<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00052
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 4, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00052

Full Text
AjfNZNN~q No 52.


L


IN


QTO w rc0XaE %
U o TI Im=le


ABONNE N CENTS DIRECTEUR: LE NUMIRO CENTIMES..

PAR MOIS GOURDE 14 Cl6eame t 1Miagloire, Les ab'oMneeItsU anent du icr.et
PA M GUURD_ do a 5d cheque mon et ant paya
bles davance
DEPARTMENTS & ITRANGOR : RIDACTION-ADM1NISTRATION -
DARTEMENTSLes manuscripts ins&r6s ou non ne son
Frais de poste en sus. 45, RUE ROUX, 45- pas remis.

Pour tout ce qui concern l'Adinistration du Journal, s'adresser a M. Arthur ISIDORE.
II _. I ,I I I : I ,


La Collcp1ion Laline
[DL
E)U



Je veux esperer que mes lecteurs
n'attendent pas de moi, dans cet ar-
ticle oti il s'agit du prdtendu materia-
lisme de M. Demolins, que j'ouvre
aucune discussion philosophique A ce
sujet. Je ne m'en sens d'ailleurs ni la
capacity ni le goit. Eh outre, cette
discussion ne me strait guere aisde
baf t'espee,; tarnt donn6 nle vaguea
dans lequel est envelopp6 le reproche
lance par notre convive de l'autre
jour.
Pour toutes ces raisons, nous al-
lons voir les choses avec l'uil de
tout le monde, dans les dispositions
d'esprit du lecteur qui demand A son
quotidien quelques minutes de passe-
temps et qui ne me pardonnerait
peat-Otre pas la surprise de lui parler
philoophie.
Et:l tout prendre, j'aurais probable-
meet tort de prendre les choses de
-top haut, puisque rien dans M.Demo-
lins n'autorise A le suspecter de ma-
t&rialisme et qu'il semble n'encourir
ce reproche que parce qu'il donne
aes preferences avisdes aux iddes et
aux choses qui ont course dens des
milieux sociaux que leur esprit pra-
tique a souvent exposes A la meme
Wausation.
le oirconscrirai done ma tAche A re-
ohercher s'il est bien venu de croire
que les socidtes soient plus ouvertes
sox ides materialistes, parce qu'elles
ue se font pas un regime de la culture
intellectuelle sup6rieure, parce qu'elles
seat moins encombrdes-- ou ne le
ot pas du tout- par les profession-
ais de la pensee extatique sous tou-
ts ses formes. J'ai ddeja tabli que
daas ces socidtes le niveau moral 6tait
pus grand et le niveau moyen intel-
cuiel plus 6levd que dans cells ou
8seule des faculties individuelles,
fScullt6 intellectuelle, 6tait cultive
I lexdcs ; un simple tableau com-
it du genre de vie pratique dans
deux sortes de soci6tes et de


leurs fagons diffTrentes de concevoi
la vie m'aidera A demontrer que le
idtes matirialistes tleurissent plu
volontiers dans les soci6tds latines.
Et d'abord comment, dans celles
ci, est considered la grande loi qu
domine l'humanitc : celle du travail
Je rtponds tout de suite: dans 1
sens de la malediction biblique : t\
Jagn(erlas tonpain d la su.wr de ton front
Le Latin, en general, ne se some
A cette loi qu'A contre-cceur et fauto
de pouvoir I'eluder. Les parents d'ail
leurs s'arrangent de fauon que les en
fants, durant leur existence, aient
travailler le moins possible. Ils co.
nomisent dane ce. but a:. achmarno
ment, et en France notamment, poui
amasser sur la tet, des enfants le plus
de provision possible, ils mettent unE
contrainte A leur puissance prolifiqte
et s'astreignent A faire peu d'enfants.
La constitution de la dot 6tant la prin-
cipale preoccupation du pire et de 1I
mere franQais, ils se decident a mlettre
au monde peu d'enfanits, afin d'avoit
pen de dots A realiser.
Sous l'influence de leur foitration
communautaire, dit Demolins, qui
fait de la fortune un bien de tamille
et non un bien personnel, les parents
consid&rent come un devoir de se
depouiller de leur vivant pour doter
leurs enfants au moment de leur ma-
riage. Its sont ainsi dans l'obligation
de constituer, en quelques annres,
autant de fortunes qu'ils out d'enfants,
alors qu'il est deja si difficile, pour
tout home, de se constituer une for-
tune personnelle! C'est IA une uauvre
absolument impossible, tellement im-
possible que nous n'avons pas trouvd
d'autre solution que de restreindre le
nombre de nos enfants. Le meme
auteur concede que la limitation du
nombre des enfants en France nalt
a du ddsir dgoiste de s'attribuer une plus
grande some de jouissances. P Et
voici le language qu'il met dans la
bouche des parents francais A l'a-
dresse de leurs enfants
a Mon cher enfant, compete d'abord
sur nous ; tu vois comme nous 6co-
nomisons pour pouvoir te donner, au
moment de ton marriage, une dot aussi
forte que possible. Nous t'aimons trop
pour ne pas t'aplanir, autant qu il


ir est en nous, toutes les difficult's de la
,s vie. Compete ens.uite sur ins parents,
.s su'r nos amis, qui tepousseront, qui
te recommanderont, pour t'aider A
- trouver line carrit re. (4oipte en-
ii core sur le gouverriement qui dis-
? pose d'une (quanitit innnimbrable
e de places ; on v est bien tranquille,
u on ne court aucun alI~a, on est paye
rgulirement A la lin tde cihaque mois,
t on a un advancement automatiquo,
e par le simple nmcanisme des retraites
- et des d6ces ; si bien que tu peux sa-
. voir d'avance q(u'A tel Age tu gagneras
A tant, A tel age tant, et enlin qWu' tel
- Age tu auras ta retraite, une bonne
Spetite retraite ; en sorte que. a res
rn'avoir pas fait grand'chose pendant
Stout la vie, tu pourras ne rien fair
Sdu tout a utn age ou tnl hl(omno est
encore capable d'act:on. Mais, mon
Scher eatant, come ces situations
- sont assez peun retrilbuhe, catr on ne
Speut pas avoir tons lfs- advantage H l
fois, il afut que( tu coillptes encore
. sur ce que ta femme pourra t'appor-
ter. 11 faut done chercher avant tout
une temme rice ; mais ne t'en in-
qnuite pas, no-us to lai chlircherons,
nous te la trouverons. VoiIA, (on
cther enfant, les conseils ilue nIous
dicte note amour pour toi. ,,
U( Une tell conception de la vie ;
pour r6sultat d'engourdir, d'atrophier
la volontd, 1'6nergie, la virilit ; elle
rend I'homnme moins propre a I'elfork
elle le porte plus A eviter les ditlicul-
t4s qu'a les vaincre ; on recherche ce
que la vie a d'amusant et on carte ce
qu'elle a de serieux ; ainsi on devient
moins aptes A cette action morale,
qui exige essentieflement I'effort et le
triomphe sur soi-meme.
Toutes ces citations, empruntdes a
M. Demolins, nous montrent claire-
ment que le principle dominant, dans
l'6ducation des Latins et dans leur
conception de la vie, est celii de la
moindre action. Dans I'action elle-me-
me, au plus fort de 1'exercice du tra-
vail, leur reve est encore le farnicnte,
le bonlieur de pouvoir se dCrober au
travail, le souci constant d'augmenter
la some terrestre de jouissances au
detriment de la part faite au travail.
La faculty dominant du tempera-
ment latin, et surtout francais, c'est


LPIIIIIIII~ I


PORT-AU-PRINCE (Hlltl)


MARDI, 4 JUIN 1907.





* la puissance d'4conomie et de pr4-
voyance ce qui en soi constitute une
vertu ; inais g4n6ralement cette vertu
n'est pratiquee que pour permettre au
travailleur de a se retire P le plus
t6t et le plus complement possible
et die vivre de ses rentes. *
Les journaux financiers francais,
demontrent tous les jours 4 l'envi
qne le march financier francais est
le plus abondant en capitaux disponi-
bles et le plus riche. Its s'en rejouissent
fort ; nous examinerons une autre fois
si cesymptome est de bon oude mau-
vais augure. Des maintenant, disons
cependant qu'il n'est pas une mani-
festation de la richesse national, puis-
que d'autres pays incontestablement
plus riches que la France, n'olfrent
passle mme spectacle. Au point de vue
qui nous occupe aujourd'hui, je veux
rattacher cet ttat de choses a la puis-
sance d'4pargne du Francais et i cette
mentality latine, que je ddnonce plus
que je ne I'approuve, et en vertu de
laquelle l'individu est incessamment
travaillW pas 1'aspiration au moindre efl
frt et le souci constant de substituer
A 1'action individuelle 1'action exclusi-
ve des capitaux.
:En regle gt-n:rale, plusle Latin est
riclie, moins ii travaille personnelle-
ment et il s'inquiete d'acquLerir la ri-
chesse exclusiveient dats ce but.
Je montrerai deinain la conception
anglo-saxonne de la vie et du travail,
et la comparison permettra facile-
ment A ines bienveillants lecteurs d'a-
percevoir lequel doe deux types et
plus possible du reproche de inatldia-
lismt,.


RENSEIGNEMEN TS
MtETEOROLOGIQUES

Ob3s ervratcoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


DIMANCIIL JUIN
Baromctre A midi

Temperaturemaxiimum
maximum


762,0
23,3
33,4


Moyenne diurne de la temperature 28,8
Le ciel a 6td nuageux dans l'aprcs-midi.
Direction des nuages : SE. Eclaits A l'ouest
depuis 7 heures du soir. Brise de mer
faible. Le barom6tre est en hausse. Un
group de microsismes vers minuit 20 mi-
nutes.
J. SCHERER
Chambre des deputies
Sit'ane l1u 3 juill
La chambre sanctionne trois pro:cs-ver-
baux et intend lecture de sa correspon-
dance.
Deux propositions de loi sont ensuite
ddpos 's ; l'une par le deputy Camille
Lcn dema.ndant au Corps I.cgislatif de vo-
ter un credit dC 20.o000 gourdes pour La
co.s::-":c:io: du ivc.C Philippe (Gu rricr,
des C. .s, di par: d,:is le dernier inccendi<.


et l'autre par Ie deputd MCresse Wiss, sol-
licitant un credit de 5.ooo gourdes pour
1'Eglise de Terre-Neuve. Puis le depute
Windsor Bellegarde ddpose le rapport rela-
tifA la convention franco-haitienne. Le rap-
port couclut A son adoption.
Messager Evangelique
Nous avons recu le Numdro de juin du
Message E'vazgelique qui content des ma-
tieres tres intressantes concernant la So-
ci6te Biblique don't le programme est
poursuivi avec tant de devouement par
M. A. Jackson.
Conferences avec projections
lumineuses
C'est dimanche a I'Hospice St-Vin-
cent de Paul que le Comite de l'ceuvre des
projections lumineuses cr&d sous l'initiative
de notre remarquable collaborateur Au-
GUSTE MAGLOIRE, donnera sa 2e conference.
Elle sera faite par M. Dantes Bellegarde
etroulera sur Christopbh Colonmb t sts z'(,-
ya,,s.
Tout le public se rendra en foule, nous
en sommes stCrs. A cette nouvelle serie de
distractions qui offrent ce double advantage
de divertissement et d'instruction.
Boite aux lettres
Port-au-Prince, le 4 juin 1907.
Au Directeur du Matin
Monsieur le directeur,


Nous voudrions parler aujourd'hui de
l'industrie des chapeaux ( hommes, dames
et beb&s ). Cette industries prend chaque
jour de l'extension et occupe A l'heure pr6-
sente nombre de bras haitiens.
C'cst encore un de ces metiers qui pa-
yent et nos compatriotes gagneraient A s'en
occuper serieusement.
On l'a souvent dit, le genie nait des
grands bewoins ; tournons nos regards vers
ce genre de travail. 1A se trouve pour une
bonne parties de nos mains inactives le
pain assure de chaque jour.
N'avez-vous pas admire comme nous au
March neuf du Poste-Marchand, les cha-
peaux exposes ?


Le chapeau de paille latanier de M. Jh.
B. Clesca, les clapeaux de raphia de Mme
Vve C. Augustin, des demoiselles Fany et
Euginie Lopez, sont confectionnes avec un
rdel souci de I'art. Aussi, M. le Directeur,
cette industries doit ctre sdrieusement en-
couragee par le public.
En avant vers le travail. 1l se trouve le
vrai secret de l'inddpendance.
Veuillez agreer, M. le Directeur, etc.
UN ABONNL.
Tribunal de Cassation
SECTION CRIMINELLE
Audience dau lidi, 3 juin 1907
Presidence de Mr. le Vice-Pr6sident. Er-
nest Bonhomme.
Le Tribunal prend sic'ge a dix heures et
demie du matinet prononce I'arret suivant:
Celui qui ordonne une information dans
la plainte contre le Juge de Paix des Ver-
rettes, le sieur Maxi D6lice.
Faute d'atfaires au role le siege est le've.
Fermeture de la malle
Les ddp&ches pour Petit-GoAve, Cayes.
Aquin. Jacmelct Curajao par le sis t PRINS
1:I-RDI'ERICK IIENDRICK n seront fermecs
mcrcredi 5 du courant A 4 heures tres pre-
c:ses dii soir.
i'ort-au-Pri:ne. Ic. 4 Juin 1907


el~ B~ell~eu

DEJEUNER DU 4 JUIN
MIDI A 2 HEURES
Prix : G. 2.60
Melon de France glac6
Thon A l'huile
Radis
Marinade A la financiere
Court bouillon de sarde A l'Espagne
Filet Mignon au natural
Flageolets au gras
Haricots rouges en sauce
Riz blanc au lard
Friture de bananes
Fruits
Caf6
1/2 Vin






DEPfCHES REVUES CE MARTIN

PARIS.- La Compagnie G4ndrale
Transatlantique a informed aujourd'hui
ceux de ses officers qui prennent part
A la greve, qu'ils ne sont plus A son
service.
Une extraordinaire unanimity se
manifesto dans les resolutions desma.
rings en greve ; dans tous les ports- Ja
situation est identique.
La situation maritime paratt s'am&
liorer. Les deputies representant les
districts maritimes informent les ins-
crits que leur precipitation et ses coo-
sequences leur alienent la sympathie
publique. Les autornts de i'inscrip.
tion maritime ont refuse de recevoir
des Capitaines les papers de bord, ce
qui laisse ceux-ci nominalementres-
ponsables de leurs navires et de leur
(q uipage. Les inscrits maritime.
apres trois jours d'absence, peuven:
14galement etre traits comme d6ser-
teurs.
MADRID.- Le premier anniversailr
du marriage d'Alphonse XIII avec b
princess de Battenberg a et6 c6l6b
aujourd'hui.
L'arrestation du g^n6ral Diaz del Rio,
inspecteur g6enral de l'infanterie de
Marine A la suite d'une altercation
qu'il avait eue avec le Capitaine Fer-
mand(ez Niffo, ministry de laGuesre,
au sujet de la decision de ce dernier
de r6duire le personnel de la Marile,
a cre une vive emotion dans les mi.
lieux maritimes et militaires.
Contrairement h l'alligation des joar-
nauxde ce matin, le Gouvernementlie
que l'Espagne et l'Angleterre aient ln.-
tention d'intervenir en Portugal.
NORFOLK (Virginie) .- Ladivisionnaa
vale francaise com1Josde des croiseors
a Kldber ,attant pavilion du conate-
amiral Tliierrv, ( Victor Hugo > ,et
C.(:liasseloup-,aulat ,,, qui doit repre"
senter la France a l'Exposition de Ja-
inestown, est passe au Cap Henry c?
matin a i11 leures. Lie cuirasse a1lari-
cain

I





cojtre et des saluts ont dtd changes.
Se Minnesota a escort les navires
tncais dans la baie de Chesapeake,
Sils ont jete I'ancre dans la rade
f-Hampton. LA, de nouveaux satuts
ont dtechange6savec les forts Monroe.
Les navires franCais resteront ici jais-
qu'aprts la visit du President Roose-
velt le 10 Juin et le Virginia-Day a I'ex-
position 16 12 Juin. Les navires fran-
uais seront rejoints prochainemeat
dans la rade d'Hampton par les sari-
res italiens, autrichiens, bresiliens o
amdricainsqui doivent assisted a la
nouvelle demonstration navale du 0O
Join.


Discours Parlementairr
Fin.
Messieurs DANIEL APOLLON, PLACID
DAVID & EDOUARD DEPESTRE
26 bis, Rue Pavie, 26,
MESSIEURS,
Les hommes dissolus ne sont pas d6nu6s
de talent, mais il r6pugne aux nations de
ls suivre dans les temps ou il ne suffit
pus d'avoir de l'audace. La masse du peu-
pe, faute de lumik*e, appuie rar&ment
ceaX qui veulent le rrgne de la lIgalite.
Son abstention est souvent justified. Dou-
tat avec raison de la sincdite de ceux don't
kssaces et les paroles sont dans une cho-
qmate dissemblance, elle rest indiffdrento
oNrqu'on vient sacrifier les droits conquis
par cox.
Quand la reaction s'oplre contre le des-
poisme, la voix la plus forte s'impose corm-
me le meilleur interprete de la pensie
It facult de remuer avec vous les archives
de nos assemblies constituantes et 16gislati-
es, je ne sacrifierais pas tel discours eapi-
taldans le seul intdr&t de la langue fran;ai-
u.Au lecteur trop exigeant, je repondrais:
stmte vous proposons pas des modules
de compositions, nous vous pr6sentons
de aracteres A juger.
Oeiques discourse d'affaires figureront
=aWsi dans votre recueil. Vous reproduirez
a*me des rapports, car certain rapports
St les chels-d'acuvre d'eloquence. Aucun
dicours de Mirabeau ne surpasse en gran-
durle rapport de Condorcet sur 1'Instruc-
tio Publique.
Lorsque I'opinion d'un home a preva-
tl2 an sein d'une commission et que,
rgC d'exprimer en stance publique cette
opinion qui est revenue celle de la majori-
S cet home 'appoie par des arguments
commune, et, en obbissant a i'impulsion
dc I'erateur vehment, le pays tout enter
oublie ses defauts pour ne voir que ses
q'it6 Chest peut-etre un gdnie malfai-
Snt. II fera une fissure A l'Edifice recons-
tait avec peine, et la society qui applaudir
subira les consequences de 1'exces oratoire.
L'1oquence parlementaire trouve donc
lace dans la literature d'action. Ce
nest pas un livre de lectures choisies, des-
ous aux dcoles, que vous allez publier.
us VOUS proposed morns de faire connai-
tie des discours admirables au point de
se dne 'ordonnance, que des citoyens qui
ssem S e Setis de la parole pour diriger une
tSl1e et une politique. Si l'accomplis-
ruent de mes devoirs d'itat me laissait


qui rCvClent une 'autoritd, une telle con-
ception mdrite d'etreclassde parmi les meil-
leurs discours. Vous montrerez l'enchaine-
ment qu'il y adans la succession des temps.
Par les resolutions qui out suivi les atta-
queset les rdpliques, le jeune homme sauia
qn'elle etait la mentality d'une 6poque d6-
terminbe, ou du moins de ceux qui, A ce
moment, l6giferaient pour le people.
L'tude des caractres fortifiera la demo-
catie. En cherchant le pourquol des dis-
cours et des votes, la leanesse formulera
sur le compete de ceux qui nous ont pr6.
edds une opinion plus just qu'en sap-
pliquant A dchiffrer 1'&tiquette des parties.
Le jeu des parties n'est pas le meme dans
tous les pays. Les fractions politiques ne
-sot pas en France ce qu'elles sont en An-
gleterre, ni aux Etats-Unis ce qu'elles
sont en Allemagne.
Mais on Angleterre, en France, en Alle-
magne comme aux Etats-Unis, on s'entend
dans chaque group sur certain points es-
sentiels qui front orientation politique
do group en depit des dchecs de ses re-
prdsentants. Nos parts sont plutot .phd-
m&es pour n'etre que des groupements
momentands autour de certaines individua-
litds. Ces sortes de clans fatigueit le pays.
Le parlemcntarisme mal compris est une
cause de dissolution commc le despotisme.
L'independance pr6sidera aux selections
qae vous allez tire. Nous demandons A
nos devanciers des convictions plut6t que
des paroles. Que l'impartialite soit notre
reglc de conduire, et la moderation fixera
notre jugement.
Veui lez agrder, Messieurs, l'assurance
de mes sentiments patriotiques.
JERINMIE.

LA

MEILLEURE FARINE
DU MONDE
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc et
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Represent,, t.


Cie.p p TraIlsaallntigle




L'AGENT,
F. M. ALTIERI.


LINE HOLLANDAISE
Le Steamer a ~ RINGS FREDE-
RIK HENDRIK est attenidu ,le
Saint-Marc, jeudi matin, 6 couranrt, d
si.x hctnre., pour cotiler ha sept hL a-
re. precisCS du matin pour I'etlit-Goave,
Cayes, Aquin, Jarcmel et Cur;;.io.
Portu-lPriice, le l .1'iin: )!J7.
GE-RLACH &' Co, A..T


Service Hydraulique

Conformement aux nouvelles
instructions continues dans la d6-
peche du Secrttaire d'Etat au De-
partement des Travaux publics,
en date du 27 Mai ecoulI au No
350, I'Administration du Service
hydraulique rapporte l'avis inser6
dan les quotidiens concernant la
surtaxe de G. 1 B pr6lever sur les
bassins, en attendant qu'une dis-
position 16gislative vienne decider
autrement.
Port-au-Prince, Ier Juin 1907.


Le Directeni',


E. ULYSSE.


Poudre dentifrice

(L IDEAL i

Voulez-vous avoir de belles dents et
les conserver intactes '
Usez seulernent de la Poudre
dentifrice a L'Id6al *
La Poudre endtifrice a 1 Ideal ) QUI
AOBTENU LA PLUS HAUTE II':C()M
PENSE A L'EXPOSITION A(t1 IC:)LE
ET INDUSTJilELLE: 1)U ter MAI J1!07,
a Port-au-Prince est rdellement
la meilleure de toutes celles connues
jusqu'aujourd'hui.
D4pourvue d'acide, elle est sans
aucun danger pour I'dmail des dents.
Antiseptique de la bouche et toni
que des gencives, elle previent la ca-
rie, donne aux dents une blancheur
eclatante et laisse A l'haleine une ex-
quise sensation de fraicheur et uu
agr6able parfum.
Servez-vous uniquement dela Pcu-
dre dentifrice ,, 1'Ideal, a et vous
aurez de belles dents.
Vous en trouverez A la PHARMACIE
THEARD, angle des rues du Centre et Fd-
rou, vis-ta-vis del'Hotel de la Commune.
Prix : G. 1.50 la boite

Lanq!ue Anglaise

Le caractrre cosmopolite dle la vie
moderne est tel, que les connaissances
d'une scule laingue ne permettront plus
a un indiviclu de rdpondrc aux exigen-
ces de ses relations, de son activity et
m6me de son existence. C'est pourquoi
toute personnel, homme ou femme, qui
est a measure de fire face it une tell
necessity, m6me au prix d'un sacrifice.
doit cultiver les laaiues vivantes, sur-
tout les plus ridpandues : l'anglais et
l'espanol, a cote lu ran'ais, cette bel-
le lanriue de la diplomatic et du ratine-
ment.
Pour un prix tr;-s raisonnable,
Monsieur J. J. DESCE,
Anc;ie p ,ofes.seur au Lycc e nationall
de Ia Capital'.
S<' rnitt ;i l.i lispositi n lu (Iiiillic pour
des Ierons ld;111 ( s rcs trois I;.ILa 1W.
S'aelies-er i No) !o7, l~e (i:" ,i ItO-
lution, iite 'le I'Einteri e ient,







COMPAGNIE P. C. S,
AVIS


A la suite de I'ouverture du Trafic de la ligne de Carrefour, le
pr6venu que I'horaire suivant est provisoirement adopt.


Depart de la Gare du Nord
(; h. da m. ( jusqu'a CAtEU oul )
7.45
9.30 ,A
11.15 ( s'arrt, (I Di:to,, ),
12,30 p. m. (jusqu'i CARREFOUR )
2.15 ( s'arrtc d Bi zoto., )
3.30 ( jusqu(tt'A CAItEFiU )
5 .15 A
7 )


public est


Depart de Carrefour
de CARREFOUR 6h. 45 a. m.
8.30
a 10.15
de Bizoton 11.45
CARREFOUR 1.15 p. m.
Bizoton 2.45
SCAItREFOUR 4.15

p 7.45


L- -nuveui T'Fualic iv.-r ; appiication de 1'lioraire ci-dessus co'tumenicera
par'tlii' ,t t(liM,,,I' dm m arh nio, 2f; coCtrait par le train iJ e h. 30.JO. Les Iprel ieirs
trails de co jo r'. c',r.i; #l,' 7 l her,. ,'t i,' 7 t. .';f) co r,(oit s.lo C'ancien h o-
,'aie / .A,'ri,',d',:t ,,4 ",: l, T tio', COlliinf e d'habitude.
Les Prix des passages sont :
- et II- cl. .usqu'au Pont ie Tl'orw 0.30. An delay, jusqu' Carrefouir 0.50
.En fourgon O, 0.10 0.20
l.es noivelll.s nSta:ions a)pris le l'ont de Ttior sont :
THOR, poste militaire
COTTE, plage
COTTE, moulin
CARREFOUR.
et vice versa
LA DIRECTION.


PHOTOGRAPHIC
J, MV. nu plessy
120, 1UE DI1) CENTI'I 120
E.ntr, ? Ies /plharniaci -' 1i, ;:,i ,,.'cl '- lThrard
Travaux soignes
T .I'Cl IT! 7I.
A\lraiudlissemlennts aui I a(uto cravon.
lieproductlioit s.
Nouveautes
Prix rnoderes.

Frailcisco DESUSE
Fabricant de chaussures

Lia Manufacture a toujours en dd-
pot un grand stock,- pour la vente
en gros et d(tail,- de chaussures en
tous genres pour
lIOMMIIES, FEMMIN, ENFANTS
Les commandes des comnrnercants
de l'intdrieur pourront etre exdcutdes
dans une semaine a peu pris.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


VOUL EZ-VOUSbon accord
deuretreparateur de Pianos ?
Adressez-vous sans crainte des condi-
tions, A Me. Arthur lcnnelil artiste
pianist Professeur lde Musique.
81 RuE TIREMASSE 81
Quarter St. Joseph


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. IIOI)ELIN
Anic'in member dtle l,: Soc'iel P'hlan-
iropiqur, (t-l s m ilr.is lfwilihurs dle Pa'.,is.
Vient de ecevoir n grand clioix d'd-
tolles diagox;n le, casimit all;pca;, clievio-
to, c eviote itIor' deC il, etc, KIecomman-
Ie plarticulifii roient a't sa clientt'Ile une
belle collection de coupes d( casimir,
,ie t ilet d t'antaisie et de pique dle
toute leaute.
Prix moderes defiant toute
concurrence.
Specialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupe FrlIancaise, Anglaise et
Amdricainc dle a dernicre pertecliotn.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, de tous grades.


RHUM-SYLVAIN
Produit de Usine St. Michel (Arcahaie)
Vieillissement natural jusqu'& 12
et 15 ans.
P'RI TRE'S MIODiRIS
Veate en gros et en detail.
Maison M. Sylvain
43 Rue de.s Frot.,-Forts.


CHEZ MADAME

ARTHUR BONNrE
81 Rue Tiremasse, 8
QUARTER ST.-JosEPi
ON TROUVE :
Iluile de coco pure ( en gro l
detail, ) Amidon, Arrow-root 4d
yes, tEufs de poules aminicai ]p
donner A cover aux poules da' o
chocolate ( de JBr6mie), beurr-
(des Cayes. )
._ .


C'est incroyable


Pour la Toilme!

Malgr6 tous les s:ivows nliEvfl4
toules les caix de toilette q11uet3 $
vez lejla e'iliploves, sons success, nthdsite
plus u111llintenanlt a e.sayurle Lait vir
.ginal antiseptique de A. Bo 1dom
!i:e, pli'tarnacieii, i4 i a pour verItsia
ciotcstables dl'enlever les boutons a
\ isi-ge, !e lui donner une -oupless
a;-rtalt, l1' de tl'e l, ellir et dle conservert
ifliclhear Ilu leint.
3MOiF I)'EMPLOI :-Se laverlafigat
2 ,u 3 fois par jour avec un peu de a
lait dans de 'eau froide.
Prix du flacon G. 1.0

PLUS D'AUTRES!
Servez-vous maintenant de la Pot
dre dentifrice antiseptique del
Bonhomme, pharmacien, qui coiml
a Ia toilette et a I'antiseptie de Wlal
che. Elle est douwe d'une saveur el d'o
partuin rares, elle iafratchit la boich
conserve les dents, les prese.ve da ta-
tre et de la care, maintient leur bl-
clheur. C'est un sp6cilique qui prtvia
les inflammations des gencives causi
par 1'usage des preparations merurie-
les.
MOD)E D'EM PLOI :-Au moyen d'-
brosse Ie'rement monille et impf-
gine de la poudre dentifrice on friction
int les ecncives et les dents.
I)cp;t Ge'e'ral: pharmacieSt-Ar
toine.
AVENUES JOHN I(WN (LalW].
Prix de la boite G. 1.50.

E'Frasxl.axcl.exmexit

A LELGANCE
D. FERRARI,
Fabricant de chaussureB,
Porte A la connaissance du publt
particuliirement de ses nombreuxtC
ents de Ia C6te et de la Capitait, y:
l'dtablissement a un stock inccUlw"
ble de chaussures pour ho1ID-
temmes et enfants, en tous SgenI
et que, malgrd l'offre de cinqpoWr
sur 1'achat en gros ( 5 0/0 ) fait on r
basis exceptionnel sur les prix.
L'etablissement se charge doe f
preudre des measures & domicile.
Toujours : Soin, exactitude, pomi`
42, Rue des Fronts-Forts,
PoRT-AU-PRINCE (HAt"F


II '" r. ~I ~I~ ~,~Uc~C~7~*T1~'~~su~~--u r --


Emomt. -- =..I