<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00043
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 23, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00043

Full Text

PORT-AU-PRINCE (u.iT1)


JEUDI, 23 MAI 1907.


QX.4: tJ c riX3i~1"%


ABONNEMENTS : DIRECTEUR: LE NUMERO 10 CENTIMES.

PA tMOIS GOURDE Clexxexxt 1 agLoloire, Les abonnements parent du ler.et
PA MOIS GOURDE. e t agloi du 5 de chaque mois ct sont paya-
bles d'avance
I)ElPARTEMENTS & STRANGERR : REDACTION-ADMINISTRATION -
Les manuscrits inserts ou non ne son
Frais de poste en sus. 45, RUE ROUX, 45. pas remis.

Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A M. Arthur ISIDORE.
I .


LE JU TTT EME T Enfin pour faire ressortir la conm-
LE J l 1 pl)te unanuiite des vues de !'illustre
critique avec celles que je m'efTorce
DES d'exposer ici et qui sent si hien mises
en relief par la science social, je re-
Irxtellecot-t.els produi;s egalement son opinion sur la
profession du fonctionnaire et sur son
le Le it cotine : II action primante sur I'nergie et I'i-
JInitative individuelles :
drait persuader A 1'opinion publique ntave ell
que la literature et l'art ne sont point c II ne faudrait pas craindre de de-
des professions qui confrent par elles crier systMmatiquement I',etat de fone-
minmes., ceux qui les ont choisies tionnaire. C'est un 6tat peu reluisant,
(pres4ue toujours par vanit pure ), sauf dans l'enseignement oft l'ob-
une dignit6 myst6rieuse ni des droits jet nime de la function ennoblit les
speciaix a la consideration des autres conditions dans lesquelles elle s'ex-
hoinmes. On ne doit aucun respect erce. lais 6tre, par choix, employee
pr6ventif aux jeunes gens qui veulent subalterne de ministere on d'adminis-
faire (1 la littdrature, car ils sont trop, traction, quelle pauvre destine Et
et il est ttopcommode de sedire 6cri- c'est pourtant le reve que d'innom-
vain ou aitiste, puisqu'on peut toujours brables families francaises font pour
se dire tel sansen apporter aucune preu- leure Ills.
ve. Et n'ayez pas scrupule de decou- Attendre de la communaut6 sa
raIer les jeunes soutl'rants du mal d'- maigre nourriture en (cliange du plus
crire. (liez ceux qui out du talent, maigre travail q(u'on peut, et d'un tra-
ou ce talent percera quand nemime et tail plu.~ mecanilquc 1t moins personnel
triolnlphera de tous les empiclhe- que c,'lui de l'ouvtrier et i )apays(n : en
ments ; o it il .s, maitfestera dcans la sorte que c'est a qui, de 1'Etat et de
'rofess io, qui les aura recu'illi, sous son employee, donnera le moins a l'au-
des fonnes imprevues et utiles : et tre ; accepted uce vtie eroite, sa s intd-
ainsi Ii leur sensibility, ni leur inagi- rev, stns rtilite, sans in,,lpendanc., par
nation ne sera perdue. imiditie parsse, pe'ur d'.es risn s, ter-
Jules Lemaitre n'est pas plus ten- reur de' l'aenir, ce nest pas sans dou-
dre pour les professions libtrales don't te absolument criminal, mais enfin cc-
I'encoinbrement est fait pour attrister la a'l 'St I et-etre pas trle fier pour un
tous ceaIx qli se pit occupent hommni J'honore plus le lalboureur et
d'ameliorer les situations sociales, et partisan, cela va sans dire: mais
voici ce qu'il derit a se sujet: a II fau- j'aime bien mieux le commis de ma-
drait perdre aussi la superstition des gasinou le petit boutiquier: ii est plus
professions qu'on appelle libdrales, je libre dans le fond, et plus agissant.
ne sais pas pourquoi. Car il est dtran- a La profession de fonctionnaire se
ge que le mdtier d'avoue ou le nota- relive, je le sais, chez les chefs de
riat soit une profession libdrale et que service, parce qu'ils ont, eux, quelque
I'agriculture n'en soit pas une. Une ombre d'initiative et de responsabilitt.
profession liberale vaut exacte- Le fonctionnarisme, en effect, nest pas
ment ce que vaut celui qui l'exer- d6shonorant en soi : mais il tend a
ce. Un m6decin mediocre, un avo- devenir peu honorable par la multi-
cat a la douzaine ( nous savons par plicit6 des fonctionnaires, qui entraine
quel petitelfort d'espriton peut devenir leur dcmi-oisiveld et les transform en
docteur en droit ), un littdrateur sans parasites et par les mobiles de chdlif d-
talent est un dire beaucoup moins intdres- goisme qui les ont faith entrer dans
saut et de bien moindre valeur social, je cette humble carrier ,.
ne dis pas qu'un industrial intelligent. Le remade propose par Jules Lemal-
tismdmequ'anbonfermierun commer- tre me parait bien peu de chose c6-
gant habile et loyal, un bon ouvrier d'art, td de ces maux qu'il confirm et sou-
un menuisier adroit, un maon sdrieux. line : il propose de d6crier systdma-
Vyritd toute 616mentaire et pourtant tiquementcestravers, delesd6crierpar
trps peu reconnue. mode, et en faisant accepter ce dd-


nigretnent coime in tant 1i.sfinld. Le
celibre critique se rend bieni compete
cependant de la ddcadenice de son
pays et c'est sou.s sa pluine q1ue je
rencontre la pensee suivante : a 11 me
semble que la d6cadeice franI;aise -e
distingue des autres decadences his-
toriques en ceci. q(u'elle se connalt
parfaitemient .... t cola est un grand
point, et peut devenii un principle de
guerison. *
Le livre de M. )Denolins p)arut en
France en -1897, presque au moment
oit se ctl6brait en Angleterre le jubilee
de la reine Victoria. Fran,:ois Coppie
public dans le Journal un article sur
cette grande celebrationn national et
voici les lignes qui terminent oet arti-
cle :
(< Apres ces fites oif vient de se ma-
nifester avec tant d'6clat la torce na-
tionale de nos voisins, je ne puis
m'emp!clier de singer iicen tristement
aux luttes striles ql 1i nous '.puisent,
aux perils ext6rienrs qui nous mena-
cent ; et j'ai trissoi n6 en me deman-
dantavec anloisse, si dans imes veinres
de Latin, je no sentais pas couler le
poison de la decadence. ,





IA
MISSION MILITARY HAITIENNE
A JAMESTOWN
"La Doctrine Roosevelt"
NE METTEZ PAS LE FEU ....

Par le steamer PIrins \Villem II I
est arrive ici avant hier S. E. Mon-
sieur le Docteur Henry \V. Furniss
qui, le mois dernier, avait voyag6 aux
Etats-Unis pour des affairs ayant trait
a son office.
Monsieur Furnis- en profit, com-
me le rapport L Star du 3) Avril
d'Indianapolis pour faire visit a ses
parents qui sont fixes dans cet Etat.
Pendant le temps qu'il rest 1A comme
h6te de son frfre Dr. Sumner A. Fur-
niss, le journal que j'ai plus haut ci-


- I_ ILL -r r_ __ __


-ir ANN'NCE, NO 43.


- E


I-






te eut a earegistrer come venant de
lui des informationsexcellentes au su-
jet d'Haiti. Le ministry a parle a avec
enthousiasme a de nos resources mi-
nerales et de nos autres products. II
a etabli que notre principal march
d'exportation etait les Etats-Uniset que
par centre, les Etas-Unis deversent ici
eaucoup de marchandises. a Cepen-
dant, fait observer le Representant
americain, il y a a cc train d'echange
a une exception A noter; c'est pour
* le cafe. Pendant des ann6es, et
a c'est encore ainsi aujourd'hui, cette
a denree a tW vendue en France. Cela,
* c'est un fait t un haut degree, insoli-
a te, cela I'est par trop meme. .
Si I'on rapproche ces declarations
de celles produites naguere par tun
journal de New-York au compete de
Monsieur Furniss dans un entrefilet
que nous reproduislnies ici meme et
qui contenait, on s'en souvient, de si
favorables notes sur notre pays, la
contrde et la population, ainsi que
le Gouvernernent et celui qui le pr6-
side, on constatera comblien sont ami-
cales a notre endroit les dispositions
du diplomat amnricain.
Le docteur Furniss, agent bien aver-
ti de I'actuelle politique dii Dtparte-
ment d'Etat qui consiste a faire des
Etats-Unis la metropole 6conomique,
le siege et le resort principal des in-
tdrets generaux americains ( des trois
Am6riques s'entend ) doit etre,(certes,
bien decide A nous aider de tout son
pouvoir, dans la limited et conformity
de sa mission, a poursuivre l'oeuvre
de notre developpement national,
Est-il necessaire de dire combien,
avec l'etat d'esprit du moment. toutes
les energies haitiennes se trouveront
en accord avec ce point de vue ?
Est-il surtout n6cessaire, vu la canm-
pagne que depuis longtemps nous me-
nons pour la r forme de notre men-
talit6 et le changement d'axe de no-
tre politique ext6rieure,- de dire
combien notre journal travaillera avec
fervour au triomplie de ces nouvelles
iddes.
Ce matin le Pr6sident de la R4pu-
blique re':oit au Palais national le Mi-
nistre americain. Peut-etre l'entre-
vue a-t-elle lieu en ce moment oii
nous ecrivons. II n'v a pas de doute
que de part et l'autre, au nom des
deux gouvernements, des assurances
seront sincerement donnees de la
bonne entente don't nous signalons ici
la ndcessit6 et faisons remarquer les
heureux signes.
Nous trouvons opportun d'enregis-
trer que sur le meme vapeur que M.
Furniss la mission militaire haitienne
& Jamestown compose de MM. le
colonel Latortue, le commandant L.
Laraque et le capitaine Auguste est
rentree ici. Ces officers, sur la de-
mande de notre Ministre L6ger, ont
ete req:us avec la plus grande cordia-
lite a la Maison Blanchle.
Le President Roosevelt, en leur
pressant la main, a declare qu'ii se
trouvait tout heureux de saluer lIs
d1,gues d'Haiti et de pouvoir. en
prendre occasion pour affirmer hau-
tement que les Etats-Unis ne rbvent
aucune nouvelle acquisition de terri-


toire, qu'ils desirent une seule chose:
la prospdrite, la tranquillity et la gran-
deur de toutes les B6publiques Ame-
ricaines.
Nous nous plaisons A consigner ces
paroles du Grand President parce-
qu'"videmment elles rsument tout un
corps de doctrine qu'on appellerait vo-
lontiers a la Doctrine Roosevelt ,.
On connait la fameuse formule
des annexionnistes: Si volre voisin
par ddreglenent met le feu chez lui ou
si par nc',/lit/ence il laisse le feu prcndre
chcz lti, exposant votre habitation 4 vous
d l'incendic et tous vos intdrdts d I'an-
antissement, vous avez non seulement le
droit, mais encore Ie devoir d'intervenir
centre ce voisin et de paralyser sa ten-
dance 4 mal faire, qu'il y conseatc ou
non v
Cette sentence tris claire et tres jus-
te au fond quoique brutale au point de
vue du sentiment, nous trace, a nous
les Haitiens come ai d'autres Etats
de cet Hminisphere, la norme vou-
lue de notre progression.
Soyons sages; ne laissons pas le
feu 6clater dans notre mason; travail-
ions au contraire a son agrandisse-
inent et a son embellissement.
En ce jour, les Etats-Unis deman-
dent au Gouvernement de toutes les
R4publiques amiricaines de se join-
dre a eux pour nonter en common la
garde de surveillance en vue de prd-
server l'int6grit( du domain propre
a chaque Nation dans le Nouveau-
Monde.





Chambre des D6putes
Hier A !a Chambre des d6put6s, on a re-
nouvele le bureau. Les Deputds S. Ar-
cher, G. Desrosiers et Louis Brutus ont et6
rdelus pour le deuxitme mois de la session
Ic premier, president, les deux autres xer
et 2me Secretaires.
Aprcs la sanction du proces-verbal du 17
Mai conrant et la lecture de la correspon-
dance, la Chambre a proc6dd a l'dlection du
9me membre de la Commission des comp-
tes gnedraux. Le depute Ney Appolon a
rsuni la majority des suffrages. Ensuite
plusieursrapports de Comit6s et Commis-
ions ont td lus.
Dans la meme seance Phonorable D6pute
Th. Remain a fait ledp6t d'une proposition
de loimodifiant l'article 5ox du code depro-
c6dure civil : En voici le texte ;
Considdrant que le premier devoir d'un
Etat est de proteger les employes et fonc-
tionnaires qui consacrent leur temps et leurs
pines a administration de la chose publi-
que ;
Considerant que s'il est just d'exiger des
employes et fonctionnaires de I'Etat I'assi-
duite et 13a rgularitC dans l'exercice de leurs
functions, il est aussi equitable de leur as-
surer leur traitement pour l'entretien de
leurs families ;
Considerant que la crise financiere et
&conomique que traverse la Republique
tout en faisant baisser la fortune publique,
ne permet pas d'augmenter les appointe-
ments des fonctionnaires et employes


La Chambre des Ripr6sentants, usarn 4
I'initiative que lui accord I'article 69 dela
Constition ;
A PROPOSE
Et le Corps LUgislatif a vote la loi sai
vante
Article Ier L'article $ox du code de proc~.
dure civil est modified comme suit: Ag
o5i. Les pensions, indemnites, traitemol
et appointments dOs par l'Etat ne peuv
etre saisis que pour un cinquieme de
montant-
Art 2. La present loi abroge toutes
ou dispositions de loi qui lui sont
traires, etc.
Mise & la Retraite
Sur sa demand, Mr Thrasybule Trom
lot qui dirigeait depuis environ trenie a
le Bureau central du Timbre a et6 admi
A la retraite.
Un project de loi accordant une rente via.
gere A cet honntce fonctionnaire, sera sooe
mis au vote des Chimbres.
Nominations
C'est Mr CIsar Pierre-Louis, directeur do
Magasin central de l'Etat qui a 6et nomai
directeur du Bureau Central du Timbre
en remplacenent de Mr Trouillot.
-M. Antenor Sanson replace Mr Pierre
Louis au Magasin Central de l'Etat et M.
Prosper Faure replace M. Sanson come
chef de bureau du Timbre.
-Sinccres compliments.
D6c6s
Par d6peche specia!e, nous apprenons h
nouvelle de la mort a Jacmel, de M. P.
CARD TALUY.
Nous pr6sentons nos siaceres condolha-
ces A sa famille et particulierement a- l1k
Barnave Craft, son beau frere.
Grand Concert
Le concert que donne J. Elie au Cerck
de Port-au-Prince nous reserve une audi-
tion d'oeuvres que depuis de longues a&
nees nous n'avions entendues A Port-aa-
Prince.
La brillante rapsodic hoIngroise no 2 qi
valut de chaleureuses ovations au jeune ar-
tiste figure au programme que nous publie-
rons demain.
Rappelons que les cartes se vendenti
l'h6tel Bellevue, h6tel de France et ch
Elie et Fatten.
La Retenue Jadiciaire
Comme on l'a vu plus haut, une prop-
sition de loi vient d'etre soumise ani
Chambres, r6duisant les revenues judicial
res A pr lever sur les appointments de
fonctionnaires publics.
On sait que cette revenue etact lixe
'art, 501o du Code de Procedure civil
tiers tandis que les lois franchises ne
mettent les reten.es judiciaires que sue
dixieme des appointments.
Nous croyons que cette initiative 4J
Chambre sera bien accuillic partout,
1'6tat de gene dans lequel se trouvent
honnates fonctionnaires de l'Etat
le paiement regulier des appointeml
Cela est du aux agiotages des specu
financiers qui ont faith hausser le cha
Cette proposition de loi est A l'tode. C
Avis
La soussignee declare an public
au commerce qu'elle a perdu une f
le de ses appointments pour le
de Janvier 1908 comme directric


I _







i'Ecole primaire de demoiselles du
quarter de I'Exposition.
Elle la declare nulle, duplicate de-
vant etre d6livre.
mme Vve SALOMON LAMOTHE.
BENSEIGNEMEN3 TS
METEOROLOGIQUES

>lbser'vattoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

MERCREDI 22 MAI


Baromatre A midi


Te1PBlratU~renaximurn


761,3


23,1
33,'


Moyenne diurne de la temperature 26,2
Le ciel a ete covert en gindral et nua-
geux de 9 heures A 3 heures de l'apres-
midi. Les strato-cumuius viennent dc N.
Pluic d'orage 5 heures 25 du soir. To-
tal de la pluie : 32,8 millimetres. La brise
de nmc a t tc court. Maximum de la vi-
tessc du vent : 9 mntrcs par second au
conmnencement de la pluie. Le baromrtrc
est nontd un peu depuis la pluic.
Mouvemecnts microsisniqucs de 6 licu-
res a rI hcures du martin.
J. SCHERER.

o tOel Belley t

DIEJEUNER DU23MAI
MIDI A 2 HEURES
Prix : G. 2.50
Melon de France glac.
Radis
Gro; bouillon :1 la cr'.olc
Fricassee de dinde A la Francaise
Filet mignon assiette chaude
I'ctits pois a l. mcnace.re
IIaricots rougces
Riz blanco
lriture de banancs,
Frui:s
Cafe
1/2 Vin



Nouvelles Etranigeres

DEPICHES RE;UES CE MATIN

LONDRES.- Sir Wilfrid Laurier, pre-
mier Ministre du Canada, est parti
aujourd'hui d'ici pour Paris o ii va
discuter certaines propositions relati-
ves A un nouvel arrangement com-
mercial entire la France et le Canada.
On croit que l'insucces des dl61guds
a la conference colonial impdriale de
s'entendre sur les terms d'un tarif
special englobant toutes les colonies
de l'empire, permettra A la France
d'obtenir des conditions favorables.
SHANGHAI.-- L'Aquipage du croiseur
cuirassd francais Chanzy ) qui s'est
6chou~ hier dans le voisinage d'une
des iles de l'archipel des Chousan; est


en sCiret6. Le croiseur francais ,Alger,
est parti au secours de ce navire ; des
remorqueurs ont etd envoys de Hong
Kong et de certain ports japonais
pour aider a son renflouement.
WASHINGTON 22.-Une ddp che de
Honolulu announce que deux cas de
peste suivis de mort ont etd enregis-
tros hier; un autre cas est en obser-
vation.
GUATEMALA 22.-Le ministry mexi-
cain, Sr. Gamboa, quitta Guatemala
hier se rendant & Salvador; it a pris
passage sur la canonniere mexicaine
-rTampicov.
LAHORE 22. -L'un des chefs du par-
ti revolutionnaire hindou a 6te com-
damne aujourd'hui A deux annees
d'emprisonnement; un complice a 6t*
condamne ai 18 mois de la meme pei-
ne.
l.os ANG;EILE, (:alifornie, 22.-A la
suite du deraillement du; traiii 20,
West Glendale, une perso lne ftit tu6e
et 22 autres blsssdes, don't trois mor-
tellement.
YAII.M(UTI ( Angleterre ).- Le c:on-
tre torplileur anglais ( Secter\ell )
s' clooua Iier ipr0s Yarlnoiith, il tut
reinis it lot ce inatitn.
TIENTSIN 21.- 8.000, fusil-. :100.0t!)
cartouches ct 8.()00) baylonlnttes, iim-
por'te, O11n v e d'(liI inoutveilent revo-
lutionnaire, t'ur'nt saisis auj()o rd'luii
par les donanes inmperiales chiinoises;
cette saisie a produit une grande im-
pressiin parii les natifs.
SAN-FRAxCIScO.- M. Eug. Schmitz,
maire de la ville de San-Francisco, a
comparu aujourd'hui dsvant le juge
Dounne, pour rdpondre a cinq accu-
sations porttes centre lui par le grand
jury; il s'agit d'actes d'extorsion com-
mis avec la connivence du maire, A
l'& ard d'e propri6taires de restaurants
franw.ais.


Fralclisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et detail.- de chaussures en
tous genres pour
IIO.MMES, FEMMES, ENFANTS
Les commands des commercants
de l'int6rieur pourront itre ex6cutees
dans une semaine A peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )

PHOTOGRAPHIC
3, MN:. ul-oplessy
120, RUE DU CENTRE, 120
Entre les pharmacies Bayard et Thdard
Travaux soignes
S'PICIALITL :"
Agrandissements au photo crayon.
Reproductions.
N ouveaut6s
Prix moderes.


Service Atlas

Le vapeur a VENETIA ,, venant di-
rectement de New-Yo,*k. est attend ici
le ler Juin prochain et quittera proba-
blement le lendemain pour Colon.
F. HERRMANN & Co.
AGENTS.

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 105
Dirigee par

L. HODELIN
Ancien mnem!br,' ila, la i Soi,,; Phla-
thropiquc (des tatIris 1till'r, de Pc t,'is.
Vient dle recevoir uil Lriand cil ix ,l'.'-
tolles ,lia.o tn le, c;sin ir ;lj;t'c ch' vin-
te, clieviote puilr dleiil, 'etr, I'(ecrn rin-
(14 j t);trt1lCtl -it elllt'lt a'( sa; crli( ",t"le t l.'
lelle collection Ile 'ouipes !fi' c:tmir icr,
(le ,ilet ,It ';ntl i isli t 4 Ib i'luit' *h-
toute lIeoat: t.
Prix moder6e; defiant touted
concurrence.
Specialite de CosturTes de no-
ces.- (m pes Frtan' :ti A.\n is. ,ti
Amntricai ne It li La rmaison coleci ssi tes Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
r6s. etc etc, tle tous grade.


Poudre dentifrice

( L'IDEAL

Voulez-vous a\voir de Iolles Ide1,t- t
les conserve intactes '
Usez 'senuleli lt de li Poudre
dentifrice a L'Ideal >
Ia I au/ce v/*/c / /i r l' Ii! n tst
reelleinent la mln .illc~ i e de tollte's cel-
les corn ues 'ii sqi'njourd'fii.
Depourvue d'acide, elle est san.
aucuni danger pourr I' lail des dents.
Antiseptiq(ie de Ia lo hclie et tini
que des gencives, elle pni-,vient 1 ; ca-
rie, done aux denlts une Iblanc liet
eclatante et laisse t I'lialeine une ex-
quise sensation de traiclie t et i n
agreale paitIuin.
Servez-vous uniquenient dela Pcu-
dre dentifrice 1'Ideal, et vous
aurez de belles dents.
Vous en trouverez A la PIIARMACIE
THAARD, angle des rues du Centre et Fe-
rou, vis-a-tis de I'Hotel de la Commune.
Prix : G. 1.50 la boite

PROGR
TRAVAUX D'ART
Monsieur A. METELLUS
18i, RUE DU CENTRE, 18'.
Ne cesse de nous montrer son talent.
II vient de confectionner une lampe en
pyrogravure (hauteur Im 70.)
Le public est invite A aller voir oe
modest travail.
Le prix sera tres moddrd.






C'est incroyable
Pour la Toilette !

Malgr6 tous les savons antiseptiques,
toutes les eaux de toilette que vous a-
vez 1dja employes, sons succts, ni'hlsitez
plus maintenant ai essayerle Lait vir-
ginal antiseptique de A. Bonhom-
me, pharmacien, qui a pour vertus in-
contestables d'enlever les boutons au
visage, de lui donner une souplesse
agreeable de 1'embellir et de conserver la
fraicheur du teint.
MODE D'EMPLOI :-Se laverlafigure
2 ou 3 fois par jour avec un peu do ce
lait duans de I'eau fioide.
Prix du flacon G. 1.00

PLUS D'AUTRES!
Servez-vous maintenant die la Pou-
dre dentifrice antiseptique de A.
Bonihomme, phiarmacien. qiiu convient
A at toilette et i I'antiseptie de la bou-
che. Elle est dlouee d'une saveur et d'un
partum rares, elle iahaicilit la bouche,
conserve les dents, les prIese ve du tar-
tre et de la carie, maintient leur dan-
clieur. C'est un specilique qui prdvient
les inflammations des gencives causes
par I'usage des preparations mercuriel-
les.
MODE D'EMPLOI :-Au moven d'une
brosse lgt'rernent mouillee et impr6-
ilnte de la poudile dlentiftice on friction-
ne les gencives et les dents.
DIp6t General: pharmacies St-An-
toine.
AVENUE J.OHN BON\\ (Lalue].
Prix de la boite G. 1.50.

CHEZ MADAME

ARTHUR BONNEFIL
81 Rue Tiemassc, 81
)UARTIER ST -.IOSEPIi
0:: TRO'\VE' :
Iluile do coco pure ( en gros et en
detail, ) Amidon, Arrow-root dos Ca-
ves, (Euts de poutles amuericaines pour
donner t cover aux poules du pays,
<-liocolat ( de .Ilrt inie), beurre frais
( des Cayes. )


RHUM-SYLVAIN
),Pr.lduit de I' Uine St. Michel (Arcahaie)
Vieillissement natural jusqu'a 12
et 45 ans.
PRIx TRES MODERiE
Ve-te en gros et en detail.
Maison M. Svlvain
4.: ,Rue des lFronts-Forts.

On I)Demantde
A ;iclieterdestimbres uses ('Haaiti, bien
assortis, par cent o, par mille. Condi-
tions trts avantageuses.
S' :c!resser au bureau Ilu journal.


Avis
Durant mon absence d'Haiti Monsieur
A RICCO est charge de ma procura-
tion.
Port-au-Prince, le 29 Avril 1907.
L. EISEN STEIN
On trouvera I'ouvuage de Monsieur
D. Vaval intitule aCoup d'wuil sur I'd-
tat 6conomique et financier de la Rdpu-
blique d'Haiti ,etc, chez Monsieur F.
BBlizaire, angle des rues GelTrard et Fd-
rou.
Prix G. 1.


Kola-Sirops-Ligl ers
ALEXIS BENO1T
Rue Traversiere

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES ]GALITi ET FEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poudre puissantecontre lema ngeaison
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, remede efficane
centre les access d'astiime et les toux
trequentes le flacon ;P : 1. 50.
Consultations gratuites :
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures du martin
par le Docteur. N. THOiMAs.
A Vendre
AU PRIX DE P. 2 L'EXEMPLAIRE
AII es frais a percevoir dans
lTARIFI les tribunaux de la Repu-
blique, etc etc, ( Loi du 30 Aoit 18i7)
Public par
Me. Charles MILLERY, avocat.
(liez l'auteur, 5, Rue Pavee.
Gonaives ( Me Latortue ) ; Cayes (Me
Morpeau ) Jacmel (Me St .eau ); Aquin
( MeLs. Coster, arpenteur ) Port-de-Paix
( Dr: A. (:asses ) Jdrdniie ( Me Blan-
cihet ] Anse-t-Voeau ( Sdnateur Bance ) ,
Petit-Goive ( Me Cameau ) ; St Marc
(Me Ketol ).


Bouquets, Fleurs,
A vendre chez MmeVve A.MARTIN
BOIS-VERNA
r rechL m-ent


A ELEG LLJNCE
D. FERRARI,
Fabricant die chaussurei
Porte A la connaissance du pol
particulibrement de ses nombreux
ents de la C6te et de la Capitale,
l'4tablissement a un stock incalc
ble de chaussures pour hommml
temmes et enfants, en tous genrm,
et que, malgr6 l'offre de cinq pour M
sur 1'achat en gros ( 5 0/0 ) fait un n
basis exceptionnel sur les prix.
L'etablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualiUf
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Industrie
MANUFACTURIEIRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIEIL
Faux-cols, cravates, manchettes,chemit
et calefois
Ecole des arts ct mdtiers

USINES MON-REPO0

SUCRE TURBINE
le plus pur, le plus propre, le plu
ric lieen matitre saccharine
ddfiant toute concurrence.
Tafia Sup6rieur : 20 degrds
D)POT GENEI'IRAL:
t3), fRue Roux, 93
ancient Rue Bonne-Foi).


H BELLE VUE
Place du Champ-de-Mars
PORT-AU-PRINCE. ( HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILIES
DINERS LUNCH.
Installation modere et comfortable. Vue sur ,la mer. Tempdrature
dowre, et rdgulicre.-Les Trmrways desservent l'Hdlel-Bellcvue routes les 7 MisN
PIOPHIITIET SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdeeption.- Piano. Gramophone.
Sonneries lectriques


Table d'Hote


tous les jours, de midi d 2 heures, G.
de 7 d 8 heures du soir.


2.50


_ L I- Y I