<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00072
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 28, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00072

Full Text








~" AN1~E, N 73. PORT.AU-PRINCE (HAYTI) VENDREDI, 28 JUIN 1907.
~II I


j


.J


C


QUOTIDIEN


ABONNEMENTS :


AB Mo0s Une Gourde


D'AVANCE


)EPARTEMENTS & -TRANGER :


Frais de poste en sus.


DIRECTEUR:
Clement wMagloire,

REDACTION-ADM INISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


1LE NUMFIRO()


10


(ENTIMES.


Les abonnements parent du ier. et du 5S de chaque
mois et sont paya bles d'avance
.es nainuscrits inserest ou non ne sont pas remis.


pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.
I~~~ I I II


LUTTE ET PROCE DES


Une fis on possessions do sa terre,
Sco!on amitcricain va so mettro ent
arsure do I'exploiter. Je dis le ( co-
af ;pln'l,'vai, q, I arce quo le t ype a-
nOricain. elt Ie plus courant dans ces
ortesd'exploitations; mais, Ala verite,
s vicilles nations occidentales four-
missent aussi leur contingent. Certes
iddes sont profondLme t modifides
Ur le r6le des Indes occidentales dans
Usode : lles no sont pas revenues
l'luif)loe la proie (iue I'on esp6d-
ia l' ,lue voisint ,de lours d&-
uveitte : bien plus la force d'ex-
hosion et I'activitt qui caractrisent
ette parties du Nouveau-Monde out
ite filt sentir l'eclosion d'une redou-
ab!e rivlitCt.
l n'est pas moins vrai, que A cha-
lue oui"e.'te de teiritoirt nouveau,
me einigration curopeiene vient so
~ler a ta colonies qui l'envaliit et
Irendre sa part des lots vacants. Ce
ontleplus souvenit- detail caractdris-
que-des Scamlinaves et des Alle-
oands du Nord. Cc que j'ai dit dejA
U temptirarnent parliculariste de ces
uples explique leur facility d'6mi-
ation et tlur grand esprit d'entrc-
re. D'ailieurs, installs sur lo sol
!'oeau, los emigrants, A quelque
iODalite qu'ils appartiennent, sont
bjet des inemes traitements.
I est intdressant do voir ce qui g6-
lraement advient des exploitations
eces terres: leur mise immediate
Sculture est deja par elle-meme un
dic certain de progress et c'est ce
explique les faciTites d'acquisi-
oflertes par le gouvernement fe-
*tuarnt la prospdrit6 personnel-
do Colon, elle n est pas toujours
; mais 18, comme partout ail-
', elle depend de ses falcons de
etde sa facon d'user du credit.
s.. Venons d'autoriser chez nous
cration d'une banque 'hypothdcai-
wricole ; i n'est pas mauvais
I apprenne a se servir d'un pa-
4tablissement de credit et c'est
ion deprendre example des co-
Ame6rcains.
f ,d'abord, il faut prendre garden
a usaer : l'rbs du credit eat un


ecueil rarement 6vit6. II a Itd recon-
nu queOe ceux parmni ces colons (liqi ont
Ic mieux reussi sotit ccux qui out su
no pas abuser des facilities ol'crtes
par Ls banques hyppothtcaires.
Ces 6tablissements s'emtpressen't, en
effet, do fair offri', par les honrnes
d'affaires, des avances do fonds aux
colons. Geux-ci, n'ayant, au dtbut do
leur exploitation, quo leurs dtoux lbras
pour premier capital, s'empressentt
souvent d'accepterces avan: es movyn-
nant de gros inttr&ls et d:ainl le but
de so procurer l'outillage ndeessaire.
Mallieureusement ils tendent A so le
constituer aussi grand et aussi minu-
tieux que possible, ct ottant donnt- Ie
taux 6lev% des intertts lqui leur so:t
exig0s ( 8 A 10) pour cent ), tout e roe-
venut de I'exploitation est bientOt a)b-
sorl)) par ces il.tOrets et le coon n'a
plus, pour se lib6rer, que la ressour-
ce d'abandotiner sa te'rre ses crean-
ciers.
L'esprit depr6voyance et d'adrninis-
tralion met heureusement d'autres A
I'abri do ce d6sastre et ils savent se
contentier au debut de loutr charruo et
dte leur paire de bu'ufs. Co sont ceux-
Ia qui r6ussissent et qui, quelques an-
n6es plus tard, pensent a augmenter
leur 6tendue de terrain apres avoir
graduellement augment leur outilla-
ge et leur personnel.
La mauvaise habitude de regar-
der les choses avec los verres. que
que l'on nous prete, plutlt qu'avec
nos propres yeux, nous expose sou-
vent a des effects do mirage en
nous imposant la facon de voir, et
aussi de penser, des autres. Paul de
Rousiersraconte sons l'empiredeque'-
les impressions il entreprit aux Etats-
Unis son voyage d'6tude et comment,
arrived sur les lieux, il chercha vaine-
ment a les spaces incommensura-
bles et la c I4gion de charraes A va-
pour )qu'on lui disaitsillonner les for-
mes a gigantesquess de I'Amnrique-. II
avoue avoir puis6 ces impressions
dans los discours de cornices agrico-
les, les publications des grandcs so-
ciedt d'agricultnres et, d'une manie-
re general, dans les 6crits de c pu-


blicistes connus, avant franchi I'At-
lantique et s(jourin ( alix lt.ats-l'nis. ,i
11 rappellei .sur t'iti ini-plai:ant,
mi-sirieux, cette Idtondo dtii p,;b de
famille amnericain (lii, colinnieii(:l it A
tracer un sillonavec sa cliarrue. ,availt
suin d'emnbrasser sa femumln avant de
partir et tie luii fire ses recomtnianada-
Lions au sujet de Il't'ducation do sos
intanits, telleienitil lui falllaitde temps
pour revenir at son point do depart. P
leit ius pentsons die I'uiuc et nous
nous iUiaginoris facilellent, commel
tout Latin honorable, la l(a'gendaire
machine A laquelle il suffit de confier
in pore pour tronver A I'autre extr'-
inilt des boudins et des sanucisses. a
C'est pouitant contne le commun
des ::orte!s (que l'Amn('ricaint travaillie
seulement il travailledans le but cons-
tant do s'tlever daviantage; c'cst )our'-
(pioi il travaille avec acbarnoment et,
pour employer un mot Iqui rn cette
inatiere a fait fortino, avcec iiienesitf.
Ses debuts, conmm les no6tres, sent
Inodestes ; il s:ait bieni cep)e'idanit ap-
pliquer ai ses falcons son gtiMiio parti-
culier. Scs installations sont tfaites
d'apr6s sa maniere d'entendre les cho-
ses et la plupart du temps- ji' devrais
dire toujours -- pour gagner le plus
possible sur le temps, auI x *ltpcPis tde
la grAce et de la former sy t nrique.
Les al)attoirs de Chicago no res-
semblent pas A ceux de France ni de
la plupart des pays d'Europe; mais
l'abattage, le raclage et It dope(;age
des animaux se font, pour ainsi dire,
d'une facon simultande, sans que l'on
s'occupo de manager ni les nerfs, ni
l'odorat, ni meme les vetements du
visiteur. *II faut se munir, erit I'un
d'eux, de gants dpais quand on veut
visited des etablissements de co gen-
re, et les jeter uno fois dehors.
Tandis que nous grandissons vo-
lontiers l'Amiricain dans notre ima-
gination, lui rest pourtant l'image
de la simplicity: il n'a qu'un sou-
ci: faire vite. La caractdristique du
travail americain, c'est que presque
tout le monde pout le fare.
Nous ne connaissons pas encore la
charrup, bien que notre pays soit es-
sentiellement agricole. Le fait s'expli-
que facilement par l'extrtme fertility
do notre sol qui permet les labours
superflciels et 1'emploi primitif de la
houe. Ii n'est cependant pas sans in-


t t;.t, ipour Ie temps oCi la charrue se-
ra initroduite oIn Haiti, de savoir que
la cltairm' amnrricaine A deux socs a,
stir I'o til siiilaire franCais, deux
sites do supl('irioiities. .le les menition-
110, parcc (u'clles font manifestement
rcssortir cet esprit de simplicity don't
je parole.
Elle excliit l'ial)ord tout long appren-
tissage tecittilte et n'exige pas une
loniueg Ihabitude des travaux de la
torte. n sc('()(l liou, elle suppriine
l'attitudeI scilaire ,di laboureur eu-
rop6ect, ucourth) sur le sillon qu'il tra-
ce* et permit an lahoureur am6ri-
cain de s'asseoir sirmplement sur son
siege en cioduisaiit ses cievaux.
u sans atit'r ellort physique que celui
de r(lgler. au tnoven d'un levier plac6
A portte do sa main droite, la profon-
deur du lalboiur. o
II nouts rest a voir les imlnmenses
effrts cxerc6s sur l'ensemble des af-
faires aillrioai nt.s par I'hlumble fer-
rne en prosplirit6.


L' I:x-pfuso '-cn~ra! de Ia .Sitita iiofl
Pa rail, e A 1 mpritnerit- Natwonal'.
3Ls,.sa,',e prdsidealid'1q ui uwccwnpa~,'ne
mo~cllI


z:ient de
' 1iri k
Ce' docu


GAI.ITL IRATERNIAT
RlTPUl3LIQUE D'IIAITI


Port-au-Prince, Ic 29 Avril 9o7, an io41me
de l'Indppendance.
NORD ALEXIS
'Prisidtil de la Rpublique.

MESSAGE
A L'ASSEMBLUE NATIONAL
Messieurs les Sdnateurs,
Messieurs les Diputes,
Parmi les measures sanctionn6es pr le
Corps Legislatif, il convent de citer a R-
solution en vertu de laquelle le Service de
la Trdsorerie a &t6 rctourne A I'Adminis-
tration, la loi sur lcs 25 olo en or, la frap-
pe du million de nickel, la reduction des
intertts de la Dette Int&rieure comme de
cells qui ont apport6 certaines ameliora*
tions a notre situation dconomique. C'est
ainsi que toutes les d6penses de l'exercice
budg6taire prenm ont pu utre acquittees au
moyen de nos sculs revenues.


_ ~I_ _~IC_ ~


lil A014Z, No 73.


PORT-AU-PRINCE (HAY.TI)


JT-TI14 ~ 1907.


VEN DREDII 28












Si le Gouvernement se fdlicite de ce rd-
sultat, il doit prolamer que votre souci des
int&r6ts de vos concitoyens a guide vos dd-
liberations et quc vous avez pretc un con-
cours loyal et franc au Pouvoir Ix"ecutif.
C'est avec une reelle satisfaction que je
puts vous annoncer que ces diverse deci-
sions n'ont pas moins contribud a!'atfermis-
sement de la Paix intirieure.
Nos relations extiricures se sont ressen-
ties jusqu'ici de l'esprit de justice et d'dqui-
td don't ont faith preuve les Agents diploma-
tiques accrddites pros de nous, et surtout de
leur conviction que certaines measures pri-
ses centre quelques-uns de leurs ressortis-
sants respectifs n'ont jamais eu d'autre mo-
bile que le maintien de nos droits Ihgitimes.
Si la loi de 1876 sur les impositions di-
rectes a pu tri'e un moment mal interpre-
tee relativemneut A son application, on s cst
v;te ravise sur le compete de tells de ces
dispositions qui n'ont pour but que la pro-
tection de notre commerce national. Mais
cette loi prdvoyait une categoric de corn-
mercants qui n'existent plus une modifi-
cation s'en impose qui soit plus e:i harmo-
nie avec l'dtat actuel de inore commerce
interieur.
L'instabilitd des nmoyens d'ldchange, leur
variation sans ordre logique out antimnet dns
nos relations co:iinerciales une situation
penible, presque stationnairedont nos finan-
ces ont eu consequetnment A souirrir. Ce-
pendant, nous ne devons point chercher
'am lioration de cert tat de choses dans des
combinaisons hiAtives qui compromettent
l'avenir en nous laissant des satisfactions
momentances.
Ce qui s'impose, c'est la creation de nou-
velles resources, l'augmentation de cells
existantes.
Le D6partement de l'Agriculture y pour-
voira dans la measure des crddits que vous
jugerez n6cessaire de lui accorder.
L'Administration de la Justice a souvent
A s'occuper d'individus a nationality dou-
teuse qui exercent chez nous tous les droits
de citoyens, jouissent de toutes les favors
que I'Etat peut accorder A un Haitien ct qui
se rbvelent A un moment donnd d'une na-
tionalite etrang.re.
Le Gouvernement strait tres heureux de
voir les Chambres s'occuper de laloi y rela-
tive ddpos&e devant elles depuis deux ans.
Unpareil instrument juridique aurait per-
mis d'etre fix6 d'une taion definitive sur le
compte de tous ceux qui se font une na-
tionalit6 de circonstance.
Les dcoles rurales n'ont pu fonctionner
jusqu'ici A la satisfaction du Departement
de l'Instruction publique. II y en a beau-
coup qui, faute de locaux convenables,
n'ort pu :rtre in:.tali.cs. [1 y auraic lieu de
changer ce system d'instruction dans les
campagnes en concentrant dans un scul et
mrme dtablissement les lives des sections
environnantes. Le Secrdt.aire d'Et.it avisera
au moyen pratique de faire esptrer plus de
succes de nos 6coles rurales.
Le Secrdtaire d'Etat de l'Inttrieur vous
soumettra un project de loi assurant la per-
ception de 1a ferme des biens du Domaine
don't les Pr6posds d'Administration sem-
blent fair leurs proprietes particulieres.
Aux travaux ex6cutespar le Ministre des
Travaux publics, it y a lieu d'ajouter le Bu-
reau du Port du Cap-Haitien en voice d'a-
ch6vement et le point m6tallique qui doit
etre jet6 sur la riviere du Borgne.
Je voudrais pouvoir vous enumbrer, Mes-
sieurs les Snaceurs, Messieurs les Deputes,
tout ce que je d6sirerais entreprendre dans
routes les branches du service public, afin
d'en assurer un fonctionnement regulier e t
d'en esptrer des resultats effctifs.
Mais me flaite de croire que le Corps
L.islatf voadra toujours concourir avec
mIdaO uost ce qte 'aurai tent6 pour la
mee eM de U Rh pabfqu e.


C'est dans ce sentiment que jc vous prie
d'agrdcr, Messieurs les Stnateurs, Messieurs
lcs D)putis, l'expressioi dic ma tres haute
co!nsJid r.irtion.
NORD ALEXIS.






RENSEIGNEMENTS
MI'FTOROLOGIQUES

1Obse rvatoire
DU
3C14IN IRE COLLEGE St-MARTIAL


JEUDI 27 JUIN
Baromitre .1 midi
minimum
Te mn prature maximum


762,2
23,8
3,65


Moyenne diurne de la teimplrature 29,9
Le cicl a dtd nuagcux toute la journde.
Les fracto-cumulus viennent du SE. Orage
Si hicure 25 minutes, suivant le Morne
de i'Hopital. Eclairs au Nord A 8 heures.
Le barometre n'a pas varied.
J. SCHERER
A la Commune
Dans sa stance du 25-juin courant, le
Couseil Communal s'est particulierement
occupy du reglement ddcinitif de la Dette
de la ville.
II a adopted les moyens prdsentis par le
Magistrat pour I'amnortissemuent rdgulier de
toutes les creances gednralement quelcon-
ques sur la commune.
C'est une execllente measure qui fera
renaltre la confiance dans l'administration
Comnmunale.
A propose des Confdren c2.
I e Comitd de I'lVuVvrT des Cinf dcu..' ..'<
proj'tioiis lumin:u e.'s nous price d annoncer,
pour ceux de ses abonnds qui sont actuelle-
ment en villgiature, que Ies trois confe-
rences de la premiere scrie auront lieu de
preference les jours de la semaine, de f.aqon
A leur pcrmettre de passer, co.nmme c'est la
coutume, leurs journdes de dimanche A la
champagne.
Grand Concert
Nous rappelons au public et particuliere-
mucnct A ceUx qui out deji recu leurs cares,
que le granl concert que donne l'artiste
13Bo0ia.lic l'llo:cl Morchi avc l c course
de quclqucsamateurs doit avoir lieu diman-
che soir 30 Juin : 7 heures 112 precises du
soir. Le programme quiet des plus attra-
yants sera distribud I:soir mtine
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
Audience du Jeudi, 27 juin 1907
Presidence de Mr le President H. Lechaud
Le Tribunal prend siege A dix heures et
demie du martin t entend les affaires sui-
vantes :
to Les sicurs C. Czaykowski & Co
centre la Veuve August6nor Augustin.
Le jugeRapporteur, Anselme, lit son rap-
port.
Me J. L. Dominique, 'un des avocats des
demandeurs est entendu en ses observations.
Le Minist.re Public, Eug. Decatrel, con-
clut a la Cassation de l'ordonnance attaquie
sur le ier moyen, pour fausse interprdta-
tion de lart. 704, ( Proc. Civ. ) ;
20 Les sieurs C. Czaykowski & Co
et Nottebourne & Co, centre la Veuve Va-
mi Phanor Alexis.
L juac J6rmie, donne lecture de son
rapport.


Me Michel Oreste, l'un des avocats de la
ddfenderesse, product des observations au
norn de sa client.
Le Ministere Public, Luc Dominique,
conclut au reject du pourvoi.
30 Les sicurs M. et I. Bresh, centre
Jean-Joseph, dir Petit-Jean.
Le juge Anselme fait son rappoprt.
Mcs J. B Camille, pour les demandeurs,
et Ccsar, pour le ddfendeur, sont entendus
en leurs observations respective. "
Le Ministere Public, Eug. D6catrel, con-
clut au maintient du jugement attaqud.
Vu l'heure avanc6e, le siege est levd
Depart
iier est part le steamer Virginia de la
Ligne Atlas avec le, passagers suivants
pour :
Jtrelmi,: L. Duquella, Coin, R. Misery,
J. E. Mansour, J. Lestage. C. Jean-Louis,
B. lean-Louis, Margron, Massac. Cazeau,
Rigal.
Gonaives: Furbush, Butler.
Ncw,- York: A. J. Lyman.
Arrivage
Le Prins JVill'm V. de la LiLne IHol-
landaise est entrr avec un seul passage
pris A New-York, Luc Labastille.


t. otel B elle

DI'jFUNER DU 28 JUIN
MiDI A 2 HEURES
Prix : G. 2.50
Maquereaux a l'huilei
Radis
FliciasdLc de more aux pommcs
Rognons saut6s aux croutons
Navarin de mouton a la Franqaise
Flageolets au jus
Haricots rouges en sauce
Riz au lait
Fruits
Caf6
1/2 Vin


II --I
Ntovelles Etrangeres


DPECHES RECUES CE MATIN

Marcelin Albert raconte son entre-
vue avec le Pr6sident du Conseil.-Les
propositions de Cl6mcnoeau seront
examinbes.- L-. chef do la revolte se
rend a Montp(i lier.
Anu.(iLLAhls ( Adtio ) 25..- Marco-
lint Albeort, le chef recotntu t(o la ro-
volte des viticulteurs, a pris la parole
dans uine grande t6union cet apr6s-
midi. II a racont6 I'entrevue qu'il a
cue A Paris avec M. Clitnenceau le
2:3 juin et il a dit qu'il n'a pas rdpon-
dui aux propositions du President du
Conseil, cos propositions devant etre
examilndes par les comitds federds. II
a d6dcard quo si la decision de ces
comit s est contraire A ses proposi-
tions, il so livrera lui-m6me A la po-
lice. II a engage les viticulteurs A
rester calmes.
NARBONNE 25.- Marcelin Albert a
quittd cette ville par le train de mi-
nuit, so rendant a Montpe.lier. On
croit qu'il se livrera a la police au-
jourd'hui.
Le Cabinet eat oppose a la mise on
liberty provisoire des agitateurs du
Midi.
PARIs 25.- Le cabinet a d6cid6 de
s'opposer a la motion pr6sent6e au-
jourd'hui a la Chambre des deputea


par les socialists et avant ,,,J
la mtise on liberty pros, i-oire.d
los personues arriotde, ia I'uc.-
I'agitation viticole da!Ls le Sud
France.
Les mutinds du 17e delig4
TOULON 25.- Deux croisft
l'escadrM do la M iditcrrann6e
cu l'ordro de so tenir prets
a bord los 400 hioinm .,s muti
417 de lige qui soroWit dirig^
Sfax.
VILLEFRANCIll 26.- Les
soit arrives ici, ils scront emr
sur.les navires do guerre au p
jour. La villo est oc;cup6e par la
darmerie et los troupes.
La Belgique et le Congo
IhIUXELIEs 26.-- L'Inddpen
13Jlge public co Inatin une con
lion avoc sirt Charles D)ike, relti
la question congolais.'. Au cas, d
dernier, ot lia lel,,:que ref
d'annexer 1'Etat ILibr, b lu Congo,
gletcrre reconnlii'ait los droits de
r ance sur cos territoires ainsi 4
out tdL r1ecoiitlus par le roi des Bei
lCopoli, lorsqii'il coInsintit a laFri
Ce uri droit dec. p ir'etiii l on.
Rlvolutionnaires ddcouverts
SLt-lPJ'TERsJ ri L; 2.L En faiN
des rcclhercli's d;tas 11n departeM
du ministire de la ,eirre, lapS
a decouLvert (quc c'lt.Tt le quartile
grndtral d'un groupe d(1 rdvolution0
res. On s'est eCiprd1)C d'an grand na
bre d'crits illitgaux. Durant lesi
cherclies, lo b.itimenet 6tait entoi
par la police. Une seule arrestatio,
e6t: operdt'e.
Un ballon en d6tresse.
NIEWPORIT (Belgiqt(I ) 25.- UOD
Ion venant dui ctcd d, Durikerqoeo
tombdeesoir dans la lmer; lesbarq
sont sortis du port pcuir eszayer
sauver les adronautes.
Explosion de bombs. Beaucou]
de victims.
I. NI DES 2.- Uiie d6.Iche
Tillis ( T'raimsttcaisie ) Ai ne age
do pressed aiinorceio qllt do no0mbn
ses pIetsontnes fulr'nt tules uus
scs A la su ite de I'extp!osion de bo
bes jets aiijoiurd'hlii dans leCSqu
Etivan, ,on so tient Ie principal 1
clh6 de la ville (lui 6tait fort anim6
Torpilleur et torpille.
St-P.:TE~.- IiOltLG 20.- Auljourdi
au coius do mnalieuvres, le torpilD
russod r Ubirniinely *a loucla unet
piie sons-nmarije qcie explosa, i
tit peu do dgdAts emn raison de sa
t6rioration.
Une proposition frangaise reje4
LA-HIAYE 26.- La l)ropositon ft
Case pr6sentde au deuxifme coe
de la conference do la paix, relate
l'ouverturo des hostilities qu'aprfst
taines conditions, n'est pas appO
vre par les puissances qui pW
computer sur une prompted mnolb
tion telles quo le Japon, I'Angldl
I'Allemagne.
Le trait anglo-franco-espag9
MILAN 26.- Le journal Secol4I
I'dloge do I'alliarico entire l'AngldU
la France et l'Espagne et critiq'
verement l'Italie pour la continfr
de son alliance avec I'Allemnage.
PARIS 26.- Rente 7i.
La suppression des conseils de g
re a la Chambre. Marcelin AiW
constitute prisonnier.
Hier, A la Chambre, la suppng
des conseils do guerre 6tait AI
du jour. Apres les discourse del
Ribot, Labori, Colliard, JaorM I





epolse de M. Cldmenceau, la Cham-
p'orta i'ajournenlent du d6bat t
S6emnblte decide ensuite, de conm-
aecr lundila discussion de l'im-
6t sur le revenue.
Le SIat cont'inuc la discussion siur
0i viticole.
L Marcelin Albert, president du
Lit6 d'Argelliers s'est co:stitu t
isonier l Monltpellicr ct. martin. La
lotion (St toujours calmo dans le
di. Le g(nCral do brigade D)foi-
Sest adlis dans l:i r'Oserve. Les
snalaires des affiches anti-milita-
agont ite'acquittds par le jury.


-- -
aROmla il uJamfiste,

M. Paul Dfly, ou, pour lui conserver
Snom d'avcnture, le baron de Fly de
ry, arrct6 avant-hicr A Engliicn, sons
pcalp3:ion d'escro.qu ric au maringe, doit
e fond reco:nnaissant i son juge d'ins-
ction, M. Rory, de lui avoir, cn le fai-
t itncrcrerr, ociryv b b-n~:dvoicLnint
!lques sem.tines de loisirs. II t:ait temps
Slefougueux baron puit un pcu de; re-
. car malgr ses trente quatre printemps
iears, et la verdeur indubitable d'un
Lament de premiete marque, 1a pro-
ioc effrinee de ses conquetcs et le la-
:hcrcul&en qui en 6tait le fruit eussent
Sialongue par txtcnucr sa vaillance et
::re sur les dents les graces avantageu-
Zont la nature l'a par6. Et c'euit dt
nage, car le baron de Fly est fort joli
on.
ianitsouvent, dans les course de dan-
rmtntre de ces jeuncs gens, beaux
atds dieux, qui, dansant A la per-
r moycnnant une mensualit6 ho-
out la spacia!itc d'attirer les jeu-
au course ct d'.ch-'lander la mai-
:a les appelle des jam!iistes C'est
P en quality de jambistes, mais
Jambiste d'un genre special, que
noan de Fly asocia sa fortune
:kde la dame iKonig, dite de Mai-
le, artis:e dramanique, et qui rue
'Daminique, sous te couvert d'une
c the ou d'une hcure de nusique,
I3ait l'agrcable autant qu'humani-
Smission d'apparier les Ames soeurs,
:Sunntes ou timides, que le hasard
,ciant et la vie sans m6thodc negli-
de onjoindre.
pr sence du baron de Fly commu-
Ia salon de la dame de Miisonseule
IeC prestigicux. De mois en mois,
'uoces publides dans les journaux
exhortaient les dames scntimen-
h humneur de conjungo et pour-
d moins 4,000 francs de rente, A
Vers un monsieur du meillevr
et d'humeur parcille gagnant dc
?,000 francs par an.
arrival de Nice une vicille de-
Sphilanthrope et notoire. Et il lui

SjC veux vous fire decorcr. Si, si
BCritez. Et, d'ailleurs, je n'6pou-
Iae femme qui a le ruban rouge.)
Sent un haut fonctionnaire -
compare don't elle dut, au pr,-
m oenager l'influence a beaux de-
ptants.
verses, le baron s'esquivait.
eance souscrite, ii ne manquait
o 'voquer ses dupes, ct, trcs
pait leurs lamentations d'un :
madame, j'ai Ic regret de vous
rC eI suis marid. Ma femme est
IL at doc inutilee.,
t tiancte insistiait, il lui


remettait polinent un petit cahier, relid en
rouge, en lui distant :
Li' z a,
(a, c'ctaient des coupures de journaux,
racontar.t tous les details de la rue du Ro-
cher, atLire don't s.: oeur avait eci l'heroine,
1'orsquen mai 1892 elle tua Madame Las-
simlone, la maitresse de son maria. Et les
vieil!es demoiselles, effardes, pouvaient lire
des phrases come celles-ci :
a La victimne s'affaissa en poussant un
grand cri ; on la releva baignant dans une
mare de sang -elle avait requ cinq coups
de revolver A bout portant- et l'abdomen
labour de quatre coups de poignard.
Oui,inous sommes come cela'dans
la famille, ponctuait le baron en souriant.
Cependant quelques fiancees dnergiques,
trouvdrent bon de se plaindre, parmi les-
quelles la dame au ruban rouge. Et le ba-
ron, enfin, fut arrat6... II a choisi pour
d6tenseur Me Salmon. Un de scs camara-
des de fate, M. de V..., a itd inculpd,
ainsi que la Dame Kcv.iig dite de Maison-
seule -.. II est probable que d'autres corm-
plcitrs scronit :.iblies, surtout si toutes
es victimes- ct lles sont nombreuscs-de
l1tineCniux jambiste se dccident a por-
ter p lltc.
L,: Matin de Paris N '= Au 24 Mali.


LIuNE HOLLANDAISE

Le ,'S cPRINS WILLEMI Vv
attend de Saint-1Marc, Dimanche
martin 30 courant,partira le m6me
jour pour Petit-Godve, les Cayes,
Jacmel, Cul acao.
Port-au-Prince, le 28 Iuin 1907.
GERLACH & Co, AGENTS.

Service Atlas

Le steamer ( G.RECIA ayant
quit t New-York le 26 courant pour
Cap-llaitien, Iort-de-Paix et notre
port, est altetndu ici jeudi 4 Juillet,
laissera probablement dans la soi-
r&e pour St-Marc, Caycs et Santa-
Marta.
Port-au-Prince, 27 juin 1907
F. IIII:RMANN & CO, agents.

Bouquets Inodern-style
A vendre
Clc.z Mme CHARLES DUPLESSY.
Bois-BADER E
(A c.tA de la chapelle St-Antoine).


COMPAGNIE P. C. S.
AVIS
SOCIfTE: ANONYNE
Messieurs les actionnaires de la
Compagnie des Chemins de fer de
la Plaine du Cul-de-Sac sont con-
voques en Assembl6e g6n6rale le
mardi 6 Aolt 1907, A 3 heures de
l'aprns-midi, au siege Social, sis
au Champs-de-Mars, No 56.
ORDRE DU JOUR
1o.- RAPPORT DU CONSEIL D'ADMI-
N1STrATION.
2o. PRESENTATION DES COMPTES.
3o RIENOUVELLEMENT DU CONSEIL
4o. DIVERS.
Port-au-Prince, le 19 Juin 1907.
Le President,
G. SOWEDERBSKY


Celle qui donne le meillcur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc
le plus l1ger,
C'est la Pillsbury's Best de
Pillsbury Washburn Flour Mils Co
Minneapolis Minn.
Era. CASTERA. Reprdeentani


ct
Ia


_ ~ ~I_ __


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'HUE 105
Dirigee par

L. HOD1)ELIN
Ancien membre de la SocietJ Phtlan-
hropique des maitres tailleurs de Paris.
Vieni de recevoir no grand clioix d'd-
ltles diagonal, casitiiit alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particuli6rernent a sa clientele une
belle collection de coupes le casimir,
de gilets do fantaisie et de piqu6 de
Loute beaute.
Prix moderes defiant toute
concurrence.
Specialite de Costumes de no-
ces.- Coupe 4 Franaise, Anglais 3 et
Arneicainie e la dernii re lerlection.
La mazison colift-ctioiinie aussi des Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, de tous grades.


Poudre dentifrice
,
L'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dents et
los conserve intactes ?
Usez seulenent de la Poudre
dentifrice L'Ideal
La Poudre dentifrice a l'Iddal v QUI
A OBTENU LA PLUS HxUTIE RIECOM-
PENSE A L'EXPOSITION AGRICOI.E
ET INDUSTIUELLE DU ler MAI 1907,
-- A Port-au-Prince est rdellement
la meilleure de toutes celles connues
jusqu'aujourd'liui.
Ddpourvue d'acide, elle est sans
aucun danger pour I'6mail des dents.
Antiseptique de la bouche et toni
que des gencives, elle prevent la ca-
rie, donne aux dents une blancheur
tclatante et laisse Ai I'halcine une ex-
quise sensation de fralclieur et un
agr6able parfunm.
Servez-vous uniquemient dela Pcu-
dre dentifrice a 1'Ideal, S et vous
aurez de belles dents.
Vous en trouverez la P1IAnMACIE
TInEARD, angle des rues du( Centre et Fe'-
rou, vis-a-vis de l'Hotel de hl immunee.
Prix : G. 1.50 la boite


Bonne occasion
A vendre pour les constructions en
mur, des double T pour terrasses,
traverses, etc;-
Et une magnifique couveuse de
340 caufs avec accessoires.
S'adressor.au bureau du Journal.

LA
Meilleure Farine
du Monde


USINES MON -:RPOS


SUCRE TUI INE
Ie plus pur, le plus propre, Ie plus
riche en mati6re saccharine
defiant toute concurrence.
Tafia Sup6rieur : 20 degr6s
DPPOT G.NlRAL:
23, Rue Roux, 23
anciente Rue Bonna.Foi).

Francisco DESUSE^
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en dd-
put un grand stock,- pour la vente
en gros et ddeail,- de chaussures en
tous genres pour
IIO.MMES, FKMMEs, ENFANTS
Les cominandes des commercants
de 1'inttrieur pourront tre executees
dans une semainte ~ peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 83
POUT-AU-z'IINCE ( AI'T )

Langiue Anglaise

Le caracttire cosmopolite de la vie
moderne est tel, que les connaissances
d'une seule latiguo ne permettent plus
5 un it(livi(lu ces de ses relations, de son activity et
iemine de son existence. C'est pourquoi
toute peisonne, lhomrne ou femme, qui
est eii mesur e de fire face d une tell
necessity, mmrne au prix d'un sacrifice,
dloit cultiver les laaigues vivantes, sur-
tout les plus repandues : I'anglais et
I'espagnol, a cOte du frangais, cette bel-
le league de la diploniatie et du raline-
inent.
Pour un prix tres raisonnable,
Monsieur J. J. DESCE,
Ancien professeur au Lycle National
de la Capitale.
Se met a Li disposition du public pour
les leonis dans ces trois langues.
S'aldresser an No 97, Rue de la Rdvo-
lution, dite de l'Enterrement,

FX rICh l X em 4enri t

A. L1"ELEGA CE

Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulie;reinent de ses nombreux cli-
ents de la (nte et de la Capitale, que
I'dtablissc nent a un stock incalcula-
ble de chaut.-ures pour homes,
temmes ct enfants, en tous genres,
et que, malgrl I'offre de cinq pour ceut
sur I'achat en gros (5 0/0 ) faith un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L',tablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualikl
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI )

Avis
Le soussigne, announce an public el
au commerce en particulier qu'il n'est
plus responsible des actes gdneralement
quelconques que pourra contractor son
spouse, nee Lucia Girault, ce, en atten-
dant que divorce lui soilt intent.
Jdremie, le 26 Mai 1907
lh. Louis DIFAY


,moolow









OHANGEMENT D'ADRESSE
Docteur Lissade
89, Rue du Centre, 89.


T ere Zepiirm BeCll
Fabricant de chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-der-Bossales.
SPICIALITI :
PANTOUFLES MULES

Le Restaurateur de la sant6
Remede ellicace centre routes les mala-
dies provenant de l'impuretd du sang.
La boite de 201 pilules : P. 5. 00
L'enveloppe de 30 pilules : 1. 00
J'envoie gratis et franco, sur detnande
'enveloppe-echantillon et prospectus.
II. BONHEUR (Agent)
HOTEL-BELLEVUE.

Pharnacie F. Bruno
67-119 RUES IGALITE ET FEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poudre puissantecont re dnma ngea i.o i.
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, rem6deel'icaece
centre les access d'aslhme et les toux
requentes le flacon ;P : 1. 50.
Consultations grauiles :
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures du martin
par le Docteur. N. TuoxAs.

C'est incroyable
Pour la Toilette I
Malgr6 tous s savons antiseptiques,
routes les eaux de toilelte que vous a-
vez d6ejA employs, sans succes, n'lisilez
plus maintenant a essayerle Lait vir-
ginal antiseptique de A. Bonhiom-
me, pharmacien, qui a pour vertus in-
contestables d'enlever lea boutons au
visage, de lui donner une ,ouplesse
agrdable de 1'embellir et de conserver la
fralchieur d a teint.
MODE D'EMPLOI :-Se laver la figure
2 ou 3 fois par jour avec un pe de ce
dlit ana de I'eau froide.
Prix du flacon G. 1.00

PLUS D'AUTRES!
Servez-vous maintenant de la Pou-
tre dentifrice antiseptique de A.
Bonhomme, pharmacien, qui convent
a la toilette et A I'antiseptie de la bou-
che. Elle est douee d'une savour et d'un
parfum rares, elle rafralchit la bouche,
conserve les dents, les prese.'ve do tar-
tre et de la care, maintient leur blan-
cheur. C'est un specifique qui privient
les inflammations des gencives causes
par I'sage des prep ,rations mercuriel-
MODED'EMPLOI :- Au moyen d'une
broase Idgerement mouillee et impre-
guee de la poudre dentifrice on friction-
Re leo gencives et les dents.
D4p1 Gndral: pharmnacie St-An-
"r&Invu Joum Bowu (LaZYe).
Wia 1e la bolt G. 1.60.


LA REVUE
( ANCIENNE nITVUE DES REVUES )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR ,AN PAR SEMESTRE
Haiti 28 francs, 10 francs.
Los abonnements sont reciu dians
les bureau du a Matin seul agent
pour la R1publique d'IIaili.

On Demande
A acheter des timbres uses d'llaiti, bien
asmortis, par cent o, par mwls. Copdi-
tions tr6s avantageuses.
S'adresser au bureau du journal.

A Vendre
Une propri6dl fonds et batisses, stse
en cette ville, quarter de l'Exposilion
( Rue Chavannes, parages du Dr Ldoni
Audain, ) de la conttnance de 40 a 42
pieds de facade, sur 137 pieds de pro-
ondeur.
S'adresser au Gal Joseph Providence,
en dcuane, props ietaire.
0n trouvera l'ouvrage ,'l Monsieur
D. V.aval intitt:le ,Coup d'twuil sur I'd-
tat tconomique cl financier (de la Re'pu-
blique d'Hailivetc, clicz Monsieur F.
B1liz1.irc, anzgle (I'. rues- Gcffrard et Fd-
F ix G. 1.

Bouquets, Fleurs,
A vendre chcz MmeVve A.MARTIN
BoIs-VERNA


iPharfflaci A. D. Thard
199, Rue du Ceitrie -- 58, Rue Fdrou.
Drogucrie. Pruodiis climiqutes e!
pharm'accutique.-. '.:Eux min6ralcs na.
tuielles. Antiscpliques nouveaux, Se-
riIegu,,o de l'rava;. Aiguilles en plati-
ne iridi6. Thermomnbtre maxima une
minute. Sondts de Nslaton. Vessies A
g!ace. Cigarettes ( aelaiscs ). Totines
Gentile.
Sp6cia i ds pharnfaceutiqnes.
Execution exacte et rapide desjpres-
criptions. Analyses chimiques md-di-
cales.

Industrie
MANUFACTURIFRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchettes, chemises
et caleCons
Ecole dcs arts et mdtiers

PHOTOGRAPHIC
J, MZ. EDu3pilessy
120, RUE DU CENTRE, 120
Entre les pharmacies Bayard et Theard
Travaux soign6s
STP CIALITf :
Agrandissements au photo crayon.
Reproductions.
Nouveautes
L Prix xmod~rds.


aHH BELLEVUE
Rb ST1lAURAT


Place du Champ-de-Mars


PORT-AU-PRINCE. ( HAIl I)


Mme Ilermance ALFRED
T616phone, 220

APPARTEMENTS POUR FAMILIES


. I


DINERS LUNCH.


Installation moderne et comfortable. Vue sur la mer. Tm,
douce et rdguliere.-Les Tramways desservent l'Htidl-Belleve toutesins
PROPRIITIE SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdeeption.- Piano. Gramophone.
Sonneries Ilectriques


Table d'Holle


111p.


tous les ours, de midi d 9 heures,
de 7 d 8 hIcures du soir.


C.


G.23~5


MAGLOIIb


45, RUE Roux, 45
TILfPHONE.


Journaux, brochures, bill

marriage, caries de fianwa

program es, affiches, et

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et car

de visit d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE


LC;OMPAGNIEIS. C. S.

AVIS


Le public est avisd qu' partir de Jeudi 13 du
sera r~gulibreruent appliqu :


G. Du NORD
BIZOTON

CARREFOUR


CARREFOUR
BIZOTO N

G. Du NORD


courant lo


Ddpart 6 h. 7.45 9.30 11.15 12.30 .2.t15i
Arrive 622 8.07 9.52 11.37 1 12.52 .73.
D ,part 6.26 8.11 9.56 12.56 3.
Arrile 16.35 8.20110.05 1.0 I .l


Mparl
Anrivda
Depart
A rrivee


6.45 8.30 10.15
6.52 8.37 10.22
6.57 8.42 10-27
7.20 9.05 10.50


1.15 415
1.22 4.22
1.27 2.45 4.27
1.50 3.08 4.50


12.03


Approuvi par le Dipartement des Travaux Publics.
LA DIRECTIONS


----~L


v