<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00057
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 10, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00057

Full Text




PORT-AU-PRINCE (HITin)


LUNDI, 10 JUIN 1907.


LE


AT


4Q. t3G C Ir3PX 13 X1'44


PAR MOIS


GOURDE.


IJPARTEMENTS &- ETRANGERI
vrais tie poste ein sus.


DIRECTEUR:
* l 6nezxt 1agloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMERO 10 CENTIMES.
Les abonnements parent du er.et
du 15 de chaque mois et sont paya-
bles d'avance
Les nianuscrits inserts ou non ne sont
1) 'c'LL IS.


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser a M. Arthur ISIDORE.
IO~~iC~6AQIBGJI~lllg~ r ~rri lA~ --------cBW~blORE.II


LES ORIGINES

.IF vieln de lire dans le Nouvelliste
de siinel,'d; uie s6rie dte questions qui
ne tetndti:t a rien moins que contredi-
re les tdiffrentes propositions sociales
ddjA inises enl avant par le Matin. Le
lecteur 'pii a tori-mul ces questions se
defend. certes, d'etro contradicteur ;
mais ceo n'est lA qu'un artifice de
langae. .I'allais ceder aujourd'hui
au desire de repondre a ces questions
qui sont au nonbre de cinq, qualnd
jmeme .is apercu qu'elles s'adres-
saient cc an bons amis an Nouveliiste,
u initiatour de la champagne. D N'6tant
pas le No, 'clliste, ni meInme, parait-il,
a initiuitiir de la campagne ), le Matin
attend!; a d que I.s ;. i;nate ,rs aient doni,' la r 1'pli-
que et ;icwint epuis: leri' droit legitine
de r'i,~toi.lre ; il so cotntente, comnie
on dit en laingage parlenentaire, de
8'inscrin' j)ouIr la parole.
Un lihtreux liasard vout cependant
que Ile s ljet do ima ca'serio d';iujour-
d'hui ti(;iclilo ipar certain coti s A la
preniicire iuestioin du toirinulaire de
mno a'oit lr;licteur et, ma toi, c'est tant
mieix..l oi'ai vraimient (liu'uiine crainto,
c'est I!(e or.ster an detssci]s do la sciein-
ce slijlo (iLI; l Ianoi Vle i ccIivain a
'air dle poter dans le debat et d'avance
je e supplllie, si miles ellorls, aides de
ma bonnei volonte, restent insitfrisants,
de lpas s'empresser de crier A la
faiilite de la science social. Car sans
oser critiquer le dedain de personnel
4 pour les speculations des sociolo-
gues, les fondements de cette scien-
ce sont ajourd'hui trop assures pour
ne pas d(lier les contestations de prin-
*ipes. Ces fondements reposent sur-
tout sur I'observation.
La Intillhl(iode (d'observationl est assez
Vague Comlne formule s'agis-iant
surtout d'etudes sociales pour lqu
J'essai. d'expliquer en deux miots en
quoi elle consiste, ce qui d'ailleurs
n'es pas trop pour d6plaire A ceux qui
rclament :de la precision. Le Play,
On le sait, fut le veritable pionnier de
la science social ; aux yeux des par-
tisans mrrne de la tradition, il a droit
au salut du drapeau, car il fut 61lve A


1'Ecole polytechnique et ii ent sorti
pour enter A l'Ecole des Mines avec
un nombre de points lqui n'a jamaai
dtd atteint depuis ) ;'il deviant pluh
tard, a cette mnime cole, litulaire
d'une chair do m6tallurgie. Le Plia
abandonna sa chair pour so collsa-
crer tout entier A sa mission social
Voyons en quoi a consists la inithodc
d'observation appliqu6e par Le Play.
L'idCe d'appliquer aux tudes sociia-
les les procedds des sciences naturel-
les nie lui est pas propre, ipas plu!
d'ailleurs que la metlhode elle-mine
puisque'elle peut revendiquer parmi ses
partisans Socrate et Arislote. Mais c'es
A Le Play pr ci.Fament que l'Aconomi(
social dolt d'etre une science experi
mental plut6t qu'une science de rai-
sonnement et c'est ia sa veritable ori-
ginalit6.
1a ndtliode d'obl ervation 'est c"-
pendant pas tout uniform et troi-
prloct'-des, d'apres M. Cleysoln, pii-
vaient d.iis i'esp-ce, conduire A -Oi
alpliicalioi. C;'0ait d'abord Ja coinstitu-
tion anatonlique des tissus on I '(volu-
tion emiihrvogeniqiue des organes aux-
q iueies on pouvalt demanded la cause
des aptitudes aloralIes de I'individu et
paitalt le secret des lois sociales. Le
PlVy IIt s'y at Fta pais ; nie s'cxpli-
(quiia t point a qji'en isollunt le-s goi-
gliolis de la l)lri11i ; Oil ell )i litlt
so&us le microscopje les cellulles ner-
veuses de I'aleille, ou puisse s isir
dans leurs causes et dluns leu-r details
les imueir's des fourniiliirces <),i des ru-
ches. )
Le second proced6 dtait la statisti-
que. Le Play ne pouvait se resoudre
a lui demanded plus que des demons-
trations d'appoint, ne voulant point
voir [ l'homme rdel derriere des totaux
sans nom ) rassembles td'ailleurs
suivant des mdthodes varies et pour
des lesoiis diltrr lt-.
Ie tlroisiilne i jr:c d est celui mis
ein avant par D)esc~rles lorsqu'il dit,
dans le I)i.cours d I lnmethode i l oe (iit-
tai elitiiaeimentl I'etude des lettres,
j'emplovai le reste de ma jeunesso a
voyager, a frequenter des gens de di-
verses humeurs et conditions Car
il me seimblait que je pourrais rencon-
trer beaucoup plus de verites dans les
raisonnements que chacun tait tou-


t cliaw t 5aires q(jI ll ui ni Iportent et
aprt's. 'S ii avInal w, ~ ~odasceux
S(ile fait tutilI iolinuno (it, letters (s1
(oil tc I;)l'liSo"lt'c d~ilt 101eS, qil TIe
-lii sont CoI-qu(w1es, Slilo
* (In pCLit-q~eti 11i4,11 til'4'IX 'at 'iitalt jpluis
de vanutt qu'ul k's 50( )l-wt phits
du sells coJHiniJI, A cau.s-e (piillamra
-If diinpiapoyk.l. ffuIta at iplus d'&ejTrit Me
d'artilice A iIS rendne valse lalles-.
C(est cc rPOcaLlf (j1i fut aldEjh V.
141LtInitotl1e.."trohIVfuO(7Le,141OPly jiel"Sa
A A Ia re~aliser eni itistituant les voyages
t d'explonations sociales et It's 111011o-


- jjift~ lll ScdI(OT)It0a'*0-, (1a tuIte C.lls14
f;1111111' e SC' t[OLIVOtt ~~ 1C, l1011C
tioui s0('idl(-, i tIali i f a tif III I jn I h
[t uI )aSO t. I )i 'k e F ai(I I I t j I'
f; Iuuut'ra I .I~ I (,.re U Irai i I.

-ChOste suisrc.2tibkc &v 2fniitCI()Il Ile-
*Iflerit : S1i l l, I ll--? l ais a illt Iluodo
,()I~iQle 5t I t 1 I ro
wwI'nu l~e1 -.1111 ls ii f i( ,iiort (. xIs







p; tnonat r1 1 a ge uil-'(""uIi de idica isr
des tamlilles 1)-ttronfleIs ; puins ac'st le
Commier'ce, I ':ta t de,; c-u:1? tire-tIntel-
lectuelles, la Ihet igit iion ; eidr I a Corn-
uniue, Ia Province, l'TAt
Cello tioilenclature -;oei,-de est lue
a MI. Henri de Iouiwille ; cule part,
conime on le voit, du Lieul, a dii 1 116-
tuomiune le Iplus pinirordi:di t Ie plus
si in pe ))pour aholltirA I a, all
plu~nomrn;,te le plus siibordorin6 A tolls
Ii '~ ; irlc los tnt ulull S (~O OIII IC lit p1''. R
IcJ I, h s o 1111.. 0
do Iai ts, 1'o)servateu r examine le de-
grf'- d'expansior de la race OU SOfT
mode d'essaimaer les consdljutences
de son contact aVe les races &stran-
ga.res, son origine et ses variations
historiques, et peut alors pronostiquer


ABOfINEMEI4TS.:


'- --L--~-
-~-- --


ire ANNZE, No 57.










avec plus ou moins de pV'i~iOn queij
sera son avenir,.
Voici Ituel et--1t' tut actti--l dI Ca scien-
ce, swiatle et juckljue 4;sifti itris (ILI'OtI
veuille opp0oser1 a aux "i'cui ati' uis de
socio1olios d Ii fest (ict iC le (de Ile
Pas I-eco Iiaitre cqUe, Lu 11 (IJclatiii-
(JUtCp' V itCS (ie Fth-,ulliS 1 I tU )U1v-
i (c~ ti1 *"ifitl nI'f) S it ]I,'




dier.
a 11 a des lois, dit DIe Donald,
pouw la societd des tourinis et pour
cell des !tbeillcs ; Ccon-iimnt pour-
rait-oti qOu'Il 1 1N7en a pIas pour
ce~llo(it'sISIi llilfl(et qit'u10Let-St 1 lr64e










aCtf )7'?Y*..; 4 A
allf; de. >.1 t !A''?ld\i), ~[1 ~








tit (j 4,!1 >4p1I VT wt 1 as-e-,
I IvII.!!( ItI II V,)LI f Gi : 1, I t
C t, 4 11.4 (,1 r'1' parO I ", )11,-, 1 (lc









-'4 'i i
V 1.4 1 '. -ZI I l11ii. I ti -i\*






tll:



C', lilt! I '


- m m~IIU


4 .~ .


Rr i' L i4.


CA


a.e
4** ;.


:" 1
I.:-
I- -.-


--S- J


- .


*
* ,t


li r ^ :. i :


t...o L ..
I.I

4...,


3 7

--4'


Moyi O I'c urn U- d L"i tp'.! p,,.rait:re 2 ,'
1 .c c I .a 1, ( :,.-, <'LrL .t t cIoUuvcrt de pai-
lio-cirrus .ui' out do, nc lieu :1 u1i l -
lo sc lne \, r- i l i'cuurc,,. l)irictio) dcs
nuagcs upDri.urs : \\'.
Lia iri c de meni nc ,'st p is ctaablc
I t." t U t Ic ti-i .Ic ."SL ,. raise Canls l i matinee.
lclair-, au N\\''. Le ibaromctic'cst en baisse.
AgIitation miciosismique A 3 lieures 20
minutes et 6, Io minutes du soir.
N't,..- la temperature de la semaine
est restore au-dessus de la normal surtoul
dans l'apr&s-inidi. Le barornmtre est troj
haut d'un millimetre ; les pluies ont ktd
insignifiantes. J. SCHERER


I -


Hicront cu


Fun6railles
lieu au milieu d'un immense


C0oncours d cperscannaliL's c, d'a"Is l1s
funmrai1ih>: du sviiipj!ijquc Lt combibien rc-
grctt6 Ai.i-io.!) NUMIA, d&4.1dt uIutcineflt la
veille.
LC 1-011VOi des pluS i!lpk)sanit, A .,conipa-
gn1 Ic iic i rfunmbre A Ia .I. Catidral. putsA'LI
clnictticrrc Extuer'iCtr OU des di,courl; I fureint
prononccs pair NIM LeOii I O1 1: 1auflonib
dia LvcLce, WV.I Belleg-arde, JU,t l LnLiwr*Sson l ct
Christian KRgulus.
Nous renouvelons A ia tamnike du cicr
disparu nos affectueuses condolhances.
Depart
Hier est parti Ie Steamer hollandais
v 'Prin.; I'itlewV V p avcc Ks passengers sui-
v~ants. p~our
.St MAarc.- INInI11LIN1. R OSNIg I ( I. M r -NLa
martin Nilartin, A. DL1trand.
A YrPh. V. Caristrroe::n e 2
Ce111ntu! Mile AlcFucKK Mr u-,.Mine.
J. '- 1 1 :
Mc dI.M. M


IL'officie!





A '1.;, 1 Cr?!- lnlt'l 'Ii ioni"L:zc
,I Ca p A la G r.-'.d,13i'Yr': .' le



Na;nc0 dii C1'.n1- 1l f L-',er di (i:p A Port-au-
Pi uce.-Conen~in ,C: :'rat et Ca!izer
dc~c1~;gc v ~nbxca --Avi: niwinstc~riels.
--Dc.p. _I e.~Se C 1-Krcd-:1 r d' iI Ib -
ce~ t: c ~Jlu :evcd ':rcc ..ia


C. u ,n,-Is u
cA. I J'C


I


*. '. 4.
~V4 I


!I -L 1 1 Z J ;I A 1 1





Cl"l'r I L o r





LL!SUtlleS qui olfrl-i:lt
t'l 2t Tinic'-t par ci eur ca..C pdraticque Ct
i n,:rr uccetiifor
Doite aux ILettres
t:Port-au-Pfrin e, leSttrsin 1907.


t
)


Monsieur c l)irccteur.
Nous venons vous parier aujourd'hui de
la Tannerie. En entreprenalit d'cncourager
le petit industrial, nous n'entendons pas
viser l'ouvricr qui s'obstine A rester dans
la routine; il fait, au contraire, selon nous,
un grand tort A 1'evolution de I'art en
Haiti. II en a 6td ainsi, a peu d'exception,
malheureusement dans la corporation des
tanneurs.


Certain ouvriers se contentment de ii.
vrer a la clientlkc, un product absolumem
mal prdpard, quelquefois jurant, sans qu'i6
aient jamais pense a la perfection, au fini
qui constitute la grande valeur des produit
quc nous recevons d'outre-mner.
Nous Ic savons, cn raison de la raret6
de la maticre pirmicire, on y rencontre en
dC',utant' de tr-, ,r:..dcs difticults. La
lcu.ie dc tan nLi:i.ua.:lt stir lS rivages
il fiut la faire cherclhcr dans les environs
de Pestel. Nous savons aussi, que pour
qu une peau soit vraiment marchande
c'est-A-dire receivable dans nos bonnes coi
dcnneries, il lui faut aussi, une booa
preparation de deux A trois mois.
Nous avons faith cet expose, pdnible a
soi, dans Ie but de bien fire ressortir les
difiicultIs ianhrentes au mntier de la tan
neric, et par contre-coup, dans le but aus-
si de fire valoir le miritc reel de cetn
qui Ie ,r ML.i p.-ssl. dans ce genre avaient
cxpO -i un trav.:. d'L.n tini reinar.uable
(pIaux et cuirs ivcrs ). C.:tte section ltait
reprcsentce par Mr \yacintihe Jacob' et la
Tanneric C;t~intalc. (~u'ils rcoivent.
1ci c's i l !cit. I:ii1-, !ninit-Ces.
L.:i/ r r'". ,; o n'i.' *' ./w i:
A~grc z, M. Ic l);i:Ccte:r, etc.
U.\ A.\.NNE.


Deces
NouIs apprI:-):!-A i ia mort de i:n,: Vve.
AL-.J ANDtRI' S A.lM'I.L',! d.:J-C i li.: matin.
Sc aL tu ici.ill; auront lieut C cct rnarcs-mi-
d., la Ci ati ..tc.
Con-ii:i,; .;ic> .i la fain!ilc.
Administration Postale
S *.;c'. I\T!'iiRli : 'R.
L Ith t P,'v'C ; im,?hinM!'S C5 'l 'S14 ['i ,1.';Y.
Madcmnoiselli MIaric D'sir, lcdIlenesB.
Saintil, l)orc!a ici.rd, \v. Maurice









.) i. ui I
:,., il de' i 1: ,' l i.-,, l en. ,
I) ::t-t -):;'.A i, l' i ) -



r T:' -.- Cassaton


Le c 'I4 prc:J : iC :" o A ores .t
nic du m.uin pro 0 Ic ,'arr: suiant:



te du 23 Avrii 107I, Iqu renvoi, des fin
ct')pour'uitcs la nommeC Felicia Icllevuea,
pr.:'cnuc dc tentative d'incendic involo,
taire ct ordonne si miisc en liberty: irm
diate, si elle n'est revenue pour autre ca
Le r ,fle ne comportant rien, le sienge
lev6.

L'administration du < MA
TIN ) announce aux abonnde
qu'ils ne doivent rien payer :
abonnements ou autres, qui
sur RECUS IMPRIMES A
signs de M. 1'Administrateur*
Priere d'aviser 1'administrl,
tion de la moindre irr6gularie
dans le service du aMAT 1'
afin qu'il y soit de suite reV3 1
die.


- ---


I i


-


q


c~urrru;~~~o-srrrrrPorr n:-2


i
le~a









O3tel BelleX,-l


DEJEUNER DU xo JUIN
MIDI A 2 IIEURES
Prix : G. 2.50
Saladc de bJoit( tomatee
Radis
B3cuu salad ai la Francaise
Saucisses de Vienne au chou
Cotclcttcs de mouton St. Malo -
Pois congo au lard
Riz blanc A la creole
Pet-de-noune
Fruits
Cafe
1/2 Vin


Nouvelles Elrangeres


DEPECHES REVUES CE MARTIN

"PARIS. M. L6vy, trsorier tde'la
confdration nuit','ratle du travail ct
M. Ious'it cl. organisateur do i lia greve
des (,li\l(,i's bIoulangerls, tous deux
accuses 'Favoir par lbmrs paroles et
leurs actes incitt aht la revolte et au pil-
lage. oit ,i ( condamnns atijourd'huii
Adeux ciis d I prison et 100 francs d'a-
mende.
SPLrilis \llille IV ), est arrlv au
Hivre.
Le Co:seil: des Ministres, ce martin,
sous la pr(.sidence de M. 1Falli6res fi-
za la date (!d it convocation des Con-
seils ('' ttux a2u '1 juillet. Le (Coi-
seil s'ocic iil;i rnisuite des retiraites ou-
vrirc;, s chi(linis de fer et des dli-
verses tion ill,.' i le O( i'tux.l.'es. L.e
linifstri. u i i "t.'.T lit s;,-,! ti ll (t'-
cret ati i.x ti quel leI' gd <'rtl
Servii''r, i' ;iltr.' i ;ill (' uo 1il:ili-
demerit <:. C,, (i, rps ti'airiiie e.
Mi.Fa!i,-lr.\s visit ct .tiiii jl'e o-
sition (. ;,ie d .i N C il .llsr M il .-
La Cli;uiil.d i ii" ter te iiinira li disCi-t.-
sion des :uineiellatiois sill Ia crises
viticole et vIt; : on rdre du ili plu
et simple.
M. Pichlnni. inter|)ell6 ptar 1. Pes-
sensd, fit (~ il itre i l a Cham r liii
approuva, l,:s inistiuctliols qui seront
donnees aull dtl;_ clues do la conlfereln-
ce de La-Have.
Au Snat. 1i. Dlupuy posa la ques-
tion sur la vnte des vins dans les
4op6ratiouij; f ilitaires.
.La proposition idu (Gouvernenent
&amricain de pllacter les (iChallbres dej
Commerce fran;leaises suir le nlmie pied
que celle d'Al Imagnre, a fait lnie
excellenlte iinression surles exporta-
teurs fran(:;:us, ceux-ci ont tJalement
bicn accueilli les modifications des
rglernents ;adininistratifs accords a:
ilemrane et desquals ia France et

Mel xico ..._Fa '"
les autres puissances doivent beneli-

.aro, Florencio Morales et Ber-
aro Mor a ont ete hier soir declares
ralles d'assassinat contre le g6ne-
rillas, ancien president de la Re-


publique de Guattmala, La dale di
I'execution n'a pas encore eMt' fixee.
MADRID.- Le proces des personnel
implliqut6es dans la tentative (d'.ssas-
siriat centre le roi et la reine d'l,1,spa-
gne, le jour do leur inariage a conti-
nue aujourd'hui.
Lonz, Pologne.- Des ouvriers satins
travail ont assassin aujourd'hui tni
inglniieuir Inolinllt Heiss, l)irecteur tie
la filature Pozneiski ; ils onit (ale-
inent mortellement blessed M. Aniec-
ker, DirecLeur de la tann-rie Karsklh.
Les assassins ont.r6ussi at s'6chapper.
ST PETERSBOURG.- Une escadrille
composee de 17 torpilleurs, construits
avec le produit d'une souscription pu-
blique. organism pendant la guerre do
Mandchourie, estarrivye aujourd'liui iA
St Peteisbourg.
GENEVE. La reine-douariire d'Ita-
lie a oll'ert une coupe pour l''I 'dona)iiIt.e
q(ui reussir a atr averser l s Alpei:c eI"
balloni.
STO CKOilMLIo..-- LOes 11OCOS d't)l' dilt I
Osciar et de la reine Sopiliie, out t"l'k c.t-
ldrtes autourtd'hut dans toutt t iroyo'tu-
lme. Les souverains ont rec;u. dejs fl6i-
citations de tous les chefs (l'klats.
\V\..sliNS;rTON.- La tonibte de (ooi-
ges \Vasington a et visit.'ee aJjoiiur-
d'liui par les oll'iciers des n.tvires d,,
guerre froii(.iais et liollandais.
BIi'DAPEST.- ,einiipereuI l''rafuoi s-
Josephl arrival ici cet ;apres-iiidi pourl
la cOi'bratiofi du jubil6 tid son couroin-
ilniementcoillie roi de IIonigrie qui eut
lieu le 8 .luin 187.
BOMBAY.- Un cyclone pass hier
sur KuLrachee. Plusieurs steamers fu-
rent jets ii Ia cote c-t prtsl'eSue touites
les inil onsful:ent (ldtruites. 'as d'ain-
tres details.
TokIo.- Aric.- 1iin'' coifl''Ince ii'vec
les fMiiistr s ,'i i,: .1 :,; 'I ( u t' ._l l i-
int, i' \icoiioi te ,iayislii, klinistr'e t -:;

lais. ( )i crtS i i '.; s ;ull';: l. a i-

c(t iltj)l'is lLi l tlstion anIIl i;i n:, out
tL' i (iscuLtt?-S. l)cnida;it l;ia CildI 'i CC.
U, dt u
lirectleu des Filaitiru "o"iatski, iunei

ers (il v t^*vailclevt set lmaj liiatt. i
1, i .A I-,'i '.- A I') ,; MI-4on l U i te Uln-l
iver'saiic de son co1 roiem111 ,-'it com--
mile roi de llogrie, 'einpereir i'an-
cois-Josoph a accord une amnistie
tr0s liberal qui vise surtout les per-
son11nes ondanmnees po.r crimes de
lise majesty.


A Vendre
Une grande demolition en hon etat.
S'adresser au No 2., rue du Poste-
Marchand.


Bouquets modern-style
A vendre
Chez Mme ICHARLeS D)UPLESSY.
BoIS-BADERE
(A c6td de la chapelle St-Antoine).


LA
Meilleure Farine

din Monde
(elle qui donime le meilleur pain.
Oui Iproduiit le plus do pain.
Qu(i done le pain lI plus hi inc et
1o plus leger,
('est la Pillsbury's Best ( tla
IPillslurv \Vasiil uri Flour Mils Co,-
Minneapolis Mi11n.
Emu. CASTEA.. Rleprdesetatint.

C'est incroyable

Pou la T oilette


(O l tt'.s If- z' ( 1 T, (,f l ,iic( 'l (! !it; \, ,it s ;I-
\ lP S ,[("! i 'l fi -> ( ;';it s .l O '-;, li'},'. i{ tJA
plus ;iif'li;ii t ;. 1**sa1i el L ait vir-
ginal aintiseptique of* A. IiIior -
Im ', ,tl :i; l 'J!iin, :' it l ( Ur veci tl- ilt-
,';)lite'slti;li's d 'iilevci 1 5 ics t)lL(t ii s il

i i't '. I ': i 'loli lt !* i i un s riv r l.
f'2 nti cir jn il nt.
i(J )V )'"lMJl.OI .- S-- i I ifi :'ir'C
2 o n :1 l o is; j;tl'. r w>!; :iv' iii (,.'ii ,;'; ,;
lait I;tiis deo I'caii fro ile.
Prix du fi."con G. 1 00

P'I JlS I'AL T lLS !
SL'.I V./-Vo1S ini,tiInt ;iaitt (d l;i Pou-
dre dentifrice antiseptique de A.
B .nlin i pL ;in <:i<'n, (1i con'vi'nt
a i:< t1,,ib't 1e c :t l' lnti ,.plis e i ; o lc ,, l ,-
& *. S i .' 4' un surlir *It Il'I





t :.
f'; r : E I : i t la t
I 'i. ('i'-' !' D'ht r, ,.1,., I .ii t, A's .T i n tr-

1! i N0 l i, 'AiD i 'ur E l


S2-s.
... .. l'I!.I Al". !'; r n'l











,,, lI; ..' do (euxt r, 89.

A. Vendre.
I>( .' l l; ;= '* ,ll .t J i --- l i ,, C i l.l-
*ly .'e d el if ri t' f I i l-

I),, (.,,'*. *' pharmracioSt An-
toine.
A:vl",d' i: .Fei,:. l ai 'v. ( ,o/, r, s
P de bit G. ix..50.

HliANG5 LIENT D'ADR ESSE


.S lin du O intr ,.S .

SVendre.
(hliz Mil, L.eoni.l,1 Sollie<^.- L_, 1KH
iles Fronts-forts, "2.
(hliapeaux <1^ P~anl:na; pour homes
ia Ious prix.


v'c(iie lpourI ls ) colistrl titi ois ;n11
mur, des double T pour terrasses,
traverses, etc;-
Et une magnifique couveuse de
340 ceufs avec accessoires.
S'adresser.au bureau du Journal.


____I___
___I___~











USINES MON-REPOS


SUCIRE TURBINE
le plus put, Ic plus propre, le plus
riche en mantire saccharine
ddfiant toute concurrence.
Tafia Superieur : 20 degr6s
DJIPOT GlENERI'I AL
.?3, Rue Roux, Q3
(an)cciceie I:e ILonmne-Foi).


A. de latteiset Co.
l l
. Ml;iion fl'ondt' enl 1 S,.
Bijouterie, Orfhvrcrie. Gravure
S )tonise; avi 't Ifil i. tIl ;l l(l use clieln-
It'l<' ..r 'ti i ('li)ix ,it1 l.tLit.I.s ,t 'l 't in eaux
,-hii |>iUe- i s ) i','Ai,,i. *tiii i ,ite (!,.s

I.;t l l;, I 4 1- t ,P .I l ti Cl l' ;* l ll ;ls-



N 1 *Ii Ic -'tc &1 f I'S t I I t I I-, ; -r .:oln-
bA iI I 1 ci I t'
( i 't I itL L S, I
Ir t le, -: 11 ( 1 'Lt, ;I i i -
11.--, t.l l in itis .
/ ,'is : l, iu ; ";t ir;' i s fi lril-



SI'. l t i'r I'. ( : :iAnc s O r
Tl',i.. les ;u t it 1 ,' \ i, i:s ; N ,i V .' I l i ; i-
> niiI .-NoIi t AtIti 1i


















Ecolie dei artse et i!ers n-
tp,-iux.


















C H EZ INIAD AMLod
(Iltije o COCe piUr t l';n r'os et en
dtl .I. u ion, Aio-rot des C:;\-
, i i, I1 ,1' 't' ': ,,
















yes. (tu-s de poules aiiCicaines







(de s C oayes. )
'i 1 i 1 i i i ,, i .- ,, )1 lt l ', i i 1
tt l'- i''. 0 i ,"i ; i l l i; il l !) --
( I '- 1. I r' | i :.-. ;




J u i,.'n._. _- o c,'h ,:;



Ecole des arts (et mniers








detail, ) Amidion, Arrow-root des Ca-:
yes, (Eufs de poules amiricaines pour
donner a cover aux poules du pays,
chocolat ( de Jdremie ), beurre frais
( des Cayes. )


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'HRJE 195
Dirigee par

L. HODELIN
Ancicn membre de la Societd Phzlan-
h ropique des maitres tailleurs de Paris.
Vieint de ecevoir un grani choix d'd-
totles diagonal, casimir alp:ica, chevio-
te, cheviote pout deuil, etc, liecomman-
de particuli6rement a sa clientele une
belle collection dle coupes de casimir,
de ilet1 doe anotaiie et ,de pique de
tuute lbeaut t'.
Prix mod6res defiant toute
concurrence.
Specialite de Costumes de no-
ces.- Coupe i Fiancatse, Anriais et
A intl'icaieii d la L.i mIiiisonl coillfei !()otiiC- :issi lies Cos-
tures militaires, habits brcdes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, dle iol gr; :lcs.
II II

RHUM-SYLVAI N
I' odut l dc (I I /'L i,' S' i '.lict h l ( Ar'I'ta I le)
Vieillissemilent. nat tit 1 ijusqti'a '12
et 1.5 ;aiS.
P'liuX lT'l".S .1 Lbti. S
Veite en grles t en detail.
MaisoAn M. Svlvain
4.'3 .RI?, dr. Fronts-Forls.
- r Ir _I r
PHOTOGRAPHIC
J., IVE. Dlaplessy
l.n. Ill't 1)I' (;i:N T I'I., 12(-J

STravaux ;soicnes
I .'<' t ".7 /i 7T/; :
N 0 vtJ S 'l t ,S'lt s .I'1 iItc A i


Prix I~xoateres.
Lrl ... ,U SE

'abricant de chaussures
L.; Ml nuiiit,;C 'l.c; a to(, i()lll s en d -
1p('t Lnil ri.ind t.,>ck,.- pour i vOlint
en ros et dtetai,;-- de chaussures en
*iU9 'PI) 1'05. pon r
lM ,MES, FIM \-,, LASTS
Le coniianid.s dc coimnunircaits
de I'iri tiiour pourront. ltre oexOcutees
dI ii illu se aindlle at pI prCI s.
2, ue des Fronits-Foi ts, 23
FORT-AU-PRINCE( ( HAITI )


Tifere Zepilill Bell
Fabricant de chliaussures en tous
genres. Pour Iloinmes, F'emmes et cii-
fants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPECIALITE:
PANTOUFLES MULES


Poudre dentifrice

SL'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dental
les conserver intactes ?
Usez seulement de la PoudrL
dentifrice L'Ideal ,
La Poudre endtifrice l'Iddal Oa
A OBTENU LA PLUS HAUTE Ri
PENSE A L'EXPOSITION AGICll
ET INDUSTRIIELLE DU Cer MAll
- t Port-au-Prince est riell
la moilleure de toutes celles cono
jusqu'aujourd'hui.
Depourvue d'acide, elle est
aucun danger pour I' mail des
Antiseptique de la bouche et ti
que ldes gencives, elle prvieiit lai
rie, done aux dents une lane
eclatalnto tet I~i-;se a I'tlaleirn une
quise sensation de fraiclihor et
agra-t e ~pai um.
Sel'v'z .-\~ 1> HIti(Iuelll elit (lcld PC
dre dentifrice 1'Ideal, et v
aurez de heiiles dents.
Vos() Pl tlovei'tz a l a PHARMI
"'JI ::AIII). (, l/t die'..s 'u s (du ','uIre l etI
rou, ,'is-ris d( 'l'Hotl d (1 ', (.om1mC
Prix : G. 1.50 la boite




A I'ELEA NC
D F 1 4lAt1 A I I
Fabricant ce chaussures,
I',Imle Ia C eonaissan1e dii pP
particj ulijtl-r 'init i de ses luoliibreul
enis tde la (: ,te t de la (:;ipitale,
I'etlblissc nlltft ta in stock incalca
I)!e d(I chilltu Slnies po hornI
tCi'llll's ('fltts. en tonsl ge
It ,liu', niu'.li I 'otle de ci( l pour
sil l "},hat t'll fi.'ros 7 .5 0 I' ) ) ilitl Ui
lals ,Xct ti< ,I.'l11 sur leI s prilX.
l'"t;llls l ilt c a ('1 de
preiludr, d(s rnesiires A domicile.
Touioar. : .SO?), e.actuni Jot
i4 2, IHue des F'ronts- Forts, 42.
tO ilT-AC-l';sINCE (liAITI)

AN ISj
Le Re:t:.ur,-,teur de a
B e,''n," t ,il. ',* ".,,llre, t'im t,^ It's jl
divs Ir \-,nvi ci"n t do 1'implin ': dlu
Ia l4aio ( i l0 1 piluile : P.
I1enveloppl o : o ()pil ils : "
.F'envoipo latis ot franco, sur de
'101volo 11. 11)ONIHEUIF lt Agel
Iv l o l-E -iiLLEVli


VOUiLEZ-VOUS1ono
deur etreparateur de Piano-
Adressez-vous sans crainte des
tions, a Me. Artlur Bonnetil -.
pianist Professeur de Musique.
81 RUE TIREMASSE 81
Quartier St. Josevh


I I~- h-ll~ I I I --n ~- I _