<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00070
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 26, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00070

Full Text






MERCREDI, 26 JUIN 1907.


ij A$?TE, No 71.


__________________ _______ F


j


2


QUOTIDIEN
_~~ ~*


ABONNEMENTS :


D'AVANCE


DgPARTEMENTS & STRANGER:
Frais de poste en sus.


DIRECTEUR:
Cq1eterit N %aLloixre,


REIDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


ILE NLUMf.RO


10CENTIMES.


Les abonnements parent du ter. et du IS
niois et sont paya bles d'avance


de chaque


Les manuscripts ins&rts on non ne soot pas remis.


pour tout ce qui concern 'Administration
Pour tout ce qui concerne l'Administration


du Journal, s'adresser A Mionsieur Arthur ISIDORE, 45, Ruc Roux ou Bonne-Foi.


LA COMPTABILITI


le me rappollo avoir coni; ei' au
e dd'aint u:e longut an',
heures par scmainei, A fire de
CIDptabilit6 thiuoriquO. Cel;i nI p)e-
pias 1 est vrai bilo lourd dans
; toultfois c,,s deux licures,
(p!oytecs, cussiint pu citr' pro-
Si, Id ClcoIus Jd cot.it.abilil6
je ne me sentis pas asez
ble pour essaycr d'assumer
Ieal la responsabilitc do tenir
Ilres d'une mason de coninerce,
que touts les loCoiiS do i'alnneo
l'avaiet servi qu'a l'ai e coniinais-
avec les tcrines Marchan iises
s, Caisse, Profits et pcrlcs, Frais
et .. Divers.
IArR surtout me rondait ini'vita-
tPnnn perplexo, et q(land !'ccriture
nme demandait do passer so tra-
it par la formnul3 Divers d I)i'crs,
iUconmne si .on me parlait do la
rature du cercle. Jc price do no-
que ce sentiment ino. ~ m'tlit pas
ulier, qu'ilitait pairta :- p:ir toils
coudisciples, et (que nous al!ions
Itlclasse do comptabilitU coinne o
E"partie de Ircrdation.
Notre jeune professeur copendant
e faisait fort d'allier la p)ratique
L a th6orie ; et la l)ratique, en
We, 4tait reprdsentde par trois
registres a regluro appropriide
Srn itait le brouillon, Ie second
al et le troisieme le grand'li-
Ia mason de commerce imagi-
lui s'agissait de regir.
ligne le mot commerce, parce
iablement, c'est un fonds
erce qu'il nous etait donned
ter par la pens6e : nous ne
wyions pas, dans l'avenir, comp-
t les operations d'une indus-
lconque, d'une ferme pa exemn-
d'un conomat.
me6thode fut cause, common
le pease, que je dus, au sor-
classes, 4prouver du scrupule
eeT dans la profession de te-
livres. eusse certainement
Srti fort avantageux que


ille fit propose.r, mCrnlll[l, u1it
lholiii6Ie et illot tant comnilca;:?t, de
la place si un ncle pr'Jya.t navail,
par un gtill 'reiux minlsotl,, lr5pondl
de mIli ct do Ines siurc COlinais-
sances.
II dut d'ailleurs, pour justiltir son
engagelnelnt, se constiluer pirotoSSeur',
n1on plus A la fa;on du col:eg-, mais
ell 111 faisait passer Its e:itliircs
d'unIo mason d o cOImnmerce (c,: itable
et en me faisant faire, sous ses yVouI
et chaque martin, la syntlihso bien
connue des operations de la veille. L.es
choses pririt s:iubitement corps (ldaln
ino: esprit et quiaze jours do tratil.u'
suflircnt a me ren Idr concr ecs d :s
notions qui in m'etaienit jamais appa-
rues que vagucs et emnbrouill.s.
A chacunl des difricuit6s litle jo
rencontrais, jo tme rcpoitais au Cours
de Co, pltabilitd do D)plauquo qui m'a-
vait tc 16reconminand6i par unl viux
profession lCel tt l's 6clairciss 2'iint.;
!OIljours so pt'-;,i's ntaio,,t lminn.;,: ':X tt
-sous nil jout;r jusqu'ici insouplornIno.
Jo Il i10 doiitli- Ccl'rt's pas qU( jo (do-
van I'enseigiicneii t en faisant la demons-
tration exp)rimnentale de la sup6riorit5
do la pratique sur la tlluoric.
)ix-so pt ans aprts qua j'.i !ai:s-;
les classes, voila qi i cot e,,s.i.iuC-
Ino.t de la colmptabilit6 reslc expo-
sc aux mnemes errements d(ans les
6coles oit il su donno ; il n'y a pas un
soul coliegien (I!i puisso so latter,
en prenant cong6 do sos maitreis, de
pouvoir s suflire dans la tenuo de
n'importe quelle coinptabilit6 do no-
tre place.
C'est done quo cot anscignement,
tel qu'il est pratiqn6, est insuffisant.
Nous nous prdoccupons si peu d'ar-
mer les infants et les jeunes gcns
pour les luttes et les necessit4s do la
vie, qu'il n'y a pas sur touto la sur-
face de la Republique, un scul eta-
blissement ou s'enseigue la compta-
bilit6 publique, tell qu'ello se tient
au Ministlre des Finances ou A la
Chambre des Conmplts. On sait que si
toute comptabi!itd s'inspire des rgl s
imnmu:ibles du doit et de I'avoir, la
comptabilit4 des administrdlions pu-
bliques different sensiblement, par la
force meme des choses, de la comp-
tabil;td commercial.


dauls V~s (Oa)t'Se t'1,dt(a
vrks cs ad i in i ra ii Oils c avoc a-
chl -ineia''(11 1]t q( 12(J t i~t i'l; iii(oi-



Iritillatit ll e llou
des cla-st45t 1 ourtwii c'cst uilt-todildfla-
HIditqu jI It !SOlllibilt do tla"oie inM-
tia)A;jt ti azi I a 'autre ti- it ('1,11: li il l
nltI11 dar4m ts oilte:, I,!:-;
jeubillt-j t 's Ctjiil 11'v cmld! ()1iflC
on l Ic fait prirm )a com pt 1ii1'-16-
-aY, q11'A ellSiinU er, par &-, ca iii'rs
ap)propirit~s, los Cl616't- i t: inconirnuta-
bles.
foll to mode convieit (10, Co,'
ettio iUis ("tidIoC e.-;lacutnes ; .4A cc-
pz)u ciiaf 1'es;pdi I do tiradi iii )IM ,U10 Cer-
rtlno Ipai-es- o d0 I'at!-itj7 'Lilkissl, ieI.
mnot:Io plie ad'aptiu 1- A kl I'Gvu iitior,
ft-,t je'l r do lel- 10, c t e li i's 1l (lIC
j; V; PI1,)' i ah:i Iw Litomple. (
oi !e,;5c' (pit' ip deT ti (all 5'! fout i idl




ICt)iac 4s(10 IietI "it, (jil tl i L2o ideI
U\ri 1)(;1, il IINI), ii i's!. o'rait la'.-;!'iWba-


t;:'m Iut xcliositde. IaVOillitdi)j., Inll.is
: urtouL an min ieLtic vue do l'appliea-
tion des rnatlii'!inati q ws, a ji v C cnie
itux 61ves teux-IfemCs k to2i1mie des
cozaptes de l't'L:i issemo't Dim I )s
'ouvirag- ioftje pnui; o co ,i'e.ri eigle-
melnts, je lus On a distizbu(- aux
OIl,%vcs les comptes (oda3 dipeise de la
ferme, du jardii, doei'atelicr, des jeiix,
des fournitures do buizeaux, du labo-
ratoiro do chimie, do la cla~ss de.(des-
sin, do Ia nouirr-ituve, dl chaulla-re ;
ls doivent les rnetlio euael tat eCtfaire,
pourcela, tout los calculs zcessaires.
On doit senti' corbien ola -raison de
conclure que, ave e ce pi-oct-d6, a les
ehitfris s'iniimcnt, is l dev jeent. vi-
vants, its instruisent A conduire une
maison, une exploitation indlustrielle
oLI cominer-ciale ; its p:-cpai-etjt ell un
ruo0t, des 1j0omijineS platiqueWS, u iS )'ou-
venit viraiment Luncat-actZ.3rc social. a
Je i-epr-oduis, pout cetix iui aimerit
que la r~sactioti vienne de Fi-atce, 1'en-
trefilet suivant quo je d~tache d'un
bulletin de l'Ecole des Roches:


Au k oI1ii1eIew Iiint de ce trirrmes-
Ire, oil vinit d'iimauui-ret. dars Ia la e-
t11oSl st'-oialv, nit i Cur.s de COwn1jlab1*iile'
apliqi~uI'r Fipr;' i~sll dati uiouiveali (
priti(Iu2,. I;a coinlltabilit6 est app-
e r'A I Ia'ci'-ie tie I'Ecole et Jes Mi-
ye0s se ojat;:igeit les diverses 1)aies
d-hcomiutabiIitt&', en z'ep 'tsentaiit
-;()iLt le fot rri -it'r. )i t It'S aclieteurs, solt
lks vevideiti s,- soit lI iLaison do bana -
qo(. Ccs oj rations r e'ele.q les metti-unt
pIus i-awicineutui t I.lus conplk-te-
inutit au couratit rdes optirations de la
c4I1)itLlt6 t didu commerce ikHes
Sur le vif. ,a
Stetai-cc Ioiop de deantididw Z iims
direte uirs d'6coles d'en fair autant et
d'iiutici- ceux die feurtis ~ves qui sont
ei 6tat Wd'ordler I'etiseignemeiit de
la couIljtabiit6 aux comptes rtels 1de
I'intei-nuat et deo I'.cononiat ? aLe Ih-
recteur d e I'Icole de Iedales regar-
do ColiIIte util I)loiIlt important diti-
tit-'r les aVve~ ia connaissatce des
alfif-res diu dvclr-s ; ainsi, ii leut. ew01i-
lie des messaycs tie; s tieux, les en-
vore 1*,tir e sonl anent de la banque,
(AC..
I)iles eii coIIsciwIlc si la dilfdreijce
(ets lwoeio(WdC-s rW'est I as A I'avantage tie
sN st2i-es z'aliqjues et si ceux-ci
iie so(Mt IS esseiellement aptes a
Ic rner des l'minmes, et des liofimuit's
iuiuwdiatemcmuat uti les.
La fennne dcvatit, au melne titie
que Illuminen~~ conlstituei- une utlilt6t
-:ociale, j'ajoute que Hein ne pairiiL
opposedser ~ i ce que ia omptabilt.l soit
eiiseigiwee et ,le cette fa;on, dans les
6cois de jeunes Iille-s Je trouve de la
plus pira ide justice le mot de Pie X
rapport6 pait Monseigneur Pichon,
dans uuze conlfrence sur le Fdninisine
faite le [fois dernieitA I'Aaaociaion
des ancietmcs l.vecs de Sainte-Rose de
Limna et dont je recommended forte-
nieiit la lecture: a Ouvrez toutes les
voies a iii jeune tile, touted, sauf ia
politique. j

L'admninistration du 3A-
TIN b announce aux abonn6s
qu'ils ne doivant rien payer :
abonnements ou autres, quo
sur REQtJS IMPRIMtS et
signs do M. l'Adninistrateur.


,Ai MOIS Une Gourde


------- -------------------


_ _


PORT-AU-PRINCE (IIATTI)













RECEPTION
)DE
M. PIERRE CARTERON
Eavoyi E.xtra.rlinaire et Mfinistre
pldnipotenliaire de la Rdpublique Fran-
-aise d Haiti.

Le 14 de co mois, Son Excellence le
Pr.-,ident de la R6publiqun a rcou en
audience officielle, avec le re6r4mo-
nial accoutumi6, Monsieur Plicrre Car-
teron, le nouveau Tit.ulaire de la L.-
gation de Ftrance en Haiti.
SMonsieur Carterotn tlait accompa-
gnu de Monsieur Emile iouizier, Vice-
consul honoraire de France, charge
de la Chancellerie.
Art iv ai dix heures pr-cises ati Pa-
lais National ofi I'orchestre prtsiden-
tiel l'aicueillit aux accents de la Mfar
s,'illaise, Monsieur le Ministre de la lIe-
pthlique Fran admis, ainsi qiuo M. Rouzir, -I n ir6
sence de S. Ex. Ie (w,'iiraI Nonn
Ai.-:xi;, entour6 de tous les mriml)res
dit (Gouvernemnenit.
Les presentations fait,.s par IMon-
sieu I1. Pauldus Sannon. Secr'!;ire
(d'tat des Relations Extdrieures, Mon-
sieur Carteron s'exprima en ces ter-
n1es :
Monsieur le Prdsiden t,
J'ai l'honneur de remettre entire les mains
dc Votre Excellence les letters de rappel de
mo0n prdd6cesseur Monsieur de Bczw:ure,
ai!Ai que nes lettres de crdance.
-n nm'acriditant auprcs de Votre Excel-
lenCc en quality d'Envoyd Extraord'nairc et
Ministre Pl6nipotenriaire, Monsieur le
Prisidcnt de la R1publique FranqaCi mn)'a
fait un honneur don't je sens tout Ic prix.
Je suis en effect tris hehreux et trrs fier
d'avoir pour mission de continue ct de
cmo~'ll, der, si possible encore, les excellen-
tcs relations qui existent entire la France et
laiti ct je tiens A assurer a Votre Excel-
lence que je ferai tous mes efforts pour rd-
pondr .1 la confiance que me t6moigne
Monsieur le President de la RIpublique.
J'arrive A Port-au-Prince au moment oii
la Convention commercial si lihureusemcent
concluo entire les deux pays et don't I'dmi-
ncnt Secr6taire d'Etat aux Relations Ex:v
ricures ct mon tres distingu6 preddccsseur
ont cdt les habiles et brillants n6gociateur3,
conmmince A sortir ses effects.
C'et pour ma mission d'un favorable
aui.:ure, puisqu'aussi bien cet accord
qui a cie dictC par une bonle volone rd-
ciproque, ne peut manquer d'augmenrcr Ic
mouivcment des ,changes entire les deux
Repub'iques anies, er, par quite de per-
mettre A leurs nationaux de se connaltre et
de s'apprecier davantage.
Je suis persuade, Monsieur le Prsi.dent,
u'en m'exprimnnt ainsi, je suis egalement
I interprcte du Gouvernement de Votre
Excellence et c'est dans ceete conviction
que je vous prsente, avec les compliments
particuliers de Monsieur le President de la
Republique Francaise, l'assurance de mon
respect.
Son Excellence le Prdsident de la
Republique et, apres Elle le Secrdtaire
d'Etat des Relation- l:xt 'r:i urges rd-
pondirent a cc (lisciirs en assurant
et en reinerciant Io cl)lp'dscntant de
la France du vif plaisir avn.- lequel
etait recueillie I'expression de ses sen-
timents tA notre garad an moment ou
ii inaugurait la mission ai lui confide.
C'etait Avidemment d'un favorable au-
gure pour la continuation des excel-
lents rapports qui existent si heau
reusement entire les deux Pays.


Puis a ida uiiL- dti'i untlrlien iltiess
cordial, au coursduquel furent dchan-
get1s ls plus sympa'hiques assuran-
ces. Monsieur iierre Carteron pritcon-
g6 de S. Excellence Ic Prdsident de la
R1publique et fut reconduit a I'h6tel
do la 1.gation avec eI memo c6rdmo-
nial qu'l I'arrivde.
Les lionneurs militaires dtaient ren-
dus, a l'entrCe et & la sortie, par les
Companies d'Instruction do la Gardo.




Fermeture de la mall
L-s dpchcs pour Pe:it-Gosvc, St M.rc,
Gonaives Port-dePaix, Cap H.titien. Pro
Plata et St Thomia par le sis CONS-
TANTIA scront fermnes ce soir A $ heu-
res prcciscs.
Porz-au-Prince, 26 Juin 1907.
FianQailles
Nous c'nrc-g;trons avcc plaisir les fian-
c.illc-s. A IcJr;mic, de Mile PAULINE MARAIS
avcc M. ANTOINE RIG.L, avocat.
SiMcirecs fclicitations aux heureux fi.Mncez
Tribunal de Cassation
S::C'Io'Ss RLu'I:s
,Audie'nce du MA.:rti, 25 juin 90o7.
Pr'sidence de Mr President II. Lechaud
Le Tribunal en sections rdunies prcnd
sicge dix heures ct demic du matin et pro-
nonce l'arrct suiva:nt
Clui qui rcju:tte purement ct simple-
mcnt Ic pourvoi fo:iid par !cs Sieurs Kun-
hardt & Co co:ntrc Ic jugcnient du Tribu-
nal civil de Jacirel. en date du 22 Mai 1906
rendu contradictoircmient entre eux, d'une
part, et la BB.nqu N.itioua'c d'llai.i et l'Etat
H.iticn, de l'autr ; etc.
Les Sections ro.i:ies font place A la Sec-
tion civile simple et les arrts. suivants sont
reil du .
to --- Cclui q';i declare Ro;signol Pierre,
non rccev.rble en si dend deande de prise a par-
tie centre Ic juige Octavicn Fra:ncur, et
m.il fondd en ce qui concer:e le suppl~ant
Apollon ; en conr eqiunce, rejette la dire
dcu:n.de de prise a parties et conda.nne
Ro-sii nol Pierre vingt-cinq gourdes d'a-
mcnJe, c.t ;
20 C:lu qui ca~;et et a:mule le juge-
ment du Tribui.:l civil de i'Anse-A-Vcau,
en d.a:e du IrrM.ars 1906, rendu au profit de
I'l-at entire lc coanorts Compan; ; ctc.
30 C1lui qui re.itte purecnent ct sim-
p'ctni.nt 1, pourvoi formed par le sicur De-
nis M'ni hs co:tre le jugenent d'ex&eu-
tion. rcndli !e: 25 i itviLr 1 906 par c Tribu-
nal civil d.a Cap-Hiitiien entire lui ct le sicur
Lucien Noel, etc ;
.o Cclui qui casse ct annual le juge-
ment du Tribunal civil de Port-de-Paix, en
date du Ii juin I196. rendu au profit de
I'Etat con:re le sieur Florentin Mourasse ;
5o Gelui qui casse et annule mais
seulement sur le 2,mne moycn du pourvoi
relatif a l'cxcution proviso:re mal A propo-.
pronornc, le jugement du Tribunal civil
de Port-au-Prince, en date du 7 Juin 1905,
rendu contradictoirement entire Lherisson
Hyppolite et Joseph Moise, etc ;
Puis le Tribunal entend les affaires de :
0o Gclmy Gdlin, centre Brasidas Cc-
sar. Le juge rapporteur, Georges Sylvain,
lit son rapport.
Le Minister Public, Elie Curiel, conclut
au reject du pourvoi.
20 Telcide Frdddrique centre Guer-
ricr Louis Jacques et consorts.
Aprcs la lecture du rapport du juge Syl-
vain, le Ministere Public, Elie Curiel, con-
clut i la cassation et A l'annulation du ju-
gement attaque.
Va I'henre avancee, le sikge est level.


R~ IN 1iGMu ~i~~jT3
1-11 fO IT -1 I T~
MPT)o0ROLOGIQUE-so

C bser- atoire
DU
SEMtIMAIRE COLLEGE St-1MARTIAL

MARDI 25 JUIX4


Barometre A midi
T minimum
Toemporature maximum


762,0
24,3
35,2


Moyenne diurae de la temperature 29:2
Se ciel a etd 16g&rement nnageux '
I'atmosphre infdricure charge de brume
et de poussiere. Couronne lunaire pen-
dant les deux nuits. La brise de terre a
souffle avec une vitesse moyenne de 7
metres et atteint par moment 14 mi tries
par second ; cl!e est connue sous le noni
de brise carabine et sa plus grande force
est dans les regions basses.
La temperature moyenne 29.2 a eti la
plus dlevde depuis le commenmcneent de
l'anne.
Le baromerre a subi une hausse trds
sensible.
J. SCHERER
Nos Febrifuges
Port-au-Frince, le 24 Juin 1907.
Monieur le Directeur,
A propo; Je Quinine, je viens de lire
dans le .\ J!i, qu'on attend I'appr6ciation
de .i v:ix a.utorisee d'un de nos medecins
sur l'cf!iz.tci:t tie I'Assoroci et du 'Dyd dos,
em oy's, ;c,'iime febrifuges.
Bie:, que j- 'n'aie ni voix ni plume au-
torisdes. je me permets cependant de sai-
sir cette occasion pour essayer de dissiper
une erreur locale qui tend A faire admet-
tre que le mddecin est forcdment botanis-
te, c!tmiste, etc. et qu'il est appeal A em-
ployer les feuilles don't nos rebouteurs se
servent couramment. M. Marcelin n'a pas
h6sitd A nous faire ce reproche dans un de
ses romans.
La mddecine est une science d'observa-
tion. Tout le monde le sait et le rpite.
Mais l'observation ne consist pas a enten-
dre dire que tell plante product tel effect
silutaire dans tel cas donned par quelqu'un
qui n'a aucune idde de la pathologic hu-
mai.ie. L'observa.iion n'a rdellement de va-
!cur que quind e!le es applique par un
medecin possad.int de sericuses connaissan-
ces en anatomie, physiologie, p..thologie,
c:c,. C'est dire que l'ob;ervation doit ctre
scientifique et comprcndre naturellement
I'expcri mentation.
Les mdicamentsin que nnus cmployons
journellement dans la pratique courante ont
ere soumis en effect a toute une serie d'exp&-
rienc's.
D'abord des chimistes ont extrait des
planes inconnues leurs principles actifs
qu'on a expirimentds sur les animaux pour
connaltre leurs bons et leurs mauvais ef-
fets et en dernier lieu sur l'homme,
Or, nous ne sommes pas chimistes et
L'Assoroci et le Dyid dos n'ont pas encore
6td expiriment6s suivant les procedes ri-
goureux de la science. Nous ne pouvons
done donner notreappr6ciatton sur des plan-
tes qui n'ont pass& jusqu'A present par le
creuset d'aucun laboratoire special de chi-
mie qui n'exis: e nmlheurcusement pas en
Haiti.
C'est I'occasio i pour clhiun de contri-
buer A la prospdri:c dn pias en tr.ivillant a
la creation d'un labor.ito:re special de chi-
mie ou se ferait I'cxtirction des alcoloides
des plants d'tHiiti qu'on enverrait ensuite
au laboratoire de notre sympathique con-
citoren le Dr Lton Audain ou l'on se char-
gerait de l'experimentation sur les animaux.


___ ~______
_ L~~C _____~_


Alrs cula t il mdti siciaita
rait employer les p!antes du pet
son appreciation sur l'AssaroaletAl
Recevez, monsieur le Directe /l
Dr
Arrivage
Hier apres-midi estentrr le steer
tantia, de la H. A. L, avec let
suivants:
Kingston: C. Lyon Hill et fail
Y. Rosenthal, Baptiste Petit, PiRet
Georgina Luci Reel. J. Tuste.
Jirimie: Raymond Misdry, D Et
ry Sanon, Dr Gaveau, Elie Caz. r
Pctit-Godve: E. Benjamen, lL 7f
Zak6,'J. Maignan, D. Brignol, C. L.
jeune, Staco.

o tel 1Belleve

DEJEUNER DU 26 JUIN
MIDI A 2 IIURES
Prix : G. 2.50
Salade de Beuf tomatee
Beurre glacuc
Gros bouillon de cq A la creole
Harengs A la S.tint-Jean
Ctcelettes de mouton-Bretoanes
Haricots blancs au lard
Riz au gras
CEuf au lait
Fruits
Cafe
1/2 Via


Nouvelles rangers


DEPECHES RL Uti CE Mllit
Les Lieut-nn+.s Ca':field et Leua
parties err ballon sent mcrts.IA
cadavre de Caufield est d&-
couvert au large de Way-
mouth
LoNDnER 3'.- Tous ies doutesqi
I'on a pt conserver a'i sujet du so
des lieutenants (Caufield et Lcund,pa
tisen ballon lt 28 mai dernier ducan
d'Aldershot, soat lev~as par la lugu
ddcouverto qiii vient .t'tre fate. I
cadavre du lieutenant Caulfield a
repecliw' en mer. an large de \a
mouth ; le corps 6tait encore comp
tement v6tu, maid les traits 6tai
mneconihaissables en raiso, de 1'T
de decomposition avancee di & I'il
mersion prolong6e.
Marcelin Albert, l'organisateur4
l'aqitationviticole et M. Clmfno-
president du Conseil ontule en-
t:evue. M. Albert que C16nen-
ceau rend responsible e la
situation dans le Midi veOt
reparer ses faute.-- Une
entente s'est faite en-
tre le president da
Conseil et le
chef du Co-
mnit6d'Ar-
gelUierb
PARIS 22.- L'vdTmenta J
saillant de la jourane,a 4
que Marcelin Albert, l'e ranglItea
l'agitation viticole, a faite a e.l
menceau, president du consei
niinistrcs.
C'est ce martin que cet "hornmI,E
la police et les troupes out vaiDn6
cherch6 dana tous les coins ali
s'est inopindment present au
there de 1'Intdrieur. Un reC' a
ficiel de cette. entrevue dit q6l
CJ4menceau s'est montr6 e c-
ment s8dvre & l'4gard de son












1iga urejoth les rsponsabillt'cs Mcei
s qul s'est pass dans Le Mi- du s
irf e l refuse de payer It1 Sl
gr Ve, la d 'iinissioin) I )K.
1its et les co llit ls i- t lt "; l
noeet do bo tl)tlie 0 .1 lt Kido et
aoue M. Albert a fail ITrnivo idoet
que bl. esprit dd co!ntritioU IHnesures
table eslwit do eweSstion
Iclat6een larines, (leina at- l)UrI.actio
president du C"iS idel (lu!lo 'tIr l d
0l povait rparer1 ses tfautes. a 6t dis
0Cpmenceau lii altrait rdponda :
esttezvous la loi ct u;e z (ie SANTIA
tfltuence aupurs de v0s coinci- miert' Vi
poiur le s fair renter dans aviation,
A sa sortie du minist6re, la c6te d
ert refisi i: .,v.t r c p (liiU cinquaint
pa b6s entire l (:he f (l1 g1ouver- Un officio
tet lui en ddclaralnt. qi'il avait v'e ; le
le secret ; it a a:non e'oIen- lasager
qi'il pIattal lP urL, l t1 i ii Les tra'
Ldait re plic Iii :o d vo(ir (c r i it ilhe
Ssupposer qu'one entoute s'est
Sentre o chef du comite d'Arge- LA A1
et le president du conseil. On se sont r
equ M. Albert a vainement plai- tinud leu
caust de M. Fcrroul, l'a cien mine est
c'ndu chate
de Narbonne. deux jou
Accident adronautique conf6renj
.g-23.- Treize personnes ont yale situd
toes lier dans un accident a.ro- de la Hay
ue survenu pros de l)ebrezin-
iie: 3 arronautes don't 2 officers
iis el autrichien S'3 sont tuds COMI
0bant de la narcclle. Des pay- V
qui toulaient capture I'acros-
t provoqu6 explosion en s'en
hant avec des lanterns. Dix SO0
eux ont 6Le tue's. Messi(
lesa Lisbonne.- L; roi Charles Compag
Bbord du croissu: a Amdlia Op
ils23.-- Une d6peche -lu corres- la Plain(
.t dua Matin 3L Madrid dit voqu6s (
s naowelles de l.isbonno sont mardi 6
n graves. Cc correspundant I'apr 6s-
te roi Charles cst 'apbord rs-
tl i Aml!ia ot c(q'un cor au Chan
diolice a tB 46tabli aulour do 0e
Shabitpe par le premier mi- 1o.- R
'anco. i
devant la tombe du Presi- 2.- P
tCarnot. La nouvelle loi viti 3o.- R
estvot6e par la Chambre. 4o.- D
IBempereur du Japon decore
KM. ralli6res et Pichon. Porl-
La m6re de Paul Des-
chanel est morte
ITRE23.- Cafe Haiti Cap : 38.50 (
lPrksident de la It6publique s'esi
,ce martin, au Panthioni dcvant
de dPr6sident Carnot. LIGN
raboutir plus raplidcinent, la
bre disjoignit cert:iris nnmbres Le S/S
c:e et vota, samedi soir, la nou- venant d(
i viicole.jeudi, 27
peirur du Japon vient de con- je laiss,
Sfr Fallieres la grand'croix de jour pour
du Chrysanthnem et A M. Pi- J acme
la. grand'croix de l'ordro du Jcmerl
vlia. Port-au
elections ldgislatives ont eu lieu GI
&StQentin et a Boussac : ii y a
e. E
"oaEO le d6cis do Madame
,..mro de M. Paul Descha- Le Ste
quitt6 Ne
r'J res proposes par le pre- tement p
ministry France et ici mard
Poussees par le roi. bablt ne
tE 2.-- Le roi 1 rct'usi d'ap- naives,
rle Inesures s6v i\es Iriopo- et Santa-
kle President tlu conseil, M.
Centre les orngarist.leurs de La Mal
Ut Juin. On s'atti ( a cc'Europe,
lKmesure hate la sortie de M. ny ( vi
present cabinet. 1'oste je
Grave res du s
"cIsco 24.-- La grdve des P<
tea continue.


ting pour la suppression
sentiment anti-japonais
ur la c6te americainu
2'. A un meeting teni cet-
idi pltr ces dl'guues des (Ch;iIn-
r ,,tn ,,.. *^ do Tokio, Yebt),
Yokoh la, la necessity de
tapide.; en vue de la sup-
du sen-timent anti-japonais
te aminricaino du Pacilique,
cntt6e ct approuvde.
Naufrage do Vigo
GO DK CHILI 24.- Le stea-
go a de la Pacific Stream Na-
allant a Panama au sud de
u Pacifique, a fait naufrage Ca
e mills an nord do Corral.
er et tun passager outt dtd sau-
reste de 1'equipage et des
s auraient p~Iri.
vaux continuent.- La reine
lmi:ie recevra les dl16guds
dans sa villa.
'E 24.- Ies quatre comites
6unis aujourd'hui et out con-
rs travaux. La reine \Vilhel-
arrivee aujourd'hui venant
eau de Loo, ello restera ici
rs et recevra les delegues a la
ce a IIuisten Bosch, villa ro-
6e a environ un millo et demi
ye.


PAGNIE P. C. S.
AVIS
CI~ITE ANONYNE
eurs les actionnaires de la
nie des Chemins de eir de
e du Cul-de-Sac sont con-
en Assemble g6nerale le
Aoft 1907, A 3 heures de
nidi, au siege Social, sis
ips-de-Mars, No 56.
RDRE DU JOUR
APPORT DU CONSEIL D'ADMI-
NISTRATION.
PRESENTATION DES COMPTES.
ENOUVELLEMENT DU CONSEIL
IVERS.
au-Prince, le 19 Juin 4907.
Le President,
G. SCHWEDERSKY


E HOLLANDAISE

,PRINS WILLEM Vp
e New-York est attend ici
courant.
era probablement le m1me
St-Marc, Petit-GoAve, Cayes,
Curacao.
i-Prince, le 25 Juin 1907.
ERLACH & CO, AGENTS.

Service Atlas
samer a Virginia a syant
sw-York le 20 courant direc-
onr notre port, est attend
Li 25 courant, et partira pro
nt le lendemain pour Go-
MiragoAne, J&rlmie, Jacmel
Marta.
lie pour *les Etats-Unis et
par le vapoeur a Allegha-
a Jdr6mie ) spra fermbe A la
udi 26 courant a 6 heu-
soir.
ort-au-Prince, 22 juin 1907
F. HERRMANN & Co agents.


Maison F. BRUNES.
105 GRANI)'IUE 1195
Dirigee par

L. IIODIELN
Ancien ,nembre te la Sociele PhItlan-
Iropiquedes maes eia ta lilleurs dte Pu'ris.
Vieit dte ecevoir u i' ranl choix (id'-
tolles diagonale, casiinir alpaca, chievio-
te, cheviote pout deuil, etc, Recomman-
do particulibrement a sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilet de fantlaisie et de piqu6 de
Loute beautle.
Prix moder6s defiant toute
concurrence.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupe lFrantaise, Anglais>, et
Am rnicaine La maisotn conlfectionte aussi ltes Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, dl touis r.tl'les.


Poudre dentifrice

a L'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dents et
les conserve intactes ?
Usez seulement do la Poudre
dentifrice v L'Ideal )
.a PIoulde dentirifice V IdJal ()LUI
A A TN ULA US I HAUI UE' 1 :COM(
PEI.NSE: A L'EXP'OSITIO)N AIIIC()I.E
ET INI)UST'I'ELL.E 1)1U r1, MAI 119)7,
- a l'orit-au-P'rince est ireellencent
la moilleure de toutes cells connues
jusqu'aujourd'hui.
D6pourvue d'acide, elle est sans
aucun danger pour I'dmail des dents.
Antiseptique do la bouclie et toni
quo des gencives, elle pr6vient la ca-
rie, done aux dents i ue blaiicheur
dclatante et laisse a l'lialeine une ex-
quise sensation de fralchleur et un
agreable parfum.
Servez-vous uniquoment de la Pcu-
dre dentifrice 1'Ideal, et vous
aurez de belles dents.


Vous en trouverez
THEARD, angle des ;ues
rolu, vis-a-vis del'Hotel


a la PIIARMACIE
du Centre et Fd-
de la Commune.


Prix : G. 1.50 la boite


Bonne occasion
A vcndie pour les constructions en
mur, des double T pour terrasses,
traverses, etc;-
Et une nagnifique couveuse de
340 ceufs avec accessoires.
S'adresser.au bureau du Journal.
]l_ -- I-
LA

Meilleure Farine
du Monde

Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui done le pain le plus blanc et
le plus I1ger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,--
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Reprdsenant


USINES MON-REPOS


SUCRE TURBINE
le plus pur, le plus propre, le plus
rice en maticre saccharine
defiant toute concurrence.
Tafia Superieur : 20 degrees
DEPOT G:NIRAL :
23, Rue Roux, `23
ancientu Rue Bonne-Fo i).

Francisco I)ESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d4-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et dctail,- de chaussures en
tous genres plour
IloMMES, FE.t.1MEs, INFANTSS
Les colmmandes des collmnerlants
de 1'int6rietir poulronit i (tre eC xcuties
dans une semainle Ai pI) proIs.
13, rue des Fronts-Forts, 23
PORIT-AU-I'IINCE- ( HAITI )

Lanjiue Anglaise

le Clt lCt'.r c,,( Co' elo liLte al .In vie
lIlOtC'rne e'st t'l, ,(It' I's t'l.*lo iMiss CSn.
d'une scilte l.in- ue no i r t'linettelt j)lus
a un i nU l i\nivid l 1e (.! mIcrr ;iie x exigen-
ces de ses rel;aiou ns, ,I sln ielivite et
mllni'ile d solln xil-tene. ',e.t lIIourtl oi
toutl e (l Ir' olI,', ht, i m lie n i f-n llll1n (llli
est i. iiIues. eI le tlilt lfac ;ttL i u tell
nt'cessit;, l t rn( 1 ni p ii\ j ix iun s:;t1 1ili( .
loit ciult:ivc lIs I l..io1iic vivjalt,' sur-
tout s lI.> ,Int. r i lutes l" 1,liis.- et
l'eswpi nol, a cute du tIran;,ais, cetle Lml-
le lailgue mentt.
1Pour un prix tu' l ruisonnaible,
Monsieur J. J. DESCE,
A ncien professeur au Lycje A alional
de la Capital,'.
Sc met a la (li.spositiofi des lemons l;ans ces trois langues.
S'alresser an No 97, ltue lution, dite de l'E (iter ement,

3E rax ch1 e 4mer t

AL EELEAINCE
1). FEItIII ,
Fabricant de chaussures,
Porte a la connliissance du public,
particulihrement de ses nombreux cli-
ents de la (:te et de la Capitale, que
l'6tablissement a nn stock incalcula-
ble de claussures pour homes,
temmes et enfa;nts, en tons genres,
et que, malgr4 l'ofl'ie de cinq pour ceul
sur l'achat en gros (.5 0/0 ) fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'etablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualigt
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)


Avis
Le soussign6, announce au public et
au commerce en paticulier qu'il n'est
plus responsahle Kes actes ace Cnrialement
quelconques que poiurra contractor Eon
spouse, riCe l., :ia Giratilt, ce, ct attein-
dant que dlivorcc lui soit intent.
JIrtmie, le 20 Mai 1907
Jh. Louis DIFAY


--










CHANGEMENT D'ADRESSE
Docteur Lissade
89, Hue du Centre, 89.


Tiere ze iphirin Bell
Fabricant de chatissurtcs eli tons
genres. Pour Ilommes, l'emnines ct en-
fants.
Place de la Croix-des-PBossales.
SI 'CIAI3T':
PANTOUFLES MULES

Le Restaurateur de la sant6
Hlemtnl d ellicitce coutire t,:ties le.s 1Iwala-
dlies pi'rovenanc t 'Ie 'inmiini ctt' dui sKuig.
l.a boite de t 2()11 piluI s : P. .. 100
'einvelopplc e .1) ( ilules : 1. (00
J'en'oie giatis ctfi au co, sur ilemrna le
'el\nveloppc-)-c(lL:litillon ct prt ospI ctus.
II. IHNIIEIUI ( Agent )
SOTE:L- I : LI .EVI' E.

hlilarlllacie F. Brulno
67-11. l) I t :s 1:"C.'A I L 1-. A I i.lotU .
Sp6cialit6s F. Bruno :
prurigu, .-ueulr lles piels- L: 1 ioilt 1 P. 1
SiroT anitli )t.h ital/,nlU r(In',. llin';,'e
'olltre It.S- ;c'c's ';I' lLi t:e( l c 1' r I .tux
rt'queiintcs I l!.toji ; P : 1. :>.
CO .su(1all tI) itsals ,,la il,'s :
a, I : 1 L. .1 I 1I-


LA REVUE
( ANCIENNE 1EVUE DES REVUES )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS :
PAR ,AN PAR SEMESTER
Halti 28 francs, 16 francs.
Les abonnements Font rcuts dans
les bureau du cc Matiin Ecul agent
pour la RIpublique d'Ilaiti.

On Demand
A acheter des timbres us6s d' Haiti, bien
assortis, par cent ol par mille. Condi-
tions tres avant.gecuses.
S'adresser au bureau du journal.

A Vendre
Une propricdl fonris et balissas, sise
en ctle ville, quarter de 1'Exposition
( Rue Chavaincs, paracges du Dr LIoi_1
Audaini, ) de la countenance de 40 a 42
pieds de facade, sur 137 pieds de pro-
fondeur.
S'adresser au G(l Joseph Providence,
en dl ,uane, otpropiit'. ire.
On trouvera l'ouvtage D. V.ival. iiititulo Coup l1'i,'uil s1ur l'd-
nat bliqiuc d'Htili etl, cl(iz Monsieur F.
LBMlizuire, anIgle (dt-s i ucs Gellrard et Fd-
roi.
I' ix G. 1.
-- -- ,,i- -
Bouquets, Fleurs,
A rvndr ,ch, rimoVvro X MAIITINl


M Ian i I ciJcu'eoi ie (It 'I I i 11 i8' 'l w ,KII . .*1.*1 ** V'.*.;I .
par l c1)utour. N. TiioNI.\ 0. P X'-i-VEEriN.I

C'est incrovablel Ti
0 % e8. $& rd
C'esl Iotiw Ia TJoilette !I1Irl~ i~ A i iiit
J Ruedu Cen/re $38, f lu FFe'rou.
i\1:aItr'e, tuus Ivs : is ;Iihs jI)ro uur ic. rdiis chini"iucs t
t0Uti'a Intguei l .. *1 tc(AIIQ 1 -L ji:ii icjitc-. F LI Inztaics ha-

currlestj Elr- clIX Illilll. 11CS Ila-e
v.7. eljtIi~ue.Sl~~l~ ~ !I-~ \iic~~~~.OUVc:al!.X, -

(1~! Iii (1~~11 1I'' Z t1() zc 11CS. AI11i!-Cp~c. (
I'lus iiaiti~i -.Vl1 ntVir- 1jJ4rhiiits do IPi-avd. iz. ~1piati-
girnal aritisepticluc do A.\ I II C In 'ii- lii'h-id i '-.hfci'1OrflctnC haxiflid urIc
meI, l)II1'uIacliiI ji, qui .1 I \I HVIA III! 11 .to k()2l' 0.- !(!e N'latof(i1. \te irj(_
cuuitestahbtes d'Icidever Ics Ik a iws 1U glaco'. Cigarettes ( aitylaises ). TUbnes
\isa-v, 4do Iiii dojiic'IIiCrn mw.~CGn
afircib'e le de 1I-umbllir e tie coll Sci L Sp6ciaitis pharmaceul iqncs.
fraicleir du Iciit. 14Extcution cxacte et rapid des'pres-
MO"1 3 1)EI)11:1O, 1 i~ lit 'ti'u criptions. Analy'scs chiminluus n di-
[ i I' u I;ales.


Prix du flacon G. 1.00

PLUS I)'AUTIRES!
Servez-vous mai:telatiit le lia Pou-
dre dentifrice antiseptique de A.
Bonhomme, plharnacicn, qlui convient
a la toilette et Ai l'aintisepllie de la louz-
che. Elle est doude d'une saveur et (1'un
parfum rares, elle al'.altchit la louche,
conserve les dents, les prese "ve lti tar-
tre et de la care, maintient leur blan-
cheur. C'est un specilique qui ,privient
les inflammations des gencives causes
rar I'usage des priep ra lions mercuriel-;
MODED'EMPI.OI : A moyen d'une
brosse 14g&rement mouillee ct imipre-
gnee de la poudre denttif-ice on friction-!
ne les gencives et les dents.
Dip6t Gdndral: pharrnacie St-An-
toine.
AvMNuE JOHN BowN (LalueJ.
Prix de la bolted G. 1.50.


.I l'
Industrie
MANUFACTURE ERE NATIONAL LE
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchettes, chemises
ct cacr'ons
Ecole des arts et zmdlicers

PHOTOGRAPHIC
J, MVE. DZ-uplessy
120, RUE DU CENTRE, 120
Eiirc Ics pharmacies 1iaardl ect Thoard
Travaux soignds
S-PEC.IALITE :
Agrandissements au photo crayon.
Reproductions.
Nouveaut6s
Prix moderes.


Ho0E BELLEVUE
RESTAURA NT

Place du Champ-de-Mars
PORT-AU-PRINCE. ( HAITI)

Mme Hermance ALFRED

T616phone, 220

APPARTEMENTS POUR FAMILIES
DINERS LUNCH.
Installation modene et comfortable. Vue sur la mer. T74
douce et rg'ulihre.-Les Tramways desservent '1Hdlel-Belleuse touo t 7L
PROPRIiETI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdeeption.- Piano. Gramophone.
Sonneries .lectriques


Table d'Hote


tous les jours, de ,idi d .2 heures,
de 7 d 8 heures du soir.


G. 2.50


MAGLOIRI


45, RUE Roux, 45
TELPIIONE.


Journaux, brochures, billets!

marriage, cartes de fiancail

programmes, affiches, et t

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et carA

de visit d la minute.

PRIX DE CONSCIENCE


COMPAGNIE P. C. S.

AVIS


Le public est avis6 qu'A partir de Joudi
sera ,'(ulireiLle'int appliqud :


(;. D)u NonD
IIIZOTON

CauI r I FO UR


B'IzOTr N
4
G. Du' NORD


J)Jpar
A rrit'Jc
Dedpart
A rriu'e


Dj )art

Depart
A m vL'cf


0 h. 7.15 0.30
6 22 8.07 9.52
6.26 8.11 9.56
6.35 8.20 10.05


6.45 8.30 10.15
6.52 8.37 1I9.22
6.57 8.42 10-27
7.20 9.05 10.50


13 du courant lo prdsfIo


1
1


1
1


1.15 12.30 2.15 3.30
1.37 12 52 I62.7 3.5"2 5
- 12.56 3. 5 .I
S.05 4.0o5

- 1.515 4.-15 6.~
1.4.22 6.7
1.'5 1.27 2.45 4.27 6.
2.03 1.50 3.08 4.50 6'


Approutv par le Ddpartement des Travaux Publics.
LA DIRECTION


ln Imp. C.


I