• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Half Title
 Introduction
 I
 II
 III
 IV
 V
 VI
 Appendix






Title: Défense : M. Stewart et les finances hatiennes
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081171/00001
 Material Information
Title: Défense : M. Stewart et les finances hatiennes
Physical Description: Book
Language: French
Creator: Firmin, Joseph Anténor 1850-1911
Publisher: Cotillon, F. Pichon, successeur
Publication Date: 1892
 Subjects
Subject: Caribbean   ( lcsh )
Spatial Coverage: Haiti -- Caribbean
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081171
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000135126
notis - AAQ1180
oclc - 24894549
oclc - 01728385

Table of Contents
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Half Title
        Page 5
        Page 6
    Introduction
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    I
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    II
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36-39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
    III
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    IV
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82-85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
    V
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    VI
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
    Appendix
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
Full Text
F/ I ,


*,I


'S ," .

I '.
4r
i i `'4-.

* .
I.~ 4


4*


i~r.


%a

%M *'.


4'* C
* 1' 4-
'-I


I.
IS~2
'I
I
I-.

p **
'1 I


-3

C ~ a *'a I
~ ph I4~

A" p

bt .1"
I....
"a..
it, '

.1



-p

3. -


ph

* 'a *i
r, *h ~
-I. A
'C '%
i* 1~
7'.

~ ~
in


b


Al~r 'r: :,
.

q i0 *







t~iIU~ olf 11's1
A 4 .












5. li ic~ .:i... "Pri
;tA i C ,




















dMNW N I `
4 1























tTTlZ A .. S~*
'fit I, Irr: ~ rl II.r




















'Sn 'bi




4) eib : d ;t r f l I~:~~
0 I

1 11 ,I ~


































.4.

(Vp

aal
p~ ~ ~ ~ ~~~r i-*MSti1AIt~'
I? ,.* *P







































P11
< I : +2'-










































At I,


44L
litSR Ac'1 c.~i~
















































4:e- 4 i t"
*, I

4. f Sau-L .4-a-1' ir

A-j% -











,, .
a 4J srn aa .~."$ <'< ap .':




4-. $









1 ~~ 9 .g-
U~~flS: Sbfl' r. L "




4 S ': ?
L1 tv t

*~~~, :
V S




hiS iI f
4*99 lii' i -


if~ ~T 'rK'. it

,*&.~~~~~ uiapt-r$r5.


As Il


1






-t
9?
;~



k




~ I;


























1~




~ ~>'
$
tJ ~
I












4




1i~



.4
~



9







I ~




Ia ~






a'




























































































v.f






















Wy
























ti












".. : % "t j N
... .., e "p w '

a ". .A 'a
r 5 ..... .-, 1 ", ,
-. -- A i 3
o r NN A ~
r. ,e a$

% *~'%rC
;YIn .4i

a rt "' q r 0

r4 if if *' A.:
-hr. ,.L., ,,







I k-1 4 'K '" " m -'
.*-. ...B :.,.
r) rr
.u --,
: 3 "'' "; ... jlC : '* .~ i' + ," "
,t ,. .;. ,, .'-+ .

.. ..9 $ 14
t,;~~~'t "t~_~ "'+ 2'._-i .. ,


14


I, St ~ :



Oil
F-. %. I.





k
,Y. .
- ,, ," ...t























wCtn etie firt&4O-ii& 4~ 4
441
zA Ilk A'4
*pa i e :7,-P "r { 1
g.Ese..... 6pa u















.a r-putation "W,-,
















A 1A
4''W~dort ]a. -probt oO X4tiltt~
... .... 0' V.. . .. ......" . I



















04,
h ss,
.i- kk-
.' t, ,tt'ste. qt, s' swi "4W-ct.w4A4t
I if I.a
V. .3


































1L A a ... .') c? 4%.. O
rr 'e "

"'I
..~. ,.+
'' ,. ..

















Itr P





A'+. ,' t

't(?* .,iA -b,
,t J ,. I, C-"
,, r ':























4 ""' '"* "S. ." ( .++
"' t *, <" -" + + ""Ja* .'"*
.... "A "4, ". g q















'''4, -t ..'
r: .+ : -4+ ,d" '
P1;; .-. ,:

., % : %-'
,? .,t "....' -'.


,,' ,-
')">..~ i*.-'I "' '' '' "

:-~~~~~~~~. ... .,. .. -_-. ..,.,.+

.. !
-" "," ,.-4ti ,
"r .r "+ ~~i lu .t -'' ,
+. i .+. + ..

-" ,', "<" at ", ,
'"I' '. "' .. '' '" ':. 'I '" ''''+= ""';
.... B ~~a fi g + 4+iad& r S: ." L.
'. "`.'tf "! -q,.: .+" 4. .; n'-. ,+

', I : ..+,..
.' jPCe~ .." ept ,'
,i.~









V
1

*1
I.


~,II






it
I

1~



4~4


S'p


I0
IC1


': r~


WI
,.
u-mi a~
p.
4.
I~A .'.
~ LI


..4


*1

y




I


9


pw~Ws~
-I



de ,mo4t par rsNn
ujours gle, an. es
aient trouble 1a\atisac
'a jamais n ig6 le-cb(Wi
s rgles de la morale. -f
En est-il de m6me de I'bom ap rin k leII
on dicte une conduite toute cont'ire. O.est iB4
gard qu'il faut surlout se rappe er la fa
axime : lors m"me qu'on vous ao"aise d'&, vOi,
es tours de Notreals il fat vo
re. En effect, la vie publique a des. e ,
mporte pas Ia vie priv6e. C'est pot7~ste o
eur pour ceux qui, devor6spar 'Maiti-oa.0.
ammn s d'un patriotism ardent, rotbaqf.it,
ouceurs d'une existence paisible paqu ls t 4
s agitations des affairs d'etat; ma9s, ua1i 7i1
ette sphere, il faut savoir so confo rer A es
itWs et je dirais m6me ses brutalit6s.
La politique est, sans contredit, Il f
ev6e, occupationi la plus. noble de
utefois,.elle est, dans la -pretiqA
utte et de cormptitions, oi rg'iit
'envie et A la passing. JousC";
n faveur du paysqpour i'horipnar, '
rosp6rit du people, ne sont pa.":7i
aontre un setil vrii patriole, ai ,i
eurs, trafiquant des' ids6es




1 ,, 1 1. I.- *q
o me. Simon M-g
._,," t "" ,,p


I '_


.93';


MA,


J
..J




























I ~ A AA




EEIEin4ww~uIwimm
4 ~J'~ ;> ~
'.1 i
:* ~


iw.i:


,


S
7.


I'4j


; ~'x.

I

(









*1


~
$
I

/
4


i
I


z
4:


e ,. *'


impassible devant les aggressions uistju
temps qu'il occupe un post qui I'bligoe'l .
conspection, sans laquelle toute autorit6 s'atflB.it
s'6vanouit. Mais 1I encore, il n'y a qu'une que-.
d'opportunitA. Si le temperament de l'homme d'.
est surlout faith d'une certain endurance, qui et stI
m6me temps une force de resistance, le bon sensr;t
le tact indiquent le moment ofi 1'on doit carter t ,
lautre consideration pour arroter tine calombie '
A'onfondant les calomniateurs. L'habilet6 constei ,
0hoisir le lieu et le mnoyen de le fire sans d6chMir.
J'avais besoin d'exposer ces iddes g6n6daies, potir .
expliquer le mobile qui m'a inoit6 A prendre positidh'-
6n face des declarations faites deviant les Chamfbr s
Legislatives de la Republique par M. Stewart, minih-
tre des finances, sur la trite situation financicre qisT ..
jui a d1e leguee. En effet, j'ai beqoin qu'on ,sac*
4u'en me defendant de ses m6chantes insinuatith ,
e n'entends nullement poser en frondeur. Le r6le q i
S'ai r6cemmentjou6 dans les affairesdemon payst f ..'
te moi un homme de gouvernement, dans Y'accpi ,
Mlev6e de ce terme, c'est-a-dire un hoinme qui &eritr ...
liscute pour 6clairer l'opinion et nor poud l'agiter. J"
,omprends toute la reserve qu'une t61le position coa :,
ande; mais si cette reserve est n6cessaire,il y a :
9ioi une necessit6 superieure de parler, dans et
e faire respecter une reputation 6dii66 sur tou-tt t.k
existence de labeur infatigable et de constanate Ab ,
action. Cette reputation est ma seule fortune olitiqe
t privee: tout home de coeur comprendM'donac%-l -4'
ergie que je mets A frapper la main qi" osey tuo. ,


.Z I ,,,, ', '- .,. :'' .. : ,,..' ,':' :, ..!.


j:a, ~n,



































































































kQ2. -


I, *. "


Vol~ ~ c

















4 W i 7. ,
0 ..;-,. u lieu.*defM-


8'tat? Dans as t se
6publique'n'a jamais. j4ai
situation finane.srW dt
>r6dilection, le clou- aattoif ad
ervait que de simple.
urvient on notiveanami t n
abile financier, qi dn'a4p, .
iscordante et.m6mn. p
ymne enthousiiste "i "
'honneur de nos boniles "I
W'tonner de 1tnoe
6s, qui a t6 litt6rlenment bottle
nations.
Et A. quel propos cet hoamie-
Stewart, a-t-il jig6 n6cessaireo
l sa vertutet son a mod y",
onjuration de.q. p 4
n boulet qui, d n
St-Otre em,.
hez .nos, s' -ts
ent d'u mi.. is4 .t
tres dp*u 4

A- *L.". l .CL


x's


IL


q.
C
V-
1..
,. .,
A'
A

:~ 'i


p1.


1..-


d
"ill
-. 1.
I I.
5'
''.4


Al


" /^ .


.1


#




















K


*~ I,
Xr Nw. IA %Vm1>


C



























ordonuanc6eajm qt

-4"r I Imp




1 ,
















4"
4Wese k i*',epQl


U-1


a tutu' -list *


b As. 3S,&JEH A.*L









.1 V o





I'Iw











1.5r











































































































































































.'. -


- M


, f .l


. .


-

/1. ~


~











j a


/hi


I ~t:
ft
ft


II

, 1
ILo


4,


/ ~ P. '0.' '"

Sur 16 rapport da4 Secr6taire d'Elat
Finances et du Commerce. .
Et de l'avis du Conseil des Secretaires.4'Etat,

A PROPOS,r
Et le Corps legislatif a rendu la loi suivante .:
Art. i1r. Un credit suppl6mentaire de quarante.quawre miU .
eux cent vingt-deux gourdes, deux centines est. accordt..
cretaire d'Etat des Finances et-du Commerce comme a
Au chapitre 1er. Section Ire. Pensions. . g. 41.7
Au chapitre 1er Section 3e. Indemnites. 8.489
Au chapitre 29. Section 2e. Mat6riel. . 23.996,19
I* -
Art. 2. Le credit precite sera couvert par les frecettes ordi-
haires de l'exercice 1890-1891.
Art. 3. La pr6sente loi sera publie, imprimee etexecutoe : :'
a diligence du Secretaire d'Etat des Finances et du Comipe*'cr4
Donne a Port-au-Prince, au Palais Natiohal, le& aofi18t 180!$ "
n 88e de l'Ind6pendance.
SHYPPOLITE.
Par le Pr6sident,
Le Secretaire d'Etat des Finances et du Coemmerce
STEWART.'

Interview par un des r6dacteurs du Nt.uIea ^'
onde, de Paris, je lui ai r6pondu entire autre .-
hoses: La seule presentation d'an tdI Projet de.
loi 6tait de nature A soulever un scaodale parleme1. '
ire. Car si, en th6orie, les ministres dovent
ander aux Chambres representatives des C.6di
uppl6mentaires, toutes les fois qules a!llo
ludg6taires sont d6pass6es par les Upeos'seg 0t
6es; en, pratique, on ne recouri A ctte pror dore
ue fort rarement, h moins d'avoir .excip' 1.
iatement d'un cas extraordinaire Ai justice c .tte^-.:^

S' "' ". a,:
-' 4- P %'* S
,- ". .. :
2 aw** % ".l' '- '"'. '+ -:: + 'i l
+ +, ++ +,,.A,. ++' "<,'

























I- *~I ~

IL~W~4~1
F!, ~


4L4


LIt~&SROZ


Ifl~ WI. EU~S ~VU


~1oyiLaVa U~
~- I
4 _


. A


%i' I f"


. ,











{
4.
I


p 'L CI


f'. toote~ ses stations des arti" ow-, "Ni7
tution et du RNglement pour *. e41ice :'
Trdsorerie, il ne resort qu'ui4 faith : eat q "
M Stewart voulait inwinuer quo spa pr4d4easset! '
lui avaient laisse de ; ordonnan s et des con



ponsabilite, autoriser les paiements excedant les crdits Ugi saf
Se mensuels ouverts chaque Minist6re. -
Art. 30. 1 11 sera, sous la responsibility personnelle du Seopr6uft
I d'Etat des Finances, imputd chaque mois, sur le montant di 'a a
Srecette, un douzibne du chiffre allou6 aux different d6pa$t6
i ments. t
Art. 36. c L'imputation dora il s'agit se fait de la facon suivante ;:
chaque mois, pour'le mois suivant, le Secrbtaire d'Etat des Fjinan1
ces propose a Son Excellence le Pr6sident de la R6pabHqs
4 d'apres la demand des autres Secretaires d'Etat, d'arteir lot
some des credits don't chaque ddpartement pourra d~ipawos
dans le mois suivant. v
Art. 37. 1 Pour les d6penses don't la nature est d'etre acquittaes
< mensuellement, telles que appointments du personnel, inde .ai-
Sts fixes, entretien normal, loyers d'immeubles, solde et ration
C des troupes, la some 4 rdpartir d chaque ddpartement ne pourra
: en aucun cas, ddpasser le 12* du credit total. '
Contrat du 6 juillet 1887, sanctionn6 par la loi du 4 novembre de
14 meme ann6e :
Art. 9. g Les paiements seront effectu6s par la Banque, t Port-ar
1 Prince et dans les agencies, du 5 au 05 de d aque maous (c
c mois precedent. v
Des dispositions ci-dessus transcrites, il r6sulte : t que le1 46pes
ws publiques, a moins d'une ddclsion express du Consell 4w
S cretaires d'Etat pour cas extraordinaire, -e puivpt, pot; u
is, exceder le douzi6me du chiffre allou respeoaveep al ,,
c aque d6partement minist6riel;
Qu'elles doivent se renfermer dans la limited de la disiribu'
ti n mensuelle des credits, telle qu'elle est cobsaor6e par l'arr6tA
de r6partition du Pr6sident de la R6publique;
16 Que le secr6taire d'Etat des Finances esi tenu, soUs fa r"0
p sabilitd personnelle, d'empecher que le doutziieme don't 1 esi
pl s haut question ne soit d6pass6, en refusan tot 0aieaeq"lt qzo6d~ A
le c credits lgislatifs et, mensuels ouVerts r ohbque Miniat.rea. .
in consequence, les fonctionnaires et employ.' dl 11 .i-
ti publique, ainsi que les personnel porteuri d'eudete di i*ie e


t '1


I




j
V













































., IL


LI


)


*%~' ,~


.fsu *


1 ~.

~* *~ : -


*' Y;%-.


I .


- V N.-o-





I-~"


e4.


14


-: ~ *-~;" *) VP
V 4


Mais, en se coivrant dva cea vatI .
d'ordonnances et de contre-bons, lhabileM.
tendait surtout A preparer la transition du y
que j'avais inaugur6 de gayer r6gali6rement tous :b I
effects publics, au plus tard, dans Il mois qui sulVit
leur emission, A la pratique actuelle oft 1'escompte W
de pareils effects est r6tabli dans toute son ancienne
splendeur, menageant au ministi'e l'occasion sinon
d'y participer, au moins de dispenser des faveurs .
ceux qui lui pliisent. 1
La note de la Secr6tairerie d''-tat des finances.
complete, comme on le voit, l'expose des motifs du o
project de loi sur le credit suppl'mentaire. La pr6-
sentation au Corps legislatif de ce project de loi-ainsi
expliqu6 et ktaye, y a cause la plus vive impression.'
Le Senat,dont le r6le est de toujours garder le came
qui convient a des juges, n'a pas monrd6 son 6mo-
tion d'une facon bruyante; mais A la Chambre des
Sdputes oui se trouvent de jeunes tribuns impatients
de se signaler au pays par leur ardeur du bien pu-
blic, ce fut un vrai evenement. Une commissio I
composee de neuf membres ful appel6e A l'etudier
et c'est au milieu d'une surexcitation g6nerale qu'elle
pr6senta son rapport, don't je detache les principals
parties :

SVotre Comiite, apres avoir pris, communication des diff-
rentes pieces sus-mentionnees et en avoir delitbre, vient vous .
fire le rapport suivant:.
Tout d'abord un point capital a di attirer son attention:-
celui oi le Ministre des Finances, dans 1'expose des motifs ,
qui accompagne la loi du credit supplenmentaire qiu'iladUP o-




-q. ,t ;*


"-'#b




















































































" 4L 4 "'


Ir


wa I


1 4, h'i


X.14




J f-k^
^'. ) ," ...-


9 *














I'
A*


l'honneur de vous proposer de voter le credit, supplmIf.-
taire qu'il vous a demanded, s'elevant a la somee de
g. 44.2.2,02, sauf a en verifier ulterieurement l'emploi. Ivous
propose, en outre, de laisser a qui il appartiendra la respon-
sabilite du bon ou du mauvait usage qu'on a faith des sone-
Imes recouvr6es pour l'FEtat et depensees de telle faeon que.la
comptabilite publique montre un excedent de depenses con-
Isiderable suivant le budget des finances pour -l'exercice
S1890-91, attend que les Ministres sont personnellement res-
'ponsables des actes de leur department, ainsi que le veut
l'art. 118 de la Constitution.
Fait a la Chambre des Represehtants, le 12 aout 1891.
Michel Oreste, N. Cayemitte,Gaint Paul, M'Alexandre, J. Guer-
rier, Mx. Jacques Simon (avec reserves), A. Derac, M. Pierre,
A. Charmnant, rapporteur.
Copie conforme : Le secrdtaire-archivYste,
A. VILMENAY.

Dl)'autres, "a ma place, seraient peut-6tre irrit&s
contre le comite de la Chambre ou, pour le moins,
agaces par les paroles prononc6es a leur regard d'une
fawon si gratuite; mais me mettant la place des
neuf honorables deputies qui ont signed ce rapport,
'je declare que je n'aurais pas agi autrement qu'ils
jn'ont fait. Aussi, suis-je le premier "a reconnaitre
:la correction de leur attitude et le patriotism don't
iils ont fait preuve dans cette circonstance. Je ne leur
demand qu'une seule chose pour mon pays, que
ij'ai toujours desire voir sortir des ornibres du vioe,
ide la concussion et de l'hypocrisie, c'est qu'ils se
irappellent cette belle sev6rite, toutes les fois qu'ils
se croiront en face d'un ministry malhonn~te, en
fonetions ou hors de fonctions!
En fair, c'est d'apres les explications. dbnnds















C'P


rid U094 )k





A AI


A im Aft ., L











-or


W- ft 'o











CIL


i ..


..'. ..'


a I.


V-qP


Al













OWI *
P. I *


- It

irt


",. ., -


On y lit simplPment: ofit
sance des ali d tion ti
tement des finances et du ice *pod e
1890-1891, aux comptesw d< "o e
aprbs, a did constatde, ete. > ILechaud, cortZ0
autres Secr6taires d'litaf et e president de la Ido-
blique lui-mrme, n'y a sans dpute vu qu'uin.ati:
exag4r6 de correction coustitutionnelle, bien. expir',
cable d'ailleurs chez un nouveau venu. Maia i& ieO:,
venenum; en y ajoutant 'son lexpos m r "ti "
M. Stewart a do*nn6 a la pilule sa eueun
G'est ainsi que.celte mAem loi, qui da dt p4ss_.
inaperpue, au Conseil des Secrklaire s d'W t,.'est"']-
transform6e en une cause de scandal A la Obha;,4
des d6put6s. On peut constater la parfaite exa*tiPuA4/$.
de ces deductions, en lisant le proc*s.erbsde
stance du 2 septembre 1891 :
M. E. G. LAPOR'T. En presence de l'expose des Imotift t
present par l'honorable Secretaire d'Etat des finance~ il i
est impossible de voter, tel qu'il est formula, le consiMelran t
du project de loi.
En effect, il t sltdiL dans l'expose des motifs pr&sent4p ir
le Ministre de eces que c les allopations voteWs onwt ,
depassees ou U es >; mais it n'est pas constant qu6
allocations aiestd insuffisantes.
11 convient done de dire: .
t Considerant que les allocations bUdgetaires pV
department des finances et dii commerce. poi4
1890-1891 ont et6 d pensees ou dp es,, ,,
(La proposition mise on dlibai a
developpde par to causiU dAp it6 iM
' mande conit ta aUocAh on
e, lrounIa tet)I

4'" + : l + .


















































I ]L.- I ', J 1 I <


V *


4 k.


















UIL


ibes, lor A6.,1014


'. .0- 'A *


I.


h ~


-


I r






'1
~
4'

I,









i

































I

p


ardents t fare iff6rer une mesur qui itilait.
du but d4sir6 el pouvait devenir e4fripromnettantit 1
le ministry qui avait mis le tbue aux podes. L
d6put6s ind6pendants le compri'ent paffait&rnnt: -
Aussi bien, lorsque M. Michel Oreste, qui faiait :
devoir, eut remarqu6 les difficuli6s qu'on soulevait
pour contrarier la proposition rationnelle qw'it avai -
faite de nommr une commission corposA de' cinI
deput6s et charge de s'enqu6rir des faiits d6itMcieds "
tant par la Chambre des comptes pour 1'exeeriice
1889-1690, que par le comit6 des finances ;de la
Chambre, dans la stance du 12 aoflt, il mootra one
intelligence A laquelle on doit rendre hommage, 0n
menaqant d'irlerpeller le Ministre des finances si 'a '
proposition n'6tait pas vote. Aussit6t cette:meno .
faite, chacun se rengatna et la Chambre, dali I
stance suivante, d6cida de tirer de ses mnembres lei .
cinq commissaires appel6s investiguer sur les fits
denoncds (1).
Lorsque j'eus appris cette decision do la Chambre, p
j'en accueillis la nouvelle avec appla dissement; car
ma conduite, durant mon passage aux affairs, ne6ine
laisse aucune i quietude sur le r68suhat du' exa?
men public et parlementaire de mes ,actteOs e'.
dant, les habiles, sachant queo c'est d'aatresi qmeeit



.(1) Plusieurs dbput6s de mes amis ont vt&6i con6rb 1 pr i9 n :, '
Michel Oreste. Ceuz-lI out petat-btre agi ains dMi )t blt d -ijr* .
ter e scandal on pree qu'ils ignoraient wai sit.. i tans.
cette ff!fre. f j'ai uteuehe de a el tion d.-& r.
ne ls duae )ps motns de lear bienveikan-e. m4 on t.,.' .
.. 5" '."- .


-L ''';* *(' *' i" 4 ^ti


L


* ,





1 .- ...



"! .' i-i
ava
qoe
atri
col
nda
tior
me
pMc
tried

me
d'u
a 6








' gA
cou
I
dan
tan

res
vie


ten
me
Sbre



l*, *'. .s," i
.' ;' ,.. !"


rett qfe .e Qaramm issio na p. a % <^,i.|N^^^
ft" la Altre Mi la o i
st#enrisquel-Mle` de to fi
Sgarde, je. resterais MleTem i ,
:a plac6 un astucieux on ag ea ta ,',
erdict qui no vie ndraIit ptr m .LA- *

Sffticiellement imprimae la i *es dAYP--
it serait toujours suspeadue sur mk.tate; lka .' ..
aOion, on pourrait me la joet au visage, au grand
nMphe de M. Stewart d6nt toute l'inteli 1:
sigtd combinier de..ces coups qui .cadreA
rvtlleusement avec I'idU6 abstruse qu'ilf .
nrehomme dr'etat. C'est impta.ibl e L'e"q
anc6 un boulet, destiny A fire tant de
s,, on n'est jamais maitre -de l'arr6ter. dae. --
rse :t--:.' '--. -,
/affaire ne s'est pas confit6e dans les comit6s .ou
is les quatre murs de la Phambre des Repr6sen,-
ts. De nombreux jrnaux, A l'intrieur come
irieur, s'en sonlopardi. Les uns ont gardr une : ,;
eUe expressive; les autres ont ob4 oat r
utcrs ou ount cri6 : Que la lumiare au g
LOpondu aux uns et -j'ai promise aux xa' ^
itdnibre serait faite. Pour cela, j'bi lp-Ong
d4 les nouvelles de i.6n pays. J-ai esp6, .o.
tique, durant la session r traordinair.
es flepr6sehtants aurai, copl W. ,
.An h m dJ .. .wsq6M;fre
aVn fir de rafvre. Pc -elumi, ; mo.,



Jtue ue r ,Iblme faesnt A.rone tnatWd -,4,-,
a es net djalaiser aura dpion 1mtaerp4 .A.
slesqa~tre murI de fau qhabr dt Rprpei







-. U.,.-.E jJ ...SJ ~ 1. ~ U~ N U -, -.. .: ,.,..* U 4 ~















4A4




v41


^,
'4 ,%,


a.- '


'9 -I.
A


.~4r.
10, X4.
I* t- Mr






Passage aux affires le- aMtwod i It

probation d e nes concitoyensa U.p"-

nao d'une mise en aceIis~tidn, Ie

M'y suis-je WWiUit -00 i&ua n

chanit dans-,une hpt.N

d'gO "stes a~pp6tits, minO1xtut

cynisme le plus rep~wU

d6tails d'une~justiiair

--et. de zf6duire loar~justivle rla0

'ma~eiI-lantes d(qM. Sewa ry~u3

jeter' uIIcoup dkiWl re'trosp'of4i-1

j'ai parcourr',eng~ran-t 1e4fo ale&
.9 i P I e k










4 ..
*~~ '..' .
,)( .' ~ 9*'V
4 u(

c ~ ad


.~2 AJ.











if; 4- IF ..

a %, 44








4, A


a en .









St a, d I'ex-




-W-.t au moetotl







mL zvqia'nt Prt~oembra,



P140 IS~ir que.* deB6




P611AL'an~wo 9novice, ~faV1


d t 6nsd lanotoner-baich.








IAL.


7.
I.


i


a- ON- a


V' 4



-" S a


'06a










qui
*-a


.~' '~,




a. *~ a.


-I.
a. -


S.7*-.


* :,






I"


e


- 30--


A ce moment, il y await A creer de toute pi6ce un mi-
nist6re des finances don't le personnel serait introc
vable, si on voulait s'adresser A des gens au courant,
du service. A cette difficult primordiale s'ajoutait
celle plus grande de la situation m'me. Comment
S(6tablir un contr1le efficace sur les administrations
financibres dess(onalves, de 'aint-Marc et de Port-de-
Paix, jusqu'alors Jiabituees A ne prendre leur mot
d'ordre que de Port-au-Prince ; et d'autant plus r6-
fractaires a toute r6gularite, que les d6partements
protestataires avaient commence la resistance au mi-
lieu d'une vraie anarchie, chaque comite revolution-
naire exergant les droits de la souverainet6 ? Com-
ment allait-on tirer de ce cahos un plan d'adminis-
tration, non servilement calqu6 sur ce qui existait A
Port-au-Prince, mais approprie aux 6v6nementsetaux
necessit6s actuelles qu'ils avaient imposees? 11 a fallu
un vrai courage pour affronter tant d'obstacles A
franchir; mais je n'ai jamais manque d'aucun genre
de courage, except celui des actions viles. J'entamai
resolument la besogne, et je pus faire bient6t fone-
tionner une organisation assez bien agenc6e pour me
procurer tous les moyens d'action n6cessaires.
Cependant lA ne s'arrMtaient pas les difficulties.
Apres l'organisation du service, c'0taient les ressour.
ces qu'il fallait trouver ou improviser. On connait le
mot du grand capitaine, < il faut trois choses pour
faire fructueusement la guerre : de l'argent, de .'ar-
gent et encore de l'argent. > C'est surtout dans les
guerres civiles d'Haiti que la v6rite de cette sentence
6clate dans toute son evidence. Mais voyez la position,


I


rffimp


b#q k~ i


,

ok


'" 'd:


_~__ -~-~CYUYI*-YIS -F-l~i~lBIIGU-~fi~A~j(llr B~gp I~R


jZ~~ ~ ~T ~f ~ ~ .~ d~ Fb~W~~W
t,. *' p
A *
-


17


''


193


s' '* s'
















loquo




pierd,


Mare


maniac
quelle
chent.

Tomet
nelles
instant
eonrco
I raient
lamo:
gentj
To


d AL




v pr6tnduS.l'tre, .pdei
..ne deanat sign. 4 4..
u- navire, 'a m_
g6$ral L.gitime, so ff1i+"
ant tantbt &ux Gonaivesn r I ap
wA Port'de-Paix. D6nur de rsi or t.
cU r6guli6res, il fallait vvre du cr6it on 1.
I avec one habilet6 et ue fermet6 sas les-
11 d lparalt fatalement 4e mains qui Y tou-
:Grace A ma reputation u4e probit6 gdnjreal
table, grAce a Ia sympatb e et I'ime w
6nt jejotissais, le comi frSWbdafr IO.
a les plus critiques, neo marehadf son
re; car si on r6fl6chit a x ri.qm s que' as
ators les prteurs, on ne ut trouver 6&W.

eiine de 20 & 2 0/0 qu'il revaiieD int i,


itfois, le commerce du C p des Onat v
ie-Paix et de Saint-Marl nest paw esMcs.R
q 'oni pt en tirer des 0i. r -

i tonneau da n-
AMi&MlitWOIffIftr 'Iff '


S
I.


. qr,.,
*% a' ""A e$.nP
- -; ',..-%,
S"* : '; 4" l
4' ., +,Jh4


--3
*' -.,,,

b *
". .. *f '

': -y_









fttt
"6. ,
-. -". *,v'
"*' .


:* f <*,<-. *a


.
A *1*'






,,..- ;
*. *' '- .,.,,'., m.


r. I
, *' t'
^**1*

.- I. jj-g/^,
't'.^ -. A, '

A ^ -.


i -* ft', -' '+
.OR
q6





r


a..-
4'
1If~ *
ml.
:.1:9
('F
4

4
~;. ',


P


I


disposes se donner en hol catistee ma WO
d'h6roithmei que godr eno. rbhinmer le. prix
'.. -5 . ..' .-, '*, '.





affronter les dangers. Sanjisde grants q
afrnerlsdagr. a.. g q 41-
r4esistance, il n'y aurait pas eu moyen de sati
aux vrais besoins de la situation; et les pretetirs,*.
observaient, n'eussent plus continue A daQuner
argent, pr6voyant alors 1'effohdrement fatal de niKb"
pa riotique entreprise.
Le commerce des d6partements fotestataire
etan tepresque mis sur les dents, il devenaitde plus e&
plus difficile de trouver de o'argent, avec une Aitut
tion qui semblait empire et nenatait les prtirlrsi
la ruine. C'est alors que le Godvernement proviSi 'o
resolute de fire une emission de papier-"uon
mnesure d'autant plus excusable que le. g6nprdt
lime avaitdejA obtenu de la Banque Nationale.dIA
qu'elle mit A sa disposition tous les a nciens billets, t
Svndicat retires de la circulation et destines A
briuls, ce qui 6quivalait, financierement et 6onQMtomi
quement, a une vraie emission de papier-moInnal
Entoure d'un conseil de commercants intefl en-ts
j'elaborai le plan de I'emissioin olt toot fait agbec t d.
facon A la faire reussir, sans jeter uti trop gran
trouble dans la circulation monrclaire des trois d-p*
tenents, en particulier, et de la Rpubliqute o6a-i,
billets devaient circular, en g6n6ral. Au drn
moment, la plupart de ceux-lk mmes qui a sala
particip6 avec moi A cette elasration, ehan r
de face, se pr6parant ostensible nent r fatireo taia
a la circulation des nouveaux m illets. Maid 6
dans la r6alsation de euon plmn, adtan-tad ..ir...
*. ,,' r '"

:- i_ *' *. "* + ,.. .. ,,.
,. I: ,

















Lenir
iune]
gour
avai
tend




Sj'ava


oGdr




men
ma




eAt
4tioi
trou
tellk
ress


bOr<


a ue du Gouv enaoimet
vit fall. une bi n ge
e8s pp6tits danos des '.aiw ,1 CI"
Ite A livrer que de trouvei'q p-asi ri ei;e
, es, au jour le jour; mais lrsqu'on sutqti il :n
t qu'i signer les billets pi r l ttire monnaie,,14
n6e au I dbordements'acce. tuasiloPt, qe OtAitt
- treun danger, pour la "&se n pri.se q"
or avec la ni6me fermeth ,ix fois potfie,.
&s t6 pris de d"gotty en pprenant le dso 're
noiper qui se pratiquait, ail eurs et maltgre mes
s riilt6rs. J'avais devantices faits scandileux,
ud6 plusieurs fois au i resident provisoire.-
i m'accordAt ma demission; it s'y atail const* 1
refus6, en me repr6sentait offloieusement iqft
eraite aurait t6 la perte de ntere cause; a i11

it pas sir qu'un autre, a kna police, pat trouver
ei tancessaire pour entire nir nos forces arr46e"
Irr. aux 6ventualitis. 'Tot le temps que 'n6u
a aux praises avec i d cult6 quotidie6fle de
ier doe 'argent, je n,'avi rieii r6pondr" Aae
ejectionn et ma retraite, m ce cas, p0vai, f'
imer 6 une, lAhe d fee i D'ailieuro4J",0.
j-0 pouvai s plus facilem loi .0sir -
erin t, eM eCipaut de as ean rrai
r ^ *, A -.. -. :' ^ :' y : ^ ':


.4


'4ai
If
^.,
"* : 1 '^ "".i *

4 I ^.
. .. -. ,
". "<.",* .,%
," ;..' "y
" ,*a. -""!a.**
* 1 _
* "*1 '. ',w
-. .

: .' ; .
* I -- .' ''
... L" '" i. .' AX

,, : l,,' ,
-_ 4,
: ^ ,
.4-* .-'


S- *- t'
!*L.
*- A.
'* ,


L>q





















-a,
I
Mt aJ (
'a9 *
-I
-'a.
J

-.,~


4.
&
.4.
I.
'~ i-~
4

I














I

-I,-
"-9
4.?
I. 1

4

-'I


,. ,
".


AAw



pri~.dif Is"mars'


iJe Wei Oas r'pndu.,i .

zaIm, pawce qzkJM ~voivi*



nows nous serqina expEhq44 yv

pas provoque 1L malbui

Lant deplu, nidagiavec l'ia(nf~to '

Laisser le podvofr, -en ce 1re B

impossible, vodst-On ntr y

miii. Le chig i M.M b

cair (en'L p 4.o~

tout le poido 4u% $

son do jeWr, w~me yopma av-

Manche eapIla ZB60 1y 4tWUon

d'arranger lot~s chiose.One Prlensiuv S

cer William, 4 qnir ~e. Ctal'ufl lt

avec Il'intmhxde' a'Ouerre et dolaM'A

de Saint-MartUn IDi~piy. Que.n dit

le-prewnwjt,jr&*tIidirep.-



4,1' 4 U..., *I L







I .e
410 vt~ 58~1WUVVIW.


4V~ '~ r


,.7


1 1


'- *


m .


~ri'..~a


























. ,


pit&'
LaC
4Atarir
.4' i .*4 I'^


I.
p.1 -


A'^ ,mo'. *daR. .. p' ,do &

t 4I ,*t, 8 q
6* .. .. ,- 1. ,, *

'* i as ''6tr .' .. p.





.c-'un de vo. p^ o .6tr...







et buit en reserolnt pour vos;
es als dino' ed* ,. .a













e ii t!eeste o aitps dour v



bentuuselhent que tonu &
otfi si4 -oi -,1 oftlE






&et as Xot, -e A0
-A A 1
criaeun de v on, ousrri tre .











4s .es sqas ,o menat 1'o

ps6noheer en conMs04 nce 4
l issant atx atiret 1eo idh.


1'


Veuillez. agr6r ,



S' .
'. .., .*
'''"''* ".I.-- 2i',


p


L I


hibvea.
ie nommerpouri
yafant pQhtre.
oc#ionnD. J d
im iA ee faith


on' 4 u
iombtAiolie a ti


7: m~": .
- **' 44
I 4.
SI
It


$4 *St




-A t,' aI





4t-


A l
D. e


- VaL





Pages
36-39
Missing
From
Original


















.. .v!'




Sd'uane b

faites par MS o* art,
'1!'Expost de tifs dn

taire datL dU aodt 1 i

de la Cbaxre die Bn

du.2 oepternbreil804.

possession d'un
chives.

La Chambdst apt

Commission' tWk #

d6nonc6s a-nt-
bre co"mpl(6
''* ..Je dcsirevpe4i0*

l'esprit du

au!-. e 6na ir
"m I 4erdee'ta


meJager, je. t

S s pro.**.


f I
.' I '

}
* \ f
*' *'


I~Am


~# I* ~
,.~* *. *
1~
A ***
* I *
.7...
r.f ,
'a *.. J *
a *
IC'


r
-CM
a


C. r v


.40


F. *06-46






atake quT7 :- m- -- 4 1i0tt
2V. -. ;.a.
..... . .




tdeitieq tUo def t m gourdes 4014
.Is. |" I ,,- S.. *..1
mn rnaie 6taient en. eircultion.' I .
4" u 30 sepLembre 1889; lea, be 'omaiens ea Laeetw "
.1e re de g.12.t4789,60 don oroVeanees pen TOuvtn
'- a 1 "' I .. .. 'I...




ude ot&poer ainsti qu'il suit: *
O des missions du Ca'p-Haltie .. .... g. 333.69,3 4
a des Gonalves.. *** 284.3",06t
Sde PortAde-Pal ....... 40.610,38
de Saint-Mare......... 273.8767
a bet' ocLobre au 9 novembre de la m6me annee, le Con-
seillr an D6partement des finan 1honorable it. Saint-
-I |., .
MartiDupuy, trait, de plus, 6mis ux Gonalves g. 41.,8,,88<
de as compensables et g. 96 000 aS Cap-Ha luen, soil
g. 7e881,38 qui, reunis aux g. 912.478,60 montalant. en-
ie g. 1.120.059,98.
d ce chiffre, ii fat ajouter 88.317,41, monta' des :j
.mis i's effectudes par la D614ga& 'n du gouverne tmt pro
visoi a JAremie, plus g. 208.659,8 balance due laBanque
sur diffrents tirages du Consei r Dupuy, et g. 55,389,15,
month ant des d4p6ts verses a l'Etat t non r4gl8, da 1l octo.
bre 1 au 30 septembre 1889
S6thient done g. 1.466.4,36 e enous devion t" an :
fur et ameiesre des rentres des dr d done.



DepaEl itmentde entKritr0"E& f tos l "'







tefeui les,oenp 'absencedes a. uap- le t,.,
al satdrait emolreu ad'uter in ron j 2mte do




oi h ad p d l e- .
dori u'ces 6mises .ar0W.669,
Alexi ,pendant quo lesPr ter ouvait aux '
naive O r sa prestatio n de t6 Tritulaiio A`- '.
foment doe l'Ut.Aiaatn T r. flb dvntn ieV u '
tefeui les, enj absenoo deos aU

aal taait znerx ;ontidunaitiron 9turdo0iwd -It x1;















a Ag,


il~~ffies"0~1fi 1 I
on c~hiffrs k ionds, 88f ^14Q

traits sur U* France 'q~j

pr6parer po r le pa M.~~t
mitneut deAux C, otf owl
II aut y nmottre', d ti

I'exprunt de g. A,
LUgitieme le 9 watrs I88

conn u dbs le. rpI'ieIpn

moyens do. fInApmeBi~ne
d~a le ~rjanv.,. la; ~

50 centimes"'S-U11ei ri~
cent Iivros ee~ .4 1~
-de. oat em'pr~rnt4 4,w

de~s Cham-bio' n p O-pot~1.-

'Sornresar

Lers"pen4f 6Lt00.W
nue I'E 408 d1 Ml~

dcfivilrab1ilghtoiw It I *i

10- fl.


" f' A .. .J1


Si. h.* *I


~1.4
RI~'
f
~ ~.


"
Lr


7'- '. -W '


laK


r,-'l LA. -. r


w*
l.lta>(


w .I-, 1





S..
* p.


t '


b;O .


4 b


11 me semble que c'est ien i ce.qu 'on pent appeler
une ,triste situation. Pourtanti une fois que j'avais
donr6 ma parole au president Hyppolite, en accep.
tant la charge qu'il m'avait confi6e, je ne m'arr~tai
pas h me plaindre de cette sit action; mais je pris a
tAche de l'am6liorer, en y mettant toute mon intel-
ligerce et toute mon 6nergie. J'y ai surtout mis cette
foi qui soul6ve les montagnes. Je no dermais pas la
nuit, pour chercher les combinaisons et les res-
sources qu'un esprit exerc&6 peut toujours trouver
dans les plus grands embarra4 financiers.
Tout d'abord, je fus l'objet d'une m6flance assez
pronoonc6e de la part des gens d'affaires de la Capi-
tale, qui me connaissaient peu ou plutot ne me
connaissaient que comme un litterateur ou mekne
un Orudit, et croyaient que. j'tais incapable de
voir clair dans le cahos A' dbrouiller. Mais seul,
sans conseil, j'etudiai soigneusement les resorts que
j'av is en mains; je pus en tirer assez d'effets pour "
montrer bientot aux plus sceptiques que je savais o
je voulais aller et la voie qu'il fallait suivre pour y
arriver. D(s le commencement de ma gestion, avec
une hardiesse qui touche A la- tm6rit6, je r6solus
de payer regulierement les appointments de tous
les employes de I'Etat, en m6me temps que la sold
et lajration, sans jamais laisser en souffrance les'effets
publios quelconques mis durint l'exercice en coura.
On commenca par sourire dovant mon entreprise,

peqnait queje n'aurais pu y t nir pour plus de.4eUx
mol i Les deux mois pal6a nt sans me voi' -
.ombr; ce furent bieatt t i quatoe, cinq ,six.et .
,, ... ,' *" ... d ,1*'* .
:; : ,, ,.. ,* .. 4 :
",.. i


.-.* *.~i

'a
.4V ~

Si.',

51

*1
~- '4Z'
4

p.'










ii
I
4

a

.4


..
"V...
.1~'~~.


I..,


Av~.


qwa C


; 0 :




-5


,avant huit mois, pay l on rglp-lus de g.,300.,
sur les g. 1.660.000,desor** te qu au ji- u .in
S' 4 I ..

j4 4t "* +'






il ne restait A reglei% que g. 353.956,67 do b"' i
compensableso lesquelsn mfrent bient6t rbd auits A

pose de la Si~uation pr6sent6 aux Chambres Pannbe
derniere.
Quelques jours, aprbs mon installation an mi-
nistere des finances, je fus invit6 A prepdre pirt A
une reunion important, qui a eu lieu dans les
grands salons de la Banque de Port-au-Prince.
Diverse questions financiyres ou commercial y
furent courtoisement, maiss implement dit eutes,
entire les principaux commertails nts et danmoi. En par-
lant des emprunts du genralux Lgitime brson efit
observer que j'aurais besoin d'argent, comn a mi-us
mes pr financesseurs, et que je serais bien raise de re-
courir au Commerce et d'en obtenir des avances. Je
me rappelle que M. dAubigny fut celui qui idansisa
le plus sur cet argument. Eh bien, tout dbnub de
resources que j'tais alors, je ripostau gPrancese.
mentrses queorsqu'tion est ministry des fnancesial o est
toujours assez puissant pourmais. implement diCoer at
autantre lbesoin de soi qu'onmma besoint moide. Eni,par- e q'
ne me verrait jamais emprunteral pourgiiles, onbesfitns
ordinaires du services que je serais bien aise de re-
L Ie fait est queargument. Eh bien, toutx rdnu do i
i resources que j'atais alors, je ripostai graoeu-
'





6paules de piti-.


I,










con



-tiqu


en
ia


aven
Jama
pour
celui


E
besc
me
du(



dut
diff


le
eon


qui,
geo


Sgu
^

,'.. .. :'." ,/. -. :' .

tjamnts connoe depA .udepe.df
et.dan ls I.lles l
r .n'aijamaisemp our
du Troser. 'est s Ut deo pWi 'r4 6
Eet dadns t'Expose de klo~ituato
E publique en 1891, -1e Piient I' niefat
terms :
I faut, remarquer, disait-il, te failt m, depos fmon
iene an ponvoir, le Secr6tai d'Etat de slaaoces a:
is. contract d'autre- q.apmrt que leA.. oxetues
fire face aux obllg'Uons e- la 0.Dt et
destiny au retrait de '4 943.1 t de papie o mnale.

brisant avec la ooxtumt d'emtn'pr.peir
ins du service courant, j d* visas past eS
t au relMvemnent du cr6dittpublie et de la dlg4
ouvernementj je voulais urtout, sant mt di ,,
allfer indirectement & unb amUlioratiom 6cono-
lo de premier ordre, c'edt-A-dire l'abaisaeieat
aux de l'ihntrt, en Haiti, ot lwes-plus grosses.
,cults que rencontre le travailleoui s6riux gieat
cipalement dans la che de 'argent. ,ai eft,
inistre des Finances, -,-'o etintoontipue2e60t,
me emprunteur, dans .i6 6 aps cai-t. -
-ne concurrinc ideas u a.
t besoin 'tenp ~a4tt
n ometdaa 4a d. ...
ouveat pour eux le sa pt ,
nOt o laborieuiemep~ als a
nosbanquiers malis sent du pe-o!

'Itat en i'ils sa tkoe B nk




.v .. .. Al,^ t :. ,' :,


4-'


a.'
a
I-


a-
ci..
4,
* .-. 1.*
a
I-
'I


4*4W
,~ -
a, ~
~.
~
'a
I -

















































0 T

















'I Ot ;6



























10 4y




ti';o











10














tw







At
Ir





















10.




ov











1. 7




-"-. .'.'. +" ...f-.' v" ,..:.. ..



m Its centre 16 Gouveimneaat. ;11: ftt codviou que
cet e some ne produirait pa d'iat'tsdanslaipre-
mi re ann6eet que le sold pxista-t, apr6s ee laps
de ,temps, rapporterait aux ,teurs 0 ,0/0 ann en

cooipt-ecourantr ette combiaineson ut pen compli,
quest e tait rsuloduitai dide ce queje ne voulais ps payer
plui de 6 A 8 0/0 d'int~rkts, tWridis que les banquiers
ne oulaient pas voir ce taux figure tout-4e-oup, me
disaient-ils,dans une affaire publique. En r6alit6, plus
de la moiti6 de la some ayant 6t6 pay6e durant ia
prethire ann6e et l'autre moiti devant seule sup. ,
porter les int6rets de 12 0/0 l'an, cela 6quivalait
presque au taux de 6 0/0.
Lo troisi6me emprunt, contract le 15 d6cembre
1890, eut encore lieu pour le pavement d'obligations -
amo ties et de deux coupons echus de la Dette Domin-
gue. En ce temps-1A, les banquiers avaient absolu-
menI reconnu la solidity que mon administratfoH*;
appo'tait au credit de 'Etat: ils sanctionn6rent. .
Sfait, n acceptant que le taux de6 0/0 figurAt optmE
sibleitnent dans le contract bilateral sign6 avec
Voici comment s'exprime Ia-desnus le Pr6sident Hlyp
polite dans le dernier Exposd de la situation :


U L' mprunt du 15 decembre 18W0 a 6te fait h meilleur
comptl pour litat. Les pr6eeurs oit dftl tianir la mx&ne
valeur d'environ P. 300.000, en fraites sur France et\
P. 166. 66, en feuilles de I'exerc&ie. -18A9, h 40 0/0 d'esA
compete ce qui reduit 1'emprunt P. 400.000, portant an int6
r6t mo atoire de 6 0/0 l'an, en co temcourant, eest-htdre
que les int6rets ne sont pays que 8 le sold rest* dd, lors
de cha ue rparuition : ainsicalcul6a, ls repidsenteitt & peine


.o *- ,- a -* *: ,
*- .

.. + v + -- .
' +4. ,. *, + '' '* cj.' "4 '* .*-+ + + ,+


4..,

"9 9
.4..
9, 4j~.
~ E
~~. ~









,i3 u~
(4 *
Y *


U,


,-w. I


i


Sd'bp6ration rev6l un caraci dte
cadre pas avec unesituation financibre ien b .
C'est pourquoi le Gouvernement a pens, qu'i
trouver le moyen de payer chaque emnce dee 4
de 1875, a date flxe, sans recourifl de$ empr n iJ,
Ce d6sir a pu Wtre r6alise d6s eetUe.anpe, grdee A.li
gpstion e os finances.
f. ,. nr t .'d
tLes conaitions,.de ces emprun, sertout du.
nier,, montrent a quel point 6tasi relev6 le 6
public. Travaillant avec une teIe. pers6v6rance
I'abaissement du taux de .I'int64tt, je ne potvaims
continue A voir figure au passifide fEtat une dOtt"e&i
d'environ P. 900.000, portant 18'0/0 d'int6trts ar
an. MM. Miot, Scott et CO et Tweey, Peters t -,0 .1
deux plus gros crdanciers de. cette .6a
raient t6moigner de la fermet6 et 1(eL co
j'ai mises A dfendre les intAt de tat;
au d6sint6ressement don't j'y ai fit pre ".v6,
6te divulgu6 par un autre que m'i, je, nen' 0M,.
pas, puisqu'il ne fait pas except & (a ',lft#A
habituelle. Mais laissons encore .ne fis, la ,ah
au president Hyppolite :
.* i ** ',


J'avais sp6ci1e6ment attire votre atl
une parties de la DLtle Intlrieure, co ]
trees de la Caisse d'amortissemenit,'po
par an. La loi du 7'novembtle 18,7 ava
c nement la faculty de prendreo t ur
a 6quitables dispositions, deluiae *,
a rdts de l'Etat. v Depais la-dat
de juin 1890, rien p'av4ait$ taid
". '. .i'
1 . *. .: ..

^^i.^^ ^i~ef


1" .


I ^* 1
..3:a


ZL.5 4 9


I ,A


Kf:"~~~
































































4'I.. -.




U''
F :w


6~,


-(F
.'~ .~t

Ict~


4-' 9..A


.LA


Id.


W #AM-amag"








.~c~ 7~


i .


Dans-le mme Wordre d'id6e et
minuer, autbnt que posib, le
I l *' "


1 4


~VQC 1e.so4~~~
p ~
Is
~ I',. I
~4
4" 'I ..
.
I F '~I~*' -.-**
~'r~ -~* '*
II
9' *.~. -
F,
ji;
I *


*)


4.'


aT" _


Roberts,Nephews at Co. 4 j| 7.1 ..
IGoubaud L.rcade. i0915I887 < ,.




restait b payer que .4 6 .5 de bonds n~n dhs ?

( II a 6t6 stipuld entire MM.Miot, Seott et CO etle Seewit.mW :
d'Etat des Finances que le GoUverdtnent, kX patLt. ,
1'echlance dg.der ier bon, affectorait au pai egentdeilaU' ;
et des intrbets Nchus depuis le 1 juillet 1890, T,21 ,

droits fixes de cheque cent lives de card ,s aurer pbrIb t tar
ont accept leB m mes conditions recevanut n lar r .am

proportion du chiffre que leur doit 1'r t: 30 cesnim#e sJtr let
droits fixes de chaque.cent lives de ca6 4erornt minsi aft4 .'r
au paie vait des intjrats et it lamor.Ts Pnet do cet4e 'tie.
de la Dette Int payereure.41,6 bo
Des le s avril dernier, MM. Miot, Sc ott et C o etole $obu
Larcade, don't les derniers bonds taient 6ehus, oen om ,
apercevoir le montant des affe ctatio s conrvenues. r6It




Capital.. --. . .* *.4 5. I

Bo nsnon echus....... .48. ,:,,


d fmoins. fslu988,44 seoime ,' O
touch6e a I'aide des affectations, soaiLt 44 -8 j!
aJ'estime quo dans deux ans etdaieinhus on tri a, le-Py
a30ura compl6tement pay ctte some a l'aide des aff
o Capital., 4 .- ., ,





ions convenes. .-.
i '. .' I .' 1*.^


^
A^










Ar"






'If

sane


loi dul


sion, t


com
est, el
cutif



est ulj
aDI



mens,


eeonoi
.I~tpul


be
~t*ie
2~ r~IIe

' C -

* lid.
- I. V
C. *
I,'-.. *
~ '~

P1


ft jne partie da* avs~A~
quo lui ainfiI
ionfl68 pAr les Ilois d,4-no#i




;,.,Dons le- na~me docai~
:e pr6~d eat lyppolite di


*A




-m" -r--:I .7.. f ,'. K.t
tij~

Iotftiel otlie


41t
4 8 01#

it- ce qui


lous ai entretenus, 1'annee erneib, AMesieurs, de,
3' novembre 1887 qui accord i la Banqtue u ew$w,
ii de 1 1/2 0/0 sur le montant de billets de. soh .
,out le temps qu'ils restent en ~Ireulaton. Le tSd. .
des finances a pu oblenirt 4e gre a gr6, qu ie
mission ftu r6duite a 0 fr. 75 (Of. Totte r6duite qi'eU ,
le ne s'explique pas davantage; mais le Pouvoir zx6-
t les Chambres de 1887, ayant engage le -Pays par
i constitutionnellement votee |t promulga4e, il a bien
1o contenter provisoirement 4e cette dithiution, qui
e economic r elle pour I'Etat.
e mkme que la Commission sor le montent des billets
>ar la Banque, cell de 2 0/0, lui a 6Wl accord*. par
itre loi du 3 novembre4887, sr le mnontant de chaqe
alite a payer, a ete6 r6duite, ojouns de gr6 a gr6, k
0 i0/0. Ces deux reductions c nstituent ensemble uOt
mie annuelle de plus doe 08.000, en faveup de la
.ique.


r4IMvement de. notre or~di'' pubj~ioed
*1~ renaar-quabtes AtA In e~.r, avP

pent iso r4perwuseioif 1"A z our,


*k4


An



4,





AP-


[w u ir thmlftL1Eia



IrI


.I




- II,


IG~T 4~


, 0T t,^4


4.4
.4


.~' .4 4. g. *.44SI~ ~ .4~,S1 ~* (4


.4, :


F


.. .. -" ^ t t' '- ^ -'^ ^
de 1875 4taient cotmes & nMoinsd O fr
cembre 1890, elles trouvaient des iacheteits A 47.ifr. .
soit une hausse de 37 francs par obligation.
Toutes les lettres d'Europe, particuliArmfent de la
France, avec laquelle nous avons les plus fortes
relations commercials et finanei'res, etaient una-
nimes aexprimer l'admiration que provoquait a a- .1
nutention des finances haitiennes et la consistence ."
qu'avait prife notre credit public,'en cris~quenoe de
cette heureuse situation. M. de Montferrand, adti.r
nistrateur de16gu6 de la Banque Natjonale d'Haiti,
'tant a Port-au-Prince, regut une de ces lettres qu'il
eut 1'amabilite de me communiquer, vers la fin de
d6cembre 1890, sachant, me disait-il,'a satisfaction
que je devais en 6prouver. J'en fus r6e eunt en- -
thousiasme et je ,rus au Palais Nationati trans-
mettre l'echo au Plidepnt de la R6publique.
Je trouvai Son Excellence travaillant avec M. Ste-
wart, qui revenait, la veille, d'une mission confiden-
tielle don't le Chef l'avait charge auprks d'un d' ses A
lieutenants. Je n'avais su indirectement 1'existetce de
cette mission qu'apres le d6part du chef du cabinet .
particulier du Presideznsur un navire de 'tt, et '
j'ai toujours ignob n quoi elle consistait. C'6tait
d'ailleurs l'affaire de mon coll.gue de Itbitrieur et,
non la mienne. J'abordai le Chef deo 1'1tal avAc
enthousiasme et je lui parlai, haute voix, die a
communication que je venais d' ir~ le Pr6ide At:.
me repondit, demi-serieux, demi-riant : Og N Pf
cite de notre situation enotre situation eotre credit et enhaf
a l'ext6rieur, mon cher Firmin! mais il n'en .et e,1



.. .. .' :'.'










..g ~*~''b
.z'~ *~jP


dock


- coup
20 j(
d'act

pdril
mon
fit"le


Splus
tion


S L'
et s<


ijagmre je~dstidz
nItj~eiteuwisa of epr
4~e no-%eflort ea-favokit. in p4t o

O bras fie tOibm0i3&a-~ 112 p~
et d'a lt~res et UwtS -dA.!VPO6iw~v
"t que, d6.4orpiais e e 0p U IspMr
ifaires.
bptis, mrillehiicideIats seo nt ro ls. vtl..i1r.
~,pour me rendre, la situation into Ne. D V
fnvier 18 ;j*uspe '~re prilePsdri

epter.,maa admission ;' mat uine affairs des pWS
lem ~po)u letpays se pr6
.pIDIriOtis, fe, cq e W*r po1ll qeiWw
aiavoiif de.- rested a K a ste que j e ne o ~iux'4
dAnner alorn, Os- is~r' I& ~
pnIlbles m'dooinvites. Jo eux Prl d
dui MmI 1~~N~dse de-s Pr~ 4Ix*i a


iikoire est coinnue °' p 6gcisti*z, d400ioaie'
abreouses, d~w' sIeqil~eI? .le c.dip .FL~I~
1h 6 .40.81t enc6're A s.er lia tote~ d a j"6
au bo IaP tj~ A Jl
t *y, oi gilt
I A r A.


k --


-if-
~f**
1~.
.1 '*'~ *~Y~
$


\Jf 4.


1*


-'~r
~&'1! ~


I .-





+- lUTI + .


Sc6t, pai les ennemis du poVi uei Be
.. chaqueotar que de in'assas8iner; Ittarit,. ~
S" ;' d'intelligence et do souesse iplom
Ssauvegarder lintigrit4 do notre territoni a I
descendre compromettre dire WMnz~tOa!o io.U..
I-


tement la moIre e parcelle de l'bonntr nati.,
su h ar er d '++ '' :'' -i "!!:':
surcharger d'un centime le poids dti tr sor.. P
j'etais d6mispionnaire, ayatt rg" me foti
depuis. le 3 mars 1891 et n'attedant fue la r" *+
du Chef de I'IEkt pour prendre i ong* du MiW it ,
Le hasard, qui coincide souve t avec Ia o ,
agissante, a permis que l'affaire du M6le Sain.i .
las, que j'ai men6e A bonne fin, ~a le concouts d .
personnel, pas plus a l'4trane r .qen Hai
re6gl e A temps pour que le Pr.sient. de ia .i'
blique, en rentrant dans sa bonne capt f ..
point son regard attrist par les ieux eseoadri.
Marine amfricAine, qui constellaient la 'r
Port-au-Prince des plus puissants vaisseauxjPiq^:
Spossedent les Etats-Unis. Le Chef put soj ri'
cordialement aux vivats du people qui, en
tant sa rentr6e, fatait peut-etre aussi le dMp4.,
ces navires de guerre don't laj pee tnetlailt
le froid et I'inquittude dans l'Ame de+ c a "
citoye. a
V '* ": -';'*
*f .Tout 6tait consomin6. .
J'avais, dans I'espace de dix-hfat mor~k,
nei la dette pubtlique de P. 3.60,4 .46 2, i 4
18 1/2 0/0 du chiffre existent a moment o '
Sales renes des finances. Le oiel avait bien "'It '.
ma carrire de minisrae ait # e
C ,, ..- ,- -a -
A 'f .... ,, ,
C. C d .
S. N'.+'" -, ," "" .. ..







71 """1




d'An nliveatt etignd serve" rendu. A rnie pay ,

et A ma race. BWnissons -le Cis. .

En rem1morant toutes 4es phases de cette earriMre

relatihement court, mais sti. pine de resultats en

faveur de la RWpublique, r6stUt ts qui, en tout autre

pays qWu'Haiti, eussent suffi pour dr6er A un citoyen des

titres imp6rissables au souvenirs reconnaissant de. la

nation, on peut croire que j"ai I'intention de m'en

servir comme d'un manteau, pour 6touffer I'accu-

sationj qiui est sortie contre moi des 6%clarations offlt

cielle de M. Stewart et que, nouveau Spipion, au

lieu de me justifier, je serais terite d'inviter-le people

A mo ter au Capitole pour ert rendre grAces aux

dieuxt Mais, tout en admirant la fiert4 iu, grand

Roma n, je suis plut6t enclin A me conformer' au*

mcturs prosaiques de mon tempps. Aussi, est-co de

plain pied que je passerai sur le terrain de ma jus-

tification.


4.
54


71 *


S p.
* .5 .. I
.5


S..



.5





S...


A;

i.

I,

*"~ A

a. ~
~r.
'.1

- I
S
-:

.5** 9 5*55 4
~. ~
I. ~
-~


~, ..g
a


SI








4

4


. A
'~1
-I


.1
.1


44







~S4. )Ir~


I '** '


l.-


Tl-


OP -
;~t.
I *'
ii
I~.
-a
IJE




J'aborderai imm6diatement les faits consigns

dansile rapport de la Chambre des Comptes sur

1'exercice 1889-1890 et d'od il r6dulte qu les d6penses

extra.budgetaires effectu6es par les divers d6parte-

mentl minist6riels, du 1" octdbre 1889 au 30 sep-

ternbe 1890, s'616vent A un chjffre de'p rs de deux

millions dq gourdes. Malgr6 nia meilleure volont6,

je n p'i pu avoir sous la main cot important-raPrt,

de fagon que je me trouve dans la plus forielle

impossibility de m'appuyer sur ses details. Cepen-

dant je prevoyais, en some, les fails qui y sont

con siat6s.

Aid premier coup, une telle constatation a quelque

chose de saisissant et qui ne leut manquer de fair

la pl s vive impression sur I'esprit public. Lorsqu'un

ministlre a discul6 avec les repr6sentants du pays :

les aoyens administration qui lui sont indlpen-

sables pour, bien gerer les affalres de 1'itat, en pour-

voy'nt aux n6cessites tant mdrales que mat6rielles

d'u bon gouvernement, on oomprend difficilement

que la pr6voyance des hauts administrateurs soit

tell gent fautive, qu'il en Ar ulte un kcart copaid6-

rable centre les provisions bue taires et la, ri

des. eetuations. Le p .iys.a raiat d Iwc le 1d

.- i uvoirAdrieusement-uie i r litai desin '



,. ',... '' ,' ., / : /, $ ,-, ,
: ''" "I ,. 4

"'"~~~~ ~~~ "L" '' '..


t,
a.
i


* ,,~.





Ia


I a
J a.,

I
'-' ~I


Vt q~
-.1-a.


-a., I

at
~
-a.,
-'I'
a ~
.4.'
A~


,










n-est point ici .e cas.- P W^ -
d'autres terme$. je citerai 1 p
foutnies h unjournalisteparisien das .t
public A Paris et reprodiQdwd'a ns e
d'HIi'ti. .

SNotre ann6e financi'reom.COnen l oe o
date de 1'annee 1889, iA n'y ivaina i d
discut. ou vole.' flde r6gUlaris0r, a#ami tfidi
la march de l'admintstration finan I Ate, -
provisoire, en 1'absence (pluLOt lanom' stx1 e 'dsi
16gislatives, 6mit un d6cret, par lequel i remib er "
loi budg6taire de l'exercice 1887'-1880. Tout. eid
regularile administrative a obtenir -par 1obseirzk4
, get precis, pprsonne ne pouvait se fa. il4
bilite d'appliquer A la letre le budget. d. ,,'eI c
aux exigences financieres de l'annee O.4,
que le Departement de la G erre &t d la M i'f
jusqu'au moist de decembre 1889, plu deo 8(6OO'
pied; quand le budget ne prevoyait q le I canow.
la solde d'un contingent de 8.000 boiines. Apr
civil, tous les navires de 1'Etat 6taidnt- enai t
Srelamaient des reparations, le nombe e
des acquisitions fates durant la lutte. p ,.;$
Sdu fNpartement de linleriettr et de l.
rent se reoferdaer dans lei pteion.'-
*., le MinistBre des T'avaux fiaNts,
faire d'6normne defses pour
let Relations ext6e uresu "r
tires, par- stie ds frais de g& '
d'autres depensea "xtra6rdhia .re.
blen que noun wreuun e .hie
"' extra bud tM'" "a a

: ,o
,, .
As





Jel pourrais bien m'en arreter 1la; mais ie connais

le cOract6re de mes concitoyns : ils ne manque-

raient pas do me demander comment so fait-il qu'un

homime de ma competence n'ait point song6 A r6gu-

lariser, au plus t6t, une situation assur6ment anor-

malI, mais don't 1'irr6gularit6 silencieusement accep-

t6e emportait, pour lui, de si: grades responsabiHi-

t0s? Juridiquement et rationnellement parlant, ils m-

raiet absolument dans.le vra. Aussi dois-je donner

ici de plus amples explication de ma conduite.

J'ai toujours pens6 que lorsqu'on accepted la charge

de gouverner, on doit parfois assumer, sans our-


I ________


-. _. I '. ,


vbre nos finances, le pays, aun d'avoir eu Ise meo .te
d'un kros deficit, a vu. pour. la premiere fois peut-treW toutle
les obligations de l'Etat eitr acquLtties sans atermoiement,
beaucoup d'anciennes dettes liqui4Oes et payees, I'Eatt ne
devait rien sur r'exercice 1889-18S, a 1'poque de sa liqui-
dation definitive ayant lieu le 31 db6embre 1890.
SP-eut-ftre, ai-j6 ajoutd, 1'enqnute parlementaire d6cou-
vrira4t-elle que certain ministries nt fail payer trop cher a
l'Etat des travaux ou des fournitures, ou le materiel n6ces-
saire aux services pitlics; mais si la Constitaition rend le Mi.
nistre des finances responsible de toutes'es depenses d6pas-
sant ie douzieme budgdtaire. les Chambres jugeant en pleine
lumiere des faits, ne peuvent manquer d'etablir les respon-
sabilites individuelles de chaque Secretaire d'lEtat. Sous ce
rapp rt, je suis absolument trihquille, sachant n'avoir jamais
toucl 6 un centime cons itutionnelles, ni fait de faveur a personnel, au detriment
d6s ihtierets du people (1).


%7A


F..
-.

'4
<1
-I


V.
I
5;
'-I





.,
I;
t p
a -

A
*1$
*'1



-J


I:


(I) V#yez 1'APPENPICE.


.1
'1-
SC
-,. *. S
~. 5~I,
.~4-* ..~


V .


'C


',Rt~*u
I


I 1


. okk:













0 I
'~ -'
~-~* .1
'I
4
*, h
'a
.1

4 /
A'
'F-.

















7 #~
'4' '4

441)



F /
I, ~
,-I


I.
f
~,

V


rI
F-&AiL

--h


p


I


scietuce e-st 4rO~te et-forte, a~

leg affaires ipudbiques, ppre Avi'ai

procedire minutieuse q? I'. est

seraijentle. Plus lsouveW tW

malheureux, doft la tb~tiuiie

I?6pre, rongea nt 1autorit6,dg1 1I

raldisant p^6u A-peu s nd Ja

Le, budget. de 4 887 888af4I6

tionn airement, mais prena'tit 0
1'a rt. 192 do la Constitu~tjont14-i, q *w 0

actes cduiGouvernaementpioit'i

mettr'e en,.r~giev apr~s, Ia fojwA

binet *Ap~eI6,p l~e p~'sidea- Hy

au pouvoir, r ~qurIIIr t1 ~4


leur premiere r~union,4eFf.I -

nem l eis A 4s, quiRA43


seul correct iret 11'en a A6*-6q,

gecrktai~res. d'IAt~t. d!Odac$r

S'est. demand s P, qu ello e

faire cde ju vt1uati

le., GouverneszfrI wIai.fa

thw. Ih* E. 1L4tqd-. Uq


-. '" T ~ fI -


- A.


T**r


.I I. -


ir ., .' j


b.', 1,e .7 "at Br






, .* .. 4 '- .,,
-. I . 1 ,' .r .. -
I. ,



ha 1aitm pottque,-pu qu -,ter i

de jutf de l'exactitude de s valuatioAs et encore

moins capable de ptendre'l'eng gement de s'y renter-

mer, en face des 6ventualit6s i suivent toujours le

reta.lissevment de I'ordre, aprs une longueoguerre

civil. J'aurai le courage de dire que, tout d6sireux

que je me suis toujours montr6 d'imposer l'ordre

dans l'administraUon de nos finances,je fus le pre-

mier & soumeltre ces r6flexions A la d6libdration ;du

Conseil des Secretaires d' tat et APles y faire pre-

valoir.

A @t6 de ces considerations, d'ordre intime et mo-

ral, pour ainsi dire, il y en avait d'autres de poli-

tique pratique, que des hommes dItat ne p6uvaient

n6gli er sans demontrer la plu mnalheureuse impr6-

voyance. Le gouvernement, is u d'une longue lutte

r6vol{tionnaire, au lendemain 4e la guerro civil ofu

t9ute les passions 6taient encore eantffervescence,

ne d vait pas courir pr6matUr6mefit au devant

des d seussionsparlementaires, sur un terrain aussi

scab x qu ce dses yens d'action. 11 y

avait d'autant plus lieu d'user de circonspection,

que e cabinet s'6tait gen6ratement d6sint6ress6

des elections. Les influences d'autorit6s locales,

qui oit pu se montrer, qa et 1&, dans certaines er'r-

conscriptions 6lectorales, loin k'rtre une cause de

s6cur4td, 4taient plut6t un. m4.if d'appr6hensions;

ear ls sentiments de r6sistane et de rancune que

ces influences isolees 'et abitr res pouvarent avoir

soulev6, ceonstituaient une 6ti tme A d4chitffrer. l

est v at qe le- Pouvoir ExctaC avaii piaine 6io



.* S
4 *. t 4 i } *.
. r -. --I *'. t .. .
.-,, *'.. e1 ..- ,- -. Z 't. i. o ..' ....


S.' **~1.
I.
.n PP
.2~ *.
.4
.4 -.
5.
a.


.5-

*. '0
4 (I
* 71
r'W.
4-

-4
'0
A

*t-45
$
.4..'
.4
S.--
4.4
'a
.,. S
4,
."~1
C
A


a
47 .5
-t


*


I


*


'

$4
.4
4 '4
I.
SI
4#-
.4

At


A.


ItI


a







fl ambe ,.n U '. Ail'
"". .
rit6 qui, serait 1epre.sion. "
d'alora; mais sa 'oa poavat,, .'3:i
-*6ta nas autV .is 6 h
Svernemental.
GCopendant, malgr6 toutes.e i
petites difficultWs qui avaient x d'Etat des Travaux publics etih
penses de ce d6partement sans b1ldgel
sugg6r rent 1'idA de tout atoron r p* r itt
tuation au clair. G'6tait, si je me' appee,, vit
d'avril ou au commencement de' mai 1800.- ". t
Je m'ktais mis, en cons6quence, .A bit 60lisr .
2 evaluations de recettes, de f,80 -tut ;
bonne fin, sans rien laisser.au, -a m
sion 16gislative s'ouVrit bient6t. I'E
tuation gndrale de laR4pubiqz tar
Chambres, Ie Gouvernement ane0 r4a 4
quer dans les fiftset gesles par.l naites
mencement d'opposition, je nedi ai paq y
mais ce qul 6tait us ..grave, .14id wAer*OWN
tante, dans laqUefll on 6tait incamU. lfiBL''i"
S.. direction des influences, ni leUp .itp:
' Le faith s'tait manife t6 d6s ai
age de l'AssembWe Natioale 1

A-., va,
On on 6tait ecoreIh 1 4
plai+ pdnibl sOule
la hamb.d R

t" .W'o" 1- is


"" :"- + + K >,. ,~ ~ .. -- 4s., ,,
-L- .'-r-- l





4 i4


-~ ~ 4 ~
* ~
1~
'4 .4~
4.4
.4. *44.4 ~
.Y -
*15


OT


d'Etat des Finances on pluitt ceiui de PInt6rieur, de

qui r live I'ordonmancement de cette nature de 4d6
pense se renferma dan l'6change, avec le pre-

mier, d'une orrespondance qui allait chaque jour

s'aigrisant. Le Gouvernement avait d6cid6, on Con-

seil d(s Secr6taires d'Etat, -de ne pas obtemp6rer

aux njonctions des d6put6s; mais par le jeu

pitoyable de la politique haiti nne, .toute la tlut

se con ntrait apparemment co tre le ministry des

Finances, qui n'avait pas voulu, se rauvrir, en d6-

couvrant un college, dans la crainte de trahir la

faiblesse d'un cabinet, d6s lors1, sans cohesion.

Quoique, en politique, on ne s'embarrasse gu6re

des souvenirs g6nants, le president Hyppolite doit

se rappeler le nom de celui qui attisait clandestine-

ment le feu, en insinuant A ses collogues qu'en haut

lieu, un grand fonetionnaire auquel la Constitution

fait unp condition pareille A la leur, sous le rapport

de la nature des espdes A percevoir A titre d'indem-

nitks, tait pavey en or.

Les d6putes chuchotaient et ils jetaient ce fait,

common un supreme argument, A%eux qui contes-

taient leurs reclamations. II1 m'a fallu un courage

vraime.it patriotique, pour adopltr une conduite qui

vtnt in'pinement mettre fin A ce malheureux trail[

lementS, sans nuire au prestige, du gouvernement

ni forcr ,la Chambre des repr6uatants du people

A pren r une attitude, qu'elle (t- croire blessaltte

pour la dignity d'une assemble Iarementaire. Tout

fut r6g 6 par un jeu de'mots;m is dune faqon pr6-

m16di et Voulue.

< I:



... .- ,* .' .M' ^**- 1. *ie *


CA'-4


5.5



I
J. -
4.
.4,
I
*4
44%-,j~


A


EMIL




4~AMA4l





















1.;
I





c
V




4




I'
I.
F
.5;,

I,

I
1'
v~.
I-'
51 *
a


I A.


I.


I, ,


x'8flSohiv i e cs Oe
compable pOr6i"it6 e que r
nement dans~ T'aienture d.p
Chamb eircore novice, m
une vote p6rilleuse, wn" pojet-de bti
don't la discussion n'aurait o t q oa 1'
plus p6nible scandal.
Vers le mois d'aocit, par stOite d'ane hLe-i qi
dienne, de nf part, pour nteIir les.46pe!
publiques dans des bbrne& rad sonOablesd .
ministlre du general Hyppoli .p
agr6g6, avait disparu, sauft ,.Mn
secrdtaire d'Ita t de 'instrceti .pablq el
j'avais le temperament de ceua qui Ri:
rien la dignity d j'aurais. bien pu profiter de la tI ak-- te-
collfgues, pour provoquer la-d*ma .aux, a *. t
de credits suppldmentaires- qdi, en nat&'
qu'ils m'auraient couvert,.aunr&entd1airert1ie'
tre les motifs de la lutte que o so1tOai
d'haleine. Ce serz t une double i,.
comment:expliquer la partit i ~Uoi
Secrdtaires ,"'Etat, &r :,idA.
Chef de iA"4, toutes les
-quelles les d6penses excess "V
mieux aimr en accept6ert,'
uMe rbservaot de ftjre .b"
spires,. lors ide la '-t

e -pte's1 P. 4


Ui '






- -


f *


a.


F. wrl
j W.A


4 i ". .. .. I *.' :

form, i'un bill d'indemnit6. vais daileurs, pour
me dlieder A agir ainsi, cette raison pratique: le
gouv tnement, qui a dbjLproutir sa valeur adminis-
trative par des r6sultAts inco4testables, a toujours
plus de force devant les Cham res 14gislatives, que
celuii.qui vient A peine de nattr et qui n'a encore au-
cun titre A l'estime publique.Sij'ai commis une faute,
A mon unique detriment, en me.laissant ainsi A d6-
couvert dans le but de couvrir le gouvrnement, la
g6nerositW et le courage don't elle Idcoule seront
mon excuse devant le pays et devant tous ceux qui
ont tine just id6e de la responsabilit6 du pouvoir.
D'autres, d'une autre ecole, ~egoistement habiles,
ont eu le triste m6rite de penser et d'agir diff6rem-
ment. On a vu, l'annee dernibre, ce scandal sans
precedent, en Haiti, de nouveaux ministries qui se
pr&eOntaient A chaque moment devant les Chambres,
pour d6noncer leurs predecesseurs imm6diats, en de-
clarant que les credits budg6taires etaient 6puis&s par
des d6penses excessive don't ile n'6taient pas respon-
sables. L'un apres I'autre rep6tait la mr6me antienne,
sur le cliche invented par M. Siwart. A-t-on bien
r6flichi, cependant, aux dediotions logiques d'un
tel fait? N'implique-t-il pas rationnellement que
tous les d6partements ministbriels, c'estA. dire le gou-
vernement entier du pr6sideOit Hyppolite, se trou-
vaient dans le plus affreux d6ordre, avant l'arriv46
de ces vertueux secrktaires d'itat?
01,1 dira-t-on, le President de la R6publique n'est
pas responsable deA ill6galij6s ou- des exactions
commisespar ses ministres.Sa per'sonne est consti-


lk


^


7 .4
,
*4-.
*iw ".~
4... ,~
4* ~*
*
...

I..-
F


























.4


" livl.






ilk


U'.
I.'
~ *~
U
'I -

p
*1


V.
~A7\




4
Y


I


ed


'a
























































.1


.


iveiiles on MOt UnaM

on ri~pudie hiulesinet hla

fa~tex par 4cion du CoA68il
pz6sidk rpar 'Pr~sident tie a bun.i

Ar~e part kAcivveaux d &b~*ti [I 1ee

d'ietes iso s ttribuables Itte ou t 4




leMR0, en prGmflgIigt htIWart~ ds4~

cbaque M0i9. -Si la reeponda hiti~Ujrindq4'

pense% incoo-be partipulibreMeMtau MMq.


pay6 Ia respnsabifit6 morale e pali1~

la gmuk'ae ie descbMO 'd~

Pr~sident de i au exiw


n1ftIes qoi oatpdti#ad


la 04~Ptbiqm o''iinpliqme pas 1'

du Pouvoir Zx&6piiC Dowe, te446is L ~q

iainii eraque1*js les auems bab "i
sont Iivr&e* aui Mawdra et au

motalement 4oeh~i oo qai -e,




,de' hlinhdfr iMi


pwd0 ~vw~c~w-Vh


L ~'- i'*t


'"A00


w


e





-ii 1 q,11


th6orie qu'il me faudrait adoter, en faisant ce qui o
eu ieu I'ann6e dernibre. Eh bien, je declare que j'ai
trop aimed et j'ai trop de reasons de respecter le pr6ai-
dent Hyppolite pour que j'adceptasse iamais A lui
cr&r une si fausse position d4vant le pays,qui rest
siletcieux mais attentif; devant l'6tranger d~sint6-
ressl mais observateur; devant I'histoire don't le
verdict est parfois tardif, mais toujours veridique!
Noai ceux-lA n'ont aucun devOuement sincere qui se
couvrent ainsi, en tournant le dos ad)lus sacr6 des
devoirs !...
Le bouquet de cette repugnante tactique est, sans
contredit, la conduite du secretaire d'Etat de la Jus-
tice et des Relations exterieures, charge ad interim
de linterieur, durant l'absence du titulaire, etqui, en
se pr6sentant devant les Chambres avec une de-
mande de credits supplementaires, n'a pas hesit6 a
user de la meme forinule qui d6nonuait, cette fois,
celui mime au nom duquel il 6tait cense parler La
Ghartbre des deput6s, agac6e enfin de tant de cy-
nismte politique, ne parla de rien moindre que de
mettt'e en accusation le titulaire doat le portefeuille
fait Oie lui l'fme meme du Cabinet. Sans rien dire,
pour! justifier I'insuffisance des credits allouds au
department de l'Interieur confie & I'honorable
M. N mours Pierre Louis, M. Archin s'6tait ooaten46
de r6 4terA la Chambre qu'il a'6lait pas respoasable
des dtpenses excessive qui av ieat 6t6 faites !
Poiurtant, M. Archin, qui a itt~ralenmet blancki
sous e harnais ministeriel, sai parfaitemneat_ q le
budg t de I'Intbrieur est celui au maniementntdu4il



.... -- ,
^i ,^-.'i


St



r


i~
,~.' --.*~







' .<1 her tie* t i .%,-,''.*,aF^^,.^^^


ar presq* "
oil,


grande action .e
du pas., Aprs.O tout, it po
d'atgtimrents, pour justiierii
allouds au d4parteament de i
nements dui 28 Mai. En e ,O, 0 .
l'Assembl6e Nationale, il a chateUreq"aetf4it .i
le President de la RJpublique de 1'actiotvdMi
qu celui-ci Cait ddploybe pou, r6O NtAi-p
blio trouble pat' des perturbaterA4 in'ra
remarquable discours a' ,bi ei hai aioirro.- "i.1
porte du mini thre, en bon pa ime itariMi Oo
ment done a-til pu echiapper a a viefle expAeP
et A sa lumineuse intelligence, i fall-ar:
dept et A son rministre de L'Intpraeur, faj@
d6penses extraordinaire, pour tirek to. ls .
ddeirables de cette activity qu'itlia si friand|i t ai
mir6e? Comment ?... 11 repondr. peut-Atre.
Pour revenir A mon cas per onnelSi jai
ce t6 courageusement la respon ability ,J.OJ
quo m'avait c~6e l1'adoption d f udg- il
1847A888, malgr6 1'impossibili ae*
fac des neces.it6s de 1'exe'ree"
ferpement A faire exeout-r,-san nt
la' oi des finances et le IRglerti $~pres
lair6sorerie, ---Iebudget de I'e. rei 1468
j'avais discut., seit en Conseild e Sei'.
en 'dlaborant ave mes ., coI -:''I"""
Chpinbres. D la fi d



;:


14-


~. r

I
p~

I.
II'
I,
'1
C
'4
r4y


A-

4


*1





,-: .. .. .
69 .-. -

faisai chaque fois au onseil s Secr6taires d'Etat,
je pr filai de 1'occasion d'un ra port g6nrral sur la

mart e du d6partement ides finances et du Com-

mner pour saisir le Pr6sident de la R6publique de

mes observations sur les d6par ments ministdriels,

qui a aient d6pass6 le quart dOs allocations budg6'

taires votes par les Chambres. J transcris ici ce rap-

port e la d6peche que Son Excellence m'adressa en r6-

ponse. Ces documents, d'un haut int6r6t el qui se pas-

sent de tout commentaire, prouverc que je ne nd-

gligeais aueun soin pour maintehir l'ordre et la r6gu-

larite dans nos finances, en m'efforoant de porter mes

coll 6g es A se renfermer dans les limits du budget.

Port-au-Prince, le i5 janvier 1891, an .88 de I'Ind6pendance.

SECTiON DB LA CORRESPONDANCR SUPiERItURE. No. 18 bis.
Le Iecrdtaire d'Etat au departermet des Finances et du
Commerce
A Son Excellence le President d'Haiati.


IN 94g~*


I
\ ~

.4
4
f
*~

I







9.


President,


Par la depeche que Votre Excellence m'a faith l'honneur de
m'adresser sous la date du 15 ddceiibre au no 3.709, Ell a
bien vodulu m'inviter a lui faire un rapport, Au commence-
ment de chaque mois, sur la march du service des departe-
ments des Finances et du Commerce dirant le mois precedent,
je viens me conformer a cette invitation.
Dans le courant de decembre dernier, il a 6te encaisbe par
la Banque Nationale, pour compile de l'Etal, tant a Port-au-
Prince tue dans les Agences, outre les somznes affected
aux difterents emprunts, les valeurs lisponibles suivantes :
Billets : g. 576407,98 Or g. 144.818,44
sur lesquelles il a 6te corn-
pense a moyen des Bons

'*


r


-= V~ ;* *


+1~,.
V
4'-.
A
'4 '4


vJI

(4


'4


.j~


~


~.' T~*.


Br


''










;~'

4'~ I
~e-.
'V








V.,

'4.



'. Ii
I
I, ~


.5.'
* 451


"I




'/.
4-


IL


pgnile u 3&ovembre










Enrrnaant, AOS yom~~v6 el




iI existe une ba Ace divpo'n'ibe- 4 'nor' A~z~~e1

qOatre vingtspgurdes-trent8 nme 1 *4

dibiteur en B~ileL8 de. 6- 0aa Oz0 10 .a ,0'

qiai ajoute',au soldo o' torws-
S '616ve a. *** **

valeur qui depuis a e"Ld couverte t*urjlas~ 1

sdes la aDanque paqr 4roitq

aU cre'dit-Jda Ouvvrnew rI~a

iq00/Oisde gar"j S



igients miaisr6fie14 P.OurI. o

I'Arrkt6 do Votre a 'c4c,' n

or it g. 25943$78. La di ipe

4n random awtw e'~dpeaesdnvf

tWes dansle c~uanLddL 4~

Ie~rement a&urt~rs6"**

Par le tableau qn'If plaiva ak'

sous ce pi iest., e t ~e

depaisepoili, le.4rimost' d.&


dess~~ia qfvdoso







fow hso, -01
1A,~


V. S
'I. ~


''*


*
6 .. -.
*1 '~' ~*i ~
"4 .-
6 .
x -

V .~5 ~
:' 'A -. ~ sj~~
* .6




'I.
r ~ ~.


- *~


su Vant les dispositions de t'a 38 du Reglement pour loe ; A
so vice do la tresorerie.
I'apres le travail de comptabilit6 qui se fail en mes bureaux,
je ne rends compete de la march, des operations, et dans les
.mo ndres details, des bureaux relevant des departements
des Finances et du Commerce, pIotamment des operations
des douanes de la ltpublique. 11 y a lieu de computer pour
l'ex rice en course sur une plus-V alue do nos recettes par le
fait ides importations qui augmentent chaque jour. Ainsi les
ihallbs affectees au dep6t des coplis arrives Oe l'Etranger
n'6tnt pas assez spacieuses pourles contenir, j'ai dd adopter
la measure de les faire deliver par droits aproximatifs, en
attendant que les resources publiques perfLttent d'agran-
dir lesdites halles ou d'en construire d'autres, ce qui me mettra 1
a m(me de faire executer strictement les prescriptions de la
loi qtii veut qi:e les marchandises ne solent point ddlivrees
avant le reglement definitif des dr6its. Les intd6rts de I'Etal
ne s6nt pas moins sauvegardes.
Lebervice du paiement des pensiois,appointements,indem-
nites' locations, etc., dans bien des administrations laissaient
beaudoup k d6sirer, mais avec le nouveau mode d'aequitte-
ment des diverse allocations budgetaires~*precrit par I'ar-
rete de Votre Excellence en date d1i 2 septembre dernier, la
plus grande regularity existed aujod'hui dans ce service.
La Commission quo Votre Excellence a bien voulti former,
par son arrete du 2 decembre, pout verifler les effects publics
en circulation, emis jusqu'au 30 septembre 1889, s'est em-
presse, conformement a mes inst actions, de se mettre au
travail Bile a choisi M. F. Scott p r 4tre son president et
siege au local de la Banque.
L'art'cle 4 de la loi du 26 sept reo 1890, me laissant la
faculty d'op6rer toutes transactions 8 antageuses pour 1ftat,
a 4gad de la dette flottante arrireeie'ai accept, d'aprbsrau-
torisati n du Conseil des Secretaire d'Etat, le reglement
a WO0/0 es effects publics representani a somme deg, OO.000. ,
soit g. 250.000, payables par douzi se dafis le delai d'un


'1 7. K "* .*' *







j 6~ 9.T-* r _Jf -


aAl

L E i.L ~ J
Le d6part~ementdAei Phiaames A,~ ,
tinsde 19 caiNe d'aortissemaen

d6tenaient MO. 'rewedy, Peters 'et", 1?
-6t MBanqe X a et'-5`4

-de la, inme'Caitvorie qui m onLt~ ki ie~~
Audd, ce. en ctnforrnite' de'artfiol ''do M o~4
bre 1I887.- Pour I~ penent det"v 4. at
res~- ia Le de61ivr6 par de4--Borqp*. eij
des 6&hdances co've'nues.

C'est ainsi en dirninuant 1e--,6r,, 1`~
p~sent sur 1'Etat, ce' qui eeL 1'obj't, d aisVR~
pat~ion, il sera acule,, a* la min.' 17 n~o.
daris, un avenir W~s prochain, de 'rdi Itser L4 -
pourront e'*tre einpipyee aux tr'av
~par la assuro~r 4 1'ouvrier haftien un'k M
untravail const Int.* *:. .

En ce qui* concerie- 1etfutin rsi.'t'
divers bureaux reevant. des d,64p.m~n! &S" 16
du commerce7 jeai que'.40o'16M iona k~f. Rlq -
ne- nei, s sotmr dqeiWent pour 4r-j 4


pomeur le -s. djlA)$., -'

Votrce danewenIm 'de v~rs
Pis.
U emanv i. 11

ciAjoin, valeurog' Pour la

7T L 4I b~I.

1.
SWAt Oa..bl I go I 4


;J. LIDI

W a I







ill


.at1-Prince, le 28 Janvier 1891,


riraERr*.'-*>w- ^
-W^U'.
- f:^.^ *".
' r ) '!. -
.i i' -^"'


88' de l'Ind6pendance.


SECTION DE LA CORRISPONDANCE StiPIiamUR. No. 196..

HYPPOLITE, Presideit d'Haili,

u Secrdtaire d'Etat des Finanqes et du Commerce.


Monsieur le Secretaire d'Etat,


J'ai irecu le 20 votre rapport du 1ii du courant, No. 118 (bis),

auquel j'ai donned ma plus sdrieuse attention.

J'ai note que les halles affectees dans les douanes au d6p6t

des cqlis imports n'etant pas assez spacieuses pour con-

tenir, ivous avez dfi adopter la measure de ire delivrer ces

marc4landises par droits approximatifs, en attendant que les

ressoirces publiques permettent d'agrandir lesdites halles ou

d'en construire d'autres. Cette decision a souleve et soulbve

encork de si vives reclamations qu'll est a d6sirer que votre

d6pavtement s'en tienne a la stricte execution des prescrip-

tions 'de la loi sur les douanes ou qu'il restreigne au moins

l'application de la measure aux seutes villes c'est le motif
qui 'a fait adopter oifl 'exigiiite des halles a ete constatde.

L'une des principles causes des reclamations don't il s'agit,

vientide la lenteur que met le personnel des douanes i dres-

ser I's bordereaux d6finitifs des droits d'importation. Grace,

en efet, a cette lenteur, le dep6t des droits approximatifs

(aux4uels il faut ajouter les 25 ou 10 0/0 de.garantie) se pro-

longe souvent outre measure, privbnt ainsi le commervant

d'un Capital qui, entire ses mains, produirait ou aiderait i cou-

. vrir 'es echeances, ce qui, peut-etre, lui epargnerait les per-

tes q 'entraine presque inevitableioent la mobilithdu change.

Que votre d4partement maintienne done la measure ou execute

simplemerit les dispositions de la oi douariiere, il imported,

Mon ieur le Secr6taire d'Etat, que tous repreniez severement

les fonctionnaires proposes a la cWfecton des bordereaux

d'importation : oar ces fonctionnaires saot assez biqn pays

pour bien faire'1leir devoir, et le comnunerce, qui a drotl ,
K i



* & S
4.. ,) 94
I ~. *,~ '4'A~
7~W 4S$ .1st. -


4-alan


St


,i


I ,


.5 4
a
p 9
4 -A-dr
rb~c


- *~ '9
i *'~


Port


6. $
: ;i


~~r.


* Cs
4'

* '4 *
say- .St:~*.
-. *-*t ~
it
4.
a

V..

A-.
WI,.
I. 44
~



-d
'1
.4
It S
















:,.,* 4

,!'; ". "
I .,
.***, *. '.i
.';: $ .,



9:,
, -/ .









4-,



'i.




A- --


... ?. -;. ;. *^ Ws. ,ms.*_.4.


Svu ; '
TJai pareour avec le p'lus gf'
comnpagnent votre rapport Aa, An' d'e ii a
o mme voiUs le dites, que bien des aparteme*.sia
ont depass6, pour le trimesti 'ohit ai 31 d6cblr
des sommes qui leur soLt alleUoae dans leu bUX
I'exercice en course. Bien qu'il soi4 permis a.u
d'tat de d"passer le dotulnme de l~ t-satoaifto.
avec I'autoksatlon du Consetll.ie '. drL6 ILre
vierit rtelleent, 4 lns d'Ane h-1 s0t16 W. bio tli A,
detant les Chaibres, que chaqued0p0 tement li
reriferme strictdgent da-ti s.e allow in: e'et le CLeflte
moyen de ne point engager votre reot.l$bilit6a a d
aussi au Gouvernement, don't la b e f6 eit. .tOpod
suspectee, les discussions dksagr.a 104 .qteqS .I.
lentes que soulvent dans les.Chamb es les dman
ditss supplementaires. Je vais don- 6tt xio' "d
de Vos collbgues sur eo poitit de vott 'fit, et lA
remettre sans retard a voti'e d6parLt IIs ordnr a
depenses qui doivent r6gulariler 1la sorie d Va
vous leur avez fatt computer str OmnIs re 1.'
Vous avez us6 d'un drolt ldgal, ahceptnnt
50 0/0 des effete publics que mentioninde s e dn
graphes dudit rapport, et en raehet 68t-O i
obligations do la caisse da mortisseet it, dontv ai1it
de me dire la valebr. .
Mals pour que des operations, .mpo "01tes : .
auxquels elles s'616vent, profit"It t t4
fautque nos ressourees nots-pefgtei z eO-
valeur des tires dans le*s dd61ais .:-b, "%" `4
rer de ces engagements, 11 notts fall I
, .a 'remprunt, les Intdrets .de 6et ,i,
certaihement l s b6n6flces a' rd ia
Smiree vue, Ig'tat emble devoir I
tournerait finaement peult M ta.."


is <, ..
., *


*:r .
>

: .. '




~t'~W~'
.,.- ..~.s p., ~..
A Ji~*.
'~. '


titres, a qui nous aurions simpleme t pay6, a court ech6-

ance, desyvaleurs qu'il nous est maintenant facultatif d'acquit-

ter dams un temps relativement long.- II y a done lieu, a

mon a is, d'agir avec prudence et eirconspection, et je me

repose a cet regard sur vos lumieres et votre perspicacity bien

connues.

Tellbs sont, Monsieur le Secrktaire d'Etat, les observations
I
que mn'a suggere'es votre depeche.

En attendant votre rapport sur la march du D6partement

des Relations Exterieures, je vous f6licite de la direction

intelligence que vous avez imprimee aux d6partements des

Finances et du Commerce, et je vous renoiulle, Monsieur le

Secretaire d'Etat, les assurances de ma condideration tres-

distinguee.

HYPPOLITE.


I'.' j


~*4. .*..
*1*


.1~~~*
- a~?~ .*,.


I 1


1.
* -.


xl1 i


- ~.Jl*** -


' *





.~'i'4, ~ *.~IV~* '4 'A
g Q*;~ *.** 4.'..
., ~- *,*,,~
4,
I I -


IN*


Ap


IV


I


Apr6s m'4tre suffisamment d6fendu, au point de

vue de ma responsabilit6 gk6n6rale de Secrdtaire

d'lat des Finances, il me faut aboPder le point

essdntiel de l'accusation, c'est-A-dire l'inculpation

d'a oir < flagramment violet le texteformel de l'ar-

ticle 164 de la Constitution et celui des art. 3 et 4

de la loi portant fixation du budget de d6penses de

l'ex rice 1890-1891.

Je ne sais 'a quel fait pr-ci les honorables mem-

bre du Comite des finances de la Chambre ont

youI u faire allusion, en visant l'art. 4 de la loi bud-

g tire prescrivant qu'c aucune sortie de fonds pour

deppnses publiques ne pourra etre effectu6e qu'au

prealable ait 06t dress6e l'ordonnance de d6penses,

appuy6e de pieces justificati es. > Si je veux me

rapporter aux seules declarations de M. Stewart, il

n'a denonce aux Chambre que I'exc&s des d&-

penses ordonnancees avant son arrivee au minis-

terei Les griefs semblent dons se renfermer dans la

violation de l'art. 164 de la Constitution et Iart. 3 de

la l0i portant fixation du budget des dpen.ses de,

l'ex rice 1890-1891.

M. Stewart, en -pr6sentant aux Chambresa cet

pi6ce curieuse d6cor6e du tilr' d'EwpoM -de&s Moyft

de son.projet de loi sur le t lment


U

2KJ~.A,


V.



.1~
-I.'.
.1'
.4
h-F


a -~* V~
'4 4 ~4
VI.. -A,
I

I,.
~
'.v ~



>~IE


~1.
~ ~L


I 4 .
J ..'
-7... I <1
.11
f .d. *
4 Ia;,, ~** ~2


41 **4 .4


*41~
I.
VII
''A

F *
'A

I


*.



Ill











I.,




C\S..



aceo
mer
conr
cien
dit-i
la d
qui,
ou <
en t
citei
Moi
face
caul
tant
erre
lava
per
inn(
n'ea
Que
M
dan
condo
c6d
nan
conm
a' -t-i
priv
citel
F..'tion


:; "*;" ,-, ..-,


der auk D6partem1ents.d.eePin
ee, croyait fire un de ces, graD cop qe.
aissent seuls les po*itiques haiti ns de I'aa- -
ne cole. < Je n'accuse ni n'excuse personnel,
1. A ceux, qui cette ann6e, m'ont r6c6dd dans
erection des Departements qui me sont confis. et
pour une raison ou pour un6 autre) ont 6puis6
6pass6 les allocations votes, A readre oompte
A se juitifler, o *'*
mps utife de leur gestion, A se ju1ti ler, A soi -
, s'ils le ju ent convenable, tun bill d'indefnit
je demaid6e simplement les moyen~" de fire
aux exigences du service.&. P On voit d'ici le
eleux M. Stewart, roulant ses petits yeux, ae frot- '
les petites mains, semblable au Rodin du Jtuff
tnt d'Eug6ne Sue,. en m6me temps .qu'il oe les
it a la mani6re de Pilate. Aux d6p4t6s de trap
Mais s'ils frappent quelqu'un h tort, je suis
cent du sang de ce just" ; car je n'accuse ni
cuse personne... Quelle mis6rablh tartuferie 01.
!le indigne'farce I
ais, en tout cela, le chef-d'aCuvre 4e oloItro ui
be est le sang-froid avec lequel ce grand.juris-
ulte parlementaire renvoie ceux ui l'oAt pr&
dans la direction des D*partenrerte des Fi --, -
_es et du Commerce a solliciter, silS le ijug n L
enable, un bill d'indemnito. H Iephi qtuauid ..
I .t6 admis qu'un ex-ministrto ,.4der0i euoye l
6,-se present au sein du Parlki t pour soW
un bill d'1ndemnit6? Serait'e pa.i -mple pkti. '
', "'" ,"I -"'
qu'on obtiendrait ce bill? Noi, i no 0 di ",t. f
r aux preddeessers due M. atw lt q tA e.1.-
S- '-..,.* I5 ,,




:4 4. "



source de se justifier, apres une tnise en accusation,
si les fails d6n6tices 6taient reconnus pertinent et
assez graves pour entratner une tell rigueur. Mais
comment 6tablir cette justification avant la mise en
accusation? En rendant compete de sa gestion. Ici, le
remarquable Secretaire d'Etat des finances a ete
assez charitable, pour indiquer la voie A suivre; mais
ce qu'il ignorait, c'est que je 1'avais suivie, pour sa
plus grande confusion et en temips utile, c'est-A-dire
depuis le Ier juillet 1891, dans les deux mois de ma
retraite du minister. Oui, la r6gulari F inflexible que
j'ai toujours mise dans mes actes publics, en obser-
vant toutes les prescriptions l6gales, ne m'avait
point laiss6 en d6faut, comme lo supposait sans
doute mon terrible successeur. Voici done la red-
dition de compete do ma gestion de Secr6taire d'ftat
des Finances et du Commerce, du Ier octobre 1890 au
30 avril 1891, sous forme de rapport "a la Chambre
des Comptes.

Messieurs les Membres de la Chambre des Comptes
de la Republique.

Messieurs,

Le President de la lIepublique ayant accepted ma admission,
par son arrete en date du 4 Amai dernier, j'ai l'lonneur de
vous adresser conformement a 1Particle 7 de la Loi du 15 aoAit
1871, additionnelle ih celle sur la responsabilit des fonction-
nairos publics, les coniptes do ma gestion de Secretaire
d'Etat des Finances et du CommerCe, du er octobre 1890 au
30 avril 1891, ceux doe exercisee 1889-1890 vous avant 6te
soun"is et devant 4tre deja exanunes."
Comme les ordonnances de d~penses emises pour le



: 2 ,. d





,~p* 4/*


ai
It
V(

di


q
co

le8
go
ce
de
or
en
exi
vei


la
pei

e 46
qu!


IPI



ab


Meeico'doojrtom4
dressees en ',eoifoir=~
Os suivank-l'articeM3'dug meia
Tr~soreri~e, eu 4ite' 4u 2 09eA8
sfournW U4un ajai syn0ptfqu r~en
pen ses dins chncux" des 'ChQt "eo p
rant lea -sept premiersmois~e12ekir


En parcourant ce tableau, vous rteaq eres;
e, au chapitre i'r, section ,1 dun ,ldeaAi
[cernant les PensioAs, ii a -t6 Apettft ein
ve que les pt dcduzieres 'de ailotiQns vte6i
Chambres Legislatives. En effet, les pt dQuvniebme
2.779,96, formant ces aUQcaUtios, mbnten a 4,9
ui devait laissdr une balance de g. .66 au .
I0.522,44 qui representent Je sold ds aile~waou
ai. C'est done une difference de g. d. 35,9ga;iet
plus du montant des sept .dou me imes .S.
inant les ordonnances.qu vous ortl, etp6dies
ez que ces derniers chiffrprs poyienn rt
Sidtions de pensions don't la demand r*i t "0a.
Irs ann6es et qu'il fallait bien r6gler a W ArtjIW
emande, suivant l'article 13 de la Lot .e, 48 E s r
n ions civiles.
chapitre 1, section :2, concernant leas n
element observe, quant aux doniem
' cun cas imprevu ne s'est prMeeti
omie budgtaire.
L chapitre 1, section 3, concerpS.tM a
quatre so0U8-diViionssatoim all
hours cadre; 8s ,,fraail sp&I
to PiNlry. -. ..
P leoWs .i.rw lee d.
s xeJaent propotti4n defr
P rwles e*plo ko4a.tO2


-. i1t

~4e,
I

~,


'
-.
4.~.


I




* -


EXERCISE 1890-1891. FINANCES ET COMMERCE.


_________________ r. U U I I -


I1


Ch.1SetI

Pensions




12.731 60

2.580 83
2.9W7 83
2.759 3:3
2A89 33
4.9925.
3.05~383
3.003 83


10.5a III

82.7W9 96




13-WA 30


1*Budg.6taire

1890 octob. distrih.
is nvem b.-

MI89janvier.
a thvner ....

a avrli .. .







"Pour Ics 5 mole-

,mr budgSafm z


]*~Pao* n pt"s.


Appointe-
ments

387.A)05 88

32.3*5 19

32.067 19
31.995 71
31.920 19
31.988 71
31.957 21
31.81 95
31.815 95

M23.621 00
161.281 28

387.90 88

11.281 28




2.65 83
a a


Cas I- Hos bevioeRente
Casvu c admeextraor- P~r
pr~vudinaire.


I1.S00


150 1
150.

150.
I5'A
I15)0.
150.




750



750


3. WO a
3.682-A)

3.630 ,
3.'12 4)

3.650)

26.0)10
19D.560 a

15.600 J

I1D.500



5w00


1.0333





3-304 9:Z
2.15-j5
2.iyrr75
707 50

13. 1710 1-)
6.)




19600


b
1.737i


,~ a

h a
-~ a


*


*
810


Sir.)


8v)~


2-1

Locations


23.628

1.969

1.069
1.013 5)
1.007
1.013 5')
1.031 a

1.01$ *

7.120 *


23.628 a

16.508 a


9.815 a

6.f3 a
a *


.I~ U~m...mImLm5m.YI


2-2r


36.000 a






2.M -492

2.915 2-5



2.5054)19

V.000a




12.500

;.19 51


2-3


Postes


12.151 92

3.512 66

2.912 91
2.976 21
3.026 21
3.177 91
3.177 70
3.177 91
3177 91

21.656 82
20.195 10

12.151 92

20. 195 10


17.543 30

2.931 80
a a


2-4


Restitu-
tions

21.000 a

1.750 a

1.561 62
A


3.W02


a
SI
a
*
N-


11-323 05

21.000a

1,1 -32305




5.r373m0


2 -S

sion do
Ban qu~e

75.000.


a a


40.000 a~

15.000 a0

75.00') w


* a


ToTAux


080-30176



566 6,S












331 .358 74
2s 3. rA


:4


I
3'
U
~
it


'I
~ ..jl a:


a






f4!,*
. ...~t*j- -.


a
~3.13~





Pages
82-85
Missing
From
Original







;- ", I' *I1 '"
,-, "- -
.* ^ : '.' I
-..- :


/
ii..








i- '. '
r:. ,(


(

(

I

(

(
4
C

I

I
baa

(

I

j


4' ,1
-a





I'







k".
1:


a I
I- -
-'I. a -
4


(
4
I


S ercrba& & Io

5 .302,0 8r le.' chp.tt S

Lordre que j'ai fetnis db At-lels- "

t tont let errements ne soot pas" ef bb

pe met a chaque citdyer de Cantter ..a.,,'


u le RdpuBlique, flxant le dperises .fien1a'
6,- 1
li rents d' eartenents rtinist6riels! pour .ies t .

ules, du 1er octobre 4890 au 30 septombre .89L .
je le demand aux Chambres t la :NPal

1 i, de M. Stewart ou de ses'pr6d6ceeursfeti :e

I pense mensuellemient ou (ee qoi rWnient .itotu"., -
a le plus contribu6, d6passerles trallddIliq -b.

res? N'est-ce pas M. Stewart, don't ell6I.
"* .^' A I .., .. .
ps trembl6 pour en jeter 1'odleux s8 *l-esic f I

5 urs? Mais le chapitre des Pensions tanit.| ..

I d6partemerit des Finances, qui pent pfri t, .

Sevarichtion ou a des complaisinces rpAAti

( me contenterai de passer & un aut i..

Voyons les ,irleAnildst ochap. I, s t*on .8I.

c Le chapitre 1Jr section 3, conce.rnant



rs cadre, 30 Tratail special powi d t


( Pour )es cas imprdous, ,le6 douiie o1r 4ntQ
solument en propoAion de l f1.Ouiitw. i-
*Pour leosu empio' s hoirnj ., i.
epense en mos sura les sept d l
/, -" .... ^ @- ";


> '"a
-A


'a





I,,
'V
/
I'. V




-7C -i .
* 'till


17


* .1 ~
.1, I
* *- ~,
,
~ ~
et
.~ 'Pr ~


a Popr le travail special ou service extraordinaire du de-
parlte4erit, vous remarquerez que 1 allocation total est de
g, 19.600 et que les sept douziekms e'levent a la some de
g. 11.433,33, ce qui devait laisser une balance de g. 8.166,66,
au ifr rnai; mais la balance figure n'est que de g. 0.4*9,55,
de sorte qu'il a .et d4pense une valeur de g. 1.737 en plus
des 7 douzietnes. Ces depenses entreit dans le cas prevu par
l'art. 38 du Reglement pour le service de la tr6sorerie, c'est-
a-dire qu'elles ne se font pas par mois et la r6gle i suivre est
qu'on $'observe, de facon a reserve assez de disponibilit6s
pour ne pas se trouver ia decouvert, avant l'echeance de
l'exercice budgetaire en cours... f ,


Sur la section 3 du chapitre tJ du budget, j'avais
depenoe g. 560 en moins des 7 douziemes de l'exer-
cice 1890-1891 et g. 1.737,11 en plus. Comme il
s'agit ici d'une meme section e't de deux divisions
don't les specialists se confondent, pour ainsi dire,
il n'y aurait point de virement proprement dit, en
d6duisant les g. 560 des g. 1.737t11, ce qui laisserait
seulenrent une 'valeur de g. 1.177,11 de d6penses
en plu des 7 douzi6mes de I'allocation budgetaire.
Les fopds rests disponibles dans cette section du
budget, au 1er mai 1891, suffisaient amplement aux
divers Services y aff6rents. Pour ne pas compromettre
l'equilibre du budget, il y avait implement A so con-
former A 1'esprit de l'article 38 dou Rbglement pour le
service de la Tresorerie. En consequence, il n'y avait
qu'd d minuer les cinq mensuilit6s restantes de
g. 235,l2,1'une portant 1'autre; la chose etaitd'autant
plus fa ile que ce sont des dgpei ses absolument fa-
cultati es, sauf les indemnitAs de ia commission nom-
m6e par arrWtt du Pr6sident de la Itpublique pour la


yr


'a.


~
1*
* .* a.
a,.--. -~
~


'I
, 'I


.~ 4'







-,
A\rnbI
r -4
K
via


'C

.~ -.~.
a..





p.

V


V4

r
*1.




~.
4



.* *F~*
I'.

4

Tim *
*
f~4
((9.
/


V
it
.-~ pia*
j~s

*1.,a.


7, 1 7
^Sy


A
t


.1riflcation d** 1
ons7 de solde,d a on .

amortissenhent, n' n evbifi A-.* %_ 0

ces inc~emnit~s'rie devainOtD a rOite~A.
5.725,pures dinq m IV.idi s4*
I P


ndepense~es pour. -let-ems I h d
Dans toius les c~s, IfA isaft' pour"Al.

Wemrti~s ce .qu j'ai fatpouW
riera i chacdif-i de ~emarqizep.ieiaiq, as e Bp
iois de ma gestioo, j 0. rdonnat6
levant A g. .40-260, tajdis 4qtle ti3 '.1.16
(,stants, ii en a bordo'. 006'~. '2

b41.199, pendaOnt 'nthrim Ad'&$L.Lehd
21 .001, pendant Ia gestion'eenf~ed r th
art. ~~e

ItaL etenco-re 7. SI' fmw
yenne de g. 57 dDgp$MSE~M igbLw;I4. I

aud en a ordoriiiancd, un'. rA
DgLICAT M.,,Stewartt, une moyeqe ,g

meme sectiont.
811l ya encore desijoinmes de ca-ir -1 A~

e dsequel sentiment doit 4"~ .'i~z ~a
rdevant les Ohani'bres dnIr

la vindicte publiqiue,:pour,4vfr

allocations. bu. g4afr" 9
iencei de'les. avone"4eul

uses e cmpbR.l
19
I terqu'' SiM'-








Sde ae chapitre d mndemnit il n'y aurait aucune

il le. order intempestivement exa res dans le sdupp-
n6cessit6 de demanded un credit supp.lmentaire En "
effe on ut ils monbien consA la somte qude g.non seuement5. Or il
M. Stewart est seu et person hau t qujavairsponabln
des 060penses extra budgtaires'de cette sectioners mais de
il le a intempestivement exag.6r6es dans le suppl-
mento de credit demands aux ciambres. s. C'es
Eri examinant les chiffres ports au budget pourg. 6895
les quatre divisions de la section des "demnits, on
verrao qu'ils montaient lqu'unea somdffrence de g. 67.88 565, Or i
a entry mention plus haut qu j'avais ordonnanctions
g. 401260 de ddpenses pour les sept premiers mois de
'exerpice les g.890-189 et que g. dpen.200es de d.penseswrt
et6 ordonnances pour les cinq autres mois. C'est
une dmpense grvenale de g. 72.Lech,60 quia donnent, effetue;
si done de e hilffre no e ust septeayos les g. 67.89,la somme
on vo t qu'il ni result qu'une difference de g. 4.565,
entre les d6penses ordonnancs et les allocations
budgLtaires. Pourtant, Ml. Stew srt a demands aux d
Chambres un credit supplbmentaire de g. 8.482,445,
soit g. 3.917,45, de plus qu'il n'tait necessaire.
Ens ite, les og. 1.400 de dpenes que M. Stewart a
ordonancees, par mois, en plus de la moyenne sa- :
gement observee par M. Lechaeu, donnent, pour les
trois mois dej uillet, aot et septenibre 1891, lasomrm ne
de g. 4.200"qui, retiree de la differences de g. 4.565 ;,

i I 'D. A
(1) Les journaux 1 Ordre et la .ewu E .ress ont dA pousser des <^^
cris oontle le n~potisme de M. Stewart. ...

I0 -'I


+ 1 :. + .. .






*f ~- *~j~r
-,


le


p.
4j~
4
1
I
I-..
- .Aj




I~


4,, ~f
f







r
Pt
1



4

a-.



1
A.
4
-4



*
C~
"I.

3
S. p'
I
' A-
A' '4


A'

A,.'.
I. -
~'
ii,


0I
m

ei

Cd


all

go
bt

mi

u9

8s

l'a

d4

ai




at


ot





P
pi

pq


Obte.p* fIn


Are de g. 385, qhi A.ijb

nianieme'nt 41Un -;'udgeit,

oincapoitd.etA4p i it6 #&%AS W~

Ma isaU,auli"ea, di, OUe are?

ivons le prestidig tslteur fiW*anboiev

~tiont .41 -duibudget 4.Ve"M we

~ux article du 'mal 4611 fi ~ot~it

explicaflns fotpjniweis daps 'mon rAp01~~

iambre des .ownp6SO

'Le chapitre 2, secfiqn 2, co'nc~mant le'Mgi

location budgehoire d-g, x30.000C(esL d~rc~.~qr

'17.500O, qui devait Atroe4Opeus~e` poumIm-0 pt~~s

dg~taires, laissant. au'I' JrMai,tuae. bp'Uri

is Ia balance effective nWestqei ~ bo d*go

de'dVense en plus dQ: '. 9.450. "CAeS 4u .1

~tion 2, se trottvent d4n s ,La atts'rIed
rtiele 38 du R~gjemeoit pur'16 Tie

pense pour le's f64rni iw~de buro~u e1 1'

0 faite en grande patie a, p -Ii'o* 4wA*PA pt irpp.

e quantiR6 de focirniLtires de Jzou

~s pour manda -e d ~mV4q4 ii

nees.

~La some restante peut sufflre poa I ep
safaire dans Ia kyi 'ge eetion', usqua



Ainsi qua je 'iaan6le

*ent au cr~ditde 14 Seci""044ji4

paneg pojir Iq dA e~i k

~nn e budgatare. Im Ffe m


wmende d ueux aivs eti w*"i3#&V'
us he d '~paL~i~_7i~


A, Y.%I
L
I,.'
I




*.r* -'


* ,1


A. ~,
I ~ L
AC,7
p. *.* ..**
* ~*. *.*** '~ .


.1'
'A'



1.
2'~ Thai
1*
'I.
Si
p.
91

'A ,pC I
I.,
.~
* *

I~ -~
'C,


.<
I*,- '


r T
K'-.


V-.L,




.. -*.
9 .1.

ma asins de 'Etat une tr s for o provision do paper
ray ,e paper d filigrane, enctr a ecrire et A co-
pieri etc., pouvant servir pour plus d'une ann6e. Les
seules depenses exigibles conristaient dans l'achat
des fournitures do bureau que oe Minist6re des finan-
ces exp6die, chaque tritnestre, aux diverse admi-
nistrations financi6res de la R6publique. Or, le chiffre
usuel l d6penser par trimestre qst d'environ 954 gour-
des; comme il restait deux trimestres A fournir,
ce n'est done que la some dp 1.908 gourdes qu'il
fallait necessairement depenser.
On observer peut- tre que les depenses pour les
fournitures de bureau ne sont pas les seules com-
prises dans le chapitre -du Mat6riel; il y a, en
outre, le mobilier et les'reparations de mobilier des
divers bureaux relevant du minister des finances.
Cela est vrai, sans doute; mais tous ceux qui ont la
pratique du ministbre savent 9ue les d6penses pour-
le mqdriel se font surtout dans les premiers six mois
de chaque exercise budg6taire. Voici comment on
procede ordinairement. UJne fois que les allocations
budg6taires sont epuis6es ou sont prbs de l'Ltre, pour
un exercise, on depose dant Ies cartons toutes les
demaindes justifiees ou appuy6es par les administra-
teurs des finances. Lorsque le nouveau budget est
voL6, on consulate les cartons du minist6re et on ordon-
nance autant de d6penses possibles, jusqu' lA6puise-
ment de toutes les demrndes inscrites. G'est ainsi
qu'au commencement de qhaqu exercicee, on d6pepse
le plus fort chiffre pour le mobtiereompris dans la
rubri ue du Mat6riel.


1 4

~ ~2 *~.' *** ,- L,*i>2' ~ Si ~~~'mmJ'La ~. -


~r
U -


4j.5


*^"; '* r -


.. : .~




I *, i '
1 .' ,



r61


' ,





L..- ,'


Pour contr6ler I'exactitude do, faith que e r"a
or n'a qu'A jeter' les xtux sir le tableau anex6 ,:
m n rapport a la Chambre des Comptes. On verra..)
qUe sur les g. 27.349,81 de d6penSes ordonan
ce s durant les sept mois de ma gestion, g. 21280,77
en ont et6 ordonnancees pour les trqis rmois deo no
ve nbre et d6cembre 1890 et janvier 4891. Le mois
d'octobre 1890, durant lequel on d6pouillait les car- ,
tor s et contrl51ait les demands, ne figure pour au-
cube d6pense; eL d6jAi, pour le mois d'avril 1891, je
n'$vais ordonnanc6 qu'une depense de g. 214. An
surplus, je mentionnerai ce fait, qui est, un arga-
mqnt : durant toute l'annee budg6taire 1889-18907.
je ;n'ai: depens6 que g. 29.415,03 popr le chapitre
duw Mat6riel.
Quoi qu'on veuille dire, il est certain que si on,
vo lait respecter la loi budg6taire, il n'y avait"
au att ndre le vote du prochain budget, pour effeetupr.
d'a tres d6penses sur ce chapitre. Mais aussi, fau-
dr it-il qu'on n'eAt pas "a faire des actes de complai-
sarice!
IEn derniere analyse, je ferai pour le Ma1driel ce
qu j 'ai fait pour les Pensions et les Indemnit,. Aini.
ch cun verra, i c6t6 de toutes les explications qu* ;
j'ai dej'i fournies sur le mode et usage 6tablis dans "
l'efectuation des d6penses pour le materiel, que, -
durant les sept premiers mois del'exercice 4890-189,
- 'avais ordonnanc, .g. 27.349,81 sur ce ch.pitre,
tan is que pour les cinq derniers mois, ou 1 il fait
d'o dinaire infinimenit moins de d is6petsro&r o

S' '. ; "

-* '_.4,
0: :* : ".:,





*' I. -. *, .


don aneC g. 31.06,58, dont 1.198410 pendant
les* eux mois de I'int6rit5' de M. Lechaud et
g. 2 .007,98 pendant les tro6 mois de la gestion
patriptique de M. Stewart.
II appert enfin quej'ai ordo nancd une moyenne
de g. 3.907,11 de DIPENSES MENSUELLES; M. Lechaud
en a ordonnancd une moyenne de g. 5.599,30, et
le TftOP HONNtTE M. Slewart, une moyenne de
g. 6.667,99, pour le service du Maldriel.
Vo IA la verit., Messieurs les S6natwrs, Messieurs
les DNput6s; voila la v6rite, g6n6reux people hai-
tien, qui avez le triste sort de voir un jongleur inepte
et eff ont6 g6rer vos finances, ctest-Adire le produit
de voire sang et de votre sueurl
Je le r6pete, 1'exactitude de tous ces chiffres peut
etre contr61ee par la lecture des diff6rents arrkt6s de
credits mensuelsdu President d'taiti contresigns soit
par roi, soit par M. Lechaud, soit par M. Stewart,
en suivant l'ordre chronologique. Mais avant d'aban-
donner leschiffres du credit supp dmentaire demanded
aux COhambres avec tant d'effronterie unie A tant
d'ignorance, je dois faire une derni6re remarque.
TandiS que pour les IndemnitY, M. Stewart avait
sollicit6 un chiffre de .3.917 goiirdes en plus de'la
some n6cessaire, pour le Mat&liel, apr6s avoir afQi-
che un formalisme judalique, aflectant de ne point
vouloir tolerer des d6penses extrIa-budg6taires dans&-
le service des d6partements qui Ili sont confls, il n'a.
pas mcins d6pased les chiffres mimes dit credit sup-
pltmentaire.
En e fet, I'allocation budgttaireest de O.OOOgX) tr-


'' A 'i
** ; .* **


* 4,
4's.'.
Cu
,~ .*4


-.4
I,


.4r


-'I
'I







... 'd
sOn
SI. g. .


en
pat1
seun
ma,
pre
pou
sen
I
Pho
Cha
S' adr
tro
ma
dan
uni
cath
pei
"- & 1.
for
'. nei
1 mi
qu4
les
4J ap





.. .N)
4,. '" + '


et II pp7o a I'.
t ensemblo gl 40a-
7.89,81 etM. Leehaud g. 11t-9t,94 I Q
ordonnangant unp d6pes de-g.
d de g, 4.560,Wt la somtme A4l0*; w<| ;^,iw
cement le plus grand prodigpe de 'l
s eWore le tranugresseaser l pWga
oriptions constitutionefflesl fig l# aH s:)Emp ,
r le respect desqublles il s aihit ) p ^
ant devan .a s mbe! .. .
es faits sont patoets et arl00tvbi ia Ift, t.'.
npeur de mWn pus, j'ai+le 4!t d Ao l_ 1f -
mbre desieprst 4ants 11 a d par ipid
lirable s6v6rit6, pailele pli gra ou0pabe
ive actuellement au timon deaii fii
in les clefs du Trasor pubilip ,La t iln :
ce et ldI+et p a etispIeem,3o Lamt
s jus te in-4,W J."ls, i
iurs que d6~ignai 4 S'i owra)rtr 4 Ai
vent se fn 4'd pt v'anap 4;



au monde, u tpap fun e0 044asmp, R
n6. Ce nest pas':d | ip deoBapfO en treyPsy4-pA
- et exea.pli"po"."ae64! ,,, -.
nom -de tousB gt q oi- ;l- 40
S legs d6we0rtionilal *14

. 'r o p ia .- '., ,
dour complcter iLdM w-e ^ )^'T
r5


40 .-
.. kt, '.-
" '- *1. 1.


Io
S,' r s-- ,
.i -Lt 4 ;;=
o ',.. ^ '- .i .





41


-*5-I


ma p opriate incommutable, je dois auf r ucooper
de ma gestion de Secrktaire d'* t des Relations e46-
rieures, durapt les sept premiers mois de l'exerofce
1890-1891.
Voi i le rapport- que j'ai pr6 ent6 IA-dessus A la
Cham re des Comples, A la dateodu 1r juillet 189t.

Messieurs les Membres de la Chqmbre des Comples
de la Republique.

Messieurs,
Le President de la Republique ayant accep ma d6missiqn,
par son arrWt. en date du 4 mai denier, j'qi r'honneur de
yous adresser, conformement a l'article 7 de la loi du 15l aQat
1871, a4ditionnelle "a celle sur la respdIsabilite des fonction-
naires publics, les comptes de ni gestioq de Sepr6taire
d'Etat des Relations Exterieure, du i*r octobre 1890 au
30 avril 1891, ceux de l'exercice 1889-1890 vous ayant Wt6
soumis et devant ktre deja examines.
Coimje les ordonnances de dopense ejmises pour le service
du d6partement des Relations Exteriqurps opt ete dresses
en conformity des douziemes budgetairos arretes suivant
1'article 3i du Reglement pour le service de 14 Tr6sorprie, pn
date du 26 juillet 1880, je me bornerai a vous fournir in
tableau synoptique, renfermant les soimnes 4epense's dans
chacun des chapitres ou sections du Budget, durant les
sept premniers mois de l'exercice 1890-1891.
(Voir le tableau ci-apr.s).

En parcourant ce tableau, vous renmarquerez, Messieurs,
que le clapitre 1, section 1, concern t les Appointmen.s,
figure au Budget pour la some annuele de. g. 8.00
ce qui fait Mronter les sept douzibmF i . 51.940

et devrai laisper une balance de. . 37.
aP I1 mai 1891; mais cette balance esatplat 4e 24.

d'oa it r e uite m dpeas on pa d.a ... 18
*


.4
~ I
4I



* r~
- w
1.1
ha.


I.
a..'


"'













4.4i4


ID ARTENENT M


* (4.4


.4


DES RELAVIONS E XTtREURES.
A- k~um -'ama


75.

75




753

250


ol6oeaoio 4 .o.o.o.a. .o.


M- o.. w


I-' I


.AL a 4 *


IL -. .


* I -


4~ip4 ~ leg. . N N C C
~ .*~~VI i a N 4
- 4I*
44*~ I
I. ~
.9 q. 6* I *
*i~
4 ~:a'w~.. ~ ~ N N C 0 N N
17r 4..'.. K. -. ..




4 .- I.
7-
4 4
.4. 'I 4
-4--- -~--
-4 -. .,
444.


r .


. N


S. 9N e


* N a


.~ C -


41


.* ,.44 4-~ -
.'. ~. -
*44 -
,' '.
g, 4...
*'. .*. .
4~ 4. p 0 N *
~. *.~ -'LIP & a N. N
...'. 34.4 444 .

a. ~~1 9 N-.
-~ *
,4i44-~-~' .-4 4- ~ N
-4- 4'-. 4-i-i.4 ~*-.
P
A
a ..v.S f. ~


* N


.4
.4 4~4
C. *~ 4
~
4 .4

~42~


Ca. I SECT. I


r


CH. I-SECT. 2


Lwo4atio


1.800


CR,.I -SECt.3l


Mat6riel


I


1.712



2.158


so


Appointo-'
meatet












17M%&


5m6







64.18










A Mr -
*iti


Cl2 SECTA





iudenw.1t4
17. 6,W--


1.470w


12s~9 ~1
I.~jQ'1 ~0

~68Q.

~ 90

i.4ii oS

s~i



20.318 (S
3. 34


4-i-- ~~44* m4..4
b. *~R


c2-SMr.2



D6p


483t


TOTAUX


&
I p


I .- .4
r *. --: -t -
~ l0LUiO~1i

- 4 4 4
.41 -.
4-fl- 4
* 4 7- c--,
*1~~


~1 A


477T;AL


~
a
~4 t'~



,
~1E.
w4. I
-.4-- ~
"4. ~ .4
.4


* ~ ~


.a "8


aA4
* .A14 ~


-AM --~4; P


1.800 *




% 1.


JN


- --^ .1 I--- --M-


150 1 .3. 83


.4 -.4-


, .
'p


n~lrr~ ~ ----- ---,- ------------, ~-- ~i------_- i:.-


Ilr ----- -~--~ -- ---ow-T


- r -- -- 5 -


U


-1


an w w lw F w wIHN


W- w"-


"r


ii.u:~ 4i

4.81:158



1~.8~0 -~



* 4A1A5~

1- I~~4 Z~.






N'.~. *~


t


*


*


. 9 .w e a. 0 .


. I


^


~ ~--- ~-T I _-- ,7


~:~lp~i






: ; | '

Cet e difference provient de ce q e lea appointements de
nos a ents a l'4tranger se payment Lrimestre et d'avance;
de soIte que, des le mois d'avril, 6e ordonnanc et pay
les ap ointements de mai et de juina
T ,,, I ,







Pour le chapitre 1, section 2, cSncernanL les Locations,
l'alloc tion budgetaire monte a gi 1800. II a 6th depefls6
g. 1004 pour les sept douziemes budgetaires 6chus au 30 avril
dernie-, et une balance de g. 800, ,u lieu de g. 780, figure au
',. 1 -P, b rt






Ije mna C'est done une depense en moins de g. 80.
Pour le chapitre Ie, section 3, so.is la rubrique du Maidriel,
un credit annuel de g. 15.850 a etL inscrit au budget de
l'exercice en course: c'est done la somme de:. 9.28,82, qui
devrait etre depensee pour les sept douziemes; mais la ba-
lance Au br mai est de g. 4.614,58, d'oii une depense' en plus
de g. i.682,60. Cet e difference, come pour les appointe-
ments, provient de ce que les valeurs alloudes a nos ageIts
a 's stranger, pour materiel et fourritures de bureau, sont
payres par trimestre et d'avance.
Au chapitre des de maipenses ext raordinaies et Indemns,
(chap. 2, sect. 1), il a ete accord une allocation annuelle de
g. 17.640. Cependant au 30 avril, on avai d1 a 6t defense la
some de g. 20.318,06 (vingt-mille trois cent dix-huit
gourdep, six centimes), d'ouzimes un ciffre extra-budg 0airi de
g. 2.678,06. Cet ecart exceptionnel provient des dgpenses
extraordinaire et absolument impnsritvues auxquelles on
done lieu 1'envoi d'une Commissio e diplomatique a Santo
Domingo, dans e courant du mois sde novembre 180.la ba-
Au chapitre 2, section 2, comprenait les Depenses secrdtes,
'allocation a mai porte au chiffre de g. 5.000. 11 a et d.lus
pense pr. 4516,66, de sore que la balance a nos mai est de
g. 483,4nge, au lieu de g. 2.083,33, souritus de pour laquelle ese nt
devait figure, sdes depenses sextr faisorinai par douzieme; mais
c'est un credit don't le Gouvernement~ eut user a diocretln?
pourvu u'i ne sort pas de a alloca tionn udguaire.lle de
ous. .em Carquerpenda, en outr, Messieursl, on avaite le departen la
goudes Re, stinsExtieures), a pay la un enme de.g. 202aire d
donn- lieu envoi d'une Commissioi dipomatique Santo
g. 483,'4, au lieu de R. 2.083,33, somme pour laquele e '..





























A~t. r ee de" vpoor





"al

~ V P ~ : *i v


Por~&i~~rine


rAA


, y V,


I


-p.


4
*? 1~*
4,






4.


'p







A


- S --


WW llaiI -. IAke&h~'~




Port-au-MQce, 8 I

41-wotL


5. 4


'V V. t


'F -
5-.
- V.,


I


M1


- Si -.



* ~ V


5 4


4.


i~

'ii


twll a oeflit'.a 0




6WRA* b~exii*I4bk'


.1
'V.
~


-I


L


. ,


411
Ll -L .5ha-


ar-r:~


'


I









48901 Archlnj set afIdlt1 des iii
ext'ieures, a deratid, 'lut Uhambs tooa dt ti t
Sup I6mentaire de g. 5 3 3 o ar les dOptAtls
effeIctues dans ce chapitre, plais des allot ios
bud 6taires. II n'a pas ma a6 d'ajoutet, come
c'eta t la formula, qu'il n'ait a sable d'avoir
epui t et d6 ass. les credits d eIots pdrles (ht -
bres II venait setUlement le emAnder les nioyens
de r ulariser des fails, don, es prMke eseeurs ou t
seulk r6pondre deviant A nai JB doid done 6clai-
rer I pays sur la part de resoonsobilS quti m'in-
comte e ce sujet.
Go nme on 'a vu, dana mon tapport, j'ai dit k la
Chambre des Gomptes :

a Ai chapitre des Depenses extra wdimires et Indemnitns
(chap. 2, section 1) il a At accord6,ite talocation annuelle
de g. T.640. Cepenhdiht alt 90 a-'l,, on ataLt d6ji d la som ne de g. 20.318,06, d'oui un hitrB extrA-budg6taire
de g. 1678,06. Cet ecart exceoptione pi-o ient des d6penses
extrao'dinaires et absolumentr impr s evs ues Ielle a donn6
lieu 1'e ovoi d'une Commission iplom tique i Santo-Domingo,
dans lI courant de novembre 1890. a

Tou d'abord, it paralt qu'il xiste une pure tanu-
tologi dans les explications qie j ai faurnies & la
Charm r6 des Comptes, pbur eo user Ie fat d'avoir
dlpas le credit budg6tqare 4tat aoupo
chapi e enm quqa. On pourriat ne dire : Maie
des or d tbvous on, 6t6 ilouds judsement pot' fiw
d6pe eas extraordinaires, I la atue d& telles dd-



'" 1 -,' '; ;i -" r U' ^
4' *** .-^ .- :* ';I -. '* *


9'* ;


S, '




'.
-'A*
E
vi


r


I~j
4 &

*. a
I* 4,
. U'













.41
A
.4
( ~


''I...
4.
C.'

d.
-a
* ~

I,




~

'.~-~- ~r
- I.




-a-.


h
a a a
* a ~
4~J-4* *a~'u'


'I



F.


aile. 41eSPbqver p



ftzubn'quo

re,*chaque afnn

budget edes ~.

'pr6sente aueurl

losses d6pre,

Lx cas irnpr6v ,

~t da ns' e.
A ll


, z I -


vj :TIC -


.,* ..:?


*-ell-


et~se6 Reid


'I -
~htre, jej~ferai, A 1'
% '~ t* ~. e


VIA 1na1~ des'.Ir ebs

dFinaei4 k
tsuppI4l. i'


J tabb''fraiu e-coltUUU

ce qui a 664pn6



I

$iuW-Do i .004ne0


de 6** .1


,D~. -


I .I


A' 4
~C *'aA


9

a

t el


- 3 -"6 V


.c %S95


I V *
^-.^


;L







|g. .318,06 de' dl s; sqe
mois de l'exercice, il a t,' .
de d penses do"t g. 4
pend nt quatre6 mois, et .13.l M
pend ant le dernier rn is.
- I1e result que j ai rdo moyennie
g. 2, 2,58 de dmpenses n ,e A.LesUd
a ordl nanc6. une moyelinne t A
chin, pour le seul nuits qu,'i A mnier
budg t des Relations oxtrit .'s 'l nt 1t1
1890-1891, en a ordiminai,4.' ..L.9,40. <,
Un fait qui ressort.coimstinii. c's col
sons, 'est la prodigality de cos ibuv. x n "H
qui se sent si bien moqu6s tie la natli.n
bres, 4n posant' omnme les puritiiiins d4 ,
tration publique, come C ux q 1Li veeaie.
la rlg larit dans 1; .vernat 4d4o .L.,4
president Hyppolite,. avo ,has. loes. de
du temple!, 11 faut-di, sans' raB, que, -1 p
mire ois que M. A at eu iettr W6la a
les depenses extra ls. poirF;4 .
plus d 3.000 gou .ne
pens6e par. M. Lec h
ce que e dernier a
dinaire~ durant qOa e
durant ls sept moi,
parattr Vraiment exi ':' i'
mois!
Le f it est saisisvaW,,
que j' ea quitib le MAisg
plaign lent dema s6verit donn ient assault M..

,"1 ,' .
.. ,s-l v,, .,-.,. : *< '.',.. ,t,... ; -..'.A ". : .. +, .,. -* t ] ...^. :*, ; ; .^ f ..-'*^ ..*X


K?
rw~
i~Ii


Ia


Le-
* -


I' -
'~


~:
'.. 4
I.'
*
M
4"





-I,


4
~


4haud.


I


4..td


ctea

",. W.~


I,,,; -


.4.


4 4


.d`,"


V












I


-


i~)jP


I

~i~t7 ~
14
'~ :~
g

I
It ~
&
I
~.1

4' 1
~1
I


I


Vre"


f


Ile Inai.


G`UT


ro ol equie S.e.~i

F inan !s ~uir




b o dzkteistj e q ouM. St faittouchiVRt aI






"I 41'



e c~


frAIA




6 A'



*t *skipr le ......


p1p
i~I~ Stei-


S 0 phV


it I


"cr, ..,
























uvant e:


a pr6sei te aux Chan-i, ir

4tait as ur~ment d'

oratoir

Je s is arrive au teri

minister responsible. Au

faits, aussi sincere qu'exact,

des contatations, bien 'es

ront de confusion VIufteur et l'ia

dale que je n'avais pas proov Offu,

qu'il ne pratique pI. le p le

moral de, 14 plupart (ie c ', tlti,

la religi n. r6formne, fr tout

pies du lrotestantismn,. 011 on. o h voit palr

Bible a la, main, dana une coipod f toit

sienne. Ei constatant 1iqu fces dV soif0

just agression, il se rappellta 2ans d&utOe I

grave pa ole de 1'Ecriture : Qui sert de 1'lp6e,

ptrit par lp e.i
"


a..
.4. (~a
-.9
"a
~
;aa~


a.
ad
4a
4


* a
.i2


&.mamas 10


a,


'I
I


A. *.
ha


.~ aal* ~
L~)
~tt')
* ~ai~ '~. --
-. a.,
t -~


1%

* .
I,

~.


p *'


a a-


1'* i-


motifs]

etjusti


:'a


* L
a,


f-" Y
. ..




S
~'j ~ T.
.,~
4. -
.1


~~e ti ,





At 4 '
0 I1 4 -


f-


clair une qdstonaf phiv
".'cation tpaysI d I Ow,! A my

n~e sau aient ,Atre oho"e inditetrmin
pour a, cun vrai patriobft


Au Oint def ~~I a
laiss~e IA" M. SteWart 6tuii.eIle"a.

affirm, en pr6sentant aux Chan~

lol surl1e credit suppl~mentairve?.

devons61udier, dans an but d'en ei.A
tout d6l haute prevoyance paro que., I .
Dans~ la longue enfrevue qui in a A

par le j urnal Le Nouveau-Mon do dPA
remflrqjuer cette parties: I
C~ependanL, disait le journal Al' Ya

'ious int resse plu~s que tout le reste A piur leqel Y42
blez n'ato'ir pas voulu appuyer, Je dimierais ~vAI
pensz, onsieur, quo la si~uaLiou r dlfl1

tristee qu le dit le secret" aire d'". tds inace
*arable .Stewart.
ie~e pense nuInemeznt. 11:0 R

-buMt que lon pout d'viner et-n Uill C""ffl4~~~
~ -.Stew V a voulu soulever 1'opinio4 c, osre
i-etro *#iiE4 eu coritre V"tmr des 0.
Li' rim de meux que. de r

V, 7#S~etwOI E~ir


2


I',

I,
-f


$



~
A? ~


'Vc.TT


s,'
pr-
S- ..


'.4

I
44-







'.4
:. ~
V

j,.









1~~


Aion t'


4TV



,pal
Sministre desg
blic. En r~al
nes ; et ee q
soufflentm61l
Je crois men
pitamment e
sonLt rest si
ce qui met
qui emprunt
le pays, rieP
ulne triste
soant aie '
|sonnels


.4


- r i '
'A d


C" es~ ~

vi epo lve1/ W, que *f, or v I Vs ptfl#
4 ejas do triYJ/ 9t e 46'd'a atibli miniLs
Do avrqi ondts cd=nempru n t, fai
IfjulleLtd it a des ro~ditioris usu s aizes,



A pale dbs I 94s- ruheuwu.
11 f air er4!%ilir 4 qon 1Wiii oilk


,foforl1s, mais qe j'estiruolttis lorso.



S'vig *exprnmie sponta '6~t~
,~de m e tro mper, rmN ite d'&~re ji

n vidente C(Veit pour moi un'de'V`0i0r'
*Ia jistessei, afin de d truir e1'ii
:s..que doif i rid ubitablemerneitpr~oib
4trimerit do noli-eecr dK-na~tional, lb.a.-

ki er~i n trod u ite08 j
W e~' thdnent par -M I-1'Four, -y%.
k ~nttera A utili'serle tr


,1 -s


*..***~ *Err....


'p
V






iA~/4fd


old

'oI 1'


,publinqe,


miis~ie
wp iesol


h


portaul


.w'


sue11 s",d e hque dp
ter aj au 30 geptemblire"I,
t6pel6 r ~ur I es c Inq
g. 2. 76,518124 ~blesc
soit eise~mble g. 2.j'.~~2
Bi


M ~iai,.1i go a**&* a*


Juin.i4
Juillet.
Aofit .
Septein


dr :
aux


t~res4
20.go


g.


4,6' .48o:i


0 0af 0 0 *** $7.671~okiA
kbre 34 P7o08
2,475-51 ST
qhiffre de, gs, `79W,85O,2. i of
9g *,79.58-9 79 A payer du
)rteurs d es b ,ors de,... at dN
y'art. 6 rapportant 18 d'i IAIrt
NQOOdevant .tWepa'PAY 4 j i 06 Ausri..,
I;3?g.24.OM 46,-d" njt6

A.11s-w
.Trp~.itor 1*4usen



I, P



-1 IOMII


-1


j 1'
~
I.


"11


**^




~: ;f~~


V


V


oblige"1


sim'I


4 1


dckt,


9i


nations pes -..la


er, de fatx

et precise etr

.. tewatt.

is, Recettes effectudes poutr

i n mai au 31 d6cembre 189,

lion. Elles sb sont elev6es A

g. 2.470.173,24, en billets, e

r, se d6composant eomme 1


-Sr
I>
5~1 p. J,~ -


~ p
'-'I.
.4
S


il' .-s-P


p.


BILLETS *Ott

~I .258.299,2- go2M0101,01 '-
427A2'~27 293.7761.
,~Iet:; .~.422.919196 47*67,13

*438,756,41 47t:30
'Sqptembre.. .321*293,5 M 64,4~

bre......346*0691O453(42 <
overnbre...1835g ~955

D~embre ... 97.286463 ,'96h

2,470917-82 6..~*149

Pour le montant des droits d'importation, pj4~

MkI~s)iiln'y a qu'urke simple Lcon ati6h fai

,ar i-us sont toujours int6-gralemhhat dcispbo~l2
n'en-est pas de, n~me pour les dr its' d 'expQtt4
po 40

4 1 C ~i '*'f


C'6tait de

et g. 430.9

cinq mdis.

Le secr6


-I
A
,.1,
...


l


r. .* L


4


Mol


IrAlu-


's L


i^y:




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs