<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00108
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 9, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00108

Full Text

PORT-AU-PRINCE (HAiTI)


AN14rE, No 100


A


_QUOV!DIEN


ABONEIENTS :

MOis Une Gourde D'AVANCE


DEPARTMENTS & ZTRANGKR :


rrais de posted en sus.


Dmucrnua:

CU~merr~ .t h~E~Jlaglcdr

RPDACTION-ADM1NISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMPRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent du Ier. et du tS
mois et sent payables d'avance


de chaque


Les manuscrits ins6r&s ou non ne oont pa remis.


Pou tout ce qui concern 1'Administration


du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


LA BANQUET E T L'ELTAT

P PolNT DE VUE SOCIAL


se rappelle le grand d6dain don't
uritsrites se tirent une regle a
itdes chifTres et de la statisti-
I'endroit de 1'6donomie politi-
me qu'ils appolaient a l'art de
parler les chilTres A sa volont6 ot
t son int6rt ; tandis qu'ils
It la science social et en pr6-
n t 'enseignement public de
ce A colui de toute autre bran-
connaissance.
eCt gard, le Matin pout se preva-
grand m6rite d'avoir entrepris
tudes sociales pour indiquer les
aIftsde remetdier A nos maux, et
i doit nous tenir compete des ef-
l que nous faisons pour aider les
irs A former notre dtat social
ie sens le plus favorable au d6ve-
ent national.
toulais le dire pour arriver on-
t montrer que dans notre con-
la Banque, il n'y a pas seule-
que los chiffres de vols commis
lament, avoc leur formidable
ce, la destruction immediate
raneste institution et la guerre A
B toutes autres semblables.
ceux interesses a suspecter la
to exactitude du bilan de
que nous avons fourni, aussi
pour ceux enclins A croire
aoque come cellt quoe nous


ar la Ii s
nous s hons mettro
fexions & propose du mal
ltant de notre contract avec
de la Banque.
oee de 'Encyclop6die au mo-
gaBgnaient les premiers ac-
?vAbre revolutionnaire s'dcria,
e d'un de ses plus remar-
4Rivains a que r istoire des
Smartyrologe des nations.
d'une verite profonde et
SI avait la splendeur d'un
.*t la puissance d'6motion


d'un dome religieux. Son expansion
fut rapid et universelle.
II fit changer la face du mondo ot
des lors, verit6 accidentcllo, cessa de
valoir. II mdrita d'etre mdodifi de-
puis quo, par la suite, s'ouvrit I'ere
oh la puissance absoluo du monarque
s'abolit pour passer le sceptre A I'on-
nipotence occulte, anarchique, mnais
tris rdelle et naturelle de l'aristocratic
d'argent.
I1 convent aujourd'hui de dire que
l'Hisloire des Banques est le marlyrolo-
go des nations. Ce sont elles qui fonit
apaix et la guerre, se sont elles qui
inotivent les conquetes, ce sont elles
qui suscitent les crises du travail,
croent des parties et les arment los uins
centre les autres. Elles fondent los
Etats, et elles en aneantissent.
Comne il taut toutefois corisi'lrer
qu'il est impossible, dans los temps
actuels, d'y taire aucun changeinent,
le devoi'r tes agents politiques et so-
ciaux consiste a s'accomoder a l'aris-
tocratie d'argent, A s'approprier sa
puissance, A utiliser son action en la
guidant en vue de la preservation et
du bonheur de tous.
Dans les pays jeunes comme le n6tre
it se produit d'ordinaire ce fait mal-
heureux-ci que les classes supdrieures
et effeclivemenut dirigeantes so forment
t 1'excluion brutal et absolute des
ludiaBues, d'homms de pro.e que Ia
concurrence chassa des civilisations
vieilles at encombr6es.
Chez nous ii n'a de prosperity
possible que pour I'e16ment stranger
sistable el extra-natiotal, hauts barons
de la Banque et de I'agiotage don't la
residence est en Haiti etle domicile a
Paris ou Berlin. Et notez encore cette
anomalie que la prospdritd d'un tel
61lment est toujours et forc4ment en
raison directed de la ruine, de la re
gression et de l'abaissement progres-
sif du Pays.
En presence d'un pareil 6tatde faits,
le saut national r6clame la destruc-


lion de cette pir'ponderance linati-
ciri'e qu'occupelnt la Btjuc (c Ils
]hanquics EN TANT QU IS OII:SNT
ETIIAN(;ERS.
Ne vous recriez pas. .e voux dire
qu'unI fois voImpues et co doit ftre
domain, sans plus de delai iLs der-
niiires lisiires ofi la Blinlque Natioiale'
d'llali nous enserre jusqu'"I 1'ataxie
ct la strangulation, ii nous faudra son-
ger A enlever a tous autres usurpa-
teurs d'outre-mer, la souverailet6 li-
nanciere et A faire que letout puissant
resort social de la Fortune sorT Aux
MAINS DE NATIONAUX.
Car, en verite, vous aurez beau dans
des contracts de banque avec des
strangers stipuler qu'lls out clirge de
dcvelotpper I'agriculture, do promou-
voir l'industrie et do vivilier lo corm-
merce, ils savent fort hien, ces tran-i-
gers ique,- surtIout s'ils sont h'uro-
etns -, ils i e peCvenut i)as avoir ici
tI'iint~siets de loul repos, ij /ra.il." ct
permainlcents ( jo nle pense paIS dOi tout
aux guerres civiles, il n'ell faut plus,
it ne peut plus y en avoir) dans les
branches d'activitt qu'on leur d.signo.
lisne s'en soucierontpas,ils les ruinie-
ront,au besoin, en s'dvadant de leurt
mandate pour couri" A l'agio, Ades sp&cu-
lations plus Inalhonnutes, plus propices
Sla l fraud, m lis don'tt le renldement
est plus rapide, plus considerable et
plus certain.
Fouche, dans I'excellent journal le
Justicier qu'il editait en 1)305, admit
d'une fagon un peu trop timide, je
trouve, 1'idee qu'un Gouvernement
qui veut etre fort et qui veut marquer
d'une facon durable, devrait travailler
de touted sos forces constituer par-
mi s amis jugfs iWs.Uigents, parwts
et doourts, une classes de nationaux
riches.
On n'a certes pas encore refltchi
aux r6sultats incalculables d'intdrdt
gouveremental aussi bien que d'intlret
gdvadral et d'avemir que procurerait une
pareille politique rationnellement ap-
pliqude par un Gouvernement.
Je m'empresse de dire qu'il ne sa-
git aucunement ici de protectionisne
etroit et funeste dans les douanes ni
de faveura scandaleuses lesant I'Etar,
ni de vols autorisds, ni de toutes au-
tres exactions qui caracteriserent de
precedents r6gnes deja entr6s dans


'liistoire et, pour cc, soumis A notre
j Iigeo1rie t.
!,a seule Irotec'ti)lon rotclamer pour
l'llaitiei,, c'e- t ilje le sutcc s do son
e'/Jit /i 'r,'.-), n.l soit garanti. C'est quo
lo1 (.ouvernemieit liii crie le mot de
Gizll t : l; ',ri'l r i/sser cous! EnrichisseT-
c',,s ol v.)us \V aideiai autant qu'il
est en moi 9o1 n in'occupant pas de
voUS, Ull lois r't li iies les obligations
(Iuevous ;tvctz c'olltrlactces envers moi.
( Je f.cilite ai I'tx.'cution de vos
(e1treprises l|i iv'- I; par le service de
surveillance et '1 4'dullationf do mes
agents et d(1, ins's adininistrations. C'est
a vous que jc coiili-rai la rdalisation
d(s entreprises il)bliqlics pour lo de-
veloppenient do vo- allaires, de votre
initiative et volr'e credit. Enrichissez-
1ious jo vous procurerai la security
et la justice. N'ay\z i)lius cette pensee
que I'trarnger setl peut avoir sa vie
et sos b)ieis respects et qu'A lui seul
sou t proliises des indemnites en
c;is de 1isionii vtl ili e de ses inttr6ts
par la fauto deI l'tat. )
lEi un miot, ,! iIno)s ouvornements
aietit le soiic'i d'armer le mieux et le
pl'is possible l'llaitien en vl t do la
victoiroe al biouit des luttesd'i iltences
dans- l cliamp commercial, industriel
lt auIssi dIt l'agio.
Los iznteiets do la ilanque Cdrangtre
Omtant en opposition avec c ux des
Ilaitiens I'plrouvo ayant 6tl conclu-
ante il nous appartietiten cc moment
die chasser les vendeurs du Temple...

RENSEIGNEMEI TS
METEO tRO LOGIQUES

Ob~exsez*atioze
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


JEUDI 8 AOULT
Barom~tre I midi
TempbTr rminimum
Temp~rturerximtlm


763,6
23,6
36,6


Moyenne diurne de la temperature 28,2
Ciel clair le matin, covert dans 1'aprs-
midi. Un peu de pluie A 7 heures So mi-
nutes. Eclairs et tonnerre. Le baromutre
est stationnaire.
Comme movement sismique et A signa-


--


VENDREDI, 9 ABOUT 1901.


IL







ler : une ligere secous c d & tremblene'it
de terre sensib',e A plusicurs personnes.
Direction ENE A 9 licures 34 minutes It
seconds du martin. La plutn: du slsmiogra-
he a eu icne ampli:udc de ; nil!'mCrs
pa conpoante vcrtici!c tr.is sen llb'e.
Phenornne c6leste
Le moulv'et'entl d, (a ico 'tE' s'.s-l a(rr1-
tlrd vers l''f st .( i s di'. e'l. L/ ( io ItL
estdeventt phrt. u i',foi'ti' cl l'. q at ue sctI -
ble yaqner en lharClet,'.
Bleaucioup d'dtoiol'. fil'aatif es d(')uis qua-
tre jours. ( St-La irct. )
J. SCHERER.






La Cr6te a-Pierrot
La dcuxilinc rLprt natition du blCu dr.a-
me de Mr Charl.r M ir.vit n'. pu .voir
lieu hicr :. cauIc dLu Ln.iAuv.is itIcnp.i .
-lle scr.t donncc c' soi-r .u l'cti:-S Itni-
nairc, A sept lurts.
Les Ibrrilrcs -,cront ft-ri -L., I S icurce
afin d'cnipclicr t:iu; :rkp grand atilucncc,
A cctte rcprcsent.;:i.o: qui scra la dernicre
pour ccttc saison.
Senat
S iance duc /(u i ,. ( 4lo;! i o 9 ..
Sanction du pro,.; verbal du 6 Aoit t,
lecture de la corrcspondance et rapports des
commissions ct Comiti;, tels ont 6td Ics prin-
cipaux points de cctte seance.
Parmi les rapports presentc&, notions ce-
lui du S6nateur lDauphin tendant au reject
de la loi Lablissnt un Tribunal de paix
A Camp-Pcrrin, loi vo:6e par la Chambrc
des Reprscent.ints l'annde dernc.re.
Puis la s6ance est lev6e.
Funerailles
Hier ont cu lieu !es funerailles du G-' LA-
TOR'rUI: al milicu d'u!ie nombreuse assis-
tance ou l'on rcimar uait ditlfrentes pcr-
sonnalit s.
C'est Ic G' AlphoiiL'c Jii lo;ephl qi conm-
mandait les troupes prceddant lc : liar funic-
bre. Li mnusique du Pall.is fiis.it entendre
ses airs les plus eminuva.nts pendant tout
le parcoulrs.
Au cimetiire Ies; ollicicrs Cclestin, Pavyo
et Cicron Dlinnc, p.irlerent d. leurr
regretted chcfdonti ilsretracerent les qualities.
Voici les paroles pronoonc-es par Ic ca-
pitaine Dimanche
Mon general,
Tu regois auijord 'uli Ic dernler silut de
ta chlre companies, mais toin Ino1 n11!c cesse-
rajamaisd',tre cited quand ii nIousi tfdr.a met-
tre en pratique tcs nsbIns c,)nsils et tes bon-
nes lemons.
En retour, conmme preuve de considdra-
tion et de remerciement, les otficiers de ta
:ompagnie vont deposer sur ta demeure
hternelle des fleurs et une modest couron-
eC.
-Nous renouvelons nos condolian ces a
la famille do ddfunt.
Depart
Hier soir est part le ss 'Prins 'D.r Ne-
lerlanden, de la Lign. h!i'ladaise, avec les
passagers suivants :
St .arc : Albert Deslandes, Jacques Du-
rocher, Mme Smith Devot et deux enfants
Mile L. Devot, Mmes Irene et Clotilde
Rousselin et enfan:, Mine Aciphie Descol-
ine, Euphrosia et Admira Jean, Mile Vic-
oirre Lunique, Miles A. Fernande Pericles
:t bCb6, Mine A. Nones, Justin Alexan-
Ire, Joseph Antaky, E. Auguste et Mile A.
Wand.traut.


llier soir s: part Ic s[; Q..db'cc de la C.
(. T. avec les pissiger, suivants pour
GonatiVs : Mme Paul Gilles, Alice Lima-
ge, Mr et Mme Einn. sF.tor, l-enelon Pe-
lissier, Altagraic DI sir, Charlotte Stelus.
L.o Alexis. Mile Me le ecn e hemlie Rli-
bohu, Eltienne Stjournte, M'lle Plissier, Bri-
zard, Francisco Moncayo, V. Benoit,Schan-
tobe, Henri Roche, Gerlach, Euphrosine
SBedard et 2 tni f:s, Card, Mr et Mine Ro-
bert Thebaud et 3 enfunts, Rornin et t en-
fants.
T'etit-Gtoh't' Ed. Benjimin, Eug. Mai-
gnan, M.ria Meignan et eniant, soeur Ger-
maine.
"Fermeture de la malle
Les ddp&ches pour Jerdmnie, Santiago de
Cubi, Cayes, Ictnmel, et S.nto-Doningo
par 1'annex,- franaiis ; cell's pour New-
York ct I'Europe ( via N. Y ) par le s/s
c Almnsteldanm seront tcrmncs dcnmain
samedi, io do courant A heures de l'a-
pres-n di : c'.Lcs pour 'Petit G..'ve. lr,-
inie. C( ves, nicmel et (Cur,-io pir le s/'s
* Prins der Nedcrlanden samedi to du
courant, a lieures preci-es du soir.
Port-au-Prince, 9 Aof: 1907.
Chambre de Commerce
Messieurs les IBa:nqi"r;,, on:ne'icrants,
Agents de lines dc nuavigition. A.:ents
de change, Reprde;nt:ins de con:nerce,
Industries et Chet d''Exploittions A-.rico-
les avant composed l'As-iscmbi e g.nrale du
2o fevrier 1907 de .i Ch.rubre de cokm-
merce et contribute au vote des st:atuts de
cette Chambre sont prids de se reunir au
local de la Commune, rue Ferou. Ie mar-
di 14 Aofit 1907,A 5 hcures del'.pres-midi,
pour l'dlection des niembres du bureau
prdvus dans les status.
Port-au-Prince, 9 Aolt ,1907.


otel Bellex,

DE1JEUNER DU 9 ABOUT
MIDI A 2 IIEURES
Prix: G. 2.50
Sardines A l'l' iile
Morec trick its.c aux pomtne
Salmnis dc t rtue dc imLr A la Villcroi
Daube pique a: la Milanaise
Macaroni an grattin
II ricots verts sauce blanche
Riz bl'anc A la creole
IBignets de figures
Fruits
Caf6
1/2 Vin



C4USEIIE
DU

DOCTEUR

Je me souviens d'avoir dit que la Mide-
cine ne doit point se borner A ce r6le
d'adoration extatique de la science. A cette
pure et d'aillcurs saine jouissance d'artiste
qui fait oublier le but. Je crois que ceux-lA
qui n'aimc la Mddecine qu'avec cctte face
6nigmatique du visionnaire oil le regard va-
gue et profound come un rayon de Rient-
gen semble piquer sa fleche jusque dans
I'infini, font a 1'humanitc d'aussi grosse
qu'indigne farce que faith I'incomparable
personnage de Moliire, au Christianismne,
c'st-a-dire, qu'll joue au Tartuffe i II nous
faut retenir que devant le malade nous som -
mes absolument dans la situation du


a ddbiteur vis a-vis diU cirincier ; il tfau
qu'un svnchronisme parfait existed entrc IL
pulsations de nos arterc, cribral-s e t cei
fruits que nos orcillC:, sa.ivent si bien allci
chercher anu espace iniircostal g.iache au
dessous et ei delhor du mamelon. MI is me
direz-vous I fatit est physiologiquement
vrai et ce sont les !,it:emfents du c'eur qui
conditionnent les pulsitions cerdbrales.
Alors, attended. J'ai voulu tout bonne-
ment vous prendre au mot et vous fire
remarquer quc dan, la pratique mddicale
nous faisons de la circulation A rebrousse-
courant ct nous accomodons un peu trop
mal au course rdgulier des choses : notre
cerveau bat avant notre cceanr et nIous ne
nous apercevons mnene pas que nous fai-
sons de la physiologic A rebour;.
Non, non, la Medecine a fon but et peut-
ttre s-rait-ii saluairce de Ie rappeler ici avec
Fonisa.iriv\L, 1e clebre profcsscur de Mont-
pel'li~tr. (Gudrir. fire darer, soulager, quel
pro._r.1:n:ne et il e,: c-lui de tout homn tie
qu .1e la MdIicine pace en fice de la vie

1S'l es: anU d '< i dJ .l si.'Cl qu'ml'n'ac-
ci se ni l,.i Liiidtd ni l'ins. t isan' e d la,:r c
Mcd, ciic i, :ni. i n s.i popre in ti'sancc.
'ls r;.- ourc i e\ istait i lt it s c ionnatre
e t pa r ice qui "u c'_I '"'
| ):1 trouvi ra .in-. I )u1 c H *' .. u C ';.Lc


s 't e-s: plac. e ) l p.. JU lh>:inIC-





n ti:c'e i l ayboi '.ic .i: c t'orth, .i c.- i"'.lis
iL dcsI. to. .ti S d. tail. que : gma~o-L. ',:&. et


iIe;' s 1i .a ;on s ies nussra ds >na > hL e as
tcendu r::c sx : on k .. sit r soinir e R in







S e l: "itan dt: .'.il u is des fo \pil .1i .i e
tions p'-eCoc., clle des, pt:e on v'-
re par ex neLiii seolt taix's ua rr.oris:nee
ct accuses dinduire Ic publiAc A ce qu'on
est con VLIn dappeler, fAute de 'c ie.ix, bLi
superti: ion, mot si minill euo 'ix en I'occio-
rence Bien plu'a, ceux-lA soi isur t mi one
de n'tre pas crus quand ils appoitent Ie te
moigntage f.ivorabe ie le rs o scrva non ,
come si la science d daI no ti et c .i cli-
liq u, tendre pour Pquo i!ues-unis. foe ft;-
sai ent im.n.r '.es pour cu -1i; on ic cod in
me s'cls -ug:.I int des un a teires iouts ieS
disant l.i v Lr :. Ql'in porte ; i's se ci; -
sulerLont ns ii. pen-.e oa.e o it i
est nelit .i toujours u-oi s c -. J *
la conitr.d cioi. 'je bds j ? p iue lai con-
tr.dictin I est ic'me Inmsic -'S.ti i .ti ) '
des id es Et Iqu'il ne f.ut point s'. aLnd re .1
1'adaptationm i inmcdil it 1e c';oa not -
velles. ( Les idees font leniinenLt d; e-
mrin a un savant 1a dit.
Eha bt en 'o. je l uiie ti o v-a 'i e
e'ls sont .' parce que ceac s i! ;.\ 't a-
tin ; je I 'aiine p ul son a urI e *' > -
ne eL Ie C M atin ) pnarta n. ti-
mente pace qu'il impliqu, : i .inv. -
ment, il symbolise I utlort mu-C .h l.i
lutte d'estoc et de tail'c que i on pr :ions
si ardeminent
II faut savoir se retrousser les manches
en MWdecine conine dans le stru';'le for life
et prendre son bien 1A ou on le trouve. Rien
d'dtonnant d'ailleurs que ce fouillis inex-
tricable de nos planes, cette pldthore v&-
g6tale conserve en soi, dans un 4goisme
qu'a mon sens il importe de braver, bien
des petits secrets inre6v61s jusqu'ici et don't
1a confidence n'a besoin pour se faire jour
que d'un peu d'indiscr6tion de la part de
la M6decine. Et qui nous dit que la nature
continuera d'etre 6goiste envers nous ?
Provins, apres avoir sugTerd son Gulistan
A Saadi, cet Homere de la Perse, come le
lenomme de Balzac, ne nous a-t-elle pas
parld de ses roses ? Pourquoi notre flore se-
rait-elle si peu parleuse et n'ouvrirait-elle
pas bien large les adorables bouches de ses
corolles rouges ou jaunes ou viollecces pour
nous reveler cc qu'elle semble palpiter de
cr'ince A dire entierement A nos mcdi--
castres comme si elle 6tait convaincue


t ne ceux-ci ne sant pa desenfants i
c p.ipal vlypocr.':e !
; EEt dire -- puisqu'il faut parler
Squ'avec ces bouts de secrets de -.
Sure, ces enants b.tards, aides d j
sani doute tracent parfois des sillof
t remarquables dans la grandeceuvreds
Que scraiit-cedone i nousvoulions
A nous bother commune cux mettac
Spour un instant nos p.ssementeriej,
Sfourrer le pied dans de la ros~e
de la verdure, touiours a la recber
meilleur.
Que ne cherchons-nous pas i
dre leurs mnanceuvres ct ce qu'ih
gaucherie, sans trop savoir oi
ni comment n ayant r6me
I la mdcanique physiol gique on
que de notre organism que ne 1l
nous p.as avec adresse, a bon esciet
sait si de leurs mis res ne naltroMt
pcut-tYtre des richesses scientifiqoue
N'a-t-o;i pas souvent besoin d'un
petit que soi et pouvo.is nous nous
d'avoir tou: vu, tout eyamnin, tout?
\.lis vo.la. jecomprends, c'estquelai
pensee decoudover ce typequin'apas1'
scientitiquc done un grosfrissonqui-
court dai.s le dos et nous rdpondons *
b.nnc e :* cio~~us couotant parler ut n
SIC e ne VLt.x pint es avcr ces plants p
cc qau c 'st pis scietnitique.1 Commeal
S.:.n':L ct l.i N iture .mssi savaient boi
c.ti, ;'.re l.-, ,lcVc\res. Ce qui n es pas SCiD
t.li ;ii anuIoumviliui IC sCra remain q
\,-ic;!. i c r1 eC ; ainsi le veut c a
.Is -e c. I est Il'esprit human
I p iL:t'.. :O iin.i r. oC t'oujours Ie d~bI&
S--, "&tuVI\r-.
.- ;1 '(n C:.:i! pas ainsi tout cequito
nto';ire etr ti ce que nous avons Cari
r.ti: ,i .'i d s -pontaniit:ts d'existencer
L, L: 1a. p,:ccibilird ne serait plus h

1 putis CLt esprit Ihumain incomprd
blI'. cii oi neOiL secmble avoir deces
:ibi l;i; bizarre-s, semblables en tous
.1 c-. s!rc(ptibilitt s d'estomac de c
J jI '..;.is qui fout que tout metsur
ve.in letIur cst indigeste.
li.,t-ce peut-,tre parce qu'au point dc
.'.,t-o-,i',,,-yiologique l'cstomac a certmi
r ..:ons< avLc le cerveau. Je ne puis d
M.lis !Ic t.it a tojjoulrs exise ct ne paS
i;uis idevoir disparaitre de l'humanitC.Ti
CLe li est inouve.iu est absurd.
M.is c'e st I'absurde qui cood
.a v.ipeclr ct dans le temps on enverrat
Svouontiierz. se piomlenler Papin et sa
te. C'est I'absurde qui tirait les coins
boucheet c aiait sourire quandonpiarfa
navigation adrienne.
C'est encore I'absurde qui repronwi
i inventions de la poudre, des lunett e
la gravure, qui condamnait Gutem
quI faisait de Daguerre un mist
public.
En veritt, si A l'dpoque du
la daguerroktypie un homme se
en tte de persuader Napoleon que
d'un edifice ou d'une figure h
te continuellement, A toutc
I'atmosphre et que touted notr
a constamment dans l'espacc
saisissable, perceptible, certes IL
litaire vous aurait tout bonn
bonhomme au bloc, a Charentob,
C'est comme cet autre, ce btrae
ire de Louis III, Armnnd-Jean dA
cardinal de Richelieu a qui cepen
devons a l'Academie Franaise,C
ne trouva rien de mieux a faire en
de compliments A Salomon de
martyr normand qui lui apportas
qudte de la navigation a vapear,
lui october, aux trais de I'Etat Ik
frileux d'un bon logement ht Bi I-
les barbares I l
Docteur C. P


L


111 I ---------;-----








lies Erau res

iHES RE(UES CE MATlIN


le protestotion contre les ja-
ponais
AWA.- Une autre protestation!
porsentee au gouvernement con-
japonais qui viennent au Cana-
lsjsant passer pour des habi-
Vancouver. Les hauts fonc-
du gouvernement ont de-
rd'hui que des ouvriers de
preparent une grande dIA-
on centre le. japoais. II
vb ici nii grand niombre d'en-
*x. M C. (Mac Pherson a ma-
dans uin interview (u I l Cana-
t un ptys liabi6 ipar la race
liheet (que 'iminmigration des ja-
is doit etrle suspenduc i lIoul l
e. II a etivoy Uti le iprotestalionl
capital demandant des measures
radicals.
1AMexiqueagrandit sa flotte
co.- O.i ailinoiJC e semi-oritieIlle-
tqi Iq e uo'l i( 'ti ''!l (!I i M xi-
i a Pris eii 4 1 Oilsi l1i'til dlli ti v(i
I pour Ii'aginditi st ido sa
Le CoIgr, s sla chargi;i, ini-
t d'applouvcr uii cl(dit pouiir les
ra bout.
proposition 'des d61iCgu6s anglais
L-4IAYE.- On .cst arriv( at savoir
.proposition d's d le itg.is an-
sur la rntiiioii p6riodique de la
ence de la Paix.
est attribu a li reine \hill mi-
haut priviiigei do convoquer ces
s. On sit aussi que dans cctte
ition il est fait mention que la
ion dans sesconfdrences se li-
a un programme pr4pard deux
avant.
gouvernemnit hIollandais, aid,6
les 'repr6sentawits des diverse
nces, sera charge de prep'drer
llgles des conferences.
Oi croit qu'avant (que cetle 'proposi-
I soit prosen te, la lIussie relonl-
ib touted initiative de colivoquer
ference danils 1'venir.
deld6gi4is anglais ouit fait unic
proposition priliilbint (u'on
en haute ImIe les itavires nlia'-
en croiseurs de guerre. Celtte
iion n'a pas 6t6 acceptCe par
l6 special secret.
train qui tombe dans la Loire
40noye6s


Was.- Aujourd'hui, un train
de la voie en traversanit I point
SLoire ; ur. wagon do 3e classes
.par dessus Io parapet, et tomba
SLoire d'une hauteur de 50
passages parent noyds.
suspend lea pelerinages
Aujourd'hui, le Pape a or-
ils peltrloa qui doivent
r son so t Ot spfiale-
de France, seront saspen-

flottan. de 4.000 tonnes
r SPAIN.- Un dock flottant
tonnes, construit en Angle-
ienat d'arriver ici ; les na-
laeidre at de commerce pour-
M ire reparer.
"'"Ue du Kaiser et du Tzar
NXDE. Le Kaiser a recaau-
4 visit de l'Emp--reur Ni-
du yacht imperial a Io-
Comme de coutume, le
rsoonne dirigea lo service
dimanche A bord de son


yacht pendant que son cousill a1(11l1-
p 'agnO de sa f.ll.hnipe, ia czarir~f. (I-e
la it Ul p~olte HO&*mitltne e e
.~ttlij~0ij~~tApn.is cc rv



r.ie-. Le.: (c-eux monQarqlues skC smiti
ftit. donl-iproq e -; W- on strati-n-4Il de :1
grarl.!t alm i6 et. eurent plusie"Ii en-
tt'evi'ujs euitre eux et Icurs inil:ijsies
dt-; Allffaires Etrang'res,qui les accoin-
pagnent.
i--

Cie. &' Tansatlanbqlue

'' ANNEXE )) est atle!)du sa-
ncli 10 colurant, et patlira le, n1eme
jour A~ 6 h/wis '~ (litsoWi) oml JQI'Cmi('
Satit iagi do Cuebla, les (Cytvs, Jacnmel,
Sfo-Domingo, Mavaguezl Polcc, St- I
**
Tho" Ims et lit .11,1 1-t i lliq ue.
Le stoainer QTE..B' "C),s-era de

S' h /'(II'I(.O's- /U (L/,I)' I I 'ori-(14- Pa ix,

C a 1' 'A G E N T ,
F.M11. ALTIERI.


I- ~ ~ ~ --- -- _

LIGNE HOLLANDAISE

Le ss (,PRINS DER NEDER-
LANDEN P eat attend de Saint-
MIii c, dlimnchei I courant, pour lais-
ser le miit're jour t midi IpoIir Petit-
GoAve, Jreimie, les Cayes, Jacmel, Cu-
racao, etc.
Poit au-Prince, le 9 .Aoit 1907.
GERLACHe & Co, AGENTS.


HIalmbiriq nAericann
Line

Lo'stcnifllr 13OL1'VI A. vcmiint
doC 11ambotir'' (11. &1iadiv, I Avrox',-t

ves est aitendu ici lundi T-2 courant
da15idt'0ilit
II paitiit' iil'tdl>i)IernC! t1lt hle13 pour
II sera de relt i' (I de Kingston, (via
J&cs6mie et lPtit-Go~tve ) le -16 couranzt


LI SS/S HERMERSBERGS ve
nant de Cuba. Jeremie at Petit-GoAve,
est attend ici mercredi, 14 courant.
II partira probablemmnt le mme jour
pour St-Marc, Gonaives, Port-de-Paix,
Cap-Haltien, Puerto-Plata, St-Thomas
et 'Europe.

Le S/S PR3E:IDENT venant
de St-Thomas, San-Juan de Porto-Ri-
co, San-Pedro de Macoris, Santo-Do-
iingo, Azna, Jacmel, les Cayes et
Kingston sera ici jeudi 15 courant.
II partira le mcrne jour pour Jtrd-
mie, Cayes, Jacmnel, Azua. Santo-Do-
mingo, San Pedro de Macoris, San-
luan de Porto-Rico et St-Thomas.
Port-au-Prince, 8 Aoit 1907.
G. IEITEL & CO
AGENTS.


' Lafl cotnllens liestle

Fiit\IS
A LA PHARMACY: SEJOURNE
i I .'LACE \ 1i LII:l1:

lilloanile Aill .ise

Monsieur J. J. DESCE.
Le professo.rr d'Anglais si bien con-
nu et si justemnent apprecie uin public,
avise ses a16ves, ses amis et tous .eux
qui voudlont bendlicicr Ide ses excellen,-
tes leCons, qu'il so trouve ;n No 97,
BRue de la lRvolution, dlite de l'Enter-
rement, ot I'oii peut se Ireneigrelr1 sur
lout cc pii c(,nccriie sa profession : le-
l;ons d'.i l:is, tie f aiin;:is et ( ''es()-
Sti Pir nI prlocl1 los plus pr:i!iiques,
lt' ,( Oofssteur lrl t sI -s i'cves, O'lt pfei de
temillp sillr n ill t.s lio- 1 ieId. S's plrix,
tl 's rliamiisoin.l)!e sont ;'i la portlo t!e
(ittll It s onuises.C

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Man a:ufact tle a toujous eln d(-
['O1 i. gr~iv';;;! stock, .our la vente
en ivos et hdtail,- de chaussures cn
tous genres pour
I1O.M1ES, I'EMMES, ENFANTS
Les commands des commercants
de 1'intirieur pourront 4tre exdcutees
dans une semaine A peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


LA
Meiillcure Farine
dti Monde
(:,ilc (lui doni Ie c nicilleur pain.
(uvi produit Ile plus de pain.
Qui (doniie le pain le plus bl;inc et
le plus 16ger,
C'est la Pillsbury's Best de la
'Piiislurv VWashburn Flour Mils Co,-
Minnealnolis Miun.
Em n. CASTERA. Reprs.'lani
-I II I-- - II I- -


VIN DE BORDEAUX
Marque Lapouyade & Co


VIN DE MARSEILLEI


Marque Artaud


Freres


K OLA
ingston
MACNISI'S S IRONBREW *
A Vendre
Chez CAT INAT FOUCHARD
85, 89, Rue du Centre
6G2, Rue deds Fronts-Forts

A Vendre.
Chtez Mile LD'onidle Solagcs.- 22, Rue
des Fronts-forts, 2-2.
Chapeaux de Panama pour hommes
a tons prix.


On trouvera:


I.e nouvel ouvrage di (G'. F. D.
.i:m;TiiE. : -I'llomme, le Mlode et les
SS c,';v''es, i la lPharinacio Ilobtits, chez
Stltlen ot Lagojannis.
Prix: 4 Gourdes.

LA NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

L'HAITIENNE
Une bonne machine A coudre i un
prix bon march.
L;a i machine *i un long bras, une large
navette qui s'cn ile elle-mnme une ai-
guille coiirte qui se met d'elle-memo en
place, une caninete qui se garnit auto-
n;iliquieniieln an moyeni d'uuc roue folle
s;nis ii'onii l besoin de fire marcher
la mnachilne. Elle est bien construite,
iiezit flie et gntiiiineit decorde. Cette
r.;lt lilit' est filte en dloux geures. Sur
iet,- lhi;sei lonois ou en fer P. 8 or
SUI' lile liseC ie l)ois et avec
Sune jolie Iouvei tuie le14ire en
1)bois conillt P. 40 or
.Ic so;tais ieureux (o vous voir essayer
i''te mach11: lii(e, s(cit (que vous m'envoyiez
vo., o( li'res ic'i iilr teit inenil soil ue vous
I11e ls a ll es.sit par l'entreniise e vos
r.iiespoilmlilts dle on i Porl-au-Prince.
Ave" chiaity iilachliine j'envoie sans
aIglxm ciltliIon le pi ix, les accessoires et
pi)ccs suivaiites:
I sout;illieur I brodeur
I plisseur 1 ouateur
4 ouileui .t.(gratn- 1 pied-de-biche
leurs assorties) I burette d'huile
I guide avec vis remplie
6 canettes 1 tournevis
1/2 dtouzaine d'ai- 1 livre d'instruction
guilles
Cette machiinc est faite sDdcialement


pour tailleurs et couturibres.


Nicolas CORDASCO,
S'I.L AGENT


'157, Rue


Brpublicaine ou grand'Rue,
Por-au -Prince.


Vous tiouvercz dealement routes les
M.icliines Ai couire de Singer Manufac-
ture Co.
Poulr Ides cornmanIles sp4ciales de-
mani;iez rtiinseigniements.
i ets


Compagnie P. C.
AVIS


S.


La Direction informed les porteurs
des cartes de circulation qu'a partir du
15 Aotl prochain elle doit Cchanger
toutes les cartes de circulation .mies
et prie les detenteurs do cos dernie-
res de bien vouloir, des la publica-
tion du present avis lui faire parve-
nir celles en leur possession- ain
qu'elle puisse lea renouveler. .
Port-au-Prince, le 27 Joillet 90i7.
LA DIRECTION

Voulez-vous des souliers 6legadts,
slides, fabriquds avec toutes lea re-
gles de I'art ?
Allez chez
Alphonse di Guglielmo"
167, GRAND'RUE, 167.
.Le cordonnier du high life,
Le Roi de la Chaussure, doot les
travaux appr6cids sont implement
des merveilles.


- -.- --.4






D, HAMPY
PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Litlue).
CONSULrATIONS TOl'US L'-;. .1 oU:it
IE 2 A 4 IIEL IlES.


M=-- ---=

A VENDRE
bon dtat.


un buggy
Goodrich e


S'adresser aux bureau du Matin.

CHANGEMENT D'ADRESSE

Docteur Lissade

89, Rue du Centre, 89).


Poudre dentifrice

LIDEAL

Voulez-vonl avo(,ir (e belles (denits et
los ConservetI ii,t,.ct-s -.
Usez suilnlletr't deo la Poudre
dentifrice u L'Ideal )
I. !., ,/r,1 ,' !,,,if,/ ,/ <, l hi al )) O U l
A O()ITNi'I; \ LAI.'S IIATE I1I:(CO()
i'ENS.I-:A L'EX ()S I'TI N A;L(:()1.E
ET INID'sI'I.ILL:E [D)UlJ l MAI 1907,
- A Port-at-l'Prirc't est ir'ellement
la minllideue doe( toi.es cells connues
jusqlu'alnourd'li i.
I)Dpoirvue d'aciile, elle est sans
aucun danger tpoir I'mail des dents.
Antiseptique de la bouche et toni
que des genicives, olle previent la ca-
rie, donned auix dents une blancheur
eclatante et lai.:;e ei l'haleine uno ex-
quise seni-tion do fraichleur et un
agr6able paritf'i i.
Servez-vous niimiluiement dela Pcu-
dre dentifrice r 1'Ideal, a et vous
aurez detit l),l s l tints.
Vous eni tI'roIIVrIe la PIIAIIMACIR
TH.ARD, a l.'/l de.s rucIs ( rou, vtis-a-'is de '1Hothl de la (:ommnune.
Prix : G. 1.50 la boite


) PHOTOGRAPHIC
;J, MV. Duplessy
120, RUE IU CENTRE, 120
,le :tpharmnacies Bi/rurd et Thtdard
Travaux soignes
SPA'CIAL I'1 :
Aglir ;aissemetits au photo crayon.
Reproductioiis.
Nouveaut6s
Prix modri8s.
On trouvera l'ouviage de Monsieur
1). Vaval ilntitule Coup d'oeuil sur I'd-
lat dconomique el financier de la Repu-
bique d'Hafti etc, chez Monsieur F.
Bblizaire, angle des rues Geffrard et Fd-
rou.
Prix G. 1.


S''ra ri cheme t

A L ELE&AN CE
1). FERRARI,
Fabricant fie chaussures,
Porte a la connaissance dii public,
particulieirement de ses nombreux cli-
tents de la (6te et de la Capitale qtie
I'6tablissement a tn stock incalcula-
ble de chausuires pour homes u ,
temmes et enftnts, en tous geniirs,
et que, malgre 1 'oflre (le cinq pour crul
sur l'achat en gros ( ) 0,0 ) fait un Ia-
hais exceptionnel sur lIs prix.
L'etablissement se charge do fire
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exacti:ude, ponctualite
42, Rue des Fronts Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (IIAITI)


Conw



(ui sex(
Ia h't voi


Les avocats dni arreau de Port-au- les c
Prince soit pri';s de dposer. au (Gref order(
fe du Tribunal civil de cc ressoit, uine Foi )
listed des alfaire; q'ils out (n leur -
possession et (qui ne sent pas encore
appelkes dti role.
Fait an (;ietle lo j illct 1907.
Le Grefficr du dit Tribunal,
Dr LEBRUN.


USINES MON-REPOS


SUCRE TURBINE
I* plus pur, le plus ppropre, le plus
riche en matiere saccharine
de4fant toute concurrence.
Tafia Sup6rieur : 20 degr6s
DBPOT GtNtRAL:
23, Rue Roux, 23
(ancienne Rue Bonne-Foi).

On Demande
A acheter des timbres usAs d'Haiti, bien
assortis, par cent oH par mille. Condi-
tions tres avantageuses.
S'adreser au bureau du journal.


C' 1111
o iVI
-bt


nune
de Port-atu-Prince
AVIS
son des travi-mx de r6fection
('tc: tent actuellement flu de
tio( ou de l'Eniterremiien it
la fie lPavo'l,, le public est
i'tei, pour allcr au cimetiWre,
ois passerojt jsusqu'a novel
par la Rue Roux ( Bonnie-
la flue du Centre.


Les aboinements sont reo.us
les butre;ttax du < Matin seul
pour la IRpublique d'llaiti.


dans
agent


Pharmacie F. Bruno
67-119 RUEs 9GALrTt ET PEROU.
Specialites F. Bruno:
Poudre pucisscanteco) IItre digrnangeai .o I
prurigo, sueur (Ils pietis- La l)oite p. 1
Sirop (tittiashtniatique, rcm6(feefficace
contre les acc4s (astlime et los toux
rc:Iuent c -- le flacon ;P: 1. 50.
Cowqullatiowns grciltui/es:
Ma~l ell .1ti'14Jo 8 A 9 h..p *s 'Ili rltii;
par lC Dot teur. N. TMOlHAS.

Maisoti F. 1111tNFS.
9 ( [(AN l HIL'EI
Diirig'c. par


A w~~~I ica 'WII re (le 1la Soci lett;h i .
htropi'1ue les miaitres fail/eu r.' IcIrs

toltos iIi.'goi~I~e, Ca(:Ishir difAp:W.'t. ~'~
fe, cli icyite jpcur (it-iil, etc1, ecornman-
(le pjititic ul i .renien I A d a cient-tW',tl e
lielic cfollekt Lion te ccul't'S 4111 casirnir,
(1(i pilet k tie t f :ai.l t e i o ll (' pi'U6 (Ic-
tout e bc;i ut C
Prix rnoddi-6s defiant toute
concurr tfnce.
Spicialit6 do Costurn-s dt '-ic -
LAm ifit 'IICi ti, la triioi t' :tiir i J os
turnes militaires, habits brcais
dolmans. tuniquc.s, habits ca-r-
res. etc etc, (cl tou.' -gra;ilt.


H- BELLEVU!,
FIESTA 'RANT BLL: .

Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE.(HAITI)

Mme Hermance ALFRED
T6l6phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILIES
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Vue -sur la mer. Tempdrature


douce et rdguliere. Les Tramways desservent I'Hdtel- Bellevue toutes lea 7 Minutes
PROIPRIIET SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Salle de reception. Piano.-Gramophone.
Sonneries flectriques


Table d'H6te


tous les jours, de midi d 2 heures,
de 7 8 heures du soir


G.2.50


LA REVUE
( ANCIENNLE iEVUE DES IREVUES )
Ii-Mn.l.furl
\ABONN I:.MNTI S :I
PAll ,AN PAll SEMESTIE.
Haiti 2. 8 francs, 16 francs.


genres. Pour Hon m mest
rants.
Place de oa Croix-der-DomE
SPACIALITt:
PANTOUFLES MI-


ALEXIS BE14O0
aw Tv uivi W


A. fe Mateise

3'R, JuI'e du Maga.sii de rl'
MIaison foinide en 18&8.
Bijouterie, Orf6vrerie. G
Vicit ile recevoir IS s ialicies
fumerie pour les gotls les plus
les. Les parfums exquis el rare.
dlicatesse pe6ietrante qu'elle
clients sout de vdritables pe
veilles.
Les dernibres marques
le Tout Paris sont chez
Son Sdkrire, Floramye,
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un
sortiment de bijouterie,
bibelots de tous genres, par
lunettes, montres or et argent,i
les garawnies.
SI,'ialilts: bagues fiancaises I
laints a palrtir de P. 200, alliance
S8 K aiiglhises et frant;aises sor
r ,. ,.a{ S.rvi'e ,t'argenterie
0 ,1 1. 1'- ,.
T'i -l. ..-s ;i lile s vcei.j us par Ia

A. i.,: ,,' ,1;i i;inaul,, pierres p
s t ii!il,- lijouttii :'i des prix
,tux. 1) r -i: r cri : Lunettes jam
S :'-e d e)'ux dolltf
lim b' ntC'-,-( -l, ,t i'l ,,liti, li M aison
,t'i,. CVo 'C f .,' de ,ort ,'-OUS pli I
Ir:tliiti (l;iils toute les villes de la
Iliflue: lIn.icites ou Lorgnonsen
inoxy^lables, selon les prescripti
D)oceurs ou instructions des a


RHUM-SYLV
Produit dc l' Usinc St. Michel (A
Vicillissement natural jusqu'i
et 15 ans.
PRIX TRIts MODIERo S
Ve-te en gros et en detaiL
Maison M. Sylv
43, Rue des Fronts-Forts.


Industrie
MANUFACTURJIRE NATI
Julien Desroch a;A
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravales, manch,
et caleonms
Ecole des arts et
r-r/ -- -


C I -~


-