<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00054
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 6, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00054

Full Text
-ire ANNIM, No 54.


JEUDI, 6 JUIN 1907.


L


Q McATxI

QT To TZDIEaN


ABONNEMENTS:


PAR MOIS


GOURDE.


iAPARTEIENTS & ETRANGER.
1~ai~ tie puotc uei u .nsu


DIRECTEUR:
C16ermerLt 1Lagloire,

RETDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45-


LE NUMIRO 10 (CENTIMES.
Les abonnements parent du ert.et
du I5 de chaque mois et sont paya-
bles d'avance
Les manuscripts iInsrtes ou non ue sont
pas reinis.


Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser


A M. Arthur ISIDORE.


Lk RECHERCHE
DU

IO()N IEUII

M. i emolins dleinit le honheur :
, l'etat de satisfaction des gens qui
r6ussissent A surmonter vrainent lea
difficultis mat6rielles et morales de la
vie. )
Paul i)escamnps ajouto que le but
de l'education est d'acqurrir la ca-
pacitt au bonleur. O) est le bonheur?
a C'est ce que, repond-il, notre 4du-
cation aurait dit clairement nous mon-
tier. C'est nme ne l son unique but. v
Durant toute notre vie, en etTef,
nous clierchons A r6aliser la plus
grande some possible de bonliur.
or la veritable education est 1'ap-
prentissage de la vie. ,
En parlant l'autre jour des deux for-
mes >:,ititque et dy1nari.que de l'6duca-
tion, j'ai indiqu( cette derniire
cominu. caractlrisant les soc:iets I
formation particulariste et comllle
6tant la cause de olur sup eriorit6.
Cette fo-rme de I'tducation, r6alisanrt
au superlatif la formul o e dt i 'appreni-
tissaL de la vie ), doit done nous
apparaitre come le principal et
mWme Il'unique Inoyen d'as.urer le
bonheur et nous allows voir quelle est,
a ce point de vue, la situation mora-
le des socij6ts anglo-saxonnes.
Pour cela, je suis oblige de consi-
drer, avec M. Demolins, que les so-
ci6tes humaines concourent A favori-
ser le bonheur de faQon trbs diffdren-
to, selon leur formation; et a ce
compete, on est amene A distinguer
les trois modes suivantes :
1o les soci6t6s oO le bonheur est
favoris6 par les facilities de la vie
20 les socit6es oil le boaheur est
entrav4 par les difficulties de la vie ;
30 les socijtes od le bonheur est
favoriss en depit des difficulties de la
vie.
II n'y pas lieu d'insistor sur leepre-
mier cas et je suis assure que dbja
mes lecteurs ouvraient grands des
yeux de convoitise et brAlaient du
aesir de connaltre ces socidtes ou le


boheur ext favorisd par lcs facilitis de' aide et secours t la collmmunaute. P
la vie. On no trouve, en effet, cette \Vus vos O rapIele. commllenlt lules
esuece que dans la Tartarie et la Mon- Leulaitre envisagealit la situation res-
golie oil la splontaneit6 des produc- lpective dutifonctionnnaire et de I'Etat:
tions du sol et I'existence des steppes ((ll nsrte lque c'.st 'qli, ( I'EItal et tde
de prairies permettent de vivre exclu- s oi e!mloy,', d:nerla itc lins ;ll I'atu-
sivementdela eueillette et de l'artpas- tre. ,
toral. Sont un peu Tartares et Mongols ('est exactement Ie cas drs societlts
les heureux habitants de nos vertes communaiutaires vis-i-vis de leurs
mnontagnes ofi une vegetation riche et meinhroe, I'ex)loiitation ('r;lit recilro-
luxuriante permit do se haisser pour (uue. Ia soci'lt( r'(clanllO t'haqu((e jou111
recueillir les productions abondantes de I'ldividu iill sacrllit tic no veau
du sol. Malieureusement lI'arbre sous torme tlantot du service itilitaire,
A pain nie pousso pas sur l'asphalte s, tant6t de 1'implnt ;, ,on to.s tlemps, p1ar
car les sauvay-es don't je parlais l'autre une re6lementation muntieise et de-
jour A propos de l'education negative, taillee de tons los acts les plus i-gi-
auraient beau jeu. tines de la vie ; cela confine p)arfois
Ceux qui sont 1levws d'apres les A li'inquisition. I.'individu, de son cvo-
principes de l'Mducation statique for- td, tout en attendant tout de I'Eltat,
ment ce r6ve, mais il est A deplorer tend A se soustraire de plus en plus
pour eux qu'on ne puisse concilier aux charges .u'il etablit, de sorte ,iue
les tacilit6s de la vie tartare on mon- le Iproblenle i r'soudrle, conume I
golique avec l'dett des civilisations oc- iontre I)emlllis, est ic suiv;van
cidentales. Les societies a tormation rl'ouver le cbonii o, en donnii; le
commlluni ataire oft prdomitie certe i"ons de tav;al IJoiloe, dauis ine
education sont travailices par cet ide- citiese .ui exi c, lpo i vivre, l;i plusi
al sans pouvoilr jaiais I'attciidi'e et gl'a"t de i5 llo di tlravail. (. -,' -S
c'et ce lqui les fait ranger dans le inettre dias ;la situation pl i i ilco li-11
deuxilitne 1mode qui est celuti des so- de d'un iioanim qu dult, clitlia(ieji,
Ceit.es oi le Iboalho r est 'tten ar,' par !,s a t1oute here, reinoiterl ni couranit
dlifficults do' Ia v'. tout va 31 I'encoitrile du bliit (1i 'il pour'-
t c i v s u i t n
Pensez un ipeu au sort de ces soci'- suit. I, s s s t
tc(s, auxtquelles nousua1ppp'arteons avec uss it,
Ia France, I'Espagne, I'Allemnagne, I leo s cialts comiitllmnalutairis ct j'ern iln-
talie, 1'Amtnrique dlu Sud et cell du diila ss sister, quatre ani-
centre, en un inot, toute 'huuiantI stations iisesen relief p Demolin:
latine et aussi les populations de etai i ise ieit lui enli
l'Orient. Une loi fatal, encourag6ee La doctrine ,lu Iairana des
lar l'education, pese sur nous et nous populations orittales, base sir la;n-
fait incessamment aspirer au repos nation du bonreur eni ce iionde et qui
et computer sur le concourse tut61aire reduit i'individu A la contemplation
de la communaute, landis que la ind6finie, a la passivity, A l'andantis-
grande loi du travail et de la menta- segment de soi-meme ;
lit. associ6e A celle des besoins exten- 20 Le ihtilisnie des populations
sibles nous oblige A l'etTort continue. nord-slaves, Ibas s.ur la ingationt et
La tievre intdrieure, cre6e par les be- la destruction de tout.
soins et les desirs, nous demontre :3o Le S'ocilisn: des populations de
sans cesse l'indluctabilite de I'action, l'Occiden t et bas6 sur la tendanc:e A
tandis qu'une formation social hos- chercher le bonheur dans la colnrnu-
tile nous fait apparaitre le travail naut6, c'est-A-dire (dans la sutpres-
comme une malediction et [nous in- sion de 1'ellort personnel et de I'ini-
cite A nous v soustraire. tiative individuelle. *
Or, nous ne pouvons nous y sous- o Le Pessimismnc, propre aux clas-
traire qu'en o nous appuyant sur les ses lettrees et qui comprend a tout
autres, qu'en vivant aux d6pens des un ensemble de doctrines plus ou
autres, qu'en exploitant les autres, moins philosophiques, plus ou moins
qu'en demandanttencore et toujours 61Egiaques et larmoyantes, qui pr6do-


~_ I


_


_


-- I -- ly I rat --- ---rr-- I I rlr
-- ----~_~-~_I~__ __


PORT-AU-PRINCE (HAITI)





mine dansi les grotupes allemanes et
celtes et formie le fond de la concep-
tion de la vie. ,,
Nous vTrrons dernain ct que c'est
Ique la recherchle du bioileur dans
les socidtts ,paiticularistcs qui sont
celles (,') le )I nlietunr e.-t favorist' on
d6pit des lilifct ltdcs dc- la vie, ) eot Inous
arriveron, itprt"s c.tte lungLie ot I'-
cessarll pi rl'gl'rinlationi, .' conclurle do
quel c6t'1 lI0 reproche do mlaterialisiiL
est pls lnd6( ; ce quo dioja 1 lec lctenr
a du aljercevoir.





RENSEIGNEMEN TS
MfITEOROLOGIQUES

CObLser'vatoirre
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


MENCREDI 3 JUIN
Barometre A midi
T minimum
Temperature maximum
Maximum


763,7
22,9
34.,4


Moyenne diurne de la temperature 27,6
Le cicl a dtd un peu nuageux dans la
journde et couvert depuis 6 heures. Direc-
tion des nuages ESE. Orange avec pluie
inappreciable a 7 heures. Brise de mer
moderec ; vitesse maximum du vent : 7
metres par second ; vent tres faible pen-
dant la nuit. Le baromrtre est en baisse.
J. SCHERER
Petite Fete-Dieu
On celebrera cet apres-midi la petite Fete-
Dieu avec le meme eclat que les anne.s
precedentes.
La procession suivra son itindraire habi-
tuel. II v aura trois reposoirs, a la rue des
lFront-,-lorts. chez \ilelle Alice Benjamin,
:la rue du Centre chez Madame PMtion Sa-
va.i!n t A la rue Pavee chez Madame Lv-
,iIus Templier.
Depart
Ce martin a laissF pour le Sud le Steamer
Pi,:is b'rderik ILn,!,ri avec les passagers
pour
Pctit-Godh'e MM. Edouard Benjamin,
Justin Antoine, Lt~c' Laporte, FreddericMe-
rentid, Mme Philippe Antoine et deux en-
fants.
Cay)s : MM. Clovis Miot. Joseph Sitt,
Snateur Sandaire, Hans Mienke, Ernest
Lafontant, Josaphat Fontaine, E. Salomon,
Miles Aspasie, Alice Arteaud, Mmes A.
Alabie et T. L. Polycarpe.
Chanbre des Deputes
Seance dft Merdrdi i juit 1907
La Chambre a rceu un Message du Sinat
par lequel le Pr6sident de l'Assembl6e Na-
tionale convoque ses membres demain ven-
dredi, 7 courant, a dix heures du matin
pour entendre le Projet de Message en r6-
ponse a celui de M. le President de la Rd-
publique lors de l'Expos6 general de la
situation on ne manquera pas de venir as-
ister a la lecture de cette pike important.


Tribunal de Cassation
SECTION CRIMINELLI-
Audience du Meicredi, juin 90o7
Presidence de Mr le Vice-President, Er-
nest Bonhomme.
Le Tribunal prend siege A dix heures et
demie du matin et entend I'affaire suivante:
Opposition former par le Minist&re pu-
blic prO- le Tribunal civil de Jacmel con-
tre ure ordonnance rendue en faveur de
la dame FIlicia Bellevue.
Me Pradel, I'un des avocats de la dU fen-
deresse, est entendu en ses observations.
Le Minister public, Luc Dominpiquc,
depose ses conclusions.
Le r6le epuise le siege est level.
Arrive
Le transatlantique franCais a Quebec
est entrd ce matin avec les passagers sui-
vants :
'Bordeaux- M. et Madame P. Carteron,
Melle Carteron, Paul Ewald, Madame
Charles Ewald.
Saint- Thomas.- M. Kdolet.
Puerto-'Plata.- Francisco Brugal, fa-
mille Julio Mondon.
Cap-Haitien-- Madame Amalia Michel,
Maxi Lambert, Madame C. Victor et en-
fai-ts, Alphonse Poujet, Stahlmann.
d6putd Memnon, Se later Magloire,
Senateur Laroche, Senateu- V. Hilaire, A.
M. Altidri, M. Btesh, Docteur Nemours
Auguste, Habib Amary, E. Chrem, Gef-
frard Ducourt, Melle N. Gaspard, Madame
H. Pierrot, Linstant Auguste, Celestina
Borgella, Gabard Sevetre, Margueri e Jean,
Frere Bertin, Veuve Daumec, Melle A.
De iis, Aline Jdr6me, Bonne Mond6sir,
Regina Faeton, Albert Guignard, Madame
Doyen, Alerte Franqois, Alina Barcourt.
Habib Elias.
Exposition Communale
On nous informed que dans sa stance du
x6 Mai dernier, le Corseil Communal a
decide, a propos de l'exposition du ler.
Mai, que les prix en argent ne seront ac-
cordds qu'aux products essentielement agri-
coles exposants de la Commune de 'Port-
au-Prirce.
On fixera une date sp6ciale pour la re-
rmise de ces prix A I'H6tel Communal.


Nounvelles Ftrangeres


DEPECHES REfUES CE MATIN

,0 PA i-s liente 95. Le a Ferdi-
rnalnd do L.essejls )) est arrive au Ilii-
vie. L.e (onsell des Ministres ce ma-
tiln A l'lysCe sous la presidence de
M. Flallieres, entendit M. Thomson au
sujet de la grbve des inscrits mariti-
nies (iui touclie a sa fin. Le Conseil
s'occUI)e ensuite de la crise viti-
cole ; tle goitverrnement se inettra A
ladispolsition do la C(hamnre pour dis-
culeri le plustt possible le project de
loi destinI; ;il riprimer les frauds
pat le inouilage et le sucrage, don't
le trapj)ort sera depos a' bret delai
par' la comrnmikjion.
Ia\ Chambre terminal hier la discus-
sion ct vota la loi sur le secret et la
sinmcerite du vote. Elle vota aujour-


d'hiui centre les demandes en autori-
sation de poursuites contre MM. Bid.
try, Leroy-Beaulieu et Basly et com.
meii(:a la discussion de l'interpellation
de MM. Castelneau et Denys Cochin
sur illegalitd et abus commis dans la
saisie des papers Montagnini.
MARSEILLE. Le contre-torpilleur
a Pertuisane ) cliarg6 de la malle etle
transport de I'Etat Ving-Long, avec des
sacs de lettres et des passagers sont
parties aujourd'lui pour l'Algdrie.
PARIS.- Le gouvernement est sar
le point d'ordonner une enquete sur
la recent hausse du bid. Le Ministre
de l'Agriculture,N M. Ruau, a nomrnhe
une commission special pour dtudier
les causes de ce renchldrissement.
Un nouveau type de torpilleur vedet.
te sera tr-s -prochainement mis en es-
sai ; Ciherbourg ; ce navire qui seia
doue d'unre vitesse de t26 noTads, ne
ntecessite que II liommes d'd*inipage.
SAN-I" .\N'I.Ao.-- 'Sainedi (le'lrner
I'attorIney l"'~'Id(ti Dlevlen a recueilli
les dleposititons des I)ersonlnes (qui ont
assist a latta.lue des iresLitita u its et
des plains jatponais de 'olson Street;
ii a dt en recteillir d'autres :iujour-
d'lini. I qes iue son enquete ser t termi-
nee,11 elnvrri '. son rapport ai \\'sting-
ton.
I. sD:s.- lD'apres une dt'lpche
special e e Shanghai, les r6volution-
naires des environs de Swatow et d'A-
Inoy assassinent les fonctionnaires,
incendient les edilices publics et pren-
nent possessions des ville-et villages.
1)ans ses rapports le taotai de Swatow
ne mentionne que les pertes des revoe-
tionnaires craignant que les nouvelles
de leurs d6predations n'occasionnent
une intervention etrangere.
P'our la premiere tois depuis ;0 ans,
les consolides anglais ont atteint le
has course de 83,311.
ItEILIN.- Des avis de Shanghai di-
sent tue les ddsordres qui out 'clata
dans le sud de la Chine prenrient des
proportions ilnquietantes.
I.,~z.- I)eux agents de Ia stuett fu-
rent tuds, 2 soldats et 3 autres l,'rson-
tes furent bless6s 'i la suite de I'explo-
sion d'une 1loml)e jethe pardesterroris-
tes. Trentte arrestations ont At opd-
rees.
Si AN(;iHA.- Le vice-roi de Canton t
inform le gouvernemnent Pekin qne
les desordres Lien-Chow et ; Paknoi
ont 6tt repritils et que tous les rnis-
sionnaires sont saufs.
PARIS.- On a faith cet apres-mindi i
la (hambre des Deputds une proposi-
tion tendant A suspendre provisoire-
ment les droits sur les bids et les fari-
nes a cause de la hausse du pain.
A la'rdunion annuelle des Directeors
du Canal de Suez aujourd'hui, le prin-
ce d'Arenberg. president, a dit que le
canal n'a rien a craindre d'aucun pro-
jet de competition; il a indiq(iu que aI
Compagnie a le monopolede I'isthmne
de Suez et qu'un canal construct ea
competition come le proposaient les
allemands devrait passer a travers la
vallee du Jourdain ou se trouvent des
obstacles insurmontables.
Les depfeches rescues dans la oa5-
tinde des difdrents ports indiqueit
que les marines n'ont pas encore rte






)ris le travail et qu'ils attendent que
;ur les recommendations des d6elguds
le Paris, leurs organizations locales
igissent. Ces depeches disent que les
nommes manifestent uin grand me-
ontentement de ce qu'ils appellent
a capitulation.
Au Stenat, M. Antonin l)ul)ost pro-
toncea les logess du Gal Billot, dec6-
Ie.- l. Tllomson, assist de M. Ar-
nez, president de la commission de la
marine de la Chambre, ren:ut hier les
6le1gues des inscrits maritime; ces
lessieurs engagent les del1gu6s A fai-
e tous les efforts pour mettre fin A la
:r've qui ne pourrait, en se prolon-
,eant. qu linerr les dispositions du
)arlelnent a leur regard. Iles obseques
lu gin6ral lillot eurent lieu ce nation.


hotell Bellevy

DIEJEUNER DU 6 JUIN
MIDI A 2 IIL.URL'
Prix : G. 2.50
Corned-bee'f.
Radi~
L.imbis au rix/
i;H)udins-parmcnt:icr
():c:icttes aux pctits poi.
i lricots s roues c' sauce
i (Crcne A la vanillc
Fruits
Caf6
1/2 Vin


L'Apicullure

Uie iniiustrie pent rt pan lue encore
lerni;'ren'entet en Haiti v prend line bel-
le extension depuis qlutllptes annies.
L'apiciiltu re prend son essor.
NomilreI d,'Haitien s c( sent adlotunds ai
cette science et p~,'rsqute tons tirent de-
ji pro.et d!e leur travail. ft'rits de pa-
tience ct d(1o soins itifinis.
L'elevagoe ds abeilles et:ait ;atretois
mal comnpris et I'est encore dlans no-
campagie-~, si mal (lue ces ;toeilles aban-
donneesi oalles-mc me prodluisent s:an
ordre et sins propret,t faute dles soins
les plus el6mentaires de la part de nos
campagrn.urds ,lui n'attendentlque le mno-
ment venu pour tirer profit du miel et
dela cire ; d 'oi uine recolte de miel im-
pur et malsain don't seul peuvent faire
usage, san, en dprouver un profound de-
gout, ceux qui ne se sont jamais doutns
de ce quest utn essainm A I'Vtat sauvage1.
ifeureusereuit que depuis quelquslt
temps l)eaucoul) d(e gens s'occupenit se-
rieusement de I'apiculture et 'oln proc.--
de en iniajenre parties d'a)pris los ldon--
nies mett1ioliques et rationnelles. ILe
inel ainsi rde'oltd est d'une purete vraic
et irreproclhale. Cette industries, Ipa ce-
qu'elle est a I'tlat naissant en Haiti ne
trouve pas un march favorable i l'etran-
ger. Sans dtoute on htisite a accorder
toute conti since i notre miel ai cause de
la faeon premiere employee pour le rd-
coter. Mais ii est certain que sous peu


le miel d'llaili trouvera son vrai prix
lors qu'il sera bien cotnnu.
Ilest ad esprer clue ce beaumouvement
continue, que nios comicitoyens compren-
neit enti quie e de oranldsprofits se tirent
de r:es industries ainsi que des trava;ux
des champs geindralement mdprises duI
citadin qui, loin de chercher son h)o0n-
lhour et d'assueor son avenir en tirant
le plus de revenues possibles de son acti-
vile, semble n'avoir d'lnclination qlue
pour le fonctionunarisme of ses forces
se percent, oi son dnergie s'6tiole. Ce
qui ferait son bonheur est prkcisement
ce pour le qual it fait semblant de n'a-
voir pas d'yeux ; et il laisse en des mains
qu'il aurait di guider, les champs qiui
seraient pour lui la source d'ofi jaillirait
sa fortune. L'iii:urieen estdonc pource
qu'elle doit en I(tre. La politiqlue est sa:
seule preoccupalion, nulle autie voie ne
lui sourie : p -;i.;titre, vivre:hieitrux (d;Ins
la inollesse et l'oisivetl voilhi ,son r(' ve.
Et pourtanrt coiline il eut f'tit s.a, it'lin nt
de lermander I l:t terre le piin; ijnl 'il ltntt
P)o011r vivr o't I'aisance (dont il iive 1o""'
I'avenir CtoInl)ienses forces Iit'n eni pio-
yees eussernt dt profit:ables ,:mi pays


Service lly(lrnt liiiue

<( 1 '1 t ,n"i'w n l:lt ;iix i,, nix vh11i,,.,

pClie d(ii Siecretaired t I atIEn l)-
parltemeiint. es Travatx plalies,
en date dlu 27 Mai cotillt' a;in N
350, I'Administration dii Servi ce
lvhydraulique rapport lIivis iis' re
da:I les lquotidiCeTs cot';u-:.1, la1
SlIl'axe il' (d 1 a prel'ever sul'
OassiIns, il itleltIalli qtiu 111 ,lis-
position legislative vicim ,,,il,,i
atitrl inlinll.
Prl-mi-Prince, I.,r ,itit I0J1 7.
'.. Ilirecteur, E. U LYSSE.

LA
lcillere FaIrin I
duI Monde
(;clle qin druonne lc ne tn llir i p :.
Qui done le pain le t ltis bli tc ot
cl plus l;ger,.
C'est la Pillsbury's Best dt, la
Pillsbury Washburn F'lour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Repraseant',tl.


Piep i Transtlaniti u


Le steamer a QUEBEC ) part
ce soir A 5 heures pour Saint-
Marc. Il sera de retour ici di-
manche Inatin et repardra le
meme jour pour Gonaives et
Petit-Godve.
Port-au-Prince, le 6 Juin 1907.
L,'A;ENT,
F. M ALTIERI.


C'est ineroyable
Pour la Toilette !

Malg'r tous les savouns antiseptiques,
toutes les eaux dle toilette que vous a-
vez (ej;i employs, sons sucn''s, In'h;sitez
plus maintenantt a e.ssayerle Lait vir-
ginal antiseptique dle A. : ohoini-
me, pharmacien, qui a npor vertus in-
contestables d'enlever les boutots au
visage, de lui donner une souplesse
agreable de l'embellir et de conserve la
fraiclieur du teint.
MODE D'EMPLLOI:- S. lavc' I.t fi.ilt
2 ou 3 fois par jour avec un Ipou 'e cc
lait dlans de l'eau froidle.
Prix du flacon G 1.00

PLL LiS IFAI 111:
Servez-vous maintenan:t de la Pou-
dre dentifrice antiseptique de A.
Bonhomme, plhanrmacieoi, (liii conlvient
a la toilette et ;i l'antiseptli de Ia hbou-
clie. Elle est douee d'unte saveur parfumn rares, elle tatiaichnit la houche,
conserve les denits, les ltpr,'se.''ve ,d tar-
tre et de la care, maintiett leur blan-
cheur. C'est un specitiqu qui irtevient
les inllammation-, par l'usage des prep,,ralions iercuriel-
les.
MtODE D'EMI'IL.) .:-Au move d'une
brosse legcrement mouille et ilrpr6-
gnde de la poudre dlentifiice on friction-
ne les gencives et Ics dents.
Ddpdt Gdadrial: pharmacieSt-An-
toine.
APriVxK .(i I ble G. 1.5.\
Prix (ie la boite G. 1.50.


Larrl(IIIl A\ilicllaiS


Le caractUre cosmoipolite ide la vio
moderne est tel, que les connaissances
d'une seule langue nie ,penettroint plus
a un individu ,ie rtdpondr~ aux exigen-
ces de ses relationis, de son activity et
meme de son existence. C'est pourquoi
toute personnIe, hornme( o u fenirne, Ijui
est a measure de fire face a une tell
necessitd, mimc arn prix d'un sacrifice,
doit cultiver les laiues vivantes, sur-
tout les plus dpatndues : l'anglais et
I'espagnol, a ctld du trancais, cette lel-
le langue de la ,diplomatic et ldu raline-
ment.
Pour utin pi x ti',- i i.-oinlable,
Monsieur J. J. DESCE,
A ncie'n jiuf';" tir I ,'', .\(tAtimlo
de 1i, Calital,.
So T ldes le o s iii (< tc oi I;l _'-s
S'a dresse i ; Ni u97a, uine 'i.< It .
lution, lito' ,' I l'Kntei recent,



A ve-1ndi ( e ,Ui I c.- (instItluction.-; ni
mur, des double T pour te ra so ,
traverses, etc ;-
Et une magnitiqlue couveuse de
340 ceufs avec accessoires.
S'adresser.au bureau du Journal.


I
e~c~-~L~--------------;-~-~I~


L-


I I






USINES MON-REPOS


SUCRE TURBINE
le plus pur, le plus propre, le plus
riche en matliure saccharine
ddfiant toute concurrence.
Tafia Sup6rieur : 20 degrees
D1)POT GE ':I RAL :
,2 line l on.'-, ":,
(auciencw Ite Bonne-Foi).



A. ae INaCis et Co.
.':2, Rue du Maiasiat de l'Etat
Maison fondee en 1888.
Bijouterie, Orfevrerie. Gravure
Donne avis ;i leur nombreuse clien-
itiA #ilu'ils vicinniic 't *le rec-voir un
ut'ii( choix dle Iagues et t'anneaux
en pierres precieuses ainsi que des
bagues pour lianiailles.
La maison a toujours n1 grand as-
sorliment de bijouterie, areinterie,
bibelots de tous genies, purfumeries,
Ilnettes, i7ontres or et ariget, pendu-
les paranties.
Sptcialitds: lagues fI anaises en bril-
lants a pamrir ide P. 9)0, alliances Or
1 IK anglaisses et Iratnaises sur com-
mande, Service d'argenterie complete
pour marriages.
Tous les articles venlus par la mai-
.s-oi sont ;ai antis.
Ac(iat dle diamants, pierres precieu-
css et vieille Iijouterie ; i dl,': prix avail-
tagcux.
Centre demise (o I' uc dollars en
tinil)res-)poste d'llaiti, la Maison Mat-
t('is (nivoi( fttnc de ar),f.p sou. s poli re-
'ommIande(1 dans toutes les vi!les de
la Ithpuilique Luinottes onj lorinons en
nickel inoxydal)les, selon les prescrip-
tions des i o )( urs ( i- nstru tion.s
des ;clhetecmrs.

Industrie
MANUFACTURING IHE NATIONAL
Julien Desroches
INDI'sTHI .:i
Fau.v-cols, ,ractales, manchettcs, chemises

Ecole des arts et mdtiers

CHEZ MADAME

RTIRLT IIIINN ISIL
81 h/ liri,, ,'' !1

)N TI10::E
Ilnile de cnc, pure ( en ros et en
detail, ) Aniidon, A:rrtw-Ioot des Ca-
yes, (Eut's de poiules amnricaines pour
donner a cover aux poules du pays,
chocolate ( de Jrdtinie ), beurre frais
( des Cayes. )


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'HUE 195
Dirigee par

L. IIODELIN
Ancien membre dc la Socielt Philan-
It ropique des maitr's tailleurs de Paris.
Vient d e iecevoir u n ranr clioix d'e-
tolles dliagonale, casinim alpaea, clievio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
le parI' culirieLe nlll t At s clientele uIIC
belle collection dle coupes tie casimir,
de gilets d(e fantaisie et de pique de
tout, Ie; auti'.
Prix moder6s defiant toute
concurrence.
Specialite de Costumes de no-
ces.- Coupes Franyaise, Anglais3 et
Americaine de la derniure pertectioin.
La mason confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, dto tnu.< rrnd'sr .

RHUM-SYLVAIN
Produit de 1'Usine St. Michel (Arcahaie)
Vieillissement natural jusqu'A 12
et 15 ans.
PRIX TRi S 1iMODERES
Veite en gros et en detail.
Maison M. Sylvain
/.'? .Rue deR Frnnts'-Forts.

PHOTOGRAPHIC
t, VEa. D1xupless y
120. I,'E DU CENTRE, O20
Entre les h.e rlmair'ca l',. Iard et Thc'ard
Travaux soignes
S'PE C IA L T:
Agraindisseinents au photo crayon.
i reproductions.
Nouveaut6s
Prix moderes.

FnsIeIsco I ESI. SlS
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,- pour la ven'e
en gros et detail,- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS
Les commander des commelrants
de I'int. *~eur ipourront etre executees
dans une semaine :'t peu prZos.
23, rue des Fronts-Forts, 23
POItT-AU-PRINCE ( lAITI )


Tiere Zenhirin Boll

Fal)ricant de chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-de'-Bossales.
SPEC:ALIT -:
PANTOUFLES MULES


Poudre dentifrice

4 L'IDEAL

Voulez-vous avoir de belles dents e
les conserver intactes ?
Usez seulement de la Poudre
dentifrice a L'Id6al v
La Poudre endtifrice a l'Iddal QUI
A OBTENU LA PLUS HAUTE RECOl.
PINSE A L'EXPOSITION AGRICOLE
iT1' INDUSTRIELLE DIU Icr MAI 1907,
- a Port-au-Prince est reellement
la meilleure de toutes celles connues
jusqu'aujourd'hui.
D6pourvue d'acide, elle est saos
aucun danger pour l'dmail des dental
Antiseptique de la bouche et toel
que des gencives, elle previent la ca.
rie, donne aux dents une blancheur
6clatante et laisse a l'haleine une ex-
quise sensation de fraicheur et au
agreable partum.
Servez-vous uniquement de la Pcu-
dre dentifrice l'Id6al, et vous
aurez de belles dents.
Vous en trouverez a la PHARMACMI
THEARD, a(nle des rues du Centre e tFj
rou, vis-A-vis de I'Hotel de ta Commue.
Prix : G. 1.50 la boite

& F ra cla erXi exll t

A L'ELEGANCE
I). FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public
particulierement de ses nombreux&d
ents de la C6te et de la Capitale,
I'dtablissement a un stock incalcMi
ble de chaussures pour hommP,
temnms et enfants, en tous genr,
et que, iralgr 6 l'ollre de cinq pour cet
sur i'acliat en gros ( 5 0/0 ) fait un a-
hais exceptionnel sur les prix.
I';tablissement se charge de fie
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, e.ractiude, ponctualk
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PoRT-AV-PRINCE (HAITI)
=-- ---
AVIS
Le 'Restaurateur de la sant6
Benif;de ,ill ".wc' co iti'( toutlcs '.-s Imala-
(lies prove lnt die l'inipuretle t sanq
ia l oite tie 201 pilules : P. 5.
i.enveloppte ,e 30 pilules : 0
.'envoie gratis el franco, sur lermani
'enveloppe-ec'lantiillon et prospectus.
II. LONIIEUI ( Agent)
HOTEL- HVLL.I"ViE.


VOU LEZ-V US baon
deur et reparateur de Pianos?
Adressez-vous sans crainte des co~i"
tions, a Me. Arthur Bonnetil arlit
pianist Piofesseur de Musique.
81 HRu TIREMASSK 81
Quartier St. Joseph


__ I ~~LIYL'I BC~EI~ I __