<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00033
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 10, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00033

Full Text
VENDREDI, 10 MAI 1907.


-El ~~~~~~ ~ ~ I ___________________-UW


MAT


ABONNEMENTS : DIRECTEUR: LE NUMRO 1 CENTIMF.
11S-OU1DE-. t C 6lrre t 1VEagloire, Les aboonements parent du xcr.et
PAR MOIS GOURDE du i de chaque mois et sont paya.
S-bles d'avancer
DIPArtTEMENTS & ]TRANG! REDACTION-ADMINISTRATION
DEPARTEMENTS & RANGER: DACTION-ADMNISTRATION es manuscrits inserds ou non ne sont
Frais de poste en sus. 45, RUE ROUX, 4$. pas remis.

Pour tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser a M. Arthur ISIDORE.


Les Rluts du R Sal

Un ami. tr ul u courant de la md-
thode d'obser 1tion applique a I'&-
tude de la science social, s'pefore'ait
de me mettre en garden centre les con-
sequences des idees rdpandues dans
ce journal, au point de vue de la tour-
nure d'esprit g4ndrale, des Haitiens.
Quelle que soit la latitude sous la-
quelle ait lieu leur eclosion, c'est g6-
neralement le propre des iddes nou-
velles de soulever la prevention et le
doute. Dans notre pays, d'upe facon
particulibre, ces idWes, quand elles
sont d'ordre social, courent d'abord
le risque d'Otre qualifies revolution-
naires.
Avez-vous fait cette remarque que
notre pays est de ceux qui s'61frayent
le plus du terme formidable de r6vo-
lution! Je me suis trop de fois ex-
pliqud ici sur l'intructuosit6 et le
danger des revolutions politiques
pour me croire dispense de r6epter
que la revolution que je pense neces-
saire. que j'appellede tons res voeux
est'celle des idees et des mceurs.
Cela etant dit, je suis maintenant A
I'aise pour faire entendre de quel gen-
re de revolution il est question dans
ce journal et quelle est la signification
precise que les lecteurs doivent don-
ner a ce mot chaque fois qu'ils le ren-
contrent sous ma plume .
Maismon ai apr cett co seq uen-
:e, on a rtientionne uie =tre tout aus-
si digne d'attention, sans cependant
qu'elle m'emeuve davantage. A van-
ter constamment I'excellence do sys-
teme anglo-saxon d'education, B vou-
loir, avec les partisans de la rnathode
d'observation, en propager les princi-
pes dans le corps social, je risque, pa-
ralt-il. de pousser aux yeux des au-
tres, bien entendu -- a la destruction
de notre orriginalitd et surtout de pas-
ser pour.... annexionniste. Les Ame-
ricains du Nord sont tellemment re-
putes pour accapareurs que profes-
ser les iddes qui ont fait leur incom-
Parable 46veloppement, c'est, pensent
certaines personnel, se jeter dans la
gueule du loup et. pour parler come


Freddric Marcelin, devancer la fatali
te histoique .....
Que ceux qui ne veulent pas l'enten-
dre seobouchent les oreilles: notre rd-
novation social doit dater de I'adoption
de ces idWes don't I'origine est anglo-
saxonne et que les Americains se sont
si facilement et si heureusement assi-
mildes-
En plein Paris et en face d'andi-
toires essentiellement imbus des iddes
latines, des conferenciers dminents,
discipleaet continuateurs de Le Play.
le proclament chaque jour et le dd-
montrent de facon pdremptoire. L'un
d'eux, M. Edmondi Demolins, a os6
dqnaer pour titre A. une dp es publii-
catfois : a A quoi 'tient td sup/'riort;
des Anglo-Saxons ? m Et ses conclu-
sions sont que cette superiorite tient
A leur genre d'dducation, A leur cons-
titution social, A leurfacon d'entendre
les aflaires publiques, en un mot, a la
manire don't ils arrangent leur vie.
Leur supdriorit6 est tblle que les peu-
ples qui relivent de ce systteme attei-
gnent et poursuivent un developpe-
ment qui tient du prodige et il- en-
vahissent le monde.
Or le monde n'a qu'A marcher avec,
eux s'il ne vent pas ,tre envahi politi-
quement: comme en matiere de foi
religieuse, c'est a sa conversion qu'il
devra son salut. Les petits nations
doivent plus encore se ranger A ces
iddes et lear- preservation est A ce
prix. Les Amdricains du Nord sont
pris et absorbs par leur mentality au
point qne, pour eux, rien ne vient
avant le travail et avant I'independance
personnelle, pas meme la possession
du pouvoir, pas meme la domination,
encore moins I'oppressoin des faibles.
Quant A la crainte de perdre notre
originality, elle est plutot sp6cieuse :
les qualitds natives ne peuvent dispa-
raitre par suite de l'acquisition de qua-
litds nouvelles ;au contraire, elles doi-
vent par ce fait, se d6velopper- davan-
tage et s'affiner. Et si dans la transfor-
mation, quelques-unes disparaissaient,
ce ne serait pas, ma foi, bien rgretta-
bles, leur incompatibility avec I'evolu-
tion n6cessaire dtant demontree par
ce fait.
La revolution que je voudrais est
done la bonne et IL'nnexion que je prd-


* conise est celleaux iddes et aux moeurs
qui ont fait et font encore la prospdritd
- des Anglo-Saxons. Je dois avoir le
merite d'ajouter que ce qui n'est per-
sonnel dans la publication et I'ex-
pansion de ces iddes, c'est uniquement
la facon de ie faire. Elles sont abritdes
sous des autorites incontestees et c'est
pourquoi j'engage avec instance les
lecteurs de ce journal it les examiner
avec conscience et sans parti-pris.

Les Scalphlandriers

L'aouvre entreprise le mois dernier
ae ptaorsuit avec le mme zMle et Ia me-
me activity Bienftt la rade des Gonal-
ves ne montrera plus aux regards attris-
tes des voyageurs la lamentable pave
tristement hislorique qui rappelle sans
cesse les horreurs de la guerre civil.
Le a Mancel allrctd pour la circons
tance est parti iundi dernier pour les
Gonaives oh ii recevra tous les objets
trouvs dans les profondeurs delay ,Crd-
te-A-Pierroti .
On a dljai remontd de 20.000 cartouches environ, 2 arcs, des
hIlices, etc. Danslacabineae I'infortund
Dr Coles, les scaphani riers trouv6-
rent un fdmur.
Par le steamer hollandaise de dimanche
dernier sont parties MM. Antoine Nle-
xandre et Seymour Dupont. charges par
le Gouvernernentd'explorerles diffrrents
endroils oh I'on suppose avoir sombrd
a I'Alexandre PNtioa >.
Le gouvernement compete tirer le plus
grand part de cette initiative de M.
Lafontant,- initiative utile, intelligence
et courageusement organisee.


l uvelles Etranigeres


DEPICHES RE;UES CE MATIN

PARIS.- Aujourd'hui, le Conseildes
Ministres A l'ELlisee sous la prdsiden-
ce de M. Falliires s'est occupy des
questions soulevdes par la reprise des
travaux parlenientaires, notamment
les discussions des interpellations sur


-ire ANNtE, No 33.


PORT-AU-PRINCE tiA71TI)


1 E


QT.TC:)' nrX X3E:T't~l





la politique g6nerale et des questions
syndicales. M. Briand fit savoir que,
saisi du pourvoi form par I'institu-
teur Nigre, il avait coufirme la r6vo-
cation prononc6e par le Prdfet de la
Seine.
M. Barthou a annonc4 la revocation
de 8jeunes facteurs des tl66graphes
pour destruction d'un certain nom-
bre de t6elgrammes. Le Ministre des
Finances d6posera dans deux ou trois
jours sur le bureau de la Chambre le
project de budget pour 1908, Les Mi-
nimtres se sont ensuite entendus sur
les measures A prendre pour rem6dier
a la situation des departements viti-
coles du midi.
A la Chambre, interpellations sur
la politique general, syndicale et ia
conduite des fonctionnaires qui s'ei-
vent i 12, parmi lesquelles cells de
MM. Alexandre Blanc, Steeg, Ferdi-
nand Bluisson, Vaillant, etc. Quatre
nouvelles interpellations sont annon-
ces d(e MM. I)eschanel, Jaures, Alle-
mane et \Villim. Aujourd'hui, discus-
sion de l'interpellation Alexandre
Blanc sur I'attitude prise par le gou-
vernement centre les syndicats des
instituteurs. Au S~nat, M. Antonin
Dubost, President, pronon fueebre de M. Chantagrel.
PARIS.- Les nouvelles annoncant
que des n6gociations relatives A une
entente franco-japonaise se poursui-
vent a Tokio, ont 6t6 officiellement
confirmeesaujourd'ui. On apprend aus-
si que le lancement d'emprunt japo-
nais sur les marches de Paris et de
Londres est ;6galement compris dans
ces negociations et que l'Angleterre
et la Russie ont deja donn leur ap-
probation a cet arrangement.
Les depches reues de Tanger
au Ministire des Allaires Etrangeres
sont contradictoires mais elles confir-
ment la gravity dle la situation.
La commission international du
d6sarmement universal a demanded au
Ministre de l'Intdrieur d'autoriser une
manifestation monstre en faveur de
l'arbilrage obligatoire et du ddsarme-
ment progressif.
LONDRES.- L'Angleterre a 6te avi-
see que la France et le Japon ndgo-
cient une entente destinee a assurer
le maintien du statu-quo en Extreme-
Orient. On croit savoir (que ces nego-
ciations se poursuivent d'une fagon
bienfaisante ; les notes changes en-
tre les Cabinets de Paris et de Tokio
indiquent que les deux puissances
ont les memes vues en ce qui con-
cernent la Chine. Quoique cette en-
tente n'ait pas I'tendue du trait an-
glo-japonais, elle fait disparaltre les
inqui6tudes de la France en ce qui
concern la security de ses posses-
sions.
Quoique la nouvelle n'ait pas ete
encore officiellement annoncee, le
gouvernerent aurait decid6 d'avan-
cer gratuitement a la Jamaique une
some de 700.000 dollars et de ga-
rantir un emprunt de 5.000.000 de dol-
lar pour I'assister dans son releve-
ment.
MADRID.- L['Iifante Maria-Teresa
est malade. Les medecins craignent
qu'elle ait contractee la rougeole don't


son mari est atteint depuis quelques
jours. Les deux malades ont et6 iso-
les des autres membres de la famille
royale.
BERLIN.- Apres lecture d'un mo-
dus-vivendi commercial entire les
Etats-Unis et I'Allemagne, le Reisttag
dcdida son renvoi A un comity special
pour I'6tudier et faire un rapport.
SAN-FRANCISCO.- La grive des em-
ployds des tramways est la cause
de bagarres sanglanfes entire grevistes
et la police.
PARIS. Hier, la Chambre apres in-
terpellation Alexandre Blanc sur syn-
dicats des instituteurs, sont interve-
nus MM. Ponlain, Gauthier de Glagny,
Ferdinand Buisson. Aujourd'hui con-
tinuation du debat sur les cyndicats
des fonctionnaires et la politique gd-
ndrale du Gouvernement.



Cartographie de Haiti

La G0olo)aphic; grande revue scien-
tifique qui parait a Paris, 420 Boule-
vard St-Germain, public les appr6-
ciations suivantes faites A propos de la
nouvelle carte geographique d'Haiti
du Gal. C. N. de Moya.- Nous som-
mes heureux de les mettre bous les
yeux de nos lecteurs. ,
La cartographie de File d'Haiti, prise
dans son ensemble, est tres incertaine, en
d6pit de la superbe apparence des cartes
officielles. Sur les cartes les plus anciennes
et en remontant jusqu'A d'Anville, alors
que le grand ouest de l'Amerique du Nord
ne pr6sentait que des blancs, l'Ambrique
espagnole 6tait dejA entierement recouverte
du r6seau abondant de ses rivieres, figurant
presque routes avec leurs noms. Les pro-
gres, depuis cent ans, sont le plus souvent
plus apparent que reels.
En ce qui concern 'ile de Haiti, une
grande carte topographique et geologique,
a l'dchelle de 400.oooe. futpublide en 1873,
sous la direction de W. Gabb, auteur d'un
important travail sur Saint-Domingue.
Cette carte fut reproduite, en reduction,
dans les Mitteilungen de Prtermann. Outre
un certain nombre d'autres sources, le geo-
graphe allemand utilisa er, meme temps
les iravaux de Schomburgk, don't les ob-
servations astronomiques avaient etC con-
signies dans une carte qui porte la date de
1858, La topographie intmrieure de la carte
de Petermann ne differe en rien d'essentiel
de la carte construite en 18r9 par le c~le-
bre gdographe francais Lapie pour les Me-
moires de Pamphile de Lacroix sur la revo-
*lution de Saint-Domingue (Paris, 1819,
vol. In-8o).
Aujourd'hui parait une nouvelle carte de
'ile de Haiti ou Saint-Domingue qui a pour
auteur le general C. N. de Moya et qui
a &t6 dressee A l'Institut geographique
Friedefichsen a Hambourg, avec le soin
extbrieur qui est la marque de cet 6tablis-
sement. Si l'on doit rendre hommage au
souci de la forme, et A la conscience de la
reproduction, habituelles qualitis des car-
tes allemandes, le fond de la carte ne pa-
rait pas constituer un veritable progress, et
t presenter de ce fait un int6ret serieux. Ce
t sont toujours les memes rivi.res tortueuses


et incertaines des canes officielles hispano.
americaines, avec une indigence lamentablt
pour ce qui regarded les forms du terrain
L'echelleconsid&rable de la carte n'est just.
fiee que pour la richesse de la nomencla-
ture, et 'A ce point de vue, ainsi que poor
les voices de communications, elle rendn
&videmment des services. Haiti attend ea-
core l'entreprise de levers topographiqua
veritables. La carte du gnral de Moya n'
pas tenu compete des travaux parties, I
plus ricents et les plus serieusement 6tudit
qui ont &6t faits dans la grande lie, ceit
L. G. Tippenhauer, auteur d'un livre -sm
marquable sur Haiti.(x) Les Mitteilungen d
Petermann ont public une s&rie de canrt
grologiques de cet auteur; l'adaptation deca
fragments exellents eit montr6 C et A des
formes rationnelles parmi tant de remplis.
sage et eit prouv6 que l'auteur de la noo-
velle carte officielle adoptee par le cat-
gres de Saint-Domingue s' tait enquis de
progres rtalises dans File au point de vue
de la connaissance de terrain.
En r6sume, la carte du g6enral C. N. de
Moya ne ditfere guere de celle de Gabb et
Schomburgk, qui elle-meme ressemble
beaucoup A celle de Lapi Les progrs dans
la cartographie de Haiti int done plusap.
parents que rtels.
V. HUOT





RENSEIGNEMEN TS
M 'TEOROLOGIQUES

SObservat oire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-IARTIAL


JEUDI 9 MAI
Baromktre midi

Tenpratureminimum
maximum


762,8
22,2
32,0


Mloyenne diurne de la temperature 26,9
Le cicl a et6 un peu nuageux peeAddt
le jour et s'est covert vers 7 heures do
soir. Les nuages inf&rieurs partaient di
SSE. La brise de la mer a ete faible et 3
dur6 de ii heures du matin A 9 heures 0
du soir. Maximum de la vitesse du vent:
5 metres par second. Le barometre 1
baiss6 tres-peu dans la nuit.
Ph6nomrne de gr6le
Le premier orage de la saison a et ai-
gnald ici le 29 avril; il a seme de la grF
sur les flancs de la Monuagne Noire.
m6me phenomene s'est produit dals
region de Limonade, de Dondon et
Grande-Riviere, A la meme date. Le leIde
main 3o avril, la chute de grele est deve-
nue plus saillante : i kilomtres
Grande-Riviere vers Dondon entire et
heures du soir la grele est tombee en t
abondance qu'elle formait sur le sol I
couche blanche de quatre centi
d'epaisseur. Le premier mai a midi les
fants ont ramasse des blocs de glace .
n'etaient pas encore fondus depuis ls
i L. Gentil- Tippenhaner, Die IAd
Leipzig, 1893, 2 vol.





Ies grtlons par suite du regel se sont ag-
glomir6s en blocs pesant 3 A 4 livres. On
a pa les conserver pendant 4 ours dans
la sciure de bois. La veg6tation en ja souf-
fert, les arbres m6mes ont dt6ddchiquetis.
Les vieillards out 6tc profond6ment im-
pressionn ; is ne se souviennent pas
d'avoir vu pareille chose.' A Grande-Ri-
viere la pluie a d6t excessive, elle a dure
de j heure a 7 heures du soir et Ie pluvio-
jmetre a mirquh 142 millimetres. : Au Cap
la pluie a 6et faible ( 5 millimetres seu-
lement ). La s6cheresse y continue.
I InJormations de M. 4 Cblwi"e 'Darricades
t de M. Henri Thomasset, inginieur ).
J. SCHERER.
N6Mrologie
Nous enregistrons avec douleur la mort
du G6neral LEONIDAS CtLESTIN, anc;en ins-
pecteur en chef de la Police de la Capitale,
instructeur de la Garde du gouvernement.
Ses funnrailles ont eu lieu le lendemain
au milieu d'une assistance considerable.
Les honneurs militaires lui ont det rendus.
Nous pr6sentons A la famille si cruelle-
ment eprouvee nos sympathiques condo-
leances.
Banque Agricole
Nous apprenons l'arriv6e de M. Neuda
qui vient s'occuper de la foundation de
la Banque Agricole.
On se rappelle que le project de loi
criant cette institution avait ktd vot6
l'ann6e derniere par la Chambre des Depu-
t6s et ajournd par le Senat.
La Lysistrata
Nous cl6turerons demain nos informa-
tionssur le Yacht du grand journalist
am&icain, par des pieces importantes qui
fixent d'une facon flatteuse pour nous, les
impressions de sejour A Port-au-Prince de
M. Gordon Bennett.
Ste Rose de Lima
Hier a eu lieu A Ste-Rose de Lima, la
reunion annuelle de association des an-
ciennes e6ives.
On a proc6dd A l' election du Bureau pour
1907-1908. Le bureau maintenu est ainsi
compose : Mme Charles Desravines, presi-
dent ; Mme. Candeion Rigaud, vice-prtsi-
dente; Vve Archin Lay, secretaire ; Mile
Amlhe Riviere, trisoridre; Mine Edmond
Edeline, archiviste, Mmes. J. Basquiat, Jerd-
mie, C. F. Carvalhoo Ernest Rigaud, con-
seillires.
D6part
Hier est parti le steamer Virginia, de la
ligne Atlas, avec, comme passagers, M"
le Docteur et Mme Pdrigord pour Inague.
Marriage
Nous avons requ le faire-part du marriage
de Mile ALINE RAYMOND ain6 avec Mr ELIE
LAMOTHE.
La b6nddiction nuptiale leur sera donn6e
le samedi 25 Mui courant, A sept heures du
martin, en 1'Eglise Cath6drale.
Meilleurs compliments aux futures 6poux.
Premiere Communion
Hier a eu lieu a la chapelle du Petit-Se-
dminaire la premiere communion annuelle
des 6l1ves de 1'etablissement.
La messe a 6te dite par S. G. Mgr Pi-
chon et le sermon fait par le R. P. Levas-
seur, professeur.
Arrivage
Mercredi est entr6 le steamer a Ferdinand


de Lesseps,, de la Compagnie G6nerale
Transatlantique, avec les passages suivants:
Bordeaux: M. Audain, M. Lion, Me
Bourget et enfants, Claire Jones.
Porto-Plata : S. M. Baiz. Dr Manuel
Assatores, Bernardo Allonzo.
Cap-Halien : Murville F6rere, Me Rosa-
bella Acensio, Helv6tius M6nard. J. Rodon
Mackensie, Jacob Nicouli, Vve. A. Pouget,
G. Pouget, sCoateur Damisca Nelson. M.
Odeide, Dr Audain, Dr Ricot M. Scott,
C. Coicou, Sten Dressen, Geor es Egel,
Justin Elie, Otto Fischer, F. M. Ahteri,
deputy Solon Monpoint, Canrobert Borgel-
la et enfaht, M. Mathieu et cinq enfants,
L. Beliard, J. Gergeres, Mile. Grimard,
Lucia Bobo, Chimene Isidore, Julia Jules,
Marie Poitevin, Frere Ndade, Alexandre
Chavannes, Agathe Bernadin, Dalvimar Ber-
nardin, L. Francois, Mile E. Siguineau B.
Daguindeau et enfant, Pauline Julien, Mile
Hilda, Emelie Laurent, Eliza Bato, D. Fan-
Cois, J. R. Valbrune, Urique Compare.
St-Thomas : Duroc Monplaisir.
Le a Ferdinand de Lesseps, est repar-
ti dans la soiree pour Gonaives et St-Marc.


o-Lotel 3BelleXv

DIJEUNER DU zo MAI
MIDI A 2 HEU RES
Prix : G. 2.50
Pat6 de foie gras truff6
Fricassee de more aux pommes
Poulet au riz
Escalope de veau a l'oseill:
Petits pois a I'Anglaise
Haricots rouges
Riz blanc
CEufs au lait
Fruits glaces
Cafe
1/2 Vin

LAUREATS DU IATIN ,,

Les membres du jury vont ac-
corderdes recompenses aux expo-
sants les plus mtritants.
Nousavois voulu savoir quel est
I'objet expose quia t6 Ile plus ad-
mire et ouvrons un concours a ce
sujet. Nous connaitrons ainsi les
laurats du public qui seront aussi
lesaur6ats du < MATIN .
Deux prix seront accords aux
deux objets qui runiiirot le plus
de suffrages.
Adresser les reponses au Ma-
tin,, jusqu'au 15 Mai date la quelle
nuo3 commencerons a classer les
r6sultats

A Vendre
Le Grand Dictionnaire Encyclopedi-
que de Jules Trousset en 5 volumes
superbement relies. S'adresser aux bu-
reaux du c Matin >.


Cie. G"lTrPansalantiFn

L'annexe est attend demaint
matir 11 courantet partira h 6 heu-
ree du soir pour Jr6wmie, Santiago-
de-Cuba et scales.
le steamer FERDINAND de
LESSEPS est attend dlimanche
martin 12 courant et partira le 13,
A dix ieures tr6s precise (U1
matin, pour Petit-GoAve, Port-dle-
Paix, Cap-Haitien et scales.
L-es passagers sont pri,'s Id',tr'e :t
board a neuf heures a plis tarl.
Port-Prince, le 10 Mai .1907.
F. M. ALTIERI.
A<;ENT.

Poudre dentifrice

SLIDEAL )

Voulez-vous avoir de belles dents et
les conserve intactes ?
Usez :seuleinent de la Po.udre
dentifrice L'Ideal I
La Potdre dletifrice l'IdeJal l est
reellement la nri>*.,l..,de toutes cel-
les connues jusqu'aujourd'hui.
D6pourvue d'acide, elle est sans
aucun danger pour I'6mail des derrts.
Antiseptique de la bouche et toni
que des gencives, elle prdvient la ca-
rie, donne aux dents une blancheur
4clatante et laisse A l'haleine une ex-
quise sensation de fraiclieur et tin
agreable parfum.
Servez-vous uniquement dela Pcu-
dre dentifrice (( 1'Ideal, ) et vous
aurez de belles dents.
Vous en trouverez a la PIiARMACIE
THEARD, an,,ll de.s rues du Centre ,'t F''-
rou, tvis-tza-is deIl'Hotel de la Commurne'.


Maison F. BRUNES.
195 GRAN)D'UE 195
Dirigee par

L. IHODELIN
Ancien membre del la Societl Philan-
thropique des maitres tailleurs de Paris,
Vient de recevoir un grand choix l'e-
toffes diagonal, casipmir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulirement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilet3 de fantaisie et de pique de
toute beauty.
Prix moddres defiant touted
concurrence.
Sp6cialite de Costumes de no-
ces.- Coupes Frangaise, Anglais3 et
Americaine de la derniere pertectioni
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits carl
res. etc etc, de tous grades.


__






C'est incroyable
Pour la Toilette!

Malgre tous les savons antiseptiques,
toutes les eaux de toilette que v'ous a-
vez deja etmpl0yes, sons succes, n'hesilez
plus maintenant A essayerle Lait vir-
ginal antiseptique de A. Bonhom-
me, pharmacien, qui a pour vertus in-
contestables d'enlever les boutons au
visage, de Ini donner une souplesse
agrdable de I'embellir et de conserver Ja
fraicheur diu leint.
MODE D'EMPLOI :-Se laverla figure
2 ou 3 fois par jour avec un peu de ce
lait dans de l'eau froide.
Prix du flacon G. 1.00

PLUS I'AUTRES!
Sc'vecz-vous iaitet ant de la Pou-
dre dentifrice antiseptique de A.
B1oiInornine, pliarinacien, qtui convent
i li toilette elt ;'i I ntiseptiit ilc a bol-
cle. Elle .et dou.e i'u ne saveur et d'unn
paruum rares, elle talraichit Ia bouche,
conserve les dents, les prrse 're du tar-
tre Lt de la care, maintient leur Idan-
cheur. C'est un specifique qui prevent
les inflammations des gencives causes
par l'usage des prepa rations mercuriel-
les.
MODE D'EMPI~- Au moyen d'une
brosse lIgarate4h monillee et impre-
gnde.de la poudre dentifrice on friction-
mr6 les gencives et les dents.
Ddpdt Gdi~ral: pharmacies St-An-
toine.
AVENUE JoiN LOWN (Laluef.
Prix de la boite G. 1.50.
CHEZ MADAME

AIITlILHl IO NNEFIL
81 RBue Tire,,Ias..w. I
SU:ARTIER ST -.I0o.v.Tr
0.: T1RU\ !-: :
liuile de coco puit' ( on gros et en
detail. ) Amidon, Arrow-root des Ca-
yes, (Eats de pooles anzricaines ponur
donner a cover aux poles du pays,
chocolate ( de .Jremie), beurre frais
( des Caves. )


RHUM-SYLV IN
Jroduit Ii I' Usine 1t. Micheli ( Arcahaic)
Vieillis-ement naluiel jusqti'A 12
et,15 ans.
P .IX TRES .1I(DI*:I,.S
Veite en gros et on# d tai!.

0
;., .Rue l/e I- roil; -i' o,ts..


()On )einaiide
A ch et rdes timlr s u.s d'llaiti, Iien
assortis, par cetl on Lar mille. Condi-
tions tr'is avanteg'eueys.
S'adresser au bureau dlu journal.


AVIS

Pour dviter tout malentendu, nous publions ci-bas les textes originaux
des deux circulaires revues dernitrement de nos Directeurs et qui ont fait
l'objet de nos derniers avis au *Nouvelliste, et au a Matin w.


CHARGEMENTS D'HAITI POUR L'EUROPE DIRECT.


9 Avril 1907.


A MESSIEURS LES AGENTS DE


La Compagnie Gdnerale Transatlantique.
Koninklijke West Indische Maildienst.
Hamburg Amerika Line.
En Haiti.
i Messieurs,
Nous vous informons qu'il a it6 d6cide d'appliquer' A partir du xer Mai 1907, pour
1 toutes les Marchandises embarquees dans les ports d'Haiti, sauf les campeches, A des-
a tination des ports d'Europe, une taxe de 2 schellings par tonne, sous la designation
a de t Droits de Port, v qui devra figure sur tous les connaissements dei ivres apres le
* 30 Avril prochain.
a Veuillez, pour la bonne regle, nous accuser reception de ces instructions par un
a prochain courier.
a Agrbez, Messieurs, nos salutations distinguees ,.
COMPAGNIE QENlRALE TRANSATLANTIQUE.
KONINKLIJKE WEST INDISCHE MAI.LDIENST.
HAMBURG AMERIKA LINE.


CHARGEMENTS D'HIAITI POUR NE\-YORK I;':T POUR L'EVROPE
PAR VOIE DE NEW-YORK
M3ESS1IEn71S LES AGENTS I)E LA
Hamburg Amerika Line ( Atlas Service)
Koninklijke West Indcische Maildienst
a ~ essieurs,
a Nous vou, informons qu'il a etd d&cid6 d'appliquer A rartir du i er Mai 10p7 Ixur
# toutes les marchan dishes. embarquecs dans les ports d'Hairi t des tination de hw-
< York ou desports de l'Europc, une taxes de 2 schellings par tonne, sous la ddsigntion
d de c Droits de port qui devra figure sur tous les connaissements, dClivrds spres
SIc 30 avril prochain.
Les bois de tcinture L destination des ports de l'Europe sont exempts de ces doits.
a Veuillez, pour la bonne regle, nous accuser reception de ces instructions par un
a prochain courier.
a Agreez, Messieurs, nos salutations distinguees *


TIAM,;URC, AmuERT.,x LT-IN ( ATLAS:; '-..RICE )


Kc NINNI.IJ i i: \VES-r IxDISCIE MA:LDIENST
A Axril 1907.


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en d(-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,- de chaussures en
tous genres pour
IHOMMES, FEMMNES, ENFANTS
Les commander des commercants
de I'interieur pourront etre exdcutdes
dans une semaine A peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


USINES MON-REPS,


SUCRE TURBINE
le plus pur, le plus propre, le plu
riche en ma tire saccharine
defiant toute concurrence.
Tafia Supdrieur : 20 degr6
DP OT GIN RAL:
23, Rue Roux, 23
(anciene Rue Bonne-Fo).


__ ~