<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00097
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 27, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00097

Full Text
SANNIE, N o98


*


* ~ dbr.


-% :... QLOITijE


97 y
*w, .: -"
4 t -


~4 V.;
**i


0
I.',.
*r -


K.
. '.


4-
1.


ABUONNEENTS:

o M OIS IjUe Gouide D'AVANCE P

&APARTEMES STRANGER: It
grais de note en sus. I!


DIRECTEUR:
Clexm oxrzt 1M:jagloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 4.5


LE NUMIRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent du zer. et duo 5 de chaque
mois et sont payables d'avance
Les manuscrits insdr6s ou non ne mont pas remia.


?our toait ce qui concerned' Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bdhne-Foi.
**" --- ---- --- -UICl*IPII11~llllle


Ce qail ault lire

Ce journal vise par-dessus tout A
itilit6. Les iddes qu'il profess di-,
Snaissanco et les conditions que,
mtrsa part, il met A la base de la
forine ducative rt morale q'ue tout
monde dit appeler do ses vuenx, 16-
sent cetto preoccupation. C'est a
quie l'on nous traite d'i,,ologues
laraison qu. nous somb!ons at-
dre pareille roformu, d'articles de
ieaux qui, on le salt, no vont ja-
s qu'a I'adresse des leitrds..
Ce serait avoir b-aucoup obtenu,
alles letters consentissenti;tout d'a-
ord en fire l ur profit. C'est le
ropre des reforms de n'Ctre jamais
xOtanAes, et pour cells qui l)prton-
,at& la duree et A la solidity, le pre-
er acte de lour r6ialisation consist
obtenir credit aupres do ceux qui
Ieat et qui pcnsent.
Gest done A ceux-l que s'adr.ssent
as articles stir ls questions socia-
el c'estAh cr6or l'atmosphlire pIropre
it r6forme projelde, qu'il faut d'a-
)rd et logiquement s'app!iquer. J'ai
Inc raison de computer sur le3 let-
Mlis je ne saurais computer eAxc:n-
'mient sur eux et ce sur (quoi jo fais
toUt fond, c'est la bonne foi de la
node masse des lecteurs, leur bien-
illance et particuliirement leur dd-
rde s'instruire.
'ibien dit le d4sir do s'instruire
J ne. vois pas pourquoi j'hAsiterais
UPritner le sentiment do dodain que
b chez moi le spectacle d'un hom-
S tide de ce d6sir, soit qu'il lui
qage l'exacte notion de ce qui fait
traie dignity humaine, c'estt--dire
tesoin incessant de s'olever davan-
p,5oit qtail so complaise dans I'i-
pretientieuse d'avoir fini d'appren-
lest boa cependant de s'entendre
w e dernier point. Je no saurais
mceoir quo le lecteur dut s'inte
ae.r tous leo sujets sous prdtexte
Iatiit6: la durde d'une vie entire
siauriTt sifre A tout apprendre,
setque 5it I'dtat des coanai.sances
mr"in"1et ly aura toujours des lec-
wU Pour 1n'lntresser qu'une classes


sp5 'i. di. Io le-!c.tr'; dispose p)ir leur
profession ou pa.r leurs tudes.
11 y a, en revaiche1, une infinite ,Ide
questio:,s auxquclies les ( tuides gC6n6-
raucs sufii.sent pou:r donner aces.
Un ,erivaint f,'ancqai singwliermenti
a:is6 vient de tire remarqucr quie la
Frante doit principalremint de prendro
1vo de3il de son hMgemonie tantchantte
A son dtsintLressernent dos questions
de poliiiqae exttrieurc : la carton do
Fra:nc a absorbs touto l'attention des
Franrais ot jusque do nos jours, la
granrdl mrajorit6 des diplotnates do co
pays consi4rcntl que l tout.s los que-
relies se videront sur le Riuin. v
En attendant, li.s nations consciences
de la ndcessit6 des evolutions s'6ton-
de;at et prospIrent et il a fallu, fjit
renarqaer M. ChCradam?,, les irsce.ts
cven',:nents de la guerre russo-japco"-
inaise et do l'incidetit du Mar'o po;ir
detterMTiner la pressed francaise A s'oc-
cuper un peu de ce qui so passe au
dahiors et a partagr cett1, b:sogce
avci, los diplomats de professio..
Cux (qui s'occupent de sirnii~ler ies
trav<'rs (lui noua vin;:init. de France
out oIis ce!ui-la, et il est presqu.
un dfC:lut t consist Ai no se pas-iion-
ner pque pour d.es questions aC:eS.soi-
res S')it d, poli!ique, soit de liltt4a-
taro ct a n'accorder qu'une attin-
tion superlicielle A d'aulres questions
d'une ported social bien autrement
rdelle.
g Je parcours, dit 'M. II. Saint-Ro-
main parlaut du journal anglais'le
Standard, un long article sur i'agricul-
turo ; il s'ouvre par une description
d6taillde de I'ttat des recolt-s, des
readements dtjA obtenus, avac refle-
xion sur la valeur comparative des
diffTrentes varidtes de grains, fourra-
ges, etc. Viennent ensuite uno 4tude
sur les moyaus de combattre la conta-
gion de la pleuro-pneumonie qui sevit
actuellement dans lea Higlands d'E-
cosse ; quelques mots stir l'interdic-
tion de la margarine en Allemagne et
en Angleterre; un releve des tiavaux
de M. Pasteur; un compte-rendu
des experiences tentdes A la station
agricole de 'Ohio, pour la nourriture
des pores ; enfin des renseignements
statistiques sur la rdcolte du b!4 et les
plantations do tabac en Amerique. *
Le meme auteur ajoute : En France,
les journaux sp6ciaux d'agriculture


oseraient seuls pr-s,.nter A lIurs lec-
teurs une tetle .accuI;iliatio: i 1do fits. a
D'oi vient donec cette d(];tlrcnce en-
tre le lectour anglais et le lecteur fran-
f -..:1 A,:gletinrre, le lcteur est plus fld-
quent. Tout le monde sait lire en
Angleterre, et tout le monde lit ), nous
apprend Max 0' Rell, don't djia nous
avons dit le sentiment dans un article
sur le niveau intellectual compared de
la France et de I'Angleterre. En Fran-
ce, au contraire, fait remarquer lien-
ri do Tourville, a ii est de fait qu'il y
a aujourd'hui tres peu de gens qui
lisent. a
Pouvez-vous vous expliquer cette
anomalic que, en France, le boule-
vard inconteslt do l'intellectualisme,
ii puisse se trouver inoins degens qui
lisent qu'en Angleterre on tout autre
pays de la terre ?
C'est qu ( le but de I'oeuvro p)da-
gogique est double: elle dolt viser ai
rpandre l'instruclion autiant qu'a l'ele-
ver, et si lile doit manquer A l'une
des deux p ties du programine, mieux
vaut, en vlrit', ;qu ce soit ha la secon-
de : le rdsultat social peut so consta-
ter par la conmparaison des deux pays
que nous v nons de nonimer.
Le modiele que sur ce point je voux
proposer au !ecteur haitien, c'est, on
peut le deviner sans effort, 1I3 module
anglais. J'aurais desire que les abon-
ues du Matin so montrassent sur co
point intraitables, quelque obliga-
tion quo dut cro.t;r pour lui cette exi-
gence : oa ne peut, n'est-ce pas, etre
plus acommodant. Le lecteur haitien
gaigunrait A demanlcr de ne pas ,tre
trop payd de mo:s et A ciorcher un
pea sous la structureet I'dltgauce des
phrases la pensee qu'elles so propo-
sent? d'exprimer; et cette pensee de-
gagda de son expression, qu'il la pese
avec son jugement, sans subir outre
inesure It prestige des formules.
e L'Anglais, disons-nous pour com-
pleter notre pensde sur ca type, est
capable de lire sans ennui les articles
les plus lourds, los moins bien ecrits.
pourvu qu'iI y trouve des fits. v
Ne prenez nul ombrage des -termes
d'utilitariste, de mat6rialiste don't on
cherchera sans doute A vous effrayer ;
r6pondez-y par le mot dddaigneux et
profound de Hamlet: a Des mots 1 a Et
continue toujoura & exiger desfaits


qui sont plus ins6parables qu'on ne oe
pensc des idie.s, car il n'existe pas un
tiit jqui no port en soi son idee ou
milme sa succession d'idWes, avec cet
iminmense advantage que ces iddes, par
!. fait minme costt le cas de le dire),
nous sont representdes concretes.

Maintenant il ne faut pas oublier
que nous avons laisss sur les grands
plateaux du centre de I'Asie des grou-
pes humans que l'existence intermi-
nable des steppes condamne A la vie et
au travail dsesper6ment uniforms de
pasteurs do troupeaux. Nous avons
promise de les en faire sortir et c'est
ce que nous ferons la prochaine fois.
II n'est pas inutile de rattacher au-
paravant tout ce que je viens de dire
plus haut A i'6tude des fails sociaux
qui est I'une des plus importantes
missions de ce journal.
Une maxime grecque veutquel'hom-
me cherkche avant tout A se connaltre
lui-meme ;c'est le tGiolisd autdn. II
est, dos lors, tres-significatif que, en
(depit des grands et rapids piogres
accomplish parl'esprit humnin, la scien-
cc dcs socikths humaines -oit cello oil
les connaissances sont le moins pre-
cises.
La faute n'en est certaineinent pai
aux negres et aux mulatres, mais
plut6t iceux qui, apres avoir dd-
couvert les premiers et mis au mon-
do les seconds, se sont dispenses de
'coumAltiro uno 6tude impartial et
d6nuee de prevention les ph6nomenes
divers qui se manifestent dans tout
groupement human. La civilisation a
dt dirigde dans:un sens tel que les scien-
ces lexactes, pour prendre le meilleur
example, se trouvent avoir march
d'un pas plus rapid que laconnaissan-
ce de I'homme; la boussole et'la pou-
dre A canon, a-t-on fait remarquer,
6taient djad decouvertes que les in-
venteurs ignoraient encore tout des
peuples qui n'ont pas la m6me couleur
de peau qu'eux.
Or, aujourd'hui que la science so-
ciale se trouve organsede et que la ri-
gueur do sa m6thode d'observation lui
permit de se prononcer avec certitude
stir la nature et le caractbre des ph6-
nomenes d'ordres divers don't les so-
cietes humaines offrent le spectacle,
nous avons an int6r6t capital, nous


SAMEDI, 27 JUILLET 1907.


,. 4tQu 4*;rr~ *


4'-.


I I- ~119U -, ~I e~ I ~ ,


-


--------
--- ------- ---- I-- ----- -- -- --1.
-- --- ----~------ ------ ----- --- --- I-- -


r _.__


PORT-AU-PRINCE (Hn'iTI)






autres, A connaltre ce quo cOtte scien-
ce revblo ou pout r6v61ur & naotre eeu-
droit.
La science est international et ses
promoters actuels ont dtdpoiill6, pour
6tudier los societts, loutL passion et
touto prevention: ctlle ind6peidaunce
de caractere est bien faite pour obte-
nir du credit auprbs des homnrm. ld'd-
tudes et de conscience dans les rang-;
desquels cette science va recrutor ses
adeptes.
a Nous faisons seulement ouvre do
savant, dit Paul De.camps, c,'est-A-di-
re que nous devos'fsaire abstraction
de toutes nos, iddes pr6conues et
6tudier I'humanitd come un natura-
liste 6tudie une socidt6 de fourmis. v
Voili qui est pleinement rassurant.
C'est ,l resultat de ces 6tudes que jo
veux rdsumer dans les colonies de ce
journal et c'est I'un des moyens qu'il
s'est propose. de mettre en oeuvre
pour affirmer son utility et apporter
sa faible contribution A la ttach.' com-
mune do reliever la nation haitienne.


Z


Nous remercions bien sinc&rement notre
confrere M. Lecorps, des Varidtis, pour la
note vraiment trop dlogieuse qu'il nous a
consacr6e dans son dernier nunmcro.
Tres sensible A cet hommage qui est
venu aprcs tant d'autres nous fortifier dans
nos convictions, nons sommes reellement
conTondus du succs croissant de notre
journal, success qui se manifeste par l'aug-
mentation quotidienne du nombre de nos
abounds.
Aussi, sommes-nous heureux d'annon-
cer a r.os lectcurs que le 5fCatin subira sous
pea de nouvelles transformations, en
meme temps que notre tarif d'abonnement
rtstcra le m me.
RENSEIGNEMEN TS
METEOROLOGIQUES

O.bservatoixre
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-IARTIAL

VENDREDI 26 JUILLET


Biroinktre A midi
T(minimum
Temperatu rel()iaxium


763,5
24,1
3 4,r


Moyenne diurne de la tempIrature 29.9
Le ciel a et nuaseux dans l'apres-midi
ct la pluie est tomb6e aux environs au SW
et au N. Eclairs et tonnerre. La brise de
mer faible. Le baromktre a balss6 legere-
ment.
SI J. SCHERER
Externat de Ste-Rose de Lima
Hier martin a en lieu la distribution so-
lennelle des prix aux 6elves de 1'Externat
Ste-Rose de Lima. A eette occasion, une
gracieuse fete scolaire r6unissait A Lalue.
une nombreuse assistance qui a applaud
les jeunes dleves dans les diffdrentes par-
ties du programme.
Apres le chceur des toutespetites, Melles
Henriette Borday, Virginie Florville et Ma-
ria Parisot ont* execut6 avec brio une
grande valse de Jules Alary ; puis Melle
Amelie Jourdain a fait admirer son aisance
dans un joyeux monologue Bijou mon
cbat.
MCadaim la FDru a tW reprisentde au


milieu de la satisfaction gqndrale ainsi que
Poverettl, opdrette en un iacte, Un quart
d'beure tragiq e ct La Petite Reine.
Nos compliments aux intelligentes in-
tcrprites Juilette Sirvent, Lelia Jourdain,
Maria Parisot, Maria 1-errare, Franceska
)Mews, Berthe Nau, Fernande Laforest, Le-
onie Robin, Gabrielle Verge, Yvonne DE-
gand, Alda Sorav, Marie Desravines. Eu-
g6nie Valin, Virginie Florville et Marie
Amddee don't on a beaucoup remarqu6
1'cxcellente diction.
Le piano a tdC bien tenu par Mclles
Yvonne Ddgand, Th&rse Chrisphonte,
Berthe Nau, Marie' Desravines ct Gabrielle
Verge, toutes des.musiciennes d'avenir.
A nos lecteurs
Un abonnd du a Matin nous dcmande
de poser la question suivante A nos lecteurs:
Qjel est I'auteur de la podsie qui com-
mence par ces vers :
Tr m'as dit : non carr est souffrant encore
Du dernier amour qui 'avait meut tr ...
et qui finit par ce vers :
Tu m'as dit : attends je suis las d'attendre. a
Ce n'est pas 1A une devinette, ni une col-
le que nous posons. Notre abonne & qui
la m6moire flit defaut serait heureux de
connaitre l'auteur de la piece, et meme si
c'est possible le titre du volume oi elle se
trouve ; il pense que cette piece dtant re-
imarquable, nons recevrons de nombreuses
rdponses de nos amateurs de fine littCrature.
Faux prophete aux Cayes
L'devnement capital de cette semaine a
&6d l'entrde presque trio:nphale du faux
prophete don't nous annoncions l'autre jour
les faits et gcstes au carrefour Canon. Sa-
chant qu'il allait Ztre apprdhendd, il s'est re-
tird subrepticement dans l'arrondissement
des C6teaux. C'est 11 qu'il a dtd arrctd pour
Store amen6 ici. Plus hcureux qu'un simple
mortel, il dtait escort d'un d'dachement
de dix A quinze hommes. Une foule cu-
rieuse que venait grossir de plus en plus
la troupe des bidauds s'ktait partiae sa
rencontre. JEt lui un long baton a;la main,
un panier suspend au bras gauche, avec,
sur la tt:e, un mouchoir b!anc, marchait,
piedsinus, de l'air d'un illumin6. IL s'dtait
en outre affuble d'une p~lerine et d'une ju-
pe assez court pour laisser voir son pan-
talon retrousse.
II a 6te interrogd par les autorirds com-
petentes qui, n'ayant trouvd aucun fait illi-
cite A sa charge, l'ont renvoyd libre de toute
poursuite : nulla pana sine 'ege. Mais ce
charlatan r6integrL parmi les habitants de
la champagne don't I'ignorance est profonde,
continuera A jeter le trouble dans les famil-
les qui sont d j.tropsupersticieu:es. N'eiet-
il pas mieux value, dans l'interrt de l'ordre,
garder quelque temps ce monsieur en ville
ou il ne peut exercer aucune mauvaise in-
fluence. =D'ici 1a, il aurait repris ses sens.
Nominations
Me Jh. Victor Delerme, avocatdu barreau
des Cayes a etC nommi Commissaire du
Gouvernement pres le Tribunal civil -d'A-
quin.
Le Gdndral Emmanuel Calixte a &tC ap-
pele au fonctions de Directeur de l'arsenal
ce cette ville.
Naufrage
Le trois-mats-barque ginois, le a Penta-
cola, a charge de matdriaux A -destination
de Cuba, s'est jeti lors de la bourrasque du
ix au 12 de ce mois, sur les formidable
rdcifs de la a Folle, a situas entire l'Ilet A
bouee et la pointe de 'lIle-A-Vaches.
Le navire est irrdmediatement perdu.
D parts
Hier tst part le steamer hollandais Ptrins
MCaurits avec les passagers suivants pour :
St-DMCarc : Mrs Wolff, Belot, Emeram,
Clesca, Pere Paulain, Mr R. Lucas, Emm.
Alexandre et enfant, Mr Le Docteur Ster-


lin, Mr Delaquis, Franck Barthole, Mrs C.
Dalencour. N. Bourand, C. Bourand, B
Etienne, Mine Ed. Bailly et enfant, Mr E,
Bailly, Mine C. Fontain et enfant, Mr C.
Guerrier et un enfant, Mr L. ColimondMr
J. Kenol, Mr Ed. Kdnol, Mr L. Ddvot,
Mme VveGdory Labrousse et 2 enfants, un
bebe, Mr R.r:aud, Mme E. Dubout et en-
fant, Mr et Mme Louis Lilavois, Mr Alph.
Desbas, Mr Alerte Saget, Mrs J. Eveillard,
D. Sejour, Mr Anauld Mdnard, Mr Dupi-
ton, Mme Normil Simon, Mile Julia StHu-
bert, Mr Lelio Kdnol, D. Guerrier, Dr C.
Coicou, Mile Castel, Mine Sam et deux en-
fants, Mine Fenelon et enfant, Mlle Deme-
za, M. Gressant, Mile Paultre, M. Guil-
laume et un enfant, Mr L. B. Kenol, Mr
V. Paultre, H. Paultre, Mr B. Cattan, A.
Cautan.
*

Hier est part le steamer e Virginia a avec
Ics passagers suivan:s pour:
Jerdmie: F. Boney, A. Boney, P. Boney,
A Jdrome et enfant, E. Gu6rillac, E. La-
borde, V. Sales, M. Sales, R. Diqunella,
C. Coab.i, L. Coubi et enfant, M. Fran-
cois, K. Laraque, C. Drouin, R. J. Jego,
S. A. Nahm, G. Rosin, Buteau, A. Guil-
baud, Benoit Oscar.
'Contego-'Bey: B. Sivaby, A. Lester, Ed.
Pierry.
Commencement d'incendie
Nous recevons k billet suivant :
Port-au-Prince, le 27 Juillet 1907.
Au
Directeur du Journal a Le Matin a
En Ville
Mr le Directeur,
Je vous saurais gre d'aviser vos lecteurs
que, contrairement a votre assertion d'hier
Sincendie n'a pas dclat6 chez moi, mais bien
dans li cour de Madame Aimde Jean Gilles.
Avec mnts sincEres salutations
Dr CASSY
S Cin6matographe
La strie'des representations cindinatogra-
phiques de la saison d'&t6 a commence jcu-
di soir au grand H6tel de Pktion-ville. Cet-
te premiere representation a etk offerte aux
habitues presents de '1H6tel et la second
seance aura lieu dimanche prochain.
Que les villgiaturistcs se donnent done
rendez-vous dimanche soir au grand IHtel
qui sera Cclaird a giorno A l'dlectricitC.
La Commission de Verification
des Creances communal-s
Nous, soussignds, Memnbres de la Coim-
mission de verification des cr5.:an,\\ s:ir I.1
Commune de Por-au-Prince, i:vito.,s, une
derniere fois, les crdanciers de ceit Com-
mune, a venir remettre a la (.onlnission
sidgeant A l'H6tel Commutia!. ks ti'.res
de crdances don't ils sont porncurs, et kur
accordons pour ce faire, un nouveau ddlai
de huit jours, A partir de cette date.
Ce delai passe, toute crdance non presen.
tee, ne sera pas re;ue.
Port-au-Prince, 25 Juillet 1907.
Sign. : St LGER FORTIN, 2!mnesuspliant du
agistrat Communal, Dr CASSY, EMILE WIL-
uLIA et PtTHIOm Ra1a, 'Prdsident de la
Commission.
Conferences aveo projections
Le Directeur du Comite de Consu!tation
de r(Euvre de rEnseignement par les projec-
tions lumineusts nous prie d'informer toutes
les personnel auxquelles les cartes d'abon-
n6 oat 6t6adresses, que la leresdriede con-
ferences aura lieu, des que Messieurs les
Confdrenciers, dont deux appartiennent au
Corps Enseignant, se seront un peu remis
des fatigues de la derniere session guoerale
d'examens.
II price lea abounds de bien vooloir con.


server avec soin leurs cartes, P .O
toute difficult. Un avis riepCt6 d.,t
journaux prTviendra de la date de
ferences.
Le Maqistrat Commnal
de Port-au-Prince
Vu : 'article $o, 22* alinea de hii
les Conseils Communaux;
Attendu que plusicurs cas d'h
bie viennent d'etre constates e
porte d'arrcter la propagation de
Donne avis au public qu'il sen pt
tre tout chien non museld et trooyi
sur la voie publique, les measures
par les ordonnanccs en vigucur.
En consdquenee un dlai de q
huit heures est accord aux proa
de ces chiens pour les fire muese
tenir A I'attache.
La prdsente disposition sera ezdck
la diligence des agents de la Police Go
munale.
Port-au-Prince, 26 Juillet to07
ST~NIO VINCENT.
Sainte-Rose de Lima
Pour parfiire notre compte-rendu
de la distribution des prix de cct i
sant dtablissement, nous donnons i
des dleves qui ont remport6 le pla
success.
DEMI-PENSIONNAT
COURSE ENFANTm : Anna Grdger,
Carvalho, Jeanne Mews, Alice Sambo.
COURs PREPARATOIRE ( Ir" ann.--)
Benoit, Corine Vilmenay, Fanny Sa
COURSE PREPARATOIRE : 2- AxN .--
risse Duplessis, Esther Jean-Louis,
B6liard.
COURSE ELEMENTAIRE : Iz ANNxLE.-f
cine Etienne, Emilie Price.
CoUas ELEMENTAIRE : 2`- ANNhL-G-
ziella Guillaume, Maria Gauthier, Coa
ce Elie, Corndlie Massac, Yvonne Nar d
ly, Marie Thdrese Barjon, Simone P3i
Ageas Dufanal, B&r6nice Blliard, IilyG
thier.
COURSE MOYEN: Ir ANNaE.-- Malit
vot, Marctlle Pereira, Lucie LalcaSl
cile Gardre, Alice Ethdart.
COURSE MOYEN:' 2-" ANNLE.- MaU
Apollon, Rose Thomas, Louise GAba
Francine Gauthier.
Couis SUPLRIEUR : I ANkN-l -
Bosselman, Lerida Maignan, Alice DO
ches.
PEFSIONNAT
CouRS PREPARATOIRE.- Francie m ,
Eliette Sevre, Renee Btestch, AhW
Brun, Alice Pierre-Louis, Arianne f
COURSE ENFANTIN: 2m* ANNL.'A
tine Jardin, Berthe Lamothe, Marced
guste. Euphyse Montreuil.
CouRS ELMENTAIRE : I" A
nette D6pas, Antoinette Lacombe, Ca
line Carries.
Couns tLaIMENTAIRE : 2m AN1jL-
guerite Pietersz, Alice Racster, Cirte
chinat, Francine Audain, Jeannie VOId
COURSE MOYEN : I' ANNAE, SECT. A.1
Auguste. Lucie Hyppolite, Jnoai u
Anecia Francois, Ros6lie Dazns
Jean-Louis, Mariette Michel. '*
COURSE MOYEN : 2" *MN,.- A '
Barthe. Gilberre Blot, Thfrese
Julia Nicolas, Laurente Ber.ier,
Fraenkel, Jeanne Wiener, Antoare W
Lucie Nicolas.
COURS SuPaRIEU: g* ANiB*.i
lie Czaykowski, Anna Tsitklhas, LEK-
les, Anita Wiss, Aricie Arbutatt- L
Couns SUPERIEUR : 3m Mw"t'
Laforest, Floraine Auguste, Alhice u
CouRS SUPERIEUaR 3 3 .
rine Victor, Anita Pierre-Louiu.-
Cordasco, Emilie Riboul, Idcr i
rie Volel.


I -- II


L-







ETITS DIALOGUES
ENTIRE L'UN ET L'AUTRE

Sur l'Economnie politique


L'UN.- Savais-tu que 1'Economie poli-
qe a flit failite ?
L'AUTEl.- Pour n'avoir done pas tenu
engagements ?
LN. Out, puisque c'est la le seul mo.
de fire faillite. La science d'Adam
Set de Jean-Baptiste Siy a et& prise
dfaut et sur un de ses points les plus
t-ax : sur sa fameuse loi de l'offre et de
demand. Tu sais ce que c'est ?
L'ArUTE. Dis toujours, j'ai pu oublier.
L'ux.- Or cette loi dit que plus il y a
squntites d'une merchandise, plus cette
rchandise est A bon tnarche. Jusqu'ici
IeC tait tenue pour vraie et observable.
'esd'apres cette prescripIion que Brenor,
ocride et tous les autres ont toujours
lse prix de leur sucre, quand sur la
i de Port-au-Prince le sucre s'est trou-
tare.
L'AUTRE.- La raret6 est done une quali-
,ax yeux des economists, puisqu eile a
ar efiet d'augmenter la valeur d'un ar-
L'ux.- Parfaitement, el!e est minine la
thesede plusiearsqualiths, puisqu'on dit
an homme ornd de precieuses qualitds
ec'est un homme rare !
L'AUTRE.- Tu es vraiment fort, mais
eons A l'Economie politique et rends-
fa illite precise pour que jeme mette
i fiance.
'Cm.- Eh bien, voill en qnoi consis-
rmfraction i la loi de l'offre et de la de-
. C'est que plus il y a de mddecins,
ais content cher.
L'ArrE.- Tiens, cela a bien Fair.
L'w.-Et si tu veux faire la centre 6preu-
t' peC9 demander a tes vieux parents si,
Ie temps ou il y en avait moins, its
coftaient pas meilleur march.
LAUTRE.- C'est peut-ktre que ceux de
ntenant ont plus de science et c'est cela
odls font payer.
L',o.- Mais alors il ne devait stre don-
Squaux hautes sommit6s de se fire pa-
ergros. Ce serait mrme confirmer la loi
e'ofe etdela demand en vertudelaquel-
a haute science, en raison de sa raretd,
t cofit cher.
L'AtrrE.-Oui, mais ceux d' present ont
t-4tre plus d'autresqualit.s.
L'".- A l'exception de la quality e&o-
X~aqe qui constitute la rarete... Mais au
t o meurt peut-etre mieux que par le
..


0otel Bellev e

DgJEUNER DU 27 JUILLET
MIDI A 2 HEUES
Prix : G. 2.50
Saucisson de Lyon
Beurre de Copenhague
Radis
Bkef sai a laR Francaisc
Matelotte de cervelle
Filet mignon sauce madere
Haricots rouges a 1'Haitienne
Pomes de terre t la Bechamel
Riz blanc A l'Amiricaine
Crrme mousseline
Fruits
Caf6
1/2 Vin


I


Autour do 1'Ecole de drcoi
Cette ann6e les 6tudiants en mi'4.cinc
(cnt pour la pluFprt subi leur examr-n .vcc
grand success. C'e .t ainsi que ceux qui s sour
prcsentcs pour la 2'-ie parties de leurexa:.::n
O Anatomie ont Ih.,s eussi avec la nc:e as-
src bien.
Ce sont: Joscph Loubeau. Louis Ba-
ron, Alf. Laforest, Cognac Auguste, W.
Villcdrouin, Ed. D pes:re.
S-e.-mies Etra. g.r.. _s
Ptfnv!llip? Piraoarar?


LI II 9rr r

Le S/S 1-11 iAUPITS

:,Or&. r itjl-' XAve '.-~s ICayes,

Por:-a~u-Pz ce, !- (1 J1 At -1907.
~ ~ CAGENT-S.

AUX ARKMES DE PARIS


Ile SERRE


DPICHES nRE-ES C MAf'A~ EN VENTE

Japonais blesses par des russes A quoi tient la superiority
La liberty provisoire en faveur de des Anglo-Saxons,
M. Nazi est rejete
VICToRIA.- Un jaipon :is a t1 tu6 Pa EDMOND DEMONS,
et que'ques autres bless,(s par des SYLLADAIIIE DIS PETITS ENF.NTS, IL-
soldats russes qui gardent i' lo dc Coo- LUSTIEl, le iimclletLr qcli ait et:Iore pa-
per, une des factories do pche do n( ( Ilapport de la Coinmissio:i ).
plioque que possede la Iussie des iLes P E IS
Al6outienncs. Cos japou,,is 6taient PROVEnuS IIHATIENS --- PAPETERIE-
pAlcheurs des phloquu et members du FLANEIE IOD.IALDT C. ( ARTOU-
parti qui essay do wravocr l'i de CIIES FI,)BERT,_9
Cooper. ) -,
ROME.- La proposition demandant COfIalia(jllie P. C. S.
la libcrTh provisoire de M. Nazi, ex- AV
minis!tr-, a 0ee reflist'3 par le Senat. AV
Ballon dirigeable allmnand
BERLIN.- Aljouru 'lui, ol a essay La DireLtion informne le.; I)rlet:;
pour la pi min :e-.o Ic :-; ni- b -uvc1au b ::- ,Ps 'rLs.- do ci rcul- .ioi' if',a pa'i tir d(u
- lon mijitair.1 ii:igLable, i't';iro;ive a 15 A.ot't pirochain ce! o 61t sa Si;bitl 'I. ,Il- b;l!on : ait nIol Ioutosles cares s caie l C Ccualtioill iisOs
par deux officiuers quji le liriit ima- (:t rie les dt(etnt.urI.s do ces dornie-
inceWvrer pendant deucx hures et ('ui res die bien vouloir, des ia publica-
ie dirigeaient suivant !eur idde. tion du pr('seint avis lui fire parve-
Un nageur parcourt 21 miles nir cellos en leur posse.sioii alin
LONDItES.- Un nagcur a:uatour qui qu'ell3 puisse les retouvelcr.
ess:yait de traverser la Manche A la Port-au-Prince, le 27 Juillet 1907.
nage, n'a pu atteindre la co6e. li par- LA DIRECTION.
vint cependant A fair 21 miles.
Une mrdaille offerte au gouverneur *
Magoon A l'occasion de la fete patronale de
COLON.--Le beau-frere du Presidenit Thomazeau, diianchce 28 du courant, le
de la IRpablique, Joss Je.onirun Os- \pub lic -,t ,pr,-vnu (iqu samedi 9t7juil-
sa, a ktet dtlgtiue par le gouvernenit lel 107, en outr o du train rgletmnn-
de Panama pour porter au gouvirniur tui;e do 3.30 p.in., un express lais-
actuel de Cuba, M. Magoon, la mnd;,il- c,.a a g,,r: red Nord g 4 hcures de
le quo lui accord I'a-semtblde natio l'apr6s-midi pour so rendrc direc-
nale pour Io rccompenscr cds )bions ternent a Thomazeatn.
services qu'il rendit a la R6publique IIORAE DU DIANCIE
quand ii en tait le governor. CetteDAN E28
aprbs-midi, M. Ossa est parti pour La- --
Halvaieo a:c p^gnt^ d sa fe:nmle. Depart de ia Gare du Nord
Menaces ;:rntre un riche am6ricain. Trait .sapp!Lemenlaire 3.30 p. in.
BOSTON. Un richeo comnmercnt Ce t'ain n, conprcnd (que des pas-
amnricain i:o;ntnm Moise Gu!esian a sages doe i ,!i: l;-s.. fourtyonS, et ne
rcCu de New-York u:ne care postal prelld aucun voyagjur A la Gare du
signee 0 Comilt de la RIvolution ct Nord, mais s;ulonAeltein ecours de route.
par laquelle on to menace du rmeme ..
sort que M. Tarillhanjiana, as.-assiii6 A Trainii i glcmnltire 6.30 a. m.
New-York, luidi dcrnier, s'il r:e con- a rSlementaire 71.30 *
tribune padsa fnd riovolutiornaires. gnentar 30.30 pm
M. Tarthanjian a 6t6 assassin pour ( 3.30 p.m.
ne pas y avoir contiibu6. Departs de Thomazeau
Une bataille sans rnsultat Train r-glementaire 5.30 a. m d
MELILLA.- La victoire n'a souri A a 10.40 d
aucun des deux parties; les armies se c 3.00 p. in.
renforcent pour recommoncer la lulte a suppldmentaire 4.50 a
aussitoL qu'elleslo pourront. Les famil- Pour les trainssupplementaires de di-
les maures qui so refugient dans les manche 28 et pour 1'express defame-
campements espagnols sont nom- di soir 27, la Direction ne ddlierera
breuses. que des billets aller-retour, valables


Nouveau Saint
ROME.- Par disposition du Pape,
Jose Oriol, un sacerdote pioux qui vit
A Barcelone, sera canonise.
Le Prisonnier du Bandit
TANGER.-- Tous les efforts faits
pour que le bandit Raisouli mette en
liberty le Caid Mac Lean ont 6et inu-
tiles. En consequence, le Sultan a or-
donan que d'importantcs colonnes
sortent pour se reocontrer avec Rai-
souli et dl6ivrer le prisonnier.


pour la cirtCOstance du samedi au lundi
inclusivement.
LA. DIRECTION

D" RAMPY
PHARMACIE ST. MICHEL
Avenue John-Brown (Lalue).
CONSULTATIONS TOUS LES JOURS
DE 2A 4 HEURES.


Docteur PAUL EWALD,
MEDECIN,
CHIRURGIEN, ACCOUCHEUR.
CONSULTATIONS DE 8 bhr A MIDI.
(Provisoirement) 7, Rue Am6ricaine.
MN-me mason que lo Dr P. 1t. Ewald,
Deiaiste.

Mason F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HIODELIN
Ancien tmemtnre de la Socield Philan-
hropiquic des mailreq tailleurs de Paris.
VicTit lfe recevoir un grand clioix d('-
!fole's dii:nonale, ca.imir alpaca, chevio-
te, chleviote pour deuil, etc, Recomman-
,ie particuiiereineit Ai sa clientele une
belle collection dte coupes de casimir,
de Oiict, de faiitusiie et de pique de
toue:o eautl.
Prix nod6res defiant toute
concurrence.
Sp6cialite de Costumes de no-
ces.--- Coupe- IF'ran;aise. Anglais.? et
Ain'ricainpt de la dorniere perfection.
L:i naisoni conf.ctionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, do tous grades.

LA


Meilleure Farine
duI Monde
Colle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qiii done le pain le plus blanc et
le plus 14ger,
C'est l: Pillsbury's Best de la
Piilb.,ury WVashburn Flour Mils Co,--
Minneapolis Minn.
E:r:. CASTERA. IRtpr1siewa,,
----- -- I
Fra ei so -DES US E
Pabricant de chaussuies

La Maiiufacture a toujours en dt'-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et detail,- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS
Les commands des commercants
le I'int<'rieur pourront Rtre executeles
anns une semaine A peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
POJtT-AU-PRINCK ( HAITI)

LA PHARMACIES


Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
Se recommande pqur I'execution
prompted et exacte des ordonnances A
n'importa qu'elle here du jour et de
la nuit.
Drogueries, Specialites phar-
maceutiquesextremement fratches.
PRIX CONSCIENCIZUX.


~s- -------- -'U






Pharmacie A Theard
129, Rue du Centre 58, Rue Fdrou.
Droguerie. Pioduits clhimiques et
plharmaceutiques. Eaux iixilc rales na-
turelles..Autisepliques nouveanx, Se-
ringues de Pravaz. Aiguiei s ien plati-
in iridi6. TherrmoA(mtre maxima u.,-
miinute. Sondes de Nilaion. V;s.-is i,
glace. Cigarettes ( anglaises). T.titne~
Gen ile.
Sp6ciatit6s pharmaceutiqnes.
Execution exact et rapid dcs pres-
criptions. Analyses chimiques rmadi-
cales.


Sorp A N i I -- p
COMPAGNIE 1. C. S.
AVIS
SOCII.TE ANONYTBE
Messieurs les actionnaires de la
Companies des Chemins de fer de
la Plaine du Cul-de-Sac sont con-
voqu6s en Assembl6e gincrale le
mardi i Aoltt 1907, a 3 h eures de
1'apres-midi, au sicge Socal, sis
au Champs-de-Mars, No 56.
ORDRE DU JOUR
1*.- RAPPORT DU CONSEIL D'ADMI-
NISTRATION.
2".- PRESENTATION DES COMPTES.
3. RENOUVELLEMENT DU CONSEIL
4.- DIVERS.
Port-au-Prince, le 19 Juin 1907.
Le President,
G. SCHWEDERSKY
--- : -- _1 .. .


Poudre dentifrice
( L'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dents e!
les conserver intactes ?
Usez settlement de la Poudre
dentifrice e L'Id6al 1
La Poudre dentifrice r l'Idal QUI
A OBTENU LA PLUS HAUTE RECOM-
PENSE A L'EXPOSITION AGR ICOLE
ET INDUSTIIELLE DU ler MAI 1907,
- a Port-au-Prince cst reiiement
la moillenre de totes cei!eo. con[ruei
jusqu'aujourd'hui.
Depourvue d'aide, elle e-t sans
aucun danger pour I'Nmail des dents.
Antiseptique de la bouche et toni
que des gencives, elle pr6vient la ca-
rie, donne aux dent.s une blancheur
6clatante et laisse A I'haleine une ex-
quise sensation de fratcheur et un
agreable parfum.
Servez-vous uniquement dela Pou-
dre dentifrice 1'Ideal, et vous
aurez de belles dents.
Vous en trouverez a la PHARMACIN
TH.ARD, angle des rues du Centre et Fj-
rou, vi--vis de 'Hotel de la Commune.
Prix : G: 1.50 la boite

Bouquets modern-style
A vendre
Chez Mme CHARLES DUPLESSY.
BOIS-BADAR.
(A o6tE do la chapelle St-Antoine.)


SPHOTOG:.ApP I2E
J. vvt 'Cs ples y
.20, RUE DU CENTRi:, 120
Enrie ls pharmacies Bayard el Thdard
Travaux soicrns
STP'CIALIi 7': :
Agran It -','>' .uct, ions.
Nouveautc s
.Prix rcd r:a.
Oi t.rouver.a iouIsae fle MoUrsieurl
). VeAval intitul, a9Coup d'wail sur I'-
lat 6conorique et financier de la Rtipu-
blique d'Haftietc, chez Monsieur F.
Belizaire, angle des rues Geffrard et F&-
rou.
Prix G. 1.
A Vendre.
Chez Mile Ldonilde Solages.- 22, Rue
des Fronts-forts, 22.
Chapeaux de Panama pour homes
StIO:s ptrix.


H


LA REVUE
( .NCIENN E l EE DES REVUES)
Bi-Mensucl
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Haii ,.. 2: francs, 16 francs.
I.,-( Iai)nrinemn cs sont rec.,s dans
les burcnux diu Malin s seuil gent
p:ur la R:.publiq.', d'Iaiti.

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES GALIrr ET PEROU.
Specialites F.Bruno :
PI'oaL de puissalteconltre d ma ngeai-sot
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, lrenideeffic'w.e
centre los aces d'asthme et les toux
ri:quentes le flacon ;P : 1. 50.


A: r-A i


Consultations gratuites :
et Jeudi de 8 a 9 heures du matin
Docteur. N. THOMAS.


14


Place du Cihamszps-it,-.ars
PG RI '-AU-PRxINC E.(HAITI)

Aj1jrn il ermancee ALFRED
Tdi'dione, 220
APPAT'%'.ITr:E3.SNT.; POUR FAIIILLES
DIN EIS-,LUN OHS.
Iisltalluaioi n oictre et confortable. Rue -Viur La en. Tteinpuraturc
(louce et rJfquii4rc. cs Te'amig-is de ;seroeatl I'Hjlel-DeZlcL'w touLt s Ics 7 MinuLtce
l'1ROPII04 TE SP)ACL*EUSE, S'OUNrRAXN-T SUR DEJX RUES
PIROLIENZADES -JARDINS
Salle dt rccplion. Pia to. -Gra mopltone-
Sonneries Electriques


Table d`1161c


Imp. C.


tos it's IibrPg, &! nz'di (e t) h1iwics,
de 7 dl 8 hcures dit soir


G.2. 50


1AGLOIRE


45, RUE ROGux, 45
TELEPHONE.


Journaux, brochures, billets de

marriage, cartes de fianaailles,

programmes, affiches, et tous

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cartes

de visit d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE


A de aitpiseI Co

32, Rue du Magasin de rEi.
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravun
Vienrt do recovoir dles articles d'e.
fumerie pour les gofits les plus difi.
les. Les parfr.ms exquis et rare d'al
delicatese pciaciran.to qu'elle offre i
clients sout de veritables petite r.
veilles.
Les derni6res marques qui charm
le Tout Paris sont chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, TrIfo4ia.Ul
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un grand
sortiment de bijouterie, argeatait,
bibelots de tous genres, parfumrig
lunettes, montres or et argent,pead.
les garanties.
Sp;cialitds: bagues francaises ea k
plants a partir de P. 200, alliances
18 A ai-glaises et frangaises surwa.
mni;do,, Service d'urgenterie coapl
i our mariages.
Tous les articles vendus par lair
son soet Achat de diamant', pierres prdi
ses et vicille bijouterie a des pni s
tageux. Dernier cri: Lunettes jm.
Contre remise de Deux dollmne
timnbres-poste d'llaiti, la Mciso mlU
tedi envoie franc de port sons pli
ma;ndd dans toute les villes de la
blique: Lunettes ou Lorgnons n
inoxy Docteurs on instructions des achetWI


RH UM -SY LVAIN
Produit de 1 Usinc SI. Michel (ArdM
Vieillissement nature jusqu'itf
et 15 ans.
PRIX TRIS M3ODERK1
Ve.to en gros et en dEtail.
Maison M. Sylvain
43, Rue des Fronts-Forts..

Industrie
MANUFACTURI~RE NATION.
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, tnanchietes,
et caleons a.
Ecole des arts et matin"8'


Tieire ZpOiriBDl]
Fabricant de chaussares '
Fenres. Pour IHommes, FemI6nd
ran ts.
Place de la Croix-deE-Bo'ssa
SP1CIALTE: I :
PANTOUFLES ME O



ALEXiS BENO1TjK
Rue TraVmWc 8


D ELiuEL TTT


LESTA U] RA %'T


------ -~L----------
-- ~----~-


--I------ -- --~;-7=~-_~.~-=~==-"ILI ---- --


----- `-~-~------"
-~ ----~-~ ----e