• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Avril 1909
 Mai 1909
 Juin 1909
 Juillet 1909
 Aout - Septembre 1909
 Octobre, Novembre & Decembre...
 Janvier - Fevrier 1910
 Mars 1910
 Avril, Mai & Juin 1910
 Juillet 1910
 Aout - Septembre 1910














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00014
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00014
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Avril 1909
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Mai 1909
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Juin 1909
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Juillet 1909
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Aout - Septembre 1909
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Octobre, Novembre & Decembre 1909
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
    Janvier - Fevrier 1910
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
    Mars 1910
        Page 157a
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Avril, Mai & Juin 1910
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
    Juillet 1910
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
    Aout - Septembre 1910
        Page 216a
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
Full Text









REVUE

DE LA

s OC3I)T~e DE LEG-ISLiA.TOI )T
PARAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.

O Mi @SM EM Edouard Fh6rre, avoioal, qui offre ses
--- services a la Soci6t6 comme steno-
I. Seances de la Societe: graphe.
Reunion du. 3 Mars 90o9. La reunion, consuilee, agree l'offre
SReunion du 17 Mars I909. gracieuse de M. FIrere.
Reunion du 24 Mars 1909. ,Les deux proces-verbaux sont sanc-
2. Rapport de M. Dantes Bellegarde. .
3. Rapport de la Commission charge de tlionnes saance ienanle.
I'dlaboration d'un project de Constitution Puis, la seance esl levee.
( 1888. )
4. Correspondance d'un Agent consulaire Reunion du 17 Mars 1909
gde France aux Gonaives. ( Suite.
---- Prisidence de Mr Baron.
SEANCES DE LA SOCIETE Sont presents: M M. '.er6mie, Viard,
-Baron, Desert, Denis et Dupuy.
RR6union du 3 Mars 1909 en M. le Presideal : Nous avons la ma-
assembl6e g6ndrale. jorit6; la seance est oL.verle. Le premier
point de l'ordre du jour comporte la dis-
1- cushion du rapport de Mr.Laforest sur
Presidence de M. Solon M1nos. la petition des huissiers de la Capitale.
I Prtsen.ts: MM. M6nos, Viard, Jre- Mais vu la presence de, deux membres
nmie, FequiBre, Denis, Ed. Lespinasse, nouvellemenl ,lus, ii convient d'interver-
Emmm. Etheart. lir l'ordre du jour et de passer a la r6cep-
M. le Secrelaire- endral donne lec- tion de ces nouveaux collgues.
lure des lellres par lesquelles Messieurs ( L'assemblIc se range I cette opi-
Enoch Ddsert, Charles Dupuy et Dan- nion. )
ties Bellegarde sollicitent leur admission M. Le Prdsidenl: (A M.M. Dupny el E.
Icomme membres actifs de la Soci6td. Desert ): Mes che-s colleagues, an nom de
SLe President : Nous gallons proc6der la Soci~L de L6gislation, j'ai I'honneur
au.vote sur ces trois demands d'admis- de vous souhaiter la bienvenue. La So-
sion dans notre Societe. cil61 ne peut que se flatter de posseder en
SDes bullelins sont distribu6s et re- son sein des membres de volre compeien-
cueillis. Du d6pouillement du scrutiny il ce; et croyez-le bien, elle a le ferme espoir
result que les trois' candidals ont 6t1 que, comme homes eclaires, vous lui
Wlus A I'unanimile des voix. apporterez tout le concours de vos luumie-
Le Pr&sideit : En consequence de ce res.
vote, je proclame Messieurs Enoch D6- M. Dupuy: Je vous remercie,Messieurs,
sert, Charles Du1puv et 'Danlis Belle- du vote que vous m'avez done en mni'-
garde, membres ictifs de la''Soci6te de grant parmi vous; je m'atlacherai aijus-
iL4gislation. tifier ce vole. Vous trouverez toujours
'La Societ passe en k-ance ordinaire chez moi une trWsgr'ande bone volonte
avec la pr6sen'ce 'de Mlf-ieurs Minos, el:toutelaI;dAfrene- voujue,; pour,mes
Viard, Jeremie, Denis,Fdquiere et prend predecesseurs.
connaissance d'une lettre de Monsieur M.D6sert- Je vous remercie. Messieurs,


DIX-HUITIWIr E ANNkE, N& 1.


2 AvRIL 190ga







2 REVUE DE LA SOCIATE DE LEGISLATION


Je m'efforcerai a justifier la confiance que
vous avez place en moi.
,M. le President Nous passons an pre-
mier point de I'ordre du jour: discus-
sion du rapport de M1. Laforest, sur la p6-
lilion qui suit des huissiers :

Port-au-Prince, le 19 Juin 1908

Aux Presi 'ent
Et Mem bres de la Socidtd de Le-
gislation.
En ville.
Monsieur le President,


Moessie urs ls Mernbires,


Les Iluissiers des Tribunaux de !a
Capila e ont 'lionneur de soumetire A
vos deliberations I'exposd suivant:
1o Si avec le temps acluel el I'agran-
dissement de la ville, ils peuvent conli-
nuer a signifier les acres de leur minis-
tere selon le Tarif en course;
2o Le Legikslaleur de 1877 a agi sous le
coup et l'apprecialion de la situation du
moment ; actnellment It: systeime mo-
'netaire a change, Ic Legisltleur d'au-
j..i'.llini a pour missioli do rIformer
en donnant dcs lois relatives au chan-
gement.
Ainsi il est meme ddrisoire de com-
prendre que:
Pour qual e copies et un original,
pour les Tribunaux do Paix, 1'-i'in il
et noe copi .....................$ 0.25
Les trois ailres copies chaque < 0.12
Pour les 'T'ibunaux civils........ 0.50
de mime..... 0.25
Noos vous moetons, 1D. le Prdsident,
.M. M. les membres, cet example sons
les yeux et vous prions d'y accorder
une attention soutenue et aussi volre sol-
licitude.
Qu'un monsieur X....,demeurant a
SPont-Rouge e et que deux autres freres
l'un a Lalue chezz H. Riviere), I'autre A
Martissant et qu'un huissier est oblige de
voiturer dans Ions cos etdroits soil pour
cinquante centimes on pour une gourde,
monnaie nickel ( en ayant trois copies
et un original ),
Nous disons que c'est un advantage
donnli a la partie qui fait signifier tant


lo pour le droit de l'Enregisrement;
2o pour le droit de Timbre; 30 et le
droit d'6criture,et uu abus pour I'huissier
qui signifie.
Nous vous prions, M. le Pr6sident,
iN. M. les membres, de bien vouloir
apprecier les fails, donner raison a cette
demand et y porter rem6de.
Recevez, l'oiorables 1Prsident et nmem-
bres, nos salutations e:npressees.

Arislhomine BarthIlemy, Dorlkus
Alerte, Duvignaud, Pltion Excellent,
II. Pomero, J. L. Lucza, J. Jourdain.
L.Robin, A. Balaille, H.Mlaurice, Cadet,
C. Carvalho, 11. Frediriqu, (Cindus La-
fortune, Casseus Bernard, F.L. (asio..
M. Denis: Mou colligue Laforest 6lant
empichli m'a pri do lire !e rapport don't
il s'Mtail chargd...

Messieurs,
Vous m'avez charge do vous fair un
rapport sur la lettre qiie vous onl adres-
see les, huissiers de la Capitale, vous de-
niandant de prendre en considdraiion
leur cas pour arriver a une augmentation
de la taxe qu'ils percoivent en vertu de
la loi sur le Taril de I877.
D'abord,Messieurs, je dois vous dire que
nonu avons "i ddeliner notre competence
a cet regard. II o'appartient qu'au Corps
L6gislatit seul do miodifier la loi sur le ta-
rif pour angmenter les taxes qui y soul
portees. Et si le Corps LCgislatil dolt fire
celle augmentation, il la fera, je pense,
pour tous les officers nmiristeriels pour
lesquels il v a une taxes fix.e. Telle est
mon opinion sur cette question.

M.Denis : Les fails du rapport sortet
de notre cemp6tence, c'est le Corps LU-
gislatif seul qui peut prendre une deci-
sion a cet 6gard: il est d6imentaire de
dire que tout le lemps que cette nouvel-
le decision n'interviendra pas dela partdu
pouvoir compeient, la taxe qiie perioi-
vent les huissiers, de meme que celle des
arpenteurs, avocals, notaires, etc,.., nB
pent aunicement varier. Nous no. pou-
vons qu'emettre on vceu...
M. Desert Ce voeu doit s'6tendre aux
notaires, arpenteurs, avocals, onfin h
tous ceux qui percoivent ine taxe en ver-












, REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


S lu de la loi: c'est une question de jus-
tiice que les salaires des autres fonction-
Snairi',- scient augments.
1'.. l PrIsident: Emettons ce voeu...
M. V' ird: Emottons ce voeu pour F'or-
.. re iju li:i aire..
Mr LDenis: Pour I'ordre judiciaire seu-
I' ineInt Ce ne serait pas iuste.
r l, President: Pour tons les fone-
i Ii. :oIiiio auxquels la loi fixe une taxe.
Mi,,; aux voix, les conclusions
Sdu i.,pport sont adoptees )
M1. 'l Pi sident: iln'y a plus rien Al'or-
di,? ilu jur.
11 I),':ii:Je demand la parole aux fins
Id Ic iI ne communication qu'un corres-
p. pondnt in'a adressee pour avoir notre o-
lpini.-i -,i r la question qui y est soulev6e

Communication :

I r..r.lue des Magistrats sont en siege
.: t u: des individus viennent apposer
I: dan. la.i .alle d'audience des placards im-
F;:*. prime, c:nitenant des outrages tendant a
:'. '.nrulp,0 r I'honneur ou la delicatesse des
S. ic; ji -c. !clants,et occasionnant par cela du
i -' il' [uIi. d.ans I'auditoire, ceci constitue-t-
'I .' L JLlit d'aud.ience pouvant etre puni
S ni'rnit inent Ai I'article 97 du Code de
S pi.': .li.ir: civil, ou des outrages par la
't. d1 II press devant tre jug6s par le
i nbu ilL.il Correctionnel avec assistance du
I k' | u ', '

.\l./. PrIsident Noire Coll6gue Jeromie
v..mdiI bien se charger de faire un rap-
Spcrl a la sociCdl sur ce qui fait I'objet
I Ii I, pre.enle communication.
.11 l. I'rdsident : La stance du jour est
'." \:e. L.


R6union du 24 Mars 1909.

Pit;idence de M. Solon Menos.

Pre-'nls M M.Menos, Denis, Viard,Leger,
D ni:.erl, I:ellegarde, Dupuy.

1Mi. le Secrdlaire general donne lecture
,du iprn:ces-verbal de la dernibre reunion,
ldon la rdiaction est admise par la Socid-
rk


M)r le Pirsident:. ( au membre Bellegar-
de ) Je suis heureux d'etre l'inlerprlt-
de la Soci6t6 pour vous souhaiter la
bienvenue parmi nous et vous adresser
en son nom ses meilleurs compliments.
Votre nomination nous est particulie-
rement agr6able, car vous tdes une force,
et nous avons le ferme espoir que vous
ne manquerez pas de nous apporter, au-
taut que possible, le contours de vos lu-
rmires et de votre activild.
Mr Bellegarde: Je vous remercie tres.
implement des paroles de bienvenue
que vous m'avez adress6es. Toutes les
fois que vous appelez quelqi'un vos
c6t6z, on peut dire que vulre choix'est la
conservation du merile; cette fois vous
avez bien voulin taire en ma faveur ex-
ception a la r6gle...
Mr le President: ( inlerrompant) C'est
vous seul qui le dites...
Mr Bellegarde (continuant)... Merci.
Je tdcherai done de justitier une con-
fianoe si flatteuse pour moi.
Alonsienr lc Secretaire g6ndral done
lecture d'une letr de e Monsieur Denis
Saint-Aude, par laquille il demand A
6tre admis i la Socidet do Lgislation au
litre de memnbre actif.
L'Assembloe .',iial,_ sera cohvoqlude
pour statuer sur la deiii;nde.
Mr le Presidenl: Nous avons recu la
carte du gnudral II. Moinplaisir, Prafet
do police de la Capilale. La Socilt le
remercie de celle marque d'attention dd-
licate.
Monsieur le Secrelaire gnd6ral lit la
question suivante qu'un. correspondent
pose a la SociBid:C Jn Hailien s'est lega-
lement iariA A l'atranger; il est revenue
en Haiti oi il a pass quelques ann6es;
il est sur le point de contractor un second
marriage sans la dissolution du premier.
Les publications legales sonl faites, le
contract est sign Ie martin; il va Otre pro-
ceda an marriage dans I'apr6s-midi,
quand, deux heures avant, il est d6nonce.
Peut-il eire poursuivi pour tentative
de bignmie? D
Mr le President charge Mr Bellegarde
du rapport A faire A la SociWt6 sur celle
question et l6ve la seance, rien n'ltant.
plus A l'ordre du jour.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


RAPPORT
DE

M. Danths Bellegarde

Messieurs,

Un correspondent nous adresse la question
:suivante :
r Un Haitien s'est ldgalement mari6 a
,.1'tranger. Il est revenue en Haiti oi il a
passe quelques annees. Il est sur le point
,de contractor un second marriage sans la
dissolution du premier ; les, publications
16gales sont faites, le contract est sign le
mating. Peut-il etre poursuivi pour tenta-
tive de bigamie ?,
Le Code penal, en son article 2, assimile
au crime lui-mime- except en ce qui con-
cerne la peine a appliquer-- ( toute tenta-
rive de crime qui aura Wte manifest6e par
des actes exterieurs et suivie d'un com-
mencement d'execution, si elle n'a tesus-
pendue que par des circonstances fortuites
ou independantes de la volontr6de l'auteur.
La tentative de bigamie n'echappe pas
A cette regle : elle est punissable camme la
bigamie elle-m&me, .avec cette difference
que la loi y applique la peine de la r6clu-
sion, taodis que I'acte consomme est puni
de la peine des travaux forces a temp,.
( art. 288 C. p&n. )
Mais dans quel cas peut-on dire que la
tentative de bigamie existe ? Est-elle net-
tement caracteris6e dans l'espace qui nous
est soumise ?
Pour r6pondre a la question, il fau:
rechercher si le fait de signer un contract
de marriage et celui de reqaerir les pu-
blications de l'article 6- Code civil, quand
on est djia engage dans les liens d'un pre-
mier marriage, doivent etre considers conm-
me de simples actes preparatoires du crime
de bigamie ou s'ils constituent un com-
mencement d'ex6cution du crime meme.
Les criminalistes distinguent en effect entire
les actes qui ( ont pour objet de faciliter
J'accomplissement de la pens6e criminel-
le ), qui ( en pr6cedent l'ex6cution sans la
commencer, et ceux qui, sans que le fair
soit consomme, tendent d'une fagon 6vi-


dente a son execution effective : ii n'v a
16galement tentative que quand au moins
un acte de la derniere cat6gorie a 6tc ac-
compli.
Voyons si les ciiconistances rapport6es par
notre correspondatit'' 'forment 'un com-
mencement' d'eixcution de l'acte criminal,
,si elles' p'euvent *tre' consid6eres come
constitutives de la tentative de bigamie?
'Io Signature du contract de marnage.On ne ,
peut faire risulter du contract de marriage a I
tentative de bigainie. Sans doute il manifesto
de la part du contractant l'intention-de
commettre le crime, puisque, accessoire du .
marriage, il ne peut produire d'effet que si
le marriage s'effectue. Mais si le contract
pecuniaire, sign dans ces conditions, est,
suivant les termes d'un arrt de: la Cour de
Cassation de Fiance, econtraire aux biensean-
ces et A l'honnbtet6 publique o, ii ne Sau-
rait neanmoins etre confondu avec l'acte de
marriage lui-meme ni etre r6pute le cor-
mencet.
20 Les publications.--Les publications pre-
cedent le rhariage, uqui ne 'peut, tre c6l6br '
avant qu'elles aient &t6 faites conformimcnt
a l'article 63 du Code civil : elles n'en sont
point pa parties intrins6que ); elles le prdpa-
rent, mais se distinguent nettemert des for-
malit6s de la 'c6lrbration telles qu'elles
sont d6terminees dans l'article 74 Code ,
civil ; elles ne peuvent etre considries
come un commencement d'ex6curion du
marriage et constituer, si elles ne sont sui-
vies d'aucun autre acte, la tentative de bi- ,
ganmie.
Pour que la tentative existe, ii n'cst pas r
cependant absolument indispensable que la ,4
celebration m'me du mariage.soit commen- F,
ce, que, par example, l'officier de l'etat
civil ait conmmenc6, comme I'ordonne l'art.
74, la lecture des pieces don't la remise eit
prescrite par la loi. II a 6t6 juge par la
Court de Cassation de France ( arrt du 28
juillet 1826, cit6 par H. P. Riviere, Codes
franaais, 34e dd.,) qu'il y a tentative (dans
le faith d'avoir fait proc6der aux publica-
tions d'un nouveau marriage et de s'etre
present a la mairie avec la future et !es
temoins, pour le c6lebrer x.
Dans: le cas qui nous occupe, existence
du premier .hianiage a 6t d6nonc6e deux
heures avant le moment fix6 pour la cl66-
bration. Aucun cominencement d'execution


--.l=--------~ZZ---I ---------)--~--









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


S i Ji L pi a .oir lieu. 1I n'y a pas, par qudes par un loyal et patriolique dchange
c' ncqu-unt, tentative de bigamie. C'est la de vues, elle a I'honneur de vous presenter
S.olui'.;o qul nous parait conforme aux un project sur lequel il imporle do donner
prinLip::. rc- ';.iantcettte matiere. de braves explicalions.
Nou, dJ-vns ncanmoi'ini ajouter qtie la Tout d'abord, la Commission a 6to im-
I.,:i. a a.nt pas, determine les caracteres pressionnie par le ddfaut de mesure 'de
: qui p:rmlriitn de distinguer. un acte d'e- nop Constitutions antBiieures. don't la lon-
.' xcutL.rn d nil acte preparatoire, des faits gueni' avait fatalemlent pour effect d'engen-
i.l' l Lable: vent tre, par les magistrates drer une confusion peu favorable A la sai-
&i .,, .. d. I'accusation ou par *le jury, di- ne entente des priucipes proclarns etpou-
. v, ... icnt inirepr6tbs et entrainer des dd- vait 6tre, par li mcme, une cause fcidheu-
,,....n dittrciites.. Ces decisions, bases sur se de conflicts entire les pouvoirs,qui ne sont
l'app.ci.t,!.,- des faits, ne peuvent de ce utiles'que par laur harmonique concours
cl ift Jrii-:r overture a cassation: tell an developpement de l'activitl national.
Fi .1t .Ju ,i-:.i pendant longtei: ps, i'opi- Elie a pens que la manic de la regle-
11 1i..II qi'e:.'prima dans de nombreux ar- mentation allail souvent centre c0 but pro-
rct t C,:ur de Cassation de France. Mais pos6 ot devenait a l'occasion une force dis-
elle i clime, sur ce point sa jurisprudence. solvanle centre laquelle il n'y avait guire
ll, ,:. t iloiurd'hui dans la distinction de rem6de, etque la multiplicity des rIgles
de I a.:r.. prp.iratoire et de I'acte d'ex6cution qu'un systime pr6tendmnent preventif cro-
in .i que-i.,t de droit. et se reconnait pleine- yait opposer aux empidtements possibles
e icie I: droit d'e cont'r6ler les cons6quen- ne constituait friquenruient qu'uue entra-
Sce.. I.; -Ile, que les juges tirent des faits ve propre a d6courager les bonnes volon-
I qu'll :inu d'ailleurs souverainement consta- 1is, quand elle ne provoquait pas les auda-
tc ... L ditdicult& que nous ne faisons ces illicites.
qucj _2,i.ilcr ici--consiste dans la d6termina- L'extension de la Constitution au delA
ion Ju ciri rIum juridique de cette distinc- de ses limits naturelles ne garantil. done
TI.L'. I \. Girraud, Prcis de droit criminal, pas absolument de l'anarchie ni de l'arbi-
i, ,..) traire une nation qui n'est guere tentee
S.. d'allor chercher la supreme expression de
,-- ses droits au milieu de dispositions dif-
Nous avons public dans notre No de fuses, forcement incohlrentes et parfois
juillet yo07 le texte de la Constitution metlant tout en question i force de vou-
du '16 dcembre 1888. Nous pensions loir tout prevoir.
qu'on lira avec quelque intdrdt le Rap- Du reste, on peut dire qu'il y a une
port sur les lois constitutionnelles prisen- sore de Constitution tradilionnelle qui n'a
t a le Constiluane e l io du mine mois, pas besoin d'etre crite pour eire respec-
encore qu'une phrase ou deux de tie, car elle est dans l'interel et dans les
ce document puissent laisser l'impression meurs du people,
d'une sorle de contribution occasionnelle Elle est comme son atmosphere social :
Saux trop viues passions de celle Cpoque v attenter ce serait attenter a a maniere
ki'tale. d'etre et sans doute a la raison d'6tre du
souverain qui l'a en quelque sore v6cue.
rapport de la Commission Ces institutions plutot coulumi6res, it
hargee de 1'6laboration d'un n'est pas nacessaire de les determiner, si-
projet de Constitution. non dans leslignes gendrales.
Ce sont ces considerations qui out porter
La Commission nommde par M. le pre- la Commission A simplifier dans une cer-
sident do I'Assembl6e conslituante a l'effet taine measure son project de Constitution,
Sde preparer un projel de Constitution a en le debarrassant autant que possible des
Sounmettre a vos deliberations, s'est ernpres- abstractions qui surchargai(ent les prec6-
Ssee de se r6unir sous la pr6sideuce de M. dentes Charles, sans grand profit pour
I le constituent G. Labastille. I'exercice de la souver'ainelt national et
AprKsavoir tenu plusieurs s6ances, mar- la prosp6ritt de la Republique.











' REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Elle a essays d'appliquer A cetle malibre C'est une raison analogue qui no:,, .
la mlthode exp6rimentale, c'est-a-dire de fail repousser 1'ancienne division iJu ti.
tenir compete a la fois des lemons du pass riloire en d6partements. Celle di%,si-,i:
et des aspirations du present, pour~iain- au point de vue administratif, ne 'l:i[il
tenir les principles consacres par le temps A aucune nkcessit6 ni meme A aucune in.
ou formuler ceux que la prudence poli- lil6: au point de vue politique, elle tei i..
tique semble dieter actuellement, en de- neste, dtant le point de depart on I] p.;
pit des discussions don't ils auraient pu exte de nos plus graves dissensions.
elre I'objet. Ainsi retranchee de la d1gislationi. Ill
Quant a certaines regles tenant A la sera bannie des moeurs, grace ;ai ,,,
mise en pratique d'un sysltme democra- course de tous les bons citoyens.
lique et don't le caract6re mobile esl plus I
marqnu, elles ont 0te pour la plupart ,,
transportees dans des lois organiques. qui Une question important -et d' ,,l
sont come les dependances de la Cons- licatesse extreme a attire et arrl. i....
titution. I ps notre attention. Cest cell .i. i
condition juridique des strangers.
Nous devons maintenant passer sommai- Nous avons W6, it est vrai, uniinin'
rement en revue quelques dispositions et a penser qu'il y avait lie ,pour d dli.. I
surtout des innovations imporlantes que ner Iaptitude de 1'lranger A deve iii I
la Commission a cru devoir admetire dans tien, d'ecarter toute distinction r.1.11
son project. sur des classifications ethnologiqu, It '
Premiere parlie. lhdorie quelconque fondue sur la *!i\,.r.
I It des races serait irrationnelle e: I.- .,,
Vous savez, Messieurs, a quels agisse- tirait a l'6;ablissementd'un privile;: ,...
ments inqualifiables se livrein des hoeimes traire aux'donnees de la civilisatiorn.
qu'on dirait depourvus de tout palrio- Nous avons ele ainsi amenes A allililih.
tisme, pour donner !ibre course a leurs que tout Atranger est habile A deveiiir liii.
ambitions et A leurs rancunes, an risque lien, sous les conditions plus ou miiimi
de provoquer le d6membrement du pays. rigoureuses qu'une loi spkciale det ra r-.
Vous, assistez depuis quelque temps diquer.
deji A leurs tentatives criminelles et vous Mais Ic point capital de la ma;in..' It
avez eu, dans .les ci constances mdemo- vdrilable siege de la. discussion :I ..i
rabies, i reprouver et a flIlrir les odieu- question dn refus du droit de piopiil.
ses lendances de ceux qui mellent en pd- immohiliere aux strangers.
ril I'unitA national ei celic Indpendance Un des commissaires a c;i d'opini,.,n I'i1 i'
qui fut la gloire et I'honneur des an- celle dispositiondisparfitde nos lo: Lcinl
cetres et qui est aujourd hui notre au- me contrevenant aux principles du iI,,i;
gusle patrimoine el la sauvegarde de des gens, et a fait valoir les considt 1 111,i'
noire race. d'ordre Oconoinique et social, qua. i"
Aussi l'arlicle premier du project s'ex- s' pensee, devraieni imposer I'adltiiri,-n -
plique-t-il de lui-mnme et ne fut-il qu'une d'une tille measure.
prolestation Anergique en faveur de l'intl- Cet avis,gu6nreux a coup stir, i., I'"
grit6 du lerriloire, il meriterait encore de Oil( parlag6 par les autres commi .ii',
figure dans notre Constitution. pour' des motifs politiques d'une -1 ,.,
Que ceux-la qui voudraient l'oublier sa- exceptionnelle.
client done que la Republique est uneo Cependant une opinion intern-i ,l Ill"
et indivisible! Qu'ils voient dls la premi- a ele produile par Ln autre nmefmili,:
Are ligtn de rnore Charte qcue Port-au- Ia Commission, lequel a discul6 I'IIIil.
Prince est et demure Ia Capitale et le du maniilien dans la Constitution .I'li,,
si&ge du Gouvernemenl! Qu'ils compren- disposition deja consignee dans I,. -11,
nent enfin que tell est la volonlt national, civil (art. 450 ), oI elle a sa place i;;iIin1
et que leurs exces ne pr6vaudront point le.
contre elle I 1 11 a soutenu que c'est une raison I"'







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 7


cement historique qui a fait introduire les actionnaires et les usnriers des insur-
ans nos premieres Constitutions un reactions, et comme ils out toujours une
rincipe dont.l'essence come, cello de richtmation au bout de l'6mente on de
ant d'autres -quela Commission a du la revolution, la faiblesse de la 1Rpu-
xaminer, est plut6t de droit civil; que, blique olu los ddfaillances du Gouverne-
our s'en convaincr.e, il n'y avait qua se meant semblent en fire fatalement les
souvenir que la Constitulion de 1806 esl nourrissons de nos guerres civiles.
nl6rieure de vingt ans ai code civil, et I)evan\ de pareils procedds qui tendent
u'i importail, par consequent, A cetti e devenir traditionnels, on pent craindre
pole. d'y placer les rigles conslitulives de bonne foi que ai concession grndrale
e i'ldat des personnes cornne du droit du droit de propri6i6 aux ilrangers ne
e '!opriilt immobilire; mais que cc soit pour les indemnitaires en expecla-
ni ctait logique alors estdovenu super- live un noeivello source 6ventuelle de
u. revenues pielev6s sur les fonds de I'Etat.
La Conmisision n' pas nienx accnil- v r rc actions p-oduites
iceite mauiere de voir, ei elle a fait de en 18 pa des ci-devant lialiennes
a disposilion restrictive des droils de propridtaires d'immeubles justilic enti6-
l'etranger l'art. 3 du project do la Constiu- recent ces apprehensions.
Iion. En consequence, avant d'arriver A une
II11 est certain an surplus, qune Ie mair- Isolution conforine i la loi du progr6s,
iein d'un tel principle dans notre Legis- il s'a.it 'avoir une politique exterieuer
lation so justifio par des arguments de ferme et siire, qui provoque et facilite
circonstance qui ne manquent pas de ;'application a notre pays du droit corn-
juslesse nid'opportunite. Cette question, mun des nations.
piouir .,u'elle pit't fire rdsolue dins cn La b 'nie foi et la sincere amilid de
sens favorable aux strangers, tclt i res- nuoubro d'6trangers recommandables et
er assez longlemnps i l'ordre du jour, sptcialement la bienveillance manifest
la fpresse s'en flit emparde. et l'el rise de d, plupart des Puissauces 6trangeres
A I'tlude, les homes politiques l eus- notre dgard nous permettent d'esp6rer
selnt discute et appreciec diversement, que celte tdtche ne sera pas anssi ardue
Ia nation l'eit envisage sous ses multi- 'on pourrait le croire.
pl's aspecis,el ce n'est qu'i la suite I'une En tout cas, il d penid (de I'etrangser
;noirgue m6ditalion que le parlement efit lui-mirme de htler, par une attitude cor-
an auilorisf'6 la rancher dlinilivimnct. rece etconcilia il, lemoment oii i[ nous
Mais \i l'on song que cttel grave dt- sera permis de lever l prohibit ion qui
libi'railion national l;ait impossible sousi I'at l irnt.
le gouvernement dh'nn'hommo qtn pre- Soeleet, la Coininission a admis uie
tendait pensel soul pour tout It monde, exception en faveur des etablissemernls
ii sera aise de se persuader qu'un.suijet strangers reconuus d'ulilili publique
aussi considerable n'est pas encore a ine loi sp-ciae! pent leur conclder le
term et manque jusqu'ici des conditions I dloil de propiriete immrobiliere. Des rai-
necessaires pour qu'il pisse otre agitle sons economiques on morales sulffisent
a;tectfrit, debaltu ave le came et la jiustilier celte dorogalion a la disposi-
maaturitl qui conviennent. tion polilique qui nous occipe.
D'un altre c6id, par suite des deplo- III
rabies errements du pr6cideint regime,
Ie people s'est habitu6 voir dans l'd- La Commission a maintenu dlins sot
'tranger qui s6journe en Haiti un aspi- project les ri'gles sur la na!ionalit6 hai-
rant indemnitaire. tienne et sur celle de la lenimu manrte,
LEn effect, it tfau reconnaitre que plu- sans tenir compete des observalions ten-
sieurs de ceux qui recoivent ici la plus dates L les fire transpo ler dans le
franche hospitality sont trop souvent les code civil.
fauteurs de nos discordes; dans un but Elle a considered d'uie maniere gtnerale
d'e~loitation forcende, ils se constituent conmme haltiens tous individuals jusqu'a










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


cejour reconnus en celte qualil6, c'est-
A-dire ayant la possession d'ta't d'hai-
tiens.
Puis ellea statue explicitement sur le
cas des enfants Dns de parents aliens,
quel que soil le lieu de leur naissance.
En ce qti concern la femme hai-
lienne qui spouse un stranger il est
logique qu'elle suive la condition de
son mari, mais cela ne doit s'entendre
que de la femme marine posterieure-
ment A la Constitution qui a 6tabli ce
principle : quoiqu'il s'agisse d'ane dis
position constitutionnelle, il est just que
le principle de la uoa-rdtroaclivitM des lois
pr6vale en cetle matiere.
Quant aux immeubles don't Mtait pro-
pridtaire l'Haitienne devenue ktrangrec
par son marriage, la n6cessit6 de couper
court aux reclamations possibles exige
qu'ils passent en d'aulres mains dans
I'annie du inariage.

IV

Relativement au jury, la commission a
restreint ses attributions dans certain
cas oI le crime de droit common doit
6tre impiloyablement r6prime en rai-
son de 1'atteinte plus directed porlee h la
society.
11 a paru 6galement coavenable d'en-
lever h son appreciation hIs crimes el
dWlits politiques commis sur un point
declare en elat de siege et d'atlribuer,
A cet 6gard, une conipeence exclusive
aux tribunaux de repression ordinaires.
De la sorte, on n'assistera plus ni a de
surprenants verdicts d'acquittement ni a
de monslrueuses condamnations pro-
noncees par des tribunaux de circons-
tance.
Nous aurons l'honneiur de vous pre-
senter dans le plus bref dMlai un projel
de loi accordant une indemnile de d6-
placement aux membres du jury.
V

La parties principal de l'ceuvre de la
Commission est celle qui a Irail a l'or-
ganisalion des Pouvoirs publics.
Logiqucment ces Pouvoirs eusseni df
-itre classes en deux categories : l'uue


concernant I'exercice de la fonclin tli
gislative, et l'autre relative a l'exereiae
e la fonclion, executive.
Les organs de la fonclion 16gis-
lative seraient la Chambre, le Senit
et le Prisident de la Rpublique : les
organs de la function executive seraient
et ceux a qui est dl16gu6 ce que nous
appelons le pouvoir ex6cutif et ceux que
la loi investit de I'autorite judiciaire.
Cependant la Commission a mieux ai-
me s'en tenir A la theorie deslrois j )on-
voirs, laquelle a l'avantage d'tlre uni-
versellement connue et adoptee depuis
Montesquieu.
Dans ce sysl6me, le Ponvoir Legisla-
lit s'exerce par deux Chambres et inpli-
cilement par le Prisident de la Republi-
que, qui a initiative des lois.
Nous nous sommes attaches' metlre
les deux Chambres sur le pied d'egalite.
en restreignant autant que possible les
attributions de I'Assemblde Nationale
oil la Chambre des Repi6sentants a incon-
testablement sur le Senat la pr6ponde-
rance du nombre. La reunion de l'As-
sembl6e Nationale n'aura lieu desormais
que dans les cas ofi soit I'urgen-
ce soit la nature de la question
exclut forc6ment les deliberations sepa-
rnes des deux Chambres.
La Commission a toujours cherchW A
sauvegarder le principle de la division
des functions et de l'indopendance des
pouvoirs. Le pass nous a suffisamment
appris que c'est de la meconnaissance
de ce principle que naissent les conflils.
Les empi6tements provoquent les r6-
sistances et souvent les reprisailles :de
IA une confusion pr'judiciable aux int&-
rets generaux. II ne faut pas t des ma-
chines obeissantes. C'est pourquoi nuns
avons renforce I'auloriit du- Sdnat par
la gdndralisation du system des ddlibe-
rations distinctes, et c'est pourquoi nous
avons favoris6 l'action 1lgitime du Pou-:
voir Ex6culi', car rien n'est plus jusle
que cette pensee de Thourel : Le Pou-
voir Exdcutif cst aussi nicessaire la
liberal' qcue le Pouvoir Lgisl;aif :ilt
flit iqu'il ait Ions les movens d'activitlet
de slabililt ncessaires pour mlre un Gou-
vernement reel,qui puisse maintenir 'or-
dre public. p


~ ___ __










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


A .ssi les pouvairsque les Constitutions VI
Sanilrieures accordaient au Prdsident
d(Ic la Repuhlique ont-ils ~te conservies La Commission a fixed a sept ann.es
dlin, ce project de la Commission. Nous la duree du mandate presidentiel. Elle
*~a': ns loutefois estim6 que si le Presi- ne s'est pas laisse impressionner pari
* &nl doit avoir le droil de grace, il n'en un example recent, car ello a peise,
S:Iu lit etre de meme de i'amnistie don't non I torl, que les citoyens peuvent
kl, -:Lels civils sont plus etendus et don't esperer une moderation plus soutenue,
I., consequences politiques pcuvent a- une patriotique initiative el une plus
\n.ir une importance c'pilale. La com- grand sfirele de vues d'un pouvoir qui
p.nirce du Pouvoir L6gislatif s'impose ici. se sent forlifid par la cerlitude d'unc
lU autre part, une appricialion cons- pdriode assez tongue, landis qu'une li-
cienieuse des rigles du gouvernement million exagdrie du terme de ses fonc-
::parlementaire no nous a pas permits de lions n'aurait d'aitre ridultat que d'ex-
refuser le droil de dissolution an Pou- clure le came, la prudence, I'esprit de
voir Executif. Cc droil Ini fournit le mo- suite, si necessaire i la apratiqnue gou-
yen d'arreiter les enlreprist-s despoli- vernemenlale.
ques de l'une des deux Chambres. C'est Par centre, le projel de Constilution
surtoul la meilleure ressource pour tcr- a kearlt la redligibilile du pr6suient, a
miner les dissentiments par la voix 16- cause surlout de l'inluetnce decisive que
gale et a la satisfaction do tous. Quand ne manqerait pas d'exercer la d(eention
un conflil s'6live enlre les Pouvoirs d'un pouvoir Ctendiieu mnime temps que
publics, la nation, qui sonffre du de- cenlralisateur.Celledisposition peut avoir
sarroi gouvernemental, est interrog6e de graves inconvnenints et un certain
et doit etre, par consequent, appelee i cachel d'injustice si on se Irouve en prd-
manifester son opinion et a mettle fin sence d'un hominie eminent, considera-
au disaccord. ble par les services rendus et digre,
Ces raisons s'appliquent 6galement a sansdoulo, d'en rendre de nouveaux ;
Ious diffrlends survenus entr e e Pou- mais c'est communemenin une measure
voir Ex6culif et I'une quelconque des 'e defiance salulaire do tout point.
deux assemblies. 11 n'y a done aucun
motiftd'exercer le droil de dissolution VII
exclusivernent contre la Chambre des
Representanls et de d6clarer le Sunat in- Une modification assce profonde a did
'lissoluble. -- L'avis conlraire cut pu se inlroduite au point de vIe de la respon-
comprendre si le Sinat n't6ait pas 6lec- sabilit6 du Prisident de la tiepuboique.
lif : mis piourqnoi, au lisque de s'en- Nous avons tenu con'iacrer en gend-
Sgager dans une impasse, traiterait-on ral son irresponsabilild : c'est le meilleur
It'une facon dilffreint deux assemblies moyen de garantir la franchise du regi-
yant les memes prerogatives et qui me parlementaire,d'assurer -drieusement
peuvent se r6clamer d'une origin dlec- ['existence d'nn gouvernlemennt libre. Prd-
Slive ?Cetle indgaliti serait iun manque vost Paradotl I'a (lit excellemmeint : t l
de logique el de prtvovance, et tout est mattCriellement impossible h un seul
Sconflit caus6 par le S6nat pourrait de- hoiiiie, avec la jouissance du pouvoir le
venir la plus perilleuse des crises poli- plus absoln, de conduire les aflaires du
liques et aboutir a I'anarclhi ou aux dedans et du dehors avoc uno vigilance
coups d'Elat. assez soutenue et assez 6veillke pour qu'il
II faut s" conformer a la raison du soil a bon droit responsablee routes
rgime parlementaire et permeltre le seslautes.) La thdoriedela responsabilit6
renvoi de l'une ou de l'aulre Chambre presidentielle, loin de sauvegarder le libre
devant ses electenrs. o Toutes les fois jeu d(es institutions, est presque toujours
que lesdeux pouvoils sont unis, le peu- unencouragement a l'omnipotence, quel-
pie obit ; toutes les fois qu'ils dilff- que chose come la salle d'atlente de
rent, il juge, )) la dictature.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


La responsabilitd ministdrielle est plus] Aussi doit-il eire toujours possible de-
ralionnelle, plus simple et plus loyal. perfeclionner ce qui esl essentiellenmeil
De la sorte, les ministres no sauraient perfectible, des que I'opinion publique
passer pour des commis du President de: s'est manifestly e dans ce sens. Pour cela,
la ROpublique: ils sontle Conscil Direc- il n'imporle aucunement que le pouvoir
teur de I'Elat; its out la responsabililt conslituaul soit exerce par un corps spi-
polilique et parfois aussi la responsabilite cial, par un organe'appele pour ia cir-
civile et pdnale, I'une ayant pour sanc- conslance.
lion leur chute, l'autre, leur mise on ac- Le systeme de la revision par les dens
cusalinn: c'est lia vraiment la clef de vote Chaimbies separdes aura le merite de laisJ ,
du parlementarisme, la soupape de si-, ser an SOnat l'inlluence qu'il -.....1,
rete du Gonvernement democratique, la quand il s'agil dn travail legislatifordi.
garanlie de la liberlti. naire. Et la n6cessit6 d'une double di.-
beralion dans chaque Assemblte sera
VIII pour rifrner IPs l6ans et dviter les suri
prises.
II n'y a pas eu a staluetr ion- l In. -nI l Ainsi notre Constitution ie sera, esp-:
sur le pouvoir judiciaire les lois exis- rons-le, ni une entrave aux 6volulionsns.
tastes rendent inutiles la plupart des ar- cessaires, ni, suivant un mot de lMirabcau,
ticles que les Constitutions pricidentes ; l'almanach d'une ariie >.
consacraient A cette maliere. La Corn-
mission a pourlant juge opporltin de .i)E('X I ,ME PA.RTIE
conserve le principle de l'examen indi-
ciaire de la conslilulionnaliti des lois. Messieurs,
C'est, en effet, une precaution important
et elficace, la ligalisa;ion d'6une rcsistan- La Commission de la Constilution,
ce possible cont le c desputisme parle- pour compldler son oIeuvre, a crn devoir
mentaire. laborer Irois lois speciales qu'elle
IX l'honneui it soumeltre A volre haule
appreciation. '
Le mode dte nomination des membres: I
de la Chambre dcs Comptes a Wtd change La premier e de ces lois a trait a 1'..
pai la substitution de l'Assnmblde Natio- nisation de laChambre des Reporsenilal.'
nale au Sdnal, qua, t au choix a faire... Nous avons lout d'abord mainiteinu
La Chambre des Comptes aura par lA mode d'dleclion consacrd depuis .
une origin plus haulnte croyons-nous, tempspar nos ioiscomie par Ios :'., I
une autorite plus considerable. Ce n'est pas que le systime en .i,,
| no'ail de bien graves inconvenient. Notls
sommes les premiers 'i les dplorereli-
11 ne nous reste plus qu'a dire un motde nous aurions voulu )puvoir y 'I'.
la revision de la Conslitution.Nous n'avons dans unelarge measure. II est certain,,,'
pas cru devoir herisser celte revision example, qne election des RB. .i.. .'i
d'obslacles propres a la rendre impra- par arrondissement permeltrait la reduo
licable. Nous avonls estimo q'uine Cons- tion de leur noiibr e et qu'elle.faciliterli
titution est une oeuvre transactionnelle, ia moralisalion du suffrage univer-' I.-
un moyen terme entire les resistances des ce a I'impralicabilitL probable des nio
uns et les impatience des autres, un ter- yens de pression ou de corruption.
rain common oi le present s'impose, Cependant des considerations polio
mais sans exclusion des saines espdran- ques don't on ne saurait nier In grain
ces :en d6criter I'immutabilitd, on mime i s'opposent,pour lo moment, 4 utine 1reio
en rendre la revision trop difficile,ce se- me irrilante peut-6tre.
rait se ddcerner a bon march un breveti La Commission a pr6vu cerlainsc
d'infaillibilit6 don't I'avenir ne tarderait' d'ineligibiliIl qui sejustifient piarle d
,pas a montrer le aut. d'eviter les pellets de l'influence opJpr'
:pas / moritrer le nc~ant..










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


sic, que pourrait provoquer I'exercice 4 les peoples, quelle que soil du rest
de certaines fonctions. sa nature, un point oil le 16gislateur est
It en est particulierement ainsi des Se- a oblige de s'eo rapporter au bon sens
crltaires d'Elat, don't la candidature ne s.et A4 la vertu des citoyens...............
in inquerait gunre d'6tre tax@e d'officielle. II n'y a pas de pays o0i la loi puisse
.\ 'inverse, nous avons admis la faculty tout prevoir et oil les institutions puis-
puar les Representants d'etre appeles a < sent tenir lieu de la raison etdes mours.,
la charge de Secr6taire d'Elat, tout en S. Archer, C. St. Just, J. B. N. Tassy,
conservant leur siege A la Chambre. L'in- C. Chassagne, D. Delinois, J.1. Carrie, C.
compatibility n! s'expliquerait nullement Youance, M. Sylvain, P. Flambert, ,6-
en ce cas ; elle aurait parfois des suites remie.
fchAeuses et tendrait i faire des merm- Le president : G. LABASTILLE.
br.s du Parlement moins des homes Le rapporten : SOLO. MENOS.
d'Etat que des orateurs d'opposition.
Les autres dispositions de la loi n'out
pas besoin d'une explication spdciale.
CORFESPONDANCE
d'un Agent Consulaire de France.
Quant A la loi sur l'organisation du S6-,
nat, elle comporte une grande innova- aux Gonaives.
tion sous le rapport du mode de recru-; ( suite )
tement de cete Assembl6e. I Les soldats se trouvant entouros par
Nous avons voulu faire du Snat un une foule nonbrense, 10' colonel Victor
corps veritablmenent dlectil, ne devant, ordonna it la garde national de fire
comnme auparavant, sa naissance ni ni unil charge pour la disperser. Celtt garden
President de la Rpublique, ni A la Chain- citoyenne, presque entierement compo-
bre des Represenlants, partant, dhgag6d se dejeunes gens, resla immobile. Le
de tout sentiment de reconnaissance, in- colonel lira un de ses pistolets, le mon-
Sdependant de par son origin. Itra I la garde rationale et relira son
C'est ainsi que nous aurons iune viri- ordre avec en ;i.nIt t ces paroles:
table repr6senlation national, a laquelle Chargez-moi cellc canaille ; et si elle ne
concouriont routes les forces et lous los vent pas se retirer.coupoe les t6tes de tons
interels dii Pays, lemperant la sponia- colis. La charge I'ult faio, Imais avec taut
Snite du vole direct par la prudence do de mi6nagemenit qu'il n'y eut pelsonne
., il., restreint. i de heurtd. On lut la sentence qui 'nuten-
II est innti!e d'insister sur le rest de tendue par les condaimneii avec came
la loi, qui etahbit des r&gles analogues ai et rIsignation. Apres la lecture, Ray-
celles concernant la Chambre des Com- mond voutut hara;iguer le people. Hai-
;;* mun es. ltiens, dit-il, j';ti voulu lever le bandeau
Il 11 qui couvre vos yeux, mais..... Aussit6t
i un fort roulement a covert la voix de
En dernier lieu vient la loi sur les rap- Raymond. Lorsque 10 roulement eut ces-
ports des Pouvoirs publics. s6, it reprit ainsi : Oui. haitiens, j'ai vou-
Elle est come le couronuement de(ln vous "donner la liberty, mais mon
I'ddifice constilutionnel. Elle regle le nmode coup a manique. Cependant la queue res-
Sd'action du syst6me parlementaire et in- te et... mais -n ;autre ronclment se tit
dique les el'ients essentlels a l'harmo- enlendre, el, inmmedialemenit iprIs Hay-
Die des Pouvoirs. mond, Augustin et lours complices n'exis-
Nous n'avons pas la pretention d'avoir talent puIns. Pas uu d'entre eux n'a-
lout prevu, n'ayaun pas m0nme cherclhO vait monitor la moindre faiblesse.
SI le faire. I L[s families des supplicies le., enton-
Nous ncus en rapportant, au surplus, recent el leur rendirent les derniers
A ces paroles de Tocqueville : devoirs en les enveloppant dans des draps
i 11 y a dans la Constitution de tous mortuaires.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Les corps furent mis sur des charret- Cerles, le Prdsident Boyer, mainlenant
tes qui les porltrenl jusqu'au board que je le connais bien, me parail lout
d'une fosse qui avail Wet creusAe non a tait incapable de fair le moin-
loin du lieu du suppiice. dre progress Ila civilisation el au biein-l re
Les charetles furent suivies par la du pcuple lu'il gouverne ; mais aussi
troupe i la tOle do laquelle se trouvail le douceur de son caraclrce, sa mollesse
le colonel Victor. mime offrent des garanties centre les
Lorsqu'on ful arrive;, on demand des jours de dtsordre ct de sang quli cn
dchelles pour descendre les corps dansl manqueraient pas do naitre sous la do-
la fosse. ( Une Ochelle dil le colonel miinaioi de ses compdiliteurs.
Viclor, en criant de loute sa force, une Do cell consideration fort inporl;nle,
echelle! Prl'ciilez-moi les cadavres de j'ai pense que ies principles d'honriour
ces scilerals. Nous n'avols ias besoin et do loyauld, les relations irs amnica-
de fair tant de ciremonic pour cinq les quiexisleonl entre to PrIsideot iver
brigands. ) Los corps furent jelts pele- et moi ne fiaiisaent u1 devoir de 'lai-
mile dans la fosse, laquelle avail dix or sur It danger qui le innactail.
pieds caric's, autauti de profondeur, el J'Fai eu avec Son lxcelletce ine in'e-
avait did creusee huil iours avant le micnie enlrevue daus ce bul. Ne tcO-
jugenent. lant abuser d'aucune confidence an poiit
Lescadavres no furent reconverts que de comnproineltre qui que ce soil, j'ai
d'une 16gre couche de toere, le colonel roetl'eme m es averlissemniens dans des
Victor a ant an:Iouc que d'aulres corps forinuies guinIrales niais je 'ai pas
devaonit di e jeteis prochainoement sur les elt comnpris : u Je suis trop populaire,
premiers. Apris celte derunire expidi- m'a dit Ie Prdsident Boyer, avec une
lion, la troupe so retire en bon ordre, faluild inexprimable, je suis Irop Iiipu-
el le people dgalement, mais more ct laire pour n'etre pas loujours assure
silencieux. Q('ani At la lranquillild publi- d'avoir la nation pour moi. La nation
que, elle n'a pas de trouble un seul sait co quo j'ai fail pour elle et je suis
instantI el Port-au-Priince jouit en ce 1m- i sr de sa reconnaissance. Je n'ai qu'un
menti d'un calne profound. mol i lui dire pour la pricipiter en ar-
Inies au-devant de toutes agressinns c-
'ort-au -Prince, 4 Mars IS ;'.. ;Irang 'res, comnie pour lui fire dcraser
les q'(elques misdrallet qui voudraieni
Deja plusieurs fois,'je vous I'ai dit, mon ni'arracher Ic pouvoir dlot je n'nus que
aitenlion, dls mno arrive e, availdt6 vive- pour fire le bien. D'ailleurs, je les
menltdveillie paria vue e certain symp- connais, ces miserables !... Leurs ioI0s
ti'ines precuseurses ordinaires des coii- soul depuis longiemps inscrits sur mnes
vulsions poliliques. Depuis, ayant acquis labletles. .1o pourrais, i l'instant miine,
uuo conldaissance plus positive des hoim- les produi;ie au grand jour... ; mais je
rmes et des choses an milieu desquels prdfre garder le silence. Apres rma morl,
je vis, j'ai pu rcconnaie quee ne 10 on saura que jo les connaissais, que je
nm'etais point Irompe. Des dini-confi-! pouvais les punir te queje les dedaign;is.)
dences in'ont tc6 faites avc la circons- .Jo vis bien que le moment n'elait pas
peclion, je dirai mime la p)usillanimilW favorable pour me fire comprendre et
qui caracldrise naintenant 1' people qu'il fallait attendre uno meilleurc occa-
ha'tien. J'ai dcoutl lout ce qu'il me i sion pour dissiper ces epaisses fumees
convncail, d'renlendr pour im'clairer, et de l'ignorance et de I'amour-propre.
j'ai acquis la conviction que quclques! Cetle occasion nc s'est pas faith atten-
nmdiocritdsambitieuses necherchent qu'u- di e longtemps. La mort subito d'uni cm-
no occasion pour renverserle Pr6sident Bo ploy6 des donanes, et un paper Irouve
yer etse dispute ensuite son heritage, sauf dans son secrdlaire, en faisaut I'inventai-
.a ne pas en lirer un meilleur parti que re de ses effects, vinrent, enfin, tirer le
lui, et peul-6tre m6me a en fire un PrLsident de sa quietude.
plus mauvais usage. II1 fut reconnu que le defunt n'6tait rien










REVUE DE LA SOCIETET DE LEGISLATION


moins que Io secer6aire-gendral du fulurque j'avais accompli ce devoir on hon-
gonvernement rt'volutionnaire, et que I lsi i, honmmne, m uis que je ne pouvais pas
noms inscrits sur ces regislres i1 I i ,lill r a u-delia >
ceux des grands officers et dignitairesj Monsieur Villevaleix ball, le gdnLral
de la Idpublique rigeniere. On rIsoluti!Iginac no lard;i pas 'L le remplacer. Deux
aussil6t de lenir la chose secrLle ; mais'jours apris, il eiail chez noi ot renouve-
on o raippela mnes ave'rlissements et o0toait l'attaque sans plus de success que
dcida qu'ilt fallait l ic herher savoir s'iltson devancier. Mais cello double dniiar-
y avail desrelations direclesou indit., i 1 ri. me osemblai in sign certaiit quoe 1
enle co que ( l'on venait de odcouvrir delPrisidenl loyer n'avail plus le calmo et
posiii' el !es avis gcndraux que j avn's' 'assurann e don't il avail faith preuve dte-
d uiiis. A cet effte, le Pr(sidell ime liltvanIt nmoi quelquisjoirs avani.
allaqiur Iar Monsieur Villevaloix aii&, Je pensais quo le moment dlail, poul-
( ull des comllnissaire's qnle voris m\ez/. i't [plus l\vora; le pour l'eingger ai eni-
vus Paris ) ; mais j'6tais furl i' s )Iu, icr nlin de( s ino voiC d'aminoliora-
n ;luril, incnt, i' ne pas in'engagor an itus on dohors de laquelle ji no vois
ilelA do cerlaies bones, el je cn i-i nque i caiastrophos pour cc pays. x' eiai-
teniiai de dire e qute n e miller inooyen galis aussi qu|e lines larloes i ses deux
selon moi, que puisse n.il,'I 1' Ice Pr1 si- altli s nu lui eusscOl pas el6 rapporlies
dent pour b.j.... los initii-'' on min n lidcelte ienl. Toules cos consid rations
lesconspiralions .),(rdies conitr lui u'dlilnine I d16lor in ereoint i li delland tr une au-
poinl de courier apres des no'is proplres, liteice el je me rendis pris dc lii.
Inais bien d'cter aux agilalours les Ipi'- La. conversation s'egagea difficile-
texles malh enreusement trop plausilplas!Ineet, piniblement. II la it evident que
a i'aile desquels is pourral ient, peoul-l re,S oi I Excellence tl0ail preo)ccuile I di (si
in jour reinueri l'opinion publique, t ide ni'eulciidre el souflrail, cependant,
que ricn n'dlait plus facile que de delrui-d ldire oblige de redesceidre sur un ter-
re ces prdlextes; (u'il ne fallaiR, pour I ,. rain d'oil elle s' elil relirdo si fieremnitl
quo dionnier sa isfaclion i quolques besoins>quel1ues jours avant. Enlin, aprIs bien
imip6lieux de l'dpoque el de la sil I Iii .. ltonllnemonl s de part el d'autre,
noiv.lle crdee par le Iraild du 12 f. : i pris l'inilialive. Jo demal ndad i an Prl si-
13;8, que d'ailleurs, je A'nvais point dodcont si .MM. Villevaloix et Iigmac lui
Ioiils propres A ciler, quo je i'dlais pasOavaicent rienilu complex de nos- conversa-
de la police et que je n'avais recu '" i1 s et s'il coipreuail te apnprouvait la
personne mission de surveiller el dinou.l-setrs'rve avec laquelle j'avais rdpondu
cer des p isti qui pouvaileil se forImer aux questions do ces iiissi" iirs. J'allais
unns la Republique centre un syv.,>i'nlexpliqierl cell reserve lorsqutlr Prisi-
que!conque adopt cet suivi par le IPrie-i- den Boyor, ceiant eicore i I 'empiire do
dev; mais que la smnpalhio qne je pr-s''s illisions favoriles, on, p[uiil- lre, oei-
fesse personnellemell pour la jeu'ne de- gnnll senlol cuil d'y c0ier, mne april altl'c-
publique que lmon pays vient de 1.1i "'1 i emnl la main et me dit: o Jo com-
ail riaig des nations par to trails du 1 lprends facile eniii t clle riseirve et je In
fivrier, que to dosir que j'ai,comme p1 ;i-' I. l i point Ia vous en ltirie sorlir
lanlitrope,do voir graudir el prosp[rei' l .' i i In distant lout ce que vous pou-
peiple qui, malgre es malheutrs passs,'vcz savoir, vous no m'appireldlriez nicn
tieni encore la France par lesliensdu stiang( que Ij ie sache parfailemell.... .IJ suis
et par la conmmunaute de engage ; I i..-', "iV inquielude... Volre alfection pour
1ma reconnaissance pour a maniore d ... 1 i.... al0eclion que je vous Ic(ds du tond
le 'Prisident m'a accueilli I mon .,. ; dle non ceur, vous le save, vous gros-
eni ILili el m'a honored de sa bienveillaneisit le danger.... Q(idquesc mistrrilcs am-
coniance, que loul, enfin, i'avail fail l .. o ve lent na place ; inais pour la
uu devoir d'cai l c f de l'Eal i. i 1 "n', ils 'oni qu un moayn .. ..
les dangers qui peuvent menacer son e-lc'est de m'assassinor, pour cela, ils le
existence et la tranquillie de son pays ;peuvent, s'ils l'osent On a bien trouv6
x':t ene et la tiranq~uillih7 de syn pav i ;1 ".. -ur










REVUE DE LA SOCILTE DE LEGISLATION


des assassins, en France, pour Louis-Phi- I On vous demandera pourquoi une
lippe !... On pourrait en Irouver aussi armie inulile continue i oberer le tre-
pour moi, dans mon pays : il y des sor et i deserter les champs; on vons
monstres partout Mais soulever le pen- reprochera de n'avoir rien faith pour r6-
ple centre moi conire ma populariHt !.. lablir, par de bones routes, les conm-
je les en deie! Que pourraient-ils dire municalions les plus importantes de-
au people contre moi! centre mon venues impraticables depuis longtemps;
administration ? > A cell interpella- on vous demandera si vous avez song
tion, je ne pus m'empkcherde repondre: a preparer l'avenir de la nation par
P Pi sident, il y a un mois (lerjanvier) I'organisation d'Wn bon syslme d'i:is-
que vous celdbriez le vingl-sixieme anni- truction pour les enfants et par I';ibo-
versaire de I'Iudependanced'Hani. Monti lition du concubinage qui d6lvuit les
sur la tribune aux harangues autour de liens de famille; on vous soinmera de
laquelle se press;ient le people et lar- dire si vous vozs les precautioncd,
mep, vous disicz, par la bouche du g6- par un nouveau systine financier,conlre
nrall Inginac, qu'uneno uvelle ere de la banqueroule quin menace I'EDat et le
paix et de prosp6rite commengait pour Commerce d.'une ruine comnplile; on
la 1Rpublique ; que ddsormais il fallait s'dtoanera que vous in'ayez propose en-
oublier les temps de gucr e ci\ile et les core aucune measure pour rassurer les
miseres qui en etaient la suite obligee strangers contre les inquidlides ide Icur
que tons les parlis devaient se conrondre' position equivoque dans Ie pays, on
dans un seul sentiment, le sentiment ira mrme jusqu' a vous reproclier de
d'orgueil et d'amour national, en voyanl i n'avoir rien fait pour attirer les ib;is,
la nation haitienne definitivermen t t pour les capitaux et les iutelligences de
jamais admise par tous les peoples au I'Europe au secours de vote agricul-
rang des nations civilises el engagee lure el de volre commerce, quoique
dans une voie large de civilis;iion et de ceux mdmes qui vous adresscront ces
progres... Le people rdpondait i ces pa- reproduces n e se socient nullemcen de
roles falleuses par les cris de : Vive la voir des Europdens parmni eux; enl'ii,
ledpublique! Vive le PrIsident Mais moi president, on ne ndgligora rieo pour
aussi, Pri sident, j'dlais nu pied de la Iri- fire retentir ct approuver ces plaintes
bune: j'y lais milt aux homes les dans le public. Et quand oncroira vous
plus eminei)ts du pays, I tois ces homi- avoir ;insi enleve I'amour et la con-
mes qui seniblenl n'avoir lien i desirier I iance du people, un ambilipux se pr6-
parce qu'ils ont en la plus large pai t la Ia sen'era et dira: ( C'est moi qui suis
distribution des emplois e des ;appointle- appeal a rIparer le nual qu'a fail le
mentls. lbien c'est de la blouclie lPrsident 1oyer enl ne faisant pas lout
mime do ces hoimmeSi que j'ai entendu le bien qu'il pouvait fhiree. >) Co (ue
sorlir les plaitles it laid desquelles on je vous dis li, IPrsident, n'e, t |point
se propose de vous allaquer. une prediction sinister d' ui esprit ma-
a I esl inulile que je vouts les rdple, lade ; cost encore moins un conseil qle
ces plainles ; car, bienld6, vous allcz je veux vous donner. Voire rang et
les entendre vons-mlme, nis 'omu- le Irofood respect quii j'ai pour voire
!6es avec adresse el prononcees d'une caract&re repoussent igalement tune pareil-
mani re iiinacante, dans quelques se- le supposilion. ,1'accomplis in devoir
marines, selon ma conscience el mes affeclious.
G C'est a la C amibre des lIeprdseni- dl)ans ma conviction I'oriag sur louIel
tanis des C(omm1unes q(u'on \'a volus l'opposilion des lcprcsenlantis des Com-
demaanner coeintinn v ious avez profi- llliunes compleera pour vous dbirailrc
te, pour ainliiorer la situation du Ipays, e vous renverscr so forme dans le
de la securilte qnue voas a doiunee le nord ile la Idbpublique, c'est dans le
traite du 1,2 fivrier '1833 el don't I'ab- nord qu'il doit dclater..Ces derniers mols
sence avail d6d, jusqu' alors, le pre- sur lesquels j'appdyai forlement firent
lexte don't votre administration avail cou- sur le Pr6sideni une impression qui,
vert son inaction. aussilot, se traduisit par I'altdration de










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


_. __X -- -- .. .......-- P 4=
ses traits. Apres qnelques instants vous savez combien j'aimne tlon pays,
tie silence et d'h6sitalion, il me dit: 'mnis aussi combien ii m'est difficile
,Mais si les choses en etaient a cc point, de faire tout le bien lue je desire...
s'il lait possible que quellues mist6 Je suis seul pour le faire...... IJ n'ai
rabies ambitieux trouvassent dans la aitour de moi que des incapacilds on
nation un point d'appui contre moi par des mauvais vouloirs.... NM is je ne me
le mensonge et la calomniie, que ime discourage pi ; joe iarche senl. Ah!
resterait-il done A fAire ? Sinon d'aller je series bien malheureix,je vous assure
nmi-nemie an devat dte lenrs poiiguards si je n'avais pas )pour moi na11 bone
et dI leuir inont'er ma poilrine cn ln'r conscience)). II y avait dans tout ce dis-
disani: l'rappez a II y a miox que coUurs uni 10 melange d'eniphlse dLns
c' a t faire, Pr6sident, rtpliquai-je les expressions, d'emotion dans la voix,
A I'ouveture des Clambrts, prisenlez-voun- d'agitalion danrs los trails el do hIonl,
anx liepr6seutants deesCommunes avec dans Its serremenIs de mains s qie
n on deux projects de loi it la main: j'en r;slai ablisourdi.
annnocriz que \ous allez rciluiroii La con:versalion avawit ld Ilrs longue.
I'armie )por faiie dei cdoonomles .Ie crus de mon d-voir de ne pas la
et dmnandez qu'on vous pr1sento un proloiger davanlage, stiltout en pr-
plan d'ddulcation nalionale ; dites que sence d'uiie disposition d'esprit qui nd
la irfolrlne du systime financier est Ime laiss;ait que peu d'espoiic de succes,
dans ce moment-ci l'objel de vos et je ne ecticai.
millions, mais que pour l'opi'er, Le lendemain nation, je me 'rendis
il faut le concours de circonslances de boiine lieure chez MIo:sicur Ville-
que e1 temps soul peut re6nir, c'eslt a valeix pour savoir s'il itait au courant
dire une culture plus productive, des de l'entrcliende la veill et lu i dmander
relations commercials plus iultiplijes ce qu'il on angurail; nmais quel ne
et la confiaice des capitalistes irai'a- fin pas mon Otonnenment d'apprendre
gers, el que c'eslt a crer ces circons- que Mr. Villevaleix, sur iii ordre reca
lances que vous allez apf liquier vos la veille ian soir tr es lard, cail brus-
travaux de tons les instants; failes voir' quement parli ce malin Incllme, avant
enfin que c'est a tort qu'on vous accuse le l'ivr dl so!eil, :onr le Cap-I iitien.
de ne pas singer aux progress posi)his Le president, inalgre ses assurances
du pays, el vos adversaires second de stiurilt t d'incled~lit, a ccpen-
rdtluii; au silence; car ils soni ieni danil jnoirl dti suile son alienlion vers
noiiiboux, et vos paroles, vos promnetseC' leI point que je Iii ai indiuiid, vers le
iro1 't plus tde rel tisseeni e ent an mi- Norl. Quelles sont les iisltruicions don-
lii d'un people qui vous aimoe q e i ur's itnds a Mr i. Villevaleix?. C('e.s ce loe
voix inconnue esct sspets A la il- pertsonne ne soulpionne.
jorild de la nation.,) Voici pris td'nii mois qu'il e't absent:
SNon, s'ecria le President, cc inmyen on ne rparle I ps d son retouir ; rien
strait sans success avec de pareils in- ne Iranspire snu ce qu'il tail. suri c,
tigannis! Je me conlieeraii de liMr dire: qu'il ,eiti ; mais, on peot prisumer
.1'ai cuoverne selon nos lois, solon noire l' verilt en voyaut la miesurce Ir'es signi-
Constitution,qune vousvoudriz renvierser l'icative (lie vient d'adopter le Prisident.
avec tinoi. Eh bien! vous n'dles squt ,'es Une proclamation dti Chef de la Repu-
iilrhigants, des ambitieux; inais je no oblique ajourtn'e l'ouveI lure des Cham-
vouL> crains pas. Le people sera jiuge blres an 12 Aolt an lieu du mois
entire vous et moi, et j'ai confiance d'.ivril 1 craint done les Chamnbres?
dans ie people qui est bon, qui est Ot veut-il senlemcnt gagner du temps
just, qui me comprend Quant a vous, pour se ImIlre en mi'sui r de suivre ri es
nmon cher ami, rassuRez-vous. On a conseils ? Colle derniere.supposition ne
-tent6 de vous abuser, de vous inquieler me paratl pas probable. J chains bien
par des bavardages, je ne sais dans quel ( que le Prsident Boyer ne figure
but. Mais vous me connaissez assez, je avoir ddlournu le danger eo l'ajournant,
vous ai parl? toujours coeur ouverl, et que quelques demonstrations dnergi-









REVUEDL LA SOCIETE DE LEGISLATION


ques suffiront pour effrayer ses adver- peut dormir tranquille. Ce nest pas dans
saires et les faire renter, pour toujours, le Nord que ses ennemis Ironveront des
dans cette indolence el celte apathie armes centre lui.
dans lesquelles il parait, malhenreuse- l Je rdpondis anssit6t A Mr. Villevaleix
meant, trop decide a lerminer sa carriere que je me rejouissais avec lui de la con-
poliique et sa vie. viclion qu'il venait d'avoir occasion de
Quoi qu'il en soit et qu'il doive arriver, se former el j'ajoutai que je n'avais qu'un
je continue d entretenir avec Ie Presi- regret: celui d'avoir donnu l'alarme mal
dent les rapporls de bonne amitie qu'il a propos et d'avoir Wt6 ainsi cause d'ri
a bien voulu me permeltre d'6tablir voyage fatigant pour lui et inulile a la
avec lui. cause publique.
Port-au-Prince, '18 Mars 1839. ((nulile! non,interrompit-il; car si,tdi-
Je vous ai dit, dans ma derniere let- ne part, j'ai reconnu le hon esprit des
tre, qu'immidinalement apres ma longue masses, do I'aulre, je dois l'avouer, j'ai
conversation avc Ic ePresident Boyer reconnu qu'il y avait li, comme ailleirs,
Mr Villevalcix avait recu l'ordre de par-i des inlrigants c des ambitieux de has 6-
tir pour le Cap. Je ne m'dlais pas Irom- tage.... Je les ai signals au President
et dejA son Excellence a ordonni les me-
pe sur le but de ce voyage precipile: so ell e e-
s'aissai e vrier, sur le suresles pluis propres a les deconcerter.
jusqu'a quel point laient fondees les in- Parmi ceux que la justice du Pr6sident va
jusqu quel point t6laient 1ondees les in-, d
dications que j'avais donnees sur la situ- frpper se trove male reusement nI de
action politique diu dpartement du Nord. vos compalrioles. Le Prsident en est vi-
P vonenet afllige et i1 aurait voulu vous
et licher de connaitre les homes los alig et i aurait voulu vou
plus engages dans les menees ourdies epargner, pendant votre sejour en Haiti,
contre le pouvoir du President Bover et le chagrn de voir un Franais confondu
centre la tranquillity publlique. d ans la foul de ses ennemis: mais le
11 parait que Mr. Villevaleix a bien cas est trop grave et ii faut un example.
comprise et rempli sa mission. C'ent, du oa saiLvre.
moins,ce que me font pr6sumerles quel- Nos as ru p e do-
quesfails que j'ai recueillis et don't voici le vos recu le denier cour-
ditail : rer trois exemplaires de la brochure de
Mr Villevaleix,rentre au Port-au-Prince Mr D. Charles Pierre, contenant le dis-
vendredi dernitr 15 Mars, cinq heures course qu'il a prononc6 au Tribunal civil du
du malit, s'est rendu de suite aupres du Cap Haitien,le 22 f6vrier dernier, 1 l'occa-
Presidenl avec lequel i lst resle jusqu'a sion dc sa prestation de sermcnt come avo-
huit heures et demise. En sorant du Palais cat. Ce discours dans lequel on troupe les
national,passant devani ma naison,il vyest bones appeciations de l'auteur sur la pro-
entre m'annoncer son retour el me dire session d'avocat, merite d'ctre l.
qu'il quillait, a l'inslanl m'me, 1) PrO- Nous remercions Mr D. Charles Pierre
sidenl, auquel il avail rendu compete de son gracieux envoi.
de sa niission. ; "
A la mani6re don't il engage la con- Le retard de la Revue A paraitre ce mois,
versalion,il me part evident qu'il 6lail nous permit d'annoncer que, a sa reunion
venu par ordre et que sa lecon etil aite. en Assemblee g6ndrale du 14 avril, la So-
Je suis enchanle de mono voyage,me ciLte de L6gislation a form son Comili de
dit-il.d'un ton de lge4reli affclt..Ie viens direction et de r6daction comme suit
de voir ce deparlement du Nord don't on M M. J. N. Leger, Prsident
voulait nous epouvanter, el,a ma grande Dant&s Bellegarde, Secretaire gi:neral;
satisfaction, j'ai pu reconnaitre que ja- Maximilien Laforest, trsorier;
mais celle parlie de la Republique n'a
6te plus came, plus dispose au travail Louis Borno,
et plus devoueea l'aulorilt du Pr6sident. J6r6mie, members. -
Pas le plus leger symptOme de necon- D. Viard,
teoternent ou d'agitation!.. Le President F. Baron,










DIX-HUITlMhE ANNiE, N* 2. MAI 1909



REVUE

DE LA

S SOCIETTA IDE LI.EG-ISLAL.TIOIlT


PARAISSANT CHAQUE MOIS.


I. Reunion du i avril.
2. Reunion du 21 avril.
3. Reunion du 5 mai.
4. Reunion du 12 mai.
5. Rapport-Denis St Aude.
6. Rapport-D. Viard.
7. R6forme de 1'Enregistrement

SEANCES DE LA SOCIETY

Issemble gnae nrldu 14 avril 1909.

SPrsence de MM. S. M6nos, E. Eth-
irt, D. Viard. L. Borno, JMrdmie, Dupuy,
)enis.

PrIsidence de M. Solon Menos

Monsieur le Pr6sident ouvre la s6an-
!e, vu la presence de 7 membres actifs.
SMonsieur le Secretaire-gndral done
eclure du rapport do comit6 de direc-
ion :

Messieurs,

Les membres de votre Comit6 de direc-
ion, auxquels vous avez accord votre
onfiance A pareille 6poque de l'annee der-
iiere, viennent, le terme de leur mandate
tant arrive, vous faire le rapport annuel
ur la gestion de vos int6rats.
Nous nous plaisons A affirmer que la
;oci&te grandit de plus en plus dans 1'es-
Ime publique ; elle a atteint sa dix-hui-
6me ann6e, tou;ours eritour6e du respect
it de la consideration de tous, allant droit
iu but de son institution, n'en deviant
iullement pour s'occuper d'autres ques-
ions qui n'entrent pas dans le cercle tra-


c6 par ses status. Comme 1'a souhaitd un
de nos collogues justement estime, la So-
ci6t6 de L6gislation arrivera A sa vingt-cin-
quinme ann6e et fetera dans peu son age-
d'argent.
Nous venons de traverser une ann6e de
troubles politiques oi la patrie s'est voil6e
de deuil: c'est vous dire que nos reunions
on t d &tre assez rares et que nos travaux
n'ont pas kt6 aussi actifs que dans les an-
n6es pr6c6dentes ; aussi n'avons-nous eu A
r6soudre que des questions restreintes,ainsi:
que vous allez le constater.
Voici ces questions : Rehabilitation du
condamnn graci6 ; Situation de l'enfant
natural rcconnu par'deux peres Ques-
tion de franchise du ddlai de l'appel des.
sentences des tribunaux ;- Interpretation
de Particle oy5, dernier alin6a, du Code
d'instruction criminelle re'ativement a l'op-
position de la parties civil a une ordon-
nance de mise en liberty ;- Situation des
huissiers vis-a-vis du tarif des frais de la
loi de 1877.
Notre Revue a conrinua la publication
de K La Doctrine Drago et la 2zme confD-
rence de la paixa, de notre jeune et intelli-
gent correspondent, Monsieur Abel N. Le-
ger ; des a Souvenirs historiques de la
pr6sidence de Salnave du general Legi-
time, publication qui a pris fin a notre jer
numero. Elle a public aussi le Programme
du 4e Congres scientifique pan-amdricain;
le Rapport de M. J. N. Leger, alors
E. E. et Ministre Pl6nipotentiaire d'Haiti
pr&s le Gouvernement de Washington, sur
la participation de la D6elgation d'Haiti a
la 2eme Conference de la Haye ;- La
Convention pour le reglement pacifique
des conflicts internationaux ;- Un arrft
du Tribunal de Cassation du 27 janvier
1909 qui annule diffdrentes decisions fu-
ndbres du Conseil Special militaire de 1'Ar-
rondissement de Port-au-Prince, drig6 en.


e~- -- -









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Cour Martiale. ;- les actes de la Consti-
tution du nouveau Gouvernement. Nous
donnons publicity actuellement a une cor-
respondance historique tres inttressante
d'un Agent consulaire de France a l'6po-
que du Pr6sident Boyer. Toutes ces pu-
blications sdrieuses, qui s'allient au carac-
tere de notre Revue, sont appr6ciees par
nos abonnes qui y attachent un inthr&t sou-
tenu.
Nous avons vu notre cadre des membres
actifs s'dlargir par 1'dlection de trois de
nos concitoyens dignes a tous 6gards d'etre
de notre compagnie : ce sont Messieurs
Enoch Desert. docteur en droit de la Fa-
cult6 de Paris ; Charles M. Dupuy, remar-
quable par ses connaissances en matiere
administrative, et Iantes Bellegarde, avo-
cat, professeur a l'Ecole de Droit de Port-
au-Prince, publiciste distingue.
Nous aurons a statuer sur la demand
d'un de nos membres associes qui desire
changer son titre en celui de membre actif.
Nous avons eu la joie de saluer le re-
tour au Pays de notre eminent concitoyen,
M. J. N. L6ger, notre ancient President,
revenue des Etats-Unis d'Amerique oi il a
rempli de la fagon la plus digne, pendant
plus de douze ans, les hautes functions de
Ministre Pldnipotentiaire d'Haiti a Was-
hington.
Deux de nos membres actifs, Monsieur
le Docteur Edmond Heraux et Monsieur
Georges Sylvain, ont etd nommes, A notre
satisfaction, I'un Secr6taire d'Etat des Fi-
nances et du Commerce, et l'autre Minis-
tre Plenipotentiaire d'Haiti pros la R6pu-
blique franchise. Monsieur Murat Claude,
membre associe, est aussi membre du Ca-
binet actuel comme Secr6taire d'Etat des
Relations Ext6rieures et de 1'Instruction
pub!ique.- M. Ducis Viard, un des mem-
bres actifs du Comitd de direction, a 4te
nomm6, en octobrc dernier, Juge au Tri-
bunal de Cassation.
Le Comite a rempli les devoirs de con-
venance de la Soci6te enversces disti.ngues
colikgues.
Notre tr .orier vous rendra compete du
movement de la caisse.
Nous pensions avoir fait pour le mieux,
tout en esperant que nous ne tarderons pas
a nous fdliciter de r6sultats plus brillants,


grice au concours que nous attendons &.l
nos collaborateurs nouvellement dlus.
SOLON MLNOS, Ducts VIARD, M1AXIMILII 'i
LAFOREST, L. DENIS, F. BARON

Monsieur le PrIsident : 11 W'y
pas d'observation ?
Le rapport demeure agre6 par la S,-
ciete.
Monsieur le Secrdtaire-general don:w
lecture du rapport de M. Laforest sur 1,
situation de la caisse:

Le 25 janvier de la pr6sente anne.'
j'ai reCu de notre Collkgue H6raux, kc
livre de la Societe avec
une balance de P. 784. 11
Depuis j'ai recouvre pour
la SocietR 170.5o


Etj'ai payd pendant la meme
pbriode sur pieces vis6es


P.


Balance de la dite Societe P. 731."
Bon nombre de recus ont t6,delivres ui
percepteur pour les recouvrements des vi
leurs dues A la Societ6 ; et a la fin de
son service, il lui sera compt6 pour st
honoraires dix pour cent sur le total dr.
valeurs recouvrees.

Monsieur le Prisident: -- Nous pouvor.S
d&ilg1er les colleagues Viard et Den:t
pour la verification de la caisse. Ce:
messieurs acceplent .
( En cen moment arrive M. Laforesl,
Monsieur le President : L'ordlr
du jour comporte 1'dlection dn Presi-
dent, du Secretaire-gineral, du Treso-
rier el dos autres memb:'es du comitt
de direction. Il est entendo que je n'
dois pas 6tre l6u. II est vrai que, il
y a quelques ann6es de cela, j'a-
vais fait la rnmne del aration et que mal-
gr6 moi j'ai eu I'honneur Cd'etre .I
ip 6sidenr de la Socidl0 Au; n,,l,'hlui j1
vous pi.; -e |e porter vO s snufr:Yges sui
un (d no. col!lgiies, un des ifoidoleur'
de ln Soci(t6, a qui, ltant donnec n cir'-
coisht nce, nous devons donn er b li
marque d'cstime. II s'agit de 'lo i li
J. N. Lager.


54,(-'. '

123-1-):


-- --. ~_ .___ --~I~--~-.-.


'


I '
'"
j

*;~


P. 9










REVUE DE LA SOCIiTE DE LEGISLATION


Des bulletins sont distribute, puis me remplacer celle fois-ci par un autre.
recueillis; M. Etheart est d6sign6 pour iJe ne terminerai pas sans recom-
6tre scrutateur. -- En ce moment pene- mander a vos.suffrages Monsieur Dan-
tre Monsieur J. N. Ldger ; sa presence its Bellegarde, un des nouveaux mem-
porte a 9 le nombre des membres ac, bres 61ds, pour etre Secr6taire-g6ndral
tifs presents. 13 votes sont exprim6s, dela Soci6te. Monsieur Bellegarde, jel'af-
en comptant ceux envoydssons plis ca- fire, justifiera en tous points votre
chet6s de trois membres actifs absents : confiance.
Bellegarde, Poujol et Lespinasse. lon- ( En ce moment entre M. Baron; le
sieur J. N. Leger oblient 11 voix, Me nombre des membres actifs prsenls est
S. M6nos 1 voix. ) done porlN i 10. Rdsullat : 13 votes ex-
Monsieur le President : En conse-' primes, en comptant ceux envoys sous
quence du r6sultat de ce vote, notre etiveloppe des trois absents d6signis.
college J. N. Leger est dln president de Bellegarile 11 voix, votes blancs 2.)
la SocietA de L(gislatiou. Monsieur le Pesiden : En con-
Monsieur J. Leger: Messieurs, sequence de ce vote, Monsieur Dantes
je suis tris sensible A cette marque de Bellegarde est elu Secrdtaire Genural de
distinction don't vousvenezde m'honorer. la Socitd1 de Legislation, Nous passons
Je lacherai pendant toute ia duree de immediatement a l'dlection du Tresorier
mon mandate dejustifier votre confidence. (Monsieur le President recommande M.
Monsieur le President : -- Je suis M. Laforest pour occuper cette fonclion.
heureux de me fire I'interprete de la vu le zBle et le ddvouement don't il afait
Societe pour vons exprimer loule la preuve comme tr6sorier provisoire. Rd-
satisfaction qu'elle 6prouve de vous avoirl sullal: 13 votes exprim6s, y compris
commeson president. Vous &es un des ceux envoys sous envelope des trois
membres actifs qui ont cooper i sa fou- absents plus haut ddsignds. Me M. Lafo-
dation. Sa vilalitemontrequelles chances rest 19 voix, Dupuy 1, votes blancs 3. )
heureuses s'attachent a toutes les oeu- Monsieur le President: -- Me M. Lafo-
vres auxquelles vous vous intdressez ; rest est 61u Tr6sorier de la Societ6 de Le-
nous savons done que c'est une nouvelle g[slation. Nous passous a l'Alection des
chance de durde que nous donnons a 4 membres du comit6 de direction. ( Re-
la Society. sultat : L. Borno 8 voix. F. Baron, 8
Monsieur J. N. Leger Si j'ii pu voix, JRrWmie 6 voix, Viard 5 voix, E-
faire vivre la Soci6te, elle n'a certes pas thwart 3 voix, Denis 2 voix, Dupuy I
vicu sans vous. Je compile surlout sur: voix, Lespinasse 1 voix, votes blancs 3.
un concours aclif des je'nes pour fire i L consequence Messieurs Borno, Baron,
vivre celie cuvvre qui a deja renclu beau- J6dremie et Viard sonl elus membres du
coup de services dans le pass et qui (Comild.
en rendra encore dans I'avenir. Par ( En ce moment M..M6nos cede la
jeunes j'enlends parlor des membres pr6sidence a M,' Liger. ).
recemmeit enls ; je suis d'avance per- Monsieur le President -- L'ordre du
suad6 qu'ils s'efforceront de fournir la jour comporte la decision A prendre sur
plus grade sommF du travail possible. la demand de Monsieur Denis Saint-
lMonsieur le Pr6,iden :--- Nous pas- Aude qui desire voir changer son titre
sons a I'election du Secretairoegeneral. de membre associdde la Socite ten celui
Monsieur L. Denis : Je suis de- de membre aclif.
puis six ans Secr6taire general de la So- (A c moment, M. L. Borno prie
cie ; en me rdalisant chaque annee a l'Assemblde de i'excuser d'6tre oblig6
cellte important function vous m'avez de s'abstenir pendant le resle des tra-
assez fait savoir que je m'acquiltais de vaux porlts a I'ordre du jour).
mes devoirs A votre satisfaction. Aujour- M. Baron propose d'elire, par ac-
d'hui, vous avez d'autres sujets dans la clamation, M. Denis St-Aude membre
SSocil.6 je crois qu'il est temps pour aclif de la Societ ; mais sur I'observa-
moi de m'en aller. Vous voudrez bien tion dequelques-uns des membres, A










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


savoir que le cadre de 25 membres ac-
tifs exig6 par les rbglements peut avoir
6te deja atteinl, 1'assemblee dci 'e de
porter au prochain ordre du jour le pro-
jet de r6visioa des sta tuts sur les nou-
veaux pouvoirs a accorder aux mem-
bres du c mite de direction et l'augmen-
tation du nombre des membres actifs.
Monsieur L. Denis recommande Mr.
J. B. A. TBlemaque, ancien batonnier
de l'Ordre des avocats des Cayes, ac-
tuellement Consul d'Haiti A St-Thomas,
pour 6tre membre correspondent de la
i1.,. X] 1 2 .. ... t 1_-


Monsieur Viard propose d'ajourner I:
discussion de cette lettre A une prochai-
ne reunion de la Soci6i6. II est charic
d'examiner les propositions qui y sonl
continues.
La Soci6t6 a reCu du general de Moya,
et l'en remercie vivement, le ( Memotii
con sus correspondientes etc... )
Monsieur J&r6mie donne lecture dii
rapport suivaut

Messieurs,


uociewt. M. ieiemaque est eiu. Vous m'avez demandC un rapport sur
Monsieur le President : --- I1 n'y a la question suivante, pose par notre pre
plus rien A l'ordre du jour de l'assem- sident, Me Solon M6nos :
blee gonerale ; nous passions en assem (( Lorsqu'une loi a cre6 un nouveau tii
blee ordinaire. bunal, quelle est la situation des just
Monsieur Dupuy dernande la parole ciables dans 1'intervalle qui s' couple entir
et lit les questions suivantes qu'il pose la promulgation de la loi et l'organisa.
A la Socit : lion effective du tribunal ?
Cette question nous montre le voeu dii
legislateur en face d'un 6tat de fait qai
Resulte-t-il des prescriptions du Code en ajourne l'ex6cution. II y a lI une df.
rural l'obligation pour les propri6taires ou ficult6 a resoudre, car s'il est pose En
occupants de cl6turer en tout ou en parties principle que c nul ne peut 6tre appel.
les terres en culture ou en exploitation, devant un tribunal autre que celui que l.
notamment celles ouvrant directement sur loi lui assigne,b it est aussi reconnu quil
une voie publique ? est dangereux de suspendre le course di
Dans une region oh une hatte a 6t: au- la justice.
toise par 'autorit copte, qui s qu'une loi restraint 'tendue ter
toris par autorit cop6tente qui ritoriale d'une jurisdiction, la compkten,
income l'obligation de cl6turer? Est-ce au d tribunal de la jurisdiction se restreinti -
hattier pour empacher l'envahissement des aussi h raison de la personnel ou ra; '
proprietes voisines par ses animaux, ou son de la matiere. Mais le nouveau ti.
bien aux occupants des propridt's voisines bunal a qui la loi confere droit de jur;i-
pour leur propre protection ? diction sur les personnel et sur les bien,
Dans le cas o0 les champs en culture est, comme dans l'espece prdsente, seu
ne sont pas cl6tures, quels sont les element en voie de formation. II ne peri L'
droits des proprietaires ou occupants: o1 sur encore rien entendre ni rien juger. Tou:e
les animaux trouv6s dans ces champs ou assignatiou done devant lui tomberall
dans le vide. Cette situation equivoqrt
qui y ont caus6 des dommages ; 2 centre ferait le jeu des plaideurs malfaisant ':
les propri6taires des dits animaux ? Si la loi met plus pros des justiciablt
Quels sont les devoirs de la police ru- le tribunal appel6 h les juger, c'est dar,
rale en la matiere ? le but de leur rendre une prompted jus-
Ils'agit de determiner le regime de la pro- twice en cas de contestation. Mais loin &
pri6t rurale au point de vue de l'obligation raliser un blen on ferait un mal si I.e
de cl6turer et du droit de se prot6ger con- parties ne trouvaient personnel a qui s'a-
tre les animaux paves ou libres a la cam- dresser. L'Etat, garden de la security pu-
ne oblique, se mettrait-il par hasard a la pl.
page. ce de cet h6te qui, un jour, au fort dA
I l'averse, aurait dit h quelqies-uns deses
( Monsieur le Pr6sident charge M. h6tes : Messieurs, je vois que vous 6te,
Etlhart du rapport a faire a cet effet. I l'6troit; jetez-vous p6le-m6le dans II
Monsieur L. Denis donne lecture d'u- rue en attendant que soit achev6e la mai- .
ne nouvelle lettre de Monsieur J. B. A. son que je bAtis a c61 ? Non. Tousle',
TUldmaque,consul d'Haiti A St-Thomas. membres de la soci6td doivent 6tre l's


__ ~_~ ____ ____ ____ __ ~1










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


bri des intemperies et des injustices. R6union du 21 avril 1909.
Tant que le nouveau tribunal n'aura pas
WtC effectivement organism, I'ancien con- Membres presents : D. Bellegarde, E-
tinuera de connaitre des affaires de la ju- thwart, Denis, M6nos, Leger, Dupuy,
ridiction pour laquelle il a Wt6 primiti- Borno.
vement cree. Prtsidence de Mr. J. N. Leger.
Voilh ce que dit la raison. Mais par Monsieur le president. Vula presence
quels moyens arrivera-t-on a se confor- de sept membres actifs, la stance de
mer 4 celte opinion ? Le Corps LUgislatif I'assemblme g a6nrale est ouverte.
a faith la loi sans voter a l'Executif les ssem gn e esouere
provisions nicessaires; I'Executif l'a promul- Monsieur Borno recommande Mon-
guee sans faire usage de son droit d'ob- sieur Americo Lugo, avocat A Santo-
jection. Qu'il y ait eu faute ou n6gligen- Domingo, pour 6tre membre correspon-
ce, nul ne desire aue la justice soit pa- dant de la Soci6te.
ralys6e. Les avocatseux-memes ont trou- Monsieur S. M6nos fait la m6me de-
v6 un procedd pour empkcher cet acci- mande en faveur de Monsienr A. Bellier,
dent. Ils assignment devant le tribunal con- avocat, A Paris, 8, Cite Tr6vise.
patent selon la loi et saisiss.nt en meme L'assemblee, consulted, agr6e ces deux
temps le tribunal de Cassation d'une de- demands.
made en renvoi devant le tribunal exis-side N s
tant. Ce procWde.est rationnel, car celui Monsieur le psident:- Nous pas-
qui assigned doit indiquer ses juges i la sons a la sanction du proces-verbal de
parties assign6e. Je suis de Ouanaminthe; la derniere reunion de l'assemblee gen6-
vous ne devez pas m'appeler au Cap-Hai- rale.
tien, quand la loi me donne des juges au ( Lecture est donn4e de ce proces-ver-
Fort-Libertd. Ce n'est pas un argument bal don't la r6dactiou, aprs6 quelques
de chicane. Nut n'est cense ignorer la loi, modifications, est acceptee par I'assem-
mais nul n'estcense dgalement savoir que blWe. )
la loi n'est pas ex6cutee. C'est i l'autorit Monsieur le prdsident.-- L'ordre du
competent h dire pourquoi je dois sui our appelle la decision prendre rela-
vre mon adversaire hors de ma juridic- jour appelle la decision s prendre rela-
tion. livement au project de revision des sta-
Mais le procidd qu'approuve votre rap. tuts de la Societe.
porteur, d'accord avec la cour de Cassa- L'assemblbe est unanime a porter a
tion, a pour inconvenient, Messieurs, 30 le nombre des membres actifs. Quant
d'augmenter les frais et de ralentir la aux autres chefs de revision, sur la pro-
marche de la procedure. La cour de cas- position de M. Bellegarde, assemblee
station ne procede pas par voie de dispo- .
sition g6n6rale et riglemenlaire, elle decide de confier i M. Borno le soin de
statue sur des cas dCtermin6s. On ne pent lui presenter un rapport sur la refonte
pas 16galement, s'appuyant sur un arret compile des rgglements en vigueur. M.
de renvoi, rendu dans une circonstance Borno accepted ce travail.
priccdente, saisir directement le tribunal Monsieur lepresident.--- Nous passons
u Cap d'une affaire qui aurait dA 6tre a !a decision S prendre sur la demand
port6e an Fort-Libert.. de M Denis St-Aude.
Nous arrivons a dire que le Pouvoir
ExCcutif a pour devoir, quand il a pro- L'asembl6e elit a l'unarrimitd M. Denis
mulgu6 la loi, de prendre un arr6t6 disant St-Aude membre actif de la Soci6t6 de
que les affaires de la nouvelle jurisdiction L6gislation.
seront encore,jusqu' l'expirationd'und6- Monsieur le prdsident:--- En cons6-
lai ditermin6, port6es devant l'aucienne. quence de ce vote, Monsieur Denis St-
JEREMIE. Aude est nomm6 membre actif de la So-
ciWet. Monsieur le Secr6taire general est
Monsieur le Pr6sident renvoie la dis- charge de lui nolifier la decision de l'as-
cussion du rapport a une prochaine semblde. Nous passons en assemblee or-
rdunion, et I6ve la seance, rien n'c6tant idinaire, rien n'6tant plus a l'ordre du
plus A l'ordre du jour. jour de la sCance de I'assembl6e g6ndrale.
Aucun rapport n'etant prat, je declare
-- la stance lev6e.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Reunion du 5 mai 1909.
Presents: M\I. J. N. L6ger ,Solon Me -
nos, L Denis, F. Baron, Denis St-Aude,
Em. Elh6art, Enoch Desert, Danl6s Bel-
legarde.
Prisidence de M. J. N. Leger.
M. le president done lecture d'une
carte de M. Ch. M. Dupuy qui s'excuse
de ne pouvoir, tant souffrant, prendre
part h la stance du jour.
Le president souhaite la bienvenue an
membre Denis St-Aude nouvellement
61u. M. St-Aude a eu une brillanle carri -
re de magistrate et de publiciste; la So-
ci6i6 compete sur son plus ferme coihours.
M. St-Aude remercie le president et
exprime s: gratitude pour la SociWt6
de Legislation qui, en chaugeant avec
taut d'empressement son titre de mem-
bre associ6 en celui de membre actif,
lui permit d6sormais de participer plus
directemrent et plus efficacement aux
int*ressanis travaux de association.
M. Eth6art done lecture du rapport
suivant :

Messieurs,
Vous avez bien voulu confier a mon
examen les diff6rentes questions poses
par notre collogue Ch. Dupuy et relatives
an ( regime de la propriety rurale au
point de vue de l'obligation de cl6turer
et du droit de se proltger contre les a-
nimaux paves ou libres a la campa-
gne .
Voici, messieurs, le r6sultat de mes re-
cherches.
L'article 525 du code civil est ainsi
concu:
S((T'out proprie6taire peut clore son fonds,
sauf I'exception portee en 1'article 549. )
La m6me disposition se trouve repro-
duite au code rural, art. 11.
< Le droit de clore les biens ruraux rd-
suite essentiellement de celuide proprid-
td et ne peut-etre contest h aucun proprie-
taire D.
II s'ensuit qu'un proprietaire peut tou-
jours clore son fonds en quelqu'endroit
of se trouve situ6 ce fonds.
Dans les villes et bourgs, la cloture est
force, c'est-h-dire qu'un propri6taire, in-
terpell6 par son voisin, est oblige de con-
tribuer avec lui aux constructions et re-
parations des cl6turesfaisant la separation
de leurs maisons, course et jardins.


Droit et obligation dans les villes et
bourgs, uniquement droit dans les cam-
pagnes.
Le code rural de 1826 contenait obliga-
tion de cloture entire propri6taires de ter-
rains cultiv6s et qui sont contigus.
( Celui qui s'y refusera sera contraint
par les voies de droils ) art ( 20 ).
Le code rural de 1826 ayant 6td abrog6
et cette disposition n'dtant pas 61d re-
produite dans les lois acluellemeut en
vigueur, il n'y a done Fas d'obligalion
pour les proprietaires de cl6turer les ter-
res en culture ou en exploitation.J'entends
que nul ne peut les y contraindre
La raison de cetle difference nous est
connue. Dans les campagnes, (da necessity
de cl6turer ne fail pas sentir aussi iimp-
rieusement que dans les villes et fau-
bourgs, o6 la s6curit6 publique et priv6e est
vivement int6ressde a leur 6tablissement.j
Les cl6tures n'augmentent pas ou n'aug-
mentent que fort peu la valeurdes terres;
it se pourrait meme que, dans cerlains
cas, elles absorbent la valeur des champs.
11 serait done souverainement injusle
d'armer un propridlaire a la champagne
du droit de contraindre son voisin a une
cloture, qui, fort utile peut-6tre a ce pro-
pri6taire, ne procurerait aucun advantage
reel au voisin.
Mais, pourlant, les cl6tares constituent
la seule et vraie defense des fonds en
culture ou en exploitation centre les (le-
gAts des animaux paves et libres a la
campaign.
Des animaux paves et libres h la cam-
pagne, it en existera toujours, quelque
vigilance qu'on suppose aux hattiers et
gardeurs, quelqu'dnergie qu'on veiil'e
rever h la police rural.
II faut, en effect, qu'il y ait des animaux
sur les terrains en culture ou en exploi-
tation ; il fault permettre l'dtablissement
des hattes.
La negligence, l'imprudence, comme
l'erreur, sont du domaine de l'homme.
11 yaura done toujours des animaux 6pa-
ves. Aussi le 16gislateur, qui ne-laisse pas
contraindre un propridtaire rural a la
cloture, n'a jamais cess6 de lui faire en-
tendre n6anmoins qu'il doit en avoir
quand elles sont utiles pour la protec-
tion de ses cultures.
L'existence d'une cloture est la condi-
tion premiere pour pouvoir exercer le re-
cours contre les propridlaires des ani-
maux qui auraient commis des d6vasta-
tions dans les champs, ou pour pouvoir


~-~--TI~--l~--'~'^~---~-----------









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


abattre les animaux que la loi autorise de de les parquer ou de les garder a vue ou
tuer, on d'en garder les portions qu'elle h la long.
determine. 31 Sur la dd6ense de tuer on muti-
Le droit du propriktaire du champ dd- ler les animaux etc... Irouves dans les
vast a sa justification dans le quasi-d- champs cultiv6s don't ils auraient franchi
lit du proprietaire de I'animal. La res- force ou bris6 les cl6lures on entourages.
ponsabilite de ce proprintaire est londee Sur le droit d'abattre les cochons et
sur une presomplion de faute resultant de les cabris et d'en garder la tete et les
sa negligence ou de son imprudence, etc, trois pieds.
on de la negligence ou de l'imprudence 32 Sur la capture et les suites.
etc, de son propose. 48 Sur l'obligation de cl6turer les
II ne fallait pas que ce proprietaire en terrains cullives aboutissant h une gran-
fanie [pisse alleguer une imprudence ou de route, sinon pas d'indemnites en
negligence egalement au propridtaire du cas de ddgats.
champ devaste. (Theorie de l'article 1168 Ces principles sont forlement modi-
du code civil ) fids en ce qui concern les deghts ou dd-
Legislation de 1819. ( Loi du 11 mai). vastationscommis par des anniauxvenus
SAt 5. Les habitants sont tenus de d'une hate.
faire enlourer leurs jardins, quelle qu'en Les hates constituent on vrai danger
soit 1'etendue, en haies vives, en bois dur pourtout terrainen culture: aussi ne doi-
ou de repousse, de maniere a arreter les vent-elles etre dlablies que dans les en.
animaux; sans cette precaution ils ne droits suffisamment eloignes des etablis-
pourront pretendre h aueun d6domma- segments de grande culture.
gement dans le cas ou leurs jardins se- 11 faut etre autorise pour career une
raient ravages. hatte et I'autorisation n'est donnee qu'A
Les bMtes a comes arrktees dans un la suite d'enqukte.
champ cullivd et cl6turd sont conduites La hatte ne peut Mtre 6tablie que sur
aux paves. II est d6fendu de luer ou de grande 6ten lues ( 50 carreaux pour
de mutiler les bates a comes, chevaux, 1 s bates i comes, 25 pour les pourceaux. )
mules, etc, On pent tuer les cochons Le l1gislateur a cr&e autour des hates
et les cabris, la tete et les trois pieds de un veritable terrain neutre d'unelieue d'd-
ces betes appartiennent A celui qui les au- tendue. Cette zone est la limile extreme
ra abattues. Les degits occasionnis que les animaux echappls a la surveil-
sont pays par les propri6taires des betes, lance des hattiers et gardeurs peuvent
6galement les frais de capture et d'6pa- parcourir, sans que le defiant de surveil-
ves. Surson refus la prise est vendue lance engage la responsabilit6 des mai-
et le prix de la vente employee a cou- tres en cas de dgaits.
vrir les degAts et les frais. On est en faute d'avoir etabli une cul-
ture dans cette zone. Art. 47 --- a Dans les
Les animal gardis sur une habitation lieux voisinsdes hattes autorisdes le pro-
cultivee doivent ktre tenus en troupeaux prietaire d'un terrain cultiv6 qui sera
afin qu'ils ne puissen forcer les cltoures moins d'une demi-lieue de distance des
et ravager l'habitation rnlme on celle des dites hates, ne sera pas recevable a de-
voisins. ( articles 3, 4, 6, 7 et 8 ). mander des indemnites pour les domi-
Si I'on excPpte que le droit d'abattre mages et degAts occasionn6s par les ani-
les animaux trouves dans les champs maux des hattes, alors memne que ses
cultives et cl6turds s'etait elendu b tous cl6tures seraient en ilal. D
les animaux a cores en (1828) et que la Au idel de celte zone c'est Ie hattier
tIle et les trois pieds du cochon et du ou gardeur de hate qui est coupable d'a-
cabri aballus deaient enlev6s a celui qui voir laisse l'animal se sonstraire Lt sa
les avai tues, en (i846,) cette legislation surveillance, et il supporle les Ir'is et
Po i8i1 n'a gubre tdi modifiee par les lois dommages des ddgals occasions, inme
subsquenttcs de 1826, 1828, 1846, 1862. si le terrain en culture n'tait pas cl6turd.
('est encore nujourd'hni sous I'empire Art. 47 suite. --- Mais Ic propridtaire
!li code rural en vigueur,.es iiimes dis- d'un terrain cultivi, plus d'une lic ue de
p,'t tion:- qui sont repro.idiles aux ar- la halted, aula droit a tre indeimnisd pour
ii,('s: les degats commis par Ilos anim inx trou-
3 -- Sur le droit d'avoir sur un bien ves sur sa propricdt, alors inirne qu'il ne
rural les an:maux qu'on croit utiles la; serait pas cl6tur6.
culture ou a I'exploitation a la condition! Capturer l'animal pave ou libre, em-










REVUEDE LA SOCIETE DE LEGISLATION


pecher de la sorte qu'il ne p6n6tre sur
les terrains en culture et n'y occasion-
ne des d6gAts est des attributions pre-
ventives de la police rural; si l'animal
pave ou libre a echappd A sa surveillan-
ce et a commis des devastations, elle n'a
plus qu'h aider a la reparation dans les
limits qui lui sont traces par le code
rural.
E. ETHEART.

Lepresident.- Le 3e point de l'ordre
du jour appelle la discussion du rapport
de M. Dantis Bellegarde sur une question
relative A la tentative de bigamie.
M. Baron.- La question rapport6e
par notre collogue Mtant assez delicate,
je voudrais qu'elle pfit tre s6rieusement
discut6e. N'6tant pas pr6t aujourd'hui,
je vous demand d'en ajourner la discus-
sion a mercredi prochain.
Le president.- Si l'assembl6e n'y
fait pas d'objection la demand de notre
college Baron sera admise.
La demand d'ajournement est adop-
tee.
M. Danits Bellegarde, secreiaire-gend-
ral,donne lecture des questions suivantes

ire QUESTION

La regle locus regit actum est-elle imperative
ou facultative ?
Si elle est facultative, pourra-t-il Wtre per-
mis A deux catholiques espagnols de se marier
en Haiti devant un pretre de leur religion,--
le Code civil espagnol reconnaissant come
valuable le marriage celbbr de cette maniere
pourvu que les parties soient capable ?

2e QUESTION

L'article 156 du Code civil fait l'obligation
a l'Haitien qui s'est marie en pays stranger
de faire transcrire, dans l'annee de son retour
en Haiti, l'acte de celebration du marriage sui
le registre des marriages du lieu de son do-
micile.En cas de non-transcription, l'Haitien
ne pourra, aux terms de l'art. 157, fire va-
loir l'acte de celebration qu'en payant une a-
mende ; amendede payee, 1'acte devra 6tre en-
registr6 au bureau de 1'Ltat civil, avant de pro-
duire aucun effet.
o1 Ouid, si le marriage a et contract dans
un pays ou aucune condition de forme n'esi
exig6e, oui le marriage s'op&re par le seul con-
sentement des parties capable, aucun &crit


n'6tant n6cessaire pour constater cet accord
des volontes ?
20 Quelle est la port6e r6elle de la sanc-
tion attache A l'inaccomplissemtnt de la for-
malit6 de l'enregistrement ?

Le president.-- Le coll6gue D6sert vou-
dra bien se charger du rapport sur la
Jere question et le collgue St-Aude de
celui sur la 2e.
Plus rien n'6tant A l'ordre du jour, la
seance est levee.



Rapport la Socilt1 de legislationn .

( Iuterprdeation des articles I;6 et i57 du C. civ.)

Messieurs,
Notre collogue Bellegarde a soumis A
la Soci6td la question suivante :
( L'art. 156 du C. civ. fait l'obligation
Sh l'Haitien qui a contract marriage en
a pays stranger de faire transcrire, dans
a I'annee apres son relour en Haiti, l'ac-
( te de celebration du marriage sur le re
t( gistre public des marriages du lieu de
& son domicile.
( En cas de non-transcription, l'Hai-
( lien ne ponrra faire valoir, aux terms
( de I'art. 157, I'acte de cIldbration qu'en
E payant une amende ; l'amende payee,
a I'acte de c6l6bration devra 6tre enre-
< gislr6 au bureau de l'dtat-civil avant de
a produire aucun efet. D
a 10 Quid, si le marriage a etd contrac-
a t1 dans un pays oui le marriage s'op&re
a par le seul consentement des epoux sans
n qu'il soit necessaire qu'un ecrit quei-
o conque constate l'accord des volontes? D
a 20 Quelle est la portie veritable de
a la sanction attache A l'inaccomplisse-
a ment de la formality de 1'enregistre-
a ment ( 2, alinea de l'art. 157 ) ?


Pour bien appr6cier I'intdrMt de la ques-
tion, il convient de s'attarder sur quel-
ques considerations prdliminaiies.
Qu'il existe des pays oiu I'institution du
Smariage soit ce point primitive qu'au-
cun ecrit, aucune formality ne soit ne-
cassaire pour le contr6ler, cela peut pa-
raitre dirange, h consid6rer les multiples
precautions, le formalisme sevire don't
le Code Napoleon entoure cette institu-


_----- I~-____I_ -- ---- -- ______-_ __=1_~...._----









REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


tion en vue de proteger non seulement Mais voici que 'art.156 fait !'obligation
l'int6ert des parties contractantes, mais l'Haitien qui a conlract6 marriage en
surtout I'inleret social. pays stranger de fair transcrire, dans
Mais enfin ce que nous considerons 'ann6e de son relour, l'acle de c6l6bra-
comme une anomalie existe et continue- t ron do son marriage sur le registre pu-
ra d'exister tant que les peoples au- lic des marriages du lieu de son dotmi-
ront pas une 16gislation commune et cile. Et 'art. 157 ajoute la sanction d'une
qu'ils seront divises sur les notions d'or- amended de 5 A 20 gourdes, puis I'enregis-
dre social et mime moral : Verite en trement de l'acte de celebration au lbu-
deca, erreur au delay ) reau de l'Mlat civil avant que le marriage
Aussi hien, dans le code Napol6on qui puisse produire aucun efet.
est la legislation la plus avancee, a-t-on lci la sanction est done formelle. Et le
consacre une sorte de tolerance en te-mariage, don't lace de cldbration nest pas
nant compete des lois et des moeurs detrascrit ou enregistr6, ne produira aucun
chaque nation et en y conformant le ft t r r
statute personnel de I'individu. Comment concilier la llhorie de l'art.155
C'est ainsi que I'art. 155 ie notre code ains que je vien d exposer ave la
civil a reproduit la regle locus regil aclu sanction rigoureuse de l'art 157 lorsque
qui declare valuable le marriage contract les on soul maris dans un pays
en pays stranger par un Hailien ( s'il a oi le sed consentemeut des parties suf-
L6t cdlbre suivant les tormes usit6es dans fit.
le pays oi il a etd fait. ) Cette sanction n'est que la consequence
II semblerait qu'il r6sulte de cet art. de ce que nous avons dit de l'tal d'es-
l'obligation d'une forme quelconque, que prit du lIgislateur hallien qui, preoc-
cette obligation elant peremptoire, le ma- cupd du cas de plus gndrals, na pas
riage ne sera pas valuable s'il n'a pas et envisage celui o i un raitien, marid de
t celsbrde s suivant les former usitees bonne foiet r6gulierement en pays dtran-
a dans le pays oe il a t contracie. ger, serait n6anmoins dans l'impossibili-
11 y a lieu de penser, au contraireque t6 d'exhiber un 6crit pour taire constater
le code civil, apres avoir circonscrit le son marriage et e proclamer officiellement
marriage dans des liens plus on moins afin que nut n'en ignore)).
tortueux, na pas daign6 supposed que, On se trouverait done en prIsence d'un
dans un autre pays, l'intert social et marriage valuable (theorie de l'art 155), le-
aussi l'interet des tiers puissent etre sa- quel neanmoins ne produirait aucun effect
erifi6s au point qu'un homme et nne rein- fate de pouvoir faire enregistrer l'acte de
me peuvent 6tre legalement marines sans c6l6bration (sanction de I'art 157).
intervention d'un personnage official et
par le seul effet de leur consentement ver- II est hremarquer que le C.c. franais, art
al. 171, n'attache pas la mime sanction h
Le 1egislateur du C.c. qui reprouve le l'obligation de transcrire I'acle de maria-
concubinage,n'a pas voulu s'imaginer que ge. 11 n'y attache m6me aucune sanction.
ce qu'il appelle ainsi peut-ntre considdrd Aussi bien, est-il g6ndralement admis
ailleurs comme le plus saint et le plus que le d6faut de transcription ne peut
parfait des maria es. etre qu'un el6ment de preuve de la clan-
11 a done status comme toujours, de eo destinit6 du marriage, mais qu'il n'entrai-
fuod plerumque fit. S'il en etait autrement, ne pas par lui-meme la nullit6 du maria-
it serait moralement impossible h un Hai- ge et ne prive les 6poux on leurs enfants
tien de prendre femme dans 1'Etat de New- a'aucun des eflets civils du marriage, pas
York,parexemple,ot les parties peuvent,en meme de ceux qui en supposent la publi-
quelque lieu ou elles se trouvent, contrac- cation 16gale.
ter marriage avec ou sans intervention du Notre 16gislatiou, pour etre plus for-
pasteur don't I'office ne consist qu'A b6- maliste, aurait consacre une anomalie
nir ce marriage spontane. (i) juridique s'il tallait prendre h la lettre
Le marriage est done valuable e, nonobs- les mots a ne produira aucun effet -, et
rant I'absence de toute former et de toute si, par consequent, I'on devail conclude
A'~art. 155. produire aucun eflJt.
(!) Baudry Lacan. t. I, 267. -- Aubry et Au vrai, la sanction de l'art. i57 ne
,Rau, T. V. No 468, -- Paris, 20 janvier petit tre que relative. La transcription
i87~. D. 73. 2. 59. S. 3 2. 177. et 1'enregistrement des actes sont des









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


measures de publicity prescrites dans senter un rapport sur cette question 'l
1'intirkt des tiers. II s'ensuit que ceux- nous a ddt posee: (( Un 6tra.ii.r ,
Ia seuls qui ont int6r6t etqui ont pu igno- 6tre subrog6-tuteur en Haiti ? -
rer le marriage pourront invoquer le do- Dans mon opinion it faut i(l,,lli
faut d'enregistrement. Les conjoints ne Non.
seront admisA i'invoquer, ni,en general. Pourquoi ai-je admis la neg.ii\'.
tons ceux qui ont pu avoir connaissance C'est ce que je vais essayer d'eN'p,, r
du marriage ou qui ont trait les epoux
commune tels. Le ministere public ne pour- Qu'est-ce qu'un subrogd-tut:ur I1 li
ra pas, non plus, I'invoquer au profit r6le joue-t-il, en conformity, du .-.dl,
des mineurs naturels que I Haitien aurait vil haitien, dans la gestion des .aI 11 jnl
eus avant son marriage a I'etranger. mineur, chez nous ? --- Voila i. ',
me suis tout d'abord demaind.. ni
En concluant a la validilt du marriage d'examiner le point de droit .,,,
ainsi contract sans crit, a l'etranger, notre appreciation.
nous avons suppose, bien entendu, I'hy- Le code civil, qui ddfinit les .-d;,,i. ,h,,
nous avons supposed, bien entenc u, liy- Idu tuteur charge de g6rer les iiI
pothese oil routes les prescriptions du du tueur charge de grer lesnt quo i,
chap. ler de la loi sur le marriage, an- mineur, ditexpressement que .,,,,:, ...
raient 6Lt observes ( art. i55 in fine); le tutelle, ii y aura un subr,. -i..,l
que, d'autre part, le slalut personnel de lomme par le conseil de tfamill .I1
l'Haitien, marid h l'etranger, y est de- les i oncts du miner, lorsqu
meurd intangible. Nous laissons 6gale- es interests du mineur, lorsqu lu i
ment h la charge des 6poux la preuve en opposition t avec ceux du tulpi I,
du marriage contract sans ecrit en pays 34. Or, est appel p I
mage contract droits du pupill e: sa tache est. j,:
Car il ne suffira pas d'avoir sejournd crit de la loi, bien plus ddlica,: .-'
Car du tuteur lui-m0me, car la ].--I lilt
en pays stranger pour affirmed!, de retour re des attributions q ui-me, car la l.-. I
dans son pays, sa quality d'eoux. Mais des attributions qui, ren
cette preuve pent resulter de circonstan- gieusemeut, exerceront une innflu 1 t.
ces diverse que le tribunal appreciera lulaire sur Cadminlstrat de i btl .
souverainement. Elle peut 1'6lre de I'e- du mineur. Contr61eur de Iti-r
x6cution des prescriptions continues dans operations auxquelles donne iL.u I.i l
le chap. ier de la loi sur le marriage: tell, il doit etre nomm6 par. 1.
acles respectueux, actes de notorid, seil de famille, an vceu-de l'arii I
etc ; elle peut I'6tre par t6moins, et mn- td du C. c., a la diligence du i,.ur .
me par la preuve que l'Haitien don't on avant que celu icientre en ch1a.- ,-
conteste le marriage a sdjournd dans un ( 346 C. c. ). Si la loi exige lI i
pays don't la legislation ou les dsages n'e- seinent dt cette formality dans ..... .
xigent aucun acte pour constater le lions, c est qu elle considre q.u .., -'
marriage. En resume, le marriage sans broge-luteur doit tre mis an .n
forme et sans ecrit conlracte par un Hai- elle le dit, d'ailleurs, en terms I.. iiidl,-
tien dans un pays qui n'en exige pas est es dispositions que va prendrl I- lutI',.
valuable, pourvu que son slatut personnel au d6but de sa gestion pour Il.. n .
n'ait pas edi modified. duire les interets confi6s i ses w in*r t-.
Ce marriage, qu'il sera impossible d'en- plants. Son mandate comporte, a iii.Ji;.
register ou de transcrire, ne produira ce moment, une sriee de chari&. I..
aucun effect au prejudice des tiers qui le les que l'dtranger, sans aucun li, I 1. .1
ilache an pays ofi il n'est que I,: I'."''
contesteront et qui ont pu l'ignorer. ace au pa ou 11 rest que .1.- ui.
Telle est, Messieurs, la solution qui me ge ne saurait remplir avec au::il &1i,-
semble le plus convenable a la question vouement que le rdgnicole.
don't vous avez bien voulu me confieri
l'examen. 11 y a des actes de la vie civil: 'i' '
DENIs ST-AUDE stranger ne peut pas faire en H-iI,".
ivertu de la Constitution qui luI I-11
; entr'autres privileges, le droit d'.,.ilu'l't
Rapport do Mr DuciS Viard. ides proprieles. S'l est admis, e, ,io"
dejla lot du 30 octobre 186o sur le ml'.i'
Messieurs, ige entire Haitiens et strangers, com~
yous m'avez confid le soin de vous pr&f' tueur de ses enfants miners, soil 1'''











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 27


tHie, s,-it nl L rels, onnesauraiteninferer le, peut 6tre assign par le tueur pour
quijl I. pni.I are tuteur d'enfants autres se fire ddclarer maintenu dans la tutel-
qe. :1 ; Notre jurisprudence a ta- le. I1 dolt, en outre, requrir, comme sur-
q II ieutmm e pas falre parties veillant et contr6leur des bieis du pupil-
ti,-, fielI.lll une loi special Sesdis-le, les moyens ncessaires pour sauve-
dt r i8ii i, u ine loi special. Ses dis- garden les interets de ce dernier. Tout
.Piio r ne peuvent pas tre 6tendues I cela doit se faire comnme pour le cas o6f
de.s .ut que ceux qu'elles rgle- les inl6rits du mineur sont en opposition
Sln.s I. I rsi qui mete, ent uoe personne avoc ceux du tuteur, selon les forces tra-
qiue I0s M sL qui mettent une personnel icees par ia lai.
.an I lp-iti d'accepter une lutelle, Lraner aurait la tune mission bien
IT: 'r lnt I I- .lleent in halile fire par- lourde pout un individu qui ne bnss ficie
Sre~'1 :,ncii'eil de famitle. Ce sont ]A
es. I'l re public luil faut reli- pas, come 1'Haitien, de toutes les pre-
.g IcnI ,lre public quesio ta t rel rogatives que la Constitution et nos lois
giu n observer.- La question Ratnt:,
.a.si J'k 'miiie par" ces consid.rations, sp6ciales accordent h celui-ci, en tant
qu'administrateurde choses relevant d'ins-
Ill. a is, tre I utio s de droit civil.
.i c subrogt te en au- Dans l'etat actuel do notre legislation,
d ia. -. I" q.stiutions dge droit civil. je ne pense pas qu'il puisse remplir, a
d -ai 'n niiulions de droi civil. coudees branches, les nombreuses obli-
i.s .IJ ei des drois civis constitute nations assignees par le Code au subroge-
D I,'I'" I deS drolts civil constilue ....
u Ilito ,e citoyen et que 1'exercice ue .
u.ll~ ,ie it et i eYd a. daexerse Les raisons que je donne pour arriver
.,b ,li L, c_\i ls est indt pendant des ,
ditj i art. 11 C. C. et 8 dea cette opinion peuvent n' etre pas des
i plus concluantes. J'estiine, cepenant,
1iOr nt. et adrntr, sa a qu'elles sont de nature a provoquer de
Or, comment peut-on admet reposanues, justes bats en vue d'dclairer le juge-
S a r os pu visse et appolieaues ment que vous aurez a porter sur cette
cItiuu ir .1. Si puisse tre ap1 pel aux i question palpitante d'intirit social
ncloinis .1,- subroge-luteur II est vrai D. VIARD
quie I.': siilr.J -tuleur n'agit qu'au nom
-..iniinti r e 1, tout dial de cause; mais ...
laCiia :il.t pour agir en justice est diter-
im.ee pr I.oij; la quality de l'individu L l i EFOHIE
-qutinrrduiLlt iune action devant les tribu- DE
.iaax. [pul %Ii.re soulevee et donner lieu a
des- iniulciitls inalheureux qui mettront f M iT iMT
.epiu I I I:- inletrets du mnineur, s'ils de- L BIE ,REIT i .M NT
aientC -i'ulT'r les longs debats d'un ins-
-tas~t- .l,;'i. qu'il fa idrait une solution
ioim>.-li ,1.e .aL dlifficult6sentrainant l'ins- Sous ce tire : GUDE PRATIQUE DE
taiit' L'ENREGISTREMENT, Me Francois Matlon,
avocat du barreau de Port-au-Prince et
-.. chef de service i 1'Administration Princi-
pale de l'Enregistrement, publiera prochai-
ui p lt prLvoquer, requirir la desti- nement un ouvrac qui sera d'une grande
tp1 i u lule ur lorsqu'ily a lieu, confor- utility. Ce Guide,dont l but est de faciliter
..Tmin:m t a.ux pi descriptions du Code civil? la perception des droits du fisc, est desti-
L', sibrog'-luleur, fonctionnaire incon- n6 aux receveurs et contr6leurs de 1'En-
ieil)l,:-iiint nvesti d'un pouvoir de registrement, aux notaires, huissiers, gref-
.htle m11p...rla:nce civil en face du tuteur fiers et autres officers minist6riels et, en
i.q I4 la io retire la faculty de voter g6ndral, a toutes parties contractantes.
rpour s. nomination ou sa destitution ). II content 0I la nomenclature par ordre
.1 ht. 3-17 C. ,).- Qui doit poursuivre alphab6tique de tous les actes ou disposi-
lPhijnIol.ga.uii, en vertu de larl 359 dutes sos f d
,-.. Cle la d'liberalion du conseil de fa- tons d actes soumis A la formalit de
n 4equ. .lon I'art. 158 du meme Co- l'enregistrement : 20 les taux et quotitds
-d,~l'ipi.nnonce 'exclusion du tuteur? C'est des droits tels qu'ils sont r6gls par la loi
eicor,- Ie snbroge-tuteurqui, remarquons- du 28 juillet 1828 ; 3 0 les amendes rdsul-
i











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


tant des violations de la loi fiscal ; 4 o de
nombreuses decisions prises dans la doc-
trine et la jurisprudence sur la matiere.
Voici introduction de ce travail que
1'auteur a bien voulu nous communique
et que la ( Revue public avec plaisir.
(Model6e sur I'ancienne loi franchise du
22 frimaire an VII, la loi haitienne sur
1'enregistrement n'a point subi de trans-
formation depuis 1828.
Ce nest certes pas pourtant que la n6-
cessit6 d'une r6forme de cette parties de no-
tre regime fiscal ne se soit jamais faitsen-
tir, ni qu'en matiere de contributions, le
Legislateur ait toujours fait preuve de pru-
dence et agi avec reserve et mesure..
Bien au contraire. Trop souvent il a 6t6
oblig6 de faire appel a l'imp6t pour faire
face aux charges budgetaires, et l'on salt
qu'il n'est pas dans ses habitudes d'y aller
de main morte, soit en augmentant la
quotit6 des impositions existantes, soit en
en creant de nouvelles. Mais-fait remar-
quable en toutes circonstances, c'est
surtout sur les droits de douane que l'Etat
a fix6 son attention, laissant dans un ou-
bli inexplicable les autres branches de reve-
nus. C'est cette pratique, depuis long-
temps introduite dans nos moeurs linancie-
res, que le service de l'Enregistrement doit
sans doute la rare fortune d'avoir toujours
6te epargn6 depuis 1828. Combien pour-
tant il serait just et sage d'all6ger les
charges qui present sur le commerce d'im-
portation et don't souffre aussi la masse des
producteursen demandant aux sources se-
condaires de la fortune publique une part
contributive plus 6lev6e Ce moyen per-
mettrait certainemeut de r6tablir l'equili-
bre en fournissant a l'Etat les revenues n&
cessaires pour satisfaire a ses obligations.
Or, on ne peut douter que I imp6t de
1'Enregistrement figure au premier rang de
ces resources de second importance ; mais
nialheureusement il y a lieu de constater
que la loi qui reglemente la matiere chez
nous n'est plus en accord actuellement avec
notre 6tat social. Le movement general
des affaires exige n6cessairement la refonte
de cette legislation vieille de pros d'un sie-
cle. Insuffisante et suranneo, elle ne satis-
fait plus au d6veloppement que le pays a
acquis depuis les origins de son organisa-
tion administrative. 11 n'y aurait done au-


cun danger A transformer I'assiette
des droits d'enregistrement et d'hy-
potheques, les 1eements que ces imp6ts
atteignent pouvant facilement supporter
des charges plus lourdes : le Tr6sor public
e" tirerait le plus grand profit sans trop
nuire aux fortunes priv6es.
On se fera.une just idee de ce qui pre-
cede et de l'int6ert qui s'attachea la ques-
tion en se reportant au budget des voices
et movens de l'exercice courant.
Voici, en effet, les provisions budg6taires
qui figurent au chapitre de l'enregistre-
ment et des hypotheques :
MONNAIE NATIONAL OR AMIhRICAIN
Enregistrement P. 57.907.43 19.199.49
Hypotheques 1.987.45 6.679.41

P. 59.894.88 or am.25.878.90
11 est peut-6tre intdressant,pour appuyer
notre these de rapprocher de ces provisions
budgetaires de l'exercice 1908-1909 les
chiffres qui constatent le rendement des
services de l'Enregistrement et des Hypo-
theques durant le dernier exer-cice perimi
et qui sont consigns dans le tableau public
a la derniere page de la Revue.
Ces chiffres ne paraissent-ils pas d6risoi-
res en presence de l'essor economique que
le pays a pris jusqu'a ce jour ? Certes, on
peut affirmer,sans crainte de se tromper,
que ces voies et moyens pourraient etre
doubles, triples, quadruples, grace a un
remaniement sage et mesur6 de la 16gisla-
tion actuelle.
Quelques ann6es passes au Bureau de
1'Enregistrement de Port-au-Prince nous
ont permis de concevoir sur ce point des
rues que nous prenons la liberty de sou-
mettre I l'examen des Pouvoirs publics.
Les voici rapidement exposes :
1 Majoration du double de tous
ies droits fixes.
2 Majoration 6galement du dou-
ble des droits proportionne s, c'est-A-dire
taxe de 2 ol0 sur les valeurs mobilieres
et de 3 olo sur les valeurs immobilieres,
en supprimant toutes les exceptions actuel-
Iement existantes en faveur des actes desi-
gnes aux arts. 36, 37 et 38.
3 0 Facult6e laisser t l'Etat d'exiger
I'expertise dans tous les cas de transmissions,
que ce soit a titre gratuit ou A titre oni-


~C_~-_'I=-~Y------'-~--~----~~-------~ II











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION S9


reux, afin d'6viter les simulations de prix.
4 0 Assujettissement de la contre-let-
tre a une reglementation plus severe, et
n6cessit6 de rendre surtout l'article 142 de
la loi actuelle plus compp6hensible, tou-
jours dans le but de d6jouer les simu-
lations.
5 0 Crdation d'un droit special sur
les concordats.
6 0 Cr6ation d'un droit special de
4 00o sur les testaments qui ne sont main-
tenant assujettis qu'au droit fixe d'une
gourde.
7 Augmentation du droit sur les
donations et obligations de transcrire ces
actes de libdralite, en doublant 6galement
le droit de transcription, sans exception.
8 0 Augmentation du droit sur les an-
tichreses, qui n'est que de 1/2 olo, a 4 ou 5
olo. Cette measure n'aurait rien de rigou-
reux ni d'injuste,car c'est grace aux hypo-
theques comportant clause d'antichrese que
les strangers qui habitent le territoire ont
pu atteindre le moyen facile de turner
l'article 6 de la Constitution, en faisant
constamment des acquisitions d'immeubles,
bien que la loi leur en interdise la faculty.
9 O Augmentation parallkle des droits
hypothecaires qui de 3 pour mille pourrait
etre de I pour cent sur le capital inscrit.
'Io Assujetissement des contracts de
marriage et de society qui ne sont passibles
quedu droit fixe d'une gourde, a un droit
proportionnel raisonnable.
It o Creation d'un droit proportion-
nel special sur les dommages-inter6ts, re-
sultant des jugements.
12 Suppression du privilege qui
existe en faveur des traites et cheques, ac-
tuellement exempts de tout enregistre-
ment et en les assimilant aux obligations
soumises au droit proportionnel.
D'autres modifications, 6trangeres a tout
int6rft fiscal, pourraient aussi 8tre port6es:
nous croyons inutile d'en parler.

Mais si desirables que soient ces rcfor-
mes elles ne porteraient certainement pas
tous leurs fruits, si le L6gislateur ne pen-
sait, en meme temps, f retoucher la loi
dans ses dispositions relatives au contrble.
Car il faut le dire, si le service de 1'En-
registrement ne fournit pas au Tresor un
rendement plus considerable, bien qu'il


compete un nombre suffisant de bureau
dans toute 1'6tendue du pays,meme en fai-
sant abstraction des bureaux de proposes
d'administration, don't I'apport est insigni-
fiant la faute n'en tevient pas unique-
ment aux d6fectuosit6s et a l'insuffisance
de la loi ; elle est aussi dans le fait que
nombre d'agents du fisc ont une connais-
sance imparfaite de cette mmee loi don't la
comprehension est A la v6rit6 loin d'etre
facile a tous. Que de subtilites, de con-
tradictions, d'incoh6rences n'y rencontre-
t-on. pas souvent ?
Ces difficulties rendent certainement ex-
cusables bien des erreurs qu'on relieve un
peu partout au grand prejudice de I'Etar,
et c'est de leur constatation journaliere -
surtout dans les bureau de la province -
qu'est nee l'idde de ce travail que nous n'o-
sons pas croire aussi parfait qu'il est utile
et pratique. Nous l'6ditons sans aucune
vanity et uniquement dans l'espoir qu'il
pourra, dans une certain measure, etre pro-
fitable A tous ceux a qui il est destiny, aux
Ieceveurs de 1'Enregistrement principale-
ment, en attendant que le L6gislateur, s'ins-
pirant des rdformes plus haut signaldes, les
realise, sans oublier ce point est ca-
pital d'instituer un service de contr6le
et d'inspection de la Rdgie ( il y a bien
des inspecteurs de douane ) don't la mission
consisterait A faire fr6quemment des tour-
n6es dans les divers Bureaux pour assurer
le fonctionnement rd6ulier de ce service.
Par ce moyen deviengrait plus productifcc
rouage important de notre machine fiscal.
9 Octobre 1908
FRANqOIS MATHON

La Session 16gislative de 1841.

La derni6re session de la Chambre
des Repr6sentants d'Haiti a 6tefort sld-
rile, et on s'y atlendail. Les membres
de celtt Assembl6e, frappis de discredit
aux yeux de la nation par leur incapa-
cile et par les affronts que leur a fait
subir le pouvoir exkcutif, ne pouvaient
rien produire par eux-emrnes. Decoura-
,g6s, d'ailleurs, par la fin prochaine de
leur mandal qui devait expirer avec ce[-
le session, les ieprdsentants des com-
munes avaient renonce, d'avance, a ton-
'te initiative et s'6taient rNsign6s a voter,










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


pour la derniere fois, sans discussion la Justice : mais quel bon effet atten-
ni opposition, les volont6s du pouvoir dre de cette loilorsqu'il est de notori6et
ex6cutif pr6sent6es sous forme de lois. publique que le pouvoir Ex6cutif, qui so
De son c6lt, le President s'est empress reserve le droit de denoncer la forfaitu-
de profiler de celle disposition des es- re d'un tribunal au SBnat, dicle, pres-
prils pour faire accepter par la Chai- que toujours, d'avance, a ce tribunal, le
bre des repr6sentants et enregistrer par jugement qu'il doit rendre, et qu'il est
le S6nal, quelques lois qu'il n'eht point toujours obdi d'une manire absolute?
os6 solliciter peut-etre de la nouvelle 16- No 3. ( Loi portant modification au
gislature, qui, dit-on, renfermera dans Code p6nal et au Code d'Instruction
son sein quelques elements d'opposition criminelle.- En Haiti, la press est
plus 6clairds et plus coisistantes que encore a l''tat d'enfance. Les ecrivains
celle qu'avaitorganisde HerardDumesle, qui se soot cons'icrs a son culte ne
il y a quelques annies. savent guire employer que les gros-
Les lois votes pas la Clambre se di- sieres injustcs. II n'ont ni '61lo
visent en trois classes dislinctes : quence qui remue les passions, ni
1 Les lois de police inlerieure. la logique qui entraine la raison ou faith
Quoiqu'elles n'aient que quelques se- croitre la conviction dans les esprits.
marines d'existence,elles sontdeji tombees D'ailleurs, le nombre des lecteurs est
en desu6tude, tant sont grandes I'inca- si restraint et encore ces Iccleurs sont
pacit6 et I'incurie des magistrals char- si apalhiques, qu'en v6rit6, on peut
ges de los metltre A execution. consider Faction de la press sur l'es-
2 Les lois affeclant le Commerce et prit public come nulle ou a pen pres.
l'Induslrie. Elles sont de peu d'im- Cependant, le Pr6sident s'en est effraye,
portance. dans cos derniers temps, a ce point
3 Les lois relatives d la press, aux qu'il croit que les journaux lui rendront
tribunaux, aux finances et d I'armee.- les prochaines elections hostiles.
Elles out routes un caractre politique De la I'article premier de la prssente
propre a bien fire comprendre la ten- loi. Cet article premier a en meme temps
dance du Gouvernement haitien. Parmi servi de passe-port A l'article onze qui
elles il y a : n'est autre chose qu'un arrt' de mort
No 1. ( Loi sur l'organisatiop de contre l'institution du jury.
la Ilaule-Cour de Justice D L'idee qui No 4. Loi relative A l'amolioration
a provoqud celte loi est bonne eo ce du system monetaire.
que, dans certain casexceptionnels, l'in- Le tris:e dtat des finances de la Rdpu-
tervention de la Haule Cour de Justice blique, los vices que je vous ai dtja si-
dispensera le President de la Rdpubli- gnalds dans son systlme montlaire, la
que. du dangereux emploi de son arbi- dleprdciation toujours croissante de son
traire omnipotent, comme il l'a fail sou- papier-monnaie que rien ne garantit el
vent en defiance de la faiblesse el de 1'i- que la contrefacon multiple d'une ma-
gnorance des tribunaux ordinaires. lais, niire dangereuse, tout, enlin, fait pres-
malheureusement, la composition de ia sentir une Catastrophe au Pr6sident
Haute Cour de Justice offrira peu de d'Haiti et lui fait comprondre l'urgence
garantie de capacilds et de lumieres, d'une prompted r6forme ; mais, sans
puisqu'elle sera le produil du hasard confiance en la Chambre des Reprdsen-
puisant ses l66ments au milieu d'inca- tants des communes a laquelle la Cons-
pacit6s reconnues. titulion reserve le droit de trailer senle
No 2. < Loi additionnelle au Chapi- les matieres financisres, le Pr6sident a
tre 3 de la loi numero 6 du code d'Ins- voulu, par la prdsente loi, s'emparer du
truclion Criminelle 5.- Cette loi, corn- droit exclusifet absolu de modifier, a sa
me la pricddepie, a dtd concue dans le guise, le systlme monetaire. La Cham-
but apparent de mettre un terme aux bre, toujours docile A ses volontes, a ce-
scandaleux tripotages de tons les ma- d6 sans resistance et sans discussion a sa
gistrats charges de administration del demand.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Mais l'arme don't il vient de se saisir
sera impuissante dans sa main. La la-
che qu'il m6dite serait difficile pour tout
le monde et elle est impossible pour lui
qui ignore complitement les principles
les plus vulgaires de I'administration fi-
nanciere et de l'cconomie politique ; il
succombera i l'oeuvre et la catastrophe
qu'il redouie aura lieu infailliblement
avant peu.
No 5. Loi pour augmentation de la
sold de I'arm6e.
No 0. Sur une nouvelle organisation
des troupes de line,
No 7. Loi sur I'organisalion des con-
seils mililaires.
Ces lroi. lois doivent leur existence i
la m6me'pens,0 etont la meme tendance.
Chaque fois que le l'resident d'Haiti se
croit menace de nonveaux dangers, c'est
vers I'arme que se tournent ses regards,
c'est sur elle que se reportent loutes
ses esp6rances. 11 a une haine profonde
pour le commerce, un mcpris non
moins grand pour la magistralure, une
defiance extreme des populations des
grades vilies ; l'arm6e serle lui impose
encore quelque confiance, et, dans les
moments critiques, il croit devoir la flat-
ter pour se la rattlacher plus fortement
encore. Une augmentation de solde lui
a paru un des moyens les plus efflcaces
pour alleindre ce but.
Par la loi No 6, au President seul ap-
partient le droit d'augmenter ind6fini-
ment I'arm6e par le recrulement, au Pre-
sident seul apparlient le droit de don-
ner des cong6s, el, quoi qu'en dise l'ar-
ticle 7 qui fixe a douze ans la duree du
service, le Pr6sident retiendra le soldal


sous les drapeaux vingt ans, trente ans,
s'il le veut, et si la nature lui accord
tree ans d'existence, car le negre qui
ne sait pas comptlr son age ne saura
pas davantage computer les anntes de
service.
Quant a la loi No 7, qui traite de l'or-
ganisation des conseils militaires, il est
evident qu'elle met entierement ces con-
seils i la devotion du President par ces
mots : a Article 27 : Le conseil de rIvi-
sion se compose du commandant del'.ir-
rondissement qui le prdside, i moins
d'un choix different. ,
Co choix sera toujonrs different chaque
fois que le common ant d'arrondisse-
ment. ne ser' pas d'un drvouement ab-
solu aux volontds du Presilent ; et com-
me dans un conseil mililaire haiien
l'officier qui doit pr6sider ne preside
pas mais command aux autres mem-
bres et dicte an greffier, il est evident
que les jugements des consei!' militaires
ne seront que des executions de la vo-
lontI du 1Prsident.
'I' Octobre 1841.
( Correspondance d'un agent c nsu-
laire fransais)

N6crologie

Trois des membres les plus estimCs de
notre Soci6td, MM. Denis St-Aude, Geor-
ges Sylvain, et Louis Borno, viennent d'e-
cruellement frapp6s, les premiers, par la
mort, survenue a Paris, de Jeanne Lilia Syl-
vain, spouse Denis St-Aiude, le troisieme,
par celle de son enfant, Heldne Alice.
Le 'Bulletin leur renouvelle l'expression
de ses sentiments de vive sympathie.


_I__ I ____ I ~ _I~C~C_ _









REVUE DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION


Etat des Droits d'Enregistrement & des Hypotheques perpus pour I'Exercice 1907-08.


Designation des Arrondissements


PORT-AU-PRINCE.

CAP-HAITIEN

CAYES .

JACMEL .

JEREMIE .

GONAIVES

SAINT-MARC

POIRT-DE-PAIX.

PETIT-GOAVE .

AQUIN. .

MIRAGOANE


ENREGISTREMENT
Billets or.


14,273.97

3,022,64

4-505.79

7.915.83

2.669.40

1.892,22

r.064.68

1.536.72

2.742,66

791.69

2.141.17


42.556.76


5.714.42



50.05

IIo,6i

108.17

215.23

2,80

28.40,

4.400

((

5.oo


6.278.68


IIYPUTHEQUES
Billets or.


644.14 464.36

6.26 (C

163.96 C

as s

28.22 (



1.90 11.70



18.98 29.49

7.39



870.85 505.55


k .
1~i
'''














REVUE

DE LA

SSO CII.Trt L;ME' L 3EG-IS~LA.TIOEC3T


PARAISSANT CIIAQUE MOIS.


USances de la Societ6

Reunion dlu"12 mai ,90)O9.



PrIsents: MM. J. N. Leger, Solon Md-
nos, Viard, L. Denis, Ethlart, Diserl,
Bellegarde.
Prdsidence de M. J. N. L6ger.
M. Viard.- J'ai hite de vous fire
deux communications pour avoir le temps
-vu la pluie qui menace,- de rega:gnei
la campagne ou je me ties depuis quel-
ques jours. Je prie M. le president de
m'accorder !a parole apres la sanction
du proces-verbal.
Mlonsieur le secrelaire general done
lecture du proc6s-verb l de la reunion
du 5 mai : la 16daclion en est approuvee
par I'assembl6e.
M. Viard dtpose un Ir;,ppo't sur la
question suivante:

SL'etranger peut-il etre subrog6-tuieur
en Haiti? D ( Voir No pr6cedent).

M. le president.- Ce rapport sera im-
primh pour etre mis A l'ordre du jour|
de I'une de nos prochaines s6ances.
M. Viard.- Voici ma deuxieme de-
claration. Elle concern la letlre de M.
J. B. A. T6lemaqne, consul d'Haili a
St-Thomas.
J'ai parcourn, MM., avee tout I'intdret
qu'elle merite, la correspondence en date
du ler avril expire, par laquelle IM. J. B.
T6lmaqne, ancient batonnier de I'ordre
des avocats de lajuridiction des Cayes,
actuellement consul d'Haiti a St-Tho-


mas, nous deinande de fire. avec !es
ournaux de cette ile, l'echange de notre
Revue de Legislation ).
L'id6e n'est pas mauvaise a diffdrents
points de vue. Tout d'abord, elle permet-
tra d',lendre les liens de fraternity qui
doivent exister un pen partout entire les
journalisles; ensuite, elle feia connaitre
dans cette Antille danoise notre Societd
qui,- malgr6 les difficulties qu'clle eut
a surmonter pour se maintenir- compete
pres d'un quart de si6cle d'existence. La
visit de la a Revue t dans la press de St-
Thomas fera naitre, je pense, un senti-
ment de vive sympathie pour notre pays
qui a besoin de se faire appre6ier dans
ses efforts vers le progr6s. II y a la, dans
cette ile, o6 nos compatriotes vont se rd-
fngier aux heures sombres de l'existence
national haitienne, une population pen-.
sante, composdede nos congenereseld'Eu-
rop6ens qui ignorent qu'Haili ne rest
pas stationnaire. Or, il est )on que nous
concourions par notre modest publi-
cation a prevenir nos voisins de I'ile da-
nois centre les insinuations tendancieuses
(ds detracleurs de notre race, qui pre-
scntentnotre R6publique come un pays
oppose a tloite civilisation.
M. Tdl6macue nous demande d'expd-
dier la Revue aux periodiques sui-
vants
io St-Thomas Tidende;
2o Lightbourn's Mail notes;
3o The Bulletin
Acceptons de satisfaire a ce d6sir.
M. ie Consul T~lemaque qui a pris
1inititiative de cette demarche, voudra
bien nous servir d'interm6ndiaire pour
elablir entire les directeurs de ces jour-
naux et nous les relations qu'il croit de-
voir 6tre utiles a I'expansion a 1'6tranger
des choses haitiennes.
C'est pourquoi je vous propose de
lui envoyer directement ies exemplaires
de la Revue", lui laissant le soin de


Dix-mUITriWE ANNAFE, N* 3-


JUIN I909










.4 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


les presenter personnellement aux uni-
t6s de la press danoise i St-Thomas.
En faisant nos remerciements dans la
rdponse I sa lettre' nous axprimerons a
M. Tldemaque-- d'ailleurs un des mem-
bres correspondantsde laSoci6ta--Ic voeu
qu'il nous fasseavoir des documents con-
cernant la legislation actuellement en vi-
gueur a St-Thomas.
II est d6cide que la Revue publiera
le passage de la letire de M. J. B. A. Te-
lemaque, annonCant aux industries, a-
griculteurs, commercants, ailisans, que
les bureaux du consulate d'Haiti i St-Tho-
mas sont mis i leur disposition pour
l'exposilion de leurs produits et travaux.
M. le prdsident.- Le 3o point de t'or-
dre du jour appelle la discussion du rap-
port de notre colligue Bellegarde sur
une question relative a la tentative de
biganie. Vous savez quels sont les ter-
mes de la question qui nous a kt6 pose.
Le rapporteur nous propose de declareri
que les circonolances relates par iiotrt'
correspondent: requisition des public:n-
lions de l'article 63 du Code civil; si-
gnature d'un coltrat de marriage, no soln
pas constitutives de la tentative de bign-
mie. Ces conclusions sont mises ou tdis-
cussion.
M. L. Denis.- Je parlage l'opinion ex-
primoe dans le rapport. Le fail do re-
querir les publications prevues en t'ar!i-
cle 63 et celui de signer un conllrat pe-
cuniaire doivent itre contiderescorm-
me des actes pr6paratoires di marriage
et non comme in cotmmounement d'execu-
lion du marriage. Le cas qui nous est son-
mis, ne rennisi-ant pas les conditions 1l-
gales de la tentative, ne saurait donner
lieu i aucune repression.
M. EthartL.- le suis d'accord avee
le rapporteur pour Jclarr que, dans
I'espce quijii nous est propose, il n'y a
pas tentative de bigamie. Jc vais milne
plus loin que lui: je me demanded s'il
peut y avoir tentative avanl.la minute
precise ou l'agent prononce le a oui sa-
cramentel.
L'observation de M. EthCarl provoque
un interessani change de v,es eiwnr le
president, le rapporteur, MM. Solon Md-
nos et L. Denis.
M. le president.- Le rapport exami-
ne une question precise: il convient de


dire si nous approuvous la response qu'y
fail le rapporteur ?
M.Solon Minos.- Parfaitement! Nous
sommesd'accord avec note collhgue Bel-
legarde. Mais l'observation d'Ethdart mB-
rite d'Otre disculke d'une facon particu-
liere. Nous pouvons done adopter les
conclusions du rapport, en r6servant,
pour la prochaine stance, la discussion
de la question suivanle : Dansquelles cir-
constances et i quel moment pout-on dire
qu'il y a lenlalive de bigamie?
L'assemblde decide dans le sens de M.
Mhnos.
Le secrdtaire-gdneral lit la question
suivanue: kt La loi haitienne fait-elle l'o-
bligatioun A la femmine marine, qui vent pro-
duire une publication ( ouvrage dle litt-
ralure, de polilique, de science on d'at ),
d'obtenir l'aulorisation de son mari on,
en cas de refus, celle du juge? o
M. le president.- M. le secrdaire-gt-
ndral voudra bien demander a nolre col-
lgue Poujol de so charger du rapport
sur celle question.
La seance est levde.

Reunion du 19 mai 1909.

Sont presents MM. I.N. Ldger, Viard,
Dupuy, .rdimie, Borno, Ddsert, Belle-
garde, Denis, Ethbarl.
Presidency de M. J. N. Legcr.

La seance est ouvert M. le Secr6-
laire G6ndral done lecture du proces-
verbal de la stance du 1 mai, don't la
redaclion est approuvee.
M. le Prdsident.-Nous avons reserve,
pour one discussion plus complete, la
question suivante ( Quand peut-on
dire qu'il y a lentative de bigamie ? ,
C'est celte discussion qu'appelle le 2e
point de I'ordre du jour.
M. Denis. -- Dans lou'e tentative de
crime il y a i dislinguer les actes exld-
rieurs et locommencement d'execution.
Les acles exlerieurs, qui ne s nt que
des preparalifs du crime, ne sont pas
punissables. Avant d'arriver a I'exdcu-
tion, il y a place ponr I'agent de s'ar-
rter : il peut dtre trouble par le repen-
firet ne pas vouloir aller plus avant.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 35


Ainsi, celui qui, 6lant lid par un pre- Jecroisuin'y a enlaiveue quand
mier marriage, a la pensde de commettre 'agent couable, a teanta procdque qa ous
le crime de bigamie, peut fire les pu- ces actes prparatoires, s'est prosetWt At
blications prescrites par le Code civil ; l'officier de l'Ptat civil, a r pondu affir-
il peut m6me signer, la veille, un con- mativemenia saquestion, et qu le ma-
irat de marriage :tout cela ne conslitue riage 'a r~i arrt6 que par une circons-
que des acles 1preparaloires. 1 n'y a pas lance fortuile et ind6pendanle de sa vo-
encore tentative. Mais lorsque, le jour lonl.
fix6 pour le marriage, il se rend- avec ha i Bellegarde. Mon college Eth-
future spouse au bureau de l'olficier ne ps pager
I arl me permeltra de ne pas parlager
de I'elat civil, accompagn6 des deux fa- son avis. II me semble en effel qu'il
miles, que les temoans sont presents, confond Ic commencenentdn crimeavec
que l'otficier public s'apprete A c616brer le commencement d'ex6cution don't parole
le marriage, et que, brusquement, unecir- article di Code ponal la distinc-
containce, indopendanle do la voluonil de iioi:1 cependanlt s'impose.
l'auleur, vient eimp3helr I accomipiisse-
mecl du crime, il y a commencement pour qu'il y ait tentative, il n'est pas
d'execulion et la tentative de bigimie du tout indispensable que Ic crime lui-
.. "1 m~me -c'est-.-dire le fail prdcis qui
exisle ; car sans eel incident qui vient m e -cs--dire ai prcis ui
trouble I'acte criminal, il est certAin constitue I'infraction-- soil comment :
qu'il I'eit achev6. it suffit qu'on ait commence la serie d'ac-
M. Ethear.- Je ne suis pas depl'opinion tes ext6rieurs qui y tendent d'une facon
de note college Denis. .e crois q'il vidente, en ne la'ssant aucun doute
s'arr6te Li peu trop tot. Le Code penal sur la pensee criminele. Un example
dit qu'i] y a entalive lorsque des .cies fera bien comprendro la distinction.
exterieurs sont suivis d'un commence Q ueu' se jelte sur une personnel, le
meit d'ex6cution. 11 n'y a que des actes poignard level, mais il estarrele dans son
prdparatoies (ant que l'agent se borne, elan par un passant. II ya ici tentative
par example, aux publications requires. ''-'" 1: l'intonioi de donner la
De mOme sa presence chez l'officier de niorl est ceraine ; elle s'est manifestde
l'd at civil n'est qu'nn acte prdparatoire, par un commencement d'execulion :
ayant pour but de requriri que I'offi- le fail de se prdcipiler sur I'adversaire.
cier public procedo au marriage pri.-i. ;Mais peut-on dire que le crime lui-m6-
IL n'y a pas jusqu'ici commencemenI me- c'est-a-dire I 'homicide soit com-
d'execution, car la volont6 de I'agent ne menoe ? Evidemment non Pour qu'il
s'estpas encore complement manifeslte. Y cdl commencement da crime, il edt
Mais quand l'officier de l'6tat civil a rem- allu qu'un premier coup ;fll port qui
pli toutes les formalities voulues par la atteignit l'adversaire.
loi et qu'il s'adresse aux futurs epoux De meme, I'individu qui, les bans etant
pour leur demander s'ils veulent se publids, se presente,au jour d6signed, avec
prendre pour market femme, alors vient la future et les t6moins dans la maison
la minute precise oi la volont6 s'ex- oi le marriage doil tire cdldbrd, qui eo-
prime nellement.-Sil'agent r6pond (oui,) tend la lecture des pieces mentionn6es en
iln'yaguere moyende souvenir qu'iI n'a l'art. 75 ainsi que des arlicles du CoTe
paseu l'inlention desemarier. lln'y a pas relatifs aux droils et devoirs des 6poux,
marriage encore, car I'officier public n'a accomplit, par sa seule presence,' une sd-
pas prononc6 les paroles sacr;mentelles. rie d'actes qui, sans se confondre avec
Le marriage peut manquer par des cir- le crime lui-mmne, I'y acheminent sfire-
constances ind6pendantes de la volont6 meant et en rendent la consommation
du future : par example on dMnonce i plus que probable. Ces actes consti-
l'officierde l'Flat civil quecelui-ci est ddja tuent le commence nt d'ex6culion de
daha les liens d'un premier marriage, ou la pensee criiinelle : ils suffisent i ne
bien l'autre future repond (non) au ma- circonstance fortuite venant rdvdler 'e-
gistrat. ; existence d'un premier mariage valable-











REVUE DE LA SOCtIfrE DE LEGISLATION


pour 66blir la tentative de bigamie et pourrais dire autonomes, des d6lils sui
justifier I'in!ervention de la justice re- generis. La tentative punissable nait
pressive. aiu contraire avec le premier acte d'ex6-
R&pondre affirmativement a la ques- culion. )ans mon rapport j'ai essay
tion de l'officier doe I'lat civil, c'est corn- d'ltablir cette distinction, -- endue dif-
mencer le crime lui-mime, don't la ra. lficile par le faith que le 1(gislaleur n'a
lisalion sera complete si la future r6- pas dit -- et ne pouvait pas dire a
pond 6galement oui) et quele magistrate quels caracltres certain on peut recon-
prononce les.paroles sacramentelles. naitre le commencement d'execn tion
Notre collogue Ethiart sounient quIe l commnenceinent d'execulion n'est
l'intenlion de comiettre le crime pas en effect une phase imnmuable de
n'est pas evidence tant qu'elle ne s'est l';action criminelle, un acre qu'il soil
manifested par cetle reponse affirmative. poiblo de ddtorminer d'ine figon ab-
Par 1A noire coii4gtue encend sans don- soliie pour toules les hypolhises. Les
te dire que to!t le temnps qu'il y a pour co:nientateurs drtanmoins difinissont
I'agent possibility d'un d6sistement vo- priesqe tons l'acle pr6paraloire ce-
lontaire, on ne peut pas t6re cerltiunlui qui, sans consliluer l'ex6cution di
qu'il n'arrdtera pas lui-mdme l'exdcu- d(lit projelO, s'y rallache dans la
tion de son dessein : it faut done atten-i penso edo 'auteur. prepare les moyens
dre, pour ilre sirt de ses intentions, Id'exdcntion. Les acles d'execution sont
la minute precise on il aura i rlpondre coux xqni tendent directement et imm6dia-
a la question de l'officicr public. Dans loenent a l'accomplissement du fait cons-
ce cas alors, il faudrait agalemnet at- filiant I'infraction, sans cependLnt se
tendre pour connaitre d'une facgon confondre avec ce fait lui-m6me.
certain l'intenlion de I'hornme qoi se 1i. Desert. Qu'est-ce qu'il faut dire,
jette sur son adversaire qa'il 'ail dans le cas of, les deux futurs conjoints
neltement maanfestle... en frappaur. Car avinlt r6poiidu affirmativement A la
qui nous assure qu'au moment de por- question de l'officier public, la situation
ter le coup il ne retiendra pas son bras de I'epoux deja liH est denoncee avant
armn? la prononciation des paroles sacramen-
Ce qu'il faui affirmer, c'est qu lat pos- telies ?
sibilit d'un desistemeint voloiiiire lien I M. Bellegardc. A mon avis, il n'y
a la nature inrme de la tentative. Con- a tis ici seulemnent tentative : il y a
tre celui qui a commenc~l' I'ecucntion, il crime manun6. L' gent a f;il tout ce


y a presomplion Ir's forte qu'il l'etit
conduite a entire consommation si rien
n'y 6tait venu meth e obstacle. La loi -
pour que l'agent ne flit pas poussO it al-
ler jusqu'au bout de son crilinel pro-
jet- dit qu'il n'y a point !entative s'il
s'est de lui-immem areted. Mais s'il a 6ld
surprise au inilieu des actes d'execution
par une circonstalnce inddpenndanto de
sa volonte et avant qu'il eft manif'st[l
son repentir, it tombe sons le coup de
la loi penale.
M. Desert. Qu'appelez-vous acles
d'ex6cution ?
M. Bellegarde. Voil precisnmeani
la question. II s'agit de savoir ce qu'il
faut entendre par actes prpparaloires et
par actes d'execution. La loi ne punit
pas les premiers, except dans certain
cas oii its constituent tes infractions je


qui dlait en son pouvoir pour que le
c:rile fitl consomme. 11 a accompli l'acle
d6cisif qui d6pendait de son aclivile per-
sonnelle: si le resultat criminal n'a pas
te6 alleint, c'est qu'une volonhti trang&-
re, une circonstance fortuile est venue
meltre obstacle A la rdalisation de son
dessein.
M. Menos. La question est trOs de-
licate, car il n'y a aucun crit6rium qui
perinelte de distinguer a coup stir un
acle pr6paratoire d'ui acle d'ex&tculion.
Prenons tout d'abord lescas d'escala-
de et d'effraction accomplices dans le but
de commelire un vol. Les uns les consi-
dirent come un coinmencement d'exe-
cution, tandis que la pluparl des com-
mentateurs ne les rangent quo dans la
categories des actes preparatoires et exi-
gent, pour constituer la tentative punis-










REVU E DE LA SOCIETEI DE LEGISLATION 37


sable, le d6placement d'uln objet, l'ou- civil ait demanudd aux requ(rants s'ils
ver:nire d'une armoire, par example. veulent se prendre pour maria et pour
L'hypoth6ee propose par notre colle- femme. La signature du contract est par
gue Elhdart est Ires caracltristiqne : les elle-meme un acte prdparatoire ; mais
futurs conjoints ont repondu affirmative- les circonstances qui I'accompagnent
inent Ai officerr dt 1l'dlat civil, et celui- peuveiil suffire pour 6lablir, avant la
ci n'a plus qu'a prononcer la fornule question, le commencement d'execution
sacraiamPntolle pour que le marriage ait que punit la loi. Les futures conjoints ne
lieu. S'il survient a ce moment precis signent un contract que Icrsqu'ils n'ont
l'incident interrupt.f de la c6dlbration, pas I'iltention dce s mnarier sous le re-
la tentative de bigamie n'est pas don- gime de la communautl. N'ayant pas
leiise. I1ais il resle 5 savoir si celte es- d'intret a ce que des advantages on des
p'ce est la siule qui se puisse conce- reserves soient stipulds dans un1 acte
voir, si c'est seulenmet de la1 d6clara- special, ils se cotlentent do so presenter
lion des parties (nu'lles vculent se pron-idevant l'oflicier de l'dlal civil. Si In pre-
dre Ipour mari el feirnme que result le scrlcB tie ce magistrate et des temoins
commencement d'execution el si, jusque est constalie dans la mason ou le ma-
1., il n'y a eu que des actes prtparatoires. riage doit (Ire celebre et au moment de
Faut-il dire, a; contraire, que la si- la signature di contract ; si, 5 celle
nature d'in contract de maringe on ic here, on recoil une letire vrevlant que
transport des parties anu l)breau de 1'elat le faulur conjoint est dans l l iens d'un
civil coislitiient un commencement d'e- premier inariage, il io depend pas de
xecution ? Pour ma parf, je pcnse quo celuuiqui vient frtauder 1d'eviter la peine
ce ne sont que des acles prepairalires et en d6ch;trant renoncer A son project. Le
que commencement ild'cculion de la criinm n'cst suspend i que par une cir-
lentative de bigamie implique le corn- constance ilidpendante do sa volont6.
meincement de la celeiabr;lion dn marriage. M. Elhedrl. 1ellegarde a 6tabli
M. Bellcegarde. Notre college M6- une distinction entire le crime manque
nos a parole des cas d'escalade et d'ef- et l tentative do crime. Celte distinction
fr'aclion. 0. s'expliiiue parfailemeont appuie ma thlse. lIema'quez qu'il s'a-
(q'ii 'y ait douloe sur I poinitdI savoir git d'un delit special, pout lequel ii no
si ccs fails constituent on non le coin- suffit pas de la seule volont6 de l'agint
imencement o'ex(culion du vol. Ils ne coupable ; car il n'y a marriage (que
sont pas en effect iinissolu blemnont lids is lorsque la fornule sacranmentelle est pro-
I'action de voler. Quelqu'iiiu a pu pene- nonced. lusqui 1~i il y :a possibility de
Irer dans tine imaisoi par escalade, d(sislement. On peut supposed que le
fracntrer nin meible, sins qu'il ail eu coupalble, pris do remnards, arrtte lui-
I'intention de comimeltre un vol : peut- mime l'officier pibl)ic ;u moment
troe esl-ce 11in rendez-vous d'amour oil celii-ci va con:isa cr t'uuion. Si uine
qu'il allait ; pcut-dlre ;a--il voulu s'em- semblable circonslance se prdsente, it
parer de le lres qu'il jugait compro- n'y a pas tenlalive, malgr i les publica-
meltantes pour l'honneur d'une femme. tions, la presence de l'officier public,
Mais un double analogue ,e peul-il con- la r6ponse affirmaliive, puisque le ma-
cevoir dhns le cas de celui qui se prI. ringe-- c'est a-dire le crime sera
spnle devant l'officier de l'ltat civil ? arret6 par la volonle t I'agent. M;is
Son intention de se marier n'est-ello p)as si le marriage manque par uie anire
manifeste ? ciiconstance, independante de la volontl
M. Denis. L'escalade et I'effractiooi de l'aglenl, ii y a alors tentative:
suiliront a d6celer I'intenlion de com-I Un exenple pour marquer la diff6-
nmeltte le vol si I'on a affaiire a uni vo- rence entire le crime lenIl et le crime
leIu professionnel. manaique. Quelqu'un administre du poi-
M. Jeremie. Pour constater le son a une personnel. Seulement un con-
commencement d'execulion, on h'a pas trepoison pris a temps arr(te la mort :
besoin d'attendre que l'officier de l'latlil y a crime manque.










38 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION

M. Bellegarde.- Que faudra-t-il dire, quand la parties, ddjil engage daus les
quand e'est I'empoisonneur qui adminis- liens d'un premier marriage, s'est, apris
tre lui-meme le contrepoison? Pent-on I'accomplissement des acles ext6rienrs
consider le fait de porter secoturs a sa lels quepublicaihos, etc,rendue, en com-
victime comme une sorte de d6siste- pagnie de l'autre parties, chez l'officier
ment ou comme une simple reparation de O'lat civil. Si, a ce moment, le ma-
qui n'empdche pas le crime d'exisLer, riage na pas eu lieu par suite d'un cas
bien qu'il ait manqud son effect? Je ne fortuit ou d'une circonstance ind6pen-
veux pas forcerl'analogie ; mais ii me danle de la volonte de la partie, il y a
semble qu'on pourrait compare le future tentative do bigamie, lc Ioute n'6tant plus
conjoint ; l'empoisonneur : en repondant permits sur I'intenlion de commettre Ic
oui a l'officier public il a verse Ie poi- crime.
son; en arrelant le magistral au moment D'apres notre collIgue Elheart, la pre-
oiu celui-ci ouvre la bouche pour pro- sence de la parlie clhz l'officier de I'etat
noncer la formule sacramerntelle, 11 a civil, mneme accompagnue des circonstan-
adininistre le contrepoison. Si vous ad- ces indiquees par les collogues Deiis,
mellez que I'empoi:onneur qui a sauv6 Jdr6mie el Bellegarde, ne suffirait pas
sa victim n'est possible d'aucune peine, pour constiluer la tentative de bigamie.
j'adnettrai dgalement que le future con- 11 faudrait, en outre, que la parties enga-
joint, qui a arritlt6e marriage a la minute gde dans les liens d'un premier marriage
precise oil il allait eire consomme, ne eit rdpondu (< oui ) a la question posee
peu nt me pas tdre ac"us6 d'avoir tentd par l'officier de I'dlat civil. A ce moment
,le crime. seulement l'intention de commetire le
M. MInos.- 11 v a 6galement a tenir crime serait inconlestable, et il y aurait
compile de l'intention. Un meme faith, sui- tentative de bigamie si te marriage ne
va t. les circonstances diff6reites oil il s'effectuait pas, soil parce que l'officier
se product, peut n tre appreci6 de manib- de I'etat civil serait frappd d'apoplexie,
res diverse. soil parce qu'il aurait reuii une d6non-
M. Bellegarde.- Sans double, il faudra citation avant d'avoir prononce la for-
tenir complex de l'intention. D'ailleurs, mule sacramentelle.
la tentative suppose trois conditions es- Voila, Messieurs, les deux opinions en
sentielles: une intention criminelle; le presence. Vous me permettrez d'ajouter
commencement d'exdculion; I'absence de qu'il ne serait peut-etre pas prudent de
desislement de I'agent. Si l'une de ces poser une r6gle gdndrale, la question de
conditions manque. it n'y a pus de ten- tentative de crime paraissant fort delicate
tative 16gale. el, pouvant comporier des solutions di-
Si tout se borne a rechercher I'inten- verses suivant les cironstances. 11 sernit
lion, i appr6cier les circonstances, la sans doute plus sage de nous abstenir de
distinction entire les actes prdparaloires et voter et de nous border a constater les
le commencement d'ex6culion n'est plus opinions 6mises.
qu'une question de faith. Le Iribunal de La Sociit, consu'tee, adople la facon
Cassation te peut done inlervenir pour do voir du president Elle reconnait ce-
criliquer la qualification' i1gale altribude pendant que -dans l'espdce cite par M.
aux fiilsparles magistratschargs de l'ac- Elh6art, ii y a, sans contesle, tentative
cusation ou dujugement..le me permels de bigamie et que, suivant les circons-
de vous rappeler que la jurisprudence dances, il pent y avoir tentative de biga-
actuelle de la court de Cassation de Fran- mie dans les cas prdvus par les colleagues
ce est contrairo a cette opinion. Denis, Jerdmie et Bellegarde.
M. le President.- La discussion Mtant M. Viard.- J'ai I'honneur de poser
6puis6e, vous me pe:mettrez de la rdsu- A laI Socidlt la question suivante:
mer avant de recueillir les voles.
Notre college Denis. soutenu par les s Lorsqu'un citoyen est appelC a occuper
colleagues Jer6mie et Bellegarde, est d'avis upe function publique, A quel moment com-
,qu'il y a commencement d'ex6cution mence.l'exercice de la charge qui lui est con-










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


fi6e ? Est-ce a partir de la nomination du
fonctionnaire ou bien cst-ec i partir de son ins-
tallation ?
Si c'est i partir de la nomination, un
fonctionnaire remercid peut-il rdclamcr le paie-
ment des appointments allou6s dans le cas
ot I'installation d'un nouveau titulaire, se
faisant aitendre par une cause quelconque,
le fonctionnaire remercie, tait oblige de con-
tinuer le service ?

MI. lepresident. -Je prie notre collie
gue Dnpuy de se charger du rapport sur
!a question.
M. Dupuy.- Volonliers.
M. Denis. 'ai l'honneur, Messieurs,
de vous poser la question suivante:
(. La f;icu!t accorded au juge d'ins-
truction par le novel article 80 du C.
d'Instruclion criminelle de donner inain-
levedede lou mandt dna te d6p6t dans le
course de l'informalion, quelle quo soil
la nature de I'inculpation, est-elle Ielle-
ment laisse a sa discrdlion qu'il puisse
donner celte main-levee, mdnmr lorsqu'il
aurait rduni des charges suif'isanti's ou
des indices graves centre I'inculp6d ) ?
M. le president.- M. le secrelaire-
gondral voudra bien prier notre colldgue
F. L. Caivin d'examiner la question eli
de nous en fire rapport.
L'ordre dui jonr appelle la discussion
du rapport de M. Jeremiie.
M. Monos.- Le rapport de note col-
l4gue Jariemie ne m'a dl6 remis que tout
a l'heure. Ayant I'intenLion de conmballre
quelques-unes de ses conclusions, je vous
pried'en remetire la discussion i la sdin.e
prochaine.
L'assernbl6e accepted la proposition
d'ajournement de M. Mlnos.
Al. le prdsident.--- Je'viens d'appren-
dre la triste nouvelle de la mort de Mine
Denis St-Aude. Li Sociedl ne pent main-
quer de s'associer au deuil qui frappe un
colligue eslimi. En adressant no, cnm
doldances a M. St-Aude, nous ne pau-
vons oublier notre coll6gue Georges Syl-
vain don't le concours actif a beaucoup
conlribu6 i faire vivre notre Soci6td.
La Socitld consulate, decide d'envover
ine ddl6galion presenter ses condolean-
ces a M. Denis St-Aude et d'ecrire a 1.
Georges Sylvain Le president charge MM.
Bellegarde, Jdrdmie, Denis et Ddsert d'al-


ler presenterles condlolhances de la So-
cidlt it M. Denis St-Aude.
Plus rien n'tant it l'ordre du jour, la
stance est levde.

RAPPORT-
Messieurs,
Vous avez bien voulu me demander
d'examiner la question suivante :
La loi haiienne fait-elle 'obligation
i h la femme marine qui veut prodire une
a publication ( ouvrage de literature, de
( politique, de science ou d'art) d'obte-
a nir l'autorisation du mari ou, en cas
i de retus, celle du juge ? a
On peut dire que quel que soit le re-
gime sous lequel les 6poux se sont ina-
ries, I'autorisation do mari est ndcessai-
re. Cela rdsulte de l'esprit de notre 1d-
gislation et decoule spcialement des ar-
ticles 199 et 201' du Code civil.
Cette autorisation est n6cessaire, que la
femme mineure on majeure soit
commune en biens on marine sous le re-
gilnm dotal; qu'elle soit separee de biens
jaliciairement ou par contract de mari-
Toute publication litt iraire ou artisti-
quc necessite la conclusion d'un contract
ou trait, parfois tacile, le plus souvent
dcrit. Or la femme marine a necessaire-
ment besoin de I'autorisation du mari
pour conlracter.
L'autorisation est inmme necessaire a
la feinme non-commune ou sdparee de
bieus, quoique cette derniere conserve,
aux terms de l'art. 1234, le droiL d'ad-
ministrer son patrimoine.
Mais an cas de refus de la part du ma-
ri d'auoriser sa femme a public une
ceuvre littdraire ou arlistique, pourra-t-
elle obtenir celle du juge ? Grave ques
tion Je crois que la prudence cominma-
derait au juge, dans un pareil cas --- que
le refuse 'du mari suit motive ou non ---
de ne pas accorder I'autorisation deman-
dee. La publication des ceuvres don't s'a-
git comporte trop d'imporlance au point
de vue pdcuniaire et surtout au point de
vue moral, pour que le juge assume une
aussi grande responsabilitd d'autoriser
des publications don't le' rdsultat final
peut 6tre plus ou moins desastreux.
11 ne serait done pas arbitraire de la
'part du juge de refuser pareille.autori-
sation et sa decision ne saurait 6tre cri-
tiqude; car si la justice pent, a d6faut
ou sur refus du mari, autoriser la ferm-


~ ..._~1TI _I-_~_~~~ _~__










REVUE DE LA SOCIiTE DE LEGISLATION


me A faire une publication speeiale et ddter- meant des emoluments, car la loi du 20
mine, elle ne peut au contraire lui don- Septembre 1870, visde par P'article 17 du
ner laulortsalion ginerale de fire des publi- a R6glement pour le service de la Treso-
caiions quelconques. rerie ) ( du 26 Juillet.1881 ), stipule:
La raison en est que la femine auteur Art. 4. ( En cas de cessation de l'e-
obligerait implicitement son mari et que xercice d'une fonction ou d un emploi
les conusquences de l'6tat d'dcrivain sont dans le courant d'un mois, le tilulaire
d'une gravity telle qu'on ne peut autori- sortant n'a dioit qu'b la portion des ap-
ser la femme I les assume sans I'auto- pointements correspondent an temps pas-
risation marital I laquelle ne peut sup- se dans la function ou l'emploi durantle
pl6er l'autorisation de justice. mois. )
Mais si le mari est absent ( que 1'ab- Art. 5. -r Tout fonetionnaire on em-
sence soit presume on delaree ) ; s'il ploy6 qui entrera en service dans to
est en ldal de faillite franduleuse et pri- courant d un mois, n'aura droit qu'a la
vee de sa liberty ; s'il est interdit ou pour- portion d'appointements correspondent
vu d'un conseil judiciaire ; s'il est alid- au temps pass dans la function ou
nd on atleint d'nne maladie mental af- I'emploi durant le mois. >
faiblissant ses faculls ; s'il est condam- 11 en result clairement que lorsque
n6 a une peine afflictive ou infamante, quelqu'un est nommie une tonction on
tant que la peine ne soil purge o- la aun emploi public en replacement d'u-
grace obtenue; ou bien si 1'exercice de! ne autre personnel et que la sortie, on
ses droits civils et politiques est suspen- la cessation de l'cxercice de la fonclion ou de
du par decision de justice pour une pd- I'emploi -- de l'un correspond i l'instal-
riode relativement longue, alors seule- nation. ou commencement de l'exercice
ment I'autorisation du juge, d'une facon de la function ou de I'emploi, --- de l'au-
generale, pourra supplier a celle du ma- tre, les dmoluments de la charge seront
ri. parlagds entire eux en proportion du nom-
A. POUJOL. bre exact de jours que chacun d'eux au-
..... .._R_.._._..,___._-_Es ra effectivement passes dans la fonclion
ou l'emploi. Et si, entire la cessalion di scr-
Rap prt. vice, ou de exercisee de la foncion de 'un et
I'insallaltion, ou le commencement de l'exer-
cice de la function de l'autre, il s'est ecouli
( Emoluments d'employes el fbnction- un nombre quelconque de jours, ni le
naires) fonctionnaire soitant ni le tonctionnai-
re entrant n'auront droit aux dmoluments
Notre collkgue Viard a soumis A la So- affdrents a ce nombre de jours. Dans ce
cile la question suivante que vous avez cas, le fonctionnairecharg6 d'effectuer le
bien voulu me charger d'examiner pour rdglerent des dmoluments, le payeur, a
vous en fire rapport : pour devoir ce fair rentrer a la caisse
a Lorsqu'un citoyen est appeld6 occn- publique la proportion d'dmolumenls h
a per une tonction publique, a quel mo- laquelle ni le titulaire sortant, ni le ti-
a ment commence l'exercice de la charge lulaire nouveau n'ont lIgalement droit.
a qui lui est confide ? Est-ce h partir de Nous ne laisserons cependant pas pas-
a la nomination du fonctionnaire, ou ser cette occasion de dire que nous pen-
bien est-ce a partir de son installation ? sons qu'il serait desirable que I'on accor-
a Si c'est a partir de la nomination, de t un fonctionnaire sortant dans le
a un fonctionnaire remercid peut-il rd- courant d'un mois, I'intdgralitd des 6mo-
a clamer le paiement des appointments luments du mois, car il est de r6gle dans
a allouds dans le cas ofi, I'installation du les affairs ordinaires de 1'existence ici-
a nouveau litulaire se faisant attendre paiement des;loyers, de 1'dcolage, etc,
a pour une cause quelconque, le fonction- --- que tout mois commence est dt. --- 11
a naire remercide lait oblige de conti- y aurait done lieu, pour I'admiuistration
a nuer son service ? a publique, dans les cas ordinaires, lorsque
Si aucun texte de loi, mina connais- ce n'cst pas une revocation prononcee a
sance, -ne determine d'une facon precise titre de punition, par example, de reve-
le point de depart de F'entr6e en charge, nir aux saines pratiques qui ont lieu
du mandat -- des fonctionnaires et ailleurs, c'est-a-dire de ne fire partir que
employs de l'ordre administralif, il n'en du premier du mois suivant, tout au
est pas de meme pour ce qui est du paie- moins, l'exercice des functions du nou-











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


veau titulaire, et par consequent le paie-
ment des emoluments de la charge lors-
que, bien entendu, le fonctionnaire sor-
tant n'a pas lui-mime mis fin a 1'exerci-
ce de ses functions, d'une facon ou d'u-
ne autre.
CHs. M. DUPUY,


Loi sur la saisie-immobiiiere

Rappolrt a la Chambre des deputies.
Messicurs les d6put6s,
Votre Comild de Justice preud la li-
berlt de vous* soumncltre le rapport sui-
vant relalif an project de loi modifiant
les tilres XI et XII du code de proc6du-
re civil.
Comme vous le s;-vez, notre code de
procedure civil procede du code de
procedure civil francais que nous avons
copid sans nous demander si loutes ses
dispositions convenient noire milieu.
Un people june a besoin de cictit'pour
se d6veloppe. It doit atlirer les capi-
taux, tout en pregnant de I6gitimes pri-
cautions pour se sanvegarder. Le Irgis-
lateur haitien sur la saisie inmmobiliere,
adopt6'les formalilds trop compliquees du
code frangais; ces foriiialits ne peuvent
qu'augmenler le loyer ie l'argent par
les difficulties que le creancier eprouve h
recouvrer ses fonds.
Les r6dacteurs du code francais out
6t6 sans nul doute influences par le
movement de reaction qu'avaient d6-
termin6 les facilitls trop grandes accor-
ddes par les lois du 9 messidor an 3
( 27 juin 1795 ) et dn 1'1 brumaire an 7
( ler novembre 1798 ). Sous 1'empire
de ces lois, apr's le commandemont,
l'adjudication eiait simplement publiee
et announce par des affiches.
L'apposition de l'affiche valait saisie
des biens qui y dlaient mentionnes.
L'ou a peuse, non sans raison:peut-
6tre, que le d6bileur pourrait etre trop
vile d6pouillH de ses biens. Mais pour
prol6ger la propriety, 1'oi est malheu-
reusement tomb6 dans l'excis conlrni-
re, en exagdrant et en multipliant les
formalits. 'rout en sauvegardant 1'inte-
rlt du ddbteur, I'oi ne doit pourtant


pas non plus sacrifier celui du
cr an c i e r en r e tarda nt ou-
tre measure le moment oil il lui sera
possible de recouvrer ses fonds. Dans
I'6lat de notre lIgislation, il faut par-
fois des anndes pour parvenir i I'adju-
dication d'un immeuble saisi. L'exp)os
des formalitds,a observer vous edifiera
a ce sujet.
Notre code de procedure exige : 1
un commandment; 2 un proces-ver-
bal desaisie; 3 uine transcription de
la saisie A la conservation des hypo-
tlihques ; 40 une transcription de
la saisie an greffe ildu tribunal ; 50
ine d6nonciation au saisi i6 C ne in-
sertion de l'extrait de la saisie an ta-
blean player dans l'anditoire du Iriill)nal;
7 0 une insertion du emme extr'iit dans
les journaux ; 8 un affichage dans di-
vers lieux; 9 une notification au saisi
tdu proces-verbal d'apposition de pla-
cards et du placard '10 notification
d'un exenplaire du placard aux cre-
;niciers inscrils ; '1 une transcription
de cette notification en marge de la
saisie, i la conservation des hypoth6-
ques; '12 d6p6t du cahier des char-
ges au greffe ; 13 0 nouvelles insertions
dans les journaux et nonveaux placards
affich6s ; 14 adjudication pr6paraloire
150 nouvelles insertions dans les jour-
naux el nouveaux placards ; 16 enlin
adjudication definitive.
Si le moindre incident retardait I'une
des adjudications, il faudrait de nou-
velles affiches et nne nouvelle insertion
dans les journaux. Toutes ces formalits,
dontbeaucoup sont depnis longlemps
reconnues inutiles, 6taient fort dispen-
dieuses. La perspective des frais A payer
6loignait les adjudicataires ou diminuajt
la valeur de l'imm uble : en raalit6, il y
avait perle de temps et perte d'argent.
Le Pouvoir Execntif a pense que le
moment Mlaitvenu d'obvier a lani d'in-
convenienls. Et le project prdsent6 par
M. le Ministre de la Justice, alors M.
Lespinasse, atteint bien le but propose.
Ce projel qui d'ailleurs est presque
la reproduction de la -loi francaise de
1841 a le grand m6rite de ne pas chan-
ger le numdrotage des articles du code,
de procedure civil. Les titres XI et-


_CL_____~______~_______ __









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


XII de ce code peuvent done ilre mo-'en prend communication ; et ii faisait
difies sans qu'il soit besoin de retou- double emploi avec l'affiche appos6e a
cher I'ordre o'I se suivent les articles. la porte du tribunal. Pour I'adjudication
Dans les prochaines editions, il n'y aura preparatoire, il est depuis longtemps
qu'A mettre la loi nouvelle a la place admis dans la pratique 'qu'elle n'offre
des titres supprimnss. aucun avantage; elle constitue, A 'part
Ce project se distingue encore par la d'aul'es inconv6nients r6els, une inuti-
simplicil6 des formalitis destinies tant le perle de temps. Sa suppression 6tait
A placer l'immeuble sous la main de la done fort d6siree.
justice qu'a parvenir a l'adjudication. Le project comble ainsi l'un des vceux
Pour raliser la saisie, il faudra d6- de tous ceux qui s'occupent des ques-
sormais : 1 un commapdement ;20 tions de droit. Sans nuire au d6biteur,
un proces-verbal de saisie; 30 une dd- il permet ainsi au cr6encier de toucher
nonciation de la saisie au d6bifeur ; 4o ce qui lui est dul plus vile que par le
une transcription de la saisie et de passe.
1'extrait de denoncialion A la conserva- Votre comile vous propose lde l'adop-
lion des Hypothbques. ter avec les modifications gu'il soniet
P.ur effectuer la vente, le project ai votre hauteappreciation.
n'exige plus que les formalities indispen-
sables, soit : 1 0 le depot an greffe du 1 Toute saisie doit 6tre pricdde
cahier des charges, 20 une sommalion d'un cominandement notifi6 an d6bileur.)
au saisi, aux creanciers inscrits, etc, Par ce commandement, le debiteur es-t
de prendre communication du cashier inform des measures is rigueur qui l'at
des charges ct d'assister A la publica- tendent s'il ne se libBre pas. Se con-
tion qui ee sera faite ; 30 transcrip- format a ce principle, I'art. 585 du
tion de cette notification en marge de project yeut qu'il ne soit proceed A au-
la transcription de la saisie; 40 juge- cune saisie immobiliere sans un com-
ment qui donned acte de la publication mandement ii personnel ou domicile t.
du cahier dts charges, statue sur les in- Votre comit6 pense qu'il convient de
cidents el fixe le jour de l'adjudication, prevenir toute dquivoque et d'empecher
5 0 insertion dans un journal et afficha- toute surprise.
ge de placards annongant l'adjudica- 11 imported que le premier acte des
tion; 6 l'adjudication. poursuitesparvienne vite Asa destination
A l'avenir, l'on ne sera plus oblig( : et soil surlout coniu de celui que l'on
10 de transcrire la saisie au greffe, d i menace d'exproprier.- Cer6sultat pour-
d'inssrer un extrait de la saisie au ta- rail n'etre pas atieint, s'il elait loisible
bleau place dans I'andiloire du tribunal; au crancier de signifier le commande-
30 de faire trois appositions d'affiches ment au domicile tlu ; I'arlicle 98 du co-
et trois insertions dans les journaux; de civil autorise un pareil procede.
40 de procider i une adjudication pr6- Le ddbiteur peut ne pas resider au
paratoire. La transcription de la saisie lieu ofi setrouve ce domicile de conven-
au greffe et I'insertion d'un extrait au lion; ct le commandement, don't les
tableau mis dans le pr6toire n'6taient consequences sont si graves, pent tdre
dans la pratique d'aucune utilitL. recu par quelqu'un insoucieux de ses
L'on ne consulate pas d'habitude les re- intlerls. Avant d'avoir essay le moin-
gistres du greffe, quand l'on vent ache- dre effort pour s'acquitler, il verrait ain-
ter des immeubles ; les acquereurs s'a- si saisir ses immoubles. II y a done lieu
dressent loujours pour 6tre renseign(s de ne pas laisser subsister aucun doute A
au bureau des hypotheques. La tians- ce sujet.
cription de la saisie a ce bureau suffit Aussi bien, volre comitr est d'avis
pour prevenir les tiers et leur faire d'exigerque le commandement soit si-
connaitre que la propriMt6 est sous la guifie au domicile reel du debiteur.
main de la justice. Quant a 1'extrait ins6- L'article 585 supprime la copie du
e au tableau, un public tres restreint commandement qui, d'apres le code,
*










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


devait tlre laiss6e au juge de paix. de croire que le creancier n'a pas lin-
Dans la pens6e des r6dacleurs du code tention de l'exproprier sdrieusement, et
lejugedepaix ou le fonctionnaire qui il udgligerail dese procurer les fonds
recevait copie du commandment avail n6cessaires a sa liberation. Le Code de
pour devoir d'en prevenir le saisi. C'&- Proc6dure exigeait que la saisie n'efit
tait une garantie de plus en faveur du lieu que trente jours au plus t6l et deux
d6biteur que l'on voulait averlir des dan- mois au plus lard apres le commande-
gers qu'il courail. ment.
Cette formalit6 n'a pas donn6 l rr- L'arlicle 586 dn project rdduit a quin-
sultat que l'on en attendait. Dans la ze jours ie delai apres lequel la saisie
pratique, les juges de paix, apres avoir petu s'effecluer. Les formalities avant eld
vis6 l'original de l'huissier, ne s'occu- simplifies, le creancier sera plus vile
paientguire du ddbiteur. L'on augmen- pavy. Ilu'y aaucicn inconvenient a accor-
tait iniiilement les frais sans profit der au debileur le temps de ddlib;ier
pour les parties. sur le parti h prendre. Volre commit.
La suppression de celte cope est done pense qu'il convent de ne permeltre la
juslifie. Cepend:nt, I'article 585 du saisic que trente jours apres le com-
projet coolinue d'exiger le visa du juge mandement: En conservant ce ddlai de
de paix. Ce visa devient sans objel. En trente jours l'on 6vitera ainsi' toule
visant I'original de I'huissier, le juge de controversy au sujet de I'art. 1936 du
paix ne fera pas plus de diligence pour code civil qui autorise l'expropriation du
privenirle d6biteur que lorsqu'il rece- tiers dtoenteur de l'immneuble hypothe-
vait copie du cominandement. Son visa qu6 trente jours apres le conmmande-
n'allestera pas davanlage que le com- ment au debiteur originaire.
mandemen a 616 rdellement nolilfi au Votre comitn vous propose de rddiger
debiteur,; c'cst une simple signature del';irt. 586 conime suit : La saisie im-
complaisance qu'il donnera, n'ayant pas mobili&re ne pourra dire faile que tren-
les moyens de conlr6ler sur le champ to jours apr&s le commandement ; si le
la remisc de 1'exploil i destination. crdancier laisse ecouler plus de soixanle
Volre comile estime ce visa inutile ; jours enlre le commandemnen t t la sai-
il vous prql)pse de le supprimer et de sie, il sera tenu de le reiltrer dans les
rddiger come suit l'article 585: (cLa formesetavec le ddlai ci-dessus. >
saisie-immobiliere sera precidde d'un III. ( Art. 587.) Les ddlais du com-
commandement a personnel on domicileI mandement expires, le cr'ancier punt
rdel ; en lele de eel acle il sera done proc6der a la saisie. L'article 587 du
copie entire du tilre en vertu duquelelle project enum&re les nonciations que doit
estfaite. Ce commandment contiendra contenir le proces-verbal de saisie; ces.
election dedomiciledans le lieu oui siege Anoncialions sont indispensables.II y' a
le Tribunal qui devra connaitre de la done lieu de voter l'art. 587 sans modi-
saisie, si le crdancier n'y demeui;e pas ; fiction.
ii dnoocera qne, fauto de paiemnent, ii
ila nopcera quea saiie de paimenl Le Code de Procedure voulait qu'il
sera procide a la saisie des mme procs-verbal de
blues du dbileur ; 'huissier ne se fra saisie au juge e d paix ou a l'officier de
point assister de l6mrnoins. ,
pIIn ( Asi 586 ). Imidialeinnt a poliLe rurale. L'on pensait ainsi s'as-
aprs l coArn ndenen im no se ait surer que l'huissier s'stait rdellement
apres le commandement 1l ne seat ,pl o s ou m
pas equilable de saisir les immeuhlesrnporl aulieu o so trouve l'im-
du debileur. II faut lui laisser un delai meuble saisi.
moral suffisant pour chercher le moven L'article 588 du projetsupprime come
dil so librer'. inutilee la copie A laisser au juge de paix
D'autre part, s'il s'dcoulait trop de on A l'officier rural. Le transport do
temps enlre le conmmandemein et la sai- I'huissier sur les lieux sera aussi bien.
sie, le d6bileur pourrait s'endormir constali par le visa du' juge de paix
dans une fausse s6curil6 ; il serait lenti que par la copie qui li 6tait autrefois









44 REVUE DE LA SOC1ITE DE LEGISLATION
M I- ------ -.- .__-- -----~


remise. -Vous pouvez adopter l'arlicle
588 tel quel.
V. Art 589. Dans l'dlat de notre 16-
gislation, apris le procis verbal de
saisie, il faut une transcription au bu-
e;u des hypothiques, une transcription
rau greffe avant la denonciation au sai-
si. -- II pouvail s'6couler du temps avant
que le principal int6ress6 connft les
dangers qu'il courait. L'arlicle 589 du
project faith heureusement cesser une telle
situation. Quinze jours apr&s le proc6s-
verbal, la saisie doit 6tre d6nonc6e au
d6biteur qui en est ainsi inform avant
les tiers. --- L'on transcript non-seule-
ment le proces-verbal de saisie, mais
encore I'explit de d6nonciation. Les
tiers, les crBanciers surtout, peuvent de
celte facon se convaincre que les forma-
litls exig6es pour la mise sous la main
de justice out 6te observes. --- L'article
589 doit6tre vot6 sans modification.
VI -- Apres la transcription au bu-
reau des hypoth6ques finit la premiere
phase de la procedure de la saisie im-
mobiliere. Avant d'indiquer les formali-
tis a observer pour parvenir a l'adjudi-
cation, le project fixe les effects produils
par la saisie et precise l'atteinle porlde
aux droits et a la capacity du d6bi-
teur. C'est l'objet des arlicles590 a 598
inclusivement. Les articles 590, 591,
592, 593, 594, 597, 598 sont la repro
duction presque litltrale des articles
599, 600, 601, 602, 605 et 606 du code
de procedure civil. Volre comiie n'a
aucune observation A faire, les articles
pricites ne changeant rien aux principles
contenus dans le Code de p roc6dure
civil.
L'article 592 du project maintient
bien la disposition du Code qui laisse
le saisi, si personnel ne s'en plaint, en
possession de I'immeuble. Mais s'il y a
une contestation A ce sujet, it prend
soin d'indiquer le juge qui doit en con-
naitre : c'est le doyen du tribunal ju-
geant en 6lat de ref6r6, qui nommera
un s6questre dans le cas oii le cr6ancier
ne voudrait pas que le d6biteur result en
possession du bien saisi. C'est le doyen
qui, toujours slatuant comme juge des
refer6s, autorisera 6galement le crean-


cier a faire proc6der a la coupe et .1
la vente des fruits.
Le meme fonctionnaire a rompeten-
ce pour d6cider que les fruits seront
vendu3 aux encheres ou autrement et
pour designer le lieu oi sera depos6 le
prix de vente.
Art. 595.-- Le premier paragraphe de
l'article595 di project reproduit le pre-
mier alinea de 'arlicle 603 du Code
de procedure, en autorisant l'annula-
tion des baux sans date certain.
Mais le project du Gouvernement con-
lient une important innovation : d'a-
pros le Code de procedure, il fallail,
pour empicher le d6biteur de perce-
voir les layers ie I'immeuble saisi, pro-
ceder a une saisie-arret riguli6re.
Desormnais un simple acle d'opposi-
tionsuffira ; plus de denonciation de la
saisie-arret avec assignationn en validity,
plus de conlre-dinonciation, plus de
jugement validant la saisie. La signi-
fication d'un acle replace loute cette
procedure. Et s'il y avail le moindre
danger A laisser s'accumuler le montant
des loyers entire les mains du locataire,
le doyen peut, sur la deniande bien
entendu de loute parties inleressde, or-
donnor le versement des fonds dans le
lieu qu'il aura d6sign6. Votre comnil
vous propose d'adopter les articles 592
et 595 sans modification.
'(Art. 596.)- L'article 596 du project
confirm la prohibition faite par l'arti-
cle 604 du Code au saisi d'aliner l'im-
meuble.
Cette atteinle porlee' au droit du
proprietaire s'explique facilement. La
vente du bien alt6rerait la saisie dedj
faite ef qu'il fandrait recommencer con-
tre le nouvel acquereur. Le project du
Gouvernement, ne considerant sansdou-
te que l'intiert des tiers, vent que le
saisi ne puisse ali6ner l'immeuble qu'A
partir du jour de la transcription.
Votre comit6 pense qn'il y a lieu de
sauvegarder les droits du cr6ancier,
en interdisant au d6bileur la faculty de
disposer de l'immeuble A computer de la
d6nonciation. Dis que la saisie lui a
&6 ddnoncie, le debileur sait, en effet,
que sa propridl6 est sous la main de la









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


justice il no doit done plus pouvoir rectifier au 2e paragraphe de l'art: 602
1'alioner. II pourrait profiter du temps oi il est dit que la saisie ccs-e de pro-
qui s'ecoulerait entire la dtnonciation dire tout effect si dans. les dix jours
et la transcription pour se debarrasser de la transcription, itl i'dait point inter-
de l'immeuble, ce qui causerait de gra- venue une adjudication : il fant lire
ves ennuis an cr6ancier. dans les deux ans an lieu 'de dans les
Votre cornit propose, en cons&quen- < dix jours. )
ce, de rIdiger I'arlicle 596comne suit : Et il est bier entendu que Particle.
(( La p.ilie saisie no peut, i computer 602 n'aura .d'application que dans le
du jour de la denonciation de la saisie, cas oh le poursuivant aurait volontaire-
alidner les immeubles saisis, A peine de ment n6glig6, apres la transcription de
nullild et sans qu'il soil besoin de la la saisie, de faire proceder A l'adjudica-
faire prononcer. l-ion ; maissi celle adjudication Mlait par
VIl. Les effects de la saisie expliques, le fait du saisi ou de tout antre intl-
le project reprend le cours di la proce- ress6 relirdce plus de ueux ans aprbs
dure don't la second phase aboutii a la Itanscripliou, la saisie ne continue-
la vente. Pour parvenir a I'adjudica- rait pas moins de sorlir effect.
lion le saisissant doit, vingt jours au Les articles 603 et 601 indiquent les
plus lard apris la transcription, dd- formalities relatives a la lecture du ca-
poserau greffe, le cahier descharges qui hier des charges qui doit avoir lieu
indique les clauses et conditions de 1'en- trente jours au plus tIt et quarante
chlre. ( article 599 ). jours au plus lard apr6s et dip6t au gref-
Les articles 600 et 601 exigent clue fe. Au jour indiqu6 par la sommation,
huit jours apres le d6p6t au greffe, som- le tribunal faith lire le cahier des char-
mation soit faite au saisi, aux crdanciers ges. Il examine les moyens de nullit6
inscrils etc, etc, de prendre communi- proposes et concernant la procedure an-
cationdu caliier des charges, de fournir tlrieure a cette lecture(art, 603 ).
leurs dirps et d'assister plant a la lecture Si ces moyens sont rejetes, le tribu-
de cc cahier qu'a la fixation du jour de nal, par le meme jugement et A la meme
I'adjudication. Mention de cette somma- audience, done au poursuivant acte de
tion est faite en marge de la transcrip- la publication du cahier el, fixe les jour
tion de la saisie au bureau des hypolh&- et here de l'adjudicalioni.
ques. ( article 602. ) Le dlai entire celle publication et i'ad-
Celle sommnlionmet en presence ton- judicalion doit 6tre de trenle jours au
tes les parties inleressees qui trois jonrs moins et de soixante jours au plus. II
au plus lard avant la publication du convient d'adopter aussi les articles 603
cahier des charges ( 2e paragraphe de et 604.
I'article 603 )' doivent proposer les VIll. iI ne resale plus qu'a annoncer
modifications qu ce cahier peut n6ces- l'adjudication. Le public en est inform
silver. Les nombreux incidents qui dans par les journaux el par les affiches L'art.
l'eat de notre 16gislation, prec6daient 605 faith connaitre les mentions que doit.
les deux adjudications et que l'on soule- comporter 1'extrait t ins6ror dans un
vail a I'audience meme, sont ainsi ecar- des journaux publics dans le resort ou
les. Avec le project du Gouvenerment, les sont les biens saisis, et le ddlai dans le-
contestations qui peuvent se produire quel cetle insertion doit se fire. II y a
avant la lecture du cahier des charges une lacune ou une omission dans le
doivent etre presentIes toules ensemble premier paragra)phe del'art. 605. Volre
et elles soil tranchies par un seul juge- comild vous propose de la combler ou
ment an jour meme indique pour cotte de la reparer en compl6tant le sens de
lecture. la phrase et en y ajoulant les mots
Les articles 599, 600, 601, 602 du pro- (( avant I'adjudication a pres < au plus
jel peuvent Otre volts sans modifica- lard ). II fau.;rait rediger ce paragra-
lion. phe come suit : Quarante jours au
11 n'y a qu'une erreur d'impression a plus t6t el viugt jours au plus lard









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


avant I'adjudicalion le poursuivant fait l
insurer, etc. ) L'article 605 pent elre
volt avec cette addition.
(Art. 606 ).- L'arlicle 606 veut que
I'on justifie de I'insertion aux journaux
par un exemplaire de la feuille portant
la signature de 1'imprimeur legalisde par
le juge de paix. Votre comild vous pro-
pose de supprimer comme inutiles la
signature de l'imprimeur et la 1dgalisa-
tion par le juge de paix, et de rddiger
cet article come ci-aprds : 11 sera
justified de l'insertion :ux journaux sur
un exemplaire e la feille contenant
1'extrait dnonc6 en I'article precedent.
( Art. 607 ). L'article 607 indique les
lieux oil les placards doivent dire affi-
chds.
Votre comite propose seulement de
remplacer la rddaction du deuxieme pa-
ragraphe de cet article par la suivante :
a 2e et i la porte de l'auditoire de la
justice de paix de la situation des im-
meubles saisis. )
L'article 608 s'occupe de li conslata-
tion de l'apposition des placards ; I'ar-
ticle 609 defend do grossoyer les origi-
naux du placard et do procis-verbal.
d'apposition qui doit dire visd par le
juge de paix. Ces trois articles peuvent
eire admis come lels.
IX.- ( 611 ). L'arlicle 611 du pro-
jet cst destined a faire cesser des abus
regrettable. Sous prti'xle que 1'adjudi-
cataire doit acquilter les charges de l'en-
cli':re, on lui rtclamait dans cerlaines
jurisdictions des valeurs relalivement dle-
vees.- La perspective de ces frais a
payer ne. pouvait que diminuer le prix
de l'immeuble.
Ddsormais les frais de la poursuite se-
ront laxds par le doyen et il ne pourra
etre rien exigd au delta du montant de
la taxes. Toule stipulation contraire serait
nulle. El pour qu'il n'y ait la moindre
equivoque, le monlant dela taxe sera
publiquementannoncd avant la reception
des encheres el il en est fait mention
dans le jugement d'adjudicatiou. 11 y a
done lieu d'accepler I'arlicle 611.
X. Au jour indiqud pour l'adjudica-
lion, il y est proc6de sur la demarde
du poursuivant. Mais si celui-ci ne la


rdqudrait pas, I'article 612 autorise lout
crdancier a la provoquer.
L'arlicle 613 permit au poursuivanl,
aux creanciers inscrits, m6nme an saisi,
de solliciler-la remise de I'adjudication
a un ;iure jour. Le tribunal ne doit
accorder cetle remise qu'avec circons-
peclion et pour causes graves dfment
justifies. Le jugement qui pronoucera
cette remise nc sera susceptible d'aucti
recours, dit I'arlicle 613. Votre comile
propose, pour ne pas faire do 'rais i-
nutiles, 1'ajouler: 4 Que ce jugement
ne sera ni level, ni signified. >
1)ans le cas oi la remise esJ accor-
dee, I'article 614 vent avec raison qu'il
soil, hiil jours avant, 'adjudicalion, in-
serd un nouvel extrait dans les jour-
nanx et appos6 de nouveaux placards.
XI. Les articles 615 et 616 s'occupent
de la reception des enchores et mainlien-
nent, ai peu de chose pris,les dispositions
du code de procedure A ce sujet.
L'article 617 concern la declaralion
do commandement ; il confirm simple-
ment I'art. 618 du Code. Par une er-
renr d'impressior, I'on a fail de l'arlicle
618 un 5e. paragraph do l'arlicle 617.
11 faut done rectifier ctle eri eur.
(Article 618. ) Le deuxieme para-
giaphe de l'article 617 devenu l'article
618 autorise la surenchere, en enabais-
sant le taux. Au lieu d'etre du quart, la
surenchre neo sera plus que do si-ieme
dn prix principal.
L'article f619 du project determine les
forines de la surenchere ; I'article 6320
ddsigne les personnel qui peuvent con-
courir a la, nouvelle adjudication.
Los articles 615, 616, 517, 618, 619,
620 peuvent 6[re votis sans modifica-
tion.
X11. II en est de mdme des articles 621
622, 623 et 624. L'article 621 fail con-
naitre les personnel incapables d'tlre
adjudicataires ; I'article 622 indique la
forme du jigement d'adjudication et
I'arlicle 623 defend de ddlivrer ce juge-
ment si le greffier n'a pas la preuve
que I'adjudicalaire a salisfail aux con-
itions du cahier des charges. L'arti'cla
624 n'antorise le paiement des frais
par privileges que si le jugement l'a
ordonnd.










REVUE DE LA SOCIfTf, DE LEGISLATION


1II. L'on trouve dans 1'article 623 vaient. L'affirmalive et la negative ont
la sanction de la violation des formali- '6t soutenues et la jurisprudence elle-
t1s prescrites. L'on precise les forces mime a varied. Desormais ii n'y aura
qui doivent 6tre observees a pine do plus d'inqui6tude, toute 6quivoque dis-
nullitl. paraitra. La transcription du jugement
L'article 625 declare francs Ious les d'a'judication purge le bien de toutes
ddlais concernani la procedure immobi- les hypothqquesmnme des hypothlques
liore et autorise toute personnel qui y a 16gales ou occultes. L'adjudicataire en
interest proposer les moyens de nulli- payan son prix est quite de tous en-
e. nuis. Les crdanciers i hypotheques 16-
XIV. L'article 626 veut qie le juge- gales ne peuvent exercer leurs droits
nieut d'adjudicalion soit signified senle- que sur ceprix tant qi'il n'aura pas
ment au saisi a persenne ou domicile. 6it rdgulierement distribu6.
Mention 'de ce jugement doit dire faile L'nrticle 629 doit tre adoptl sans
en uiirge de la Iranscription de lia aisir modilicalion.


C'est le dernier acte qui consomme la
procedure en celle maliere.
Par le jugement d'adjudication, le d&
biteur est ldefinitivementdepouillh. Aussi
votre comit6 pense que l'on doit s'assurer
quelacopie decejugemen lui parviendra.
C'est pourquoi il vous propose d'exiger
que ceite signification soit faite a per-
sonne au domicile rdel.
11 faut done red ger ['art: a Le juge-
w r .


J. N. LEGER, rapporteur
(A suiure)

Torrespondance d'un Agent Consulaire
de Franco

Tremblement de terre


ment dcadjudication no sera signed La journee du 7 mai a failli 6tre bien
qu'a la personnel ou an domicile r'el de fal!e A la ville de Port-au-Prince. Si les
la parties saisie. Mention sommaire du maisons qui la composent eussent 6et
jugement d'adjudication sera faite en en pierres au lieu d'etre en bois, il est
marge de la transcription de la saisie probable que plus de la moiti6 des ha-
A la diligence de l'adjudicatalre. bitations seraient, mainlerant, renversses
XV.. L'article627 regle les effets del'ad- et qu'une -rande parties de la popula-
judicalion. Le saisi perd tols ses droits lion aurait peri. Hier, a cinq heures
sur l'immeuble et ses droits passent a vingt minutes, une forte secousse de
l'adjudicataire comme dans le cas d'une tremblement doe erre s'est fail senlir ;
venic ordinaire. pendant trois i eslin ies conis~eutives, les
Comme l'adjudi alion a lien sous la maisons out did agitles el out faith en-
foi de la justice, Ic project du gouverne- tendre d'affreux craquemeits, come
ment dispose, avec raison, quoe 'adjudi- des navires baltus par une violent tem-
cataire ne sera trouble par aucune de- p6te. El un instant, les rues. les places
made en resolution pour d6fant deo publiques ont le couvi'rtes d'une popu-
paimnent du prix d'une ancienne ali&- lalion que li terreur, le se timent reli-
nalion, d'autant plus que l'adjudicalaire gieux et la perte de l'6quiibre sur un
n'a gu'reles moyens de s'asstrer de la solt ouvant out precipilte h genoux.
vdrilable situation du saisi envers ses Les cris des Iemnes et des entants se
vewdeurs. L'ancien nropri6taire doit confondirent d'une mani&re elfrayanle
done, avant l'adjudication, prodnire sa avec le ciaquement des cliarpentes, la
demand en resolution, et celto instance chute des meuibles, le bruit des objets
doil rlre vid&e dans le ddlai fix6 p:!r le fragile qui so brisaient en lombant. Les
tribunal. Le dernier paragraph de i'ar- arbres et~ient agiles comme par une
ticle 627 fera cesser une contrlverse des main puissantl et invisible qui aurait
plusd6licates. II s'agissail de savoir si cherch6 a en fire lomDier les feuilles et
I'adjudication aux encheres librnitl 'im- les fruits. Tout cela a dnre' trois minu-
meuble des 1iypothbques qui lo gre- tes sans interruption et nous a paru d'u-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


ne longueur interminable. Enfin, grace constructions en pierres on en briques,
a Dieu, personnel n'a peri et nous en he ureusement pen nombreuses) on-t
avons 6L6 quittes pour quelques eva- (Wt6 plus ou moins endommagees. Au
nouissements et attaque; de nerfs. De- Palais du S6nat, le fronton orn' des
bout au milieu de la rue, et nous pro- I armes de la Rdpublique a et1 pr6cipi-
tant un mutual appui pour ne point tom- te te lerre. Dans ce moment, a quatre
her A genoux comme les femiies qui heures de l'apr&s-midi, le ciel a repris
nous entouraient, un de mes amis et son aspect accoutum6, la brise d'est a
moi, nous avons pu observer les princi- succed6 rigulierement a la brise d'ouest
paux caractlres du ph6nomene. Nous come a l'ordinaire ; la lemperainre est
avons remarqu6 que les ondulalions du fraiche ; to thermom6lre ne marque que
sol, courses mais presses, recevaient vingt-quatre degres. Nous pen.ons uie
leur impulsion de 1'ouest a l'esi. Le mou- la crise est lermin6e et que les plus ti-
vement ondulatoire n'a pas6t6 precedd, mides memes se coucheroni, celle nuit,
accompagne ou suivi de bruits souter- dans leurs lits.
rains ; l'air elait chaud, 6touffant et pres- P.S. Le capilaine Troude, du navire
que immobile. Cependant, la poussiere framncais le Neptune, m'a rapporel l'ob-
qui s'est l1evee d'un mur kcroulI A l'Ar- servation suivante : la forle secousso du
senal oous a indiqu6 que la brise sni- 7 s'est fail senlir dans le port quelques
vail le m6me movement que l'ondula- seconds avant de se communiquer ai la
lion du sol, c'est-a-dire de l'Ouest A l'Est. terre. Quoique la surface de la nwer fLt
Le ciel elait convert d'6pais nuages dans parfaitement tranquille, les bAliments
toutes les directions ; mais, particuliere- ont, cependant, 6prouv6 un movement
ment, dans l'ouest. La chaleur avail 61 d'abaissement et d'l66vation tellement
excessive pendant toute la journlIe, quoi- fort que les chaines-cables se sont for-
que le thermomi6re ne marquit que tement tendues et ont d6plac6 les acres
vingt-cinq degr6s Reaumur a uine heu- de cinq a six brasses.. Imm6diatement
re apres-midi. Faute d'instruments baro- apres, le flot s'est port assez rapide-
m6triques, nous n'avons pu fire d'oh-. ment sur les quais et a refoul6 les eaux
servationis ni apprecier l'tat electrique croupissantes des large ruisseaux qui
de I'air. Le soir, de nombreux eclairs y debouchent. De ce movement, il est
out brill6 A l'horizon, dans la direction result, sur tout le board de la mei, un
du nord-esl. La premiere et plus forte d6gagement de gaz infects qui,s'ils n'eus-
secousse a tel suivie de huit A dix au- sent dte promplement disperse, par la
tres secousses tr6s, faibles, i des inter- brise du soir, auraient pu dire fort nui-
valles in6gaux, depuis sept heures du sibles a la snuol des habitants de ce quar-
soir jusqu'A trois heures du martin. Au- tier. Aujourd'hui, A onze heures cinq
jourd'hui, a nueufheures et demie, nous minutes, nous avons eprouve une nou-
un avons ressenti une nouvelle, assez velle secousse, mais fort 16gire.
iortement prononc6e. Presque toutes les 7 Mai 1862




"`@`$5-r








18C ANNAE, N' 4.


JUILLET 1909


REVUE

DE LA

SOCIAgT3E :DE LEtGCISLA.TIOrN
PARAISSA\T CHAQUE MOIS.


Sfance .de la Snci tp I sur la question suivanle: La loi
Shaitienne fait-elle l'obligation A la femme
marine qui veut produire une publica-
R6union du 16 juin 1909 tion (ouvrage de litltralure, de polili-
Sont presents: M.I. .. N. Liger, S;- quc, ie science on d'at ), d'oblenir l'au-
Aude, Eth6art, Dupuy, Jer6mie, Denis, torisalion de son mari, ou, en cas de re-
Bellegarde, Poujol, Desert. fu, celle de justice?
Prisidence de M. J. N. Leger. Voirlerapport public dans le no dejuin)
M. le president donne lecture de la r- 3. le prdsident.- Nous abordons le
ponse SuivaLte fate i ]a lettre du WDpar- 0 point do l'ordre du jour: discussion
ponse suvante faite a la etre du Dear- du rapport de notre collgue Ethart sur
cement e lnteur invilant a les questions posees par le colligue Du-
tion de la Revue de Ldgislalion a une
convocation de la Presse iu Palais Na- puy
con aioa n de a Presse u Plis Na- Le pdrsident donne lecture de ces ques-
ional tions don't le texte a et6 public dans le
Port-au-Prince, o1 Janvier 1909 numBro de mal de la Revue.
r le g aM Boisrod C le pr&sident.- le vous rappelle les
.Mlnsieur le general Boisrond Canal. conclusions du rapport.
Secrdelaire d'Elat intirimaire de l'Intirier 10 Tout proprietaire peut clore son
Monsieur le Secretaire d'Etat, tfonds, qu'il s'agisse de fonds urbain ou
r de fouds rural. Dans les villes et bourgs,
Lalettre que, le 7 du courant, vous avez I nature est forced, parce que tout pro-
bien voulu adresser ai la Revle de Ia Socelea vl6ture cst force, parce que tout pro-
dbien a o ulu adre la Revue e r a Son i pri6laire, interpelle par son voisin, est
de Lig.slat]on pour I invuter a, une reunion obli6 e conlribuer avec lui aux cons-
de la Presse au Palais National le 8 hl oblio6 de orp arations des l ures coni-
: truelions et r~parations des el6tures fai-
heures pricises du matin, ne m'a st premise sant la separation de leurs maisons,
que le 8, vers les io heures du martin. cos e jadins. s cee obligation
qome vo esaxez, Ia Socigt de LLis- cors et jardins. Mais celte obligation
Comme vous.e savez, la Soiet de Lis- n'existe pas pour es proprielaires ru-
lation ne soccupe pas de politique; et la exist le ode rural pop186 n'ayant pas
Revue qu'elle public est un journal pure- reprodui la disposition du Code de 1826
ment scientifique. ,e ne vous remercie pasidqui la prescrivait.
moins de vote gracieuse invitation et je 20 Bien que les pi oprilaires ruraux ne
suis heureux de fire connaltre au Gou- soient pas obligs de cloit leurs biens,
vernement qu'il trouvera la Societe tou- soient pas obliges de cloio leurs biens,
ernement qu'il trouvera la Socit6 tou I'existence d'une cloture esl, cependant la
ours prete a lui preter son concours le plus condition premiere pour qu'ils pissent
absolu toutes les fois qu'i lui fera L'hon- ercer ler recr pour q'ls prorien-
n d sexercer leur recours contre tes propri&
neur de s'adresser 'a elle
e saisis advec pair ette occasion de laires des aniimaux qui auraient commis
Je saisis avec plaisir cette occasion de des devastations dans les champs ou pour
vous renouveler, Monsieur le Secr6taire d'E- pdes d6vastals da le simau que la loi
tat, les assurances de ma plus haute con- pvo b l. a que II lo
t, es assurances de ma plus haute co-aulorise de tuer et en garder les por-
sideration. tions qu'elle determine.
J N. LGER. 3o Autour des hattes auloris6es le 16-
M. Poujol.- Je demand la parole gislaleur a crd6 un veritable terrain neu-
pour d6poser le rapport qui m'a 616 con- 1:re d'une lieue d'etendue. Cette zone est







REVUE DE LA SOC1IETE DE LEGISLATION


la limited extreme que les animaux 6chap- produit celte stipulation formelle et gd-
pes a la surveillance des haltiers et gar- nerale de l'article 20 du Code de 1826,
deurs peuvent parcourir, sans que le de- le ltgislateur y a 6tabli,A I'article 14,une
faut de surveillance entraine la resoonsa- dislinclion entire la region des hattes'
bilile des maitres en cas de ddgaits. On et la region des cultures.Un coup d'oeil
est en fate d'avoir elabli une culture jet6 sur les textes correspondants de
dans cette zone. ces deux lois permet de se rendre comp-
Au delA de celte zone, c'est le hatlier te de leur proccssus.
on le gardeur qui est coupable d'avoir
laiss6 I'animal se soustraire a sa surveil- Loi de 1862
lance, et il siipporle les frais et Jomma-
ges des de6gts occasions par les ani- Chp. IV.- Disposilious conccrnait
maux des hatles, m-eme si le terrain en l'dlablissemecnt des halles.
culture n'6iai pas cl6lnrd. Art. 16.- Ddns le ravon los lieux
50 Capturer !'animal 6pave on libre, desin s a la cultrle des terres, le
emppcher de !a sorle qu il peinolre sur les propridlaire d'uin jardin cultiv6 ne sera
terrains en culture ct v occasionne des p;s lenu de juslifier qu'ila eu des ld-
dligats, est des attribulions pr6venlives de !ures pour avoir droil a des indemnil6s
la police ruralo; si I'animal pave oi pour les dommages que lui occasion-
libre a kchappi a sa surveillance et a Ineront des animaux qu'il trouveraitblans
commis des d6vastations, elle na plus sos champs mais es propridels qui se
qu'i aider ) la rdparation dans les iimi- trouvent sur les gvaudes routs publiques
les qui lui sont traces par le Code rural. joivent etre borcdes de haies on clolures
M. Dupuy.- Je suis d'accord ave no- qi seront enlretenues en common par
Ire collgue Eheartsur la plupart de ces tons les proprielaires et les occupants
conclusions; mais sur quelq es-u es je de l'inlerieur.
ne partage pas son avis. C'est cc que j'ex-
pose dans la communication que je vous Code rural de 1864
demand la permission de vous lire,
bien qu'elle soit un peu longue. Chp. IV.-- Section I.-- De l'dlablis-
sement et de 1'admi nis ra lion des hattes.
COMIIUNICATION Art. 47.- Dans les lieux voisins des
hattes autorisdes, le propri6taire d'un
Le Code rural de 1820, en son alti- terrain cultiv6 qui sera it moins d'une
cle 20, faisait anx propridliires, a sous demi-licue de distance des dies halles
peine de conlrainte par les voies de ne sera pas recevabte i demander des
droit), l'obligation gdnerale et absolute indemnilds pour les domniages et Jd-
de cl6tt rer leurs terrains cultives : gats occ:asionnes par les animaux des
L Les proprielairrs des terrains culti- haltes, alors emine que ses cl6tures se-
ves et qui seoit conligus dit eel raiet en dtat.
article seront lenus, i( frais cornm- Mais le proprielaire d'un terrain cul-
muns, de faire cllturer convenablement liv, a plus d'une lieue (1) de la hal-
leurs propridles. Celui qui s'y refusera le, aura droit A 6ire indemnise pour les
sera coniraint par les voices de droil ). Iddgits commis par les animaux trouves
L'obligation general de clore lout sur sa propri6tl6, alors meme qu'elle ne
terrain cllivu etant ainsi stipulde, il serait pas cloture.
n'y avait pas lieu d'y fire et il n'y a
pas eld fail de distinction ullrieure
entire les regions de halves el celles 11 y aurait i voir si cela n'a pas et
< specialement reserves d la culture une rreur de typographe ou de copisle,
des ( leres. car ii semble que Ie Iegislateur aurail du
dire : ih plus d'une demi-lieue au lieu
Mais la loi de 1862 sur la police mde (a plus d'une lieue> pour ltre rationnel.
des campagnes i, qui a servi d'6bau- Cela semble d'ailleurs r6sulter des coni-
cle- au Code de 180t4, n'ayant pas re- mentaires de Me St-Amand.













REVUE DE-LA SOCIETE DE LEGISLATION


Art. 48.- N6anmoins, ioule proprid-
-t cullivie qui aboulit A une grande rou-
te on a un chemin public dolt 6tre cl6tu-
ree, sinon le propri6taire n'aura droit a
aucune indemnity en cas de d6gAts coin-
mis par les animaux paves.
Il r6sulte done bien clairemeni, il me
semble, de ces lextes que, d'apr6s la loi
de 186H, il y avait obligation, memne
dans le ( rayon des lieux destines d la
culture des lerres ), de cl6lurer Ics pro-
priitits qui se trouvent sur les grades
routes publiques : mais que si un champ
cullive se trouvail A I'intlrieur, point
n'6lait besoinde juslifier qu'on avait eu
des cl6tures poul' avoir droil a des in-
demnilts en cas de digals commis par
les animaux des voisins ou des hates.
En outre, sons le regime de la loi lie
1862, toute personnel qui cultivait ,un
champ dans la region des hates, le fai-
sail a ses risques et perils et ne pouvail
en aucun cas avoir droil a des indemui-
tis si son champ eiait ravag6 par les
animaux tes hattes, alors meme que
ses cl6tures seraient en bon 6tal. ( ar-
ticle 17 ).
1: ,, a mon avis, sous le regime du
CG:'-. ,ie 1864, acluellement en vigueur,
I = .- Chacun a le droil de clore son
champ, si bon lui semble ( article 11),
el comme bon lui semble ( art. 12); et,
dans la region des cultures, la loi ne
faith aucune obligation do cl6lurer ni a
'inliricuir, ni sur la voie publique.
( Dans cetle region le proprietaire d'un
champ, cultive on non, a droil a des in-
demnilts en cas de d6egAs commis par
les animaux des voisins ou les animaux
paves. )
2 Dans les endroits situcs i plus
d'une lieuede distance cd'une hatie auto-
risde, chacun est libre de cl6turer ou de
lie pas cliturer son champ.
Cependant, noussommes ici dans ce
qu'on appelle la region des hates, et la
loi distingue centre la proprielo siliue (d
I'ini lieur et celle bordant la voie pu-
blique, en cas de dIgits coinmis par
des aninaux Cpaves.
Si le champ cultiv6 est d 1'interieur,
( son proprietaire aura droil it 61re in-
demnise pour les degals cominis par les
animaux trouves sur sa propreft, alors


mime qu'clle ne serait pas cllturie ,
dit l'article 47.
Et I'article 32, sect. 2, fixe la proc&-
dure dans le cas of I'animal qui a com-
mis les dgit., n'aurait pas pu 6tre cap-
lure.
M;is si le champ est en bordure d'u-
ne voie publique dans tfs lieux voi-
sins des hattes autorisdes (et bien
qu'il n'y soil pas fait obligation de clo-
turer ), le proprietaire n'aura droit i
aucune indemnile ( en cas de degats
coiimis dans ce champ par les animaux
paves ), dit l'article 48, si la facade
11'est pas cldturre.
30- A moins d'une demi-lieue d'u-
ne hale aulorisde, a le propridtaire
d'an champ cultiv6 ne sera pas receva-
ble d demander des indemnitis pour les
dommages et d6gats occasions par les
animaux des hattes, alors inme que ses
cl6tures seraient en ~lat ), dit l'article
47. C'est done A ses risques et pdrils
que l'on entreprendrait de culliver un
champ dans cette limile.
II y a quand mime a remarquer que
trois points ne sont pas envisages par
le Code :
1 o Quid, pour les d6gAts commis
par des animaux paves on apparlenant
a des voisins autres que le propridlaire
de la hatle autorisde ?
2- Quid, si le champ culliv6, situe
a I'intdrieur, est envahi par la lisidre
d'un terrain appartenant a nn autre pro-
pritdaire a qui la loi ne fait pas obliga-
tion de cl6turer so i terrain, quoique ou-
vraut sur la voie publique, parce qu'il
n'y a pas de culture mais seulement ce
qu'on appelle on (abois deboutb ?
3 0- Quid encore, si le chamo culti-
ve, quoique non cldlre sur la facade
de la voie publique, a 0di envahi non
pas par la facade, mais bien par le fond,
clOturd on non, ce qui se peut prouver
par la trace ties animaux, sirtout si la
halte ne se trouve pas Fur la meme fa-
cade que le champ cullive qui a tdi
devast ?
II y a eQrore lieu de fire remarqaer
que cerlains genres de cultures mnntion-
n1s dns l'arlicle 12 du Code, des gnu-
les cordeldes, par example, ne sauraient


-~--- ------~I~--_~T~------_l~-~-IY--- ~ P-^---n~-l-r----m











REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


constituer une cl6ture convenable pou-i Le propri6taire des animaux caplurds,
vant melire un champ culliv6 a l'abri on reconnus, est responsible des dom-
des incursions des animaux, tels que images, et iI sera possible d'amende, du
boeufs, cabris et pores. ;paiement des frais de capture, de con-
Pour ce qui concern le droit de cap- duile, de ge6le, si les animaux, non r6-
lure et d'aballage desanimaux,1'arlicle 31 clams dans les 24 heures de leur caplu-
dit iu'il est defendu de muliler,estropier, re, onl eu le temps d'etre conduits aux
ou tuer le gros b6tail, les moulons el 6pav.es ou a la prison de la commune.
aulres animanx inoffensifs trouv6s dans Mais quid des propri6laires des pores
les jardins ou .champs cultiv6s a don't et cabris tuds ou captures, on qui an-
ils auraieni franchi, force ou brise les 'ont pu s'echapper pendant la chasse
clidures ou entourages ). Ces animaux qi'on leur a faite apris qu'ils ont com-
ne peuvenl 6tre que captures et remis : mis les d6gals ?
l'officier de la police rnrale, s'ils n'ont Celle question se pr6senle parce que
pas eld r6clames dans un del;i dtllermi- l e commentalenr du codc, lMe St- Amaid,
n6 par leur propri6taire et apres regle- conlrairement, d'apris moi, au lexte de
ment a l'amiable. I'arlicle Lz et aux prescriptions du Co-
Le meme article consaoe le droil de Civil, auquel il n'a pas t16 derogd,
d'abattre les cochons et cabris trouvus semble vouloir 6tablir que le propri&-
dans les champs etljardins cultivs, et tire des cabris on cochons ne serait
donne < a celni qui l'aura abattu les pas responsible des dommages causes,
trois pieds et la tl6e de l'animal ,. car, dit-il, cet article prvvoit deux cas
II y avait des lors a se demander, puis- o des dommages out et6 commis sur la
qu'il n'6tait pas faith obligation de clore, proprile6 d'autrui par des anitmux au-
pourquoi il fallait que I'animiil etil fran- tres que des cochons ou des cabris.
chi, force on brist un entou age ou une Est-cc que, par hasard, it consid&re
cl6ture pour eni permeltre la capture ,que le propridtaire du champ d6vast6
par le proprielaire du champ ravage. aerit epuiso son droit par, l'abatlage de
Mais en comparant ce texte avec celui l'ariimal ? Cependant la formula no 9 de
du Code de 1826. on volt bien que l'ar'- proce6-verbal de conslat faith mention
ticle 31 du Code de 1804 est la repro- que :
duction presque littlrale des articles Ie corps de l'animal a dl6 livri au
101 et 'i0 dit Code de '1826, oi ils citoytn .. ... qui I'a r6clam, apr6s
avaient leer raison d'lere puisque ce qu'ii en ; di reconnu propritlaire, elce.
Code faisait obligation de cldlurer lout Quel serail alors le but de celle cons-
champ cullivo. latalion ?
.Dans le Code de 1864, on ne les coun-
coit pas, el je pense qu'ils n'y out ete
laisses que par inadveriance. Quant au droit des propridlaires ou
A l'arlicle 31, qui prvvo,it le cas de teriniers de garden des animaux A la
l'animal pris en flagrant delit, il y : lieu cainpagne, il est reglement6 par l'arli-
d'ajouter, cc qui rsulte( de l'article 32, cle 30 du Co ie de '1864 ainsi concu :
que : k on a le droil aussi de fair cap- (< Tout proprielaire on fermielr d'un bien
lurer les animaux qui auraieni pu se rural est libre d'avoirchez Iui tell quan-
sauver apres avoir commis des degals lit6 et tell espice d'animaux qu'il croit
dans un champ, to propr6itaire de l'a- utile d la culture et a l'exploilation de
ninal etant responsible des dgails corn- ses erres et de les y fair paturer, a
mis, car dit 1'article 32 : < L'officier de la charge par lui de Icur procurer une
police rurale devra recueillir des infor- nourriture suffisante, de les fire garden
nations de natuie a fair reconnaitre vue ou d la long, de les parquer.
I'animal et son propri6taire, si ,'animal sauf ce qui sera rBgle ci-apres relative-
n'a pas 6le capture dans le champ.(Voir ment I't'tablissemenaii et Ia l'adminislra-
aussi la forniule n 9 de proces-verbal ration des hatles),c'est-a-dire que pour
de constal. ). avoir ure hatte et garder des animaux











REVUE DE LA SOCIETEI DE;DLEGISLAkTION


en troupeaux, il faut, avec une aulorisa- Elhdarl ec no s'applique qu'a la region
tion donnee apres enqu6te, posseder 50 des haltes. uniquoment.
carreaux de terre pour les b6ees a cor- .eJ suis d'accord cepeidant avec notre
nes, et 25 carreaux pour les pourceaux, colligue qne, etant donnee l'incurie
ayant des pdaur!ges suffisants, etc. oordinaire des officers de la police ru-
Et la loi de 186. ( 10 juin ) sur les rale, l'etat d'gme des petits propi i'ai-
animaux paves dit :res ou fermiers ruraux qui, ne posse-
( Consid6rant qu'il a e61 de lout temps dant qu'un lopin de terre et un ou deux
defend de laisser vaguer les animaux porcs on cabris, les lAchent d(liberd-
soil dans les villes et bourgs, soit dans: ment sur la route publiquc avec un croc
les cnmpagnes. que cos defenses sont quelquefois, pour y vivre come ils
frequemment m6connues par los proprie- peuvent, mais surltot de depredatious
tires d'animaux don't la negligence est dans les champs, aux d6penis des voi-
une cause de d6gAts dans les champs cil- sins que, vu le pen de recourse qu'a
tives et est nuisible i la scurilti pu- un proprietaire d'un champ en culture
blique ; etc.) d'une certain importance centre les
Cell loi prdvoil, entre autres, des propridtaires d'animaux paves, qui
frais de nourriture pour les animaux de sont le plus souvent insolvables el ne
la race porcine, pour les cabrits et pouriaient pas l'indcriniser d'iuio perte
moutons c:iptur6s et remis aux officiers sdrieuse ; qu'a cause des dpredalions
de la police rural et par eux envoys des marauders etc. conlre lesquels mi-
aux epaves. me une bonne cloture n'est solvent
Efi, rot cl qsion d l pas tire protection suftisante, et tiflia
Enfin, Ioute eelte question de (6loture 10 l la difficult d'obtenir protection
n'a un interot vital que dans les plaines, et une j':;Siee prompted et efficace con-
car il semible que dans les mornes on nei et .. d'accord
on.,, e re de tells abus, etc., je suI d'accolrd
fail pas de cultures, ct. ceux qui ont des qu e la cldture en facade est deveonue c
animaux les garden convenablementl a qu d'lure e cae est revenue e
la e continue d'fhre Line, ecessilt pour le
la longer on pqus, el ces aornaux ne cullivaleur, mais cela pour sa propre
causent par ols fmilmes ennuis que dans n protection et pour vuiler de plusgrands
les ps ana ou d's iriaent d e one sent lesnaux, mais n'est nullement une obliga-
les anaux irrigation docent ion rsulant de la loi.
routes et usent, en s'y frotlant, jusqu'a la Et celte discussion n'a d'aulre but
la base des poleaux. il6graphiques, can- que d'6clairer les inltresses sur les v6-
sant ainsi des interruptions de commu- ritables prescriptions du Code rural, afin
nications par suite de la chute des po- d' ssayer, dans la measure du possible,
teaux: cela s'est vu dans la region do Si- de fire porter remade aux ahus exis-
berl-Duvivier et de Fleunau en plain du tants.
Cul-de-Sac.
Je ne suis pas d'accord avec Mle Ethe-
art lorsqu'il dit, d'une faCon gendrale, J'attire l'altention de.la Soci6tl sur ce
que e proprietaire d'un champ cullive point: l'arlicle 48; qui ne reconnait au
n'a droit a des indemnites pour d6gtls propri6taire d'un terrain culiv6 aboutis-
commis dans son champ par des ani- sant a un chemin public le droit a ktre
maux paves, que si la facade de sa pro- indemnisC- que si sa facade est cl6tnure,
priet6 bordant la voie publique est ci6- a-l-d une poride g6ndrale ou s'appllque-
turee. I-il seulement A la region des halles 2
Cela est vrai pour la seule region des Je crois avoir d6montr6 qu'il ne s'appli-
hautes, dans les lieux voisins des hat- que qu'. la region dea hatles.l
les autorisies ), mais ne l'est pas dans M. St-Aude.- 11 me seible que I'o-
la rIgion des cultures, c'est-A-dire a obligation qui est faite aux propri6taires
plus d'uue lieue d'une hate autorisee. et fermiers de garder leurs animaux a
SEn d'autres terms, I'arl. 48 n'a pas la long on a vue ou de les parquer, dis-
la porlte general que li altribue Me pense les propri6taires de champs cul-













REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


tiv6s de clore leurs terrains. En cas de eet article qu'il doit y avoir cl6ture.
d6gats commis par lesanimaux, seuls les Dans la region des hates, la loi crCe
propri6taires deces animaux sont en faute une zone neutre entire les haltes altori-
et doivent payer, ayant violet I'article 30: rises et les propriets cultivdes. II y a
du Code rural. faute du hattier s'il laisse ses btees fran-
M. Denis- Le propri6taire rural ale Ichir la limited, et alors los degits com-
droit de clore son fonds: la loi ne lui en mis par elle doivent 6tre repards m&-
fait pas l'obligation. Le principle est cer- s'ils ont 0t6 commis sur un terrain non
tain. Nous pouvons voter sur ce point cloturt. Quant A l'article 48, il a bien
les conclusions du rapport, une portie genarale, quoi qu'en dise no-
AM. Desert.- 11 y a I'arlicle 48 don't a tre colligue Dupuy: il sert de correctif
parle notre,collegue Dupuy.Je crois come a I'article 47 in fine.
lui que cet article a une portie limited. il. Dupuy .- II est bien vrai que,
M. Ethdart.- Sur le point de savoir sous l'empire du Code de 1826, il y a-
s'il y a, pour les propridlaires ruraux, vail obligation de clore les fonds ruraux.
obligation de clore leurs biens, l'accord Mais la loi do 186- a change tout cela
est fail. Noussommes tous d'avis que celte en adoptant sur ce point des rigles dif-
obligation n'existe pas dans la loi. Mais firentes. L'obligation de clore la facade
mon college Dupuy combat l'opinio d'un champ culiive aboutissant a une
que j'ai emise que pour avoir droit a voie publique n'est prescrite que pour la
des indemnitls, en cas de d6gdts commis r6egiou des hattes: ce qui le prove,
par des aniiauN, le proprielaire doit c'est la place qu'occupe l'article 48 dans
avoir cl6Oure son bien. Le Code ru- la section ii du chap Iv.
ral ne le dit pas d'une facon formelle: M. Elhdarl.-- Ou commence et oil fi-
cela resulte cependant de I'ensemble de nit la region des hattes ? II serait impor-
ses dispositions. D'ailleurs toute la 16gis- tant de le pr;ciser.
lalion antlrieure a 1861 motnre bien que M 1. Dkseit,- Je vondrais savoir com-
le propri6taire n'a droit a etre indemni- ment ces difficultls sont r6solues dans la
s6 que s'il a pris les measures de protec- pratique administrative.
lion n6cessaires. La loi de 1819 et le Code M. Jr~'dmie.- La discussion est gok,
de 18H26 le prescrivaient d'une maniere vernde par les deux articles 31 et 48.
express. Dans la region des cultures, il y. a droit
Dains la loi de 1846 nous voyons ap- a indemnity si le champ cultive est clos..
paraitre la distinction entire les lerrains C'tst a ses risques el perils que le pro-
de culture et lesjterrains de hate. bi cette priLiaire exploit son bien, s'il ne le cl6-
loi continuait a 6tre en vigneur, la dif- luie pas. S'il s'agit d'une propridt6 cul-
ficulti qui nous divise n'existerait point tivee en bordure de la voie publique, il
Cette loi disait en effect que dans la -r- y doit avoir cloture pour qu'il y ait droit
gion des cultures, le propriOtaire d'un a indemnity.
terrain culliv6 n'tdait pas tenu, pour tire M. St-Aude.- 11 me parait que le 16-
indemnisd, de prouver que sa cl6ture gislaleur de 1864 est revenue sur la 16-
6tail en bon etal, ( i! fallait done qu'il gistion antdrieure, precisement pour ne
-edt culture ), tandis que dans la region pas forcer le propriOtaire A fire trop de
des hattes, i! n'etait recevable a reclamer i'rais en lui imposant 1'obligation de clore.
des indeinites que si sa cloture Mtait en M. le prdsident.- Si la discussion est
bon 6tat. opuis6e, nous pounons passer au vote.
Sous I'empire du Code do 1864, il y a, M. Bellegai'de.- La discussion me
dans la region des cultures, faule de la semble avoir 6te on pen confuse. Ne con-
part des propriKtaires de terrains cultives viendrait-il pas-- a cause de I'importance
no1 cl6turds. L'article .31 ne leur permet du sujet- de la continue a la seance
pas de mutiler les chevaux, mulets. ,- prochaine, alin qlue la Socidtl poisse de-
nes, etc, trouves clans les champs doni cider en pleine connaissance de cause ?
ces aninman auraieni franchi les cl6lures La Sociedt adople la proposition de
ou entourages. 11 ressorl des terms de M. Bellegarde, et la stance est levee.







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


S6ance du 7 Juillet 1909. !son terrain a I'abri des animaux paves
Sont presents: MM. J. N. L6ger, E- ou libres.
thlart, D6sert, Dupuy, Viard, L. Denis. Celte these me parail inaccepltale. On
Douyon, Borno. St-Aude, Bellegarde. ne trouverien de tel daus le Code. Bien
Sanclion du o b al d n. plus, Farticle 47, in fine, reconnait for-
Sanction d proces-verbal du Ji element au proprietaire d'un terrain
Ml. le prnsideul.--- Nous reprenons la mellement au propritaire d'un terrain
Mideu t- Nous reprenons la cultiv6, 6tabli i plus d'une lieue d'ane
discussion du rapport de noire college hatle, le droit d'dtro indemnris pour les
EthMar1t. degats commis par les animaux venus de
M. Bellegarde.- Je vous ai demand, la halle, alors mwme que cc terrain ne
1'autro jour, de ne p;s passer au vote sur it pas cr/urd. Remarquez que le 16-
les conclusions d-i rapport de noire col-, gislateur, ntourant les halted a1lorisees
legue Ethdarl, parce que de graves in- d'une prtectio, loule special, u'aurait
16rets se trouvant engages dans la ques- pas mnaqu6 de refuse tout droil, in-
lion qui nous est soumise, il imporle demnil s'il n'cntendlait alirnier coin-
que In Socitco ne sc decide qu'en pleine ie Iun priicipo que co rolit reste tou-
connaissance de cause. Je n'apporte au- ju a s proritaiie 'un lr;rin
cun argumtntI, nouvean dans la discus- Jurs acqois u piop. 1 est bieC diffictlile
eultivt, Clos ou 10on1. II ost hie a diflicilI
sion. J'espire nainmoins, en resuman I d'exercer une surveillance ri.ourcus< sur
les observations produites A notre der- e hale de dix mile ties par exem-
niere seantce eten les coordonnaul, por- ple: quelques betes Ieuvenl faci!ieennt
ler quellue Inmiire dans les d6bats pro- s'en eclhpper malgr6'la vigilance des
voques par les inldressantes questions ardeurs et aller comtiieltre des t dD-
de notre colligue Dupny. 'g tts dans les champs tlablis ai Iusd'uue
Laloi fail-tlle obligation aux proprie- ieu. Cela serait excusable: la lui ie
tires debieus ruraux de clore leurs ter- i cause e point pourlanl. A plus forte rai-
res? Sur ce point, le rapport est cate- son, lle ne saurait excuser la ndgligen-
gorique: cette obligation n'existe pas. La ce d'un propri6taire ou fermier, qui, o-
cl6tire n'est foicie, aux termes de l'ar- blig6, d'apres l'article 30, de garder ses
tide 537 du Code civil, que dans les vil- animaux a vue ou a la long ou d( les
les el bourgs. Ni dans-le Code civil, ni parquer, les aurail laissds libres d'aller
dans le Code rural on ne Irouve pareille commeltre des depridations chez ses voi-
contrainte quand il s'agit de fonds r- sins. Ici, i ne pent y avoir fante que de
raux. 11 est done bien etabli que si le la parldu propridtaire des animaux. Lui
propridlaire rural a le droit de clore son seul dolt done en subir les consequences.
bien ( art. ~25 C. civil et art. 11 C. U s xistc un cas, e anl. o.. le droil
rural ), la loi, cepetldant, ne l'y oblige 11 cas, o
,1 a indemnity n est pas reconnu au pro-
point: nous soutnies Ious d'accord poornt e econn au
affirmerr. prietaire d'un terrain cultivd noni cos :
e'est lorsqu'il s'agit d'une proprite abou-
Mais voici ou I'accord cesse. Noire tissant a une vole publique. L'article 48
col!egue Ethirart ne reconnait pas an pro- dit en effet: < pridtaire- qui, usant de la faculty que cullivee, qui aboutil. A une grande role
lui accord la loi de no pas clore, h'a ou a unchemin public, dolt etre cl6tu-
enl'erme d'aucune cloture son champ cul- re, sinon le rpropritaire n'aura droil A
tiv,--- le droit de rdclamer des indemni- aucune indemnity on cas de ddgAts com-
les quand des animaux, venus d'aillenrs, mis par les animaux Apaves. 9 Mais
ont d6vast6 ses cultures. P'our que ce pro- c'est la une exception- une exception
pridiaire puisse obtenir reparation des qui ne fai que confi mer la rigle. Quel
d gals commis a son prejudice, ii faut besoin la 1gtislateur aurait-lieu de prd-
tqu'rd n'ait nas rendu cesj dtgals possibles voir que dans le cas particulier de l'art.
par son imprudence on par sa negligence 48 il n'y ar a pas lieu a indemnity, s'il
p:ropre. Or c'est une imprudence ou une admeitait que les demands d'indemni-
negligence de la part du propridlaire de tIs doivent lIre, dans tous les cas, 6cartdes
n'avoir pas, par une bonne cloture, mis quand il s'agit de propritdds non cl6tu-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


rdes,- qu'elle aboutissent ou non i une droit de cl6ture -- ne se trouve-t-il pas
roule pubiique? L. ragle st que i'on a jet6 dans une section consacr6e aux
droit d'une facon g6enrale ktre indem- servitudes naturelles ?
nis6 en cas de d6dgis commis par des Comme A notre collhgue Elh6arll'arti-
animaux dans un champ culiiv6,clos ou cle 48 me parail avoir une portLe ge-
non. L'exception est que, pour une pro- nerale, bien marquee par I'adjectif itou-
prietl cullivee aboulissant a une voie pu- te >> qui y est employee. Le propridlaire
blique, ce droit ne pout t6re exerc6 que de touted propri6te cultivie bordant
s'il y a cl6ture de la faade. une v oie p u b i q ue-- qu'elle
On nous oppose l'article 31 qui defend soit situee dans la region des halles on
de mutiler, estropier ou Luer les che- dans la region des cultures -- n'aura
vaux, mulets, ines, etc trouves dans droit A 6tre indemnise des d6grils com-
les ardins ou champs cultiv6s dontils mis par les animaux paves que si la
auraient franchi, force on brise les cld- facade de sa propritel est close. En
lures ou entourages ).Notre college Du- dehors de cc cas parliculier, le proprid-
puy a rappeld que cct article ost la taire de tout terrain cultiv6 -- clos on
reproduction lilterale des articles 101 et non-- a le droit -- je le rpelte -- de r0-
102 du Code de 1.Iti, sous l'empire du- clamer des indeinnilts pour les dgtAts
quel la cl6ture elait obligatoire. Le 16- commis: c'est 1A la rggle gdniralo a la-
gislateur de 1864 nes'est pa,: souvenu quelle l'art.48 apporte une d6rogalion
du changement qu'il apportait lui-mWme- sp6ciale qu'oto ne pent etendre a d'au-
dans la 16gislatioa rural en supprimant tres cas.
]'obligation de clore, et ii a laiss6 dans M.Bouzon.-- 11 strait intdressant, .1 pro-
la loi un article qui r6pondait a une si- pos de la question qui nous est soumise,
tuation anterieure desormais modified. de prendre connaissance des arrt6ls ren-
Memc si l'on n'admet pas l'explication dus sous administration de Delva et re-
de notre college, il ne me parait pas latifs a l'elablissement des hattes: ces ar-
qu'on puisse fire resulter do eel article r6tes ont parn, si rnes souvenirs sont
31 la preuve que la cl6ture est neces- pricis, dans le Monileur do l'anu(e 1851.
saire pour que le propri6taire d'un ler- M.rhe'art.- Sur deux points, Belle-
rain ait le droit de capture les animaux garden et moi sommes compl6temeni d'ac-
depredateurs ou de r6clamer des indem- cord : o. la cl6ture n'est pas force pour
nit6s en cas de dommages. Le 2e al. de ies propri6ets rurales; 2o. articlee 48
1'arlicle, qui permet d'abattre les cochons a une portoe g6nerale et ne s'applique
et les cabris, ne parole pas d'ailleurs'de! pas seulement, come le pretend Dupuy,
clotures ou d'entourages. a la region des halles. Mais landis que
Une discussion s'est levee entire un's je soutiens que la closure est la condition
colleagues Etlharl et Dupuy sur la portle sine qua non pour avoir droit a une in-
de 1'article 48. Notre eollegue Dupuy son- demnitd, lui pense que le proprietaire
tient que 1'obligation de clore, pour avoir d'un champ cultiv6, en dehors du cas
droit a indemnity, une proprible abou- particulier de l'article 48, doit, K'il le re-
tissant i la voie publique, n'est prescrite clanfe, oblenir ieparalion pour les rava-
qne pour la region des lattes. Pour ap- ges occasionnes chez lui par les animaux
puyer son opinion, il fail remarquer que echappis des propri6l6s voisines,- que
cet article est place dans la section Ii le champ soit clos ou non. L'argumen-
du chapitre iv relative A l'htablissement station de notre collogue n'a pas chan-
et a administration des hattes. GCet ar- g6 sur ce point mon opinion. Je conli-
gument n'est guere conclnant': le 16gisla- nue a penser qa'il y a negligence de la
teur ne dispose pas tonjours dans un part du proprietaire qui n'a pas proldg6
ordre rigoureux les malieres qu'il regle- son terrain par une bonne cl6ture, el
mente. C'est une consultation que l'on a come il y a ici faute commune: faute do
souvent l'occasion de fire quand on 6- proprietaire des animaux et faute du pro-
tudie le Code civil. Un example entire, prietaire du champ culiv6, nous devons
cent ,: l'article 525 qui parole duld6clarer,- si nous nous conformons a










REVUE DE LA SOCILTIE DE LEGISLATION


la Ihdoie de I'arlicle 1168,- qu'aucune hatte, le droit i indemnity pour les dom-
indemnite ne peut etre due. mages commis par les animaux venus
Je me suis bas--afin de d6moutrer la de cette hatte,- 4 plus forte raison-
ndeessit6 de la cl6ture pour avoir droit ni-je dil- elle reconnaitra le meme droit
a etre indemnis6- sur l'article 31. Cet au propriBtaire d'un champ 6tabli dans
article defend de mutiler ou de tuer le; la region de. cultures, si des animaux
animaux, tels que boeuts, nes, etc, qui -que l'article 30 faith obligation de gar-
ont franchi on brise' los cl6tures, et ne der i la long ou de parquer- vien-
permet d'abaltre, en son 2e aliuia, que lent ddvaster son champ. S'il y avait
les cabris on cochons qui sont trouvds sur ce point une favur A fair, c'est au
dans les champs, apres en avoir-- ces propaietaire des hatles que Ie 10gislaleur
mots doivent dtre sous-entendus- fran- l'aurait faite, et non au proprietaire oni
'chi ou brisd les closures. Le droit d'a- fIrmier qui la loi n'accorde d'avoir
battre et le droit a indemnity sont tous chez lui des animaux que s'il a sur son
les deux soumis a la meme condition: terrain de quoi les nourrir.
unI clotiare suffisa:nle. M.Dupuy.-- J'ai soutenu la Ihdorie de
Bellegarde a parl de l'arlicle 47 re- la liberty absolute quand il s'agit de d6-
connaissant aun proprietaire d'un terrain ture, et.n'ai reconnu a Iarticle 48 qu'une
cullivd, 6ltbli a une plus d'une lic'ue porlde restreinte. Vous avez remarqun
d'une hatte, Ie droit ia tre indemnise en que notre collgue Etheart-- bien que
cas de dommages causes par des ani- les articles 47 et 48 soient places ldans
maux venus de la hate, meme si le la mdme section et fassent lois deux
terrain n'est pas clotur6. Notre college partie de la 1dgislation relative anx halles
confond ici deux legislations, 1'une re- -dionne a l'un un sens special et Ai tau-
lative a la region des cultures, 1'autre Ire in seis gdndral. .l'alopte- quant a
a celle des hatles. inoi- la conclusion tire par B3ellegarde
M.Dupuy.- Je fais observer que chest de l'article 47.
16 l'opinion que j'ai moi-mdme soutenue M.Ethdarl. Pourquoi la loi rend-
pour donner a I'article 48 une portie res- elle le hatlier responsible des ddgits
trictive. commis par ses animaux dans une pro-
M.Etharil.- L'article 47 ne vise que pri6lt cultivde meme non cl6turde, silue
la region des hattes et Ila r6gle qn'il a plus d'une lieue de la hatte'? C'est
fixe n2 peut 6re dtendue a la region des parce qu'il est 6videmment en faute. It
cultures. L'article 48 a bien- lui- une poss&de d'6normes Ldendues de terres et
portde gendrale : il e en eltet come le ldgislateur a cri autour de sa halle
le correctif de la parlie in fine du prd- une zone neutre d'une lieue: pour que
cedent ; le Ilgislateur l'a mis a cette ces animaux aient pu franchir celte zone.
place ,pour rappeler que i'article 47 n'a ii faut qu'il y ait eu de sa part manque de
pas le sens general qu'on serait tentl de surveillance, negligence counpable.
lui attribuer et que notre college Bel- M.Deserl.- L'argument a fortiori de
legarde- come vous I'avez vu vient nos colleagues Bellegarde et I)upuy ne
en effet de lui attribuer. me semble point du tout concluant.
M.Bellegarde.- Je n'ai pas commis Les animaux d'une hatte trouvent faci-
l'erreur don't m'accuse mon college element A pAturer dans la region de la
Ethdart et n'ai point cherch6 a tendre halle.
a la region des cultures une regle dta- M.Bouzon.- Pas toujours !
blie pour la region des hattes. J'ai sim- J.Deser.-- 11. y a des mares on ils
plement lird un argument a fbrliori de peuveut s'abreuver.
1'article 47. La loi prolege d'une facon M Bouzon.- Le, mares sont quelque-
particuliere les propridtaires des hates : fois taries.
on n'a pour' s'en convaincre qu'a lire M4. Dserl.- Ils ne franchissent pas
toute la section 1II duchapitre IV. Sidone facilement une lieue pour aller commet-
elle reconnait au propri6taire d'un terrain tre des d6pr6dations dans les champs
cultivd non close, situ6 a une lieue d'une culliv6s situ6s en dehors de la zone neu-











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


tre.1l n'en est pas de meme pour les ani- Voici les questions sur lesquelles la
maux gardes dans la region des cultures. Societe est appel6e a donner son avis:
M.Bellegarde. L'article 30 reconnalt 1 o0 a-t-il obligation de clore les pro-
a tout propri6taire ou fermier le droit prite's rurales ?
d'avoir les animaux necessaires A l'ex- La Socie!t decide dans le sen: de la.
ploilation de son champ, mais c'est a la negativee.
condition formelle qu'il ait pour eux de 2 o Le propridtaire d'un terrain culiiv6
la nourriture en quantity suffisante. Le situ r moins d'une lieue d'une hate
hatLier exerce un ,droit en levant et en autorisee, a-t-il droit a une indemnity
gardant le plus grand nombre pcfsible eu cas de ravages commis par les ani-
d'arimaux; le propri6laire ou fermier maux venus de cette hatte '
d'un champ cultive use d'une simple fa-I La Socidte decide dans le sense la negative.
cult don't l'exercice est soumis a une: 3 A plus d'une lieue ?
double condition :celle de parquer ses a-! La Socidet est d'avis quleaiplus d'une lieue
nimauxetcelle de leur assurer une plture de la hattlle propriitaire dit champ cu!tivi
suffisante. Quand cetlte double condition aura droit unle indemnity, meime si son
n'est pas remplie-c'est-5-dire quand, par- terrain n'est pas clos.
ce qu'ils ne sont pas convenablement 4 Le droit a etre iundmnisM pour
surveillks ou parce qu'ils sont presses par les dhgals commis p;r les animaux 6-
la faim, les animaux s'echappent- le paves ou libres est-il reconnn a tout
propril6aire ou fermier est coupable : propritlaire de terraiu cultive, que le
seul il doit supporter les cons6quenses de terrain soil close ou non ?
sa faute. i La Socidtd decide affirmativement, excep-
M.St.-Aude Autrement, ohi serait la tion faite dt cas prwviI par I'article 48
sanction de l'article 30 ? 5 0 L'article 48, qui fait I'obligation --
M. lePrsident. -- Avant de passer pour avoir droit A des indemnit6s en
au vote des conclusions du rapport, je cas de d6gats -- de claire les terrains
voudrais que .notre colligue Eth6arlt cultiv6s aboutissant une grande route
nous donnit son avis sur la question ou A un chemin public, a-t-il une por-
suivante : La capture ou l'abattage tdegundrale ou est-il seulement applica-
des animaux trouv6s dans un champ ble a la region des hattes?
6puise-l-il le droit du proprietaire du La Societ6 est d'avis que l'article 48
champ devast6? a. une port6e general.
M. Elh&art. -- Evidemment, non. Le M. 'Belleaarde. -- Nous avons du re-
propriltaire d'un terrain cultive a, outre connaitre, interprteant strictrnent la
le droit de capture ou d'abattre les a- loi, que l'article 4" a one porthe g6n6-
nimaux trouves dans son champ, ce- 'rale. De sore qu'il est faith au propri6-
lui d'obtenir des indemnites pour les taire de tout terrain cultive, itue en bor-
dommages commis par les animaux. ,dire d'une voie publique, obligation de
Mais -- c'est ce que j'ai constamment clore sa facade pour qu'il puisse avoir
soutenu au course de cette discussion -- droit a 6tre indemnis6 des d6gats com-
le droit a indemnile ne peut lui 6tre re- mis dans son champ par des animaux
connu que si sa propri6t6 est cl6tur6e. paves ou libres. Cette obligation est
M. le Prisident.- Le vote que vous allez fort .nre et constitute, trbs certainement
donner, messieurs, a une grande im- uneentrave a l'agriculture: la plupart des
portance: il s'agit pour vous, par une propri6ets-- et les plus importantes-- a-
bonne inlerpr6tation des prescriptions boutissent en effect a une grande route,
du Code rural, de concilier I'int6ret de et la cloture de leur facade entrainerait
I'agriculture et elui de l'6levage, et, des frais consid6rables. Nos agriculteurs
quand cette conciliation n'est pas pos- m6ritent d'6tre s6rieusement protegBs :
sible, de dire quel est celui que il nefaut pasquela loielle-m6mevienne
la loi a cru plusavantageux de sacrifier g6ner leur initiative et ajouter de nou-
a l'autre. Je vous prie de ne pas perdre veaux ernbarras a ceux qu'ils trouvent
de vue cette consideration. I dja dans lesmoeurs de nos campagnes,








REVUE DE LA SOCIITIE DE LEGISLATION


dans la routine s6culaire de nos paysans SI-Aude, egalement portde i I'ordre du
et dansun manque presque absolu de jour.
s6curile. M. le President. Voici quelques
Je propose done Ai la Soci6l6 d'e- questions que je me permets de, vous
mettre le vceu 1 que l'exception de Iar- oulmettre : elles me paraissent assez
tide 48 soil supprinme, de fapon que tout importanlis pour meriler l'attention de
proprietaire de terrain cultivi, non situe la Sociefe.
dans la Zone neutre de l'article 47, ail D'apris I'article l212- 30 du Code
droit a une indemnity en cas de digdts civil, le marriage se dissout par la con-
commis par des animaux epaves on libres ; damnation revenue definitive de l'nn
2 que la police rurale soil strieusement des 6poux A une peine perp6tueile i la
organise de manidre a empccher la libre cir- fois afflictive et infamante.
culation des animaux dpaves et, lorsque, a 10 Quel est 1'effet de t'amnistie ou
malgri sa vigilance, les degdls sont commis, de la grice surlemariage ainui dissous?
a aider efficacement c leur reparalion ; 0: 2 Quelle est la siLualion des parties
30 qnc le Code rural soil revirk afin de avant come apris l'aimuistic ou la gra-
mieux repondre aux besoins nouveaux de l'a- ce ? ,
agriculture hailienne. 3! 3 Quelle est la situation des enfants.
La Soci16, consulate, adopted le voeu n6s avant comme apris I'amuistie on la
propose par M. Bellegarde. grice ?
La stance est ensuite levee. M. Solon Mlnos acceple de so charger
u rapport sur ces questions.
Reunion du 14 Juillet 19 9. La seance est levee.
Sont presents : MM. J. N. Leg-r, So-
lon M6nos,Etlhtart, Dnpuy, Viard, F. Reunion du 21 Juillet 1909.
L. Cauvin. St-Aude, Bellegarde. Sont presents : M. .. N. L6ger, Bor-
Le proccs-verbal de la seance du no, M6nos, UOsert, St-Aude, Denis, Bel-
juillet est sanctionn6. legarde.
M. le President.--Nous avonsrecu,pari Presidence de M. J. N. Leger
1'entremisede notre coll6gue Dupuy,deux Ml. le Prdsidept. --- Le college Viard
brochures coasacr6es ,aux Contrats de n'etant pas present, nous passons it la
concession de la Compagnie Nationale des discussion du rapport de notre college
chemins de fer d'Halti ,. Notre collogue St-Aude.
voudra bien transmettre nos meilleurs Le president done lecture des ques-
remerciements A l'auteur pour son gra- tions posees par M. Bellegarde el des
cieux envoi. conclusions du rapporleur (V. NO de
C'est avec plaisir que nous avons ap- nai de la Revue ).
pris la nomination de notre collOgue J&d- M. E. Desert. -- Notre collogue Belle-
rdmie au poste de secrelaire d'Etat de garde voudra-t-il, dans l'interdi de la dis-
I'lnlirieur. Me conformant A l'usage de- cussion, indiquer les pays doni la 16gis-
puis longtemps consacr6 par notre So- lation admet la validity d'un marriage
cite, je prie nos colleagues Viard et Du- contract sans dcrit.
puy'de porter au nouveau ministry nos M. Bellegarde. Volontiers, mon
meilleures fdlicitations et de se fair au- cher colligue. II y en a un avec lequel
pr6s de lui les interpr6tes de nos senti- Haiti entretient des relations frequentes
ments les plus sympalhiques. ce sont les Etats- Unis d'Am6rique. Dans
Nous passons i la discussion du rap- la legislation de l'Union le marriage est
port de notre colligue Ducis Viard sur consider come une affaire person-
la question suivatle : L'6tranger peul- nelle, un control priv6, oi la loi inter-
il etre subroge-tuteur en Haiti ? u vient le moins possible. Presque tous
Surla propositiondeM.Ethart la Soci6 d les Etats americains out conserve sur ce
decide d'ajourner la discussion de ce rap- point les r6gles de l'ancienne common
port et celle du rapport de M. Denis law anglaise qui n'exige pour la validity










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


du marriage que le consentement des par- vera, quand le percement du canal de
ties, (( de quelque mani6re et dansquel- Panama nous aura mis en communica-
ques circonstances ) que ce consente- tion avec le Pacifique. Eh bien en
ment ait Wtedonn6.Aussilapreuvt du ma- Chine, le marriage est une cr6mnonie
riage peut-elle s'y faire par t6moins, par purement familial. IM. Lehr raconte de
la pcssessiond'etat, par la cohabitation, quelle facon charmante et simple les
meme parl'aveu. Onconnail le cas, dfeve- jeunes gens du Cleste Empire unissent
nu classique, deM1. Bissel. Cet Am6ricain, leurs deslindes, en cremerciant l'Etre su-
au course d'une promenade en voiture pr6me de les avoir cr6s, la terre do les
avec celle qu'il voulait 6pouser, lui passa avoir nourris, l'Empereur de les avoir
un anneau au doigt et lui d6clara so- proteges, leur pare et mere de les avoir
lennellemen qu'il la prenait pour femme. 1lev6s>. Cela se fait sans pretre, sans of-
Celle-ci y ayant donnd son assentiment, ficier public, sans dcriture, en presence
ils se rendirent dans une maison of ils seulement des deux familles.--D'ailleurs,
vecurent un mois ensemble. Une brohille meime s'il n'existait actnellement ancun
s6para bient6t les 6poux : les course de pays admettant le marriage par simple
1'Etat de New-York jugerent que le ma- consentement des parties, ma question
riage, contracle dans ces condilious, n'en aurail pas moins sa raison d'etre.
etait parfaitement valuable. Car les tendances qui se manifestent au-
Il y a cependant une loi gondrale vo- jourd'hui daus la 6dgislation des pays
tee par le Congris elle est du 3 mars tries avanc6s, montrent que le m iriage
1887-qui prescritcommepreuvedetoute 'esl de plus en plus considered come
c6r6monie de marine c61ebr6e dans l'U- une affaire priv6e. don't les formalit6s
nion un certifical oi seront indiqu6s les doivent 6tre reduiles au minimum in-
noms des parties et celui de l'officiant. dispensable :il faut prnvoir le moment
Mais remarque important cette of il sera d6barrasse de toute solennit6
loi ne supprime nullement les anciens exigeant la presence d'un officer public.
modes de preuve. M. Borno.-- La loi hailienne reconnait
M. le Presidenl. -- Dans l'Etat de come valuable le marriage qu'un Haitien
New-York la loi designe les personnel contract a l'etranger suivant les former
qui doivent c61brer le mariage.Mais le' usitees dans le lieu ot ii reside: ce n'est
marriage, non c6elbrifpar ces personnel, IA qu'une application de la regle locus
n'esf pas nul, puisqu'il peut faith par regit actum, regle qui nous oblige a ad-
acle sous seing priv6. meltre que Ie manage est valuable mimne
M. Bellegarde.-r Parfaitement I y a lorsqu'il a 6t6 couclu dans un pays of
une loi de 1888 et une autre de 1907. La aucune condition deforme n'est exigee.
presence d'un ministry, d'un maire, d'un Je suis done, pour l'affirmaation de ce
juge do paix,d'an juge de district ou de principle, parfaitement d'accord avec le
court de record n'est ex i g e que rapporteur. Mais les articles 156 et 157
pour donner force authentique au imposent a 1'Haitien marin A I'6tranger
marriage. Des lois A peu pros pareilles la transcription, lorsqu'il rentre en Haiti,
existent dans les Etats du Connecticut, de l'acle de c6l6bration du marriage. Or
du Mai e, du New-Hampshire, etc. Mais ici il n'v a pas d'acte. Comment faire'?
ces dispositions n'empechent pas que la Jecrois qu'il faut, pour trancher la diffi-
common law soit encore applique par- cultl,recourir a I'application,par analogie
tout, les atteintes portdes a ces lois lo- ijel'article 48du Code civil, qui, on le sait
cales n'entrainant des pdnalitis centre les n'est pas limitatif. On sera done admis
parties, non la nullii6 du marriage. La a prouver le marriage par tires ou par
Cour supreme des Etats-Unis a d'ail- temoins : c'est le jugement ainsi obtenu
leurs proclame en muaints arrits que la qui sera transcrit. (1)
presence d'un magistrate ou d'un eccl6-
siastique n'est pas essentielleau marriage. (i) La volont6 du lgislateur est que le
Jusqu'A present le- Haitiens ne fr6- marriage d'un Haitien soit toujours constat6
quenlent guere la Chine : cela arri- sur les registres de .l'etat civil ; Ics articles










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


M. Menos. L'analogie 6tablie par disait un colljgue, les fornies consis-
notre collogue Borno n'existe pas. 11 s a- tent dans I'absence de tone forme. Le
git ici d'un cas tout different de ceux marriage est-il valuable, quand it a et6
que prevoit I'article 48. Est-il vrai lue contract par un Haitien dans un lieu of
la loi exige toujours un 6crit etqu'elle aucun ecrit n'est exig6? Oui, en vertu
impose, pour qu'un marriage puisse pro- de la regle locus regit aclum formelle-
duire effet, la transcription d'unacle qui mentconsacrdeparle l1gislateurhailion. A
en constale la c16ibration ? Je ne le unmariage necomportant aucunecellbra -
crois pas. L'article 156 suppose parce lion l'article 56quiparled'actede ctlebla-
que c'est iA le cas ordinaire qu'il y lion ne peut etre evidemnennt applique.
aura toujours un acle : c'est pourquoi il I M. Denis St. Aude.-- La sanction de
dit que cet acte sera transcril. Mais s'il l'articie 157 ne saurait fire tort A I. re-
n'y a pas d'acte, qu'est-ce qu'on trans-- gle gendrale de l'article 155. La trans-
crira ? Le legislateur n'a pas pu vouloir cription ou enregisirement est nue sim-
dire que seuls seraient valables les ma- ple measure de publicity( pr6vue dans
riages cdl br6s el constalt s par un crit l: 'interdt des tiers. Le marriage est vala-
une tell disposition serail contraire Wi le ; mais s'il n'est pas transcript, il n'est
I'article 155 qui, 6tant concu en terms pas opposable aux tiers qui n'ont pas pu
tries g6dnraux, embrasse tous les cas, en connaitre l'existence.
meme celui d'un pays ofi, comme le M3. Dupuy.--Quelle serait la situation
Sd'un enfant n6 d'un Haitien marid A
i New-York ? Consider' comme l6gitime
156, 15, 180 et 181 de notre Code civle -Y k Cosider
sent caracterjstiques A cet 6gard, I'article i7 taut que ses parents resident a l'etranger,
surtout qui n'a pas d'analogue dans le Code cessera-t-il de 1'Ntre pace que son pere,
civil frangais. revenue en Haiti, n'a faith transcrire au-
Sans doute, il faut considerer comme par- cun acle de celebration?
laitement valuable le ma-iage par simple M. Borno. Nous sommes d'accoid
co nc n'wcnent mutuel, non ecrit, contract& par pour ddclarer le marriage valuable avant
I'I:;;'in dans un pays o 'cette union est ad- come apres le retour de l'Haitien. lais
mic par la loi. II est couvert par la regle il faut enconstater l'existence sur le regis-
locus regit achum inscrit a l'article 155. Mais tre des actes de l'dtat civil.
est-ce a dire que ce manage soit soustrait a M. Minos. Comment faire cote
I'obligation special d'une constatation Lcrite osaaion
sur les registres en Haiti ? C'est l' une autre constatation ?
question, distinct. M. Borno. L'article 18 nous en
Je dis que si la loi qui impose cette obli- offre le moyen.
nation offre le moyen de s'y conformer, on M. Mdnos. L'article 48 est inap-
est tenu de s'en servir. Or cc moyen existed. plicable en l'espdce. La preuve excep-
La jurisprudence frangaise permet a un tionnelle qu'il autorise ne peut etre ad-
Francais maric a New-York, sans acte ecrit, mise que dans deux cas :'lorsque les re-
de prouver son marriage meme par t6moins :gistres n'ont pu dlre tenus par suite de
il y a lA une application, par analogie, de circonstances spciales -- une guerre,
'art. 48 du C. civil; cet article, on le sait, pr eempe --sou -rsu'il s o-- W per-
n'est pas limitatif. pat example --ou lorsqu'ils ont dtd per-
Et Chauveau-Adolphe ( Formulaire, tome dus. Celui.qui demand a user dece mode
I1, p. 686 ) indique qu'une femme dtrang&re, de preuve, doil prouver que les registres
devcnuc franchise par la naturalisation de son n'onl pas exisld on qu'ils ontdisparu,a-
mari, Atranger cidmme elle, doit s'adresser, vant d'etie admis a. prouver le ma-
par voice de requAte, au tribunal civil de son riage lui-mi-me par litres ou par td-
domicile, pour faire constater sur les regis- moins. Un flailien se marie a Paris. Un
tres de l'6tat civil sa naissance ct son manriagc, incendie vienL faire disparaitre la mairie
drli ii n'a pas ii dressed d'actes, suivant les oil it s'est marid, et toutes les archives
1isigaes d son pays d'origine. ) Cette indication ontdisparu.L'Haitienpeut,envertudel'ar-
de Chauveau-Adolphe prend encore plus de
force quand on songe. qu'elle est appuyce tile 46. c.francais,oblenir unjugement
chez nous par la sanction de l'art. 157 qui en France apres avoir prove la dispa-
n'existe pas en France -- L. B. rition des regislres. Le jugement qu'il








REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


aura ainsi oblenu, il pourralefaire trans-i Voulez-vous que nous l'ajournions a la,
crire A son retour en Haiti : I'expedi- seance prochaine ?
tion du jugement lui tiendla lieu d'ac-| Cetle proposition d'ajournement est
te de marriage. Mais comment elendre adoptee, et la sCance est levee.
I'arlicle 48 an cas qui nous occupe ,
Nous avons l une disposition excep-j Iaisio-immobili re
tionnelle : 'interpretation doit en etre.
strict.
M. le President. Le rapporteur (SUITE ET FIN.)
peuse que, en cas de non-transcription ---
de l'acte'de celebration, les tiers, qui XVI. II ne reste plus qu'a exami-
n'ont pas en connaissance du manage ner les incidents de la saisie-immobi-
contract6 a l'elranger, seront seuls ad- liCre. L'arlicle 628 veut, d'une i.gon
mis A le contester. Permettez-moi. g6ndrale,, que toute demand inci-
sans loutefois exprimer une opinion dente aux poursuiles en saisie-im-
personnelle, d'appelervolre attention sur mobiliBre soit former par acte d'avo-
'a r tic l e 180 qui di, d 'un e fa cat "i avocat et jugee sommairement.
gon formelle, que nul ne pent rCclamer Les incidents seront ainsi jug6s vite et
le litre d'epoux et les effects civil du a peu de frais.
marriage, s'il ne repr6sente un acte de Les articles 629, 630, 631, 632 du
celebration 'inscrit sur les registres de project maintiennent les dispositions du
I'elat civil, hors les cas prevus par l'ar- Code en ce qui concern : o1 le cas
icle 48. Et I'article 181 ajoute que la ofi deux crdanciers ont faith transcrire
possession d'6tat ne pout dispenser les deux saisies de biens diff6rents ; 2 la
pretendus 6poux qui l'invoqueront res- subrogation demanded par le second, sai-
peclivement de represenler I'acle de c- sissant.
l1bration du marriage devant l'officier de II n'y a done pas d'observation a
I'etat civil. vous presenter a ce sujet. Il eu est de
M.Mnos.-- Les articles 180 et181 du imnem ptur la radiation. L'article G33
C. c.ne concernent que les marriages con- du project confirm articlee 634 du
tracts en laiti. Comment pourrait-on Code.
exiger un aclede celebration redig6 par Los articles 634 et 635du project s'oc-
un officer de 1'deat civil si, dans le pays cupent des demands en distraction et
ofi le marriage a it6 contract, la loi no modifient guere les prescriptions du
ne counait pas les officers de Code. Dans le 2e paragraphe de l'arti-
I' tat civil '? I,'article '1 56 a cle 634 il y a une petite erreur d'impres-
par!6 de transcription, parce que le 16- sion qu'il faut rectifier : I'on a oublid
gislateur a voulu que tous les acles de ,( siege ) apres a .le lieu oil ,.
I'elat civil, const3les par un Ccril, soient XVII. Les articles 636 et 6:7 re-
Iranscrils sur des registres sp6ciaux. Ici latifs aux moyens de nullile, divisent la
comme en beaucoup d'autres endroils il procedure de la saisie en deux phases.
a slatu6 ex eo plerumquefil. Mais s'il n'v a La premiere comprend les acts fails
pasd'6cril, la simple Ingique indique qn'il jusqu'a la publication du cahier des
ne pent y avoir obligation de Iranscrire. charges ; la second embrasse les actes
Qu'est-ce qu'on transcrirait ? .e fais posidrieurs a celte publication.
d'ailleurs observer que l'article 157 ren- Les moyens de nullile concernant la
fermant une sanction penale, ne saurait procedure anterieure a la publication
6tre diendu an delay de sa disposition.La du cahier des charges doivent etre pro-
non-transcription,ainsi qu'en maliore d'en poses, a pine de decheance, trois jours
registrement, peut 6tre oppose comme une a n plus tmrd avant cetle publication Et
fin de non-recevoir a celui qui vent faire, le; nullites, pbstdricures a la publication,
valoirle marriage en juslice,rien de plus. doivent, sous la meme peine de dC-
M. le President. Nous ne pouvons chance, OIre proposes trois jours au
pas aujourd'hui epuiser la discussion. plus lard avant I'adjudication. Avantl'ou-











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


overture .des ench6res, il est fait injonc- mise, ii suffirait de lui opposer son d&-
tion formelle au tribunal de statuer, s6- faut de quality pour le faire debouter.
ance tenante, sur les moyens de nullii6. 11 faut done supprimer articlee 643 de
XVIII. Afin d'acc6lerer autant que l'Nnumiration de I article 647.
possible la procd-ure, l'article 638 du: XXII. -- Le premier paragrauhe de
project defend tout recours, sauf celui en I'article 648 reproduit I'article 650 duC.
cassation 1- c mire lesjugements qui de procedure qui defend de meltre aux
statuent sur la demand en subrogation, encheres en justice des immeubles ap-
a moins qu'elle ne soit intenlte pour partenant A des majeurs, lorsqi'il s'a-
collusion on fraude ; 2 contre les ju- git de vefte volontaire. Cependant
gements qui, sans decider d'un incident, quand I'immeuble a ete saisi et la sai-
donnent acle de la publication du ca- sie transcrite, il est libre aux intlress6s,
hier des charges. on prononcent l'adju- s'ils sont tous majeurs, de demander
dication ; 30 centre les jugerents qui que l'adjudication soit faite devant no-
statuent sur les nullilds postlrieures a taire en observant seuleinent les forma-
la publication du cahier des charges. lit's prescribes par les articles 845, 846,
Votre Comilt vous propose d'adopter 817, 848, 849, 850, 852 pour la vente
tous les articles qui precedent sans mo- des biens immeubles.
dificalion. C'est par erreur que I'on a comprise
XIX II y a lieu d'en faire mutant pour I'article 845 au nombre de ceux qu'il
les articles 639 i 644, inclusivement qui faut observer. Ce texte concern le de-
s'occupent de hI folle enchbre et qui p6t da rapport des experts chez le no-
n'ont presque pas modified les disposi- taire commis. Aucune expertise n'est
tions du Code de procedure civil. prescribe quand I'on renvoie.devant no-
XX. -- L'aricle 646 dispose que taire pour proc6der a l'adjudicalion
q u a n d, a ra i son d'u n n c i d'un immeuble saisi. II 'y a, par con-
dent ou pour -tout autre motif 16gal, s6quent, pas de rapport i d6poser. 11
l'a i:,atlion aura B6t retard6e, il sera convient de supprimer I'art. 845, et d'e-
ali!c de nouvelles affiches. xiger les formalit6s prescrites par les
Votre Comi!e estime que, dens ce art. I0, 847, 848, 819, 850, con-
cas, i y a lieu d'indiquer et de preciser cernant le cahier des charges, les affi-
le dMlai oil, apres les nouvelles affiches ches, les announces.
et announces, I'on peut faire proceder a( Quant A l'article 852, on peut le con-
I'adjudication. Les iuit jours accords server. Si les encheres no s'dlevaient
par I'article 614 paraissent suffisants. pas au prix fixi, le tribunal ordonnera
II vous propose, par consequent, de la vente au dessous de ce prix ; mais il
modifier et de rediger I'article 646 com- est bion entendu 1 qu'aucun avis de
me suit : Lorsque, a raison d'un inci-: parents n'est necessaire, coinme l'exige
dent ou pour tout autre motif 16gal, F'ad- le texte du Code, lorsqu'ii s'agit de ma-
judicationaura Wte relardee, il -era ap- jeurs ; et 2 qu e la venle sera faite au
pos6 de nouvelles affiches et fait de dessous du prix fixed par le poursui-
nouvelles annonces dans les delais fixes vant dans le cahier des charges ; car ii
par l'arlicle 614. n'y a pas d'eslimation faite par experts.
XXI, -- L'article 647 faith connaitre Le 3e paragraph de l'article 648 faith
les formalities relatives i la folle enchi- connaitre ceux qu'il regarded come in-
re et qui doivent 6tre observes a pei- tIresses : avant la sommation aux cr6-
no de nullit anciers, c'est le poursuivant et le saisi
Votre Comite pense qu'il est inutile qui sont les intdressds ; apr6s la sornma-
d(t comprendre I'article 643 au nombre lion, ces derniers et les crdanciers ins
de ceux prescrits a peine de nullit6. crits.
Cet article ne permet de-refnettre l'adju- Pour que la demand de conversion
dication sur folle encliere que sur la soit recevable, il faut le concourse et 1o
demande dii poursuivant. Si tout autre consentement de tous les intciess6s.
que le poursuivant demandait cette re- L'art. 649 ddsigne ceux qu'il autorise










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


a former une dema'nde de conversion, '
part les majeurs maitres de leurs droits.
Lesart. 650 et 651 d6terminent la
forme oii la demand doit 6tre p rsentee
et les eftels de cette demand. -- II n'y a
aucune observation particuliere a vous
presenter.
XXIII. -- Lart. 632 et dernier du pro-
jet prohibe tonte convention portant qu'a
defant de paiement le creancier aura le
droit de faire vendre les immeubles de
son debileur sans remplir les formalit6s
prescrites pour la saisie iminobiliere.
L'on serait pent-6tre teute de voir
dans cette disposition uneatteinle a la
liberty des conventions. La :loi, tout en
sauvegardanl les int&erts du creaucier,
doit cependant un peu de protection au
debiteur. C'est ainsi que l'art. 1845 du
Code civil defend dija an creancier de
s'approprier I'objet donn6 en gage ou
d'en disposer sans les formaliles pres-
crites. L'Pnprunteur de bonne foi ac-
ceptera facilement les exigences qu'on
lui fera. Ayant le sincere desir de so li-


birer A l'achianeo, il dispenser sans he-
sitation le prtteur d'observer les for-
mes prolectrices de la loi. Dans la prati-
que, la clause par laquelle le creancier
est autoris6 a vendre l'immeuble de son
debiteur sans les formalit6s voulues est
devenue de style. L'on peutaffirier qu'el-
le existed dans toutes les obligations hy-
polthcaires.
Comment I'emprunteur qui, pressed par
le besoin, consent a engaiger sa pro-
prield, sera-t-il en measure de discover
les conditions du contract ? Les forma-
lites de ia saisie-immobili~re ayant 6te
de beaucoup simplifiie.s, ii n'y a auoun
inconvenient A introduire dans notre
legislation le principle tutdlaire que con-
sacre l'art. 654 du project du Gouverne-
menl.
Vote Comite vous propose done d'a-
dopter cet article sans modification.
27 mai 1896.


,I. N. LGER, rapporteur.


~f~FP- ---------------













REVUE

DE LA

SOCI Tz-! D3E L CGISLATIOlNT
PARAISSANT CHAQUE MOIS.

d'accord sur le fait que le marriage con-
tract6 dans les conditions que nous en-
R6union du 11 Avril 1909.1 visageons est valable. II semble que
-- nous smmes a peu presd'accord sur les
Sont presents : MM. J. N. ),ger, autres conclusions du rapport, sauf en ce
Menos, Borno, Eth6art.Dupuy, Fequiere, qui concerneleseffetsde cemariage et Ia
St-Aude, Bellegarde. porte d a tribuer a la formalild de la
transcription de l'acte de cdldbra-
Presidence de M. J. N. Lege,. tion, on plut6t, au d6faut de transcrip-
tion de cet acte dans les cas ofi il o'exis-
Le president. Nous reprenons la terait pas, n'6tant pas exig6 par la loi
discussion du rapport de notre collgue du pays oil le marriage a eu lieu.
dSt-Aude Je pense, avec le rapporteur, qu'on ne
t-Ad. peut pas, en pregnant A la lettre le der-
M. Si-Aude. M. le president a nier paragraphe de 'arlicle 157 du Code
bien voulu, a la derniere stance, attire civil, dire que le marriage ne produira
mon attention sur l'article 180 du Code aucun effet tant que I'acte de celbra-
civii qui dispose que nul ne peut r6cla- tion n'a pas Wt6 enregistr6 au bureau de
mer ic litre d' eoux s'il ne repr6sente 1'Atat civil du domicile du conjoint hai-
un acle de celebration inscrit sur les re- tien, apr s son re tou r. C'est-A-
gistres de l'dtat-civil. Cet article prevoit dire que, puisque 'arlicle 155 du code
une exception a cette regle : c'est celle civil dit que a le marriage contract en
de 1'article 48, qui permet, en l'absence ( pays stranger sera valuable s'il a 6td
d'un 6crit, de prouver le marriage par ti- cdlebrd suivaul les forces sites dans
tres ou par temoins. A qui income la Ic pays oti il a 6t6 fait > et que nous ac-
preuve du marriage ? Aux 6poux quil'in- ceptons qne l'absence d touite cdlebra-
voquent centre des tiers. C'est a eux lion est une forme usitce a New-York,
qu'il appartiendrade prouver que dans il n'est pas possible que 1'article 157
le pays oiI its se sont marids la loi n'im- veuille dire qu'un enfant, issu d'un pa-
pose pour la validity du marriage aucune reil marriage, seraitbien un infant ldgiti-
condition de forme. Tout se rambne ici me tant que lui ou ses auteurs reste-
a une question de preuve. J'ajoute raient A l'tranger, mais que lui ou ses
ainsi que je l'ai d'ailleurs exprimd dans auteurs rentres en Haiti, il ne pourrait
mon rapport que tous les modes de jouir de la qualltd d'entant ligitime tant
preuve, usitds dans le pays oi l'union a que 1'enregistrement de I'acle de celdbra-
0tl conclue, doivent 6tre admis. tion du marriage de ses pere el mAre n'au-
Le president. En attirantl'attention rait pas eu lieu.
denotrecolliguesur I'article 180,jen'aipas Je crois, avec M. Me'os, que la
entendu discuter les conclusions de son formality de l'enregistrement de l'acte
rapport. Je voulais simplement lui de- constatant le marriage ne peut qu''tre
mander s'il pense que les 6poux eux- assimilde A cell de I'enrcgistrement de
memes pourraient etre admis A invo- certain actes ordinaires qui ne peu-
quer le d6faut de transcription, vent Otre recus en justice, en Haiti,
M. Dupuy. Nous sommes tous qu'apres leur onregistrement. -- Bien


18e ANNAE, Nos 5 et 6.


ABOUT & SEPTEMBRr igog









REVUE DE LA SOCIPITE DE LEGISLATION


que ces acles aient 61d dans le passe etl
restent dans le present, comme pour I'a-
venir, valuables, ils ne peuvent etre op-
poses A des tiers, ni A l'un des int6ress6s
par 1'autre, qu'apr&s leur enregistre-
ment, ce qui n'empeche pas de recon-
naitre leur validity abovo.
Mais, cette prescription de 1'enregis-
trement d'un acte de cIlebration quel-
conque, exigde de l'Haitien rentr6 en
Haiti par l'article 157 du C. C., nous
amenef adopter l'opiniondeMr Ldger-
qui me semble d'ailleurs conforme aux
conclusions du rapporteur que quoi-
que on soit oblig( de reconnaitre
comme valuable un marriage contract
aux Etats-Unis d'Amtrique. par exem-
ple, oi il n'est pas faith obligation absolute
d'observer certaines formalit6s, tell que
la r6daction d'unacte de marriage, ii n'est
pasmoitiscertain qu'il faut tenir compete
de 1'article 180 du code civil qui slipule
((que nulne peut r6clarner le titre d'&-
poux et les effects civils du marriage s'il
ne represente un acle de clh'bration ins-
crit sur le registry de I'6tat civil, sauf
les cas prvus par l'article 48 de la loi
sur les actes de l'etat civil. )
Enfin, pour un Haitien marie dans
les conditions cit-es par M. Belle-
garde en Chine ou aux Etals-Unis, ofi
la loi ne fait aucune obligation d'obser-
ver des formes pareilles a celles pres-
crites par nolre code civil je pense
que la preuve du marriage pourra 6tre,
en Haiti, admimstre e ( si elle ne result
pas de circonstances diverse telles que
l'execution des prescriptions du chapi-
Ire ler de la loi sur I marriage ), sui-
vant I'article 48 du code civil, qui slipule
que (( lorsqu'il n'aura pas'exist6 de regis-
ire on qu'ils seront perdus, la preuve en
sera reque tant par tires que par tI-
moins et dans ce cas, les marriages, nais-
sances et d66cs pourront etre prouves
tant par les papers et registres 6mants
des p6res et mires d6cdeds que par i&-
moins E. El I'ariicle 49 ajoute lout acte de 1'cdal civil d'un lailien......
fait en pays etrangerfera foi s'll a 6t 6r&-
dig6 selon les forces usitles dans le pays
ofi il a 6te reCu D.
Je conclus done : 1o que le marriage
en question est valuable ab ovo ; 2 que


la formality de I'enregistrement n'est que-
suspensive de sa presentation en justi-
ce, on de son opposition A des tiers,
ou de son usage par les conjoints eux-
m6mes ; et 30 qu'A d6faut d'un acte
de c6ldbration non exig6 par la loi,non
usild dans le pays ofi le marriage a eu
lieu, come une preuve du marriage
est necessaire en Haiti, cette preuve peut
etre etablie par un acte quelconque
dress dans le pays oi le marriage a ei
lien, et qui serait de nature A faire foi
dans le pays oil il a 6t6 dress, ou par
t6moins, on par titres, suivant l'article
48 de notre code civil.
Le prdsident.- Je crois, messieurs,
que nous sommes tous d'accord pour
declarer valuable le marriage conlracl par
un Haitien suivant les formes usit6es
dans le pays oi1 ii se marie, pourvu
qu'il ne viole pas les dispositions du
chapitre I de La loi sur le marriage. La
2e question est celle-ci : Y a-t-il, dans
tous les cas, obligation de transcrire ?
M. Bellegarde.- Dans les cas pr&-
vus par Particle 48 du code civil, on
oblient un jugement qui replace l'acte
absent. D'apres notre college Borno,
on devra 6galement, quand on s'est
marie dans un pays oi le marriage s'o-
pire solo consensus, obtenirun jugement,
qui tiendra lieu d'acte de marriage et
qu'on fera transcrire. Oh faudra-t-il ob-
tenir ce jugement? En Haiti ou dans le
pays mmre oh l'on s'est marie ?
M. Borno.-- En Haiti.
M. Bellegarde.- Notre collogue M--
nos a cit6 le cas suivant : Un Haitien
se marie a Paris. I1 6gare son acte de
marriage, et par malheui, les archives
de la mairie oil le marriage a t6, c6l6br6
ont disparu dans un incendie. 11 obtient
du tribunal de la Seine, en vertu de
I'article 46 du codecivil francais, un ju-
gement qui replace I'acte de marriage
perdu et qu'il devra, a son relour en
Haiti, faire transcrire. Un pareil juge-
ment ne peut 6ire oblenu que dans les
pays qui, comme la France, out dans
letur 1gisl:tion une disposition analogue
Sla rgle de notre article 48. Mais je
me demand si cette obligation de trans-
crire doit 6tre 6tendue an cas ou un ju-
gement a 6te obtenu d'an tribunal hai-


_i









REVUE DE LA SOCIL~TE DE LEGISLATION


lien reconnaissant comme valuable un
marriage contract sans ecrit a l'Mtrangeret
don't des tiers avaient contest Il'existence.
M. Menos.- Cette obligation, A mon
avis, n'existe pas. Un Haitien, se pre-
tendant marie a l'6tranger, se volt con-
tester sa quality d'6poux par un tiers
en Haiti. II sera admis a prouver qu'il
s'est r6gulicrement marie dans un pays
don't la legislation reconnait la validity
d'un marriage contractW sans ecrit. Le
jugement conslatant que cette preuve a
616 faite, rien ne l'obligera a le faire
transcrire sur le rogistre public des ma-
riages de son domicile. II est evident
que l'article 156, qui vise l'acle de cdle-
bralion d'un marriage contract a l'e-
tranger, ne peut pas s'appliquer a un
jugement obtenu dans les conditions
-que je viens de dire.
M. Ethdart.- I1 me semble que le
16gislateur n'a pas pu vouloir imposer
la transcription quand ii n'y a pas d'6-
crit, c'est-i-dire, poor parler come
l'article 156, quand it n'y a pas d'acte
de celebration.
M. FIquiere-- J'ai assign une ferm-
me. nie sachant pas qu'elle est marine.
Pourra-t-on m'opposer le d6faut d'anlo-
rii-ation marital si, le marriage ayyant
eu lieu sans 6crit i l'6tranger, aucun
acte n'a 0t6 transcript qui eit pu me per-
meltre de connaitre sa quality d'd-
pouse ?
M. Menos.- 11 y aura ici a tenir
compete de la bonne foi du demandeur.
11 y a presomption en sa faveur qu'il a
ignored l'existence du marriage. Cette prd-
somption tombera, naturellement, si la
preuve peut Otre faite qu'il a counu d'u-
ne facon certain, meme en dehors de
toute transcription d'acte, la quality d'e-
pouse de la d6fenderesse.
M. Bellegarde.- Le marriage contrac-
te sans ecrit par un Haitien dans un
pays qui admet la validity d'un tel ma-
riage, est valuable en Haiti : nous l'avons
tout a l'heure r 'connu. Un tel marriage
ne pent dtre transcrit : cela est evident;
mais alors comment dire qu'il n'est
pas opposable aux tiers, quand le d6
faut de transcription ne peut etre con-
sidere comme une faute de la part des
,poux ?


M. Borno.- Vous savez, messieurs,
a quelles controversies donne lieu, par-
mi les auteurs francais, I'interprelation
de l'article 171, correspondent a l'arti-
cle 156 de notre code civil. Le legisla-
leur ihatien a tranche, lui, la difficult
en ajoutant cet arlicle157 qui n'existe
pas dans la loi franCaise et qui vient
faire de la transcription une r6gle im-
pdrative.
M. Minos.- C'est le contraire qu'il
faut dire. En presence des systemes dif-
firents qui divisent la science francaise, no-
tre legislateura pris part i,enetablissant la
sanction ptnalo de l'a ticle 157 qui ne
pent cela est bien clair-- tre appli-
quie que quand la transcription est pos-
sible, c'est-a-dire quand il y a uo acte
de celebration.
Le prdsident.- Je pose de nouveau
la question : La transcription est-elle,
dans tous les cas, obligatoire ? Ou, si
vous aimez mieux, I'article 156 est-il
applicable A un marriage contract sans
ecrit par un Haitien dans un pays qui
admet la validity d'un pareil marriage?
La Societe decide, a la majority, que
celte obligation n'existe pas.
Le Prdsident.- 11 y aurait lieu de
preciser le sens des mots ( aucun eflet ,
employs dans l'article 157. Notre colli-
gue Etheart voudra-t-ilbien nous pr6pa-
rer un rapport sur ce point ?
M. Ethdart accepted.
La seance est levee.


S6ance du 18 Aofit 1909.


Presents:MM. ,I.N. Leger, Viard, Dsert,
Fequiere, Denis, St-Aude, Bellegarde,.
Assiste A la reunion : M. J B. A. T6-
16maque, consul-gindral d'Haiti i St-
Thomas, membre correspondent.
Presideuce de M. J. N. LCger.
Le president souhaite la bienvenue a
M. T61hmaque. Celui-ci remercie M. Le-
ger de ses aimables paroles et exprime
sa reconnaissance pour la Societ6 quia
bien voulu le nommer membre corres-.
pondant.


: ---F-~ _----..._-. ~----~--~--------~---------l-~P-u










68 REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


M. Etheart depose le report suivant:

RAPPORT

A la Socieit de Ligislation

Messieurs,

Le marriage aiont du droit natural,
1'llaitien pent valablement se marier en
quelque pays oi il se trove, pourvu
qu'il ne controvienne pas aux disposi-
tions du .chapitre premier de la loi sur
le marriage, et qu'il suive, pour la cel6-
bration de son union, les forces usities
dans le lieu oif elle est contractee.
Dans l'aiine de son retour sur le ter-
ritoire de la Ripublique, il dolt faire
transcrire, sur le registry de marriage du
lieu de son domicile, I'acte de c6l~bra-
tion.
Vous avez admis qu'il n'y a d'obliga-
tion de transcription que quand ily a eu
un 6crit de redig6 ; que si le marriage a
eu lieu dans un pays oui ilse forme solo
consensus, cette obligation no peut exis-
ter, la transcription supposant un acte
qui doit 6tre copies.
Quel!e est la sanction de celte obliga-
tion ?
L'art. 457 da Code Civil s'exprime
ainsi : ( Si, apres un delai d'une annie,
l'llaitien n'a pas rempli celte formalidi
( la transcription ), il ne pourra fire va-
loir l'acte de c6:'bration du marriage
qu en payant, d'apres i'ordonnance dn
juge,de pai. de la commune, une amen-
de qui ne poirra ktre moindre de cinc
gourdes, ni au-dessus de vingt gourdes.
c L' a in e n d e Iayee, I'acle de cel6
bralion devra etre en outre enrcgistre at
bureau de i'elat civil, avant de produir(
aicun etlel. )
Voulant fixer la port6e de cet article
vous m'avez denimnd une elude prlimi
naire de sa disposition. Voici cc que j
crois etre la pensce du l1gislateur.
Vous sa;vez que la loctlrine f .aiCaise
pr6sente une grande cointroverse sur 1l
question de la sanction de I'obligatior
de transcribe.
Les uns enseigent que le marriage con


Iract6 en pays stranger ne pent avoir ef-
fet en France que dn jour de la trans-
cription que n'ktant pas, avant, legale-
ment connu, il n'a pu avoir d'effet A l'6-
gard des Frangais ou des biens situes en
France.
D'autres, trouvant cette opinion trop ra-
dicale distinguent entire les eflels civils du
marriage. Le marriage non transcrit pro-
duira les effects civils qui sont le resultat
du marriage lui-meme, mais non cenx
qui sont le resultat de la publicity du
marriage.
Un troisinme syst&me fait une sous-
distinction relativement aux effels civils
qui dependent de la publicity.
Si en dehors de la transcription le ma-
riage a 0t6 suffisamment rendu notoire en
France, par d'autre moyen (inscription
de l'hypotheque, longue possession d'6tat,
la femme pourra opposer son hypo-
theque 16gale, poursuivre la nullilt des
actes fails par elle sans I'autorisation
marital on de justice.
Ces systems voient dans la transcrip-
tion un mode de publicity destine a por-
ter a la connaissance des tiers le marriage
contract hors des frontieres.
Un quatrihme systeme enseigne que
la transcription n'est pas organisde
dans l'interet des tiers, mais unique-
ment dansl'interet desconjoints et de leur
descendance.
Monsieur Taulier, pour tout commen-
taire a l'arlicle 171 franCais, ajoute :
( ne la loi dans la pens6e de rendre un
jour, pins facile, la preuve du marriage) )
La loi a crl6 la formalit6 de la trans-
I cription afin do fournir aux inleress6s
Sun moyen prompt et facile de faire la
Spreuve du mariage..
Cette sollicitude du e6gislateur s'ex-
e plique : on voit quell importance il
attache h I-i tenue des actes de l'Mtat ci-
,vil -destin6s A faire la preuve des trois
- ve6nements qui marquent principale-
e ment la vie de I'homme.
Je crois que le ldgislateur haitien Wa
pas eu d'autre pensie el qu'il a volIlu as-
i surer I'observation de la formality de
Sla Iranscriplion par la peine pcuniaire
portte en l'article '157.
I n'est pas possible que la loi ait









REVUE DE LAISOCIETE DE LEGISLATION


voulu faire d6pendre les effects du ma- 1 report, d'une amtende qui ne pourra
riage de sa transcription. (a tre moindre d,3 100 fcs. ni exceder
D'abord le marriage n'est transcript 1000 fcs. )
qu'apres le retour de 1'Haitien sur le ter- Si le project avait et6 ainsi voi), il i'y
ritoire de la RMpublique. Avant ce aurait pas dediscussionpossibie en race.
retour, pendant tout le temps que 1'hai- L'article vot6 ne menlionne ni I'enre-
tien reste a 1'6tranger, et pendant le course gistrement, ni I'amendeetrien au code fr.
de l'ann6e qu'a partir de son retour ii ne replace la peine de l'amende.
a pour fire la transcription, le marriage Ce vote esr Il resultat d'une crralr
produit tons ses effects. qu'un membrt du Conseil d'Etat a fait
L'obligation de transcrire existe m6- partager a tout co grand Corps.
me apros la dissolution du marriage. Au Conscil d'Etat ua membre deman-
C'est absolument dans l'intdrvt des de pourquoi s uine disposition poinle
conjoints, des enfants,de la famille,que n'assure pas l'excntion doe 'art. 171.-
la loi a organism la transcription, une- Monsieur Real repond (< liie cette dis-
mesure d'ordre. position p6nale n'appartient pas an cole
Mais it est certain que si au d6faut de civil et que sa place naturelle estdans les
transcription s'ajoutent d'autres circons- lois sur I'enregistrement ofL .leja ellh se
tances qui demonlrent que les 6poux out trouve ).
voulu catcher leur union, et s'il en rasulte Monsieur'LTroncbet demanuile quela con-
des doinmages pour des tiers, ils pour- travention r sultant du ddfaut de trans-
ront en obtenir reparation (1168 C.C.) cription soit punie d'une alnende, in-
II n'y a done qu'une pine pecuniaire d6pendamment du double droit .
attache a l'obligalion de transcrire. Le Lemnmeleonsieur R6alobjecte ((ilu'o,
marriage lui-mime n'est pas atteint par n';i point a s'ociuper de la slnctio'i de
l'inobservance de cette r6gle. Les 6poux [a formality doe a transcrip'i 1n parce-
ne seront pas admits a prouver leur ma- qu'elle existed d6ja ailleurs dans les lois
riage an moyen dIn l'acte tant que l'amen- sur I'enregistremenrt; cette pine coisiste
de n'aura pas dit verse et que la trans- dans un double droit que doit payer I'6-
cription n'aura pas die effecluee. Pesez poux contrevenant. ) Or il se trouve que
bien les terms de l'arlicle 11 nepourra Monsieur Mleal se troma,,it. L2s aOces
faire valoirl'acte'de chfbra!ion du nariage de I'dlat civil n'ont jamnis d16 soumis a
-" L'acte de cltbbration devra ldre la formality de l'enregislremeLi!; celle !)ei-
enregiatr avant de produire au- nefiscaledu, double-droit pard6faut d'en-
con effet -- Tradllisez : its ne pourront registrement n'existait pas ion plus.
s'en servir... Cotte errcur de Monsieur Real a ou
Cette th6se dbvient I'dvidence meme pour consequence d'enlavei a 'arit. 171
quand on rappelle la discussion de l'art. la sanction pictuinaire qu'il reliorin.ii;
17! francais rapnort6e par F. Mourlon (1) inais cette discuissna mintr, l)ia a'il
et A. Weiss ( 2) n'esi jarais reodn d- u iii lIa piS (la ld-
Le project du Code Naioldon nortait: gisla!eurd'yattachr d'antresia';tio,.
( Trois mois aprds le retour dii Fr.vi i 0 Notre 16gislateur a ropard ce mn en-
a dans le terriitoire de la RBpublique, tendu.
( l'acte de celebration d( marriage c)n-
( rc en pays dnr d(t t, enrs Is a 6cairtle la formality do l'enregislre-
Stracta en pays etnngenr doit Mtra enregis-
( trd, a peine d'un double droit d'eiire- ment, iti 'maintenu la transcription, sous
istrenent d peine du paiemlent prealable d'uuie a-
istement ). ,meinde avant de pouvoir fire iuag"e -en
( Cet acte doit etre encore, dans le me- .ne nt de pooi re
( lme ddlai, reporl6 et transcrit sur le re- ustie d e cdlbralion.
< gistre public des marriages di lieu do II a suflisainmenI indiquI qn'il avait
< son domicile, sous pine, a ddfaut de ce sous les yeux et dans I'esprit le project
Sfraiuais, en mettant dans la finale de l'ar-
(i) Tome i p. 331 : Code Civil. ticle 157 le mot a enregistr6 > par er-
(2) Droit: In:. Text. privM p. 659. reur, en lieu et place du mot transcrit. .










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Le prdsident.- Nous abordons la dis-
cussion du rapport de notre colligue
Viard sur la question suivante: < L'6-
tranger peut-il etre subrog6-tuteur en
Haiti) ?
M. Viard.- L'6tude attentive de la
loi du 30 Octobre 1860, de la Constitu-
tion et des articles du Code civil relalifs
a la tutelle et a la subrogee-tutelle, m'a
amend i cette conclusion que ol'tranger
ne pent 6lre subrog6-tuteur en Haiti. A
vous d'appricier les arguments que j'ai
pr6sent6s dans mon rapport pour appu-
yer cette opinion.
Des objections ayant tel faites par di-
vers membres, notamment par MM. E-
th6art et Desert, M. Viard promet d'y
repondre par 6crit et de rapporter un
arret du Tribunal de Cassation invoque
par lui.
La discussion du rapport ainsi ajour-
n6e, la stance est lev.e.



Reunion du 25 Aoit 1909.

Prdsenls: MM. J. N. Leger, D6sert,
F6quiBre, Denis, Viard, Etheart, Solon
Menos, Bellegarde, F. L. Cauvin, Dupuy.

Prdsidence de M. J. N. Leger

Lecture est donnae d'une leltre de M.
Be1iot Platel, de Cavaillon, qui pose i la
Society la question suivante: (( Le Com-
missaire du Gouvernement pres un Tri-
bunal civil peut-il suspendre un arpenteur
public 0?
M. F6quiere acceple de se charger du
rapport sur cette question.
M. Viard lit la communication sui-
vante:

Messieurs.

Au dLbut de notre derniere seance, apres
quelques avis 6mis sur la question h l'or-
dre du jour: ( L'Etranger peut-il etre subrogi-
tuteur en Haiti ? D, nous avions r6solu de
poursuivre la discussion de mon rapport,
concluant a la negative sur la question, a
la stance de ce jour, afin de laisser a cha.
cun de nos colleagues le soin de mieux pro-


duire leurs opinions. Mais je desire, avant
la reprise des d6bats, vous presenter
quelques observations qui serviront utile-
ment a preciser dans votre esprit mes con-
clusions.
Dans la pensCe de plusieurs d'entre vous,
1'6tranger peut exercer chez nous les deli-
cates functions de subrog6-tuteur. Je n'ai
pas ete et je ne pouvais, certes, pas etre
d'accord avec mes contradicteurs, en sou-
tenant les appreciations de mon rapport,
parce que, les trouvant tres en harnionie
avec la 16gislation national actuelle, je
me refusals i adopter le point de vue sous
lequel ils entendaient placer la discussion.
Bien que je n'aie aucune raison personnelle
pour ne pas admettre qu'un stranger soit
appele au contrile de l'administration des
intedrts d'un mineur haitien, soit mobi-
liers, soit immobiliers, confines au tuteur
que lui donne la loi, puisque de nos jours,
l'etranger 6tabli sur notre territoire par-
ticipe avec 1'Haitien a certain objets de la
vie civil, je reste fermement persuade
qu'il est inhabile a accepter la subrogee-
tutelle. J'ai fait 6tat de nombreuses con-
sidCrations legales dans mon rapport pour
appuyer mon jugement, et, en premiere
line, j'ai cite la loi du 30 Octobre
1860 autorisant le marriage entire Etran-
gers et Haitiens, loi special qui, i l'epo-
que de son elaboration, passait pour etre
inconstitutionnelle, vous ne l'ignorez pas.
Elle semblait avoir octroyd des droits a l'6-
tranger que celui-ci ne pouvait jamais ac-
quirir avant i86o, parce que, jusque-la, nos
legitimes apprehensions i son regard com-
mandaient de les lui refuser. Etait-ce a
tort? Je ne le pense pas. II y avait beau-
coup i craindre apres 1843, par suite de
notre existence agitee, bien que le trai-
te de 1838 e~it consacre d'une facon d&-
finitive l'independance haitienne. Quand
la loi dite de 1860 fut promulguee, vingt-
deux ans seulement nous separait de l'ac-
complissement de l'acte de Louis Philippe.
La conduite de 1'etranger, dans ses rapports
avec les populations et les Gouvernements,
et les sentiments qu'il manifest pour arri-
ver i l'organisation de la famille r6gulie-
rement sur notre territoire, chang&rent
les id6es A son regard, sous l'influeuce des
aspirations au progress nettement preconi-
sCes par le brilliant d6but du regime repu-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


blicain restaur6 le 22 Decembre 1858. De
1A, fut congue la loi Dubois, permettant
1'union legitime entire Haitiens et Etran-
gers. Mais, tout en autorisant cette allian-
ce, elle eut ses restrictions pour la sauve-
garde de certain droits constitutionnels.
Ainsi, en son article 2, ne dispose-t-elle
pas positivement que a quel que soit le re-
gime sous lequel le marige est contract,
l'6poux haitien seul peur acquerir des im-
meubles ) ? Or, des cette 6poque, l'epoux
stranger ne pouvaii etre propri6taire fon-
cier en Haiti, et la loi, en disposant ainsi,
s'harmonisait avec le texte du pacte fon-
mental d'alors qui ravissait ce privilege A
I'Etranger. Mais la suite des temps ayant
ouvert les yeun au 16gislateur constituent
sur les agissements de nos visiteurs, la dis-
position prescrite en faveur de l'6poux hai-
tien tut supprim6e, si bien que ni F'un ni
i'autre des deux conjoints ne peuvent plus
poss6der des biens immeubles sur le terri-
toire de la R6publique. La femme haitien-
ne marine A un Etranger ne suit-elle pas,
en effect. depuis 1879, la la condition
de son epoux, c'est-a-dire ne devient-elle
pas 6trangere, au moins pour le temps que
durera son union, puisque la loi lui laisse
!a faculty de recouvrer sa premiere nationa-
lite en cas de dissolution de ce marriage ?
Voici done que 1'Etranger qui pouvait &tre,
par sa femme, I'administraieur des biens
immobiliers d6pendant de leur commu-
naut6 l1gale et a-quis par 1'6pouse, se
trouve depouill6, ipso jacto, d'un privilege
du Code Civil liaitien. Par ce fait, i! reste
incapable ae prendre aucun engagement par
le puissant moyen de la quality que pos-
sede I'Haitien sur la propri6t6 fonciere. Si
la loi de 186o, en son article 7, dit que (( le
pere ou la mire etrangere aura la tutelle
legale de ses enfants 1Igitimes ils ne
peuvent exercer ce droit hors ce cas, ex-
press6ment et uniquement prvvu, et j'esti-
me qu'ils le peuvent encore moins ques-
tion La tudier- depuis que a lafemme hai-
tienne, marine a un Etranger, suit la condition
de ce dernier a. L'on ne peut pr6tendre quc
parce que une disposition sp6ciale d'une
ioi de faveur ou de circonstance, oc-
troye le droit A 1'Etranger de g6rer le pa-
trimoine de ses enfants, on doit infirer de
li qu'il puisse &tre etendu dans le domaine
oh il appartient tout entier au regnicole.


Au reste, Louis Borno n'a-t-il pas, en com-
mentant la loi de i86o reproduite a l'ap-
pendice de son C. civil annote, fait res-
sortir d'apres la pens6e du l6gislateur d'a-
lors que I'argument, mis en avant pour
obvier au r6sultat obtenu en faveur de I'E-
tranger, ( a 6te concu par le legislateur
< de 186o, sons l'empire d'une consid6ra-
< tion superieure nettement indiquie dans
F l'expos6 des motifs pr6cedant la loi :
a Que le pere stranger et la mare dtrang&re
aient la tutelle de leurs enfants 16gitimes,
il n'y a rien la qui blesse aueune loi, puis.
qu6 la loi naturelle le veut ainsi ).
Mais pourquoi dit-on aucune loi ?
C'est qu'il faut qu'il ressorte que notre
Constitution, notre Code Civil, certaines
lois sp6ciales d'administration publique r&-
glent la situation de l'Etranger en Haiti, en
fixant dans quelles measures il peut faire
mouvoir son action.
Toutes ces considerations rappelbes, suf-
fisent a mon point de vue pour consider,
comme r6glee devant vous, la question de
tutelle, la loi de i86o et la Constitution a
la main d'ailleurs.
Qu'en pensent, d'autre part. nos hom-
mes de loi?
Notons d'abord une opinion dmise it Ii-
gard de deux Etrangers dans une reunion
du conseil de famille tenu, il y a quelque
temps, A Port-au-Prince.
Est contraire a la loi, exposait l'opi-
, nant, le jugement qui dit que l'Etranger
a pouvant &tre tuteur d'apres la loi du 30
a Octobre 1860, peut faire parties d'un
a conseil appeal a nommer le tuteur. Si
I 1'Etranger, continue-t-il, peut itre tuteur
a de ses enfants legitimes on naturels lega-
( element reconnus, cette exception ne sau-
Srait l'habiliter A etre tuteur de tout mi-
neur ( haitien ). Ce raisonnemen est lo-
gique.
Nos Magistrats en Cassation, d'accord
avcc cette-opinion, ont fix6 la jurisprudence
sur ce point en disant, dans les points de
droit:
A Attendu... que de ce que l'art. 7 de
Slaloi du 30 Octobre 186o sur le marriage
< entire Haitiens et Etrangers, accord au
pere stranger ou A la mere Atrangere la
a tutelle de leurs enfants l6gitimes ou na-
( turels 1Agalement reconnus, il n'est pas
t permis d'en infArer que l'Etranger peut


_ __ I










72 REVUE DE LAISOCIETE DE LEGISLATION


a etre tuteur des enfants autres que les
a siens et mnme faire parties d'un conseil
a de famille, et cela, parce que la loi du 30
c Octobre 1868 est une loi special. ,
Ainsi s'exprimaient-ils, dans un arret r6-
cemment rendu (r)qui casse et annule un
ju gement d tribunal civil de Port-au-Prin-
ce (2) pour avoir, contrairement au Code ci-
civil (3) et a la loi sp6ciale du 30 Nov. 1907
(4) consacr6 plusieurs irr6gularit6s a propos
de la tutelle et de la subrogee-tutelle, no-
tammentl'irr6gularit6 d'avoir admis comme
r6guliere la deliberation du conseil de fa-
mille (5) dans lequel ont si&g6 deux Etran-
gers (6).
C'est contraire A la loi, pensent-ils, que
d'admettre dans la composition d'un con-
sell de famille, des Etrangers en appliquant
les dispositions de l'art. 7 de la loi du 30
Octobre 186o.
Remontons un peu les annees et cher-
chons ce qui se passait au Conseil de l'Or-
dre des avocats de Port-au-Prince.
Dans une conference provoquee sous le
btonnat du President de notre Societe et
tenue au local du tribunal civil de cette
ville, un jeune licenc.ie, Me Pierre Hudi-
court d6montrait par une augmentation tres
documentee que nos lois n'autorisaient
pas de conferer la tutelle de mineurs
haitiens aux Etrangers. Il combattait en
cela la these contraire soutenue par un
confrere, Me Champagne, devenu depuis
magistrat au tribunal civil.Qui avait raison?
L'opinion de Me Hudicourt pr6valut. L'un
de nos plus c6elbres avocats actuellement,
Me F. L. Cauvin, qui prit position come
minister public, s'appuyant sur l'autorit6
des textes de nos codes et lois speciales sur


(1) 9 Mars 1909.
(2) Rendu Ie 25 Nov. 1907 contradictoire-
ment entire la dame Eidonore Heureaux, Vve
Gentil Fouch6, et le sieur Francois Duverly
Camille jne du Cap-Haitien, grand'tante et
cousin germain de la mineure Alice.Heureaux,
et Aug. A H6raux tuteur de la mineure.
(3) Articles 95, 97, 338 et 337.
(4) Loi sur Ie nariage centre Haitiens et
Etrangers.
(5) Conseil tenu sous la pr6sidence du juge
de Paix de Port-au-Prince.
(6) MM. Philippe Carlstroem. americain,
et Hodelin, rangais.


la matirre,produisit une argumentation sa-
vante qui aboutit a la negative. Me Lu-
xembourg Cauvin, r&sumant ses apprecia-
tions, reconnaissait et demandait au Con-
seil de l'ordre de d6cider 1o que, en Haiti,
l'Etranger est tuteur l1gal de son enfant l-
gitime mineur de nationality haitienne et
peut etre nomm6 tuteur de son enfant na-
turel mineur de nationality haitienne ; 20.
qu'il ne peut &tre nomm6 en Haiti tuteur
d'un mineur haitien autre que son enfant
30. que bien qu'il puisse exercer en Haiti
la function de tutenr d'un mineur stranger,
lorsqu'il en est invest d'apris le statut per-
sonne de ce mineur, il ne peut &tre nom-
m6 a cette function en Haiti. (I)
Le Conseil de l'ordre, malgr& tout, ad-
mit l'affirmative A la solution de la ques-
tion, considdr6e sous ces trois points de
vue. (2)
Mlais les raisons, qui ont d6termin6 notre
distingu6 collhgue a la solution que le Con-
seil n'adopta pas, sont fondees sur ce que
les lois r6gissant la tutelle appartiennent au
statut personnel et que, partant, pour tout
ce qui se rapporte a la tutelle, le mineur
est soumis aux lois de son pays, quelque
soit le lieu de sa residence actuelle. Ces
principles pos6s,il divisa la question de telle
sorte qu'il fit la distinction du mineur haitien
et du mineur stranger. Examinant le cas du
mineur haitien au prescrit des arts.6 et 7 de
la loi du 30 Octobre I86o et de l'article 5
de la Constitution de 1845, cas oh le mi-
neur peut encore se trouver selon les dis-
positions des 3e et 4e alin6as de l'article 3
de la Constitution de 1889, il conclut que
l'Etranger ne peut etre tuteur de mineurs
haitiens autres que ses enfants. Puis, passant
au cas du mineur etranger,il considdra que
le tuteur de ce mineur, pour exercer sa fonc-
tion en Haiti, si elle lui a &te d6vo'ue d'a-
pres la loi personnelle de ce mineur et que,
en admettant le cas oL un mineur 6tran-
ger aurait besoin d'un tuteur en Haiti, on
peut organiser provisoirement la tute:le


(i) Voir conclusions No. Ier 2 Avril 1895.
Pullctin de la Soci6te de Ldgislation 46me
annee.
2. Voir Bulletin de la Socit6 de Legisla-
tion, No 3 du 2 Juin 1895 4eme annec.








REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


qui serait confide a un Haitien, attend que l'efit positivement dit dans cette loi spe-
la loi haitienne ne permet pas la nomina- ciale. Si alors, qu'en un cas qui ui est per-
tion d'un tuteur stranger a un mineur sonnel, i n'a- pas la faculty d'exercer la
stranger. Mais il admit bien que la tutelle function, le pourrait-il lorsqu'il s'agirait
provisoire confine A l'Haitien prendra fin d'enfants de pure nationality haitienne? .On
des que le mineur sera pourvu d'un tuteur ne peut r@pondre que non, dans i'6tat ac-
conformement a son statut personnel. tuel de la legislation et devant le silence
Mais la decision de l'Ordre des avocats eloquent de la loiinvoquZe. On ne peut
ne resta pas moins un simple jugement supplier a lloi, c'est formellement pro-
de l'ordre des avocats. hib. Inferer de son silence sur un paint
Me Justin D6vot a conclu, dans son ou- quelconque de droit, quand il ne se trouve
vrage ccLa nationalite), a la possibilitA pour aucun texte autre qu'on invoque pour ap-
notre legislation d'accorder ce privilege : puyer son argumentation et aider A la so-
c'est la un voeu que les temps a venir pour- lution d'une difficutt6, c'est faire dire la loi
ront traduire en une disposition legale. ce qui n'est pas dans son prescrit.
Pour finir sur ce point int6ressant, nous Examinons, avant de tinir, ce qu'il y
puisons dans (le Droit administratif priv6 A a dans les textes au point de vue des con-
de Calvo a propos de la tutelle et de la sequences de la subrogee-tutelle confine a
subrog6e-tutelle, les lignes suivantes : des strangers.
((Au point de vue du droit administratif, Tout d'abord, tochons art. 888
dit cet auteur, la tutelle est un droit civil, C.C. I veut que le mineur ait hypoth.que
et, a ce titre fait parties du droit person- lC.ale sut le e mineur ait hypotque
nel des individus. Cependant certaines le- e s biens de on tut Si e
gislations refusent aux rangers de l'eer- tranger, peut-il requrir i'inscription de
gislations refusent aux strangers de 1'exer- I'hypothlque 16gale sur les biens du tuteur?
cer sur le territoire national ; d'autres ne No, parque gale sur exercerait un drott
le leur accordent que moyennant la reci- Non, parce que celui-lI exercerait un droit
poe leur accordent que moyennany t ia rc- immobilier et ce droit lui est ravi par la
procit6 ent-re les deux pays. I1 dit bien loi. Cette prohibition de 1'exercice dun
assi ,qu'aucune disposition dans les lois loi. Cee prohibition de 'exerncapaci e fai'un
francaises n'exclut de la tutelle et de la su-
aucun acre.
brog6e-tutelle, le pere, la mAre ou les as-
cendants strangers.> Mais il a soin cepen- Voici une autre espAce sur la matiere.
dant d'apprendre cque les course d'appel ont L'art. 191o 2 alinea C. C., prevoit le cas
neanmoins decide trAs longtemps, d'accord oh l'hypotheque g6enrale du mineur sur
avec les auteurs, que les functions de tu- les biens de son tuteur 6tant restreinte aux
teur constituent en gelque sorte un miu- immeubles suffisants pour opArer une plus
mns piblicum devaie.rt tre refuses aux grande garantie en sa faveur ; cet article
6trangers. dit que la demand en reduction sera for-
Voilh, messieurs, les arguments que j'ai mee centre le subrog6-tuteur et elle devra
voulu vous soumettre tout d'abord. 11 me etre pr6ecd6e d'un avis de famille. Parde-
fallait examiner le cas de i'Etranger tuteur, vant quel tribunal sera-t-elle form ,e, cette
avant d'en venir a la question qui nous oc- demand, aux soins du subrog6-tuteur? La
cupe: < L'Etranger peut-il etre subrog6-tu- r6ponse n'est pas difficile a donner. C'est
teur en Haitis ? certainement pardevant le tribunal du do-
.I'i dit qu'il ne peut pas l'etre. Je sou- micile du subrog6-tuteur. S'il est francais,
tiens les conclusions de mon rapport a cet par example, il devra la porter devant le
6gard, parce que si l'Etranger est incapable tribunal civil de la Seine. On s'expliquera
d'exercer une tutelle dans la plAnitude difficilement que cc tribunal puisse s'im-
des movens que confure la loi haitienne, il miscer dans une affaire de pur droit hai-
ne peut a plus torte raison atre subrog&- tien, s'agissant d'enfants. nis sur le terri-
tteutr. Lorsque Ie lCgislateur de 186o lui toire de notre Republique,alors qu'en vertu
permettait d'etre le tuteur de ses pro- du principle de la reciprocitA international,
pres enfants,s'il jugeait a propos de lui per- a aucun jugement rendu par les tribunaux
mettre de jouir des prerogatives que pos- I strangers ne peut etre ex&cutre en Haiti,
side l'Haitien pour etre subrog&-tuteur, il argument ne 'art, 470 l'. C.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Mais ce n'est pas tour. Dans le cas oil
une succession immobiliere Lcherrait en
faveur dn tuteur et du mineur, le subro-
g&-tuteur stranger pourra-t-il exercer l'ac-
tion en partage, puisque les inter&ts de ce-
lui-ci sont opposes au mineur et cette ac-
tion tant dans l'espece une action rdelle
immobilire ?
Reflechissez-y, messieurs.
.l'allrais; neilT'-. tre u!'nllrrP u-nll'Pmentt i


qui seraient requises en Espagne? Quand
il s'agit du marriage international, plu-
sieurs lois peuvent se trouver en compe-
tition: de 1l, un conflit qui donne nais-
nance A des principles nombreux et com-
plexes of l'on peut facilement s'6garer.
Cependant, les rggles de la legislation
gindrale en Haiti vont nous permettre de
dire A quel principle l'on doit, en prali-
que, s'arreter pour le cas qui nous occupe.


vous presenter sur la question ; mais je D'apres les articles 49 et 155 de notre
m'apercois deja que j'anticipe un peu trop Code civil, on voit que 1'Haitien est sou-
sur le temps qu'il faut A nos ddbats. mis, quaint ) son marriage, aux former et
Je serais heureux si j'avais pu, par ces solennits usitees dans le pays oi le ma-
observations, ajouter quelque renfort auxlriage sc conlracte.
considerations de mon rapport. Par les considerations tirees non-seulc -
ment d'une deduction logique de ces lex-
M. Ddsert.- La communication do no- tes, mais encore du principle inlernatio-
Ire collogue Viard rcnfermait des vues nal de la r6ciprocite, I'on dolt dire que
nouvelles sur la question, il conviendrait 1'Mlranger qui se trouve en Haili est sou-
de l'imprimer t l'en distribur des copies mis aux formes et solennites du marriage
aux membres pour que ceux-ci puissent en Haiti.
s6rieusement 1 'tudier. D'aiileurs, les forces et solennit6s exi-
Celte proposition est adopte.e g6es par la loi en ce qui concern la pr6-
M. Desert dpose l rapport snivont: sence d'un officer de 1'Mtat civil pour la
validii du marriage ont un caract&re d'or-
Messieurs, are public, ce qui leur donne une force
obligaloire vis a vis de tons ceux qui ha-
Vous avez lien voulu confier A mon bilent le territoire.
examen la question suivanie: a La r6gle En resume, mon opinion est qi'en ce
locus regil aclirn empeche-l-ello le ma- moment, les marines espagno!s en Haiti
Sage en Haiti de dioux Espagnols qui, rn'auraient pas plus de succ6sque les ma-
pour la celebration d'un !el icle. ne von- ri;iges espagno's en France, au siecle
draient employer que les forces usitles dernier.
dans leur pays ? -
L'interlt de In question vient de ce quo M1. Menos pose a la Socie6i la ques-
le Code civil Espagnol recoua',ait deux lion suivante: ( Le r6quisiloire du Com-
sortcs de mariang': Ie mar;'inge canonique missaire d(I Gouvernement, pr6vu en-
el le marriage civil. l'article 109 du (,. d'Instruction crimi-
Lo marinigr canlOiifjqu. piu1t eiree emn- ielle, est-il obligatoire dans ie cas de
ploy' par iouis ceiix qui pr'ofecse jt la re- I'article ': d& la Constitilion ?l
ligion caolitiqu I Cepenida nt f:ut-il dire Le president.- Notre coliue Cauvin
(iue ces nain lh caiioni fues so t excli- v, udra lion nous presenltr tn rapport
siv mient lreidioiNxs sur la question.
Non. cer!ain f-ircnl !es grandi' mouvan-
nimen s de rioimc qul ourenl lie;g ei Es- M. F. L. Cauui .- Volontiers. Vous
pagne depuiis IS70, nous; suolorisent a ne permittrez d'y ajouter toutefois cetn1
croir. le "couil( rir ullre question : << Qui doit, dans le cas


ilais sup;'osC!ion ce pre'iner poin! reso-
lu dans Ic ,i 1s de la qi'cstion posee:
doit- n admelire que ici:x Espagnols
puissent se inarieri en Haili, rien qu'en
accomplissant les solennilds religieuses


dii mo ie art. 88, sliluer sur la; mie en
accusatlnm dies inculpis qui -n'oiit pas
la ilualit6 de memrbres du Corps Legis-
latif?
La seance est levee.


__










REVUE DE LA SOCIIETIE DE LEGISLATION


Reunion du 9 Juin 1909. (1) velle jurisdiction seront encore, jusqu'a
I1'expiration d'un delai determine portdes
devant I'ancienne.
Presents: MM. J. N. Leger, Jderdmie, M. Laforesl.- Des qu'un tribunal nou-
Dupuy, Elheart, Laforesl, Poujoi, M6nos, veau est 6tabli par la loi, l'ancien so
DBsert, Bellegarde. trouve, de droit, dessaisi de la connais-
PrIsidence de M. J. N. Leger. sauce de toutes les affairs qui se produi-
Lecture est donn6e d'une leltre de M. sent dans la parties du territoire retran-
Lon Merccron, qui, a nom du journal hchee de sa juridiclion. Pour que le con-
L'Aurore, pose a la Socii les questions traire puisse 6tre admis, ii faut u)e de-
suivanles: (( io Quelle est la valeur 1dgale cision egisative disc que, juq 'ia
od ei accorat a installation effective de ce nouveau t i.
d'unmodus vivendiaccordant anx Syriens bunal, 'aien continue oaitre
le droit d'ouvrir des maisoos de gros etes affires quie c n re portre
de dltail?- Fanl-il copler cs .ix des afflires q1ui devrainl etre port.
de dItail?- )n -il c(dpva; or n!uvas dix.
ans de sejour necessaires at nu Levanuin d -vansuis eniemet
.,I. Mentos.-- Je suis enlibrelnent d'ac-
pour obtenir la naturalisation haiiienie cord ave note college lirmie quand
cord ave notre collIg6e!,JriLmie quind
anle ou pos legem iit que tant ue le nouveau ribu-
Le president- Le secrelaire-geoeralt quo nouveau iribu-
voudra bien p ier notre collogue Bonamy nal n'aura pas ont enecrivement organi-
s a. Iancien continuera do connaitre des
de sehargerdurapport surcesquestions. affaires de la juridiclion pour laquelle il
AM. Dupuy depose uunrapport relalif oux a i priitivement crdc a.
appoinlemenIs des fonctionnaires et em- primhivomeni crCo ).
Mais iIi me semble que le rappori s C-
ployds publics. ( Voir la Revue, No de qu rap ppor si-
Scarte quelque peu de cette proposition
juiu) .en concluant a la ndcessile de l'interven-
Le president. Nous passous a la tlion du Tribunal de Cassation pour as-
discssion du report que notre collgue surer celte prorogation de competence.
Jesa e nous a pr'sente sur la question A mon sens, admettro une telle inter-
an. Lorsqu'une loi a cree un ventin,c'est admeltre par la mime que
nouveau ibumnal, quelle esl la situation 'ancien tribunalest'd'embl6e dessaisi par
des justiciables dans l'intervalle qui s'd- a ponulgalion de la loi qui a cr6- une
coule eonreo la promulgation de la loi et ]a promulgation do la loi qui a cree une
couleentre la promulgation de la lot et nouvelle jurisdiction. Et aiors ii y aurait
I'orga;isaiion elective de ce tribunal? se diemnnder si le Tribunal de Cassa-
L'opinion du rapporteur est que a tant tio pet I'i. J I'h;ibilier a conti-
que le nouveau tribunal n'aura pas t er de co tr ds affairs u res-
effectiveniteit organism, L'ancien co- sorliraienl an nouveau tribunal. Est-ce
nuera de .1 1. i,,.,. des affaires de la ju- cas de rilement de jues ? Assuid-
ridiclion po(ir laquelle i! a Wtd primitive- ment non !
ment circ ,. Miais il n'est pas d'avis que (arrd, dans ses Lois de la procedure,
l'ancien soil directenient saisi par les par- d6finit le .-I it de juges a decision
ties. Dans la pratique, on assigned devant ar laCIullo one auloite judi iaire si-
le tribunal conmp lent suivant la li, en I ure dc are laq l de ux ou
mime temps qu'on present au 'ribunal peluieurs auorita s lui l south subor-
de Cassiion uune demand 'en renvoi de- pennies, doit connaitie d'ume cotesta-
vant tole ti una existant. Ce procedd a- tion dou, eiles so itrouven simnulcanment
yant I oco:nvcnient d'augmenter les frais sisi. ( EtIl ajoute ue Pon i ne pourrail
de procedure, notre college pense que s pourvoir reiement de judges avant
le Pouvoir Excuif a pour devoir, quad qls ribunaux eiitre lsquels l con-
1 a promulgue la loi. de prendre un flit peut s'elever fusseut saisis de la con-
arre8t distant que les affairs de la nou- testation. Ainsi qu'il s'agisse d'un con-
..- ---.--- flit ndgatif on d'un conflict positil', le r6-
(1) Ce proees-verbel n'a pas &td public plus le du Ttibunal supcrieur consiste a dire
t6t,-- n'ayant kt6 sanctions, qu'A l'une des der- quel est le tribunal IJalenment compe-
nikres s6ances de la SocictL. ient.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Chauveau ( q. 119 seplies ) explique personnel derneurant i Fort-Libeiri, on
egalement que le conflict a gatif ne pet no pourrail, avec le syst6ne adverse,
resolter que du refus fait par deux tri- employer ni un huissier du Tribunal
bunaux different de connaitre d'une civil du Cap-Haiiien ni un huissier de
meme demand ; que dans ce cas. ily a ]aa justice de paix de Fort-Liberte, lequel
moins lieu A rIglement qu'a indication n'urait pas competence pour fair au
de juges ; mais que la demand en indi- sige du Tribunal civil de Fori-Libert6
cation n'est aulorisee que si I'un des les actes du minist6re des huissiers des
deux tribunaux saisis est bien reelle- Tribunaux civils ou de commerce ( art.
meant le soul compdlent pour connaire de la loi du '11 juillet 1859 ). S'il fa;n
du litige ; d'oii il snil quc la demand donner assignation a comparaitre devani
en indication de judges n'est admissible le Tribunal civil de Fort-Liberlt, com-
qu'apr s que les deux jugements d'in- ment enoncer, conformement Fart. 71.
competence sont passes en force de cho- pr. civ., I'heue de l'adience qui
Se jugee. > ne doit pus avoir lieu ? Si le Tribunal
Le cas qui nous est s. umis ne corres- de Cassation dcsignait au prcalable le
pond done en aucune facon a cette con- Tribunal civil de Port-de-Paix en lieu
ception juridique du reglement on de et place de celui de Fort-Libelet, I'ex-
1'indication des juges. Prenons pour ploit d'ajournoment ne devrait pas plus
example leTribunal civil de Fort-Liber- itre signifies a Fort-Libeirt par un huis
t&, avant la loi du 4 aofit 1904. Ce tri- sier du Tribunal civil de Port-de-Paix
bunal n'est pas conslilui, et come il que par un huissier de la justice do
n'exisle ni en tout ni en parties, il est paix de Fort-Liberth, 'iin elant incom-
impossible de concevcir que, n'ayant ja- pdlent en dehors du resort du Tribunal
mais pris une forme concrcle, c'est-A- civil de Port-de-Paix et 1'autre ne pou-
dire n'6tant pas sorti dii domain des ahs- vant instrumenter A cet effet au siege
traction, il soit susceptible d'e;re saisi dn Tribunal civil de Fort-Libert6. Fau-
d'une demand qai ne pourrait etre for- drait-il dire p!ul6t que l'indication de
mee par un exploit d'aj.)urnement vala- juges emporte indication d'huissiers ? Si
ble, faule d'un iuissier competent et de quelqu'un vent interrompre une pres-
l'indication de l'heure de l'audience. Ce cription qui est a la veille de s'accom-
cas ne peut ire a:-simil' i celui of un plir, donnera-t-il devant un tribunal qui
tribunal d6ja en exercise se trouverait, n'exisle pas une assignation forcemnut
par suite de circonslances exceptionne!- nulle pour dMfaul de forme, partant
les, dans l'impossibilitV d'avoir un inop6rante ? On reslera-t-il d6sarm6 en
norbre de juges suffisanl pour entendre face de cettlo imminent prescription en
une affair-e reigulirement introduile attendant un reglement de jugos qui
pardevant liii. Dans crfte dcrnirre by- I'habilite a citer en justice ? Si un ci-
pothsse,ce tribunal,p iimitivement install toyen-do Fort-Libert6, ayaint actionnd
etpourvu de tou; les orgies privus un citoyen du Cap devant le Tribunal
par la loi du I jin !85, n'cst pas un civil du Cap-flaiien, a obtle!u un juge-
re imn!ginaire oi plu.lt ine simple inet contre lii, ic defendeur sera-t-il
expression legislative, ct !'on s'explique emp; che de se pourvoir, va l'inexistence
des !ors (qu'il soit d(:nild assignalion d'nn huissier competent pour la signi-
rnellmenl at s; Ialrre, sna!f re-voi de- fiction de ses moyens de Cassation ?
vr;nut un ;:tireo ribunmia! 'i se preson- Car si i'on admet qtue la loi du 27 ses-
lait par ii a.1nrd o'(i arr e fo)cionne- ti'nbre 10i)i a dessaisi 'emble le Tri-
,inc t, ile co) de ii j.i..,7 t.' 1 n p).Ivant bun,.! civil dhi Cap-Hai'ie!in ai' profit (!I
Ire '; 'cciu i die Fior-Liber! i il s'en suit que !
Mais ce s'aolr r con'r: i',vidence d.' sigi ific;tion ne pourrait. plus '; r
qu e de re6riter cxistaii ui; tribivial qui faite ii no par un buissiei, do cc dernikr
o sa pus pris corps:. Antr'ae (oii se h1lu- TribMinl civil --- qui n'a pas encore v)
ter, it a de vcritabllJs im!iossil-ilitis. Si, le jour. El it va saus dire que, m6me si
par example, il y av;it Ai assigned une lc Tribunal de Cassation avait le droit









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


de designer un autre huissier, la declh- ne jurisdiction sans tribunal organism.
ance 6diclee par l'art. 929, C. pr. civ., M. DWsert.- MAnos a tries nettement
serait in6vitablement encourue par le d6montr6 que le cas qui nous occupy ne
pourvoyant avant celle indication. peut &tre assimild a celni du rIglement
En some, il est trop vi-ible que le ou de I'indication de juges. La seule opi-
reglement ou 1'iialication de juges n'est union qu'il convienne d'adopter est celle
pas la solution rationnelle de la question. qui faith rdsulter de l'inex6ciiion de la
11 est done necessaire de rip6ter que le loi cr6anu le nouveau tribunal la proro-
cours de la justice ne dolt pas 6tre i- gation de la jurisdiction existante. Celte
terrompu et doe conclare avec Hioche prorogalion est due A une force majeure;
a qu'il est dans le voeu des lois sur la llie est impose par la loi imperieuse de
competence de pmrroger la juridiction la ndcessite.
exislanle tant que la nouvelle qui luiest I. Laforest.- La vraie solution, ce
subslituee n'a pas encore relu d'orga- se xit de demander l'execution de la loi.
nisation ,. M. Dupug.- Jo fais observer on pas-
Or, il va de soi que celte prorogation sant qa'une loi pr6voyant des ldpeases
a lieu de ploin droit en l'absence d'un no peut, eu un certain sens, itre r6pu-
texte contraire. Sinon, elle n'existe pas. 1e parfaite plant que les credits neces-
C'est juuer sur les mots que de dire que saires a sa mise a ex6cutioa ne sont ins-
c'est le tribunalde Cassation qui et ap- crits au budget.
pole A pioroger, car celte prorogation de M. Jdrrmie.- Ce ne sont pas les par-
juridiction ou, en d'autres terms, la ties qui choisisseut leurs juges, c'est
conservation virtuelle et provisoire de la l'EIat qui leur done des jugIs d6l gu6s
comp6lence n'est pas synonyme de r6- par la loi. La competence des juridic-
glement on d'indication de juges. L'une tions repose done sur la loi. Lorsqu'une
est gendrale de sa nature, 6lant I'inen- nouvelle jurisdiction a Wt crede, elle seile
lion pr6sumn e du 16gislateur ; l'autre est comp6teute pour examiner les litiges
n'intervient que suivant les especes, le don't la connaissance lui esl attribute.
Tribunal de Cassa!ion restant libre de C'est Ie principle auquel ii faut toujours
designer tel ou tel tribunal. revenir quand ii s'agit d'examiner l'ac-
C'est 6galement en vertu di mome tin des lois. Mais dansle cas actlel, le
principle et dans les m6mes conditions nouveau tribunal n'existe pas encore ef-
que les juges temporaires continent a fectivement. Cetle situation croe a I'an-
sieger tant que d'autres juges n'ont pas cien tribunal uue comp6tonce acciden-
6le nommos A leur place et n'ont pas telle qui disparaitra des i'organisalion
pret6 serment. du nouveau tribunal. C'est 1i une doc-
M. Laforest.- Est-ce qu'il est dit trine. Gardons-nous de raisonner combine
dans la loi que, en attendant l'organisa- si tous ceux qui lisent les tetees taient
tion du nouveau tribunal, les justicia- tenus do connaitre les pratiques de:s trIi-
bles resteront attacihs a l'ancienne ju- bunaux. Nous disons que la prorogation
ridiction ? de juridicdion rlsulle du silence de la
M. MInos.- Non. C'est justement loi ; mais it faut une procedure. Une
pare que cola n'a pas 6td dit qu'on so le competence qui peut cosser du jour au
demand. lendemaiii,ea vprtu d'une simple miesure
M. Labfrest.- Est-ce qu'on a di'i:mi- administrative, 'est pas une refgie que les
Sle lerritoire de la nouvelle juridiclion? parties sort cens6es ne pas ignore'r.Dans
M. eilnos.- Oui. ce cas on eslt bligI de recourir au tri-
M. Lafbresl.--C'est done qu l'ancien buIal de casslion par u.nei requtle en
trimbual est dessaisi p)!r i;a loi. 11 y nla indication d juges. C'est ici que ol ma-
diioemnment anomalie, aiis l'anomalie gistrat exerce son r6le d de ldgislaleur,
p;Trt de la ioi olle-monme. r6le qAi n'eni'ro dans la naLire do ses
M. Bellegarde.- Comment peut-on functions que lorsque la loi est muelle.
parler de saisir un tribunal qui n'existe Le tribunal r6gulatcur ne renverra pas
pas ? Je ne concois pas I'existenced'u- les parties devant une juridicion quel-










REVUE DE LA SOCIlETI DE LEGISLATION


conque : il n'y a ni rcusation ni suspi-
cion 16gitime ; il dira qu'il y a lieu de
saisir l'ancienne jurisdiction par la seule
raison que le morcellement de son terri-
toire n'cst pas encore effctif.
Sans doute on n'ira pas au praalable
soumetltre au tribunal de cassation une
requdle a fin de production d'une ac-
tion possible. Co tribunal ne pronounce
que sur des actions deja nees. Pour le
saisir, il faut qu'il y ait uie' instance
pendante devintL les juges du fond.C'est
pourquoi je d;s que la parties dfoude-
resse sera d'abord assign6e devant le
tribunal compdteut, selon la lettre de la
ioi, et que l'assignation, pour prodnile
effet devant lIancienne juridiclion, sera
accomppagni., de l'arret de renvoi motive
par les circonstances actielles.
La prorogation de jurisdiction, dit M6-
nos, r6sulle du silence de la loi. Je ne
soutiens p1s 1 coutraire; mais je n'at-
tribue a cc raisounement qu'une force
doctrinaie que les parlies sont en droit
d'ignorer. Vous .lemandeur, vous in'ap-
pclez deviant duesjuges qui ne sont plus
mes jugos d'apres la loi promulguee de-
puis six mois; vcc toutes les solennites
de rigucur ; moi defendeur, je refuse de
vous suivr1. t.e ne refuse pas cd'tre jug.6,
mais d'avoir pour juges ceux quo vous
avez choisis. Je ne vis pas dans la sphere
du monde judiciaire, je ciois que le tri-
bunal civil d(it Fort-Liberne existe reel-
lement. Si je comnparais devant le tribu-
nal civil du Cap, ce sera pour conclude
a I'inco Ip ('ence.
Et, nmcsbieurs, pcrmeitez (aie j'invo-
que, m!o auisi, une doctrine. Aucun tri-
bunal nest obliged d'accepter la compd-
tence que lui altribuent des parties ne
reLvau, pa: de sa juridiclion. Si vous
voFlez que le tribunal du Cap soit votre
juge, apporlez lui la preuve de l'inexis-
tence du Iribunal du Fort-Libert6. Et la
meilloure preuve a lui offrir, la preuve
juridique par excellence, "'est l'arr6t du
tribunal de cassation.
M. Menos.- En depit deo 'argumenta-
tion de Jercmie, je demeure persuade
que la loi duS27 septembre 1901, en cr6-
ant u; Tribunal civil A Fort-Libelte, n'en-
tendait pas dessaisir ipso facto le Tribu-
nal civil du Cap-Hailien. Le cas qui


nous occupe n'est pas come celui du
d6membremcnt d'une jurisdiction au
profit d'un autre tribunal dija' organism.
Dans cette derni6re hypothise, rien ne
s'oppose an dessaisissement imm6diat
de la premiere jurisdiction ; la transmis-
sion de competence ne piut rencontrer
aucun obstacle, le tribunal < recepteur
dlailt en pleine activity. De sorle que
I'ex6cution de la loi se fait d'elle-ime e,
en quelque sorte automatiquemen!.
Mais il n'en est pas die meme quain
cc tribunal n'a pas encore une existen-
ce effective. Dans ce cas. la loi ne pent
avoir une application instanianee : il
faut oine mise en meuvre prialable qui
conporte d'abord l'ifatervention 16gisla-
tive pour to vote d'un credit affect a
i'organisation et au fonctionnement du
nouveau tribunal, ensuite lIintervoetion
administrative pour les nomihaiions h
faire ainsi que I'amnnagement et I'ins-
tallation du Tribunal,et, finalement, i'in-
tervention des nouvcaux juges eux-me-
mes pour la igleemelnation intirieure,
no'am:ment pour la nomination des huis
siers exploitants et I'indication de l'hen-
re des audiences,-indicalion essentielit
pour la vatlidi6l des (xploils d'ajourne--
ment.
Jusque-la celle loi ne saurait avoir
uu eflet de dessaisissement, ele ne cons-
titue pour aiisi dire qu'une expectation;
car le 16gislateur, qui ne doit pas 6 re
apparemmcn! un nbstracteur de quinics-
sences. n'o pu que vouloir suboldonner
a l'etablissement effeclif du nouveau tri-
bunal la translation virtielle de conpd-
tence, le dernembrem-nt definilif do
I'ancienne juiridiction.
Touted autre intlrpreialion aboutirail
logiquement a l'impossibilii pIour un
grand noimbre de citoyens de rccourir a
la justice : car it r;iut i&tjpder que cc ne
serait pas le cas d'un reglement de ju-
ges, et d'un autre c6te., il ne pourrait
appartenir mmeq au tribunal de Cassa-
tion d'iudiquer aux parties des juges an-
tres que ceux que la loi leur assigue.
Pourquoi exiger un arret du tribunal
de Cassation comme la seule preuve
possible de l'inexisten e en fail du tribu-
nal don't la creation aurait it6 nouvelle-
ment dkcrt6e ? N'est-ce pas l1 une


- I----~I-Y~Y~---`I'~I-Y-l








EVUE DE LA SOCIITIE DE LEGISLATION


question de faith? Et n'est-il pas donn6
a tous et a chacun de constater un dtat
inorganique, d'ailleurs facile A 6tablir
par le d6faut meme d'une loi portant
ouverture de credits appropries on bien
d'une installation officielle et publique ?
Remarquez, au surplus, que siune
demand ~lait former devant l'ancien
tribunal, la di:ficultl ne pourrait etre
soulevee que par Ie dtlendeur et que les
judges, alors meme qu'ils se croiraient
dessaisis par la simple promulgation
de la loi, n'auraient pas le droit de se d(e-
clarer d'office incompetents, puisqu'il ne
s'agirait, dans celte hypothese, que
d'une incompetence ralione personae.
En tout cas, le system preconise par
Jer6mie aboutirait a une impasse; car s'il
fallait commencer par assigner devant
le tribunal encore inexistant, l'action ne
serait pas viable, I'exploit d'ajourne-
ment 6tant forc6ment nul contrevenant
aux prescriplious de l'art. 71, C. pr. civ.,
soil quant a la capacity de I'huissier ins-
trumentant, soil quant l'a indication de
l'heure de l'audience. Et il va sans dire
que le d6fendeur serait antorise a exci-
per do cell nnllil. devant les juges dd-
signis pa'r ie o Iibunal die Cissation.
Dans toute celle discussion nous n'a-
vons envisagd que les contestations ci-
viles ; mais il est manifest que la pour-
suilt d'un dolit ou d'un crime commis
dans le resort de la nouvwlle jurisdiction
reucontrerait les mimes entraves. Si
I'ancienne jurisdiction dtait r6ellemelt in-
conmpiente, ancun Iriibunal ne serait sai-
si de la connaissance de l'acle a reri-
mer. Faudrait-il alors s'adresser an Tri-
bunal de Cassation pour la designation
di'uu tribunal et, en attendant, laisser
tranquille le d6einquant qui n';arai;
pas 06' surprise en flagrant ddlit? El du
reste, le tribunal de Cassation lui-me-
me aurail-il la faculty de fair ue iidi-
calion de juges dans un cas qui n'a pas
d'analogue daus le Code d'lIslruction
criminelle ?
La v6riet est que ce d('hat ne serait
guere possible dans un milieu oui les
decisions l6gislatives s'accompagneraient
de la volontl el des moyens de les exd-
cuter, et (que seules les pratiques des
Chambres haitiennes fournissent I'occa-


sion de ces questions d'une solution
malaisee. 11 en sera ainsi tant que le
vote des lois impliquant une depense se-
ra inspired par des considerations d'or-
dre prive et apparaitra specialement com-
me une manifestation 6lectorale. La loi
du 27 septembre 1901, par example, fut
vote malgr la declaration du secr6tai-
re d'Etat des Finances sur l'insuffisance
des resources du Tresor.
It y a lieu d'en inf6rer que, dans la
pensee de ceux qui l'ont adoptee on pro-
mulgu6e, elle n'dtait pas appelde a une
application immediate el n'avait pas,
en consequence, a l'6gard du Tribunal
civil du Cap-Haitien, une vertu de des-
saisissement inslanlan6. C'estcelte pen-
see qui a Wet pr6cisde par la loi du 4
aofit 1904, qui, pour dissiper le ddsarroi
cause par une jurisprudence contraire,
dut designer formellement ce tribunal
pour connaitre des affairs de la jnridic-
tion de Fort-Libert6 jusqu'a l'iustsallation
doi tribunal de la juridiclion.
Et vraiment si, dans de tells circons-
tances, le 16gislateur pouvait etre r6put6
n'avoir pas eu l'intention de manager
les transitions en subordonnant les effects
d'une loi d'organisation a son execution
effective, on serait exposed a des lesions
ot a des prejudices impossible a 6viter.
Jusqu'ici nous n'avons mis en presen-
ce que deux tribunaux ayant les m6mes
attribulions. Mais prenons la loi du 9
octobre 4884, don't l'art. 5 prdvoit qu'un
( jury special compose de trois capitai-
nes de navires ou autres ofiiciers comp6-
tents de marine brevetls o0 diplomnds
par une autorit reconnue, sera inslitud
pour regler, juger toutes los quoslions
ou difiicultds resultant des c:is de pilota-
go, d'abordage, d'avaries, de sauve!age,
de naufrage et do collisions surve-
nus entire tous navires, canots, embarca-
tions quelconques, strangers ou natio-
naux, voyageant dans les eaux de la Rd-
publique., 11 semble bien que tant que le
Gouvernement n'a pas elabli, en mnme
temps quo des reglements ad hoc, une
lisle de ces officers de marine brevetds
oii lipl6mns pour la formation du jury,
les Iribunaux de commerce restent saisis
de la connaissance de ces affaires.Autre-
ment it faudrait dire que le droit d'agir


Lu ___--------~----I-_^r---- ------------------- _










REVUE DE LA SOCITEt DE LEGISLATION


en justice dans les cas sus Ononc6s est un arret6, rappeler, preciscr la pensse du
ravi aux parties less ; carlo tribunal de 16gislateur. L'a ret6 qu'il prend dans eo
Cassation lui-m6me n'aurait pas quality cas que nous envisageons est une mesu--
pour indiquer, a d6faut d'un jury impos- re decoulant do la volont6 legislative. I1
sible a former, des juges qui seraient en ne refuse pas d'ex6cuter la loi, it dit
tout 6tat de cause inconmptents a raison pourquoi il ne l'ex6cute pas immediate-
de la maliere. El it est probable que cette ment. En agissant ainsi,il fait mieux que
sorte de ddni de justice engagerait la lorqu'il garden en carton un acts du Corps
respo .sabilite de l'Etat envers les etran- L6gislatif qui lui a t16 envoy pour 6tre
gers qui en auraient souffert. promulgu6.- Un simple avis suffirai?
Je conclus done que la conservation Mais ce qu'il n'aurait pas le droit do
transitoire de la competence de I'ancien fair, it ne pourrait le fire par arret6 ni
tribunal s'impose come la solution la sons ancune autce former. Cornme nous
plus rationnelle et la moins domrnagea- ne li reconnaissons pas le droit de ne
ble. pas ex6cuter une loi qu'il a promaulgauee,
M. Bellegardi.- Quelle sera la valeur demandons-lui de fixer un d6lai pour
l6galo de i'arr6d6 don't parle le rapport? i'execution.
Sera-t-il attributif de comp6lence, c'est. I ne peut pas agir aiusi a I'egard de
a-dire rendra-t-il ancient n tribunal com- routes les lois. 1I y a des lois principles
potent pour connaitre d'affaires dout la qui, pour Otre ex6cultes, n'ont pas besoiu
loi l'aura compltetmentdesaisiOi bien, de l'intervention directed de l'administra-
6quivandra-t-il 6 un simple avis donned tion publique. Ainsi, celles qui font de
aux justiciables de la prorogation de corn- quelques crimes des d6lits et qui redui-
p6tence de l'ancieune jurisdiction, proro- sent la duir6e de l'emprisonnement, cells
nation resultant virtuellement de la loi? qui garantissent les droils de la personnel
Nul doute 6videmment n'est possible el de la proprit61, sont applicables d6s
sur ce point, et je suis bien certain que I eur promulgation. 11 n'entre pas dans
dans l'opinion (d notLe colleague Jer'- la puissance du Pouvoir Ex6cutif de fixer
mie l'arrelt qu'il recommande au Pou- un d6lai pour leur application. Mais
voir Ex6cutif de prendre ne peut avoir d'autres lois, cells qui cr6eut certain e-
quela port6e d'un avertissement, d'uu- tablissemeuts, certain services publics,
constatation de fai tMais et term (( arre- ne peuvent 6tre mises en pratique qu'aveo
t ) pent donner lieu a das malenten- l'intervention immediate du gouverne-
dus: it serait boun qu'on pi)rcisit I sens meant; c'est le gouvernemeut qui est ap-
que nous entendons ici lui attribuer. pel6 6 choisir les fonctionnaires et a fai-
M. Jdrdmie.- L'arr6t6 que je demnan- re les dipenses d'installation. Pour l'ex6-
de a l'ex6cuteur des lois ne sera pas un caution de ces lois que i'on peut classes
acte atlributif de competence, mais un parmi leslois d'affaires, le gouvernement
simple t6moignage. Par te seul fait qu'il peut prendre un arrOld et, par cet arret6,
a pronulgu6 la loi nouvelle, it peut in- porter A la counaissance de tous le
duire les parties en erreur. II a dunc temps fix6 pour ia periode d'organisa-
pour devoir de renseigner Ie public, de tion.
dire aux justiciables que le nouveau tri- Dans le cas acluel, en pregnant son ar-
bunal n'a pas 6td installL. Je dis que cela r6td, le gouvernement est li6 par la loi
aura pour effect d'epargner aux parties qu'il est appelId ex6cuter. La circons-
du temps et des frais, car eiles pourront, cription judiciaire du Cap a 616 divis6e;
sans crainte deso tromper, s'adresser au on on a dSlachi le Fort-Libhrt6 pour for-
premier tribunal. ht lo.irsle l'Ex6cutif mer une juridiction nouvelle. Le gouver-
rappelle ce qui est virluell.ment dans la nenent ne pourra pas dire que les justi-
loi, la prroogation de comptence de laI cables iront a Port-dc-Paix en attendant
premiere juridiction on ailendant l'orga- I'installatin du tribunal du Fort-Liberti,
nisation de la nouvelle, il agit ea vertu ca'r la loi i'implique prorogation de ju-
mime de la loi. It ne lui est pas permit diction qu'en faveur du Cap.
de contrecarrer la loi; maia il peut, dans Dans mon rapport j'ai eu a envisager









REVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


plutot Faction des parties que la compe-
tence d'un tribunal. Quel est 1'alat des
justiciables? vous a demanded Menos. Une
loi leur donne de nouveaux juges, la pro-
mulgation rend la loi obligatoire. Le pou-
voir qui promnlgue est aussi celui qui
doit nommer les juges, et il ne les nom-
me qu'a I'ouverture du prochain exercise
budg6taire, plus tard peut-6trc, A la fa-
veur d'un credit supplementaire. Le vote
que vous allez donner expliquera en-
core l'adoption du voeu que j'ai emis.
Puisque vous reconnaissez que los juges
de la premiere circonscription sent los
juges temporaires de la seconle, dites
quel'autorit6 executive peutaussi les mon-
trer aux justiciables.
M. Menos.- I1 n'est pas n6cessaire que
le Pouvoir Execatif prenne un arreit
pour constater la prorogation de compi-
tence. Un simple avis au Journal Officiel
suffira.
M. Ethaart.- Si la prorogation r6sulte
de la loi, ni arrWel ni avis du Pouvoir
Executif ne me parait n6cessaire.


prendre un arr6th disant que la comp&-
tence de l'ancienne jurisdiction est proro-
g6ejusqu'd l'expirationd'un delai d6ter-
mine. Mais le mot < arret6 a faith ve-
nir des scruples a notre coll6gue Belle-
garde.
M. Bellegarde. Rien ne s'oppose
a ce qu'un arreti soit pris dans notre
caspar le Pouvoir Ex6cutif, pourvu qu'il
soit bion entendu que cet arril un'a que
la valeur d'un avertissement, constatant
la prorogation, mais ne la creant pas. Le
mot a avis ), propose par notre colligue
M6nos, serait tout de mrmeici prdferable.
La Soci6td, consullde, uense que le
Pouvoir Exicutifferait bien, quand la
loi a Wte promulguee et le tribunal non
organism, de porter r la connaissance des
inthress s que la competence de l'an-
cienne jurisdiction se trouve prorogee de
plein droit.
M. Bellegarde. -L'incerlitrde qui s'est
manifestee autour du cas que la So-
cietL vient de r6soudre, est l'effet d'une
impr6voyance regrettable. I1 serait bon
d'6mettre le voeu que les Chambres 16-


MI. lrdmiie.- L'arret6 est une mesu- gislatives, en votant des lois qui creent
d'excution. Bas6 sur la loi, il aura pour de nouveaux tribanaux, donnent en m--
objet de renseigner les justiciables. me temps an PouvoirEx6cutifles moyens
Le p ide Ns c s ., de les organiser effectivement : cela em-
mie et p\Inos sent 'aNcord pogue dire pkcherait de se produire des difficulties
pareilles A celle qui nous a 6td soumise
que, tant que le nouveau tribunal n'au- t tout A faith pr6judiciables, par les di-
ra pas ete effectivement organs, le vergences d'opinion auxquelles elles
premier continuera de connailre es peuvent donner lieu parmi les juges,
affairs de la jurisdiction pour laquelle aux intir~is dos parties.
it a 6td primitivement cric. Mais tandis
que le rapporteur soutient que l'ancien La Soci6Lt adopted ce vceu.
tribunal ne peut itre directement saisi Le president. Notre collmgue Bor-
par les parties, M6nos pretend que la no v ient d'etre douloureusement
prorogation de competence de la juri- frappi par la rnort del'un de ses enfants.
diction existante est de droit et qu'il n'y Je prie nos colleagues Poujol et Belle-
a pas lieu, par cousiquent, de s'adres- garden de lui porter l'rxpression des
ser au tribunal de Cassation, le cas tres vivescondoleancees de ia Socidt6.
qui nous est soumis n'6&ant point ce- M. Bellegarde. J'ai I'honneur de
lui du r6glemnent ou de [Iindication de poser A la SocitW6 la question suivante :
iuges. A laquelle de ces deux opinions L'article 14 du Code civil est-il
la Society croil-elle devoir se ranger ? abrog6 on implement modified par la
A la majority, la Socite decide que loi du 22 aoit 1907 sur la nationality?
la prorogation de competence de la ju- Sur la dean le dii president, M. La-
ridiction existante a lieu de pl.in ldroit. forest accepted de prsoenler un rapport
Le president. Le rapporteur nmot sur cette question.
l'opinion que le Pouvoir Ex6cutif a pour
devoir, quand la loi est promulgude, de' La seance est lev6e.


- __--I_.~_ -- --I









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


RAPPORT

( Le nouvel article 80 du Code
d'Instruction Criminelle.)
Messieurs,
La loi qui a modilif l'article 80 du co-
de d'instruction criminelle est due a l'heu-
reuse initiative de notre colligue La-
leau, second successeur de I. J. J F.
Magny au ministere de la justice dans le
temps, regretted des uns, maudit du plus
grand nombre, ofl le president de la re-
publique s'appelait Nord Alexis. Copies
textuelle d'une loi franchise du 4 avril
1855, qu'ue autre plus complete a rem-
placee le 14 juillet 1865, elle fut vote
par la chambre des deputies le 17 aofdt
1908 et par le sdnat le 20 aofit.
Voici la nouvelle redaction qu'ell, don-
ne a l'article:

< Art. 80.-- Apres l'interrogiloire, le
juge pourra d6cerner un mnauIdat td e d-
p6t.
(< Dans le course de l'iustruction, ii
pourra, sur les conclusions con'ormcs
du Commissaire du Gouverdement et
quelle qae soit la nature de l'inculpa-
tion, donner mainleveo do tout mandate
de d6p6t, a la clihrge par t'inculpi de se
repr6senter A tous les acles de la proc6-
dure et pour I'execulion da; jugement,
aussit6t qu'il en sera requis.
< L'ordonnanc,, d main levd le ne p )ur-
ra 6ere attaq;i par vole opposition.
a Le juge poorca aussi, apres avoir en-
tendu l'inculpe et le Commissaire du
GouveOrneient ouI, tlcerii, dlorsque le
fait emportera pein, afflictive ou infa-
mante ou un oe prison:iement correc-
tionnel, un m indat d'arrlt dans la former
ci-apris delermiinii e.


QiOoiqne cotte loi n'ajoute qu'une ga-
rantie bien fragile a cells que le code
d'iustruction criminelle inenure i la lli-
bort6 individually avec ne remarquable
parcimonie depuis pius de soixiate et dix
ans, on se demand, dlon;e, comniiinl
elle a pu passer an conseil des secr6-
taires d'Etat et dans les chambres 16gis-
latives, a une 6poque oh les emprison-


nements arbitrairej,les proscriptions, les
assassinals juridiques, les executions
sommaires de plus en plus sauvages,
etaieut les seils noyens de gouverne-
ment. Malgr6 ses imperfections, elle ca-
drait mal, n'est-il pas vrai? avec ce re-
gime d'oppression a outrance. Aussi le
pouvoir qui l'avait propose en prit-il
ombirage bien vite. Jamais it ne voulut
la rendre execatoire. It la garda dans ses
archives jusqu'au jour ofi une insurrci-
tion le renversa.Oublieeou ignore, elle
pass in i)i 1 i1- quand, Ie nouveau gou-
vernement ayant pens, A la promulguer,
qnelqu'un la fit glisser dans le Moniteur
du 21 avril 1909, derriere une reproduc-
lioi inopportune de la loi de 1860 sur
los droits de grace et d'amnistie, tant de
fois publiee depuis cinquante ans. Mais
elle ne devait pas tarder A sortir de son
obscurity et a s'imposer l'attention pu-
blique. En lisanu dans le Moniileuir du
ler mai la circulaire oh M J. J. F. Ma-
guy, redeveiu secritaiie d'etat de la jus-
tice, s'est charge de la comm:nter a I'u-
sage des commissaires du gouvernement
prei; le tribunaux civils, tout le monde
s'est demand si, de 1'avis de ce minis-
tro,% elle abolissait ddsormais la detention
preventive et si les mandates de d6p6t
allaient 6lre retires en masse, a tort et i
travors.DBs lors,parmi lei gens pour qui
Lne loi est bonne ou mauvais selon qu'elle
sort ou non soil leurs passions soit leurs
inter6ts, deux parties se sont forms, qui
out approuv6 avec enthousiasme on con-
damndn avec humeur cell du 20 aoti
1908, sans antres motifs que l'espoir ou
la crainte de la voir appliquer au pro-
fit de certains incnlp6s don't les affairs,
alors en course d'informration,p issionwaient
l'opiuion publique.
Ni cat espoir ni celte crainte n'inspi-
rera mon rapport. le ne me laisseraipoint
influeicer par la consideration des pro-
e6dures qui s'instruisenlt a heree pr6sen-
te on s'instruisaient nagu6re.Je n'envisa-
gerai aucune espece en particulier. Sui-
vant los s ges traditions de notre conm-
pagnie, je me placerai a un point de vue
tout a faith gou6ral pour examiner la
question qu'elle a mise a l'6tude sur la
proposition de notre coll6gue Denis et
qui est ainsi formula ;


___











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


t La faculty accordie au juge d'ins- bout ou percent a un moment donn6
traction p r le nouvelarticle 80 du code leur apparent gravity.
d'instruction criminelle de donrer main- A en croire le comit6 de justice du s6-
levee de tout mandate de depot dans le nat, los mandates de dep6t no pourraicnt
course de information, quelle que soit la Itre levds que dans cotte second con-
nature de inculpationn, est-elle tellement joncture. ( En effet,) a-t-il ecrit, ((dans
laissee a sa discretion qu'il poisse don- bien des cas, des indices graves q1ni ont
ner celte mainlevee, meme lorsqu'il au- amene une arrestation se modfient dans
rait r6uni des charges suffisantes on des le course de l'iiistruction prealable, er-
indices graves centre linculp6 ? dent de leur importance et linissent par
** laisser plusde forceA la presomption d'ii-
Que la facull[ de donner mainlevoe nocence qu'a cell de culpability. La d--
des mandals de depot soil a la diso'rd- tention prealable devient alors une in-
tiou du juge d'instruction, c'et co quPe justice et c'est le remade du rmal que le
le texte de la loi ne permne pas d'ad- project de loi apporte en donnant au in .
imelre. Un pouvoir discretionnaire est i' d'instruction le pouvoir de le faire cesser
la libre disposition di magistral onu d dans cette hypothWse ) etc.(1) Si lecomit6
tribunal A qui l'exercice en est confi6; il voulait enfermer dans cette limited res-
n'admet pas de control. Tel n'est pas treinte la mainlevde des mandates de dd-
le cas rIgle par I'article 80. Quand le pot, il 6tait oblige de modifier la loi.
juge estime qu'iL y a lieu de delier 'in- Telle qu'elle a Wtd propose et admise,
culp6 du mandate de dep6t, son appr6- elle rIsiste A une pareilic restriction.Elle
citation est soumise a un contrele, : line est concue dans les terms les plus ge-
revision. I1 ne pent passer outre a i' or- neraux. On n'y trouve pas un mot, un
donnance de mainleveo ( c'est la une seul, qui soit une allusion, mime la plus
des imperfections de la loi) si, sur le vu iloignce, a la distinction pr6conis6e par
des ; i'cas, le commissaire du Gouvorne- le comite. Au reste si, dans une situa-
macnt ne partage pas son avis, pense que tion dono6e, la detention prealable doit
I'6eal d'emprisonnement doit etre main- cesser parce qu'elle <( devient alors une
tenu et refuse de s'associer a la measure injustice,)) suivant quelle logique et quel
projet6e. Ce veto, devant lequel Ic juge sentiment d'humanit6 devrait-on la main-
est tenu de s'incliner, n'est point, j'ima- tenir dans los autres cas oft elle serait
gine, la marque du pouvoir discr6'ion- tout aussi injuste ? L'erreur du comit6
naire don't parole la circulaire de M. J. vient sans doute de ce qu'il ne s'est pas
J. F. Magny. rendu un compile exact des caracteres de
Quoi qu'il en soit, la loi du 20 aofxt la detention preventive et s'est figure
vise precisement le cas ofi des indices qu'elle n'a d'autre motif, d'autre raison
graves a la charge de i'inculp6 sont re- d'Otre, que la presomption de culpability!
suits des premieres investigations de la resultant des indices et de leur gravity.
policejudiciaire et o6i, dans son inlerro- Non, elle ne saurait etre 1lgitimenient
gatoire, il n'a pu combatlre de facon ordonnue que dans les circonstances ofi
satisfaisante la presomption de culpabi- elle parait d'une n6cessit6 absolue, ine-
lit6 qu'ils ont ~levde centre lui. Ce sont luctable, pour sauvegarder le droit qu'a
la, en effect, des conditions hors de;qu'l- la soci6dl de veiller a sa propre conser-
les i no saurait y avoir de mandate de ovation. Or cette necessity ne peut exister
dup't. Mais, ce miindat d6cer'n, it ar- qu'a trois points de vue : celui de prot6-
rivera de deux choses I'une : la suie de ger la sirete publique, ou d'assurer la
l'instruction confirmera les premieres march de l'instruction a la d6couvwrte
charges ou bien les affaiblira tant qu'el- de la v6rit6, on de garantir l'ex6cution
les ne suffiront plus a fair presumer de la peine. Quand un crime actuel ou
la culpability. 11 s'ogit de s:voir si la recent jette le trouble et I'alarme dans
faculle institute par le novel article 80 la society et qu'clle r6clame une protcc-
peut 6galement 6tre exerc6e, soit que les
charges on indices conservent jusqu'au (t) Moniteur du 9 janvier 1909.










REYUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


tion immediate soit contre l'agent, en- I indices qui l'accusent, ii leur en laisse
traind6 chercher dans l'audace d'un se- seulement la facultU, m6me dans les
cond attenltat l'impunit du premier, soil causes criminelles ; il leur donne, A ce
contre les repr6sailles imminentes des sujet, un pouvoir vraiment discr6tion-
parties les6es, qui jurent de se rendre naire et s'en remet enti6rement A eux du
justice elles-mdmes, l'emprisonnement soin d'appr6cier, dans chaque affaire
preventif est une measure de stirett pu- etli lYgard de chaque personnel impli-
blique. Ce n'est pourtant pas li son uti- qu e, si l'une des inccssitds sociales aux-
lit6 la plus commune. En general, il est quelles r6pond cetle measure rigoureuse
plultt un imoyen instructions on une ga- exige qu'elle soil employee. Celle facul-
rantie de la repression : un moyou d'ins- t1, ce pouvoir discretionnaire 6tait d&jAi
traction, quand ii y a lieu de presumer consacr par son article 30 el son ancient
que, rested libre, l'inculp6 n'epargnera article 80. La loi du 20 aoil i'en a point
rien pour paralyser et 6garer les recher- change le caractere. Elle dit: < Apres
ches de la police judiciaire, soit que, I'interrogatoire, lejuge pour ca d6cerner
pour y parvenir, il fasse d6faut aux inter- un mandate de d6p6t.... Le juge pourra
rogatoires et aux confrontations, ou su- anssi, apris avoir entendu l'inculp6 et
borne les t6moins, ou concert avec ses le commissaire du gouvernement oui,
complices un plan de defense mensonger d6cerner, lorsque le fait'emportera peine
et peut-6tre habile, supprime enfin par afflictive ou infamante ou un emprison-
lous les moyens les traces et les preuves nement correctionnel, un mandat'd'arrkt
de l'infraction et emp6che ainsi de trou- dans la forme ci-apris delermin6e.) Sans
ver la v6rit6, don't il a peur ; une ga- double, quand le fait sera possible d'une
rantie de la repression, toutes les fois peine criminelle, I'inculp6 que des char-
que les circonstances,- notamment la ges suffisantes front r6puter coupable
gravity du fait poursuivi, la pine rela- sera, presque toujours, mis sous man-
tivement ilev6e, les chances de condam- dat d dd6p6t ou d'arrUt. Mais ce ne sera
nation indiquees par la force et la pr6- pis par la soule reason que ces charges
cision des charges, le peu de garantie existentet sont graves ; ce sera parce que,
morale et materielle qu'offrent les ant6- avec elles, l'importance de I'infraction et
cedents et !a situation actuelle de I'incul- surlout celle de la peine cr6eront a I a-
pe,- donnent a craindre qu'il ne profile gent un intd6rt, plus grand et plus pres-
de sa liberty pour s'enfuir et laisser la jus- sant qt'en matiere correctionnelle, A
tice impuissante et d6sarmce.C'est surlout chercher dans la fuite I'impunit6 du cri-
a ces deux derniers points de vue, c'est me. La d6tenlion preventive servira alors
comme moyen l'inforniation et garantie i garantir et I'instruction et la repression.
de l'ex6cution des peines, que le code En r6sum6, de mdme que les indices
d'instruction criminelle envisage la d6- restIs graves apr6s l'interrogatoire ne suf-
tention pr6alable. Ainsi, quand il auto- fisent pas pour justifier la d6livrance du
rise, en mati6re correclionnelle, la mise mandate de d6p6t, de meme ils ne peu-
en liberty provisoire sous caution et, en vent, A eux seuls, emp6cher la mainle-
toute maliere, la mise en liberty provi- vde de ce mandate. Soit qu'il s'agisse de
soire pure et simple par le retrait du le d6cerner ou de le relirer, il faut exa-
mandat de d6p6t, de quoi se pr6occupe- miner si, a cause de toutes les circoos-
t-il? Uniquement de savoir si 1'inculpa lances que j'ai indiqudes plus hant et
on It pr6venu relax se representera ( a non de la seule importance des charges,
tous les acres de la procedure et pour la d6lention de l'inculp6 est on continue
l'ex6culion du jugement, aussit6t qu'il d'etre un moyen indispensable d'assurer
en sera requis. ( Article. 96 et nouvel le success de l'informalion ou I'ex6cution
art. 80.) Ainsi encore,loin d'imposer aux effective de la peine.
officers de la police judiciaire I'obliga- En France, on n'a jamais elenend
tion de ddcerner un mandate de d6p6t ou a u t r e in o n t les deux lois du 4
d'arrit centre l'inculp6, quand son inter- Avril 1855 et du 14 juillet 1865, qui ont
rogatoire n'a pas delruit les charges ou successivement modifi6 l'article 94 du










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


code d instruction criminelle 1'une en Tribunaux, n de Aai 1909 ). Si le
instituant, dans les terms reproduits rapporteur du commit do justice du si-
par notre loi du 20 aott, le pouvoir de nlat no s'6tait pas contenkl de copier
donner mainlevde des mandates de d6- mot pout mot une phrase do son colle-
p61 et I'autre en dlendant ce pouvoir au gue francais de 1865 ; s'il avail pouss6
mandate d'arrit. Dans son rapport an plus loin sa citation sans i2Ill,' I.:l, ; s'il
corps 1egislatif sur celle de 1855, M. avail, en meme temps, considdre qne
Nogent Sainl-Laurens exposait ainsi les notre loi da 20 aoit, concue dans les
cas oi elle devait 6tre applique : ( La memes ternes et le meme esprit que
ddlenlion preventive est une measure les deux autres, ne saurait avoir une
d'ordre public, uno precaution prise porte6 differonte, le comit n'aurail pas
centre la fuite possible de l'incilp6 ei 6t induit en l'erreur que jo signal et
centre les influences qu'il pourrait exer- aurait reconnu que, cn Haiti comme1 en
cer sur les temoins, s'il tlait laiss6 en France, la facultL de donner main-
Atat de liberl-. Dans le premier cas, elle love des mandates de d6pot pent etre
assure la repression; dans le second, exercee, non pas soulement quann I'ap-
elle commence par assurer l'instruc- parent gravity, des indices s'est eva-
tion. Mais souvent il arrive qu'un hom- nouie on affaiblie, mais encore tdans
me mis sous mandate de dep6t offre des lons les autres cas oi <( la detention
garanties morales et mat6rielles qui ren- pr6alable, en cossant d'etre une Lices-
dent la pr6somption de fuite a pen pros site, devient une injustice ). Or il y a
impossible ; on bien que, los principaux toujours un moment oi elle csse d'fire
temoins ayant 6tl entendus, il n'y a plus n6cessairo a I'iustruction : c'est qnatnd
lieu de craindro des attalues et des in- celle-ci, sans 6tre aclevce, a djtja r.6,mi
fluences centre la v6ritA ; ou bien enfin assez Ld'6iments d'appreciation pour no
que les indices qui ontd6termint le min- pouvoir pas dans la suile etre detour-
dat de d6pit ont diminnu de telle sorte nde de sa voie. Alors l'interit do la rd-
que la chance d'acquittement est tr6s pression reste seul en jeu et il n'y a plus
supdrieure a celle de la condamnation. a examiner que si les circonstances ren-
Dans ces hypol hses, la detention pr6- dent vraisemblable que l'inculpd, remis
ventive n'est plus nlcessaire et lorsqu'elle en libertL, ne se representeirit p:s pour
n'est pas indispensable, elle devient un 'tre juge, dlt sa condamnation en deve-
malheur. > ( D. P. 1855. 4.40 ). Le nir plus certain et peut-Etre plus severe.
rapporteur de la loi de 18C5 disait A Appliquons ces principles a quelques
son tour : ... Cependant, il peut arri- examples.
ver, dans bien des cas, que des indices Apres I'ex6cution dai mandate de di-
graves qui ont amene une arrestation se p6t, le juge vient it constater quelefait
modifient dans le course de I'instruction a ete commis dans une de ces circons-
prealable, percent de leur importance tances of, d'apr6s les articles 18, 272 et
et finissent parlaisser aulant et plus de 273 du code penal, il n'y a ni -crime
place a la pr6somplion.d'innocence qu'A ni dblit ; on bien que 1'action publiqne
cell de culpability ; il pent arriver en- est eleinte par I'effet de la prescription,
core quele caracltre du faith s'attlnuoe; d'une amnislie, de lachose jugee. Dans
que le crime, par example, so change en toutes ces hypotheses, I'agent n'a pas de
delit ; que la situation de l'inculpe, ses compete i rendre a la justice. Aucune
inlerits, ses liens de toute nature garan- repression ne peut intervenir et I'ins-
tissent pleinement que la pensde ne peut truction m6me est sans objet. Au nom
pas lui venir de se souslrairepar la fuite de quel interMt maintiendrait-on le man-
et l'exil I I'excution d'une peine com-! datte dp6t? Ne sera t-il pas a la fois hu-
parativement ldg6re. Dans ces hypothe- main ct just d'en donner mainlev6e,
ses et une foule d'autres qu'on peut pre- aussil6t que sera suflisamment l6ablie
voir, la detention prealable, en ces- la circonstance qui d6pouille le faith de
sant d'etre une ncessit6, devient une lonte criminality ou met obstacle a la
injustice. (Cite par la Gazette des poursuite de 1'action publique ?










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Les articles 116 et 117 du coded'ins- parce que, la peine Mlant plus grande
truclion criminelle pr6voient le cas oiu, par sa nature et sa duree, celui que. des
par suite d'une fausse qualification du indices graves font pr6sumer coupable
fait incrimini un mandate d'arresta- a plus d'int6rit a fuir l'instruction et la
tion se trouve avoir o~6 decerne a 'or- repression, et que, pour assurer l'une
casion soil d'une simple contravention et 1'autre, il imported davantage de Io
de police, soil d'un dilit qui n'entraine mettre sous la main de justice. Dans
pas t'emprisonnement. Its veulent qu'en les procedures de cette importance, le
renvovant I'affaireau jugemcnt du tri- juge et le commissaire du gouvernement
bunal compilent, la chanmbre du conseil devront done, en general, tenir au main-
ordonne la mise en liberty du prison- tien du mandate d ddepot. Je ue vois pas
nier. C'est que, la peine ne consistent cependant d'inconvenient A ce qu'il en
pas dans la privation de la liberty ou soit donn6 mainlevee dans le course de
dlant, en tout cas, une peine 16g6re, le l'informalion, quand la peine est seu-
delinquant n'a guere int6r1t a faire element infamante. Consistent en une s6-,
defaut pour s'y soustraire. Cette mime rip d'incapacits et dedclhiances, elle at-
raison devra determiner le juge d'ins- teindra le condamn6, avec la m6me effi-
truction et le commissaire du gouver- cacilI, partout oil i sera et soit qu'il ail
nement i s'accorder pour la mainlevi6e It present ou absent an jugemenl. La
du mandate de dep6t, d6s qe l'erreur society et la justice ne sauraient avoir
de qualification que supposent les deux uninter6t legitirne a ce qu'il demeure
textes aura tle riv6lee par I'informa- en 6tat de d6p6t jusqu'a la condamna-
lion. tion, puisque, la peine n'dtant pas cor-
L'article 80 ( ancient etnouveau texte) porejle, it sortira de l'audience pour ren-
permet d'ordonner la detention pr6ven- trer chez lui au lieu de reprendre le
live, quaud ii s'agit d'un delit important chemin de la prison.
la peine de l'emprisonnement. II le per-
met, an lieu de le commander. On Soil que l'infraciion emporte l'em-
comprend ais6 ent pourquoi. En g6en- prisonnemenlcorrectionnel ou une peine
ral, il n'y aura pas i craindre que l'in- crirninlle, deux categories d'iuculpes
culpe pensce s'enfuir ou, s'il le faith dans ne doivent pas s'attendre la main-
le premier moment, qu'il persiste dans lev6e deleurs mandates de d&p6t, tout le
son defanl. Non-seulement il serail plus temps que des charges suffisanles auto-
sfrement condamnm absent, tandis qu'en risent a les croire coupables du fait
venani se d6fendre il obtiendrait peut- qui leur est impute : ce sont les vaga-
6tre une attcnuationde la peine, sinon bonds et les repris de justice. Les pre-
un acquiltement mais encore, poa. miers n'ayant ni feu ni lieu, on ne
echapper i un emprisonnement qui saurail oi les retrouver pour la suite de
pent varier de six jours i trois ( C. l'information et Ie jugemenit. L'aggrava-
P. art. 26 ), il devrait s'enfouir dans sa tion de peine et la defaveur qu'entraine
relraile ou se rdsigner ia 1'exil pendant I'6lat de rdcidive inciteraient les seconds
les cinq longues annees de la prescrip- a se soustraire a l'action de la justice.
Lion des peiues correctionnelles (C. Inst. Recrues volontaires ou faales de l'ar-
crim. art. 4.65 ). Que gagnerait-il a mde du crime, les uns et les autres ne
l'dchange ? Aussi, en cette matiire, la sortiraient de la maison d'arr&t que
detention prdalable ne peut-el!e lre poer rallier le drapeau et rentrer en
conmmandre. -- et cela dans des cas champagne contre la sifuet des person-
rares, exceplionnels,--que parles besoins nes et des biens. L'instruction, la re-
de i'instructiou, et doit-on y mettre fin pression, I'ordre public sont done ega-
des que ces besoins sont satisfaits. element intd6ess6s a ce qu'ils restent en
Quand, au lieu d'un dWlit, il s'agil etat de dMtention. C'est sans double
d'un crime. I'emprisonnement preventif pourquoi le code d'instruction crimi-
est de regle dans la pratique, non point nelle leur refuse le b6nefice de la mise
(q,'il soil alors .exige par la loi, mais en liberty provisoire sous caution.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


VoilA, messieurs, les considerations c6es depuis longlemps : 'artlcle 14 de
thrcriques qui me paraissent propres a la Constitution exige dans I'un et l'autre
guiderr le juge d'instruction et le com- les nmmes 6nonciations. Ils sont aujour-
missaire du gouvernement dans 1'ap- d'hui une seule et meme ordonnance.
plication de la loi du "20 aoit et a la (u'elle change d'dtiquette solon qu'elle
lumiere desquelles its doivent etudier a 616 delivree apres on sans les conclu-
les 616ments particuliers de chaque es- sions du minister public, cela peut-il
pece, pour decider s'il convient de don- lirer A consequence, alors que, quelles
ner mainlevee du mandate de d6pot au que soient cos conclusions, le juge de-
profit de tel inculpe ou de telaulre. Pour cide souverainement s'il doit les alop-
moi, qui n'ai pas a analyser des especes, ter ou les rejeter ?
mais h consid6rer la question de notre L'autre defaut de la loi est encore plus
collogue Denis au seul point de vue des deplorable. 11 me fait l'impression
principles, ces considerations me suffis- d'une hypocrisie politique. Exiger, pour
sent pour vous proposer la solution sui- 1; mainlev6e, I'assenliment prialable
vante: du commissaire du gouvernement, c'est
Quelle que soit la nature de I'incul- ouvrir une porte a l'intervention (n pou-
pation et quoique les charges ou indi- voir ex6cutifdans une question qui, do sa
ces recueillis centre l'inculpe aient con- nature, doit reliever seulement de I'auto-
serv6 toute leur force, le juge d'instruc- rite judiciaire ; c'est meltre la discre-
tion peut, sur les conclusions confor- tion du gouveruement la liberty des in-
mes du commissaire du gouvernement, culpes don't il croirait avoir une ven-
donner mainlev&e du mandate de dd- geance B tirer ; c'est reprendre d une
pOt; mais il ne doit le faire que quand main ce qu'on a donn6 de L'aulre. Pour-
i lui apparait clairement que cette main- quoi le meme magistrate qui decidee
levee ne compromettra ni la stiret6 pu- souverainement s'il convent on non de
blique, ni l'instruction, ni la r6pres- d6cerner le mandate cesse-t-il d'ins-
sion. pirer confiance quand il s'agit do juger
Permettez-moi, messieurs, de vous dire si ce mandate n'est plus utile et doit etre
maintenanI mon sentiment personnel reliri '? Oi'il soit aslreint ;i requerir d'a-
sur la nouvelle disposition que je viens hord les conclusions du commissaire
d'interprdler. Par cela seul que, dans du gouvernement, c'est fort bien, puis-
une certain measure, elle donne qu'il y peut trouver des observations
un remide contre le mal qu'est 1'empri- utiles, des objections motivees, qui le
sonnement pr6ventif inutilement pro- determinent a changer d'avis ; mais
longer, elle constitute, dans notre e1gis- qu'il ne puisse passer outre a lordon-
lation, on veritable progres et c'est pour nance de mainlevie par la seule raison
cela que j'ai appelee heureuse .1'inilia- que l'agent du pouvoir cx6cutif s'v op-
live a laquelie nous la devons. Mais pose, ce n'est pas l'impartiale justice,
elle est loin d'etre aussi liberale qu'il c'est la politique, avec ses passions a-
faudrait pour produire tous les effels venglei, qui a dict6 cela.
qu'on devrail pouvoir en attendre. Elle II faut esp6rer, messieurs, que les pou-
autorise la mainlevee des mandates de voirs publics corrigeront cette loie et la
dep6t el non des mandates d'arrdt, Or, purgeront des deux imperfections que
quand la detention pr6alable est jugee je viens c'esignaler. Puissent-ils amelio-
abusive et injuste, qu'importe par quel rer de plus en plus notre legislation
acte elle a tit ordonnee ? Les auleurs criminelle dans le sens de la justice et
de la loi en sont-ils A croire qu'il y a de I'humanite, en supprimer routes les
des differences essentielles entre ces rigueurs inutiles, routes les violations
deux minda's ? Tous deux emporte:'t gratuiles du droit individual, et y mettre
privation immediate de la .libert6. chaque fois, suivant la philanthropique
Quant i leur forme, les distinctions exhortation du poete, un peu plus de
qui r6sultaient des articles 81 et 82 du douceur et d'amour.
code d'instruction criminelle sont effa- F. L. CAUVIN.









88 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


MAJORITE MATRIMONIALE correspondent i notre article 136, 4tait
ainsi conu

Le succes retentissant du livre de MM1. Le fils qui n'a point atteint 1'Age de vingt-
IIenri Coulon et Bene de Chavagnes suc cinq ans accomplish, la fille qui na point at-
le Marriage el le Divorce de remain a teint l'age de vingt-cinq ans accomplish, ne
ranimn les discussions autour de la peuvent contractor manage sans le consente-
ranim les dis sions a r de meant de leur pere et mere ; en cas de dissen-
Scrise du marriage ) don't les Francais timent, le consentement du pere suffit.
semblent plus particulidrement souffrir.
Bien que la question ne se presente Quelles 6taient les raisons de 1'inega-
pas socialeiment avec les m6mes carac- lit6 ainsi dtablie par le 16gislateur entire
tIres en Haiti, nous ne pouvons rester les deux sexes ? ( La nature disait
indiffirents au movement d'opinion Porialis au Corps Ldgislatif dans la s6-
qui se produit en France et aux tenta- ance de vendemiaire an XI,- se deve-
lives, parlementaires ou privies, qui y loppe plus faciloment dans un sexe que
sont faites en vue de modifier le regime dans l'autre, et une fille qui languirait
matrimonial. Les rIgles de notre Code p6niblenent dansune trop longue attente
civil sont d'ailleurs sur ce point presque perdrait une parties des attraits qui peu-
semblables a celles du Code francais : ventfavorisersoantablissement,et souvent
il imporle done que nous nous tenions mdme se trouverait expose a des dan-
an courant des progr6s de la 16gislation gers qui pourraient comprometlre sa
frangaise en cette matiare interessante vertu, car la fille ne volt dans le maria-
afin de nous en inspire dans ia mesu- ge que la conqunte de sa liberty). Moor-
re compatible avec les mceurs hailien- Ion a plus completement encore rdsu-
nes. m6 ces arguments dans le passage sui-
Une loi- dout ii n'a pas Wtt beaucoup vant : e Le refus des ascendants, a-t-on
parln en Haiti quoiqu'elle soit deja dit, pourrait etre irreparable, quant aux
vieille de deux ans- est venue appor- flles deja majeures ; car leur jeunesse
ter l'importantes modifications aux dis- est souvent la cause d'6tablissements
positions du Code civil francais rela- a\antageux don't elles ne trouveraient
lives au marriage c'est celle du 11 plus l'occasion a un age plus avanc6.
join 1907. Due a l'iuiliative de M. I'ab- L'homme, au contraire, se marie mieux
be Lemire, depute du Nord, elle t s'est a vingt-cinq ans qu'a vingi et un ans.
fix6 come buL de rendre plus ais6 l'ac- Le fils, d'aillcurs, tien plus a ses as-
cis te l'instilution matrinmoniale en sim- cendants que la fille, puisqu'il en con-
plifiant cerlaines fonnalitfs ordonnces serve ot eo1 perpiltue le nomr. Son ina-
par le Code, et en diminuant les frais riage engage done plus directement
que nicessile sa cildbjration.s Elle porte l'honneur de sa famille. Dis lors, on a
sur les conditions extrinseques ( publi- do le laisser plus longlemps soumis a
cations et domicile matrimonial) et sur son aulonite. On a considdrd enfin qu'en
les conditions intrinseques du marriage g6ndral la raison so ddveloppe plus ra-
( minority natrimoniale, majority matri- pidement chez la femme que chez l'bom-
moniaie, oppositions. me. .
Nous ne pouvons donner ici une ana- C'6taient la de mauvaises raisons, et
lyse complete des dispositions de celte l .Catalogne,rapporteur au Senat du pro-
loi nous n'en reliendrons aujourd'hui jetLemnire quidemandait, en I'un de ses
qu'une seule, cell qui a trait i I'unifica- articles, d'unifier 1'age de la majonild
tion de l'age de la majoiilt matrimonia- matrimoniale pour les deux sexes, n'eut
le pour les deux sexes.(,l) pas de peine A en fire justice.
u Pourquoi argument I'honorable
L'ancien article 148 du Code frangais, s6naleur -- le citoyen francais, libre de
sa personnel quand sonne I'heure de la
(). La legislation nouvelle sur les conditions majority civil, apte dds cet dvdeement
du mariage, par Jean Marcade, 1908. a se livrer A des enlteprises dans les-










REVUE DE LA SOCITEt DE LtEGISLATION 89


quelles peuvent sombrer son honneur et rent o al, ce mme do et refu-
sa fortune, avant la faculty de donner sent allie, el ce mv me droit est reu-
unltat civil a des Wtres qui n'en ont plement parc quh e ec derni're a encore
pas... pouvant, en un mot, supplier un ple bonueur de possdderr qu que v-n
p6re de famille, devail-il, jusqu'a 1'Age nabe ascendant N'y a-tl ps vne
de vingt-cinq ans, subordonner sa voloin- a e y a-t-il ps la ne
t6 a celle de la puissance familial i omalie chant e ?
quand i s'agissait de son 6tabliss- paLe Senat francais se laissa convaincre
ment d? N'yavait-il pas lieu de fire pa' son rapporteur, et la disposition sui-
ment ? N'y avai-il pas lieu d f vante fuL substitute a l'article 148
coincider la majority matrimoniale, non
.sulement avec la majority civil, mais Le fils et la fille qui n'ont pas atteint l'tge
encore avec la majority polilique ? On de vingt-et-un ans accomplish, ne pcuvcnt
no s'explique pas en effect qu'on puisse contractr ian e sans le dcosentement de
de confiance dans n ileurs pare et mre ; en cas de dissentiiment, l
avoir assez de conflance dans un june consenlett du pere suffit.
homme pour lui permettre d'agir, par
son bulletin de vote, sur los desinees II nous senble que les raisons invo-
nationales et qu'en mime temps on refu- quees en France pour fire adopter cet-
se de lui reconnaiitre la maturited'es- te modification pourraient egalement
prit n6cessaire pour rgler sa propre servir en Haiti, la difference entire les fits
vie et diriger son coeur. et les filles consacree par l'article 136 du
Un autre argument, mis en avant par Code civil haltien ne reposant sur aucu-
M. Catalogne, c'est que presque tous les ne base srieuse.
autres pays ont admis sur ce point I'6- D.B.
galild des sexes, en fixant la majorilt6
matrimoniale, I'Allemagne, 1'Angleterre, Nous transcrivons ici les editions
la Belgique, la Roumanie, le Luxem- de Planiol, de Baudry-Lacantinerie, ect,
bourg, ia 1 ans, la Suisse, A 20 ans, la en usage actuelleent en aiti tant an-
Serbw a 18 ans, etc. (1) Sans doute usae at en i dat
<< 3.ge pour contractor manage varied terieures ia 1907-les articles du Code
avec les temperaments et les temperatu- civil frangais modifies par cette impor-
res ; mais peut-on sdrieusemont pri- tante loi du 21 juin 1907.
tendre qu'il y ait ( plus de maturity
d'esptit et plus de rdflexion dans 1 me Art.63.- Avant la c l bration du.maria-
d'un Russe on d'un Allemand que dans ge, l'officier de l'6tat civil fera une
celle d'un Francais p? publication par voie d'affiche apposee a
Eusuite et cotte raison part d6ci- la porte de la mason commune. Cette
sive an Sdnat frantais -- l'arlicle 160 du publication 6noncera les prdnoms,
Code civil (art. 146 haitien ) dispose noms, professions, domicile et rdsiden-
que ( s'il n'y a ni pere ni m6re, ou s'ils ce des futurs dpoux, leur quality de ma-
se tr6uvent dans l'impossibilitl de ma- jeur ou de mineur, et les prenoms,
nitester leur volonte, les fils et les filles noms, professions et domicile de leurs
nineurs de vingt et un ans ne peuvent pore et mire. Elle enoncera, en outre,
contractor marriage sans le consenlement lesjour, lieu et heure oft elle a 6t6 fai-
du conseil defamille ; rnais a qui un te. Elle sera transcribe sur un seul re-
majeur de vingt et on ans s'adressera- gistre cole et paraf6 comme il est dit a
t-il lorsqu'il veut contractor marriage ? I'atile 41 du Code civil et dpose,
Sprsonl, puisqu'on n pet al fin de chaque annce, au greffe du tri-
A personnel, puisqu'on ne pent pas b TV" 'u
parler, quand ii s'agit de lui, de conseil bua Particle
de famille.1Mine'ur an point tie vue ma- Art. 64 -- L'affiche prvue en l'article
trimonial, it a la faculty& de se marier pr6cddent restera apposde A la porte de
an prndre 'assentimnt d'ac p la mason commune pendant dix jours,
sans prendreassentiment 'aucun pa- lesquels devront comprendre deux di-
(i).V.Le marriage en droit internalitoal privi,- manches. Le marriage ne pourra Otre ce-
Alexandre C. Orescu. 1908. 1lbr6 avant le dixidme jour depuis .et










REVUE DE LA SOCIETEE DE LEGISLATION


non compris celui de la publication.
Art. 65.- Si le marriage n'a pas Wtd
celdbre dans l'annee, a computer de l'ex-
piralion du delai de la publication, il
ne pourra plus etre c6lbre qu'apr&s une
nouvelle publication faite dans la forme
ci-dessus.
Arl. 74.- Le marriage sera ce61br6
dans la commune oU l'un des deux
epoux aura son domicile ou sa rsiden-
ce 6tablie par un mois au moius d'ha-
bitation continue A la date de la publi-
cation pr6vue par la loi.
Art. 76.- On 6noncera daus l'acle de
marriage 41 les prdnoms, professions,
ages, lieux de naissance et domiciles des
epoux ;20 s'ils sont majeurs ou mi-
neurs ;3 les pr6noms, noms, profes-
sions et domiciles des p&res et mores;
40 le consentement des pores et mores,
aleuls et aieules, et celui du conseil de
famille, dans les cas ofi ils soot requis ;
la notification prescrite par l'article 151,
s'il en a t61 faith; 60 les opposition,
s'il y en a eu ; leur main levee, on la
mention qu'il n'y a point eu d'opposi-
lion 7 o la declaration des contrac-
tants de se prendre pour 6poux, et le
prononc6 de leur union par 1'officier
public ; 80 les prenoms, noms, Ages et
domiciles des temoins et leur declaration
s'ils sont parents on allies des parties,
de quel c6t1 et A quel degr 9 ; 9 la d&-
claration faite sur I'interpellalion pres-
crite par l'article prdcident qu'il a etd ou
qu'il n'a pas Wte faith de contract de maria-
ge, et, autant que possible, la date du con-
trat, s'il existe, ainsi que les noms et
lieu de residence du notaire qui l'aura re-
cu, le tout a peine centre l'officier de
1'6tat civil de I'amende fix6e par I'arlicle
50.
Dans le cas off la declaration aurait
6tW omise ou serait erronee, la rectifica-
tion de l'acle, en ce qui touche I'omis-
sion on l'erreur, pourra tdre demanded
par le procureur de la Rdpublique, sans
prejudice du droit des parties interes-
sees, conformn6ment A l'article 99.
11 sera fait mention de la c6l6bration
du marriage en marge de l'acte de nais-
sance des 6poux.
Art. 148. Le fils ou la fille qui
n'ont pas atteint I'Age de vingt et un


ans accomplish ne peuvent contractor ma-
riage sans le consentement de leurs p&-
re et mere : en cas de dissentiment,
le consentement du pere suffil.
Art. 151. Les enfants ayant at-
toint l'Age de vingt et un ans revolus
et jusqu'A l'Age de trente ans r6volus,
sont tenus de justifier du consentement
de leurs pere et mere.
A defaut de ce consentement. l'int&-
ress6 fera notifier, dans les formes pre-
vues en 1'article 154, l'union projetee a
ses pere et m&re on a celui des deux
don't le consentement n'est pas oblenu.
Trente jours francs dcoules apr6s jus-
tification de cette notification, il sera
pass outre i la celebration do marriage.
Art. 152. S'il y a dissentiment en-
tre des parents divorces ou s6par6s de
corps, le consentement de celui des
deux epoux au profit duquel le divorce
on la separation aura 6td prononc6 et
qui a la garde 1'enfant suffira.
Faute de r6unir ces deux conditions,
celui des pore et mere qui consentira au
nariage pourra citer 1'autre d'evant le
tribunal de 1ere instance siegeant en
chambre duconseil ; le tribunal compd-
tent sera celui du domicile de la per-
sonnequi a la garde del'enfant il statuera
en audience publiqueet en dernierressorl.
Art. 154. La notification prescrite
dans l'article 151 sera faite a la requ6te
de I'intiress6 par un notaire instrumen-
tant sans le concours d'un deuxi6me no-
taire ni de tlmoins.
Cet acte, vise pour timbre et enregis-
trW gratis, enoncera les prenoms, noms,
professions, domiciles et residence des
futures 6poux, de leurs peres et mires,
aussi que le lieuoi sera cel1brd le ma-
riage.
II contiendra aussi declaration que
cette notification leur est faite en vue
d'obtenir leur consentement et qu'A dd-
fant il sera pass outre i la celebration
A l'expiration du dMlai de trente jours
francs.
Art. 155.- En cas d'absence des pere
et mere auxquels edt dfitrefaite la noti-
fication prdvue a I'article 151, ii sera pass
outre a la celebration du marriage en re-
pr6sentant le jugement qui aurait 6t6
rendu pour d6clarer l'absence, ou, a


__









REVUE DE LA SOCI TE DE LEGISLATION


defaut de cejugement, un acle de noto-
riete delivre parole juge de pai< du lieu
ou les pere et mAre out eu leur dernier
domicile connu. Get acte contiendra .la
declaration de quatre tdmoins appelds
d'office par le juge de paix.
II n'est pas n6cessairede produire les
actes de d6ces des peres et mires des
futurs marius lorsque les aleuls, pour
la branch A laquelle ils apparliennent,
atles'ent ce dcis ; et dans ce cas, il
doit etre fait mention de leur attestation
sur l'acle du marriage.
A ddfaut de cette attestation, ii sera
procede a la c6dlbration dui mnriage
des majeurs, sur leurs declaration et
serment que le lieu du ddcis et celui
du dernier domicile deleurs ascendants
leur sont inconnus.
Art. 156. Les ofticiers de l'lat
civil qui auraient procMde6 la celebra-
tion des marriages contracts par des
fils ou filles n'ayant pas atteint 1'age
de vingt et un ans accomplish, sans que
le consentoment des peres et m6res, celui
des aieuls et aieuleset celui du conseil de
famille, dans le cas ofi il est requis,
soit miaonc dans l'acte de marriage, se-
ront, a la diligence des parties interes-
sees ou du procureur de la RdpublijLue
pres le tribunal civil de premiereinstan-
ce de l'arrondissement oi le marriage
aura dPi c6lebr6, condamn6s A 1'amende
portle en l'article 192 du Code civil.
Art, 157. L'officier de I'6tat civil
qui n'aura pas exige la justification de
la notification prescrite par I'article 151
sera condamn6 A l'amende prevue en
I'article precedent.
Art. '58. Les dispositions conte-
nues aux articles 148 et 149 et les dis-
positions des articles 151, 152, 153,
154 et 155 sont applicables aux en-
fants naturels 16galement reconnus.
Art. 159. -- L'enfant natural qui n'a
point ete reconnu et celui qui, apris
l'avoir 6tl, a perdu ses pere et mere ou
dont les p6re et mAre ne peuvent mani-
fester leur volont6, ne pourra, avant
I'age de vingt et un ans revolus, se ma-
rier qu'apres avoir oblenu le consente-
ment du couseil de famille.
Art. 165. Le marriage sera celibr6
publiquement devant l'officier de l'etat


civil de la commune oi l'un des 6poux
aura son domicile ou sa residence a la
date de la publication privue par l'ar-
ticle 63, et en cas de dispense do publi-
cation, h la suite de la dispense pre-
vue a 1' art, 169 c apr s.
Art. 166.--- La publication ordonnie
par 'art. 163 sera failed a la municipality
du lieu oii chacune des parties contrac-
tantes aura son domicile on sa resi-
dence.
Art. 167. Si le domicile actuel ou
la residence actuelle n'ont pas 6td'd'une
dure c o n t i n u e de six mois, la
publication sera faite en outre au
lieu du dernier domicile, et, A defaut du
domicile, au lieu de la derniere r6siden-
ce; si cette residence n'a pas une dur6e
continue de six mois, la publication sera
faite 6galement au lieu de la naissance.
Art. 168. Si les parties contractan-
tes, ou l'une d'elles, sont, relativenicnt
au marriage, sous la puissance d'autrui,
la publication sera encore faite a la
municipality du domicile de ceux sous
la puissance desquels elles se trou-
vent.
Art. 170 (ler paragraphe).- Le maria-
ge contract en pays Btrangers entreFran-
gais et stranger sera valuable s'il a
Wtb c6lebr6 dans les formes usitees
dans le pays, pourvu qu'il ait WtA
pricedd de la publication prescrite par
l'article 63, au titre des (( Actes de 1'6-
tat civil et que le FranCais n'ait point
contrevenu anx disposilions continues
aux chapitres pr6c6dents.
Art. 173. Le pAre, et a d6faut du
pAre, la mere, les aieuls et aieules, peu-
vent former opposition au marriage de
leurs enfants et descendants encore quc
ceax-ci aient vingt et un ans accomplish.
Art. 192. Si le marriage n'a pas Wte
prrced de la publication requise, ou
s'il n'a pas L6t obtenu les dispenses
permises par la loi ou si les inter-
valles prescrits entire les publication
et celebration n'ont point Wte observes,
le procureur de la ,R6publique fera
prononcer centre l'officier public une
amende qui ne poarra exc6der trois
cents francs et centre les parties con-
traclantes, on ceux sous la puissance


'-ii--------------- ~ --~- -~C-- ---------- ;_------_---------


:I
81









92 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


desquels elles out agi, uoe amende pro-
portionnee a leir fortune.
Art. 169. Le procureur de la R1pu-
blique, dans 'arrondissement duquel sera
c6lebrd Ie marriage, pent dispenser,
pour des causes graves, de la publica-
tion et de lout dMlai.


CODE DE COMMERCE

Notre college, M. Louis Borno. don't
le Code civil annotW fut si favorablement
accueilli du public, fait editer chez Verro-
lot, Port-au-Prince, un Code de Commerce
congu sur le mime plan et appelA a un
6gal success. Pcur donner a nos lecteurs
une id6e de 1'intiert des notes de doctrine
et de jurisprudence franchise et haitienne
qui accompagnent les articles et en eclai-
rent le sens, nous reproduisons les pages
suivantes de l'ouvrage.

Art. 1. Sont commereants ceux qui
exercent desj actes de commerce, et
en font leur profession habituelle. ---
Com. 84, 236, 621 et s.
(a) Sur les actes de commerce, voyez les
notes sous les articles 621 et s.
(b) La question de savoir quels sont les
faits et circonstances et quel est le nombre
d'actes de commerce qui constituent la
profession habiinelle relive de l'appreciation
des tribunaux.
L'on peut Ltred6clard commercant, alors
mime que les actes effectuis auraient hte
secrets et alors mime que l'on exercerait
une profession principle comme celle de
notaire ou d'avocat.
Les tribunaux peuvent, par contre, en
se basant toujours sur les circonstances,
ne pas d6clarer commercant l'individu
qui faith des actes de commerce relativement
insignifiants, destines a subvenir i ses be-
soins journaliers. ( V. note sous I'art. 8 ).
(c) Fait acte de commerce celui qui,
d'aprbs les competes products, a achet6 des
marchandises en une quantity qui oblige
a inferer qu'elles ne pouvaient .tre uni-
quement affect6es a son uisage particulier.
Et le tribunal de commerce s'est, a tort,
d6clar6 incompetent dans l'espAce. -- Cass.
H. ii Oct. 19oo.


(d)N'est pas commercant le propri6taire,
irdividu ou sociAt6, qui exploit ses pro-
pres terres et qui en vend les produits soit
en nature (cannes, bois de campeche
et autres,) soit aprbs les avoir trausform6s,
( rhum, sucre, teinture, planches, carbon,
etc ).
(e) Est commercial 'action en rembour-
semnent intentee contre ce'ui qui a recu
une some d'argent aux fins de l'intalla-
tion et des travaux d'une usine a. dcorti-
quer le cafe ahet6 des tiers. Cass. H.
20 Nov. 1900.
(1) Est civile 'action en reimbursement
de valeurs avancces a un proprietaire con-
tre livraison future de bois de campeche,
quand il resulte de circonstances de fait que
ces bois devaient provenir des domaines
du proprietaire. Cass. H. 20 Fv. i9oo.
(g) D'aprbs l'article 6 de la loi du 24
Octobre 1875 sur les impositions directed,
les strangers ne peuvent exercer aucune
industries qu'en vertu d'une licence du
President d'Haiti. De plus, ils ne sont
( admis A exercer le commerce qu'en qua-
liti de n6gociants-consignataires et seule-
ment dans les ports ouverts. ( Art 8).
II imported d'observer que le 16gislateur
emploie ici l'expression commerce dans un
sens trbs restreint. 11 n'entend, exactement,
que l'achat de denrbes et marchandises
pour les revendre telles quelles. Et meme
a cet 6gard, il y a encore des restrictions.
Ainsi, une interpretation consacrbe admet
I'etranger comme pharmacien ( avec droit
de vendre, outre des drogues m6dicinales,
mais encore les bonbous et parfumerie.>)
Du principle admis et applique jusqu'ici,
il r6su!te que n'exercent pas le commerce,
dans le sens de l'article 8, les strangers
banquiers, boulangers, cafetiers, auber-
gistes, entrepreneurs de transport par terre
ou par eau, etc...
II n'en est pas moins certain, en droit
commercial, qu its sont tous commerCants,
passibles comme tels des rigueurs de la
loi consulaire.
(h) 11 resulte de l'articje 441 du Code
civil et des articles 5, 6, 20 du Code ru-
ral de i864 que la liberty du commerce
est entiAre dans les villes aussi bien que
dans les campagnes d'Haiti. Elle est mime
tout specialement favoris6e dans les cam-









REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


pagnes, puisque, au-dela d'un quart de
lieue dcs villes et bourgs, ii est permis a
tout Haitien de s'6tablir librement, a quel-
que titre qu'il lui plaise, oan: payer ni
patente ni imp6t locatif. (Art. 3, loi du
16 Septembre 1878, additionnelle a celle
du 30 Octobre 1876, portant tarif des im-
positions directed. )
En ce qui est de 1 stranger, il n'y a que
le commerce stri.tement entendu qui lui
soit interdit hors des ports ouverts. Au-de-
li du quart de lieue, il exerce toute in-
dustrie sans payer de patente et sous la
seule obligation de la licence.
L'article 3 de la loi du 16 Septembre
1878 a implicitement abrog6 les 2, 3", 4e
et 9 de l'article36 de la loi du 24 Octo-
bre 1876 sur les impositions directed.
Observation important. J'ai argue de
cette loi du 16Septembre 1878 pour me
confoimer la pratique des Conseils com-
munaux qui tous, parait-il, 1'appliquent.
Mais je tiens, toutefois, A faire remarquer
que les lois budg6taires qui renouvellent
chaque annee les lois des 24 et 30 Oc-
tobre 1876 ne mentionnent point celle de
1878 et ....: toltes lois ou dispositions
de lois contraires. Les Conseils communaux
estiment, je suppose, que la loi addition-
nelle est virtuellement renouvel6e avec la
loi principal.
(i) Voir loi diu 24 Oclobre 876_ sur les
patented, art. 32. -- Obligation d'indiquer
dans toute petition, requcte ou acte d'a-
journement, le N" de sa patente pour
l'ann6e en course. En cas d'omission, la
simple production de la patent suffit ; et
cela alors meme que la date de la patent
serait posterieure a la date de l'exploit
( Cass. H. 15 avril 1902 ), requkte ou
petition.
L'art. ii de laloi de 1905 surles Douanes
dispose que la patente ou la licence sera
retiree a tout commercant condamn6 pour
fait de contrebande.
(j) Le commercant en liquidation est
dispense de prendre patente. Cass. II. 4
avril 1905.
(k) V. Code rural, art. 37 et suiv. sur les
haltes. Elles ne peuvent Atre cr66es que
moyennant autorisation prealable du Se-
cretaire d'Etat de l'Agriculture et apris
enquite. Pour crder une hatte de bites A
comes, il faut avoir cinquante carreaux


de terre, au moins, avec des npitv'ages
suffisants ; pour une hatte de pourceaux,
il faut un minimum de vingt-cinq car-
reaux.
(1) Les Conseils communaux peuvent
regler ( la taxes du pain, de la viande et
de certain objets de consommation qui
en sont susceptibles. ) (Loi 6 Octobre 1881
sur les Conseils cominwinaux. ) 11s ont le
droit de prendre toutes measures pour la
salubrit6 publique et la s6curit6 des famil-
les ; de lI, un droit de surveillance sur
les objets de consommation', droit pouvant
aller jusqu'a les faire d6truire, si par leur
mauvaise preparation ou par leur Atat de
deterioration ils doivent nuire au public.
La loi du 23 oct. 1846. additiornelle au;Code
p&nal, punit d'un mcis a six mois de prison
et de 50 a 300 gourdes d'amende tous ceux
qui, individuellement ou par coalition,
refuseraient de vendre ou d6cideraient de
ne vendre qu'a un certain prix, contraire-
ment aux taxes 6tablies, le pain, !e biscuit,
la viande fratche ou sale, le poisson ou
autres objetsde consommation assujettis a
la taxes. Les coupables peuvent de plus
htre sous la surveillance de la haute police.
(nw) L'imprimerieet la librairiesont libres,
sous l'obligation pour l'imprimeur de de-
poser au D6partement de l'Interieur (hors
de Port-au Prince, a la Commune ) cinq
exemplaires de tout imprim6 rendu public.
M&me obligation de dep6t, a la charge de
tout grant de journal ou 6crit p6riodi-
que, pour chaque numdro publiC ; de
plus, le grant est soumis a une declara-
tion 6crite au D6partement de l'Interieur,
avant toute publication du journal ; pass
quinze jours, la publication peut se fair
avec ou sans 1'autorisation du Departement.
( V. Loi 26 Octobre I88y, sur la Presse.
(z) V. Loi 6 Oct. I885 sur la propriet litlt-
raireetartistiqve. Les auteursont droit exclusif
sur leurs oeuvres durant leur vie. Meme
droit exclusif au profit de leurs veuves,
durant leur vie. Meme droit, mais pen-
dant vingt ans, pour les enfants, et a d6-
faut d'enfant, pendant dix ans pour tous
autres h6ritiers. Apres quoi, les ouvrages
tombent dans le domain public ; n'im-
porte qui peut en fire commerce.
(o) V. loi 4 Septembre 19o5, sur les
Donanes. -- Defense d'exporter animaux, ar-
gent et or en lingot ou en barre, monnaies









REVUE DE LA SOCIETTE DE LEGISLATION


nationals d'argent, de bronze et denickel, V. sur la contrainte par corps la loi du
ma ti ~ res d'or et d'argent. D- 21 aonlt 1907 qui modified certain articles
fense d' in porter r h u m, ta fi a du C. de Pr. ci v. ( appendice ).
,sirop, melasse, sucre brut et terr6, huile (t) Le tribunal ne pent declarer quel-
de naphte, huile de k6rosine au-dessous de qu'un commercant, associd dans une mai-
38 centigrades ou de oo00 Fahrenheit son de commerce, en se bornant a dire
les ouvrages ou objets obcenes, sous que cela < est de notoriet& publique. ) II
peine de confiscation. doit exprimer les faits sur lesquels se base
(p) La loidu 9 D6cembre 1879 prohibe cette notori6et publique. -- Cass. H. 8
l'importation des poudres, projectiles, mu- juillet 1890.
nations, capsules et autres engines quelcon- (a) V. Loiet Tarif du 1o aoit 1877 sur
ques et de toutes armes de guerre on de l'Ftalonnagedespoids et measures ; Loi du
luxe. L'Etat seul peut les importer et les 12 Juillet 1872 sur les spiritueux.
ceder aux commercants specialement au- (v) Le commercant qui, pour expedier
toris6s a ce genre de commerce. des denre6s A l'Etranger, a observe les
( ) Les agents de change et courtiers prescriptions de la loi sur les douanes, ne
ne peuvent se livrer, cdirectement ou in- peut pas etre tenu pour responsible de la
directement, aucun commerce au're que difference, accusee par le Consul d'Haiti au
le leur. II ne peuvent meme pas payer port de destination, entire le poids de
ou recevoir pour le compete de leurs com- ces denrees au lieu d'embarquement et ce-
metta.ts. Art. 84. C. Coin; art. 9 Loi dt lui trouv6au port de d6barquement.
25 Sept. ISo. ) En revanche, il est dB- En' effet, si cette difference provient
fendu, sous peine d'une amende qui peut d'erreur, de negligence ou autre cause,
aller jusqu'a 500 gourdes, a tous individus elle ne pent etre mise qu'a la charge des
autres que ceux commissioners A cette fin, agents de la douane prepos6s an service de
d'accomplir aucun des actes r6seIv6s aux l'exportation, conform6ment la loi du
agents de change et courtiers. 26 aoit 1870 sur la responsabilite des fonc-
II n'est pas indifferent d'observer que tionnaires et employes de l'Administration.
1'art. Ier de la loi de 1890 ne limited que art. 17, et elle ne pourrait engager la
le nombre des agents de change. Le nom- responsabilit6 de l'exportateur, concurrem-
bre des courtiers est done illimite. ment avec ces proposes, que seulemenl en
Loo AoesSyriens. cas de fraud doment constatee. Cass. H.
(r) V. Loi -o Aodti9o3 sm- les Syriens.--125 Juin I9O7.
Comme tout stranger, le Syrien ne pent'2 Jun
faire le, commerce qu'en quality de nego-
ciant-consignataire. De plus, il ne peut
avoir qu'un seul 1tablissement commercial. Art. 107. Les achats et ventes se consta-
,. stent,
S'il se livre au commerce sans patente et te ctes
,-, r .,', ~Par actes publics,
licence, ou s'il fait de la pacotille, du col- Par actes p
S Par actes sous signature privee,
portage, la speculation en denr6es outout Par Ic bo d'n a t
autre commerce de detail, ii est possible a e borereu o, mnt dun agent de
e a d d 50 change ou courtier, dament sign& par les
d'une amended de 500 dollars et d'un em- parties
prisonnement de trois a six mois ; en cas Par une facture accepted,
de r6cidive, il est expuls6. Par la correspondence,
(s) La contrainte par corps est une voie Par les lives des parties,
d'ex6cution essentiellement personnelle; Par la preuve testimoniale, dans le cas
elle ne pent etre prononc6e contre la per- o0 le tribunal croira devoir I'admettre.- Civ.
sonne civilement responsible, ni contre 0o2 et s, 1107, 1126, 1139, 1143 et s. --
les h6ritiers du d6biteur, ni sp6cialement Com. 8 et s. 76; 78, 83, 149, 247, 270, 412.
contre la femme du commergant d6c6d6,
a raison des dettes commercials du d6funt (a)Cene sont pas sealement les achats
et cela alors meme qu'elle aurait, depuis et ventes, mais, en principle, tous les con-
le d6cs, r6pondu de payer It dite dette. trats de nature commercial qui sont
Cass. H. ro sept. 1901. susceptibles d'etre constat6es on prou-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


vees par les modes de l'art. 107, ainsi
d'ailleurs, que par les pr6somptions,
1'aveu et le serment. Cen'est que par
exception que le Code de Commerce im-
pose 1'6crit ( art. 39, 40, 149, 150, 192,
270, 311. 329 ) ; et mime alors il peut
y avoir parfois ouverture a la liberty
des preuves ; ,'est ainsi que, a d6faut
d'6crit, constalant une SociWte de corm-
merce, les tiers peuvent en 6tablir l'e-
xistence par tous les moyens possibles.
11 va sans dire, au demeurant, qu'il
n'est point ici question de certain
actes qui, en droit civil, n'existent pas
en dehors de la forme solennelle de L'acle
authentique. L'hypotheque, par exem-
pie, mime affectee A une delte commer-
ciale, exige I'acte notari6, ( Voy. note
w e).
(b) Voy. loi 7 aoit 1903. sur le tarif
et paper timbre ; Loi 27 juillet 1895,
sur la contrainte par corps ; Loi 21
aofit 1907, modifiant le C. de Pr. civ.
art. 2, 3 et 4, modifiant le ddcrdt du
22 mai 1843.
(c) Le vol et la fraude pouvant Utre
dtablis par de simples pr6somptions, les
juges ne peuvent n6gliger d'examiner
les presomptions de fraude soulev6es
centre unactede remer6 en dclarant que
I'acle fail foi jusqu'a inscription de faux
et qiie la fraude ne saurait etre pr6su-
mee. Cass. H. 15 avril 1902 ( sur un ju-
gement du 8 mars 191)1 du Trib. de
commerce de Port-au-Prince, entire B.
Joseph et R.Detjeen.)
(d)Voy. note (e) sous l'arl. 651.
(e) S'il appartient auxtribunaux de sta-
tuersouverainement sur les circonstances
de fait qui peuvent reveler i'intention des
parties et d'interpr6ter le sens et les
lettres des conventions, il n'en est pas
moins certain que le Tribunal de Cassa-
tion peut exercer son pouvoir de revi-
sion lorsque les 616ments de la decision
attaquee sont puis6s dans l'acte lui-mimne
et non dans lescirconstances de faith. Les
d6cisionsqui prdsentenLtdes erreurs mani-
festes, quidenaturentun acte, uncontrat,
sous pretexte d'en interpreter les ter-
imes, tombent sons la censure du tribu-
nal supreme. Cass. 11. 6 Juin 1905.
(/) Les iuges consulaires appr6cient
souverainement quand ils consid6rent


comme opposable au creancier la rdduc-
tion de dette consentie au debiteur dans
une lettre adress6e A celui-ci par l'avocat
constitud du cr6ancier. Cass. 11. 22 nov.
'1894.
.(g) L'intenlion des parties pent senle
permettre, lorsqu'elle n'est pas formelle-
ment constatee, de distinguer le depdt
de certain autrescontrats. Les juges ont,
A cet 6gard, un pouvoir souverain d'ap-
precialion. Cass. H. 30 nov. 1905, 6 oct.
1892.
(h) Lorsqu'un extrait de compte-cou-
rant n'a pas former la base de la deci-
sion attaquee,ou qu'il n'ena 6t1 question
que pour corroporer en fait co qui avait
ete explique en droit, it imported peu
que cet extrait ait Wt6 on non timbre,
enregistr6 ou d6battu.(C.H.2 aofit 1832.)
(i) Lorsqu'il s'agit de donner A uncon-
trat sa veritable 'qualification, les juges
du fond ont le pouvoir de rechercher,
dans les faits et dans les actes soumis A
leur appreciation, 1'intention de la pen-
see des parties contractanles ; leur d6-
cision sur ce point est souveraine. Cass.,
H. 6 oct. 1892.
(j) Les juges du fond apprecient sou-
verainement les fails et circonstances
don't ils font resulter une faute donnant
lieu des dominages-inuterts. Cass. 11.6
juin 1893.
(k) II y a fausse application et fausse
interpretation de l'art. 1030 C. Civ. si
les juges accordent des ddlais immoddr6s
a un d6biteur par rapport A sa bone
foi, sans considered sa position de for-
tnne. Cass. H. 18 sept. 1900.
(1) Est nu le jugement qui ordonne le
serment decisoire, sans s'6tre pos6,dans
le point de droit, la question y relative.
Cass. H. 26 nov. 1901.
(m)Le tribunal civil ne saurait d6cla-
rer non-recevable le marchand qui, pour
repousser la prescription d'un an ( Civ.
art. 2037 ) opposee par le non-mar-
chand a l'6gard de marchandises ache-
tees par ce dernier, a d6f6r6 A celui-ci
le serment. En agissant ainsi, le tribu-
nal a viol l1'art. 2040 C. civ. qui n'ac-
corde dans ce cas au cr6ancier que le
seul moyen du serment. Cass. H. 24
nov. 1903.


_____=__________~______ ___


S95









96 REVUEDE LA SOCIETY DE LEGISLATION


(n) El le meme tribunal a commis un principles ils reposent et comment ils
excis de pouvoir et violW l'art. 1132 C. fonctionnent ( elections A tous les degree,
civ. n declarant ir ecevable pour de- confection des lois, organisation et fonc-
faut de titre, le commercant qui, pour tionnement de 1'Etat, des d6partements et.
prouver des prits d'argenl faits a la par- des communes. )
tie adverse, a offert, comme commen- La second parties est r6serv6e au Droit
cement do preuva par Acrit, ses livres de civil : principles, droit de famille, marriage,
commerce, lesquels, surtout, avaient ete divorce, tutelle, succession et tous contracts.
tens par le d6biteur lui-merne. -- o- L'auteur s'est attach, A faire rentrer dans
me arrut. .cette second parties tous les details, tous
(o) Est irrecevable, pour iefaut d'inte- les renseigneients pratiques don't la con-
ret, ledibiteur qui reproche au jugement naissance est indispensable a tons ceux qui,
conlradictoire d'avoir faith courier le ddlai sans 6tudes pr6alables ( c'est souvent le
de grace a lui nccord6, non pas du jour cas des maires, des officers de 1'ta-civil,
dn prononce come l'indiqui I'art. 130 des supplants de juge de paix ), doivent
Pr. civ., mais du join de la signification. appliqier Icdroit.
Cass. H. 30 nov. 1903. Ainsi concu dans un esprit A la fois
(p) Voy. note (e) sous l'art. 140, note scientifique et pratique, ce livrc sera un
(e) sous 1'art. 620. guide sur pour ceux qui n'ont point etudie
(q) L'autoritL de la chose jugee ne le droit. et un utile memento pour ceux qui
s'oppose pas a la reciification, par les l'ont 6tudie, mais n'en ont pas la pratique
juges qui I'ont commise, alors que les quotidienne.
choses sont encore entieres, de 1'erreur Get ouvrage vient tres heureusement
maldrielle resultant de la condam- donner satisfaction A un d6sir souvent ex-
nation d'une parlie au pavement d'une prim : d'une part il content un veritable
some plus 61evee que celle par elle tableau synthltique dit micanisme des opera-
due effectivement. Cass. 11. 5 mai 1904. tions iuridiques, c'est-A-dire ce que l'on ne
A Suivre. pouvait trouver jusqu'ici que dans les
Louis Bonao. traits theoriques difficilement accessible
au grand public, et d'autre part, grace A
Sun index tres complete, il constitute un
veritable dictionnaire manuel de droit usuel.
BIBLIOGRAPHE C'est ce double caractere pratique et scien-
tifique qui lui donne une incontestable su-
p6riorit6 sur un simple dictionnaire.
Elements et Notions pratiques de Droit, par Bien que cet ouvrage ait kt6 6crit pour
Ml. HENRI MICHEL, substitute au Tribu- les Francais, nos compatriots auront tout
nal de la Seine, Un volume in-i8 de 700 intAret a le posseder, la legislation haitien-
pages ( LIRAIRIE ARMAND COLIN, 5, rue ne ne diffbrantdes lois franchises que sur
de M6zieres, PARIS, ) reli6 toile, trenches des points peu nombreux. II pr6sente en
rouges. 6 fr. outre l'avantage --tant le livre de droit
Cet ouvrage content les notions ie- paru le plus recemment en France, de
mentaires de droit que nul ne devrait igno- signaler toutes les modifications nouvelles
rer. Evitant les expressions difficiles, introduites dans la16gislation franchise.
multipliant les definitions simples, 1'au-
teur expose sous une forme accessible a .
tous ces principles juridiques l6ementaires *
que tout citoyen, chef de famille, pro- Nous signalons avec plaisir A nos lecteurs
pri6taire, doit connaitre. une interessante publication mensuelle : Les
La premiere parties estconsacre a l'or- Annales judiciaires, dirig6e par M. Ldonce
ganisation politique, administrative et judi- R6gnier, juge-suppl6ant au Tribunal Civil de
ciaire : Fauteur y d6finit comment sont Port-au-Prince.
constitutes les grands corps de l'Etat et -
leurs principaux organs, et sur quels










18e ANNkE, Nos 7, 8 et 9. OCTOBRE, NOVEMBRE & DECEMBRE 1909.



REVUE

DE LA

SOCI)(TE IDE LEG -I SLA.TION)T



Reunion du 6 Octobre. Ici, le commissaire du gouvernement
n'apparait pas parmi les fonctionnaires
Prsents : MM. J. N. Leger, Dupuy, appeles a conlr6ler les arpenteurs, et
St. Aude, F6quiere, Bouzon, Bellegarde. nolamiment i prendre communication de
b'absence de MM. Eth6art et Viard leurs repertoires. Celte attribution echet
empcthe la discussion de leurs rapports seulement au juge de paix, charge de
portle i I'ordre du jour. coler et parapher leurs registres,- au
M. FIqui:.rc d6pose le rapport sui- juge de paix et au receveur de 1'enre-
vant :gistrement, appel6s A y apposer leur
Mehieuirs, visa tous les six mois.
Toutefois, en vertu de la loi no 3, du
Des questions qui nous 6tW posees part 19 juillet 18W7, additionnelle A celle du
l'arpenteur .1. H. Platel, de la juridic- 9 juin 1835,- les arpenteurs n'6-
tion des Cayes, dans sa leltre du 19 aoul chappent point au contr6le du commis-
dernier,- it en est deux qui sont di- saire du gouvernemeut. L'article 7 de
gnes d'inlr6t, et que nous retiendrons celte loi porte, en effet, que:-
pour les clucider i la lumiere des dis- officers du minister public
posiiioi~s l~gales (ii r'gissent Ics ar- 1 Les officers du ninistire public
poil,;.s 16gales qi rdgissent les ar- inspecteront en meme temps les re-
1)CI tuers. w a gistres de 1'elat civil, les r6perloires
Voici ces doux questions, restimees < des nolaires et ccux des arpenteurs,
dos l'ordre oh notre correspondent nous et veilleront a ce que ces fonction-
les a addresses. naires ex6culent les lois qui les con-
10 L arpenteur est-il, au '*irme titre < cement v.
que les greffiers, les huissiers et les
mandataires publics, un officer minis- Les dispositions qui pr6cedent ne re-
tIriel obligeo de communiquer son .rd- posent sur aucune sanction penale, car
pertoire au commissaire du gouverne- il n'est pas possible, a mon avis, d'en
meant? trouver une dans le membre de phra-
20 Le commissaire du gouvernement se... < etveilleront a ce ce que ces fonc-
est-il iuvesti par la loi du droit de sus- ( lionnaires exdculent les lois qui les
pendre un arpenleur? a concernent ).- Cette absence de sanc-
L'arlicle 38 de la loi du lei seplem- tion penale constitue une lacune qu'il
bre 1845 sur l'arpentage dispose:- est n6cessaire de comblkr, puisqu'aussi
Chaque arpenteur liendra un rper- bien le droit de v6rificatiou, don't la loi
l toire oil ii enregistrerasoinm airement, investit l'officier du minislere public, est
par ordre de date et de num6ros, tons de nut effect si les arpenteurs ne sont pas,
c les proc6s-verbaux de ses operations. a leur tour, obliges, sons ine peine 16-
Ce repertoire, avant d'elre emplo- gale, de dcferer Ai la requisition precise
c v6. devra tire cote et para)ph0, en I; en I'article 7.
o premiere et on la dermii're i papge, ar u ietpas plu:squeiele coiuniissairedu
f le ju ( de paix do la coiniiin e, et vi- gouvernnement, le juge de paix, ni le re-
< si par lni, lous les six mn)is, ainsi cvcr'('I' do i'enregislrement ie sont arm6n
< que par tI receveur de l'enregistre- par la loi contri un arpenteur qui 6lu-
< meant ). derail, puolr uine raiso'- on pour Lne aui-









R.EVUE DE LA SOCIETIES DE LEGISLATION


tre, I'obligation de soumetire son regis- P. or 5 ( cinq piastres) pour le ma
tre A leur contlr6le. nifeste de chaque port d'ex-
Les seules penaliles 6dictes par la p6dition de navire charge ou
loi sur l'arpentage sont logees au cha- sur lest;
pitre vt de la dile loi, au titre des Con- P. or 5 ( cinq piastres)' pour la pa-
travenlions. Or les contraventions pr6- iente de sant de chaque na-
vues en ce chapitre, article 40,sont eel- vire avec ou sans charge-
les centre les dispositions des articles 7, ment;
8, 11 et 24,- qui n'ont nulle:nent trait P. or 2 (deux piastres) pour chaque
A la tenue du repertoire et a sa v6rifica- passe-port. )
lion par les fonctionnaires cormptents. En execution du paragraphe I ci-dessus,
En r6sum= le commissaire du gouver- le droit de visa 6tait percu par les doua-
nement est bien qualifi6 pour contr6ler nes de la Rpublique en gourdes d'Haiti,
le r6perloire des arpenteurs de sa juri- jusqu'au mois de juin de cette ann6e. Mais
diction,- cela resort de l'article 7 de depuis lors, administration exige que ce
la loi du 19 juillet 1847. II doit mime, droit soit rdgl6 en or, parce qu'il figure
en vertu du meme article, a veiller a ce dans la colonne or du budget 1908-1909.
t que ces memes fonctionnaires exdcu- Je vous prie de bien vouloir examiner la
tent les lois qui les concernent; ,-- question de savoir si, le budget n'6tant pas
mais nulle part dans la loi, je n'ai trou- une loi par lui-meme, un article du bud-
v6 de dispositions formelles donnant get peut suffire cependant pour abrogerune
pouvoir au minisl6re public de suspen- disposition de loi ?Et pour passer du point
dre un arpenteur qui anrait conlrevenn de vue frincipean point de vue particulier
a l'obligation log6e dans le sus-dit article du fait qui nous occupe, si par le seul fait
7. Et c'est bien, pour me r6peter, la la-que le droit de visa a percevoir dans nos
cune qu'il serait utile de con bler. douanes, en outre du paragraphe I de l'arti-
cle 93 de la loi du 30 septembre 1905, fi-
FLEURY FQEUIKRE gure dans la colonne or du budget, ii s'en
suit que ce paragraph est r6gulierement
La seance est ensuite levee. abrog6?

Diupuy est charge du rapport sur
ces questions.
Reunion du 13 Octobre 1909 Le president.- Nois abordons la dis-
Scussion do rapport de noire colligue
Presents :MM. J. N. Leger, Borno, EJhlAart. Charge de fixer, come suite
F6quiere, Dupuy, SI.-Aude, Ethdart, i nos pCcedentes discussions, la por-
F. L. Cauvin, Bellegarde. tie de I'article 157 du Code civil, notre
M. Fequiire pose les questions sui- college conclut que la loi in' pas pu
vantes: vouloir faire d6pentre les effels du ma-
riage do sa traiiscriplion et qu'il n'y a
L'article 93 de la loi douanitre du 30 qu'une peine pecuniaire attachee a I'o-
septembre 1906 dispose que:- bligation de transescire. Le marriage lui-
SII sera prelev6 des droits de visa com- n mme n'est done pas atleint pas l'inob-
a me suit: servalion de la rIgle privue en l'ariicle
I.- Par les Douanes de la Rdpublique: 156 ; mais les 6poux ne seront pas ad-
a I oo0 (un pour cent) sur le nontant mis i prouver leur marriage au r. ,, ir
< total des factures de marchandises; die l'acte-quand ii y a un acle ta;n
(( r oloo ( un pour mille ) or sur le mon- que l'amende n'aura pas (td veirst. L
< tant des factures des cspaccs inonnavydes que la Itranscriptipn n ['aura pas Ct6 cf-
a II.- Par les consuls d'Haiti, agents ieclude.
a consulaires ou ofliiers publics assermen- Ces conclusions soit voteCs s.;;s dis-
St6s ( juges de paix ou notaires ). les cussion par la Soci6i6.
d frais de visa ci-aprs : Le presideni,- Nous portions dis-









REVUE DE DLA SOC1ETE D)E LEGISLATION


cuter aujourd'hui meme le rapport de
notre colligue Dupuy relalif aux ap-
pointemenis des fonctionnaires et em-
ployes publics (voir n- de juin).
Apris un change de vues la So-
ciWtd demand a M. Dupuy de determiner
dans un rapport compl6mentaire le
point de depart du mandate d'un fopc-
lionnaire.
La seance est ensuite lev6e.


R6union du 20 Octobre 1909.

Presents : MM. J. N. L6ger, Fdquiire,
Poujol, Bonamy, F. L. Cauvin, St.-Aude,
Dupuy, Bellegarde.

Presidence de Mr J. N. Leger.
Le secrtlaire-general.- Notre colle-
gue, Me Laiorest, m'a price de donner
lecture du rapport suivant :

Je viens vous presenter le rapport que
vous m'aviez charge de fair sur la com-
munication de l'un de nos colleagues sur
la question de savoir si l'article 14
du code civil est abrog6 ou non par
Ia loi sur la naturalisation en date du 22
aolt 1907.
Les articles 5 et 6 de la sus-dite loi
ayant prescrit I'accoinplissement des for-
malit6s pour arriver a la naturalisation
autres que cells prescrites par le dit article
14 du code civil et diment abrog6
toutes lois ou dispositions de loi qui lui
sont contraircs, it s'en suit tout naturelle-
ment que le dit article 14 du code civil
demeure abroge.
Tel est, mes chers collogues, I'avis de
votre rapporteur.


code d'Iustruction criminelle de donner
mainlevee de tout mandate de d6p6t dans
le cours de information, quelle que soit
la nature de l'inculpalion, est-elle telle-
ment laissee a sa discretion qu'il puisse
donner cette mainlevee, mnme lorsqu'il
aurait r6uni des charges suffisanles ou
des indices graves centre l'incnlp6 ?
Dans le rapport, don't lecture vient de
nous Otre donn6e, il y a A consider :
lo la r6ponse it la question posse; 2o
un voeu 6mis par le rapporteur.
D'apres noire college Cauvin, (< quelle
que soit la nature de Finculpation et
quoique les charges ou indices, recueil-
lis centre l'inculp6, aient conserve toute
leur force, le juge d'instruction peut, sur
les conclusions conformes du commis-
saire du gouvernement, donner mainle-
v6e du mandate de d6p6t ; mais ii ne doit
le faire que quand it lui apparait clai-
rement que cette mainlevee ne compro-
mettra ni la sitretr publique, ni l'ins-
truction, ni la repression D.
Cette conclusion est mise en discus-
sion.
M. Poujol.- Le mot c( conformes ,
employ dans P'article signifie-t-il vrai-
ment que le juge d'instruction ne pourra
accorder mainlevee d'un mandate de d6-
p6t que si le commissaire du gouverne-
ment est d'accord avec lui pour ordo -
ner cette mainlevee ? Si c'etait l1 le v6ri-
table sens du nouvel article 80, la loi du
20 aoit 1908, au lieu de constituer un
progr6s, marqaerait un recal. Dans la
pratique, et bien avant celle loi, lejuge
instruction savait accorder celle main-
levee, quelles que fussent les conclusions
du minisiere public.
M. Cauvin. Cetle pialique 6tai


contraire a a la oi. Avant la iodifiication
Le pi sident.- Nous passions a la dis- du 20 aofit 1908, le juge d'instruction,
cussion du rapport de notre collogue qui avait quality pour decerner le man-
Cauvin. dat de dep6t, n'avait pas le droit de le
M. Cauvin donne lecture de son rap- lever lui-minme. Aujourd'hui, it peut le
orlt relatif an novel article 80 du code fire, sur les conclusions conformes
('lTslruclion i riminelle ( voir no aotit- du commissaire du government, c'est-
p, -im.l de ,i R:eviue) in-dire lorsque ce'ui-ci est d'a cord avec
Le 'pr sident. Voici quelle illai la lui pourordonner cettelmai;ilevee.Un avis
quclsion iposee par iolirv college con!raire du ministlre public arrlte son
DeUnis _a I ; ulle accord ee an juge action. Les discussions qui out eu liet
d'ii)strulIioi p;r le novel article 80 du ai'illeurs dans les chaiinbres franqaises


- -:-s~_ -------=----~-~--~--~_L -;...^~.- ._I









100 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


propos de la loi du 4 avril '1855, don't
la n6tre n'est que la copie, ne permet-
tent aucun doute A ce sujet.
M. Denis.- Des ordounances de
mainlevie rendues avant la loi du 20
aoft 1908 furent defdrees au tribunal
de Cassation qui les annula.
M.Poujol.-Qui a l'initiative dela de-
mande ? Est-ce le ministBre public ?
M. Cauvin.- Je pense que c'est une
mesnur qui dolt ,tre prise d'office par
le juge. Rien n'empecherait pourtant le
commissaire du gouverneinent de con-
clure 't la mainlevee. Mais je ne crois
pas que l'inculp6 lui-mnme ait le droit
de provoquer celte inesure.
La Soci6td, consulate, adople A la ma-
jorit la solution propose par le rap-
porteur.
Le president.- Le voeu exprime panr
notre collgue Cauvin comporto deux
parties : il demand 4o de reconnaitre au
juge d'iostruction la faculty de donner
mainlevee, non seulement des mandates
de d6p6t, mais encore des inandals d'ar-
rtt; 2o de supprimer le mot conformne
qui so frouve dans I'article. de facon qu'il
soit enlendu que les conclusions du mi-
nistere public. nuelles au'elles soient,


t quelle est la valeur 16gale d'un modus vi-
a vendi qui accord le droit\ aux Syriens
s d'ouvrir des magasins de gros et de de-
< tail ?
La solution de cette premiere question
me parait tres simple. Les textes invoques
ne laissent place A aucun doute. En effet,
les art. 2, 3 et 6 de la loi du lo aoit au
lieu de 13 aout ) 1903 sont ainsi concus:
Art. 2.- II ne sera desormais accord
par le President d'Haiti aucune licence a
un Syrien pour fonder un autre 6tablisse-
ment commercial que celui de n6gociant
consignataire.
Art. 3.- Les licences accord6es jusqu'a
ce jour A des Syriens pour exercer le com-
merce en une autre quality que celle de
negociants consignataires ne seront pas ra-
nouvelees.
Un d6lai de six mois, a l'echeance
de 1'annde, leur est accord pour liquider
et former leur maison de commerce de gros
et de detail.
Art. 6.- Tout magistrate communal qui
aura d6livr6 A un Syrien une patente A la-
quelle celui-ci n'a pas droit ou sans avoir
exig6 la production de sa licence;
- Tout commandant de commune qui au-
ra laiss6 s'6tablir ou circuler dans 1'6tendue


n'emp6cheront par le juge d'instruc(ion de sa commune des Syriens pour exercer
de passer outre a l'ordonnance de main- un commerce qui leur est interdit par la
levee. loi seront passibles de la destitution et
La Soci6el adople ce veu a l'unanimit[. d'une amende de deux cents gourdes.
La seance est ensnite lev6e. La patente ainsi d6livrbe sera nulle de
pleiri droit.
II est certain que le I1gislateur s'ttant
Seance du 27 octobre 1909. fomellemen prononc6, ii ne peut apparte-
tenir ni au Pouvoir ex&cutif, ni aux con-
PrIsents : MM. .. N Lder, D. SI-Atde, seils communaux d'cluder ]'application de
Bonamy, Poijol, Dsert, Bellegarde. la loi. Le modus vivendi don't ii est ques-
0 tion dans la lettre du journal (l'Auroree est
Presidence de M. J. N. Leger nul.
b. r D'apres I'art. 7 de la mime loi qui
M. Bonanmy dpose Ic rapport sui- << dit que d6sormais il ne sera accord
vant : <( d'acte de naturalisation qu'apres un sejour
< dedix ans, faut-il computer les dix ans
Messieurs, ( ante ou post lecge ? c
Voici les terms de I art. 7
Par sa lettre en date du 2 jin der- ((En attendant la promulgation d'une loi
nier, le journal ul'Aurore nous pose les sur la naturalisation, il ne sera desormais
questions suivantes sur lesquelles vous accord de naturalisation aux Syriens qu'a-
m'avez demandR un rapport, savoir: pres un s6jour de dix ans sur le tcrritoire
a. < Etant donn6es les dispositions des de la R6publique. )
a art. 2, 3 et 6 de la loidu 13 aoi1t 1903, La loi sur la naturalization a 6td depuis




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs