• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Mai - Juin 1912
 Juillet - Aout 1912
 Errata
 Septembre - Octobre 1912
 November - Decembre 1912 & Janvier...
 Fevrier - Mars 1913
 Avril - Mai 1913
 Juin - Aout 1913
 Septembre - Decembre 1913
 Janvier - Mars 1914
 Errata
 Avril - Juillet 1914
 Aout - Novembre 1914














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00016
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00016
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Mai - Juin 1912
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
    Juillet - Aout 1912
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
    Errata
        Page 158a
    Septembre - Octobre 1912
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
    November - Decembre 1912 & Janvier 1913
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
    Fevrier - Mars 1913
        Page 194a
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
    Avril - Mai 1913
        Page 211a
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
    Juin - Aout 1913
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 247
        Page 248
    Septembre - Decembre 1913
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
    Janvier - Mars 1914
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
    Errata
        Page 285a
    Avril - Juillet 1914
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
    Aout - Novembre 1914
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
Full Text










REVUE
DE LA

SOCIIA-T-E IDE LEG3I:TS._LAZ'-rIO"Pr"


De la presence du Ministere Public
DANS LES

Audiences commercials
d'un tribunal civil
(Comm un ication)


Un tribunal civil de Province, il y a
queliue temps de cela, avait jug6, sans
la presence du Ministei e public, une es.
piece qui lui avail 616 soumise en ses
attributions commercials. El la partie
condamnee s'6tait pourvue en Cassation,
arguant une telle irr6gularild de viola-
tion et de 'article 3 de la loi du 16
juillet 1857 el de l'article 148 du Code
de procedure civil.
Le tribunal Supreme a motive son
rejet de ce chef de cassation par les con-
siderants suivants :
<< Attendu que les tribunaux civils,
a lorsqu'ils sont appeles A connaitre dcs
affaires commercials par subslilulion
e au Tribunal de Commerce, jugent et
a itatuent comme ces deroiers dans la
e composition desquels ii n'y a pas de
a Ministere public;
t Qu'il en r6sulte done que la pre-
a sence de ce Magistral n'est pas, dans
< ce cas, obligatoire,et alors son absence,
< comme dans l'espece, ne peut don-
ner lieu a aucune contravention a la
a loi, l'instruclion des affaires commer-
< ciales devant les tribunaux civils, en
i ses attributions commercials, devant se
a faire comme devant les tribunaux de
commerce, conformdment aux r1gles


( inslituCes par le Code de Commerce,
< ( Affaire Compagnie Hailienne contre
a Cledanor Bien-Aime, arrC.t du 19 oct.
< 1911). )
Cet arret, par sa simplicil[ et la bri-
evel de son argumentatio), indique
bien clairement que le tribunal le Cas-
sation ne faisait une fois te plus que
conliriier une jurisprudence constante,
c'est-a-dire une erreur coislante, i no-
tre avis. 11 import done d(e savoir si une
telle juLrisprudence constiluo cui o,0 non
une violation des textes qui rigis&eni la
maiiere ? Je pense ainsi pour les raisons
que voici.
En vertu I: la loi du 16 jui let 1857,
les tribunaux civil (autrefois Ics Cours
Imperiales) connai-sent des malieres
commercials dans les localiis ofn ii n'a
pas etC possible d'organiser les tribu-
naux de commerce. Et I'article 635 du
Code de commerce ne permet aucun
doute sur le tribunal qui doit Utre saisi
des mati6res commercials daus les lieux
oi il n'y a pas de tribunal de Commerce.
II dispose en effet que les strangers de-
mandeurs ne peuvent etre obligs en
maliere 'e commerce a fournir caution
mame lorsque la demand est port6e
devant un tribunal civil, dans les lieux
oif ii n'y a pas de tribunal de commer-
ce.
Le principle admis est done que, le
tribunal civil, quand l'objel de la de-
mande ne permit pas d'en saisir le Juge
de Paix, est senl competent pour con-
naitre des affairs commercinles, d0s
qu'on se trouve dans une juridiclion oi
it n'existe pas de tribunal de commerce.
Or, d'apres un arret du Itrbuna' dor
Cassation, en date du 825 flvrier I 'I.',
'il esl de r6glo que les tribunaux civil


21e ANNIil'E, No 14 & 15-


PORT-AU-PRINCE


MaI-JUIN 1912.










r18 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ne peuvent pas valablement singer sans tend parler do tribunal civil tel qu'il
la presence du Ministere public. Le ju- fonclionne ordinairement. 11 faudrait un
gement dans lequel mention n'aurait pas texte formel pour en modifier la compo-
6t6 faite de la presence de ce magistrate silion, pour en retrancher i'important
est nul (Arret No 48 sous I'arlicle 148 organe qu'est le Ministere public.
du Code de procedure civil de J. N. 11 ne s'agit pas 1l, dit Glasson (Pr cis
Lager.) de Procedure civil, T. I, p. 53), d'une
question de procedure, mais d'une ques-
II est done erron6 decroire, come le lion d'organisation judiciaire el pour
soulient notre tribunal de Cassation, que qu'un tribunal d'arrondissement soil va-
le tribunal civil, lorsqu'il siege en ses lablement cons'itue, la loi exige toujours
attributions commeiciales, n'a pas besoin la presence du Mini- tre public sans dis-
de la presence du Min stire public. C'est linguer entire les affaires commercials
1a une opinion que la doctrine et la ju- et les affairs civiles.
risprudence onl depuis longlemps repu- El pour qu'on ne soil pas tent6 de
diee en France, malgr6 des textes qui nous accuser de ponlifier ex cathedra,
pourraient A la rigneur en justifier I'a- nous tenons i ciler encore, entire aulres,
dop'ion. 'i opinion d'autres juristes 6ninents, don't
D'ailleurs, si une telle thorie pouvait nous suivimes les course A la Faculte de
6tre admise, il faudrait aussi dire que le Droit de Paris. Lyon-Caen et Renault
tribunal civil, lorsqu'il connait des ap- pensent 4 que le Minist6re Public fait
pels d s tribunaux de Paix en mati6re parties du tribunal civil ; ) qu'en char-
civile et commercial, devrail se passer geant ce tribunal de juger les proces-
du concol rs du Ministere public, puis- commerciaux dans les arrondissements
qu'en ce cas, il a la competence du Juge ofi il n'y a pas de tribunal de commerce,
de Paix et ne peut juger comme l'aurait la loi suppose, par cela meme qu'elle ne
fait ce dernier. dit rien, que le tribunal civil est com-
S'il est vrai, et il n'y a aucnn doute A plet dans son organisation et comprend
ce sojet, que le Tribunal civil doit 6lre par la suite le Mi.ist&re Public (Prg-
assiste du Ministere public quand il cis de Droit commercial. T. II, p. 992).
statue sur les appeals des justices de Paix, VoilA pour la doctrine. La jurispru-
ii n'y a aucune raison de decider qu'il dence n'est pas moins formelle.
doit congedier ce Magistrat quand il juge ( Lorsque, dit un arret du 21 avril
en ses attributions commercials. 1846, lorsque les tribunaux civils, dots
Sans la presence du Ministlre public, par la loi de leur institution de la pl6-
le tribunal ne serait plus un tribunal nitude de jurisdiction, sont appeals en
civil parfait, puisque le tribunal civil ne vertu de l'article 640 du Code de com-
peut singer sans ce Magistrat qui en est merce 5 connaitre des affairs commer-
partie intdgrante. II ne serait pas non ciales, la composition de ces tribunaux
plus le tribunal de commerce, puisqu'il n'est pas modiqke. Par suite, le Minis-
n'aurait pas 6t. 6lu par les commerCants there public, parlie intdgrante de ces tri-
comme le veut la loi. L'on se trouverait bunaux, doit participer aux audiences
done en presence d'nn tribunal sui ge- commercials de la m6me maniere
neris, qui a cess6 d'etre le tribunal ci- qu'aux audiences civiles ordinaires.)
vil, puisqu'il a cesse d'elre complex par Au sijet de cet arret, le procureur
l'absence du Ministore public,et qui nest goe6rale Dupin don't l'opinion :l id adop-
cependant pas devenu le tribunal de l1e, s'est exprime comme suit: < Si
commerce: ce que le Ilgislateur n'a cer- nous remontons aux principles des juri-
tos pas voulu. diclions civil et commercial, nous
Quand dans les localiles oil il n'y a voyons que les tribunaux civils ont la
pas de tribunald le commerce, le lgisla- plinilude de juridictlon, qu'ils consti-
tenir saisit lc tribunal civil de la connais- tuent pour les ciloyens. la jurisdiction
sance des matiires commercials, il en- ordinaire, chargee de statuer sur la g&-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 119


naralit6 des intl6rts qui touchent leurs
personnel, leurs biens et leurs droits.
A Au contraire, les tribunaux de com-
merce sont des tribunaux d'exception
institu6s uniquement pour juger one seu-
le espece d'affaires.
& Sans doute, la jurisdiction commer-
ciale, dans sa sp6cialil6, a des avan-
tnges qu'on ne saurait meconnaitre. En
cilisant leurs juges, les n6gociants ont
regard aux besoins et aux exigences de
chaque locality.
( Dans le tribunal ainsi coislitu6, il
n'y a pas de Ministrre public, on le
concoit ; il strait centre sa nature d'6tre
elu par les citoyens et. on pourrait voir
quelque embarras a faire fonclionner en-
semble deux magistratures d'origine di-
verse et d'esprit different.
( Tout cela a lieu quand la juridic-
lion speciale est ainsi organisee pir ex-
ception, par election ; car alors clle est
d6tach6e de la jurisdiction civile qui s'en
trouve depouill6e.
( Mais la ofi on n'a pas 6tabli de tri-
bunaux de commerce, il n'y a rien de
change dans la juridiclion civil, le tri-
bunal civil ne cesse pas d'Itre ce qu'il
etait ; il ne devient pas autre chose;
I'organisation de son personnel n'eprou-
Ve aucune modification ; pour qu'il en
fut rutrement en matiere si grave, il
faudrait que le legislateur l'eit dit et
l'eit dit express6ment.
Or, il n'en a rien fait. L'instrument
de justice, le corps qui jugera, le tribu-
nal enfin reste tel qu'il est par sa na-
ture et par les lois de son organisation.
Sans doute, il jugera commercialement;
la procedure sera plus rapide, elle sera
moins cofteuse. La loi le dit ; mais cela
n'affecte pas la composition du tribunal
civil ; i fonctionnera avec tous les ele-
ments qui le constituent. (Dalloz, Ju-
risprudence gendrale 1846, I, 132. Voir
aussi dans le mdme sens arret du 15
puillet 1846 (Dalloz. 1846, I, 270) arret
du 12 juillet 1847 (Dalloz, Jurispru-
dence gdenrale 187, I, 255; 1848, V.
361.- Arret du 7 janvier 1856 (Dal-
loz, 1856, 2, 84.)


N'est-on pas en droit de penser, dans
ces conditions que le fait par un tribu-
nal civil de singer en ,es attributions
commercials, sans la presence du Mi-
nist're public, constitute une violation
de l'arlicle 3 de la 1i du 16 juillet
1857 et de l'article 148 du Code de Pro-
cIdure civil ?
C'est la question que j'ai l'honneur de
poser a mes collogues de la Socidt~ de
Legislation.
ABEL N. LUGER


Project de loi

nelatif a la Loi No 2 du Code Civil


Art. I L'ensemble de d6cheances fix6 A
l'article 19 du Code civil et qualifi6 perte
des droits civil, est et demeure aboli.
Art. II La loi n 2, articles II t 34 in-
clusivement, du Code civil, relative a la
puissance, la perte ou la suspension des droits
civils et politiques, est abrogee et remplac6e
par la loi suivante :
I,OI No 2
Sur la jouissance et la privation
des droits civils
CHAPITRE I
DE LA JOUISSANCE DES DROITS.

Art. 1. Tout individu, haitien ou 6tran-
ger, jouit des droits civils, sous les con-
ditions et sauf les exceptions qui r6sultent
des lois et de la Constitution.
I1 en est de meme des droits public, de
caractere non politique, comme la liberty
individuelle, la liberty de conscience, d'as-
sociation et de travail.
Quant aux droits politiques, ils se rat-
tachent exclusivement a la quality de citoyen
attribute i l'haitien majeur de 21 ans.
Art. 12. L'6tranger, meme non r6si-
dant en Haiti, pourra 8tre cit6 devant les
tribunaux haitiens a raison des obligations
par lui contract6es en Haiti ou en pays
stranger, envers un haitien.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Art. 13. L'HaYtien pourra &tre cit6 de-
vant les tribunaux d'Haiti A raison des
obligations par lui contract6es en pays
stranger soit envers un stranger, soit en-
vers un haitien.
Art. 14. Les strangers peuvent se citer
devant les tribunaux haYtiens, a raison des
droits don't la jouissance leur est reconnue.
CHAPITRE II.
DE LA NATIONALITY HAITIENNE.

Section Ire
De l'acquisition de la quality d'haitien.

.Art. 15. Sont haitiens:
Io Tout individu, ne en Haiti ou ailleurs,
de pere haitien ;
20 Tout descendant de la race africaine
ne en Haiti ;
3 Tous ceux qui possedent la quality
d'haitiens n6s ou naturalists, en vertu des
diverse lois ou Constitutions du pays.
Art. 16. L'enfant natural don't la filia-
tion est 6tablie pendant la Ininorite. par
reconnaissance ou par jugement, suit la na-
tionalit6 de celui de ses parents A l'egard
duquel la preuve a d'abord Wet faite. Si la
preuve est 6tablie le meme jour pour le
pere et la mere, l'enfant suivra la nationa-
lit6 du pare ;
Le tout, sauf le cas de naissance en Hai-
ti unie a la descendance africaine.
,Art. 17. Peuvent &tre naturalists ha'-
tiens :
i Les strangers en g6enral apres un an
de residence non interrompue en Haiti, a
dater de l'inscription de leur demand au
registre du Parquet d6signd A l'article 19
du Code civil ;
20 Les strangers qui peuvent justifier
d'une residence non interrompue de deux
ann6es ;
3' Tout stranger justifiant de six mois
de residence, s'ii a rendu au pays des servi-
ces important, s'il y a apport6 un talent
distingud ou s'il y a introduit soit une in-
dustrie, soit une invention utile, s'il y a
cr6e un 6tablissement industrial, une ex-
ploitation agricole, ou s'il y a kte attache
au service militaire ou a administration
civil.


4 L'6trangerqui a 6pous6 une haitienne,
aussi apres six mois de residence ,
5 L'haitienne. don't le marriage avec un
stranger a ete dissous ; tout individu ne
stranger en Haiti ; et g6ndralement tout
stranger descendant d'un haitien ou d'une
haitienne : sans condition de stage.
Est assimile a la residence en Haiti le
sejour en pays stranger pour l'exercice
d'une function conferee par le gouverne-
ment haitien.
Art. 18. Dans tous les cas ou un Chei
de famille oa une veuve sollicite la natura-
lisation haitienne, ses enfants majeurs
pourront, sur leur demand, I'obtenir 6ga-
lement, sans condition sp6ciale de stage,
soit par le m6me arrete, soit par un arr&td
ulterieur.
Quant anx enfants mineurs, ils reste-
ront rangersr, sauf la faculty, au course de
leur 22e annee, de demander la naturali-
sation haitienne, laquelle pourra leur tre
accordde sans condition de stage.
Art. 19 Toute demand de naturalisa-
tion sera reque par le Commissaire du
gouvernement pr6s le tribunal civil de la
residence de l'Ntranger.
Elle est dress6e sur le registre special af-
fecte a ce service. L'imp6trant est assisted
de deux t6moins notables, soit haYtiens, soit
strangers, qui certifient son identity,
II doit produire A l'appui de sa deman-
de tous documents justificatifs, actes origi-
naires ou de notoriety. certificates et autres,
6tablissant son 6tat civil et sa morality.
Un 6tat de ces documents est dress6e la
suite de l'acte et sign des comparants. II
est dress du tout deux expeditions sur
paper timbre, aux frais de l'impetrant,
lune pour etre delivree A celui-ci, l'autre
pour etre transmise avec routes les pieces,
au D6partement de la Justice.
Art. 20. 11 est status par le Prdsident
d'Haiti sur toute demand de naturalization.
A cette fin, le Secr6taire d'Etat de la
Justice lui pr6sente, avec ses renseigne-
ments et appreciations, le dossier de l'im-
petrant.
Si la demand n'est pas admise. notifica-
tion pure et simple en est faite a l'interesse
par le Secr6taire d'Etat.
Si la demand est accueillie, la natura-


120







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 121


lisation est conf6r6e par arr&t6 pr6sidentiel
inser6 au a Moniteur Officiel .
Art. 21. L'6trangere marine a un haYtien
suit la condition de son mari.
Section 2e
DE LA PERTE DE LA QUALITY D'HAITIEN.

-Art. 22. La quality d'ha'tien se perd
par la naturalisation acquise en due forme
en pays stranger.
Sont considderes comme naturalisations
en due forme :
I Celle qui est confere par un acte de
naturalisation proprement dite,
2 Celle qui resulte de l'acceptation r6-
gulibre formellement constat6e d'une natio-
nalit6e trangere, pourvu que cette accepta-
tion ait kt6 donn6e en pays stranger par
l'haitien majeur.
Art. 23. L'haYtien naturalist ne pourra
revenir dans le -pays qu'aprbs cinq ann6es,
a dater du jour de son depart d'HaYti.
II pourra cependant, en tout temps, ktre
r6entegr6 en sa quality en vertu des articles
17 et suivants du Code civil.
Art. 24. L'haitienne marine A un 6tran-
ger perd sa quality d'haYtienne.
Art. 25. L'haitienne don't le mari hai-
tien vient a acquerir une nationality 6tran-


SCHAPITRE III.
De la perte et de la suspension des
droits civils.
Art, 27. Les condamnations contradic-
toires aux peines qui emportent la perte ou
la suspension des droits civils, produiront,
pendant la :dur6e de la peine, les effects de
l'interdiction.
Le condamn6 sera pourvu, suivant les
forms ordinaires, d'un tuteur et d'un su-
brog6-tuteur pour g6rer et administer ses
biens comme biens de mineur.
11 ne pou-rra lui 6tre remis aucune som-
me, aucune provision, aucune portion de
ses revenues, sinon pour cause d'aliments.
Le tuteur pourvoira, suivant I'avis du
conseil de famille, aux obligations continues
aux articles 189 et 191 du Code civil.
Art. 28. Le jugement civil qui prononce
la perte des droits politiques soit pour
abandon de la patrie au moment d'un dan-
ger imminent, soit pour concours pret6 aux
ennemis de la R1publique, emporte, de
plein droit, du jour oi il devient definitif:
i? L'iucapacit6 d'etre tureur, membre de
conseil de famille, curateur, expert, t6moin
aux actes, instituteur ;
20 L'incapacit6 d'acquerir a l'avenir au-
cun bien foncier en Haiti, A quelque titre
que ce soit, bien que, cependant, le con-
damnn ne cesse pas d'etre haitien.


gore, conserve sa quality d'haitienne. La r6int6gration dans les droits divers
ainsi perdus ne pourra avoir lieu qu'apres
Art. 26. Dans tous les cas ofi soit un un d6lai de Io ans et en vertu d'un arr&-
haltien soit une haYtienne aura perdu sa t du President d'Haiti.
nationality, ses biens fonciers devront 6tre
ali6n6s dans les six mois. Art. 29. Le jugement civil definitif pro-
Snonuant la perte des droits politiques par
Passe e delai, ils seront considres corn- l'acceptation non autoris6e de functions
me biens du domain de l'Etat; sauf I'exer- publiques ou de pensions conf6r6es par un
cice des droits des cr6anciers don't les cr&- gouvernement stranger, n'entraine pas la
ances ont date ceriaine anterieure a la per- perte des droits mentions A article pr6-
te de la nationalit6.Ces creanciers ne seront c6dent.
plus admis i exercer leurs droits sur les im-
meubles devenus domaniaux, si un delai Le tribunal, suivant la gravity du cas,
de cinq ans, i dater de la perte de la na- pourra prononcer la perte, en tout ou en
tionalit6, s'est 6coul6 sans reclamation de parties, de ces droits.
leur part. La r6int6gration ne pourra avoir lieu
Dans tous les cas oui un immeuble serait qu'apres un d6lai de cinq ans et par arrete
repris au domaine, I'Etat ne serait, A au- du Pi 'Cident d'Hayti.
cun 6gard, responsible de reparation, in-'
demnit6 ou redevance. Louis BORNO








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Loi sur i'organisation du service
diplomatique (Projet)


Cincinnatus LECONTE,
President de la Republique d'Haiti.
Usant de l'initiative que lui accord
I'article 69 de la Constitu!iun ;
Consid6rant qu'il imported d'organiser
le service diplomatique de la Republi-
que et de determiner les attributions
de ses membres ;
Sur le rapport du Secr6taire d'Etat
des Relations Extdrieures ;
Et de l'avis du Conseil des Secr6taires
d'Elat,,
A PROPOSE
Et le Corps L6gislatif a vot6 la !oi
siivante:
Art. ter. Les relations diplomati-
ques de la Republique d'Haili avec les
nations ktrang-res sont sous la direc-
tion du SecrBtaire d'Etat des Relations
Exterieures qui a pour auxiliaires les
divers agens accrditis au dehors.
Art.2. Les agens diplomaliques sont nom-
ms parlePresident de la Republiquesur
la proposition du Secr6taire d'Etat des
Relations Exterieures.
Art. 3.- Le personnel diplomatique
de la Republique comprend :
lo Des Envoyes Extraordinaires et Mi-
nistres Plenipotentiaires.
'2 des Ministres-Residents
3 des Charges d'Affaires
4 des Couseillers de L6gation
5 des Secr6taires de Legation
o6 des Attaches
7 des Chanceliers


tructions des chefs de missions et ne
peuvent correspondre avec le D6parte-
ment des Relations Exterieures que par
l'iaterm6diaire de ceux-ci.
Art. 5.- Quand I'int6rit public l'ex-
ige, le Prdsident de la Republique; sur
la proposition du Secrdtaire d'Etat des
Relations Ext6rieures, pent accr6diter
des agents en mission sp6ciale.
Art. 6.- Pour 6treEnvoy6 Extraordi-
naire et Ministre Pleoipotentiaire, Minis-
Ire-R6sident ou Charge6 d'Aflaires, it faut
rire nd Hailien ou avoir ete naturalist
haitien depuis cinq ans au moins, et
6tre tg6 d'au moins 25 ans;
Pour etre Conseller, Secrdtaire de
L6gation, Attache ou Chancelier, il laut
6tre Haitien et avoir an moins 21 ans.
Des rlglements fixeront les autres con-
ditions a rcmplir.
Art. 7.- Les deliguns aux CongrIs
on aux Conferences internationals se-
rout considers come des agents diplo-
matiques en mission special, et leur
rang sera fix6 par le Pouvoir Excculif.
Art. 8.- Les agents diplomatiques
ne commencent a jouir de leurs appoin-
tements que du jour de leur entr6e en
fonclions par I'occupation de leurs pos-
tes.
Ils regoivent pour tous frais de depla-
cement et d'installation une some 6-
gale au monlant de tio's mois (e leurs
appoinlements, quand ils ne se trouvent
pas deja au lieu ou ils doivent resi-
der.
Les agents rappeles reCoivent, pour
tous frais de rapatriement, une some
gale a trois mois de leurs appointe-
ments. Cependant cette valeur ne sera
verse aux chefs de mission qu'apris re-
mise des archives A leurs successeurs.
Un exemplaire de l'inventaire dressed A
ce sujel sera transmis au Dapartement
aes _,-. ,1 ,tin ~irine poure^


Saes relations Extxieeures pour eire
Art. 4.- Les Chefs des missions per- transcrit sur le registry i ce destine
manentes ont la direction de leurs e1ga- En cas de mutation ou de change-
tions respcctives et correspondent avec ment de post, les agents diplomatiques
le Dt6partement des Relations Exterieu- no reqoivent que des frais de voyage.
res qni leur transmet les instructions Art. 9.- Les Copseillers, Secredaires,
necessaires. Attaches ou Chanceliers qui remplissent
Les Conseillers, Secretaires, Attaches par interim les functions de Chefs de
et Chanceliers doivent executer les ins- missions, ont droit aux valeurs allou6es


122










REVUE DE LA SOCl TI DE LEGISLATION 123


pour frais de bureau et doivent acquit- Art. 13.- Les agens diplomatiques,
ter ces frais. S'ils remplissent 1'interim quand ils gagneni leurs postes on quand
en cas de admission, de dices on de re- ils en reviennent, out droit A la franchise
vocation du chef de mission, ils ont des droits de douane pour leur mobilier,
droit A la moiti6 du traitement de celui- lours effects et ceux de leurs families.
ci. Ils sonu aussi exempts des droits de pas-
Art. 10.- Les agents diplomatiques seport. Le m6me privilege est 6tendu
ne peuvent correspondre avec les auto- aux agens envoys en mission sp6ciale
rites de la Republique que par 1'entre- ou del6guds aux Conferences internatio-
mise du D6partement des Relations Ex- nales. En cc qui concern les Chefs de
terieures. Missions des Puissances 6trangeres ac-
Art. 11.- Les Chefs des Legations credits a Port-au-Prince, ils jouiront
out la surveillance et le contr6le des pour eux et pour leurs families, de la
Consulits etablis dans les pays oh ils franchise des droits de douane et des
sont accrtdil6s. Ils proposent au Depar- taxes personnelles, a la condition toule-
tement des Relations Extirieures les rd- fois cue les mnmes avantages soient
formes qn'ils croient utiles, et prennent accordIs chez eux aux chefs de missions
en cas d'urgence, toutes measures qu'ils haitiins accredilds en leur pays. Les
estiment n6cessaires A la bonne march Secr6taires et Attach6s des Legations
du service. 6tablies A Port-au-Prince. sont aussi
Its sont autorises a nommer des agents exempts des droits de douane et des
consulaires, avec l'opprobalion du D6- taxes personnelles si, dans leur pays, le
partement des Relations Extdrieures. mime privilege est accord aux secr&-
Art. 12.- Los Chefs des L6gations taires et attaches hailiens.
dans les villes oh il n'y a pas de con- La demand de f anchise doit 6tre faite
suls recoivent les actes de l'Etat civil et par le D6parlement des Relations Ext6-
sont autorises, soit parn eux-mmnes, soit rieures a la requ6le de l'intdressd.
par un membre du personnel d6sign6 Art. 14.--- Les chefs de missions ont
par eux, a recevoir tous les actes que les droit, chaque ann6e, a un cong6 d'un
notaires sent auioris6s a faire en Haiti. mois avec paiement integral des appoin-
Par eux-mn mes ou par les employs tements. Selon les circonstances, le Se-
qu'ils d6signont a cet effel, ils ldgalisent cr6taire d'Etat des Relations Exterieures
les signatures ils ddlivrent ou visent pent accorder un p!us long cong6, pro-
des passe-poits dans les lieux oh il n'y longer celui djia accord, ou y mettre
a pas de Consuls. fin.
Les frais a prelever sont les m6mes Les Secr6taires, etc.., out droit, chaque
que ceux prevus pour les Consuls. annde, a un cong6 d'un mois avec ap-
Les expeditions des actes recus par pointements complets. Ce congD est ac-
les L6gations sont, au plus tard, dans cord6 par le chef de mission qui en in-
un mois a parlir de leur date, lransmises forme le D6parlement des Relations Ex-
an Deparlement des Relations Extdrieu. tdrieures.
res. Dans les deux mois au plus lard, les Le temps n6cessaire au voyage d'aller
parties irneressees requerront soit leurs et retour n'est pas compt6 dans la durde
inscriptions sur les registres de 1'dtat- du cong6.
civil de la commune ou les parties sont Art. 15.--Tout membre du Corps diplo-
les domicilides, soil, pour les actes no- malique qui quille son poste sans avoir
tarids, leur dep6t pour minute chez un rcgulifrement obtenu coned du D6parte-
notaire. ment des Relations Ex6irieures ou du
Dans ce di rnier cas les droits d'enre- chef de mission sera r6put6 d6mission-
gistrement seront alors percus s'ils n'a- n;ire ; il sera pourvu A son remplace-
vaiect lpas 6td anu pialable prdleves. ment.
Ces actes ne seront exdculoires qu'aprds Eu ce cas il n'aura pas droit aux
l'inscription ou le d6p6t. frais de rapatriement.










124 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

Art. 16.- Aucun membre du Corps decision ulltrieure du Pr6sident de la
diplomatique n'acceptera de mandate ou R6publique.
de procuration d'un particulier ou d'une
SociWte pour s'occuper d'interkts privs. Art. 22.- Les correspondances entire
sans le consentement pr6alable du D6- le gouvernement el ses agents, les rap-
partement des Relations Exterieures. ports, m6moires et autres documents of-
ficiels, constituent les archives el demeu-
Art. 17.- Aucun membre du Corps reot, ainsi que le timbie, le pavilion,
diplomatique ne peut, sans 'autorisation etc., la propridte de l'Etat.
prealable du D6parlement des Relaiions
Exterieures, accepter soit des decora- Ait. 23.- Tout chef de mission ou,
tions, soit des cadeaux du gouvernement en general, tout fonctionnaire qui, a-
pr&s leqael ii est accredit6. Ceux qui no l'expiralion de ses functions, gardera ou
se conforment pas au present article refusira de rendre les ai chives qui lui
ne pourront point porter les decorations elaient confines a raison de son service,
et pourront 6tre, en outre, condamnts sera coidamnd par le tribunal Correc-
par le tribunal correctional a l'interiic- 'ionnel A I'inierdiction de tous emplois
tion d'exercer tous emplois publics pin- publics pendant un tnmps qui ne peut
dant un mois au moins et un an au plus 6dce moiIIdreo 'un mili: ni cxceder trois
i ans, sans prejudice des domminages-int-
Art. 18.- Les navires do guerre h~- rts envers l'Etat et dic la contrainti par
tiens qui se trouveront dans les oeux corps qui durera ju.iqu'h l: premise des-
du pays ou soot ccrediles les g-tC dales archives.
diplomatiques haitiens qui leur foIt vi-
site, front, a ccs agents, au moment oil Les heriliers de ccs fonclionnaires ou
ils quitteront le bord, le salt suivant tous ceux qui auriiil reCu les susdites
archives et pcrsislerout a les garder en
Aux Envoyes Extraordinaires et Minis- ler, possession scront coltraints par
Pl1nipottentiaiires, 15 coups de canon ; s a premise desdites archives et
Aux M res Rsidnts, 13 coups de aux dommages-intedrcs envers 1'Etat.
canon ; L'emprisonnement durera jusqu'a ce que
Aux Charges d'Affaires, 11 coups de cette revise ait eu lieu.
canon.
Art. 24.- II sera pourvu L l'organisa-
Art. 19.- Un reglement du Departe- tion du Ddpartement des Relations Ex-
ment des Relations Extrrieures tr rieures par Arr6tl du President de la
mineral le module d'uniforme que les iRpublique pris sur la proposition du
agents diplomatiques sont autorises a chef de ce Departement.
porter selon l'usage 6tabli dans les pays
oih ils sont accredit6s. Att. 25.- La pr6sente loi s-ra publide
Art. 20.- Le c6r6monial a observer en et executee a la diligence du Secr6taire
Haiti sera fixed par Arrete du President d'Etat des Relations Exitrieures.
de la Ripublique pris sur la proposition
du SecrOtaire d Elat des Relations Exte- Donnl au Palais National de Port-au-
rieures. Prince, le 1912 an 109e. de l'nde-
pendance.
Art. 21.- II sera uommU6 un chef du
Cer6monial don't les attributions ser'ont Par le Pr:sideni:
determinees par Arr6il du residentt de
la Republique pris sur la proposition du Le Secrdlaire id'E It des Rc tions ix
Secretaire d'Etat des Relations Ext6irieu- il1ieuries,
res. Son grade diplomatique sera dui-
gn6 dans la commission portant sa no- --
mination et pourra etre modifi par








REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION 125


RA FPPO R'T of I'amiral Duchouth 6mcitait la prd-
tention d'empicher nos nia'ins de na-
Sur le project de loi relatii a viguer au delay de trois lines des cotes.
orga station du service din tendant ainsi n-s relations com-
orgaisi s e merciales, Dessalines, Pdtion, Christophe
matique. et Boyer i'dtaiett prioccupds que de la
pensde d'oblonir la recornnaissance de
Messieurs, notre Iiuddpel!douce. Mais pour y reussir,
c'est surlout .sur le concourse del'An,-1. I, i
Vous avez bien voulu me confinr le qu'ils conmptaient.A cot cffet il ful accor-
.oin de vous Mfaire un rapporl, sur l tli die grands avpnlages a commerce
p.r(jet de ici relalif ia orgfnis;ation d"u ,ni iNs et jusqu'en 19S 8 c'est vers cette
service diplomatique soumis h notre x:i- nationn que nous voyons se diiger toutes
men par le SporNlaire d'Etat des Relti s les missions chalIaes de lO'e reconai-
'o re t'eis tence "111h iti.
Inxtlil ures. Avont d'nborier I'dludi e die r I existence d'Hai.
ce project de loi si imporlanl pour I; b)on- DI6; javior 1801. c'est ; lai suite des
ne g'slion ide nvs intel els an dehors .t i, ouv rilurecs files liar l)ess:lines an gond-
sans nul doiteo marquera i un' nIouvell ra[ Nugenl e..... .1i ir de la Jamaique,
poquc dains I'hiistoirtIe d noire diiplom- quo celui-ci expclin a Haiti Edwarn Cor-
tie, je ne croi ps p susperRlu de jdcer un bet dans le but dl'oblenir pour la Grinde
coup ld'oil en arricdr el de rappel ) r Brcnagne le proteeloral do File.
succinuctement les difflrenes aps apesi(ja Celle dlmnarcht infructueuse de Dcs-
franchies. Isalines ne fit pas perdre nux Iliiticns
S', l'cspoir d'amenor I'Angclterre ou A re-
I connnaitre leur independence on a d6-
An lendemain de la proclamation do ciilde'r la Fr ance a In reconnaitre,
l'lundi6pendance, Haiti fut syslWmaliquet1- L 21 Mars 1807 Th6odat Trichet fut
ment lenue dans l'isolemenp.. Les Pins- envoy f Londres. P action croyait le mo-
sances qui possddaient des colonies dans intent opport'lu pour arriver a ses fins.
les Antilles, leur avaient fail defense d'a- Le Parlement anglais discutait alors 1'a-
voir aucun rapport avec le nouvel El b. bolitiou de la traie.
Malgr6 l'engagement solennel pris par En 1814c'est son secrelaire Gabarge
1'Empereur en Iarticle 36 de-la Constitu- que le ie Pr6sidcnl fuit voyager en
tion de 180 a de no pas troubler l Angleterre pour demander it celto Puis-
paix et le regime inrieur dcs colonies sance d'intervenir pres de Louis XVIII
ieranugres, ) malgre les assurances f r- Iponr la reconnissanco de I'lundpendan'ce
nmieis qul 1 donna a ce sujet au gen- d'llaiti sur des bases equitables.
ral Nugent gouverneur de la Jamaique, De son cOti ChrisLophe charge l'an-
l'Angletlrre, la France, I'Espagne Iin il, i, Pellier qJi avail sa confiance d'in-
pouvaient s'empiecher d avoir des appre- forme e gouvernement brilaunique qu'I1
tensions pour la Jamaique, la Guade- etai dispose a discuter les propositions
loupe et Cuba. jusles et raisonnables de la France.
Mais grace a la pers6v6rance et au Mais en 1823 l'Angleterrv reconnut
tact de nos premiers chefs d'Elal, et lin- i'exislence du Aexique, do la Colombie,
tarkt du commerce y aidant, d'excellenles etc. el refusa de se piononcer sur l'in-
relalions ne larderent pas A s'etablir aver ddpendance d'llaiti. Les Haitiens com-
I'ntranger. C'est ainsi qu'en '1813 deux prirent alors qu'il ne fallait pas computer
I avires sous pavilion haitien, le Coureuo sur cette nation et qu'ils devaient tout
ct le Conquirant, se rendirent, le pre-seuls se tiret d'affaire avec i'ancienne
mier, aux Etals-Unis, le second, en An- metropole.
gleterre oit ils furent bien accueillis. A pair i!e cette 6poque commence
DQjA nous n'etions done plus a l'epoque la sirie des missions envc.yves directe-








126 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


inent aupres du gouveerement frangais
pour r6clamer la reconnaissance de I'In
pendancp d'Haili et regler les difficulties
auxquelles donna lieu le paiement de
l'indemnite.
Au mois de Mai 1823 le Pr6sident de
la RUpublique charge le g6nBral fran-
gais Jacques Boyd de faire des ouvertu-
res a la France. Les n6gociations com-
mencdes Br1uxelles furent rompues de-
vant les exigences du gouvernement
frangais, represenId par M. Esmalgart.
Larose et Rouanrz envoys i Palris
1'annle suivante n'obtinent pas plus de
succ6s.
ApreLs l'chec de ces deux missions
Boyer avail pris les dispositions neces-
saires et Otait prct i defendre Ie pays
contre une invasion dtrang re quand le
baron Mackau vient lui remettre 1'or-
donnance du 17 Avril 1825.
Charles X concedait aux Hailiens I'in-
dependance qu'ils avaient d(iji conqnise
au prix de Icur sang eo lour r1'clamanit
en relour une indemnity de 150 mil-
lions de francs.
Apres qnatre jours d'hUsilnlion Boyer
le 7 Juillet, accepla l'ordonnance que le
S6nat ent6rina le 11. Mais devant I'in-
dignation manifest6e par le people hai-
tien lorsqn'il connut les terms de cette
ordonnance le President Boyer comprit
toute la gravity de la faute, qu'il avail
commise et c'est a la reparer, i obtenir
une reduction du montant de l'indem-
nit6, a negocicr un trait satisfaisant
pour l'amour propre national, qu'il con-
s-icra toute son nnergie.
Apris les missions infruclueuses de
Daunmec, Rouanez et Fremont en 1825,
de St. Macary en 1828 el 1830, ses efforts
furent enfin couronnds de succes par la
signature des trails du 12 Fevrier 1838.
II ne s'agissait plus de la cession, mais
de Ia reconnaissance de I'lndependance.,
Le solde de l'indemnitle payer, au lieu
de 120 millions, etait fix6 a 60 millions
payables en trente ann6es.


plomalie haitienne ne comprend que
des missions transitoires. A partir de
I'ordonnance de 1825 la France, la
Grande Brelagne, la Hlollande, la Suede
et le Danemark sont repr6senis aupres
de I'Etat haitien et celui-ci n'accredite au-
cnn agent diplomalique A l'Mlranger. II
en a 0td ainsi jsqn'en '1847, la vive op-
posi'ion A laquelle Boyer fut en butte du-
rant les dernieres annees de sa longer
presidencc et Ics agitations qui bonlever-
sirent le pays do. 1.-13-18'17 ayant sans
doute absorb I'altention de nos gouver-
nnnts et les ayant empechds de penser a
noire reprisentalion au dehors.
En '1845 Guerrier ayant en besoin
d'obtenir un sursis du cabinet francais
concernant le paiement de l'indemnit6
dut dlciguer a cet effect A Paiis Joseph
Georges el Augulte Elie, conseillers
d'Etat.
C'est sous Soulouque que le gouver-
nement haitien commenga A envoyer des
missions peirmanezles.
Le 10 juin 1847 B. Ardouin est nom-
md Minisfe-rdsident h Paris.
En 1863 le Corps diplomatique de la
Republique d'Haiti est Compos6 come
suil :
PARIS


Ministre resident
Secretaire
Attach


B. Ardouin
Charles Ilaentjens
Jules Villevaleix


LONDRES


Ministre-r6sident
Secretaire
MADRID


Ministre resident
Secretatre


F. E. Dubois
F. Jeanly


Th. Madiou
F. F ,ubert


WASHINGTON


Charged d'Affaites
Secrtlaire


Ernest Roumaia
D6mosth6ne Bruno.


B. Ardouin et S Villevaleix furent
envoys en France pour proceder a 1'e- Du moment que la reconnaissance de
change des ralificalions des deux trails. i'lnd6pendance eut fait naitre des rap-
Comme on le consulate par ce court port suivis et continues entire IHati et les
expose, cette premiere periode de la di- grandes Puissances, il devint n6cessaire










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 127

d'6tablir chez nous un d6partement par- taires d'Etat des Relations Ext6rieures du
ticulier, charge de la correspondence po- gouvernement provisoire de 1876 et du
litique et de la direction des affaires ext6- President Boisrond Canial. Les deux
rieures. gouvernements provisoires do 1879 et la
Cette creation remote v6rilablement pr6sidence de Salomon donneni Joseph
a la Constitution de 1843, (art. 128). Lamolhe, L. E. F. Salomon, Charles Lafo-
Les Constitutions de 1805 ( art. 32 ), resterie, Charles Archin, Brutus Saint
1807 (ait. 11). 1816 (art. 158) coufiaient Victor, J. B. Damier, Calisthene Fon-
au Chef de I'Etat la direction des lRla- chard, Brenor Prophele. Dn 24 aoWil 1888,
lions exterieures. La Constitution de 1806 chute de Salomon i n1os jou:s on relive
( art. 43) accordait ce droit an S6nat. 25 Secidet;iies d'Etat des Relations Ext6-
Seule la constitution royale de 1811 rtires: Frangois D. Ldgitime (gouver-
(art. 43) pr6voyait un iniistre des allaires menl provisoice de .... ), Margron,
6trangeres. ilais cet organism n'avail pas Solon Menos, ( prdsidence de Ldgitime ),
sa raison d'dtre a cette dpoque. C'dlait ui Anl6tuor Firmin, H!ugun Lechaud, Charles
rouage inutile cre6 sans doute par Chris- Archin, dinmoid Lepinasse, Freddric
tophe dans I'unique but de ( reliever lai Mal'celin, Pourcely Fbaine ( gouvernement
splendour du trone d'llyppolite ), Pourcely Fame, Antinor
Le premier Secrtdaire d'Etat des iela- Firmm, Sulou Mhios Brutus St. Victor
tions ExtrieuIres de la Rdpublique d'Hiti ( gouverlnulent de Sam ), Jarmiie ( gou-
ful ilerard Diniesle. Nonnre le lr .lan- vrneiimeiit provisoire de 102), Jer6mie,
vier -1844, il cessa ses fonclions le inai AugLusle 1onamy, Murville Fdrree, Pau-
de la 1inde annie et eut pour successeur! ldus Sannon, Louis Borio ( gouvorne-
J. S. Hyppolile ( 2'inai 1844-16 inais mnnt de Nord Alexis ) J. J. F. Magny
1840 ). Du 16 mars 1816, nomination de ( Antiuie Simon, chef du Pouvoir Exe-
RPcli an !7 avil 1859, chute de Soulou- culif), lMural Claude, Potion Pierre-
que, los Secretaires d'Etat des lielations AudrI, Je1,rdmie ,(Presidcnce d'Antline Si-
Ext6rieures s'appellrent Alexis Dupuy, nl:n ), T Guilboud ( CIus. Leconte, chef
Jean Elie, Salomon Jeune, Louis DuFres- du Pouvoir Excuntif ) residence Cin-
ne. Audro Jean Simon, Victorin Plesau- natus Leconte ) J. N. Ldger ..
ce, Th6odat Philippeaux, Alexis Dupuy,
Augusil Elie, Thonas Madiou, Linstaul Attributions du Secr6taire d'E-
Pradines ont I6l les Secrt6aires d'Etat des tat des Relations Ext6rieures
Relations Ext6rieures de Gcffrard. Le
gourverncmeut provisoire de 1867 confia Agent immidiat du chef de l'Etat, le
les relations exterieures a cinq members Secreiaire d'Elat des Relations Extdrieu-
(Andr6 Germain, Ultimo Lafontanl, Saiut res est place la lete du personnel di-
Andr6 pere Demesvar Delorme ). Sous plomuatiq(e de son pays pour diriger
le government de Salnave on remarque les allaires du dehors et les centraliser
Andrd Gertmain, Demesvar Delorme, Da- sous sa main.
guesseau Lespinasse, Alexandre Tate, Lo project de loi sur l'organisation du
Charles Archer, Dasuy Labontd. Le gou- service diplomatique le proclame dans
verneinent provisoire de 1869 et le Prcsi- son article ler : a Les relations diplo-
dent Nissage Saget out pour Secr6taires maliques de la R6publique d'Htaiti avec
d'Etat des Relations Exteiieures F. Sau- les nations etrangeres soil sous la di-
veur Faubert, B13nony Lallemand, Volmar reaction du Secr6taire d'Etat des Rlelations
Laporte, Normil Sambour, Charles Ilaent- Extlrieures qui a pour auxiliaires les
jens, Darius Denis, Liautaud Eth6art, divers agents accredits au dehors. e
Jctavius Rameau, Joseph Lamothe. Mi- Le dMtail de ses attributions est dd-
chel Dominque conlia te ddpartiement des termin6 aiusi qu'il suit par la loi du
Relations Exterieures a M. Excellent. Han- 17 Juiu 1847 : 1 LaI correspondence
nibal Price, Liautaud Ethdart, Felix Car- avec les agents diplomatiques et consu-
rie, Ernest Roumain ont 61t les Secr6- laires que la Republique envrrra ou eu-









I28 RIEVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

tretiendra anpri des puissances Oiran- ouvrage intituld a Polilique exterieure
grces ; 0 l'exdcution dts trails on an- d'Haiti :
tres conventions iulernationales ; 3 la
surveillance 'l Ia di!'enase alo dleors des II ous faint commencer par reor-
intreits poli!iqu, s et lommllerciaux de ga i;iser le miniiislre des relations ex!d-
la naliior hli;ieiinne ; 0 la correspon- rieu res Ini-nmnme. II s'y trouve uie
dance avec las agents diplonalliques el fonle (d'employes, qui auraienl pi 6tre
consultiris que les iuisances deirange- (:minemrment uliles au pays, mais lni,
oes 'nvcrr. int iru entrOtienldironmt dans 1; avoc los inslilutio ns acluelles, no sont
Rdpublique. qu'ine charge por-' le budget. Ie mi-
iistirde dvrajil itr'e la grande dcole oil
De 1'organisation du Dljparte- !'on lormeraii, des Sulj'ls pour Inos di-
ment des dielations Ext6rieures v:rs consulals, pi,;u nos 16gations el
Scon -w al ini'.'me pour I'aIlininislralion inWreieurP.
Poir acomhlir ne I .ll a-nsi com- A ce ,ffet il fa,!ldrail v crecr autant de
plique e au>si delicate, le ,ministre no divisions que pL I,.L i ,cessilcr Ii service.
peut exercer que h dir:clion siupeliure( A paul ls salnrids ii y urnait des sur-
et dop are rs;n-ttr es iu y neirrsn nel dd
et do s'e ren.le i a[re u a personnell de nuudraires auxlels on accorderait cer-
son mliiistdre poutlr ex6citon de ses lain avanles, s que l'abarvin:lioi
ordres. Tiluaire de dctux dUip:rtemern, ts l passer sous les drapcaix,
ses o cntiAionrs ni laisienn pasl |Ia
ses o cui) :tire;des n ui lais enl does-'le l'exemplion de cquelques charges IJu-
temups d'dc rite des dipichies et de des- bliHljins, on toutes air les comperrsations
bclieds, od aostes aItdes compensations
cendre dans les dlaiis de la besogne il'opres A facililer leur nIrcrulement.
journalli, re. A lotus on iimposcratt des ex'imens s&-
Anqsi poular11 bou:le I-n rcie fill set- rieux, avec des programmes arr&i6s.
vice esl il de la plus grande importance Des concors seraie nt ouverls a.nnuelle-
de pourvoir a l'orga isal on du minis- ment on loans ]es trois ans et les 6preu-
trce des Relations Extirieures et de yes porternient sir les principles gend-
bien recruiter les personues pour les dif- rux di droil international, les e16-
fierentes places.
vmtes pl;lt ^s. lnclats d'economie politique, l'oranisa-
Me J. N. LUger ne tardera certes pasmoots d':eonomio polilique, 1'or'gasa-
eJ N. L r ne tardera ceres pasion constiiulionnelle, judiciaire et ad-
a rdaliser celle rdforme come i1 le minislrative d'Haiti el celle dPs pays
promel en I'article 24 do project de loi avec lesqreis nous sommes en relations,
don't i serait mieux a notre avis de fire l'histoire des traits et des notions de
un 2e alinia a Farticle ler.
n e alia article leg. ographie poltliqne et commercial.
Art. 24. II sera pourvu A l'organi-
sation du Departement des Relalionsi Lorsqup les employs d'un certain
Exieri ures par arrket du Pr6sident de ordre passeraient dans une classes su-
la Rdpublique pris sur la proposilionduii pdrieure, on seraient envoys A I'etran-
chef de ce D6parleinent. g,-r soit come allachds, soit cormme se-
D'ailleurs ce n'est pas aujourd'hui que crdtaires de ligallon, soil comme vice-
le Secr!aire d'Eiat actuel des Relatiorns consuls ou consuls, les surnum eraires,
Extdrieures se rend compete des verita- sans autre distinction que le mtrite ou
blues besoins de la branch di service l'anciennel6. seraient appel6s a combler
public qui lui est confide et cherche les les vacances. En suivaul cetle mthlode,
moyens de les satisfaire. Des 18%6 il on arriverait, avec le lemps, a former
signalail les principles rdformes que des fonctionnaires A la hauteur de leur
plus de vingt cinq annees apres il a mission ; on trouverait facilement des
I'honneur et la gloire d'inaugirer sous chefs de bureau, des chefs de division,
le government do general Cincinnatus pouvant avec competence diriger les
Leconte. services qui leur sont confis, et on au-
Voici en effect ce que Me J. N. Leger, rait mime des ministries pour nos Idga-
avocat, ancient charge d'affaires d'tlaiti tions et des Secretaires d'Etat A qui les
A Paris, disait A cette dpoque dans son diverse connaissances que doit possdder










REVUE DE LA SOCIETY D)l, LEGISLATION 129


un diplomat no seraient pas tout 6 fail
6trangires.
II no scrait pas non plus manvais
d'adopter un citeionial pour l;i rceep-
tion des ag(nits diplomaliquis (traiigc's.
A mon avis, il est souveraincmient iidi-
cule do aire [irer (lu caLnon i l'occ;i-
sion d(o lireiuise dces telres de crcance
d'un ministrie )lIniipolentiairi. S


a I! iiilos eiitique encore one bonile
loi ,ir i'(F rLn iiisalion coinsulaire. It im,
poric dl (! (fiiln', dii fixer l's altiil)uiions
dte ios agents s (clmincrcinux. Tout eln 1's-
tant sountii'. la suirvcill;nce, an. (con-
tr6le dco les i',(ations, nos colnsils 0O
doiveiil l)a igfnoli' ce (lu'i!s ip> Iuv(iil
fair sans oun!Irp)asser le rii nan!d;1 l. ,Le rI
m i-sioii devil p!rincijl; li'iei nt consi-ier
a cirei' des d6teboucllo p1(1r le comm1enr-
ce lln tiol;al. Oin plourrni aussi li s au-
toriser i r civoir I_ I, l i, acies (I -'elat
civil, a [parser qluelueis lnns dcs coni-
trats rcssor!isanlt aux nolaires. I1 taul
doii( qcue ls I HIaitihcns sachent cce qu'ils
petuvoiit ic clamer du reprisentant die
leurs iili61,s commercciaux.


Les diverse categories d'agents
ext6rieurs

Le project de loi di-liii'i', Irois cat6-
gories d'agents ext1ri: s :
1 0 les ..l-llls diploinatiquos propre-
ment dits, charges de repr6senter le
pays a I'6lranger d'une maniere perma-
nente ( art. 3 )
2 les envovys charges d'une mission
special Idle que celle de reprisenter
le gouvernement a un co'n-.', a une
conference, tell qu'une delimitntion de
fronli6res, 1'ai rangement d'un diffTrend
litigienx. (art. 5 (ler alina ) et 7 )
30 les agents confidentiels ou nego-
cialeurs secrets qui solit envoys non
ustensiblement, en mission de confiance,
pour trailer d'affaires iniportanles, imais
secrl6es, sans attribution de caracltre1
official. (art. 5 2e alin6a )


Classification des Milnistres
publics

Les :i I dijlomaitiques, chefs de
mission, sont partages en Irois classes :
la p)re1micre se compose des envoys ex-
Ir.lordiuiaires ct miniaistres plenipoten-
iiaiese,l second des rinislres-rdsi-
denis, la Itoisislme, des charges d'afla'res
( ait. 2. 10 20 3 )
S:e der',ier groulpe comnprend les diploi
mates aceredits alnpris des minis'res
des [Itcl;ltioins extl riciires ct se ss bdivise
on deux classes : A Ina Lrimilre appar-
tieiincnt dcs ;.gen!s qui out A'61 accretilds
liar letlres tdi Secrtaire d'l iEtl des Roela-
lioiis Extirieilresi aupres d'un antutre mi-
nistlr des affairs trallnger s a la oe-
conild, les secr6taires on conseillers de
legalion qui ne remp i isst'nl qtu' service
i inltrii rtai lend.ant I'abse ce ide luur
chef idc mi-sion et donlt une leltre di-
redle deo letr gouverrlemlenll n'est pas
venue conlitrnur los puuvoirs acciden-
tels (art. 9 ).
Les charges d'affaires, chefs de mis-
sion, olu la priuallnco sur les charges
d'affaires par interim.

Personnel de nos postes
diplomatiques
Sous les ordres des chef's do mis ion
sont places suivant le raig el l'impor-
tance dL1 posle des conscillers do lega-
tion. des Secr(taircs de l('gtioii, des al-
t;chis, des clhaceliers ait 3 ( 4o, 5o-
6o el 70 )
Des attacdhs scientifiques, mililaires
et commercial peuvent iassi 6tre nom-
mes ( ari. 5 2e alinea ).

Nomination. Nationality. Age
des agents diplomatiques
Nos agents exterieurs sont nomm6s
par le President de la Republique sur
la proposition du Secr6taire d'Etat des
Relations Ext6rieures ( art. 2 du project
de loi et 100 de la Constitution ). Leur
rang estlaussi fix6 par le Pouvoir ex6-
culif. ( art. 7 ).
Le choix du chef de 1'Etat est limits









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 130

par certaines conditions que determine A tout cc qui peut intlresser son gou-
I'art. 6 du project de loi. vernement, afin de lui en rendre un
Art. 6 : Pour Otre envoy extraordi- compete exact et fiddle dans ses depd-
naire et ministry plenipotentiaire, minis- ches,
tre-r6siden' on charge d'affaircs, il f;ut A celle fin, il est tpnu d'envoyer des
lcre n6 hailier, ou avoir e61 naturalist rapports dtlailles et suivis non seule-
hailien depuis cinq ans au moins, elt tre meant sur les points important de toute
Age d'an moins 2i ans. ntgociation particulire don't il pent a-
Pour 6tre conseiller, secr6taire de 16- voir Ml6 charge mais en general sur
galion, atlach6 on chancelier, ii fant toules les choses d'intlret public dout la
etre hailien et avoir au moins 21 ans. surveillance et l'appreciation sont con-
Ces questions d'ige et de nationality fides a ses soins.
ont toute lcur importance. Les missions Les communications doivent eire fai-
diplomaliques consfituant une fonclin les direhe:inelt aI son chef hidirarchiiqiue,
essenliellement publique (t demandant le Secrelaire d'Etat des Relations Elxte-
la connaissance des homines e des ricures.
choses, on comprend qu'elles ne puis-I Aux terms de l'art. 10 du project de
sent etre confides qu'i c ux qui ont Ia loi, (( les agents diplomatiques ne peu-
qualite de citoyens iiitians e! it qni vent correspondre avec les ;ulorilds de
leur age permet de suppo(ser qu'ils oelt Ia leptiPblique (ple, piar 'entremise du
de l'experience. Dparltement des Relations l'xldrivucires.)
La seule observ ation que nous cio- II ( II a la surveillance et le contrile
yons devoir fire, c'est que dans Ie let des consulats dlabliis (;is Ie pays oft il
alinda de I'article (i la disposition ainsi i st anerdilt. II propose an Depiarlement
conque : avoir et6 nalnralis6 haIilicn des Rilations ExIlriicures les riforimes
depuis ciuq ans au moins ne nous pa- qn'il croit uliles et prend, en cis d'ur-
rail pas tout I fail conforme au texle de gene, toutes measures qu'il slime nd-
I'art. 0 ( 2e ali~ja ) de la Conslitution cessaires a la bonne marclie du ser-
qui dit en terms form s q e ( 1'lhai- vice.
tion naturilis6 n'est admis lI'exercice II est auloris6 a noniner des agents
desdroits politiq'ues qu'apties cinq an- consulaires avec l'approbalion du [d-
ndes de residence dans la Rp)iiulique. ) parilment des relations Extcrieures --
II s'ensuit que pour 6tre nomin itn une ( rt. II).
fonciion publique, il ne uffit pas I 11 La protection des nationaux dans
1'hailien aluralis de avoir le pays de avir 6 ce sa residence entire dans les
cinq ans ; il f;tl e'ccnre que depuis sa attribulions du ministry public. ( A
naturalization it ail r(sid6 au mioins cinq cet dgard, dit le come de Garden, s'il a
ann6es dans le pays. recu des instructions piarticulieres, il
Sl)Des riglements fixeront les auires diil s'y conformer ; cependant, mime
conditions a remplir n art. 6, 3e alinea ) sans ordre expr6s pour cos sores d'af-
Mais ala premiere condition a! exig r'i faires, il centre dans I'objet de sa mis-
do tilulaire d'un emtploi diplonmalique, sion de seconder, en tou!es choses,
c'est d'6tre complement i la liauteur ceux de ses compatrioles qui s'adres-
de ses utiles, nobles el imporlantes sent i lui; de leur donner des con-
fonctions ( Pradicr-Foder6 ) seils, de les guider d'apres !a connais-
sance qu'il a des localiles ; do recom-
Attribution du ministry public marder enfin leur cause, soit aux au-
torites, soil aux souverains meme, car
I La function principal du ministre tous ceux de ses concitoyens qui se trou-
public consist a veiller scrupuleuse- vent dans le pays of ii reside sont coufies
ment aux inl6rels du pays qu'il reprc- t sa protection sp6ciale. Nianmoins il
senle, dans les liriiites de ses instruc- i'est point lenu d'intervenirdalns lemursaf-
tions ; A pr6ler une attention soutenaue airesparticulieres, nide trailer pour eux







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION I13

en;juslice. Toute demand officielle exige ment charges par le ministry sous les
de sa part la plus extreme circonspec- ordres duquel ils sont places, des rap-
lion, pour ne pas compromeiire la di ports verbaux a faire en son nom au
gnil6 de son souverain et no point ex- ministry des Rtlations Extlrieures du
citer le meconlenternent de celui qui pays oil il reside, ainsi qu'aux minislres
le regoit. ) strangers, ses colltgues ; de surveiller
C'est dans le but 6galement d'emp&- la bonne tenure des archives de l; mis-
cher qu'aocune alleinte ne soit portec sion; de chiffrer et de ddchiffrer les dd-
a la consideration et au cridil de notre piches ; quelquefois aussi de minuter les
pays an dehors qu'il est fail dMfense an notes ou les letties que le ministry pent
muembre du corps diplomatique ( d'ac- avoir a ecrire soil a ses colleagues, soil
center aucun mandate ou prccuralion aux autorites locales; cc sont eux en-
d'un paiticulier ou d'une soci6id pour core .qui dressent les proces-verbaux,
s'occuper d'inter6ts prlv6s, sans le con- iccoivent el lIgalisent los declarations,
sentiment prialable du Departuement dressent les actes notaries, les actes'de
des lelalions Extdrieures n (art. (10) I'6tat-civii et les certificals de vie pour
IV Curtains pouvoirs spdcianx sont d-- leurs nalio, aux, on y mettent le visa
volus au ministry en vue de sos natio- official. ainsi qu'aux passe-porls. Quel
naux. que soil an surplus le rang qu'ils occu-
L'at 12 lui reconnait quality, dans les pent entire eux, tons ces a-i.'nt, secon-
villes oi il n'y a pas de consul, !our daires, ayant I'altache officielle, out pour
dresser sur la demand ou 5 la lrquisi- obligation g6ndrale d'aider leur chef dans
tion de ses nationaux, tous les acts do toun ce qui conccrne I'exercice de ses
la complidence des notaires ; pour rece- functions. (larlens Guide diplomati-
voir les acts de 'etat civil, lIgaliser que -- Tom. I pag. 78
les signatures, delivrer ou viser des Ces fonctionnaires sont appel6s, en
passe-ports. i cs d'emprchement de leur chef de mis-
Les expeditions des acles reCus par les sion, A le remplacer comme charge ad,
legations sont, au plus tard, dans un interim des aflaires de la Logation.
rnois A parlir de leur date, transmises (art.9.)
au D)partement des Relations Ext- A ce lilre ils correspondent directe-
rieures. ment avec le Departement des Relalions
Mais ils no seronW execuloires qu'apres exterieures. En dehors de ce cas ils ne
leur inscription on leur ddp6t qui doi- peuvent s'adresser au Deparlement que
vent dire requis p;ar les parties in- par l'interm6diaire de leur chef de mis-
teressdes dans les deux mois au plus sion. (art. 4 2e allnea).
lard. Pour les acies de l'6tat civil, 'ins-
cription se fail sur les regislres de 1'dlat- Renum6ration des services
civil (le la commune oi les parties sont diplomatiques
domricilides el poir les actes notaries, le
d6p61 est effeclu6 pour minute chez un Les appointments des agents diplo-
nolaire. matiques et !cs frais de bureau qui leur-
Lors du dp6lt, les droils d'enregistre- sort allouds sont fix6s annuellement
ment seront pergus s'ils n'avaient pas el6 par le Corps Lgislatif et figurent au
au prIalable prelev6s. budget de la Republique. La qvoliti en
Les frais A percevoir par les allegations est par consequent snjetle A cerlaines
sont les memes que ceux prevus par les variations. Mais les rfgles suivanles po-
consuls. ses A cet regard par le project de loi
auront certainement plis de lixil6. Les
Attributions du personnel des agents diplomatiques ne commenceni A
missions jouir de leurs appointments que du
SLes Conseillers, Secrdtaires, Atta- jour de leur entree en function par I'oc-
ch6s ou Chanceliers sont parliculire- cupation de leurs postes. (art.8 -ler a-








132 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


linda) En ohbinanul Iu'anlorisalion de s'ah- port. Le nime privil0gn esl diendu
senior, ils conserveit la jouissance do aux agents diplonmatliques accredilks a
leur trailement ii igral (rt. 14.) Porl-an-Prince, c'est le pri cipe de la
Le congi don't la durei rgleimentdaie' reciprocitA qui (es admis. [Hs jouiront
est d'un mnis chaque mtiA', 'si aceor- de la franchise des droi, de donane
d6 anx chefs de miss-on par le Secriltai-: c des taxes iperonnelles, A condition
re d'Etal des Rel tons Eslrioures etl quo les mirmcs avnlontags irl accor-
aux agents infericurs par les chefs deo ds chez cux i.nx agents dploumaliques
mission. Le temps nce'ssaire pour le hatuiins accr dilbs on Icur anys.
voya e' d'a!lor et reltlur n'est pas colll- La demande dt'.c fr'I nchinc duilt lire
pris dans la dlurlF du cong6. failede par le l)d'prlu;mlnl des R!alions
L is agents diploiialiiqucs uln! iroil ExI" "Le r s a 1a requ1 tle ( l'iti'Hi I S
des 'rais de d placemin t 'l d'installa- .( rl. 1 ).
lioi (pqand ils to se trouvuni pas djA8 i Iijppelons c til quo les iminiAtres pn-
al1 lieu ',1t its doiveit ras'idr (;art 8 -2e S bli) s ol les s'cr(tLaires do lh',lationi qui ont
alina.) alteintl I'ige de 50 aus Nrvolus et qui onL
En cas de nmulliai onu do ch.ngemoni fourni un service actif peidniil 923 aus
do posle, ils no irrcivent q(pie des frais !an moits oit droll, los preimi; rs it utn
do voyage ( e alinca.) i pension do( 50 goudes par mools, les
Los agents rappolis p c'oivent des seconds, A une pension de J15 gourdes
frais de rapalrimiel. (art 18 de la loi du 15 Sp)liinbre 181)1)
La quolite de I'ini.emui!d pour frais Les vouves de cos fonltiomiaires lo nt
de diplacemenl cl do irlpali'ent es! les pensions ont 6ld liquidOes out droit
fixde a une somme Qtale 'i trois mcis an quait do ces pensions. (arl. 5 de la
des appointemenls des agents diploma- mime Loi.
liques.
La valeur alloude pour fiais do ra- De 1'uniforme, du c6rimonial
paLtrintent ne sera ver'-e aux chefs de des decorations.
mission qu'pUiO6s reiniso des archives it
leurs Siucc('siwurs (art 8 -- 2e alinda) l Les homes out de iOut tleips ac-
et nie sera pas payie aux iimembres du corde une valcur propre aux fo'rmes, aux
corps diploinaliqu eon cas d'a) adon do marques hoiorifiques, anx signs dis-
leurs fonclions. (ai. 15 -- 2e alinka) Kiictifs : de Il I'ti quite, le crdimonial,
Mais comment sront rig ls Irs ris ies ddcoralio0ns.)
de relour de la famille d'un agent dc6c- Le project de loi n'a pas omis de trailer
dd '? Le projt do loi cst mue lt-dcsus. de cos dilffeents points.
C'est une lacune a combler.
Les Conseillrs, Sc,-eaires, Aliach. s I- Un reglement du DCpartiment des
o Chanceillers qui remlissenl par -in- Relations Exterieuires, dit aticle 19,
o Cha ,ic,-Iies qui epissn par -I 'ra' e uo
trim les fonctions de chef de mission, determinera l modele dumorme que les
qu'elle qu'en soil la cause, out doi agents diplomatiq;es sont autotiss a
aux valeurs allouies p)mr frais de t u porter s'olon I usage dtabli dans les pays
reau et doivent acquitter ces frais. S'ils on ils sont accrdits.
remplissent l'inltrim en cas de d(mis- IT1-- Les arlictes 120, 21 el sonl consa-
ston,de ddcds on de revocation des chefs IcrOs an cedrmonial diplotnalique et au
de la mission, ils ont droil de plus a hi edrdmonial maritime.
moiti du traitementl de celui-ci (art. 9) Le cerdmonial diplomalique regle les
Les agents diplomatiques, quand ils honneurs et les distinctions qui s'accor-
gagnent leurs poses on quand Us en re- dent aux diplomats en fouction suivant
viennent, out droit a la franchise des le rang que leur assigned la classes a la-
droits de douane pour leur mobilier, quelle ils apparliennent.
leurs effects et ceux de leurs families. Ils Le edr'monial A observer chez nous
sonf aussi exempts des droitss de passe- a d61 fix6 par arrMt6 du President de la









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Republique en date du 29 Fevrier 1912.
Un iutre arre16 devra d!re pris par le
Chef de I'Elat, sur la proposition du Se-
cr6taire d'Etit des Relations Extrieures,
pour determiner les attributions du chef
du c6r6monial.
Le chef du cL r26monial sera nomm6
par le PrOsident de la Republique et son
grade diploiatique d6sign1 dans la com-
mission portaiit sa nomination.
Le cir6nronial maritime fixe les hon-
neurs a rendre, a board des vaisseaux de
F'Etat, aux ministers publics.
Lorsque ceux-ci font une visible offi-
cielle aux navires de guerre haitiens qui
se trouvent dans les onux du pays oi ils
sonu accr6dit6s, ils sont regus avec les
honneurs suivan's :
Les envoys extraordinaires et minis-
Ires plenipotentiaires sont sallis de 15
coups de canon, les minislres-residenis,
de '13 coups do canon, les charges d'af-
faires, de 1 coups de canon.

,


gler 1'esprit et pour enlormir la cons-
cience sur le bien de 1'Elat.) (Iletter)

Fin des missions diploinatiques

La mission confine 'i un agent ext6-
riour poet se terminer de l'une des ma-
nieres suivanles
lo p;'r l'expiralion du terme fixo pour
la dur&e de lami-sion--ex.- la c!6ture du
congress ou il 6lait d1211guo-- nu, quand
le ministry est constilu6 seulement ad
interim, par le retour du ministry or-
dinaire ;
20 quand la mission est spkcia!e et
que le bat de la ungociation est atteint
on manqu ;
3o par le changement survenu dans
le rang de !'agent;
o4 par la mort de 1'agent;
5o par le rappel de l'agent.sa emission
ou la rdvocation de ses functions (art.9).
La dimission peut itre express on
tacite. Elle est tacite dans le cas pr6vu
par I'article 15 du project de loi.
Article 15.- Toul membre du Corps


III-- (Lorsqu'un diplomat a sojourni diplomatiqu q quq uilte son poste sans
longtemps dans une court on lorsqu'il a avoir r6guli6erement obtenu cong6 du D6-
l6i charge d'une nigociatio i imporlanto p;:rlement des Relations Ext6rieures ou
qu'il a su conduire el terminer heuri u- du chef de la mission, sera r6put6 d6mis-
sement ou qu'il y a 616 envoy en rni<- sionnair ; il sera pourvu A son rempla-
sion de ceremonie, il est assez gen6rale- cement.
meant d'us ge qu'au moment oil it s'6loi- La function de l'agent diplomatique
gne, il receive du Chef de 1'Etal un 16- ccsse encore par suite d'une impossibi-
moignage parliculier de sa satisfaction. lite de continue l'objet de sa mission,
Dans ce cas, le souverain lui confere un notamment :
de ses ordres ou lui fail un cadeau di- lo lors d'une guerre entire les deux
plomatique ) (Martens). Etats ;
Pour pouvoir accepted ces decorations 2uo lorsqu'il est renvoy6 par le gouver-
ou ces cadeaux, I'agent diplomatique nement aupres duquel it est accrddit6.
d'Haiti a besoin que l'autorisation lui en Enfin les functions de l'agent diploma-
soil donn6e par It Deparlement des Re- tique, et par suite son caractrre official,
nations Ext6ri ures. sont suspendus seulement en cas de m6-
Les contrevenants ne pourront point intelligence entire les deux Elats, lors-
porter les decorations et pourront trec qu'elle n'est pas suivie de l'ouverture des
en outre, condamn6s par le tribunal cor- hostilit6s.
rectionnel A l'interdiction d'exercer tous
emplois publics pendant un mois au Archives.
moins et un an an plus.
En une maliere si grave, on nesaurait Les correspondances entire le gouver-
en etfel prendre trop de precautions, nement et ses agents, les rapports, m6-
< Le seul espoir d'oblenir des presents ou moires et autres documents officiels,cons-
des distinctions peut suffire pour aveu- tituent les archives et r!dmeurent, ainsi









134 IIEVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

que Ie timbre, le pa,\illon, ele., la pro- 10 L'art. ~l peni lien constiluer un
pridi( de l'Etal article e 22.) ': ;lini;; : l'ari. jIr, :v.;i t a ti tous
Les og- dia pomailijui.s, a i'expira! de(' x a !, S -r, iiv'ene d" 'iat des Iia-
tion de leturs funciions, doivenl aire ir- lio: is Ext'!rictiirs 20s Ei, confiormilt.d de
mise des archives iI leurs successocirs. I'art. 9 ( 2e, alin6a ) de la Constitution,
Cetle remi-e est constat&e par un inven- I'ar:. 6 ( lr, alinCa ) sera ainsi r6dig6:
taire don't un exempl'aire sera transmis a Pour tre Envoyd extraordinaire et
au Deparlecnmnt de- Relations Exidrieu- miuistre plenipolenliaire, minislre r1si-
res pour Eire Iranscrit sur le regislre a ce dent ou charge d'afflaires, it 'aut 6tre
destiny (article S e alinea.) hYllien de naiasaice on aluiralis6 haitien,
Mais comment s'assurer si l'inventaire oir ai moin s ciq an s erIsidece dans
est fiddle et exact, c'est-indire conprend la R[{dit blilue.
tous los documents designs en l'article
22 ? comment arriver 5 savoir si cerlai- .o Pour combler la lacune que nous
nes pieces n'ont pas 6[t recliees et avons signal'e relativP -ent aux frais de
sciemmeut omises dans le dit invenitaire? rlelolr de Ia ftiiille d'un agPrt decede,
Le projle do loi nP lournit au.Cnn move il y aurait lieu de compldler conmme suit
d'exercer ce contrble. A cel effect, il fa- I'art. 8 ( 2e alina ) :
drait demander a chaque 16gation de tnir Les agents rappeles eo, ei. cs de dn-
un registry sur leqiel louwes les pieces ces, les m .mbres do !eur amille recoivent,
seraient inscriles dans I'ordre de leur pon'' tous frais de rapalrirneni .......
envoi et do leur arrive. C'est d'apres ce Cependant celte valeur lne sr a verse
registre que s'operemail leur v6rificalion aux chefs de mission ou a lenrs hiriiers
et leur remise. qu'aptes remise des archives.
L'agent diplomatique qui ne pre-en- 40 En vne d'assurer la bonne ter ue des
terait pas Ai 'inventaire telle ou telle archives et de iL p''etlre an siucescaur de
piece mentionnie dans le legistre se met- l'agent diplomatique de cointi 6 ,r la re-
trait sous le coup des articles 212 el -13 i ise qui lui ei est faite, il coa'iendrait
(2e alinea du code penal) relalifs A I'en- d'ajouler ai l'art. 22 deux alihidas ainsi
l6vement de pikees dans les dep6ts pu- corcus :
blics. II sera tenu dans chaque hlgation un
La sanction privue en l'arlicle 23 du registry de routes lis pieces ci-dessus d6si-
projet de loi est sp6ciale au cas oh l'a- gnees.
geni diplomatique, a l'expiralion de ses La nature et le contenu des dites pi6-
fonctions, et, en cas de dceis, ses hUri- ces y seront sommairement anonc6s ; il
tiers on toutes personnel qui auront y sera fait mention de leur dale, de leur
recu les archives, les ardent pal devers lien do depart, de leur No d'envoi et de
eux et refusent de les rendre. rlceplion -
Mtis ce n'est oas tout d'employer les et d'iiilercaler dans l'art. 8 ( 2e alinda) le
movens destin6s a pr6venir le dMtourne- passage suivant :
ment des papers originaux. II faul aussi Cetle demise s'opirera au moven d'une
emp6cher les divulgations intempestives. vrificalion contradictoire coustatant que
Les agents ont pu garder copie de cer- les pieces conserves dars les cartons de
ameis pieces. Di4fense doit leur etre faite la 6gation sont an mmaie nombre que
ainsi qu' l eurs heritiers ou toutes per- les p eces enregistrees
sonnesqui !es auraient on leur possession I
de les publier sans avoir l'autorisation 5o Iour 6vitcr des divulgations inlem-
prealable. pestives, il y iurait lieu de prendre a ce
sujet une disposition specia'e :
Conclusion. I Art. 24 Les agents diplomatiques, lenri
hiritiers ou toules autres personnes qui
Voici les modilications et additions que auraient en leur possession copie des
nous proposons : pieces diploniatiqpies ne peuvent les pu-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 135


blier sans l'aulorisation prealable du Sc-
cretaire d'Etat des Relations Extlrioures.

AUGUSTE MONTHS.



Port-au-Prince, le 28 Mlai 1912.

Monsieur J. N. Ldger,

Secrdlaire d'LElal des Relations Exl-
rieures.
Monsieur le Secr6taire d'Etal,
Nous avons I'honneur de vous envoyer,
par la prdsmnte, It resultat de inrs Idlibh-
rations relativement au project de Loi or-
ganisait le service consulaire sur Icquel
vous avez bien voulu nous consuller.
Laissez-nous, tout d'abord, vous remer-
cier de la haute marque de confiance
que vous ious donnez en reprenant la
vieille tradition du Gouvernement A l'd-
gard de notre Societd, tonjoirs heireuse
d'etre utile.
Le project relatif a l'organisation dui
service Consulaire a 0te public dans le
No. de Mars-Avril 1912 de notre Revue
et a fail I'objet d'un rapport de notre
collIgue Mr. D. St.-Aude paru dans le
m~me numero.
Nous vous proposons les quelques
modifications suivantes :
Article ler.
Au lieu de dire dans le ler. alinua
a Le Gouvernement est autorisd ih 6tablir
des consulats dans les places on porIS
strangers,) nous proposons la formule
suivante plus large et plus conform
aux faits :
( Le Gouvernement 6tablit a l'6tranger
des consulats, suivant les besoins du
service public. )

Article 2.

Nous proposons la suppression des
mots < et le consentement a qui se trou-
vent dans le 2e. alinma de 1'article 2, ces
inols sound inutiles, etant donn6 que les
vice-consuls ne peuvent 6tre nonmmns


par le Secr6daire d'Etat des Relalions Ex-
t;r'i(ures sans l' pproh;bion du Predi-
de la Rfpublique. A I'occasion de I'ar-
tice 2, il scraiL bon de delermi'ner le r6le
et les altributions des agents visas par
l'articic, ct spdcialement des Chanceliers.
Ainsi, les Chancediers on! g6nr'alement
des attributions specials Comme nolaire
le chanmcclier pout donner I'aulhenlicilI aux
conventions ;-- come huissier. il pourra
donner les assignalions et faire routes
.;nlr .-I ions, dans des pays come les
ltats-Unis d'Am6rique oh les pieces ju-
diciaires n'ont pas besoiu d'dtre envo-
yLes au Dapartement d'Etat ; enfin com-
ine comptable, il serail garden 'des va-
tl'urs dleposees au Consulat et caissier du
post consulaire.

Article 3.

Si le project de Loi veul accorder au chan-
celier, dans les poses consulaires oft il
y ;ura des chanceliers, ces attributious
spec ales, it serait preferable de le dire
plus explicitement, afin de bien fixer les
respcnsabilits.

Article 4.

Nous proposons de retrancher le mot
< consul a du ler. alinea de l'article 4 et
de l'inlercaler dans le 2e. alinea. Le con-
sulat general constitue un poste tres im-
porlant au point de vue de nos relations
comnerciales; et c'est lui marquer son
iimporlance que de determiner 1'Age que
doit avoir le titulaire ; et forc6ment les
conditions d'age ne dcvront point 6tre
les mnmes que pour les titulaires de
simples consulate.
Nous recommanderions aussi d'ajouter
a l'article 4 un alinea pour fixer, par ins-
tructions ministirielles, les rapports de
subordination entire consuls g6~rraux,
consuls, vice-consuls et agents consu-
laires.
Article 5.

L'article 5 n'6tant qu'uce exception A
la regle gonerale p sde dans l'aiticle pre-
cedent, a savoir qu'il frut 6ere haitien










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION 136


pour exercer ure for.ction consulaire, soihnt sourmis n dcs dchnts d'"a;nlt l'au-
nous serious d'avis de fair de 1'article 5 torit6 !c'rritiari!, on pou ncit joit.i un
un simple alinea de 'article 4. alinc a i l';aricle 4, : tDains Ir- I- cas,


Article 6.

Cet article, par sa redaction, laisse
subsister une equivoque. II dit en effect
que ( nul membie du Corps consulaire
hallien ne pout etre commcrcant ou
commissionnaire en relations d'affaires
avec Haiti. 11 semble qu'un cornm er-
9ant ne ponrrait 6tre nomm6 Consul on
s'il est ncmme consul devrait renoncer
a son commerce.
D'autre part,l'article 16 du project, tris
rigoureux, fait defense formelle a tout
consul qui recoit un traitement de l'Elat
d'exercer aucun commerce et d'6tre di-
rectement on indi ectement inlt6rers
dans une entre',rise conmeorcihle. Ainsi,
d'apres !i text, un consu! salari6 ne
pourr:it 6tre actionnaire dans une so-
ciet ?9
Aussi avons-nons demand la suppres-
sion de l'arlic-l !6 ou du moios une
restriction sPri.u;e qui, combine avec
la formula sniv inte que nous prop-sons
pour 1'article (, s'exprimerait ainsi :
( Nul mnenbre du Corps consulaire
haitien ne peul Wtre en relations d'affai-
res avec H;ili, ni comme commergant
ni come crn m :is.sie)naire.
Les conasu's :iribu6s ne peuvent exer-
cer aucun comnmerce.D

Article 8.

1! n'est pas sufisant d'autoriser le Con-
sul bni:tiw i e ~i cer les functions d'officier
de l'i:t; civil ; il faut ajouter a cet avan-
tage une sauncion pratique, sous la for-
ime d'un 2e. ali6a : a II sera tenu d'en-
voyir imm6dia:le:nent une expedition de
chiecu de cos ;ic; s de F'eta civil qu'il
recoit an Deparl;teient des Relations Ex-
terieures, pour 6 :'e tranlsrcits sur les
registries de I'llat civil du domicile de
I'uae des part cs intkres.sdes.

Ariicle 14.

Pour 6viter que les actes du Consul ne


le Consul ne pourri acreplcr d'dtre ur-
bitre qu'a la condition que les parties
renoncent expressmient i soumettre
leuis diffdrends aux Iribunaux du Pays
oi le Consul est etabli.

Article 15.

Nous avous trouve excessivement ri-
goureuse la disposition de cet article oh
il est dit que les actes regus par les Con-
suls ne peuvent produire d'effel en Haiti
avant d'avoir etc.,elc.... II vaudrait mieux
dire: ne peuvent produire d'effet en
justice.
Nous aurions conseill de faire du
3 5 de 1'arlicle 15 un alin6a special ain-
si concu, [our marquer une difference
avec les actes de i'Ltal civil et lIs acles
notaries don't nous avons parlI de
l'effet en justice :
SIes decisions arbitrales ne pourront
avoir aucun effet, si elles ne sont
pourvues de l'ordonnance d'execution
privue i l'arlicle 909 du Code de Pro-
c6dure Civile ,.

Article 16.
Cet arlicle a kt6 supFrim6 pour les
raisons indiqunes plus haut (art. 6).

Article 28.
On pourrait ajouter un 2e alinea a
cet article : ( S'il n'existe pas de L6ga-
lion, les archives seront expediees au
D6partement des Relaiions ExterieuresD
Article 31.
A l'article 31, nous proposons la for-
mule suivante : <<.Quand pareil traite-
ment est accord aux Consuls haitiens,
les nen:bres du service consulaire
stranger, qui-sont ciloyens du Pays qui
les a nommes el qui n'exercent ni com-
merce, ni industries, ne pourront 6tre
aridl6s pr6venlivement que plans le cas
de crime puni de peines A la fois af-
fliclives et iafamantes.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 137


Quand la justice haltienne aura quel-
que declaration ou deposition A recevoir
de l'un des consuls de cette cat6gorie,
elle l'invitera par ecrit A se presenter de-
vant elle, et, en cas d'empechement,
elle peut se transporter en sa demeure
pour obtenir son tmoignage de vive
voix.
Le dit Consul devra obtemprrer a
cPteo demand sous peine d'etre sou-
mis au droit commun. S'il ne peut com-
paraitre A l'audience publique, la des-
position faite par devant le Juge d'ins-
truction sera lue A l'audience publique).
Cette redaction, comme vous le re-
marquerez, M. le Secr6taire d'Elat, spe-
cifie dans quels cas de crime les autori-
t6s pourront procdder A 1'arrestation
preventive d'nn Consnl. Nous avons
supprim, l'arrestalion preventive dans
les cas de dlit.
Nous avons pense aussi qu'il serait
profr&able de no pas laisser la fncultt
a la Justice de requirir du Consul son
temoigt'agi par ecril, mais de fair an
Juge d'ITistruction l'obligation de so
transporter pour l'obleoir de vive voix.
Nons avons ajount une sanction an
trailemen! pri il6gi6 rdserve en cell
matierc aux consuls et nous avons dit
que ftute par eux d'obtemp6rer a la
demand dee t6niignage de vive voix en
leur demeure ou de venir dipostr sur
l'invitation ecrite de la Justice, i!s se-
raient lout simplpmment soumis au droit
comm in.
Not s avons terming les modifications
que nous avons.faites A cet article en
pr6voyait le cas ou pourune raison ou
pour unie tulre, le Consul ne pourrait
comparaitre A l'audience publique.

Art. 33.
L'article rddig6 de la facon suivante
serail plus clair et plus precis: < Les
agents dn service consulaire h;ilien sonl,
tant A leTnr depart pour leurs po.tes
qu'A lenr r.lo. r dans le pays, exrnmpis
p)iur eturs efflls personnel et pour ceux
de leurs 'amilles, de- tous droits; do
douane i!s sont aussi exempts pour
eux et pour leurs families des droits de


passport ). D)e la sorte, il n'y aura pas
d'abus possible.
Article 31.

Nous ne croyons pas qu'il soit n6-
cessnire de consigner une pareille dis-
position dans la loi. L'articlepeut 6tre
supprim6. Le President de la Repu-
blique, sans loi, peut prendre un Ar-
rete et fixer le salut.

Article 35.
II y aurail lien de preciser le mode
de reglement des appointments, en
ajoutant apres le premier alinda la phra-
se qui suit a conformnment a la loi du
16 nouit 1886 >.
Nous aurions aussi remani6 le 2e
alinea come il est dit ci-apr6s : ( Les
agents ciu service consulaire recoivent
pour frais de placement, lorsqu'ils
gagnent leurs postes ou pour frais de
rapatriement, lorsqu'ils sont rappels,
une some equivalent ti trois moist
d'appointements, quand ils sent nommtfIs
en Europe ou aux Etats-Unis ).
Nous proposons 6galement d'ajouter
an 3e alinea le memb-e de phrase qui
suit: i et des credits budg6taires .

Article 39.

Nous voudrions qu'on fit l'obligation
aux consuls d'adopter pour les heures
de bureau du Consulat cells des bu-
reaux publics. Ainsi on pourrait dire: )
SL, ; henres td bureau des Consulats
hbaiiens doivent 6tre cells des bureaux
publics du Pays oa les Consuls exercent
leurs functions.
Au 2', alinea, nous avons supprim6
les mrl suivants : ) ces frais peuvent
&ire mo'!ifi6s par Arreit du President
de !a Rl.publique pris sur la proposition
d& SecrMiairo d'Etat des Relations Ext&-
rieures a Si le tarif est fixE par une
loi, c'est qu'il s'agit d'imp6ts et il est
prfdirabhl: de laisser a' Pouvoir LUgisla-
lif qui a fixd learif le soin de le
modifier.,










138 REVUE DE LA SOCIiTE DE LEGISLATION


Nous avons ridig6 come suit le 3e
alin6a pour le rendre plus explicit :
((La moiti6 des taxes prevues au tarif
ci-annex6 sera verse au Tr6sor ; l'au-
tre moitie et la tolaliti des :axes prevues
aux Nos 1, 2, 5 et 8 -du tarif reviennent
A l'agent.
Au 4, alinea, nous proposons de dire:
.... a la taxe sera triplIe si les actes
sont requis un jour non ouvrable i.
La marge ainsi laissie pourra mieux
convenir aux habitudes, a la religion oft
aux mceurs du Pays ohf se trouvent nos
consuls.
Au 5e alinua, nous sugglrons la for-
mule suivante : a Dans la premiere
quinzaine du mois, it est transmis au
D6partement des Relations Exltrieures


qui en fera remise A celui des Finan-
ces, les competes et les taxes percues
dans le mois prec6dent pour le compete
du Tr6sor ,. II est en effect inutile de
faire expidier en Haiti les taxes qui re-
viennent aux Consuls.
Enfin, de la phrase finale de l'aliuda
5, nous aurions tait un 6e alin6a.
En terminant, nous ne pouvons man-
quer de vous filiciter d'essayer de rd-
glementer notre service exltrieur, de
maniere a en tirer les plus grands a-
vantages.
. Veuillez agrder, etc.....

Le President de la Socidtd de Legis-
lation,
Sign : A. BONAMY.


Imprimerie H. Amblard, 136, Rue du Centre













REVUE
DE LA

SOCITE DE LEG-ISLA.TIONT


R A P ) RT' (( Toutes personnel indistincltment,
autres que les milifaires de service, qui
voudront voyager dans l'irnttrieur de la
a la Soci6t6 de L6gislation s de se un
Bepubliique, sont tonues do so munir
-- d'un passportt)
L'article 4 est relatif aux passports
Messieurs, pour I'lEranger
((Toutes les personnel qui voudront voya-
Vous m'ivez confi6d examenn d'une ger hours du territoire de la Rdpublique,
triple question que Me LUger Cauvin a outre les formalilds ci-dessus, dovront
souinise a notre Societe. se presenter an bureau du Gouverne-
Celte question est posee en ces tenues: mont pour y prendre le passeporl ne-
u La loi sAr ies passeports, ldatant du cesaire, sans loque! elles in pourront
Gouvernemeint de Geffrard, a-t-elle tc passer)"S''
abrogoe par les articles 15 et 41 de la Par la loi du 5 Aoul 1828, le I6gisla-
Consitution de 187 ur dicte de nombrouses formalities a
(Consiitution de 1867?o
( Si oui, quelle est la loi nouvelie qui rem plir par les personnes qui arrivent
1'a remise en vigueur? en llalli oi qi en pa tler. 11 no pro-
a Si inon, comment se fail-il lqu'elle In'a no"e plus la pei e 'emprisonne-
jamais etc appliquee ni sous Nissage mcut (Cd Ia loi de 1807, mais ii fixe des
Saget, ni sous Boisrond Canal ? amendes A payer tant par les voyageurs
7 que par les commandants des bateaux
La premiere loi qui, depuis notreo pour violation de la loi.
existence nationaie, porla une restriction En 18 3t, les Constituants, pleins de
, la liberlt de citrculn r, est celle du 18 1'esprit liberal de l' epoque, iniroduisirett
Avril 1807. dans le nouveoa pace social I'irticle 18:
L'article 33 de celle !oi s'exprimre ((haei esisl libro d'aller, de roster, de
ainsi : parlir saus pouvoir itre arrild,ddlo! u ou
T T'ou e personnel arrivant dalns unl exile,((que dals les c'as pr1vus piar la loi, ct
ville, sera tenue de fire sa 1dclbration soluo lIs formnes qu'elle prescr.i.
et d'exhiber son passport an comman- Le texte nouveau avail-il pour but do
dant de la Place ; s'il n'a pas faith la dito supprimer les oielraves dIu passport ?
d6claraton dans les 24 henres, il sera Nous ne le persons pas ct les gou-
arrtl6 et conduit en prison pour deux vernaits de 1843 a 1840 ne I'out pas non
jours.z. plus pensL.
t Le passport, pour Otre hon, doit!
tire sur paper timbre el delivrd par le! En elfel, le lor Juillel 1844, Ic Secrd-
Commandant de :a Police., ltaire d''lat au Departement dI I'lnti-
Cette obligation d''tre muni d'un pas- riuir, S. Paul,passe (tdes instructions sur
sport qui, dans la Loi de '1807, a le la Police aux commr ndants de Place, et
double caracl;re policies el fiscal, est auix commandants et agents de Police; et
rtipntd t dans ni ai relt du 7 Aofil 1813 ai chapitre des Devoirs des Conmissai-
en son article 3 : res de Police il dit :


PORT-AUTPRINCE


JUILLFT-AoUT IqT2.


2 1 AN N 1 F-, N" 16 i -.7









140 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

a Les attributions de la Police sont die 186' qui dit : (La presente loi abroge la
faire ex6cuter les lois et drcrels du loi du 4 Aoit 1828 ainsi quo routes les
Gouvernement, de concourir avec les disposilions de loi antrieures qui lui
autres agents de l'autorit6 sup6rieureo sont conlraires.u
l'exkcution des measures de siretd gene- Puiscue article 18 de la Constitution
rale. de 1843 n'a pas abrog6 la d1gislation an-
( Les measures sont, par example, cel- Ilrieure sur le passeport, notamment la
les sur les Jl-'~ "-ii les permits de loi de 1828, il nous est permis de penser
route, etc.,) que I'article 15 du pacte social de 1867
11 ajou!e plus loin : na pas non plus annuld la loi de 1864
L Les attribulions de la police sont :... substitute i cell de 1828, el la Idgislation
..... o e rechercher et fire arrdter.... antOricure aux pO'lsseports er tout ce qui
les voyageurs sans passportss.) n'est pas contraire i cello dernidre loi.
Done, malgrd Ilarticle 18 de la C:ons-j Nous avoos d'aulant plus raison de
titulion de 1z43. le passeporl elait exi- penser ainsi que, sous le '_I' n. mnme
g6 des voyageurs, sous peine do se voir de la Constitulion do 1867, ful rendue la
recherchles et arreics. loi du 21 Aouit 1871 sur I leimbre, qui
Les constiutiiorns snivantes ne repro- per met de laire sur du paper libre les
duisent pas inltgralement cet article 18. permits pour vaquer d'uni commune dans
Elles se conlentente de dire: La liberty un autre, d'un arrondissement dans
individuelle Iesl ga;ranlie. Nul ne pent- un autre.
dtre arret" on d6tenu que dans les cas C'est aussi sons l'empire de la mrme
determinrs par la loi cl selon les forms constitution que sont prescrites les for-
qu'elle prescrit.n !miali:es dn passport pour l'intlrieur de
Alais en 1867 'arl'icle 18 devient la Ripublique par la loi du 2 Aoit 1872
I'article 15 de la nouvelle Constitution. (article 10).
Et c'est pourquoi Me Leger Cauvin nous C'est le Gouvernement liberal et res-
demande si, alors, la loi sur Ie passe- peclueux des lois de Nissage Saget qui
port datant de Geflrard, c'esl-a-dire, la propose et fail voler ces formalitls.
loi an 21 Seplembie 1864, n'a pas 6t1 Boisrond Canal va-t-il faire rapporter
abrogee. cet article 10 de la loi de 187 '? Va-t-il
A premiere vue, il semble que les se conformer i lI pr6tendue abrogation
Conslituants de 186i7, comme d'ailleurs de la Iegislation sur le passport ?
ceux de 184-1, aient eu la pensde de sup- Non. Il n'y touche pas. II la rappelle
primer toule restriction a la liberty de mime en inscrivant dans la loi cu 26
circular et qu'ils aient elB inspire. par Octobre 1876, que le permis pour va-
le dtcret trancais de 1791 qui disait: I qu ns ri eur du Pays ser1a dli-
quer dIIs l'int01ieur du Pays Sera drli-
ne r.era plus apporte aucun obstacle au vre sur papierlibre.
droit detout citoyen de voyager librement
dans le rovanme et d'en sorlir a volon-i Comment se fait-il alors, demand Me
tle, d&cret rapporld par celiii du ler Fe- Leger Cauvin, que la loi sur les passe-
vrier 179-2 instiluant le passport. ports n'ail jamais did applique ni sous
Mais nous n'avons point trouve dlans Boisrond Cana!, ni sous Nissage Saget ?
la discussion de la Constitution de 1867 11 est evident que noire eminent cor-
la preuve quc les mandataires du peu- respondant n'enteind parler que de laloi
pie aient voulu aller jusqn'ia a suppros- de 1864 relative (aux voyageurs qui vien-
sion du passport el des measures de po- nent en Haiti et qui veulent on1 parlir,D
lice prices en 1828 pour la surveillance des multiples formalil6s qu'elle prescrit
des personnel venant de 1'Elranger. et des amendes qu'elle prononce.
Nous avons dit d ja que cette dernirel Cette inexecution de la loi lient cer-
loi n'a pas e6t abrogde par la Coustitu- tainement a sa trop grande rigueur ct A
lion de 1843 et nous en trouvons la ces mdmes formalilts nombreuses et
preuve dans I'article 16 de la loi del compliqudes.









REVUE bE LA SOCIETY DE LEGISLATION 141


D6ja en 1830, le grand-juge Voltaire les murs blanchis garnis de canons an-
notait que la loi de 1828 n'6tait pas ap- liques et menagants.
pliqu6e. II s'en plaignait dans une circu-
laire du 19 Mai aux Commissaires du E. MATHON.
Gouvernemrnt pris les tribunaux civils 8 Juillet 1912.
de la 16publique.
11 ne semble pas qu'clle ait Rt mieux
observe plus tard, pas plus que celle de
1864 ,ui en attlnue 16girement les ri- La Nai0nalit en Haiti (Suit


gueurs.
D'autre part, la transformation des III. Des Haitiens de naissance.
voies de communication avec 1'Etranger,
la frequentation de nos ports par !es ha- S4. La possession d'6tat.
teaux i vapeur qui out remplac6 les voi-
lir (I r i ne sinl o rnenit Clue (IU IelClues


heures dans les rade, roudent i:npossi-
ble ou trop difficiie 1'executiou des obli-
gations imposes par la loi aux conmman-
.anis des bateaux. Elles sonl, tombies
en disu6lude.
Aussi, bien que !a Constitulion de
1867 n'ait pas abrog la loi sur les pas-
seports, il ne rest pourtant actueloe-
ment en vigueur, de Nissago Sagel a nos
ours, que la parties fiscal de cole loi
Aioutons, pour finir, que combine nous,
les hlgislateurs u'ont jamnais considri'6
come abrogie la loi de '1864.
Nous en trouvons la preuve dans la
loi du 22 Seplembre 1.'K' u qui d6bute
ainsi .
( Vu la loi du 2! Septenibre e1.I.'i ct
qui exig qne e passeo-po ponr I'gEra i-
ger soil fail sur tinimbre de dix piastres.
La loi du 13 Aoot 1903 qui modilie
celle de Seplembre 1898 ne fait qu'aug-
eenler la quolile du timbre.
En resume, notre legislation sur le
passport, notamment la loi de 1864, en
sa parties fiscal, a Wet toujours excut6e.
Mlais, consideree en son caraclire po-
licier, elle a toujours Wtd come ces
vieilles fortresses disshmindes sur notre
littoral et dans nos ronlagnos. Inutiles
en temps ordinaire, elles sont envahies
par les halliers; on n'y pense plus...
Mais, la paix publique est-elle menacee?
la situation politique est-elle trouble?
vile le Pouvoir inquiet en faith reparaitre


Le dernier alinua de l'arlicle 2 admet
plul6t come preuve que come source
de la quality d [laitien la possession d'&-
tat : ( Sont aussi llailiens, dil-il, tous
(< coux qui jusqu'a ce jour out et6 re-
connus come tels ).
Cette disposition trouve son origin
dans l'art. 28 de la Constitution de
1808 qui ddclarait : (( Sont rcconnus
<< hailiens les blancs qui font parties de
1 I'armde ceux qui exercent des fonc-
a lions civiles et ceux qui sont admits
( dans la Republique d la publication
d de nl prdsente Constitution.u Le pacte
de 1816 reprit la mime r gle en limi-
tant ses effects pour l'avonir ;. Sont
reconins hailiens, dit l'art. 29, les
< blancs qui font parties de l'armne ;
a ceux qui exercent des fonclions civiles
( et c'nx qui d aient admis dans la
Riepiublique la puIblication delay Cons
( million du 27 D)cembre 1806 ct nul
m antre, A l'avenir, aprds la publication
(. do la pr6sente revision n, pouirri prO-
tendre au m6me droit ni 6tre employed
a ni jouirdu droil de citoyen ni ac-
( querir de propridt6 dans Ia Rdpu-
a lique )).
Nos dilfereijnls Constilutions depuis
1843 onl consacri et g6neralisd la med
me measure dais une clause i1c style
en dcelarant : e Soutl galenu'nt Iiitiens
tons ceux qui, jisqu a ce jour oilt ed
reconnus cotmme lels. )
Ce mode de prenve introduit par le
constituent doit-il dtre confondu avec
celui qu'autorise I'art. 320 du Code civil










142 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ainsi concn
((( I'acle do
a conslaSloe


I
: A d(1elat dn e c lilre rie qui titenait on tire anterieur an
naissance ), la possession 27 dcembre 1806. Les premiers indi-
doe l'ctL..... sulffi... ?O0i vidus cities no devenalent hailiens qu'en


et non.
La possession d'dtat dut Cod: s'dlablit
par une 'reunion sufis;anle dle fails qui
indiqtc leni ni rapport nitri tel inl ividn
ct Ih1 anure, el, q'and ces fails solnt
pertinenis, ils lboulisselnt a Ia recon-
nnissa'ci d'un d'-ni; el A la creation
d'ln0 litre. En principc, note 0po'ses-
sion d't'tal n1':'l point la conp. cralionn
d'in clat de fail comminie los iols )poir--
raieil Ile donIner A entlelndr ; c'est In
consccraiion solcni illo '1111 droit, !;a
ratificalion d'un title. En naticre de
nationrilit' le l widliteurpi! se rMfere a
une situation de droiil. tandis que IP
Code envisage uiie ilnationi de faith. Si,
en tWhorip, do c(es deux inoyens do jus-
lificlaion 1V' aaboulni! o I 'iitr corm-
mence, dl!!ns Il rialite ils se compolc'ntl
de fa;on idtnlitique pIisqilue tons dtOix
ils ne r'sisht'n [Ins a la pro'u econlr;dire.
Tonl aulrin s sout lsC cornclhiions de M.
JuWtiN Div~cl. D;mis son ouvr e':c: La Na-
ationailde e s'on influence cc't tmi iintan-
Stleurecrit: ..... lo s I ls blainf s, c'esl-A-
( dire Ions les iliangers de race eu-
* rope[nne, qui s'c aiient enrbles
a dans 1PS rangq de l'aFnide hMitien-
Sno, <(ui se'r\vaipnt Ie pays dans
c l'administr;ation civil ou qui, en 1806,
a( 6tail!t sciiuliment admis A v vivre,
a y i'7dsictder pari suile d'iine favear
( adlminisri'udiv, doevnaient ipso ifacto
a haifiens, s:,ns qu'il ftit besoin d 'une
a iianl ralis:aions spOciIlp, personnelle. La
i nation haili'oienne s'omparait d'eux sans
a altct-iere de ler prlt tine nmainifesla-
a tion express de volonte. m (1)
,lust1 en cc qlui concrnele, (i les b)la(In
equi /onl parlie de 'armie ; ceuix quji
a exer'eitl des functions civiles q, celle


vecrtl de la disposition constlitutionnelle
ils elaient seulement investis de la qua-
litl d'hiaitiens, naluralisis an moment
incline oii Mr. iDvot leur reconnait une
possession d'clat.
Si nous suivons le pro'gris de ce
molde de prcuve, ce n'est qu'A parlir
de 1S16 (utlo, 'opinion de M. D)vot ri-
prend son exactilud;': ious les individlus
d6nommes dans I'article 39 de li Cons-
liiulion pcuvent lilemo in, valablempnt
I'conriir a a possession d'diat, le droit
A la Inationalilt hailienne exisle pour
eux depnis des ainnes.
( Mtte errenr de M. Divot n'est pas la
seule consltler a propose de la posses-
sion d'etal. Nous lisons titans I'ouvri'ge
precile : a Elles ( les diverse constitu-
fi nl ce qui avil did decide a une cpoque
SIdlus reculie e i iL i.. ilnt dio iline
C coup Liln moven de preuve, lIn Ios-
,, session d'llal, aux personim's comminiu-
(une!'ent considdiees comine haiiiennes ;
vil su'ilt qn'on aii pris 'liiha ilude de la
a consider ( la ipersone ) et de la
I irailerl come haliticnnp, ssnis proles-
a lttion de sa part. qu'elle soil, g ieera-
(( element lellue'pul) r telle... (page 44).
A celte assertion, opposons les fails
conine la meilleure refutiaion. Des le
pI)tintipt', le inol adints de la Constitu-
tion ful mainlire A iulerprl6t-tion comanme
le mol 'recolltus du lexte actuel. Ia so-
lution est ideinlique dans les deux cas.
LPs Frangais qui avaient 6td excepids (2)
de la vengeance pai lDessalines regurent
des lIltres de naturalization don't on
trouve un imotdile tdans les Eludes sur
l'Histoire d'IHaili, par Ardouin (VI. (0)
IDalns la formula nous lisons : dcla-


affirmanion manque l'exactilude appli- rons par 'es prt'isentes' admellre j aunoin-
ilue a la disposition finale de l'ailicie: abre des Enfanls d'la'ili le ciloyen N...;
, el crux qui solnt admai i (;il n-s la Ildpu- et l'hislorien nous dil: Le mnot adlneilre
o bllique.... P ( rt. A8 C. 1806 ) L. La servilt Aiexpliquec r lesdislositions del'a ti-
possession d'Ctal, comine inoyen! dtc cle 8 de la Coioslitulion de'1806a el d'au-
preuve n'exislait el ne pouvail exisler
qu'en favtur .de cette derniere calhgo- 2) Voir proclaination relative au inas-
sacre des Francais du 28 avril 180'. Lins-
1) pages 43, 44. tant Pradines 1, No 13.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 143


< tres qui 'ont suivie. Los seuls Franitnis bre 1804, :irt. 2 et 3, Linstant Pradine, I
( possIdant de paiilles littres de na- N 18) asltreignail tout diranger a cell
luralit firent rlconln s llaitiens ; ii obligation:: ensuite la loi du S avril'1807-
a en ful do indme des Polonais, dew Yur le Commerce (art. 3 loc. cit. p. 3d3)
( Allernonds on de Iurs sde:ceNdlnils ch;e'tr ;cit le Gouvernemnt to didlivrer
i qui hailai,..iei l;as communes deo IBo drs lllrvs d" consignalioln ia ous les
bardo et du M l'. D Nous savons (uoe ii'godci;-nls, nalurols du jpys, strangers
ces derniers individuals rent naturalises el auites, qui voudraient s'Alablir sur
lHati.ns ( iar. 13 Conilitution 1805, ) Ils places de commerce id I l;a Bpubli-
ils ffureti done nols d'un litre. que ; onlin l'art. Ilc de l'ar'dle prisi-
L'opniion de B. Ardouin est-clli comntls- !cenlici du 30 ddcnlI)re 1809 ssuie-
W'e, 1i!;slant Prodin' vient lui 0 oner lis>ail,do meme que Ios lois subscqueon-
unc orce' inlvincible. Une notr place tes suii les pailenes, Lout cdtranger i ob-
sons I'l.t. 28 de la Con 1j'1. rCevolo potur des reniisign:ic me tis cinces du ;Chlef ile I'E;ilr pour dli'e ha-
anx ( pieces lt relives la rc anmalioi1 bile i c(xeicer une indusliri quelcon-
du sieur Carter, inserees (dns i, rip- tque dians tl pays, sanis touterois lui
por; adressi Ie 12 Mars 1841 Ai S. E. tI cir'er aucutl droit politique.
IPr6sideiit dllanli. Voici d qnoi il -';- La Commission ;jou.te : Quo !1 siour
git. ln 1 1, un lilainc, le sienr Smith, Smilh pri en'lnde oniluiile q par to
lat.li ;' ,l;rimni colnilme nigocimil con- ( seul lait de sn prl'sencel d;ls Ic pays
signaliire ildJ endil i 'il avaii l ides droils I( l;i public Oti dle la Conisitulion do
6 la cliua!i'ti d'liitiec et appull ya so rel- 1w l.'i il s'est rouv'll' adinis a jouir de
cla atlion sur' leL txteo onstlit o ,lO i la quialitl d' aiieon, e'csl eiicore ,ino
Le PrO'.i i:,n Bioye inO lioma une commiis- a pii cenlion vaine et insoutleiliNle puis-
sion ai l' l('t d'ex iinoer ( ['oiidenent'I qu'il est prouv qu'il ;itrAit diA e i' eon
des iprCei itions ilu sieur Smilh. ()r, !i p( ssission d'une lettr de e naluralisa-
cas aaloie't s'titnt deja [iprseite avail tion anticieu'rement au 27 dicemblre
suscitc uno int l t'r thtioa lWgis;ltive de l,,.',. )
la Constilution, iq Commission noe Dc Ilouls ces explications il r6sulle
pounvit mi.x fair queO 'y red' rer, donij qiie Iopi'iion de M. DIvot est Irop
Parmi l's p )i'.s in lion ,ie(s la s gtOn'i le. Eie tend, en ld finitive, a ad-
son riapiorlt fgo 'i u!ni l hti' d Siolni miellie la communuoe rei!lnomin connme
( 30 Octl',' 1812 ) at1 prisidei t [':ion. j slifienation de la nationally d'une na-
Oii y lit coci V ici I'iitejrii talioii q oe nicrc absolute ot qui nie reserve pis lan
Sla saine. raison pout a'tillre soils pir vo' contlrair ; e'st assure m im t in-
" dquivoqiic. Le, legitaleutrs n'onl en- tiroduire unne conlfsion dans los termes
( Iindill par ce i:ot' (i!(lmission7 (qul(e los I iteundre que tI'o rreir collim unel pent
a I)laines (qii olt ( Iu dps lellr-s do n nil1- fonder Ic droit lieme conli e lc droit.
a rai!istiion auiiri'urcs i la promulg' t Po rII viler toute discussion, il e'i
a lion. Si M, CAl; tr fal preuve de la 6 u plus exact de dire : R Sont Ieale-
a sienne, il seri' en doi dit e jouir do inent hailiens lonu ceux qui jusqu' ce
a buifce id cel article. ) jour ont ld Ilgailement reconnus come
De son c6O! la Commission eslime tels. s
que l';utorialion ou la permission 1d
risider sur I! ltrritire qui d'cointait de 5. Individus n6s de parents
la favour administrative D n'emnpoi'lait iinconnus.
ons du lout acquiisilion de la qualit:L
d'hlii ie l, iin1 que ]e pei's' M. Devot,' Ari. 3. Toit individu n6 on Haiti do
D'abordi, I'lii. tion de lef!ires pcaten- pS~e et mere inconnus ou de piro et
les pour s'dlabilir i' o'im e l, i ociant con- [m tre colinius, ilais do,1t la nalionalile
signiatu re le lpro)uve rie!n oiilre la est inconnue, acquerra la quality
Conslitution: t'ordonnance du 15 Oclo- d'Haitien on veril cle cla d ration de










144 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sa naissance faite a l'officier de l'Etat
civil, a moins que, avant sa majorile, re-
connu par ses pare et mire on par l'un
d'eux, il ne soit 6tabli qu'ils appartien-
nent i une nationalist dtrangGre et ne
descendent ni l'un ni l'autre de la race
africaine.
Cet article a 616 emprunli quant
S l'idie A la l lgislation fi.iin; i- ;
mais on n'a eu garden qu'en transpor-
taut cette idde dans notre loi,il fallait lui
conserve la mime expression pour lui
lais er loute sa clarlt. Essayons par l'a-
nalyse de degager la veritable peusee du
16gislateur.
Le texte dit: Tout individu nd en
Haiti.... acquerra la quality d'Haitien en
vertu de la declaration de sa naissance
faite A l'officier de l'Etat civil.) Tlihori-
quement,la nationality, dans l'hypothlse
de 1'aiticle 3, s'acquiert ia t par la nais-
sauce, prfferablemeEt ia l'accomplisse-
ment d'aucune formialiltpost eieure.Notre
loi subordonne cette acquisition a cer-
taines conditions qui peuvent se r6aliser
jusqu'a la majoiite de I'enfant, si bien
que ces condilitions no survenant pas,
I'enfant est haitien par 1'elolt de la dL-
claration. Alors quelle sera sa situation
si la declaration n'a pas et6 failed? L'en-
flat, hors les cas d'applicatious du jus
africanum soli, suivra t-il le statut de
ses parents come semble l'indiquer la
leltre de la loi ? Evidemment non.
Poursuivons : .... a moins que, avant
sa inajorilt, reconuu par ses pere et
mire ou par F'n d'eux, il no soitl (cabli
qu'i!s appartien nint a une nationalitbL
Oarangd6re el ne descendent ni l'un ni
l'autre i dla race africinze. i D'apres cC'Lle
disposition, la declaration de naissance
produit d'effet :
a) Si 1'enfanl, avant sa inajoriid, n'a
pas ~lt reconnu par I'un de ses auteurs


liser, c'est rabaisser la loi au dessous
d'un caprice ;
b) Aussi il est sans utility pour le sta-
tut de l'enfant de prouver que l'auteur
qui l'a reconnu est stranger, les princi-
pes propres a notre 1ogislation rendraient
cette preuve absolument vaine en cer-
tbins cas.
c) L'on n'a pas non plus a etablir que
l'auteur est on non descendant d'at'ri-
cain, cette preuve saute aux yeux dans
la gI6nralit6 des cas.
Dl'apres ces explications deux hypo-
theses sont seules possibles. A) Les pa-
rents sont conuis et leur nalionalile6 est
inconnne. L'article 3 est sans vertu : si
l'enfaot est descendant d'africain, il nait
Haitien ; si les parents sont blancs l'en-
fant ne saurait etre declare haitien, il faut
appliquer l'arlicle 4, alinea 1.- B) Les
parents sont inconnus. L'enfant est-il des-
cendant d'africain, il nait Ilaitien. Est-il
blanc. ii est alors issu d'un couple blanc
naitien on dlranger. Dans ces cas, la
preuve de la filiation est impossible, on
est en presence d'un infant tronve et il
est considered come Haitien par une
presomplion naturelle qui tombera toule-
fois devant une reconnaissance ulldrieure
faile par des parents strangers de pure
race blanche.
La pens6e du l6gislateur pourrait done
6tre expiimIe de la sort: ( Tout indivi-
Sdu no en Haiti de parents inconnus
est Haitien,sauf le cas d'une reconnais-
, sance ulterieure par des parents e-
t Iraogers de pure race blanche a.

6 Individus n6s strangers en
Haiti.

Nous avons dit que 1'Elat doit cher-
cher par tous ies moyens possibles a


au mois ; s'assimiler les Mtrangers qui vienuent se
b) S'il n'est pas 6tabli que ccl auleur fixer sur son t-tritoire ainsi que leurs
appartientl une nalionalit6 61ang6re ; descendants,et que ceux-ci doivent mdme
c) s'il descend de la race africaine. en certain cas etre considers purement
a) La reconnaissance ne saurail avoir et simplement come des nationaux ori-
d'influence sur la nationalist impose ginaires. L'inutert command d'6viter de
par la loi ; subordonner l'acquisition de la sorte toute cause de conflict e;, la jus-
la quality d'Hailien a une condition pos- twice exige que ceux qui jouissent des
sible mais qui peut bien ne pas se rea- avantages qu'offre un pays au point de











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 145

s'y attached pour la vie soient appelds a pays assez longtemps pour rendre facile
en supporter les charges en retour. et nucessaire leur assimilation avec les
Cos deux principles suffisent ample- nationaux ; la qualild d'Haitien devrait
meant pour justifier les 1dgislations qui ldre pour eux un bienfait qu'ils rece-
imposent leur nationalile Li cerlains vraient en mnme temps que celui de l'e-
6trangers sans attendre uno manifesta- existence.
tion de la volonei, sans tenir complete
des goCits, des sentiments, des intlerts, IV. De la Naturalisation.
parce que tout cela se pr6srime avec une Deux fails postlrieurs a la naissance
grande force en faveur de la loi. Aussi, penveil, suivant 1'article I do la loi,
savons no's gre au 1egilatcur de 1907 atltribuor la nationalist haltienne: la
l'avoir envisage la situation et de lavoir naturalisation et la faveur s dciale de
riglDe. Mais, malheureusement, il a la loi. Disons d'abord un mot de ce
recuuru a des textes analogues aux crleiicer mode.
texts francais et les a ai i .2. iu :' ..i.- 1 'ml La faveur spdciale de la. li est in
ainsi uic assimilation don't la justesse mode d'acquiition de la nationality en
est contestable. vert duqquel un individu obtient la
L'article 4 qui traite de la qurslion quality de rIgnicole d'un pays par cela
est ainsi concu: a Tout individu n6 en seul qu'il se Irouve dans les conditions
Ilati de pere et mere strangers qui ne dIletrrminides par la loi, si bien que l'au-
descendent pas de la race a/ricaine ; torile souveraine no pourrait lui reti-
tout individu non reconuu par son pere, rer lt bldoflice do celte situation qui
ne en Hiili d'lnie mire etraing're qui ne ce pour lui un veritable droil.
descend pas de la race a/ricaire. ac- L'ii1, 1ll, de la legislation fran-
querra la quality d'llaili:n par uue sim-- cais i el I'inexactilude de cerlaines i-
ple declaration failed dans I'anliee do letlri diees sur la nmaltire de la natio-
maojrite au Parquet du Tribunal civil de nalilt out port6 notre ltgislateur :
leur rIsidence. collfrndroe lIs different cas de natura-
( Cette declaration comportera renon- lisalion avec celui qui est commund-
cialion a leor naitionalit6 6trarngre et mei nt place sous I'6tiquette de la fa-
adoplion de la nationality hiliienue,) vyeur spdcile de la loi, do1nant ainsi
Pourquoi celle nomenclaluri e quand il une extension irop large A un cas par-
s'agit de dire : Tout individu nd diran- ticulier, clui dte la fternie mari ie. La
ger en Haiti acquerra...etc...? II serble Cniistiutlion ne reconnail que deux ma-
que noie 16gisla tour n'ented pas tou- niiresd'acquerir li naionalilt hailienne:
jours to sens des prescriptions qu'il li naiissance (art. 3) ot la naturalization
6dicte et n'appircie pas la portde des (art -1). Tuitefois, elle admet qu'on
principles qu'il determine. devienne haitien pur raveur special,
Si n o u s examinons le texte nous dans un cas unique qui, pour avoir
dacouvrous la mdme c o it f u si o n que dt% exPiessdment dilermind par le pace
dans 1'article precedent; le vice de re- fondamental demenre une exception et
action peut faire dire que tout l'arlicle ne souffre pas d'extension, c'esi le cas
est renfermn dans le premier alinda el de I'article 5, alinea :1(L'etrangere ma-
que le reste est inutile. Nous pensions s ride fi un hallien suit la con lition de
que ce premier alinra devrail faire l'objrt r de son mari. C Ctlle disposition est
d'une disposition spdciale qui ouvrirait renproduile d :s l'nrticle 9, al. 1. et
les portes de la oatiie par une natu- inspire l'article 12. En dehors dooc des
ralisation pri\ildgiee. Quant aux indi- situation., envisagees par ces deux arti-
vidns dnurinors dans le reste de l'arlicle, cles, celui qui n'est pas nm haitien est
la nationalist haitienne leur serait acqui- obligi de se soumettre i loutes les for-
se par le seul fait de leur naissance sur malilts presciites pour la naturalisation.
le territoire, sans aucune autre condi- Examinons maintenant les texts con-
lion; ces individus auront vecu dans le cernant la naturalisation.










146 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

1. La Prohibition dessalinienne cune aptitude A notre nationality. celle-
'ci ktant reserve aux Africains, Indiens
Consliittion de 1889: Tout l1ranger et leurs descendants.
est habile A devenir haitien suivant les Le premier lexte concernant la natu-
r&gles etablies par la loi (art. 4). ralisation figure dans le Code civil de
Loi de 1997 : Tout stranger peut de- 1826. L'article 14 6tait ainsi ridig6 :
venir halien par ia naturalization apres : Tous cenx qui, en vertu de la Cons-
deux ans de rIsidence en -Hatil (art.5.) titution, sont habiles a acqunrir la
Celle disposition est absolument non- la quality de citoyens d'Haili, devront,
velle dans notre lIgislation et la prohi- A 1a lur narrivde dans le pays, faire de-
bition qu'elle vicnt abolir s'explique vant le juge de paix de leur residen-
par nos origins iistoriques. Apirs ce, en presence de detux ciloyens no-
avoir combaltu quatorze ans pour la tables, la declaration qu'ils viennent
coitquite de la liberty et deo 'ilndpen- t avec 1'intention de se fixer dans la
dance ; apr6s nous tire rndus mai-' uRJ publique.
tros de notre sol par une lulte heroique Ils seront tenus, en outre, pour
centre la tyrannie, il eu! W6t inmp'- 'coustaler leur residence non interrom-
dent d'admettre parmii nous ies Fran- rompue peudaut le course d'une annee,
Cais que nous venions d chassere t qui ne de fire viser tous les mois par le juge
cachaient pas leurs projt; a notre egard. de paix de la commune, l'exp6dilion de
La haioe du Francais fit prononcer cette declaration; et cc ne sera qu'apres
i'exclusion de l'Europeen, du blanc, en avoir reinpli ces formalilfs qu'ils pour-
un mot de tout individu qui n'appar- rolnt priter, devant le doyen du Iribu-
tenail pas h la race noire ( et plus lard nal civil du resort, on celui qui le
qui n'elait pas descendant d'lndieii). Et remplacera, le serment qu'ils renoncent
cette exclusion ful proiionc'e le jour 5 touted aultre paine qu'Haiti. ,
mime de notre naissanc, A la vie oa- ( Munis d'li certificat du doyen, ils
tionale. iDans une procllamatioip du ler se pirdsenteronl ensuite 5 la Secrltaire-
janvier 14, nons lisons c"ci <( e rie gienrale pour y sollicitcr un acte
(a frayons tous celx qui os, raieut center revilu de la sigatnture du President
d de nons ravir encore la liberal : coin- d'Haiti, qui los reconnaisse combine ci-
< mengons par les Francais. Qu'ils fir- toyens de ]a Ripublique, )
missentent en abordant i;os coles, sino.i La Conslitution de 1813 n'apporta
a(par l souvenir des crual(s s qu'ils onlt niUcun cliha gei enti la 12gislatiou ; elle
a exercfes, au moins par la resolution se contenua de dire: < tout africini ou
a terrible que inous all0ns prenlrC de inldien, on leurs descendants soni ha-
a (ivouer a la mirt quiconlque, ndI fli'a- A biles i devenir baitieus ) (art. 7).
c(is, soniller'ait de son pied sacrilge Cct article lfu reproduit par les Cons-
le territoire de la liblirlt. n Toulteuoi, mltutions de 1840 ( art. 7 ) et de 1849
cela p'enii dcia pas lesaiines d'user dr (ari. 6)
cltmence envers beaucoup de Frlancais
qui se na uralis;rent etl l'urent eulpio- 3 Loi du 5 Septe'mxbre '130.
yes d ans 1'arm6e ou dans l'adiniitAi.-t -
tion d'autre part un certain noimbre Le 5 Seplembre 1860 fut rendue une
de commergants elra1gers fufreol admui, loi modifiain combine suit 1'airticle 14 du
iI faire leuri nigoce sons la protlelion C ode civil: s Tous ceux lui, en vertu de
de i'autoril. la Conslilolion, sont hiabiles a acquerir
.la quality de citoyens hailiens devront,
2 Legislation anterieure A 1860 dans le mois de leur arrive dans le
pays, fire devant le juge de paix de leur
PeN i peu la force des closes devail residence, en presence de deux citoyens
"permettre I'aeces du lerritoire A 1'6tran- noiables, la declaration qu'i!s viennent
ger blanc, mais it ne lui fut reconnu au- avec l'intention de se fixer daus la Rfpu-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 147


blique. II prdteront en mime temps, en- I'Haitien originaire landis que celle-ci lo
tre les mains du juge do paix, le ser- d6clarait inadmissible aux fonclions le-
ment qu'ils renoncent a toute autre pa- gislatives et executives.
trie qu'Haili. N'importe, la brecho dliit faile par la-
( Munis de l'expedition du proces-ver- quelle devaient penelrer les iddes nou-
bal du juge de paix constatant leur dd- velle. ( Les considerations qui avaient
claralion qu'ils viennent se fixer dans la dicid cette proscription de loute une race,
Rrpublique et leur prestation de segment de cello qui, dans I'dlat present du mon-
ils se pr6senteront dans les bureau du de, possdde plus que touted autre, it faut
IPrsident d'llaiti pour recevoir un acte bien l'avouer, 1'intelligence et les apti-
dlu chef de 1'Elat qui les reconnaisse tudes civilisatrices, ces considerations
come citoyens de la Hepublique.) avaiont perdu de leur valour.) (1) Aussi,
Une triple difference existe entire ces quand a l'Asseomble d(e 1889, le project
deux textes. D'apris 'ancien article '14, pairut avec la disposition de la Coustitu-
l'individu habile a devenir haitien de- tion de 1879 maintenant la difference
vait a son arrive se presenler au de races, il so trouva une noble voix pour
judge de paix ; aprts une annde, il s'dlever centre (( cele hypocrisie qu'il ne
sollicitait on acte du chef de l'Etat. Sui- convenaitpas de laissersubsister plus long-
vant la disposition nouvelle, il a un temps dans nos charles constitutionnelles;
mois pour fire sa d6claralion ; in- pour protester contre une loi de haine
medialement apirs. ii so prdsente et d'isolement, expression d'une colre
dans les bureaix du Pr6sident d'tlaiti retrospective ) La conviction ardent de
pour recevoir un acte.... Sous l'empire M. Firmin sut rallier l'adhision de l'As-
du dernier article 14, la quality d'hai- semblie qui adopt son amendment
lien est un droit pour 1'individu en qucs- devenu l'article 4 de la Constitution. (2)
lion et le chef de 'Etal est oblige de lui A s
ddlivror I'aclt de naluralisation. ( A suire, )
La Constitulion.de 1867 formula plu- EDMOND LAPORTE.
161 par pretlrilion l'exclusion du blanc.

4 Legislation apres 1860. Communication

Lepacte de '1874 fut le premier qui A
permit Iadmission du blanc a notre na- La Sociedi de Legislation de
tianalit6. A c6td de 1'arlicle 5 reglant le Port-au-Prince
cas des africains et indiens fi-'_r-' 1'arli
cle 7 qui dispose: ( Sur la proposition lessiours,
du President d'llaiti, le Coros Legislati Deux poux rangers, i descendent
oDi ux poux strangers, qui rlescendent
pourra accorder des lettres de naturali- de la race ariaine, e rouvent en
satioi"i atout etrauger do bonnos i s de la race africaine, se trouvent en
station a lout stranger de bonnes mceurs
qui, apres sept ann6es de residence dans Haiti. De lur union est n6 sur notre
le territoire on enfant qui, aux terms du
1e pays, y aura introduit un art ou un 3me alin6a de l'art. 3 de la Constitu-
m6tier utile, former des l66ves, ou rendu t ion, de 1889 et l'art. 36me aa Constit
des services reels et efficaces a la Repu- t de la loi de 1907 sur la nntionalit6,
blique ; est haltien. Le mari stranger intro-
( La loi regle les formalits de cette aitien Le ra itro-
nationalite.i
nalionalitE n (1) Georges Laporte- Etudes sur ]a
La Constitution de 1879 reprenant cette Constitution de 1867.
disposition reduisit a 5 ans la residence (2) Voir le ( Moniteur) du 14 Decemhre
nicessaire el charge I'Assemblee Na- 1889. La paternity de cette disposition ne
tiontale de staluer sur les demands de revient pas toutefois ta M. Firmin; elle
nationalile. De plus la constitution pie- appartient h Me Solon Monos, inspirateur
cdeneo assimilait le natlualis6 Blancc) at de l'6phmnire Constitution de '188.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


duit par devant I'un do nos tribunaux personnelle de l'enfant qni doit &tre pri-
civils une action en desaveu do pater- se en consideration dats l'hypoth6se que
nitd. D'apris quelle loi devra 6tro reso- nous pr6sentons ici. II esl, en effet, de
lue la question de savoir si la pr6somp- principle que lorsqu un conflict de droit
tion pater is est que'n nupliw ddnmon- surgit entre deux lois personnelles, la
frant est applicable ceel enfant, et si le justice doil faire prevaloir celle de la
ddsaveu de paternity peut 6tre admis !, personnel doni 1'inl6r6t est plus directe-
La justice haitienne api:liquera-t-elle ment encause.Or,il esi incontestable que
la loi t'tanggre, c'est-i-dire cell du 'int6r.t de i'enfant est plus directement
pore, demandeur en disaveu de palerni- en cause que celui du mari de sa mere
te, ou celic du fils haitien ? puisqu'il s'agit d'une action en disn-
Le problem juridique n'a pas man- veu de paternity qiii a pour but de fai-
qun de do nner lieu I une serienise con- re d6clarer par des juges qu'il n'est pas
troverse. De haules aulorit6s on maliere nu des oeuvres de son preltfndu p6'e
de droil international prive, tIleps que 16gitime. a N'y aurait-il pas d'ailleurs,
Pascal Fiore, Brocher, Asser et Rivier, dit le savant proffesseur de la faculty
Duguite Survil et Arlhuys, Albiric Rolin r de Droit de I'Universild de Paris Mr
etc, enseignent dans leurs remarquables Andrd Weiss, quelque d6faut de lo-
ouvrages quo le tribunal oil I' cionn en a gique a fair dppendre 1 6tal do I'enfant
desaveu de paternity esl introduile, a dde la loi d'un homme auquel le suc-
pour devoir de prendre la loi du pere c6s de l'aclion en desaveu aura pr6-
en consideration. Pour soulenir leur' cistment pour effet de d6montrer
opinion, ils declarent que la filiation 1d- ( qu'il ne doit pas la vie, qu'il lui est
gitime e6aul une d16pndance dn maria- et qu'il lui a 6di toujours edd compl-
ge. la loi du marn seule doit r6gir los: tenement Otranger ?
effects de ce marriage. Ils ojoutent qu'on C'est dans cet ordre d'id6es que la
ne peut nullement se baser' sur le fail doctrine adnmel que lorsque le tuteur et
accidenlel de la naissance en un lieu le pupille n'ont pas- la m6me natio-
donne pour en conclude qoe celte cir- nalit6, la loi de ce dernier doit.pr6va-
constance peut influer d'une maniere in- loir puisque sa condition juridique est
faillible sur la loi qui gouverne le rap- seule en jeu.
port juridique. Comment pouriait-il en L'opinion que nois adoplons et qui
6tre ainsi '? Le fait accidenlel de la nais- est celle des professeurs Despagnel,
sa-ce exerce-t-il utre certain influence Weiss, Andinet etc, nous parait pref6-
relalivement I a determination de la able au systime contraire. Elle nous
loi qui rIgit la paterniid et la filiation ? prcure l'immenie avanlage de nous dis-
Assurmenet non, puisqu'il n'a aucune penser de soluticnner les questions dd-
influence a l'dgard de la loi r6gulatrice licates que fait surgir le changement sur-
des rappotts de famille. La filiation 16- venu daus a national t6 dumari dansl'in-
gilime ne suppose-l-elle pas d'ailleurs tervalle quisiepare la conception ella nais-
que quelqu'un est n6 on a 6t6 congu sancedel'enfant. (Peu importe,dit encore
pendant le marriage ? Et alors n'est-ce (Weiss,dans notre systlme,la nalionalit6
pas la loi sous l'empire de laquelle est (dela nireet de son mari; pen impotent
place la famille qui doit decider si nn e les lois personnelles auxquelles ils out
enfant est pr6sumn6 nd durant l'union s 6tl soumis l'un et l'autre. Une seule
16gitime ? ? chose est a cousiairer :la loi person-
Telle est, en resumin, I'argumentation nelle de l'enfant. et sa determination
des tlistiingus antei rs que nous venons s sera toujours aisde.),
de nommer. M~Igrd leur competence in- VoilA, Messieurs, le probl6me de droit
discutlble, nous pensons que leur opi- international priv6 qcue j'ai I'lonneur de
nion est sujette i caution. Et sans avoir soumettre a la haute appreciation de
ila pr6tenlion de dire le dernier mot dans votre docte sociMt6 qui so fait loujours
ce d6bal, nous croyons que c'est la loilun devoir d'approf ndir et de solution-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 149


ner les questions juridiques les plus
d6licates. J'ose esp6rer que dans le
course de vos prochains travaux vous
n'hesiterez pas A donner votre opinion
A I'egard de ce qui fait l'objet de cette
communication.
Je vous prie, Messieurs d'agrier, etc

Port-an-Prince,le 29 Juin '1912.

Francois ACLOQUE avo



EN CASSATION


L'audience on plutOt la solennitd du
jendi 11 luillet dernier, oil l'Assemblde
des Juges du Tribunal de Cassalion re-
cevait le segment de Me Auguste Bona-
my come President de ce Haul Tribu-
nal, a deux significations.
C'6lait, dans la sphere d'action olfi-
cielle, la pose de la premiere pierce, ou
tout au moins, de la pierre augulaire du
reldevemeni et meme d'une renovation dd-
finilive des choses de la justice dans ce
pays. C'dtait encore, dans l'ordre intel-
lect'uel et moral, par la presence de la
foule respectuuese et content, par la
bonne tenue g6ndrale, par i'empresse-
ment des grands fonctionnaires de 1'Elta
a fire honneur aux invitations du Par-
quot, par je ne sais quelle sdv6rit6, enfin
qui ti'entre pas toujours dans le decol
immaleriel des grades receptions hai.
liennes, un touchant hommage rendu at
talent, i la science du recipiendaire ai
mi6me temps qu'uu prix dkcernd a 1;
Vertu. Repreuons l'idde dans un ver
classique. Cela n'arrive que
Ouand la verlu s'unil d c'eclal des ta
lenls.
Oui, cette prestalion de serment ni
tenait pas tout son caractbre extraordi
raire de I'dlivation de la charge; il
entrait autre chose encore que colle-c
na procure pas, si elevde qu'on sel'ima
gine, mais qui s'atlache a la person
m6me de l'homme.
En voyant, en effel, les plus grand


dignitaires de 1'Elat dans la salle d'au-
dience du tribunal de Cassation, on s'est
dit qu'il convenait de donner a unie telle
investiture tn edrdmonial digue de la
function de Prdeident. Mais quand on
pense au concert de lounges, a I'en-
thousiasme general qui accueillit 1'id6e
de remplacer l'homme p6tri de sagesse
qu'est \1. Ilugon Lechaud par Me Bo-
namy,.on est oblige de reconnaitre que,
si grande clue fut la consideration offi-
cielle, l'exallation du public ful plus gran-
de encore, parce qu'elle fut plus touchan-
te dans sa spontanuit6

,

11 est a peu pris onze hs. du matin.
L'huissier sonne. Presque tout le tri-
bunal entire on audience solennelle sous
la prdsidence de monsieur le Vice-prte-
sident Baron. Le Parquet est au com-
plel. La salle mise a neul', grice au tact
de Mr le greffier, oflre alors un mnagni-
que coup d'msil. Sur la able du Pr6si-
dent recouverle, commne les autres, de
drap bleu marine, sont places deux
bouquets prepares par une main avisde:
des roses rouges piquees sur un fond
Sde roses blanches et do stragonias blaucs
avec encadrement vert ajour." Ils sent
pareils a tries pen prets et destinds aux
deux homes don't la vie toute de la-
t labour, de probity et d'honueur va tire
. chantee tout a l'heure sur les plus justes
tons et so ressemblent par plus d'un
r ctdd.
Le R6cipiendaire est a la table du
u greffier avec, pour parrain, Me Louis
SBorno, rdcemment nomm6 lui-mnme. 11
a est dans tout son came ordinaire.
s
Devant le Parquet, on voit MMI. les Se-
- crdtaires d'Etat, except M. Ter'illien
Guilbaud, Secretaire d'Etat de la Justice
e retenu chez lui pir la maladies. Si M.
- le President de la Republique avait re-
y hauss6 la soleunit pour sa presence, si
Ii M. Gui!band avait et6 la, ils auraient
- senti la n6cessi d'un local plus digne du
e tribunal de Cassation ; mais ils s'etaient
excuses par ddp6che.
s Au c6td nord de l'enceiate, on voit











150 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

beaucoup de s6nnteurs venus 1h avant que pour le nouveau president lui-
d'aller I une seance du Senat qui pro- meme qui, la veille, 6tait desole d'une
met d'etre interessante, a ce (lq'on dit. abstentio'n possible.
Les s6nateurs Michel Oreste et Stephen ,',
Lafontant, deux bons amis du nouveau
president, sont arrives les premiers. Le prIsident du tribunal de Cassation
Pris d'eux sont places MM. F. Bernadin, de la Republique prita le serment voulu
chef du Cabinet parliculiere de M. Le- par la loi au milieu de celte assistance
contc ; Edner Hyppolite, secr6taire du d'l1ite. Alors, M. Baron, Vice-presidtent,
Conseil, un peu plus loin, Its generaux onvrit la sdrie des discours de bienvenue ;
B. Laroche et Maurice Ducisse, corn- M. Luc Dominique, Commissaire du G.n-
mandants de l'Arrondissement et do la vernement, prit ensiil la parole au nom
Place. Au col6 sud, c'est le bureau de la du Parquet, Apres ces discours, le pro-
Chambre des d)putes ; Mgr PichonCoad- sident Bonamy alla l6renner la place ; il
juteur de l'Archelvcque de Port-au-Prince rccut lA les ftlicitaiions de Me Laleau,
et le R. P. Jan, cure de Ia Cathidrale ; au nom de I'Ordre des Avocats, lequel,
le Pasteur Turnbull, de l'Eglise Wesle- en signed d'admiration, fit homage d'un
yenne ; M. Hippolyte, de I'Eglise Saint- bouquet de roses au <( cher Mailt'e de-
Paul ; le Doyen et lous les juges du tri- venue magistrate.
bunal Civil de cc resort en rube : le Par- Vint son tour de parler ; On s'aliendait
quet de cc tribui;al ; le Conseil de disci- a ce qu'il lilt mienme 16grement emu par
pline egalement en robe ; M. Joseph Jus- cette belle manifestation organi, ec en
tin, Directeur do 1'EIcle N'itionule de son honneur: il 6tait content sans doute,
Droit ; M1. le Docteur Paul Salomon, Di- mais il etait Ires calmne, n'avait p;is ie
recteur de l'Ecole Natiotiale de Ml de- son de voix embrum6 et cass6 des rici-
cine et de Pharmacie ; MIM. Dauphii el piendaires orlinaires qu'impiessionne
Vincent, anciens chefs du Parquet dii loujours la foule. On admiral le sang-
tribunal de Casstiion ; M. Allen. Direc- froid avec lequel il mit ses lunettes et
teur de la Banque Nalionale de la R6- lira son discourse de sa poche,
publique d'Haili ; M. Musac, president Vous lirez cc discours ci-apres. Vous
de la Chambre des Comples ; M. Bastion, lirez aussi le discours d'une assez belle
Duyen du tribu-al de Commerce : M. venue oit le Vice-prcsident fit I'eloge de
Mortas, chef de division an Deparlement M. Hugon Lech;ud el de son successeur;
de la Jutin ; M. Abel Daamec, Commis- celui du Commissaire du Gouvernement
siat du Gotivernement pres la Baique ; < poncluant avec bonheur les traits,
MM. Dupuy et L'ger de la Sociile de les qualitis de ces deux grands Hairiens.
.Li lii.. ; des represenlants de la Ce n'est pas tout d'ecrire, remarquat
Presse, etc. Paul D.-ji dins. il faut 6crire d'une cer-
Quant 5 la parlie de la salle reserve taine facon. Le prIsident Bonamy, com-
au public, elle est exactement remplie, et me tous les 'crivains do talent, a sa
c'est i grand'peiie qu'on accede au marque qui est d'ecrire le plus nalurel-
pr6toire en passant par les porles de lenient du monde, au moyen d'un choix,
devant Les jeunes avocats sont un peu ( d'un arrangement de mots forts simples
parlout. Jusqu'a la veille au soir, quel- et tres co.nus ( Lemaitre). Et c'est
aues uns ne dicoloraient pas doe npas le grand art, le moyen supreme decom-
avoir regcu chacun nne invitation ; et 'on muniquer du premier jet au lecteur ou a
peut dire que seule leur inalterable l'audileur I'impression nette des choses.
sympathie pour M. Bonamy, les a menes On se trompe a se figure que, pour
tous 1I. 1!s sont trop : le Parquet neobien traduire sa pensee, ii faut se met-
pouvait pas les inviter ous ; mais ii Ire I'esprit `i Ia torlur e, eOre en 111al d'ex-
va sans dire que 1 idWe de les exclure de pressions el de tours que n'emploie pas
'assistance officielle n'est jamais venue tout le mondo. Au contraier, la pensee
ai persoane. Ce soit dit plant pour eux i perd de sa force ce jeu de <( grammai-











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 151


rien, ) comme dit 'autre ; elle perd a
coup stir le nalurel; si c'est u0e d6-1
monstration, son appareil logique revte
je ne sais quels contours indecis et va-
gue en passant ai travers ce prime trop
chatoyant qui distrait l'esprit de 1'audi-
teur ou relient les yeux du lecteur.
On n'cut pas du tout cell impression
en coutaut le nouveau president. 11 a
exprim6 les iddees ls plus dievdes pour-
laut sur le caracrere, le r6le. les devoir's
td( parfait magistrate tel que M. Lechaud
en a toujours d6t le prololype pendanl
pres de quarante ans, ddfalcation faite
du temps qu'il passa au Minislere. Dieux
fois, I'orateur dut s'arrielr sous les ap-
plaudissfements de I'audiloire. Au rest,
qui, mieux que lui, pouvait dipeindre
son pridicesseur? On reliverait plus d'iun
trait de ressembllance cen ire les deux
tempdraments. Ii y a chez eux le mimeo
sentiment, port au dernier degree, des
devoirs que doil rem]plir le juge dignec
de ce niom vis-a-vis de. la socitL. L'un
est avant lout uu honmie de bicn, sd-
vire pour soi avant de l'6tre a l'dgard
d'aulrui ; un heomme scrupule: x, impaur-
tial, respectueux de la lot et des rIglie-
ments, prits, au bosoin, a rappeler ce
dernier sentiment t ceux chez qui l'on-
bli i'est pas... comment dirai-je ? un
Inanuemnict accidental Lt isold. L'aultr
... mais c'est ;la mime ciose qu'il faut
r'p6ter de lui i't tris pen pros et en te-
nant compto do son age on peu avance.
II y a encore des traits communs aux
deux homiems dans l'ordre moral, el j'i-
magine que queqluel pince sans-rire au-
rait embarrass le president Boniamy, s'il
lui avait dit fi I'issue de l'audience : lais
c'est de vous-mdme que vous avez parld
si iremarqunblement !
An champagne, on fut en moins
grand nombre : lous les Secret'aires
d'Etat exceplle M. le Mlinistre de I'lrtit-
rieur, pnis Ious les Sdnateurs, dureut
caller au Senal oh on let atllndait pour
ouvrir la sauce. Les allocations comi-
ineucirent : on lie prend pas du cham-
pagne coomme cela, t la imuelte. Le Vi-
ce-lPrsident affirma encore uue fois sai
joic de voui sin aini dte plus de 30 atns
A la tlte du Tribunal de Cassation, et


pria M. Sansaricq de transmetlre l'ex-
pression (e ses vives felicitations a M.
Leconlo. Le Ministre remercia en peu
de mols. Puis, i Borno pril la parole
au nom 'do la Socidtd de Legislation
don't M1, Bonamy est aussi It Prisident.
IMalgr la fatigue commenqante, celui-ci
sul remercier tout Ie mondeavec aisance,
sans fair la moindre hIsitation dans
['expression de ses remerciemenls. Un
nmembre ldu Parquet vonlait placer un
mol, mais it tall trop lard : midi un
peu passe. Le Parquet a cu toute l'iii-
tialive de cc bean mouvement c'eait
assez.
On se retire enchanid de la fle le
contentement gdndral fit de celle presta-
tion de sernmeo t extraondinaire ino vraie
fide.
Elle se prolonged pac la rceplion des a-
vocats iece bal reau. Presque tous ls jeunes
daieilt la, ous des admiirateurs du mailre;
(luelqujes uns avaient ti 0 ses O lives soil
au lvcde, soit I~ l'Ecole de Droi.. Le Se-
crdlaire du con-eil de discipline, M.
Mloiso, parla le premier. Joe 'eus pas
I'avanlage de 1'elentdre ; son compli-
mient (lut ire li;in tourno : it salt parler.
Puis, nlent le tour de M. Seymour Pra-
ldl. Je regrette de navoio ententlu que
la fin do son iinprovisaion ; elle dut
dire patliculierement itle'ressaint et lou-
chanite. Pradel a eel advantage immense
.do vivre depuis des temps ct des temps
le plus pros du cour ile ,( son cher
Maitre qui fut a l'Eeoie do Droit son
severe professeur de dioit civil et qui,
dans la vie, en ce No 15 de la rue Ferou,
dtude si largerment hltospilalidre, conti-
nuait d'&tre pour lui un bienfaiteur et
un rodhl!e. 11 faut se borner, je m'aper-
cois que jo fais Irop ernpidler ce long
compte-rendu sur letlerraili d'une sorle
d'appreciation. Je veux dire pourtant
que Pradel dut trouver dans son cceur
reconnaissant de beaux trails pour dire
ses remerciements et son admiration
sans reserve. Prdvenu par quelqu'un,
j'accourus assez a tlmnps pour entendre
la fin il me semble qu'elle resume
toule sa claude improvisation.
D)tepis trenle aus, dit-il en substance,
les plus graves 6vdnements ont lieu











152 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION

dans le pays, entrainant tout le mondei lence, indiquirent un souci quelconque.
dans leur courant, metllant en jeu tous II fallout mettre fin a la visible pour ne
lesinltrets. Me Bonamy est rest intact pas prolonger sa melancclie. et le pla-
grace a l'inflexibilit6 de ses principles. cer face A face avec quelques uns de ses
Home de bien, gcndralement aim6, plus chers souvenirs
avocal loyal et probe, Me Bonamy est *
I'haitien qu'il s'efforce d'imiter. C'est *
bien cela Et maintenance, on peut dire qu ce
La reception unit ici ;mais reslons people si indifferent d'apparence sait
encore un pen pour assis'er A l'accom- discerner les homes superieurs el les
plissemehlt d'un acle de reconnaissance admirer. L' ccueil faith Ia nomination
On dcida de faire ine visit en corps de M. BIonamy le montre assez D'ail-
On dcida de fire hud. se enco leurs, ii fait bon ramener souvcnt les
h M1. HIugon Lechaud.
Rue lloux ci-devant rue Bonne foi, la regards de la foule sur (Ic lels hiommes,
reception ful plus que cordial, ce fut afin de metlre les plus jeunes en goit
une r ception ou plut6t une reunion de de les imiter. C'est uue tres. belle vie
famille. Madame el Mademoiselle Le- que celle de Me Bonamy et combien
chad s'y pr6iirenl d'exquise facnn. digne d'6tre offerle en example aux
Dans ce logis, les bonnes manieres, l'a- generations qui montent S'6tre divou6
mabilitl, la distinction g6neirale, rele- d"ant une bonne parlie de son exis-
vent d'une tradition de famille ipieuse- tence A l1ducation de la jcunesse, cuvire
ment conserviie. qui, en Haiti, implique une certain ab-
Ce pelerinage au fcyer de la sagesse n egation; ne pas avoir la moiidre tare, la
ful assez touchanl. Au to:int quc porta nmoindre d6faillance a se fire pardonner
le President Bonamy au Prdsident ho- lever Ia probi6 professionnelle hun de-
noraire du Iribunal de Cassation ct a sa gr qli "eva pas sans souranoce, parce-
famille, M. Lechanul cssava de repondre que alors les mauvais procedes d'aulrui y
en a rfirmalntqu'il.avail donni la meilleure sont intolterables ; aimer les autres avec
partie de ui-m6me au grand Tribunal, s.n cceur dons In pays ofi Ilon n'aime
mais les sanglots lui coupiirent Il pa- pas les atircs ; eiLe redolt6 profoud6-
role : il dut s'arrteer. ment par l'i justice et la souffraice fai-
Peut-tle, venail-ii d'avoir le regret tes anx niiii, -'eux, come si l'id' e
de ne pouvoir caller jusqu'a la liile de la fraterniin des homes n'l6ait pas
supreme d'une c:arnrire qu'il avail on- pu"ement vangiique, c'est, je crois,
noblie par son amour du droit, ,sn '6panouissement de la fine lleur de re-
ailachement au devoir, enfin, par sesligion cultivee en l'ame humane ; c'est
quar;ante aonnces d'opiniatre labeur qui le canon de a beauty morale ; c'st, en
allaient disormais s'arricier dans le un 1mot, la Verlu devenue chair et faite
pass ? On parla de choses 6irangeres 1ome !i Et c esl tout cela que le pu-
a la jnslice pour le distraire. 11 s'y pre- lic vient d'exalter chez le nouveau
la sans cfort Maiis celui qui ecrivait, Prsident dlu Triibunal de Cassation. Imi-
le 23 Mali dernier, ;a M. Lamartinie tons son example i LYs LATOI1TUE.
Denis : < A mon ge, il ne faut pas de
suil enage, et il cst sage de s'en dis- Discours du Vice-Pr6sident
penser, > pour 6tre un sage dans toule Flavius BARON
la force du term, n'en est pas moins
un home et un home de coeur. Lei Cher Me Bonamy,
moyen de repousser l'assaul du souvenir La, Magistralure sale avec sympathies
apres que ce souvenir s'est incorpf 1 e a I'avocat eminent qui vient occuper le
notre substance iet est devenu palie premier fautenil du tribunal de cassa-
inltgrante de nous mrmes tion. C'est un grand honneur pour
Par deux fois, ses yeux, < regardant vous d'avoir iet choisi par Son Ex. le
vaguement quelque part a dans Ic si- President de la RIpublique pour ~tre









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 153

le remplacant de Monsieur IIugon Le- I'on n'enlendit plus que le bruit de ses
chaud. talons sur le trottoir. Ce caracltre 6ner-
Quand on arrive a un poste encore giqne, il devait le montrer parloul.
plein du souvenir de celui qui vient de L'energie, c'est la soumission la
ie quitter, on s'interroge sur les merites rcgle, c'est l'exercicedu commandment
de ron prddecsseur immediate. avec fermcl et moderation. llugcin Le-
Monsieru Lechaud 6tait parmi nous chaud soldat elait en mime temps,
la plus rayonnaule figure, grace aux coiplable dans une maison de com-
actes qui composent l'ensemble de sa mere. Son temperament do soldat elait
vie, complete par la rectitude des chiffres.
Fils d'un home honorable don't on' C'est la vie, Messieurs ; ce quc nous
se rapplll encore la verte vieillesse, it prenons pour des contraridtes, nous
aimnil, des son jeune age, la r6gularit6 prepare au role que nous devons finale-
et le devoir. Au Lycde n:aional de ment remplir. Jo suis stir que si, en
Port-au-Prince, sous la direction des 1855 --- anne dans le course de laquelle
meilleurs maitres, on a vu en lui. I'6- il a 616 fait soldal, lo jeune Lechaud
mule des 616ves les mieux dou6s ; et fait entree d'embl6e dans la magistra-
c'esl aulant a son amour du travail lure, il n'aurait pas etd plus t;ird cc
qu'a son intelligence qu'il renporla on juge expert que nous avous conilu. Ce
1852 et 1853 cet clalii! success : le prix u'est qu'en Septembre IS71, sous l'ad-
d'honnour qui a et6 parlag6 entire lui minislralion de I'honnde Pr6sident Nis-
et feu Endlus Robin. sage qu'il entra au Iribunal civil de
L'effort inlellecluel l le gag le l Port-au-Prince, en qualil det juge-sup-
plus certain de I'avenir. Celdi qiii en pleunt. Moi qui I'ai suivi tant au tribu-
est capable, aborde avec confiunce les nal civil de Port-au Prince qu'au tribu-
6tudes les plus ardues. nal de cassation, je pense vous dire
Cellt v6ri!6 se v6rifie surtout dans combieni il tait admirable quand il dd-
un milieu oil I'on n'est pas toujours li- pouillnit un dossier pour Itouver na
bre e e choisir sa carritre. On ne sera sincerit6 des operations d'une mason
pas l'e si l'on sail dleversa pei.sec au deli des vous m'ecouteriez, Messieurs. si je vous
fails et voir se dtrouler, de l'autro cote parllais des longues ann6cs que Mon-
des obstacles du moment, la route a sieur Lechaud a consacr6es 6 la Alagis-
parcourii. En quiltant les classes, le tralure. Mlais je me, bornerai a vous
jeune Lechaud sentait banlre en luii dire qu'il a marclhd sans in!lrigue, cc Ma-
ure anie de Mugisirat ; tnis il a 616 fail gistlrt drudit elt onnote i uns cellte
soldat en 18575. Dls lors ; il a vu sous carricre qui a 0id pour lui un couronne-
sa' forme concrile l'amour de la pa- menW.
trie. II allaii au soleil, au serein, tou- En 4886, il ia d16 appel6 a prisider
jours prEt a faoire le coup de feiu A la le tribunal civil doI Port-au-Prince, en
premiere occasion. Les compagnons replacement de Monsieur Come Geor-
d'armes qui ne sonl presque plus de ges, nonmm juge au tribunal de cassa-
ce monde, racontent l'aunlere bont6 du lion.- J'e'ais alors juge litulaire au
chef de balaillon instructurl du premier tribunal civil de cc ressort.- J'ai assis-
regimenti d'artillerie de line. Un soir, l6 1 I'audience Oil il a prOsentd ses
la paix publique 6lait menace, la Ca- remnerciements au Prisideit Salomon
pitale en 6moi ; 1'honneur militaire don't jo pronounce ici le noi avec res-
wi pouvait otre gairauti que par In dis- pect. Le Chef de l'Etat se leva el lui
ciplin c. pregnant la main ( C'est vous, Monsieur
Le Commandant Lechaud cria : Silen- < Lechaud je suis heureux do vous
ce I Le iunullte s'ipaisn. 'ToIte la niuit, L conaitre.- Vous avcz 616 impose
il marcihil fier, armn de son pistolet, V( l'allenlion de mon gouvernement par
sur le front de son bataillon alligii, et votre science et vote modestie')) Quel










154 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION

ques mois apres, c'est-a-dire en 1889, d6licates de la jurisprudence et du
ce directeur d'hommes qni cherchait droit.
les lumiires et l'honnMtet6 appela dans La t6te encyclop6dique se penchera
son conseil politique, le doyen Lechaud encore avec bienveillance pour nous
avec le titre de Secretaire d'Etal de la instruire.
Justice et des Culles. Apris avoir fait C'est cet home plein de science et
preuve d'iun reelle competence an mi- de bont6 que vons venez remplacer par-
nistlre, Monsieur Lechaud en janvicr mi nous, Mon cher Bonamy. Vous ites
1888 pass au Iribunal supr6mo sous digne de cot immense honneur.
la prisidence de Monsieur B. Lallemand. Avocat. vous vous sentiez aussi une
Chaqne fois qu'il montait A un degrd time de Magistrat. El je crois meme
de juridiclion, il se disait en apprentis- que dans le passe, vous aviez plus d'u-
sage. iMais cet apprenti ne tardailjamais ne fois exprim6 le ddsir d'appartenir ai
a sc monlrer maitre. Les jugements re- noire ordre. M;iis le moment n'dlait pas
d g s par lui avant et durant son d6- encore venu pour vous do prendre siege
canwit an civil, 6laient des monuments parmi nous.
judiciaires. Dans le travail, il avail dt- Iotrc tribunal qui a toujours vu en
ja taille sa plume d'arrleisle. En 1890. vons un de ses membres futures, se r'-
son role de juge fun encore interrompu jouit a votre arrive et vous souhaile la
au profit de la polilique. Le Pr6sident bienvenue par l'organe de son vice-
llippolyle qui avait souvent la passion President. C'est un bonliour pour moi
dn hien et de la grandeur. I'nppela d'a- de vous avoir pour president.
board an Minis'!re de la Justice et en- Nous nous sommes connus de bonne
suite ai celui des Travaux publics. II here pour vivre avec cetle franchise
eul l'inlerimat des finances. Quand it qui unit si forlement deux jeunes cocurs.
sortit de son dernier miniistre, il rentra Bfitonnier de l'ordre des avocals de la
dans la Magistranlre, mais cell fois jnridiction du tribunal civil de Port-au-
pour y occuper la position la plus ,mi- Prince, vous avez fail une protestation
nente, celle de Prisident du tribunal de indignie le jour de I'arrestation illgale
Cassation. d'ntn membre du tribunal r6gulateur.
Les homes domt il a acheve I'ddu- Vous avez toijours por6l la marque
cation judiciaire, sont numbreux. Cha- d'un honnele homme. Les associations
que fois rqe les elv'es se separaient di diverse, fondCes en vue de l'enseigne-
mailre, c'ltait pour niler servir 1 ur pays ment scientifique et pratique, n'ont ja-
dans los huties spheres de la politique mais sollicit6 ct vain votre concourse.
et de la diplomatic. En ohbissant au voeu du Chef de l'Elat
IIaiti doit beancoup i Mlousieur Le- vons avez sacrifi6 une situation lucra-
chaud qui a form pour elle plant d'liom- c'raive, et cc sacrifice rehausse davan-


mes rem;irquables. stage votre merle.
Le( pr cepleur aurail voulu nons con-i Vous saurez ft'ire
tinuer ses lemons; mais les forces phy- de nos traditions
siques quis'usent plus vite que los for- vous et notre ancient
ces mo:ales se sont ralenlies .hoz lui. i v a de nombreu
C'est ainsi qu'il a demanded et qu'il a balance.
obtenu sa rotraite. Mais cet acte a t16D
Discours du
consaclr d'une maniire spdciale par les
pouvoirs lIgislatif et executif : une loi Luc DOM
vote el promulguie avec solennit lui Messieurs,
accord une recompense national. D-:
sormais nous ne le consiullrons plus La solennilt de ce
que chez lui. C'est li aun milieu de sa signification; elle ra
famille oit il se retrempe quie nous pour ce triblunl et
irons le questioner sur les questions ticur TIugon Lechau,


bonne garde autour
parce que, entire
president ,Lechaud,
x trriits de ressem-

Commissaire
INIQUE


jour a une double
ppelle cc que fut
pour le pays Mlon-
d el ce que promet










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 155


Monsieur Aug. Bonamy, son digne rem- sieur echaud. C'est une gloire pour le
placant, ce qu'on est en droit d'attendre Pr6sident actuel de la Rpublique et son
de lui. .distingue Secr6taire d'Etat de la Justice,
Je n'essaierai pas de vous d6peindre une gloire aussi aux Ch;unbres L6gisla-
ces deux figures, car je crains bien de tives d'y avoir largement contribue.
rester au-dessous de la tache. Voire bien- Monsieur Aug. Bonamy, est I'un des
veillance voudra simplement me permet- avocats les plus renormmet s du Pays.
tre de vous ponctuer les traits princi- Jurisconsulle eminent, ii s'est, par une
paux (qui les caracterisent. longue pratique du droit et de la juris-
Monsieur Lechaud est le module du prudence, richement documents sur no-
Mngistrat correct et competent, sons un tre legislation civil et commercial. A
dehors humble et modest. 11 a parcourn travers la lettle le nos codes, il en a
crinement sa carribre jusqun' ces derniors Iprofond6ment penetri les idWes essen-
temps oh l'age et la maladies l'ont d&- tielles et nul nest mieux prepare que
cidC i' solliciter sa retraite. De l'avis g6- lui lans uno discussion juridique. Ajou-
neral, jamais on r'a vu ui esprit aussi lez a cela qu'en matherimatique combine
bien ford, mn cerveau aussi fortemeit ena droi il n'aime d'ailoeurs A exposer
tremp(. Aussi, ses decisions fonl-elles sa science qu'avec une grande discretion.
epoque dans nos annales judiciairos-; Son action oratoire est calne, on pour-
souvent elles out t16 lobjet de l'admira- rait dire Iroide : presqne pas de ge:;te,
tion (de l'elrauger qui, lui, sait mieux voix pose, diction pure, port A la fois
juger et apprecier nos compatriots que simple et noble, le tout inspirani jo ne
nous. sais quell p ofond respect.
Je me flatte personnellement d'avoir Le Barreau de Port-au-Prince, oh il
1'estime de cet homrne de bien. J';,i mi- milile depuis nombre d'aundes, appre-
me l'insigne honneur d'itre admis dans ciant toutes ses qualities taut morales
son inlimit6. M'elant pr6sente ces jours- qu'intellectuelles, I'a en diverse repri-
ci en sn mtison privee pour le compli- ses, choisi coinme son Batounior. A ce
metler, a l'occasion do la vive manifes- pose d'honneur, ii a domid la measure
station don't ii a Wte spontainement 'ob- d'un tact, d'une supdriorite vraiment
jet devant les Chambres L6gislatives, il enviables. Qui eft dit, en le voyaut pas-
m'a cordialement regu au sein de sa fa- sor, que c'est li le chef du Barreau do la
mille tout on m'engageant a ne jamais Capilale ohi tant d'illustrations se font
negliger de te visitor : J e me liens, admirer.
m'a-t-it dit, A vote entire disposition, Je ne vous parlerai pas, Nlessieurs,
mon cher Commissaire, pour tons con- des iniporlants services qu'il a rendus
soils ct renseignements qui peuveut vous aillours Lant d;ius l'enseigemenit secon-
6tre utiles.)) daire que dans l'enseignomentsuiipiour,
C'est d'un coeur vraiment debordant notamrmnt a I'Ecole national de Droit
de charit6- Aussi, comment ne pas ai- oi j'ai eule precieux advantage de suivre
mer et venuer ce noble vieillard qui no ses savants course, A la Socilee de Le-
vieillil pas. gislation doni ii est le competent Prdsi-
La measure prise par le Gouvernement dent, a la Banque Nationale d'! i ti ot
en sa favour tinliL'-],, visiblement de la il occupait avec taut de correction le do-
constante sollicitude don't il desire en- licat office de Contentieux, enlin comnme
tourer les fonctionnaires qui s'acquittent Ministre d'Elat, oh ils'est encore distin-
honorablement de leur charge. gu6 remarquablement. Partout ot il a
Tout en constituant une marque de pass, on a senti sa main puissante, l'em-
haut encouragement, suscepiible de pro- preinto de son talent incontestable, do
duire par l'effel de 1'exemple d'heureux sa vieille experience et de son hounelet6
el fructueux rdsultats, cette decision proverbiale.
rend un homage particulier aux emi- Si 1'Etat haitien a consent un sacrifice
nents services rendus au Pays par Mon- legitime en faveur de Mr Lechaud, ce










156 REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION

don't nousnous rdjouissons i. jusle tilre, connaitre le m6rite. Hier, dans I'enceinte
que lirions-noius d ir gand sacrifice quei du Corps Lggislalif, M. le Secrdtaire d'E-
Ini faith en ce jour Monsieur Bonamy fat de li Justice, nombre de Deputes et
C'es tnne vaste clientele assise, ce sont de SOnateurs, 6numer'aient, h qui mieux
d'autres ;vant;iges pccuniaires sortables, rnieux, ses hautes verlus, ses eminentes
des habitudes de vie inherentes a se qualitds come citoyen et come ma-
petsonne, un repos peul-tire ndcessairs gistrat. Tous ceux qui ont pris la parole
auxquels il renounce volontie s et de dans ce pretoire ont fait de( mIme. Janais
bone igr';ie, pour servir son pays an Messieurs, dloges n'ont 616 plus ym ritIs.
pos le f I l appelle la contianc de dle Mrle Pre- Hugon Lechaud rdalisait I'iddal du juge;
sidcnt de lai Rdpublique, post relative- conmme president de cc haut Tribunal, il
ment si ieu relribud. Cgalail les plu. pn:-fails.
Qnolle grandeur d'time Quel stoicis-i Le juge doit dire uo home d'une mo-
me La modeslie hien crnnue an reci- rililte i toute preuve; iI doit dire iistruit.
pi iid ire mee pardoinlera cet loge qu'il Sn conduit, soit come magistral, soit
ne inmrite que trop. come citoyen, soil comme homine pri-
En finissant, permnelez-moi, Monsieur v6, doit etre d'une correction telle qu'elle
Bon:imy, de n'adressor A vous et de vous il mette a i'abri mIme du soupCnn.
dire: Avec vos verlus ct vos talents, C'est ainsi seulement qn'il s'attir- le res-
venez a nous ; entrcz dans ce palais que pect de tous, si ntcessaire Ai I'accom-
vous lonorerez. Nous ie vous y serons plissement de sa hatuleet delicate mission.
uliles en rien el vous nous y serez tries Qui, Messieurs, Si ce point de vne, peut
utile, c'est pour cela qlue vous voIs v se vantler d'avoir (leI plus complete que
trouverez IrIs bien car j'ai entcndu dire notre impeccable prdsiident?
par un ami commun1 (un de vos aldmira- Le juge doil ,ire ecoaire. II est appele,
teurs, acluellemnint ai mes cotes) que tons les jours, a trancher les questions
vous aimez inieux renldre des services de droit lesplus d4ficiles. Or, la science
que d'en rocevoir. Nous n',rurons riein I du droit, par ses innombrables rainilica-
vons apprendre. Vous nous rendrez au tions, est ccrtainement la plus vaste de
conlra;re de grand offices, qclaind il s'a- tonles les sciences. Les coniroverses ju-
gir; d'examiner et de solutiomner les ridliques embrassent les points les plus
causes qupi nous seront soumises. divers se rattachliat pour ainsi dire a
Communiquez-noiis surtout ctte belle loules les conaissances humaiiies. Voi-
conliance que vous avez en l'avenir ; lI' pourquoi le juge, s'il ne veut pas res-
donnez-nous enfin un bring de votre foi ter trop au dessons de l tcche, doit,
en la grandeur el le rayonneennt de no- outre un fond solid de conoaissances,
tre chbre Palrie! consacrer sa vie foun eOtiere A I'Ldtude; -
car les connaissances acquises, quelque
griandes qu'elles soient, soot forceinent
Discours de Monsieur inconmpletes. C'est que le droit, science
Auguste BONAMY de la vie, n'est pa. iminuaile ; il change,
Sii se modifie Ions les jours, il se renou-
Alessieurs, velle constainment. Les variations de la
L'honneur que l'a fait S. E. le Presi- jurisprudence sount l pour l'allester.-
dent de la Republiilie, en in'appelant La science du juge ne doit d'ailleirs pas
spontandment a la Pirsidence de ce Tri- ctre purement livrosque. II fault qu'll ait
burial, le plus 1dev6 de la hid archie ju- de la vie des homines une profonde
diciaire, ni'apparait (Idoblement grand : experience. II loit connaitre les passions
d'abord en raison tie la secession qui Ihumaines, il doit savoir de temps autre
m'etchoil, ensuite quanlt : la ddiicatesse descendre dans la fouled pour en Iiter
de la function qui nim'st colifide. ile pouls. A ce compile seuleiment il poura
le suis, en effel, appele I remplacer accomplir pleinement sa mission.
un home don't chacun se plait a re-i Le juge du Tribunal de Cassation n'a










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 157


pas, il est vrai, en gendral, A scrulerl qri li paraissail obscur ? C'esl que plus
les fails du prices. 1i les prend tels quc l'on s'instruil, plus l'on est modeste ;
les onl etab is Ies premiers juges. Cela car plus I'on volt combien est mince le
nest cepeidani pas vrai l'unre r F-i ab- baggage quo I'on a acquis.
sole. Quroi que l'on fasse, l'on sc laisse Vo lai, \lessieurs, I'hoinue qui, pendant
forccment inlluencer par les fails dans plus do vingt ails, est restid la Idle de
une large wmesure. El d'ailleurs le Tribu- notre Magistrature. 11 a pu accomplir so
nal de Cassation n'a-l-il pas quelque foiss Iche lI satisfaction de tons, el aujour-
a slatuer sur le fond irnm e de la cause, Il'hui que, fatiigu par l'aige, par le Ira-
lorsquie l'affaire lui revient sur un s cond vail, par Io souci de la vie, il prend mne
recours? retraite si bien gagnie,. eiiuru du res-
lei, encore, Monsieur, Hugon Leclhaul pect el de I'aldmiration de tous, il peut
a reuniaussi coinpleiement que possible, so dire on toule conscience et vdrit6
toutes les conditions requires du magis-' j n'ai pas perdu ma journ6e.
trat. De fortes l6udes classiques, conime II est certain, Messieurs, que c'esi un
on les faisait de son temps, 1'avaicnt hdritagelourd A conserve que celui 'un
prdpard h itudier le droit dans d'excel- tel houinie. Aussi n'esl-co pas sans hdsi-
lentes conditions : son lumineux passage tIalion que jo l'ai accepld. Je sais Lue
au tribunal civil de Porl-au-Prince, coin- si la mission du juge, en gi'ndral, est
me juge, puis coimmie doyven, avait for- delicate et difficile, cettl dclicatesse et
tifid ses connaissances. Entire temps, it celte lifflicnll 6 augmeintient sirngulitre-
avait fail une excursion da.sla po'ilique. ment lorsqu'il s'agit du juge en cassalion
II av:ilaiti acquisun grande experience qui rend des nrrits ii revocables. Les
des himinnes et des choses. II est done juges des tribunaux infdrieurs ont au
arrive, en 1891, laI Icle de ce tribunal m1oins cetle consolation, lorsqu'ils so
aussi bien pi pard que possible. l ronpent de se dire que leurs dMcisions
, Soi caracltre i la lais doux et ferme, ipoveni dtre rdfortnes. Nous, Mlssieurs
sa parioite di icalion, i'habilude qcu'l et chers colligues, nous avous ce privi-
avail acquire du commandeimenl, soil ige redoutable que personnel ne peut
coinie ofiicier soit common doyen du tri- rdparer nos fantes. Nous soinmes censds
bunal civil, otl fait de lui un prdideonl avoir le don de l'iiifaibi;ilild. Et Dieu
conime il en a peu exile Avcc quelle sail si nous poivons nous tromper i el
coinmplence, quel lact il dirig~anit les a- aslors le nil est irreparable : c'esi la
diences, ceux d'entre nous qui i'ont vu n fortune, la liberty, I'honiiur, la vie
1'ceuvri' peoveit en fourniri timoigMnag. peut ire d'utn citoyen qui so trove a
II mnilail tous.les plkideurs parfailemeint tout jamais compromise De quls soius
A l'aise. 11 ie brusquail jamais personnel: atlA'nlifs ne faut-il done pas que nous
jamais un dclat de voix, jamnis d'acces enlonrions les affairs qui nous sont sou-
de coldre ei d'emiporleiment II 6dtit tou- miss Jamais 1nous no1 les dtudicrons
jours calm ; cependant oi sentait la assez. .'ai dit que nous pouvons nous
necessile, en sa presence, de so bl n tromper : cela lie t n la nature ome1Ie
conduire, et si par hasard 1'on s'onbliaii de 1'hominie, n cessaireineui imparfaite.
jusqu'a trouble I'ordre, il vous y rame- C'est i nous die laire que les erreurs
nait, d'un seul mot lit d'une voix formnii soilt aussi rares que possible. Elles
derrire leulle 'oin odevilit une vcri- peuveut, en ffet, provenir de plusieurs
table inergie, et nul n'avait la vnllcild doe sources : nous n'avons pas, par example,
r&sister. mi.i l'6tude du dossier toute l'allen-
Et avec toules ces qualilds, quelle imo- tion incessaire; des pieces essenlielles out
d slie ;are Ne lui est-il pas so aveti ar- passed inapercues ; ou bien, nous ni'a-
rivi, danls le loute oii il dlit ld'ne solu- vons pas eu soin de v6rifier par nous
lion A adopleri d consualer uequues i nrmes les lextes do loi invoquds par les
unss es avoculs u'll honorail do sa haute pai lies, nons n'avous pas pris la peinii
amitie et de discultr avec eux Ie point d'en pen6trer le sens, en consultant los










158 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

sources les commentaires, la jurispru- encore celle qu'elle devrait etre en rai-
dence. Oh alors, combien sera lourde son de la haute mission social qui leur
note responsabilit6 combien grand Ie est d6volue, est devenue meilleure aus-
remord que nous eprouverons L'erreur si j'ai la ferine conviction que l'on re-
ici dait parfaitemneut vitable. lais elle prendra ans difficult les bones ha-
peut provenir aussi de l'obscurit des bitudes de rdgularild du passe. Nous
texles, de I'insuffisance des l66ments sommes appeals, chers collggues, a
fournis par los plaideurs. Daus ce cas le fire application de la loi, A fixer la
judge n'a rien a se reprocher, sa cons- jurisprudence, it rappeler les tribunaux
science pent-etre tranquille. inferieurs au respect des regles Iracies
Messieurs, en acceplant, apres beau- par le 16gislateur. Comment asseoir i .-
coup d hesitation, la haute function de lidement notre auloriti, comienlt I'im-
president dIu tribunal de Cassation. je ne poser anx antres, si nois sominims les
me suis dissimuld aucune des difficul- premiers a donner l'exemple e de l'inob-
tes que j'aurai A surmouiter. Je sais ce- servance des lois ? Le codede procedure,
peoilant tout cequi me manque. IlabituA la loi o rganique out fixi des d6lais
a faire de l'accomplisseinent sans rd- Pour l'instruiclion tc, le jugement des
serve du dvoir la r&gle absolute de ma affaires. Efforcons-nous de les obser er
vie, j : ne nigligerai rien pour (ie ce routes les fois que cela n'est pas abso-
tribun I conserve sous ma prEsidence lumenl impossible. Et une fois I'hlibitude
toil son prestige. .1'anrai !onj ours sous prise d'etre a jour, de ne pas lai seC le
les yeux I'exemple de mon imminent prd- travail s'accumuler, nous serons tout
decesseur. An surplus, c'est sur vous, surprise de nous apercevoir combien nolre
\Messieu;s et chers colleges, sir vous besogne est simplified. Et nous aurons
surtout qie je compete pour m'aider. de plus la silisfaction du devoir nccom-
L'accueil bieiveiil;nt et cordial que m'a hli. Sur ce terrain, nous serons, j'en
fail, en votre nom, mon excellent ami, siuis stir, toujours bien d'accord et bien
Mlr I.1 vice-pri'sident Baron, i n'est un sfir unis pour le plus I 'nI bien des jusli-
g;rant que je trouverai ici les conseils cables, pourl' plus grand prestige de
et le concours qui me snnl indispesa- co tribunal.
bles. Jc ne compile d'ailleurs parmi vous o -- -
que des amis ; pour ipnI'lnesuns meime, -
celle amitli reinoite aiux premises oan- La Catastrophe du 8 A;.1it
nees de notre existence, ia L'poque dI- L
jL bien lointaiue oh nos udiios uiiou su Le Prdsident Cincinnatus Leconte vien'
les basics du Lycee Pdtion les 6imenls de disparaitre dans une catastrophe effro
des connai~ssacles iua~ines Ellre i' able. Le 8 aclt, vers 3 hirs 1/2 du ma-
des onnaissanesin, le Palais National, o se rouvi
faith quo se developper avoc le temps et -e ddposde une grande quantite d('arlmes et
fortilier d'une estime rieciprloque. Le de poudre, a laitexplosionI, dcrisant sons
contact joirualier q.e nous allons disor- ses ddcombres en leu le Chet dc 1 Etat
mais avoi: eiisemlile ne peut que main- et des celitaines de soldats et ,oficiers.
tenir et consolider cette heureuse situa- Accident on crime ? II imiporte qu'une
tion. Depuis quel lue temps i'on soi enquele severe vienne le dire et a bref
plaint beaucoup de la lenteur que nmet lo dilai, La conscience national le rclanme
tribunal de Cassalion A jugner les affairs impidrieuseente. La douleur est immense;
elle dtreint Lous les caeuis.
qui lui sout soumises. On peu, je croi,elle re houses c
expliquer cet dtlt de choses pai les dit- L'ceuvre que le Prdsident Leconte a su
ficultls de ces dernieres anndes. Les ju- accomplir en morns d'une annde suffit
ges n',at s pa d r fait emeul, pour lui marquer une des plus hautes
ges n nt pas paysd leur Iraitemei places parrmi nos lhefs d'Elal. Ce n'est
n'..i-.. nt un peu leur devoir. qu-e pas le moment de l'appr-cier conume it
voule-vous ? il fallait couuir apres le Ie faut; notre affliction est trop grande.
pain de la famille. Et comment, en cons- Nous ne pouvons a cette here q;re
citnre, demander i un homme de se consigner, en y applaudissant, le choix
livrerau travail, a un travail non retri- judicieux que I'Assembl6e Nationale vient
bud, quand la faim est a son foyer ? M ais de faire du Gal Tancride Auguste pour
les temps sont heureusement changes. succdder a l'illustre ddfunt.
ta situation faite aux judges, sans 6tre




1P, Y >mLx:Lm*.r7v lex


Dans 'article intitue6: en Cassation,
1r- page, Ire co loiinC.- Au lieu de : je ne sais quelle scvrriti ': lire : qudlle scriniic'
2' page, i' colonne.-- lire: sont arrive's les premiers: F. Berlnadin, chef du cabinet
parliculier.
2e colonne, lire' prit en'siiic la parole.
30 page, ire colonne, lire: contours ind6cis et :.- .. ; -- pret,au besoin It rappeler,
etc ;-- quelque pincei sios-rirne;- les attendait pour ouvrir la
SCtllCC
2e colonne, lire:- on reti/a enchantd;- puis, viA le tour, etc.
Dernilre page, Ire colonne, lir: pour assishlr a
2C -0olonne, lire: it fallut nmettre l.i;; on peut dire que ce people, etc.


page 153, ire
20


page 154 ire


Ians le discours du vice-president Baron.
colonne, lire: sur ie front dc son bata:llot i ai:ii.
colonne, lire: coinpidg par la rectitude: -Ie jeune Lechaud dt airt cimt'
d'emblec: --- e pe: vous dire combien je me bornerai a vous
dire;-- au Pi' i.lesie o Salomon.
colonne: lire: c'est-t-dire en i: ..,-quand ii sortit de son dernier mi-
nlisti'; Haiti doit beaucoup af Mlonsiemr Lechaud; Le pricep.
teur aurait \oulu nous continue etc.












REVUE
DE LA

SOCIETY; DE L-EGCIiSLA.TIOITP


La Sociit de Legislation

an Palais Nalional.


Le 2 Seplembre dernier, Ia S( cidld
de Legislation a Wti requc par S E.
le President de !a R&publique en
audience privie
Accueillie avec une remarquable
bienveillanci, la Sociel6, en pri'scn-
tant ses ho:niniii ,l anu Chef de I'Elat,
lui a dit quelles esperances elle e-
tablit sur son administration, et qiels
rdsultats elle attend de son palriotis-
me eclair6 pour instaurer (lefinitive-
ment, cnie aulres principes, le res-
peel des lois qui esl I'une des primn-
cipales conditions du bien-etre nation
nal.
II nous a et6 Iris agr6able d'en-
tendre confirmed nos espjerances par
les nouvelles et fortes as.i' ai rn:! q(i
nous a dlounwcs S. E. le President
de la leppublique, qui a bien voulu
nous demander de conlinuer -notre
coincours au Gouvernement dans 1'd-
laboration des projects qu'il croira
utile de soutnettre a notre exainen.
Voici l'allocution quiia eie adiesscde
au ?Prsident de la 1lpublique p;ir le
lhsident de la Socia'6, Mr. Loui, Bor-
no :
Monsieur le Prisident,
La SocilIe de legislation est heueu se
ie vous f6liciter et de feliciter le Pays
tout entier de votre dleclion a la premiere
Magistrature de l'Etat.


L'Assemnble Nationale vous a choisi .
une here de poignante anxiete patrioti-
que. Vous n'aviez Jerri6re vous ni armee
ni part politique organs ; vous vous
ites neamnoins impose a ses suffrages.
Vous vous etes impose par l'6clat et l'au-
loritl de vos services politiques, par votre
claire intelligence des besoins de la Na-
tion, par vote energiCque vouloir, alfirmd
en des circonstances capitales, de rdali-
ser l'ordre, cet ordre indispensable an
progress.
Une dlcction d'un si haut caaractire ou-
vre les coeurs aux plus vasles esperances.
Elle oblige, eu ninme temps[, tout ciloyen
de bonne foi vous prttCr son aide,
quelque modest (qu'elle soit, et a rdpon-
dre ainsi l'appel assurminent sincere
que vous avez fait (( tous les concours, de
queique cold qu'ils viennenlt
Et c'est pourquoi, Monsieur le PrIsi-
dent, la Sociele de legislation, qui vient
vous offrir aujourd'hui ses voux (IC plein
e! entier success, s'estimierafavorisOe routes
eIs fois qu'il lui sera lonnd d'tlre iutile
a vote Gouvertl'(menlt, convain';ue qu'elle
sera, p.lr la inime occasion. (iiemIiuiiient
utile au Pays.



Dl regime lect0oral hiitiii
I
Dlhpuis la lellre-circulaire pa; la-
quclle le Gn6dral Heury Clrislophe in-
vilait ies autorite s militaires. 5i convo-
quer les premieres assemblies primiaires
d'Haiti, les operations l6ectorales n'o.it
pu jusqu'ici donner un sullaL bien
posilif : elles sont ou insuffisantots ou
anornales coinme en 1902, par exeOm-
pie, lorsque L'urne 6lectorale, *ivec una


2 le ANNPE, No 18 & 9.


POR[T-AU-PRINCE


SEP'TEMBRE-OCTOBRE 7912









160 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


vaillanle insouciance, accoucha de deux tons en etat d'y exercer leurs droits ci-
ddputfs-jumeaux, sans vie. vils el politiques.
IndLbitablement, il doit exisler dans Les lists d'inscriplion n'offrent au-
noire legislation Olectorale, un vice de cun moyen de repondroe a ces questions
couformatlion on autre ddfaut organique. qui, tianmoins,touchent a la 16galit6 com-
Un court examen fait daus cette parlie me a la morality du vote. II n'est un
pourra 1 ious edifier. Observons d'abord secret pour personne que ccs listes out
a Port-au-Prince, ville Capilale, corn- maintes fois donni lieu a des recrimi-
mnt cela fonctioinne. nations passionnies, out 6te accusees
La population de Port-au-Prince, de- d'etre enltcheesde fraudes ou d'irrogn-
puis 1870, (1) n'a jamais eti~ infdrieure larilts.
a 5,0010 aines ; cepeiindan, aux 6lec- Malgi6 cela, les eirles d'dlecleur nP
lions g't1drPales, celCe population (lui sonit pas moiis delivrdes i la demand
devait pr6senuer an moins 8.001)t 0lc- des inlrcess(s, celle imilice qui. Fsoi la
teurs, (1 /G),n'a jamais reussi ;'i n i'airce conduit dle leus ch fs de bouquement,
voter plus de 1200. rest canmplc ux abords du local chli
Est-ce indifflrence de la p;rt des ci- si pour les elections.
toyeus? Ils r:manifeC( tnt toun, an con- Voila. vu i'n racorrci, comment s'op6-
traire, un grand souci I)ouL Ics rdsulat, re non pas scuilimnent I Porl-au-Priiica,
dlectoranx ; imais ai loi n'ayaut prcscril m;iis dis toutei Ics autrps villes d'Haiti,
qu'un bureiu par cicricoiscL'iplio n, miHt ce ique 0nus applelons tine (leclion poli-
positivemeiit tn invincildle olblarle ce tiquce.
qus plus de 500 ('ltclc irs y |Iui'seul 'il- ILes thde' cuosilds dte la loi, qlui sont
ler, dians I'intervalle il'nlcll j(nir e, dr- 6vidliites, nous parnissent d'aulaiit moirns
poser !eurs votes. II s'ei suit (lUie des ci- excusables qu'cl hs soil en contradiction
toyens, dont les professimns s''icconimo- avc le dir il public liailien.
dent pen :i ces lentiens, ;'o voienl Sur qnulle base done repose notre r1-
forcus de sacrifier leurs bulletins, letr gime electoral ?
droit 1lecloral, au devoir iunoi'ralif de
leur itat, el mnme au droit itprescrip- 1. Base de notre regime
tible qu'a chaeuI n a l'existlince : Sac vide electoral.
pas campde debouitt.
Ainsi, ';iule d'avoir prevu Ie cas, le La base de nolre regime electoral se
legislateur haitlin a provoqu6 I'absen- trouve dans la Constitulion de 189 qui
teisme 6lecloral; d'ui provieni I'aiiumnie reproduit les p-inicip'les di-los lions des
d(s organs, constituds a Porl-au-Prince conslilutions anIt'ieurn' relatives A ce re-
par une ninorild de 1200 tli'cteurs qui gime. Voici [ls dispositions
daus ia mime pcriode, violent chacun
pour Irois Dfputes. 1o
Douze cnits Mlecteurs c'esi peu. En- a Tout citoyen Ag( de 21 ans accom-
core que ce chlifle ie so;t pas loujours plis a le droit de voter aux assemblCes
constail, el quj'il n'alteigie jimais, se- primaires. s'il est propridlaire foncier,
Ion la loi, le quorum suffisant la va- s'il a l'exploiiation di'une ferme don't la
1 nation d'un scrutiny, on doit encore se durce n'est pai mnindrie de cinq ans,
demander si tous ces electeurs onl lenrs o s'il exerce une iprofssion, un em-
domiciles A Port-au-Prince, s'ils soul pli ou une dustie (r.

(')La population port-au-princienne s'est "Le nombre des representants sera fix6
accrue de benucoup depuis cette 6poque. par la loi en raison de la population de
Elle n'esl pas aujourd'hui au dessous de chaque Commune.
80.033 times --- inddpendanmment de cel- "4 Jusqu'a ce que i'6tat de la popula-
le de la commune qu'on estime appro- tion soit 6tabli et que la loi ait fixed le
ximativement a 200.000. nombre de citoyens que doit represenler







IEL UE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 161

chaque d6putd h la Chambre des Cor- sont pas eux-nmmes comptables des er-
munes il y aura trois repr6sentaits reurs que I'usage a consacr&es.
pour la Capitale, deux pour chaque chef- Et les bureau 6lectoraux qui se sou-
ieu de DNparlement, deux pour chacu- metteut ai cetle legislation, n'auraient
ne des villes de Jacmel, de Jdr6mie, el pu faire autrement, a moins qu'ils n'eus-
de St-Marc, et un pour chacune des au-j sent consenti A singer quinze jours au
trees oinues art moins pour 6lire un d6put6e raison de
So 500 votes par jour.
Toutes les elections se font a la ama- Quionz joirs piar 61ire un seul 11pu-
jorit6 des sutfrages et au scrutiny secret 1 n'est-ce pas encore ine anoialia ?
Start. 153 Et quan I on songe qu'il suffit d'nii

C'est tout, et dans 1'ensemble,- bien jnurnite i une ville come Paris, ville
que les mols capital, villes et communes de trois millions d'habitaits,pour mettre
confus6ment ernploy6s par le L6gislateur au monde plus dune ving!aiue de ces
jeitent certain trouble dans les esprits, mandataires du people !
il ne sanurit exister d'equivoque en ce Enlin disons : perte de temps et
qui regarded la qualilt di citoj en, anomalies,e'es en quoi se risi ment et
importance relative des lo alits et les se rdalisent les opdraltons dleclorales
quorum electoral. d'Haiti. Cette constation suffit done
quorun Olectoral.
II est done contraire au sens ration- pour nous d6cider a demander la
nel de la Constitution le mode do revision duun loi impraticible et de-
votalion qui tend a etablir, et, qui pois longlemnps tombnh en desuetude.
en faith, a djia 6tibli trois categories d'e- Si 1on veul sincremient s'engager d.ins
lecteur, dans le pays : lo L'electeur d' cette voice, les mttLodes ne nous front
l6re classes qui jouit a Port-au-Prince, ps defaut. Nous pourrons ce popos
du .iti .-, de voter pour trois dipu- voir ce qi se passe en France, pays
t1s ;' 9 L'dlecteur de 2e classes, qui, at. sI les insltilions duquol nou aimous
CaiH-Hailien, aux Cayes, A Jdremie, Jac- a nous modeler.
mel, :Ic, vote poni dueux depulis ; 'o A sure LEGITIME.
enfin, i'elecleur do 36me classes qii dans
son collogue ne peut jamais voter que
pour un seul ddputd.
Le caractere anliconslituiionnel de
de cro ie atit a p(nil ls i fl I (1 YVR 1
nolre rgime l elctoral l vilitable J UESIO SiIU i U E
a;noimalie, d'aulanit plus rdvoltante rqu'elle
se coniplique des effets d'ine faussc in- I ll l i i r
terpritalion de l'article 153 ( Toules lesi a_1 !L i.-
eleclions se font la majoriid des sulira-
ges etc. etc. Quand les sujels o toinans, fryint leur
Pour qui sait ce lque veut dire As- pattie, iiers6clut de routes parts, out
semble primaire, cot article n'a pas be- commence a aborder nos rives hospita-
soin d'6tre comment. Cependalnt it la lires, ils 6laient accueillis par unl senti-
faveur de I'interpr6talion generaleimeuii inet g6ndral de piti6 et d: comniiiisira-
recue et consacree, les bureau bletcto- tion.
raux se croient tous aulorises A pro- Vilus mis6rablenent, les uns deian-
clamer, come r6sultals de scrutiny. dant fra:nchement I'aum6ne, d'autres ven-
le nombre quelconque de bulletins dant de faux bijoux, ils s'en allaienl, se
lu'ils out pu recueillir suivant le emnps repandaieni danlslesvilles, danslesbourgs
employee la rotation. et dans les campagnes, se reijuissaut eu-
Hatois-no'as cependant de le dire : tre eux d'avoir eulin trouv6 la Terre pro-
cuotume ou convention lait loi. mise.
Les b6ueficiaires de cetle sorte de loi ne Nul ne pouvait alors soupconner que








162 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


la colonic uaissante qci v'vait dans une
promi-coil6 d6goutante, se couch,1nt par
gropes de dix a douzo dans ine scule el
mime chambre, et qni so conlenlail, d'oi-
gnons criis pour ses reoas, devait cons-
tituir plus tard un danger pour Ic com-
merce national et meme pcnr la securitet
publiquie.
Quanl,, grAce a co regime de privalions
extrimes,ils eurent "icculmonid, (lui I' pro-
dnil de lers anmones, qii les giins re-
alis6s d;ins Icur commerce de chryso-
cale, ils onl insti lu, un svndicat corm-
pact ;vec de: r'epri'lnllans d6ldguds dans
tous les ports de conImmrce en rappoitavec
Haiti.
Abjurant sur in terre 6lrang&"e 1'espril
de haine et de division qui a canusl lenr
dispersion, ils se sont nnis dains n mn'me
sentiment t eloit ooganii' une force ld'ah-
sorption tolle qu'ils dev;iec l ;tI riverr i ex-
nloiler A leurseul profit I'une do nosprin-


lions de fin d'annIes, de credits A long
terme, et enfin de tous les avantages
qni soit de nature i diminuir sensible-,
ment le prix do revient de la marchan-
dise.
Do li cetlo prospeiit6 rapid de tonles
les maisois syriennes, cet engouemnent de
la masse qui n'achetail guere qne chez
les syrieos, se soucinnl pen on point de
la qualil6 de lai marchlandise pourvu que
le prix s,:il a l; porite, de so boulsO.
Quand les inaisons inidressics ont coi-
mence 1 s'nii I(nooi r, il Ol;iil ul peu
lird, la pIlcA el;iit conquise.
Qune fire?


On avait bien a so disposition une loi
(qe !'on poulva)l npp!iqner "purement et
simrlneiien: :esl c-lle du 2- oclobre
187(i sur la rIgiO des impositions direc-
it's qui dispose :


t lLes irlngers 'ne sot adinis A fire
Tel est le secret du developpe- s ng ne t a i 'faire
<< le commerce qn'en qualiie de neao-
meren svri ns idabl e l p s e (c cianls consignalaires et senlement dans
mere svrien doans nos ports, et patr suite
I l"ts po i't o versits .(ar 8)
leur invasion continue dans le pays. ol t m o i,il y a encore ne a
Dliins la mnime loi,il y a encore lne au-
Ire disposition d'apris laquelle: o Les
ci dirangers ne peuvont exi rcer nucune
Comment, en effet, les commercants < industrie qu'en verlu d'une licence du
auraient-ils pu r'isiIer In comr bin;aison a Pri sid ent d'Haii ( lir. (6
( Pl'si:'nt 'Hai ti alt.
imagine par le syndicate syrien pour Done, former les m;iisons de delail de
accaparer notre march? toute la gent ollomane, lui refuser la li-
Tandis que lecommercehaitien setrou- cence pour ses masons de conigination
ve sous la dependance des conmmssion- constiluaient la manibre la plus exp6di-
naires, don't I'intervention a pour ollIt live de rigler la question.
sinon de diminner le b6nMdice de I imi- Cependant, il faiul croire que l'on avait
portateur, mais d'accroitre dmnesurimenit pris i celle 6poque quequllue ;gremenlt
le prix de la marchladise, exx, les sy- coilpliquer la situation. Car il esl diffi-
riens, soni r6gis par une vaste associa- cile de concevoir an10 leIur qualile de pro-
tion, qui s'elend de par le monde, et 16g6s francais riotlgoaii en minme temps
qui. represenlee par un syndical, con- la colonies des levanlins conilre l'ex6cu-
fond tons leurs iuter6ts dans ute e6roite tion de la WIi de IS70, et cela, en admet-
solidarite. lant nime que la !oi faile centre tousles
Tandis que l'importatenr hailien se eirangeris no dlt 6tre execidee que contre
preoccupe de bonne foi de la quality des ces levanlins.
miarchandises, tandis qn'il a des frais A la v6rild,qu;ind, en Haili, le Pouvoir
g6ner;ux souvenl excessifs, lui, le syrien, Il;xculif, compose de sept personages,
u'apprecie que le bon marclhedes ar- lesquels sont dominos par un senl,
tiles commandos, reduit les fr;iisi gen- ne veut pas execiler les lois, it n'y a
raux a leur plus simple expression, bd- rien i fair; elles ne sont pas execuletes,
n6ficie des venles de stock, des liquida- A moins que les intjesses ne descendent








REVUE bE LA SOC1ETE DE LEGISLATION 163

dans les rues, ce qui est autrement dan- publiqne. II n'dlait pas dans leurs interd's
gereux. qu'ils fissent plus nombreux, et il nous
Or, dans celte question, ce qu'il 3 a important peu, I no1us, quo ler nombre,
de plus kdifiant, c'est que, nyant vu le o'augrncutit plus. Cc qui nous intdres-
Pouvoir Exdcutif fire le mort aol tour de sail evidemment, c'dtait une disposition
l'invasion syrienne, ayant constant, qur'il radical qui ieur iuterdit le droil de sd-
ne so souciait pas de 1'exdcution des dis- iour, charbonnier lautii i .ilI chcz soi.
positions de la loi en vigueur et qui lui Chacun sail, on effet, que ce droil d'in-
permptlait de nous ddbariasser des sy- Ilrdire le sour exisle de Iou s s temps
oien4, des esprits tris avisos out rCllechi ot dansos to s pays sousI la fornue prati-
, t s" sont dit: faisous uiine loi.... contlre ie de l'expilsion.On ,iut iiime dire que
les syriens. c'esl lI sent droit dout nous salhions user
Ei la loi 61ail fail. Toutes nos maiuons a tori cu a' rai.on,sals qu'aucune puis-
de commerce exullaient. Vous croyez stance "Ait jamais pens6 A nous en deman-
que c'tlait li un rdsultat? Ce n'6tail der raison.
qu'une loi de plus! D&s qu'un dtranger passe pour se ire-
ler 'do note politique on qile ses allures
I' d evi ,in ene tsi specter's, iimmddiate mentsort
Quelie dlit l'aillours l'6concmide lo a un ardle aninsi concu :
loi du 13 aoit 1903. <( Consid('rranti (u'un Elat souverain a
Trois dispositions en ressorlent el, onl It drot d'xpulser de son te' ritoiro
dId 6videmnment les seules dout so soienit les individus nuisibles, etc.....
preocecdp Ils dgislatoeurs de l'epoq(ue : Pour1uoi ne pouriious-nous pas em-
Arrditer L'iinmigration syrienne, iunlcrdile player la mOrne mesulre conIre ccax qui
le commerce de tail 'ceux qli avaint troiulent ioiro cominirce intcriour ?
deja conquis droit dle cit, et onlin iprcs- Nous lions done armnes bien avint la
cri'e un dulai de sdjour A flu de natura- loi de 1903, ion seolclntenl cont'e lirini-
lisalion. Toutes leI autres dispositions de gralion syricnie, mais ncorc et surloiit
la loi sont relatives aux sanctions pQna- coirre leur sdjour' dans le pays. Mais
les 6tablies centre les fonctionnaires qui encore une fois il a fall une loi pour
ne prdleraient pas la main a son exicu- rappeler les lois exislaltes, el nous l'a-
tion : magistrals colmmntnanx, comman- vons faitc.
dantsde commune, direrceurs de dounine,
etc.
Tels sont, les points d1 vue auxquels La deuxieme disposition do l' loi, la
o; avait cevisag6 alors la question sy- plus itdlressanto assurei'nent est celle
rienne. (q"i interdit au coniinerce syrien la venle
Assurenent, coux que la loi pretenrdail au detail.
ainsi lteindre auraiont eu mauvaise grace ( II ne seran isorminis accoired par le
a s'en plaindre. Car vous allez voir qur President d'llaili aucune licence a un
leur situation n'i6ait guire modifide de- syrien pour fonlder on autre 6lablisse-
puis la nouvelle loi. Ient commercial que celui de negociant
Et d'abord arreter i'immingration sy- consignataire (art. "2)
rieone, c'&lait du minmecoup prendre les Un home d'esprit disait un jour
inldrits densisons syriennes dida eta- qu'il cons restait une derniere loi a
blies dans le pays et qui voyaient se li- fire, c'est celle qui obligerait A exdcu-
niter la concurrence que des maisons ter loules les lois precc ntes.
rivalesviendraienlleurfairep!iisquP,d'ail- Eh bien ce conseil a did admirable-
leurs, la loi elle meme les autorisait h ment mis en pratique, sinon a l'cgard de
blneficier de la licence pourleur commer- touless l lois que nous n'avons pas exd-
ce de consignalion. cuties, du moins a I';gard de l'une des
Or, f ce moment-li, les levantinsavaient meilleures dispositions de limportante
ddja envahi les deruiers ports de la Rd- loi du 24 octobre 1876.








16.* REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

Comment! Vous avez prescrit daris serla licence aux maisons syriennes.
I'art. 8 de celle loi que : les strangers Car, en supposani qu'une classes de mar-
neseront admis A fire le commerce hands, les detaillants, ectssent Irouv6
qu'en quality de n0gocianls consignatai- leur compete dans I'execution de la clause
res et seulement dans les ports ouverts.)) qui ferme ce commerce aux syriens,
Et quand, apres vingt sept ans, vous une autre c!asse de marchands, les n6-
avwz constat6 qu'au contraire les dtran- gociants consignataires haltiens, dem-u-
gers ont tdW admis A fair le commerce reraient exposes en vertu dela loi meme,
de d6lail dans les ports ouverts et fpr- A la concurrence des maisons de con-
m6s de la Ripublique, au lieu de recla- signation syriennes. Et come on l'a vu
mer I execution de la loi, vous ne trou- dans la suite, c'6tait la mort A breve
vez rien de mieux A faire qu'une non- echdance. Pourtant I'uae ot I'autre calt-
velle loi ayant le meme objet. gorie de commercants mdritent i un
Bien plus, ayant reconnu qu'une pres- meme degree la sollicilude de l'Elal.
cription de la loi n'. pas te1 observ,ye L'exercice du commerce en Haiti n'est
conlre tous ceux qu'elle visait,vous vous pas, come on serait tent de le croire,
empressez d'accorder un bill d'iidemni- un droit absola pour I'diranger, mais
t6, en re6ditant la meme prescription, bien I'eftel d'une simple autorisation
mais contie une seule cat6gorie d'indi- que le Chef de 1'Elat accord, dans l'in-
vidus. tlerd de l'Etat bien entendu.
.Mais alors qui est-ce qui vous garan- < Les etrangers ne peuvent exercer an-
tira coutre I'inexecutiion de cettederniere ( cune industrie qo'en vertu d'une li-
formule de prescription, puisque vous u cence du Pre6idlnt d'Haiti.)
otes si accomodaut ? Cetle licence ne servira que pour
11 faut reconuaitre d'ailleurs que cela l'anneo oil elle aura e6 accord6e..
n'int resserait pas beaucoup le commerce 11 va de soi que s'il plaisait an Pr6si-
de detail haitien si, en le prohibant aux dent d'llaiti de ne pas accorder la li-
syriens, d'autres maisons elrang1res se cence a ui stranger, on bien s'ilpense
subsliluaient a eux, ainsi que vous leur que lEtal n'y a pas inlrt't, il n'existe
en donnez le d'oit ? II s'agit iu con- core lui aucun moyen die coercition.
Iaire de proleger le d6tadllant haition C',est encore l un acle de souveraineld
non senilement conitre les syriens, mais national.
coulre la c tnctrrence deranuere en ge-
pra l, Alors quoi apris avoir reconnn dans
Donec, mene a ce point de vue dui les considerants de la loi ie 1903 que
commerce de detail qui cst le plus int~- [a prTsence de l'lement syrie dans le
ressanl, la loi du la Aouft 1903 a fait pays pout 6tre la source de graves dan-
failite. gers ; que la nfaion ni en tire aucuni bd-
Ce n'est pas cependant que l'efort ac- 'icice, etc... Vous coiisacrez dans la loi
compli a celle epoque pour trancher la que cot element uuisible peut ndanmoins
question syrienne no sort pis adtiirable: I bdeficier d'une licence commercial du
mais les meilleures intentions, quand Pi'esident d'Haiti.
elles veulent se traduire en acles, sont II me srmble, au contraire, que la
susceptible d'aboutir c des rtciislats ne- consequence logique des consid6rants
gatits. Et cctte fois, malg! 6 l'enlhousiai met de la loi devrait 6tre de relirer aux
qui a preside au vote de la loi, c'est par maisons syrienues le benefice de la li-
un excis de moderation qu'elle a pIch6. cence. Que si l'on ne voulait pas dimi-
En el'et, de meme que l'Ex.fculif in uer ainsi le privilege du Chef do I'Etat,
pouvait, ainsi que je I'ai dit plus haut, ii eut 6ld prfr6rable sans consacrer au-
empdcher l'immigration des syriens, et can bendtice en faveur des syriens, faiire
mome leur sejour par des expulsions en des voeux pour qu'aucune licence ne
masse, il avait le droit et le devoir,puis- leur litt accordde. La question aura t it
que la question etait si tendue, de refu- ainsi reglde, si telle 6tait la volonit de








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 165


1'Execulif qui seulapplique les lois et de- naturalisation ne peut itre, et n'est en
livre les licences, reality qu'une planche de salut pour eux,
le jour oi vous voudrez execuler la loi
de 1876.
La troisieme des dispositions qui do- Done ici encore le remide est pire que
eminent la loi est celle qui regle la natl- lo mal.
ralisalion des syriens en leur prescri- **,
vant un sejour prealable de dix ans. C'es, videmment par amour de Part
Quand celte loi a 1t6 promulguLi, il y que e me suis mis Ai examiner par le
avail ddja. d'apres mIme l'nn des con- menu la loi aulour de laqutn lle on a fait
sid6ranis, une quinzaine d'annecs depuis tant de bruit ot dont on attendai la so-
que les premiers convois do syriens Wllion definitive do la question syrienne.
avnient d6blrqnu dlans le cavs. C'est on inrmee temps pour deimontrer
L'invasion avait 6t s ins di-continuer; qne si Aile n'; pas cid exdeutec, si do
e'6tait par masse qu'ils arrivair nlt Iar temnp; n teml ps, e!lI a 1 le i-;i',. coll
chaque navire. De so le que au bout do u falionle pour elFraycr coux conlreq(ui
cinq ans its avaient 1,'i occupy les der- el!e etit f lite, et pour ore l'oljet de spe-
niers bourgs el quarliers do hi Rpn- culatlons honolusos, son execiition n'al -
blique. Les Irois quarls de la colonic rjait pa s non plus proc'r an people
pouvaient done lO'nefiier dol In naluira-n- aiein les ayanilgog qu'il en altendait.
lisalion I'dpoque do la promnulgntioon El cola est si 'ri qui'; celot here oil
de la loi. Quant aux autres, ils seraient nous pouvons consider la question
quitles pour altendre. combine laont rdsoiue on touit iq moins
Encore 1i, le but do Ia loi n ponrrnit s 'ur Ie point do 1'ilre, il esl ni-' tde cons-
itre attain I, puisqne dt'aillcurs ell esl s n lator que ce n'esi p:s I la loi de 1 (30
parfaite conlradiclion avec ses cnnside- ilue nons devons celte solution. ('est
rants. d'aborid i l'application de I'art. 8 de la
II s'agi de savoir si Iossyrions lou- loi du 24 oloibre 1876, don't les dis-
jours d'apros la loi common M oIlment positions out 6t6 seuleinent rdpild1(es
ethnologique eo au point do vue de lenrs spkcialement contre les syriens par la
tenda:ncs A absorbers I'intirit national, loi de 190Y3.
sont u daingereux par leur nombreh,,s'ils C'est ensuiit aux refuse d'octroyer des
t no rendent aucunservice AI la nation ,, licences commercials aux maisons de
si K aumnee Lfuion n'est possible, enltr coNosiguation syrienne, anx refus de dd-
leurs mcan s t( los nO!res etc, etc. liver Ids actes do uial:sur alion.
Or, vous avez alleste loul cela dans El, c'est enfin a l'exorcice de nore
les considcrants de la loi. Et cependantt droild souverineht n>rioa le, en em-
a ces mimes indivivns avec lesquels pichant les syriens de debarquer sur
aucune fusion n'est possible, vous con- notre sol et en les expulsant.
firnz le bnerfice do la naturalisation, Mais, par dessus tout, nous devons
au lieu de e rendreirrealisable, prati l'exdcilion de ces msunres, non Wscle-
quement au moins, puisque, en droit, ce ment aux excellenton dispositions du
h6n6fice exisle A guard d de tons les dernier gonvernemeit, mais a la volon-
elrangers. It inibranlable applique a cello ques-
Pensez-vous par lasard que cetle fusion lion, lesquelles dispositions et volonie
deviendra possible par Ie seut eflet de la se continent heureusement l heu re
naturalisation ? Pensez-vous que natura- actuelle.
lisps, ils cesseront d'elre de la race don't Tant il est vrai que pour bien admi-
I'inslinct esl contraire a vos. inlMrels, nistier, il n'est pas aussi ulile de mul-
et qu'ils front desormais le commerce tiplier les lois que de bieu executer
de dMtail dans des conditions plus favo- cells qui existet deja dans l'a rsenal de
rabies an commerce national. Mais c'est notre 16gislation.
precis6ment le contraire qui est vrai. La DENIS St-AUDE







166 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION

mC n *-,n :d'un vice quelconque l'eleclion du PrIsi-
0Comm entire dent.
aftnQ'fHtftn' i Au lieu done du dMlai, inulilement
l imnperalif de a dix jours au plus tard )),
( extrails ) il etil mieux value employer I'expression
imnmediatement de la Gonslitulion fran-
L'Article 93 (1 ) aise, expression qui, tout en fixant avec
Encore plus d'energie, I'urgence du de-
somw.AIinE : voir de la grande Assemble, laisse place
CHAPITRE 1 De la vacance prd-& neanmoinsaux circonslancesaccidenlelles
sidentielle 3. La decheance normal, prIvue au
a De la dnree des fonc-
tions de Presidenti ,ext', est celle qui est prononcec par le
S111. Des Sccrelaircs d'E- Senat erige en Haute Cour de justice
tat en functions de ( irt 109 C'est a la date du ddcret de
Pouvoir Executif decheance que s'ouvre la vacance et que
,, nait pour les deux Chambres I'obligalion
Chapitre I.- De la vacancy pr'di-, de se reunir.
denlielle "
Jd. Oi s'est demand si la decheanc3
I.-Trois cases mettent inl au mandate ne resulle pas tout aussi norinalemieut
du President de la Republiqui : la mort, du ddcre d'uine revolution triomphanle,
la dhch6ance ou la idmission. et cela par application du 2e aliuia de
2.- La mort Elle ouvre de jure la l'arlicle 193, d'apr6s lequel la Coistilu-
vacatice et impose ia 'Assemblhe Nalio- lion est (conliie au patriolisme,au cou-
nale l'obligation de se reunir a dans rage des grands Corps de l'Etal el de
les dix jours au plus tard dit I'article tous les citoyens.)
64, pour procider A\ la uouvolle 6leclion On voudrail voir dans celle phrase
presidenlielle, Celte reunion a lieu avec theAlrale, renouvelde desanciennes Char-
ou sans convocation des Bureaux, en tes de la Revolution fraunaise, une simn-
cours do session, on du Comi6l penrma- pie variante, ioins jacobine en la for-
ncnt, hors session. me, du celebre ;article 35 de la D6clara-
Disons !e, dts maintenant, le delai de lion de 1793 :<< Quind lk; Gouvernement
dix jours :e siguilie ni ne saurnil signi- viole hl droit du people. 1 insurrection
fiber autre chose que : le plus i6t possi- et, po:) le Ipeutpl1 el chlrque pot'lio: du
ble ; ce n'es qu'un desideratum, uu de- people, le plus sacr6 et le plus indis-
voir moral et patriotique ; aucune con- pensable des devoirs. D
sequence jiridique ne pouna:t rdsulter Je ne crois pas que celle Iheorie, qui
de ce que les Clhanibrs se s-raient ri a a 61t'ise a nu!re Ecole de Droil, soil
nies apresl'expiralion du lerine; il se- serieusement soutenable. L'insurrection
rail absurd, en cfTel, tie Iui rtleere quo est, i coup sor', 10otre rouage politique
cc rela:d detruii on allure leur caira- essentlil ; mais ii lui manque encore la
tire de haut col!eg el ecloral et eltache consecration du text ; bien qu'elle soil
e colnginilale note conslitution do peu-
1 ART. 93. CONST. a En ens de mort, pie, elle n'est pas jusqu'ici revenue un
de ddmission ou de an de (chi dun Prcsi- caton de uotre Conslitution ecrite; et
dent, celui qui le replace est noinmm ce 'est pas de la rhleorique vague et
pour sept ans, et ses fonclions cessent d6clamiloire de i'article 193 que !'oo
toujours au '15 mai. alors mine que la pou-i li ter le droit de I'appel aux ar-
septiime annee de son exercise ne serall mes, lorsque des textes precis Ont prevu
pas r6volu. l
Pendant la vacance, le Pouvoir Execu- el prni ce pretedudroit.
tif i st exerce par les Secr taires d'Etat Le Code pdnal, en effet, ( art 6 et sui-
rdunis en Conseil et sous leur responsabi- vants ) chAtic come des crimes le sim-
lit6 )) pie attentat, le simple complot don't le






REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 167
1
but serait de changer le Gouvernermet 1 Execut f rivolutionnaire exerce son
ou d'exciter A la guerre civil. droit, necessaire el indiscutable, de fixer
Devant la loi, une revolution triom- la date de I'election presidentielle.
phante, quelque just qu'elle soit, n'est 5.- La troisi6me cause prevue de la
done qu'un crime rdussi ; mais comme vacan e pr6sidentielle est la ddmission,
il est admis que, puisqu'elle a triomphi, C'est la un acte purement personnel au
c'est le Peuple qui I'a faite, le crime Chef de !'Et:,t, et qui n'entre done pas
disparait et I'on n'a plus devant soi dans la c lt-.. i- des acles d'admiuistra-
que la manifestation souveraine de la lion publique pour I'efficacit6 desquels
volonl[ nalionale repr6seintle par le Pou- I'arl. 105 r. quiertle contreseing d'uu Se-
voir rIvolutionnaile. Or, s'il est possi creaire d'Elat.
ble do disculer sur les limits rationnelles Par le conireseing, le Secretaire d'Ltat
de celte representation, ce n'est un doute donne validity h un acle du Pr6sident
pour personnel qu'elle comprend, par d'Haiti et on prend la re-ponsabilild avec
essence, pour le Gouvernement ide I' lui. No serait-il pas excessif qu'un Chef
revolution, le double droit, surcon litu- d'Elat, decide a se decharger de l'olTice
tionnel pour ainsi dire, de prouoncer, qui pose sur ses 6paules, eut l'obligation
ou plus exactement, de produire la va- de demander it quelqu'un d'accepter avec
chance presidentielle et de fixer la date lui la responsabilo de ce ( geste ) per-
de 1I nouvelle election i la Premiire sonnel?
Magihtralure. 6.- Si la admission est personnelle,
Qu'on le remnarque bien, je dis que la si clle n'est pas un ace e de la function
revolution produit la vacance ; j'entends vresidentielle it n'en rest pas moins
qu'elle n'a pas le droit, qu'elle no s.- qu'elle ost u acte du Prtsident, un acle
rait a\oir le droit de prononce:r la de- official. I suit de la qu'elle doit preudre,
chance, au sens exact, pas plus du Chef 6tant presented a l'Ass,'enblec national,
de 'Elat que dn dput d'nu s6uateur la for-me officiel!e du Message cousa-
ou rinme du plus humble dcs foniiion- icre dans los rapporis du Chli:f de '.'at
naires de l'Elat. et de I'Assemblee, et non la forme ordi-
La dechiance ost une peoine ( art 109 ); naire d'une lettre (1).
seul, u juge, un Iribunal, peut 1'inlliger. On a, ii est vrai, contestL que la dId-
La puissance jiidiciaire i'apparitioe t i au- mission doive dtre adress6e t l'Assecmblle
cun Gouverneement. inaioiiale; mais il semble indisculable
En p iincipe, le pouvoir d'u(n Gouver- que Ion noi puisse se dimtnllrc tl'ino
nemient rcvo!u io0 lnailr ii i.'i i: tI n manI- lui.o C!ii qi u'enlt les maite-, c ldui
dat excepliounel et tacile du pcuple ; et qui l'a conf'ree (2).Et louteluIs (je r(:vien-
s'il est reconuu que ce maiinlt lout drai lit-dessus), come la CoistituLtinh lie
comprendre le droit de congodier los permit point que I'Assemblee nalioiale
Chambres, d'abolir la Constiluliou, d'e- se reunisse pour d(libirer .sur la di-
xerce;' mime, par voice de decrets, le missionduPresident; commeellene put
pouvoir legislatif, en cas de nccssilt sc reuuir que pour 1lire son successor,
urgtnle el a litre d'ailleurs provisoire, c'est-a-dire lorsque la dPmission est dLja
personnel n'a jamnis songe6 admeltre definitive, lorsque la vacance est de'j
que ce mandat puisse allerjusqu'A pro- produite (art. 64 ) et que I'Assembhie
noncie des a;rrts. Lors (doIQ (npi'a co- n'a plus qu'd en prendreacle, il est, par
mite ou un Gouvernement d 'iisurrection -.
procamelaae decheance d'un Chef d'Eta, (1) Cora, Esmein, Dr. Cost.,p. 431--
ce miot n'a point la valeur juriditqu En ce sens, Pierre, Dr. parl. no 336.
qu'il a dans l'arLt )3; il signifie, rie de (2) Dans la pratique, en France, le Prjsi-
plus, que la presidence de la Iipubli- dent adresse sa dieission aux deuxCham-
que est dLclar6e vasante. bres. L'Assembl6e national se rdunit
Et dis lors, si les Chambres sont main- immediatement et procede au remplace-
tenues, elles n'ont qu'A attendre que ment du demissionnaire.









168 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

consequent, indispensable que le fait de tente. Aya:nt, en sa pleine liberty, consent
cette d6mission soil, avant lout, officiel- accomplir une tache, a y consacrer
lernent consnat par un acte public irr6- son service personnel, non pas dans son
usable autre que IC message A I'Asson- inl8rdl, priv6, mais dans l'int6r&t public,
blhe, nessag0 qui. rdnuit A lui senl, ne lo foactionnaire est, dans one subordi-
serait uonr le moment qn'une simple nation dtroite, lid envers l'Elat; s'll a
communincation,non encore ue et enltri loujolrs, en principle, le droit de se d-
nWe, done annul:blo par le signal;ire. El lier, ancn engagement de personnel no
l'acte public le plus normal esI la trans-! oouvant dtre perplnuel (irt. 1550 C. Civ),
mission rgiulibre, effllc'ive, immidiaile, i ne pent cependant se delier A sa
du Pouvoir ex&ulif an Consoil de S.ecre-' uanlaisi', ad ndtum : l'anloritl de qui
taires d'Etat. Ac rtte flu, le Pr di lent i,- ii lient soa on .lic n, son emploi, mise en
lifiera an Conseil I'ivis de sO d(':ni;sion presence d'une renonciation, a le dro
et lui reinmtlri, pour itre dtipoWe A~ I'As- ~ mnine Ie de,voir d'en examiner, tout
scinblie national, le inessa e adlress' i d'a;ilor, les circonstances, I'opporlunite,
c!le-li (1). Le Conseil, inveoti du Pou :les coi sQieiics inmmlialos. Si cot exa-
voir ExV ulif, signifi'ra sur-le-ch'imp lt mn'a rivle e ute h, une infraction, il
faiM i A n tioW 1ar 1I \inie doi joural of- pourra y avwir !ieu non i d(imission, inais
ficild () C'es! alors, la v' chance nilsi '' rvocatio', lsiltutioin, dich d ainte et
con:tnali ;Iar ui PoI)o;voir rIspoinsable. si cctte diniAsion, mime non prece-
que naitra lpo- I Comit! p'r inaneil (n( di'e d'une fate, e.,t offer a une eheure
Sonat le ievotir do prowir: e I'rrtlit con, la ih n prsece du fnictionnaire A son
voquanit I Asenhlie Na10 tionale (arl. .:i ), pol esl exige p~r I'inlerdt urgent ie
et p ir I s dPi'ut is t sinale rs le do I'Etal, olle peo t dire rMefuse.
voir die e rcunir sans rtclir', iavoc on II n'y a dol;s tout cela, a lIa v6ri6,
sans IrInvocation. i quill- application 16.ii!ine des rigles du
7.- Jo vienis d ir, die que I'Assoe lb'W u' I go* de services el a ssi bien, si on I1
ne p:'. t so rl;nnir pou- d(ili!b irer sur la pr'fere, des rgle's n i mandal, avec cette
demission du Chef de 'Ilut ; fixons c co Wnsid'aiio: special quoe 'obligation
poinl, conlrachio onvers I E!at t1an1 d'inlitirett p a
En droil comninil, Ii demi-sion d'un blic, l'ap)lictlion d.s rigi'es tire de la
fonelionnuirc public n' tl dOriitive m no cara ore supdriear d rigrievr et do
n'olnvie l' vacance' qiu( du jour oil elli' fiorcei impi rative. ,
est accepted par I'nauorit' lgatle cou:.i:- Cependait,- et c'est cc qun je veux
i i ,Ire r en relief,--le Prisident d'llaiti
ecia c a s principes. Sa admission
(1) Ceite pro1i'c re, tn !emps oritinaire, ttL "u or o iiie i ancune decision 'ac-
lorsque 'onht:ionnenlt le. riunges co;nstit -i c- It:t o iu i rf C. II est I fn-
tionnels, est, de la part dl Pr6sid ni, cotton on de reus. II est ie seul fnc-
plus corrieci qi 'ine publiatiion (irecte, I oni aire au ac Mnit.ur n. 11 existed, en elTet, eitre chIrgn l 'hieure qu'il a choisie ; et il la
les grand s p iviris i e; rlaltions nees- pr l"uil a\vat tlnme que l'Assemblee na-
saires. L'e Pr!isidiN nt 1 'H ii c.,rrespond i io-iae do qui il client son election, ait
avec le C'rp)s LIgis;ti-t l'Asscnehli2e nOi -:di instruite du message par lequel il
tinale non point pr ins-rtins iu at M-' renonce au, ponvoir ; mlieux encore ;
niteur ), mais ipr l'organe des Secritai- cel! Assenmble dout, individuellement,
res d'Elat.
t )i., les renmbres peuvent savoir que
(2) Une correct ion Itrs loiable, inspi- cL message lii a 6t6 adrcss6, n'a le droit
ree par le scrupule-.x respect! ( qe se doC Ile s, rvunir pour 6lire un nouvenu Chlef
vent enti'o el Ws tl' ri plL m) L(m\ )jLs de 'I'' 1
vent oire eux les oriln s pydvsse.rs dEil que si la d i mission est deji deve-
tat, oiblgetrdI Ie L,:)Isei | :. a Iresser ijle ,- ,.', 1
noiiicati n sle ci.le nu Coai i p' na- "i- lI il public, labli en dehors d'elle.
nent du Seat dont I'-i ii qu ,1e ro c L est ce qui resort, en efft, des ar-
titutionnel est de convoquter 'Assemiblee: tides 37, 60 et 64.
national en cas de vacance ( art. 3i ). La premiere de ces dispositiois pres-







ItEVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 169

crit que 'est seulement adans les cas pr6- formellemPnt restric!ifs de no're Charte
vus par la Constitution que les deux de 1889.
Cha:nbres soe rounissent en Assemble
national. Or, nulie part, on ne trouve la Louis BORNO
ddmission du Prdsidout indiquee cornme
'un de cescas, limitativement fixes ; mais
I'on y voit figure, en terms nets (arl.
64) la vacance de l'office de President ,
de la R1publique. It suit de li que la d6- la N at 0 lio t' o a
mission du Chef de l'El;at no peut pro- (Suite)
voquer ine reunion de 1'Asisemblee quo
si elle a, au piralable, produit la vacan-
ce.Quand,des lors, I'Asse~iblec se r[ nit, i LA Naturalisalion
il n'y a plus possibility pour elle d'exa- (Suite)
miner la question de 1'acceplation on du
refus de la dimiision; colte (question 5.- Loi de 1907
n'existe plus ; et, encore ine fois, c'est
prkcisement p;rce qu'elle n'existe plu-; Aujourd'hui done qu lea fails out
que 1'Assembl6e a en Ic droit de so riu- marchO avec les idces, quo to course du
uir. temps a coinpltlenmnt ddtruit le preju-
Du rest, I'ar!icle 60 et to 2o alinia gI qni cartait In blanc, litre de menm-
de 1'article 37 n'autorisent pas l tnoin iri0 boe do note corps social, tous los etran-
doute a cet 6gard. Co 2 ;l alinda cdicte gets qui vieiiueent n ILHti so trouvent
que ( les pouvoirs de I'Assmble nia!i, sur i pd d la plus pi:fd iu naite igaliti,
nalo ne peaivott s'Oldndre i d'ailires o!. out leis niimes drolls, les mnomes apitilu-
jeis qn'a ceux qui tIi i-,ot scici.i!einmol't des; si bien qiue,par un rielour do cir-
attribuds par la Conslitutiion. contances, 1an changae't't do sntiilimont
Et parmi les quatre suies altribu )"ti .- i ju L- t is ne, ilwlnkilo, les pri-
qni lui diermiue I'art 60, cello qui a vi 'ig.a x ui Cei llaicot lier au proli des
tr.it anu Ptsident consis o, et ipa.s la- Al'iicains oti des ildiuns out disp'ru
vantage, A I'Uire et a rec toir son se:- (Si;i n co iifusi quasi-.etndera,1' C tte
mnent. allirmat on necossite sans dotute t ie
On le voil, ies articles 37, 60 ot 6 I [crrecition. La loi du 10 aotit I0:1, inu-
s'accore teni, do 1 lin- i'e !:P )! r n ; giA socidi e eli' t:" i vii e
pou r exclude, Ath' 1 ini iu i ;i .ii l ,:l'i d'e rajy l'i .. 1 0 l ; i qu i 6-
Assenmbl l, e dlt lil).'ain quilconque )r ii, tic U 11 lt ivasion, rla s A [i -
sur la d iu mission du 1, '6 id ntl. C'st t1: lit do sa p[rminlu'gattii, I'.c-- dI tcrM i-
fait accoimpii. 11 n'y a qu'. pra dr, aM: toi e it nut injividu dt iSylri' on ,nit ist
du message et a passer s l'electuiin di dijiiouji' dans Ieto engage poiuiilair:i. Eu
successeur. oilrene pou vent acqu dr'i notrit natiunua-
c La question prialabll sans dibal! li0 qtile los Syri 's qui Meaient dlas la
s'T erialt Gambetia, lotsiqje, Ie :; jauL vii pays le !J ao' t IS1 et april s un so our
"1870, .Mr de Gavardi,, au se1 u dU J1i'- de I) anniees.
semblte national rbunie a Versailti Colnitions el forialilds pour li Na-
piur telie e successOer dc Mac- M oNini, tui alisution.
tenotil de soulever la discussion sur le --Jusqu'en I.M1 les rigloe re'alives
point do savoir 'il y avait l in dacc p. A lIa aliera se rtduisaen it A I'at 14
ter ta d6mission du Markchal. E! la uies- du code civil don't nous avons vu Ied-
tion prialable, reclamee par G inbetta, cedeitinent 'es vicissitudes.
ful vote ; el avec raison, bien que, ce- Aujo urd'hli deux conditions soul, i-
pendant, le texle constilulioun (el ianigCLiis c.ssaires ia l'acquisilion de la qthaliti
laissit, en la conjoncture, plus dtie place d'laitiens: la capacity el la ri i.ience.
encore a des divergences que los lextes A.- L'individu doit etlr majeur sui-









170 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


vaiit notre lIgislation, c'est a-dire avoir
2i ans.
Le changement de nationalist, est un
des aces les plus serieux de la vie; il
demand pour son accomplissement uile
ma i ili d'e-prit, line rcflexion qui soul
prI)' mnes suffisanles chcz nn inlividl
de cet Ago.
L'Uat et la capacity des personnel
soul sans doute ifgis par la loi de leur
origine, ct c'est seivant olle que doivent
elre 'a!l)lis l'dla civil et la condilioin de
ccux qui s'en prdvalent. Un auleur enisei-
goe incmi e e Iqi suit :
a Tout individiu q(i, solon la loi de
S El' ltal au(mcl il apparlient, a la capaci-
16 jiuridique d'exercer les droils civil
a Ipe t librem nt choir 'Etal a!qui i il
a eiilenoi ppartenir et re, unelcer a la ci-
a loivenmte d'ej acquiise pour en acqne-
Srifr ine nouvellt a--( Pour chatnger de
e nationalile line personne doil avoir la
a capacity jnridique de e le fail l c tle
a :apacild est rigl6 e pir sa Ioi pe'rson-
u nelle ( 1 )


dans le, pays d&clarer lour iiitention de se
fixer dans la RepublicOe. Ils 6taient as-
trelnts a une anniie de r6sidence c ti h'ac
complissernen do ertiaines formnallks ;
apr's quoiilj sollici taic t du Chef de F'E-
tat w'i act do naturalit6.
Le nouvol article I t,tel qii'i a IC r6Ndi-
p lI le, 1gislalr'r de 1860, accord
pouri Ia 5docla alia Ic dtl'ai d'ui niois a
Ia icr dou nnrii d'aro(' ne, de sonie qcn I(!
Hlnnofloro liidle A de(Iveiir lh'oiewo,Foiivail
ce jour' ncino fajir sri dilllrilion, pi duo
le seinmeal prex.cuitsolii c oin Ifil U i-
per Ct o060ni1 Iii litlre de naaluilitc.
Lli simple tee'uro dt. Particle 'I I nou-
v'11u 1 tyle Imiiorlin quel etait soft 500 ndro
(lealut, ik Lnoii\ niiil qni viii! en 11alti
poiur* In preminm- fois, accvdiri danis le
moiis doe son arrivi~. e IN qcualilk? d'ilowinn,

,'t son iiatoff,(ii vrinwi faro.Qr
'de Iaotr pn-sni
To nll~c i s, nious i:(- dov ',s p':is intei-iiniier
Vs1 kldiiieur do1 a 11a11ci0 Kie la pirscrip-
OcO11 e at 0~l~ 8KSpc avaoi 60dinckl In pnii Cor ii


La capacild i asi en\vi.sg6 ne conccr- fiNS en I. ,c;lio'ormdnenil li Cola titu-
ne que les rapports de I'individu aveG tion do 1816 qui tisaita un appel 5 l'i!imi-
sa premiere patrie. gration en vue ('augnmenll r la population
L'Eat qui recoil un stranger dans son. de ia Ripubliuo nl second lois, en
sein lui faith tne faveur ; il a [par c n- 'I 80, dans le mIme bul. (2)
squent, e drit d eit metlrc l'octroi de La nouvelle loi a dd6 plus logique.Coi-m
cetle favor les coiidilions qnC'i lui split, prenant qu'un changiment do nalionliad.
de diclarer l'itranger habile i acqudrir ne pout et ne doit dire ane oenvre incon-
son stalut a tel ige pluldt qu'ia el iutre sideree, irrdflcllie, la loi do 191)7,a l'ins-
et il importe peu que la maitjorii d tar du Code civ;l de 18l5,a posi lacon-
'iimplrant, d'apres sa loi d'origine, soil edition d'nie risidencC qui esl un stage
infirieure on superieure b cello que fixe 'dcessaire, obligaloire, pour prouver ses
note loi. sentiments d'atiachement a la nouvelle
Si I'melmeni que nous venons d'ana- palrie qu'on veut adopler.
lyser ne se trouve pas exige d'une ina- a Tout r tranger dit la loi,pul devenir
niii.e spciale, sa nocessilt el sa fixalion Haitia par Ia naturalisalion apres deux
n'en ressorlaen pas moins de plusieurs ans de residence en Haili. (art 5 ).
disp lsiio0ns de la loi, nolanncent les Comme ns 1vons rearqu6,
articles 3, 4, 1, 16, cetto residence, d'une annke en vertu


B.-En verli de I'arlicle '14 du Code
civil de '1825,le's trauigrs haliles a de-
venir lailiens devaient A leur arrive

1) IJlernoscia, Nouveau Code de Droit
Itie16rnaional, 1172, 1550.


9) Voir a ce snjet, les louables efforts
du Gouvernement, sous Geflrard, et les
causes de son insucces, dans The Black
man or Haylian Independence by Al.
B. Bird, ch, XIII.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 171


du Code civil de 1825, 6tait d'un mois
'api, s I'arlicle 14 moJifid en 1860, et ce
moi ': ponvail bien se ramener a un jour,
c'est-ha-liec que la residence Glait nulle
alors. Elle tail de sept ans pour un
cas specialinment vise par ceitaines
coinsitilions (ce!ui del'ctranger blanc qui
aurait introdiit dans 1 pays un mt6tier
on uone industrie ulile, rendu det servi-
ces A HTWli.)
Ilict quenla loi ne il dise pas, la ri si-
lonr,, A flii do naluralisalion doit el-re
ini t cl 'rront l iie,disc)ontiluce,ept on le rdsul-
tal de siji i's su cecssifs (I), 'tre reidle el
Ion ficive ; auilrement elle sorai ineffi-
cace. E principle oiee a liru sur le
ierriloire de h ]. l pidp )liqiiue. Cepeniai!t
l'assiniltio)f ('-1 I .i demise en I'venr Ido re-
lui qul aOin il reni pli A l'(t, .i .,I des
foctioA )bliquisiios pour le compte du
Goi vc' i'mentl.


dividu, son etat civil, Gtablir sa resi-
dence effective en llniii.
Arrilt. 11 est slatldi par arr6id du
PrI'sident de la Republiuei sur chaqu e
dtemande de naluraliattion. Cet arr&td
sera public au Mloniteur (article 8).
La Ioi de 1907 a Iraliie un variable
progres sur le Code civil on doi0uant a
la naturalisal ion son c;iraclre logique
de concession gracien ae d( la part lu
chef d'Eial. L'article 14 dn Code ctablis-
sait en favor de l'dlranger nn droit ab-
solu et le 'hrisident d,' l;i Bpubliquc ne
pouvwiit mome ,pns diiffrer de dtlivrer
le titre quii lui ait demanded. La
loi Inouvclle a compris qu'un EtI. pent
avo1r des iraisons pour li pas ;ltd nciire
un individfi dans s.")t soin ; elle accord
an chEof d ld'Eit t n p.iou'voiF' dl'app)r) cia-
tion; discellioiun ire. AUtsj i bie;, la pu-
ilication do I'arrlel conulitue (iii for-


Comnntmi se lfer la preuvi tie ccetl! malile essenliele lant qu'ellc n' pas
resid nce '? e lie&i, Minet si I'arrt ld a tel pris, Id-
,L';idsnce d'liun tvxle A cet ciard Iris- Irainger n'a encore aucO n droil 8 la A un-
see n ., .- iatiltude :on pourra invo- lild d'llitien ; c'cst I'an( d1 l puiblio qui
que'r oileso les picees ofiieles ayant lp oric ;t Aa coNnlissaln: ( duays qu'un
dale cel';hino, ies bau, x, tquittaif ncs d e inouv. al ciloyen8 a plis r;ng tlan s le corps
loy'rs, pati nies, permit, voire la prenve social ci doit dire trait commnIe n en-
lestinlmoi i de. I fant originaire de la nation sous la rd-
I1.- Quciles sont les fornmalidts serve, .ni, fl.;., des (Irots politiques.
reim ,lir pour acqu ir la qu lil d'lHai- L'aIrr'l est I'acte deo unissance dru noii-
licn '? vel FH ilien, son lilre A to s In droits,
Geir'- ne omission dtu I'i I. l ur. 'ous los privileges do sa nouvelle qua-
N ous ;!'. ili (on faisons pas ili ,'itef, la lito.
iuii-.n. xcuive van le droit (i e En out're, tant (q-e IN pi'blicaion n'a
rt'r;i: ,' da; s Ie cas tqui in us Occtt l I ou- 'p s e('t fI'ite,l'arri le peut die rapl poi t;
bli cF i pir l' loi ( Conslitution, ar- etl 1 n'el alicul Ir. cour conl l' une telle
ticlL 7. ;tine; ). Jusqul'ci n ucun ar-I f"iesure ni contrF l1e retuls dec prt idre
r 0tl n'I 06 ;.rs enl vne de I'excuLion 1l'a l c6. Nous no pn i ns ps, malrgd te
paifaie la : 1). DC I'ensoni e d(i ot' t sl atuer,qu'tu a1rel ,o ive intervenir
celle-ci il rFsulle qnu les forumaliles it !au .cs de tIleeel d' 1: denalln e ; ctie dld-
reimphr sent la demand de naluralisa- cisio. n'imporI gue rI all public et elie
lion ct public) tion de l'arri prs- sera signifie A l'intlress par un sir.
denliel.tformalites des pins solimaires, oan pe' avis. D au'e part, I1 publication
en coi. :( ndra. fite apr's le decs; de l'iFniipraul du-
Denuande. Elle doil eire adressde a la mneure inoporaFile ; la concession cst siric-
Secd aitire d'ie t at de la Jutice avec element personnelle et ne sauait eire
loul. I n pieces Cessaires pour prou- considereO commie un droit suscep ible
clr i'idit le, I ., la nationality de l'in- dle fa'e palie d'nu e succession. Dle n -
m e lle ne peul agir quaint A la veove
(1) Voir rcircuilire du Dparlement de de I'iipnlralt ct produiie les effets al-
la Justice, 30 decembre 1908, Bulletin gd- laches a la favenr sptciale de la loi com-
ndral des Lois, 155, me nous 1'avons envisage plus haut.








17! REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION

La question se discute encore de sa- !e s, rmeot qu'ils renoncent a loute autre
voir si la prestation de serment n'est pas patrie qu'Haiti..
une formality obligatoire. L'affirmative Historiquement, 1'art. 14 du Code ci-
trepose sur la pratique administrative. vil a eu pour objectif d'imposer notre
Une circulaire du Ministre de la Jus- statute. A des individus d'electio0r et aus-
tice, du 30 Decembro 1908, commentant silot ( dans le mois) qu'ils mettaient le
certaines dispositions de la loi s'exprime pied sur notre sol ; /sans aucune r6si-
ainsi : ......il resort que, pour 6tre au- dence prealable ).
-a loris6 A demander au Gouvernement de La loi actuelle exigeant pour la natu-
( la R1publique le bendfice de la nalu- ralisation une residence de deux ann6es,
ralisation, I'Mtranger doit apres sa dd- si 1'on maintient le lei alinta de 1'article
a claralion de fixation de domicile et sa '14, A quel moment se fera la declaration
preslation de sernzent d la justice de de residence accompagnde de la presta-
paix de sa residence, justifier par des tion de serment ?
pieces probantes qu'il a deux anirees de Et puis, en bonne logique, pouvons-
de sejour Iffeciif et continue en Haili.) nons demander a un stranger qui solli-
De son c6tl, la tormule d'arrWte presiden- cite la quality d'Hailien de renoncer
tiel usitee dit cceci : < Attendu que le d'abord et sous serment, par un acte
sieur N. a faith devant 1e juge de paix public, a son statut originaire, quand
de.... assisli de son gretfier la declara- nous riousrservons la faculty souveraine
lion prdvue par la loi et qu'il a en de ne pas lui conceder le notre ?
niEme temps pril eintre les mains de ce Le sens des r6alit6s pratiqures qui se
magistrate le serment qu'il renounce A revele ga et 1l dans la nouvelle loi nous
tou'e autre palrie qu'llaiti. oermet d'affirmer que l'arl. 14 a vecu
Attend qu'il a aussi satisfait aux dans-notre 16gislation, Cet article, s'il
conditions de residence exigae par la fallait opiner suivant ses partisans, ne
loi.u serait applicable qu'aux individus qui
Celle formula aussi bien que la cii:e,- arrivent en Haiti pour la Ire fu)is et dans
lnir: font uie pait bien trop lirge I le nm is d,.leurarrivee.
'iarlicle 1 -. Souis le Code civil, la dicla- Quel serait le champ d'application
ration ie- fix:nion de domicile et la d'une lIlle disposition ? Nous nous de-
presltalin lde serniilot avaiint lieu i une maiidons si jamais, depuis le ler nma
andie d'mt 'rvile, j'isqui'en 1860, el le 186 ohi le Code civil esl ex6culoire, un
mi~me j;n r, A la incme heure, depnis seln inlividu a benifici6 de la disposi-
cette date. Celte derniere I gislaiion tion que nous critiquons.
ediclai une formi'nlil unique, indivi- Aimeotons pour un instant que la pre-
sible don't I'acconmplissenmeint entrainiiti mni're p;ar!ie suit miodi iet, c'est-a-diro
fo'rcmnient un tdri al)solu a rec\,voir la que la forma:lit6 prescrite no dove plus
letire de naltralitd. avoir lieu dans le mois do 1'arriv&e de
La circulaire miniisltrielle a coimmis l'tr;ianger, mais a un moment quelconque
ule douL0le erreur. Le coinmelmlaire n'a qui serve de point de depart a la resi-
envisagd que le premier aliuiaa de I'art. deuce exig6e, une telle interpretation ne
quatorze que nous Ira'iscrivons en- creerail-elle pas plus que la lui en ne
core: o Tous ceux qui, en vertu de la tenant nut cominle du scjour alt6ricur
constisntion, sont hiabiles i aciquirir la de l'elranger qui est dans le pays depuis
qualile de citovens hiliiens devront, nombie d'ainnees et A qui serait tardi-
dans le mois le leur arrive dans le vement venue l'idie de changer d'etat?
pays, fire devout le juge de paix de Retenons-le bien, le sy.-Inme de l'art.
leur residence, en presence de deux ci- 14 mnime modifio va A l'encontre des
toyens notables, la declaration qu'ils vues large de la loi de 1907 en etablis-
viennent avec I'intenlion de se fixer dans sant une residence special, a fin de na-
la 1e6publique. Its priteront en m6me turalisa!ion. Ce systlme est empreint de
temps entire les mains du juge de paix, l'esprit de la legislation franCaise et,trou-







173 REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


vant des le principle, une analogie entire
I'admission d domicile de cel!e-ci et la
declaration de residence de.notre loi,
il n'h6site pas A pousser I'analogie jus-
qu'au bout, sans remarquer son erreur,.
c'est-a-dire sans voir que nous avons
laiss sur la route bien des entraves. de
la loi qui nous a servi de middle.
Enire done l'art. 14 amend (par hy-
pothese), on complete dans le reglement
des formalits, et qui est un obstacle, et
la loi de 1907, insuffisante, liberal et
don't I'applicatio eslt des plus aisdes, il
n'y a pas h h6siter, et une analogies vieuit
ici a l'appui de nolre opinion : Lors-
qu'une clause est susceptible de deux
sens, on doit plulOt 1'entendre d;ns ce-
lui avec lequel elle peut avoir quelque
effet, que dans le sens ave' lequel elle
n'en ourciait produire aucun (Codle ci-
vil, 917).
EDMOND LAPORTE.



RAPPORT

Messieurs,
Maitre Bariento, dl barreau du Cap-
Ilaitien, nous demand si la reconnais-
saice d'un cnfauit alturel failed dlas u.i
testament est v labi. e.. Et, s!, rai)opil;a t
le text de,l'arl. 305 de notre Code civil,
ii invoque Ie cis oCi les registres de I'E-
tat civil auraient disparu.
J'eslire que notre confrl'e n'a 'vounl
envisager quie la reconnaissance faile par
le pire. C:ir, pour ce qui est de la filia-
tion mailurnelle, l'art. 41H. C. C. privoit
bien le cas oft lacle de naissance n'existe
pas.. L'enfant, s'il y a uu coinmencement
de preuve par ecrit, pourra prouver p;r
t6moins qu'il esl le meme que celui dout
est accouchde la femme qu'il reclame
pour sa mere.
Ceci dit, la r6ponse A la question ,de
MAe Barienlo me semble facile.
Contrairement i I'art. 334 du Code ci-
vil francsis qui permet la reconnaissance
d'un enfant natural par un acle auihen-
lique, 1'arl. 305 du Code hailien exige en
termes formels un acte special de I'offi-
cier de l'Elal civil.


Tout autre acte, authentique ou non,
est done sans valeur pour 6tablir la fi-
lialion palernelle d'uu enfant natural.
Mais si les registres de 1'Etal Civil de
1'6poque de la naissance ou de celle de
la prelendue reconnaissance ont disparu,
le te, lament du pl're pourra-t-il y sup-
pler, el pourra-t-on prouver la recon-
naissance par d'a tres moyens?
La reponse est forcdnme't negative, et
nous noius heurtons ;i i'art. 331 C. C.:
<( La recherche de la paternity est inter-
dile.s ( Voir Dalloz. Palernit et filia-
lion affaire Florentin-Dubourg ).



Eu "nlendant que noire lIgislation sur
la pa'ternild et la filiation soil modifide
et qu'elle 6volae vers le droit pour le lils
injustement abandoning de rechercher son
pire, il est a souhaiter que uous adop-
'ions le lextl frangais et que le peie, au
moment oil le lui iimpos,, sa conscience,
puihse faire en un acle auihentique, autre
que I'ac le de 'Etat Civil, la reconnais-
sance du fruit de ses ceuvres.
Milgre les lois qui metlent le marriage
enll onneur, malgre les principles pro-
fesses en notre society, il est certain que,
pour procreer, 1t plus grande majority
dle nos conciloyens n'alldendtI pas leur
union Igitime.
Le nier, c'est sacrilier la v6ril ha l'hom-
inige dfi la loi et aux convenlious so-
ciales.
Pourqnoi alors fire de I'enfaul une
viclinei innocence de I'hypocrisie?
P1ourquoi ne pas permeltre au p re de
fire dans un acle serieux, testament on
Cure, 1'aveu de sa paternile, alors. que,
retenu par quelquescrupule, par la crain-
le oi le respect de ses parents, il n'a pas.
eu le courage de le f;iire consigner dcins
les registres publics de l'olfcier de l'Elat
Civil?
On invoquera l'inl6r6t de la famille.
Mais faut-il sacrifice L eel intrit '-as-
suinrnment bien respectabl-- celui de l'en-
fant qui u'a pas demand a naitre et don't
la naissance a peul-6tre jet6 le trouble








474 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
--_ L--


dans la famille de la fille-mere, h6las !
,le plus souvent hichement trompe ?
10 octobre 1912.
E. MATHON.




Rappo0t



Be la pr somption PATER IS EST

QUEM NUPTILE D IO TR NT T

Messieurs :

Vous avez bien vouli me confier le rap-
port sur la question suivante, pose a la
Society de Legislalion par Me. Aclo-
que
'" Deux epoux strangers, qui descen-
dent de la race africaine, se trouvent en
Haiti. De leur union est n6 sur notre
territoire un enfant qui, aux terines
"' du 3e. alinea de l'article 3 de la Cons-
titution de 1889et du 3'. alinea de l'ar-
ticle 2 de la Loi de 1907 sur la natio-
nalit est hlaitien.
Le mar, leranger introduil, par devant
I'un te nos Iribuinaux civil, une action
en dsaven (ie paternile. D'apris quel-
le L ,i de\'r.'i !re ris',lue la qu,-slion de
"' savoir si la )rdsomplion Paicr is est
quen nuptihe demonstrant est appli-
cable a cel eniant, et si le d(saveu de
paternity peut itre admis ?
Lajustice haitienne appliquera-t elle
la loi ttrangcre, c'est-a-dire eelle du
p6re, demanoieur en ddsaveu de pater-
nit, ou celle du lils haitien ? ,,.
at-

Celte quelsion, Lelie qu'elle nous est
sonmisc, est une copiplication de celle dd-
ja controversee, a savoir quelle est In loi
qui doil r6gir 1'action en desaveu de pa-
ternitd inlentCe par un stranger en de-
hors de so i pays '?
Voila deux 6poux chinois r6sidant en
Haiti. De leur union nail, sur notre sol,
un enfant contre qui le pere introduit
par devant nos tribunaux une action en


desaveu. Quelle loi ces tribunaux. vont-ils
suivre ? La loi haitienne, la lex fori ,
ou la loi d'Extr.me-Orient ?. La presom-
ption legale pourra-t-elle Olre invoquee ?
Si oui,appliquera-t on le syslnme de preu-
ves usiteesen Chine; admeltra-t-on les
-causes de desaveu prevues par la Ilgisla-
tion 6trangere ; quel sera le Jdlai pour
l'exercice de celte action, etc..? Autant de
points a poser et i resoudre !
Dans 1'exemple que nous avons choisi,
il n'y aurait, semble-t-il, guere de doute
possible. Tontes ces questions se ratta-
chant essentiellement h l'etat des person-
nes, puisqu'il s'agit d'dpoux chinois et
d'enlant chinois, c'est la loi national e-
trangere don't il faudr;it fire applica-
lion, conform6ment aux principles ge:'e-
raux du conflict des Lois, sous reserve tou-
tefois des dispositions d'ordre public ab-
solu. Je m'explique. Ainsi, dans notre 16-
gislation, les delais pour exercer 'action
en desaveu sont, pour une haute raison
de morality publique, tris courts. Si nos
tribunaux considdraient ces ddlais come
d'ordre public haitien, ils ne sauraient
permettre a un stranger d'invoquer sa loi
personnelle lorsque cetle loi personnelle
lui reconnaitrait par exeimple une annie
pour l'exercice de l'action.
Sous celte rtiset.ve, il es~ ra!ioni el de
dire avec Laurent que la liliation ,st ine
dependance du maria. et que la loi du
marriage deant celle du miari, c'est le sla-
tnt personnel de ce dernier qui regira la
iliiation et ddlerminera its tefets de la pre-
somplion Itgale en faveur de l'cnfant n6
pendant le marriage. Le pire chinois fera
devant nos tribnnaux usage de sa loi
national dans son action en dSsavea con-
tre son enfant cliincis.
*

Tout cela est exact, conform aux prin-
cipes, lorsqu'on envisage, comine nous ve-
nons de le faire, le cas de deux strangers
don't I'enfant est elranger, en supposant
que nos tribunaux ne declinent point leur
conmp6tence, ratione patrie ".
Mais quid ? lorsque la nationalite de
I'enfant, come en I'espice souinise par
MeO. Aclocque, est diffreiute, distincle de
cclle du pere, lorsqu'en un mot, leur statute
n'est pas le imnme ?
Le cas peut naitre de I'antagonisme
ies l6gislations sur la nationalitW et des
exigences respective du jus sanguinis et








REVUE DE LA SOCItTE DE LEGISLATION 17E

du jus soli. Un Etat r6clame une person- les dElais rIglementaires, ses conclusions out its
ne par les liens du sang ; un autre par voties a l'unanimilt en la slance du 13 sep-
le droit du sol. De quelle nationality se- tembre.
ra la personnel ainsi dispute ?
Ainsi dans l'exemple de Me. Acloque A
je suppose les parents francais, mais des- P P R
cendant de race africaine. L'enfant, nd e la CHAMBRE des DEPUTES.
sur notre territoire, serail indiscutable-
ment francais d'apris le system du jus
sunguinis et indiscutablement haitien en
vertu du jus soli. Quelle loi suivra le pMre Messieurs les D6put6s,
qui intent en Haiti I'action en desavceu?n Vous avez formal A la date du 2 Sep-
Sa loi personnelle. celle qui regit son ktat,a pn du du
bon manage : le Code Napoleon, en pre- tembre sur la proposition du deputy Denis
nant l'hypothese que ce code soit different St-Aude, une Commission spciale charge
du n6tre ? On bien la loi haitienne. cel- d'etudier cette important question consti-
le qui, de par le jus soli, devrait regir tutionnelle:
le stalut de l'enfant haitien ? < Dans le course d'une session extraordi-
Ici, il y a conflit de deux lois person- naire, le Corps L6gislatif peut-il statuer sur
nelles, et il fautlvideminent choisir, coln- des projects autres que ceux qui ont faith
me le suggere Andr\ Weiss, celle de la l'objet de la convocation de l'Executif ? ,
personnel don't I'interet est le plus direc- Et come le S6nat avait d6,j form une
tement en cause. Contre qui est (lirige Commission spciale charge d'tudier la
I'action en desaveu ? Essentiellement con-
Ire l'enfant ; c'est lui le veritable d6ten- meme question, vous avez comprisque cett-
deur C'est done le statut de l'enfantqui question avait plus de chance d'obtenir
doit prevaloir. La filiation, dans ce cas une solution uniform si les deux Com-
special, est son droit. missions d6lib6raient en commun. Cette
11 est nd I6gitime et haitien sous l'em- adjonction d6cid6e par vous a 6te admise
pire de la Constitution et de nos lois. par le Senat. En consequence le bureau de
Comment celte l6gitimit~ pourrait-elle lui la Commission ini.te a ete 1orinm avec la
etre enlevee en vertu d'une loi Mtrangere ? Presidence du Senateur Michel Oreste et la
Comment nos tribunaux pourraient--ils vice-prsidence du ILpute L. J. Marcelin.
sancionner une pareille consequence ?du pu L. J. Marcein.
Aussi, dans notre opinion, la loi hai-
lienne est seule competent; elle seule
pourrait enlever la 16gitimitd d'un enfant La Commission n'a pas manqu6 d'appr6-
nCi haitien, sur notre territoire, de l)pirents cier tout d'abord l'inticrt que co pot0 e la
strangers descendant de la lace af iclini. question qui lui est soumise q'lnt aux con-
M'est avis que ceux qui soutiennent la sequences pratiques qui dcoulionm de l'a-
these contraire sont ceux qui precisement adoption de l'atfirmaive ou de la negative.
se refusent h examiner la difficult qui s Aussi bile church dge
pr6sente quand I'enfant et le pIre, come Aussi ben, at ele cherch6 a d6gager
dans l'espice, out des status diffdrents. des textes la virit6 constitutionnelle sans
parti-pris et sans autre preoccupation que
ABEL N. LEGER. celle d apporter pour l'avenir une conclu-
sion a cette controversy sur laquelle aucune
a xlumiere n'a kt6 projet6e.
Certes, le Corps LUgislatif a suffisamment
Nous publions ci-apres, a titre de' doci- de projects ia tudier au course de cette ses-
nent, le te te du rapport de la Commission sion extraordinaire pour que,de parti-pris,
mixte du SRna: et de la Chambre des jDiputCs il n'en recherche d'autres, et surtout qu'il
snr la question de savoir si le Corps ligzslalif ne s'attarde aux questions qu: ne sont pas
a le plein exercise de ses attributions en ses- urgentes.
sion extraordinaire. Ce rapport diposi sur les D'autre part, nul ne peut pr6tendre que
bureau des deux assemblies n'a pas encore iti la session ordinaire n'a pas 6te fertile en pro
discuti au Senat. Mais a la Chambre, apris jets utiles sur toutes les branches de 1'Ad-








176 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

ministration, projects qui tous ont kte large- tuition.
ment discut6s, grace au proc6d6 de libre dis- C'est ainsi quel'art. 66 confere A la Cham-
cussion inaugur6 depuis peu. Mais, ce qui bre et au S6nat la puissance legislative.qui
rend la solution de cette question d'un in- consiste dans le droit pour les membres de
t&it actuel, c'est I'occasion meme qui a ces deux Assembl6es de presenter des pro-
Inspir6d l'honorable Senateur Cauvin l'i36e positions de loi sur tous les objets d'inte-
de la poser au Senat. ret public.
Depais quelques ann6es, il a 6td consa- D'autre part, un droit de contrdle des
cre dans notre lIgislation une erreur regret- Chambres L6gislatives est inscrit dans la
table une iniquit6,involontaire assuriment, Constitution sur Ious les actes de l'Ex6cu-
mais tellemient grave et evidence que poser tif. (art. r17. )
la question 6tait la r6soudre. II ne s'agit Donc, legilf6rer, contr6ler les actes d'Ad-
rien noins quc de remettre le debiteur hai- ministration du I'ouvoir Ex6cutif consti-
tien contraignable par corps sur le pied de tuent des attributions essentielles duPcuvoir
faveur au point de vue de la peine, au re- L&gislatif.
gard du d6biteur stranger. Car il se trouve A ce principle qui consacre les attribu-
qu'a li'eure actuclle le d6biteur haitien est tions du Corps Legislatif, le l6gislateur cons-
passib!e d'un emprisonnement de un an A tituant n'a apporte que deux exceptions for-
trois ans tandis que le d6biteur stranger melles: La premiere est que a les lois bud-
n'et p:,ssible que d'un empisonnement de getaires, celles concernant l'assiette et le
trois iois a six. mode de perception des imp6ts er contri-
Or, une proposition du s6nateur Laraque buttons, cells ayant pour objet de creer
ayant Ipour but de reparer cctte iniquite ou d'augmerter les d6penses de l'Etat doi-
n'a pu Ltre votee en session ordinaire, et vent ktre votes d'abord par la Chambre
malgr6 son utility incontestable, elle n'a pas des Communes ( ar. 69 ) La second est
6et comprise dans l'6numbration faite par le le droit d'objection qui est r6serv6 au Pou-
Message de l'FxOcutif pour motiver la con- voir Ex6cutif avant de promulguer la loin
vocation a l'extraordinaire. ( art 76. )
Quel est le sort de cette proposition, et Comment pourrait-on limiter les attribu-
faut-il subordonner le droit de IWgif6rer sur tions des Chambres er leur ind6pendance
un proet utile et urgent i la condition que en dehors de ces deux exceptions formel-
ce project soit compris dans l1'num6raiion lemen: pr6vues ? Tel cst Ie problem que
pr6sentee par le Pouvoir Ex6cutit? En d'au- quelques esprits lumineux ont voulu r6-
tres terunes cette 6num6ration est-elle limi- soudre a l'aide de l'article 63 ainsi conu :
tative on simplement indicative? a IDans lintervalle des sessions, et en
Tel est, lessieurs, l'interit de la question cas d'urgence, le Pouvoir Ex6cutif peut
sur laquelle la Commission a longuement convoquer les Chambres ou 1'Asseiiblee
d6libier dans ses s6ances des 3 et 5 Se.'- Nationale A l'extraordinaire.
tembre. a II leur rend compete de cette measure
Elle a done l'lonneur de vous soumet- a par un Message,
tre aujourd'hui le resultat de ses dolib6ra- Si, Messieurs, route la s6rie d'arguments
tions en vous exposant les motifs qui ont bass sur cer article tendant a d6montrer
d6termind son opinion. qu'il est limitatif de nos attributions, ar-
D'apres la Constitution democratique qui guments qui ont &et ddvcloppds avec au-
nous rgit, trois pouvoirs forme-t 1'Etat t tant d'ampleur que d'eloquence, s'ils n'ont
dirigent Ies affairs publiques. Chacun de pas convaincu la Coimniidsion, c'est qu'elle
de ces trois pouvoirs, le pouvoir exdutif, a eu de bonnes raisons pour les repous-
le pouvoir 16gislatif et le pouvoir judiciaire ser.
a son rdle et ses attributions nettement d6 Comment, en effect, l'art. 63 qui ne vise
limits et circonscrils par la Constitution. qu un privilege, celui de la co'ivocvtio 1
Ils sont par consequent d6clards indcpen- i l'cxtraordinaire, pourrait-il coi.st tunc une
dants l'un de 'aurre. Tel est le principle es-, restriction a l'initiative parlementaire et au
sentinel formula par I'art. 35 de la Consti- droit de control qai sont la regle L







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 177

Chacun salt. au contraire, qu'en matiere session extraordinaire, la Constitution n'a
de privilege et d'exception l'interpr6tation entendu rien reprendre aux attributions du
doit etre strict ; quele droit de convoquer Corps L6gislatif.
le Corps L6gislatif ne pent pas impliquer II faudrait pour cela une exception for-
celui de limiter ses attributions. melle qui n'existe pas en dehors de celles.
Au surplus, cette maniere d'etendre un qui sont consacries aux articles 69 et 77.
privilege serait employee au mepris de Evidemment, Messieurs, si, just A la fin
l'art. 32 de la Constitution : La loi elle- de nos travaux le Corps L6gislatif s'est
mime ne peut ajouter A la Constitution, et prcoccup6 d'une pareille question, ce ne
sa lettre doit toujours prevaloir. saurait dtre en vue d'une prolongation pos-
Ce n'est pas non plus dans le 2e alinea sible de cette session. Au contraire, chacun
de l'art. 63 que Fon peut puiser ce droit avant 6prou7v la satisfaction du devoir ac-
extraordinai'e de restreindre les attributions compli, sent en mime temps le besoin de
du Corps Lagislatif. se Ietirer dans ses foyers, encore qu'il
Car ce 2e alinda, au lieu de consacrer faille attendre que les projects urgents pr6-
un droit en faveur de l'Exlcutif, lui cr6e sent&s par l'Ex6cutif soient liquids.
au contraire une obligation. Or, en matiere Mlais la question de principle pose A
d'interpretation, ce serait Ie comble de l'occasion d'un cas urgent pr6sent6 par
changer une obligation en un droit. l'honorable S6nateur Laraque, it fallait la
A la v6rite, chaque fois que 'Executif r6soudre, en 6mettant toutefois le veu
rend un compete detaill6 pour expliquer les qu'aucnne nouvelle proposition, .i elle
motifs d'uie convocation a 1'extraordinaire, n'est d'une urgence reconnue par l'Assem-
il n'obeit qu'a un scrupule en faisant plus blie, ne vienne contrarier la fermeture de
que ce que lui r6clame la Constitution. la session.
Eln effect ; le texte ne l'o'lige pas a Cnu- Tclles sont, Mlessieurs, les conclusions
m6rer tous les motifs de la convocation. qui resultent des delib6rations de la Comn-
II ne dit pas : II leur rend compete des mro- mission nixte de la Chambre et du S6nat,
tifs, mais sculement: < II leur rend compte et auxquelles nous vous saurions gr6 d'ap-
de cette measure > porter votre agreement.
Ce qui revient a dire que la cause d'ur- (S.) V. Hilaire, Dr. Ption Savain, P.
gence une fois exprimne dans le message Laraque, Cami.le L6on (avec reserve). C.
et une fois les Chambres saisies sur un 6(sar, D. Laroche, M. Morpeau, L. J.
cas urgent : la non rotation du Budget Marcelin (avec reserve), E Dorneval (avec
par example, tous les cas urgent, recon- reserve, D. Dannel. Le Prisident, Michel
nus tels par la Chambre ou le S6nat, peu- Oreste ; les rapporteurs, Baussan, Denis St-
vent &tre l'objet d'une deliberation. Aude.
En un mot, les Chambres une fois cons-
tituees en session ordinaire ou en session Pour copies conform:
extraordinaire reprennent l'exercice plein et
entier de leurs attributions. Le chef de Bureau de la Cbambre des Re-
Et celaest si vrai que ce droit d'initiative prisentants,
parlementaire est rpeCte sous l'art. 63 et EMILE NELSON.
dans la mn me section.
Si done l'on veut consider cet article
63 comme faisant echec aux prerogatives
constitutionnelles des Chambres, comment C' I I' 1T.1
expliquer que la Constitution aurai pris I- -' iI
soin de r6p6ter a l'arr. 69, proche voisin de
l'art. 63 que le Pouvoir L6gislatif fait
des lois sur tous les objets d'intrert public, Monsieur Seymour Pirdel, appeal aux
que initiative appartient A chacune des fonclions de Secritaiirc d'Etal de I'lrit-
deux Chambres et au Pouvoir Ex6cutif ? rieur, el accueilli en cette quality par
11 y a lA une preuve suffisante que, en l'opinion publique avec la mine syn-







178 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


pathie qui entoure sa personnalit6 privee,
n'a pas oublid qu'il est surtout un des
membres les plus estim6s de la Presse.
Le 26 septerbre, il a done convi6 ses
confreres en sa villa du Bois-Verna pour
vider une coupe de champagne a l'occa-
sion de sa nomination.
Le nouveau Ministre de l'lnt6rieur,
dans un discours vibrant de sinc6rite et
qui exprime bien l'idde qu'il conQoit de
sa mission, contirme son souci d'appli-
quer a la Presse toutes les garauties com-
patibles avec l'ordre public. 11 dit que
fort de la convince qu'oo a en liii, parce
queanimr des meilleursiatenlions, quant
au respect dela liberal de la Presse,il croit
cependant necessaire que la critique ne
soil pas trop entrainde A condamner des
actes du Gouvernewnen sans uo examen
approfondi et surtout sans se renseigner
exactement.


De nombreux discours onl Wtd pronon-
ces par les representants des divers or-
ganes de publicity represents a cette r6-
union ; et tous, rendant hommage a la
parfaite correction dn nouveau tilulaire
du Dlparlement de l'Inldrieur se sont
rdjouis de sa nomination.
La a Revue de la SociWte de L6gislation >
qui est actuellemcnt le plus ancien de nos
organic's de publicity, n'avait pas manqu6
de repondre a I'invitation d'un de ses
collaborateurs. C'est done avec une dou-
ble satisfaction que le Secretaire-ge6nral do
la Sociel6 a presented au noin db la Re -
vue, en minme temps que ses compliments
de bienvenue au nouveau Ministre, ses
souhaits de voir se r6aliser les entrepri-
qu'il a en vue pour une r6forme utile
de i'importanle administration qui lui est
confine.


Le Cwnsel! de Direction

L'Assembl6e G6n6rale des membres actifs de la Soci6et de L6-
gislation, r6unie le 13 Aofit, a proceed au renouvellement de
Son Conseil de Dii section. L'urne a donn6 le r6sultat suivant :


Pr!siden:
Seeretoire-Gen Lal
Ti'tso;. er :


SMembres


Louis BORNO.
DENIs ST-AUDE.
AUGUSTE MONTHS.
ENOCH DESERT
ABEL N. LEGER
ETIENNE MATHON
ALFRED THIBAULT


Imprimerie H. Amblard, 136, Rue du Centre, 136.


I-- -














REVUE
DE LA
s oC) (II hiIE8 II IP ] E ZDIE' IW1 C h SL A.TIO 1T
I-.NN SX\^\X\N\N\'\A\\^\\^\\V.\ NN\'A'. X'XXN\N N \' -:^ .\S\NNNN \^'* C. N' N' N^'

SEANCE PUBeI eE mnalheiirteusement interrompue d'une des
plus b,illes traditions de notre compa-
Le 21 janvier dernier, dans la salle de gnie. Hlas voili huit annies eln i'fet,
sences ide la chambre des deputies, mise (lu'cil une circonstance pareile, mnio cmi-
gracieusemeut par Mr. le Secrctaire d'Elat nnnt col egue le Dr LCon Audain vous
Lec 'lintil ieur h la dispositioni de la Socie- f'aisail enientdre sa voix syiimpal hi(quo el,
6 de legislation, Mr. Francois Mahoa come do de oyux a emen parmi
faith une conference sur 10 rneaiarage centre C i a
poux divorces. I nous, vos offraiL le rtegal Iare d ln on-
L'auditoire nombreux et distinguC qui se Iretien pl pressait dans la salle,et of se remarquaient liif a premier cht'l: Du culle de la vie
beaucoup de dames et demoiselle;, a vive- en Haiti.
ment applaud le couferencice ainsi quc le [Depus lors,biei des colligues ayanl eu
president de la Soci6t6, Mr. Louis Borno, la r des surges la Sci d
qui a prononc6 deux speech (e circous- a Sci C
lance, h I'ouverture et a la cloture de la L6gislation, y sont enlr6s, en beinfici;nt,
seance si j'ose le dire- d'une sore da fraclhi-
so.... El bien, MM., la Soci6t6 prend
La "Revue" offre aujourd'hui seslec- ajod'hui sa revanch. Aujourd'hui
teurs la conference de Mr Francois Mathon. aujonrd'hui so revnche. Aujourd'hi
que se mtiniteste en son sein un regain
de vie, elle relourne avec enthousiasme
M son rite ancien. E, voila pourquoi je
Mesdames, suis en votre presence co soir pour vois
paruler du < Remariage entire 6poux di-
Messieurs, vorces.v
I
Quelque regret que j'6prouve d'arri-
ver aussi lard a l; Socidie de Legisla- Comme moi, MM. vous vois it(es ans


tion qui compete dejh vingt aunnes d'e-
xistence et don't la savantie t Revue ,
vient d'atteindre si vaillamment sa majo-
iA A- o -notra lr p np rio i ip--


doute dtemanid6 sous i'euipire de q uelles
pi'-occupations. la queslion du remariige
n sollici1i l'attenlion de nos colkgues
i rim niii ii nm'n 416 d~1PmannA r lI


1ll l.J J V I I. '
regret se trouve de beaucoup deps.'r trailer.
par It, reel plai.iir que vous mre menagez 'r.ois reasons me semblent I'avoir
;e soir d'ilre regu a une seance aussi so- sugg6re. L'iniirt I'6minin loul d'abord.
lennelle. Savr:z-vous, Mesdainps, qneo vous ;vez
le me garderai bien de dire en uli- lonj iurs eu le ra.e privileg'- d'inspirrr la
lisant une formule solon moi banale el Socield de Legislationi, tl que ieu. lfois
usHe,- que l'honneur en est perilleux, deja, en p:'r'ille circonslaniic, c'st le sort
pour ne pas vous laisser supposed, au de ; femine qui a fail les frais de ses.
moment mime ou je suis I'oljet d'un si co'n6rences p)ub'iue,; '
cordial accueil de vote part, que ce Ot s'et probail men) dil q nul'
fanteoil qui m'attend me servira lout a s:ujrt 'est plus pi ope a Oius interes-
I'heure d'inslrument de supplice.... ser. (que iulle aulie uules;o lite vous
Bien au conlraire. Je suis tout a la tluche d'n;n tnaniieie plus diri'ct S. sans
i ie de penser a ma bonne fortune de fair oublier quii'h p.irt hl rc:actete jtiidl que
ievivre no usage frappe de pres de dix qi'elle revit, elle ne laisse pas d lroe
aannes de desuatude, de renouer la chain ui tantinel moouaiue.


PORIT-AU-PRTN~\CE,,\, EEMBRE 1912-JANV1H11 1913


20C ANNk$l 'NO & 20 2 1











180 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


El puis rappelez-vons quel home
dirig0 actuellement les destitnes do no-
tre compagnie. Noire prs.ide t Louis
Borno n'est pas souleinet le juriste :-
verli e! de profound favoir qu'on voit
figure dans les spheres sup6rieures de
la Magistrature. M'est avis qu'il s'en
d6fen ie on non que sous les plis
noirs de sa robe de jnge, se dissimule
touted l'ardeur juvenile d'une tine d'ar-
tiste 6prise dte grdce el de beauty. A con-
sidteer ses allitudes penchies, son
front vaste qu'aur6ole une chevelure
quelque peu abondante, aux ond::la-
tions vagabondes, ne I, prendr:it-on
pas volonliers pour quelqu'une de ces
physionomies di'parues d'adepte du
romantisme atltrd6 el surprise dans les
rangs desordonn6s de nos g6n6rations
de decadents? II n'y a pas de double qu'-
il professe pour le sexe don't vons 6tes,
mesdames, la parure el l'orgueil.le cul
te ardent qni lui est du, lui qui --- s'il
faut en croire Georges Sylvain ---a le-
nu nagire ce galant propos k votre
adresse: La femme est la sourire de
I'association humaine. >
Nul ne contestera done a la Soci6td
d'avoir eu la main heureuse dans le
choix du sujet.
Que no 1'a-t-elle done ene tout aussi
heureuse dans le choix du conf6ren-
cier !
En tout cas, MM. je plaide non
coup;ible pour ma part--- et Dieu me
garde de vos foudres, si, loin de vous
charmerje vous lasse, et si malgre nies
efforts, vous emportpz de cet entretietn
l'impression desagrealble que mon ver-
be n a pas d'autre vertu que celle peu
enviable de vous endormir.



A cote de celte preoccupation de vous
plaire, Mesdames, on o'a pas certaine-
ment oubli6 le souvenir encore tout
frais de certain proces en divorce qui,
assez rtcemment a Port-au-Prince,
-- comme uno tempdte dans un verre
d'eau --- remplit de ses tumultes duranl
des mois les echos du pr6toire.


Or l'affaire devail se clore par un 6-
pilogue des plus inaltendus. A cotte ocea-
sion --- et pour la premiere fois, je crois
s'agita en Haiti la question du remania-
ge entire eponx preernemmenl divorces.
La ) resse locale s'en 'imut. El coimine
le code civil haitien inrerdit fi owtile-
went la facultU de cr grenre '-o' rmcia-
riage, les parties qui pa' hbonlinur pomr
elle,. se rcla'naienrt d'une n;l onalot06
c'trangere, en furent r6dlilts, sous I'd-
gide de leur statuIt person l, piourVsuii-
vre ailleurs la r6alisation de lenr oroje-t.
et allrent qut!rir, loin du Iriii oire, le
bendfice de la loi frangais,, suir ceie
matlire plus tol6rante et plus large.



Entin, en dernier lien, la quasli'-i (lit
remariage se lrouvant lide a cellh lInu 'i-
vorce, il ne se pourrait pas que ia So
cidet de Legislation ne so frit pas
6mue du nomulre relativ(rment croissant
de divorces chez nous (depuis qirelque
temps.
Chaque jeudi, on peut voir ldfiler
devant la Juridiclion Civile l; lIltorie
dolente de ces candidals a la libelr6.
Le secret de leurs miser.s in!6ricurtes
se lit, hWlas sur ces visages contracts ,t
tristes, soupirant alxieuscemtnt aiprs
l'heure qui marquera pour oex 1' final ite
la g6hennne conjtugale. Ult' slt;,iliiq
recenle t ccuse une prolo; lionii ,tt 10 i0/t
de divorces prononces sur le nombre dles
manages dans une period deo ixi nois.
Et si I'on se donne la pine do .uivre
les audiences du Tiibunal Civil de P-'art-
au-Priioce on pient pro ostiqlii'r que
pour la nouvelle pi-iodie senaielriel1e clui
se pursuit, la proportion sera pitus qne
duublee. Et encore, remnarquez, 1M.
que je n6glige de tenir complex d (s cas
assuriment plus nombreux de ces minea-
ges en rupture de ban, qui se disio-
quent sans bruit ni trompette : aitant fd
divorces de fail, accomplish en maiv:e dti
Code, sans avoir mnoduler devanl i(s
Joges l'ilernelle coniplainte, a produire
le pritexte d'une si coummode c!aslicild
de services, injures graves et publiques.








RVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


La dissolution ldgale de, marines, qlln I il ya lien, a proposer les rene6des
assez rare dans la lasso superien ro, st aux nmii ix qu 'ils .'i.l.ii, t.
constai e plus souvent dans Iis miliiix El[ )::, i;ic (' c h:iteur philoso-
noyens. Quinlt a lallasse di pPeiplo,ini- phiique 1, qu(lestii d(l divorce sur la-
tile i'en parler.Nous s;vons que ians son q:a lle il io s iaco.:la) de :io.s ,Irr ler
scin s'dt blit encore de nosjours I'in6braii. vant d' vous eniriecair tii re' iriige,
;;lio empire d'uiie insiilution base sur car, I'id6e du reiniriage considlcie sous
ce iae j'appellerais -r'v6rence guard !i uIn certain aspect, est en quelque sorte
ui: sort d ilroit divin ie la main tributaec de l'idde de divorce: I'une est
g lu ,.l L! plagage, puisq.i il iut ap- la cause (1 l'nutre.
p.ir pir son noen, s'y diale daiis loute Or, quelles son les causes qui renilent
sa g,,ssiret' prim;tive, avee parfois son si frlquentws. clhez nous, les occasions de
cortige de promiscuites licencieuses: prr divorcer? Ces causes se ralacheint i des
sistant vestige de coutumes heredi- considerations d'ordre psychologique,
taires et de pratiques anceslrales, pareil- economlquc et juridique.
a des v6gclations parasiliires aux s6- La consid6raiion d'ordre psychologi-
ves abound intes ct fecondes, croissant que a poor objeclif I'amour.
A I'oanbre dii vicux mur so-ial, 6tondant Rien assurinent u'est plus propre A
avec inue profusion sais Igale -en rd- fire bien angurer (d'un menage que
seaux innombrables- leurs rameaux losqu'il se present comme le resultat
tenlaculaires .. d I'Amour. ( C'est que l'amour M.M.
11 y a peut-ftre dans celto nillipliciti est Io grand rdgulaleur de la vie de
des divorces comme un sige des temps. I' spece, la force qui pousse au perfec-
Et si, pour y pe.;ser, ilne s'est pas encore lionnement de celte espece, et empi:hie
renrontri quelque ironisle malicielx, sa ruine physique .C'est qu il est
quelque peiiilre spiriluellement r&iliste instinct d'an 6tre qui reconnail qu'il
de nos travers bourgeois et le nos a pelits doit former iun couple avec un etre de-
p6dcehs sociaux, unFernand libbert par termine de l'autre sexe, afin que ses
exempil, que Charles Villevalcix ap- bones quali!6s s'accroisseat et que ses
pelle si flatlensement notrlce izac, il "nauvaises s'at!6nuent D.
surgira sais doute, un r!i : ce, malins, C'esl a Goethe qu'on doit le mot d6-
qieiquo barde inspired qui, ~ I'instar da finilif snr la question. Ce qu'il propose,
Despreaux raconlaiit les Embarrasd IPa- c'est I'affini elective ( expression em-
ris,nous dira,a s n tour.les ( Embnarras de P pruntee a ii Chiulie et quli n'Isti autre
Port-au-Prince n. tE laquinant sa miusI R chos3 que la tendance de deux corps
complaisante, ii lui fera ch inter e('n a se co:nbiner en un nouveia pro-
des vers hcmn)risliques les inombra- duit Eh bien, le marirge res-
bles mlfaits dle ces discordes m trimo- < semble A un vase dans leqiul deux
nials qui, semblbles f qnelques lutins l corps diffeients, deux individualit6s
espiegles ou inalfaisants, viennent ;iinsi, chitniques sont enfermnes I'ine avrc
sansaucun pardon, trouble l s(i'rnild In s I'a "tre. Ont-elles un.e affinity tctive,
cil-de-lit de nos mn~ages ei faii; piC ner t le vaseest renipl do vie n'en oil-elies
s 1 r iis alc6ves conjugales, le peri in- < Pas ?ll c tlir la inort !
quid-'itan d'une greve generale. Et In c6elui)br p;liilosophe alemntiil Max
Nordean, a qi' 0l riniS enlprunlou s cAlie
II citation ide, s' cri, r o l)an, Ies unions
mod.'rnes, quii iin -,'inquiete de laf-
Pios grave assurPment et plus s6rienx filiti elective ?
MA,. M,. st le r6le du jurisle et dii socio Vous nons n1 voudricz pIu-l-catr de
logue, don't la mission coaivale a rmon- suivre It r',lun: philosopin: soialil'-"
'." :aux causes, A fire re.sortir des si- lians ies cri,' exgres ex ree qe fe rvent
it tiaons la philosophic qnu'elles coinpor- lnos!iussur t es idees Iradi ion :-'is do
lc', a indiquer la raison des fails, et, /'Humaniti, iI formu le contre la Soii6~











18-2 REVUE bE LA SOCIETE DE LEGISLATiON


avec tooile !a fnougn ardente de son lem- les yeux it r'i nous abalndonnelr lout en-
p&6;uent de pamph.etaire. M;is peul- tire la douceur d'y croire tonjours et
on denier ai ses doclrines la part de v6- quand mne ... .
rit. qui'clls r. I. ? D'ailleurs- ne l'a- Failes-en volre profit, Mesd-ames!
t-on pa- dil avec beaucoup de raison-- Le problem renverst nous met en pr&-
les mn:landres dle I'erreur sort solvent sence de la femme coupabl,. Je dois
< des routes d'approche autour de la v6- avoner que la situation deviert lnors plus
rit6 v. Ler!es, Mlessieurs, s'il n'y a que delicate. Le divorce ne parnit-il pas dans
trop freqiemment lieu de constater corn- ce cassejuslifier pa: des raisons d'une in-
bien nrlfois nous confondons -dupes par contestable moralile ?
un seduisant mirage- l'amour, ce Mais le divorce n'est pas, je me hate de
sentiment qu'on dit etre plus fQrt que la le rappeler, la seule solution qui s iffr(e
moral, avec le cap ice passage qui n'en aux maris malheureux. Il y en a d'nulres
est qu'unee leet illusoire appareice, don't le choix varie avec la diversity des
commiient s'6tonier que des manages qui temp6raments.
promellaient de dn er, dnrent en rhalitl Ainsi, A. Dumas fils, je crois, ensei-
si pen? Et si bon nombre de telles giait la < mani&re forte l. N'est-c pas
unions fondues sur la mmine illusion ont I'auleur dela oDameaux Canmlins)~ qiuia
la chance de subsister, a quoi faut-il l'at- 6crit quelque part Tue-la ? ArrOt d'na
tribuer? C'est peut-6tre moins a la force laconisme brutal et barbare lne 'art 269
de l'Amour qu'a celle de celte ( second lu Code p6nal s'empresse dailleurs de
nature qui s'appelle l'habitude, 'ha- sanctionner en accordant le bi6nefice de
bitude qui est une aide si puissante a la l'excuse absoluloire an meurtre commis
fidhile? par l'6poux sur son spouse surprise en
La fidelitr conjugale Ah Messieurs flagrant d6lil d'adulltre.
elle me fait l'effet de ces petites dames du Alphonse Daudet, plus g6enrenx, opi-
monde sur Je dos desquelles la m6disan- nal pour I'oubli, et nous vovons dans la
ce humaine, toujoursaux aguets, ne cesse (< Petite Paroisse B Napoleon Mirivet.
deo cassprdu sucre. ) Et particuliremenl apr6s la ruine de son coenr, revenir I
chez nous,je crois qu'ille est service parce 1'Npouse rapenlanle avec des yeux mouil-
que dans notre lang ge familiar nous tra- 16s et les mains pleines de pardon. Eifin
duisons par un mot qui a fait fortune vient la classes des maris eomplajisants.
elle a une manvaise press verbale. Rassuiez-v us. Mesdamns, LMes:ieuis,
Voulez-vous que je vous rapport, a ce je n'ai pas le dessein de fire passer ces
propose, une boulade spirituelle d'une personages pour des prix de vertu,
femme de chez nous, tres experimentte, puisque rien dans leur attilur'e ne semble
en presence laquelle des langues fort les predestiner aux genereuses allen!ions
peu chariables et a tort peut-etre, signa- de Monsieur de lonuiyon. lais qn'irn-
laient les incisions trop frequentes qmi porte it me parait qne leur conduite
son maria administrail au coutrat con- ne va sans quelque hIroisme. Quel r6le
jugal ? ngrat, en effect, ne s'imposenu-iis pas
Pour ma part, disait la dame, j'ap- dans ce chnss6-croise du ( trio conjuiial !
prove Lous cIux qui out une conce )- Par esprit do sacrifice, ils so font les
tioin tres ,imrple du bonheur. II rme sem- les partisans risolus de l'accord par-
ble qiu ne pas douter ilu'on soit heureiu- fail; ct !eur consigne esl inva;ri;ible:
se c'%st deja I'Stre. Nous devons croire aveugles-sournis-muets par perst.nsion,
-quo): qIu'i a-vienune- et avec une obs- quand ces Mesieuis voient, eniendent on
tiinaloLi systentlaique, que nous posse-,ous surprenwnlt, ils font semblant de ne p;'-
le bouiheur, couinlue si Inous e'n portions comprendre i
la peiile fieur rare, perpdluellement
cpiinglie sur ic corsage. Foin de cux Mais A l)ieu ne plaise, Meidnines, Mes-
qui n ius iiicilenit a suspecclerr a iddlite sieurs, qu'on m''accse de suspctier ia gC-
tie nos muias. Nous n'avons qu'a former adralit, de vos m i;nas de n'ctre qu.










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


lo irdsill;:t d'n simple, caprice on d'uno cst nomb eunsa t griandit comine une
simnile s;iiisfl'tiion de sensuillit passa- ma ie montante. C'est la gnne avec
g ,e. Loin de IA. Ce n'est pas a moi nun son corlegc tie jours snns pain et de nuits
plus I ii'i' reviI l ide tionitr de: facullds sans sommeiil. Pourtant, par qunl mira-
aIlT'-criv's do In f'imme hailienne ct de sa cle,dans cc coin trouii'enf(t; ofii'enitre pas
fiidliM iA s.es devoirs conjui. iIx. iun rayon de bonheur, parnil-on si con-
L'aillcnus, je me p!::is dantre part a lc lent? Comment done se fail-il que la joie
dire : !!ui're avintage, les m;riages dc n'en soit pas bannie et qne lc stuire,
chlz inus ne soni pis non plus inspires- come une fleur sur des rnines, flotle
en &liuhral- par' une pensPe de lucre, ni q'iand nime sur des levres bl6mies par
d(termint's par in bas calc I ou un hon- le jene'? 1M;is celte force ilrime ne
teux imrcanitilisme. On a dil avoc rai- se renconire pas toujours, et la m0me
son pour tll ppUer cetle virito que chez silualion fail Iailmre ailleurs des specla-
ious les grades fortunes sonl tares, et cles moins 6difiants. Voici uri pere de


ne permetlent pas, par consequent ces
constilulions de dot grice auxquelles en
Europe, a( des reles de mi-carine trans-
formees monlent i des idaalites de ma-
dones D.

Et nons voila aiesi amene a votus rele-
nir sur la question kconomique par une
transition loute naturellc.
Messieurs, si l'on est g6neralement
d'accord A altribuer A l'oisiveto la ma-
leriil de tous les vices, quand done
parvieidra-l-on A determiner le nombre
des malheiirs irreparablcs don't ia mist're
est la c;use, et les ruines" morales mul-
tiples iqe cetle plaie socile enfante
parmi les homes?
Eh bien. nombre de divorces n'ont
pas d'autre cause. C'est que. Messieurs,
quand la faim si6ge dans un foyer, pour
pen que ceux qui en souffretl n'aient
pa: I'inme bien trenmpe, rien n'est assu-
remnent plus propre a aigrir les car;'c-
ltres et a les porter a des exces et a des
draines douloureux.
Certes, ii fault le dire a la gloire de
niolre peiile nation, qu'elle sail. vaillam-
ment iie face aux assants de l'adversil&.
L'cniudrince est certAinement uue vertu
h:.ti, iie. Et, a c6td de tant i d d fail-
lances mnorales qiii, a :I'autres .'g I.1s, se
ri'vele lt !anlns notre organism social, il
est vaimnent riconl'otiant de consliler,
dans !cs foyers mines par la rmisere,
,ut.s I'roits sereins oi sait opposer ;nI,
sn!file dlprimnanl de I'inlortl'iie. PPne-
tr, z n.i inslanlt dans un de ces inodtsles
inlirli ts bourgeois ofi la progeniture


famille qui n'a pas de profession avoute.
S'il ne s'alimente pas au grand a ratelier
national v qui s'appelle les moyens bud-
gitaires, il fail lout naturellemeni le cour-
lage --le courage marron s'il vous plait--
si facilement lolr&6.
Ce n'est pas assurement brosser le la-
bleau au noir que d'y r6server une
place a l'alcoolisme. Le miri fera done
menlir le prtlexie do I'Ancion, et, a
l'encontre du pore Aslynge, il voudra
prouver que quand on a bu, on ne doit
pas ceser d'nvoir soif. )e la des discus-
sions, des scenes publiques, des pugi-
lats-. El tout
cela finira- non par des clhinsons, m',is
devant trois juges engoiices dans leur
rube noire, qui prononceront d'uiie voix
iiliffirente et hilivre 'arrmt de sd-
paralioti ddtinilive qui delivrera les
Ppoux 'iin de I'autre, le plus souvent au
grand detriment de pauvres pelits Otres
d&sormais voues aux incertitud'es d'un
avenir charge de sombres nuages.

Enfin la consideration d'ordre juridi-
que.
Puis-jei me laire, M M. sur I'acces
trop la ile ilie l's demiandes en divor-
co rucontrent devnlt les Tribiunaux,
ion i)ns cert.s ; la faveur des lois, car
nous savous en quelle mediocre esline
ellc"; liennent I'inslilution du divorce ,
nmis grace sans doute aux dispositions
trop corn.laisunles de nos magistrates.
Bien (qie la oi, on effel, ait sagement
tis6 e compnjliquer d'eniaves la proc'-
(dure du divorce par consentement mu-
mul, au point de la rendre presqu'ina-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


bordable, pie d'exemplcs cluz nous de
divorces ;icconiplis par le move de
suble i'fuges, ':r cornsen element nmutiel
deguis I, sous le m.Ifnnlcau de .vices el
iujure,' braves ct pnv lines ? La Joi se
Irouve ainsi dPtournde de son but,
d'autanl plus facilcment que lcs parties
s'enlendent d'avance pour que le de-
fendeir fasse d6f-iut.
C'est pourlant assez que la jurispru-
dence en soit arrive a assimiler a oun
cas d'iniijre grave el publique I, fail
par la femnie de refnser devant une sim-
ple sommation de r6inltgrer le loit mari-
tal, pour que I'on ne comble pas la me-
sure en se declarant MdifiU par un simple
grimoire d'huissitr et qu'on neglige
d'ordonner l'enqudte quand meme dans
ce'cas, I'enquete qui peut etre serait
revllalrice des faciles stratagemes et des
secrnles ententes. Et puis pour finir sur
la question, disons qu'en soumettant les
parties a l'ann6e d'epreuve pievue par
1'article 248 code civil, on procurerait
souvent aux 6poux en mal de s6paratioin
parce que Irop prompts a ceder a leur
premiere impulsion, i'occasion d'une
meditation salulaire d'oii is reviendraierln
probablement plus conciliants et assagis.

III

Comme vous le voyez, MM. il n'ri'ait
pas sans inlie@t de nous arr6ter un ins-
taut sur la question du divorce qui a sa
place nalurellement marque dans une
conference qui doit avoir le remariage
pour objet.
Mais le remariage, MMI., suppose des
situations diverse, il comporle des no-
dalit6s varikes.C'est en effet un remariage
quaccomplit l'6poux survivant ou lc
veul qui convole en nouvelles nocei.
C'est aussi tn remariage qui se preis-ntec
quand un epoux divorce cont.lracte ine
second union avec une personie autte
que son precedent conjoint.
C'est enfin dans ls liens d'un reima-
Aiaole que se trouvent deux <'p'c!x pr6-
cederlmieint (desunis par l ic di(iic'i qaui,
s'etant tlcnoigne le disir de revenir I un
a I'autre, se repreinent r6ciproquenient
a nouveau pour mari et pour fenime-


I polnivu bicn eonendu que la loi les y
auitorise.
Celle dernidre situation est assnrd-
meni la plus curieuse, la plus in1tees-
sanle et c'est la setle vous I'avez deviiad,
que nous enlendons envisager.
Ici nous nous pprmellrons une lIgere
critique de terminologies. Nous nous
trouvons, vous le voyez, en presence
d'un terme uni ue servant a Iraduire
Irois situations )ien dislinctes. Or rien
n'est plus propre a faire naitre la con-
fusion. ii nous semble bien qiue lors-
qu'uae nouvello union se contract enlre
des epoux divorces, ayant d61 unis iar
un priecdent manage, le vocabuiaire iu-
ridique devrait etre assez riche pour ca-
ractdriser cett. sorte de remariage par
une expression propre, et, si je puis le
dire sans irrdverence, << dliqueter > I cas
d'un vocable particulier qui le fasse dis-
tiliguer des aulres auxquels il s'appa-
rente sans doute, mais don't il dilfere
sous quelque rapport.- Mais ne Iprolon-
geons pas outre measure cetle petite
guerre au mot et 6tonffons colle chicane
que vous me pardonnerez, MM., en fa-
veur du sentiment qui l'a provoquee :
un souci pent edre excessit do l'exacli-
tude et de [a precision.



Quoiqu'il en soil, voici un divorce
consomme. Entre les epoux qli her
etaient unis, la justice a rompu tons les
liens. Or, voilA que, quoique defi.ii ive-
ment sdpar's 1'un de I'an lie. tin sei'ret
d6sir de se rapproch',r a nouveau Ivs pos-
sdde. lIs ne s'iu veild nt ['is, I.i tll
mot, ils se veuleni. .uir sbea t-ii pe,'r-
mis de se reprerndre llgiiuti.icenol puur
maria et pour feinmme':' :! ;l i oi leur
pertnellia I-rlle par miui nouvelle unioa
de se prornmellr uie second fois, mu-
tuellement la lidelijt dans 'ainour, la
cot uIrnarion dans le bonheur et i':. lance d(ao i'iiifoitine seiou !,0 t t -.' A
Portalis ?
Non, repond la 1()i i! i'[i.!;! "- ls i; ]i'p i ;
qui divorceronl pour qpel, I' c; a i(I qu1'
cc soit, ne poiurr nt se iceilr ( :iriicle

283). El pourquoi pas ? LLs rinuus, qui










REVUE DE LA SOCIITIl DE LEGISLATION 185

mililent on faver de l'institu ion du re- semenl, et on divorce s6rieusement :
marriage sont cpendant assez serieuses I'intentio des epoux qui divorcent est
pour meriter t'attenlion de nos L6gisla- de se silparer pour toujours, de minme
teurs. Voici ls considerations histori- qni I'intoenlion des pponx qui se marient
ques, sociales, juridiques, morales el est de s'uii ir pour lonjours. Mais si I'on
mime religiouses qne la quezlion pro- permnet : ,'leux 6poux qui se soul marids
vo lue. Idanns une uense de perpeluili do ronm-
Depuis que la loi Niquet, en 1881, a pre le lien par un divorce, )ourquoi
refndu :i legislation du divorce en ne pas pernieltro a coux qui out divorce
Frn::nre, le remoniriage y est admis sonnsdas un esprit de perp6tuit 6dgali ment
cerhitnes conditions. L'innovation qui a de renouer ie lien qu'ils ont brisi, si le
61i laile en France a ea des orginesan- temps lear a inspire de sages refl6-
cienes, mais lI remariage avail 6td 6c.irl xions?2 (I)
lors de la creation du Code Napolhon, ,
sons I'influence des id6es contraires ex-
primies dans l'cEsprit des Lois ) et que Ainsi que vous Ie conslalez, Ml. la
Moutesquieu, A son tour avait emprnntBe, raison qu'on avail invoqune, c'hlait la
a hi legislation mexicaine. crainle du scandal, come si ce pr6-
Renforaiint ces argumentQ, Treinlard, tendu scandal pouvail colnrebalancer
an Conseil d'Etat, s'6criait que Ie divorce les desastrenses repercussions ue l'in-
ne dcvait etre prononce qne sur la lordiclion du retmariage est de nature a
preuve d'une nkcessitl absolute, qruI I- produire dans l'economiie fmiliale et
retour des deux 6poux dovait dire ecar- dans la situation des enfants i
te comine 6tant propre a offrir une Messieurs, depuis que la sociitd est
occasion do scandal. cc I1 imported, organis6e parmi les honmmes, le manage
ajoulait-il, qne les 6poux soient d'a- a toujours t16 honored er lout ouartictlidre-
vance pnatlrhs de toute la gravity de ment depuis la creation du dioit mo-
1'action qi'ils vont intenter, qu'ils n'i- derne qui lui assigned dans son seiu une
gnorent pas qne le lien sera rompu sans place privilegiee. Et c'esl bien A just
retour, et qu'ils ne puissent plus regar- litre. Car le maringe est la source de la
dcr I'usago du divorce come une simple famille, le reflet reduil mais fiddle do la
occasion de se soumeltre A des epreuvcs nation ; c'est que 1'dnergie d'un people
pas.swgdres pour repreodre ensuile la se measure aux forces morales de ces fo-
vie congugale quand ils se croiront suf- yer3 qui composent sa substance solid.
fisamment corriges.s Les suci6lds, dit Paul Bourget aantt


El Porfalis ajoutait que c'est par res- durl el devant durer, doiv
pect pour le marriage qu'il faut d(fendre ,rgles dfe la < sanld collect
aux oponx de se reunir, afin qu'ils nese en verlu de ces verites
joiient pas du divorce come ils se sont que le Droil ktablit cert
joue du marriage. Ces raisonrs, dit 13au- propres i assurer un tra
dry-Lacantinerie, n'ont pas convaincu le veur au enrage, a la far
Ldgislateur de 1884. 11 se peut que le lule social, q(i, lorsqu ell
coeur de l'dpouse coupable, doit la con- fail que la so.-loA agonise.
duile a motive la prononciation du di- deux grandes preuves fraF
vorce, s'ouvre au re-entir, et quo son dans l'instiluion mieme d
conjoini, don't le temps a calm l'irrita- qu'il est admis, avec ces
lien. consent A lui pardonner ; pour lates, so procedure co
quoi done, d6fendre alors aux upoux de nombrouses enlraves qui
a'enues. Co soul bien Ia I,
se r6unir ? La soci6~6 ne peut qu'y ga dfaen e sot la l
gner. Quoiqu'en pense Portalis, les deoavenr q 1 la loi altacl
6poix ne se loni pas pour cela un jeu normal. II semble bien q
du divorce, aprds s'dtre faith un jeu du
marriage. Eo principle, on se marie serieu- (1) Baudry Lacantinerie.


'cnt ob.ir aux
ive.) Or, c'est
fonda nentales
'ins principles
ilement de fa-
ille, celte cel-
le esl malade,
On en Irouve
ipanies l'abord
lu divorce tel
mesu es irri-
tnpliqu ee. ies
en garden les
es signes de la
e A ce idgime
ue le Ldgisla-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


tenr n'accorde le divorce pour ainsi dire constale ici Et quel dimenti cel, 10o
qu'i contre coeur, et [lon seni qu'il ne protecirice du marriage ne se donine t
I'aurait pas ins!ilud si ce n'eiail pas pour olle pas celle-minme, en inle'rdisait A
obeir a des ndcessiles sociali- de la plus d'anciens 6poux divorces la tacull de
haute gravIte. Un auire example 6diliant so rapprocher, de se r'unir sous Ii loi
de la faveur qi)i s'alla: he an Ie.gimi conI- conJjugale, de recieillir enfin les dtibris
jugal eslt l; situation privilegiee iai;e' aux disperses de l-ur bonh-uri effriti. de se
enl'ans 16gitimnes au prejudis. des en- recoi!s:rine iun nouiveau foyer sur les
fans na;uirls, la part de ceux-ci dtani ruines de cclui que Ic divorce avail dd-
6tant bien infdrieure A cell,, des en- trnit ?
fanils l6gili.mes dans la succession par- Prenez garde En leu r formiantl !n p0orte
ternelle. du nmari.ge, vous leur ouvrez celle du
En voniez-vous d'aulres exemples ? Les concenbinage, catr (Ijh Ile ,I la I'orce hu-
epoux, du moils soi s le rogimne d droili maine qui serait ;issi.z puissanle pour
coimmun, peuventt reclamer chacni la les empdcher ile sc li:r' Ir I i i 'niio libre?
moilid de la conu.nunaule ; les enfants [L'union libre, ah jo sais qye de nos
nalurels, en cas da, marriage subs6eqien: jours, dans ccrlains cenllres, Ille est de-
de leur pire et rnie, se trouvent ipso fendne au lh;i'alrro et daiis une cir'laine
facto kigitimn s (301); le p're, durant le litterat're, notainient cii. Fi', c. C' sont
marriage, et apres la dissolution a d ma- 1A les funestl's effies det (lutcli -iie de
riage, le survivant des p're el mere a la i;dgation et de touted id6e morale pichltecs
jouissance des biens de ses enfanis jua- par les ap6ires d'un nouvel kvangile,
qu'a 1'age de 21 ans ; nolons en passant les tristes consdquences do I'iindivilra-
pour souligner notre d6e.onstralion, lisme, c:use de cetle anarchic iitellec-
que cette mime jouissance, la loi, c'm me tuelle et morale qui ,estera cnllle lat
pour le punir,le retire an conjoint conlre marque dominance de notre age. On faith
lequel le divorce auiail t t pronoucd I'apologie do 1'egoisnme, on procla11e le
(art. 325); ;orsque le defunt no laisse droit 6 la joiissance. Le devoir, dit
pas de parents au degid succ ssible, les Proal, ltant supprimie, la reclerche du
biens, avant de passer a I'Elat, appartien- plaisir, (deveniant l'unique mobile de
nent au conjoint non divorce, dit I'art. lhunune, on compreid que les philoso-
627 c. c. ; a defant d'acte de naissamce phes sensualki.es coriteniporains, couine
de 1'enfait I1gitinm, la possession d'Mtat leurs devancieis du X\'II siecle, en-
d'enfant lgiitime suffit pour prouver sa seignent l'arl de joui (1)
filiation (art. 300) ; le mari alministre Eh i bien l'union libre, nous autres,
seul les biens de la communauld. II pent nous 'avons laissde loin derriien notIs.
les veudre, ali6ner et hypolhdquer sans Releguee, actuellement dans les rangs
le concours de sa femm! (art 1206); infirieurs de noire society, elle fut,
enfin la femme marine a une hypolheique ien convieni ie regime de nos ane:clres;
16gale sur les biens de son maria. Je passe mais il y a longlemps, qu'! Iu union libre
sous silence tous les aulres advantages a ccss6 d'etre du moims, oiiveoricnWitr en
qui peuvent rssulter c'une communanti hionour dais nos clas.; dilra'Inies.
convenlionnelle. lile ressemble a ces aRcici.' as riliques
Je n'en finirais pas, MM.. s'il fatll'i diu passe ces oriplaux demoues 'lue
vous 6numa rer tons les profits qiie la loi I.'s prigres di lenmps olu fail e.iiigcr au
fait resulter du mariagi, dans le but evi- fori d eses vc-i'les armoire'.
dent de 1'encourager. EL;h biti1, v.ila anu- El si Ia crCis;de se irours illeours,
tant d hommages rendus a ctte insti- ';ans les assants ral)pels d'un<- c'iotanie
tulion. Or, le seul anoncd de cos prin cole, dnl It- adepltes se l .i, ct i.re lte
cipes, n'est-il pas un plaidlyer suffisani ,saiboliht',- d- I'orgalnis;tlon m oiiile ac-
en faveur du remariage qui nest apr6s mcliw, ce o'est pas asslnl lentol de nos
tout qu'nlu marriage ? Al I'tiange con- """"
tradition en veritW que celle qui se 1) G. Proal. La criminality politique.


186"











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 187

femmes et de nos filles- don't une edu- Quol spectacle immoral'! Et quelle
calion plus saine a bi~ la nourricire, consequence absurd el injuste Sou
qu'il faudrail allendre, je crois, le moin- uir mnme toil done, au sein de la minme
dre concourse a la propagation de telles famille,se trouveroitdeuxstriesd'enfants,
nloeurs. l'une ilgit:ne, I'aulre uaturelle, issues
Certes, Mesdames, dans votre sonci lous du mime pere et de la mime
d'616gance et de distinction, vous savez minre, partageant sans douie 6galement
bien vous conformer au mot d'ordre qui leurs affections, admis sans dole A Ious
nous vient de I'ancienne metropole ; vous les droits que la nature leur reconnait.
savez par exemple,d'nn ourde main labile Mais I1 linit leur 6galit6. Plus tard la loi
ct couple, vous atlifer suivant les rites interviendra entire ces enfanis dtu mitne
imposes par les exigences du chic ) amnoir pour priver ceux que le hisard
fran(ais, si bien qu'il y en a lelles par i'a fail naitre hors marriage d'une parlie du
vous tant la resemblance est rrap-- patrimnoine familial au profit des autrjs
panic-- qu'on pourrait aisnment prendre que le hasard contraire a fait nailre
pour quelques-unes de ces gravures su- dans le marriage. Et quand un enfant 16-
bitenieut animees come par enchan- gitime jouira des trois quars de I.) suc-
tement, qui sortiraioit du cadre des cession, le na'nrel n'aura pour sa con-
journanx de mode. on de ces catalogues solution que Ie tiers do ce qLu lui revieu-
des Grands Magasius Parisiens don't te drail s'il 6lait legitime.
deluge p6riodique se diverse sur la a-' Voila pour l'iutr&t t p;cuniaire.
ble de faiil e. Mais vous sivez vous ar- 11 ya encore l'intret moral de l'enfaut.
reter. Et j'estime que l'on obliendrait Envisageons done le retnariage acco'n-
tout aussi difficilenmnt d&, vous volre pli avec une lierce personnel parsuite de
adhIsioin a l'union libre qu'on obtien- l'impossibilit6 oil d'anciens conjoints se
drnit que vous renonciez z h ces ainables tronvent de se r6unir. C'est un faith bien
(clhillonsu) qui vous rendent si adorables, av6r-t que les int6rels moraux des enfants
pour reprendre le chaleaust6re fraiug6 de issues d'une premiere union peuvent tire,
soie dr, vos aieules,-ou que vous delais- par ce faith, gravement compromise par
siez le cliarme de vos chapeaux fleiris[ une second. Les beaux-parents et sur-
pour accepter de ceindire vos fronts tie tout les mardtres aiment rarement leurs
belles patricienn es du vulgaire et si pe ubeaux-fils el leurs belles-filles. (1)
gracicux ( tignon ) dinmocratique. La Bruyre a ecrit avec infiaiment
Eli bicn fermons cole parenthbse de raisou d:iii ses : CGaraclres D que-ce
el demindnons-nous, les epoux ancit-u- qu uno inaritre aime le moins au mon-
uemenI divoVces 6tant libremnenl unis, si !.le, co souit l.s enfants de son intri. Plus
I\ scn'udale qui en resulle n'est pas ;ii- elleaiimesonmari, pluselleest miratre.(l)
ll'lrn !l grand que celui doil se plaigiaiil liappelez-vous le language que Racine,
le b .ivc conseiller Treihard ? Evideni- dlais c Phedre ), met dans la bouche
ineni oii. Mais l:i quieslion s'offre -ivec d'tlippolyte:
des carac!6roi de graviii plus grande en .,
des caircroes tie gravi plus granle en Du droit de ses enfants, une mnre jalouse
co!' quaitnd on pentse an suor dIes entan!s. Pardonne nrarementaa fils d'ue autre epou-
Dans le cas oai it y a en des enfaits do 1 [se
]a pi cddente union,conmme ils sont issues ':..... Les souvons importuns
de jusles noces, ils soul ainsi en Blat de Sont d'un second hymnenl les fruits les plus
supdriorild manifeste vis-a-vis de ceux coummuns",
qui adviendront dana la suite. Ces der 11 va sans dire que pour justes tqu'elles
niers, htlas la loi en fail des batards! soient daus la guandralita, ces rexlexions
El voilh rompue l'unile morale, 'union sont corrigees nar de notables excep-
des coeurs par la coexistence strange de tons.
deux soc;'61s differences se coloyant daus Ger 1 :,Mh.,une rgle qui conduit a
la minme famille, ce conflict d'iutnrdts -----
surgissaol dans le mime foyer. (1) Jules Jolly. Les seconds marriages










188 REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


de tel resultats est une iniquity. Aussi, conference f[it pron ncee dans I'enceinte
faut-il appeler de nos voeux la rdf6rme mime oui s'claborent habituellemient les
de l'art. 2953 du C. C. et sonhailer que lois, est penl-etre u,; bon aug'ire Po fa-
le L6gislateu:, s'inspirant de la loi rfan- veur des idees qui Irouvent dais I'ora-
gaise, decide que le rpmariage sera pos- teur de ce soir leur modlste porle-parole.
sible entre 6poux, pr&cMdemment divor- Est-il ndcessaire do dire qiu pour ma
c6s, sons les conditions suivantes; part,je me sentirais largement reco(iimpens6
(1) Les 6poux divorces ne pourroni desefforts quej'ai tenldet:sdn.ei plidtoyer
plus se reuuir si l'un ou I'aulre posti bien imparFit, hlas en faviur' dti r;-
rieuremient an divorce, avait conlract6 marriage si. A la prochaine esi ti de no-
un nouveau marriage, suivi d'un second Ire Parlement, le project L'on, ti,'e cnfi.i
divorce: la rl'union des 6poux divorces de la paix poussierense des c:.,tois !i -
serait done possible, si le second maria- gislatifs, revoyait le jour, porll center
de l'un d'enx dtaft rompu pour tie an- dans le domamne des rtalitis ce ac:iuerir
tre cause qie I divorce, par example droit de cit dans notre lgisla;ion ci-
en cas de nuliiti du prcident marriage. vile.
(2) En c;is de reunion des Lpoux une
i:ouvelle cl6hbration de marriage serait
necessaire. Disposition, dit Baudry, con- Enfin, Messieurs, cldlurons cel nltre-
forme aux principles, le maringe i)ani lien dejA assez long par une cini:-iddra-
dissous, les epoux d'autrefois sotu aussi ration d'ordre pureinent. rligieux. Que
strangers I'un a 1'autre que s'ilsn'avaient I'on nes'en ktonne pas. 1'y trouve u i 616-
jamais ete units. ment serieux, uo argument de haute
(3) En troisieme lieu, apri- laI runnion valeur morale au prolit de ma iht3se.
des epoux, il ne serait plus re'u de leur La religion catholique est, en effet,
part aucune nouvelle demand en divorce celle de In majority des li:,itcus, et la
pour quelque cause que ce soit, autre femme haitienie, tout patticuliii6t ;nent,
qu'une condaiunalion h une peinoe fflic- professe on atlaclemient iprofini it la foi
tive et infamante prononcee conlre I'un romaine. Nul ne lui fera, celris, i'injure
des 6poux depuis leur reunion. de douter de la sinc6tiiUde ses c:ivatccs.
(4)En 4e lieu, il faudrait inlerdire aix Nos m6res sont fianchel entu chr&-
couveaux m;ries, le droll de se ch:iisir tiennes.
uu regime matrimnonial different du prd- Or, nous savons qe e e droit can'.nique
cadent qui riglail h ur i.nion. Measure fondant le marriage siir le I incipe d'in-
sage en faveur des tiers. li laut retired dissolubilile, condamne le divor-ce cn fer-
aux 6poux touted id6e ((machiavelique) rant le chemin des sacrrni;e!s aax
de divorce pour se ruanir i!nsuits eni fiddles qui auiraieni obte ni tie i'nulorit6
faisant prrcddtrr leur nouvelle union d'un civil la rupture de leurs liets coinjugaux,
le regime imalcrimonial qu'ils convoilent Nous savons aus'i que pour venir en
au prijudii-e des tiers aide aux 6poux en cerlains cs oil li vie
(5) Enfina les actes juridiques passes commune leur devipot iiiiole)ab" Ie,'!li-
dans I'inlerv;lle du divoi ce et du not- se reconnailla sdparationde corps.fei lis-
veau marriage, conserveraient tous !eurs santl oujours la porte itiverle ai 1i:; ri-nci-
effels, it seiaient trails come eitant lialion et don't la nalire subl.rdo i;iee'iu
intervenus eutre 6 r'angiereb dats Ie cas oui principle de I'indissolubilit. di at. inige,
ils int6resseraient los deux conjoints. <( se concilie saus peine avec le- xigen-
La Chamnbrte dt's Depulte a eu, je crois ces du catholicisme ) La loi f. ;!:;.ise,
la ~dl!eiii n;gaitre, de s'occuper de la elle aussi, reconnait la siparatiin de
question. Ma is le project de loi don't le corps. Plus rigoureuse, Ia l oi l:iiiencne
Ded~ute Camille LIon a eu la lt.iiti, r6pudie le reinariage enlirn ipoux livor-
attend encore la sanction Igi4ilative. c6s el m6connait la separation d(i corps.
Lehasard heureux qui adkcidd quecelte! II se trouve done que 1:i femnie h;.iliei:-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 18 9
lok.\N\' \\\\\\\\\\\", ,\\\\1\\ \\1\\\\ 1
ne est moins protlg6e que la femmel I'amour, c droit imprescriptible di coeur
franCaise sous ces deux rapports. humani, I'Amour, qui, come le ciel
Et ainsi, quand, sous I'empire de graves peut parfois s'obscurcir, inais qui, come
raisons, la vie commune devenant insup- le cicl aussi, 1MM., a des beaiits incom-
portable a l'epouse hailieune, elle sera parables el des profondeurs letinelles.
oblige de s'6vader de l'atmosphere con-
jugate, si elle est catholique el ne se FRANgOIS MNATHON.
sent en mrime temps aucun gocit pour
toute union t laquelle la loi civil refuse
sa consecration, eh bien plaignons-r
la; car dans ce cas, ele est iiriumedia-
tiement condamn6e i traiiner,t'un coeur I x enes de So
desenchant6, le boulet pesant du c6libat; Aux nMem es de Pa Socieu- de P
elle est poilr touj,-)urs vou6ee ah ne con- de Por
tinence force que lui inspire le double
respect qu'eile professe pour les com- M,:ssieurs et chers collgues,
mandements de sa foi el les prescriptions
de la loi. En lehors de cAlte siluatiou, Le general Turenne .lean-Gilles, ancient
deux voices 'otffrent A elle : ou conseltir grand fonctionnaire, demeurant au Cap-
a se don; e: uil nouveau colnjoiint siiivanti Haitien, a bien voulu poser A la Societ6
les voices l~gales; et I'l'ficier de I'Ett Ci- quelques questions relatives aux cabrouets
vil, le Code- en main, dira que celte union attaches au service exclusif de ses exploita-
est legilime, mais lEglise ce la conn ailra tions rurales (la Gossette et Fontenelle )
pas conine tell; on bien relourner A la situses dans la Commune de Milot, arron-
vie couinnune avec soin ancient conljoilt, dissement du Cap-Hahien.
cL alors. tandis que I'Eglise, les bras cu- Ces questions sont les suivantes:
,erts, la recevra comine la brehis eg:rce io Les cabrouets a bceufs sont-ils, en
qui retourne an bercail, la lui, A son vertu du tarif annexed A la loi' du 3 aoit
tour, lui refusera sa sanction! 1900 sur les impositions directed, soumis
Epreuve p6nible crueile alternative IA 1 impot de la patente?
dilemme sans issue Pas tout A filit, 2 Si oui, dans quelle Commune cet
pour;ant, puisqu'il y a moyen, siuon imp6t doit-il 6tre acquitt6.
de suil.priimer totallment les rigueuis 3 ,e Conseil Communaldu Cap-I aitien
d'une liar'ille situation, di mioins de les peut-il, a l'arrivee de ces cabrouets au Cap-
alt6nuer dai.s une cerlaine measure : pr Haitien, leur exiger de payer une nouvelle
I'abrogation dt 'lart. 293 du Code Civil it patented au profit de la Commune du Cap-
1'iisltauration d!! remauri;age dans le doil I laiien, dans le cas ou cet imp6t aurait
haitien. 'raice cit. ro iet'one, les anci6'ns 6 et deja acquitt6 a Milot ?
epoiix Irouveroni tin baume pour raliier 40 In cas de non paicment le cette
la soutfftanco de leurs coeurs ineurtris. .nouvelle patente, ie Magistrat communal
Appclous de nos vmoex le jour o1 s'irs- du Cap-Haitien peut-il, de force, emp&eher
pirnt ,de routes les iesie qu nmus avon- It'entr6e en ville des dits cabrouets, sans
agities devant vous cce soir, le L6gi-la- ur commettre un acte arbitraire ?
prendra des in'suries pour prive iir les[ 5 Cet acte ne tomberait il pas sousl'ap-
deplorables consequences pouvallt !esult'r plication de l'article 85 du Code penal ?
de cethe double lacuine de notre droit ci- -Sur les premiere, deuxieme, troisi6me,
vil: I'inexislence d'une riglementation! I,- et quatrieme questions:
gale de la sdparalion de corps, et l'i:ter- L'article 36 de la loi d'octobre 1876,
diction du remariage entire 6poux prI'ce- non modifi6 par la loi d'aofit 1900. dis-
Idetnuient divorces. pense de la patente les cabrouetiers charges
Dans I'interit supirieur de la fariille des charrois des habitations.
et des enfants, rendons-les done a l'a- On ne saurait done admettre que les
mour, souveiain mailre des choses, a cabrouets qui transportent exclusivement










190 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


des choses appartenant aux habitations aux- transportent habituellement, au retour de
quelles ils sonr attaches patient une patente, la ville, des objets quelconques ou mar-
ni dans la commune o6i se trouvent ces ha- chandises pour autrui : mais s'ils transpor-
bitations ni dans celles oh les c.brouets tent des choses appartenant aux propri6-
transportent les choses qui en proviennent. taires ou gens de I'habitation auxquels ils
Cependant, si ces cabrouels sont employee& sont attaches, non ; pas de patente.
a fire des transports autres que ceux des 3 Ces cabrouets sont, dans tous les cas,
habitations auxquelles ils sont attaches, le forces de payer l'imp6t sur les patentes.-
tarif exige qu'ils patient une patente de Le ta;it dit en effet que les cabrouets atta-
quinze gourdes ($ rS). ch& A une exploitation rurale quitravaillent
J'ajouteque le 5ealineadel'air.36 estsiclair dans une branch d'insdustrie ou pour au-
et si formel que l'on ne saurait avoir l'idee trui doivent une patente de 15 gourdes.-
de reclamer le paiement d'une patente quel- Et bien, si les cabrouetiers attaches aux ex-
conque aux cabrouets qui travaillent exclu- ploitations rurales transportent habituelle-
sivement pour les habitations auxquelles ment des marchandises, ils font concur-
ils sont attaches : en general, dit cet alinea. rence aux cabiouets des villes; et comme
a tous ceux qui font des charrois ne sont ces derniers sont patents, il faut que les
assujetis a la patente relative A cette profes- premiers le soient aussi ; le tarif dit bien :
sion qh'autantqu'ils travaillent poor d'au/res (( patient la patente les cabrouets de cam-
que pour les habitations propri6taires des pagne qui, bien qu'attaches au service
cabrcuetsoudesanimauxqu'ils conduisent.) d'un etablissement, travaillent dans une
-Sur la cinquieme question : branch d'industrie ou pour autrui, soit
Dans le cas ou un Mlagistrat communal en ville, soit dans la champagne )
s'aviserait d'empecher de force les cabrouets Cependant, Messieurs et chers colleagues,
vises dans les questions ci-dessus, de ren- je me rallie A la deuxieme opinion pour
trer en ville. ii faudrait faire constater cet les considerations suivantes :
emp&chement dans les formes accoutumees; II y a une antinomie, une sorte de
et ce serait alors I'article 85 du code penal contradiction de redaction entire Particle
a faire appliquer centre lui et son conseil. 36 de la loi sur les patentes qui vise sp--
D'apres le cinquieme alinea de I'aiticle 5o cialement les cabrouetiers charges des
etle 8me alinea de l'art. 55 de la Loi sur les chairois des habitations et I'article du ta-
Conseils communaux, ce fonctionnaire rif annexe a cette loi, qui vise le droit A
n'auiait faith ques.Ncuter les ordres vexatoires payer par les cabrouets en general.
de son cons-il qui serait, dans ce cas res- 'article 36 de la loi dit formellement
ponsable avec lui. que quand les charrois des habitations se


En terminant, Messieurs et chers col-
lkgues, permettez-moi d'attirer votre atten-
tion sur une riflexion general que meriten,
les quatre premieres questions. Dans le crs
ou les ca brouets attaches aux habitations,
de retour de la viie, prennent habiruelle-
ment dcs Tmarchandises pour les transporter
dans les campagnes, seraient-ils assujetis I
la patent. ?
, Trois opinions peuvent se manifester
io CLs cablouets ne sont assujetis a au-
cune patente, car ce nest pas en quelque
sorte un commerce qu'ils font : et-dans le
texte come dans l'esprit de la loi, la pa-
tente n est due que par ceux qui tont le
commerce ou exercent une industries quel-
conque.
20 Ils sont assujetis une [patente s'ils


font par cabrouets ou dos d'animaux, ceux
qui font ces sortes de charrois ne sont pas
assujetis A la patente.
Pourquoi vouloir assuj6tir les charrois
des habitations a une patente, quand elle
se fait par cabrouets ?
Le fret que ces cabrouets prennent, de
rLtour de la ville pour les habitations aux-
qutlles ils sont attaches, est toujours du...
charroi pour les habitations, du charroi
soit pour les proprietaires des habitations
ou pour les peisonnes qui y travaillent ;
la loi n'a fait aucune distinction a cet
regard et ne pouvait en taire, etant donnes
les rapports ou mieux les contracts que
!'usage etablit entire ces deux classes de
personnes. La concurrence qu'on voudrait
reliever au detriment des cabrouets de la










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 191
,-- ------ .I
ville, ne doit pas etre prise en considera- leurs r6clamations avec les yeux d'une in-
tion, puisque les charrois A dos d'animaux telligente bienveillance, puisque la mod6ra-
pour ces habitations ne patient pas de pa- tion seule peut avoir une duree longue,...
tente. bien remplie.... et enviable.
Du reste, n'est-il pas "violent que les ENOCH DESERT
personnel qui travaillent sur les habitations
telles que: Ait', la Gossetle, Cldrice, Darance _- Am-
Fontenelle, la Chapelle, etc. soient obligees
de faire le transport des choses necessaires Rapport
a leur habitation, des products achet6s de
la ville le transport a dos d'animaux,--
pour ne pas voir leurs cabrouets frappes Messieurs,
soit d'un droit de patente, soit d'un... in-
terdit de ]a ville. Le tarif semble ne ps:s Me .1. E KInol, avocat, vous pose la-
faire de difference, soit; mais c'est toujours question suivanie : a Un dputnd du pet-
la loi qui eclaire le tarif, et non le tarif a ple qui, aprts ine lgislatuire faith
qui 6claire la loi. liquider sa pension, sous l'empire de
l la loi du 10 aout 1894, a-t-il droit &
La loi, en effect, est conque en terms I accroissemedt de cette pension, s'il
amples qui suivent les replis de la pens6e a reVient a la Chambre et a fail deux
du L&gislateur, qui montrent sa volont: a Iures legislaltreis?
dans l'ensemble des expression!. Tandis .Je pense que non.
que le tariff, annexe de la loi, est &crit en Le fonclionnaire qui fail liqu'der sa
terms lapidaires, qui font comprendre, par pension, doit r6uniir trois conditions :
ainsi, que c'est ailleurs qu'il faut chercher .lo avoir subi les revenues 1egales, 2o dre
la pens6e maitresse du Legislateur. fig a mins de cinquante ans et 3
Du reste, en se rangeant A la second avoir ourlnis 23 ains de services.
opinion, on rentre non seulement dans Sila pomiire condition a pour bu dobli-
l'esprit, mais aussi dans le coeur du Iggis- g.rl, fn'[01lionnuiire l conlribncravecl'Elat
later, dans son coeur qui ne saurait tatil- a a 1" ormition du capital de la pension,
lonner les cabrouetiers attaches aux habi- le d(etlx altres revlent nellemant que
stations en les empechant de prendre aucun I'ittcnlion do 1ggislateur est do n'en
fret de retour pour ces habitations: que o l''ye la liquidution qu'au moment
l'on sache tous que pour bien diriger les ,U, le cc(rps faiigue et :'esprit pffaibli,
le l'onciouinr i'e aspire, 1 Ia iriti'aiite.
homes, il faut pouvoir... les aimer. le foitioninire aspire a la rtraite.
En iel:IIl, la pension tlant une d-lIte
Je conclus donc, Messieurs et chers col- que I'Etl aciquille envers ses anciens
legues, que les cabrouets qui font les char- s"Irvileurs, a I'atie des infirmiles, no pout
rois des habitations, soit de la campagne 6Ire liqluiiiie qu'in fiveur de ceux qui
a la ville, soic de la ville A la champagne, soni arrives A la fin die ler cairi6re. La
n'ont de patent A payer dans aucun,' collation Ie la )pein.ion el done on cor-
Commune.-IEt si un Cojiseil Communalse rctl lion avec Ia rcir;ile du fonclionnaire.
range h la troisieme opinion visLe dans Ais;,i, pJiisons-nous qu'cn en auiori-
mon observation. r6clame, par consequent, sain Ii inscr iplion :u Grand Livre do la
une patent des cabrouets qui, de retottr Ditlle I'ubliqtue, le 6egislateur en enlen-
de la ville, fiint les charrois pour leurs ha- daily fix:er iirrvocablement la quotit6, son
bitations, leur interdit a defaut de paic- sili'nc sir le niui accroissement de la
ment l'entr6e de la ville, les personInes I enlion fn i c;s du relour (du pension-
int6ressees auront a fairj valoir leurs dioits iuaiie ;io a liiires publiques s'expliquant
devant !es tribunaux (c. pen., art. 85) ; par I'i;ipi p abilti I-,t celtte hy otlhe se.
et qui sait si, lorsqu'elles suivront cette De plus, I'article 1 die I: loi du 16 no-
voie. le Conscil ne mettra pas plus de v,'mlbie 1864 in* somnble lever lout diutle
clairvoyance dans la question, ne verra pas i a cit 6gard. II dispose que si un pen-











192 REVUE DE LA SOCItTE DE LEGISLATION


sionnaire est appelde remplir de non-
veles fonclions il doit choisii entire sa
pension et son nouveau trailemeni ; el,
(n cas d'oplion poor le dernier, la pen-
sion demeurera suspendue, cc qui signi-
fie clairement que I exercise de nouvelles
functions apres la retraile ne done pas
droit a l'accroissemenl de la pension.
Celte opinion est zorroboroe par un
argurmei.t tlir do li nature juridique de
la pension. Former des revenues prele-
vdes sur les appointments des foncliou-
naires, que l'Elat complete, en cas d'in-
suffisance, par les fonds du Tresor, et
payee sous form de rente vigere ai
partir d'un age determine, la pension
est un contral aleatoire qui pariicipe de
l'assurance el dela constitution de lenle.
Comme dans les contracts al;atoires, ge-
nBralemetl ce qui est gain pour I u;ne
des partir's est perle poor l'auire, cha
cune d'elles checrhe loujours en slipi)-
lant i diminuer sos chances de pcrle 11
n'en a pas etC auttemiit dans la loi
sur la pension ; ct les co-itlions aux.
quelles est soumise sa liqauidaion, nion-
tren hien que l'Etat cherche a oblenir entire
les vies trop longnes et les d6ces pre-
matures une moyenne qui augmenle ses
chances de gain. Le systime de I'accrois-
sement de la pension est done contraire
A I'esprit de la loi.
Ce raisonuement, h mon avis, s'ap-
plique 6galement aux deput6s qui out
fait liquider le r pension sous l'empire
de la loi du 10 aofit 1894, aucuu texte
de cette loi n'ayant fait sur ce point une
exception eu leur laveur.
ALFRED THIBAULT.


RAPPORT
Messieurs,
Pourquoi le Sinal se soustrait-t-il a
la rcgle de la verification des pouvoira
et en quoi consistent les pouvoirs de
ses ineibres ?
Tello est la double question que vous
a pose Monsieur Jules Domingue et
sur laquelle vous m'avez demand un
rapport.


11 me semble que Monsieur Jules Do-
minigue et si je me trompe, je lui en
demand bien pardon croil que l'ar-
ticle 60 de la Constitulion fait obligation
aux Chambres Legislatives, chbq.-e fois
qu elles so renouvellcnt en tolalite ou
eu parties, d'examinuer t de determiner
la validity des elections. Ce serait une
erreur. < Chaque Chambre, lit ce texle,
a verific les pouvoirs de ses Membres
S: e.t juge les contestations qui s'levent
Sa ce sujet. Eu disposant ainrsi, le
LEgislateur Constiluant a lout implement
ctroye au Pouvoir Legislatif ui privi-
lege que les Assemblees politinlues ont
toujours rdclamd. Resle de l'; ncien prin-
cipe du Droil Canonique la confirma-
tion de l'Mlection par le supi'rieur hide-
rarchique ce privilege pioise aujouIr-
d'hui sa liaison d'etre daUns une conside-
ration autrement iiportinle : l'inidpen-
dance des Ciamnbres. Eu ell'et, il conwti-
tue une armIe defensive entre leurs
nmains ; car it leur permeit ie riprimner
les fraudes et la pressiou don't pourrait
user le Pouvoir Ex6culif dans les dlec-
lions pour faire triomplier ses caudi-
dats.
It est vrai que e privilege porle at-
leinte a un principle qui domiine tout
le droit moderne : la separalion des
pouvoirs. Car ce soit des litig-s que des
elections contesties, et la solution des
litiges est du resort des tIibunaux.
lais il est a craindre (q 'e, c;is d'an-
tagonisme eulre le Pouvoir Legislalif et
le Pouvoir Executif, le Pouvoir Judi-
ciaire ne se montre complai-ant pour
ce\ui-ci don't it est issu.
Doce, le droit pour les Chambres
d'ere Juges de l'eligibil:'e de leurs
Mlmbres constitue moin.a iie obligation
qu'one prerogative.
S'it est de tradition A la Chambre des
Cunmmunes que los elections soiclt ve-
rifiees et approuvees indipiedamment
de routes coutestations, il n'en est pas
Ge m'me au Senal. La Ch;iamre, dans
sou reglement intlricur, a organism la
procedure de la verification et subor-
donnC la prestation de serpent des nou-
veaux deput6s a la validation de leurs
pouvoirs, tandis que le Sduat, dans le










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sipn, )'astreiat les nouveaux S annaeurs lisation, peut-elle recouvrer la propri6t6 des
qu' la presta;ltion de serne1nt. Done, a biens immcubles qu'elle possddnit avant ce
q' propr nt pario, e sert nen. se marriage et qui n'ont pas 6te vendus, confor-
propremet prler, e Snat ne se m ent au Dcret du 9 Octobre 1834 de l'As-
robe pas A la rigle de 1;i vnii(ialtion sembl6e Nationale modifiant 'arLicle 5 de la
des pouvo rs. Si, prIalablementl toutes !Constitution de 1879'? ?
conteslations. i n'xaminie et tie deter- Un principeg&dnral quidomine Jepuis long-
mine pas la validil6 des elections avant temps notre 16gislation, c'est que l'etran-
la prpesltion de serment, come le faith ger n'est pas admis a la participation de
la Ch:unhre, il n'en est pas moins Jnge la propriet6 immobiliere en HaYti. Cette
des litiges jni pcuvent s'6lever a co su- rrgle restrictive de la capacity de l'dtran-
jet. Mais ccs lilies doivenlt tre tran- ger ne pouvait ne pas marquer son effect
chi's d;ns I'intervalle qui spare les dans la reglementation de la condition de
Elections de la preslation de sermnent. la femme haitienne marine 1l'dtranger.
Le rg!lemeit i0i6rieur du Sdnat neo Pour fixer ce pointet apprecier, come
ddlinit pas non plus les pouvoirs des il convient, la port6e de 1a question po-
Senaleurs. A mon avis, il consiste dans sde, ii n'est pas, sans intdr&t, croyons-nous,
les proces-verbaux de la Chambre des de remonterun instant au passe.
Communes constatant les elections,i En vertu du decret de 'ierrot du 9
de mThne iqui les pouvoirs des D6putes septembre 1845, 1'haitienne qui 6pousait
C0iosisteni d;ins Ies proc6s-verbanu dos u-i stranger et devenait de plein droit
Assembldes primaires. A l'aopui de 6trang"re, perdait la propriety de tous ses.
notre opinion, nous pouvons invoquer biens, sa succession 6tait d6claree immd-
les Constitutions d(e 18 hI el de 187 1 diaternent ouverte au profit de ses heritiers.
qui disposaient que la Chambre adres- (< Cette rigueur, renouvel6e de l'article 22
serait an Senat les procs-verbaux des'du Code civil, dit quelque part a ce propos
Elections s6n ioriales. No convient-il note Pr6sident etait barbare : mais sur-
pas d'ajnio'er t! ces proces-verbaux ceux tout elle dtait pu6rile. Car aurait-il pu se
des college' ele'tor'ix et dos Assemblies trouver une haitienne assez naive pour
primairos ? Jo le crois fort. C'est pio- epouser un stranger sans avoir eu, au prea-
bablemeat en raison de la comnplexili lable, le soin de inettre ses biens a cou-
des dictio:is sinatoriales (que le Sdnal vert'? Aussi le decret de 1845 n'avait-il
a cru bon de grdler le silence sur ce recu jusqu'en i860 aucune application
qui conslitue les pouvoirs de ses mom- quelque peu serieuse, pas plus d'ailleurs
bres et sur le mnode de les v6rifier. sur la penalitO infligee a la femme hai-
S. tiennc que sur celle don't il frappait les
ALFRED IHIBAULT. enfants nrs de cette femme.>
.Sous 1'empire de la loi de I860, dite
Dubois, relative au marriage entire haitiens
,g )v)Oy !et strangers et oit fut admis le principle que
appoi le marriage ne change pas la nationality de
la femme haitienne de nmme que celle de
la femme 6trargere qui, toutes deux, gar-
Messieurs, daient leurs nationa!ites respective, I'-
ponx haitien seul pouvait acqu6rir des
Vous avez bien voulu me demander un immeubles cn Haiti. Et ne vou'ant qu'en
rapport sur une question qui vous a 6et aucu.i cas, la propridte, sous forme im-
sounise par Mr Ph. S. Fleurimond, de mobiliere, tombat entire les mains de 1'6-
Port-de-Plaix, et dant les terms sont ainsi tranger, le 16gislateur de I'6poque a dis-
poses pose, come vous le savez, que l'epoux
I tranger a la dissolution de la commu-
Une fenmme hlinienne (jui eait revenue nauet, n'aura pas droir. an partage en
da a I it Id son tge avec nature des immeubles communs mais que
stranger c qui,r prd s la diisolutioue de cc mna -co, rt
riage, es1 redevenuci haitienne par la natura -son coinjoint, s'il vit encore, ou seshdritiers









194 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

lui devront une indemnity en argent le marriage a eu lieu apris 1884 sous l'em-
representative de cette part, sur estimation pire de la Constitution de 1879 ou fut
d'expert, etc. c6lebr6 sous l'empire de la Constitution de
Avec la Constitution de 1874, c'est l'eta- 1889.
blissement de l'unit6 de condition entire les Dans le premier cas nous estimons que
6pouxau pointdevuede la nationalit6,mais, la dissolution du marriage arrivant, la femme
A 1l'gard seulement de la femme haitienne peut toujours conserver, ne 1'ayant d'ail-
maride a l'6tranger. Mais nous ne nous leurs jamais perdue, la propri6td des biens
arr&terons pas a cctte Constitution : la immeubles qu'elle avait avant son marriage
.c6lbre loi du 6 octobre 1876, ayant and- et qui n'ont pas 6t6 vendus conform6ment
anti tous les actes publics faits sous le Gou- au decret de 1884 ; car ii n'est stipule
vernement de Domingue A partir du 14 nulle part dans ce decret que, si la vente
mai 1874, cette Constitution d'apres une des biens ne s'est pas effectuee dans le dd-
opinion qui a toujours prevalu,est reput6e lai de trois mois imparti, on encourt une
n'avoir jamais eu d'existence. peine d6termniee. D'ailleurs quel int6ret
Un systeme nouveau apparait dans la aurait-on A proc6der i pareille vente alors
Constitution de 1879 oi domine complete- que la femme a repris sa nationality d'ori-
ment le principle que la femme suit la con- gine ?
edition de son mari. 11 resort de Particle Dans le second cas un simple examen
5 de cette Charte que Phaitienne devenue du decret dn 9 octobre 1884 revele que le
etrang&r par son marriage conserve la pro- 5e alinea de ce document official ne com-
pri&t6 de tous les immeubles et les droits porte actuellement aucune sanction. En
immobiliers qu'elle avait avant son marriage effect, jnsqu'ici aucune loi ordinaire n'a
et qu'il ne lui est interdit que pour l'ave- ete elaboree en vue de r6glementcr Ie mode
nir la faculty d'acquerir des biens immeu- d'expropriation des immeubies que la
bles. femme haitienne dcvenue etrangere posse-
En 1884, la situation change. A cette dait avant on marriage, malgr6 la promesse
.date, en effet, I'Assembl&e constituante formelle de la Constitution de 1889. II
amenda le tex:e originaire de l'article 5 de s'ensuit done que 'ha'tienne qui a ainsi
la constitution de 1879, et il fut decid perdu sa nationality, bien qu'elle ne puisse
que desormais l'haitienne ne garderait plus a l'avenir acquerir des immeubles en HaY-
les inineubles qu elle poss6dait avant son (art. 6 de la Constitution et 450 du Code
m;riage avec letranger ni ne pourrait en Iciv.) peut cependant conserver la propri6ti
acquerir d'autres et que si elle possedait des biens immeubles qu'elle poss6dait avant
des immeubles avant son marlage,elle serait i son marriage jusqu'a 1'avenement de la loi
tenue de les vendre toois mois auplus tard prevue par la Constitution de 1889.
apres ce marriage. Dans ces conditions, on ne peut pas sou-
La Constitution de I889 vint, en dernier tenir que cette femme recouvre la propri-
lieu, rapper en son article 5 in fine, l'haY- et6 des dits immeubles, puisqu'elle con-
tienne, spouse de l'etranger, des memes serve toujours cette propriet&-li.
incapacit6s, mais en stipulant toutefois D'autre part, pourrait-on concevoir en
( qu'une loi reglera le mode mode d'ex- ce moment application du delai de trois
propriation des immeubles qu'elle possedait mois determine par le d6cret de 1884 9 Ja-
avant son marriage ). Et nous attendons mais. Dans l'&tat actuel de notre legisla-
encore cette loi.. tion, ii n'y a plus de d6lai legal, la loi
Par ce court expose historique auquel prevue n'6tant pas faite.
nous n'avons pas cru inutile de nous livrer 11 est done necessaire, croyons-nous,
ne voil- on pas clairement la solution de la que les Pouvoirs publics s'occupent de r6-
question qui nous a 66r pose ? gulariser une telle situation, et cela dans
11 convient toutefois ici de faire observer le but superieur d'assurer le respect de la
que !e correspondent de Port-de Paix n'a disposition constitutionnelle en vigueur,
pas determine l'epoque A laquelle a eu excluant l'etranger de la propriety fonciere
lieu le nariage don't il s'agit. Dans i'inte- en Haiti.
ret de la v6rit6 juridique, supposons que CHARLES BOUCHEREAU.













REVUE
DE LA

SOCIETY DE LEGISLATIOj
PARAISSANT CHAQUE MOIS

Conseil de Direction:


Mr Louis BORN
a Rou. BARAU
( AUG. MONTAS
E( ENOCH DESERT
( ABEL N. LEGER
a ETIENNE MATHON
, ALFRED TIIIBAU LT


PRfiSIDENT.
SECRETAIRE-G GENERAL
TRESORIER


IMEMBRES.


SCanees de la SoeietW :
Reunion du 30 Octobre 1912 : Projet de loi de Mr Louis Borno sur -la ddclaraulio
d'uliliti publique. Discussion du rapport y relatif de Me Abel N. LEGER.
Reunion du 6 Novembre 1912 : Suite de la mnme discussion.
Reunion du 11 DIcembre 1912: Le Minisltis'Public doil-il d:'":,' dans les audieM'es cotm-
merciales du tribunal civil, etc. ? Discussion du port y rt elatit de Mr Abel N. LEGER
Reunion du 12 ftvrier 1913 D: u dsaveu de !'enfant ne sur le territoire haiticn
de l'union de deux strangers descendant de la race Africaine. Discussion du rapport
v relatif de Me Abel N. LEGER.
Commentaire Constitutionnel : L'arlicle 93 (suite) Louis 1BONO
Du regime electoral (suite) L'G ITI ME
De la Nationalite (suite) Ed. LA PORTE
Project de Loi sur la D&claration d'utilitd Publique. (Reproduclion)
Des immeublesde l'haitienn- i. V ie;' un stranger. Rapport de M. Chs. BOUCHEREAU


ABONNEMENT:


PORT-AU-PRINCE: UN AN, P. 5.OO
PROVINCE -UN AN, P. 5,50


Le nutx-imL ro: PF. 0,SO3.
Tous droits do traduction et do reproduction rIservds.
Adresser la Correspondance chez le President de la SocidtL
Champ-de-Mars No 7,

PORT-AU-PRINCE


Imprimerie H. AMBLARD,


21' ANNkE. N" 22 & 23.


PORT-AU PRINCE


F6vrier-Mars 1913














REVUE
DE LA
SOCI TE DE LE GrSILArTIONT


Spaces de la Socitte

Prac6s-verbal du 30 octob re 1912


Presents: MM. Louis Borno, Auguste
Bonomy, Abel L6ger, Alfred Thibault,
Auguste Montas, Rodolphe B'iran, Lys
Latorlue et Ch. Bonchereau.
M' Alfred Thibault qui remplit provi-
soirement la Fonction de secr6taire done
lecture:
1o D'uue lettre de Mle LUger Cauvin par
laquelle il remercie la Socit6 de l'avoir
6lu combine inembre et lui promet
lout son contour's.
20 D'une lettre de Mr Sudre Darliguena-
ve, president do S6nal, demandant a la
Societ6 son opinion sur les deux questions
suivantes:

(a) Au dernier alinda de.l'article 69, la
Constitution dispose: c(Les lois budg6tai-
s res, cells concernant I'assiette, la quo
Stit6 et le Imode de perception des imp6ts
s et contributions, celles ayant pour ob-
0 jetL de crmer des receltes on d'augmenter
( les d6penscs de I'lV;lat doivent tire d'a-
r< b< u,. )p.ir la Chambre des Com-
n munes ".
u minanieirc tdamendement, le SSnat
Ipe t-li.rluand il s'agit (a) de lois budg6tai-
e, rlablir .s credits elfiacs par la
Chawinlbe, ;n1ni[cit les creCdits ou en
voter di no tuvenu'x? Peut-il Loujours sous
lont ne di'ain,: :(ih nflIs, q(LuIn l il s'agit(b)
de tuis creant ils recItlles, voter d( nou-
aelils reeccites,(c, I l')is ;animentant les
(ljd')ns ', gl:ss'-r l;I',s ces lois de nouve!-
les (~epciqnscs'?
(b) Le Corps Legislatif conioqu(e Ino ses-
sion etra-or diri qic, anx Iernesde l'art. 63
de la Constiitoioa ,;-t-il I'iniliaLive des lois
comme s'i1 eolit en session ordinaire


(art.62-69) ou son pouvoir est-il
encadre dans les terms du message du
Ponvoir Executif rendant compete de la
measure donnant lieu h la convocation i
l'extraordinaire ?
3 D'une lettre de M Fleurimond ( Ph.
S. ) de Port-de-Paix, demandant a la
Soci6dt son opinion sur la question sui-
vante :
Une femme haitienne qui etait devenue
ktrangere par le fait de son marriage avec
un stranger et qui, apres la dissolution
de ce manage, est redevenue haitienne
par la naturalisation, peut-elle recouvrer
la propriltd des biens immeubles qu'elle
poss6dait avant ce marriage et qui n'ont
pas 6td vendus, conformnment au D6cret
du 9octobre 1884 de l'Assemblhe Naio-
nale, modifiantl'art. 5 de la Constitution
de 1879 ?
40 D'une lettre du general Jean-Gilles
posant les questions suivanles:
(a) Les cabrouets a bceufs sont-ils, en
vertu du tarif annexed A la loi du 3 aoit
1900,sur les impositions directed, soumis
h I'imp6t de la patent ?
(b: Si oui, dans quelle commune ce
imp6t doit-il 6tre .acquitt6 ?
(c) Le Conseil Communal du Cap-Hai-
tion peut il, a l'arrivee des cabrouets an
Cap-Haietieie,leur exiger de payer line nou-
velle patent au profit de la commuue du
Cap-H -ilien dans le cas oh cet imp6tau-
rail 6t6 dejah acquitt6 e la commune de
Milot ? '
(d) En cas de non-paiement de cette
uouvelle patent, le Magistrat Communal
du Cap-Haitien peut-il, de force, empi-
'chtr l'entr6e en ville des dits cabroucts
s;is commetire un acre arliltraire ?
(e) Cet acte ne tomberail il pas sons
I'application de l'article 85 du (ode
penal '?
Le president confie A Ale Lys Latorlje
le rapport sur la preimnire question
posee par le einateni Su dre Dorliguen:ve.


21C ANA$E, Nos 22-23


PORT-AU-PRINICE


F&VRIER-MA~RS







196 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


La deuxieme question ayant 6t1 d6jA
I'objet d'un rapport de M. Denis Sl-Au-
de a la Chambre des d6put6s, rapport
communique par I'auteur A la Societe. il
est d6cid6 que la discussion aura lieu
sur cette communication.
Me Charles Bouchereau est charge du
rapport sur la question pose par Me
Ph. S. Fleurimond, et Mr Enoch D6sert
du rapport sur les questions posees par
le general Tarenne Jean-Gilles.
Mr. Alfred Thibault donne lecture de
son rapport sur une question de droit
constitutionnel pose par Monsieur Jules
Domingue.
La Societe aborde ensuite l'examen
du project de loi propose par Mr Louis
Borno sur la declaration d'utilitl publique
et du rapport y relatif present par Mr.
Abel L6ger, ( voir le project et le rapport
dans les nuineros 12 et 13 ( Mars-Avril
1912). .
Apres une discussion A laquelle. pren-
nent part tous les membres presents, des
additions sont port6es aux articles 2,3,4.
Vu l'heure avanc6e, la suite est ren-
voyee a la prochaine reunion.

Proces-verbal du
6 Novembre 1912.
Presents: Mrs Louis Borno, Enoch
Desert, Abel L6ger, Alfred Thibault,
Auguste Monlas, Ligpr Cauvin, Charles
Bouchereaa, Frangois Mathon, Lys La-
tortue et Dantes Bellegartie.
Reception de Mr Leger Cauvin, nou-
vellement ilu memlre. Suite ( e la dis-
cussion sur le projel de loi relatif a la
declaration d'utilite publique.
L'article 5 donne lieu a un long d6bat
en ce qui concern la liquidation des
soci6'6s auxquelles est retire la d6cla-
ration d'titilite publique. L'article est
votl, sauf li y faire une addition don't
la r6daction definitive est renvoyee a la
reunion suivante.

FIbunion du Mercredi 11 De-
cembre 1912
Presents : .1IM. Louis Borno, .. N.
Leger, Lys Latortue, A. Bonamy, E.


Mathon, Abel Ldger, Francois Mathon,
Chs. Bouchereau, Bellegarde, Lamarti-
niere Denis.
Conform6ment h la convocation spd-
ciale qui a Wti faite, il est proc6dd A la
nomination d'un Secrtlaire-G6neral en
replacement du Coll6gue Denis St-
Aude, d6missionnaire.
L'urne ddpouill6e d6signe Me Rodol-
phe Barrau,
En consequence, le Pr6sident Louis
Borno proclame le collogue Rodolphe
Barrau, Secr6taire General de la Societ6
en replacement du collogue St-Aude,
qui, cessant de faire parties du Conseil
de Direction, d meure cependant mem-
bre actif de la Socitle.
Mr. Louis Borno, president.- Mes-
sieurs nous allons passer a la discus-
sion du rapport de notre collfgue Abel
N. Leger relatif a cette question : Le
MinistBre Public, doit-il singer dans
les audiences commercials du tribunal
civil, lorsque ce tribunal est appel6 a
connailredesaffdires commercials, dans
les lieux of il n'y a pas de tribunal de
commerce ?
( Voir le rapport public dans la ((Revue
Mai-Juin 1912. Nos 14 et 15. )
Mr. Abel N. Leger.- La Communi-
cation que j'ai eu l'honneur de vous fai-
re, a 6te provQquoe par un jugement
r6eemment rendu par un Tribunal de
Province. Le tribunal civil. a qui
avait ete soumise une affaire commer-
ciale, l'existence d'un Tribunal de
commerce faisant dtfaut daus la loca-
lild,- avail jug6 bon de se prononcer
sans la presence du Ministere public,
ce qui selon moi, entache d'irrgulairitl
as decision. Mon Collegue Lys Latortue,
se propose, jecrois, de comballre les
conclusions de mon rapport. Pou'rtnt
les arguments que j'ai presents me
semblent si d6cisifs et appuyes de l'au-
torit6 de tant de juristes avis6s que je
suis curieux de connaitre les moyens
adverse.
Mr. Lys Latortue.- Messieurs, l'art.
035 du Code de Commerce dispose :
Les strangers demandeurs ne peuvent
ilre obliges, en matiere de commerce, i
fournir une caution de payer les










REVUE DE LA SOCItTE DE LEGISLATION 197


frais et dominages int6r6ts, auxquels
ils pourront 6tre condamuds, mime,
lorsque la demande est portte devant
un Tribunal civil, dans les lieux olf il
n'y a pas de Tribunal de commerce. )
Ce texte, a mon avis, content un
argument centre la th6se de mon Coll&-
gue L6ger. II est evident que le L6gisla-
leur, dans te"cas qui. est vise, faith une
assimilation coml;ltle entire les Tribu-
naux civils el les Tribunaux de com-
merce, puisqu'en substituant le Tribu-
nal civil au Tribunal de commerce, il
dispense l'etranger de fournir caution,
par derogation a la r6gle de l'art. 167
du Code proc. civ. Le rapporleur a
combatlu mon opinion, et il espIre tri
ompher en disant dans sa communica-
tion que si la thdorie contraire a la
sienne pouvait 6lre admise, il faudrait
aussi dire que le Tribunal civil, lors-
qu'il connait des appeals des Triburaux
de paix en maliare civil 't commer-
ciale. devrait se passer du concourse
du MinistBre public. C'est ine erreur,
el I'objection n'est pas fondue. En effect,
il faut tenir compete que, dans ce ca,, le
Tribunal civil ne remplit pas, i propre-
ment parler, la function d'un Tribunal
de commerce A defaut d'un autre, mais
qu'il joue dans l'espece le r6le de Tri-
bunal sup6rieur; et c'est en cette qua-
lit seule qu'il connait des appeals des
jugements commerciaux 6man6s des
Tribunaux le paix.
Mr. Abel N. Leger.- L'assimilation
que mon collkgue Lalorlue fail ressor-
tii du texle d l'art. 6.35 ne doit pas
elie pous.-e au delay des limits raison-
nables. Si l'etlrnger est dispense de
fournir caution dans le cas envisage,
c'est que le LBgislateur envisage moins
le Tribunal qui entend la cause que
la nature m6me de cette cause.
L'arl i67, c. proc. civ. dit bien: Dans
loules les matieres aulres que celles de
commerce, l'6lranger, demrandeur princi-
pal, etc. .. sera lenu de fournir caution.
I.L texto de l'ar. 63.3 n'est qu'une con.
s,:luence de celte regle, et rien de plus;
et on ne petl en lirer rien contre
ini)i opillion.
Mr. L. Denis. 11 est evident que le


Ministlre Public, faisant parties integran-
du tribunal civil, en vertu de la loi ur-
ganique, on ne saurail concevoir aucun
cas, of il puis e singer sans la presence
d'un membre du Parquet.
Mr. E. Mathon.- Le libell des juge-
nents porte formellement: Le Tribunal
civil, competemment reuni, etc. Or pour
qu'il soit competent, nous savons, qu'en
dehors des trois juges, il faul encore
la presence du Ministire Public .et du
greffier.
M. Lys Lalortue.- Alors vous admettez
quelorsqu'rl y a lieu pour un Tribunal
civil de connaitre d'une affaire corn
merciale, on doil donner la parole au
linistare Public pour conclude ?
Plusieurs voix. Assur6ment.
Mr. Latortue. J'avoue que je suis loin
d'etre convaincu. Je me reserve' de
produire, apres nn nouvel et scru-
puleux examen de la question, une con-
tre-communication a la Societe.
Mr. le President. Nous la .irons
avec plaisir.
M. Charles Bouchereau. Le fail de
d6ferer A un Tribunal civil la connais-
sance d'nne affaire commercial ne fait
pas perdre au Tribunal civil son carac-
lire propre. Le Tribunal civil a pleni-
tude de jurisdiction.
Mr. Bonamy. Evidemmenl. Et si la
loi a pris soin d'edicter I'art. 635 avec
la dispense qu'elle comporte, c'est
pour eviler une confusion et empchler
de supposed que par suite de cechauge-
ment de juridiclion, les affairs ces-
sent d'6tre commercials pour rev6tir
un caraclere civil.
Me Franiois Mathon. Observons sur-
tout, Messieurs,que c'est A tire excep-
tionnel et accidentellement que oe chan-
gement de juridiction se product. La
loi n'aurail pas manqud de prevoir
l'effarcement du linistrre public,si tell
avail 616 son intention. Dans le silence de
la loi, on no doit riPn ddroger aux
r&gles d6ja etablies.
Mr. J. N. Leger. Exclure le Minisl're
Public de I'andience comaterciale, con
duitl une silu 'tion anorinale. Celle
exclusion oprdre, le Tribunal -- on
plutOt ce qui en reslerait ne serita








198 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


pas on Tribunal: ni un Tribunal Civil,
puisqu'il serait informed, ni un Tri-
bunal de Commerce, puisqu'il ne serait
pas compose d'individus aptes a exercer
la magistrature consulaire. Ce serait
un tribunal sui generis, si I'on veut.
La loi n'a pas pu vouloir cette de-
rogation aux principles.
Mr. Le President. Tout le monde -
sauf noire Collgue Lator tu. me
parait d'accord sur le point en debat,
et vous approuvez, Messieurs, les c n-
clusions de Mr. Abel N. Lfger. Permet-
tez-moi de rappeler que ce sont les
memes conclusions qui figurent dans
la note que j'ai publiee sous l'arlicle
639 de notre Code de commerce.--
Vu l'heure avanc6e, la seance est le-
vbe apr6s que le President a annonc6
pour la prochaine reunion la discussion
du r. pport de Mr Etienne Mathon sur
les passeports.
--^^^s^-- !
R6union du mercredi 12 Fe-
vrier 1913.


Le President donne la parole A Me
Abel N. Leger pour soutenir les conclu-
sions de son rapport. Une nouvelle lec-
ture du rapport est donnee pas le rap-
porteur. (Voir rapport public dans La
Revue Spbre-Octobre 1912 N-,. 18 et 19).
Mr. Louis Borno. Permettez-moi,
avant toute discussion, de consulter la
soci6t6 sur un point. Le rapport de
notre collOgue L6ger comporte deux par-
ties. Dansla premiere parties notre col-
1egue a envisage la question dans le cas
oh ii y aurait conflict entire deux l6gisla-
lions, celle qui est personnelle aux
plaideurs et celle qui regil le territoire
oh se prdsenle la demand en d6saveu.
Mais lelle n'est pas I'hypothese qui nous
est soumise par Me. Acloque. La question
posee par notre correspondent est Irai-
t6e par notre rapporteur dans la deuxie-
me parties de son rapport. Je crois devoir
vous cousulter, MM., pour savoir s'il ne
serait pas pr6fr'able de nous en tenir
seulement I la parties du rapport con-
cernant la question posee par M' Aclo-
que.-


Sont presents : MM. Louis Borno, Ro- La Soci616 consullde, decide de discuter
dolphe Barau, Aug. Montas, Enoch seulement la deuxiine parnie do rapport
Desert, Abel N. LIger, Auguste Bona- de Me Abel N. Leger.
my, Lys Latortue, Charles Boucherau, et M'. A. N. LIger.- MM. Pour bien coni-
Dantis Bellegarde. prendre la question en discussion, il e;t
La Frisident declare ouverte la discussion bon de se rapp(ler qu'i part 1( conflict d&
du rapport de Me Abel N. Leger relalif a !ois qui peut exister entire sliluls person-
la question suivante : (Deux poux 6tran- nels et stalls rels, il pent y avoir ass"
t gers qui descendent de la race afriicine, conll t eitre deux sfatuls pirsooiiels con-
( se tronvent en H-;ili. De leur union est, me lious le presente d'.-iilcurs i'hypohliest
( ne sur nolie lerriitoir c un Ilnfant qui, qui nous, esi snm ise par M Ac !(;uo.
( anx lermes du 3Ce alinda de l'art. 3 de Voici in pire i angiger, demandliour in
a la Conslilulion de lI89 et"du 3inme a- desaveu, en presence d'un fils iid',niier,
t linea de l'art. 2 de la loi de 1i)07 sur qcui est inconteslablement halliein :.iix Ir-
la naiionaliii', esl haidie.;. mies du 3e alin a de l'arl. 3 dencire Cons-
( Ie mari (i'alnger introduit, par de- litution. 11 est arrive ainsi que I'etnl'n
, vai I I 'uin de tios I ibunaux civil, une conitre qui !'action eii d(saveu est dii ge
( action 'tn d&;taveu de palernil6. D'a- a utne tationalile et uoe loi persoinnelte
a prIs quell" loi levra dire rdsoluo la diflf'renles de cells des epoux don't ii esl
k< question die 'avoir si la prdsoinplion issue. II s'agit de savoir laquelle des deux
, Pater is est qu(nem n1uplia demonslrant)i 1gliislations scra appliqude oans le proces.
est applicable a cel enfani, et si le d&- Est-ce la legislation de 1'enfanl, on cell,
( save ide paterliiie peut lire admis ? du pire ? Bien que je recconnaiisse quci
a La justice hi;'lienne appliiuera-l-elle la liliaiion idgilime soil une detcitdaucr
ala loi tlOrangi(re, c'(;st-l-dir celle du pi're du mnariage don't la loi du mari ti,l leIc
( demaindleur en dIsa\ve' de palernile iin effe's, j'eslime qu'il est prefdirali;l, idus
< celle diu ils hnialien ... Y'espece, de s'en tenir la la lo perlonne.le








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


de I'enfanl ; car, touted les fois qu'il y a
a conflict centre deux lois personnelles, il
< est g6neralemeni enseigne qu'il fault faire
( prevaloir celle de la parties don't I'int6-
a ret est le plus directement en cause.
a Or, ici, c'est bien le cas de I'enfant hai-
a lien et non pas celui des parents 6tran-
gers, que le ddsaveu int6resse le plus.
< Par consequent, c'est la loi haltienne,
< la loi de l'enfant qu'il faut appliquer. )
Me Charles Bouchemau estime lui, que
l'hypolhese manque de base. < Bien que,
ajoute-t-il, le 3ime alinia de la Cousti-
tution reconnaisse la quality d'hailien a
I'enfant dans I'hypethese qui nous oc-
cupe, la loi du pere, aussi, lni d o n e
one autre nationality, celle resultant du
principle du jus sanguinis. Et alors la na-
tionalit6du pere pouvant 6tre ainsi at-
tribude au fils, on ne peut pas dire que
c'est la loi haYtieune qui doit dire appli-
quee. 11 imported d o b s e r v e r
que dans la pratique ii pourrait fa-
cilement se rencontrer un tribunal pour
d6clarer que l'enfant n'est pas haitien. ))
A qiioi MM. Bonamy, Monlas, Leger
et Laloilue rupondent qu'i nepensent pas
qu'il pourra se trouver un tribunal hai-
tien pour declarer, dans un pareil cas,
que I'enant u'est pas haitien ; car, es-
timnent-ils, jamais les tribunaux no pour-
ront refuiser d'appliquer la Countilttion.
De pl.s, ajoute Me. Bonamy, l'espece,
iello qu'elle est soumise, a risolu par hy-
I1t,-,: la question de nationalist : l'en-
fttnL est haiiien. 11 ne s'agil plus que de
s:tv ir laiI. le des deux 10gislations, cel-
1e du p6re ou celle du fils, sera appliqu6e.
Les iwi'mbres de la soci6Wt apres cel
,*change de vue adoplent [es conclusions
du rapport. 11 est docn vote que 'c'est
la legislationn de 1'enl'ant, la loi haitienne,
qui doil 0 tre a)ppli(qu e.
Le President :.Jevous propose de por-
ter t I'ordiro du jour ,ie noiurt piroc'haitn
r6eiunion la discussion dii rapl(por tie no-
l'il cclletCue S1. Aude sur la quiestioni
llivantel' : Dans le course d'une session
x.traordin llire, Itol orps Lc6islatif i)eut-
I ilatuer sur Ile:; projes autires que ceux
iui out fail 'objet de la convocation do
S'Execulit. 0
Plus rien n'tlant i !'ordre du jour, la
seance est lev6e.


Comerntirne
CoaWstU10notel
(Extrait)


L'ARTICLE 93 (suite el fin ) (1)

CHAPITRE II
DE LA
DUREE DES FUNCTIONS PRiSIDENTIILLES'.
Nos 10-15.- . (2)

CHAPITRE liI
Du CONSEIL DES SECRiTAIRES D'ETAT EN
FUNCTION DE POUvoIR EXECUTIF.

16. Des que la vacance presidentielle
se produit, par la moral, la dechiance on
la admission, le Conseil des Secretaires
d'Etat est invesli du Pouvoir Executif,
c'est-h-dire qu'il exerce, en principle, les-
fonctions du President de ia Republique,
et d'un Pr6sident qui serait a lui-mnine
son propre Conseil.
,17.-- II peat proimulguer les lois, S6.u" i-
tre des arrel6s et reglemenls, nomryiwv

(1) Const. Art, 93:
d(e dechdance du PIdsidient, cclui qlu
le replace est elu l)our sept ans,, t
ses tonctions cessent toujours au 15
mni, alcrs nmmne que la septicme arn','
de son exercise ne serai pas revolue.
Pendant la vacancy, le Pouvoir Ext u-
til'est exerc6 par les Secr6taires d'Etat
rdunis en Conseil et sous leur respon-
sabilitl .))
(2) Nous avotLs Ceu I'occasion de pi-
blier sur cotte question une Chior'iiu,
que I'on trouverna au nrumero (l'octobie
1911 lde la r( Revue )). Inutile d'y reveinj.
1l ne fait plus doute pour personore
que, sons l'empire de l'art. 93, la prsi-
dence, en cas de vacance accidentelle,
doive toujours partir d'un 15 Mai qui en
rende la duree exacle ou plus couple,
mais jamais plus longue. A cet egard,
Sla lourde erreur de 1'AssembleeNalionale
(Ie 1870 n'a WtC renouvelde qu'une seule
fois, par I'Asssemblde Nationale de 9tfi.









REVUE DE LA SOCIIAT9 DE LEGISLATION


aux functions publiques, revoquer les t1s en function ne pent se retire qu'a-
fonclionnaires, signer des traits sauf pr6s avoir contribute combler l'une au
sanction ult6rieure, pourvoir a la sfrele mnoins des deux vacances, de maniere a
int6rieure et ext6rieure de I'Elat, accor- maintenir tout au moins la muajorilt.
der grace on amnistie, conf6rer des gra- Ce n'est d'ailleurs que dhns ces seules
des dans l'armee, et m6me commander conditions que sa d6mission pourrait
et diriger, sinon personnellement, mais itre i gulire; car s'il voulait se retire
par des ordres et instructions, les forces autrement, il ne trouverait plus devant
de terre et de mer. lui que trois Secrvtairps d'Elal, incompe-
18.- Le Conseil peul-il revoquer un tents pour former le Conseil et pour
de ses membres ? En ce cas, aussi bien recevoir la d6mission.
qu'en celui du deces ou de la dimission, 20.- L'Assemblee Nalionale s'est rk-
le-Conseil peut-il nommer unsuccesseur? nie. Un President a 16 61lu. Que devient
En raison pure et en droit positif, je le Conseil ?
ne vois rien qui s'y oppose. Comme le Pr6sident n'entre en fonc-
Considre6 individuellement, chaque tion qu'apres sa prcslalion de serment,
membre du Conseil n'est qu'un haul fonc- le Conseil esl, jusque-la, seul charge du
tionnaire, charge d'un on de plusieurs Pouvoir Execulif. II en resulle que le
deparlemenls de l'admiuistration publi- nouveau President ne saurait, avant d'a-
que et exergant sa function special de voir prWte serment, constituer un nou-
Secr6taire d'Etat sous les responsabilites veau Cabinet. II n'y aurait pas la qu'un
qui y sont attaches; mais au-dessus de simple delit, puni de I'amende par l'ar-
ce Secr6taire d'Elat, il y a le Conseil. en- ticle 157 du Code penal; le Cabinet ainsi
titL juridique dislincte a qui est delegu6 forinm par un President non encore en
le Pouvoir Executif dans touted sa pleni- fonceion et, par conusquent, sans qua-
tude, le Conseil qui decide A la majoritI litM, serait d6pourvu du caractere
des voix et don't les decisions s'imposent constitluionnel: les Chambres pourraient
a chacun de ses membres comme an plus refuserr d'entrer en rapport avec lui ;
humbleemploye public, exactementcom- les tribunaux devraient refuser de re-
me s'imposerail un arrett pris par un connaitre aucun caractere l6gal aux ac-
Pr6sident d'Haiti suivant toutes les for- tes de ses membres.
malit.s cons.itutionnelles. Le nouveau President ira done pr6ter
Supposonsqu'un Secr6taire d'Etatviole serpent, accompagnp par le Cnnseil des
les lois, manque a ses devoirs, I'intert Secretaires d Etal, qui, des celte forma-
pub!ic n'exigera-t-il pas qu'il soil 6carte lit effectu.e, se trouvera dccharg6 d(
de son pose? Et qui done I'en ecartera, I'autorit6 executive. Et c'ct alors seu-
et qui done pourvoira A son remplace- lenient que, sans y tire obliges par
ment, si ce n'est entityh constitutionnel;e aucan texte, mais par une raison do
investie de la puissance executive. convenience, les Secr6taires d'Etat remet-
19.- D&s que le Conseil est en mino- trout leur admission au Pr6sident pour
rite, il cesse d'exister, le Pouvoir ex6- lui laisser son entire liberal dans le
cutifdisparait. Uneaussigraveconjonctu- choix de ses collaborateurs.
re engage la respounabilite des membres 21. On a soutenu qu'ils n'ont mime
du Conseil par la faute de qui elle a pu pas a demissionner, que, des 1'election
se produire. ou la prestation de serment du P 6si-
Si, pendant la vacance presidentielle, dent, ils cessent de jure d'etre S cr6-
on reconnait a un Secretaire d'Etat le taires d'Etat. Celle opinion ne repose
droit de dimissionner, c'est a la condi- sur rien.
tion que cet acte se produise oppor- Le Secretaire d'Elat estun fonctionuaire
tunement et n'infirme pas la majority. public. Comme tout fooctionnaire non
Supposons que des six membre electif, le Pr6sident le nomme et le r6-
du Conseil deux out ddmissionnd, son voque ; taut qu'une revocation ne l'a pas
morts ou revoquns, I'un des quatre res frapp6, il peut rester en charge. La Cons-


200








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 201


litution, en son article 98, dispose: (Le
President nomme et revoque les Secr6-
laires d'Etat ), d me me que, dans son
article 137, elle dispose: ( Le Pr6sident
d'Haiti nomme et r6voque [ls officers
du ministlre public >.
Or, qui a jamais song a soutenir que
I'avenement d'un nouveau Chef d'Etat
fait cesser les functions du Commissaire
du Gouvernement ? Evidemment, la char-
ge de Secretaire d'Etat relive de la con-
liance special du President; et ce n est
que pour ce motif delical, pour laisser le
President complhtement libre, que les
membres du Cabinet doivent s'effacer,
des la prestalion de serment. Mais rien
n'empkcherait le Chef de I'Etat de leur
dire: a Vous avez toute ma confian-
ce, Messieurs, je vous prie de rester a
vos postes ). Et il n'y aurait pas lieu
dans ce cas de prendre un arret6 de
nomination. pas plus qu'il n'y anrail
lieu de dwlivrer une nouvelle commis-
sion, si le Commissaire du Gouverne-
ment, on tout autre fonctionnaire, ayant
offert sa d6mission, le President l'in-
vitait A rester en charge.
Louis BORNO.



Du regime electoral (suite)

La France, d'apris les derniers receo-
cements, compete 38 millions d'habitants
repartis dans 33000 communes don't les
moins importantes n'ont pas moins de
500 feux.
Si, comme en laili, ces communes
etaient 6rig6es en circonscriptions 1lec-
lorales, le Palais-Bourbon ne suffirait
pas pour conlenir les elus du suffrage
universelle.
Les elections y sont heureusement cIl-
cules enraison de la population. Or, ily
a, en France, ( non compris ceux des
colonies), 568 d6put6s elus par 10 mif-
lions d'(eecleurs.
Aux terms de la loi du 17 juin 1885,
I;haque Departemene t lit le nombre de
d6putis qui lui est attribu6 par le ta-
bleau annex a cette loi, en raison


d'un deputd par 70.000 habitants, les
strangers non compris (1). Neanmoins
il est tenu compete de toule fraction in-
fIrieure A 70 000 habitants.
( Le DNpartement forme une spule
circonscription.
x Nul n'est 1lu au premier tour de
scrutiny s'il n'a runi :
1 o la majoril6 des votes exprimis;
2 0 un nombre de suffrages 6gal an
quart des dlecteurs inscrits.
c.Au deuxi6me tour, la majority rela
tive suffit n.
REGLES GENERALES.- Sont 6lecteurs,
an scrulin pour la Chambre de depu-
tes, tous les francais ages de vint et un
ans et inscrits sur les listes dlectorales.
Ce texle comprend tous les ciloyens
francais jouissantdeleur droits politiques,
qui resident dans la commune depuis.
dix mois. ( art. 909 ).
Le vole s'effectueau chef-lieu de lacom-
mune. Mais chaque commune pent, pour
la facility du vote, 6tre divis6e, par ar-
r616 du Pr6fet, en autant de sections
que l'exigent les circonstances locales et
le nombre des dlecteurs ( art. 944).
En regle gn6rrale, le scrutin doilt trf
ouvert A 8 heures du matin et cl6s i 6
heures du soir.
i Tout electeur inscrit a le droit de
voter. Mais les militaires et assimiles de
tous grades et detoutes armes des armies
de terre et de mer, ne prennent part a
aucun vote, quant ils sont presents 4
leurs corps, a leur poste ou dans l'exer-
cice de leurs functions ( art. 946 ).
( Ceux qui, au moment de l'election,
se trouvent en residence libre, en non-
activit6 ou en possession d'un congA rd-
gulier, peuveni voter dans la commune
sur les lists do linquelle ils sont regu-
lierement inscrits.
( Dinus les Colliges d!ecloraux, divi-
s6s en plusieurs sections, le depouille-

(1) II va sans dire que la m6me pro-
portion ne convient pas pour Haiti.- La
population deant de deux millions d'dmes
et sa representation national, de cent
d6putes ( 991100, ) c'est donc vingt mille
habitants par depute, soit 3.333 electeurs
un 6e.










202 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


meant an scrutiny se faith dans chaque sew-
tion ( art. 950).
( Le rdsultat est immedialement arr&-
~6 el sign parole bureau ; il est ensuite
porter par le president au bmeau de la
premiere section, qui, en presence des
presidenls des autres sections, opere le
recensement general des votes et en pro-
clame le resultat )).
La 16gislation don't il n'est d o n n 6
ici que les grades lignes, doit nous pa-
raitre simple, et aussi tr&s difference de
la n6tre. Elle organise cependant le suf-
frage universal, mcanisme ddlicatqui exi-
aepour sonfonctionnement lesplussdrieu-
ses precautions, comme cela se voit du
ceste lorsqu'on en Otudie I'ensemble.
Les premieres de ces precautions out
pour objet la formation des listes dlecto-
rules.
Ces lisles, qui sont imprimaes et
trees ;i de nombreux exemplaires, doi-
vent 6tre permanentes.
On les revise seulemetit, char ue annee,
pour y ajouter ou pour en retrancher
des noms, suivaut qu'ii en a e6t decide
par la Commission electorale. ( 1 )
N'est-cc pas la un excellent m o y e n
pour permnatre au public d'exercer son
contr6le el de dnioncer les fraudes et
les irrigularites, s'il a pu s'en commellre.
Qui s'oppose a ce que pareilles me-
sures soient 6galementemployeesenHidti'i
Mais relativement a nos diecteurs irraux,
it y : des circonstauces locales, qu'll inm-
portail a nos ancieus,16gislateurs de bien
observer. -

( 1 ) Revision des listes ilectorales : ( Du
t"i au 10 Janvier, la commission( electo-
rate ) ajoute a la liste des citoyens qu'elle
reconnait avoir acquis les qualit6s exigdes
par la loi, ceux qui acquerront les condi-
tions d'age et de domicile avant le ler
Avril. et ceux qu'elle aurait pr&c6dem-
mant omis.--Elle en retranche ceuxdont la
radiation a td ordonne par l'auloritecomn
petente; ceux qui o:it perdu les qualiles re
quisespar la loiet ceux qu'ellereconnait a-
voir teind6ment inscrits,quoique leur ins
cription n'ait point ete attaquee. Elle tient
-'un rgistre de ces decisions et y mentionne
tes motifs et les pieces a l'appui.


Nous devons en dire un mot pour l'in-
lelligence du sujet

IV. Communes et Sections
rurales.
Comme nous I'avons fait remarquer Apro-
posdesVilles et Communes, lelecteur sail
dj ciin quels lermes le 16gislateur hai-
tien d6signe les circonscriptions electora
les. --- L'impr6cision de ce language peut
dtre attribute A la hate qu'on avait, a-
pres chaque changement de Gouverne-
ment, de bacler une (Constitutiun)n. Mais
ce qui domine dans ci s sortes de cas.
c'est toujours (( 'lmmortel principle ))
d'6galil cvile et politique du citoyen,
Nulle reslriclion n'a 616 faite a eel 6-
gard --- hormis les conditions ou les
qualit6s requises pour la mise en prali-
que de ce grand principle.
11 est d'ailleurs de fail que nos Vil-
les et nos Communes comportent cha-
cune dans leur (crriloire respeclif un cer-
tain nombre de sections rurales el une
assez grand 6tendue. ( de 16 ia 20 Kil.
carr~i ).
Ce qui distingue ces sections de leur
Commune reside dans la particularly
suivante :
Tandis que,sous le rapport administratif,
les Sections rurales soct places sous la
surveillance d'un Agent de police, dit
Chef de Section, relevant dire tement de
I'autorit6 militaire, les villes sont pouvues
d'une Municipalit6, Conseil Communial.
don't le rayonnement administration ne
s'6tend pas dans les Sections.
N'est-ce pas encore uneautre anomalie'
Passons outre, si nous voulons con-
sid6rer avec un peu plus d'atlention les
circonstances locales qui inillent encore
sur notre regime elecloral.
Dans les Villes oi resident Ihs cou-
mercanfs, les industries ct les onviiers.,
se Irouvent naturellement le march
les dglises, les ecoles, les tribuuaux, les
h6pitaux et les 6dilices publics, avec leur
personnel de prltres, de professeurs, de
Juges, m6decins, avocats, fouctionnaires,.
et employs.
Daus les Sections rurales, au milieu
d'une population dissemiuje, mais com-
Spos6e de grands et petits popriteaires fon-











REVUE DE LA SOCIETi DE LiGISLATION 203


oiers de fermieis et d'onvriers agricolcs;
que voit-on ? Une tres modesle chape!-
le et, de loin en e oin,une cole 'primaire.
tres elementaire, et assez pen frequentee
par les enfants de la region.
Voilf ce que le legislateur n'a pas vu
el quo le sociologue lui ne peut man-
queri d'observer.
La difference des conditions locales et
les circoilniances qui en rsuiltenl, forc6-
cement, nous obligent a nous poser an
moins les deux questions suivantes:
to Comment les Communes pourraient-
elle's s'assurer de Ia profession, des qua-
lilks requises par la loi eten meme temps
de l'idenlite d'un lecteur rural pour. s'an-
toriser ensuite A l'inscrire-sur ses lisles.
2o Cel elecleur, s'il n'est pis besoignenx
consentira-t-il, chaque annme. a faire
deux, trois et meime huit lieues ( de
Trou-Coucou a la Croix.des Bouqurts )
pour aller voter en faveur I'nn candidal
A la rrprOsentation nalionale ?
Quand on connait les difficulties que ren-
contre I'adminisirat on pour porter I'ha-
bitant A venir ia 'Etat Civil d6clarer la

1) La meme question soulevee, it y a
qq. anndes en Belgiqueyavail beaucoup
agit6 les esprils. Voici comment le Con-
seil de la ligue liberale I'a envisage
Le conseil g6n6ral de la Ligue libd-
rale declare que la revision de l'arti.le
47 de la Conslilution est ntne ri(forrne ne-
cessaire et qui doit Olre immidiatemcent
i6alisde ; qu(t cett me sure provoque
mine dans I'opiinion uubliqur nu mrn n-
vemect assez fort el assez g,;inral pour
que l'on ne puisse y resister sans inj'istice
et sans danger. Mais, et c'est Ii le point
important, l rie gime du suffrage univer-
sel pur el siimp'e ne lui parait pas conve-
nir iclielelement h la B'lgique. Uun tell
modificat on In trait en peril les liber-
t6s, la prospcr!il el peutl-ire o iime l i
pai\ publique en Belgique. Le r ginie
du suflfrage universal sonuiettrail les po-
uini:li(tiis urbaines A la domination po-
litlilqe et conominine des campagnrs.La
:;tioin Wn'et pI)s suffisanmment prepare
pui I'insltruction populAire ;in sulliag
univeisel, qui appellerait actuellemeiin


naissancedeses enfants on le decs de
ses parents ; qua.:d on consulate, d'autre
part, I'irnmpissance de celle administra-
lion A fair le recenserlenl g6ndral de la
population, on mnme A dresser un cadas-
tre du Domaine public, on n'a gu6re
de peine a rdpondre aux deux questions
poses.
11 est bien evident, qie au point de vue
gaographique, administratif et 6ducatif.
les sections rurales,en dehors de cerlaines
individualit6s niarquantes qui les habilent,
se pretent pen, actuellement,au function-
nant rdgulier du Suffrage universal. (I)
Los Rnraux sont pourtanl des elcleurs
aux m6mes litres que les autres citoyens
de la Republique. 11 soot de plus en
(res grand nombre. La collaboration de
celle classes d'dlecleurs 'i la deputation
national a toujour, 616 chose si peu n6-
gligeable que, dans les Etats monarchi-
ques, on le Cens est encore l'd6llon d'or
de l'electoral, on ne songe jamais a s' n
passer Voyons comme l'Aulriche et la
Bulgarie s'y interessent :
assma- .. amil II
h I'6leclorat plus de 500,000 citoyens
qui ne savent meme pas lire et 6crire.
Le conseil general de la Ligue lib6-
rale propose done de rechercher, dans
la revision de l'nrlicle 47 de la Consti-
tution, le moyen de donner une satis-
faction 6quilable a l'opinion publique
dans ses diff6rentes nuances. 11 voudrait
que le regime nouvenu crMat un corps
diectoral de 600,000 dlecleurs g6n6raux
au moins, soit dix p. cent de la popula-
lion et que, come criterium, la lot su-
bordonnali I'exercice dn droit de suffra-
ge ai dux conditions ; 1 un taux mini-
mum de loyer pour I'habitation ; o in
degr6 minimum de capacity.
Enfin, dans I'hypoth6se ofi le suffrage
universe' dcvrait etre impose a la na-
tion, le corseil croit que ses effects pour-
raient en eire att6nues par l'exigibilite
d'un certain nombre de conditions ;
vingl-cinq ans d'Age, trois ans de domi
cile, la preuve a fire par I'dlecteur qu'il
est capable de rediger el (l'Vcrire un bul-
letin de vote, etc.










REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


Autriche. La loi 6lectoraleautrichien- irrite les c d6sh6ritds de la politique4
ne pour la Chambre des d6put6s est, on qui se sentert e nombre et qui poui-
le sail, assez complique6. E:le divise les raient 6ire lent6s, un jour, selon la for-
1eecteurs en quatre classes, entire lesquel- mule du capitaine Mankell et grace A ses
les elle reparlit fort inegalement les 353 publications, de r6soudre par la force
sieges de la Chambre. La premiere classes a cette question de force n.
celle des grands propri6taires. 61it 85 d6- Ainsi, sans avoir A lenir compile du
puts. La deuxieme classes (chambres de cens electoral on sait dans quel esprit
commerce et d'industrie ) l6it 21 d6pu- s'est 6tabli en ces monarchies, pour
tis ; la troisi6me classes (centres indus- la representation national, ce qu'onrom-
triels et commerciaux, bourgs ) elit 116 me le sysilme proportionnel. En Suede
d6put6s; la quatri6me classes ( commu- 6galement, sur 22. membres don't se
nes rurales) elit 131 deputls. Le mini- compose le Rigsdag, 75 sont 6lus par
mum du cens est fix6 f 5 florins d'imp6t les vill,.s et 150 par les campagnes.
direct ; pour la premiere classes, il varie, Puisque, ace sujet, nous touchons aun
selon les provinces, de 50 A 150 florins. point dlicat du regime electoral. disoos
Pour les trois premieres classes, le suf- pour finir, un mot du bulletin de vote.
frage est direct ; pour la quatiieme clas-
se, il est A deux degr6s.
Bulgarie. Du Bulletin de Vote
Dans la plupart des campagnes, I'6-
lection se fail A deux degr6s, a raison Jamais il n'a taut WL6 question du
d'un delegu6 pour 1.000 habitants envi- bulletin de vote que que durant le course
ron. Dans les districts 1lectoraux, for- du sikcle dernier. Aujourd'hui encore.
m6s de deux on plusieurs villes, il y a si les populations se remueut et qu'en
un 6lecteur du second degr6 par 500 Russie. en Turquie et en Chine, on parole
habitants. Toutefois,les elections peuvent de ( Constitution ), c'est en vue, -so-
etre faites au suffrage direct, quand la yez-en stir de ce carre de papier,
majority des Mlecteurs d'une circonscrip- d6nomm6 un Bulletin de vole.
tion en a d6cid6 ainsi. Dans les villes Quoi qu'on puisseen penser, lachosen'est
qui nomment, A elles seules, un ou pas d'invenlion moderne; elle s'6crivait
plusieurs d6putds, la regle est que les ddjit sur une coquill lorsque fut con-
6lections se fassent an suffrage direct. damnue l'exil nu ci:oyen de la Grecc,
Aux 61ertions de 1884, le vote .i deux capable seulenmenl d'treappel6 leJuste.
degr6s ne fat employ que dans 59 cir- Pour n'avoir pas en soi la verta cu-
conscriplions rurales. On a la lisle des ralive qu'on lui prite si ai:dmeint, le
eleclenrs di second degr6 qui ont voie bulletin de vote n'est pis nmo is l' mno-
dans ces elections. Elle comprend, sur yen le plus commode dont puisse user in
961 d6liguos, '.!26 paysans, 203 pro- people democrate pour arriver Ai exercer
prielaires foiciers. 126 negociants el ses droits civils et politiques. M;is pour
maitres de post, 117 fermiers ou inten- 16tre legitime et raisonnable, cc moyen
dants de.biens ruraux, 81 membres du ne doit avoir pour but que le bien et
bas cerge oi inaitres d'ecole, 55 eccle-l 'int ert public. <( Personne, a dit Mlr C.
sialsliqi'es non autremenl tlsignus, 24'Jcannel, n'y a droii, qui n'a pas d'in-
artiis;is, -21 inilitiiires, 5 capitaines de telligence suffisante et de courage public
navires. pour 1'exercer avec un certain degrZ de
C'est lhin. Oviilnmmen t, l'dtre I' suf- convenance el pour le bien public... C'est
fr;age uuivcr toule s;i si!nrplicilt. M i;is on concoil qu'en droit naturel. II est acquis par I'edtuca-
uin pays organiise de la soi te la brisqu lion, par la connaisssance des lhomiines
introduclioui le tat d'dgalitM el de si ni- et des closes, par la maturity d', sprit
plicilt rencontre des resislaices obsli- et I'experience de la vie, par le service
nies el, d';ulre pearl, que t;.nt d'ingailit6l public en accomplissant les devoils de


204









REVUE DE LA SOCITEk DE LEGISLATION


coutribuable, de chef et de repr6senlant
d'une famille on en porlant les armes
pour souvenir le Gouvernement o.
Connaissant la porlte morale l'un.pa-
reil instrument, peut-on blamer les peu-
ples des precat.lions don't ils s'enlourent
en vue de son manienment?
Le polilicien,lui, s'en moque, c'est sur;
aussi, :voyons ce qui s'erf pass en Corse,
dais une ite cependant de nationalist
frangaise:
( En Corse, lit-on dans lne Revue, la
politique et les affaires ne font qu'in.
L'ambition n'a la qu'une former: tlle u'est
pas tournie vers la fortune, mais vers le
pouvoir, et la victoire comporte pour
le parti qui triomphe des avantages se-
rieux et imm6diat, tanris quo la difaite
promet d'insupportables vexatious .

k Possedcr le Sugillo, tel est l'olijet
des convoitisi s les plus ardentes des parties
On lient au conseillcr gngidal, au
depul6, mais on tient par-des-us tout iau
Sugillo, car c'est lui quii procure !a plus
grande some des profits immedials de
la politique. Le Sugillo, c'est le sceau
de la mairie, le signe de la puissance
municipale qui legalisera les entreprises
du clan et certiliera d'nue etaimpille of-
ficieile les pieces don't les solliciteurs de
toute sorte cnt besoin.
A Aussi, pour en arriver la, falsifier
les scrutiny, falsisier les lists elector;'-
les, est jeu d'enfanl.
Avant loul, on forme un bureaui1 so;.
(( On f~il vo er los abscnls, miinme les
mi Is
()On rini che de v ler les adve is;ires.
(). :ijo tle des b'Illeiins d.ius 1'Li'rne.
Oin aiin le les l ls lii s ides a(tversaires
en !es inarquanul alroileiieni ,.
L, rexein l de 1 j C.orsC ne dotit pour-
laut ;pas Ilecouiiiog noI ; efforts si 1no01
soimmes bien imbus de 11 nlcessile qu'il
y a d'ameliorer In e rle rgi ei eeeetoral
par I, re~i ion de la lot qui le rigit -
Seuleillln 1 nIous devoiis, en raiison de
)inl;'" 1nIlalitl, el pour cello de noi s en-
fall-, nous rappelor res paroles d'nl
liu ine plus avis6 quie ie le ful Presi-
dent Petion, de veiuree memoire:( Les
insiilutions no valent que c e que alent


les ciPoyens, les municipalil6s et les
hornnmes an ponvoir D. LEGITIME
------38<---


De la Nationalit
SUITE.

Effets de la naturalisation

(a ) Quant au naturalist.
L'article 9, 2e alinia de la Constitu-
lion s'exprimei ainsi : Les haitions na-
turalis6s ne 'onl admis A eel exercise
( des droits politiques ) qu'opris cinq
annies de residence dans la Rtepnblique.
El l'art. 5, 2e alirea de la loi dit:
< Cependant, il (l'itrianger naturalist )
no sera admnis a l'exercice des droits
politiques que cinq ans apr6s sa natu-
ralisalion. )
II resulle de ces textes et du '1 de
la loi que la naluralisation obtenue
apres deux annees de residence accor-
de a l'liranger la plenitude des droits
civil, inais u'accordo que cela. Le
novel haitien ne peut ktre 'expuls6,
n'elt pas soumis a Ia caution j judica-
lum solvi a le droit de propriWt1
immohilire ; en un mot, il est relev6,
dans le domain du droil civil, des in-
cap.aciels qui frappent l'etranger ordi-
naire.
M\li, a prop s des droits poliliiques,
une opposition iclale entre la disposi-
lion r .ic slitutionnelle e et le texte de la
loi que ninis venons de roppeler,
Le Ite'm de cinq annees don't il est
-p:u'l s'6eend-il a partir de la publica-
tion de 1'arret- pr6sideitiel ou coin-
prend-il la residence anterieure a la ma-
uiirilisation ? < Cinq annees de irsi-
deuce dans la Rppublique ) demand
la Constitution ; ( cinq ans apr6s sa'na-
luralisalion ) dit la loi.
Dans cetle opposition, nous inclincns
A croire, 'esprit g~6nral de la lgisla-
tion ltendant a faciliter I'acquisition de
la qualite6 l'haitien--, que la durbe
de la resildew'e s'impulte sur les ciuq
annnes, dans l'hypoth6se d'une natura-


_ I~~


205









206 REVUE DE LA SOCITIT DE LEGISLATION

lisation concede apr6s deux ann6es de ge avec un Hailien ; c'est I'unique cas
residence, c'est-A-dire que le nouveau qui existe dans notre droit de l'oblen-
citoyen a I'exercice des droils politi- lion de la quality d'Haitien par favour
ques trois ans apr6s la publication de spdciale de la loi.
l'arrWtl presidential. D'autre part, si L'arlicle 5, al. 1, du pacte fondamen-
1'6traniger a cinq ann6es de s6eour lal, reproduit dans l'art. 9, al. 1, et
continue da~is le pays, I'acle de natura- comment dans I'art. 12 de la loi s'ex-
1116 a pour effect, suivant la leltre de la prime ainsi : < L'etrangere marine .
loi constitutionnelle, de lui accorder im- un Haitien suit la condition de son
m6dialement le plein exercise de tons mari D. De son c6tl, 'art. 12 dit : La
les droits tant civils que politiques; eel femme haitienne mat ide un Oirang'r
stranger acquiert du coup la quality qui, apres son marriage, se fait natu'ra-
d'hai'ien. (1) liser hailien recouvre, par ce faith, ;sa
II est accessible A routes les fonc- nationality primitive .
tions publiques, except cell do Pr6- Une conclusion n6cessaire de ces tex-
sident de la R6publique, l'ar!icle 92 de tes et qui vient spontaerment a I'esprit
la Constitution exigeant comme l'une c'est que : a Les dispositions de l'art. i2
des conditions n6cessaires A I'exercice soul applicable A la femme d'origine non
de cette charge que I'on soit n6 de hailierne, marine a un stranger qui se
pare haitien. fail naturaliser haitien ) : ( art. 14 ).
Etail-ce l peine de fair de cela un
(b) Quant d la famille de l'impelrant. article special ?
La naturalisalion est une faveur stricle- Enfants. A l'&gard des enfants mi-
ment personnelle, c'est-A-dire que ses neurs, trois dispositions out 06t edic-
effets se bornent directement et seule- t6es que l'on peut considered, come ex-
ment a celiji qui l'a oblenue. Ni la feni- pldtives. En effect, que la mere hailienne
me, ni les enfants de l'impPtrant ne originaire, etrang&re par son marriage,
peuvent en b6nificier sans une de- recouvre sa premiere quality par suite
made expresse de leur part et sans do la dissolution de ce marriage (divor-
une concession directed; tout au plus le ce on deces,) ou que le pere stranger
changement d'etat du chef de famille devienne haitien apres son mailage,
peut-il elre invoqu6 come un motif a la loi a decide que : ( Les entanis mi-
la naturalisation privilegide de ses en- neurs, nis 6'rangeris, garderon! leur
fans. nationalist: derangere jusqiu' I'annCe de
Femme. ---Mais un principle propre A leur majority oti ils auiont la facul 6
notre legislation veut que la fenime de d'acqunrir la qualili dh:iitiens par uine
I'ilaitien ait le statute de son mari, que declaration, au Parquet du Tribunal
celui-ci soit Hailien originaire ou naui- civil de leur residencc, (art. 11, al. 2,
ralise. Celle acquisition de note natio- et art. 2, a 2.) Et I article 13 ajoute
nalilI par la femme dtrangBre s'opre (o Jouiront de la mime faculty, et d ns
par le seil effect de la naturalist tion de la meme condition, les enfants mineuis
deo son nai, ranger, on de son maria d'un pere ou d'une m6re survivant qui
se fail ialtura liser hailien ).
1) Une autre article de la loi revele la vraie Les infants majeurs out une double
pensce du legislateur et montre que le stage vaie i suivre.
parfait A fin de naturalisation ne ddpasse pas Dans l'une et I'autre hyppothese :
te terme de cinq anndes ; c'est I'article 7 L's enfants majeurs iins Mtrangers, s'iis
ainsi confu :
ainst conu : ,sont clblis en Haiti ou s'ils vicnnenit
aL'etranger qui aura accept une function sont 6ablis en Haili ou s'ils viennire
civil ou militaire et I'aura conservee pendant s'y fixer, pourrnt de mme acquirir
cinq ans acquerra, par ce fait, la quality d'hai- la nalionalill haitienne par une decl;i-
tien, a moins qu'il ne declare par acte signi- ration au Parquet dii Tribunal civil de
fie au Parquet dt Tribunal Civil de sa resi- leur residence. (art. 11, al. 3). Et quand
-dence vouloir conserver sa nationality. c'est le pere stranger qui se fail ntlu-








P.EVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 207
^ _^ ^ -^ _^ ______ ) ___


raliser haitien, les infants majeurs de
cet stranger naturalist, nes hours d'Hai-
li, pourront, s'ils le demandent, obtenir
la quality d'Haitiens, sans condition de
stage... par I'arrWtl presidenliel qui con-
fWre cette qualitM al pere.... P La difl6-
rence de proceeds s'expliqne. L'haitien-
ne marine a un stranger recouvre sa
premiere quality, apres la dissolution
ile son mariige, par une simple 4ecla-
ration au Parquet da Tribunal civil
de sa r*.idence, alors que l'~lranger
esl astreint A solliciter un acte de na-
luralit6.

Naturalisations Privil6gi6es

Cerlains individlus peuvent, par leurs
capacitls, leur situation, les services
rendus on qu'ils sont apte3s rcndre an
pays, meriter d oblenir In qualil6 d'hai-
liens avec dispense de certaines borma-
litls. D6ja des Conslitutions anltrieu-
res avaient pris cerlaines dispositions
a cet ga;rd ; il n'6lait que just de les
relenir en les rendant plus large, plus
favorables. Voici en dehors de ceux que
nous avons rencon'rds, les cas favo-
ris6s par la loi
Ai'. 6. Le (dlai de residence pre-
vn en l'arlici prIc6dent Pst r6duit A
un an en favCoir de lout tlranger qui
aura dpous6 une haitienne, qui aura
rendu des services a Haiti, y aura ap-
portl des talenls distingui s, iitroduit
une industrie, in mnlier on une inven-
tion until, c166 un 6tablissement indus-
triel, agricole.
Art. 7. L'diranger qui aira accep-
t6 ine fonction civil on miiliaire et
l'aura conse.rve pendant cinq ans ac-
querra, par ce faith, la quality d'haitien,
A moins qu'il ne declare par acle signi-
fie au Parquet du Tribunal civil de sa
residence vouloir conserve sa nationa-
lil6.
Art. 16. Pour les jeunes gens a
qui iI loi conftre sansl condition de
stage 1 facultik de devenir hailitins dans
l'auniie de letr imajorilit, le f til de s'en-
gagor dans l'armee haiietiine on de
orendre part :iux opri nations du rec!'u-
tement et, en general, d'exercer les


droits ou d'accomplir les obligations
atlachies A la quality de citoyen haiiien
sans exciper de leur extranrit, A parlir
de I'poque de leur majority, 6quivau-
dra A la declaration prevue par la loi
et les ei dis; ensera. (d suivre)
EDMOND LAPORTE
----==~---

La Socidtl de Legislalion a discuti,
dans ses rdunious des 30 oclobre el 6
novembre 1912, les propositions for-
mulses par Mr. Louis Borno dans son
projel de loi sur la declaration d'utiliti
publique, project qui a paru dans le
NO de Mars-aoril 1912. -Nous publions
ci-apr.s le texte qui a dte votd dans ces
reunions :

PROJECT de LOI
sur la Declaration d'utilt publiqpe

Vt: elc, etc.
Consid6rant quo la pratique adm!ni-
trative, sous la pression des nicessitls
sociales, a adoptl la nesure de la d6-
clarat'on d'ulili!l pub'ique an lEridfice
de certaines institutions privees suscep-
tibles de rendre au Pays des services
e in ents;
Considerant que cell pratique esl,
en reality, d6nu6e jusqu'ici de sanction
l6gale; qu'il impoite done a l'aulorile
publiqued'y pourvoir pour le bWen g6-
nera.l ;
Art. ler. L.e Pr6sident d'Haiti est au-
toris6' d6clarr d'uliliIt publique les
associations diverse insrilui!es pour fa.
voriser l'esprit d'6pargne et do prdvo-
yanc', pour ol'( g;iisatioi efficace de
la biifaisance, pour le d6veloppement
des science., des lcttrcs et des arts, pour
l'eni ignement classique et profession-
nel el, en general, pour toules les fins
de veriltble utilild commune.
Art. 2. Cette d6clara ion a pour ef-
fel de conferer a l'association la person-
nal.le civil el, pourle ca oil elle strait
6tran,; ere, le privilege de naturalild.
Art. 3. Elle e.t faite par ArrWte pris
en Conseil des S cretaires d'Elat, sur-









208 REVUE DE LA SOCliTE DE LEGISLATION


le rapport du Secrelaire d'Etat dans le
D6parlement duquel rentre l'objet de
I'associalion inlt6ress6e et a qui la re-
qutle endeclaration a di 6tre adres-
see, avec toules les pieces a I'appui.
Ce rapport devra 6tablir:
10 que l'oeuvro en instance pri6enle
une utilili ieelle;
20 qu'elle existe depuis un an au-
moins;
30 qu'elle pent computer sur des res-
sources suffisanles.
Arl. 4. L'arr6lt d& declaration ne
produit son effet l6gal que du jour de
sa publication au a Moniteur official (
II contiendra indication p1ueise do
l'objet de la Soci6t, d6elare d'uliliti
publique.
Art. 5. Au cas oi it sOrait Iultrieare-
ment elabli que I'ceuvre d6clar6e d'nli-
lil6 publique a abandoned ou ne renm-
plit plus son objet special, la decl;a-
ration sera rivoquee en justice sur la
poursuite do I'Eta!.
Le j.igemen de r6voca!ion fixera le
dllai dans lequel la iquidation devra
Itre terminee.
Cello liquidation s'eiTecluera de la
maniere prevue par les statuls, et dans
le silence des stalls, par la majorile
des membres de la Suci0P6. Toulefois, les
biens donnCs on leguos a l'association et
qui exzleraient en tout ou en parlie,apres
la liquidation, front relour aux dispo-
sanis,h leurs hiriliers on successeurs. A-
pres le dl6ai d'un an sans reclamation des
interesses, ces biens seront attributes
a 1'Etal.
Art. 6. En ce qni regarded les Soci6-
tIs fond6es pour la preparation des
denries et, en general, pour L'exploi-
tation agricole, elles jouiront, sans au-
cune declaration sp6ciale de 1'autorit6
du privilege de naturalite confirm par
par l'article 5 de la Loi du 27 f6vrier
1883 et confirm par l'article 44 de la
-Loi du 2t Aofit 1908 sur le domAine
:national.


'Nous reproduisons ci-apris le rapport de
M. Cb. Boucherean in!primi d'une maniere
inexacle dans le dernier Niumdro de la Re'e-
vue.
Messieurs,
Vous avez bien voulu me demander un
rapport sur une question qui vous a 6t6
soumise par Mr. Ph. S. Fleurimond,
de Pbrt-de-Paix, et don't les terms sont
ainsi poses :
SUne femnne haitienne qui 6tait revenue
etrangere par le fait de son marriage avec
un stranger et qui, apris la dissolution de
cc marriage. est redevenue haitienne par la
naturalisation, peut-elle recouvrer la pro-
pricl6 des biens immeubles qu'elle posse-
dait avantce marriage et qui n'ont pas etC
vendus, conform6nmcnt nu Decret du 9 oc-
tobre 1884 de I'Assemblce Nationale modi-
fiant t'article 5 de la Constitution de 1879 ?
Un principle general qui domine depuis
longteinps notre legislation, c'est que I'6-
tranger n'est pas admis a la participation
de la propriete immobili~re en Haiti.
Cette rigie restrictive de la capacity de
l'ktranger ne pouvait ne pas marquer
son effet dans la r6glementation de la con-
dition de la femme hairienne marine a
I'6tranger.
Pour fixer ce point et apprecier, come
il convient, la portLe de ia question po-
see, il n'est pas, sans in:6ri, croyons-
nous, de remonter un instant au passe.
En vertu du d6cret de Pierrot du 9
septembre 1845, I'haitienne qui epousait
un stranger devenait de plein droit
6trangere, et perdait la propriedt de tous
ses biens, sa succession 6tait d6claree im-
mediatement ouverte au profit de ses he-
ritiers. ( Cette rigueur, renouvel6e de
1'article 22 du Code civil, dit quelque
part, a ce propos, notre President 6tait bar-
bare : mais surtout elle 6tait pudrile.
Car aurait-i! pu se trouver une haitienne
assez naive pour 6pouser un stranger
sans avoir eu, au pr6alable, le soin de
mettre ses biens a covert ? Aussi le de-
cret de 1845 n'avait-il recu jusqu'en 1860
aucune application quelque peu s6rieuse,
pas plus d'ailleurs sur la p6nalii6 inflig6e
a la femme haitienne que sur celle don't
il frappait les enfants n6s de cette femme.
Sous l'empire de la loi de 186o, dite
Dubois, relative au marriage entire haitiens










REVUE DE LA SOCI1TE DE LEGISLATION 209


et strangers et oi fit admis le principle 'rapper en son article 5 in fine, 1'hatienne,
que le marriage ne change pas la nationa- spouse de l'etranger. des m6mes incapaci-
lith de la femme ha'itienne de mnme que t6s, mais en stipulant toutefois a qu'une
cell de la femme 6trang6re qui, toutes loi reglera le mode d'expropriation des
deux, gardaient leurs nationalities respecti- immeubles qu'elle possedait avant son ma-
ves, l'6poux haYtien seul pouvait acquerir riage t. C'est la loi du 22 Aoit 1907 sur
des immeubles en Haiti. Et ne voulant la Nationalit6 qui incidemment est venue
qu'en aucun cas, la propri.te, sous foime combler le vceu du legislateur constituent,
immobilibre, tombit entire les mains de en son article to.
l'etranger, le 16gislateur de 1'6poque a dis- Art. 20. < Dans tous les cas oif, soit
pose, comme vous le savez, que 1 &poux un haitien, soit une haitienne,aura acquis
6trangcr a la dissolution de la commu- une nationalit6e trangere, il aura un d6lai
naut6, n'aura pas droit au partage en na- d un an pour disposer de ses biens im-
ture des immeubles common, mais que meubles. Passe ce delai, il sera, sur L.
son conjoint, s'il vit encore, ou ses h6ri- poursuite des parties interessees, ou a leur
tiers, lui devront une indemnity en argent, d6faut, du Minist&re public, proc6d ~e La.
representative de cette part. sur estima- licitation des dits immeubles selon les for-
tion d'expert, etc. mes traces au titre 7 du code de proce-
Avec la Constitution de 1874, c'est l'6 dure civileo.
tablissement de l'unite de condition entire Par ce court expose historique auquel
les 6poux au point de vue de la nationa- nous n'avons pa; cru inutile de nous li-
lit6, mais, a l'6gard seulement de la vrer, ne voit-on pas clairement la solution
femme haitienne marine a l'etranger. de la question qui nous a etd posse ?
Mais nous ne nous arr6terons pas it cette 11 convient toutefois .de faire ici obser-
Constitution : la c6lebre loi du 6 octobie ver que le Correspondant de I'ort-de-Paix
i876, avant aneanti tous les actes publics n'a pas determin6 l'dpoque A laquelle a eu
faits sous le Gouvernement de Domingue lieu le marriage don't il s'agit. Dans I inte-
a partir du 14 mai 1874, cette Constitu- rik de la v6rit6 juridique, suppoFons que
ticn, d'apres une opinion qui a toujours le marriage a eu lieu sous l'empire de la
privalu, est r6putic n'avoir jamais eu constitution,1879 ou fut cil6br6 sous I em-
d'existence. pire de la constitution de 1889 avant la
Un system nouveau apparait dans la loi du 22 AOut 1907 sur la Nationalite.
Constitution de 1379 o doinine comple- Dans le premier cas, nous estimons que
tement le principle que la femme suit la la dissolution du marriage arrivant, la fem-
condition de son mari. 11 res.zort de l'ar- me, redevenue haitienne,peut toujours con-
ticle 5 de cctte Charte que I'haitienne de- server, ne l'ayant d'ailleuis jamais perdue,
venue etrangere par son nmriage conserve la propriety des biens immeubles qu'elle
la propriett de tous les immeubles et les avait avant son marriage et qui n'ont pas
droits iinmobiliers qu'elle avai: avant son ete vendus conformuament au d6cret de
son : ariage, et qu'il ne lui cst interdit 1884, car il r'est stipuld nulle part dans ce
que pour I'avenir la faculty d'acquinr. decret que, sila vente des bien lie s'est
des biens immeubles. pas electuCe .ia:s le dilai de trois mois
En 1884, la situation change. A cette imparti, on encourt une peine d6terminee.
date, en eiTet. l'Assemblde Constituante. D'ailiurs qul intcr- t aurait on 1A proce-
amenda le texte originaire de 'article 5 der :i pareille venme alurs que la femme a
de la constitution de 1879, et il fut dicddd rep i sa nationality d'origine?
que d6sormais I'haliYienne ne garderait D.ans ]e second cas, i supposed que l'ou
plus les inmmeubles qu'clle possedait avant put concevoir I'application du d6lai de-
son marriage avec 1'etranger, ni ne pourrait rertmine par Ih d6cret du 9 octobie 1884,
en acquerir d'autres, et que si elle posisdlait un simple examen de ce document r6v'-
dcs inmmeubles avant son marriage elle serait le qu'il ne cotmporte aucune sanction. En
tenue de les vendre trois mois au plus tard'elTet, jusqu'i la loi du 22 Aout 1907, au
apies ce marriage. cune loi n'aet6 6laborde en vue de regle-
La Constitution de 1889 vint, i son tour, menter le mode d'expropriation des imme-










210 REVUE DE LA SOCIIT' DE LEGISLATION


bles que la femme hai'tienne devenue 6-
trangere poss6dait avant son marriage. 1I
s'ensuit done que I'haitienne qui avait
ainsi perdu sa nationality, bien qu'elle ne
piut A I'avenir acqubrir des immeubles en
Haiti ( art. 6 de la constitution et 450 du
code civ.) pouvait cependant conserver la
propriety des biens immeubles qu'elle pos-
sedait avant son marriage.
Darns ces conditions, on ne peut pas sou-
tenir que cette femme redevenue haitienne,
recouvre la propri6te des dits immeubles,
puisqu'elleconservetoujours cette propritela.
En dernier lieu, envisageant I'espace qui
nous a 6et soumise, nous estimons, pour
les raisons invoquees plus haut, que la
femme, alors mme qu'elle se serait marine
apres 1907, conserve, redevenue haitienne,
.la propriety des biens immeubles qu'elle
.avait avant le maraige ct qui n'auraient pas
e6t6 vendus conform6ment a 1'article 20 de
la loi du 20 Aoat 1907 sur la nationality.
A propos de cette dernitre disposition
16gale, il y a lieu, en conclusion, de souhai-
ter que les pouvoirs publics arrivent A la


modifier tel que I'a propose notre Collgue
Borno dans son project relatif A la loi No 2
du code civil, proposition plus conforme,
pensons-nous, a 1'esprit du legislateur.Voici
le texte de l'arlicle 26 de ce project < Dans
tous les cas oh, soit un haitien, soit une
haitienne aura perdu sa nationality ses,biens
fonciers devront ktre aliens dans les six
mois.
Pass& ce delai, ils seront considers cor
me biens du domaine de 1'Etat: sauf 'exer
cice des droits des creanciers don't les cr6-
ances ont date certain anterieure a la per-
te de la nationality. Ces creanciers ne seront
plus admis a exercer leurs droits sur les
immeubles devenus domaniaux, si un d6
lai de cinq ans, a dater de la perte de la
nationality, s'est ecoule sans une r6clama-
tion de leur part.
Dans tous les cas oh un immeuble serait
repris au domaine, 1'Etat ne serait, a aucun
6gard, responsible de reparation, indemnity
ou redevance.

Charles BOUCHEREAU


Imorimerie H, Amblard, 136, rue du Centre, 136.


w








Membres actifs de la Socit6
M-l. Louis Borno, ancien SecrB6tire d'Etat des Rc!alions Exterieures et des Cultes, an-
cien protesseur lEcole de Droit, ancien Ministre Plenipotentiaire d'Haiti h Santo-Dc-
mingo. Rodolphe Barau, avocat anci-n Sous-Inspecteur des Ecoles de la circonscrip-.
'lion die Port-au-Prince. ---Aug. .Months, Chef dc division au minist6re d( la
Justice.- Enoch Desert, avocnt, Docleur en Droit de la Facult6 de Paris. Abel N. Le-
ge vocal, ancient Atlachd et ancient secrdtaire ad-intrini de la Legalion d'llaT'i hPa-
Sis.- -Elieune Mathin, avocat, Ancien Magistrat conmmunal de Port-auPrince. --- Alfrci.
Thlibault, coimnissaire d, Gouvernemenipr~Is Ie Tribunal civil de Port-au-Prince.--- A '-
guste Bonamy, Presidenu du Tribunal de Cassation, ancien Bi'tonnier de 1'Ordre t.
Avocals de Port-au-Prince, ancien Secretaire d'Etat des Relations Exterieures de l'Instruc
lion Publique.- Charles Dupuy, Commissaire du Gouvernement pris la Compagnie de
chomin de for P. C. S. Jacques Nicolas Leger, ancient Balonnier de i'Ordre
de, Avocals de Port-au-Prince, anicln depute, ancien Envoye Extraordinaire
ancien Ministre Pl6nipotentiairo d'H-aiti a \Washington, Secretaire d'Elal des Re-
hilions E.xterieures' et des Culles. D)anls Bellegarde. ancien Chef de Division a
a Secr6taircin : tilit de i'lnstruction publique, professeur i i'Ecole de Droit.-Jd-
reinie. ancient jugi. :aI Tribunal de Cassation, ancient d6pult, ancien Secrlaire d'Etat
des Relations Exitrieures et des Cultes, ancien Secr6taire d'Etat de I'liintricur- Ducis
\iard, ivocat, ancien Chef de jiivision au D)partement de l'Instruclion P'ublique, Juge
aiu Tribunial de Cassation.-Flavius Baron, Vice-President du Tribunal de Cassation.---
Solon Menos, Docteur en Droit de la Facultl de Paris, ancient Secretaire d'Etat des Fi-
nances, des Relations Ext6rieures, de la justice, ancient iitonnier de l'Ordre des Avocats
tie P'cl-au Prince, Envoy6 Extraordinaire et Ministre Plenipotentiaire d'llaili a Washing-
toi.- '.amartinicre Denis, Juge au Tribunal de Cassation, ancien Substitut du Comniis-
,aire du Gouvernement press le Tribunal Civil de Port-au-Prince, ancient Substitut du
o:.nimissaire du Coavernenient pris le Tribunal de Cassation.- Edonii He'raux, ancient
I3put.e judge au Tribunal de Cassation, ancien Secretaire d'Etat des Finances ct du
omninerce, uncien Ministre-R6sident d'Haiti a Londres.-- Georges Sylvain, ancient pro-
Icsseur b l'EcLle national de Droit, incien Juge au Tribunal de Cassation, ancien En-
voy Extraordinl;nic et .Ministre Pl6nipotcntiaire d'Haiti a Paris.- Edmond Lespinasse,
ancient Directeurde l'Ecole de Droit, ancient iecretaire d'Etat de la Justice et des Rela-
iions Exterieures, des Finances et du Commerce, ancient 3Batonnier de F'Ordre des Avocats
de Port-an-'rince. Secr6taire d'Etat des Finances et du Coummerce.-- F. L. Cauvin avo-
cta, Sdnateur, ancient Secretaire d'Etat de la Justice, de 1'Instruction Publique, de 'In-
i!cicur.- Justin Bouzon, arpenteur-g6eointre, publiciste.--- F. Marcclin, ancien Secrc-
!aire d'Etat des Finances et du Commerce, anicien Doyen du Tribunal de Commerce.--
Dalbemar Jean-Joseph, ancien Secretaire d'Elat de la Justice et de 1'Instruclion
Publique, ancient Secretaire d'Elat des Travaux Publics ct de l'Agricullure, ancien
President du Tribunal de Ca'ssation, ancient E. E. et Ministre Pldnipotentiaire d'Haiti
;i Berlin et a Paris.- I. Baussan, ancient BILltonnici de 1 Ordre des Avocats de Port
au-Prince, Senaleurt-- A. Poujol, ancien Charge d'Affaires d'llaiti a Sto-D)oningo, ancien
delput, juge au Tribunal Civil de Port-au-lPrince.--- Emmn. Ethdart, avocat, ancien pro-
lfssCur A 1'Ecole de )roit, Biltonnier de l'ordre des Avocats.--- Leon Audain, Docteur en
Midecine, Doyen de la Polyclinique Peau, Directeur du Laboratoire dcBact6riologie.-
T. laleai avocat, ancien Secr6laire d'Elat de la Justice et de l'Instruction Publiqu .--
V. Fequiire, ancient Depute, ancien imenibre de la Chambre des Comptes. L'Adjudant
Gi'ndral Benito Sylvain, ex-stagiaire au Genie Maritime de France, aide-de-camp de S. M.
i'Empercur d'Ethiopie, docteur en droit de la Faculli de Paris, )Depute au Corps Legis.
Denis St-Aude, a;ocal, Depult, ancien Cominissaire du Gouvernement pres e Tri-
bunal Civil de Port-de-Paix. -'Frangois Malnhon, avocat, professeur i l'Ecole de Droit. ---
Lys Latortue, Substitut du Commissaire dn Gouverne, enl pr6s le Tribunal de Cas-
,saion. --- Charles Bouchereau, avocal Chef de division au minisltre de l'Instruction
publique. --- Legcr Gauvin, avocat ancient depute, ancien Secretaire d'Elat de la Justi-
ce, des Cultes, de l'Int6rieur, ancient Btionnier de l'Ordre des avocats de Port-au-
Prince. --- Seymour Pradel, avocat SecretIirc d'Etat de 'lnlt6rieur.
Memlres associ6s
MM. Hugon Lechaud, ancien Secr6taire d'Elat de la Justice et les Cult's, ex Prdsident du
Tribunal de Cassation.- Juslin Ddvot, i\, i i!, professeur i l'Ecole de )roit.-- Murat
Claude, avocat du Barreau des Cayes a,;e:en Dt)utd. ancient SecrLtaire d'Elat de l'ns-
truction publique et des Relations iExtrieures.- Henri Thomasset, Ing6nieur. -
L6on Nau, ancien Juge au Tribunal de Cassation, Doyen du Tribunal civil de Port-au-
Prince.
Membres correspondents:
Jcicml. --- E. Bella'nde, Doyen du Tribunal civil. --- E. Morel, avncal. ancien d6pute.
Gonaives. --- Limage Philippe, notairc, Secretaire d'Elat de la Guerre ct de la marine.
Cayes. --- Clicour Leon, avocat, ancien depute.
Jdrdmie. ---- C. Chassagn4, ancien Conomissaire du Gouvernement. Auguste Ga-
route, Batonnier dc.,'Ordre des avocats deJdremie.
Cap-lHitien. -- T. Guilbaud, avocat, ancien Senateur, Secrotaire td'Elat de la Justice
et de l'Instruction Publique. -- J. Adlhemar Auguste, avocat.-- J. B. N. Desroches
juge au tribunal civil, ancient Ministre d'lialti a Madrid.
-'ori-de-Paix. Alfred Henriquez, avocat, ancien deput6.- Alix Tiphaine, Doyen du
Tribunal civil de Port-de-Paix.
Saint-Marc. LUonce I). Narcisse, avocal, anc. Subs. du Commiss. du uouvernement,
Tiburon. -- J. M. Grandoit, ancient depute.
A l'Etranger : C. Villevaleix, ancient Ministre d'Hali a Paris.-- Luc
Nemours Augusle, icencie en Droil. Dr. Sinion P. Suarez, E. E. et Ministre pl6ni-
potentiaire du Nicaragua a Caracas. Dr. Adoifo L. Gomez Prdsident del'Acadmnie
de jurisprudence de Bogota. -- Dr. Eduardo Poirier, Ministre plenipotentinire du











REVUE
DE IA



Md~l EWNErivilgt qu'aoeordole lote sr:ia-
ik"A' I NE EiT P H A '_ A An u, ,i t ? )


Messieurs H. Jerme el Brutus de'
Jdremie, ont posd d la Sociedt de 16-
gislation les questions suivantes:
lPremiere question:Est-il permis qu'un
pharmacien 6Iranger, 6tabli dans une
ville du pays, y iiitroduise un mi6lecin
de sa nalionalite, fasse de la reclame
en vue de crier une clientele a ce md-
decin, avce la condition d'obtenir de
lui des ordonnances en parlie inin-
telligibles aux au:res pharmaciens
rignicoles; de facon que la libre con-
ucurrence cesse d'exister en!re les pro-
fessionels de la ville ? 1
Deaxiiime question: Les regnicoles
n'Wtant d6fendus par aucune loi en la
matiere, quelleest selon vous, Messieurs,
la measure h prendre pour empicher
la continuation d'un tel 6tat de choses,
coutraire en lous sens aux inl(rets de
la parties plaignanie, contraire a la con-
cu rence dout depend le prog es, con-
traire au conlr6le si necessaire A lI
sauvegarde ie la sanie jpublique, con-
traire cnhin aux principles de proiec-
lion que lout Elat doit a ses nationaux?,)
< Trosieme question: La venle, des re-
rnides dits secrets etant soumise par-
!ot I a dcs riglemenlations spOciclCs,
peut-on en ddbiter sous son nom de
pharmacien, sans une deposition de ses
droils a la chambre du Commerce,
apris 1'Ctude des formulas specialiies,
par le July Mcdidal, A dMfaut d'Acaded
mie de M~decine.
,tne patenle, on un brevet, oC !'un
II l'aulre ne de\iennont-ils pas nec's-
saires pour kl reconnaissance par lous


Voici sur ces questions le rapport de
M. le docteur LUon Audain:
Mes chers colleagues,

J'ai pris connaissaice de la leltre de
MM. H. Jdr6me ct Brutls du 7 mars
191:1 que noire P resident m'a remise,
A fin do rapport.
L.a premiere question qui nous est
souinise par ces Messieurs comporte
Irois subdivisions bien nctles:
a) Est il permis qu'un pharmacies
stranger, 6tabli dans une ville du pays,
y introduise un m6decin de sa nationa-
litl,
b) fasse de la r6clame en vue de creer
one clientele a ce mndecin,
c) avec la condition d'oblenir de
ce medecin des ordonnances en parties
inintelligibles aux autres pharmaciens
regnicoles, do fagon que la libre concur-
rence ccssc d'exister entire les profes-
sionnels de la ville '?
A 1. premiere subdivision, nous som-
rues oblig6s de rdpondre par l'affirma-
live, aucniie disposition legale ne s'op-
posant celle importation d uin nouveau
genre. Ia loi du lIt septernbre 190Ol sur
I'Ecoli naliouale do mtiecine et de phar-
macie, loi i laquelie, out 6di souchis,
d'une fagon ass.z anotrmale du resale,
qu.lques vagues ai tiles sir l'cxercice
de la m6dec:ne, fixe les conditions gene-
rales de I'a:imission nla pralique en
Haiti de I'amt mdic l,
L'art. 18 tle celle loi esi ainsi conuue:
a Les inedccini-, pharmacieiis, deo'tistes
et sages -femoni s i, dipl6m6cs a I'Eraiin-
ger, lie poiirrnii exercer leir art en


PORT-AU-PRINCE


AvRIL -MAI


2 Ic NNNIBH, N"S 24









212 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

Haiti qu'apres s'6tre fail delivrer une de choses conlraire en tous sens aux.
equivalence. inters's de la parlie plaignante, conlraire
( L'6quivalence est donnee apres l'e- a la concurrence donl depend le pro-
xamen des tires et de l'imp6tranl lui- gres, conlraire au conlr6le si necessaire
meme, s'il y a lieu, par l'Ecole de me- a la sauvegarde de la sant6 publique,
decline. Le nouveau dipl6me est enre- contraire aux principles de protection
gistri au siege du Jury medical central que tout E'at doil a ses nalionaux. >
et la licence d'exercer delivrde par le Troisieme qzuesion : Pour ce qui est
Secr6taire d'Etat sur I'avis conforme du de la vente des medicamenIs secrets, il
Jury medical central. est certain qu'il faudrait qu'elle fil re-
Si I'Mtranger imports a salisfaitl ces glmenlte st ieusement par la loi. Jus-
obligations legales, je no vois gu6re le u' ce moment, comment emplchl r
moyen de l'empecher d'exercer la me- un pharmacien de fabriquer et de ven-
decine. dre de ces sorts de midicaments dans
b) .e ne vois guire non plus la pos- un pays oil chacun, sans tlre ni m6de-
sibilite d'empicher un pharmacien de cin ni pharmacien, s'arroge le droit de
fire de la rc;clame pour un m6decin. les fabriq-er et de les exploiter ?
Ce cas n'est pas prevu par la loi. Pour conclude, nims chers collogues,
c) Pour ce qui est des ordonnances re- lo,, e' reconnaissant que M\I. Jdr6me
digees en langue 61rangere ou en lan- et Brlus onl paifaitement raison dans
gage conventional, pour ce qui a trail le fond, nous sommes obliges de recoc-
6galement a la designation des doses on ite l'impuissance ofi nous nous
poids autres que ceux qui out course irouvons do Ilur donner un conseil do
dans le pays, on connait dejai notre quelque efficacile Ig:le, parce qu'au
opinion. Nous avous tou;olrs demanded point de vue de la mudecine- et de la
que les ortonnances fussent fai!es en ph.irmacie nous ne somnims pas orga-
la langue officielle d'Haili, qui, ch;icun ,niss. Nous pouvons espirer que la
le sail, est le francais, que les medica- session legislative ne se passora pas sans
menfs fussent toujours indiqus eu que nous le soyous. Uue requOte des
grammes ou subdivisions du gramme, pharmaciens les plus imporlauts do
Dour cviter toute concurrence deloyale Port-au-Pri.ce a 61t adressec dans ce
et supprimner des errcurs fort prejudi- sens, il v a quelque; mois, A Mrl. 1
cables aux clients. Aucune bonne loi Minislre de 1'Ini6rieur.
sur L'exeicice de la medecine et de la Quelle que soil l'imporlance de son
liarmacie n'est venue donner I ces .61e politique, it no negliger pas,
vceux la force lIgade devant laquelle ious ei som:nes coivaincu, Ics Iesu-
tlo t le monde serai oblige de se cour- es admillistrtlives, si iintlre -sa les
bei. P'hailnaciens ~61ranigers et haitiens aussi, de son d6parlemeul.
se trouvet L done absolument desarmis 11 esl I, soulaitir que, d'acc;d avec
contre les coucurrenrs qui croient de. Mr. le Ministre des Relalions extl'ieures,
voir enfireindrle les regles (ciitoes ou 11011 ii fsse cesser cell revoltante a!:onilie
de la courlui-ic professioninelle et, dans qui existe tdans nos rapports iiiernutio-
uie coicurreiice chevelde, font flUche nux : le droit pour tout m6dccin et
de tout bois. pharmacien eiranger, quelle que soil sa
)euxienme question : A la deuxi e nalionalilt, d'exercer la m6decine ou la
question, nous ne pouvons repondre pharmacie en Hlili, en se soumellant
que p:ir un vLeu : c'est qu'une loi coin- seulenmnt h quelques vagues et insigni-
plete sur la nmddecihte et la pharmacie fiantes formalites i6gales, tandis (lue,
vienne mellie oin tirmle a ioas les abus nous aulres Haitiens, defense absolute
que nous signalent .\IM. BRrutus et Je- nous est faite d exercer la pharmacie on
rome. la medicine dans cerlains pays itran-
Ce sera le meilleur moyen a d'em- gers. 11 n'y a aucune r-ciprocite. La
Ijecher la continuation d'un lel 6tat m6decine et la pharmacie ont fait de--







REVUE DE LA SOClT~ DE LEGISLATION


puis quelques annnes de tels progress qui inltressent 1'Etal. 11 est encore par-
en Haili que l'heure a sonun, croyoos- lie principal; ii redige ses conclusions
nous, de d6truire cette sorte de subal-'suivanlt les instructions qu'il a rescues
ternisation of nous nous trouvons aide ses mandants, les lit A I'audience,
1'6gard de I'Etranger. plaide les moyens qui lui oit .te in-
It est A dsirer, en tous cas, que les diqu6s.
haitiens soient l'avenir mieux prot6g6s Le Ministlre public est parties joiule
qu'ils ne le sont contre la concurrence lorsqu'il fail entendre, apr6s les plaidoi-
6trangere, pharmaceutique ou m6di:ale. rles, sa parole grave et imrpartiale pour
Dans un pays oul I'education populaire 6clairer les Magistrals et siege, suivant
lrisse beaucoup a d6sirer, les Pouvoirs son opinion, sur les pretenlions des par-
publics doivent d6fendre ceux de nos ties en cause.
nationaux qui se soot dislinguis par Au criminal, le Ministere public est
leur travail, leur intelligence. entierement ind6peidaun, it ne rel6-
Do r LoN AUDAIN. Ive lue de s- conscience pour les
Doceur conclusions qu'il croit devoir prendre.
II lequiert la condamiation du privenu
on de l'accus6, suiv;mtl qu'il le croit cou-
DESAVEU DU MINISTERE PUBLIC able. ou conclut a son acquittement,
(RAPPORT) si, d'apres sa conviction,le faith ne merite
aucune condemnation.


Messieurs,
Monsieur Louis Borno, notre sympathi-
que pr6sidenl, m'a transmis one leltre de
Monsieur Joachim Jean Baptisle, adris-
s6e a Dotre Societe, par laque!le il nous
demand de resoudre la question sui-
vante: Le ( Ministere public peut-il eire
d6savou6, pour noe apprccihtion verbal
ou ecrite, lorsqu'il est parlie principal
et parties jointe: paitie principal quand
il repr6sente ses mandatls et lit leurs
conclusions, el parlie joile lorsqu'il ap-
prei'e, commei it I'cutlcii, la duinmiir
qu'il a soumnise ;n nomi de ceux-ci ? ,.
Voici le raippolr queje viens vous faiire
sur cclle queslion :
Le IMiiistl re public, en rnatieie cri-
minclle, est prtie principal ; c'est lui
qui Iccuse, c'est lui qui requiert l';,)-
plicii, ii de !a [;eine, lbrsque lepreveiiu
on I'acciiu i st recoiuiu coupable 11 eCt
encore pailie I)priciIple mime lorsqute
le ribI iital, d(.is un11 all'aire corr. ction-
nelle, cst saisi par i. ne cilaion directed
d ie 1 1 p ,rlio lts i; stiulc ent it intervient.
ii.ns i ilerelt dL; It soci6 ie )pour cequc-
ii!' l';ipplicatiui de la piiine contre lI di-
.linqiu;ant.
En maliere civil, il est charge de pour-
suivre et de defrndre routes !es causes


Comme detenseur de l'Etat, uous ve-
nons de dire qu'il plaide les moyens de
celui-ci devant 1 tribunal; ii pose les
conclusions de ses mandants; mais rien
n'empeche que come parties jointe, re-
prenantson r61e de Magistral, il appr6cie
differemimeut ses moyens et conclut sui-
vant son opinion personnel.
Nous ne voyons pas que le Ministero
public soil parties principal, soit parties
joinle, puisse dire d6savoud. D'ailleurs,
cell procedure oe desaveu ne concern
nu!lement les otficiers du Ministtie pu-
blic. N:. peuvent atre d6savouds que les
ofticiers miuisi(riels: les d6fenseurs pu-
blics ou Ils avocats, les huissiers.
Si l'Elat, les 6tablissements p:blics, les
inineurs, les itlerdits et les successions
vacantes considbrent qu'ils u'ont L60
defendus on ne 1'olt ite valablemenl, its
siront regus A se pourvoir en requete
civil ( art. 417 c. pr. civ. ).
Aussi. jP conclus que le Minisl6re public
ne peut eire d6savoue; mais si ses man-
dants pensent qu'ils n'onl et6 d6fendus
on ne 'ont pas et6 vilablewent, ils n'ont
qu' prvndre la voie te la mi luite civil.
Tel esl miuo rapport et je souhaite qu'il
pui.se obtenlir votre approbation.
L. DENIS.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs