<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00082
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 10, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00082

Full Text

M ANNEE, N* 83


- e a


A


QUOTIDIEN .- ..


ABONNEKEfTS:


aR MOIS Une Gourde


D'AVANCE


DfAPRTEME NTS & &tTRANGKR
rrais de posted on sus.


DIRECTEUR:.
Cll6xxxenat Iefagloirec,

RtDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMIRO -10 CENTIMES.

Les abonnemcnts parent du etc. ec do iS de chaque
mois et sont paya bles d'avance
Les manuscrits insar6s ou non ne moot pa remt.


Prnr tout ce crui concern 1'Administration


du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


-- _______________________________ *


,'IUVRE DU TEMPPS ET DES FATS


NOz essayons,- prtX-inatfl3i)t 4i cdt -
atrer ici, depuis qa Ique Loimps, 110
rit~ables oivin-s do La sapriorit&O
miedes anglo-saxous ; cette sup4j-
mLt se Cotistat&o aisutrn it dan3i Lto
e,' la force d'lxpatrisioii do ceLte
mailsi quo datis ia plupart( de0
ifestations do Ce tenptdrani.muiL ro-
et ponddrt Cvia rW'a pas em-
toiitefois tini 6crivalia d'ne d, d-.-
AUfrQii uSCs 1-.28 I)IUl COil si \16'a
je veux Iarler ule M. Jules 1b;*o
et doi la f..'tte dz.,. dceLx .1odles -
arl'iiuhrjoitt., do 1:1 race noire
rinsuccts do la colonisations fran-
dans lo.; Aritlcls, mralgr6 lo d(t-
(i cattgoritquc quo Ic spe j)acle
kJamnaiquOt doit 10A uno I1pt3illo
;of. Voici u1 1passago do I'(atud,-
lt ochanl~l sur 1 "mln~rc~~c~1
M* IOCIaIX SU l'cclintatemeL't
le. colonic.? et oft ii tst. qtC-.io:
POjuli'oils anti cuisines :
Les Antilla; soul1 los lies .- pllS
tes q!-i'on puisse ohaiter. UI
da ciel, la iricelms (1 do It V ygd&
I'dcpct pilloresque des inor-
tdt siavaaziwsc ctiiocrme et IA
UIdU Clitiit, tout y atlire loe
2et 1ls risavit au prime abord.
1e snO pas insalubres ; Les ma-
enlUmiquos y rtluricnt cornine
~totl aa z011. iuttertroic Ale,
ila jilortalit6 n'y est pas Motvoe,
delors des 6piddnmies de fiovre
qui sau Ieft l.iu de ces latitudes.
blanc- PduvenL y vivre, A la con-
do ie pas cultiver to sol, sauf
los montagnes
0Ont(' riches ot prospires
"'ell6S O9t LW cullivdes par des es-
et tait que I placement do
projuitj sur to lairchS fran-
1616 assure par to moniopole ;
O9t kolnuencd & dscliner (jualnd
'3 Ifl3igdflt,3 Ost vonu fair Coil-
C'3 A i14Canne, et I'Mnizncipation
*portJ4 cq~Op ph..s faial encore.
en vain qu'on a t ill apipoI a fl
nV qu'on SA effort da rernm
leg nOrs pardes indiens et chi-
J' M4"iuiqua et la Guadeloupe
PaS rocOUvrd leur proapdritd
iS O& 6 W inm e & craindre
14 rtrouvent plus. L'616-


:n ;iat noir est aujoinrd'lii prio.ild
rant dans cos doux lies, 't ce n'clst pr'.
un dlimnnt d' pro/r<.'... (Cottl ic a
pau di b.soins, ot ello est guidci. par
deux sentiments galemlnoit imnp'ri -ux:
I'liorrour du travail et la hi in tires
blancs .. II y a longtlemps !i Ics Eu-
rop&nis no vont plus so fixcr uaIx
Antilles, ot los criolo. s qui o:it onlorol
des proprit'tis dans ce pays, Idcheil
de les vendre pour venir wvi,'e en
France Les Ioirs, affr.Inchis do 1;i
tutelle de. blancs, tendentld rlo:' '*rn'r i
cet talat dedemi-sauaglerie quii p)araft
conienir d leur race et don't file ,d'? St-
Domiaiqta" nous offre le spect clC naL'ant.
O, il petit p-s tnettre 13 piod dain
coltt co!olnio, qae no3 ait crCs
availnt faite si florissanto, sans 6lprou-
ver n i'errement de cL cur.
C:ala tiont vraiinent de I'i;oiin-licn-
co; et jo! serai.-s Clirietlx. do s:iv>hr' ce
quo les citov -r; de la Marliiii[lw el
de la Guadeloupl o1nt dtl poel.er ( d
cot'o fa io d'oxpliquer la inon-pr[osp~,-
rit6 de leulr lpys.
Voici d'ailloiurs., I)our a1.3r g)onvoirnio,
le verdict dli.nitif do M. Ilo.:irdl:
SLa in tropolo,... a donnii A ces col:-
niesla liberty pr 'sque absolute dli corm-
merce et la disposition e tibtr de leurs
revenues. C'etait le point principal, et
maintenant ella no doit plus y avoir
d'autre role qio celui do maintenir
I'ordre, la seduritdc pour los pers-onnes
et pour les biens; do LAcier do fair
I'apaisomont entro les diffTrents 616-
ments do la population on maiitenawt
la balance 6gale entire totes; ot de les
diriger de sou mienx dans ldvolutionl
q'elles doiveait i duitablement subir.
On no peut pas etro moins commu-
uautairo, m'objectorait un clhicaneur.
Nous nous sommes moins etmu do
ce qualifloatifdo demi-sauvagess que
de a boutade apocryphe place dans
la bouche do 1'emperoor allomand ot
nous pr6sentant come 6tant a lecre-
mont teint6s do civilisation francaise s!
Le language quo je viens do -oprodui-
re ne prouve pas seulement le bon
march que l'on fait on France de no-
tre personnalitb; il temoigno do plus
d'une certain outrecuidance qui em-
phche de d6clarer Inf rieures les md-


thodes fram.,aises d(t colonis-11ioni et
qui fdit mnaltre Ics insuczcc; s a Ie
compete do circonsta.mc3s extt.0ieures.
C'cst ainsi title ces iiisuceW ddn-i a sls
regiois itelt eropicaics sooit misoe:; par
cot 6crivaiin s'ir le co~iplt du c~liiiat
ti.;s(*isai.1toell partie, pu'rd docsit vaeur
par le spectacle acluol d !s p osses-
siozis europ~enrni s do oft C.si6i Oi S'&
Loutd t aid 1 ni;-n t citte zone(.? et oi lia Fran-
ce, olle-mime xploite I[a Nouvellh-Cald
don ie.
Tout bi,3n consifAiEs, c's1t le iloills
(qu1 la Fraiiea continue A s'afuser Oi
[113 ddpans: I a brUll, r(:ifit6ul o3 (bv
neeIi Lnts ['a ftit ddchoir do bien des
prttentions, et vraimrent s'il lie ltii recs-
taut pias les On ilie, 0!) 110 voit ;I1s ttrop
suzr q uoi s'CxeO'C:-nrait s a 'CL'e siciqe.
(Ue le tocinps des croisa-T!.i est loinl
et Comu:i;n mc- ii s'&'1i )ni I'ihe
ch.?var. Lei'ivd 'en-
pire ottomrnan doive~nt atu;;i J)"oni~fre
Ic deuil de la tLutellae faft;ai;.et Al .
tianotaux vimI (ldofaire romitrqIwr
dlans uni r&.c-ent artiollo, qi-- lt us
J)lio'e.-Lit blo(11t3t. v Alrc] Vt-iII a
1ju 6erire: .tl.a 'ruSSc s ) pa'I do sa
V C lii il:0t 1 i iw I;.I
(rulit tI'Sla I*.e 5 s ct laI issi)ion
pAns!,v i-d1.. La France, sdduito j idis
par les s sur ls races tA
hik3 sc tdu A',,mL: t pas 1(1 ju Oil -to t) '11 1 alt t
till joUr euii! 1rde ll i tlia OiI'i6 nl'a-t-
elle pas voulu uu;4si iiivoqtcr utI drodil
particiiLier pourjustilier &_ts -s aa; dle
eonqAl~te laintaine? ... Par Umar spectt
phis grand de la lanyt u esi da droit, on
ii'a pas os6 appoler cetteo nisSion do
son norn veritable, un paulatinisine. a
La grando nation est aiijourd'lut
au pretnior rang, des paci/istle.i; elle
court j I 1-ayo avoo le t iue em-
proisetnent qiielloi mtet4it jifis et
iA1refo ijagai1Q, A courir aux arimnes. i I
y a mifcux : s80 4pubik:c'.1s :ie so font
pas laute, aU bosoiii, da d pla.cer les
responsabilitt5s. Oil saif que cello- do
hi guerre do 1870 lui revient tout en-
ti~reu : ii n'cst pas inutilo do riappcler
los origins de cetto iberre pour ceux
qui peuvent les avoir pordues de vuo
ot pour mitiux fail-, ressortir Ia tiis-
aiice oque les dv6rneents out crO.Zw
entire la France d'alors 4t cello d'au-
jourd'hui.


UiU prince do lohenzollern s'appr&-
tail i Inonter sur lo tr6io d'Espagne ;
lh France, s'oppo-aant A une combi-
niaison politique qu'elle jugeait mena-
;ianto poitu ses inltr6ts, pr6senta au
Itoi dto Prusso des observations qui,
hioin ((0 conitraires aux intdrets de la
fIimille royale, prdval[arent on Prusse:
l. candidature du prince de llolien-
z,)llcrn fut rctirtSo. C'elait une victoire
diploinatique bien remport6e et le
gouvernement fran;ais n'avait qu'*
s'cn colntet: r pour quo la paix fdt
in;ntenu?.. II no sul pas s'en accom-
inodor ot rdclama du roi do Prusso
I'assuran.ce qu(e jam:is plns, dans
!'avenir, cot!, candidature no serait
irproluil,(. I.e rri refusa de souscriro
,t cettc 3xigence et voici dans quels
t.rines. M. Ileicdefti, reprdsentant de la
FItance, ren lit co...plt de ce refus A
son gouvCerel11i'i n : En ce qui tou-
r Ie los assurances quo nous rdcla-
tonis pour I'avenir, tout me porte &
croiro, j,. ne saurais vous le cacher,
*que lo roi est formemrent-decid6 &
iuios rf4user cettL satisfaction. Malgrd
I'accueil apparemment gfracieux qu'elle
,'a ces'.s de faire d mcs instances, j'ai
;,u cou.ntater que Sa Majeste se r.-i-
W..ait avoc aulatt de regret quii, d
r',pugnance decant nrotre attit 1i,
lci6,ouer le.i difficultis qu'ello a con-
ltibi A A fiire naltre ; et sans nil dou-
to, elle ne dissimule pas la gravitd de
I'i:hec auquel elle s'est peronnellemeant
rposde. IDats cette disposition, le roi
consider qu'il aggraverait le mecon-
timleinint que la renonciation du
pIriaco de Iloheozollon provoquera
en Alleinagne, et don't la responsabi-
i:Lt I.cscra inoins sur ce candidate que
sur Si Mijeste elle-meme, s'il sous-
crivail A I'obligation quo nous lul de-
manldoin de contractor. v
Invitl par son gouvernement A tea-
tor un dernier effort, M. Benedet fit
une dernirec deinande d'audience au
roi, et apr6s I'entrevue, il ecrivlt i goo
gouvernement que a Ie rol s'daft bor-
6d A lui dire qu'il n'avalt plus rie A
;ui communiquer et que leas a le-i-
tions qui pourraient encore etI poar-
suivies seraient contiou6es per so
gouvernement. P
Voila le grand casus belli de 1870 et
sur quoi la susceptibiiti fraocaise a
fait fond pour d6clarer la.gerro; on


MERCREDI, 10 JUILLET 1907.


LU)


)


II


-- --- ---- -r __ __


~'-- ~-- -~-`-
---~----~ --------------------~-~'


PORT-AU-PRINCE (HA-ITI)


0 a.


---.m


F







a parld d'un inauvais traitemnt irna-
ginaire et, cotinne dit Jules Simon :
On I aurait fait la guerre pour bicn
mnoins. L' nergiqIe president Cas-
tro a derniitreinent fait plus que de ine
pas 'cevoir an anlbassadeur franicais;
i en a classs' un : les choses n'oiit
pas Cep)en1d.nt tl(':a ussi loin, parcel
(que, pour aller an Vti Wzuitla, il efit
fall passer par Wasinlgtoin.
On s'est done singulit3reet,'it assa-
gi et Jo viens de lii're dans l' i:ag'iahL de
1907 Ilu I.wnril co iqui suit : .. La
Itussie aioiis avait (ljAt accorid(t sonl
atppi l en plus ti'nl c (ircollstaict',
don't la plucs zemarquablet est I'nter-
vention du tsir Alexandre ler,' aaprics
de I'omnptret'ir i'AllIemagane, aln mo-
ment oi !le prince de I ismtark ellra\'A
dreIa prou'pitttle deniot're re ] vernent
apr;.'s nos t-das l S de 1871, ii'ditail
UIte t, LUt'velle' (i/rc'<.sif,,i font,'' ,1i' l' .D
Je v'ielis (Id' r'.ai)leler lta v.'aitd lhisto-
riniue suir i'a i i'it'ive doe I'a~r'e.-sioan de
1870 ; mais lf tt dc so discul)per c.st
usse.z signailicatit.
II v a, d:aum;s otre i 'i it 1, ui r mal
social vtiitah'!e c st la /'fra'it.,nieu nie ;
ve inal est clirmriiitj o il (,1 t a I't.-tat
latent cal l 4 .t',( it i (ie n t s, agit )ar
inltoxicaliont le t cnI Ii'oi Ladla t la d(I-
p)i'si(oll dalts t att'es ls parties (ie
ol()l'e1 01^anli.'t! j s.-.(tt'a (c'111 1',
iaar oit' d'aillcuas il fait sont invas iol





RENSEIGNEMENTS
METIOROLOGIQUES

Observoatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

M.xRI 9 JLur .I:


Baromtntr A nmidi
To p6 i inilimum
Temppratureymtixinu u.


762,9
22.9
36,3


Movenii diurne de la temperature 28,S
Le cicl a etd un pcu nuageux dans 1'a-
prc,-imdi sculemecnt. Lcs nuages supcricurs
viencnent J, \\WN\, s infdricurs de E.
!I.ilo ,' : .I 9 i hcures du matin. L.a bris.'
dL. nH i -.i .t .ablic third tt tfaiblc. Eclairs
au NI1. 1..: Lbrotnctre continue A baisscr.
J. SC1HEERE
Arrivage
Ilicr c:.t atrd le steamer a Montrdal a
de l.i Comp.anic (G;ndrale T1ransatlantique
avec les passagcrs snivants
liRrd,4ux.- M. et MNine A. Grosnon,
Melle J. Grosnoni, -Frrari Dionisio.
St- Tl'mas. Tl'losm e Renc, Madame
I)esna. Mmne Duval.
P,,rto-'o.- Ch. '1'homasset.
Fuerto-Plata. Dolorsi Marfe, G. Lagreca,
Pastor Figuererdo, Alicia et Edouardo Fi-
icrerdo, Russeel Knapp, Emilia Lopez.
Me Moral.s,enfant Moral s, Martinez Emi-
lio.
CaP laiticn.-- M. II. Morisseau, Mur-
ville Ferre, Joachim Lubin. -F6licitt Jn-
Bapiste, Anatalie, Ch. Rozefot, Papillon,
Veuve J. L. Marsan, !artine, J. II. Gem-
n4, Veuve Codio, enfant Alexandrine
Blaise, Marguerite Cortana, S. Giordani,
Eward Graham, lames Meehan, Normil
Theodore, Heribert St Vil Andre, Hyppo-
lite Mompoint, Emmanel Ziphyrin, Boyer
Latortue. Georges, abb6s Valenin, Lema-
tic et.Lbreton, stur Antoinette, Melle


Nominie Mathon, Sarah Jean, Aline J&6tne,
1.1la Tessier, Clodius Mercilia, Marie
Pascal, general St-Julien Niel, Mine De-
mosthUnes Sam et 7 enfants, Alfred Jean,
Georges Joseph, enfant FElicitd.
l'ort-hd-Paix.- Melle Na lean Paul. Li-
lita Alten, Enmma Monard, Robert Hanna,
F. Maurasse, Melle Maurasse et enfant,
Louis Gabriel.
En transit pour Petit GoAve :
'7llo, aux.- Me Lascaze Lafont.
Pour Je.rmic :
Cap Ilaiti'en.- Famille Balmir.
Tribunal de Cassation
Sl.CTrONS-K L'UNES
Audliece du 3fardi, Y juillt tYo7-.
Presidence de Monlicur le Prc dent II.
Lechiaud.
Le T'rbunil, n .'sectioni, rtunics, prend
si-e a idix hlcure et demiic du martin et
proniionc,: l'arrCt suivant :
Cclui qui c.isu et annu l e jugit neLt du
'rbunal civil des Ctivc, en d te du iS
Mars 19()t, rlendu contradictoiremnut citre
le sicur (Gu-S:ve Vigoureux et la damne Tul-
!ic \'ioureux, epouse du citoven IIir.ii
fliibb:rt : -,'atua-it iau toind. ordonie que
sur la poursuitc de la daine IHiram Hibbcrt.
il -,r.i procJd au part.iag- des bii'ns meu-
b!cs ct inmiinubles de la succession o de la
\'euve 'I'l-"oiosi' Vi-o'areux, nee Flora
Rouzicr. A I iqucllc succession les parties
out droit, cli.icuon pour nmoitii ; etc.
Les sections-rdunies font place A Il sec-
tion civil ordinaire et les arr-ts suivants
sont rendus:
1o.- Celui qui casse et annule I'ordon-
nance de reftrd, rendue par ddfaut le I
Septenibre 190o eutre Lucile Allen, pouse
de Monsieur Martin Devot et le sicur Ma-
riano Alvarez, par!e Jue J. 13. C. Diambois,
remplissant alors les functions de doyen du
Tribunal civil de Port-au-Prince ; etc.
20.- C.-lui i qui rejettc comnue ma!-fon-
dc le pourvoi excrce par Ie sicur Geln y
G(lin centre l'ordonn mnc de id iatr, rendue
entrelui et le sieur Brasidas CDsar par Ie
juge A. Champag3ne, le 20 MaN 1905 ; etc.
30.- Cclui qui c.is,, et annule le ju-
nmnt rendu entire 1.a dane Telcide Frl'rc-
rique et Guerrier Louis Jacques et consorts
par lc Tribunal civil du Cap lHaiticn, sous
la date du io Mai 190,; etc.
40. Celui qui rtetjtte pureCnent et siam-
pleineint coinic mal-tfond le pourvoi for-
md par les sicurs M.. ct J. litclih contre 'le
ju-ilcment du Tribuinl civil de Port-au-
Prince rendu coaitrc cux le Ix Ddccmbre
1906 profit du sieur Jean-Joseph ; etc.
o. C-lui qui declare irrecevable le
pourvoi tornme parlessieurs C. Czaykyoski,
centre I'ordonnance de retcdr rendue centre
eux le S J.lnvir 1906 par le juge Nelson
l)esroclies, du Tribunal civil du Cap-Hat-
tien, au profit de la dime Augustenor Au-
gustin ; tic.
60,- Celui qui case et annule le juge-
Ilent du Tribunal civil de Port-de-Paix, en
date du 19 Juin 1906, rendu contradictoi-
rement entire C. Czaykyoski et Co, et
Nottebourne et Co et la dame Marguerite
Giordani, Veuve Vamir Phanor Alexis,
renvoie I'atfaire devant le Tribunal civil des
Gonaives et conda-nne la Veuve Vamir
Phanor Alexis aux ddpens ;etc
Vu 1'lihure avancee, le siege est levc.
Fermeture de la malle
Les ddpeches pour Inague, New-York et
I'Europe ( Via N-Y ) par le s[s ,Gruacia
seront fermies aujourd'hui, to du courant
A 4 heures precises du soir.
Tribune du 'a Matin a


Nous d6clinons
Ies articles parus
qui sont toujours


toute responsabilit pour
sous cette rubrique et
signs.


Ecole de M6decine
Les examcns continent A I'Ecole de
MWdecine. Ilier onui sub avc ccs la pre-
miere parties de 3 examen de mdecine
prdparatoire, MM. Joseph Iosemnond, Fran-
-ois Ducassc. Victor Cassagno, Philippe
Guiteau, Dumnerv Merantin et Albert Ri-
viLere.
Creances Communales
Nous, sonssigil!, Membtlres de la
(:ominission le varilication des crtances
sui la Couunie lc iPort-au-Prince, itn-
vitoiks lous les rCl aCtiiers gleneale nOtl
qucl-on ues dl ccltt (Conm11un1 I faireC
leiinettre a la (:Commissi ton sigeant L
I'll d"r Coiiuniial lcus litres de ciranu-
ces.
C(:e l it lcvia '!ie flit :oiintre r(equI
Ie .landl i ct lI JIc li .Ie cli.late soenainie,
a partir le 'I lioua,.s I 2 ,Ie l';apret -'nidi.
11 Iit ir n t atCL'oilte n ildl dl e 15
jollus, tC's la latIdi 1u ii juillt LIpour la re-
iniste lte leurs ell. ts.
.A 'exp. iratioii *Ie ce Ill.1i, s cidiai-
cesnio lc lt's, Ini selo l pllS I S.
Leis EMenr ,' t rCmnigso
St-L.dPCr HEIN SipI CE ttit du
Japo ne vi t iiit plusln., J ren veler
Sii plii, a t dI Mui isti ,t C()i iiIOian c )r
Ttoas CASSY, It Ptllion ElJH llE, con-
s ill'rs.
l'o 1-au-1' inco, 8 J.l i!let 19 .7.








lucit ocvllu ouvcrai ni r japolis
DLPECHES RE(UES CE MATIN

Le Japon ne veut plus renouveler
on traits avec les Etats-Unis
r~eA IIIN'GTOi 7.- itd'S avis utLiie
clause atjourd'l ui do i M,. Otokakaia-
maska, agent du co.iitt Okuma, chef
uLes parti-pcrogessiste au Japon idi-
que.t qule ioulverIneiresnt japonuais
1ni conse.nlita pa;is a' renoiuveler son
tiaiu, lavec les Etats Uanis. cux-ci se
redservanit I droit d'v' i1ns'rer une
clause linitan I 'imnig nation jalponaise
sur leur territoire.
Les forces arr6ricaines dans le Paci
fique. Les con~ entaire.s continent.
P'ARIS 7.- lans lCsS co1iiquentai-
CI'lS sur la dt;ltCIlsti i d alu pitsidelit eIoose-
\'Velt d'eiivoyct tne ltle Jans le lacIi-
li~aiueo, les jirnaux framais art ivcceiit
concluIe iue la situatioi est beau-
coup plus (pc:icae (qu'elle iour le pa-
raiit.
E d-ce la guerrest
il-tt.L\ 7.- Oa conviction qu'uni
co llt t'c'atera proclhaineIneit entire
le Japui .t los Ltats-Unis s'accentue
de ltlus < l lus en Allemagne. Dans
les cercles poliliques, on ciuit que le
Japon se pr6pare A lutter pour la mai-
trise du Pacieeique.
Le troisimre accident dans 1'Uecadre
de la M6diterranne est insignifiant
TOULON 7.- Onil announce o'icicille-
ient quoe les varies du a hloco e
hnt insinil0iantes ; q'i.coend o avaid
Inystdrieuseinenit eclat6 dans un rou-
leau do toile pcinte et it n'a dktruit
que I'dlinoleut, couvrant le plancher
du ina gasin ou il s'est produit.
Mouvement sismique
FLORENCE 7.- Une violent secous-
so sismique a did enregistr e cot aprrs
midi par le sismographe de I'Univer-
sitd de co tic ville. Les secousses n'ont
fait que se r6peter entire 4 heures et 5
heures 50. On eslime qu'elles ont du
me prodire a une distance de 5.775
miles.


Les voyages de Falliers sore
nes. Le Prysident ira plut6t
Midi. L'imp6t sur le revenue
PA.,a.- 7.- Les vov.ies que l
sident Fallieres devait faire e
vige, Suede et )anenlark ont b
mis h uno epoque ilndtermin&De
no s'effTctueront probablemewnt
avant 1908. On lie don0e aucaun
plication quant A ce changement
plans, mais on croit qu''il eest dt
situation inttrieure, et qu'au
d'aller A l'ctrangir, lo Prdsidentdo
116publique feraune longue visitej
la rgioni viticole. prolbblement
le mois de septembre.
Lo parlemeit entrera en vacaM
vtrs lo 12 on le 13 jiillet.
An course du conseil qui a en i
liter martin, les ininislres ont reco
qu'il 6tait impossible de fire vo
avant les vacancies le project de loi
latif I'imp6t sur le revenue.
Arrestation d' narchistes
B.aRCIELONE. 7. -- Quinjze anarcli
souLp4:onn6s d'.tre les auteurs de
sordies electoraux d'. mois d'A
out tc6 arrites.
La mis6re en rdvolte
fliE 7.- U.je dl6p'che de
gnre ianowtce que. )pot-Iss par li
s're, les pay.sans de la province
(:Caliaii se so t soulev\'s; le
nctit est dirig,. par les socialist
Le gouvernelnent a donn6 o
un reginment de la garrison de
de partir pour Cagliari.

otel Belletv

DtJEUNER DU ro JUILLET
MIDI A 2 HuRES
Prix : G. 2.50
Melon d'Espagi.e glace
Radis
Hareng \ la Sainte C&ile
Blanquette de veau
Filet mignon aux poinmne
Flageolets au larJ
Iiz blanc a la Frinqaise
Annaas au vin
Fruits
Cafe
1/2 Vin

TRIBUNE DU MATIn

Ouanaminthe, 30") Juiii 197.
A Monsieur Saint-Louis Thi
Fort-Li
. Oh! plaignez-le plut Ot, vous don't l ec~w
S~ont faol;umites au bien, a I& v.rrite! Le bl
SN'atteint point l'igioralit, nile desben *
OS WALD DrIJ"
Monsieur,
11 a fall, certes, I'apparitiof
brochure intitulde Aflaire St-
Thimotlhe & Damisca Nelso
des observations sur le jog
tribunal civil du Cap-HaiiOen,
permeltre non seulement A IDj
aussi au public impartial, doao
saurait jamais influence le J
par des arguments spcciecI,
htlas une just idbe de V .
de votre mbrite et de voiM
tion 1 !
Cette brochure, je ne I'
qu'au point de vue seui'3
suites, des avanies gros.sI
insinuations malveillantej g
tient centre moi; c'est*- '
ne dois m'occmpeor quO~
prudent insulteur i qoi Jo






la monnaie de sa piece, sans
ir savoir si sa brochure a du
rou non. Cela m'intSresse peu, car
.-que c'est votre signature .St.-
STllin^olh6 soule quo vous avez
griffnner avec son orthograplhe
le, grAce A la patience et au de
ent de vote prdcepteur de F ort-
t, qi adore aujourd'hui cc qu'il
hier. Donc, vous n'aviez pas
fire grand'chose dans la circons-
bien que touto a lalourde res-
ilit6 do li diatribe doive poser
vous personnellemenit.
s, quo vois-je dans tout cela ?
ruine, A laquelle travaillent vos
taires, d'un common accord, on
faisant vider votre coffre-fort
one cause don't ils sont plus que
one certain de l'insucces : carils
itn qul lette causJ est inauvaises
u'elle n'a 6t6 suscito que par
ambition elltrene d'acqudrir des
s per fatS el nefas !!
finaltneiint, 0pour comlbler la me-
cette measure d6loyalo do vous
er- ils vous ont fait publier une
hbre qui vous a coOite, voyons !
veux de la It't, pour ainsi dire.
veux ktre simple, concis et pr6-
epuis Ie coinimencernent jusqu'a
n de ma lettre doit Io, principal
est de vous renvovor sans gtiie
pouilles, tout en profitant de cotte
rtunilt pour vous denmasquer de-
le public qui, ayant pour coutu-
de vous voir sous votre redingote
kt votre parasol blanIe, ignore
cce donit vous etes capable en
ietactes vils et inf.imes !
ije tlch3irai do nt pas me Inon-
SAuiant de la phrase et de la rh&-
ue, pour no pas vous dpplaire
pour no pas mn6riter aussi l'amer
he que vous avez faith aux meem-
ded la Commission d'enqu6te do-
le de Ouanamintthe, qui a dOI
over la phrase et la rh6toriqueo
bien exprimer la voritc centre
don't la cause est mauvaise et en
'r'du bSnateur I) -nisca (ui est
riner rdel et veritable des dix car-
de terre a .aM1rande, lesquels
I'objet de votre convoitiso.
aantaux points de droit que vous
soulev6s dans votre magistrale
bure a I'appui do votre cause, je
stiendrai toujours do les discuter
Y vous, car notro discussion se-
sans ilthrot, 6tant donnit que la
stion litigeuso est d.ftVrde en jus-

Oec, attendons avoc patience le
lit de la Justice, qui est une pour

a'lilurs, si vous 'tes fort do votre
, poarquoi vous ellorcez-vous
e tait de lo faire comprendre ?
quoi qu'on disc, quoiqu'on fasse,
roit iiompho toujours dovant la
ice.
'ous conscilledonc, par pitid, de
Iaquilliser et de vous reposer;
SVious continue A vous dtmo-
.It, vous n'aurez pas I'immense
I de voir so justifler toute la 9
que vous place en la haute
,ilble protection du Chef de l'Etat a
ICbiet; de voir se rnaliser les s
e' .que VOUM fonde: dans I'e.prit
HI de Mosieur le Ministre (<
Andrd; et de voir se manifes- i
partialiMt de Monsieur r'Adminis- 4
Sdr Cap'Hailien, propose doe
Sditrend avec le Sanateur Da- i
lequel diffTrend est maine- i
Sdevant le tribunal de Cassa-
-a R6pubdique. -
dooc vrai de dire que quand


on se noie on s'accroche a n'itllporr
tquello branch. Oh! quell 6trair,
conduit vous avez tenue !
Aprnis avoir vainement ess avi. d,
prouver par do. fausses allg titiori
don't j'ai bien ii, quo la ferme de di.
carreaux do terrTc A Mdrande P vouw
rjvient, sentant que votre causee ii
pout rien gagoer sur Ie terrain do Il
Iegalilt, vousI avez tout de suite chan
g6 do ton, en cajolant le Chef de I'L:
lit, 1L Miiistre doe 'Int6rietlr et I'.\d-
ministrateur .des finances A qui vou.-
avez donin de l'encensoir, ot, finale-
ment, vous les avez supplies de vou:
donner une chose A laquelle voas n'a
vez aucun droit.
Oh non, il no faut pas vous altten
dre A quoi qu ce soil de la part d ce:
Personnages distinguds et honorable:
qui savent mieux que vous que cLha
que pouvoir de I'Etat a ses attribution-
respectives, et quo leur intervention
dans unatrfaire don't la justice esl d&-
j sai sisi erait un enpitliemeint don't
ils no voudraient jamais so rntldri
coupab.Ls pour plaire A un vil trve
cominne vous.- 7TuA Mrcellus ctris.
Dites done, Monsieur, si vouis 6ti.z
bien p6n6itr6 du contenu de cetto bro-
chure, auriiz-vous eu le courage de
in'en adresser un eXOip)laire, vous
InvIile,(ed votre propro calligrapliie.
Jo crois que non, car vous avez
Irop pear de volre peau, car Ie cou-
rage* civique vous mnaii(Iue ot vous etes
enlin un couard don't on a toujours
eu pilit a Fort-Libeiir.
Cependant, jo ne vous pardonnelai
pas votre exc.s d'ignorance eli vous
donnant une leIon convenable, grAce
A laquelle vous vous parderez A I'ave-
nir de vous exposer A la risee politi-
queen signatnt,une brochure ot ua plus
jo vous envisage, moins jo vous re-
connais ; et votro signature y torme
un vilain contrast avec les id6es mini-
ses, bion qu'elles soient erron6es.
Mon sang pktille dins mes veines
en lisant votre passage ayant trait aux
six recus que je vous ai delivres et
que vous avez eu le courage, I'auda-
ce, do surcharger d'une facon si gros-
sicte.
On a dit pour vous dans vote bro-
chure ique l'enrcaiscf mentt dliu prix de ces
quatre anaides do' ferml, no figure' pas
ldais mes livess. Quo dois-je vous r&-
pondre ? Jo voudrais vous souinettre
Lines lives, mais qu'y verriez-vous ?
Rien, absolument rien !!!
J'aiine mieux done vous ief6rer A
'Admninistrateur des finances du Cap-
Ilailien, qui vous dira Ie contraire de
ee quo vous aviez eu la hardiesse eo
la m6chancete d'avancer contre moi.
Sans doute, vous in'avez jug6 d'a-
pris vous, car, vous savez que si voire
bon nwtaire existait encore, vous au-
riez deja, A I'aide de fausses pieces
qu'il aurait fabriquces complaisan-
ment pour vous, recdld imoi elmon quar-
tier dans les poches de votre paletot.
Je vous plains done ignorant, de
vous ktre laissd charger de l'argent de la
gabelle I
Mais ne croyez pas que Ie faux que vous
avez commis dans mes six recus, qui
sontdesacles officials, resteraimpuni.
Votre chatiment arrivera quand mme;
ear, il faut quo la Justice repressive,
nformeo d'un faith si grave dont vous
ites rSellement I'auteur, vous condam-
ie, faussaire que vous etes! a la pci-
1e affective e'c infamante que vous
mnritez.
Pede ptena claudo, dit HORACE.
Votre cause est si mauvaise, que
rous ftIltes oblige de metire tout en au-


: rre pour vous creer quelli.es avanta
g .s : le terrain qule vo s i',': transform
,.'," enfour'ra?,re, ( depulisquanid ?.) vo
ia ilnauc.r que l'on c ,il aftimer, tout
s e dit emphatilquelnit saulis p s),ii-
SIqic ces clioscts ls ct rI)butaiint
s i'ont quo fair dans uii point ie dr oit
VOUsosez avance'r lIe 0 t vousIll iapporte
* i l'I'tl pr'ae Jde c in,iq le ilile m l oillr,
* or'L, 'itain l, piir l ch I le iie Il,' (e 'li/
- S'pt na ires eoiinmc- s ',l,.,tI e idl r.
Q (uelle at bst dit ai espjl t st rieul
Snoe 'etui j unais debiic.
SOi lais-sz-vous douc I'liabitiant (qu
s peine et (lui stio pour alimnenter r6elle
ilnclt lai caiisse publique ?I
Quant Ai vous, vous 1ie faites riec
- pou I'Kl:at ; vouis lii verseCz lout 1o11
Snement coe ('C I'habitant n i )roprilair,
Sdo campiclio \vous Lriclt (Ipour le Tr'
sor public, en vous verdant ses bloil
* de caimpciil e.t dans s les conditions l
Slash que vous lui avcz tonjours 1111io
Sees.
t A part vos faux lpoids dont cos Lpatn
Svres liabitantis so i)laiinillit tol s le.
jours, oil sail ave.. quiele us11?' votul
fails vos tiafics daills vote iiaisoil i
Sdo cominci'IIl (i i, po Ir tl11 s1illlp
advance de fonds, rtclaiu toujours
(oCent pour Cenit d'inl,'t( ceii obui !'! '
Vo'ilA C)omment vou.s -4;1iit i Ic
pauvres l1tibiLtallnt, qui vou)ls procure lit
les inmove dinlutenter tant do mauvais
p'oces, do fire tant d fo!!esd ltpetlleliSs,
sans savoir (iue Ie ioit'ainitl l.i I tI Itil
vaul mieux.c qu l.i !/ir,' quiai vole.
ID)cidemclnt, vous auricz \oulu vtou
reaveler litt6rateur, Docteuren droit !
D)cid6ment, vous aurlezvoulu Il)Iou-
ver que si .Mii, rt, e '.est sortie tout arridc
dtl ceri'eau ile Jipiter, vous aussi, vous
etes sorti tout instruit des entrailles
bodies de vote mire Et vraiment,
toutc2S les cilles titu mond,' so ldisputlriiclt
I'hoineur i'auoir ru anitre cc, yros /r '-
res Saint-Saitl pr,'icillid. .Mai, n1on,
malheureusement vousI n e pouvez
nous fair aucune surprise sur 'votro
valour morale et intellectuelllo.
On voius a dedjAi ese ; io vouis d(-
jA vu A I'euvre juscqu'au Parlemient otii
vous rtciliez si bieri votro j'approti''e
(lu'on vous avait paitietilmCiit eiiseiglie
avant de partir.
Vous iarlites couvelr d( ho10 1,
ayant lt6 I'objet de la risede ldc a )popula-
do Fort-Libert don't vous encoullrItes
la r.tprob)atioln, )pour lui avoir enldev,
par passion et par violence, ses clhers
su fflrages
Et \(vus .-,avez dans (uello chaiso,-
netlt I s ap jpropi i&e e'le expurimnait tou-
to son initlignation dans la circoinstai-
ce, l ant ,ilecte dollnt je me rappell!e
encore I'tair !/ai et lharmoniecatt. et don't
I'auteur ( c'cst ai ne pas y croire ) est
votreconseilleretvotre prcelpteur ac-
tuel.
Je vous contest eUnergiquecment vIo-
tre (iqualite tde bon citoyet don't vous fai-
tes si grand Mtat dans votre brochure.
Oil avez-vous jamais donn6 la preuve
de votro quality de bon citoyen ?
Vous etes plut6t un mauvais citoyeni
car, au lieu de crier analhna, tlericl d
la guerre intestine, fl/au de toulte nation i
n'avez-vous Ipas toujours chcrch6 A
bouleverser le Pays ?
Sous le Gouvernement d'layppolite
l'y auriez-vous pas allum6 la guerire
civil, si vos machinations antipatrio-
tiques n'avaient pas et6 decouvertes
a temps ?
I.e Gouvernement, d'lyppolite qui vo-
yait en vous un speculateur plut6t qu'-
un politician, vous avait seulement
rel6guea Tibuion pendant des annees.
Done vous etes un veritable boutoe-


- f i revolutionnaire, et la loi insre
- at Mlonitcur ;i laquelle vous avez fait
s une satirique allusion, loin d'avoir la
a t'vertu (ite chatiiqer un holmne(' en fem nm
ir t tite /et','f at /omi ene avait plut6t
s .-i!O die vous condamner a la peine
. capital, dans l'inter t de la paix don't
Svo\,ss n' 'tes point partisan.
s I:n provotuant 1'honoralle Stniiateur
I I .iisca p Iropos de son diargement
't inladiet ,- d la lepuIlitt,' depuis Ilt)u i
x iffiU, vous lu'avezdoinni un intires-
-ianit stjet (poiiu aclieve'r ia lettre et
ii ce sujet est d'autailt plus iit6ressant
!- qu'il concern l'ordre admtinistratif et
financier.
I <>(u'entenlde-voiis dire en :ivan;:ant
- te le *e S ,btt' D,tnisa itnarl / aul liud
e' ., I an ,<-o,) l, s /.. ,<. 19HHhi I.H9 J ? Kst
- Ct lIa Souitli, /lou.sie (an ilint fjil" et li-
s < ii vous avOlnilant,. volus enlpt-
- clio ( d iseiriner c(t d( iai.-onnliir '?
- J silis ol)liv, do prididl't ici la dd-
k'iiso d( l'aiii ltainisca alin d(ti fare
- I's i tir ul i .itl ill a;il a '4colipli en


r l:'Llur do la It'-pul)bliqluet. (:e dltnitl
Il' it is s;v / dans ( iiinrlleis ftorlsi
t Il',l t.lllf I' t atl l (i I : C loit l ; ctol lie 0
lIIi ;a c nfi'*r (;' .t doiic biCn juI tP (iio
StI'vanIIt S ilt I'aIs I()lIonoIrableinent, it
'oijt il'tlilil'. Mais, vuls, ( i t'est ot e uil
Voil-; dotmlii (i 'i li lpension civil
tic r,,i' ,Uitti' if/loi) '. donlit vous joilis-
so dvpuis d- t anif'es ?.) (Coilioen d'an-
ne''ts de s i vict; avez-voi.s 0 liilrni a)1 aI
Ittpii' li iqut )IP 1r avoir droit A cetto
|)etisio ?" II est de notol'ri't' |ltlipliqiue
< ui voi s l'av/.z tfo foiuctionliaiei do
I'llat q u'uii1 s ,ale fois dans votro vie
plendalnt toi's iLn,,t.s ,', irs et cons.dca-
tics c(nl li D ,upttel d lit uple, et ii
tron)iinpalt I't.tat, g.raie a nI faux certi-
licnt quin vI s a ta(. t .liv ', par d1.s
itnoA )lc s c i pltl~ is it et faliles, n'"-
li<[i'.c/Z-vous Sji.s an d(tudget pOUr cia/-
'/q(111 t' ),i','. i:s I| n ois Voil IA iIno
scrxl i.-, \)i.'I ino fouilbeiie, voil;
uln fait i)dont voIs-; devez rougir, de hon-
tO, car c't'et tin vol liqe vous. avez fait
a la nation !
IVoez (t done i lle (diff'rroncet il y a
intlie votrri' li irgenoi lent et colui dui
tullnatleilr Daillisca
Je vous laisse in~tintenant honteiux
et confis Idevant la nation qili, s.vCre
llent, v)l s dei nando ;le renmbolivse-
Iiointt l cc e(pi vouls iui avez iil,,v,
fiaud',il('lis'l 'iint. () i, j voius laiss.,
't vous t-tIes telleiient conta iiiin'. que
dol(n-ia aiint, c'e"st lion arlie (pjii, au
lJesoinl sillr lI toleaiin (id'honn1iiu. vous




tides.
Loc i .\ JEAN BAPTISTE.
Sous-Pr'dposd du Quarlier de Ferrier.
f

LA PHARMACIES

Emmanuel Alexandre
88, RL'E DES MIRACLES, 88,
Se recommande pour I'ex6cution
prompted et exacte des ordonnances a
n'importe qu'elle heure du jour et do
la nuit.
Drogueries, Sp6cialit6s phar-
maceutiquesextremement fratches.
PRIX CONSCIENCIEUX.


_ ~~ --







COMPA'GIE P. C. S.
AV.S
SocIET'r A NONYNE
MAessieurs l's actioniitaires de la(
Compaginie des ChIeminls det fcr do
la Plaille (i I(1-del -Sac soJlt coin-
VOj|li'S eni Asseisil lle geilr6ale e1
riardi ti Amt'i 11907, i 3 lelieies 41e.
I'apris-midi, a;n si ,ge Soca.l, sis
au ClIauips-d'1-Mars, No 53;.
ORDRIL DU JOUR
01.- ItAl'l'rT DL CNSEIL D'AD.1MI-
N.SThATION.
2".- PIs::lSNTA.TION DES CO.MII'TES.
:3". IEl.\i~ VELLE.EMENT DU (sN.SEIL
41'.- I)vi-:ns.
Port-au-l'iPince, le 1.) Juin 1907.
I.e i'r.sident,
G. SCHWEDERSKY

LA NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

I '1AITIEN 1E

I'lii hlollh mi l iir,1 ;i 0o 1i e i' i il
pii x li ln i .1 i lit .
ila, 1m.wia t I l oi ii lbw l 8 l 1
alvtv'llt' ,i'l i .',':il li l I c- iin- 1 mi ui-


Jt.nil. i .fis < nl '.\ it l't I -ll-1i i' l
1.1otta t i le!' l ';iii ii' l 'l Ii In aii i lU;I ntIV-
i t;lli n~llt lin'l nl :ill i ,I':1 il'tl io i t(' l olle
sontis uii'ni ;ill In'-, iin ,i ,* laliri' rin:lir'ir w
lII mn:lihinri 'll. <.s lhi, cins ruiti ,
li(ll llll,' nll i nlirl: Iial:llilt<' e-t Il l ,' 'i l ,in ,'rx,, ll es. -1;.
lillle ik s ii I)bois :l I tk- r I. 1 o1
.s ill I111 1 > -, I' l I iS i 1 \ 'IV C
line jolie o!iO v.l ille i ,il'r i ell
lb ,is 1't( ; 1'. 0 li o1
Je s,',.ti.s ll ,'i te .!\ I..\ ,)II-; 'o il ( s::ty,\'r
celti1 111:1 lil,,, .-,,it ,inl..' s iii\ 1,\oyi,./
vos 1 lltr ici l ir,!,ii, it sit iq te vous
lin s' I t aba;ili,'s.-i' |;tt I' iti rcn is, ,1 ; \'l o as
le 'r espold0.til- ,I .'i ;'l I 'rt-t u-l'riiice.
A ve ch l.,ll :i t h iliin j' v itl' .;m s
aili, i, l ,t li.i. 1 1 pl l \, i\, l ac,,.'c-, *l ,iro.s st
p|i'' .;

1 p!i.Ssei"ur 1 at)1 (-11 ."
4 ou l'.til r ili- I 't, 't-i dla-l i,'
dileu s ;I ) 1 biliiurtte i'llm il
01 .'' li_ A .t 14is rtic lii
\*;2 *:, ,.' i, ,'.,i- 1 li ie d'insti i in lioni
CH'i'. 1.1 ,' i; .c c: t [.tite spi'cialei nii !t
plour I.tilll.ilm t coutll i-iie.-.
Nicolas CORDASCO,
I, Al (; NT
1;'7, Rue urltdit',aini'i, oIu grand'laue,
PIorl- (t Prillcc.
V 1is rolit velre/ ("g; > ido len; t follies Ilt-
Maichelils at couli-'e de Sinler .LaLInufcs
ture Co.
Pour ecs clinmfal ls specials doe-
nuiiidez rlnseigimientlnts.

loIiquiets, Fleurs,
A venide chez MreVve A. MARTIN
lPOIs-VEitNA

A Vendre.
(lehz Mile Ltioni itl Solig s. -1 2 u Iu,
des Fioutl-forls. 22. e
Chapeaux de Panama pour hlomncs
IA ous prix.


H:i 'BELL VUE
I:I'.', T. I'l .V

Place du Champ-de-Mars
PORT-AU-PRINCE. (HAITI)

1111i llernanlce ALFRED
T61lphone, 220

APlPARTEMENT3 POUR FAMILIES
DINERS LUNCH.


I,,slallation amod r ad e,' conforlable. Vec sur la mer. Tempprature
douce el ryjguliire.--Les Tramways desservenlt l'ldtl Beellevue loules les 7 Minutes
p'P011)ll:TI SIPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DIEUX RUES
PROMENADES -- JARDINS
Salle dc riception.- Piano. Gramophone.
Sonneries Electriques


Tfiable d'llOte


Soucs les jours, de midi i 9 heure.s,
de 7 d 8 curcs ldu soir.


Phlarniacie F. Bruilio
67- 110 lIR:s l'.GALITi IT r i:nou.
Sp6cialit6s F. Bruno :
lPoadre pui.ssanideconitire mtlilaitmt. .:4I
IrlI igi(t, stI'ul daesi Jies ie I slilb it1 1
S ;r p tr( liashiitiat ue, ei;tinde ,llic'.c
conli'c lus accts d'aisthml et les tulix
i'qlletiiLie's leI Ltn.i ; I : 1. 5J,.
Coisullallion fraftluitc. :
Mardli oe JCudi dle S1i 9 It'i'Cres ,Il lir.ili
p:ir le Doctleur. N. TiOMxAS.

LAIIEVUE
( A.NCI:NNIk thV'UE D.Es II'UES )
]i{-.\ll~ :w'/l
A.BONN. I-ENTS :
I'PA1 ,AN I'AIl ISIE.MSTII
H1aiti S fracs, (16 fi'atics.


daent


L.es alianil ei eonts sent rcc I ( :.
I's bli''aulx du (< Malin ) scul
ip ir la I,'ipulblil e;o d'ilaili.


iloilquels llotlder1-style
A vendre
Chez Mine CtIAnL-S DUi'LI:.SSY.
lB lIS-11ADWiiE
(A c616 dt la cli:pelle St-Antoine.)

On )Demiiiaiide







Tif erezephirin Bell
Aacheler~le~sIibr uses 111ili ll








s .l'TisP r I til Il uO in i ars, c mille.n s ct o n-
-- -_ -_ -_. _..e --- --_ L --- --- _





fa : 's.-, .
lace de la Croix-de,-Bossales.

PANTO ALE TILES:
i PANTOUFLES MULES


G. 2.50


A~'LS


L'AD ., I NISTRATION DU
SERVTC: HYDRAULIQUE
de la (CA P'T ALE ,donne avis aux
ibouic'- al('ils doivent signaler tou-
joinls ia Ii)ps et par lettre d'une
Smail:u:<: formelle et non pas de
viv.- vcoi:: .ux percepteurs leui
mai.Lio d('Iu, alin quo measures
soient prices en consequence pour y
rernmdier.
T'outes reclamations produites en
dlhliors des lprscriptions du presenl
avis, ne stroiit Lmllcillmeit rises 1en
U', -; ,6riallfi.
Ello leur rlapplle, en outlie, qiu les
iolbinci s de lpis;ge nie doivenit pos
i't a lais.s's itulilenlli lit O'IVe l Is, ce
flit constituail t tuII abus toujouij s r 16-
jildiciable al sci'rvic dt la distribu-
Ilion (ft CXfeOi-ait I'iiOlllm lli eli est
ctiupable A la irCsiliation do son abon-
iltemenit.
Potit-a iiiu-Price 21 juin 1907.
LA DIRECTiON.
.-''- i- -- i i
PHOTOGRAPHIC
.T, 11'T. 1 uaplessy
1 A0, I:;.E DU CENTRE, 120
Kit lc I.s !,anrmnacies Bayard el Thdard
ravaux soign6s
S'PA:CLALIT :
A;riandi.- clients au photo crayon.
lReproductionis.
Nouveautes
Prix mod6r6s.

On Irouvera fouviage de Monsieur
D. Vaval ilnituile Coup d'wuil sur r'd-
tat vcononique et financier de la Rhtpu-
blique d'HaiHihet', che-z Monsieur F.
'lhizaire, ;ilgle des rues Geffrard et Fd-
roln.
Irix G. 1.



Kola-Sirops-lipieirs
ALEXIS BENO1T
Rue Traversihtr


A. ll lIattlis
3t2, Rue du Magasi,a derl
hMlison fondee el 18E8.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gr
Vieonl dle Iec('Voir l's :iicdes
lumnlite pour ll'les ools lis plu d
les. Les ipafl:nls .xquis et rate
lelicaltesse lipeil larnte ( iuelle of
clients south de veritables petites
veillcs.
.Les dernires mrirques qui chl
ie Tout Paris sont chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, Trfoli4,
Cyclamen, Vivitz, etc.
L.a mai-on a toljours un g
sortiment (de bijouterie, argc
bibelots de tcus genres, parfu
lunettes, montres or el argent,p
les garanIies.
Sp&eialildtis: l,;ues fi:mCaiseseel
lantis ia partirl le P. c;0O, alliana
IS'" K aiigliss et fraitiAses sur
rni il ,i,. Service e tl'argp uterie
I 01 11' I .s
lTous les aiti> !'s velilus par li
son son)t a1 anlis.
Achlat de di.imaints, Iierres
ses et vieilloe Iijotterie i des prua
tagcux. D)erlnier ii: ILunetles
(:)onlie r1iciii-e de J)eux, do
limi bi eS-liOsle ,l'llaiti, la liaisn
hti-s en vote /'ra mc de port sous pir1
11iiiinu lt (l.lls I niti les \ iille de Id
l)liqlue : I.unettes (iu LorgDODsenD
inoxy-lables, sclo'i les prescription
Docteurs ou ilistructionsdesacl


RHUM-SYLVA
Produit de l' Usine St. Miche An
\'iillisscment nalurel jusqu'
et 15 ars.
Pnix TIrnS MODAiES
Ve-te en gros et en ddi
Maison M. Syl
43 ,Rue dcs Fronts-Fortl

Industrie
MANUFACTURI~RE NATION
Julien Desrochb
INDUSrTIEL
Faux-cols, cravales, manchtU
et calecons
Ecole des arts et li'



Phliarmiacie .iD.
199, Rue du Centre 5
Drogueric. 'i oduils chil
plharllaceutiques. Eaux n1ii
Lurelles. Antiseplique s .o,
rilngues do Pravaz. Aiguill
ne iridie. Tihermometre
minute. Sondes de N latoo.
glace. Cigarettes ( anglai 1)
SpGe ciatitCs pharnaccau
Execution cxacto et rP
criptions. Analyses c I
scales.


--- ~-------C--C---