• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Octobre 1910 - Octobre 1911
 Novembre 1911
 Decembre 1911
 Janvier 1912
 Fevrier 1912
 Mars - Avril 1912














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00015
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00015
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Octobre 1910 - Octobre 1911
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Novembre 1911
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Decembre 1911
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Janvier 1912
        Page 52a
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
    Fevrier 1912
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Mars - Avril 1912
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
Full Text





198 ANNfE, Nqs 7-12
20e ANNAE, NOS 1 -7


PORT-AU-PRINCE


OCTOBRE 1910.
OCTOBRE 911.


REVUE

DE LA
SOCET-TIr IDE LEGGISL.A.TrIONT


L( i ajoute le Chef de I'Etat, j'aurai done
LA SOEE JI1 souvent recourse a vos lumieres et vous
AU PALAIS NATIONAL aurez encore l'occnsion d'etre utiles A
S L votre pays. Le bien que je veux r.aliser,
a c'est la suite qui vous diu ce que l'his-
Sur la demand faile en son nom par c'loire a s e, q egis deri.
le lConseil de Direction, la Societe de Sr l e rionforanes paroles dites
Ugislation a 616 rt'e en audience pri- .Sur ces nrconfortanles paroles dites
ULgislafion a did reque en audience pri- avec sifmlicijl, parlaint avec sictcrilt, le
v6e, te 30 Aoit dernier, A dix heures Prvsident de la Soci(et prasente imnivi-
du matin, par M. Leconte, Presideni de duellement. ses colleagues et dit les regrets
la Rlpublique. de ciox qui, empiches, out pride de les
Notre nouveau President, M. Aug. Bo- excuse.
namy, en un lar'gage clair et pr6cis. a exc
prdsentl les felicitations de la Sociati at On pass ensuite le champagne. Des
I'occasion de l'avenement au Pouvoir de toasts sont porls, et au moment de se
l'6lu du 16 Aofit. separer, de nouvelles assurances sont
II a dit la contiance qu'inspire au pen- changees eiire M. le President de la RI-
pie haitien le choix judicieux faith par le publiq.e, M. Bonamy et M1. J. N. Lger,
Chef de I'Elat de ses pi emiers coinseiers, Secrelaire d'Etat des Relations Ext-
,reues (t des Cultes, ancien President
la foi que tous altachent a 1'ex6cutioi des uls ancient Prident
du programme present6 par le Cabinet de la Soci6te.
aux Chambres L6gislatives. II rappllo LE COMITE
que si la Sociedl de 1Igislation n'a pu se
r6unir, si sa Revue n'a p paraitre pen- --
dant une annte, la ftiu e en est aux,
circoiitances que tout le modie contait ; .. ,,,, IAi l
mais que pas un moment la Soc:ii6 d noada 2 A,.1 ,
perdu de vue I'iddal poursuivi depnisl
virngt lognues aunces sans dfaiilance ; Prsent:s : M. M. J. N. "igor, D;'ntes
que maiiitomant plus que jani;is eli esl B3el J ,,,*. (hr his Dltpuy, Lu%-i BIEr:o,
disipoSe, couinue par le pass a eile ,lile I,; ,iiatii i6rc D)ais, F. Flqiq :', D)'nis
au Pays. ISt-Aude, A Bonamy, Ediino!od i i'spi-
Le President de la Republiqne rC.pond niamse, Emm. Eithiart, Ducis Viard,
qu'il est flalld de la dmarche de la So- Enoch DI)ie 1, Abel N. Leger.
ci0t6 de LUgislation. Pr ,sidence de M. J. N. LUg.
Piusieurs des membres pr'senls out
Wt. ses coudisciples de classes; it les, Le Prsident. Le quorum slulufa`re
connail donc el cait que I! bie, du paNs dIant const;,iE, je declare ouverrc I'As-
siva toujours lcur ideal. Ii sail gr6 do la seimbide GCi"'.urale. Le Secreiaire gncural
colfia;nce qu'inspirent ses coi;seil er, et a a parole pour donner lecture In rap-
il done I'assurance lt e son gouv'ertne- port1 l nomnl du C' useil de direc.o)i; don't
meit sera celoi de la I'gai'. ((Puisque lt lian da est arriveo expiration.
0 je compete tout fire selon les lois, M. Belleard :








2 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION

Messieurs, I)penses:
L'annie que nous venons de traverser
a 61I parfaitement sterile. Des circons- II a 4t6 pay6 depuis lors:
dances, sur lesquelles nous n'avons pas Impression de la Revue, no de mars
besoin d'insiser ici, ne nous ont permits ( 46 ) avril, mai et join ( 80.50 ) juil-
de nous reunir que deux ou trois fois a let (46) aot et septembre ( 46)..218.50
peine depuis notre Assembl6e Gdn4rale du
4 mai 1901. Aucun discussion n'a pu Appointement du commissionnaire,
avoir lieu, aucun rapport n'a pu 6tre avril 1910 a avril 1911, inclusivement,
pr6sentl sur les questions soumises A la 13 mois A G. 5. . ... 65
Societe et don't nous vous avions donni Co d r
la lisle dans notre dernier rapport. Commission de recouvremen
11 nous a 6t6 4galement impossible de sur g. 515. 50. .........51.55
fire paraitre la revue, malgr6 l'accueil Frais d'exp6dition de la revue 8.65
bienveillant d'un public de plus en plus d'un cashier touches
nombreux. Impression dn cashier soches
Notre activity a done Wt6 nulle cette pour recus .. .....". .. 10
annre. Mais si, pendant ces temps de Solde d'une couronne offerle A feu
grande d6tresse morale, la SociMit n'a Max. Laforest pay6 A Mme Lagojannis,
pas ancun acte, manifesto son existence, par suite d'insuffisance de souscriplions
elle n'a pas cependant cess6 de vivre : des membres. .... ...... 1. 6.20
elle a v6cu d'une vie latente, attendants de 40 f s
I'heure ou elle pourrait, sans danger, Achat d'un cheque de 40 francs pour
reprendre ses travaux. Cette heure est 2 annees d'abonnement A la SociBte de
venue. En vous remettant les pouvoirs Legislation compare de France :frais
don't nous sommes rests charges, malgr6 de timbre 40 cent. ( $ 8. 4IJ ) prime de
nous, au delh du term fix6 par les 475 o/o- G, 39.95. .. 48. 35, 418.25
Statuts, nous avons I'espoir que le nou-
veau conseil de direction sera en measure soil en caisse actuelle...... G. 035.25.
1'annie prochaine de nous presenter un
tableau brilliant des resultats obtenus Plusieurs membres n'ont pas pay6 la
durant sa gestion. cotisation de 1909-1910 et ii resle en-
Le trPsorier, sur la demand du Prdsi- core a recouvrer un certain nombre
dent, donne egalement lecture de son d'abonnements a la revue, surtout ceux
rapport : de la province.

Rapport du Tr6sorier Port-au-Prince, le 10 mai 1911.
sur la situation de la caisse : CHS. M. DUPUY
Peu de jours apris I'6leclion du sous-
signu common Irlscrier de la Societ6, A Le Prdsident.- Selon les Iraditions de
la suite de la mort de note egreett la Socil6t, je prie les colleagues Bonamy,
college Maximilien Laforest, sa famille Fequieie et Denis de vouloir bien exa-
fit remeltre, par I'enlremnie de Mr miner la caisse.
Edmond H6rnux, notre college, l'en- L'ordre du jour comporte le renou-
raisse de la Societd montant A ce mo- vellement du conseil de direction. Bien
ment IA A la some de. .. 490 enlendu. je vous saurais gr6, Messieurs,
Depuis lors, le soussign6 a encaiss : de porter vos suffr:ges sur uu autre.
1 pour cotisation de 16 membres [.e President de la R4publique m'ayant
a G. 12 ( 1909-1910) 1921 faith I'honneur de m'appeler a la direc-
20 pour droit d'enirce d'un mem- lion du DAparlemenl des Relations Ext&-
bre-. ... 10 rieures, je n'ai pas come par le pass
3 pour abonnemcnis a la Revue : Ia liberal d'action el je craindrais do' ne
1909-10... 3350.50 pouvoir lire des vOtres aussi regulire-
1910-11... 11. (. 36 50 563.50 ment que I'exige la fonclion de Pr6sident.
______ Si la sociate ne s'est pas r6unie trissouvent
Total des encaissements... G. 1. 053.50 au course de l'exercice qui vient de s'6cou-








REVUE DE LA SOCItTTE DE LEGISLATION 3


ler, c'est grace aux circonstances que
vous connaissez tous. Mais mainlenant
que le systlme de gouvernement est autre,
maintenance que tous nous avons la secu-
rite, quetous nous avons la liberal de nous
r6unir, j'ai la certitude que vous ferez
une plus fruclueuse'besogne. II va sans
dire que malgr6 mes occupations minis-
tdrivles, je serai toujours present A vos
ieunious, lous les fois que de graves
it6relis ne me retiendront pas ailleurs.-
On passe au renouvellement du con-
sell de direction.
Sont Blus : comme president, M. Aug.
Bonamy ; comme secretaire general,
M. Abel N. Leger ; est rlu comme
tresorier, M. Charles Dupuy ; comme
membres du conseil, sont retlus M. M.
Louis Borno, L. Denis, F. F6quiBre et
Denis St-Aude.
Le nouveau President M. Aug. Bona-
my.- Je suis sensible a la marque d'es-
tiue que vous venez de me donner. Les
circonstauces acluelles ne soat plus celles
que nous a decities M. Bellegarde dans
son rapport. J'espere douc que non seule-
ment la Soci6te pourra vivre, mais en-
core qu'elle aura i'occasion de rcndre
des services et de marquer comme A l'&-
poque des beaux jours son utilitO daus le
pays.
M. Abel N. Leger.- Vous venez,
Messieurs, de me conlier le Secretarial
geonial de la Societl. Tout en vous re-
merciant, laissez-moi vous dire que je
ne meprends pas sur la signification de
votre vote. Vous avez voulu me donner
urce marque d'encouragement. Je vous
en ,ais gre et Ious mes efforts lendront
A justifier la flatteuse confiance que vous
voultz bien placer en moi.
Le President. 11 est de coutume qu'A
I'avenement d'un nouveau chef d'Etal, la
Society lui presence ses Mflicitations et
ses voeux.
Nous ne pouvons que nous conformer
A celle bonne tradition.
11 esl decide en consequence que le
President de la SociBtl sollicitera pour
elle une audience privee du Chef de
l'Etat.


Le President.- II est aussi de tradition
d'envoyer une d6l1gation porter nos f6-
licitalions A ceux des nolres qui sont
nommes Ministres. Nos colleagues Liger
et Lespinasse ayant it1 respeclivement
appeals a la direction du Deparlement
des Relations Exttrieures et des Finan-
ces, je price M. M. Viard, Lamartiniere
Denis et St-Aude de vouloir bien se
charger du soin dc complimenter ces
deux co 1egues.
La stance est levie, plus rien n'etant
a l'ordre du jour.


CMHONIQUE CONSTiTUTIONNSLL

Un bon bourgeois pacifique m'a dit ceci:
a Le i4 aout dernier, 1'Assemblte national
6lit a l'unanimit6 President de la R6publi-
que le G6enral Cincinnatus I econte.
J'ouvre la constitution et je lis :
( Art. 90. Le President de la Republique
est 6lu pour sept ans...
Voilh qui est clair, me dis-je. Le G&-
neral Leconte en a pour jusqu'au 14 aofit
1918.
Mais I'article pursuit : t ... II entie en
functions le 15 mai... ) Le 15 mai Quel
15 mai ? Ce ne peut 8tre le 15 mai 1911 ;
le Gal Antoine Simon 6tait encore President
A cette date; et je n'imagine pas que
notre charte national ait entendu. meme
par fiction, que cet home d'Etat, qui vit
encore, dat etre consider comme inexis-
tant depuis le 15 mai 1911.
Ce serait done du 15 mai 1912 qu'il s'a-
girait. Et alors, si le Gal Leconte n'entre en
functions que le 15 mai 1912. ses sept
ann6es prendraient fin le 15 mai 1919. (i)
Mais quelle serait la situation du Presi-
dent d'ici au 15 mai 1912 ? Il serait Pr6si-
dent sans entrer en fonctions. 11 se prepa-
rerait A entrer en functions. II s'exercerait ,
il s'entrainerait ; il s'appliquerait a se fair
la main, a prendre le pli. Et au 15 mai
1912, il entrerait tout de bon dans la
peau du personnage !

(1) L'Assembl&e national qui elut President
le Gal Sam pensait ainsi. L'election ayant eu
lieu le 31 mars 1896, l'Assemblee fit partir I








4 REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION

Etrange, en v6rit6 Mais si c'est 1A ce cordent sur ce point que le President Le-
qu'a voulu la Constitution, il n'y a qu' se conte est Mlu pour sept ans. Or, je consulate
courber. Et je me courbai, en bon citoyen. I'article 93 de la Constitution et je cons-
A quelques jours de la, le Journal official tate qu'il s'accorde avec l'article 2 du d6-
parait. Le D6cret de l'Assembl6e national cret sur ce point que le President Leconte
me tombe sous les yeux et j'y lis, a l'ar- est elu pour six ans neuf mois I !
tile premier, que le Gal Jean Jacques Des- Nous avons done, en resume, un Chef
salines Michel Cincinnatus Leconte est elu d'Etat qui, par respect pour des textes
President de la R6publique pour une piriode qu'il a jur6 d'observer et de faire fidelement
desert ans. observer, est mis en demeure de r6soudre
D'accord. -ce problem : d'entrer en functions a la fois
Je passe A l'article 2, et j'y vois, le 15 mai, le 14 aoCt et le 16 aoft et
non sanis surprise : ( Il entire en tonctions d'accomplir ses sept ann6es de pr6sidence
imm6diatement ; et ses functions cessent le dans l'espace de six ans neuf mois !
15 mai 1918 ). Ou, si vous le preferez, nous avons un
He quoi Ce n'est done plus du 15 mai Grand Fonctionnaire qui, le 15 mai, centre
1912 que parent les sept ans C'est du 15 en functions sans y entrer le moindrement ;
mai 1911, 6poque oi rhenait encore le Gal le 14 aoft, entire immndiatement en fonc-
Simon L'on a donc supprim6, r6troactive- tions sans y entrer davantage; et le 16
ment, cet homme d'Etat !.. aoOt, a la fin des fins, entire en functions
Pourtant non, je me trompe. Le Decret mais pour une dur6e de sept ann6es qui
l'a 6pargn6 ; ii dispose que le G1a Leconte doivent finir avant sept ans ,
entire en fonctions inmmdiatement, c'est-a- Le bon bourgeois pacifique 6tait suffo-
die le 14 aodt. que. Je le laissai se remettre, et je lui r&-
Mais j'v pense Que devient, si le Ga ponds : ( Brigadier, vous avez raison.
entire en functions le 14 aofit, l'article o9 Mais c'est encore plus fort que vous ne
qui declare qu il entire en fo:ictions le 15 croyez.
mai ? Cruelle 6nigme Je rouvre la Cons- Vous trouvez tout cela parfaitement ri-
titution et je tombe sur un article 95 qui dicule. Eh bien sachez que tout cela est
augmewne ma confusion. It prescrit qu'avant confide, par I'article 193 de la Constitution,
d'entrer ei fonc:tions, le President prete a voire patriolismie et a votre courage .
serment devant l'.Assemrhle national II1 s'enfuit, 6pouvante.
Ainsi done, d apres re decret, le President ,
entire en fonctio:ln iunidiatement. le 14 Et voili ce que nous cofite, entire autres
aout ; d'aprcs l'artii!e 95, ii entire en fton- inconvenients, notre manie d'imiter sans
tions apres sa prestation de serpent, soit 'dscernemenrt.
le 16 anit; et d'apre, l'article 90. il entire I Aux Erats Unis, les.quatre annees de la
en f.inciio:s 'e i 5 in:i! Ma t6:e la fonc:ion pr4sidentielle parent bien d'une
tte te .e fixe. le 4 mars ; mais on s'est arrange
Et ce n'c!.t pas tnut. I pour qu'il en ffit ainsi, sans que la Cons-
L'a t. 90 de la C')insitution et l'article tuition elle-men6e ect pris la peine de fixer
i, du Cdeclrt Jd I'Asseibl'e' L national s'ac- aucune date. (I)

mandate prcsdlentiel non du 15 iai 1895, 4 mars. C'est ainsi que le mandate de la
mais du i5 mai 1896 Chambre des Representants a ce mrme point
Elle ne faisait d'ailleurs qu'imiter cette autre e ddepart. Cela vient de ce qne. a I'origine,
Assemble national qui ayant elu Nissage on avait fix6 la date du 4 mars 1789 pour
Saget le ;9 mars 1870, fit partir sor, man- inaugurer le fonctionnement du Gouverne-
dat non du 15 mai 1869 mais du 15 inai 1870, Inent sous l'empire de la Constitution, ratified
ce que personnel, senble-t il, ne sungea a 'par les Etats Ce n'cst que plus tard, en 1804,
critiquer. :que le 12i amendment vint consacrerla date,
(i) Cc n'et d'ailieurs pas, aux ET.ts-Unis, ct par une mention incident.
]a seule fonction prisiJcntielle qui parte du !







P.EVUE DE LA SOCIIT'E DE LEGISLATION 5

Sans parler des conditions de stability de vacance accidentelle de la Presidence,
politique qui favorisent la transmission r&- de maniere a assurer'I'ex6cution'comp!ete et
guliere, mecanique des pouvoirs A une date le renouvellement continue de chaque priode
precise, ii existe dans la charter americaine quadriennale. Loin de l;'ils abandonn6rent le
un system de successions presidentielles systhme americain au point o' pr6cisement il
combine de maniere a atteindre ce but avec 6tait leplus sage et le plus bienfaisant; ils dd-
toute la some de suret6 que comportent cret&rent une election nouvelle pour toute
les choses humaines. vacance ; et au lieu d'espacer les grandes
Si le Pr&sident, entr6 en fonctions le 4 agitations electorales, ils les rapprocherent
mars, vient a disparaitre avant la fin de davantage en faisant cesser les functions du
son mandate, par d6mission, d6cheance ou nouveau President avant meme l'expira-
deces, oi n'lit pas, come en Haiti, un ton de la quatrieme annee par la fixation
nouveau President pour une nouvelle p6- incoherente du 15 mai obligatoire qui, dans
riode. C'e-t ia periode m6me du Pr6sident la pratique, ne pouvait servir depoint de d6-
disparu qui sera poursuivie par le Vice- part reel que par le plus grand des ha-
President ou, a son d6faut, par d'autres sards.
hauts fonctionnaires suivant ui ordre d Les Constitutions qui, plus tard, vinrent
termin6; de tell sorte que- Ie Pr6sident reproduire cette fixation du I5 mai one
qui sera ensure 6lu prendra le pouvoir une diflirence en leur faveur.
le 4 mars, a 1 expiration de la precedent a Dans ce'le de 1867, la pr6sidence est
pericde de quatre ans. aussi de quatre ans; mais I'6lection pre-
Les Americains ont sentilat ncessit6, la pr6- sidentielle est confine A 1'Assemblie Na-
sidencc -lant d'aillcus A court trrme, dc ne tionalc, et ce mode rapid restreint le
pas mettre irop souvent en mouvcn,en;t la champ de l'agitation politique.
formidable machine electorale qUi 6e:anle Dans celles de 1879 ct 1889, cet avan-
tout le pays ; ; s out voulu quc 1'election stage serieux est accentue encore par une
preside!tiiuic niebt lieu qu'une seule fois residence de sept ans, suffisamment lon-
tous les quaire ans. De li, la fixiie inde- gue pour diminuer les risques des elections
fine de Lettc date du 4 mars. sur ie scns accidentclles trop rapproches.
de laquc Ic sc trimp6ircnt nos Con:tituaiis Quni qu'il en soit, ces Constitutions
de 1i843, i;s crcatiL:ur:s ic nctrc 15 mai, olfrent routes ceci de commun qu'elles
limits,. pio.u.blcmicin sns examein, par nos aboutissent au Prsiident i periode incom-
Constituaics de 1id7, de 1379 et dC 189. pic:e et qui entre sans entrer.
Less Colu iualts dc !'43 curlct point
d'excuse. Aveugliiiii-t cipris dc ]a (Cun..ti-
tion atirn.utici ., ils avaicnt nun sut eUititi ple 0n
tadopn a prin, :ien avaent d cu~em t r JElles ofrent encore, sauf celle de 1867,
adop,6 i- prjsi.lence d-- qu.uire amk., mais .
ilstituL uuC ecion pr&i etiL. Lr I que!que chose de particullirement piquant,
an, r Par dcS i as s c.st Iur oacon ce prouvcr combien peu se-
au .eundi cdegr. par des asscinm e. lott- "
,I ,Ii i.e e, cette ra'gh que la prsidence doit
role,, (1 y cn ava t huLi) issi e; dU tiSUfr;gC S
urie,, y tn avth isse e duI t tu.oi s a;tir '.n A 15 mai, qui en rende la
univcr- Au casde vai a ci i_: t.! e Jt urCe co.sti:uionnelieex:ac'e ou plus cour-
de ia pe:,idence, it etit crt ne,.:ui-e d a- p/ ,s
de t1 ni'efli plus lo ane.
giter to'wte la lRepubiique par la runio. ton t ps one.
immdiiate dc ccs hu:t Assembies, t a i' L j 3o dOdchemhre IS43, la Constituante pro-
de l'sseiubiCe Natioinalc a qu ii it t.it coa- c:nam Chef d'Etat Charles Hdrard aine,
ti& le soin de constater le nlombre dc' vo- la Prneidence 6tait de quatre ;ns. Et ele
tes et, au cas ou il u'y auraii pa.; in.ij.,rit6 di posc : II entrera en charge immedia-
sur un nom, d'elire eIle-min:c le 1Presi- tcment pour en sortir I 15 mai 1848.0
dent. Cela faisait une presidence de pres de 4 ans
On aurait compris chez les Cons:ituants et deni !
le desir de remedier a ce g;avc inc-inve- Sous la Constitution de 1876, la Pr6si-
nient poli ique at t:oiai, cn pourvoyant deuce est do sept ans. Mais Salomon est dlu
d'avancc, come aux Etats-Uiis, aux cas Ic 23 octubre 1879 pour sortir de charge le








6 REVUE DE LA SOdIETE DE LEGISLATION


ij mai 1887, c'est-l-dire apr6s plus de
sept ans et demi !
Meme dispositiorr dans la Constitution
*de 1889. Hippolyte, l6u le 9 octobre 1889
devra sortir de charge le 15 mai 1897,
apr6s plus de sept ans et demi de pr6si-
dence !
Seule la Constitution de 1867 fut con-
-s6quente avec son principle. La pr6siden-
ce est de quatre ans ; mais Salnave, elu le
14 juin 1867, devra sortir de charge le
15 mai 1871 son mandate aura dure trois
ans onze mois.
On dira peut-6tre que les Constituants,
&tant souverains, pouvaient pour une pre-
miere election, ne pas s'astreindre A une
disposition relative d'ailleurs aux futures
vacances accidcntelles; mais il n'en reste
pas moins que c'6tait enlever tout sens se-
rieux a cette regle que de commencer par
1'6carter dans des circonstances of rien ne
justifiait cette faveur, ni le principle de
non-r6troactivite, inapplicable dans 1'es-
pece, ni le caract6re des vacances qu'il s'a-
gissait de combler, vacances qui resultant
de movements r6volulionnaires, ne pou-
vaient 6tre consider6es que come acciden-
telles, passibles par consequent de la r&-
gle de reduction, ainsi que le reconnut
fort bien la Charte de 1867.

Souhaitons, pour conclure que la pro-
chaine revision constitutionnelle modifie
les'articles 90 et 93 dans un sens raison-
nable.
Au lieu d'entrer en functions un 15
mai, ce qui aboutit, en fait, a donner des
septennats qui n'ont jamais sept ans, le
President entrera d6sormais en functions
le jour de sa prestation de serment. C'est
ce que disposait, tout simplement, la Cons-
titution de 1874, art. 1I2.
La nouvelle r6gle. en faisant disparaitre
la situation ridicule de l1entr6e fictive du
15 mai, ne permettra pas a une Assem-
bl6e national, quelque mediocre, ou com-
plaisante, ou inattentive qu'elle puisseetre,
de commettre de nouveau cette erreur,
celebre, bien qu'elle ne fft pas la premiere
de son genre, qui fit partir la Presidence
du GralSam non du 15 mai 1895 mais du
15 ma 1896.
Louis BORN


Rapport A la Societi de LUgislation

Messieurs,
La question que, dans noire reunion
du 16 Janvier, vous m'avez charge d'dlu-
cider par extension de celle que I'arpen-
teur Jh Platel avait soumise a la Societe,
se resoud par la negative: non, l'ar-
penteur pas plus que le notaire, I'avocat
on le midecin, ne saurat 6tre revocable
au grd du pouvoir, comme certain a-
gents de l'ordre politique ou combine
ceux de l'ordre administratif.
J'ai djh emis l'opinion, dans mon
rapport sur la question Jh Platel, que la
loi du 29 Juillet 1845 sur i'arpentage ne
repond point aux exigences de l'epoque
actuelle, et que par consequent elle me-
rite d'etre complltement refondue. Cette
opinion ayant en votre approbation, il
ne nous reste plus qu'a emettre le vceu
qu'elle soit entendue et traduite en une
loi nonvelle. Cette loi s'impose pour fixer
et delimiter les attributions et responsa-
bilites de l'arpenteur vis-a-vis du public
et de l'autorite judiciaire, et pour cir-
conscrire notamment la competence dans
tous les cas de ddlit et de contravention
A la charge de I'arpenteur. Cette compe-
tence ne peut 6tre atIribuee, selon les cas
et lear importance, qu'au Commissaire
du Gouvernement ou au Tribunal civil
(Voir articles 2 et 39 de la loi du 26 Aoit
1862 sur le Notariat).
Pour en revenir a !a question special
qui motive le present rapport, j'estiime
que si I'arpenleur tient sa commission
du pouvoir. il y a 1 uniquement une
garantie offerle aux populations, une
attestation de son savoir et de sa mora-
lit6. A cela pr6s, il n'y aurait aucune lo-
gique A le mettre sous la dependance
d'un Secrelaire d'Etat qui pourrail le rd-
voquer comme il efit fait a un agent po-
litiaue ou administration place sous ses
ordres de par la nature iiime de la
function exercee par cet agent.
Pour devenir arpenleur, notaire, avo-
cat ou m6decin, it ne sulffit point d'une
lettre de service nmaode d'un r6pr6sen-
tant de la puissance publique : il faut
d'abord et surtout que le ciloyen se soit
adonne A des 6tudes sp6ciales, puis-
qu'aussi bien ces diverse functions cons-
tituent autant de sp6cialit6s r6gies par
des connaissances particuli6res nettement
Cdfinies. Ces connaissances une fois ac-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


quises, le pouvoir intervient attributive- Casablanca entire Allemagne et la France,
ment, et meme obligatoirement pour la cas entre les Elats-Unis et le Vendzuela
attester qu'elles l'ont dto et que le sujet au sujet d'une reclamation de la Com-
qui les possede esl par la m6me en pagnie des bdteaux a vapeur ( Orionco,w
possession des aptitudes indispensables et enfin, remm e element
our exercer, sans danger pour la soci6te, t e tout recemment, le riglemen
a fonclion a laquelle il a voud ses fa- dans I'affaire des p6cheries de Terre-
cult6s. Les contraventions, d6lilset crimes Neuve, d'un desaccord seculaire entire
don't il peut se rendre coupable dans I'Angleterre et los Etals-Unis. Toutes les
I'exercice de ses functions, et a l'occasion sentences ont it rendues par la Cour
de cet exercise, doivent reliever du code Permanente d'Arbitrage de la Haye, et
pInal en general, et pour les cas speciaum, I'e6inumration que j'ai failed rIvele que-
de la loi r6gissant specialement sa fone- certaines puissances ont, A plusieurs re-
tion. prises, dans ces dernieres annies, re-
Mais en aucun cas, je le rep6te, il ne pr cedle Cour da la Haye:- cela
saurait 6tre paisible de peines discipli- c ce Cour do la Haye :- netle
naires ou de revocation au meme titre prove quelle confiance elles metleut
que des employs ou fonctionnaires re- dans la science, les lumi6res et 'inalle-
levant attributivement d'une autorite su- rable impartiality de celte haute instilu-
pdrieure. lion arbilrale.
Port-au-Prince le 14 Juin 1910 Et voilA que cell mrme Cour de la
Haye vient, dans une toule rdcente sen-
FLEURY FEQUIERE tence, de decider une nouvelle fois sur
une conleslalion surgie entire deux na-
t- ions amies : l'Angleterre et la France.

UN ARBITRAGE ANGLO-FRANCAIS J
Je veux m'arrdler A analyser les fails
A LA HAYE de la cause et les arguments mis en avant
-- de part et d'autre dans la discussion,
Dans la Revue de la SociOte de Legis parce que c'est la premiere fuis, dans
lation, j'altiris, I'an dernier 'allention l'histoire de FArbitrage, qu'une telle
de l'opinion sur l'iufluence lres marquee question est soulev6e.
des deux conferences de la Haye de 1899 Le 8 Juillet 1910, le vapeur anglais
et de 1907 sur la question si imporlanle (( Morea ) faisait escale dans le port de
de l'arbilrage international. Je faisais Marseille, avant de poursuivre -a roule
ressorlir comment ces conferences pour les Indes, lorsqu'un home se jeta
avaient provoque la conclusion de pr&s ~ la mer, par un hublol, du batimenu, et
d'une centaine de traitss g6neraux d'ar-! ggna la nage la terre ferme Pors6i-
bitiage et comment la force brutale s'in- vi par la clameur des gens de I'equipage
clinait cheque jour davantag., devant qui, par la passerelle reliant le (Moircan
'aultorile el le prestige du droit. A I'ap i an quai, s'6lairen pricipil6s derriere lui,
pui, finuvquais les diff6rends soumis a l'homme se laissait capture por in
l'imparliale juslice de la Cour Perma- brigadier de la gendarmerie maritime
nene : l'incident des Fonds pienx des' francaise qui, sans pitit, sur I'invitilion
Californi's entire le Mexique et les Etals- des detectives de la police anglaise qdi
Unis, I'affaire du droit de pr6f6rence venaient d'arriver an pas de course, le
que reclamaient les puissaoces bloquantes ramona a board. Le brave gendarme, en
I la suite des incidents de dlIcembre agissant comme il I'a fail, ne s'ktit pas
1902 au Ven6zuela, le diff6rend suscil souci', dans son ignorance du droil in-
par I'application des taxes sur eIs pro- ternalional, de 1 individualit6 du fugitif A
pri6lis file parleJapon :ux Anglais,AI- I'arreslalion duquel il avail coopere.
lemainds el Francis, le fameux incident II croyait avoir affaire a un deserteur
de Hull entire l'Angloter.-e et la Russie, que les conventions internationales l'obli-
1'affaire considerable des diserleurs de geaient A remcttre a bord du navire, sans








8 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

autre forme de proc6s. Et le iMorea v et a titre purement preventif, d'un
s'en alla. &!ranger daugereux ou simplernent g-
Quelques jours plus tard les journaux nant. L'expulsion est un acle adminis-
ipprenaient que le prisonnier rnmis par tratif essentiellemeni unilateral don't les
Je gendarme de Marseille 6tait un r6volu- conditions sont fixWes par la loi interne
tionnaire hindou el la France demandait de chaque pays. Et de plus l'etranger
par la voie diplomatique, que ce revo- expuls6 doit franchir la fionitire en li-
lutionnaire du nom de Savarkar fit ra- beite el I'E1'al qui procede a cetie expul-
men6 sur la terre francaise, au lieu sion doil s'assurer qu'il n'est pas attend
mime d'oi il avail 6lI arrach6 inalgr6 par la gendarmerie du pays oii 21 va p-
lui, parce que,disai;:-lle,I'arr station de o ,trer.
Savarkar et sa reintegration a bcrd Elant donn6 ces principle, I'a1cle qui
Mlaient irrgonlibres et contraires aux ri- a iitjeriompu le scjour (de Saivarkar n'est
gles du droit international. L'Angleh-ire: pas n acle expulsioni. M,,is est-ce un
refusa et par un comprom s signe le 25 ;cte d'extr;ai!ion ? Oni,dit 'Agent de la
Octobre 1910, les deux puissances con- 1p61mbliqne frlaiaise.
venaient de charger Lh Coor de ha Haye Qu'e.t-ce que l'exlradition ? C'est
de decider la question suivate: I'acte, par lequel un. Elal, iio content
Vinayak Damodar Savaikar doii-il, de fernwer ses poles a iin itanger, le
conformement ainx rEgles dii drcit icter- remel a la justice oui l';utoritt, d'un
national, 6ire ou nou reslilu6 par le autre Eiat, donti rt stranger a enfroint
Gouvernement de Sa Majestl Brianui;qiue lts lois. L' xtradition est done un acte
au Gcuvernement de la Rdpublique fian con!ra;:cli. bilaitVai. L'Eat quii livre le
caise ? Irefugi6 se fail I'auxiliaire et ie pourvo-
La France, par l'organe de son agent, yrur de ia justice de 'Ela! riquerant.
I'honorable Andr6 Weiss, jurisconi.le el Ui iel acte, asssociant deux Elats dans
adjoint du Departcmenl fraicais dis Af- uie cenvre commune de soliidarit6. et de
fires Etrangeres et I'un des p!us re- defense, rentre ians le domain.' du droit
marquablts prifessc'urs A la Faculti d& ii-:ernnticnal et ne pent empnrunler ses
Droit de Paris, Oulti! I'affirmalive dans rigles it ses conditions qu'au droit in-
des memoiies- et des developpeimens teniational.
oraux remarquables. Or le fail pour Savaikar d'avoir 6t6
Pour lui, cliaque Efat inddpendant a livre par le Gendarme Francais aux au-
incontestablcment le droit d':'ccordcr enI tol ir's atmglaises constitue une extradi-
de refuser l'acces dte on let ri oire aoix iio;n qui. pour 6lire irreguliere, pour *tre
6lrangers qui stilicitien le ur adnii: si ;1. vicie dlans son ess. ncc,u'en co;u:iue pas
C'eJt I l e droil d'a.il: (q!i se onfo,,; in, in-, d'; :i's la th&se f;ia a'ise, une
avec l'exercice d: so!.. d:oil te (irvie :x'tediiion. C;c !t xixadition (tnant 4ire-
rainelw lerritotiale. II pec.:t r ctro c r a -( g ;iP: e ;:-.vt-( ii e'tre maiiwt!i ue. et doit-
droil, mais unie i:-uril'e rncii i;,ii, i e P c r, :.ni tru,?
6lant chose, gr;av e e s-wrait de :hi- Il. A r W s rpond pr la nga-
traireineni prisuimnP-. Et I'aLaiion dt ;live. Leli;idiio ) stl iin cOi.ci l!, qui,
droit d'asile se p:esen.t.ni d (diii a trr' ca n ) e itou es c coitr;ls, a st.s rigles en
sous un double "splclI, celui de I'ex- d! h(r:, desqu miles il n'a ni va:cui ni tf-
pulsion on de I'extradilior 11 s' ';gi d;(I ic: j : ibe.
savoir quel est le .c:,r, ltci ju ii. i ;. i o( D)'Lor i i !-sl infdispli s:bie que le
'ac'e qui a intlen molpm, le cjcj'ur de Si- c(uimiift i: sur ieqtuel rep:,-. e c' on-
vaikar sur I., so! i.ri;n: is. trat a id o 1 iin par 'es na'.''e;, qui,
II ne p'ut el e qun. tii,;i i'ui e c.xiIl- en cte nC utire, sont les ,ig;i0uis res-
sion qui sttiim aclre sohivwiiin di-cr6 'oi:-bt!!'s (is Eia:s conlra;ctanis. 1 faut
.tionuaire de l puiisst:e pui:liqie, r. .n;. :i:c qt(. co coiiseltentl sof:it (ecuvre
Icquetl un lEtal -e dti.'r; s;. p : q' e ';:: ci; .lo n! i i e.ri flldcise i! ccnsciceilie,
toujoursen d&ehcrs de touit fai; deiel:;, q,'.i'.qocun vice, qu'aucune eircur subs-









REVUE DE LA SOCIETY E E LEGISLATION 9


tanlielle,ne 1'ait alt6re. Enfin il est encore tat requis vient a decouvrir par la
nrcessaire que le consentement se soit suite que I'individu qu'il a Iivr6 est un
exprim6 de la maniere et dans les for- de ses nationaux, ou que le faith qui
mes exigdes par les usages internatio- 6lail reproch6 h cet individu constilue
naux et par les trails. en r6ali(6 une infraction politique I1 y a
Or a tous ces points de vue l'irregu- lh une question de bonne foi qui est de
laritl de l'extradition de Savarkar ust I'cssence des controls du droit des gens,
nofoire. come clle est I'essence de tons les
It est certain que cc ne sont pas les contrats.Or c'est par suite d'une erreur
organs responsables de la Fraiinc qui de cc genre, d'uno erreur siiubanlielle
out consenti a l'extradition incriminiee. que le gendarme marseillais s'est lais-
Au contraire, cetle extiadition rev6le sd aller a arreter Savaikar ; ii croyait
une violation flagrante d un principle avoir affaire a un marin d6serteur, hy-
universellement admis, celai qui veut poth6se bien plus vraisemblable que
que tous les acles concernant 1'extradi- celle de l'dvasion d'un delenu, centre
lion s'accomplissent par la voie dipl,- laquelle toutes les precautions avaient
matique, sans que les autoritds admi- di 6tre accumuldes.
nistralives ou judiciaires d'un pays, quell Eufin it est certain que cctle tradi-
que soit lear rang, puissent enter di- tion meconnait encore de la maniere la
reclement en communication avec cells plus formelle les regles de forme aux-
d'un autre, relativement it cet objet. quelles la convention d'extradition fran-
Et dans le cas particulier qui nousco-britannique du 14 aoit 1876 a subor-
occupe, quel est l'agent diploialique donmi la 16galilt d'une felle mesure.
anglais qui a requis l'extradition de Sa- Les formalitls exigdes par celte conven-
vakar ? Ce sout des homes de police tion, pour Aviter toute erreur, pour re-
qui out rdclam6 cette remise par leurs connaire si l'infraction commise figure
cris et par leurs gestes, et qui n'ont pas au nombre de celles don't la convention
craint d'y coopdrer eux-mdees jusque a dress la lisle et si elle ne pr6sente
sur Ie territoire fran.ais. Quel csl, du pas un caraclere politique, ces formali-
c6te francais, I'agent diploinmlique qui tls out done uu caraclbre solennel,
a consfnti l'extradition du r6fugid hin- rigoureusement obligatoire. S'en affian-
doll? Un simple brigadier de gendarme- chir, c'est faire un acte nul. El le fail
rie. Une pareille extradition ne saurait materiel de la remise du rifugid, ceu-
done tre maintenue, parce que les vre d'un agent subalterne, est a ce point
regles du droit international exigent, en de vue sans efficacitd juridique. Faute
rette matiere, le recours A la vuie di de consentement donn6 dans les fornies
plomatique. prescritls, I extradition est nule, et
I1 est certain encore que 1'extradilion I'individu livrd doit 6tre restilud a
en question est frappde d'une nul!itl 'Elat qui n'avait pas su le garder.
radical, pace qu'dtant un contract elie: D'ailleurs le Gouvernement biitanni-
est soumise aux regles gendrales de que est d'aulant moins fonde a 'oppo-
tons les contracts. II. fallait entire au- ser a la restiliuion de Savarkar, qie ses
tres un consentement exempt de tout agents, en portant la main eu teriitire
vice, et il ne peut etre douteux que franliais, sur le r6fugid ddji mis en ar-
I'erreur de l'Etat requis entraiue la nul-'restation par le brigadier de Mar-eille,
li(6 de 1'extradilion a laquelle il s'est'ont gravemeut offenst les droits de la
prele, lorsque cette errnur porte sur'souverainete territorial. El l'(rminent
I'individualit6 du refugid, oil encore agent de la R6publique franiaise, don't
Eur certaines particularites qni lui font j'ai serre autant qu'il diait eu mon pou-
A ce point de vue special, come ne voir l'argumenlatiou et les terms de cette
sorte de slatut personnel, et qui, m.eux argumentalion, se reumeainsi absence
connues, auraient did de nature A mo- de quality chez I'agent qui a procdd6
differ sa decision, si, par example, I'E- l'exiradition. Erreur substantielle sur Fin-








IO REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

vidualit6 juridique de l'exlraIle. Inob- rait renuncd, en ce qui cuncerne le
servation des tormes exigdes par la rdvolutionnaire hindou, A son droit d'a-
convention franco-britannique du 14 sile territorial.
aofit 1876, compliqude, aggravde d'une IMais laissons de c616 cette prdlendue
violation du territoire francais. Voila cnlente, malgrd 'importance qu'ypour-
les vices qui affectent I'exlradition de ra altacher la Cour Arbilrale, pour nous
Savaikaraux autorilds anglaiscs. L'extra- attached snrlout au c6t6 juridique de la
dilion cst done nulle et de nul effect, question, el voyons ce qu'a rdpondu
et pour donner A celle nullild sa sanc- 'Angleterre A l'expos6 juridique fran-
lion nieccsaire, it faut que les chose cais.
soient remis s dnns 1'dlnt qui a procd- Tout d'abord elle nie qu e e fait par
dd la remise bord. Savark;ir elail sur ses agents de police d'avoir debarque
le sol franqais o il avait cherche un du a Morea ) pour se lancer a la pour-
refuge ; il doit dire res'iled 5 la Fran- suite de Savaikar, en poussa .1 des cris,
ce. constilue une violation du territoire
Voila I admirable expose de l'argu- francais. En agissant ainsi, dii-elle, ces
menbl(iin frainc:ise file par Monsieur agents n'ont fail qu'attirer 1'attention de
Andr Weiss, du moins I'expos6 de l'ar- la police trancaise sur ce qui se passait,
gumentaiion juridique, car j'ai lai.s6d savoir qu'un home s'6vadait du na-
volonitlrcment de cOl6 les dclails ma-', vire. D'ailleurs c'est un gendarme fran-
tIriels sur lesquels insiser a vivement agnis qui a arret6 Savarkar. C'!t.iti a ce
au conlraire I'Angleterre. C'est ainii gendarme a; res tout de counaiire son
qu'elle ievofri ra n U dlgr:inmme envo- devoir dans l'occurrence et d'agir d'une
yd de Londres par le surineiidant d' maniire conforme aux lois de. on pays.
la police anglaise an Direcleur de la El ajoule l'agent anglais on ie peut
Sfire!d Gder'r:le de Paris pour I'aviser: raisonnablement sonlenir que des agents
qu'a tell date te a Morda a toucherait britanniques nraient df connailre les
A Marseille, ayant A son board Savirkar devoirs ei attribulions d'un gendal-me
et pour le prier de prendre les disposi- francais mieux que celui-ci ne los con-
tions n'ccs ns-ire en vue d'assirer la naissail lui-mnCme, et anraienf dfi, par
secnrilt de co prisonnier pendant son cornsquent, s'abstenir d'iovoquer son
sdjour A Marseille. e Directeur de la aide, de pour qu'il ne se miprit dans
Suirclt Gfndrale r6pondait que!ques l'exercice de ses fonctions. Cet argu-
jours apri6s qu'il avait donn6 les ins- nent a 'air simple ; c'est pourlant lui
tructiotis cePssaires en vne d'dviter qui entiainera sans doute la conviction
tout incident 5 1'occasion du passage i du tribunal.
Marseille du nommn Savaikar. En cc qui concern l'erreur d'identit6
Dans cer! change de correspondence, commise par le gendarme de Marseille,
I'Agent ag!aiis pris le tribunal arbitral, I'Angletcrre estime, si blAmable qu'ait
M. Eyre Crow', Conseitler d'Ambassade pu ere cell erreur selon ia loi'fran-
el Chef de Section au Dipaptement des gaise, qu'elle ne pout en aucule fuigon
Aflaires Etrangeres de Sa Majestl Bri- career en elle mmer une obligation fon-
tanniqie, a voulu voir une entenle, d6e sur les principes du droit interna-
selon laquelle le Gouvernement francais tional et que des o ligalions ddrivant du
aurait renonce, dans l'espcce, a son droil des gens,quelle que soilleur nature,
droil de reclamer la remise de Savarkar, ne sauraient puisor une origiie dans les
lorsque c dernier se trouvait dans la dispositions, du droit interne d'un pays.
juridiction frangaise, et aurait promise' Quant i la question dile de I'extradi-
d'empecher son evasion. tion irreguliere, I'Agent anglais fail re-
Ft une lelle entente entrainerait ne- marquer non sans raison que les dispo-
cessairement I'obligation de rcmelfre silions des conventions internationales
Savarkar si ce dervier rdussissait A s'd- invoquoes par la France, notamment
vader. Par celle entente, la France au- du trait anglo franCais de 1876, pour








REVUE DE LA SOCITIt )E I LEGISLATION I
ii ^ l-


la demonstration de l'irr6gularite de
l'exlradition de Savarkar, ont dte vio-
lees non par son pays, mais par les auto-
rites de police franqaise. D'ailleurs, con-
tinue-t-il, les deux pays ne so trouvaient
pas dans un cas n6cessitant I'application
du trai:d d'extradition franco-britannique
de 1876, puisque ce mnme trait6 n'en-
trave en aucune faCon la faculty que les
deux pays ont conserve de se d6bair-
iasCsr sous d'autres former on conditions
des strangers dort ils ne desirent pas
la presence sur le sol national. Le Gou-
vernernCvl francais, obliged d'admettre la
correction de cet argument, a maintenti
que l'emploi d'une telle procedure ex-
ceplionnelle n'est valablo, dans cheque
cas, que si un arrangement a cet effet
a td conclu nu prealable par la voie
diplomatique. Or le Gouvernement an-
glais croit avoir suffisainment d6inontro
au hutl tribunal l'existence hors de
tout done d'un arrangement entire les
deux pays selon lequel le mainiien do
Savarkar sous garden britannique A .Mar-
seille devait 61re assure par la police
fran;iise. Puisque cet arrangement sp&-
cial existait, il est inutile, d'apres la Ihcse
anglaise, de rappeler, dans I'espce, que
les rIgles gouvernant les cas d'extradi-
tion entire les deux pays n'ont pas 616
observes. Done f'argument concernant
l'irrIgularitO de la procPdure d'extradi-
tion perd toute sa valeur lorsqu'on se
rend compile que l'incident qui I'a mo-
tivt ne rentre nullement dans le cadre
d'un cas d'extradition, et que, par con-
s6quent, les formalits d'extiadi ion ii'ont,
dans 'espice, aucune application. La
Grande-Brclagne n'a done pas a resti-
tuer Savarkar la France.
*

Le tribunal arbitral, compose de 1M. M
Beernaert, I'eminent home d'Etat bel-
ge, de Desart, ancien ProcureCu gndrail;!
de sa MajtslI Britannique, Louis Re-
nault, Jurisconsullo du lDepartement des
Affaires Etr;ing-'es de France, Gram,
ancien Minis re d'Etal de Norv6ge, oe
Jonkheer de Savornin Lohman, Ministre
d'Elat, Membre de la Seconde Chambre.


des Elats-Gendraux des Pays-Bas, a ren-
du sa sentence le 24 f1vrier 1911.
II a decid que le Gouvernement de
Sa Magest6 Britannique n'est pas tenu
de restituer le nomm6 Savarkar au Gou-
vernemeni do la Republique Fran caise.
Cette sentence a 6t6 motive surtout
par les questions de fail, par la qt es-
tion de i'entente entire les deux pays in-
voquee par 1'Angliterre, et les conside-
rants relatifs a cette entente sout-ils fort
nombreux et tiennenl-Is considerable-
ment de place dans la sentence arbi-
trale. Et a vrai dire it n'y a qu'uncon-
sidcrant d'ordre juridique, le dernier,
ainsi congu : )
a Attendu qu'en admeltant qu'nne ir-
Slation et la premise do Savarkar aux
- agents britanniques, it n'exisle pas en
a droit international, :e rIgle en vertu
d de laquelle la Puissance qui a, dans
a des conditions lelles que cells qui
a oit 616 indiquies, ui prisonaier en son
pouvoir, devrait le rendre A raison
e d'une faute commise par I'agent 6tran-
( ger qui le Ini a livr6 ).
Celle sentence me semble just, parce
que les juges n'avaient, d'apirs lecom-
proinis, qu'A dire si oui ou non, d'apres
les r&gles du droit international en vi-
:gaMNr, Savarkar devait dtre restitua i
la France. C'est Io point de vie 6droit
de t'Anglpterre qui l'avait faith d'abord
valoir dans le compromise et ensuite
dans les d6bats devant le tribunal de la
F1Iyc.
M-ais le point de vue frangais cilit plus
!nrge, plus conforme A la lendance con-
ten)mpornine qui voudraitl fire de la
Conr Permanente de la Haye une veri-
table institution judiciairo. Et de mIme
qu'un tribunal ordinaire ne peut sous
pine de d6ni de justice refuster do sta-
thert sur des questions qui ne relvent
pns d'nne disposition forimall ole I1: loi,
de mmnie il me semble que la Cour de
la lhiye, saisie come elle I'a 6Id dans
':ffaire de Savarkar, d'nne question
don't l'arbitrage devait dire nn prece-
dent dans le domaine de la jistlice in-
lernationale, selon l'aveu des deux par-
ties en cause, ii me semble qu'A cause








12 REVUE bE LA SOCIETY DE LEGISLATION


meme (in precedent i crior, la Cour Le nouvel article 180 du Code do
aurait du slatuer sur le fond du litige et
crler ie droil. procedure civile.
Ce n'Mlait pas tout de dire que confor-
m6ment aux regles du droit internatio- L a 1
na i avail ps li resin S- .L'ancien article 8 d code de pro-
nil ii ti' avail piis lien c6 leo esti lnel- Si- c ,durc civil 61ait ai.., coit : I,es
varkar. Le haut tribunal aurait dfi dire cedure civil elait ainsi conlrn : Les
si tuie exfradi~iion i lrrgu1ire pir |r, Pi ((p'ties pon rronI 'spec ivemenlIeman-
fauie de I'Elat requBrant on par cell, der, par un simple acte, commuuica-
de I'Elnt requis pouvait enlrainer la tion des pieces employes conlre elle,
premise du pris(nnier extrad6. r dans les irois jou'rs otl I s diles pie:es
a auiont 6tI signifiees on employd.s ),
De (nello v;aeur sont douc loults les C texle avait donn6 lieu a des abus.
formali!6s de I'extradi!ion, si ces forma- 1 ne prononc( ;ti i ac!nne sanclion contre
litPs, lorsqu'elles sont viOl6es, ne rccoi- 1; parfie qui avail l:;iss6 passer le d6lai
vent )uc ne sanction. Ainsi, il est un de trois jours sans demander ia corm-
principe universellement admits, c'rsl muiiication de pieces. On s'en ltait an-
qu'un Elal requis no livre jnmnis tn de toris6 pour requrirircelle commu,'ica!ion
ses nationaux. Copendant s:, par uTe cr- ein tout 6tat de cause, souvent lorsque
reur, par unecoupable negligence, en un l'affaire it;it dij Cn co al d'elre definiti-
mot par sa fault, cel Etat'venait ilivrer vemiunt plaidee par suite de l'Hchange
un des siens, n'y n:ura-!-il lpa moyen des conclusions enltre lcs avoca-s,el dans
par la voice d l';irbitr:g., de se f i;e res- I'unique but de retarder Ie jugement de
lituer le national insi ex!rad6. On `e la cause.
livre pas non plus des rdfrgi s poliii- Les tribunaux, de leur c6t, n'avaient
ques. Cela nassi est iniversellenent ad- ien fail pour mellre fin a cet abus par
mis. Si pour antl 'Etat requis sc trom- unejurispruileice plus ferme, plus con-
pe sur I'individualiUd de la persoi;ne foIme A I'dquite, au lexla et a l'esprilde
don't on reclame la premise pour des la loi.
causes de d(roit common ;s'ii s''per- Le 16gislateur dat inlervenir. La loi
coil qu'il a livir un individno n r6alit6 du 21 aolt 19007 a cu pour iho de re-
recherch pour ses opiniions on pour nPmdier A uon 1lat de chose qui Mtait de-
ses actes poliliques, n'aur";!--il pas Ic veii iniolerable. k( Consid6rant, lisons-
pouvoir do se fire restiiuer ? nous dens le pmrambule do l; loi qni en
La Cour de la Haye avail I'occasion est I'expos6 de moiifs official, que les
do dliio. ton cela explicitement on im- lois de la procedure avant pour but
plicilement ; elle ne l'a pas fai!. Au lieu i d'asslrr PIe bonuo distritlior i de la
de dire le droit dans un lilige qui ie res- .ulice ne doven pa permeate que leurs
sorlissait quau droAl, elle a pr'fiere a- disposilions protclrices soient exploisees
glomenter sur une question de fail. Ele a le s plaideurs poaur relarder a plaisir
a admis l'irregularil de e arreslalion et lic jugemoent des proces. Suit la nou-
de la rdiinlgralion A board du Moreade velle redlactlon de aitlt. 13 : c Les par-
Vinayak Damodar Sav; rkar, maiselle a "lies qui v'"dron demander communi-
laiss6 sans sanction juridique cette ir- action des piece, cmploydes contre elles
regularity. < seront lecues de le fair par un sim-
a ple ac c dans les cinq jours oiu les dites
11egrellons qu'elle ait faith quclquc peu ( pieces auronl i0 employees ou signi-
oeuvro diplonmaique et uon entierement fiieO:,s sinou elles n'y seront plus rece-
oeuvre d'une Cour de justice. < vables et it sera pass outre.,
ABEL N. LIGER. Cependant si une pi6ce est employee
pour la premiere fois i i'audience, elles
Port-au-Prince, le It Avril 1911. pourronl en oblenir communicajion,s6-
ance tenante, et demander que la plai-








REVUE DE LA SOCITEI DE LEGISLATION 13

doirie de l'affaire soil renvoy6e A la plus gnification de I'acte d'ajournement faite
prochaine audience. > B la parties;
Go texte diff6re de I'ancien en ce qu'll a Considdrant que tell n'a pu 6tre la
content une sanction prononc6e on ler- pens6e du l6gislateur de 1907, leq'iel a
mes tres-expliciles. La communication vouln siriplement que les dispositions
de pieces doit 6tre demaunde dins les protcctrices des lois do procedure ne
cinq jours oit les pieces ont 16 signifies soient exploitees par les plaideurs pour
on employees, sinon on n'est plus rece- relarder a plaisir le jugement des pro-
vable a demander cette communication. cIs.
Ainsi, une pico' a 6t6 sig: ifie on i1te de ( Conrid6rant qne s'il est vrai que
'acle introductifd'irisance, ou bion en l'arlicle 189 prpcil' pose en rigle g6-
Idle de conclusions notifies au cours de n irale que le dilai pour demander ,om-
la procedure: c'est dans les cinq jours de municaion ode pieces est de cinq jours,
la date de I'nssignaiion on de l'acte de si- ccl article en disant oqe celle commu-
gnification des conclusions que la com- nicaiion doit 6tre demand6e par un sim-
mulication de la p'ece doit elre rcquise. ple acle, c'est-a-dire par acted d'avocat
De Unudm lorsque I'on s'est servi d'une a avocat, dit incontestablement aussi que-
pi6ce, soil A I'appui des moyens ce 1'as- le d!iai qu'il indique doit courir a par-
signalion on de coux des conclusions tir de la constitution d'avocal ; qu'en
6chang6es entire les avocals. Pass6 le d6- effel une parties ne peut pas connaitre
lai de cinq jours, I'on est forclos. cornme un avocat toutes les pieces qui
Un texte aussi f uss clair, p )uvent Ilui 6tre utiles pu.ur sa d6tense ;
seniblail n- pmuvoir ('Ire I'obj:t de con- en d'oil a loi accurde ,jusqu'A present
trovLrscs serieuses. Copendant il n'en a an d6dendeur !e d6lai d'ajournement
pas 616 loujours ainsi dans la pratique. pour constituer avocet. P
Dans une esp&ce qui s'est pr6setl6e Jamais un texte n'a t6 plus torture.
deviant le tribunal civil de Port-au-Prin- Le l6gislateur dit en terms formels, ex-
ce, il a dt6 dccid6 que le d6lai de cijq Plicites qe ie d6lai de cinq jours court
jours doit courir, en ce qui concern les du jour oi les pieces ont ei6 signifies
piecs signifies en t1te de I'acI in- on employees, 1o tribunal, Ini, be met-
Iroductif d'in.tance on emnploves i l'ap- t at en lieu et place du 16gislatcur. af-
pui des inmyoes de la demniinme, no(n fire que ce d(iai dloil courier de la dale
panlir de la date dt I'assignatlion, inais de l'ncle do constitllion d 'vocat. Et
seulement partir de la dale de I'acle de pourqloi ?'parrc q'ii y aurn!t, entre le
cons liuiion ded6fenseur. Lo ddlaide I'art. tex'e de !'art. 189 et celiii d, l'nrt. 85 u: e
189 no s'appliquerail J.one qu'aux pieces v6 able antinomie, ce dernier texte, ac-
signifi&-s ou employees dans le course de cordanit 6 la p1 r ie la facuilt6 de cons-
l'ins'iyce. tiluer dcfenseur dans Ie dlai de I'ajour-
S. nement, et la communication d' pieces
Voici les motifs de cette decision : devant 6ire dema:nd6 par un simple acle,
q< Cnnsid6rant que s'il fallail s'en rap- c'cst-h-dire par acle d'avocat 6 avo-
porter a l'inlerpritalion rigourouse don- cat, c'est la date de 'acte de connslitu-
n6e par Mie B. a I'art, 189 suscild modi- tion d'avocat qni doit servir de point
fiN par la loi d'aoit 1907, consistent a do depart. nu dlai de cinq jours. Rai-
dire que c'est uniquernent a partir du sonner ainsi, c'est fair la loi et non
d6lai de I'ajournement que court celui l'inlerpr6ler.
de cinq jouri fix6 par le dit article pour Tout d'abord, dans notre legislation,
demander communication de pices, il lc minisl're de I'avocat n'est pas obli-
fludrait former radicalement la porte gatoire, comme I'est en France celui de
ouverte par la loi, pour demander corn- I'avou6 Les parties pervent occuper par
municatior de pieces a tons les avocats clles-mrnres. Supposons que I'on se
gen6eralement quelconques constitu6s hours trouve dans cette derniere hypothbse :
des cioq jours A dater de celui de la si-I ponrra-t-on faire courir le dilai de I'art.








14 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


189 d'une dAte aulre que celle de l'assi-
gnation ? Evidemment non. Et alors, il
y aurait un delai different pour deman-
der communication des pieces, sui-
vant que la I:artie veuille occuper
par elle-m6me ou qu'elle entende cons-
tituer avocet ? Cortes, le lgislateur au-
rait pu decider ainsi, come ii l'a
fait en ce qui concern la signification
des conclusions : le dilai de huitaine
accord pour fire celte signification
part, soil de la constitution d'avocal,
soit de l'ajournement, s'il n'a pas 6et
conslitud d'avocat. Dans le cas de l'art.
de 189 aucune distinction de ce genre
r'est faite. Comment done le jige pout-
il distinguer ? Le sysltmo du tribunal
civil revient a fire bendicier aux parties
d'un delai de quatorze jours pour de-
mander communication des pieces au
lieu de celui de cinq jours que la loi
accord.
D'ailleurs, si, r 'ellemeni il y aanti-
nomic entire l'a;'t. 189 et I'art. 85, c'est
ceiui-la, dernier en date, qui doil I'em-
porter,l'antinomie en tout cas, ne semble
pas si rdelle. L'art.85 dit : o Les parties
( pourront, tant en demandant,qu'en tdd-
< fendant.occnupcl ar ellcs-miemes ou par
le miuistcre des d6fensea:s publics.
<( La parties d6fenderesse qui n'occu-
pera pas par elle-rmee sera lenue, dans
le d(lai de l'ajournemnt, de conslituer
defeirseur ; ce qui se fra par acle si-
gnifid )>.
Ainsi, c'est dans to d ';;'i J, lI';jo rn;-e-
menl que doil se fair la conslilnliowi
de dtlenseur. Le dMlai ordilaiie est doe
huitaine frainche. Si la pa;rlie vCut cons-
tiler avocal, il est ccr'.iin qu'elle s'emr
presse a de remeltie l'assigunaion a son
defen.eur dos sa reception. El celii-ci
pourrIa tonjours avoir le lemps d ob-
server les formalities de I'art. 189. Le
dMlai accorded par ce deri'er ar'. tlanil
de ciriq jours, Achoil, en rdAlild Iet sixi,-
me jou' do l'assignalioia. Tant pis p ur
le d'feindeur s'il allend, pour remIeltre
l'assignalion A son dlfenseur, i'expira-
tion du dedl-i de I'ajournemenPt.
Le jugement rappordI ci-dessus fut dB-
f 6 A la censure dn tribunal de Cassa-
tion qui a consacrd les vrais principles


pour I'arret qne nous ieproduisons ci-
apres : -
AuG. BONAMY.
Annexe.
Liberty Egalild Fralernli!
REPUBLIQUE D'I1AITI.
Extrait des minutes du Greffe du
Tribunal de Cassation de la Republi-
que.
Au nom de la Republique. -- Le Tri-
bunal de Cassation, sectiun civil, IA ren-
du l'arret suivlnt : Sur le pourvoi
formal par le sieur d'Ennervy Dijoio, pro-
prieia;ie, demeurint et domicilid A Port-
au-Prince, ayant pour avocats Mes Ldo
Alexis et A. Bonamy, avec dleciion de
domicile en leur cabinet, quinze rue F6-
rou, A Pori-au-Prince, centre un juge-
meiil du Tribunal civil do Port-au-Prin-
ce, en date du vingt-neuf novembre mil
neuf cent dix, reudu contI-adictoirement
entire lui el le sieur Chdrimoint Cesar,
proptiataire, demeurani et dornicilii A
Purt-au-Prince, ayant pour avocal, Me
Foucard Rimpel, avec election de domi-
cile A Port-au-Prince, en son cabinet,
Place du Champ-de Mars. -- Fails. -
Le sieur d'Enncry Ddjoic, propri6taire,
demeurant et domicilid A Port-au-Prince,
ayant pour avocals Mles L6;. Alexis et A.
Bonamy, au cabinet de qui, quinze rue
Farou, il fait eleclioc de domicile, a exer-
c6 un recours en cassation conire un
jugement conlradictoire renjdu sur ex-
ception de comnnniication de pieces a
Ssoi prejudice et en faveur do Me Cheri-
monl tGsar en date di vingt neaf Dd-
combre miil neuf cent dix, le coadam-
nant aux depens. Le disposilif de
ce jugement ordonne a Me Augusle Bona-
my, avocal du sieur d'El nery D)joie, de
communiquer a Me Foucard Himpel,
avocat du sivur Cherimont C-ari' loutes
les pieces doni il entend so servir dans
I'instance pendant enlte les parties, no-
iammeni cclles employees centre lui e!
qui se trouvent moilionnees dans la
sommalion de communication de pieces
d e Me Foucard Rimpel; Dit qne tou-
to audience sera refuse au sieur d'Eune-
ry DAjoie jusqu'A ce qu'il se conforme A








REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION 15

la loi et le condamne aux dCpens. et apris d'autres considerations 6non-
C'est contre cette decision qu'il s'est c6es par le demandeur que vous lirez
pourvu en cassaliou. dans sa requele, il di! que la decision
Les faits de la cause et les mo- rend illusoire le but que le 16gislaleur
tifs de cette decision seront par vous de mil nefif cent sept avait vonlu at-
examinds ainsi que expos6 des molis I teindre. Deuxieme moyen. Encore
contenu dans la requele en cassalion du exc6s de pouvoir, violation de I'article
demandeur. A l'appui de son recourse, le 148 code procedure civil et 144 de la
demand ur a soumis a voire justice deux Conslilulion. Le Tribunal, dit le pour-
moyens de cassation. Comme pre- voi, n'a donn6 aucun molif A l'appui de
mi.r mnoyen, il excipe d'an Oexcis de sa decision concernant les d6pens. -
pouvoir, violation, fausse interpretation En consequence, le demandeur conclut
de articlee 189, code do procedure civil, A ce qu'il vous plalse, Magislrats, cas-
en cc que, en miil neuf cent :,ept, dit lei ssr sas renvoi, le jugement du tribunal
pourvoi, les Chamnbres modifierent cer- civil de Port-au-Prince en date du vingt
tains ;wiicles du code procedure civil uetif nov~embrl e ecoul ; ordonner la re-
dans le, but neicement indiqud d'cm- mi>e de l''imende eicondamner le sieur
pecher aulant que possible que les Cherimont CI-ar, pro prielaire, deneu-
lois de l; p drcinrce ne soienl xplloildes rani ec domicilid a Port-an,-Prince, ayant
par les plaideurs de mauvanise foi pour pour avocat Me Foucard Rimpel, au ca-
retardi:"r lt jugement des affaires. -- C'csl Init de qui Place du Champ-do-Mars,
pour ce que i'ancien article 189 dunt il l'ait electionn de domicile, a retours6'le
on ava,]i t;.!nt abiis6 dnlns la prsltiqte, poirrvoi par un cxm osed des fits de la
pace qite tout en indiquant le (dlai de rn:ise que vous lirez dans sa requeeo,
de trois jours pour demander la com- p)is oppose tont d'abord, une fin de
miniication de pi;ces, il n'avait 6dic!d non recevoir A son adversaire avant de
aucune s;:nction, futl i(digd dans des rpondre a ses moyens, en demandant
terrnes plus cl:iis, plus explicil's, no qun' D'Ennery Dejoie soil diclar, non
lai-sani place i a;ucne chicane ( voir cct recevable on son pourvoi a contre-temps
article t ansc'ril p;r le denandeur. ) centre le dit jugement qu'il a l:i-mrme
Un t xle aussi clair, ajoule 1-il, n'a pas 'xecut6 le jour m6me de son prononc6
besoic d'!re interpr616. Cependanl les.( voir pi6ce G) la sommation de Cass6us
premiers juges ont voulu I'interpri'tlr Bt-rnard signifido A a requete du pour-
et ils so:i alrrivi's a le nmdlifier. Le 16- \oyant avOe s's r6servrs et protestations
gislatcui' fa;it pati;r le (dldi de cinq jours inutilos en I'espice, dii la dd6ense. -
du jour c( los pieces ont 6t6 signifies. II ajoule quec'est cu p'ronant li somma-
ou employeess ; eux, les juges, se met- ition pour un acle fail de bonne foi qii'il
tant. en lieu ct Ilce du l6gislat Un, di- :;,l prendre communication offlite nu
sent que co' il:i doil courier d parlir de igreffe du tribu'; al civil,ce qui lui 'pemit
la consli lion, d'oaocat. 11 ya 1 i un de conslater q'u'elle n'Mlait don u que
flagrant LcxciCs de p:ouvoir. S'il existe unei p-artiellement, c'est- -dire eni omeltant
contradiction enltre articlee 85 et cet bren6olementles principalespi6ces men-
arlicle, c'cst A 1 'affaire du legislateur, tionn6es anx num6ros quatre et cinq
celte disposition ela:u posi6ricure au de la sommation de communique signi-
dit article 85, nmme code, etc. L'ajour-, fie le dix-huit Oclobre mil neuf cent
nemcnl a did donn6 d an t jour /fanc. i dix. -- Que le faith par I'adversaire d'a-
Et Me Rimpel s'stl constitute plus del voir de son propre movement et priala-
trois mois apris la date de 1'assi- blement a touted signification, execut6
nation. C'et cependant de la date de moime partiellement le dit jugement, im-
la conslitntion de Me Iimpel, qua- pliqueun acquiescement former de sa
totze oclobre, alors que l'assigunaion est part, qui rend nulles ses reserves et pro-
du cinq juillet precedent, que le tribunal lestalions, vu qu'il n'6tail sous I'empire
a fail partir le d6lai de cinq jours, etc ; d'aucune contrainte. Conlre 10 pre-







16 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


mier moyen. II declare que I'article Ire, afin qu'il nous plaise statuer ce que
189 revis6 correspond a l'article 188 du de'droit. Ouit I'audience du treize juilet
code de procedure civil franCais et que courant le juge J. L. Veril- en son rap-
le legislateur hailien s'est inspire des port ; Mes Chriimont C6sar el A. Bo-
mnmes raisons que le premier, avec namy en leurs observations respeclives
cette seule difference que ce qui est une et Monsieur Eungne Descotre!, Substitut
faculty dans le texte franqais est devenu du Commissahie du Gouvernement, cn
une obligation dans le tex!e hailien rd- ses conclusions. -- Vu lo le jugement
form ( voir les raisons doon6es a I'ap- attaqu6 ; 2o I'acle de la declaration de
pui de son argumentation et Dallnz aux pourvoi 3o l's requctes des parties;
mots Exceptions et fins de non recevoir 4o0 ltnts les pies. Sur la Cn de non
chapitre deux, section cinq, page cent recevoir du d6fendeur: Atteudu quoc 'ex6-
soixante quinze, numnro qualre cent cutiou sous loules reserves d'un juge-
quatre cent quatre-vingt dix-neuf avec meant qui ordonne une communication
les auteurs cites infra, le di!ai de trois de pieces et dit que toute audience sera
jours don't parole l'article 188, code pro- refuse A la parties condamnde jusqu'h ce
cedure civil frangais correspondent 'A qu'elle se conform a la loi, n'eiporte
l'ancien article 189 du code de procedure pas acquiescement, cetle execution ayant
civil hailien, ne doit commencer A cou- eu lieu pour echapper A la sanction pro-
rir qne du jour de la constitution d'a- noncee par le jugement doit 6tre con-
vocat quand on veut I'appliquer aux siderde comme force, exclusive, par
actes signifies en t6le de l'assignationo consequentt, de tout acquiescement dans
etc) ( vo r anssi arrlt du tribunal de le sens de l'arlicle 921, procedure civil.
Cassation de France, quatorze Mai mil Qu'il en r6sulle que la fin de non rece-
huit cent vingt et un, note un du volu- voir n'est pas fonde ,.ce pourquoi le
me de Dalioz, pr6citi ; Carri el Chau- tribunal, apres delibbralion, la rejelte.
veau, numero sept cent quatre-vingt Sur le premier moyen du pourvoi: At-
neuf, arrt-du ivingt cinq janvier mil huit tendu que l'article 189, procedure civil,
cent vingt six ; Boilard, tome premier, modified par la loi du vingt et un Aout
quinzieme edition pages quatre, cent mil neuf cent sept, rIdig6 en terms g6-
soixadle cinq, qualre cent soixante cinq neraux, ne s'occupe pas do la constitu-
quatre cent soixanle six, nom6ro qua- lion de d6fenseur, facultative pour le d6-
tre cent douze ; Hodi6re, tome deux, fendeur, et ne distingue pas entire les
page soixante seize ; Honcerne, tome affairs introduites A I'ordinaire et cells
trois, page quatre cent trente trois. ) sur assignation A bref dMlai qu il no
11 conclol que ces raisous suffsenl pour distingne pas davantage enu e les pieces
faire rejeter le premier moyen. Contre signifies en title de l'exploitd'ajourne-
le deuxi6me moyen. I! argue qu'un mo- ment et celles qui pourraient tire cm-
tif meme implicite est suffisant, s'il est ploydes dans le course de l'inslance. Que
virtuel, d'ofi il suit qu'en 1'espfce, il n'y dans tous ces cas, il vent que la deman-
a pas mrAtire i cassatiou. ( voir Lins- de en communication de pies suit
tant de Pradines, code procedure civil form e, a peine d'irrecevabillt;, dans les
sous l'article 418, page soixanle huit, cinq jours oh les pieces dont ,'i vent
numero cent quaranle, arri! du treize avoir ommunicali n auront i6 sigeilnees
DWembre mil huit cinquonte hnit ) Le ou employees : Attendu que, dans ces
defendeur demand an tribunal de (Cas- circonstaiices, les juges du tribunal ci-
salion, d'accord avec sa jurisprudence, vil de Port-au-Prince, en faianit paritir
de rejeler le pourvoide d'Eineiy D6joie, le delai de cinq jours de l'ariicle 189,
ordouner la confiscalon de l'amende de- procleure civil, sus-mentiounw, do jour
posee et le condamner aux d6pens dis- de la constitution de d6fenseur, plut6t
traits au profit de son avucat sous l'affir- que du jour oh les pieces A communni'uer
nation de droit.-- Tel est le rapporl que auraient Wte signifies on employees,
je me fais le devoir de vous soumet- out viold I'article 189, procedure civil,









REVUETI~iEA SOCiTII : DE LEGISLATION 17


modifiH par la loi du vingt ei un Aoiit
mil neif cent sept, don't ils out fail une
fausse interpretation. Par ces motifs,
le tribunal, aptis en a oir delibird, et
sans qu'il soit necessaire d'examiner IP
second moyen du pourvoi, casse el an-
nule, sans renvoi, eu egard au car.'c-
tire de i'incident et l'ialt de la contes-
tation, l1 jigement din lribunal civil tde
Port au-Prince, en dli4e du vin gt neuf
Novmnib;'e mil neuf cent dix, re~dui cou-
lradicloir'rment entre les parties ei cau-
se en conseqcuuccordonne la premise
de l'aiende deposeo et condanmue le
sieu!r C(hr-imo',it- G&sar aux dcl6pes liqui-
d6s a la some de G. 39.85 ; el cc ton
compris le cooit du present airel..- I.'on-
nd de nous, II. Lechaud, prsi,!ent, ,lb.
Ducis Viard, P. Jh. Janvier, J.i,. V iriln
et A. Champagne, juges, ('e audi1-n1e
publique dn vingt cinq juillet ini nc'uf
cent onze, en presence do Monsieur
Luc Dominique, Comnissairc d.i Gou-
vernement, et assisles de Monsieur
Henri Ad. Michel, commis-grcl'lier.


Un cas de responsabilit6 de
1'Agent Diplomaiique en
matiere de marriage


et que son office n'est pas interdit par la
16gislation locale.
En admcttant done que l'agent eit pu,
en pareil cas, encourir une responsabilite,
celle-ci ne peut ktre appr6ci6e que par l'au-
torit6 judiciaire.

Nol's avmins rapporlC dans cc-le Re-
oue, '1910, 189, le jugement diu LI3 mai
1909, par lequl i le tribunal civil de la
Sein', sur .In) arreI1 de conflict, s'esl. d-
clare incomp(elzlnt pour slaliuer sur une
demand dc donmnages-inildr6s iiilentee
par M. Rouzier centre M. Cicrieon, Mi-
nistre de France a Haiti, pour refus de
c6le.ration tie maringe.
i.e Iribiunal a eslimi qu'il s'agissait en
l'espece de l'appr6cialion d'un acte ad-
ministratif et qu'il ne devail pa on con-
s(6qu nce, en. connailre.
Levani la Cour de Paris, oft Ilaffaire
fut porlee par M. Rouizier, le lpfel de
la Seine, pr6senla tin nonveau dicliua-
toire, fonide sur cette consideration que le
refus de M. Carleron de proceder i la
cei~bra!ion di marriage de M. Rouzier
etait motive par des considerations diplo-
matiques des plus serieuses el qu'il re-
vetait ainsi Ie caracire d'uni acte politi-
que an premier chef.
Mais la Cour, par un arrit du 27 d6-
cembre 1910, rejela ce declinaloire et
confirm le jugement du Tribunal de la


Dans le cas pr6vu par l'article 48 du Co- 3 e a' C UI e Li uiet UIv ;
de civil, les agents diplomatiques agissent a L Cour;
comme of!iciers de l'tcat civil. L'acte qu'ils a Donne d'faut centre Carteron, non
regoivent lorsqu'ils cel brent un marriage, comparant;
est done essentiellement civil quant a son ( Et considerant que Rouzier, ciloyen
objet et quant a sa forme. francais, a epous6 le 29 juillet 1902, Blan-
Par suite, en cas de faute pour omissions che d' Madelung, de nationality alle-
mlanldCle levant I'oftcler de I'dial civil
ou autrement lors de la reception de cct laide, evant 'oticior d l1 civi
acte, l'action dommages-jit.rtrs la- hailtien et en a e61 (livorce le 20 decenm-
acte, cactiotn en dommages-lnterets a la- bore 1906, par jugement du Tribunal ci-
quelle cette faute peut donner lieu centre viL de Port-au-Prince;
eux, est de la competence de l'autorite ju- a Considdrant qu" la legislation de ce
diciaire ; et il en est de meme, par iden- pays aulorise le divorce, mais pruhibe un
tit6 de motifs, lorsqu'ils refusent de le nouveau marriage entire les deux epoux
recevoir. iqui l'ont oblenu, alors que le Code civil
eev,. t u le frangais ( art. 295 ) le permet aux cas
11 imported peu que e refus oppose aux qu'il pr6voit;
parties puisse etre inspire par des cuni- a Considdrant que Rouzier et Blanche
durations d'ordre diplomatique, du moment de Madelung voulurenl se reunir par la
que l'intervention de l'agent diplomatique celebration du second marriage et prie-
n'est pas contraire aux clauses d'un trait rent M. Carteron, ministre de France a









18 REVUE DE LA SOCI !E DE LEGISLATION


Haili d'en recevoir 1'acte, conformiment cision d'un fonclionnaire n'impliquent
a Particle 48 rlu Code civil francais, ainsi pas a I'acte qui est relevd contre lui son
concu : l Tout acte de l'dtat civil des caraclbre esseMtiel, inais qu'il faut re-
Francais on pays stranger sera valuable, chercher ce cractire dans son objet et
s'il a ite recu, conformiment aux lois sa nature mnme;
franc.aises, par les agents diplomatiques Considerant qu'un agent diplomati-
ol par les consuls, etc., etc. q ; que I. que, quand il c0 6bre un marriage h l'd-
de la Ripbi nde i rancaise, consul,6 re- ranger, confori.dment aux lois francai-
pondite e rienl e ui pnraissai, onsu ses, remplit les onctions d'officier de
pondit que ien ne lui paraissait s'oppo- l'tal civil, puisqu'il recoil valablement
ser cc qu'il procedlt au nouveau maria- I'acle prevu par Iarticle 63 du Code civil,
ge, I condition, toutefois, que sa cld-1 titre 2, des acles de l'etat civil
bration eit lieu A parlir du 20 octobre
1907 seulement; que cette condition, re- Que d'ailleurs, le secret du 19 fivrier
lative a la viduit, fut acceptee el que 1881 'a reconnu te:tuellement pour le
1'acle semblait devoir &Ire redige, aussi- vice-consul; que I'al'icie 48 sus-vise I'o-
t6t le 20 octobre could, quand Rouzier blige h les remplir Igalement el que 'or
6crivil dans un journal d'Haiti un arti- donnance du 23 octobre 1833, loin VZ
cle relatifaux seconds marriages d'dpoux ltener de lui conftrer un pouvoir facul-
divoreds; tatif, exige. au contraire qu'il se confor-
( Que Carteron lui fit adresser immi- ine aux regles du Code civil et des lois
c dialement la leltre suivante: Port- sur la matirre, quant a la reception et a
a an-Prince, le 27 septembre 1907: Mon la redaction des actes; que certaines dif-
cher Charles, M. le Minislre de France ferenccs secondaires, tells que le lieu du
a In aNcc beancoup (d'tonnemenl ton d6p6t de l'un des doubles registres par
a article panrn aujourd'hui dans Ic Nou- exemple, ne tiennenl qu'aux necessilds
a vellisle: il I'a Irouve tout a fait in!em- 1imposies par l'dloignement d(es represen-
Speslif et ni'a charge de te dire que tu taInis de la France et leur dispersion, et
a n'aurais pas dt parler de la nationn i ne touchent en rien a l'essence de leur
a sans le consulter; il a prisla decision I action pour la rdeeption et la redaction
a que ton marriage ne pourra, sous au- des actes;
a cun p;.texte, se fire a sa chancellerie; I Que les agents diplomatiques, en re-
a htni. Signi illisiblemenl t; cevant un atel de marriage, font doncun
a Qu'niusi, sons cetle forme tris parti- acle absolument civil par son objet et sa
culitre, Ro'.,zier recut notification du re- forme, et que la faule commise a l'occa-
fus qui lui Mlait opposed ; qu'il en prit sion de sa reception, est, par consequent,
acle, par letre du 30 septembre 1907, justiciable des Iribunaux civil qu'il en
rested sans response, et put, par conse- est de mime de la faule relevie dans
quent, croire le refus inspire par le seul une omission de celtbrcr une union
imceonlCentement de 1'ige' t diplomatlque cntre deux fiances, et pour les mimes
franceis, en dehors de tontes inslruicions raisons: que si eIs molis du refus sont
nouvelles de l'aniorit6 supcrieure don't il e 'ordre diplomalique, cette circonstance
relieve ; peut influer sur le fond du proces, mais
a Considerant qu'il vint alors en Fran- ne inodilie pas plus la competence des
cc, s'yv remirian vec Blanche de Mndeiung trilhrnanx appeals a les apprecier qn'elle
et assigna C':rteron devant le Triribul nu'a influx sur le caractre civil de 1'acte
civil de la Seine en dommages-intedrts incrimine:
pour le prjudice que lui avail cause la mo
ddlermination arbilraire,selon lui, et ill Par ces moifs
gale rdont il se plaignait; t Rejette come mal fondles, routes
c Considerant que 1'incompeilnce des les conclusions tendant a l'incomnpterice
Triiunnux civils a Itd souleve el que lei des tribunaux civil: reforme le j!ige-
dcdlinaioire soutient que ]'opposition de ment don't esl appel : dit qule eTribunal
Cartcron a de diictie par les plus sndeu- civil de la Seine est competent pour con-
ser consilddrationsdiploinalliques et qu'ellej nail'e de 1'action Roozier contre Carle-
a done revktu ( le caractre d',un acre ron:
de haute administration, d'un acte poli. Ordonne la restitution de I'amende
tique an premier chef ; el condamne Carteron en ious les ddpens
( Considerant que les.motifs de la de- de preinire instance et d'appel D.









REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION 19

C'est a la suite de cet arret que le sabilit6, .cLe responsibility ne peut tre
prdfet de la Seine saisit le Tribunal des appr-iciie que oar I'aulorilt judiciaire;
conflicts et que celui ci rendit l'arrild ( Consid6raui, des lors, que c'est a
suivant: tort que, A la suite de I'arret de la Cour
a Le Tribunal des conflicts; de Paris, rejetant son d6clinaloire et at-
Consid'rauint que Rouzier, ciloy-n fran- Iribuanl competence A I'aulori!6 judi-
gais. r6sidant alors a Port-an -Princo (d- ciaire str I'acloin intentLe par Rouzier
publiqne d'Haili ), a, le 29 juillet 1902, conlre Carleron, le pr6fel de la Seine a
spouse devant les autorilts hailiennes 1lev6 le'conflit d'allributions;
Blanche de ladelung, de nmlionalil ;al- D Decide:
lemande, q.e, le 20 dicembre 1906, a Article ler.- L'arri'r de conflict ci-
celte union a c16 dissoule par le divor- desss visd, pris par le pr-fel de la Sei-
ce; tne'en 1907, Ronzier et Blanche de ne le 7 janvier 19l, est annul6.
Madelting ont vonlu se remarier, mais
que e.,s i, ii;innes ne pe!'meltant pas Extrait du No Juillet Aoiit de la
aux 6poux divorces de se rneiir, ils se Nouvelle Revue Praliqae de Droit International
sont addresses au ministre de France pour prtve.
qu'il cecri at leur nonveau mnriage; que
la cl6etraion paraissait prochaine, lors-
que Rouzier ayant, le 26 septembre 1907, Les conventions de la Haye de 1907,
fail insdrer dats on journal d.e Port-au- ralifides par nos Chambres, n'ont Ja-
Prince e leltre s.ir les seconds maria- mnais dd portees a la conmaissance du
ges ul'dpoiiu divorcds Car toro, alors public. Nous preuons d'orcs eldej l'en-
ministro do France a Haiti, lii fit dicla- grgement de publieri le lexce de ces do-
rer lo letI.demain que son nmanrige ne se- citments. Nous commenclons aiujOllrd'hui
rail pas ctelbr'd a la I.-.d._ it; qu'ti la par la Convention pour le rcqglement
suile de ce retus, Houtzier ia, le 20 no- pacifique des Conflits internationaux.
vembre 1908, assign devant le Tribuial
civil de hl Seine on 50.000 francs de
dominages-iiii rits; CO V"koR-O1 2
Consideiant que, dans le cas prevn
par I'article -8 dui Code civil, les agents POUr le bglsment aciiqS
diplonatliquies aissent come officers DES CONFLITS INTERNATIONA UX
de I'diat civil; quu lorsqu'ils cledbrenl un
niariag, i'acle qu'ils reoivent est done *--
esseini i; i ieite t civil, quant a son-objet
et qIinat a sa forme; que, par suile, en Sa Majest6 l'Empercur d'Allemagne,
cas de fate par .ninssion on autremeni, i Roi de Prusse; lo Prdsidenl, des Elats-
lors die la reception 'de cet acle, F'aclion UnLis d'Am'rtiqu e ; It Prdsi(lent dc la Rh -
en dinm:r1.(wn: s-intr6s s la uelle cellel p blique A'g' llinl; Sa Mijcsit I'Empe-
faule poul don.ier lieu contre eux est reur d'Aut!'ii:he, Roi de Bohlte, .ec.,
de la comp6:,i.nce de I'auloril6 judiciaire; et Roi A'o.sloliqne de Hlontgrie, SI Ma-
qu'il cin esl de m6me. par idenliti de -jesi6 le Roi des Bele s, le Prisident de
moifsi, iorsqu'ils refusent de le recevoir; la B6publjque de Bliivie; le Prisident
qu'ilimti,,or'e pen, quand, come dans de la HRpublique des Elats-Unis du Br6-
i'espece, i';itetrvention de l'agent diplo- sil; Son Altesse Boyale le Prince de
matique n'est pas contraire aux clauses Bnlgnarie, le President de la Republique
d'uiiL I ilia el quo son office n'est pas de Chili; Sn M"ajesld I'Empereur de Chine;
interdit par la legislation locale, que le le Preisident do Ia Rdpublique de Colom-
relus opjpose aux parties pnisse Itre ins- bie; le Gouvernear provisoire de la R6-
pit d [par iits conis-idralions d'ordre diplo- Ipublique de Cuba; Sa Majeste le Roi do
maliqie; qu'cen admettant que, en ce Danetnark; le PrIsident de'la RWpubli-
cas l'agent eil pu encourir une respon- ue DouinicaineC le Prdsident de la Rd-









20 '1EVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

publiqne de I'Equateur; Sa M.i'1.t;':" le Roi Convaincus que l'institution permanent
d'Espagne; le President de la RdepTibi- d'une jurisdiction arbitrale accessible i tous,
que FranCaise; Sa Majeste le Roi du Ro 'au sein des Puissances ind6pendantes, peut
yaume-Uni, de Grande Bretagne et d'lr- contribuer efficaceinent A ce re-sultat;
tande el des territoires Brilanniques au- Consid6rant les avantnges d'une organi-
delit des mers, Empereur des Indes; Sna sation'g-nedrale et r6gulibre de la procedure
Majesty le Roi des He!i1nes; le Pr6sident arbitrale ,
de a R6publiqne de Guatemala; le Pr6- Estimant avec 'Auguste Initiateur de la
sident do la lRpubliq'ue dHaili; Sn Ma- Conference inte"nationale de la Paix qu'il
jest, le Roi d'ltalie; Sa Majesl~ I'Empe importe de consacrer dans un accord in-
reor dii Japon; -Son Altesse Royale le ternational les principles d'qquite et de
Grand-Due rle Luxembonrg, Due de Nas- droit sur lesquels reposent la sdeuritd des
sau; le Pr6sident des Elals-Unis Mexi- Etats et le bien. tre des peupls ;
cans; Son Allesse Thoyale le Prince de Desireux, dans ce out, de mieux assu-
Montenegro; le President de la H1 pu- rer le fonctionnement praa'Liq6e- t- ,L corn-
bliqne d.) Nicaragna; Sa :Majesle le Roi missions d'enquete et des tribunaux d'ar-
de Nnrvege; le PrIident (de la. i'cpubli- bitrage et de faciliter le recours a la jus-
que de Panama; le Pr6sidonl de la IR- tice arbitrale lorsqu'il s'agit de litiges de
pnhlique du Paraguay; Sa Majesld la nature A comporter nne procedure som-
Rcine des Pays-Ba-; le President -de la m aire ;
BRpnb!iqne du Pd`roi; Sa Majesid le Ont jug n n6cessaire de reviser sur cer-
Shah de Perse; Sa Majesl le Roi de Por- tains points et de complete i'ocuvre de
tugal t'l ds Algarves, eti; S;i Mlajest Ie la derniere Conference de la Paix pour le
Roi doe Rlouaie; Sa Majesid l'Enipe- reglement pacifique des coiffits internatio-
renr de toutes les lunssies; le Prtsidtnt naux ;
de la R6publique du Salvador; Sa Ma- Les Hautes Parties contractantes ont r6-
jeslt le Roi de Serbie; Sa Majesli le Roi solu de conclude une nouvelle Convention
de Siam; Sa l, ij.i6 le Roi de Suide; le a cet effect et oat nommd pour Leurs Ple-
Consci! FPddral Suisse; SaMajesle l'Em- nipotentiaires, savoir ;
pereler des Oltomans; le President de la Lesquels, aprLs avoir d6posd leurs pleins
Republiine Orientale de 'UIrugnay; le pouvoirrs, trouv6s en bonne et due forme,
President des Etats-Unis de VWilezuula: sont convenus de ce qui suit :
Animes de la ferne volont6 de concourir Titre I. Du maintien de
au maintien de la paix gnerale ;la paix general.
Resolus a favoriser de tous leurs efforts
le reglement amiable des conflicts interna- Art. I. --- En vue de pr6venir autant
tionaux ; que possible le recours A la force dans les
Reconnaissant la solidarity qui unit les rapports entire les Etats, les Puissances
membres de la soci6et des nations civili- contractantes conviennent d'employer tous
s6es : leurs efforts pour assurer le riglement paci-
Voulant dtendre I'empire du droit et fique des diffhrends internationaux.
fortifir le sentiment de la justice interna-
tionalc ; [ A suivre)













REVUE

DE LA

SOCI3 T3E DE LEGCI-SL.A.TIOrsT

IDU C iIEC code qui renvoie exprless6ment. quant
SUIl la propridl, l'usufl'rn la joiis-
DANS LES CA iPAGNES sAnce et I'usae dos biens in'iux au
DAS LES CAIPG rlcs du Code civil, c'cst-a-diie, entre
anlics, 'i celle de 1'arl. 4-11 ainsi coi i;ue:
Si la question de la liberie du corn- ( Li's p;rliculiers oun la libre dispo-
merce d;ins lcs cnimpagnes i';vanit q'ii'ii silicon dcs biens qui leh'r apparliiirincnt,
inlir .t do conilrovi'rse acadmiique, s'il sois lcs illodificaliou ls (lIablis par les
n'y avail pas la bien aulre clioe qu' I- I( i, ; el i' cello de I'artichl 418 aiiisi
ne vaine discussion de parade, je O1'u;- c:lnue : La i)roplri'd est oe droit de
jouterais pas nii mol a I'arguinililalion juiir et Iic disposer des choscs, de la
que j'c'xpos:;is il a plus de quinze ans, manii e la plus absolute, pourvu qu'on
dans la Revue de la Soci6el de n'en I'asse point un usage prolibe par
LUgislalion et que le K Nouv'ellisle ) a les lois on par les regineblt.))
r6cemmneiit repioduile. Et c'est enifi I'airticle 2!J du Code
Mais la question do lexte met en dt- rural qui, prenant le conitrpied des in-
bat une question non0 seulemenl d'inl- ciennes prohibitions du Code rural' de
r6f 6conomique, mais de justice social. 18(6. sp:ciic ique u les prioprielaires
On me pernmollra Jonc o'insister, sont libres de disposer de TOUTES LES
PFIPODUCTriONs de leur proprielt dans
Se ~l I'INTERIEUR de la IRepubliique ct en de-
Un des principes; juridique les plus 11., salls pidiOluicier at x dltils d'antrui
cerlaiws, ct suitoul dans ino soci6t eit eo so conrforniant aux lois.))
dmcocratique, c'esl que la liberlr eslt Si done, d'apri s le principle indiscn-
le regime de dlroil conimlnll. lPour Y t6 qali domine fonte la 16iblation, la li-
porter allcinlo, it f;ut no teto et uin terie6 est le drloit comllnun ; si, d'nprts
texle pi'6is car it s'6tail douleux, Iin- 'artlicle lor du Code rural, l, lIrriloire
terpretalion devrait 6tre forcOment dan esl libre dans toule son etendue si,
le sens liberal. d'apris les aulres articles plus huintl i-
1)aus la question sp&ciale qui nons 16s, je sus libre de disposer de routes
occupe et qui n'est iatre que la ques- l's productions de ma propridi daus
tion de la propiiele iudividuelle, le I'iniliieur come au dehors ; je suis
regime de la liberal nie resnlle pas sen- oblig6 d'affirmer que te prinuipu lltho-
lement de li nolio;n n6cesaire, essen- rique de la liberld est egaltelentl le
tielle, du droi! d6moci;~iqiue, mais il l piticipe posilif de nolre drcil et
se tronve encore consaci6, e! avec iu quand done je Irouve dans Ie m6ni;e
remairquable reliet d'expn-esions, piar le ('odc IIral ui article 5 qui pr-crit
droiL ecit, par Ie icode rural lui-mi6o qu aiului conolne011111 nl peui eli fait
C'est d'ahord I'articlee prmicie ceidanls lcas mulaglncs, qu'r:i so (c':,r-
Code: Le Icrriloire r!e il Ili)p'lb i-l alln ;ii i a t reglnc:,t qui scrap dabli; cot
qlue. tled. ': Sul: son crtne/ i'st li'bre PcT _ui, j,' uis (chlige i'iltiioridlri. celle
conliuno lt-s ile r :.,lic. qn I h l'illiit ...) lh s io Ca o ce(1 so' i quI le 'sl a--
C'etl ensisuile Irtlicle 2 du I1icuii t[ur du Code iur1al s'&larlt, pnr ses ar-


20e ANNUAL, No S.


POR~T-AU-P)RINCE


NovEMBRE 1911









22 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

licles 1. 2 et 20, manifestement situn anrait ainsi abouti,- j'y appelle fallen-
dans la liherli, n'a point pos6 a l'art. 5 lion,- i suspendre et a lisser sans exe
une conseiIquence conlraire, cell de la couion les arlicles 4, 2, 20 et 5 in fine,
prohiiliiMon sons reserve d'adoncisse- ce que la Conslilution elle-muline repous
meant. inis la consequence logique, celle sail en pregnant soin de ddicli-er (orl.112,
du libre commerce sons des modiiica- C. 1867 : 108, C. 1879 ; 77, C. 1889 )
lions possibles de garanlie et de pro- 1que le Pr6sidren d'lnili, c harg6 de tous
teclion. rigleme lls. ne pouvnit jalaain s suspen-
dre line loi ni se dispenser ide 1'exdcuter.
El c'esd precisi'ment co qi.i juslifie, .
en ldrni, I'obervalion que folinulil, an Si le rc glement, ltabli, ne pouvnil
lendemi~in rmnme du vole du Code ru- qinexecuter Ia i i en donnani suite iu
ral, un jurisle de valenu reIconnule, Me ll" incip' 0 e lilberl, nl droit do liblr
J. LSai:i. Amand, qi venai, commc disposition, la seule absence dIe ce r-
chef du Cbinet lun Pr'sident et combine glemin't ne pouv;it ;inbl) linlerdic-
deput.", doe irendre uine part principle lion iMAdWfi i ; elle faisait necessaire-
A I'l;lbmrahon de ce Code, et qui avail menti aboulir au droit commun et lais-
done plus que personno qucalild poor sait le champ librl aux ciloyes. Le
en ii.liquer lo vrilabli espril. Sainl- ptysan qui faisnLt commerce de ses
Amand, comment lant les articles 5 et O, produils oni de loute ntlre chose pou-
alti ai n a si I'allenlion du lecteur: vail dire : L';,rlitle 5 m'impose l'obi-
a:iion do nl'ou iir ni:i bouliqie qu'en
< II ne faut enas s oir ds cs ldex me confor(man1 t ;'I un re'gIlllecinet 'I noll
articles die's restrition' s (i u doit de point, come on le Iprtliind, jusq;'d ce
propridt ni 6 la liberal du commerce; qu'un reeglcmeinl s(it elaibli. Que l'on
le igl minent qui sera dialii pour en fe donss eoe rcglemient: si les Icrmes
assure I'exiciltion, sera fait al con- en soul conlfolres avoc la loi, je suis
trairv, idLns le but do proliger 0oul i pri ni'y soniietire.
la Ibis le coniiierce des denrdes et celui 0.. 1
des inarchanii: es. d'empIecler le mo- Celle condition: si les ternmrs en sent con-
nopolc el de pri'lunir les habilants o'nm's i'vec la loi,nous r11ifCe encore a
des cnnimpgncs centre les fraudes et fal- I'inAl pnlique de la d discussion. 11 est
sificaiions. ) considu!'rable, conune on peit s'en ren-
dre complex.
VoilA done le sens exact de 1'article 5
non sculement dtlermnine par les prin- En effel, dans la Ith~rie adverse qui
cipes,- el cela sillisail,-- mais encore profisse que, par I'arlicle 5, le cornm-
confirin6 par nil 6moiignage conlenmpo- merce inerieur est probiil, le riglement
rain, d'unc Le ulorild ilrecusable. Le 16- i11ervenlil conisisrnil siimhlement
gisl iielnu a bien etelndu que s lers le es amisi qu'on l'a eceit, i temp'rer celte
de ce! Hlicle ,ee conscrlaient pas ne plolibil ion, a ablir des conditions
interdiction du commerce sous reserve' lui, p10"1r sali-faiire pec t-ilre certain
d'altellinu:ons hilulrs, mais la libell il 'e!s parltie,'ers on sadiapler
dui ro:nmerce sous lne reqlementatioln cerltines theor:es sociologiques, pour-
a d'trmiuier.I)e Itdle sori'l que l'i nac- 'int elcut'e entraver ass.z lrioittement
lion du lPonvoir IExcu!if charge de cel lei liber't6
r6gleimeniiation, ie ponvaii poinl avoir Tandis que, doas le syslu.ne qne nous
cctte conseqtuelice exorbilaile de con- ddlendons el que nons croynl confor-
sacrlir Ine iprohibilion qli elail con- ne A l;i justice el aux inledrts git1erl uxlx,
traire t a v'olonle iiniel e du lMgislateln I'article 5 devant O ire inlerprice au point
libhllee aux articles 1, 2 el 0) de la loi de vue de la liberty, le riglemient ne
celle inaction ponvait d'atant mioins peul con.ier, cOillmll le soiligniiai fort
eIre iileirpcride comume consacrant 'in-l hien SI-Anniid, qu'A organisc r cetle li-
lerdic:ion do coiimerce interieur, qu'elle berlt, de imanii ro a ce que le paysan ne









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 23

soil pas livrd sans defense anx fourbe- blies jusqu'ici dans nios campaigns, a
ries, aux franudes, anx falsificalions. cause de l'ins6cnril6 qiii y r agne, Irisl
On voil combien impoiranle esl la con- i'crsu!lat de nos gucrres civiles. A chlque
sequence dans l'un ou l'autre systlme, revolulion, ces bouliquKs scraieni pil-
et pourquoi il n'est pas possible de lais- Ices et rusdes en bon ordre, pour em-
ser s'accrediler celic inlerprelalion erro- player I'expression ironique duii bigan-
nde, susceptible d'tlerniser, par la con- diage hlaiien. A ccl obstacle vicnl s'en
s6cralion d'un riglemenl, ce regime de joindre u aIlrc: le maialis tlit de nos
( v'nidalisme qu'ldidond Paulnciut Ilou- ioules piibliquncs n qui ,rend on ginOral
ver, par crieii, dans Ie (Code rural de lt lIrnsoi I dics 1narchandises extri ne-
180(, el qu'il eut le lorl, bien plus gra- ill ei cuiileix.
ve que son errcri, d( ic pas delOuiir, i
l'heure oi le parti politiql e do l il til Quoi qLu'il en soil, quelnile resltiints
I'oracle rIgenlait les deux Chambrcs. Q' ue d iveil elrve, vn 'idHIalle, les blen-
fasis u lunalion qui donn(1 CrJ au pI)y-
Repilons-le, pour conclure,-- cdo sn, dins ine certain injsjle, la pos-
marleld n'e1nire que plus avasl,-- a scule sil\ili d'voir A sa porle lis objois de
chose qui impoile, Ai lieumw e acltulle consonnmalion coraiile ct cclll dice con-
oh nous ircherchons tous, Icyaeleieal, sac'er a II avail les fires el Ie iiil s
sans iiit pc iso nel, sons parli-ipis, cosidJrable qu'il pWid aijui i'li sur
une solution ralionne!le des difficuilles irouies des v s P des viies oungs, I'in-
que solve l i question du commerce i'|it economique ne pourta qui'c lirer
inrlrieur, c'esl de savoir a quel I.oinl de ,,ari, la justice soci no 1 peut qu'y
vue est oblig', do so placer le GouveIne- gag eer.
menl pour !pr6arer le r6glement qu'il
ne peut plus ajourner. Louis Bo No.
Je crois avoir Olab;i que, juridiqucment, --
ce point de vue no peult 6:e quo celui
de la libitl, c'esi-a-die que le IcrgIe- LA NATIONALI 'E EN HAITB
mecnt devri non poiiil Iemnplr'r In prohi-
bilion, inais ilgler et proleger la lilb'rle. Considerations Generales
Sur le terrain economiquc lc social, je
suis encore partisan de la liberlti, e, A niesure que se d6veloppent les pro-
avec Edmond Paul el Thoby, jo ricialane gr6s de la civilisation, les necessilds d'u-
,pour nos campagnes le dioi d'nvoir a en ne existence de plus en plus exigeanic
toule l6galild leurs boutiques ei leurs sou- 6:Ublissenl des relations entire les peoples
tes, (1). Non point que j'eu allelle, les plus divers. Sous 1'empire du besoin,
pour un avenir plus on moins procliin, dlie I'amlbition, des rivalilds poliliques,
les innonbrables bienfaits don't s'exlasie une compen6ltralion se faith. les points
la grandiloquence unive et d sndle d e de contact se nmultipliel, les rapports
Paul. Je ne crois pas que de la scule devienneni plus f;requens, plus suivis.
disparilion des measures prohibitives ap- Le commerce, le principal fadcleuir modtr-
pliqu6es jusqu ician coinmeirce inldrieur, nc dle ;la civilisiaion, ne so conoldle as
doive rdsuller bienidt pour nos campa- de tr:insporler les malieres premieres,
gnes nne ore de prospri 1, d'ordre et les prodniitb abiiquas destins i cln-
de civilisalion. < La vdril dit Tliohy, sommalion ; son but nWesl pas unique-
c'est que de grandes boutiques abind:ui- ment dc favorier un change abont:ss;nt
ment pourvues do loutes choses I 'usa- an irssullta d'unre opdralion d'arilhmeli-
ge des campagunrds, n'ont pas 16 dila- que. 11 done Ie bran;!e A I'iiidot ic, a
I:gri'cnillnre en dclerminant ui c;uaniit
..-.'Ji l i-d'inunigr;!tion entire les div\ rs t i.tlre s.
(i) A. TnoBY, Le budget des rece!les et le ,El, A pen, les individus que l'inlircl ma-
impojs. Ieriel avait conduils perdcut tout esprit










REVUE DE LA SOCIEfTE DE LEGISLATION 24


de rcli'ir i h ilpoe ni riveiit L se
pr(-ndr( t d*;ff;-c!,iwi potir le sol oft ils se
son!i fl3--, uIbi bcne ibi nairica. Los in!(-
iL61-; lIrfa-ii. Itos 1112118 deo la1 faildle, !CS.
plus pui:iiils de lnns, ollrcnt de nou-

Lw!iimari ili ct !a riaion conrn:inmdent
d'atidi ptrI smns servee Ies intl isqui
so 11j-Cii"~oe ll ;~e' (ain'.s C-oldiiiows
el dliew, rdol ,t s'assinler aux ;ialin-
VfaUX. 011811d S11110.t ill iillpaYS iii ique
des t'letotsei'tipi'e, a promouvoir son
avaiicewl il ,c q ue son igni-or tn de I'h!-
dusirip el Iries ark, que l'absence des
caipiiatix c.t o d+fant de diieciion le con-
da in ii Ait io i ign (](ilns Lin
stalioln .1.0non i esosilalI, lint rd bien
entonidu do !'Eta;l i4's cnoiole pins seiisihto.
11 a pouir iovoi r do, favoiiw ItI''acq u 15-
lion dtl ,i;'ois rdseiov s aux seinIs n-
tiornaiix, de fciliter 1:I rinturatis;ition '
tolis ( qu ii sont a pies ) nilroduire
On deV0e0lij1Ppo I'ioiidiitriC. q(1i 0on sus-
cepiiblos ilaptttrt!'r avcU nX on de faire
Vaitoir tours capiiux : L tons ceux, ell
un rmntl dont! h pi6ojcc en son seu1i,
pent l'to 'in ci pe d'uline voldlioii ma-
tdrielle ol m1iorale.
Mais la N-l loii (ligishaleur -erail lax~e
d'6I1toitosse si tie no s'OiendaiI pas d(-
Va uttv oe. En( d(100rs d'nWn intcrinlt pur'e-
mniei owi in ini~d ialiement ma miel, beau-
coup (i'in'!iviiis tjuittent lcur patrie, fi-
xent Itenr risi deuce i't l'6raiiger, y ft n-
deiin une ftimnille on la voient se niulti-
plicr, s'tl6h1!j!isit OFl fll (baris dos coridi-
tionsf.'it ls (f liC t'abandolin de tout espri
de rr't+iir nux lie n-s qlii les on0 vus niaire,
se pr,ulwini v;ihbiiemell, L. i'iniW~rk prtfi- i


lis-lion, dcux modes originaires el l'effet
sp&:il ou bionfail de la loi, mode de-
riv'; qui esl une naluralisation privil6-
git'. Fu oulre, il r'sultl (tio la carac-
icrisli lue do l0oul Iegislation de la na-
lioiialiIt' doit etre line cerlaine pr6domi-
niince dn sys3!me ferrilorial : cest la
lerie qui fail les citoyens comme la pa-
Irie, c'cst I'affectioni pour le sol qui d6-
lermininc quels solA los v6ril'iblo$ eil'ants
de la palle.

Etat de la 16gislation avant 1889

P'rlis d'in priicipe d'exclusion for-
mul6 dans larlicle 12 de la Conslitu-
tion inmprialt de 1805, nous sommes
pa'rveniis nujOurd'hni au syslme e 1do .
plus grande liliralit6, de la porte ou-
vortcl to ous. Nous avons f;til une loi
Fd'ace piremlen l, nous verrolns plus tard
si elie a porl1 les lsfruils espir si elle a
doinni lIs rdsullal s altendlu-.
Avain d'elidier l'acqui(ilioin de hli na-
lioni liltd i aiis le dlroil acluel, jelons un
coup d'oil sur la legislation antlrieure
h ,1889.
L,'rlicle -12 do notre premni&re consli-
lution disait :
SAcun iI blanc, quelle que soil sa ua-
lion, nl mrellra le pied sur ce lerriloire
a titre de mailre on de proprietaire, et
ne pourra a 'Iaavniir y acquerir aucune
propri6e6.)
L'exclusion ainsi pronounce, quelque
rigoureuse q('elle fiit s'txpliqu.iit cepen-
ilint r d s conilerations hi-loriques
et n'elt1 il pas, d'aill~ irs. nbsolne. En ef-
fel Inllie prf' il n Anla init i'r ilh nI nnt


que~ He aus ici(o h~ secuijIe socialejt' 7 p
(1110 htliS~ i ( Ic nd 'its do~i tots ii eg-arid Oos fern mos hImi ches qui
oxig'titt :e ies ikCs,,Piidafits de tels in-dlaien n:itur lizii~s hi 11 lounvs par le
divainsl" iti 'mt lbsol0btieS dans l1 ill.a'st Gonverneient qua l1'6,gird de'o eiianis
nalthiiatc. AuleiniiOIit, appltes Li eaer 01i 1 onatit ie dtt' ( (irt. 13) et des
(I ell ('0n1i11 1 ('O vitill" )) ;,vev les 1-a-i IAllciiandl (1 P(toiiajs Iiatis nuisi2s par to
lio1:iux, iik j111 ia t'ii lie lons los a Wll hi- GoLvi'flellornemll
g a S: siupit'l~r IIlculie tlia'ge crt teIn' Cotnfirme2 on favcir des hines qui
ilion1)00e s~i co se citissa i[ fa K Iint partio tie Iil iit, n(nexr
rail qu-o, Iliipiitcr les Coiifluts diplolla- I eIl-lt quioqume foi-clittii (Costst. 180)6, nit.
S'28), cete cxccxvp;o ll o pi i t oni lolls sns cfolt s
ID)e ct's 'isji'lraj llS dccoulent les poi 'avelil. i'11 veill (e !a Coristi n-
trois liltlcIts d1icltuislitide do Iiialiotia-' lioti de '1816 airlicle :i).
W6il : [cfat do la naissance et la natuira- En drlhors des tSxtes cousltitLut io nnels,









REVUE DE LA SOCIETY i Dl LEGISLATION


los preimitiris rcglr concernont ia Pna-
lion, li i .sont dip spos dilns IP COI!' civil
de 18250.L'arl. 3 Irnile do la atiolnali 6do
ln iiss': 'p.l':i C ic I do la ialurialisoin.
D'O;prs l'arlicloe 13 du Code civil: a Toln
indi di v id ti HaI'iti on elln pi;i s ''lir;,negor
d'un l;iilicn on d'une halilhenne es;l hli-
tien. )
C'esl le sysl~ine dni jus sannquinis ionns
lonit sa rigiu iir, snns i"svrvr n i lepn, p -
ranienl. La Conslilulion do 18418 repiil
I'ideo de cot article el y aoio,;i 1o jus
soli special oulxdescendiinis d'Africains ,il
d'lndins Do ccs deux prinlipelcs loujours
reproduils dins nos p;i tes conslilution-
i 1 r


'ins ( selon cerlains savanis ) sont sans
vocalion spdchiao i lOr noie nionlilh ct'
rque leurs mernbres doivenll 6r' l:ailts
:oluIno(eI des dir;nmgrs ornuinaircs? Si'ivant
i'espril de la loi nous ipoiu rii ns riion-
dre ;fiinrmativeeninl, mais la letlro de la
Coins'i! l (oi 0 dev':n t oUjouis privalloir en
(as d'inlerprl lation (Or!icle 32), nous se-
rim); mal v,.nus, on fail, i't reponssor do
itels indivillus pI isqu'ils a )pparlionnent a
la race africaine suivant la ConstilLation.

La Constitution de 1880 et la loi
de 1907.


n. N,. M Summt u upplm en 1861 pour Depuis 1843, tonles nos Conslilulions
repands !re n n 88 en i'vplr des sols renvoient A une loi reglant les conditions
descendants doe a race africaine. et les forces de la nalucalisation. Jus-
Nous devons reliever ceU l cner r de er- qu'en '1917, celle loi se ridnisjai ;'i un
minologic qui poursuil le l .islatiei arlicle unique, l'Nrlicle -1 dn Code civil.
hailien la A manicre d'iue obsessionl. I, vUril;Al( loi a mis rdu Ic-nps nnmi-
L'abus des :ei ineo gnhroux, en c"ndiili- Ire ,.I malgro les rem;irquf:)h!s ravnoux
sant au dfalot de propliidl oun e r(;- de MdM. J. Devoi, A. f1onomyv t Louis
cisioi, epng ciindre :isomeniclt s conlri.ver- ]InuuIo iwalgr c les I;ibles efforis de la
ses qiu'n momnen de redilxion aidlc'rail Socili1 de(1 Legislalion. eile ',ast pas en-
A evilcr. Pour reconnailre l'auliliide si d- core cc qu'elle devrait dire. En d6pit de
ciale du noir isu de parents oirangers a I larger do vius ,in 1gi'lat;lir ou,
A Ia ralioniaild hailiennme, le conslilu;inil fant-il le dire, A cause mineii de cela,
a cru ponvoui so ss vir de I'exltression : In! i de 1907 prdsonte des obncnrites,
descendants de hl race africaine. Or, il des iiisl'fisances notables, des inconsti-
n'exiscl |Ias de roce africanih, im;is unic lulionnaliles qui frappent a la simple
race noi e on rnce nccgre. a On a eIn la! lecture.
pensle non point Ions les pIeuples p!ns C'est une v6rilable mos.iqnu, mais une
ou moins brorzs de, I'Afnique, iann i I mosaique des plus bizarre, car on n'y
Iace nigre en gnlral, ron-idido oomne tlronve pas celln conivenance entire les
avant I'Al'rnqe pourborcepaipou. po payI P par lies qui doil reposer I'esprit.
d 'rigii(w., (I) On a envisag le I n ,'o ui
pcul. a lilo droil, irg:irder I'Af'iifuI, DIPos 24 arlirhie qu'ellis conlient, 5 ap-
commll sa pi)!rie logilimie, h contin nt p)arieniit'nl a Ia Consliliilion de 1889,
reserve a so race. Cepend;nt li ques- ce srm'l los articles 2, 5, 9, 17. 18 qni
tion nt s'cin o, o '( pi:s inoins ('1 droil, reprodulisO l l especlivement les I ir:icls
le connii l nt':pI altiilnt pI s meclusive-' 4 et 9, 5. 10, 7 du plcle ( de 1889 ;
nenil a in rc noire. I)ir'i-l-on ulorslqmo d'iaLlINreQ o' t imprnii ls pour le ID ou u
nolre j:s solid ne s'aippli(que (u'ux iPdi- poN r partie Ai li oi fra'caise de 1889
vidis d' 'el te r ce e! que les popula- Ioindi&ie en 1893, leIls sonl Irs arliclcs
lions du nrd de I Aftiqui. Touiaregs, 2 ('2e aliniui (no !), 4 (2e nlii.a), il 12,
BIei Ijcres. Kb(;d es de mDCile e les Aly.- I3, i4 ; ceirllnes dipositlins provien--
nont du projel de loi Idr6ro qlui flit
""=""r'" suiiinis ai ia Sncidl6 de Ligislalion ; 'i-
I Loni- Borro Noles sur la Consliiulion (ieo d's "arliic:s 21, 23 ci 2 1 p' i ppi
de 1889, Iti-' 1i de la SocielL de Legisla- pi a; les terms (de ce ildrnier sont de la
lion Mars 1903. Conilitnlion de 1874, article 7, alinea ;;










26 REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION

enfin nous relrouvons mWrne oine inspi- loppement qui durnra aussi longlemps
ration lol l1a li de 18(00. II n'y a done que les texts constitulionnels seront en
rien d'olonnianI yi celic loi manque vigiieur. Son unique avantlge, avantage
d'hom'rgii0i!6d. Nons no pouvons nous contcstable, elc d!e laisser moins de pla-
emperlier do fire nne remarque qui a ce a Il liberle dcs commnentaires, l'inter-
to tle son imporlin ce. Jusqn'en 9-17, pr6i lion litldrale dlant une ritglo force
avons-nons vu, ii n'y avnit pas do loi sur quand il s'agit do la Conslitiiion. On neot
la na!ionn:il:f. A part les articles 13 etl n ounre, uresser l iau pace de 1889 le
14 rl" Co:de civiP, la malicre i ail trailde reproche qui relomnlw naturell'ment sur
lir u 1' diff'ernles consli lions avoc I; loi de 1907, d'oauvrir les porles do I
one sobrii'd d(e orines, une ilroiltssn patrie sans tonir un compete sulfisant
dI conception rlq i s'expliquent, mai- qui, ldes gofits, des aptiitdes, des inldrits prd-
henreuemelnt, ontl ini par dislarilro seuinms des individts.
devant le progris do sideil, e'esl-a-dire
'evolion du pays Sans dole, a on a e une vocation for n faveur
epronlve i n mollpnlll ilon u lt :e, soi;n d cerltains pnes epins uniii ne sont guire
d'imprimr uni Lorne i lo ite special 'a dispos&cs a accieptler 1 lihonier do noulr
ces disposilions ( cells relatives a la nit- a;llionalilt Com ne la Coisliluiion, la
tioialil ) en les mn Ilalrt i l';a ri (it la con- loi e, t 'empreilnih de cell! illusion que
s'cralion so!ennelle dont bthii dlicient Ies malgrd notre liat social, il se liou\ era
principles consliiulionn-'ls. Et cc besoin des gens pour demander A fire parties
devait Alre d'antuit pins intense qu'on de la masse nalionale on pour iadmetlre
d;iil plues.pres d 1' lpoqe d l'iidI'cn- le stal;lt (lc nous leur imposoins quand
dance et par consequent plus dMsireux de1 ils e trouvent daus certaimes condilons.
placer hours dalleinte les iogles prolec-
trices de la nation:lile hailienne (r). Comment se determine la
Mlais depuis longleinps la Constitution i nationality
aurail dui Ire elagine de ce; Itxles, la
naliire ressoltissaul splcialementl au Co- A la naissance dun individu, deux
de civil. S i Inus avons belaucoup pro- rapports sonl i envisager, cclui qui exisle
groiss6 sous c(irlaiis rapporls, nous n'a- e'ni e eel individin et ses parents et celui
vous gubro change en cc qui concern qui le rallache au pays ou il es! n6 : I:;
l'insage de la nihliode. La Constilulion ptrenier constilue le lien du salIg, le se-
si libdalc de 1089, pouvail facilement cond le lien territorial. Lormiue ces deux
coilir t licn Ii organique la lgisl;iion rapporls s'nocordient pour fixer uie na-
d'une matili're qui denande une dlabora- lionaliln unique, c'est ie. jus saniguinis
lion longue et rdfllchie. qui la detprmnine ; quand an contraire
ces rapports aboulissent chaicun A une
Et puis, loule oeuvre humaine com- 1 iationalit difference, cell opposition du
portan Iatalemienl une part d'erreur, jus sanguinis et du jus soli eigendre un
d'insnfiiaance, d'imnpr6voyance, doil poi- conflict.
voir 'ire anielioree au course du lemps,
oir Wil'e WadiortNe au tours du Itenps, Des deux principles de la :!ionalith,
snivlnt que les circonsiances en aurunl l, ps sangm uip dorl It tona plus',
ddmontre la nrecessile et l'opporlunite cosl l'e jant lie:-n s toui doi re les pa lus
louie cauvie humNine doilt laisser place I'eXite ct In maii e t.I r, mais
au progr es possible. .
a pr 'ogs possille.l ue recoit encore rien du pays. Le
Le procld i do constiluant presence un 'us soli bien souvent re1coil lou e sa
defant de mrnohode dclatant qui pIse lour'- force de 1'arbitraire, IOiule son a',pplica-
dement sur I; loi et la gis.lation so lion du haisaid. Eu ri'cl, e',Il to hasard
.trouve maiutenue dans an anrl de ddve- qui, par la ifrq'.qm .ce d(s voiyag;cs, fail
Iai:re, un einlani dans i el enud 'iir l ltlot6t
-!-- -que dans tel nutre cl qui deciderail ainsi
1 Justin Devol, La nationalild, page 3-1. ie sa iationalitO.









REVUE DE LA SOCIETI~E E LEGISLATION 27


Dans les pays neufs ou a population El je m'en plains dn moins pour ce
pen dense, la terre regoit une imporiiance dernier, cr elle est n6cessairernellement,
cnpilale, le jus soli a;cquirrt l pr6pon- cell facullo, qu'onl maris et femmes
d6rance dans la 1igi-hlalion ; la loi tirri- sur lesquels a soufll l e \Ien de la d6su-
toriale elend son empire sur lout ce qui iion, de se r6unir, grfce a ine nnuvele
se Irnm\ve dans les limits de l'E;ll: loule celebration du marriage ( art. 295. c.c.
naissance sur le lerriloire national done f. ), clle est necessaie pour rdparer ce
un sujet ou un citoyen A cct Elal. Logi- qu'a pu avoir de de (fastreux poiur utne
quemenil, il me snle, ee, le jssoli devil vi, ine eirour, Ircp l;rd reconnue, une
metier ;' cello consc quenice ( ie Iolt iniii- fate trop lard paidonDia e.
vidu n6 lonrs di terliloire oil sappli- Ce n'esl pas loujours', en e('f, que le
que ce sys, 'ine est lirarugir an mnoins rdiorce r6sulle d'nne i tcompatilihit ab-
sous conditiu rtosolntoire ; mais cert;i- sole d'humeur ente gqeas qu'une vul-
nes liegiin ions, tilncntl len-:s njels sons ga ire question d inlr/ ou les su:les d'u-
leur puissance abhsolue ion qiclqcue pays ne venture pr*sionnelle ont mn1n6 jus.
que ce soit et la noire esl de, ce nomb e. (ui' I'officier de I'elat civil. II arrive sou-
(A suiure) vn' cl'l'an' contraire de la fai le, la souris
en n11al d'enfant accouche d'uine mionla-
EDMOND LAPORTE gine: l'homme, un inaniique, clicane
Iune l'oimme ne rve'se h l'excs, I'un et
I'autre se bullent, se relranchent derriere
nti miesente le qu'ils cioilent irri diictible
LE REMARIAGE (art 295 c.c. f.) cl tIos deux en vieniinnt a li lii) rupre
i;gale parce que 1'one nmanque d'espit de
conciliation el l'anlre dic totin re, on on-
II est un fail que le igis;iteur hailienl core, et le cas est plus s6rieux, Inflemtne
a colpi des codes franc'ais, cenx qui de- a pIch, I'homrne reIue le pardon.
vaient nous servir, mais poIu qi.oi ln Son coenr lui dicle Iien le geste qui
s'csl-ii avis nussi nii'aux codes trancais, al)s ul, inais son orgueil exige le gesle
de Napoldon Ai nos jours, d'imporlanles qui punit. L'orgueil Iriomphe d g seli-.
modifications onl etc apporldes qui se- ent e le divorce est prononce Quel-
raienti ls bliionenues dans les nOtrs. ques soient les causes auxquelles on le
Ainsi, on France, la loi siit le divor- dive, le r6snllal n'en resale pas moins
ce, inlroduii le par la ItI voluilion, qui nie inri ait diablement ac;uis.
pouv;ii ianqier de donnier, panrmi plant
d'aitres. In libertl6 i I 1n des epoux de Sans don e, me direz-vons, nolie Id-
s'aflnr.inclii do son cO:ljoinl. rmaniee par gislateur s'est ingdnide h ineagcr aux
)e Consult, abolie par ; l Reslaui action. p1oux en iislanne en divorce loutl relo:!r
rd!ablio iar la IlIe Ieptil)lique, e-1 sor- en arriere. 11 ieur a, par un formalisme
lie. cominmie iplrde de t oui c bouleTver- exagrd, des dluis 'fot longs. donnii
srelent. En roule, e'le a 'aiss6 le divorce son avis le temps de la reflexion. Mais
par conseo tonmenl intiniol jqui lail Iro)p noIre legisl;,lltur n'a pas i;le n n psyclio-
de fFive r .i s'ei ;,uginenttee du remna- logue en I'occasion, il aurail dfi, come
riage qui i(tail dol neccsilt6. le ligislateur francais, reconnailre son
El j'iiclinerais a croire que e calme erreur c coiinie lui, la i parer en ins-
ne viant rirn aiix lois. coumiini il est Hi- liHnaiil le remaiiage, car it est d'expe-
neste l'a I'mour. car nous aniure, (d i'ai- r ence que c'est Irop souvenIt, uiiand il
voir lies probablenreitl jainais 616e privhs n'y a plus rien a faire, quand I'ixrila-
de cello cui dissoinl !e mariage. elle nous lion qu'entrelienncnt les formalilds
esl restloe tell qti'ont I avait canlquee on renplirest tombee, quond les nmolifs do
a pen pres d cotle Napoldon, avec le la ilplture se soul embrunms dans la m6-
conseutement mutuelel sanslerenariage. moire et dans le coeur, que l'on se piend










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


.ia singer qu'ine vie qui aurait pn ilre dssunis, se verraiet moinsfrlquemment
Itrs belle, a sombri sotlemcul par igno- pourvus soil d'un be;au-pCre, soit d'une
rance d'un terrain d'enlente, on p"er de helle-mnre, si leus pare. Is.cl par amour
passer pour un imbi'cile aux yeux de pour eux, sinon dans leur propre inl6-
gens qui se gausseni de vos micomptes. rit, ils s'y risigneiaient, si leors pa-
Peut-elre alors vti)lail-on revenir sur rents, dis-je, pouvnienl se rdunir grace
une decision prise dans nn dlal d'exa'tl- I une nonvelloe cldbralion du imariage.
lion, d'dnervement et mainilnue par faux El d aillenrs, qu'il s'agisse des enfants
amour-propre. qui en b6nelicieraient largement come
La loi Ilaiiienne dil: Irop lard. Elle a.l -' viens de l'cxpliqner, qu'il s'agisse de
lort. ell doil, come la loi lfranca; s, Il "'" ir e t re, i, 'ie'n souvent,
ivoir pitid d cinq oa dix ans d'aflcion, se repiuirai~n de voir r pairable l'ern ir
d'eltie, dl'halbitlldes,des mailles solides qu' is onI commise on divorcan le re-
qu'on ne brise jamais coin;pltecnent "rringe s'impose come Ir,, nIe@c.sitl.
quand on a vcu que!iquos lemps pnsem- La Joi a dunni Irop les facililts de d&-
ble Ilans un cooie munt perpcluel. Elle molir in manage pour n'acorder pas
doit pernmewte a eelt homnie, a ce Ile ceux qui I'on fail sans r-flexion suffi-
femnme qui regie:tint la oininunant san"te la facutll de le reconstrunire des
d6ilui!e de se relunir sans &'re rcddils lnmes maldrinux.
s'ils s'aimeit encore, a deveuir les ama:ls DANIEL APOLLON.
1'un de l'autre.
El si iolre I'gislal(ur vcainl que, par
de fr'quLntes rcdditions, on ne lasse du
rematiage un jou, qu'a l'exemploe du Id- Rapport la SociEt, de LQisiltion
gisluleur franguis, son module, il n'en
adinelle qu'uin seul. E l 'il 'eflraie de Mess u ,
voir des gens divorces se rear ir ailleurs
el se reprondre ensuile, qu'il fusse encore Par sa lelire dale du 25 aoflt dernier,
conmne !(, 16gislalenr fiannais, el dise: Me Francois Acioque a po. i notre
A Les dpoux no pourront plus se rsuiiir. Sociie la question suivan'e sur lalqielle
si I'un on I'aulre a pioslerieuirewent ;11 vous avez bicn voulu ime demander un
divorce conlracel nn ouveau marriage un rapporl :
suivid'iinseconddivorce (ar. 295c.9cf). U haien e un anzMiicane sc sont
C'esl ainsi coriger les abus qui se mar solo cnnsensu au.r tals-Unis
glissent jusque dans les instilulions les d'Amerique. Comment admiuisceront-ils
nillenes. en Haiti la pireuv e de leur union ?
Mais jusqu'ici nous ne nons soinmes Dans ine cAde sur. I';lig Locus re-
occupis, danss a re- | ii actum (1), e di i a ( L' ricle 155
les pinipa ux, il y a lI des conmparses du Cde civil appliqu.e f ormel emen au
q. i onflrent plus qnieux d'nne siluaion ri'ge d's I1iieus l'g,,,,gr Ia rigl
qlu i is ont pas crteee, je veux parl'r Loc~l regil acl n...
des enfanis nalurels nds de prarenls di. e rd, e notancnti qu'at Bresil et
voreda et jo in 'tonne que II loi si indu l- :; x ht
genie i 'e'ux qui sent ns avaut le marin- en sva'bglen:ot c;ie c-'fon tient
ge. i 'den I psa cele ind'gence A Neix lai ,)i locale, devant Un ptp &r ca!thoi-
l"ii soui nes april s le Ilivor.e, (lie pour-, que; q I n A;,gi-Irre le ';, poor-
rail p 'laniltmentantorisr le In legilima- iit, se ia, ier dev' ntoin mini i re d'Iun
tifn par fen ina ,vrin re comn elle ii. ;nlo- c, reco( n p r 'E t ; qu',i E ose
i-el l; !tegilin;ttion des auircs par Inm i::- m w S l, I L -,, s t'0 ;l. d N 'rd

Sirs comprler qne les enfants nde dnns i) Voir na lnnvier.-fvrier 1910 de la lIevue
le iliarioge, mais dolt les plenuts sent de LUegislation.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 29


le simple consentemcnt des epoux snffi-
ra pour la formation dui mariage...
Nous supposions dans ces exemples
le cas de deux haitiens qui, A part 1P
droit qu'ils liennent de notre code civil
de se marier A I'li anger scion les fonnes
locales du pays oh i!s sijournent on r'-
sident, avaient en outre la facull de
recourir, poor la cldbra'ion de leur
marriage, au minisi6re des agents dipln--
naliques ou consul ires de la Rdpubli-
que.
Cette faculty me parail Ires important
dans les questions de fait se rattacha;nt
A la preuve a adminislrer p;ls tard
dans le pays d'origine.
Je m'explique. Deux haIliens se ma-
rient solu consensi aux Etals-Unis. D)e
retour au pays, faiite de docunments, dte
pieces jusltiicalives, ils ne peuvent faire
la prcuve de leur marriage qu'ls veulewI
cepeadi l fire valoir ; ils so Itouvent
dans 1 impossibi!ilt de fire Iranscrirr,
aux lermes de l'article 157 du code civil
I'acte de celebration sur le.s rigires de
I'Elat civil haitien, puisque l'acle es!
inexisantl. L oges judges pourlalen par'ai-
lemenet lur dire : G Ce qui arrive vous
arrive unr volre faule. N"'aviez-vous la
Iacuilli dc vous dresser a vol'te minis-
Ire onu a vos consuls lh oil vous Wliez
Vous auiez eu ainsi un erit qne vot'>
auriez pu sans difPcultl fire tianscriri
ici a.
Bien que la question du marivge dt
deux haltiens I'edlranger soit horse de-,
dilbals, j'ii leiu i I'analyser lun insl:nii
pour oliux nioiilrr combied cisl diff -
renic I iuniion d'ln hnilieo el d'un eO-
trIal g r',. prill inieux fire saisitr Ils cir-
conislaincs atlltOnitites donl doiviil
benoli.irr ces dteriiers. Ici, les jiges
habiti.ns nte pourront plis dire : Vous
airiez p t faite cecci. cela Vous ie
l'ac ii z pi, lailr ... .'ant pis pour vIus.
EIu rffli, le cas i'esl plus dlu touI !
nmeile :i vnus pouenz, coiun e : 1 Acloqm
i'cxcn|llh d'tit ha>i' in et d'uitie ;:ne('ri
caik se nimariant lux Elals-Unis d Amo-
rique. Ltxs agents de lt le,nubliqtue
I'exttieur ,'o'lt plus le .po n\ ir d..
dresser letir o ce de mariage ; les parlipt
u'ont plus la faculle de iecounir L lcu,


minislcre. La r6gle Locus regil acltum
perd Fon cataclre facullalif ; elle se
fail impraIlive ct s'impose I'une futon
obligatoite.
L'hailien et l'amOricaine ce peuvent
s'unir que conformmeint a la lex
loci, el, ce marriage ayanit cu lien sclon
les lormes usilies aux Etals-Uiis devra
itre tenu pioutr valabic en lla'i i. Ainsi
Ia \oloni6 do se prendre pour mari et
f mine in rnifcslee, par ex- iiiple, :ni coors
d'ue prnmeiiade, ouffirait dans culrains
Etals pour .ier h'galemrnent ls conlrac-
tanls. Notre code valid cerlaiciiement
une partiille union, mais lors de sa con-
fection, continue lors do la rid!c.:ion du
code Napolco), les ligisllaeuns seiiblent
avoir tutalement ignore qu n 'iet anger
uii iarriage p lt elii0 vaiabie sais ;a .uue
soleunit, sans aucun criil El daiIs leur
colioprthunsible ddsir do lacilitcr la
pr'eve des unions conltrnact~s Iors du
piys 'origine, ils ont inconiiirim'iI.ncnt
iixW I e dllai dans lequel l':cfe de ceId-
braiion du mariuge cotirauct cni puys
tiaronger devant clre transcrit sur li re-
gisitr publicc des nat riagts 'ill lien dtu do-
micile 0 !
11 semble done an prernier ablord que
'hailien mnalie solo consellsmi avec une
aindricaine, n'ayant ipso faclo p;s de
preuve dcrite en main, ne poevant. pro-
duire d'acle de celebrattion, deviait elre
lius l'inpossi ilit de f;'ire valoir oe
lHeti son iariage. Qu'est-ce i dire ? Se
petl-il alors que les enlants qui nai-
i aicnl sur lo ierriloire haition d'utne pa-
ruille union ne soient pas Irgilin i.- en
lli'ii, alors qu'ils I'aur .'ient 6 aux Eiats
UnIs ?
L inadverlance des ligisilcutrs ie
:;miiit, ent malipre si grave, [i ovoqilce
i'a ussi itiogintes contsequenrce, ni do-
ini' i 'n-iO cea lllt' iu( jiuslioeausi s riarie.
C l ie lt nos Ini nous ipe ni( i ;ieilt
lt ,,iiiiig solo cunsetsu aix Ei;:s-U: i.,
pt:i ;, ie a nolie retolu all fyer, i; n du-
inlicije, itite'diraieilt aux officiers de Id-
iat ivil d'itsicrile, coinme 6lgliin's, ies
e.lintis issius en Haili de ce manage !
Geia i;'e''t pa;s possible.
Ces Ip iitcipes poses, voyins cotiment
r la pieuve du marriage, si ~cessaire, si










30 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


urgent a cause de la d6licatesse et de
la gravity des int&rets en jeu, devra 6tre
faile sur noire territoire.
A non avis el!e ne pourra 6Ire admi-
nistrie qne par un jugement d'nn tribu-
nal civil haitien ; et c'est ce jugemenl
qu'il faudra fire iranscrire sur les ;r6-
gistres de l'dlat civil.
En ce qui concern les formes et les
prcuves de l'nnion, les magistrates h;i-
tiens, cela va sans dire, ne devront
poini appliquer aI ligislalion nalionale.
De3 le moment ofl il, auront constalW
que les conditions iutrinsiques sans
lesquelles le mnriage ne serait pas valuable
chez nous oul 6di observes par l'hai-
tien qui s'est marine I'!ranger, ils de
vront olbigaloirement prononcer nl
validity de ce maringe s'ils reconnaissent
qu'il a eu lieu selon les former usildes
dans le pays of ii a 6le contracfd. C'est
i la loi locale, i la lex loci qu'ils doi-
vent lecourir ; c'est la loi 6trangere
qu'ils doivent appliquer. Elle seule dira
si l'unio,! est valuable on non ; et la ques-
tion de prenve devra ddpendre unique-
ment de cette lex loci.
Le marriage aux Etats-Unis 6tant va-
lable s:ns intervention d'un pritre ni
d'un officer de I'dtat civil, sans pu-
blication, eIn In mot, sans forme aucnne,
1'hailien marid solo consensus avoc une
am6iicaine sur le territoire de 1'Union
fera la prouve de son marriage devant
les Ltibunaux hiiliens, de la mmre fa-
con don't il I'aurait faite devant les tri-
bunaux amiricains. Si dans IElat oit i
s'est maric: on o'exige ni acle civil, ni
acte religieux, ni acte anthentique, ni
mOnie ac!e prive pour prouver l'exis-
tence legale de l'union legilime ; si, an
contraire, romme en Pensylvanie, la
simple nolorii6 r6sullant de la cohabi-
lation et de la reputation, en qnmlit6 do


leur naissance. De la sorte nous ne
verrons pas celle illogique et injusle
anomalie d'un enfani qui nait nalurel,
faule de preuves, sur le territoiri hailien,
d'un marriage valablement contracld en
pays stranger cl qui n'aurait -ni viole les
forces locales ni mnconnu les conditions
intrinsiques requises par la loi nalio-
nale.
Pour ces molifs je vous propose, lMes-
sieurs, de d6cider que I'lailien marit,
aux Elals-Unis. solo consensus avec une
am6ricaine, adminislrera en Haiti la
prenve de san union de la mime fiton
qu'il I'aurait, le cas 4chdant, administr6e
sur le territoire des Elals-Unis et que les
tribunanx hbilieos, pour tout ce qui
concern la question de forms et de
preuves, appliqueront purement et sim-
plement les lois de l'Etat de l'Union ofi
le marriage aiirit did conclu.
ABEL N. LEGER


DL EGATION D'HAITI
A LA
4e Conference Internationale
Am6ricaine
--I

Monsieur P6tion Pierre-Andr6
Secrdtaire d'Etat des Relations Exte-
rieures
Port- au-Prince.
Monsieur le Secldlaire d'Elat,
Conrormrnent aux instructions que
vons m'avez fail I'hon enr de mn'adresser
par vote depeche tl6Igraphique du 10
Juin dernier, m'enjoignant de partir
pour 3Benos-Ayres, afin de repr6senler
notre Gauvceriement a la qnatrieme con-


mari et de fiemme lgitimes, suffil, les fence intzrnalionale amrnicaine, en
Itrbuuux hailiens aniront seulerment A v- replacement de Monsieur \aval empd-
rifiier cctle noloridle, come lel ferait chi, je me suis rendu d:ans le plus bref
la justice ameiric:iine. d(1li ai la capilale de la I.epublique Ar-
Des enfauis no:issenl-ils on IHa i pen- genuine, flj'arrivai 'a temps pour par
dant que la juiiice es; saisie de la vali- iicilpr anu (dhut des travaux de celle
dilt du nmaiiage conlitacl a l'dll r!gir, imipor lanice a*ssemblce.
les pa elnls, il me emuble, devr, oieit Quelques jour s ;alprIs mo a nrrivee. je
pouvoir fire conslaler la legitimiltd de vous expddiai, les 20 et 25 Juillel, deux











P.EVUE DE LA SOCIETY I)E LEGISLATION


cAblogrammes par lesquels jo vous pri-
als de confirmer aupris de Monsieur lei 70
President de la conference mes pleins
pouvoirs de DI)legu Pldnipotunliaiie, s8
et auxquels vous avez bien voulu don- 9'
ner la suile nec6ssaire. Je vous ai encore
tilegraphiB. I 31 Aoft pour vous anuon- 10O
cer la fin de la conference et mon d6-i
part pour Beilin.i 110


Un membre pour

chaque D6lgalion


)) V11


)IX
7 ))) x
l1i6l1)1( XII

S Propritt 1it tXaife
,, ,Iheme Xl


La qualrieme conference internalionale j Un membre pour
iame6ricaine, inaugur6e a Buenos-Ayres 120 XV
le 12 Juillet 1910, lint les 12, 14, 20, 2S' chaque Del6gation
Juillet, 4, 10, 12, 17 18. 20, 27, et 301130 > 5 Publications
aoill, douze stances plinieres, au course i Bien-dire
desquelles elle adopta les motions el. 146- ,
solutions don't les textes ligiurenl dans g6n6ral
I'acle general don't je vous eilvoie au-n
jourd'hui une copies en langue espiignole, En raison de I'6lendue du iprogramme
come piece annexee au present rap- et da pen de temps disponible, il fut
port. decide que les dedlguns qui seraient les
Quan' aux exeses de t aduclion fran- uniqies lepr.senlanils de lur pays ( Co-
iaise, ils on L acluellemenit a t'impression ;ombie, Cosla Ric;a, londuiras, Nicar agua,
a Buenos-Ayres, ainsi quo 'les couples Pai[ama ), fclaioient plus spiecialementi
rendus des s6ances de la confir'tnce. Iis parlie des commissions of la presence
vous seront done expeilis plus lard. d'un membre p,.ur chaque Rbpublique
Le programme sounil s lah coire'rence 6lail obligaloire.
comporlait quinze themes principawu, J'eus done, pour ce molif, a prendre
don't I'enuiimiration so trouve aux pieces parliculli iroment part aux dIlibiralions
annexes ai cc rapporl. Les malii'res de ce des e :C, 45, e7, 7 l, ct 12,: commissions.
programme furei.t discultes a fond et Avant d'enlamer l'examen des diffM-
daus leurs moindres ddlails par qua- ,ruts thInees iludi6s et des resolutions
lorze commissions composees des 6 qui en d ecoulircnl, it sera peut-etre utile,
DWligues des -20 R6publiques repr6seu- alii de marquer la physionomie de 1'As-
16es. semblee. de jeter un coup d'oeil sur la
C'est au sein de ces commissions que composition des diverse d6elgations
s'accomplit le v6ritrble travail de Ia qui se presenltrenit A Buenos-Ayres.
conference, travail don't les r6sullals, Dles -21 R1publiques amiricaines, seulo
pr&senles sous forme de ;,rojels de re- la Bolivie ne se fit point representer.
solutions, furent geneialemeni appron- Ce lut done, peut-on dire, I'Ainrique
v6s dans leur ensemble p:ir la confd- rdpublicaine presque enliere qui ddli-
rence rdunie en seances plinieres. bera sons les voftles du Palais de Justice
Voici de quelle manirie fua repartie de Buenos Ayres. Parmi les Delgguds
entire les Didhguos 1'dlude des mati6res figuraient plusieurs Ministres plh ipoten-
du programme : liaires accrdiltes pres le Gouvernemeunt


le Commission 5 membres hli&nm I
2e 7 7 llIemes 11 V Xi1 XIV
Un membre pour 1

chaque Dhilgation )
40 t IV
5o ) D VI
69* 7 membres a VII


de VWashiingon, tels qui ceux de IAr-
genline, du Chili, de Cuba, du Honduras,
du Salvidor ainsi que la plupart des li-
nistres accrddiles pris le Gouvernement
Argentiin, lels que les ministrrs du Br1sil,
du Chili, de Colombie, de Cuba, de I'E-
qualeur, de Nicaragua, du Pdrou, de
l'Uruguay. Diplomats, parlemenlaires,
avocats, publicistes composaient le resale


=_. __~__ __~~_


o
L,











32 REVUE bE, LA SO(ILITE DE LEGISLa(TION


el bI ii do d usembigr' I.\em e i na prile
sen110d uii iI- lPi'0 celli do h Iolillibiq l le
du ii Cln, Son1 YTiUlibVo MnIsi'1in' UiI.-
rahure y Unann=, cs! lia1domiet A si-
gnaler, I I qIsi (jill' lie de pinsina-s am11
010115 A2dibir ls des AfflirIes Elpingiders*

la prlu ipillic t'ariidiffie a' a csu3 dnno
ai CO point) 110 iIc, It's Lb 5-U iiis d i
Nord fl'Iit Hen1 lllllig6 po0u11 laiksvrin
meilleurro iI))picssnl deC syi)) hie v)0 i
pour11 e5siyvr AusiiSJir nulx autre ded J.3
galianq "nl spuliillfnt dc collfailCe don s
la poli ill anidrieoni do 1In pu' sSC we
116pu bli que.
Th~me I
Qrganbimia do(1 delaconltenco.
R1glemonl of Wh/lT's (1A crwance.
L' tude de V'orgaval ion de oIa confi-
rence f'ala pantic de olilice. illtci'allioin
des RF'pnliqaws lam( I'ricIiiIOs elarili A
'Walshiiai(lo 11 no losail Ak Pe jcon
issili (j lI A s'o(i~cper du I'appiica io ii
di r6gletuenii cKi du ivi Qdl union des
pleins 1pouvoirs des dt&higncs Ile6nipoen-
tiaires.
Thbme II
Comm emi,'{iioz de( F'!nd,,'Pnednce
des ft])umbliqiios (odlCriCautlCes
La conference ie'solut la criation d'une
( Exposition -,a namLricane lId de pro(i is )
qui devia raifunhir L Bolliencs-Ayes Ics
pI'odliits du so! ci al& lilIdliSrli- ilt !OlionS
les P6pubi Iq a s aminfricnihnts. Now nvons
en milme t lenips diclidcl do cominirn o ior
r'indilpenidat l(' Ido ens pays Iespeciif,
par In. pIlbbica 11)1 dMine 'ouvre ;witlis-
tilue, 1'iip[)h"li Ies Na its lps Ilus baihlarids
et les plus W1liix qil i inaiq u C(0fl IvI
debuts dc piielup libi'es do nos diveises
nations.
Celle Acslliliolni, (101 je n'indi'ii iCi
que los InI)irls cns' idick, cowiune jo Il
ferai, ('ai'l lv pour Wes les aulres11105
qcli Sin\'rol, 1111151i (111 les diffgl'0(Iles
flOiiOI1S 1111C 11011 IVVllIS V',1S, S6 IrouVe
dans I'acle gent'l'al qui accom1pa5glle cc
raPport.

Examen des ia ppk Ocii chaquo Wl.


g~;dllj l i\' Iril "liI a Iiclioi )rpis pS al,
III louverl\ii( ilelcilk r:I:speclcfif all Fcliet
kwes \'(X.?i c ( Inv'\enIiol ls d1 e ill "30 conl`e-
INIe lelILc i Ri o LIiaeiro C(1 Juillet
1906.
Le You\'nlnrrn'nI (l'Ii'Kili nov''' I pris
1l0lll(' 0 par! b a 1; l confiv,nco (11! Rio (1
.klneirO, 1, li':n~s I ('1 de rpporl' Ai Ind-
senler l Ce *n'liI 1011 n 'la soin' 11101115
c('p('i-dont I wak l(;II&' iui notrI' gonm'r-
"lrllet do0 c('nlllI'lil Pos MniPs (p&OUl
d(l"ilIn'l' If- anifrcs PayS aux cwliwol:1ls
v'olcs enI 19M16.
Sinspir ant do I'An'einhdle dOS nlcmdoiQs
piroscaIlt's pal. It's (ifflLi (illls gou ivefle-
il)en-is, ]a lInall owtlWnnl C PnC('i'' a votO
la u"' olijan dul 11 AoAt 1910 irdative
Ai la rciii~so dits irappit'ds. UnAlWiiO dles
GOMmlisSions :`i~io Clll' iaslilner
da as chaqiiv pays y psi do nuvcai ski-
gullL'e, int ponI:: Ia parl, ije me pvcirels
a~ol1V('1rne-
(iapp)le1' (lton I'al cilionl dugovei
ment sn lroppornluri durine idle crifa-
lion cn Ilniaw

Thime IV
Exaniers dii roapplort dii Direr four du
Bt,'oau inftriz'i(tioncil des Itopnbliq tcs
anlric(iincs. Considt' lions sa:1 l'orga-
nisciion (de ce Bureau.

La 116soiiiion qWl en r~sulta fut Yot~e
In I I Aoifi. Ull des inIIovatiosr s les pihs
imporlalfles it sigmiler dans la nol\'elle
om lnisa!io duse t1'iii'an sA Irollie i fir-
1010 5 de ha Rllouliiin rehl live ii aa 1'T-
niocn des Rr~pullliblues ankrricaines. )),
Conime owi e voil, ll Conifl-,elcC dtcida
(Iq~en C"tS dtlb'a'iilce a"ii Sei.tan e Wd'l~at
de5s EaIas-Unis, les; euiionis ino si ant
plus pr'Psiddtes pIa'r11 u l'rs( pl" i (lcsignde
A eel (A jar iv WIT donj'.mis ha i par
1111 des ri' rdse'nii lli dijdinAiiljes aw-
WIOcWd prilCS los ii' (olvo- ll('lll ilt e. \a-
slilig~tlo Of 5(m lS hl~~ ('1 II clloisi


rtiil, ii l'(-'5i Inl wi volniu' ass ez
(21 Owl! k,11 vc;rews nwmhr










RENUE DE, LA SOCIE-E DE, LEGISLATION 33


ThLsne V c 'e on ari~nener lus iclulious
coinl) ne caleos ini i niln curice ls.
Hornmaaqe k Monsieur Andren:
Cavnn: ie. Th6rnc VI1

Afim de nmu rqu en' hanulo mon I sa g uniforli! d (e0; dci.lon Ils Consuusu air
ludo envers l'illnwe Ni gind huninar- dPs Qg~inInils Mw Iri:l, des iceerce-
ltiac, don't hi g4n101'osilO a pf'riflis 1 ccon'- i0n'nL, "'I d(10 sialisiqiln s co luen-'eci ]es.
Dwkclion d(u i\mani Inalinmpntules Wcpn- U B'odllons his im) akls (ui
lblicqnos atuTf Cuicl(llc A Wadhinglcti~, 1 h I i mtIi(,tC i, l dii in du 201 A4
Confbrerrce d(5tda (Inns s, syance do t snal gpeivCe's Ai falri-Ui' cosid1;ublIe-
AXorln quio- lini Wi illo friappee pa. ill fit los.r'I u mons Conin lcrie'ta' ties IUi-
los suns d Whoi, d'oU'u~iu'sa nW titt I llil iti i'es s1, camille ii Cs;t
ricainEs, Jui so a off'rkt e cli snev nce: pflf- '' rlI)'tilc, tlies soldl 'altifies ptir les
ciae don Cuntit direcltir do lunii. divi's Gotwi\ennriernemif. La Colnlel(nce a
Celloe niedule paula l.i Cin ilimn Ielen awva hud A sinwhaer an ant quo
suivanle en nnglais :t A. Arnilen C.;- (411q 1)1 e sd)lo los In hrmnMili~~s cr icuirns et
mugig, los fi6unnhlvines ;nmnIn'icaines b ii 1 surlcn l A pei'illz'a des colni dnr tiSons
au reves S Ipwi allow' doe ll'nanii6 napilaes (anlre les locumenw s pron'ean[
rfh~~1nI Vdte, finsienjia pays, en cte q[(i conc(arue los
ThhBme V simisli(ilno. enmierorals eie Ic mauve-
Inl d rh a ccroissonieni des popnliahons.
Cheinin de fer panarn1ricain. l)"'iiuh'o'a iithc doln
Ii sogtdie dolouver le iio\r ln Ic pIts ni ds
dffcace de porwe les Ro pu n tIJi!(lnOS donti "II, lailleulrs, 61 onsulids pouri l1ta-
los torviloi io c; ,oronl Ibraveisos par la l[i Wsmli do tai unnilruii (lnt W-
gine doe nashingon Buenos Ayres h (I'ion est recominandc tant pour la
colalruirie an Idis 1.61 Ies I'oiirnns Eui ro coinsulaire que pour IC manafeSte,
conspleni icoiv a plus t6 los sv s La ,vclion do douario, comnmnerlce et
rnanq lno cno I 101 i P'he ci i pr~sen o, sni~ Ilr Ii~i nI~t~l;ro~~ s
les 21Q enviion (in parcuars total. Pun- Isllislique du Bureau Jul inalknal est
cola, l'onle ll~cii Ia is sarutniie ost, inl- ~h~1tg dIo reinir. LIii. ces iupofll la1tes
col, 1'eniewc la plas soulenne e l. In-, (I i w i o nis loiN eIs rense~ig nem~lents Wfe es-
Iispensti~ld on! re ceR divers pays ; a u's lis, IiAirm af i'oore lein (( pr0jet do
le Comitcf duI charnin do for paniztria-li'(s, nfi s1 snu)iO an tt p o(
cain. conslili6 AWashlirhglon a-l-cl dc1 p3 i (Ju snux sdifnfis on tIflhninJe n
spdcianleme n I ciiaigl, par In risolutiolt i rI ux di tfrr'n is ooruemo ii Is(
xi Aot'r, do iaeiuui an i an s t&tu li6 s los P iq (1o10e ceux-ci oieinl le loisii de I'ev(i-
I6menkis, tau lechniqeies cqu o clancci s, miner A rcns (tArc do l lear eil combl-
necessaincs A la Con Cilsli on d'un pIan ui qIt
d'u1 badgol ieinitifs. 11 a, on iu u;'' g't nia Ia(nqicin Cl
tenips, ivn la wisvioii de i cPneillir a.- I
pros des Gnot'cvremnw ls O djesins quo ,- henie IX
Itrolvoi'sarn In I igne tons lKs minseiqiue-
nigni)s uitibs a la plus [)romplo r6;disa- Po ce Sanitaire
lion din projet.
Le Irwis itlnkrcssant imppoit flu ComOil L
permanent do diem iii do for POHMAIi 1-1 L Cor e nces i'Odioper lia Co.(1ve0 a x u-
caiii ignr o an nftmbieds p alc(s i- ni 10
g in nnib esapiinindigionn, airi que k's re-
x0cs tn pr("oill r1it IpIpOl I. c! ; audulios (ls oe e ,p'.'Cilde s
'Thiclle II sn~diof.n h- elltg?-g "t parl, (ipci ai
Thliajue VII h anitaiv' (ni so
ConnxnurlicatlVons Liar V,.peurs ,, die Li jjlliia.o do P1111.
La rPvssniflioii cmi 'l 2 .\il r'cn'c iiu i :rw I' ,c de Cisitt t n'& lor oan 'c st 'ic,`CVc
los ruoyens Its plus o floaces Li audejr 1nu s: Cide In Sc Co nlisiioivWi, i' plopos










34 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


de I'article IX de la Convention de Was-
hington, ain d'6lablir quelle esl la parlie
la plus initress6e A ce qu'une circons-
criplion soil considered come contami-
nue ou non. Sera-ce le Gouvernement du
pays ofi s'est d6clar6e 1'6pid6mie on bien
celui du pays qui, laiit en relations
commercials avec le premier, se trouve,
par ce fail. expos i A tre contaminine i
son tou ? II nous a pamu evident que
les deux pays out ig(alemen I le droit de
se d6fendre, I'un, le pays contamin6,
contre lories me-uras de rigueur enage-
recs que pouss'ient prendro centre lui
d'aulres pays, sous p'r6l xle d'nne 6pid6-
mie qui n'exislerait plus en ra;litd ; I'au-
Ire, le pays non contamind.


-
NOTICE

Sur les Discours Parlementaires.


Le premier tome d'un ouvrage utile
a paiu ces jours-ci. .'espere qu'il n'esl
pas Irop tard pour la :eevue W'en parler.
Qu'unI recueil e (C Discours parlemiu-
taires ) fut attend depuis lIngtemps,
c'est lI nn just hommage rendu A I'en-
seigaomeiont du p)ass6
Car voild par example pr6s de deux
geindraiions qu'a v\'cu la qa;ltorzieme 16-
gislature ; et malgri toules les ( &'es nou-
velles ) qui se sonu snccedi malgri les
progress iiiconleslables dte I'inl1le.clualit6
haiii ine, I'eclut de celle p6riode par-
lementaire demeure intact dans noi son-
venirs conmne si, apres celle epoque, la
nation s'tlat trouvde en pleine reg es-
sion an point de vue du regime parle-
menia;re'
D'aulre part, il Mlai' jusle de fixer do-
finiiivement la gloire de tons ces leaders
du Parlement haitien don't la rdpulation
rayonne jusque de nos jours par le seul
effect d'une tradition persistante sans qu'il
ail paru une esquisse de noire hi-loire
parlemenlaire ni irnme I'histoire dcrile
des circonstances politiques qui ont ins-
:pird 1'Mloquence des Bazelais, des Lys el
Ides Thoby.


C'est done avec empressement qu'on
a accueilli ce premier recueil d. A i'ini-
tiative de trois de nos intelligent com-
eatrioles.
Certes, l'ordonnance du Recueil n'est
pas sans laisser quelque vide regrella-
ble, soil que la physionomie gin6i ale de
chaque epoque ne se dessine pas bien
aun yeux du lecteur non-initi6, soil que
1'ceuvre mnme de chaque oraleur prstn-
t e isol6ment, ind6pendamment des r6-
pliques ou des propositions principles,
cihappe A I'analyse quant an sujet de la
discussion.
Toutefois, les anleurs sesont expliques
avec une si bonne grnce sur la m6thode
qu'ils out duf adopter, qu'on aurail tort
d'insister.
Evidemnment, ce qu'on aimerait re-
trouver dans ces pages, c'est l'dmotion
ou I'enlhousiasme que la grandiloquen-
ce de quelques-unsavait suscits daiis la
foule de leurs audileurs.
Eh bien, qu'on ne se m6prenne pas!
II y a entire la verbe dcril et le verbe par-
16, entre 1'l6oquenceet la rhelorique, une
difference profonde qui fait le desespoir
des grands orateurs des que leurs paro-
les franchissent le cadre et le decor des
grades assemblies o elles ont et6 im-
provisees. Transcrites dans le livre on
dans le journal, et depouillies du geste
et de l'inlonation, elles percent enli6re-
ment leur effect.
C'est aiisi que les foules acclament et
conlinueront d'acclamer des orn. eirs
qui i'ont pour eux qu'ine audace hen-
reuse, une abondanle fiacililt, el suro'lo t
le don de flatter lenrs passions ou leurs
caprices. Dis que I'Hisltoiis e s iil e de
fixer ces pages entendues nngu'r,, ie lee-
leur pricuvu souventl Une c -'I L iAne ucefp-
.ion, 6lonndi d c ue j lelli hareigice ait
pu soulever l'nllhoui -i:,sin de la fotle.
Tnutis qn'il en vst autremenlt d!i ir'o-
cedI miodeirne of l'art ormioil e semble
disparniltre enlier eilicn poutr f;aite place
a une logique incisive, depolillce d'ar-
ti!ice; et oft chaque not a sa vale.'r
propre, veritable conve s:,ti in d!e la tii-
bune qui ne soulive ni l'enthuu-iasme ni
Ia passion; mais don't la dialeclique









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


puissanie penetre profondinent la con- ou de conflict, avant d'en appeler aux ar-
viction de celui qui 6coute. mes, les Puissances contractantes convien-
C'esl ce talent parliculier qui a sans nent d'avoir recours, en tant que les cir-
doute fait de Bazclais el de Thoby de v6- constances le permettront,aux bons offices
rilables directeurs de consciences dans ou a la mediation d'une ou de plusieurs.
les assemblies ou ils siegeaient. Puissances amies.
Si done la gntration acluelle qui al- Art. 3. --- Ind6pendamment de ce re-
lendait ces discours avec impalience, es- course, les Puissances contractantes jugent
p6rail y puiser les cbaleureues impres- utile et desirable qu'une on plusieurs
sions ressenties naguere par ceux qui les Puissances 6trangeres au conflict of'frent de
npplaudissaient avec freicusie; si elle de- leur propre initiative, en tant que les cir-
sirait duouvrir dans ce premier recueil constances s'y pr6tent, leurs bons offices
de discours parlemenlaires de vcritables ou leur mediation aux Etats en conflict.
( morceaux d'a rchilecture e, ell e ne r- Le droit d'offrir les bons offices ou la
derail pas a accuser d'exagiration la Ira- mediation appartient aux Puissances 6tran-
dilion lai'side sur nos grands oraleurs g6res au conflict, mrnie-pendant le course
parlementaires. des hostilit6s.
C, qu'il convieni plulot de voir dans L'exercice de ce droit ne peut jamais
l'oeuvre de ces devanciers iourt'is par &tre considered par 1'une ou l'autre dcs Par-
une forle ddunation patrioliqleP, c'e.t ties en litige comme un acte peu amical.
qu'ils ilaient des ap6tres de v6rit cet d'in- Art. 4. --- Le r61e du mndiateur con-
depenilarce, el ql'h ces 6poqnes d6ja siste a concilier les pr6tentions opposes er
loinilines ol,, do lemps en lemps jillis- a apaiser les resssentiments qui peuvent
saientl quelques 6Jlairs de liberal ils ne s'tre products entire les Etats en conflict.
gravissaient pas les degrds de la tribune Art. 5. --- Les functions du mediateur
pour appuyer I'erreur on pour encoura- cessent du moment oil il est constant, soit
ger les lendances A I'albilraire. Us fai- par 1'une des Parties en litige, soit par le
saient mieux: ils ne cessaienl de revendi- m6diateur lui-meme, que les moyens de
quer 16 respect do totes Ics liberi s pn- conciliation proposes par lui ne sont pas ac-
blignes. El, soil que l'organe de l'Exe- ceptrs.
cutif fut alors nioins lyrarnliquc, on que Art. 6. --Les bons offices et la media-
lcur courage civique Int plus ddve!oppp tion, soit sur le recours des Parties en
ils reusissaicii quelqucfois a comuber conflict, soitsur initiative des Puissances
le pouvoir gouvernant sous la puissance Itrangwres au conflict, ont exclusivement le-
de leur verbe. caractere de conseil et n'ont jamais force
C'est ce litre surloul que nons pui- obligatoire.
serious dans co volume de e Discours Art. 7. --- L'acceptation de la mediation
parlemenlaires une salulaire leon du ne peut avoir poui effet, sauf convention-
pass. contraire, d'intLirompre, de retarder ou
DENIS ST-AUDE. d'cntraver la mobilisation et autres mesu-
res preparatoires ai la guerre.
Si elle intervient apres l'ouverturc des
hostilit6s, elle n'interrompt pas, sauf con-
Convention vention contraire, les operations niilitaires
our le B gl en Pifique en our
Art. 8 LesPuissances contractantes sont d ac-
DES CONFLITS INTERNATIONAUX cord pour recommander Fl'ppiication, dans
les circonstances qui le peimettent, d'une
(Suile) Imdiation special sous la fiinme suivante.
......ii En cas de difl6rend grave compronet-
Titre II. Des bons offices tant la paix, les Etats eii conflict choisissent
et de la mediation. respectivement une P'uissaiice A laquelle ils
Art. 2. --- En cas de dissentiment grave confient la mission d'entrer en rapport di-









REVUE DE LA SOCITIE T DE LIGISLATI)N


rect avec la Puissance choisie d'autre part.
a l'efdet de pr&venir la rupture des relations
paciliques.
Pendant la dur6e de ce mandate don't le
terme, sauf stipulation contraire ne peut
exceder trente jours, les Etats en litige
cessent tout rapport direct au sujet du con-
flit, lequel est conside&6 comnie defrM ex-
clusivcient aux Puissan:es mindiatrices.
Celles-ci doivent appliquer tous leurs ef-
forts i r6gler le diff6rend.
En cas de rupture effective des relations
paciliques, ces Puissances demeurent char-
gecs de la mission comnuune de profiter
de toute occasion pour retablir la paix.

Titre III. Deos Commissions
international d'enquete.

Art. 9. Dans les litiges d'ordre interna-
tional n'engageant ni I'honneur ni des in-
tdrcts essentials et provenant d'une diver-
gence d apprciatio.i sur des points de fait,
les Puissances contractantes jugent utile et
desirable que les Parties qui i'auraient pu
se mettre d'accord par les voies diplomati-
ques instituent, en tant que les circons-
tances le permettront, une Comnmission In--
ternaiioiale d'enquetc chargLe de laciliter
]a solution de ces litiges en eclaircissant,
par un examen impartial et consciencieux,
les questions de fait.
Art. io. Les commissions internationals
d'enquete sont constitutes par convention
spe-iale entire les Parties en litig,.
La convention d'enqu&e precise les f-its
a examiner ; elle dteriniie Ic mode et le
delai de formation tie la Com mission et
l'6tendue des pauvoirs des com.nissaires.
Elle determine ga.lemcnt, s'il y a lieu,
le silge U..: a u ....is,^. U t L ;.ii"
de se diplacer. alaa lngue dor la c ),
mission tera u:age et celies don't l'emp)l
scra aut. ri levant a ile. ainsi qae la dait
a laquelle ch-u ie Parti, d vra dipoiser s :
expos dies faiis, ct ge'n i-alCCenct touces
Its coa.litio'ns don't les Parties soot conve-
nues.


Si les Parties jugent necessaire de nom-
mer des assesseurs, la conventiin, d'enquete
determine le mode de leur designation et
I'dtendue de leurs pouvoirs.
Art. .I. Si la convention d'enquete n'a
pas ddsigne le siege de la Commission,
celle-ci sidgera i La Haye.
Le siege une Iois fixe ne peut etre chan-
ge par la Cnmmission qu'avec l'assentinent
des Parties.
Si la convention d'enqu'.ie n'a pas d6-
ter.nine les langaes a employer, il en est
d6cid6 par la Commission.
Art. 12. Sauf stipalauion contraire, les
Commissions internationals d'enqute sont
form6es de la maniire determine par les
articles 45 et 57 de la present Coloventioa.
Art. 13. Ea cas de d dces, de emission
ou d'empechement, pour qu-!qu: cause que
ce soit, de I'nii des coimmT.-ai.s, ou 6ven-
tuellement de Fun des assesseurs. ii est
pourvu a son remplacemnenc selon le mode
iixC par sa nomination.
Art. 14. Les Parties out le droit de nom-
mer aupres de la Commi~snk:i d'enquete des
agents speciaux avec la Imi ;,ion de les re-
presenter et de servir d inter ,ndiaires entire
eiles, d'exposer et de souvenir leurs int6-
rets devant la Conmmision.
Art. 15. Le Bureau Int.rnational de la
Cour permanence d'arbitrage sert de greffe
aux Comnissions qui si&eent a La Haye, et
mettra ses locaux et soji organisation A la
disposition des Puissances contractantes
pour le tonctionneme.: de la Commission
d'e qu te.
Art. 16. Si la Coimission siege ailleurs
qu' La IHaye, el e n),ini : un Secr6taire
General dont le bureau lui s.'rt Je greffe.
ILe greffe est charge, soas l'aarorit6 du
Pr resident. de i'org.iiiisa.ion interielle
des s6ances de la Cjn.nissio 1, d. la redac-
tion des proc s-verbauxet, pinda;it le temps
de I'enqunte, de la garden des archives qui
s.-ro.lt ensure verseea an lBcnreau Interna-
tional de La Haye.
A suivre










,\ \-\\\\\\- ; X\ \\\- \..\\V2\\^\\K\V-.\'\\ 'X \X^X \\- \.-\\ .\ ....


REVUE

DE LA

SOCIET- "DE LEG-ISLA.TION1T
........................... .. .. ......, ... .... .. .. ..... ...... ..... ....................... ......

DE LA PUBLICITE DES A"CTS L pr1scnle nraiemen danns la pratique.
I e cndc prescrit encore la publicity
TRANSLATIFS DE F ROP I(IETE s C'" laij s OItres hIyolheses que
Anuiis ;ill'ois passer on revue.
--L'alicle 758 du code civil est ainsi
Noire code civil, suivani on cola l'e- cInnci : i Lorsqn'il y alra; donation de
temple du Code Napoleon, n'a pas, en i biens suscc pitblCs d liypothllnqes, la
ge6n ral, organism la publicil5 des aclis lrainicriplioin des icles coinlci:i l la do-
translatis dtie propri(tI6 immi obilidei. LA nation (t I'iccepl inii, ain-i line la no-
transcriplion chez iious,coImmie 1 o Flan- ttfication dO I'acceptlalioil qui aurait
ce, avant 1855, est facultative. Eile n'o-t t ( 11 liin p ar acli sip;i dev. ia .tre
prescribe q iu lorque I'on vent ugerlc i f'!i1 e ux bluraux d ss lihyoliques
les iinmeubles des privileges et hypollih- i dans le ressort desqluels les bicns sc-
ques qui les greveut (code civil,ai 19i 18 <; rnit silltes.) L'ait. GO ;,joile (C Le
et suiv. ). Elle a, en outre, son uliliti d i auli de Iranscriplion pou, a 611 op-
dans les hypotheses privues par l'arl. I pose par tonles Icer1ontics ayant ;ile-
732 du code de procedure ci vile (I). "r t.f 0.
Ainsi, q uelqu'un hypotheque ui iinc i-- Les donalions outre-vifs de Liens suscep.
ble, puis le vend, avani que le crdu- libies dlihypothqlieqs doivcnt done dire
cier hiyiolliecairie ail f i il insciire son e.dues l pul tliques, silno ctles no sont
hypolheque. Celui-ci peut encore iiill- pas opljpoabl-s aux ltir:;.
meiit requ6rir 1'inscriplion. cl cela, j~-l II n ,st de meIenill dtes substitutions
que dans la quinzaii e dle la lii i-cril rlididicouisisaeins permises par la loi.
tion de l'acte iraslalir de proprilt6. L'on Ciode civil art. 876: Los disposiiions
voit I'int6ert de l'acheteur! i faiire t:'ra s- r ; le enlr'-vifs ou lestaiie iitaires,
crire son litre, piusque, pass le ilel;i i charge de restilulion, seront, a la
de quinze jours apres la transcriplio n,' diligence, soil du greve, soit du tlteur
l'inscriplion rise lar le c ;iancic r hy-, I,oMine pour 1'exOculion, reni ues pu-
pothicaire ne lui est pas op[pos;,bl. bliqueC, savoir : quanu aux immncubles,
Mais c'est lI un cas particulier el qui I pEr la trinscrption des acles sur les


(i).- Code de procedure art. 732 :-- Les
creanciers qui, ayant une hypolheque aux
terms art- 1890, 1894 et 1893 du code civil
n'auront pas fail inscrire leurs titles antt-
rieurement aux ali6nations qui seront faiths, L
I'avenir des immeublcs hypcthdquds, ln sc-
ront recus a requerir la mist aux encher's.
conforn)iment aux dispositions du chapilic
Vlll de la loi du code civil sur les privilieges et
hypothEques, qu'en justifant de l'inscriptionl
qu'ils auront prise depuis 1'acle translatit ide
propriidt, ct, au plus tard, dans la quinzaine
de la transcription de cet actc.
II en sera de mime 5. l'dgard des crdan-
ciers ayant privilege sur des immeubles sans


prejudice des autres droits i~sultant aux vcn-
deirs et aux heritiers des art. 1875 ct 1876
du code ci\il.
Art. 733.-- Dans les cas de Particle price-
delit, le niouveaut propriLtaire 2'est pas tenu
de fai;e aux creancicrs don't i:'.i..'. I no'est
pas .:ntiricurc e la transcription de 'actie. les
significatioul prescribes par les articles 1950
et 1951 du code civil; et, dans tous Ics cas,
faute par les ci fanciers d'avoir requis la mise
aux eicheres dans le ddlai et les fornis pres-
critcs, le nouveau propridtaire nest lenu
qiu du pavement du prix, confoi moment 'a
1'art. 1953 du code civil.


20e AN~ift~, No 9.


DkEMBRnE 1911.


PORT- AU-PRINCE










38 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

, registres du bureau des bypothiques seulement entire les parties, mais meme
a du lieu de la situation, el, quaint aux vis-a-vis des tiers. L'acle, I'6crit n'est
" sommes colloqu6es avec privilege reclamir que comme preuve de 1'exis-
a sur les immeubles, par l'inscription sur tence du conlrat.I! suffit qu'il ait anquis
, les biens affects an privilege.) La date certain pour ponvoir 6tre oppose
sanction se troive dans I'art. 877 : aux tier. Or, Ics regisires de I'enregis-
< Le ddfaut de transcription de l'acie trement ne south pas publics; ils ne iont
Scontenani la disposition pourra etre pas r6perlorids. II est done impossible,
r oppose par Ies crranciers et tiers ac- par lenur mnyci, do suivre noi immiurble
( qucreurs, mime aux mineurs (t inter- depuis le propt idiairo originaire jusquI'a
c dils. .. plropridlaire ;clieli. On ie pent savoir si
Enfln, il est une derniore c lligorie on ilmnenbll qui, 'i uu moment donned,
d'actes donL la loi prescrit In piublicilt : a appartennu f t I individii est encore
ce sont los privileges immohiliers et les danss son paiiinoil; on s'il a pass en
hypotheques (art. 1873 et 1901 du code d'autres niins.
civil.) Ia reprI sct nultioii dt's lilres diu en-
En dehors des aces que oios venons edor n'est souven, d'aucune nilild. Ces
d'indiquer, anceule publicild 'est oron- titres piriveni lone soule chose : qiu'
nde par Ia Ii. Ainsi la vcnue est un une certain datec le vendeur dlait pro-
contrat claindestin. prii air. Mais I'esl-il encore ;" mno-
Il y3 a la un ysltniae assez contradic- mnien ou il \vct rcven"dre icle hi ? L'a-
toire. La loi prcscrit la publicild et la chehtei.r 'n ancin in mayen d s'en :;ssu-
prescri) pour des nales rRelativrment rares, rer. It osi done expos' at Di re krine6
come es donations ne-vifsenli les par !t v 'ri plropridil;ire si son vendeur
subslilulions fid icommisi;irls, alors n'ic;ni i dn pi oiprii : ire, on A payer une
qu'ello !aisse les pirlies libres a eel scconde fuis le mncme l)ien. Cr.ils, il
regard, et pour les acles q(Ii sont, puir aura recoirs con('lre son vo'rlieul doli la
ainsi dire, de tons les ours, mauvaise foi csl viden!'. Ml;s cc rccours
Cependant lors de la confection dn sera, eni gineraIl, illusoire : les gis qui
Code Napoleon, Ia piil)icii' dos ntes esenploieilt dct tls procedis Ipourl troimp-r
transl: tifs de bi as et druits irels ilrn o- les aulres sont rairement solvabls. C'est
biliers deail ddji organisfe. La hli i u !1 surlont coiitre iix qlu'uic loi prcvoyanie
brumaire an VII contlennit, en Cl'ol, la devrail armer ls lier's.
disposition suivanie : Les ackls ir:is- Voyez ciolo le i danger nlquel les liers
latifs de iiecis ei droils susceptiibles d'hy- sont exposes ivec 10 syslime de c landes-
pol.hiciqus doiveni dire Itranscmilss sur linil I du code. Un inmm-uble a cd I'ob-
les registries dtl hu)i-;u ti e la conserva- jet de plusieirs venles successives.
lion des hypolhl'pluis Ianns l'aorroiisse- Mais I'un des nludirenrus 1n' pas paay
ment diqcl l lIs bins sont silHi Jlis- on, prix. S''n vendt ir a centre Ini une
que-A' il;s n p'i\event e'e op ()> a ll do ii'ui aclio : ul e action en pIiem rnt
tiers qui aiornient contract ntvec le vn-. du 1rix garanlie par oni privilege, e line
deur (eI pt soi se Sria ni coifornio s aux ;aclioln i !isnoliliion de la venle. Le der-
dispo-iiions de la presonle a nir neqIudieuir n':iura ps lonjours le
Mais les rItdalctO rs du cei! hid ii6reilt nity l di c.olli. ail'r l'eisle nci e dle cell
enre lo pri cipe de publieile colnsa;r deriii re ::cli;u II est iLl s-possible, en
par la loi de brum;ire el qni n'dl;ai que ef'l, qnme te ve\nde r n';it pias reprison-
I'application des coulutmes do na!nisse- 1 td liire dut pri'cden propridlaire qui
menl, et celui de clundestinile confoirmi n'a= iii las piay son prix; il est m6me
a la tradition du droil rnm-ni. I.e sys- possible quW le, irel lie constable pMs que
t6me du code est un syslinie balard. le p ix s:i d Meme en accomplissant
Nous venons d e 0 dire, la veile est la ipoccdur e (e la purge, A l;qunelle on
un conlt at clandestine. Elle est parfailea e e ne pr iesqie jaimais, I'acheteur no
par le seul consentement des parties, non se mettra pas I I'abri. En effect, la purge










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 39

fait bomber le privilege du vendeur non p is soin de consuller le registre des
payd, nais laises debout I'acion en ir- transcriptions. II pourra ainsi suivre le
solution. Le privilege Ldu vendeur doit bian et savoir si son vendeur est reelle-
htro rendu public; ii n'en esC pas do imenl propridlaire et si le bin est libre,
mime de do 'action en rIsolu'ion qui est 1non senlemnint de charges hypothecaires
secr6le. Aussi vaiuiinent I'acquereur, ou de privileges imnimiliers, mais
par la purge, aura--lit faith lonibr le aussi de droils reels immobiliers.
privilege du vendeur, ucelui-ci, par 1'ac- Celui qni prd!e sur hypotheque aura
tion oih resolution, pourra toujours I'd- la mdaime security.
vi;cer.-- Systime absurd qui justiiie De tont cila rdsultera plus de stability
ces piroles de Merlin : a Tonmbe-t-il sous dans ls leaansnicions. Los proprid'laies
lc scns qU'ulu lies aicqu recur qui, a d(- eux-imies n b.1 il1iciera.I t. Is poucoit
'aiut d'iinscriplioi,, ne peult pus eiro pour- vC di'r plus facilement. L'acheliteuii, stir
suivi hypoilhcairemenl par le vendeur, do aId re pas dviuc<, paieua un m illtur
puisse cepeudact dere expioprid paI c- pri.x, pu>qu'il n'nura pas ait e couvril
lNi-ci conlre I., aldus d'Lu e deicionl total ou
Le indme da.-.i.r exisle pour celui partielle.
qui prift' sutr hypotheque. La loi vet Ls pro i ridtaires iro,)\uvo:it aussi, pLour
que 0 ip ur coi!server son droit do suite los ina',uts miotils, a C pi iuii i tr dans de
sur I'imnucublle qui lui esl doiutd an icileutos conditions.
garantic, le cr.idncier proiie i .cil) c ion Le syemii. de publicile est ioni van-
sur le dit imiineuble an bureau do ia tageox poui' loil le moude.
cousri vualun dms hypolhdques. Mais Eu Friicc, ie lgi-,hlAeur, depuis 1853,
cell inscription ne vaudra que ioult u- a mnodifi6 smI ce point le code civil. La
taut que Iclmirunieu dlat lui-meme Ireoriue avait did lailt n 13 Igique des
propiidlire ;u an mopenlt de l'iiscrii ion. 185.
Quel .]..ii- le crdancier a-t-il de s'eun Voyons c,.inm enl est orga! iise, danus
assurer ? Aucun. ces deux pays, la publicilt des aces traus-
Nous I-ruions la: mme remarque en ce latifs de dliois rdels immobiliei s.
qui a ait i ux ciailciers chirogra-i 1
phaires. Ils ne pourront jlmnais arriiver r l ge est ain
a conuuiar avec cotlitude la conMilaiice L 'l I rr do la loi blge esl aisi con-
de la fortuue immobiliie e d leur ddbi-- c'Q T on s act, s entre-vifs ia tiiro g:a-
teur. Ilni on uiiorei translalils on detlara-
Stifs do droits rdels immobiiiers, scout
Le delaut de publicity clre Un autt' lianscrils .
danger. Mon vendeur est propriilaire. I i 'r de la loifrancaise ost moins
11 in a idguiireoment vendu. Je iie cruis godiral
done paisible prupridlaire. Mais ii seo
truuve que mon vendeur avail grev6 lei ( Sc ron' transcrils au birnau des hy-
bien de droils rels : serviltde, usulrui, potlhiqu es do l situation desbi ins : lo
etc. Mie voili avec une propridel resi'l'olt acle nre-vffs, tra nlatif de pro-
treiile grevde de"charges ondreoses. Mol PWitid ninobiliBre on de d roles icals
recours en garanlie conire imon veudeur tsscetibles d'hypoteque ; 2o lout ale
peut etre absolumenl, illusoire. por:taol renoncitlion a ces immes droils;
O encore e b en avail d61 donn6 ai 1o toul ugemenl qui declare l'oxitence
bail pour une pdriode tres longuc. Je d'n e conventionverbale de la nature
suis obligu de respect co bail. ci-dossus expt'imoe ; do lout jugicnent
Avec le sysltmne de publicile applicable d';ltjudication, attire que celui rendu sur
i loi les acles translatifs de droits rB- Ilci taion an profit dul cUohritir' ou
els immubiliers el aux baux dcpassant d opragnt .
une certain durie, tous ces dangers se- Ainsi la premiere condition prescribe
raient o vilds. par la loi, pour qui'l y ail lieu a
L'aclieleur sera de lout repos, s'il a transcription, c'cst qu'il y ait un acle,











40 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION

un ecrit. C'esljinedcerogition au code ci- une suffisante publicil : la longue pos-
vil, en vernl ilnqel I'Ncril, n'Mtait ccn- session n6cessaire pour qu'il y ait usu-
sidere que come un moyen de pren- capion.
ve, le conseiClement seul des parties suf- Quil de la succession ab intestate ? II
fisant, en g6neral, ponr la formation u'y a pas d'acte. On applique 1'adage :
du contrat. II n'y a d'exception, dans ie le mort saisit le vii. II sersit cependant
code, que pour cerlains conlrias, ceux possible de faire inscrire une declaration
appeals solennels. qni n'oln d'existence de succession sur les registres ile la con-
que moypennrlit I'observance des forms servalion des hypothiques. Les tiers au-
prescriles par l In 1i: dueation enwre-vifs, raien! intdlrtl cela.
hypolhliiles, etc. La loi ne prcscrit pas non plus la trnns-
En IFrlanii t on Belgique, depuis qne cription des teslanmonls. S'ils se rappor-
la 'Unnsciipli n ,st devenne obligaloire, lent L' des lg:ilaires saisis, on assimile
tons les conlrils trinsla(ifs de trails ces derniers nux heriliers ab inteslat.
reels inmmahl)iHtrs soilt devenus des con- Quanl aux legalaires nor saisis, il y au-
trets sol .nnies : 11 l transcription est la rait danger a rendie obligatoire la trans-
solennit rei'nie sans Inquelle ces con- crintion du testament :l'he;ilier, char-
trals n'exisdtnl paw vis-A-\vis des tiers. g6 de f;iire la delivrance du legs, n'au-
Entre les parlies cnnlraclanles le code rait qu('I gi order secret le testament. Le
civil reprend son empire Ainsi, une ven- I g:alaire ii'aurait aucun moyeu de con-
te verbal esl vnl;1blr entire le vendenr un;re I'existence du legs et de se garer
et I'aclilur : il suffil qu'elle puisse contie ]es alin alions failes par I'hCri-
Atre pIruvn cynl'lnrm'ment au droil lier.
comnmun. Mais cele nest pas npposable LIa loi firangnise prescrit la Iranscrip-
aux tiers, Iinl qui'e'le n'a p s Ce Irans- lion de l'anrlichurse. I1 u'en est pas de
crite. El cdmmie il n'y a pas d' icte dle mIine cn Belgique, el avec raison, puis-
vente, la painie inlr' ssilw ne pourra re:n- qu 'atilichrse no cooafre qu'un droit
plir Ia 'ornma!il oe eatranscriplion qu'a- de chance et non un droit rSel immo-
pris avoir obl)eiin no juigenmen di'clara- bilier.
tit de ses droIls : c'st le jugennent qui Uine antre difference entire les deux 16-
sera Iranscrit. 'gislalins. En France, les dispositions
II result de cc d que nous venons d e.d code civil relatives aux donations en-
voir qu'un simple Ifil tqui, par sai naltre Ire-vits sont maintenues. En Belgique,
juridique, serait constilolit d'un droil elles soni abrog6es et remplacees par la
de propri"li, n sera'it pas sourni a l; loi sir la transcriplion. I1 en r6su!te
Transcription : tr, r exemp, Ir eilp, I'uccu- qu'e Frince, !es donations de droits
palion. Ce droit Ne serait pas moins op- Iels imnobilieis non susceptibles d'hy-
posaible nx tiers. 11 siffirait d'en ltallir pIw'llqui's, cornime le droit d'usage ou
l'existenre s.nivnnl Il droil colnmiiun d'hlilatiion, les servitudes, ne soul pas
I'n esl-P ld i nie e de la prescriillion ? aslt inles A la Iranscriplion, landis qu'il
Iei il 'aut disliriguer. S'agit il tde la pres- en el au'remi, nt en Belgique.
cription par dix et quinze ans ( en Les lextes que nous avons reproduits
France et en '. 'i.|lII quiNze et vingtans)? ci-des:'su pre-crivent la transcription des
La r'lion e sera afHirimative. Celle pres- actes tlrnisllir s de droils r6els imnmobi-
cri:liin n exisie pias, en effel, sans uni liers :insi la proIpride et ses dimembra-
litre. Ce liire d via 1 e Iranscril. inenis, les immrnubles par nature, par in-
11 en sera utterement on ce qui con- curloralion, pr desliilinalin agricoli on
corne la grande [reseripiion viceniale inidulrielle ; la session d'nne action im-
en Iiaii, frontlAnAire en France et en imoliliei e ; 'isufruit I'nsage, I'habi-
Belgiqpie. 11 n'y a pas do lielr, c'est nl lalion, les servitides reclles.
fail qui crCe le tliril. Done la prescrip-i Quani aux piiviliges el hypolh6ques,
lion ser. naequise vis A vis de Ious sans le mode de publicity prescrit par le co-
ranscription : c'est qu'il y a, dans ce cas, de civil est maintenu.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 41


En Belgique, les acles dcaralifsdedroits avant de se d6cider A oclroyer les r~gle-
rdels immobiliers doivent Atre Iranscrils: mnents prlvus pour meltre tout le monde
un acte ide partage par example. II d'accord.
en est anirement en France. Le systime J'ai voulu en avoir I'espril net ;
belge est plus logique ; puisque ce que j'o'vre notre Charle Constllulionnelle
1'on a recherche, en elablissant la Irans- au chapilre 3 oti sont consacris les droits
cription, c'est I'ini tl des tieis. Or, il et liberals publics et je constate avec
exisle lout aussi bien quant aux acles ld- sliipclaction qu'ancune dPs liberals que
claratifs que quant a ceux qui sent si-,ale ce chapilro ne nous a dI1 fran-
translalifs do proprid.i. clhementl et sinc6melncnt a cordde et que
Doivent encore ire lranscrits : l en onire l:i complicallon i laquelle se
baux excedant neufans en i' lgique, en Ileiurte la iquesicion dr: !a lirl)ele idu ccn-
France, lix-hllil ans, les haix coniienanlt miiice n'est en sommie lqu'une des mo-
quitlance de trois anneC s de ioyor, quciltc daliltes employees par hi loi conslilulion-
que soit la durle du bail. umlie pour donnelr e rel/enir a la fois.
En Beigique, les acles aulhentiqiue, C'es douc une lormule relative que le
seuls sont ; idmis a Iaianscripli ni. I.; mnot i .IBEIRTE qui I ;i'uiIne en 1tei de
loi frangaise est iniulle sur ce point. I( nos actes publics. Ceux (qui out Mdiclt
sysicme beige nous pirait pri''i>;blt. In Cha.lte l'ont fail sound Ifempire iles
En effel, la force probate de l'acle idees coiii nuiinaut ilires o(i l len droits et
authenlique est plus grand que celle de lh'oiiis de I'individu sont iriditsl outre-
1'acle sons sing plriv : le premier I'i' I m siiur. ipour la stIlisacliion idieale te fic-
foi par Ini-mieme, il esl cru jusqu'r; liv, di'n hIonhiur roimmnlll.
inscription de ta.x, le second scilemeni Et alt est obsequ iirue lceuvre du
jusqu'a proeuve conltaire ; d'autre palI. ljislaiunr, tunit ile sinbie imnipirgude
pour celni-ci, la .li.i i de la preuve idu snui dti consacrer ils dioits 6e:n-
pourra retomber sur la personnel qui le dus en favcur hi ciloyen qii'il aut bien
iproduii, en cas de d6engation de 1 ecri- sciuler ils 'texles pour dicouvrit qlu'en
ture (1de la sig lure : la p:)rcedtir enu re alile ccs dioils sint re-serrees dans
verifieation d'ecriltire est longue et dis- des linites ascz i 'iiles.
pendieuse. Le proi'6e consisle en effel ti lout ac-
corder en principle, et sous les termes
Telles sont les principales rigles con- eri t i s les rie
cernant ]a tianscrinlion. les plus absolus, mois A tout relirer on
cernanl la transcrinflion. icons
I~ y a t ne poti ous inirotuiepresque par uine sdrie de restrictions
IH y a urgence pour nous a inrodnire I.ieC son n ,n et
n pa e ns note i- glissies sons forme dincidelens, et qui
ane pareille refornie dans note 16gilla-'
&on i Ilfoit des exceptions la rigle el de la ri-
ion. gle 'exception.
Porl-au-Prince, 23 Novembre 1911. De tell soite que le ciloyen est di-
clT;ri libre, inlis ( lnUe pI)a lout ii est
A. BONAlY. daus les fei s.


Autnur dES n il *n if nnle, LibertS individuelle.
Autcur des lilcrts ConiiuihnnElles. I
Prenez d'abord In lilrcle individnelle
qui ct la plus chere de toules, et en
On continue a rompre des lance. examiniiaiit bien celie coneepilion de la
inoffensive sur la question de la lilerle loi constil tioinelle vus rcmiarquerez
du co,ninerce : c'ent un oiirnoi brillat. quie celle liherli mine est 16duite A sa
cerlcs, qui laisse opinionoi pi rplexe, pa:-- ilus simple expression.
,eque les parlisius de la liHeril sem- Apiies a\oir enonc.e Ia liberid in-
bleiil avoir raion et que les aulres.... dividuelle esl garanilie P, a loi ajoute :
out 'air de pi'avoir Ipa lorf, cepelnani Nul ne peut ire dedenu que sous la
que I'atbitre design& attend impossible prevention d'u* fait elabli par la loi ).









42 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

Or il suffirait que 1'homme do la loi que exception, celui de sacred qui vient
dnonce daus un nandat que tel ciloyen ie renforcer devait mellre le ciloyen-pro-
est dtclart avoir dorrobd Ie clocher de prictaire Ia l'bri de toute surprise. Ce-
la nouville lhrale lli pour qu'il soil, pendant deux alin6as plus loin cornme
duranl qunlque temps, prive de sa liber- dans un bois, on pourrait dire I'ex-
t( sans aucun recourse possible conlre le ceplion apparait, furtive et sous forme
m:gis' al. de protection, en autorisant I'Elat a vous
Puirquoi Ic lexle conslillionn el, an dpouiller de volre propri6[l[ moyennant
lieu ( !';ilo iser. une privalion souvent etc..... Eu d'aulres terms je possede une
injusic doel li 'rld in livid ielle, n'a-l- l propriRl6 do firnille depuis plu ieurs
pas oblige l'Eatl A surveiller I'individu, geXdrral'ions ct don't ancun prix ne com-
A le suivreo pal!oi rl ouir I to le friapper psus~r'aili la pr[io ; la loi ello-mime6 l
do d lenlioiin que lor cque s culp;dilil' declare sac ice, nais qu'il plaise A I'E-
aiir;~ ] l('1 nettlinenrl 6i %lie. Ce pi roc.e6 tll d'y percor uine rue on d'y construire
aurail (61 plus c lifor lue an roe-pel de oui (dilice public, ino voila oblige d'a-
la liberik individnulle, el A l'idec que bandoulner mon foyer, nes dicux largest
nous nous ('1n1 isun. moy'unanl1 uneo jutsti et pr6alable in-
)D'autre Imrl, au lieu de d(!oern)iner les deinm:itLi (sic). Cominie si I'un pouvait
Ces danls e u s le(i I clloyr n peut irce \alur er n iargint cc droil inviolable et
prive de sa Iiberltl clle auiorise la loi sacr' !
ordiAni;ire dtO ('! ineo r clle-nemine ( s No Ilrnvc'z-vous p: ,s iue l'exception
cos, ct par cnciisil, ntl a confiner crite absorb l reg!e ?
]ilb r!6 d;ins Its li ns les lS, e6'oils. *
AiMsi j'ai IJbiu professelr It plus profond
d6diain pour le n.i'leir des arms, la loi Libert6 de la Presse.
nim'obligera a payer l'inip6 di s; ig, i
sacrifiri'c ilaul cing ans nia lib ile i- ,ie lis plus loin : t Chlacon a le droit
dividutlle. Quleque excus;blc que rel di'exprinier ses opinions en loules ma-
soil au piinl di e vu d ev)oirs envers titQres etc..... Les ec rils ne p Luvent 6ire
li Pair:e, il fnaul convenir qir c' l st ioui sourliis a aucune censur i prtialable, )
de m6nmue ure gave alleiile por1le a ( arl. fll ). Cependaint l'aliin('u suivant
Ia thiorie I c ki iibr r6 i div:dNijlle. t)isse a li loa i Ir stin die delfi r et de
Bii n plus, c'n vicrtu de cliii dldgalion r'IPrimer les abus de ce droit.
g6ii6uale aux lois ordinaires joe ir i pus Qu'est-ce-i-dire ? Vous m'nccordez un
lo droi de circu d'ie \ilie Ai une au- dilolt dans les lermes les ; lus absolus,
Ire, d'lul)- upy i n aulre suns que j. el quand je me dispose t en user voici
sois muni d'uii pelrmis de cir.u laiion, 'I"l' oIi- l( m sur i txle suivant qui
sans quo les rgens de 'Aulorite saciie d'1gue: une nouvelle autoit6 le soin
on je vais pour re roef,'tr i s ii gr d le tie liriler co droil sons :prtexte de le
droit de I'rancliir les liniiles dc ma com- dto'fi'ir eit ci'c reprimer les abuis. Qui re
mune. voll pas que ce droit de El c'si cela quc vous app lcz la- liberti '1"trimer est une anre puiss;ante lais-
individuellet garalntie! ... Q. e seratl-ce selc' tar la Coonsitulion centre les mains
si elle n'etait pa's gaial:Iie '! d'e1 pouvoir lyranTf ique !


Droit de propiits Liberti du culte
Encore une conlradictio (< La pro- I1 sr(nb'erit quR la li)berl des culles
prit6 est inviolable ct sici6e. > ( art. devil rire absolute et qu'on n'en subor-
1) ). douincelai pas l'exercice dtes conditions
I y alien de croire que si le nimo in- qui le paralysent. EirreIr.
violable esl suscepti le de rdserver quel- Les propositionss cooienues dans I'arl.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


22 se contrarient tout comme dans les a L'enseignement est libro. D (Atl. 24)
lextes plus haut cilts. Ainsi: a Tous Mlais je lis ltois lines plus bas :
les culles sont 6ga!ement libres. Chacun a La liberld do Ienseignement s'exerce
a le droi de professor sa religion et conformimenl a la loi ct sous la haule
d'exercer librement son culte., surveillance e I'Elat.))
Jusque lh c'est trUs bien. Mais voici Quelle loi ? Celle qui sera failed pour
que le Idgislateur, come effrayd d'a- declarer que telle sorle d'euseigncment
voir plant accord, ajoule cette proposi- u'est I;s libre dutoul ; que je Wn'arai
lion destruction de touted liberty : a pas le droit d'euseigner A des di ciples
pourvw qu'il ne trouble pas l'ordrc pu- uine miirale qui ne erail i'as celle du
blic. n Or ce trouble de I'ordre public, jour, une morale sans l)ieu pir exenmple,
n'Wtant pas un fail pr6cis, determine par ou hbic les pi incipes tloi iqui's lt inof-
la loi, c'est aux agents de I'Aulorit fensifs d t I'ad nl'N chief, si je suis uni dis-
qu'il apportieut d'apprdcier si A l'occa- ciple d'Elisec Rcclus.
sion de I'exercico d'ui culled l'ordre pu- L'eniisignement n'Isl dCone pas cons-
blic a i61 trouble. De lia susbtii uer lilutionneltlencm t libre, p'li'qui g:iace t
l'arbilraire a la loi it n'y a qu'un pas. & ce couli'orim i en iu t n a li I't.xe cice de
J'apparliens par example a uine se te sa liSlj'ri est sublmirdotl e I 0 uIC loi ordi-
protestante don't la foi a._- ilt. procede a:iie qui viendra l'Itouffor. 't puis,
par lnaifkeslalions bruyantes. Q!e je av\ec lI haute sun'veillalnct de l't'1 1 si je
Itr uve uile d'organiser, pour la coni- ne swis piIs lblachlicir 's-lIelirs, on bien
quile des inmes, une < A:'m e du Salul l si ': i' s is pas pouii 'i 1'a'i un lnl gis-
avec musiqut en tdle et baninieres i- Wil cI; ; ltinnirl L quI elcOii, Ie d1'u1l cte lifi-
ployi'es, il esl certain que je vais Iro;i- c;It dl, bc 0nes vies ct miic irs, cl yt'V z vous
bler la conscience et le repos des mil-i que I" )'pi al lleltll de I'lin triiuci'oiti pu-
liers de catholiquce remains qui cons- hiliqiie s'occupceri do nme dilivrer I ;lu-
lili nt notre public. Voici done que :c i! i ion jpralble (d enseigner l'alpha-
I'ordre public aura 1i tIroubl6 et que pj bet A tiles jeuLLes concitoyens o?
n'aurni pas pu exercer libromeni mon
culte Lib ir't6 e doe i- ion
Autrc exempce : J'apparlions a la reli- Ceslt l nome chose poor le d roi de
gion de mres pIres, el je pratique avec s'at:sem tle0r qui o'sl; rien Ilus que licf :
ferveur le culle du Vandou pace qu'il i tixIins ot e droit do s'o.nsm-
est conform a ma loi et que pour dire bi ps liisilement ..... e. n se cof or-
grossier el primilif ii nesl pas moins ut ,s q i v t gi
un culle saivant l'acceplion do mot. Eh ci e de c dril. (Art. ei)
biee malgro la lierl e Al lissceo ton ls Ies ric cc (it I Ini
lR il li [i''iun' dh' Ci ,aril I vnLt lini
culles par l'art. 22, et au lieu de rigle- c en I IMpg po(di II ut O I l e
rniutler cc culte in Vaudol u insi lue (I u' v'Lu di, ciroll terl it're di, position
l'avail dnilleturs proposed n Nlinistre ~e loi non-consi Ili liinolle iendra
clair en c conseil des Secelairesl dLEla. om,, 're 1, p endu rA i ds c n-
une loi inlervieitdra pour p'rhiber ditons teles qu'il ne sir guere com-
culle de mes aleux sous pritexte qui e o so a rillllil (fiu a si c:e
trouble I ordre public. n 's1 p I'r pter de Ia pliie et du b cau
Je ,e suis done pas libre d'exercer l temps.
cult qu.e jo profess.
L.eagislation compare

Liberty de 1'enseignernent Je' vits de passer en revIue Iouiles los
lib ri'e' accord6es on recontlll 's [)ait
Je vons repilet qne parloult ls textes notrie droil public. Cc sonl cclles que
qui pr ilendent cnosacrer une iiberld sonl l'on considire come essenlielle iar'
semd s danicroches: Icequ'clles tienneni au droit nalurel.









44 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

Pourlant nucune d'elles n'est cnliireel c a
franche. Le lgisl-tleur constituant nous 0 (sule
les a m6nagees avec ine lelle parcimnn-
nie, et pris un tel soici de fire pa li- i
ciper les lois ordinaires a leur exercise
que 1'3ii est hien oblige do r'econii:ilre II. De la Nationalit6 d'origine
que dans notre droil public la libe Le jus aficanum soli,
constilne exception et les entraves a la L j se
liboi l la rigl. la nationalite d'origine
II n'en et Ips ps prciseienc a'nsi dan s
les deux DIclarations des droils de
I'hoiiinme dojl les tjdaci.'us ic nor .i I Avant d'aborder I'analyse proprenmnt
Constitution so soul pourilat: inspires. dile de la loi de 1907, il nous imporle
Et encore que les auleurs des DGldi- do po-er' cerlaiines donnees qui con:ri-
ralions, dans bien des c;is, se moii-nt buerontl a reaiii dre plus de litmiere sur
rapporlds a la lhi du soin de comiplier l'obj'et de noltre laude.
leur oeuvre, iis out su loulcuis grotii' .r U'n principle propre'I noire legislation,
qu,'lques liberlIs a l'excrcice desqii's leqwl (,s 'It" 'xise de !843 a 1867 et .a ei
its u'ont apiporle aiCLune rsI'SIr;cliol Ij rt't'ibi en 1889, le jus afric(nlum soli,
condition. domnine toule la inaliree de la naliona-
C'est ainsi ijqe le Idroi ol de mani~:t/e ..l':lt i n;ili. Dans nl dernier nu nlero
sapensde cl ses opinions. soil p:r Ia d( la Revue, nous avons dil qun le ins
voice de la prcs.se, soil ,le louce anice soi iacquii-:'l une prtponlierlanci rnarqij
llmanrlle, le 1l'roit (d: S'0assembler pui.s- du ls les pavy nelufs o01 don't la p iulth-
blement, le lib;e exercise des culles ne tio' est pe'' dense. Cc pliici pe recoit
peuvent dire incr rdis.s (Art. 7) clans le droit haitien acluel une force et
Qn au point tie vue e la liberal tie une extension particulieres.
I'itndust-Cie, n nul goere de travail, de Durani les derni6res ann6es de Saint-
culture, d e commerce le e pet ei;e inler- Domingue et srilout A pa tir di e 1791,
dit Id intduslie des ciloyenls.t (Art. 17) les lies de I'esclava.ge s'6laient resserrds
Celle disposilioi n'txicepte que 'alieua- si etroitenmet, le 10gime colonial Oeait
lion de linlividn. deveni si atrocemcnt ur que beaucoup
Tandis quc d;is notre droil public d'esclaves avaient deserl6 cases, habi-
je ne trouv aiiciin lexet qui ait quelque taI"ons et ateliers. Un grad nombre
rapport avec la libeir6 duL Lontmerce on "avaicnt m61cme quitlll la te:re na;ale
de I'Indusliie. La constitution, a-t-cllu pour des rives qu ils crovaient plus hos-
pr6f'irO sen rinmelte aux lois 0ordi- p lalieres. Lorsque l'itnd(lpendanceeuil, et6
naires di soiii accordedr ou d e no pas Iproc!tmie, Dessalines, devani la depo-
accoider cet;u liber 6'? Je le crois sans piulation du pays, coni('tnenc nieces-
peine. .'etiinds que la liberty du Comi- sire de la guerre sans inerc i ve-
merce, n'elant pas consacr6o par un "uil te finir, avisa i;ux moyens d'ang-
lexle constliluvioniel I, rinl u'empeiieriail iient' r ah quantit6 do sos sujots e', par-
1'Elut d'accapamer le cotnmerce a l itre lli Ies mnsures qu'il prit fa C et et,
de tmonopole --c q ui serait iriilue ci on pent ciIer le decrel, du 14 Janvier
non pas iitcoitililttiouiiil Mais j- trois 1804 (1) qui accordait aux capilaites
aussi que s'il existed uneo louiq ui accrd, de biitiments ainiricains 4.0 gourdes pour
cell liberle, cetle loi ne 1 aurit elfe ch'aique itdividu qu'ils ranii6n raiejtl daus
exclusive d'une parlie du lerrioire par !. 1 pays. Nous doutons quo co dtcrel all
cO (lq'elle serail un 0niome ntlps exclu- )produll i'etel allendt. Maintenuis sous
sive d'l c i det'n c rit do ctoyins. Les la menace perpetnelle d'un retour of-
h:iliels sont eg x divantl la loi.s (Alt.
1' dte la Conslitution.) t) Linstant de Pradines, Lois et Actes,
DENms St-AUDE I, No 6, page 7.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 45


fensif imminent des Francais, nous no Par consequent I'individu n6 en Haiti
pouvions tI. p espd6er voir nos cong6-1 de l'uniou 1kgilime de parents llirangers
nfres iriangers accourir ;i notre appel. don't l'un au moins porle une goutle
Boyer, h la faveur de la paix ddfinitive- do sang africain dans les veins est
mental lablie par 'acie doe '185 iput fa- Haitieu. Issu ie liaisons natlurlles, i;
voriseI I'immigration que sollicit:;i I'ail. est encore Hailien des le premier inis-
44 de la Consiituiiou de 1816. Enfin le plant de sa naissance, a-t-il dle reconnu
pacte couslitulionuel de IS'13 vintl p dis- on non par son pere ou sa mIre dtran-
posa dansson alricle (: Sont hailicens gear's. En vejctu du meme primtipe, I'en-
tous individus i s en Haiti et desccn- 'ant Igitim no on natural dunii H;iilien qui
danl d'Africain on d 1Inlien. ) Cu texte change, de palrie nail Haiiien ei
.-ubsisla jiisqu'en 1867. Ei! 1889, il fill H;aiti, diranger hours d'IIilti. L'enfani, ne
rlabli dains l'ait. .. Soul hailiens : p utl nAilte stranger en llaii que si ses
. tout individual ni en I:Alti d('un phro p[jie el mle., soul te pure race blanche.
( 6(tranger, on, s'il n'est pas reconnu II A quelle epoquce fait il sc placer
t par son pere, do mere .trangorei, pour- pour deierminer la nalionalild trans-
a vu qu'il descende d. lt r:ie ;firn;inea I;ise l'enflutii ?
Le inol ld'Itdiens a dilpamu peu l't t est n, a
'1. 1 esl gin enale ment admis cque I en-
parce que la pralique n'a janais foui- 11 e lt lii na ioa ati, que Fpoesul
ii d'cxemuple d'Idien avre veuiait s' 'lat acquert l; na tionalite que posse
labli lI i. son pere au jour d sa laiss;auce. Choisil'
Sle moment do la conception pou r lixel
Nous devons le rilablissemennt tdu lus la nationalii6, c'esti teuind ouitre me-
alricanumn soli i un elan de connftaltr-, jure la presomniption doe 'alt. 293 (3) du
nil et dte solidarii6 d'nrigine. .lusqu' Ici Code civil. D'ailleurs ce moment est
nous somiimes la setile lrpu blique, eigc oiuveloppd de myslere et nous n'avons
de I'uinivers ab.olutniett lil)be ,'t i1nd6-, coree aucun moyen pour le d6termi-
pendanle. Mailres de leur deslin ne, les ,er. D'aulie iart, 1'enlant n'apparlient
fils de I'Afrique dlabilis eo Haiti evo-1 vteritblement at la vie que du jour de
luent vers la civilisatioti eni fikanut po- sa naissalce : c'esl seulement ce jo(r
niblinet n l ed uri ap pientiss a de la ve quI peul iie choisi aisonnablcmen
polilicqtie et social. IIs ioiiOl Ipolur ihI- comime point de depart des droils et
ses quo cotle liberle el celte inldp ii idnce avanitiges qu'il aura danis la sociUle, car
qu'ils ont paydes de leur sang, mais ils la premiere condition exig6e a leur
en sont fiers "1gilirement come des Ijouissance, c'est I'existence. II n'est lue
biens les plus piecieux qni solenlt sousle juse, en outre, que la filialion deler-
soleil, et, c'est pour les parlager avec nine la nationality d I'enfant d'apris
eux que noire legislaleur fait appel a celle do soI pre : le p-re est seul chef
ses congeneres itr auge'rs alin qute Hal i i1e la famiille, c'est lui qui doit Irans-
continue d'dtre pour la ds -enidance de auetlre son nol), lui qui a 1'administira-
Cliam (( la lerre promise ou elle essayeir lion des bies ; il y a comnmunauti
alibrolment deprouveri soni aptitude a lai d iurelts uentlr luii et son eftaut. Quant
Scivilisation et au government de soi- ;i la fiction In/ans concepts elle ne
(I meme > ( P ) pent 6ire invoilude couture le texte for-
A I'anilyse, deux 61(menls so rI6v- miel e nl Constitution. Telle est la so-
lent coinUltilutifs du jus africanum soli : lilioi rilt;oinllle qui est parloul adop-
deux conditions soni nicesaies et suf- te lorsquo le I ptee est certain, c'e.st-a-
fisaules d'napi's co prinicilCe pour avoir dirie au cas de I'enlfant 1gitimne on de
la qaniita d'H liiien : 1 0 la nissaance l'enfant nalurel reconnu' paut son pere
en Haiti, 20 la descendance africaine. avant sa nerte ; tel aussi est le principe

2) LUger C;invin, Discours h la Consli- 3) Art. 263. L'enfant concu pendant le
tuante de 1889. marriage a pour peie le maria.









46 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

de noire hlgislalion qui parole expressi- rie dujus sanguinis dolt etre Hai'ien I'en
ment de naissance ou emploie le mot fant nd d'nn hailien en Haili on a l'6-
nA de fa5on qu'on ne puisse le con- ranger: c'est done le p6re haitien soul
fondre avec issue. qui engendre des enfanis haiie,)s. Cette
Maintenant, que dWcider a l'6gard de expression tiroile du principle peut elre
1'enfant posthume, c'est-A-dire de celui oppose au sysl6rme absolu mais prefe-
qni est n6 apris le dci6s dc son pore ? rnble, pour plisieurs, de la loi Dubois on
Pour les reasons quo nous venons de du Code civil ( art. 13).
donner, nous pensions que I'enfant dlgi- En effe'l, le Code civil s'exprime
time doit avoir In national il de son :insi : a Toul individu n6 en Hailj,
ptrp ani jour du (dlies de celiii-i ; a ou en pays dtrnnger, d -'ln Ilhilien on
d'aiileur, c'est de son piei quo n'nfant d'nnn Halienn, st Ilili.n. C'elail
herieo dnns la gO n(rnlild des s e lsas doils I'appliealion dn jus snnguinis d;ons toute
et avant; ges dont il jnuit rians la vie. s; rigncur : it sul'isait que l'un des pro-
L'enofanl nalurel suil en principo le sla crtalouis fil lien pour donner nais-
lut de sa moire, i moins que, avant h s;ilnce i un htailien.
mort de son p're, il n'ait 616 l'objel Coiifirm'.iinent a cello disposition I'ar-
d'une reco:nnaissance prematuree de la cle ( die la Ioi du 30) octobre 180G.
part de cel i-ci. sur le nomiaage entro Hailieis, et 6-
Ces notions eOlblies, obordons I'lude ltingers lisail ( Les enfints qui iai-
de la !oi, tronti d( ma;rinio d'une h O;i'inne avec


III. Dcs Hlai'/iens de naissance.
D'ap'os l'nrlicle e"r de la !oi,
a I qnnlile d H;iioN!i n"n'quiert par
Sla i n is:i nce. par In nnltralisation el
a par l' fiive1 p hp(ciale de l, loi. >
I)Dns qiels c:is e-t-on IIDtien par le
fail de i: nnissance ?
I .', rl r'pond:
a Sent I iiWiins par la naissance.
I l 0 T'oul indivirld na en Haili ou
< nillours do peroe lih ilien :
( 9 Tron indlividu iii'. ganlcmenl on
11 I-lHili niu ( soan< !r' rioi innc l nalr son pt re
a 30 Titi individu n A on Haiti de
t p[ o ti' mIrl ,g r. on, s'il n'est jas recoln-
<( till a: son p no', do d irte trir igeroe,
f pIionrv!i qu'il li'sreni!d' de In race ifri-
Scailne. i, a qui'!il( d'1i ailiioln aiusi ac-
< q(iis0 iin poul 0'rTe eliev e jiar la re-
# i connaissance ullrieure dun p\ie eiran-
( ger. )
a So l anii i II lniiens lous cec x qui
e jpislfi ce jour out M61 reconnns co0m-
< m" tels. ,)
1. Jins sanguinis. Enfanis de pere
haniien.
Le !Ir Wlii a: de ': rlicle 2 cst tLne
corsierialioa du jus sanguinis
En thhse gdndrale et snivan' la 1lhdo-


4 u1n tranlgir on d(e Iclrs liaisons naltu-
( relles srlint ,sse ,taiil im e tl h:'liells)a .
La loi cotservail s'; Wi[(o ali Ai I I'ilien
ne qtuis'iilniSHl !in (i anig('r.La Conslila-
lion de 1879i, don iini l uii e (onse lalion
iolcnnelle A l'arlicle l: dun Code civil en
(il soni article ;ulinei I, 'ia s elle in-
Iroid isil dans noire 10gi idlalionu n pri,-
cipe lqu i d, ail lesl eii nire l; porlte de
soil art. :1.
Elel dciida qne ndi'sornmais la flemme
hnltienn.e niiaide A ii ii raiigir perdrnait
sa qualil d lm nuirellie. C ille dis)posiion
dcv;iil no ns InlevT'r niii )on Inoiibl re de
ctloyelns, caIr les (-lfai is-us do I'anion
td'ine h1liinriie ,l d'lun dlranger ne
naissaient plus ]'iirne laieiic nie i uii'Jnt
le Code civil. A la C inisiliin t, e 188 ,
il avait 0le que mioii d. i(la!lir Nl sysli-
ino de la lhi Duli). Deo., dipu(ils peu
reiseignes se ti oni\reii pour laxer
cctli joi d'iininm orl lile '1 d eclarer queene
!'adoplion do ses p lincipes ni pourrait
ee f:iiir qiu' I'eir'ontre il Code ci-
vil (!'.?) qui dil fn'iirlleni ul que !;!foem -
ine suit la tnidi!ini do son mari. a
S;ians vouloir 0exlinillr des a present Io
bieu fold6 d'une tIlle opinion, nous
Nivouons a';voir pas ironve, an chapilre
VI de 1la li sur le ialriage Ie Iexlo qui
lii seri d'argument. Le redaclcur de
1881 a siniplement reproduit en I'ar-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 47


tide 5 du pace fundamental les clhau- I ailleurs de mirre hailienne sans dtre
gemenis faits en 1879. a reconuu par son pere. a La mire seule
Une observation est i faire. conslitue la famille d'un tel individu;
Ss empire do la loi I)ubois, Ien il n'y a de lions lganx qu'eutre la mire
Sa ous l pi~ra loI Feunfn t e l'Fexclusion du pere qui, en
fant d, l' ;trang cr naissaul essenlielle- el l'enf. mt'5 l'exelusio n du pore qui, en
fanlt d rangr naissani i essenlie- la circonstance nous pouvous Ic dire,
meril heail ien it oslai un puivle oe I n'existe pas ; seule done la mire peut
priciable il avait l succession deio so
~sa n le cd;~do kclumuiciquer une naltionali6 A sou enu-
sa mire le droil de propridet iinmo- 1 fan NIM~lne a cas oil I'enfaul serait nd
bilie refhusi l'61rungele r elt i o selvc ex s d'IIsifti ct rde ain par tine Iis-
ctnivement au na io al i. Le dmit non- l l O, il rai 'uc
Si Lion cirange, I fauildrai encore lui
vei, ,v" todlini~ l h:t Pg lalin an l uapplillner la nlion;alite die d a in re. V;.rai-
rieure a roimpi ( I' lit doe 11 nation litle s blablo clle-ci dolt rv l
tr entire les fils 116s avant '188y P s s b lsl nir
tils ana diopwais ,). Cvx-ci naissait Q' Inn son0 pays Datal ; en oultre, la coin1l1u-
inaule tde nalionalild lui p e'nelltra plus
gors, en principle, sonl inhallihs it :voi air u de i'eIpi r aupri tie son plLs
le droit do propriele foncritr et so
trouveil par eon .ml e iOts is 6 ie L 0 r6 le que la natlie et la loi lui im-
Irouvenl par conscniua t (larn s u!i 1 1 ,
d'iufleiorile vis i-vis d( lears nain s. I .: poseifan
igu uiir de co to l.coneqLenill esl le',n- i ant doit uotis xanicio ns la si u-
pdide t )e pae it par .ip ,l/icnu;ili ton peuit avoid Itb6ci lici6 do'uio itcoil-
peree en p i par le c n nisiauce ullctrieur do ison pire, qcluile
soli qui, avee ,a qualil' d'hailiOn.al riue est la solulio ii i adolpter i
la propridbl terrienne n I' enfant de 1'- Le pi re est-il hi i ie aa opcon is'-
L'traite r. sance ne produil, aucun eiffet nouveau
I.orsque l' nf;nt de 1'HaioKi, eo cs no ,n u n la ionaiilo ptuisqcue !'c.unt
Hili, atICtill lotte, OtlOlillO coleothiiton n
HnAo i, aucun do e, ,ci te conleslatii jouit dtji du W pivilgn essc ulicl que act
in peti3 vtiil s el ver n im sujctl dio do qi- acle dovrait lIi con eder. Le p6re cst-il
lih mn is si 1enf l est ai hours I'H ci, Iangel celto reconnaissaiice lardive
la lh'I islalion td pi; s o il a vu hle jour est eI ort dpourvue d'acion sur le
peu,: Il Ietc uier o vvec a mI nojt ll insi s tI- t u person l t d 1'en1 a t ; le t'xte
se, la niile e oce quc la oire mle a le consllulioinl ayant dcij i appliqid
nation:dli.cr, ld'cu conlli onire le jussoli col pi' iqu dan s leaie m1h alme, do
el ie jus sanguinis, Dins ce cas encolrie sole quo la Veru el est 6luic6',
l'enfani est lhitien. Outre que le lexte I la silt ation d jita ddtecimini o resale
conslilulionnel esi cat6gori(ue, la raison u jli ique en t ddfinitive (1) ct il no
et lajusticeaussi bien que l'intdert de 1'en- P ri t d d pait icli( r de i
fanilinilfxonlutcon0une sien lesl;aidl de son 1 )(1 tn parLiculiie do
n tt Nuns e sciv un le, sh t de ilnlodifier uin tdia crid par lIa constitulioo.
p~ire. Nous ie pouvous nous laissicr e-ii Le counUtluanl de 188) n'avail pas on-
lever Uin ciloyCe par I'fflet dun visage c elle h ypolhso ct ses cons6-
voya;tge li1)01i51suvi te rosi Ihincc p1 Iius on o
voyage m t"me suivi de resiooince plus ou queuces la Inl itire 6ait done libre et
moius proliung, cesl.a-dire quelqueloRis issde a jg mnt du commIntloeur.
par le pur cAp ice du hazard. Qianl Le legislatcur do 1907 coibla cello 1,-
bien meme la laoi dlrauere liomlrail cune, Iiis, soit inadverlance, soit I!c-
l'idivid en quso otn po r trager! praise sur la poree des texlts, au lieu
avec Iacullt d opiionl, il l'o serait aside plIactr la nouvlle disposition la
moims hailiei, lint qu'il lii'aur.it p r lsuiit du second alinh a de l'articilo il
for1mnellemhenl prdu celleqto ualile par un a.joula au Iroisiime e0n ces [erines : < La
chalgemenlt de natiioalikl. a q ulil d'llaiticn ainsi acquise in peut
2 Enlants naluls non reconnus adice r enleve par la reconnaissance ul-
I.e second alinia doe 'atlicle 2 rije' -
la silHalion de l'enfao l nalurel non. r0e-i (i) Louis Borno, notes sur la constitution
connu par son pere. Est hai:icn : Tout de 889, Revue de la Societd de L6gislation,
4 individu 06 dgaleine lln en II;lti ou ars 1903.










48 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

< tlrieure du pere Alranger ,. Mise ainsi 3o Tout individu n6 en Haili et des-
sous I'alinda 3, celte addition a lout au cendat d'Africain.
plus la valeur d'uie explication el d'une Le 3i, alinda le 1'article 2 conslilue un
explication qii, en fail, n'explique rien, vWiitable empidlement sur la volont6 de
aucun doulte n'dlant possible en pre- I'lldriess6. Nous ie pouvons nous ap-
sence des lermes de eel alinia 3. Ce proprier Aini on indiv du en vcrlu du
dernier fexle repose sur one acception seul faith de sa naissance ; lot au plus
de couleur alors que l'alinda 2, excluant devons-nons li facililer I'acces a no-
cet attribul secondaire, a trait la lmre Icre nal omiilitl on le reconnaitre Haitien
ha'iliennc qui peul. trie blanc e, no:re socs la condition risoluloire d'une op-
on jauno ; nous pouvons dire qu'enlro lion Ia so imajoriti, inais 1o reproche s'a -
ces deix dispositions ii y a une dille- dres v i bii n d'autres que le ldgislaleur
rence de genre it espece. hailien.
S. Celle diposilinn faite plou6t pour nous
3 Descendanlts d'Aficain allirelr dies diffi:ullis devait, dans la pra-
Est Hltilien par la naissance, pursuit tilne, s'ipil.iqucr surlout aux habitants
1'arliclo 2. alinia 3 : a Tool individu deis Antill.s qui vienn-nt oen ground nom-
k( nt en Haili de pere -rianger ou, s'il bre se lixer chcz nous. Jisqu';i present
q n'est pas reconni palr son pre, de cog;l',i enl rs ont ru'isle aux appeals
Smere el aO!gig;e. pourvii qu'il descende rcite6rs qt q nimous lour avons adresses et
Sde la race fricaiine. )) ils trouvent plus d'avantage a rester
C'es exessl I siri i c:rli[illtionnelle du c~n'igecrs outi en ji, ui-s init l'occisioni
principle do jus anfiicn ni soli qoueq nous di c'l;ias p iili es rdserves aux souls
avon, examine anu colEnnrllllcemL1nl. Ainsi Inatiolnaux.
que nons ';Fvon vu, c rtilacteir En co de 1907 a njotuld a co paragraphet M. Jusliii Di)xvol ocrit ce qui suil : As-
Ia disposition sulv:nile : o La quality similar At l'H ii'n d'ourigii l'in lividui de
( d'Hdilieii aiisai acquiso no pent etre sang nfri nI quli. i Wdaos n'iimpoile quel-
a< enlevie par li recu iaissanco ulltri.eure ls cii (c .illailllcs, mni'nlt pendiatit un
a du p'roe dlrioger.n courl c.i r t scs parents Ir my rI',
Jnoil l n Haiti, e'esl caller trop loin el. dd-
Jugement sur l'art. 3 de la passer In li:niile ds gaianlies riclames
consiiliuioa par I'Elt cnmti; lo vaigboidage inter-
L'article 3 de la conslitut on a meri- naItionl n. (I) L'articlc 3 a lne trop
td6 le vivrs critiques aunt a cn',us do sna graind(.o Wuco de pr(heonsi)o el on carac-
redaclion qu'A c.itse du principo dou jus lcre absol!'i q'i, a cauce dle nolre faibles-
af)'ircnm soli. >i) sc, ne m pel q'.i'wlie danigernlx. Les !ra-
D'aplIs ce prinucipe, l'Pnfant Ilgilime \'ux |pit ;p l.Ioires do in Coisflituiion
aus.ii bil qu(ie I'cn:filt naliu el ml me mi'ont re tt (i'i ce. arlicle a i' iRtabli sur
non reconnu par sa m1/'(ne,csl lh;ilion s'il a uine r..i.-,ont de svi limeni, ti jus africa-
du saig il'ricain. e nw-imbIle d( plhrase : Iium soli (a'lal consilei d siiaitl La Ira-
Spourvut qu'il desc inide ie la race af'i- dilioi couini Hil lienfait i I'adirsse des
a cain e, senmblel ilrW en opposiliot ii ect descenrl;ai'ts d';ifricaius iu d'Indiens.
aulit : v on s'il n'est ipas recontn1 par icL sysicine du jus soli dcriv, g6ndra-
son pQre P, ce qni pounrraiit fire peser mcut diu b soin qu'ep uvlnti hs Eltls
que( l' lifanl descenda!r t d'a'!'icn in qui a peni 'vroils sons It rapport de 1; po-
cdi ricontiu pir smon pirTe ranger n'esl pn!Ilioit d'auigmentcr le nomlbre d Iciirs
pas hal ion ; one lle opinion serait er- sujels nilns 1: inlti l. dcoonomiquIP. Blien
ronee. ;La conclusion est idenliqon, (que (iqu'il ipoisso iegeijndrer di'innobiablaes
l'enfanil il on n on recconru par soi conflil< Ia s los 1;gislations (qui F'on pro-
m re on par son peree l it angr. C exo doinir It jus sanguinis, ce priticipe ri -
ctnl i'16 plus clair ainsi formula : E'st a- --a
hailieln (1) Justin Divot, loc. cit.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 49


pond trop A notre inierit politique pour En consequence, I' nfant d'nn agent
que nous le rejections. 1ais ici plus que diplomatique nd en [[aili serait consi-
parloul, nous devons apporler un tem- ddrd come ayanl vu 'n jour dans le pays
pdranienl a la rigueur des principles, que reprisente son pere.
corriger leur arbitraire par des reserves L'analyse de la fiction de l'exlerrilo-
que la pratique miime nous indique et rialiid permneltrait de repousser uie tell
nous conseille. La securild national ps! solution. Celle Petion, reconnue senle-
sans doute la base la plus solid du sys- mei 0 pou. asseoir le -fLndement de I in-
time territorial, iais cell bise in'offr violabiilil diplinalique, a tln carcletre
de r sist a n c e qu'autant qne et ssiliellemcIli, rxclu -ivemelrnt pulttique.
nous nous apdliiuions nous-mdmes a iEll:, proltge les agents il'Iune pwis-i nce
dtre les artisans de noire evolution so- u ,niquemenet coming repr6seclans de cette
ciale, les ouvriers du progr6s national, puissance : ele n',st done pas cause,
par le dtploiement et la mise ei action mais efel,et ne peut avoir qtue Ilds ap!,lli-
de nos energies vilales. cationesresteintes au seul exercise de la
Le jour oit se fera la revision dr la lfonciion diplomn:itiqcuL. C'eot lpoiirquli,
Conslilulion.nous sonhailons qu'oni allege s,0lon nous 10 lieu cd unaiO.sncC di I'en-
le pace tIndamnial ide loutes les dispo- ; ant d'n agint diplem:rliquc doit ive
silions concernant la nationalild e qu on dd(e mind conformAientri la ialild dos
rctitblisse les articles abrogds de la loi cihoss el ne pe: dire co=isidi'r cminne
Dubo s ( sauf 'at cle 1 devenu i lnuilc): siliu en terre 6elaigelc.. Ci'lle coinclsion
ce soer un retour en arriere, mais n!us-, es en prlfait a;cconr avec le Iexte iab-
si ce sera in d!e ces recuts qnI'on 1 solu do la L nslilulion iqu i diC; tu Iaus
peut s'c(,mpercer d'napeler progr6s. preserve, H;iilien par In naissance :
Enlants d'Ageti diplomalique. Un ca'q Tout individu Hd n Haiti de pere
exceptional so raitachanit a 'aliVea 3 unger, pourou qu'l) descinde he la
de 1'irlicl "2 mdri de rrltenir l'al ntiioti l r, ce al/icaine.nU) le Iois !euniu s l.s deux
parie qu'il offre qielque in lel. co,.iditions de niissance en Hait i el de
Ce cau s est relalif ; I'enifan d'un agenl I 'desc(.endance a;iicoiine, la q(u:li'6 l''1 i-
diploiiaiique acci dild en Haiti et des- lii, s'impose sans nuune uxcelptio car
cend inl d'Af ricain. I n Con.slitultion n'a pIs ;-vu d'exceplion.
L'sprit de la loi aussi hien que, sa (Cetl opinion est dgalemeni aldople par
letire vent iu', cel idlividul soit Hailien: lla im jorild des auleo rs franc;is (nonisul-
mais u11on s seiilons qu'uuiie lello solllio ., :t Pandecles fhanc aises, D)roils civil,
sould[-n;ble, jse 0 ni nolre droil,est inac- )6).
e laptbl!e en fail, et ique pour une fois, la
Coinsiliil.oni doit ilchir levant un pid- l Dans la pratique, la couisquencce a la-
lendt priicipe qni n'a de force que mpar- quele nous soinites amend I se ta i as
ce qu'il est Ai ce- .-;ic ; cerlaines fins i sul Ivi ia' re 1ti'] l r 1 01 l s fictiulls sur
qut i'e.t ,ien moins qu'uui e suI ilite, l ISquelles r'1 po 't 111 I-ii s th lc ie et
juridique v, nous voulnl s parlor de r'ex-: n obser er la co lt Oisd e internatio-
territ i alie. nale, source de lant de ifanv urs ndces-
Celle fiction, exceptionn laI regle gd- salIres
rale que I'lrainger ei place d s si per oue is si l'enf;int d'lin ,i., l diplo-
sonne el dans ses liens sons l'au!,riL ilalique, excipaul de la sjQo:-.ion cons-
des lois lerritoriales, cetle fiction, (lison.- lillionunelle, si.' tfi' ail iad elltre. cronl le
no1i, convre les agents qu'i eplri'senleiinl liatien demandail ai jouit des prrdgP-
un Elat en pays 0triang. r et s'etind i lives, a supporter les cliarge, i;l hitenlies
leur lhu ille. En v.irtl de l'exlerritoria- A celte qualie, ancun obslac'c nie de-
lili, ces personnel sonil cns( cs, ins ln, e vT'ail inouis euin1 cherl i de 1'. ccucilir conm-
loin de hlis EIla!1, se irouver encore siu me in tre : ici, Ie resp ct de la fiction se-
le letriloiu e national coiume s'ils avaient raiil annihilh iar 1'exprec sion d'une vo-
pu transporeir leur parie avec eux. lonl contraire.










50 REVUE IE LA SOCIETE DE LEGISLATION

Convention anglo--haitienne radicalemenl nulle. La Conslilulion
de 1906. nyant cre une certain situation, ayant
fixN un principle, aucun Iraild, aucune
L'article 3 de la Constitulion, a cause decision idgislative ne saurail avoir la
de son extension presque sans limiles, veril d'y dcroger. Aussi bieu, la Con-
de la folce de lprhension quasi absolute vention de 106 demure ddnnue de Loute
du jus (ifricanunt soli, ne devait pas fo;ce et en cas de contest alion les Iribu-
manqu01r Ild'mouvoir les puissauces naux ne pourraient que la considirer
dliangires. Plus sou ieuse qu'aucune nu- conmme inexislanle, anux ternes de I'arlicle
tre do relenir dans i's liens de sa snj 0 147 do la Conslilution.
lion !'s inlividlus quuilui appai liennent Qu loje ItImps ; prs sr sa proinulgation,
en verin d('ui cause( quicoqiue, a la n Covention fut dcinoncde jr hI Gou-
Grande Brelagno essavya do fire vIloir verni'ieni Brilanliique sous ] alligalion
ses drois a I'enconille des prescriplicnns qu'clle dlil conlrair Li un Acl piidcdent
de noire pa;cl fludainenlal. En vue d'oel- reinonlant a un certain ilnboilci de 11us-
vier aux inconvinielils donl le principle Ires. COt.o raison.inoi;drie qn'un iprlcxte,
se iroiie dan la C *nsiitulion, il ful n'A tit gudre admissible, la Convetion
concl en 19.) i une Conventiion pour le ayant ele rdguieirmcinml, \ailabl'incil ra-
ri.lemen diie /a question de natioordlitf I fie par le Parlemen!,a a; IautanWi d'au-
des uiijeis britnniqueiis et des citooens lorild que O'iiporli qucll decision
hoiliens sur," hs riloires de iun e de Omande d u nmine pouvoi et devail iiii-
I'anire Pags, dol vici les pinles p eiipls I element avoir pour consdqueiquce de mo-
dispoj lions. diier l'Alc en question dais ce qu'ilau-
cArt. I.- Les pprsonnes d'origine Bri- rail de contraire a mla iure ldgilative
taninique nees enll aiti depuis la mise en. sub0secuene,
vigieur do la Constilniion de 1889 et De noire c6'd, nous avions nne slide
dont la nalionalile est fixie par I'arlic rv ison de d i:onlcer aussi l; Conv\enlion,
3' de cilee Conslilulio;i seront conside- mais quoilquc- la Grande Brelagre en ait
rde conune ciioyens Hailieiis landis qu'cl- pris l'in liitive depuis 19t8, lnou- in sa-
les resident dans la Hpnblique. chions pas que ie Cor.s L gista if ait
Art. I1.- Les perionnes d'origine did encore saisi de la question.
Hailienie ides en lerriloire Briianniqoue
seront considrdes coniun sujeis Biil;in- EI D LAILORITE.
niqueL' landis qu'elles resident dans ls (A suite)
possessions Britlunniques.
Art. Ill.-- Le (Gonverrnnmen de Sa MIt- (1) Article 147.- Les Iribunaux doivent
jester Britanniqui consent a ni pas accor- reluser id'app iquer one loi inconstitu-
der la pirolection dipllomnliquoe aux sujelt tionnelle....
Brilanniqnus d'irigine haitiinne rd:-,idanil -
dants la ipnhubliqlie, pourvu que ces per-
sonnes sie-rt considirdes conmme iiloyens CL3 I;''-7. I'ED'1'
Ilailiens conlormimn'l n IIt ux lois en vi- :
guper dans la H epublique. Pour 1e N!::.r FlIC'.I
Celle Convenliin (lablissait une v ii- j
table anoln~lie juiiiqiiqe. Son effit iLm- DES CONFLITS INTER7NATI\OVAUX
indiat tail de poici a l'dgard des in- (Suite)
diviilus visds le grinme d'une double na-
tionalitd don't I'nne strait seulernenl en
suspense dlans cerilins cas. Des observn- Art. 17. En vue de faciliter 1 institution
ticns inrilcraient d'd tre faitLs dgalemeni et le fonctionnement des Commissions in-
au point de vue e la forme, mais celternationales d'enquete, les Puissances si-
inest plus nices~aire, gnataires recommandent les rdgles suivantes
Suivani notre droil, la Convenioeln esli qui seront applicable i la procedure d'en-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 5t


queoe en tant qne les Parties n'adopteront teriitoired'une tierce Puissance contractante
pas d'autres reglcs. I Commission s'adresser directement an
Art. 18. La Commission rgglera les d6- Gouvernement de cette Puissance. II en
tails de la procedure non prevus dans la sera de meme s'il s'agit de faire proceder
convention 'sp6ciale d'enqu6te ou dans la sur place a l'6tablissement de tous moyens
pr6sente Convention, et proc6dera A toutes de preuve.
les formalities que comporte administration Art. v25. Les requires adressees a cet effet
des preuves. seront ex6cuties suivant les moyens dent [a
Art. 19. L'enqu6ie a lieu coutradictoi- Puissance requise dispose d'apres sa legisla-
rement. tion interieure. Elles ne peuvent etre refu-
Aux dates prevues, chaque Partie con- sees que si cette Puissance les judges de na-
munique a la commissionn et a I'autre ture a porter atteinte a sa souverainete ou a
Partie les exposes des faits, s'il y a lieu, sa security.
et, dans tous les cas, les actes, pieces et La Commission aura aussi toujours la
documents qu'clle judge utiles i la ddcou- faculty de recourir a l'intermbdiaire de la
verte de la veritr, ainsi que la listed des I'uissance sur le territoire de laquelle elle a
tdmoins et experts qu'elle desire fair en- son siege.
tendre. Art. 25. Les temoins et experts sont
Art. 20. La Conmisson a la faculty, appeals i la requcte des Parties ou d'oftice
avec l'assentiment des Parties en litige de par la Commission, et, dant tous les cas,
se transporter momentaniment sur les par l'intermediaire du Gouvernement de
lieux oui elle juge utile de recourir i ce l' tat sur Ie territoire duquel ils se trouvent.
moyen information ou d'y de!iguer ull I.es t6moins sont entendus, successive-
ou p)lusieurs de ses membrei. L'auorisatio i, ancient er sipariment, en presence des agents
de I'Etat sur le territoire diuquile ii d1it itreu ct des conseils et daris un .irdre a fixer par
procede a cette information devra tre, a (;omminssion.
obtenue. Art. 2 i L'interorogatoire des tmoins est
Art 21. Toules contertations matiricllcs cond uit par Ie Prisident.
et routes visits des lieux doivent itre faires Lus lcembres de li Comnmission peuvent
en presence des agents et con.cils des nii.amoiles poser a chaque timoin les
Parties ou eux ditment appelds. questions quils croient convenables pour
Art. 22. l.a (Commission a le doii de claircir ou completersa deposition, ou pour
solliciter de 'une ou I'autre 'artie tclles :e renseigner sur tout ce qui concern le ti-
explications ou informations qu'elle juge moii dant Ies limits necessaires a la mani-
utiles. station de la v6rite.
Art. :21. Les Puissances en litige s'cn- Les agents et conseils des Parties ne pcu
agent i fournir L la C(ommission ini;tr-, vent interrron;pre le itmoin dans sa
national d'enqucte, dans la plus large deposition, ni lui fire aucune interpellation
measure qu'elles jugeron possible, tous les diecte, mais peuvent demanded au lPreii-
moyens et toutes les faciliid n&cesaires pourt dent de poser au temoin tells questions
la connaissauce complete et l'appreciation comiplimciitaires qu i!s jugent uti es.
exacte des faits en question. Ait. 2. Le tmoin doit diposer sans
Elles s'engagent a user des moyens doit qu'til li s'it pcrmis de lire aiucun project
elles disposent d'apris leur legislation &cit T outefois, il peut etre autorisi par le
intericure, pour assurer la comparucion des Pri'sidcnt a s'aider de notes ou documents
temoins ou experts se trouvant sur leur si la natLure des faits rapportes en riccssite
territoire et cites deva it la Commission. l'ceiploi.
Si ceux-ci ne peuvent comparaitre de- Ai t. Proces-verbal de la deposition
vant la Commission, elles front procider du timoin est dress seance lenanre et lec-
a leur audition devant leurs autoritr s ture en est domn:e au tImncin. Le temoin
comp6etentes; peut y fire tells changements et additions
Art 24. Pour toutes les notifications que bon lui semble et qui scront consignds
que la Commission aurait a faire sur le 5 la suite de sa deposition.









PEVUE DE LA SOCIITIE DE LEGISLATION


Le lecture faite au temoin de l'ensemble
de sa deposition, le t6moin est requis de
signer.
Art. 29. Les agents, sont autoris6s, au
course ou a la fin de l'enquete, A presenter
par ecrit a la Commission et A I'autre Partie
tels dires, requisitions ou resume de fait
qu'ils jugent utiles a la d6couverte de la
ve'ite.
Art. 3o. Les deliberations de la Comis-
sion ont lieu i huis clos et restent secretes.
Toute decision est prise a la majority des
membres de la Commission.
Le refus d'un membre de prendre part
au vote doit 6tre constate dans le procas-
verbal.
Art. 31. Les seances de la Commission
nesont pas publiques et les proces-verbaux
et documents de l'enquete ne sont rendus
publics qu'en vertu d'une decision de la
Commission, prise avec l'assentiment des
Parties.
Art. 32. Les Parties ayant present tous
les 6claircissements et preuves.tous les te-
moins ayant Rt& entendns, le President
pronounce la cloture de I'enquete et la


Commission s'ajourne pour ddlibdreret redi-
ger son rapport.
Art. 33 Le rapport de la Commission
international d'enquete est adopt ia la
majority des voix et sign par tous les
membres de la Commission.
Si un des membres refuse de signer,
mention en est faite; le rapport reste
neanmoins valuable.
Art. 34. Le rapport de la Commission
international d'enquite est nl en seance
publique, les agents et conseils des Parties
presents ou dOment appel6s.
Un exemplaire du rapport est remis A
chaque Partie.
Art. 35. Le rapport de la Commission
international d'enquite, limited la
constatation des faits, n'a nullement le
caractere d'une sentence arbitrale. II laisse
aux Puissances en litige une entire liberty
pour la suite a donner a cette constata-
tion.
Art. 36. Chaque Partie support ses pro-
pres frais et une part gale des frais de la
Commission.


Imprimerie H. Amblard, 136, Rue du Centre, 136.









20e ANNKE, NIt IO.
~'SN NNNNN'' NN NNNN NNNN.\'.`


PORT-AU-PRINCE JANVIER 1912.
N N ', N' Nu\\`\~\~\~~.\ i~i NNN ~iNX'N

REVUE

DE LA

SSOCIE) DTS ~E LE G-I ZsATIO T
-------............ .............................................

ourqiuoi !a guierre aloTurque ? 7 de Marlino, charge d'affaires
l r tConstanlinople, la d6pche suivnie qu'Hiil
a communiquee aussi ;au clhargi d' it'aires
oltoman a Rome :
Depuis la fin du mois de seoltmbre, Pendaut une longue sdie d'Uannes, le
I'Europe et l'Oripnt, les tLernels adver- gouvernement ita.tin i 'a j:nmais cssi de
saicrs, sont de nouveau aux prises par 'aire conslaler a la Porte la ndcessilu ab-
la brusque declaralion de guerre laile par solue que i'dlal de d'sorde c'at abandonn
i'Italie a I;i juni Turquie. lans lequel la 'ripolilnine c t la Cyrd-
Sans rien ten'er sdrieuseme n pour naique sont laissdes pa la Ta lAruie
arrelnr les ni-., d sasr 'unx u lulled e ,onne fin et que cCs er''ions s ii'.l (ni-
qu'elle rechcrchait, onbliant les senti- lin advises A b6eiecier di's nl mi c iro-
meints pacifiquies e humanitaires pr"co- gr's ralkis6s par les autres parils do
nisA s par elie avec taut de chalcur aux I'A!rique sep'eulrionale.
deux conferences Intcrnationales dle la Cate Irausiformatiou, qu'inmp. Par
pai, de 1899 et de 1907, I'ITalie, chAm- les ixigeuces gnhirais, la civilisation,
pion ardent de I'arbitrage obll_ .1 ire, ooustlit pour ce qui conceriie i' liie
a provoquo une eflusion de sang qui un1 inirel'i vital, de tout premier Ior i' e,
doit avoir deja plonge dans le deuil des i raison de la l'ible distance s.ai.amit
milliers de families ces contrdes des c6tes ilaliennes.
Cltle effusion de sang se j',il A --ellce ? .ialgre l'attitude teuue par 10 gouver-
Nous livrois au leclter imparlial le Il-xlW niiient ilalieni, qui a toujours ccLti'd6
de I Ultimalum de I'lalic el cl doi dti loyalcinent son .'ippui nu gouvi 'e in e e
response de la Sublime Poirti Piisse-t-il i!mpirial dans les diffirenits qluelions
penser conuin nuilns, que do s;im I ip s ito;liiiqiu.' da ces derlic's U tips, iii Ai
quesl io s d'inidic'l icon hoi.iquJCe eu Ti'i- la inoddialion e in paotiice dl.i to
polilainie et on Cyi naiquie p o mi 'iii lienl! gouvelrinement ilalien a fail prcut': jii;;.
pas une g reg qui au'ai n "i pii avoit ow q ici, aom seidlnent ses vues ui swjSt
(efetl la i uptlu e do l'Nquiiibre eoinuo .', do la Triipoiitaiie ont i60 n' alumes
Puisse-i-il y voir quc leinC) tis into con- par le gouverineint imIprial, mi.-, c
ciliat;les d'une puissani fail;! n'en .A'.l qui plis e'st, lute entr'piris e a : part
pas En ji'u qiuI;nil a soaWu I'hlle:cl:I doi la tdes alinp.s dans lis regions s a-ien-
force bruiale, I'ihure ou sonimbi'ret Is lionnees s'est constammenit hlir-i'e ar
pricipecs de justice, do civilisatica cT ipposiion sys,,i-!aiique la p. s ,pi;;i-
d'humr anite. Ire et la plus iijiislifiie.
ABE L N. L EJl 1 I.' gouvernenmft itiip rial. q!li avani
'15 ddcembre 1911 aussi I.'i', ..- jusqul' present mm hoss-
;li'il cru tshoii e envers lWae A N i" leg-
A lime ilalienne en Tripolitaine (cl iin Cy-
AnC n rail ine, a lout rdec-emiieni, par uel
d-dmarche de la dernicre heurc, p yipoe
L'Ultimat',m de 1'Italie aan gouvernemen! rI al di'e; vn'i ., ;e
entente, se d6clarant dispose it accorder
Le marquis di San Giuliano, ministry "oute concession iconomique compatible
des affaires dtiang&res de 1'Italie, a adres- avec le, traits en vigueur, ainsi qu'avec
s6, dans la nuit du 26 au 27 septembre, la dignity et les int6rets de la Turquie.









53 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

1Mais le gouvernement royal ne se l'ordre de demander une reponse pd-
croit plus en measure d'entamer A 1'heure remploire A ce sujet de la part du gou-
qu'il est, de semblables n6gociations don't vernement ottoman, dans le ddlai de
l'experience du passe a demoutrd I'inuti- vingl-quatre heures de presentation A la
lilt, et qui, loin de conslituer une ga- Porte du present document.
rantie pour l'avenir, ne sauraient que A difaut de quoi le gouvernement ita-
determiner uue cause permanent de lien se verra dans la nkcessit6 de prc-
froissemenis et de conftits. ceder A la rdalisation immndiale des
D'autre part, les informations que le measures deslindes L assurer l'occupa-
gouvernement royal regoil do ses agents tion.
consulaires on Tripolitaineet en Cyrd- Veuillez ajouler que la reponse de la
naique y repr6sentent la situation comme Porte, dans les lermes snsdits de ving -
exitrmement grave, A cause de I'agitation quatre heures, doil nous 1ire communi-
rignant centre les sujets italiens, et quee aussi par l'interm&diaire de l'am-
qui est provoquie de facon plus qu'd- bassade de Turquie i Rome.
vidente par les officers et les autres
organs de l'aulorili. Sign6 : SAN GInLIANO.
Celte agitation constitue un danger
imminent non seulemen! pour ls sujets La R6ponse turque a
italiens mais aussi pour les 6lrangers de 1'Ultimatum
touted nationality, qui. jumlementl mus el
inquiels pour' leunr sicrit6. ont conm- L'ambassade royale connail parfaile-
menced s'embarquer quiltant sans delai month les circonslances qui n'ont pas
la Tripolilaine. perinis A la Tripolitaine el a i i Cyrenai-
L'arrivce a Tripoli de transports mili- que de so developper dans la measure
faires ottomans, sur l'envoi desquels Ie souhaile. Un examen impartial des cho-
gouvernement royal n'avait pas manque scs eunfil, en effel, a dlablir que le gou-
de faire remarquer prealablement au vernemeit consiilutionnel ottoman ne
gouvernement ottoman les s6ri-uses saurait 6tre pris a parties du faith d'une
consequences, ne pouira qu'aggraver la situation qui est l'oeuvre de l'ancien rd-
situation, et impose au gouvernement gitme Ceci posd, la Sublime-Porte, en
royal l'obligation strict et abolue de recapitulant les 6evC1emenis des trois
parer aux pdrils qui en resultent. dernieres anndes, cherche vainement les
Le government italien, se voyant circoustances dans lesquelles lle se se-
done ddsonnais forced de singer a prold-rait monlrde hostile aux eilreprises ita-
ger sa dignity et sos interlts, a decide liennes intiressan la Tiipoliiaine el la
de prIocderi a l occupaIion militaire de la I Cyrnaique.
Tripoliltaine et de la Cyrdnaique. Bien au contraire, il resort de cet exa-
Colle solution es! la seule A laquelle men qu'elle a toluour;s trouvd normal et
1'Itale puisse s'arreler el le gouverne- rationnel que l'Italie coopdiit par ses
ment royal s'allend i ce que le gouver- capitaux et son activity industrielle au
nemeni imperial veuille donner des or- relovement economique de celle parlie de
dres en consequence, afin qu'elle ne l'enipire.
rencontre de la part des reprdsentanls Le gouvernemcnt imperial a conscience
acluels oltomans auuiine opposition, et d'avoir temoigni de dispositions arcueil-
que les measures qui en seront la cons6- lanes chaque fois qu'il s'est trouvd en
queCce ndeessaire puisseni s'effectuer presence de propositions concues dans
sans difficull6. cc ordre d'iddes. II a mdme examined et
Des accords ulltrieurs seraient pris gdndralement rdsolu dans l'esprit le plus
entire les deux gouvernements pour re- amical toute reclamation, Ioule affaire
gler la situation definitive qui en rdsul- poursuivies par l'ambassade royale.
terait. Est-il n6cessaire d'ajouter qu il obdis-
L'ambassade royale A Constantinople a sait en cela B sa volont6, si souvent ma-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 5

nifesl[,e de culliver,de maintehir des re- gouverneement royal rencontrera la fer-
lations de confiance et d'amitli avec le me volont6 qu'A la Sublime-Porte d'a-
gouvernement ilalien ? Enfin, ce senti- planir ce disaccord.
ment seul l'inspirait encore lorsqu'il pro- Aussi, le gouvernement imperial de-
posait en tout dernier lieu, A l'ambassade mande-t-il a ce que le gouvernemnt ro-
royale, un arrangement bas6 sur des yal lui fasse connaitre la nature des ga-
concessions economiques susceplibles de ranties demandees. II y souscrira vo-
fournir nn vasle champ i l'activile ita- lonliers en tant qu'elles n'affecteronl pas
lienne dans les susdites provinces, son intdgril~ territorial. II prend l'en-
En assignant pour seule limited de ses gagement de ne modifier en quoi que ce
concessions la dignitI et les iintrdls su- soit, durant les pourparlers, la silualion
pJrieurs de l'empire, ainsi que les Irailts prdsente de la Tripolitaine et de la Cyr&
en vigueur, le gouvernement otomanii naique, sous le rapport militaire, et il
don!,it la preuve de ses sentiments de aime a esperer que le gouvernemeit ro-
conciliation sans cependant perdre de yal, so rendant aux dispositions sinc6res
vue les pactes qui l'engagent vis-a-vis de la Sublime-Porte, acquiescera a cette
des autres puissances ot don't la valeur proposition.
inlernationale ne pout d6choir par la vo-
lonl1 d'une parties conlraclantes.
En ce qui coicerne l'ordre et la skcu- Un ar&t rare et i
rit6, lant dans la Tripolilaine qne dans Un r16 insui
la Cvrenaique, le gonvernement ottoman
bien plac6 pour appriier la situation, Sous la premiere partie de ce titre, la
ne pent que constater, ainsi qu'il l'a dja Gazette des Tribunaux publiait dans son
fail. I'absence tolale de toute raison pon- d
vant justifier des apprehensions rlti- inum6ro de iai q9o6 1arretd du 9 Mars
vement au sort des asuep s aliens et des 18i 9 devenu la loi du 9 Juin de la Imme
v nt sort des s s itali anne, cr6ant le second tribunal de paix
autres rangers y ctabs. de la capital.
11 n'y a dans ces conires ni agitatons', Nous transcrivons ce texte avec plaisir
ni propaganda d'exeitalion. Les o~ficers.
niet propagautne d'ec nation Les 't otters pour ceux qui ne le connaitraient p s, et,
mnet les atre org mission d'assurte ol tout particuliirement pour les jugcs de paix
mane ont pour mission d'assurer le de Port-au-Prince
maintien de l'ordre, mission qu'ils ae- o
complissent en tonto conscience. Qwuant a
1'arrivie a Tripoli de Iransporls inlilai- A R R E T
res ottomans don't I'amb;assade royale!
prend h xte pour en inflrer des cori- Le President d'Haiti, con.ide,'-lnt qne
quences graves, la Sublime-Porle croit la population de la commune d1 Piort-
devoir faire remarquer qu'il ne s'ogit au-Prince est trop uonbreusc Iour
que d'un senl transport don't I expidi. qu'une seulejustice de paix ,-alislasse
lion est antirieure de plusieurs jours a la assez promplement 5 ses besois ;
note du 26 septemnbre. Inddpendammnent Considdrant qu'une bone( dilribu-
du fait que cel envoi en comportait pas de lion de la justice est un dleicunt o'or-
troupes, il ne pouvail avoir sur les es- dre el de security publique ;
prils qu'une influence rassurante. Sur la proposition du Secritaire d'E-
Reduits a ses terms essenliels, le de- tat de la Justice.
accord actuel reside done dans l'absence Vu l'article 29 de la loi sur 'orga-
de garanties propres a rassurer le gou- nisation judiciaire en vigueur
vernement ilalien sur l'expansion d ces' Apres avoir pris I'avis du Conseil des
intle6ts economiques en Tripoiitaine el Secr6taires d'Etal
en Cyr6naique. iARRITE
En ne procedant pas 5 un acte aussi
grave qu'une occupation mililaire, lei Art. clr. -- Une nouvelle justice de










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


.paix estcree pour la ville de Port-au-
Prince.
Art. 2 II sera pourvu immediate-
ment a la nomination du juge tilulaire,
des supplants, do greffier et des huis-
siers, etc, necessaires a ce nouveau tri-
bunal, conformement A la loi.
Arl. 1. La ville de Port-au-Prince est
divisde en deux sections : toute la par-
tie de la ville situee au nord de la rue
du Port forme la section nord ; loute
la partie an sud de la meme rue forme
la section sud.
At. 4. --- Autlmt qu' possible, les
bureau de cos justices de paix seront
pances au centre de chlqlne section.
Arl. 5. ---Le demandeur devra lou-
jours appeler le defender devant !a jus-
tice de paix de la seclioni ou demeure
celui-ci.
Art. 6. Le demai deur on le d fen-
deur habilant la crnmpagno, ponrra ci-
ter ofn ere cild devant I'une ou l'aufre
justice de paix, h la condition que la
citation contienne la designation de la
section oh siege le Iribunal de paix.
Art. 7. --- Le present ar8it1 sera im-
primn, public et ex6cut6e la diligence
du Secr6taire d'Etat de la Justice.
Donn6 an Palais Netional du Port-au-
Prince, le 9 mars 1859, an 56e de l'ln-
d6pendance.
GEFFRARD.
Par le Pr6sident :
Le Secr4taire d'Etat de la Justice,
F. ACLOQUE

La simple lecture monlre l'insuffisan-
cr de ces dispositions. Lorsque 1'arrele
fut pris, la loi vote, la ville ne d6pas-
sait pas, dans la rue du Port, le pont
Mamselle Joute, dans la rue Ferou ( ci-
devant des Miracles ) l'ancienne phar-
macie Bruno. le Seminaire n'6tait pas
m6me en project d'6rection et.dans le
quarter iln'y avail que cinq ou six mai-
sons. A I'extreme est la ville s'etendait
suivant I'actuelle Rue Geffrard et le lit
du Bois-de-Cheue.
Jusqu'en 1859, la capital conservait
encore ses limits coloniales : la mer,
les deux portails don't la denominalion


s'esi conserve dans le language usuel,
la rue Geffrard et son prolongement.
La rue du Port etait done une ligne de
d6marcatiou naturelle. Mais la popula-
tion devait s'accroitre, la ville s'agran-
dir en fait sans avoir besoin pour cela
d'une autorisalion du pouvoir, arrt'6
presidential on ddeisioo legislative. Avec
les ann6es tons Iss textes en viguenr con-
cernant la commune de Port-au-Prince
allaient devenir insuffisants, ne repou-
dant plus on qu'imparfailement aux n1'-
cessit6s qu'amene chaque 6poque. Celte
insuffisance, ce defaut d'adaptation atli-
r'rent I'attenlion du pouvoir execulif,
et, en 1899 'ut volee une nouvelle loi.
11 en tait p'us que temps. A cc mo-
ment, la capital brisant violemment
les cadres anciens, avail envahi les
banlieues et l'exode avait commence
des habitants aises transporlani leur
demeure dans les hauteurs, Iransfor-
mant les proprietes de Bois-Verna, Tur-
geau, Pen-de-Chose, en superbes quar-
tiers ot s'~lalent complaisamment le
luxe et l'6lgance.
Le luxe c'est ce qii surlout frappa
I'administralion, semble-t-il, et la porta
A proposer la loi du 29 Septeinbre 1899.
Les considdrants de cetle loi I'dnotent
une vue purement mat6rielle, essentielle-
ment intlressee. I a nouvelle measure
devait permettre a la Commune une
plus fructueuse perception d'imp6ts.
D'apr6s I'article lerde la loi. (Les li-
a miles on barrieres de la ville de Por'-
< au-Prince s.nt ainsi fixes : Au nord.
Sle pont Magny, en suivant vers l'ouest
( la ligne jusqu'au fort Dimanche A la
mer vers le Nord-est, ia ligne ius-
qu'aun morne de Delma ; de ce point
(a l'est do fort National, a un quart de
(dieuecomprenant inclusivement lesDan-
( naux, Lalue, la Passe-Lalue, jusqu'aux
< Bambous a Turgeau ; au sud-est, la
< propriWte Thezan jusqu'au chemin de
a Bussy, la propriety Boite Doison ; au
< sud, les habitatio s Dppris, Peu de
Chose, Baulosse, la Source Leclerc et la
((Source Sal6e.)
L'article 2 determine les banlieues :
a Toutes les parties qui s'dtendent de
( ces nouvelles limits, jusqu'A un


_ I ___~_ I










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


a quart de lieue constituent les banlieues sur le territoire desanciennes banlieues,
de la ville qui seront admiuistlres en il y a equivalence absolute enLrc les
vue d'augmenter les resources de la deux tribunaux do paix, el la cunipe-
Commune, ) tence exclusive d';iucun d'eux n'est for-
Dans cell loi, on ne tlouve pas un cee ; par consAqueni, dans noire hypu-
mol, concernant I'adminislration de la these Ie d6fendeur demeurant surla sec-
justice ; Lelogislaleur n'a envisng6 que iion nord pcut valablement 6li'e citL de-
les inidrcls materiels : I'augmenial ion vant la section sud el vice versa saisque
deo droils it p''rccvvoi par ics Agenis de le tribunal saisi puisse se d6clcai'r in-
la Commlune et I1'etabllissIemeo de iiolu- cnpeilent. II en est de momeo pour les
lelles forlificatiomis aux porles do la banmlieues actuelles. Aucuuo decision le-
ville; de tell sorle qu'a ses yeux ren -gislative on rcgimenotaire n'aoyaut expres-
do 1:1 justice n'est pas une a'ffaiie iquai nd Oslmeit on tacilem inut nodifii I'article 6
les cltres do la commune sonlt paii:;us el la liberal ant de principe en I'absence
la xille df'iidue par des forls qui t 'oc-( d'lun restriction luormei le, eel article
casion iaissent passer 1''nnaeii ; .6: dloit conlitnui r a recevoir soil applical iou
,Qu0lclle est d1,nc la silualion ,crriee : I'dgard1 des ancienunes )I nliuiies c-ncla-
par ia loi nouvelle quant au se vic dc \vcf's aujould'uii i dans la ville el ceLa jus-
la justice ? qu'a ce qu'il in soil n aulremeil ordoiie.
Nous disons lque la loi do .I 8,) es! en- Un veu pour conclude : cest que
core d dblut dians toiulh so vitguemr el Ie De, ,ement do la Jusice ttiennu
q iue, j qi;-uI'a conitrair'e f tl cisioi d pou- uliic 'l cision pour auantir iirgulluit6
voir, I'arl. 6 conserve a lil 6meo riiic I'i u nt ous clnnoiicons jusqu'au joiir oiL il
d'application, s'1ehnd 1h t l jlridic,!iioi sr-a possible d'etablir une troisitnie jus-
eta lic par Il'ancieiine loi. Le ligislaleur; ice de paix pour la Capitale
de 1859 n'a pas expressement parld des EDMOND LAPORTE.
banlieues inais il est impossible de les
confoudre avec la villepropiemnl dile;
les banlieues sont comprises dans lo !er- .,
riloire de laconiuneet ce lie elles appof Ul atin
doivoilt dire assimiles a la campaqne.
En fait, bien avant I'annee 1899 e i A la 4e Conf6rence Interna-
sous la poussde des considdrmlions qui tionale americaine
devaient engendrer la loi, la ddlimila-
lion des jurisdictions avail 61t comploleo. (Suile et fin)
Le tIibLinal de paix de la section nord
(sans loule apres une enquile de. com-
modo el inconmodo), d6cida n jour Les Rdsolutions Itrs imporaiiies qui
que l'avenue de Lalue, suite naliurlle de furent adopties a la dtle du 20 Aoui
la rue du Port Lonlinuerait la ligne de sont appelees a faciliter consideraible-
d6marcalion quo celle-ci l6ait pour la meit les relations comnierciales des Rd-
ville et fit 6galament une distribution des publiqups ameri:aines si, come il est
quarliers de Turgeau. Bois-Verna, Peu- fort probable, elles sont ralifides par les
de-Chose. El pas plus. Celte r6solulton divers Gouvernements- La Confdrence a
ful adopted par la Section sud et ello est cherche avant tout a simplifier autant
encore applique dans la pralique. que possible les fornialitls d'ecritures et
Inutile de dire qu'elle constilue un excis surlout a permetire des comparisons
dlepouvoir. En principle, c'es! la loi qui rapids entire les documents piovenant
d6lermine 1'6tendue de chaque juridic- de plusienrs pays, en ce qui concern
lion et iille jurisdiction ne peut 'lre 61a- les stalistiques commercials et le mou-
blie en dehors d'une volont6 de l'anto- vement d'accroissement des populations.
rit6 compktente. Pour un habitant de la Des sp6cialistes en matidre de douane
ville actuelle don't la demeure se trouve ont, d'ailleurs, 6le consulles pour l'lta-











57 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


blissement du tableau uniform don't l'a-
doplion est recommand6e !anl pour la
facture consulaire quo pour le manifeste.
La section de douane, commerce et
statistique da Bureau International est
chargee de rdunir, sur ces importantes
questions tous les renseignements nd-
cessaires, afin d'6laborer un ( project de
Bases) qui sera soumis en temps oppor-
tun aux diff6rents Gouvernemnents, pour
que ceux-ci aient le loisir de I'examiner
A fond et de donner en consequence
leurs instructions a leurs DIelgues a la
Cinqui&me Coufirence Iniernationale
amnricaine.

Thime IX
Police Sanitaire

La Conference recommande aux Gou-
vernements d'adopter la Conf6rence sa-
nitaire de \VWshinglon. ainsi que les re-
commaudations des 3e et 4e Conferences
sanilaires el les engage t parliciper a la
prochaine Conf6rence sanitaire qui se
renira a Santiago de Chili.
Une discussion tres longue s'est elevee
an sein de 1; 8e Commission,t propos de
';irlicle IX de la Convention de Was-
hington, afin d'& lablir quelle est la par-
tie la plus i rs ll ~ e ic ce iqu'une cir-
concription soit considedrNe coimme con-
tamiin(i'e ou non. Sera-c e Gonverne-
nmeni du pays o) ,'est declare( Il'epide
mie ui bien celni du pays qui, etant en
relaliions coniiInercinles a 'ec ie pIemier,
SL' trouveT. pa'r e liii expose at lre con-
tafniin t sc'n iour ? 11 nous ; par'u vi-
denl que les deux pays onl 6galement le
droil de so, dfendre, F'un, le pays con-
lamine conire toules measures de rigueur
exagerees que pourraient prendre contre
lui d'aulres pays, sons prilexte d'une
epid6mie qui n'exislerait plus en reality;
l'autre, le pays non contamin6: conlre
les declarlions inexactes que pourrait
faire le premier pays afin de ne pas
engraver son propre commerce. Deli pro-
vient la modification faite a I'article IX
de la Convention de Washington, modi-
fication qui consiste dans I'addition des
mots e satisfaisante pour les deux parties
intdresskes)


Th6me X
Brevets d'invcntion, marques de
fabrique droits d'auteur.

Les R6solutions adopt(es ont 68t ins-
pirees par les Conventions similaires
pr6c6dentes, etablies entire les nations
d'Europe et d'Am6rique. Ont done 6t
examinees les Conventions de Berne
(1886) de Mexico (1902), de Rio de Ja-
neiro (1906) et de Berlin (1909) d'oii fu-
rent tirees en quelque sorte les Conven-
tion de Buenos-Ayres des 11 et 20 Aout
1910.

Theme XI
R6clamations pecuniaires

La Quatrieme Conference panameri-
caine en modilant la teneur lilltra!e du
trails accept A la a2e Confdrence de Me-
xico, et radili6 A la 3e Conference de
Rio de Janeiro, n'a pas enlendu en allt-
rer le sens, mais bien au con'raire, en
fortifier l'espril,
Cette imporlante Convention ne fut
discutle qu'au sein de la lie Commis-
sion a laquelle en incombait l'Ntude.

Theme XII
Echange de Professeurs et d'E-
tudiauts entre les Universit6s
des R6publiques am6ricaines.

I1 esl fort I prevoir que nombreuses
seront les 1-16publiques am r'icaines qui
liendront Ai mettle en pratique la tr6s
recommandable Resolution du 18 Aout.

Th6me XIII

Vceu pour reconnaitre le ti a-
vail du Congres Scientifique pan-
am6ricain tenu a Santiago de
Chili en Decembre 1909.

Par sa Resolulion du 4 Aoft la Con-
ference a rendu hommage A ce Congr6s,
tout en engageant les autres R1publiques
A imiter l'exemple du Chili.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 58

Theme XIV de passer en revue,.la Conference en
vota quelques autres et diverse motions
Commemoration de I'Ouverture de sympathie h d'illustres personalities
du Canal de Panama ou aux Republiques sceurs qui celd-
Le Coseil Direeur de I'Union des braient en 1910 le Centenaire de leur
Le Conseil Directeur de l'Union des I,,^pendance.
RWpubliques amnricaines, 6tabli a Was- 'ai honner d'appeler tot particn-
hington, est charge, par la Resolution lirement I'altenlion du Gouvernement
du 4 Aout, du soin de feter dignement sur la R6solution du 1'l Aotit, qui nous
ce prochain et grand evencment. touche de pris dans nos intlerls com-
Thee XV merciaux, et par laquelle la Confirence
Thme V c nfie -u gouvernemenl du BrDsil le soio
Sde convoquer les autres gouvernements
Conferences futures d'Amerique au rrochain congrcs di Ca-
La ville de Santingo de Chili aurait fe, don't le principle tfit d6cidd a la Troi-
probablement 6te choisie pour le siege de seme Conf6rence de Rio de Janeiro. II
la piochaine Conference panam6ricainie si s'agil de trouver le moyen le Ilus effi-
le PIrou, don't les relations av c le Chili cace pour coniballre la crise qui paralyse
sont encore fort lendues, ne s'y 6tait Iner- depuis plusieurs an nes la vente de( ce
giquement oppose an sein de la 12nme product.
Commission. La dl6egation Peruvienne Durant le course des travaux de I'As-
declara inme que son pays ne parlici- sernmble, la press lit grand bruit aniour
perail pas I la Cinquieme Conl'rence, de I'intention port 'e an Gouvernement
si celle-ci doit se reunir dans uine ville dun BrIsil de fire proposer par ses Dtli'-
du Chili. D'un auto cote, nous fines guds une declaration relative a I'aminli-
plusieurs a d6sirer que la ville de la Ha- licalion de la Doctrine do Monroc..lamnis
vane fti t disignee, conformnment t la il n'en fut question ofPciellcment, nit en
proposition prs','nle par le Dal6gu sdei ance plniere, ni en seance de cnm-
la leppublique Dominicaine. Mais, atin mission, mais il est exact qeu des kehan-
d'dviler en since plniiero des discus- ges de vues confidentiels aient on lieu
sions don't la nature delicate aurail pu pendant quelque lemps a ce sujel. Si
donner lieu i des froissemen's regretta- ine proposition de cc genre e v;ii t
bles entire le Piron et le Chili, nous file ; In Co firence, je me serais emn-
avons adopt en dernier lieu, A l'unani- press( de vous tenir teldgra phii(lnemerni
mil6 moins ure voix, la l[lsolution do'au courant, en sipposant que I'on ait pn
1I Aoflt p)ar Inquelle la Conf(rence con-r river A trouver nrie form le salislai-
fie ao Conseil Direeeur de I'Uuion dps sante qui lint compile du respect et de
Rdpubliqies amitricaines le soin de di- I'igalile des droils dei chaque Republique.
signer une ville. Pour inir, j( me f'is un devoir de
Ce mime conseil aura a convoquer les vous faire remnrquer i'extrimno cordia-
Nations americaines dans l'espace des lit qii n'a cessid de rIgner entre toices
cinq anni(es a venir. II est A remarquer, les TDelgations. J'eus a assister, en ma
en effect, que si pareilles discussions quality de Reprdsenlant d'Haili, et i
avaient pu se produire en seance gind- prendre parfois la parole, a divers ban-
rale de la Conference, la repercussion quels, entire autres a ceux qu'ont offers,
dans le monde enter de tels dissenti- les Ddldgations du mexique, des Etats-
ments dans le sein mime do I'Assemblde'Unis d, 1'Uruguay, de Vdndzuela et de
cut eld pricisdment A l'enconlre d'un Cuba. Des toasts tras chaleureux furent
des buts plincipaux de I'oeuvre pana- portes en mainles occasions en I'hon-
mrnicaine : I'entente et l'harnonie entire neur des Presldents des diffdrentes Re-
les Republiques Soeurs. publiques reprdsentdes. Partout il ne fut
En outre des HRsolutions sur les mia- question que de fralerniti, de rapro-
tiires du programme que nous venons chement, de p6nMration mutuelle.








59 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

Le gouverncment Argentin out durant par des juges de Icur choix et sur la base
le cours de la Conference, le souci de du respect du droit.
recevoir d;gnement et admirablcement les Le recours a I'arbitrage implique 1 enga-
DI--,,i-. gement de se soumnetre de bonne fois a
En maintes occasions, j'eus person- la sentence arbitrale.
nellcment i prendre contact avec les
mneiInbres alncireus et acluels du gouver- Art. ;. Dans les questions d'ordre juri-
nement, auprss de qui le Repi senlant dique, et en premier lieu, dais les questions
d'Haili recat lonjours les marques de la d interpretation ou d'application des Con-
plus hoiule courloisic ventions- inrecrnationalcs, I'arbitrage est re-
Dans le course de mon voyage de Ie- connu par les P'uissances contractantes
tour, lors de mon passage a Rio de Ja- comme Ie moyen le plus efficacy et cn
neiro, j'eus 1'occasion dle s: uer et doe mme tenmps I, plus equitable de rdgler les
remricier Monsieur Cle Broni doe BIrnce, itiges qui n'ont pas ite rdsolus par les voices
Ministre des Relations Ex!triceres dn diplomatiques.
Bresil qui m'avait lemnoign-, ainsi qu a L
Irsil qui in'avait tnmoign, aisDi (1l;' E n consequence, il serait desirable que,
q:iel(iies autres DUelegiuLs, des regards! I
q:elies on ties esDlgus, es gards dans les litiges sur les questions susmen-
auxquels nous flumes tris sensibles. -
auu, Mi. l .file1 Mo sei -. tionnues, les Puissances contractantes eus-
,l ai la conviction, Monsieur le Secre-
tiro 'ltoi d.avoir fil, d!ro]tt toto le sent, le.cas icheanlt, recourse a l'arbitrage,
nire d'Eta, d avoir flit, durant foot le a C.
coo's (Ie la vonfrene, tols ls eforl en tnt que ls circonttances le permet-
cours de la conlfrence, lons les efforts 1
t raieni.
possibles, afin de laissor ant aupr&s d
mes colleagues qtl'anlprs des organs Art. ;', La Convienion d'arbitrage est
les plus implor!a!ils d( la presse Argen- conclude pour des conteCstations deja nees ou
line, 1'impression profonde que Son Ex- pour des contestationss eCentuellcs.
collence le President d'Hoili el son Go0u- Elle peut concerned tout litige ou seule-
vernement disirent non seonlenenl en- ment les litige. d'uie catcgoric d6terminde.
tretenir de honrs apports avee toules les Art. 'o. Indpendaiinent des Traites
Itepubliqies scneis d'Amirique. mais gdneraux ou pariiculiecrs qui stipucitent ac-
encore Iravailler a re idre ces rapports tuellment 1'oligation du recourse a IFarbi-
de plus en plus frequent-', de plus on rage pour les Puissances contractantes, ces
plus fI I'.',bies l ots 01 ciontribuer en l Puissances si ccrvsecr nt de conc'uie des ac-
onte sincele et ynpatlhie 0 maintlien1 cords nouvean,l gin~rL1uix OL particuliers,
die Ih'larml 'ni(i et do tl rrafr it.i t)! I pa tami- Cen vue d'e te, dre l'aibitr.ge obligatoire 1a
riclaines. I 'uisse-je avoir all'einl ce bi t tous les cas qu'l0q lcs jugerOtt possible de
Veouiltlz r, .,lonsioulr e Secrlanire lui soumettre.
d'K!;l, la ,',()]li ,!e as Fsurance do mion
profound ros ,ect. Art. 4i. )ans le but de faciliter le re-
S.' ,' F fIlrr I \ ) course iiii mcdiiat i 'ar'iltruii pour les difie-
: C 'n FOUI R... ,.) 0 -:
rCed inte naonaux q1Ui 1 op!t pu d6rLre rc-
i~rl., OcI, Lre 1910. ~ies par la voice diplomiatiquc, les Puissaniccs
coni ac iate, s 1 'ei> i t maiip.te ir, tell
qu c;le a etc ltibiie par la P cini, c L ('onf6-
'-. R rence de la paix, Li cour permianeiite ar-
0 -1 *bitrage, accessible en tout temps et fonc-
Stionnant, saul sti1pulation coitirairc des Par-
S .*.. a i' ties, conformlncent aux reglcs de procidnre
inseres daiis la prtsecite Convention.
DE'S CONFLI'S \'TERNAITIONIUX Art. 42. La Cour permanent est con-
(Suil) pI C tet i p u :iioin, qu1 i ,i cnTI enr e entire !es 1'aities
Art. 3'7. !/arbitrage international a pour pour I'6tablissement d'une juridiction spe-
objet le reglcment de litiges entire les Etats ciale.










REVUE DE LA SOCIETEI I)E f LEGISLATION


Art. 48. La Cour permanent a son siege
a La Haye.
Un Bureau International sert de greffe a
la Cour; il est l'interm6diaire des commu-
nications relatives aux reunions de celle ci ;
it a la garde des archives et la gescion de
toutes les affaires administrative.
Les Puissances contractantes s'engagent a
communiquer au Bureau, aussit6t que pos-
sible, une copie certified conforme de toute
stipulation d'arbitrage intervene entire Elles
et de toute sentence arbitrale les concer-
nant et rendue par des jurisdictions sp6ciales.
El!es s'engagent i communiquer de m6me
au Bureau les lois, reglements et docu-
ments constatant 6ventuellement l'execution
des sentences rendues par la Cour.
Art. 44. Chaque Puissance contractante
d&signe, quatre personnel au plus, d'une
competence reconnue dans les questions de
droit international, jouissant dela plus haute
consideration morale et disposes a accepter
les functions d'arbitres.
Les personnel ainsi d6sign6es sont ins-
crites. au titre de Membres de la Cour, sur
une liste qui sera notifiee a toutes les Puis-
sances contractantes par les soins du Bu-
reau.
Toute modification a la liste des arbitres
est portee, par les soins du Bureau, a la
connaissance des Puissances contractantes.
Deux ou plusieurs Puissances peuvent
s'entendre pour la designation en common
d'un ou de plusieurs Mcmbres.
La meme personnel peut etre d6sign6e par
des Puissances differentes.
Les Membres de la Cour sont nomni6s
pour un terme de six ans. Leur mandate
peut &tre renouvel6.
En cas de de&cs ou de rctraite d'un Mem-
bre de la Cour, il est pourvu a son rempla-
cement selon le mode fix4 pour sa nomi-
nation, et pour une nouvelle periode de
six ans,
Art. 45. Lorsque les Puissances contrac-
tantes veulent s'adresser i la Cour perma-
nente pour le rgglement d'un different
survcnu entie Elles, le choix des arbitres
appeles a former le Tribunal competent
pour statuer sur ce difl6end, doit Stre fait
dans la listed gendiale des Membres de la
Cour.
A d6faut de constitution du Tribunal ar-


hitral par I'accord des Partics, il est procde6
de la manic re suivante:
Chaque Partie nomme deux arbitres, don't
un seulement peut etre son ressortissant ou
choisi panri ceux qui ont iet designCs par
Elle come Membres de la Cour perma-
nente.
Ces arbitres choisissent ensemble un surar-
bitre.
En cas de partage des voix, le choix du
surarbitre est confi6 A une Puissance tierce,
design6e de commnun accord par les Parties.
Si l'accord ne s'6tablit pas a ce sujet,
chaque Partie designe une Puissance diff6-
rente et le choix du surarbitre est fait de
concert par les Puissances ainsi d6signees.
Si, dans un d6lai de deix mois, ces deux
Puissances n'on pu tomber d'accord, cha-
cune d'Elles pr6sen:e deux candidates pris
sur la liste des Membres Je la Cour
permanent, en dehors des Membres d6-
signes par les Parties en litige et n'etant
les ressortissants d'aucune d'Elles, le sort d6-
termine lequel des candidates ainsi pr6sentes
sera le surarbitre.
Art. 46. Des que le Tribunal est com-
pose, les Parties notifient au Bureau leur
decision de s'dresser a la Cour, le texte de
leur compromise, et les noms des arbitres.
Le Bureau communique sans delai A cha-
que arbitie le compromise et les noms des
autres Membres du Tribunal.
Le Tribunal arbitral se r6unit A la date
fixee par les Parties. Le Bureau pourvoit i
son installation.
Les Membres du Tribunal, dans l'exercice
de leurs functions et en dehors de leur
pays, jouissent des privileges et immunites
diplomatiques.
Art. 47. Le Bureau est autoris6e mettre
ses locaux et son organisation a la dis-
position des Puissances contractantes pour
le fonctionnement de toute jurisdiction sp&-
ciale d'arbitrage.
La jurisdiction de la Cour permanent
peut etre 6tendue, dans les conditions pres-
crites par les r6glvments aux litiges existant
entire des Puissanccs non contractanrts ou
entire des Puissances contractarites et des
Puissances non contractantes, si les Parties
sont convenues de recourir cette juri-
diction.
Art. 48. Les Puissances contractantes









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


considerent come un devoir, dans le cas
oi un conflict aigu menacerait d'6clater entire
deux ou plusieurs d'entre Elles, de rappeler
ia celles ci que la Cour permanent leur est
ouverte.
En consequence, Elles d&6larent que le
fait de rappeler aux Parties en conflict les
dispositions de la pr6sente Convention, et
le conseil donna, dans l'intedrt sup6rieur
de la paix, de s'adresser i la Cour peima-
nente, ne peuvent ktre considers que
come actes de bons offices.
En cas de conflict entire deux Puissances,
I'une d'Elles pourra toujours adresser au Bu-
reau International une note contenant sa
declaration qu'Elle serait disposee a sou-
mettre le diff6rend a un arbitrage.
Le Bureau devra porter aussit6t la decla-
ration A la connaissance de 1'autre Puissance.
Art. 49. Le Conseil administratif perma-
nent, compose des Representants diplo-
mariques des Puissances contractantes ac-
cr6dit6s 6 La Haye et du Mmistre des
Affaires Etrangeres des Pays-Bas. qui rem-
plit les functions de President, tel qu'il a et6
constitute par la Convention de 1899, a la
direction et le contr6le du Bureau Inter-
national.
Le Conseil arrete son reglement d'ordre
ainsi que tous autres reglements n6cessaires.
II decide routes les questions adminis-
tratives qui pourraient surgir touchant le
fonctionnement de la Cour.
II a tout pouvoir quant A la nomination, la
suspension ou la revocation des fonc-
tionnaires et employes du Bureau.
II fixe les traitements et salaires, et con-
tr6le la d6pense g6enrale.
La presence de neuf membres dans les
reunions diment convoqu6es suffft pour
permettre au Conseil de d6lib6rer valable-
ment. Les decisions sont prises A la majo-
rite des voix.
Le Conseil communique sans delai aux
Puissances contractantes les r6glements
adopts par lui. II leur present chaque an-
n6e un rapport sur les travaux de la Cour,
sur le fonctionnement des services admi-
nistratifs et sur les d6penses. Le rapport
content 6galement un resume du contenu
essential des documents communiques au
Bureau par les Puissances en vertu de
l'article 41 alineas 3, et 4.


Art. o5. Les frais du Bureau seront sup-
portes par les Puissances contractantes dans
la proportion Ltablie pour le Bureau inter
national de l'union postal universelle.
Les frais A la"charge des Puissances adh6-
rentes seront comptes A partir de la date de
leur adhesion.
Art. 51. En vue de favoriser le d6veloppe-
ment de l'arbitrage, les Puissances contrac-
tantes ont arrit6 les regles suivantes qui
sont applicables A la procedure arbitrale, en
tant que les Parties ne sont pas convenues
d'autres regles.
Art. 52. Les Puissances qui recourent a
'arbitrage signent un acte special (com-
promis ) dans lequel sont d6termin6s l'objet
du litige, le delai de nomination des arbi-
tres, la forme, I'ordre et les delais dans
lesquels la communication vis6e par l'article
63 de la pr6sente Convention devra etre
faite, et le montant de la some que
chaque Partie aura A d6poser a titre d'avance
pour les frais.
Le compromise determine 6galement, s'il
y a lieu, le mode de nomination des arbi-
tres, tons pouvoirs sp6ciaux 6ventuels du
Tribunal, son siege, la langue don't il fera
usage et celles don't I'emploi sera autoiisd
devant lui, et generalement toutes les condi-
tions don les Parties sont convenues,
Art. 53. La Cour permanent est com-
p6tente pour I'6tablissement du compromise,
si les Parties sont d'accord pour s'en re-
mettre h elle.
Elle est 6galement comp6tente, meme si
la demand est faite seulcment par 'une des
Parties, apres qu'un accord par la voie di-
plomatique a e6t vainement essay, quand
il s'agit :
Io. d'un defferend rentrant dans un Traiti
d'arbitrage g6enral conclu ou renouvele
apres la mise en vigueur de cette Conven-
tion et qui privoit pour chaqne diff6rend un
compromise et n'exclut pour I'etablissement
de ce dernier ni explicitement ni implicite-
ment la competence de la Cour. Toutefois,
le recours a la Cour n'apas lieu si l'autre
Partie declare qu'a son avis le differend
n'appartient pas a la categorie des difl6rends
a soumettre a un arbitrage obligatoire, a
moins que le Traite d'arbitrage ne confhre
au Tribunal arbitral le pouvoir de decider
cette question pr6alable;










REVUE DE LA SOCIrTEf DE LEGISLATION


20. d'un diff6rend provenant de dettes Art. 62. Les Parties ont le droit de
-contractuelles rdclam6es A une Pnissance par nommer aupres du Tribunal des agents
une autre Puissance comme dues a ses res- spcLiaux, avec la mission de servir d'in-
sortissants, et pour la solution duquel l'offrc termediaires entire Llles et le Tribunal.
d'arbitrage a et& accepted. Cette disposition lles sont en outre autorisees a charger
n'est pas applicable si l'acceptation a etk de la defense de leurs droits et interets
subordonn6e A la condition que le compro- devant le Tribunal, des conseils ou avocats
mis soit 6tabli selon un autre mode. nommis par Elles a cet effect.
Art. 54. Dans l es scas prvus par 1'article Les Mlembres de la cour permanent ne
prec6dent, le compromise sera 6tabli par une peuvent exercer les functions d'agents, con-
commission compose de cinq membres d6- seils ou avocats qu'en faveur de la Puis-
signes de la maniere prevue a l'article 45 sance qui les a nommes Membres de Ia
alineas 3 A 6. Cour.
Le cinquieme menbre est de droit Pr6si- Art. 63. La procedure arbitrale com-
dent de la commission. prend en regle g6enrale deux phases dis-
Art. 5. Les functions arbitrales peuvent etre tinctes : l'instruction ecrite et les d6bats.
conferees a un arbitreuniqueou a plusieurs L'instruction ecrite consiste dans la com-
arbitres d6sign6s par les Parties a leur gr6 munication faite par les agents respectifs,
ou choisis par Elles parmi les membres de aux membres du Tribunal et a la Partie
la Cour permanent d'arbitrage 6tablie par la adverse, des memoires, des contre-m6moi-
pr6sente Convention. res er, au besoin, des r6pliques ; les Par-
A d6faut de constitution du Tribunal par ties y joignent routes pieces et documents
{'accord des Parties, il est proc6d6 de ma- invoques dans la cause. Cette communi-
nitre indiqu6e A P'article 45 alineas 3 A 6 cation aura lieu, directement ou par 1'in-
Art. 56. Lorsqu'un Souverain ou un Chef term6diaire du Bureau International, dans
d'Etat est choisi pour arbitre, la procedure l'ordre et dans les delais determin6s par
arbitrale est r6glee par Lui. le compromise.
Aar. 57. Le surarbitre est de droit Pr6si- Les d6lais fixes par le compromise pour-
dent du Tribunal. ront etre prolongs de commun accord par
Lorsque le Tribunal ne comprend pas de les Parties, ou par le Tribunal quand il
surarbitre, il nomme lui-rneme son Pr6si- le juge n6cessaire pour arriver f une d6ci-
dent. sion just.
Art. 58. En cas d'6tablissement du corn- Les d6bats consistent dans le d6veloppe-
promis par une commission, telle qu'elle est ment oral des moyens des Parties devant
vis6e A l'article 54, et sauf stipulation con- le Tribunal.
traire, la commission elle mrme former le Art. 64. Toute pi&ce produite par l'une
Tribunal d'arbitrage. des Parties doit 6tre communique e en co-
Art. 59. En cas de deces, de d6mission pie certified conforme, a l'autre Partie.
ou d'emp&chement, pour quelque cause que Art. 65. A moins de circonstances spe-
-e soit, de l'un des arbitres, il est pourvu ciales, le Tribunal ne se r6unit qu'apr.s
A son replacement selon le mode fix6 pour la cl6ture de l'lnstruction.
sa nomination. Art. 66. Les debats sont dirig6s par le
Art. 60. A d6faut de designation par President.
ies Parties, le Tribunal siege a la Haye. lls ne sont publics qu'en vertu d'une de-
Le Tribunal ne peut singer sur le terri- cision du Tribunal, prise avec l'assenti-
toire d'une tierce Puissance qu'avec l'as- ment des Parties.
sentiment de celle-ci. Ils sont consigns dans des proces-ver-
Le siege une fois fix6 ne peut 6tre baux r6dig6s par des secretaires que nom-
change par le Tribunal qu'avec l'assenti- me le President. Ces proces-verbaux sont
.ment des Parties. signs par le President et par un des se-
Art. 6I. Si le compromise n'a pas d6- cr6taires ; its ont seuls caractere authenti-
termin6 les langues a employer, il en est que.
-d6cidA par le Tribunal. Art. 67. L'instruction ktant close, le










'3 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

Tribunal a le droit d'ecarter du debate tous plus large measure qu'Elles jugeront possi-
actes ou documents nouveau qu'une des ble, tous les moyens necessaires pour la
Paries voudrait lui s~umcttre sans le con- decision du litige
sentiment de l'autre. Art 76. 'our toutes les notifications
Art. 68. Le Tribunal demeure libre de que le Tribunal.aurait a faire sur le terri-
prendre en consideration les actes ou docu- toire d'une tierce Puissance contractante,
ments nouveaux sur lesquels les agents ou le Tribunal s'adrssera directement au
conseils des Parties appelleraient son atten- Gouvernement de cette Puissance. II en
tion. sera de meme s'il s'agit de faire proceder
En ce cas, le Tribunal a le droit de re- sur place a l'etablissement de tous moyens
querir la production de ces acts on docu- de preuve.
ments, sauf l'obligation d'en donner con- Les requ&tes adressees a cet effect seront
naissance i la Partie adverse. exdcudtes suivant les moyens don't la Puis-
Art 69. Le Tribunal peut, en outre, sance requise dispose d'ppres sa legislation
requerir des agents des Parties la produc- interieure. Elles ne peuvent 6tre refuses
tion de tous actes et demander routes ex- que si cette Puissance les juge de nature i
plications necessaires. En cas de refus, le porter atteinte A sa souverainete ou A sa
Tribunal en prend acte. security.
Art. 70. Les agents et les conseils des Le Tribunal aura aussi toujours la facul-
Parties sont autorises a presenter oralemeni te de recourir I lFintermediaire de la Puis-
au Tribunal Ions les moyens qu'ils jugent sance sur le territoire de laquelle il a son
utilcs a la defense de leur cause. S siege.
Art. 71. Ils out le droit de soulever des Art. 77. Les agents et les conseils des
exceptions et des incidents. Les decisions Pa ties avant present tous les 6claircisse-
du Tribunal sur ces p-ints sont d6finitives mneits et preuves i l'appui de leur cause,
et ne peuvent donner lieu a anucune discus- le President prononce lacl6ture des. de&bats.
sion ult6rieure. Arn. 78. Les deliberations du Tiibunal
Art 72. Les membres du Tribunal ont ort lieu a huis-clos et restent secittes.
le droit de poser des questions aux agents Tiute decision est prise a la majority des
et conseils des Parties et de leur deman- membres du Tribunal.
der des eclaircissements sur les points dou- Art. 79. La sentence arbitrale, votee a
teux. la niajorite des voix, est motivee. Elie
Ni les questions posees, ni les observa- mentionne les noms des arbitres ; elle est
tions faites par les membres du Tribunal signee parle President et par le greffier ou
pendant le course des d6bats ne peuvent ctre le secirtaire faisant functions de greffier.
regard-es come l'expression des opinions Ar;. 8o. La sentence arbitiale est lue en
du Tribunal en general ou de ses mem- seai ce publique du Tribunal, les agents et
bres en particulier. les conseils des parties presents ou dfment
Art.73. Le Tribunal est autorisC dC- appeles.
terminer sa competence en interpr6tant le Art. 81. La sentence arbitrale, dfiment
compromise ainsi que les autres Trait6s prononcee et notifi6e aux agents des Par-
qui peuvent 6tre invoques dans la matiere ties, decide dffinitivement et sans appel de
et appliquant les principles du droit. la contestation.
Art. 74. Le Tribnanl a le droit de ren- Art. 82. Tout diff6rend qui pourrait
dre des ordonnances de procedure pour la surgir entire les Parties, concernant I'in-
direction du process, de determiner les for- terpretation et l'execution de la sentence
mes, l'ordre et les delais dans lesquels arbitrale, sera, en tant que le compromise
chaque Partie devra prendre ses conclu- ne !'exclut pas, soumis au jugement du
sions finales, et de proc6der a toutes les Tribunal qui 'a rendue.
formalit6s que comporte administration Art. 83. Les Parties peuvent se reserve
des preuves. dans le compromise de demander la rCvi-
Art. 7S. Les Puissances en litige s'en- sion de la sentence arbitrale.
agent A fournir au Tribunal, dans la Dans ce cas, et sauf convention contraire,;










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 6;

la demand doit etre adress6e au Tribunal determine lequel des candidates ainsi prd-
qui a rendu la sentence. Elle ne peut etre sentes sera le surarbitre.
motivee que par la d6couverte d'un fait Le surarbitre preside le Tribunal. qui
nouveau qui eiut 6t6 de nature a exercer rend sa decision i la m, jorit6 des voix.
une influence decisive sur la sentence et Art. 88. A defaut d'accord pr6alable, le
qui, lors de la cloture des d6bats, 6tait Tribunal fixe, des qu'il est constitu6, le
inconnu du Tribunal lui-mnie et de la delai dans lequel les deux Parties devront
Partie qui a demand la revision. lui soumettre leurs m6moires respectifs.
La procedure de revision ne peut etre Art. 89. Chaque Partie est reprisent6e
ouverte que par une decision du Tribunal devant le Tribunal par un agent qui sert
constatant expressement l'existence du faith d'intermidiaire entire le Tribunal et le gou-
nouveau, lui reconnaissant les caractares vernement qui l'a designed.
pr6vus par le paragraphe precedent et de- Art.90. La procedure a lieu exclusive-
clarant a ce titre la demand recevable. ment p:ir 6crit. Toutefois, chaque Partie a
Le compromise determine le d6eai dans le droit de demander la comparution de
lequel la demand de revision doit etre t6moins et d'experts. Le Tribunal a, de son
formee. c6te, la faculty de demander des explications
Art. 84. La sentence arbitrale n'est o- orales aux agents des deux Parties, ainsi
bligatoire que pour les Parties en litige. qu'aux experts et t6moins don't il juge la
Lorsqu'il s'agit de l'interpretation d'une comparution utile.
convention a laquelle ont particip6 d'autres
Puissances que les Parties en litige, celles- Titre V. Dispositions finales
ci avertissent en temps utile toutes les
Puissances contractantes. Chacune de ces Art. qr La nrsenteConvention dlment


Puissances a le droit d'intervenir au procms.
Fi une ou plusieurs d'entre Elles out pro-
fit6 de cette faculty, l'interpretation conte-
nue dans la sentence est 6galetnent obli
gatoire a leur 6gard.
Art. 85. Chaque Partie support ses
propres trais et une part gale des frais du
Tribunal.
CIIAPITRE IV.
De la procildre sommaire d'arbitrage.
Art. 86. En vue de faciliter le fonction-
nemcnt de la justice arbitrale, lorsqu'il
s'agit de litiges de nature di comporter une
procedure sommaire, les Puissances con-
tractantes arttent les rigles ci-apres qui se-
ront suivies en l'absence de stipulations
difldrentes, et sous reserve, le cas chantn,
de l'application des dispositions du chapi-
tre III qui ne seraient pas contraires.
Art. 87. Chacune des Parties en litige
nomme un arbitre. Les deux arbitres ain-
si dtsign.6s choississent un surarbitre. S'ils
ne tomnbent pas d'accord i ce sujet, chacun
pr6sente deux candidates pris sur la liste
g&,6 ralc des Membres de la Cour (art. 44),
en dehors des Membres indiqu6s par chacu-
ne des Parties elles-mmes et n'6tant point
les ressortissants d'aucune d'Elles ; le sort


ratifide remplacera, dans les rapports entire
les Puissances contractantes, la Convention.
pour le reglement pacifique des conflicts in-
ternationaux du 29 juillet 1899.
Art. 92. La present Convention sera,
ratifiee aussit('t que possible.
Les ratifications seront d6pos6es i La
Ilaye.
Le premier ddp6t de ratifications sera
constat6 par un procs-verbal sign& par
les representants de Puissances qui y pren-
nent part et par le Ministie des Affaires
Etrangeres des Pays-Bas.
Les dep6ts ult6rieurs de ratifications se
feront au moyin d'une notification 6crite,
adress6e au Gouvernement des Pays-Bas et
accompagnde de 1'instrument de ratification.
Copie certifide conforme du proces-ver-
bal relatif au premier dep6t de ratifications,
des notifications mentionn6cs a l'alinda
pr6c6dent, ainsi que des instruments de
ratification, sera immediatement remise
par les soins du Gouvernement des Pays-
Bas et par la voix diplomatique aux Puis-
sances convides A la Deuxieme Conference
de la Paix, aiusi qu'aux autres Puissances
qui autont adh6r al la Convention. Dans
les cas vises par l'alinda precedent, le dit
Gouvernement leur fera connaitre en me-










65 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


me temps la date h laquelle il a recu la
notification.
Art. 93. Les Puissances non signatures
qui ont C6t convince a la Deuxi~me Con-
f6rence Internationale de la Paix pourront
adherer a la pr6sente Convention.
La Puissance qui desire adh6rer notifie
par 6crit son intention au Gouvernement
des Pays-Bas en lui transmettart I'acte
d'adh6sion qui sera d6pos6 dans les archi-
ves du dit Gouvernement.
Ce Gouvernement transmettera immn-
diatement a toutes les autres Puissances
conviees h la denxieme Conference de la
Paix copie certifiee conforme de la notifi-
cation ainsi que de l'acte d'adhesion, en
indiquaut la date A laquelle il a regu la
notification.
Ar. 94. Les conditions auxquelles
les Puissances qui n'ont pas &t6 convi6es a
la Deuxieme Confbeence Internationale de
la Paix, pourront adherer a la pr6sente
Convention, formeront 1'objet d'une en-
tente ult6rieure entire les Puissances con-
tractantes.
Art. 95. La pr6sente Convention pro-
duira effet pour les Puissances qui auront
particip6 au premier d6p6t de ratifications,
soixante jours apres la date du procks-ver-
bal de ce d6p6t, pour les Puissances qui
ratifieront ulthrieurement ou qui adhere-
ront, soixante jours apr&s que la notifica-
tion de leur ratification ou de leur adhe-
sion aura et6 reque par le Gouvernement
des Pays-Bas.
Art. 96. S'il arrivait qu'une des Puis-


sances contractantes voulft dinoncer la
pr6sente Convention, la denonciation sera
notifi6e par 6crit au Gouvernement des
Pays-Bas qui communiquera imm6diate-
ment copie certifiee conform de la noti-
fication h toutes les autres Puissances en
leur faisant savoir la date a laquelle il l'a
reque.
La d6nonciation ne produira ses effects
qu'a I'6gard de la Puissance qui l'aura no-
tifiee et un an apres que la notification en
sera parvenue au Gouvernement des Pays-
Bas.
Art. 97. Un registre tenu par le Minis-
tere des Affaires Etranghres des Pays-Bas
indiquera la date du d6p6t de ratifications
effectu6 en vertu del'article 92 alin6as 3 et
4, ainsi que la date A laquelle auront 6et
revues les notifications d'adhesion ( article
93 alinea 2) ou de d6nonciation ( article
99, alinea I ).
Chaque Puissance contractante est ad-
mise A prendre connaissance de ce registre
et a en demander des extrairs certifies con-
formes.
En foi de quoi, les Pl1nipotentiaires ont
revtti la pr6tente Convention de leurs si-
gnatures.
Fait a la Haye, le dix-neuf octobre, mil
neuf cent sept, en un seul exemplaire, qui
iestera d6pos6 dans les archives du Gouver-
ment desPays-Bas et don't des copies cer-
tifiees conformes seront remises par la
voie diplomatique aux Puissances contrac-
tantes.












REVUE


DE LA

SOCIc'E j-iE LE-I$SLA.TIO


Seance du 11 Octorio 191i.

Presents : M1.M. Aug. Bonamv. Louis
Borno, L. Denis, F. F6quiire, Denis,
St-Aude, J. N. Lger Ed. Lespinasse,
Em. Iihear;, Justin Bouzon, A-1" N.
Leger.
PrIsidence de M. Aug.,Boinmy
M. Abel LEger 16pose son rapport
sur la qucslion de la preuve 6 adminis-
trer en Haiti (1'un marilge coniracl;6solo
cons csenu linx Ellalt-Unis d'Amirique
par un hatiicin avec une amdricaine.
II est Jecie6 que co rapport sera Iu-
bli) pour eire discu.i6 a une prochaUne
s6ance.
Le Prdsidenl : Nous passons a la dis-
cussio de la Cominmunica ion deMe l !.,er
Cauvin et du rapport ce notre colligue
D6stert au sujet de 1'article 87 du code
de Procedure civil.
M. Louis Borno. L'expos6 faith par
Leger Cauvin 6lucide, A mon avis, la
question d'une maniLre complete.
M. Edmond Lespinasse. II y a un
point certain, c'est la necessity do pre-
senter pour toutes les causes routes les
defenses dans un seul ct mnme acte;
mais l'obligation de signifier n'exisle
pas en maliere sommaire, commercial
ou i bref ddlai.
M. Bonamy. Le texte de l'arlicle 87
empdche une pareille interpretation.
M. Ed. Lespinasse. J'ai oblenu deux
jugements en ce sens.
Apr6s un nouvel change de vues,
les conclusions du rappporlde M. Enoch
lDsert sont voldes a I1unanim il.

Seance du 8 novembre 1941.

';;: : ... An Ion .ay, I)an-


l6s Bellegarde, Alf. Tlibault, Enoch
Desert, Louis Boruo, IEm. Elhdart, De-
nis St-Aude, Adhdmar Auguste, Abel
ldge..
Le President, apres avoic fdlicit5
Mr. A. Thibault, nouvellement dlu
inembre de la Socitle, done lecture
d'une letltre e M. Rodolphe Alexandre,
de Jacmel, qui desire savoir si le port
d'ar es n'est pas 16gal. AvoP l'-, 1_11' int
de la SocidtE, ceite question fera I'objet
d'nn rapport don't le college Desert est
charge.
On aborde ensuit. Ia discussion de la
communication de M. Louis Borno re-
lative A la conlrainle par corps.
M. Louis Borno. L'article 3 de la loi
dtu 21 Aolut 1907 s'exprime ainsi
((Tout iugement decondamnation d'un
dtranger au profit d'un haiLien pronon-
cei la contrainte par corps pour trois
mois au moins ou six mois au plus i.
J'estime, comme je l'ai soutenu dans
mon rapport, qu'il faul consider com-
me abrog6e la parties finale de article
I 7 du d6cret de 1813 qui dispose que la
durde de la condemnation en mati6re
commercial, entire toutes personnel,
sera d'un an au moins et de trois ans
an plus. Si le texte de 1907 empdche
que l'dtranger ne soit condarnn au pro-
fit d'un hailien a plus de six mois de
prison, il devient inadmissible que
I'hoilien puisse, aux termes de la par-
lie finale de l'article 7 du dLcret, 6tre
condamn6 soit envers un haitien, soit
euvers uu stranger, a un emprisonne-
L'un an 6 trois ans.
M. Bonamyq. II semble en elfet r6-
sulitr de i'argumentation de Borno quo
le klgisl:ateur a abrogd par l'article 3
de la loi du 21 about 1907 I'a:l. 7 du
d6cret de i843.
Mi. Abel Liger. Je no p;'nse pas


2oc A-,-;NE, No T 1.


PORT-AU-PRINCE


HVRnIER 1912.










67 REVUE DE LA SQCIETE DE LEGISLATION
i, [-
ainsi. II se peut que par pure inadver- tu de l'art. 4 du Code civil, d'apr&s le-
tance le 6lgislateur ait fatt un Irailement quel lorsqu'il y a contradiction entire
de d6faveur A l'dlement national ; mais i! plusieurs lois transitoires, la loi poste-
n'a pas entendu toucher a l'article 7 du rieure abroge ce qui lui est coniraire
dcdret. dans la loi ant6rieure, quand mmne le
M. Louis Borno. Que faites-vous alors legislateur aurait omis de fire mention
du principle meme qui a inspire I'art. de cette abrogation. El I'on sail qu'en
3 de la loi de 1907 ? Cet article a you- doctrine et en jurisprudence, le terme
lu, sans doute possible, favoriser le na- contradiction embrasse I'inconciliabilite.
tional a l' gard de l'6trangei? Admettre, M. Enoch Desert. Je ne suis pas de
en presence d'une volont6 aussi cer- 1'avis de Borno, Je puis affirmer qu'en
taine, le mainlien d'une dispositi *n an- pratiquevon a toujours condamn6 de un
tdrieure qui pernet de condamner l'hai- A trois ans, aux terms de l'article 7 du
tien A trois ans de prison envers un decret, le debiteur haitien ou stranger,
stranger, c'est preter au h1gislateur la en matiere commercial.
plus flagrante contradiction juridique. M. Bonamy. Dans ces conditions I'ar-
M. Denis St-Aude. Quand les Cham- ticle 8 dn ddcret, modified par 1'article 3
bres firent la modification en 1907, elles de la loi du 21 aoft 1907, ne concern
ne pensaient pas qu'avec la r6daction q e les matiires civiles.
de 'article 3 de la-loi du 21 Aoit, elles M. Louis 'Borno. En effet, on veut
pourraient faire un traitement privil6gie soutenir que l'article 8 du d6cret de
atx strangers. S'il pouvait en 6tre ai si, 1843 et 1'article 3 de la loi de 1907,
il y aurait erreur. en parlant de lout jugement qui con-
M. Abel Leger. L'erreur est flagrante. damne un stranger au profit d'un hai-
M. Louis Borno. 11 est de toote 6vi- tien, ne se referent pas aux condamna-
dence que le 16gislilteur de 1907 n'a lions commercial's don't s'occupe d6ja
point entendu faire A l'6tranger un I'article 7 du d6cret,et concernent exclu-
traitement privilegie il'encontrede 1'hal- sivement les condamnations civiles. Mais
tien ; il n'y a pas eu, et il n'a pas pu c'est IA une incoherence que ne justi-
y avoir d'erreur IA-dessus. Son erreur fient ni la lettre ni l'esprit de la loi,
consiste simplement en ceci, qu'ayant .t l'on n'en saurait trouver trace dans
6dict6 une measure pour le profit exclu- la pratique, A Port-au-Prince, du moins.
sif du national Ai regardd de l'Itranger, M. Enoch Desert. C'est la pratique
il a omis d'abroger en terms expres le qui m'a enseign6, je le redple, que l'ar-
texte ant6rieur qui, devant la measure ticle 8 du ddcret a toujours Rtd applique
nouvelle, fait A I'haltien une situation a la delle civil, et l'article 7 A la dette
incomparablement pire a l'dgard de l'6- commercial.
tranger ; mais je dis qu'nne telle omis- M. Dantes Bellegarde. La pratique
sion, qu'on l'appelle inadverlance on peut tre defectueuse ; on doit la corri-
erreur, ne pent pas faire que ce que le ger par les principles.
16gislateur de 1907 a pose, comme 6tanti M. Emmanuel Etheart. Je reconnais
sa formelle volonte, ne soit pas et ne le principle pos6 et nous tous nous le
rest pas la cons6cration d'un regime reconnaissons ; mais en I'esp6ce il y a
privilegi6 en faveur de l'haitien. !eu un principle froiss6, disons le mot,
Or. ce regime de 1903 6tant incompa- une injustice commise ; or, la viola-
tible avec le regime de la parties finale lion d'un principle ne saurait faire ap-
du vieil article 7 du decret de 1843 qui pliquer la loi aulrement que de la faCon
permet de condamner l'haitien A 3 ans don't elle est faite.
de prison au profit de l'6tranger, les M. Adhmiar Augnste. Je reconnais
deux textes s'txcluant ainsi l'un l'aulre, comme Ethairt qu'il y a en l'esp6ce un
etant juridiquement inconciliables, j'en principle froiss6, meconnu; neanmoins
conclus que l'ancien doit etre consider, il n'y a pas de contradiction entre la
necessairement, comme abroge, en ver- parties finale de l'arlicle7 du d6cret de








REVUE DE LA SOCIIET DE LEGISLATION


1843 etl'arlicle3 de la loi dn 21 aoi.t
1907. D'une violation de principle on ne
saurait tirer une contradiction de lextes.
M. Louis Borno. Fort bien : mais
l'observation ne s'applique pas au d6bat
actuel. Le .16gislateur de 1907. et c'est lA
votre erreur, n'a point violk le principle,
general en noire droit, du traitement de
faveur r6serv6 au national ; il l'a. tout
au contraire, nettement consacr dans
son article 3. La seule question est de
savoir si, ce'principe aynol 61 anssi
nettement consacre, i! peut tire encore
permis d, considdrer comme en vigueur
uo texle ancien qui, lui, constitue une
violation du principe. Je souliens que
non.
M. Bonamy. Pour r6sumer l'opinion
de la majoril6, ii me semble que le
I1gislateur a abrog6 I'article 8 du d6-
cret sans toucher A I'article 7.
M. Abel Leger. Aussi je propose a la
SocietB d'6nettre le vwu suivant : a)
La Sucitle de Legislation,, considranI
que le 1lgislateur n'a pas tenu compete
du principle du trailement privilgie re-
serve aux nationaux, 6met le vceu de voir
les Chambres Legislatives reparer aussi
16t qie possible l'injustice commise a
I'egard de l'616ment haitien par l'article
3de la loi du 27 aout 1907)).
La majority adopted ce voeu.


Reunion du 22 Novembre 1911.

Presents : MM. Aug. Bonamy, Louis
Borno, Denis Saint Aude, Danlts Belle-
garde, Alfred Thibault, Aug. Monlas,
Abel L6ger.

Pr6sidence de M. Aug. Bonarny.

Le president. Je vais vous donner
lecture d'tne leltre du Secretaire d'Etat
de la Justice par laquelle il charge la
Societe de L6gislation de publier pour
I'ann6e 1911, le bulletin des Arrils du
Tribunal de Cassation :


Port-au-Prince, le 9 Novembre 1911.
Le Secr6taire d'Etat au Departement de
la Justice.
Me Aug. Bonamy, President de
la Soci6t6 de Legislation.
Monsieur le President,
En r6ponse A votre lettre du 4 Octobre
e:oul6, je vous informed que le D6parte-
ment charge la Soci&t6 de Legislation de
la publication, pour l'ann6e 1911, du bul-
letin des arrets du Tribunal de Cassation.
La valeur alloude pour ce service au
budget vous sera payee par douziemes
mensuels, A partir de ce mois.
Recevez, Monsieur le President, 'assu-
ran e de ma parfaite consideration.
TERTULLIEN GUILBAUD.
-Le president souhaite la bienvenue A
Mi. Aug. Moltns, chef de Division au Mi-
nisltre de la Justice, nouvellement
elu membre de la SociW~l, et donne en-
suite lecture du rapport suivant :
( Messieurs, les soussignes, charges d'e-
xaminer en votre nom les comptes du tr6-
sorier. de la Societ6 pour le dernier exer-
cice annuel, ont l'honneur de vous sou-
mettre le resultat de leurs investigations.
SAyant proced6 A la verification du livre
de caisse et au contr6le des pieces annexes
mis en regard du rapport pr6sent6 par le
tr6sorier le to Mai dernier, la Commission
a constat6 que les 6critures sont en regle
et les comptes exacts. En cons6quence.elle
vous propose de donner d6charge au col-
legue Dupuy pour 1'exercice 1910-1911.
Port-au-Prince, le 15 Novembre 1911.
(Sign) : A. Bonamy,- FquiBre, D, St.
Aude.
L'Assemblee donne decharge a Mr.
le Tr6sorier pour I'exercice 1910-1911.
Le second point de I'ordre du jour
appelle la discussion du rapport de Mon-
sieur Abel LUger siur drux. questions
posies par Me Funfant relalivement aux
articles 325 et 334 du code civil.
Les conclusions du rapport sur ces
Questions sont votes, apres un court
change de vues.


1 68










69 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

S6ance du 10 Janvier 1912. rie et Albert Wahl s'expriment ainsi, dans
leur magistral trait du Contrat de lou-
Presents : MM. Bonamy, Louis Borno, age L L'acte par lequel 1'Etat on une
Bellegarde, Ch. Dupuy, Thibault, Aug. Commune confie une function ou un
Montas, Abel Leger. empioi, est an louage d'ouvrage ; on y
troupe, en effet, tous les traits caract6-
Prbsidence de M. Bonamy. ristiques de ce -ontrat, et la seule diff&-
Le prCsident : L'ordre du jour comporte rence qui spare cel acle des autres lou-
la discussion du rapport de notre col- ages d'ouvrage, c'est que les services sont
league Borno surla question posee a rendusa 1 Etat ou la Commune, au lieu
Socit par e Seetaire d'Etat des Fi- d'etre rendus A un simple particulier.D
SocittB par le Secrelaire d'Etat de! Fi-
nances, a savoir e si le Prdsident de la
Republique a le droit de rdvoquer ino Si le fonctionnaire est lid A 1'Etat par
agent de change.) un contract de louage de services, il n'en
Sest pas de mrme de l'agent de change,
Mr Louis Borno donne lecture du pas plus qu'il i'en est de m me ni de
rapport suivant: I'avocat, ni de l'arpenteur, ni non plus
du notaire, qui, bien que oualifi6
L .. ._ ...rid nt d'tia i a--il l 1 ; foictioiinire public par la loi notariale en
L PreSident d'Haili a-t-i Ie droilt France comme en Haiti, est pourtant, de
Sv An l'avis g6ndral, consider comme n'Mtant
de rvoqur unAent de hange pas un foncliounaire, au sens que le
droit administratif attache a l'expre:
Sion.
Ils sonl, l6galernenl, des officers mi-
En principle. le President d'Haili a le nistlriels; mais ils ne sont pas charges
droit de revoquer tout fonctionnaire ou d'un service de l'administration publi-
employe public nomm6 par lui. Celle que; ils ne sont pas places dans un 6tot
regle n'est pas inscrite en terms expr&s de subordination ou de sujdlion admi-
dans la Constitution ; mais quoique non nistralive ; leurs services ne s'adressent
formulde, elle est mise en oeuvre par des pas I l'Elat, mais aux particuliers ; ils
textes divers qui la supposent necessai- sont ind)pendants de la bidrarchie; ils
rement etanlie et incontest6e. (Const. art. iexeicent, en un mot, de viritables profes-
98, 135, 137; loi du 16 septembre 1906 sions. Ces professions sont, il est vrai,
sur l'enseignement medical, art. 5; Loi surveiliees par l'Adminislration, r e;.
du 13 sept. 1906 sur l'enseignement du mentees d'une maniere rigoureuse par la
droit, art. 6. etc.) loi et investies par elle d'un credit spe-
Ella se justified. a mon sens, par les con- cial ; mais elles n'en sont pas moins en
sidbralions suivantes : la puissance ex&- dehors du cadre administratif, et si elles
cutive ktaii d6legu&e au Pr6sident de la sont r6glementkes, surveill6es, monopo-
Rdpublique (art. 38, Const.), tout agent lisdes mnrne, ce n'est que pour assurer aux
quelconque de l'Executif doit etre choisi particujiers le plus de garantie et de sd-
et nomm6 par le President, a moins curit6 possible.
qu'un texte formel n'en dispose autrement. Ajoutons, au surplus, que ceux qui sont
Or, le contract qui lie le fonctionnaire habilites dans ces professions par le Chef
ainsi nomm6 i 1'Administration publique de I'Elat, ne ligurent pas au budget na-
deant un louage de services A durie in- tional, et pas davantage an tableau des
determine, et un tel contract pouvant, en pensions civiles. Le contract qui les lie
droit, prendre fin par declaration unila- a l'Etat est done non point un louage
terale de volont6, le Chef de l'Etat qui d'Gcu\rage mais le pacte sui generic que
nomme, qui conclut ainsi le pacte, se conslitue la loi organique de leur insti-
trouve, en I'absence d'une loi contraire. on. Tant qu'ils s'y conforment, ils
seul quality pour y mettre fin par un reslent intangibles. Viennent-ils A y maji-
congedicment. qIuer ? Ii faut alors denander it la loi
Que ce fonctionnaire ne soit qu'un lo- memne, qui est cur central, et aux prin-
caleur de services, c'est 1a une opinion cipes de droit qui s'y rattachent, ia sanc-
qui a des adversaires ; mais elle parait tion de l'inlraction.
la plus juridique. Ms. Baudry-Lacantmne- S'agit-il d'un avocat ? C'est le conseil









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 7o


de discipline qui pourra, suivant le cas,
l"nterdire, le suspendre et mnme le ra-
dier du tableau de I'ordre. S'agit-il de
l'agent de change? S'il viole cerlains ar-
ticles de ia loi de 1890 ou du Code de
commerce, t1 pourra etre condamn6 at
I'amende et la a destitution par le tribu-
nal coirectionnel. S'il manque a son obli-
gation 6vidente de residence ou h son
obligation, tout aussi 6vidente, de ne pas
refuser son service a quelqu'un sans motif
legitime. il entreint son contract, l'Etat
peut glors y mettre fin; mais comment?
La loi sp6ciale 6tant muette, il faut se
r6rfrer aux principles dominants en ma-
tiere de contestations. Les arl. 127 et
128 d.e la Constitution d6efrent aux tribu-
naux routes contes-ttions ayant pour ob-
jet des droits civil ou des droits
politiques.- C'est done le tribunal, et,
dans le silence de la loi special, le tri-
bunal civil, le tribunal de droit common
et de pleine juridiction, qui sera compd-
tent pour constater la violation du con-
trat par I'agent de change et pour de-
clarer son office vacant.
Cetle solution puise une force positive,
par l'analogie des circonstances de droit,
dans l'art 3 de la loi nolariale de 1862,
qui dispose qu'au cas de \;olation de son
obligation de residence, le notaire est
consid6r6 come demissonnaire. Cette de-
claration de demission ou de vacance de
1'office, ne peut Mtre, a mon avis, pro-
noncee que par le tribunal civil, duquel,
d'aprs la loi de 1862, art. 2 et 39, le no-
taire cst justiciable quant i ses actes.

Mr Abel Lger : Permettez-moi de faire
les qnilques observations qui suivr-t et
qui combattent qucique peu la conclu-
sion du rapport don't vous vencz d'cn-
tendre la lecture.
Est sujet h destitution tout agent de
change ou courtier qui se livre A des o-
pdrations de banque ou de commerce
pour son compete, qui s'interesse dans
une entreprise commercial quelconque,
qui recoit ou paye pour ses commeitants.
qui se rend garant de I'execution des
marches dans.lesquels il s'entremet, qui
ndgocie des lettres de change et billets
ou vend des marchandises appartenant a
des gcns don't la faillite est connue (art.
84 et 85 du Code de Commerce.- 9 et 13
de la loi du 25 septembre 1890),
Dans tous ces cas precis de destitution, le


16gislateur ajoute. une amende qui sera
prononcee, dit-il, par le tribunal civil
en ses attributions correctionnelles (art.
86 du code de commerce; articles 9
et 14 de la loi du 25 septembre 1890) ;
mais garden un silence complete sur l'Au-
torild compitente pour prononcer la des-
titution. Ce silence est-il voulu ou bien
n'est-il qu'une simple inadverlance ?
Tout porte a croire que c'est volon-
tairement que les Chambres lgislatives
n'ont pas confdr6 au Tribunal correc-
tionnei la faculty de destituer. D'abord
l'insistance qu'elles mettent h preciser le
pouvoir charge de condamnerA l'amende:
elles chargent de ce soin le Pouvoirju-
diciaire dans l'article 86 du Code de
Commerce et dans l'article 9 de la loi de
1890 qui dispose que ( toute contraven-
lion aux dispositions du present article
entrainera la peine de destitution et une
condemnation d'amende qui sera pronon-
cee par le tribunal civil en ses attribu-
tions correclionnelles r. Et pour ne lais-
ser flotter aucun doute, pour dissiper
d'une maniereradicale loule equivoque,
la loi du 25 septembre 1890, en son arli-
cle14, se replte en redisant que les con-
damnations a l'amende seront nronon-
cees par le tribunal correctionnei. t est
ce tain que si la destitution, come. I'a-
mende, devait 6tre prononcee par le tri-
hunal, I'article 9 de la loi du 25 septem-
bre 1890 porlerait: ( qui seront pronon-
c6es par le tribunal correctionnels En em-
ployant le singulier au lieu du Dnuriel,
le redacteur de l'article a sufflisamment
marqu6 que l'amende seule devait etre
prononc6e par le tribunal. Avail-il voulu
agir autrement, il avait des textes sous
les yeux, des formules qu'il n'avait qu'a
copier ; car d6sirait-il conferer au tribu-
nal correctionrel la facult.e de deslituer
l'agent de change ou le courtier, il n'a-
vait qu'h repeter pour ces officers mints-
teriels l'article 39 de la loi du 2 aoft
1862 sur le Notariat, dans lequel il est dit
sans ambages ( que toutes suspensions,
destitutions, condamnations a l'amende
seront prononcies centre les notaires par
le tribunal civil de leur resort .)
C'est en vain qu'on v, c:rait soutenir
que la destitution 6tant aux ternmes de
l'art 9 du Code Penal une peine correc-
tionnelle, le lCgislateur n'avait pas I de-
signer explicilement le pouvoir charged do
la prononcer, que ce pouvoir ne peut
[etre autre que le pouvoir judiciaire re-










71 REVUE DE LA SOCItTE DE LEGISLATION


present par Ie tribunal correctionnel.
Mais l'amende aussi est une peine cor-
rectionnelle (article 10 du code penal) Et
alors pourquoi le legislateur a-t-il perdu
tant de temps a insisted sur le tribunal in-
vesti du soin de I'infliger? II ne saurait y
avoir deux poids, deux measures,
Ces considerations prouvent an con-
traire que dans la pensde du 16gislateur
( destitution )) est bien souvent en droit
administratif vynonvme de revocation )).
El ce qui justifie cette opinion, c'est que
nonobstant l'article 87 du Code de com-
merce francais, identique a I'article 86
du mIme code haitien qui pr6voit la
destitution et la condemnation A i'amen-
de, on pense en France que l'agent de
change doit resider dans la ville que lui
assigned sa commission; parce qu'il n'est
pas institu6 en vue de son propre inte-
r mt, mais surout pour l'ntilit du( com-
merce. Par consquent il doit toujours
tre lindns le lieu on la loi Pt le Pouvoir
ont jug6 leur ministire necessaire. El
Dalloz ajoute : < Nous pensions que, s'il
dlait 6tali que les agents de change
d'une locaiile n'y resident pas habituel-
lement, il y aurait injustice a infliger les
peines prononcies par la loi, soit a ceux
qui auraient employed d'autres interm6-
diaires que les agents de change ou les
con tiers, soit aux mandataires qui les
auralent remnpl'acs. Nous croyons m~me
que, dans ce cas, ces officers ministd-
riels, loin d'avoir aucune action a exer-
eer a raison des faits de courage offi-
cieux, pourraient Otre justement revoques.
Cependant, une measure aussi grave ne
serait prise equitablement qu'autant que
I'abseice de 1'officier public se serait
prolongfe an delA des limits ordinaires
d'un voyage d'affaires ou d'agrement ,
(RUpertone, Bourse de Commerce, p. 447
223.
Voilh done un cas de revocation, alors
que la loi ne parle de revocation ni en
France ni en Haiti. Et a ne considdrer
que la logique, cette solution s'imposerait
dans certaines circonstances d6termindes.
II est avere que commercants et n6go
ciants lorsqu'ils n'agissent pas par eux-
m6mes doivent confier leurs operations
aux agents de change. La loi de 1890
prdvoit six agents de change pour la Ca-
pitale. Or, suppose qu'un beau matin,
ces six officers publics, pour des raisons
a eux connues, quiltent le siege de leur
residence. Quelle serait la situation, si le


Pouvoir Exdcutif n'dtait pas arm6 pour
les remplacer ?
Mais revenons a la question de destitu-
lion. Nous avons vu que le tribunal cor-
rectionnel, par suite de l'absence de dis-
positions legales h cet 6gard, ne peut pas
destituer. On pebt done en conclure que
le droit de destitution est correlaiif de
celui de nomination et que par sa nature
mrmeil appartient davantage au Pouvoir
adminiEtratif qu'au pouvoir judiciaire.
Et si la loi sur le notariat a voulu que la
destitution des notaires fit prononcee par
le tribunal civil de leur resort, cette dis-
position qui n'a pas 6td rdproduite pour
les autres officers publics ne peut que
former une exception et non la rIgle ge-
ndrale.
Seulemenl,comme les cas de destitution
sont pricises et ne peuvent etre laisses h
l'arbitraire de l'autorile administrative, la
preuve que ['agent de change cst en faute
devrait dquitablement et prialablement
etre d6ablie par le tribunal correctionnel.
Cette constalion. sera en faith trIs facile,
puisque pour tous les cas de destitution,
la loi prevoit la condemnation h l'amen-
de. Aussi ma conclusion est-elle, puisque
la destitution est une peine accessoire,
que chaque lois que le tribunal correc-
tioniel prononcerait une condemnation
h l'amende connexe la destitution cette
condemnation entrainerait l'obligation
pour le Chef de I'Etat de revoquer i'agent
de change en faute ou plus exactement
de le destituer.
Par ces motifs je propose de voter
ce qui suit c La Soci6et de legis-
a lation est d'avis que le Chef de I'E-
c tat pent dans le silence des textes, des-
a tituer un agent de change, lorsque ce-
c lui-ci sera condamn6 par le tribunal
~correctionnel a 1'amende pr6vue aux
a articles 84 et 85 du Code de commerce
a 9 et 13 de la loi du 25 septembre 1890.
a Elle est 6galemei t d'avis que le Chef
a de l'Etat peut remplacer un agent de
a change, lorsque ce dernier a quitt6 le
c siege de sa residence irregulierement
a et que son absence s'est prolongee au-
a delh des limits ordinaires d'un voyage
a d'affaires ou d'agr6ment
Mr Charles Dupug :
A la question qui nous a 6et soumise
par le Secretaire d'Etat des Finances et
du Commerce, a savoir :
( Le Pr6sident de la Republique a-t-il









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 72


le droit de r6voquer un agent de change?n)
le r6ponds non. Le fait par le Pr6si-
dent de la R6publique de nommer, lors
qu'il y a lieu, les agents de change, privi
lege qu'il tient de l'article 75 du Code de
commerce, carla loi du 25 septembre 1890,
sur les agents de change et courtiers, est
muette sur ce point, ne lui confere pas,
ipso facto, le droit de les revoquer, dans
le sens que l'on attribue generalement ici
a ce terme, c'est-A dire, a sa propre vo-
lont6.
Cependant, la loi de 1890, de nmme
que le code de commerce, en son titre V,
section II, articles 74 A 88, ayant stipul6
certaines conditions a remplir, des forma-
lites a accomplir, des p6nalit6s A appliquer
a certaines infractions ayant, en un mot,
r6gl6ment6 la profession, il n'est pas dou-
teux que le Pouvoir qni a nomm6 a le
droit de faire une enquete sur la conduite
ou la situation d'un agent de change et
de prononcer ou faire prononcer centre
lui, s'il est en contravention avec les lois
r6glementant la profession, les p6nalitds
qui y sont stiptlees.
Ainsi, la loi de i890 stipule que les
agents de change et courtiers de commerce
doivent :
S. Verser au Tr6sor public, avant
d'entrer en fonetions, un cautionnemen-'
determin6 ; (art. I. )
2 0. Etre haitiens, Ag6s de 25 ans ac-
complis ; justifier avoir exerc6 la profes-
sion de commercant ou avoir travaill6 pen-
dant 4 ans dans une maison de commer-
ce ou de banque ou avoir 6t6 employs.
de I'ordre administratif durant 3 ans; (art.
2. )
3 o Presenter leurs commissions et les
faire enregistrer au Tribunal de Commerce
qui recevra dutitulaire, avant d'entrer en
fonct!ons le serment de remplir conscien-
qieusement ses devoirs ; ( art. /I. )
4 Justifier au besoin, devant les tri-
bunaux ou les arbitres, la v6rit6 et le taux
des n6gociations, ventes ou achats ; (art.5)
5 0. Consigner sur des carnets et trans-
crire, jour par jour, par ordre de date, sans
ratures, interlignes, transpositions, abr6via-
tions ou chiffres, dans un livre journaltim-
bre, c6te et paraph6 par un des juges du


Tribunal de Commerce, toutes les condi-
tions des ventes achats, n6gociations ou
autres operations faites par leur ministry ;
carnets et lives qu'ils sont tenus de pr6-
senter aux juges et aux arbitres, au besoin;
(art. Io de la loi de 1890 et 83 du code
de commerce ).
I1 est d6fendu, sous peine de destitution
et d'amende () :
(a) de n6gocier aucune lettre de change,
merchandise, etc, etc, appartenant A des
gens don't la faillite serait connue, (art. 13)
(b) de faire en aucun cas, et sous au-
cun pr6texte, pour leur propre compete,
des operations de commerce, ni de s'inte-
r sser directement ou indirectement, sous
leur nom ou sous un nom interpos6, dans
aucune entreprise commercial, ni se ren-
dre grants des marches dans lesquels ils
s entremettent, ni priter leur nom pour
les n6gociations A des personnel non-com-
missionn6es; il leur est cependant laiss6 la
tacult6 de donner leur aval pour des ef-
fecs de commerce, (art. 9).
Et, l'une des penalit6s, 6dictee par les.
articles 9 et 13 de la loi de 1890 ( qui'est
la reproduction textuelle de l'art. 86 du
code de Commerce ) 6tant la destitution,
le President de la Ripublique, dans les
cas d6termin6s par la loi, peut, A mon
avis, prononcer lui-mrme, ou faire pro-
noncer la destitution d'un agent de chan-
ge ou courtier.
Par ailleurs, malgre que la loi n'ait 6dic-
t6 aucune sanction i quelques-unes de
ses stipulations, il est indubitable que quel-
ques-unes des prohibitions ci-dessus en-
trainent la nullite de toute nomination
faite en contravention avec elles. Ainsi,

(i) Art. 9..... Toute contravention aux dis-
positions du present article entrainera la pei-
ne de la destitution et ( une condemnation
d'amende qui sera prononcce par le Tribu-
nal civil ) dans ses attributions corrcction-
nelles, etc.
Art 13 : Ne pourront les agents de chan-
ge et courtiers de commerce, sous peine de
destitution et de mille gourdes d'amende,
negocier aucune lettre de change, billet, ven-
dre aucune merchandise appartenant a des
gens don't la faillite est connue.









73 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


nul re peut itre agent de change ou cour- Notons, tout d'abord, Messieurs, que,
tier. dit l'ar'ie 3, s'il n'est hai'ien, etc, ce qui, dans la circonsiance, peut etre vrai
etc. Supposonb que le President de la Rd- d'un agent de change on courtier, doit I'e-
publique ait octroy6 une commission tre de toute la corporation de chacun des
d'agent de change a un stranger il n'est ports de la R6publique, de I'ensemble de
pasdouteux que ce serait une nomination institution.
nulle, ab ovo, et qui peut toujours 8tre r&- Or, la loi a eu soin, pour une raison
former. ou une autre, mais tris-probablement en
Mais, en dehors des acres punis par la se basant sur les besoins reels ou suppo-
loi on don't la repression decoule de ses s6s dechacune des places de commerce
stipulations expresses, ilyy a des situa- de !a R6publique, d'y limiter strictement
tious anormales qu'elle n'a pas prevues et le nc(mbre des agents de change on cor -
pour lesquelleselle n'a stipule aucune san:- tiers de commerce. Et depuis longtemps
tion. Et-ce a dire que I'agent de change on pretend qne le nombre (ixe pour Port-
soit !' ',' de route atteinte du Pouvoir au-Prince est insuffisant.
qui l'a nommr qil'il est libre d'agir A sa Eh bien, peut-on admettre, par exem-
volont&. A sa convenance ? pie, que I, 2, 4 ou 6 agents de change, a
Nullement. De plus, la loi stipule : qu'il Port au-Prince, on ailleurs, apres avoir t6
n'y aura qu'un certain nombre d'agents nommes par le Gouv6rnement, mettent
de change ou courtiers de commerce pour tranquillement leurs commissions dans
chacuue des villes ayant port ouvert au leurs poches, ou dans leurs Jossiers, et
commerce stranger : ( 6 pour Port-au- s'abstiennent, apres cela, d'ouvrir un
Prince, 4 pour chacune des villes de Caves, comptoir oI le public puisse, au besoin,
,Jr6mie, jacmel, Cap-Haiien, Gonaives et les trouver ; qu'ils refusent d'accomplir les
3 pour chacun des autres ports ouverts), devoirs de leur charge ?
que, seuls, ces agents auront le droit d'en' Peut-on aemettre qu'i leur seule vo-
exercer la profession, d'operer la vente lont6 ou convenance, ils soient libres
des marchandies imnortees et des produiLs d'exercer ou non leurs functions, sans
du pays qui ont l'objet de notre commerce aucune intervention possible du Pouvoir
d'exportarion ; de constater le cours du Ex6cutif qui les a nommes et qui a pour
change, celui des effects et matieres d'or et mission de veill-r aux int&erts gI6nraux
d'argent, etc, etc ; de la communaut6; que un, ou plusieurs
Qu'il est d6fendu, sous peine de fortes ou tous les agents de change puissent,
amendes, a tous iudividus autres que ceux par example, partir pour l'etranger sans
nommes par le Gouvernement de s'im- avoir obtenu un permis r6gulier de l'au-
miscer, sous quelque pr6texte que ce puis- torit6 competente, alors que d'autres pet-
se 6tre, dans les functions d'agents de vent etre malades ou absents du po t pour
change ou de courtiers ; lequel ils ont 6tC comissionn6s, ou en v;l-
Qu'il est d6fendu, a tout banquier, n6- '6giature ; en un mot, hors d'etat d'exer-
gociant ou marchand, sous peine de nullit' cer les functions inh&rentes A la charge ?
des operations et d'amende, de confier Alors que la k i a stipuld que pour les
leurs operations, ni payer des droits de besoins de la place il fallait par example 6
commission on de courage a d'autres agents de change (nombre que, en pratque
qu'aux dits agents de change ou courtiers. on trouve d6ja insuffisant ) et que per-
En edictant cette restriction extraordi-i sonne autre qu'eux ne peat r6gulibrement
naire a la liberty du travail, la loi a con- s'immiscer dans les transactions qui
sacr6 un veritable monopole en faveur des leur sont reserves par la loi a titre ex-
agents de change et courtiers commission- clusif, se peut-il qu'a un moment donn6
nes par le Gouvernement. Et, en retour il n'y en ait que 5, 4, 2, I ou pas du
des privileges exhorbitants que leur accor- tout en etat de servir le public ? Non, la
de la loi, il faut bien, malgr6 le silence loi n'a pas entendu consacrer un pareil
des textes a cet 6gard, qu'il leur income 6tat de choses qui serait tout simplement
ceitaines obligations impirieuses. absurde. II taut donc conclure qu'un














































1








I


REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 74


agent de change ou courtier de commer- il ne faut toucher qu'avec beaucoup de
ce n'a pas le droit de s'absenrer, ni s'abs- tact et de d6licatesse.
tenir de l'accomplissement des devoirs de Laissez-moi vous rappeler, on vous re-
sa charge et que, s'il le fait, c'est qu'il a v6ler peut-&tre, que la fi&vreuse activity
volontairement, d6lib&r6ment reaonc6 au que vous pouvez constater souvent chez
b6nAfice de la charge et, dans ce cas, le ces fonctionnaires-commercants, don't le
Gouvernement peut a mon avis lui noti- r6le precis, les functions et les responsa-
fier cette situation et proc6der a son bilit6s n'ont pas &t suffisamment, ni as-
remplacement. sez clairement d6finis ou d6termines par
Notons que 1'aboence d'un agent de la loi, que ce:te activity fi6vreuse qui est
change peut crier de serieux embarras si, cequ'on peut appeler la (( Facade de la
pendant cette absence, il n'a pas 6t6 fait rue ). a et6, sous l'inspiration de l'un de
d'arrangements connus pour la presenta- nos hommes les plus remarquables, quoi-
tation, le cas ech6art, de ses livres et que des plus' modestes, canalis6e de fagon
carnets devant des juges ou arbitres, en a devenir 6minemment utile au pays, A di-
cas de contestations ou de difficulties en- vers points de vue.
tre des particuliers ou des come cants a L'association des agents de change en
l'occasion d'operations faites par i'inter- un a Syndicat form le 30juillet 1904,
mediaire de l'agent de change absent. en vue de r6gulariser certaines transactions,
I semble donc re hours de doute, assurer plus d'union, plus de morality
r dune action mieux coordonnee, un parta-
mon avis, que toutes les fois qu'un agent qu i e tio ides bconfices de certaines
de change ou courtier a, dans l'exercice ge qae d b es e certine
operations, et supprimer une concurrence
de ses functions, contrevenu aux stipula- pen desirable entire les membres de la
tions de la loi qui pr6voient la destitu- seemed t
on corporation, n'a pas seulement tourn6 .
tion comme sanction, qu'il a 6et r6guliere- leur benfice personnel ; elle a eu .aussi
ment condamn6 A des pines afflictives et un r6le bienfaisant pour la communaut6,
infamantes, ou qu'il aura commis des ac- elle a eu pour r6sultat de diminuer les
tes notoirement immoraux de nature transactions onreuses pour 1'Etat, de
disqualifier un citoyen d6renteur d'une contrecarrer des combinaisons t6ndbreuses
function privil6gi6e et qui permettent de tent6es sous des administrations passes, ce
croire 16gitimement que les interets des qui a donn souvent des rsultats heureux
tiers ne peuvent pas sans danger lui tre pour e pays.
confi6s, il appartient au Gouvernement I ya dans cette organisation, qui,
(Pouvoir Ex6cutif,) selon les cas, de pro- sans doute, n'est pas parfaile, et m&rite
noncer lui-m&me ou de faire prononcer d'6tre bien reglement6e une discipline, un
par le Tribunal competent la destitution esprit de suite que le public ne souponne
de Agent de change en cause et d pour- pas, et, enfin, mieux que tout cela, il s'y
voir i son replacement ; accomplit de la boone besogne, 6minem-
Que de plus, en cas d'absence non-mo- ment utile dans un pays comme le n6tre
tiv6e ou non autorisee, ou en cas d'abs- oi l'absence de biblioth6ques rend les re-
tention volontaire prolong6e de l'exercice cherchessidifficiles et si p6nibles, et qu'ap-
de la function, le Pouvoir Ex6cutif peut pr6cieront tous ceux qui ont besoin de
prononcer la vacance de la charge, comme renseignements pr6cis, de donn6es sores
resultant d'une renonciation volontaire de la sur notre commerce, notre industries, nos
part de l'agent de change en cause et le resources &conomiques et financi&res, no-
-emplacer. tre situation reelle, nos engagements, pqn-
N6anmoins, Messieurs, a quelque con- dant un nombre considerable d'ann6es et
:lusion que vous arriviez, A la suite de a jour.
:ette discussion, ne perdez pas de vue que Je rep&te done qu'il ne faut toucher .
nous nous trouvons en presence d'une ins- cette institution, qui a eu deja a subir
titution aujourd'hui assez bien organis6e, quelques orages, que si l'on est bien sir
an moins a Port-an-Prince. et a laauelle d'y apporter plus de morality, plus de


~~ `~~~~-I-~ ~ -~~~-I ~~~~I


_ __









75 REVUE DE LA SOCITIt DE LEGISLATION

prestige, de la perfectionner afin de lui per- tant que la discussion au Conseil d'Etat
mettre encore de rendrede plus grands ser-r rdvle que la destitution devait Otre pro-
vices a la communautd. noncde par le tribunal correctionnel.
Mr Louis Borno : La communication M. Abel Lager: Ce que vous dites lA
de Dupuy me semble contradictoire caree me parait point fondCe, puisque la
remaquz qu apremes avonr posi nette- discussion au Conseil d'Elat A laquelle
remarenquez qu'aprs avoir os nette- ous faites allusion est rapportde dans
mpent le prinpe quer n aget de hEtage Dalloz dans le sens de l'opinion que je
ne pent Irvoquer un agent de change, soutiens.
notre college estime cependant qu'il a Mr Alfred Thibault Dans son rap-
le droit de destiluer, c'est-a-dire de Mr Alfred hibault. :Lans son rap-
prendre une measure bien plus rae port sur a question < Le President d
encore, d'appliquer une peine correc- a p q a-t-il le roil de revoquer
tionnelle Cela n'est pas possible. un agent de change ? ) mon collrgue
Quant A Leger, il tire un argument du Boef de 'Eta avole droli qen princepe
fait que la loi de 4890 aurait gard6 un si- le Chef de I'Etat a le droit de revoquer
faith que la loi de 1890 aurait gaid6 un st- tout fonctionnaire ou employ nommd
lence complete sur I'Autorit6 comp6tente tout fonctionnaire ou employee nomme
chargee de prononcer la destitution et par lui en se basant sur la lh6orie qui
hauraitg preci que c'est le tribunal fait r6sulter la function publique du con-
aurait pr~cis8 que c'est le tribunal trat de lounge, sottient cependant qu'il
correctionnel qui infligera l'amende pre- trat de louage, soutient cependant qu'i
vue. II interprte ce silence come don- ne peut r(voquer un agent de change
nant le droit au Chef de l'Etat de des- qui est, non pas un fonctionnaire dans
tituer! La destitution, je le rpdte, dtant le sens que le droit administratif allache
ter La de ti, e le r e, ant l'expression, mais bien un officiermi-
une peine correclionnelle, ne peut elre n islriel li. A I'Eat par un pace si ge-
appliquee que par le tribunal correction- neris que constitute la lot organique de
ne. son institution. S'il viole son contract,
Mr Abel Leger: Mais l'amende aussi par example en abandonnant le lieu de
est une peine ? Et pourtant le l6gislateur sa residence ou en refusant. son service
a rdpete a satir61 qu'il chargeait le tri- sans motifs 16gitimes, c'est, pense ]e rap.
bunal correctionnel du soin de la pro- porleur, auxtribunaux de droit common
noncer. A constater celte violation et A dclarer
M. Louis Borno: Le 16gislaleur a pu in- son office vacant.
sister sur ce point,parce que l'amende n'e- Bien que je ne partage pas d'une facon
xiste pas seulement en matiere correction- absolue l'opinion de mon collbgue Borno
nelle, mais aussi en matiere criminelle et sur la nature juridique de la function
de simple police. Dans ces conditions, publique. je suis pourtant d'accord ayec
il a pu croire qu'il 6taitutile de designer lti sur le droil qu'a ie Prdsident de la
le tribunal qui devait infliger l'amende A BR1pblique de revoquer tout fonction-
I'agent de change. naire ou employee nomm6 par lui. Mais
Eu tout cas, on ne saurait en induire j'estime qu'au rebours de ce qu'il pense
qu'il ait eutendu que Ia destitution, peine ce droit de revocation s'dtend aux agents
correctionnelle, put etre appliquee par de change et courtiers.
le chef de l'Etat. D'abord, si l'on soutient chez nous
M. Abel Leger: Ce qui fortifie mon que le Chef de l'Etat ne peut revoquer
opinion et me fait croire, dans la ques- un agent de change, c'est parce que la
tion qune nous discutons, que a destitu- majority des auteurs francais sont de
lion est synonyme de ( revocation, ) cet avis. Mais, qu'on le remarque bien,
c'est que le texle qui fait I'objet de ces en France, cetle opinion repose sur
d6bats est, il me semble bien, le m6me la tradition et sur la loi. Avant la R6vo-
qu'en France, et que, IA, nous voyons lution Francaise, la patrimonialild dtait
que c'est le Premier Consul qui desti- un mode de recrutement des functions
tuait publiques. Supprimde par la Constituante
M. Aug. Montas : II me semble pour- comme une entrave A l'exercice de la









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 76


puissance publique, elle ne subsista Au surplus, si le President de la R6pu-
pas moins dans la pratique pour certainis blique ne pouvait r6voquer un agent de
fonctions, mais sons de nouvelles former. change, comment le remplacer en cas
Vint la loi du 28 Avril 1816 qui accord d'abandon du lieu de sa residence ou de
aux avocats a la Cour de Cassation, aux retus de son service sans motifs 16gi-
nolaires, aux avoues, aux greffiers, aux times ?
huissiers, aux agents de change, aux Le notaire qui ne reside pas au lieu
courtiers, aux commissaires-priseurs, qui lui a 6et fix6 par le Gouvernement
le droit de vendre leurs offices sous la et qui est d6signu dans sa commission,
condition de presenter leurs successeurs cst consider' come demissionnaire at
SlI'ngrrment du Chef de l'Elat. En 16gi- replaced.
'Terant ainsi, le L6gislateur francais se Le juge qui, sans empechement 16gi-
souciait moins des considerations qui time d6ment constant ou sans cong6,
out d6cid6 le rapporteur A refuser an manque a trois audien es consecitives,
President le droit de revoquer un agent est r6put6 dimissionnaire et definitive-
de change, que des resources i procu- ment replaced.
rer au Tr6sor, si l'on -croit Mr H. Bar- Et I'agent de change ?
thrlemy, l'auteur d'un ouvrage remarqun Peut-on, en l'rbsence d'un texte, lui
de droit administratif, par l'auigmentation appliques I'article 3 de la loi notariale
du chiffre des cautionnements exig6s du 26 AoMt 18622?
des officers ministeriels.La measure prise, Je pense que non, 1'argumentation par
dit cet auleur, etait la compensation de analogie n'liant pas permise d'une loi
cetle exigence. Elle n'qquivant pas, corn- special a une loi sp6ciale, d'autant que
me on le dit parfois, au retablissement cctle measure legale 6quivaut A la debti-
de la v6nalit6 des offices d6signes par la tulion qui est une peine.
loi, le cautionnement n'etant pas, cor- Pretendre done que les agents de change
me jadis la finance, un prix de la fonc- ne peuvent 6tre revoques par le Pr6si-
tion pay6e a )'Elat. Elle a eu cependant dent, c'est leur reconnaitre plus de pri-
l'une des consequences de l'ancienne ve- vileges qu'aux juges que la Constitution
nalit: le droit de presentation 6tant ac- a pris soin pourtant de declarer inamo-
cord6 par la loi et consacr6 par un usage vibles.
seculaire, en priver les officers en charge Ls
serait commettre a leur 6gard un v6ri- Lous orno
table acte de spoliation. En r6ponse aux objections de notre
D'autre part, que les agents de change collogue Thibault, i'ai h faire cette ob-
soient, non pas -des fonctionnaires dans servation capital, que si j'ai conclu A
le sens que le droit administratifattache la non-rivocabilit6 de l'agent de change
a 1'expression, mais des officers minist6- par le Pr6sident d'Haiti, e'est que l'a-
riels, j'y soucris volontiers. Mais ce n'est gent de change n'est pas lii a 1'Etat par
oas ce qui peut empicher le le Chef de un contract de louage de services A duree
l'Etat de les r6voquer, en Haiti, puisque indkterminee, mais par le pacte sui
les greffiers, qui ne sont pas moins des generis de la loi qui l'institue, interpre-
officiers minist6riels, sont r6vopables tee par elle-meme et par les principles
chezuous, de l'avisde tous.Est-ce peut-O!re qui s'y rattachent.
parce qu'ils ne sont pas places dans un Cette th6orie n'ayant pas Wte contre-
6tat de subordination on de suj6tion ad- dite par notre coll6gue Thibault, tout ce
ministrative ; parce qu'ils sont indepen- qu'il opposait, y compris les consid6-
dants de la hi6rarchie ; qu'ils ne rations sur le droit francais, devait n&-
figurent pas enfin au budget national ni cessairement rester A c6t6 du d6bat.
au tableau des pensions civiles? Toutes C'est ainsi qu'il en arrive m6me A re-
ces raisons peuvent bien aussi dtre in- pousser des arguments qui ne se trou-
voquies en faveur des officers de l'Et t veni pas dans mon rapport.
civil qui sont pourtant revocables. Et d'abord je n'ai pas dit que la










77 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


non-revocabilift de l'agent de change
pouvait r6sulter, m6me de tres loin, de
ce qu'il est officer ministdriel ; et no-
tre colligue a pu repondre, trop faci-
lement, que le greffier, officer ministe-
riel, est pourtant revocable. Ce que j'ai
dit, c'est que, bien qu'il soit legalement
un officer ministiriel, bien qu'il soit
nomm6 par le Chef de l'Efit, I'agent de
change, come I'avocat, come le no-
taire, come l'arpenleur, autres officers
minisltriels, n'est point li6d I'Etat par
un contrat qni le rende rIvocable au
gre du Prdsident d'Haiti. Si le gri ffier,
officer ministeriel ogalement, est revo-
cable, lui, c'est que, par la nature de
ses attribulions, il occupe nn service
administralif et est li6 a 1'Etat par un
contract de louage de services.
Quant a l'officier de l'etat civil, ce
n'est pas seulement :a nature de ses at-
tributions qui faith de lui un fonctionnai-
re revocable, un locateur de services a
I'egard de administration publique ;
il fait parties du cadre adminislratif, en
vertu de la Constitution qui, dans la
section consacree aux Institutions com-
munales et d'arrondissement, art. 126,
s'exprime ainsi : c La redaction des ac-
tes de I'Mtat civil et la tenue des regis-
tres sont dans les attributions de cito-
yens sp6ciaux nommes par le President
d'Haiti et portant le titre d'officiers de
1'elat civil. >
II n'itait d'ailleurs pas besoin de cet
article pour affirmer que le service des
registres de I'EDat civil des ciloyens
constitue. par essence, un service d'ad-
ministration publique, et de premiere
importance. C s registres fournissent,
pour ainsi dire, le fondement legal de
l'organisation social et politique de la
Nation. a Les lists electorales, les
contr6les de l'armie, la justice civil et
criminelle ont pour base les registres
de l'tlat civil. n ( Planiol, Droit civil,
tome I, No 469 ).
Que l'officier de l'etat civil, apris cela,
ne figure pas au budget ; que son sa-
laire soit prelev6 par voie de tarif,
comme celui d'autres officers minist6-
riels non revocables ; qu'importe ? Je
n'ai pas presen!d I'inscription au budget


comme un elIment caractristique, es-
sentiel, du fonctionnaire. Etant donned
que les v6ritables fonctionnaires sont,
en faith, generalement insciits au bud-
get, j'ai simplement note, entire autres
traits accessoires (au surplus, ai-je dit),
que l'arpentpur, I'avccat, le notaire, I'a-
gent de change ne figurent pas au bud-
get. Cela n'avait que la valeur d'une
indication, en quelque sore, exter-
nc. Non seulement je n'ignorais pas
la situation des officers de 1'tat civil ;
mais je n'ignorais pas non plus,--- notre
collogue Thibault n'en parole pas- celle
des receveurs de l'enregistrement. Ces
receveurs sont des 'onctionnaires r6vo-
cables, sans doute aucun ; pourtant,
ils ne sont pas salaries par la voie du
budget. Qu'importe ? Is le sont par
voie de prelivement sur les droits qu'ils
percoivent.
Disons, pour terminer, que je n'ai
pas demanded qu'on appliquit a l'agent
de change l'art. 3 de la loi nolariale.
J'ai nontr6 que, par la seule applica-
tion des principles generaux et des art.
127 et 128 de la Constitution, l'office d&
I'agent de change peut 6tre, le cas
dchdant, declare vacant par le tribunal
civil ; et j'ai fait observer que cette so-
lution est d'autant plus justifiee, en
droit, qu'elle est celle mnme que la loi
notariale a indiqune danzs des circons
dances juridiques analogues. C'est 1l
un argument to t autre et d'une port6e
bien plus considerable que celui que
notre coll6gue repousse mais qui ne se
trouve pas dans-mon rapport.
Au demenrant il n'est pas superflu
de signaler l'inexactitude de cette pro-
position suivant laquelle la measure
lWgale qui consist A considerer comme
une d6mission le defaut de residence
( dquivaut A la destitution qui est une
peine.
La destitution est une peine correc-
lionnelle qni entraiue, entire autres'con
sequences rigoureases, ia privation du
droit d'exercer aucun empl 'i ou fonc-
tion publics pendant trois mois au
moins et cinq ans au plus (art. 30. C.
Pon. )
La declaration de admission n'a aucun









REVUE DE'LA SOCIETY DE LEGISLATION 78
I -


caractere p6nal; c'est le r6sultat nor-
mal et civil, judiciairement constate, de
la rupture par l'officier public de son
pacte 16gal.
M. Aug. Montas :
Le droit de revocation est corr6la-
tif de celui de nomination et ils doi-
vent i'un et l'autre appartenir A la mdme
nutorit6. Mais de m6me que le President
de la R6publique ( ne nomme aux em-
plois et functions publiques qu'en vertu
de la Constitution ou de la disposition
express d'une loi et aux conditions qu'el-
le prescrit ) ( article 100 de la Constitu-
tion,) de meme il ne peut revoquer
qu'en se conformant A notre pacte fon-
damental et h nos lois particulieres.
II n'a d'autres pouvoirs que ceux
que lui attribuent formellement la Cons-
titution et les lois particulieres votes en
vertu de la Constitution, articlee 107).
Or si, de la loi sur l'organisation judi-
ciaire et de la loi du 6 avril 1880, on
peut d6duire le droit, pour le Chef de
l'Elat, de revoquer les greffiers, les
huissiers audienciers et les officers de
l'Ftat civil, celle du 26 septembre 1890
sur les agents de change ne permet
pas de lui accorder cette prerogative. Le
chef de l'Etat ne peut r6voquer
ni destituer cette cat goric d'of-
ficiers ministdriels pas plus qu'il ne
peut revoquer ni d estitu er les
avocats, les notaires et les arpenteurs.
Les lois du 18 Octobre 1881, (article 31),
du 25 Aofit 1862, (article 39), du ier
Septembre 1845 (article 40, 2e alinea),
du 25 Septembre 1890 (articles 9 et 13)
disent en terms formels comment les
avocais, les notaires, les arpenteurs et
les agents de change peuvent 6tre priv6s
de leurs offices. Ce sont les tribunaux
qui, dans le cas ofi des torts graves leur
sont reproch6s dans l'exercice de leurs
functions, doivent prononcer la destitu-
.'on des notaires, des arpenteurs et des
;.gents de change. C'est le Conseil de
discipline qui est appel, h prononcer
contre I'avocat la peine de la radiation.
En ce qui concern les agents de
change, voici en quels terms s'expri-
menl I'article 9 (4e alinda) de la loi du


26 September 1890 et Particle 86 du code
de Commerce:
( Art. 9 de la loi du 26 Septembre
1890 (4e alinea). Toute contravention
aux dispositions du present article en-
trainera la destitution et une condamna-
tion d'amende qui sera prononcee per
le Tribunal civil dans ses attributions
correctionnelles.)
( Art. 86 du code de Commerce.
Toute contravention iux dispositions
enoncees dans les denx articles pricedents
entraine la pine de la destitution et une
condemnation d'amende qui sera pro-
noncee par le Tribunal civil dans ses at-
tributions correctionnelles.)
Peut-on objecter que si la destitution
devait 6tre, comme l'amende, prononc6e
par le Tribunal correctionnel, ces arti-
cles porteraient : qui seront prononc6es
par le Tribunal correctionnel.
Ilest permis de penser que c'est par inad-
vertance qu'on a employee le singulier
au lieu du pluriel. En tout cas,
l'application des peines encourues &,ant
laiss6e aux Tribunaux, il appartient'aux
juges de prononcer conformement A la
loi, en outre de l'amende, la destitution.
Comme les notaires et les arpenteurs,
les agents de change ne peuvert done
eire destituws que par des jugements.
Mais que decider dans le cas oh un
agent de change ne reside pas dans la
ville que lui assigned sa commission? dans
le cas oft il refuse de d(ferer aux requi-
sitions qui lui sont failes pour les actes
reutrant dans ses attributions ? Est-on
d6sarm6 en l'absence d'un texte A cet
regard ?
L'art. 3 de la loi sur le nolariat dis-
pose ainsi :
(( Chrque notaire est oblig6 de r6sider
dans le lieu qui lui a 616 fixd par le
Gouvernement et qui est d6signe dans sa
commission. En cas de contravention,
le notaire est consid6ri come d6mis-
sionnaire, et il est pourvu A son rempla-
cement.)
L'art. 9 de la loi sur I'arpentage est
ainsi concu :
c Les arpenteurs ne peuvent, sons
peine d'etre suspendus de leurs fonc-
tions pendant trois mois au plus, refu-









79 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

.ser de se rendre aux requisitions qui leur naires de l'administration,r6vocables au
sont faites par les particuliers. gre du Pr6sident de la Republique.
L'art. 25 de la loi sur l'organisation La loi speciale sur les agents de change
judiciaire s'exprime ainsi : ne parole que de destitution et d'amende:
( Le juge qui, sans empechement 14- ce sont IA ces pines qui no peuvent
gitime, dtment conslale, ou sans cong6 etre pronounces que par ]e pouvoir ju-
aura manqu6e trois audiences conse- diciaire. II est d'ailleurs dit express6-
cutives, sera rdpute demissionnaire et ment que ces peines seront appliquees
definitivement replacee) par le tribunal correclionnel. Pour tous
Les agents de change seraient-ils les cas non formellement pr6vus et tou-
par hasard plus favorises que les nolai- tes les fois que par le faith de l'agent de
res, les arpcnteurs et les magistrals, mal- change des int6rets particuliers anront
gre I'inamovibi:ilt de ces derniers? II ne dit ls&, il faudra en ref6rer A la ju-
peul pas en 6tre ainsi. Ce n'est pas uni- ridiction de droit common, au Iribu-
quement dans leur intir&l, on le sait, que nal civil.
les agents de change sont instilues, c'est L'agent de change exerce un mono-
surtout pour I'utilit6 du commerce. 11 pole. De graves intir6ts lui sont con-
faut done qu'ils soient toujours dans le fis : ce serait risquer de les compro-
lieu oil le pouvoir a jug6 leur ministire mettre que d'exposer cet intermediaire
necessaire, afin de se charger des neg ,- necessaire aux caprices d'un Pouvoir
citations que les commercants veulcnt trop souvent ombrageux. Alais si l'a-
leur confier. L'oubli de ce devoir, de la gent de change une fois noimm6 ne
part des intermidiaiaires officials, place- pout pas itre facilement mis hors de
rail d'ailleurs les vt.gociants dans une si- sa charge, il imported que sa nomina-
tuation tr6s embarrassante, puisqu'ils ne lion soil enlouree des garanties les plus
pourraient, sans s'exposer a des pour- serieuses. II fault lui imposer des con-
suites, confer leurs operations A d'au- editions d'honorabilit6 et de science qui
tres intermndiaires. donnent toute confiance aux hommes
La raison vent done que leurs fonc d'affaires obliges de recourir A son mi-
tions ne soient pas conservees aux agents nistlre, puisque ceux-ci n'ont pas la
de change s'ils ne resident pas habituel- libcrt6 du choix. C'est pourquoi je
lenient dans le lieu que leur a assign propose A la SociWte d'6meltre le voeu
leur commission, s'ils ne remplissent que les conditions prevues par la loi
pas leurs obligations et Irahissent les in- pour t6re agents de change et qui me
terets qui leur sont confines. paiaissent insuffisantes soient renforc6es
Dans ce dernier cas, sur la plainte des dans l'interet du commerce et des
narties inlressses oun d'onfficn nar le Mi- agents de change eux-m6mes.


r-- --- r---, r-
nislere public, ils se'ont traduits devant
le Tribunal civil de leur ville, pour se
voir diclarer d6missionnaires.
En effect, le Tribunal civil peut soul
rancher la difficult, ainsi qu'il resort
des textes constitutionnels invoqu6 par no-
tre collgnue Borno,et qui disposent (art.
127 et 128 de la Constitution ) que les
contestalions qui ont pour objet des
droits civils ou politiques, soot exclusi-
vement du resort des Tribunaux.
M. Bellegarde. --- Je partage l'opi-
nion du rapporteur. Comme lui, je pen-
se que I'agent de change ne doit pas
atre assimiie aux fonctionnaires ordi-


-La discussion close et la question mise
auxvoix,la iajorite opine((que le President
de la Repnblique ne peut ni r6voquer,
ni destituer tn agent de change; qu'il
ne pout r6voquer, parce que l'agent de
change, bien qu'il soil un officer minis-
teriel, n est pas un fonctionnaire public ;
qu'il e pent destituer, parce que la des-
titution, etant une peine correctionnelle,
aux terms de l'article 9, 'adliua 3 du
Code penal, ne peut etre prononcde que
par le tribunal civil ed' ses attributions
correctionnelles ; mais qu'en dehors des
cas pr6vus pour la destitution dans le
code de Commerce et dans la loi du 25









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 80


septembre 1890, si l'agent de change
manque aux obligations qui lui son im-
posees explicitement ou implicitement
par la loi, par example, A l'obligation
de resider au si6ge fix6 par sa commis-
sion ou A celle de preter son minister,
lorsqu'il est 16galement requis, il
doit 6tre ass:gn6 devant le tribunal civil
de sa residence pour se voir considerer
comme ayant renonc6 A son office.))
-La reunion adople le voen propose
par Monsieur Bellegarde.


lapport

Messieurs,
Vous avez bien voulu me charger du
rapport sur la double question suivante:
Quel est I'cffet de i'amnistie ou de la
grace sur le marriage dissous on vertu
de l'art 212, 5e alinea, du code civil ?
Quelle est la- situation des enfants nds
avant comme apits l'amnistie ou la
grace ?
Pour la bien examiner, il imported d'd-
tudier quelqie peu ces'deux institutions.
C'est, ch< z nous, une des prerogati-
ves constitutionnelles du Chef de l'Etat
que le droit d'amnistier on de gracier.
II l'exerce, en s'inspirant de motifs
d'intr&6t on de justice, pour faire l'oubli
sur certain fails delictueux ou pour re-
parer des erreurs judiciaires. L'amnistie
ou la grace neutralisent done le droit
qu'A la soci6td de poursuivre ses mem-
bres qui commettent des infractions a
l'ordre social et d'executei les jugements
rendus centre eux, soit en empechant
on en arretant les poursuites on en effa-
cant les condemnations, soit en remet-
tani l'ex6cution de tout on parties de la
peine ; mais elles laissent subsister l'ac-
tion en reparation du dommage qu'ont
occasionne ces infractions. Si 'arnnistie
diffire de la grice en ce que celle-ci,qui
ne peut etre accordde qu'apres le juge-
ment, ne produit ses effects que dans


I'avenir, tandisque celle-lI. qui :inter-
vient avant comme apres la condamna-
tion, d6truit jusque dans le passe le
faith d6lictueux, elles out cet effet com-
mun, d6s !eur intervention, de fair
cesser la peine ainsi que les decheances
pro. onc6es par les juges ou idictdes par
la loi, sauf, bien entendu, le respect da
aux droits acquis.
La dissoluliou du marriage 6tant une
des ddcheances que la loi attache aux
condamnations contradictoires et defi-
nilives i des peines perp6tuelles a la fois.
affliclives et infamantes, il semble que
l'amnislie ou la grAce fasse revivre le
marriage ainsi dissous. Pourtant il n'en
est pas ainsi, a notre avis. L'amnislie ou
la graice n'est qu'une renonciation a se
prevaloir du, caractlre delictueux de
I'infraction pur obtenir centre lb cou-
pable I'applicalion d'une peine ou 1'e-
xeculion d'une condemnation penale.
Mais elle ne peut detruire dans le pas-
se des decheances encourues par la seu-
le force de la loi, puisque ces d6ch6an-
ces ont pu donner naissance A des droits
acquis pour les tiers. Elle habilite seule-
ment l'Ppoux condamnn A contractor un
nouveau marriage, le premier demeurant
A jamais dissous.
Si, malgrd la dissolution du lien con-
jugal, la vie commune subsiste entire les
epoux, les enfants qui naissent avant
i'aninistie ou la grace, sont des enfants
naturels. Cependant l'6poux condamna
ne peut point les reconnailre inmme
apres l'amnistie ou la grace; I'incapacit6
don't ii a et6 frapp6, a pu fire naitre
des droils acquis pour les tiers.
Qu int a ceux qui sont nes depuis, ils
sont 6galement des enfants naturels, mais
ils peuvent htre reconnus par I'6poux
condamn6, I'amnistie ou la grace le fai-
sant rentrer dans ses droits civils et po-
litiques.
Telles sont les conclusions que j'ai
I'honneur de soumettre A votre appr6-


ALFRED THIBAULT












REVUE

DE LA

SOCITAT "DE LEGISLB.TAIOI


DB la pension civil

Un Senateui disail un jour a un dB-
put6 :
-- Dans un pays oiI le travail n'est
pas organis, l'Etat a pour devoir es-
senliel de nourrir les citoyens.
El cette phrase 6lait prononcee au
moment du vote d'un budget, alors que
tout le monde ftait d'accord pour qu'il
y efit pour chacun, a la suite d'une s6rie
de cordiales concessions mutuelles, une
petite allocation, qui, dans ses propor-
tions modestes, n'6tait pas de taille,
vraiment, A oberer la Caisse publique.
Et ceci explique A la fois la pullulalion
des fonctionnaires et le nombre de plus
en plus croissant des pensionnaires.
Parcourez les dernieres pages de ce do-
cument informed, quand nous avons le
bonheur de I'avoir, ce qui n'arrive pas
toujours, qu'on d6core pompeusement
du titre de Budget general de !a Republi-
que, vous serez 6lonn6 de la quantilt d'-
haitiens et d'haitiennes qui 6margent au
grand livre des pensions civiles tenu au
Minist&re.des Finances. Chaque ann6e,
de nouveaux noms s'ajoulent aux anciens;
les morts n'y cddent pas leur place aux
vivants : Port-au-Prince, par un pheno-
mene tirange ofi ii semble qu'il y ait une
sorte de complicate entire les grands pou-
voirs publics, possede les memes pension-
naires que St Marc et Jacmel. Les choses
n'onw qu'a aller ainsi pendant quelques
anoues, et nous verrons le budget des pen-
sions civiles enflerjusqu'A d6passer tous
les budgets reunis. Et la raison est bien
simple, et c'est notre S6iateur qui est
dans la vdrit6 des faits :
Dans un pays oi le travail n'est
pas organism, l'Elat a pour devoir essen-
tiel de nourrir les citoyens.


Dans leur'jeunesse et leur Age mfir, it
fant qu'il en fasse des fonctionnaires,
dans leur quasi-vieillesse, ne peul-on
par faire liquider sa pension des qu'on
a atteint cinquante ans il faut qu'il en
fasse des pensionnaires. Et pour peu que
la limited de la mortality recule, et elle re-
culera avec le sentiment de I'hygiene tant
publique que priv6e qui nous gagne de
plus en plus, il arrivera un jour oh le
uombre des pensionnaires l'emportera sur
celui des fonctionnaires.
La faute n'en sera pas aux v6ritables
pensionnaires, pauvres vicux qui, ayaut
rendu des services a leur Pays, ne deman-
dent qu'A vivre ou A mouiir doucement
A l'ombre des feuillels du Grand livre ,
mais, A la loi qui est mal faite, et qui,
parce qu'elle est mal faite, ne sera pas
modifi6e ; 'ar, personnel, le legislateur
moins que personnel, n'a intir6t a mo-
difier une loi qui, a part qu'elle permet
1'6margement au budget des fonction-
naires sans fonclion qui ne tendent qu'a
redevenir fonctionnaires en function, est
une source de doux abus et d'appriciables
privileges, et pour ceux qui preparent le
budget, et pour ceux qui le votent, et
pour ceux qui sont appeals A l'ex6cuter
ou a le faire executer.
La loi, on plnt6t les lois sur les pen-
sions civiles ne seront done pas modifies:
trop de gens sont intdresses A leur main-
tien. C'est pourquoi nous allons les dtn-
dier telles qu'elles sont, essayer d'indi-
quer rapidement, au course de cette etu-
de, les modifications qu'il serait bon d'y
introduire ; rappeler la tentative qui a
itd faite dans ce sens par l. Fdquiire,
alors qu'il siegeaai i la Chambre des
Represenlants, et don't la proposition de
loi, qui marquail dejA un progres sur la
16gislation actuelle, ie traine, inconnue,
dans un cahier ignore d'ofh I'a t6 tirer


20e ANNL'E, N'O 12 & 13-.


PO RT- AU-PRIN CE


MARs-AYRIL 192.








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


pour me la communiquer, la gracieuse chose publique, a des droits A la recon-
bienveillance de son auteur. naissance de la Nation, et peut, suivant
Les pensions civiles ne doivent pas la duree et la nature de ses services, pr6-
iLre confondues avec les gratifications, tendre aux rdcompenses.
bien qu'elles soient toutes deux des re- Ce sont les m6mes principles qui ont
compnses p6ecuniares. Les ciloyens ont servi de fondement a nos lois r6mund-
le droit a'x premieres pour les services ralives. II est evident qu'ils doivent de-
de longue dur-e qu'ils ont. rendus an corps meurer la seule regle de l'admissibilit6
social ; ls miritent les seconds qui sont dans la liquidation des pensions on des
considir&es come le prix d-s pertessonf- gratifications sur fonds g6ndraux. Nos
fertes, des sacrifices pour I'uti'ild publi- lois, actuellement en vigueur, s'en sont
que, on des avanlages reels et constales largement inspires ; on en trouve pres-
procures l1'Eta1, Contrairement A la pen- que l'expos6 el la reproduction dais
sion qui, une fois liquilde, ne s'eteint les articles 2. 30 et 31 de la loi gdndralo
qu'a la mori dn pensionnaire, sanf les de 1864 sur les pensions civiles.
causes de suspension privues par la loi, Notre code r6munnratif se compose
la gratification ne pent ktre accord6e d'un ensemble de lois parmi lesquell2s
qu'nne fois seulement. Cest IA le princi- on trouve la loi generale: celle du 16 no-
pe ge6nral atqiqel cependant I'article 33 vembre lS,6, modified par cellos du 21
de la loi du 16 novembre 1864 a apporlV seplembre 188. et dI 10 aoti 1894 : et
un certain temperament. des lois speciales : cell du 13 septembre
Quoi qu'il en soit, recompenses hono- 1891 sur !a retraite des juges, compl6t&e
rifiques et pecuniaires, pensions et gra- par la loi additionnelle du 2 juin 1900,
tifications, confondnes dans un meme riglementant an point de vue de la pen-
loi, otn totes pour objel essential de rd- sion, le sorl des veuves des magistraits,
compenser les services rendus l1'Etat. et ci lie du 17 aoft 1898, sur la pension
Rien ne pourrait servir de meilleur de retraite des instiluteurs.
preambule a rino- lois sur tes pensions D6gageons de ces lois les regles qu'el-
de retraile que les principles g6n6raux les renfermenl.
sur les recompenses con!enues dans les Les pen ions de r e t r a i e constituent
premiers articles de la loi du 22 aoil une delle vingre la charge de l'Etat
1790, promulgude en France, en pleine don't le capital est ddlinitivement amorti
tourmente rdvolutionnaire. Reproduison- par le drcis du lilulaire. Elles se com-
les : posent : 1 0 des pensions accordees par
1 L'Etat doit recompenser les ser- des lois g ,n6rales aux fonclionnaires
vices rendus au Corps Social, quand leur publics ou aux mililaires qui out cess6,
importance et leur durde m6ritent ce t6- dans des conditions ditermin6es,le service
moignagne de reconnaissance. La nation qui leur 6lait confit 2 0 de certaines
doit a ssi payer aux ciloyens le prix des rentes viageres, accordbes :i tire de r1-
sacrifices qu'ils ont fails a l'Utilite publi- compenses sp6ciales, par des lois sp6cia-
que ; les. 11 u'existe, en principle, aucune idde
02 Les seuls services qu'il convient a de faveur dans l'allocation d'une pension,
I'Etat de recompenser sont ceux qui int- sauf les abus inevitables de la prati-
ressent la SociH'i enlibre. que dans ce pays ;fi les ineilleures ins-
3 Les sacrifices don't la nation dolt titutions sont faussees par la mauvaise
payer le prix sont ceux qui naissent des foi des gouvernants, c'est--a--dire,
pertes qu'on eprouve en defendant la de ceux--Il memes qui sont appe-
Patric on des d6peuses qu'on a faites l1s A les respecter et a les fire respec-
pour lui procurer un advantage r6el el ter. Cette collation des pensions consti-
constat6. tue l'acquittemeut par l'Etat d'une v6-
40! Tout Citoyen qui a servi, defendu, ritable delte. Tout refus on uoute mau-
illuitr6, eclair6 sa patrie, et qui a donn6 vaise liquidation de la pension violent
uu grand example de devouemeut i la un droit et autorisent un recours en










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 83


justice, devant les tribunaux civils de
la R6publique, de celui don't le droit
aura 616 meconnu ou viol6.
Toute liqnidation de pension, pr6pa-
ree par le Secr6taire d'Etat competent,
est faite par le Secrdtaire d'Etat des fi-
nances, et arr8t6e d6finitivenent par le
President, sur 1'Avis du Conseil des Se-
crelaires d'Etat. Des pensions, ainsi ad-
mises, sont inscriles sur le grand liure
did's pensions civiles tenu at Ministlre
des finances. D'apres l'article 29 de la
loi de 1864, I'inscription comprend: I o
Les nom et pr6noms du pensionnaire
o la dale de la naissance et la fonc-
tion qu'il a exerc6e el qui aura servi de
base A la fixation de sa pension ; 3 le
montant de la pension ; 4 la date de
jouissance ; 5 cell de I'ArrWt a d'ad-
mission du Pr6sident de la Republique.
Un extrait di registry est dlivre a cha-
que pensionne : c'est le livret ; et, c'est
sur I'exhibition de ce livret sur lequel
chaque paiement est constat6, que. la
pension est acquitl6e, chaque mois, par
douzieme.
Une fois inscrite au grand livre, la
pension devient irrevocable ; cependant
le droil i la jouissance de meme que le
droit a l'obtention, est suspend dans
les trois cas suivants indiqu6s dans l'ar-
ticle 16 de la loi g6nerale: lo par la con-
damnation A une peine afflictive et in-
famanie pendant la dur6e de la pen-
sion ; 2o par les circonstances qui font
perdre la quality d'haitien, durant la pri-
vation de cette quality ; 3o par la r6si-
dence hors du territoire de la Rupnbli-
,que sans I'autorisation du Chef de I'Etat.
La pension a un caractere alimentaire.
et c'est ce caractre qui a motive les re-
gles suivantes : son incessibilil[ ; son
insaisissabilit6; la prohibition du cumul
de la pension de retraite avec un trai-
tement d'activite ou un autre trailement
de retraite; la prohibition d'accorder une
pension au-dela de la moiti6 de ce don't
on iouissait A titre de traitement or
d'appointements fixes dans la function
que l'on occupait ; la prohibition d'ac-
corder une pension exc6dant cent gour-
des par mois.
Done, au cas of un pensionn6 est


appel6, apres sa retraite, a remplir de
nouvelles fonctions, il sera tenu d'op-
ter entire le traitement alloue aux dites
functions et le montant de la pension.
En cas d'option pour Ie traitement, le
pavement de la pension demourera sus-
pendu pendant tout le temps qu'il exerce
ses nouvelles functions. Cependant, par
derogation an principle de la prohibition
du cumul d'une pension et d'un traite-
ment, le President de la R6publique, en
vertu des dispositions du deuxieme ali-
n6a de 1'article 15 de la loi de 1864,
peut autoriser le cumul a condition
que la pension et le traitement r6unis ne
d6passent pas la limited maxima de cent
gourdes.
En se placant au point de vue des
conditions legales du droit, il faut di-
viser les pensions de ret-aite en trois ca-
tLgories : to les pensions civiles regies
par la loi g6nerale de 1864, modified
par les lois de 1884 et de 1894, payables
sur fonds de retenue;2oles gratifications
les r6compenses nationals les pensions
viageres accordees aux anciens P residents
de la R6publique, les pensions accord6es
aux Secr6taires d'Elat, aux S6nateurs,
aux d6put6s, payables sur fonds g6n6-
raux, et 3o les pensions militaires des
armies de terre et de mer qui sont pa-
yables sur fonds g6neraux et sur fonds
de retenue, pnisque la loi du 8 Novem-
bre 1864 sur la pension militaire, dans
son article ler,d6clare applicable A cette
cat6gorie de pension les regles g6n6rales
prescribes par la loi du 16 Novembre
1864, Or, cette derniere loi, en son arti-
cle 36, prevoit une retenue de 1 olo sur
toutes sortes d'appointements.
D'apres la loi du 16 Novembre 1864,
le credit sur lequel les pensions civiles
sont payables 6tait form de deux res-
sources : lo une subvention de I'Etat.
L'article 3 dispose, en effet: c Chnque
annie, une some sera inscrite n bud-
get de l'Etat pour subvenir au paiement
des pensions. .etc...2e-une retenue
de 1 olo A faire par l'Administration fi-
nanciere sur tous les appointments,
indemnit6s et traitements allouts aux
functions 6numbr6es dans le tableau an-
nex6 a la loi. Cette retenue ne pouvait











84 REVUE bE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


Otre prclevie qu'a partir du ler Janvier
1874, et la subvention de l'Elat ne pou-
vait eire que de la some necessaire pour
compl6ter le service courant des pen-
sions.
La loi du 24 Septembre 1884, r6ta-
blissant la loi sur la pension civil et
militaire qui avail W61 abrog6e par une
loi du 21 Juillet 1871, apportant a ce
point de vue des modifications a la loi de
1864,les resources affectces, depuis lors,
au service des pensions se composent :
lo d'une subvention de I'Etat ;
2o d'une retenue de 1 olo par mois;
3o d'une revenue du premier douzieme
de nomination el d'entree en functions.
Contrairement aux dispositions de l'ar-
ticle 36 de la loi de 1864, ces diff6rentes
revenues ne sont faites par 1'Adminis-
nistration des Finances que sur les ap-
pointements et traiiements et non sur les
indemnitis. Done les indemnilts pre-
vles et fixees par la Constitution: cells
du President de la Republique,des Secre-
taires d'Etat, des D6put6s et des Sena-
teurs sont exondrees de toule retenue.
C'est cc qui rdsulte, d'ailleurs, de la loi
interpretative du 8 Juin 1886 qui, dans
son article 2, soumet a petition les
valeurs touches sur les indemnites, ces
valeurs l'ayant dt au m6pris d'une dis-
position de loi prohibee.- Quant aux
terms de douziime d'entr6e en fonc-
tion on de nomination, et de douzieme
d'augmentation, leur sens, pour eviter
toute equivoque, est precisd par la loi
interpretative du 30 Septembre 1891: le
premier s'applique a ceux qui, la pre-
miere iois, occupent une function dans
I'Etal ; le second r'applique aux fonc-
tionnaires actuels ou anciens, nommes h
une foncti -n plus remun6ere que la der-
niere qu'ils ont occupee. Le prilivement
de la revenue 6tant une consequence du
droit A la retraite, cette derni6re loi a
biei fail de declarer, ce qui pouvait
etre douteux, que les employes inf6rieurs
qui n'ont pas droit a une pension, ne doi-
vent pas supporter de revenues.
Pour avoir droit A une pension, le
fonctionnaire dolt remplir deux condi-
tions : avoir cinquante ans rvrolus et


avoir rempli pendant vingt ans, au
moins, un service actif dans une des
functions 6numCrees. au tableau annex
a la loi du 17 Novembqe 1864. 11 ya
trois classes, d'apres cette loi. Elle dis-
pose dans son article 20 : La liquida-
tion s'dtablit sur la duree effective du
service, en observant la division en trois
classes, de vingt, vingl-cinq, trente ans,
.telle que cette division est indiqune au
tableau ci-annex6, et en n6gligeant l's
fonclions.) Aujourd'hui, il n'y a plus que
deux classes, puisque d'apres I'arlicle 18
de la loi du t1 Aoft 1873, modifiant eu
grande partic la loi gen6rale de 1864
vingt-cinq ans de service, c'est le mini-
mum exige.
L'article 24 de la loi de 1864 6tablit
une exception toute de justice, Le fonc-
lionnaire on employee reconnu hours
d'6tat de continue activement sos fonc-
tions, par suite de blessures ou d'infir-
mit6s contractees dans l'exercice des
m6mes fonc!ions, pourra Otre admis a la
pension: quel que soil son a'e; mais, ii
faut qu'il reunisse le nombre d'annses
de services exigd.
Ce nombre d'annees de service, en
principle, on ne le prouve que par des
pieces regulieres : lettres de service,
commissions et tons autres documents
justificatifs. Par exception, en cas de perte
des litres, dtiment constatee, les justifica-
tions exigees pourront I6re faites- par
une enquite mais la loi laisse le Gou-
vernement juge de la valeur de l'enquite.
Pour completer le nombre d'annies
exigibles, it est compt6 les annees de
service passes successivement dans dif-
f6rentes functions on peut y ajouter le
temps d'activit6 que le postulant a pass
au service militaire, et mime celui passe
dans le service de la garde national.
On ne peut obtenir la pension altach6e
a un grade on A une function qu'au-
tant que 1'on y a 6tC effectivement ins-
tall et qu'on l'a remplie pendant une
annCe au moins (article 8 de la loi de
1894). La loi de 1864 exigeait trois ans.
Les Secretaires d'Etat et les membres
du Corps 16gislatif jouissent d'une faveur
spkciale. Le Secretaire d'Etat a un sup-
plement de dix gourdes par chacune des










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 85


annies pendant lesquelles ii a tenu son
poite-feuille, lorsque diej il a fourni
le temps exig6. Pour les membres du
Corps e6gislatif, le supplement a lieu
apris trois annies de legislature, done A
parlir de la quatri6me-annke. Dans tons
les cas, ces pensions sur fonds gindraux,
comme cells sur fonds de revenue ne
peuvent excider cent gourdes. II n'y a
d'exception qu'en faveur des pensions
on rentes viag6res 6tablies par des lois
speciales, et des pensions accordees aux
chefs d'Etat dinissiunnaires. D'apris 'a
loi du 8 novembre 1860, I' Pr6sident
d'Haiti, qui, par suite d'infirmit6s on
pour tout aulre motif, jugera convena-
ble de se dimeltre des hautes functions
dodt il est rev6lu, jouira d'une pension
de relraile gale au tiers de l'indemnit6
allouee au Chef du Pouvoir Exucutif. 11
est ceilains que dans la pratique, cetle
loi sera d'une application plul6t rare.
Je ne la mentionne ici qu'A litre d'ex-
ceplion et de curiosity.
Bien qu'en principle la pension soil
viag&re et personnelle, cependant, lors-
que les conditions exigees par la loi
sont reunies, le droit A pension n'exisle
pas seulement pour le fonctionnaire: il
s'6tend A sa veuve. Elle regoil une quo-
tilM d6terminee de la pension accordde
a son maria, a tilre tde reversibililt. Dis
le d6but, l'article 5 de la loi de 1864 de-
clare qua les veuves malheureuses el.
giges de cinquante annies des fooction-
naires qui ont joui de la pension de re-
traite ont droil au quart de celte pen-
sion. Cette loi exige une condition, c'est
que le marriage ait 6,1 anterieur A la
cessation des functions du mari.
Une modification y a 616 apporlte, en
cequi concern la veuve du Magistrat
et celle de l'Instituteur, par I'article 2
dela loi du 22 juin 1900 additionnelle
i la loi du 15 septembre 1894 sur la re-
traite des juges, et par l'article 3 de la
loi du 17 aoutt 1898 sur la pension de
retraite des Instijuteurs. Ces derni6res
lois, en effel, disposant purement que
la veuve du Magistrat de mime que celle
de I'Instituteur a droit au quart de la
pension don't b6neficiaient leurs maris
mis ou admis A la retraite, sans faire de


la condition del'anltriorili du marriage A.
la cessation des functions des maris, une
condition de leur admissibility A la pen-
sion, ont entendu modifier, sur ce point,
l'article 5 de la loi de 1864. Nous pou-
vons done d(clarer, sous leur empire,
que le quart de la pension de relraite
du Magistrate ou de l'lnstituteur est r6-
versible a leurs veuves, lors m6me que
le marriage serait poshtrieur i la cessa-
(ion des functions du mari. Ce bdn6fice
de la loi, elles ne pourraieni le perdre
que si elles convolaienten d'autres noces.
Il y a aussi dans noire 16gislation r6-
munerative, un cas, le seul cas de r6-
versibilit6 au profit des enfants : ii est
cr66 par la loi sur la pension de re-
traile des inslituteurs qui dispose dans
son article 3 : c le quart de la pension
de retraite des instilu.leurs on des ins-
tilulrices sera reversible a leurs enfants
miiieurs.
Supposons que la veuve laisse plu-
sieurs enfants miners, la part de pen-
sion don't elle aurail profile, est-,elle dis-
tribune aux enfants juequ'A ce que le
plus Ag6 ait atleint sa majorild ? S'o-
pere t-il, au contraire, une reversion des
plus tg6s sur les plus jeunes, jusqu'a ce
que le plus june arrive a vingt et un
ans? La loi est muette IA-dessus. Dans
son silence, et dans l'esp6ce actuelle, je
ne crois pas qu'une pareille reversion
des plus ag6s aux plus jeunes puisse se
produire. Je le crois d'aulant moins quen
dans notre system r nmun6ratit, le prin-
cipe de la r6versibilil~ est d'exceplion.
11 u'y a rien de plus former que le lexte
de l'article 5 de la loi de 1864: < Touto
pension est personnelle et viagre, et
aucune pension ne sera accordde d qui
que ce soit avec clause de reversibilitd.)
L'exception 6tant de droil strict, la rn-
version no pourrait s'opirer qu'autant
qu'elle serait admise par un texte clair
et precis.
Quant au chiffre de la pension, il est
fixed pour chaque function dans un ta-
bleau annexe6 la loi gindrale de 1864.
Ce tableau a Wte d'abord modifi6 par la
loi du 13 septembre 1894 qui, dans son
article 10, pr6voyait au benefice des
magistrats mis on admis A la retraite:










86 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

une pension liquidee A la some de cin- sur fonds g6n6raux, puisque aucun pr6l-
quante gourdes. Cette loi, A son tour, a vcment fait sur ses indemnites n'a pu
,616 modifiee par cell du 28 octobre 1898, contribuer A augmenter les fonds de re-
seule aujourd'hui en vigueur, el qui lenue! El c'est 14 surlout qu'est la grande
accord au magistral une pension liqui- lacune, j'allais dire, la grande iniquity,
dde A la moiti6 de son dernier traite- de notre regime r6numnratif !
ment, s:ns que celte pension puisse ex- Dans une loi votee en France par le
ceder cent gourdes. S6nat, dans sa sauce du 7 mars 1879,
Ce tableau a Wte aussi modifi6 par la qui n'a pas encore subi l'6preuve de
loi sur la pension de retraite des Insti- I'autre Chambre et qui, dans 1'esprit
tuteurs, du 18 aofit 1898, qui accord de leurs auteurs, devait remplacer
aux membres du Corps Enseignant une pour I avenir le sysltme de ia loi du 9
pension 6quivalant au tiers de leurs ap- juin 1853, une idWe a pr6valu, que j'a-
pointements fixes. dopterais volontiers, suivant laquelle la
Vraimejt, la fixation du chiffre de la propri6t1 du Capital provenant des re-
pension de retraite, surtout pour les tenues ne doit, en aucune facon, 6tre
fonctionnaires les plus miritants, les enlev6e aux fonction..aires. La propri6t6
plus pauvres, et qui, par consequent, en des revenues leur serait assuree ; des
out le plus besoin, est trop draconienne. competes personnel leur seraient ou-
II importerait qu'on fil rentrer des e61- verls au TrBsor ; ils pourraient, au mo-
ments plus rationnels dans la determi- ment de prendre leur retraite, user d'un
nation de la liquidation. CrIez des cais- droit d'option. [Is auraient ou une rente
ses de retraile auxquelles la loi accorde- viag&re calculde suivant I'Age du forc-
rail la personnalitt civil, augmentez le liounaire et le total de son compete
pourcentage des revenues mensuelles, personnel, ou un litre de renle perp6-
mais que les pensions viageres que l'E tuelle, incessible et insaisissable qui,
tat doit assurer a ses anciens servileurs, apres sa mort deviendrail la propriete
aux vrais, aux tiles, ne soicnt pas in- de ses ayants droit. Ce serait la une base
fMiieures A la moitie de leur dernier lrai- plus equitable qui aurait, en outre, cet
tement ; faites qu'elles lendent de plus advantage, de limiter la d6pense que
en plus, vers la limited maxima de cent les pensions de rctraile peuvent, dans
gourdes. Augmentez, s'il le faul, le l'avenir, imposer au Trdsor. On pour-
nombre d'annees de se vice; reculez la rail, on devrait augmenter le pourcen-
limite d'Age vers l'extreme vieillesse; tage des revenues mensuelles, prelever
mais, ne rendez pas illusoires les se- cette revenue sur le traitement de tous
course que vous donnez, et qui sont par- ceux qui pr6tendent A une pension :
fois A peine suffisants a I'achat d'un sur les appointments comire sur les
morceau de pain. Triste l6at social que indemnits. Car, ainsi que je viens de
le notre et qui repose sur l'injustice le dire, et il est bon qu'on le redise. -
Un Monsieur consacre vingt cinq, il est souverainement injuste que ceux
trente annees de sa vie, A l'enseigne- qui peuvent pretendre a un chiffre de
ment et A l'dducation de nos enfants pension le plvs 6lev6 : s6nateurs, d6-
dans rios 6coles primaires, faisant ainsi puts, ministres, soient justementceux-
une besogne social de la plus haut1' l qui. parce qu'ils regoivent nne in-
importance. Arrive sur ses vieuxjours, demnit6, sont exondr6s de l'obligation
on lui jette comme pitance une pension de verser A la Caisse de retraite, leur
parfois de huit gourdes vingt centimes. premier douzieme d'entrde en fonctioa
Un autre, que la faveur du gouvernement et la retenue mensuelle.
envoie singer A la Chambre ou au Senat, Dans l'6tat actuel de notre 1egisla-
ofi, le plus souvent, it ne donne aucun tion r6munerative, les charges peuvent
example de morality et de probity, a droit devenir, un jour, ne le sont-elles
d'embli~ A une pension de cinquante pas djA ? 6crasantes pour l'Etat.
gourdes El qui pis est, il y a droitiC'est sur Ie problem de la recherche








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 87


d'un systeme plus rationnel tendant A
-limiter ces charges et A faire payer r6-
ellement leurs pensions par les fone-
tionnaires que doit se concentrer I'ef-
fort du 16gislateur. Et, au cas oil cette
petite revolution serait impossible par
suite des doutes que l'on a toujours
eus sur la probity de l'Etat et sur son
respect des deniers des autres don't il a
la garden, c'est A diminuer la pullula-
tion des pensionnes, c'est A ramener a
un chiffre plus raisonnable le chiffre de
la pension de ceux qui, recevant des
indemnitPs, ne contribuent pas, par un
abandon d'nne partiedeleur trailement,
a augmenter les fonds de retenue, que
doit lendre Ia Rdforme, mais une refor-
me qui s'impose.
II me semble que c'est bien lI le
but qu'a poursuivi M. le d6pute Fe-
quiere dans une proposition de loi
qu'il a ddposde sur les bureaux de la
Chambre des Repr6sentants, et qui,
parcel qu'elle visit a une modification
tr&s serieuse de la loi du 16 Novembre
1864, dort encore dans la poussiere des
archives.


mais aussi sur les indemnitds an pr61-
vement constituent une retenue de lo/o
par mois, d'un premiet douzieme d'aug-
mentation et d'un premier douzi6me de
nomination et d'entree en function. C -
tait faire contribuer a la formation des
fonds de retraite ceux-lA qui en ben6fi-
ciaient le plus.
Que ce project n'ait pas &t6 discul6,
vot6, adopt par lths Chambres 1egislati-
ves, il n'y a la rien qui nous puisse
causer le moindre Mlonnement. Ce qui a
toujours manque a nos Assemblies de-
lib6rantes, c'est le sens du desintires-
sement. I1 eit 0td d'un example trop
beau et tro- rare de voir un accord tou-
chant se prodoire entire Ministres, Sena-
teurs et d6putes, Four porter une main
sacrilege sur un de leurs privileges et
contribuer, dans un esprit de sacrifice
personnel, A diminuer, si minime qu'en
pft 6tre la proportion, les charges du
Tresor.
Le project de M. F6quiere, indicateur
d6ja d'une direction vers le mieux pos-
sible, nmriterait d'iere repris, remani ,
et compiled par 1'adjonction .de trois
i i- i 3 .-*


Le project F6quiere pr6voit d'abord Ilees. Lune tenarai a ecarrer au 1'uiE
que pour obtenir le maximum de la a la pension le fonctionnaire qui, par
pension a laquelle donne droit I'une des son etat de fortune, n'en aurait pas eu
functions Igislative, judiciaire, ou ad- besoin. C'eitt 6t redonner a la pension
ministrative, le citoyen devra l'avoir son veritable caraclre alimentaire, et
remplie pendant trois annses enlieres W'en pas faire une question de faveur,
et cons6culives. Les conditions pour an profit de quelques priiilegi6s. L'au-
I'obtention de la pension y sont modi- tre tendrait a un surelevemenl du chif-
fi6es au point de vue de l'Age et du fre pour ceux-lh don't la pension est
nombre d'ann6es de service exig6. vraiment drisoire et a la ramener a la
Pour avoir droit A une pension, le moiti6, au moins, de leur traitement ac-
fonclionnaire devra avoir atteint l'age lif, sans toutefiis que le chiffre exc6dit
de soixante dix ans r6volus et avoir cent gourdes. Enfin, la derniere tendrait
fourni A la nation un service effeclif de l'augmentation du pourcentage de la
quarante ainnes. Reculer la limited revenue mensuelle en vue d'alimenter
d'dge, el augmenter le nombre d'annes les fonds de la Caisse de retraite A crier
de service : c'est lA un moyen, efficace h laquelle serait conf6ere la personna-
de diminuer le nombre des pensionnss. lil civil, et de diminuer, par vote de
En outre, le privilege d'augmentation consequence, les charges de plus en plus
cr66 en faveur des Secrtiaires d'Elat et lourdes de l'Etat.
des membres du Corps 16gislatif n est Un pareil project, je le crains bien,
plus que de cinq gourdes, au lieu d'8- ne verra jamais le jour et ne se realise-
tre de dix. Et, chose equitable, le pro- ra jamais en loi. II y a dans notre pays
jet-F6quiere, revenant A la theorie de deux choses, presque deux institutions,
la loi de 1864, prevoit, non seulement qui vivent en parfaite harmonies et qui
sur les appointments et les traitements, n'entendent jamais perdre une paicelle









88 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


,de ce qu'elles croient leur droit : I'abus trente derni6res annees, la jurisprudence
et le privilege. est un peu plus large, paree. qu'elle s'at-
SEYE OUR P tache un peu plus a la pensfe du lCgihla-
SEYMOU PRADEL. teur. Aujourd'hui, elle est d6finitivement
-- fix6e, et c'est, a quelques leg6res reserves
pres, un resume que nous donnons ici des
L'article 148 du Code de Proc duro Civile rgles, des habitudes de la Maison a 1'6-
gard de l'art. 148.
Et d'abord, rappelons a quelques uns
L'article i,18 du Code de procedure qu'il y a une important difference entire
est de style dans les pourvois en Cassa- l'art. 141 du Code de procedure francais et
tion ; on n'a, pour s'en rendre compete, le notre : elle consiste en ce que le pre-
qu'a feuilleter le premier bulletin d'arr6ts mier n'est pas arm6 comme celui-ci de la
du Tribunal de Cassation qui vous tombe sanction de nullite. De sorte qu'en Fran-
sous la main. Presque a claque page de ce, les jugements n'encourent pas la pei-
ces recueils et des Requisitoires de M. Ed ne de la cassation pour omission d'une
mond H&raux, nous entendons ce moyen formality sans consequence ; on applique
qui chante a nos oreilles come un mo- les regles de procedure orJinaires, c'est-a-
tif de musique : Violation, fausse inter: dire qu'on fait la part des enonciations
pr6tation et fausse application de l'art. substantielles, des 6nonciations don't 1'ab-
148 du code de procedure civil. Fausse sencevicie la decision dans son essence
interpretation et fausse application ? A m&me. Quant aux autres, elles sont sans in-
force de voir ces caus-s de recours aller fluence sur le sort de la decision. Et c'est
ensemble dans les requetes a fin de "pour- tries bien ainsi.Lorsque de s6rieuxinter&ts sont
voi, on finit par ne plus s'apercevoir qu'el- engages dans un proces;que la parties gagnante
les font double emploi. Car il nous sem- s'est donn6 beaucoup de mal pour fair
ble bien qu'un juge fait une saine ou une triompher ses droits, par delA les lenteurs
fausse application d'un texte de loi, selon classiques de la justice, il est proprement
qu'il l'a bien ou mal compris, bien ou excessif de casser un jugement qui, on le
mal interpiCt&.L'adapiationdefectueusequ'il suppose, s'est mis en regle avec les pres-
en a taite a l'espece jugee, autrement dit criptions essentielles de l'art. 148, except
la mauvaise application derive, la plupart l'indication de la profession du defendeur ou
du temps, d'un mauvais proc6de d'inter- la reproduction int6grale des conclusions
pr6tation. Et, en derniere analyse, cela prises par les parties.
aboutit a un seul et mnme r6sultat :la
violation. Seulement, trois causes de re-
cours en Cassation fondues en une seule, Quelles sont les formalit6s de cet article
donnent une allure plus s6rieuse, un cer- que les juges n'observent pas toujours ou
tain air de complication a l'6nonc6 du n'observent pas exactement et qui, par
moyen. Peut-&tre, est-ce pour cela que suite, exposent une sentence a la cassa-
les avocats le presentent ainsi 9 tion ? Bien entendu, nous ne songeons
Nous disions que sur l'art. 148 nous qu'au premier alinea ; les deux derniers
avons une jurisprudence tris riche, exu- n'ont guere d'inthret pour nous : ils d6-
berante mnie. Cela vient de ce que les terminent seulement la march a suivre
formalities que les juges doivent observer pour proc6der a la redaction, reglant ainsi
dans la redaction de leurs jugements, sont les details de la preparation du jugement
toutes prescrites A peine de nullitd. De et les incidents auxquels elle peut donner
vrai, ii faut qu'ils se surveillent beaucoup lieu.
pour trouver grace devant nombre de d6- Rien de ce qui est prescrit dans la pre-
tails qu'il semble qu'on n'ait jamais fini miere parties du premier alin6a ne fait ques-
de r6gler et que la loi 6elve presque a la tion dans les pourvois. Les honorables
hauteur de formalities essentielles. Mais il juges du tribunal civil de Port-au-Prince,
est remarquable que, depuis ces vingt ou pour ne citer que ceux-la, signent leurs










i :VI[V: i!: LA SOCIETY DE LEGISLATION 89


jugements et paraphent les moindies ren- c par l'art i4r notre art. 148 et
vois audience tenant : c'est leur premier cc notamment les conclusions des parties,
movement apres la lecture faite par le r r6sultent d'enonciations continues dans
president de la composition. De mime. its < le jugement, quelles que soient la place
d6signent toujours les avocats des parties ( et la forme de ces 6nonciations : ainsi,
et le representant du Parquet qui a si6ge les conclusions des parties peuvent etre
dans l'affaire. a suffisamment constat6es par les 6noncia-
Celui-ci est toujours entendu apres les < tions combines du point de fait et des
plaidoiries, les repliques et contre-r6pli- < motifs.
ques, m6me lorsqu'il se leve et se couvre Cet arrft est d'accord avec l'esprit des
pour dire : J .e m'en rappoite a la sagesse la loi qui veut uniquement que les juge-
des juges. Nous croyons savoir qu'au se donnent la peine de bien lire les con-
Cap-Haitien, par example, l'officier du clusions, en sorte de ne rien oublier de
Pa.quet ne donne pas son opinion en ma- ce qui a &t6 demand. L'avantage est que
tire civile il se borne a dire la formule c'est moins coteux pour les parties ; et,
bien connue, ce qui, en droit, tient lieu si l'on peut ainsi dire, les resorts du ju-
de conclusions. Mais, en revanche, lors- gement ne sont pas alourdis par un rouage
qu'ils siegent au tribunal correctionnel, inutile. (i)
dans les causes oi le Ministare public est La jurisprudence se montre large a l'd-
partie principal, les membres du Par- gard du point de fait : un simple resume
quet du Cap concluent presque toujours des faits essentials de la cause met le ju-
par 6crit. Tradition du milieu sans doute. gement A l'abri du reproche. Meme si l'ex-
Voila pour la premiere partie. pose manque de clart6 parce que trop
C'est la second parties qui met les ju- bref, le jugement peut etre maintenu: les
gements a l'6preuve, c'est la que s'exerce conclusions -- il faut qu'elles jouent un
le tatillonnage de la parties perdante ; et r6le quelconque suppltent a cette brie-
les neuf dixiemes des arrets qui ont cass vete.
ou maintenu, selon les circonstances, les En ce qui concern le point de droit,
decisions de nos tribunaux, conaiennent les judges doivent s'interroger sur tous les
des consid6rants sur les diverse enoncia- chefs de demand contenus dans le dispo-
tions exig6es par l'art. i48. sitif des conclusions. Autrement dit, il
< La r6daction des jugements, dit-il, doit y avoir autant de questions dans n'im-
contiendra les conclusions des parties, 'ex- porte quelle parties du jugement qu'il y a
position sommaire des points de ait et de de points de droit i debate. L'omission
droit ,. Le Tribunal de Cassation tient d'une seule question important peut faire
pour la lettre de l'article a l'6gard des con- casser le jugement. I1 peut arriver que l'o-
clusions. Ecoutez : Les jugements doi- mission d'une question au point de droit
vc IL contenir & peine de nullit6 les conclu- corresponde a une lacune dans le disposi-
sions des parties. a ( Cas. 20 f6v 1907. ) tif. I1 peut se faire 6galement que, malgr6
Un autre arrdt dit avec plus de force : 'exactitude du point de droit, il ait 6tL
< Lesjugements n'ont pas rempli le vceu
de l'Frt. 148, lorsqu'ils n'o it pas trans- (1) Au mois de Mai 1911 dans un process
crit textuellement dans leur decision les qui est encore pendant au tribunal Civil, je
conclusions des parties. C ( Cas. Juin me rappelle avoir pris des notes, come re-
mime annee ). Et cela continue. Du temps prdsentant du Minist&re public, sur deux se-
de Boyer a ces temps-ci, cela n'a pas va- ries de conclusions d'au moins doue pages
ri, car nous isons a chose dans par conclusions. Etaient en presence Mes
ri, car nous lisons la meme chose dans J aujourd'hui
Enoch Desert et Justin Ddvot. atujourd'hui
un arrt ,du 9 f6vrier 1841 a Est nul le magistrat. J'ai dt6 sauv6 d'une besogne formi-
,( jugement qui ne content point textuel- dabe, car la composition pr6sid&e par M. le
a element !es conclusions des parties, e juge Maignan parlait naturellement d'ordon-
Ic pr6fire la jurisprudence franchise. a II ner communication des pieces an Minist&re
suffit, dit un arret de la Cour de Cassation public, j'ai dte sauve, dis-je, grice A la re-
de France, que ( les mentions exigd.s crudescence des 6evnements du Nord.









90 .EVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

omis de statuer sur l'un des chefs de de- etc ( 27 avril 1840 ). D'autres semblent
made. Dans les deux cas, ce n'est point s'attacher uniquement a la mat6rialit6 de
par un recourse en Cassation que 1'omission l'enoncia:ion, ab-t:action faite de son uti-
sc repare, come on essaie de le fair lite ou de sa fausset6. Ecoutez : ( En ad-
quelquefois, mais plutbt par la reque:e mettant que la profession d'une partie qui
civil, conformement a l'art 416, 4e alinea. se trouve dans un jugement d6f6r6 en
A moins, dit un arrkt cite par M. J. N. Cassation, ne fit pas veritablement celle
Leger, que l'omission ne porte sur une d&- qui dit s'y trouver, i! n'en r6sulte pas
fense, auquel cas la voie de la Cassation moins que les dispositions de l'article 148
est ouverte. ont &t6, sous ce rapport, bien observes,
Quant aux motifs, ils n'expriment que ( Cas. 28 Mai 1838. ) L'esprit de la loi
l'opinion raisonnee des juges, c'est la jus- voudrait plutbt que l'inexactitude, la faus-
tification du jugement. Pris en eux-memes, set6 de l'indication fit assimilee a un d6faut
c'est-a-dire dans leur contexture, ils ne d'indication. II y a meme 1 un a fortiori,
peuvent pas fonder un pourvoi: un mo- car I'erreur, plus encore que le d6faut de
tif errone ou qui en prend un peu i son mention, peut donner lieu, croyons-nous,
aise avec la logique ne vicie pas le juge- a une confusion de personnes... Dormez,
ment, pourvu que l'etreur ou la defec- morts hdroYques
tuosit6 reste sans eflet sur le dispositif doDt De notre temps, il y en a, dans les
on n'a pas besoin de dire que c'est la par- bulletins, au moins une dizaine qui, tout
tie oi se rassemblent, en un corps de d6- en posant la regle telle qu'elle est dans
cision, les deductions qui se tirent de l'article, ont annule des jugements pour
l'appreciation combinee des faits et des omission de la formality quant aux p rties
motifs. Mais un jugement qui serait de- dcmanderesses. II n'y a rien A dire jusque-
pourvu de motifs, ou don't les motifs ne 1l. Mais dans le bulletin de 1890- nous
justifieraient pas la decision, grace a leur avons trouv6 deux arrets, cits d'aillcurs,
insuffisance, devrait etre casse sans aucun du moins l'un d'eux, par M. J. N. Leger,
doute. qui ont po. 6 le coup d6cisif le second
Enfin, I'6num6ration des pieces se borne particulierement sur le point que nous
A 1'indication de celles qui ont un rapport gallons eiudie .
essential et direct avec l'objet de la con- Un jugement du tribunal civil de Saint
testation. Le juge peut done faire litiere de Marc avait condamn6 les epoux Aly Verne
toutes pieces ou de tous &crits don't les -i resituer un cheval bai a la veuve Men-
parties ont alourdi leurs dossiers inutile- tor Nicolas. Ce jugement lev6 et signified
ment. la requite de celle-ci, n'avait pas mentionn6
la profession ni la demeure dz def e dcur, le
sieur Aly Verne. Ce dernier, proc6dant par
Voici une question assez int6ressante et MeArchin en Cass-tion, obtint l'arret sui-
que je gardais pour la bonne bouche. L'ar- vant : Est nul le jugement qui ne contient
tide 148 dit ( Le jugement contiendra les pas la mention des professions et demeu
noms, professions et demeures des parties res des parties (Cas. 17 Juin 1890. ) Jus-
a peine de nullit6. ) L'indication de la que-l, encore, on n'a rien A dire, a cau-
profession de la parties dcfenderesse est-elle se de l'omission de la demeure. M.
exig6e a peine de nullit6 ? Cela fait ques- Trouillot, alors commissaire du Gouverne-
tion, croyons-nous, malgr6 l'apparence des ment, avait conclu A la cassation du juge-
mots. D'abord, consultons les arrets. ment attaqud pour vice de forme. C'6tait
Dans la riche collection d'arrets cites par tres bien.
par Linstant Pradine sous l'article 148, Mais ici on s'insurge. Pour ne pas av oir
nous en lisons quelques uns qui sont for- indique la profession du sieur Turenne
mels. L'un d'eux dit d'une facon decisive : Guillaumette, parties d6fenderesse en garan-
< Le jugement qui ne content point la tie et mise en cause par exploit diiment
profession de F'une des parties ni celle du signifies et d6nonc6, le tribunal civil du
d4fendeur a une tierce opposition, viole, Cap-Haitien a vu casser un jugement ren-










I~EIVU'- I LA SOC1ETE DE LEGISLATION 91


du par lui a la date du 2 avril 1886. L'arrat demand, l'expos6 sommaire des moyens,
fut prononc6 en faveur des 6poux Avilnaic tout cela joint a la designation du deman-
Tiphaine et consorts proc6dant 6galement deur, supplee a ce que la designation in-
par Me Archin. Nous n'en donnons que dividuelle du d6fendeur semble avoir d'in-
la substance : Est nut le jugement qui ne suffisant. Autrement dit, en lisant la copie
content pas la profession d'une parties, d6- qui lui est signifi6e, le d6fendeur salt a qui
fenderesse en garantie. (Cas. 8juillet 1890). elle s'adresse. Eh bien dans l'article 148, la
Il est remarquable que M. Trouillot avait loi n'a pas entendu le designer avec un
conclu, cette fois, au re;et du pourvoi. On plus grand luxe de details que dans 1'ar-
peut, au moyen d'un rapprochement de ticle 71 qui tend a le faire comparaitie au
textes et en interpretant le but de la loi, tribunal pour la premiere fois. II s'agit
d6fendre l'opinion de l'ancien chef -u Par- uniquement de le bien d6nommer dans les
quet du Haut Tribunal. ;deux cas, afin d'6pargner une m6prise a
Le formalisme irritant de l'article 71 du Ilhuissier, et cela. abstraction faite de la dis-
code de procedure civil, a pour objet d'6- proportion, de 1'in6galit6 qui existe entire
viter autant que possible les confusions ou l'importance de l'ajournement et celle du
les doutes qu'une insuffisance de d6signa- jugement. Je pense done que les disposi-
tions aurait pu entrainer dans l'ajourne- tions de I'article 148 doivent etre combi-
ment, quant au deiandeur et au defender. nees avec celles de l'article 71, et que, en
Pour ne parler que de ce dernier, la loi a ce qui concern le d6fendeur, la mention
pris ses precautions dans l'article 71, afin de la profession n'est pas requise a peine
que l'acte introductif d'instance ne course de nullitd. Autrement, la faculty accordde
pas le risque d'aller a un autre que lui. au requ6rant de passer sous silence, dans
Toutefois, il tallait tenir compete, dans une son assignation, la profession du d6fen-
certaine measure, des interets du deman- deur, quand it ne la sait pas, est illusoire.
deur, et comme dit un auteur, ( ne pas II y a bien les qualit6s ; mais les qualities
exiger du requ6rant et de l'huissier des peuvent ne pas contenir une tell mention,
indications qu'il leur serait materiellemenL si on ne la voit nulle part dans les pieces,
impossible de fournir.) La loi a tres bien et si, comme cela arrive fr6quemment, ces
compris cela en prescrivant la mention qualities sont signifies a la requite du de-
dans l'exploit des noins et deineureseulement mandeur. Restent les juges qui ont intdrLt
du d6fendeur. certainement A ce que leurs jugements ne
Remarquez que cette r6daction ne fut pas soient pas annul6s. Voici ce que dit, a cette
adopt6e sans examen ni discussion. Nous occasion, un arr&t don't j'approuve A peu
lisons dans l'ouvrage de Garsonnet sur la pros les rermes :
procedure qu'il en avait 6te d6cid6 autre- ( Lorsque aucun acte du proces ne fait
nient dans le project du code : tousles ex- connaitre la profession d'une parties, il est
ploits devaient mentionner la profession de presomption legale (sic) qu'elle n'a pas
de la personnel centre qui 'ihuissier instru- de profession conrue, etc (Cas. 7 decembre
menterait. Mais certaines Cours d'appel 1863). Cet arr8t se rapproche de notre ar-
ayant demand la suppression du mot pro- gumentation.
fession dans 1'article 61, on fit droit A leurs Disons maintenant qu'il est injuste et
observations dans la redaction dfiniti'.e. cela s'est vu de casser la decision du tri-
Et ce fut en vain que le Tribunal deman- bunal d'appel qui a maintenu un jugement
da le r6tablissement du mot. de justice de paix en d6clarant mal fond6es
A-t-on besoin de sl dire ? en adoptant les critiques produites centre le dit juge-
l'article francais avec une modification pres- ment qui n'avait pas men ionn6 la profes-
que insignifiante, le l6gislateur hai'tien a sion du d6fendeur. I1 y a deux raisons.
6videmment adopt le sens large dans le- L'article 6 du code de proc. civ. ne pres-
quel ii est concu quant a la designation de crit pas non plus cette mention dans les
ia parties d6fenderesse. D'ailleurs, les diverse citations ; de plus, il ne saurait etre ques-
6nonciations de l'exploit se completent les tion de signification de qualitis en matiere
unes par les autres; ainsi, 1'objet de la de justice de paix.










92 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


N'y aurait-il pas injustice 6galement a
casser et annuler une decision du tribunal
civil de Port-au-Prince, par exc mple, dans
le cas suivant :
Le demandeur, on le suppose, ignore la
profession du d6fendeur. 11 l'assigne en
resolution de la vente d'une maison poa'-
defaut de paiement du prix convenu.
L'huissier va en la demeure on au domicile
du d6fendeur : il trouve les portes fermees
et, sans autrement se renseigner, par in-
souciance, come c'est la caracltrisLique
de presque tous les huissiers, il signifie
l'exploit a un voisin qui, on le suppose
encore, oublie de le remettre au destina
taire. Au jour fix6, le demandeur requieit
d6faut contre le defendeur qui n a pas
compare, ni personnel pour lui, ) selon
le language des plaideurs. Les jugesqui, en
tant que juges, ne connaissent pas le d6-
fendeur, condamnent celui-ci anx fins de
l'assignation, et commettent un huissier
pour la signification par d6faut. Cette fois,
le d6fendeur est chez lui et recoit la copie
qui lui est signifi6e. Mais il laisse passer
le dl6ai de l'opposition volontairement ou
par negligence consulter arret :o d6-
cembre 1907 et se pourvoit en Cassa..
tion centre le jugement, pour violation de
l'art. 148, Code de proc. civ. : d6faut de
mention de sa profession. Dans quel sens
le Tribunal de Cassation rendrait-il l'arret ?


Quelques 16geres retouches seraient les
bienvenues dans 1'art. ir8, ne serait-ce que
pour en temp6rer le formlisme. Sans d6-
sarmer l'article, on pourrait ne pas exiger,
par example, la reproduction integialLe des
conclusions dans le jugement. Nous disons
plus. La jurisprudence prendrai: cela a sa
charge sans empi6ter sur les atLr:butions
d'un autre Pouvoir. Si la Cour de Cassa-
tion de France appliquait l'aricle 141 t ia
lettre, on deviait, en France au-s;, ins&-er
les textes des conclusions dans les juge-
ments des tribunaux de premiere instance,
etc. Lorsque les decisions judiciaires de
notre pays contiennent l'expos6 sommaire
des points de fait et de droit ; lorsqu'on
y a mentionne les pieces essentielles ou qui
ont un rapport direct avec le process ;
lorsqu'on les a motives de faqon a ne pas


laisser dans l'ombre quelque fait de la
cause, cela ne revient-il pas a reproduire,
quoique sous une autre fo-me, ces conclu-
sions mLmes ?
Quant a la mention sur laquelle nous
nous sommes 6tendu trop longuement, on
mcttrait d'accord les deux articles 71 et
T 3 en ne l'exigeant pas plus dans le juge-
ment, ou'on ne fait dans l'acte introductif
d' nstai-ce,
Voici un moyen qui peut sauver le de-
mandear de la nullit6, en admettant qu'il
soit touous la paroie gagnante.
a La qualification de pvopri&ai;re, dit un
(( a-ri de 1863, est assimilde a une veri-
t able profession ).
11 y en a un aure don't je veux transcrire
deux ou trois lignes pour mon plaisir:
a La !oi, dans sa sagesse, n'a pas entendu
(( exiger plus d'une profession pour l'accom-
( p!issement de la formality exigee par l'a:t.
( 148 ; il suffit que le jugement porte :
s habitant propri6taire pour que le but de
a cet article soit rempli, etc a (Cas. 30 no-
vembre 1863).
Si. par malheur, on n'est pas tous des
hab:ians dans le sens local du mot, la plu-
pait d'entre nots sont propri6taires. (Qui
n'a pas un petit coin, un petit lopin de
terre?) Te garcon de cabine oui reclame
son pourboire A bord du bateau francais,
fa;3ant l'empressi aupris et auLour du pas-
sage', quand celui-ci est a quelques enca-
blures seuiement du port d'arriv6e, 'croit
avoir dit le mot qui fait tendre la piece de
vingt cinq cer'imes en objecLant: L Mais
vous Ites heureux, vous au-res ha'tiens,
vous avez tous des plantations. a
Et do!c, toutes les fois que le deman-
deur ne pour-a pas mettre une profession
sous les non's du d6fendeur, il aura la res-
our,:e de lii coc!lc celle de proprietaire,
(on d'labi:ant probre;taire, a son choix),
pu; que a la loi, dans sa sagesse, n'a p:s
c entendu e.igcr plus d'une profession
( pour l'acco-mpiseement de la formality
a de l'art. 148.)
MWme si le d6fendeur est m6decin, pu-
bliciste, courtier, macon, on quoi que ce
soit enfin qui tiennc( a quelque chose, se-
lon 1 mot bien connu de Beaumarchais,
il ne se d6fend;a pas d'etre proprietaire. Le
gagnant s'assurera ainsi le b6n6fice du ju-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 93


gement de ce c6t6-la. Et par ce moyen, nier, de la tAche de rdcliger les r6ponses
nous entendrons un peu moins friauem- que se proposait d'y fair le Gouverne-
ment l'Yternelle psalmodie : Vioiation, Iment ha'tien et qui onl di dRs lors 6tre
fausse interpretation et fausse application transmises A la Haye. Mon intention
de l'article 148 du.Code deproc6dure civil. dtait de renvoyer a la fin des Iravaux de
la prochaine Confdrence la redaction du
S rapport d'ensemble qui devait consacrer
le souvenir de ma mission.
L'ex6culion de ce plan n'est plus pos-
sible, en raison des changements appor-
R A P ~P 0 R T Is dins la repi sentation diplomatique
d'llaiti, a la suite de rkcents 6v6nements
A Monsieur le Secretaire d'Elat des poliiiques. Je tiens nfanmoins, Monsieur
Relations Exterieures sur la parciipa- le Secretaire d'Elat, i vous renseigner
tion de la Republique d'Haiti d la Con. d'une fagon compile sur la participation
ftrence international de la Hage pour d notre R6oublique a la Conference in-
l'uiification du droit de change. ( 23 ternationale de 1910, esperant qu'ainsi
juin-- 25 juillet 1910.) quelque chose restera de l'intenlion pa-
triotique qui y a presided.


Monsieur le Secr6taire d'Etat,
Le progres de:s moyens de communi-
Charg6 par le gouvernement d'Haiti de cation, caracteristique de notre temps,
repr6senter notre RBpublique A la Con- en facilitant les rapports iiternalionaux
ference inlernationale de la Haye consa- a du mime coup favoiis l'extension du
croe A l'unification de la legislation des credit et partout vulgaris6 l'usage des
lettres de change et des billets A ordre, effects de commerce, qui de plus en plus,
j'ai eu l'honneur, dans mes communica- pour la commodity des transactions et
tions des 2 Ao^t et 29 Septembre 1910, des changes, tendent A se substibier au
de signaler A voire D1parlement les re- numraire. Mais si les necessites aux-
sultais de cclte Confirence. consigns dquclles rdpond la creation de ces instru-
dans les divers documents qu'e'le a trans- ments de credit sont en tout pays les me-
misaux Etats le0resenils. Mais l'Assem- mes, la variWte des conditions legales
blee s'dlait separee sur la promesse d'u- qui d'un pays L I'autre en permettent
ne nouvelle reunion oii, apris un cer- I'utilisation est assez sensible pour de-
tain delai d'atlente, l'on s'occuperait ve, nr un motif de complication ou d'em-
de donner une sanction d6finiiive aux barras. Que, par exemple, une trailed rd-
r&gles 6labordes en common, en tenant gulicrement enise suer ne de nos places
compete des objections qu'elles auraient commerciales, et payable en AIgelerre,
pu susciter, et ot I'on s'entendrail pour soi quant i la validitye du paiennt
rendre uniforme entire les nations con- soumise par ia lot anglaise i des regles
senlanles, selon les memes principles et differentes de cells que consacre la 16-
la inme mdlhode, la I_..i1 ,lii, du chd- gislation haitienne, cc peut etre pour
que. Celle promesse a dejah reu un com- nos comnernants matiere a surprise et
mencement de realisation. Par les sins progrs. De cette constatation est nee
du gouverneentdes Pays-Bas, un ques- 'ie d'un accord etre les Elats pour
lionnaire preparaloire a la deuxieme unf ls los en maire d d
(onfdrence et formant son prog-aminme change.
d'etudes et de discussion, a 616 soumis; Depuis 1863 olf pour la premiere fois
aux divers Etats. Sur la demand de Ml. dans une session de 1'Association pour
le Secrdeaire d'Etat, votre prddecesseur, le progres des sciences sociales, la mo-
je me suis acquitt6, au mois de Mai der- tion en fut produite a Gand, cette idde










94 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

n'a fait que fortifier, Mtudice, approfon- gnement occuper notre place A ces ren-
die, dans des Congres successifs, don't dez-vous de la Science international, oil
les p-incipaux s'appliqukrent a la tra- s'6labore l'avenir de la civilisation con-
duire en actes juridiques. C'est ainsi lemporaine; apporter notre contribu-
qu'en 1885 ei en 1888, un Congres de lion, si modesle qu'elle soil, A la solu-
droit commercial, reuni A Anvers puis tion des questions auxquelles notre con-
a Bruxelles par l'initialive du Gouverne- di!ion de nation souveraine nous done
ment Beige, adopta et recommanda A une part d'int6ret, c'est une conception
l'altenlion des pays int6resses un project de nos devoirs qui dans la limited des
de loi uniform. En 1997, le Reichstag resources don't nous pouvons dispo-
allemand et en 1908 la Chambre des d6- ser, (1) est A louer, car elle vise a aug-
put6s italienne ayant vot6 une rdsolulion center le credit moral die notre pays.
en faveur de l'unification des lois sur Ainsi en jugea do moins le gouverne-
la lettre de change, les geuvernements de ment hiatien qui, en Mars 1910, d6si-
1'Allemagne et de l'Ilalie jugerent op- gna le Ministre d'Haiti A Paris pour le
portune la reunion d'une Conf6rence in- representer i la Conf6rence internalio-
ternationale oi la question serait defini- nale de la Haye. Je garden de cette mar-
livement vid6e. L'essor do commerce et que de haute distinction un souvenir re-
de l'Industrie dans ces deux pays, plus connaissant.
rapide que le d6veloppemunt de leurs Qu'il me soit permis toulefois de for-
ressources financieres, leur rend, en ef- muler ici, dans mon fervent d6sir d'6tre
fet, particulifrement precieuse la inlti- utile, quelques voeux pratiques, inspires
plicalion des moyens de credit. La Ho!- de multiples experiences.
lande, don't la capital tend a devenir le Je souhaiterais que notre adminitra-
siege d'election de ces grandes assises lion prit toujours, en pareil cas, la pr6-
pacifiques, oi pikce A piece se construit caution de presspntir sur son acceptation
un nouveau droil des gens, conforme A le D6elgu6 choisi, avant de notifier ce
l'esprit des temps modernes, accept, A choix au Gouvernement qui invite. It
leur suggestion, de convoquer a la Haye, serait aussi d6s;rable que les frais des
tous les Etats qui avaienl pris part i la missions diplomatiques, pour les d16e-
2e Conference de la Paix. Et pour dlre gu6s qui sont au loin comme pour les
plus sfire d'aboulti. un resultat ddfi- autres, fussent servis avant, plut6t qu'a-
nitif, profitant du travail anterieurement pris la mission. Mais ce qu'on ne sau-
r6alise, elle condensa en Ln question- rait trop recommander, c'est qu'un soin
naire, adressf6 chaque Etat, les malie- special soit apportt a l'expedition de
res qu'aurait i examiner le Congrfs sur pouvoirs et d'instruclions en bonne el
le droil de change. Trenle-neuf rEats de- due forme, et que Lous les d6cumens
ciderent de repondre a l'appel du Gou- necessaires a l'accomplissenient de la
vernement nuerlandaik. La Republique mission ou propres la faciliter soient di-
d' ,aiti ne crut pas seant de refuser A ligemment reunis et adresses au D61'
peu pres seule la collaboration a cette gue d'assez bune here pour lui per-
entreprise d'utilit6 gn6erale. Sans doute meltre, bien avant I'ouiverlure des 'ra-
dans son 6tat acuel d'inf6rioritd 6cono- vaux, de s'y preparer largement. A
Unique, it eit 6t6 chimerique d'en atten- tout cela rien d'impossible, les delais de
dre un profit comparable a celui des convocation 6tant loujours pr6vus de
grands pays d'Euroe et d'Amerique. Sa facon a assurer le libre et complete
16gislaliori commercial 6tant, au surplus, exercise de routes les dispositions prea-
presque tout entire emprunt6e au code tables C, no so:it la sans douite que
Napoleon, e!le aurait pu 6tre tenlte de des dMtails d'administralion, mais quand
se remeltre aux juristes francais du soin participation d note Rpub
(1) La participation de notre Ripubli-
d'y suggerer les ameliorations uncessai- conference de 1910 coa au
Mais haie ls Et d 'Acien que a la Confirence de 1910 coita au
res. Mais habituer les Eats de l'Ancien Trisor haitien la some de 187 dollars
et du nouveau Monde A nous voir di- 99 centimes, fixee par le DdlIgue d'Haiti.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 95

il s'agit de representation ext6rieure, ils adaptation plus ou moins longue aux
prennent une importance exception- usages des pays qu'ils regissaient et de
nelle ; car ils servent de fondementl prfectionnemen!s dout 'Iexperience a-
aux jugements que l'on porte sur 1'e- vait, ici et IA, d6montr6 I'opportunite.
ducatlpn du pays et sur I'ordre qui y En dehors mime de touted question d'a-
regne. Toute negligence en ces matires mour propre national, chacun des grou-
est done grave. It est certes utile de pes divergents eiait autoris6 a reveu-
nous produire; mais mieux vaudrail diquer le bendfice davoir trouv6 tout
nous en abslenir, si le rdsultat do no- au moins les solutions les plus justes
Ire intervention devait 6tre de meltre ou les plus commodes. Le travail des
nos reprdsentants en posture ddfavora- Sections, entre lesquelles l'AssrmblIie
ble. Irepartil l'examen d6taill du queslion-
naire, allait consister a coordonner tou-
tes ces experiences parliculieres pour
La conference s'ouvrit a la Haye, le aboutir aux termes d'accord que, de
28 juin 1910 dans la Salle des Seances de partoul, les intlress6s proclamaient
de la Premiere Chambre des Elats-Gd- desirables.
ndraux. Elle comprenait A peu pres en Trois grands couranis parlageaient la
nombre ega] des diplomats, des juris- Conference. D'une part, le group fran-
consulles, et des banquiers. Quelques- co-belge, avec l'ensemble des poys qui
uns de ses membr-, comme M. Ber- avaient adopt le Code de Commerce
naert I'illuslre home d'Etat beige, francais a la base de leur d1gislation
Sir Mackensic, D. Chalmers, Mr. le Dr. commercial. En second lieu le group
Nagy, joiguaient A leur quality d'6emir allemand, auquel se rattachaient plus
nenis jurisles I'avantage d'avoir pris une ou moins t6roitement les pays, lels que
part imporlante an gouvernement de Italie, les Elais Scandinavos, le Bresil,
leur pays. ]a Republique Argentine, influeicds
Le Ministre des Affaires Etrangdres dans leur legislation icente sur le droit
des Pays-Bas inaugura les travaux lar de change par 1'Ordonnance allemande
un discours de bienvenue aux Didlguns. de 1848. Enfin, le group anglo-saxon,
Puis, sur la proposition du Ministre de reprisr-nt par I'Angletetre et les Elals-
Suisse, doyen du Corps Diplomanique Unis d'Amdrique.
accrddilt a la Haye, M. Asser, Ministie L'atlitude de ce dernier group fut
d'Elat, president de la D61egation hol- caractdrisde par ses deux portes-paroles,
landaise, fut d6signd par acclamation Sir Georges Buchadan et M. Chailes A.
a la Pr6sidence de l'Assemblde. Dons Conant, lorsqu'il s'agit de passer au vote
une exposition concise et Inmineuse, du project de loi uniform. < Nos pays,
il rdsuma les tentatives deja poursui- dirent-ils en substance, ne peuvent pas
vies poor rdaliser l'objet de la Conf6- se tallier a uPn convention consacrant
rence, precisa 'la tache a accomplir et l'unification dudroit de change. Nous
la nithode la plus propre a la mener a vous flicitons de ce travail et nous som-
la bonne fin. mes bien contents qu'il ait 6t. faith. II
Les points vises par le questionnaire nous est plus commode d'avoir en face
furont passes en revue dans une sdrie de nous une seule loi qui liera tout le
de reunions pl6nidres on s'amorga la monde, sauf nous, plut6t qu'une multi-
discussion entire les diverse delegations. lude de lois divergentes. Mais nous
On put ainsi se rendre compete, des le avons deja pris l'initiative d'unifier les
d6but, des questions sur lesquelles l'en- costumes qu'en cetle matidre la prati-
tente 6tait fa te et de cells pour les- que dn commerce avait vulgarisees tant
quelles il restait A trouver des formu- dans la Grnnde-Brelagne et dans son
les de conciliation. Les systimes legisla- vaste empire colonial que dans les Eltts
tifs qu'il s'agissait de faire concorder de l'Union Am6ricaine. Bouleverser les
pouvaient presque tous se rdelamer d'une ihabitudes commercials de 120 millions










96 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

d'hommes n'cst pas chose possible. nations, fire un sort A I'originalil6
D'ailleurs notre constitution juridique ne doctrinale, n'6lait pas d'ailleurs le faire
s'ypr6tepas.Chez nous, it n'y a pas de de la Confirence. Son President avait
droit commercial distinct du droit civ'!: tenu a le marquer nettement avant l'ou-
pas de tribunaux de commerce, done verture des travaux. ( Quand l'unit6 de
pas de place pour une legislation spd- droit sera obtenue, Ie temps viendra
ciale sur le change. Quelques-unes des d'entrer dans la voie des reformes. )
dispositions adopt6es par la Conferene On devait partir d'abord de ce qui
nous paraissent bonnes h introduire existait pour en opdrer la synlhese.
dans noire pratique. Nous en recom- Le Delegu6 d'Haiti avail eu la chan-
manderons volontiers l'application. Mais ce de retrouver i la tIle de la Ddlega-
pour I'ensemble, cette pratique, telle lion francaise deux de ses anciens pro-
que nos lois I'ont sanclionnCe, fait fesseurs de la Facultl de Droit de Pa-
corps avec notre commerce : 'est pour- ris. Son acclimatement a l'atmusphdre
quoi nous nous y tenons. ambiante !ui fut facilitde par la cordiali-
( En regard de ce ( splendide isole- tI gendrale. II prit part a toules les dis-
ment ), la ddldgalion de l'Allemagne, cussions en stances plenieres ; mais,
unie A cell de la France, n'dpargna rappel6 a Paris par les necessi'6s de
pas sa peine pour rdaliser I'accord sou- son service diplomalique, (1) il suspen-
haili. Un Cornit central ayant MtA nom- dit pendant la semaine qui suivit les
m, pour statuer sur les votes des 5 Sec- premieres ddlibdralions sa collaboration
tions et sounieltre un rapport d'ensem- A la Conf6rence et ne put que concou-
bli6 la reunion pleniere des d6elgudi, rir de loin aux Iravaux de sections. II y
M. Lyon Caen, 2e D6dlguit francais et aida toutefois pour sa part, ayant eu
M, Simons, 2e D6elgue allemand furent soin, avant sa court absence, de ddpo-
chargds de cette double tache et s'en ser, au nom do la R6publique d'Haiti,
acquilltrent de facon a mdriter les 61o- ses rdponses au questionnaire du Gou-
ges unanimes de leurs colleagues. L'en- vernementNderlandais. Ce document a
tente fut aussi grandement facilitde par 61i public A sa place dans le recueil
la remarquable souples'se et le fact su- que le Ministlre des Affaires Etrangdres
pdrieur du Pr6sident de la Conference, du Royaume des Pays-Bas a adress6 a
M. Asser. Mais de l'avis general, I'mu- votre D6partement. 11 vise a obtenir
vre admirable par excellence fut celle pour la lettre de change les conditions
pr&sentle par MN. le pr fesseur Louis les plus propres A favoriser son em-
Renault, rapporteur du Comit6 de r6- ploi. Simplifier, par consequent, sa
action et de la Commission sp6ciale, forme, en r6duisant A l'e-senliel les
charge de rdsoudre les questions de mentions ncesscires a sa validi-
droit international priv6, nees du conflict t6 ; s'en tenir, quant au fond, comme
des diverse legislation A propose de la prescriptions obligatoires, A ce qui est
lettre de change et do billet A ordre de rigle pour la formation de tous les
Merveille de concision, de logique et contracts, capacity, consentement, cause
de clartI, le rapport de M. Renauli, ac- licite, attacher aI ses (ffets des sanctions
compagnant et expliquaut l'avait-oro- prdeises et rigoureuses, de fagon A ga-
jet de loi uniform el le proc6s verbal ranlir son efficacity, en tant qu'instru-
de cloture, s'imposa, d6s la premiere ment de credit ou d'dchange, c'est a
lecture, a l'approbation de la Conf6ren-
ce : pcu de changements y furent ap- (1) La DdlIgation flnancidre, charge
ports. de la ndgociation des atfaires de la Ban-
Smilieu d ces veterans des cien que d'Haiti, venait de contractor avec la
A mile de ces vtrans des sien Banqu de 1-Union Parisienne, et un con-
ces juridiques et ecoominques, rompus llit d'attiibutions a rancher, h propos
a la pralique des Congres internatio de la nomination d'un Consul G6ndial a
naux on efit t61 mal venu de fire pa- Bordeaux, exigeait de la part du Minis-
rade d'drudition. Consacrer des inno- 're d'Haiti une prompted intervention.








ILE VUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 97


quoi se ramenaient les opinions consi- rit6, est pleinement justifiee par l'ins-
gn6es dans les rdponses haitiennes. piration don't proc6dent vos travaux.
Votre D6partement, A la lecture des < Qu'est-ce, en some, qu'ane traite?
Actes de la Conffrence, et notamment, a Un merveilklux instrument de credit
des Avanl-projets de Convention pt de on d'6change, le plus souple at L plus
ioi uniform, a pu dLja se convaiucre commode qui ait 616 invenie pour parer
qu ltel est pr6cisement le sens des dis- aux embarrass des transports du num6-
positions adoptees par la Conference. raire. Or, travailler d'un common ac-
Les solutions conciliatrices que pr6cc- cord a simplifier et A fixer les regles
nisait le repr6sentant d'Haili sont en qui en coiimitionnent l'usage et la circu-
grainde parties celles que la majority des nation, de facon a en faire une sorte de
D)legues ont saL.clionnees de leurs vo- monnaie intern;tionale, universellement
tes conformes A l'esprit de la Conf6- acceplte, sous la garantie de cenx qui
rence; elle n'eut pas besoin de longs y apposent lear signature, c'est pour
debals pour en consacrer la formula. tous IPs pays qui prodiisent et qui con-
Ind6pendamment de la part prise par comment d'un interdt tetlement evident
lui a la discussion g&enrale, jusqu'a la qu'on no concevrait guere l'un d'entre
cl6ture des travaux, le 25 Juillel, le eux se montrant, je ne dis pas refrac-
D66lgue d'HAili eut A intervenir a deux taire, mais indiff6reat aux principles d'u-
reprises aupres de I'Assemblie. La pre- ne pareille entente, Haiti moins qu'au-
miere foiz, it s'agissait de d6truire l'im- cun autre, car, circonscrit dans le pre-
pression fAicheuse, determine par le sent, quaint a son champ de transac-
Memoire que votre Departement avait, tions, elle peut se prevaloir du t6moi-
par megarde, a l'insu de son mandataire gtnage d'un pass proverbialement opu-
oficiel, adress6 au Gouvernement des lent et des processes d'un ayenir aux
Pays Bas, en guise de rdponse au Ques- perspectives presqu'illimitles. Tout ce
lionnaire. On y semblait, dans une lon- qui, dans le vaste march du inonde,
gue suite de considerations, meltre en doit contribuer A faciliter les changes
doute l'utilil de la Conference et de la ou ot d6veloppor le credit, sort directe-
repr6sentation haitienne elle-meme : re- meent sa cause.
tour pour le moins strange a I'instant a Voila une raison puissante qui, A
ou il se produisait. Mals la conclusion' defat de toules autres, nous aurai suffi
corrigeait les premisses ; elle servit de pour nous davouer de franc ceur a vo-
d6part a la declaration suivante faile le tre mevre de rapprochement interna-
21 Juillet a la 6e seance pleniere: tional. Mais it me semble que celte
I MM. par suite d'nire erreur de trans- oeuvre, service par vote tact et votre
mission, encore inexplicable pour moi, moderation reciproques, est en voie de
mais indubitable, il est parvenu a la reussite complete, votre Comit6 ayant eu
Conference un Memoire de notre Secre- l'art de concilier et de rassurer tous les
tairerio d'Etat des Relations Extdrieures, int6r6ts. D&s lors qu'il est, en effect, ela-
qui ne vous etait pas destiny, ktant plu- blii que la tAche de la Conference aura
t6t, a mon sens et sauf plus ample in- consists, (la plupart des lgislations s'ac-
forme, une consultation a l'adresse du cordant sur les principles essentiels, qui
Secr6taire d'Etat. La conclusion toule- dominant la ma!iire du contract de chan-
fois merite d'en dtre revenue : elle t6- ge,) A prendre dans les lois en vigueur
moigne d'une admiration et d'une recon- les regles, justifiees par leur efficacite
naissance profondes envers les pronmo- pralique et les meilleures soluli3ns sauc-
teurs de votre imposanto reunion de jo- .ionnees par la jurisprudence des tri-
ristes'ainsi que des Confrences ntlrieiu-1 bunaux, a les fortifier de quelques dis-
res, notamment celle de Bruxelles, qui positions particulieres, resultant d'un
lui onl pr6par- les voices. change de vue entire les econom;sl s
< Celle reconnaissance, Messieurs, et les juristes competents que vous etes
laissez-moi vous le dire en toute since- el pour le surplus, c'est-a-dire pour les








98 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


autres points qui, constituent des diver-
gences d'applications, sont considers par
cerlains Etats comme aflaire de regle-
mentation national, A recommander
sans Its imposer les solutions reconnues
les plus favorables A l'effet de commerce,
en sorte que chaque Elat puisse adh6rer
A noire project de Convention sans crainte
d'un bouleversement brusque de son sys-
time de legislation ou de ses usages
commerciaux, je ne vois pas qui pourrait
vous refuser son acquiescement
SII ne nous reste done plus aujour-
d'hui, ce me semble, qu'a sanctionne,'
cet heureux accord, en conir6lant les
lermes ; et vous m'y trouvez, pour ma
part, enlierement dispose, vous appoi-
tant toute la some de bonne volonli
qu'on peut dsirer d'un votant rfletncih
La 2e intervention don't il est faith
mention plus haut s'exerca en faveur du
Del6gud de la Serbie, Monsieur le pro-
fesseur Raduilchitch.
Au moment du vote des avanl-projets,
I'Assemblie ayant epuis6 les discussions
doctrinales, pensait n'avoir plus a se
prononcer que sur des details de redac-
tion. Mais il se trouva que Monsieur
Radoitchi;ch avait relev6 dans le savant
travail des Rapporteurs du Comitl cen-
tral plusieurs points qui meritaient un
surcroit d'examen. On lui object la
decision prec6demment prise de ne
plus revenir sur le fond du question-
naire. Le Dl66gu6 d'Haiti insist pour
que l'Assembl6e ne se privAt point du
benefice de ces observations : sa motion
fut agri6e et tout le monde n'eut qu'a
s'enlouer, carun bon nombre des amen-
dements du tres competent juriste ser-
be trouverent leur place dans une nou-
velle redaction des texles presentls.
A quoi s'appliquent ces textes, c'est
ce qu'il me reste A vous signaler.
N L'avanl-projet de loi uniform pose
les r6gles de droit qui, dans tous les
Etats adherents, devront regir la ma-
tibre de la letire de change et du billet A
ordre. La plupart figurent dejh dans le
Code de Commerce frangais, don't le n6.
tre est en grande parties la reproduciion;
mais on les a precisues et completes, de
maniere A ne laisser en dehors des pr6-


visions du 16gislateur aucune difficult
d'application. Quelques-unes sanction-
nent sur des points de detail des progres
realis6s depuis longtemps dans d'autres
16gislalions passes dans la pralique en
France ou reclames par l'opinion. Ainsi
pour ce qui est 1 de la forme de la
lettre de change, la loi uniform ne
comprend pas l'indicalion de la valeur
fournie parmi les mentions essentie!les,
prescribes A peine de nullie.
o Quant d l'endossement, le forma-
lisme des .inonciations rigoureusement
exigees pour rendre i'endossement Irans-
latif de propri6le est abandonne. La
simple signature de I'endosseur produira
desormais cet effet.
A c6 ddela lettre de change classi-
que transmissible par endossemeni, la
seule que reconnaisse notre Code, la loi
uniform admet qu'une traile peul etre
au poiteur, c'est-A-dire se transmeltre de
la main a la main. Sons cette forme,
usuelle en Angleterre et anx Eials-Unis
d'Amnrique, le tireur et le tire accepleur
sont seuls obliges vis-a-vis du dernier
porteur : les porteurs intermddiaires ne
le sont pas ; d'ou la difficult d'escomp-
ter les litres de ce genre. Ils peuvent
rendre pourtant des services, c'est pour-
quoi leur circulation a ele permise,
sons la reserve, btipulte dans la Con-
vention que la legislation de l'Etat oft
l'on voudrait les faire circuler ne contien-
ne pas de dispositions contraires.
30 En re qui concern l'dcheance,
les us;,nces sont abolies. Les lettres de
change a vue devront etre prdsentees
au pavement dans les six mois de leur
dale, sans prolongation de delai A rai-
son des distances. Le delai peut 6tre a-
brig6, soil par le tireur soil par un en-
dosseur. I1 ne pent 6ere prolonged que
par le lireur et an maximum, de six
mois.
Ces dernieres dispositions s'inspirent
de 'lidde de r&aliser l'uniformitl entire
les diverse lgislalions. Mais it va.sans
dire que le Gouvernement d'Haiti rest
libre de s'y rallier ou de proposera la
prochaine Conf6rence le maintien des d6-
lais prescrits en l'art. 157 de notre Code,












IREVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 99


s'il les juge plus conformes a l'intir6t
du Commerce.
4 O A I'egard du prolet faute de paie-
ment,la loi uniform accord une prolon-
gation de dilai.II sera dress6,non plu, le
lendemain de 1'echhance, mais dans l'un
des deux jours ouvrables qui suivent ce-
lui oii la traite devrail 6tre payee. Pour
epargner les frais, la loi uniform subs-
titne a la notification prevue par notre
Code un simple avis, donn6, sous forme
de leltre recommand6e par le poiteur au
dernier endosseur. I e defaut d'avis on de
demand en justice dans les 15 jours du
protet n'entraine plus dicheance pour le
porleur, mais l'expose it des dommages-
inlidrts envers ses grants, s'ils prouvent
que sa negligence leur a port prejudice.
Pour la prescription, elle s'exerce i
f1'gard des actions resultant des lettres
de change ct des billets a ordre, au bout
de trois ans, quand il s'agit de I'accep-
teur et du donneur d'aval, et au bout de
six mois, quand il s'agit du. lireur, des
endosseurs et de leurs grants.
L'obligation du serment, impose par
notre Code aux d6biteurs des lettres de
change on des billets a ordre qui veu-
lent exciper de leur liberation par la
prescription, ainsi qu'a leurs veuves, h6-
ritiers ou ayants cause, n'exisle pas dans
la loi uniform ; elle 6tait d'ailleurs dif.
ficilement justifiable.
Par ces examples, vous constaterez,
Monsieur le Secr6taire d'Etat, que l'avant-
projet de loi uniform don't le texte a
ete djia transmis i votre Departement
avec les autres acles et documents qui le
complplent on qui l'6clairent, ne consa-
cre pas de bien grands changements a no-
tre legislatio-. C'est la preuve que dans
l'oeuvre de coordination, qui 6tait 'ob-
jet propre de la Conf6rence international
de la Haye, les autres ont pris plus de
nous, j'entends du droit francais, don't
nous restons les hcureux Iributaires, que
nous n'avons recu d'enx. Nous gagnerions
cependant a substituer au titre VIII de
notre Code de Commerce le project sou-
mis A notre adhesion par la Conference,
sauf A y faire rentrer les articles aux-
quels nous croirions devoir nous tenir


et a les presenter sons forme de reserves
et d'observations a l'appr6ciation de la
nouvelle Conference annonc6e. La re-
daction de ce project est, en effet, tr6s
claire ; la mise au point, quant a 1'en-
semble des perfectionnements apportls en
ces 60 dernieres annees dans la pratique
de la leltre de change, (1) y est scrupu-
leusement observee. II n'y aurait qu'a-
vantage pour nous a faire parties de 1'U-
nion des Etals pourvus d'une m6me 16-
gislation sur le droil de change, Union
que sanclionne l'avant-projet de Con-
ventiou.
Ce 2e avant-projet confire, en effet,
a laloi uniform le caractere d'un trait
qui, une fois signed, ne pourra etre, oar
cela meme, modified que du consenle-
ment de tous les Etats signataires. Trois
ans apres les piemieres notifications,
cinq des Etats conlractants, s'ils d6sirent
proposer des modifications a la loi uni-
forme ou A la Convention, auront la Ia-
cull, de demander an Gouvernement des
Pays-Bas de provoquer a cel eflet la r6-
union d'une nluvelle Conlfrence. Mais,
d :s l'intervalle, chaque Etat peut, se-
Ion ses convenances, en denoncant pour
son couple le trail[, sortir de 1'Union.
L'avant-projet de Convention s'appli-
que aux matieres sur lesquelles l'accord
entire les diverse 1Sgislations n'ayant pu
etre obtenu, les lois nationales garden
le droit de statuer librement soit en d6-
rogeant a la loi uniform, soit en com-
blant les lacunes qui y ont 6t laiss6es.
II r6gle, en outre, les conflits'de lois
soulev6s A propos des iettres de change
et des billets a ordre.
Ces conflicts sont ais6ment concevables
dans les rapports entire un des Etats si-
guataires et un autre Etat non contiac-
tant. Aussi a-t-il et6 pr6vu que les prin-
cipes de dioit international priv6, con-
sacr6s dans la Convention ou dans la loi
uniform, pourront ne pas 6tre appliques
par les Etats contractants aux engagements
pris hors de leurs territoires respeclifs
ou aux lois des pays non contractants.

(1) Ce que, pour abriger nous disions
seulement de la lettre de change, s'entend
aussi bien du billet h ordre.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs