<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00106
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 7, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00106

Full Text




PORT-AU-PRINCE (HAITI)


MERCiAEDI, 7 ABOUT 1907.


J


QUOTIDIEN


ABOMNENENTS:


PAR MOIST Une Gourde


D'AVANCE


DEPARTEMENTS 8 STRANGER :
Frais de post en sus.


DIRETEUR :
Clemel.ent lragloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMfRO 10 CENTIMES.


Les abonnements parent du ler. et du 15 de chaque
mois et sont payables d'avance
Les manuscript insar6s ou no no sent pas remiss.


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthu&Ar%. A J6 T6TW6- A0 R Rn L % U #Ln


C.t homme, c'est l'allection filialo
incarnee. On pout dire qu'il n'est plas
encore descend des genoux de sa
bere; hors de I'atmospthire familiale,
ils'tdiole et d.!pdrit. Ses plus chers
ees d'ambition et de prosperity so
nt cdroulds au souffle de cette alfec-
11 a nagubre refuse des situa-
Ssuperbes parce qu'il ect fallu se
acher do la souche commune, pei-
ailleurs quo dans labonne villequi
Iva naltro, qui fut son berceau et
ii dolt Mtre sa s6pulture.
L jmours do dktresse ont parfois
Nr nombreux ; le pain a 6td souvent
rare, et le souvenir rest douloureux
de certain epo(que oh le foyer
aait I'aspect d'iIn bagne, l)arco q(e
pa P4urie tait revenue si grande
quenul no pouvait sortir, faute ide
POuvoir se nontrer decemment dans
s rues. La fainille subit alors une
Intgpe dehllpse ct l'on s'informait avec
l*t~t du quarter oh pouvait bien
"IR blottie une famille qii lpasa
onme tun mtlore dans notre hori-
'on social.
L'honime a la forte affection dul
Zusi connaltre les horreurs de touts
es Privations. II lui 6tait possible de
014C'cer dehors, de secouer, d'uinl
rtwenment d6termlnd, la torpeur qui
rl"urdissait, de refouler meme en
-ite forme d'attachement quicon-
A i la veulerie et qui le faisail
:l[e.
ait c'oait sa fagon do se devoir
lUlen. t1 4taitd'ailleurs trbs suscep-
t ibSur le point d'honneur familial
t t).te sa vanity consistait a s'enten-
deJire qu'il etait un- module d'affec-
, et d'attachement.
Paresseux ?- Non ; car il no r6pu-
r aucune besogne, ct les travaux
ri urs, grace a lui, taint d'ian
.rnlissement m6tliodique et soi-
: Ise ftt attel6 a des chariots.
alhariots pouvaient, sans sortii
Eai mson, fire leur besogne ct ai-
Saini & la prospdrite du foyer.
.l Vieille more et les smuors s son-
1.Dt e.aret6 auprts de lui et elles-
J Miraaient mille fois mieux man-
DnWa de la misere ou'ne pas


mangr O do pain dr1 tout, plit6t que
de voir sa Iplace au foyer dsorti-o.
Les plus longues absences qu'il cut
edt possible de toldrer seraient encore
deux heures, par jour, do onze A doux
heures, consacreos A ququ quo Iger
travail bureaucratique : mais le ils
affectuoux ne payait vraiment pis do
veine, car les functions ne restaient
pas longtemps vacantes dans les bu-
reaux publics, et les vacancies n'al-
laiect pas au-delA du temps qu'il fal-
lait pour voir et mettre en mouvcment
le. homes influents.
Un mal grave le cloua un jour sur
un lit do douleurs ; toute l'activits
et toute la science du docteur no suf-
tirent pas A le saver, car les pres-
criptions ne s'execulaient pas assez
vite au gr6 du m6decin. Lorsqu'un
pharmacien, des amis de la famille, se
decide A lui venir en aide et A lui ou-
vrir un petit compete A la condition
formello que le petit compete no diit
pas devenir grand, les progres du mnal
ddja avai.nt fait 6vanouir tout es-
poir do guridson : le malade s'en alla
un jour, obscure ct depuis longtemps
inort dans le souvenir de ccux qui
I'avaient autretois connu.
On ren lit un Ikgitire hommaing a
ses vertus et a ses qualit6s d'ordre
sentimental et les regrets sinceres des
siens les emp6cherent longtemps de
s apercevoir qie c'tait unF houchee
inutile qau s'etait ferme6e A jamais....
Ce fut n6annoins come un pilier
qui s'affaissa. L'ennemi qui r6dait aui-
tour de la place et auquel la presence
de l'hommo en imposait. ne tarda pas
A so montrer ouvertement sous la for-
me de la prostitution plus ou moints
deguisde. Le paroxysme de la misZere
fit le reste et aujourd'hui ur.c des
plus anciennes families do Pori-aii-
Prince est a jamais enfouie (dans I'otu-
bli.
*
II y a certainement des vertus qui
ne servent A rien et qui sont condarm-
n6es A une p,.rpUuelle inutilittI si el-
les no s'accompagnent de certaines
qualities d'ex6cution et d'une certain


fI (:.on d'entendre lou chloses, qui cons-
liluent en (uelqlue sortoe pour elles un
lerroir favorable.
L'miu ibli-i histoir, do ce d6s.;(-tre
familial I)tut devenir cello deo bon
iUoinbre tie f;inillees (lii so laisseraient
e(,lgagC. dansde dtpilorables traditions.
Eilo peut Ininre devenir cell do tou-
to une nation, si cette nation, com-
me cette famnille, se content de so
laisser exalter par de vehiementes pro-
testations de patriotism et d'attache-
ment sans les soumettro h l'6preuve
des actes.
II y a des nations qui passent pour
plus patrioles quo d'autres, parce que
tout ce qu'clles font se trouve accom-
modd A la sauce du patriotism.
Nous avons Mt6 levas A I'tcole de
ces nalions-IA ot le dernier fonction-
naire haitien so persuade s6rieuse-
ment quo c'est e patriotisine qui doit
presider A I'accomPlissement de son
humble t tche.
II n'y a ) is une circulaire d'un agent
de I'autorit6 sup6rieure qui n'en ap-
pelle ani sentiment patriotique des
subordonnr-s auxquels elle s'adlresse.
Le patriotismeest cliez nous on flticihe
ct les pires actes deviennont excusa-
bics dcs le moment oh on les couvre
de ce manteau. Et les actes qui ne dc-
vraient porter leur mdrite qu'en eux-
nmeims arrivent A ne plus apparaltre
que comme des marques dclatantes
de patriotism.
II y a queiques annees, un do nos
Secretaires d'Etat des finances, don-
nant dans co travers, adressa, au nom
du Gouvert enent -t en tteo du jour-
nal official, un vote de patriotism A
un certain nombre d'administrateurs
des finances et de directeurs de doua-
no auxqucel- on n'avait pas de malver
stations A reprocher.
De rtAcents 6vdnements viennont
d'effaccr cc vote.


Et v,)II verrez comment, a l'instar
di Ce fi'ss nd fadnil!e, nri- s resterons
inutiles pour la ;patrie A forre dr, crier
ani patrio!isme, et comment a I'instar
de cette famille. la nation elle-m6me
continuera A baisser et A diminuer, a
force de se payer de mots sans deman-
derdes actes .


LA


Pelilion des Couturieres

Et la discussion s'tcornise I Et
centre la force de notre argumenta-
tion, I'adversaire prend des biais, et
nous prouvo I'inexactitude de faits
(que nous n'avons jamais avancds.
Ainsi, nous n'avons jamais dit qu'on
n'importe pas do tabac, mais pas de
cigares. Quant aux farneux souliers
qu'on nous montre aux abords du
narch6 en fer, ce sont des products
du pays, on encore des a rossignols, a
vestiges de I'imporlation de chaussu-
res andantie paL la cordonnerio lo-
cale.
Si on imported encore dei souliers,
ce sont des souliers pour bebeds, ou
des souliers aux peaux speciales, tels
qu'il no s'en confectionne pas dans
le Pays ; si on imported encore des
culrs, c'est que la Tannerie Continen-
tale ne date que d'hier, et s'il rentre
encore du sucre, c'est comnmi article
de luxe, A l'usage des r ichts, et I'on
ne peut pas empecher ceux qui ont
le gout des choses fines do se lea
payer quand is le peuvent. Si les droits
sur les confections 6taient doubles,
croit-on que celaempecherait les dames
riches de se fournir A Paris ? Ce quo
nous disons, c'est que ces industries
prospLrent, et si elles n'annulent pas
I'importation, elles luttent do moins
avantageusement centre elle, et ga-
gnent cheque jour du terrain. Les usi-
ines de Chateaublond, de Mont-llepos,
d'Ogorman, de Perigny, produisent
des quantities considbrables de sucre
sans pourtant suffire A la consomma.
tion.
Et Madame Menos, une femme, n'a.
t-olle pas une briquieterie qui, avec cell
de Massoni, a enraye I'importalion des
briques ?. Mais suivons encore I'adver-
saire. et frappons-le avec ses pi opreslar-
rnes. Toutes ces industries que nous a-
vonssignaldesviverntetprosprrent; mal-
,.rr I'importation de proJuits sirnilai-
rcs qui continue, ditos-vous, oui mal-
,r6 cela, elles no se plaignent pas et
nedemandent pas aux (hambresdeve.
nir leur aide en doublantlesdroitssur
leo products de 1'Ttranger. Les tailleurs


LE MENSONGE DES DEHORS


~


~-5---
-- -L ---- --


Ire ASSICE2 No 107


Arthulr ISIDOIRE. At. Rue Roux ou BoRnne-Foi.~









vivent et prospercit, pourquoi les cou-
tnrieres seules r6clament ?
C'est alors qu'on nous sert lo grand
argument : les couturieres sont des
femmes et meritent d'6tre protAeges.
Oui, mais les couturibres ne sent pas
seules des femmes, leurs clients
ont droit aussi A toute la sollicitude
des Chambres Legislatives, come A
toute la galanterie des journalists.
Ce sont des femmes et des jeunes
filles aussi, colles qui payment les con-
fections, et la grande majority est
faite de femmeset de jeunes filles
pauvres.
Les couturieres souffrent, mais
elles no sont pas seules A souffrir, et
nous ne verrons jamais pourquoi il
y aurait en leur faveur un ttaitement
d'exception. Eh quoi! ils ne souf-
frent done pas tous les artisans, tous
les employs, tons les travailleurs ?
La prime ne pese done pas sur tout
le monde ?
Vous me montrez un intbrieur de
couturitre ; la [mi nisi y rigne, et la
d6tresse. Oui, mais beauconp d'autres
intdrieurs ne sont pas moins tristos
qui ne sont pas des interieurs de cou-
turiere. L'employe qui est paye en
gourds et qui a quatre ou six demoisel-
les a habiller 'cest done digne d'au-
cun intcrit ? La joune fille pauvre qui
n'est pas couturitre et peine pour ga-
iner sa vie, celle qui est institutrice
par example, ne mnrite pas qu'on
s'interesse A son sort et qu'on la pro-
tege ?
Les vocals des couturieres ne se-
ront done contents que quand tout le
monde sera mis en coupe rdglee au
seul profit des travailleuses de l'aiguil-
le ?
Car, on some, qu'est-ce qu'elles
demandent ? Ie moyen d'elever, leurs
prix, ce qu'elles ne peuvent faire en
ce moment A cause de la concurrence
6trangere !
Et cependant, nous le r6petons, les
confections 6trangeres supportent des
frais Anori es de commission, d'em-
ballage, de fret, et les droits d'entree
ddjA tres levOes !
Comment, malgr6 cela, la lutte se-
rait-elle impossible ? Toutes ces char-
ges qui present sur les products de
l'Etranger ne suffisent-elles pas a pro-
teger l'industrie locale ?
Autrefois, on payait six gourdes
pour la confection d'une robe, c'est-A-
dire six dollars ; les couturieres ne se-
raient conlentes que si on leur payait
trente gourdes aujourd'hui, et se plai-
goent de ce qu'on no veut leur payer
quo 10, 12 ou 15 gourdes.
Que diraiejnt-elle si le cihapcentier,
le macon, tous ceux qui travaillent
pour elles, r6clamaient les prix d'au-
trefois multiplies par cinq, en raison
de la prime ?
Est-ce que les peres de famille em-
ployes n'ont pas vu leurs appointe-
ments r6duits au cinquieme r.
La situation actuelle est tritte, cer-
tes; mais elle I'est pour tout le mon-
de. Tous les travailleurs sentent pe-
oer sur leurs 6paules le fardeau sous
sequel plie la Nation.
le 16t des couturieres nest que ea
16t common.
Pour rasumer, nous disons que nous
nous interessons au sort des ouvrie-
res de I'aiguille, come a celui de
tous ceux qui travaillent; mais nous
n'accepterons jamais de precher la
protection d'une classes au detriment
de tout un people.
D'ailleurs, l'article V de la Conven-
tlon Traoco*Haltienne, en vigauer jlu-


qu'au 31 Mai 1008 et qui sera renou-
velde si ello n'est pas dononcee six
mois avant cette date, s'oppose a
I'augmentation des droits sur les arti-
cles de lingerie franeaise.
Et maintenant nous i'avons plus
rien a dire. Les Chambres L6gislatives
ont la parole, et nul doute que Mes-
sieurs let D6putes et les SBnateurs de
la R6publique, qui no sont pas aveu-
16s par la passion, n'dcarteront cette
demand fantaisisto et chimirique.


-- ------- -


RENSEIGNEMEIN TS
MiTEOIOROLOGIQUES

Observatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE.St-MARTIAL


MARDI 6 ABOUT
Barometre A midi
T .m a. .minimum
Temperature maximum


763,9
22,0
34,4


Moyenne diurne de la temperature 26,4
Le ciel a et6 clair dans la matinee et s'est
covert covert subitement vers 2 heures.
Un orage au SE a heure; orange ici a 3
heures 20 minutes marquant au pluviomC-
tre 30.4 millimetres. Le baromitre est res-
t6 invariable.
Ph6nom6ne celeste
Grdee 4 quelquefs dclaircie, d 3 heu-
res du martin ( 7 aot ) on a pu pri-
cier davantage la position de la comhte
announce hier. Voici les distances angu-
laires de la comAte avec les principals


etoiles de son voisinage
x.- Aldebaran (Taureau)
2.- Betelgeuse ( Orion )
3.- Bellatrix (Orion )
4.- Chevre ( Cocher )
D'ott on peut tirer la position
donndes cdlestes :


I2" 43
Ioi" 44*
Io 48'
280 58'
Ce coor-


Ascension droite 5 h.20 m.
Declinaison 16o 4o' borale
La compete se troupe encore dans la
constellation du Taureau. A I'ceil nu la
tete a un aspect flou, tandisque dans la
lunette elle resemble d un sombre cu-
mulus eclaird latdralement d'une lumiere
blafarde ; le noyau devient trhs distinct.
J. SCHERER


Chambre des
Seance du ACardi 6


d6put6s
aodt 1 907


Apres la lecture de la correspondence la
Chambre a vot6 les projects de budgets sui-
vants :
I Service de la Recette, sa Service
de la Banque, Dette publique, 4
Voies et moyens.
Pais ont 6td vivement discut es et vo-
tees : 0 Loi portant fixation des Recct-
tes, 2 a Loi portant fixation des DCpen-
ses, 3 o Loi qui fixe les impositions direc-
tes.
Ensuite M. le Secrtaire d'Etat de la
Justice depose sur le Bureau un.projet de
loi tendant A augmenter les appoitements
des membres du Tribunal de Cassation et
du tribunal civil de Port-au-Prince. Cet in-
teressant proiet de loi est envoy6 a l'etude
du Comit de Justice.
M. le d6putc N. Leconte cl6ture la se-
ance par la lecture d'un project de loi fixant
sur le coton, un droit de statistique de 30
centimes par oo livres.
La permuance est levee.


Fermeture de la malle
Les dCpeches pour Inague, New-York et
1'Europe ( via-N-Y ) par le sis *GKRAiCIAI
et celles pour Petit-Goave, J6rbmie, Mon-
tego-Bay, Jamaiquc par le sis c VALDIVIA
seront fermees ce soir A 4 heures precises.
Port-au-Prince, 7 Aodt 19o7
Contre-fagon
Nous sommes pries par les interest de
mettre le public en garde coatre une con
trefa;on, que l'oI vend et fait circaler,
de la copie musical de la valse Sous rOm-
bre de Jules Valles.
SDes meuures scront d'aillears prises con-
tre ces infractions au droit de proprirt
musical que l'auteur de la composition
n'a jamais conc6ed & personnel.
La Cr6te-a-PierrOt
Comme nous l'avons annonc6, la deu-
xieme representation de la Crete a-Pierrot
auralicu remain soir A sept heures au ThdA-
tre du Petit-Seminaire Coillge. On trou-
vera dLs cet aprs-miJdi des cares d'entr e
chez Monsieur Carlstro,;n ( Oberneyer ) et
A la Pharmacie Sejourne, au prix de Deux
gourdes.
Arrivage
Ce martin est entree le steamer I'aldivia
de la line Atlas avec les passages suivants
venant des Gonaives :Mr P. Gardcre, Simon
Grant, D. Heydebrand, J. Hasbou. I.. Bor-
des; Mme Fernand et enfant, R. Iroplhte.
Ste Rose de Lima
Est more lund: soir la Sae.ir Irma. Les
funrailles ont eu lieu hier apr&i-midi au
milieu d'une assistance nombreuse et re-
cueillie.
Nous nous associons au deuil qui frappe
les Religieuses de St Joseph de Cluny.
D6cts
Nous apprenons la mort du G6neral
CoUBA LATORTUE. Instructeur de rar.
tillerie de la Garde du Gouvernement, chef de
la Compagnie d'Instruction d'artillerie du Cen-
tenaire, ddcede A Petionville.
Le defunt a succomb &A une cruelle ma-
ladie qu'il attrapa pendant sa mission A Ja-
mestown.
C'etait un officer distingue et de reel
merite.
Nos sinccres condolcances a sa famillc.


^-otel Belle ^^

DIJEUNER DU 7 AOUT
MIDI A 2 HEURFS
Prix : G. 2.50
Salade de boauf
Beurre glac6
Radis Avocat
CEufs poches & l'oseille
Rognons grills Maitre d'H6tel
Filet de mouton-Nivemaise
Haricots rouges au lard
Timbale de riz
Beignets de figures
Fruits
Caf6
1/2 Vin

Pri6re d'aviser 1'administra-
tion de la moindre irregularity
dans le service du MATINs
afin qu'il y soit de suite reme
die.
L'qdministration du a Matin a
announce aux abonnes de la Ca-
pitate qu'ils no doivent rien ver-
ser, abonnements ou autres,
Sue aur REQU8IMPRIM]8 ett
n de M. 1' Adminitrateur.


Roluelles EIrage

DEPICHES RtUES Ct IXt

Manifestations centre les ch
BosTON.- Une bande de
venant de New-York est entree
uno ruelle du quarter chiiois *
cette villo et a tir6 dNs coups dere
volver sur leurs compatriotcs., I
chinois attaques' I1'ihnpr6iste '
la fuite, mais les agresseursles pol
suivirent jusqu. dans leurs maisom
Trois chinoia do Boston furent tu
et 7 autres bless4s.
On croit quo cette attaqoe est de
A des diflfrends existants entire de
sectes rivals.
L'6quipage d' "Teutonia
MU;CAT.- On ne sait toujours ria
des 16 homes qui composent I'qP
page du vapeur allemand a Teutonim
could le 20 juin sur la c6te Sud-Ej
d'Arabie.
Inautgu ration des r6gates
POI1TS'MOUTII.- 200 navires de guerm
(I'i coiompo.sni.t l'escadre locale d
l'Ariglet-ri r, ent pris partA unegrand
pariudt n aval. en presence du roid
ilt la reiiw-. L,, but de cette c6rfmt
n ic est do leter I'inauguration desr6
gates A Cowes.
Les t: oupes du Sultan operent
contre Raisouli
TANGEII.- D'apits les nouvellesn
cues de Tttuan, les homes del
tribu de Moumahain ont battuhiersoi
les troupes command6es par le gn0
ra! Bag nai. chef des troupe duSul
tan, (qiiu opercit centre Raisonli. PFi
sieurs Caids se trouvent parmi le
morls. Le g6cnral Badgani a eu uD
jambo cassde.
La police en greve
BELFAST.- La police vase declare
en gi ve samedi. Comme ila etan
nonce, la loi martial sera proclaim
Le g6ndral Castro visit les fortii-
cations
CURACAO.- Le president du V~
zuela, Ic g6n6tral Castro, est de retl
A Caracas venant de Puerto-Ca
ou il avait Wt6 inspector les fortie
lions.
Massacre des juilS
TANGE.-- Aujourd'hui et ariiv'
vapeur qui est parti de Casabi
hier soir ; il amene 40 juifs qVoi
talent itfugies A son board pour.
per au massacre. Les juifsforent o"
,gs do s'oufuir do nuit pour neo1
ttre vus. Is rappoltent que la i1
tion eat grave, mais qu'aucunes
atlaque centre lea europeens af
lieu.
n n'y a pas d'am6ricain aCasabl
WASHINGTON.-Le d6partesent'
tat a declare cet apres-midi qi'il
se qu'aucun citoyen amdrict8i'"
trouve & Casablanc;a.
Un chemin de fer a d~trutir
PARIS.- Leo nouvclles re^U~^U
Casablanca annoncen't que les Ar8
ont exige que le ch,4f do* cettdf
detruise les travaux du cliemi'O
qu va au port.
L'opinion de 1'Imparcial
MADRID.- Dans son aditioal
jourd'hui, le journal C ImplarCi


_


L









jq'd

pdO
ara
uIe a


pp cMtie avec 6nergie l'as-
p deux espagnols. It ajoute
elit6s europeenoes ont Rt6
)Ia tuerie et so declare par-
Sdenonciation de I'accord
et que I'on convoque une
asfrence.


GNE HOLLANDAISE
t- r
s UPRINS DER NEDER-
EN venant de New-York
obatblenmnt ici jeudi, 8 courant,
aisser le mnie jour pour Saint-
Spetit-GoAve, les Cayes, Jacmel,
o, etc.
-Prince, le 7 Aott 1907.
ACH T 0, AGn0 r.

DE BORDEAUX
e Lapouyade & Co

DE MARSEILLE
ue Artaud Fr6res

A-
gstor
M ACNISH'S
I IION BREW.
SA Vendre
hez CArtlAT FOUCHARD
8 9, Rue dd. Cetre
Rue des Fronts-Forts


Avis Important

Commission institu6dapar la loi
TEpropriation pour cause d'utili-
lique A I'honneur d'informer les
s (u'elleo s'est constitute et
ma saances.se tiennent au Bureau
Iinistration principal des Fi-
tous los jours, de dix heures a


LeonformiWt des dispositions de
4 de la stls-dite loi, les proprid-
Sde terrains don't l'expropriation
pmrsuivite ont invitds A so prA-
dedev nt la Commission, pour
e leurs observations dans la
oe, A partir de cette date.
uau-Prhke, 5 AoAt 1007.



JACQUES DUROCHER.
res FRANCOIS MATHON,
S (J. EUG. MAXIMILIKN.

vous des souliers Alegants,
fabriquds avec toutes les re-
rart? I
tchpz
onse di Guglielno
147, GRAND'RUE, 167.
Oordonnier du high lif,
de la Chaussure, don't les
blar6cis8 sont simplement


Compagnie P. C. S.
AVIS
-
La Direction informed les portcurs
des cartes de circulation qu'A partir du
15 AoAt prochain elle dolt changer
routes lea cartes de circulation mises
et pria les d6tenteurs de oes dernie-
res de bien vouloir, das la publica-
tion du present avis lui fire parve-
nir cells on leur possession afOn
(q'ell) puisse. ls reoaveuler.
Port-au-P ri ri" lrli
LA DIRECTION
L&

Meilleure Farine
du Monde
t(olle qui donne le meillcur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc el
le plus I1ger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. eprdsentant

LA PHARMACIES
Em ianuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 80,
Se recommando pour l'ex6cution
prompted et exacte des ordonnances A
n'importe qu'elle here du jour et de
la nuit.
Drogueries, Sp6cialit&s phar-
maoeutiquesextr6mement fratches.
PRIx CONSCIENCIcUrY.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock, pour la vente
en gros et detail,- de chaussures en
tous genres pour
lloxaEs, FzxMMs, ENFANTS
Les commandos des commercants
de I'interieur pourront 6tre exrcut6eer
dans une semaine A pen pr6s.
23, rue des Fronts-Forts, 23
-PORT-AU-PRINC ( HAITI )


Le Restaurateur de la sante
Rembde eoliace cootre totes lts mala-
dies provenant de I'impuretl, du sang.
La boite de 201 pilules : P. 5. 00
L'enveloppe de 30 pilules : 1. ()0
J'eavoie gratis et franco, sur demand
'*n.-oppe 4e tiblol at pnropectu.
1. B3ONHEUR (Agent)
HOTEL-IBELLEVUE.


Pharmale A.D. Tliard
i29, Rue du Centre 58, Rue Ferou.
Droguerie. Produits chimiques ei I
pharmaceutiques. Eaux mninirales na-
turelles. Antiseptiqltes nontveaux, Sc-,
ringues de Pravaz. Aigiilles en pnLi-
ne iridi6. ThermornCtre maxima une
minute. Soides de N laton. Vessies
glace. Cigarettes ( anglaises ). T(tincs
Gentile.
Spiciatites pliarmaceutiqnes.
Execution exacte et rapid des pres-
criptions. Analyses cbimiques mddi-
cales.


Service Atlas
La mall pour les IEats- Unis et I'Eu-
rope, parlevapeur *G'AECCA sera fer-
mi e & la Poste, mercredi 7 courant a
6 heures du soir.
Port-au-Prince, :1 XoAt 1907.
F. HERRMANN &C*, agenL.


Le steamer QUEBEC eat at-
tendu jeudi 8 courant et partira le me
me jour pour St Marc, Gonaives et
Petit-GoAve.
L'AGENT
F. M. ALTIERI.


Lait condense NKeslie

FRAIS
A LA PHARMACIES SIJOURNE
PLACE VALLIERE

Langue Anglaise

Monsieur J. J. DESCE.
Le professeur d'Anglais si bien con-
nu et si justement apprci6 du public,
avise ses 61lves, ses amis et tous <:eux
qui voudront b6ndficicr de ses excellenr-
te le ons, qu'il se trouve au No 97,
Rue de la Reuolution, dieo de I'Enter-
rement, of I'on peut se renseigner sur
lout ce qui concern sa profession: le-
cons d'anglais, de francais et d'espa-
gnol.
Par un procdtl5 des plus pratiques,
le professeur met ses el6ves, en peu de
temps, sur un trcs boni pied. Ses prix,
tres raisonnables, sont A la porlde de
toutes les bourses.
=2c
A Vendre.
Chez Mile Ldonide Solages.- 22, Rue
des Fronts-forts, 22.
Chapeaux de Panama pour homes
I tous prix.


On trouvera:


Le novel ouvrage
LIGITIME: rHommeg, l
Sciences, a la Pharmacie
Velten et Lagojannis.


du G". F. D.
Monde et .m8
Robei ts, cbes


Prix: 4 Gourdes.
-- -..*-
LA NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

LWAITIENNB
-
Une bonne machine A coudre i an
piix bon march.
Ia machine i un long bras, une large
navette qui s'enfile elle-meme une at-
guille court qui se met d'clle-m6me en
place, une cannette qui se garnit auto-
matiquement au moyen d'uue roue folle
sans qul'o a;it besoin de faire marcher
la machine. Elle est bien construite,
bien linie et gentiment decorde. Cette
machine est laite en deux geures. Sur
une base en bois ou en fer P. 8 or
Sur une base en bois et avec
une jolie couve lture 16grre en
bois courbe P. 10 or
Je serais heureux de vo vousvoir essayer
cette machine, soit que vous m'en'voyez
vos ordres ici directement soit que vous
me les adressiez par 1'entremise de vos
correspondants de oui & Port-au-Prince.
Avec chaque machine j'envoie sans
augmentation de prix, les accessoires et
pieces suivantes:
I soutacheur 1 brodeur
i plisseur 1 ouateur
4 ourleurs (gran- 1 pied-de-biche
deurs assorties) 1 burette d'hulle
I guide avec vis remplie
6 canettes I tournevis
1/2 douzaine d'ai- I livre d'instruction
gualles
Celte machine est faite sodcialement


pour tailleuts et coutuiieres.


Nicolas CORDASCO,
SEUL AGENT
157, Rue Rdpublicaine ou graed'Ruw,
Port-au-Priece.
Vous trouverez dgalement toates 1-
Machines a coudre de Singer Maunfads
ture Co.
Pour des commandos sp'ciales do-
mandez renseignements.


Imp. C. MAAGLOIRE

45, RUE Roux, I45
TJ brhr ONdE.

Joiurnaux, brochures, billets de


mmitagqe, cartes de


programmes, affiches, et tous

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cartes

de visit d la minute.
Piix DE CONSCIENCE


-- I
r-


I


----


fianv~ailles-,







Dr RAMPY
PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Lalue).
CONSULTATIONS TOUS LES JOURS
DE 2A4 IIEURES.
----- ~ ---e


A VENDRE
bon etat.


un buggy
Goodrich 4


PHOTOGRAPHIC
J, 1X. tDxiuplessy
120, RUE DU CENTRE, 120
Entire #pharmacies Bayard et Theard
Travaux coignts
S'PECIA./11T7 :
AgratldissL ent s :i:z photo crayon.
Reproductions.
Nouveautes
Prix moder6s.


S'adresser aux bureaux du Matin. On trouvera 'ouvi age de Monsieur
__,_I D. Vaval intitu16 aCoup d'wuil sur Id-
tat Cconomique el financier de la Rdpu-
CHANGEMENT D'ADRESSE blique Id'Hafltiete, chez Monsieur F.
S. Belizaire, angle des rues Geffrard et Fd-
Docteur Lissade rou.
Prix G. 1.
80, Rue du Centre, 89. .,,,,
.'.XXFra rlxc.emxxernxt


Poudre dentifrice

L'IDEAL )

Voulez-vous avoir de belles dents et
les conserver intactcs ?
Usez seulement de la Poudre
dentifrice K L'Ideal v
La Poudr, de ';?li cer 'ddal QUI
A ORT:NU LA PLUS HAUTE RIECOM-
PENSE A L'EXPOSITION AGRICOLE
ET INDUSTRIELLE DU 1er MAI 1907,
- a Port-au-Plrince est reellement
la meilleure de toutes cells connues
jusqu'aujourd'hui.
DSpourvue d'acide, elle est sans
aucun danger pour l'dmail des dents.
Antiseptique de la bouche et toni
que des gencives, elle pruvient la ca-
rie, donne aux dents une blancheur
dclatante et laisse A 'haleine une ex-
quiso sensation de fratcheur et un
agreable parfum.
Servez-vous uniquement dela Pcu-
dre dentifrice a 1'Iddal, a et vous
aurez de belles dents.
Vous en trouvorez A la PIIARMACIE
THAARD, angle des rues du Centre et FP-
rou, vis-b-vis del'Holel de la Commune.
Prix : G. 1.50 la boite

Bouquets modern-style
A vendre
Chez Mme CIIARLLS DUPLESSY.
BOIS-BADkRE
(A c6t6 de la chapelle St-Antoine.)

USINES MON-REPOS

SUCRE TURBINE
le plus pur, le plus propre, le plus
riche en matiere saccharine
d6fant toute concurrence.
Tafia SupArieur : 20 degr6s
DEPOT GENERAL:
23, Rue Roux, 3S
(anceniwn Rue Bomw-Fo).


On Demande
A aeheter des timbres us6s d'Halti, bien
aodrtis, par en on par mtlle. Condi-
tios tr6 avantageoses.
* Vrdressr ua bureau du journal.


A LELEGANCE
I). FEhR1IR I,
Fabricant rde chaussures,
Porte i la connaissance du public '
particulibrement de ses nombreux cli-
ents de la C6to et de la Capitale, que
l'6tablissement a un stock incalcula-
ble de chaussuios pour homes
temmes et enfants, en tous genres
et que, malgr6 l'off'c decinq pour cew
sur l'achat en gros ( 0/0) fait un ra
basis exceptionnel suir Itls prix.
L'Btablissement set charge de fair
preudre des measures a domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualite
42, Rue des Fronts Forts, 42.
PORT-AU-PRINC.E (1AITI)

Commune
de Port-au-Prince
AVIS
En raison des travaux de r6fection
qui s'ex6cutent actuellorneiit lue de
la Revolution ou de 1'Entcrrement, A
partir de la IRue Pavro, le public est
prevenu que, pour taler au cimetiire,
les convois passerorrt jusqu'a nouvel
ordre, par la Rue Roux ( Bornne-
Foi ) et la Rue du Centre.


LA REVUE
( ANCIENNE REVUE DES REVUES )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Haiti ,. 28 francs, 16 francs.


Les abonnements sont repus
les bureau du Matin a seul
pour la Rltpublique d'Halti.


dans
agent


- I I I -I

Pharmaeie F. Bruno
67-119 RUES GAL~JT ET PEROU.
Sp6cialits F. Bruno :
Poudre pui.sante con Ired6mangeaison
prurigo, sueur des pieds- La bolte P. I
Sirop antiashmatique, remade efficac.e
centre los access d'asthme et les toux
requentes -- e flacon ;P : 1. 50.
Consultations gratuites :
Mardi et Jeili de 8 A 9 heures du martin
par le Docteur. N. THOMAs.

Maison F. BUIUNES.
1l'5 '-.IAND'RUE '",5
Dlrig6e par

L 110 DELIN
Ancicn membre de la Societd Phtlan-
hropique des maitres tailleurs de Paris.
Vient dte recevoir un grand choix d'-
totle. diagonal, casimil alIncae, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Ilecomman-
de par tculierement A so clienlele unt
belle collection de coupes de *casimir.
de gilets de fantaisie et die piqu6 dt
toute beauty.
Prix mod6rds defiant toute
concurrence.
Sp6cialit6 de Costumes de no
ces.-- Coupes Fr;anr;aise, Anglais e'
Amtrica;ine de la dernire perfection.
La maiso, confectionne anssi des Cos
tumes militaires, habits brode:
dolmans, tuniques, habits car
r6s. etc etc, de tous grades.


Hc^ThI BELLEVUeI;
o- y-a- -

RESTA URA4TBELLEV
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE.(HAITI)

Mme Hermance ALFRED
Telephone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILIES
DINERS-LUNCHS.
Inusallation moderne et conforLble. Vue --Mr lan mtr. -Tempdrature
oue et rigulitre. Les Tramways desservent I'Hltel-Be&evue routes le 7 Minute
PROPRIETY SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Salle de rdeeplion. -Piano.-Gramophone.


Sonneries letrlquea
Table d'Hdte to" f"jiu8rS e& idi d2 hers,
do 7 A d8readu rs


G*2*50


A. ido IMalis sib.
32, Rue du Magasin de rital
MaihOli forinde fn 1888.
Bijouterie, Orf6vierie. Qia
Vient do recovoir .-s arlidee d fumerie pour le. g,;uIls ls Pu pidi
les. Les lprfrms exquis el rares
d6licalesse piiietrante 1qu'elle etre
client south de vritdbles pe
veilles.
Les dernmires marqrue
le Tout Paris sont chez Mat
Son Sourire, Floramye, f a, l
Cyclamen, Vivitz, etc.
La mason a toujours un grand
sortiment de bijouterie, areat
bibelots de tous genres, parsm
lunettes, montres or et argent,
les garantios.
Speciaties: bagues franaises en
plants A partir de P. 200, alliance
18 K anglaises et frangaises sur
mn-de. Service d'argenterie co
I Olhr 111:t 1,*a t .
To us l' :s u; tiles vmndus par la
son -0!t -ravt.is.
Act'lha tid' i.utnaiit', pielres pre
ses et vi;'il 'le .ijoulerie i des pjixa
tageux. D)'-r ir'r cr'i : Lunettes jfa
Contwcie ,-ise de D)cux dollars
tinibies-;iosle il'll.Ali, la Maison l
tdis envo e frinc dc Fort sos 'll Ip
mandd dlaii. toute Ies villes d(e a I
blique: lunrttes cn I.orinons r si
iroxydtables, selou les prescription
Docteurs ou instructions des aci


RHUM-SYLVIIl
Produit de I'Usine St. Michel (Arca
Vicillissement naturel jusqua'12
et 15 ans.
PRIX TRES MODWRS
Ve.ate en gros et en deail.
Maison M. Sylvii
43, Rue des Fronts-Fork

Industrie
MANUFACTURIERE NATInA
Julien Desrocb
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravale, mac
Ecol des ar te it


Tilere Ze~phirB
Fabricant de chaussures
genres. Pour Hornmes, Feimnei
fans.
Place de la Croix-des-Bossales
SPECIALITJI:
PANTOUFLES MIL


ola- iopS-U
ALEXIS BENO'
Rue TratveIsi0