<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00037
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 16, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00037

Full Text
-ire ANN-ICE No 37.


AT


<; Ti C> 3VXr1:l 3;Iw*r


N


ABONNEMENTS

-11, SGOURDE.

DltPARTEIIENTS & &-TlANGER:
rrak; dte poste en l ,Us.


DIRECTEUR:
C4iTzlexxxe t 1Vnagloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMERO 10 CENTIMES.
Les abonnements parent du ier.et
!dt. r7 i f ( lerl n'^ 1"ois ft stont vr'vv
blks d'avance
I-cL nanrucrits inscr's ou non ne sont
pas .rniis.


Pour tout ce qui concern 1'Admrinistration du Journal, s'adresser


I:ES

C(IONITTONS
DU

TRAVAIL

S(nus ce titWe, j'ai lu dans le cd Nou-
velliste, du 10 mai, une serie de rn-
flexi ns se rattachant incontestable-
menra l a champagne social entre-
pris par le c Matin x et don't je sou-
UtadUes suivaites
Nos jeunes gens- se plait-on a
dire- se dirigent tous vers les bu-
reaux pullics ou vers les professions
libertles. Cela est vrai, ct cela est un
mal. lais n'est-ce pas une injustice
que de s'en prendre a eux ? Je con-
nais des bureaucrats, des avocats et
des mddecins qui ne demanderaient
pas mieux que d'aller planter... des
choux, s'its etaient s'frs d'en tirer
quelque profit serieux. A centre cueur
its so r'signient a leur situation, par
ce qoe, en dehors des emplois pu-
blics, de la m6decine et du droit, il
n' a rien ou presque rien...
SFaire le commerce consisterait A
se merttre come commis dans une
main de la place ou A faire le mB-
tier 0e courtier... II W'est pas au pou-
voir # nos jcunes gens de crder le tra-
vail. travail crdd, vous verrez qu'ils
Iy irtcront en masse, parce qu'ils y
trouveront leur advantage .
SCesrbien 1A la caracteristique de
la formation social communautaire
doat ilest question dans mon der-
nier article et dans laquelle a on est
Prepar a rIsoudre le problmre so-
cial, ens'appuyantsur lacommunaut6
plusque sur soi-m-me,. Voyons, dans
ces conditions du travail, le r61e assi-
gn aI la communaute par l'dcrivain
d c Nouvelliste :
'i Le travail, pour s'organiser et pro-
dire son maximum de rdsultat, exi-
ge, part les conditions de sdcurite
et de police don't la charge income cs-
*ielement d l'Etat, deux conditions
Priordiales : 1 o education profes-


A M. Arthur ISIDORE.


sionnelle ;20 les capitaux. La reali- et a M. Rodolphe Gardere s'ils n'ont
station de la premiere peut-etre assu- pas dtd accablts sous le nombre des
ree par l'Etat et par l'initiative pri- sollicitations venues de jeunes hom-
vee.... mes qui voulaient s'emplover dans les
a Pour que ces entreprises ( les en- chemis de fet. l Et il omet de dire
treprises industrielles et agricoles ) se en lquelle quality s'olfraient ces jeunes
fondent, il faut des capitaux. Conm- gens. Ls uns ont dt votiloirtre admits
ment avoir ces capitaux Quelies cau- dans le psotel adlnidistr.iof de ces
ses les ont rendus h6sitants ? Cor- companies de cheinins do for; d'au-
ment les rassurer? o tres, plus modestes, ont di s'olfrir
Ce se de r x s et ce cormme clefs ou sous-clets d'dqui-
Cette sprien de r gflexions est close pes..... Combien, palrni eux, ont pu
par un point d'interrogation ct l'im- solliciter de travailler dins les ateliers
pression general qui en result est m6nes ? Combion se sont determines
qu'il n'y a rien it faire... en attendant it prendre place aupres du chauffeur
1'Etat. Le plus d6concertant,c'est que, de la locomotive pour y faire un utile
d'apres I'6crivain lui-meme, ,tous les apprentis gqe et ,onr comhbl'" le*r fu-
efforts de l'Etat si celui-ci arrive tures vacancies?
jamais a les produire- sont eux-me- lien des fois, les ndcessits de ma
mes condamnss A .etre infructueux. profession mn'oit conduit ct portO tA
Lisez plut6t : passer des heures dans les ateliers de
a Multiplied les ecoles techniques. la P. C. S. ou regno vraiment la pai-
Rien de mieux. Mais A tous ces ou- sible et active athmospliere du travail
vriers, artisans. agronomes, ingd- discipline et regulier. Jo n'y ai jamais
nieurs, qlui sortiront de ces etallisse- renconltr un /ils dle famille. Cette cir-
ments, it faudra donner de l'occupa- constance n'est-elle pi sdgalenment due
tion. Car vous ne pensez pas que leur a nos pr6jug4s d'education ?
seule presence suffira pour fair fleu- J'ai parley dernierement de l'indus-
rir come par enchantement sur tout tried des chaussures (lui s'est ddvelop-
le territoire de la R11publique des en- p6e a un tel point que l'importation
treprises agricoles et industrielles.p de cet article est,pour ainsi dire, nulle.
Les bureaucrats, les avocats et les Les ateliers de cordonnerie em-
mtdecins don't parole mon contradic- ploientgo6ndralementbeaucoup de bras
teur et qui ne demanderaient pas et I'industrie a une situation acqiise
mieux que d'aller planter des choux, qui ne peut faire craindro pour son
pourquoi done n'ont-ils pas commen- avenir. Combien de /ils de f/amille ren-
c6 par IA et ont-ils attend que leurs contre-t-on dans ces ateliers ?
professions fussent encombrtes avant L'industrie des voitures publiques
d'essayer d'en sortir ? Unique1ntfnl a agaletijent pris cliez inous un deve-
parce que de sots pr6juges les avaient loppenment considdralte et les voitures
portes h s'6loigner des travaux ma- privees sont, elles mtmes en, hombre
inuels. Or, ces travaux manuels font, remarquable. D'oci it suit que les ate-
dans les socieles a formation par'ictL- liers de reparation so nultiplientt cha-
lariste, parties integrante de I'educa- quejour et rivalisent d'excellencedans
tion general dans laquelle l'appren- la main d'teuvre pour atlirer et gar-
tissage technique figure en relief. Miss der la clientele. lLes forges et four-
Harriet Martineau ecrit dans The So- neaux ne se competent plus h Port-au-
ciety in America : < O() trouverait dif- Prince : quels sont les parents haitiens
licilement un homme dans la Nou- qui y envoient leur.s i/s 'en alpprentis-
velle Angleterre qui no saclie monster sage? IEt la fabrication ties motublles"
a cheval, conduire une voiture et soi- quelssont les fits de famnill: ((ui aspirent
gner lui-mme son cheval ; ni un a supplanter ou A remplacer un jour
clergyman, un avocat ou un medccin Jacques Lubonis ou la scierie indcanti-
qui perdant sa profession, ne puisse que de Metzger ?
subvenir d ses besoins par un travail Que devient alors I'afirnnation du
manuel. Nouvelliste : Le travail crie, vous
L'article du ANouvelliste dit quelque verrez que nos jeunes gens s'y porte-
part: aDemandez a M. Tippenhauer ront en masse ?*


__ L ICI. I


__ __


~C~iC~J;Fl~r -- 3 rr r ~lb~ I
-------- -- ----- -


JEUDI, 16 MAI 1907.


PORT-AU-PRINCE (HAYTI)r


lam






La verit, est que nous sommes tel-
lement esclaves des formules qu'A
force d'pvoir entendu repeter et r6pe-
td nous-memes que le travail n'exis-
te pas et qu'il nous le faut organiser,
nous sommes rests les bras crois6s
et ne nous apercevant meme pas que
le travail est cie6et que l'heure de l'ac-
tion est depuis longtemps sonnee.
Quant au r6le de 1 Etat, je ne le vois
pas trop dans la creation du travail.
Latheorie de l'Etat dispensateur des
forces vives de la Communaute est
l'origine directed du communism et
du socialisme sous ses diver.es for-
mes: c'est pourquoi, comme le faith re-
marquer M. Demolins, cette plaie so-
ciale s'abat de predfrence sur les so-
cidtds a formation communautaire.
Edmond Paul s'est aussi quelque peu
attache a cette thdorie ruinee aujour-
d'hui par les observations de la scien-
ce social, et dans toute l'oeuvre du
publiciste haitien, ce point est le seul
que je me permette de reprocher ai
la vaste conception de notre 6cono-
miste.
M. Paul Descamps, dans son etude
sur les forces de l'~ducation et leur
evolution compare, nous montre com-
ment se lit le d6veloppement social
du Iarnemark, de la Suede, de la
Norvege, et il ecrit: a Que tait le Gou-
vernement dans tout cela ? Pendant
longtemps il irilla par son absence.
Nous dirons plus loin pourquoi i: li-
nit par y en avoir un. Ses attributions
sont tres limitees. ,,
Mon article de demain le tera mieux
ressortir.



La journee dlul15

S. E. le President de la R6publique
entour6 des Secr6taires d'Etat et de sa
Maison militaire a assist a la Cathe-
drale au Tc Deum.
Lasociete philharmoniquecomposee
de nos meilleurs artistes tels que Lyn-
cee Duroseau et sa fille, Mr Clavier et
de Matteis a dharme l'assistance de
ses melodieux accords.
A l'issue de.la c6ermonie religieuse
le g6enral Nord a fait une grande tour-
nee, puis passant par toute la ville a
regagn6 le Palais acclame par les ova-
tions respectueuses de la population.
Vers dix heures commenca la recep-
tion. Le Chef de lEtat visiblement sa-
tisfait a eu un mot gracieux pour cha-
cun. Tous les corps constituds ont
present leurs justes hommages A
l'Elu de la Nation.
Les souhaits de la press ont et6
brillamment presents par nos con-
freres, Emi'e Audain, du a Pacifica-
teuro et Christian Regulus, du T Trait-
d'Union .. La press a 6t6 I'objet d'une
attention particuliere du Secr6taire
d'Etat de l'Interieur, le Cenral Petion
Pierre Andr6.
Au milieu de nombreux bouquetsen-
voyes de partout, a signaler un super-
befer a cheval en fleurs artificiellesof-
fert par le Commandant de la commu-
ne de Petion-Ville, le General Alfred


Celcis,etun artistique trophee de tous
les attributes de l'Agriculture en fleurs
naturelles donned par le Conseil Com-
munal de Port-au-Prince.
Les derniers souhaits presents au
General Nord pendant les receptions
furent ceux du Gdenral Cyriaque Ce-
lestin au nom de I'Armee et de la Ma-
rine. Le Secretaire d'Etat de la Guer-
re reitera le serment de fidelity et de
dcvouement des troupes de terre et
mer.
Le President repondit a peu pres en
ces terms
I1 y a~eux mCtiers qui sont propres, es-
sentiels A l'Hatien et avec ce geste tout A
fait national qui consiste A computer sur ses
doigts le President, enonce : Le m6tier
de cultivateur et le metier de Soldat.
Vous tous A qui nos traditions ont faith ob-
tenir le grade de general de division, com-
me une sorte de distinction, come 'in-
signe d'un ordre du merite, vous devez, si
vous 1'ignorez, apprendre 1'ecole du sol-
dat.
Toutes les armes nouvelles, tous les
movements militaires, vous devez en a-
voir la science exacte. En outre des con-
naissances agricoles et militaires, il est une
troisiame chose que tout citoyen doit pos-
seder; cette chose-lA, c'est la fraternity.
Sans la fraternity, sans l'union, notre
autonomie n'aura pas toute sa force.
J'ai remarque une chose, c'est que l'on
tend de plus en plus A faire que la devise:
Fraternity, ne soit qu'un vain mot.
Non: la fraternity, la contraternite, dolt
constituer une reality, un mot d'ordre de
salut national.
II faut que si vous etes sur le point de
sombrer, vous sentiez A droite et A gauche
une 6paule, un bras voisin et fraternel pour
vous retenir.
Le soldat doit avoir la science de son
m6tier et le sentiment de la Fraternite.
Car l'armee, plus que routes les autres ins-
titutions, mieux que toutes les autres cate-
gories de citoyens exercant leur activity
de faqonJconforme aux besoins de laSoci&te,
I'Armee est la premiere garantie de l'exis-
tence Nationale.
Dans l'apres-midi, toute la popula-
tion s'etait portee au champ de cour-
ses,. oif nous euimes A constater une
innovation: il a 6te place en face de la
tribune la plaque indicatrice, portant
le numero du cheval gagnant. C'est la
4 folie a cheval de M. Charly Coles qui
a 6t I'heureux gagnant du Prix Nord
Alexis.
Le soir la ville en liesse et en foule
innombrable assistant au brilliant con-
cert de la Musique du Palais donned
dans le coquet Kiosque 6l6gamment
pavoise, qui a surgi en moins de 24
heures sur la Placedu Panth6on, gr&ce
a I'energique activity de Mr S. Vincent,
notre magistratA surprises agr4ables.-
Le Palais et ses abords tferiquement
6claires A I'61ectricite, I'H6teldela Pla-
ce pare aussi aux couleurs nationals
dans sa belle illumination, les rejouis-
santes projections ci ne matographiques
de Mr Auguste Magloire, les mille
et une fusees, accompagnant les retrai-
tes aux flambeaux, et la musique jouee
aux quatre coins de la ville, tout cela
avivait l'aqcord parfait de la complete
reussite de la fete di'hier, la gaiete de


tout Port-au-Prince pour conmm4
rer dignement la dale constitutionnlte,
I'anniversaire de notre Vener6 Ch3
d'Etat.





RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
-
Obserxwuattodi.
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAgl


MERCREDI I1 MAI
Barometre A midi
m A. t minimum
Temperature maximum
\


762,4
22,9
31,I


Moyenne diurne de la temperature 27,4
Le ciel a etdun peunuageux danslajour-
nee, presque couvert de bon martin et de-
puis 7 h du soir. Nuages inferieurs E.W.
Pluie 9 h 2 5 ;total de l'eau rescue: 14,3 '
millim. Maximum de la vitesse du vent
endant a pluie, 8 metres par second. Le
arometre a peu varied.
J.SCHERER
Premiere Communion
Belle ceremonic religieuse ce matin A la
Cath6drale A l'occasion de la premiere com-
munion de la premiere paroisse de Port-au-
Prince. Pres de 250 enfantsdenos diffnreant
ecoles se sont humblement approches de i-
Saintc Table. La musique du College Lou-
verture, r&cemment fondue, a jout tour i
tour, pendant la solennit6, les meillenrs
morceaux de son repertoire.
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
Audience du Mardi, 14 Mai 190o7
Prisidence de Mr H. Lechaud.
Le Tribunal prend siege A dix heures et
demie du matin et prononce l'arret suivant :
Celui qui casse et annule le jugement du
Tribunal de Commerce de Port-au-Prince
rendu le 17 Mai 90o6, entire Etienne filset
F. Herrmann & Co.
Puis entend les affaires :
Adelia Joseph, centre Maltida Pierre
Laurent ;
Caristide Chery et consorts, centre F.
Fleurio.
Le Ministere Publie, Eug. D6catrel, di-
pose ses conclusions.
Vu l'heure avanc6e le siege est level.
rFerneture de la malle
Lesd6peches pour St Marc, Petit-Golve,!
Gonaives, Port-de-Paix, Cap-Haitien, Pto4
Plata et St Thomas par le sis (Caledonia.'
Celles pour Inague, New-York et I'Eo-
rope ( via-N. Y. ) par le sis GrCecis > ;
Celles pour Petit-GoAve, Jdremie,Gont-
ves et Jacmel par le sls a Valdivia se-
ront fermees ce soir A 4 heures precise.
Port-au-Prince, le 16 Mai 1907.
Mr Valery A.rcher
Le sympathique directeur de la domar
de Jdrimie est en notre ville depuis iderj
ou il doit passer quelques jours, nous t
souhaitons la bienvenue.


__





Deces
Nous'apprenons la mort de Louis STE-
HEN DUROSEAU, lwtaire i Pition-ville, sur-
venue ce martin, A 5 heures.
Ses funerailles auront lieu demain martin
Sr'Eglise Ste Anne.
Nos condolences A la famille.
Lyc6e P6tion
Sa Grandeur Mgr J. Conan, archeveque
de Port-au Prince benira solennellement le
dimanche 19 Mai courant, les nouveaux
Ctendards du Lyc6e National, dons pr6-
cieux de S. E. le President de la R6publi-
Nous avons sous les yeux le programme
de cette important cr6monie quiaura lieu
S4 heures tres-precises de l'apres-midi.
Le directeur du Lyc6e, M. Tessier orga-
nise lui-mame cette f&te don't les interes-
santes parties constituent de veritables et
saines distractions pour les invites.
Remerciements
Mme Vve Rosalva Erri6; Mr et Mme Pd-
thion Errie et leurs enfants; Messieurs Lys,
LAio Errie; Mr et Mme J. B. Leonce Erri6
et leurs enfants, ainsi qne les families Errie,
Cornillon et Narcisse remercient Son Ex-
cellence le President de la Rdpublique,
Monsieur le deputy Camille Gabriel, Mon-
sieur Jn. Charles Guiteau et tous les amis
qui leur ont donn6 le t6moignagne d'une
vive sympathie en assistant aux fundrailles
du regretted PIERRE PAUL LEONCE ERRIE, dans
'apres-midi du 14 Mai courant.
Les families eplorees leur garden une
profonde reconnaissance et les prient de
croire A leur sentiment de reciprocity.
Courses
Nous publierons demain le compte-ren-
do d6taille des courses don't l'prganisation
a te6 vraiment admirable.
Le Docteur Borno
Nous sommes heureux d'annoncer que
notre distingu6 ami le Dr J. Borno a &t6
elu A l'unanimutd le 25 janvier dernier,
imebre de la Soci&te de Medecine et d'Hy-
itne tropicales de Paris.
Sinceres felicitations.
Les vues de 1'exposition
A partir d'aujourd'hui il aedt mis en ven-
te par le Photographe artiste MrJoseph M.
Doplessy, les jolies vues de 1'Exposition
communale du xer Mai 1907, en dix ta-
bleaux interessants.- S'adresser au No120o,
Rue du Centre.


. otel Belleuvp

DIjJEUNER DU 6 MAI
MIDI A 2 HEURES
Prix : G. 2.50
Melon glac6
Radis
Matelotte d'Anguilles
Cervelle pane aux petis pois
Cotelettes de prdsale A la Salade
Haricots rouges en sauce
Riz blanc au lard
Beignets de bananes
Fruits
Cafe
1/2 Vin


Nouvclles ttrang eres

DEPICHES REUES CE MATIN
PARIS.- Voyant que l'occupation
d'Oudjda n'est pas suffisantepourobli-
ger le Sultan A lui donner satisfaction
pour le meurtre du Dr. Mauchamp, la
France est disposee a recourir A d'au-
tres measures. Le Ministre des Affaires
Etrangires a recu plusieurs depeches
l'informant de la situation & Marrakes;
elles indiquent qu I'autoritd du Sul-
tan n'existe pas dans cette ville. On
se demand s'il ne sera pas necessaire
d'intervenirpoursauvegarder les euro-
peens. On croit qu'avant de decider
quoi que ce soit, le gouvernement at-
tendra l'arriv6e des lettres de M. lie-
gnault, Ministre de France A Tanger-
PARIS.- Rente 95, 20,- Cafd Haiti
Cap 38.- Le President de la Rdpubli-
que, Madame et Mademoiselle Fallieres
inaugurirent aujourd'hui l'exposition
retrospective des portraits de fem-
mes,- M. Thomson, Ministre de la
Marine, re(cut ce matin les represen-
tants des syndicats maritimes, reunis
en Congres. qui Font entretenu de
question des demi-soldes. A la
Chambre samedi, M. Jaures termina
son discours en pregnant a parties MM.
Climenceau et Briand.- M. Briand re-
pond aujourd'hui aux divers interpel-
lateurs.- Hier, M.M. Caillaux et Bar-
thou inaugurerent au Mans le lycee de
jeunes lilies et les bAtiments de la
Caisse d'epargne ; ils prononcerent
des discours applaudis sur la politique
du Gouvernement. Centcinquante mil-
le viticulteurs du Midi organisrent
hier A Beziers un meeting de protesta-
tion centre la mevente, le sucrage et
la fraude des vins.- Six elections
municipales eurent lieu hier A Paris
Elus: 3 radicaux, i socialist indepen-
dant et 1 nationaliste.-La reine-douai-
riere Emma de Hollande est arrivee i
Rouen ofi elle sejournera plusieurs
jours.
PARIS. Rente 94, 97. Cacaos
Haiti 90/100 : La Chambre apres le
discours de M. Jaures etiles reponses
de MM. Clmenceau et Briand, vota
par 322 voix centre 205 un ordre du
jour favorable au gouvernement pr6-
sent6 par MM. Maujan, G6rault-Richard
Gousy, Chaumet, Marc Reville et Des-
saye, et s'ajourna a Mardi. Le St-
nat adopta la loi ayant pour objet de
proteger la femme mariee centre la
puissance marital en lui assurant la
libre disposition des fruits de son tra-
vail. Aujourd'hui la commission
s6natoriale de l'armde rdunie sous la
pr6sidence de M. de Freycinet, s'oc-
cupa de la proposition relative A la
condition d'avancement des officers.
- La MunicipalitA de Paris recut hier
a I'Hotel-de-Ville les Lords-Prevots et
plusieurs de leurs collBgues des mu-
nicipalites d'Edimbourg et de Clas-
gow. -
MM. Outhenin Chalendra, s6nateur
de la Sa6ne, et Pierre Morin, adminis-
trateur des colonies sont d6c4d4s.
M. Jonnart, gouverneur de l'Alghrie,


s'est embarqub a Marseille pour re-
joindre son poste.
NEW-YORK'- La grove des ouvriers
du port continue causant des pertes
de plus en plus considerable au com-
merce maritime.

PROGRESS
TRAVAUX D'ART
Monsieur A. METELLUS
184, RUE DU CENTRE, 184.
Ne cesse de nous montrer son talent.
II vient de confectionner une lampe en
pyrogravure (hauteur 1m 70.)
Le public est invite 6 aller voir ce
modest travail.
L e prix sera tres mod4rt.


---
Banque national dlaiti.

Pendant l'absencede Monsieur A. P i n,
parti en conge r6gulier, Monsieur iALL
GOURL..T signera, en son lieu et place, tou-
tes les pieces emanant du Service de ia
Trdsorerie.
Fort-au-Prince, 3 Mai 1907
Le Dircctcur.- Cii. VAN \\IJCK

PHOTOGRAPHIC
J, MIV. Duxxplessy
120, IUE DI)U CENT'I -, 120
Entre les iha,,ariCri ]a/iiit rd itB Th/'ltrd
Travaux soignes
SP :CIAL I'.T :
Agirandisseinents au photo crayorn.
reproductions.
Nouveautds
Prix mod6r6s.


Maison F. BIRUNES.
195 GRAND'RITE 9.5
Dirig6e par

L. IIODELIN
Ancien membre de la bociele Philan-
thropique des maitres taillcurs de Pairis
Vient de recevoir un grand choix d'4-
toiles diagonal, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Iiecomrnan-
de particulierement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de faintaisie et de pique le
toute beaute.
Prix mod6r6s defiant touted
concurrence.
Sp6cialite de Costumes de no-
ces.- Coupes Francaise, Anglaisa et
Americaine de la derniiere plertection.
La maison confectionne ;aussi des Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
res. etc etc, dle tous grade. .


__~






C'est incroyable
Pour la Toilette !

Malgre tous les savons antiseptiques,
toutes les eaux de toilette que vous a-
vez deji employes, sans success, n'h4sitez
plus maintenant i essayerle Lait vir-
ginal antiseptique de A. Bonhom-
me, pharmacien, qui a pour vertus in-
contestables d'enlever les boutons au
visage, de lui donner une :ouplesse
agreable de l'embellir et de conserve la
fraicheur du teiot.
MODE D'EMPLOI :- Sc laver latigure
'2 cu 3 fois par jour avec un peu de ce
Jait dans de l'eau froide.
Prix du flacon G. 1.00

PLUS D'AUJTRES!
Servez-vo~is mainteiiant de la Pou-
dre dentifrice antiseptique de A.
Bonhomme, pharmacien, qui convent
it la toilette et a I';ntiseplie dle la bou-
che. Elle est dlouee d'une saveur et d'un
)artlum antes, elle ,a',alicliit la bouche,
conserve les ldenits, les pl'se 've du tar-
tie et de li care, niaintient leur blan-
hoeur. C'est un specifilue qui iprivient
les inllamnnations des genrives causes
ipar 1'usage des preliratioins miercuriel-
I es.
MO)DE )'EIPLOI :-Au moven d'une
lbosse lttGreruent imouilile et impre-
gitdee de la poudre dentit'rice on friction-
iie les gencives et les dents.
IDdpt ;Gdec'ral: pharm acie St-An-
toine.
A.v,-- M e .IoHn 1 J,,w.', ( l.,(le .
Prix de la boite G. 1.50.
CHEZ MADAME

AltTIIUI IIONNEFILI
SI fIuc TIrt-,nfss#, s'I
JLUAII'TI II Sr -.o1-S:I" l
0.: 'Illo o Vi- :
Iluile cdi coco pure ( en glos et en
detail. ) Aiii-on, Arrow-root des Ca-
ye., ((:ufs (ie Ipouies amnbricaines pour
donner ; cover aux poules du pays,
chocolate ( de .lIrmnie ), beurre frais
( des Caves. )

RHUM-SYLVAIN
J) 'cduit d1 1-' 'Usine St. Michel (Arcahaie)
Vieillissement naLurel jusqu'a 12
et 15 ans.
I'lIX TR'lAS I(mDER"":s
Ve ite en gros et en dItail.
Mnaisoii M. Svlvain
*,
'> :ue 'des Fronts-'oir'ls.
-=-
On 1)emanide
A achleter lestimbres u:es d'Haiti, hien
assortis. par cent ot par mile. Condi-
tions tr&s avantageuses.
S'adresser au bureau du journal.


Pharmacie F. Bruno
(i7-119 RuEs IGALITE ET FEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Poudre puissantecontredemma ngeaison
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, remedeefficace
centre los acc(s d'asthime et les toux
frequentes le flacon ; P : 1. 50.
Consultations gratuiles :
Mardi et leuti dc 8 t lieures dii matin
par le D, teur. N. T OMVAS.

TIi avoir un
IV OUL-j1 I( UlS bon accor
deuretreparateur de Pianos ? '
Ad.ressez-vous sans crainle des condi-
tions, A Me. Arthur Bonnetil artiste
pianist Piofesseur de Musique.
81 RUE TIREMASSE 81
Quartier St. Joseph

Inltlllul, lt
MANUFACTURI'ERE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravates, manchelks, chemises
et calecons
Ecole des arts et mrntiers

Avis
Durant non absence d'Haiti Monsieur
A RICCO est charge de ma procura-
tion.
Port-au-Prince, !e 29 Avril 1907.


L. EISENSTEIN


USINES


ON-REPOS


S LCIlEl' TI INIIIN1;A
le plus pur, le plus piopre, le plus
ric lie en mati6re saccharine
dCfiant toute concurrence.
Tafia Sup6rieur : 20 degrees
IDEPOT GENIMRAL:


] -
(awica lBue Bonne-Foi).

Fra nCisco DESUSE
Pa bricant de chaussures

La Manufacture a toujours en dd-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et detail,- de chaussures en
tous genres pour
H1OMMES, FEMMES, ENFANTS
Les commander des commerQants
de l'intdrieur pourront tre exdcutdes
dans une semaine A peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


EFranch xemx exnt


A L'ELEG DANCE
I). FE RRARI,
Fabricant i.e chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulierement de ses nombreux cli-
ents de la C6te et de la Capitale, que
l'6t ablissenmeLm ajLaILQckL. incalcula-
ble de claussuresyuour bommas,
temmes et enfants, en tous genres,
et que, malgr6 l'oflre de cinq pour ceu
sur 1'achat en gross (50/ 0 TTSUI n ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'etablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, poncfalite
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

A Vendre
AU PRIX DE P. 2 L'EXEMPLAIRE
rr I I 1 des frais d permerhi tlans
I 1111 les triburnux de ki iHpu-
blique, etc etc, ( Loi du O3 Aodt 1 787)
Public par
Me. Charles MILLERYdictat.
Clhez i'auteur, 53, Rue Pav6e.
Gonaives ( Me Lafortue) ; Cayes ( Me
Morpeau ) Jacmel (Me St Jeau ); Aquim
(MeLs. Coster, arpenteur ) Port-de-lPal
( Dr: A. Casseus ) Jerruie ( Me Bl:n-.
chet / Anse-A-Veau / Stnateur Banre );,
Petit-Goave ( Me Cameau) ; St Marc
(Me Kdnol ).


A. e NalCie!set Co.
32, Rue du Magasin de oElat
Maison fondue en 1888.
.Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Donne avis a leur nombreuse clien-
tele qu'ils viennent de recovoir un
grand choix de bagues et d'anneaux
en pierres precieuses I ainsi que des
bagues pour tianaailles.
La mason a toujours ua grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, 9p(a l lies,
lunettes, montres or et argent, p endu-
les garanties.
SSpccialidJs: l,.igucs f anaiseses elibril
unts :i plartir de IP. 200, alliarnc|s
8 K aniglaises et fr'aniaises sur com--
ande. Service d'argenterie co-nplet
ior inarages.
Tousles articles vendus pari Ia mni-"
son sont gaiantis.
Achat de diamants, pierres 1l,4cieu
ses et vieille bijouterie a des prix avan-
tageux.
Contre remise de Deux dollar e6
tiimbres-poste d'llaiti, ia Maison Mat-
tdis envoic franc de port sous plij re
cominandd darts toutes les vill des
la Republique Lunettes ou lorgnons4j
nickel inoxydables, selon les prescflt
tions des Docteurs ou instruction
des acheteurs.


.-~C


r- i a ~G _--- -- s--~s