<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00055
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 7, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00055

Full Text
Ife ANNqZE No 55.


VENDREDI, 7 JUIN 1907.


LE


ATIN


4CtJ cr rJIrIIF:nX J


ABONNEMENTS : DIRECTEUR: LE NUMERO 10 CENTIMES.

PAR MOIS GOURDE. 0C16m' eXa t M agloire, Les abonnements parent du ler.et
S_ du 15 de chaque mois et sont paya-
bles d'avance
DEP'ARTEIENTS & STRANGER : RDACTION-ADMINISTRATION blesdavance
Frais de poste en sus. 45, RUE ROUX, 45. pase nsis in rs o non e

Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A M. Arthur ISIDORE.


LAi


ROUTE


DU

I)N I I E 1

La reclhrchlie diu Ionheur, nious l'a-
vons vu. :tbsorbe toute la vie du La-
tin et tIlnjo 'rs, au bout do ses el'orts,
c'est la disillusion qu'il rencontre
parce que les conditions de la vie lui
sont a charge.
La conception toute difflrenlte de
l'Anglo-Saxon le dispose A accueillir
favor;a!>!b!.nent les diires conditions de
I'existetince, d'autLla plus iavorable-
nent qu'elles sont plus dures : et
voil uun type human qui dprouve du
I'onheur "a surmonter les difficulties.
Cela senlble extraordinaire au pre-
trier aiord et d'avoir A s'expliqluet le
phonominecon;titue dejai un symnpt6-
ile certain 'iInftriorite. Nou s avons
vu hier uti le e as don't nous relevons
st t celui oa le bonheur est entraud par
le difficultls de la vie, et cela parceque
rious opposons, en vertu de notre for-
raation social, les deux terms I'un
alButre et qu'il nous semble que cher-
oher le lonlieur consiste d'abord "A
e soustraire a ces difficult6s. Nous
thyons ces difficulties pour ne pas
avoir a fire l'effort de les surmonter.
Le type human pour lequel L'effortne
Oonstitue pas uue peine cherchera done
Moins que nous se soustraire aux
41icultls de la vie; bien plus, l'ef-
f6rt inira par lui etre un plaisir. J'em-
prunte a M. Demolins une comparai-
son pour le ddmontrer : ( Si on me
demandait d'accomplir en bicyclette
une course de 1K) kiloietres, je
n'empresseraiis de decline cette pro-
position, patrce qlue je ne me sens pas
capable d'utn pareil ellort. Mais cette
Rmme proposition serait accueillie
avec plaisirtar une foulle de gens,
uniquem-nt parce qu'ils so sentent
Suffisammnent entirai6ns. Ainsi, ce qui
constituerait pour moi une difficult
insurmountable, et une enlreprise 6mi-
nemment desagr4able, ne serait, pour
eux, qu'un jeu et un vif plaisir. ,
Ce que j'ai di:-' dit de la mentality
et des conceptions anglo-saxonnes suf-


flit pour dri'montreri que les difli:cultOs
et 1'ellort sent pour ce type till ve'ita-
lle plaisit et nious trouvoiis l; le :e
cas 6tnum4rd lehier, celui (des societ"/ s
/i'i/tl/ .s d,' vi :'/t'. 'AC( Ni'!( tilp,' I' .t!i
de lltouisiers nous dit de I'Aiidricait ;
, II n'v a point de t;A'che trop p6nible
ni de( hilie tri p 'rudile i-poiir diio hom-
iiO ;l nimi (de( cs senltiment-, :; ; 11r'1ne0
consideration ie l'ar'tte dins shoes en-
repr)ises l(uand 1'espoir di s.ucs est
atU bout. Lt/.s fy aiUds ris.qN s, il i' it'." r'-
idoute pas, car 1i a COilnllenic tout soill
s;i fortnle e't la minte W',est pour lui lt
le retour (i t ,' siltialion a'il ai /'
connue et don't il a di(Jj sit. sortir. Quant
aux difficult, it (cs,'re itojolurs l's
vaincre, if s'en fait mime une sorte de
jeu. Entre la pente abrupte et le che-
min sinueux qui montent aux sommets
de la fortune, il cihoisit la pente abripte,
parce qu'elle est plus court, des pieds
et des mains, ii s'accroclie a toutes
les asp6rit6s, au grand risque de se
rompre les os, si cette gyninaslique
lui p)ernet d'arriver plus vite et plus
tot. D'un tel home, il n'est pas sufli-
sant do dire qu'il lutte pour la vie ;
il fait plus, il risque sa vie pour attein-
dre Ie but qu'il s'est assign,. #
Vous me demanderez peut-itre en
quoi consiste I'ideal anglo-saxon et ce
qu'il devient dans ce tourbillonnement
incessant. J'ai d6ja fait une citation
do. Mi.-s iHarriet M iar-ine1 oti Ot!.- dit
des Am.inricaiins que (( totis out tani1
soit peu idealise lour vie. La con-
naissance de ce temptammlent inous
fait facilement concevoir (lie 1'Anglo-
saxon n'ira pas, a I'instar du Latin,
chercher son id6al dans aucun inon-
de inaccessible, soin (dlation d'ail-
letis ie l';Iya t iAs l)edd longries rveries'i n i aniX lx a.orlanites
meditations.
"cratc / .'ov c' ll.--Z !allS dit d Ite
N&o-Z/lanidais ,lii. on I, sait, soit
des iairticilairistes 'ess-t'iiti s :< Pa-
tiiues, oplportunisites, les N('o--Z6-
landais le sont avec cynisme, et loe
vovyageur Nqui arrive de France doit
s'accoutumler cette fawon d'envisa-
ger les choses, sous p-eine de prov o-
quer un perp6tuel malentenidu. Lo,'s-
qu'il s'e'lie ,i dcRs considration.s ildcra- c


J)C'll ) 1.' 0if y/ 11,'?I 1 f p~# /. 'If COM-
toil/ 1' t /(I 11.1 e M

) III ~f )) ( I1* i,11- t1 1

L/i I I'(% I )() I( Iv~/ I i I t- )it' 0/ v/i `, I .5I ) I/C ,


1ist oo ct ti e i 1I1t

arLes Anglo-Saxons, dit Paul DIes-
camps, ont un ideal ; ii W'cst ptzs dan4
Jles nuages, mnais ii W'eri existe pas
moins, ct ils le Ie li'cent. II est dans 1'a-
Melcioiation consqtante de la vaIeur mo-
rale de l'iadiv'idu, dainr l'auqm'izlaf ion
vie la d(lv, nitJ Itui nainc ; les beaux-art
.zonIt pour' eu.v Ii'IdJlisittiOfl di cv) oforta-
Wle ; s'i Is -1[)jH'~ci4.et it i)i11s ((110 iotiS
les finesses dui iri'vai I fie 11l oinino, il.,
,;(),It plus CUI/OiC.S El's d rliti do lit itat irefi. ii
l)ans soil
title plact St 'iffisil~e 1e't taiC Ia LkSolt -
ttide ("t t l eSOIIl ilitert-ilittOrIt de 1-6-
ver'ie auciiiel I'Anglo-Stxoni est acces-
Sible, toti counin1e oIe -laMtinl. Max O'J1ell
rioiIS(lit A Ce S11jet buit ;anglais a
son boudoir, j'entcen(s boiidtiir (lans
l~e sens t~,yniollo e",Icl te (II11(t ck-t
dlire un petit satictiairp inIter(iit aux
I)OtdittleS et dans lejiel ii pelt slo rreti-
rer qtuiand ii dt~sire (tre soul j'our tra-
vailler on so repwier. Et Miss liar-
riet Martineati ajoute H([ est iuflpo-;-
sible qu'un tiAre humain puisse arran-
ger sa vie comme ii doit le faire, s'il
West jamais seul, friquemment seul..
Le silence, la 1ibert6. le caline do la
solitude sont a I soltirnerit ('-;-fltieISs A
lit santt'(do i'esp 'ii t oHE'ionril- pe1tit
renllfwe co ( wt p(( iilt (Aviri-
UOIISdos Xl~2IdHalls .1 I -. 1wh1d1kit-a
et los eritmints .lIbt I, 'll-, 111w
C1IIIIIO I weI ); k b ILI: I If'I! s Iyvf;ii
10 11 e T ( I I



t~lVO'ill *i (liS i Ii p e V

ill sxuel. ji possible, les clharnlihr'Cs A
voucher smnt ainsi arran;Aes. D


'.'"IY,*l~ 1~S~Y~PIMbuN ..*.8.01.71~1*IDPi.


PORT-AU-PRINCE (HATiI)






En voi1& assez je jpenise, pour bien
faire connat tie souis toutes ses faces
le type humain CfoIImpl't qluapparait A
res yeux I'Anglo-Saxon, devrai-je
utue tax6 d'enguueimeuit. Lie sujet est
d'ailleurs inepuisabl)e.a Le prugi-4s
gnenraI est la somme ies prorilsIs iti
dividuels P, dit IescaDIis) je crois
faire (i'uvre de jpatliotisme et contri-
buei' au jwogii- socit Iiaitien en for-
mnularit ici It's conditions rationielles
de la iouvelle 6ducatioi et qui sozit,
fd'apr-.-; es coclusionsdePal e
infulins, les slivmites :
a D)es palrilnts bieni coonvajcus (Ju'ils
nie doivetit it leurs enfants que I'Cdu-
Cation, i ais uti tlducatiou vit'ile
c I)e jedieWs ;eris, eisU ite bien con-
Vailli-111S f ill I"Is doivcnt ;,ei sutfire :1 i eux-
flPit'cS (,imIs Ia vie
D )es jo'Ulite Ii*.iilles bliemii (clci(I
A clitcthuiet daris le miiia"re uie 1 cnC"--
pafql Ii v t lion un ( lot

D wllsi e t tt I,( 4tf.l L I Id lit ji wcs VelS-

I I I!I t i' fIl 1 ( Ix I-



(. II iiv d :,IS 1AUivt. it' >011 ti JI lou
IJutiivl~l pIrtmle l'I(4-lt 1 ojl
le 0t IIli



cit' rie t1I 111011 ti, tiajoil
Le' Nhi lre ( 1111 11011-SJ Id [lil (ilIS j)1 o r-'e












ME~TEOROLO GrIQUES
te-, 1 o) (i itI(.7 A









LLl
S(MJ N 0 IRE COLLEGE St4-MARTIAL


JlL:ii 6 JL:N
lBaroometre c: midi
a Il minimumm
Tet~ p6 ra Lure n


-62,3
0r~


MoVenIc diurne e J la temperature 2--
Le cicl a cetC nuageux dans la journde
et couvert depuis 5 hcures du soir. Trois
orages ont passe successivement pr:s de la
ville par le sud. Direction des nuages: ESE
a SE ; lcs cirrostratus viennent du sud.
Hallo solaire dans la matinee. Ligtres
pluies don't le total est 0,3 millimetres.
Le baronmtre a ralenti sa baisse.
J. SCHERER
Assemble Nationale
L'Assembilc Natinale est convoquee
aujourd'hui pour ladiscussion du project de
Message en rdponse au Message Prdsidentiel
accompagnant 1'Expose Gndiral de la Situ-
ation.


S6nat
Le Grand Corps n'a pas travailld faute
Ie majority.
La Commission charge de la revision
les r.glements pursuit activeIfnlnt ses
ravaux.
Tribunal de Cassation
Sirc'r IO CIvILN
Audience du Vendredi, 6 juin l1507
Presidence de Mr le President H. Le-
chaud.
Le Tribunal prcnd siege a dix heures et
lemie du martin et prononce les arrts sui-
vants :
Io Celui qui casse et annule le juge-
ment du Tribunal civil du Cap-Haitien, en
date du I Mars 1905 rendu contradictoire-
ment cnlt.r Lamiartinlcre Laimynvsre et la da-
nm En2drdcidc Ar:caud, vcuvc D.rius N'rL,
etc.
20 Celui qui rcjctte puremcnt ct sim-
plciient lepourv;i torn, par Ic sicur Si-
incon Samcdi conre Ic juclmenlt du tribu-
ial civil dc JacmeI. n da:;e du I I D I m-
!,re 190o, rcndu entire lui au protit es hd-C-
rticrs ()ristcli 'l'e cnin et c(t )o orts etc.
Cc'luiqui pIrI'cI .au siur Joseph
Iracnckel de prcndrc A. pirti c le Doen du
Tribunal civil du Cap-llaiicn.i. Mr Aintoi-
nc l:ranicois, etc.
Puis intend les ati.iircs
o10 Odlon Lap.:\. Con::L oui;c 1-an-
nis.
20 Martin Calixtc, conItr Th. Streit-
berg.
Mcs Aug. Bonamy ALt (C'.L:i'lc St lRn(,v
sont entendus en leurs obscrvazions respec-
tives.
Le Ministere Public, Eug. Dicatrel. de-
pose ses conclusions.
-o Antoine et LeosthLne Biambycon-
tre Emmnianul liambv et consorts.
Mes Raymond aine ct J. 1.. W. Francis
sont lentC:enis en leurs observations respec-
tives.
Le MiciD,:1rc Publi.1, Luc D. minique,
depose ses conclusions.
Le siege e.t levd vu l'lcure avancce.
Haiti Litterair- cc. Social
v'iici lc sonmaire du No Jc laiti litte-
:e e Soci,'Ce ,. pari: ai urd'lhui.
( 11:11L1 on tle '. i, inonte conii eC Antoine
I.Lres.t 'vut, de jour en jour, rendre cctte
publication plus interessante.
-phlrncrides ; C'dtait Ic bon temps,
1c"t7i,- L1 ,'r,' ; Pleur de la Montagne, L.;
jus'in Carri6 ; Justin Carrid : Notes et
Souvenirs, Un anci'n ; Podsies : Rdminis-
cence ; .IC., ,Ie 'oan..tr ; Sonnet A Laurente
Adricn Carrinard ; L'oeuvre po6tique de M.
Etzer Vilaire ( tin ), E. Laforest ; Courte-
pointes :A la manchette, Lajorest Noire ;
Mon Vieux Cahier, E ; Instantane, Mau-
rice Brun ; Pipe Fre Carrd, Lynx ; D'outre
mer : Chroniquethiatrale, Carmen de Ci ;
Uue page d'Histoire, J. R ; A Carrefour
En rote pour LUogilne, Francois Xavier ;
Discours de Madame Duverna Jean; Int6-
rieur .Antoine Laforest ; Exterieur. A. L.
Petites Notes, A. L.
*
La direction de Haiti littdtaite et Socia
le ,, prdvient ses abonnes que la Revue ne
paraitra que lund;'. o.
Cette contraricte survenue la premiere foil
est due au manque du paper don't elle s<
ert,.


Emprunt d'Haiti
La Banquc national d'Haiti a
pour le service de cet emprunt,
depuis le 5 avril ..... Fr.
IJAle avait dejl une provision


encaiss7

270-00o


de ................. .1.240.ooo

Soit ensemble Fr. .51o.o00
M. Charles Box.
Nous avons appris avec le plus vif re-
gret que M. Charles Box, le sympathiqm
Vice-Consul,chancelier de la legation d'iHa
ti avait ,tt, victim, jeudi dernier, d'un ac
cident.
Apres avoir fait une court promenade
au Bois de Boulogne, M. Charles Box ren;
trait chcz lui, rue Pierre-Charron, 8, et
micttait l'iscenseur en march pour gagner
son jppartcmcnt, au troisieme ctage. Mas,
d2'jA soutfrant d'une entorse et, par suite
un pcu g cn, sa jambe n'obdit pas A sa vq.
lontc et, I'appareil mnantuvrant trop t6t,
il cut le pid droit pris entire la lourde ma-
chine ct la c1,,e.
C'cst dai-n un dtat assez grave qu'il fut
transported A 1 lipital Beaujon.
Cependiant, des nouvellesque nous avos
fait prcidrc .1 la IIgation d'Haiti, it rdsulte
que l'&tat de M. Charles Box est loin d'.-
tre aussi ;rave qu'oii Favait annonce tout
d'abord. Si, come il faut l'espercr, aucu.
nc complication ne survient, Ic blessW,
qui a Ics trois doigts du pied droit 1-
grement crassse, pourra se lever d'ici one
quinzaine de ours. Nous taisons des vaen
sinccrc- pout qIu'ii en soit ainsi.
( Annals 'Diplomatiques et C.nsulairet
du 5 Mai 1907. )
Fermeture de la malle
Ies ddpiches pour Saint-Marc. Cayes par
le sis a (;GRAI.CIA seront fermdcs ce soil
A 4 heures precises.
Port-au-Prince. 7 Juin 19o7
Projections lumineusas
Nous rappelons que c'est dimanche que
sera donnde li second conference avec
projections lutinieusesdont l'initiativehea-
reuse .1 eu un si grand success.
I. prix d'cntrdc n'I't ait que d':4un, gourr,
personnel nie oudi-r laisser cli.happcr cette
belle occasion de se divertir de tacon a
instructive.
II v aura des cartes d'entrie specials
pour les coles au prix de 20 centimes.
Nos For6ts
Hier soir sont parties pour Saltrou, en
passant par Petion-Ville, des explorateurs,
capitalistes de Californie, qui sont venti
ici pour les entreprises de bois.
Ces explorateurs vont examiner nos f
rats pour voir le profit qu'ils peuvent et
tirer et quelles propositions ils peuvet
fire.
; Boite aux Lettres
Port-au-Prince, le 6 Juin 1907.
Monsieu le Directeur,
Une fabrication nouvelle dans le pay
celle des Brosses a brill dans la grande mr
- nifestation du travail, le rer Mai dernier.
SLes dignes representants dans ce genre d'ir
dustrie sont MM. Placide etCarmeleau Pa14l
s qui avaient present un travail fini (BrowS0
e pour trite, a ongles, A dents et autres.) Ca
te industries peut occuper beaucoup de bra


-






lle pourvoira aussi aux besoins de nom-
br*uses families. Nous allows en dire deux
Iots.
D'apris une statistique recent, Haiti a
environ 1.500.000 ames. Comme chaque
personne doit fvoir au moins sa brosse A
dents, c'est connu, on voit dejA quels bons
profits tireraient ceux qui serieusement se
inettralent : les fabriquer. Seulement dans
nos dtablissements scolaires, les brosses se-
raient d'un dcoulement assure, car je reste
convaincu,que tous les educateurs de notre
jeunesse des ecoles professent I'dvangile de
l brosse A dents, comme un agent puis-
gst de la civilisation.
L'effort dans ce genre sera done cou-
fonne de succ&s. Convions nos frres au
travail, c'cst IA qu'ils trouveront le secret
de l'indepcndance.
Toujours avcc votre obligeante permis-
sion, nous signalerons de temps en temps,
ll'attention ds milliers de lecteurs du a Ma-
tin ) les trivaux qui ont figure A l'Exposi-
tion, et Lqii ont ktd 1'objet de notre adnii-
rationnous. cntrCrons dans la section d'ebd-
nisterie. sultture sur bois et amncublement,
et nous p.ir!'crons ensuite de l.1 Tlannerie
haitienne.
Agrtez, MIr Ic I)ircctcur, etc.
UN A;oxxNL.


.3o tel BelleXL

DIlJEUNER DU 7 JUIN
.MIDI) A 2 IIEURI
Prix : G. 2.50
Marquereaux aux cApres
More A la Vinaigrette
Navarin dc mouton aux pommes
Rouelle dc veau aux haricots rouges
Carottes sauce blanche
1i;, blanc A la crdolc
Crcme c la vanilla
Fruits
Caf6
1/2 Vin


-----
llouvelles Etranlgeres

DEPECHES RESCUES CE MATIN

PARIS.- lit reve n'est pas encore
lerminee ; danis la plupart des ports,
les inscrits I;iaritinmes ont refuse de se
conformer aux conseils do leurs dele-
pBds a Paris et ils ont d6cid6 d'atten-
dre la decision du Comit6 national
dont le siege est A Marseille. Dans
luelques ports de la MIditerrano les
grOvisles ont fait preuve aujourd'hui
d'esprit s6ditieux; quelques d6sordres
sesont products cet aprts-midi. Les
grvistes de Cherbourg ont r6ussi A
empicher le depart de remorqueurs
envoys la rencontre des transatlan-
tiques.
La Chambre, hier, apres avoir en-
tendu plusieurs orateurs, vota l'a-
journement des ddbats sur les pa-
piers Montagnini et commenca la dis-
cussion sur la suppression des dco-
noaats. Le Sdnat valida l'Mlection de


M. Ranso et discuta le project du gou-
vernement sur la prostitution des mi-
neurs. M. C(leron d6posa sur lc bu-
reau urn project de loi tendant au ren-
voi de la classes de 1903. M. Cl6men-
ceau atteint d'utle rise d'ent6rito
quitta la Chambre hier ; i n'a pu
reprendre ses occupations. Ce martin
M. irisson lui rendit visit.
On esp[r'e lue la reprise du travail
des inscrits maritimes sera officielle-
ment d6cidee A I'assembl(e gtnelrale
de cet apres-ridi. MM. Bousquet et
Levy, membres de la confd6cration
generate do travail, arretes a la tin
d'avril, comparaissent aujourd'hui
devant la Cour d'Assises de la Seine.
LONDRIES.- Le I)erbv d'Epson a 6t6
pagn6 par ( )Orby ,; propri6taire NI.
Ilichard Croker, ancient chef tdi iparti
americairi de lammanyn. ronutt par le
jockey irn riT'aii .1o hn li eil.
Une d6ptjclie deo longkong lit (llie
M. Pollard, mIissionnaire iii'lltn(diste" ;
(Chlaii-Tulnln-Fi, a (t tr s l ii tli:ii1' 1 m.r
les c:linois il a en un )t 11u1ii tiavl'r-
S:-' )a ii io lance. L s iiiission) ,iti 's
des (districts (ie( Swamoiiov t I'klii soe
'e l

MADHiIln.- le p)rocs de ',e1o1',T
l)iiecteur de l'iecole ioderi e die iiae.-
lone11 et de .lose Nakens, i'(!;iteiir lc
cllef du .jourilai (( 1 1 M tin ;&l (* s'ls
de complicity dans la tentative d';Issis-
sinll ntO d'Fsp)gne, e .1 M;Iars tleri r -'est
cont iiiU' aujourd'liui.
ZURlicti.-- (:i41 rLusses )ont tait au-
jourd'hui un ellort desespr', pour
rendrile la liberty aiu iinonlin Iidalits-
kvi i est en prisoni attendantt son extii-
dition en Ilussie ; ils out oUvert 1'o
ten sur les ga'diens d (it li prison Miis
ils out ('"Wt' |oLss s et ils out ttu'-si
t tuir dauis la co)nlision 1 ui( Itasiiivin I'atl.
taILue.
LLE Il.AV :-:.- ,Le i t, lai Pro)-
ventce ) potiu NI iv-Y ( tt aural proiba-
lileient lieu demtain.
.'r II'"TI.snoritI)V ;.- Iiin' i' to'llion
eclata uo.i uii rd'li |> rin ti s tleiiim '-.
stationii ;'i 'I S;Isk1-x-it- lo le, i'l re l-
les l renllt l'om pitnll iit en-itolifs etl
d( sariinits i);ir d'autres troupe!-s de la
garnisorn.
I \;KON ; l'o N'('Volt' ;i (c;it
aujourd'iui :t \Veichoii, sit itiL ;'(t) m il-
les au sid de I'akhloi. \Veil ou est le
refuge des pirates diu golte (lIi T'okin.
D)es renfoirts ont tdCt demandids C:an--
ton.
IAU.--Unelg SOre secousse sismique
a it6 ressentie aujourd'liui dans la rd-t
gion d'Oloron, Basses lPy'vrinees.
'PARIS. A 'instigation du coinit nla-
tional de Marseille, les marines repri-
rent le travail ce mating. Une centaine
de steamers ont quitt6 aujourd'hui
les ports francais.
ST. PETERSBOURG. Un incendie
a d6truit la ville de Stolbszy, gouver-
nementde Minsk. Cinq cents maisons
ont ete rtdiiites en cendres. La con-
dition des habitants est tr's precaire.
SHANG;AI.L- Une bande d'6meii-
tiers a d6truit la station de la mission
A Kaihsien, province de Sze-Chuan.


Pip. Pl Transatlaniiqui

Le sera de retour
)imanche martin et partita le m&mrne
jour a 5 heures pour Gonaives et
Petit-Goave. il reviendra le 13 et
repartira le meme jour A midi pour
Port-de-Paix, Cap-Haitien, esca-
les et l'Europe.
L'Annexe arrivera Dimaniclce ma-
tin et partira len meme jour 6 5 heures
pour J6remie, Santiago de Cuba,
les Cayes, Jacmel, Sto-Domin-
go, Mlayaguez, Ponce, St-Tho-
inas, Basse-Terre, Pointe-aPi-
tre et Fort-de-France.
Les hillots *i passages pour ltes
(deux aittLxux:. I tl.-s les p) rts-, s' nt
d( livreds d's ;ujoiird'lili.
ort-au-P'irince, le 7 tiiii 10i7.

F. M. ALTIERI.


LINE HOLLANDAliSE


L. steiner (PRINS WILLEML
V. V ntl;ttd ( sl d ,t ttet,,hndiiu s.am e-
di. 8 courant, (t lIisstri proba-
blemrn nt m :-l.< soii'1 il (m n i; -
chi mnttiri pom Nw- -ok.
Fort-in-P incl1,, Io 7 .l7 inn 1 ;.1
GE-RLACH S: Co, \ .

C'cst ilcrov;ralle
--
IPour Ia Toilette I

Malgr6 tous les savons antiseptiques,
toutes les caux lde toilette que vous a-
vez (1eja employes, sons success, n'hesitez
plus mainte;iil:t i essayerle Lait vir-
ginal antiseptique de A. lloiliom-
me, pharmacien, jui a pour vertus in-
contestables d'enlever les boutons au
visage, de lui donner tine souplesse
-greable de I'embellir et de conserver la
fraicheur du teint.
MODE D'E.MPLOI :-Se laverlafigure
2 ou 3 fois par jour avec un p)eu dle ce
lait dans de l'eau froide.
Prix du flacon G. 1.00

PLUS D':ATRUES !
Seivez-voiis ii;iiiiteia;llnt l c JIa Pou-
dre dentifrice antiseptique le \A.
Buoiioninmie, phi(rnnici(-, (ilm couii-It
ia la toilette et A l'altiseptie de la bou-
che. Elle est ldou4e d'urie s;ver et l'un
pari'um raies, e-ile iti ; atilii Ila b}lilie,
conserve les dlents, les pjf'sN ve Ilu tar-
tre et de' lit Carie, Intiititit lJnr lilan-
cheur. C'est un specifilue i 'lui pirvient
les inflammation tles eiici\'ves cau ets
par 1'usage des ptret-prtlioins merl'c:uriel-
les.
MODE D'EMI~LOI :-Ai moyen d'une
brosse ldgerement mo:illee et impre-
T'I Cle I ila poucrle dentil'i:e on friction-
lie les geill:ives et les dciits.
)p461t Geiral: pharmacies St-An-
toine.
AVNPrix. .1Na boit)\\N (G, 1.5].
Prix de la boite G. 1.50.


_~~
___


L I-I tAi,;U 11 L





--y--- T'L;u bu-r dk~ *uia---LLj-15 a;~L--sr~~_~,YIYIIII


USINES MON-REPOS


SUCRE TURBIIINE
le plus pur, le plus propre, le plus
rice en nmatlire saccharine
defiant toute concurrence.
Tafia Sup6riear : 20 degrees
D)IrPOT G INIAliAL:
"', l]ac lio, .," ;.
(anciene Rue Bonne-Foi).



.
A., eu Matteis de at.
>':", Iao ,ti c lru ,/ Maison fondee en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Donne avis A leur nombreuse clien-
t1le qu'ils viennent de rec-voir urt
grand choix de bagues et d'anneaux
en pierres precieuses ainsi que des
bagues pour liancailles.
La maison a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries.
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spdcialitds: iragues francaises en bril-
lants ti partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et franjuaises sur com-
mande, Service d'argeiiterie complete
l'our manages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres pr4cieu-
ses et vieille iijouterie i dles prix avitu-
tageux.
Contre remise do ,cux dollars en
timbres-poste d'llaili. hl Maisoni Mat-
teis en)voie /franc (de Por' sous pli n -
coInmand6 dans toutes les villes dec
la 116publique Lunettes ou lorgnons ein
nickel inoxydables, selon les prescril.-
tions des )octeurs ou instructiov-
des acheteurs.

Industrie
MANUFACTURIERE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchettes, chemises
et calefons
Ecole des arts et metiers
I | I I ,


CHEZ MADAME

AR1TULUII I)I NNE IL


S Ila ,r ;,,,, ,' /

(): :THOUVE :
IfIile doC coc(o piure ( en 1ros et en
detail. ) A nidton, A\rrow-root des Ca-
yes, (Eul-fs d'3 poles an1itricaines poor
donner a cover aux p( ules du pays,
chocolate ( de .Irtinie ), bIeurre frais
( des Caves. )


Maison F. BRIUNES.
1!.), G ItAND'A l'E 19-,
Dirigee par

L. HODELIN
Ancient membre de la Socield Phblan-
h ropique des maitres tailleurs de Paris.
Viett dle Iecevoir uii grand clioix di'e-
tolles Iliigonal, casiniii a;lp:f a, clievio-
te, clieviote pour deuil, etc. lecomman-
ie lpaiticulicremer n t ;' I-So clientW l1 une1
belle collection de coupes dte .asimir,
de gilets de fantaisie et de pique de
toute lI,;t i .
Prix moder6s defiant toute
concurrence.
Specialite de Costures de no-
ces.- (oip1 I -'1 1(;n se. Aii ';(is t
AinlCI ic i IC (Ie ta -iii -.1 II II"c leC uIn.
L,: mnaisoti co t 1l' )111oit, ;1ssi (Its Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, idO tolu 'Ir:it.es.

RHUM-SYLRVAIN
Produit de 1' Us.ie St..Mirch! ( Arcaihaic)
Vieillissemeni t iiiturl jusqu' ia 12
et 17 ) n..


|IIIX TI' .S N1 I::!'i::S
Ve_-te en gvos et en detail.
M1aisoil M3. Sylvain
4:. ,Ihue Icds Fronts-Forts.

PHOTOGRAPHIC
S, MV%. Diu]plessy
120, nUE DU CENTRE, 1120
Entre les j)lpharca'i,' IatIarld et Thdard
Travaux soignes
S'P'T:CALITIE :
Agrandissements au ploto crayon.
Reproductions.
Nouveautds
Prix nmod6r6s.
,- __
li ti l sIo l i4SLUSE
F;abricant de chaussures
l.a MnituLictite ; t liouurs ent d(-
p6t utn g ad stock,- p)our la vente
en gros et detail,- de chaussures en
tous genres pour
HlO.MMES. FEM.MES, ENFANTS
Les commandes des cominmercants
de 1'int4tieur pourront elie ex&cutees
daus uti. semiaine a pou pre ..
2:3, rue des Fronts-Forts, 23
PO()T-AU-IPRINE ( HAITI )


Tibre Zelhirin Bell
IFalricant de clhaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPE CIALITIE:
PANTOUFLES MULES


Poudre dentifrice

( L'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dentset
les conserver intactes ?
Usez seulement de la Poud
dentifrice a L'Ideal p
La Poudre endtifrice ( l'Ideal QjUI
A OBTENU LA PLUS HAUTE RECOM.
PENSE A L'EXPOSITION AGRICOI
ET INDUSTRIELLE DU er MAI t9
- a Port-au-Prince est r6elle4
ia meilleure de toutes celles conno
jusqu'aujourd'hui.
l)Dpourvue d'acide, elle est saon
aucull danigel pour l'mniail des dents.
Anti.septiqIue de la bouche et toni
qlue tit-s gtencives, elle piviet t lacIa
rie, done aux dents une blanchor
ci.ltante et laiise iA I'hlaleine uneex-
Auise senls-ation de t'raicheur et as
agreable parfulln.
Servez-vou- s uniquement dela Pcu-
dre dentifrice ( 1'Ideal, et voo
aurez de belles dents.
Vous en trouverez a la PIARtAC
TIII::ARDI, aile/C S.' ru~ f ds Chi tre efl F
rou, ris-a-,is de l'Hotel de la Commnw
Prix : G. 1.50 la boite


-
'Fra aL chl. erxx exnt

E ELE GA F NCE
I). FERRARf,
Fabricant d e chaussures,
Porte A la connaissance du
particulierement de ses nombre-
ents de la C6te et de la Capitale,
l'Mtablissement a un stock in
ble de chaussures pour ho
temmes et enfants, en tous
et que, inalgir l'ofTre de cinq poNW
sur I'achat en gros ( 50/0) fait a
basis exceptionnel sur les prix.
L'itablissement se charge de 1
preudre des measures A domicile..
Toujours : Soin, exactitude, pon;diH
42, Rue des Fronts-Forts, &
iPonT-A'-PlIUINCE (ITAITi)

AVIS
Le Restaurateur de la sall
Remede ellicace centre toutes les
dies provenant de l'impu'ree du
I.a hIoite de 201 pilules : P. A
L'envelolpp e de 0 pilules : j
.1'envoie gratis etfi anco. sur demI
envelopep e-echantillon et prospects*
II. BONHEUR (Agent)
11OTEL- IEILLEVC
)U -1. avoir
VO 1,EZ-YOUS bon
deur et reparateur de Pianos?
Adressez-vous sans crainte des C4
lions, a Me. Arthur Bonnetil-- ari
pianist Ptofesseur d(e Musiqoe.
81 RUE TIREMASSE 81
Quarter St. Joseph


z