<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00075
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 2, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00075

Full Text
i AjNN E, No 76.


MARDI, 2 JUILLET


)


I


QU CTIDIEN-


ABONNEMENTS:


As xois Une Gourde


D'AVANCE


DEPARTEMENTS & STRANGER :
vrais de poste en sus.


DIRECTEUR :
Glezxaent Magloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMIRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent du ier. et du aS de cbaque
mois et sont paya bles d'avance
Les manuscrits ins6r6s ou non ne raot pas remis.


Pour tout ce qui concern 1'Administration


du Journal, s'adresser NMonsieur


Arthur ISIDORE,


.5, Rue Roux ou Bonne-Foi.


DIVORCES E' R' EMARIAGES


Done, ii parit quo mon rire stri-
a tris d4sagreablement aux sen-
Bientales orailles d'un de nos lec-
Purs, Mr Lamy Desfames qui, bien
I'exagriant :n pen les intentions
'ilme pr6to ne m'en a pas moins
P', le plus grand plaisir par son
SdIgantetses sentiments ddlicats.
ne nous sommes pas fait faute
her sa lettre dans notre nume-
20 Juin. Je dois lo remercier
ksynmpathie qu'il tmoigneau a Ma-
rte lemercier aussi des mots ai-
qu'il a pour moi ainsi quo du
qu'il a bien voulu so trouver d'ac-
avec moi sur un point,- or, je
dre ce point pour essenliel.- II
en effet de la measure que jo
sais dans mon article et qui, se-
moi, pourrait, a un degrd conve-
e, remedier aux inconvenients
0n croit pouvoir supprimor avec
stitution inopportune et pritnatu-
chez nous du remariage.
Lamy Destames, dans sa defense ar-
htede la gent a robe prend aigrement
parties les gens do robe. II se montre
%severe envers juges et avocats qui
smenit, dit-il, une grande part de
ponsabilit dans lesdivorces malen-
wtreux.- II y a certainement la de
exagRration. Je crois savoir au con-
.ire que d'ordinaire nos hommnes do
1 south ti k ennuyds d'avoir a s'occu-
erdes affaires do divorce. La cause
umal git plut6t tout entire dans la
aLvaise education haitienne qui, d'a-
Od,ainsi quejo le disais l'autre jour,
Os oblige toujours A d6ployer nn
e au dweass de notre condition,
la marRvaise education haitienne
Sfait de tindividu un tire ddpendant
',sIerv issant t !'aide et du contr6le
ratrui,
aL femines se plaignent, nous as-
oLamy Desfames, que ce soient
moinies qui font la loi-, qui la
4tselQn leur cmeur et leur tempd-
tll t. Ma foi, mon cher Monsieur
Y, s'il est vrai ce que vous dites,
%et vos jolies clients, que le
llateur juge et vote selon son cmur
t temperament, il est bien clair
Wl.tra dana ses lois toujours
d e douceur et d'amour et que


sa.illzs .ei y pachartoo a SL-A
dresse pour la femme, la feonme A qui
vont le c'oer de l'hon)mo etses son s,
par irresistiblo vocation. Vous n'allez
pas me dire qu'on pout ainmr ct en
mume temps vouloir du mal a l'ai-
mre ? Non.
Vous vous rappelez la declaration
d'amour de Cyrano:
Non, non. mon cher amour, .e ne vous aimnii- pas !
Je ne sais pas comment est fait le
cceur de Lanm Dasfames, manis je sais
que tous les jours il s3 verilie q.;9 les
femmes sont tres conscicntes de la
Spuissance de leur faiblesse su;-q 'el-
les savent en user parfois ciuclle-
mient et que I'homme, lul, depu st'es
temps anciens se ravale en gnnullexion
de ant cette faiblesse tyrannique, de-
vant
Ces pieds, ces picds charmants, qui pa.ssent, ces
pields d'Eve.
Que l'on prend ldans sa main et qu'on met sur son
c mur
Mais qui n'y restent paq. 16gers, prompts, intiileles
I'aits pour rousluir apres atre venus a nous
Un livre de vers lias qui marque dans notre june
litterature, n'est si admirable ct beau
qu'a cause du sourd bruissement de
sanglols qui lo traverse -et que, pour
cc qu'il semble s'en egoutter tout -le
sang d'un gran 1 coeur l b:ssy: souf-
frances et larinas rytlmeos, attesta-
toires de la tendresse et de la nervo-
site do nos hommnes; du sens rassis
et dii dfatit d'inci'riati'on aux embal-
leamonts pa$sikonnels chez nos femQ es.
Mai attklderi Mba .*oral tdidqBeur
v4tM ;etbod qe1tla aftisbttta. parole
pas plus haut que le sentiment quand
ii s'agit de L'amour,, de rl'ampur qui
ne connaitl pas de toi.* S6itl4e con-
sei's i ele d: nson avis (que tutefois
je i'aiincrai. lpas avuir expri s Iec
premier. Mais alors qu'cst-ci) que
,l'int6rt dti' Ia fLa ill et do ,La Soci(.-
les invoqu3 tla us le tcxte de la pro-
posiloni de loi 15on, vient clherchccr
dans; la qlutctioi?
On n'a qu'une chose a faire. (est
de dtcrdter la mise en vigueur des
principles t hauts-philosophiLsll et
sensuelsa prconisds par Madame
George Sand:


Un hommeet uhe fe:-me se rencon-
trent et sentent qu'il llotte entire
eux des affinitds 6lectivcs. La con-
versation suivante s'engage: e Vous
mne plaisez. Est-co que jc voIus irais,
inoi ?- Oh vous me !latle- est la rc-
ponse de part et d'autre. IEh ,ien !
niottons nous ensemble. -- Ainsi est
fait. Du temps s'6cou!e. (l'n jour, la
femme'dit "a 1'homAme: All! ltu as cesse
de me plaiire,- je' voudrais nous quit-
ter. L'hommer6pond I Ma foi: toi nez
ne fait plus mon caprice et tes yeux
ne ~m'dmeuvent plus. Plaquoads nous! -,
Et ils se quittent.
Des jours se pa-;sent. Les ancieiis
tboons amis qui n'ont pas troiuve ail-
icurs les commodit6s et I'agdinment de
leur ancienne association, so revoient.
L'un dit: (Tu me re-plais, tu sais !-
aEli bien! vrai! voila quoe <:a me re-
prehid, moi aussi, jeme sens tout cho-
se de t'avoir la!- Nous nous remet-
tons ensemble. .
Et les Ilvres se renouent, les doists
sc remaillent en attrendant line pro-
chaine rupture quo suivra une nouvel-
le reprise.
Au temps b6ni oi nous pourrons
aller ce train-la, la Loi ne coinnaitia
plus I'Amour et nous nous le devrons
a ce fait qu'aujourd'hui 1'on veut que
l'Amour ne. coinaisse pas de Loi.
I'Amour ne connait pas de loi ...
Cela est sans doute trbs joli dans Car-
men; inais ce quo cela serait tarce
dans la vie! Peut-etre aussi que
cela sinplilerait icen d'autres choses.
Aiosi les tribunaux n'auraient pas a
connaltre, au grand scandal de I'u-
nivers entier, de rigolbochants divor-
ces pareils A celui ou Mr le Comte Bo-
ni do Castellano demandait trLs se-
rieusement aux juges de condamrier
sa femme lu i consentir une pension
aftinentaire ( I!
Et ce fait me procure I'occasion de
siigaler un autre danger du rii tlta ge.
Supposons lue .Mad i- (olll
(ayant pu conlllait re stun a cie) n-
pIoux *du corps i tl'me et des pieds
a la tttee veuille repL-endre avec lui
la vie conjugal. Le clihr C(,inte, sore-
cent y corisentira avec empressement
et lui qui r6claina la pen-sion ali-
mentaire que vous savez, iil i'li'sitera
pas renouer dila clialne vivantte
qui lui procurait naguere tant de fa-
cilite pour conduire son haut luxe et


entretenir son coiiteux train de vie po-
litique.
Mais alors qui peut imaginer I'A-
pret'd du calvaire qu'aura & regravir
la pauvre femme kau cueur 6ternelle-
mnent ivre, a l'esprit ternellement en
enfance ?
Et encore, cette affirmation tendant
i 6dtablir l'irrespo,.xabilitd chez la fem-
me, jusque A quel point faut-ill'admet-
tre ?'jusqu'A quel point est-elle vraie
chez nos'? .
i'La fin d domain).





R 7:NSEI G IENTS
METEOROLOGIQUES

O )Userva Ltoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


LuND! aet JUI.LLFT
Baron4~tre A midi
Termpratureminimum


763,
23,2
35,7


Moyenne diurne de la temperature 27,1
Le ciel un peu nuageux dans la jour-
nee s'est couvert rapidement entire 5 heures
et 6 heures. Pluie d'orage A 6 heores me-
sarant au pliviomrtre 10,4 millimtres.
La brise de mer a et4 r6guliere. Le baro-
retre est en baisse. Agitation microsismi-
que A 8 heures 30 minutes do martin do-
rant 20 minutes. Direction WSW finis-
sant par SSW.
J. SCHERER
Tribunal de Cassation
SL( .TON CRIMINELLE.
A udiiC'ne' du Lundii, Ier juillet 1907.
Prdsidence de Mr le Vice-Prbsident Er-
nest Bonhomme.
Le Tribunal prend siege A dix heures et
dcmie du martin et entend les affairs sui-
vantes :
to Pourvoi du sieur Didice Batiment
Bazile, contre un jugement du Tribunal
criminal de Jacmel.
I e juge-Rapporteur L. Denis, done lec-
ture de son rapport.


i


I- 1. ~e I- ,-. -- I- c-


PORT-AU-PRINCE (HaiTI))


1907.


La .






Le Ministere Public, Eug. DWcatrel, con-
clut A la cassation du jugement attaqui.
20 Plainte de Homme Petit Loute,
contre le sieur Cacius Arnoux, Juge de paix
de la Commune de Gros-Morne.
Le Rapporteur, le juge C. DWjean, lit son
rapport.
Le Ministire Public, Luc Dominique, d&-
clare, dans ses conclusions, qu'il n'y a pas
lieu A suivre centre ce Magistrat.
Le role 6puish le siege est levc'
Un assassinate
Une femnie du nom d'Elodie a ete assassi-
nee samedi soir dans les hauteurs de Tur-
geau. Ce meurtre a un pourmobile la jalousie,
ainsi que lont dtabli les premiers interro-
gatoires de la justice.
Le cocher Joseph vivaitmaritalement avec
sa maitresse nominee Angele qu'il r6solut
d'abandonncr ces jours derniers pour con-
volcren justcs nocesavec lavictinie. En plu-
sieurs circonstances, des scenes se produi-
saient o6u &latait la fureur jalouse de la mai-
tresse.
Samcdi, aprcs que celle-ci se fatf bien
renseign6e sur les intentions de Joseph, elle
court, folle de rage chez sa matelote
qu'elle rencontra sur la route et qu'elle as-
sassini dans les conditions que l'on sait.
La justice l'a dcpos e en prison ainsi quo
Ie cocher.
Vol
( )u Soir I
La semaine dernijre un abo.i. dyspep-
tique du journal le Matin offrit 1ooo dol-
lars A celui qui le guerirait de son mal. Pre-
cisement A ce moment la le bruit se re-
pandit que le Pharmacien Emm. Day etait
possesseur d'un remnde, qui, employee con-
tre la dypepsie avait donn6 de merveilleux
resultats.
Cette nuit done un voleur qui nest pas
un vulgaire voleur, pendtra dans sa mason,
Rue Ferou et n'enleva que deux dames-
jeannes contenant une maceration. de
I'6lixir contre la sterilit6 .
Comme cette maceration n'est pas encore
A point, pricre a la femme du malandrin -
si toute fois celle-ci est sterile, de ne point
en fire usage. .
Administration postal
SERVICE INTERIEUR
l.ttres recommiandks en souffrance.
Camille LUon, Antoine Simon, P. A.
Cantave, ( ddput s ) Loon Oswald Durand,
). S. Sam (Gal. ) Ldopold Gousse, Char-
les Casscus, AlcnaisJean-Baptiste, Alexan-
dre Roc, Dupont Morisseau, Salomon Rd-
my, Joachim Jean-Baptiste, E, QuCrillac,
Demitrius Jh. Riviare.
Madame Veuve B. Cassius Gilles, Dor-
sainvil Almand, Sibard, Veuve Almicar
Basquiat, Mademoiselle Agathe Bernardin.
Chambre des D6putes
Seance du lundi, ter juillet 1907,
Apr6s les preliminaires d'usage, laCham-
bre a entendu la lecture de plusieurs rap-
ports de Comit6s. Puis le Secr6taire d'Etat
des finances dtant present, la parole lui a
kt6 accordte. M. Marcelin a pr1sent6 i la
sanctionde laChambre laConvention signee
entire L. Jaccoux et l'Etat Haltien qui r6duit t
24.ooo dollars les 35,ooo dollars accords a
la Compagnic des CAbles t6lgraphiques.
11 deposa ensuite un project de loi qui abro-
ge l'article 4 de la loi du 29 septembre
1892 sur la Banque national d'Hati en
supprimant les xaooo gourdes accordtes
a celle-ci pour le service de la tr6sorerie.
Puais rien oa'stat I'ordre du jour, on a
tev6 la 6ssau.


SPECIAL NOTICE

The American Minister will
be At Home at the American
Legation from 10 A. M. to 1
M. on Fourth of July, 1907, in
honor of the one-hundred and
thirty-first anniversary of A-
merican independence.



Manuelt dIlygien

Nous avons recu ave plaisir le Manuel
d'Hygiine, du 'Dr Dalencour. Ce petit ouvra-
ge qui st destiny aux Acoles primaires et aux
classes ilnmentaires des Lycdes et Colldges a
dtl autorisl par le Dipartement de l'Instruction
Publique.
Ce Manuel est pr&idei des lignes suivantis
du Dr Lion Audain qui le recommandent :
II fallait s'attendre A voir le norn du
Docteur Gaston Dalencour A la premiere
page d'un livre d'hygitne. Depuis nom-
red'aineos en ellet, il pursuit dans la
Presse une champagne d'hygiene trWs in-
telligemment conduite et opiniAtremnent
poursuivie. Coups d'epJe danm I'eau, di-
ront peut-4tre avec raison les pessimis-
tes, A cause de l'ignorance des uns, de
L'indillfrence et de l'incurie des autres !
Le Docteur Dalencour a comprise que
pour faire oeuvre utile, il fallait s'adres-
ser A la parties encore malleable de la
nation, a cell qu'on peut fagonner at
redresser, A celle qua renferme en elle
le germe pr6cieux de l'avenir. A I'enfan-
ce. Et pour que ses conseils puissent
avoir leur maximum d'eflt, c'est A I'en-
fant du people, l'enfant tles classes prt-
maires qu'tl 'adresse, persuade que
tous cos petits apotres, prchiant de pa-
role et d exemple, produiroit ldais les
masses rdealcitrantes, une r6voluition
plus rapide et plus eflicace quo no sau-
raientle fire tous los ecritsdolaPresse.
II a raisoun, just, mais faire un livre
d'hygibne scolaire A I'usage des classes
primaites n'est pas entreprise aiske.
L'hygibne est une branch d'une des
sciences les plus Olvees de I'Echelle de
hidrarchisation des sciences, la rmedeci-
ne.
Parler de choses si savainteis de si
jeunes esprits, qui ignorent meme les
piincipes des sciences qui m6nent A la
m6decine, offrait des dcueils vraiment
redoutables.
Le Docteur G. Dalencour, disons-le a
sa gloire, a su les aplanir ou les tour-
ner d'une fagon vraiment remarquable.
II a prouve par ce petit livre qu'il est
non-seulement un hygidniste, mais en-
core un psychologueo mdrite. On sent
que pendant les nombreuses anndei
qu'il a consacrdes autrefois A l'instruc-
tion des enfants des classes primaires,
il a bien observe et appris I'ame de I'en-
lant. II la connait a merveille. Le style
est simple, clair et pr6cis. Point de ces
mots que 1'enfant nest pas habitue a
entendre, qui pourraient awsombrar par
des lacunes regrettable le sons de la
phrase.
II leur parole par images et cells qu'il
leur montre sont peintes de fortes cou-
leurs, susceptible d'impressionner les
eaprits. Son livre est une veritable Le-
gon de closes de I'hygine.
Le plan en est trs habilementcongu.
Aprds la narration tr6s simple des faitu
oa les comparisons qui frappent abonu-
dent, oQ les exemples tired, do la vie
joumallare fourmilent, linterrogatoire
quI dii la arration en **e points


principaux, la rend plus concrete et par-
tant plus saisissable, la fixe A merveille
dans ces jeunes intelligence.
Ce petit livre d'hygi6no eat appeld6
rendre do grands services et nombre
d'adultes tireraient de sa lecture un pro-
fit indubitable.
Touhles peuplesqui veulentprogresser,
se d6velopper, accordent A l'hygiene une
place considerable. 11 est temps qu'en
Haiti on s'en occupe sdrieusement. II
est bon de dire qu'on aime son Pays ,
il est preferable de le prouver de totes
les manieres et I'une de ces maniires
consiste a lui procurer dtes enlants ro-
bustes et puissants, des citoyens sains
de corps et d'esprit, capable de le d6-
fendre vigoureusement s'il est menace,
capable en temps de paix de le rendie
prosprre et riche par un travail physi-
que que la maladic n'interrompt pas a
chaque moment et glorieux par des el-
forts iitellectuols conlinus auxluelsseul
peuvent se liver des cerveaux sains.On
y arrive aissment en ohbissant aux re-
gles de l'hygiene. II faut entin qu'on
aleve A la vie l'autel auquel elle a droit.
Cultiver la vie, c'est obeir a l'une des
lois les plus inmprieuses de la nature.
Ce culte est aist puisqu'il procure lta
santd, le Olus grand bien de la terre .t
la longdvite qui n'est pas non plus un
mal lorsqu'elle arrive a 6viter l'aflreux
cortege des maladies.
Jeunes nt lants et vous aussi adults,
6tudiez ce pet it livre qie vient d'ecrire
le Docteur G. Dalencour, suivezses con-
seils, inttez-les en pratique, propagez-
les sans, trve autour de vous. gagnez
a la cause acree de l'hygi6ne, tous ceux
qui vous entourent, et vous aurez bien
mdritd do la patrie et de l'humanitd.
Nous tie terminerois pas sansadresser
ser au Docteur G. Dalencour, nos plus
sinceres et plus chalereux compliments.
Dr Lf.ON AUDAIN.
A4ncien Interne en Midtcine et en Chirur-
gie des Hopitaux de Paris.


hotell Bellelt

DEJEUNER DU 2 JUILLET
MIDI A 2 HEURES
Prix : G. 2.50
Salade de concombre
Sardines lA 'huile
Foie d'agneau A la Maitre d'H6tel
Blanquette de veau A la Nivcrnaise
C6telites de veau aux ponmmes
Flageolets au lard
lirrizots rouges en sauce
Kiz blanc au gras
CEufs au lait
Fruits
Caf6
1/2 Vin


C N I
ilvOeles _traegeres

DEPtCHES BREUES CE MATIN

Grande bataille parlementaire.- Cle6
menoeau triomphe.
PARIs 28.- Les galleries de la Cham-
bre des D6putes, y compris'celle re-
serv6e au Corps diplomatique regor-
geaient aujourd'hua de gens venus
pour assister A la grande bataille par-
ementaire qui, auivant lea uns, devait
se terminer par la chute de M. Cl6.
menesqau t, saoivat les astres par


_ _1 ___ I __


use nouvelle victoiro de cat
home d'Etat. Depuis hier oI
deja que pres do 20 inter
sur la politique gdne6ale de
l'omploi des troupes dans l ',
sion des ddsordres an Midi et
fusions desang qui en tJaient
avaient ete d6posdes sur le
de la Chambre. Le vote de co
demanded par Il gouvernement
tl6 accord par 120 voix de
Guillaume II et la Frane.
PARIs 28.- Le gracieux accuel
l'EmpereurGuillaume a fait aum
men francais A Kiel et I'audin
a accordee a M. Etienne, Ian1
nistre do la guerre, ont prod,,
grande impression en France.
Les mutines du 17e de lign.
SPAX, (Tunisia ) 28.- Les crois
franQcais "'Desaix v ct A Duc'
arrives aujourd'ui v\nant del
franchl, out ddbarqui les soldaoi
17e de line.
Le roi Charles abdique.
LONDRES 28.- Le correspon4
du a Standard A M Ndrid dit qu
bruit court que le roi Charles del
tugal est (<5icid&t A abdiquer en fa
do son trZre le due d'Oporto;ii
probable que la loi Imrtialeserap
clam6e dans tout le royaume.
Le chancelier imperial est re-
t6 par le Ministre de 1'Int
BERLIN 28.- Un organeofl
( Reiclisanzeiger P announce qu
docteur von Bothmano-HollwU,
nouveau ministry de I'lnterieur,a(
charge de repr senter jusqu'a m
ordre le clialcelicr iiiiperial e
low. On ne sait pas encore qoi
unification attacker cette no
Certain I'intcrpretent come
gne pr curscur do li t'uture
du prince de Bulow.
Lesjaponais a San-Franciaco
SAN-FRANCISCO 28. -- Le CoDMsil
commissaires do police a reta
plusieurs japonais, non natural
l'autorisation de tenir des burN
placements, e;n so basant surli
elements inunicipaux qui reen
ces autorisations aux citoyesrI
Etats-Unis.
TOKIO 29.- Le refiis des auld
municipals de San-Francisco Id'
riser les japonais A tenir des bon
de placement a cause une proO
impression ici.
Grave agricole.
ROME 28.- La grve agriCO
propage dans la province de FO
les grevistes au nombre de 4.00
veillent les gares de chcmi d~
dans le but de s'opposer alod
quement des ouvriers envoy4
prendre leurs places. Tout USA
d'arnie a ete concentre dan, li
gion affectee.
Une promotion.
BERLIN 28.- Le vice-amiral CM
do Baudissin a t0 promu chef f
Major de la Marine.
Proc aines elections. Texte da
dre du jour. M. Briand dap i
project de loi. Le S6nat vote ia li
les vins,
PARIs 29.- Rente 96,25. Ias
tres se sont reunis ce main me
seil de cabinet sous la prbsideno
M. ClImenceau ; ils ont decide
xer au 23 juillet les elections pr
renouvellement par moitiA dai
seils generaux et d'Arroodissenl
L'ordre du jour vot6 par sla o
hier eat ainsi congs : La l.j
approuvant la declaration do f
nemeut et confiant en l ploe






ie rspect de la loi et la pacific-
Adu Midi, adresso un salut 6inu
Sgfailles des victims civiles et
ias ireset compete sur le patrio'i-
ucoonurs des populations mori-
e., La Chambre s'ajouitra A
odie. *
I. Biiand dbposa hier sur la trib-
do la Chambre un project do loi re-
jl la liquidation des bins dcs ot;a-
i0sents 6ccldsiastiques. Le Suilit
bhierlaloi sur le sucrage et I.
village dos vins et s'ajoiirna a

iouvemnent incendiaire s'aggrave
ruo (Russie ) 29.- Le mouve-
,tincendiaire parmi les paysans,
Sil'irritation caus)o par la disso-
ionde la Douma, proud d:.s pro-
rtions sriceses. L.os p:oplritls (du
ate Viadimir lIoliinsky, president
parti cons oittio i. l-(co)I i rvite ii',
i imarechal do la not1lelso, d'i t
)narchiste inliebre du dorIier lP'r-
nent et de la princess Yadbolskaya
t et,! saccagees par le fou ; ls por-
isoit tris cMevoes.
Snouvelle loi sur la fraude dce
ns, Quels seront ses effects.
PARIS 29.- La riouvello loi sir la
rode des vins votee hier par le' S1-
t a 1)6 proLUitilut"Oi aujo(tird'liui ;
eest destine lt ri priiner les albus
at se plaiunent les viticulteurs du
di. On croit que soil application
amndiate contribuora A dissiper le
kcoteitnemei t de ces derniers.
ite measure exige, entre autres cho-
,. que tous les viticuleurs tassetnt
aque annte a la mnai ie de leCrs
lmuines uin declarationi stir I',ten-.
de leurs vignobles, sur leurs pro-
e de culture et la (quantite des.
produite et sur leurs intentions
wdre on de harder ces vins. Oni
qa'une fois on possession do
idformations, les autorites so-
I meme de suivir ces vins de-
la cave du producteur jus(lu'a
ledu dbitant. Un autre paragra-
de cette loi frappe d'uni impot
10francs les 100 kilos, les sucres
Bplovs dans la fabrication do cer-
ios vins. Cette loi limited egaleinient
Tentedes alcools de vin ct de bet-
"e.
Explosion dans une poudriere.
PAIas29.- Une explosion s'est pro-
te aujourd'liui A la poudi i0re do
res; un homnme a 6tc tuo et (qua-
lautres blesses. Les pcrtcs inate-
ilessont insignifiantes. Oil attribute
Itccident a la mise en maiclio non
4ifide d'une parties de la machine.
Ipr tendus assailants du docteur
champ.
rAGER 10.- De soi-disants assail-
sdu Docteur Mauchamp A Mar-
,kesh ot 6tL envoys ici pour ttre
6. D'apres des rapports digries de
Iceshommes sont tout A fait in-
ats du crime don't ils sont accu-
LOn dit que malgr6 leurs protes-
tos les agents du Sultan se sont
*de leur personnel et les out emn-
si tandis que los vra-s coupables
Ifparces mnimes agents, sont
B en liberty. Neuf de ces indivi-
3l'ont jimais mis les pieds A Mar-
h et le 10e est un sourd muet.
lelterant prussien veut tenter
bailre traversee de 1'Afrique 3n

hUN29.- Le lieutenant Graetz
B e6o prussienne doit quitter
Berlin pour tenter la premiere
6e de I'Afrique en automobile.
^yeur a l'intention de par'tir de
,"'*am sur la c6te orientale,


rers iL) 10 ao~itt; ii traversera l a elofliUO
al~lewtii:t1de, la colonie anglaise (12 Cil1-n
I c afAItIjItla Rhodesia et la Chi cobrii
aleiiiem~4e dii s:id-oucst jusqu'a Swaic-
Iu()o) 11 ; 11, L[41,! ) 1)('1 tI r S" i 1t C', *6 -. At
licaucup it c tlt C11t c cprise ; ii a cta-r
visiter lli-ii i.- 'atitom ob~ile (1, '1
sera viinipovi, 1p:i ilo voyager eot Ii .1
0o'dojI !l6 (JU'onlu i fasse parvoniiii otis
l r-i)p(rt, itidifluatits les iro;lt
'1~: c ,;e LX)tsl,~~itiOII.

P1or-t-au- Pin11c1, le 28 juinii 1007
Le Magistrate Comrnunal
DE CETTE VILLE


I1I, six ohtolbd'2 1881 sur les Cmoiiseis



h I'llO; L i IIub t dviil on t ( lit' aJI flielil
dlu 19) sepl, Illibre~c



(Jut-lit. 11 IIijJ(l te tolie laaire c..s'ser. au
( 'a do fixer les .,raves res-

Rappell e le., lo:idi cls suivazits Au tsls-
(lit -Irrct6 :
A it. i,. 11 ost f)I'iiucllniei-A t drrend1u
lie Ii%1I1s1)Lrter 1Li viw'~de 'I dos d'.uii-
iiianLi x 'o11' !eiO ([1115 105 iall's cO LlII-

II1CIC' 3)0 lisot eait C6r xle jctims e L
Art. 5.- 1 CS1 lls)l111to d t le (b.
publi~) d1aics -so I I pei II i c 1; 1~
nitaine anionide prtivue cn I'irlicie pit
(1 e ltiii.

1;dI ies c oll iO n s:r ail "
par Itti&s 'Ii hi.
Iai plae-.zllavi sera injii
ct eee'It6 ~ A 1-1u1~llertco tiLs A2.oeits de.
Ia.'JI~'at~iiikilix-taitv e t C 1 toic ai
Police Coaniounjitu'.
Ftit A Il'l~OI e mmia ,lsjur
Ifluis et 111 4110 Iu-isus.
S r)::NJ )XINCEINT.


K OLA
xi XXjg stoC
MAC' NISH'S
< IRON BREI: )
A Vendre
C(ez C.CA] INATV OUCIIARD
lIte1 du (entre

Service Alias

Lo steamer a GR.ECIA.- ayant
quittW New-York lo 26 courant pour
Cap-Hlailion, 1)orl-do-Paix et notre
port, est attl idu ici jeudi 4 Juillet,
laissera probablement dans la soi-
roe pour St-Marc, Cayes et Santa-
Marta.
Port-au-Prince, 27 juin 1907
F. IIERRMANN & CO, agents.
c-----_--. ------------------
A----- Vendre.
Cliz Mile lonidile Solages.- 22,Rue
des Fronts-forls. 22.
Chapeaux de Panama pour hommes
a tous prix.


Maison F. BRUNES.
195 GRANDI'I(UE i15
Dirigde par

L. IIODELIN
A ncii nmenbre de la Societ,'l Plulan-
l'upiqu des tlmailres tille' rs de l'Paris.
VieI dle r eouvoir i:;i ranil clioix d'et-
tlles hi.,gonale, casi iii :alp:.-aI, chlevio-
le, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
le particuliereinent a sa clientele une
belle collection tie coupes dte casimir,
de gilets de fantaisie et dle pique de
toute bea.ute.
Prix moderes defiant toute
concurrence.
Sp6cialite de Costumes de no-
ces.-- (Coupes Frant;aIs, Aiglaius et
Amtaicaii e 1 de la derniCie t rletticti.
L.- :iii >oii coiiftctiOintie aUissi ties Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, ld tuus glratls.


Poudre dentifrice

( L'IDEAL

Voulez-vous avoir do bells dents et
l(s con!lsecrver ilntacto-s ?
Usez seulemnent de la Poudre
dentifrice L'Ideal
la 11oudre dealifrice a l' Id'al QUI
A ()I''I-:NU LA PLUS |HIUT' IIECOIM-
PI'NSI A L'EXIPOSITION AG1IICOL
E'T INDIUST'UELLE DU 1 erMA1 1907,
- a l'ort-au-l'rince est reelleinent
ia meilleure de toutes celles connues
jusqu'aujourd'hui.
D1)poarvue d'acide, elle est sans
aucun danger pour I'email des dents.
Anttiecptique de la bouche et toni
que des gencives, elle pr6vient la ca-
rie, done aux dents une blancheur
eclatante et laisse A l'haleine une ex-
quise sensation de fraicheur et un
agr6able parfum.
Servez-vous uniquement de la Pcu-
dre dentifrice a 1'Ideal, et vous
aurez de belles dents.


Vous en trouverez
TIEARD, angle des rues
rou, vis-a-vis del'IHotel


A la PIIARMACIE
du Centre et Fl-
de la Commune.


Prix : G. 1.50 la boite


Bonne occasion


A vendre pour les constructions en
mur, des double T pour terrasses,
traverses, etc;-
Et une magonifique couveuse de
340 ceufs avec accessoires.
S'ad;esser.au bureau du Journal.

LA

Meilleure Farine
du Monde

Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc et
le plus I4ger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,--
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Represenrant


USINES MON-REPOS


SUCRE TURBINE
le plus pur, Ie plus propre, le plus
riclio en matibre saccharine
ddliant toute concurrentce.
Tafia Sup6rieur : 20 degr6
DI)POT GEIN IRAL:
23, Rue Roux, 23
(anciene Rue Bonne-Foi).

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours eii d-
put un grand stock,- pour la vente
en gros et detail,- de chaussures en
tous genres pour
IIOMMIES, I EMMES, l:NFANTS
Les coininllldes des coinineranlts
de l'intdricur pourront etre t x,',.cultt.-
dans une semaine A peu prts.
2 rue des- Fronts-Foits, 2:1
POIIT-AU-PI'IINCE ( HAI.TI )

Lasniue Anjglaise

I.l c.t 'act,'.r cosrmopolite de1 i.1 vie
i10olei' e est tel, ( jue les COillil; iss;linles
d'uine oeule Litiguo lie wrnlettelit plus
;i uli iluliviulii ie rdponlr. alix ,exigen-
ces (do ses relations, ,de s(in activity .t
nrlclnie dle son existelnce. (;'est Ipoir(i,111i
toule i'crisui ilne, ihot)mll e (on f(en' u (111i
est (.1 iiesure de fair face ;'t itun Itil e
nl cessite, itrn. e au pi ix d'u, t'I iit '.
'loit cult:ver les l:.agues vivaiite,, ur -
tout les plus rdpatinlues : I'anil; ais c t
l'espagnol, a cold du tranuais, ctte 1. -
le league de la diplomatic et 4lu raliiie-
ment.
PIour u i ,rix tri's Iaisonnalle,
Monsieur J. J. DESCE,
Ancien ,rnfry "''r iu Lyce Aatiowll
de la Capitale.
Se met a lI. disposition dlu public pour
des leons dans ces trois lanliues.
S'adresser an No 97, Ilue deIa lia vo-
lution, dite de I'E'iteir ie ent,

ALax cEiLerx m e ;It

A LtLEUEANCE

Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public ,
particuliirement de ses omnibreux cli-
ents de la (6te et de la Capitale, que
I''tablissement a un stock incalcula-
ble de clIaussures pour homines,
temmes et enfants, en tous genres.
et que, malg-i l'oflre de cinq pour ceut
sur l'achat en gros ( 5 0/0 )fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'etablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualiti
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)


Avis
Le soussign6, announce au public et
au commerce en particulier qu'il nest
plus responsible d(es actes gen ralement
,luelconques que pourra contractor son
eponse, nde Lucia Girault, ce, en attein-
,lant que divorce lui soit intent.
Jdrdmie, le 26 Mai 1907
Jh. Louis DIFAY


_ ____C__ ~


I
--


I ----


I







1. Ge falteis et Co.
39, Rue du Magasin de l'Etat
SMaison fondue en 1888.
Bijouterie, Orftvrerie. Gravure
Vient de recevoir tdes articles de par-
furmerie pour les gotts les plus diffici-
les. Les parfhms exquis et rares 'I u e
dilicatesse p6entrante qu'elle off'r e ses
clients south de vdritables petites mer-
veilles.
Les derniires marques qui charmentt
le Tout Paris sont chez Matteis :
So" Sourire, Floramye, Trdfolia, Iddal
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garaniies.
Spdcialitds: bagues franCaises en br il-
lants a partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et francaises sur com-
mande. Service d'argenterie complete
|our manages.
Tousles articles vendus par la nai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres prdcicu
ses et vieille bijouterie a des prix avai-
tageux. Dernier cri Lunettes jaunts.
Contre premise de Deux dollars en
timbres-poste d'llaiti, la Maison Mat-
tdis envoie franc de port sous pli recom-
mandd dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou Loranons en nickel
inoxydables, selou les prescriptions des
Docteurs ou instructions des acheteurs.
CHANGEMENT D'ADRESSE
Docteur Lissade
89, Rue du Centre, 89.

C'est incroyable
Pour la Toilette !
Malgr6 tous les savons antiseptiques,
toutes les eaux de toilette que vous a-
vez djai employs, sans succts, n'hlisitez
plus maintenant a essayerle Lait vir-
ginal antiseptique de A. oonihorn-
me, pharmacien, qui a pour vertus iin-
contestables d'enlever les boutons au
visage, de lui donner une -ouplesse
agr4able de 1'embellir et de conserve la
fratcheur du teint.
MODE D'EMPIOI:- Sc laver la figure
2 ou 3 fois par jour avec un pen de c:e
lait dans de I'eau froidle.
Prix du flacon G. 1.00

PLUS D'AUTRES!
Servez-vous mainteaant de la Pou-
dre dentifrice antiseptique de A.
Bonhomme, pharmacien, qui convent
A la toilette et a I'antiseptie de la bou-
che. Elle est doude d'une saveur et d'un
parfum rares, elle rafratchit la bouche,
eomvere te dents, lea pr6se.ve du tar-
tre t de la care, maintient leur blan-
cheur. C'e. un sp6cifique qui prdvient
les inammations des gencives causes
I'Masge des preparations mercuriel-
MODED'EMPLOI :- Au moyen d'une
broese Ilgrement mouillee et impr6-
me. d6 la poudre dentifrice on frictlon-
ls ncivnesl et les dents.
D46 GOdkral: pharmacie St-An.
AMutuo Joan Bowm (Lalu).
Pviz de la bottle 1.60.


LA REVUE
( ANCINNE REVUE DES REVUES )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Haiti. ,.. 28 francs, 16 francs.


Les abonnements sont recus
les bureaux du Matin scul
pour la Republique d'lHaiti.


daans
agent


On Demande
A acheter des timbres uses d'Haiti, bien
asortis, par cent or par mille. Condi-
tions Ires avantageuses.
S'adresser au bureau du journal.

A Vendre
Une propridI6 fonds et batisses, sise
en cette ville, quarter de l'Exposilion
( Rue Chavannes, parages du Dr L(o i
Audain, ) de la contenance de 40 6 42
pieds de faqade, sur 137 pieds de pro-
fondeur.
S'adresser au Gal Joseph Providence,
en douane, propriliaire.
Ons trouvera l'ouvrage de Monsieur
D. Vaval intitule aCouZp d'wcLil sur I'd-
tat dconomique el financier de la Rdpu-
blique d'Haftiet, chez Monsieur F.
BB1izaire, angle des rues Geffrard et Fd-
rou.
Prix G. 1.

Bouquets, Fleurs,
A vendre chez MmeVve A. MARTIN
BoIs- VEnNA

D T
Pharmacie A.D. Tlle:
129, Rue du Centre -- 58, Rue Fdrou.
Droguerie. Produits chiiniqucs et
pharmaceutiques. Eaux minerales :na
turelles. Antiseptiques nouveaux, Se-
ringues de Pravaz. Aiguilles cn pltti-
ne iridid. Thermometre maxima une
minute. Sondes de Nflaton. Vessif-s '
glace. Cigarettes ( anglaises). Tetines
Gentile.
Sp6ciatitds pharmaceutiqnes.
Execution exact et rapide dcs^pres-
criptions. Analyses chimiques midi-
cales.

Induistrie
MANUFACTUIII::R: NAT,; ON \ I ,:
Julien Desroches

INI UsTlIii:L
Faux-col., cratalfc, nalnchelcs, chcmi.c:
et calcfons
Ecole des arts et mntiers

PHOTOGRAPHIC ,
J, *M. Dluplessy
120, RUE DU CENTRE, 120
Entre les pharmacies Bayard et Thcard
Travaux soign6s
STPPCIALITE :
Agrandissements au photo crayon.
Reproductions.
Nouveaut6s
Prize mod6r6s.


Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES IGALITA ET FEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poudre puissantecon Ire dlnma ngeaison
pruiigo, sueur des pieds- La boitle P. 1
Sirop antiashmalique, treinme6 eliicme
contre les aces d'asthme eltlcs loux
rdquentes le flacon ; P : 1. 50.
Consultations gratuiles :
Maidi et Jeudi de 8 a 9 heures du milin
par le Docteur. N. THOMAS.
il l
Le Restaurateur de la sant6
Rem6do eflicace contre toutes les mala-
dies provenant de l'impuretl du san.
La boite de 2 01 pilules : P. 5. 00
L'enveloppe de 30 pilules : 1. 00
J'envoie gratis et franco, sur demand
enveloppe-echantillon et prospectus.
H. BONHEUR (Agent)
HOTEL- BELLEVUE.


T~T
ii


a-.
LI'
Li:> TI ('a.I.VT


TiUpre zepnirhm
Fabricant de chaussures *i
o:~u'.Ps. lour IIommes, Femms
tan1is.
Place de la Croix-des-Bossl,
SPIECIALITA:
PANTOUFLES MIULM


RHUM-SYLVI
Produit de Usine St. Michel (Ad
Vicillisscment natural jusqu'll
et 15 ans.
PRIX TRtS MODSRAs
Ve-te en gros et en d6til.
Maison M. Sylvah
43 ,Rue des Fronts-Fort.


BELLE VUE


Place du Champ-de-Mars
PORrE-AU-PI-NCE. (HAIT I)

MI1110 Hermance ALFRED

Telephone, 220


APPARTEMENTS POUR


FAMILIES


DINERS LUNCH.
rtl,,i, ;,-cl c ronforlable. Vue sur la mter. Temp -dre m
S ,' r ; t re.- Les T,'a t,i :/s d .qer'cnt l'H6tl-Bellevue lo tes ls 71
PHl)illl'T SPACI:EULSE, SOUVRANT SUR DEUX RUES
PB .OMENADES JARDINS
Sallc de de rception.- Piano. Gramophone.

Sonneries Electriques


:161ble (I'liote


L-


bous les j'four.s, dc ,widli d 2 heurcs,
dc 7 a 8 hcurcs du soir.


ag


(1


G.2.5(


MAGLOII


45, HUE Roux, ,45
SS TEI.IPHONE.

Journgaux, brochures, billets

mai.age, cartes de fiancai*

proggrammes, affiches, et ta

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cae

de visite a la minute.

PRIX DE CONSCIENCE


_ I I a~U L ~1 I


;~s;;~-----~=~-------_~---~---~--


---r=~-~-_