<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00067
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 22, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00067

Full Text


8SAMEDI I. 22 UIN 19074


4Q1Ti c:>P ~ X3[I>XiEr4J


I


ABONNEMENTS : DIEcrEUR: LE NUMtRO 10 CENTIMES.

PAR MOIS 4 GOURDE Cl&mezat Mlagloire, Les abonnements parent du xer.et
Sdu x5 de chaque mois et sont paya

DEPARTEMENTS & ITRANGR : RREDACTION-ADMINISTRATION bles davance
Frais de post en sus. 45, RUE ROUX, 45. Les manuscripts insbr6s ou non ne soat
e u pas remis.

Pour tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser A M. Arthur ISIDORE.
lI I I II I


Pelletan nous disait I'autre jour que, separ&s, qui couvrent ine vaste si
A I'4tranger, quatre anndes suffisent perticie; cela fait un ensemble tri
i l 81 Rd pour fair un ing6nieur, tandis que, important. D'immenses bAtiment;
en France, ii en faut huit. Quand vous dons de MM. Iockfeller, Carnegie, et
et-que duration lisez : u a I'tranger a entendez sur- sont en construction. II y a pros d
Qu'est-c que l'dducation ? tout en Angleterre et aux Etats-Unis. 4.000 etudiants et 6tudiantes.
C'est, dit Paul Descamps, I'appren- S'il est bien vrai que dans ces pays a Le site de I'Universit4 est superbE
tissage de la vie. les points ne sont ni moins solides ni trbs sauvage, tres accident, coup
Or, I apprentissage d'un metier plus mat faits qu'en France, il faut de gorges et rempli de cascades ma
quelconque a pour but de former un reconnaltre que leur m6thode d'ensei- gnifiques. II y a un grand lac dans I
ouvrier capable do r6ussir et d'excel- gnement ost superieure, puisqu'elle voisinage. 11 est intressant de voi
ler dans ce metier. permit d'atteindro le meme rdsultat, I'activit6 et l'initiative que montren
L'apprentissage de la vie a done ou mnme un rdsultat meilleur, dans les 4tudiants dans leur vie.
pour but a de former un homme ca- un temps reduit do moiti6. Ils ont fondd une quantity de club
pable de reussir et d'exceller dans la C'est que la difference dans les m6- et d'associations: musique, sports
vnite. it rnirant n thodes apparalt des l'origine : ce n'est littdrature, langues, sciences, etc:; noi
bOn citat dernirt ent leunom de audb- pas seulement I'ingenieur anglo-sa- pas alin de nommer un president e
septime sel, disait do so rapp r xon qu differe de o'ingenieur francais, plusieurs vice-pr6.idents, mais pou
seplibme siecle, disait do so rappeler c'est aussi les deux types d'dcoliers en tirer profit eu.c-mtn!nme. Ainsi j'ai as
que enfants e vivront pas das quidifrent. Tout le monde connalt sistd A une sance de l'lliance fran.
la lune, ma-i sur ce globe terraqud le badin qu'est en France l'tudiant; du caise, on a jou tine pie e et r6citC di
et dans cc sicle si corronmpu. Et moment qu'il est en rugle avec ses de- vers inorceaux; on voyait che: tous le
un grand journal parisiln s 'criait r- voirs t lemons 'eue qu'ifaut, i asista le eddir l'predre. On s(
cemet uel miitt leons I'ieu qu'i fault,
tcerfent li Quel mi'tnistre de fins- 'appartient pas autrement A I'ensei- prIoccupait peu de reinarqluer si l;
traction pblique fer a jaais descen- gnement- ce sont les plaisirs qui lo pro nonciation 6tait mnauvaise; on fai
Irre de la lue sur la nclament, et ce n'est pas le rested du sait son possible pour s'instruire.
Bien qula teire dlaitio sot pas temp que les plaisirs le r6clament, ( Teaucoup de cos 6tudiants soni
uBn lieu l te.e d'i soil pus c'est tout le temps, exception faite des pauvres et ii leur fat it.l~gil W leu vie
ton lieu dlices, e xctpt5 poure lieseuves consacrees A l'dtude. Comme et !eur pension; lear 1cryi, et leaur cs-
touristes et exploratours, clerchurs etat d'ame, la difference est vraimenet prit d'entreprise snnt vraiuienitt remiar-
de coin do verdure et de pittoresques sensible entre les eux types; 5cou- quablcs; Uls out fond des journaux
accrions, il s'agit pour nouis (le nous tez ce que dit do l'universitd Cornoll (i'un paraittouslcs joursetdonrni tous
Ygaccouloile; et lancessit6 est aussi M. Jean Hessand qui est alli faire aux les renseig itlnemits :t ioiivclles sur
geande psut' no s que pour les autres IAtats-Unis un stage d'6tudes: l, vie do i'Ueiversit6; c'est, ,:ratit-il,
peupies do uc pas sOjjourney cans !a
lune et de pre ndre pied str inore sol. tTout ce que j'ai vu de 1'rUniversit tl o /i.,) utleies
Nous evoyons, en g ra, nos en et de la vie des tudiants tn'a entliou- dies re.stauraW.s, ,lmajasi,.S, lWrciriros,etc.
fants A I'4colo d(-s I'Age de six ans siasim6; je comprends et j admeds as- a Beaucoup servent dans des restau-
htpartie priimaire et secondaire des sez que les strangers (et nos compa- rants, ct relicoivent en eclialge leur
"tudes les garden au bas mot dix an- triotes en particulier) qui voient les nourriture. Un 6tudiant inc montre un
6es; quanld nous lesidestinons A tre Etats-Unis, aient A so plaindre de garconi dans un restaurant qui est son
quelque chose, les tudes suporieures beaucoup de choses: it y a mille pe- compagnon do classes; ii nous sert A
les occupent durant environ six an- tits details qui nous choquent et nous diner; sus service lini, il enlhvera
6es encore. Cela f,, done que nous blessent; la vie a certainement plus son tablier et ira p)rcidrdo dos notes
ooflons l'esprit et I ime de nos en- de rudesse que chez nous; ii y a a au course. On ne se croit niullement
fants- et parfois aussi leurs corps coup s>ir un c6td primitif qui peut de- d6shonore plour cela.
dan le cas d'internat- durant seize plaire; mais ce quo je ne pardonne D Des conflrencciers distinguds vien-
anoesau soind'instituteurs divers. Et pas ces gens h 'esprit aboulevar- nent solvent parler a l'UniversitW et
'est un sujet de vingt-deux ans qu'ils dier et superficiel, c'est qu'ils ne se les 6tudiants ntie imaiiient Ipas ces
onos retournent, avec toujours la pr6- rendent pas compete que l'or ,e doit occasions pour s'mi1struire.
tetion d'en avoir faith n home pas juger u pays sutr la qaliti de la Les sports et les amusements ne
tpais, au rai, ii n'y a gure que l'es- nourriture, on la complaisance des do- manqlenit l)as non plus; ii y a un th&-
prit t intelligence qui aient dtd cul- mestiques. Ils ne voient pas beaucoup Atre oft viennent les meilleures trou-
tvs et voilA que l'utilit6 meme de la d'autres choses qui font de I'AmBri- pes d'Am1erique et Imime d'Europ2.
tion donnfe A cette culture se que un grand et beau pays, en particu- o Jo trouve admiralles ces jeunes
oue mise en question. ier les universities. gens qui lulent ainsi pour obtenir les
C eendant ii n'en eat pas de o me aL'LUniversitl, ici, est compose moyeQ n de s'dlever par l'instrucLioa.
'5tOutes les latitudes. M. Andr6*d'une grande quantity de bAtiments Qtandjepease d notre type d'udian*


U-
(s
s,
c.
e,

a-
e
r
it

s

>t
r


s
3
a

t


_ _


III


Ire ANNraE No 68.


PORT-AU-PRINCE (mrlh)










anoceur ret cihal~lteur, je ne trouve
pas la difference flatteuse pour nous. *
Et toutes les universities am6ricai-
nes ressemblent plus on moins A 1'U-
niversit4 Cornell. Pour renforcer la
comparison, nous jetterons demain
un rapid coup d'ueil sur quelques
6coles anglaises et sur le regime sco-
laire usit6 en Angleterre, afin d'etre
plus A mnrn de parler de I'Ecole des
oches creee d'apres le type anglo-
saxon.





RENSEIGNEMEN TS
M .rTEOROLOGIQU ES

O bservatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


\'V:NI)RDI: 21 JI2 N
Baromitrc A midi
T minimum-
Temp6rature maximum-


761,8
22,8
35,6


Moyenne diurne de la temperature 28,4
Le ciel a 6t6 covert dans l'apres-midi.
Les nuages infdrieurs vicnnent de E. Quel-
ques gouttes de pluic e 7 heures 40 mi-
nutes. Le baromdtre est remontd tres peu.
J. SCHERER
Charmbre des Deputes
Se'icc' du Vndrcdi, 21 Mai 1907
Apres la lecture de la correspondence, I
President dc la Cliambre, vu la presence au
banc de l'ExCcutif du Ministre des Travau>
Publics, -- a interverti l'ordre du jour pou
enteindre Ic communications de Monsicu
F. N. Laraquc.
Cclui-ci, avant obtenu la parole, a de
mand A I'ass.-I cinbil) c le rctrait du project di
loi sur ia socict agnricole qu'il avait dtpo
st l'anniie dcrniirc.
La Chambre rei:ouvelle ensuite son bu
reau pour le 3mne mois de la session. L
mrme a t6c maintenu.
Ensuite plusicurs projects de loi ont ett
ddposes sur le Bureau de la chambre enrr
autres un project (lont la lecture a td6 don
nde par le ddpute A. D. Chancy qui accord
de une rente viagere de 1. 80 A la Veuv
de feu Labidou, ancien Secr6taire d'Etat
Ces diff&rents projects ont 6te envoys a 1'
tude des ComitCs appeles A en connaltre.
*
Nous avons donned hier les noms de
membres de la Commission du Budge
Voici ceux de la commission des Compt
g6ndraux: Deputes Daguindeau, Crepin, A
Crepsac, Abellard, Bernard, N. Apollor
Dr P. Savain, rapporteur, A. R. Duran(
president.
Monsieur F. M. ALTIERI
A l'lionneur d'aviser le public (
le commerce qu'a son depart pou
I'Europe, le 13 courant, il a charge M
E. Robelin de sa procuration.
Port-au-Prince, 19 Juin 1907.


Thb etre-Haitien
Nous avons sous les yeux le programme
de la representation que le TheAtre-haitien
donne demain.
Le Vincent de 'aul de Coicou en est
l'attrait essential, mais pourtant la musi-
que d'amateur et la poesie de Coppte qui
exalte le heros de la piece ne sont aussi
qu'un bon regal.
Avec cela que le Thd6tre-haitien fait la
part tr&s large ses visiteurs en mettant de
c6td le quart de ses recettes pour leur etre
lib6ralement octroyb, lorsque ses recettes
auront atteint le chiffre de mille gourdes et
que par consequent, cc quart sera lui-
meme de 250 gourdes.
Aussi ne faut-il pas que, par distraction,
'oin jette sa carte ou bien qu'on en ronge
le bout qui porte Ie N ; car le hasard
peut bien nous jouer le tour, A vous ou A
moi, de nous jeter sur le petit gros lot de
1oo gourdes... ct ma foi ce ne serair pas
le plus villain de c-s ours, n'est-ce pas ?
Donc, au "The:uri.--l1aii.n domain pour
jouir de tout ce qu'on nous y reserve.
Service Hydrauliq ue
L'Administration du Service Hydrauli-
que informed ses abonnis quc l'eau de la
Source de Plaisance sera arrstze luudi 24.
courant dc 6 heurcs du mltin ei hbcures de
l'aprcs-midi, pour la continuation du net-
toyage des tuyaux du Reservoir Nord-
Alexis.
Port-au-Prince, 20 Juin 1907.
Le Dirccteur,.E. ULYSSE.
A Saint-Frangois
A I'occasion de la fcte de N.D du Perpd-
tuel Secours, patronne de la chapelle du
Bel-air, il y aura deux messes demain.
Celle de cinq heures'et demise sera dite
par S. G. Monseigneur Conan.
A 7 heures, messe solennelle.-
S Une table s ra tenue au profit de la cha-
x pelle par Mn)e. J6rmie et Mile. Eugenic
r Solages, qui oilriront au public la succu-
r lente tass e de cadf moca, tant apprdcid 3
cette here inatinale.
Dans l'apres-midi procession suivie dL la
c bnediction du Tris Saint-Sacrement.
Marceau Lecorps
Nous avons rcvu avec le plus grand plai-
e sir notre jeune et distingue confrere Mar-
ceau Lecorps, directeur des Vaitis, cette
e excellent revue du Cap qui charma tant
e les lettrds par la publication de vrritables
i- pages de litterature ct d'art.
M. Lecorps est un de nos plus originaux
e &crivains don't le merveillcux talent d'obser-
nation s'allie A une connaissance parfaite
L- de la langue.
Nous lui souhaitons la bienvenue et un
heureux sejour parmi nous.
Echos des Cayes
.s L Le Lyc
es Par les journaux arrives de la Capitale l
. semaine derniere, nous avons appris que 1l
I, deputd Camille Ldon a propose A la Cham
i, bre de voter Vingt mille gourdes pour 1;
reconstruction de notre Lycee. Nous filici
tons vivement le depute de ce beau gest4
en faveur de notre premier etablissemen
t scolaire. Mr. Leon a tenu A donner a s;
uI ville natale une preuve de son attachemen\
I. et du bon souvenir qu'il lui garden. Cepen.
dant on nous permettra d'avancer que le
vingt mille gourdes proposes sont abso


lament insuffisantes A la reconstruction
lycee. Une entreprise de ce genre nccs i,
une bien plus forte valeur: soixante Uil
gourdes au moins. Nous estimons que la
Chambres seront unanimes A augmenter k
chiffre propose,:le Lyc6e, tant un tab.
segment de. premier ordre doit etre bati s
un plan qui cadre avec son caractere.
Nous comptons sur la sollicitude deCn
mandataires et le sentiment de justice QC
a toujours animb le gouvernement du I.
n&ral-'Nord pour nous permettre de voir L
reliever sous peu notre lycde qui a dai
paru d'une facon si inattendue et biena 6
mouvante, le premier mai dernier.
( La Lanterne)
Couture et Couturieres
Nouspublions avec plaisir L Icttre suivaMt
de notre aimable corrcspondante en la prian
de croire qu'cll trouvera toujours l'appui J4
SM3atins dans la champagne qu'elle poursi
en favcur du Travail.
Port-au-Prince, le 21 Juin 1907.
Monsieur Ie Directeur,
Laissez-nous vous remercier d'abord pour
I'accucil empress6 que vous avez fait no.
tre dcrni&re lettre ; nous cn 6tions assur6a
sachant quc la grande question du trail
ne vous trouve jamais indifferent.
L.s ouvricres modistes vdgetent en c
moment, avions-nous dit, il y a un malqi
cmp&che la couture de marcher ; t3chon
de trouver ou se trouve ce mal.
En attendant que la femme haitiena
chcrche son droit, de vivre, qu'elle troaw
des emplois qut ne demandent pas dekl
force musculaire, mais de l'ordre et la doci-
lit, en attendant que les portes de nos-
cultds lui soient ouvertes, qu'elle devienm
architects, inginieur, mndecin et avocat,
qu'clle ait son journal ; (helas ce joura-
rivera-t-il j.imais dans notre pays) trouvoo
lui un noyen d'assurer par le travail le
pain quotidian.
Ne pourrai:-on pas en face de lI situaticm
qui est faitc i ce genre d'industrie, apli-
quer un tariff minimum, diminucr de moi-
tid Ics taxes actuelles sur tous les article
de prcmiicrcs ndcessit6s A la couture. Fai
sons one petite nomenclature des articles
don't les droirsseraicnt diminu6s: Aiguilkr
SD .s Acoudre, Ciseaux, Fil, Boutons, Doubl
re, Etoffe, Casimir, Drap, Lainage, Ti
chemises, toile A drap etc.
Par centre nous proposons d'augment
du double les droits des articles qui
vent : Confections g6neralemcnt quel
ques : c'est-a-dire, les toilettes, la
Capotes, Bonnets, Draps de lit, co
jupons, chemises A femme, cach
pantalettes, tabliers, gi!ets de flanellc et
misoles; il ne strait except que les c
sespour hommes et cadets.
Cette disposition, si elle 6tait adopted,
ciliterait le travail A nos ouvrieres et
ramenerait la clientele. On verrat
a refleurir, come aux beaux ours en
e les nombreux ateliers, qui deji fo
- nent dans le pays et donneraient uOc
a nouvelle a nos pauvres ouvrires. On
- precierait ce que peuvent offrir dans is
e ture comme solidity, 1eegance et boa
t les dames Lagojannis, Riegaudd
a Pierre, Annoual, Duplessy, MarchiM
t se, Charles, Jeansmc, etc.. les Dc
- Piron, Confident, Solages, Excellelit
s b6, Vieux, Bouchereau, Parmentiur,
- drielle, Guery, Daguerre, Mathie,


- -I -C I .-~ I s- -~- ~---- ---I r = ,








poypice, Coritois, Marseille, Bellegarde,
t... ct tant d'autres, aussi int4ressantes
difts mes a Dd don't la liste serait longue
iciter, enfin toute cette pl6iade de talents
encore ignores qui ne demandent qu' ga-
gner leur vie par le travail.
Et tirant un passage de la brillante con-
erence de Mgr J. Plchon faite ces jours
derniers aux anciennes leves de Ste Rose
de Lima. a Sur le F6minisme, nous di-
sons avec S. grandeur : N'est-ce pas dou-
a loureux de voir, encore aujourd'hui, tant
a de personnel se fournirde lines et vefe-
Sments Al'etranger, quand, dans nos villes,
a tant de jeunes files ne demandent qu'A
t les confectioner, et assure-t-ou, sont ca-
t pables de satisfaire A toutes les exigences.
SDonner du travailaux jeunes filles : ps-
6 sementerie, habillements, articles fm;ni-
i n;nsdetous genres, cela n'est pas iinpo;-
g sible. ,,
MadameJ. M.
Invention du diable
Un s6natcur, du norn de Chavarebicre
de Sal, vient de mourir, tres regrett6 de
tous ses colleagues. Ce brave homme ktait
en effet, fort aimn au Scnat. 11 s'y 6tait
taill6 une mani&re de petite ceitbrit la a
suite d'une venture assez cocasse.
Un jour, M. Chavardbiere de Sal trouva,
devant son miroir, qu'il blanchissait avec
cxageration. Et ii rdsolut de se faire tein-
dre les cheveux... Que se passa-t-il ? A
quelle reaction chimique furent soumises
les derni:res m&ches de M. Chavar6biere
de Sal ? Cela, personnel nele saura jamais...
Mais on vit un jour excellent s6nateur
apparaitre au Luxembourg avec des che-
veux extraordinairement jajnes...
Ce n'est rien, explique M. Chavare-
bire de Sal. Un accident. une b6vue de
mon perruquier... Je vais faire arranger
cela ..
I1 s'enfut done chez un autre perruquier.
Mais il etait ecrit que ses cheveux iraient,
si 'on ose dire, de CharybJe en Scylla...
Le lende:nain, M. Chavarcbicre de Sal re-
mnt au Scuat avec de; cheveux verts, mais
1 d'un vert ahurissant
C'est depuis lors que le bonhomme se re-
fusa dresser la moindre parole A M.Bcr-
thelot.
La chimie, s'ecriait-il dans les cou-
loirs, la chimie est une invention du
diable!
Cette venture lui coita ses derniers
cheveux.


Sotel Belley r

DEJEUNER DU 22 JUIN
MIDI A 2 HEURES
Prix: G. 2.50
Saucisson de Lyon
Beurre glace
Radis
Boudins sur Parmentier
Tourterelles au chou
Beefsteak au cresson
Aubergines frites
Haricots rouges en sauce
Riz blanc
Comote de riz
fruits i
Caf6
1/2 Vin


Novelles Ptranogeres


DPECHES REVUES CE MARTIN

Ala conference de la paix.- Les
remerclments hde l'Empereur Nicolas
et de la reine Wilhelmine.- Choix
des membres des comites
LA-1HAYE 19.- Les (juatre commis-
sions so d6composent ainsi : com-
mission d'arbitrage, pr6sid6e par M.
Bourgeois ( France ); guerre sur terre,
pr6sideit, M. Pceriaert ( Belgi(ue ) ;
guerro maritime, pr(sideut, Comte
Torni6l1i ( Italic ); convention do grr-
ve, plrsiIdenl M. do Martens (lRussie).
Des le debut de la stance, M. de
NelidolT a transmis aux d6legues les
reneorcietnents do 1'Enp:reuc Nico-
las et cex dle la rlein Williclmine,
pour les messages do fclicitatious qui
leur out d6 einvoy&s lc jour mtine do
la s6a:ce d'ouverture.
La session a dur6 une hleurte. Le fait
quo la plreniiere proposition) deiniti-
vemnellt soumrise a la confi-elicoe 0;ma-
no de l'Allemagne <0t qju'eile a re':;u
l'appui cordial do l'A.\u !eterr-.. ;, crao
une boirne impression. Le fran:;ais est
la langue ofticielio de, la; conference ;
tous les discourse dans une autrue la -
6ue doivent etre sommairement tra-
duits en ftanmais par uin ucibro du
secretariat g6n6ra!.
LA-IIAYE '20.- Aujourd'ui les diver-
ses d'iligaiotios a la conftrc-nce do la
Paix out chloisi les membre.s ds
quatre co iit6ls c'- s ,ier. i.es dates
des reunions de ccs comSitds out 6td
fix e .
Un scus-marin 'perdu par
l'ignoiance d'un ouvrier
1ToUI.(N 1!.- Le 0sons-riarii a (ym-
note 1 a could aijou.rd'lnii datins le
bassitn ptl s d(Iq el il at;it. ainare ;
cot accidtli t e-t d(i i la L'tise d,'lni
ouvrier (qui, par iIgnoiance, a fait ma-
nmeuvrer les vanliles des cai.sses a la3l-
last. On consid~i'r, co nav.re come
totalemnent perdu.
Les conmentaires de la presse
au sujet de la triple alliance
anglo-franco-espagnole
BERLIN 19.- Quoiqu'elle n'en con-
naisse pas exactement les clauses,
la press allemande discute avec quel-
que inqui6tude la nouvelle triple al-
liance anglo-franco-espagnole. Au se-
cretariat desaffaires strangeres, on en-
visage cetto question avec le plus
grand calme. On y reconnait que I'AI-
lemagne 6tait officiellement informed
du texte de cc trait, mais que l'on ne
peut rien en divulguer jusqu'A cetque
ce texte ait Wt officiellement public ;
c'est-A-dire pas avant lo mois d'Aoiit.
VIENNE 19.- a La nouvelle press
Libre o dit apprendre de source auto-
ris~e que les traits anglo-franco-es-
pagnol garantissent non seulement le
maintien du statu quo, mais qu'ils
envisagent une action commune dans
certaines 6ventualites.


Rdeeption du President Fallires
par I'ambassadeur White
PARIS 19.- En rdponseo une invi-
tation qui lui a 6td transmise par I'Am-
basadeur White, le president Fal-
liires a accept aujourd'hui d'assister
a uno reception qui sera donn6e le
30 Juin A bord du croiseur a Washing-
ton v pendant le sdjour de ce der-
nier A Bordeaux.
R6gates impdriales allemandes
KIEL ( Allemagne ) 19.- Les rega-
tes imperiales ont coimmencC aujour-
d'hui par un temps affreux. Parni les
qualre-vingts yaclits de plaisance qui
se trouvaient en ce moment dans
ce port, on rlmar(que ceux de la
comtessse do Bear, de 1. (ladoz,
du due d'Ecazos, de M. llenry Artts.
Mortdu IP: ,:;ssu r Stewart Her-chell
LOsNnur. 1V).-- Le Iprofesseur Alex-
ander Stewart Ilerschlil le clele;blre
astronomy, est iolrt ajiij rd'in i i
1'Olbservatoit'e de St.orglit ( ltckl s );
son grand ptTre sir Willium Ilorschell
a f;iit la pul)art de ses fa~neuses d6-
co vc rates.
Agrandissernent du port
de Harnbourc
HAMnoBiOu 1).- L t mnlnicipalit a
vot6 un credit d* 1 i.37..000)) doll ars
pour I'atgrandissemeilt d(l Iport.
Un attentat a ]Ia Chambre
des deputy:;
PAllis 20.- Un individ(u jila uii
cartouchld de dynamite dans i'l6dmicy-
cle de la Cli;amnre des ddiut6s. Dans
sa chute, la fus1e, se d6tacha de la
cartouclie, cc (lqui ,prvint mu n allehur.
L'aurtc-r dt cot atlen tal, airri t(', fu'Lt re-
coninu (iq 'il noJ joiiissait p)as de ses
tfacult4s Ientiles.
Le:; restec dc Poncc d, Loon
SAN-.IJAN ( IPrto-ltico ))20.- lIa co-
lonie espapnol a 4t' autoris ;( ;
trantstt'rr l's I'r-ste:s de- Pori(c (ie Ie o) n,
l'explloi ateur et I, premier gover-
ncut de I'ner(-ilico, de l'Eglise de
S n-Jos.e i la Cath(i dralo.
La craint d.inte gr.ver es3t diL;.;iprc
-0.
NEw-Yo nK -20.- L C:; companies
tle'gtrapli'jues t' sont enteldues avec
lIurs cmllployds : 1II1" grieve chestt plus
a criilldre.
Dccouverte d'un club
r volutionnaire
\VAsIiiNGTON '20. L'Ambassadeur
du Japon aux Etats-lnis n'ajoute pas
foi la tnouvelle d t son prochain
rappel.
La paix a Varsovie
VAtRSOVIE 20. La police dcouvrit ce
matin, I'ktablissemeut oft les procla-
mations rdvolutionnaires talent im-
primres secr-tement.

Avis
Le sonssigne, announce au public et
au commerce en, particulier qu'il n'est
plus responsible dles actes gdneralement
quelconques que pourra contractor son
spouse, nie Lucia Girault, ce, en atten-
dant que divorce lui soit intent.
Jdremie, le 26 Mai 1907
Jh. LouIs DEFAY,






- -~ -. -


L iii"a (Ias

I' m c4r;acl;.rea 4 It p.Ii4 04. Ia vie

d'une VeuleI I.Aliguot lif- (04-tillellelit plus
t USA iilaliiwi.1u *-I!.flp ai J ul Ceiage-
C&S de %es C~i .1.tsgpu, ill.Y.4011 actvtI~ Oete
m~irist de 9-,rr c exi-orio e. Gr'rl lotmisrlUco
toute Isetl 4illQ. Itillme is. '.u friuui le, u
e~ too1,CIJ ls me *I.e faare [-I-a e a uOi tl" 4 eI
t'Itauit I aO 5 ut af tAUi icrifice.
dolt c11l:.uiVI JI-V 11 I.sgUe* 1,AII #*$, tur-
tout le,, Iili. r1. ;uaaaa*u. .11 hall 11
le tAllwiio. de' I.6 -1,4 u~sa. it iAI i Iaue-
ti ur u I'll% Iri ,

Monsicaur J. J. DESCE,


S41 iif*t .411 h 1 i *r




USINES lON-REPOS


SI ,IIE TIt BINIPA
Iv 0t s lou t-, eI1, 11. j1%i' lo-,IC I pl'us
1 61 .'4Si 551 511A IIr4 0"I'4 11 .1 111

Tatia Superictir '20 doqr6s





RHUM-SYLVAIN





il1 0 I .:

S4 I


d 1

cio


Ii t Illc 4'5 -t' **:~. ~ I~;~
346 0; 116. 1' 1'*e'- 4


L.A
.114 iteull"'4 Flariuie


:4.'it a151441 15141.4' oIo'1111.1' ,'It .t.IaAI I
(j u i I arodzt A t i Ie i. i .,41to'1 1.1111

.'%1t IJ P0 lbuz-y 1est lot I
'1bik.ury tab1,uru Hour .'Go. -


CAOMPAGMIE P .1coso


SOCItTE ANONYNE
mI,'SSi.'iig1i Ites ac:hoa)Iindres dela
Cinupag.:i.nie. dIs Cheglialus Ae rer de
1.11-11. f~~ill d CuIlfele-Saeo: Swt Coll-
V411 -s-* ell Xssemlulio'e wgon4~F3ICle
m~ard#6 Amnu 1110-7, : -*teurps de
I'apiii'S-iiiiii, all sii'je Social, Sis
:10 Ch.amaaps-.Io-MIar's, %NE156.
OBDHER DU JOUIR
I w.-IA~utrii0'- Dug IAIMI-

I'It-.-..N I~t r''I ) 'sCh'I N:~4




G. SCHWEDE RSKY

VOU1EjZZ avoir un
A 401"Sbon accor
dcurctrCparat tur do Pianos ?
4,,I -,'t*ji eramle t' Ivs conili-

pi'"'" e hotc-oIr i ~"ii at-MNtu~sique.
mIl I' II.ldA-%r;81
Quaclrbe.r St. Joswte:


C'est imerovalile

Potr I; Toilette I





I .1 e ni vr

*~~: 'I @4


its

F:du G 1.00


"Ii'LS


1 V~ A91, I "I"it 14 'A'S


dro do.r.asizu'i c .ait.:;uptu ;1)qu d eA.
etie cI.ic' *fit .;u in *I :l t.i5 0 w

j,.If I ll d,*lilt .11 :
L4 C- I- i.6a4' I Ir-.,tI f., I I.iii-

Nit I '1 IiI.'11'I.E & A ui~ 4' e' i t41I1511t


k he I ~ v Uri fi ictioua-

pharmacie St-An-
to i n.
A %t:.a JuIv I~ (LAJEI.
Prix do la b cite G. 1 .50.


Imm
LINE HOLLANDAISt
LAe SS. 4 PRINS WILLEC tIs
altiendu dii sod dimanche ajr.rom
Iti-,-,era Jur Saiit-Marc et New.IT
lundi, 24 courant a 9 houft
precises du matin.
Iluit-au-P'rmcc, Ic le Juiti tA77.
GER LAC I & Co. AG3t673

AVIS

ADMINISTRATION DI
SERVICE HYDRATJI4QUI
de la CAPITALE lorimim avis a
~ai~iuio 4pqizi!s dpiii ent -'ignaler led.
jI)II. tau teui-si&t par lettre d'uN
1mi":i1L:e foxrnielle et noxi pas ds
viv.. voix aux percepteurs
Ill;11411v Foa Aill (III#- memmu
solent ;1i.-'s 01I1 collsEju!fee tOUT
re iidi e~ir.
1' imte-. ro~cI~tmatior produites i
(14--S I n'S )I'e 'l-II;tiooII (III pf.w
ne '-#,rouintulletnent I rises a


Fi I l' ir id jci ', Cit O lverts, q
r~l ~ ~ oh puisj.c" noi duivet pu~
fait CE stflit Liafit US) a1us t IOiJOUIs*pi
J4icia~l-lo4 ;ISIR service de? Id dis,MAW
t1441 (-t xo'X-.-atital'tEifln t"iiiai em
(&I11j)ab'..! A la r siliationl de Son )"

I 'ort-ars-Iritre, .!I Jilin 1'IW.
LA DIRECTiON.

E'valr ckiexrxerit

A LIELEGANCE
I). FElIHA !tf,
FdAbricant de chaussure,
I io it. cina. d AIII-.ts1ancdii pmw_
'.11 ~fi k .4f,1t(0sp's Iw4fbrt'uli
4)- i 4'* Iat .d.t de It (Capita'1@1
I *. w1 1 ;11til Stock Ic Inca

9 %4 [?4~? .'I J-d1 I'. [ I.m


MAT1





I'raianDise IJESISE
Fabricarnt do chauIssurM




ut a id d c ch 'u 4Q.0,E'
r,r



*~ rue de~ Fronts.Fnrt-s, 53
PuhlT-AU-YI'KICK ( BAIT!i)