<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00110
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 12, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00110

Full Text
No* 111


PORT-AU-PRINCE


j


LUNDI, 12 ABOUT 1907.


C


011IDEfI

- A W -e m b H


ADURlUE.Ufll ;


0oIs Une Gourde D'AVANCE

" DiPARTEMENTS & T~iANGOR :
Srrals do poste en sum.

r tout ce qui concern 1'Administration


DzxLcitLva:
crlemlexat ~la~gMcir

RPDACTION-ADMlNISTRATIoN
45, RUE ROLUX, 45.


LE NUMPRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent du ier. et du 15
mois et sont payable ,d'avance


Lee


de chaque


manuscrits ins&rAs ou non no sont pas remls.


du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


ES ETUDES SOCIALES A L'ECOLE


terser dans l'exces desFourie-
!Pal6vendrodi B cette place par
sciencieux collaborateur a qui
b6 la tAche de vous entretenir
ports de la Banque et de l'E-
aommes arrives a un point de
dequi nous autorise d'alflr-
1egitime que la science
St aujourd'hui revendiqucr
ogrammes de I'enseigne-

ictere scientifique des 6tudes
bBt bien nettement misen 'vi-
ir les travaux des ecrivains tt
Ihcistes de cette categories d.
lances. Mi. Henri do Tourville
6, dans une Nomenclature qui
que dans cette s6rie de tra-
saspects divers souslesquol;
et d3 consider les socidtle
Isepropose d'etudier et il ets
bleque, apr's avoir examine
6 les milieux oociaux sous ces
Points de vue, I'on n'en ait
iS une complete et profonde
Mnce.
ncordance et la similitude des
ones constatls dans tel mi-
fceux qui sont constats dans
Sdans des conditions identi-
aet de formuler de vdrita-
Sales aussi irr6futables que
iquesoun physiques aux-
dit l'6tude des ph6no-

re an example, le rap-
4de 'Qorpgwalton
de
5 org ilttoa socla-
ion d Lien sur le
iaation d'une society
nne proposition rigou-
t se v6rifier dans tous
dd6s lors, acquiert i'au-
vtitable loi scientifque.
o ne procbdent pas au.
O'est la constance des re-
Clnimiques qui crde les
0o a qu'an corps eat un
l se lon sa reaction
e toeroeeol et inverse-


month, sachant que tel corps it :aiide
ou base, no.is sommes autori.i-; a ein
determrnier a l'avance la nature do sa
reaction sur le tournesol.
Un habitat que les condition's mfI-
Itorologiques rend seulemo it propir,'
A la vegetation herbue, doit fatalcment
donner naissance A une sociti6 do
pasteurs, parce que le Travail est,
dars la nomenclature social, sous la
dtpendaqce du Lieu. II est non moins
c:rtainque la vie pastorale, lo trvai'
uniform de gArder et de faire pailre
des troupteaux, doit engendrer la for-
mne social patriarcale, en rai:;oI des
conditions imposes par le Travail.
Nous avons dbjA, par do notiul,'iKn
exeinplj s, vt-iioi cette loi par I' t'.Y lie
do (jti!(qutes peuplades qut I'o-i'-r
historique avait tout d'abor.l prS-; n-
tdes A tnotro examen. il no nons est l ,).A
possible) d'apercevoir encoic la vt'rite
de'cette proposition en co qui co -
ccrne bien des socidtes actoll-,
parce quP,, A l'6gard de ce. soci't,,
d'autres rx'actifs intervienno ut, sur
lesquels nous aurons A nous apI-san-
tii pour dEgag.,r leur influence ; a'
premier rang de ces reactifs figure
Education.
Pour continue notre rapproch !-
mont, nous dirons d'ailleurs que, de
meme que la chimie etudic les corps
simples avant les corps composts, ii
imported que la science social mette
a 1'6tude les soci6ets simples avant les
societ4s compliqu6es, afin de pouvoir
plus facilement marcher A la decou-
verte des lef qua, one lfos conqaises
et oonfirm6es par de suffisantes re-
percpasions, permettent de se retrou-
ver dans I'inextricabilit6 des compli-
cations sociale4.
Nous avons vu la commrnunaut4 de
raeurs et d'organisation qui existso
entire les peuplades do la region cir-
cumpolaire asiatique et celles de la
meme region du nord de I'Amdrique
et nous avons explique cette commu-
naute par I'invariabilite des conditions
du Tiavail.
Le passage du d6troit de Behring
n'a done, par lai-m6me, exerc6 aucu-


no influence sur le Ivpe soija!. C'tl-
tiAnulGl fait fL ueI 1OIH0; :Iur.OzIS t' Coz'istz-
ter bI )I 0 Son velt si hi on itW', W1 z z'a zi
dsr(actik, lit azur, n'av aijtjpas(Fite-
iiOfl nu1liii A Si t prIopre, C est COlisi
r, lo p.! r la scie-Ctee so :ia! e CouIn 11 CO" )Cr
II t 'y a done pas de douto3 i't conc,-3
voir sur la veziL6 de alli'ii(dt IOsl- juc3
iions produisons ici ; car c'est cette
v6:it~ squi nous sSduut et qui znous en-
Iilge a cherelher dans cette 6tude subS-
kantieile et qui (ortifi ailleurs los es-
prit. marqu&s d'unie incontestable stu-
pdriorild,- (juclque solution possible,
ou au moins qielqud retn(IMe qui puis-
so p~allier' A u:n 4tat so-ial doiAt le
rnalaise constitue le cardden'eo predo-

(:Ltte st'ie(l de considtirt iois doilt,
1 0,s[ 'c, C tti i'r cC (pieO j'ai (lit a a
i, ii t sa i ti 1)r'il ai u lit


(. .-; pm- f ht .I- iw. jwso & mU.
-1 eIles (c c1rt di ii.,
luitl Id t1i 11i l I t I a .-111 S fj di
ginii~alt',cu I SC IJ S 11,3 le 11r"' tI e cit'




iprus d'attrait Ct plus do (e Iiee utility.
L~os not ions (10 tico.irrm;Jizi resler~out
!lus profondt1ment glaves damsL l'es-
"-!0lw so-'it 1) it- telele j lui a olil




&tnt pztsenp.-es sous cL aspect et ii
saura d zns1er, dans les peiaces qul
mnarquent a olutiun hielopiaque des
peupls, les circonstpldaces imnputablea
aux deviations de oa loi morale et cel-
lMs qu dtrivest d'uno natuase icnmua-
ble des chose.
Dans tous les cas, les iouvelles no-
tions imposeront utic direction plus
logique ot plas saino a 1'esprit, et l.
conscience sinre des conditions qui
dttermniioneit uiotro 5tat social fera
rmwimv. d6cider diu mode d'dducation
iui cairea 'oc I'aVvnir 'crv Isc quel
zious vO:11:1-S tell-Ai.e.
II tie (Nut, en clflt, pas perdei do
vac 1'efticacitA ti tsvsttlzie .lucatif
danI le mole d'orgatnisation des so
cidt6%; meme dani cells dans les-
quelles cette organisation eat le plus


P'iniie IY'Iicationi apporto sa Con-
.'M Io on-ti., sontt alors
e dev's dan to so'ns dias functions sorn
ci:;l.. :I s xet .ls istsont destined. La
F C 00 (10 P l liil on Ie cont:Oit sans
N:,, 0-.A irji tiniiftelmelft la routine,
[iC'ju'Tio- 'fl(WoltitfjonIde l'es-
pit ne liii a -ncorurendti sensible le
biesoi n d'azllno.ioratn (lid n'a pas le
c4:act~rw' ini.itintif cet inrni qu'on lul
reconhjait. ;ts-Iz souvc'nt. C'ost ainsi
qjue ls fils des pasteurs sont unique-
no le6 pour garler des trou-
jicaux, car ii W'est pa).s donnd aux pb-
res do prlvoir jammais urn mode diffd-
rent d'existance potri leur prog4niture.
1)ins les soci(-t&%- avan.-.os, le r6le
!c I 'lu(cioum est IWiell plis conplexe
"t (' pe )! 1 I)I 'E4 I'b ,ell(JuelItjue sor-
cef, itt' corIIIp!tbxi0 pli'il ji"nporto de
r'tire ;.cwqclrir mixs jtmlos gons qlui
silj)"ricures, des
!'?ii1'- l~i m- SIv: --;lois cet tes don-
c'(I do h 'tin ut vi (1 1. swiezIce social.





R E;N SE I G 1-4- E M4E NTS
SMIL TEO ROLOGIQUFE8
14;ie --r;tcire
DU
S'711U0 COG11C. CyS-7AMIrAL

DIMANCHE it AQUT


Baro n tre A miidi
Temperature minimum
mPximum


760,6
22,9
37,


Moyenne diurne de la temperature 28,9
Le ciel a dte clair dans la mainde, co-
vert d-puis : Ih. de I'aprks-midi. Un pen
de pluie a 4 h. 25 m. Eclairs et tonnerre.
Une Ig5rc depression s'est prodaid
dans notre Sud. don't nous avons eu les ef.
fets cette nuit dans le fort vent d'Est.
Le baromuntre reste encore bas.
Phenorn6ne Celeste
La C'omtnc a augmentd un pe m
eclats luminiei.c ct la queue s'est alloe.
gde ; elle canre d ds la constellation de
Gmneaux ce martin 12 Aooat.
Po.iliog sur la sphere celeste le i :
Ascenion droite: 6 h. I m.
VDclinaison 19 0 56 boreale
J. SCHERBI.


__ __ ____ __ __


m


-I -- --- -~I_-__
-- --L~-~-~-------~~~ ~' -----







Cinrmatographe
Hier soir la spacicuse cour du Grand
Hotel de Pdtion-ville 6tait remplie de spec-
tateurs qui assistaient .1 la representation
des nouvelles vucs de la companies Fran-
co-Haitienne.
On a vivement applaud les trois prin-
cipaux episodes de la guerre Russo Jap naisc
et la ddsopilante tansc americaine.
La Compagnie se propose de donner
jeudi 15 Aoit et les dinianches suivants
une collection de vues reproduisant des
6venements rdccnts.
Accourez au Grand Hotel, vous y trou-
verez un amusement sain et instructif qui
vous delassera des fatigues morales de
votre laboricuse semaine.
Programme tres riche. A bient6t
d'autres details.
Depart


L'Annexe frana.is cst parti samedi
nier avec les passagcrs suivants :


der-


J/rimic : Vvc A. Mecws. Rev Bcrtlio-
mieux, Albert I.um iric, Miith june, Mi-
chel Cvemitte, Joscph Gachette, Beniamin
Gillet, M Bou!c, Brennus Gillet, Valcin
Antoine, Stivnc .Antine, lignv. E.
Maussate, St Arnman. Raymond Misery,
A. Janninic, Mine \vc Christoplhe et en-
fant, S. Lindingiie, 1). Tairgctte, Salim,
Abdalla, Nahm. Mll Vantilia, Ezra Man -
sour, Aristh ne, E:xantus, JI-epliinc Augus-
tin, Fr&res l)osithc. IlIucc ct Picrre, An-
toine Martincau. Dupr Ma.rt.neau, Mile
L. Lamy. I. F'. Villcdrouin, Mile C. Rou-
zier, D. Lestage, Ira Pierre, Rocourt.
Santiago det Cuba ; Edmond Craig, Sa-
muel letersen, Julio Lubrano, Eurique
Gouzalez, Justin Devesin, Mme C. The-
nin, Mme S. Thezan, Corneille Das. An-
gle Calvin, Altina Belair, Virginie Belair,
Felix Daphnis, Ellis, Mine A. Augustin,
Orelly Tassv, Albert Perez, Eva Dambrc-
ville, Nordiius Dullette, Pdrilus Dulette,
Pablo Diaz.
Caycs : Mile Thdvcnin. Cldlia Mars et
2 entrants, M. Prc'soir. hM. Stavelli. Mine
Emile Legrand, Il crmann Pearson, Fleury,
Elber Alber r.indi ksce n, Cgarles Gus-
tave, Simnon Petit ct 2 cnfants, Jseph i
Lanoue, lHenri Linouc, h'Idard David. An-
drba David, Mine Ikrtholmicux, Prosper
Marseille. Ab-alon Mddina, Moise Lima,
Wiliam Birue, Nod IFrdinand, Simeon
Constant, (risna Joseph, Georges Joseph,
R. Joseph, Fdlix Labastille, Euphrosia Le-
blanc.
Fermeture de la malle
La malle pour New-York et I'Europe
via N-Y ) par le s's fHollandiis Almstel-
am a scra fcrine cc soir A 4 heures prd-
cises.
Celle pour Port-de-Paix, Cap-laitien,
Porto-Plata, S. Jn Porto Rico, Guadeloupe,
Martinique, St TIhomas et I'Europe par le
S/S Quebec sera fermele remain 13 du cou-
rant- a onze heures pricises.
Port-au-Prince 12 Aoft 1907
Ligne Hollandaise
Hier est entr6 le steamer 'Prins Neder-
lande venant de Saint-Marc arec les pas-
sagers suivants :
Richemond Cazeau, The6rse Estage, Le-
once Bruno, Mme Grozeau et enfant, J. E.
KCnol, Mathilda KEnol,Alfred Levelt, Lau-
re Michel, Mme Laurent, M6silus Sylves-
tre, Mme Clement Gouv, Aimn Fortund,
Durocher, Chago.
-II est reparti dans la soiree avec les pas-
sagers suivants pour:
Petit-Gdve : Freres Denis et Fatien, Mr
et Mme Walter Alexandre et infant.
Cayer: L. Leon, Mile Em4rite Marielle.
B. Dufanal et enfant, Mile H. I.on, Dr
St-Cyr, Mile Marguerite ThCard, E. Elie,


1. Cator, Mmne Simdni Chiquel,


Lion-


nel Bcrmingham, Fage.
Jacmntl: Frure Clair.
Lycee National
C'cst lundi prochain, 17 Aout courant, A
8 lheures du martin, qu'aura lieu la distri-
bu:ion des Prix, au Lycde National.
(:tte feie scolaire qui prompt d'Ltre
tres brillante sera prsidae par le Secretaire
d'Etat de l'Instruction Publique.
Administration Postale
Let icrs reccommandces en souffrance
SERVICE INTIRIEUR
SEth. Laurent, 1j. Guignard, Alcius Lger,
Ans. Villejoint, Alinea Jeambon, Christian
Box, Clerger Paul, Commandant A. Celes-
tin, 12e Rdg. Utilia Gentil, Ccile Eliacin,
Mercedds Svivain, Chdralia Barth6lemy,
Martin Ddv6t, Filktte Moussignace.
Naissance
Notre ami (Orfila Chassagne a requ sa
mcdi une di'pichle lui annongant la nais-
sance d'un gar0on, Mr Luc CHASSAGE..
Compliments aux pere et mere,- et
mille vavux au hbdb.
Nouvelles Communes
Sont promulngues les deux lois 6rigeant
en con:munes de 5 classes les quarters de
lelladerc relevant directement de I'arrondis-
semcnt de Laschiobas,- et Lassale-Mont-
Organise.
Les limits de ces nouvelles communes
serotr tniterieurement fixes par arrnets du
Presidcnt d'Haiti.
Liquidation Judiciaire
La loi du 5 Aodt 1900, comme celle du
16 Juillet 1896, sur la liquidation Judiciai-
re est abrog6e par la loi du 3 Aoit cou-
rant qui vient d'etre promulguee.
Les procedures dejAintroduites sous 1'em-
pire de la loi du 5 Aott 19oo continue-
rout d'etre regies par cette loi jusqu'a leur
extinction.


-- --
Coiferece le la Paix

Paiement des Dettes contrac-
tuelles.
No..s extrayons du compte-rendu de la san-
ce du r6 juillet dernier tenue sous hl prcsitdnce
dte '.C. Leon Bourgeois les important passages
suiti; nts :
( Voir le Ao du 1o A4dilt 19o7. )
A l'app:li de son opinion S. Ex. M. le
General HORACE PORTER cite cet example :
Un de nos nationaux amdricains jadis
avait pass avec un Gouvernement stranger un
contract lui permettant de fabriquer des ma-
teriaux de construction. Des dtfficultes s'e-
tant Clevies sur l'exdcution de ce contract,
il fut resilie. Le concessionnaire en profit
pour demander une indemnity d'environ P.
450.0oo qui lui futrefusee. II obtint que le
Gouvernement des Etats-Unis prit sa cause
en main et apr6s de longues correspondan-
ces, demarches et negotiations, finit par en-
voyer une flotte de dix-neuf vaisseaux de
guerre appuyer la reclamation de 1'amdri-
cain. Enfin apres I6 annies, I'affaire n'avaat
pas faith de progrns et plusieurs millions
avaient ete depens6s pour la soutenir.
Nous considerons cette lecon comme ins-
tructive, mais aussi coiteuse. Pour emplo-
yer une expression vulgaire : s Le jeu n'en
vaut pas la chandelle. ,,
De telles measures coercitives equivalent
A la pratique autrefois en vogue d'emprison.
ner pour dettes les particuliers, sauf que
cette contrainte ne pouvait ctre exerc6e
centre le debiteur, tant qu'un tribunal


competent n'avait pas rendu regulinrement
un jugement en fveur du creancier. De
meme que l'entretien du prisonnier deve-
nait une charge pour l'Etat et sa r6clusion
l'empc&hait de gagner de quoi payer sa det-
te et meme, de pourvoir aux besoins de sa
famille, de mcnme le blocus d'un port d'une
nation debitrice, la destruction de son bien
par les flottes et les arnies enemies inter-
rompant son commerce avec l'etranger, la
prive des revenns qu'elle tire de sa douane
et peuvent mnme I'obliger A se mettre en
frais pour opposer la force a la force. Cela
ne sett qu'a diminuer les moyens qu'elle
gourrait avoir de payer ses dettes.
L'emprisonnenent pour dette qu'on ap-
pliquait aux particuliers a fini par etre re-
gardt comme illogique, cruel et inefficace
et a it6 gdndralement aboli. La pratique
analogue employee par les nations contre
untitat ddbi:eur devrait &tre galement aban-
donnee.
Les rccouvrements forces peuvent donner
lieu A une demand de paiement surl'heure.
alorsquc la nation ddbitrice ayant cu A souf-
frir peut-etre d'une insurrection, d'une rd-
volution, de la perre de ses rdcoltes, d'une
inondation, d'un tremnblement de te.re ou
de toute autre calamild qu'elle ne pouvait
emp&cher, n'a pas le moyen dc paver iin-
mtdiatcment, tandis qu'clle pourrait f.iire
honneur A ses obligations, si on lui accor-
dait ui: delai raisonnab'e. On pourrait citer
des exemplcs de nonibre d'Etat qui jadis
se trouv rent par moments incapable de
payer leurs dcttcs a l'&cheance, mais qui,
ayant obtenu un d'lai convenable rempli-
rent avec usure routes leurs obligations et
jouissent maintenant d'un grand credit dins
la famille des nations.
Ni le prestige, ni l'honneur d'un Etat ne
peuvent etre considers comme mis en jeu,
s'il retuse d'imposer par la force le paie-
ment d'une dette contractuclle du. ou ri-
clam6e comme due a un de ses nationaux
Pai une autrc nation. Ceux ci n'ont pas
eux-mmnes aucun droit A ce qu'an contract
prive soit convert en ine obligation na-
tionale. S'il en dtait ainsi, cela 6quivaudrait
presque pour eux A avoir, des le ddbut,
Icur gouverncenent come grant du p ie-
ment.
Les plus dminents dcrivains sur Ie Droit
International sont d'avis que l'Etat n'a ici
aucune obligation a l',gard de ses sujets ou
nationaux et que son action cst en pareil
cas purement tacultative.
Tandis que ces auteurs different en ce
qui concern la convenance de l'intirve.i-
tion, les reclierches niontrent que la mna-
jeure parties d'entre eux ad met iu une pa-
reille obligation n'existe pas.
Les citations suivantes tires d ; &crits
d'hommes d'Etat, de diplomats dJ juris-
consultes minents sur ce sujet sont prcd-
cieuses et i.istructives.
Lord PALMERSTON, en IS48, dans une
circulaire adressee aux representants de la
Grande Bretagne a l'Etranger, relativement
aux r6clamations faites en vain par des su-
jets anglais qui 6taient porteurs de titres de
rentes et d'obligations d'Etats 6trangets,
apris avoir affirm6 que fa question de sa-
voir si le eouvernement devait faire de cet-
te affaire 1 objet de negotiations diplomati-
ques ou 0tait entierement une affaire de ju-
gement et nullement une question de droit
international, disait :
a Les Gouvernements successifs de la
Grande-Bretagne out pense jusqu'ici qu'il
n'etait pis a souhaiter que les sujets anglais
placent leurs capitaux dans des emprunts de
Gouvernements strangers au lieu de les em-
ployer dans des entreprises profitable dans
leur propre pays ; et en vue de les decoura-
ger de consentir des prdts aventureux A des
Gouvernements strangers qui, ou par im-
puissance ou par mauvaise volont6, no paye-
ront peut-tre pas I'intCret stipul6, le Go*.


vernement britannique a pens i
que la meilleure politique itait di
nir de prendre en mains pour ena
questions internationales, les plai
mules par les sujets anglais centre
vernements rangerss qui A la suite
blables operations financieres oat
1 leurs engagements. *
En i861, Lord JoHN RUssEU, &
communication A Sir C. J, WYUI d
a Il n'est pas entr6 dans la p
Gouvernement de Sa Majest6,
soit toujours reserve la liberty de h
d'intcrvenir d'autorit6 en faver
a qui ii a plu de preter leur
Gouvernements rangers. a
Lord SALISBURY, en 88o, se pr
faveur de la inmme politique :
Au course d'une discussion danseI
ment britannique D-cembre
tandis que le ditffrend avec le Vi
etait pendant, Mr. BALFOUR premier
tre s'exprimait ainsi :
SJe nc nie pas, j'admets meme VlI
que les porteurs de rentes peuvent g
une situation international qui pesl
mer une action international ; uM
visage une telle action internationM
Ic p'us grave doute et le plus grawn
;o;i. et je doute que dans le paWe-
sovo:is jamais all6s jusqu'A faire l
pour les porteurs de rentes, pour
nos comp.triotes qui ont pret6 de
gent A un Gouvernement etrul
I'avoue que je verrais avec Ie ple j
chagrin cettc fjqon d'agir entrerdsi
tique de ce pays. a
ALEXANDRE HAMILTON, dans les
temps du Gouvernement des
affirmait les mmnes principles, ea
a Les contracts entire une natiuoe
particuliers sont obligatoires
conscience du souverain et ne
fire l'objet de measures coer
conferent aucun droit d'action
la volonte du souverain, a
En It7r, Mr. FISH, alors Sec
tat des Etats-Unis, dcrivait :
ac Li politique et la pratique
nous sommes propose es depuis
de de refuser I'intervention fo
Gouvcrnement sauf dAns le cas do
d.ces, de dommages causes aux
ct aux biens, que le doit common I
sous Ie noni de torts et regarded coniv
fliges pas la force et non come IL
d'engagements vo!ontaires ou coa
En r881, Mr. BLAINE, Secritaihe
des Etars-Unis, ecrivait qu'une
Squi passa volontairement un
le Gouvernement ou avec les
d'un pays stranger, quels ques
griefs qu'elle puisse avoir on
q u'e!le puisse essuyer du fait de a
doit s'en remettre, pour les
lois du pays auquel appartient
nement ou .es nationaux avec
a contract. *
En 1885. Mr. BAYARD, aIlor
d'Etat des Etats-Unis crivait
pche ce sujet :
a Tout ce que notre
cepte de fire, quand I.
purement contractuelle, c t '
ses bons offices, en d'autres
rer I'attention do sooveraio
reclamation et c'est tout ce q0j
la rAclamation repose sur one
et claire. *
Le Prdeident RoosveLT, e o i
primait la-dessus come suit :
c Depuis longtemFs la
tante des Etats-Unis a tC de C -
ployer la force armde pour Ie
des dettes contractuelles o
ses nationaax par d'autres
Noos n'avons pas cro qe .1
force pour on parueil objt


~_






da i l'inddpendance et la
des autres membres de la fa-
inioos. >
(a suivre )



ies Etaigeres

glES REVUES CE MATIN

troubles au Maroc
a bombardment
On a recu un tel6gramme
t que les rdfugids A bord
Anatole rapporte que,
toute la journey de dimanche
aa 6t bombardde pt que le
dans les rues a dur6 plusieurs
et que lor.sque a 1'Anatole *
se port, le combat a terror ct
iardement n'lvaieiit pas cnco-
Le a Galilea ) lanca '2.000
ssur le quarter occupy par
res. Des centaines de Maures
par le bomnbardemeit et le
Un d6tachement d'infante-
marine tna 150 maures. Les
Sn'eureit (1q'une douzaiie de
ee le gouvernour de Casublan-
avisd que le dimanche il v au-
d6barquement, il garaitit que
tion resterait calie ; mais At
es troupes franco-espagnoles
t a porte de la ville. que les
I'armee regulibre marocai-
Snt le feu sur elle et blesse-
dats et 1 officer.
cette attaque subile, une char-
onnette fut commander et
rested ent sur le terrain.
r disperse les troupes du
les Francais arriverent ru
en d6blayant les -ues ; en
,temps Ic Galildee bombal'-
villages des alentours, pour-
lesnatifs pour les emptclier
en ville. Pendant quo le r.Gia-
bombardait A onze heures du
le a Duchayla arrival et
aossi le feu avec des grenades
linite sur les pistons qui se
et sur la place du march. Ce
envoya aussi a terre une par-
forces sous la protection de
Oas. En plus des troupes fran-
, Osoldals espagnols debarqu&-
is lorsqueo l'Anatolev parti, le
Sespagnol n'avait p:s encore
au bombardment. En ve-
ranger, a l'Anatole rencontra
vapeurs anglais et allemands
daient les europeeus qui
t fuir.
strangers a Casablanca
.- Dans un t6elgramme de
blid par a El Imparcial, v on
le gouverneur de Casa-
Sla ville et que sous peu
saffsaotes seront debar-
Pprotger lesetrangers & Ma-
Lazagan et Safl.
Prance et 'Eapagne
Se mettent d'accord
M. Pichon, ministry des Af-
erlonglres, et l'ambassadeur
& Paris se sontmis d'accord
Scltion do la note franco-
lqu sera envoyee aux puis-
6PmiEtaires de la conference
lea informant, de l'inten-
Sriance et de l'Espagne de
hle terms de la ditA con-
aajet deoaffaires du Maroc.


Un croiseur frangais
part pour Mazagran
TANGER- Uni croiseur franqais C(st
p rti atoute vapour pour Mlaz,*;i;in,
alin do p lrot(,g les trangers qlli s,
trouvent dans une situation p6rill'u:;ie.
Crois us japonais
SAN-SIiBASTIAN. Les croisei.rs
de la marine de guerre japonaise
a Tsukuba ) et t Chitose D sont arni-
rivds ici aujourd'hui.
Ddraillement do chemins de fer
MADRID.- Un ddraillement de che-
min de fer a eu lieu entire Posen et
Thorn : 20 passagers sont morts et
un grand nombre blesses.
Les victims a Casablanca
PARis.- Suivant les nouve:les offi-
cielles rescues de la marine, le nombre
de Maures morts ou bless&s pendant
le bombardment, depasse 300.-
Un seul marin francais a 6td blessO
hIg6 recent.
Maclean toujours prisonnier
TANGER.- li parait q ue la tribu ides
Kmass demand la paix, mais le conm-
mandant des I roupc.s. shlitritiennes no
veut pas commencer de nagociations
dans ce sens tant que Mr Maclean se-
ra s(questr6 par l Iaisouli.
s--- -~=------ ----`---- ---= -


Cie.G 8 Transatlantiq

I.e steamer a, QUEBEC) sera de
retour le 1. courant an matlin et parli-
ra le mmie jour d 2 heurcs tre.s prdci-
ses de l'aprNs-midi, pour Port- de-Paix,
Cap-Haitien et escales.
Port-au-Prince, le 10 Aoiit 1907.
L'AGENT,
F.M. ALTIERI.

IIaniburg American
Line

Ie steamer a BOLIVIA P venant
do Ilamniborg. Griiinsby, Havre, St
Thomias, Sanclez, Simania, P'uerto-l'la-
ta, Cap IlHAien, PIort-de-l'aix et ;onai-
ves scra ii Mcr.-'rc' i ialtin, le' 14/ courant.
II partira prolbal)lment dans a soir6e
pour Jcrnmic et Kingston.
II sera do retour de Kingston, (via
Jdr6mie et Petit-Gotve ) le 26 courant.


Le S/S HERMERSBERG ve-
nant de Cuba, J rdmie et Petit-GoAve,
est attend ici mcrcredi, 14 courant.
II partira probablement le mime jour
pour St-Marc, Gonaives, Port-de-Paix,
Ca -Haltien, Puerto-Plata, St-Thomas
et lEurope.
*

Le S/S PRESIDENT venant
de St-Thomas, San-Juan de Porto-Ri-
co, San-Pedro de Macoris, Santo-Do-
mingo, Azua, Jacmel, les Cayes et
Kingston sera ici jeudi 15 courant.
II partira le meme jour pour Jere-
mie, Cayes, Jacmel, Azus, Santo-Do-
mingo, San Pedro de Macoris, San-
Juan de Porto-Rico et St-Thomas.
Port.au-Prince, 8 Aout 1907.
G. KEITEL & Co
AGENTS,


Le caft de ROSE P IINPIN. derri;,re
e iwureau hvdi auli pie est lir', au-
J0o1 Ad'liui parSl, st u t, II'lMad thimeTou-
'r[(IlTE PINPINI.
\ladn e-I I NETTEJ .1 I-:.\N-' i;j. vi7t IIIce
,i sd I)ouno ~e~l~tqiie s' rctit

bIlissemnent. 1.( Lservi:.c Cornai'n;cIe'1 Ie
15 Aofit.
IOU jolu i ts bon ne t .J o eet touIaitt
laalls le service.


Port au-Prince, 1:2 Aoult 1907.
TOUTOUTE PINPIN,
TINTrTE JEAN-NOEL.


Je, soussigne done avis. au public
et au commerce qu'a partir d'aujour-
d'hui, je ne signed plus Louis Joseph
Eugene Clavier, mais avec le Inmme
paraphe, Louis Joseph l Eugene, mon
vrai noin, coinml I'ateteste mon acle
de Dtais-ancv.
'oit-aui-Iriince, le 1-2 Aoftt 1907.
Lou'I JOSEPH E(1:INE.
_ J I ..


Service


Atlas


Le vapoer .\u-I:nI..I vY avant lt iltt
New-YoIk le 7 cou rantt p)our l Ctp
IPoit-de-I'aix ct notre lort. c( t altten-
Ilement dan-s la soirde pour St-Mare,
Caye, .Jacniel et Sa nta- Malta.
*
La mali po ,r ,1s .tats-tlnis et I'Eu-
rope, p)ar le vapeiur VALDIVI.A sera
fermte 'A la Postejeudi 15 courant,
A 6 heures du soir.
Port-au-Prince, 9 AoMt 1907.
F. HIERRMANN &C, agents.


Llat coildelse Nlestl

FRAIS
Fnins
A LA PHARMACIES SJOURNE
I)LAEI.: VALL.in F

Langue Anglaise

Monsieur J. J. DESCE.
Le ptofess-enr di'Anglais si l,ien' con-
11 et si hustle enll aji, i'e;c'ie d i publlic,
avise seos elt* ves', sos amins el tous )1 ftiix
'lui voudilint n'elllelicjel tes le;ons, ljU'il so tiouve au No .7,
Riue de la lBctolution, lite d 'Entcr-
rement, oft l'on peut se renseigner sur
tout ce qui concern sa profession : le-
;ons d'anglais, de fian;ais et d'espa-
gnol.
Par un )rocedld ,les plus pratiques,
le professeur met ses lves, en peu de
temps, sur un tries bonz pied. Ses prix,
tr6s raisonnables, sont a ia porlee de
toutes les bourses.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en dc-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,- de chaussures on
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS
Les commandos des commercants
de l'intdrieur pourront Wtre executes
dans une semaine A peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCI ( HAITI )


LA

Mcilleure Farine
du Monde
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
toui done le pain le plus blanc et
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Reprdsentant.


VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co


VIN DE MARSEILLE
Marque Artaud Fr6res


K


OLA
1iE
ixX gstoC,


MACNISH'S a IR)NBIHFW
A Vendre
Cliez CAI INAT FOUCIIARD
8,. s)9, Ilue du Centre
62, Rue dos Fronts-Forts

Voulez-vous des souliers el1gants,
solides, fabriquts avec toutes les re-
gles de l'art ?
Allez chez
Alphonse di Guglielmo
167, GRAND'HUE, 167.
Le cordonnier du high life,
Le Roi doe la (ltussure, don't les
travaux appr cids sont simplement
des merveilles.

Avis Important

L.a Commiission institute par la loi
suir S'Exlprol)priation pour c:.-ise d'ttili-
te publique a I'lhonneur d'informer les
intrcessds qu'elle s'est constittuio et
que ses sedanrces se tiennrent au Iureau
de 1'Administration principal des Fi-
nances, tousles jours, de dix heures a
midi.
En conformity des dispositions de
l'art. 8 de la sus-dite loi, les proprie-
taires de terrains don't I'expropriation
est poursuivie sont invites A se prd-
senter, devant la Commission, pour
soumettre leurs observations dans la
quinzaine, a partir do cette date.
Port-au-Prince, 5 Aolt 1907.
Le President de la Commission,
C. SAMBOUR.


Les Membres


(JACQUES DUROCHIR.
-, FRANCOIS MATHON,
J. EUG. MAXIMIIEN.


On trouvera:
le nouvel ouvrage du G*'. F. D.
LEGITI.ME: I'Hlomme, le Monde et le
Sciences, A la Pharmacie Roberts, chez
Velten et Lagojannis.
Prix: 4 Gourdes.


I


I


I


I --i-


I


11




:; ~GI- ~ ~ ______________________


Dr RAMPY
PHARM1ACIE ST. li1CHEL
Avenue John-Brown (Llu<.).
CONSULTATIONS TOUS LKS JOU'IfS
I)E 2 A 4 ti;:'RES..

Poudre dentifrice

SL'IDEAL

VoUlez-vous avoir de belles dents et
les.conserver intactes ?
Us element de la Poudre
dentifrice s L'Id6al *
La Poudre dentifrice r l'ddal QUI
AOBTENU LA PLUS HAUTE REiCOM-
PENSE A L'EXPOSITION AGRICOI.E
ET INDUSTRIELLE DU ler MAT 1907,
- Port-au-P'rinrce est rcelfement
la meilleure de toutes cells connues
jUsqu'aujourd'hui.
D4ponrvuo d'icjde, elle est sans
aucun danger p ur l'dmail dos dents.
Antiseptique de la bouche et toni
que des gencives, clle privient la ca-
rie, donne aux dent.;t une blanOcte,,
6clatante et lai-se A I'lialeine une cx-
quise sensation de fraiclicur ot tun
agr4able parfum.
Servez-vous uniqueement de!la Pca-
dre dentifrice a l'Id6al, et vou'i
aurez do belles dents.
Vous en trouverez A la PHIARMACIE
THBARD, angle des rues du Cenlre el Fcd
rou, vis--vis del'Hotel de la Commune


Olt tii'&ivo I .u. Mooosieur
ID. Vvdl i:i : ; i CouJ d'f'til sur l'e-
tLt 4cto.wiqe el fiicair de la RBpu-
bliqv d'_lai''tc, ch z Mo%,siour F.
I, /. i- :, rut.- GCteirird et F&-





ALLG'LLA NCGE
Pix" G. 1.




D. FER RARI,
Fabricant de chaussures,
Porte & la connaissance du public,
particulierement do sos nombreux cli-
ents de la C6te eL de la Capitale, que
l'6tablisscment a un stock incalcula-
ble de chausuies pour hommos,
t -mmmes t (nfwtts, en tons genres,
ct (qui., ina1lrt 1'oilre de cinq pour ceat
sur 1'achat en gros (50/0) fait un ra-
hats exc:teptioi1nel s;ir les prix.
L,'tablissemeint se charge de faire
proudri' des metaurcu A domicile.
Toujours : Soii, exactitude, ponctualite
4,2. Rue d. Fronts-Forts, 42.
I'OfT-AU-PRINCF (HAITI )


1
:1


Prix : G. 1.50 la boite

Commune
de Port-au-Prince
AVIS
En raison des travaux de roifection
qui s'exdcutent actuellement Rue de
la Revolution ou de l'Enterrement, ni
partir de la Rue I'avEe, l public est
prvenu que, pour alier au cinmti.re,
lea convois passeront jusqu'a nouvcl
ordre, par la Rue Roux (Bonne-
Foi) et la Rue du Centre.


Imp. 1AGLOIRE



TIFLL'IPHONE.

Jotur naCx, brochures, bill

manage, cartes de fianca!

programmes, affichee, et

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et ct

de visit a la minute.

PItIX DE CONSCIENCE


LAIi REVUE `-


Le RHestaurateur de la sant6 I9G 11 A NiDI
IiQaJO!,! (rit>cc ('4)IotiC toutes iCS mala- g-,i.,- par
Ili o,; pid v i~tnt d o I'im p~ ireti flu s o g A
Ict boiit .!o, '201pilulles : P.5.0Le OD
f~ ~ ~ ~~1 de3Flues .0


J'envoie ',i:t'.is ct fi Ir. 'o, suI demand
I eknvelype-chac ntillonl et prospectus.
H. BONHEUR ( Agent)
HOTEL-BELLEVUK.

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES ]GALIT ET PEROU.
Sp6cialits F. Bruno :
Poudie puissanteconitre d6mangeaison
pruri'o, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop atalicshmatnlique, remrde ellicace
contre lo nacct.. d'asthlme et les toux
rdque ; leo ilacon : P : 1. 50.


Go .:tUltations gratuites :
Mar ~ i et Jtudi de 8 a 9 heures du
par le Doctour. N. THOMAs.


matin


H A UBELLEVU E
RESTA URANT
Place du Champs-le-Mars
POR T-AU-PRINCE.(HAITI)

Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILIES
DINEpt-LUNOH8.
Installuion moderns et comfortable. Vue --sr la nme. --Tempdrature
douee et rgulihre.- Les Tramways desservent l'Hdlel-Bellevue toutees le 7 Minutes
PROPRIETY SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
SaUe de rdception.- Piano.-Gramophone.


Sonneries ZIeotriques
Table d'Hbte b Us J Jowi, ade midi d I ?herm,
do 7 Ad8how duifir


G.2.50


IN


An'cea, i,'ib,, e e la .... ,hlan-
thropiqce d':.; n(liltrcI tallli'ors. de Paris
Vie'i! de iec. voir -in grand choix d'd-
tofles diagonal, cas ilni alp..c;i, chevio-
te, cheviote pour dc.iil, tc, RIecomman-
de particulierement A sa cli- nlile une
belle collection de coupes (,de casimir,
de gilets de fantaisie ct dle piqu6 de
oute beauty.
Prix moderts d f.ant toute
concurrence.
Sp6ciai t6 dc Costurr. .s de no-
ces.-- (c' p- i F .uii,-;:.' A'a.is i
Amn iif ini i la ;i e '* la .d 1.
La mais'.n .c '".f.t 1 a ies Gos-
tumes r mil' taire:' h..L t:. brodds
dolma'ns, t. nq; -4-it:;s car-
res. etc etc, dce t,, .., .-

RHUM-SYL AIIN
Produit (e l' Usbin St. Michel (.rcaahaie)
Vieillissement natural ju- ~u' 12
et 15 ans.
PRIX TRaS MODsrn'-
Veate en g t s ct er; di:':i!.
Maison M. Sylvain
43, Rue des Fronts-Forts.

Industrie
MANUFACTURIfRE NATIONALS
Julien Desroches
LNDUSTRIEL
Faux-cols, cravates, manchettes, chemises
et calecons
Ecole des arts et mdtiers


Kola-Sirops-lligueu
ALEXIS BENOLT
Rue Traversidre


( ANCIENNE REVTE DES RIV
Di-Mensuel
ABONNEMENTS :
PAR ,AN PAR l
Haiti ,. 28 francs, M
Les aboinements sont
les bureau du a Matin
pour la R.publique d'H


A. .ie Malltis


32, Rue du Magasin del
Maison fondue en 1i
Bijouterie, Orf6vrerie. (
Vient de recevoir des artich
furmerie I our les goit~ lea pi
!es. Les ,parftms exquis et f
ielicatesse p)hIitratte qu'elte
:lieiits south d!e verifables p
veilles.
Les derniares marques q61
ie Tout Paris sont chcz
Son Sourire, Floramye, Is
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours
sortiment de bijouterie,
bibelots de tou genres'
lunettes, montres or et
lea garanties.
Spdcalitd: bagues fr
lanats partlr de P.
18 i**** ** *
Ioor mnrlas. -
TomlesS artiedS vemAa
ion sont grantis.
Achat de diamantl P
ses et vielle bijoaterie
tageux. Deriler cri iW
Contre remise de
timbres-poste d'HAtll, Is
dles envoie franc de prt.
mande dana touted le
blique: Lunettes on
inoxydabie, mieslos Il
Doctan oa lnutisctim


T;r
ii.


Afai:soon F. BM'