<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00093
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 23, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00093

Full Text
MARDI, 23 JUILLET 1907.


QUOTIDIEN


DIRECTEUR:
clxaememt Xpciia4oicie,

RtDACTiO N-AD-N JI I 2'iilSTBATIO"N
45, R.TE IO(1X) 45.


ABONNEMENTS:

PAR MOS Une Gourde D'AVANCE

DIPARTEMENTS & STRANGER :
prais de poste en sus.

Pour tout ce qui concern 1'Administration


1)EMI.AIN: LA BANVUE ET EIA1TAT.


L'INFL UEiACE DU S OL


On exprimait derni; reincnt le tl~dir
de savoir- on en avail lnime fait I'objet
'une questionn ll i in'1 a ,' pI ,'ilr e-
bent pos6e- a quitl lmolmetl1 d tl'his-
hire d'un pays it faut se placer pour
econnaitre -'il est comm'i t unautaiti'd on
pUticulariste. 1! tjait difficileI. et m -
me impossible, de s(tisfaire siur ce
point la curiosity do ceux do in-:s lec-
tours avides d'ttre' rotseigntn's, sans
acrifier on certain esprit de mfl-thode
don't j'essaie autantt que possible de
ne pas mine d(partir, en d(6pit de la
vari6td, (jue jo suis tout auttant olii.g6
d'observeir, daus I'txposd des difl'e-
rents points de la gtando question
social qui iIntresse si heureusemnent
les lecteurs du hMati,.
La critique d'ailleurs n'a pas long-
temps attend pour me reprocher
quand mrMne l'absence de oitliode,
sans que l'on so soit pourtant genB
d'introduiro dans un d6bat sutr lo so-
talismie une question relative au pay-
an baitien.
Cepriambule tend A expliquer pour-
qoi j'interronps l'dnurnmration com-
Wenche hier des pays commiunautaires
por sojourner plus longtemps dans
ws regions que j'ai deja mentionn6ea
d qui sont la Mongolie, la Mandcliou-
e, le Thibet, les Contins asiatiques,
' Sahara, I'Arabie, ia Syrie et la
Aaldde. Ces regions sont les prel;e--
% 6num6rnes dans la pr6cieuse No-
tnclature social due a Monsieur
.nri de Tourville et tiennent lo pre-
'Nr rang historique parmi les pays
Ctmmunautaires.
Cette circonstance qu'elles sont &
rar"e-plan de la sceno actuclle do
%oode est indiffdrente pour co qui fait
o bjet de cette 6tude et jo prie le ec-
,trt, qi va bient6t le comprendre,
a Ine pas s'y arr6ter.
-i parlh hier, aussi prdcis6ment
qua jeai pu, des trois modes de com-
-Bu_ td et je crois que les notions,
Sq.tu concern les cornmmunautea
emiSet. de tribu ou d'Etat, 9ont
U Statement dtabiles. Loraque, 66-


min faisaiit, nous aurons a su iv:r les
,randes migrations do ce- Ip'; c,
qui appa)rtiennent aujourd'ihuii 5 i'his-
toire ancienne, a travers l'Occident, a
travers l'Orient, nous aurous A as-
sister A de bi-n intoressantes 6volu-
tions sociales par le fait does com-
binaisons et des superpositions do
peuples A peulpis ; et pIul.-Cire no0us
sera-t-il alors possible de (dimelntor les
causes diverse qui ont fait des na-
tions modernes des particularist s ou
des comniunautaires. Pout-C!iro a ussi
nous rendrons-nous compto que, (anrns
les socidt6s communautaires, I'lite
intellectuelle peut et doit, en vertu
de son r6le e1gitime et permaunet rde
promoteur, assurer, par la plus gr'an-
de diffusion des principles de l'tduci-
tion dynamique, la transformation
rationnelle des milieux.
Mais ii faut expliquer aujourd'hui
le mystrre des origins en nous de-
mandant pourquoi et comment les
socidtss quo nous venons de nominer
out Wt anieies A etre soit des com-
munautes do famille, soit des comniu-
nautes de thibu, soit des communau-
tes d'Etat.
La science social a rigoureusefment
dtabli que I'organisation do ces so-
ciet6s resulte du Lieu et du mode de
Travail, celui-ci dependent encore de
celui-l. 'C'est done le Lieu que nous
devons d'abord consider.
Les socidtds communautaires de (a-
mille, que nous avons d'abord envi-
sagees, ont pour habitat les steppes du
centre de I'Asie.
Je ne feral pas & mes lectours Iin-
jure de leur defnir la steppe, mais ils
me permettront de leur rapporter cc
que M. Hue, dans les SoTuemirs d'un vo-
yage daws la Tartarie et le Thibet, a dit
de ce que I'on est convenu d( pp- ler
ie grand plateau central de l'Asie ,:
a LaTartarie ne resemble en rien a
nos pays. Point de villes, point d'6di-
fo, point d'art, point d'industrie,
apoet de clturO, point do forts;
touMs et per t, o t uer prairie.


LE NUMIERO 10 CENTIMES.

Les abonn,'-nmcnts parent du ler. e: du I$ de chaque
mres et sont 'aya bles d'avance
l.( inanirits. insorc i ou non ne sont pas remiss.


du Journal, s'adr.-.ser A M-onsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


Alors, quand on se trouve dans ces cet ian mense coin do terre une cat6-
vastes solitudes, dont les lIords vont goiie d'lhumains avec mission exclu-
sJ perdre hici loin dai. l'liorizon, sive d'(lever dos troupeaux de betes.
on croirait etre p;ar tin temps calmne s n''ont Ipad lo- droit do se batir des
an milici do I'Oc6an. L'a.-ect des t:uisons d'habitation: le bois des fo-
praiiie( do la Mol.golii, n'excite ni Ia l 'rts lear malnque. D'ailleurs, ils ne
joie nIi la tri.4e'sse, mais pl!utit un mit- --:tu raiclnt plnser "a se construire des
lanr(' 10 l';:n' et d:' I'autro, ni: senti- ;ai. ons stables. puisqu'ils sont con-
inenit m1l61.ncoliln ct rcligieux, qui *i.lt;nl's a I),)uissor continuellement do-
peu A petn 61cve t'iAmei, s,;is-; lui fire van;t eux leiirs tioupeaux au fur et A
!)erlhe entiwrement do vuoe ls choses inesure qpi'lls broutent et 6puisent
d'ici-bas. ) IlI'erhe (Jui, sans cesse, repousse et so
('est ldotni i; veritablement a I'cm- r.!nouvelle; il l ne peuvent qu'dlever
pire do I'herbe ) et ces ktendues oh tdes tetets et cos tents sont faited de
ne croft secloment que l'herbe sont ipaux do bttles. L'art pastoral et quel-
considrables ; iI n'y a prosqu. pas qucs travaux qui s'y rattachent acces-
d'ex;getration A dire qu'elles sent in- soirement, tels que la traite, la pre-
comnnentsurablos : unauteurfaitremar paration de la nouirituro A base do
q;ir qu c lour longueur dpa.sso cell lait et do I'Europe. Non seuleme:t I'herbe y lesqtlelles ils confectionnent leurs ten-
crot profu.son.,nt, mais .lie y crolt tes, l-urs sacs do transport, leurs sel-
exclusivement: aucune autro vSg6ta- leY, voila tout to lot de ces mortels
tion no r9siste, dans ces lieux, aux -.ains grands besoins sociaux- et sans
influences mlntorologiqut.s. Je n'ai idc'al!
pas A iiisis.er ici sur lhs conditions [Le cheval, on le sent bien, leur est
de ce climate expos6os dans la Gdogra- d'une utility absolue; car sans lui, ils
phie univefrselle de Rleclus : i nous no pourraient mume pas pratiquer
suffit que le fait soit constat6. I'art pastoral, puisqu'il leur taut un
A quel g nre de travail voyez-vous inoyon assntrd de transport pour los
qu'il soil posibHle do so liver en de dp lacornmnts quotidiens auxqno'.- its
pareilleo. regions ? Je n'en vois qu'un: sont obligt.s ct aussi pour ',lAor Ia
I'art pastoral ; auwsi bien, dans aucu- recherche et fair le ralli.nw.lt do.s
no autrt parties du monde, on ne ren- animaux qui, assez souvent, voutt s'-
contre des p.opolations aussi innom- garer dans I'inlini de ces Ihnrizons.
brables d- pusteurs. On concoit 4ga- Mais Ic I.ieu n'a pas sonlemin t im-
lementa quel point la cheval eut man- pose a ces peuples un mode uniform
qu6 do n'etre pas present A une tell de travail; il leur a aussi impose un
agape : en effect, dans ces contrdes, mode d'organisation social et nous
on dirait qu'il sort do terre, et avec gallons voir que c'est la communaut6
lui tous les animaux necssaires A la de famille.
vie pastorale : le beuf, le chameau, Les animaux don't I'art pastoral ex-
le moulo., la ch6vre. Un voyageur t lit,, l chI:::i! t les produits no pros-
awglais rapporte avoir con:;tati dan p;. ;.:* I't ( s1: dli voloil ppent que par
un seul campement plus de deux li vie :on coujiintni et en pleine nature;
mille chevaux, mille vaches et boeufs, c',st pouiluoi ils vivent partroupeaux,
deux cent quatro-vings chamneaux, et ;:on-' v, norn,-;d; voir la grande quan-
plus de six mille moutons et chb- titV (dl'.,!imi,,ux q(u'un voyageur a trou-
vres. v ; V:~4, lt'. dans un seul campement.
Dans cc plateau, iln'y a pas de course (o da(lin cas vastes solitudes, i nest
d'eau: la p6che n'est done pas possi- jp,.i po-sille qli'un si grand capital
ble; il n'y a pas de forces: ce qui rend b),t;ii soit lpossOd6 par un seul indi-
la chasso tout aussi impossible; a'u- v i-i, catr ii no saurait seul pourvoir
cune autre vgteiaion, je viens de .le & toutc--; leis n'-cpssits de 1'art pasto-
dire, no pett exister que 'herbe: la ral: v\,i;i dooce la communautd de la
culture ecin y est impossible. ipropr.i,'t imposee par le Lieu. Cette
Voiladon cclairement demontree,du ctinmunaute, par un instinct natural
moins pour cette esp6ce, 'influence et puissant, inaintient necessairement
fatal du Lieu sur le Travail. Les ha- I lien de cohesion qui existe entire
serd de la narinom oOt plao6 daos les membres d'une meme famille et


.4- .


J


p
.~6* 1K


--- -------------- --~---- -----------~-----


_ _____ __ e __


- -- ---- -- -IC-t-- i' I


In ~lqNqt, No 94


PORT-AU-PRINCE (IIAiiT1)




I i I I I I I -I
-- m,


que I'inttr!ztt fortified davantage. 1 e.st
fort comprehensible que ces gins oit
plus vite faith de constituer leur asso-
ciation dans lo sein de la famille me-
nio, plutot que d'allcr ai!lcurs recratlcr
des iranngers.
II est done bien vrai que In nature
du sol nengen'tre I type soc'i;l tout
come elle engeInd're unie fauno et
une flore.
VoilA, en definitive, dcs p! uples
don't le present reassemble a n passt cA
un point tel que I'on a pu dir,' d'eux
qu'ils sont sans histoire.* TLo type
social ioe pout en rien so tsiodlifier chez
eux. Ils continueront lonlemnps lanns
1'avenir A rmener la vie du pasteurs',
A planter et A d6faire des tettes, A se
vttir de peaix de betes, et toule orga-
nisation socille chezeux, ainsi qie tou-
te tendance aux ambiances d'ordre civi-
lis6, ne ieuvont se manifester qae ru-
dimentairement.
)t sort pourtant !cs thi;es ql'i !o
ont frappt6s d'inf6rioritt et poiurquoi la
conscience scitnitilique, qui s'est trou-
vWe retenue ;'t letir 6gard par los con-
siderations fatales du l.ieu, s'est-elle
voilde un pent systematiquoneilt pour
la race noir ?
Nous verrons, quand le moment so-
ra arriv(. cquelle a dtu tre sur cette:
race l'iiillienice du sol (t t u Iode lde
travail. 'ouri I'instant, mon intelligent
lecteur doit c(ertainement so deman-
der pour'iluoi ces peuples no quiittent-
ils pas co.-; r6Vions, puisque I mnondce
n'est pas fernim, et no vont-ils pas ai!-
leurs so rgc6nrer au sein d'autres una-
tures'?
C'cst prOcis6ment ce lu'ils ont fait
dans le passe ot nous allows voir cc I
qu'ils sont dovenus sous d'autres
cieux.





RE N SEILGNINEI.EN TS
IMB TEOROLOGIQUES

CObsei-rvatoire
DU
SIMINAIRE COLLEGE SL,-MARTIAL

LUNDI 22 JUILLET


Barom~tre A midi

Tempdrat uvreniinimum
)'lnaximunm


764,5
22 2
35,0


Moyenne diurne de la tempCrature 2S 9
Le ciel a dtd presque covert dl.i 1'.t-
prcs-midi. Orage au SW A 5 hr;. Brise de
mer tardive. Le baromntre est cn haussc.
J. SCHEERER
Vincent de Paul
Le TheAtre Haitien donne encore Vin-
cet de Paul jeudi, apres-demain. Cette re-
prbsentation sera la derniere A cause du
double travail de la reprise de l'A4pbabet
et de la mise en scene de 'Pauvre ACre! qui
seront donn6s en Aoit. Nous pouvons,
sprts le succs de dimanche, nous dispen-
ser de conseiller a tous d'aller au ThsAtre
Haitien jeudi.
Fermeture de la malle
Les dip&ches pour Inague. New-York et
I'Europe ar Ie steamer a Alleghany seront
ermies main 24 du courant I heutes
fA*cids in woir.
Ponrca*Prince, e as2 Jaillet 1907.


Notre confrre ,Haiti Li terai, et Sociales
Sconsacre ces belles lines it la vaill,:nte istitu-
trice que fut Mine BelIncur LUpin:.
Madame Belmour L6pine
La noble enterprise d'un group des An-
clennesClcves de l'Institution MONT CAR-
IMEL, prdsidde par Mile Maria Magloire, et
tendant a eldever .au cinmtietre, un monu-
1ment commdmlnoratif, .a la mnmoire de Ma-
dame BtLMOUIt Ll~PINE, ne pcut que rece-
voir le prompt et enthousiaste patronage
du public.
L'id- e de' perp'tuer Lit n i'mo;rc de cette
fcmme c'!lbre et plus qu'l6eve : elle est
nce,'ssaire !
II est bon. il est utile que les gtndrations
se succcdant, sachent quc!s hatiens furent
brands et vertueux. quells nobles figures
nationals surplomb&er.nt notre societ-.
Pour ma part, j a.r..is dlsirc: que plut6t
une statue, en p,:r Paro', 6rig&d str la Place
Geffrard (cet:e place qui re pent que com-
inmmorer tout cc qui fut progrcs ou selec-
tion de notre race ) %int fire r.vivre l'an-
geliquc physionornic de l'illustre Institutri-
cc.
.Mais combine en II.ti'.i, ces haut's rinani-
fcs:ations important en soi des debours q uel-
que peu consilrablcs, n'ont jam:ais l'appui
de l'initiative prive. -- puisque le gouver-
ncnment n'a que fort peu a faire l.-dedans-
il est certaincmcnt de la pure utopic quc
de vouloir ineme y pinscr.
Cependant, tell duit tre la a Place de
Mmne Belmour LUpine, de tmme que la
melnietie peinsicc; :, irn ineorative d'Edmond
Paul, notre plus severe, plus conscien-
cieux, plus szcere ct plus grand Econo-
iniste, g6n6ralement admiir6 et respect,
trouverait son cadre, sur le quai, en face
de notre douane.
Mais, helas en Haiti, on ne salt gucre
conime rn orer.L'enthousiasme, d'abord man-
que ; ensuite on :I'app'ycie pas suffisam-
ment les grands caract res..... surtout ci-
vils.
Pourtant, en Mme B:'lnjoar. o tou ceux,
tous les vai!lan:s athletes qui, farocuchcmrent
ddfendcz la perfectibilitd de notre race, vous
avez, nous avons, l'ciReigdc la p'us bril!an-
te, comme la plus pure.
Cette illustre maitresse d'dducation a tri-
tur6, pdtri plus de trois g6ndrations femi-
nines qui nous ont doi:nn presque les nieil-
leures femmes de Port-au-Prince.
Elie a faith ain.;i grande ceuvre, c-:vre
presqu'irrdalisable de nos jours. Pourquoi
et comment a-t-elle reussi ? Simplement,
par l'autorite de son caractere, bien qu'elle
fit la maltresse d'inti:ution la plus douce
et la plus companissante.t
Mais, puisque jusqu'ici, nous ne com-
prenons pas tout-a-fait que le Merite doit
ctre solennellement montre au people, sur
nos places publiques dans le marbre ou le
bronze, comme un vivant enseignement;
puisque, surement, hlas I Madame Bel -
nour Lepine n'aura pas ce genre grandiose
et ndcessatre de Ferpetuation de son civisme,
eh bien, perpetuons avec ses ancienncs 616-
ves qui fiddlement conservent le culte de
ses vertus incomparables, en un modest
monument au Cinmetire, sa m6moire qui
vivra 6ternellement dans les ceurs haitiens.
La grande femme, I'illustre haitienne fut
une sainte I
FRAxCOIS-XAVIER.
Tribunal de Cassation
SECTION CRIMINELLE
.Audiencc du Lundi, 22 juillet 1907
Prdsidence de Mr le Vice President Er-
ne st Bonhomme.
i A LT l ..- -:,, -\ A;.. T .,..... ,.h


connaiasance de ses affaires centre le sieur
Chery A!cindor, d.fendcur sur la dite ac-
tion.
Le rapporteur, le juge V. R. Domond,
lit sont rapport.
Me J. L. Dominique, pour le deman-
deur, est entenda en ses observation.
Me Solon M4nos, le savant avocat du bar-
reau de Port-au-Prince a, avcc une maestria
digned'cloge, product de judicieuses obser-
vations au nom de son client, lesieur Che-
ry Alcindor.
Le Ministere Public, Eug. Dcatrel, dc-
mande le renvoi de l'affaire A la plus pro-
chaine audience pour conclude ; ce qui est
accoi dt.
20- Continuation de I'afaire Melcadeth
Cantave, centre deux jugements duTribunal
correctionnel de cc resort en fareur du
sieur Aris:ide Maisonneuve.
Le J.:eL. Denis, Rapporteur, donned lec-
ture de stn rapport.
Me Edmond Dupoux, pour ledemrandeur,
est enttndu cn ses observations.
Vu l'indisposition d'un Magistrat en sic-
ge, I'atuire est re:Ivoyce : uneautre audien-
ce.
Vu l'heure avancdc le sicge cst lev6.
Nomination
M1. Rap'ha2l Eiie a 6t6 nonmm' Direcrcur
de l'Hopital militaire e.i replacement de
Mr FrantMis Jn Ch.rles.
Observations M, et6orologiques
Nous avons rcLu le rtsumn de Juin
des observations faites A la station Metdo-
rologique de l'ort-au-Prince que dirige
avec tant de competence le PcreJ. Scherer.
Voici les diffircnts tremblements de terre
que signal ce Bulletin :
TREMBLEMENTS DE TERRE
Cap-Haitien.-- Une forte secousse le 3 A
4h 3jm du matin, durant 9 seconds et
prdced& e d'un roulcment sourd. Direction
WN W A ES E ; de mrnme A Limonade,
Trou et Ouanaminthe.
Grande Rivicdrc.- Forte secousse le 3 a
5h du martin ; de nmcme A Bahon.
'Bayux. Asscz obrte secousse Ic A 4h.
du mintin.
Port-de-'Paix.- Forec secoussc le 3 A 5 h
du matin. Direction S A N.
Gonaivcs.- Forte secousse le 3 A 5 h.
du martin, duree 5 seconds.
St-Carc.-- Trois secousses successive
le 3 A 4 h. 3orm du martin.
Thomiazau.- Deux secousses A trois se-
condes d'intervalles le 3 A 4 h. 4011 du
miatin.
Port-au-Prince.- Fortes agitationis i-
crosismiques le 3 4 4 h. .4;cm et 6 h.
to m du matin. Voir le bulk in de Mat.
Jactel.- LPgere secousse le 9 A 2 h.
15 m du soir.
Eclipse de lune dans la nui: du 24 au .2
Juillet 1907.
Entree dans I'ombre : toh 14m 3os.-
Milieu de eclipsee : I h 32m 56s du
soir.- Sortie de 'o:nbre: mnuint i5m,44s.
Le phdnomane est precede et suivi d'ure
pdriode de ih 5mn pendant laquelle la lune
est plong6e d-ns la pinombre. L'astre sera
eclipse presque aux deux tiers de son
diametre.
Chambre des D6put6s
Hier nos inviolables n'ont pas travaillj
faute de majority. Un process verbal degnon
lieu a 4t~ dressed et signed par les 55 deputes
presents.
France et Etats-Unis
Les matelots francais et am6ricains
fraternisent en. un magnifique
banquet.


L I r UIIu ai piLren sieCg UI9 iseeuares t r
demie du martin et entend les affaires sui- BREST 19.- Les matelots amricains
vantes : et franrais ont pris part aujourd'hni
to Action de P. E. Lara e tendant & & un banquet en I'tonneur des pre.
resaisir le Tribunal de Pon-rd-Paix de la miers. La meilleure camaraderie n'a


costs. d'exister pendant le
lui-ci :ait Ai'61id6 l;ar los ol
detux i:maris. ID)s toasts oats
tes au Pr6sident Roosvelt et Ia
dent Fallircs. Ils ont 6t &69.
chant dn St;lr-Spangled Baner
la Mairseiliaise. Get apres-midi.
lieu iine soriot do fltes organic
l'hoinneur des visiteurs aam6ri


o t elle
1
DJIEUIfl(" DU 23 JUILEr
,IxDI A 2 ~i. ES
Pri;x : G. 2.50
Corned beef
Radis
MaquiLrcau s i:ce piquante
Langue brais&i aux carottes
Filet mignon Maitre d'H6tel
Carotucs sauce blarche
Haricots rouges
Riz blanc
Beignets de figures
Fruits

1/2 Vin



h auveiies if, ld

D LP CHS -CR r E CE: MATil

Un ernp:eurr qui abdique
TOKIO 1p.- Sou-; les menaces
Ministres japonair: ui gonverneot
empire, I'Enmp.reur de Cor6e a
qut ce ialtin en fav'ur du print
ritier.
Chamb:re cle commerce. Une
sion am6ricaine bien accueillis
marriage d'un prince.
iPAIS I 1 L.--- La nouvdlle otfi
annto:o (;:;:lt (qluh, 1', ,ouvernement as
ricaiii recouiit aux Chambres
coimmer.e fI.:. ;::ises Ie mtnmep
lgoe qu'ii ;:c'cn-rd' aux chambres
c uimmeic' i!mndes, a cause .
+,i'; l .1 stl.ticf:li ici ; cette dc isl
aura pour illt 'ajccenlur lattitl
conciliante ties d(-ux gouvernen
eni aitLiidiat la discussion d'un
veau tarif doi:zni'mr.
Lo prince rTobcit do Broglie,
le marriage a td6 aniul6 hier p
premiere chambro da tribunal
va d'ici peu de jours se conforInd
exigences de la loi frauCaise er
flant a son pre, par inter
d'un notaire, son intention d'
M.itk-mte B. Veit, de Chicago.
Election d'un candidate sociali t
situation dans le Bengal&
LTONDlES '19.- M. Victor
.di.t s.ocialSte a 6t "lu
d'hui pourl' rcpieseniIler la Olr
ley divi-,ion ( Yoikshire.) I
bie des communes. II so
remplacor M. James Kitson,
recemment ldev6 ai la Pait ie
On made de Calcutta qo'o
respondant qui a padcourru_
ment A trois reprises digl r dt
districts troubles du Bengale, s
est evident que Ics europ~e~s
Metropole ainsi quo ceul
darps les autres parties de Idi
loin de se rendre compete de
te de la situation dans le
veritable campaign de s4ddi'.
son centre & Calcutta.
la facon la pins active.




-El EU ------.---.----- -. -.-- -.


S1--ur de M. Sarraut. Norn IT
krgr sl'arm*e. Une loi pro- Hamburg Americau
T. President de la R6pu-
or 5- de Panama a Paris Lille


Le c0lseil des ministries stous In
isadeom do M. FaI!iMwes,
* no1igation dde MAl. Maujyin, d(SfitJ,
,orue sous-secitair d'Ettif A ip-
6rietar, en r2fln)Iaccmclrt d-b M. 1.sa-
mu.
Le milistre de Ia gkierro fa it
dLdtkrt nommant le gen~ral D:Aa-,1
roix vice-prt~sident du council suIj)-
eurdo guerre et adn~ralissime en
1p!8Cwment du adn~ral HRjion ad-
PiSOn dispollibiitd sur sa dermande.
eglndral Truneau, commnandanmt du
corps, a 6c noumn6( meibre du
onseil sup*tiieur dfl -1,("mr c1t 'rem-
laceleg~ngral D,';ront. L.o ,tn.Ural
endec, rnembxv ,zi e seti-
eur de g'wrU,, a :K' a.- Li. it id r:
rt:,ervv. Le c m ici-auli U il Bah IlilC
GmnponA i a ldon.
M. Thonmo n. m ii'i-d e dL' hi
it prti pour Bir-ii'z.
Est promr,lI-u1 In loi h Clative A Ia
pIpi:cssionI tie I'cnvoii (,!ns ic Co)Io-
S Arnitentiairies, des fernmms rtlci-
vistoe-.
M. Giiuercxro, I:o-tlL;ddI:-.hi al
'qu.- -1o Pa; 'mnv.a. ccomiqriZfA r
ain'l, Guri-ero' vtde M. ie '*La-

6s A Iari.- Cu. In ka!A; n
Tremble r-in+ de terre
ADENT 23.- I)1'i1X 'r'- u. C
mI'-iS o01t Mt. v, tiesics ici ; ii y
I'-u de d~ghts.
pnais attaqu .s par les Corlens.
UL 20.- Nonihro (1i sr)1(1its -so-
oimt ataqu6 licr Ia. station d&
jiponaiso ; h opul ac". rm~e
Loivs, se joint a,,x Inutins. 223 ja- C
s auraient WI6 tus ou bLcss&~ ;
mnitrail~ous-Ps onlt 6,,6 l;cte
Ia police japonaiso sur Iabarri'ire
n.
trail2 d'excur.:ionni,tes qui dg,- o
raille. Les victimss.-
orr50O (In 1,'nn d' cji;'.-on-
wmnant de lonia a d'1'ailAf 2
1'i-ci;de 15A 2 O pc-rson n es a u-
tk%4tu6es ct un grand nombre
*es.


Franot n'interviendra pas
1- alfaires de Corde


dans


ais ).-L Le gouvernemont fran-
it d'tant moins l'intention d'in-
moir dans les affaires de Cor'e
;Wr son recent trait6- avec le Ja-
.l reonnait le protectorat de c e-
- srcet empire.
0Po Vleut acheter une lie appar-
l I& 0ollande, ;tout pre3 des
Philippines
Dt ID20. Le correspondent du
et.& Bruxel!es rapport qu0
ons ont 4td entamees
Sauprbs du gouvernement
vue de I'achat d'uane tie
40 d4p6t de carbon.
erait acheter one tieap-
a Hollande, tout prbs dos

el'et spagne signent un

et espagio', v"io d.- Signet
Par leqael its s'con,.,c nt i
Stouteles q o i q-nslions i
tt surgi,' entire les deu x t;a-
Dit ne pourraient pa? fitre r6-
Per ai voie diploma'ique, au
4tbitrage de La-Haye.


I -- .- -.


Lre S/S E E:NB3URGD p
(lE;1taufl ,'~it~ tir JCap-Ilaiticn. S-
'1*11nrMis ctI 'Et,'. 11..
Ju*tIf17


Francisco I)ECD
AFabricant d,- (!ha:
'a Mani. v .-q
.i I 3 .

VIi l SL!Z C I-*~ I


.-SE



I I t.


Le ss LOKANV.A.IZGOC 0111 es'.'.'L., L ,
I ::-%nbur:v, Griinsby, Le II&vre. Si- 1'j3 'i i -o;r cdr? .t .3:
howas, Sanlchez, Samana, P3u''Cuo- imlIs U1103 wemiaue i t up.
Plata, Monte Cristy, Cap-Haitien, Go-
nalves et St-Marc est attendn icd j ( niIv2 re 'des Fronts-Forts,-23
di prochain le Z5 courant. P!'IFT U-:In.JNCF ( JTV!ITT
Porl-au-Prince, 22 Juillet '1907.
G.KEXITEJL &S.- ~ I jn AuvI;i~Su'
A G ENTS. s
~---.A---- --~~~;~~-=~==~~=--


Service


Atlas


.4-Yok lo 17 cant a .t, di;2j lmc li?

pQl' no' i2:1 couao;it, 'ot ~ ~n1~

l'O '. p ;! -I pour XiG-i lAn iv ~s

term'> m *V'--e rnrecii 24 cou-
rant A 6 huz du soir-
Pov'~u-Pi~:e'. 3 Juil!h4A. 100j7
F. II :'-t1. 1"ANN & (:. Ne;:h.


Co immune
de Port-au-Prince

AVIS


Eit raison de3 t"i~vaux do rertlction
qui x&, uteri t actuolotrifnit dan? c~
ia 11.2voliAt iollo0.! I'~l'er. rIx- nin
parlir dc I Jla w Im We piblio ('St
Ces CO!Vw-4 pas-O'x'o;It jusI'.t 0 riouvel
oxrve, par la ll 1i.- ovx i( IomiJI-
Foi ) ot Ii ruc di Caen'r' .
~ot-\:;t'~i:c 2 3:-Juii et 190C7.


D RA- PY
D~i R~A3IPY9


PHrMMACIE


ST. 1ICHE:


Avenue Jloh-Brown (Lalue).
CONSULTATIONS TOUS LES JOULRS
IE 2 A 4 IHEC'ES.
AMMUMEMONAMEWM3rmw VwIammwmWMW-



F -raI 1-. c-- ena a ex t



D. FERRARI,
Fabricant r3e chaussures,4
Porte S la connaissance du public
particulibrement de ses nombrenx cli-
ents de la C6te tt do la Capitale, que
l'stablisscment a un stock. incalculua-
ble de chaussures pour homomes
temmes t et nfants, C:n tous ;.-'nres.
et que, malgri l'offre de cinq four rev
sur 1'achat en gros (5 0/0) fait un ra-
bats exceptiorn;el sur les prix.
L'btablissement se chargP de fair,-
preudre des mesares a domicie.
Tnouors : Soin, exactitude, ponwtualit
42, Rue des Fronts-Forts, 42.


poyjT-AlU-PrU'CZ (11AM)


I',


% ;I 'pi e
t-el f:.e e r., t r -
~~ .1 *- a .





4'. J.J




de Icct GLajpil.*!e.


S'ad;'csser auuNO lU7, Bizc(to L 1 RVo-
lutiol, d te I* llte





L.A PHARMALCIIE
Emiin-anuueAlexanidre
Z88, RUE DES MIRACLES, 88,

fww- or (A. .ex'lct'.I (id~olmIiirtcc's a
n'l~nj)orte quIi'e lheulc-a du jvoc t- di.c

Drogueries, Spd&Aalit.4s phar-.
n~cuius1Crc1: r.Lh-.


PiuX CoN -sc: ;lu-x.


I


i


Docteur PAUL EWALD,
MEDECIN,
CH'IRURGIEN, ACCOUCHEUR.
CONSULTATIONS DE 8 brs A MIDI.


( Prorisoirltwnliot) ,
1Iv ,me maison que
Deatlisle.


7, Rue Am6ricaine.
le Dr P. R. Ewald,


Maison F. BRUNES.
1% GRAND'HUE 105
Dirigee par

L. HODELIN
A;,e.'en wetizl ,ode la Socield Philan-
0" dt-; ma ilre; .)ICII' tai 'nlleurs de Pacris.

P ~ i V. aimi-djw:c.-,'chevio-
`. *;.!vinte pou: afeuil, etc, Recomman-
i' U I -ul.p !i t A -itc iente1e une
:.. 'V ,.lecti h4' de coupes de casimir,
t d,,, f~tnJL-ie e t de piqud de
tctvcL bean'L6.
_.1-x mo d~ids defiant toute
*-e a de J t ':C J
61- Costurmies de no-
o~s. oi!- Vrtnvuise, AnIglais3 et
doie Ii dei'i' it~re protection.
O cD u. C AIome q liissi des Cos-
s in- i tnr res. habits brodds
d.inrrn.;. tuiiquc-s, habits car-
t;'. et.c etc.dok tous grzcles.

LA

ifeiieure Farine
du Monde
;'*Vqui domw It,,Ic mnilleur pain.
;ii produit l o piis de pain.
(,)!6 fIomw 1v irain le plus blane et
Spius cgei',
('csf! Ia Pillsbury's Best de la
1)uv-y)UtVu ~;asibutn Flour Mils Cc,-
D.i;..riApoAis Mumsna.
D: ;. CAXSTEIIA. ReprkseniaxnL


Hi ETi Llu V. UE
liESTAl 1A NT LV U E

Place du Champ-de-Mars
PORr-AU-PRINCE. (HAITI)

MImc Hermance ALFRED

T616phone, 220

APPARTEMENTS POUR FAMILIES
DINERS LUNCH.

Installation modern et comfortable. -- Vue sur la mer. Tempvwre
douce el rtdulidre.-Les Tramways deservent l'Hdt6l Belleue touU w
PROPRIETIJT SPIACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUIES
PROMENADES,--- JADINS
Salle de rdeeption.- Piano. Gramopho.e.
Sonneries Electriques


Table d'H6te


tow lea jours, de midi da 2 eww,
de 7 d 8 heures du soir.


G. 2o5


I -Y~-- II I -J


- ------ ----- ------------------ ----- -- ------------------- ---


.6


I


"I


I


s






COMPAGNIE P. C. S.
AViS
SOCfiTE ANONYNE
Messieurs les actionnaires de la
Compagnie des Chemins de fer de
la Plaine du Cul-de-Sac sont con-
voqu6s en Assembl6e g6nerale le
mardi 6 Aoot 1907, a 3 heures de
l'aprhs-midi, an si6ge Socal, sis
au Champs-de-Mars, No 56.
ORDRE DU JOUR
1i.- RAPPORT DU CONSEIL D'ADMI-
NISTRATION.
2o.- PRESENTATION DES COMPTES.
3. RENOUVELLEMENT DU CONSEIL
4o.- DIVERS.
Port-au-Prince, le 19 Juii 1907.
Le President,
G. SCHWEDERSKY
I
Poudre dentifrice

SLIIDEAL

Voulez-vous avoir de belles dents ot
les conserver intactes ?
Usez seulement de la Poudre
dentifrice a L'Ideal
La Poudre dentifrice I'[dWal QUI
A OBTENU LA PLUS HAUTE RECOM-
PENSE A L'EXPOSITION AGRICOILE
ET INDUSTRIELLE DU 4er MAI 1907,
- a Port-au-Prince est rtellement
la meilleure de routes cells connues
jusqu'aujourd'hui.
D6pourvne d'acide, ello est sans
aucun danger pour I'4mail des dents.
Antiseptique de la bouche et toni
que des gencives, elle prdvient la ca-
rie, done aux dents une blancheur
&clatante et laizse A l'haleino une ex-
quise sensation de fratcheur et un
agrdable parfurm.
Servez-vous uniquement de la Pcu-
dre dentifrice a 1'Ideal, a et vous
aurez de belles dents.
Vous en trouverez A la PIIARMACIE
THaARD, angle des rues du Centre et Fl-
rou, vis-t-vis de lHotel de la Commune.
Prix : G. 1.50 la boite

Bouquets, Fleurs,
A vendie chez MmeVve A. MARTIN
BoIm-VERNA

A Vendre.
Chez Mile LUonide Solages. 22, Rue
des Fronts-forts, 22.
Chapeaux de Panama pour homes
A tous prix.

USINES MON-REPOS

SUCRE TURBINE
le plus pur, le plus propre, le plus
riche en matiere saccharine
de6lant toute concurrence.
Tafia Sup6rieur : 20 degrees
D6POT GtNERAL :
98, Rue RoUe, 93
(C.lrm .. AR B.mwFM.).


Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES iGALITE ET FEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Paudre puissantecon ire d6m; ngea in
prurigo, sueur des pieIs-- !.a bloite P. 1
Sirop antiashmatique, rem: de eIfitic i
centre les acc~ d'a:lirhme et lea toux
rC4FUentes -- le fltcoli ; 1 : 1. 50.
Consultations gqratuites :
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures du inatin
par le Docteur. N. THoMAs.

LA REVUE
( ANCINNE REVUE DES REVUEs )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Halti ,.. 28 francs, 16 francs.


Les abonnements sont recus
les bureaux du A Matin seul
pour la Republique d'Haiti.


dans
agent


Bouquets modern-style
A vendre
Chez Mmne CHARLES DUPLESSY.
BOIS-BADiRE
(A c6t6 de la chapelle St-Antoine.)

On Demand
A acheterdestimbres us6s d'lI;ati, bieni
assortis, par cent op par mille. Condi-
tions tr6s avantagenses.
S'adresser au bureau du journal.



Tiere ZpZoiriin IDll
---. ---_ _---_ -- _



Fabricant de chaussnres en tou
genres. Pour Hommes, Femmes et ei-
fants.
Place de la Croix-de-BossaIes.
SPE~CIALITIf:
PANTOU FLES MU LES


AVIS.
SL'ADMIlI STATION DU
SERVICE HYDRAULIQUE!
.de la CAPITALE donne avis aux
aboinrs qu'ils sdoivet ignalor tou-
joui'; A temps c par lettre d'une,
maniere forrrcolle Iet non pas de
viv., voix aux pzrcepteurs li'ur
matqui e I' u :;lin queo tnrI': ,I-Ies
soiernt !,ri-,es te cos(-iiequlice pour y!
remtncdicr.
Toules 4clamalio ns piroduites en
dehors des pre:;ct-iptions du present
avis, 2je soront nullement prises en
consideration.
Elle leur rappeile, en outre. que les
robinets do puisage ne doivcnt pas
etre laissts inutilm,-nt ouverts, ce
faitt conitu abius toujou.rs prd-
judici.iblo au s ;;vice de l.i distribu-
Lion et exposant I'abonn6 qui en est
coupable la rtsi!iation de son ebon-
nement.
Port-au-Prince, 21 juin 1907.
LA DIRECTiON.

:9-I OTOr G AP IE
J, TV. ii.ju piessy.
120, HUE DLU CENTRE, 120
Entre les iphirw.'il, e:; s allyard el Thc'ard
Tiav.aux soignes
.SP:iL4 I .IT" :
Ag:ralndiss :n.a;is o(1u pito crayon..
SlI-r'oductions.
Nouvcaute3s
Prix rmod6r6s.

0 trouvera 1'unvv ai- doe Monsieur
D. V::\v,,l ihntitul6 sCoup d'ceuil sur l'd-
IfI Cconomique el financier de la Rcpu--
blHiqu. d'Haftih er, ch?z Monsieur F.
lHl'iz:iire, angle deis blues Geffrard cie Fe-
ron.
Prix G. I.


Kfola-sirops-Lilluers
ALEXIS BENO1T
Rue Traversiere


Imp. C. MAGLOIRE

45, RUE Roux, 45
TELEPHONE.


Journaux, brochures, billets de

marriage, cartes de fiancailles,

programmes, affiches, et tous

autres travau de ville.

Billets d'enterrement et cartes

de visit d la minute.


PRIX DE CONSCIENCE


A. de Iatteisej1
82, Rue du Magasin de rV
Maison fondue en 1888
Bijouterie, Orf6vrerie. Gr
Vieit de rc(evoir des :Irticles
fcmcrie ICour leA golts les plus
lee. Les parflins cxoquis et rare
d6licatesse p6~Ilrante qu'elleoff~
clients south de vdritables petits
veilles.
Les deraleres marques qui
le Tout Paris sont chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, Wfoi4
Cyclamen, Vivitz, etc.
La mai;.on a toujours uh pV
sortiment de bijouterie,
bibelots de tous genres, par
lunettes, montres or et argent,
les garanties.
Specialites: ,agues fianCaises
!aits a partir de P. 200, alli
18 K anglaises et frangaisessw
made. Service d'argenterie
I our mariages.
Tousles articles vendus par U
on son t garantis.
Achat de diamant-, pierres
ses et vieille bijouterie a des p
tagcux. Dernier ci : Lunellae
Contre reniie de Deux
limnlbes-poste d'llaiti, la Maisow
teis envoie franc de port sous pli
mandde dans tonitc lcs \illesdehi
blique: Lunetl,(s (:i Loroponse
inoxydables, selon les pre
Docteurs on instructions de


RHUM-SYLV
Produit de r Usine St. Michl(
Vieillissement natural jusql
et 15 ans.
PRIX TRtS MOD~RS
Veate en gros et en
Maison M. Syl
43 ,Rue des Fronts-

Industrie
MANUFACTURIlRE N
Julien Dear
INDUSTMEL
Faux-cols, cravaths,
et ceallows
Ecole des arts et



Pharmacie A.
129, Rue du Centre -
Droguerie. Products
pharmaceutiques. Eamui
turtlles. Antiseptiques
ringues de Pravaz. Ai
no iridi6. ThermomitrW
minute. Sondes de N
glace. Cigarettes ( a
Gentile.
Spnciatites pharmi
Excuntion exacte dt
criptions. Analyse*
cale.


~~ ~ ~ ___~


-- --------- c~-~1-r~