<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00065
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 19, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00065

Full Text


MERCREDI, 19 JUIN 1907.


A


T


CT.C: mvI1 C3:3 JY


ABONNEMENTS :


PIAR MOIS


GOURDE.


D)EPARTENIENTS & -ETRANGZR
krais de poste en sts.


DIRECTEUR:
C:ler.mexmt Vaglloire,

I1REDACTION-ADMINISTRATION


45, RUE ROUX, 45.


LE NUMERO 10 CENTIMES.


Les
du I
bles


abonnerncnts parent du ier.et
5 de chaque mois et sont paya-
d'avance


Les mnaniiscrits inii-rcs ou non ve sect
pas rcinis.


pour tout cC qui concern 1'Admrinistration du Journal, s'adresser A M. Arthur ISIDORE.
-- --~I(~~IB~~P~I~ La- lP IY. L--9Ll -~IEJ~~k l--


Divorces et Remariages

( Voir h' IN d'hier )
Dernierement, tout le Paris man-
dain et litteraire s',,nouvaitd'un grand
cri pouss : au thlAtre centre I'abus
du divorce. M,. Emile FIabre, dans un
drame poignant intitul6 la Matison
d'Arile, analysait Aprement les at-
troces soutfrances morales que so pe6-
pare la femmo qui divorce, (qu'elle so
prepare et auxlquelles elite condamne
par avanco tous cLIux qui doivent I'en-
tourer.
Avant cela, lPaul Hourget danl; son
roman a Le D)ivorce P d6voilait la fra-
gilite d'uii tn6nago don't I'un des
memnbres avait coI:tractd ueI prcmifre
union e(t i imontrait l'ho;n:in tortuLr
atTreusemenit i la la pns6e (iuei sa ft'in-
me trs-aimle avait doitle a i un aiitre
son coO'i vioeI-, saj juiess' (l'ame Cit
qu'A cot antri' ellk" devait son Citdca-
tion seiitiinontaa'e ot seinsui lle o ;t j1s-
qu'a des estes et des f.itcons de par-
ler.
Mloi j'imaine -t n'est-ce pas d'ir-
refutable logil0 ?.-- (luo ce dolt etre
.pis, le remn-.ri ge rl," anciens 6poux.
Lescontlits do la vie conjugale qui
aboutissenit aux divX.rces no niaissent
pas tout d'un coup.
Aussi, quand la raptirtu devient pu-
blique et tend A devenir !6gale, mari
etfemme oublient tout: leurs devoirs
recipro lues, leur dignity, l'opinion et
its 'hO6siitenit so couvrir de toutes los
infamies. M'ine si au d6tbut itl ny
avait en Iqule des rnalentendus, 1
brouille alors devieint souvent irrepa-
rable et l'oti en viett A se hai'r ,as-
sionnmlentii, ne serait-ce (ue pour
quelque tetIps.
Oh! qulele ghileni~e, doit tre la vie
commune pour de tels tres qui apres
s'tre entrelards., de routes sorts
d'horreiurn s font d ) nouveaucx sor-
ments et veulent vivre encore en-
Semble ?
Moi je crois que dans ce cas, on
(le non A l'amour vrai, mais A un
tourvicieux de l'esprit humain qui
tit de nous les esclaves de l'Habitude


et nous fait y sacrifier meme notre di-
giitd et notre repos. Mais umlheur !
in second divorce n'est pas admis et
la solution de Dumas fits s'impose.
Le a Tue la v devient ineluctable ..
Et lorsque pour 1'adieu, leirs mains se sont unies,
. lles n'ont pas pu se separer :
Vous savez pourquoi cette comndie
de la brouillo et dl retour ( le meil-
leur du depart, disent-ils) c'est par-
co qu'en so mariant les leux jounes
gens comptaient I'un sur l'autre pour
1'entretien de la maison.
Or, il so trouva que le mari tait
inapte a tout travail et n'dtait ferret que
sur les regles abs'truses du cotillon
et du poker ; il se trouva (qu la belle,
l'delgante, la fastueuse Mademoiselle
Cilotte Thazard, malgr6 son luxe pla-
lqut, mais imposant n'avait pas de
Dot !
Iis s''iimaieti t !
lceut-etres'ainent-ils vrairnent, mais
13 luxe tyra-nnique auquel leur inau-
vaise education les a assujettis fait que
danws 1t mtniiage, les gifrles ot to6t fait
de -g! isser enltr lis blaisers et Ics
baisers entire les gifties.
Its divorceront pout-itre ( le luxe
est ,.i desliote. ) Mais ineluctablement
( L'Amnor ou l'llalhitude esL si puis-
saLit ) ils set ci hrchieront encore et
lours mains so re.;oueront.
Ah jeune lioinme pauvre cavalier
parfait, chiarmeur et bieii-disant, ta
inoustache conqutrante, ta tournuure
de petit vainqueur, tes yeux alliciants
se vouaient dans leinariage a bien des
ddhoirces qu no pouvaient (onJ)r.ier
1to- m;ins lnolltI) el parltnllees, nii ton
ce'iur veule.
Et la Loi pr'te, ld venir ;i t)' 1) e-
couIrs Li loi La cro .,c.-
a l''flticacit6 d,'s mnesines i;gislatives
s'0criait Ilerblr Spencer, 'est q' iune
for'()il sli)tile duI fL tic isn ; t t
)l.ins que des his lhrbares t'enlhu;t-
nent au devuir litbr nent assmn," ;,
pronds garden d'aulres, avilissantes,
menacent dc to clouer aau idicule it i
la sltrilit6 et a la honte.
L'liomme entlosse cc bMt : Civilisation
Et s'attache des tas de codes i a lapatt
Aussi bien, peut-etre convient-il
mieux A ta noblesse h6rdditaire, i ton
education idealogique que tu passes


comme un autre do tes po;tes favors,
que tu tournes ton c(our insatisfait
vers a toutes les femmln s et tous les
arts et toutes les grandeur. D
Ainsi fit !'l'clsiaste q 'lon renomm
lo plus sa,..,e d'enltre le s Sag : all eut,
dissent lesSaints ,ivres, sept cents fern-
nims princesses et trois cents concu-
bines. Parmi elles se trouve la
I3ien-aim6o don't le divine Cantique a
traverse les temps n, cello q(i fut bru-
ne a parcel que le Soleil I'avait regar-
d(1e ),. Elle chantait pour son Seigneur
et Roi : i A cause de l'odeur do tes
a excellents parfums, ton nom est
a comma oin vin rtepandau ; c'est pour
( cola que les femnmes t'ont aimrn : Ce
remarquable amant tout A fait dernier
bateau so fit donner par la Reine de
Saba des fortunes en or ct on aroma-
tes.
Oh co hon Roi Salomon, ce qu'il
se gondolait .





RENSEIGNE~'dEN TS
METEOROLOGIQUES

Observatoire
DU
SMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

M RD

- ;iiV LU t1


762,0
22,8
34 ,


MNoyenn2 diirne dc la t.: :iipraturc 28 6
Le cil a e ta ass'z clair pc:.dint la jour-
ice. I.es nuIages supricur-s vicnnent deSW;
les i:ifricits de S .t NEI. La brise de tcrre
scule a souffld attcignant par moment une
vitessd de 12 metrcs par scounde.
L- baromentre n'cst pas monte davantage.
Agitation microsismique : NNW : inten-
sitd micromdtrique 6.
J. SCHERER


------ ---- __ _L


,1, ANNIa~l, No 65..


PORT-AU-PRINCE (HAITrI)


IE







Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
.Audience, du Mardi IS Juin 19o7
Prcsidence de _r le Presilent Ii. Le-
chaud.
Le Tribunal prend siege A dix heures du
martin ct intend la continuation de 1'atiai-
re de la dame Vcuve Merl'i Malary, centre
Louis Charles Milor Pdrou.
Le Ministrrc Public, Luc Dominique,
conclut a la cassation des deux premiers
moycns du pourvoi ct a la condemnation
du d6fcndcur aux dcpens.
to Pierre AnIslmc. Squestrc des biens
du sicur J. St-:ort Colin, centre Lamar-
tiniCre St Audc.
20 Ma.l.Lnc St 1-ort Colin :contre, Li.nar-
tiniure St Aude.
Me Valembrun a ob:enu du Tribunal la
jonction des deux affairs.
MM. les judges L. Denis et V. R. Do-
mond ont donned lecture de leurs rapports.
Mes J. I.. Dominique et J. B. N. Valem-
brun sent en:.ndus en leurs observations.
Le inistCr.- Public, Elie Curicl, conclut
A la cassation CL A l'annulatio:! des deux ju-
gements.
Vu l'lIcure avai;n:ce, le siLgc est lev6.
Nomination
C'cst le Docteur 11. Vaugelas Pierre Noel
qui a etc comnissionne professeur de
Sciences Naturelles auLvcde Pction en rein-
placement du regretted octeur Alfred Nu-
ma. Le docteur Pierre Noel a 6td install ce
matin.
Nos meilleurs compliments.
Visites Scolaires
Les visits dans les dcoles de la capital
ont commence hier. Les membres de 'Ins-
peciion ont visit l'Extcrnat Ste Rose de
Lim. ct ont questioned les lhtves des dif-
fdrentcs classes de cet c:ablissement. Is
n'ont pa; manqud de feliciter les bones
socurs des rdsul:.;ts sa.i'Iasa:ints qu'elles ob-
tiennent dans leur ktablissement.
Aujourd'hui cc sera le tour du Pensionnat
National.
Boite aux lettres
Port-au-Prince, le 19 Juin 1907
Monsieur le Directeur,
Avcc beaucoup d'intictrt, iSous suivons la
vigourcus.e campagne Ln favcur du travail,
dentt le Matin cst le principal initiatur.
Et tons les jours quand arrive lc facteur -
le courageux Dady. nous nous rejouis-
sons A l'avance de lire du nouveau ct ja-


\u:ic ite,)d tliC ,c'i,_ ;'i. .u'. lious e Jdi-
sic:. ,, n is n \\ :, ;',./ d '. i l ptr.se h1 -
tncrL.ic un su ItIc IC.uvcaii, un autte tlti
d'.'1.); VotUis y avtz a.1>por: unIevie nC uvclie.
tNcu, cbunm s iu an :t.n;i, g1.1CJuxin-
sOi. ',I ts procos duC1MA in. In V.cus 'ouI
coI ;:.. ,ons, fa.uz du mictIx. d..: svoir qu'il
nm:d;qu.Ait dIL e 'cia a 'tAic-bouc:ou cu bien
cicrc qui:c chicn du Prirce Hcir i d'Or-
I.anss' \'etrc cuvrc c:,t mIritoire, vos lecteur,
vous en tiumlnent compete.
Aujoiurd'lui pcrmettrz-nous de vous dis-
trair;. un monicnt de ves occupations, el
vous dtmander de nous aider a soutenii
la Couture et les couturidres.- La couture esi
la principal branch de travail pour la
femme en Haiti.


n:ous vous demandons de ne pas releguer
noire lettre dans le panier des nmanuscrits
non insdrds, et de la prendre un peu en
consideration. Un mot de vous cn faveur
de la classes que j'ose croire intbressante.des
fiL'nems i dd nous fcrait un bien immense.
Les ouvrieres modistes vegetent en ce
moment. Si cette question d'interet
general vous sourit, nous vous signalerons
dans un prochain cntreticn, Ic mal qui l'ei,-
peche d'dvolucr, ct indiquerons aussi le
remc de A appliquer A ce mal. La question
nous parlit digne de mdriter votre atten-
tion, puisqu'clle concern toute une )eu-
nesse femininequi desire ardemment gagner
honntement sa vie par l'aiguiile et qui
se trouve rcduite faute d'ouvr.agcs a dcnieu-
rer d.ns I'o:sivete cctte autrc plaie qui
convie tant au mal.
Veuillez agrdez, e'c.
Madame J. M.
Mr Moravia r6pond
Le Matin publicra domain la r-ponse de
Mr Moravia A la strie d'articles de Mr lien-
riquez sur le beau drame La Cre-a-'Pcrrot
don't on se rappelle l'eclatant succcs a la
representation.
Cette reponse ne parait pas dans notre
numdro d'aujourd'hui, a cause de l'abon-
dance des matiercs.
Japonaise en caisse
On made de Port-Townsend, dans
l'Etat de Washington, qu'une tentative
audacieuse a ete faite de fire entrer des Ja-
ponais dans le pays, contraircment au rd-
glement.
Le steamer Oanmfa et arrive de Yoko-
hama hier dans 1 apres-midi, et ce main
les autoritds sanitaires out fait proceder a
la dtsinfection du navire.
Pendant ccite operation, les fonction-
naires cntendire:t plusicurs 6ternuements
provenant apparemment de la cargalson.
Des recherches curent:lieu,et six grandes
caisses furent decouvertes, contenant cha-
cune une jeune Japonaise.
Les caisscs avaicnt tid placees sir le
point oi l1'air circulait abondaminent. Qiuel-
qucs mcmbrcs de l'dquipage doivent avoir
6te au courant du secret. Lescaisses dtaient
envoydes en consignation A un marchand
Japonais A Seattle.
Les autorites font proceder A une en-
quote immediatcment. Pendant ce temps,
les femmes scront renvoydes, la compagnie
etatrt oblige de verser des cautions s'dle-
vant a 5,000 francs pour chaque jeune fille
jusqu'A ce qu'elle soit rcexppdiie au Japon.


o tel- V011 m t

DItJEUNER DU I) IUiN
SMIDI A 2 II URES
Prix: G. 2.50
Saucis.on de Lyon
R adis
Poulct saute-- Murengo
Marinade de Morue
Cuissot de pore -- puree St. Germain
Haricots rouges en sauce
Riz blanc A la crdole
Ananas au vin
r Fruits
I Caf6
1/2 Vin


CAUSERIE
DU

DOCTEUR

Un fait qpie j'observe si solvent q'il
p;arait me lpoursuivre ,:onme Imt()i ombre
s'est repi oluit hier avec un.i tell into.
sitd, que jC lie puis nme dedl' nldre de le
signaler. Avec ~i que le flot 'iiditna..
lion qu'il a toujours soulevd U11 IIo01
uonlte si haut que cette derniere;t
duction de ce fait a dte la fatale goslt,
('eau q 1u'il Ifallait pour fair.' border
le Vase.
P'aaiiique par gouit, j':i ci( petuact
longlemps a den souffrances muesei,
mais taut va la cruche h i'ean.... Jde
viens done tapageur par accident. 0oici
la chose :-
-j
O'i rclame ml os soins po)iir Mrat Rt
feinr'me (le6 ans environ, je m'a0peRoi
lout (lc suite, cii entrant planss sa caam.
bie, c(l'ine iei lie [paraissanIt avoirdiou.
blI 1I fameux cap de la soixantaine et
maigricliouno a etre utile au museum
d'ainatomie ( section osteologie ) es
tris emiipresse i apresde ala made. Elkl
monte ,t'iillieurs la garden a son dceet
et lui adminiisLrait une drogue.... tue,.
conlqul pendant, que j'entri'ais, ecoitant
le bi uit de mnes pas frappant rytlhmiiue-
ient le lpa)rquet de carreaux.
Je devine promptement avec qa ij'a
aft.ire et je mne prepare Ai enter e
ne avec, ctleo fois, un r6Io tragiqle.
fais ma coinsultation. Diagnostic: fMa
ria aigue. .Ie passe au chaplitre pricri?
tioln t je ni'assieds la table de ki'
chine vetrni, avec, sur elle, I'aUiiu
feille dte paper blanc, terreur des
th Cs, mais t is jeunes confirres condam-
lies aL l'ordoninance fore('e Je prescri
surtout du chlorhydrate de quinine. Pu
je relis mes indications ha;ute oui
coimnine ii est d'tusage dclns la clinwle
civil en insistant partictilibrement eli
bon escient su r I'administration Ie l ,
quinine dont l'importance, en l'espi
n'est point ai discuter.
Cc petrlsnnage feminin don't je vo
ai presented l1 squelette, affronle m0
reg;ird et i'ergote avec les accents d'
ie conviction par plus strange que
fondee, cependant fermo combine hl
d'un ap6tre, qu'elle s'inscritabsolium
contre la medication quinique. Dr,
a connais Va, moi, la quinimio. iu
4 IIIauvais pour le cas. Et jluis v6us
a tIes -- je remarque -- i' tout bout
(( chamnpvousparlez de... calomel,
a piqi(lres de... quinine, ,de ccchets(
o ie sait par qu'il y a dii indiiCeam
Sdans umi cachet)monDicu.. san.sg
rIsultats. Somme tolute. je vois
Sda ls tous va, vous faites une veri
a St Barthelemy des malidle-, les
ha eurcux Tandis que nous autres,
a cures sout nombreuses et mnervel
a ses et sent la qui parent mieox
vos longues tirades d'ordonnanfle.
si, tenez, je fus justement appel.d
a fois pour un malade qui se m0W
Sde la quinine. Jeluitis prendtred
a te un Iooch d'huile de palma&a-c
* je lui donna par le bas ( le Po
on par le haut ) un clystttI'


Y








Slots et je volls certilie que sans moi,
Sle pauvre honmme s'en irait tout bon-
Sn ment voucher Ia cirneticre banal.
Apres cc conte a dormir debut, j'ai
d'alord ll rirc j.aIune, Ii pen sardoni-
que et, I:;lgd les dispositions que i'a-
vais prises ent vue l'ir ni nill c1, n'6t:lit poiilt oin lollte pour
moi, Je colo in'1nce ma tlefeiise avec une
patience .llg1'1lilue. J 'ai beau mne mieltre
I'elSrt i la tortiue pour expliquer les
choiscs A In adversaire, il n'cntend1
pas riso;i.l Jo ne Ipouvais vraitnent ipas
citer i' lo gr1l norn tie Lavoran, parleI
des belles exp)Iriences dantt le campaignes ,l'Algrie, ni Iuiser
mon argm mentalion des immortelles pa-
ges de r 'Pathologie Intertropicale de-
vantun adversaire d'un tel degreintelelc-
tuel et medical ; mais je m'expliq ia;i de
moit mieux, tAchant de d(escenrlre le
plu bas 1bossible, son niveau. Pre-
cations \vtiiies.
Jt Suai,, je no rendais et en verit. si,
(as j I'inst;it, I'on me den andait-ton1-
buit de I;l iulie quel 6tait moiu inlter-
locuteur, j'litsiterais l)beau temnps avant
do idpo:1ire et j. crois fort rai- anrlire : U idiot ou l)iel... uine
ruitde Sicile -- cc q,(i est la nitsne
chose avcc ldeux pieds dte pls !
'ina!cnemit jo peris patience et corn
nim je iIni .slis toujouis laiss6 dire qu'd
lai''r la ti'te d'un dne on perd sa lesssic'
je tire une Ird'rence t Madatn..: la D)c-
re.se et je sors furie -x. J'entile la venele
le, fuyant cettle co'imptition lanentabl-
ou la routine done la main a 'audace
et .e rue sur la conp6tence qui, s'en va
vaincne, mais liero desa d61faite glo-
rieuse.
DocrEua C. PEARSON


oIuvelles Ptranugeres


DIPLCHES REVUES CE MATIN


prison et I'autre A quatie ami "pour
avoir ilncitUe la r6volte. Le procts a
et6 long et feriile en incidents. Les
prisormiers 6taienit d6fendus par M
C(ustav. It.cv&, eloef de l'agitation an-
ti militariste.
Lat s,'coald' Doumra 'st (dissoute
St-PETEplSioU:RaR 16.-- L'Empereur
Nicola; a allppos6( ce tinrti sa sigwta-
ture an },;s co l'ukase ordoninant la
dissolution do la lDotina et tixant Ian
1I novtibro la. convocal'on do la
Ilouvelle CGlianmbie. Les 1lections an-
ront lieu au mn)is de septeinbre avee
application de(E la noLuvelo loit eecto-
rale qui garantit la pripoudcrance
des classes dclair6es.
L'incident de San-Francisco
TOKIo 16.- I1 est diflicile do so
fire une id16e exact do I'opinion pu-
bliqtue en co qut concern I'incident
do San-Francisco ; ello paralt toutc-
fois b"Inuco':ip plus cal;ne.
Assas.siat d'ua of/icicr ,ru se
SfinASTororO 10.- IcL colonel (Lues-
sekolflsky, a;si.;tant coinunandant (
port, a 6L,' ass -; ssinda ijoirdl'hl'i dans
les environs des docks ; Io netirtrier
a etd arrl'0t6.
AutorI da trd alo-faco-epnol
PARIS.- La no veile do la signa-
tuore d s- traiti,; oitr la lFranci et
I'Espi-:gnt ('uno part I'Angleterr et i
V'E;spagn(e d'aulro part, garantis.-ant
l'intdralit6 da leurs cotes, de leurs
possessions insulaires ct, coloniales
dans l'Atlantique oriental et la M6di-
terrai-nie, aptr's avoir ,l1 d(mentie
officielleme, Lt a 6t'; aujourd'iii con-
firmn6e par M. tPiclion. Le dmen'iti
primitif avail MtM public parceC que
1,o gouvern I_.ent fra-n:alis n'avait p;as
en 1o I Inrps- do cotnntiiiqiler avec Ilis
cabinets .tran gers.
L'Cafifation "dans le midIi. Conseil
des Minis re c. Mesur' e. I',c'ssaLir's.
PAIIS 17.-- Rente 93,9.5.--


Un cheval du Baron tie Rothschili Le Conseil des; Min:istres co ima:in A
gage le grand prix de Paris l'Esvse sous lapresid';i,,nce deM. Faiiie-
PARIS 16.- Le cheval a Sans-Sou- res 'estoecupc des(iu-stionssoulev\es
ci il mont6 par to Jockey Milton par la situation dans les qu:itre eidpar-
Heari et appartenant an baron de temenits du inidi. 1o p-rsident d(-
Rolhschild, a gagne aujourd'hui le Conscil et 10 gArde dcs sceaux lir.ntr
grand prix de Paris. Cet 6veinement connaitre les rsultatsdc:; confi'rences
sportif aeu lieu en presence d'une qu'ils current hier avec le IP'locure:wr
brllante assembl6o prdsidee par le g Ineral de la (our (de Montpeiir. Le
rol et la reine de Danemark et le Conseil arreta ensuite diverse inmsu-
Prkident Fallibres. res pour assurer A plus brief d'.Li la
TraiagLo-frloi. Des ordres ont 6te immediatement
*Trafd an lo -franco-efpa,7rtol donnis lpour a-nr'r Ies d4ci.-ions
COLO(;NE 16.-- La gazette de Co- prises.
logne pu'l),ie uno d6pec'icho do Berliin a Chailbre coitiilue C' i.ti '
distant quL l'Ambassaldeur do France discussion : > ; cri 1 ;' .i ', (i l'
en Allenitgit; a officillement iifor- continuil '.l-;',' -- i:ti, ii-'.- (i
i6 le Socrietai're d'Etat des All'aires \1. Piclion o;t 1'!i't" li,,t I '( t -
Etraiigec, do la conclusion d'un trai- cord franco-j; ~pi :-isi.
t6 anglo lfrai co-espagnol concernant IIAvre., tCampoIclIe Ilai'i-C(.p l(1it-' c
la situation dans la Ma diterran6e et de 5,50.
l'Atlantiquie. Le paquel)ot a France t artv
Condtanation de delux memb:e. de la a Pauillac hii-r a 7 liiircs :30 minii!s
Confddration du Travail du martin.
NANTES 16.- Deux des chefs de Fin de grdve
l'ranisation r6volutionnaire connue NEW-YORK 17.- La greve des on-
sOUs le nom de Confederation g6n&- vriers des docks est compl!temrent
rale du Travail, MM. Marck et Yvetot termindee; les gr6vistes ont repris
f t 6t condamnes I'un & un an de le travail aux anciennes conditions.


__
_ __ ~~


La dissolution de la Douma d la
Conf'r'encc e e la Hayl'.
LA-IHAv 17.- La dissolution de
la Doumrna a product unte profonde im-
pression parmi les meimbres de la
confireCnce de la 1'aix l i s'entendent
officieusemCent en d vue de I; c.': nation
de quatr't co(mlitos (Ji tudtiertoint les
quatre questions forimlies dans la
circLu!aire russe d'Avril dernier.
La dissolution de la l>b I )Ia i 'i lus.i
St-l~'r .:-lo.l'i, .- La tnotivoll.- 'I la
(dissolutlionl de la 1)om1114. in1 p ralt
avoir lproduitl qle pen dtl'tniotion sur
la )ptriilalion de l'':mpire-
Le Parl',1c t o l u richi't w urr. sI I, .;,,' ."'
VIENNE 18.- Le premier l'arltnent
autrichien 61u par lo suffrage univer-
sel a cormmenc6 ses travaux aujour-
d'ht i.

AVIS
Monsieur F. M. ALTIERI
A i' il tiotr' davisc i' L i lic et
Ic co-l(ll nt o lt''i i (,' l al] ()Otir
I'Euiop,, 1, le 13 coint it a, ctm:irgt'" M.
E. I )i elii, do sa procirat;:,n.
PIor!-au-Princo, 10 .)uin t190 7.




onorruie nationxale ltio i du
Secre6tairie tdEtal di -ls Finances e, du
Commerce, lha lanque Nationi le d'llaiti
a l'hotineur qu'ils peuvent, ia iartir (le *'e jour, Lou-
cher it ss guilict, s sur les emprunts
suivaaits :
GolVEnl:NEMNM i i'HArT ri o/o 1'2
Idpa tritio', d, '* i polur ,ctiit _1,2 )01)
interb ts da; Ier au ;i ) jini 190 .
GoULVi:.NEl:Ml:NT i'lI.iTI 3 (,1(. 12e RH .-
parlilfo, li o tIll < r1 l pour t.IceIt (1 '. oo) iin-
'ciets tin 1, r un 30 () uln 111i'
D 't," iildo,iri,'r,' CO,))'erli,' ,c codsoldlde
Cou ,pon NZ' I-' ;tldietlic : En: < l'r j'illet
19u7.
Cu'itl.' !c('.; s ,.t Sil' p s!'e:. ritatij on dles
on I:.
Pl !-anis-Pliil '1. l' II- jP in 1907.
S**


i lrc 1. l i ')|u N a.lt iin ;le d', I titi a
I'hon cii i d,'ii ;f t : r l"> i'l 'i"ter'PsS's qti'ilsl
peiV(lit a lai' c <1l ce jo i u tout richer
c-eo ,,tli I i ts stu 1 '. ; l miitptnnti -uivants .
Consroli.d 1.)O() 1 '2 (l'O :.3 reparti-
tion : 10 o/o sur le solde d(I apirs la
5,l80 I.t 'ip a rtition ir les intr(i'its ;de Mai
f t J :i n i f (, : 1 '1 l 1 t rlit io, i.)
S P 1 1 I I i I
1 C0 (, !,, .-u ,! ,'i G *'l' tt nn'-


,nJ 'i / ,' i r'," :. ', 'i : ,;ll it i 1 0

n 1 ,i .-- i ',i :0 i i ,'- 1; il t J in
100 ( l r )
Pt- iau-Prince, Consli 1 jin< L7.er-
ti; 3. ql, p.irlatioi : 10 o,, tr ,o lpon
No 10. r lihance ,e juill,:t 1905 ( c .dle
Aa la r'tiire rcpaltitioii- )
a otattc revues et sur pidentation des

Port-au-Prince, le 14 juin 19 7.







I;--~


tres brlt.inches de co; Inia; s;:(ic.-s litiitni-
nes, ;iti ( (, se p' :,.o-lrvO rl I' pluspossi-
ble elt' c 'rti(lues jvltili'K ,t sittout
des ri;uvaisoes (.oiitiutions sociales.





RES EIGNE VMENT TS
MITEOROLOGI Q U ES

Ol-bservatoire
DU
SMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

MERCREDI 19 JuIN
Barometre A midi 762,0

Temp,.rature\minimum 22,9
Ternp rat ej
j:naxnium 34,6
Moyenne diti:'ne de laI temperature 29 o
Le ciel a ct. clair toute la journey, et
co;ivcrz scul1ment a 8 heures du soir.
Eclairs dcpuis 7 lLcur s. Lc b.romctre est
stationnai;rc. Q-Ilques in iuIveilcnts mli-
crosisiniqucs. Direction NV.
J. SCHERER
Distributions do Prix
Le Lycde National Iltrion, le Pcnsionnat
National dc Dnmoisclles ct l'Ecole Secon-
daircde Garcons c!6tureront I'annde scolaire
par des distributions solceiocl!s de prix si
bien accucillies par I intCrcssant petit mon-
de des 'co!cs.
II nl'c-t pas vra.i, comnine on !'a avance
ce propos, qu'il y ades au:neesque tes e61ves
nava:ic:t cU cttLC rco:npnseA leurs efforts.
L'annce derniere, en effet, des distributions
de prix out ue lieu, a i'ordinaire, au Lycde
Plctio: cc a 1'Ecole sccondaire au milieu de
la s.tisti cLio n 'rale.
Ccci soit dit sans cinglger notre facon de
voir, qit- no's cxposrrovns en son temps,
sur les' d i; rib.iCions de prix et les recon-
penses scoiaire:; en general.
Chainbro des D6put6s
S,.n:c dua .\,'rc.i, I9 /uiln 1907
Li Clhambr a s:tc1tio:ie trois proccs-
verbaux. Monsieur F. Marcelin a fait en-
suitec e ddepot: d'u project de loi qui fixe,
de nouveau, A 2 dollars 5o centi:nes les
droits sur Ic caft triage. Puts, diverse pro-
positions de loi ont ctd ddposees, i'une par
le deputy Price Mars, demandant d'exonrer
la quinin: de tout droit d- douane et une
autre du ddpute Pluviose demandant la crea-
tion d'une 6cocl secondaire aux Coteaux. Le
bendfice de l'urgence a Std accord au pro-
jet Price Mars.
L'officiel
LTc .foileutr d'hier public dans sa parties
offcielle le sommnaire suivant :
Loi qui drige en quarticr la section de
Cerca-Cabahal. Loi qui divise en trois
sections distinctcs la section de la Savane-
Grande, commune de Maissade.- Avis mi-
nistdriel.- Avis de l'Inspection scolair( de
Port-au-Prince.- Seance de laChambre en
date du 8 Aouit [906. ( Suite. )
Compagnie d'acrobates
C'est ce soir, A 7 heures que sera don-
nde la premiere reprdsentationde la Compa-
gnie cubaine d'acrobates, sur la place de
1Ind pendance.


Le programme que nous avons sous les
yeux comporte: Jeux accrobatiques partoute
la Iroupe rcunie ; tours perilleux au trape-
z-: ct sur Ic fit de fcr; danses, chants et sce-
ncs comiques par le paillasse. le clou de
la soiree scra une grande panto;ni:ne intitu-
icc : Li:s A.mouIu-.-x.
T' rix d,'s Placre
Lo)jie dc .4 places . ..G. 2.00
Chaise particuliere ...... 2.. 2.50
ELnrce j:nrale ........ .. 2.00
l' tanfits(an dessousde o an9,). 1.00
Tribunal de Cassation
SECTION CRIMINELLE
audience d Mlercredi, i juin 137.
Pr6sidence de Mr le Vice-President Er-
nest Bonhomme.
Le Tribunal prend siegq a: dix heures et
deinie du martin et prononce les arre s sui-
vants :
o1 Cclui qui case et annule 1= juge-
ment di\ Tribunal ciiminel de PIc.t-Goave,
en date du 7 Mai 1907, rendu centre le
nomini Dorvilus Josselm ; etc.
20 Cclei qui casse et annuile ,l juge-
ment du Tribunal crininel d'Aquin, en da-
te du 29 Avril 1907, rcndu contre le no:n-
mi Dantes Alcd, tic.
30 C-liui qui declare non-recevable
'opposition du sici'r Johnny Plisiier, r
donnance de la Chambre du Conscil du
Tribunal civil des Gonafvc;, en date du 14
Mai 1907 qui le renvoie sous la prevention
d'abus de conliance au ITriunal corrcction-
nel des Gonaives, pour y etre jugs aux ter-
ines de l'art. 340 du code penal.
L'audience est levee vu l'LmpIchement
motivd de deux Magistrats cn sicge.
Haiti Litteraira
La vtillante revue continue de success en
success ses publications rg:uliercs. Voici le
sommaire da numdiro qui p.ir.,it domain
D'outre Mer : A travers la France ; Ru-
itt Mtirscilk;h Notre-Dame de Paris, Frdid-
ric IFtbvrc; Le vicux J.r!mle:, Eter Vilaire;
Podsies: XXX, Etyer Vilaire ; Les Tubd-
reuses. G. Iscu'tlair ; Perite nouvelle, L;
Les prctres bientiitcurs de Jrdmic, X; Li
mort du roi Christophe, S. R; Souvenir
de iSS3, Lyaix; Courtepointes: Liloi Ldon,
Lafrct 'Niire; Comddie de salon, Carmen
d Ce ; Choses de Cuba, Fran-ois Xavier
Intdricur, AntoineL(iforcst; Extdrieur, A. L.
Petites Notes, Courrier Parlementaire, E.
Clair; Texte du Projet de Loi-Leon.
Tel6 gramme funebre
Nous avons requ par ddpeche de no:re
correspondent a. Jredmie la triste nouvelle
de la mort de Mr PAUL EMILI, LARAQ.UE,
un des plus grands commergants haitiens
don't la reputation 6tait assise dans les
principaux marches strangers.
-Nous pr.sentons nos sympathiques
condoldances a sa famille.
Association des Anciens Eleves
de St. Ros3 de Lima
Nous avons requ une inttressante bro-
chure 'contenant le compte-rendu de l'as-
semblde gAenrale du 8 Mai de cette asso-
ciaion.
A part la bril!ante confidence de Mon-
seigneurJ. Pichon sur le F minisme, nous
avons lu le rapport de la Piesidente, une
causerie de Madame Luce Archin Lay et
I'etat de la caisse au 8 Mai dernier.
Nous faisons des vaeux pour la prosp-
rit6 de 1'asssociation.


Fermeture de la malle
Les ddpichcs pourInnaue, New-Yorkt
I'Europe ( vie N. Y. ) par Ie s, <* VALDI.
VIA x et cells pour Jdr:inie ct Cayes p
a ALLEGIHA.NNY scront fcrmees d
main 21 du cour.!nt. a 9 lIeures preciscsdu
martin.
Port-au-Prince 20 Ju 1: I 9o7.




DIEJEUNER DU 2o JUIN
MIDI A 2 IIEURES
Prix : G. 2.50
Patd de foic gras truff6
Melon de France*glac6
Poulet a la chinoise
Boulettes aux Haricots rouges
National d'HIIati
Rouelle de veau l'oseille
Oseilie aux croutons
Gicnoises a la Francaise
FI'ui:s
Caf6
1/2 Vin



Pour I. A. Benriez

Port-au-Prince, 17 Juin 1907.
Monsieur le Directeur du a Matin)
En ville.
Monsieur le directeur,
Je vous price de m'accorder l'hospitalite
dans votre journal pour dire deux mots au
sujct de la longue critique que Mr A.
Henri uez a consacrde la c Crete-A-Pier-
rot M ans les colonnes du a Soir s.
Certcs, j'.ura.is niauvaise grAce A dis;u-
ter du mcrite de ma piece, et je ne viens
pas la dcfendre.
JC e n veux scnlen'nIt que signaler -pour
la bonnc rele-- ics erreurs que comment
M. Icenriquez relevant des incorrections
dans lines vers, et je ne ferai sculenent que
montrer coniiment n'atteignent que lui les
coups qu'll a portes.
t 0 C'est pourquoi, moi, je veux qu'il s'en aille.
La rencontre de quoi ct moi dans ce vers
constitute pour M. Henriquez une cacopho-
nie qui a lui violent horriblement le tym-
pan. *
Oh Ie ddlicct tympan que celui de
M. Henriquez !
Pourquoi et moi sont cependant sdpi-
r6s par une virgule ; et ce n'est vraimeit
pas la peine, tant ii y en a, de chercher
pour les citer les vers des maitres oil
trouvent : crois-inoi, sois-moi fidele, etc.,
et jusque dans l'ceuvre de M. lenriquez,
(car M.Henriquez a public une Barcarolle..)
je relieve le vers suivant:
Tu passes to nentoltte d I'entour de mon cou...
Sans m'attarder A rappeler A mon hono-
rable confrere et maitre Ie proverbe qui de-
fend de contondre autour avec aleatour, je
me permits de demander si tu passes to ne
doit pas faire passer condemnation srf
pourquoi moi !
2 Qui o'ont peur seulement que du a0o ldI
Voilt un vicieux, tres vicieux pleoonasl
s'ecrie M. Henriquez ; et il I'expliquen










prouvant que je n'aurais pu fire mon vers
autremnenl.
Es'-il besoin de montrer a M. Henriquez
que j'auraSi pu rcmIplacer seulement par
a sahtz-le, voycz-vous, Dieu le sait etc,
et Cque i j-at e.poe sCuiemll nt, c est
parcel q:1 cc mot, p1r sa valeur expletive,
fait seul 1'cncrgic du vcrs.
II est -vr.i e c'Ct un pl I'onasmeIC, lmal.I
i esCt c) des l p. J s:: mal:rc et encore
quc l'us ;' de c-:.to expression soit pros-
crit pir Liro,..- et Bescheroll, i, n'en
est p.s moi1 friqucnt dan; les m inlliurs
auteurs.
Au surplus nous lions dAos le Diction-
asire de Little :
a DC bons auteurs ont employ, par ple-
onasme seul avcc ne... que :
s Ce nest qu'apr&s moi seul que son
ime respire. (Notresort ne depend qu:: de
sa seule ttteD. ( Molire ). (Le roi son mari
lai a donned ce bel elog, qu'il ny avait qu,,
le seul poi it d la religion ot Icurs ccturs
fussent d9s inis. 1 ( 13ssuet. Or. fun. de
la Reime d'Aneterre ).
S S.ulcnecnt, expldtif avec ne.. que, comn-
me on a vi que seul cst quclquefois.
Voiis T'v prdrez rien, il ,n ftudra
seulfn:nt qu: ci ,..e'r do. ton.) ( M:ni de
Svignd ) ILvsan:dcr i:' gagna stu'clh'int
que delx bitail!es navales. (Montaign, )
Sne fIit roi que 8 mois sculcncent it (A-
myo ).
M. Henriquez voudra bien reconnaitre
que je m, trojve en bo.ine compagnie.
30 Ce drapeau ,I.- la, giu rro ot ltrarl cit*re ,, celui
Qui d..-~le premnier jour stir Ie Cap a relui...
M. Ilenriquez en citant ces ver; relovec Ie
mot reuil come inpropre. C'est qu'il n'a
pasrenmqul que le drapean en ques:ion
est l'incendie. Cette mdtaphore est copen-
dant ddvlopp, e dans toute unc tirade de
la scIne du 1)rapeIau publide dans aitii
Litterair, et Sociale ), ct que M. Henri-
quez avait so,.s ls; yeux pui;qu'il avait pu
seprocurer Il nminuscrit du r6le de Dessa-
liDes.
Serait-il qa'i' doute de la justesse du
;ot reluire applique A I'incendie '? l.ui aqi
atant p.rld la:in a! course de son article,
poorquoi oublie-t-il que cc verbe vient de
iuocere qui signifie briller, dclaircr, et que
briller, clairer sont le propre de la flarm-
me?
4 Truez ce blanc
LSUspendez son corps; i la plus haute branclhe
Aon corps troui- de tant de coups que sa clair
[ blanchle 1
Drienne un drapeau rouge !
M. Henriquez note < chair come
impropre et me propose grand merci !
-de reminplacr chair par peau ,. Et : ce
sjet, ii ne nanque pas de compliquer la
eon de langue qu'il me fait d'une leon
d'histoirc naturelle...
*Notre chair A tous. ecrit-il en jubilant,
blancs, noirs, jauns ou rouges- n'en dd-
plise i M. Moravia n'est point blanche;
c'est notre peau qui peut I'ttre, m6me en
Polsie, suivant le plus ou moins de
matiere pigmentaire que renferme l'dpi-
derme ,.
Eh I bien, M. Henriquez se trompe
come s'il n'etait qu'un boucher.
Allons, en effet aux Dictionnaires.
Bscherelle : c On se sert encore du mot
chair en parlant de l'tat d'un individu, de
t'*tf.ce txtdrieure de son cprps. On dit
as chairs molles, fermes. Dans ce cas, on
indquaeon seulement la disposition des


muscles, mnais encore celle des autres par-
ties molles at notamment dJ, i.i pcu... Avoir
la chair douce, rude, blan:h', Poir'< signitie
avoir 1. p1cau douc, d, rude, bl.Auche, noire.
Troussct.-- Chair signiti quclquefois
sinpictin,:it i p en c:i par!iat des pr-
sonncs :I chair b in he, noire : cla f.it vc-
nir la chair de po e.
LurOusso, ian:1 dictionnaire univcrsf l :
chi IL, I C.1Ui d'hoiniic ou de fcmenc cuoni-
derce Tias son apparence exterieurc : chair
douce, rude, b!',tch.,7 noir'e, chiir fraiiclic,
chair ftinc.
c Fanny avait une ctll, transpirencc do
chairqu'on aur.iu ppi lire ses pn -.; stur
son front. v (Balzac). a Ce qu'il me faut
A moi, ce sont Ic; chairs flamandes qen
dessinait Rubens de son hardi pinceau,.
(Banville ). En painture, c'est la chair
qu'il est difficile de rcndre, c'tst cc blanc
onctueux, -eg l sans rre pale ni mlXt. (Di-
derot).
F| itie dl o rIe'.pus.iw ill irl'Iaroat ,.t il'itl;', (c to ,-II lt I atm ii ten i'e ( -t I s )ir ali ,'-i,
E t (. lf. r ) l cI;( I c .l aIs CiI'is.. I "'-,-s 1.' 1- ,, ",* .. .
Si chatti, 4 oil '. u i s.s ,' r, j,' 1 i v "; ai usi .'
C'est sans doute pour vitr l'hiatus
quo Ie poetc J.'.tn K.ainu it'a npai; rit, au
goUit de M. H-niriquez :
Sa peta oil.' i -a .tri, i .! \la voii .- arinsi
Ist-c as;z "? Joe ime le dmrinde, citr
tel C 'i:r i d M. II:iriqu, ii
quand ii m1 flit c-tre le)n, que !n.nt0r,
les bravos don't f t gra:itil c- p is'. \ 1a
premiere de. la &Crite-a-Pierrot.D imn i nation iqui la l m'ne origin elvio.o ,i-
que que chair, milyre r Ls diction iircs,
je ne sni> r.tssurd qu'a demi...
Et quanid, A tine a;utr representation, la
voix de :non brilliant collab'ri'acur, I'artiste
Innocent, lancera ces troi; vers. jc crois
quo j'aurai La chair... p*irdon 1. p'.lu de
poule... en sentantL poesr suC eix la rd-
prob.ition savantc de M. Ilcnriquez !
5 M. IHe:riquez parole de ( mnsa'que !!tte-
raire, rmais comime c est Ic tempi quii lii a
.manqu6 pour reveler lis emprunts que
j'ai fiits A meIs autcurs de chievt (co:nment
sait-il quels sont imen autcurs de chvet ?)
j'espere que mon honorable mairre pourra
ddrober une minute a s;e occupations pour
me signaler cos emprunts.
De quoi je lui s.:r.a bion reconna.ssar.t !
M. Henriquez pourra aussi continue
de nje donner scs conseils 6clair&s ; j'cn
ai v'aiment grand besoin. Quand, lui qui
a vii jouer v Thc'rmidor *, qui connait ses
classiques par do l Ic bout des ongles, qui,
latiniste distingue, connait mieux qu'hom-
me de France la langue et la syntaxe fran-
yaises ( nous venons de le voir ), qui a
product une 13lrcarolle et un article sur la
cCrcte-a-PicrrotD, quand MN. Henriquezaura
applique ses theories et ses connaissances
dans une (cuvre d'art mais:rale, cornme
je serai heureux d'y apprcndrce- car j'aime
qu'on priche d'exemple- les regles cue
j'ignore, et qu'il me sent doux dei m en
inspire pour fire mieux quo je n'ai fait !
En vous remerciant de I'accueil que
vous ferez A cette lettre dans votre jour-
nal, je vous offre, Mr le Directeur, mn-s lutations distingudes.
CHARLES MORAVIA

Monsieur F. M. ALTIERI
A l'honneur d'aviser le public et
le commerce qu'& son dep art pour


/'Europe, Ie I3 courart, il a cliarg6 M
E. lRobelin do sa pr)ocnration.
Port-at-Pliinci Ic.1 .ini I 07.



N OIVlCBs EtI4ialgCres

DEPEC1HES R1ECUUES CE MATrIN
a
Lc brif / u' i',nur,',<' itf';t P4 j 'i'-

ira t '/Uilif', rE',/ ,.' nlm
touft'' Vi/,- (/* uCw' .
LA-1HAVANE 17. L jovuirnal ,i El
Mund(o ) awinon; tit hlinr iii iti 1i a['ne
nouvello insurrection tait. (n on mo-
mcnt et, pr',:,:' ,n a )Piitar-di:l-hio.
Dians le ; ", ,:fi,'iis ,ri n .'o Croit
pas A cotte nolvelloC ; on y dlclare
quL3 la Irn I tAi uiit' r('gl' nton .eule-
l ienft 1Ian; i pi li;nl 'c do Pilitr-d l-
( ioC Illtis cri ,o 1 dl o ll.'s It o :! l'f!e.
LIt wilt; i''id ." I. ? ,it' l d' la utul er

S'Ii lppiii it 'Ii i ,*s:ll; la
liilirlri *'t i1i' d 'Co)i'irtl
OiEssi 17.- O l ;pi.jii i

  • pit [l 1 '> .0 1 !' ,i de1ln-'- I'*'jilip i '1 d,
    la li c'r N o i 'c', a ,', ,l'.i tivc t', jii-;t,; :;'
    tim p ; | t "r pr,'--ni !, i). in' l' '-
    de !a cli t d( <: uncse.
    ti/ri'r'c a 'to or it'.
    ODE.SS-;A 17.- 011 :tpiQf1:l, ici 'L'iile
    utinTrio a 'a;iiii !'..l-tt r p Irnli les
    'uipatge':; dc l altt 1 d,, la mi qui se c-ompose d1 l tuiti .'ras s:;a,
    c ',ise rs-; if l! division do torpil-
    lea irs. (C,1 n': t-'! ,lL' .i a' x miOs, lII'0 s
    rapids j s of ~ :l,'" .ltl,'. :; pri-js par i'A-

    Im pri -~o in a, I

    Le 1ru4'isosbi'.1 -r.,
    cett., n o.,e'l i !' triple allian ic'.
    Li, /rotd 'id',e 'mat ,".'1' a1 i/lo-f ratt o-<'(lMdri
    LoN iI'-;- 17.- (C' 'e pat suite d'une
    indisLa iion pue 1( t'aitv d'no n iirtage
    anit i'ia c J espaIi.of a fo ortt a la

    L, I t
    c.Li.ai:-.A .- Q ill!iec. L<.s pliis saln-

    le siin,:,e ir c' 'r.,,; j isq u aprs i'a-
    journemient de la confi-rence, ii erna-
    tionalu de tLa- .i've. ()n croitqu c'eost
    an coiur's ,1 sa visit A Catha-g;no que
    le roi Edouard a I)OW6 les bases de
    cette noiuvello triplie alliance.
    L'effroadement d'an pont d Madrid
    1ADRI)D 17.- Le pi)nt( d( bois q i
    travers ['l. Ma;lzanares .'..st "'e'roil(
    OUijot'd'lili i n 'ntrainant av c li(n unn
    containe d e prsoiLos y colilis des
    feinmos et des, cifeants ; tons oit eit
    retires vivants, nimiis ln donaine
    d'entre-elles elaionit 9i'iWveilOt blj s-

    Lia question de dsarmtm't, nc sero
    pa.s discade d la conffr,'nce de
    La-' Haye
    LA-IIAvH.- Quoiique les pacifists
    insistent encore sur la discussion de
    la imitation des armements avant
    buajournement de la conference, il est

    pas examinee. Ls repr('sentants des
    Etats-Unis, sur lesquels comptaient


    ~LI1~I C~








    ces pacifistes, ayant :declare que'l'ini-
    tiative de cette discussion appartenait
    A l'Europe et non A l'Ambrique.
    Un manifesto des ddputds russes d
    propose de la dissolution de la
    Douma
    St PETERSnouR( 17. II n'y a eu
    aujourd'hui quo peu de journaux qui
    ont comrnentd la dissolution de la
    Douma. Un inanifeste signed par 180
    d4putes de la gauche engage le peu-
    pie A rester calme.
    L'explosion d'une bombe.-- 30 per-
    sonnes wot ifd tudes. Vol de
    plusiean'ui. millions ,de dol-
    lars en chemin de for.
    LONDI)ES 17.- Une ddpoheo dii cor-
    respondant din (t Standlard A Lisbon-
    ne annuoce (que 30 persloinel- out lt E'
    tutes par urine explosioni de dynamite
    A Covhiiio. ()n cr('it qtua cette explo-
    sion a th lpr(ovoiqu0e ipar les ouvriers
    conrt dit-s d'uiie f';al'riltle.
    On a vol, A la duchies-s douairirre
    doe loxlurighe un corll''t A bijoux coin-
    teli;i.it tes pi .rre':, prVci'usles vulant
    plhisiurs inillioii d do lahr,.-, pendant
    Un \fl\;le en cieliifi d e lr d .oLn-
    dres Donca-t!o.
    L,' tradit J, ,',iimm, 'rc,' ,ill,'atnand
    est pro,',,d/.
    BERLIN 17.- l.a;i 'tte de l'Alle-
    magnre du Notl ai;noice auiourd'llui
    que le trait, do (iunmerne Iis'pano-
    allemand, ditnolc' par ''A.lletiagne, a
    (tc(' prolomlng.
    La formation d,'w co)nmissio.,; i la
    coitifr'ciCo d,' Li- llyU ,e.- Le o )t-
    vernement italien denande l'c'-
    clusion d'itn ddtiiql d l'une t(des
    Rf)pub)liqucs do' 'At:neilJue
    Centrtlh.
    LA-IHAvY 18.- A uine rt0union des
    d6 leu(s des grades putssances, it a
    1tW decide de nommer combine pri'si-
    dents des commissions: M. lBour-
    geois, Arbitrage, Comte Vergani, de
    Torneillv, D)roits dces neItres. Mr de
    Martens, droits do la guerre.
    On inandeo (le Ie seeoitaire de la
    Conference a reu' do 'litaiie uno re-
    quete formi-lle demantdant I'exclusion
    de la conftrenco d'un d6l1gud des
    RIpubliques de l'Amrnriquo central,
    sous pr6texto que ce del4gud, napoli-
    tain de naissance, a encourage( la pro-
    pagande anarchiste en Italie par plu-
    sieurs lettres addresses A Paris.
    Le rappel de l'Ambassadeur duja-
    pon aux Etats-Unis
    TOKlo 18.- On epprend quo le rap-
    pel d3 M. Aoki, Ambassadeur du Ja-
    pon aux Etats-Unis, est assure.
    Le ddraillement d'un train.
    COLUMBUS, Ohio 18.- Un train ex-
    press a ddraille pris d'ici; cinq per-
    sonnes out 4t6 dangereusement bles-
    sees et plusieurs autres plus ou moins
    grievement.

    Bouquets modern-seyle
    J4 vendre
    Chez Mine CtARLns DUPLESSY.
    BOIS-BADERE
    (A obte de la chapelle SI-Antoine)>


    COMPANIES P. C. S.


    AVIS


    Le public est aviss qu'A partir de Jeudi 13 du
    sJ'a regulierement applique :


    G. Du NORD
    RIZOTON

    CARREFOU


    CAun E:I'OUz
    BIZOT() N
    01


    Depart 6 h. 7.45 9.30 11.15
    Arrive 622 8.07 9.52 11.37
    Ddpart 6.26 8.11 9.56 -
    Arriede 6.35 8.20 10.05


    Deparit
    A r-rit~e
    I)Jpart
    A rrivic


    0.45 8.30 10.15
    6.52 8.37 10.22
    ( )7 .42 10-27
    7.20 9.05 140.50


    I [A.-
    12 01


    courant le present horan


    12.30 2.15
    12.52 237
    12.56 -
    1.05 -


    1.15
    1.22
    1.27
    1 )0


    3.30 5.15 7i
    3.52 5.37 7
    3.56 5.41 7
    4.05 5.50 7,


    - 4.15 6 h. 7.45
    4.-.2 .7 7.51
    2 .45 4.27 6.12 7.57
    :3.08 .50 6.35 8.1


    ,-Approuvi par le Dipartetlcn des' 1.'-aviLC P)ubljlics.
    LA DIRECTION


    1 r S avoir un
    VO UL EZ ()0S bon accor
    cleuretreparateur de Pianos ?
    Adressez-vous sanls crainte des condi-
    tions, a Me. Arthur lonnefil artiste
    pianist 1Profe..Cur lde Musilue.
    81 'ItE TIJIu-:.I SSi: 81
    Quarter St. Joseovh
    I-

    ('est incroyable

    Pour la Toilette!

    M;algr6 tous les savons antiseptiques,
    routes les eaux Ide loilette que vous a-
    vez dleji t'nploydts, sans sulccts, nl'lidsitez
    plus niaintenLtrlt a essayecrle Lait vir-
    ginal antiseptique de A. lolihom-
    ine. pliarmacien, ul a pour vertus in-
    cjnt stabless d'eilever les b)outons au
    vis t.. e, de lUi !onniier linie s)ouLplesse
    iagrt'; bible dIl l'crn111b llii el ie col.cl river la
    frl;ichenilr du teinlt.
    MODE D'EM PLOI :-Se laverlai figure
    Suou 3 fois 'tprjour avec un pcu de ce
    lail dans de I'eau froidce.
    Prix du flacon G. 1.OO

    PLUS D'AUTRES!
    Servez-vous maintenant de la Pou-
    dre dentifrice antiseptique de A.
    Bonhomme, pharmacien, qui convient
    A la toilette et a l'antiseptie de la bou-
    che. Elle est doude d'une saveur et d'un
    parfum rares, elle rafratchit la bouche,
    conserve les dents, les prese 've du tar-
    tre et de la care, maintient leur blan-
    cheur. C'est un specifique qui privient
    les inflammations des gencives causes
    pat l'usage des pr6p.rations "nercuriel-
    lea.
    MODE D'EMPLOI :-Au moyea d'une
    brosse Idgerement mouillee et impr6-
    guide de la poudre dentifrice on friction-
    ne les gencives et les dents.
    D4dt Geadral: pharmaoieSt-An-
    toine.
    AVENUE JOHN BOWN (Lalul].
    Prix de la bolte G. 1.50.


    Maison F. BRUNES.
    195 GRAND'RUE 195
    Dirigee par

    L. HODELIN
    Ancien mcmbre de la Societl PhlJ
    hropique des maitres tailleurs de Pui
    Vienut de recevoir un grand (hoi0
    tolles aiagonale, casilir alpac: i che
    te, clieviote pour deuil, etc, lco,:ol
    de particuli6rement a sa clienteIle
    belle collection tie coupes dI casiomi
    de Lilcts de fantaisie et de pique 6
    toute beaute.
    Prix moder6s defiant touted
    concurrence.
    Sp6cialite de Costumes de no-
    ces.- Coupes Firancaise, Anglaiss t
    Amrcicaine de la dernicre [perlectio
    La mason confectiolnne aussi des Co
    tunes militaires, habits bro
    dolmans, tuniques, habits
    res. etc etc, de tous grades.


    COMPAGNIE P. C.

    AViS
    SOCI~lTE ANONYNE
    Messieurs les actionnaires
    Compagnie des Chemins de
    la Plaine du Cul-de-Sac sont
    voqu6s en Assemblee g6nrba
    mardi 6 Aoat 1907, a 3 heurl
    I'apr6s-midi, au siege Socia,
    au Champs-de-Mars, No 56.
    ORDRE DU JOUB
    o.- RAPPORT DIU CONSEIL I)n
    2.- PRIsmzTAION DES CO
    30.- RKNOUVELLBMENT DU
    4P.- DIvERS.
    Port-au-PHince, lb I9' hill
    Le Pr
    G. SCHWEDERS


    __ --z~~


    ---