:
Le novel outrage do Gd. F. D.
LtorrimME: riHo,, le eam& l.A
Sci ees, A la Pharmeie Robers, dm
Velten et Lagojanias.
Pri : 4 Goutaae.






toutes les parties interessees. D'abord pout
la nation don't les nationaux sont devenus
creanciers d'un Gouvernement stranger par-
ce que ce serait un avertissement pour une
classes de personnel trop disposes A specu-
ler sur les besoins d'un Gouvernement fai-
ble et embarrassed et qui competent sur le
leur pour du succis de leurs operations ;
cela servirait a decourager leurs transactions.
11 permettrait au Gouvernement de conti-
nuer entretenir des relations normales
avec l'Etat stranger, lui Ipargnerait d'en-
courir sa mauvaise volonte t peut-ere de
perdre son commerce. Cette attitude l'af-
franchirait aussi du risque de complications
avec les Puissances neutres.
'Sccondement la reconnaissance de cc
principle erait un reel soulagement pour
les neutres, car les blocus, en arretant tout
traffic, sont une sdrieuse menace pour
leur commerce stranger.
Troisitmnement les Etatsddbiteurs y trou-
veraient un advantage, car il les prdviendrait
que d&sormais les pretcurs d'argent ne
pourront mettre en ligne de compete pour
aser leurs operations que la bonne foi du
Gouvernement, le credit national, la justi-
ce des tribunaux locaux et l'dconomie ap-
portce dans administration des affairs
publiques.Cela dlivreraitccs Etats des im-
ortunites des aventuriers speculateurs qui
es tentent par I'otlre de gros emprunts
souvent preludes d'extravagance national
et A la fin menacent de saisir ce qui leur
appartient et de violer leur souverainete.
La certitude que toutes les reclamations
plcuniaires litigieuses seraient soumises A
I'appr6ciation d un tribunal impartial se-
raient propres a fairecomprendre aux grands
financiers, aux grands entrepreneurs que
ces r6clamations seraient promptement re-
gles, sans trouble grave p. ur l'adminis-
tration des affaires publiques du pays, et
sans 6tre personnellement obliges d'assu-
mer la tache d'obtenir de leur propreGou-
vernement qu'il se charge de fire rentrer
leurs crlances par la force des armes. En
pareil cas des financiers et des Ctablisse-
ments de credit a l'dtranger offrant toutes
garanties, seraient plus disposes ; n6gocier
les emprants et feraient des conditions fa-
ciles et raisonnables.
La Cour permanent d'Arbitragea La Haye
aurait naturellement la preference pour le
reglement de pareilles questions
Un des c6tes significatifs de cette Confc-
rence c'est que, pour la premiere fois dans
I'histoire, les nations creanci&res et d6bi-
trices du monde so tiennent amicalement
reunies en conseil ; 'occasion semble done,
on ne peut plus propice pour qu'un serieux
effort soit faith en vue de se mettre d'accord
sur ,uelques rgles concernant le traitement
des ettes contractuelles, regles qui, ayant
recu I'approbation de cetteassembl6e, pour-
raient aboutir, eutre les nations ici repri-
sentues a un traite general sur la mature
poor les vrais intirets de la paix du monde.





Le Petit-Haitien
Le dernier numero de ctte imponante
revue latteraire vient de paraltre avec des
articles des plus interessants.
Signalons une chronique du directeur
Nuthan Hector,-des pages emues de Probus
Blot consacrees i Justin Godfroy don't le
talent d'une originality si profonde est ana-
Savec delicatesse et attendrissement,-
des er d'Ernest Douyon, M. Raude Ed
t id Fanfanmt et une etade nagtrale d
ThleM Manigit asr la citadelle Henry.
N iaceres moeli nts A 'esc t
wib^^^^d>^^m Lu Y ^^tb^-wm.^


RENSEIGNEMEN' TS
XZT]oiRO LOGIQUEB
C b ser-v ato i re
DO
StMUNAIRE COLLEGE St-EARTIAL

LItDI 12 AOUT


Barom6tre A midi
Tmpraturminimum
Temp6ratre mum
maximum


763,0
22.9
30,8


Moyenne diume de la temperature 27,1
Le ciel a et& tres-nuageux le martin et
covert le soir. Les fauxcirrus viennent de
1'Est, les strato-cumulus du sud. Le baro-
metre est remonte vers midi. Un peu de
pluie dans I'apres-midi. Eclairs et tonnerre.
J. SCHERER.
Emprunt d'Haiti 1896
Le journaux franwais publient l'inforna-
tion suivante :
Apres le pavement du coupon au 30 juin,
il restait une provision de Fr. 65.oo000
La Binque Nationale d'Haiti
a encaisse depuis. . . 55.ooo
Soit ensemble....... Fr.62o.ooo
Arrivage


Ce martin est revenue le sis Qulbec de 1a
C. G. T. avec les passagers suivants :
TPetit-Gouve : Felix Ch&riez, Mile Che-
riez, Vesperini, Allegrini, L'abbe Lebreton,
Gonaives : Soeur Germaine, Francisco,
Gerlach, Mile Cabache, M. Lacroix, Lator-
tue, Roy, R. Cabeche, Trasybule, Vve La-
batte, Emm. Jn Baptiste, Gal Pierre Celes-
tin, Rose Hyppolite, Fernand Smith, Mme
E. Fernand, Mlle Eva Latortue, 8 seeurs
de St Joseph de Cliny, M.~l Clara Chdry.
St-Marc : Alfred Dupiton, Oliette Ville-
jouint.
Distribution de Prix
C'est demain martin qu'aura lieu la dis-
tribution des Prix au Pensionnat national
de demoiselles.
De superbes volumes recus derni&rement
par le gouvernement seront offers aux C16-
ves.Lafte sera tris brillante, organisee par
l'infatigable directrice Mme V. Sampeur,
aidee de ses devoues professeurs.
Chambre des D6putes
Les deputis ont chome hier.
Bien qu'il y ett majority, on s'est spare
sans avoir aborde aucun point de l'ordre
du jour.


LE GENTLEMAN

Nous chercherons aujourd'hui A bien
comprendre et i bien determiner le sens
essential de cc mot a a gentleman a si em-
loy6 en Angleterre et dan Is lepays de
laue et de race alaises.
No us nos demanerons les raisons pour
lesquelles on se pose, d6s qu'on voit an
inconnu en pays anglais, cette question
ires important por a socite : Est-il on
mgetleman m que poor une dame on
voUs demanders, est-ce une lady ? p
II y a eo un mot en France don't le sens
toot en approchant lgdrement de celai de
gentleman en diffire pourtant d'une fa4on
presque absolute, nous voulons parler de
a getilbomme Gentilhomme i est res-
td ou plut6t a conserve chez le latin I'ac-
ception utopiste que lui avaient donnde
ces nobles de France qui consid6raient le
negoce comme indigne d'un vrai gentil.
home. Ce qui a 6td cause, entire paren-
thias, que 'un des plus cdlrbres autears
anglmas, parent des rIesI aciiels de Ia no-
bless frananse ait pu din avgc craine v4-
id: e mm aurs u-l- smbmmrge qal m


I


a maintient avec peine i la surface de 1
a society francaise don't elle n'est que l'
a come quoiqu'elle affiche la prCtentiol
a d'en 6tre la crCme. *
Le mot, pour etre cruel et un peu troj
absolu, come le veut le caractlre anglai
nest pas moins vrai au fond cependant.
Nous constatons heureusement tout 1
contraire en Angleterre. Ce people posi
tif par excellence n'a point voulu que ceui
qui etaient dignes de le commander autre
fois ne le fussent plus aujourd'hui. Et 1'6
education des classes nobles anglaises :
transform~ ses mceurs et ses habitudes. El1
a appris A ses enfants a se faire aux exi.
gences du temps et du people anglais: E1
la roblesse anglaise, c'est-a-dire les squi
res, les barons, les anciens chefs f6odaui
ne sont pas devenus comme sous Louis
XVI de simples privilgies, ( des parasites
d'ornements A la fin nuisibles, inutiles,
odieux au people, incapables desormais
d'etre dans I Etat un resort efficace. a
Pendant ce temps, les gentilhommes an-
glais ouvraient leurs rangs aux talents, ils
sont rests en communication avec le peu-
ple, ils ont admis parmi eux l'elite de la
roture et de la bourgeoisie, et cela leur
a permits de rester A la tite de l'Etat et
de la commune.
Enfin, ils ont su s'accommoder a leur
siecle et A leur rdle ; ce nouveau r6le n'a
pas etc si facile A prendre ; il leur a fall
utter centre eux, concre un orgueil s6cu-
laire fait de superiority et de puissance. Ils
ont di s'instruire pour pouvoir lutter avec
les leaders du people, et cette force de vo-
lont6, cet esprit d'assimilation qui ne se
rencontre A ce degree que chez eux leur a
permis de rester ce qu'ils ont toujours et :
les citoyens les plus eclairds, les plus uti-
les, les plus riches et les plus ind6pendants
de la patrie anglaise.
*
Cela 6tant dit, la difference entire les
deux terms : gentilhomnu et gentleman etant
bien 6tablie, il va nous etre moins diffi-
cile de concreter le sens de a gentleman v.
En France nous n'avons pas le mot,
a ecrivait Taine en 1862, parce que nous
a n'avons pas la chose, et ces trois sylla-
bes, dans leur sens d'Outre-Manche, rcsu-
ment I'histoire de la society anglaise.,
D'abord, les traits distinctifs d'un gen-
tleman sont les mcmes qui distinguent les
membres de la classes superieure en Angle-
terre.


a

11

p

e
-


Pour la foule un gentleman, c'est celui
qui a une fortune ind6pendante, un tr.in
e mason, une certain tenue extdricure,
des chevaux pour sa femme et ses enfaints.
( car lesfilles et les femmes montent b.au-
coup plus i cheval en Angleterre qu'en
France ct ailleurs) de l'instruction, I'u-
sage du monde, et principalement du
cQvua. Avoir du coeur, voila la plus impor-
tante de qualities que doit posseder un
gentleman.
Un gentleman doit pouvoir donner la
plus grande panic de son argent et de son
temps aux pauvres et aux malheureux et
pour le bien common. Ils seront magistrats
moniciq ms, iusties of th peace, president
de comauit et d'asociatios tiles. Voici
un exemple tire des Collected ppers de M.
Groe :Unproiaire est richer de 3o il-
lions de francs; i sch6tene action de io mil-
lions dans une entreprise qui a pour but
d'amener I'eau potable Londres, et il n'y
a que quarante actions. Pour se dlasser
do parlement et des affairs il, a bati ne
Eglise que nous visitors, trs jolie, d'un
gothique tris soigne, avec es vitraux
pemts, des boiseries, une chair sculptec,
bref n petit bijou, encadrEe dans des lau-
iers touiours verts ; ii l'a dothe et fait une
rete oa chapeolai Toot A c6t6c il vient
d1tabli. uom. oletai en vmentr
cbho, on y eMigSe k Cdat, 11 y a mis


un piano, on y donne de petis
il s amuse lui-mme A fairechaa.
fants. Comme il croit a la boadr
de la musique, il envoie 5sovem
tre, A droite et i gauche, dans I
pour propager I'instruction. a
Ce nest I qu'un petit exemnplki
des qualities de cceur des gentlean
II y en a d'autres plus magnifiqa
dans leur bienfaisance.


-g -
o^tel B13ell

DFJEUNER DU )j AOMI
MAs M A W--
Prix: G. aMe.w
Melon d'Espage sI(
Radis
Fricass-e de Morse A Il
Rognons grilles MahN
Filet Mignon asm
Macaroni A 'rtal'hi
Haricots roages 4
Riz blanc a I
Gatas de sis

i/am l^i


---- ----- --------~-- -- --


I =


S Nous oyons bien que nous
1 pas ici en pays latin o& les docc
Sorment a plus grande pattie dr
t merits domnEs a la pauvrete.
Vous pouvez etre shr qu'un
ou non qui a 60.ooo 0 8o.ooo0 l
rente en depensera 20.000 en
dons, souscriptions et entretiens
ments publics ou rivs.
Je vous demance un peu chen
ple except chez leurs fils 6maocIPr
Libre Amcrique, rencontre-t-oa
charity chez les riches. N'y a-t-il p
France et dans les autres pays de gf
ne des families pdussantes qui
souvent existence des pauvres ?
Is sont. ces gentlemen, reaml
guards et d'attentions pour leurn s
n ds, surtout quand ces amis sont
mesde merite. ,
On connait I'histoire du grand 4
mniste anglais, M. Cobden, qui s'E
ne, ses amis ouvrirent une
publique qui lui apporta 70.ooo00
II se ruina pourtant une second fis
qut de ses amis 40.o00 lives st.,
d'une second liste de souscriptio.
On cite beaucoup de dues et
envoient So.ooo lives st. la
leur pard pour les d penses
Pour I anglais un vrai gentlenMs'
core celui qui est digne de
tegre, capable de s'exposer pom
der les intcdrts de la communsual,
de conscience en qui les instincts
ont et6 confirms par la rCtlexioa
perience, qui agit bien par mta u
principle.
11 a 1'empire de soi, un sa ra
lu et permanent, 1'esperance da
sitd, il est persiedrant.
Nous autres haitiens, il noos
beaucoup pour etre des gentle
peu pres. Nous n'avons pas la
ce, nos classes superieures
vent de cceur. Elles ne s'
elles nese sacrifientpoint pour
guident et qu'il faut fire evol
Les gentlemen habitcnt pimt.1
pagne que la ville. Les cl
ont remplac6 en Angleterre les
anciens seigneurs feodsux.
Dans un prochain article. 00
du comfortable de ces gentlkna.








atrngeres


rI LS ICOS CB MATIN

6tabli.-- Le bombarde-
d. Casablanca dure
dmix jours.- La
d Maadgeran d6-
I' tt par Is na-
vire frangais.
.Las teldgrammes de Tan-
.apoourd'hui, annoncent que
a st plus critique dans les
7&la c6te' que dans cells de


L Les dernibre
lanca disent que


nouvelles
I'ordre aI


verneur militaire a demandA
riuoon de se r6fugier A borl
([e navires de gfierre moull6s
Report. Cette permission lui a
iasee. Los nouvelles dissent que
r brdement de Casablanca du-
Wls deux jours, Les Kabyles
ior do la port6e des canons
tires de guerre.
.- Une depeche spdciale
rannonce que la plus grande
Sde Mazagran a dte detruite par
obardement des navires de guer-
bols.
rnison marocaine est d6sar-
.- Les croiseurs continent
Sbombarder les cavaliers
arabes.
sm.- Une d6peche de Casablan-
ce que la garnison marocai-
eette ville a .t6 d6sarmde.-
as et les munitions sont de-
an Consulat frangais.
it6s marocaines ont confle
on de la ville aux troupes
les.
ct Duchayt* et a Gali-
continuent A bombarder les
li arabes qui apparaissent dans
tilons de Casablanca.
olseur espagnol au Maroc.
MaD. Le croiseur espagnol
ia Plata a, qui doit remplacer
ancia a partira domain pour
mandes du couvernement
frangals.
Le Gouvernement Fran-
.'hrule les demands sui-
leS autorites marocaines de
soient mises A la dispo-
commandant des troupes
Is vies des residents francais
*AS d'aatres villes de 1'Em-
pranties ;
o Gouvernemeat Marocain
le plus bret ddlai possible,
pour l'raauasat da doc-


-ka--


ILu.


soleat unlsea


i ulrold.
M. Geore Wallace,
et candldat du par-
Mur le post de gou-
, s'est sulcidd aujour-


4pU a pris cette decision A
Slamort de son. p-re et
*blese pas lour pro-
Sanarchistes out
i d'une sbom*
I'iM qa'os pos&


La police a pris des measures en
consequence.
Le V6n6suela pate & la Belgique
un million de dollars.
CARACAS.- L. Gouvernement VWn&-
zuelien a notified au Gouvernement
Beige, qu'cn vertu de la sentence du
tribunal d'arbitrage, ii paiera les r16-
clamations de ce dernier.
Ces r6clamations se montent un
million de dollars.
Des tnbus afrioaines attaquent et
rasent uue ville.
TANGER.- Les tribus de Aitnyusa
et Atjemal ont attaque la villo do Ca-
bo-Juby en face des miles Canaries.
Los assailants ont ras5 complete-
ment la ville.- Un grand nombre
d'hommes de la garnison ont pdri ou
furent faits prisonniers.- Le Gouver-
neur de la ville s'est rdfugi6 dans 1'i-
le Fuerte Wentura (Canaries ).
Une gr6ve.
CHICAGO.- Les employs de la
Western Union do Overland, division
de Chicago, se sont mis en greve.
Its donnent come motif de leur dd-
cision le fait que la compagnie a em-
ployd d'autres tel6graphistes pourrem-
placer ceux qui avaient dtd d6jA ren-
voyes lors de la greve de Los-An-
geles.
&- -
Le soussigne declare au public et
au commerce que les centre bons de
l'exercice 1903-1904, aux numeros 47,
46.45ot 52 dmis en faveurde l'Archeve-
chede Port-au-Prince, sont adhires et
considdrds nuls, duplicate devant en
6tre ddlivrd.
Port-au-Prince, le 13 Aodt 1907
J. M. JAN,
Secrtdaire Gdnaral de l'Archevchd.

Hamburg American
Line


Le steamer *BOLIVIA venant
de Hambourg, Grimsby, HAvre, St-
Thomas, Sanchez, Samana, Puerto-Pla-
ta, Cap-Haitien, Port-de-Paix et Gonai-
ves sera ici ercredi matin, le 14 courant.
II partira probablement dans la soiree
pour J6remie et Kingston.
II sera de retour de Kingston, (via
J6r6mie et Petit-Goave ) le 26 courant.


Le S/S a HERMERSBERG O ve-
nant de Cuba. J6rdmie et Petit-GoAve,
est atteodu ici mercredi, 14 courant.
Ii partira probablemsnt le meme jour
pr St-Marc, Gonalves, Port-de-Paix,
p-Haltien, Puerto-Plata, St-Thomas
et ropep.

Le S/S PRESIDENT venant
de St-Tbomas, San-Juan de Porto-Ri-
co, San-Pedro de Macoris, Santo-Do-
mingo, Agaa, Jacmel, les Cayes et
Kingston sera ici jmfdi 5 courant.
1 parra le meme jour pour Jdr6-
ia, C.ay,, Jacmel, AoAz. Santo-Do-
mingo, San Pedro de Macoris, San-
Joa de Porto-Rico et St-Thomas.
Port-a-Prince, 8 Aout 1907.
G. KEITEL t& o0
Aesrr.


Le cafe de RosE PINPIv. derriere
le bureau hydraulique es dlirig, au-
jourd'hui par sa soeur, Madame Tou-
TOUTE PINPIN.
Madame TINETTE J EAN-NOEI. announce
b sa bonne clientele, que son restau-
rant est transferd dans le inmme eta-
hlissement. Le service commencera le
15 Aott.
Toujours bonne table ct i6gularite
dans le service.
Port-au-Prince, 12 Aolt 1907.
TOUTOUTE PINPIN,
Tirrrm JEAN-NOEL.

Je, soussignd donne avis au public
et au commerce qu'A partir d'aujour-
d'hui, je ne signe plus Louis Joseph
Eugene Clavier, mais avec le meme
paraphe, Louis Joseph Eugene, mon
vrai nom, comme l'atteste mon acte
de naissance.
Port-au-Prince, le 12 Aoiut 1907.
Louis JOSEPH EUGICNE.
-- .. I,

Service Atlas
Le vapeur ALLEGIIANVS ayantquitlt
New-York le 7 courant pour le Cap
Port-de-Paix et notre port, est atten-
du icijeudi 45 courant.II partira proba-
blement dans la soiree pour St-Marc,
Cayes, Jacmel et Santa-Marta.
La malle pourles Etats-Unis et l'Eu-
rope, par le vapeur IVALDIVIA sera
fermee A la Postejeudi 15 courant,
A 6 heures du soir.
Port-au-Prince, 9 AoutI1907.
F. HERRMANN &C*, agents.


Ld cond ensS lesle

FRAIS
A LA PHARMACIE SUJOURNt
PLACE VALLIERE
i i .


Le
nu et
avise


Langue Anglaise

Monsieur J. J. DESCE.
professeur d'Anglais si bien con-
si justement apprdci6 du public,
ses eleves, ses amis et tous :eux


qui voudront bendfcicr.de ses excellen-
tes lemons, qu'il se trouve au No 97,
Rue de la Rdvolution, dite de 1'Enter-
rement, of I'on peut se renseigner sur
tout ce qui concern sa profession : le-
Cons d'anglais, de francais et d'espa-
gnol.
Par un procddd des plus pratiques,
le professeur met ses el ve sen peu de
temps, sur un tris bon pied. See prix,
tr6s raisonnables, sent la porlde de
toutes lee bourses.

Francisco DESUSE
Pabrloant de ohaussures
La Manufacture a toujours en d6
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tall,- de chaussures en
tous genres pour
HoMMaS, FmuMS, EnFAMUT
Los commandos des commertants
de 1'intdrieur pourront ttre eodcut6es
dans one semaine a pea prsm.
23, rue de Fronts-Forts, 23
POT~ar-&-u ( sAm )


LA
Meilleure Farine
du Monde
(elle qul done le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanco et
le plus Idger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Reprd6eunt.


VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co

VIN DE MARSEILLE


Marque Artaud


Fr6res


-
K OLA
DE
irngston
MACNISH'S a IRONBREW a
A Vendre
Chez CATINAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
62, Rue des Fronts-Forts

Voulez-vous des souliers 6legants,
solides, fabriquds avec toutes les rb-
gles de l'art ?
Allez chez
Alphonse di Guglielmo
167, GRAND'RUE, 167.
Le cordonnier du high life,
Le Roi de la Chaussure, don't les
travaux appr"cids sont simplement
des merveilles.

Avis Important


La Commission institute par la loi
sur I'Expropriation pour cause d'utili-
td publique a 1'honneur d'informer les
int6rest s qu'elle s'est constitute et
que ses s4ances se tiennent au Bureau
de l'Administration principal des Fi-
nances, tous les jours, de dix heures A
midi.
En conformity des dispositions de
I'art. 8 de la sus-dite loi, les propri6-
taires de terrains don't 1'expropriation
est poursuivie sont invites A se pr6-
senter, devant la Commission, pour
soamettre lears observations dans la
quinalae, a partir d oette date.
Por.as.Prflne, 5 Aoet 007.
Le PrIsiden de o Cemmision,
C. SAMBOUR.


Les Membres


JACoUNS DURocM...
1 Famoouis MATRON,
J. Eua.MAV uuW.


On trouvera:
Le novel ouvrage do G F.D.
Loirmu: rIeomm, me ee iM
Sdcisens, la Pharmeoie Robrm, cl
Veltte et Latgojanal.
Pri : 6 GOu-td&.


kop 0rm






Dr RAMPY


PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Litlu).
CONSULTATIONS TOUS I,E.S JoUIS
DI) 2 A 4 lliUUIls.


Poudre dentifrice

t L'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dents et
lea conserver intactes ?
Usez seulement de la Poudre
dentifrice L'Ideal ,
La Poudre dentifrice a l'Ideal QUI
A OBTENU LA PLUS HAUTE RIECOM-
PENSE A L'EXIPOSITION AGICOLE
ET INDUSTRIELLE DU Itr MAI 1907,
- A Port-au-Prince cst rtllem'iIt
la meilloure de toutes celles connues
jusqu'aujourd'hui.
D6pourvue d'acidcp. lle est saiis
aucun danger pour I'dmail des dents.
Antisepti que des gencives, elle urtvient la ca-
rio, donne aux dents une blanch~ur
6clatanto et lai;cse A l'laleina une .X-
quise sen-;stion de frai'thur ,t u:t
agr6able parfum.
Servez-vous uniquernmrnt dI, : Pcu-
dre dentifrice a 1'Ideal, a et voi.;
aurez de belles dents.
Vous en trouverez A la PHARMACIE
TIitRD, angle des rues du Centre Pf Fei-
rou, vis-4-vis del'Hotel dc la GCoimune.


Prix: G. 1.50 la boite


Commune
de Port-au-Prince
AVIS
E., raison des travaux de rifection
qui s'ext-cutent actuellenmet Ilue do
la Re6volulion) ou de l'Enftrv ITeni it, t'
partir de la Rue Pav6e, l1 public ,-st
prevenu que, pour al!er au cimetii;re,
les convois passeront jusqu'i nouvtel
ordre, par la Rue Roux (I on.,e-
Foi ) et la Rue du Centre.


Ont trceuvc'. I'ouuv;:;:e de Monsieur
D. Vavatl i-Ititule .Coup d',awril sur I'-
tat e6conomaique e financier de la Rdpu-
blique d'Haifi .tc, cli'z Monsieur F.
I;t izaire, .:agle dlcs rues Gel'rard et Fd-
Prix G. 1.


-x LE-a x.. c]L er en t



I). FEI R. A M itea 1,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulinrement de ses nombreux cli-
ents de la C6te et de la Capitale, que
l'Mtabliss(-ment a ui stock incalcula-
bit- de clianssures pour' hoines,
S*mnines 'et enf:,t-, en tous geires,
et (Iqe(, ina!;gr.' 'oftre de cinq pour ceut
sur !'ach:hat t n rgos ( 5 0/0) fait un ra-
hai;; excepticirinal sur los prix.
.'iatblis;etmcnt se charge de faire
prendre des measures A domicile.
Tou 'ours : Soim, exactitude, ponctualite


42, Rtue dis Fronts-Foits, 42.
i:(jP -AU-PRINCE (HAITI)
Le o .e:tarateur de ia sant6
i i, ti e ,:!lie;ite couitre toutes les mala-
lie !: 'ovi.t.nt de I'impureli du sang.
Il; ol):. de 201 pilules : P. 5.00
Ircv.\'loppe de 30 pilules : 1. 00
J',n voice g(ati.tis fr i nl:co, s~ur demand
l'einvelikpe-echuntilloan et prospectus.
Ii. BONIIEUR ( Agent )
HoT r r.E.ELLEVUE.

Pharmacie F. Bruno
07-119 RUES tGALIT e ET FEROU.
Specialit6s F.Bruno :




(':,.ciulta!io js aralaites
ptrui igIo. sueifu


MNadi el Jeudi de 8 A 9 heures du mating
par le Docteur. N. THOMAS.


~~---- -i-- -
IF.. ...... B ELLEVUEb
REST URA NT BELLEVUE
Place du Champs-.ie-Mars
POr -AU-PRINCE.(HAITI)

Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILIES
DINERS-LUNCHB.
Installation moderne et comfortable. Vue --sur la mer. Tempdrature
domce et rdgulihre. Les Tramways desservent I'Hdtel-Bellevue toutes les 7 Minutes
PROPRIMTI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES---JARDINS
Salle de reception. --Piano.-Gramophone.
Sonneries .lectriques


Table d'Hbte


sous Uasjours, de midi 4 2 heures
dE 7 A8 hmurfs du soir


G.2950


Imp. C. MAGLOIRE,

45, RUE ROUX, 45
TI~LIPHONE.

Journaux, brochures, billet

marriage, cartes de fiancaie

programmes, affiches, et I

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et ca


de visit d la minute.


PRIX DE CONSCIENCE


Mltaison F. B~UUNES.
191-) GRANDIRhF: "9)~
Dirigae par

L. JIODELIAN
nic"iea 4?nLct;-ibrc (le Ia Scit'bo' Philan-
thropique (Ile vrnaircs iaiiller.-r de Paris
Viernt de reruv(.ir u, grIa'i clioix (I'd'
tollei di.aigonale. c~a-siniihn apli, chevio-
te, cheviote loom- (ieuil, "Ic, liRcomman-
de particulikremet.t ;i s; cletintele une
belle collection d (le 'Ou~ de casimir,
de gilets de funtaisie et (!e piqu6 de
oute beauty.
Prix modtzAs dtSfiant toute
concurret-rce.
Sp!-ia Iti t-dr Co tunes de no-
ces.-- C >'';peFrunti.,wse, Ano.lai" ci
Atxi. iicaine lie la rilr' *iae iI'to-lim..
turn's milita~rtes, ,1 bitr;- brod~s
dolmans. t unicju. habits car-
rds. etc etc, tl e gni.i


-- ---_ -

RHUM-SYLVAIN
Produit de 'Usine St. Michel (Arcahaie)
Vieillissement natural jusqu'A 12
et 15 ans.
PRIX TRtS MODERPS
Veate en gros et en detail.
Maison M. Sylvain
43. Rue d&I Fronts-Forts.


Industrie
MANUFACTURIRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTIUEL
Faux-cols, cravates, tmanchettes, chemises
fe calefons
Ecole des arts et mitier
-

Kola-9Sops-i g Borr
ALEXIS BENO1T
Rue TraveriArs


LA REVUE
(ANCIENNE REVUE DES RI
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR S
Haiti ,.. 28 francs, NI
Les abonnements sont reg
les bureaux du a Matin aI1
pour la Rgpublique d'HaItl,



A. de MattIeiset

32, Rue du Magasin d ir
Maison fond6e en 188IA
Bijouterie, Orf6vrerie.
Vient de recevoir des article
fumerie pour les gouts les piI
les. Les parftims exquis et
dld icatesse penldtrante qu'e
ulieits south de vrritabl
vc-illes.
Les dernieres marques
Ie Tout Paris sont chez
Son Sourire, Floramus,
Cyclame, Vvitz, etc.
La maison a toujotuf l
sortiment de bijouteri
bibelots de tous genres,
lunettes, montres or et
les garanties.


Spdcialitd: baguem frin0
plants a partir de P. o
I8 K anglaise t matfrg
made. Service d'argel
I our marriages.
Tousles articles venda I
son sont garantis. .
Achat de diamant%. piW
ses et vieille bijoutere d
tageux. Dernier cri: uI
Contre remise de
timnbies-poste d'IHalti, l
tdis envoie franc de pEd'
mandd dans touted 1
blique: Lunettes o0
inoxydable. solos
I Doctuorn oni