• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Avril 1908
 Mai 1908
 Juin 1908
 Juillet 1908
 Aout 1908
 Septembre 1908
 Octobre 1908
 Novembre 1908
 Decembre 1908
 Janvier 1909
 Fevrier 1909
 Mars 1909














Title: Revue de la Société de législation
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080974/00013
 Material Information
Title: Revue de la Société de législation
Physical Description: v. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Société de législation (Port-au-Prince, Haiti)
Léger, Jacques Nicolas, 1859-
Publisher: Impr. H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1892-
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Law -- Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année (le 2 avril)- 1892-
Issuing Body: Publisher varies: 1892-1894, Imprimerie de la jeunesse.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080974
Volume ID: VID00013
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109456
oclc - 18691953
notis - AFK5956

Table of Contents
    Avril 1908
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Mai 1908
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Juin 1908
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Juillet 1908
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
    Aout 1908
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Septembre 1908
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Octobre 1908
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Novembre 1908
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Decembre 1908
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    Janvier 1909
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
    Fevrier 1909
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Mars 1909
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
Full Text
/


DIX-SEPTItME ANNEE, No I.


2 Avtlit 1908.


REVUE

DE LA

SOCIETY DE, LE.GISTLATION)r
PARAISSANT LE 2 D)E CIIAQUE MOIS.
**.X\ X\\YX X\ .`\\ `\\ \'~~~~\\N \XA,%\ \\X\-N\\\\\ \XX^ ,-:\,\\\ \\b \--X-\\ "',,\. \x.\\\ -.\\'\\'


so -\ r_ wrA.r E

i. S&ances de la Socite .
Rdunion du lcr Avril 1908.
2. La pr.sildnce de Salnave ( suite )par l
G-' Legitime.
3. Nocrologic,

SEANCES DE LA SOCIETY.
Reunion du ler Avril 1908.


Notre correspondent pense qu'on ne
peut le dire.
La regle 6crite i 1I'article 954 di Code
de procedure civil est, d'apr(s lui, g&-
- nurale et s'applique nei2ssairementi a
tous les acles fails ai personnel ou a do-
micile. a Le delai d'appel des jugements
court A compiler d'une signilicatioin A
personnel on a domicile : celte signifi-
cation (iliivaul aI I'injonclion d'nppeler
I dns les trente jours, a tpeine de deche-


Prdsidence de M. Solon Mdnos. ance. D'oi la franchise du d(lai b'im-
Presenls : MM. Menos, Denis, H&- pose
raux, Georges Sylvain, Ducis Viard. L'objeclion qui consisle A pretendre
u an que le 16gislateur a Cderogd f I'art. 954,
M. le Secreiaire-gyn!ral : Nous avons en iant e appl sera pas rece
recu les numerous du 15 Janvier et du e pas s,
15 Fevrier de la ( Revista judicial de able aIpres les 30 jours, n'est pas sd-
a d blic d inieana. ri euse. ln effe, I arl. 95 est posldrieur
la R blicl omi 'art. 1. Par consquent le 16gislaleur
M. Denis done lecture i'une ettrna ,
dida pas p, a I'art. dl1, dioer au droil
du President du Ceongrs scie n ifique
Scommun (l n11 ('lail pas encore cr66. Ra-
Pan-Amdricain portant i la connaissan- iomnnlle en,.i avr' ait woulu exlure
ceon sc qui ir Ie 1 d ti on nellemen, s'il avait vonuu exclure
ce de la Socitlec que sur la de made de le d blie de la fran--
plusieurs memtNres, personnages dislin- le lai d'appel du benlice de la fran-
usieurs emres, pernnae isli chise, c'est i fin de I'airl954 qu'il l'au-
guds de i'Amdrique, la Commission a rail dit
dcide de cihanger la dale primi ivement il d
fix.e pour I'ouvert re et la cloture du a Soutenir ia thiseo contraire, c'esI ad-
Congres qui s'ouvrira le 15 Decembre metlre que la disposition finale de I'art.
1908 et se fermera le 5 Janvier 1909. 658 ( art. ler de la loi du t21 Aofit 1907.)
l. le Prdsident: Notre colligue Louis qui porte que les delais 1hgaux .seront
Borno ayant 6e1 nomm6 Secretaire d'E- augmenlis 'inn jour, chaquc fois (qu'ils
tat des R'lations Exterieures,je prie Ies-, cherront un dimanche on on jour de
sieurs Georges Sylvain et Ducis Viard fate 16g le, ost inapplicable an dlaid'ap-
d'aller lui presenter les f6dicitalions de pel : en I'appliquant, on d6clarerail re-
la Socii6d. cevable I'appel 6mis Ie 3S2 jonur. )
Al. Georges Sylvain : Un correspon- La Ihdorie de certain auteurs qui
dant m'a charged de vous poser les ques- pensent que la rigle de l'art. 934 doit
lions suivanles : etre 6cart e, quand le 16gislateur se sert
lo. 1re question d'expiessions come cells employees
Peut-on dire quo le (dlai de trente i I'art. 21, parait, en fin de compile, ar-
jours fixe par I'article 21 du Code de bitraire I notre correspondent, la loi an-
procddure civil pour I'appel des juge- tdrieure ne pouvant, selon son mot, d6-
ments de la justice de paix, n'est pas roger a la loi postlrieure. Rousseau et
franc ? ILainey (Supplement tome 9, page




V'


REVUE DE LA SOCI''ET DE LrEGISLATION


34, parag. 8. Jugements do Juges de
paix,) aixquels il nous renvoie, s'expri-
ment ainsi ( Le dLlai de 30 jours ac-
cord6 pour interjeter appel des deci-
sions des juges de paix est franc et ne
comprend pas le jour de l'chdance e
(Cass. 4 Janvier 1881 et ler Decembre
1881. )
La -e question qui nous est ;oumise
cst cellc-ci : L Les personnel domiciliees
ai l'Elranger, sont-elles oblligdes d'appe-
ecr dans le minme delai que cells qui
sont domiciliees i Haiti? v
M. Denis acceple de fire le rapport
sur ces q(ueslions,
Le present proces-verlal est sanction-
niI since tenante.
A 1'isst de ie la sance, M. le comman-
dant Betnito Sy1iv;,in vient remercier ses
colleagues du l;moignage e sympathie
qu'ils lui onl Ircenminent donned. La r>u-
nion lui exprime la joie qu'elle eprouve
de le revoir en bonne samnt.
~ c~== =_-- ----- -- --

SOUV E"IRa H41ATORIUE

LA PRESID)LENC DE1) SALNAVE (suite)

Ill. Soulevement dains !a plane
di~ ~^' y~- '~^- A t/t i-+.~~ *-3 Vh I A -


Domingue rendit responsible de' la de-
fection do ses homnies, et qn'il fit fu-
siller, lnalgr6 le verdict d'acquittement
rendui en sa favor par un conteil de
guerre (1 ). Enfin ure qualrieme exp6di-
tion se houria a Siffra et aboutit i un
massacre. C'est 'episode auquel le bois
de Vincendron, prt1s dos Baratdres, a
laiss6 uno. triste celebrile. Uno cinquan-
taine do jenues gens ;apparlenant aux
ineillenres familles dcs Cayes y pilrirli
nis6rablenienlt, surprise par I'enmoimi pi'l-
dant [Ilq'ils so baignaient dans Ia riviere.
,e comilptais pril;ni eux un de nies cama-
rades d'eniiance, Ponialowski, le fils tie
inon parrain, Ilocihemond Rocher.
A la faveur de ces graves evenemenilts,
la p!ainie des es ays ne pouvait tamrder '
se soulever. L'csprit do ses habilants (tait
depuis longcrmps tourney du c6it de Sal-
nave. D)ijt, ils avalnt maniltsl.t ouvorte-
ment Iours symplalhies par une lenlalive
d'insurrecliou qu'on (louffa, avant (qu'clle
ne prit consistence ( 2). C'est quoi peu.-
itre faisail allusion cell milencontreuse
note dn Moniteur, qui fut si funesle au
ginerl Marcelin.
La situation avait depuis change ti leur
advantage. Protdgds par les armin(s de St
Vil lohn et de Cazeau, ils !pouvaiont se
rassembler, s'organiser et pirpaerr leur


%7a^yl o oCVC %0 Kx- reVanc. 0Ls premiers qui donnercint le
sM-;A-Veau. signal du soulv'elment furent' des sollats
La possesiou des villes d'Aqui, el de de 0i grniso' deos Plalonshais la com-
Port-Salut assurait ;I Salinaveieux points Inune le l'',orlek: is s'insirgcrenlt en
strategiques pour servir dilsormais de Clan leu cs g.nra Louis taces
bases a ses operations dans la plane
des Cayes : Torbck et Cavaillon, sitnus St Vil John, de son cdt6, sortant ie
tous les deux derri&re des cours d'eau Cavaillon, s'avanca sur les Quatre-che-
imporlants ct peu gu6ables. mins, carrefour s tnu. A 2 kilomrtres de
Domin gue, pour se coivrir, voulut les tl ville des Cayc'. et s'y forlifia. A l'in-
reprendre; il tenta hours de ses lignes htrieur de la place; assieg(e, l'inqui6tudc
d'inveslissement plusieurs expeditions qui elait gendrale: pa i la population, les
ichouerent touts. La premiere etait com-
mandee par le general Vilsaint Philippe. (I) Vers la mrme tpoque, le general Chery
Les troupes furent mises en deroule de- Dominique, ayantr td oblig( d'evacuer la ligne
vant Cavaillon et le chef lu(. Prosper des C6teaux, o6f il commandait, aurait eu le
Faure, qui commandnait Ila second, mime sort, si lapopula tion en masse ne s' -
revint aux Caves blesst. Une hroi- taf port"e au devant de Domingue pour im-
sime, din aig centre Por-Sl. Ue toi s plorer grace.
si.me, dirig- contre Port-SaiLt, ol' sol (2) Cette tentative avait 6t& faite par deux
trouvait encore Cazeau, lne fut pas plus officers ruraux, Sainmarbre et MWtellus St
heureuse : elle colta la vie A celui qui la Cyr, auxquels s'etait joint un medecin de la
conduisail, le g6enral Borgella jeune que champagne, du nom de St Juste.


__1_1 ____11_____1__1________~~











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 3


mdcontents en assez grand nombre fai- porter les insurgis renoncer a la resis-
saient des voeux pour Salnave. tance.)
Domingue se voyant cerne, pensa a A la date du 8, Ic bombardment
renseigner son ministry de la guerre sur n'6tait pas encore commence. Son Ex-
la situation critique des Cayes, et a l'ap- cellence voulait s'assurer des veritables
peler A son secours. Un courier accept dispositions des habitants de la ville, en
de tenter Ic passage par la route de Jd- attendant l'arriv6e du Salnave et I'ac-
reinie. complissement de cerlaines operations
Mais Salnave ie laissera pas le lemps, concertees entire les diverse colonies qui
au message do parvenir aI I' nse-a-Veau inveslissaient la place.
pour commencer ses operalions. Elcindre invosissalent la place. ),
pouir commencer ses opdralonis. Eleindre A board, oil no pouvait pas savoir exac-
ie principal foyer de l'isurreclion du te ent ce qui se passa't dans la ville.
Sud est maintenant son objctif : cela Voici la relaliou que m'en lit un t1moin
faii, on aura, pense-l-il, bon march des oculaire qui etait de 'insairrection.
autres places. ( A l'exoiration du dhi accord, les
Le :3 fevrier, Ic voili qui reparait dans inavires de guerre, le SIlvain, la Gala-
les eaux du Sud et proend mnouillageo e et l'UmLon (1) font leur apparition i
dans la b';ie des Flamands, sur les c6- eIt'odro de la trade, suivis d'une tren-
tes de Cavaillon. II entire des lors enilaine le petites embarealions chiarg6es
communicationavecses chiefs de colonies. d'ihonmmes arms. L'armie ssiegoanlte so
) Le 4, le general St-Vil John faisait jdirige en mlnm temps str ia' ville, o0
announcer a Son Excellence que lont son l'on n'entend que des vociftratioi s. Tous
corps d'arnee avail pris position aulour les homes values soni ;ux remlparts, so
de la ville et que son artillerio y elail donnent la main el jurent rdciproque-
aussi arrive ( 1. ) ment de mourir plutit que de voir 1'en-
SLe Pre'sideunt fail nolilier aux Con- nemi peniver daus la ville. Cette r6so-
snls elrangers qui se trouvaicnt dans lautiou til suscie nr le souvenir do la
ville qu un dIlai de ving quatre leures tuerie de Vincendron.... Vers les deux
tail accord i leurs nationaux et aux Iieures, l'attaque projetle a lieu, en m6-
autres strangers pour se retircr de la metemps que te bombardemeut ; on so
place que la mime faculle ei ait lois- bal ave, aclaneme'nn. Le chef de la pri-
see a tous ceiix qni desireaident en pro- so vien dire L;' Domingue que les
filter, et que, pass ce delai, Ic bombar- pionmniers politiques se rejouissent et
dement allail conmmncer. ) aillendent rpolire de Salnave pour se
Un grand nombre de personnel profi- muire en libcr d. Domningue jure qu'il
lent do ce moment pour s'embarquer les fusillera tous, et sans perte de temps,
sur les navires nmarchands, mouills dans I'ordre est doni ',Li la police communal
la rade des Cayes et qui vont se transpor- de so rtenre A la prison et de passer par
ter dansa baie desFlamands. Deux navi- os detenus poliliques,
res de guerre ltr;angers, le Jason (an- hom s et femmes. Gel ordre terrible
glais) etle }antick ( amlricai n) so est exu Ls alles ls boulets se
aussi dans le port. Lurs Commandanus croisent ; les maisons sont fracassees,
viennent ai board de [Alexandre Peaion es g.missements retentissent partout
fire visible aju Presid en Ils so enfin on est ds une confusion com-
accompagnes, lFun de iMr. Hol-' 1c,
lister, Ministre-RBisident des Elats-U- pe.s r fa s e 'in-
nis, I'autre (to A. Brown, vice-Consul ( uI,es pfires tie famille se M'eurelnt din-
nis, l'autre de M1. Brown, vice-Consul quiitude, ne sachant pas ce que devien-
de S. MI. Britannique et de plusieurs n6- nent, au milieu du bombardment, les
acun d'eux, di i ent, au milieu du bombairdenieut, les
gociants strangers. ( Chacun d'eux, ditres qui leursont les plus chers. Tou-
e Monileur, avail, dans la sphere de son tes les aspirations convergent vers la
influence, cru pouvoir employer, mais mort on la delivrance, ct chaque com-
en vain, ses mneilleurs efforts, afin de
( 1 ) Galatle pour Alexandre Pilion et Union
(1) Moniteur du fevrier 1869. pour Trait-d'Union.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


battarrt est un h6ros. La bataille, corn- gens de Siffra. On est environn6( d'enne-
mencie i 2 hires de 1'apres-midi, dure mis se mouvant dcans une region qui leur
jusqu'a i heores; le bombardenientse pro- est familiire. Le terrain est dispute pied
long jus(lu'a une here avanc de de la pied. Enfin, apris plusieurs jours de
nuil. marclie, Ia colonne parvient au Cirrefour
q Cette premiere tentative n'a pas abou- Sizanne, dans la commune de Cavaillon,
ti ; la ville a repoussL les assailants. -et de la, gagne le carrefour Br'elee par
Elle reste sans itre attaqude par terre le la Ravine des Citronniers. Pierre dut y
lendemain mais elle recoil de quart passer la nuil, mais le lendeimin, il
d'heure ein q(;rt dhlieure les boulels rays eut it souvenir le plus rude combat que
don't ne cessent de la gratilier les ba- lui eii encore livr6 l'ad vers;iire ;achiiarn'
teaux de guerre, le Sylvain suriout. El a sa poursuite On so ballil corps a
cela pendant llusieurs ours. Vicillards, corps. Pierre, un moment cerne par
fncmmes et eilnts a la mamelle sont dd- un group d'assaillants, fallir perdre la
cimes par les prijccliles. vie. Pris ct emnporld dieja sur !es epau-
( Les esc:rmoucches sont maiintenlant les d'un canpa:gnard, uno manirire de
quotidiennes v' le bombardment inler- colosse, ii so degagea en disanl :.( Cote
milten nle discontinue pas. Le jeudi sui- ou janmin tendC gapon pote gacon ? (1)
vant, nouvelle altaque ; celle lois, le L.a force innsculairo du giant auJrait en
bombardmeent in done pus le temps ndianmoins raison de sa r6sislance, si uu
de respirer anx del'enseurs de la ville. officer de l'Aniie.i-Veau, le biave A-
La rlsistanco so fIait plus aclh;rnoe ; gencourt, n'tleait intervenu 'i temps pour
les pieces de canon soul trees par des abaltre l'hommre d'un coup de carabine.
enfants cd 12 A 15 ans et transportles I)gage de ses dCreintes, Pierre dirige
A bras, partoult oi le besoin s'en faith la nmarche vers le Carrleour Laborde,
sentir. Un lainbnour battant la charge y dans la plaine des Cayes, ou I'on tfit
preside; un oflicier les dirige, sousle tfeuhalte. C'dtait la derniere clape, non le
meurtrier des ;issaillanls... ) !dernier obstacle. Le lendemain, on al-
La ville n'est pas prise. Mais com-'lait so remetlir en roule, quand on
bien de temps pourra-t-elle tenir cncore?'ls'aperCut encore de la presence de I'en-
Les forces humaines out des limits. On nemi. A l'attitude des gens qui veulent
en 6tait li, quaind soudniin la colonne de lui barrier le passage, Pierre ne larde
Momplaisir Pieri'ie fit ilrrplion aux qua- pas i reconnaitre des recrues don't it
ire cheimins. Elle avail mis pres de llui[ aurn l)on miarchd. L'euinemi, iau lieu de
jours i franchir la distance qui sepa.re profiler des avantages du 'eriain pour
I'Anse-A-Veau des Caves. I'attaquer en tirailleur, rest a distance,
Dis que Pierre cut recu la d6p6che gaspillant des coups de fusil qui ne
de Domingue, sa resolution fuli prise de font de mnal i personnel. lts agissaient
se porter immddiatement an secours des come s'ils voulaient, suivant la re-
Caves. Lapopulation mise au courant, marque d'un vieil africain, fail ti mou-
n'hesila pas a le suivie ct La vacuer en ne pe. La colonne s'avance resolument;
tolalite l'Anse-a-Veau. Des huit cents ils reculent A son approche jusqu'a
hommes qui dlaieut venus en dicembre, Charpentier pour aller s'abriler derriere
trois cents avaient snccombe. lais les cinq les remparts. Pierre les talonne, les
cents qui restaient en valaient mille, refoule aux Quatre-Chemins, of est re-
tant leur energies s'dlait dccuplee durant tranch6 le corps principal de St Vil
ant tour 6nergie s'6tait d cup1&e trantS
le siege. John. Celui-ci, qui craint alors d'irre
Pierre, ayant plac6 les femmes et les pris entire les assiiges des Caves et les
enfanls au centre de la legion, nouveaux venus, bat en relraile et va
soriti de la ville et pass tont porter plus loin sa line d'investisse-
pres de I'Asile, pour aller, la premiere ment, laissant libre l'acces de la ville,
nuit, coucher dans la section du Bassin
Bleu. Mais durant le trajet, il fallail s'ar- ( 2 ) 06 as-tu jamais entendu qi'un hom-
rater A tout instant pour faire face aux me puisse porter un autre homme ?









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


of Pierre et sa troupe p61nlrent en tri- i Victorin, aI props d'lua declaration de
omphateurs! On pense s'ils furent f'- M1. de Varennes ( 2 ) coninandtiil du
tds II n'a manqu&, en veri6t, A ce beau bateau de guerre franaiis, le d'Estrees,
fail d'armes que d'avoir t16 v6cu par ;s'etait p,'sen1e lI verbe haul, la parole
un annaliste de geuie pour que la Arla- vive, come ii en avail I'habitude, et
che des Cinq cents devint aussi celebre l'oflicier de marine s'en dlait froissd.
que la Relraile des dix ni/lle, immor- Le bouillant difenseur de la place des
talisde par Xdnophon. Gonaives se prit a I. Tale do ce dissen-
Pierre Momplaisir Pierre! Apr's qua- timent : il prd6endait que celui-ci, en
rante ans, mnii c(ut'r 1 essaille encore, le d6peignant i, M. de Varenuessous des
au souvenir de i'ami qu'en lui j'ai per- couleurs dfavorables, avail crd6 dans
du! .... Le guerrier elail admirable, 1'esprit de son inlerlocuieur une prd-
mais combien plus l'hroinme de coeur, vention conlre lui. Salinave avail trop
1'homnie de bien !.... besoin de Victorin pJour ne pas lui sa-
crilier son ministre dles itiinces.
IV. Retous de Salnave a Le nouveau Cabinci, c,)istit6u le 19
Port-au-Prince f:vrier, eut pour liulaires .MM. Ex-
.." c:lleni ( Finances el Conmmnerce
Reveinu I tirl-aua-Pri:nce le 17 flvrier, C. Archin ( Justice, Inslriclion pu-
Salnave appliqua ss soiis aux services oblique et IRelations lxterieures ), Lami
publics. II av;ai laiss6 danis le Sudl le Dual (Intdricur, AI-icullurt el Cuiles)
general Hyppolile c:idet pour diriger Cassus Dani- ( G, c',e el Marine ).
les operaitioiis miliiaire.i durant son ab- Le general Hyppolile ('lait mainenui au
sence. Secretariat d'Etat uc la police gdnerale.
Ces dp1lae:;ements continmels avaient Avee ccs nouve aux collabora teurs, Ie
pourtant leur contre-couip sur l'adminis- I'resident concert quelq:tes measures
traction du piays. Le Clie de 1'Elat, en propres a procurer au gouvernement
Haiti, ne peut so lenilr tloign long- 'ls resources qui lui faisaient cons-
temps lie la Capitale, centre des affairs ltainent besoin.
publiques, sarls que lout 'organrisme Deji il avail, 6l reconnn, sons le
admirnistralif s'er ressente, precedent minisltre, que le imonopole,)
Salnave eut d aboard it s'ouenper de elabli sur le cafd gdnait oe Commerce;
reconslituer son minisiire, auqiiel l'o- et le gouvcrnminent, pour rappoiter la
piuion, eu 0gard aux exigences de measure, avait provisoiemenet decide
la situalioni, tdeman aiiai plus qu'il ne que les droils d'importation sur celte
pouvait donner. L'un des membres les denree seraient preleves cu nature,
plus en vue de ce minislere, M. Alexan- it raison de 25 olo sur le poids presented
dre Talte, tail en misintelligence avoc 1e 'embarquemeiil, et de dkux piastres et
le g6ndral Victorin Clievallier. ( 1 ) i
brandss ennemis. Le marquis de Varennes ne
( 1 ) Gonaives 7 fevrier 1869 m'a pas compris ; mes ennemis ont coin-
Victorin Chcvallier, Gnd3ral de division. mence par I'irriter avant que j'aic cu 1hon-
Instructeur g6ndral des gardes national s de neur de le connaitre et de m'cntretenir avec
la Ripublique. lui. Je ne pense pas l'avoir offense ; ma
P voix a 6td un peu trop tlevee ( c'est ma ma-
Pr sident, niCre de parlor ), c'est peut- tre mon plus
Pour repondre aux ddsirs que vous m'a- grand tort.
vez loyalement manifesto s dans vos dernieres Mon plus grand d6sir, Prtsident, est de
lettres des 23 et 30 du mois ecoul6, permet- voir Haiti resserrer ses liens d'amitid avec la
tez-moi de vous dire que je regretted, Pr6sident, France, qui fut la mre-patric des Haitiens.
toutes les dilficultes qui ont exist entire Mon- Agr.ez, President, I'expression de mes
sieur le marquis de Varennes et moi ; que sentiments bien sincercs.
la responsabilitd de ces faits tombe sur le ( Sign6 ) V. CHEVALLIER.
compete de M. Tate qui les a cr6ss. ( 1 ) Le marquis de Varennes mourut A
L'homme d'honneur, President. est appeal Port-au-Prince de la fievre jaune au course de
i faire des concessions 6gales a ses plus l'ann6e 1869. II avait 39 ans.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


demic forces par cent lives embarquds. M. M. Th. Lahens, B. Gauthier. A.
Les droits sur le coton et le bois de Clement, Momplaisir fils, A. Plaisance,
campkche furent egalement augments, C. Nau, C. Boncy et A. Painson, pro-
le premier etant fixd i P. 1 1I les ceda an brfilement d'uiie some de 3
cent lives, et le second 'i tine piastre millions des billers de caisse de cent
forte par miller (Decret du 28 Dec. 1868) gourdes.
C'dtait dlnin. On imposait an pro- La sold des ofliciers fuI augmentie
ducteur, qui payait dejat Fimpol du de la facon suivante :
sang, tous les frais de celle guerre. Colonels P. 200
Mais l'adminislration, a travers ses' Chefs de bataillon : 150
lunclles, ne voyait que l'inrerme- Capilaines 100
diaire, le coinnercanlt qu'il traitait Lieutenants : 64
en eineini, sans s'inq uiVt( rI de savoir si Sons-Lieutenants 35
scs COLI)u u1'atltignaient pas par ri co- A (dju dants ; 30
diet Ic producleur liui-meme. S ergenls-Majors : 24
II fallail \ivre cependant et faire vi-; Sergents : 20
vre les troupes qui guerroyaient sur' Soldals '12
tons les points du territoire. Dur pro- Dieuisail ce que, depuis le commen-
bleme cement de la Guerre, iy v avait eu
Pour sorlir de I'emnbarrs cred par le d'officiers et sous-olficiers dans 'les
retour de Jnos traites sur France, on corps nommis. el inuiomnms.
accepla une proposition don't le repre- En vue de conbler ce gouffre, d'au-
senlIant du goLuvernement franCais prit tres measures finaiicieres sont prises.
I'initialive. Seloa ute convention enlre 'Pour remplaccr les billets de cent,
M. Achille IDucourlthial, charge d'affai- d'une et deeux gourdes encore dans la
res triancais ct le Conseil des SSecrltaires circulation, une substitution en billets
d'l aat, it et;ilt altandonn6 i la France de cinq gourdes est ;aulorisde. On aug-
douize el demi pour cent sur les revenues mente en mdme temps I'iimpt. Celte
des louanes de tous les ports ((gendra- Ifois, 'est le cacao, le bois jaune et les
lement quelconqueS)c de la Idipublique, cuirs de boeuf qui front les fras : le
ouverts an Commerce Etranger, tant premier paiera la sortie P. 20 les mille
ceux en possession du (Gonivernement lives ; le second, une piastre el demie
que ccux acltellement occupies par lales mille lives; les cuirs, deux centimes
rebellion, it partir du ler janvier '1869, forts la piece ( 3 Mars ).
pour servir a I'amortissement de no- Cela faith, Salnave e6prouva le besoili
tre double )elte. La part de 12 112 olo de visiter encore quelques-uns des can-
revenant an government Francais lonnemenis de son armr e. Apres une
sur nos revenues de douanes devait Icourte descent a a Petite-Rivi1re-de-
Otre reported comnme arriier' sans in- Nippes, il revint a Port-au-Prince, d'ou
t6ret aucin, a la lin de la convention : il 6tait parti le 7 Mars, el en rep;rtit le
elle serait alors verse entire les mains 10 poirl'Arcahaie, oil il organisa, le 15,
du Gouvernement Francais ou de ses une attaque centre le camp des Cacos A
Agents ( 1 ) la Croix-Lulyl. Ce camp enleve, Salnave
Le President, par un avis public au fit route ensuite pour les Gonaives.
Moniteur, invita tous les commer- Comme a sa derni6re visible, Victorin lui
cants ayant affaire avec 1'Elat a fit les honneurs d'un de ces traits d'au-
se presenter au Palais National, le dace don't il tait coutumier. Sorti avec
24 f6vrier, pour fire v6rifier leurs une portion de son armee, il s'empara
comptes. Une Commission avait dte du fort et de la redouble que l'armee de
nommie a cet effet. Lorquet avait dlevys sur le more Bid-
Une autre commission, composer de nacle. Six pieces d'artillerie et une pie-
ce rayde de 60 tombkrent par li en son
( 1 ) Voir pour la suite de la Conventiou pouvoir.
le Moniteur du 13 f6vrier 1869. I Des Gonaives Salnave voulul aller an










REVUE IDE LA SOCIETY DE LEGISLATION


MWle St.-Nicolas of commandait le g6- Prrenant texte d'une protestation du Co-
neral Jh. Larrieux,Le bon 3lat de celle Inild r6volutionnaire de Jacmel centre
place et l'&nergie don't on venait de fire ltote measure impliquant une diminu-
preuve a 1'Arcahaic et aux Gonaives, lion do noire souverainele nalionale. il
exaltaient sa confiance, que n'avail pas essayait de rallier les Jacmlliens a sa
un instant 6branlde la resistance inal- cause.
tendue de la place des Caves. < Jo m'adresse a vous surtout, cito-
Dans un acte ( 15 Janvier ) qu'on pr- yens de-Jacmel, vous qui m'avez les
tendail dan6n du Conseil d'Elat 11in premiers acclam6 Chef de la Rlpubli-
Sud (i) ii lui avail sembll6 d'aillours re- que et m'avez donned depuis mon ave-
connailie les derniers efforts d uii en- niment des preuves reitedres de sympa-
nemi aux abois, reduiii a ';iveu do son ihie el de ddvouemen ; vous don't la
impuisdsance. cite s'est loujoulrs tenue eii dehors des
q L'Etal, du Sud, lit-on, dans la copies inirigucs et dos couspiralimis politiques
de celle pi6ce, public an Moniteur, de-l e dot les senlimenis paliritiqus ne so
clare soleinnellet'eni se placer sous le sont jamais amoindris; vous eniii qui,
Protectoral du Gouverunmen't des Etats- au fort dte la liisle lutte qiii exite enlr-e
Unis d'Amdlriique come son nllid na- les enfants d'llaili et dan.s lacuelle vous
turel avez dtd faalialinmnt eiigag"s, veCnz tout
Art. 12. En attendant qun la Puis- rimccnimen et d'une facon si solenielle
sance ci-dessus ildinomnmue transmette a Je faire dclaler vos iddes et vos voeux
l'Elal ndridional d'Haiti son acceptation, I)por ie m:iinlien de note autinomie,
ses consuls sonl prids de prendre Idles vous ne pouvez, saris vous ddjugci, con-
mesures que de dro t pour arrtler la dd- dinner t vous allier a coux qui. aux Cayes,
prIdalion du gndral Salnave el saiuvc- me;diteit dei f;aire passer le pays sons le
garder les intirdis de leu-s nationanx. joug elranger. Ecoulez ma voix frater-
Art. 3. < L'Elat m6ridional d'Haiti nelle et amie, et sauvez volre ville, vos
promet et s engage a employer Ions ses famillos et volrc inleressante population
bons offices ;upres (du Gouvernemenlt is Irisles consequences d'un siege ddja
du Nord et de l'Artibonite pour fire long, en posant les armes devarnl 'au-
rentrer sons Ie Proteclorat les ailrOes par- oriild tutlaire du Gouvcrnement. 0
ties du territoire occupies par la IRd- I1 elit Le difficile de pariler en leines
evolution. s plus sympathiqunc s d'un ennemi que l'on
On se refuse i croire i l'aithenticild combattait depuis une anncc.
de eel acle. I1 eil edt sans valeur pour Dans la mime proclamation, s'adres-
le pays, s'il avail pu rdellement dclore sant directement Ia 'armde, le Plrsident
dans Ie cerveau malade de quelques hal- ajoutail: t< Vo? veilles et vos tribulations
liens. La tendance don't il procedait est louchent A leur fin. J'ai I'espdrance
d'ailleurs commune aux rdvolutionnaires qu'avant longlemps la Rlpublique sera
de tous les temps. C'est a elle que la complelempnt rallide et unie. 'Toulefois
France f6derale dut de voir ses provin- songez que ceux que nous avons jus-
ces envahies par les Anglais et la Polo- qu ici combatlus sont les enfants de la
gne de perdre son autonomie. Patrie qui nous a vus naitre, et que
La proclamation que Salnave adres- dans ce qui resale a faire encore pour
sait au people el I I'armde, le ler Mars achever I'oeuvre difficile de la pacifica-
1869, pour leur d6noncer le fait impu- tion g6ndrale, vous aurez plull6t ; pro-
te a ses adversaires, se ressentait nean- t6ger el ai secourir qu'a guerroyer. Main-
moins de la sorle de consideration que lenez dans lout leur lustre les anciennes
dans son espril avail fine par valoir aux e1gendes nalionalos que je reproduis
insurg6s la tenacity de leur resistance. d'ici sur vos drapeaux, et en entrant
dans les villages et les localitls naguire
(i) Le Gal Normil qui avail Cte, au debut, occupies par la rebellion, I'olivier de la
nomme President du Conseil, 4tait a cette date, paix en main, criez en mon nom:
d6ji mort aux Cayes. or Vive l'Union Vive la Fraternitl I











8 REVUE DE LA SOCIITi DE LEGISLATION


Vive la -R6publique une, indivisible et Salnave s'octroya le droit de nommer
independante! r des senateurs en replacement de
On dtait loin du style ,des proclama- ceux don't le mandate avail pris fin, par
tions de 1868. La raison politique avait suite de dec6s, d6mission on muta-
fini, semblait-il, par fire comprendre tion de functions. ( Cette nomination,
aux interesses que, dans cette guerre ci- dit le DIcrel du 10 Avri!, n'aura lieu
vile, come c'est le cas le plus solvent qu'au profit de candidates qui ont dtc
chez nous,iln'y avait ni (brigands ni ((filss rgulierement proposes par les assem-
denalures ,, mnais des citoyens, d6so- blees primaires et contormiment it
rientls dans leursiddes, froisses dans leurs I'esprit de 1'article 614 de la Conslitu-
sentiments, Ogars parfois par les plus lion. > On ne s'attendait guire "a voir
sottes prevention, qu'une politique plus Ia Constitution invoquie en cette affai--
humaine aurait vile faith de ramener on re Le gouvernement espirait que le
de concilier. 11 6tait malheureusement Sinat, ainsi complete, pourrait lui-mi-
trop lard pour que la lccon porlAtt ses; me Cli:re do nouveaux (ip:s, pour
fruits. representer les commnieiin s,- mnainlenues
Avant de reprendre ses tournees d'ins- en possession de l'autorilt 16gale, don't
section aux divers thittires de la guerre, les mandataires la Chambre ne s'6-
Sainave pensa ~i compliter par d'autres talent pas Ipresentea, an m6.pris des di-
mesures cells dejit prises pour assurer verses convocations faites par le Pou-
la march des services publics. Ivoir Ex6culit, (( lenu absence 6quiva-
u. plant A une de6mission.
II convoqua le 19 Mars les princi- avt c suite
paux commercants de la place pour II avait pris cete resolution t la suite
etudier avec eux la situation et du rejet d'u project d decret inslituant
rechercher les causes de la hausse ex- un Conseil Legislalif, project qu'il avait
cessive des articles .du marchM. Mais, soumis a une Coiniesion de s6nateurs
contiairement au bul de la convoca- et de dputles r6unis le 4 janvicr h Port-
tion, elle fut suivie d'un arretd ( 31 au-Priice. Ces I gislalcurs avaient d6-
Mars ), portant que les droits d'itm- clare (1ue, en vertu du caract6re don't
portalion et d'exportation, tels qu'ils e- ils teaient revNtus, its n'avaient pas qua-
xistaient a ce moment, seraient r6gles an lie pour coop)rer a la measure.
tr6sor public en espkces pour la tota- Salnave, It ce moment, venait de re-
lite et sans compensation aucune, iI cevoir des nouvelles des differeuts pos-
partir du 'ler Avril. tes occupies par ses troupes. Ses ins-
Alin de faciliter 1'6coulement et la tructions une fois donnes au gnral
vente des denr6es, le port du Petit- Hyppolite, qui etail venu s'entendre
Goave 0tail de nouveau ouvert au avec lui, it partit de nouveau pour les
Commerce stranger. On prohibit en- Gonaives ('16 Avril ) avee des soldats
suite l'exportation du sirop, en raison 1et ds munitions. Victorin avait, en
de sa raret6, consequence de la dimi- effet, fort it fire pour n'Itre pas d6-
nation du travail agricole pendant la border par les Cacos, qui, nor-seulemeit
guerre. Etait egalement- prohib6e la avaient reconquis leurs anciennes po-
reexporlation du vieux fer, du cuivre sitions, mais s'etaient fortifids par de
el en g6n6ral de routes marchandises nouveaux retranchemenls. A peine.re-
Ztrangeres entrees dans les douanes pouss6s, ils revenaient en nombre.
de la Republique. Enfin, le ler Avril, Le Prisident, press d'aller prendre
on brilait encore une valeur de Port-au-Prince des dispositions pour
1. 452 880 billets de'caisse de deux et amener la reddition des Cayes, ne res-
de dix gourdes. Pour sanctionner ces te pas longlemps aux Gonaives. Les
decisions du Pouvoir Ex6cutif, on s'a- forces qu'il a amendes a Viclorin suf-
visa que le concourse des Chambres e- front, pense-l-il, a la defense. Et con-
tail necessaire. me il y avail fait encadrer des suspects
Dans l'impossibilit6 de les reunir, de la Capitale, D6silus Lamour, retenu










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


jusqu'alors prisonnier a board de l'Ale- apr's une longue carr i re au
xandre Pdlion, fut descendu 6galement service du pays et s'dtre surtout
aux Gonnives pour enforcer la garnison distingu', dans la conduile de nos chan-
dela place assiedge. C'Gtaitlui ouvrir les tiers maritimes, s'elait acquis des'droits
portes de sa prison. Libre dans une 'a 'estime publique. )
enceinte fortilide, il s'arrangea de ma- V. Reprise des operations mili-
niere it passer au plus t1t dans ie camp taires dans le Sud.
de ses coreligionnaires politiques.
SSi I'on consider la valour dos ban-
A Port-au-Prince, Salnnve arrele en- des qni avaient assidge les Cayes en
core avec ses Secr6taires d'Etat une fivrier 1869, le r6sultat de lears opd-
nouvelle emission de billets de vingt rations noe ,ous parailra pas dlonnant.
cinq gourdes ( billets bleus ) c en vue l lles ne pouvaient offrir plus do r6sis-
de faciliter le retrait des billets de lance que cells qui, it la 'i medepoaIque.
cent1 g:ordsel des ileles dIleriores a ssi"e i, n sons suces S Gnaives. A
Et pour cou0roni1er la serie de & combi- l'exception d's iro a pes de1 St-Vil .lohn
naisons linancieres d(ies au Cabinet tdu qui ;avient combatlu au Petit-Gotive et
19 ievrier, on revient au regime : Miriagoane, les autres 6taient g6nu-
du monopole que lepricldent minislirel ralement composees de recrues de la
avail el6 forei d'abandonner pour cau-i derni~ro levde, c'est-A-dire de paysans
se de discredit. Au caf6 etait joint le don't la pluport n'avaienl pas encore
colon. ~ Considerant, disait le dc'ret, vu le feu. Or, si gi';.d q;1'en pit dtre
que nos products agricoles princi- le nonbre, ils ne reprn' entaient point
palementi c(ux quiservent au cormmer- lne force organisee, ine unild lactique.
ce stranger, tels que le caf6 et Ie co- Une ville barricade est une manikre
ton, -- sont noire veritable monnai ; de forteresse contre laquelle la bravou-
que chez uous, le coii de la marchan- re seile ne peut rien. Qu'auraient vain
dise 6trangire est base sur le prix de l'inlr6pidild et la tCnacit6 d'u:: Capois
ces products, et que, partant, abaisser sous les murs du C:ip, sans le concourse
ces prix dans le pays, c'est abaisser dtes circonslanices (ui obligeacette place
indireclement et dans les emoes pro- it capiluler le 9 Novembre 1803 ?.. La
portions, ceux de lo's les articles de bravoure est n6cessaire it la guerre,
la consommation national. u mais pour fire tomber les remparts ou
les fortilicliions d'une ville, it faut des
Les fails n'allaienL pas harder a in-
Les fais n'allaieni pas d tader b icn- flierss plus puissants que la poitrine hu-
lige t nouveau c mnaiue, j'culends un ensemble de noyens
matisine official.
et de precautions don't nos gendraux
Retenu A Port-au-Prince par la mala- d'aujourd'hlni, < grands chasseurs de-
die de Iion pere, je ne pus accompa- vant Dieu ) font assez bhn march.
gner le President dans sa nouvelle Machez mouri semble bien Olre le
lourn'e. Mon pare mourut le 5 Mai, re- dernier mot de la tactique hailinne.
grellt detos les gens debien, a peu pr6s Salnave qui avail si bien prdpar6
dans le m6me temps qu'un des poetes l'attaque du fort Robert i la Savane-
les plusaim6s de ma generation, phi- Longue, n'avait pas jug6 ndeessaire de
lanlhrope don't la m6moire devrait 6- renouveler les mimes precautions con-
Ire pieusement gardee par les cceurs hai- tre les Cayes. ville pourtant entouree
liens, Lamartine. Malgr6 ses embarras., d'eaux et d'un accs assez difficile pour
le Go,.vernement s'honora en pregnant une armne assiegeante. II avait compt&
l'initiave d'une souscription pour la sur les teiribleseffets d'un bombarde-
slatue de Lamartine. 11 publia aussi ment, que les femmes et les enfants
spontanement au Moniter, A propos memes ne redoutaient plus.
de mon pare, une note necrologique, ofl Le 26 Avril, il quite de nouveau
on lisait cette phrase ologieuse : ( Le Port-an-Prince pour aller reprendre
General de division Denys L6gitime, dans le Sud la suite de ses operations.











REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


Mais, ccte fois, il amine avec lui 800
homes (io troupes rdgulieres don't la
discipline et l'endurance lui permeltent
d'augurer plus favorablement du suc-
cis. A Tiburon, ouil s'arrdle un moment
le 30, ii donne l'ordre aux volontaires
qui s'v tIouvent de marcher, euxaussi,
centre les Caves, et le ier Mai ii arrive
dans la baie des Flanands. Suivons at-
lentivementce qui a s'y passer, et don-
uons tout d'abord !; parole au cor-
respondant du Monite(ur (1) pour nous
fire la description du lieu et aes prd.
paraitis de I'lataque.
tLa baie des FIlrimands est une masse
d'cau tiis profonde qui regoit dans son
sein la riviere de Cavaillon. Les deux
rives sont llanquies de petiles maison-
nettes assez gentilles qui dounent asile
li une population assez laborieuse et
assez active. Cependant cet endroit
rappelle plus a noire esprit ie souvenir
des anciennes thdbaides qu'un commen-
cement de village.
Apres avoir jetd i'ancre, les officers
du a(Trait-d'Union)) sesont empressesde
se rendre i notre bord et ont port h
la connaissance du President les hdroi-
ques travaux que le Gdndral St- Vil John
soutient du c6t6 de Cavaillon. 11 parait
qu'une colonne de rebelles, conduite
par un des sie"es cde Domingue, est al-
lee l'atlaquer. I.e brave General St-Vil
John dlail parvenu ii resister A l'enne-
mi, et la strategie de ses plans a did si
parfaite que, malgrd la i'reur ddployde,
il 'a Jendu tout a fait impuissaut. Ca-
vaillon est done tonjours au pouvoir
du Gouverrement ; le Prdsident s'est
empress d'dlablir des communications
intelligentes entre lui et co point. I1 y a
envoy des armes i feu et des muni-
tions de guerre et, depuis, les rap-
ports que nous recevons du centre des
operations, sont de plus en plus satis-
faisants ; les efforts rditdres des bandits
viennent se briser conire l'intrdpiditd
et la valeur de nos soldats.
( 2 Mai 1869 -- Nous avons passe
la nuit derniire dans la baie des Fla-
mands; la muette monotonie de ces
lieux n'a et6 interrompue que par les

(1) Monitenr du 8 Mai 1869.


gaisrefrains du bivouac et par les laz-
zis plus ou moins spiriluels lances A
1'ennemi. En un mot, elle s'est deoulde
au milieu de l'all6gresse et des rdjouis-
sauces du camp et au seinde maraudes
toujours fructueuses exdcutdes plus on
moins adroitement.
La sante du President est toujours
florissante ; son inflexible a ci v i t
semble se multiplier, il veut tout voir
de ses propres yeux ; il veut que lout
se meuve sous l'inebranlable impulsion
de son commandment. Les ordres
succdent aux ordres, il client conseil,
il d!cle des depdches presses, il passe
tout en revue, et tout cela s'accomplit
avec la rapidlit de l'dclair et avec une
precision qui surprend tout le monde. On
le dirait doud du don di l'ubiquitd.
Apres celle inspection gendrale en
face dela solennil[ du jour, le Chef de
l'Elat done le signal du depart. Les va-
peurs ddgorgent les iroupes, lanuit a
bord da Trail-d'Union, et tant6t a board
des canols qui avaient dti requis pour la
circonstance.....
II est deux heures de I'apris-midi,
l'Ale.andre Pction se d6tachede la flot-
tille et se dirige vers les Cayes pour
donner un dernier avis de gendreuse
sollicitude aux opinidtres rebelles et
inviter par lh les strangers et les paisi-
bles i deserter un centre qui a attlird
surluila rdprobation publique. A son
tour, le Salnave se met en movement
et traine h sa remorque le Trait d'U-
nion el toutes les embarcations qui
doivent oprer ,le debarquement. C'd-
tait vraiment un spectacle mignifique
a voir que celui de cetle flo!tille se dd-
ployant par un beau soleil, sur le vas-
te Ocdan !
Pendant que nos voiles s'avancenl,
poussdes par la vapeur et par une brise
fraiche, l'Alexandre Petion a donn6 un
coup de canon a poudre et est revenue
prendre sa ligne de bataille A une lieue
et quart environ de la terre. II est liois
heures et demie |de l'apr&s-midi, lors-
que nous prenons mouillage a ses c6-
lts.
Nous nous disposions i commencer
la lutte, lorsque nous voyons un cannot


P---I-I~---Y -- II-~--~---r-----___I-










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


quitterle rivage et se diriger vers notre 3 Mai 1869 -- K Toute la matinde s'est
belle corvette. Les prdparalifs de l'atla- 6coulde dans la poursuite du ddbar-
que sont inomenlanement suspends quement des troupes. Elles setrouvent
et, bient6t apres, le capitaine d'un na- done en ce momentcantonnoes au nom-
vire anglais stalionnd en ride, se prd- bre d'environ huit cents homes dans
senate au contre-amiral Ravaigneaux (1) les parages du Fort-llet, bien rdsolues
et lui demandeun repit de trois jours t; se frayer un passage i travers l'en-


pour lui laisser le loisir do faire son nemi et ai pdnerer, a quelque prix que
chargement et de prendre la mer. Je ne ce soit, dans la ville rebelle. Cepen-
sais ce que je dois le plus admirer, on dalnt les heures s'enfuient et le mo-
de l'dlrangeld de cetle demand ou ment solennel s'avance rapidement. Je
du sang-froid du contre admiral, qui s'est n'cnreprendrai pas de dcri re le
conlentd de lui rdpondro tres courtoi- terrible silence qui precede toujours
semenitquelePresidentd'Hai tiiavailtpui- une lutte supreme, d ?s plumes plus ha-
se la coupe de climence el que, depuis biles que la inienne ont deja rempli
plus de deux mois, les strangers elaient cetle (che si souvent reilrdo. Je me
prevenus du bomba;dement qui allait conte'iernai de dire que ce'lait quelque
s'effectuer ; mais que, cependant, il ne chose d'hlorrible et d'effTravant. Do noi-
ddpendait quede lui de se soustraire velles dispositions pour continue au-
aux dangers toujours dtroilement lids jourd'hui le bombardment, sont acti-
a ces sortes de situations supr6mes; vement adopltes ; les ordres ne sont
que la corvette ne commenceraitle feu pas plusltt donnes qu'ils sont imm"idia-
qu'apris un ddlai loyal qni lui per- tement exd6utds. Enfin, au course de
mettrail de so mettre a l'abri des pro- deux heures, le premier boulet est lan-
jecliles. c6 sur la ville. L'ennemi riposte coup
En effet, ce n'est que vers quatre sur coup. Nos vapeurs se present de
heures et demie que l'Alexandre Petion plus pres, et apres quelquesinstants d'nn
a ouvert le fen sur le Fort-Ilel. Ce feu nourri, il est ddlogd de la redouta-
dernier, ainsi que le Fort Tourierelle, ble enceinte on it se tenait blotti.
a immddialement ripostd. La belle cor- De leur oedt, nos braves et intrdpi-
velte revient de nouveau a la charge et des militaires s'avancent i pas preci-
lance i l'ennemi sa bordde de babord, pits pour s'emparer de la formidable
cette fois-ci, les deux forts ddja cit6s position que los rebelles disputent avec
lui rdpondent et la voix du fort I'H6- acharnement. Au moment oi ils les 6-
pital s'associe au concert general. Alors crasaient, le fen cesse de notre cold.
le Salnave s'dbranle a son t,ur et vient Par quel prodige les insurgds cdhappent-
prendre place un pen h l'avant de ils encore une fois au just chitiment
l'Alexandre Pdlion. On le dirait frd- qui les attend ?... Pourquoi nos canons
missant de rage ; ses sabords sont ou- et nos fusils sont-ils rdduits a un deso-
verts ; un fr6missement terrible se lant silence?.. C'est parce que nos mu-
fail ; c'est une bordde dpouvantable qni nations de guerre ont dtd avarides et
est sortie de ses flancs. On dirait que qu'elles ont otl littdralement couvertes
ces deux destructeurs luttent de rivalit6; d'eau au moment de l'embarquement.
l'un et l'autre vomissent des torrents de C'en est done faith ; la Providence sem-
fer qui portent, messagers terrible, ble convrir d'une protection toute spd-
la mort et le carnage an sein des forts ciale un ennemi que la gdndrosild du
ennemis. Le ddbarquement s'opdre Chef a tant de fois 6pargne jusqu'ici.
vers six heureset demie dn soir ; les Puisse cette halte fortuite lui ouvrir les
troupes sont ddposdes prds de la ri- yeux et le fire rentrer sous le giron
vidre del'llet. d1gitime !
(i) M. Ravaigneaux, ancien commandant Le Prdsident d'Haiti, frapp6 du
du 22 D6cembre sous Geffrard, venait de contre-coup, mais pourtant sans se dd-
remplacer M. Linckols, don't le contract ktait concerter, prend une'd6cisiou soudaine
cxnlre. ft nrr nnn ritr nne trnrlnna e, n nro n


ULVUVII 11 F vIU~~I UrlUU











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


hors de la port6e du canon et que l'A-
lexandre Petion soit envoy ila Ca-
pitale pour y prendre de nouvelles
munitions, afin d'en finir avec les te-
mdrnires de celle rebellion, Le mouvc-
ment ccrmmandd dins celte situation
critique est iinmmdiaiemeintop6rd. Nos
troupes se rojeitent dans la baie des
Flamands, sittiue u n quart de lieue
de distance du post precedemnnent oc-
cu)p. Le Salnave et le TrDil-d'Union
se liennent dans la baie des Caves, ren-
dant de la sore le blocusde plusen plus
efficace, de plus on serrCd.)
Cc retard iinmmobilisail pour quelq~rs
jours les forces dii gouvcrnoiemicnt. Les
irisurgds en profidtrenti pour opdrer une
atl;iue centre Cava\illon ol(1) St. Vil Joln
s'dlait retiir depuis lo sensationnel pas-
sage de Monplaisir Pierre aux Quatre
clemins. La plaine des Caves dtait
librc ct grfice au premier renl'ort qu'll
avail recu, Domniiguc avait dejai repris
:es anciennes positions, depuis Torbeck
jusqu'Aux Anglais.
Le general St. Jacques qui comman-
dait les volonlaires de Tiburon avait
bien refoule les Cacos jusqu'a Chardon-
nieres ; mais il dut retraiter pour les
mrmes causes qui avaient paralys6 les
efforts de 1'armde A 1'let ; les munitions
6taient avarides.
LEGITIME
(i suivre.)

(1) D'apris une d6peche rescue du ge-
ndral St. Vil John, datee de ce jour 13
Mai, nous apprenons que l'ennemi, apres
un combat acharne de deux heures conse-
cutives, a ete cruellement battu.Beaucoup
de malheureux ont joncht le sol de leurs
cadavres et le general Caco Eugine Pelid
est rest parmi les morts. a (Moniteur du
8 Mai.)


N6crologie. l)u Cap-Hatien nous
est arrive la triste nouvelle de la mort de
M. Murville Ferire, ancien Secretaire d'E-
tat des Relations Exterieures et de ITns-
truction Publique, membre associd de notre
Soci6td de Legislation. Nous venions a
peine de lui faire part du vote de ses col-
legues, transformant, sur sa demand, son
titre de membre correspondent en celui de
membre associe. Sentant venir la mort, il
a tenu t aller former ses -eux dans sa ville
natale, entour6 de sa famille.
En sa quality de membre correspondannt,
M. Ferare avail cu l'occasion de publiei
dans note lIevue deux etudes justcment
appricidLes. pendant son passage au Minis-
tere, il nous donna une nouvelle marque
d'estime en soumettant a notre examen son
project de loi sur la nationality, avant de la
presenter au Conseil des Secr6taires d'E-
tat et aau Corps L6gislatif. Comme Ministre
de I'Instruction Publique, il a soutenu et
encourage toutes les bones initiatives
c'etait un progressiste convaincu. Au dd-
partement des Relations Exterieures, oi
s'affirma son indiniable competence, ses
efforts out jusqu'au bout tendu i sauve-
garder notre souverainet6 national. Le pa-
ys perd en lui un bon Haitien.


Errata


Dans les a Souvenirs du Gendral Ligitime,
publics en notre dernier numero
page 177, 2" colonne, e alinea, au lieu
de : gard~e par un marin i, il faut lire
< garden par des marines.
-- page 179, i colonne, 4 alin6a. au lieu
de : a os se trouvait le Ministre de l'InterieurD
il faut lire : o se trouvait le Ministre de
la Police.


_---^ ~-^i^--














REVUE

DE LA

PSOCRIEiTAI LLE LAG CI SLATIN~S-
PARAISSANT LE 2 DE CHAQUE MOIS.
. X .\N\\- \ ."\X .. .\\\^ ^ X .,\ x \\\\\ .'X X \\\\ \ \\ .\\1 .\N .N XXX^ X N>X' X X\YX' X N \\. N .' .' >. VX >.'...x ." .\ : .- .< NX \ X \\\\ X


SOgMMA IER litiques, renvoy6 sous la surveillance de la
police de l'Etat, en outre aux dommages-
I. Seances de la Socite : interets etc, le tout pour avoir commis
R6uninn du 22 Avril. une blessure volontaire avcc primuditation
II. La Doctrine Drago et la 2c Coni'rence de et guct-a-pens, lequcl a intcnte un procs
laPaix ( suite ) par M. Abel Ler. au correctionnel centre un citoyen don't je
III. La prsidence e Salnave (suite) par le suis le mandataire.
Ga" Legitime.
G Zte Cet incident consisted en ceci :
IV. Bibliographie, par M. Georges Sylvain. et ncent consiste en ccci
)r. Le condamne a une peine afflictive et
SEANCES DE LA SOCIETE. infamante ne doit-il pas, meme graci6, ou
me&me apres avoir subi la peine qui lui est
R6 dict6e par un jugement, ayant acquis l'au-
6union dutorit de la chose jug*e, se rnhabiliter avant
Prdsidenpe de M. Solon Mdnos. d'avoir le droit de proc6der en justice, ou
Prisenls : MM. Solon M6nos, Edmond en defendant ou en demandant ?
H6raux, Maximilien Laforest, Georges Confiant en voLre impartiality et sachant
Sylvain, Lamartiniere Denis. que, d'ores et dedj, vous allez accorder a
La Seance est ouverte. Communica- ma question toute votre bienveillante sol-
tion est donnee de la lettre suivante licitude et lui donner une prompted solu-
de M. H. Ch. St Louis: tion,
J'ai bien l'honneur d'etre votre d6vou6
Aux membres de la Societd de Legislation, serviteur et vous prie d'agreer mes meil-
Port-au-Prince. leures salutations.


Messieurs,
Les lois de la corporation social exi-
gent toujours que les esprits qui veulent
6voluer et s'edifier sur tous les faits se
communiquent ou consultant des sp6cia-
listes d'un art.
Or, sachant que le culte de la Soci6te6
a laquelle vous appartenez vous impose
I'obligation de r6soudre les difficulties qui
peuvent surgir dans les particularit6s de
notre Jurisprudence, je m'empresse de
m'adresser a votre haute lumiere de Ju-
ristes pour your prier de m'dclairer sur un
incident de droit don't j'ai 6td d6bout6
par le tribunal correctionnel des Gona'ves.
Cette question provient d'une exception
pr6judicielle et d'ordre public, se basant
sur la rehabilitation, que j'ai soulev6e con-
tre un tiers, condamn6 aux travaux forces,
A la suspension de ses droits civils et po-


H. Ch. St LOUIS.
M. Laforest lit le rapport qu'il a pr6-
pare sur la question pose :
Messieurs,
Charge par vous de vous presenter un
rapport sur l'objet de la communica-
tionque nous a faite M" Ch. Saint-
Louis, des Gonaives, j'ai de suite recou-
ru a la loi sur le droit de grice, de com-
mutation de peines et d'amnistie, en date
du 26 Septembre 186o, qui s'exprime ain-
si en son article 4 :
Article 4. La grace faith rentrer le
condamn6 dans ses droits civils et politi-
ques, en faisant immediatement cesser
la peine quelle qu'elle soit ou tou-
tes poursuites d6jA commences par le
Minister public, en execution dela condam-
nation prononc6e. -


DIX-SEPTIkME ANNkE, N' 2.


2 MAI 1908.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Mais. elle n prrijudiciera nullement aux
interets civil des tiers craux droits par eux
acquis. Le gracid ne pent exiger le rem-
boursement de ce qu'il a payv, ni aucune
restitution de frais, de dommages-int&rcts
acquitt6s ou de frais d'immeubles pergus
par des tiers. ----
En consequence, le gracid rentrant dans
ses droits civil et politiques, a bien le
droit de proclder en justice, soit en de-
mandant, suit en dLendant, sans qu'on
puisse lui opposer sa non-r6habilitation.
II est A noter que la loi en question est
posterieure au Code penal.

M. Gcoi&',is Syilvai'n : Je fais remar-
qucr que li Sainti Louis a en vue
deux cas: cleUi diu condamna6 a une
peine aflictive on infamante qui a det
gracid, et colui du concdalmln qui a so-
bi sa poine, 6'dictde par un jugement
ayant acquis iauioritd de la chose ju-
g6e.
Le Rapport .e traite que du premier
cas.
M. Laforest :-- C'c.,o en efet, !e seul
qui m'avait fr'appd.
M. rMnos : Si le condamn6 a subi
sa peine sais avoiri d' gracid, il doit
se Iaire rdhabiliei r pour 6tre admis a
jouir de ses d iuits civils ct pclitiques.
M. Ici'c.r. : S'ii est g-lcid, il recou-
vre de pleilr donit Il':.ercice, de ses
diroits civil et poiihiques. 11 es! apte,
par consequent, proedder en justice
tant en doemanndant qu'cn defendant.
M.. Menos :--- l1 est bien entendu qu'an
condainne une opoine afflictive ei in-
famante pont avoir un intldrt moral a
se faire rdl:abiliter, mnme s'il est gra-
cie.
La Socilde se range ai ces obser\a-
tions qui resolvent la question soumnise
a son exmuen.
M. Denis communique un ouvrage
offer par M Auguste Magloire ETUDE
SUR LE TEMP'ERAMENT IIAITIEN ; puis la
seance est levie.


T. DOCTRINE DRAGO
ET LA

Second conference de la Paix.
(Suite) *
I1.
La deuxiime Confdrence de la Paix
consacra la rivalild des Etats Unis et
doe 'Argentine, en groupant la puipai't dis
Puissances convoquees d'uo c6ol on do
I'autre, suivant les sympathies on les nd-
cossilts polililues. En r6gle g6ndrale, I'A-
mil.dquoe L;line, sauf deux on Irois excep-
tions, prendra ouvertement part centre
la proposition Amdricaine, taudis que
ls -Pussances d'Europe se reftseront A
so rallier, a I'exception d'une seule, a la
Doctrine purement Drago.
Dis I'ouverlure du Congris, la Deliga-
tion nord-amnricaine depose, au nom des
Etals-Unis d'Amdrique, a la l re seance
conslitutive tie la l1re Commission (22
juin ), par l'interm6diaire du G(udaral Por-
ter, ancient Aimbassadeur ai Paris, une
proposition ayant pour but d'interdire
1'emploi de la force pour le recouvrement
de detles, avant d'avoir eu recourse A l'ar-
bitrage.
Celte proposition, selon les propres
terlncs de son autour. concernait (( l li-
mitation de 1'emploi de !a force pour le
reccuvrement de detics publiiues ordi-
naires, ayanl leur origine dans des con-
trals. La voici, dans son slyle lourd et
compliqud, litt6ralement transcrite d'a-
pris le texte corrigo du 2 juillet : a Dans
le but d'dviter enitre I's nations des con-
flits arms d'une origin purement pdcu-
niaire, provenant de dettes contractuel-
les, rkclamies au Gouvernement d'un
Pays par le Gouvernement d'un autre
Pays comme dies A ses sujets ou ci-
toyens et alin de garantir que touts l s
dettes contractuelles de cette nature qui
n'auraient pu etre rdgl6es a I'amiable pa:
voice diplomatique seront soumises a
I'arbitrage, il cst convenu qu'aucun rc-
cours a une inesure coercitive impliquant
I'emploi de forces militaires ou navales

Voir la le parties au No 12 de la 16e an-
I ne de la Revue.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


pour le recouvrement de tells dcite; ral Porter qui parl : Un de nos nalio-
contractnelles ne pourra avoir lieu jus- (( naux amdricains jadis avail pass avcc
qu'a ce qu'ane offre d'arbitrage n'ait 1t c un gouvernemenit stranger in contract
faite par le r6clamant et refuse ou lais- lui permettanL do fabriquer des mat6-
sde sans r6ponse par 1'Etat ddbiteur, on << riaux de construction. Des dliftcultes
jusqu'a ce quo 1'arbitrage nail eu lieu et a s' tant leveess surp I'cxution do ce
que l'E!al d6biteur n'ait manqud a so con- (( conlrat, il fut risilid. LC concession-
former 6 la sentence rendue. II est de I( naire en profila pour deimander une
plus couvenu que cet arbitrage scra con indemnift d'environ P. 5).0)00 qui lui
forme poui la Procedure au chapitre III a fut iefus6e. II oblint que ie gouverne-
de la Convention pour le reglement pa- a< ment des Etl!s-Unis prit sa cause en
ci:fque des conflils internalionaux, adop- a main et apres de loanucs corri-;pon-
t6e A la Haye, et qu'il dterlninera la ( dances, ddmarches et n6goci lims, fi-
justice et le montant de la delle, le a nit par envoyer unc fluli de I i:.- euaf
temps et le mode do soN rQ m enxit et l a vi scix de guerre aii,"y' ,: rKcla-
garantieo s'il y a lieu, fi d ioner pcn.ia t a :: .ion de lAtnric:ii. fi. apres
tout ddlai dans Ic paiement. o c seize ann6us, l'alfaire n'avait pias fail do
II fant convenir que los conmmenlaires i P":'ogrs et plusie.'rs n lon, avaient
don't le Gi6nral Porter fit suivre la pri sentation de son project provoquirent les EL coiusidiration de l'in, icct: de cette
applaudissements unanimes doe la lre sorte d'eiitrepises ar in rs, I'Assemnble
sous-commission de la lero Cominission.( ) ne pourraitmi-le pu;is faiie ab:ouliir, demLno-
L'Europe conservait I'emploi de la force do Jo GCdirai, pour ies. \N*:is initeres do
armde dans des cas nettement dleirmi- la paix du monde, un trait coicernant
nes et I'espoir de se servir d'nne arnie le riailemeit dis delltes conlatactuclles,
lgalisd e lui fit approuvcr en gdadt'al sans carl 10 I princie ded non-int Irveulion par
reserves la proposition. L'Amdriqne ap- Wa force scrai ; n biiufl'ait inestimable
plaudit aussi, mais pour d'aulres raisoi, s. pour loute Ies eparlis inldressois; 20 la
D'abord pour le principle, qui demeurait 'reconaissance de ce princip sorait uun
une censure direcle de la conduite de ril soilagement pour les Neutres: les-
l'Angleterre, de l'Allemagne et de 1'Italie blocus, les lhosiiiids, en ardl ant tout
dans I'Affaire du Vknezuela; ensuile Irelic, sonl u:'' s:'ricuse menace pour
parce que ce principle cadrail depuis iour commerce ext6rieur; *) les Elats d6-
longtemps avec la politique exlrieure iiteu s y trioiuve-iont cct advantage que
des diverse RIpubliques du Nouveau- disonrmais les prOteurs d'argent ne pour-
Monde, comme le prove notainment ol raient plus3n en lign de comple,
trail d'arbitrage obligatoire, relatif aux poiur baser luirs operations, que la bonne
conflicts provenant des r6clamations pour f'oi du gouvernement, le crdlit national,
dommages et pertes p6cuniaires ct sign la justice des Iribunaux locaux et l'dco-
au Congris de Mexico le 30 janvier 1!902. inomie apporle dans ladminuistra ion des
Cerlains passages du discourse d (16l1- af firels publiques; 4 I'arbitrage donne-
gud nord-am6ricain porterent vivermet, rait d'ailleurs des garanties aux crean-
notamment celui oil, a l'appui de son cilrs s6rieux qui le pr6f6reroul t A l'en-
opinion, l'orateur cita un exempile pro- ploi des aries.
pre a ddmontrer que a le jeu n'en vaul Le caracthre serieux de ces motifs et
pas la chandelle v eti ddtourneNr a j;i- 'dl6vatio des vucs de la D1)ligalion des
mais les nations civilisdes de recourir Elals-Unis qui, tout d'abord, avaient pro-
aux measures arbitraires do coercition voque l'enthousiasme de la So:is-commis-
pour imposer a un pays etranger le piie- sion ne tarderent pas a fire place petit
meant d'une dette contractuelle qui n'au- f petit a la r6flexion, et avec le raison-
rait pas 0t6 prdalablemenu sanciionn6e nement vont se pr6cipiter reserves sur
par un tribunal impartial. Cest lc Gend- reserves, declarations sur declarations
amendments sur amendments, A tel
(i) Proces-verbal de la seance du 16 juillet. I point qu'A un moment donnd il sembla










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


que la proposition allait pileusement la Colombie, le V6nezu6la, l'Equateur
6chouer. ddclarent a peu prBs qu'il n'y a aucune
Le premier amendment trisjudicieux, opporlunite de comprendre 1'adjonction
d6pos6 par le P-rou, portrait que les prin- de l'emploi de la force dans un accord
cipes dtablis dans la proposition du G6- international qui paraitrait destine A r6-
neral Porter no pourranint pas s'appli- gler les moyens pacifiques propres A
quer A dcs ric"!amations on differends rdsoudre les conflicts internalionaux;
provenant de contracts passes par le gou- 5 la Roumanie et la Suisse veulent voir
vernem:nt d'un pays avec des sujets la proposition americaine faire l'objet
(trangers, quand, dans ces contracts, ill d'une convention s6paree et ne pas 6tre
aurait et6 expresssm nt stipule que ces insdrde come un nouvel article dans la
r6clanations ou diff6rends devraient Ctre Convention de 1899 pour le ri'glcment
soumis aux juges el Iribunaux du pays(l). pacifique de conflicts internatinaux ;
Le Mexique proposait d'ajouter apres o6 le Vn6zu6la desire qu'il n'y ait aucun
les mots: t p:.r voio dipiomantique ) la reconrs i I'arbitrage, lorsque les parties
phrase: ( lorsqu'clle procede selon les auraient slipul dans leur contract que
principles du droit international ). Quant tout diff6rend sera rigl- par devant les
a I'ani:ndenment dominicain, s'inspirant tribunaux et d'apr6s les lois de l'Etat
de la resolution de Rio, ii soumettait d6biteur ; 70 enfin la Russie entend qu'il
A l'arbitrage obligatoire routes les r6cla- soit convenu que les stipulations de la
mations d'une origin purement pecu- proposition Porter ne s'dtendent pas aux
niaire ou bien de dommages et perles, et liliges provenant de contracts conclus
restreignait les measures coercitives aux avant sa ratification par les Etats si-
cas of 1'Etat d6biteur refuserait d'accep- gnataires.
ter l'arbitrage propose par l'EIat recla- Devant taut d'objections et de d6sirata,
mant ou de se soumettre a la sentence le Dr. Drago tente une supreme fois de
rendue par le tribunal arbitral. sauver la doctrine continue dans son
Plus importantes et plus nombreuses inoubhable d6piche du 29 dcembre 1902,
furent les reserves qui firent douter, pen- et de nouveau il I'expose avec son elo-
dant un moment, du succes final de la quence habituelle, mais en vain Les
proposition Porter. On peut les ranger sympathies qui accueillent son discours
en sept groups. o L'Argentine, la Co- vont A l'homme d'Etat, au jurisconsulte
lombie, l'Equaleur, le Guatemala, le Me- eminent et ne constituent pas une marque
xique, Nicaragua, le Salvador, le VN6n- d'approbation pour la doctrine. 11 auiait
zudla demand'rent formellement qu'on fall so placer uniquement au point de
n'eht recours a I'arbitrage que dans le vue juridique, et le D6legu6 Argentin ne
cas spccifique de ddni de justice, apres s' lait pas cantonn6 dans cette voie. La
avoir dpuis6 les jurisdictions du pays du leoon lui vientde M. de Villa-Urrutia, pre-
Contrat; 2o l'Argentine, le Guat6mala, mier plenipotentiaire de l'Espagne, qui
Nicaragua, le Salvador, n'admirent pas d6clara ( dtre d'accord avec le Dr.Drago,
que les emprunts publics avec (mission mais qu'ii ne saurait voir dans l'enoncede
de bons constituent la dette national la th6se sud-ambricaine une proposition,
pusseut donner lieu, en aucun cas. A l'a- mais plut6t la proclamation d'une doc-
gression militaire ni a I'occupation ma- trine politique que l'on ne pouvait songer
tdrielie du sol des nations amiricaines ; discuter au sein de la present Confe-
3 L'Espagne, 1'Italie, la Bulgarie, la Nor- rence.)
vdge, la Perse, la Serbie, la Uelgique, se Au DI16gu6 colombien, M. Triana, 6tait
d6clarent insuffisamment renseignees sur r6serv6 le m6rite de dresser centre la pro-
la proposition; 4 la Rdpublique Domi- position Porter le plus violent des r6quisi-
nicaine, la Grece, la Bolivie, la Suede, toires.Orateur remarquable, il int la Sous-
commission suspendue A ses 16vres, et
(1) Rapport du Baron Guillaume (Belgique) chacune de ses phrases stigmatisant le
sur la Convention pour le reglement pacifique spectre hideux de la force et les proce-
des Conflits Internationaux, p. 187. d6s arbitraires des grandes Puissances










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


6lait comme un coup de marteau assen6 et d'inqui6tude que se produisit l'inter-
sur la tote de leurs repr6sentants. < L'es- vention de la Republique d'Haiti qui, plus
prit de Shylock, tonnait-il centre le Par- que le zile naturellement d6ployp par le
element de l'Humanied, est encore pres- Br6sii et la declaration Fort anodine du
que tout-puissant dans notre civilisation Ddl6gu6 de Panama, contribua a sauver
moderne; il continuera toujours A de- d'un 6chec possible la proposition sur le
mander sa livre de chair et A la prendre traitement des dettes contractuelles du G&-
toutes les fois qu'il pourra le faire. neral Porter.
Vous 6tablissez le chAttiment pour 1 i' M. .. N. L6ger parl' au nom de sa De-
malheur, coniine si le malheur 6tait un l6gation (1), et c'est IIaili, la polite na-
crime.... Le creancier collectil est impi- lionalit6 des Antilles, si m uvemenlhe, si
toyable; le sentiment d'humanito se dis- 6prouv6e an course d'un si6cle d'existence,
sipe dans la collcclivit6, comme la fum6e et qui eul tant a souffrir do la violence,
dans l'espace... Dans la proposition en do l'arbilraire, do l'orgueil des Elats eu-
question il y a une lacune, et elle consisle ropecns, c'est elle qui plaid la cause de
a oublier ou a omellte de consider le la Puissaute R6publique de loostevilt, on
cas oh il peut s'agir, non de manque de, d6montrant que la proposition aiimricaine
volould, mais de manque de possibility de deineurait le premier pas fail vers un id6al
payer..... Cependant apr6s la decision ar- eevd, jusqu'a ce que It tem.ps et les pro-
bitrale, le pays dcbilour et malheureux de- grds de l'opinion permissent de supprimer
vra souffrir l'agression armLe du cr6an- completement I'emploi de la force ; c'est
cier, qui pourra bombardier ses ports el elle, peut-dtre la plus chl"tive de tons les
envahir son territoire..... Et encore les Etas Amiricains qui, sous bind ice d'un
coups tomberout sur dos victims inno- ame ndement que nous allons consider,
centers qui souffriront tout le poids des er- osa se rallier pleinement i la proposition
reurs ou des fautes de ceux qui les gou- Porter, en d6clarant que celle-ci ne cons-
vernent... II est certain que mnalgr6 l'ac- tituail aucun danger pour les Etats mal-
ceptation pr6alable de I'emploi des :me- heureux et de bonne foi et parlant
sures coorcilives, le pays d6biteur so di- vraiment soucieux de remplir leurs obli-
fendra ; ses flis trouveront, au moment de gations !
cette guerre de defense du sol sacred de la I1 eht 616 malaise aux repr6sentants de
patrie, I'action du sabre qui les gorge et I'Am6rique Laline de persister dans leur
de la main qui les strangle. D politique irr6ductible apr6s une tell de-
...... Et il torminait en pr6f6rant le claration.Tout lui en donnant une pleine
statu quo L I'acceptation de l'emploi 6ven- adhesion, M. J. N. Liger ne manqua pas
tuel de la force cependant d'attirer I'attention du G6ndral
Nonobstant des adh6sions pleines ct en- Porter, et--fait lafoisbizarre et heureux,
tires dequelques Puissances comme 1'An- en meme temps que la R6publique Domi-
gleterre, I'Aulriche, la Russie, le Portu- nicaine,--sur l'inconv6nient qu'il y aurait
gal, et les sympathies de Ia France, la a conserver dans la proposition le dernier
proposition Porter semblait done traverser membre de la phrase ci-apr6s : a et la
une p6riode critique. L'appui cordial que garantie d donner, s'il y a lieu, pen-
donna d'autre part le baron Marschall von dant tout le dWlai dans le pavement; ;
Bieberstein, sur des instructions venues de mais tandis que Mr. IIenriquez y Carvajal-
Berlin, aurait di porter beaucoup do pa- se bornait simplement A dire que c'6tait
ys A laisser tomber leurs reserves ; car le ( une expression vague qui inspirait de sB-
fait 6tait d'autant plus piquant que c'6- rieuses inqui6tudes Z, le pl6nipotentiaire
tait l'Allemagne qui, en faisant envoyer hailien, d6veloppant sa pens6e, demontrait
une flotte coalis6e au Vnndzuela, pour qu'il y avait advantage i laisser aux par-
assurer le succes de r6clamations finan- ties en cause le soin de pr6ciser les ga-
cieres, avait roodu d'actualitl brllante la ranties a accorder, au lieu d'attribuer ain-
protestation des R1publiques americaines si a l'avance des pouvoirs aussi 6tendus
connue sous le nom de doctrine de Drago.
C'est dans ces moments d'incertitude (1) S6ance du 23 Juillet.


I I










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


aux jugos international. Autrement, a- a ,Ie suis de ceux, dit-il, qni pensent
jontait-il. ( on risquerait de confirer aux a qu'il a des concessions don't on doit
arbitres l'exercice d'un droit qui en cerlains s se garder, en prdfdrant les pires cala-
pays est exclusivement reserve au Corps R mites ; mais qu'il est des sacrifices qu'il
Ldgislatif, et alors les sentences arbitrales I faut savoir s'imposer, lorsqu'ils ont
qui octroyeraient desgaranties quela Cons- i pour objet de conduire vers un but
titulion ie la Partie condamnte on le sea- 1a noble et g6nereu'... La dl6igation
timent national ne perniettraicnt pas de a d'Halti, en ddclaian't se rallier sous la
donner, provoqueraient plut6t les conilils a reserve qu'on connail, n'a pas entendu
mdmes qu'il est dans la gdtnrcuso pensde % admettre qu'en pareille maticre I'em-
des Etats-Unis de prcvenir. A ploi de la force puisse ilre d1gitime.."
A la seaice suivant ( I ), nla delga- La Rpublique d'lliili qui, elle aussi,
tion hailiennn intervint encore une fois. a a en, dans le course de son; existence
M. Pierre Hudicourt ddveloppa des con- a naationale, A snbir des aetcs de violence,
sidtrations qui lirent honii'our A o nir los a jamnis :consid l6rL' a'vec la ri-
race. Ses phrases 0loqluenles ei clianies, signationi des tails acc.mplis : cc n'a
marteles A la <, Triana i, conslittu6rent, jamais r di qu'en proitc~ i:nt et n appe-
comme le remarqua A jusle liro unn or- .a Lut a I'hisloire ct a I'hin;nanit qu'Elle
gane diplonmatlque de Paris (2), une 6- a s'est plied aux exigences qi liii furent
clatante revanche sur les proc-'dds ar- q imposles... ObloNAi que i'on s'explique
bitraires don't la Ripnubliqle fut par- -edevant une juridicltii disinlkressde,
fois victim de la part des grands Etats. ( que l'on essaye de s'eaitndre avant de
Le tableau qu'il traga du recouvremennt ( recourir i la guerre, co u'est pas fire
cfercilif a l'hoeuie acluelle, avoc son uone concession a ce uoe l'on nonime
curiege de spoliation, de destruction e! ( improproment le dr it de la force ; ce
d'humilialion, 6prouva la sensibility des ,In'est pas non p]lu;s s'impuser un sacri-
ineinbres de la Sons-commission, Mt cee a lice quelconque : c'est accomplir un
n'est pas sans qaelque visible motion (, acted lonable, car diminunr Ics chances
que la DRlegalion d'cii Puissauce-- qu'il a has:rdeuses de la force brutal et a-
est inutile deo omamer--l- enr dit cC passa- a vengle, c'estinarquer nn progres reel
ge [proonnce avec une si meprisanie et certain vers l'idal common' la pa-
energie qu'il racheta une here de re- cification universello... En :i.!optant la
greltable deftaillance dans notre 6eoque I < proposition des Elats-Unis, les Etats
national : ( Dans d'ailres occasions, i faibes noe rconnaissr ii pas plus la i1gi-
quand l'argent a eti reiidin a board, onl timits do l'emoloi eventnel de la force
exige une ltre d'excuses avec de:; sa- a qu'ils ne renoncent anu droit de ddfen-
luts de canon pour saluer le 'Pavillon a dre lenr honneur. leur souverainetd et
qui vient de provoquer tant do jusles ( leur ind6pendance. o
raneunes Aprcs avoir d'ailleurs soute-
nu fort dloquemment la proposition Por- Pen apr&s, la Sous-commission proc6-
ter et rcfutd quelques graves objections, dait i la rotation, et la prise en couside-
M.Hudicourt terniina par une brillante ration du principle de la proposition
pdroraison qui dut fire tombcr bien des Porter, ainsi que le renvoi au comit6
pr6ventions, r6sultat qui a son imr- d'cxamen 6taient ddcid6s par une majo-
porlance si l'on songe qu'A cette mnme rit6 de 35 voix centre 9 abstentions, la
seance du 27 juillet la Sous-commis- minority se composant de pays tels que:
sion devait voter la prise on non en Belgiquc, Grice, Luxembourg, Perse,
considirafion du principle de la proposi- Roumanie, Su6de, Suisse,iEurope et V&-
tion americaine. Le moment 6tait done nfzuela. Les abstenlionnistes invo-
solennel. quaint diverse raisons : ls uns 6taient
insuffisamment dclair6s par lIs debats.
(1) 27 Juillet. les autres pr6rfraient, avant de se pro-
(2) La Revue diplomatique, N du 18 noncer, attendre le rapport i la Cornmis-
dcembre lo07. sion. Le Luxembourg ir6ltextailla situa-


__


I---~~~-










REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


tion toute particuliere qui lui dtait fa c velle que statuera le comil[ d'examen.
par le Irait6 de L ndres de 1867. Quant Qu'y remarque-t-on ? Queilucs forlules
a la Suisse, son indifference, qui fera alleges, et la suppression de la phrase:
bientot place i une opposition sysld- ( ei la gfrantie a donner, s'il g a lieu,
matique et irriduclible, 'lait plutlt dfue A pendant ltou d(lai dans le paieient. ,
un accs de mauvaise humeour, engcndri Ainsi des innombrablos rIserves, des
par le refus de la Sous-commission do declarations et amendements de toules
statuer immddialement suru n demanded series quo nous avons enumnirs, la mo-
qu'elle avail f -aite d'accord avoc la diiicalion demanded par la Ddleg;tion de
Roumanie -- el rclalive ft la former d6fi- la 11publique d'IlLiti fut la sole que
native de la proposition ami ricaine. prirent en considicraion les Etals-Unis !
Quoi qu'il on soil. e1 G6neral Porter Point n'est hbsoin ici de richerchor les
venait de Iriomphi', e' dol bien triom- motifs do ciote favcur on de cotte con-
pher, anres avoir escalade les prinei- cession ; i suffit seulemeit di( constater
paux obstacles. LI rcsle paraissait jeun qu'elle ful accorded presque on 1:!ipinois,
d'enfant. Le principle de non-intervention sans grand renFort de gro:sso c;aiss, et
par la force ue no fis admis, I ne s'a- que pour no pas porter lnbra'e h !de
gissait p!l:; qIue d., falire droit, au sein du comipdhensibles susceppib:lis, ei!e tfit
Conmil" d'exaeneii, 'i qiclques justcs rd- accPptie de mime. En (!i; nui,;.,i., I'im-
serves ou ameiinemni:is pour voir adop- portant cst d'arriver au rdsniiat desire !
ter d'abord par la Premiere Commission, La D6lg;ation Argoen lii' in:: laisa; pour-
ensuite par la Confldrnce so fameusc plant pas volor par le comild d'examen
proposition sur les dcollcs contractuelles. la proposition Por or sans bIo"ler L6roi-
C'est ce quc devail fair et c'est ce que quement si dernicre cartouchle : de nou-
fit la DildgaLion doi la Iidpublique Etoilde. veau lo Dr Drago s'dleva contre la men--
Cette condescenlance simplifia de beau- tion, (dans lo project de convention, de
coup les ddbats, et brive fut la discus- 1'emploi de la force, affirmant que son
sion. Le Gineral 'Partr apporta quol- acceptation constiluerait an pas en ar-
ques ch:in orients i son project original, ride, el que Ilfs terms qui autorisaient
commie on 16moiiign le toexe corrigi du l'usage < de la force armde ) allaient beau-
29 \oit (1) el c'cs!sur la rtidaction nou- coup plus loin que la simple ritorsion
on co que l'on appello ,. une dimonstra-
(1) Texte corrig. Ldu 2y Aofiit. : Dans lion moralee.) Pour qai suit avec atten-
le but d' viter cntre nations des conflicts ar- l tion la politi(ue extericure contolporai-
mCs d'une origine purcment pccuniaire pro- ne i Cabinet do Washington, on pourrait
venant de dettes contractuelles, rkclameis au voir poindre par 1:i une vellild d'offen-
gouverncment d'un pays pai le gouverne- sive, apres une longue lactique do pure
ment d'un autre pa'!s com"" dics a scs na- defense. La maneuvre tait malhoureu-
tionaux, les Pussances Signataires sont con- segment trop tardive !
venues de ne pas avoir recours A la force a for s 'Arnin
armee pour le recouvrement de telles dettcs es chos -
contractuelles. Toutefois, cette stipulation vit oblgooe dle voter affirmativemcnt le
ne pourra tre appliqui, quand 1'Etat d6bitcur tiexe coririg6 du 29 Aofit, mais ellc dissi-
refuse ou laisse sans r6ponse une offre mula son dchec sons deux reserves bien
d'arbitrage, ou en cas d'acceptation, rend expresses, don't elle exigca l'inscrtion au
impossible 1Itablissement du compromise, ou procis-verbal. Nous on donnons le text
aprSs I'arbitrage, manque de se conformer la p;arce qu'elles ramonnient ni plus ni
sentence rendue. -- II est de plus convenu moins la proposition Porter a la doctri-
que l'arbitrage don't i s agit sera conforme no Drago :
pour la procedure au chapitre III de lai coco I es p
Convention pour le riglement pacifique des <( la E( contr I s ordin ires et cnro-
conflits international adoptie ; la Haye et venani de contrats ordinaires entire le
qu'il determinera, et tant que les Parties ressortissant d'une nation ct un gouverne-
n'en serant pas convenes, la justice et le mrent stranger, ou n'aura recourse h 'ar-
montant de la dette, le temps et le mode de bitrage que danfs le cas sp6cifique de dd-
son reglement., ni de justice par les jurisdictions du pays








20 REVUE DE LA SOCIGTIt DE LEGISLATION


du contract, qui doivent tre pralable-ic iois, garder tout ce laps de temps letrs
ment dpuisdes; 2 o Les emprunts publics!
i travaux secrets, et mime ddlib6rer en fin
avec nmissiol de bo conslituant la dette
Sde compile pour savoir s'it 6tait nices-
nationale ne pourront d 'nner lieu en au-re le
cnn cas l'agression militaire ni I l'occu- saie ou utile d eommuniquer les proc6s-
p o verbaux aux autres D616gations : c'est-A-
pation mat6rielle du sol des nations am'-
ricains. NOs fsS Cllo SerV, da c- dire i l'IAmrique Latine don't les trois-



decembre 1902. ) tion Porter fut vote t la reunion pl6nire
La proposition Porter fu ensuiteadop-d la premiere commission par 36 ((oni,))
Lae paro lComnito d'ex t en ui a major r serves ) et 2 ( absents. )) 1II e nous
l~e par le Comit6 d'examon A ia majority rest done plus qu'(a examiner dans uie
de 12 voix centre 1, celle de la Suisse, dernirdo pario Iu poreo do In Conv unio
qui ne s'y rallia pas, parce, que les irihu- definitive sur le traitement des dettes
naux Suisses offiaient aux 6t'rangers les :onracule s' tele qu'olle fut adoptde
d0emr 192 contractuellos, ful vol o f ldopl6e
mdmes lgaraties c'impartiattp qa3aux na-o
tmees garales d'impartialit q x na- ;par a Co nfer ence, ses consequences au
tionanx Aussi decisive etait done la vic- s on e s emneq ns ue
naux. AUSS csive Ma oc i vic- point de vue du Droit Internalional, et
toire des Etats-Unis quo lors de la prise ses rapperl t avec la politilno ext6rieure
en consideration tdu principle de non in- pse i r l t ,itmetu des nel e
. .. passee, prsene et future Cabnet
tervention, mais le resullat aurait-il ete ase s et fute l Cabnet
le mnme avec une organisation plus ega- AEL N. LE R.
litaire du Comitl d'examen ? ABEL
Sur treize nations qui y edaient repre- A suivre. )
sentres, la Suisse. la Serbie et le Portu- lsp"""i""e...i
gal don't les intdrels sur le Continent WV R TO IU
Amricain sout aussi secondaires qne la SOUVENIRS HISTOr U
situation qu'ils occupent en Europe, ont
pu avoir une voix important, alors que LA PRESIDENCE DE SALNIVE (suite)
bien des pays d'Amnrique, d'importance (suite)
sup6rieure et tris spdeialement intres-
ses a la question, se voyaient exclure du Salnave, durant ce temps, s'.tait re.
comitd d'examen. Ceux qui front la cri- cueilli. Le 15 M1ai, il fit publier un ar-
tique gn6riale de la 2e Conference de la P r6t accordant amnistie pleine et en-
Paix ne manquerot ertent crtineet pas de tire indistincement tos es insur-
stigmaticer comme il convent, la forma- gms du dApartement d Sud, notam-
tion et le fonctionnement de ces minus- ment a arrondissement des Cayes et
cules comitds, crdAs par les diverse aux villes de Jremie, de Corail et de
commissions, composes de dix ou douze Pestel. (.) ,iLes insurges en faisant leur
pays arbitrairement choisis, et represen- soumission et en se ralliant au gouver-
t6s presque toujours par des plenipoten- nement dans le delai de trois jours,
tiaires arbitrairement europ6ens. (1) I1 mettront fin A la guerre civil etjoui-
ne faut pas perdre de ve e'importance de ront de la paix en toute security, sans
ces reunions intimes qui constituaient, crainte d'etre recherches pour aucun
come ou se plaisait sdrienseient a le faith commis durant les dissensions.
reptter Aa a Haye, la (( veritable conf- rTous ceux qui pour des raisons
rence. D On a vu de ces vevitables voudront se retire chez une Puissance
conferences singer pendant plus d'un amie, obtiendront de la Secretairerie
Sd'Etat de la Police le passe-port qui
(1) Au comity d'examen A, charge de 1'e- leur sera ncessaire pour avoir le
tude de la proposition Porter, l'Am crique, qui droit de retourner dans le Pays quand
comprenait i la conference 20 Etats, disposal il voudront, sans crainte d'ptre in-
de 4 voix, tandis que 1'Europe en disposait de pis ,t
9-- C'est pourtant le commit. ofi elle fut la qui tos.
plus favoris6e (1) Moniteur du 22 Mai i869.










EVUE-DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


u Les effects du present arr6t6 s'6ten- chements des fortifications, qu'elles fu-
dront dgaiement su-Itous les insurgds rent forces d'abandonner en se re--
du d6partemenlt de l'Ouest, notam-- pliant sur Ic quarlier 'gndral.)
ment de Jacmel ec dos quarters envi-j Quelle naiveld se dira-t-on, en lisant
ronnants, qui front leur soumission les explicalio's donndes dans cc laco-
des qu'ils an'u!oA conni le present ar- niqie bulletin. Mais le government
retd, c'est-t-dire dans le dilai de trois avail voulu pallier son insuccis. D'a-
jours. e bord ce qu'il dit i ce propose n'est pas
Les Cayes n'accep!irenl pa-; 'amnistie, logique. Comment St. Vil John, le ma-
ni aucune dles autirs villes d6signkes. tin encore i Cavaillon, aurait-il pu se
La confiance n pouvai! plus i,. 'i'i trouver l1, c'est-i-dire du c6ol d I'llet,
trop d'exces avaient 6l6 coinnis, trop l l'heure oil eut lieu le combat ? Par
de pertes subies. quelle voie y serait-il venu 1? II li au-
Le 21 Mai, I'action recommenaa.((Trois rait fall traverser la ville on la pren-
divisionis (1) sous les ordres des g6nd- dre seul par surprise : co qui n'dtait
raux Erric, HCiDbcca et Simon Gervais, pias supposable.
ont pu, a '1i suite d'lun vigourcux effort, Apres avoir entendn l; cloche du
p6netrer insq;'!'n ville. (2) En moinsi < Moniteur, 6coutons pnriorl no or-
d'une demi-hilure, .lles c-taient en pos- gane autoris6 de l'insiurrlictio :
session des forts ToIliierelle et Ilel, tan- (. Le 24 MIai, vrs les ,. hicur's du ma-
dis qu'nie autre colonne, corunanale tin, des coups de f'u se font entendre
par le general Er;ordine Pais (3) s'empa- a 1'extr6mitd est de la ville el on ap-
rait du camp Boudet. prend anssitdt que le Fort Ilet est pris
a Les divisions qui s'dtaient empar6es par I'armne de Salnave. Vite, on leve
des deux forts onri da les abandonner, une parties des posters de ia ville et l'on
par suite d'une ruse infame (sic) cm- former une colonne, 4 la Idle de laquelle
ployde par les insurg6s et don't nos g(- s'est place le senateur Dupont, que se-
neraux ne s'apercurent que trop tard. conde Mr Ovide David, Secr6taire d'E-
Une assez forte colonne de rebelles s'6- tat. lls marchent vers le point oil se
tail avancee .,ur nos troupes, aux cris font encore entendre les coups de feu,
de : Vive Salnave Celles-ci, la pregnant en suivant la Rue du Fossi, et. rencon-
pour la division du gln6ral St. Vii trent I'ennemi ft Dalmaguac. 11 fait en-
John, qui devait p6ndtrer en ville par core nuit. On s'aborde dans l'obscurite
les Qualre Chemins, la laisserent arriver et l'on se prend corps a corps ; mais
sans coup fhrir jusque dans lcs retran- les gens du pays, connaissant les sen-
tiers de f endroit, sortent de cc tohu-
(1) Le lecteur n'a pas a fire ici trop bohu en conlournant 1'ennemi pour


attention i cc lerine de division. Les
troupes don't il vient d'ltre parld represen-
taient dans leur ensemble un effectif de
800 homes a peu prIs, chiffre insuffi-
sant pour former ce qii'on nomme une di-
vision dans !'armie. Si l'on se place seule-
ment au point de vue des lois et des r6-
glements militaires d'Haili, il ne fau-
drait par moins de 1500 t 2000 homes
pour composer une division, comprenant
infanterie, cavalerie et artillerie.- 800
homes, c'est tout au plus I'effectit
d'un balaillon sur pied de guerre a 1'e-
tranger; et en France, quand on dit 8 ou
10 bataillons, c'est de 8000 hommes ou
10.000 environ qu'on veut parler.
(2) Moniteur du 29 Mai 1869.
(3) Pais, d'origine dominicaine, 6tait
surnomm6 Gendral Zandolite.


lui intercepter sa communication avec
le fort.
((A 5 heures, la Volante des Cayes l6-
ve la march, elle suit la rue des Frdres
Rigaud, ct arrive au flanc de I'en-
nemi qui lui envoie une grdle de bal-
les el 1'oblige i s'arriter au Carrefour,
c6t1 Nord de I'ancienne Poudriere. Sur
cesentrofailes, le gundral Prosper Faure
arrive de sou c6t6, pass;ant par le littoral
avec les volontaires qui 6taient rests
dans les postes de la ville et un contin-
gent d'hommes tires de la division du
G6neral Pierre Momplaisir Pierre, la-
quelle etait cantonnie aux Quatre-che-
mins. II repoussa 1'ennemi depuis le
fort Alexandre jusqu'i celuide la Tour-










22 REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


lerelle. Alors s'engagea un combat Ia L'allaque out lioe, come il avait edt
l'issue duquel l'nnemi retraila au fort pr6vu, mais elle n' rdussit pas, malgrd
Ilet on il penetra presqu'en m0ime temps les excellent travaux do g6nie. Allait-
que l colonne de Faure et la Volaiie on so dtcourager pour cela ? On profi-
des Caves. I la plulit de la lecon, et voici cc qu'en
t 1a 1laileo a durj jsqu'i 9 hlures lit Il mime chroniqueur. OCtlte journde
du man Pendant ce tem:1s et durlant lu i7 Octobre avai dilruit ltes nos il-
toulc la jIournlo de eel inoboliablhe 24 lu n. Sastool n'tai paL s one pla-
MaIs, leesnvies de guerrc de e Salnave ce py p n cup o man.
n'ont pas cessk de lancer letns boulels Des deenses sriouses, utne artillerie
sur in ville. .. formidable et sui)tri re A la n61re, la
Tele 'es la Ivcrsion coniradictoitrei, e- rottgeaienl. Lancer n a:itde conlre
tailWlH Pt disons v ,ili!ue & hatl !! es ;alul illes, c'eit 61 10,li,. Du reste,
du 621. Mai. Les soldats ( t oiiv lrn-- es iusses avaient C is ie tecmpi.; a profit.
meant s' :ient etin n comIport s ml s 1 ac- ,It conlinuIinit sons cu.; d iniuvcnux
tion avatl te des pluspu ml co.bin:!.,cs. ouvrages, .t la dl'onse s d.veloppant
On n'expose passes Iroupes, conm e mi meCte ps q u'e :"aqc, il deve-
lIavai! faith in prudemmient S lniave. '-en- nai tdiden I'n viedrait pas
nen1i ie serail-il pas venu q' "i! val out de la vill, sans de pi.sdvranits
Inieuxse couvri', so fo:riiier !e pins .o-, effoLs, el sans avoir recous; aux moyens
lidement possible pour garidc'r la ;osi- d'ction plus )issan ... .
tiio iant donn0 su'rlto t qu'on avail 1 I VoilI l" c fails. Iis d",i)ssent nos
rivieteads. Envoyerles itruips cn av.mit, moyens, t et la 'l, ourticelle n va-
dulant la null, dans un Oiidroitdont on la l os Malakoil, mats lout est rela-
n'avaSipas @'udi' d'abord le terirain, c'd- -li t Ia guerre.
tail comnmettre uue ies flates les plus Que fair Salnave anOrs son dchee ?
lourdes i la guerrel. Pouriqul itant se Oblig; di retailer nvec :son airm-e
iresser? Lorsqu'on vcut atoaqicr aLne qui avail perdu ])e-aucoup d(hlommies,
ville, ddlfendue sinon pa'r unte ,aril.ric morlts Ilans Ic combat i)u no0yes dans
puissante, mais par des force don't on ii le, i la lbi son
avait cprouvc ddja I rlsintance, i camp a Boudel sans loulef'is renon-
n'est pas admissible quc'on s'y port a cer : poursuivre sesalaiqucs.
deconrverl. C'estl de rgle llmpnitai, en T ris jours s'ecoul rntl dans un cal-
paril cas d'approcher le plus 1' me ieatif. Le Loinadeii est i iter-
sile de ple oCn s'abNtant de son milIentc ; mais le quatrimno jour, A 4
mieux ct de n'avoir qu'une faible dis- heures (dl martin, uone des colonies
tance a1 parcorir pour se jtcer sur les iu Gouvernoment s'cmipare par surprise
forificationis. ) de ]a redoite des Quarce-Chiiemins ou com-
Appuyons co piincipe d'un exeimple iandail le g6ndial Mompilisir Pierre.
puisc dans lesfailtsantriCiursalnxprogs L'action est meurlriore ct la lutle
de la taclique moderne.II s'agit du siege chaude. Mais la Volume des Caves,
deSdbaslopol. Loin denous la pnsd~ e arrive au pas de course, contribue
le compare A celui des Cayes. Mais les efficcement a l'expulsion des assail-
analogies peivent toujoulrs dWire ulile- i:ant
ment invoquces pour I'inclligrencc des; Domiugue s'inquict.-Le lendemain,
lois de ia guerre. il envoie M. Moldus Douyon, *le chef
aL overture du feu avait did lixce au te la Volante, prendre t commande-
17 Octobre, roconte un timoin ; (1) cc ment (e la Poudriero, en remplace-
jour-li, les cinquante pieces que notus meant du g6ndral ). Mirand.
avions en batterie devaient tonner en- Ici se place une scene assez lypique.
semble centre S6bastopol, que les tlot- Une here apr, s que ;1. Douyon s'd-
tes bombarderaient de leur c6td. 7 tait rendu 5 la lPoudricro, arrive Do-
(1) Histoire contemporaine, liv. p. 109 mingue.( II descend de cheval et sans
et 123. I faire attention aux honneurs que les










-REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


soldals lui rendaicil, il pneiire dans Ic li'ticnnes des idles el de la method de la
batiment, su!vi du nouveau chef qu'il a Socinil inuernationiale do science socia-
avail nromme. Alor's f'aisant ouvrir laIn I qui, fonime par Demolins, so rdcla-
chamibre ou di 6: le grand dp6l dCe m du grand eoniomnisl Le Play.
poudre, il y entre ct dit son liout'- ,'aurais qneique scrupule i rendre comp-
nant : Per'so.nn ;o m'a parl de vons, de clt ouvrage, o1 je suis assez sonvent
mais contan sur In sang-froi doin! pris 'a parlie avoc tune visible complai-
vous avuz ItonIous fit pruive, je vous sauce, si les tr;dii ions diji a sciences de
envoie prenr.'Q ccmnwnde;ont i C it ciln e !rolr e Reviu no in miellaiepl au-dessus
Poudri "c-, poor ;, si l'urin e d Sa!- 5 de peli'es co:;sid0ations de pelrsonnes.
nave I)t':i i'c :'. i.:'!e vii l, et qne U trail id';iill'ur.i s;uiira c altcsl'r com-
vous nie vovi?'o i'ai!r ce nmou\vemenl que i liii pen i1. Auguiste IMagoii'e S1 soncie
voici ( il (i.ssin :' 1 m uv c nt ) vous d v rlier i ses inic ninmi i is no por-
pend trit'z vi.'c ir i dans cottl chaimbre; teot pa s qpielquefois a f,:iax. 11 m'est
etdis que ejo -pr ndrai celte position que arrive d'expriniiT r maon sI.liinei sur ol
j'occupje, vo: : '; .C urz i poudricr', comiplt I!e certain:: nobs ; iie:., qui,
m'entendcz-v o;s ': m Sur rI popoe our min' x si donner Is i!n!e angl.-
affirmativ .dN. LDonyon, Doningue Isaxonu', a la mode doe 'Paki.-, ,ie uint
se retire. de a rendre la France rCspoli iosab do
II v avail 'I,:e r: mniniscence du gesle 1 noi re infirnmitld inlelleclnelic ). .'6lais as-
deDessalin:';stla Crcle-a-Pierrot. Celui- sur6mecnt loin id penser qii'aucun hiom-
ci p;urlant avail quclque chose de Ine' d'tude put so reconnaitre au signa-
plus prompt, de plus sponiano et s'im- leniit do ces a bons apotres s. Mais
posait mieux a I'inmagination. M. Auguste Magloire, toul en tenant pour
LEGITIME. avdro qu'A l'tpoque oft mon discours a
( suivre.) 6dttprononcl, lo journal a le Matin u'tlait
pas encore fond6, et que rien ne pouvait
t ^ d tl;s lors me rtvdler les opinicus qu'il
gBr{ Ei |,. P couvail ni son inteution dn'einrcprepudre sa
DA 7 l o L Ecampagne acluelle, ne s'est pas moins
consider come visit par mres paroles,
(Bulletin (enn el de la Sociel astr-ono- ct ii a eu la clhaiilI d'y fire 6galement
mique e( mni l.crologique de Port-an- un sort aux ridactears de ( La science so-
Prince --- Elade sir le temp'eramen! ciOe". Evidemment nous ne parlons pas,
hajtien, pe'ir iJr Augusle JIagloire, lui et moi, la mime langue et allachons
lmprimerie,--librairie du a Malin > 45, un seos diff6reut au ternim d bonn'
rue Roux, Port-au-Prince. ) foi ( 1 )
Ceci me dispenscrait, meme A ddfalut
Nous devons ine mention encouragean- d'autres raisons, do reliever dans l'Eilde
te A la Socitld astronomique el imdtoro- sur le temperament huilien les I rI'pli-
logique, qui, parallclcment. 1'Observa- ques aD moin adresse, Ie lecteur gardant,
toire du College St. Martial, rdcemmcnt
agrandi, poursuit son mithodique lalCeun. ( 1 ) Le culle auquel M. Auguste Ma-
L'annuaire de 1907, comme les prlceCens, gloire consacte ses ardeurs de neophyte
abonde en indications prIcieuses pour est un cule jaloux, volontiers anathd-
la climaiologie do entire ril. matisant. Pour avoir os6 laiss6 enten-
dre que Ie dogme de la supdriorid an-
M. Augusle Magioire a rMuni en voln- glo-saxonne, la Iuperiorite tout 'ourt,--
me, 6 tlitre d'Elude sur le tempr rament est quelque chose qui demanded i tre
habien, A nei strEia s' u lcles pubis dns prdcisi et que, pour ma part, jaiu peine
haien, une srin drlilces publis dans concevoir, tous les grands peuples
le journal le (a Alain et a bien vou- avant certain cot6s par oi ils sent su-
lu nous en fire I'cuvoi ; de quoi nous le p tricurs et d'autres od ils sont sujets
remercions. C'ces, dans la pens6e de au blame ou i la critique, je me suis
1'auleur, une application aux choses vu taxer de a mauvaise foi ).










REVUE DE LA SOCIfTIE DE LEGISLATION


au surplus, la ressourc d, recourir di- soci6ets formation comnwinautaire et les
rectenient aux textes pour so fair un ju- socir6ts a jfinnati particulariste Dans
gement personnel. les premieres, 1 'Etat domine l'individu, qui
11 no m'en cofito copendant nullement est dresse a attendre de la communaut6
de declarer, au risque e contrister mou plut6t que de lui-meme la solution du
inlerlocuteur,qIuej'elais,bien avant li, des problem social. Dans les seconds, 'indi-
admirateurs d'Edmiund Demolins. Si I'es- vidu conserve toutes ses facultks d'initiati-
prit do system et une certain outrance tive, les Pouvoirs publics n intervenant
paradoxale deparent, i 11on gre, lo gen6- que pour lui garantir le minimum de pro-
reux painphlet ( 1 ) auquel cell vi- tection indispensable.
goureuse et seduisante intelligence dut la Les peuples latins, de formation commu-
plus Inrge pait de sa relnoinmme, et qui nautaire, sont, en raison de cette tare ori-
fouriille par ailleurs de tani d'observa- ginelle, vou6s A la tyrannic politique, au
lions justes et de conseils judicieux, ii militarisme, au fonctionnarisme, au parasi-
sympathie pour l'dcrivain n'en fut jamais time, a tous les inconveniens qu'entrainent
dimiiiee. l'excroissance d6imesurCe des Pouvoirs pu-
J'ai pris un vif intdrol a l'cxpdrience blics et 'etouffement des energies indivi-
pedagogique reilisee en l'Ecole des Ro- duelles. M~Aie apris qu'ils out brill d'un
lies, conine j'eu avais pris a cello (diu iclat 6phimnere, leur decadence est inevita-
Pcre Didon, inspiree de prdoccupatious ble, a moins d'une conversion opportune
aiialogies, commune j'en prends A routes au system oppose, car c'est I'efiet d'une
cells qui tlendt .L amliorer I'education inf&riorit6 social irramissible.- Les socie-
de la jeunesse dans ce beau pays de tcs anglo-saxonnes doivent, par centre, a leur
France, don't c'est, en verile, ia grandeur formation particulariste la puissance d'ex-
d'irc travailil plus que tous les autres pension, la vitality, la cohesion, qui les
par l'inniqitudle du mieux,-- ferment de caracterisent. Loin d'avoir perdu de leur
dissolution social, quand elle se reduit a force, elles 1ont plutot accrue, au fur et
1'analyso pessimiste et anx recrimin- a icesure que le temps se deroulait et sont
tions stlriles, levain d'6inuiation et de! maintenant en passe d'envahir le monde
progres, quand elle provoque aux utiles entier.
initiatives. De la France, notre ancienne metropole,
Je ino parlage pas en tous points les nous avons hLritd le regime communautai-
vues de l'Ecole social qui s'esl donni la re avec les vices et les ruineuses conse-
tiche de continue et do vulgariser i 'cn- quences qu'il implique. II ne faut pas cher-
vie de Le Play. Mais je n'ai pas atlendu cher ailleurs Ia cause de tous les maux
la croisade du <( Matin o p1)r reindre don't nous souffrons. Nous ne retrouve-
hommage A la souplesse, h l'dlevation rons les voices de la prosp6rit6 qu'en chan-
d'e:pril t et la conscience don't tinoi- geant radicalement notre systeme d'6duca-
gnent hes travaux. J'ai eu l'occasion de tion, qui doit d6sormais prendre A tache
dire ailleurs quel profit j'ai tire pour ina de nous rapprocher le plus possible du ty-
confrecnce historique sur les lionaniers pe superieur d'humanite don't les Etats-Unis
de I'le de La Tortue de l'exccllente Eludde e t'Amnrique du Nord nous offrent le mo-
de M. de Pr6villo sur les Elablissemens dele accompli, et don't les principles de con-
frangais de Saint-Domingue. duite peuvent se formuler en ces terms:
Les iddes qui servent d'assises A la a. L'individu, pour se d6brouiller, doit
thise do M. Auguste Magloire ne sont computer sur soi, non sur les autres.-Cha-
donc pas tout ai fail pour moi de nou- cun sur cette terre doit travailler d'abord a
velles cbnnaissances. ameliorer sa condition individuelle et celle
Voyons comment il les y ajuste : des siens, par oi il contribuera au bonheur
collectif de ses concitoyens. ) Nous aurons,
L'6tude des soci6tes humaines nous rdv- de ce chef, un premier advantage, qui sera de
le 1'existence de deux types essentials : les nous conformer a la legon que nous don-
nent les faits historiques ; nous serons,
( )Le mot est de a rcey. en outre, pr6munis centre le danger de









REVUE DE LA SOC1IETE DE LEGISLATION


t colonisation ) qui nous menace, si nous J'ai lenu a presenter sons cette forme
ne nous hitons de nous coloniser nous- ramassee, dans in raccourci iun pen sys-
memes. timatique, la these de 1. Auguste Ma-
On object que notre temperament na- gloire, parce qu'dpars en des articles
tional s'opposera toujours au succes de successifs, le lien logique o'cn est pas tou-
cette education anglo-saxonne, et partant, jours tres-apparent. Jo crois n'cn avoir
A notre transformation en society particu- rien omis d'essentiel. J'aurnis rempli mon
lariste. intention, si j'avais riussi de la sorte
C'est un leurre. A tort nous nous ima- : en fire mieux aporccvoir le fort et le
ginons qu'il existe un rapport de filiation, faible, les parties slides et les lacunes.
a la faveur d'une education commune, en- A la lecture, Y l'Elude sur et tempe-
tre notre temperament et le temperament ranient haiieon olfro ule double origi-
francais. Le regime intellectual de la Fran- nalite. Vous y chercheriez en vin e que
ce, qui pour les jeunes Francais correspond le titre seoble promeltre, nno d10 inition
tant bien que nmal t une certain conception positive de noire lImp.rain'.it untioual,
pratique des n6cessit6s de 'existence, nc q1ui aide a preciser la partee de 1'objec-
r6pond ~ aucun do nos besoins sociaux. lion soulevie par I'opinion adverse. L'au-
lter, i de cert;iins nomnens. a bien
C'est pourquoi nous n'en faisons qu'une i'air prooccup6 d'6tablir qu:e I temp6-
copie maladroite, tronqude, et le faussons ramient haitien nest pIs le tenipdrament
dans application. En France, les etudes fiancais, mais quest-il an just, nous
scolaires,developpdes d'une facon intensive, coninuo ignorer. Augs. Ma
donnent du moins aces aux foncLions de oie pondra c ab ce
la bureaucratic officielle Chez nous, elles ie definition drcle cl pu de cas qu'il
restent depourvues de sanction pratique. faitdu c temperament ) dans la forma-
Notre illusion est done complete de croire tion des soci6tvs. Mais qu'ayant le ferme
a une parity de temperament centre les propose do ne pas s'attarder t 1'dtude din
Francais et nous. Au surplus, quel que tempirament haitieu, il nous ait preci-
soit notre temperament propre, nous pou- segment lancs sur cetl l' nsso piste, eela
vons le modifier, en nous donnant d'au- n la as d nuir i an lart do so
tres habitudes de pensde et en changeant dessein.
notre maniere de vivre.
note anre de vivre second motif d'6tonnement est que
On object encore, i I'encontre de no- cet ouvrage, consacr6 pour uno bonne
tre orientation vers les Etats-Unis, le preju- part a affirner l decadence de la France
gC de race et les ambitions imperialistes. an regard des nations anglo-saxonnes, et
Mais il y a hl beaucoup d'exageration. Le pour une autro part,a nous inspire l'hor-
prejuge centre le noir, vivace dans les Etats reir de la culture franchise, se trouvo
de l'Est et du Sud, diminue dans l'Ouest, entierement biti de mairiaux emprunlts
of chacun s'6leve au grr de sa valeur aux maitres francais.
personnelle. Les Haitiensqui ne trouvent Je sais bien que MI. Auguste Magloiro
pas sur le sol natal un emploi fructueux de condescend admottre la sup6riorit6 in-
leur activity n'ont qu'a 6migrer vers le Far tellecluelle do la France et va jusqu'A
West.Ils s'y habitueront au travail, et au con- convenir que les Francais sont on train
tact d'une humanity nouvelle, y acquerront de (( se ressaisir. Nlais qriand on tonche
le temperament particularistc. au fond de sa pensde, on s 0crend compete
Le peril anglo-saxon existe, mais il n'est que cc qu'il en dit est pure polilesso. Le
pas oi nous le mettons. a Ce n'est pas correctif a ajouter est qua si les Francais,
l'arme au pied qu'il faut attendre l'Am6- en gavant leurs cerveaux pour conqu6-
ricain, parce qu'il ne viendra pas armr de rir les dipl6mes qui ldonnnt droit aux
fusil il viendra avec l'arme traditionnel- places enviees de administration, sont
le de l'Anglo-Saxon, la charrue.) Et pour arrives a en savoir plus long que d'au-
l'en empecher,il n'est que de fire nous-me- tres,ils n'y ont pas grand mnrite: c'est une
mes a l'dgard de nos terres ce qu'il vien- chance plut6t malheureuse, puisque leur
drait y fire, les fertilizer decadence social n'en est pas attenude.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Quant Ai sc ;ess;isi', comment croire preoccupes d'orienter notre pays vers un
qu'ils y aienl ioii:'c", Ior.qu'on consta- meilleur avenir, ii no peut manqucr Ade
to que di< leour vie pin;ii ,ue i!s tour- recul'illir l'approbation g6enrale.
nent dic ius -i l!s le dos au systume a Travaillons, nous dil-il en substance,
particuiariste? pour Oire forts ot pour 6tre heuroux. Ne
L'aun e u i.lui ur Ile temprai- "nouis 'rposons pas sur los an res du soin
mn e, : i:.a ripliqecr encore de pourvoir a nolre subsislance. Rele-
qu'i v a is can y iis. Ws quol vons le 'ravail tie la terre et los mtiers
n'.st-i pa : qu leceurs mar inuels .lu Iunesle discredit oil ils sont
appr 0 ,orii. soi cmn.orce in lImlis ; et pour cela prechons d(1 xomplo,
teilcclI:ci vl :o t al, io .is do la Scien- pI e s (e ; mlle de l ; cla sse 1li'igeautl !
cc Socii', n s i plul ieles par St chez Dous Vie nos v o ssus reuse, plut
son oxemii quS SAils par ses p cep-que d'enco mbrer la voie et de lendre la
t- cl i Jwon iime dne se s success, main, 6migrons vers d'autres pays oil e
Hil no Is nc ,ui ,us ~o ravai llur'l pcul so fire sa place an soleil.
mais l. l ds id s f. -, Si ;ans tla prIp"ratioll tie os O llftans. don't
'oi cu;, a -is ;,n sas que noque ions lis dsinlressons par irop, fai-
lo ,i.u;vr parti ariss u en s.lns pridominer educationon snr I'insltuc-
France, qi1 on cOi: nir nos habitu- ion, le solid sur le brilliant, I'instruc-
des p :l les chich.er aiiieurs ? lion professionnello sur lcs dtudes spe-
culativos... Sagit-il d'appreuidre I'histoi-
Ain,] li' missiono n que laiss cet re, no nous specialisons pas uniquement
ouvrame au lVeciewur Lbnevole a chance A 'histoire do notre pays ; inuslruisons-
d'dcle Ionlt.( di!i:r il ,oi colle A qloi vise nous sur nla fgo don't se snt tformes et
I'crivai!. Cola li .t. dIu reTle, a ce que d6velopptes los auIres socidls haumaines.
M. Augusto :\IMgoire, viclim de la ma- Jetons en parliculier les youx sur ce qui
nie de gcid'aii r tout il fair grief aux so passe non loin de nous, pour y trou-
Sconun,;uires, ,, sacrilie aux frmules ver malire, a fouetter nos energies et i
d'cole et fa i: th orie l ius qu'il aurail seconer note lorpeur )
Jallu pour la pnaraie pendtration do sa Voila un language ferme el franc, propre
thlse. i eiie comprise sans grand effort de tous
C'est l'excis'--' 1! r;:a::,oi--del qunlils cnux qui ont des ori'iles pour enltiedre.
de verve c ri !'iV; Min.t clt'il duit I sa Poiurquoi fau1t-il (quI'a cCs nouons claires
culture reiir ( x lqui ont on le M1.An.gusleMagloirese soit avis i d donner
mnalhouiicru :i : !ali:;is; s ; rc stent pour support des proposilious sujettes a
tonjcurs iifiln;s per (qu.tu' col',. contlovorso, oi il n'est plus certain d'une
...... :. adiision sans reserve ?


L.s 5 sysI i s llsli en S LUILlll u L' iques ll UII pou
come le jolrnali -mne ioiut nolus disons
conlllu ittillt 11 t pqu'l nene ai lout, ai l
condition qupi seo ht1ii d'en sortir. On
ne saurait Iroiuvtr d(i'tie nieiieure pour
discipline et classer ses iddes, mais s'y
eniprisoneri ccsit s'exp,; e r a n'aporce-
voir jaai:nls c'lln seul aspect des choscs,
aucun systdme uc pouvant se flatter d'6-
treindr iouls los fails tans la complexity
presque infinic doelcurs rclalions.
Tant que M. Anugusi Miagloire se con-
tonle de riprt'for I s 1 manilre, accom-
inodd an gout du jour, les conscils
qu'ont donntlls avanit lui os ls Ihomimes
de pens.e qui, portant le poids du pro-
blime de 1'existence haitieune, se sont


Parmi les grades nations q(i occupent
actelllement la scine dui mondo, lesquel-
lc gardteront Idans l'avenir uine situation
pr6pond6rante ? .c n'en sais rien, I la
verite ; car multiples sont les facteurs
qui conlribuent au success des socites
htmaines. Pour toutes, vivre c'est evo-
luer ; et si 'une ou l'aiilre d'entre el!es
a fini par trouver une forme temporaird
d'accolmnodement entire ses Iradiions de,
gouvcviiement et ses conditions d'exisiei-
cc, aucune no pout se vanter de r'alisc'
daus son organisation politique on social
l'iddal de la civilisation moderne. Dans
le pass, je vois des nations plus ou
moins prosp6res, selon que les circons-










REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATiON


faces lour 6laient plus ou moins favo- 1Ecole de Booker Washingtion. Tons nos
rabies, et cette prosp6rit n'a pas lou- vceux les accoinmpigaiic'ln d.ns l"ari md-
jourscoincid6 vec l'epoque oi 1'aitonomiei ritoire exode. Pas ani I';n pi: arriver jus-
de l'individu etait chez elles, Ie plus nd- qnu'nu Iboat do l'expl'ri'c. L'hisloire
veloppde. ,'en vois A qui lI conlinuiide do clte Lnto alive avorL',e conlCiitiuerait
mfmec et I'tlendue de leurdomination ,ot, un mineancolique chaplt; :i i'd iudi; du-
en fin de compile, constilnu des causes temprament hailion
de faiblCese et d'irnstabilild. Pour la pi Ln lous pays, ar;'s .o inlividus
riode historique oft nous enlrons, tout qui so p!aisenit a ibadL;dm'ii ; certain
ce que je puis dire, c'est qne l'extoe- pour t'incerti;n. IHcii'elx no',s:ssour
-ion e plus en plus grande dis doc-j d'uno lerre, ohij sqiu'i ces dlcnmier. temps
trinei collectivisles, dans les pays la vie tclii restde facile, 'lltitic. nip sen-
anglo-saxons come dans los autres.- tIit pas le boscin (i. 'expai,'r. is
no semble pas indiquer quo le progress son' l'aign'ulion de hi t s ;;, sI so
des inistitutions po itiq:', ltor e tri' 1 ;',;fc co io: ii ':i I a i
omphe prochai du di rgime pari icul- C(;,on, rt Coi!:! 'ili : .";,'/) de
iste. Cuba. II ne va pos asx iJ EIst-
Si la supdriorit n'est pis 1n me- cc sajns raisons ;? Siir i';i <; voyaieg rs
nopole s, et M. Augusle Mag!oire blancs, Utrangersd p 'ssago, ;:.. AInuist
en convent lui-meme,-- en richors desna- Magloie al'riiio que ils v'xa;on;s don't
tions anglo-saxonnes ily a dcs socidt6s on abOi); .Uve les .ga-;.' i::' ii! i ,i, s lo
suporiceures, et si c'es l'dduication qni S.1d ei dans i'E, l's : iis-, ini k it
confere lasup6riori t6, en dehors de 1'- d'iiicasilt dais 1'0 .-t, : m ce a 'on
education anglaise il y a d'aulres modes s'(llZigne des cent;'.;s ni' "s.. 1c voux
d'education, dgalement propres a former lhi. Mais dcroiissen -e na' point dc
des races fortes ct des homines Incrgi- pcrmethrc :n: ir:v;:ilct r n,;ir luliant! dans
ques. Nous avons intlert i les connai- des co;.diii, ons d'inl~;ririlr nIagrantes, do
tre lous el h nous en assimiler ce quii so 'i'cr d'a'Taire ? Nous aimeritmns avoir
pent s fondreoen notre substance pro- suirct poinl des o;iini pc .s i'ivesavantlde
pro. risqluer tI voya goI? Le Far West csl l in.
Nul ne subit plus que moi l'dblonisse- Pour s'y rcndre, i! fant d're nmni d'nn
ment du magniliqi:e oxemple do vitality p;.culhe o, iiravce'scr des Ierritoircs ot
qu'offreo i I'univers dlonne la grande uril tt toi de Lynch. COumleo le guil-
Confndiratio de l'Amiriqae du Nord. !ij| par iers;aion, l'IIiticn a do la
Alai< dans quelle measure les conditions nfliance. OIni u(emrait F'en bliier?
politiquos oC elle se dvoeloppe et les Quant ai.\ :.Ilini ns q:[;' 1e people et
mceurs 1qu'elle s'est donnes nos per- I;, gouvernmc!,.t! do 1'Union r':dlIGralc nour-
niettent-elles un contact intime a-rissent envers notre pay;, ils no sent
vec cette socitt americaiine si comirpl:- ullu part mieux pr1cisc qu1e dtas les
element diffirente de la n6tre, c'Cest esstges du Prisidcit >:O)scvclt.
iune question que je ne me hasarterais
pas Ih rancher. ... Tant qu'elles ob6iront (les populations
Rdussit-on A me d6montrer quei nou:; des pays baign6s par la Mer des Antilles)
n'avons pas Iin temperament notional aux lois primordiales qui rrgissent les so-
bien accuse, je n'en serais pas autronemcni cites civilisdes, elles peuvc\t garder l'as-
affecli.- J'iiicline pourtant a crQi'c qruc surance qu'elles scront traitces par nous
nous en avons un et qu'il faut on te- dans un esprit de cordial ct bienveillante
nir compete dans nos rapports avec sympathie. Nous n'intervicndriuns qu';L la
1'Ylranger, sous peine dl'enicoriri de cerniere extr6mite, et seulcentie s'il deve-
cruelles misaventures. II v a trois ou nait evident que Icur incapaci:t ou leur
quatre ans, une diz'iine do jeunes Hai- mauvaise volontr6 pratiquer la justice
liens, pleins d'enthousiasmn ct d'entrain, chez elles ou au dehors ont port atteinte
bien d6cidds a se p6nitrer de la culture aux droits des Etats-Unis ou provoqu6 une
anglo-saxonoe, partaient pour Tuskegee, aggression etrangere, au detriment de 1'en-




&" *:


REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


semble des nations americaines. C'est une origins nationals, nous trouvons dans
v6rite' plus qu'ividente que toute nation, toices los classes de la socidt6 haitienne le
en Americuc ou ailleurs, qui desire conser- souci d'dlever les enfans, de les plier de
ver sa liberty, sn indpendance, est tenue bonne hcnre aux principles d'une disci-
de se rendi- compete que le droit d'avoir plino morale, A base de respect ; nous
cette indmpendainc ne se spare pas du trouv.'ois la pralique g6ndrale des m6liers
devoir d'en fire un bon usage. (5 d6c. manuals, conservee dans la classes aisee
1905. ) come une tradition salntaire ; quoi en-
11 n'y a lt de quoi justifier ni la cro- core ? no corlain fonds de moderation et
yance 'i ine imninente aggression, ni le de droilure, marquant, m6me i travers
refns de crirc a i l'ventualit6 d'une in- des dcarls de conduit individuals. la li-
tervention armee.... mile de ce qu'il taut respecter come
etant vrai, just et bon. Quo les vertus
Sion les qualitds, don't ces traits de carac-
J'ai ainsi ,.mmairement none quel- lre d aient la manifestation, soient cor-
ques-uns drs doutes (rne souleve en moo izauilres ou parlicularisles, latines
esprit l examen des questions posees par o anilo-saxonnes, je n'en ai cure. L'im-
la tlse d Auguste lagloire. Ces portant est de les avoir ; et si elles furent
questions qui me tiennent Li cceur, j'aurais longlemps nOtres, c'est qu'en vdrite, nous
pu les serier, alin d'y donner de plus no sommes pas incapable d'en recouvrer
samples dtveloppemens. Mais les temps l'utago. It y suffirait, pour le present
ne sont pas nropices. Puis, peut-6tre de rto nous-mmes, c pour le
trouvera-t-onre de rentre en nous-mmes, pour ave-
trouvera-t-on qclies exigent, pour etre ni, td'tre attentifs i la culture des notres.
congrfiment traitdes, cette foi intrOpide lis cette culture, si elle est rationnelle,
en l'eficacit6 des f irmues, cette autorit doil ptoctder d'une idee directrice. u Tra-
sure d'elle-meme, que j admire dans I'E- .
vaillez et gagnez de l'argent a, semble
tude sur le tempinrment hailien ,,, sans me nous dire 1. Auguste Magloire : tout
flatter do pouivomr jamzi s y atteindre, u 6tant '0 Z-)
u'flatteun puvre disable de is Latinisant I reste vous sera donn6 par surcroit.
qu'om paovro (iabole deot bLatinisant Jo disais, il y a dix ans, aux jeunes
un Afo-lain, slon le mot ien-sonnan gs de l' vre morale: Former des
d'un do nos ainds. consciences, des consciences et des volon-
Qu'il me soit permits du moins de con- tIs, 'est Ih ticho essentielle )
clure Si dire ( particularisle ), c'est Aion opinion na pas change.
a delon uninion n'a pas change.
avoir de l'in(dlp n iance dans le caraclroi ,
de l'initialiv:'. de la dIcision et de la t6- GEORGES SYLVAIN.
nacit6 dan;s es cles, nous avous chez ---" .
nous des particularisles. Seulement nous Erratum
les qualifions l;int6t d'hommes ( impossi- Dans les Souvenirs du G-1 Lcgitime pu-
bles a et tanttl de a fous ,. M'est avis blids en notre dernier Numdro un membre
qu'avant toule aunre demarche, nous ga- de phrase a Ltt omis : la page 6. II faut lire,
gnerions h les reconnaitre, a les hononI, t i propose de la Convention avec la France.
a les imiter, au lieu d'en faire des cibles La part deai 121 ls revenant a Gou-
vernement francais dans les revenues de doua-
vivantes. nes devra, i partir du zer anvier 1869 jusqu'au
En nous reportant a notre passe, i nos ler fivrier, Ltre reported comme arridere etc.


m


., L~)L~S7 _IMVIR_ 6i~sllIl~-sl


7--


-~-~d~-L


L










DIX-SEPTIEME ANNEE, No 3.


REVUE

DE LA

EC) CI1BE;-1 :r'E iT-ztir A ~

PARAISSANT LI2 DE CHAQUE MIOIS.
~h:~ NXX\\NXXXXXX~XXX\\\:~\\\~\ XXXNXXXNN\\\ XX\N\XX\\X\XXXX\XNXXN\ \\ .x q\ '\ \'.*~


I. Seances de la Societ& ;
Reunion du 20 Mai 190 :
Rapport de M. J&rCmic.
II. La pr6sidence de Salnave
le General Lgitime.
III. Programme du Congres
pan-americain.


( suite ) par

scientifique


SEANCES DE LA SOCIETY.
P6union dn 20 Mai 1908.
Priesidenc de M. Solon Minos.
Presents: MM. .M\inos, Denis, Hiranix,
Jeremie et Viard.
La reunion prend connaissance de
deux lettres, 'une e de M. Abel N. L6ger,


el
G
la
a'
M
C(
lu
11
q

eI
ti
et

si
di
re
ai
co

in
m

PC
Cl


civil du Cap-Haltien avec un acle de nais-
sance ou il avait pris la quality de pire,
quand un autre se pr6senta pour dlcla-
rer la naissance du mmine enfant et en
avouer la palernilc. A la nouvelle qu'un
pr6tendu pere i'avait nievanc, le dernier
coinparant lit cette rdflexioni: Puisque
I'autre Monsieur croit que c'est son en-
fant, il peut le garder, vu qu'il l'a dejh
reconnu, mais je resterai avec la convic-
tion qu'il In'apparticent.l Si, an lieu
d'aller an mime officer (de l'Etat civil,
se demand -,'. Charles L,:-onte, chacun
de ces messieurs allait il un autre, puis-
qu'il y en a deux, qu'en adviendrait-il
a l'avenir ?
Voila ce qui va fire l'objet de mon
rapport.


I 1'autre de M. le Docteur Adolfo Lons son ode frinmiir, de l'Elal Civil
oomez, par lesquelles ils experiment ia d'Hali, Thdogine Servincent examine I'es-
Societe leur reconnaissance de les pece suivante:
voir Clus ses Membres correspondents, Deux homes se sont pr6sentls en-
. Ie Docteur Leon Gomnez faisant ac- semble au Conseil communal ou des No-
)mpangner sa lettre o'un volume de tables des Gonaives, en 1856, enn ma pr-
ii intituld ( Prescripciones y Termi- sence, pour la declaration de naissance
gales qou'il offer, i la hiblioth&- (l'un enfant natural don't chacun d'eux
Spretenda' "if ie phre Cc n'dlait pas
ue de Ia Societe. certes le aes d'ordonner, coiine l'ordon-
M. le Secrclaire general : Noui avons na dans le temps le sage roi Salomon,
cnore recu un exemplaire diu a Bulle- que l'enfant fut partage pour on donner
n annual de la Soci6t6 Astronomique une portion a chacun des peres, aux fins
Mectorologique de Port-au-Prlince ) d'arriver i la reconnaissance du pire,
annie 1907. ), et une invitation d'as- sinon vrai, du moins vraisemblable.---
ster i la pose de la premiere pierre Le magistrate du conseil charge de l'Etat
u novel edifice devant servir an Bu3- civil, Monsieur Alcide Vastey, dut accep-
eau international des p e proclamer pour pCre celui des
au international des 1liUliues ihommes design par la mre de l'enfant,
mericaines, ceremonies fixee an I1 I ai inalgid I'altestation de plusieurs timoins
)urant. en faveur du pere dedaigne, I'atlestation
M. le Presidert : Je crois Otre voire de la mare seule, avec raison, devant 6tre
terprete en exprimant les remerci- admise dans la circonstance. )
cents de la Societe. En iisant le fait rapport par M.Leconte,
M. Jcdrmie donne lecture de son rap- nous voyons qu'il s'agit, come dans
ort sur les questions poses par MI. I'espece jugde par Vastey, de la paternity
harles Leconte. naturelle.
Messieurs, Dans la legislation conjugale nul autre
Me que l'dpoux de la femme en couche n'a
Un homme sortait du bureau de l'Etat le droit de revendiquer la paternity de


,:,,
-.~r.
,.- ~
" B


2 JUIN igog.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


l'enfant. L'enfant, en naissant, saisit le qu'en dehors des liens du marriage la
nom patronymique qu'il portera dans surprise est possible.
tons les actes de -sa vie. L'acte de n;ais- L'art.55 code civil veutquele nouveau-ne
sance, dress sur la declaration de son soit prdsentde l'officier de 1'Etat civil.
pere on de sa mere, n'est pas un simple On trouve ailleurs comme ici que cette
constant, c'est une preuve de filiation. exigence est un abus. Mais, en France,
Rien, sirfon un ddsaveu publiquement dans les grandes villes--- interprdtant-
juge, ne pourra d6truire cette preuve. Et d'une facon large la loi- on dligue le
sii vient A perdre le nom du mari 1- m6decin de la mairie en la demeure de
gitime de sa mere, la loi lui faith defense la mere pour constater existence de
de porter le nor de son pere adultbrin. I'enfant qui ne saurait etre ddplace sans
Done, il n'est pas possible que 'enfant danger, ici on atteste que I'entant a 6td
16gitime soil reconnu par deux peres. pr6sent6, sans que cette formality ait Mt6
II trouve dbs le sein de sa mere le remplie. On se content d'adopter la for-
nom qu'il doit porter, son acte' de ,re- mule consacre. Il y a d'autres chances
connaissance est d'avance rddig6, et si, d'erreur qui r6sultent des coutumes loca-
au moment ofiil voit le jour, son auteur les, de Finobservance de laloi et du long
n'existe plus, I'absence de cet homme-li d6lai accord aux parents pour la ddcla
ne changera pas sa filiation. ration de naissance. En France, la de-
L'enfant sera le continuateur du p6re. claration sera faite dans les trois jours,
Tout autre est le sort de l'enfant natu- et le pere de famille sait que s'il est n6.
turel. gli:nI il ne pourra pas. apres le dMlai
L'enfant natural ne pent dtablir sa fi- de Irois jours, faire admetlre sa dcdlara-
liation A l'6gard de son pere que si celui- tion sans une decision de justice. Ici, il
ci daigne le reconnaitre. 11 attend une a devant lui un mois, Si c'est un homme
double declaration, la declaration de inculle desmornes, il laissera son en-
naissance et la declaration de recon- fant sans acte de naissance, tant qu'il
naissance. Si le pere vient dire dans n'aura pas juge necessaire de le faire
l'acte que tell it.m!;,- est accouchee tel baptiser. Cette situation durera peut-6tre
jour d'un, :n:rdi du sexe masculine, par trois ans.
example, sans ajouter qu'il se reconnail L'habitant declare la naissance en vue
le pere de I.''~L-r.t, cet acte, parfait au du bapt6me.
point de vue de la forme, est imparfait '.rs lnn. nie lui dit qu'en lace de sa
au point de vue'du droit. Imparfait, par- famille'son fits est sans existence legale.
ce iquir n'est .r '. L:- r d'aucun droit Ce qui sauve sa quality de pere, c'est le
par rapport au pere qui ne peut ktre re- sentiment religieux qu'il porte en son
cherche, eat-il minme donne pour pr&- coeur.
noms a i'enfant ses prenoms a lui wi i- Mais d'autres profiteront du d6saccord
nom de sa famille. eiistant entire les moeurs ef les lois pour
VoilM la difference qui existe, au ioifni. .:.i-'r une perturbationprofonde dans
de vue de la declaration de naissance, la soci&tL. Des enfants naturels auront
entire le fils !.'.t;,r- et le fils nature. pour peres des hommes que leurs mjres
On peut omettre dans l'acte l'aveu du n'auront jamais vus.
pere du premier, il a un pere an vceu oe L'offiier de l'Etat civil ne sera pas
la loi ; pour le second, au cont'aire, celte toujours servi par une memoir fidele.
omission a pour consequence de lui ca- Et la tentative de double paternity se rep6-
cher sa filiation. Le pere natural seul a le tera encore plus trequemment dans les
droit de declarer la paternity. Sans un villes o.instrumentent, comme an Cap-
mandat special donned par lui, aucun t6- Haitien, deux officers de l'Etat civil
moin, pas meme le medecin qui a ac- Le faith qui a scandalise M. Lecm:nq::
couch la f.in,-. ne peut lui attribuer nons engage A consulter le pricieux0 ou-
la'qualit6 de pere. S'il veut prendre cette vrage de Servincent qui m rite d etre re-
qualite apres la declaration des t6moins, produit en des milliers d'exemplaires.
it fera ridiger un acte de reconnaissance Voici i'opinion de l'auteur':
qui compltera I'acte de naissance. a La declaration de naissance faite
Mais si la loi, messieurs, ne reconnait par le pere dolt etre attest6e par la mere
qu'un pere a Penfant lgitime, elle n'ac- pour la reconnaissancede l'entant natural,
cepte pas, a contrario, que l'enfant natural ain d'eviter la supposition de personnel
puisse en avoir plusieurs. Les deux taits avec intention de trauder. (P, 50, No 42.)
signalIs plus haul d6montrent cependant Servincent nous renvoie a la page 48 du


I1










REVUE DE LA SOCEITE DE LEGISLATION


huilieme volume des Etudes de Beaubrun
Ardouin sur l'histoire d'Haiti ofi se trou-
ve reproduite la loi du 4 novembre 1813
sur la reconnaissance des Enfants natu-
rels ou n6s hors marriage. 'Art. 4 :
Cette reconnaissance doit 6tre confirmed
par l'aveu de la mere, dans le meme ac-
te ou un antre acte authentique. La re-
connaissance du p6re ne peut valider sans
cet aveui. Pourquoi,ajoute le commen-
tateur, nos Legislateurs de 1825, en vo-
tant lecode civil, n'ont-ils pas consacre
dans leur oeuvre cette sage disposition
de ieurspr6d6cesseurs de 1813? )
Le 16gislateur vise h la perfection, mais
souvent ses retouches font regretter son
oeuvre primitive. Beaucoup d'esprits, en
France. pr6terent au code Napol&en le
code de la Convention.D'aulres vont m6-
me plus loin: ils regrettent que les codifi-
cations actuelles aient remplac6 les an-
ciennes coutumes.
Toutefois, vous n'adopterez pas sans
restriction l'opinion de notre regrett6
compatriote. Dans leur d6sir d'amener
une sage r6forme et de mettre la 16gisla-
tion en concordance avec le just, il
arrive souvent aux commentateurs de
s'dloigner un peu trop du texte.
C'est la reconnaissance qui confrre a
l'enfant le droit de porter le nom pa-
tronymique du pare.
Ellepeut 6tre faite de deux falcons :dans
I'acle de naissance, ou dans un acte sp&-
cial dress post6ricurement h la d6clara.
tion de naissance.
De aI deux hypotheses,
lo Si le pere reconnait l'enfant dans
I'acte de naissance, il n'a pas besoin de
l'attestation de la mbre. II suffit qu'il fas-
se dresser l'acte au lieu du domicile de
la mere ( art. 55 ) Dans tous les cas, le
nom de la mIre doit figure dans I'acte.
A moins qu'il ne s'agisse de la pr6senta-
tion d'un enfant trouv6 ( Argument de
l'art.'56. ) Le pere natural, ici, reconnait
1'enfant pour son compete et pour le compic de
la mere. C'est un droit exorbitant, je le
Ipoconfesse ; mais I'ait. 56 ne permit pas
-M Ltre interpretation. D'apr6s Ie tex-
te,1'acquiescement de la mere est toujours
presume.
Sans doute une honn6te jeune fille se
verra attribuer un enfant et n'aura con-
tre le pere d6clar6 qu'une action en faux.
Mais la crainte d'un pareil ddsordre ne
change pas le texte.
2o Si le p6re vient reconnaitre un en-
fant don't la naissance a dt6 d6ji ddclar6e
par la m6re ou par un t6moin, il accom-


plit un acre exclusivement personnel.
I1 n'a plus le pouvoir d'agir au nom .de
la mere sans apporter la prenve que cel-
le-ci a 6te consulate.
( La reconnaissance du pdre sans l'indi-
cation et l'aveu de la mdre n' a d'efet qu'a
I'gard du pire. *> Article 307 C. C.
Cette disposition de notre code est une
de celles qu'Acollas dit inutiles dans le
code civil trancais. Le texte auquel le
Conseil d'Etat,'en France, s'6tait arrWt6
avait 6te ainsi r6dige : La reconnaissan-
ce d'un enfant n'a d'effet qu'h I'6gard de
celui qui I'a reconnu. ) Le malheureux
texte fut interpol6, dit Acollas ; les rmots
a sans l'indication et l'aven de la mereh
s'y glissbrent on ne salt comment.
Comment le 16gislateur haitien a-L-il
pu adopter ce texte sans changement,
lui qui n'entend pas que la maternity
soit cachee ? En France, d'aprcs la ju-
risprudence, I'enfant natural simple,
c'est-h-dire qui n'est ni adult6rin ni in-
cestueux, peut ne pas c)nnaitre sa mere.
Lorsque son pere vient lui donner un
acte de reconnaissance, sa mere peut en-
core avoir interet h ne pas se montrer.
En Haiti, au contraire, la loi cherche,
d6s la naissance de I'enfant, le domicile de
la mire, et le d6clarant, quel qu'il soit,
doit indiquer les pr6noms, nom et pro-
fession de la mare.
Malgre la rubrique du chapitre III,
section II, ce qu'il faut voir dans la re-
connaissance de I'enfant nature; pos-
tIrieuren)ent i sa declaration de naissan-
ce, c'est I'aveu tardif du pere.
A la faveur du texte, des fraudes
pourront,,se cominelre. Plusieurs indivi-
dus pourront r6clamer la paternity d'un
fils natural non reconnu h sa naissance,
mais devenu riche grice h son energie.
A I'insu de la mere, chacun prendra la
quality de pare. Dites si la loi morale ne
Sreconnait pas A !'enfant nature le droit
de repousser la paternity qui vient le sai-
sir h I'heure oi sa position fait de lui
un puissant facteur social. Chaque jour,
on dit d'un hofine parvenu brusque-
ment A la renommee :la veille encore
il n'6tait connu que de sa mere. Cette
femme a connu loin du p6re, ce ren gat
de la paternity, les privations, la faim,
le dedain, toutes les miseres et toutes
les humiliations ; ce fils est doublement
son enfant, le fruit de ses entrailles et
de se? angoisses. Le nom de son pere a
elle, grace h son fils, va enfin briller de
quelque eclat dans le monde. Et'il ne se-










EVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


rait pas n6cessairede laconsulter avant de
-toucher au baptistaire de, son fils ? Si Ion
m'objecte que c'estde la sCntimeitalit6,que
I'iptr&t du fils-passe avant l'affection de la
m6re, je rdpondrai de rechefqu'on n'au-
rait pas di permettre la reconnaissance
d'unfils majeur sans .son assentiment
nettement formula. I y a encore ceci:
que celui qui veut reparer sa fate re-'
connaitra pour sien a Montorganis6 un
enfant dejh reconnu A Cavaillon par, un
autre le (oar meme de la declaration de
naissance. Voilt que vous jetez le trouble
dans une existence !
Mais il arrivera aussi qu'une femme,
dans 1'intention le frauder, retiendra les
deux actes de reconnaissance que depx
hommesriches lui auront, a I'insu l'un
de l'autre, remis pour sont enfant. II arri-
vera 6galement qu'un jeune homme, dd-
jh reconnu par un obscur paysan, con-
sentira a changer de nom, si un home
de haute distinction qui se croit son p.re
vient lui apporter un acte de- reconnais-
sance.
II est maintenant suffisamment 6tabli,
pensons-nous, que grace a une certain
tolerance, que grace surfou- au ddsac-
cord qui existeentre les mceurs et les-
lois, un fils natural peut etre nanti de
deux actes .d reconnaissance.
AprBs avoir examine le context des
.articles 55, 56, 305 et 307 du Code civil;
nous allons rdpondre aux trois questions
posees par M. Charles Leconte.
'PREMItRE QUESTION : Quelle est la si-
tuation d'un enfant ( natural) reconnu
par deux pares ?
R. Ire Espkc,. Si la mbre de'l'enfant
present un acte de naissance portant re-
connaissance et un acte de simple re-
connaissance, c'est le nom du pere por-
te dans le premier acte qui pr6vaut.
2me Espce. Si les deux actessont egale-
ment de naissance et de reconnaissance,
c'est I'acte dress dans le ddlai de la
loi qui prevaut.
S'ils ont Wt dresses le mme jour chez
deux officers distincts, Ja comparution
personnelle de la mere anchera le dif-
ferend.
3me Espkce. S'agit-il d'un fils majeur,
il aura d'abord e6tablir son identity.
Son pere, selon la loi,*c'est celui don't il
porte le nomdans la vie civil et don't
le nom se trouve dans son acte de recon-
naissance. .
2ME QUESTION. -- En cas qu'il' arrive-
rait a writer des deux,'qu'est-ce qui ar-
riverait vis-h-vis des autres. hdritiers, si


ceux-ci venaient i Atre au- conrant et a
lui intenter process ?
R. -- I aurait.h restitier tout ce qu'il
aurait pris cdntrairement aux solutions
precddentes.
3ME QUESTION. -- Pourrait-il etre cun-
damne; vu qu'il n'avait.pas demand A
etre recon-nu par deuix pbres ?
n. -- Par cela seul que 'action en res-
titution est recevable centre lai, it peut
6tre condamn.
- Toute reconnaissance 'de la part du p&re et de
!la mnre, de mime qve toute reclamationn de la
part de l'enfant, pourra etre contestie par tous
ceux qui y auront intidrt. .Art. 310 C. C.
Messieurs,
Nous devons toujours une parole de
remerciement i ceux qui font a la, So-
ciete de LUgislation' l'honneur de la
consulter. Ainsi, M. Leconte vient ou-
vrir devant nous tout un champ-de dis-
cussions oi nous aurons souvent A glaner.
Nous entrevoyons ddjh les intiressantes
questions suivantes :
Pretentions de deux individus a l'exer-
cice de la puissance paternelle, a 1'assis-
tance, A la succession d'nn fils na-.
turel mort, sans postdrit6. -- Effets
de la reconnaissance d'un fils natural
avant sa naissance. ( Cegenre de. recon-
naissance est-il possible' d'apres notre
-1lgislation?)
Nous aurons a formuler une response
pour la mnre nattrelle a qui un stranger
vient dire,: Vous n'dtes pas l'uriique ne-
ri'ibre du fils que vous avez perdu ; a
votre insu et Ason insu, j'avais faitdres-
ser en sa faveur un -acte de- reconnais-
sance. Je r6clame ma part dans sa suc-
cession.
Quelle qzue soit la sagesse ct1- lgislateur--
c'est, le casde le rdepter -- sa prdvoyan-
ce sera souveht mise en detaut. La recon-
naissance'de l'entant natural est un acte
de justice; mais c'est le marriage qui
procure securitde la mere et ai, 'enfant.
II cree des lieus plus fermes et des
ponsabilites ineluctables, Lorsque l n
de l'homme et de la femme est de--pur
caprice, on voit tantit deux rivaux cou-
rant apres un b&b6 joufflu, tantSt une
mere ddlaissderompant le pain de I'aum6-'
ne avec- un petit 6tre ch6tif.
Que tous travaillent a l'avenement d'aut
Otat social oi dans toutes les families les
enfants naitront avec le droit 6tre re-
connus.


/










REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


M. le President: Ce rapport sera im-
prim6 pour 6tre discut6 i la prochaine
reunion.
Le present proc6s-verbal est sanction-
ne stance lenante.
-. -| .. ._ I

SOUWVENIS ISTORIQUE

LA PRESIDENCY DE SALNAVE

(Suite)
Les avantages, remportes d'un c6t6
par les insurg6s 6taient contre-balan-
ces par d'autres, a 1'aclif du Gou-
vernement,
Le 13 Join uue colonne de l'armee as-
siegeante avail repris Torbeck etrepous-
s6les Cacos dans lk plaine desCayes. Le
14, Victorin aux Gonaives, repoussait 1'u-
ne des plus furieuses attaques qui ens-
sent 6t6 faites centre la ville. Les Cacos
etaient au nonbre de 8.000 homes
environ, avec plusieurs pieces de cam-
pagne. Quatre cents des leurs, au di-
re de Victorin, 6taient rests sur 1d car-
reau.
Le d.emon de la discorde, en verifiant
ses competes ce jpur-la, a df sourire.
Mais combieni de vies ne seront pas en-
core moissonn6es dons cette guerre lu-
gubre et fratricide !
Aux Cayes, le. forces mieux concen-
trees de l'insurreclion ont d&jA fait plus
d'une tentative centre Boudet qui r6-
siste avecavantage. Le 28 Juin, r6unis
en nombre, les insurges se portent an
Carrefour Fonfr6de, avec F'espoir de
s'en emparer.(( les rebelles, constate le
journal official, ont dIt A la fin forces
de rentrer d:,ns leurs lines, apres a-
voir eprouv6 des pert ;s consid6rables. (1)
Deux de leurs g6neraux sont rests par-
mi les morals. )
( Le meme jour, 23 Juin, Son Ex-
cellelice le President (ci'aiti avait fait
monter au Camp-Boudet o s se trouve
son quartier-gen6ral, une pi`ce de 36
qui, des le lendemain, commencait A
battle en brkche les remparts 61ev6s
aux Qaatre-Chemins.)


(1) Moniteur du 3 Juillet 1869.


Les soldats du Gouvernemeut allerent
attaquer A leur tour un camp que F'en-
nemi avait au Carrefour Cholette, dans
la plain de Torbeck ; ils rdussirent A
l'enlever ot a s'y maintenir.
Enfin, vers la m6me epoque (28 et
29 ) le ge.n6ral Domingue Joly qui
commandait la line des Grands-Bois,
dans l'Ouest, reprit trois positions que
les Cac6s du Mirebalais lui avaient en-
levies.
Les choses devaient roster en I'tlat
jusqu'au mois d'Aofit, 6poque ou de
nouveaux 616ments d'action allaient
entrer en jeu. Mais fallait-il qu'a une
crise politiquc deji si aigce vint s'ajou-
ter une querelle religieuse ? Salnave,
par un arr6td rendu le 28 Juin, d6cida
que Monseigneur Testard du Cosquer
avait cess6 d'6tre Archev6que de Port-
au-Prince.
VI. D6mele6 de Salnave avec
l'autolitE religieuse.
De sourds grondements avaient an-
nonce I'orage.
Ce furent d'abord le dispersement des
curds dans les paroisses du Nord, le
depart force de l'Abbe D6gerine et la
suppression du subside alloue par I'E-
tat pour I'entretien du grand Seminaire.
Vint ensuite la polemique du Ministre
des Cultes avec le Vicaire-gdndral,a pro-
pos de la liturgie des enterrements,
la fermeture brutal de 1'Ecole des
Frbres de l'Instruclion chritienne. On
pouvait done s'attendre a une explo-
sion.
Le clergy n'en fut pas moins dou-
loureusemnet impressionne en rece-
vant le brillot que Salnave, de son
quarlier general, oh it avait pour fami-
lier I'Abbe Biscaye, pretre interdit par
l'autorit6 ecclesiastique, lui avait lance,
sur la proposition de ses Ministres.
Charge de I'administration dioc6saine,
Mgr Guilloux, alors Vicaire-gen6ral, se
disposa a faire tete a 'ce Culturkampf
haitien.
Dans une lettre ouverte au President
de la R6publique, il protest contre Far-
ret6 que, par sa lettre-circulaire au
clergy, il qualifiait % d'inoui. 11 n'est


_ __ __










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


pas sans int6ret que nous reprodui-
sions les terms de ce document:
LETTRE-CIRCULAIRE
DE
MGR. GUILLOUX,
Prelat de la Maison de Sa Saintete,
VICAIRE-GENERAL

DE S. G. MGR. TESTARD DU COSQUER,
Archeveque de Port-au-Prince,
AU CLERGE ET AUX FIDELES
DE LA REPUBLIQUE D'HAITI.

Bien-aim6s Cooperateurs et nos Trcs-
Chers Freres,
Un acte inoui, qui va frapper au coeur
tons les vrais enfants de l'Eglise d'Haiti,
vicnt d'etre public& au Moniteur de la
Republique.
On lit en tate de son No du 3 de ce
mois 1'Arret& suivant :
Vu lo I'article 4 du Concordat si-
gn6 entire S. S. le Souverain Pontife Pie
IX et la Republique d'Haiti le 28 Mars
1860 et 2o la Convention dress6e en
execution du dit Irait6, en date du 17
Juin 18G2, compl6tant celle du 6 frvrier
1861 faile aux m6mes fins ;
Consid6rant qu'en instituant un Ar-
chevqcue pour administer les fiddles
d'Haili, le Gouvernement do la R4pu-
blique, d'accord avec ie Souverain Pon-
life. n'a eu en vue que le bien spirituel
de la majority de cette nation qui pro-
fesse le Gulte catholique, apostolique et
remain, et nullemeni de career une si-
necure sur la caisse publique au pro-
fit des ministres de ce culte;
Consid6rant que la principal et pre-
miere obligation faite a tout eccl6sias-
lique et notamment a un Archev6que
est de r6sider dans son diocese ou
dans sa paroisse, sauf les causes 16gi-
times d'absence, et qu'au surplus une
des dispositions expresses des conven-
tions dresses entire le Gouvernement


de la R6publique et les Repr6sentants
du Saint-Siege pour la bonne adminis-
tration du Culte catholique dans le
Pays, est la suppression du traitement
p6cuniaire convenu A lout eccl6siasti-
que en cong6 non renouvel6 dans l'an-
nee et de trois mois en trois mois;
Consid6rant que, depuis plus de deux
ans, Monseigneur Testard du Cosquer
qui avait 6te cre6 Archeveque du Port-
au-Prince, a quitt6 la Republique sans
avoir jamais demand A qui de droit de
renouvellement A son conge,si cong6 il y a
jamais eu, et qu'il n'a jamais non plus
entretenu avec le Gouvernement, don't
il est un haut fonctionnaire, aucune
correspondence directed et regulire;
qu'au contraire, depuis ce long laps de
temps, ii a laisse et laisse encore le
Pays qu'il Mtait charge de surveiller et
d'administrer spirituellement dans le
plus complete abandon, a un moment
surtout ofi la guerre civil d6ployant
ses tristes horreurs en Haiti, la voix de
son premier Pasteur aurait ~t6 si puis-
sante pour agir sur les times et aider
1'AutoritJ legitime seculire A r6tablir la
paix et I'union dans la Rdpublique;
qu'une telle manier daie de fire de la part
de Monseigneur Teslard du Cosquer ne
peut etre considered que comme une
demission de la charge d'Archeveque
du Port-au-Prince qui lui avait 6t6
confer'e ;
El de I'avis du Conseil des Secr6taires
d'Etat,
ARnf:TE:
Art. ler. Le Gouvernement d'Haiti de-
clare que Monseigneur Testard du Cos-
quer a cess6 d'etre Archeveque du Port-
au-Prince depuis la fin du mois de Mai
1867.
Art. 2. Son Excellence le Pr6sident
d'Haili s'entendra ultdrieurement avec
S. S. le Pape pour, s'il y a lieu, pour-
voir a son replacement.
Art. 3. Le present arr06l sera contre-
sign6 des Secr6taires d'Etat aux d6par-
tements des Cultes, de l'Instruction pu-
blique et des Relations Exterieures qui
sont sp6cialement charges de son exe-
cution.
Donn6 an Quartier-gdnaral de Bou-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


det, plaine des Cayes, le 28 Juin 1869,
an 66e de l'Independance.
S. SALNAVE.
Par le President:
Le Secretaire d'Etat de i'Intdrieur, de
I'Agiicullure et des Cultes,
L. DUVAL.
Le Secrdtaire d'Etat des Relations Ex-
idrieures,
C. ARCHIN.
Ainsi, Nos Tres-Chers Freres, c'est au
milieu du tumulte d'un camp, c'est
alors que, suivant 1'expression malheu-
reusement trop vraie de la fetille offi-
cielle, la gueri e civil d&ploie en Haiti
ses trisles horreurs, alors que la main
de Dieu lient depuis. si longlemps en
suspens les destinies du pays ; c'est au
moment of le troupeau est en proie
aux plus sanglantes angoisses, que le
Pasteur est frapp6, et qu'une measure
aussi 6tra.,ge qu'inattendue est dirigde
centre l'ordre religieux canoniquement
et 16galement elabli.
Ce martin m6me, Dimanche 4 Juillet,
j'allais me rendre a l'office, lorsque ac-
cidentellement, et sans que j'en eusse
Wte autiemenat pr6venu, I'ArretW Pr6si-
dentiel m'est tomb6 entire les mains.
Aussit6t, du haut de la chaire sacr6e, je
protestai de toute mon tiergie, devant le
clergy et les fiddles de la Capitale, au
nom de ma conscience et du devoir de
ma charge, coutre cet acle allentatoire
aux principles et aux droits de l'Eglise
catbolique. Je rdelarai hautement:
Que l'Arr6Ol du 28 Juin est nul et
de nulle valeur';'
Que Mgr. Testard du Cosquer conser-
ve toutes les pr6rogativcs et les droits
inherents A sa charge d'Archev6que de
Port-a-u-Prince ,
Qu'il n'y a en Iaiti d'autre autorit6
spirituelle que la sienne ou cell de ses
delegues ;
Qu'en consequence, on ne saurait re-
courir au minister des prilres qui ne
tiendraient pas leurs pouvoirs de cette
source, la seule t1gitime.
Je liens a remplir sans delai le m6me
devoir pres de vous,.bien-aim6s CoopB-
rateurs et Nos Tris-Chers Freres, et A


vous transmettre la protestation que je
viens d'adresser & Son Excellence le Pro-
sident Salnave.
( Port-au-Prince, le 4 Juillet 1869.
ax Monsieur le PrBsident,
q Le Moniteur de la R6publique pu-
blie, dans son No du 3 de ce mois, un
arrete de Votre Excellence, de nature A
jeter une perturbation profonde dans les
consciences du clergy et des fiddles
d'Haiti, et qui va retentir douloureuse-
ment au coeur du St. Pere, abreuve d6-
ja de tant d'amertumes.
(( De I'avis du Conseil de MM. les Se-
cr6taires d'Etat,
Vous avez dclai-6, A la date du 28
juin dernier, que Monseigneur Testard
du Cosquer a cess6 d'dtre Archeveque
de Port-au-Prince, depuis la fin de Mai
1867.
a Cet acte est d'une gravild et d'une
portee telles, que je ne puis m'emp6-
cher de vous adresser imm6dialement
ma protestatiou la plus energique et la
plus solennelle.
( Votre Excellence ne saurait ignorer
que au Chef de IEglise, et a Lui seal,
it appartient de donner aux Arche-
veques et Ev6ques l'institution canoni-
que. C'est ce que reconnait expressement
l'art. 4 du Concordat, invoqu6 dans les
consid6rants du susdil arrote. Une fois
r6gulirrement investis de la jurisdiction
episcopale, ils demeurent irrivocable-
ment altach6s A leurs Eglises, et n'en
peuvent 6tre d6pouills que par la su-
preme autorile du Vicaire de J. C. En
pareille mati6re, les pouvoirs humans
sont radicalement incompetents.
(( L'arr6t de d6possession prononce
contre Mouseigneur du Cosquer est done
absolument nul ; le clergy et les fiddles
devant leur conscience et devant Dieu,
ne sauraient y adherer.
q Quant aux consid6rants qui le moti-
vent, je n'h6site pas A les d6clarer sans
valeur.
( Contrairement aux accusations for-
mulees contre Sa Grandeur,
( J'affirme que son voyage 6tait com-
mande, d'une part, par une filiale de-
ference au d6sir du Souverain Pontife,
qui appelait autour de Sa Personne tous


_~~









36 REVUE DE LA SOCIETEi DE LEGISLATION
,\


les Eveques du Monde catholique, pour
c616brer le dix-huitieme centenaire du
martyre de St. Pierre ; de l'autre, par
les interkts les plus precieux de son
Eglise: ii allait calmer les apprehensions
products par les 6v6nements politiques,
rattacher de plus en plus A son diocese
la bienveillance des Ev6ques, ravi-
ver le z61e des eccl6siastiques qui lui
avaient promise leur concourse ;
< J'affirme que S. G. a donn6 avis de
son depart an Gouvernement, ainsi que le
prouve la letire si bienveillante que lui
adressa A cette occasion, le 17 Mai 1867,
Monsieur le Secretaire d'Etat des Cultes;
( J'affirme qu'Elle a plusihurs fois ex-
prim6 le vif d6sir de rentrer dans son
diocese ; qu'Elle est rest6e en Europe
avec l'autorisation express du St. Siege,
don't la sagesse a jug6 meilleur et plus
prudent qu'Elle s'abstint de retournui
quant a present ; que d'ailleurs Elle a
toujours 6t6 r6solue A revenir en Haiti,
aussiltt que le Gouvernement leverait
les obstacles qui s'opposent a son re-
tour;
( J'affirme que ces obstacles ont 6Le
maintes fois, et de vive voix.et par ecrit,
signals par moi au Gouvernement, tant
par ordre expres de Monseigneur, qu'en
ma quality de Vicaire-Gdenral, et que j'ai
faith mille fois, mais toujours en -vain,
les propositions les plus conciliantes
pour les aplanir ;
c J'affirme que Monseigneur Lui-m6me
a adress6 A ce sujet un long expos de
motifs A Monsieur le Ministre pl6nipolen-
tiaire d'Haiti a Paris; que cet expos a
6t6 communique au Gouvernement, et
qu'il est rest sans r6ponse, malgrd mes
instances r6it6r6es ;
( J'affirme que, si S. G. n'a pas entre-
tenu personnellement des relations plus
fr6quentes avec l'autoritd civil, c'6tait
dans des vues de prudence et de conci-
liation, pleines de bienveillance pour le
pays. En presence de toutes les blessu-
res failes a son Eglise et au Concordat,
Elle ne s'abstenait d'dlever la voix, que
pour 6viter une rupture 6clatante, se re-
posant sur moi du soin de r6clamer, de
protester et d'agir en son nom.- Dieu
sait si j'ai failli a cette p6nible tAche! I1
sait aussi toutes les fins de non-recevoir


opposes sans cesse a mes reclamations
les mieux motives.
(( Loin done de pouvoir Wtre regard6es
come une d6missio.n, l'absence et la
reserve de Mgr. du Cosquer t6moignent
de son d6sir came et patient de r6gler
a l'ami'able et sans conflict les int6r6ts re-
ligieux confines a sa sollicitude, en con-
servant A l'6tranger son enliere liberty
d'action, qu'il n'eft pas eue en Haiti.
( Je viens docn,Monsieur le President,
en ma quality de Vicaire-Gdndral de
Monseigneur I'Archev6que, remplir le
douloureux mais imp6rieux devoir dle
protester hautement devant Dieu, de-
vant le Pays et devant vous, contre I'ar-
rdte du 28 Juin derfiier.
C Get arrdt6 d6ant en opposition mani-
feste avec les droits de l'Eglise et du St.-
Siege, ayant d'aillleurs ete rendu con-
tradictoirement A une convention so-
lennellement signee et ratifide par le
vote des grands Pouvoirs du pays, alors
qu'il 6tait en pleine possession de lui-
meme, et que la puissance publique
s'exeroait dans le came d'un fonction-
nement r6gulier, est, je le r6pite, nul
de plein droit.
< En consequence, je declare qu'il ne
saurait porter aucuue atteinte aux droits
que Monseigneur du Cosquer tient de
son institution canonique et l6gale, com-
me Archevvque de Port-au-Prince.
n Veuillez agrdez, etc....
A. -GUILLOUX, etc.
Nous avons rempli notre devoir, bien-
aimes Coopdrateurs et Nos TrBs-Chers
Freres, et avec l'aide de Dieu, nous con-
tinuerons .a le remplir,.quoi qa'il arrive.
C'est A vous a faire nbblement le v6tre.
Si les temps devenaient plus difficiles,
vous n'h6siteriez pas, nous en avons la
douce confiance, a vous conformer aux
enseignements que Nous vous avons
maintes fois rappeles, notamment dans
notre circulaire du 2 F6vrier 1868......
Au milieu de tant d'orages, ne cessez
d'adresser au ciel les prieres les plus
ferventes pour Mgr. l'Archeveque, que
doit nous rendre plus cher encore Ie
coup qui vient de le frapper, pour 1'Egli-
I se d'Haiti et pour le pays, que tant de
Smaux accablent "a la fois.









REVUE DE LA SOCIETY DE(LEGISLATION 3.


Bicn-aim6s Coop6rateurs, ne 1'oubliez
pas: quelle que soit la situation faite ai
l'Eglise, vous devez a vos populations
une sympathie et un d6vouement pro-
portiounns a leurs malheurs. Je complex
plus que jamais sur votre indbranlable:
fidelit La la promesse sacree que vous
avez faite i Dieu dans votre consdera-
tion sacerdotale. Je compete que votre
z6le prudent et votre example forlifie-'
ront les fid6les confi6s ia vos soins dans
I'-hi:lchement i la sainte hierarchie.-
C'cst dans les perils et les luttes de I'E-
glise que les pasteurs et les peuples'
doivent se serrer p'us iltroilCement au-
tour d'elle.
La present Lettre-Circulaire sera lue
an pr6ne de la messe dans toutes les
Eglises et Chapelles de la Rupubliquc,
le iimanche qui en suivra la reception.
MM1. les Cur6s voudront bien nous faire
connaitre au plus t6L le jour oil cette
lecture aura et6 faite.
Port-au-Prince, le 4 Juillet 1869.
A. GUILLOUX,
De la Maison de sa Sainlefd, Vicaire-
Gdneral.
P. S. Nous demandons ii nos chers
coop6rateurs d'ajouter tons les jours,
jusqu'A nouvel ordre, la collect, la se-
crile et la post-communion pro D. D.
Archiepiscopo, a l'oraison du St. Esprit
que N. S. P. le Pape vient de prescrire
a tous les pr6tres du monde catholique
jusqu'a la cloture du prochain concile
general.

Cette querelle, quoique intempestive,
6!ait dans 'air. Le Concordat, sign
sous Geffrard, n'6tait pas pour plaire a
ses successeurs, les r6volutionnaires de
1866. La lettre-circulaire servit de pr6-
texte h la rupture des relations entire
l'Et et 1'Eglise. Quelques personnel
ayant os6 manifester leur d6sapproba-
tion de l'arr6tl pr6sidentiel, furent je-
tees en prison. Un avis de la Secreiaire-
rie d'Etat d6clara l'ex6cution du Con-
cordat suspendue. La measure ne sejus-
tifinit ni en faith ni en droit. Contrat bi la-
tIral pass entire Haiti et le Saint-Si6ge
pour garantir la paix religieuse, par l'or-


dre et la discipline introdnits dans l'ad-
uinistration eccl6siastique du pays, le
Concordat ne pouvait etre r6tracte, me-
me provisoirement, sans quo Ie Souve-
rain Pontife fit tout au moins saisi, au
prialable, des motifs all6eguis i l'appui
de sa r6siliation.
Comme instrument de pacification ot
do progres, il avait deji, depuis nouf
ans qu'il fonctionaait, faii ses preuves,
It la gloire de ceux qui 1'avaient ncgoci6.
Les d6sordres et les divisions qui, i
d'aulres 6poques, avaient mnnac6 de com-
promettre la sicurit6 des consciences,
ne se represeotaient plus qu'a I'etat de
souvenirs lointains. La conduite exemn-
plaire des ministries de la religion ca-
tholique imposait le respect, m6me aux
incroyants.
Un admirable 6panouissement de l'ins-
truction publique avail suivi la fonda-
tion des Ecol,'s congrgannistes par los
PWres du Saint-Esprit, les Soeurs de St.
Joseph de Cluny, les Frcrcs de l'lnstruc-
lion clihrtienne. lls apportaient, avec
l'entrain d'une vocation dicid6e, une m6-
thode plus srie et des programmes plus
elendus que ccux don't la routine de
nos maitres d'6cole s'6tait jusque-la g6-
ndralement content6e.
Les laiques se piqu6rent d'honneur et
d'6mulation. L'enseignement primaire,
aussi bien que l'enseignement secon-
daire, en recut une impulsion nouvelle.
Les jeunes filles surtout b enficirent de
ce renouveau. De tout temps los femmes-
distingudes n'avaient pas manqu hi la
soci6te haitienne. Le charme que rd-
pandait sur les reunions mondaines l'in-
tclligence d'une Oclavrine Ulysse, des da-
mes Faubert, Cerisier, Legendre, Cinna
Marius, Nicolas Delestang, auxquelles a
succidd plus tard toute une floraison de
jeunesfilles,telles que les demoiselles Mo-
reau. de lacmel, Cldo Rameau, des Cayes,
Sargine Toussaint, du Cap, Argentine
Bellegarde, de Port-'u-Prince, s6duisait
les visiteurs strangers les plus difficiles.
Mais, en dehors de cette elite, le bagage
scolaire de la jeunesse feminine 6tait
assez l6ger.
Ce fut bien autre chose lorsque, di-
rig6es par une femme supirieure, la WH-










EVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


v6rende M6re Louise, les Soeurs de St.
Joseph de Cluny appliquerent leur mode
d'enseignement, et que les Filles de la
Sagesse vinrent, a leur tour, rivaliser de
ddvofment avec les premieres.Le niveau
des 6tudes se releva, en meme temps que
se gd6nralisait le gotlt d'apprendre.
On peut dire que le Concordat avait
r6alis6 plutOt le vceu persistent de nos
populations qu'une conception propre
au Gouverucment de Geffrard. En le rd-
pudiant, on courait au-devant d'un nou-
veau chef d'impopularild. Et pour quel
profit ? Pour obeir a d'obscures rancu-
nes et se payer le plaisir do ddfaire ce
qui avait eit faith par le gouvernement
prc6ddent.
L'cdieux de la rupture 6tait accentu6
par la vendration qui s'attachait au carac-
thre du FPrlal, que 1'Acte official d6non-
9ail come iiliflerent aux souflrances
de la famille hailienne. Mgr. du Cos-
quer exerCait sur la jeunesse intellig- nte
une attraction analogue a celle que Mgr.
Dupanloup et le Pere Felix produisaient
A la mcme 6poque sur les cathcliques
frangais. Sa figure el sa voix s'harmo-
nisaient pour I'action &vangelique. II me
semble entendre retentir encore a nos
oreilles cette voix mdlodieuse et vibrant.
Son eloquence 6tait faitede douceur et de
force, d'onction et de vigneur dialecti-
que. L'acccnt en ii ai irrdsislible. On Mtail
entraind el on diai~ heuruux dt I'etre.
Je me sou iens de I'impression pro-
fonde qu'il d6dermina parmi un group
de citoyens, venus un martin, en 1862,
alors qu'il n'Mtait que DWl6gat, pour lui
souhaiter la bienvenne dans la mason
Delva, rue Pav6e, oft il se tenail. 11 sul
les 6mduvoir jusqu'aux larmes rien
qu'en invoquant, pour I'appliquer a sa
mission, la parole de I'enfant prodigue.
1louseigneur du Cosquer s'elait iden-
tifi6 a cette mission au point d'ai-
mer notre pays comme le sien propre.
En semblant contester la sinc6ril6 de
ses sentiments, les redacteurs de l'ar r-
t~ du 23 Juin avaient trouv6 le plus sdr
moyen de le contrister. Peut-etre Sal-
naye avait-il garden particulierement un
nacheux souvenir de la lettre circulaire
S1865, a la nouvellede la reddition
qu 'eap, I'Archev6que adressait aux'des-


servants des paroisses, ses
Rien ne ltmoigne pourtant
ses genereux sentiments.
Monsieur le Cure,


auxiliaires.
mieux de


c La guerre civil qui desolait la pa-
trieettenait les esprits dans la plus
douloureuse anxi6te est, grace au Ciel,
aujourd'hui termin6e. Dieu 6coutant
nos prieres a faith descendre la paix ;:u
milieu de nous; qu'il soil mille fois loun
et b6ni !
A Maid que de traces smnglantes cet-
te revolte a laissses derriere elle Rien
n'aura 6te 6pargn6 A cefle pauvre ville
du Cap-Haitien, ni la terreur a l'inte-
rieur, ni les exces de tous genres, ni
la famine, ni In mitraille, ni l'incendie,
allume par des mains fratricides. Que
de families ruinees dans leurs biens,
que de places vides a tous les fovers,
et pourtant, que de courage a reliever,
de blessures a guerir, que de souvenirs
penibles a efface !
5i, il y a peu de temp. encore,
devant un d6sastre immense qui frap-
pail noire ville archiespicopale, nous
avons tout abandonnu pour venir au se-
cours de nos enfants malheureux, cette
fois encore, nous pensions que notre
place est au milieu de nos fr6res du
Nord, qui ayant ddji uine part gale
dans notre affection palernelle, puisent
dans leur d6tresse un droit nouveau et
plus sacr,6 notre ddvofement !
Nous partons imm6diatement pour
le Cap nous essayerons de notre
mieux d'aider cette population A porter
avec resignation sa croix,; veuille Dieu
mettre sur nos levres les paroles qui
consolent et qui fortifient.
Vous avez, Monsieurle Curd, A une au-
tre 6poque, entrant genereusement
dans ma pensde, assisted devos offran-
des et des aum6nes recueillies dans
votre 6glise, lesivictimes del'incendie de
Port-au-Prince ; j'espere qu'aujourd'hui
encore vous prendrez en piti6 l'infor-
tune des villes les plus importantes de
ia R6publique, et que votre charity,
unie A celle de nos paroissiens, rdpon-
dra largement a mon appel. .. .
Telle avait &td, en 1865, la conduit
du chef de l'Eglise d'Haiti.


_ ~I










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Sije me suis trop atlarde a parler de
la faule politique commise par Salnave,
a un moment oi il avait deja taut de
sujels de preoccupations, c'est que je
dois mon modest t6moignage A la md-
moire du premier Archevdque de
Port-au-Priuce. Le passage du Pr6si-
dent an Camp Boudet ful marqud par
un autre Acle qui, sans avoir eu d'aus-
si flicheuses consequences, ne ser-
vit pas mieux sa cause. 11 s'agit de l'ms-
tifution du Conscil Ldgislalif, termne
nouveau dans nos annales politiques.

VI Le Co, seil LJislatif.
Conformeinent a son ddcret du 10
Avril, Salnave avait nomme qua[re nou-
veaux S6naleurs pour compl6ter les
memb]res du Grand Corps : ce furent
MM. F. Acloque et Joseph Lamothe,
anciens ministres, le g6ndral L. Mathieu
Guillet ( du M6le St Nicolas) ct Adi-
chard Achille, ancient membre de 1'As-
semi)ble constituante de 1867.
L, 5 Juin- le S6nat n'avait pu encore
se constituer: it n'y avail parmin les
inscrits que 21 membres presents A la
Capital. Le gouvernement, prd.ccup6
de fire sanctionner ses actes, crta un
Conscil Ldgislatif, comme measure com-
mandee par les circonstances.
En repoussant le project qui lui avait
61e ,oumis le 4 Janvier 1869, la Com-
mission des s6nateurs et des d6putds
avail dit qu'elle laissait a la sagesse du
President le soin de prendre loules les
measures de haute energie que a rdcla-
maient les circonstances pour lesalut de
la patrie ) Fort de cette declaration, le
government se d6cida i maintenir et
a sanctionner lui-meme son project par
un decret en date du 12 Juillet.

DECRET

SYLVAIN SALNAVE,
di ,'H Tr1 i :


pr6senil aux membres du S6nat et de
la Chambre des D6put6s presents i la
capital un project de d6cret tendant :A
instituer un Corps politique invest du
pouvoir de 16giftrer, de controller les
operations de l'administralion g6ndrale
et de sauvegarder, concurreimment avec
i'Autorit6 cexculive, les principles main-
tenant proclamis par la revolution du
7 Mai;
Consid6rant que ce project ayant eu
l'approbation des S6nateurs et de tous
les Repr6sentants du Peuple qui avaient
pu sc rendre a 1'appel du Chef de l'EIat
pour d6liberer sur celte question, et
que, nianmoin,1, le Chef de 1'Elat vou-
lant encore center, une derniere fois,
de nouveaux efforts pour la reunion du
Corps l6gislatif a une majo'rild gale,
a par un nouvel Arrtid, en date du dix
avil rl huit cent soixante neuf, con-
voqute ous Ice memibres 'lu Corps 1-
gislalif, conlormeiment ;' liriicle 76 de
la Constitution ;
Consid6rant que ce novel appel,
comnme les prdedents, est resld sans
success, beaucoup tie Sinateurs et de
ipepresenlants du Peuple ltant retenus
dans les localit6s occupies par la rd-
bellion et ne pourvant so rendre a l'ap-
pel du Chef de 'Etat;
Considerant qu'il est urgent que le
President de la R1publique, dans les
conjonctures dificiles on se trouve le
Pays, soit assist d'un Conseil repr6-
sinltatif pour la d(libdration des mnesures
a prendre dans I'actualit 1
Vu le message des Senateurs et des
Repr6sentants du Peuple qui out pu se
reunir a la Capitale, adress6 au Presi-
cent d'llaiti, on date du 7 janvier de
celte annei, et I'autorisant a prendre
toules los inesures que r6clament les
iirconstances pour le salut de la Pa-
trie ;
I)e l'avis du Conseil des Secretaires
d'Elat,


Prliutls (t HuItLI. DECRETE :
Consid6rant que ne voulant pas as- Art. ler. Le project de d6cret pr6sen-
snnier sur lui seul la responsabilit6 des t6 au Paiais de l'Assembl6e Nationale
measures A prendre dans les circonstan- le 4 janvier 1869 et ins6r6 an Moniteur
ces actuelles, le Pr6sident de la IRpu- de cette annee n 3, portant la creation
blique, par un Arret6 en date du 25 d'un Conseil l6gislatif, est mainteuu et
novembre de l'ann6e derni6re, avaitlconfirme.


~-m_~-?-L-?--ll~-s~--"---~---c---- 3-*










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Art. 2. Le present decret qui sera lions, dans leurs attributions respecti-
contresigne par tons les Secr6taires d'E- ves, toutes les propositions def6r-es a
tat, sera imprime et public dans toute ses decisions, except lorsque l'urgence
l'Htendue de la Republique, pour sortir est discutie, reconnue et d6claree par
son plein el entier effet. 1'Assemblde ; dans ce cas seulement
Donu anu quartier-g6ndral de Bou- l'on passe iinmmdiatement a la discussion
-det, le 22 juillet 1869, an 66e. de 1'In- L'art. 8 portait que ( les projects de
d6pendance. dcirets, lois et arritts, adopts par le
S. SALNAVE. Conseil Ligislatif, n'out d'effet qu'apres
Par ;e Pr6sident: avoir tclt approuvds par le President
S. d'Haiti,
e L SeMcr.,;t,.:irf, nf./tt rirE Id l police Ce-


nra. .llo eu estde mine desdecisions el des
IHI'POLITE cadet. avis du Conseil L6gislatif.
Le Secr,:aire dEaint de l'hln'rienr, de Le Corps ainsi constitu6 manquait
Le Se"rc"ae ba!e due'idique. en-
I'Agriculture et des Culles, charge del n Imois do base 1ur.di que. In-
ia Guerre et de la Marine, constitntionIel en son principle, il n'6tait
qui'un compromise entire la pure dic-
L. DUVAL. lature a laquelle les circonstances accu-
Le Secretaire d'Etat des Finances Pe laieet le gouvernement et le regime
du Commerce, parlementaire, qui efit 6t le regime 16-
EXCELLENT. gal. Peut-liro eCt-il mieux value s'en te-
aniR 'i an Conseil d'Etat cr.hnarod de don-


Le Secrciaire d'Etat de la Justice, de
l'Instruction publique el des Relations
Extr'ieures,
C. \RCHIN.
Le Conseil Legislatif, d'apr6s le pro-
jet, avait pour attributions (Art. ler) :
1 De discuter, d'adoptcr, d'amen-
der ou de rejeter les projects de decrets,
lois et arreti's qui lui sont soumis par
le President de la Ripnblique, sur tons
les objets d'intdret general ;
2 De doinner son avis sur routes
les propositions ou conventions de re-
lations internationales ;
3 De proposer toutes les measures
d'int6ret public et toutes ameliorations
i la comptabilit& national, on h l'admi-
nistration gu n6rale ;
40 De staluer, i huis-clos, sur toutes
les petitions qui lui sont adress6es ;
5 De correspondre avec le Pr6si-
dent et los Secretaires d'Etat pour tout
ce qui intdresse administration des af-
faires publiques ;
60 De modifier ses attributions aprs
une delib6ration prealable entire lui et
le Pouvoir Executif ;
7 0 D'iuformer le Pr(sident d'Haiti du
r6sultat de ses operations concernant
le renouvellement de son bureau ;
80 De renvoyer a 1'examen des sec-


ner ses avis au Pouvoir Executif el de lui
preparer sesactes sans avoir i les sanc-
lionner.
Les members du Conseil 6taient fixes
a trente ( 36, au maximum) ils ltaient
nommis par le President d'Haiti. Leur
reunion 6tait pr6sid6e par un vice presi-
dent, choisi par les membres.
Dans le cas ofi le President d'Ha'ti,
dit l'article 13 du dcret, se trouve a
une seance, soil du Conseil L6gislatif,
snit d'une de ses sections, la presiden-
ce lui est devolue de droit.
Efaient ano:i nu,7 rnmembre' du Con-
seil Legislatif : MM. Saint-Vil St Victor,
Joubert, J. P. Dauphin, Guerrier Pro-
phite, H yppolite ain6, Numa Rameau,
P. A. Florent, Pierre Fdlix Cadet, Ar-
lus Duval, L. Kernisan, Innocent Coco,
Louis Gauthier, Jh. Lamothe, Alphon-
se Henriquez, L. Mathieu Guillet, Do-
minique Benoit, Balthazar Inginac, Bru-
no Blanchet, Numa Rigaud, Hilaire Jn.
Pierre, Pierre Sonthonax, Surville
Toussaint, Norvanus Valles, Alexandre
Tale, Dasny Labont6, Darius Joseph,
Nephtali Gousse, Saint-Clair Box, No-
dilus St Amand, Emile Pierre, Louis
Jh. Baille, St Ilmont Emmanuel, Jo-
seph Etieune, Marius Larousse, Mar-
cellus M6nard et Mouscardy. On les









REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION 41


convoquait au plus tot a Port-au-Prince terniones d'tHamilton on des niombres
pour commencer leurs travaux. de Grassmann a la solution complete de
LEGITIME. !'tquation :
6( sivre ) d2 V d V d2 V
_-- + -- + -- = 4 n K
UEST d x d y2 d z2
UESTRE GENRAL 13o Application des fonctionu de vessel
DU aux calculs des orbiles comniaires et pla-
niLtaires. Construction de tables.
on grs sincinifiqu p.n amricain. 14o Contribulion i a Ith,'orie des dia-
inelres do I'elasticil( el de la rigidilt' des
SECTION PREMIERE rockers dans ses applications at !a sismo-
MATllIMATIQUES PURES ET APPLIQOUIES logie.
Ijo Etude de la 'prop:lt:lin dts ones
,, .. sphihrilues d!ans unec spihre iilon ihomno-
lo ol'ide theoriune et applicationn pra- s ii e is sphco Io-
tliqu d'im. lru.Wns .ropres it pnge tner asee sur la suppositiion d utle va-
iqu insru s p s partager lion continue de l'einsticite deuis le
proporlionneilenlent des masses d ean. t jq la spercie de L ,sphe.Ap-
2o F.ormules t melhodes pratiques cl spenli d paer.
application ia Ia si.nsmiologie el conllp;tnisor,
pour e jugage des t s.vec les rsultats de l'observation.
3o Hydrauliquc des rivieres, en vu cl Nicessit. dt'tablir une s.rie (1ob-
de Icur navigabilile et de la stabilile de 1vatoies magniques dans le con t ne .t
eu is servatoires nagllnkliques Ulans 0le coililteot
ieurs rives. ,
4o Thourives. app l i i ie americain, come bases pour la 'orma-
4o ,appcaeti on tie la care magnetique do ce cootll-
I'cau a Iravers les mailles des filets. ,ion e n
50 Thoorie de la formation des svstNems application la
articul6s. tis Application a es niatpoliatiques. Is sla-
60 Formation d'un ensemble de for- tistique et i' 1'conomie politique. ( Con-
mules sage f tme, par example, an calcul des as-suran-
mules gd usatg fr6quent.l cos, ai celui des tarifs proportionnels dans
7 Revue ga ralmicanelt les lines de chemins doe fr, soil qu'elles
la carlograp e caine soient d'adhdrence, de crmnaill6re on
8o Regles et methods les plus appro- combines.
prices a la confection de la carte g6narale
des pays anmricains, de sort que la SECTION DEUXIEIME
.evke topographique suffise aux besoins
de l'6tude preliminaire de traces techni- SCIENCES PHYSIQUES
ques et les triangulaires gdodisiqnes pri- Themes Gendraux,
nlaires i l'6tude de .a figure de la terre,
en accord avec les prescriptions de l'As- loN6cessit6 d'adopter des m6thodes
sociation geodesique international. d'essais et d'analvses uniforines dans les
90 Proced6s rapids pour la reconnais- cas litigioux ou de centroverse ; specia-
sance topographique du trace des che- element choix des m6thodes los plus ap-
mins de fer, chemins et canaux d'irriga- propri6cs,les plus rapides et los plus exales
tion dans les regions boisdes et defaut pour les substances minerales. Creation
de cartes dtlaill6es. d'un coinitt Pan-Americain permanent
'10o Simplicification des instruments et pour l'6tablissement offiiel de ces nm-
procedds topographiques et geodesiques thodes.
dans le but d'augmenter les resultats d6- 20 Quels traits internationaux et quel-
jA obtenus, mais sans en altroer l'exacti- les lois locales conviendrait-il d'6tablir
tude. pour contr6ler la purete et emppcher la
11o Nomenclature math6matique et falsification des products alimentaires et
technique employee dans les pays ame- des substances industrielles ? Nicessite de
ricains. cr6er, dans ce but, un & Codex alimen-
12o Application de la thtorie des qua- tarius D dans lequel seraient indiques la









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


composition ct les caractres des subs-I Go Redresseurs pour courants alter-
tances alimentaires. nants.
30 Matiires premieres animals, vege- 7o Perfectionnements dans les transmis-
tales et rminrales. Leur transport ; pro- sions et manipulations 6lectriques a dis-
duits manufaclurds. Leur change entree tace.
les divers pays die l'Amcrique. a) T6laphones. Limits de distance.
-4o Eludier dans un pays tie I'A inrique b) Telegrauhic sans conductcurs. Syn-
le rapport des trembluemints de terre avec tonisation.
sa gdographie et sa gcologie. c) Manouvres au moyen des ondes
5o Etudier dans un pays de l'Am6rique herlziennes.
l'aclivih't volcanique un present t du ,) Les resonnateurs pour les signaux
pass et la compare ai sa sismicite an u distance.
point de vie gographlique et clhromolo-` So ProgrIs de 'elecctro-chitnie. T6horie
giqtue. ionique.
io Ies tlhories nouvellcs des pino- )o Nouvelles nmtliodes d'cxplotation do
mones physiquies.-- Thorie Electronique, salpdire cihilioni, ses applications a;i. in-
sa veritable portee an point tinevue de la dustries chimiques.
splculalion scientifique. U[ilit6 d'adopter une nethode uniform
7o llluertce sociale diu developpement d'anialvse do salp6tre, dCterminant direc-
des applications de l'Oectricild. tement le nitrogine, afin d'ltablir une
8o Considerations Iphysico-chimiques 6chell e de pavement i poportionrcl i la loi
sur les Coloides. unel role remplissent-ils centesimale do cot tliment.
el cotument doiveni dtre intlerpritees les lo L'iode, son exploitation; ital actuel
actions colalitiqlues des industries qui l'emploienl. Possibility
Do R6glenmentation des services 6lec- de lui donner de nouvelles applications.
triques et spdcialement des canalisations 11 o Los charbons chiliens. Elude com-
urbaines. Moyens d'eviter les actions 6lec- parative avcc les charboons ctrangers.
trolitiques. 1 o Conservation des substances ali-
'0o MNcessit6 de reformer les m6ihodes rientaires.
d'euseiguement de la physique et de la 1 3o Mdthodes de choix et de culture
chinmie, afin de donner un plus grand d6- pure appliques aux ferments, principale-
veloppement ai l'6tude.......experimentale. nient aux levures de vins ct prodnits fer-
Thines SpIciaux. ment6s do l'A.\mrique ct sp6cialement du
Chili.
lo Los elements radioactifs; leirs trans- 14 Difficult.s prisenites par les nou-
mutations et leurs sources ; considerations veaux mnddiciaments duns les recherches
qui se d6gagent de leur 6tude. Leur exis- toxicologiques des alcaloides.
tence probable dans 1'Amnrique du Sud. 15o Progres de I'6lectro-m6ntallurgie :
Radio-aclivite du sol et des eaux. a) Fonte dans les fours electriques spe-
2o Production do 1'6nergie dlectrique. cialement des minerals de cuivre.
Quelle est la meilleure solution pour Is b ) Extraclion 6lectrolilique do cuivre
pays americains ? Possiblilit d'en lirer des directcment de ses minerals.
flols d'nergies inutilis6s jnsqu a' c jour. 6o Etat actuel tie la concentration des
3o Transmission de l'dnergie 6lectri- minerals.
que. Etude comparative des divers sys'i- a) Mithode pour l'huile (Elmore.)
mes. Les limits de distance. Port6e des b) Mtlthode 6lectro magn6tique.
experiences sur la transmission sans 17o Nouvelles applications industrielles
conducteurs. es ga liquefies.
4o Les nouveaux syst6mes d'6clairage des gaz liquefi6s.
Mlectrique,spkcialement l'incandescence de 180 Mdthodes modernes de production
moindre consommation. de la force motrice, specialement des mo-
50 Le moteur de commutation appli- teurs des gaz pauvres.
qu6 a la traction de chemins de fer 6lec- 19o Photographie industrielle et pro-
triques. Ic6d6s de photographic en couleur.










- REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


200 Les giroscopes appliques a la sta
bilitd.
21o Nouveaux appareils de d6monstra-
tion poui l'enseigaement de la chimie;
22o Bases d'une nouvelle convention
pan am6ricaine pour l'exercice de l'exper-
tise chimique.
23o L'ozonisation de 1'eau potable, sor
utility et sa possibility d'applicalion auw
eaux des villes du Chili, sp6cialement d(
Valparaiso.
SECtION TROISIEME
SCIENCES NATURELLES, ANTHROPO-
LOGIQUES ET ETHNOLOGIQUES.
I. Anthropologie et ethnologic
des races anm6ricaines.
Themes gMndraux.
lo. Sur l'anliquit6 de l'homme am6-
ricain, d'apres les recherches gdologiques
et anatomiques.
2o. La classification et la distribution
geographique'des races et sous-divisions
de races americaines.
3o. Sur l'origine des cultures el civi-
lisations armiricaines.
4o. Sur l'organisation social et. mo-
rale des peuples aborigines americains,
5o., L'homme cannibale ou des caver-
ne,,a-t-il exists au Chili ou chez d'autres
peuples de l'Am6rique ?
6o. Cer6monies magiques et religieu-
ses (y compris les iddes sur la mort et
la vie .future )
7o. Sur l'animisme chez les 'peuples a-
mericains.
8o. Mode de communication des idWes
au moyen des signes, du language articu-
1- de la peinture et de l'dcriture
i;( mn6motechnie)
9o, Etude comparee sur l'origine, le
developpement et la distribution gdogra-
phique des principaux arts ou industries
et de leurs applications.
10o. Quelle -parent6 y a-t-il eu entire
les Indiens du Perbu et.les peoples voi-
sins ?:
Thmnes spdciaux.
io. Influence de la domination p6rua
vienne au Chili...


2o. Ustensiles de m6taux et de pierres
des aboiigines.
3o. Animaux et plants employes par
les aborigines du Chili.
40, Cavernes du Chili.
5o. Ecriture et dessins des anciens Chi-
liens.
60. Les kjokenmoddings ( zambaquies
ou residus de cuisine sur la c6te du Chili.)
7o. Croyances religieuses des aborig6-
nes chiliens.
80. Les peintures et gravures chilien-
nes : collides, grottes, pierres, ruined etc.
9o. Sur les tissus des Indiens du PBrou.
10o. Sur I'origine des anneaux de m4-
taux ports actuellement par la femme
des classes infdrieures du people chilien.
11o. Sur la navigation entire les peu-
ples indigenes du Chili : son origine et
son d6veloppement.
12o. L'ernenmentation des Incas d6cri-
ted'aprd6sles objets archologiques exis-
tant dans notre musee national.
13o. Etude de la n6cropole prd-espa-
gnole de Calama, deparlement de Antofa-
gasta. Idem de celle de Antotagasia -de
la Sierra ( Atacama ) et de celle de Pun-
ta Pichalo.
14o, Description des ouvrages des p'o-
ques..... ...... .. trouves
dans le territoire chilien ( Musee National)
15. Les provinces etnographiques et
linguistiques du Chili.
160. Sur le Folklore chilien.
17o. Traits de l'animisme primitif dans
les classes inflrieures du people chilien
( superstitions, etc. )
0lo. Une bibliographie complete de
l'Anthropologie relative au Chili.
II.- Zoologie.
Themes gdneraux.'


0o.
2o.
80.
br6s.
4o.


Origine de laFaunesud-am6ri'caine.
Utility des stations zoologiques.
L'hermaphrodisme chez les ve'.t&.

Utility des jardins zoologiques.
Themes speciaux.


lo. Causes de la pauvret6 relative de
la faune chilienne.
20o Animaux de 1'epoque pr6-colom-
bienne, apprivoisds.


_;;__ ~____--._~_-_--_---~ ..~~___~ --L~1~----------~-.------- .~~__~










4 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


30. Animaux qui vivent on socit d.
4o. Albinisne parmi les animaux d
Chili.
5o. Biologie des animanx chiliens.
Go. Distinction des animaux chiliens,
d'apres les dilrfrentes zones climatolo-
giques.
7o. Anitnaux chiliens utilisis actuel-
leinent par I'homme.
8o. Crustacies conmestibles du Chili.
9o. Animaix nuisibles A l'agricullure,
A l'horlticulture et a la zoologic.

I I .-Botanique

Themes gedmraux.
lo. Chapitres choisis de la biologic
vt'gi tale.
2o. Organs des sons chez les plates.

Thlmes speciax.v.

lo. Changements involontaires ou in-
teinionnels T.,:iiti, par l'homme dans
la llore primitive.
2o. Evolution de la flore dn Chili.
0o. D6veloppement des connaissances
botaniques an Chili.
4o. Aspects divers de la flore dans les
diffcrentes zones du Chili.
50 Plantes utiles du Chili.
60. Pal6ontologie choisie du Chili.
70. Maladies des plants cultivees.

IV GBologie et mineralogie

Thlmes generaux.

lo. Manifestation du p6trole en Ameri-
que.
20. Soulhvements et affaissements du sol
en Amdrique.
3o. La gologie des Cordilldres dans
toute l'6tcndue de 1'Alaska au Cap Horn.
40. Comparaison centre la constitution
gbologique des deux Amdriques.
5o. Geologic, paldontologie ct mine-
ralogie de chacun des pays de l'Am6rique.
60. A quelle 6poque ou a quelles epo-
ques s'est effectu6 le replacement des
Cordillieres. ?
70. Que nous enseignent les faunes si
riches des vertebrds fossiles rencontres A
l'Argentine, au Bresil ct aux Etais-Unis


de l'Amirique du Nord, relativement a
l'evolutio n du rigne animal?
80. L'bpoqun glacial.
a ) l'extension de la glace dans les
dilftrentes latitudes, tant dans le sens ho-
rizontal que dans le sens verlicale.
b) son influence sur la configura-
tion des cites et sur la topographie et
1'hydrographie dn continent.
: ) ses causes.
,d) les dpoques glaciales out-ciles Wtd
contoemporaines dans les deux Am6riques?
9o. Que nous enseignent les 6tudes
oceanographiques sur la configuration
des oceans autour de l'Amerique ?
10o. Le volcano pendant les difflrentes
('*poqcus geologiques et pendant 1'dpoque
acluelle.
1lo. Les tremblnements de terre.
Themes speCiaux.
lo. L'origine du salpltre.
2o. La zone du carbon an Cliii, sa
formation gdologique et les fossiles qui
l'accompagnent
do. Tourbos et leur developpement.
4o. Lavoirs auriferes du Chili, leur ori-
gine et les regions du pays o0 ils se trou-
vent.
5o. Conditions g;ologiques des gise-
ments du pays.
Go. Roches eruptives qui renferment
des Melments mdtalliques.
7o. Rocles bonnes conductrices du son
et du movement.
80. Fractures et dislocations au Chili.
Go. Etude do m6taux ou de pierres uti-
les a l'industrie et qui se trouvent en
abondance au Chili.
10o. Especes min6rales d'616ment rare
Uranium, tungstine, vanadium, tantale,
etc. d'applicationsr6centes importantes
11o. Traditions des aborigines chiliens
sur les tremblements de terre.
a suivre.

Errata
N ler Avril, page 7. Lisez : la France
frodale au lieu de France feddrale
N0 11 fevrier page 167. Lisez Dr. Li-
mousin, au lieu de Marceau Limousin.
N 22 Mai page 2. Observation : Le juge-
ment et l'ex6cution de Borgella ont eu lieu :
I vers le 14117 Aout 1868 etnon en fevrier 1869.










DIX-SEPTIiME ANNF., "No 42


REVUE

DE LA

SOCIETY IDE LEG-ISLA.TIOrST
PARAISSANT 1,E 2 )DE CHIAQU MOIST.
.*-.V \W.N\..N**-' -.X.\.\ .N''N'XXN N. NN' N N. \'" *\'Y--^\-.\ XX ,
S QXM A1.E RAPPORT

I. Asselmbi c gcaicL du 27 Mali I9OS: du Umil de direction et de redaction
Rapports du Sccritairc-ghndri l ct du Tri-
soricr. -- Rcnouvellemcnt des pou\oirs du A La SaOCle It (le ,qiSlati0.11
Comit'.
Messieurs,
II. La doctrine Drago et la 2 Coniirencc essieus,
dc la Paix (suite ) par M. Abel N. Li'gr. Votre Comitd de direction, auquel vous
l avez bien voulu renouveler votre con-
c : Convention concrant La lm- lance en Avril de 'annne dernilre, avant
station de l'emploi de la force pour le recou- attain i term de son manIat, vient vous
Trement de deuis contractuclles, fire son rapport annual.
III. Programme du Congres scicntifiue, 11 se resume i' dir., commine I'annce
pan-ami;ricain ( suite. ) passe : La Sociehl di L gislation a vecu;
IV. La pr(iidencc dc Salnave (suite ) par '' elle a continue I'reuvre pour laquelle elle
General Lgitimc. a 6te institute, en s'efforcant de meriter
Sde plus en plus la conliance publique.
Necrologie. Sutr la reconmnandation de M. Ic Doc-
Bibliographic. leur Simon Plancz Sunrez, notre Corres-
pondant ii Caracas, EE. el Ministre Pld-
_aEns3 lnilpolentiaire de Nicaragua, nous avons
.e M *n ntl u M'embres Correspondaniits :i 'Etran-
6alnles do la Slci0i6. r' istinction
alliC Q 1 4 ger trois personnages de distinction:
MM. les docteurs Adolfo Ldon Goinez,
[Pr6sident de I'Acaid6mie de Jurispru-
Assemnblee wI6n6rale du dence a Bogotn ; Eduardo Poirier, Minis-
27 Mai 1908 tir Pilnipotentliaire de Guat:mnala a San-
tiago ( de Chili ) et Tito V. Lisoni, Con-
Presidence de M. Solon M/nzos. sul g6ndral de Guatemala a Santiago.
Presents : MIM. M\inos, Laforest, Geor- Nous avons surtout tenu' par ces nomi-
ges Sylvain. Edmond H1raux. Baron, nations a resserrer leos bonnes relations
Viard Denis. que nous souhailerions plus intimes et
Mi. le Pnside: a ruion d'aujour- plus frequentes entire les homes d'dtude
h Preside. La ru nion d aujoli- de notre Pavs et ceux des autres Rpu-
d'hui est co sucrie an renouvellement qus de l'A irique latine, encore si pen
des ponuvirs du Comilde (10 dli'ctionll. connues des Hailiens cultivds.
Comme d'isage, lous les membres ac-l Monsieur Abel N. Lcger, Etudiant en
tifs de nolre SocielW ont elt convoqnis. Droit et attache i la laIgation d'Haiti .i
Trois de nos collegues, Messieurs .lerd- Paris, compile aussi parmi nos membres
mie, Audaiu, Laleau, empiches d'assis- correspondents nouvellement dlus. Nous
ter a la stance, nous ont envove leurs saluons en M. Abel Leger une de nos
votes sous plis cacheles. C'esi ce qui meilleures espranc.s. La g6ndration qui
os o lie, se l&ve a le droit de s'enorgueillir de sa
ious done le quorum statuttaire, re- pecoce maturity.
duit a neuf membres par suite des ab- Peu de jouis apres que, a la demand
senses. de dM. Murville Ferdre, ancient Secretaire
Lecture eis donnee du Rapport du Co- d'Etat des Relations Extdrieures, nous ve-
mile sortant pour l'exercice 1907--1908. nions de changer son titre de membre


2 JUILLET 1908.










46 REVUE DE LA SOCI1TE DE LEGISLATION


correspondent en celui de membre asso- Georges SYLVAIN, Edmond HERAUX,
cie, nous avong appris la trisle nouvelle F. BARON, L. DENIS.
de sa mort, survenue au Cap-Haitien. La
memoire de cet honinie de progres res- Jl. Ednmond IIeraui., ltrsorier, prisen-
tera chbre :i ceux qui, I'ayant pratiquC de le come suit I'dta de la cais c de la
pres,ont )pu appricier son intelligence,sa Socitdi :
fermetL d'esprit et son amour de I'dtude.
Nous avons dd heure-x de recevoir Mes
linvitation qui nous a etd faite par la'
Commission organrisatrice du -e Congres Au moment oi.obiessant L une prescription
Scien: lque de 1'Ainrique laline d'asis- statutaire, vous vous Ltes reunis :' i'c::'t
ter cn D)ccembre prochain i ces assises u rendre o e notr siua:,;
solenrncles d' la science, oiA seront pour notre situa'
la pr'emirni f,.iis repr6sent6es tonics lcs moralc ct matcriclle ct d assurer le i-..
nations d i .\'nr ique. C'est la ville die l inctionncninclt dc notCr Soci&t par le
Santingo, :Cap.;)i:!: dn Chili, i qui est choix dc ceux qui auront charge de la di-
cchu cetti- t iis, li:i;;, r :; ea'ccvoir les rig: r pendant la pct i iriodc annue! !c de 1908--
Con;gressisies. !leux ds ineomn)'ces ie notre '909, il m'incoinbc de vous donner un
Socitl, chois ls par in Cinommission, tont opcrcu ide nos finances ct dc vous indiquer
par;ie de la l)hi gl-tion haltienne. les operalions d caaissc qui s O .snt ctfec-
Dans le course d l' exercise 1907-1908, les tuis au course de l'xercice qui vint de
matires su.:nts i t ont 6t6 trail 1es: Champn pcndre i
d'application de i lo i de 1881 relaive- p 10n c re in.
ment an st'ge des avocas. De la prohi- i)u 1o Avril L ce jour les reccttes reai-
bition de reconnaitre l>s infants naturcis scsc, soit pour abonnemcnts i la Revue, co-
nds pendant le marine. Arrlist minis- tisations des mmcnbres de la Societi'. ventes
t'riels comporlait qualilicatioli et assi- des numdros de la hcvue,, etc, se snt clc-
milalion de certain delits ciesu ries nion vces
prdvus par le Code pdnal a des cas prd-
vus et neltUinent diiterminids: ce qu'ils L' du 10 Avril au 1o Aoit
talent an point de vue juridiique.- Coin 1907 ( administration de notre
pClence des tribunaux de commerce on collcguc Laforest ) ... P. 82.00
cas do senicnces de tribunaux de pai'x 20 du 10 Aoit -ce jour ( mon
jugeant an cmmmercial.- Altributions dc administration ) ..... 53r oc
la Chamnbre drs (Conmples en ce qui con-
cernc 1:1 diechan'e dLs Comp ilables secon- To o- P
daires.- Sit,!u tin de i'individu qui, na- -C a l 00 3 ti
tuirlis' a;nI; l: ii i :gsl n ( iun ique ( qu I oint i la balance cxis-
entrca Ie 1i .lout i -.4 el ie 6 Oc lob 1889,) t:at cin Caisse anu o Avril 9o07
senrai rev:i:u i Hai:ii iinndiatlemenit t transported au present exerci-
apris.-- Question de nationalilo et d'op- ce, soit n'uf cnt quatre vingt
Lion.-- La Convention dormnicnine avc don', gourd's z''.g! nelf ccnlimes 992.29
les Etats-Unis -- Ii doctrine Drago a la
2e Confir'nc'e de la paix.-- Fosses d'ai-: former un total de sei cclent cin,
sance (t murs mintovens.-- Bure'u inter- ,,,s vn neu cenzims... .1.6o5 29
national des i[ipublfiques ameiicaines. __
M. Ie Gnieral 6I.gilime, ancient Presi- Ls dpe s tues pen-
dent de la Idpublique, ajoute un non- p s fct s pn-
vel intirO t Ia lecture tde notre Revue, dcant lc nmnOme exercise et com-
en v continuant ses instructifs (i Souve- prlnant : o1. les frais d'impres-
nirs hisloriques sur la 1'risid:nce de Sal sion des fascicules mensuels de
nave. > la SociCt6 ; 20. ies frais de dis-
Tel est, Messieurs, le bilan de nos Ira- tribution et d'cxpedition de la
vaux. Vous allez voLu rendre complex du Revue : 30. les frais de recou-
mouvement de notre caisse. Les rdsultats vrement ; 40. le salairc du ho-
auraierit edt plus brillants, si les contours queton 5o. les frais de corrcs-
avaient t plus nombreux. Nous du n menus frai, if-
moins, nous avons fait de nolre mieux. t menus fras, s cif-
frent :

Maximilien LAFOREST, Solon MENOS, o du Io Avril au 10o aofit









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


1907 ( administration du coll- Elle n'est pas bien brillante, il faut en
gue Laforest ) a deux cent cin- convenir. Quoiqu'il en soit, nous n'avons
qua ite sept gourdes trenle sept celn- pas le droit de nous laisser aller au d6cou-
tilnei .. IP 257-37 ragerment et nous devons puiser dans la foi
2" du to Aout 1907 a cc jour qui nous anime l'espoir de ours mcilleurs.
( mon administration ) t 464.65
formant un total de sept cenl vingl --Le Trsorier,
de'x tgourdes, dex. centimes ..... 722.02 EM.IoxN IIHERAUX.

En deduisant du montant de I3. le Prdsidenl : Nos colligues Lalo-
Ia.'if ci-dessus etabli, soit seie Irest et Viard sont d6leguds pour v/wrifier
,".;: ,i ourdes vingt nef ceu- |les competes du tr6sorier et pour en
ti es .. .... .. i .605 .29 f'aire rapport ta a Soci6ld.
la some de sep cent ill. Menos.-- Nous allows maincnant
c oir!des, delx (ctlilll's......... 722.02 passer ia I'elctioli d's m nbres du Co-
imontain total des depenses ef- mit. C'est l[our nioi occasion, Mles-
fectudes, il reste en caisse une sicilrs, de vous rappeler qu'il y a plu-
balance de /huil cent qi/atre vinlcl si euris annl(es que vous ll'avcz dlu i: la
trois ,oiurdes vingi sep ceniiines a I'. 883.27 prisidence de nolre Socitld de Logisla-
La comparison des recettes et des di- lion. R6gulierement vous m'avez re-
pcnses de l'exercice 1906-1907 avec celles noivele vos suffrage. Je sui; fiber de vos
de 'exercicc 1907-1908 done les resultats Icdmoignages rditerds de symplatlie,
suivants I inais laissez-tijoi vous dir" qu'll serall
Rcocttes de l'exercice 1906-1907 P. 654.oo bon qu'un nimcm mninmbre ne s'Olerni-
a > r907-1908 "613.o0 sil. pas a ce pose. Nonimme celte fois
--- notre Itrsorier, Ie colilgue IHeraux.
Diff re.nce en plus en faveur de 31. IHcdrux:.--le I arvtins d6ja diffici-
'exercicc 1906-1907 ......... P. 4.oo lenient i mn'acquilcr do service de la
-.--- Caisse, en reason du pen de temps don't
D)cpcnscs de l'exercice 1907-1908 P. 722.02 je dispose. C'est pourquoi j'anrais t61
a t< I 1906-1907 7-4.7 3 bien raise de m'en decharger sur un
D. .r .. en plus en faveur de autre. Le collgue Sylvain polrrail
i'exercice 1907-1908 ........... 77.29 vous dire que seules srs exhortations
11 s'Liisuit quc, tandis que nos depen- m n'ont d6eci'ia I garden jusqu'a ce
ses ont augment de soixanle dix-sepi 9liur- que vous ipissiez m'en lib6rer. Que
des .' .../ c'nitims pendant la pdriode so'il-ce, si j'ava:s la cprdsidence ?
qui vicnt des'ecoulcr, nos recettcs ont di- i1. Gerges SUila]in.-- Je crois, en
ininud de quarante et une gourdes. L'aug- e iet., Messieurs, que le moment n'est
nmenation des ddpenses est due a la dimi- pas encore venu oi nous serons libres
nutiou du pouvoir d'achat de notre mon- ( de diminuer le concoi.s aclif ique nous
naic ct la baisse des reccttes aux difficul- donnons a nolre oeuvre. Tant que son
t6s de plus en plus grandes que nous ren- existence no sera pas mieux garaunic,
controls A I'encaissement de nos principa- son iuilild plus gdnlralement comprise,
les recettes : cotisations des membres de la nous lui tdevons chacun, dans la mesu-
Soci6t6 et abonnements a la lRevue. D'au- re oft il pe!i y concourir, le mcme dl-
ire part, subissant la ddpreciation qui affoc- vouement. Gardez votre fauteuil, mon
te ia monnaie qui nous sert d'instrumient cher PrMsident ; vou, 6tes a volre pla-
d'echangc, notre encaisse, quoique n'ayanti ce.
pa, diminue comme chiffre dans de grandes Des bulletins sont distribuh s pour I'd-
proportions, a perdu de sa valeur marchan- leclion du Pr6sident.
e,. en sort que nous nous sommes ap- Au depouillement, on constate que
pauvris proportionnellement i la d6pr6- M. Solon M6nos a obtenu sept voix;
ciation subie. Telle est, en peu de mots, M. Georges Sylvain, deux, et 11. Edmond
notre situation financiere. H6raux, une.-- En consequence, M. So-









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Ion Mdenos est rdilu el proclam6 Prdsi- !
dent pour l'exercice 1908-1909. L
31. Jlenos.- Vous avez tenu A me j
reciire'. je Wis stis on ne peut plus re-,
connaissant (de volre vote. Tout ia 'heu-!
re, c'd:ail e;i lOIule siicerild qiue je vous
priais de nii'c iie; i;aise, Absorbd comn-
me je stis ann:; mies occupations pro-
fessioine!Il!-, j';ai -on-cience de no pas
rendr: nc It tre Socii',! les services qu'-
ellie aur aii l droil d'allendre do son .(
Pr'idi:l. (C'e! pourquoi je vous at
pri dol ch-i-i p:!rmii nous quelqu'unn
qui soil p''; :-n nio'sure de vous 0tre uti- u
le. .'ni cil. 1i, ;cl e 'l draux : j'anrais 'c
l)ti oul a: issi ] '! vous td siginer te
college Sylvaii.V\ us savez nuellc scm- e
mec de dI:vooui-:ent it consacre i cell f,
Socidld d :( !:iion : il en est en p
quclque sjri'le le ccnire et I'Ame. Certain c
du miimei ctticourn que par le pass, je 1
mn'efforceri l de fire mieux. )
3l. Denis.- Mes,-,ieurs, quiatre anndes 't
de S'crlacia! ccn.eculives mniritent 1)
qquelue (etA'niisdration. Vt. u ii !cz, cell p
fois, (lire !; aiutre Secret'ai' gdndral. 4
3I. Laforcts. I- L, vo!es de vus collI f(
gues vous diront qu''c-n 'espec'.la s.ais- b
action exciut i1; piti6. d
On prioceiL i' (leccltion du Secri.aire SP
,nte Iral t A r sorier. i
Pour Ia I i '' ;e Secri,': ;', tDeuis
oblient c i f x ., l ,. Vi;.i ule. --
Pour ceF;l i T ..'i, NM. HiMaux, huit P
voix, ; l. ''e:;t, Ine ,i. 6'1,orges h
Sylvain, tu! .
MMI. Denis Ce H tratx soni ainsi main- d
Lenus ita r s posles iespec til's.
'our lies ; s itnlmbli es du Co(oinid de
direction, L:s voix se riparOliseit Iin ma-
joril .'anc IM. Liforest, Georgces Syl s
vain, b:roti et. Ducis \ iard.
V
Apres quellqu;s mils diO remerciments ci
prononeds par Messi'r'us Laforest et Viardi, 1r
Monsieur Deni;n recommi nde cmmune a
llemibre Corr slioundanl ;' St Marc l'Agent re
de ia Ievue en cetoe ville, IMotisicur Ldon0-, i
ce Diogene Narci.se, avocal, aiicin Subs- le
lilut du Commissaire du GoIuvernemet 1'
pros le Tribunal civil de Sai l Marc. v
L'arrivo -de Mri Jdrdmiie lui perinetl u
d'assister au vole.
A l'unanimit6, M. Narcisse est nomm6d


fembre Correspondant de la SocidtL de
legislation.
Puis, la stance est lev;e.


LA DOCTRINE DRIGO
ET LA
2e CONFERENCE DE LA PAIX
Voir les num ros de Mars et Mai 7906. )

Aux terms de la (( Convention concer-
ant la limitation de I'emploi te la for-
1 pour le reconvremnont de dtelics con-
'aclielles ( I) iappruuvde par 39 Etats
t .igaio le 19 Octobre,aucun recourse a la
rce aitmle n'aura lieu de la .part d'une
uissancepour le recouvrement de etles
ontracctiulles rdclamies en favour de ses
ationaux anu gonvernement td'n ;autre
ays, i mois que I'Etat d&biteur 1o re-
ise,2o laisse saus response uie offre d'ar-
ilrage, 3o en cas d'acceplation, rend imn-
ossible I'dtablissement du compromise,
0o at;! s I'arbitrage, mianque td se con-
orm:r ;i la sentence rendue ( art. 1 ) L'ar-
itr;ge meniioniin dtans Particle prIce-
cut secr suonmis i 1;i a procedure prIvue
ar le tire IV, rhlap. 3, de la Convention
< la llaye pour ]e ri'glement pacifique
*s codiinO s ;in ira'l!:lliolj .i SLc jiugment
:'ira itiriiii e, .; i/ S 's (I'ar ing lem ients
i licIuli1rs des pariies, Ie likit fondd de
I r>'c;h; i!;liInI, h: inol ant dcI i;t dellte, le
mlp"iis Ie! !I mi ti: (1i: paicnmeitl ( au 2 (.
Quelo!e iel a [irlte di la Conveniton
'apris' s tdeux principaux iaticles p)rdci-
s ? Coltslaton- tout d'aborId q in a i ro-
sition Ptrler, trigi('( ein convention,
.1 l'a hlilh l( ,(ri:!hite, la niglion ab-
olue d la tloc!in D)rato. telle-ci n'a-
ail eu vue que ,, les detics publiques D
elle-lh nI parinl que des ~t telets con-
acIuelles., L'uii voulail l; suppression
bsolne de l'eimploi de la force pour le
ecouvriciment d'obligations se rallachant
des ales de souverainete ; I'aulre exige
I nainiien de cette ultima ratio pOl'ur
exCcution finale dti contracts de tdroi pri-
a. La premiere sc hase presque unique-
ei;t sur des considdrations.,a'ordre com-

( 1 ) Annexe no. 1.


~~









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


inrcia I ; la secoundo l ppoIrtit A I'app i pomva on 5iiu11iir au5i hieri fi'; t i Os
do st Ih[si des trg oiiks jiliIlVl bOICIiIOS eutre
ui'inco tcstable valeiur et oin tous points pro mmdti et ons enliollanx d'colnclure Etal
irrilprochables. up' Wel4:s qulii nioisseiint ''EAiI A Eiatel qui
'ores el de i, nnt point co in! Ut ift- (ltSi Li liii l milintioi crifi-





prmQ, AM qua In do',Ie,!I ( Imblii~s co )) oil:
prc rt i m C Ot e i si l c ~ e H lCe l o J1 l0 Ho i n f i ( i s : i j t l s t I l e i l \ c 8 L rI I e x i i r i-
( ntIkimiUI )), COIiii el )o lthISN11-1ur P01-1ierS o lrina ;iri~poado :iue
pain volonlairl'oieoil -auclnenuo Voi d 0'ex L sldisotiljul nt avaiL poll 'ii (I1,
Cii(fi \151:oiinl t coilire Iii, se811 Wi Ws s j sais; it de, ioll pubIliojies
juridiquq argi inn a Iion du Dr I rg Q les proIiiI o1i1!s/liiztn ~'-.
W'estpas conip5 Am81V! dconvenion Qlh L0/O los principes g~n'aux du di'cii







lie, In 111y". 1 "eilli mrlljil d'I'l l, it tl ijic c vo it: l!
rdc's gnsotA qu s'il 7diit ioiiiini, ;il Con-
pa.', un carin(Iico iotrliri' dh e detlos Coil I ract uel lc> lt pro-
deinure sOInsI s?&i rin We I unLIMiOK'! Isuw 5S1fiit is5urYO )P8 Sipr)>1u
de puiiwiC tbinloA nW a
bieii (iiigiio h ji, o &\ s ilai l'uhV5q1u Iota h cpiitiY;)rio PI irlrl tatt
.Tdfe publiq~i- ))tI-'.:; dotes contrac-' III in~ heur, inent ~iup. in~ 1. delle. pu I
[W'lt P, om (Pe' Oiner~ Si to! owl tel blQiis &uhiioa hgol ; 1Qit ht








conflt, d'no oigae uromet pduninkdo, cnlras b. xpionion o no once
re, euhtre(o ux plurisanlces. sera oni nioni Viiit pq WI dini I0 li(mne Wid pits Ia Ai
sGOI)tl!de 104o (I ol'iii!W W1n li [m- ,sliiiter nile ale.
Poslibi Porer, ii suit r :ii Iiiilro Il ti l II Icrii o i( ILUo;o
dans la prou1n loier' Mltgrio Ions Lts alctos Wim aut. G I iii0 (( i-










due Pus nee pubiblue possible -mi Oil Ifla- contractiw-I: tos I, lie ciollw r. o pa' !o f.;C
bi pioss lr iene, pUel iii IntuioStions p'or1 prfl8-a w b c Ai
[iiei'e 'cVmpruits, oe ti di a no sconde, citoue ciis prit ;iuoe dos
des (ottes Coll 1 irtul'5, [ot Ioln s acs W' not iiti' rr5 idet Wnger, pr eixiupi'r nlf
coImpri daris In dIiommiirato a s acies do onairliriumoI' 1 ijijuii', Itoi vioil0s 5 dt
gehon ) I lca fuo, do.,; Iraitomeisons ihuhi intin hs
Ps 11i'i y aura central do pill-oil cIiit oltisCilionl dts biios tot ls act'; do l-
civil, a o jtclujl flq oo cninrae cotnivn uI granlle indico, etc.... Co-; ca'; ouit eV
in ircthdd tirvn p IVIkWi bs, min on! r exciu par te (1'onoral Porter Ini-rnolne.
so d Coi~tuct) I Wi U~tO'si~i U Lind'ob pa;aiibilio (lila i,,,G~uis A I
~'er \ailJ''l11OL oc tflte- ni' c~l~llro d", in CneiIi')i s'lloi tin-
Coi, 17rko t I' mm
veilirt 1 rp rihloti i', i i lilie (Cl ld i- [1, L t i If c r ta cl"'roeis3 Jtol nn 'x oftdos
tour, ii pourra afl)li' los actes odi-(' ii
1. V"c' Oinp didHl's ovnig"iiios ; Car
noaires de ha vie civil. et les accolupti1h 'Ir ri,
comm' le' forit nni p;ruiutier (h85Ln-OXili''d la~i~ilS
iniiiistratioa dto soil i) in(,. S st ren S I- QUA cO1flj)Iiions ditupindll tiIt, Aos me1-
poiisabliW e'st donc (1 l' dan de ,I, suois coet ciIVs Winets.
,i cotitrals d~e gestijiu s'i dtoi, it y ita Gt)aoiou los piiuipailers d'abord
((detie, collmictueLi' oit l's stilia!aftiona giteO-(ItOiX 10( ttiIli'iIL p5as il Ue rorn-
(ic la hay' loviendlout :ippli qua bto!;. P ii Par I'arij Lir Oi'ilt' oi( lros is~io-_. de
Que lus adot los pIrIdiques P quo plos leut natu re do la grande et crila tcnre
obliga tions -lo route, ne Swienlt pwi coinpri Puisanuco, el, des uluaci's de iomoiistra-
ses dins iS cadre (to h propiositi oni nord- :tioris ntinvairs onti I Ormin ulees, avanit
arueriAine. conlAnd rc i'al'ileu r n co- tn011ne 1o I ecOurs t I-'' Coo t ti0ers MIX
men t des c in mls doba ts so uley s an sein trilsnau Mienix oil t~puisemou t dos jil-
dui a Comitd6 d'exampin A. ,ritlicliotis iiiois qfue o Vouvnt Itats le texte
A NJ AI Drago of NI ilovanov'icli (1 I m W inesd contracts passes onfre in. goti-
qni comballnient Jo keruto vague do y deivet-vrfloeit et los par ~icuies 61ralgors,
los contractuoll's h), parco iUO Went Ps-c patties a vajnt coflvemi udo iavoit'
Irecours, pour lecaes die contestations en-
ikl) duh61gui de Serbie. I re elles, au d'autrc juridiction qu'Li celle


___ _~--------I----11111 ---ll-l~---L---------~--I -I-- II--


-I-~~










50 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


des tribunanx de l'Etat prLtendu dbiteur! 1 ed parcourus ( 1 ) Eh bion, fouillez les
Etant d'jn3. ces fails trop coinnus du archives colossales de la Conference, p6-
Cabinet do Washington, n'ltait-ce pas nIlrez mnmoe dans les rdduits les plus
une obligation pour nl dtledgation des eanches, les conit6s d'exanmn : c'est en-
Etais-Uniis, en organisant sa procedure vain que vous cherclheriez la rdpouse a
arbitrale des dettes contractuolles, de uno pareille indiscretion
proteger quoelqpe pou le pays debiteur ? De sorte que la convention sur les det-
11 aurait suffi, pour ce fair, do stipuler tos contractuelles, tout en demeiran:t sus-
dans la Convention l'obligalion recipr"- ceptible d'arguties, accabli le pays debi-
(que dI recours i l'arbit:ag apros p Lr- tour. A l'l latl reclainant et puissant, ell'
somplion de dini de justice el Oclhc des accord le droit absolul de iormulnr l'of-
moyens diplomnatiques. fired'arbiirage. Or, I'histoire quoilidienne
d ; i e la politique inlel'nationile otiseigno
La proposition Porter texte du 2 jiil- ie la politiqea iieTnalioniole ns eigae
le, cIt aue I arbitrage es toujoulrs lcemandt
let, contenail b certaie i icato par l aibl, et souvut, r !
i c. sujct ; elhe disail : a alin do garan-
a 1 Mais ce prerogative (1 la PniSSNucC
tir que routes les deoles contractuelils lui as cell ploiv la Ps a
'a riaieut pitii e re gljes Ai r' uiabl t ,I 'crdancirle n'expli que-t-elle pas les rai-
vo'ie diphlmti ue. rrges Iall iareun segment p ia sL ui ont niotiv i'absence au project
void diplomatique. 17 alhou ons nord-;amricain; diu cas do deni de justice ?
tlalil a voulu qie i dal alons -- On voulait sais do.te lui laissor toute
mour la ilupart lalino-amn riaines d- ibert d'acion, quand e1 coming bon
nandassent coun prScision r forme~lc : qu'ill lui sei blerait I Par !e sel fa it cepen-
et recours al'arbitrage que da ns les dant quo la reclamation d'une dette con-
c. deo dni doe jnslce, apres qe Los juri-
dlietioos du Lays contlractant aulaient d tr lactuellto par une Puissance iest pas
dprialablems du pises cntrclant ter couvenltiouonnellement subordonnde a la
vrlbon leaynt le:; uins les auntll s, ci la prsomptio de d6ni de justice, est-ce a
vntion ry ls di que l'intervenlion tlanugre doilt
tor:nule Poiler part subitement d 'un i.e arbiaile ?
folle imprudence. Le gdndral avait sans
doute oubllid (ne l'oiranisaition judiciai-l La Convention parole *d'Etat ddcbilurs,
re des Rdpubliqucs de l'Ameriqiue Latino mais s'l y a pis pros, reconrs devan
pouv;it, par la competence et la haute les Tribunaux locau10 conmmcIl dtter-
impartialial6 do sos magistrates, soutlcir miner avec inlpartialilt t Oquiitl la
unn brlillanle comparais n avec coll do tp Irtic d(1 itrice '? Le cas est tI-1is possible
1'Ancien-.ondo Admnllre un jugement cl deluxl ELats se prtlendaiat miutuelle-
national -- ct amnricain -- an;Lriour i un. ment c11eranciers Jpar' :! voice dip!omaotique:
arbitrage international, mais c'dltit sim- :alors des d oux quni aura Io dlroit de fire
element favoriser les jcuiis nationalists I'offre darbitrage ? En matli&ro coutrac-
du nouveau continent et leur fair ga- luelle, et--o rare do voir se produire
gner prIalahlement leurs causes I no fal- des demiandes reconventionnelles, chia-
lai pais de cela, et ds le 29 aolti, sur qIPe contractant ponvant rejeler sur an-
les i nsigations on non des plnipotentia- tre la responsabilild de la suspension on
res europcens, !'inoffensive et mialin- d e l'inexucition du pace common ? Celle
cotruse expression avail dispar con- eventualte a son importance, puisque
me par enchanteinent de la proposit on le simple reIfs d une olffr d arbitrage oi
des Etats-Unis le seul t;at tie ]a lIlsser sans response
provoquera sur le champ une d6monstra-
La vdritd oblige toulefois a conslater tion arnime, ventualite d'autunt plus
qn'i s'cst trove uine grande Puissance grave que I'Etat so pr6tendant croancier
qui, en matiere d'arbitrage obligatoire, est maitre s'il est le plus fort de
tient certainement la premiere place en ddduire d'un simple retard un non-accu-
Europe- I'Italie- pour oser demander s6 de reception et de proceder i un le-
si ( avaut de sonmetlre le different au
jugement des arbitres, tous les degrees de (1) Discours du come Tornieli ( s-
ja jurisdiction ordinaire devaient avoiri ance du 27 Juillet. )









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 51


ploiement de forces mililaires ou navales.' ie l to, plus general el plus londaincin-
C'est done fair preuve d'illogismo quou 't ( 1 i.
de decider, d'une part, que le jugement
arbilral dIlermiinera le bien [ondd de la L'Elat prdleun u d(lbitonr so trouvora
reclamanion ( arl. 2 ), el de faultre, do al;,rs en presence d'nlo clause tris posi-
parlor d'Eail debileur ( nar. ler ). sans live : 1at tic 48, d'apris loluel louie
souffler mol do la jurididcion locale, Pissanc monacie d'n conlil POURA
d'eltorls diplonaliques C'st la clharuno Tro'JIons onvover an Bureau Interna-
avanl les !xcus. Allenu quela Conferon- lional q ui s e rt d c gr effo a
ce ei;bliss'':ai un n.1'.inic do f.vour pouri ;1 (:OUIo P 111 e ane IiC un 1 no-
l;i partiecranci: i;r son pre' ier soil an- to indiluant qu'el1 l est dispose it
rait du cousister ai chlorclir, it me s um- is "unltrc le diffMlend A "n arbitrage0r(2).
~at! Ili cd isCle r diichoehtir, il mue sl '-
blo, Uine pr[ oi'Iurc susceptible do d I- i, dT i!so it i io n eutralise o videniiinent
terminler quel e.- des doux ron.lractanis ca slipulaion de la proposition Porter,
Ie cdohil, r, quitlle ensuit slA sipuler n e lt s'il dem oreu avi r qu, Il' s I accord
. non -co ;rs it a 8 )* .... pourra di I 1a1 11 ,'. I'l tat pri lel du ii,)iiur eno
dire iappli(ql quandF; I'Etial ddhile r r,- peut pas saisir direct'C.n!t' la partli al-
fuse on ;iss sans ;'d;oiins, etc..? verse d 'i e cdenande d'nrbit'rage, ii" est
Come il n'en est pas ainsi, les E ts' u mnoins certain qu'iil ini t isibl -
faibles qui, ph,%nomine remarquable, pourpcn que los paysen conidit soien' li.s
sont toujours dilaillaitl.-, out i;ldlr t Ai so p:r l eos lux insti iieni s diploiim liIles ni
cleaner s'ils loiveon soA resi er ; a 0c- q.i ton -- y paorvenir nlilreclnment par
cepler le fait accompli on s'ils no pour- 1 iiirn'ldiire du Binroau IIntirnatioinal,
ront pas invoquer pou;- leur ddfense cequiid6miiontre 'iilnuilil el tla caducit du
d'autres texles de la Ae Cofiirrnce d, privilege que '1 o voulaii accornlr a 'n,
la Paix, en dimontrant par 1i I'incolic- an dldiment peut-dite dc I autre !
re':ce ia deux conventiions.; pris -- des Un nonveau disaccord esl h s ignal,'r 11
illustres pldnipolentiiiires de la I-aye. pie plus loin. L'cmploi de la force ar-
En disant tour 5 tour blanc ot noir, ils indo rtsle encore possible, quand ii'tEa
ont inCcoul ii i maxime : Donner ct d(bileur, ioicas d'acceptlalion de I'oifro
releh ir ue vaut. dl'arblilrage, rend impossible 1'elablisse-
La Convrnlion suir les dclles conl'rrc-' ment du compromise. ) Vous voyoz que
uelles, eii accordant I'oft'r d'arbitl'ago tos [ls tes o munvaise f' i sont arcc-
ao soul pa s (rdaicior, ri, Ionvoil come uils, t I'on )poirrai s'iTiner :A on
1'on sail, pour tout co qui concerned la droit que plant d' Dtilga'iorn aient pu
procedure arbitrale ilncitionnio d(ans !'a- signer un engagement p"v''''. ,!'.it id la
linda 2 do l'arlicli premier, a coInven- sorlo la coupable intention de leirs gona-
lion dO la Ilayv pour le rig!menit paci- 'verniimetiis respec'if< Par Ionheur.
fique des conllits inter'naliolaux ( lire Il'Etat dbilitceur esl incapable (( dc reudrc
IV, chapire 3 ). 1t puoisque ii Ge6ndral! impossible l'l'dablissemonut dn conpromnis,
Porler a pris soin dc declarer an comi-n altendu que id'apr6s lo novel arlicle
te d'examen A que <( 1l but de sa propo- 53 do la convention pour In reglcmont
silion n'tait point diroclemenl ou im- paciflile dis conflils internalionaux, !a
pliciltment, d'rssayer do justificr, dans Coun Perinmanont ca !es pouvoirs nices-
les cas de delles ou de r'claimlaions
d'une nature quelconquie, aucune o roce- (i) Convention pour le rdglioLment pa-
dure qni ne serait pas lasie sur le prin- cifique des ron'lits internationaux.
cipe du i 6glemeii des diffirends inlet- ( 2) Art. 48 : En cas de con[lit entire
nationaux par l'arbitrage ), i! esl loul leux puissances, 'une d'elles pourra tou-
naturel qu'i a moind re diff cull qu' ours dresser au Bureau Internalional
cl qua m e d cul, ane note contenant sa ddclaralion qu'el-
la plus ldgere divergence do vues sur la le serait dispose L soumeltre le dilld-
convenlion -d'uncaracldroparticulicr--des rend Ai un arbilrage. Le bureau devra
Dettes contractuelles, I'on recoure, ainsi porter aussit6t la declaration i la con-
qu'on y est formellement convict, a l'au- naissance de 1'autre puissance.










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


saires pour ricliger Ie compromise, d la si la Cour Permanentlo etait saisie de la
demand mndme d'un seul Etat, lors- redaction du compromise, selon I'article
qu'il s'agit de traiicher un diff6rend sur- 53 et de la manider privue A l'article
venue A l'occasion d'une dette coutracluel- 45. (1) Ainsi dtabli, le comrromis rdsul-
le. ( I) 'Iterait alors d'une veritable sentence ar-
,Ma foi. l'on ne saurait uadmeltre, avec bitrale n'ayant besoin td'aucne ratification
l'existence de cet article 53, tqu'uln simple de la part des Assembhles Legislatives.
d6saccord sur l'6tablissemcnt du compro- En soutenant le contraire, on renverse-
mis-lors desungociations diplomatiques--- serail les roles et I'arbitrage devieidrait
puisse donner lieu immrediatement A des un rouge impuissant, puisqu'il ferait
measures de coercition de la part de la juger le juge par les plaideurs. C'est
Puissance se distant crknanciere ; car il ie pourquoi l'cnsemble de ces coosiderations
peut do ce chef exister d'impossibilitd m'ai amen affirlnr iqe limpossibilite
absolute, chacune ties parties ayant le absolute de la irdaciion de cette pikce
droit d'en appeler A la Cour IPev'ranente diplomalique ne si ci cevail pas, ct que
Je concois fort bien que le coilpriomnis- cetle hypothllse, das la Conventioi sur
qui est un veritable trailt n6cessitait, les Deltes contractuellesI voisinait avec
pour sa vatiditi dans les pays conslilu- la superfetaltion.
tionnels. la sanction des Chambres-en-: Derni&re venlnalilt aulorisant I'em-
fin Mlabli sur un accord inlervenu entree ploi de la force: apnrs .l'arbitrage,
deux puissances, so trouve neanmoins quanmd I'Etat dl(iloeur rnanque de sc con-
rejeld par lcs organs Iogislatifs de l'une former a la sentence rendue. ) L'arbi-
(es Parlies conlraclantes. Est-ce que, le trage a pouro objet ido j uger d(rfniiive-
cas echeanl, I'Elat credileur va se preva- meant et sans appel, soit; la selltence a la-
loir de cc reject pour initier des mnesures quelle les parties ont pris I'engagement de
arbilraires, en se relusant a de noulvelles se soumetire de bonne Ioi doilt Lre ac-
ntgociations ? Le contraire n'esl pas dou- ccplee, respecle cl ei excise, soil. Mais
teux. encore faut-il (Lqu la decision soil regu-
Autant reliendrait alors a convenir dans liircent etet dl enI rendne, aulrenicet
un accord mondial que le rejet par les elle ne serait pas obligatoire d'apres la
Chambres d'un project do trait est un acted niajoriV des autcurs.
d'hostilile susceptible d'enlrainer In guer-I Une exccllenle nprcaulion a prendre par
re et que la souverainele nalionale n'c- I'Elai debileur mis en demeure d'accep-
xiste plus: consequence insoulenable er ter uiie ol're du'abilrage sera de toujours
inadmissible. so rseorver dans le coipromnis, coinme le
DiflBrente scrait,a mon avis,la situation, permit l'art. 83 de la Convention pour le
reglement paciliqlie des conllits interna-
(0)Art. 53 a La court permanence est tionaux, la iacult6 de demander an besoin
compdtente pour l'dtablissement du la revision de la sentence arbitrale, re-
compromis, si les parties sont d accord vision que noliverait la ddcouverte d'un
pour s'en remettre a elle. Elle est egale- fait nouveau.
ment comp6tente, mme si la demand La
est faile seulement par l'une des Parties, La rose question agitle, mais non re-
aprcs qu'un accord par la voie diplo- solue t la llave- est de savoir si l'inex&-
matique a d6L vainement essay, quand caution de la sentence arbitrale pourra
il s'agil dans tous les cas ddciaucler l'imposant
10.. .. .
20 d'un diff6rend provenant de deltes' (i) art. 45... A defaut de constitution du
contractuelles rdclamees ai une Puissan- tribunal arbitral par l'accord des parties, il est
ce come dues a ses ressortissants, et procide de la maniere suivante :-- Chaque par-
pour la solution duquel l'offre d'arbi- tie nomme 2 arbitres don't un seulement peut
trage a etd acceplde. Celle disposition etre son ressortissant ou choisi parmi ccux qui

n'est plus applicable si l'acceptation a ont dtd d6sigu3s par Elle comme mcmbres de
ite subordonnee a la condition que le la Cour Permanente. Ces arbitres choisissent
compromise soit elabli selon un autre ensemble un surarbiire. En cas de partage de
mode. D t voix etc.... etc...










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


apparel des measures brutales. En dfhors est d'aulant plus important qu'elle fit
du cas de maivaise foi, dout i(1 continent Iagrie apr3s I'dchec do l'Allemagne qui,
am6ricain s'est lcfuste admeltre I'hy- pour eumpdeh'r la Parlie condamnude de
poth6se, le criditeur, favoris6 par le suplpimer les effets idu jiugemiti arbitral
jugement des arbitrey, a-L i lai libre n diilirant abusivenment son excution,
et entire dispou iion do son artille- ou en refusanlt imine d'y procdder, avail
rie ct td ses coirasscs pour arracher s prIopose que la sentence des arbitres lixit
( livre dte chair ? )) Va--il avoi e roi l c ioitj uu dd;i avant l'expiraiion duquel l'exi-
d'6ecirnsi soil Ie poids formidiabIle e ses culion devra ire lerminde. (1)
arm inu entb ii j)iy !ni)ifntaiii'm" ilt maIltl- J'estime (d'i ite part avue Ie colnle
heuroux e( doe limo' f'oi, ya nt derriire Prozor (2) que la matierre dris dtltes con-
lmi lout on pas-6 de rL'iulnril, d( travail, tracluolles p'u! nier lion n11,n sculemrent
d'hI Itn l I ? 11 pit s: ':ile qu'un 'l at I arbit; inaus encore a eIui-le inter-
manu ie do posibilitiM de payer. par suite nttii(nal', en(u[i; dot l'iique objet
d tli 0e d'ion i eli[u~e dionti objet
d'un cas do force majrmne on d'un l c-s est d''claircil lhs questions d(w ail, par
cat;clys! es d I atiur (1i! t!riu blen si exaumen impartial el, c isciec!es x.
prolot,!dimenit la vie tconiInilue d' n I Qi'il y ait par cxemplo appriicier 1'im-
pcuple ect qe i rapp,'lil avc lan d'0o- ,o pwUince 'un cas do frce; ninjcurn in-
quence Mr Pierre iludicourt. Or, y a-t-ll, Ivoqu par i'Etat d6bicou' ''our excuser
n c '20e sicile, Cnie G(r:unie Puissantc cc- 1a n-ion-ecution immiidialte ou integrale
viliite ct crtainciere q ii, on veru i iine id'une sentence arbi rlira 'il s'a iss de
decision iarbitralU ponsserait I'audace I rifier des fails contlradictoirrs on des
jusqul'a achiever Un adversaire aux prises pr6ltenions opposes don't ia d6termina-
aveces dvn ns inxres evnes inindexrb- ltion precise dira (qul e slt d (es deux con-
pendants de la voiontd humaine ? Iraclants Ic veritable idbileur, I'Enqudie
Non, disait le picnipotenliaire haiien, Internationiale, tel!e qu'elle est organisee
parce que la Ipilie publique inlernatio- par Ie litre III de la Convention pour le
nale s'est Irop affirmie, sons les manifes- : .'.-- .i. ,' pacilique des conflicts inlerna-
tations Ics plus diverses, et nous lui tionaux, est capable do rendre de signals
donnons vil.ntiei" raison. Ia civilisation services, et d'eviter mino le recours a
contemiporaine procecie d'auiires principes un tribunal d'arbitres, en conduisant 1a
que ceux des dIeemvirs de Rome, qui au- un accord direct centre les Parties. L'on
to-isaient los cr6anciers A ecarteler leur ne s:urait done y altacher irop d'impor-
ddbiteur et a s'en i-lparlirl ieS inemnbres? anice, car entire deux PuissatIes de bon-
Du reste, dis le moinent oi Ie compro- ne foi et 6galement d6sirenses d'aboulir
mis possCde !a facuiii de ddtcrminer en matiere de conflict d'inc ori,-i.ine exclu-
tons pouvoirs sp6ciaux 6ventuels du tri- sivement p6cuniaire, elle porrait rester,
bunal (1) qu'est-ce qui empciheiranit d'y d6faul d'accord diplomatique, le prl6i-
ins6rer uue clause prevoyant les diff6rend. minaire de Ioule action arbilrale, et ai la
de cette nature, suscejtibles de s'elever a rigueur, de tout recours A la force armne
l'occasion de la non-execution de :I sen- quand, la sentence une fois rendue, le
tence arbitrale ? pays d6bitcur argue d'une insolvabilitM
Ainsi rien ne s'opposernit en droit et notoire.
en 6quit6 (i ce que le cas d'impossibili6 Et come la Convention sur les delles
de paiement, d'iisolvabilile indiscutable, contraclulles laisse an Tribunal arbitral
ne ftit soumis an besoin i l'appreciation Io soin dodelerminer le bienfond6 de la
du Tribunal qui aurait rendu la sentence,
en vert d'ano disposition que nous de- l'interprctation et I'execution de la sentence
vons Ai la D6elgation Italienne (2) et qui arbitrale, sera, en temps que le compromise
ne I'exclut pas, soumis au jugement du tribu-
(1) Art. 52 de la Convention pour le rgle- nal qui F'a rendu. -
ment pacifique etc... (1) Rapport du Baron Guillaume sur I'arbi-
(2) Art. 82. Ibidem: cTout different qui trage, p. 203.
pourrait surgir entire les parties concernant (2) Dl1gu6 technique de la Russie.










REVUE DE LA SOCIIDTft D)E E1GJSLA'T'ION


rclamat[iii., le temps ct Ie mode de paie-
ment, suf les arrangements pariiculiers
des parties, anCII l!ext e no saurail ex-
clure It recouris \olontaire d's EIlaLs con-
tendanis it la coinmiission lnlernatiiona!e
d'iEniil i'l Espvcrons que lel sera son rii6
dans i";iveiiir.
Am-:, N. LEIGEiR.
( 6 suivre)

CONVENTION
Concernant la limitation de
1'emploi de la force pour le re-
couvreineiit de ctettes cottrac-
tiuelles.

ARTICLE PREMiER.
Les Puissances contractantes sont conve-
iu.es dc nc pas avoir recourse i la force ar-
m6e pour Ie recouvrement de dettcs con-
tractuelles riclamres au Gouvernement d'un
pavs par lc Couverinemint d'un aurre pays
coi?:mime ducs .1 scs nationaux.
Toutefois cctte stipulation nc pourra
Ctre applique quand I'Etat ddbitcur refuse
ou laisse sans rdponse ucne offre d'arbitrage,
ou,en cas d'acceptation,rend impossible l'6ta-
blissement du compromise, ou, aprcs Farbi-
trage, manque de se conformer a la sen-
tence renduc.
ARTICLE 2.
II est de plus convecnu que l'arbitrage,
mentioin'i dans l'alinia 2 de 1'article priece-
decn, scra soumis a la piocdJure pr vue pa-'
le tire IV' chapitre 3 de la convention de
La Have pour Ie riglcnient pacifique des
conflicts internationaux. Le jugemcnt arbi-
tral diterminc, sauf les arrangements parti-
culiers des Parties,lcbien fond de la recla-
mation, !e montant dc Ia dette, ic temps
et le mode de pavement.
ARTICLE 3.


front au moyen d'une notification fcrite,
adress6e au Gouverncment des Pays-Bas et
accompagnde de l'instrument de ratifica-
tion.
Copie certifiee conform du proces--ver-
bal au premier d6pot de ratifications, des
notifications mentionnees a 1'alinea prece-
dent, ainsi que des instruments de ratifi-
cation, sera immidiatemcnt remise, par les
soins du Gouvernement des Pays-Bas et
par la voice diplomatiquc, aux Puissances
convies la Deuxie'me Conf6rence de la
Paix, ainsi qu'aux autres Puissances qui au-
ront adhlr la l convention.
Dans les cas vises par i'alina pr(ticdent,
ledit Gouvernement Icur cera connmaire en
inlmec temps la date a iaquelle il a rcu la
notification.
ARTICLE 4.
Les Puissances non signataires sont ad-
mises ai adhdrer i la prescnte convention.
La Puissance qui desire adhdrer notifie
par ecrit son intention au Gouvernemeut
des Pays-!las en lui transmettant actede d' a-
dhbsion qui scra dtposi dans les archives
du dit Gouvcrnemcit.
Ce Gouvernement transmettra immddia-
tement i toutes ics antrcs Puissances con-
viecs I la Deuxinme Conference de la Paix
copie ccrtifile conforme de la notification
ainsi que de 1'acte d'adhesion, en indiquant
la date laquelle ii a recu la n,-iification
ARTICLE 5.
La pr6sente convention produira eflet
pour les Puissanccs qui auront participd au
premier dip6t des ratifications, soixante
ours apres la date du proces-verbal de ce
dep6t, pour les Puissances qui ratifieront
ulterieurement ou qui adihreront, soixante
jours apres que la notification de leur rati-
fication ou de leur adhesion aura etd reue
par le Gouvernement des Pays-Das.
A n'V'T/'T T" /


La pr6sente convention sera ratifiee aus-
sit6t que possible. S'il arrivait qu'une des Puissances con-
Les ratifications seront deposecs a La tractantes voulut dioncer la prdsente con-
Haye. vention, la d6nonciation sera notifiee par
Le premier dep6t de ratifications sera lcrit au Gouvernement des Pays-Bas qui
constat6 par un proces-verbal sign par les communiquera imm6diatement copies certi-
reprfsentants des Puissances qui y prennent fiee conforme de la notification a toutes les
part et par le Ministredes Affaires 6trangcres autres Puissances en leur faisant savoir la
des Pays-Bas. date -i laquelle il I'a rcque.
Les dep6ts ulterieurs de ratifications se La dinonciation ne produira ses effects










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


quA'i regard de la itnbidncc qui I'aura no- iGo Allumaage des voiures I(1 chmiiin
tidc ct un an aprcs que la notification en de for.
scra parmenue an Gouvernenint des Pays- Io Kowion gWnle el intemaio
Bas. nale pour aii' m- i AFl woi des Umax
ARTICIT 7. deS dives pzl amn
Un r gistre tcnu par Ic Ministire d es! wins
Alfares Lrran xtjrc'> des Pays-Bi3i inldiquci ra 'lu > np's pail
ia date d i d&p7~t de riatii,:atioim aminicaines.
ciu doc "Wa!iie 3, alzn~as 3 ct 4, ainsi amm ois
Ia dali ei !;cdcllM aUroit Ll lccoii v' do Iin ei t do
tificaiions a adhesiun ( ar tile 4, alin'ii 2 In >1 i,6 do (It ier.
on de ducnoiicia-Jon ( arnie 6, Mik 1 ) 21~o',:h do'~?i 'imi
Chaquc IPLla1Sc,,aneLco tra nt e est ad- at s :11"Cicnils
inis a prendire cce don a n ksa ccU pc rweg sdre i
et i wi dern ii &dn s cd e trnits cc(itilil con- I nernis.


liWenics t









2o Ta'ae i delies ds voie es Mfen-'e
tile mon tin~ on hi




3o Termiu c t oion s ichns iq o es pa ririe -

30aine. i ni o t i i' i 1 ,
caine.


-21o Emploi tcs cliArhis 'wrib's Wins
la wAiallitngio r!itl !a;'Lu

21o i,'lalluirgijo (ii eviC ci f;tbriea-

.251o is sljpcre elIVikc. i A
SY14;i0is aitp~ivles A son1 t'j'Ittii;liitoii.
26o 'Emiiiloi ( I silptire ijaturIti dauIs
la ninch hlavga io edin,- I i filicai An atde
hi StiLUIl' C1 de. PaCidc iiiti'i(ittc.
27o Lt genie J t 11 pSO tiS ia o.; i
I s I'a3Ys anitri ca us.
SWIC:TIOD? 0110mu ii1llI'w.
SCIENCE'S r118DIC ALfS ET IIX (YIANE.
Tiu~ies de relqwions integration oics.


dains h5e jilfite!s chn. Dat ticiitie kn fi'oaix :iii
to uicos dsljit a'i' s~,'tni onnie tlzns cltatjit paysv.
_)o do. ,, il t"IK ynincla Pri-
blics. ( Somnaim'c 10 logo! 'no "WW

lit Assaiitisseuio;n cl s x'iIe. onaionalie 2o (-i-n am'a Iniiwtint nl
So Divisioni v-. c-iX IT' V .- tics six vices tie '. i ;.d inlierialio-
ioptiont d'uo nnil do inesum' (a rrsoin) nate, 110llan-i t~iiiiie quo c~ **bo) Ittdi-
pazii-:1inieiicaili. R" 0 til1 aill-,lts I t\ evi'> ti LUiX
9o IwgilAeisati: des county et Iii- ;)Liigu r 'OVi(zntdii[ ( 'iici 'iscrimp
VOIIX pour (V$i't ICS ijutlentiot dOT ons 11015 i.' .40 Itegitti Sniilii't ap-
rivi-os hrlcnlieiles. piqua alx de p:il-
10 Pril)ciocs "(Inixcp doic swn xciiein 5o, i1 tint dessit; Ai remvir les
Ore dio Itti t aux fijaIA de nonvel! iii-4116119lgs VAG'c3s tin >i-pes.wl Itishlala-
les. Iloios sanikti es du cOs ptrits (L'''hilt05s A
1 10 Coni'dIo'i df-it3 nh'ohsen. action, A a'isokinicnt et Ai IW dciiu-
12o ConstIuctions en client a m'rm fectiotu. 6o Slaii tils Sill unnts oil 'Camiipe-
i o Fondalhiis su i c meninms mouvant s f'nls Wiiofisevation ,0ur la nophy-
(hone, etc. ) I flavie inicenti r iirn me WITCms no. Loniu oria-
'I to Navig Aion par* rivi ies cil ca naulix. ei ilSa tio vi Ic> 1iCitio stub tainos dont
rA Applicaion do Hilectiriciit a i Ia 1c-, elks so cyposeni. 7o Iar'if saznitaire ma-
tioin. Lrilimne en vigueur. Produi, moyen annuel.


j










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


80 observations sur le fonclionnementdes pdnales exislantes, eu guardd i la gravity~
services nationaux charges do la prophy- des lits.
laxie international el rIsultats ob- 26o Stalisque mdicale et son organisa-
tenus. lion dans chacin des Elats americains.
Tlh7ims sp&iadux 270 Fr6quence et distribution geogra-
lo Eta actuel do i'enseignement medi- phie di cancer en Am6rique.
cal dans chlacun des payr participants. 280 Inspection sanilaire des abatlloirs.
2o Etudes sur la dysenltrie et les abces 290 Lilhiase biliaiir, sa frlquence el son
hepatiques. Iirailement.
3o Le scldrome respiratoire ( Rhinos- 3.Oo Organisaiiou du service medical
clerome. ) des companies de navigation.
4o Elude, sur ta legislation pourl'admis- SECTION SIXIEM-
sion de nindecins ilrangers et equivalen-.
ces de tiHes entr les Universilds am&ri- SCIENCES .IlDlQLUES
cainc, el pissibiliti de son unification.
5o \Vrrue peruvienne etc. i- Des Eulies uridiques.
io T'umenrs ulcerUes sur Ie Lrajet des io De l'organis;~lionn ded.s chides jiuridi-
veines el artlres des chevaux. ques en Aminrique.
7o Beri-Ieri. 'S'il esl possible et utile de donner A ces
80 Siatistique do la folic et organisa- eludes une orgalnisalion uniflormn.
lion des mais ns de sant5 et leurs Idsul- 2o 1) e Ia eessi;i d'enseigner en Ami-
tals. rique los sciences jaridiques avec assn-
Po Echiiiocoqie. j6tissement A: unc mItliode scientilique.
10o A-cliin oycm e. S'il doit eisler des dilrfreencs a cet
ino Diveloppement cet inporiance cli- igalrd en!re les pay-, quii o011 une codill-
nique. calion el cux qini n'ce out pas.
I2o lPrteclion de I'enfance el consikdera- Si idans clacun do ccs deux groups
lions splcialles sur les conditions de la: dIe p;:ys il esl possible et utile d'adupler
consoiniati'onn du lait diestin ia I'alimeln- sysice n u'sii nrin d'olneignemeint.
nation infantile el. sur l'allailment arli- II. --D l'unifornisalion de la legislation.
tciel. 10 Influence recipiroque de 1' legislation
30o Flrequenc? et proplhyiaxie de l'al- civil datis ies divers Etals Amlnricains.
coolisme. Jlusqii''l qnul p.,i't cello influence a pu
i4o IFrituence et prophyaxie de ie in y plruJ luire l'nivrsit e de la legislation.
tuberculose ( sanatoria et disensaires.) S'il est possible cI utile quil y ait uni-
i5o Frequence et prnlphl, I.., de la va- formil6 complete de la legislation ci-
riohl. vile. D Ins I'aflirmative,' quel serait
16o de la li6vre jaune. Ie meilleur moyen pour arriver A ce ri-
i7o d e la lipre. sullat.
180o de lankylostomase 20 ltiliht de rendre uniform la 1gis-
190 K de la malaria, nation des divers pays dans certaines ma-
20o i 21o Etat actuel de l'organisation du a ) Les lettres de change et autres ef-
service dentaire dans lcs collectivitds pu- fets de commerce.
bliques (Casernes,inlernements, hOpitaux, b) Les assurances.
armde, etc ). c ) Les soci6tLs civiles et commercia-
Wo Organisation et regime des Stablis- les.
semeus hospitaliers et cooperation du me- d ) La propridtl litteraire, artiqtique
iecin dans la direction de ces dtablisse- et iudustrielle.
ments. e ) La 51gislation des documents.
3So Pavage urban. f ) L'ex6cution des jugement sou dcci-
24o Police sanitaire de la vente du lail sions rman6s de tribunaux ettrangers ;
et anlres substances alimentaires. g ) Les concordats, spdcialement les
25 ) Utilit de la revision des legislations faillites.









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


S) L'dtat civil et la capacilc juridique iitives americaines,principaleient cells
des personnes. du Mcxique cdu u Perou. Leur inlluen-
Ill.- Etudes de Idgislalion compare. cc dans 1'epoque colonial.
io De l'incapacil6 juridique dans la 1&- 3o Etude comparative des langues pri-
gislalion civil des divers Elats amnri- litives de l'Amdrique avec les lngues
cains. asiatiques.
Reformes qu'il serait ulile d'y intro-
duire. Epoquie coloniale.
2o La puissance paternelle et la puis-
sance marital dans les divers pays ame- io Influence des colonies a mricainies
rains. sur la politique extLrieure et le develop-
Comparaison avec les legislation eu- pelent ecornomique des Elalsde l'Europe.
ropiennes. Innovations qu'il serail Wtile .u qu'I; q"uel point l;I coInque du Nou-
d'y inlroduire. veau Monde a suscit6 des luttes cl des
o30 Hegine des bieus ;manlri:'onii;ux rivalits ent re ces pays el alt!i lour equi-
dans les pays am6ricains. lire politiige.
Coliipaiaison avec les systems euro- 2o critique hislorique des proecdtIs
peclis. Ouclles innovations it serait utile d'expansion colonial des Ela!:s ouropdens
d'y itrodiuire. en Am6rique.
4o Organisation, regime et capacity "o Critique hislorique du regime co-
des personnel juridiques dans les Elats lonial d(s Ehats lEuropeens dans Ie con-
am ericain s. ltinent americiiin, speciallnelnt au point
Comparison avec les pays europ6ens. :d voe economiiqu'e.Comp: iison entire ies
5o S'il cst utile d'adopter en Amdri- regimes coloniaux a ; gl as, ftanqais, es-
que la libeirl de lester, avanlages ct in- pagnol, portugais el hlollanilais.
tonv6nients de cc systime dans les pays 40 Comparaison on tre Ic systeme de
ameUricins. colonisalion employed par les pays euro-
60 Syst6me d'organisation de la pro- peens an XA'e siclc tnn Amirique et ce-
pri(e1 territorial dans les divers pays lii qu'iis ont employd posterieuremt nt,
americains : ses avantages et ses incon- spkciatlmeni dans le course du XIXo sic-
r iients. cle en Asie, on Aifique e! on Oceanic.
Comparaison avce les regimes 6tablis 5. (onslitulion ethnique, economique
rens les Et;ts europeens. et social les colonies amiricaines. Com-
io Les legs et fiddi-commis. Leur im- parish:) avec cell do I'Europe. Impor-
portanec d:ins la I1gislation.Utilit6 de les lance de cc facteur sur le developpement
maintenir ou do les supprimer. d', lii civi!isation lie note continent.
8o nluluence exere(e par la sentence 6. lulluence social, polilique et econo-
rendue par la jridiction criminelle sur la mique des Mdlropoles sur les colonies do
question on les questions civiles qui l'Amnrique.
derivent d fails criminals ayant donni 7. Fonctionnement des jislitutions des
lieu aux sentences. dites Aetropoles dances colonies. Modi-
Diverses hvpotheses qui peuvent se fictions qu',lles ont souffertes et
presenter et etat de la question dans les principals causes qui les out molivecs.
divers pays amnricaius. 8. lustilttions specials quo les MAdtro-
poles crerent pour leo colonies du
SECTION SEPTIEME Nouveau Monde. Leur objet ct lours rd-
snltats.
SCIENCES SOCIALES 9, Flacleurs qui contribu6rent ii la for-
Histoire am6ricaine. nation et au d6voloppeme!l de la menta-
lite colonial et du caraclre Americain
poqueprisoqe. 10 Cadre de l'6poque colonial. Vie
lo Origine des peuples amnricains. et costumes. En quoi ils iessemblent A la
Leurs migrations successive. vie et aux coutumes des Mtlropoles et en
20 Ddveloppement des civilisations pri- quoi ils en different.










Il"\JIE DE, LA SO'GIETE DE LEGISLATION


E'poquc dte i ('flncicmlion.
1 Causes du mii n vn\'eceiIf l1iinancipa-
tion (Ians A's colmldies (d0e r'Auniriue.
Comrnpatoi d i Ws caulscs qui oui donnill
lieu 2 iA i t'ipeda nce des colonies ani-
gaiai's av'c Mels; qui oat tiouudn uisson-
ce A I'lipsl'a.ncu dies colouint I I -
les et poritt'nises.
2. Dofe inC ''e)1211I1aiilio dons colonies
an:r i~ caiiio;e pour !,Ia \ic indis'petaiai't.
,'. 1..1 I Ultires p o o ~ nw
PtI de A win Cm.~.. pohlujes sur (juiv'-

.1 W O& Im iushoinnims (YE-:
tat nko "
cliez (uU11,eqS-ULHS.

ics Lials !Lici'. 1ttleaisationl lepll-
blic:ttiuc ct d'nr11ocrn quc'
'J. l( f)!('tI (iCH It.S causes quii out pior'-
16 les angl j~Iinises it s condijiuTi en
til seul 1111, !or" de lz tir ini!d'perdancc
ce qui n nmeiuich iL cu i ouies atla 0o-li-

ration Wleit MQUILt um' cuudir(n


Bptotqu" e Qla R pubI!qu'.


dans I'Amnii~ique latine, jeurs causes et
lents effets.
S~. IA cuilcclioio. historique Iuti' ru-
ch'rche'r (t explicquer N civiils iOhn de
inmiqtu'eI (0oikelle Om Inlcflb' Ijue
cWell ermplyh pn rechemhorel' ci fX-
idi(ittola L civilisationi dio IAiwni(,a (ill i-
neut ? (Quelle ictliode faudliaili-i adbat)er
p)tar' "dire 1'histoijtc In Nuu eta': j


mItlis divers tfii In coit5[itilunai !
9. Sn'nc s tie L )t' K' Inkt'u'v
on. 1Bibiugmaphie c litii'imit TOM-

(A stiFrlt)

S()VZUVE-NIRS HIS' JORQUES

La Mrsiduencne de Sall-ave.
(SaUte )

VII1.- Capitulatioin dle. Gcoim'I-
vtes, ses causes et s. s con-
s~cuences.


A-voc des soltais Lels quo ceutx (IIn
do "cam do Borntct,( I ) Salnave pon-vail
ce sur In futot: Wo. 1idI camiLIk W'1 W lodII iempi enisccoc harder sus 'i* t y et
des Itals arnlriceai-.. i ma inlnir l'invesliss;omelc't des v: ees.

sur We W, V 'iqu'. 'eI CL6lna St Jt'aa Icla
3. Jn ''c1ii:.(iSx )i~ nudwo lowl'i~ ie imme AI 1Wi


jusqu a q"W't n'ti.i iP vs [..i I i n-Qail' NO, As> Oait ro'L' s i !>our


enr-opee I ILe )x aV(c pt'Ateds ( I:i W.
4. I Wl p''' 'uthLt. Gcti'' a7AMt 1). Mas lk s Wcrntx ("a "ii t('o
glitli c, st i-41 dam. 0C' pay, itM ce coali-

llist-ai~i it, ouollitilu !li pl) d'tJ fl 1C- Ckte., (1St tLIU I C- t iC S iii' ItjtOI'11,t2itttl.
oW, cu(1:1 V'. sutvLt', S, ark', PlhiI0bstpltli, lto!E Stl-tt'gi ies ALk CMinIM,t. IDhtS :e'MS
uUWal 'owiiiiiuc. tifl'its pou r omFic Ic cercic icd iItc-tti''t'-
5. La cowntiii i II hnt1 gm.a I'i(j'cu ul nimll~t, In s S'C~C5 S ,l t MAW labihis. O
Ia position Q itli (('s do\ ti(. c s c i tait rendu Comn1he, pensls 1 .'
I'Amamiq un' ctttirll' t'ciou'> I'. & iv' t d up LI .< !' e m dans un r~scIii de caCmps lot>Inc>,
pCement( I ta'.t IC tcntcr &ne .ttIquc dtjci'.i'.' c trt.s
eci Pico! ct de Vtnt.Ito Piccl lu'lt t oitisi us,
6. Intlilot' quo i'expl usiOn tico Ltats-
l~ni a ce (ai~sJo ivt'oppeuc Q a~ uc UIClLtic unviron dc la x'jtic. LL .r '0.1 InC
Unis a eue dan le eloppc nt LCOnMLItit "I tics volontaircs, cncorc peu fantn-
lenin civilislioti. tics aux usages de la guerre.
7. Mouveements unuilaires ct f'ddhraux ( 2 ) Moniteur du 16 Aoca 1869.


CI---~---`-l- .










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


n'avan:caient pas. An dehors, au con-I coibienii d temps s'dcoul.'a encore
traire, la situation s'aggravait de plus ,avant que la nouvelle on parvienne A
en) plu, d'abord par le ricontenternent ,aliav '? Nos villes, a c:,e epoque,
quiavail. Wrodnit Ia cruise religious, en- ,n'itaient point reliees coming aijourd-
suite p'r l'arriveo de idux navires ache- i pr es gns t lgraphi es
tes Pour e1 gouvernenient do St Marc. Ii fori do cc qui s'daii pa:se, Sal-
A la datle dl 10 Aoiti, oin ailprit avec lnave expddia ;alssi[61 ses dcux navires
surprise Ia Port-ai-Prince I bomibairdo- A Port-ina-Prince, dot iis parliraien:,
Imeil (!,t s (Gouaifes. prs iilori'nations, poulr !s; Gonalves.
\oici, a co propose, cc que rapporte i e L,;n delux orriva malhoenrolsem!enl avec
Blulin des operations mililairs dl une avarie. i alleidant qu'il pfit
d' erniroe ville : dire r6pnrd, los Cacos reoonvclrei-c n
et N'ayant pu r6ussir, dans Ics alla- leurs atlaqaies. D( Depuis !a Ialaill ilu
ques du 31 janillet et do 2 Aofi, A em- 7, Rccit Victorin, les Cl'os no:t fait
porter !c pi;- i)!, i:s ( les Ca us:; d tlros noiiluvcIle"s alaciie ;oilnI Lre ; (Go-
I'ArliboiAin ) so sonl ellorces dainsi cl- naives.- I. derniO're, qui a c; lieu le
les dtes et 7 Aofil, d'obtenir co rdsul- 13, a did la plus serious' Us avaient
tat, .:il combinant leirs mouvemenns Mnrne- rdussi pcDi6lror dan s la ville par
contre ies remnparls du cotd de la plai- la ligne du Poni-Soleii It de Il Tanlicrie,
ne de I'Artilionite, avec des fecx diri- mais vigoureusoiml.ani atliaq:;i s dece 6-
gds su : la ville, di co't de la mer, par t6, ils o;it Wd mlis ein diro1iue el cruelle-
deuxr i'Iires a vapeur qu'ils n'ont pu ment d6cims pa'r I'anltle dla pilac.
so procroer ci arier quo par la pis; D)ans les condilioni: uii t[ronvait
grand;' violation du droit des ge!iq et la place des Gonaivcs, it n'dt it pas pos-
qui, I'Tr coinsdquenl, ne penveotl e61e sible de Laire preavre d'' piuis d'dnergie.
considtrds q(e come pirates. Alais I'.\rtibonile ct le Nord formaient
i Cec fcux crisis 'oiit pu 6brallr une immense reservoir d'honimmns, qui
la fiddlite e0 le courage si rudemcr nt alimeniai lis ro'rc:,s assidgeanlts.
eprouv de l'intrepide general V. CHE- Victor'i aIMd 11 Socours, a la fin
VALLIEr el do la brave popllion il so decounag e et so dci -e 0 capitu-
sous ses ordres. Mlalgr tole ombardo- n qui et de
i c{ l; calrio t (i ch~ de la lel. ()II 'sine L'actl qui lui p'nerot de
ment ol la canouinaud dn cte de la a
sr! s em s s rquer avec armncs et bagages,
terrc, i ville des Gonaives tient lon- .
comnme i cyonaviet ; un officier de sa
jours pour Ic GIouvernemenil auquel cla- I c r d
N.a p1, hommgi et oeisc ,t,! ses Par l t lAritibot;' est pacific
vale reux liabitanlts, sous Ia di!ocion .
vi-goro:cse elt intelligenie de l'il dstre i (to sa ria
i', 'ez rine, I envoie dauis ie Su;l an secours
(rx'ii'm'al I ii, depuis seize mrois, 'replns- o
I tdes Cayes.
se ut si0ge aussi dur que pidrilleux,
oni jurd de s'ensevelir soas les rumies La face des choses allait changer.
de leir' cild plualt que de trahi:' 1 urs Avant de rimctler la siiee d'dv6ne-
devoirs el de so rendro aix rebelles. mon1ts qui suivrlntal cMite capitulation,
Poll:- :rAruve do coete in6branlable ie- jeto:l;s ii regard r6liospetif sur Ie D6-
soluiion, ils out achominI sur Poi'lan- pa:rlemcntl ;i e l'Arlibonite, donl I'epee
Prince les femmes, les inalad., et Ics. va fire pencher d6ciddmnet la balance
infirmes doln le Gouvernimen 'l :.: irL a on favor (dcs insurg6s .
ci i!evoir de soulagor la ddtruese. Peidant le temps que I'Onost et le
LI'aR etl ses braves compagnons il'ar- merlc, 1'Artibonile s'organisait ct pros-
ns-; Encore uun fois, ils ont bie mc- p6rait. Lo Nord lui fouriissait un sur-
ri': do la Patric et du Gouvcrnclnent., croit d'homnies et de nioyen. L'im-
A la date oil fut public le bulletin, il portance (!d ces dteux facteurs pout
y avail deja trois joUrs depuis cette :tre appricide,si l'on so rappelle qu- du
derniire allaque contre les Gonaives, i Mirobalais au Hiut du Cap et du Haut









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


du Cap A Ounnanminthe, tout le terri- fiard, quli a1it venu en fire I'acquisi-
toire tait uni sous Ilautoritd du mime tion, en prit Ie commandments. On a
cief. C'etait deli presque une ptite rei- vn comment ils coop6r&rent i~ la capitu-
publique. St larc, sa capital, 6iait, nation des Gonaives.
grace ia sa position, devenn le d(bou-
ch6 nalurel d- tous les products et de LEGITIME.
routes los dcurees de la region, come (i suivre.)
aussi Ic rendez-vous des hoimmes
d'affailtrs. D)is son rayouinement cete -
ville :-c;opoli:il en 1fait tout Ic com- N6croloijie. Nos colleagues Maxi-
merce des deux ddpar'nemonts. milien Laforest, T. Lalcau ct D. Viard
Le Gm;erninclt de I'Artibonile, do vienncnt d'rtre &prouvds, Ie premic! p.!r
mdcme quIe Cc' :, d.! Sud ct de l'Ouesl, la mort de sa tantc, I second par celle dc
avail emis idu papi~ -nionn;e. l1ais ses sa mrre, le troisiome par cell de sa belle-
billets, en n u nnd no lC de mc, Nous prenons e leur deuil la part
transactions qui se faia lenti da:nis i'dleni- quc riclame notre afection confratcrnelle
lial~ to (II Se i~iain (b l I'j1qL 2r(


due ie ce pet i Elat;, circuilaiont avvc
plus de faciliil que les aulres. Nissage
pouvait done en tirer assez de ressour-
ccs pour se procurer les deux navires
dout il vient d'etre parlc. Le premier,
qui s'alppelait Quaker Cily,avail ti ache-
te New-York ; le second, La Floride,
a Philadelphie. On change leurs noms
en ceux de Rpuiiblique et Mont-Organise.
Sous pritexte de s'acheminer vers
1'Amerique du Sud. ils avaient 0te ex-
pedids tons deiux i Boston pour y pren-
dre du chairgemen et des armes. Leon
I)joie, I'ancien commandant du Gef-


L ILCU IIU L\LV UL, 1. cL LLL U ,il CCas 'l!, 1 \-
pression de nos sympathies et dc nos
regrets.
Bibliographie. --- M. Thimothec
Paret a eu la gracieusetc dc nous adresser
les deux poemes uLueurs sereines et nine >), qu'il a ddit6s a I'lmprimerie Am-
blard avec une preface de M1 Edmond Lafo-
rest. Nous l'en remercionsbicn cordialement
et faisons des vceux pour que son entete-
nient a sacrifier aux Muses ne lui soit
pas impute i crime par ceux qui, sans &re
des platoniciens, voudraient chasser les pooe-
tea de notre l6pub!ique.









DIX-SEPTILME ANN E, NO 2.


REVUE

DE LA

SOCIETRAi~S LE 2 CHEQUE GIS.- TIOS

)'ARAlSSANT LE 2 Dl" CHAQUE MOIS.
,. ,' ,' x\\ \ \ :\ \ *.^ \^ ^ \\ \.\ N X X \:\ \ \ ^ XS\\ N ..x \ \-S\ \ \ \N XN\\\ \\ N -


S O1MM RA z iF cel eflet et qui se rdsument come suit:
1 o Peut-on dire que le d(flaii de Irente
jours fixe par il'article 21 du Code de
I. Seances de la Socit : procedure civil pour l'appel des juge-
Reuniondu lo Juin 19o8. meentk- de la justice de paix n'cst pas
tranc ?
Rapport de M. Denis. 2o -- Les personnels domicilides ai
Communication de M. Jdrdmie. I'Etranger soni-elles obligdes d'appeler
II. La doctrine Drago et la 2e Confdrence dans le miume delai que cells qui sont
i domiciliees -i Haiti ? a
e la Paix (fin) parM. Abel N. Ldger. MIessieurs, I'article 21 du Code de pro-
III. Ndcrologie. cedure civil s'exprime ainrsi : L'appel
,ao":XS ..a_ .. (I... des jugements de la justice de paix, ren-
dus con radictoiremient, ne sera pas re-
SEANCES i)E LA SOCIETEI cevable ap'r6s les trente jours, a dater du
jour de la signiicalioi, faite par I'liuis-
sier de la justice de paix, ou tout autre
R ion 10 i 908. commniis par le Juge. )
Reunion d, 10 Juin 908. A lien considdrer les terms de Ifar-
Prdsets : MM. Soloin Mnos, Denis, ticle 21, on voit que la partie qui a
u iar, e,', succombd en justice de paix jugeant h
eorges Sylvain, Ducci Viard, JMremie. charge d'appel, ne pourra plus, apris
Sanction dii proc&s-vPrbal din 27 mai. I'expiration des trente jours, a dater de
M. le Secrltaire-gdndral prdsceute a ses la signification du jugement, recourir a
ollegues la Revue C;aliolique des inslitu- I'appel.


tions et du droit, ddiitde ; Lyon, que sonS
coiiitd d'Administration a adressee I la
Soit it.
M. le IPrsident. -- Notro Revue lui se-
ra expddide, a tire d'dchange.
M. Denis donne ensuile lecture du Rap-
port qui lui a did conid :

RAPPORT
A la Soci6t6 de L6gislation

Messieurs,
Un correspondent s'est adressed i notre
collegue Georges Sylvain pour avoir notre
opinion sur la franchise ou non du dd-
lai pour appeler des jugements de la
justice de paix, et vous avez bien voulu
me charger de vous presenter un rap-
port sur les questions qu'il a posies a


II s'agit de trente jours conpl;.s, plains
et entiers, aprds I'expiration desquels, si
l'on n'a pas interjele appel di jugement
rendu en premier resort, I'cn ne sera
plus recevable a le faire; on encourra
alois la decheance. Ce ddlai de trente
jours estdone franc et par consequent,
le jour de la signification et le jour de
l'dcheance ne competent pas, de sorte que
le lendemain de l'Cchdance I'appel peut
encore dtre interjete.
Comnme le pense Ires bien notre cor-
respondant, les terms generaux de I'ar-
ticle954 du Code de procedure civil
n'excluent pas l'appel du bdndlice de la
franchise du ddlai, ce ddlai devant cou-
rir I pa'rtir d'une signification failed a
personnel on domicile : ( Le jour de la
signification ni celui de l'echeance ne
sont jamais complds, dit I'art 954, pour
le ddlai gdndral fix6 pour les ajourne-
ments, les citations, sommations et aulres
acles fails a personne ou domicile. C'est un


d


c


2 AoUT 1908,











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


dilat utile accord 5 la partie qui a 1 reste la deuxi6me question, cclle de
succoinmb en premier resort, afin qu'elle savoir si une partie domicilide I'E-
ait le temps necessaire A la reflexion tranger a le mime ddlai pour appeler
pour savoir quel parti prendre, et si elle que celle qui est domicilide A Haiti.
se decide a l'appel, pour rdunir les docu-, L'article 21 de notre Code de procedu-
ments necessaires a ce recours. Ce delai re civil n'accorde quc le ddlai de 30
est franc. repetons-nous. jours pour se pourvoir en appel centre
Cependant cette question de franchise les sentences de la justice de paix. Cet
de ddlai prescrit par 1'article 954 ( 1033 article, conform aux terms de Iancien
du C. de procedure civil francais, articlee 16 du Code de procedure civil
pour les ajournements et autres actes francais, except pour le delai qui etait
fails i personnel on domicile, n'a pas fix6 t trois-mois, ne dit rien du dMlai
laiss (de donner lieu h des divergences don't doit bhnelicier une persoune domi-
d'opinion, ainsi qu'il result des obser- ciliec l'Etranger. Le long delai de trois
nations qu'onlit dans les deux premiers mois de l'ancien article 16 pouvail bien
volumes du Suppldment alphabetique et ltresuffisant routes les parties domici-
analytique aux Lois de la procedure ci- lies soit en France, soit ai i'Etranger pour
vile de Carrd et Chauveau par Gustave se pourvoir en appel. Mais le d6lai de
Dutruc. 30 jours de notre article 22 no pout pas
Chauveau faith remarquer qu'il existe suflire I une parties domicilide a I'Elrnn-
deux sortes de delais d'apres I'art. 1033, ger.
les uns donnas a la parties pour qu'elle
ail dans l'intervalle les moyens de min- L'article 16 du Code de procedure ci-
rir sa volonte, les autres prescrits par la vile francais a et abrog6 par l'article
lot pour execution de certain actes; 13 de la loi du 25 Mai 1838 sur les jus-
que leE premiers ont pour objet un faith ties de paix. Cct article 13 est ainsi
post6rieur I l'echeance, et les seconds concu : ( L appel des jugements des ju-
un faith qui doit s'accomplir pendant sa ges de paix ne sera recevable ni avant
durde. Or, ceux-l dit-il, doivent Stre les trois jours qui suivent celui de la
pleins et entiers. ils sont francs mais )prononiatlion (tis iugemenls, a moins
il en est autrement de ceux-ci, parce qu'll (Iu'i Iny nlit lieou execution provisoire,
impliquerait contradiction que lorsqu'un ni apris les es tetle jours qui suivront la
delai est l6ab!i pour force une parties I siguilication i I guardd des personnel do-
agir pendant sa durde, elle pout air en- i iciiees dans le canton. Les personnel
core apres; quel'appel est dans ce der- domicilides hors (du canton auront, pour
nier cas ; que le dlai pour inlerieter ap- interjeter appel, outre le delai de trente
pel n'esi pas franc ; que si le jour de ours, le d lai regle par les articles 73 el
la signiicalion (du jug)meint no compic 103:- du Cod. pas, celui de 1'echeance couple ; qu'ain- La quiesion de dlani est en France rdso-
si ii v a dcihdance, si lappel n'esi inter- lun p Ir la loi de 1838 poour les personnel
jeCl (lue dans le jour qui suit I'expiration domicilices i I'Etranger. Elles out avec
dn d(lai. Sa doctrine a dtd consacrde par le ddlai de 30 jours, celui tix6 par I'ar-
deux arrests de la Cour de Lyon du 13 tile 73 ( 83 au Code de procedure civil
Mars 1844 et du 20 Aolt 1868. halitien inodifid par la loi du 21 Aolt
L'opinion de Chauveau n'a pas dtc 1907 ) II n'en est pas de mime do notre
cell e de Carr qui enseigne qu'il n'y a article 21 qui n'a jamais kt6 modified et
aucune distinction a fire entire les sur l'application duquel la jurisprudence
deux sortes de delais, relativement a la hailienne semble ne s'&lre pas prononcee,
franchise. a notre connaissance. Le 16gislaleur
Dalloz, Bioche so prononcent pour la hailien, en modifiant I'article 922 du Co-
franchise du ddlai de l'appel des juge- de de procedure civil sur les d6lais de
ments de justice de paix, en aigumenlant pourvoi en Cassation ( Loi du 16 Jiin
du renvoi que le 2e alinda de I'art. 13 1896), on il accord, outre le delai ordinai-
de la loi du 25 Mai' 1838 faith al'art. re de trenr joursltrente autresjoursquand
1033 du C. de pr. Civ. -- L'opinion gene- le demanueur demeure dans les Antilles
rale dominance esl done la franchise du ou sur le Continent americain ; et soi-
delai. Rogron,Boistard, Rousseau el Lais- xantejours, s'il demeure nu.delh de
ney nous retlrenl i eet dgard a un arrit I'un au l'aulre Oc6an. pouvait bien aus-
du Tribunal de Cassation de France du si modifier dans le m6me sens l'arlicle
4 Janvier 1881. 121 sur l'appel des jugements de la jus-









REVUE DE LA SOCEiTE DE LEGISLATION


tice de paix, inais il n'y a pas pensd.; prleendus peres de l'enfant. Si, avant la
S'ensuit-il que le ddlai de 30 jours puis- consolmalion du partage. I'un et I'autre
se ctre le mime pour les personnel do- viennentt h mourir, il pent se fair que
micilies l'Etranger ? Je ne le crois dlie les du ces de
pas : la lo ne peut pas prescribe ce elmeji ddliecu les dux ales de
qui est impossible. -- C'est un point a r s, ., pr-
resoudre par la jurisprudence haitienne. tension de recueillir deux parts au profit
Mon opinion est qu'on doit recourir au de son enfant. Mais- nous le reconnais-
droit common en la mali're : c'est sons tons --'enfant n'a. en rdalilt, q(u'un
dire a l'article 83 du Code de procedure pere.
civil. L'un des dunx acles doit rester sans
Pour nous resumer, nous disons: 1 Oque effect. C'est at 'acle de naissance porlant
!e delai de l'appel des ijugenicuts des jus- reconnaissance q(iue j'allribue la vertu de
lices de paix devant partir d'un acte faire adellltlC enfant nu pa t('.
fail i personnel ou domicile, est franc, I
vu lestermes g6ndraux del'article 954 du Al. Sylvain.-- Ce cas de doul)li con-
Code de procedure civil; 2 quelesper- cours a une men111 succession so prI-
sonnes domicilides a l'Etranger outIre Ie sentera bien raremeoln, ca cominintO con-
dl6ai de:10 jours de I'art. 21, doivent b)- cevoir (qlue la mere soit assez simple pour
ndficier du dlini rggld parl'article 83, mro- nie pas so dire pie le vi;ii inoyen lde lie
dilid par Ia loi du 21 Aofit 1907. 'pa[ b06nulicier des deux acles serail de
L. DENIS. les invoiller sininltiinmeint, iun exclu-
M. le Presidenlt.- Ce rapport stra, ant I'autre ? II est plus naturel de sup-
comme d'usago, imprinid pour toe di ose0r qu'elle sera eoicouiragec i essayer ;ie
cul6 i l'uniie do nos prochaines stances. lire pa;rli des deux acles pinutil lorsqu'il
Nous passions a la discussion do celui s'agica do deux successions dlilrentes,
de notre coll6gue J1drmic, car alors sa superclherie ie courra pas
La lere question pose ;par M Chlar-!les mnmes chances Id'tre decouverte de
les Leconte est ainsi formule : prime aboard.
< Quelle est la situation de l'enfanti M. le President. En fail, poii que la
reconnu par deux p6res '? )) l espLce visec par le rapport done lieu
M. Jeremlle.- 'ani precis : u Quelle a conteslation, il faut qu'une parlie inte-
est la situation de I'enfant natural ? .- rcssue melle en.doute la sinccrilt de l'une
pensant que tell est bien l'iite:'lion de des deux reconnaissances et declare que
note correspondent. I 'un ou l'autre des deux prIleindus peres
M. Syluain.- Sa pensee n'est pas n'est pas l'auteur veritable de 1'enfant.
douteuse, puisqu'il s'agit de reconnais- Les Tribunaux appricieront d'npres
sance. les circonstances.
M. le President.-- Le rapporteur, pour M1. lr'dmie.- La force probate est
faciliter la solution de la lere question, allachie au premier acle, par le fail qu'-
a privu 3 espiccs. Dans la Ire lihypoth6- il 'a pas iet conlesti' de la imere. Celle-
se, la mere de I'nfaniit prIseite un acle ci a cru pouvoir benelicier egalement du
de naissance porltalt reconnaissance et second acle pour recucillir un heritage
un acle de reconnaissance pur et simple, double. On lui oppose son acquiescement
6mand d'un autre p6re. Lequel des deux i la palernit de celui.qui a concourui
vaudra ? 'acle de naissance.
M. Syloain.-- Si la mnire a coop 'rd Pour faire tomber les ionicialions por-
au premier acted, il me parait diflicile ties dans eel acoe aulhenlique, il fau-
qu'elle puisse, en mnime temps que eel drait une inscription en faux.
acle, en presenter un autre, contenant Al. le Prsident.- Les dinoncialions
l'indication d'un pere different. qu'on n e piut combattre que par l'ins-
M. le President. -La presenlalion des criplion de faux sont cells qui soul le
deux acles ne saurait etre simullanne. fait de I'officier de l'dtal civil. Mais les
Al. Jdremie.- Voici le cas que j'ai on ('lclarations des comparants n't nt que
vue. Une succession est ouverle. Parmi la valeur de simples prisomptions pou-
les co-partageants se tronvent les deux vant tomber par la preuve contraire.










64 REVUE DE LA SOCIETIE DE LEGISLATION


AM Jeremie.- II no se pout pas que a I'aulre, la plus Forte pr6somption s'at-
l'enfant ait deux pires. L'nne des deux tache an premier, iais ce n'est qu'une
reconnaissances est done entachie de presomplion, qui ne dispense p;is celui
fraude. qui veut se prevaloir dc ce ler acte, en
31. Sylvain. Les denx prevent I'elre presence d'objections graves, d'en proIi-
M3. JPremic.-- Dans Ie doute, la plus ver la sinceril6.
forte presonption s'exerce en faveur du M. le President.-- Le principle est qu'-
premier acte, centre lequel la mere n'a on peut toujours combatltre n justice un
jamais protest. i ace de reconnaissance. On le peint, nnmem
M. le Pi'sident.- Oui, mais ce n'est quand l'acle est unique, l plus forte
qu'un, piresomplion, qui tombera, si 'on raison, quand on a, pour s'appuyer, un
parvitent i etlblir lqu I'auleur de la anlre acte, postirieir on aidrinur, oil
preiniere 'reconnaiissance ii'est pas le pi- uine pretention contraire se trove ion-
re vtrilable. cee.
M3. Viaid.- Comment lin jiigiment M. ,eremie.-- LI cs iont nous dis-
puirrail-il decider sur ce point, la re- cn1ons, -- pardoninz-iioi d'v insiser,--
cherch e d la laternite elant itllrdile est special. 11 s'ogit d ie la mn re qui vou-
par nu!re lot ? diaiit blndficier a fais les deux actes.On
M. e' President.- La priev contraire lui r6plond :n Vole enfanl n'a iroit qu'A
poIurnr resulter ties circonstances. Un in-' noI [)p're. Vous avez conmmlnict par en ac-
dividu. a sent td p pas depuis plus d'Tn cept'r un. Tenez-vous y. )
an, deiarqIue. just 'i point [poui a-sis- l Sylvain.-- La nuore Iresentant in
1f-r a la naissance d'in enfant, qu'il va des alces, on les deux, toute parties in-
d clarer at Fulfticier do !'etal civil et re- ltressec, selon les termed do I'arl 310,
connait coumne sien. Qunellue temps a le droit d'ei coilmster la sinceril6.
al)res, i! aulre individu qjui, durant la MA. le President.-- Ia parlie iuleressie,
nidmen periole, ne sest pas iloigni des'e ot ulitre uni des hdi liers du premier
lienx of a vecu la mer ie de l'enfani, comparant, qli dise, parexemple : < in-
va i sun tour reconnaitre celni-ci deviant possible iqe le de cuj/s ail 1et le pere
un auiil ofticier die 1'ltal civil. UD ierez- de eel enlaiit. 11 Clail en France pon-
vous aux juges saisis (d fail le pouvoir danl la p6rioe utile d, ia coi'nleiption. )
dtie dcidler que nWavint pas habile la M. Sulvauin.-- Co penut ire !'e~nlint l Ii-
mneme vii que la ij mere pendant I'po mnie. Tandis ue nl men r, i le par I'i-
que le la connceptiont. le preini'ir compa- 1eti du lucre, lbriguera nti double hirita-
rant tie pluit itre accep'l come in vrai g.o, t( donlnea ;A flax s: ['il'drence aru
p6re ? C'sl lit tne circonstance ot1 la preoiice acle. p:tce qu'elle y Irouve plus
preuve sutle,ni quelque sortm aux yeux. de profile, i'enfant peni ie pas lenir a
11 pent v en avoir on elle sera plus diffi- passer pour lils tde qjlq'un qu'il sait
cile i tlablii. Le judge apprpciera. n'etre pas son pi e vir'ilable.
Ce (.u'il impoite de retenir, c'esl (ie 11. le President.-- Concluons (que,
loute reconnaissance pelt eire conteslde. dans la foi a accorder I nn acle de nais-
Le premier actc, en raison de sa priori- sance on A ani acte posterienr de recon-
te, jouira d'une crdance plus grande, naissance, emandt s l'un elt 'aulre de donx
mais il ne s'y attache pas une foi absolne. prenllondants pIAes (d'n mime enfint natu-
MA. Jr'dmie.- Tant que !i1 preomiet ac- rcl et prdsenles par 1.' iinme m6re, il y
te est debut, il rend le second sans a une question de fait, doulen cas de con-
effet Et tell est la force attache A la testalion, les Tribunaux decideront, ,'a-
presomption qui lui est due que le far- pris les circonstances. Uue prdsomption
deau de la preuve income A ceeli qui le favorable, qui pent ldre Adtruite par la
contesle. I preve contraire, esl aliachdo au premier
A. Sylvain.-- L'un ou l'aulre des deux acle, en rai on di sa pririlt.
actes pen dire contest (art. 310 c. c. ) La reunion, consul, se ral nge A cette
c'est au contestant a fire la preuve con- opinion.
traire. Si les deux actes sont opposes l'un M. Sulvain.-- Jo trouve dans le Hap-











REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


poutrl in point qui so ralatchio e la Iree es-
pTc:'. Ce soraitl e moniont de I'examinier.
a Si lo p'rco, dil 1 Ripporteur, recon-
nail I'eif unt d'ns I'ate i o lnaissaiuce,
petir'vi qn'il fa-se dres.ier 'acet an lieu
du doi iciile o I i t Kn r', reconnaissan-
ce vidRni po'ur' soil ncmplt et pour le
coui pli' a l ;iie i' L'acquiescel!iilol de!
celle-ci sert t ijoiurs prs ind. e t elcle
Fn'.lil'i ([pa I I rst:rc', mn cas d'itnpos-
ili ")ni d. f;'i; l o, d'iatro I'lir' devant la
jiu:lice uin.! ;i i n on l'i tlaux. )
Adinetlrons-nous cette inierpritation ri-
gonreuse dos articles: 55 ei .o5l d iCoe
civil ?
M. J.'re.mie. oertains auteur- so i-
liennent iliie iLs tisposiiians des art. 55
et 56 lu code, relatives auix ncacs
do i'dlat civil s'appliqutiil exclsiv'imenei
anu enfans 1dgitiines, tofficier de I'dtal
civil n'a p.is : on l i"ar cJinilte d.ins la
rIdaclion deis aLres de reconi!aissace :les
enfaiils alturels.
Pouur les tun'., la inention d c noin de' la
mihetc dans les acies do naissani' e.st fi-
culi; iive. i ')( !' os aull'e; el!e elt dtlfondue
par la loi, qintauI ce n'les pis 1 in i re
elle-nli-mmi, on soni min;ildat;ire a0lorisd,
qui liit [a d( declaration. A la v rild, stir
le point qui ianous occupe lo texce fran-
ais et le 'xto hailien diffiront. LH d('-
lai pour d olairm la naissance dc I'ei faut
natural est on France de 3 jours, Oci II'tili
d'nii mois.
I" 'i si n '. : a ( fran;is dit que la diac -
ration doil etre 1'Ii' au doinicile de I'On-
falt : I legisalteur haltien : K an d(omi-
cile de la mnre >. II s'ensuit qI' si, en
Fiaine, on i'esl pas obligd d'indiqner
le nomi de dla inire, Oin H oaiti oil esl
oblige' La ju 'r prudenlio f' ancaise i'est
p;s la n6trl. ODnas notre system jiridi-
que, la non reconnaissance d'uli enifait
natu'ro par s. lir01e Ie se conoit pas, a"
moinis qu'il no s'agisse d'un enf;i[t Iroivd.
IA. le Presi:ent.- le crois, pour !n;
part, que notre colligue Jrenio interpr6-
te les art. 55 el 56 du code civil d'une
far'ou trop rigoureuse.
'arl. 307, sur IclqUl e rapport avec
raison a appel6 notre alloition, in limiite
la portee. Ce qt'on a vouui sirtout dans
In ridaction de 1'art. 5(, c'est lever tou-
te ambignite par rapport an pBre, emn-


peclter qu'nn tiers no puisse, contre
la volonil on at l'insi dti pere, faire in-
s6rer le lnom do celui-ci planss l'acle de
naissance de l'en'uti nat turel. Pour la mn-
re, il in'y avait pas 1o mtoni i incoinvt-
nieni, la reach 'rche de la mnaternit etant
admise. Mais l'indicatlion du 11 nom do it
miltire n vant que St elt li' aiutori'ie ou
si eile y acquiesce.
En Flrance coiunim chez ltnus, inalgre la
dilldrence dies texles, la pratiqln est la
itune. En faisalt l:i d'claration, on in-
dliqllue tenerierienit Ile ioi do 'acroui-
clice.
.1. D ;nis, -- !L'a'l. 5,5, 2o alinea, pre-
voyaln qutle la lar. dttcctrin dto iissance se-
ra fail, ia dblaul du pere, par les person-
nes qni ont assisld a l'accouchetment, il
oe so peul pas, oi ce cas, qu[e Il noin
tie la inMro e soil connu. el sa ainternite
line fois d clarae, la recotlnaissa;nce de
I'enfant s'ens.it ipso 'aclo.
.1. le President.- II en sera ains; le
pdlus souveiit, imis il peut se fire aussi
que Iacle nl contienne ipas lc nom de la
mere ; que la sage-fCem ne dise par exom-
pie : < Tel enfant est nii tel jour, a tolle
honre, dans tell rue, htl nuinmro. D
iM. Jereinie. -Toulos ics formulas de
declaration s'lnoncenit cicz nous de la
nme ni maniere. Tonels cuioliennenit I'in-
dicalion ill noin de lta mIiliCe.
J1. D"ntis. .'officier te I'etat civil, en
redigoant ['acte, exigern qn'on lui nomnec
la' mere.
fM. Syjlain. iE s'i n a croit pas de-
voir I'exiger, s'il oniel la. tIl' ition, l'acte
sera -t-il pour cela nu! ?
M. le Prdsidhent. Evide'mnent non.
L'On!fanl n'en restera pIas mins valable-
iment declared. Ce qui prove Uien d'ail-
lears que le diclarant peni ne pas in-
dilquer e o oim do :i imlir, c'e;st que la
persoioin inihdquie colmme in're garldo le
droit dte disavoiter. Le desaveoi feral tom-
bcr in fausse indiitlion, iin i'acte.
3M. Sylvainl.- Supnpon.z que ce soil
le pAre 1ui a donnw celte i':isse indica-
iion : parco e Iqe reconnaissance de la
mere, failed palr lui sins I'aveu do cellc-ci,
serait eiffac6e, I'enfnt perdrail du m6me
coup l. benafice de l'aveu de paternity ?
Ce serail exorbitant.









66 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


M. Jrdmiie.- Les lextes sont formels. ance, rdsumer sous la forme d'une
II faut que la declaration soil failed au do- thise unique les' objections et lis rdpli-
micile de la mr re el que 1'acte de nais- ques.
sauce contienne les prenomsnoms, plro- 11 se peut bien qu'une femme qui d6-
fessions et domiciles des pere el mre, tient un acte de naissance portant recon-
ou de la mire seulement, si le pere n'a naissance et un acte de simple reconnais-
pas fait la declaration. sance ait la pr6tention de faire nificiier
AM. Denis.- Pour cc qui est du domi- son enfant, A l'dgard des h6ritiers des deux
cile, la mire a pu s'etre transporlee ail- honimes qui 'ont reon nnu, des advantages
leurs. II sulfit qa'ou indique l'endroit oil resultant de l'aveu de la paternity. Et pour-
I'enifant est ni. quoi admettre un doute sur ce point ?
11. Ie Presidenl.- Quant aux autres Cest bien dans Ie but evident dc irauder
enonciations. 1'omission de l'une on de qu'cllc garden les deux actes.
'autre n'Ietraine pas la nullifl de la d6- On object qu'elle n'en prsecntcra
claratioin de nisanco (U dL la recon- qu'un, si les deux successions viennent A
naissance di pere qui v seriit aunex2e.' s'ouvrir dans le minme temps et dans le
M. J&rmnie.- Que 1(l pere, en faisant nimme resort. On suppose que par dilica-
I'aveu do sa paternil6, indique, comrme la tesse clle n'exposera pas sa faute i tous les
loi I'v invite, le noi de la mere, la d-, regards. Je dis, au contraire, quo, guide
claration vaudra pour elle comme poun par l'intdret, elle ne s'arretera pas a cette
lui, lardt qu'lle n'aura pus protest. Ell consideration d'ordre moral.
Haili, les mires 1n fiint pas d'actesl do
recoinillssanoe. La l.i. stirc d'elles, v Pourquoi, a I'dpoque de la refonre gi-
pourvn par ies mentions exig(ees dans ndrale des institutions francaises, a-t-on
l'acte de naissance de i'enfanlt iaturel. dem;andd6 a suppression du droit di re-
M. le President.- L'indication dii chercher la paternity, et pourquoi los rd-
nom de la imre, accompagnai la recol,- dacteurs du code Napoleon ont-ils adopted
cette measure .? Des filles im udicucs pro-
uaissance du pere, lii sera pas inutile a e m esur Des les ip d, po-
rienfant. Elle pourra, si elle n'a pas don- oquaient les homes sobres; an de -'as-
nd lieu a contestation.etre invoqee com- surer une pension, et les riches surrout
i taIlent expos6s aux accusations le plus
me commencemn.nt de preuve par 6erit, e taent oss aux austons pl
fame ntaisistes.Quand l'inTdr&t est en jou.pour
avec des prisomptions concordanles, soins
prodigu6s a I'eniatl, cohabilaionj,etc. er- quoi supposezvous plus de retenuc a une
vir it la recherche de la maernil. ais, fille qu'un premier june home a tronmp
d'une parl. 1 pre v esl oas si- et qu un autre a trouvee exposcea de nou-
d'une part, 1. p-re i' e,4 ssis oe Iu I
inent oblig, pour rendre varlable sa pro- velles chutes 11 n'est pas possible qu'une
pre rcconnaissallce on la declaration doe mre sente en mme temps deux recon-
naissance de l'eifant natural, ct id'nutre naissances pour son enfant ? Ce qui nest
part, Cette itliCtiim Iale ptar le e pas possible, c'cst 'adinission des deux re-
sans l'avoe de la mere, n'a pas d'e(f1lt par ssces.
rapport h lu mnie et la lisse toujours Continuons examen du cas. Chez nous,
maitresse de disavouier. dans un grand nombre de families, on pro-
Vu I'lheure avancie, la suite de la dis- fesse un certain respect qui fait defense
cussionest renvoyde aI i aprochaine seance. aux jeunes de demander partage aux vieux.
[Jn auteur common a laiss6 plusieurs fils.
'aine, qui est censd conserver 'esprit du
Coca.tion pere, administre le patrimoine et done A
)D M. JERIMIE ses jeuncs frares ce qu'il peut. Ce ne sera
qu'au d6cs de cet administrateur que les
L'examen de la premic're espece pr6- autres enfantsepenseront a partager la suc-
vue en mon rapport a donn6 lieu a cession qui est ouverte depuis peut-etre
des considerations qui louchent i pres- trente ans. A ce partage vont concourir des
que toutes les solutions proposes. Je oncles et des neveux. Voyez en meme
crois done devoir, pour la prochaine s r- temps ce qui se passe plus loin. Le jeune










REVUE D7 LA SOCIETY DE LEGISLATION 67


home qui va recueillir un brilliant hCrita- D'aprcs le premier system, I'art. 57 ne con-
ge frequente la maison d'une malheureuse cerne que 'enfant lgitime. Toutes les fois
qui dl1ve avec soin sa fille. La mere serait u s'agit de dclarer la naissance d'un en-
s aonorc de d aeoir pour nendre. Mais leen-
honor&e de 1'avoir pour gendre. Mais le tant natuiel, les temoins doivent se harder
jeune homme, qui a seulement l'intention de nommer la mere.
de s'amuser, amene avec lui son cousin. -- D'apres le 2n- system, ii n'y a aucune
Is marchenttoujours ensemble,ces cousins-- sanction a cette disposition que l'acte de
Circonvenue par deux corrupteurs 1legants naissance contiendra. entire autrcs designa-
et parlant fin, la jeune flle deviendra me- tions, le non de la mtre. Les iacmoirns no
re. A cc moment, les deux courtisans se- sont done pas obliges de Ic donner. C'est
ron t divises sCrieusement, et de cette divi- i cc 2e systCme que se rallient nos colleagues
.,ii surtira une double reconnaissance. Si AlMnos et Sylvain.
les deux comparants,pretendus peres, vicn- oici le 3e system. L'article 57 dispose
nent a disparaitre dans le course de 1 ins- en terms genraux ; le dclarant doit s'v
tance cn partage, je ne srai pas tonlll de conformer. C'est A cc dernicr ssteme qucje
trouver au dossier les deux reconnaissances. ne rallic. Et vous savcz qu'en France la ma-
Cependant l'enfant pour qui l'on r6clame jorit6 des maircs refusent toute declaration
n'a ccrtainement pas deux pLres, ct la v6- faite en vertu de I'art. 57 si le nom de la
rite nest pas egalement dans ces deux ac- re n leur cst pas devoile.
tes. La paternity est un mystare, meme En Haiti, on ne peut pas temp6rer la ri-
lorsqu'elle s'avoue. On ne peut la retenir gueur de I'art. 56 ( 57 c. c f. ) Cet article
que d'apras les indices presents par les comporte une disposition concue en terms
fairs extiricurs auxquels la loi attribue la gndiraux I'acte de nalissanc: tnomera.... les
quality de preuve. prt'noins, nomns, professions et domiciles des pire
Lorsque 1'acte de naissance portant re"- ,, mre. Mais Ic rjdacteur du code ne laisse
connaissance est en concurrence avcc 1 acte pas aux commentateurs le soin de recher-
de reconnaissance pour 6tablir la filiation cher son intention A I'Cgard de la mere na-
du fils natural a l'ogard de son pare, c est turclle. II admet une distinction et il se
au premier acte que je done mon suffra- hite de la montrer : on de la mnre seulement,
e. Les presomptions sont en sa faveur. La si cl pere n'a pas fait /a declaration. Lorsque
declaration qu'il comporte a suivi l'accou- I'auteur de la loi se donne la peine de pre-
chement ; la mere n'a point repoussd la ciser, lorsqu'il dit que le nom du pere soul
pacernit5 du d6clarant. Elle a accepted, au restera ignored dans le cas qu'il determine,
contraire, cet acte oi elle est prisentee on ne pout pas pr6tendre qu'il a gard6 le
come coauteur avec celui qui l'a fait silenceA lendroit de la more naturelle. Cellc-
cdresor'. Pour prevenir de regrettables er- ci doit Atre toujours nomi;nc dans l'acte de
reurs, ie ldgislateur intend que l'enfant naissance.
soit reconnu des sa naissance. Quand on Notre texte ne perimct pa; de conclude
done la preference a l'auteur de cctte re- puisque le pire n'est pas olligc de s'avouer,
connaissance sponrande, on est dans 'esprit reconnaissons aussi a la mere cle droit de se
du code. derober aux devoirs de !a maternity. ('cs:
Lorsque la mere veut bendficier au profit un droit centre nature. Une society jeune
de son enfant de l'acte de naissance ct de qai l'admettrait serait une sociket de pa-
l'acte de reconnaissance qui se repoussent, rias, incapable d'arriver i la civilisation.
c est au premier qu'il faut attribuer since- Oui, je sais qu'il est dur pour la fenCme
rite. Sans doute, I'acte de naissance peut d'0tre seule chargic de nourrir I'enfant don't
etre attaque par tous ceux qui v out int- ellie n'est pas l'unique auteur. Mais si la
re. Mais tant qu'il subsists, il frappe d une justice ne prend pas le pere au collet pour
paralysie complete I'acte de simple recon- le conduire au berceau de l'enfant et lui
naissance. dire : reconnais ton ccuvre, c'est que la pa-
ar. ternit6 est chose difficile a prouver. Mais
L'interpretation de l'art. 57 du code Na- elle n'echappe pas toujours A la loi posi-
pol!on divise les commentateurs francais en tive lecas d'enlevement prevu par le Code
trois groups repr6sentant trois systAmes. nous le dit assez. Ce n'est pas un droit








08 REVUE DE LA SOCIE'i'L DE LEGISLATION


pour le phre natural de ne pas reconnaitre
1'enfant; il profit seulement de Ia faculty
de rester anonyvme.
Prenez la femme haitienne dans le pa.sse,
dans un passe qui remote a l'epoque colo-
niale, vous la trouvez fiddle ai 1'enfant. Elle
ne l'abandonne jamais. Lorsque demain on
viendra confisquer cet enfant au profit d'un
dtablissement, elle repandra des larmes, dans
son impLissance A Ie dfecndre. C'est cet en-
seignemeut de ihistoire qui a dicte au 16-
gislateur haitien l'addition apportee au text


rigueur, cette indication n'implique pas
ine reconnaissance de sa part.
Je crois avoir 6vit6 de confondre la decla-
ration de naissance et la reconnaissance. Si
le d6clarant n'est pas muni d'une procura-
tion de la mere, I'acte qu'il fait dresser est
un simple acte de naissance pouvant servir
de commencement de preuve par 6crit,
car il ne se presente par come parties.
Mais si c'est le pere qui comparait, I'ace
est a la fois de naissance et de reconnais-
sance.


trancais. ii no doute pas du devouement C'est au p:re que la loi confie la mis-
de la more haliienne. sion de d6clarer la naissance de l'enfant.
Ii est une aiutr consideration sur laquelle 11 ne peut se presenter un autre declarant
j'attire vote attention. Ailleurs, Penfant qu'A ddfant du pere. La loi lui done une
sans inmre est encretenu aux frais de la corn- procuration expressed. Le l6gislateur.sachant
mune ou de 'Etat ; ici, nous attentions en- qu'il va defendre plus loin la recherche de
core la creation d'un asile pour les enfants la paternity, estime que la fcmme sera tou-
abandonnes. jours heureuse de voir son enfant reconnu
Voil. la lu;niere qui 6claire le textc de 1par l'homme qui l'a rendue mere. 11 accen-
l'article 55 oui nous voyons agir le pere en tuie sa pensee en distant que la declaration
pr6senc e de l'oficier de 1 Etat civil L'indi- de naissance scra faite dans le lieu d do-
cation de la mere, quo e le cod ee x du micile de la mlre. Le texte francais, trans-
m6decin, du chirurgn, de la s.;:i femme pore e ici sans variante, serait asscz 6lastique
ou de touted acres personnel qui auront pour permettre aux interpretateurs de career
assist a lfaccouchement, il i'exige L plus des systems. Ils diraient avec MAnos et
forte raison de l'homme qui vient dclarcr Sylvain : dans ces mots < a l'officier de
qu'il lui est nd un enfant tel jour, a tell l'dtat civil nous ne voyons pas l'obligation
heure et en tel lieu. S it refuse de dire le pour le pcre de dire qu'il reconnait 1'en-
nom de la mere, c'est qu'il miprise cette ant de telle femme. Ce n est pas inutile-
femme ou qu'il la consider du moins int que notre code ajoute au texte fran-
comme conplice d'unc mauvaise ac- cais. En 1825, les enfants n6s i 1l6poque
tion. Ce n'cst certainement pas dans; dc a proclamation de l'Indpendance etaient
1'intention de preserver de la honte la mere, I peine majeurs. Le legislature crut devoir
de son enfant qu'il garden cette reserve, en r econnaitre les unions irr6guli6res, fruit
d6pit des dispositions formclles de la loi. d'un rgime d oppression, come l'Egise.
Les faits extericurs. la grossesse et 'accou-i dans les premiers temps de la Chr6tient6,
cement, ont d& fait la honte. I1 mpri s'dtaicnt montrde indulgent pour le concu-
se done l'enfani dans la mere. Mais que binat roman. L'homme et la femme, quoi-
dira-t-il s'il vieut A apprendre que, tandis- qu non marids, vivaient sous le meme
qu'il reconnaissait I'enfant sans indication toit, dans une parfite affection. II y avait
de la mere, un autre le reconnaissait aussi 1l une confiance inutuelle. C'est ce qui a
en accomplissant toutes les formality s 6dic- fai: comprendre au legislature qu'il pouvait
t6es dans les articles 55 et 56 '? Pour n'a- laisser au pere le soin de fair la d6clara-
voir pas et6 sincere jusqu'au bout, il verra tion de naissance tant en son nom qu'au
toutes les presomptions favorables passerde nom de la mere, et de faire r6sulter du ;i-
lautre c6t6. D'ailleurs, l'acte qu'il aura faith lence de celle-ci I'aveu de s;a maternity.
dresser par un officer de 1'Etat civil corn- Notre jurisprudence a toujours respec-c
plaisant sera annulable comme tous les ac-i cette interpretation. Et, pour qu'une ju-
tes vicieux. risprudence soit ferme, il faut qu'elle resul-
Mais on me fait encore une ob- te de l'6tat des choses. Dis que vous la
section : Si l'indication de la mere est de voyez chancelante, dites que la legislation









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 69


i laquelle elle se rapporte est ou bien in- ne pouvait y avoir place---dans la preseu-
comprise, ou bien trop vieille pour regir la ltion officielle des demands d'indemni-
societe. tes que pour 1'arbitraire,- l'arbitraire
11 est rare de rencontrer en Haiti un acte avait seln rIgn6 en souverain.
: renaissance oiu, t c6te du pere, la mere L preuve est facile; elle fut adminis-
naturelle declare formellement reconnairre Lr par le Genfral Porter, qui demontra,
ari par le Gtfatit-a aPorter, 1oi dtontra,
I'enfant. L'article 55 ine lui fait pas cctte pr les statisliques des soixanle dernibres
obligation. Si aujourd'hui vous trouvez mau aniies, que sur treize rclamations Ires
vaise cete interpretation,ne changcz pas de imporlantes pour dommaiges, inldetmilts
jurisprudence, change la loi. II ne s'agi on delles cotlractelles, examines
pa; d'une question de proc6dure,mais d'une en lin de compile par des commissions
qu.:ion etat. Vous savez que la question mixtes ou des tribunaux d'arbitrage, la
d'diat se pose toujours. S'il vous vient la plus grande sornme allouie dans aucun
pensee de ddclarer sans vertu tous les actes cas iuavait d(pass6 80 o/o du monlani pri-
ddei drcss~s conformnament cette interpr miliviemenll exig6, ('le pIolureeni tol)balnt
station, iaics le avec treinlOiCnt. Vous qudlquelfois au ciliffre ridicule c1 insigni-
aurez pra:iqu3 une tranch6e sous les as"ises liant de 3/4, de 1 o'o
de cincuante mie ml families. Arbilraire, que de crimes commis en ton
""-'-- .. (1"norm qcue de somlns IfallleIses amas-
SAi DHOCII I HNE 'a' HG O sH6s, voleles plult i l'hospitalier people
qui, en donnant du travail aujourd'hni a
ET LA des malhelurci x a I'air dloncereux, a des
iimigranls converts de haiiiols, e, trou-
2e GONFRENCE DE LA PAIX jvera sbilemnl,, domain en presence de
(Su e fin.) crlanciers hautains et imlpitoyables, bi-
Suite el fi. ) tissant cyniquement ieturs fortunes parti-
Tolte imparfaile, toute vague qu'elle culiSres at 'abri de revenlications scan-
esl, la Proposition Porter, en devenant daleuses soutenues par ,es cuirasses de
une ceoavention mnondiale, demoeure cortes for! tonnage on ia la pointe de la baion-
un grand pas faith en vue de soustraire nette! Un volume serait sans doute nLd-
les Hitpubliqiies americaines aux violence cessaire pour ciler tous ce: cas de vol
de 1'Europe. Par I'organisation d'uno miil- qualifid, avec cffraclion iilnterationale, el
leore justice dans les rapports inlernatio- j'ose croire quo notre pays y figurerait
naux, el!e a palr li m6me ddcharg6 les tries av;antagusement, come la plus
ch'!nc(! 'ries--et notammenct cell des Elats- i ninonlonniere des vic im fp du Nouveau-
Unis--,i'ne de leurs charge es !es plus londe
embarrassanles, sinon des plus vexaloi- La lig':ielt avc laqiullt, !(s gouverne-
re's. ments enflaieni la ioh! iayer est deve-
Avant la 2e Conf6rence do la Paix, le nue, en .ffTOt, presque po(verbiale. Pour
Ministlre des AtTaires Etrang-res-dont s'en assurer, noe siufit-il ia-- id'6ablir la
l'iniervention armee itait require par des dispropor tion considerable entire la recla-
ressortissanis harceleors-se livrait difli- motion originale-- pr6s.enie par le gou-
cilemenl! i une enqulte, car assez ardue vernement en faveur de dos-s nalionaux---et
(lait la !che de se procurer les docu- le montant de I'i ldenmnil,-fix6 par tri-
menis necessaires, de les examiner, de bunal arbilrial, dans les eas assez rares oil
s'iulormer des preuves de la partie ad- les deux parlies en conflict onr pI recourir
vers. Aucune institution pour conslater a co move pacifi(uo? 'VoIioz-vous quel-
les faits, aucun organ competent et in- ques probatoires examples (1)
partial pour l'eclairer ,nr les questions de Napoldon 11 avail mis I1, Mexique en
jurisprudence locale, solvent complexes, demeure de verser 15 millions de dollars
aucln tribunal pour ramener a de justes pour solder la craince du banquier Jec-
proportions des reclamalions presque tou-
jours extravagantes et pour prononcer surt 1) Moore Digest of International Laws
leur 6quilI. Dans de telles conditions, il VI.,










REVUE )DE L.A SOCIiETE DE LEGISLATION


kPr, qui pou1rtria, comrme iti It tlabli, n'a- argumentation eventuelle el pro domno,
vait fourni anu golve'rnement rIvolulion- mais je me demand, loit en me gardant
naire que 750.000 piastres miexicaines. L'Al- de conclusions Irop absolves, s'il ne taut
lemagne exigeai' dans sa dernimere a't..ue pas chercher dans d'autres motifs plus se-
contre I VinOzicOla 7.376.685 L.olivarUs ; rioux et plus convailanils le fI:it (Jue la
la commission mixte de Caracas noe lui ad- question du reconv;ement coercilFi a (it
jugea que 2 millions. Quant aux rdclama- presented AI la Ilaye par la Dolgation des
tions iialiennes, elles s'Tlevaient a 39 mil- Etals-Unis d'Amerique ?
lions de Ibolivars Elles Ifrent reduites ai Nous avons d;ja fail ressorli'r 'anla-
moins 1,' .3 millions. La France reclamait gonisme des chancelleries de Buien,.s-.\v's
a lh Repurlbiue ld'aiti a occasion d'in e et dI Washington, Ia rloideur d ii Wii-
dette preleuniic contracluelle (1) P. 1. random du Secrlaire d'El;t 1-:y .*:i ie--
346ti.8 dollars on fir. 6.731.090; une coni- ponso Ai l Note Argenline, lonies i !; ex-
mission arbilrale (i2) institute A I'Laris par' cetiouns ld formne et d co minptenice sou-
le proloc !e d. 5 jui: 1 i lui i' din lv,'es par es Amin'iric i ins du Nord, plant
de fr 225.0)00 ... dis ls I ; gocia!ions prlimiain ir'- (in 'a.
Par ;i s|uppres>inl de differcnds graves con'gres detilo, puis le desacconrd conmplet
ayant le!r origin dan< des exigences non et -.'I' 1, la mcsintelligence rad;icale a la
conlroles et non fndcies, ii cst inuonites- Iaye, lque 1n masqucnt presqlue p is les
table cque les Eials-LUnis out corisit 'rable- eTiorls et les subtilitL s de la ldi'limaiie.
ment coniribui :a r mndre plus humains ol Le voile Pteil tomb6 .e la a Sal:' i;' ; Clie-
plus cordiaux les rapliirls entree peul les, valirs dii jour o~ le GA'ni'ril Prter
mais leur role. depuis I'rondcce de la Doc- avail de1 ios, avec nn empresseme ni : cal-
trine lDra o en I902 jil-qul'aux rIs;it;is cuie. sa fameuse proposition ia L s';nmce
de la Have, deimenrce-t-il indit: e :c ie onte consiitutive e ia I1 re co mi-nr si' s-;.r
critique?' .ami:ce enentee pri'('lable avec 'cs i'ir-
ses delifgaions latino-aindricaines.
Ne parnit-il Ias f'-ntaslique au ipremierses gI ions hlti -c rl ici S
aboard qu'a "'.\r'igentiine qui concnt !a itho- Aiu repiroclhes londles qu i leun firei
riie d nonI-inlt:'v('ntion ai I'occasion desaes i sslr s de cc chef dans lesIe conii: (es ie
detles d'Elat el ein ]poirsuivii jusqui'e0n Eu- ia Conference, les d6liguns d(u P'resident
-ope le trio:iilp e juridique I'ait p! s 6t Hoosvet rpon ire ondirent qu'ils lie voi!ai ;-t
reserve honneur de saisir la 2" CnOfT pas fa.ire prenve de pallindricanisme, en
rence do la Paix de c('!e thesee? ous yaev I'air doe traiioer a lenr remorse dains
nm'objecterez >s rmnent n! > l':rpi i moral uire fou1rion mondiale les Re' li'!'es ,iu
et meme Iinitiiive r:soilie tds 'itis-cE'uis Nouveau- londe, et le Dr Iuy arlosa(i),
etaient indiispri:i bl: s ali, oi e;it ni an la'llie politico-juri iique e; assexz !ii le de
Binnenholr" ;es rsuidtals cinuns, que la D)60gation des Etals-Unis. sous pr texte
les discussions q(ui avaient eu lieu an Bw3- de relever---er les conilirlmarn--ces oeccUsa-
rean des He1Dililmus A nlAerica!ines a Was- salions imaginrtres, pronoona iinec onIgue
hiugton ne l -i.saient ancui donte r cat Iel billante plailoirie dans nlqueile id de-
dgard, qne, pr'sentee par la l{elpublique munilnrii aux Puissances ELuronpenes
Ai gentine, la ditrine DiTgo, mnime sous quelqiie peu surprises inexisteAnca el I'i-
la forme de la proposition Porter, n'an- nulilie du parnamricani!-me.
rail en anccut chance d'otre favorable Entre I'AmnriquOe dn Nord el ]a ppu-
ment accueillie, qu'en rn ul 1''Eirope blique Argentine, le malenleund n i'vait
n'aurait jimnais consentiih av ir poI"r la done jamai s v6ritablement rieside dens des
Republique sui-Amnr'icaine les meiiage- formalitis extrieures, mais danis I Mo g"r-
ments qu'elle a Il obsrerer envers i'oiacle ve question de fontd : le (;nial corner
Sam ? en excluant de sa propositions les IN kt s
.Je ne contesie pwrs la puissinune de cotte publiques y, en y mnineirnanl I'emikndi uln-
galis6 de la force armrne, avaiL n,'cnuiito,
1) Affaire Aboilard.
2) Compose de M. Vignaud, president, 1 ) Ambassadeur extraordinaire el pld-
et MM. Solon Menus et Louis Renault. nipolentiaire du Brdsil.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


esctional et ananti la doclrini Drago
Satns on dtivergence trop radical de vues,
I'un aunrait p a s'attendre h une transacti n.
Elle ful tentee en vain par la Republi-
que dominicaine (1)et minme par I'Argen-
tine: !es deux reserves expresses el lien
co iniiii d1' celles-ci avaient-elles un antri
h)!1, cn :ii cliptant d'une part datls ia pro-
po.,i!oi,,a Pi rler les ,, n. deimandan;t de t'anure i'inserlion
':-: d1i:es publiques ) ? Quellic :aison
i';::.ini;tale lh mplchail une semblablei
lT'u;i;ic: ii,!, ou pluiot avail porti los IEtats
Unis it no p:as [raduir fidilm ei dans
l 1ur j;'! ics priS tWii ; d la ; S>i'tl.s i,'! .
de Rio Jneiro, d'ap:is laqueille tols; i":s
Elats,; .Auiricains represents avaient pris
l-engiagemet i d'invitur la 2t Gonfkrence
de la Paix a examiner la question 1" dt
recouvcremen' coercitif des delles puali-
qu'es en g6ndira!, 20 ies moyens tet;-
dant ia diminuer eutre les anlions Tis
conilils ...1 une origin exciusivcment
peculni; ire? ,
La c o .i celte mystihrieuse attitude
se trouv. solon noi, idanls deux motifs
d'ordre conistiutioniil et polilique. 1" Le
General P rt:i'r, en insWrant dans sa' pou-
position !o:s delles publiques >. a urail
ni plus ni moins renverse le 1I1 a men-
demnet die la Conslitution de son piay,
)an.s nne imnportante Rtude parum sons
Il Figatur e de M. Edward L. Andrews
(1), ii nous est tris clairement prounv
que, I'p',o!is etl cnzitme ninctnemnent, les
cri'aiici.s lerangers di'un ides iElas do
i'Union Amin ricainc n'or ilt ;i lcUnI itcolI'S
1,gal ou polilique, lorsque 'lat ihnoib o-
re pas sa signature. El ce cas no s'est Ias
seulemoent, d'aprcs I'auleur, p)roseln
dans io passe, mais mieine do nos jours !
U1n ajteil incident daiis I'histoire' des
Etals-Unis, datan! de plus d'un dtmi-sib-
cle, montre bien comminen les dbbiteurs

I ) L'inendement dominicain Ltait ai n-
si formuid : t Dans le but d'dviter entre
nations des conflicts arms, touts les rd-
clamiations d'une origine pureimet pdcu-
niiire, soient qu'elles proviennent d'enm-
p i;,;s publics on d'aubrs delles con/racurulles,
etc.. .
(2) Pourquoi les Elals-Unis s'opposent-
ils b I'arbilrage international? North Ame-
rican Review, No. dt novemnbre 19o6,


ddfaillants taieent protlegs conlre toiues
poursuites. Vers I'an de grice IS43, I'An-
gleterre, en quality do Puissance crdan-
ciirv, conisiderait la Pensylvanic coinme
un delinquant frauduleux Le conllit ,'d-
tail dlev fi l'occasion de la suspension,
en pleine prospdrid, par I'li at doe 'U;iion
du paieinent do 'iutir0bt de ses obliga-
tions, co qci avait ruined (t lres-Uoe un
certain Svydney Smith, siujet britannique.
Ce tderier s'indigna, lempesla, ri'clama,
pdlitionna, en vain 11 eo ful quitle pour
vouer ailx ditux iifet uax la Pensylvanie,
veiHide ses actions aver c 40) olo 'Te'":'o:: l'
i. dico'h ;'it sO) du Ulrbiienr qt iqIUes lle-
ches mii rdanles et spicil!ei lo s (i)
SAipposoz a I'dpoque co:temn)orain, ies
eiranigers dtenarl des obligations de rente
,'i sotffrance sur la Calil'oraie, tle assa-
clisetts on lo I Kenlucky : en antorlisa:nt
dans lne coiventlion internalionale leur
recours a la Pu:issance 1doi ils ressor,;.i-
sent, a1 proccddm e arbilrale, A I'emploi
cvei!iel dest ies eis ccerAitiv s, les Elals-
Unis n'auraient-ils pas ipso facto annule
le passage de leur Constiaulion assurant
aux nationaux une veritable impunile par
sa declaration que ie pouvoir jnu:idique
de I'Union ino d ievla Ipas ctre interprdt
come Ptant applicable aux process tie
droil on d'equit die cclle namure ?
2o. En pregnant l'iniliative de l'inclu-
sion dias iler proposition des o deltFs
pibliques, a on en accet'ant uIe [ian-
sactioi' sur ccote bas:', !2s Norl-: tri-

(1) Le Courrier de la: ( ,l'rence de la
Paix, No. du 14JJuil!ei. :--- ....,. Les tran-
sactions tinancieres des AmN;ricains du
Nord sont revenues la ri:i des nations
de l'Europe. Dans toutles ics (,coles secon-
daires de l'Ancien iioiide, on traduit
al Graccas Calcni as ... par : Ps dividends
amniricains.
....Je ne puis pas vruiniiinl conccvoir
comment on pensylvanien ;i ut so nmelre
A table en Angleterr:,sans .sritiUr qn'il doit
2 ou 3 ivres sterling A chaqu, personnepre-
senle:il n'a pas plus le droit de danger a la
table d'honndles homes qu'un ldpreux
n'a le droit de manger avec des gens sains
.....Aprs avoir 61t aussi malhonnWtes
qu'ils I'ont pa, les Amdricains du Nord se
trouvent dans l'impossibilite d'etre aussi
bites qu'ils le voudraint......










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


cains n'auraient-ils pas portW nn coup Itois quarls de sicle El si les Elats-
violent a leur doctrine Monroe par un Unis ne voyaient par dins la formule
blAme retroaclif a une longue polilique I'occasion de renforcer la doctrine-Mon-
1 d'arraigements, ) prdconisee depuis hl roe-- deduction a laquelle l'on arrive en
second moitid du i9e siWcle et tqi venail se ;hsant sur la logique des dvenements
enfin d'aboutir a St. Domingue ? conlemporains--comment expliquer alors
Si peu lail leur intention qn'ils ont que l'occupalion meme lempo:a ir du
eu fair, pour mieux renforcer sans double sol des nations americaines, comnba::l e si
leur politique d'arrangements, d'affaiblir vivement par le president Roosevelt
leur doctrine traditionnelle. De fait, n'al- avant toule r'tunion diplomatique mi !-
laient-ils pas jusqu'h accorder dans leur dial,, auriit pu dire admise en pri!;i,..
project an tribunal arbitral le droit do Ai la Confl'rence de la lHave-- et e!c;,
diterminer q la garantie a accorder pen- lait sans P'amical velo d''Haili- sri l;i
dant tout delai dans le paiement .' Et si propre iniliaiive de leur ddeltgalion ?
la ga'arnlie ocict'r y par le tribunal, dans D ins le diomaiine de l'inlerveution mIi-
sa pleiie souverainett 6 et d'une facon irrbi- litairee de l'Eirole sous des pritxtes li-
vocable, au lieu d'ctre simplement pecu- nanciers, Ie cabinet de Washinghloi n'a
niaire, ttait !crritorirnle? Sans linlerven- en qu'une attitude et n'a suii q n'uno
tion de M. .1N. N Leger demandant de politique : cello des a arrangements. a Le
restrein'lre les pouvoirs accordss anx ar- message du 1Prsident Roosevell (i) diu 5
bitres et de laisser aux parties en cause d6cembre 1905 est suggestif :i cil Ogard :
Ic soin de preciser la concession des sti- a I est possible, disait-il, que, :' un1 mo-
retis, el enievant par ce fail aux poissan- ient donned, nous nous trouvions iraces
ces europeennes la faculty eia:isde do een presence d'allernalivws extr6m' nent
contrdler d'ne facon q(.uelconque P dtsagreables. D'unt c6tl,ce );ys n' o dlcla-
les destins des Iays amtiricain:-. ii est cer- rera pas certainement la guenre pouri em-
tain que c't;ait une incompilibililt ab- pjcher un gouvernement stranger ie se
solue en appareuce- crere centre la doc- faire payor une detle jruse. 'a ifre, il
trine Monroe et la proposition Porter. ne nous conuienl pas de permeitre que
Quelle aherr;ation d'espril poussali la co gouverntement stranger prenlne posses-
ddlegation ides Etats-Unis ai vouloir corn- sio,), fit-ce tentporairment, des douInes
promeltre utne formula ;ussi vila!e que d'unle Ripublique Amdridcinae pour la
celle de James iouiroe. ol don't la vigneur contraindre i remplir ses obligations.
du principe i'avail pas del ertamine par A' n d'dchapper A ce dilenmne, uniquee
84 ans de viciss itudes ct it. Ioriun's di- solution serail que nous pris-ions des tr-
verses ? C'est qu'au fond Ii 'iotmi-Amidri- rangemenls, )etc... Et ces accords essen-
caine n'eniendait pas admettrle telles liellement amdricains. les Secre aires d'E-
consequenics. Au moinilre doute, il suf- tat de 1'Union ont remud ciel etl erre
firait de s r:ppeier qu'en r9o7 come pour les rdaliser!
en 1899 elle a, dis une reserve formelle,: En 1861, A Ia suile d'un doe ces coali-
dcdlatr clatgoqrilueineint qu'aucune con- lions europlen es qui souvenir solid plus
mentionn de la Haye ne sourntil tre inter- diiigdes conltr la doctrine Monroe que
prelee de faon Ai l'obliger i modifier en contire I'Elat responsible do conflit, I'An-
quoi que sitl son attilude tradilionnelle gleterre, 1'Espagine et la France avaient
dans les questions p)uremenl amiericaines. dcidid lne expedition armee an Ml1xique.
le li a conc lure que Ic cabinet de Was- Le pr6silent .luarez venail de ldcrdler la
hinglon, a par la garanlie A accorder par suspension du service des eniprinits
le tribunal! o avail l'arriere-pensee do strangers. Afin d'eviler la violation id
veiller direclemenl i I'executio ties sen- sol aiiiricain, le Ddparlement d'Et;it ;
fences arbitrales rendues en ifaeur ties Washingtto,sur initiative de M. Seward,
Puissances europdeines, il n'y a qu'un eut I'idee de concllue avec le Mxique un
pas. Un people n'abdique pas sans une traits, aux terms duquel 1'Union amnri-
impdrieuse necessilt-en quelques mois
une politique extidieure vieille de plus de (1) Annual Register i9o5, p. 45o.










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


caine garantissait pour cinq ans le paie-
ment des inlt6rts de la dette. La sanc-
tion par le Senat de cee instrument aurait
eu pour r6sultut d'eulever tout motif et
tout pretexte a intervention 6erangere :
elle 'eut pas lieu, et les evenements
connus se diroulerent.
PluIs lard, on 188i, s:mblable tentative
de !; diplomatic Nord-Am6ricaine pour
solutiocnner tit) idil'rend survenu eutre
la France el le VYdnzu6la : le Sec6rttaire
d'Elat Blaiii' proposait au Quli d'Ors;ay
que les Elats-Unis prisseut possession
des douaites du Vcrnzutila, la Guayra et
Puerlo-C;becllo, en y pla(anIt un agent
charge e ie lpercevoir les droils do It le to-
[al serait enisuitce istribuc au prorata eu-
tre les divirs creanciers, tout en char-
geant Ic pays dbiteur d'uie commission
additionuelle de 10 olo.
Ces mines mlthodes do recouvrement
elaient encore recommaindies dants la
suite par les Secr6laires d'Elau Cass 0t
Frelinghnisen. Enfin par le tlait6 du *1
fevrier 1905, Ie president toosvelt, sons
couleur do iprcserver la R[{publique Do-
ininicaine d'une intervention nmilitaire, ne
reveniit-il pas a pe die chose pris a 'cex-
pcdiei:t pwcconis6 depuis la G(uerre de se-
cession ? (i)
J'aurai;s aimed que V.. Georges Svlvain,
dens ses etudes re'marquables sur la
question domLinicaine (2), nous eft mon-
tr6 comment la ratiication tardive de la
convention financicre entie la Republi-
que Dominicaite et les Elals-Unis elait
l'aboulissanl de pris de cinquantl ainee6e
de perseverants efforts en vue de la m6-
me politique exterieure, d'nne lulte opi-
niatre de 1'Ex6cutif coitre le Veto systd-
matiqne du Senat, cette providentiellf
institution de la Coustitution Amiericai ne
L'intelligence do ces fails, de ce duel
constant entire deux Pouvoirs indepen-
d'ants prove lien ucanmoins que 'ac-
ceptation par les Etals-Uuis i la Iiaye du
principle de Ion-interventio.i en mnalirat
de dellts publiques aiitrit signifies l'aban
don ineluctable et imenrdial de cecte lon-

1 Message du Sfnat du 25 fevrieu 29o0
Movre ,op- cit. f. VI, 5962, p. 257.
2 Voii la Revue de Legislation


gue polilique d d'arrangements,' si chtre
a I'Oncle Sam :
Mais l'intransigeance des nations latino-
amdricaines n'ayant pas ele poussde jus-
qu'a rcdlaner formellement une pareille
renonciation au r61e de syndic liquida-
tour p;ii;namericain qu'lenlend contliuer
jouer la Grande F(deration Nord-Ami'-
ritaine, n'ltail-il pas dn devoir du Gen6-
ral Porter de leur conclder, en irl our, la
suppression de la mientiorn de la force,
denimndlee avec lint d'lloqueti.ce el !;iin
de vigueur '
Apr6s les discussions pour I' lablisse-
ment du programme du Congret'i de Rio,
au course desqueilcs tle lireau interna-
tional de W ,-,iin-l 11 av ilf rIsolu qIue la
Conference i.t' la Paix s:rail requise de
a consider el dans Ions les cas,- dins
quelle lirnite- i'usage de la force elail
admissiblee ) apres le chrola:ueux discourse
dtu Secrclaire d'El'Tt looti, lors do sn
Iriomphbl louriine dans I'Amirique du
Sud,eu 1906 (i),n'e ait-ce pis une o liga-
lion stridce et logique pour le gouverne-
ment de 'Union do e ie pas prenIdre l'iii-
liative d la Ilaye, dans autcui cas, de
l'appel aux measures de coereition Des la
prelniere here figure loutefois dans la
Proposition Porter cetll section brulale.
N',tl1-ce pas et6 plus iabile de force
I'EurLopIe a demander cel!e tInlrme con-
cession ? Appel l6galise ;ii6 dt'lmonslra-
L ions militaires d'aulan I, pu countradic-

S(1) .... Noous soics coinvaincus q(ue
Srecouvrer par la force des creances pro-
Svenant de controls, c'cst encourager 'i
Scommeltre des abus, don't les resultats
- indvitables sont infiniment pires, infini-
Sment plus funestcs 'i 'huinanite, que si
les deltes d'une nation quelconque res-
taient nc souffrance. Nous considerons
Slqu'elmpoyer 'anrmde et la flotte d'une
1 grande Puissance A exercer une contrainte
Ssur une nation plus faible a propos de
contract passes avec un particulier, c'est
exciter I speculer sur les besoins pres-
Ssants de pays incompltement developpes
et porter atteinle A leur souverainete.
Nous avons toujours 616 contraires ai ce
genre d'ex6cution,et nous croyons ferme-
cnent qu'un jour.pas aujourd'hui peut-etre
Sni demain, mais par suite de la lente
;elaboration de l'avenir, le monde entier
len viendra a partager notre opinion.A









REVUE DE LA SOCIETi DE LEGISLATION


loire pour les Etals-Unis qu'il s'opposait Monroe, semble difficilement soulenaale.
dans lurte sa gra'it ii une question de El si par l;i mention i celto sanction ex-
politique vitale, la doctrine Monroe. tra-juridique, la convention de la Haye
L'Ambassadeur extraordinaihe di Bre- sur les Dettes contractuelles cachait
sil, leD r Ryv Barlosa, dans la defense le dessein de rCserver on d'assurer en
juridique de ,la proposition Porler qu'il loulle liberty aux Etals-Unis. anx depens
souliit (1) en vue d'anantia r la these de i'autonomie t tie io souveraineto des
Drago, a preteMdu quo le syvst&i de la nationalists amInricaines, l'usage 6ven!nel
suppression, sars restrictions, de 1'emploi de la coercition, c'est-a-dire la inise en
de la force compronmelrai la doclrine nmouvement d'arnmees et de Iloltes, le d1-
Monroe. puisque, d'un cite, ii aterait barquement de troupes, I'occlpalion ter-
sur eile t lanipathie du monde, et de l'au- ritoriule,a li'adrnistralion des douanes, I1
tre, il lui apporlerait dos responsahilites subordination d pays tdbiteiur, ious, so-
ocrasanies. Opinion senibleiment esnxa- rions nc droit ide lui appliniqer se'riiuse-
re, seomblh-1-I. Le Message K 1821 (i ii1 Iia i bilmadue do Aisiark sur la doe-
!ans 1'apohlication, Svolue ao t!int de in'ue -loiroe, en Ip ucl:hannt qe c'esi
s.O)ple se selon les nocessite.s d! t'imps, une impeitirnece international.
n'a-4-il pas tendu toujours ses (tffiTts en 1Concluois.l.tait-co aix Elhits-Ulliseninem is
vue d'dviler le recours des Puissances lach'rns de i 1 'emploi de I force armee,
Etirangeres a 1'emploi do la force, et n'a- u'ill conveneit de prendre l'iniliative dii
t il pas it6 jusqu'cI impose 'arbiilrage, prenmi effl'rt e vue de l'laboroalion (d'un
olaoniment dans la premi i r afflitie id droil international ayant sa source dans
VWonpu(i ? iJes sanctions positives, alors que cel effo.
.re".. sidiail dans la li'galis;ilion d'aclts aussi
D'ailleurs, de I'aveu mdmie des princi- reprdhensibles d!ans la vie des Nations
paux inkeressis. Ii utervonlion arnie de que lans a vic privee ? P[ar assure le
Eurlopi con.ilue uno violation :1 % "'i respect de clauses conlvc;ion!iei!es, de
du piiiip e Id la doctrine Amnricain sentences arbiLraOes, ils .uraient pu s'ar-
S'il fallait ui exempic entire illeO, I' o rteor A d'aiiures ys imesO, coilnue 'excom-
iauraitquA rappelerle vifmrlcontentiemnel miinication de la civilisation, lexclusion
sou;lvo\ A Washington par !e blocus, on des futures conrgrs inlernali:-naux, to
1846, du Iio de la Plata par ls floltes boycoitage fiinacier, elc... C'tc': 6td assez
combines do l'Angelerre et doe a Fran- rigouriux, et ce nii'6 pas ld6 conitrdic-
c' (.") loire piuIr un11 C n feroreince de la Paix.
D 'un facon giKt raei. !a tlhee ariisa, La proposition Porler consacre officiol-
A savoir Iqe le maiinil. dans e proI:t lemert une iigali jiridiique, base sur
dILu eial Porter, dh 1Imploi de la Wrce uno inogalilld mit:rielle, car son champ
par lAs Puissances eurolpcenn0es,:eslerail la d'application suppose une Puissance
garantie de la stability do la Doctriine crtanciero forte et un Elat Ddbiteur fai-
ce du 2 l, ble. Renversez les terms, et la conven-
1 Seance du 23 Juillel i iion de la Ilaye devirent drisoirc, o
2 Le Secrtaire d'Etat Buchanan deri- io nt di ,
vait alors : Dans le dernier Message dn incltez en presence d(iux peuplles d egale
President au Congres, Ia grande doctrine puissance' mililaire, el vous fails alors de
americaine, opposee 1 l'ingdrnce des na- la guerre un resort ordlinaitre et lgili-
lions europeennes dans les ;faires intO- ine dn droil, pour un cas d'arbitrago
rieures d( celles de continent, est expose obligatoire, exclisif do tolue question
d'une facon si claire qu'il eSt slperflu de d'honniour, d'indd6pC'dance et d intlrdts
rien ajouter a cc sujet;que la Grande Bre- vitaux Seul s les pits Etats ont d61 et
tagne et la France, par une intervention seroit l'objet de repr6saills : c'est un
armee h la Plata, ont viold ce pincipe pmriarche de a blton e diplomatic qui ose
d'une manicre flagrante, cela est evident
pour tout le monde.... Nous desirons cor- prnclimer ceile doulourouse vnite (1).
dialement que la Ripublique Argentine!
sore a son honneur de sa lutle conhre, I Martens: a Pr la justice vers la
intervention Itrangkre. 1 Paix i p. 24


1~~1 ________ _____ ______~_^___ _____ __










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


K\\sN' bi\ \\ x'xxS x~.S ~~ P~\Z.\\\\\`\`\\\~S \\S NN'.v'' S~\.x'\Y 'x`v>, \''cNN


Seuls lcs peoples foibles et n'ayant pas
d'allies, incapables plr suite d'opposer
u ne resistance striese, g6miront sous le
poids dlos ilnerv entii'ns arnmies. II n'y a
pas d'exeiples qiu'pelles aiit eld exercces
confrc des Elats puissanis (1).
Certes ia Confurence mondialo do 1907
o'a Ias dii le dernier i mo sur ine quet -
tion do justice inicrnalionale aussi vi-
tale. Selon I'expression de la dtlhga lion
iima ienile, il ne iaut voir qu'un Ipas fail
en vue d'un idlal dlev6, on attendant les
iam'itiioraltions succsivcs ilu lemps ei de
l'(npinionl publiqii Tel!e quelle, la pio-
positioi Plorier prot(iPr;; plus elic;ice-
conmeiu, par le priiicilpe gi'iiral di noi n-
il;lcventioi arii'le qu'dele po-o que par
ies 0liui!s et les p, rliculariles d'exdeculion
iqui'T'l a fit A ig r i lOt n colnvenlio Qu'il
s'agis;se dt dllet s coalracluelies, di'ln-
Ipruns pubilics,de ri'c]a;inationis pour' don-
mages et perles p(ieuinuires, d'un confli:
linancier qulcontque ene delx Elals, il
y aura dcsormaiis a notre ivis uno obli-
glie nimorale do recotrir a I'rbilrage
avant de pirocdedir iux solutions sommai-
ies. L'argen t 'i recouvr'r serla tonjours
d I' !argal, quelie quei soil I'origine juri-
diqiue ( o n i ddel ,I pour cello reason, la
portL'e nilorl:: e !n 20 Conrftrenlce de la
laix prinier i; fIirce (bligA:loi-e d's
ldeux article> ;a sz vagues el paarfois con-
dictoi,' s Id l:t ,i C;veinioJa sur lcs doeli' s
coli'racuI."llios (lye n.on" avous c nt.I.men-
les.
Espirons doni quIn'avcc les tiava:ux de
la Ilayc out diinilivemeanri pris Lin le's
inlerventions, dl genre de ce!les qui out
nmenc le coitrdl e le 'Elgypte, des thnan-
Ces hlellcniques, los couniissions interna-
tionales de Tur:quie, la g6rance des
douaues et dos edenio:s de la Rpubllique
Doininicaine La fanon temporairi des
(Grandes I'uissanccs de remteltre do I'ordre
dans les budgels- antres quo leus Ilurs---
est un ain;mable euphluiisme pour'vacher
des desseins d'une sunbrdination ierpte-
tuelle. Voyez l'Aniglcerre, la France ct
1'Europe sur la terre Klhi'ivia!e d'Egypte!
L'adminislration emnporaire des finances
y est d'ja vieiile de plus di'un quart do
sickle !
I / Henry Joubet: < Emprunts d'Etals
Etrangers, p. 78.


La Rdpublique Argentine sc tfiendra-t-
elle pour vaincue ? Elle a juspll'ici faitde
la bo nne bl)sogue; mais sa ihise etait
Irop detoileetd' iu caraclire trop polilique.
Le Dr Drago prouvait no;ininoins la bonne
foi el le disir de conciliation dei son gou-
vernelnent, en coinsollnt a iune trausac-
tion ca;pilale par son acceplation dcs delles
contract ellce. M. Ileuriquez y Carvajal
leint nenme de ranlne'r la di leg:aion des
ElA s Unis an respect de la It.solutiol de
Rio: on delliindal.t l'i si,'! iohn ds dlettes
pubiiques, des det:ils conlraclkelles, 11des
dotint ages el perles i),cl', i taaiires., le plt ni-
polen;iai'ire ldoma iinic-. c ';l!i;]'it d'tune
facon gindrale ia MlodriNii Dr'ago, ia pro-
position Porter ef la ri ; lulion d Rio-
Janeiro.
Le gehtra! Porter maiiiilt lions et i'Amnirdqe du Noid triomipha
sur line formiule inc' iptole. M:is l'ac-
cori 'eltalt presqiic mininimne q pi'en ap-
pareI nce i' I'arPe a sc ri o ei l ;1 1 pi' l' nll
noiivel ichliaiige die o\ e.. (i.a';;l:iri's It id,-
bileurs, s:loit le dusir di cabin t iield W as-
hiigion, onl t disctld ci 'se insomble, ceux-!a
onl po.n-; des co!diitions que c;ix-ci out
dti accepted. II n'vy aiur dtsoriaii au-
ciie indOlicatesse de la part du i'ntur
congris panamniricin i de 1910 i refrlcn-
dro i'exanme die la question. Son deloir
s ra illn ido ch'ercler q(uitluiues gatail-
tics oentIre les coinsqiulences pois'ibles do
I'emploi ive0rnuelI do la foic a;::n:e, en
considcrant serieuseminet ii doctrine
Diaz. 1[ien quo privoyant a ui' tii'ie oSire
d'idees, la proposition dt'i:!i sur ce cha-
pilre, a Mexico, lpourrt; il survir, si clie
lail reprise, de contre poids ulile et 1au-
tement desirable, pour parlor Ie language
inlernai ioual.
D'ici 15, ralifions an plus i(t les
conventions de ina laye, lotainmeint cell's
pour le RBglemen t pacilique des coMllits
Internal ioU aux eti sir le Iraitelnlnti des
delles contracluelles, qui se compplitent
I'une Iautre. A engagr le pays par
une sanction officielle, nous scrons plus
en droit d'invoquer les principles de toules
sortes.
Je n'ai pas insist sur les details de
r;tificalion et d'ex6cution: par leurs for-
malilts, leur eomplexitl ou leur infinie
variiet, par F'organisation ou la compo-









7t6 REVUE D LA SOCIfTE ) DE LEGISLATION


sition de quelques institutions ( Conseil leurs vceux loii ceux, Gonvernement,
administratif, Bureau International, Cour Conseil comn unmal et particuliers. qui
Permanente etc. ) par les services i r6- s'occupent ,'.e lii venir en aide.
clamor d'ellCs, les treize conventions de i
la 2C Conference do la Paix exigent I'en-
voi d'nii Reiresentant d'Halli tdans la Ca- N6crologie. De Paris nous est arrive
pilale Hollandaise. Un peu de tradition, la triste nouvelle de la mort de M. Gaston
de bonne fI'i et de logique dans iolre po- Gerville-R6ache, avocat du barreau de cette
litique extdrieure, et puisque le sort du ville, qui, pendant vingt-cinq ans, reprd-
pays repose inddniab!ement sur la Diplo- sent la Guadeloupe, son pays d'origine,
matie. meltons rdsolnumin clle-ci en me- la Chambre francaisc des ddputes. Nous
sure do nous conserve, avec I'estimne et nous associons d'autant mieux aux regrets
les sympathies ldu Monde civilisk, e I,gs, provoques par cette mort que M. Gerville
imprfscriptibl e de note souvera'inetl et Reache, au ddbut de sa carrier, professa
de nolre Indepeuwdance natioiaio. pendant une annic au Lvc6e national de
'ort-au-lrince ct n'a laisse parmi nous que
ABEL N. LIrGER, de sympathiques souvenirs. Pour avoir si,
par son seul imrite, se fair admettre
Atlach d ila Legatiori d'Haiti ( Paris, dans le haut personnel politique de la
Secrtaire de la DIlegation a la 2c France, au pointd'avoir 6te l6ev6 A la vice-
Confrrence de la Paix. prdsidence de la Chambre des d6putes, ii
s etair acquis des droits a la consideration
-de tous ses cong6eres. La Guadeloupe
peut dre here de cc fils, qui lit jusqu'au
L n opounanlable incendie qui. corn- bout bonne figure de parlementaire, et les
mence le dimanche 5 Juillet, d ? hern- Guadcloupeens, a quelque opinion qu'ils
res de l'apres-mnidi, a eni in' reprise le appartiennent, se doivent a eux-mnimes de
lendemamn d 3 heures daI main, vient se decouvrir devant son cercueil.
de ddtruire plusieurs quarliers de la( La Colonic GuadeloupdCnne de Port-au-
partie cenlrale deo nolre capital. Ofn Prince a tenu ai.cour de fair c6lbrer en
value d un miller pres le nombre des notre Eglise metropolitaine en I'honneur
maisonw qui out etc la proie des flamunes de M. Gerville Rdache un service comme-
C'est in surcroit de miscre pour les fat- moratif, don't la solennit6 a 6td malheureu-
milles. soemnt contrarie ia'r le sinistre des 5 et
Trois membres de noire Comil/,iIM.La: 6 Juillet.
forest, Ed. Heraux ei D. Viard' or per- Le 23 juillet out eu lieu les obseques
du leurs maisons d'habitaiion En de M Innocent Michel Pierre, Commissaire
pregnant notre parl d dsastre public, du Gouvernement pres le Tribunal civil
nous Comnpdtissons d la d tresse de cetfe de Port.-au-Prince. A sa nmre, a sa vcuve
population eprouvee ct accompagnons et aux autres membres de sa famille
de nos encouragements el de nos meil- nous adressons nos sinc&res condoleances.



Le grand nombre des matieres en souffrance nous force a renvoyer a notre pro-
chain numero la suite des interessants souvenirs du G6ndral Lfgitime sur la pr6si-
dence de Salnave, celle du programme du Congres scientifique pan-americain et la
publication du remarquable Rapport de notre collguc J. N. Leger sur la participa-
tion de la Delegation haitienne a la 2&me Conf6rence de La Have avec les annexes
y relatives.











DIX-SEPTIEME ANNIE, N* 6.


MXt \X.'^\\X\X X\? N.X? '\\XXN'. N '2.\\ .\\\\,\\\\\N\ \^^\\N


REVUE

DE LA

SOC-IETJE IC3DE LHG-ISaLTIOrST

PARAISSANT LI; 2 DE CHIAQUEi MOS.


S'OM-It ges pour rdpondre au desir ci-dessus
former.
1. Seances de la Soci&tL.
Sbances de la Soci3td. lM. Solon Mi1nos soumet i la reunionl
( a ) Reunion du 29 Jui!c t i9o0. 1a question suivntile
b ) R6union du 5 Aout. Aux lermnes du dernier alinea de
II. Rapport de M. J. N. Ltgcr sur la l'art. 115 du Code d'instruction crimi-
participation de la D ldgation d'Haiti a la 2c Inelle, la parties civil qui aura succom-
Confrc i La H dans son opposition A une ordon-
Confrcnce de La Haye. nance de la Chambre du Conseil pourra
IlI. La prcsidence de Salnve ( suite ) par ite condamnee a des dommages-in-
le Gendral LUgitime. tIdrds par le 7ribuncal ihile d statuer,
IV. Bibliographic. i quel est ce Iribunal '
1M. Solon Jlnos. Dans les ter-
mes u habile A statue ), employs par
SEANCES DE LA SOCIETE le legislateur haitien, ii y a une cer-
t_____ ___ aine ambiguity. Est-ce habile a sta-
luer sur l'opposition, ou sur les dom-
Reunion du 29 juillet 1908. mages-int6r6ts ? La question merite
d'etre &claircie.
Presens : M. .1. Solon M6nos, Denis, AM. Lamartiniere Denis acceple de se
Laforest, Georges Sylvain, Viard, J6- charger du Rapport.
remie M1.le Pr6sident. Nous reprenons Ia
-- discussion du rapport de notre college
Prsidence de11. Solon ienos .16r6mie.
SNI. Jdrumie done lecture de sa coin-
11. te Secrdiaire-gdneral p~rsente ine municalion, publide dans Ie dernier
brochure otferle a la Socie6l par son an- numdro de la Revue,
teur, Mr. le Dr, llyson. Titre : Conseils I. Sqlvain. -- II ne s'agil pas pour
aux mires ( hygiene infantile ). Ren- nous de revenir sur notre vote a pro-
voi en est fait L la Revue. 11 est cgale- pos de la premiere espce, vise par le
ment donn communication d'une lettre appor, pisue re cogue ie
de L. Ie l)r. tito V. Lisoni, par la- haporl, puisque note cotlgue ime
de .M.let)[. ''ito V. Lisoni, par la- product aucun argument nouveau.
quelle i remercie de sa nomination de C'est sur le point actuellement en dis-
membre correspondent, propose a la cussion qu'il a ru devoir fortifier son
Society de se fair repr6senter au Con- argumenlation de quelques autres con-
gres scienlifique pan-americain et de- siderations.
made I'hymne national haitien avec
quelques ouvrages propres a faire con- M. Jrdmie. Les considerations, 6mi-
naltre notre pays. ses A propose de la discussion de la 1*
On decide que les personnel reconm- espece, s'dtendent, en r6alit6, auxautres
mandees par l'honorable correspondent espices. C'est pourquoi it m'a paru u-
seront prices de repr6senter avec lui tile d'y revenir.
au Congris la Socitel de L6gislation, et M. le President. -- En principle, un
qu'il sera former une collection d'ouvra- des deux actes de reconnaissance ne


2 SEP'T1l~lmr\ I3s.










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


saurait paralyser l'autre par le seul effect comparait seul, ct, sans v avoir el ex-
de son existence. pressement autoiise par la mrec, faith
Du moment quil y a contes- porter dans l'acle le nom de celle-ci.
station, il faul, pour q'uin ac.e fasse Cette indication vaudra, taut que la
tomber l'autre, que celui-ci soil recon- inIre n'aurn pas d6savou~ la maternit6
nu n'6lre pas veridique. qui lui est ainsi attribute. A ,defaut de
M. .Jerinie. J'ai admis, avec mesdeisaveu, son aven sera presumni du
colleagues MInos et Sylvain, qu'on pent, silence mme qu'elle aura garden, ainsi
en certain cas. accorder plultt creance que des autres circonslances concomi-
tu second acte. eelui de simple recon- lantes, soins prodiguCs a l'enfant, ,o-
naissance. Mais jo pense que ce rsul- habitation, etc. Ce contours de fails s!it
tat no pent dre obtenu, sans que, an pour que la reconnaissance de la nmcre
prealable, on aitit it tomber l'acte don- pre6simee. resultant de la simple decla-
ble de naissance et de reconnaissance. ration du pc(re, tienne.
C'est en cc sons que j'ai soulentn iel~e. Si la mi"re s'avisait de revenir suir uine
taut que le Iit acle est deboui, il rend reconnaissance qu'elle aurail ftite on
l'autre sans effect. antorisce, on n'aurait pas de peine i la
M Sylvain. Nous sommes bien d'ac- iii opposer pour carter sa prltention.
cord lh-dessus. Si l'acte de naissance el Si le pere a simplement indiqui son
de reconnaissance est reconnu bne6ti- nom, sans y tre antorise, et qu'elle
cier d'une cerlaine preference, en rai- viene ai contester cette indication, on
son de sa priority, il est clair que tant pourra encore la rendre valide, nais
qu'on ne l'aura pas (carti, le second I la condition d'opposer an ddsavcte de
acle ne Ivudra pas. 'la mire un aveu niann d'elle, soil ex-
M. le PresidOnt. Nous passons done' plicite, soit implicit, dans Ie seiis in-
au point en discussion, conrernant Fin- diqiue ci-dessus.
terpr6tation des art. 55 et 56 de noire M1 Sylvain. L'indication du nom
Code civil. de la mere, faite sans son aveu par
M. Sylvain. le ne pense pas. pour quelqu'un qui se recoinalt pere de
ma part, qu'en opinant que l'obligation I'enfant, ne vaut jamais que provisoi-
faite par le legislateur an p. re ou aux remenl, tant qu'elle n'a pas ti d6sa-
autres d6clarans de designer Ic nom vou6e. Une presomption d'acquiesce-
de la mure n'a pas de sanction nent s'v attache, quand elle concorde
et que la d&signatiotn di noii de avec d'autres circonstances, par exem-
la mere, faile par Ie pore sans I'aven pie In revelation du fail a la mere,
de celle-ci, ne la lie pas, nous produi- non snivie d'un desaveu immediai.
rons dans la jurisprudence et dans lais dies que la personnel indiqree com-
1'dlat des families, les bouleversemens nme mire contest la v6rit6 de I'indi-
redoulds de notre colligue .1cremie. cation, elle tombe du fait seul de celle
M. .r'nmi,'. J'ai envisage eI cas oi contestation. II faut alors prouver que
la comparutionde la mere ou de soP la malernite atlribuee a la conteslante
mandataire special serait considered com- es vraie.
me n6cessaire i~ la validild des actes de M. Viard. -- Dans la pratique, cela
reconnaissance materuelle, ct j'ai dit se pr.sentera bien rarement, ces cas
qu'ne telle exigence serail le boule- de dsaveu de malernitl. Je consider
versement de tons nos usages. done que noire collgue Jeremie u'a
11. le Pr&idenl. Nons ne la faisons pas grande inqui6tude 'a avoir sur ce
pas. Si lee p re el la mire on un man-- point.
taire special de la mere comparais- La rtennion, sur l'inlerpretalion des
saient simulltanment devant I'officier art. 55 ot 56 diu Code Civil hailien, sc
de l'tat-civilpour produire la double rallied a I'opinion dIveloppee par Ml.
reconnaissance. il n'y aurait pas de Mdnos e l. Svlvain.
contestation possible. M3. le Prsidenl. Nous abordons main-
Mais nous avons suppose que le pire tenant I'examen de la 2e espece. 4 Si









REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


les deux acles sont 6gaiement de nais-'Ire de M. Mathurin, la Socitei decide de
sance el de reconnaissance, c'est I'acte donner une marque d'encouragement A
dressed dans Ic d6lai de la loi qui pre- ce relieur meritant, ruiin par les der-
vaut. -- S'ils ont et6 dresses le mtime niers incendie.
jour chez deux officers distinct, la Ml. le President. Le Rapport de notre
comparution personnelle de la mnre colligue Jeremie est loujours en discus-
tranchera l dlffTrend d. sion. Nous nous lions arrCtds A I'exa-
M. Jern'.ie. -- Voici l'hypothese: Un de la le question, 2c espce :c
enfanit nail. Jean va chez I'officier d(e < Si les deux actes sont dgalementl de
1'lant civil, section nord, le declarer naissance et de reconnaissance, c'est
sien. Pierre va it l; section sud faire une I'acte dress dans le delai de la loi qui
(l,,'ilaration identique. prevaut.
Les deuxactes sont en concurrence. < S'ils out 6te dresses le mnnie jour
Lequel andra ? .Ie dis que l'acle, d(res- chez deux officers dislincts, la coipa-
si dans le d(lai de la loi, jouira d'uLlIt rntion personnel e de la iere Iranchera
prisomplion plus grand et s'ils sont le diff6reud.
toau les deux dans le dehi, le plus in- ll. Georges Sylvain. El si la mere
cion prevaudra. S'ils ont 6t6 dresses le ne cormparait pas? Si elle est complice
mime jour, celui en faveur de qui la de la fraude '?
mere aura compare, 'emnportera sur M. le President. Le mni:me principle
l'aulre. g6ndral, adopt par nous a propos de la
M. l' President. 11 ne s'agit toniours il espece, regit aussi ce c.s. Les jugi's
que de prisomptions, ponvant dire apprecieronl, d'apres les circonslances.
combat:ues par li preuve contraire. M. Jremie. J'ai eu ici surtout en vue
Chacan des acles prdsentis doit faire le fail rapport par Servincent. Dans une
preuvc de l';iccomplissement des for- conteslation de cc genre, Vasley, Prdsi-
malilhs lgales. dent du Conseil des notables, ayant a
M. Laforesl. En faith, nous avons bien d6cider entire les conlestans, donna rai-
peu d'aictes de naissance dresses dans le son i la mere, centre le dire des t6-
delai idgi. moins. J'en ai retenu que le l6moignage
M. Denis. L'instant Pradines porte de la mere doit dtre requis par le juge
cc ddlai a Irois jours, come dans la come l6ant le plus proban!.
loi franchise ; Borno parole d'un mois. M. le President. C'est, en ellet, a re-
je ne sais d'oli provient ce disaccord commander. Mais il peut r6sulter des
entire lesdeux anteurs, car je ne me circonstances que la mnire nit fail une
souviens pas d'avoir vu aucune,loi modi- tausse dtclaralion.
ficative del'art 55 du Code civil. M. Edmond Hiraux. E!le peut avoir
M. le President. ,lc crois avoir vn le eu intirdt i frauder.
dtlai d'ln mois consign dans une vieille M. Denis. Comment eitblir la pater-
edilion du Code civil. nit6 conlre l'aveu de la mitre ?
M. Lqforesl. La plus ancienne 6dilion 1A. le PrIsident. Telles circonstances
comportait les 6 Codes en un volume. ppuvent se rencontrer, d'oii ressortira
Autant qu'il m'en souvient, elle dit l'impossibilitt manifeste pour celui que
commie notre Prdsident. ia m6re affirme lire le pere de l'enfant
La suitede la discussion est renvoyde d'etre le pere v6rilable.
a :l prochaine seance. M. Denis. L'affirinatiou de la m6re,
--""','-- .... appuyant un des actes presents, est la
R6union du 5 Aoeit 1908. presomption la plus forte.
Presens : MM. Solon Muinos, Edmond M. Heraux. Oui, mais co n'est qu'une
Ileraux, Lamartiniere Denis, Georges presomption, que la preuve contraire
Sylvain, Jrmie. peut d6truire. C'est certaineemtit tres-
delicat de d6meler la verit6 en pareille
Presidence de M. Solon Menos. matiere. La mire elle-m6me peut, de
Apr6s avoir enlendu lecture d'une let- bonne foi, se trouver hors d'6tat de re-








REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


onnaitre le vrai pire, si elle est de I. le President. Dans tous ces cas
mauvaise vie. que nous examinbns, il faut toujours
La reunion adople pour la solution de sous-entendre que non-seulement l'uu
cette espkce les mimes conclusions que des actes de reconnaissance peut 6tre re-
pour espice precidente:Les juges apprd- connu faux ou erron6, mais les deux.
cieront, d'apr(s les circonstances. La M. Hdraux. Nous ajouterons done a
prisomption la plus forte s'attache a l'acte la solution donned par le Rapport que
appuy6 par hl mire. I'enfant natural aura a restituer l'Fn des
M. le President. 3e espece: S'agit-il d'un deux heritages, ou mnme les deux, s'il
fils rnijeur, il aura d'abord etablir son 0 tait reconnu n'itre le fils ni de l'un ni
identii,. Son pIre scion la loi, c'est celui de l'autre auteur des actes de recon-
dont il porte le nom dans la vie civil et naissance.
don't le nom se troupe dans son acte dei 31. eremie Nous sous-entendons 6ga-
reconnaissance. elementt les cas oil, par application des
M. Jdrdmie. Par le fail mrme que a I principles generaux, la solution ne pour-
mire lui a faith porter le noin de cc pere ra avoir elfet, par example le cas de
lh, il faut bien admeltre que c'est celui prescription.
a qui vont ses prdefrences. Cela enforce M. Denis. 11 n'y a pas de prescrip-
encore la presomption tres-forte attache tion en matiere d'etat.
a un acte de reconnaissance, presente k. le President. Non, mais il pent y
par quelqu'un qui n'a jamais cess6 de se avoir prescription, quaint aux intIrets
consider comme fils de l'auleur de la pecuniaires en jeu.
reconnaissance et qui a toujours portt6 M. J.rdmie. En remontant, par exem-
son nom. ple, a l'6poque oil les successions en cau-
M. Denis. Il sera bien difficile de d6- se ont 0t6 partag6es.
truire par la preuve contraire I: posses- Sous Ie Lendfice des observations ci-
sion d'tat confirmant un tel acte de re- dessus formuldes, la reunion adople la


connaissance.
M. Heraux. Difficile, mais non impos-
sible. Supposez que la mere ait eatrete-
nu une correslpon.dance avec le vrai p[ere,
d'oh il result qu'il y a cu entire elle et
lui un concert frauduleux pour fair re-
connaitre I'ci giant par celui don't il p rte
a faux le nom. Supposez i;ue, pour
sauver I'honneur d'une faimille. on ail
eu l'idIe de fire reconnailre par n pa-
rent proche de la mere un enfant don't
il n'est pas le pere, el que l'enfant porte
ainsi le nom de la famille.
M. Jdrdmie. Toujours lies circonstances
de fait, (Iqe le juge appreciera.
La reunion opine en ce sens.
M. le president : La 2e question est
formulee ainsi par le Iapport:
k En cas qu'il ( le fils natural reconnu)
vienne a lheriter des deux pr6tendus
peres, qu'est-ce qui arriverait vis-a-vis
%les autres hiritiers, si ceux-ci, mis au
courant, lui inlenlaient process ?
M. Jeremie. 11 ne pourrail garder qu'-
un des deux heritages, celui de l'hom-
me que les juges auront reconnu lere
son pire veritable.


solution donnfe par le rapport a la 2e
(q question.
11 le Picsidenl. La 3e question ne
Souleve aucune difficult. (( L'cnfant na-
t urel pourrail-il Otre condamin, vu qu'il
n' avail pasdcmande ia 0Ire ii(onnu
p ir deux pires ? >,
Nous vcnons de voir qu'il pout hire
eondam ne i rcstiluer ce qui lui aura iet
indiim nlt attrilue.
II p outra mrmie lire condamnid des
dommagcs--intdrfts, s'il y a (u fraud
et qu'il est convaincu d'y avoir partici-
pe.
( Assentiment)
SIndipendanimmnct des questions po-
sdes par M. Ch. Leconle, note collgue
J ireniie (et nous devons l'en remercier)
a soulev6 quelques questions annexes,
interessantes a dtudier.Tel est par exem-
ple, le point de savoir si un enfant pent
etre reconnu avant sa naissance, des
I'6poqie de sa conception.
MA. Jermie.- Servincent est I our 1 af-
firmative. C'est en France l'opinion de
!la doctrine et de la jurisprudence.









REVUE DE LA SOC1ETE DE LEGISLATION


La question se pose surtout chez nous,par- Un indivilu qui a sednit unn joune
ce que notre legislation ne permet pas, fille et (qui se voi sur le point dIe mou-
comme la loi franchise, de fire des ri r avant la naissance de l'enfa;t, doit
reconnaissances devant notaire. Notre avoir (d mime la facility de le recoi-
Code exige "I'inlervention de I'oflicico naire.
de l'elat civil. J. le President.- En pareil cas, la
31 Heraux.- Dl)fend-il qu'on recon- voiw la plus sfire sera do s'adressor a
nai'se devant I'oflicier de I'etat civil un l'officier de I'dtat civil. La mort du nan.
enfant qui est i nailre '? dait avant la naissance de 1'eonfant au-
1M. le President. Le texlo fait I'obli- rail pour ellet de faire toiber la procu-
galion de presenior l'entanl. pour i'acle ration nolaride, et la reconnaissance ne
,lii naissance ; ii no fait pas la m!lme porrait plus so pr)oduire.
obligation pour l' clc de reconnaissa- La reunion, Isur !,la question posee,
ce. est d'avis qu'on pent rcconnaitre 'en-
M. Jeremie.- L'arnc o 30 so contc u eno fanl, des I'6poque de sa coiictption.
de dire ~: La rconnaissa nc d'lun en- SSur la proposition dc MI. Mlnos, elle
fant natlurel sera late par un actor special adopt le vteu que notre legislation,com-
devant I'olficier de I'Mtat civil, lursqu'elle ne la 1 gislation francaIise, pericllOe de
ne l'aura pas 1tc dans son acte de nas- r;econnaitre par acte nolarie les enfans
sanee) I n tirels.
En France, le Ipre peut reconnaitre e
l'enfant par acte nolarie ; ici, il ne peut 3.. Jre'mic. lne m utre question,
pas le fire. S'il so present chez le no- inldessante t examiner, est de savoir
S lire pour dontner uno procuration i fin si I'enfant, devenu majeun, penl Otre
de reconnaissance, cest un acie person- reconln, sans son assenlimenl.
nel qu'il pent t n'impl)orte (qello, epoque M. le Prsidei, Le cas peut se
rtlracter. La reconnaissance valuable, prIse"nter. 1 lui reslera tloIjours la lid-
c'est celle que constale l'officier de l'ltat cultl de contester. Nous revenons tou-
civil ; mais elle ne pent pas etre faite jours au meme principle.
par anticiplaion, avant la naissance de I. JAIrdnie, N'est-il pas it craindre
l'enflnt. Sanu nul ontou la procuration cq1 e par cette liberty laissee a des indi-
notariec produira clet, si, it la nais.ance vil(us, peut-61-e leranlgers jusque-lii "-
de l'enfant, elle est presented i 1'officier la vie de l'enfant natural, mn (s pent-i6re
do 1'etat civil du domicile te la mitre; par I'envie de nuire, ol ne cause
maSs si cellte formlitI n'est pas remplie, ides troubles graves, un prj udice pro-
la declaration failed devant notaire ne fond, i' un home pos0;, (Ilu pouvait
creera aucun droii an profit de I'enfant. se croire a I'aibri de piersculion u ie cc
M le President.- Le principle est que genre, avant loujours joui d une pos-
V'enfant concu est presum6 nu, toutes session d'6tat inconlestee ?
les fois que c'est conform a ses inte- M. le Prdsident. S'il y a doinmnge
r6ts. (< Infans conceptlis pro nato habe- caus6 par une reconnaissance sans fon-
tar ....... decent, les juges appricieront le pre-


M. Denis.- Pour que la reconnais-
sance opere en sa faveur, il faut, bien
entendu que 1'enfant naisse viable.
M. le PrIstdent.- En France, on
aimera mieux s'adresser au notaire.
Chez nous, on ne p2ut qu'aller devant
lofficier de I'Oeat civil, ou donner par
devant notaire une procuration de re-
connailre l'enfant a sa naissance.
M. Denis. II est permis de tester
en faveur d'un enfant A naitre, pourvu
qu'il soit concu au deces du testateur.


judiceet condamneront en consequence.
M. Jerdnie. Le tort n'en aura pas
moins i connmmis.
M. Denis. .le trouve exorbitant,
quoique legil,qu'un individu pnisse re-
connaitre, malgr6 lui et mime a son
insu. un homme fait, majeur, penl-dire
inarii et pere lui-m6me.
Volontiers j'emetirais le voeu qu'il y
etit une sorte de d6chdance centre le
pere qui, jusqu'a la majority de 1'en-
fant, aurait tard ai le reconnaitre.










REVU )E E LA SOCIETY DE LEGISLATION


M. Sylvain. Vous risqueriez, en bien concern, de rendre complex de la mis-
des cas, de nuire aux intlrits de 1'en- sion que le Gouvernement avail bien
faut lui-meme. Le silence di pere pent voulu me confier. Comme vous le savez,
avoir tenn i des considerations parfai- je n'ai quitt6 Ics Etats-Unis que le '10
leennt honorablcs. D'une facon gene- uin. A mon arrive e I 26 de ce mois
rade, la situation de 1'enfant nalurel, A la Haye, oil rucs deux autres Colle-
non recoiinu par son pere, est une si- gues,;lessieurs D. Jean-Joseph el Pierrre
lualion anormale, dent la rIgularisa- IHudicourt, m'avaient )precede, la Con-
tion imporle au bon ordre social. ference avail, depuis le 15, commence
Tant qu'on se trouve dans une situa- ses travaux. La veille, le Protocole d'a-
tion deoce genre, la possession d'6tat dhesion a la Convenlion pour le regle-
dont on jouit est forcement instable. ment pacifiquedes differends internatio-
Nos colligues J6remie et Denis se soul naux avait 6t signed par les Reprseon-
surtout muIs du Irouble apport6 a la lants de tou s les Pays qui n'avaient ,;is
vie de l'enftant devenu majenr. Mais tli invite~ s -i la Conlt'irncce ld 1889. Mon
il piut se produiire tels cas, oni la pos- retard no in'a pas permi'l de remplir 1
session d'etal de ce Ills majeur soit drle cette fortmalild ; nos deux :lutres DIld-
a la frande, et que des interels respecta- gui s out done seous sign cel instrument
bles liennent au redressement de ctte cliplomatique.
fraud. Favoriser I'Mtablissemenl d'un J'ai trouv L e s
ordre de chose conlorme A la verit J'i t 6 La laye la siuaion
est Ie faith dcia 1islaleur. Pour [e surplus, dont je vouis avais entretenu dans di-
es verses de mes d6pechles. La plupart des
it s'en remet a .ln sagesse (in juge. questions don't la Confdrence 6tait saisie
!i. reunion consultie est d'avis que concernaient plus spncialement les gran-
pour la solution de cette dernire ques- des Puissances miilaires et maritime.
tion. on recourra encore au principe Aussi le r6cl des Rdpubliques Amrnri-
igenserl lja adople .e caines itail-il un pen' dlicat. Leurs rL-
Pus, Ia since esl ev. prsenians ne pouvaient songer A exer-
..-- cer l'inlluence qu'ils avaient eue, soit
Notre Revue se filicile de pouioir an Congris de Mexico, soit 'i celii de
donner publicity au document suivant, Rio-de-Janeiro ; ces Assemb',ies Pan-
dont le seul enonce denote le haut in- Amdricaines 6laient en quelque sore de
t'r'l et qui se recomniande asse: par la grandes reunions de famille, of per-
siginlutre de son auleur pour que houls sonne ne pouvail rester indifferent aax
soyons (li.penscs d'en faire l'dloge. matifres on discussion ; car les ques-
l tions agildes avaient, pour lous, ou pen
SPP I ts'en faut, un egal inil et; et les diver-
i gR fences de vues n'avaient jamais faith ou-
DE blier la solidarili qui unit les diverse
Rdpubliques de notre h6misphbre. L'o-
M J. N. LEGER, pinion do chacuun avait done sa valeur
Delegun d'Haili a la deuxieme Conf[- et sa place dans I'examen de problems
rence de la Paix. qui s'imposaient A attention commune,
Washington, 26 Mars 1907. a cause des consequences qu'ils pou-
6 valent entrainer pour des peuples desti-
Monsieur le Secrldaire d'Etat des Re- n s a vivre c6te-a-c6te et ayant a se
nations Extcrieures premunir centre les mimes dangers.
Port-au-Prince. ,e c mme a
Tel n'6tait 6videmment pas le cas a
Monsieur le Secr6taire d'Etat, La Haye, oh pour la premiere tois un
Les ddlcgu6s d'Haiti la Deuxieme 61ement nouveau faisail, pour ainsi dire,
eonfdrence de la Paix s'6tant separes irruption dans les dlibhrations de l'Eu-
sans avoir r6dig& de rapport collectif, rope. La presence des Republiques
je ne peux manquer, en ce qui me Americaines devait 6tre forcdment ac-










REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION


cucillie, sinon avec defiance, du moinsjfort instructifs. Dis le debut, il deve-
avec reserve. De plus, quelques unes nail pourtant evident que la D)uxieme
des Grandes Puissances se r6signaient de Conf6rence verrait sans plisir alltrer
mauvaise graice a reconnaitre la mime cloeuvre capital de sa devanci're; elle
importance au vote de tous les peuples iccueillait avec reserve, sinon avec dd-
representls a la Confdrence. Les forces fiance, les propositions qui tendaient i
polies et courtoises ne parvenaient pas y introduire la moindre modification de
toujours it dissimuler Ie malaise que cau- principle. Ce conservatism, juslili sans
sait le principe de l'dgalile des Etats sou- dtoute par le d6sir de maintenir la plus
verains, auquel les circdnstances don- complete harionio au sein do la Haute
naient une consecration de fail. Sans Assemblee, n'avail pas empich6 la dd-
laisser porter anicune alleinte a leurs pr6, ; liglion d'llaili de proposer les aineu-
rogatives, les tlipubliques Amdricaines demens suivans aux articles 8, i) et It
ne pouvaient n6anmoins s'empicher de de l'inslrument de 1'I'i.
constater que cerlaines questions rev6- En ce qui conccrne 1'arl. 8, j. ne peux
taielt une importance capiiale pour quel- mieux faire qu de reproduire ici un ex-
ques unes des Puissances du Vieux Irait de notre Expoosd de molifs La
Monde. II fallail done, en agissant avec, ( mediation special, pirvue Ai 1'at. 8,
tact et circonspection, evitcr de s'ali6- r aurait plus do chances d'abauiilr,si, au
ner de precieuses sympathies et s'abs- QH lieu d'etre confide a deux Puissances,
leni' d'inopportunes inlervenlin ns daos a elle dtail de6iree i aun seul Ela!, clioisi
des d6bats d'un inlerEl special pour a dans ules.ondilions qii ass:urent sa
d'autres.C'est I'a;titude quo la DIltgation a complete impartialilW. Dans !, syslume
d'Haiti s'est constamment efforcee de gar- ( de l'art. 8, chacunei des Natinns enga-
der, tout en prenant, dans les discussions a gees dans le conflil design une I'nis-
la part que les circonstances permet- a sance, et les autres Puissances, ainsi
talent. nomindes )ar les parties inleress6es,
Les travaux de la Confdrence out du- ( doivent s'efforcer de prvenir la rup-
r du 15 .luin au 18 Oclobre. Treize Con- t lure des relations pacifiques. Li: ddle-
ventions, une declaration el divers voeux gallon d'Haili s'est demannde si, a leur
oult el adoples. Je vous demanderai Il a insu meme peul-6tre, les Puissances
permission d'en rendre compile dans a charges de la mediation in'auraient
l'ordre suivant : a pas une certain tendance a se consi-
I a ddrer come tenues aval:t tout de prd-
senter sous le meilleur aspuct possible
Convention poun le Rjglement a la cause des Etals qui les auraient choi-
pacifique des conflicts intel natio- sies. I1 est a craindre que, conmmein cla
naux. a n'est que trop souven arrived dans los
< cas d'arbitrage par suite de compro:nis,
:\fin d'empcher d'irrilans ddbals en K les Puissances mndiatrices n'dpuisent
seance pliniere, la Confirence avail con- a leurs efforts i rechercher avant tout
fi6 a des Commissions l'exanien prea- a la solution la moins desavaltageu'e
lable de loutcs les questions qui devaient a pour leurs clients respectifs. N'ayant
lui eire soumises. Et, pour taciliter leur a pas de Tierce Puissance pour ies do-
liche, certaines Commissions s'elaient a parlager, clies ont moins de chance
elles-m6mes subdivisdes en Sous-Com- a d'arriver A une enienle, et leur disac-
missions. La premiere sous-commission ( cord risquerait d'avoir de graves con-
de la premiere commission fut ainsi a sequences en laissant aux parties en
charge d'6tudier les modifications que a conflit l'impression qu'elles n'ont pas
pouvait necessilcr la Convention de 1899 a tout a faith torl. Au d6but d'un difle-
pour le reglement des conflicts interna- ( rend de nature a compromettre la paix,
tionaux. Cetle Convention, qui est ap- i n'aurait-on pas indlrit a defdrer le r6le
pelee a rendre d'immenses services, a a de mediateur special A un Etat degag6
donn6 lieu a des d6bats approfondis et i de loute preoccupation? La De61gation










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Sd'IIaiti prend la liberty de proposer do l raient, ont, i cause des proced6s em-
Sne confier aux deux Puissances disi- ploys tris souvent, laiss6 des ressen-
( gnees par les Parties en confli que le ( times que 'on aurait pu 6viter, en
a droit de choisir une tierce Puissance, I demandant A 1'arbitrage un reglement
t charge dn rdle effeclif de nmdialrice. equitable. Dans ces sorts de diffe-
< Celie pierce Puissance ne tenant pas son ; tens, il y a, en effect, presque tou-
Smandat directement des parties int- ; jours des comptes A 6tablir on des
< ressdes, arrivera plus facilement a leur chiffres A examiner. Et des juges imn-
a fire entendre raison : du mo!s sa pa- a partiaux, en fixant le quantum des
< role paraitra moins suspect. < dommages 6prouves ou des pertes su-
Quant i l'article 9, la Dilegation < bies, ne provoqueraient aucune ai-
d'Haiti pensait quil pouvait 6tre modi- greur dans les ours doc ceux qu'ils
fi6 die facn a donner aux Puissances auraient condamncs. L'arbilrage sem-
signataires la faculty de suggerer anx ble dnmc tout indiqud pour le rigle-
Parties en lilige le recours aux Com- 1 men de ccgenrede diflicultles. n con-
missions Internationales d'Enqucte. Elle < sequence, la Deligation d'llaiti proposi
estimait que les deux Etats en presence (( d donner i I'article 1( la forme sui-
pouvaient, pour des raisons dte haulte t vanl e DaIns les questions d'inlerprela-
convenance personnelle, hisitor pren- lion ou d'application de conventions in-
dre I initiative do la mesuro, et que la a lernaiiionales, dans lbs questions d'or-
suggestion faile ia ce sujet par une Puis- dre juridiqtue, coincn anusi dans les
sance n'avant aucun inter&t immediate ( rdclama(ions pour dommages ei pertes
dans la conlroverse facililerait peu etre ,, pecuniaires, I'arbilrage esft reconnu par
le Iecuurs A l'enquetc. !,ari, 27 do( la a les IPissawces signalaires cominm le
convenlionI de I!S', aullorisant les Elats mnoyeri le plus efficace et n mi.me lemps
signataires it rappeler aux Puissances on ,l plus dquiltble de rfoler les liliges qui
litige que la Cour Permanente leur 6tait n'ont ps i/C resolus palr les voies di-
ouverle, il no pouvait v avoir d'incon- K plomatiqucs. ,
venient srieux ft accorder aux nations,
disposees it offrir leurs )ons offices ou Le Comitl d'Examen auquel ces
lour mediation, la mime faculty en cc amendemens furent reonvIye ne crut
qui concern l'organisatinn des Comn- pas devoir en recommnander I'adoption,
missions Internationales d'Enqnute. en ajoulant, pour 1'art. S, qiie ( la Com-
helaiiv\cment ;' I'amendimen p roposed mission aurait vu avOc regret tout
a l'arlicle 1(i, la delegation d'Hlaii s'ex- < changement apportd au texte de cet
prinmait comme suit: En des conflicts k article. qiii conslilue n ingdnieux sys-
a dangereux pour la paix, provoquis le a time de mediation. )) En reality, 1'on
a plus souvent par des r6clamations qu' s'c'forcait de ne laisser porter aucune
a un examen impartial n'aurait pas man- alleinte a 1'esprit de la Convention de
a que de reduire i leurs justes propor- 1899. Et, en ddlinitive, I'ou n'y a con-
< tions, le Congris des Rdpubliques Amd- senli, en grande parlie, que des modi-
a ricaines de Mexico avail dcid( de d d- fications relatives a des details de pro-
( ferer i I'arbitrage routes demandes cdlule. C'est ainsi qu'on a prdcise au
c pour dommages et pertes p6cuniaires tilre III la procedure a suivre devant
< qui n'auraient pn 6tre regl6es par la les Commissions Internationales d'En-
< voie diplomatique. qu6te ; ce Titre, qui dans la Convention
a La dd(elgation d'Haiti no croit pas 1899, ne conlenait que 6 articles, en a
( exagdrer en aftirmant ici que plus d'un maintenant 28, c'est dire le soin que
< regrettable inalenlendu entire l'Ancien l'on a essay de mettre dans la r6gle-
a et le Nouveau-Monde a eu sa source mentation des formalit6s a suivre ; l'on
u dans les reclamations prisent6es pour s'est aussi sp6cialement occupy de I'an-
c dommages et pertes p6cuniaires. Et les edition ds temoins et des moyens d'as-
( solutions adoptees, pour justes qu'elles surer aulant que possible leur comnparu-
a aient pn paraitre a ceux qui y recou- tion.











REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


A la nouvelle Convention on a ajout! la trouve si important et surlout grosie
un chapitre IV traitant de la procedure'de plant de conseIquences pour I'a;venir
sommaire d'arbitrage. Cette heureuse iqe je vous demaudela permission de
addition, due A l'iniliative de la I)ele-I reproduire ici le texle (lui consacrc celte
nation Francaise, est destindec al aciliteri innovation. L'article 53 de Ic-lnouvelln
la solution des litiges d'uin oidre techni- Coiivoelion esl ainsi concu : La Cnour
que qui exigien une procedure simple permanenite est copnill enle pour I'ola-
et rapide. Pour ce genree Ile lilrends, blissement du compromise, si les Par-
point n'est hesoin de recouiir a'nx lu- ltics sents d'accord pour s'en reelttre
mieres des Juges inscrils sur la liste do a! i elle.
la Cour Permanenle d'arbilrage ; il esi a Elle est dgalement comppettene, md-
iinsi laissn anux parties la faculld dIe ie si la delanmde est f;iit' sculement
faire appel a des hs o es iynml desl par l'une des Parties, alp's li'un ac-
connaissances specials et partial, mieu cord p.;r l voice dip)lhonlique a ele
en mesurc d'ap)precir les difliculcts ai ,, vainiemeni t essay qua:id it si'a gi
Rancher.
0 lo D' un ldiffrend ren tranl d ui.s
Quoiqu'iil n pnisse lre, la plus in- ti al d'arbitrage g6nd ral, conclu u
porianlc modificlilon introduile dans la re noveld apres la Inise on viguleur de
Convention dle ~)!99 est, i inmou hum- celle convention et I]ii prev(it pour
ble avis, celle qui sc trove consignee chaquoe diff6rend 0 ,n comnprom is 0t
dans 1'articl 5:i de la I nouvelle Colnven- Ii'cxclut. pour ldlallisseimeil de ce der-
lion. Get article 5; consaicree c princiPe nie i explicitement ni implicilement
du compromise obligatoire, propose el I .ompetence ie tla ( olr.
brilla:nmten detendu par la i)Dlegation
Allemande. L'Ailemagne estimail qiue Toutefois le recours i la Cour n'a
l'arbitrage serait un vain mot, si le Par- P lieu, si 1'autre t'iie dP~care q'1
ties qui i'accepteon pouvalent s'y sous- son avis, le (litffreud n'appartient pas
traire. sinon en refusani ouvertleeint die la ; catgorie des difllrends il soumel-
signer le compromise, dn moins en iu- tre i un arbitrage obligaloirl', a moms
sistant pour' y insurer des conditions (ue le 'ralt d'Arbi tge n conmere
inacceptalbles ,por I'autre contendanit allu T'ibiual Arbitral.le pouvoir de deci-
d'I it la necessity de collier I des tiers dler celie (lestion pre:dable;
n'avant aucun intPdrt (dan's Ic ddbat ( 2o D'un different provenamit de det-
1'6tablissemcent de I'acle qui constilue, tes contracluelles, reclaihdes i une
en quelque sorte, It mandiat des arlilres. PHissance par lne auire Puissan ce
L'idde, pour ge6treuse qu'elle fit, ne coiimei dries a ses nationaux, el pour
conslituait pas moins une atteinlt aux la solution duquel I'offre d'arbitrage a
principles jusqu'ici admis en maliere eld accepted. Celte disposition n'est pas
d'arbitrage, oh1 la liberal d'action des app!icable, si l'acceptalion a 0t6 su-
Parties en cause diait le moins possible bordoonce i la condition que Ie com-
restreinte. Aussi ne manqua-t-elle pas (de promise soil etabli selon t11 autre mode.,
rencontrer une ceriaine opposition. Elle Meine sous la for:nule prudenie et
fut surtout comlbattue par la DlDd atlion limilalive don't on I'a enveloppl,ple princi-
Anglaise qui, au sein du Comiil d'Exa- pc du compromise obligatoire consllue
men, soulint que le compromise, qui doil une tell dlerogation aux id6es couran-
determiner l'objet du litige e pouvait les, (iuil im rile do rlenir l'attenlion ;
etre consider come uoi simple a;le de et 1'on ne saurait suivre avec trop d'in-
proc6dure et que la facon don't i 6tait teret I'eff't, qu'il aura sur les relations
redige pouvail s6rieusement ( pr6juger ) internalionales. En attendant, I'on a
les inter&ts des Parties. Les critiques vouii donner quelques garatlies aux
don't elle a dt6 l'objel et les reserves for-, Parlies a qui l'on enlevait le droit d'ar-
mul6es par la Suisse, la Grecc, la Tur-' ruter leur propre compromise. Et il a 6t6
quie et le Br6sil, n'empech6rent pas la decide que quand cetle mission compd-
proposition allemande d'etre adoptee. Je terait a la Cour Permanente, 1'on en.









REVUE DE LA SOCIITEI DE LEGISLATION


chargerait une Commission de cinq mem- Etals. Ces formulas elaient d(ej assez
bres, i d6siguer come suit: Chaque restrictives pour coutenter ceux qui n'a-
Partie nomme deux membres, don't un vieaOt pas une foi ardent dans les
seo peut dire pris parmi ses nation ux bionfaits die I'a)rilrago obligaloire. Elles
on c(ix drsiguns par elle a la (our Per- no leur paruront porta nt pas suffisantes.
manente. Les quatre imembros designntIe Ei avoc le louabhl d6sir de rdunir I'una-
un melmbre-tiers; ei cas do disaccord, nimit6, lon consacra un temps assez
le choix de ce meibre-tiers est confic long a rechercher des combinaisons plus
Si une Puissance ddsignie d'un common on moins ingenieuses.L'on imagiua tant6t
accord par les Parties ; s'il n'y a pais une lisle de cas pour le-squels l'arbitrage
d'accord ce sujel, chaque Pa.rlie d6- serait obligaloire, ( proposition des Etals-
signe ute Puissance difflrenoe et les deux Unis,) tant6t une listed, accompagniie d'un
Puissances dd-ignent lc membre-tiers. tableau, on l's Parties pouvaient choisir
Si elles ie parviennent pas a s'en enldre cells des Puissances avec lesluelles elles
dans le d(lai de deux mois,chacune d'elics d6siraient prine ndro I'en-ageient de re-
prlsente deux caididals pris sur la likte courir a cc mode de regleimet ( propo-
des membres de la Cour Permancente et si[o d la Gram'e Brol;trie. ) Les Elats-
qui re sont ui Ies nationaux des Par~ies Unispuissammenit seconds par la France,
ni designs par el!es come inemiibres la Grande Bretagne, le Portugal, lute-
d, la Cour ; le sort determine lequel des rent courageusement poir faire accepted
candidates sera le membre-tiers. l'arbitrage obligatoirc, mdnme sous la for-
Cette miuutiense procedure suffirail a me la Iplusrestreinto'.Leurs efforts 6clioue-
elle seule pour olablir combien delicate rent devant I'opposilion de 1'Allema-
esl la modification consacr('e par I'arlicle gne, sou teue nolamment par 1'Autriche
53 de la nouvelle Convention. Ilongrie et la Roumanie. II faut cepen-
dauil recoailaitre Iqe les objections de
II I'Allemagne fuirent loin do presenter le
caractlre irrdductible qu'elles avaient as-
Arbitrage Obligatoire sume :I la Conlfrence de 1899 ; cc qui
est siurement d'un I)on augure pour l'a-
L'art. 16 de la Convention d(e 89!), venir. I)ans les inslrnctives ctl intdres-
devenu aujourd'hui *l'article 8 de la santes discussions auxquelles la ques-
noivelle Convention pour le rIglement lion donna lieu, i'Allemagne se declara
pacitique des coiflils internalionaux, celte Tois favorable an principle de I'ar-
mit en presence les partisans et les act- hilrage obligatoire e!le serail mrme
versaires de l'arbitrage obliga'oire. Sous dispose, pour les traits a conclure et
le pretexte d'amender I'article 16, des quand la malikre le comporterait, a
propositions tendant a 6tablir ce mode faire pnietrer cc principle dans la prati-
de reglement pacifique furent prescnliee que internalionale. (r) Mais elle soutint
par les Etats-Unis d'Amerique, le Portu-- qu'un tel principle n'avait pas sa place
gal, la Suede, le Chili, le Brdsil, la Suis- dans on trailed ( mondial et qu il n'a-
se, la Serbie, la Grande Bretagne. Le vail des chances d'aboutir, de donner de
nombre de ces propositions prove bous rdsullats, que dans les conven-
qu'il y avail, au sein de la Conference, lions individuelles,v consenties de gr6
un fort courant en faveur de l'idde. La a gre, en pleine connaissance de cause,
majority de l'Assembl6e paraissail, en par les Etats qui les auront siglnes. Et
effect, disposee a d6clarer l'arbitrage obli- a la stance dck 5 Octobre 1907 de la
galoire. Mais si I'on l6ait d'accord sur leo Premiere Commission, le Baron Mars-
principe, I'on ne s'enlendait pas surson chall von Biebenstein r6suma come
application. Il est A remarquer que toutes suit l'opinion de son Gouvernement
les propositions soumises a la Premiere
Commission contenaient des reserves rela- (1) Rapport du baron Guillaume, page
tives aux questions touchant les in lrlts 52- Seance du 5 Octobre de la Premiere
essentiels,l'honneur ou l'ind6pendance des Commission.










REVUE DE LA SOCIETi DE LEGISLATION


< Si nous n'emportons pas de La Haye
'instrument d'une Convention mondiale,
nous prssenterons a nos Gouverne-
nents un travail qui les aidera a conti-
nuer en pleine connaissance de cause
leur route vers le noble iddal de l'ar-
bitrage obligatoire, g6ndral et univer-
sel.
Pour laisser sans doute au temps le
soin de completer I' evolution de I'idee,
la Dleuxieme Conftrence Internationale
de la Paix 6vita de prondre une d6ci-
sion definitive. Ec;;rtant un project ac-
cept6 par la grande majority de la Pre-
mi6re Commission, elie se conlenta de
la declaration suivante, qui fut vote a
1'unaninmil :
La Conference, se confornimatl i l'es-
prit d'entente et de concessions reci-
proques qui ost I'esprit medme de ses
deliberations, a arrel0e la declaration
suivanle qni, tout en reservant a cha-
cune des Puissances reprdsenlees le
bCndfice do ses votes, leur permet fi
ioules d'aflirmer les principals qu'eiles
considerent come unanimentent re-
connus :
< Elle est unanime : lo A reconnaitre
le principle de 1'arbilrage obligatoire,
20 A deiclarer quc cerlains diffdrends,
et notamment ceux relalifs a l'intorpreta-
tion et i l'applicalion des slipulalions
convenlionnelles interntlionales sont
susceptible d'tlre sonmis ;A l'arbitrage
obligatoire, sans aucune restriction.
< Elle est unanime, enfin, A proclamer
que, s'il n'a pas dt0 donn6 de conclure
des maintenance une Convention en ce
sens, les divergences d'opinioiis qui se
sont manifestIes n'o I1 par d6passe les
limits d'nne controversy juridique,
et qu'en travaillant ici ensemble pendant
qualre moist, tones les Puissances du
Monde, non seulement ont appris a se
comprendre ct a so rapprocher davanta-
-ge, mais ont su dgagoer, au course de
cette longue collaboration, un senli-
ment Irres elev6 du bien commun de
I'hlnumnited.
Tel est le resultat oblenu pour le mo-
ment. E! l'art. 16 de la Convention de
1899 qui provoqua plant de laborieuses
negcciations fut, en d6finilive, mainte-
nu dans sa forme premiere. A l'art. 38


qui le remplaCa l'on a ajoulW I'alintia
suivant. qui enforce pour ainsi dire le
caract6re facultalif de l'arbitrage. II se-
rail desirable que dans les liliges sur
les questions sus-menlionnIes ( questions
d ordre juridique, questions d'interprd-
lation ou d'application de Conventions
internationales,) les Puissances contrac-
tnntes eussent, le cas dcheant, recours
i l'arbitrage, en plant que les circons-
lances le permeltraient.
La delegation d'Haiti n'avait pas cru
devoir dfenldre son amendment ten-
dant it fai:'e comprendre les rdclamations
pecuniaires au nombre des questions
pour lesquelles il serait desirable de re-
courir i lr'arbitrage, parcel que la pro-
posilion des Etats-Unis, relative i la
limitation de I'emploi de la force pour
le recouvrement des dettes conlracluel-
les pernetlail jusqu'iL un certain point
d'alleindre au rsniltat que nous nous
proposions.

Convention concernant la li-
mitation de 1'emploi de la force
pour le recouvrement des dettes
contractuelles.

Au commencement du XXe sikcle,
l'Allemagne, la Grande-Bretagne et 'l-
talie crurent devoir recourir iA la vio-
lence pour contraindre It VWnizudla a
resoudre des dilrerends oil il n'y avait
en jeu que des questions d'argenl. Elles
proceddrent au blocus dil pacifique de
ccrtains do ses ports. La Plpublique Ar-
gentine, par l'interniediaire do son Mi-
nistre des Relations Exitrieures, Mr
Luis Drago, protest vivement conlre un
tel emploi de la force pour le reglement
de r:clamations p6caniaires et demand
au Departement d'Elat fi Washington de
l'aider Ai mettre fin a une pralique qui
lui paraisailt contraire hi I'equil6 et i
la justice. Ainsi prit naissance la doc-
trine, connue aujourd'hui sous to nom
de Doctrine Drago. L'initiative de la Re-
publique Argentine n'avait pas manqu6
de provoquer le plus vif interet. Et
presque loutes les Republiques Ameri-
caines I'accueillirent favorablement.
Elle s'imposa ainsi A I'atteotion du Con-
gres Pan-Am6ricain qui se r6unit A Rio


__ _1_1_









88 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


de Janeiro en 1906. Dans 'espoir saps la dette, le temps et Ic mode de son rC-
doute de fire accepted celle doctrine glenient et la garantie, s'il y a lieu, a
par toutes les Puissances du mionde et de donner pendant tout delai dans le paie-
la Iransfornmr ainisi en principle uni- ment.
versMl de Droit International, le Congres Entre autres raisons exposes A l'ap-
de Rio s':bstint de prendre une deci- pui de sa proposition, le delegue des
sion d6tinilive I ce sujet. Elals-Unis avail fat valoir les suivan-
La question fut njournee por etre les : ( 1 ) L" eas qui si presence le
examine i la I)euximie Conference a plus frquenimm cn et celui d'un ca-
Internationale de la Paix, A laqulle cll le pilaliste on celui d'un speculateur qui,
fois touts les Republiques de l'Aineri- a privant son pays dt ses services
que avaient Wtl invitees. El M. Root, qui, o( ou de son argent, va courier l'avenlu-
comme Secretaire d'Etat des Etals-Unis, r re i I'cilranger i1:iis !'unique objet
s'est acqr-is plant de titres la reconnais- %t d'augmeniter sa fortune parliculiere.
sance des Nations de notre h'misphire, a S'il g In I des millions, il no partage
montra d6s le dbut !a plus vive sym- (| I jis son Ibiietic ve tvc son Gouverne-
pathie pour le principe, don't l'adopiion i i ent, mais s'il perl, ii ira jusqu'a lui
ne peut manquer i'assurer de meilleu- l demanded de fairne l guerre pour lui
resrelations entire I'Europe et I'\Amdrique. < a.siurer les sommnes iiu'il pretend lui
Aussi la Dilegation des Etats-Unis it la a 0tie dues et qui solvent soot dnmesu-
Deuxienm Conf'rence Internationale de rtuncent exaggrees. Assez souvent, il
la Paix, recut-elle pour instruction de!q alch:le A: vil prix les litres de rente de
saisir !'Assemnblee (o ia question do 'em- a(( 'EIa ddbiieur et i demand qu'ils lui
ploi de la force pour le reconvrement (a silent ri;nbourses au pair.......
des dettes. El dis le 2 Juillel, le G ndral m I'iarmi les questions don un Ministre
Porter dOposail la proposition sliivante : a des Affaires Etraungeres pent avoir a
t, Dans Ie but d')viter t nlri nations des K s'occnper, il n'y en a pas de plus
conilils arms d'une origine piuniiaire, ( ennuycuses, de plus embarrassantes
provenant de dtlies contractuelles r1- (< que les questions pecuniaires des par-
clances an Gouverniement I.l'un pays par a liculi rs contre un Gouvernement
le (ouvornernment d'un autre pays com- v dltranger, quand elles sont formulkes
me dries A ses snjets on citoyens, el t d'a|prs les )!ropres evaluations les
afin de garailir que toules les dettes a interessds et qn'on exigp lepaiement,
conlractlnelles (de cellt nature qui 'au- a inme si cela doit entralner la formi-
raieni pu I re rigldes it amiablee par dable iventuaIit in'unee guerre. Si I'on
voie diplomatique, seron[ souniises a a faisait savoir aux capitalistes et aux
l'arl)iltrage, il est convenu qui'aucun re- a spciulateurs entreprenant des affairs
course a une measure coercilive impli- ( financieres avec un Gouvernement
quant I'emploi de forces inilitaires on elranger, qu'ils doivent so rigler d'a-
navales pour le reconvrement de telles < pris le principe caveat enptor, ou si
delles contractuelles ne pourra avoir a on faisait comprendre au moins que
lieu jusqu' ce qu'une ofre d'arbitrage Ile Gouvernement de leur pays ue met-
ait et'1 faile par le rclnamant et refuse a( tra passes moyens do cercilion au ser-
ou laissee sans response par l'Etat ddbi- a vice de leurs reclamation, tant qu'elles
teur, ou jusqu'a ce que I'arbitrageo it a n'auraient pas c16 lIgitimees par in ju-
eu lieu et que 1'Etat debiteur ait man- t gement, tant qu'une Cour comp6tente
qu Ai se conformer A la sentence ren- a on un arbitrage n'en aura pas consta-.
due. < t6 la vraie valeur et n'aura pas recon-
< II est de plus convenu que cet arbi- nu que la Nation d6bitrice avait alors
trage sera conforme pour la procedure K refuse arbitrairement de se soumettre
au chapitre III de la Convention pour le au jugement rendu, les chancelleries
Reglement pacifique des conflicts inter-
nationaux adoptee a la Haye, et qu'il (1) Premiere sous-Commission de la premiere
determinera la justice et le montant de Commission, Stance du 16 Juillet 1907.









REVUE DE LA SOCIPITE DE LEGISLATION


a seraient decharg6es d'un de leurs de-
a voirs les plus vexaloires el les plus
a embarrassants ........
Vous me pardonuerez d'avoir repro-
Sduit un si !ong extrail du discours du
(i~iGral Porler. Mais Ai mon humble avis,
c'est le meilleur noycn de vous don-
ner un, cl.e idi e i de s vrais motifs d'une
propos'iio:, qui tI etl diversomrent com-
in'iite,. Elle fur accepted sans reserves
p-ir pliisieurs des Grandes I'Pissaaces
;i, lI'Europe, notamment I'Allemagne, la
Grade Brelagne e' la Iussie. Mais elle
provoqua an peu id deception clez cer
Wines ids O RC publiues Am' i Ha Wines, qui
crurenr y voir tine sorte Ide saicllion Ai
l'tnploi B Mvenitiel de l:a force l,' inntliere
pecuniaire.
Telie Ilu'tlle a 6td prisenile e t admise,
la proposiion Por:er ne rdalise ccrles
pas l'iial tie beaucoup. i1 nle faut pour-
tant pas oulblier qu'une idde n'atHinl
pas du primcier coup a son complete d-
velo)ippeentl ; la ptiiodte de gestalion
est'plus ou moins longer, suivant li'A-.
portaice des iietdrls e!O ieu. Dans l'espX-
ce,ils';gissail, de meltre Al'accord des vies
diamnlraleient opposes. Nations crean-
cieres it Nations debitrices se trouvaient
en presence les droils ties unes et des
autres dtaient dgalement respectables.
Tout en cherchant le Irioinphe de la
justice, it important de n'claroucher per-
son:ne, afin de ne provoquer auciue ie-
aciion. Si l'expdrience une l'on tenic au-
jourd'hli done i'heti.rux rc s l;tati elle
contriibuert puissaninent !a a iflisation
du rive do ious ceux qui pensent qiue
l'emploide a force n'est pas pase Ius 1i-
giLtinn moyen die rigier les rdelanmations
p6cuniaires. En allendant 1'accomplisse-
ment de ce progris, It proposition des
Etats-Unis d'Amerique peiut tre consi-
deree comm le Ipremier jalon pose dans
la voie de quite, come le premier
pas vers nn idia plus iievd de justice et
de fraterniti universelles, A cc lite, elle
mrithai d'dlre soutenue. Aussi bien,
la Delicgation d'Haiti que personne ne
pfut soupponner de favoriser le reccours
a la force, n'hesila pas A se pronoucer
en sa taveur, tout en trouvant ccpen-
daint qu'il serail imprudent de donner
aux arbires le droit d'indiquer les ga-


rabies a fournir, quand des deslais se-
raient accords pour les paicinents a fai-
re par la Partie condamnie. En son nomi
je presenlai ces vues Li la stance du 23
juillet tie la Premiire Sous Commission
ie la premiere CIommission !t je pro-
posai un ameiind'.'men tendant A la sup-
pression (du iiilebre de phrase qui tiu-
iorisail le Iribunal arbitral A se pronon-
ces sur lcs giranlies a oihrir. Ferme-
menii convaincil lii service que la pro-
posilion des lilats-Unis esl appeleu e a ren-
dre i :louleesles Nalions (que des ma-
lheA'rs imm rits peuveni frapper,la De-
lQg,!iot d'H-.ili. dans ia -iance du 27
Juillec, renouvela, ,par 'organe!i( de kMon-
0s ur Iludicourt, sun adlhion an prin-
ciipe, loul en.i aisanti une foi de plus.
conaithre qu'elle n'en!cniliat pas sanc-
tionnier l'emiplci de la force. L'! d6ee-
gatioin des Etats-Unis voth.ut lien preu-
Ir',1 notre amendetme' t e:a consideraliin,
elle li prselta une notivelle formula, oit
se t!riIvail sl)pprine le :nemibre de
phrase relatift la garanlie a donner en
cas de delai pour les p'lements a fire
La propositoi ainsi amenicile recueillit le
sulf rae presque unaniinme ti la Conufren-
cc et devint une Convetiliolt on sept ar-
ticles, don't les pins iinmptalntis sont ies
deux premiers ainsi rldigis :
Article ler Les Puissances contraclan-
(( les sont convenOute de ne plus avoir
K recours i la force armde pour le re-
a cotitrement de tde/es conlrac!delles,
q rdclmunes a( Govwr'nipmentl d'un puys
a( par le Goucernemen[ d'unm a:itre pays
( col)nime 4 dies ( ses inatlioniiux.
a Toutefois, celte slipolalion ne pour-
ra dire appliqutee quanld IEtal dcbiteur
refuse on laisse suans r('tlonse unie offre
d'arbitrage, on, en cs d'acceplation,
rend impossible r'elablissei'ent d(n com-
proInis, o:, aptres I'rbitrq:age, manque
de se eonflormer (i la sentence rendue. >
Article 2.-- ( II est dt plus convenu
qut l'arbirage, inme ionn dans 1'ali-
A nea 2 de l'alricle prtctident, sera sou-
< mis la lproe(dure prdvue par le Li-
w ICe IV, chapilre 3 de la Convention
d de la Have pour le reglement pacifi-
c que des conil ts internalionaux. Le
a jugement arbitral determine, sauf ar-
a rangements particuliers des parties, le










REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


( bien fond de la reclamation, le mon- ses deux puissants adversaires, I'Arli-
a tant de la dette, le temps et le mode boniterentra dans la baie desFlamands,
a de pavement. et son commandant, apres avoir fait
Les autres articles s'occupent de dd- descendre I'equipage el la garnison, le
tails de pure forme et n'affectent point fit echouer et I'abandonna i lui-mrn e.
le principle admis. 11 est evident que la. Cette dtnmi-salisfaclion ne devail pas
nouvelle convention, pour imparfaite rester A Salnave. II ne tarda pas ai voir
qu'on !a trove, donne aux nations de- I'ennemi venir sous ses veux renflouer
bitrices une garantie qu'elles n'avaient I'avio et le ramener en trophee dans le
pias autrefois.Elles avient dt6, en effect, port des Cayes, d'oh Domingue l'expn-
bien souvent forces de payer des crlan- dia avec des troupes pour repren. ',
ces don't les Puissance's reclamantes n'a- Aquin. Fallait-il taut contribuer a si!
vaient pas pris 'la peine de v6rifier le propre malhleur ? Salnave n'd;til janais
bien fond6. Les nations debitlices an- long i so ressaisir. E apprenmint 'a re-
ient maintenanl la chlnince d(e (laide(r prisee d'Aquin par les Cacos. il done
leur cause deviant des jugies impart i auIN l'oirdre it S-Vil John il'aller cooper les
et celles qui sont de bonne foi n'ont pas communications de cette ville avec
a craiudre l'emploi de la force; car I'inldrieur. Dans un ordre du jonr i
ellesex6cuteront toujouLs loyalement les son armie, il s'efforce de rclever le cou-
sentences qui auraient edi rendues con- rage des troupes :
tre elles. En outre, ;pres l'echange de Vous savez qu'apres avoir dichoue
vues et les declarations qui ont eu lieu I'Artibonite qui avait l d abandonn6
au sein de la premiere Commission, il par son equipage a l'apparition de ces
est evident que les grandes Puisanccs ,iratales, Brice a pu surprendr-e la ville
hesiteroot de plus en plus a recourir a d'Aquin, en couvraut encore ses navi-
la violence a 1'appui de ric!n:!alions pe- res pirates des couleurs anglaises et al-
cuniaires. La conscience u1iiverselle a lemandes.
condamni cette iniquild ; il faul cspinl'cr Redoublez done de zle et d'ardeur,
que sa decision sera respectee par tons. ciloyens et soldats, afin de leur rendre
vos limits infranchissables. Soyez fer-
.1. N. LEGER. nies el invincibles je suis toujours la
A suivre. pour vousconduire i la victoire. Main-
11_ __ i tenez ces misdrables toujours enfemnies
SOUVENIRS HISiORIQUES dans la ville d'Aquin jusqu'i l'arrivee
de notre lloltille. Ce sera le drnier
coup pour les Cayes ol une bien terri-
La PrsidenCe de Salnave, ble lecon pour St-Marc, res deux prin-
(suite) cipauxfoyers du brigandage qui desole
ldepuis longiemps noire malheu.c'ux
Salnave qui, depuis le depart de ses pays. Encore un peu de patience.))
navires, s'attendait a recevoir des nou- (30 aott )
velles rassurantes, out la d(tsagriable Brice, diait, eii elet, arrive aux Caves
surprise, Ic 25 Aofit, de voir entrei les avec les bateaux qui avaicnt passe d'a-
deux bateaux ennemis dans la rade des board le prendre aI Jdremie. Ses volon-
Cayes. Les cris de joie des assieg6s taires venaient prOter i Domingue in
montaient a un lel diapason que 1'echo concours aussi precieuxque celuiqu'eU
en arriva jusqu'a lui. II ful couslerne f(vrier. Momplaisir Pierre avail ap-
de la deceptionl port a la Capitale du Sud.
Quelle force opposer a' ces nouveaux L'ancien aide de camln de Gelfrard
venus'? 11 n'y avait dans la rade pour jouissail alors sur les troupes revo!u-
garder le blocus lue le petit baieau da tionnai-ers de la Grand'Anse d'un as-
ervice-accelerl, l'Aitibonite, comman- cendant considerable, qu'il devait a son
dd par le general Chirilus Pha- entrain communicatif, a son audace et
nor. Incapable de resistcr au cloc de A son impituosit6. C'etait sans contre-










REVUE DE LA SOCIITIP DE LEGISLATION


dit l'une des plus brillantes figures de W'cst pas pour choquer, si cile s'ac-
I'insurrection. Nomme6 i 25 ans depu- compagne d'une valeur riellc. Sa supe-
t1 par a ville de MiragoiAne, il avait rior;lt venait d'un talent naturel d'or-
tout de suile pris rang dans l'opposi- ganisalion, qui lit dte lui un vrai chef
tion parmi celte jeunesse intransigean- d'armie. Personnel ne savail mieux ti-
le, decidee i ne faire aucune conces- rer parti des e16ments dout il dispo-
sion au Gouvernement, s'il i'acquiltait sait. )Des qu'il s'apeirev;:it qie parmi
inlegrulenint les piroln sees lib rales, les prisonniers, il v en :tvii! d'ulili-;a-
dont oI s'6t!;il aulorise pour proyoquer' biles pour le service de l'insur-
I]a chute de Geffrard. reaction, il s'empressait de les en-
Lors de I'interpetlalion Montas, Brice cadrer dans ses e1gions, et par
fiat des orateurs (qui parl6eent conlre le sa maiire de les trailer, s les
Cabinet. La facon don't on Iraila la re- allachait dfinitivement.
presenlation national, a la suile de Pour se maintienir L Jrem&nc en face des
celle *mnem: orable stance. lFiidiligna el banldes soul;ev'es, i! I i La t,!i fail'en on-
'aigrit ai jamais conite Sali:ave. tre d'une inlassable aclivite. (" 6 aient des
LA'cte du. T;oun lui fournit l'occasion nmontagnards, ioins habile; assrement
de proleteer les armes I la main contre que ccux de Vallidre dans i'art des em-
le nouveau regime. Sous l'aitorilI buscaides, peut-itre noins bien entlni-
dui Genral Normil avec qui il geds et comnmandds, in;iis non moins
avail quilti Port-au-Prince, il par- lcnaces et redoutables.
ticipa a la piemiere campagnic mi- Oi no rdussissait ai disperser leuri
litaire et la poursuivit junqu'a la i cin'mpeinents sns cesse reformies qu'eI
traile de Crrefour. -- Envoyd6 i .;o org;nisant des colonnes mobiles, diri-
mie par le g'neralissime, il Irouva lb un' gdes le plus sonvent par Brice en per-
th6ditre dig;e de ses aplitudes et ne tar- sonne. Cette pdriode de coutinuelles es-
da pas a s acquerir la sympathie des carmouches se prolongea pendant plus
.ieremiens, toujours enthousiastes de la d'une ann6e. Salnave a la fin envoya,
Sbravoure. II savail parler le language pour diriger les operations contre ,lr6-
qui plait aux combatants hailiens, mie, le Gdneral DMlice Lesperance, an-
qu'un peu de gasconnade A la Murat (1) cien Commandant de l'arroudissement
1 Mura, s doue qai de la Grand'Anse. Mais Delice, person-
S) Murat, n sa double qali dellement brave, ne sut pas' imposer
prince et de beau-tr6re de Napolon, se nellement brave, ne sut pas simposer
trouva un moment charged du comman- aux chefs de la contre-rd;ction, ni em-
deimen general de l'nrmee en camp agne pecher Brice de dominer et derefouler
( Ul. ), Ayant eu i prendtre quelques a ce point s"s advers:;ires qu'il put
dispositions relatives a l'ennemi, il rdu- quiller Jrenii avece le gros do ses vo-
nit les gLndrraux pour les consulter. Les lonlaires e: se porter aux Caves, oui il
avis furent parlages et I'on discuta lon- se signal, come ious I'avons vu,
guement. Impatiente, Mural se live et ditj des son arrivee, par la price d'Aquin.
qu 'i ne compriend rien h tout ce qu'on Salnave venait A peine ie recevoir cet-
vient de proposer. Quant lui, ii a pour te mvaise noee pprait a
habitude de fire ses plans en face det mauvaise novelle qil apprena a
l'enuemi. C'etait manquer de conve- chute des Gonaives.
nance envers des hommes de la valeur de Le glorieux vaincu de 1'Artib ilte
Ney et des autres grands .marechaux. Is'ltait transporl le 29 Acil a la capital
On ne dit imoi, mais a I'arrivde de Na- avec son arm6e et ses bagages. Si hono-
pol6on, Ney ayant recu la mission d'al- rable que fit la capitulation, elle n' n
ler deloger 1'ennemi de 1'autre c6t6 du produisit p;is moins une sensation tres
fleuve qu'on avait en face, s'appro- vive. Le ministerelit publier un ordre
cha tde Murat et lui dit : ( Prince, venez du jour dans sequel il exaltait et ce-
maintenant avec moi fire vos plans en
face de I'ennemi.n Voyant partir alors le 6brait le courage de cette arm6e et la
marechal au galop de son cheval. Napoldi bravoure de son g6enral que, quatre
on ne put s'empdcher lui-minme de dire : jours aparavant, le vice-pr6sident du
qCet bomme est un lion.)) Corps L6gislatif surnommait [e Vauban











REVUE DE LA SOCIIETE IE LEGISLATION


moderne. Mais lui, le mnalheareux, ln-
content, indigin, vociferait contre les
ministres, qu'il rend;il responsables de
son revers.
Ce conflil pril I la lin un lel caraclter
d'acuilt qiue, le 30 aotil, Ic minislt're
se retiri, laissant au Conseil Iegislalif le
soin ide co'n:iii' I'atorit" excullive aux
gentdaux *-eide iTelein;lm e, chef die
l'Eal-ii:;t-jo gdineral ci Vil iLubiu, corm-
mandai;1ii td i'a '1"ondisscellmnl. (O'yn Ivait
il au f'ond de toul cela ?
La ville des Gonaives auaili-elle lpu
risisler plus longl'mnps ? I1I emble', dia-
prs les d(l'ar-tiouns uiles pa' Vicio; Cn1
au Conseil L.4eislaifi, 4 Scplcmlnbe, que
la garnisun et la populalioii de celte
ville i'en louvalient plus. (1 )

(I)Messieurs, il rpugnc ) A mon coeur d'Stre
oblidg dc venir vous cxposer i'itat deplorable
de mon armav, dc s n pais, I.cs oliiciers, les
soldats de la .garnison et la population des Go-
naives qui se trouvent ici, ont endure les souf-
frances les plus dures pendant pir d'un mois.
Prives de nourriture, de vetements. en un mot
des objets de p -cmiere nCcecssit. !!s nnt sup-
portt avec un courage rare le bombardment,
des deux navirts Cacos et ont pu repousser
1'ennemi qui a\ait cnvahi plusicurs fois notre
heroique ville des Gonaives.
a On doit A mon armic cinq rations et une
revue de sold qu'i! est trts niecessaire do nous
p layer.
((Nous n'av\ ons a cc'Ciln mc,;' icalii lt pou l 11oS


La situation qui resultait dui dissen-
liImein survenu entire Victorin et le Mi-
nistare inquidtait plus Salnave que ce
qui venai de se passer aux Caves. Con-
lianl dans le courage et le d6lvolement
de ses lieutenants, il part du C(:I p Bou-
(let pour venir i l'r t-au-Prince. En
passant par les hauteur de I'Asie, il
arrive C.-X bruptlo le (i Septembre ;'i la
capilale.
In relouIr aussi inopinne ouvrait '
chaminp i toules sores de conjecture..
Avant de rentrer au Palais, Salnave lit
;lne toutrn e en ville oni it exeila le
nmec enthousiasme que 1)nr ie pase.
II avai hiIte loutefois d'expli(1iir It but
de son voyage.
l [,e retard qui a did mis dans I'ex-
a pIdition de nos corvelles de guerre.
e et certain conflicts qui ont exisl d la
. capital pendant un moment m'ont
, decide. disait-il le lendemain, i laisser
o mon qutiartier-general pour me rendre
Sici.--Je viens porler remade i tout
a cela et je repairs immlialtenenl pour
, aller continue mnes operations si avan-
& c6es dans le bud.. ).

LEGITIME.

(a suivre.)


blesses.
SLa vie est cxccs-. ivemnt chore t-au rt-au- ibliographie.- M. le Dr. Hyson
Prince. mes of iciers se plaignent qu'ils nc a bien voulu nous dresser un exemplaire
peuvent ivr avc eurs ae ppointements pays
a5 40 g. la piastrc, quand la piastre vaut dans de sa brochure a Conseils aux meres (hy-
le commerce lo5o gourdes et quand le prix giSne infantile ). Nous le felicitons de
des marchandises cst fixed d'apres ce dernier
taux. Je denandc done que l'on fasse baisser cette utile contribution la vulgarisation
Ic prix des marchandises, ou qu'en pave leurs des regles d'hygi'ne, qui ne sauraient etre
appoinemntsau mons moiti u ux dutrop propages en notre pays, et le re-
Comnmerce. s r pa. y e i
l'ai recu, hier, une clttre du Prisident d'Hai- mercions de son gracieux envoi.
ti, cc qui m'a port A vous demander l'entre-
vue de ce jour, afin de vous exposer sa situa-
tion. Les deux navires qu'il avait envoys ici
ont 6te retenus en rade par la mauvaise foi dre, si l'occasion se prisente, soit par la voie
des ministries ; et je rapport les lettres de de la raison, soit par la force des armes.
plaintes de l'cquipage de ces navires comme ( Nous demandons que certain officers de la
preuve. flotte soient r6voques comme traitres au Presi-
Nous nous adressons a vous, comnme pre- dent d'Haiti,et qu'une commission soit nom-
mier Pouvoir du pays, en l'absence du Chef mee pour faire reparer le navire et 1'expedier
de 1'Etat, et vous promettons de vous d6fen- le plus t6t possible au Pr6sident Salnave. I



- -i____.~--`- a~-----a~-------.-.-r












REVUE

DE LA



PAR.ISSANT LE 2 DE CIAQUI \IOIS.


SQM5A4iR

Siances de la Sociti :
Mlunion du 26 Aout 1908.
II. Rapport de M. J. LUger sr la par-
ticipation de la Diligation d'Haiti la 2c
Conference dc la Paix ( suite ).
III. I.a prisidence dc Salnavc ( suite ) par
le GCniral Lgitimc.
III. Bibliographic.

SEANCES DE LA SOaIETE

Reunion du 26 AoOt 1908.

IPrdsens : Mil. Solon Mldnos, Dens,
Lafobest, Georges Sylvain, Viard.

iPrsidence de M. Solon 3lnos
------ --
M. Denis.- Nous avons recu le ler
No diu Journal ayant pour titre L'E-
cho d'llaiti ,, publication menstelle de
propaganda hailienne en Europe. On
nous io: propose I'echange avec not;'e
Rlevu.
La reunion agree I'dchange demand .
31. le Pr'sideni.- 11 s 'i.. main"enauil
de la discussion du Rapport de note
college D)enis relativcemcnt au ddlai
de i'appel des jugernents ies justices
de p;:ti. Notre collcgue est d'avis que
le delai de 30 jours pour appeler est
f'roa... Je crois qu'il n'y a pas d'objec-
lio'n cela.
M. Laforest.--La loi ayant pris soin
d'acclI..Ier 30 jours, c'est bien 30 jours
francs qu'on a pour appeler.
IT. Viard.-- Je suis de l'avis de mon
college Laforest que le d6lai est franc
dans ce cas, mais il ne l'est pas chaque
fois (jue la loi dit << jours .
M1. Menos.- Lorsque la loi prescrit
que telle chose soit faite d;ns tant de
jours, le ddlai n'est pas franc.


Dans le cas de l'art. 21 du C. de pro
eddure, on doit consider le texte
mime de cot article, plutot que les ter-
mes de 1'article 954 pour dire que le dM-
lai est franc.
L'article, 9!54 s'applique aux dnlais
qui so trouvent menniionids dans les
sommations, assignalions el autres si-
gnifications faites i' personnel on domi-
cile. I1 y est fait obligation at une par-
tie de fire curtains acles dans tel delai:
le d6lai est centre elle.
Dans l'art. 2' idu C. de pr. civ. Ie dd-
lai est en faviir de la :,'rsonne coni:re
qui le jugement en premier resort a
etc rendu et qui a la facuill d'inlerjeter
appel on de s'en abstenir. La franchise
resulte dos terms mnmes de l'article 21.
La reunion, consull6e, opine on faveur
de la franchise ldu ddl;i.
M. le Prdsident.- Nous avons mainte-
nant examiner quel est le idlai d'ap-
pel accord par notre legislation, en mia-
liire do justice de paix, a itne personnel
domicilide a l'dtranger. Notre college
Denis lil que, vu l'insuftisance du ddlai
de l'art. 1, on doit recouir a: l'art. 83
du C. de Ic.r. ci. Le fai est qu'il n'y
a pas chez nous de (leo x;- speciall r.igltnt
cc cas.
MI. Denis. C'est pouirquili je dis que
c'est une question a rCgler par la juris-
prudence, vu Ic defaut de text. El c'est
mon opinion personnelle que j'dmEet en
vous distant que les personnes donici-
lices a ]I'tranger pourrnieii, hwndficier,
avec le delai de 1'art. 21, de ccux rdglds
par I'article 83 du c. de pro,:.
AM. le President.-- En paruil cas, je se-
rais plut6t de l'avis qu'clesi pussent Ie-
ndficier des d6lais de I'art. 922. L'art. 83
qui fixe 60 jours pour Ir's personnes qui
demeurent aux Antilles et stir le continent
am6ricain et 90 jours pour ceux qui de-


DIX-SEPTIMF- ANNkE, No 7.


2 OCTOBRE 1908.






94 REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION
N X\Z,",,%,,:'x 'X \\^.'`;PSi\'\^X-\'^NvX\V^X\ \\\Yv\2_\X\ -'^^ \^VX\X \\\X^X\\\'\-\\\\\\)\\\\\\^^


* *- t


menrent an ddli de I'un ou de l'iulre i la Iipr6miidre Commission des projels
Oc6an, pr6voit ccs d(liis pour les ajour- lendant a la rdalisation de cet idr'al.-
nements. Quanit I 'appolant domicilie I1 no s'agissait ni d'abolir la lisle perma-
l'Mtranger, ii ponrrail beneficier par ana-' ncntecrede en r099 ni de diminuer i'im-
logie des ddlais du pourvoi en Cassation, porlance de la Cour inslilude a cette
c'est-ki-dir.e en sus du ddlai ordii aire, 6poque. Les parties restient loujours
a de trente jours quand le dcmandeur libros de recourir a cetleInstilltion qui
deineure dans les Anilles ou sur le conli- serait cumpetente pour Itancher soit
nent amdricain, et de 60 jours, s'il de- les questions poliliques, soil les ques-
meure au delay de F'un on l'autre Ocdan. ) tions juridiques pr6sentant un tel carac-
La Socidt6 so range A cet avis et ex- tro de gravity quo chacun p rd 0'at
prime en mi me temps le voeu qu'une Ii oi or des juges de son choix. A c6i0 de
vienne modilc!e l'art. 21 du C. do pro. civ. ce Irib)unal, l'on ddsirait on etablir ,n
dans Ie minr e sens que l'art. 922, pour aultr oi les conilils d'un caracire :, -
le ddlai d'appel des jugements des tri- remenl juridiquo pourraient dire exami-
bunaux dt paix, on co (uii conccrne les nds Alt r'solus. Celle ju:idiction juxtluo-
personns dLmeur!ii u l hours du territlire sde aurait, ponr ainsi dire, la mncm
de li lWlpn'lique. mission que colle confie datns tons Ils
IPuis la since est levie. pays aux tribunaux ordinaires. Le prin-
____-__,_-_'______-___-. ,_,_,,_ cipe Ctait attrayant ; et il repondait trop
.'., W :., l, a. x aspirations imodernes qui voulent
Svoir parlout le rigne de la justice ot de
'lquitd so subslituer a celui do I: force
DE et dle la violence, pour no pas acqudrir
1.. iraediatoieenl toutes les symnp!hies.
ir Lo Li R, Mais, comime pour 1'arbitrage obligitoi-
nDelgMui d'Hai'ia ia deur i';Im Confr- re, si l'on Cl;it d'accord ponr le prin-
rince de aI Puir. ipe, le mode de son application >sci-
ta de graves difficultds. II n'ctait pas li-
1cile de s'entendre sur le mode de recru-
( suite ) tlement des membres dn nouveau tribu-
Cours de justice arbitrale. atl, qui fut appeal Cour lnternalionale
Sans voulir porter la moindre at- dc justice, pour cl mieux dislinguer' de
teinte i la genreouse in:itialive de ceux la Cour permanent d'arbitrage, organi-
qui en 1':lw ava\:it onl la Ibonne idee see par la convention de I:'-' et main-
d'etablir uni Cour p rmainenie d'arbi- tenue dans cell de 1907. Le pi ojel 'us-
trage, il me sra permis de laire rCiemar- so voulait que tous ls ans, lis juriscon-
quer que la cisignoiin a;i:alople A nel ct sultes inscrils sur la lisle prmnanente
epoque n'clilt point justiilide in fail. 11 se rdunissent en stance plenire it
n'a pas did, A propl)!'rment parier, tla- La Flae pour Tlire an scrutin secret
bli de Cour pnrmai'.ente d'arbirage ; en troi d'entre eux qui scraient appei!s a
rdalite,l'ou aviit sinpewenlcnO, insiitiu one constituer pour l'annde suivante le Tri-
lisle permanei:te dle jilrisconsultes I1ou- Iaunal permanent d'arbitrage. Le pirojet
vant dtrI eveniiellement aplpeles a sid- decs Elals-Unis disposal qu e le non, cta
gcr comme arbilres dans les diffrirends tribunal seraii compose do quinzo ju-
qui pourraient s'enimuvoir centre deux ges, choisis de taCon a ce quo les di-
on plusieurs Elats. LL le mecanisme de vers systines de lois de pr-ocedu re,
ce Haul Tribunal Otmit dispendieux et ainsi que les principaux languages, fus-
difficile ai meltre en action. II dtait done sent coiivenablement reprdsentes (dlns
natural que l'on pensal a oiganiser une le personnel de la Cour Mlais c: )n-
Cour vraiment pernm0i enle, dl'Il aces inment ripartir les jugcs entire les qua-
facile et relativu-ent Ipeu coiteux.Aus-m rante ciinq Etlas souverains reprcsan-
si bien la Russie e! les Elats-Uiis d'A- 16s a la Contdrence? Le silence g.ir-
mierique s'empress'rentl-ils de soumettre dd a ce sujet par les dldnguds Ameri-


1,








REVUE DE LA SOCIITE DE LEGISLATION


cains ltmoignait des embarras avec les- donna lieu i d'interminables discussions,
quels ils se trouvaient aux prices. Et la ant au sein de la Premiere Sous-Com-
question provoqua immediatementl de mission de la Premiere Commission
ifs d Abats oi le principle de l'egalite des qu'au sein du Comitd d'Examcn. Et il
SEtals souverains joua un grand r6le. esl just d'ajouter que le Bresil so fit i
Un tribunal de quarante-cinq inembres lccte occasion le ddienseur irreductible
constituerait certes, un organisame en- du principle de l'egalict des Elats. Le
combrant et d'autant plus colteux que sysieme de l'lection des judges ne fut
les juges devaient recevoir des dmolu- pas favorablement acceeilli par les Gran
Sments fixes it payerpar touits les Plesarties des Puissances. L'Allem:igni, les Etats-
signataires de ia Convention. Poir ren- L;lis d'Amdrique et Ia Grande Bretagne
dre les services que l'on en allendail, conmlinirenl clurs eflurts el prsenti-
le nouveau tribunal detail done ire cent uon project colleclif, oi I'Allemiagne,
cc;::os, d'un petit nombre dcjuges. El les Etats-Unis d'Amerique, 'Autriche
e:, les faisant elire par routes les Par- IIongrie, la France, la Grande Bretagne,
ties intdressdes, chaque nation aurail, 'lltalie,le Japon et la lRussie devai-nt,
sinon un de ces citoyens coin? mm e ge, ldans!e iouvenu Tribunna, i avoir des ju-
du moins un reprdsenin t d( o o, &il0ix, I .,'_.,:, en pciianoece pe.)ndant
pour lequel elle anurait librcent \vol ; lo ze ans, tanid:.s que Ils juges de tous
le [riicipe de l'dga!itd des Etats serait les aut!rs IEats seraient apll )il si id-
ainsi sauvegardd. Aussi, dans la san- ge', suivant an tableau annexed a lai (on-
ce du 3) Aotti de la Prcmiire sous-Com- veilion ct pJour dos perioIds variant de
mission, en donnant son adhdion ai quatrei un an. Ainsi, saul I'Argentine,
principle des propositions russe e ami- le Urlsil, le (;hili, et le Mexique, don't
ricaine, la Dllegation d'llaiti, par mon ies juges devir.ient sidgeo q(uIave ain,
Sorgane, d6clara que le choix des juges toutes les autres lRdpubliques aincricai-
:par l'elecion, prdconisee par In Rui.si.'. nes n seraient, d'aprns cc systime, re-
lui paraissait plus rationnel. En con'C- ptresentdes an Tribunal que pour un an.
quence, nous proposAimes un amenlde- Celte rcuarlition pouvait paraitre par-
mei;t tendant : donner A chaque Pnis- tiale: car les seules Puissances curo-
sauce le droil de voter pour la prelicire pdennes miss au nmmem raing que les
constitution du Tribunal permanent d'ar- I;dpubliques Amdricaines 61aiont le Lu-
bitrage et autorisant A l'avenir ce Tri- xcmlbourg et le Monlin0igro m6me la
buna! A se compldter par coaptation : Bulgarie et la Serbie auraient eu droit
ce qni ferait disparaiti e linconvinient a des juges sidgeant dcux ans,tandis que
des elections annuelles, demanddes par la Bolivie, la Colonibie, le Pdrou, le
Sla Russie et empicherail le ddpla;coment Vinezudla;etc... ne pourraioiet dtre repre-
fr6quent et (i:., peidieux de tons los ju- sent, s que pour un an.La ouvelle p)ro-
risconsulles inscrits sur la lisie per:na- position collective des lrois Puissances
nenle. Noire D)dldgation proposal deux rencontra done la plus vive opposition.
autres amendements,dont l'un tendail Elle violait trop ouvrerinent le prin-
assurer l'impartialiti des juges, en liur cipe de l'Fgalit6 des Elats souverains
imposant la formalitJ du sermenl, et en pour avoir la moindre chance d'dtre
leur inlerdisant I'acceplation de ddcora- unanimement adopltdi. Devant I'impos-
tions on de rdcompenses de tout autre sibilit d'arriver a tune entente, la Con-
Gouvernement que le leur : l'autre aien- ference prit la sage deci ion de voter le
decent avail pour but d'utiliser les loi- vceu suivant : ( La Confdrence recom-
sirs et 'experience des juges en leurn made aux Puissances signataires l'a-
confiant la mission de preparer on de adoption du project ci-annexd de conven-
faire preparer sous leur contr6!e la co- tion pour l'etablissement d'u;ie Cour de
dification des principles rIgles diu droit justice arbitrale, et sa mise en vigueur,
In lernational public et du droit Interna- des qu'un accord sera intervene sur le
tiunal priv. choix des juges et la constitution de la
Le mode de recrutement des juges Cour. .







REVUE D LA SOCIETY DE LEGISLATION


Les Puissances representcies a la den- plus A rdprouver. La Convention relative
xi6me Confi'rence Internationale de Ia al'ouvcrture des hostilit(s est une de
Paix auront done it chercher. dans des ces measures destindes a rdglemenrter le
negotiations i entreprendre par leurs di- recours aux armes; elle est dte l'initia-
vers cabinets, le moyen d'assurer le live de la delCgation friinciais., qui a
meilleur mode de recrutoment des menm- voulu ainsi inlerdire les surprises. Sa
bres de la Cour de Justice ;arliiale. proposition contenait deux articles, le
Dans ia Convention annex6e an voen ne premier disposait que Ies hostiilids ne
figure plui l'a;iricle qni donnaiit I'Alle- devraient pas commencer sans un aver-
magne, aux Etats-lUnis d'Anurique, s lissement prdalable et non equivoque,
l'Autriche-Hongrie, a la France, A la qui aura, suit la former d'une Tdcclara-
Cr-an]de IBretagne, l'italie, au Japon et tion de -guerre motive, soil cel j d'un
a lan lu.ssie le droit d'avoir des juge's si'- ult:imatui avec d&claraiion de t, -
geant en permani'nceO penilant douze re conditionnelle ; le second 'u
ans la suppression de c;l article faci- exige.ait W iotification sa'. rii ; d'
literal sans donue les pourparlers. El i! l'Alot dic :rr.r'. a'nx Punisances neuLres.
est a 'sc haini qu'i l p; is.cil abou!ir, Lua ddl'g;.:aion des Pays-Bas vonil'i! tiler
car lun C h [' iic ;;r iliai v"si eni l US in, rn ix tin Idelai d(io 2 IVn5es
perm.nente. el comlpos[ e de juges pa- ('cItre Na declaration de gulerre 't I con-
v s sur des :ionds prov nant des cotisa- i-iencrment des liostilitis. Son anmnde-
tious de tons ie.s Elats signataires ne peti ;ei, bi en quoe choleureu semren -iypuye
manqouer de rendr' e granInd services., par la russie, n'a pas et. a l;nik. L:s
Je no ux manqu ior d fire rcar- grand es Paui'sances unt sans dout0! pen-
querque la ouvelle convention a ,dopt se qu'une 1aralion prcalabl, ct noli-
denx des suo .-. failes par It Dil- v-cl qui permetlrait aux adversaires
ion 'Hiton i : les Ijug.;s doivni, cn el- cou""me aux neutr:e de se fair un, ida e
fet, prier srmen!l avant entirerr en i;lu on molns just des causes d la
fet, pl- telr "i'lit, ...... 1C 'i0[ e,1t. -1,1 C
fonctions, ct il lear est, e i (.ire, inter- g eilre cllit, poio Ile moment. I.lt ce
dit de recevo ; pour lcurs so'ices auca- qu'on pouvait ler deminander. Ell' ont
ne r6mundtraioa., mimo te i eurs prop,'s 'glemint repousso l'idee du dli apies
Gouvernements. i quIe la modification dte l'etat de guierre
Saux nnetres produirait ses eflel.:. La
dildgation Belgo vou!ait que cotte
Convention relative A l'ouver- notification, iui pouvait qtre fre e-
ture des hostiliLes. noicAK qit pouwi re LAW an-
ture des hostilites me Ipar voie ledlgraphique, no produisit
Tout en s'ap'la),nt Conf rence de la d'effet que 48 heures aptris sa ;cception.
Paix, la II rate .isse.bie, ronie a a lion a estimc qiu'n Etat nutrW devait
Ilave, avail nlm espril trop u, pour! comnmncer rlc'mpliir les devoirs, que
ontlier un soul inltni que les id6es sa neutrali'tc Ii impose, des qu'i! a eu
n'avaient pas i)arioul tit assez dle pro- connaissance de l'dlat dc guterre : l que
gres pour' rc:dre diocrmais impossible les nouveiles so propageant do nos jours
lout recomrs :a la vio,Alenc, A la firce. avcc autant ld flacilit( que de rapidite,
Pour un t..nps plus or. moins long, ia ltris pen d'Elts seront en faith dans
g.erre r'I>e'ra ma!hen rusement encore l ignorance des hostliils qui anraiuent
I un des moveiis det rancher les diflerends delald entire deux autres Pauissauces. En
intirnalionaux. Ne ilivaiw l s abolir, il l'ab .ence do loute notification a un neu-
fallail song-er en alltnucer les horribles tre, le be!ligerant qui se plaindrait d'un
consequences, 'I les re, dro un pCe plus acte coiitraire aux devoirs de la ineutra-
humaines. Toute lino sAric de conven- lld, devra partant 6tablir que Io nen-
tions a done 0l6 adopiie, en vue soil Ire a en connaissance de I'dlat de i'-
de rendre la guerre plus dlificile, soit lre
d'empechrr t('iniriles soffr dances, soit La ConAirence a done adopl6 la Coi-
de prevcnir la prrpldratiion d'acles qICe ve.ntion, don't les deux premiers arlic ls
la conscience des peuples tend de plus en sont ainsi couus ;






REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION


Article ler a Lus lPuissances contrac-w'A un be1Iig6rait, 5IaN sugcstison de
q nies reconiiaissenI Ic Is hot iii ds In thilSgatLion dI'Allermagne, d( lorcer les
entiree Cues 11 dWient irs c011 mmncoi l inoititnaux de Ia pat1ice ad vese A oven-
"san tan Mvudli5sumc nt :calaible c dre p xut aux OP opJO lo's dle gooie diii-
s non 6qiiivoil u{, qui aura, soit M for- 1iQt s con1r1e le. r pay> inln e dons le c!s
mecJujine Mal dtI( on. do goorro motivre,;c o Us amii 016t 1 soH son rvice nivant
~ soi t cclle d'Wa tit a U 1 1M' do gAltnl~le le n conninceenn (A Va i 1 est
o roajlilonoelle oalement Fi li'cuid lnuei oiI
Arli ie 20 a Laitat do guerireilo dex'a Me bo[1'rd, pm-lcr, par qaclque nIoVOii qu ce
notifii sosns rc tard a x Poisso noes soil, le" villeOS viiillagb, liluilhkaits oil
i( 13GntUro r t 11C JoUdiiio ed1 eifit Allour fitli mt; 11ii no somt dp ;(toii !nscunl-
"( erlc~!~o~ Hi pro Aepel' iQotnli Min ii O tue do IHivmr oa Ii1 1;o k l l iu e me-s
K If!i( CoU (jUWl a ii M c Miile c m6no I e pl'iSOS (10550 iii1f. Ptt pan 6r Cic r
a pwr voiC Mgmle phj)litiv c ou Ieloi As 90 CeS prescriptions Ai imivn ;iV1i0ele-
s Puissai}ces netities lie j~ImurrlhC'1 in- C sumblnt lid mn ex1o u M Amfl Io
k( voqluer Ilibselmt deo 1not;ifitionr, zit v a un UIIC S tioiCO. .imr ia pt ((Do-
Clouait1 Wa Ii n n onre noi JoIa d. no a I) do !n a
5liose (11i'oi falw Cuies coinaimaiOnt 6q, en IAlfel ,I111 5ls k i,!~
0 M!ta do gicir a d llig~ranto Ijui AMC & d
Les atilrlcI oridoes so rappitoI)iiit soil lions hi, i1LigkImoeii >ero 1t ',' U ati
a loi e( es .I'liication>s, sot :x i-, u ile, Sli N a i'i. ;Ic ros-
nlalii5 0ii rcipll pnll 1)11ls I'OissaiCUS (I'll I)j5(JQe(t dou :IdU. OCt0 ;ltiOs par
voudrailinl adlitn r i 13 Jonvcltiaon ow 'hs 1sommn eownt .ii I 0l
Ia d(3noncer. vi ywhIC D ( all. j doA 61 o Amcuion
11 y iIa A one 1110. Y i01, 10.50 thet-
rCHeum consuqOLL CC. pooi 1'oxnit. l'ii
Conven~tioni o'ce omant les 1 oisjlol!n aQ0H i> l [dtilid ilS:1110-
et coautuines de la guiare 0io) i l'o [mO do. in IraMICIs i-
uiir terre jdomaiQ 1 onbler:1 ue dcles

.ste ncar e~i oven ic dii r o serviri l~ in:- jiii icilms laca"Ines do Droit licrnalio-
GetcooeveI tiI on cO IN daiiner do jl lx on pins
ANs do iFii in; oln c 91 Iqa d-mifro ConfO- le ci]ractelr posi lit ci pr ijiLuIC
rcnce de bI i'Wix 1 CrU devoir reviser 1(on-
wre do Sli dovoie"Prci m. Los modificitkotis V ill
in0todLibes d ans le r'glecinct Iadoplt en i
X lndaont ytoesque louts A1 Hill lix r ijn rela.ve Aii&
pirecisor xis ii> do (g onijLuke des Lekl-
Ii gQrmnts, tMul ento eux quoC dlois ltu1s rifn de: !ancer d e jirnjecti-
rappors aveoC les et des- expioUksi duii
gloinont tic is j!opH)aliO haut(S bd i nt3;
1907n pe Ctrc cd,osis (16
conime une Ieiita live !herease tic codi-
fication des lois c0 Coulumes do Ia guer- P Vonr COHIpl6telor Ia st1iC tIes i)'oosti
re. Aprds avon, on queique sortoM d~fini ros dostin~es a illienor l S rigi 'ui's
[a qualild do b yligdi'onts, 'oro ssl spb- de la guirre sar torro, Ia C!Mien
cialemei t ocupi6 (IlI lraileinnft 'a ac- cc i c0050011ti, sl a proposi11on dO
corder aux prisoHHnions de guorre, oiit WIi Bielgique, A mnouzivdleir Ia declari-
A'on a emssyi d'aumliomcr le sorN. Au lion dua29 ji2iliet 1889 relalve ii l'in-
chapitre conceriant les foyas (:e o nui- lordic 1101 de laiicer dies liwoj c iles du
re ,i l'ennerni, 'on s';-st offorc6 dj'att- haud dos balions. dclaralion nout los
nuer los rigneurs de 0a guerre et ('ein- cifels 1(0 dovaient duror que ciIq arns.
1)cher Ions nctes de nature A causer CombatHue par Ia ddldgation frnlciaise,Ja
des maux suporfius. proposition Belge a Wld adopide par 29
Le sentiment liberal do ia Corfifrerce Puissances. Son parngraphe essenhl est
s'ost inauifesle dans I'interdiclion taite ainsi concu a Les Pissances contrc








REVUE DE LA SOCIETY IE LEGISLATION


tastes consenlent pour un e ioe m hlostiles on prjudriciables a 1'un des
a allanl jusqu'i la lin de la troisidme Vl) I i g e r a n t s, il n'est pas moins
q Conference de la Paix, l'interdiction constant qu'il no saurait etre permis a
l do lancer des-projectiles et des explo- cc:x-ci d'accomplirou de fire accoinplir
< sifs du haut des ballon on par d'au- sur le ferriloire d'un neulre des actes
Stores modes a:nalogues nouveaux q qui i ui feraient perdor son caractere
commetel. Le premier devoir des belli-
VIII. gi'rants est de respecter ia neutrality de
coux qui sont rangers la guerre.
Convention concernant les droits Aussi bien, la Conveilion a-l-eile com-
et les devoirs des Puissan- mencd par proclaimr le principe de 'in-
ces etdes personnes neu violabiliti du ferritoire des nentres. Et
tres en cas de guerxre ellc a precise, aulanlt qu'i!l 0'liit possi-
sur terre. ble, cc !ie h, l!i-;: 11- et neutres, dans
Ileurtsr i'at s ieectifs, doiveint s'abste-
Apri itsavoir de lA pour 1nil' lc fire, sans loul 'ois po k'r al-
resliciiidr'e autant.que pos-.ile les Wi- leinte d a i libntirlD' 'action des Puissani-
reurs e la igue rr in Cu ilerel no' I;ou- c's dV'; noiutr, ;as '- r [prclai.Il tiori do
vail it iiluer de doain r sa i c :ieo re nectirali ls acles qiu',lls ea lende til
attention qu x droits ci devoirs des liis- proIhiler su'r !Iur letir 'itoire. ti 'c la (C in-
sances Pi d's personnel neutres en ci's v entio-i adoli t' a cel celi, la Confiren-
die g luerri sufr ierri C( ite intiressante co a Liis Vle n (( qiu' cas tdo guerre,
jqu.t il qui ax it W c sou'levi on i 18)) n les attoriL's coImp tent es, civiles et mi-
n'avait Ias Old risoIlu alor:; ; oile ful I lilairL s s" fassent uni u ihvoir tout sp6-
ajournic aip,'s l'adoption d'un voan [c(nI- cial d'assurer 0t de protdger le mali-
dant A soni inscription au prograi',Tnie tion dei s ra!i orts p 6 i'ii et notlam-
dune pr-ociainie Conefirece. La Deuxie- IR menit des relations coininerciales ci in-
meCoute rence Ilitleriatioale de la P-aix dus[riilles cs re les populations d es
acceipl cc legs de sa devanciro et nc al- Etats belligcranis et Ils pays n utr s ~.
gligea rcin pour resondre uan probi;me L'on esl arrive sans graves idificun ls il
qui cepcI:ant in laissait pas quie ditrd se mettre d'accord sur Ies rIgles in otb-
un pen coimpliquli. Co pr'ol)!i:ne componr- server par ies Eitts on guerrc dans clers
te d'-ux ordres d'i dis qn'il ne fault pas relations avoc les peoples dirangers an
coiviindrei, m:digre leur apparenito hano- o conflil. Mais l'on s'est lihea irti at e fortes
Iie. II y a, en e tel, A distinguer l.'s obj'clions quanld il se int agi do ddlermi-
droils el es detvoirs d's Ei as neulris t t 'r !a situation d(s p[ar-ieuliers apparte-
dans leaurs ra)porls avec Ies belligirnnis, nsnt i un Etal neuri e el rdsidant sur le
et la situation des unlioaux des Elais I rtitaoir de l'un des belligdiants. La dd-
neutres habitant ie tceriloiirei des belligr- ligation allem tinde avail prsenut ia ce su-
rauts. jet un riglementi quiiconstituail rne codi-
En co (ui concern les droits ci los do- ienation, anssi complete que possible, des
voirs des E 'ats ncutres, la Dlitigation fran- regles ii observer par los belligerauts on-
c proposition qui, soumise A' la Deuxiemt Le project s'inspirait du principle que les
Conitision, donna lieu h d'instlrucifs nationaux des Etats neutres devaient
debats qui ont en grande parties rould resler en dehors de la guerre et ne subir
sur le point de vue developpd par la D.- ses consequences qu'aulnnt que los cir-
legalion lBeige, it savoir que les droits ct constances ne permettraient pas de les y
devoirs des Puissances neutres ont tne soustraire. II tendait, en consequence, a
r:'oite correlation avec ceux des bellig6- creer une situation spdciale en faveur
rants eux-mrmnes. S'il est vrai quo les des neutres, quant a lours personnel
neutres doivents'abstenirde commettreount it leurs biens. Cette theorie d'un
de laisser comniettresur leurs tenitoires traitement privilegi a i accorder aux neu-
des actes qui peaventdtre considdrds corn- tres, a dt. vivemnent cornbaltue par les







REVUE DE LA SOCIETY DE LEGISLATION 9

partisans du priicipe dinamitralemenit op- rangement propose par le Rapporteur do
pose de l'assimilation des nulllres aux cole commission, et ldclara, ei since
nationaux de 1'ELat belligYrant, notamment plniere de la Confirence, qu'elle ne
par la Grande Bretagine. L'on a prdlendu pourra admnettroe 'application! ai u res-
que Ie neutre Otabli a l'etranger devait sorissant allomandl du principle (iqi per-
subir les charges qui iu;;ombent aux na- min a un Etat helligra d'oligra ( er, en
lionaux du pays oh il reside et qu'eo vertu do sa 1igislation, des neuiltes it
raison des advantages qu'il y rouve, il est prenlre Ies armes en sa Ifavur. ile-
juste qu'il subisse le sor doe ceux qui ment, du project allemand il n'a 6td
'ont accueili. En co!isq!ue;li!ce, l'on vou- cItoservit que trois articles qui stil d've-
lait autoiser uin lat belligdrant a rcequd- uns, nimualis mniundis, ies articles 1;,
rir les services des nculres app)arlen:t AL 7 J;t 18 de la prSllsnto Convenitioi. oft
soi armin',h pair i fait iLd'un tngagcnmelnl 'ol s'est siim leiment liorin, A d(i linir le
volo;ii aii, c el veirlu id sa Negislati.)ii, n e u t r e et les cas oil il ne pourrail
car quei!ques pays ililposeotI lo scrvic. pa .-; p [) 'anir ido se i nl tri' il' Par es-
miiitairo ;ux eirangIrs doln tilis sli pi[ i., couciian io!, loI a ;n sl sippri-
leurs terriloireis. Une ntentMo G(i. diff ici-'md i outce qui conc.'r iia la si; limon des
le euire ie pubartits de deux systeinos pirsonne;ls nuilrtes; I'onn a 'i.c l:is; p[ur
si contraires. Au 'ond, et c'cst la uine! I [r! oincl sans solMtioWn !'i; I 'massnate
opiniiotn pit uil' qI e j" me pern ts i (qje'stion i savoir si clies d'Ivii lt jouir
d'expriMier ali i ; doi ner ur jtusle ii t u' trai.in'mc t privili i o n i re as-
des dd(i:s, t vrl i motif des 1.!, -n u : dis- simniltes anx naaluona;ix dI l'i' nt llig6-
cussionis (qui unt eu lioe u'a pas 6'I' une i'l:: sur l terriloire (ditiuil elles so [rou-
souic fI'is nlenliioini. A mion humble avis, vent. Et 1'ui s'est cooiinti:l d (ncdre
I- project ; lithmand avait rdveill6 to con- vcii qut, Los Pissaic'',s ri;glen! par
flit latent qui divise le pays a enigra- ,I s des Coiuvenitii s p:arlic litrtc s la silta-
tion el coux A immigration. Los Puissan- lion, an point doe v11 ties Clhargs ini-
ces dout les resso isst;isans sint obltigss s lilaires es t rstltTt s Wutabliis sur leurs
d'aller clihrch'r ai l' stranger le bien-irte territoirtis. t Je ne pcux manquer de
on les moyons 'existence qii'ils ne trou- vous faire conuaitro qi o' lors d la d is-
vent pas chez euix ddsirent conserver snr cussion en commission, i! fuI I c,)'nsl[6,
eux leur influence o lours droils ; Isns aincune opposition, ha (ldemandeii do
tout en accept qu'ils all'nt s'erichlir la Delgation dl'Haiti Faile p| r Mr. !iu-
on vivre aillours, e!lhs s'elforcent ti no! dicouirt, < qu doi simlils comni'ntaires
pas les perdre pour ne pas laisser dimi- Ia publics par les jounaxt;, I'ssent-ils
niner Ie nomibre dte led rs sujets ; d'of la a a tvorables A1 l'iue Is iPartAies be'lti-
prolocli(on pirfois exc,'ssive, sinon abu- irantes, ne pourraient pas.p'ar ce suil
sive, tlenduii A ces expairies alin de l faIil, dtre considtrds coniun ull acle.
conserve leur alldgeance. D'auiltre p:rt, a hostile, pouvaut priver' !', icntr'l des
Ics pays A immigration, c'est-a-iire tous bendlices de sa noulralid, ( 1 )
coux qui, pour des raisons coiinomiques
ou autres, s'eirorcent d'atlirer chez eux le IX
plus de bras possible, out le plus grand
intdert a s'assimilor les etirangers qui Convention relative au reiineic
viennent s'itablir sur leurs territoires, A des navires de conum ercu
les transformer en citoyons uliles, a ne ennemis au debut des
rien ndgliger, enn mot, pour lenr faire hostilities.
adopter leu: nationality,. Aux principes en
jeu so mnlait done une assez grave ques- Les efelts de la guerre maritime otl,
tion d'intlrds qiii rendait improbable l'a- come ceux de la guerre sur eIrre, re-
doption du project et il snbit, a la Deu- tenu l'atlention do la deuxidme Coitle-
xieme Conmissioin, des modifications si! rence Internationale de la Paix.
contraires a l'esprit de ses auteurs quei
la Ddlegation allemande combattit l'ar- (1) Rapport a la Conference, page 2.







100 REVUE DE LA SOCIETE DE LEGISLATION

La aussi elle s'est ello:-ce d'atlenuer jts ; ils ne peuvent pas ctre confisqu6s;
les rigueurs d'un 6tat do choses qu'il no mais sont sujoes t etre raisis, noyen-
lui pas die donnd d'abolir. Sur I'iniliati- nant l'obligation de restitution aprcs la
ve de la Dl)dgation lusse, clle a essay guerre, on A dtre requisitionnds on nd-
de rendre obligatoire .une pratique oh- me ddtruits A charge d'indcmnit6.
serve depuis '185' par presque toutes La Convention no vise, bien enlendu,
les puissances civilisdes. )ans le but de ps los navies do commerce don't la cons-
proleger le commerce el do ne pas i lli- truction indique qul'ils south destinds t
ger d'inutiles pertes a ceux qui, do bon- etre Iransforms on batimenis de guerre.
ne lui, avaient, avant touted declaration
de guerre, entrepris de loyalcs operations X
d'aflaires. i'on avait, depuis la guerre de
Crimeo, pi is petit i polit I'liabitude de Convention relative a la trans-
ne plus conlisquer les navires m;nrchi;t;ls formation des navires de
ressortissant i'uni des Etais belligerants commerce en batimients
et soe roiivant on entrant, A Iouverlure de gluerre.
des iostilitls, dans les porls do l'adver-
sai'.o : o leur accorlait, nu contrairo. Ancim douie ino s'o m ile nn delai pouir iarlir en lt te s;'- d'une i]iiion i ilo.fsorlner ses aiviios
ciri:6. 11 y avait la une pure tolerance; de commerce en iMnvires ile guloere 'est
et, dans I'Otat actual du Druit Internatio- la une quesli'm d Io droll in ierne qui no
iti, lu;i re[siait li1r de coifisquer les )pourii; i t M ti niise on discussion. Mais ii
ravires enuemis. La Dleiegation ikusse a on est loui autromanu des conditions a
pense que c,' droit de confiscation. ,ait remnplir [)ar ces navires pour oire recon-
incoh!n)il.ibl!eavcc 1' progri s s esiddes ino- nis iavires d guerre :Pvec les droi!s t
dernes et a voulu traniuf'orr en biga- es oig- ogaltons imposes A celle caldgo-
li(:i cCe qu n' ;it t [ ne purenoi: nt f'cultltif. rie do biatim i nts. (;s conditi iis relevent
Devant les objecioni s souleviles, nolami- du don'.nine d!a iDoit Internlatio.ial puis-
ment par la Delegation ftraniise, ia gS- Q qu'cilos iuidressent anssi ,hieo les belligd-
nID'u:-.e idde de la Russie i'a pu ire' ranis que les neulr>s. Depuis 1'abolilion
rdalisde, ot e1 r;6gime falentatif a 4i td de la cout'se, on 1 856. !es mtiavres plri
maintela on o qlui colncerne la conces- ino peuvet i plus prenidr-i'e i) aux opic(:-
sion du111 delai. M:sis un pnas cn avanlt a lions do guerre.o n constieuence, les navi-
6d6 r1it, car lo droit do couniscation ai dI res de l'Etathelligira fi )peo vent ls arrd-
suppri:ne. En ell'ot, d'apres la nouvele er un navie neuire en hauio :ner pour
Convention, it a [ie reconnu d0sirab.e do on visiter les paper ; seuls, ils sont as-
lai;ssr sorPir libr ni!I, inm edialon;;ii, sidjettin ; x rgi's do ia nentralil. Leur
ou apris un delai de faveur -ild; .. ii, caractlre doit ione lire neitlmeno t d!ii-
le navire de commerceL roeevait d'uLn i, et il faun. anuant que possible, evi-
Etalt !li .'r,;it qui, au Idlliut des ihos- ler qu'il y it la moinidre m6prise an su-
tilitls, se tIouverait dans un port onne- iet des navires de comlnmrce queo 'on
mi !o viendrait A y enter W.lans i'igino- transformeeln navires de guerre. La q es-
ranc' ie I 'eitt de guerre. Le navire de lion a parn assez important pour pro-
commerce qlui n'aurait pu quii'er le port voquer Ie dtput de set propositions,prQ-
nnemi dans d d6 l a adccorlde, on auquel senties par les Ddhlgations de la Grande-
la sortie aurailt te refusSe, no doil pas Brelagt;e, de 1'Italio, (I'A uriche-Hongrie,
6tre confisqut, le ieliigdrant peu li I sai- (des Pays-Bas, de la Iussie, du Japon ot
sir mioyennant l'obligation de lo restit'ier des Etats-Unis. II s'agissait surtout dc
apres la guerre, on le rdquisi inner imo- savoir, d'une part, si la transror-iatLio
yennaut indeinit6. 11 est do mnme des devait so fire dans un port national ou
navires de commerce ennemis qui, ayant occupy par le bellig6rant, on bien si oele
quiitt leur dernier port do d6part avant serait aetorisde en pleine ime ; d'autre
le commencement de la guerre, seraienit part, si elle devail tlre permanent, et
rencontris en mcr ignorant s des oslili- durer jusqu' la fin miles hostility ; les




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs