<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00053
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 5, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00053

Full Text
Ire ANNP-s, No 53.


PORT-AU-PRINCP. (HAITIJ


MAT


QZ LXT .c i13PX i)X i*J


N


ABONNEMENTS : DIRECTEUR: LE NUMERO 10 (ENTIMEE.
PAH IIS GOURDE. Cleexert iagloXire, Les abonnements parent du ler.et
Sdu xi de chaque mois et sont paya-

Oi rA h. EiNTS & STRANGER : R1I)ACTION-ADMINISTHATION
Les maniuscilts inseres oui Ioun ne son
Vai: ,1. t,.stc .na st u s. 4)5, RUE ROUX, pas r'eiis.

Pour tout'ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser a MI. Arthur ISIDORE.
I --r.I -- > uam-.- mu-- m asembaueamasmam a. .. so mLm I r


LA

CONCEPTION

ANGLO-SAXONNE
DU


J'ai omis hier d'enoncer une pro-
position capital, A savoir que chez
le latin, I'argent est un but aprbs lequel
oa court A cause des jouissanoes qu'il
pl re ou des besoins qu'il permet
(1tnsralre; aaus tous les cas, par-
ce que sa possession dispense de l'ef-
fort et du travail. La demonstration se
trouve dans le mode de conception
du travail tel que je I'ai expose hier.
Nous allons voir ensemble quelle est
!a conception anglo-saxonne du tra-
vail.
Le contrast est vraimnent extraordi-
taire et on dirait que la malediction
tbibque, qui est pour l'autre type la
formle dii travail, n'a pas ete enten-
due par les Anglo-Saxons. Leur vie
lst,en o'ffet, faite de travail et d'ac-
tion; voici l'image qu'en trace M.
Paol de liouziers, dans La Vie Amnri-
Ctine: ( Si je voulais donner en quel-
'Iues mots une idWe g6enrale die la vie
americaiine, je dirais qu'elle ressem-
ide beaucoup a une Achelle, le long
d laquelle tout un people grimnpe,
s'accroche, tombe et recommence
son ascension aprbs chaque chute,
sans perdre de temps at geindre ou a
ctibrer sur la- decision A prendre ;
a secon echelon, personnel ne songe
Ss'arrnter ; on ne reste pas en place
ser une echelle ; on y monte, on ne
'y repose pas. C'est pr6cis6ment ain-
si que l'Americain entend la vie : non
ss.lement il veut etre independent,
Iais il veut etre puissant ; il n'ac-
aepte pas la m6diocrit6, il ne con-
sent pas A rester petit employee, ou
peit commercant, ou petit proprietai-
rS; il lui faut de grades afaires a
boer. a
S'il desire la richesse, ce n'est pas
l~ahur pour jouir paisiblementt das
'lWeeII dI labeur de sesjeunes an-
a, mMa pour tenter des entreprises


; plus cuisidteables avec les i1o., capi-
taux qu'il auraamasss. L'argeint poui
lui, n'est pas tant un element de jouis
sance qu'un instrument de travail, un
lc'tvi ; ce i'est pas un but, nai.s u
toiy/n. )
P'auil Descamps nous trace, (dan
soni etude surl'rvolution coinparde des
forces doe educationn, quelques types
caractlrises d'dducation et John Bull
y represented le type anglo-saxon et
l'auteur dit de lui qu'a seize ans, 2 ii
peut payer sa pension chez son p;re,
et sa dignity croit. -> D)s I'Age o 1'in-
telligence se fait jour, le jeune anglo-
saxon apprendde ses parents Ai tre in-
dependant etil le devient en effet aus-
s8t -? oun uOatU;iiL 3Usian5tlllllAUlL
oriented dans ce sens, le lui permet.
On l'elve, en outre, dans cette idWe,
constamment entretenue par le pro-
cepte et par l'exemple, que le travail
est le seul rnoyen pour y arriver. 11
est Mleve aussi dans I'ainour du con-
fortable inttrieur. 11 est, en elfet, bi-
zarre de constater l'attachement pour
son home plus puissant chez I'anglais
elev6 dars les iddes d'ind6ppndance
et do travail, que chez le francais
plus adonn6 h lavie extdrieure, endepit
de la longue tutelle familiale qui ie
protege. pour ainsi dire, toute la vie.
Paul Bourget nous a ldja signal
I'absence de caf6s coimme le princi-
pal caractere de la rue de Londre- :
c'est que le june Anglais a trop ap-
pris A aimer son comfortable, le Home,
pourcourir les rueset les cabarets. ,,
Ausurplus, il apprend de bonne here
A organiser sa vie et nos habitudes de
language, nous autres Latins, trahis-
sent cette preoccupation d'exactitude
de l'Anglais: nous disons courain-
ment here anglai.e, pour dire heure
exacte. Le jeune John Bull de Paul
Descamps, apres sa sortie des classes
a continuait a s'instruire, a lire, A ob-
server. II achevait lui-meme son 6du-
cation. De plus it progressait dans sa
vie exterieure. II devenait l'exactitude
meme et organisait son temps comme
une pendule ; non pasn ne pendule sim-
pleme:;t ndcanique, mais un organisme
pensani qui s'imposait d lui-mdme sa i-
gne de conduit et se dominant. Ily avait
le.temps pour le travail et le temps pour
le repos ; celui pour manger et celui
pour lire; celui pour I'hygiene et la


- 4 ;yaiia4 tju:* .liiil c tii pij_.i ls
r amusements. b
P- aul de I(iousiers il(nus l'it part des
I ilmpretssilions i lin s11 t rested (i'ulln
visited taite ;' lUte (s:mtlunpa-:e du Ne-
braska et il icrit : A Au 1o1(d, cc qui
me plit le plus (Idans s lites, ,'esT
Su'ils -son(lt contents de leur sort ; nen
Sli p)eut remplacer. 'pur I' i'a'nnt
des relations, cet!c pr)rciCuse quality
du consentement intrioe'ir. ltien ne
peut la remplacer 11non plus pour la
saine direction d'une vie. C(ertaine-
lin'lit, si i1uO })(iinne tf' transportait
tout d'un coup) dans ce milieu ;tctif et
vivanit lieatcoulp de ces enIriyv's aux-
quels l'existonce jpse, )arce eu'ils
m m- i. V. ;t ,o
goatt et fiiraiehnt pA cNfiJ
lu'elle n'est tolerable (qu'a condition
d'tree utile, irittressaiite (Lu'I o(1ndi-
tion d'ttrec occiupt'e. A ce poitt de
vue, les At 1ic4iCiis o()s ldonncnt
une grande le(;oi. ot Iroat've cl/': e'Uj
pen de ces esptril, ,'s airis el chlitayris, i'-
voltds contr, la C?-il, ,! 1 prodiset dt I.s
milieu.c ,xclusivtem,'tEit tloounld f lat r,'-
chierclh' diuplatisir'.jlls accepltent la lutte
(ti e la condition lmlrin ite nolus irm-
pose, connem ume n'rcs.,osff beft'sanitc
et, it l'exeminle des bots soldals, ils
golitent tout le plilsir [10l a victoire,
d'autant pluiis rul11 rOttr victoire n'esf
dqi' qn 'n *-#') i I U' le( iirs j 'opri'.s
ljforfe. )
N'allez ipas cro(ire ue la doucetur du
/o01' soit pour llengourdir l'activit, et
le besoin d'aclion de i'Anglo-saxon :
rien n'est pli)s tor t ni plus inn6 chez
eux (ue l'amor de 'iaddpeadais.e.
Pour arriver ta etre leurs maitres, a
vivre chez eux, ils acceptent tout, la
solitude, l'absence du confort le plus
l61mentaire, les dangers d'une vie
eiiante au milieu d'une contree de-
serte. )
Le travail, toujours le travail !. J'ai
rencontre cematin, dit Descamp, mon
vieil ami John Bull. Toujours le nm-
me Enchanted Il'a quatre-vingts ans,
mais toujours jeune, toujours gaillard.
11 sonmle d entreprcnd re de nouvelles af-
(aires. C'est un homme considerable I
II bat les jeunes gens a la march et
abat des ch6nes pour se reposer Ja-
mais assis, toujours en movement,
et toujours .. heureux
Demain nous pousuivrons I'etude


~ _


MERCREDI, 5 JUIN 1907.


jE





comparative des deux types an point
de vue de la rechie' ch' ,ltU bonhcur et
nous set i:ns ailsi i rntine de con-
clure.





RENSEIGNEMEN TS
METEOROLOGIQUES

O bs4ervatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

I L ,. l! 1 It"::


Ternpdrature)mllmum


*763,0
22.9
34,6


Moyennc diurne de la temperature 28,0
Le ciel a &td nuageux dans l'apres-midi
ct couvert depuis 6 heures du soir.
Un peu de pluie vers 6 heures 40 minutes.
Eclairs et tonnerre. Le barometre est de 6
dixiimes de nillimentre au-dessus de la nor-
male.
J. SCHERER
Senat
Stcmrce dIl Mardi 4 juin 1907
Le Senate apres la sanction des deux der-
niers proces-verbaux et le depouillement de
la correspondence, a vote les lois suivantes:
Savoir:
o1 Loiqui adimet aux audiences A huis
-a 1- 4it l A-I l--' vv l'1 *. ,- T. .'-. r
gislatit, le Ministredela Justice, t ut mem-
brc du Corps judiciaire et tout otficier mi-
nistiriel exercant pros de ce Corps.
-- 20 Loi qui enforce le cadrede lapoli-
ce ad!ni::i:rative du Cap-Haitien.
-- 30 oit qui sou mt i 'examsen d'unn
co0rnlI.iS:"n tous Ie; citets pt'blics jusqu'au
io septembrce rI~o.
-- .n[,i qui soui. : A la contre-vc ritica-
tiu:n L'u:ne c .:i;ni-sio: leIs eliets reconnus
.!.:- csp.ar lc-d.c :n:ni ,!isJ c I 3 IS S et

--- ) i ui 'Lric cn quarticrrC,_rca-Ca-
balial, coin 1nulie dc iincihce.
6o Io qui '1 rige en quartie la section
rural- d,. i.L :iau 'd- il" (Morin"
coinIiuI;.e e jcre lli
-7o Loi qui driLg cn quartier les Anses-
a-Pitres :
So Loi qui divise tcn 3 sections la sec-
tion rural de la Savane-Grade, ( Commune
de Maissade ).
Mouvement diplomatique
M. P. Carteron, Envoye extraordinaire
et Ministre pl6nipotentiaire de France qui
replace M. de Bezaure sera ici remain.
par le transatlantique francais t Quebec >.
M. de Bezaure laissera le 13 courant par
la mme occasion.
Boite aux lettres
Port-au-P inIce. le I Juin 1907.
Monsieur le )irecteur,
Avcc la voix puissante du Matin, vou-
Ikz-vous compldter ma lettre d'hier ? Di-
tts un mot sur cette industries naissante
qui, en ties peu de temps a fait un pro-
grcs qui mdrite d',tre signal : la d'ntellc
al juscau. Le premier mai dernier, nous


en avons eu sous nos yeux, ( lingeries,
brodcries, dentelles ), travailllkes par des
haitiennes qui etaient d'un tini remar-
quable
Complimentons les directrices de l'Or-
plhlinat de la Madeleine, qui ont initie
notre jeunesse feminine dans ce genre de
travail, o elle trouvcra :A gagnr ionora-
blement le pain quotidien. N'oubliez pas
Melle No i Miltort de la Croix Cri des Bou-
quets pour sa taic d'oreiller et Melle Ma-
rie Duvct qui avait present une chemise
A Ifenme.
Ln de ces ours, si vous le voulez bien,
je parlerai de l'industrie des brsses ;
comme Booker T. Washington, j'in.iste-
rai sur l'utilite et la necessitd de la brosse
a dents. je dirai combicn il v aurait dc
I'argecnt ganer en cii fabriquant. Le pu-
lic encouraera as:urcinent Cctte indus-

LA est la vraie puissance.
Avec mes remerciements, agriez M. le
Directeur, etc.
UN ABONNx
Route de Petionville
C'est v ritablement un charm e gra-
vir les chemins qui conduisent A Petion-
ville, depuis que, grace A l'activite intelli-
gente du G6neral Celcis, ils ont etd com-
plktement rdpards.
Tout Port-au-Prince qui se rendra blen-
tot a la f6te de Saint Pierre aura l'occasion
d'app reier les magnifiques travaux de voi-
ri don't 1'execution parfaite est vraiment
remarquable et vaut des eloges au gend-
ral Celcis ainsi qu'au general Coicou, cha-
cun dans les limits de son commande-
ment.
fA4.y i .* ..D -
Nous avons requ le faire part des fian-
: STEPHEN PAUL.
Compliments.
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
Audience du Mardi, ./ juin 1907
Prdsidence de Mr. le Juge Camille DW-
Scan.
Le Tribunal prend siege a dix heures 2t
demie du martin et prononce I'arret suivant:
Cclui qui rejette le pourvoi c)nomme mal
ionide n cc qui concentric seulenient le ju-

gement du ) Oc)tobre 9 r : cisse ct ann 1l-
Ic le jugemnent du Tribunal civil de Port-
au-Prince, en date du 2 Avril 1906, con-
tradictoirement rendu centre le Dr Louis
Jean Bijou et le sieur Cajuste Bijou; etc.
1.. :M ct;on i ile ,)r!i;.a.:ec .tit place
.dUx \ .,tios r"unic~ presi i ., pa: Mr I1.
ILcl 'udJ ct Centind i'I.Lairc
(usta'vc s \'ioreuCx, con!ltrc iCs cpion
Hiram ilibbcrt.
M. Arrauilt ;cune, l'un des avocats d u
demandeur, est entendu en ses observa-
tions.
Le Mliistere Public, Eug. Di)catrei, Jd-
pose ses conclusions.
V'u l'lhure avancde, le siLge est levt.
Les theatres d'Europe
Si nous en crovons une recente statistique.
1'Europe, A l'heure actuelle, ne compete pas
moins de 1.5oo thietres. Tous les soirs
dans l'Europe entire, quinze cents souf-
fleurs soufflent et, en pregnant une moyenne
de dix interprtes par piece, I .000 acteurs


s'egosillent pour amuser plusieurs milljo
de spectateurs.
Calculez, quand vous aurez le temps k
prix du luminaire, du chauffage, de l'entre
tien de la salle, du payment du person.
nel, et vous vous ferez une id6e des fortg
nes, avec lesquelles 1'Europe joue poor
son amusement.
Mais Ia statistique assure egalcment qen
ces I.500 theatres ont vivre pros dedew
millions d'individus. Ce qui leur done
tout de mcme une certain importance so
ciale.
Bureaux Publics
Les bureau de l'Administration des F-
nances et du Timbre vont etre transfCrisi
la rue FErou, ancien Hotel-Patric.
L'ancien local de administration sem
affectd au Service de la Recette et de laD6&
pense.


-^So~tel BSelle,,


DIJEUNER DIU 3 ICJIN
MIDI A 2 IILURI S
Prix : G. 2.50
iruisson d'cercvissc-
u:Iurre ,iac.
ladlis
u1 dur.s 1 osedile
Poulet au riz
Filet mignon i chval
Itaricots \ erts sautes
Ri\ l..nc :A la Francaise
Crmine la glace
Fruits
Ga tf
1/,2 Vin



iouvelles Etrangpres


DEPECHES iiECUEES CE flATIN

IPAIS.-- !,a (Chab bre continue a-
jourd'hii la discussion sur le secret
et la liberty du vote. Le calme rtg-
dains tous les ports sauf au IIavre 0
soldats et gendarmes durant intervr
nir pour enipeclher les pecheurmgri
vistes de mettre a sac la poissonnenm
Des deidguds envoy-s par les syni
cats de divers port se r nnirf"!
P;ris ;IioI iiurd'hi;i ; il.s app)irient ( ,:
21inistro *ie la Marine serait disp-p
les recevoir 't tieriies, cot apre-r-m"
di, inais ils t~rett di'avis de se c0nl
center avant aucuine dmnarche.
FnviIron 1200.0010 viticulteurs mfane
fest;rent hier A Nimes centre MI.
Barthou et Piequart qui assisterenti
)au aux fetes de i'Union des SociC
tes de tir.
La .rr.ve des marines est regardM
combine virtual lenient terminee; o s'ti
tend a ce qui'ils reprennent leurser1
ce dans le delai de 24 heures.
Les Aflaires Etrangeres d6menteo
le bruit qui a circule sur le Contiea
que la France et I'Angleterre n6gocia
en vue de I'ecliange des Nouvelles0'
brides contre Sierra Leone.


- -






BORD EAI'X.- -Les navires italiens
.Varete, et Etruria,O en ce moment
dans la riviere du Nord, ont tire une
salve de 21 coupsdecanonetils taient
pavoises hier pour honorer a la foie
la mimoire e Garibaldi, le grand pa-
triote italien, mort dans I'lle de Ca-
prua, le 2 luin 1881, et aussi pour ce-
lebrer la l't''.' de la Constitution ita-
lienne.
BEnLIN.- La nouvelle de la disgria-
ce complete de l'ancien favor du
Kaiser, le prince Philippe d'Elenbour,
a cause une p)rofonde sensation.
MARSEILLE.- Les Compagnies de
Navigation ont demand hier au Pr,-
fet du l)Dpartement de leur fournir des
marines pour remplacer leurs 6quipa-
ges en ce moment en greve. Le gou-
gernell"nlt, itnformo decette demand,
a done I'ordre au lPr6fet Maritime
de Toulon d'envoyer a Marseille des
matelets de l Iflotte militaire. 28 de
cesdemitrs Ol (oi t' etebarilus ai iiour-
d'luAi i LoLrd dc 1' IslyD parti pour
Bizerte. Les armateurs ont et6 en ou-
tre informs que les detachements de
marines seraient pladcs A leur dispo-
sition sur leur demand.
LE IHAVRE.- Aucun navire francais
a'est sorii de ce port hier.
LONDREs.- Apres quatre -jours de
recherches infructueuses, les lieute-
mants Caulfield et Leaki, qui se sont
eevds en ballon mardi dernier du
camp d'Aldershot, sont oficiellement
considers come perdus.
GUAYAQUIL.- Trois secousses sismi-
ques se sont produites ce matin A 3
heures 20. On est sans nouvelles des
Wiles de l'intdrieur, mais on croit que
seph6nomene a dd y produire de nom-
breux dt'gAts. I
LONDRES..-- Une d6peche de Berlin
dit que sur l'assistance de la police,
1'Empereur s'est d6parti cette annee
de son iabitude de faire son entree
triomphale i Berlin; apres avoir pas-
s6 la revue de sa garden, il s'est con-
tWat6 de retourner au Palais en auto-
mobile et en passant par des rues de
traverse. Les craintes actuelles de la
police sont dues A la rccinte arresta-
tion d'tun certain nomlbre do terroris-
tes russes et d'anarchistes allemands.
HABANA. 11 s'est produit avant-
hier soir utino cliaulbouree entire un
certain molnire de soldats aminricains
etdes agents de police de Cienfuegos.
La paix n'a k6t r6tablie que grace a
intervention du Consul et d'officiers
anuOricains.
. NEW-YORK.- La grtve des ouvriers
At port continue; les movements
Oritimes s'effectuent, mais tres len-
meont. Les navires repartent souvent
Wec une parties de la cargaison. La
.isse continue A la Bourse des va-

TokiO.-- l.s j ournaux de I'opposs-
tion impriinent que le Comte (kliuma,
press lI, c!nicenitrationi des efl'ots lia-
tionaux eni vue di r.glement de la
question de San-Francisco. Le .Iaponl
devrait reclaiieri des excuses du Mai-
rede San-lFrancisco et les japonais
aux Etats-Unis devraient ,tre traits
Come le sont les anglo-saxons, autre-
ment et si ncessaire, des measures d&-
monstratives devaient etre prises.


TOKIo).- I es personnalites politi-
ques 6minentes ne sont pas sans in-
quietude en ce qui concern l'avenir
des relations americano-japonaises.
Personnel n'envisage l'idee mnme
d'une guerre. mais otl pense que la
situation special dans laquelle se
trouve plac6 le gouvernement federal
A I'6gardl des Etats de I'Union et I'at-
titude de la classes ouvrihre vis-A-vis
des droits que le Japon s'est acquis
par trait, plabent les diplomates
dans une situation diflicile. On annon-
ce qu'une manifestation sera organi-
see pour d6montrer l'indignation pu-
blique au sujet de l'attitude des ou-
vriers aminricains.
I'ARIs.- .11. Iluau visit I'exposition
edlouen et ouvrit aujourd'hti la pre-
miere session du Conscil stuj)eleur
des haras.- Al. Sarmant prisida' t
Etain, Mouse, uni concousii de vyiiinIos-
ti(lue et Ie 'm~nli'rai l Ifli'it; i1ia11 ii'a
a lourges I-- Illno tilliefir t'levi' ;' la 111t'-
Inoire des enitants dcu (C:lior ti,1ts eC
18770.- iagenie leuter ainoice ,Ie
la branichle de ilotterdaitii e I te d -
Lation des inariiis ilollalttlii.t i t oclt-
ln a la ..('*.t (16l ';ilft d .s "mlll l< \''.s
dii coltinet'r e l;tiitinlllt.

BIoinne) occa'Csioni
A. \'iidi'e jtouri les constr i 't i-s en'1
inur, ies delouile T lpiir tii .;s.-
traverse.s, etc ;-
It imco nllu gniof iue couveuse de
340 ceufs avec accessires.
S'adresser.au l)bireaul du .Journal.

LA
3lcillrii c r ;lliile
A MAloiidc
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui done le pain le plus blanc et
le plus l4ger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Vashumrn Flour Mils Co,--
Minneapolis Minn.
Ern. C.ASTiERA. leprn,.ent,,l.


Le steamer QUEBEC
attend jeudi 6 courati.
Il'itineraire pour la Cote
fixe a son arrivee.


so ra


S,'. ; "EN'I
F. M. ALTIERI .


LINE HOLLANDAISE

Le Stean r ( PRINS FPEDE-
RIK HENDRIK est a;t' ntii dIc
Saiiit-Malrc, jcadi nitia, 6 couI.Lit, six htares., pour cointilllnr ;L .spt h' -
iT'. precisos (I maali,t pour letit-( ;.ive ,
Cayes, Aquin, Jaiemel et Curai,;o.u
Port-au-Prince, le 4 .Iaini 197.
GERLACH & Co, A\Eri:Nrs.


Service

Conforml'ni'i


Hydraulique

eiit aIltx noiivelles


instructions ComItll ties (lans la h c-
pelich dui Sec 'rtaire d :il anl D'-
parteiient des Tiavaux publics,
e11 late dii 27 .Mali "codllet' ;sii N,
350, I'Administratioii i i Servri'
jIydraI: li'4 ic l it|pporte I vis inscr
dali les ( iotiIn h ii( s <'olii<- surtaxe dt Ia prnlevor sir les
lIassins, cli allndaiint quniie di's-
position legislative viemile decider

Sot-aiti-Pirince, ler J1in 1 1917.
S. / ;,- /'*,',, ', E. ULYSSE

Poildre Ie/ltifri.'e

( LI1)EAL

Voulez-vous avoir de belles dents et
les conserver intactes '?
Usez seulenient de la Poudre
dentifrice % L'Id6al P
La Poudre endlifrice l' [ddal QUI
AOBTENU LA PLUS HAUTEI RIc(,TM-
PENSE A L'EXPOSITION AG(IlCOLE
ET INDUSTIIELLE I)IU 71' MAI 17,
- a Port-au-Prince est rdellement
la meilleure de toutes celles con mues
jusqu'aujourd'hui.
Ddpourvue d'acide, elle est sans
aucun danger pour l'dmail des dents.
Antiseptique de la bouche et toni
que des gencives, elle previent la ca-
rie, donne aux dents une blancheur
6clatante et laissc ai I'lialeine uIne ex-
quise sensation de fraicheur et un
agralble parfun.
Servez-vous uwiiquement de la Pcu-
dre dentifrice (< 1'Ideal, et vous
aurez de belles dents.
Vous en tI'uveirc. A la PHAI\MACIE
TIikARD, anlle I/tes rues d, C(:theare (It /'-
rou, tvis-t-vit.s ,Iel'Hotel de tl Connmmne.
Prix : G. 1.50 la boite

Lanmiue Anglaise
*


Lie '-lar;ictl'I'tL cosmopo)(lite de ;la vit'
mnoderne est tel, que les colInniss:Ii'ces
d'une seule laugiu nie pernettronit plus
I1 un indlividu (Ie redp iidr( aux exigen-
ces de ses relations, de son activity et
meme de son existence. C'est pourquoi
toute personnel, home ou femme, qui
est a measure de faire face i une tell
necessitt, m6me au prix d'un sacrifice.
doit cultiver les laangues vivantes, sur-
tout les plus repandues: I'anglais et
I'espagnol, a cote du franc;ais, cette hel-
le langue bI la dliplomatie et du ratine-
ment.
l'our un l pi i tri-- i;tasorin;llle,
Monsieur J. J. DESCE,
Anair" ? iro/.sseur aru L/,',':c "\atimnal
de la" Capital,''
Se nim t a l.t lispositioin ,u |ilp i pour
des leion.iIs dIans ces ( toi lani ,l eS.
S'aliesser ani No 07, Iluc' el ,i Revo-
lution, lite lie l'Entoerement,


_ _


I
I


Cie~i rrasa~iatiIT






USINES MON-REPOS


SUCRE TURBINE
le plus pur, le plus propre, le plus
riche en mati6re saccharine
ddfiant toute concurrence.
Tafia Superieur : 20 degr6s
D;POT GfEN"ARA L:
3?, Rue Roix, 23
(anciene Rue Bonne-Foi).


Tibere Z lphirin Bell
.alr'icanit de chiaussu'es enl tous
. l 't.s. LPour llomnmes, lFemmes et en-
fan ts.
l'!ace de la (Crix-de'-Bossales.

PANTOU3FLES MULES
.. .. 7 --_f -- -


Pharmacie A. D. Tiar
71 ?, li't" du, Centre .',S, IRue Fdrou.
Ilrouerie. IPrduits hliiiqniues et
Il;haittaceutiIques. !' EIx mlinerales na-
ti1rel es. Antisepti'IuIs linouveaux, Se-
rinu~~ies (1I oPra\az. A iuilles ent plati-
te i idieti. iT l<'ti elll (lIe maxima ine
minute. Sondes de N4l-aton. Vessies a
race. Cigarettes ( amlainsex. ). Tetines
" tentile.
Spciatites lpharmldc.utiqles.
Ex6cttlioll exact ct Irapide des pres-
criltdionss. Analyse-s 'htinciqes mi'di-
caales.

hI oiquets nluotl(trn-style
A vendre
I:?*, m (;M.\n; TI[P1 s Y.
!' -, I S -: I I."


(A ',. d It ,-haI, -!It t-Antoine).

lPhanrl acie F. Bruno
6.7-119 H1 's 1-1E..\1.rri: T FERO'.
Specialites F. Bruno :
Ioudre puissanh/ cel tre ema ngeai.soit
pl'rutnlg, stieuir des pieds- LIa boite P. 1
S ii, iishmathfiq, iremildeeflficaee
Sottre los ; rccs di'asltime et les toux
requentes le tlacon ; I : 1. 50.
Consultalioms gratuiles
Mardi et Jeudi de 8 i 9 lieures du matin
par le Docteur. N. THOMAS.
AVIS
Le Restaurateur de la .sante
Hemdle ellicace centre toutes les mala-
dies provenant de I'impuretl du sang.
La Ioite de 201 pilules : P. 5. 00
I'enveloppe de 30 pilules : 1. 00
'J'envoie gratis et fianco, sur demand
'enveloppe-6chantillon et prospectus.
H. BONHEUR (Agent)
HOTEL-BELLEVUE.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirigee par

L. H&DELIN


Ancien membre de la Societg Philan-
h ropique des maitres tailleurs de Paris.
Vient de recevoir un grand choix d'6-
tolles diagonal, casimit alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulibrement a sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilet! de' fantaisie et de piqu6 de
toute beaute.
Prix mod6r6s defiant toute
concurrence.
Specialite de Costumes de no-
ces.- Coupe- lramn<,aise, Aniglais et
AmnCicuine de kla lerniiire iperleclion.
La liaison ton'1IctiAohiii" 11issi des Cos-
tumes militairess habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, ,ie tuots glrat'ls.


RHU M-SYLVAIN
IPo.Iult(t, /I 'UsitXSt. lcI / (Areah"1/ic)
\ieillisserlient i at llitl usqllA 12
et-15 ans.


PIIix TIl:S MODiRS 1
Ve ite en pros et en detail.
Maison M. Sylvain
43 ,Uue des Fronts-Forts.


PHOTOGRAPHIC
J, 1VI.. D-Lplessy
120, tI'E IRD CKINTIIE, 120
E ,tI#' I,'.. l ,*" < ' Travaux soignes
.~t~P I 4L/ f :


\'l'allnll s I.'pi '',duction.<-.
Nouveautes
Prix moderes.


m


Frailcisco DESUSE
Eabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et detail,- de chaussures en
tous genres poutr
HOMMI:3 FEMMES, ENFANTS
Les comniandes des commercants
de 1'interieur pourront 6tre executees
dans une semaine a peu pres.
23, rue des 'Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI)


CHEZ MADAME


ON TROUVE:


Huile de coco pure ( en gros etea
detail, ) Amidon, Arrow-root des Ca.
yes, (Eufs de poules am6ricaines ponr
donner A cover aux poules du pays,
chocolate ( de' J-remie), beurre fra~
( des Cayes. ) .


avoir un
YOULEZ-VOUSbon accor
deuretreparateur de Pianos ?


Adressez-vous sans crainte des condi-
tions, A Me. Arthur Bonnefil artiste
pianist Professeur de Musique.
81 RUE TIREMASSE 81
*anrfinrSr .t rTnqnli


I


'est incroyable


I


3 xraErr. cbk-eICxr ex it
Franchlezmel

ALE eGA'NCC
D. FERRARI,
Fabricant te chaussures,
Port, a la connaissance du pub5
particulierement de ses nombrou d
ents de Ia C(te et de la Capitale,?
l'atahlissement a un stock incalce
ble de chaussures pour hornm
temmes et enfants, en tous genlf
et sur l'achat en gros (5 0/0) fait uD
basis exceptionnel sur les prix.
,L'tablissement se charge de *
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, pojmcS
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)


I rc4LCI~ ,~y~yl


>
>


----;-..pLIIIPYIIPIII2~


-mom


I I r_
----------------------


r~rl


ARTHUR BONNEFIl
81 Rue Tiremasse, 81
QUARTER ST.-JOSEPH


I


ft


-


I


Pour la Toilette!

Maulgre tous les savons antiseptiques,
tutul s ils cau 'x ,Iw tuilette que vous a-
vez dieja emrployves, sons succes, n'hbsita
Ilus mainteantAl ;a essayerle Lait vir-
ginal antiseptique de A. 1lonhiom.
ie, ipharmnacien, lui a pour vertusin.
contestaliles (il'etlever les boutons au
visage, dti li (ldonier uie souplesse
:-;trdabile tle I'elubeli' et dlo conserverla
' raiclie mr tiu teiit.
MOI)E I'EMP.LO :- Se laver laliure
2 ou 3 lois par jour ;avec un peu de ce
lait (dans (ie l'eau froiic.
Prix du flacon G. 1.00

PLUS D'AIUTRES!
Servez-vous mainteant de la Pou.
dre dentifrice antiseptique deL
Bonhomme, ph!inacien, qui c9niej
a la toilette et A l'antiseplie de 1s boM
che. Elle est douee d'une saveur et d'
parfum raies, elle -afraiclhit la bouche,
conserve les dents, les prese 've du tar-
tre et de la care, naintient leur bla-
clieur. C'est un 1 specilique qui previed
les iitlanrmationl s les gencives caust
par l'usage des pIdeprations mercuride
ls.
MODE 1 'EMPI.t)1 :- Au inoyen d'um
I! ,e.S I ele'rement mo:illee et imprti
,d( e ie 1 poi. hle ,leuntit'ice on frictio-
tie les gencives et les dents.
I)'plt GCnedral: pharmacieSt-An-
toine.
AVEN:E .I10 .N tBWN (Lalue).
Prix de la boite G. 1.50.


I